100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 3 – Chapitre 73

***

Chapitre 73 : La Vérité Divine

***

Chapitre 73 : La Vérité Divine

Partie 1

***Point de vue de Kronius***

Je l’ai fait..., avais-je pensé alors que je tombais du ciel.

Avec cette dernière explosion de magie, j’étais complètement épuisé et je ne pouvais plus continuer mon vol. Le sol approchait rapidement, et ma seule chance de survie si je ne voulais pas me retrouver comme une simple tache rouge sur le sol était de boire une potion qui rétablirait mon énergie magique.

« Viens ! » J’avais lutté contre le vent en sortant une petite bouteille bleue, mais en étant affaibli, je ne pouvais pas la tenir et elle s’échappa de mon étreinte. « NON ! » J’avais essayé de l’attraper à nouveau, mais c’était en vain.

N’abandonnant pas, j’avais pris une autre potion, mais cette fois, je l’avais mieux tenue. Après avoir fait partir le bouchon, je l’avais bu avec précipitation. Au moment où le liquide acide avait touché mes lèvres, je pouvais sentir l’énergie couler à nouveau à travers moi.

Je n’avais pas de temps à perdre. J’avais placé une barrière autour de moi puis appelais les vents pour ralentir ma chute.

Au moment où j’étais entré en contact avec le sol, ma barrière avait éclaté, mais seule une petite partie du choc m’avait assailli, ce qui signifiait qu’à part quelques ecchymoses ici et là, j’avais survécu.

« Toux ! Toux ! Je l’ai fait ! » déclarai-je avec un sourire alors que je me relevais et me retournais sur le dos tout en levant les yeux au ciel.

Alkelios est maintenant mort et je suis en vie ! J’ai gagné ! avais-je pensé en souriant.

CRACK !

Un flot de douleur me submergea depuis la jambe gauche et je laissai échapper un cri : « AAARGH! »

Ça fait mal ! Ça fait mal ! J’avais crié dans mon esprit, mais quand j’avais regardé la source de la douleur, je l’avais vue…

Seryanna Draketerus, la dragonne à écailles rouge, me regardait avec un regard froid et je pouvais sentir sa soif sanguinaire me recouvrir. Trois autres ont atterri à côté d’elle : la dragonne à écailles argentées Kataryna Greorg, la dragonne à écailles noires Thraherkleyoseya Draketerus et le dragon à écailles blanches dont j’avais oublié le nom.

Ils me regardaient avec les mêmes yeux perçants et froids. Sous leur forme hybride, ils n’étaient pas différents de monstres mangeurs d’hommes. J’avais senti un frisson de peur me précipiter dans le dos parce que je savais qu’il n’y avait aucun moyen de raisonner avec ces… choses.

Le dieu avait raison, ce continent n’était rempli que de monstres.

« Où est-il ? » Demanda Seryanna avec un grognement guttural menaçant.

J’avais souri.

« Mort, » lui avais-je dit.

Elle avait tordu son pied sur ma jambe cassée, envoyant une nouvelle vague de douleur dans mon corps. J’avais crié, mais elle avait fermé ma bouche en me frappant la mâchoire avec sa queue.

« Où est-il humain ? » demanda-t-elle à nouveau.

« Je te l’ai dit, il est mort. » Je crachais du sang.

« Que veux-tu dire ? Explique-toi. » Demanda Kataryna.

Je lui avais fait un sourire narquois. « Cette dernière attaque était ma plus puissante à ce jour même si je n’ai pas le plein contrôle sur elle. Vous voyez, cela utilise toute mon énergie magique pour envoyer ma cible à un endroit aléatoire du système solaire. Par aléatoire, je veux dire que cela pourrait être sur une autre planète, le vide froid entre les étoiles, un astéroïde, ou même dans la croûte ou le manteau d’une planète. » J’avais souri triomphalement. « Il y a aussi un autre piège. Non seulement il est envoyé dans un endroit aléatoire de ce système solaire, mais il est aussi envoyé vers le passé ou vers le futur. »

« Quoi ? » La dragonne me montra une expression confuse.

« Laissez-moi vous dire de cette façon, mon sort aurait pu l’envoyer cent ans dans le futur, au beau milieu du soleil. Ou cela aurait pu l’envoyer cent ans dans le passé, au beau milieu de cette planète, à des milliers de kilomètres sous la surface. Pensez-vous vraiment que quiconque ou quoi que ce soit puisse survivre à cela ? » Demandai-je avec un sourire. « Regardez les choses en face, il est mort. » Lui dis-je.

« Comment savons-nous que tu n’es pas en train de mentir ? » demanda la dragonne à écailles noire en poussant un grognement.

« Pourquoi le ferais-je ? D’ailleurs j’abandonne. Tu peux m’emmener en prison ou me mettre un autre collier d’esclave, je m’en fiche. » Dis-je alors que je levais les mains en signe de soumission.

Les dragonnes se regardèrent un instant puis me regardèrent froidement.

Que se passe-t-il ? me demandais-je.

« Tu sembles toujours te tromper à propos de quelque chose, » déclara Seryanna. Puis, avant que je puisse faire quoi que ce soit, elle avait poignardé son épée dans mon ventre.

« Gah! » Je crachais du sang et grimaçais de douleur.

Ça fait mal ! J’ai été poignardé ! Je saigne ! avais-je pensé en étant en état de choc.

« Alkelios nous a parlé de ton petit tour de téléportation. Tant que je garde le pied sur ta jambe, tu ne peux pas t’enfuir. En outre, tu te trompes profondément sur le fait qu’il soit mort. Je suis sa femme, sa compagne, je saurais s’il était mort ou non. Peu importe, où tu l’as envoyé, que ce soit le passé ou l’avenir, il reviendra vers moi et je le reverrai. Cet homme, contrairement à toi, possède 100 points de chance. Il a atteint le maximum. Ce qui signifie que même s’il y a une chance de survie, il le fera. Non seulement cela, mais nous, ses amis et sa famille, souhaitons également profondément qu’il nous revienne sain et sauf. » Me dit-elle avec son regard froid alors qu’elle enfonçait lentement la lame de son épée plus profondément en moi.

« Tu es folle ! J’ai dit que j’abandonnai ! » avais-je crié en essayant d’empêcher la lame de s’enfoncer plus profondément.

Je pourrais toujours être sauvé si je buvais une potion de guérison ou si quelqu’un me lançait une magie de guérison. La magie dans ce monde pourrait faire ce qu’aucune technologie moderne ne pourrait faire. Il était encore temps. Il y avait encore un moyen pour moi de survivre !

« Tu te trompes également sur autre chose, petit humain. Penses-tu vraiment que moi, l’épouse d’Alkelios Yatagai, te laisserais calmement partir après avoir tenté d’assassiner mon mari ? » Demanda-t-elle alors qu’elle s’approchait de moi avec sa tête écarlate de dragonne.

« Q-Quoi ? » avais-je demandé horrifié en comprenant ce que ses mots impliquaient.

« Tu ne vas pas en prison, et tu ne porteras certainement pas de collier d’esclave. J’ai vu ce que tu as fait là-bas, et aussi comme tu l’as facilement enlevé. Penses-tu que je suis stupide ? Non, ce qui t’attend n’est rien d’autre que la mort. » Elle m’avait dit ceci, et je pouvais le dire… je pouvais voir… qu’elle l’appréciait.

E-Elle veut me tuer ? Non ! Je ne peux pas mourir ! avais-je pensé. Et j’avais lutté en vain pour me libérer.

Il n’y avait aucun moyen de m’en sortir. Je n’avais plus assez d’énergie magique pour lancer un sort, pas même une simple barrière, encore moins utiliser ma capacité à me téléporter. J’étais piégé.

J’étais piégé comme un lièvre dans la tanière d’un renard.

Il n’y a pas d’issue… Ce sont vraiment des monstres… Des monstres qui marchent et parlent comme des humains, pensais-je, horrifié.

Dans l’instant qui avait suivi, elle avait sorti son épée, me faisant cracher du sang, et lorsque nos yeux s’étaient croisés, elle avait donné un coup horizontalement. Le monde commença à se pencher sur le côté et je ne pouvais plus sentir mon corps.

Non... je ne veux pas mourir... NOOON !!! J’avais hurlé dans mon esprit alors que le monde devenait noir.

***

***Point de vue de Seryanna***

Je haletais des efforts et de la rage qui me traversaient. Le corps de l’homme qui avait fait disparaître mon mari était étendu à mes pieds, coupé en plusieurs morceaux. Je n’étais pas du tout satisfaite de cela, alors j’avais lâché mon souffle de feu sur sa dépouille.

Je l’avais brûlé jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien, même pas ses os.

« AAARGH! » J’avais crié de colère et j’avais lâché un autre souffle de feu vers le ciel.

En retenant mon souffle, j’étais tombée à genoux, tremblante et effrayée par la possibilité qu’il ne revienne jamais à moi.

« Seryanna..., » déclara Kataryna en plaçant sa main sur mon épaule gauche.

En la regardant, j’avais vu que même elle retenait à peine sa colère. Ma sœur pleurait dans les bras d’Iolaus, pensant probablement qu’Alkelios avait disparu.

« Si les paroles de cet homme sont vraies et qu’Alkelios a été envoyé dans le passé ou le futur à un endroit aléatoire de l’espace, il est également le seul à pouvoir y survivre. Si quelqu’un peut espérer avoir la chance de s’en sortir, alors c’est Alkelios. Tu l’as dit toi-même, n’est-ce pas ? » Me déclara Kataryna avec un doux sourire, mais elle ne semblait pas non plus croire entièrement à ces mots.

« Oui, tu as raison..., » déclarai-je en baissant les yeux vers le sol calciné autour de nous. « Si quelqu’un peut le faire, c’est bien lui... » Je fermai les poings puis me relevai.

« Qu’est-ce que tu vas faire, grande sœur ? » Me demanda Kléo, mais elle pleurait toujours.

« Je vais l’attendre, » répondis-je en la regardant dans les yeux. « Quoi qu’il arrive, je l’attendrai. Je sais qu’il est en vie quelque part… Il faut juste que j’attende… » Dis-je.

« Et qu’est-ce qui se passerait si... »

Je savais ce que Kataryna voulait dire, mais je lui avais fait un regard noir pour l’empêcher de finir sa phrase.

« Je sais qu’il est en vie, Kataryna. Au moment où j’ai tué cette ordure humaine, j’ai senti sa force vitale entrer dans mon corps, comme cela se produit habituellement lorsque je tue quelqu’un ou un monstre. Ce n’était pas comme si je ne l’avais jamais ressenti avant de rencontrer Alkelios, mais c’était comme si le bonus qu’il nous offrait était toujours présent, » lui avais-je dit.

« Tu dis donc que sa capacité n’a pas été annulée ? Tu utilises cela comme preuve ? Mais que se passe-t-il si c’est quelque chose qui n’est pas influencé par le fait qu’il soit vivant ou mort ? » Avait-elle demandé.

« Je refuse de croire ça. Il est en vie, je le sais, et en tant que femme, je l’attendrai ! » Lui déclarai-je en rétrécissant un peu les yeux.

Il était hors de question que j’abandonne Alkelios. Il était impossible qu’il soit mort. Les dieux ne le laisseraient pas...

« Pour être honnête, je veux aussi y croire, mais je n’y peux rien s’il y a une petite partie de moi qui se demande si peut-être juste peut-être qu’il ne reviendra plus jamais... Cependant, l’abandonner juste comme ça serait une honte pour nous tous qui l’aimons comme un ami ou un amoureux. Je ne l’abandonnerai pas non plus, mais dans le cas où il prendra un certain temps pour revenir à nous, nous ferions mieux d’être prêtes. Seryanna, il faut que tu atteignes l’éveil supérieur, » me déclara Kataryna.

« Je vais le faire. Je vais devenir plus forte que je ne suis. Je montrerai à tout le monde le vrai pouvoir d’une dragonne supérieure de la Haute Flamme, et la prochaine fois, je serai à ses côtés lorsqu’il ira affronter ses ennemis ! Je jure que je deviendrai quelqu’un sur qui il pourra compter et non pas sur quelqu’un dont il doive s’inquiéter ! » Déclarai-je alors que je serrais le poing.

« Nous le ferons tous ! » déclara Kléo.

Peu importe ce que ce déchet humain avait dit, Alkelios Yatagai n’était pas parti, il n’était pas mort. Nous le déclarerions comme disparu, mais pas mort.

C’est pourquoi... mon amour, reviens-moi vite. Tu me manques déjà. Pensai-je en levant les yeux au ciel.

***

Partie 2

***Point de vue d’Alkelios***

Quand j’étais arrivé à ma destination, je ne pouvais pas entendre les bruits du champ de bataille autour de moi ni sentir le contact froid du vent dans le ciel. Où que je regarde, je ne pouvais voir que l’obscurité, une obscurité noire, sans son ni lumière.

Que se passe-t-il ? Est-ce que je suis mort ? me demandais-je, mais en fermant mon poing et en l’ouvrant à nouveau, j’entendais mon cœur battre et je savais que j’étais en vie.

J’avais essayé de voler en espérant que j’étais peut-être aveuglé temporairement ou quelque chose du genre, mais peu importe où je me déplaçais, vers le haut ou le bas, à gauche ou à droite, je ne pouvais pas sentir de vent. C’était à la fois étrange et effrayant.

Que se passe-t-il ? me demandais-je.

Ensuite, j’avais vu un faisceau de lumière venant de derrière moi. Je m’étais retourné et ce que j’avais vu était des... rideaux.

Au milieu de nulle part, il y avait des rideaux de velours pourpre derrière lesquels je pouvais voir une lumière blanche percer à travers.

Avec précaution et méfiant des pièges ou des attaques sournoises, je m’étais approché des rideaux et étais passé à travers.

À ce moment-là, au moment où je passais de l’autre côté des rideaux, je me trouvais dans une salle blanche et, devant moi, je vis l’entité semblable à Dieu qui m’avait amené dans ce monde.

« Est-ce que vous jouez à des jeux ? » Étaient les premiers mots qui sortirent de ma bouche.

« Quoi ? » Se retourna-t-il, mais en une fraction de seconde, son personnage mourut et le message « GAME OVER. » Apparu à l’écran. « QUOI ?! NON ! C’était le dernier boss ! » S’écria-t-il.

J’avais reconnu le jeu, c’était celui que je jouais sur Terre avant tout cela. Cela m’avait ramené de tels sentiments nostalgiques.

« Dragon hunt » était un jeu dans lequel vous étiez comme un « héros » parcourant le monde à la recherche de dragons maléfiques. La plupart des espèces dans le jeu étaient des dragons. Il y avait même eu une plainte à un moment donné selon laquelle les reptiles étaient bien plus nombreux que les mammifères, ce qui avait amené à s’interroger sur la façon dont les humains et d’autres espèces sagaces à sang chaud avaient vu le jour.

Eh bien, certains avaient dit que c’était juste un jeu, mais une fois que vous y aviez pensé, ça avait brisé l’immersion.

« Est-ce que c’est un Bloodheart Dungeon ? » avais-je demandé.

« Ouais..., » répondit Dieu alors qu’il faisait réapparaître son personnage au point de réapparition.

Il jouait sur ce qui semblait être un énorme téléviseur à écran plasma connecté à un ordinateur de bureau. Le système était installé devant un confortable canapé blanc et une table à bonne hauteur pour utiliser confortablement la souris et le clavier. Les outils qu’il utilisait avaient l’air coûteux et davantage destinés aux joueurs professionnels. Pourtant, j’avais trouvé ça plutôt bizarre qu’il joue à ce jeu juste au moment où j’étais entré.

« Alors où suis-je exactement ? Est-ce que je suis mort ? » demandai-je alors que je m’approchais de lui.

« Hm ? Non. » Il secoua la tête.

Il se leva de son siège et se retourna pour me regarder.

« Alors où suis-je ? » avais-je demandé.

« Tu es dans un endroit où normalement les mortels ne devraient pas pouvoir entrer. Je savais qu’il y avait une très petite chance que la capacité de Kronius t’envoie ici, mais sans ta chance, il était littéralement impossible que cela se produise, » déclara-t-il en poussant un soupir.

« Kronius, le gars que je viens de combattre, que lui est-il arrivé ? » demandai-je en étant un peu inquiet.

« Ta femme l’a tué après que tu aies disparu de cet endroit, » répondit-il, puis il me montra à travers un portail le moment où Seryanna le décapita en un seul geste.

Sa magie donnait l’impression de regarder à travers la fenêtre transparente d’une pièce.

« Bien. Il ne va plus être un problème. » Dis-je en poussant un soupir de soulagement.

Dieu fit disparaître la fenêtre puis me regarda dans les yeux.

« Ouais... eh bien, tu sais qu’il était censé être ta Némésis au cas où tu deviendrais trop puissant et méchant, n’est-ce pas ? » me demanda-t-il.

« Quoi ? Je ne comprends pas. Que voulez-vous dire par là ? » avais-je demandé un peu confus.

« Très bien, puisque tu es déjà ici et que nous avons un peu de temps, laisse-moi te poser une question. Pourquoi penses-tu que je vous ai tous envoyés dans ce monde ? »

« Pour le sauver et, ce faisant, sauver notre monde, la Terre ? » avais-je demandé.

« En fin de compte, oui. Mais tu dois admettre que cela ne peut pas être la seule raison. J’aurais pu simplement vous accorder ces pouvoirs et vous laisser ensuite les utiliser sur Terre ou simplement les faire pour que vous reveniez combattre les envahisseurs, n’est-ce pas ? » m’avait-il dit en plissant les sourcils.

« Attendez, je ne comprends pas ce que cela a à voir avec le fait que Kronius soit ma Némésis ? » lui avais-je demandé en étant un peu confus.

« Accepte ça, tu comprendras à la fin, » répondit-il.

« D’accord... pas comme si j’avais le choix. » Je hochai la tête.

« Alors à propos de ce que j’ai dit il y a un instant, qu’en penses-tu ? » demanda-t-il.

« Cela semble plausible, d’accord. Encore une fois, étant donné vos pouvoirs, vous auriez pu nous accorder des pouvoirs aléatoires tels que les superhéros de bandes dessinées, » répondis-je.

« Oui, mais le taux d’acceptation et le développement auraient été extrêmement différents de ce qu’ils sont ici, dans mon monde. Pense simplement à ce que deux ou trois superhéros ont fait dans vos bandes dessinées quand ils sont apparus soudainement, puis imaginez leur nombre à 10 millions de personnes fortes qui sont soudainement apparues sur toute la planète. Le taux de criminalité augmenterait considérablement et les terriens se disputeraient plutôt que de se concentrer sur un ennemi commun, » avait-il expliqué.

« Que voulez-vous dire ? Le taux de criminalité ne devrait-il pas baisser ? » avais-je demandé en étant confus.

« L’âme d’un héros n’est pas quelque chose que tout le monde a, gamin. La plupart des gens, dans des circonstances normales, n’utiliseront pas leurs capacités pour le bien ou pour sauver les autres. Certes, certains le feraient au début, mais ils essaieraient alors de voir comment ils pourraient utiliser leurs capacités pour gagner de l’argent rapidement. Un grand nombre d’entre eux seraient plus enclins à voler et à assassiner les autres plutôt que de les aider, car la montée en pouvoir suffisait à les enivrer et à déformer leur morale, » avait-il expliqué.

« Comment pouvez-vous en être sûr ? » avais-je demandé.

« Disons simplement que votre Terre n’est pas la seule Terre là-bas, comme dans l’Univers. En outre, c’est une chose psychologique. Pour la plupart des humains en général, la majorité en fait, il est extrêmement difficile de s’empêcher d’abuser de son pouvoir. Tu connais le dicton ? Il n’est pas difficile de tuer, il est difficile de s’empêcher de tuer une fois que l’on a un motif et une façon de le faire. Ou le dicton : Il est facile d’être maléfique, mais difficile d’être bon, cependant, le chemin du mal prend plus en vous et donne moins, tandis que le bon chemin prend peu, mais vous donne beaucoup, » avait-il dit.

« Je pense que je comprends. Donc, fondamentalement, ce que vous dites, c’est que les humains sont leur propre pire ennemi, n’est-ce pas ? » avais-je demandé.

« Justement, mais cette loi ne s’applique pas seulement aux humains. La faiblesse d’être corrompu par un vaste pouvoir qui vous a été attribué est une caractéristique intrinsèque de toutes les espèces sagaces qui n’ont pas encore atteint un certain stade d’évolution biologique et sociale. Les êtres humains, comme beaucoup d’autres, trouvent plus facile, à ce stade, d’abuser de leur pouvoir et de nourrir leur côté égoïste plutôt que de s’abstenir d’abuser et de réfléchir à la façon de l’utiliser au profit de la société, » avait expliqué Dieu.

« Et si quelqu’un veut utiliser ses pouvoirs uniquement pour s’amuser ? » avais-je demandé.

« Comme je l’ai dit plus tôt, un certain niveau d’évolution sociale est nécessaire pour que les personnes avec le pouvoir puissent accepter le simple fait qu’ils veulent uniquement utiliser leurs capacités pour s’amuser. À ce moment, les humains perçoivent généralement l’idée du pouvoir comme un impératif lié aux héros et aux vilains, » avait-il déclaré.

« Je pense que je comprends plus ou moins. Alors, vous nous avez envoyés dans un monde où presque tout le monde a un pouvoir, des sorts, des compétences et autres, pour ne pas nous laisser corrompre par nos propres capacités ? » avais-je demandé.

« C’est une des raisons, oui, mais j’avais aussi d’autres projets. Tu sais que seuls les héros peuvent voir leur statut, n’est-ce pas ? » demanda-t-il.

« Oui. » Je hochai la tête.

« Eh bien, cette capacité, celle du héros, celle de voir l’écran de statut, est quelque chose qui peut être transmis à sa descendance. » Il avait souri.

« Donc, vous dites que mes enfants pourront voir le statut des autres ? »

« Oui. Maintenant, voici une autre question. Quelle est la population minimum requise pour repeupler une planète entière à partir de rien ? » avait-il demandé.

« Je ne sais pas… quelques millions ? » répondis-je avec un haussement d’épaules.

« Tu ne pourrais pas avoir plus tort. Quelques milliers seulement pour les couples monogames, mais s’ils ont certaines connaissances génétiques et ne se préoccupent pas de la polygamie, ils ne peuvent en avoir que quelques centaines et offrirent tout de même suffisamment de diversité génétique pour repeupler la planète, » avait-il expliqué calmement.

« Attendez, cela ne signifie-t-il pas que si la Terre devait subir un cataclysme... ? » demandai-je, mais je ne finis pas mes mots, Dieu le fit.

« Compte tenu de la technologie et des connaissances actuelles de la Terre, je dirais que même en cas d’armageddon nucléaire, votre espèce aura suffisamment d’individus pour repeupler la planète. Les grands pays de la Terre, tels que les États-Unis, la Russie, l’Allemagne, le Royaume-Uni, le Japon, la Chine, la Corée et quelques autres, ont déjà des bunkers et des abris souterrains capables de loger au moins quelques centaines d’individus. Ils peuvent survivre là-bas pendant quelques siècles, si nécessaire, grâce au recyclage, à l’exploitation minière, etc., mais aucun gouvernement ne craint que l’espèce humaine ne puisse survivre, » avait-il déclaré avec un sourire.

« Et tous les autres ? » Demandai-je.

« Leur mentalité et leur façon de penser sont les suivantes : à quoi sert-il de gaspiller tant de ressources pour sauver des milliards quand on peut en avoir quelques-uns pour survivre et recréer le monde à sa guise ? Imagine juste un monde sans faim, épidémies et plus de langues et de différences culturelles. Quittez le monde actuel, cachez-vous dans un abri pendant quelques siècles et, lorsque vous sortez, vous pouvez littéralement créer ce monde, » avait-il expliqué.

Je ne pouvais qu’accepter, car il n’y avait aucun moyen de réfuter cette logique. Même moi, j’étais conscient du fait que de nombreux grands pays avaient commencé la construction de tels projets dès que l’idée d’une guerre nucléaire était devenue de plus en plus réelle.

« Alors, les dix millions qui ont été envoyés ici sont destinés à repeupler ce monde ? » demandai-je.

« Non, il suffit de lui donner un nouvel élan génétique. Les humains de la Terre sont un peu plus génétiquement évolués que ceux de ce monde, que ce soit leur espérance de vie ou leur capacité naturelle de traitement de la pensée. Cela ne veut pas dire que la population autochtone est faite de crétins, mais ils ne penseront pas trop tôt à la théorie de la relativité. En fait, je dirais même qu’ils se dirigent vers l’extinction si vous, les humains de la Terre, n’étiez pas venu, » déclara-t-il.

« D’accord, mais je ne suis plus 100 % humain et, autant que je sache, sans Kronius, il n’y a plus d’humain sur le continent. Cela ne devrait-il pas être un problème ? » avais-je demandé.

« Penses-tu vraiment que tu es le seul humain qui était censé arriver sur le continent du dragon ou qui a été envoyé là-bas ? Aussi, penses-tu vraiment que, parce que tu es maintenant à moitié dragon, c’est une mauvaise chose ? C’est en fait un excellent bonus de mon point de vue  ! » déclara-t-il avec un sourire narquois.

« Quoi ? » Je clignai des yeux surpris.

« Chaque humain qui a été envoyé sur ce monde a été envoyé là-bas en fonction de ses capacités. Nombreux sont ceux qui sont morts aussitôt après avoir atterri pour diverses raisons, mais ne t’inquiètent pas, ils ne nous manqueront pas. J’avais prévu d’envoyer des personnes puissantes aux quatre coins de la planète pour se mêler à la population locale et donner naissance à de nombreux hybrides. Les humains qui ont été choisis n’ont pas été choisis au hasard non plus, vous avez dû passer un test de personnalité et un test de fertilité. Si un être humain autochtone a 25 %, voire 30 % de chances d’imprégner une dragonne, tu as plus de 60 % de chance de le faire. Et les dragons ont les plus faibles chances de tous, » déclara-t-il avec un sourire.

J’avais dégluti.

« Cependant, ne t’inquiète pas, devenir des échantillons géniteurs n’était pas mon intention. Cela est venu comme un beau bonus. Votre objectif et votre mission initiaux sont, comme je l’avais dit au début, de changer ce monde pour le mieux. Vous le ferez non seulement en vous associant à la population autochtone et en donnant la possibilité à des personnes de lire le Statut, mais également à travers vos actions, vos principes et même les idées technologiques que votre peuple mettra en œuvre dans le monde entier. Quelqu’un a déjà fabriqué de la bière, alors c’est un très beau début ! »

« Mais nous ne ferons pas tout cela, non ? » avais-je demandé.

« Bien sûr que non. Dix millions de personnes représentent dix millions de volontés libres, dix millions de personnalités et dix millions de points de vue différents sur ce que devrait être le monde. Dans la plupart des cas, vous pouvez être d’accord, mais ce sont les détails qui importent ici, » avait-il souligné.

« Certains seront bons... et d’autres mauvais, » déclarai-je.

« Oui. La faiblesse de se noyer dans son pouvoir et d’être corrompu par lui n’a encore quitté aucun de vous. Nombreux sont ceux qui y ont déjà succombé alors qu’ils étaient au début de bons individus, » déclara-t-il avec un sourire.

« Que s’est-il passé  ? » avais-je demandé d’un ton légèrement tremblant alors que je commençais à comprendre ce qu’un humain moderne pouvait faire pour une société moins évoluée comme celle-ci.

***

Partie 3

« Il y a le soulèvement néonazi dans le continent humain oriental, les néocommunistes dans le continent humain occidental, les impérialistes se tiennent aux côtés des monarques actuels, et même ce que j’appellerais la démocratie extrémiste commence à se lever à un certain endroit, bien sûr, à travers la mort des leaders précédents. Si cela ne suffisait pas, vous avez les sangs purs qui se pensent supérieurs aux autres. À propos d’eux, disons simplement qu’il n’y a plus de chasse noire, mais plutôt une chasse blanche. Bien que, je vais faire remarquer qu’un membre de Neo KKK a réussi à s’infiltrer dans un certain royaume et à donner naissance au Mouvement de la suprématie humaine plutôt qu’à celui de la suprématie blanche. Pourquoi tuer d’autres humains alors que vous avez des continents de non-humains ? » avait-il déclaré en me montrant à travers des portails les images actuelles de ces mouvements.

Considérant combien d’effusions de sang, de tristesse et de mort tous ces mouvements avaient apportés sur Terre, je n’aurais jamais pensé qu’il y aurait quelqu’un qui veuille les recommencer ici. Même dans mes rêves les plus fous, je n’aurais jamais envisagé cette possibilité, mais j’étais peut-être trop naïf, trop jeune, trop bête ? Cependant, j’étais certain que tous ces mouvements étaient dirigés par des humains de la Terre et ne voyaient certainement pas le Continent des Dragons avec de bons yeux.

« Pourquoi avez-vous amené de tels monstres dans ce monde ? Vous rendez-vous compte de ce que vous avez fait ? » avais-je demandé d’un ton tremblant.

Dieu me fit un sourire puis répondit : « J’ai apporté une diversité qui n’a jamais été censée être présente dans ce monde. Maintenant, tous ces mouvements ont une autre chance de prouver qu’ils ont raison, mais je n’ai jamais dit qu’ils étaient seuls. Il y a des héros qui ne reculeront devant rien pour les tuer. Ceci est juste un jeu du bien contre le mal. Il est impératif de sortir ce monde de son évolution stagnante. Après tout, l’histoire n’a jamais changé ni n’a progressé par rapport à son état médiéval depuis plusieurs milliers d’années. À ce rythme, toutes les espèces allaient être menacées d’extinction d’une manière ou d’une autre. » Il avait ensuite créé un autre portail et m’avait montré un paysage en ruine.

« Cet endroit..., » dis-je en le reconnaissant.

« Drakaria dans le futur, plus de mille ans pour être exact, » expliqua-t-il.

« Qu’est-ce que... comment est-ce arrivé ? » demandai-je.

« Les rois démoniaques sont d’abord nés de la malice du monde et ont mis toutes les civilisations à genoux. Viennent ensuite les fléaux, nouveaux virus et bactéries issus du flux d’énergie magique et du rayonnement cosmique. Vinrent ensuite les cataclysmes naturels, l’éruption de volcans, les super volcans et, pire encore, les impacts de météorites. Chaque monde est censé souffrir de ce genre de choses, c’est la nature et la physique, après tout... En réalité, seule une espèce sage qui est suffisamment avancée sur le plan technologique peut les arrêter, mais tu vois... ce monde n’allait jamais l’atteindre malgré l’énorme diversité en eux. C’est pourquoi je vous ai amené, vous, les humains de la Terre ici. Vous êtes la seule chance que ce monde a. » M’avait-il expliqué.

« Vous dites donc que si nous… les bons gars, battons ces mouvements et apportons un changement positif au monde, nous changerons l’avenir ? » avais-je demandé.

« C’est déjà le cas, mais vous êtes tous liés par votre libre arbitre. Je ne peux pas dicter vos choix pour vous, alors je parie tout en vous. Mais ce que je peux dire, c’est que j’étais bien conscient du fait que cela risquait d’être corrompu par une grande puissance. C’est pourquoi j’ai veillé à ce que les héros dotés de puissantes capacités aient un marqueur, y compris une Némésis. » M’expliqua-t-il.

« Donc, le mien était ce gars avec la capacité de téléporter, » déclarai-je.

« Pika Boo Blink n’est pas très puissant comparé à d’autres capacités, mais lorsqu’il atteint le niveau maximum, sa capacité ultime téléporte aléatoirement dans le système solaire actuel et à un autre moment. Si tu n’avais pas eu ta chance, tu serais apparu au centre d’une géante gazeuse, toujours inconnu, dans les 1458 années à venir. Tu serais mort sur le coup à cause de la seule pression, » avait-il expliqué.

J’avais dégluti quand j’avais entendu ce qui aurait pu m’arriver.

« Pourquoi... pourquoi lui avez-vous donné une capacité aussi effrayante ? » Demandai-je.

« Bien que je l’avoue, c’est un peu trop puissant, mais c’est aussi le seul qui puisse t’arrêter à ce moment-là. Tu vois... en fonction de tes choix, ton chemin aurait été différent. Tu aurais pu ne jamais rencontrer Seryanna et rencontrer cette dragonne des Dagues Jumelles. Tu aurais rencontré Kataryna à la place, mais à ce moment-là, tu aurais perdu toute confiance dans les dragons et tu ne les aurais vus plus que comme des monstres. Dans cette chronologie, Kronius est celui qui se lie d’amitié avec les dragons après avoir rencontré Seryanna à la capitale. Il existe un autre scénario où tu n’avoues jamais tes véritables sentiments pour Seryanna, et elle finit par épouser Draejan. Pendant que tu restes toujours autour d’eux, tu finis par épouser Kataryna. Il y a aussi une chronologie où tu épouses Kléo et tu tues Seryanna et une autre où tu crées ton propre harem de mille dragonnes. Ce sont tous des futurs possibles à partir du moment où tu posais le pied sur cette planète, » avait-il expliqué.

Entendre toutes ces possibilités était surprenant, mais je ne pouvais ni voir ni comprendre comment je pouvais en venir à les concrétiser, en particulier le harem. Je pouvais à peine gérer une seule dragonne, sans parler de mille. Bien que, pour une raison quelconque, j’avais été soulagé d’apprendre qu’épouser Kataryna était également une possibilité. Peut-être que ma relation avec elle changera dans le futur ?

« Alors, si je devenais méchant, Kronius devenait le bon gars, et ainsi de suite ? » avais-je demandé.

« Oui. C’est pourquoi j’ai dit qu’il était ta Némésis. Non seulement en termes de capacités, mais également en termes de destin, » avait-il expliqué.

« Est-ce que chaque humain a un tel adversaire ? » demandai-je.

« Non. Toi seul es le Némésis de beaucoup d’humains. Les forts en général sont comme ça, » avait-il déclaré.

« Alors, pourquoi me raconter tout ça ? » Je posai cette question que je ne pouvais pas poser jusqu’à présent.

« Parce que maintenant tu es prêt à l’écouter et à l’accepter comme une vérité. Peux-tu imaginer ce que tu aurais dit ou pensé si j’avais agi de la sorte dès le début ? » demanda-t-il en plissant les sourcils.

« Je ne vous aurais pas cru... ou j’aurais tout rejeté comme moyen de me rebeller. » Répondis-je après un instant de réflexion.

« Exactement. Et tu n’aurais pas été le seul. Certaines personnes auraient continué à tuer des individus lambda en pensant que cela allait me faire les renvoyer sur Terre, » avait-il déclaré.

« En parlant de ça, nous ne pourrons jamais revenir en arrière, n’est-ce pas ? » avais-je demandé.

« Non. » Il secoua la tête. « Au moment où vous êtes arrivé ici, je m’étais déjà assuré d’aider la Terre à surmonter son... épreuve. Alors, dans tous les cas, tu peux être rassuré que ta famille là-bas soit en sécurité. » Il me fit un petit sourire.

« C’est bon à entendre, mais ne craignez-vous pas que j’en parle à d’autres humains ? » avais-je demandé.

« Tu peux, et je pense qu’il est temps que la vérité leur soit communiquée... Après tout, il s’est déjà passé un peu de temps depuis que tu as atterri ici. » M’avait-il dit.

« Temps ? Combien de temps ai-je été absent ? » Demandai-je immédiatement, depuis que je me souvenais de la capacité de Kronius.

Je craignais d’être coincé quelque part dans l’avenir, comme dans quelques centaines d’années.

« Depuis le moment où tu as été envoyé dans ce monde jusqu’à maintenant, exactement cinq ans se sont écoulés. Comme je l’ai dit, tu as eu de la chance que ce ne soit pas plus. » Me dit-il avec un sourire.

« Est-ce que cela signifie que je suis loin de Seryanna depuis trois ans ? » Demandai-je alors que je revenais en arrière.

« Oui. Mais comme je l’ai dit, tu as de la chance que ce ne soit pas 10, 100 ou 1 000 ans dans le futur. » Il acquiesça.

« Je vois... Merci... Alors, et maintenant ? » Ai-je demandé.

« Je vais te renvoyer dans ce monde, mais… je ne t’emmènerai pas sur le continent des dragons. Ta présence est nécessaire ailleurs, sur le continent humain. » Me dit-il avec un sourire.

« Continent humain, mais je veux voir Seryanna... être loin d’elle pendant trois ans... » Dis-je en m’inquiétant qu’elle puisse m’abandonner.

« Inutile de t’inquiéter pour elle, elle le saura à ton retour. En guise de faveur, je lui ferai savoir cela par le biais d’un rêve ou de quelque chose du genre. En attendant, je veux que tu prennes ton temps dans le royaume humain et que tu constates directement comment sont les humains de ce monde. Le royaume dans lequel tu arriveras sera celui qui subira le moins d’influence des terriens, » avait-il déclaré.

« Quoi ? Rêves ? Royaume ? Quoi ? » Dis-je en clignant des yeux surpris.

« Soupir... Il suffit de ralentir. Au revoir et à bientôt Alkelios. Oh ! Et avant que je n’oublie, je vais te donner la version diminuée de Pika Boo Blink. Tu comprendras pourquoi plus tard. » Il avait fait un clin d’œil et le monde autour de moi avait changé une fois de plus.

Au lieu de la salle blanche, j’étais maintenant entouré de nuages.

Hein ? Des nuages ?! J’avais cligné des yeux surpris et quand je m’étais retourné, je m’étais vu tomber vers le sol.

« OH ! BORDEL ! » Criai-je. Je battis immédiatement des ailes pour ralentir ma descente.

J’étais à quelques centaines de mètres dans les airs et je me dirigeais vers le sol à une vitesse folle.

Cela m’avait pris un peu d’effort, mais j’avais réussi à atterrir en toute sécurité.

Avec un souffle lourd, j’avais levé les yeux vers le ciel et m’étais rappelé ce que Dieu m’avait dit.

Trois ans dans l’avenir... c’est un grand saut dans le temps, mais c’est mieux que mille ans.

Un slime était proche de moi. Remuant son corps, cela m’avait visé puis avait sauté pour une attaque de corps. Parce que j’étais trop confus avec tout ce qui s’était passé, je n’avais même pas esquivé. Cependant, au moment où le slime m’avait touché, il avait explosé...

« Qu’est-ce que… » Dis-je surpris en essuyant les restes du slime de mon visage.

En regardant autour de moi, je pouvais voir que la créature s’autodétruisait ou quelque chose du genre.

Peut-être que ça me marquait comme cible ? me demandais-je.

Puis un autre slime bleu sortit d’un buisson.

« Identificus processus juridicus ! » J’avais activé mon pouvoir sur le monstre ciblé.

Voici les informations de base que j’ai obtenues :

Nom : Aucun

Espèce : Slime

Niveau 1

« Hein ? Niveau 1 ? Où est-ce que Dieu m’a envoyé ?! » murmurai-je quand je regardai avec surprise le petit slime glissant que je n’avais qu’à toucher pour tuer.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire