100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 109 – Partie 1

***

Chapitre 109 : De quelle manière les autres la voyaient

Partie 1

***Point de vue d’Alkelios*** 

D’une manière ou d’une autre, j’ai fini par rencontrer le prince et la princesse réfugiés de l’empire Akutan, tout en trouvant le plus important ingrédient alchimique : l’orange !

Pour couronner le tout, il y avait un autre ingrédient sur lequel j’avais réussi à mettre la main dessus, c’était une goutte de sang humain royal, et vous ne pourriez pas obtenir plus royal que l’ancienne famille impériale Akutan. Sans oublier le fait que la princesse Ildea était également une donneuse potentielle de sang.

Les autres ingrédients dont j’avais besoin pour préparer la potion contre les larmes de Lumenos, Lumenya et Nocturnia, qui était un remède contre le poison de la mort divine, étaient les suivants : Les larmes de joie de la reine elfe, une dent de bébé d’un Relliar royal, l’alliage Celestium-Zaradin imprégnée de la magie ancienne des nains et la poudre d’os de la corne d’un wyrm squelettique.

J’avais déjà l’orange à partir de laquelle je pouvais extraire du jus d’orange. Les écailles des dragons supérieurs de la flamme, de la glace, de la lumière, des ténèbres, de la Terre et de l’Autorité pourraient être obtenues via moi, Seryanna, Sa Majesté et, si nécessaire, d’autres dragons ou dragonnes. Les feuilles de plantes Soigne-Tout et l’Eau enchantée étaient à ma disposition 32/7.

La dent, la poussière d’alliage et les larmes de la reine pourraient probablement être obtenues par Sa Majesté s’il envoyait une délégation dans leurs pays d’origine. Je me souviens d’espérer qu’ils parviendraient d’une manière ou d’une autre à obtenir ces ingrédients cruciaux, car la prochaine fois que je rencontrerai la reine Elliessara, je devais être sûr d’avoir le remède avec moi.

Il ne lui restait plus beaucoup de temps, mais comme Dieu m’avait dit qu’il était acceptable d’aller tranquillement vers le continent des Dragons, je ne pouvais que deviner que Sa Majesté n’était pas en danger imminent de devenir une liche déchaînée. D’après ce que j’avais pu voir, s’il m’était arrivé de me précipiter à ses côtés, j’aurais fini par rater la rencontre de nouveaux amis et même de trouver Coshun.

Tous ces événements étaient tombés dans le creux de ma main avec une précision mécanique et à une vitesse que je pouvais à peine suivre.

« Qu’est-ce que vous allez faire tous les deux maintenant ? » avais-je demandé à Amadeus.

Le garçon leva les yeux vers moi puis revint vers sa petite sœur. On pouvait lire ses inquiétudes et ses peurs sur son visage. Il ne pouvait en aucun cas continuer à agir comme avant, et le fait qu’ils soient de sang royal d’Akutan et d’aspect assez différent de celui des humains de cette partie du continent en faisait une cible de discrimination. Ils avaient tous deux de jolies caractéristiques qui en faisaient une cible pour les chasseurs d’esclaves au marché noir comme ceux de la Compagnie Noire.

Certes, il était illégal de vendre des esclaves de sang noble et royal, mais ce n’était que si les autorités le découvraient. Le seul moyen pour que cela arrive serait qu’il y ait des espions Akutan ou des diplomates étrangers dans le royaume des dix épées qui pourraient les identifier et ensuite envoyer un rapport à l’empire.

Pour être honnête, je ne pensais pas que c’était si difficile de cacher quelqu’un pendant une longue période ou même toute sa vie dans ce genre de pays avec ce niveau de technologie. En outre, les espions et les diplomates devraient également reconnaître les deux comme membres de la royauté pour pouvoir agir.

Là encore, il y avait un destin bien plus terrible qui pouvait les attendre dans ces bidonvilles même s’ils ne finissaient jamais en esclavage. Les personnes qui habitent ici pouvaient les percevoir comme de la main-d’œuvre bon marché et un support pour les criminels. Il y avait aussi ceux qui les regardaient de manière bien plus sinistre.

« Nous allons probablement essayer de trouver un travail et… survivre. » Répondit Amadeus avec un sourire ironique.

« Mais tant que nous sommes ensemble, nous pourrons tout parcourir. Je suis en bonne santé maintenant, alors aucun défi n’est trop petit et aucun paradis n’est trop haut. » Déclara Drumora en jetant un regard confiant à son frère.

Ces frères et sœurs avaient vécu des moments difficiles, il était donc normal qu’ils pensent continuer à vivre ainsi jusqu’à ce qu’ils trouvent leur place dans le monde.

« Oh, j’espère que tu ne penses pas ce à que je pense, » Kalderan plissa les yeux au moment même où il me vit me frotter le menton.

Je lui avais fait un sourire malicieux puis m’étais tourné vers les deux enfants et leur avais demandé : « Que diriez-vous si je vous offrais la possibilité de voyager avec nous ? »

Amadeus n’avait pas hésité une seconde à répondre « Nous accepterons ! »

« Hm ? Drumora, ressentez-vous la même chose ? » lui avais-je demandé.

Elle répondit d’un signe de tête « Oui, nous vous avons donné notre précieuse orange, symbole de notre famille impériale. Vous avez également fait preuve de générosité et de gentillesse, alors voyager avec vous ne nous mettra pas mal à l’aise. »

« Mais vous venez de nous rencontrer, comment pouvez-vous nous faire confiance comme ça ? » Demanda Kalderan en fronçant les sourcils.

« Parce qu’il y a moins de chance que quelque chose de grave nous arrive en voyageant avec vous qu’en restant dans ces bidonvilles. Au moins comme cela, nous aurons une chance d’avoir un meilleur avenir. » Expliqua Drumora.

« C’est comme elle dit. » Acquiesça Amadeus.

« Dans ce cas, bienvenue dans notre groupe, Amadeus et Drumora ! » Leur dis-je avec un grand sourire.

« « Oui, heureux d’en faire partie ! » » Répondirent-ils en même temps.

« Je jure que si quelqu’un commence à chanter cette chanson idiote à propos d’être le meilleur et tout le reste, je vais faire volte-face ! » Murmura Kalderan.

« Ne t’inquiète pas, je ne vais pas tous les attraper ! » Je lui avais montré un pouce levé.

« Les princes et les princesses ne sont pas des objets de collection ! » Répondit-il, et je ris.

Puisque nous ne pouvions plus permettre à nos nouveaux compagnons de rester dans cet endroit minable, j’avais décidé que ce serait pour le mieux si nous les amenions à notre auberge, où ils pourraient obtenir un bon repas et prendre un bon bain. S’ils ne nous prêtaient pas la baignoire, je retirerais simplement celle que j’avais dans mon inventaire.

Nous n’avions pas de vêtements pour les enfants, donc Drumora portait quelque chose que nous avions pour Ildea, tandis que Kalderan prêtait une partie de ses affaires à Amadeus. J’étais un peu trop gros pour prêter mes propres vêtements, mais je leur avais donné à la fois des armures de cuir sur lesquelles se trouvait un ajustement de la taille, ainsi qu’un poignard pour la légitime défense. Leur regard quand ils entendirent quel genre d’articles ils avaient reçu était inestimable.

Je commençais à apprécier le sentiment de choquer tout le monde, peut-être n’était-ce pas une si mauvaise idée de briser le bon sens de tout le monde ? Surtout si ce n’était pas quelque chose que je faisais trop souvent ?

Malheureusement, il semblait que tout ce que je faisais sur ce continent était pour eux quelque chose d’extraordinaire, allant de mes compétences les plus élémentaires aux herbes les plus simples que j’avais extraites de ma compétence Trou Noir.

Peut-être que je n’avais tout simplement plus de sens commun. Je savais que j’avais un rôle politique important à présent, mais je ne pouvais pas dire que j’étais bien conscient de la valeur de mon travail ou de mes services.

Notre prochain arrêt serait à la cité commerciale Grinjar. C’était donc un bon endroit pour commencer à vérifier la valeur marchande de certaines de mes affaires. Tout ce que j’avais à faire, c’était de parcourir différentes choses, puis d’échanger un ou deux objets de ma collection d’objets indésirables.

Nous étions partis tôt le matin pour la ville de Mathias, lorsque le petit-déjeuner était encore servi. De toute façon, la nourriture n’était pas si bonne, alors nous avions tous convenu que ce serait mieux si je cuisinais quelque chose avec ce que Kalderan avait chassé la dernière fois. Ildea et Risha étaient toutes les deux très désireuses de m’aider, alors que Coshun choisissait de s’entraîner avec Kalderan.

C’était intéressant de voir le grand dragon se retenir contre lui, d’autant plus que les statistiques et la différence de niveau entre eux étaient assez énormes. Cela ne le dérangeait pas cependant, et pendant la durée de notre petit-déjeuner et un peu plus après, ils avaient continué à parler de stratégies et de choses à utiliser pour combattre des adversaires aussi différents les uns des autres.

De temps en temps, je voyais aussi Ildea marcher vers Coshun et entamer une conversation informelle avec lui. Elle avait surtout demandé comment était la royauté du dragon et comment tout le monde le traitait. Elle avait été surprise lorsqu’elle a entendu dire qu’il était un fils adoptif. Elle n’avait jamais imaginé qu’il y aurait un roi qui ferait quelque chose comme ça.

Coshun avait ensuite été contraint d’expliquer la valeur de nos écailles et la façon dont les écailles dorées étaient incroyablement rares et signifiaient pour la plupart des dragons le droit de diriger. À Albeyater, pour l’instant, ce droit était réservé à la famille royale, car ils étaient les seuls à les avoir, mais Embryger en avait quelques-uns parmi les nobles et même certains roturiers.

La couleur des écailles était déterminée par la mentalité et l’âme de l’individu non éveillé, alors que sa lignée n’avait que peu, voire aucune influence. La famille Seyendraugher avait eu la chance de voir tous ses membres nés avec un désir naturel de diriger, ce qui leur avait permis de manifester cette couleur d’écailles.

En arrivant à Grinjar, nous nous étions retrouvés coincés dans une longue file de calèches et de marchands venus des quatre coins du royaume des Dix Épées. En soi, cela nous disait à quel point cet endroit était important, ce qui signifiait également que le marché ici était parfait pour moi afin de déterminer les prix les plus raisonnables de divers produits et marchandises. Les commerçants qui souhaitaient vendre leurs produits ici ne risquaient pas de manquer.

Nous n’avions eu aucun incident pendant que nous attendions, mais cela avait donné à tous les autres l’occasion de se parler et de mieux se connaître. J’étais resté silencieux la plupart du temps, car j’avais choisi de passer ce temps à jouer avec Tamara. En utilisant ma compétence le Pape, j’avais pu créer un petit faisceau de lumière faible qui se concentrait à un endroit, en d’autres termes, un laser de pointage.

Au moment où Tamara l’avait vu, ses oreilles s’étaient redressées, sa queue s’était agitée en l’air, ses pupilles s’étaient rétrécies et ses moustaches s’étaient contractées. La chasse était lancée et je prenais beaucoup de plaisir à l’envoyer à gauche et à droite pour poursuivre ce point rouge vif.

Les enfants qui l’avaient vue étaient amusés, alors que les adultes la trouvaient disgracieuse. Pour moi, c’était juste un moment de lien avec mon amie féline. Pour être honnête, elle dégageait le sentiment d’être plus un chat qu’une personne, ce qui était étrange.

Quand j’étais arrivé à Albeyater et que j’avais entendu des gens parler des Relliars, j’imaginais souvent des humains anthropomorphes possédant les caractéristiques des animaux, et non des animaux possédant des caractéristiques humaines.

Il m’était également arrivé de voir un esclave relliar attendant avec son maître, mais il ne m’avait pas donné l’impression d’un chat et le point rouge ne l’intéressait pas du tout, ce qui m’avait fait me demander si Tamara était un chat très spécial ?

À la fin, nous avions réussi à entrer dans Grinjar sans aucun problème, mais il était déjà midi, alors nous étions allés chercher quelque chose à manger dans une taverne. Nous avions dû nous asseoir à une table plus isolée parce que nous voulions manger avec nos esclaves. Coshun avait offert de sauter ce repas et Tamara aussi. Ils ne voulaient pas nous causer de problèmes, mais je n’accepterais pas cela.

Ildea refusa également l’idée, alors que Risha avait un air dangereux autour d’elle. Elle souriait au serveur alors qu’elle tapait des doigts sur la poignée de son poignard.

Je suppose que nous avions eu de la chance que le petit argument ne dégénère pas.

Malgré tout, je devais admettre que les regards des gens autour de nous pouvaient être malaisants et je commençais à penser que manger au grand air comme ça n’était après tout pas une idée si brillante. J’étais honnêtement inquiet qu’ils puissent essayer de se battre avec eux quand je ne regardais pas. Coshun n’était pas quelqu’un qui m’inquiétait dans cette affaire. C’était un puissant guerrier dragon qui avait servi sur le champ de bataille et avait même été reconnu par ce vieil obstiné Brekkar Draketerus. Cependant, Tamara n’était qu’un pauvre chaton qui pouvait facilement devenir une proie pour certains méchants individus. Après tout, il suffisait d’utiliser un laser de pointage ou une pelote de laine pour attirer son attention.

Ceci étant dit, Kalderan remarqua mon inquiétude et me donna un coup de coude dans les côtes.

« Guha ~ ! » J’avais toussé.

« Quelque chose ne va pas ? » Demanda Ildea un peu inquiétante.

« Non, l’air vient de sortir de mes poumons, c’est tout. » Répondis-je puis fixai l’homme qui prétendait que rien ne s’était passé.

C’était peut-être sa façon de dire que j’étais stressé pour rien.

Je pourrais le réprimander, cependant. Je m’inquiétais pour leur sécurité et au fond de mon cœur, je ne pensais pas vraiment qu’ils pourraient se prendre en charge sans que je sois là pour les aider.

En réfléchissant à cela, j’avais réalisé quelque chose d’assez choquant.

Oh, par les dieux ! J’agis comme un grand-père surprotecteur avec eux ! J’avais réfléchi et fait de mon mieux pour leur cacher mon choc.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    J'ai l’impression que l'auteur adore jouer avec son chat avec un pointeur Laser.

  2. 🎤🎵Po-ke-mon 🎵
    Merci pour le chapitre.
    🎵Attrapé les TOUS!🎵

Laisser un commentaire