100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 122 – Partie 1

***

Chapitre 122 : L’entraînement de Seryanna et la capitale des elfes

Partie 1

***Point de vue de Seryanna***

Le sang sur mon épée des monstres qui menaçaient les citoyens d’Amir’Dalla, avait été nettoyé d’un seul coup dans l’air. Kataryna l’avait juste gelé et avait ensuite brisé la glace.

« Il n’était pas si difficile de les tuer. » Dis-je en regardant le champ de bataille.

Les soldats et les aventuriers pleuraient tous de joie d’avoir gagné contre ces monstres. Il y avait aussi ceux qui ne pouvaient pas célébrer parce qu’ils étaient trop tristes d’avoir perdu des amis et de la famille dans cette tragique bataille. C’était un spectacle assez similaire à celui de la victoire de la guerre contre Draejan. Cependant, cette fois, au lieu de regarder les corps de draconiens induits en erreur, je regardais les restes des créatures corrompues par la magie.

En en jetant un sur le côté, j’avais regardé ses caractéristiques. Une main était plus grosse que l’autre, elle avait une paire d’yeux secondaire poussant au sommet de sa tête, une queue qui se fendait en deux à la fin, et des pointes sortant de son dos, déchirant sa chair. Des blessures béantes sur son corps, du sang noir suintait comme un vil poison qui voulait se répandre et contaminer la terre.

« Ce sont des monstres corrompus, n’est-ce pas ? » Fis-je remarquer en regardant Kataryna.

Elle fronça les sourcils et reporta son attention sur la créature en face de moi.

« Oui, mais... pourquoi autant ? » se demanda-t-elle.

J’avais regardé vers le champ de bataille et je n’avais pas pu m’empêcher de me demander si les elfes avaient été confrontés à des vagues similaires de monstres année après année. Il était rare de voir ces nombreuses bêtes différentes se rassembler pour lancer une attaque, mais ce n’était pas si étrange que ce soit des créatures corrompues. Après tout, lorsque l’énergie magique débordait du noyau d’un monstre, cela commencerait le processus de transformation en ces créatures grotesques ou, s’il leur arrivait de survivre et d’être compatibles avec ce changement artificiel, elles deviendraient des créatures beaucoup plus puissantes que leurs homologues normaux.

Le problème avec ces monstres corrompus était qu’ils n’agissaient pas comme n’importe quelle autre bête. Ils ne s’enfuyaient pas quand ils étaient blessés et ils ne refusaient pas de se rassembler avec des créatures différentes d’eux.

En d’autres termes, les moutons et les loups étaient des prédateurs et des proies dans la nature, mais leurs versions corrompues étaient des alliés qui visaient à atteindre la même chose, à savoir chasser et tuer toute créature non corrompue, en particulier les créatures bipèdes comme les draconiens et les humains. Certains pensaient que plus un individu était intelligent, plus il avait de chances d’être ciblé. Le raisonnement derrière cela était le fait que ceux qui avaient une haute intelligence possédaient également une réserve d’énergie magique élevée, ce qui était un régal attrayant pour ces créatures corrompues affamées.

Lorsque nous avions nettoyé la zone, nous nous étions assurés de tuer tous les corrompus, mais nous en avions également repéré des normaux. Ils étaient probablement en train de retourner où il était jusqu’à présent avec un très faible degré de corruption. Nous les avions tués aussi juste pour être sûres.

Après avoir quitté le champ de bataille, nous étions retournés auprès de Son Altesse, qui semblait prendre une tasse de thé avec la duchesse Desterus. Notre rapport était court, mais nous avions inclus nos soupçons qu’un nombre aussi élevé de créatures corrompues n’était pas normal. Nous avions suggéré que les autorités locales patrouillent plus souvent dans les environs et tentent de réduire le plus possible leur nombre à moins qu’elles ne souhaitent être confrontées à une deuxième vague.

Mes paroles semblaient avoir déclenché un soupçon d’inquiétude dans le regard de la duchesse, cependant, il restait à voir si les elfes prenaient nos paroles au sérieux ou non. C’était leur terre, leurs citoyens, leur responsabilité, après tout.

Notre séjour à Amir’Dalla avait été court. Pour moi, cela s’était passé en un clin d’œil, mais Tanarotte était apparemment assez occupée alors qu’elle faisait le tour des tavernes pour recueillir des informations pour Son Altesse. Il y avait des affaires sur lesquelles elle voulait des détails plus précis. L’Empire Anui’Yahna n’était pas aussi stable qu’il y paraissait. Au contraire, le nombre actuel de factions était assez inquiétant, d’autant plus que toutes se battaient pour le contrôle de l’empire.

Même si je ne souhaitais pas prêter attention aux discours des nobles, mon ouïe sensible captait toujours leurs chuchotements. Ils n’étaient pas satisfaits de la façon dont ils étaient traités par la princesse et ils avaient expliqué comment ils pourraient essayer de l’utiliser pour leurs propres avantages. Ils la voyaient comme une enfant, quelqu’un qu’ils pouvaient contrôler ou une étrangère qui n’était pas aussi sage qu’eux. Ils ne savaient pas que Son Altesse était déjà consciente de leurs pensées sales. Elle les conduisait simplement par le nez jusqu’à ce qu’elle obtienne ce qu’elle voulait d’eux et leur montrait ensuite pourquoi ils ne devraient pas jouer avec une dragonne aux écailles dorées.

Si l’un de ces idiots essayait de nous menacer par la force, eh bien... je les invitais à essayer, je ne savais toujours pas comment faire des coups extrêmement précis. Les conseils de Kataryna étaient bons, mais il me restait encore un long chemin à parcourir avant de pouvoir faire de même. Pour mon propre processus d’apprentissage, une cible vivante pourrait être considérée comme idéale.

L’idée de créer un nouvel ensemble de compétences pour moi-même était, sans aucun doute, tentante, mais... à moins que je ne surmonte ma faiblesse actuelle, quel que soit le nouveau mouvement que je proposerais, je ne pourrais pas montrer son véritable potentiel.

Plus tard dans la nuit, au lieu de m’endormir de bonne heure, je m'étais envolée dans la forêt et j’avais commencé à m’entraîner sur certains des arbres. La dureté de l’écorce des arbres sur le continent elfe pâlissait par rapport à celle du continent Dragon, où les individus de faible puissance ne pouvaient même pas laisser une égratignure dessus. En d’autres termes, ces arbres étaient parfaits pour moi qui manquais de contrôle et de précision.

Avec un esprit concentré et une simple épée dans mes mains, j’avais visé les arbres devant moi et j’avais effectué des coups. Une Éveillée supérieure pouvait ne pas dormir pendant des jours, et l’armure qu’Alkelios m’avait donnée avait également des enchantements magiques qui aidaient à restaurer ma fatigue.

« Gauche. Droite. Haut. Gauche. Droite. Retour. Coup oblique verticale. Diagonale. Demi-tour. Trancher. Esquiver à gauche. Revenir en arrière. Coup de queue.. Coup de poing. Saisir. Poignarder. Poignarder. Poignarder. Couper. Trancher. Saisir... »

Chaque fois que je frappais, je disais ce que je visais. Au début, pour éviter d’endommager les arbres, je m'étais tenue à distance d’eux, puis, quand je m'étais sentie prête, je m'étais approchée. La raison pour laquelle j’avais fait cela était parce que j’espérais sentir la poussée de l’écorce contre ma lame lorsque je l’avais frappée. Ainsi, s’habituer d’abord à couper l’air était crucial pour moi.

Même ainsi, je sentais à peine la réponse des arbres, et mes coupes étaient... chaotiques. Parfois, elles étaient trop profondes, parfois trop peu profondes. Les coups créaient toujours une onde de choc à la fin, et peu importe à quel point j’essayais de contrôler ma force, j’avais l’impression que je ne pouvais pas l’éviter.

Au moment où Nocturnia et Nocturnis quittèrent le ciel nocturne et que Gaias brillait au bord de l’horizon, j’avais abattu suffisamment d’arbres autour de moi pour faire une prairie. Certains d’entre eux, malheureusement, avaient été effacés de ces terres à cause de ma colère face à mon propre échec.

En poussant un soupir, je rengainai mon épée qui, bien qu’elle soit tant utilisée, n’avait même pas une seule égratignure dessus.

« Et de penser que ce noble el’doraw pensait que c’était une lame ordinaire… » Je m'étais moquée de moi, puis l’avais absorbée dans mon anneau de Stockage.

Les arbres que j’avais abattus avaient également été utilisés comme entraînement, car je les avais tous transformés en bois pour le feu ou... en cure-dents.

« Je me rapproche... je peux le sentir. » Dis-je en regardant ma main, puis je la serrai en un poing.

J’étais déterminée à maîtriser ma force et ma vitesse.

De retour en ville, tout le monde était déjà debout. J’avais pris le petit-déjeuner avec eux, puis nous étions partis d’Amir’Dalla. Sur le chemin de la capitale, au lieu de m’asseoir dans la voiture, j’avais demandé à Son Altesse de me laisser me tenir au front avec les principaux soldats, pour que je puisse continuer mon entraînement. Elle avait accepté et je l’avais remerciée avec un sourire heureux sur mon visage.

Il n’y avait pas beaucoup de monstres sur le chemin, mais j’avais abattu chacun d’entre eux. Certains d’entre eux avaient été coupés en deux à cause de mes attaques, tandis que d’autres avaient souffert misérablement jusqu’à ce que je leur porte le coup final. À un moment donné, un serpent m’avait sautée dessus des buissons et par instinct, je l’avais frappé. La créature a éclaté dans un désordre de sang et de tripes, ce qui avait en quelque sorte effrayé les soldats.

Parce que tout le convoi se déplaçait trop lentement à mon goût, j’avais sorti mon épée normale et j’avais avancé tout en coupant en avant. Les mouvements étaient minimes et simplistes, mais si j’y ajoutais trop de force, je m’éloignais trop du convoi. Si je frappais trop lentement, les soldats derrière moi me rattrapaient. C’était un jeu amusant, mais les soldats étaient un peu déconcertés par mes actions. Peut-être était-ce parce que j’avais accidentellement coupé un arbre en deux lorsque j’avais éternué au milieu d’un coup ?

À un moment donné, j’avais vu Kataryna prendre son envol vers le ciel, puis la température avait chuté. Quand j’avais suivi la dragonne du regard, je l’avais vue pratiquer ses attaques au milieu des airs, créer des pointes de glace avec de la magie puis se précipiter après elles pour les couper avec son épée. Je ne pouvais pas faire cela avec mes sorts de feu, et il y avait presque 60 % de chances, sinon plus, de manquer.

Lorsque nous étions finalement arrivés à El’Damaran, la capitale de l’Empire Anui’Yahna, j’avais rengainé mon épée et étais retournée aux côtés de ma princesse. Pour une raison inconnue, les soldats avaient poussé un soupir de soulagement en me voyant rentrer. Étais-je si intimidante ? Je pratiquais juste l’épée de base en tuant des monstres de temps en temps. Il n’y avait pas eu de mort accidentelle, car même les bandits n’étaient pas assez stupides pour attaquer un convoi entièrement armé comme celui-ci, cependant, j’avais senti que plusieurs d’entre eux nous fuyaient aussi vite que leurs jambes pouvaient les porter. Je n'avais pas ressenti le besoin de leur donner une chance à ce moment-là.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Pauvre seryanna esperons pour akileos qu'elle apprendras le contrôle

Laisser un commentaire