100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 2 – Chapitre 46 – Partie 2

***

Chapitre 46 : Histoire et honte

Partie 2

J’avais dégluti d’horreur en entendant cela, mais personne ne le nia et certains dragons en l’entendant montraient même des signes de haine et de dégoût pour ceux ayant fait cela. Des sentiments et des émotions se répandaient encore plus sur moi.

« Quand Sire Brekkar a entendu cela, il a demandé l’autorisation du roi pour emmener son armée sur le champ de bataille. Sa Majesté a accepté et Brekkar y est arrivé à l’aube le lendemain. Son armée a marché sans repos jusqu’à ce qu’ils atteignent le champ de bataille. Sire Brekkar lui-même prit son arme et riposta de toutes ses forces. En un mois seulement, il a repris son domaine, mais ce faisant, il a également brûlé la terre. De plus, parmi les ennemis humains, il y en avait un ayant atteint l’éveil supérieur. Il a lutté contre Sire Brekkar, mais le courageux général a finalement gagné aux dépens de son propre corps. Bien qu’il soit sorti victorieux, il avait perdu tout ce qu’il pouvait célébrer et même le pouvoir de retourner sur le champ de bataille. Il s’est retiré à Tomeron, mais sa bataille héroïque était sans aucun doute une vengeance, » Draejan avait déclaré cela sur un ton glorifiant l’ancien général.

Je pouvais seulement m’asseoir et écouter d’un air hébété. Tout ce que ce dragon me disait ressemblait à la vérité absolue et même Seryanna ne nia pas. En pensant que ce vieux dragon avait un tel passé, je ne pouvais que me demander ce qu’il avait traversé quand j’étais entré chez lui et lui avais demandé de devenir son ami.

Pour être l’ami de l’ennemi qui t’a pris ta femme et tes enfants… qui ont tout pris… Pourquoi n’a-t-il rien dit ? m’étais-je demandais.

« C’est pourquoi je ne comprends pas pourquoi Sire Seryanna a décidé d’épargner ta vie. Je ne peux même pas commencer à comprendre comment elle pourrait avoir des sentiments pour toi, autre que de la haine et du dégoût. Après tout, ton espèce… ton espèce a ruiné ce qui était sa famille, son bonheur, et peut être considérée comme la principale raison de la perte de pouvoir de la Troisième Princesse, » avait-il déclaré.

« Ça ne veut rien dire ! Je ne fais pas partie de ceux ayant participé à cette guerre ! » Lui avais-je crié.

Il plissa les yeux.

« Je ne pense pas que tu comprennes… mais je vais le répéter. Les humains sont ceux qui ont massacré sa famille, ses amis et tous ceux dont elle se souciait dans l’ancien domaine Draketerus. Ton espèce a causé la ruine de sa famille, de sa vie… et ton apparence même est un symbole de rappel de cette souffrance, » il avait clairement exprimé ces mots et les mises en évidence.

Je m’étais retrouvé perdu.

Ma volonté de combattre avait disparu, et puis… j’avais reçu un coup.

Draejan avait utilisé Charge et ne m’avait pas donné de coup de poing, mais m’avait donné une gifle si fort que j’avais roulé en l’air et avais atterri hors du terrain.

« Je déclare ce duel officiel terminé. Sire Draejan gagne, » déclara Teolas en levant la main.

« J’ai perdu ? Pas question… mais ma chance n’aurait pas dû me laisser… Je… non, c’est impossible, » déclarai-je, choquer.

Quand j’avais regardé derrière, j’avais vu le regard triste dans les yeux de Seryanna.

Est-ce que ça signifie… que je l’ai perdue pour de bon ? pensai-je en sentant mon cœur se serrer.

« Bien sûr, tu as perdu. À qui penses-tu faire face ? Si j’avais perdu contre un humain pathétique comme toi, j’aurais été enterré dans la honte, » déclara Draejan en enlevant son casque et sortant du terrain.

La colère coulait en moi et, serrant mon poing, je m’étais levé. Je m’étais précipité vers lui, voulant le frapper au moins une fois, mais Seryanna était venue devant moi avec ses bras écartés. Elle était là pour m’arrêter et sur ses jours je pouvais voir… des larmes.

« Arrête ça, Alkelios… Il n’y a rien d’autre que tu puisses faire… tu as perdu… tu es tombé dans son piège. Ce duel n’aurait pas pu dissoudre mon engagement de toute façon parce que le roi lui-même l’avait ordonné, » déclara-t-elle en serrant les poings.

« Effectivement. Ah ! Tu ne sais pas. Eh bien, je vais te le dire. Sa Majesté la reine a été empoisonnée il y a 12 ans par un être humain, après avoir accouché. L’humain était un ambassadeur de la paix ayant été envoyé ici pour discuter de la possibilité de mettre fin à cette guerre. Le roi l’a permis et… tu peux voir ce qui s’est passé. Ainsi, je doute fortement que Sa Majesté ne t’ait jamais écouté en premier lieu, » il ria.

J’avais serré les dents et avais baissé les yeux. J’étais fou furieux, mais j’avais perdu sur tous les fronts.

« Est-ce vrai ? » J’avais demandé en serrant les dents.

« Oui..., » dis Seryanna.

J’ai perdu… hein ? avais-je pensé.

« Adieu..., » déclarai-je... brisé intérieurement.

Avec la rage, la colère et une sensation de perte complète tourbillonnant dans ma poitrine, je m’étais enfui. Je ne voulais même pas la regarder dans les yeux. Je ne voulais même pas voir le visage de Draejan. Je ne m’étais même pas arrêté pour écouter le dernier appel de Seryanna… tout ce que j’avais fait, c’est de fuir aussi vite que possible où j’étais pris pour un imbécile, où j’étais détesté et… humain.

Donc, j’avais couru… j’avais couru aussi vite que possible, ignorant tous ceux m’appelant, essayant de m’arrêter, qui me regardaient d’une manière étrange. Tout ce qui m’importait, c’était de trouver la sortie et quitter cet endroit, toute cette expérience derrière moi. Je voulais oublier Seryanna et tous les autres. Je voulais rester seul… Après tout, il n’y avait plus rien pour moi ici… rien.

Au moment où j’atteignais les portes, deux enfants se tenaient sur mon chemin. C’était une petite fille et un petit garçon, tous deux avaient les yeux dorés et des cheveux blond pâle. Ils ressemblaient à deux poupées de porcelaine, étrangement belles.

« Q-Quoi ? » demandai je, surpris.

« S’il vous plaît, sauvez notre mère, » m’avaient-ils dit en parfaite synchronisation.

J’avais serré le poing et la mâchoire pendant un moment.

Quelle blague..., avais-je pensé.

« Je suis désolé, mais je suis un perdant… je ne suis ni un sauveur ni un héros. Je ne vous connais pas et je n’ai aucune idée de qui est votre mère. Je suis désolé, » avais-je dit avant de partir.

Les gardes à l’entrée ne m’avaient pas arrêté et m’avaient laissé passer, tandis que les deux enfants me regardaient en train de partir. C’était bizarre, mais j’avais l’impression qu’ils ne croyaient pas ce que je venais de dire.

Ce palais n’a plus rien à voir… Rien… Seryanna et tout le monde… je ne suis rien pour eux…, pensais-je en courant dans les rues animées de Drakaria.

***

***Point de vue de Kataryna***

« N’es-tu pas heureuse d’être débarrassée de cette peste ? » demanda Draejan à Seryanna.

« Tu as gagné aujourd’hui. Tu as peut-être gagné le droit de m’épouser. Tu as peut-être gagné le droit de revendiquer mon corps comme étant tien… Mais mon cœur lui appartient toujours et lui appartiendra toujours, » déclara-t-elle, mais… la lumière dans ses yeux avait disparu.

La dragonne quitta le terrain d’entraînement pour retourner vers sa chambre. L’énergie autour d’elle avait disparu. Le feu sans fin que j’avais ressenti lorsque je m’étais battue contre elle et avec elle était maintenant parti… comme si toutes les larmes qu’elle avait versées à l’intérieur l’avaient emportée.

J’avais poussé un soupir et avais approché Draejan et Teolas.

« Je vais te donner un avertissement, toi, gamin. Si tu oses toucher à nouveau à Alkelios, tu découvriras pourquoi l’histoire d’Albeyater ne me mentionne jamais. Interroge le vieil homme à ce sujet, il devrait savoir, » j’avais parlé calmement, mais pour la première fois depuis des siècles, j’avais libéré une vague effrayante d’envie de tuer.

Les deux avaient dégluti en me regardant.

Ceci dit, je m’étais éloignée d’eux et étais retournée vers Kléo, qui protégeait la troisième princesse. Demain, j’avais prévu de visiter Seryanna et ensuite Alkelios à l’auberge. C’était l’endroit où il était le plus susceptible de revenir, mais avant de le faire, j’avais crié quelque chose à ces autres imbéciles.

« Kataryna Georg, une éveillée supérieure, déclare officiellement son allégeance TEMPORAIRE à la troisième princesse et à l’humain Alkelios Yatagai. »

C’était la dernière chose que je devais faire. Dans ce jeu auquel ils jouaient, ces imbéciles savaient tous maintenant qu’ils ne devaient pas toucher à ceux-là, du moins jusqu’à ce que je déclare le contraire, ce qui serait le cas lorsque toute cette pagaille sera arrivée à une conclusion plus définitive.

***

***Point de vue de Teolas***

Pendant toute ma longue vie, je n’avais jamais pensé voir ce vieux fossile se relever ou même déclarer quelque chose d’aussi effrayant. Penser qu’ELLE ait fait un geste était simplement… terrifiant. C’est pour cela que j’avais décidé de faire attention à cet avertissement et de le transmettre à ce jeune fou qui remuait un troupeau de moutons avec un bâton.

« Qu’est-ce que cette dragonne pense être ? » Sire Draejan avait parlé d’un ton moqueur.

Je m’étais approché de lui et l’avais regardé dans les yeux. Mon regard perçant le fit tressaillir.

« Êtes-vous aveugle ? N’avez-vous pas senti sa force et son pouvoir ? » lui avais-je demandé.

« Eh bien, elle semblait forte, mais… je suis certain que le chevalier maître Teolas pourrait facilement la gérer, » déclara-t-il avec un sourire.

« Ne sois pas idiot. J’aurais besoin d’au moins mille vies avant même d’avoir pu la toucher ! » déclarai-je.

« Quoi ? » Il m’avait regardé comme si je venais de dire quelque chose de scandaleux.

« Écoutez-moi bien, il y a environ 500 ans, sur un champ de bataille loin d’ici, les armées d’Albeyater se sont affrontées avec celle de Zerudan. De tous les points de vue, nous n’aurions pas dû avoir de chance face à eux… cependant, au milieu de la bataille, une seule dragonne est venue et, bien qu’elle soit du côté de l’ennemi, elle a commencé à attaquer ses alliés sans pitié. Sans ménagement et avec un sourire fou sur le visage, elle dansa avec ses épées, » j’avais fermé les yeux en me souvenant de la scène où j’étais juste un jeune sachant à peine comment mettre son armure. J’étais l’un des plus jeunes commandants qui se tenaient à côté de notre roi.

Le choc des épées et des cris de fureur avait disparu alors que cette dragonne dansait parmi ses ennemis et ses alliés. Tous ceux qui se tenaient trop près étaient abattus par ses épées. Les commandants ennemis avaient essayé de l’abattre, mais elle les abattait en un clin d’œil. L’un après l’autre, elle les coupa et se fraya un chemin à travers la chair de ses alliés jusqu’à ce qu’elle atteigne leur général.

« Dans cette bataille, celle que nous craignions le plus était leur générale éveillée supérieure, mais ce dragon a été abattu par Kataryna Georg. Notre côté, par les ordres du roi, n’a pas bougé jusqu’à ce que leur conflit soit terminé. Leur armée… était presque deux fois plus grande que la nôtre, mais à partir du moment où la dragonne est entrée sur le champ de bataille jusqu’à ce qu’elle coupe la tête du général, elle l’a réduite à un nombre inférieur au nôtre, » j’avais dégluti.

« C’est impossible ! » avait déclaré Draejan.

« Gamin… n’osez pas m’insulter. » Je le regardai et il se figea.

« Je m’excuse, Sire Teolas. » Il inclina la tête.

« Soupire, c’est normal, vous pensez de cette façon. À moins que vous ne la voyiez en combat, vous ne le croiriez pas non plus… Pourtant, c’est la vérité… Plus encore, Kataryna Georg était la SEULE dragonne dont j’ai entendu parler jusqu’à présent qui est en mesure de vaincre un éveillé supérieur avant même d’en être elle-même une, » avais-je dit. Puis j’avais regardé vers la dragonne qui venait de partir.

« Si elle est quelqu’un de si fort, pourquoi notre histoire de la mentionne pas ? » demanda-t-il.

« Parce qu’après avoir gagné, elle a amené la tête du général ennemi aux pieds de notre roi et a ensuite pointé son épée vers lui. En échange de sa vie et de celle de tous les membres de son armée, elle a demandé à Albeyater de la laisser seule et d’effacer son nom de l’histoire. Si jamais elle souhaitait revenir en tant qu’alliée ou ennemie, elle voulait que ce soit de son propre chef, » J’avais poussé un soupir.

« Quelqu’un comme ça… Le roi a accepté ? » demanda-t-il.

« Oui. » Je hochai la tête. « Nous avons fait comme demandé, et elle est partie paisiblement. »

« Alors... » Draejan semblait confus.

« Gamin, si cet humain est capable de faire sortir ce vieux fossile de sa caverne… il pourrait aussi être celui amenant cette dragonne à nos côtés ou la fera se battre contre nous. Je crains que ce duel ne soit une idiotie en tant que telle, si elle le demande, je le ferai ANNULER. » J’avais déclaré avec un ton de voix aigu.

« Vous ne pouvez pas être sérieux, Sire ! C’était un duel officiel ! Plus encore, mon adversaire était un humain ! » rétorqua-t-il.

« Je préfère que vous perdiez la face que ce royaume perde plusieurs villes et d’innombrables vies, » j’avais répondu puis je l’avais laissé réfléchir.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

11 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    PS:Wou~~a Kataryna est une vrai légende vivante.

  2. Merci pour le chapitre, j'aime beaucoup la plume de l'auteur ! Bon bah la reine à aussi la maladie de Brekkar...

  3. Merci pour le chapitre.
    PS : Houla, Kata elle est une vrai terreur pour les dirigeants en fait ! Notre (malveillant) général est dans la merde jusqu'au cou !

  4. Merci pour le chap ^^ Hé ben, je l'aime bien ce Teolas ! Il lui a bien rabattu le caquet au Draejan !

  5. Merci pour les chapitres. LA chance de notre héro qui l’amène directement a la reine pour la soignée.

  6. merci pour le chapitre

    il à été un peu minable dans ce combat notre petit humain quand même

  7. C'est un humain ( mais malheureusement pour les dragons c'est surtout la pire des calamité qui pouvais leurs tomber dessus ) si jamais il fait une connerie et que sa vie est en danger, p: je donne pas cher du royaume d’ Albeyater vu comment kataryna risque de réagir ce royaume sera purement rayer de la carte lol.

Laisser un commentaire