100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 108 – Partie 2

***

Chapitre 108 : Orphelins

Partie 2

Le garçon ferma les yeux un instant et quand il les ouvrit, il se leva et me regarda droit dans les yeux. Je pouvais voir qu’il y avait de la détermination dans ses yeux, mais en même temps de l’inquiétude.

Voyons ce qui va se passer maintenant… pensai-je en l’observant.

« Je ne voulais pas être impoli… C’est juste que le docteur ne m’aurait même pas regardé si j’étais comme d’habitude. » Nous déclara Amadeus en saisissant sa chemise avec sa main.

« Comme d’habitude ? » Demanda Kalderan en plissant les yeux.

Le garçon acquiesça puis ferma les yeux.

« Révèle-toi au monde…, » avait-il dit, puis le champ d’énergie magique qui le recouvrait l’avait libéré de l’illusion.

Devant nous, l’enfant de dix ans avait soudainement été transformé en un adolescent de seize ans avec de beaux traits et un regard fort. Il mesurait 1,64 m, ses cheveux étaient toujours noirs et coupés très courts, un peu inégaux sur les bords, ce qui montrait que cela n’avait pas été fait par une personne ayant une main expérimentée. Il avait un corps en forme et ses mains étaient couvertes de callosités fraîches. Le garçon n’était pas habitué au travail sur le terrain.

Hormis son âge et quelques détails mineurs ici et là, Amadeus n’avait pas beaucoup changé. L’innocence qu’il avait affichée il y a un moment avait disparu avec ce sort et, un instant, j’avais eu l’impression d’être victime d’une arnaque, mais je savais que ce n’était pas l’intention du garçon. Je pourrais en quelque sorte deviner pourquoi il avait choisi d’utiliser ce sort, surtout compte tenu de sa situation actuelle.

« Je… je suis désolé de vous avoir tous trompés. » Dit-il et détournant le regard, montrant qu’il avait honte d’avoir dupé les personnes qui souhaitaient lui donner un coup de main.

« Inutile de t’inquiéter pour ça. » Lui dit Ildea.

« C’était juste… un peu inattendu, » déclara Risha avec un sourire maladroit.

« Nya… Le garçon a grandi… Le garçon mange plus de poisson que moi ? Où le garçon va-t-il chercher du poisson ? C’est beaucoup de poisson ? Nya… La tête de Tamara est étourdie… » se plaignit la nekatare en aplatissant ses oreilles et en se frottant les yeux.

« Pensais-tu que le médecin ne t’aurait pas aidé si tu n’avais pas montré l’innocence d’un enfant ? » Je le lui avais demandé tout de suite.

Le garçon baissa les yeux, évitant mon regard.

« Soupir… Ça ne compte pas vraiment pour nous, tu sais ? » Lui déclarai-je puis je haussai les épaules.

« Nya ~ le Maître est gentil ! » déclara Tamara avec un sourire éclatant et des moustaches tremblantes.

Ce que j’avais dit était la vérité. Que ce garçon soit réellement un adolescent ou juste un enfant de seulement dix ans, cela ne m’importait pas vraiment. J’étais ici maintenant et je ne l’avais pas vu essayer de nous tromper avec une intention perverse cachée. En voyant sa petite sœur dans cet état affaibli et maladif, je pouvais comprendre qu’il craignait de la perdre.

Pour lui, peu importait ce qu’il devait faire tant qu’il pouvait la sauver, aussi longtemps qu’il pouvait lui offrir un autre jour à vivre.

« Alors, sais-tu pourquoi tu es malade, Drumora ? » Demandai-je à la petite fille en passant devant Amadeus. Je m’étais agenouillé à côté d’elle.

« On ne sait pas. Elle est tombée malade sur le chemin du retour et le médecin précédent qui l’a vue a déclaré qu’il ne s’agissait que d’un rhume, mais elle est devenue de plus en plus faible jusqu’à ce qu’elle ne puisse même plus se lever du lit. » Répondit le garçon à la place d’elle, son regard au sol et ses mains serrées en poings. Il était furieux de sa propre malchance. « Et maintenant… maintenant elle est comme ça… et je… je ne sais pas quoi faire. » Continua-t-il alors que les larmes coulaient dans ses yeux.

« Là. Là, ça va aller. » Risha s’approcha de lui et lui tapota gentiment la tête. « Alkelios va certainement l’aider. »

« Vraiment ? » Demanda le garçon en la regardant.

« Pourquoi fais-tu des promesses pour moi ? » Je le lui avais demandé avec les sourcils plissés.

« Et bien, ne vas-tu pas le faire ? » Demanda-t-elle en me jetant un rapide coup d’œil.

« Je n’ai pas dit ça… » Grommelai-je en regardant Drumora.

Si elle était une dragonne, j’aurais pu simplement lui demander de devenir mon amie et j’aurais ensuite examiné son statut, mais ce n’était pas le cas. Je ne pouvais pas voir le statut des êtres humains, justes deviner leurs niveaux et c’était tout.

« Je ne suis pas médecin, c’est certain. » Dis-je en ouvrant mon Trou Noir.

« Alors… » Amadeus me regarda.

Il ne semblait pas si surpris par ma compétence, pas plus que sa petite sœur, ce qui me faisait me demander s’ils étaient habitués à voir d’étranges nouvelles capacités et sorts.

« Mais il se trouve que je suis un alchimiste divin et un artisan du même rang. » J’avais montré à Drumora un rapide sourire.

Elle me regardait avec son regard faible, luttant pour rester éveillée et toussant de temps en temps. Cette petite fille de seulement douze ans n’avait plus beaucoup de temps à vivre, c’était quelque chose que même moi pouvais dire sans avoir besoin d’un écran de statut.

De l’intérieur du Trou noir, j’avais sorti deux potions Soigne-Tout que j’avais faites lorsque j’étais dans la forêt Seculiar. Cette chose pourrait guérir à peu près n’importe quoi et cela fonctionnait à merveille avec la Potion Rotiqus, j’avais également pris une bouteille de celle-ci.

« Kalderan, peux-tu s’il te plaît apporter cette potion à Coshun et lui dire de la boire ? C’est pour ses blessures, juste au cas où il y a quelque chose que nous ignorons. » Je lui avais tendu la potion.

« Et que dois-je lui dire s’il demande ce que c’est ? » Demanda Kalderan en plissant les sourcils alors qu’il prenait la potion dans ma main.

« Potion Soigne-Tout, » avais-je répondu.

« Je vois… Attends, QUOI ?! » Reprit-il et la potion faillit glisser entre ses doigts, mais il réussit à l’attraper.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » lui avais-je demandé.

Tout le monde dans la pièce me regardait maintenant d’une manière étrange.

« Hey ! Désolé, mais je ne pense pas avoir la potion avancée ici… Cela nécessite quelques herbes supplémentaires, mais si nécessaire, nous pourrions préparer du thé Soigne-Tout à boire. Ça aide beaucoup. Où peut-être souhaitez-vous également une potion de Rotiqus ? Les dragons utilisent principalement cette chose comme un énergisant. » Je l’avais expliqué.

Ils ne disaient rien, ils me regardaient comme s’ils regardaient une grenouille gonflée.

Inclinant la tête vers la gauche, je me tournai vers Amadeus et lui demandai s’il en avait la moindre idée. Le garçon secoua simplement la tête et haussa les épaules.

« S-Soigne-Tout ? N’est-ce pas… n’est-ce pas une… herbe de guérison légendaire ? » Réussis à demander Ildea.

« Je pense que oui. Pourquoi ? » Répondis-je en me grattant l’arrière de la tête en regardant la potion dans ma main.

Pour moi, ce n’était pas quelque chose de spécial, j’avais un tas de choses de plus dans mon espace de stockage. C’était comme une usine de potions entière là-dedans. Si je n’avais pas la potion, j’avais certainement tous les ingrédients nécessaires pour la préparer. À l’époque où je me trouvais dans la forêt Seculiar, je courais partout, cueillant des herbes et tout le reste, dès que je les remarquais. Je ne saurais jamais quand j’en aurais besoin, alors il valait mieux les récupérer à ce moment que le regretter plus tard.

« Attends ? Quoi ? Il y a aussi une version avancée ? » Kalderan vient de réaliser ce que j’avais dit.

« Tout à fait. » J’avais acquiescé, mais je m’étais abstenu de dire qu’il existait des potions dans lesquelles le Soigne-Tout n’était qu’un de leurs nombreux ingrédients et dans certaines d’entre elles, elle était utilisée davantage pour ses effets catalyseurs que pour ses propriétés curatives.

« Soupir… Toi et ton sens commun… Je vais donner ceci au prince d’Albeyater… » Kalderan marchait dehors en marmonnant quelque chose tout en regardant la potion dans sa main.

S’il en voulait un aussi, je pourrais le lui donner, ce n’était pas si grave.

« Prince d’Albeyater ? » Demanda Amadeus en fronçant les sourcils.

« Oui, mais ça ne fait rien. Voyons voir… Je pense que j’ai quelques sorts qui pourraient aider Drumora à s’améliorer ici. Je pense que c’était Purifier, Guérir, Zone de guérison et Restauration. Si j’utilise Le Pape, je vais juste tirer des faisceaux sur mes paumes, donc ce n’est pas bon… Ouais, je vais y aller avec deux de ceux-ci pour le moment. » Me dis-je alors que j’essayais de me souvenir des sorts de guérison que j’avais.

Ces quatre auraient dû être plus que suffisants. Le premier était efficace pour éliminer les malédictions et ce genre de choses, tandis que les trois autres pouvaient facilement guérir des blessures graves, voire mortelles. Le dernier était particulièrement utile pour la guérison naturelle. La quantité de dégâts que ces sorts pourraient soigner dépendait de l’énergie magique que j’y mettais.

Comme je ne savais pas à quel point cela influait, tout ce que je pouvais faire était de modérer le flux et d’essayer de deviner quand c’était trop. Dans le cas de Purifier, lorsqu’il n’y avait rien à dissiper ou à purifier, mon Énergie Magique donnerait l’impression de couler sans restriction jusqu’à ce qu’elle disparaisse simplement dans les airs. Dans le cas de Guérir et de Restauration, la même chose se produirait s’il ne restait plus aucune blessure à soigner. La différence entre ces deux situations était que, dans le dernier cas, il y avait une chance que cette énergie magique soit utilisée pour de la guérison en tant que processus de rajeunissement, en la maintenant essentiellement à son âge actuel, inchangé. Ou du moins, c’est ce que je pensais qu’il se passait. Je n’avais pas vraiment eu l’occasion de l’essayer.

Il y avait probablement de meilleures façons de mesurer cela et peut-être même de mieux utiliser ces sorts, mais c’est ce que je savais jusqu’à présent, et ce n’était pas comme si quelqu’un dans notre groupe excellait en tant que mage guérisseur.

Sur cette note, avant de commencer ce processus de guérison, j’avais décidé de leur demander : « Alors, que font les médecins exactement dans ce monde ? »

« Hein ? Tu ne sais pas ? » Ildea était la seule à demander.

« Pas vraiment. Je n’ai jamais été assez malade pour avoir besoin d’un médecin, et si quelque chose se passait, je savais me faire une potion pour guérir tout ce que j’avais. » Répondis-je en haussant les épaules alors que je me préparais à soigner Drumora.

« Un médecin utilisera ses vastes connaissances en médecine pour découvrir ce qui vous fait mal, puis vous prescrira une potion ou vous enverra vers un mage doté d’une magie guérisseuse. » Elle me l’avait expliqué.

« Alors… techniquement, je suis médecin ? » Demandai-je en me montrant moi-même.

« Non. À première vue, les connaissances en médecine te manquent. » Répondit-elle en secouant la tête.

« Oh, dommage. » J’avais haussé les épaules et étais retourné au travail.

Avec la réponse à ma question, je me tournai vers Drumora et plaçai mes mains au-dessus d’elle. J’avais fermé les yeux puis j’avais chanté les noms des deux sorts que j’ai décidé d’utiliser : Purifier et Restauration.

Dans l’instant qui avait suivi, j’avais senti mon énergie magique recouvrir son corps et commencer à recouvrir petit à petit ses tissus. Les cellules avaient commencé à guérir et à retrouver une fonctionnalité normale, son cœur accélérait et sa respiration redevenait normale. Tous les sorts avaient réagi sur son corps, ce qui signifiait non seulement qu’elle était maudite, mais qu’elle souffrait également d’une grave maladie que la malédiction ne faisait qu’aggraver.

Même si le médecin passait, il n’aurait probablement pas été en mesure de comprendre ce qui n’allait pas avec un simple bilan de santé, une personne capable de jeter un coup d’œil à sa fenêtre de statut était indispensable. Malheureusement, seuls nous, les terriens, possédions les compétences uniques de Héros, ce qui nous permettait d’examiner notre propre fenêtre de statut. Ce sort n’existait pas pour tout le monde et les temples ne pouvaient tout au plus que deviner le nombre ou le niveau de pouvoir de chaque individu. C’était encore mieux que rien.

Une fois que j’avais senti que mon énergie magique s’évaporait, j’avais arrêté le flux et ouvert les yeux. En y réfléchissant, pour que quelqu’un d’autre fasse ce que je venais de faire, en plus de la magie de guérison, il lui faudrait avoir une bonne idée du flux d’énergie magique en son sein et dans son environnement. Au début, j’étais plutôt nul à ça, bien… j’étais carrément horrible, mais la forêt Seculiar m’avait obligé à accélérer mon entraînement. Ce n’était pas si amusant de m’asseoir pour découvrir que j’étais assis au sommet d’un monstre géant.

Oui, c’était des moments plutôt difficiles dont j’étais heureux que personne ne soit au courant. C’était mon petit secret embarrassant.

« Ça devrait être fait maintenant. Mais juste au cas où, bois aussi ces deux potions. » Dis-je à Drumora, qui retrouvait déjà de la couleur dans les joues.

D’un signe de tête, elle prit la potion Rotiqus et la but jusqu’à la dernière goutte. C’était très bon pour tout le monde, car cela pourrait les aider à retrouver leur force rapidement. Les dragons avaient beaucoup plus de vitalité, alors quand leur santé se détériorait, ils avaient besoin de plus d’une potion. C’était peut-être l’inconvénient de vivre dans ce genre d’environnement.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    La gamine va plus avoir de besoin de dormir pendant des jour.

Laisser un commentaire