100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 3 – Chapitre 57 – Partie 1

***

Chapitre 57 : Duel

Partie 1

***Point de vue d’Alkelios***

La dernière fois que j’avais marché sur le terrain d’entraînement, c’était lors de mon premier duel avec Sire Draejan. À l’époque, en raison de mon manque de maturité et de mon manque d’adresse, je m’étais trouvé déshonoré et humilié en dépit de ma grande chance et de mes statistiques exceptionnelles. Peu importait le fait que je puisse invoquer un Phœnix de niveau 999 ou que j’étais ami avec Kataryna Georg. Ce qui importait, c’était ma capacité à combattre en utilisant tout ce que j’avais jusqu’à la dernière goutte de force que je pouvais rassembler.

En ce qui concerne cette humiliation que j’avais subie, j’étais en quelque sorte reconnaissant envers Sire Draejan, car cela m’avait fait comprendre que le simple fait d’avoir du pouvoir n’avait pas de sens si l’on ne pouvait pas l’utiliser correctement. Kataryna m’avait également beaucoup aidé à comprendre et à accepter ce fait.

Certes, j’avais beaucoup de points de statistiques, mais je n’avais jamais été capable de les exercer complètement. Ils représentaient en quelque sorte le maximum que je pouvais atteindre, mais même si je pouvais théoriquement soulever une tonne à une main, je ne pensais pas pouvoir le faire et je ne savais pas comment exactement je pouvais exercer cette force pour commencer. Bien que ce soit quelque chose de facile et naturel, même pour les habitants de ce monde, ceux de la Terre avaient d’autres idées en la matière.

Essentiellement, il s’agissait de la façon dont votre esprit percevait les choses et à cette époque, j’avais beaucoup de blocages mentaux et de peurs qui n’arrêtaient pas de me dire que c’était impossible.

Pendant mon séjour dans la forêt Seculiar, l’un des plus gros défis auquel j’avais été confronté n’avait pas été d’atteindre le niveau 1000 ni d’atteindre ma forme de demi-dragon. Non, le plus gros défi auquel j’avais dû faire face ici était d’accepter que le fait que mon corps était effectivement capable d’exercer la quantité de force et de vitesse affichée dans ma fenêtre de statistique.

C’était le truc, le truc derrière cette capacité unique des héros humains. C’est ce qui ne nous avait jamais été expliqué, y compris par ce Dieu.

Même si l’on obtenait soudainement un gain de 100 points de force, alors au premier essai, un terrien pourrait probablement en utiliser 16-20 points. Lorsque nous courions, notre vitesse moyenne n’était pas de 100 km/h, comme on le pouvait. Non, c’était peut-être un maximum de 30-40 km/h. L’utilisation maximale des points statistiques s’est produite lorsque nous essayions vraiment, lorsque nous luttions et essayions de dépasser nos limites.

Cela étant dit, j’étais dans l’impossibilité de combattre Sire Draejan qui s’était entraîné en repoussant constamment ses limites. Quand il utilisait 1000 points de force, je pouvais à peine en utiliser 800. C’était la vérité lors de cette dernière bataille.

J’avais eu des moments de poussées instantanées à la fois de vitesse et de force, mais je ne pouvais ni contrôler ni les utiliser correctement. Je n’étais donc apparu que comme un amateur chahuteur qui manquait à la fois de talent et de coordination aux yeux d’un guerrier entraîné. Kataryna m’avait montré cela très clairement lors de notre petit combat.

Cependant, j’étais différent de mon moi à l’époque. Je pouvais contrôler pleinement mon pouvoir, mes statistiques et toutes les compétences que j’avais acquises au cours de mes jours dans la forêt Seculiar. Plus encore, j’avais surpassé Draejan en tout. De ce fait, j’étais certain.

« Tu es sûr de ça, Alkelios ? » Me demanda Kataryna avec un sourire narquois.

« Il me reste encore quelque chose à te montrer, alors oui. » Je hochai la tête alors que je me préparais à entrer dans la bataille avec le dragon devant moi.

« En tant que roi du royaume d’Albeyater et de celui qui a approuvé ce duel, je demande aux deux duellistes de faire un pas en avant, » annonça Feryumstark en se tenant tout droit sur le podium qui lui était réservé.

Draejan et moi nous étions approchés du centre du terrain d’entraînement.

« Tous deux, voulez ce duel, n’est-ce pas ? » Demanda-t-il.

« Oui. » Avions-nous répondu en même temps ?

« Selon quelles règles souhaitez-vous vous battre ? » S’enquit-il.

« Avec nos meilleures armes et armures. » Déclara Draejan avec un sourire narquois sur les lèvres.

« Ça me va. » Répondis-je avec un haussement d’épaules.

Même s’il voulait que nous fassions une compétition de lutte de boue en bikini, je l’aurais tout de même approuvé, mais plutôt de voir Kataryna et Seryanna baver sur moi ou rire de moi, en fonction des cas, je préférerais voir Draejan porter ça. Cette image de CE dragon dans cette sorte de tenue était… gênante.

« Très bien. Vous avez une demi-heure pour vous équiper. Revenez ici après avoir équipé vos meilleures armes ! » Déclara le roi d’un ton impérieux.

Comme d’habitude, son aura intimidante et imposante était aussi forte que jamais, peu importe où il se tenait ou ce qu’il disait.

J’avais hoché la tête en confirmation, puis j’étais retourné à mon côté du terrain où mes amis m’attendaient.

« As-tu une armure et une arme utilisable ? » demanda Seryanna, inquiète.

« J’en ai. J’ai acquis une compétence de forgeron appelé Rock Hard ! Elle est au niveau maximum. Je peux littéralement fabriquer n’importe quel type d’armes ou d’armures. » Je hochai la tête.

« Hm, Dregarya sera très intéressée par ça. » Fit remarquer Seryanna.

« Qui ? » avais-je demandé, un peu confus.

« Mon amie forgeronne. » Elle me fit un sourire.

« Je vois. » Je hochai la tête.

« Euh… Tu as dit que tu avais une arme et une armure, mais sont-elles dans ta bague ? » Demanda Kléo.

« Non, elles sont dans ma compétence de stockage. Je vais les sortir maintenant et les équiper. » Je lui avais dit cela puis avais commencé à enlever mon armure actuelle.

« Ici ? En public ? » demanda Kataryna.

« À part toi et Seryanna, qui va être excitée en me voyant à moitié nu ? » Lui avais-je demandé en plissant les sourcils après avoir enlevé mon plastron.

J’avais une chemise enchantée à manches longues en dessous pour agir comme une protection entre ma peau et l’armure. Une chose que j’avais remarquée après avoir porté une armure dans ce monde, c’était le fait que ça grattait partout ! C’était un cauchemar…

« Mais euh... tu portes toujours des vêtements..., » déclara Kataryna, déçue.

« Perverse, » Je plissais les yeux vers elle.

« Moi ? Et elle ? » Elle désigna Seryanna… qui bavait.

« Euh… ça va ? » Lui avais-je demandé.

« Hein ? Oui… je vais bien… je pense… à… à des choses..., » répondit-elle en essuyant rapidement sa bave.

« Tu devrais faire attention ce soir. Verrouille la porte. » Murmura Kléo.

J’avais poussé un soupir en réponse.

Note à soi : faire un souhait contraceptif pour ce soir… Pensais-je en jetant un coup d’œil à une Seryanna gênée.

Avec cette armure enlevée, j’avais activé ma compétence de stockage nommé Trou Noir. Le nom convenait bien parce que ça créait littéralement un trou noir devant moi. Ce n’était pas de la matière ou quoi que ce soit, c’était juste un gros orbe noir qui surgissait de nulle part.

Quand je l’avais acquis, j’étais très inquiet de l’utiliser, car je pensais aux trous noirs trouvés dans l’espace et à l’effondrement d’une étoile. Cependant, le piège à souris caché dedans n’était pas drôle. Il y a eu un clack, et j’avais souffert au moment où j’avais placé ma main dedans. Parmi tous les objets pouvant s’y trouver, pourquoi un piège à souris ?

Quoi qu’il en soit, j’avais activé la compétence et stocké l’armure que je ne portai pas, puis j’avais sorti celle que je comptais utiliser lors de ce duel. Ce qui était sorti de l’orbe noir, c’était une armure élégante qui me recouvrait de la tête aux pieds. C’était une armure composite, ce qui signifiait que chaque plaque était conçue à partir de plusieurs matériaux différents, le tout dans le but d’améliorer l’un ou l’autre attribut. Le premier étant un amortisseur de choc physique, le second un absorbeur d’énergie magique, le troisième utilisait l’énergie magique pour améliorer encore les enchantements existant sur chaque plaque ou écaille individuelle comme je les appelais, celle-ci étant la matrice du matériau. Les couches internes améliorent le mouvement et réduisent les frottements entre certains éléments, rendant l’utilisation des compétences physiques plus faciles et naturelles. Il y avait aussi une couche thermique qui maintenait la température interne à 24 °, ce qui pouvait être ajusté à tout moment. La couche thermique externe se trouvait sous les écailles et pouvait résister aux températures de cuisson d’un four. Les enchantements m’avaient permis d’encore améliorer ces capacités, mais dans l’ensemble, il s’agissait d’une véritable armure optimisée par magie, le genre que l’on pouvait souvent voir dans les films ou les jeux de science-fiction. C’était génial, et elle pouvait même changer de forme et devenir plus grande quand je changeai de forme.

« C’est impressionnant ! » déclara Brekkar derrière moi.

« Gya! » J’avais sursauté quand je l’avais entendu.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda-t-il, un peu confus.

« Tu l’as surpris, grand-père. » Déclara Kléo en essayant de se retenir de rire.

« Ouais… ne te faufile pas comme ça, vieux ! Tu vas provoquer une crise cardiaque à quelqu’un ! » Répondis-je.

« Hey ! C’est méchant ! Je suis toujours considéré comme un beau dragon ! » Répondit-il.

Nous avions tous plissé les yeux vers lui, preuve que nous ne croyions pas ses paroles.

« Bon ! En tout cas, qu’en est-il de ton arme ? » demanda-t-il avec curiosité en changeant de sujet.

« Oh, je vais utiliser ces deux-là, » déclarai-je en réactivant ma compétence trou noir.

De l’intérieur, j’y avais retiré une paire d’épées longues, une noire comme du charbon, l’autre blanche comme de la neige. Les épées étaient aiguisées et brillantes, montrant la qualité de leurs matériaux. De petites runes brillant d’une lumière émeraude pouvaient être vues, et un cristal noir était placé dans le pommeau, enfermé dans le même métal luisant que celui composant l’épée. La poignée était recouverte d’une épaisse couche de peaux de monstres, qui offrait une bonne prise ainsi qu’un meilleur transfert de magie entre l’utilisateur et la lame.

En les sortant, une aura noire apparut autour de la lame noire, tandis qu’une blanche était apparue sur l’autre. Elles vibrèrent comme si elles étaient heureuses que je les utilise.

« Celle-ci est Enfer. Elle contrôle l’élément ténèbres. » J’avais dit ça en levant l’épée noire. « Celle-ci est Paradis. Elle contrôle l’élément lumière. » J’avais soulevé la blanche.

« Impressionnant… mais deux éléments opposés ? Ça ne sera pas difficile à contrôler ? » Demanda Brekkar.

« Pas du tout, » répondis-je en secouant la tête.

« Qui les a fabriqués ? » demanda Kataryna avec un regard curieux.

« Je les ai faites. » J’avais répondu avec un sourire.

« Si je ne me trompe pas, ces deux armes sont assez puissantes pour être appelés armes légendaires ou même artefacts inestimables… n’est-ce pas un peu trop de les utiliser en duel contre ce type ? » Demanda Kataryna en montrant l’autre camp.

« Je vais juste poser cette question une fois. Tu ne veux vraiment pas les voir en action ? » Lui avais-je demandé.

Après un moment de réflexion, la dragonne argentée répondit : « s’il te plaît, libère toutes leurs puissances contre ce dragon. »

« Je le pensais bien. » J’avais ri.

« Est-ce que ça va aller ? » Demanda Seryanna un peu inquiète.

« Si je fais attention et que je ne baisse pas ma garde, tout devrait aller bien pour moi. » Répondis-je d’un signe de tête.

« Vas-tu compter sur ta chance ? » Demanda Kataryna en haussant les sourcils.

« Pas autant qu’avant, » déclarai-je en secouant la tête. « J’ai appris ma leçon. La chance est une arme terrifiante si utilisée correctement, mais il ne faut pas en dépendre. » Répondis-je.

« C’est bien. » Elle acquiesça.

Après avoir correctement mis mon armure et mes armes, j’étais entré dans le cercle marqué de pierre au milieu du terrain d’entraînement, l’arène devant servir de lieu pour notre duel.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. merci beaucoup pour ce chapitre^^, hâte d'être à demain pour la suite^^. (en espérant que le combat commence enfin...^^)

  2. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire