100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 103

***

Chapitre 103 : La promesse d’un dragon

***Point de vue d’Alkelios***

Être comparé à un dragon kidnappant des princesses pour les cacher dans sa tour était à la fois un peu insultant et humiliant. Après tout, imaginez si je le faisais à Albeyater.

« Chérie, je suis rentré ! » déclarai-je simplement.

« Oh ? Qu’as-tu apporté ? » Demandait Seryanna.

« Une princesse que j’ai kidnappée dans l’un des royaumes humains. Alors c’est quoi pour le déjeuner ? »

Juste imaginer le regard perçant de Seryanna me donna des frissons. Peu importe où on va sur le continent des dragons, on n’entendra jamais d’histoires aussi ridicules que celle-ci. La seule raison pour laquelle je m’envolerais pour kidnapper quelqu’un de sang royal d’un autre pays serait soit parce que le pays est un ennemi et que cette personne pourrait être utilisée comme monnaie d’échange lors des négociations de paix ou… non, c’était ça, il n’y en avait pas d’autre bonne raison à laquelle je pourrais penser pour commettre un tel crime.

Encore une fois, était-ce considéré comme un crime alors que l’objectif était de mettre fin à une guerre ? C’était un bon dilemme, auquel je devrais réfléchir une autre fois.

Avec la princesse Ildea devant nous, son histoire était impressionnante.

Les autres l’avaient également écoutée, le souffle coupé, sans même émettre un seul son pour ne pas la distraire. Ildea avait l’habitude de raconter des histoires, en particulier en regardant toutes ces émotions qu’elle avait dans ses mots, ses gestes et même son regard.

Si elle était une actrice, elle serait digne des superproductions d’Hollywood.

« Et c’est à ce moment-là que vous êtes tous entrés dans la pièce, » déclara Ildea quand elle finit son récit.

Nous avions tous souri et applaudi comme si nous applaudissions une représentation théâtrale.

« Merci. » Elle fut prise de court par les applaudissements, mais avec un doux sourire sur les lèvres, elle se rétablit et attendit notre mot à dire dans tout cela.

Le premier à commenter était Kalderan.

« Zarbast Asher, Annatella Verma, Dormachiov Killiry et Misany Amitta… hm ~ pourquoi ces noms ne me paraissent-ils pas familiers ? » Il fronça les sourcils, ferma les yeux et croisa les bras sur sa poitrine.

« J’ai entendu parler de l’Union démocratique de Shiva, ils disent qu’elle a été créée par l’union du royaume de Shiva et de plusieurs territoires du Sud appartenant à l’empire Akutan avant la proclamation de leur indépendance. Le royaume fasciste est un lieu mystérieux où les aventuriers vont et ne reviennent jamais. En ce qui concerne les deux autres, les aventuriers qui s’y sont rendus ont déclaré qu’il s’agissait de pays sans discrimination, où personne n’était supérieur à l’autre. » Nous a dit Risha.

Contrairement à nous, c’était une personne qui s’était rendue dans divers autres camps lorsqu’elle avait terminé sa quête avec son groupe précédent. Kalderan avait été coincé à Soldra pour le plus gros de son temps, et je… eh bien, j’avais été abandonné dans ce pays assez récemment. J’avais raté pas mal de choses, trois ans pour être exact.

« Nous sommes donc coincés dans un autre monde et la première chose que font nos concitoyens c’est d’établir des gouvernements néonazis, néocommunistes et néo-fascistes afin de conquérir le monde. » Dis-je. Puis je laissai échapper un gros soupir.

« N’oublie pas un projet démocratique aussi, a été créé par ce type, Dormachiov Killiry, » déclara Kalderan avec un sourire narquois.

Je plissai les sourcils.

« C’est un nom qui sonne très amicale. » Remarquai-je.

« Que veux-tu dire par là ? » Demanda Risha en me regardant.

« Kill, dans l’une des nombreuses langues de la Terre, signifie Rikna (tuer). » Expliqua Kalderan.

« La langue peut être une chose délicate. En fin de compte, tous nos noms ont une certaine signification derrière eux. » J’avais hoché la tête.

« Nous nous écartons du sujet ici. » Fit remarquer Kalderan.

« C’est vrai. » J’avais hoché la tête.

« Pardonnez-moi, mais… n’êtes-vous pas inquiets tous les quatre ? » Nous avait demandé la princesse.

« Hm ? Que veux-tu dire ? » Demandai-je en inclinant la tête vers la droite.

« Je suis traquée par des assassins envoyés par mon propre père. L’avenir de ce royaume est incertain et il y a de fortes chances pour que vous soyez déclaré criminel pour le simple fait que vous m’ayez tendu la main. Tant que vous ne saviez pas qui j’étais, je pensais que vous seriez en sécurité, mais maintenant que j’y réfléchis, rien ne permet de savoir où la folie de cet homme pourrait mener, » déclara Ildea en tenant ses épaules et en frissonnant.

Il était clair que cette jeune fille était effrayée par tout ce qui lui arrivait et on pouvait dire que son avenir était incertain. La mort ou l’emprisonnement était ce qui l’attendait à la capitale. Si le pire venait à empirer, elle serait forcée d’épouser son propre père. C’était un destin terrible, mais depuis que j’en faisais partie maintenant, je ne pouvais pas le laisser être comme ça.

« Pourquoi ne viens-tu pas avec nous ? » lui avais-je demandé.

« Quoi ? Mais… et les assassins ? Et où irions-nous ? Qui pourrait être assez courageux et stupide pour aller à l’encontre de la puissance du Royaume des Dix Épées et peut-être même de celle de l’empire Akutan. » Demanda-t-elle en secouant la tête.

« Tu les regardes, » j’avais souri.

« Hein ? » Risha cligna des yeux surpris et fit une expression choquée, mais nous l’ignorions tous.

« Nya ~ petit animal se sent biennn ~ ! » Tamara s’était évachée en une grosse boule de fourrure moelleuse quand j’avais commencé par réflexe à la gratter derrière les oreilles.

« Toi ? » Ildea n’était pas convaincue.

« Voyons, cela expliquerait-il mieux les choses alors ? » Demandai-je alors que je fermais les yeux et me concentrais sur ma capacité à changer de forme.

Lorsque j’avais ouvert les yeux, j’avais également déployé mes ailes, qui comportaient un mélange d’écailles rouges, dorées, noires et blanches, formant des motifs striés qui me donnaient un aspect imposant. Du haut de ma tête, une paire de cornes noires avec une extrémité rouge-noir et un anneau en or à la base s’étaient formées tandis qu’une queue avait germé du bas de mon dos.

À cet instant, j’avais pris la forme d’un dragon éveillé à l’aura majestueuse débordant de moi. L’autorité de mes écailles d’or me servait de preuve et de marque qui pourrait très bien être considérée comme celle d’un membre de l’une des familles royales dragons.

« Bien, qu’en penses-tu ? » Demandai-je en voyant qu’elle ne disait rien et me regardait avec un air figé.

La princesse Ildea n’avait pas répondu.

En fait, elle ne réagissait pas du tout. Agiter ma main devant ses yeux ne fonctionnait pas non plus.

Avec un peu d’inquiétude sur mon visage, je me tournai vers Kalderan et dis : « Je pense qu’elle s’est évanouie. »

« En étant debout ? » Il plissa les sourcils.

Je regardai la princesse puis la poussai doucement. La dame élégante, débordante de grâce royale, retomba comme une bûche.

« Oui, je suis sûr qu’elle s’est évanouie. »

« D’accord, je vais manger quelque chose. Faites-moi savoir quand elle se réveille. » Haussant les épaules, le Russe quitta la pièce.

« J’y vais aussi. Tamara veut manger certaines de ces collations au poisson, » déclara Risha en laissant échapper un soupir.

« Poisson ?! POISSON ! » La chatte se leva et la suivit.

Ils m’avaient laissé avec la princesse qui était étendue à présent sur le sol.

« Sérieusement ? » Dis-je avec un sourire ironique.

Comme les trois autres m’avaient laissé seul avec elle, j’avais fait ce qu’un dragon sensé ferait, je l’avais relevée puis je l’avais couchée dans son lit, exactement comme si elle était une jeune enfant. Au moins, je n’avais pas été obligé de lui chanter une berceuse.

Après être revenu à ma forme humaine, j’avais pensé quitter la pièce, mais la laisser se réveiller seule n’était probablement pas une bonne idée. Avec un soupir de résignation, je m’étais approché de la table et avais sorti Enfer et Paradis de mon Trou noir pour les entretenir. Ce n’était pas qu’elles en avaient besoin, mais j’aimais les modifier. Elles étaient comme ce génial personnage que l’on crée dans son jeu préféré et qu’on finit par peaufiner à chaque étape du processus, en essayant de nouvelles armes, différentes combinaisons de compétences, différentes poses, etc.

Ces deux armes étaient certainement de rang divin en ce qui concerne leurs capacités et leur complexité, mais pour être honnête, il me restait encore beaucoup à apprendre. J’avais mes compétences au niveau maximum, mais il y avait une différence entre avoir la capacité d’utiliser quelque chose et avoir l’expérience de l’utiliser pendant longtemps.

J’étais fondamentalement un génie avec des compétences non polies. Tout ce que je devais faire maintenant, c’était pratiquer, encore et encore. Ai-je mentionné que je dois aussi pratiquer ? Oui, c’était à peu près tout.

La princesse ne s’était pas réveillée même après la fin de l’entretien et Kalderan était revenu d’en bas. Après qu’il se soit couché, j’étais resté près de la fenêtre et j’avais regardé les deux lunes se lever dans le ciel dégagé.

La grande s’appelait Nocturnia, tout comme la déesse, et la petite s’appelait Nocturnis, tout comme son frère. Pendant longtemps, je n’avais jamais pris la peine d’apprendre le nom de ces deux lunes. J’étais complètement inconscient de beaucoup de choses dans ma vie, par exemple le fait que la gravité de ce monde pourrait ne pas être la même que celle de la Terre. En fait, j’avais spéculé qu’elle était un peu plus élevée. La météo avait également été influencée par la magie, en fonction de la distribution, ainsi que de l’endroit où de puissants monstres se trouvaient. Certaines de ces bêtes pourraient augmenter la température autour d’elles ou la baisser de façon drastique en un claquement de doigts. Les décharges électriques avaient également joué un grand rôle dans l’équation, mais je ne pouvais absolument pas être météorologue pour savoir comment tout cela était affecté.

À un moment donné au milieu de la nuit, la princesse s’était réveillée. Elle se leva du lit et regarda autour d’elle comme si elle était poursuivie par des loups. Quand elle m’avait regardé, elle s’était arrêtée et avait dégluti. Les mains tremblantes, elle ramassa la couverture et la souleva tout en se reculant jusqu’à rencontrer le mur.

Je penchai la tête vers la gauche, curieux de savoir ce qu’elle allait faire et ce qu’elle allait dire ensuite, mais elle resta comme ça pendant quelques bonnes minutes, me regardant avec ces grands yeux effrayés.

« Est-ce que ça va, Ildea ? » J’avais craqué et je le lui avais demandé.

« Hiii! » Elle avait crié.

Je clignai des yeux et regardai Kalderan, mais il dormait comme une bûche.

Secouant la tête, je me levai et étirai un peu les épaules. Je n’avais rien dit d’autre et je lui avais juste donné le temps de se calmer. En fin de compte, c’est elle qui avait parlé en premier.

« V-vous… Ê-êtes-vous vraiment un dragon ? »

« Un demi-dragon en fait. » Je lui avais fait un sourire.

« A-Alors… c-ce que j’ai vu plus tôt… ce n’était pas un rêve, n’est-ce pas ? »

« Nan. » J’avais secoué ma tête.

« A-Allez-vous me manger ? » Demanda-t-elle en me regardant comme un petit lapin effrayé.

Quand je l’avais entendue, j’avais failli tomber. CELA m’avait vraiment pris par surprise !

Heureusement, j’avais vite récupéré.

« Non. Où as-tu eu cette idée ? » Demandai-je avec une joue qui tremblait.

Je pourrais comprendre si elle était un héros humain qui ne lisait que ces mauvaises histoires avec le dragon jouant le rôle du grand lézard cracheur de feu, mais les dragons de ce monde ont leur propre royaume. Pourquoi iraient-ils chercher de la viande humaine ?! Ils ne sont pas des MOUTONS ! Je m’étais plaint dans mon esprit.

« Ces vieux généraux au palais… Ils ont souvent décrit votre race comme étant celle de monstres impitoyables cherchant à attirer des humains. L’empire Akutan a rassemblé maintes fois les armées de tous les royaumes pour lancer des attaques défensives contre le continent des Dragons. » Expliqua-t-elle en se tirant les genoux contre la poitrine.

« Ce n’est que de la propagande politique pour vous amener à vous battre. Il était beaucoup plus facile de mettre l’étiquette de “mal” et de “monstre” sur nous que d’expliquer qu’ils voulaient simplement plus de terres ou de ressources. » J’avais expliqué avec un haussement d’épaules.

« Quoi ? » Elle cligna des yeux surpris.

« Oui, à part ces invasions dont tu parles plus que souvent, ça a fini par être de gros échecs pour les armées humaines, non ? » avais-je demandé.

Elle acquiesça en silence.

« Eh bien, c’est parce que les dragons en général sont beaucoup plus puissants que les humains. Le continent sur lequel ils vivent a besoin de forces absurdes pour survivre. Les monstres les plus faibles sont au-dessus du niveau 100 et les loups de ce continent sont la proie favorite des moutons. » Expliquai-je, puis je frissonnai à la pensée de ce dernier.

Pour être honnête, j’avais eu ma part de rencontres avec les troupeaux de moutons dans la forêt Seculiar. Ces monstres de niveau 400 ou plus m’avaient poursuivi alors que j’étais faible et ce n’était que par une chance folle que j’avais réussi à les vaincre ou à les semer. C’était tous des bâtards persistants qui étaient fiers de leurs défenses naturelles. Les loups tremblaient et criaient, la queue entre les pattes, à la seule vue d’un mouton féroce.

« Quoi ? Comment cela peut-il être le cas ? » Demanda-t-elle, confuse.

« Je ne sais pas. C’est comme ça que les choses se passent là-bas. Pour être honnêtes, les dragons ne veulent même pas attaquer ce continent. Au lieu de cela, ils ont le pouvoir de voler ici et s’emparer facilement de cet endroit en quelques jours. D’après ce que j’ai vu, je suis plus que suffisant pour détruire complètement toutes les colonies de Soldra jusqu’à cet endroit. » Déclarai-je fièrement, mais cela ne fit que provoquer la peur à la pauvre princesse.

« Alkelios arrête de crier comme une petite fille ! » Kalderan se plaignit dans son sommeil puis roula de l’autre côté.

Je rétrécis les yeux vers lui et me demandai d’où venait ce commentaire.

Après un long moment passé, Ildea se calma à nouveau, je la regardai et lui demandai : « Est-ce que je suis vraiment si effrayant ? » Je lui avais fait un petit sourire, mais le regard dans ses yeux était celui de peur de moi, ça me faisait un peu mal.

Personne ne voudrait que ses propres amis et connaissances en viennent à nous craindre, à moins d’être un bâtard maléfique, ce que je n’étais pas.

Il lui fallut un peu de temps pour réfléchir à la réponse, mais j’attendis patiemment, regardant calmement à l’extérieur ou vers elle. Autant que je sache, à l’exception des idées fausses courantes sur les dragons, rien ne me faisait peur.

Finalement, elle était arrivée à la même conclusion.

Ildea secoua la tête puis dit : « Non, vous ne faites pas peur, c’est juste que… les histoires qui m’ont été racontées sur les dragons me faisaient avoir peur pour rien. »

« Ouais, je vois comment cela va devenir un problème si un jour les dragons et les hommes s’unissent. » J’avais ri.

« S’unissent ? En tant qu’allié ? Cela voudrait dire… » elle s’arrêta et baissa les yeux.

J’avais regardé vers les deux lunes puis j’ai dit « La fin de la guerre et le début du processus de guérison de la haine cultivée entre les deux depuis des milliers d’années. Je parie qu’aucun des deux camps ne se souvient comment tout a commencé de toute façon. » Je m’étais moqué de ça.

« Non, aucun livre ne mentionne même comment la guerre a commencé, c’est juste… » dit-elle.

« Peut-être que quelqu’un a conspiré pour nous faire nous haïr pour rien ? Nous affaiblir ? » J’avais plaisanté.

« Peut-être, » déclara Ildea avec un regard sérieux alors qu’elle commençait à réfléchir à quelque chose.

Quelques instants plus tard, elle me demanda « À propos de ce que tu as dit plus tôt, à propos de me protéger et de venir avec toi… est-ce que tu parles de… ? »

Elle avait peur, était inquiète et surtout incertaine de ce que son avenir lui réservait.

« Oui. Je te protégerai. Après tout, j’ai fini par entendre ton histoire et j’ai le pouvoir de le faire. Alors pourquoi pas ? En outre, si un dragon sauve la princesse au lieu de la kidnapper, alors peut-être que toutes ces mauvaises rumeurs sur nous seront brisées. » Je lui avais fait un clin d’œil.

Et si tout cela aidait à long terme le royaume d’Albeyater et les deux espèces dans leur ensemble, cela valait peut-être la peine de déployer tous les efforts que je pourrais déployer.

« Pourtant, même si ce que vous dites est vrai, comment pourriez-vous, un héros humain, faire en sorte que le continent des dragons me protège ? Si l’empire Akutan exige votre tête, je suis sûre qu’ils l’offriront sur un plateau d’argent. » Déclara-t-elle, essayant probablement de me faire reculer par bonté.

Juste imaginer que l’ambassadeur de l’empire Akutan s’approche de ce vieux lézard, Feryumstark, et exige que je sois confié à l’empire Akutan juste parce qu’ils le lui ont dit, ça m’avait fait rire. Après tout, tout de suite après que l’Ambassadeur mentionne une chose aussi folle et ridicule, je suis sûr que Sa Majesté répondrait sarcastiquement en disant quelque chose dans le sens suivant : « Bien sûr, nous allons vous donner le sauveur de ma reine, duc de mon royaume et le beau-fils du général Brekkar Draketerus tout de suite. Alors, voulez-vous revenir à l’empire Akutan avec ou sans membres attachés à votre corps ? »

Yup, ça m’avait fait rire !

« Qu’est ce qu’il y a de si drôle ? » Demanda Ildea en fronçant les sourcils parce que je m’étais mis à rire tout d’un coup.

Je ne pouvais pas la blâmer, c’était un peu bizarre, mais elle ne pouvait pas voir ce que mon imagination avait juste concocté.

« Je suis désolé, c’est juste que, ouais… c’était drôle. Quoi qu’il en soit, je suis convaincu que je ne serai pas confié à l’empire Akutan, même s’ils viennent frapper à la porte avec leurs armées. Je suis après tout quelqu’un qui détient le titre de duc là-bas, et ma femme ne serait pas trop heureuse de me voir céder sur un plateau d’argent. Les dragonnes à écailles rouges peuvent être très protectrices envers leurs époux. » J’avais rigolé.

« Elle a l’air d’une femme puissante, » déclara-t-elle.

« Oui, et elle est aussi belle. » Je lui avais montré un doux sourire.

Fermant les yeux, Ildea resta comme ça un instant. Quand elle les rouvrit, il y avait un air calme et doux qui l’entourait.

« Très bien, Alkelios, je vais croire en vous. Je viendrai avec vous pour voir à quoi ressemble vraiment le continent des dragons et peut-être qu’un jour, je retournerai au royaume des 10 épées pour libérer mon peuple de la folie de mon père. »

« Princesse Ildea, je vous promets que vous serez en sécurité avec moi. En fait, je souhaite aussi pleinement qu’aucun dommage ne vienne à vous aussi longtemps que je serai à vos côtés, et si par hasard nous pouvons sauver votre royaume et votre mère, alors qu’il en soit ainsi. Que les dieux choisissent le meilleur résultat pour vous et votre peuple. » Je lui ai dit.

« Merci…, » dit-elle, puis de douces larmes se formèrent au coin de ses yeux.

Je m’approchai d’elle et la prenais dans mes bras, voulant apaiser la douleur qui lui avait poignardé le cœur tout ce temps.

« Là. Là. Tout ira bien maintenant. » Je lui avais murmuré ça comme à mon propre enfant.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Au final il va vraiment prendre une princesse avec lui.

Laisser un commentaire