100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 3 – Chapitre 59 – Partie 2

***

Chapitre 59 : Une audience avec la reine

Partie 2

En regardant en arrière, j’avais vu le roi et la reine me regarder avec de grands yeux.

« Quoi ? » avais-je demandé d’incompréhension.

« Eh bien… les jumeaux… c’était surprenant, » déclara Feryumstark.

« Qu’est-ce qu’il y a avec eux ? Ce ne sont que des enfants. » Je haussai les épaules.

« Ah, ça ne fait rien. » Il soupira et secoua la tête.

Étant donné que c’était la première fois que je rencontrais les deux enfants, je ne comprenais pas pourquoi c’était si choquant pour leurs parents qu’ils soient venus me remercier. De mon point de vue, il n’y avait rien de bizarre dans ce qu’il venait de se passer, peut-être juste pour le fait que je n’avais pas encore complètement guéri leur mère.

Maintenant que les récits de la reine étaient terminés, le roi posa ses aiguilles à tricoter et se dirigea vers son lit en s’asseyant sur une chaise proche.

« Comment te sens-tu, mon amour ? » lui demanda-t-il.

« Je me sens un peu fatiguée, mais je vais bien. Je veux passer le plus de temps possible avec les petits. » Répondit-elle d’un ton doux et calme tout en regardant dans les yeux du vieux dragon avec un regard plein d’amour.

Feryumstark acquiesça et embrassa sa main.

Après ce doux moment entre eux, il s’était retourné et m’avait dit de me rapprocher. Je m’approchai du lit et allais pour m’asseoir sur une chaise.

« Votre fiancée, vous a-t-elle parlé de la structure de notre politique ? » avait demandé Elliessara.

« Euh, ne devrions-nous pas d’abord parler de votre bien-être ? » demandai-je.

« Il a raison, » répliqua Feryumstark.

« Cela peut attendre quelques minutes de plus. Ce n’est pas comme s’il pouvait instantanément me préparer le traitement. Et autant que je le sache, il me reste encore quelques années avant que ce poison ne gagne si je ne fais rien, » déclara-t-elle avec un sourire.

« Eh bien… vrai, mais... » Le roi essaya de la convaincre, mais elle ne le permit pas.

Secouant la tête, elle déclina sa demande et revint à moi pour répondre à sa question initiale.

« Euh… pas grand-chose, seulement que vous alliez m’en dire plus à ce sujet. » Je haussai les épaules.

« Je vois. Votre fiancée est une dragonne intelligente, » déclara-t-elle.

« En effet, elle l’est... » Je hochai la tête. Bien que la raison pourquoi elle était arrivée à cette conclusion m’échappait.

« Maintenant qu’est-ce que vous comprenez quand je dis : société matriarcale ? » Demanda-t-elle.

« Euh… une société dirigée et dominée par les femmes et dans laquelle les hommes n’ont aucun droit ? » répondis-je.

« Mais, je suppose que je n’ai pas la bonne définition. » Je haussai les épaules.

« Effectivement. C’est un peu extrême. À quoi cela servirait dans une société discréditons et minimisons les hommes ? » avait-elle demandé.

« Euh… je ne sais pas, mais quelqu’un a dû penser que c’était une bonne idée, » répondis-je.

« C’était un groupe d’imbéciles, peut-être des femmes qui n’avaient aucune idée de ce dont une société avait besoin pour commencer. » Elle secoua la tête.

« Eh bien, quelle est la bonne définition d’une société matriarcale ? » avais-je demandé.

« Bon. Si vous me le permettez, je commencerai par expliquer pourquoi NOUS sommes une société matriarcale, » avait-elle déclaré.

« D’accord, je vous écoute... » Ce n’est pas comme si j’avais le choix maintenant, et mon avenir est aussi en jeu ici… Pensai-je.

« À une époque révolue, les dragons avaient une différence notable de taille entre les mâles et femelles. Ces premiers étant plus petits, mais plus forts, tandis que les derniers étaient plus grands et intelligents. Au fur et à mesure que nous évoluions et formions notre propre civilisation, cette différence a perdu son sens au cours des millénaires. Le fait que nous puissions devenir plus forts en absorbant l’énergie magique nous entourant était un facteur important de ce… changement, » expliqua-t-elle calmement, mais son talent de narrateur se reflétait dans chacun des mots qu’elle disait.

« S’agit-il uniquement de rumeurs ou de faits réels ? » avais-je demandé.

« Des faits. Maintenant, comme je le disais, au fil du temps, cette différence de taille et de force est devenue à peine perceptible chez certains d’entre nous. Vous l’avez clairement vu, Kataryna est beaucoup plus forte que la plupart des mâles de ce palais. La sœur de votre fiancée, Thraherkleyoseya, est également beaucoup plus forte que son fiancé, » expliqua-t-elle.

« Hm, c’est vrai... » Je hochai la tête.

« Cependant, la différence d’intelligence est restée. Plus souvent, vous remarquerez que les femmes sont beaucoup plus intuitives et intelligentes que les hommes. En tant que tel, il est devenu naturel pour nos ancêtres de laisser les dragonnes diriger, tandis que les dragons prenaient les armes et utilisaient leur force pour les protéger, » avait-elle expliqué.

« Attendez, alors vous me dites que vous êtes l’actuel souverain du royaume ? » demandai-je, un peu confus.

« Ce n’est pas si simple. Je suis la dirigeante politique. J’ai le pouvoir de déclarer contre qui prendre les armes, comment combattre et quelles lois suivre. Bien que cela soit vrai, mon mari, le roi, a le pouvoir de diriger les armées et d’agir comme un symbole de puissance de notre royaume. Sur le champ de bataille, il est le dirigeant absolu, alors que je suis sur le trône du royaume, » avait-elle ajouté.

« Mais attendez, si je ne me trompe pas, même vos trônes sont de hauteur différente. Celui du roi était plus grand, non ? » demandai-je.

« Oui, c’est pour montrer le fait que tout acte d’agression contre moi ou ce royaume devra d’abord passer par lui. Mais s’il agit comme mon bouclier et mon épée, je suis libre de donner les ordres que je désire, » répondit-elle.

« Donc, l’un gère la politique, et l’autre… le champ de bataille ? » demandai-je en me grattant l’arrière de la tête.

Elliessara hocha la tête.

« Cette ramification du pouvoir s’étend à d’autres tâches telles que la nomination de chevaliers et la gestion des insurrections, » avait-elle expliqué.

« C’est donc pourquoi Seryanna m’a dit qu’elle ne pouvait pas désobéir aux ordres du roi ? » demandai-je.

« Effectivement. L’autorité de Feryumstark sur les militaires dépasse de loin la mienne, mais je reste seconde. Bien que je pense que les ennuis que Draejan a causés à votre fiancée tiennent également du fait qu’elle n’était pas éveillée. Si je comparais la situation avec un règne humain, ce serait la même chose que d’avoir un enfant de 12 ans qui se déclare soudainement comme un chevalier. Personne ne le prendrait au sérieux, même si c’était la vérité. La confiance et l’autorité viendraient avec l’âge, » avait-elle expliqué.

« Mais elle ne ressemblait pas du tout à une enfant ! Je veux dire, sérieusement, elle était loin de tout ce que je pouvais considérer comme une enfant ! » Je secouai la tête.

« Je comprends comment cela peut être ainsi. Bien que physiquement, elle ait mûri… son côté draconique ne l’avait pas encore fait. Nous, dragons, ne prenons pas en compte le premier, mais le dernier. Et techniquement, un dragon ne s’éveille jamais à un âge ou il pourrait être confondu avec un enfant, même par un humain, » expliqua-t-elle.

« Eh bien, c’est vrai que je la trouve plus attirante maintenant pour une raison quelconque..., » déclarai-je.

« C’est parce qu’elle s’est éveillée. Nul doute, que de nombreux dragons ont maintenant pris conscience de sa beauté, » fit remarquer Feryumstark.

« Dois-je m’inquiéter ? » Demanda la reine.

« Hm ? De quoi ? S’il y a un dragon qui essaie de la toucher, cette dragonne le frappera certainement ! Elle a la puissance de son grand-père ! » répondit le roi en rigolant.

« Eh bien... » Elle laissa échapper un soupir.

« Je pense que je comprends ce que vous entendez par différence d’intelligence, » déclarai-je.

« Hm ? Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda le roi un peu confus.

« Il exagère juste. Il a compris ma petite blague, » Elliessara avait souri et tapota doucement sur la tête du dragon.

« Mais si ce royaume est matriarcal, pourquoi les nobles de la cour sont-ils tous des hommes ? » avais-je demandé.

« Tous ne sont pas mariés, Alkelios. Certains sont toujours célibataires parce qu’ils n’ont pas rencontré la bonne dragonne, ou qu’ils sont veufs à cause de la dernière guerre ou d’un accident, » avait-elle déclaré.

« Eh bien, certains d’entre eux ont dit qu’ils allaient retrouver leurs femmes, alors je suppose que certains d’entre eux n’étaient pas exactement… Seul, » dis-je.

« Je pense que je peux expliquer cette partie, » déclara Feryumstark.

« Fait donc. » Elliessara acquiesça une fois.

« Les dragonnes sont rusées et plus glissantes qu’une anguille. Bien que je ne détienne pas un pouvoir politique absolu comme ma femme, je suis juste après elle. En tant que tels, à ma convocation royale, les nobles ont été forcés d’envoyer un représentant. Les dragonnes, craignant que cela ne soit une sorte de piège, ont envoyé leurs maris et ceux sans femmes sont venus seuls. Faire parler un dragon est beaucoup plus simple qu’une dragonne. Après que leurs maris aient été déclarés traîtres, la plupart se sont enfuis du royaume, tandis que celles que nous avons capturées, ont déclaré qu’elles n’étaient pas en tord, jusqu’à ce qu’elles reçoivent un sort de vérité, » expliqua-t-il.

« En d’autres termes, elles ont sacrifié leurs maris afin de sauver leurs écailles ? » avais-je demandé.

« Précisément, » la reine hocha la tête.

« Mais l’autre jour, le roi a déclaré que les dragons de ce royaume étaient devenus un peu trop… audacieux ? » avais-je demandé.

« Vous parlez de l’augmentation de l’autorité des dragons au sein d’Albeyater, n’est-ce pas ? » avait demandé Elliessara.

« Oui. » Je hochai la tête.

« C’est un peu naturel d’en arriver là. En ce qui concerne le pouvoir politique au sein de la famille royale, il y a d’abord moi, puis mon mari, le Premier ministre, notre fils, Elovius. Après lui, les dragonnes sont les premières en ligne et seulement après viennent leurs frères. Les enfants adoptés ne pouvant revendiquer le trône et ils le savent très bien. Les dragons ont vu mon mari et mon fils jouer des rôles importants et ont cru par eux-mêmes qu’il y avait un changement de pouvoir. Bien qu’ils n’aient pas exprimé leurs opinions, leurs actions ont porté leurs fruits, » avait-elle expliqué.

« C’est aussi pourquoi Draejan a agi comme il l’a fait. Sa mère l’a beaucoup trop chouchouté, alors elle n’a pas essayé de le corriger, et son père ne pouvait pas outrepasser sa décision. Si vous me le demandez, ce dragon a toujours été un peu lâche, » elle laissa échapper un soupir et secoua la tête.

« Qu’est-ce qui lui est arrivé ? » avais-je demandé.

« Je pense qu’il récupère de votre duel, » déclara Feryumstark.

« Au moins, il n’est pas mort. C’est un bon début, » je haussai les épaules.

Je ne pouvais pas vraiment me soucier de ce qui lui était arrivé après avoir essayé de me voler Seryanna. Dire qu’il n’avait jamais eu une chance serait un peu faux. Si je n’avais pas été là, il aurait finalement pris le contrôle de l’armée de Brekkar et aurait été promu au rang de général. De ce fait, j’étais bien conscient.

« Alkelios, avez-vous maintenant une meilleure compréhension de comment nous, les dragons, fonctionnons en société matriarcale ? » demanda Feryumstark d’un ton sérieux.

« Oui, je le pense. Une dragonne régnera sur la scène politique, tandis que le dragon régnera sur la scène militaire. Cependant, à cause de l’empoisonnement de la reine, le roi fut contraint de prendre le contrôle des deux rôles, mais l’inquiétude pour la santé de sa femme l’empêcha de passer à l’action de manière appropriée, conduisant à une situation dans laquelle la société tendait davantage vers un système patriarcal ? » avais-je répondu.

« C’est correct. Bien que je doute fort que les nobles représentants du royaume permettent qu’une telle chose se produise. Alors que les ducs détiennent une puissance militaire ou économique impressionnante, ce sont eux qui gèrent toutes les questions importantes et critiques, » avait-il déclaré.

« Qu’en est-il des affaires familiales ? » demandai-je.

« Dans une famille de dragons typique, la dragonne prendra toute décision nécessitant une planification, tandis que le dragon s’occupera de toutes les tâches physiques si son corps le lui permet. Cela dépend toutefois beaucoup de la connaissance et de l’expérience de chacun dans leurs domaines respectifs. Il est déconseillé pour l’un d’entre eux de se faufiler en terrain inconnu à moins que l’expérience d’une telle chose soit ce qu’ils désirent, » avait expliqué la reine.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    hâte pour demain \_#-#_/

  2. merci beaucoup pour cette deuxième partie^^, hâte de lire la suite^^.

  3. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire