100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 3 – Chapitre 55 – Partie 2

***

Chapitre 55 : Neuf mois plus tôt

Partie 2

« Alors… Comment suis-je censé changer les choses ? Comment puis-je ne pas vous faire perdre de votre influence extérieure ? » demandai-je avec désespoir.

« Détendez-vous. Ce n’est pas quelque chose d’impossible, mais plutôt improbable. Avec votre force actuelle, c’est impossible, mais si vous deveniez un éveillé supérieur, cela pourrait changer. » Il acquiesça.

« Donc, il y a une chance, non ? Attendez… éveillé supérieur ? En quoi le fait que je devienne fort serait-il lié à tout cela ? » demandai-je, confus.

« Les humains sont des êtres valorisant davantage leur capacité à être rusé et conscient de leur environnement politique. D’autre part, les dragons valorisent la force individuelle et la force de groupe ainsi que leur assurance dans les affaires critiques, » avait-il répondu.

« Alors, les humains mentent et sont vicieux alors que les dragons se frappent la poitrine et rugissent ? » demandai-je en fronçant les sourcils.

Mes mots avaient fait éclater de rire Feryumstark.

« C’est tout à fait vrai, petit humain ! » déclara-t-il après s’être calmer.

« Hm... » Je m’étais penché en arrière et m’étais frotté le menton.

« Ho ? Y a-t-il quelque chose à laquelle vous pensez ? » demanda-t-il en plissant les yeux.

« Vous avez dit que je devais être sûr de moi et fort, non ? » avais-je demandé.

« Oui, » il acquiesça.

« Disons que j’atteigne ce niveau. Ce que je ne comprends pas, c’est comment cela me sortirait de ma situation actuelle, » demandai-je en fronçant les sourcils et haussant les épaules.

« C’est simple. Vous organisez une démonstration de force dans laquelle vous prouverez votre force. » Il sourit.

« Comme un duel ? » avais-je demandé en haussant un sourcil.

« Comme me lancer un défi directement. » Il sourit.

« Impossible ! Je vais mourir ! » m’étais-je immédiatement plaint.

« Allez ! Si vous avez combattu Brekkar ou Kataryna, alors vous pourriez sûrement lutter contre moi ! Votre chance vous permettra d’assurer votre survie ! » ajouta-t-il.

« Pas en un seul morceau ! » avais-je répondu.

Le regard dans les yeux du roi changea soudainement pour devenir sérieux et se dirigea vers la porte. Il l’ouvrit juste assez pour que son serviteur puisse passer le plateau avec deux tasses de thé chaudes et quelques collations. Sans dire un mot, il le prit et ferma la porte.

« Le thé est ici, » me déclara-t-il.

« Ah… OK. » Je hochai la tête.

Feryumstark posa le plateau sur la table à côté du mur puis m’apporta la tasse de thé.

« Merci ! » Je hochai la tête en l’acceptant poliment.

« De rien. Mais je dois dire que peu de personnes ont la chance de se faire servir du thé par un membre de la royauté, » déclara-t-il en s’asseyant sur sa chaise.

« Eh bien, je vous l’ai dit, n’est-ce pas ? Je ne viens pas d’un pays où la royauté est respectée. » Je souris.

« Cependant, ce n’est pas comme si vous ne connaissiez pas les manières avec les membres de la royauté. Seryanna a dû vous les apprendre, » déclara-t-il avant de prendre une gorgée de sa tasse.

« Oui, elle l’a fait, mais si je devais agir en gardant cela à l’esprit, comment seriez-vous capable de juger de mon vrai caractère et d’avoir une discussion plus simple avec moi ? Je suis bien conscient que vos mots peuvent être les mêmes que des ordres pour moi, mais maintenir une discussion soutenue n’aurait pas été très productif pour nous deux. En plus, c’est embêtant. » Je haussai les épaules puis pris une gorgée de thé.

C’était délicieux, mais malheureusement, je ne buvais pas beaucoup de thé. Je ne savais pas comment l’apprécier correctement. Pour moi, c’était chaud, calmant et délicieux.

« C’est le préféré de ma femme. Rossenrhode mélangé à des blueberries et une pincée de menthe. » Il me fit un doux sourire tout en regardant sa tasse de thé.

Je regardai la reine endormie et lui demandais. « J’avais l’intention de demander, mais n’allons-nous pas la réveiller avec notre conversation ? »

« Impossible. » Il secoua la tête. « Elle peut à peine rester éveillée plus de quelques minutes chaque jour. Quand elle se réveille, je suis habituellement ici, prêt à lui donner les médicaments prescrits par les guérisseurs. C’est la tasse là-bas, sur la table de nuit. » Il pointa du doigt une tasse de thé similaire à la nôtre, mais avec un liquide noir dedans.

« Puis-je regarder ? » avais-je demandé.

« Ne le renverse pas et ne le respire pas, » déclara-t-il en prenant calmement une gorgée de son thé.

Je hochai la tête puis m’approchai du thé.

« Activé..., » murmurai-je alors que je pensais utiliser Identificus Processus Juridicus.

À ce moment-là, le processus d’activation d’une compétence était encore un mystère pour moi. Il y avait des moments où je les utilisais sans dire un mot, tandis que d’autres fois, au lieu de dire « activer », je devais crier le nom de la compétence. Toutes ces options me venaient naturellement et je n’avais jamais remarqué de différence. Ce n’était qu’après avoir passé quelques mois dans la forêt Seculiar à m’entraîner que j’avais enfin compris l’astuce derrière tout cela.

Le système d’activation des compétences prenait en compte le fait que nous, les héros humains, n’avions jamais utilisé de magie sur Terre. C’était une sensation nouvelle et mystérieuse pour nous tous, c’est la raison pour laquelle notre cerveau n’était tout simplement pas prêt pour utiliser la magie et devait donc l’apprendre lentement. Il y avait aussi un facteur psychologique qui jouait. Si nous pensions pouvoir l’activer sans dire un mot, nous le pourrions, nous devions essayer de contourner ce que la peur ou les inquiétudes nous rendaient incapables de faire.

Identificus Processus Juridicus avait été activé avec succès et m’avait envoyé les informations suivantes :

Thé empoisonné de Rossenrhode au Ryumarry ; Thé revitalisant aromatisé à la Rossenrhode pour un goût plus agréable. Il a les propriétés de calmer les nerfs et d’induire une sensation relaxante pour le corps. La préparation a été empoisonnée avec des racines de Ryumarry, une substance inodore et insipide qui affaiblit le système immunitaire, provoque des vertiges, une somnolence intense et une sensation de fatigue générale.

Barman : Ingrédient, feuille de Rossenrhode. Racine de Rossenrhode. Racine de Ryumarry. Feuilles de Playas. Zeste de citron. Racinde d’Adeline. Eau. Sucre. Nécessite un Alchimiste de rang Compagnon pour le créer.

J’avais dégluti après avoir lu ceci.

« Pendant combien de temps avez-vous dit qu’elle a pris ce produit ? » Lui avais-je demandé.

« Un an après son empoisonnement. Pourquoi ? » répondit-il en plissant les yeux.

Voyant le changement dans mon expression, il posa son thé et vint vers moi.

« Avez-vous trouvé quelque chose de suspect ? » me demanda-t-il.

« J’ai juste besoin de confirmer quelque chose. Connaissez-vous la composition de cette... substance ? » lui avais-je demandé en montrant le thé.

« Oui. » Il acquiesça. « Des feuilles de Playas, des feuilles de Rossenrhode, de la racine de Rossenrhode, du zeste de citron, de la racine d’Adeline, de l’eau et du sucre en fonction des goûts de la personne le prenant, » déclara-t-il.

« En êtes-vous sûr ? » Je lui avais demandé cela.

« Oui. Absolument ! J’en ai moi-même bu quand ils ont commencé à en donner à ma femme. Il est destiné à l’aider à se rétablir et à la maintenir en vie dans l’espoir de trouver un antidote au poison. Malheureusement, au cours des huit dernières années, j’ai constaté une détérioration de son état de santé… Dernièrement, elle peut à peine garder les yeux ouverts et elle peine assez pour que je l’aide à boire le thé. » Il baissa les yeux avec tristesse.

« Je ne suis pas surpris. » Je haussai les épaules.

« Qu’est-ce que vous voulez dire par là ? » Il plissa les yeux vers moi.

« Eh bien ! Ma compétence Barman, celle dont je vous ai parlé, me permet de connaître les ingrédients des potions ou quelles potions je peux faire avec des ingrédients. Cela me dit également quel niveau d’alchimie je dois atteindre pour la créer, » expliquai-je.

« Qu’est-ce que vous avez trouvé ? » demanda-t-il d’un ton grave.

« Identificus Processus Juridicus m’a dit qu’il s’agit d’un thé empoisonné. Ma compétence m’a aussi indiqué quel est le poison utilisé. Maintenant, je vais vous lire exactement ce qui y est dit : La préparation a été empoisonnée avec des racines de Ryumarry, une substance inodore et insipide qui affaiblit le système immunitaire, provoque des vertiges, une somnolence intense et une sensation de fatigue générale, » répondis-je en le regardant.

L’intention meurtrière du roi était de retour, mais cette fois, elle ne m’était pas dirigée. Néanmoins, je pouvais sentir la pression de la puissance pure émanant de son corps. Il n’était pas du tout content de ce qu’il venait d’entendre.

« Vous dites que quelqu’un a empoisonné ma femme ? UNE FOIS DE PLUS ?! » Grogna-t-il.

« Oui. » Je hochai la tête. « Et si vous y réfléchissez, les effets du poison, bien que non mortels, coïncident avec ce que vous avez vu : la somnolence et la faiblesse du corps. » Je lui avais dit cela.

Il resta silencieux, ne cessant de regarder la tasse de thé qu’il avait personnellement fait boire à sa femme. Il était impossible pour moi de comprendre l’ouragan d’émotions qui sévissait dans son cœur, alors j’avais continué de parler.

« Le plus troublant est l’affaiblissement du système immunitaire. Celui-ci garantit fondamentalement que la précédente potion agisse plus rapidement et mieux que précédemment. Le fait que vous ayez mis si longtemps à le savoir était également dû au fait que vous avez probablement été amené à croire que cela faisait partie du processus naturel de l’autre poison. Si elle en est nourrie en petites quantités, cette racine de Ryumarry ne servira que de médicaments pour dormir, mais comme la reine en a bu pendant plus de huit ans, elle s’est lentement accumulée dans son corps. Celui-ci étant incapable de le traiter et de l’expulser complètement, cela a fini dans la situation actuelle où elle peut à peine garder les yeux ouverts pendant quelques minutes par jour. Peut-être que si elle n’était pas une dragonne, elle serait morte depuis longtemps. » J’avais hoché la tête.

« Qu’est-ce qui vous fait croire que cela fait huit ans et pas plus ? » avait-il demandé.

« D’après ce que vous m’avez dit, sa santé a commencé à se détériorer il y a environ huit ans. Jusque-là, le coupable n’y avait pas mélangé de poisons. Ils vous ont laissé croire qu’elle prenait quelque chose de bon, testé, jusqu’à ce qu’ils soient certains que c’était devenu une habitude. Juste le médicament habituel. La preuve en est que vous ne soupçonniez même pas que le thé soit empoisonné par autre chose, surtout par quelque chose d’aussi simple que de la Ryumarry, qui a lui seul ne pourra jamais tuer un dragon. Pendant tout ce temps, vous et tout le monde pensiez que c’était en fait le premier poison qui montrait ses effets, » avais-je expliqué.

« Y a-t-il quoi que ce soit que nous puissions faire maintenant ? » demanda-t-il alors que sa colère commençait doucement à se calmer.

Peut-être était-il arrivé à la conclusion que faire rage ici aurait été mauvais pour nous tous. Là encore, il finirait par faire fuir l’empoisonneur avant qu’il ne puisse le capturer.

« En ce moment, si je regarde son statut, je ne verrai que son nom et son niveau de puissance. Si vous pouvez la réveiller et la convaincre d’accepter de devenir mon amie, je pourrai alors voir à la fois le poison en question, ses effets et même comment y remédier, si je suis suffisamment habile, » lui avais-je dit.

« Cela ne devrait pas être un problème… Elle se réveillera bientôt, c’est pourquoi j’avais préparé le thé, » me déclara-t-il. Puis il se dirigea vers la tasse et la versa dans le seau à déchets qui heureusement était vide.

« J’avais l’impression qu’au lieu du seau, vous alliez le verser dans le pot d’une de ces plantes, » avais-je dit.

« Et tuer une plante innocente ? Ma femme me tuerait si elle le découvrait. » Il avait souri.

« Je vois… eh bien, je suppose que nous allons attendre son réveil ? » lui avais-je demandé.

« En effet… et merci. » Il inclina la tête devant moi.

« Hein ? Pour quoi ? » demandai-je, surpris par ce geste.

« Pour avoir découvert le poison dans le thé, » me déclara-t-il.

« Ne vous inquiétez pas pour cela. Maintenant, parlons un peu plus de l’utilité de ma force mentionnée plus tôt. » Je lui fis un sourire.

« En effet, élaborons davantage à ce sujet. Hm, vous pourriez commencer par me dire votre liste de compétences de combat ou tout ce que vous avez pouvant être utilisé à des fins d’intimidations. Votre Barman devrait être gardé secret, pour le moment. » Dit-il en hochant la tête.

Nous étions retournés à nos places et, par mesure de sécurité, j’avais aussi analysé le thé que nous buvions, mais celui-ci n’était pas empoisonné.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

8 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. merci pour ce chapitre^^. vivement demain pour lire la suite^^.

  3. Merci pour le chapitre !

  4. Il y a des têtes qui vont voler parmi les pharmaciens du palais....😈

  5. Merci pour ce chap ^^

Laisser un commentaire