100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 2 – Chapitre 35 – Partie 2

***

Chapitre 35 : Puis-je sacrifier… ?

Partie 2

« Si je devais avoir un fiancé, alors ils ne peuvent décider égoïstement pour moi. Mon mariage serait aussi vu comme un moyen de me garder dans le royaume ou un moyen de me retenir. Annuler un engagement existant ne peut être fait que si le roi approuve. Mais tout ce gâchis pourrait arriver seulement parce que je suis une chevalière et la petite-fille d’un puissant général. C’est pourquoi je suis désolée..., » elle secoua la tête.

« Hey, il n’y a pas besoin de s’excuser, » j’ai souri et enroulé mes bras autour d’elle. « Ce n’est pas écrit dans la pierre que ça va arriver comme ça, et d’ailleurs, tout ce que j’ai à faire est de prouver ma valeur devant le roi, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« En effet, » elle hocha la tête.

« Alors, il n’y a rien à craindre ! » J’ai souri.

« Est-ce que cela signifie que tu es prêt à demander ma main quand nous arriverons à la capitale ? » me demanda-t-elle.

Mon esprit s’était arrêté pendant quelques secondes alors qu’il tentait de traiter la logique derrière ce qu’il venait de se passer.

Ai-je juste ? Qu’est-ce que… Je ne comprends pas… Comment ? HEIN ?! avais-je pensé pendant que les pièces du puzzle s’assemblaient.

Donc, la conversation avait commencé comme ceci : Seryanna avait dit qu’elle avait quelque chose à me dire, puis nous avions fini par parler de la façon dont je ne serais pas approuvé par le roi à cause d’un possible mariage, mais alors… Pourquoi et quand la conversation avait-elle fini sur ça ?!

« Euh…, » j’avais cligné des yeux en raison de la surprise.

« Je suis désolée… C’est..., » elle baissa les yeux quand elle me vit hésiter et se retourna.

Ah merde ! Je l’ai maintenant fait ! J’avais reculé.

Les chances qu’elle commence à pleurer en ce moment étaient assez élevées…

La seule chose qui n’entrait pas dans mon crâne était le fait que c’était une société différente, une civilisation différente et une espèce différente. L’idée du mariage, des relations et d’autres choses semblables étaient assez différentes de ce que je connaissais sur terre. Notre société nous permettait d’être détendus quand il s’agissait de ce genre de choses. La première petite amie ne voulait pas toujours avoir la bague à son doigt. Mais ici, peut-être que les choses étaient différentes ?

« Seryanna… j’ai..., » j’étais arrêté et j’avais dégluti.

Je dois penser à cela… qu’est-ce que le mariage signifie pour elle dans cette vie ? Qu’est-ce que cela signifie pour moi ? Moi, je n’ai que dix-huit ans ! Je suis trop jeune pour mourir ! Euh… je veux dire me marier… Suis-je en proie aux idées fausses de la terre concernant le mariage ? pensais-je et j’avais du mal à trouver une réponse, mais pendant que j’étais comme ça, le dos de Seryanna semblait terriblement isolé.

En déglutissant et en prenant une profonde respiration, j’avais enlacé la dragonne par-derrière.

Maintenant quoi ? pensais-je tout en écoutant les battements de son cœur.

« Alkelios ? » avait-elle demandé après un moment, voyant que je ne parlais pas.

« C’est trop dur pour moi de répondre maintenant… je ne peux pas… Sur Terre les choses ne sont pas aussi… strictes qu’elles le sont ici. Je suis désolé..., » déclarai-je.

« Non, je devais être celle s’excusant… pas même une fois, j’ai pensé au fait que tu ne savais peut-être pas comment cela fonctionnait ici. Même sur le continent humain, ces choses sont assez similaires. Ici, les membres de la famille royale et les nobles agissent souvent comme des entremetteurs pour ceux de rang inférieur, » répondit-elle en me touchant la main.

À ce moment, j’avais vu une larme couler sur sa joue.

Je l’ai fait pleurer… super ! avais-je pensé.

« D’où je viens, les choses ne fonctionnent certainement pas comme ça… Est-ce trop pour moi de te demander d’attendre jusqu’à ce que nous arrivions à la capitale pour te donner ma réponse ? » lui demandai-je en lui faisant un baiser sur la joue.

« Non, c’est parfaitement normal… à moins qu’un ordre ne vienne du Roi ou que les nobles me harcèlent à ce sujet, il nous reste encore du temps pour décider, » répondit-elle d’un ton doux.

« Je comprends, merci, » je l’ai libérée de mon étreinte, et elle s’était tournée vers moi.

« Je t’aime, Alkelios… C’est pourquoi pour moi, il n’y a aucune hésitation dans mon cœur, » déclara-t-elle avec un sourire alors qu’elle pleurait.

« Je t’aime aussi… et je sais que normalement, je ne devrais même pas avoir à y penser à deux fois, » je secouai la tête. « Mais je suis qu’un stupide humain… Notre esprit travaille de manière stupide… Oui, nos esprits travaillent de manière stupide et à moins que je ne me débarrasse du doute, je n’aurais pas la paix. Je t’aime, mais l’idée de t’épouser est étrange. Je t’aime, mais quand je pense à toi comme ma femme, les rouages arrêtent de tourner dans ma tête…, » je secouai la tête et montrai que je n’étais pas du tout à l’aise avec l’idée.

« En effet, tu es un humain stupide. Si tu m’aimes, si tu veux me donner quelque chose et être avec moi, alors pourquoi hésiter ? » demanda-t-elle.

« Je ne sais pas..., » j’avais baissé les yeux.

« Je vois… peut-être que tu ne... » Je ne la laissai pas finir ces mots et lui volai les lèvres d’un baiser.

« Ne dis pas ça ! Ce doute est seulement présent parce que je suis encore jeune et peu sûr, quand il s’agit de choses comme ça. Sur Terre, les gens se marient après avant d’avoir dépassé les 20 ans, certains même après 30 ans. Tu es déjà une adulte à mes yeux, mais je suis encore un enfant. C’est pourquoi… donne-moi juste le temps de remettre en ordre mes pensées. Si, quelque chose, ici… je voudrais avoir tout le temps dont j’ai besoin pour prendre la bonne décision quant à savoir si nous devions ou non nous marier ! » avais-je déclaré.

De cette façon, même si j’étais un imbécile, je serais capable de prendre la meilleure décision pour nous. Même si j’avais attendu jusqu’à la dernière seconde, grâce à ma chance, ça devrait aller. J’espérais et pariais sur cela.

« Très bien. Mais, tu sais… je ne vais pas te laisser t’échapper pour m’avoir fait pleurer, » elle avait un doux sourire puis elle m’embrassa à nouveau.

« Je suis désolé… Comment puis-je me faire pardonner ? » lui demandai-je.

« Tu auras une séance d’entraînement avec moi maintenant, et n’utilises pas ta chance ! De plus, tu me laisseras te frapper quelques fois. »

Son doux sourire m’avait fait froid dans le dos.

« Euh… on ne peut pas en parler ? » demandai-je.

« Tu as fait pleurer une jeune fille ce soir, alors non ! » gloussa-t-elle en essuyant sa dernière larme.

J’avais laissé échapper un gémissement, mais elle m’avait ensuite fait un autre baiser. Celui-ci était très long et était profond.

Quand nous nous séparâmes les lèvres, elle avait rougi.

« Ne fuis pas… quelles que soient les adversités que nous puissions affronter, nous les traverserons ensemble..., » me déclara-t-elle avant de m’embrasser à nouveau.

Je n’avais pas le droit de me défendre contre ça, et ses mots étaient une sorte d’encouragement dans la bataille avec mes propres doutes et craintes. Ils avaient été très bien accueillis.

Cette nuit-là, après m’être littéralement détruit, je commençai à me demander si je ne deviendrais pas masochiste à cause d’elle. Nous étions allés nous coucher dans la même tente. Seryanna s’était endormie dans mes bras avec un sourire heureux sur les lèvres, alors que je repensais à tout ce que je disais aujourd’hui, sous les gémissements et les supplications pendant les séances d’entraînement. Je me souvenais aussi de ce que j’avais dit à Iolaus et de ce qui s’était passé pendant cette nuit où j’avais pour la première fois embrassé Seryanna.

En effet, pour moi, toute cette expérience avait été extrêmement précipitée. C’était comme si quelqu’un avait sauté dans une voiture de sport en appuyant sur l’accélérateur et conduisait comme un fou à l’heure de pointe. Ils ne s’arrêtaient pas pour la grand-mère traversant la rue ou bien pour les feux rouges. Ils n’avaient même pas arrêté quand le signal rouge était apparu. En dépit de tout cela, j’avais dû prendre des notes et absorber toutes les informations autour de moi.

C’était trop rapide pour un humain normal, mais… j’avais la capacité Héros passive. Peu importe combien je me plaignais, j’étais conscient de ma croissance rapide, sans parler du fait où il y a des moments où j’avais l’impression d’être dans un jeu en réalité virtuelle. Même ainsi, ces sentiments que j’avais avec Seryanna étaient la vraie affaire. Je l’aimais vraiment de tout mon cœur.

Peut-être que c’était parce qu’elle m’avait sauvé ? Peut-être que c’était parce que je l’avais dans mes bras tout ce temps ? Peut-être que c’était parce qu’elle était belle, forte volontaire, rousse ? Il y avait beaucoup de peut-être qui aurait pu être l’étincelle qui aurait enflammé cet amour, mais à la fin… ce qui importait était le résultat.

J’aime cette femme… j’aime Seryanna, mais… pensais-je en regardant son visage endormi. Mais tu es une dragonne…

À la fin… la raison pour laquelle j’avais tellement peur de ce mariage n’était pas parce que les coutumes étaient différentes… C’était juste moi qui étais différent et qui la regardais avec des yeux différents juste parce qu’elle n’était pas de la même espèce. C’était une peur biologique et instinctive qui me disait que je ne pouvais pas être avec elle en tant qu’humain, mais abandonner mon humanité était quelque chose que je craignais encore plus.

Je me demande… Puis-je sacrifier ma connexion avec la Terre, le sang de mes parents coulant dans ses veines, mon espèce et tout ce que je suis ou pourrais être en tant qu’humain ? Puis-je sacrifier tout cela pour la femme que j’aime ? m’étais-je demandé en caressant doucement sa joue.

Pour certains, c’était une question à laquelle ils auraient répondu sans sourciller, mais pour moi c’était une question à laquelle je ne pouvais répondre. En fin de compte, était-ce moi qui avais tort de penser comme ça, ou était-ce quelque chose de normal pour un être humain ?

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Beaucoup de questions dans ce chapitre... Merci en tout cas ^^

Laisser un commentaire