100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 121 – Partie 2

***

Chapitre 121 : La princesse Elleyzabelle fait confiance à ses chevaliers royaux

Partie 2

Pour les elfes, cette information était probablement quelque chose d’incroyable, cependant, même s’ils en prenaient maintenant conscience, il y avait une grande différence entre ceux qui pouvaient atteindre le statut d’Éveillé supérieur et ceux qui échouaient malgré tous leurs efforts. Kataryna m’avait dit que la raison derrière cela était la façon dont ils voyaient le monde. Alors que les individus normaux voyaient les règles de la société et le bon sens dictés par la majorité, les Éveillés supérieurs pouvaient voir au-delà de cela et changer les valeurs du bon sens tout en le niant.

Après tout, combien de guerriers s’arrêteraient pour penser à leur efficacité lorsqu’ils combattaient alors qu’en réalité très peu pouvaient les vaincre même avec cette efficacité ? Le bon sens voudrait que Seryanna soit une chevalière extrêmement douée en matière de contrôle et de pouvoir, c’était juste qu’il était normal d’appliquer parfois un peu trop de force dans ses attaques, cependant, tant pour Kataryna que pour elle, cette idée était fausse.

Le bon sens voudrait également qu’une dragonne non éveillée ne puisse jamais vaincre un chevalier dragon éveillé, mais Seryanna l’avait fait maintes et maintes fois. Quant à son mari, le héros de notre royaume Alkelios, eh bien… il avait brisé le bon sens rien qu’en existant.

Les deux guerrières étaient revenues dès qu’elles avaient fini de tuer la grande majorité des monstres des environs. Contrairement à avant, la duchesse me rejoignit maintenant pour une tasse de thé relaxante, tandis que les soldats attendaient patiemment que la situation revienne à la normale.

Les habitants d’Amir’Dalla connaissaient les actes courageux de mes Chevaliers et ils nous avaient tous accueillis à bras ouverts. Ils étaient à tous les coups effrayés de la possibilité que l’arbre cyclope ravage leurs précieuses maisons.

Quand nous étions entrés dans la ville, j’avais jeté un coup d’œil à travers les fentes entre les rideaux des fenêtres et j’avais vu qu’il y avait pas mal d’humains ici, du moins sur les zones extérieures. Dès que nous avions atteint les zones nobles, leur nombre s’était réduit à une poignée.

Il n’y avait pas de procession d’accueil pour nous, pas de barde pour annoncer notre arrivée, pas de rassemblement de nobles pour chanter nos noms, et cela nous avait beaucoup plu.

Dès que nous étions arrivés à l’auberge, j’avais ordonné aux serviteurs de me préparer un bain, puis j’avais dit à la duchesse Desterus que j’accueillerais tous les invités une fois mes préparatifs terminés. Un repas ne paraissait pas trop mal non plus, mais j’avais précisé que je ne souhaitais pas être dérangée pendant cette période.

Quelques nobles locaux, y compris le seigneur gouvernant la ville, avaient saisi cette occasion pour me rencontrer et m’avaient invitée dans leurs manoirs pour prendre du thé et des gâteaux. J’avais refusé, car je ne trouvais pas cela approprié. En tant que représentante politique d’une nation étrangère, je détenais un grand pouvoir aux yeux des nobles locaux, cependant, j’avais encore trop peu de connaissances sur ces terres et je ne savais pas encore quel genre de jeux politiques étaient concoctés dans le pays. Contexte.

Il y avait un dicton qui disait quelque chose comme ceci : il y a un millier de serpents dans le pot, mais une seule souris portant une peau de serpent. Le fait que la souris puisse s’enfuir ou non en lieu sûr dépend de sa capacité à savoir quand les serpents vont frapper.

D’ailleurs, la duchesse Desterus était l’une des plus splendides compagnes qui pouvaient lentement m’apprendre les choses que je souhaitais savoir. C’était la raison pour laquelle, pour ce soir seulement, au lieu de discuter des diverses opportunités commerciales qui pourraient se former entre nos nations, nous avions discuté du réseau politique au sein de l’empire Anui'Yahna, au moins, au point où un étranger comme moi était autorisé à le savoir.

Au moment où notre petite conversation avait pris fin, j’avais appris qu’il y avait au moins sept factions politiques différentes au sein de l’empire, toutes essayent d’obtenir des choses différentes, des territoires et de l’approbation de nouvelles lois au droit de commander des armées et la libération de certains prisonniers. En effet, il y avait de nombreuses intrigues politiques en cours, et elles étaient naturelles à se former étant donné la durée de vie des elfes.

Parmi les factions, les impérialistes, les militants et les traditionalistes étaient les plus puissants et les plus bruyants pour exprimer leurs désirs. Le premier était fidèle à la famille impériale, et ils avaient essayé d’augmenter encore plus leur pouvoir. La deuxième faction était formée de trois des généraux qui protégeaient l’Empire, et ils voyaient l’arrivée des Héros humains comme une sorte d’invasion contre laquelle ils devaient agir avec la plus grande rapidité. Ces derniers étaient ceux qui croyaient aux anciennes méthodes des elfes et exigeaient que toutes les nouvelles choses soient soumises à un examen laborieux qui déterminerait si une nouvelle technologie ou même un type de nourriture était digne de la gloire de l’empire.

Ce n’était que les quelques détails que la duchesse m’offrait, mais c’était plus que suffisant pour reconstituer une image claire de leurs batailles politiques.

En substance, les impérialistes étaient similaires au parti royaliste d’Albeyater. Ils essayaient de faire appliquer et de renforcer le pouvoir du dirigeant au point que personne d’autre n’avait son mot à dire en la matière. Ils étaient obstinés et farouchement loyaux, mais leur inconvénient était le fait qu’ils avaient tendance à se faire ennemis de leurs alliés possibles par leur comportement fanatique.

La faction militante était née avec le désir de transformer l’empire Anui'Yahna en une puissance militaire qui pourrait secouer le monde. C’était un rêve puissant et impressionnant à bien des points de vue, mais c’était la même chose avec celui de n’importe quel autre général à travers le monde… enfin, peut-être à l’exception de Brekkar Draketerus. Le problème avec eux résidait dans le fait qu’ils avaient tendance à mettre le personnel militaire et les civils dans le même groupe et qu’ils attendaient de ces derniers qu’ils agissent comme s’ils avaient déjà une formation militaire, ce qui était ridicule. De plus, un État militaire ne pouvait que signifier de mauvaises nouvelles. Personne ne voulait négocier des accords commerciaux avec eux parce que vous ne saviez jamais quand ils riposteraient avec la puissance militaire que vos ressources avaient contribué à construire.

Pendant ce temps, les traditionalistes étaient comme un groupe de loups enragés qui sautaient sur le mouton le plus proche, pensant pouvoir l’abattre, et dans le processus oubliant le fait qu’ils étaient une proie et non un prédateur. S’ils étaient quelque chose de semblable aux traditionalistes d’Albeyater et d’autres royaumes draconiens, alors ils étaient certainement un groupe qui voulait maintenir un statu quo en ce qui concerne le développement de doctrines militaires, de doctrines politiques et de réformes. Ils abhorraient le changement tout autant qu’un mouton corromprait la viande de loup.

Bien que toutes ces factions aient vu leur nation changer d’une manière différente, elles avaient toutes des opinions extrémistes qui finiraient par conduire à son effondrement. Un bon pays avait un peu de tout, des traditions dont il ne pouvait se séparer, un désir de prospérer et d’accueillir le nouveau, une loyauté envers le pouvoir dirigeant et une population qui ne faisait pas de discrimination.

Cependant, ignorer les factions plus petites et plus faibles dans une guerre politique pourrait être désastreux. Après tout, vous ne saviez pas quand les petits vous réprimeraient et vous avaleraient en entier. Une nouvelle faction pouvait devenir trop puissante à contrôler à un moment donné, ils attendaient tous juste une bonne occasion de le faire.

En fin de compte, j’avais pu voir que l’Empire Anui’Yahna avait beaucoup de choses à offrir aux dragons et aux dragons d’Albeyater, non seulement sous forme de marchandise, mais aussi de culture et d’art. Ce qui m’inquiétait, cependant, c’était que tout au long de toutes nos discussions jusqu’à présent, la duchesse Desterus Alve'Yahna n’avait même jamais fait allusion à la possibilité que je puisse rencontrer l’impératrice actuelle, et au mieux serait accueillie par le héros humain Xardun Overtur.

Y a-t-il une certaine raison pour laquelle Sa Majesté refuserait de me rencontrer ? m’étais-je demandée en levant les yeux vers le plafond de ma chambre, alors que je m’allongeais confortablement dans mon lit, prête à me laisser sombrer dans un profond sommeil.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le travail. Il y a une lettre en trop ici : En substance, les impérialistes étaient similaires au parti royaliste d’Albeyater. Ils essayaient de faire appliquer et de renforcer le pouvoir ''dur'' dirigeant.
    Quelqu'un depuis un PC peut l'indiquer ?

Laisser un commentaire