100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 3 – Chapitre 71 – Partie 3

***

Chapitre 71 : La raison derrière tout cela

Partie 3

« As-tu quelque chose à voir avec l’invasion ? » Demanda Feryumstark.

« Je lui ai peut-être dit où se trouvaient l’armée, les emplacements de nos forts et je pense l’avoir informé de la possibilité d’une attaque. Ce n’était pas si difficile de savoir quand la petite-fille bien-aimée du général allait passer son examen de chevalier. »  Il lui fit un sourire narquois. « Je ne m’attendais pas à ce qu’il gagne la bataille, et lui non plus. Tout ce que nous voulions, c’était déclencher une guerre, mais la reine a réussi à empêcher cela. Tous nos efforts ont été brûlés par les flammes... C’est pourquoi j’ai changé de cible. » Il regarda la reine. « En t’écartant de la politique, commencer une guerre avec les humains aurait été un jeu d’enfant, mais... »  Il me regarda ensuite. « Je ne m’attendais pas à ce qu’un monstre comme toi se présente. » Il se mit à rire.

« Que veux-tu dire ? » Demandai-je en fronçant les sourcils.

« Qu’est-ce que je veux dire ? Ne fais pas l’idiot, Alkelios Yatagai ! » Cria-t-il. « Chacun de mes plans a échoué dès que tu es intervenu ! C’était comme si tu avais toute la chance du monde ! Toujours au bon moment et au bon endroit ! J’ai même commencé à croire que tu parvenais en quelque sorte à lire dans mes pensées ou à garder une trace de mes actions ! » Cria-t-il en me fixant.

« Pas vraiment, je voulais juste dormir avec ma dragonne rousse. » Je haussai les épaules. « Tu étais juste sur le chemin, non ? » Je penchai la tête vers la gauche.

« QUOI ?! » Cria-t-il avec colère.

Seryanna rougit et me regarda avec un regard plein d’amour.

« Tu me dis que toutes tes ingérences étaient dues à une dragonne ?! N’aurais-tu pas pu aller dans un bordel si tu ne pouvais pas le garder dans ton pantalon ? Où je ne sais pas, violer quelqu’un dans la rue ? Qu’en est-il de sa sœur ou de celle aux écailles argentées ? » Il me lança un regard noir.

« Tu sais que le viol est un crime, n’est-ce pas ? De plus, Seryanna est ma dragonne, tant que je peux la tenir dans mes bras, je ne risque pas me donner la peine d’essayer de coucher avec quelqu’un d’autre. Hm, peut-être Kataryna, mais certainement pas quelqu’un d’un bordel ou sa sœur. » Je hochais la tête.

« Tu es un idiot. Qu’est-ce qui fait la particularité d’une dragonne ? Ha ! C’était ce dont je parlais, les dragons doivent régner sur les dragonnes, et non l’inverse. Finir comme ce fou est une honte, une honte ! »

« Peut-être, mais j’ai toujours la dragonne à la fin et j’ai même gagné la guerre. » Je lui fis un grand sourire.

Il avait grogné.

« Assez de ça ! » Rugit Feryumstark « Tu nous as déjà donné plus de raisons que nécessaire pour te mettre une épée dans la poitrine, mais je souhaite encore entendre une dernière chose... Es-tu derrière les récents assassinats ? » Il a demandé.

« Oui. Bien sûr. J’ai ordonné à mon esclave d’utiliser sa capacité de téléportation pour envoyer les groupes d’assassins partout dans Albeyater à peu près au même moment. C’était une attaque facile et personne ne s’y attendait. J’ai aussi payé les bandits pour détruire les caravanes des marchands venant de l’extérieur. J’ai soudoyé les seigneurs locaux dans chaque port d’Albeyater pour qu’ils augmentent les prix et s’ingèrent de la manière qu’ils jugent convenable avec les marchands étrangers. J’ai même causé l’incident de Pertiko. Hahaha ! Vous pensiez tous que c’était un malheureux donjon qui se déchaînait, mais c’est mon esclave qui l’a rendu sauvage ! » Confessa-t-il.

« Mais j’ai arrêté le donjon. » Je lui avais rappelé ce fait.

« Oui, grâce à toi, les paladins qui étaient censés mourir à l’époque ont survécu et j’ai perdu un contrat précieux. S’ils mouraient, j’aurais eu au moins 380 000 soldats aujourd’hui. Tu as également ruiné mes affaires avec les Dagues Jumelles. As-tu une idée de la quantité d’or que j’ai perdue parce que tu as détruit cette organisation ? » Me demanda-t-il.

« Je ne sais pas, mais j’ai convaincu la responsable de l’organisation de devenir mon amie et de dissoudre le groupe ! » Dis-je avec un sourire.

« Une organisation aussi puissante que celle qui faisait des marchés dans tout Albeyater a été dissoute à cause de toi ? C’est difficile à croire. » Rit-il.

« Était-ce aussi puissant ? » avais-je demandé à Kataryna.

« Euh, on s’en fiche, » répondit-elle avec un haussement d’épaules.

La dragonne n’avait jamais regretté sa décision. L’organisation des Dagues Jumelles n’était pour elle qu’un passe-temps qu’elle n’avait jamais vraiment pris au sérieux. Si elle ne m’avait pas rencontré, elle serait peut-être encore dans sa caverne, laissant le temps passer sans que rien ne change.

À mon avis, elle avait obtenu un meilleur accord en dissolvant cette organisation. Ainsi, elle avait pu rencontrer de nouvelles personnes, se faire des amis et déployer un peu plus ses ailes.

« Maintenant, tu vas me dire que tu as également contribué à enrayer la propagation de la grippe du dragon à Toros ? » demanda-t-il en plissant les sourcils.

« Euh, non. J’ai aidé un marchand en lui préparant un tas de potions Virlullian et lui ai expliqué les conditions supplémentaires nécessaires pour le soigner, en plus de la potion de Rotiqus. » Je haussai les épaules.

« Pourquoi ne suis-je pas surpris ? J’ai dépensé beaucoup d’argent pour que cela commence et se répande jusqu’à ce que cela atteigne cet état. C’était le moyen idéal de gagner du temps et de forcer les commandants de l’armée de Brekkar à aller dans la capitale avant que je réussisse à réorganiser les rangs. À cause de toi, j’ai dû dépenser plus d’or et corrompre plus de dragonnes pour obtenir les dragons que je voulais au sein de l’armée. » Il laissa échapper un soupir et secoua la tête.

« Une coïncidence ? » avais-je demandé en inclinant la tête vers la gauche.

« Je refuse de croire que c’était le cas. Si ce n’était pas à cause de toi, je n’aurais pas été obligé de quitter la capitale comme je l’ai fait ! Tu m’as tout volé ! »

« Je ne comprends toujours pas. Qu’avais-tu prévu d’obtenir avec tout ce complot ? » Lui avais-je demandé.

« Déstabilisation interne du pays et diminution de la qualité des relations externes. De cette façon, le roi aurait été contraint d’étendre son armée. Si tout s’était passé comme prévu, il y aurait eu à ce moment-là d’innombrables nobles se levant contre la famille royale. L’Armée de la Coalition humaine aurait simulé une attaque, entraînant l’essentiel de l’armée dans une position défensive sur les îles de l’Ouest pour empêcher une éventuelle attaque humaine. Si j’avais épousé Seryanna à ce moment-là, j’aurais utilisé son nom pour attirer encore plus de nobles de mon côté, puis j’aurais agi tout surpris lorsque l’armée d’invasion massive aurait frappé à la porte de Drakaria inopinément. Hehe ! J’ai même réussi à envoyer un message à la reine insectoïde et à lui faire envoyer une partie de son armée pour attaquer Albeyater depuis le nord. Une triple attaque... » Il sourit. « Ça aurait été merveilleux ! »

Nord ? Reine insectoïde ? Est-ce que ça pourrait être ? pensais-je en me souvenant d’une certaine armée d’insectes que j’avais écrasés alors que je n’avais rien d’autre à faire dans le désert du Nord.

« Mais Alkelios a mis un terme à tout cela. Il a aidé à rassembler le reste de l’armée, a sauvé d’importants nobles et a même permis de révéler la plupart des traîtres de votre côté. En ce moment, la plupart des nobles sont de mon côté plutôt que du tien. L’armée du Nord n’est jamais venue non plus, et tu n’as jamais eu à épouser Seryanna. Elle a pris Alkelios comme son mari à la place de toi et Brekkar s’est rétabli également, me permettant de le remettre sur son siège de général légitime. Quant à la reine, tu ne t’es jamais attendu à ce qu’Alkelios lui trouve un remède, n’est-ce pas ? » Feryumstark avait tout résumé.

Je ne pense pas avoir jamais eu l’intention ou le désir d’être celui qui arrêtait sa stratégie trop complexe... pensai-je et quand je regardai en réponse Seryanna, je me souvins de mes innombrables souhaits, parmi lesquels le plus puissant était celui dans lequel je voulais être avec elle.

Je ne pensais pas l’avoir jamais dit en mots, mais dès la première fois que je l’avais rencontrée, j’avais pensé que ce serait bien si je pouvais devenir son amant, son petit ami, mais... n’était-ce pas l’un des meilleurs moyens de faire un vœu ? C’était honnête, pur et venant des profondeurs de mon âme... Vu le fonctionnement de ma chance, il était fort probable que je me tirais inconsciemment vers des événements et des situations qui, s’ils avaient été laissés tels quels, auraient finalement conduit à nous séparer.

En fin de compte, il était vrai qu’il était juste une nuisance dans le grand projet de nous réunir avec ma belle épouse dragonne. S’il n’avait pas eu l’intention de faire de Seryanna une partie de son stratagème, il aurait peut-être eu une chance de gagner.

« Non, je ne m’attendais pas à ce qu’il fasse ça. » Répondit Draejan en secouant la tête.

« Alors, je vais te demander une fois de plus... Pourquoi l’as-tu fait ? » Demanda Feryumstark en dégainant son épée et en la pointant sur le cou de Draejan.

« Parce qu’il n’y a pas d’honneur à être pacifique. Il n’y a pas de gloire sans champ de bataille et pas d’avenir sans mort. Les guerres humano-draconiennes nous ont rendus forts et puissants, de part et d’autre, alors que la paix ne ferait que faire l’inverse. Nous avons besoin de la guerre tout autant que la guerre a besoin de nous. » Déclara-t-il d’un ton ferme, en regardant dans les yeux Feryumstark avec un regard inébranlable.

« Alors, même si ça me fait mal de faire cela en tant que grand-père, tes crimes ont trop de poids. Que les dieux aient pitié de ton âme, Draejan. » Dit-il en poussant la lame dans la poitrine de son petit-fils.

Le dragon avait reçu l’épée froide avec les yeux fermés et avec un dernier mouvement de la poignée, Feryumstark avait mis fin à ses jours.

Après avoir sorti l’épée de sa poitrine, il la nettoya avec un morceau de tissu.

« C’est fini, » déclara Seryanna.

« Oui. » Je hochai la tête.

« Cette guerre... De penser que ça a été orchestré depuis si longtemps. Soupir… je vieillis ? » déclara la reine avant de se frotter les tempes avec deux doigts.

« J’en doute, mon amour. Ce dragon a simplement réussi à nous tromper. Il était bon, mais dommage qu’il ait utilisé ses talents pour susciter le chaos et la mort, » avait déclaré Feryumstark.

« C’est vrai... mais je suis toujours inquiète pour son esclave. »

Tout comme Elliessara avait dit cela, un rire fort avait attiré notre attention. Cela venait d’au-dessus de nous.

En levant les yeux, j’avais vu le héros humain qui avait cette capacité de téléportation. Il portait une armure gothique noire avec une cagoule sur la tête. Les mains sur le ventre, il riait comme un fou.

« Dire qu’il est mort comme ça ! Renverser tout ! Qu’a-t-il essayé de faire ? Était-il un idiot ? » L’homme éclata de rire.

Nos yeux étaient sur l’homme volant, alors que nos mains reposaient sur les poignées de nos épées. Pour l’instant, nous ne savions pas quelles étaient ses intentions, mais sans son maître, il était techniquement libre. S’il s’était enfui dans les royaumes humains, nous ne l’aurions probablement pas poursuivi, mais si nous avions essayé quelque chose, nous étions tous prêts à intervenir et à l’achever.

« Ah ! Honnêtement, je ne m’attendais pas à me sentir tellement bien quand je l’ai vu mourir ! Ah… c’était adorable. » Puis il rit à nouveau.

Lorsqu’il s’était arrêté, il m’avait regardé et avait dit : « C’est dommage que tu aies renoncé à être humain. Maintenant, tu ne seras plus aussi bien accueilli par nos camarades de combat. Après tout, nous sommes ici sur cette planète de merde dans le seul but de garder la Terre en vie ! As-tu oublié ça ? Es-tu aussi un idiot ? Hahaha ! Maintenant, il est temps de se débarrasser de ce collier ennuyeux ! » Dit-il, puis il se téléporta.

« J’ai fait mon choix et j’en suis content ! » Déclarai-je.

« Dommage, cependant. » Dit-il en attrapant le collier avant qu’il ne tombe au sol. « Je vais garder ça. Juste un souvenir de mon temps en enfer, c’est tout ! » Rit-il. « Tu sais ? J’aurais pu me débarrasser du collier il y a bien longtemps, mais je voulais vraiment voir comment ce bâtard allait mourir ! Je voulais vraiment voir ça, et maintenant, je me sens enfin libre ! » Rit-il à nouveau.

« Quelles sont tes intentions, humain ? » Demanda Feryumstark.

« Mes intentions ? HM hm ? Hmmm. » Il avait feint d’y réfléchir, mais il disparut ensuite de notre vue.

CLANG !

Quand j’avais tourné la tête, j’avais vu l’homme qui se tenait derrière Feryumstark. Il essaya de le tuer, mais l’armure du dragon était trop dure pour être transpercée par une telle attaque.

Par réflexe, Feryumstark se retourna et frappa celui qu’il percevait maintenant comme un ennemi. Avant que le coup ne soit porté, l’homme avait fait un bond en arrière et s’était téléporté à quelques mètres de lui.

« Oh ! C’était proche ! » Il se mit à rire puis regarda son épée. La lame était en morceaux. « J’aurais dû m’attendre à ce que cela ne se fasse pas, il est un roi après tout. » Il secoua la tête et le jeta par terre. « Un instant, s’il vous plaît ! » Dit-il avec un sourire, puis il sortit quelque chose de sa bague de stockage.

C’était l’épée de rang légendaire de Draejan.

« Pourquoi personne n’a-t-il récupéré cette chose  ? » Demandai-je.

« Elle avait déjà disparu quand j’y suis arrivé. » Répondit Seryanna.

« Il a dû le prendre peu de temps après que j’ai saisi Draejan pour le faire comparaître devant Leurs Majestés, » avais-je dit.

« Maintenant ! Il y avait beaucoup de choses que ce dragon inutile m’a forcé à faire, mais les mensonges et les déceptions sont un minimum pour pouvoir marcher parmi ces sauvages ! Tu vois… » Il leva l’épée à hauteur de ses yeux puis sortit un gros cristal rouge de sa poche. « Draejan a toujours supposé que ces petites choses ne pouvaient pas être utilisées pour charger ce monstre. Bien… » il avait souri et une étrange énergie sous la forme d’un éclair rouge mélangée à un brouillard rouge passa du cristal à l’épée. « Il ne l’utilisait tout simplement pas correctement. »

Quand la charge fut terminée, il frappa l’épée au sol et une fissure apparut. L’arme retrouvait tout son potentiel, mais cette fois, sans que son utilisateur perde sa santé mentale. À ce stade cependant, je commençais à me demander s’il en avait encore.

« Maintenant ! Alkelios ! » Il pointa le bout de l’épée sur moi. « Je vais te tuer ici ! » Avait-il déclaré.

« Ce mec est cinglé ! » Dis-je en dégainant Enfer et Paradis, puis en les soulevant au-dessus de ma tête « Chaos ! Apparais ! » Criai-je, bien que ce ne fut pas nécessaire, et les deux épées fusionnèrent dans la puissante arme à deux mains que je connaissais le mieux.

De l’intérieur du Trou noir, j’avais sorti une autre épée à deux mains, qui ne servait qu’à me permettre d’activer ma capacité double.

C’était l’heure de la vraie bataille finale... et cette fois, contre un humain de mon propre monde.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. merci pour cette troisième partie, hâte de connaitre la suite^^.

Laisser un commentaire