100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 126 – Partie 1

***

Chapitre 126 : Premier jour du tournoi

Partie 1

***Point de vue d’Alkelios***

Le tournoi des dix épées était un événement organisé par le roi Andarkuzzi Ammerundiel Kor dans le but de montrer aux ambassadeurs étrangers, en particulier à ceux d’Akutan, le pouvoir et la puissance du royaume des dix épées. Cela visait à prouver que cette nation avait encore un mot à dire lors des prochaines batailles du Front de guerre uni.

Les meilleurs des meilleurs parmi tous ceux présents dans cette nation avaient été invités à participer, les esclaves et même les monstres apprivoisés avaient été autorisés à participer tant qu’ils le faisaient au nom d’un citoyen humain. Les héros humains étaient tous considérés comme des citoyens de seconde zone, car ils ne pouvaient ni sortir du pays ni entrer sans la permission du roi.

Le premier prix était 15 000 pièces d’or et un souhait qui pourrait être exaucé par le royaume. Le deuxième prix était de 10 000 pièces d’or plus un laissez-passer sans taxe pour une année entière. Le troisième prix était de 5000 pièces d’or et le droit d’être nommé chevalier. Il n’y avait pas de prix de consolation pour avoir rejoint et perdu, mais il y avait des prix spéciaux si les concurrents plaisaient à Sa Majesté.

Les règles de la compétition étaient simples : pas de meurtre, mais tout le reste était autorisé, y compris les pots-de-vin ou menacer l’adversaire pour qu’il abandonne. Cela signifiait que l’embauche de mercenaires pour réduire le nombre de participants était également une stratégie viable.

Je suis entré en tant que citoyen héros humain, de la même manière que Kalderan, mais Coshun était entré comme mon esclave. Les documents s’étaient révélés utiles à cet égard, et le faux collier d’esclave n’était rien de plus qu’un accessoire à ce stade. Nous étions tous les trois d’accord pour avoir un léger combat lorsque nous nous rencontrerions dans l’arène, mais quant au vainqueur, cela restait encore à décider.

Le Colisée avait essentiellement un niveau caché sous les tribunes. Des colonnes robustes et des barres métalliques ainsi qu’une puissante magie de protection avaient fait en sorte que les personnes à l’intérieur ne soient pas blessées par des attaques ratées. Il y avait des membres du personnel et des gardes qui appartenaient au Colisée ainsi que les parents et amis des autres candidats. Le Colisée ne garantissait pas d’assurance maladie, donc si nous nous blessions là-dedans, nous devions compter sur les personnes que nous connaissions et avions emmenées pour nous aider à trouver un guérisseur à temps. Si vous n’aviez personne pour vous y accompagner, les membres du personnel étaient plus que disposés à le faire pour la bonne quantité de pièces.

En apparence, ce tournoi ressemblait à n’importe quel autre organisé par ce pays ou par d’autres sur le continent humain. Il y avait beaucoup de gens qui le comparaient avec ceux de la guilde des mercenaires ou de la guilde des aventuriers. Il avait une structure et une méthode de base pour choisir les adversaires, mais ce n’était qu’en surface. Lorsque vous vous approchiez des bidonvilles, vous pouviez entendre les habitants se demander comment les nobles avaient également prévu d’organiser ce tournoi.

Tout le monde était au courant du tournoi, mais tout le monde ne savait pas de quoi il s’agissait réellement. Qu’il s’agisse d’une démonstration de pouvoir, d’une manière de trouver de nouveaux chevaliers ou peut-être même d’une forme d’intimidation pour un groupe spécifique, tout cela était encore assez vague. Le fait que le roi se soit donné la peine de faire ce tournoi le rendait encore plus suspect, et les gens se demandaient même s’il s’agissait d’une sorte de mouvement politique entre les différentes factions du palais.

Personnellement, je me sentais plus enclin à croire que c’était la dernière solution. Cependant, après avoir appris qu’il y avait aussi des représentants politiques étrangers ici, j’avais commencé à penser que cela pourrait en fait être juste une forme de démonstration de pouvoir ou même une tactique d’intimidation. Ce que cela signifiait pour moi, c’était le fait que je pouvais m’attendre à des individus très puissants à la fin du tournoi, peut-être même un éveillé supérieur ou deux.

Nous étions arrivés au Colisée vers 8 heures du matin. Après avoir confirmé notre identité de participants à ce tournoi au personnel, nous avions été guidés vers la tribune d’attente. De là, nous avions une vue parfaite sur l’arène, et nous pouvions déjà voir le public se rassembler dans les tribunes. Il n’y avait cependant aucun signe du roi, mais il y avait quelques places réservées spécifiquement aux nobles, dans un espace VIP.

Je n’avais reconnu personne d’importance, mais encore une fois, je n’étais pas du tout familier avec les nobles qui dirigeaient ce pays. Ils pouvaient se montrer et proclamer être le plus grand-duc du pays, et je ne saurais toujours rien à leur sujet, mais peut-être que les autres le savaient.

« Non, je ne pourrais citer personne en particulier, mais ils semblent tous être des nobles locaux qui travaillent dans le palais, euh… peut-être ? » Répondit Risha.

« Je ne reconnais personne. » Amadeus secoua la tête et Drumora fit de même.

« Ne me regarde pas, je connais à peine nos propres nobles et encore moins certains étrangers. » Coshun répondit en haussant les épaules.

« Je ne connais pas la noblesse… » dit Kalderan.

« Il y a… quelques nobles qui travaillent au Palais, mais il y en a aussi des étrangers. Ceux de droite sont des sièges réservés aux diplomates étrangers, tandis que ceux de gauche sont réservés aux nobles qui peuvent se permettre d’acheter la place. Par exemple, le duc Castinou, le vieil homme à la longue barbe qui harcèle cette jeune femme. Il y a aussi Béatrice Ludow, l’épouse du vicomte Ludow, c’est elle qui embrasse là-bas le baron Bornhard. Ce sont des cousins, au fait. Ensuite, il y a Sœur Yuranda, qui est la matriarche de la plus grande église de la capitale. Elle peut ressembler à une croyante pieuse, mais la rumeur veut qu’elle ne porte rien sous sa robe. » Ildea avait commencé à nous dire qui elle reconnaissait et ceux qu’elle ne reconnaissait pas.

J’avais été surpris d’entendre que deux cousins s’embrassaient comme ça en plein air comme si personne ne pouvait les déranger, mais j’avais aussi été surpris que la matriarche d’une église ait dépensé pas mal d’argent juste pour obtenir une place à ce tournoi. Le fait qu’elle soit une perverse se promenant sans sous-vêtements n’était pas vraiment une surprise. S’il y avait un niveau élevé de corruption et de déviance parmi les nobles, quelque chose comme ça n’était absolument rien comparé aux squelettes qu’ils pourraient cacher dans leurs placards.

« Alors, quand le spectacle va-t-il commencer ? » Demanda Kalderan.

« Dans une heure au mieux, mais techniquement, après l’arrivée du roi et son discours. »

« Donc, longtemps pour le moment, » il fronça les sourcils puis s’assit sur une chaise.

Comme je l’avais dit, environ une heure plus tard, le roi avait finalement fait son apparition depuis la plus haute tribune. C’était un vieil homme aux cheveux argentés et aux bras faibles, qui portait les vêtements les plus chers que l’argent pouvait acheter dans ce royaume. De la fourrure de monstres sauvages ornait la cape qui était couverte de toutes sortes de gemmes inestimables. Il ne portait pas d’armure, mais il avait une épée attachée à sa ceinture. C’était une arme ornementale, mais toujours une arme. Contrairement à Feryumstark, qui pouvait vous mettre à genoux rien que par sa présence, ce roi humain n’avait pratiquement aucune présence. Il avait l’air aussi faible et fragile qu’une brindille sur le point de se briser.

« Alors c’est le roi fou, hein ? » Dit Kalderan en levant les yeux vers lui.

« Il semblerait… » dis-je.

« Père… » Ildea le regarda avec de la douleur dans les yeux.

Parce que nous ne voulions pas être reconnus aussi facilement, nous portions tous les longs manteaux à capuche noirs que nous utilisions lorsque nous étions entrés dans la ville. Ils s’étaient révélés très pratiques, et le masque avait effrayé la plupart des voyous qui pensaient nous voler, pas comme si en premier lieu, ils auraient pu le faire.

Le tournoi des dix épées avait été organisé en trois tours. Le premier était un match de sélection générale avec une seule bataille 1v1, dans laquelle votre chance déterminait l’individu contre lequel vous finiriez par combattre. Le second sera les matchs des vainqueurs du premier tour et cela allait conduire à la sélection de seize finalistes, encore une fois, la chance déterminait contre qui vous combattrez. Au troisième et dernier tour, ils se battraient dans une bataille d’élimination de style pyramidal, qui se traduirait par un seul vainqueur avec une deuxième et une troisième place qui le suivait.

Avec mon indéniable et incontestable 100 de chance, j’avais fini par être le premier à me battre, et mon adversaire était un chevalier de la 5e division qui avait l’air d’avoir traversé l’enfer, vêtu d’une grosse armure lourde en plaques. Cet homme m’avait donné l’impression qu’il était sur le point d’éclater de sa boîte de conserve bien emballée, mais le regard qu’il avait était celui d’un tueur fou.

Quand j’étais entré dans l’arène, tout le monde s’attendait déjà à ce que je perde. Ce chevalier était également célèbre pour avoir tué beaucoup de bandits, ou du moins c’était ce que tout le monde dans le public disait.

« Tu vas mourir aujourd’hui, faiblard ! » déclara le chevalier en attendant que l’arbitre donne le signal de commencer notre bataille.

Je n’avais pas répondu à ses propos, mais quand le match avait commencé, je n’avais pas pris la peine de faire semblant d’être au même niveau que lui. Je m’étais précipité en avant, puis j’avais frappé son armure avec mon genou, l’envoyant voler hors de l’arène dans le mur derrière lui. Le chevalier était resté inconscient après cette seule frappe.

« Je suppose qu’il ne s’est pas rendu compte qu’il y a des gens plus forts que des bandits ? » avais-je fait remarquer en regardant l’arbitre choqué. « Eh bien, est-ce que j’ai gagné ou pas ? » lui avais-je demandé en haussant les sourcils.

« Ah ! Oui ! Le gagnant est Alkelios Yatagai ! » déclara-t-il.

J’avais omis mon nouveau nom de famille parce qu’il y avait une chance que quelqu’un connaisse le nom de Draketerus. Brekkar était après tout un général assez célèbre.

Alors que je revenais vers les autres, Coshun m’avait demandé « Alors, as-tu décidé de comment regarder les choses ? »

« Comme un Éveillé supérieur. » J’avais répondu et lui avais montré un sourire narquois.

« Bon choix ! » il acquiesça.

Trop de réflexion pourrait en effet être dangereux. Lorsque vous ne saviez pas quoi faire, plutôt que de vous noyer dans l’inquiétude et d’abaisser votre performance, il valait mieux simplement attraper le diable par les cornes et lui donner du sens ! Ou comme les draconiens l’ont dit… laissez l’Éveillé supérieur être un Éveillé supérieur !

Trois batailles plus tard, c’était Kalderan qui monta sur scène et il gagna assez facilement, sans même avoir besoin de sortir ses armes. Son adversaire était un soldat faible qui pensait qu’il était bien plus puissant qu’il ne l’était vraiment. L’homme avait dégainé son épée puis il avait immédiatement fait un saut, essayant de couper son adversaire en deux. C’était un mauvais coup facile à esquiver, parer, bloquer et contre-attaquer. Kalderan avait choisi de faire un pas vers la gauche et d’esquiver. Alors que l’épée passait devant lui, il resserra son coup de poing et l’enfonça directement dans les entrailles du soldat. L’homme haleta, lâcha son épée puis tomba sur le sol en gémissant. Sans attendre que le soldat se rétablisse, Kalderan lui donna un coup de pied et le jeta hors de la plate-forme. L’arbitre l’avait ainsi déclaré vainqueur et c’était tout.

Quatre matchs plus tard, le tour de Coshun était arrivé. Il enleva sa cape puis sortit dans la lumière. Bien sûr, ils l’avaient annoncé comme mon esclave, ce qui me mettait toujours mal à l’aise, alors je lui avais juste donné « l’ordre » de gagner. Son adversaire était un chevalier avec une forte carrure. Dès qu’il avait vu Coshun, l’homme avait déclaré qu’à travers ce match, il prouverait à Sa Majesté le Roi qu’il avait ce qu’il faut pour se battre sur le continent Dragon en tant que représentant du royaume des dix épées. Tout le monde l’avait applaudi, et il était content de tous les éloges qu’il avait reçus, mais cela ne nous avait pas dérangés. Nous avions déjà vu cet homme s’entraîner lorsque nous étions venus visiter le Colisée. Sa force était supérieure à celle du soldat vaincu par Kalderan, mais dans chaque aspect, il était bien en dessous de la moitié supérieure des candidats.

Quant à Coshun, il était bien plus puissant qu’un chevalier royal dragon moyen, sans parler d’un simple chevalier humain. Au moment où la bataille commença, son adversaire essaya de l’attaquer de toutes ses forces, mais l’énorme épée à deux mains qu’il brandissait avait été arrêtée par le dragon à main nue. En fronçant les sourcils, il le repoussa et frappa l’homme au visage. Le casque vola de sa tête alors qu’il était jeté hors de l’arène. Ce coup l’avait assommé net. Au moins, il n’avait pas été tué.

Les matchs s’étaient poursuivis, mais nous n’étions pas les seuls à pouvoir éliminer un concurrent en un seul coup. Beaucoup de chevaliers qui avaient participé à cette compétition ainsi que des aventuriers venus de loin avaient également pu facilement éliminer leur adversaire. Le plus impressionnant de tous était probablement l’homme asiatique, Zebran Brutus. Eh bien, il avait l’air asiatique, mais il était peut-être originaire de cette planète. Ce n’était pas comme si, en voyageant, nous n’avions pas vu de personnes avec une couleur de peau ou d’yeux différents. Dans ce monde, l’idée de haïr votre espèce à cause d’une différence mineure comme celle-là était ridicule au-delà de toute mesure, mais les humains de la Terre… eh bien, cela aurait pu être un cas complètement différent. Quant aux dragons, ils avaient simplement une mauvaise affinité avec d’autres dragons d’une couleur d’écailles opposées et quant aux écailles noires, plutôt que détestées, on les craignait quant au fait qu’ils pouvaient invoquer des monstruosités impies venant des profondeurs de l’Enfer.

Quoi qu’il en soit, cet homme, Zebran, il ressemblait à une vraie bête, mais je pouvais aussi sentir un flux subtil d’énergie magique autour de lui. Il était fort, mais je ne pouvais pas dire exactement à quel point il était puissant. Il y avait de fortes chances que ce Zebran soit un Éveillé étranger engagé par le Royaume des Dix Épées ou peut-être un représentant d’une autre nation ? Ce que je savais avec certitude, c’est que ce royaume n’avait pas d’humains éveillés.

Avec autant de participants présents, il était naturel qu’il y ait une deuxième journée de tournoi pour cette première partie. En fait, Kalderan avait estimé que cela pourrait prendre jusqu’à quatre jours pour tous les combats. Ainsi, une fois la journée terminée, nous étions retournés à notre auberge, où nous avions célébré nos victoires avec un repas sain et une bonne boisson. Coshun était allé parler à Ildea après l’avoir vue soupirer d’inquiétude, et j’étais sorti pour prendre l’air. La nuit était jolie et la ville était paisible, du moins, il semblerait.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire