100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 109

***

Chapitre 109 : De quelle manière les autres la voyaient

***

Chapitre 109 : De quelle manière les autres la voyaient

Partie 1

***Point de vue d’Alkelios*** 

D’une manière ou d’une autre, j’ai fini par rencontrer le prince et la princesse réfugiés de l’empire Akutan, tout en trouvant le plus important ingrédient alchimique : l’orange !

Pour couronner le tout, il y avait un autre ingrédient sur lequel j’avais réussi à mettre la main dessus, c’était une goutte de sang humain royal, et vous ne pourriez pas obtenir plus royal que l’ancienne famille impériale Akutan. Sans oublier le fait que la princesse Ildea était également une donneuse potentielle de sang.

Les autres ingrédients dont j’avais besoin pour préparer la potion contre les larmes de Lumenos, Lumenya et Nocturnia, qui était un remède contre le poison de la mort divine, étaient les suivants : Les larmes de joie de la reine elfe, une dent de bébé d’un Relliar royal, l’alliage Celestium-Zaradin imprégnée de la magie ancienne des nains et la poudre d’os de la corne d’un wyrm squelettique.

J’avais déjà l’orange à partir de laquelle je pouvais extraire du jus d’orange. Les écailles des dragons supérieurs de la flamme, de la glace, de la lumière, des ténèbres, de la Terre et de l’Autorité pourraient être obtenues via moi, Seryanna, Sa Majesté et, si nécessaire, d’autres dragons ou dragonnes. Les feuilles de plantes Soigne-Tout et l’Eau enchantée étaient à ma disposition 32/7.

La dent, la poussière d’alliage et les larmes de la reine pourraient probablement être obtenues par Sa Majesté s’il envoyait une délégation dans leurs pays d’origine. Je me souviens d’espérer qu’ils parviendraient d’une manière ou d’une autre à obtenir ces ingrédients cruciaux, car la prochaine fois que je rencontrerai la reine Elliessara, je devais être sûr d’avoir le remède avec moi.

Il ne lui restait plus beaucoup de temps, mais comme Dieu m’avait dit qu’il était acceptable d’aller tranquillement vers le continent des Dragons, je ne pouvais que deviner que Sa Majesté n’était pas en danger imminent de devenir une liche déchaînée. D’après ce que j’avais pu voir, s’il m’était arrivé de me précipiter à ses côtés, j’aurais fini par rater la rencontre de nouveaux amis et même de trouver Coshun.

Tous ces événements étaient tombés dans le creux de ma main avec une précision mécanique et à une vitesse que je pouvais à peine suivre.

« Qu’est-ce que vous allez faire tous les deux maintenant ? » avais-je demandé à Amadeus.

Le garçon leva les yeux vers moi puis revint vers sa petite sœur. On pouvait lire ses inquiétudes et ses peurs sur son visage. Il ne pouvait en aucun cas continuer à agir comme avant, et le fait qu’ils soient de sang royal d’Akutan et d’aspect assez différent de celui des humains de cette partie du continent en faisait une cible de discrimination. Ils avaient tous deux de jolies caractéristiques qui en faisaient une cible pour les chasseurs d’esclaves au marché noir comme ceux de la Compagnie Noire.

Certes, il était illégal de vendre des esclaves de sang noble et royal, mais ce n’était que si les autorités le découvraient. Le seul moyen pour que cela arrive serait qu’il y ait des espions Akutan ou des diplomates étrangers dans le royaume des dix épées qui pourraient les identifier et ensuite envoyer un rapport à l’empire.

Pour être honnête, je ne pensais pas que c’était si difficile de cacher quelqu’un pendant une longue période ou même toute sa vie dans ce genre de pays avec ce niveau de technologie. En outre, les espions et les diplomates devraient également reconnaître les deux comme membres de la royauté pour pouvoir agir.

Là encore, il y avait un destin bien plus terrible qui pouvait les attendre dans ces bidonvilles même s’ils ne finissaient jamais en esclavage. Les personnes qui habitent ici pouvaient les percevoir comme de la main-d’œuvre bon marché et un support pour les criminels. Il y avait aussi ceux qui les regardaient de manière bien plus sinistre.

« Nous allons probablement essayer de trouver un travail et… survivre. » Répondit Amadeus avec un sourire ironique.

« Mais tant que nous sommes ensemble, nous pourrons tout parcourir. Je suis en bonne santé maintenant, alors aucun défi n’est trop petit et aucun paradis n’est trop haut. » Déclara Drumora en jetant un regard confiant à son frère.

Ces frères et sœurs avaient vécu des moments difficiles, il était donc normal qu’ils pensent continuer à vivre ainsi jusqu’à ce qu’ils trouvent leur place dans le monde.

« Oh, j’espère que tu ne penses pas ce à que je pense, » Kalderan plissa les yeux au moment même où il me vit me frotter le menton.

Je lui avais fait un sourire malicieux puis m’étais tourné vers les deux enfants et leur avais demandé : « Que diriez-vous si je vous offrais la possibilité de voyager avec nous ? »

Amadeus n’avait pas hésité une seconde à répondre « Nous accepterons ! »

« Hm ? Drumora, ressentez-vous la même chose ? » lui avais-je demandé.

Elle répondit d’un signe de tête « Oui, nous vous avons donné notre précieuse orange, symbole de notre famille impériale. Vous avez également fait preuve de générosité et de gentillesse, alors voyager avec vous ne nous mettra pas mal à l’aise. »

« Mais vous venez de nous rencontrer, comment pouvez-vous nous faire confiance comme ça ? » Demanda Kalderan en fronçant les sourcils.

« Parce qu’il y a moins de chance que quelque chose de grave nous arrive en voyageant avec vous qu’en restant dans ces bidonvilles. Au moins comme cela, nous aurons une chance d’avoir un meilleur avenir. » Expliqua Drumora.

« C’est comme elle dit. » Acquiesça Amadeus.

« Dans ce cas, bienvenue dans notre groupe, Amadeus et Drumora ! » Leur dis-je avec un grand sourire.

« « Oui, heureux d’en faire partie ! » » Répondirent-ils en même temps.

« Je jure que si quelqu’un commence à chanter cette chanson idiote à propos d’être le meilleur et tout le reste, je vais faire volte-face ! » Murmura Kalderan.

« Ne t’inquiète pas, je ne vais pas tous les attraper ! » Je lui avais montré un pouce levé.

« Les princes et les princesses ne sont pas des objets de collection ! » Répondit-il, et je ris.

Puisque nous ne pouvions plus permettre à nos nouveaux compagnons de rester dans cet endroit minable, j’avais décidé que ce serait pour le mieux si nous les amenions à notre auberge, où ils pourraient obtenir un bon repas et prendre un bon bain. S’ils ne nous prêtaient pas la baignoire, je retirerais simplement celle que j’avais dans mon inventaire.

Nous n’avions pas de vêtements pour les enfants, donc Drumora portait quelque chose que nous avions pour Ildea, tandis que Kalderan prêtait une partie de ses affaires à Amadeus. J’étais un peu trop gros pour prêter mes propres vêtements, mais je leur avais donné à la fois des armures de cuir sur lesquelles se trouvait un ajustement de la taille, ainsi qu’un poignard pour la légitime défense. Leur regard quand ils entendirent quel genre d’articles ils avaient reçu était inestimable.

Je commençais à apprécier le sentiment de choquer tout le monde, peut-être n’était-ce pas une si mauvaise idée de briser le bon sens de tout le monde ? Surtout si ce n’était pas quelque chose que je faisais trop souvent ?

Malheureusement, il semblait que tout ce que je faisais sur ce continent était pour eux quelque chose d’extraordinaire, allant de mes compétences les plus élémentaires aux herbes les plus simples que j’avais extraites de ma compétence Trou Noir.

Peut-être que je n’avais tout simplement plus de sens commun. Je savais que j’avais un rôle politique important à présent, mais je ne pouvais pas dire que j’étais bien conscient de la valeur de mon travail ou de mes services.

Notre prochain arrêt serait à la cité commerciale Grinjar. C’était donc un bon endroit pour commencer à vérifier la valeur marchande de certaines de mes affaires. Tout ce que j’avais à faire, c’était de parcourir différentes choses, puis d’échanger un ou deux objets de ma collection d’objets indésirables.

Nous étions partis tôt le matin pour la ville de Mathias, lorsque le petit-déjeuner était encore servi. De toute façon, la nourriture n’était pas si bonne, alors nous avions tous convenu que ce serait mieux si je cuisinais quelque chose avec ce que Kalderan avait chassé la dernière fois. Ildea et Risha étaient toutes les deux très désireuses de m’aider, alors que Coshun choisissait de s’entraîner avec Kalderan.

C’était intéressant de voir le grand dragon se retenir contre lui, d’autant plus que les statistiques et la différence de niveau entre eux étaient assez énormes. Cela ne le dérangeait pas cependant, et pendant la durée de notre petit-déjeuner et un peu plus après, ils avaient continué à parler de stratégies et de choses à utiliser pour combattre des adversaires aussi différents les uns des autres.

De temps en temps, je voyais aussi Ildea marcher vers Coshun et entamer une conversation informelle avec lui. Elle avait surtout demandé comment était la royauté du dragon et comment tout le monde le traitait. Elle avait été surprise lorsqu’elle a entendu dire qu’il était un fils adoptif. Elle n’avait jamais imaginé qu’il y aurait un roi qui ferait quelque chose comme ça.

Coshun avait ensuite été contraint d’expliquer la valeur de nos écailles et la façon dont les écailles dorées étaient incroyablement rares et signifiaient pour la plupart des dragons le droit de diriger. À Albeyater, pour l’instant, ce droit était réservé à la famille royale, car ils étaient les seuls à les avoir, mais Embryger en avait quelques-uns parmi les nobles et même certains roturiers.

La couleur des écailles était déterminée par la mentalité et l’âme de l’individu non éveillé, alors que sa lignée n’avait que peu, voire aucune influence. La famille Seyendraugher avait eu la chance de voir tous ses membres nés avec un désir naturel de diriger, ce qui leur avait permis de manifester cette couleur d’écailles.

En arrivant à Grinjar, nous nous étions retrouvés coincés dans une longue file de calèches et de marchands venus des quatre coins du royaume des Dix Épées. En soi, cela nous disait à quel point cet endroit était important, ce qui signifiait également que le marché ici était parfait pour moi afin de déterminer les prix les plus raisonnables de divers produits et marchandises. Les commerçants qui souhaitaient vendre leurs produits ici ne risquaient pas de manquer.

Nous n’avions eu aucun incident pendant que nous attendions, mais cela avait donné à tous les autres l’occasion de se parler et de mieux se connaître. J’étais resté silencieux la plupart du temps, car j’avais choisi de passer ce temps à jouer avec Tamara. En utilisant ma compétence le Pape, j’avais pu créer un petit faisceau de lumière faible qui se concentrait à un endroit, en d’autres termes, un laser de pointage.

Au moment où Tamara l’avait vu, ses oreilles s’étaient redressées, sa queue s’était agitée en l’air, ses pupilles s’étaient rétrécies et ses moustaches s’étaient contractées. La chasse était lancée et je prenais beaucoup de plaisir à l’envoyer à gauche et à droite pour poursuivre ce point rouge vif.

Les enfants qui l’avaient vue étaient amusés, alors que les adultes la trouvaient disgracieuse. Pour moi, c’était juste un moment de lien avec mon amie féline. Pour être honnête, elle dégageait le sentiment d’être plus un chat qu’une personne, ce qui était étrange.

Quand j’étais arrivé à Albeyater et que j’avais entendu des gens parler des Relliars, j’imaginais souvent des humains anthropomorphes possédant les caractéristiques des animaux, et non des animaux possédant des caractéristiques humaines.

Il m’était également arrivé de voir un esclave relliar attendant avec son maître, mais il ne m’avait pas donné l’impression d’un chat et le point rouge ne l’intéressait pas du tout, ce qui m’avait fait me demander si Tamara était un chat très spécial ?

À la fin, nous avions réussi à entrer dans Grinjar sans aucun problème, mais il était déjà midi, alors nous étions allés chercher quelque chose à manger dans une taverne. Nous avions dû nous asseoir à une table plus isolée parce que nous voulions manger avec nos esclaves. Coshun avait offert de sauter ce repas et Tamara aussi. Ils ne voulaient pas nous causer de problèmes, mais je n’accepterais pas cela.

Ildea refusa également l’idée, alors que Risha avait un air dangereux autour d’elle. Elle souriait au serveur alors qu’elle tapait des doigts sur la poignée de son poignard.

Je suppose que nous avions eu de la chance que le petit argument ne dégénère pas.

Malgré tout, je devais admettre que les regards des gens autour de nous pouvaient être malaisants et je commençais à penser que manger au grand air comme ça n’était après tout pas une idée si brillante. J’étais honnêtement inquiet qu’ils puissent essayer de se battre avec eux quand je ne regardais pas. Coshun n’était pas quelqu’un qui m’inquiétait dans cette affaire. C’était un puissant guerrier dragon qui avait servi sur le champ de bataille et avait même été reconnu par ce vieil obstiné Brekkar Draketerus. Cependant, Tamara n’était qu’un pauvre chaton qui pouvait facilement devenir une proie pour certains méchants individus. Après tout, il suffisait d’utiliser un laser de pointage ou une pelote de laine pour attirer son attention.

Ceci étant dit, Kalderan remarqua mon inquiétude et me donna un coup de coude dans les côtes.

« Guha ~ ! » J’avais toussé.

« Quelque chose ne va pas ? » Demanda Ildea un peu inquiétante.

« Non, l’air vient de sortir de mes poumons, c’est tout. » Répondis-je puis fixai l’homme qui prétendait que rien ne s’était passé.

C’était peut-être sa façon de dire que j’étais stressé pour rien.

Je pourrais le réprimander, cependant. Je m’inquiétais pour leur sécurité et au fond de mon cœur, je ne pensais pas vraiment qu’ils pourraient se prendre en charge sans que je sois là pour les aider.

En réfléchissant à cela, j’avais réalisé quelque chose d’assez choquant.

Oh, par les dieux ! J’agis comme un grand-père surprotecteur avec eux ! J’avais réfléchi et fait de mon mieux pour leur cacher mon choc.

***

Partie 2

En effet, j’étais le plus fort d’entre eux, mais cela ne voulait pas dire qu’ils étaient des enfants qui ne savaient pas se battre ou qui risquaient de mourir facilement. Certains d’entre eux avaient réussi à survivre assez longtemps avant que je n’arrive dans leur vie. Je n’étais pas une sorte de dieu qui leur apportait le salut, je ressemblais plus à… euh… à un grand frère qui se fait du souci ?

Oui, c’était probablement la meilleure façon de me décrire maintenant. J’étais inquiet pour eux, j’avais peur de les perdre quand je savais que je pouvais les protéger. Ce n’était pas facile d’admettre simplement que même une personne faible pourrait survivre dans ce monde, mais encore une fois… c’était peut-être quelque chose de similaire à la peur que j’avais de mon humanité.

En réfléchissant à cela, j’avais décidé qu’il serait préférable d’être franc avec eux. C’était mes amis et ils avaient le droit de savoir si quelque chose m’inquiétait, surtout si cela concernait leur bien-être.

« En fait, j’avais quelque chose à vous dire… vous voyez… ça fait un moment que j’ai des inquiétudes assez étranges. » Avouai-je.

« Qu’entends-tu par inquiétudes étranges ? Je suis désolé, mon ami, mais je ne suis pas de ce bord, » déclara Kalderan.

J’avais plissé mes yeux vers lui et lui lançai un regard noir.

« Je ne parlais pas de ça, d’ailleurs, je suis un homme marié, tu te souviens ? » J’avais pointé ma bague.

« Détends-toi, je rigolais. » Kalderan se mit à rire.

« Soupir… eh bien, laissant cela de côté, les inquiétudes que je ressens sont liées à votre sécurité. Je veux juste… eh bien… je suis très puissant comparé au reste de vous, alors vous voyez… je sens que je pourrais vous perdre si je ne fais pas un effort supplémentaire pour vous protéger. » Je leur ai dit.

« Nous perdre ? » Ildea plissa les sourcils pendant que Coshun plissait les yeux vers moi.

« Mon garçon, tu m’as dit à un moment donné que tu avais participé à une grande guerre, n’est-ce pas ? » Demanda le prince draconien.

« Oui, c’était une bataille défensive contre le rebelle Draejan Andrakaryus Doesya. » Répondis-je d’un signe de tête.

« Cela a-t-il eu lieu sur un grand champ de bataille où des milliers et des milliers de dragons se sont affrontés ? »

« Oui… Il y avait aussi beaucoup d’éveillés supérieurs. Si je n’avais pas donné d’armes et d’armures à ma femme et à mes amis, je crains qu’ils ne soient morts. » Répondis-je en hochant la tête et baisse la tête.

« Je vois maintenant, » déclara Coshun avant de s’appuyer contre sa chaise en croisant les bras sur sa poitrine.

« Voir quoi ? » Demanda Ildea.

« Le reste d’entre vous n’a jamais participé à une bataille à grande échelle, n’est-ce pas ? » Leur demanda-t-il.

« Non. » Fut la réponse globale.

« Je ne l’ai pas fait, mais j’ai vu des comptes rendus des combats de différentes guerres, » déclara Kalderan, et j’avais l’impression qu’il faisait référence aux documentaires sur les guerres mondiales.

« Lire à ce sujet et y participer sont deux choses très différentes. Cette expérience peut changer un dragon ou un homme. Il peut transformer des amis en ennemis et des ennemis en alliés. La guerre a plusieurs visages, mais la plupart du temps, la chose la plus pénible est de vous rendre compte que vous n’êtes pas en mesure de défendre et de protéger vos êtres chers. Beaucoup d’entre nous ne peuvent tout simplement pas se remettre de quelque chose comme ça… ça nous hante. » Il a dit.

« Tu dis ça… » Je levai les yeux vers lui.

« Alkelios, d’après ce que j’ai vu jusqu’à présent, tu n’es pas un homme né sur le champ de bataille. Tu n’es pas quelqu’un qui a été endurci par le feu et l’acier, tu t’es rendu dur pour survivre aux coups qui te sont adressés. Je ne connais peut-être pas ton passé ni ce qui se cache dans ton cœur, mais mon instinct de personne ayant également participé à une grande bataille similaire et a dû assister à la perte d’êtres chers. Je peux te dire que la peur de perdre quelqu’un d’autre qui te tient à cœur est forte et parfois… ça peut être écrasant. » Coshun s’exprima avec un ton de voix empreint d’une profonde sagesse et d’une note de tristesse.

Comme il l’avait dit, j’étais parfois submergé par la peur de perdre ceux qui m’entouraient, cela m’avait peut-être même un peu poussé à l’excès. Je n’avais pas honte de dire que c’était probablement aussi ma plus grande faiblesse, mais je ne savais pas comment y faire face. Les gens qui venaient de la Terre n’étaient ni des guerriers ni des combattants, nous ne savions pas quoi faire dans ces situations.

Sans le transport complet vers un autre monde, je m’inquiéterais pour le moment de mes examens à l’université ou du nouveau jeu à jouer. Les guerres, les batailles, l’idée même de perdre quelqu’un qui vous était cher parce qu’elle avait été attaquée et tuée par quelqu’un étaient une idée aussi étrangère que la paix régnait entre toutes les nations de la planète.

« Accablant, hein ? » Dis-je à voix basse en baissant les yeux sur la table.

Kalderan me donna un nouveau coup de coude, puis dit « Tu t’inquiètes trop, imbécile. »

« Peut-être… » répondis-je.

« Alkelios, il est louable que tu te soucies de nous. » Dit Ildea en plaçant sa main sur la mienne « Cependant, tu dois comprendre que tu es vraiment dans une catégorie à part en matière de puissance de combat. Nous ne sommes pas assez fous pour défier une personne de ton calibre, mais nous ne nous éloignerons pas de ceux que nous considérons comme étant aussi forts ou un peu plus faibles que nous. »

« Nya ~ le poisson ne se soucie pas du moment où le poisson devient la nourriture de Tamara ! Poisson, soyez juste poisson et laissez le monde s’occuper du reste ! » Dit Tamara, et pour une raison étrange, j’avais l’impression que ses mots avaient le plus de sens.

Au lieu de m’inquiéter de qui j’étais en ce moment et de ce que je pouvais faire de mon mieux, je m’inquiétais de la façon dont je pourrais me sacrifier pour que les autres se sentent mieux, mais en le faisant, je pourrais finir par leur faire du mal, parce que je m’étais blessé pour eux. C’était une pensée tellement étrange pour moi, mais d’une certaine manière, cela avait du sens. Je veux dire, ce n’était pas comme si je n’allais pas intervenir maintenant pour les protéger, mais peut-être que croire un peu plus en eux n’était pas une si mauvaise chose, après tout ?

« Merci, tout le monde. » Je leur avais montré un sourire.

« Hé, même le plus puissant des guerriers pourrait facilement devenir la proie de son cœur ! » Déclara Coshun.

« Oui, et j’ai le sentiment que si ma femme était là, elle aurait dit la même chose ou peut-être quelque chose de similaire. Elle est toujours douée pour m’encourager et m’aider à voir la lumière où je trébuche comme un idiot dans l’obscurité. » J’ai dit.

« Elle a l’air magnifique, j’espère la rencontrer un jour. » Dit Ildea.

Pendant ce temps, Amadeus et Drumora n’avaient rien dit à ce sujet. Ma première pensée avait été qu’ils étaient peut-être un peu trop jeunes et inexpérimentés pour comprendre de quoi nous parlions ou peut-être qu’ils ne savaient tout simplement pas ou ne voulaient rien dire.

« Merci… » leur dis-je d’une petite voix.

C’était bien d’avoir des amis qui se souciaient tellement de toi. C’était à la fois un soulagement et un cadeau que, pour la plupart, je ne savais peut-être pas le chérir correctement. Jusqu’ici, l’amitié était quelque chose qui m’était confirmé grâce à une compétence, mais… quand vous n’aviez pas une compétence pour vous connecter à eux, quand vous ne comptiez pas là-dessus, comment pourrait-on déterminer si l’autre partie était en effet un ami ou juste un mouton en costume de loup ?

Jusqu’à présent, je n’avais aucune raison de les soupçonner d’être ces derniers. J’avais agi en croyant en eux et en leur faisant confiance jusqu’à preuve du contraire.

Encore une fois, même s’ils me poignardaient, la véritable amitié n’était-elle pas prouvée lorsque vous pouviez leur pardonner et leur donner une seconde chance ? Dans tous les cas, c’était ce que tous les jeux, les films, les dessins animés et les mangas essayaient de m’enseigner sur Terre, mais dans ce monde, c’était comme si une telle moralité ne finirait que par vous faire tuer. S’ils vous ont poignardé dans le dos avec un couteau très tranchant, vous ne risqueriez jamais de leur pardonner. Mais que se passe-t-il si leur trahison se manifeste par une blessure ou un préjudice causé à ceux que vous aimez ? pourriez-vous encore leur pardonner même ainsi ?

Ces pensées inutiles me traversèrent l’esprit alors que je regardais le sol.

Coshun avait dit que je m’étais fait dur pour survivre aux coups portés contre moi ou mes proches. C’est peut-être à cause de ce fait que je m’étais retrouvé dans cet état pathétiquement confus, mais juste au moment où je commençais à sombrer de plus en plus profondément dans ce sentiment de terreur et d’impuissance, quelqu’un avait posé la main sur mon épaule gauche et m’avait rencontré avec un doux sourire.

« Nya ~ tu penses trop ! » Me dit Tamara en remuant ses moustaches.

Peut-être que je le fais vraiment…, avais-je pensé.

En abandonnant toutes ces pensées inutiles, j’avais ressenti un sentiment de soulagement et d’aisance, ce qui m’avait fait sourire.

« Tu es peut-être puissant, Alkelios, mais parfois, j’ai le sentiment que, au fond de toi, tu n’es pas différent d’un enfant qui apprend toujours sur le monde qui l’entoure. » M’avait dit Risha.

C’était probablement une vérité très dure que je ne voulais pas admettre. D’une certaine manière, peut-être que tous les terriens étaient comme ça. Nous avions été élevés dans un monde différent, avec une morale différente, et nous avions fini par croire que le monde nous dirait quoi faire et nous aiderait à résoudre nos problèmes chaque fois. Certes, le monde se porterait au secours, mais ce que je réalisais maintenant, une fois mon esprit éclaircissait, j’étais également responsable de faire de mon mieux pour arranger les choses.

« Probablement. » J’avais ri.

Après le repas, nous avions décidé d’aller faire un tour dans la ville pour découvrir les différents magasins et voir s’il y avait quelque chose de bon à acheter. Nous avions besoin de l’essentiel pour Amadeus et Drumora, car jusqu’à présent, ils menaient une vie très modeste et pauvre avec peu de place pour la complaisance. Sur un autre plan, ils étaient bien conscients des prix et de la qualité des articles de luxe sur le marché. En ce qui concerne les armures et ce genre de choses, je pouvais en fabriquer certaines, mais je ne pouvais pas supporter de les voir sans choix de vêtements.

Ildea s’était acheté, lors de nos récents arrêts, un tas de vêtements, ainsi que Risha. Tamara était obligée de porter des vêtements et faisait office de poupée d’habillage pour les deux femmes de notre groupe, tandis que Coshun empruntait un tas de vêtements dragons que j’avais, puisqu’elles étaient tout enchantées par la magie d’ajustement de taille. Kalderan avait ses propres affaires et je n’allais même pas mentionner la quantité de vêtements et d’armures que j’avais empilées dans mon Trou noir, même si, dans tous les cas, je pouvais toujours en donner quelques-unes aux deux, comme ils avaient la magie d’ajustement de taille.

Cet après-midi-là, notre chance avait semblé nous sourire lorsque nous avions trouvé plusieurs magasins ouverts et que nous avions plus ou moins acheté tout ce dont nous avions besoin. Les marchands n’avaient rien à redire, même quand ils virent le grand Coshun entrer dans leur magasin. Tant que nous payons pour le matériel, tout le reste était des détails.

La ville elle-même n’était pas si spectaculaire à mon avis, les rues étaient sales, l’odeur du fumier de cheval nous frappait tous et les gens n’étaient pas les meilleurs. De temps en temps, je surprenais des individus qui ressemblaient beaucoup à des sacs-poubelle jetant des regards sales à Ildea, Risha ou Drumora. Pendant que je les regardais avec un regard noir, quand il s’agissait de la princesse humaine, Coshun semblait un peu plus protecteur, ajoutant un peu d’intention meurtrière à son regard, réaction que je trouvai personnellement assez intéressante.

À un moment donné, j’avais décidé de visiter l’un des magasins locaux qui vendaient des armures et des armes. J’étais curieux de savoir s’il y avait quelque chose d’inspirant parmi les marchandises. J’avais depuis longtemps abandonné la perspective de trouver un objet meilleur ou meilleur que ce que j’avais sur moi, mais en ce qui concerne les modèles et les types d’armes et d’armures, il y avait encore beaucoup à apprendre.

Dans ce magasin, j’avais acheté une paire de protège-épaules que je trouvais intéressante et un poignard à double tranchant à la forme légèrement incurvée. Les deux ne m’avaient pas coûté plus de 17 argents, car ils n’étaient pas enchantés et n’étaient pas recommandés pour autre chose que l’entraînement ou la chasse de faibles monstres.

Lorsque nous avions quitté ce magasin, cependant, un ivrogne était tombé sur Amadeus.

« Bah, ça pue l’Akutan, morveux… que cet empire  aille aux dayuks ! Ils rendent la vie de tout le monde ici et là plus misérable qu’elle ne l’est déjà ! » Il avait craché sur lui, mais j’avais écarté le garçon avant qu’il ne soit atteint.

Coshun avait regardé l’ivrogne une fois, et il s’était énervé.

Avec un cri de peur, l’homme s’était enfui loin de nous. C’était un spectacle plutôt pathétique à voir, mais il y avait toujours des gens pleins de ressentiment comme lui, ici et sur le continent des Dragons, des individus qui essayaient de rejeter la responsabilité de leurs propres malheurs sur les autres. Je devrais le savoir parce que j’étais aussi l’un d’entre eux, jusqu’à ce qu’une certaine dragonne aux écailles argentées me ramène à la réalité.

J’espère que Kataryna va bien. Peut-être qu’elle s’est fait de nouveaux amis pendant mon absence ? J’avais réfléchi un moment avant de me recentrer sur Amadeus.

***

Partie 3

« Est-ce que tu vas bien ? » Je le lui avais demandé.

Le garçon regarda l’ivrogne qui s’était éloigné au loin avec un regard perdu. Les paroles de cet homme avaient dû toucher le cœur du garçon. C’était des mots plutôt horribles à dire à un enfant, mais le choix de les laisser vous toucher ou non était le sien.

« Alkelios… » dit Amadeus puis leva les yeux vers moi.

« Oui ? » J’ai demandé.

« Que pensez-vous de l’empire Akutan ? »

« Quelle partie de celui-ci ? »

Le garçon baissa les yeux un instant en réfléchissant à la façon de me répondre, puis répondit : « Les gens… des roturiers et des Héros humains aux nobles et… à la façon dont ils traitent ceux qui les entourent ? »

« Hm. C’est une question difficile à répondre. » Dis-je avant de regarder Ildea et Coshun, également intéressés par mes paroles. Après tout, ils étaient tous de la royauté d’une manière ou d’une autre. Ils voulaient aussi savoir ce que mon opinion était. « Je sais trop peu de choses sur l’empire Akutan pour déclarer quoi que ce soit avec une certitude absolue, mais d’après ce que j’ai entendu et ce que je sais, ni cet endroit ni ce royaume des Dix Épées ne semblent être un bon endroit pour vivre. Le royaume d’Albeyater par comparaison est beaucoup plus agréable à vivre. Il y a beaucoup de monde là-bas et les villes ne sentent pas mauvais. Je peux déployer mes ailes sans avoir à m’inquiéter de me faire remarquer ou d’être regardée avec un regard haineux. Je peux aussi dire que l’idée de l’esclavage n’est pas une idée que j’approuve personnellement. » Je baissai les yeux sur Tamara, qui me regardaient avec des oreilles bien rangées. « Ceux comme moi, les Héros humains, sont nés et ont grandi dans un monde où de telles choses étaient considérées comme un inconvénient pour la société. Cependant, le monde dans lequel nous vivons peut être considéré comme un simple fragment du passé de notre monde. » J’avais expliqué.

« J’ai l’impression que vous m’avez dit quelque chose de très important, mais vous ne m’avez toujours pas dit comment vous voyez les citoyens de l’empire Akutan. Sont-ils des ennemis pour vous ou des alliés ? » Demanda Amadeus.

« Ni l’un ni l’autre. Ils sont de simples citoyens d’un pays lointain avec lequel je n’ai aucun lien. Je ne peux pas haïr quelqu’un que je n’ai jamais rencontré juste parce qu’ils appartiennent à un autre pays. Si c’était vrai, à cause du passé entre le pays dans lequel je suis né et celui de Kalderan, j’aurais dû le haïr et penser comme s’il était l’homme le plus vil et le plus haineux de la planète. » J’avais répondu.

« C’est vrai… » acquiesça Kalderan.

« Ne veux-tu pas défendre l’honneur de tes ancêtres ? » Demanda Coshun.

« Nos ancêtres ne vivent pas pour nous. Ils ont eu leur propre vie au cours de laquelle ils ont suivi leurs propres choix et désirs tout comme nous le faisons dans le présent. Si nous choisissons de haïr quelqu’un à cause de ce que leurs parents ou leurs grands-parents ont fait, nous ne sommes pas meilleurs qu’eux à cette époque. Les péchés du père sont ceux de l’enfant à naître, ceci… ceci est un dicton stupide qui détruit les familles, provoque des guerres et conduit seulement à la mort d’innocents. » J’avais répondu.

« Tu parles bien, mais la réalité n’est pas aussi douce que ça. Oublier sa haine n’est pas une chose facile à faire. » Dit Ildea.

La regardant droit dans les yeux, je lui ai dit « Que l’on déteste quelqu’un ou qu’on l’apprécie, c’est aussi simple que de basculer un interrupteur, ou dans tes mots, c’est aussi simple que de retirer ton épée de son fourreau. Si tu finis par l’utiliser pour attaquer ou pour protéger, c’est un choix que toi seul peux faire et personne d’autre. Ildea, maintenant, j’ai le pouvoir de conquérir ce pays et plus encore. J’ai aussi le pouvoir de le ruiner et de tuer tout le monde ici, mais c’est mon choix. Je choisis comment utiliser mon pouvoir, pas mes parents ou mes grands-parents. Même si ma femme était ici et me priait de le faire, à la fin, ce serait toujours mon choix. »

Mes mots étaient peut-être un peu trop profonds ou peut-être trop durs, mais c’était quelque chose que beaucoup de gens que je connaissais sur Terre étaient au courant. Il est vrai qu’agir en conséquence n’était parfois pas facile, car les humains étaient facilement submergés par leurs émotions. La haine, la peur et le désespoir étaient autant d’émotions vitales qui pouvaient forcer quiconque à appuyer sur la gâchette de son arme. Mais même alors, le doigt qui appuyait sur ce morceau de métal était le sien, pas le mien ni qui que ce soit d’autre.

Quand j’étais dans la forêt Seculiar, j’avais beaucoup de temps pour réfléchir à ce que je voulais faire à mon retour dans la capitale. À cause du danger du sort Itsy Bitsy BOOM !, je devais faire très attention à l’endroit où je voulais l’utiliser et comment. Dans un moment de colère, je pourrais facilement ruiner la vie de milliers de personnes et effrayer le monde de manière inimaginable. La quantité de puissance contenue dans ce seul sort n’était pas quelque chose avec laquelle on peut jouer. À chaque fois que je l’utilisais, je pensais toujours très bien si cela en valait la peine ou non.

À l’époque, quand j’avais détruit l’armée des insectes, j’étais bien conscient qu’il n’y avait pas d’autre moyen de les arrêter avant qu’ils atteignent la forêt Seculiar, où je pourrais perdre la trace de ses nombreux soldats. Si cet endroit était une plaine verdoyante, j’aurais peut-être hésité jusqu’au dernier moment, et c’est peut-être après un examen minutieux. Comme le désert était large et presque stérile, je me sentais plus à l’aise pour lancer une telle attaque.

Quand j’étais à la capitale et que je menaçais tout le monde de le faire, c’était essentiellement un spectacle, mais même alors… pour déclencher cette attaque, pour tuer autant de dragons, je ne pourrais pas le faire à moins que je n’abandonne ma vie…

C’était une bonne chose que cela n’ait jamais abouti.

C’est pourquoi je croyais que mes mots n’étaient pas une simple philosophie. J’avais été mis à l’épreuve pendant ces moments, lorsque j’avais choisi d’appuyer sur la gâchette et de choisir de ne pas appuyer sur la gâchette. Mes mains ont peut-être été souillées par le sang d’innombrables âmes, mais au moins, je voulais être certain que ce que je faisais était mon choix.

Une fois que l’acte était accompli, blâmez quelqu’un d’autre ou la situation elle-même n’était rien de moins que de fuir sa propre culpabilité et ses propres responsabilités.

« Je vois… je ne sais pas quoi dire… » dit Ildea en détournant le regard.

« Espérons simplement que tu ne seras jamais mis dans une situation où tu seras obligé de donner l’ordre de tuer d’innombrables personnes parmi lesquelles il pourrait y avoir autant d’innocents que de criminels. De telles décisions ne sont jamais faciles… et elles ont tendance à nous hanter toute notre vie. » Lui dit Coshun en posant sa main sur son épaule.

Voir les deux comme ça donnait un air… naturel, d’une certaine manière ?

Nous nous étions éloignés du magasin avec l’intention de parcourir la ville pendant une heure ou deux, jusqu’à ce que la nuit tombe. Les jours et les nuits étant beaucoup plus longs dans ce monde, cela me semblait toujours assez étrange. Les 24 heures de la Terre semblaient incroyablement insuffisantes en ce moment, et je m’étais demandé comment on pouvait réaliser n’importe quoi en si peu de temps? À moins que l’on ne soit bien organisé et que nos objectifs pour la journée soient fixés, il n’y avait pas vraiment de temps à perdre.

Un peu de temps avant d’arriver à l’auberge, nous avions vu quatre des chevaliers du royaume marchant vers nous avec leurs armures brillantes arborant un air suffisant. Puisque nous ne voulions aucune altercation avec eux, nous nous étions arrêtés sur nos pas et avions quitté leur chemin. Ils n’auraient ainsi aucune motivation supplémentaire pour se battre contre nous.

Leurs armures me rappelaient beaucoup les anciennes armures des Templiers que j’avais vues dans des jeux, mais les armes qu’ils utilisaient étaient des épées courtes romaines. Ils n’avaient aucun enchantement sur eux, mais elles semblaient être assez bien faites.

Quand j’avais regardé derrière moi, j’avais vu qu’Ildea n’était pas trop à l’aise avec le fait qu’ils viennent vers nous comme ça.

J’espérais qu’ils ne voulaient pas jouer avec nous, mais dans tous les cas, ils ne constituaient une menace pour personne. Comment devrais-je dire cela… ils étaient faibles, très faibles.

Mais hélas, mon espoir s’était réalisé, peut-être parce que, secrètement, je voulais connaître leur opinion sur la situation actuelle au palais. Ainsi, le groupe de chevaliers s’arrêta au beau milieu de la rue pendant que l’un d’eux sortait un rouleau et commençait à le lire.

« Un décret royal a été donné pour que la taxe sur les marchandises importées augmente d’une pièce de cuivre et celle de la récolte annuelle d’une pièce d’argent. Ceux qui ne parviennent pas à atteindre leur quota seront soumis à un contrat d’esclaves, leur maître étant ce royaume jusqu’à ce qu’ils puissent rembourser leur dû, » déclara le chevalier d’une voix claire et forte.

Une fois qu’il eut fini de parler, les gens autour de nous commencèrent à murmurer, mais l’un des chevaliers dit quelque chose d’étrange.

« Tu sais, je souhaite vraiment que la princesse ne se soit pas enfuie… C’est tellement ennuyant de chercher cette gamine. Pourquoi même mobiliser l’armée alors que nous savons tous qu’elle vient de se perdre et d’être tuée quelque part dans les bois ? »

« C’est toujours la princesse royale, monsieur. » Lui rappela son compagnon Chevalier.

« Qui penses-tu que ça intéresse ? Même le roi ne cherche pas à savoir si elle est en vie ou non. En outre, pour le moment, il ne reste plus personne au palais qui lui soit fidèle ni à la reine. Sa Majesté vendra certainement notre royaume à Akutan ou peut-être à l’une de ces nouvelles nations du Nord. Avec un peu de chance, nous ne serons peut-être pas obligés de nous battre contre les dragons de l’autre côté de l’océan. J’ai toujours des frissons en pensant aux récits de mon grand-père sur la dernière guerre. » Dit-il en crachant sur le sol.

Quand il s’était retourné, nos yeux s’étaient croisés, mais il nous avait jeté un regard noir.

« Qu’est-ce que tu regardes ? » Demanda-t-il en posant sa main sur la poignée de son épée.

« Moi ? » Je m’étais pointé du doigt.

Ses yeux s’étaient ensuite déplacés de moi vers Ildea, qui se cachait derrière Coshun.

« Faites-vous partie d’un groupe sympathisant avec la reine ? » Nous avait-il demandés.

Inclinant la tête vers la gauche, je demandai : « Est-ce que c’est mal dans ce royaume de suivre la reine et le roi ? » J’avais demandé.

« Le roi oui, mais nous avons reçu l’ordre de traiter comme hostile tout sympathisant de la reine. Il y a des rumeurs selon lesquelles ils cachent la princesse. Vous ne sauriez rien à ce sujet, n’est-ce pas ? » Demanda-t-il avec un sourire narquois.

« Oh, je viens d’apprendre, par un petit oiseau, que ceux qui l’accueillent sont assez puissants pour donner à Brekkar Draketerus, le général des dragons de la dernière guerre, une période difficile. Je me demande, pouvez-vous en gérer quatre comme ça ? Mais considérez cela comme une simple curiosité d’un voyageur prudent qui s’inquiète un peu pour sa sécurité. » Je le lui avais dit avec un sourire.

L’homme m’avait regardé, puis mon groupe. Quand ses yeux se posèrent sur nos armures et nos armes, il réalisa que nous étions tous de puissants aventuriers qui ne devaient pas être dérangés.

Le chevalier savait qu’il ne pouvait pas nous emmener tous, alors, avec une bouffée d’air, il demanda : « Es-tu celui dont parle l’oiseau ? »

« Non, monsieur. » Je secouai la tête « Nous sommes, comme je l’ai dit, un groupe de voyageurs fatigués qui cherchaient un logement décent dans la ville. Pourriez-vous avoir connaissance d’un tel établissement ? » Je le lui avais demandé avec un sourire.

« Hein ? Pourquoi devrais-je t’aider ? Cherchez-le toi-même ! » Avait-il grogné, mais il avait écarté sa main de la garde de son épée.

« Monsieur, que devrions-nous faire ? » Demanda l’un des autres chevaliers.

Le chevalier m’avait regardé pendant un long moment, alors que je continuais à sourire sans relâcher mon intention de tuer, mais je n’essayais pas de cacher la pression de ma force. Mon corps ne présentait aucune ouverture et il pouvait le voir ou plutôt… il le sentait.

Un animal faible se sentait toujours en danger face à un prédateur dangereux.

« Allons-y. Il n’y a rien à voir ici. » Murmura-t-il puis il passa devant nous.

Une fois parti, je laissai échapper un soupir et me retournai pour regarder mes compagnons. Tout le monde était inquiet pour Ildea. Elle tenait son épaule droite de la main gauche et regardait le sol avec une expression douloureuse sur le visage. Son corps tremblait un peu et sa main droite était serrée d’un poing.

« Est-ce que tu vas bien ? » Lui demanda Coshun d’un ton doux.

Ildea n’avait pas répondu.

« Tu ne devrais pas t’inquiéter de ce qu’ils ont dit. » Se moqua Kalderan.

« … »

« Il a raison… Ils sont une bande de faibles. » Ajouta Coshun.

« Mais… je suis faible aussi…, » elle leva les yeux vers lui et il y avait une paire de larmes dans ses yeux.

Le dragon déglutit et ne savait pas quoi dire au début, mais ensuite, avec un mouvement lent et prudent, il essuya ses larmes.

Fronçant les sourcils, il parla ensuite doucement « Non… tu es forte. Si tu désires la force physique, j’en ai beaucoup. »

« Pourquoi dis-tu cela ? Mère est en danger, je n’ai plus de sujets et personne n’ose jurer allégeance pour moi… Je suis une princesse sans couronne, une reine sans royaume. » Dit-elle en baissant les yeux.

« Tu sais, Ildea ? » Lui dit-il « Dans Albeyater et dans la plupart des royaumes-dragons, la reine est celle qui tient les rênes du royaume. Pendant ce temps, le roi donne les ordres à l’armée, mais sans l’approbation de sa reine, il ne peut pas marcher vers de nouvelles batailles et est obligé de rester sur la défensive. Ildea, tu es forte. Tu as survécu à une tentative d’assassinat et souhaites toujours retourner dans la capitale pour sauver ta mère. Si tu étais faible, tu aurais déjà quitté le pays. »

Je ne pouvais rien ajouter à ces mots. J’étais complètement d’accord avec lui et les autres aussi. Il ne restait plus qu’à attendre qu’Ildea les rejette ou les accepte comme la vérité et s’autorise à utiliser cette force intérieure qu’elle a toujours possédée. Comment elle l’utiliserait, cependant, restait à voir.

Ildea ne répondit pas, mais nous pouvions voir que les mots de Coshun la touchaient.

C’était un peu gênant de rester debout au milieu de la rue et de ne rien faire. Nous avons donc décidé de retourner à l’auberge pour le moment. Ildea avait besoin de mettre de l’ordre dans ses sentiments et les enfants avaient besoin d’une pause après toutes ces promenades. Dromura avait vite récupéré, mais ce n’était pas une raison pour la traîner toute la journée dans les magasins.

Une fois de retour à l’auberge, nous avions réservé une table à la taverne au premier étage et y avions passé la majeure partie de notre temps jusqu’à ce que nous soyons suffisamment fatigués pour nous endormir. Le lendemain, nous nous levions tôt le matin pour ensuite nous diriger vers la capitale du royaume des Dix Épées. Notre voyage là-bas allait prendre peut-être une semaine au plus, mais j’avais l’impression qu’un vent de changement soufflait dans ce pays. Si le roi du royaume des Dix Épées se révélait être un vilain garçon, peut-être qu’en le disposant et en gagnant les faveurs de la reine, nous pourrions aussi gagner un allié pour le royaume d’Albeyater ? Ce serait certainement résoudre deux problèmes en une fois.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire