100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 3 – Chapitre 73 – Partie 1

***

Chapitre 73 : La Vérité Divine

Partie 1

***Point de vue de Kronius***

Je l’ai fait..., avais-je pensé alors que je tombais du ciel.

Avec cette dernière explosion de magie, j’étais complètement épuisé et je ne pouvais plus continuer mon vol. Le sol approchait rapidement, et ma seule chance de survie si je ne voulais pas me retrouver comme une simple tache rouge sur le sol était de boire une potion qui rétablirait mon énergie magique.

« Viens ! » J’avais lutté contre le vent en sortant une petite bouteille bleue, mais en étant affaibli, je ne pouvais pas la tenir et elle s’échappa de mon étreinte. « NON ! » J’avais essayé de l’attraper à nouveau, mais c’était en vain.

N’abandonnant pas, j’avais pris une autre potion, mais cette fois, je l’avais mieux tenue. Après avoir fait partir le bouchon, je l’avais bu avec précipitation. Au moment où le liquide acide avait touché mes lèvres, je pouvais sentir l’énergie couler à nouveau à travers moi.

Je n’avais pas de temps à perdre. J’avais placé une barrière autour de moi puis appelais les vents pour ralentir ma chute.

Au moment où j’étais entré en contact avec le sol, ma barrière avait éclaté, mais seule une petite partie du choc m’avait assailli, ce qui signifiait qu’à part quelques ecchymoses ici et là, j’avais survécu.

« Toux ! Toux ! Je l’ai fait ! » déclarai-je avec un sourire alors que je me relevais et me retournais sur le dos tout en levant les yeux au ciel.

Alkelios est maintenant mort et je suis en vie ! J’ai gagné ! avais-je pensé en souriant.

CRACK !

Un flot de douleur me submergea depuis la jambe gauche et je laissai échapper un cri : « AAARGH! »

Ça fait mal ! Ça fait mal ! J’avais crié dans mon esprit, mais quand j’avais regardé la source de la douleur, je l’avais vue…

Seryanna Draketerus, la dragonne à écailles rouge, me regardait avec un regard froid et je pouvais sentir sa soif sanguinaire me recouvrir. Trois autres ont atterri à côté d’elle : la dragonne à écailles argentées Kataryna Greorg, la dragonne à écailles noires Thraherkleyoseya Draketerus et le dragon à écailles blanches dont j’avais oublié le nom.

Ils me regardaient avec les mêmes yeux perçants et froids. Sous leur forme hybride, ils n’étaient pas différents de monstres mangeurs d’hommes. J’avais senti un frisson de peur me précipiter dans le dos parce que je savais qu’il n’y avait aucun moyen de raisonner avec ces… choses.

Le dieu avait raison, ce continent n’était rempli que de monstres.

« Où est-il ? » Demanda Seryanna avec un grognement guttural menaçant.

J’avais souri.

« Mort, » lui avais-je dit.

Elle avait tordu son pied sur ma jambe cassée, envoyant une nouvelle vague de douleur dans mon corps. J’avais crié, mais elle avait fermé ma bouche en me frappant la mâchoire avec sa queue.

« Où est-il humain ? » demanda-t-elle à nouveau.

« Je te l’ai dit, il est mort. » Je crachais du sang.

« Que veux-tu dire ? Explique-toi. » Demanda Kataryna.

Je lui avais fait un sourire narquois. « Cette dernière attaque était ma plus puissante à ce jour même si je n’ai pas le plein contrôle sur elle. Vous voyez, cela utilise toute mon énergie magique pour envoyer ma cible à un endroit aléatoire du système solaire. Par aléatoire, je veux dire que cela pourrait être sur une autre planète, le vide froid entre les étoiles, un astéroïde, ou même dans la croûte ou le manteau d’une planète. » J’avais souri triomphalement. « Il y a aussi un autre piège. Non seulement il est envoyé dans un endroit aléatoire de ce système solaire, mais il est aussi envoyé vers le passé ou vers le futur. »

« Quoi ? » La dragonne me montra une expression confuse.

« Laissez-moi vous dire de cette façon, mon sort aurait pu l’envoyer cent ans dans le futur, au beau milieu du soleil. Ou cela aurait pu l’envoyer cent ans dans le passé, au beau milieu de cette planète, à des milliers de kilomètres sous la surface. Pensez-vous vraiment que quiconque ou quoi que ce soit puisse survivre à cela ? » Demandai-je avec un sourire. « Regardez les choses en face, il est mort. » Lui dis-je.

« Comment savons-nous que tu n’es pas en train de mentir ? » demanda la dragonne à écailles noire en poussant un grognement.

« Pourquoi le ferais-je ? D’ailleurs j’abandonne. Tu peux m’emmener en prison ou me mettre un autre collier d’esclave, je m’en fiche. » Dis-je alors que je levais les mains en signe de soumission.

Les dragonnes se regardèrent un instant puis me regardèrent froidement.

Que se passe-t-il ? me demandais-je.

« Tu sembles toujours te tromper à propos de quelque chose, » déclara Seryanna. Puis, avant que je puisse faire quoi que ce soit, elle avait poignardé son épée dans mon ventre.

« Gah! » Je crachais du sang et grimaçais de douleur.

Ça fait mal ! J’ai été poignardé ! Je saigne ! avais-je pensé en étant en état de choc.

« Alkelios nous a parlé de ton petit tour de téléportation. Tant que je garde le pied sur ta jambe, tu ne peux pas t’enfuir. En outre, tu te trompes profondément sur le fait qu’il soit mort. Je suis sa femme, sa compagne, je saurais s’il était mort ou non. Peu importe, où tu l’as envoyé, que ce soit le passé ou l’avenir, il reviendra vers moi et je le reverrai. Cet homme, contrairement à toi, possède 100 points de chance. Il a atteint le maximum. Ce qui signifie que même s’il y a une chance de survie, il le fera. Non seulement cela, mais nous, ses amis et sa famille, souhaitons également profondément qu’il nous revienne sain et sauf. » Me dit-elle avec son regard froid alors qu’elle enfonçait lentement la lame de son épée plus profondément en moi.

« Tu es folle ! J’ai dit que j’abandonnai ! » avais-je crié en essayant d’empêcher la lame de s’enfoncer plus profondément.

Je pourrais toujours être sauvé si je buvais une potion de guérison ou si quelqu’un me lançait une magie de guérison. La magie dans ce monde pourrait faire ce qu’aucune technologie moderne ne pourrait faire. Il était encore temps. Il y avait encore un moyen pour moi de survivre !

« Tu te trompes également sur autre chose, petit humain. Penses-tu vraiment que moi, l’épouse d’Alkelios Yatagai, te laisserais calmement partir après avoir tenté d’assassiner mon mari ? » Demanda-t-elle alors qu’elle s’approchait de moi avec sa tête écarlate de dragonne.

« Q-Quoi ? » avais-je demandé horrifié en comprenant ce que ses mots impliquaient.

« Tu ne vas pas en prison, et tu ne porteras certainement pas de collier d’esclave. J’ai vu ce que tu as fait là-bas, et aussi comme tu l’as facilement enlevé. Penses-tu que je suis stupide ? Non, ce qui t’attend n’est rien d’autre que la mort. » Elle m’avait dit ceci, et je pouvais le dire… je pouvais voir… qu’elle l’appréciait.

E-Elle veut me tuer ? Non ! Je ne peux pas mourir ! avais-je pensé. Et j’avais lutté en vain pour me libérer.

Il n’y avait aucun moyen de m’en sortir. Je n’avais plus assez d’énergie magique pour lancer un sort, pas même une simple barrière, encore moins utiliser ma capacité à me téléporter. J’étais piégé.

J’étais piégé comme un lièvre dans la tanière d’un renard.

Il n’y a pas d’issue… Ce sont vraiment des monstres… Des monstres qui marchent et parlent comme des humains, pensais-je, horrifié.

Dans l’instant qui avait suivi, elle avait sorti son épée, me faisant cracher du sang, et lorsque nos yeux s’étaient croisés, elle avait donné un coup horizontalement. Le monde commença à se pencher sur le côté et je ne pouvais plus sentir mon corps.

Non... je ne veux pas mourir... NOOON !!! J’avais hurlé dans mon esprit alors que le monde devenait noir.

***

***Point de vue de Seryanna***

Je haletais des efforts et de la rage qui me traversaient. Le corps de l’homme qui avait fait disparaître mon mari était étendu à mes pieds, coupé en plusieurs morceaux. Je n’étais pas du tout satisfaite de cela, alors j’avais lâché mon souffle de feu sur sa dépouille.

Je l’avais brûlé jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien, même pas ses os.

« AAARGH! » J’avais crié de colère et j’avais lâché un autre souffle de feu vers le ciel.

En retenant mon souffle, j’étais tombée à genoux, tremblante et effrayée par la possibilité qu’il ne revienne jamais à moi.

« Seryanna..., » déclara Kataryna en plaçant sa main sur mon épaule gauche.

En la regardant, j’avais vu que même elle retenait à peine sa colère. Ma sœur pleurait dans les bras d’Iolaus, pensant probablement qu’Alkelios avait disparu.

« Si les paroles de cet homme sont vraies et qu’Alkelios a été envoyé dans le passé ou le futur à un endroit aléatoire de l’espace, il est également le seul à pouvoir y survivre. Si quelqu’un peut espérer avoir la chance de s’en sortir, alors c’est Alkelios. Tu l’as dit toi-même, n’est-ce pas ? » Me déclara Kataryna avec un doux sourire, mais elle ne semblait pas non plus croire entièrement à ces mots.

« Oui, tu as raison..., » déclarai-je en baissant les yeux vers le sol calciné autour de nous. « Si quelqu’un peut le faire, c’est bien lui... » Je fermai les poings puis me relevai.

« Qu’est-ce que tu vas faire, grande sœur ? » Me demanda Kléo, mais elle pleurait toujours.

« Je vais l’attendre, » répondis-je en la regardant dans les yeux. « Quoi qu’il arrive, je l’attendrai. Je sais qu’il est en vie quelque part… Il faut juste que j’attende… » Dis-je.

« Et qu’est-ce qui se passerait si... »

Je savais ce que Kataryna voulait dire, mais je lui avais fait un regard noir pour l’empêcher de finir sa phrase.

« Je sais qu’il est en vie, Kataryna. Au moment où j’ai tué cette ordure humaine, j’ai senti sa force vitale entrer dans mon corps, comme cela se produit habituellement lorsque je tue quelqu’un ou un monstre. Ce n’était pas comme si je ne l’avais jamais ressenti avant de rencontrer Alkelios, mais c’était comme si le bonus qu’il nous offrait était toujours présent, » lui avais-je dit.

« Tu dis donc que sa capacité n’a pas été annulée ? Tu utilises cela comme preuve ? Mais que se passe-t-il si c’est quelque chose qui n’est pas influencé par le fait qu’il soit vivant ou mort ? » Avait-elle demandé.

« Je refuse de croire ça. Il est en vie, je le sais, et en tant que femme, je l’attendrai ! » Lui déclarai-je en rétrécissant un peu les yeux.

Il était hors de question que j’abandonne Alkelios. Il était impossible qu’il soit mort. Les dieux ne le laisseraient pas...

« Pour être honnête, je veux aussi y croire, mais je n’y peux rien s’il y a une petite partie de moi qui se demande si peut-être juste peut-être qu’il ne reviendra plus jamais... Cependant, l’abandonner juste comme ça serait une honte pour nous tous qui l’aimons comme un ami ou un amoureux. Je ne l’abandonnerai pas non plus, mais dans le cas où il prendra un certain temps pour revenir à nous, nous ferions mieux d’être prêtes. Seryanna, il faut que tu atteignes l’éveil supérieur, » me déclara Kataryna.

« Je vais le faire. Je vais devenir plus forte que je ne suis. Je montrerai à tout le monde le vrai pouvoir d’une dragonne supérieure de la Haute Flamme, et la prochaine fois, je serai à ses côtés lorsqu’il ira affronter ses ennemis ! Je jure que je deviendrai quelqu’un sur qui il pourra compter et non pas sur quelqu’un dont il doive s’inquiéter ! » Déclarai-je alors que je serrais le poing.

« Nous le ferons tous ! » déclara Kléo.

Peu importe ce que ce déchet humain avait dit, Alkelios Yatagai n’était pas parti, il n’était pas mort. Nous le déclarerions comme disparu, mais pas mort.

C’est pourquoi... mon amour, reviens-moi vite. Tu me manques déjà. Pensai-je en levant les yeux au ciel.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. Et s'il était téléporter dans un monde ou sévit un certain donjon à personnalités multiples ? 😎

  2. Alors là... Je m'y attendais tellement pas... Merci pour le chap ^^

  3. merci pour cette première partie... vue le titre... peu être deviendra t-il un dieux? (retour disons 1 000 000 000 d'année dans le passé, largement le temps de devenir plus fort?) ou bien est-il téléporté la ou se trouve celui qui à téléporté toutes les personne de la terre? en tout cas, hâte de connaitre la suite^^.

Laisser un commentaire