Vivre dans ce monde avec la compétence Couper & Coller – Tome 2

Table des matières

Arc 5 : La famille royale

Arc 6 : Bataille dans la Forêt Sacrée

***

Chapitre 45 : Grande découverte dans une auberge de luxe, et …

Je voulais avoir une chambre pour chacun de nous, mais en raison de l’échange de tout à l’heure, nous étions tous les deux dans une même pièce.

... C’était une grosse erreur de calcul.

J’avais le sentiment que le visage d’Aisha était aussi un peu rouge...

« P-Pour l’instant, pourquoi ne pas nous promener dans la ville ? Nous pourrions trouver quelque chose de bien là-bas. »

« B-B-Bien sûr ! Allons-y ! »

Dans tous les cas, étant dans un espace fermé, la chambre d’hôtes, et rien que nous deux, nous nous sentions extrêmement mal à l’aise. C’était complètement différent que le fait de vivre à l’intérieur de ma maison !

Bien sûr, je voulais vraiment me promener, mais utilisons-le comme une excuse dans cette situation.

Notre but et nos gains étant parfaitement alignés, alors nous nous étions précipités dans la ville d’Adol en soirée.

***

Nous nous étions d’abord dirigés vers le magasin général.

Il avait été décidé que je devais vivre avec Aisha et Sylphide, donc nous n’avions pas assez de petits articles de tous les jours. Et bien qu’il y ait aussi un magasin général à Lucas, certaines choses n’y étaient pas vendues. C’est pourquoi nous avions discuté dans le chariot que nous devrions en chercher une fois que nous serions arrivés à Adol.

Précisément parce qu’on l’appelait la Ville du Labyrinthe, le magasin général avait beaucoup de choses pratiques, et nous pourrions acheter quelques bons équipements.

Comme nous pouvions nous amuser à faire du shopping, avant que je ne le sache, l’humeur maladroite de l’auberge avait complètement disparu.

« Comme prévu d’une ville labyrinthe, il y a beaucoup d’individus ici, hein »

« Oui, je me demande s’il y a plus de gens que dans la capitale... »

Par la suite, j’apprendrais que ce moment dans la soirée était pile l’heure d’affluence, quand les aventuriers sortaient du labyrinthe. Comme prévu, si c’était si encombré tout le temps, la vie serait trop dure, hein.

Il y avait de fortes chances que l’on se perde dans la foule. Ainsi, j’avais saisi la main d’Aisha avec hésitation.

« N-Nous ne pouvons pas nous perdre de vue l’un de l’autre... »

Comme je l’avais dit en marmonnant comme si c’était une excuse, Aisha avait montré une expression surprise pendant un moment, mais elle avait également serré ma main finalement. Je ne pensais pas que les petites rougeurs sur ses joues soient dues au soleil couchant.

L’endroit suivant où nous nous étions dirigés était le magasin d’armes. Précisément parce que la ville était adjacente au donjon, je pensais qu’il y aurait de bonnes armes et armures.

Comme je venais d’acheter des armes, j’avais simplement fait du lèche-vitrines, mais cela pourrait être une bonne occasion pour Aisha.

Alors que nous nous tenions la main en faisant le tour du magasin, des gens qui ressemblaient à des aventuriers nous regardaient. Eh bien, c’était compréhensible. Après tout, ils pourraient devenir jaloux si je marchais en tenant par la main d’une beauté comme Aisha.

Comme les regards étaient trop pressants, j’avais arrêté de lui tenir la main pour le moment. Et après ça, les regards ne s’étaient pas arrêtés. Je ne pouvais rien faire de plus, alors je les avais ignorés.

Pendant ce temps, j’avais découvert une série d’armes « extrêmement accrocheuses » parmi celles vendues dans le magasin.

Les armes noires : « poignard », « arc » et « épée à une main ».

Tous les trois étaient négligemment placés dans les produits rebus. En d’autres termes, cela signifiait que c’étaient des produits qui étaient impopulaires et qui restaient invendus.

Il semblerait qu’Aisha avait également remarqué les armes noires que je regardais.

« Myne, ce poignard... c’est le même que tu as en ce moment, n’est-ce pas ? »

C’était vrai, comme l’avait dit Aisha.

Que... c’était l’arme croissante, la « Dague des Origines ».

Nom : Dague des Origines

Attaque : +9

Grade : Aucun

Attribut : Croissance

Efficace contre : Aucun

Matériaux requis : Peau de Troll x10, Lingot de fer x20, Pierre magique de haute qualité

Oui, il n’y avait aucun doute. C’était la même dague que celle que j’avais. Son attaque était un peu plus faible, mais je pensais qu’on pouvait dire qu’elles étaient identiques.

Cela signifie que... l’arc noir et l’épée à une main noire placés avec elle pourraient être...

Nom : Épée à une main des Origines

Attaque : +13

Grade : Aucun

Attribut : Croissance

Efficace contre : Aucun

Matériaux requis : peau de Manticore x5, Lingot de fer x30, Pierre magique de haute qualité

Nom : Arc des Origines

Attaque : +10

Grade : Aucun

Attribut : Croissance

Efficace contre : Aucun

Matériaux requis : peau de Manticore x3, vieux bois de Tréant x10, Pierre magique de haute qualité x2

Comme je l’attendais ! Ce n’était pas uniquement les poignards ! Si je me souvenais bien, Sylphide avait la compétence de [Épée à une main : Extrême] et Aisha avait la compétence de [Tir à l’arc : Saint].

Je ne savais pas à quel point ces armes deviendraient puissantes, il n’y avait rien à perdre à les avoir !

« Excusez-moi ! Je vais acheter ces deux ! »

« Merci pour vos achats ! »

« En avez-vous d’autres de ce type ? »

« Ils peuvent parfois être trouvés dans le labyrinthe, ils sont donc souvent vendus ici. Eh bien, ce ne sont pas des armes très fortes, donc s’il y a de nouveaux arrivants, ils iront immédiatement à la section rebut. Mais même ainsi, il y a ceux qui les achètent, car ils sont d’une couleur rare. »

Les deux m’avaient coûté 5 pièces d’argent. Oui, ils sont bon marché. Si j’en voyais d’autres, cela pourrait être bon de les acheter aussi.

Aisha avait demandé : « Pourquoi achètes-tu des choses comme ça ? » Et avait fait un curieux visage. Eh bien, c’était compréhensible.

Pendant que j’évitais la question avec un sourire, j’avais placé l’arc et l’épée à une main que je venais d’acheter dans le sac de rangement.

J’avais regardé les autres armes, mais comme il n’y avait rien que je voulais acheter en ce moment, j’avais remercié le commerçant et j’avais quitté le magasin.

« Il était assez tard, hein. Pourquoi ne retournerions-nous pas à l’auberge ? Il y avait aussi une période de service pour le repas, donc ce serait un gâchis si nous le manquions. »

Sur le chemin de l’auberge, pendant que nous étions tentés un peu par les différents stands de nourriture, nous étions retournés à l’auberge et nous avions pu dîner.

Comme prévu d’une auberge de grande classe, il y avait beaucoup de plats compliqués, et Aisha et moi étions complètement satisfaits. Les auberges haut de gamme n’étaient pas seulement là pour le spectacle, hein !

***

Finissant le délicieux repas, nous étions revenus et détendus dans la chambre. Puis, j’avais entendu Aisha m’appeler.

« Regarde ça, Myne ! Un bain ! Il y a un bain, tu sais !! »

... Une baignoire ? Ah, les installations nobles et la royauté les utilisaient pour laver leurs corps, hein.

Oh, comme prévu d’une auberge de grande classe.

Les gens célèbres restaient à coup sûr ici aussi. Puisque nous étions spécialement venus ici, essayons de l’utiliser.

« Comment l’utilisons-nous ? »

« De l’eau chaude est mise dans cette grande boîte, et ensuite tu te déshabilles et tu y entres. »

Je vois, c’était comme si on se baignait dans la rivière, et on essuyait son corps avec une serviette humide, hein.

« L’as-tu déjà utilisé, Aisha ? »

« Oui, après tout, il y en a une dans le dortoir de la guilde. C’est vraiment bien, tu sais. Tu te sentiras aussi rafraîchi après en être sorti. »

... Je vois, donc ma maison te dérange, hein. J’étais désolé...

J’avais alors décidé de demander immédiatement à Aisha comment utiliser le bain chaud et j’y étais entré.

« Ouf ~, ça fait du bien ~ ♪ »

Donc, c’était ce qu’Aisha voulait me dire en se sentant bien. J’avais l’impression que l’eau chaude dissolvait ma fatigue.

Sylphide aussi probablement... non, elle devait vraiment régulièrement prendre un bain, hein.

Je lui avais aussi vendu le Roi Orc et le Général Orc, je me demandais si je devrais en construire rapidement une chez moi.

Je me demandais combien cela coûtait.

En expérimentant la bonté d’un bain, j’en étais sorti de bonne humeur, j’avais remercié Aisha de m’avoir laissé entrer en premier, et je m’étais jeté sur le lit.

En me voyant de très bonne humeur, Aisha rigola et me dit de ne pas m’inquiéter.

Pendant que j’étais allongé sur le lit, le temps passa, et Aisha sortit du bain. Aisha qui venait de prendre un bain avec un léger rougissement... était vraiment magnifique. En regardant sa silhouette, je me souvins immédiatement du fait que nous serions ensemble dans la chambre, que je l’avais oubliée, et que mes joues rougirent aussi d’un rouge profond.

Aisha rougissait aussi profondément, peu importe ce que j’en pensais, elle était la même.

J’avais toujours pensé que ça devrait être après le retour de Sylphide que l’on organiserait la cérémonie de mariage, mais...

Il était peu probable que je puisse supporter la très charmante Aisha qui venait de sortir du bain.

« ... Aisha, est-ce bon ? »

Alors je lui avais demandé ça d’une voix un peu troublée par la nervosité, elle hocha doucement la tête et vint à mes côtés.

Comme j’avais doucement enlacé Aisha pour la tenir plus près de moi... elle sentait vraiment bon.

... Ensuite, une nuit avait passé, avec nous deux dans le même lit.

***

Chapitre 46 : Le labyrinthe de la force (1)

« ... je ne reconnais pas ce plafond »

Bien sûr que c’était ainsi, vu que je me trouvais dans la chambre d’une auberge haut de gamme, la cloche d’argent, située dans la ville du labyrinthe.

Il était donc évident que je ne connaisse pas ce plafond.

Dormant à côté de moi, se trouvait une belle femme en tenue d'Ève. Inutile de dire qu’elle était l’une de mes fiancées, Aisha Lorelle.

La nuit dernière, succombant à l'allure sexy d’Aisha après qu’elle soit sortie du bain, j’avais finalement fait l’amour avec elle. J’avais pensé que cela devait être fait après que nous soyons convenablement mariés, mais... mon raisonnement ne pouvait pas lutter contre le charme d’une beauté plus âgée sortant du bain.

On ne pouvait rien y faire vu que j’étais un homme adulte qui s’intéressait aux filles. En plus, c’était aussi ma première expérience avec elle.

... On ne pouvait plus rien y faire, n’est-ce pas ?

Comme c’était ainsi, j’avais actuellement couché à côté d’Aisha nue, mais j’étais troublé quant à trouver un endroit où regarder. Et bien que j’avais vu tous les coins et recoins d’elle, et comme prévu, c’était toujours troublant...

Pour l’instant, puisque je me sentais collant de partout, je devrais une fois de plus prendre un bain. J’étais devenu complètement obsédé par l’appel d’un bain.

« ~ ♪ »

Alors que je me détendais et chantonnant dans le bain, j’entendis la voix d’Aisha de l’autre côté de la porte.

« Myne, es-tu dans le bain ? »

Après que je lui ai répondu. « Oui, j’y suis, »... Aisha était entrée dans la salle de bain !? De plus... Non, c’était naturel si c’était dans le bain, mais elle était complètement nue !

Même si elle avait l’air un peu embarrassée, elle se rapprocha de moi tout en s’approchant de la baignoire.

Elle avait ensuite versé de l’eau chaude sur sa tête et avait souri légèrement vers moi.

« Je suis venue parce que ce serait une perte de temps si je ne le faisais pas. Je vais te laver le dos, d’accord ? »

Eh bien, nous avions bien vu le corps de l’autre hier et avions fait des choses plus étonnantes, alors c’était normal qu’elle soit prête à entrer dans le bain avec moi... J’étais heureux, mais...

... N’es-tu pas un peu trop audacieuse ? Aisha ?

***

En conséquence, nous avions flirté pendant le matin, et à cause de cela, nous étions à l’heure que pour le petit déjeuner de l’auberge.

Même pendant le repas, nous ne nous étions nullement restreints. Tout en ignorant les regards froids des personnes présentes dans notre environnement, Aisha et moi avions continué à flirter.

Bien qu’il y avait des groupes qui étaient passés après avoir dormi ensemble, notre attitude l’un envers l’autre était devenue évidemment plus proche.

« Pourquoi ne pas aller au donjon après avoir mangé ? Finissons rapidement notre objectif et rentrons chez nous. Ce serait troublant si Sylphide revenait entre temps, bien que cela soit peu probable. »

Au fait, le petit déjeuner était vraiment délicieux. Le bain était bon, la nourriture était délicieuse, comme prévu d’une auberge de grande classe.

Surtout le bain, c’était un grand avantage. Je me demandais si nous devrions construire un bain comme celui-là dans la maison. Au moment où je l’avais demandé à Aisha, elle avait accepté avec plaisir. Elle m’avait dit que puisque Sylphide voulait aussi un bain, nous devrions le construire le plus tôt possible.

Oui, je pensais que j’allais essayer d’en commander un à un artisan dès que nous serions de retour.

Après avoir terminé le délicieux petit déjeuner, nous étions allés directement à notre destination, le donjon. Et quand nous étions finalement arrivés à l’entrée du donjon, nous avions vu un chevalier à la réception.

« Bonne après-midi ! Pouvons-nous entrer dans le donjon ? »

Quand je l’avais demandé au chevalier, il avait sorti un papier et avait dit : « Veuillez indiquer votre nom et votre lieu de résidence ».

Sur ce papier, l’heure de sortie semblait également être enregistrée.

Dans le cas où un accident se produisait à l’intérieur et que quelqu’un ne pouvait pas revenir, en vérifiant ce document, il semblerait qu’ils pouvaient vérifier si quelqu’un n’était pas revenu.

Quand Aisha et moi avions rempli notre papier et l’avions remis, le chevalier nous avait remis des plaques de métal. Cela correspondait au papier précédent que nous avions rempli.

Si quelqu’un venait à trouver cela dans le donjon, comme prévu, cela voudrait dire qu’il y avait une possibilité que quelque chose fût arrivé au propriétaire.

Après avoir terminé le processus légal et demandé des informations rapides sur l’intérieur, nous avions finalement commencé à défier le Labyrinthe de la Force.

#Labyrinthe de force, premier étage

« Oh, je pensais que l’on ressentirait une atmosphère plus sombre puisque cela s’appelait un donjon, mais on dirait que j’avais tort, hein »

C’était ce que j’avais dit quand j’étais entré dans le labyrinthe.

« Aurions-nous besoin de quelque chose comme une lampe ? » demandai-je. Il me semblait étrange qu’Aisha n’eût pas essayé d’en avoir une.

Les murs eux-mêmes émettent une lueur subtile qui rappelait la lumière d’une luciole. Grâce à cela, l’intérieur du donjon était assez lumineux.

« Le Donjon de la Force est comme ça, mais d’autres donjons pourraient avoir besoin d’éclairage. »

Je vois, l’intérieur et l’ambiance changeaient en fonction de l’endroit. Les donjons... Ils étaient très profonds, hein.

En avançant pendant que j’écoutais les informations venant d’Aisha sur les donjons, nous avions découvert des monstres rassemblés ici.

Nom : Puissant Slime

Niveau : 6

Race : Famille des Slimes

Sexe : Aucun

[Compétence]

Continu : Puissance

[Capacité]

Aucun

Nom : Puissant Slime de Chaleur

Niveau : 7

Race : Famille des Slimes

Sexe : Aucun

[Compétence]

Continu : Chaleur

[Capacité]

Aucun

Ceux-ci semblaient être de quelques niveaux plus élevés comparés aux slimes que j’avais vaincu lors la demande de guildes avant cela. Peut-être était-ce à cause du donjon, hein.

Cinq slimes de deux types étaient rassemblés, mais...

... Ils avaient des compétences incompréhensibles, hein.

Oui, je comprenais « Continu ». Après tout, son nom était explicite, mais... qu’est-ce que c’était que le pouvoir, qu’est-ce que cela signifiait ?

Je ne comprenais pas très bien ce que signifiait la chaleur, est-ce que ça voulait dire « Chaud ! », ce genre de chaleur !?

Pour l’instant, coupons-les.

J’avais pris le pouvoir et je les avais collés, mais je ne le comprenais pas vraiment. Comme il semblait être des effets continuels, ils seraient probablement en vigueur même si je ne faisais rien, mais...

Comme prévu, je devrai utiliser l’évaluation si je ne comprends pas.

[Continu : Puissance] : Deviens un peu plus fort.

Attendez ! Quel est le problème avec cette compétence !! Est-ce que c’était tout ce que tu avais à me dire même si tu n’étais qu’une compétence !!?

D’une certaine manière... Je pouvais prédire ce que serait la chaleur, mais... essayons d’évaluer juste au cas où.

[Continu : Chaleur] : Deviens légèrement plus chaud.

Ohh... comme je m’y attendais... Comme prévu, je n’aurais pas besoin de ça, hein...

... Ah, attends !? J’avais une bonne idée.

J’avais coupé la compétence [Continu : Chaleur]... puis j’avais ramassé un des cailloux éparpillés sur le sol et j’avais collé la compétence sur elle.

Alors que je tenais le caillou dans ma main, j’avais réellement senti de la chaleur. On dirait de l’eau légèrement chaude. J’avais expérimenté plus.

J’avais coupé [Continu : Chaleur] d’un autre Slime Chaleur et je l’avais collé sur le même caillou.

« C’est chaud !? »

Me voyant soudainement crier, Aisha m’avait regardé en me demandant : « Qu’est-ce qui ne va pas ? »

« Je vais bien, ce n’est rien. »

Puisque je ne pouvais pas laisser Aisha se faire ébouillanter, j’avais coupé [Continu : Chaleur] du caillou et je l’avais collé sur un caillou différent.

« Ara, c’est vrai. Ce caillou... est étrangement chaud, hein. »

« ... Oui, j’étais un peu surpris. »

Pour l’instant, je pouvais être capable d’utiliser des compétences d’activation continue sur des objets. Sans tarder, je les avais tous collés dans des cailloux et je les avais mis dans mon sac de rangement.

« Eh bien, tuons les slimes. »

En disant cela, j’avais pris quelques cailloux ordinaires qui traînaient sur le sol et les avais jetés aussi fort que possible vers les slimes. Ils avaient volé avec une grande force et faisaient un bruit de vent aiguisé, frappant directement un slime.

Bien que les slimes avaient un corps mou, elles n’avaient pas pu absorber l’impact, et elles étaient mortes trop vite. Même si c’était un caillou, s’il était lancé par moi, un niveau 61, le résultat n’était guère surprenant.

En parlant d’Aisha... elle regarda les slimes éliminés avec une expression choquée sur son visage. Eh bien, je suppose que c’était compréhensible.

Bien que ce soit de la pierre, ce n’était pas un caillou trop gros ou lourd. Qu’elles volaient avec un bruit de vent, et qu’elles les aient vaincus en un coup bien qu’ils étaient des slimes était impressionnante.

Tandis que je regardais une Aisha choquée avec les coins de mes yeux, j’avais rapidement lancé des cailloux.

J’aurais pu utiliser [Doigt balistique], mais je prévoyais d’utiliser les compétences aussi peu que possible.

Les quatre slimes restants avaient été défaits en un coup comme le premier. Puis, sept « Huiles de slime » étaient tombées des slimes défaits.

... C’est probablement l’effet de [Probabilité], hein.

« Myne, tu es incroyable, comme prévu. Mon arc ne sera probablement même pas nécessaire... »

« Non, ce n’est pas vrai ! Après tout, c’étaient des slimes. Les plus forts apparaîtront sur les étages inférieurs, non ? »

« ... Eh bien, c’est vrai, mais... »

Tout en apaisant Aisha, nous avions avancé plus profondément dans le donjon.

***

Chapitre 47 : Le labyrinthe de la force (2)

Il semblerait qu’il n’y ait que des slimes au premier étage. En plus des Puissants Slimes et des slimes thermiques que nous avions vaincus au début, il y avait aussi ces types.

: Puissant Slime bleu dont l’élément était l’« Eau »

: Puissant Slime vert dont l’élément était le « Vent »

: Puissant Slime blanc dont l’élément était la « lumière »

Les compétences qu’ils possédaient étaient bien celles supposées, toutes étaient du type continu.

« L’eau » correspondait à « L’eau sort légèrement »

« Vent » correspondait à « Le vent s’écoule légèrement »

« Lumière » correspondait à « Deviens légèrement plus lumineux »

J’avais mis environ 20 cailloux avec chacune de ces compétences collées dessus dans mon sac de rangement. En tuant les slimes, j’avais pensé, et j’étais arrivé à la conclusion que je pouvais les utiliser pour fabriquer des outils magiques, n’est-ce pas ?

Maintenant, ce que je voulais tester était le bain.

J’accumulerais de l’« Eau », je forgeais la baignoire et je chauffais l’eau en accumulant « Chaleur ». Je pensais qu’avec cela, même sans que quelqu’un intervienne, l’eau chaude pouvait s’accumuler dans le bain, hein.

Bien que pour l’installation, j’avais besoin de consulter le charpentier...

Si cela réussissait, il y aura d’autres utilisations pour eux. Une fois que nous serions rentrés à la maison, j’aurai besoin de faire des recherches !

... Bien, les slimes étaient vraiment des formes de vie mystérieuses, hein... Alors que nous marchions pendant que je réfléchissais à cela, une grande porte était apparue devant nous.

« Myne, il semblerait que nous ayons atteint la chambre du boss du premier étage. »

« Comme c’est un boss, comme attendu. Va-t-il être fort ? »

« Oui, ce n’est pas si fort, car on n’est qu’au premier étage, mais... je pense que ce sera probablement un type de slime. »

Il semblerait que le boss de chaque étage était d’un type de rang supérieur aux monstres de cet étage. Mais des boss rares apparaissent rarement, et il semblerait que ce sera différent des monstres de cet étage.

Eh bien, ça s’appelait rare, après tout. Je ne pensais pas que nous allions le rencontrer aussi souvent, mais j’aimerais le voir au moins une fois.

« Eh bien, faisons ça ! »

« ... Enfin, je vais faire un tour, hein. »

Ah, Aisha avait l’air un peu agacée. Cependant, les ennemis du premier étage étaient faibles, et en premier lieu, ce n’était que des slimes...

Comme c’était trop simple pour moi, Aisha n’obtiendra pas son tour quoiqu’il arrive.

C’était aussi un gaspillage d’utiliser des flèches contre les slimes.

En pensant à la façon dont je pourrais encourager Aisha, nous avions ouvert la porte de la salle du boss et nous y étions entrés.

Le monstre à l’intérieur était...

 

Nom : Exusia Slime

Niveau : 12

Race : Famille des slimes

Sexe : Aucun

[Compétence] [Capacité]

Prison molusquaire (prison de corps mou)

 

Il y avait un énorme slime.

Oh, il semblait avoir une Capacité incompréhensible... Et bien que ce soit un boss, il n’avait pas de compétence, hein.

Pour l’instant, essayons d’enquêter sur cette. « Myne, j’y vais ! » Capacité... Eh ?

Ouah, Aisha avait commencé à se battre avant que je puisse enquêter sur sa Capacité. Comme elle ne pouvait pas se battre jusqu’à maintenant, beaucoup de stress s’était accumulé... J’en étais désolé.

La flèche qu’Aisha avait tirée était similaire à celle qu’elle avait envoyée dans la colonie d’orcs, elle était devenue triple et avait volé vers le slime.

Pour l’instant, il vaudrait mieux ne pas vérifier la Capacité, et la voler à l’avance pour l’affaiblir.

Jusqu’à présent, j’avais jeté toutes les compétences et Capacités inutiles quelque part, mais comme nous avions pris la peine de venir ici, nous allions la coller sur une table et la mettre de côté. Si c’était sur un caillou, ça ne deviendrait pas une nuisance, après tout.

Alors que je l’avais fait de l’arrière, Aisha n’avait pas terminé son attaque. Comme prévu de [Tir à l’arc : Saint], précisément parce que c’était la deuxième plus haute compétence, chaque frappe contenait un pouvoir scandaleux.

Elle pouvait repousser des orques, c’était vraiment fort.

Après quelques minutes, bien que sa Capacité avait disparu et qu’elle était affaiblie, Aisha avait vaincu Exusia Slime en toute sécurité. Comme prévu d’une ancienne aventurière de Rang B !

« Je te remercie pour ton travail acharné ! Cette fois, je n’ai pas eu à y prendre part, tu sais. »

Comme j’avais parlé à Aisha en souriant, elle avait rigolé de bonne humeur. Il semblerait qu’elle avait laissé sortir son stress.

Oui, c’est bon. C’est bon.

En y repensant, pensai-je en regardant la bataille d’Aisha, les Compétences que j’avais volées aux Puissants Slimes. Si j’avais trouvé ce type d’activation continue intéressante, il serait peut-être bon de les coller sur les pointes de flèches.

Par exemple, ne sera-t-il pas très efficace d’accumuler beaucoup de « Chaleur » avant d’attaquer ?

Quelque chose comme la soi-disant flèche élémentaire ?

J’avais besoin de faire des recherches là-dessus, hein.

... Maintenant, jetons un coup d’œil aux objets lâchés par l’Exusia Slime.

[Huile d’Exusia] : En l’appliquant sur la peau, il pouvait l’hydrater avec une grande efficacité.

Le premier terme est bien de l’huile, mais... Je ne comprenais pas très bien le reste.

Et, il y avait aussi un autre objet.

L’autre objet lâché était un équipement.

 

Nom : Cape d’Exusia

Défense : +5

Grade : Avancé

Attribut : Aucun

Effets spéciaux : Les attaques physiques seront parfois réduites de 1 ~ 2.

 

Oui, pour un boss, c’était délicat... peut-être que cette cape était juste là afin d’être rassuré... pensais-je ?

Qu’est-ce qu’il y avait de particuliers avec l’huile, Aisha le savait-elle ?

Alors que je pensais cela, je regardais Aisha, elle semblait en quelque sorte être heureuse.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? »

« Ceci, cette huile Exusia est un objet populaire parmi les femmes de la noblesse. Si elle est étalée, elle va s’humidifier et la peau deviendra lisse, tu sais. Il y en a peu sur le marché, donc le prix que l’on peut en tirer sera considérablement élevé. »

Oh, c’était un article étonnamment cher. Comme c’était un objet populaire parmi les femmes, ce serait probablement bien si Aisha et Sylphide l’utilisaient.

Après tout, nous n’avons pas besoin de nous soucier de l’argent pour l’instant.

« Alors, gardons-le pour que toi et Sylphide puissiez l’utiliser ! »

Après que je l’eus dit, elle avait demandé timidement « Est-ce que ça va ? » En hochant la tête, elle avait doucement pris l’huile et la mit avec bonheur dans son sac de rangement.

Oui, si elle était heureuse, alors j’étais aussi heureux.

À propos, comme pour l’huile de slimes, l’huile d’Exusia était contenue dans un récipient transparent semblable à une bouteille.

« Pourquoi ne t’équipes-tu pas de cette cape ? Puisque c’est une cape, ça ne me va pas. »

Pendant que je disais ça, elle mit doucement la cape sur ses épaules.

La cape Exusia était d’un blanc pur bordé d’une couleur dorée, un dessin qui semblait assez épouvantable.

Je pensais que ça irait très bien à Aisha.

Depuis que nous avions obtenu les objets sans problèmes, nous avions décidé de chercher un moyen d’aller au niveau suivant. En essayant de regarder autour de nous, une porte qui n’existait pas auparavant apparut.

« Cette porte nous amènera à une petite pièce qui est connectée au niveau suivant »

Pressés par Aisha, nous avions ouvert la porte et nous y étions entrés.

J’avais réfléchi un moment à la question de savoir s’il pouvait y avoir des pièges ou quelque chose d’autre, mais Aisha m’avait dit que la porte qui apparaissait après la défaite du boss n’avait aucun piège. Puisque cette information pouvait être confirmée par la Guilde des Aventuriers, ça devrait aller.

Bien que je ne puisse pas le croire à 100 %, d’une façon ou d’une autre, il n’y avait pas d’autre choix que de le croire et de l’ouvrir, hein.

Et même s’il y avait des pièges, ni Aisha ni moi-même ne pouvions tout simplement pas les désamorcer.

Dans la pièce où nous étions entrés, il y avait un grand monument de pierre. Comme ce monument en pierre était une pierre de transfert, il semblerait que si vous la touchiez une fois, il était possible de passer instantanément à un autre monument de pierre.

Il y en avait aussi une à l’entrée du donjon, et Aisha m’avait dit que je pouvais la toucher pour y revenir.

Nous avions alors découvert une série d’escaliers menant vers le bas du côté opposé du monument en pierre.

« Bon, eh bien, allons au premier sous-sol. »

#Labyrinthe de la force, B1

Les monstres principaux dans le niveau B1 étaient des monstres de type orc et de type gobelin. Au fait, à l’étage inférieur, le deuxième sous-sol était habité par les trolls que nous visions.

En pensant au fait que les monstres du premier étage étaient des slimes, on pouvait dire que le niveau de difficulté avait soudainement augmenté. On m’avait dit que c’était la caractéristique du donjon de la force. Il était centré autour de monstres spécialisés dans la « Force ».

Enfin, à partir de maintenant, c’était le moment crucial.

« Aisha, s’il te plaît, fait attention à cet étage »

Tout comme les orcs de la surface, ils capturaient et agressaient sexuellement les femmes de diverses espèces, et prospéraient en faisant des enfants. Bien sûr, ils se reproduisaient entre eux, mais il semblerait qu’ils préféraient les femmes d’autres espèces.

À partir de maintenant, je ne serais pas réticent à utiliser mes compétences, et je me battrai. Je ne pouvais rien laisser arriver à Aisha.

J’avais équipé la Dague des Origines dans ma main gauche et la dague de foudre dans ma droite, et j’avais commencé à chercher avec précaution.

Aisha s’était également préparée et m’avait suivi derrière moi.

Nous rencontrions alors les premiers monstres de cet étage.

 

Nom : Puissant Orc

Niveau : 18

Race : Race démoniaque

Sexe : ♂

[Compétence]

Bras fort

Augmentation de la force

[Capacité]

Rugir

 

Nom : Puissant Gobelin

Niveau : 14

Espèces : Race démoniaque

Sexe : ♂

[Compétence]

Renforcement du corps : Petit

[Capacité]

Rugir

 

Il ne semblerait pas y avoir beaucoup de différence avec ceux de la surface. Si c’était juste cela, alors je pouvais en quelque sorte gérer.

Coupant toutes leurs compétences et Capacités, je les avais collées sur des cailloux, que j’avais ensuite mis dans mon sac.

Ensuite, j’avais [collé] leurs jambes sur le sol.

... Au moment où je les avais collés, les deux monstres étaient tombés magnifiquement la tête la première.

« Maintenant, Aisha ! »

Avec mon cri, Aisha avait tiré comme si elle disait : « j’ai attendu ».

J’avais alors commencé à attaquer avec [Magie : Feu], essayant de ne pas interférer avec sa ligne de tir.

Ils avaient reçu l’attaque-surprise et en un clin d’œil, ils étaient devenus des cadavres.

« ... Myne, tu as fait quelque chose, non ? »

Eh bien, ils étaient soudainement tombés, après tout...

« ... Oui, un peu. »

Alors qu’Aisha hocha la tête et disait : « je vois », elle commença à parler.

« C’est OK, ça va être troublant si je ne peux pas réagir quand quelque chose comme ça arrive soudainement, alors je serais heureuse si tu me le disais la prochaine fois. »

Aisha n’avait rien dit de plus. Comme si je donnais une affirmation pour tout ce que je ferais, comme si c’était naturel... C’était ainsi qu’elle se comportait.

J’étais vraiment reconnaissant pour ça. Avec mon bras droit, j’avais secrètement essuyé les larmes dans mes yeux.

***

Chapitre 48 : Le labyrinthe de la force (3)

Nous avions rencontré des orcs et des gobelins depuis notre arrivée, mais nous n’avions mystérieusement rencontré aucun type supérieur.

Je m’étais habitué à chasser les orcs et les gobelins, mais en utilisant coller en même temps, nous avions pu les chasser facilement comme si c’était du travail.

Au début, Aisha était prudente en les combattant, mais maintenant, elle les avait vaincus efficacement avec un calme considérable.

 

Nom : Aisha Lorelle

Niveau : 29 (28 → 29) Montées de niveau !

Race : Humain

Sexe : Féminin

Âge : 26 ans

Occupation : Changement en maître archère !

 

Son niveau était passé de 28 à 29.

« Nous avions déjà beaucoup défait, y compris le boss du premier étage, n’est-ce pas le bon rythme ? », déclarai-je pour moi même.

Il n’y avait pas particulièrement de monstres qui possédaient des compétences différentes, j’avais répété le travail de coller les compétences sur des cailloux.

Une petite heure s’était écoulée depuis que nous étions descendus dans ce sous-sol.

Soudain, nous avions entendu un cri différent d’un orc.

... C’était un ogre, sans aucun doute.

Les orcs étaient considérés comme une race démoniaque qui tirait son origine des « cochons ».

Un orc était à l’origine un humain, un homme-bête, un elfe, un nain, etc., qui auraient muté en absorbant le soi-disant « mauvais air », une influence néfaste dans leur corps.

Incidemment, les miasmes contenaient un pouvoir magique épais. Pour cette raison, la viande d’orc avait un goût semblable à celui du porc de haute qualité.

C’était différent des cochons, si un aventurier ou un chevalier n’avait pas une certaine force, ils ne pouvaient pas le vaincre. C’était la raison derrière le fait qu’on ne pouvait pas en trouver beaucoup à vendre et que le peu disponible coûtait cher.

J’avais aussi beaucoup profité de la viande d’orc.

L’ogre que nous visions tirerait ses origines des « Onis ».

Oni signifiait ici que c’était quelqu’un qui était à l’origine classifié comme appartenant à la race des Onis, qui avaient construit une relation presque favorable avec nous les humains, les elfes, les races d’hommes-bêtes.

Si une partie de la race des Onis absorbait les miasmes et que leur corps changeait, alors ils devenaient des monstres appelés ogres.

Une théorie affirmerait que la race démoniaque avait secrètement manœuvré et capturé la race des Onis quand le donjon avait été fait et leur avait fait absorber des miasmes contre leur gré.

Les caractéristiques d’un ogre étaient leurs très grandes puissances, leurs vivacités d’esprit, leurs agilités et leurs forces, une triple menace.

Les compétences qu’ils avaient été spécialisés dans l’attaque, et leur style de combat semblaient être le KO en un coup.

Pour le dire simplement, quelque chose comme une version améliorée d’un orc

... Cet ogre était apparu devant nous en laissant échapper un rugissement terrifiant.

 

Nom : Puissant Ogre

Niveau : 35

Race : Race démoniaque

Sexe : ♂

[Compétence]

Pierre : Taillade

Bras fort : Extrême

[Capacité]

Aucun

 

Comme prévu, c’était assez puissant.

... Eh ? L’ogre avait balancé avec force sa main droite, et avait jeté quelque chose vers nous de cette main !

« Aisha, fais attention ! »

Je serrai fermement Aisha et me laissai fléchir sur le côté, évitant l’objet qui volait. L’objet qui nous avait été envoyé passa au-dessus de nous à grande vitesse et heurta directement la paroi rocheuse derrière nous, répandant un important bruit dans les environs tout en s’écrasant.

... Je pense que la chose qui était venue voler était probablement un rocher gigantesque.

Quand il était apparu devant nous, ce rocher gigantesque n’était pas dans sa main. Il pourrait être apparu quand il avait balancé sa main droite.

Peut-être, l’attaque qu’il venait d’effectuer était la taillade de pierre qu’il possédait.

Il l’avait utilisé avant que je puisse le retirer... c’était vraiment dangereux.

« Aisha, ce monstre est à moi. Je pense que ce serait désavantageux de se battre à distance. »

Eh bien, depuis que j’avais coupé ses compétences, il n’était plus nécessaire d’en faire trop. En pensant à sa force physique, ce serait une merveille si elle pouvait jeter les rochers qui étaient tombés autour de cette zone.

Après avoir confirmé qu’Aisha hocha la tête et recula un peu, j’équipais le poignard de foudre dans ma main droite et courus vers l’ogre. Il m’avait probablement pris pour cible, et avait commencé à balancer sa main droite de la même manière que la première fois.

« Dommage pour toi ! Tu ne peux plus l’utiliser ! »

En lançant des améliorations et en courant vers l’ogre, j’annonçai cela. Comme je le pensais, l’ogre qui réalisait qu’il ne pouvait pas utiliser sa compétence lâcha un rugissement terrifiant.

Alors que je me faufilai à côté des poings déchaînés par l’ogre avec une force violente, j’avais brandi le poignard de foudre.

Bien que le poignard en acier avait aussi eu un tranchant incroyable, je pouvais sentir que ce poignard de foudre était encore plus aiguisé que ça.

J’avais prévu de lui faire une blessure assez grave, mais l’ogre était toujours vivant. Il ne semblait pas se soucier de sa blessure, il agitait ses deux mains dans l’espoir de m’attraper.

L’attaque serait probablement une blessure fatale pour un orc, mais ce monstre avait une vitalité redoutable.

D’après les apparences, je jugeais que les attaques sans intérêt ne l’arrêteraient pas, et j’avais exécuté ma prochaine attaque.

Oui, c’était [Art Martial : Éclat du Requin] !

Évitant le balancement de son bras un peu large, je me précipitai dans son sein, et je le frappai d’un coup fatal. Un violent bruit d’explosion résonna tout autour, et l’ogre tomba finalement sur place.

« Pff. »

« Myne, merci pour ton travail acharné. Est-ce que tu vas bien ? Des blessures ? »

Aisha avait couru vers moi, inquiète.

« Oui, je vais bien »

J’avais répondu avec un sourire et j’avais placé le cadavre de l’ogre dans mon sac de rangement.

« C’était assez fort, hein. »

Quand j’avais dit ça, elle avait souri ironiquement et avait répondu : « Ce n’est pas “assez”, mais un monstre vraiment très fort. ».

En échangeant nos réflexions sur ce premier combat que nous avions eu contre un ogre, nous avions découvert la salle du boss du B1.

Hein ? Il y a beaucoup d’individus devant la salle du boss.

Est-ce qu’ils vont se battre contre le boss, je me le demande ?

Tandis que nous nous approchions lentement, les personnes devant la salle du boss semblaient nous avoir également remarqués.

« Êtes-vous peut-être ici pour combattre le boss ? »

Un homme dans la fleur de l’âge qui portait une armure extravagante nous avait appelés.

Aisha qui avait vu sa silhouette avait élevé sa voix en disant « Ara ».

« Hm ? ... l’archère sacrée, hein. J’avais entendu dire que vous aviez cessé d’être une aventurière, alors que faites-vous dans un tel endroit ? »

Il semblerait qu’il soit une connaissance d’Aisha.

« C’est une petite course personnelle... je suppose qu’on peut dire ça. Puisque vous êtes ici, ça veut dire que ces gens sont les “Tempêtes de sable”, n’est-ce pas ? »

Hm ? « Tempêtes de sable »... Je pensais avoir auparavant entendu ce nom quelque part. Et il semblerait que c’était assez récent... qu’est-ce que c’était encore... ?

« Oui, une demande est venue pour le Clan. Nous sommes venus pour obtenir les chaussures accélératrices, lâchées par le monstre rare de cette salle de boss, Cocka Grice. Mais il s’agit d’un monstre rare... donc il n’apparaît pas systématiquement. Nous n’aurions pas dû accepter une telle demande, bonté divine. »

Aah, je me souvenais. Le clan formé par un ancien aventurier de Rang A. Si je me souvenais bien, le chef était quelqu’un du nom de Cass.

Je me demande si c’était ce mec.

 

Nom : Cass

Race : Humain

Niveau : 42

Genre masculin

Âge : 32 ans

Occupation : Commandant

[Compétence]

Épée à une main : Saint de Niveau 7

Production de Pièges de Niveau 5

Pénétration directe  de Niveau 6

 

Aah, comme je m’y attendais, cet homme est le chef du clan. En tout cas, il était incroyable.

Comme prévu d’un ancien aventurier de Rang A, il a même trois compétences puissantes.

« Mis à part ça, Aisha. Vous n’êtes que deux ? Puisque vous êtes ici, cela signifie que vous voulez combattre le boss, non ? Mais avec seulement deux personnes, plutôt que dire que c’est dur, c’est juste impossible, vous savez. »

Il semblait s’inquiéter pour nous. Et même s’il faisait un visage sévère, il était plutôt gentil, hein ?

« Eh bien, nous allons en quelque sorte gérer le problème. Au fait, quelle est la situation en ce moment ? »

Comme Aisha l’avait demandé, Cass avait soupiré et avait expliqué la situation. Depuis une semaine, ils avaient combattu le boss et il semblerait qu’ils commençaient à progressivement se fatiguer.

Eh bien, c’était compréhensible. Après tout, cela devait être fatigant d’être enfermé dans un donjon pendant une semaine et de chasser le même monstre encore et encore.

C’est pourquoi ils prenaient une pause maintenant.

« Eh bien, ce ne sera pas un problème pour nous d’entrer dans la salle du boss, non ? »

« ... Eh bien, ça ne me dérange pas, mais... est-ce que vous prévoyez sérieusement d’entrer avec deux personnes ? Tu vas mourir. »

Cass haussa alors les épaules après avoir compris que nous étions sérieux.

« OK, je sais ce que je vais faire. Eh bien, entrons ensemble. Puisque si vous mourez, cela va me laisser un arrière-goût amer dans la bouche. »

Non, ce sera un problème. J’appréciais ses sentiments, mais je vais devoir le rejeter fermement.

« ... Non merci, ça ira juste avec nous deux, alors... »

J’avais interrompu leur conversation ici.

Depuis que je les avais soudainement interrompus, il avait été surpris. Il m’avait regardé avec des yeux comme s’il disait : « Qu’est-ce qu’il se passe avec ce mec ? »

« Bien que je ne sache pas qui vous êtes, ne négligez pas le boss. Aisha que voici est ma connaissance depuis longtemps. Je ne peux pas la laisser partir en sachant qu’elle va mourir, comprenez-vous bien ? »

Cass m’avait répondu avec un ton choqué, et avec un peu en colère.

« Cass, ce n’est pas que nous allons sans aucune chance de succès. J’apprécie vos sentiments, mais ne pourriez-vous pas arrêter avec ça puisque cela ne sert à rien d’insister ? »

Ayant entendu cela d’Aisha après ce que je lui avais dit, Cass se retira à contrecœur. Comme il semblait avoir quelque chose d’autre à dire, nous étions immédiatement entrés dans la salle du boss.

Les membres de « Tempêtes de sable » semblaient aussi nous regarder avec des yeux curieux.

Bien, défier un ennemi dont ils avaient besoin d’un Clan entier pour se battre avec seulement deux personnes était suicidaire, après tout. Je me demandais si je pouvais comprendre leurs sentiments.

En regardant leurs regards inquisiteurs du coin de mes yeux, nous entrions dans la pièce du boss.

Au fait, une fois qu’une bataille commence dans une salle de boss, la porte ne s’ouvrait pas. Jusqu’à ce que le boss ou les challengers mourraient, la porte restera fermée.

Maintenant, quel était ce boss ?

 

Nom : Cocka Grice

Niveau : 42

Race : Famille d’oiseaux

Le genre : —

[Compétence]

Se ruer

[Capacité]

Plume volante

Pétrification

 

Hmm, le rare boss Cass que les autres chassaient était là. Il semblerait qu’il ait une capacité dangereuse appelée pétrification...

Nous allions les voler pour le moment. Sinon, nous aurions peur et nous ne pourrions pas nous en approcher.

« ... Myne, ce boss rare... comme prévu, n’est-ce pas trop fort ? »

Aisha me l’avait demandé avec inquiétude.

« Ça va aller. C’est un monstre de type vipère, n’est-ce pas ? Si c’est le cas, il pourrait y avoir une attaque de pétrification, alors battons-nous en nous concentrant sur les attaques à longue portée. »

Comme je l’avais dit, j’avais activé [Sorcellerie Extrême Niveau 2].

« Eh bien, j’y vais »

J’avais ensuite attaqué rapidement avec [Magie : Feu], comme je l’avais fait quand j’avais vaincu les orcs généraux.

J’avais choisi Magie : Feu parce que j’avais le sentiment que les plumes des oiseaux allaient bien brûler.

Pendant un court moment, un grondement de tonnerre retentit, et après que j’avais cessé d’attaquer, ce qui restait était un Cocka Grice écorché et stupéfié.

J’avais utilisé [Bras fort : Extrême Niveau 2] [Amélioration du corps : Grand Niveau 2] [Amélioration de la force physique : Extrême Niveau 2] pour le terminer, et je chargeais instantanément.

J’avais ensuite visé la base de la gorge de Cocka Grice, et j’avais brandi la dague de foudre. Ce coup amplifié par mes renforcements entra rapidement dans le cou du Cocka Grice.

« ... Myne, tu l’as tué... »

Le murmure d’Aisha retentit dans la pièce du boss.

***

Chapitre 49 : Le labyrinthe de la force (4)

Bien que nous ayons été surpris par l’apparition inattendue du boss rare, nous avions pu vaincre le boss de l’étage B1. Aisha m’avait dit que j’en avais trop fait, mais c’était bien mieux que de mourir ou de se blesser, je ne l’avais pas regretté.

J’avais souri et esquivé la question d’Aisha.

Maintenant, voyons les objets tant attendus.

Bien que les « chaussures accélératrices » dont parlait Cass paraissaient tomber rarement, j’avais plus de chance grâce à compétence de [Probabilité].

Cependant, je serai heureux avec quoi que ce soit de bien.

 

Nom : Chaussures de vitesse

Agilité : +12

Grade : Élevé

Attribut :

Effets spéciaux : Vitesse de déplacement 2x

 

Nom : Chaussures célestes

Agilité : +25

Grade : Ultra

Attribut : Vent

Effets spéciaux : Vitesse de déplacement 3x

Marches dans les airs

 

Il s’agissait des deux objets qui avaient été lâchés. Ce n’étaient que des chaussures. L’une d’elles était les chaussures accélératrices dont nous avions entendu avant d’entrer.

Je me demande si l’augmentation de la vitesse de déplacement est une compétence compatible avec [Pied rapide] ?

Je vois, les compétences ne révélaient pas la capacité, mais l’équipement le peut.

Et l’autre, je pense que c’est probablement un objet rare, mais je me demande si c’est une version supérieure des chaussures accélératrices.

Eh ? ... « Marcher sur l’air » ? ... cela signifiait que je pouvais marcher sur l’air avec ça !?

... Ceci est incroyable.

Pour l’instant, mettons ceci dans le sac de rangement, et laissons Aisha et Sylphide les utiliser, cela me semble bien.

« Je me sens un peu mal pour Cass et les autres, » déclarai-je.

Au moment où j’avais dit ça, Aisha secoua la tête et m’avait répondu : « C’est comme ça que se passe l’exploration des Donjons ».

Certes, il n’y aurait pas de fin si nous commencions à en parler.

Je serais troublé s’ils disaient que nous leur avions volé leur dû, en allant ainsi devant eux.

En me ressaisissant, nous avions décidé de passer au niveau suivant. Le niveau contenant les trolls que nous cherchions.

Touchant la pierre de transfert, nous étions allés au niveau suivant.

 

***

 

Comme prévu, j’aurais dû les arrêter de toutes mes forces.

Même si Aisha était forte et avait été appelée l’archère sacrée, cela faisait plusieurs années qu’elle avait pris sa retraite en tant qu’aventurière. De plus, elle se spécialisait dans le tir à l’arc comme son surnom l’indiquait.

Quoi qu’il en soit, à cause de la nature d’un arc, il n’y avait pas d’autre choix que de s’éloigner de la cible. Pour faire usage de cette capacité, elle avait besoin d’un excellent tank. C’était obligatoire.

Mais même ainsi, la personne dans le même groupe qu’Aisha était un jeune homme qui pouvait à peine ou tout simplement n’avait pas atteint la majorité.

Peu importe la manière dont je le pensais, je ne pouvais pas l’imaginer être un tank.

Même s’il possédait une compétence de tank et pouvait jouer un rôle de tank seul, le boss qui apparaît ici est le type supérieur du Puissant Ogre, le Colossal Ogre.

Un monstre qui possédait une force physique et une défense atroces.

C’était un ennemi redoutable que même notre groupe de vingt ne pouvait que difficilement vaincre. Ce n’était en aucun cas un ennemi que deux personnes pouvaient contester.

Cependant, Aisha et ce gars avaient dit qu’ils n’avaient absolument pas besoin de notre groupe. S’ils avaient déclaré cela, je n’avais pas le droit ni les qualifications pour entraver leurs actions.

Contester un donjon était de sa propre responsabilité, après tout.

Cependant, les voyant dans la salle du boss, j’avais succombé au regret. En mettant cet homme de côté, je ne l’avais plus rencontrée depuis un petit moment, mais Aisha était une amie depuis longtemps.

Je ne pouvais m’empêcher d’avoir cet arrière-goût de n’avoir pas pu veiller sur elle alors que je la voyais aller à la mort tout en regrettant de ne rien pouvoir faire.

Quelques minutes après leur entrée dans la salle du boss, j’entendis un rugissement de tonnerre semblable à quelque chose qui explosa de l’intérieur de la pièce.

... Je me demandais si c’était le son d’une explosion magique.

Je n’avais jamais entendu dire qu’Aisha utilisait de la magie offensive. Si c’était le cas... il semblait raisonnable de supposer que le garçon utilisait la magie.

Je vois, ce gars n’était pas un tank, mais une personne spécialisée sur les dégâts, hein. Cela signifiait que leur stratégie était probablement une courte bataille décisive avec le tir à l’arc d’Aisha et la magie du garçon.

Puis, comme prévu, cinq minutes après que le rugissement du tonnerre retentit, le silence revint dans les environs.

Le rocher de la porte de la salle du boss s’éclaircit alors, et pendant que je jetais un coup d’œil dedans, leur silhouette était introuvable.

Si le challenger perdait au niveau du boss, son cadavre restera dans la salle pendant un moment et serait absorbé par le donjon après une période déterminée.

Ne pas être à l’intérieur signifiait qu’ils avaient obtenu la victoire sans problèmes.

Au lieu de penser que c’était bien qu’une connaissance ne meure pas, j’avais ressenti de la peur à l’égard de leur force qui pouvait vaincre un boss en étant seulement à deux.

 

***

 

Labyrinthe de la force, #B2

« Nous sommes arrivés au niveau que nous visions, c’est bien. »

Nous n’avions pas particulièrement besoin de vaincre cet étage. En fin de compte, notre cible était les trolls.

Au fait, les trolls étaient généralement énormes. Les orcs et les ogres étaient également gros et mesuraient généralement entre deux et trois mètres.

Les rois Orc mesuraient environ cinq mètres.

Les petits trolls avaient à peu près la même taille que les Rois Orcs.

Cependant, les trolls avaient des mouvements extrêmement réduits et avaient une défense considérablement inférieure à celle des orcs.

Malgré cela, on dit qu’ils étaient des monstres de rang plus élevé que les orcs. Il y avait des raisons à cela.

Une des raisons était qu’ils avaient une grande capacité de régénération, ils pouvaient récupérer rapidement même s’ils étaient gravement blessés. En outre, ils pouvaient libérer une forte onde de choc de leur grand œil qui occupait au moins 1/3 de son visage.

Ces deux capacités augmentaient le niveau de difficulté pour subjuguer les trolls.

En réalité, les trolls ne pouvaient pas être vaincus par une puissance de feu moyenne. Il y avait aussi beaucoup de groupes qui n’avaient pas pu le vaincre après une bataille longue et continue et qui avaient disparu.

Par conséquent, ils étaient reconnus comme des monstres de rang plus élevé que les orcs.

Au fait, le patron de cet étage semblait être « Troll Gazer ».

Les trolls normaux avaient déjà une capacité de régénération des dégâts inquiétante, mais ce type semblait avoir même une capacité de régénération encore plus forte.

Il était de bon sens que les monstres rares soient généralement plus fort qu’un boss de donjon, mais les monstres rares semblaient plus faciles à vaincre que ce monstre.

En fait, il n’y a presque aucun groupe qui avait traversé cet étage. Pratiquement tous ceux qui avaient réussi à passer avaient par hasard rencontré des monstres rares, et il n’y avait qu’un petit nombre qui avait réussi à vaincre le Troll Gazer et passer.

Alors que nous avions soigneusement observé les environs, nous avions avancé au deuxième étage.

Comme j’utilisais [détection de présence modérée], il n’y avait aucune possibilité pour nous d’être pris par une attaque-surprise.

Nous avions erré dans cet étage pendant environ 10 minutes, et finalement réussi à rencontrer notre cible, un troll.

 

Nom : Puissant Troll

Niveau : 46

Race : Race démoniaque

Sexe : ♂

[Compétence]

Régénération

Œil magique du choc

Bras fort Extrême

[Capacité]

Aucun

 

« Quoi !? »

J’avais accidentellement crié. Eh ? Quel est le choc... et Œil magique !? Aisha avait fait un visage perplexe face à mon cri si soudain.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? Myne. »

Tandis que je secouais la tête, j’avais esquivé la question en ne disant « Rien ». C’était un secret que je m’étais rétorqué en disant « Non, il n’y a aucune chance que cela ne soit rien » dans mon esprit.

Maintenant, laissez-moi voir la raison pour laquelle ils étaient appelés monstres de rang supérieur par rapport aux orcs. Je voulais voir cette capacité de régénération et cette onde de choc.

Premièrement, avant de voler ses compétences, je voulais confirmer ce pouvoir de mes propres yeux.

Puisque c’était ce qu’on appelait de la régénération, cela devrait refermer des plaies, alors je me demandais comment il régénérait les parties endommagées.

S’il pouvait récupérer même des bras ou des jambes perdus, je comprendrais l’émerveillement par rapport aux orcs.

Même si je l’expérimentais après l’avoir volé, comme prévu, je n’avais pas envie de l’essayer sur mon propre corps.

Comme il y avait un « Œil magique », je voulais confirmer comment il s’activait.

Si c’était une Compétence où quelque chose sortait des yeux, il n’y avait aucune chance de le montrer aux autres personnes présentes.

« Aisha, allons-y ! »

Après l’avoir dit, j’avais chargé le troll et Aisha avait bandé son arc à la limite et avait commencé à attaquer.

Avant de commencer, les flèches tirées par Aisha en continu frappaient le troll.

Oui, comme je l’avais entendu dire, ses mouvements étaient plutôt lents.

Si c’était juste cela, alors on pouvait dire que les orcs et les ogres étaient plus forts que cela.

... Toutefois !

Les parties qu’Aisha avait blessées se régénéraient. Je vois... Tout comme les rumeurs le disaient, il avait un pouvoir de récupération incroyable.

Alors, reçois mon attaque !

Avec mon poignard de foudre dans ma main droite et la Dague des Origines dans ma main gauche, j’avais foncé sur lui.

J’essayais de frapper le troll lent de gauche et de droite en continu.

Bien que mon attaque avait été amplifiée seulement avec la compétence de [Épées jumelles Extrême], parce que la différence de niveau était grande, des dommages considérables avaient été faits.

Si cette attaque frappait les orcs, ils auraient depuis longtemps été vaincus, mais le troll tenait toujours. En outre, à ce moment-là, il s’était précipité sur moi pour me causer des dommages.

« Quelque chose » m’avait frappé, et j’avais été éjecté. Et en même temps, une douleur violente avait traversé tout mon corps.

Si on devait l’expliquer avec des mots, c’était exactement un « choc ».

C’était quelque chose comme une masse de puissance invisible. C’était une chose différente de la magie du vent invisible, donc c’est [Œil magique du choc].

« Myne !! »

Aisha se précipita vers moi et m’avait aidé à récupérer en utilisant sa [Magie de Grande Récupération Niveau 4].

« ... Ow ow ow ow... Merci, Aisha. »

... C’était très troublant, n’est-ce pas. Cela s’était activé sans aucun mouvement de préparation.

« Hé, Aisha. As-tu vu l’attaque de ce type tout à l’heure ? »

« J’avais ressenti comme si ses yeux brillaient pendant un moment, mais... je ne pouvais pas voir autre chose. »

Elle avait probablement compris ce que je voulais dire, et avait immédiatement répondu avec la réponse que je souhaitais. L’éclat dans ses yeux était probablement dû à son mouvement de préparation, mais comme c’était une attaque invisible, je ne pouvais pas conclure clairement.

Au contraire, même si on me voyait l’utiliser, ils ne sauraient pas ce que j’avais fait. Cela semblait être une bonne chose, même si je devais l’utiliser en public.

« ... C’est certainement plus gênant que les orcs. »

Même si je l’avais blessé à ce point ce qui l’avait conduit jusqu’au bord de la mort, j’avais pu voir qu’il s’était soigné en grande partie en si peu de temps.

Depuis que j’avais volé comme un avion à cause de l’Œil magique, je n’avais pas pu confirmer les zones endommagées, mais il avait récupéré tant de vigueur, hein...

Il y avait une compétence similaire [Magie de support Récupération progressive Large (Vitalité)], mais je pensais que la régénération avait un meilleur effet.

... Bien, avec cela, je comprenais mieux ces compétences.

J’avais rapidement coupé [Régénération] et [Œil magique du choc] et je les avais collé sur moi-même. J’avais collé [Bras puissant Extreme] sur un caillou comme d’habitude et le plaçais dans mon sac de rangement.

L’autre en face, le troll, semblait être perplexe alors que sa [Régénération] disparaissait avant qu’il eût fini de se rétablir.

Bien, la prochaine étape était de le vaincre en une seule fois !

J’avais empilé les compétences de [Bras puissant Extrême] [Renforcement du corps Large] [Amélioration de la force physique Extrême] afin d’augmenter la puissance de mes attaques.

J’avais également activé [Intimidation du roi].

Au moment où je l’avais fait, le troll avait commencé à trembler et ne pouvait plus du tout bouger. J’avais ramassé une grosse pierre sur le sol, et la dirigeais vers sa poitrine où je pensais que son cœur se trouvait, et je l’avais jeté à pleine puissance.

Le rocher avait frappé avec une force incomparable par rapport au moment où j’avais vaincu le slime avec un caillou... et le troll était tombé en avant, vaincu.

***

Chapitre 50 : Le labyrinthe de la force (5)

J’avais placé le troll tué dans le sac de rangement, et j’avais erré dans ce niveau B2.

Après cela, j’avais vaincu en toute sécurité les trolls qui étaient apparus, et maintenant je venais de finir de vaincre le sixième. Je m’attendais à ce que chaque individu eût des compétences différentes comme les orcs et les slimes, mais ils avaient tous les mêmes, donc je ne pouvais pas en obtenir de nouvelles.

J’avais collé leurs compétences sur des cailloux, mais franchement, j’avais été frappé par une idée alors j’avais pensé que j’essaierais d’expérimenter une fois de retour chez moi.

« Ouf, est-ce que ça va être suffisant pour le moment ? Il est assez tard, alors pour quoi ne pas rentrer ? »

Après qu’Aisha ait dit cela, elle avait réfléchi pendant un moment et m’avait donné une suggestion.

« ... Myne, penses-tu que tu sois capable de vaincre le boss de ce niveau, le “Troll Gazer” ? Si c’est le cas, nous pourrions faire beaucoup de progrès, et je pense que ce sera plus rapide si nous devions utiliser la pierre de transfert de la salle du boss. C’est juste que c’est un ennemi vraiment redoutable, alors... ça pourrait être un combat difficile, même pour toi, Myne... »

La raison pour laquelle le Troll Gazer était considéré comme difficile était à cause de sa régénération et de ses compétences renforcées, donc si c’était moi, je pensais que je pourrais probablement le vaincre. En ce qui concernait mon attaque, je pensais que je pourrais l’exterminer d’un coup si j’utilise l’épée jumelle...

Je me demandais si Aisha l’avait décidé après avoir vu mes batailles avec les trolls.

Oui, il semblerait que cela allait être intéressant.

« Je ne dirai pas que c’est certain, mais... je pourrais probablement le vaincre. »

En raison de la manière dont je l’avais dit, Aisha semblait s’être préparée au pire, alors qu’elle hochait la tête avec un regard sérieux, et notre tentative de combattre le boss fut décidée à la hâte.

« Comme prévu, il n’y a vraiment personne ici, hein... »

Aisha marmonna dans le couloir devant la salle du boss. Après tout, le Clan « Tempête de sable » était dans le niveau B1.

Je pensais qu’il doit se sentir seul, en regardant cette pièce déserte.

Cependant, je pensais qu’il était naturel que personne ne soit ici. D’après ce que j’avais entendu, il n’y avait pas tout le temps du monde pour vaincre le Troll Gazer. S’il n’y avait pas une énorme puissance de feu, il était évident que la situation serait inversée.

À proprement parler, c’était un monstre pour lequel vous aviez besoin de vous préparer à une bataille interminable où vous deviez maintenir votre puissance de feu tout le long.

Cependant, je prévoyais de voler immédiatement ses compétences, et le tuer en une seule fois avec l’épée jumelle.

« Bien, allons-y. »

Nous avions ouvert la porte et mis les pieds dans la pièce.

 

Nom : Troll Gazer

Niveau : 51

Race : Race démoniaque

Sexe : ♂

[Compétences]

Ultra Régénération

Œil magique de charme

Bras fort : Saint

[Capacités]

Aucun

 

C’était... horrible.

Était-ce même quelque chose que vous pouviez battre sans voler ses compétences ? Un groupe avait-il gagné contre cela ? Non, une alliance, peut-être ? De toute façon, c’est scandaleux...

Oups, ce n’est pas le moment d’être admiratif. Eh bien, pouvais-je le faire ou ne pouvais-je pas le faire ? Je vais d’abord voler ses compétences.

« Aisha, puis-je te laisser l’attaquer avec des attaques rapides ? Peux-tu l’attaquer à pleine puissance à mon signal ? »

Confirmant le hochement de tête d’Aisha, j’avais collé ses pieds sur le sol.

Tant que vous n’approchiez pas d’une certaine distance du boss, il ne bougera pas.

... Cela contiendra ses mouvements initiaux.

Bien, lançons des compétences d’améliorations sur moi à pleine puissance.

[Amélioration du corps : Grand] [Amélioration de la force physique : Extrême] [Amélioration de la force des pieds : Petite] [Bras puissant : Extreme] [Bras puissant : Saint] [Accroissement de puissance]

Et je créais des épées jumelles avec [Réalisation].

Bien, j’avais fini de tout préparer !

« Aisha, s’il te plaît ! »

Aisha avait tiré une flèche à la suite de mon cri.

... La bataille avait commencé.

La flèche tirée par Aisha l’atteignit, et le Troll Gazer, qui s’anima, sembla vouloir pivoter, mais il trébucha amplement.

Il avait essayé de garder l’équilibre afin de ne pas tomber, mais c’était trop tard !

J’avais commencé à courir au moment où Aisha avait tiré sa flèche, j’avais déjà atteint la portée de mon attaque.

« Mange ça ! Art Martial : éclair de requin !! »

Il ne fallait pas oublier que cette attaque avait détruit un monstre de classe Calamité, un roi Orc.

Il n’y avait aucune chance que ce gars qui avait perdu son Ultra Régénération puisse supporter cela.

La scène où j’avais défait le Roi Orc avait été parfaitement reproduite. Avec une explosion violente retentissant dans les environs, le Troll Gazer avait été découpé en deux.

Et puis, l’épée jumelle qui avait fini leur rôle avait disparu de mes mains en produisant une lumière.

J’avais ensuite placé le cadavre du Troll Gazer dans mon sac de rangement. Je m’étais assis à cet endroit après ça.

Comme prévu, créer l’épée jumelle était extrêmement épuisant.

... Maintenant, je me demandais quels seraient les objets lâchés par le boss.

 

Nom : Épée

Attaque : +60

Grade : Ultra

Attribut : Lumière

Efficace contre : Fantômes

Arts martiaux : Sacrifice Double

 

... Une épée à une main de grade Ultra.

Elle avait beaucoup de puissance, hein. On dirait qu’elle pouvait même utiliser un art martial exclusif.

Ce serait probablement bien si je remettais ça à Sylphide. Cela semblait être un bon souvenir, et ce serait bien si elle était heureuse avec ça.

« Ouf, merci pour le dur travail ! »

Aisha m’avait parlé avec une petite expression stupéfaite sur le visage, et je lui avais répondu aussi « merci pour le travail ».

Je m’étais levé avec l’aide d’Aisha, et nous étions tous deux allés vers la pierre de transfert.

Et ainsi, ma première exploration de donjon avait pris fin.

***

Nous étions entrés dans le donjon le matin, mais il faisait déjà complètement noir maintenant. Ma notion du temps était tombée en panne quand j’étais entré, hein.

Ce sera dur si nous ne restions pas pour une nuit de plus...

Je pouvais bien sûr rentrer à la maison directement en utilisant [Magie unique Espace-temps], mais comme prévu, j’hésitais un peu à la montrer.

En parlant franchement, je pensais que ce serait bien d’en parler à Aisha. Cependant, il y avait aussi le problème avec Sylphide, donc je ne pouvais pas être résolu.

Si je pouvais croire en Sylphide autant que je pouvais le faire avec Aisha quand elle reviendra... J’ouvrirai alors probablement mon cœur.

C’est pourquoi, pour l’instant, nous devrions nous loger.

« Je pense qu’on ne peut pas faire autrement. Restons une nuit à l’auberge et retournons à la maison demain matin. »

Comme prévu, Aisha était aussi très fatiguée, car elle avait immédiatement accepté. Nous avions décidé d’aller au pavillon de la cloche d’argent où nous avions séjourné hier soir.

Bien sûr, il allait sans dire que je lui avais tenu fermement la main pendant que nous marchions.

« Bonsoir ! Y a-t-il une chambre disponible ? »

La propriétaire qui nous avait reçus la nuit dernière avait été immédiatement là quand nous étions entrés dans l’auberge, alors nous lui avions parlé. Après ça, elle semblait s’être souvenue de nous, elle m’avait fait face et avait répondu « oui, nous avons encore quelques chambres disponibles ».

Nous avions ainsi payé pour l’hébergement à l’avance, et suivi la propriétaire qui nous avait guidés dans la même chambre qu’hier.

Nous nous étions assis sur les chaises et nous nous étions reposés pendant un moment, avant d’entrer dans le bain que nous avions pris ensemble.

J’étais toujours un peu gêné, mais je pensais que je m’y étais habitué à cela maintenant.

Je laissais échapper par réflexe une voix quand la température de l’eau fut parfaite.

« Ouf ~ ♪ »

Aisha qui voyait ça avait rigolé.

« D’une certaine façon, cela faisait longtemps..., mais c’était aussi très rapide... J’étais vraiment fatigué. »

« C’est vrai, je suis aussi un peu fatiguée. Après tout, cela fait un moment que nous étions dehors. »

« Asseyons-nous lentement dans le bain et laissons notre fatigue disparaître. »

Après cela, nous avions lavé le corps de l’autre, et avions apprécié le bain tout en flirtant.

... Que s’était-il passé après être sorti du bain ? Bien évidemment, nous avions dormi ensemble dans le lit. Avez-vous un problème avec ça ?

***

Chapitre 51 : Essayons d’expérimenter

Dix heures... En étant remués dans tous les sens une fois de plus dans le chariot, nous étions revenus dans la ville de Lucas.

Quand j'avais embarqué seul, j’avais senti qu’il s’agissait d’un voyage fatiguant, mais grâce à Aisha qui était là, nous étions arrivés sans nous sentir fatigués.

Parce que nous étions montés à bord du chariot, ayant encore en tête les souvenirs persistants d’hier soir, ni moi ni Aisha ne nous étions retenus.

En y réfléchissant maintenant, il ne faisait aucun doute que les passagers du même chariot avaient vécu un voyage extrêmement difficile. J’avais l’impression d’avoir fait quelque chose de mal aux gens qui partageaient un chariot avec nous... Je suis désolé.

« « Je suis revenu ! » »

Bien que nous ne soyons partis que pour deux jours, dès que j’étais entré dans la maison, j’avais senti que mon corps devenait faible.

Bien que je ne l’avais pas senti, à la fin, mes nerfs étaient tendus, hein...

J’allais faire la demande de bain à l’artisan demain.

« ... On dirait que la princesse n’est pas encore de retour. »

Oui... J’étais en fait un peu soulagé.

Si elle était revenue en notre absence, même si elle avait dit qu’elle reviendrait dans environ 10 jours, alors Sylphide aurait également été troublée.

Alors que j’étais dans le chariot, je m’étais soudainement senti inquiet. Lorsque j’en avais discuté avec Aisha, elle m’avait dit qu’il y avait certainement une possibilité que cela se produise, et mon cœur s’était mis à battre très vite.

Après y avoir réfléchi, je m’étais dit que j’aurais dû y penser au début.

Nous nous étions jetés sur le lit pendant un moment afin de nous reposer, mais nous avions décidé de commencer à préparer le dîner lorsque mon estomac avait laissé échapper un grondement.

Aisha avait prêté attention à mes besoins et m’avait dit qu’elle se débrouillerait toute seule aujourd’hui, et que je devrais me reposer. En conséquence, je m’étais couché sur le lit.

Pendant que j’attendais, je n’avais plus rien à faire, alors j’avais décidé d’essayer d’expérimenter sur les choses que j’avais récupérées quand nous étions dans le donjon.

Tout d’abord, j’avais sorti le manche et la lame du poignard en acier cassé de mon sac de rangement.

Je m’étais alors dit que : « ne puis-je pas restaurer le poignard en utilisant [Régénération] ? »

Cependant, il ne serait pas intéressant de simplement le restaurer, alors essayons d’effectuer une autre expérience.

En fin de compte, je ne pouvais pas expérimenter si la régénération pouvait réparer les parties endommagées dans la bataille, mais je prévoyais que je pourrais le confirmer avec cette expérience.

Premièrement, j’avais collé [Régénération] sur le manche.

... Alors que je l’avais fait, la lame perdue « avait poussé » du manche.

 

Nom : Dague en acier +12

Attaque : +30

Grade : Élevé

Attribut : Aucun

Efficace contre : Humain

Compétence : Régénération

 

... On dirait qu’elle était complètement réparée.

Bien, prochaine expérience.

Maintenant, j’avais essayé de frapper avec force ma dague de foudre avec le poignard en acier restauré.

Alors que je l’avais fait, le poignard en acier n’avait pas pu supporter la force, et c’était ébréché, mais c’était réduit.

Alors que je fixais du regard la partie ébréchée, j’avais vu qu’elle se régénérait graduellement... Elle était ensuite revenue à sa forme originale en environ une minute.

... Si je collais ceci sur tous mes équipements, n’aurais-je plus besoin d’entretien... ?

De plus, même s’ils subissaient des dégâts dans une bataille, ne seraient-ils pas facilement réparés ?

À ce moment-là, j’avais collé [Régénération] sur la dague de foudre.

Cependant... si je la collais sur moi-même et que je perdais un bras ou quelque chose, ça allait se régénérer, n’est-ce pas ? C’était bien que ça se régénérait, mais si quelqu’un voyait ce processus...

Oui, je vais la coller chaque fois pendant la guérison, et la coller sur un caillou quand je n’en aurais pas besoin !

Bien, commençons la prochaine expérience.

Cette fois, j’essayais de coller [Bras puissant] sur le poignard en acier.

Si cela se passait bien, je pourrais probablement attaquer avec une force considérable, n’est-ce pas ?

« Je vais au hangar de chasse pour un moment, je serai rapidement de retour ! »

J’avais appelé Aisha, et je m’étais précipité vers le hangar de chasse.

J’avais ensuite placé le cadavre du Troll Gazer sur la table de travail et j’avais essayé de le couper avec le poignard en acier avec [Bras puissant] collé dessus.

Cependant, la lame ne pouvait infliger qu’une petite blessure au cadavre du Troll Gazer.

... Non pas bon, je ne pouvais pas utiliser cela.

Je m’y attendais en quelque sorte, mais [Bras puissant] ne s’était pas activé.

En premier lieu [Bras puissant] était un type de compétence qui était activée par les pensées de l’utilisateur.

En revanche [Régénération] était une compétence de type activation continue.

Ce sera simple pour nous qui possédions un cerveau pour activer la Compétence, mais un poignard n’en avait pas. C’est pourquoi il ne pouvait pas activer des compétences qui nécessitaient des pensées... c’était probablement le cas.

En d’autres termes, si je voulais utiliser les effets de compétences lorsque je collais des compétences sur des outils, il faudrait que ce soit une compétence de type activation continue.

Avec cela, passons à l’expérience suivante.

J’avais essayé de coller trois [Puissance : Continue] sur le poignard en acier. J’avais ensuite essayé de couper le cadavre du Troll Gazer comme avant.

À la différence de la tentative précédente, cette fois, la lame avait tranché profondément dedans. Oui, juste comme je m’y attendais.

Il fallait mieux assurer le type d’activation continue autant que possible, hein.

Je pouvais aller au Donjon de la Force avec [Magie unique Espace-temps] chaque fois que je le voulais.

Ça sera probablement bon d’essayer d’aller chercher des compétences quand j’aurais du temps libre.

Alors que j’en étais arrivé à cette conclusion, Aisha m’avait appelé.

« Myne, le dîner est prêt. »

J’avais placé le cadavre du Troll Gazer et les deux dagues en acier dans le sac de rangement, et j’étais retourné au bâtiment principal avec Aisha.

***

Comme d’habitude, le dîner qu’Aisha avait fait était un chef-d’œuvre. En y réfléchissant, puisque nous l’avions fait ensemble jusqu’à maintenant, dans un certain sens, c’était la première fois que je faisais l’expérience de la cuisine maison d’Aisha.

Bien que nous ne soyons pas encore mariés, nous avions l’impression d’être de jeunes mariés.

Après avoir fini ce repas agréable, Aisha retourna dans sa propre chambre. Elle m’avait dit qu’elle voulait finir de nettoyer la pièce avant que Sylphide ne revienne.

Comme je lui avais dit « Ne serait-ce pas bien demain ? », elle m’avait répondu qu’« Il y aurait plus de marge de manœuvre si c’est fini à l’avance. », alors j’avais repris le nettoyage de la vaisselle.

« Bien, lavons-les d’abord. »

J’avais sorti trois cailloux avec [Continue : Eau] collés sur eux du sac de stockage. J’avais rassemblé le [Continue : Eau] des trois cailloux sur un, et en avais fait ma source d’eau pour laver la vaisselle.

Bien que l’eau s’échappait faiblement avec une seule de cette compétence, en combinant trois fois la compétence, je pensais que ce serait suffisant pour laver la vaisselle.

Même s’il y avait un peu plus d’eau que ce à quoi je m’attendais, il y avait suffisamment d’eau. Avec cela, il n’y avait pas besoin de puiser de l’eau dans le puits.

À propos, j’avais pensé expérimenter de boire cette eau, et c’était plus agréable que l’eau du puits.

[Eau Magique] : L’eau débordait de puissance magique et ne contenait aucune impureté.

Donc c’était écrit.

En outre, beaucoup d’eau avait été recueillie à l’intérieur du sac de stockage avec les cailloux à l’intérieur. Si toute l’eau était récupérée, il semblerait que ça allait inonder le lieu de lavage, et c’était en secret que je l’avais jeté avec panique à l’extérieur du sac de rangement.

« ~ ♪ »

Après avoir jeté l’eau qui s’était accumulée à l’intérieur du sac de rangement, pendant que je fredonnais pour changer d’humeur, j’avais accéléré le travail et fini de nettoyer la vaisselle en un clin d’œil.

Maintenant, j’avais encore une fois divisé la Compétence sur trois cailloux afin de limiter la sortie de l’eau.

Si je le laissais tel quel sans y penser, le sac de rangement redeviendrait comme avant.

Si j’étais malchanceux, il était possible que la maison soit inondée.

Je m’étais alors assuré de mettre les cailloux avec [Continu : eau] ensemble dans le sac de rangement que j’avais fait avec [Magie unique Espace-temps].

J’avais pensé : « Ne serai-je pas capable d’empêcher l’eau de jaillir, puisque le temps ne s’écoule pas à l’intérieur ? »

Puisque j’étais dans la cuisine, essayons encore une fois d’expérimenter.

J’avais mis dans trois compétences [Continu : eau] et 2 [Continu : chaleur] sur des cailloux dans une bouteille de taille moyenne.

Alors que je l’avais fait, c’était devenu totalement rempli d’eau en environ trente secondes, et quand j’avais essayé de mettre ma main dedans, c’était un peu chaud.

« ... Ce n’est pas assez, hein. »

J’avais augmenté [Continue : Chaleur] de deux à trois, et j’avais attendu 30 secondes.

Puis, en y mettant la main comme avant, bien que ce ne soit pas au niveau d’un bain chaud (par rapport aux bains habituels), cela avait atteint une température qui était bien au contact de ma main.

Oui, c’était comme l’eau chaude d’un bain.

« Bon, il ne semble pas y avoir de problème avec l’eau chaude pour le bain. »

Lorsque le plombier aura construit le chauffe-bain pour moi, il semblerait que la demande de cavités de la taille des cailloux à l’intérieur serait une bonne idée.

Puisque la construction se terminera après avoir eu un système de drainage de l’eau, cela ne prendrait pas si longtemps à installer.

Satisfait des résultats, j’étais retourné dans ma propre chambre.

 

Nom : Myne

Niveau : 61

Race : Humain

Sexe : masculin

Âge : 15 ans

Occupation : Chasseur

[Compétence]

Renforcement du corps Petit | Niveau 4 (3 → 4) monté de niveau !

Renforcement du corps Plus grand | Niveau 3 (2 → 3) monté de niveau  !

Continu : Puissance | Nouveau !

Pierre Taillade | Nouveau !

Course | Nouveau !

Œil magique Coup | Nouveau !

Œil magique charme | Nouveau !

Bras fort Saint | Nouveau !

 

 

Nom : Caillou

Attaque : 1

Grade : Faible

Attribut : Eau

[Compétence]

Continu : Eau

Continu : Eau

Continu : Eau

 

 

Nom : Caillou

Attaque : 1

Grade : Faible

Attribut : Chaleur

[Compétence]

Continu : Chaleur

Continu : Chaleur

Continu : Chaleur

[Compétences stockées]

Continu : Puissance

Continu : Chaleur

Continu : Eau

Continu : Vent

Continu : Lumière

Renforcement du corps Petit

Bras fort

Bras fort Extrême

Augmentation de la force

Régénération

Ultra Régénération

 

 

Nom : Aisha Lorelle

Niveau : 43 (29 → 43) montée de niveau  !

Race : Humain

Sexe : Féminin

Âge : 26 ans

Occupation : Maître Archère

 

***

Chapitre 52 : Construisons une baignoire!

À l’aube, j’étais allé puiser de l’eau pour me laver le visage. Et bien que l’utilisation de mon caillou avec l’eau continu soit également acceptable, je pensais néanmoins que je me sentirais plus rafraîchi en utilisant de l’eau de puits froide pour me laver le visage quand je me réveillerai.

Comme Aisha avait pris soin de moi en préparant le dîner d’hier, j’avais pensé que je ferais le repas d’aujourd’hui.

Tout en me sentant rafraîchi après m’être lavé le visage, j’avais commencé à préparer le petit-déjeuner.

Après avoir fini tout à part l’assaisonnement de la nourriture, Aisha s’était réveillée. On dirait qu’elle avait nettoyé jusqu’à assez tard la nuit dernière, car il était rare qu’elle eût l’air tant endormie le matin.

« Désolée de ne pas aider pour le petit-déjeuner, » me déclara-t-elle.

Alors que je souriais en lui disant de ne pas s’en soucier, elle souriait alors qu’elle commençait silencieusement à m’aider à assaisonner la nourriture.

« C’est presque fini, alors tu devrais y aller doucement. Après tout, tu m'as choyé hier, » lui avais-je déclaré.

Alors que je l’avais dit ça, elle avait fini d’assaisonner la nourriture. Comme prévu de la compétence de Cuisine de niveau 6, elle avait de bonnes compétences.

« Je pensais discuter avec toi du choix de l’artisan pour le bain comme je te l’avais dit hier après avoir fini notre repas. Est-ce que tu connais un artisan qualifié ? » demandai-je.

« Oui, il y a le nain que la guilde appelle pour ce genre de travail, alors pourquoi n’essayons-nous pas de lui rendre visite ? » me répondit-elle.

Un artisan nain ! Il semblerait qu’il soit habile ! Il pourrait avoir quelques bonnes idées, et il pourrait y avoir d’autres choses que nous pourrions lui demander après cela...

Nous devons essayer de discuter avec cet artisan !

 

***

 

Guidés par Aisha, nous étions arrivés chez l’artisan nain en question.

Ma maison était construite à la limite de la ville, mais l’atelier de l’artisan était également installé à la périphérie. Les environs de ma maison n’étaient rien d’autre que des terres vides, donc je me sentais un peu isolé, bien que...

Il y avait quelques bâtiments comme un atelier et un bar ici, il y avait aussi beaucoup de circulation, donc même si ça s’appelait la périphérie, ça ressemblait à un endroit animé.

« Monsieur l’artisan, es-tu présent ? »

Aisha ouvrit la porte d’entrée et salua. Après qu’elle l’ait fait, une naine qui était assise dans un endroit semblable à une réception avait répondu.

« Oh mon Dieu, si ce n’est pas Aisha. As-tu besoin de quelque chose du Maître ? Attends un moment, je l’appelle tout de suite. »

La réceptionniste qui avait un discours inhabituel avait couru à pas lourds vers l’arrière de l’atelier..

Peu de temps après, un nain avec un visage noir couvert de suie, sans doute parce qu’il travaillait sur quelque chose, et d’une assez grande taille pour un nain, était apparu.

« Oh, si ce n’est pas Aisha ! J’ai entendu dire que tu venais de quitter la guilde, j’étais inquiet, tu sais. »

Celui qui avait parlé Aisha avait un sourire qui traversait tout son visage, et il semblait être l’artisan de cet atelier.

« Eh, je suis désolée pour la soudaine démission. J’allais me marier, alors... »

Comme Aisha avait regardé dans ma direction en disant cela, l’artisan avait pris conscience de ma présence pour la première fois.

« Bonjour ! Je m’appelle Myne ! »

Alors que je le saluais de ma manière habituelle, l’artisan semblait un peu décontenancé, mais il afficha immédiatement un large sourire en montrant ses dents.

Tout comme mes parents me l’avaient appris, les salutations étaient importantes !

« Ah, vois, ah vois, alors tu es Myne. Je suis Roku, le propriétaire de cet atelier. Rappelle-t’en. »

Tandis que Roku riait de bon cœur, il me frappa violemment le dos.

... Ça faisait mal, mais il semblait être une bonne personne.

Voyant mon dos applaudi, Aisha avait souri avec ironie et elle regarda vers moi. Non, ne fais pas que regarder, j’aimerais que tu lui dises d’arrêter.

L’artisan me tapa dans le dos pendant un moment, mais il arrêta de frapper, probablement satisfait, et caressa sa magnifique barbe avant de nous reparler.

« Et pourquoi êtes-vous venu ici ? Est-ce pour nous annoncer votre mariage ou quelque chose de ce genre ? »

« Non, nous voulions construire un bain chez nous, nous sommes donc venus discuter. »

Après ça, j’avais parlé de mon projet à l’artisan.

Une baignoire spacieuse.

Quelques bosses de 3 cm x 3cm sur le côté de la baignoire.

Le mécanisme de fabrication d’eau chaude et le mécanisme d’insertion de l’eau n’étaient pas nécessaires.

Le système de drainage utiliserait un outil magique, et l’eau s’accumulerait dans un réservoir de filtration, et pourrait ensuite être réutilisée pour des usages domestiques.

« Es-tu vraiment d’accord avec ça ? Une installation sans chaudière est gênante, tu sais ? »

Il semblerait que généralement, un outil magique dédié était utilisé pour puiser l’eau du puits, ou une source d’eau. Il était ensuite chauffé dans un poêle dédié, qui était ensuite versé dans un pot de fer.

À cause de cela, le coût d’installation, avec le prix des outils magiques qui étaient ridiculement chers, le projet aurait pris beaucoup plus de temps.

Avec ce goulot d’étranglement, les bains ne se propageaient pas auprès du grand public.

« Oui, ce n’est pas un problème ! »

Bien que l’artisan avait été perplexe, il avait ajouté : « Si tu le dis ». Et il avait entrepris la construction du bain pour ma maison. Puisqu’il semblerait que le planning de l’atelier était vide en ce moment, ils allaient immédiatement se lancer dans l’élaboration de la baignoire à partir d’aujourd’hui.

L’artisan avait dit qu’il amènerait quelques-uns de ses disciples et viendrait chez moi une fois qu’il aura fini ici. Et ainsi, il commencerait le travail sur le site.

La conversation progressait plus vite que je ne le pensais.

Et ainsi, ça pourrait être fini à temps avant que Sylphide ne revînt. J’étais vraiment reconnaissant envers l’artisan.

***

« Qu’est-ce que c’est, est-ce la maison de Dyne ? Es-tu le fils de Dyne, Myne ? »

Alors que je guidais l’artisan vers ma maison, j’avais été soudainement surpris. J’avais entendu dire qu’il était l’ami de mon père.

Père, je savais que tu avais un grand cercle d’amis, mais... le Boucher, l’Alchimiste, le propriétaire d’une boutique d’armes, le propriétaire d’une boutique d’armures... et aussi cet artisan...

N’était-ce pas un peu trop large ?

En découvrant que j’étais son fils, l’artisan était devenu incroyablement enthousiaste. Je l’avais entendu marmonner qu’il pouvait altérer la maison de Dyne, mais il ne tolérerait aucun compromis.

Comme s’il était devenu une autre personne, il avait appelé ses disciples.

« Écoutez-moi ! Vous feriez mieux d'exceller dans votre travail ! »

Aisha et moi nous avions regardé ça avec un sourire ironique face à sa vigueur.

Motivés par l’artisan, les disciples semblaient également avoir été enthousiastes, et ils avaient complété le design intérieur en un clin d’œil.

De plus, il semblerait évidemment que c’était plus extravagant que les arrangements convenus.

« A-artisan... c’est plus grand que ce que nous avons convenu ! »

Même si j’avais une marge de manœuvre financière, j’avais quand même quelque chose comme un budget, alors...

« Ne t’inquiète pas, on le fait pour la somme convenue. Laissons cela de côté. Tu devrais avoir hâte de le faire, on va faire un bain étonnant qui ne perdra pas même face à des auberges de haute qualité. »

Aah, le comportement de l’artisan devenait imprudent.

Je ne pouvais plus l’arrêter...

À la fin, la construction s’était poursuivie jusque tard dans la nuit, et tout avait été achevé à l’exception du chauffe-bain.

Comme il avait dit que la salle de bain était interdite pendant un certain temps pour des raisons d’hygiène ou quelque chose de ce genre, je n’avais pas vu la salle de bain terminée, mais ça allait probablement devenir quelque chose d’incroyable, hein...

Quand les artisans, y compris les disciples, étaient revenus, leurs visages d’hommes qui avaient accompli quelque chose semblaient étrangement impressionnants.

Je me demandais si tout allait bien, j’avais le sentiment que cela dépassera largement mon budget, quoi que...

Le jour suivant, un disciple était venu nous dire que le travail serait suspendu aujourd’hui, car l’établissement de la baignoire prendrait du temps. Monsieur le Disciple... ces poches sous les yeux, ne me dites pas que vous y travaillez depuis que vous êtes revenus ?

Le lendemain, il s’agissait du huitième jour depuis que Sylphide était retournée vers la capitale. Si elle revenait tôt, alors ça devrait être n’importe quand dès maintenant.

Jusque-là, je voulais la surprendre avec l’achèvement du bain d’une façon ou d’une autre. À proprement parler, il avait été convenu qu’il soit terminé pour aujourd’hui, mais... l’artisan avait agi inconsidérément et construisait une salle de bains qui dépassait même celle des auberges de luxe, il était donc difficile de dire si elle serait terminée à temps.

Cependant, je ne pouvais pas demander des choses déraisonnables aux personnes qui avaient travaillé dur pour le terminer dans l’atelier jusqu’à en avoir des valises sous les yeux.

Le matin s’était transformé en après-midi, et l’artisan avait amené ses disciples à ma maison pendant que je me détendais.

« On a fait la meilleure baignoire possible ! »

Tout en disant cela avec un sourire qui s’étendait sur tout son visage, il se dirigea vers la salle de bain qui était en construction.

Il semblait avoir vraiment prévu de la finir aujourd’hui. J’avais entendu cela par l’artisan après, mais... il avait dit que faire le meilleur produit et se conformer à la période de construction même si quelque chose était arrivé à mi-chemin était un devoir d’artisan.

Bien qu’on pouvait réellement dire qu’il agissait inconsidérément, l’artisan travailla selon le plan de trois jours qu’il avait d’abord énoncé.

Aisha m’avait présenté un très bon artisan, n’est-ce pas ?

Il y avait aussi l’affaire avec mon père, mais cette attitude était quelque chose pour laquelle je devrais mener l’enquête.

... Eh bien, je pensais cependant que les disciples avaient certainement des pensées suicidaires.

J’étais vraiment désolé pour eux !

Environ deux heures plus tard... le bain que l’artisan avait mis tout son cœur avait été achevé.

« Pour des raisons hygiéniques on ne pouvait pas l’utiliser maintenant, alors est-ce que cela sera possible si je l’utilise demain ? Ah, c’est vraiment un chef-d’œuvre. »

Le prix initial convenu était de 800 pièces d’or. Cependant, en regardant la salle de bain terminée, c’était inexcusable pour sa qualité, même au regard d’un profane comme moi.

Quand j’avais jeté un coup d’œil à la salle de bain, j’avais vu qu’il s’agissait d’une salle de bains extravagante, plus grande que la salle de bain du pavillon de la cloche d’argent où nous avions séjourné dans la ville d’Adol.

La question de la taille était en fonction du point de vue, puisque j’avais demandé une salle de bains plus grande, mais le voir et l’entendre était complètement différent.

En outre, selon l’artisan, le sol était fait à partir d’une pierre (j’ai entendu le nom, mais je ne me souviens pas tout à fait), un matériau de haute qualité.

Il semblerait que cette pierre était difficile à positionner, de plus l’eau sécherait facilement, donc son coût était élevé et principalement utilisé dans les salles de bains.

De plus, les murs étaient recouverts de planches qui dégageaient une agréable odeur. Comme dans une forêt, le parfum calmait les nerfs, et était également le matériau le plus cher.

Et puis il y avait la baignoire. Cette baignoire semblait être faite d’un matériau de haute qualité différent des planches, et avait une belle finition noire brillante.

De plus, de très petites décorations y étaient gravées et ressemblaient à une œuvre d’art.

Les trous que j’avais demandés pour mettre les cailloux étaient également faits avec précision. On pouvait dire que l’ouvrage ne perdait même pas face à des auberges de haute qualité, comme l’avait dit l’artisan.

J’avais exprimé ma gratitude envers l’artisan, et remis 10 pièces de platine pour le coût. Même si c’était plus que le coût précédent, j’avais quand même senti que ce n’était pas suffisant.

Bien que l’artisan l’ait fermement refusé, Aisha et moi nous étions inclinés, car nous avions dit que c’était lié à notre gratitude, et il l’avait acceptée à contrecœur.

Quoi qu’il en soit, le bain tant attendu avait été complété.

Attendons avec impatience d’y entrer demain.

***

Arc 5 : La famille royale

Chapitre 53 : Alto Augusta

Enfin, l’interdiction d’utiliser la baignoire avait été levée !

La « période d’attente afin de répondre aux problèmes d’hygiène » qui avait été annoncée par l’artisan était enfin terminée, et je pouvais désormais entrer dans la baignoire de ma maison !

Dès que je m’étais réveillé, j’avais décidé de me diriger vers la salle de bain. Puisqu’Aisha dormait toujours à côté de moi, j’étais sorti en douceur du futon afin d’éviter de la réveiller.

Dès que j’étais entré dans la salle de bain, j’avais senti un doux parfum de la forêt flottant dans l’air qui était tel que je ne pouvais pas le décrire. En sentant simplement cette odeur, je pensais que je pourrais me calmer.

Après ça, j’avais rapidement sorti cinq cailloux de type [Continue : Eau] du sac de rangement et les avais installé dans l’ouverture se trouvant sur la partie supérieure de la baignoire.

Après avoir fait ça, l’eau s’accumulait à un rythme incroyable avec les cinq pierres cote à côte.

Puis, j’avais installé un caillou avec [Continue : Chaleur] dans l’ouverture du fond de la cuve où l’eau coulait.

Et pour parachever tout ça, j’avais placé 5 fois [Continue : Chaleur] aux cailloux se trouvant de chaque côté de l’installation.

Peu de temps après ça, l’eau s’était réchauffée et de la vapeur avait pu être visible dans la pièce.

Bien, c’était un succès ! ... J’avais été ravi pendant un moment, mais c’était rapidement devenu un échec massif.

Peu à peu, l’eau chaude de la baignoire s’était transformée en une eau bouillante, et quand la baignoire avait été pleine, toute l’eau s’était mise à bouillir à gros bouillon.

Pas bon ! La chaleur est trop importante !!!

J’avais donc immédiatement coupé [Continue : Chaleur] et je l’avais ramené sur le caillou d’origine. J’avais également neutralisé le pouvoir de [Continu : Eau] de la même manière et j’avais placé tous les cailloux dans le sac de rangement.

J’avais été stupéfait en regardant la baignoire qui ressemblait maintenant à un pot de fer infernal comme je l’avais déjà lu dans des livres d’histoires.

« ... Maintenant, j’ai testé tout ça, mais bon..., que dois-je faire avec cela... »

Comme prévu, je n’avais pas d’autre choix que de vider l’eau chaude et de la diluer avec de l’eau froide, non ? Alors que j’ouvrais le couvercle du système de drainage attaché sur le côté de la baignoire, l’eau bouillante s’était mise à s’écouler en produisant une intense vapeur.

Lorsque le niveau d’eau chaude avait baissé de moitié, j’avais fermé l’écluse faisant office de système de drainage.

Comme cela allait être troublant si j’étais bouillit par l’eau chaude, je n’avais pas oublié d’appliquer [Régénération] et d’activer par la même occasion [Résistance : Attribut Feu] juste au cas où une chose de grave se produirait.

Après avoir fermé tout le système et avoir confirmé que j’étais en sécurité, j’avais replacé la [Régénération] sur son caillou d’origine. Cette fois, j’avais placé [Continue : Eau] x3 une fois de plus dans l’ouverture supérieure de la baignoire.

Ouf, il semblerait que cette fois, cela s’était déroulé correctement.

Cela pourrait être difficile pour moi jusqu’à ce que je m’y habituerais vraiment...

Eh bien, dans tous les cas, le bain était assez chaud après avoir fini de le remplir. Immédiatement après ça, j’avais enlevé mon pyjama et m’étais submergé jusqu’aux épaules.

« Ooh ♪ »

... Quel sentiment agréable ! Bien que le bain du matin que j’avais eu au Pavillon de la cloche d’argent était également très confortable, ce bain l’était encore plus.

J’étais non seulement capable de me débarrasser de ma fatigue, mais j’avais aussi le sentiment que ma force augmentait graduellement.

En outre, ce parfum du bois était aussi si agréable.

« Myne, prends-tu un bain ? »

Hm, il semblerait que quelque chose comme ça était déjà arrivé auparavant...

« O-Oui... »

Après que j’eus répondu ainsi, bien évidemment, Aisha était entrée nue dans la pièce.

« Hehehe, je suis là. »

Et ainsi, je m’étais retrouvé à prendre le bain du matin avec Aisha et nous étions sortis tous les deux après avoir été satisfaits.

***

Naturellement, le sujet que nous avions discuté pendant le petit déjeuner concernait la baignoire.

« N’est-ce pas une baignoire géniale ? C’est encore mieux que celle du pavillon de la cloche d’argent ! »

« Tout à fait, mon corps est plein de vigueur et il était vraiment à la bonne température. »

« Les artisans ont travaillé dur, n’est-ce pas ? Nous devrions vraiment leur montrer notre gratitude. »

Au moment où nous étions sur le point de nous excités encore plus sur le sujet, j’avais entendu des voix venant de l’extérieur. Alors que j’étais sur le point de me lever, Aisha m’avait dit : « Je vais le faire », elle se leva et marcha jusqu’à l’entrée.

« Eh !? »

... Hmm ? Comme Aisha avait laissé sortir une voix emplie de surprise, je m’étais demandé ce qui n’allait pas ?

Alors que j’étais sur le point de me lever pour aller voir la situation, Aisha revint avec un air troublé.

Je me demandais bien pourquoi elle est ainsi.

... Hmm ? Il y avait quelqu’un derrière elle.

Ah, si ce n’est pas Sylphide ! Tu es arrivée un peu en avance, n’est-ce pas ? Il y avait un homme que je ne connaissais pas qui se tenait avec elle.

Qui diable est-il ? Je ne l’ai jamais vu auparavant...

***

« Cher mari, laisse-moi te présenter mon frère, » déclara Sylphide.

« Je suis Alto Augusta, tu es le fiancé de ma sœur... hein. »

Cet homme inconnu... ou plutôt, le Premier Prince du pays était là. On pouvait dire que le prochain Roi était assis devant moi, m’observant fixement.

Aisha devait bien connaître cette personne, mais elle semblerait reculée, apeurée.

« Je suis désolée, cher mari... mais mon grand-frère voulait vraiment venir, peu importe ce que... je lui avais dit d’attendre à la Cité Impériale jusqu’à ce que nous venions... mais comme tu peux le voir, il était obstiné quant à tout cela. » Sylphide baissa la tête en s’excusant.

« En fait, mon frère fait un complexe sur moi…, » déclara-t-elle en un murmure. « Il n’était pas vraiment heureux du fait que je serai mariée... C’est pourquoi il avait dit qu’il voulait voir de ses propres yeux si mon compagnon était digne et qu’il avait de la force. »

« Hum, hum ! » Il avait probablement entendu le murmure de Sylphide, car son frère s’était anormalement éclairci la gorge.

Cependant, n’était-il pas naturel d’être concerné ? Si l’on apprenait que son adorable petite sœur qui était une princesse serait mariée à un roturier comme moi, je pensais qu’il était tout à fait normal de s’inquiéter à ce sujet.

Ce n’était pas un siscon, c’était tout simplement naturel d’agir ainsi.

Depuis que j’avais décidé de les faire devenir toutes deux de ma famille, bien que le mariage avait été décidé à travers le cours des événements, j’allais devoir le faire reconnaître d’une manière ou d’une autre aux autres !

« ... En y pensant, pourquoi est-ce que l’archère sacrée est là ? »

Au moment où j’allais lui parler, le prince avait soudainement posé des questions sur Aisha. S’il appelait Aisha par son titre, peut-être qu’elle était également familière avec lui qu’elle l’était avec Sylphide ?

« Hm ? Je ne l’avais pas dit à mon grand-frère, hein, Aisha va également devenir son épouse en même temps que moi. »

Quand Sylphide lui avait dit cela, j’avais l’impression de voir le visage du Prince se tordre.

Aah, il pourrait être offensé... Eh bien ! Après tout, la polygamie laissait planer une mauvaise image.

Je me demandais si par hasard son impression de moi venait de devenir encore pire.

« ... Eh bien, je suppose que c’est acceptable. Au fait, tu t’appelles Myne, hein. Si possible, ne me montrerais-tu pas ta vraie force ? Après tout, je te confie ma petite sœur importante. Ma sœur... non, il y a aussi l’archère sacrée, hein, je veux confirmer en tant que frère et en tant qu’homme, si tu as ce qu’il faut pour protéger ces deux dames. »

Oui, quand j’épouserai Sylphide, il deviendra mon beau-frère. Je veux m’entendre avec lui et me faire approuver de lui.

Faisons cela !

« D’accord ! » Comme d’habitude, je lui avais répondu avec entrain.

« Oh, excellente réponse. Allons maintenant faire un combat. »

Alto Augusta

Race : Humain

Niveau : 43

Sexe : masculin

Âge : 26 ans

Occupation : Premier prince du royaume d’Augusta

[Compétences]

Lame à une main Saint Niv 7

Amélioration de la force physique Grand Niv 6

Magie de Support Augmentation de la vitesse Niv 5

Wôw, incroyable... Sa liste de compétences était presque identique à celle du Roi. Non, il possédait même de la magie de soutien. Était-ce la raison pour laquelle Aisha avait parlé de l’avantage du mariage parmi la royauté !?

Mais, si nous parlions de la combinaison de compétences en elle-même, je pensais que la mienne était probablement écrasante dans un sens ou dans l’autre.

Le problème était de savoir dans quelle mesure je pouvais utiliser mes compétences, n’est-ce pas ?

Je me demandais si je devrais raccourcir autant que possible le temps du combat pour limiter mes compétences et les garder cachées.

... Mais, il n’était pas bon qu’il ne me reconnaisse pas comme un homme à qui il pouvait confier Sylphide.

Combattons juste et soyons réglo même si cela devenait désavantageux !

« Permets-moi de dire ceci d’abord. En final, il s’agit simplement d’une simulation de bataille. Donc, s’il te plaît, comprends que les actions irréfléchies et excessives sont interdites. »

« D’accord ! »

« Hum, excellente réponse ! Maintenant, montre ton pouvoir de tueur de l’Orc Roi contenu dans ton cœur. »

Après avoir dit ça, il avait sorti un poignard en bois et me le lança. Après que je l’eus reçu, je vis que le prince s’était déjà placé en position de combat avec une épée de bois à une main.

Involontairement, j’avais aussi raffermi ma prise sur le poignard de bois alors que je me mettais en position.

Afin de faire face au prince, j’avais activé [Renforcement du corps Grand Niveau 3] [Amélioration de la force extrême Niveau 2] et [Amélioration de la force des jambes Petit Niveau 3].

« ... Oh ! Je vois, pourquoi ne viens-tu pas à moi ? »

Peut-être savait-il que je me fortifiais. Le corps du prince s’était mis à briller faiblement. Le prince aussi avait... utilisé les compétences.

« Si tu ne viens pas, alors j’y vais ! »

Le prince s’était alors soudainement déplacé avec une vitesse incroyable !!

Eh ? Q-Quoi !? Qu’est-ce que c’était que cette vitesse ? Il n’avait même pas de compétence [Amélioration de la force des jambes] !?

Ah, je vois... C’était donc â la [Magie de Support : Augmentation de la vitesse] !

Alors que j’étais surpris par le mouvement, la silhouette du prince avait disparu de ma vue.

« Ouah !!! »

Même si je n’avais pas réalisé ce qui s’était passé, mon côté droit avait reçu un impact extrêmement puissant.

Sans aucune préparation, j’avais été emporté de plusieurs mètres de l’endroit où j’étais.

« Q... qu’est-ce qui s’est passé... »

Pendant que je disais cela et essayais de me tenir debout, le prince avait brandi son épée avant de l’abaisser devant mes yeux.

J’avais tout de suite essayé de la bloquer avec le poignard dans ma main, mais la force restante dans mon corps l’avait fait voler hors de ma main.

L’épée à une main du prince m’avait alors heurté l’épaule droite.

« Hum »

« Tu es plein d’ouvertures !! Lis mieux les mouvements de ton adversaire ! »

Pas bon, il était vraiment fort... Pourquoi était-il si fort même s’il n’avait pas autant de compétences que moi...

J’avais appliqué la [Magie de Grande Récupération] comme premiers soins pour les dommages et utilisés le [Magique de Soutien Récupération Graduelle, Grand (Vitalité) Niveau 2].

« ... Hmm... Cette fois, il récupère... Très intéressant. »

Il me semblait marmonner quelque chose, mais je pouvais réussir si j’attaquais maintenant !

Cette fois, c’est mon tour !!

J’avais activé [Pied Rapide (Faible) Niveau 2] et j’avais chargé à pleine puissance pour avancer jusqu’au torse du prince.

« Hmm, c’est vrai ! Cet esprit combatif est important ! ... Toutefois. »

Ignorant le murmure du prince, je m’étais approché de lui et j’avais balancé mon bras droit en visant d’un seul coup son estomac.

Il y avait aussi [Lutte extrême de Niveau 4], alors je ne te laisserai pas partir !

... mais, mon attaque à pleine puissance n’avait même pas dérangé le prince. Au contraire, son contre m’avait frappé et m’avait encore fait reculer.

Pas possible ! Pourquoi n’avait-il pas été touché...

Alors que j’avais été emporté par le choc, je m’étais probablement cogné la tête, car du sang coulait de mon front.

« Grand-frère, tu en fais trop ! S’il te plaît, arrête !! »

« Myne !! »

Je pouvais entendre les cris de Sylphide et Aisha venant d’à côté de moi.

... comme si j’allais perdre... Je m’étais levé en vacillant et j’avais essayé de reprendre une position d’attaque.

« ... Tu es vraiment très prometteur. Mais tu devrais mieux connaître tes propres forces et affiner tes techniques. Utilise cette défaite pour ton propre renforcement !! »

Les paroles de cet homme avaient été la dernière chose que j’avais entendue avant que ma conscience ne tombât dans les ténèbres.

***

Chapitre 54 : Chapitre bonus — Alto

« Je suis Alto Augusta, tu es le fiancé de ma sœur... hein. »

L’homme que ma petite sœur chérie avait choisi était ce Myne ou quelque chose, hein. Avec ma première impression de lui, franchement, je pensais qu’il n’avait pas l’air si fort.

Cependant, ma petite sœur se mariait d’elle-même avec lui, alors il devrait vraiment avoir une certaine capacité. Après tout, il était même dit qu’il avait vaincu un roi Orc.

Cependant, 15 ans... J’avais entendu dire qu’il venait de devenir adulte, mais je pouvais voir qu’il n’avait vraiment pas subi assez de changement.

... Pouvait-il vraiment se battre avec ça ?

J’avais entendu des rapports que ses compétences étaient [Évaluation Complète] et [Couper & Coller]. L’opinion de petite sœur était qu’il avait une sorte de secret à part ça, mais...

Bien, peu importe. Je ne m’intéressais pas à ce qu’il cachait.

Cependant, ce garçon était-il un homme qui pouvait vraiment protéger ma petite sœur à partir de maintenant ? Si je ne m’assurais pas de cela, je ne pourrais jamais approuver cet homme, et ce ne serait qu’un désastre pour lui.

Et en y réfléchissant, je m’étais souvenu que même l’archère sacrée se marierait avec lui.

Fumu... Utilisons ceci.

« ... Eh bien, ça va, je suppose. Au fait, tu t’appelles Myne, hein. Si c’était possible, pourquoi ne me montrerais-tu pas ta vraie force ? Après tout, je te confie mon adorable petite sœur. Ma sœur... non, il y a aussi l’archère sacrée, hein. Je veux confirmer en tant que frère et en tant qu’homme, si tu as ce qu’il faut pour protéger les deux dames. »

Bien, avec cela, même si c’était un peu sournois, la scène était prête.

Tout ce qui reste était littéralement pour mesurer sa capacité.

◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇

Après tout, il ne pouvait pas y avoir de morts dans une simulation de bataille. Nous avions décidé d’utiliser des épées en bois, et non pas des vraies.

Il ne pouvait probablement pas m’affronter sérieusement avec de vraies épées.

Si c’était le cas, je ne pouvais pas atteindre mon objectif de juger si sa vraie force était digne de prendre Sylphy comme épouse.

Et aussi, cela pouvait être appelé une épée en bois, mais elle était fabriquée par les magiciens de la cour en plaçant du pouvoir magique dans l’ébène brute. Il s’agissait d’une arme beaucoup plus puissante comparée aux vraies épées mal faites.

Bien que personne ne mourait, il pourrait y avoir une ou deux blessures.

Eh bien, l’archère sacrée était là, donc il pouvait immédiatement être guéri.

... Maintenant. Finalement, il semblait se préparer.

Hm ? Est-ce qu’il venait de lancer une sorte d’autoamélioration ? ... Il y avait une légère luminescence sur lui.

Hmph, c’était le secret qu’il cachait. Certainement, si je prenais cela à la légère, je serais celui qui éprouverait de la douleur.

J’allais aussi utiliser [Amélioration de la force physique Large] et [Magie de support Augmentation de la vitesse].

« ... Oh... pourquoi ne viens-tu pas vers moi ? »

Maintenant, allons-y !

« Si tu ne viens pas, alors j’y vais ! »

Je plongeais vers son sein de toutes mes forces.

... Ma vitesse dépassait-elle tes attentes ? Penses-tu que tu auras le temps d’être surpris au milieu d’une bataille ? Tu es plein d’ouvertures !

Faisant une feinte, je m’étais placé dans son angle mort. Je ne savais pas ce que tu avais lancé, mais puisque tu l’avais fait... tu ne mourras pas !!

Je visais son flanc droit et balançais mon épée. Il avait pris le choc directement et avait été soufflé d’une manière comique.

... Cependant, quel était ce sentiment ? Ce n’était pas comme s’il utilisait une compétence pour se défendre ou quoi que ce soit. Que diable s’était-il passé ? Je sentais que ce choc devenait excessivement terne, mais... est-ce qu’il portait quelque chose ?

Bien, peu importe.

J’avais compris lors de cet échange.

Ses techniques de combat étaient sans aucun doute similaires à un novice. J’avais complètement compris de la façon dont il bougeait et utilisait ces choses.

Bien qu’il avait certainement beaucoup de talent, mais il ne pouvait pas du tout s’en servir.

... Essayons de le coincer un peu plus. Je m’étais déplacé pour le poursuivre pendant qu’il avait été emporté.

« Q-Qu’est ce qu’il vient de se passer... »

Il ne semblait pas avoir vu l’échange. Debout devant lui, j’avais frappé avec mon épée en plein sur lui.

Se défendre avec un poignard ? Son évaluation de la situation semble également naïve.

Si tu bloques un coup d’épée à une main avec un poignard… Tu as perdu la seule arme que tu avais, tu vois ? Que vas-tu faire maintenant ? Comment vas-tu te battre sans arme ?

L’épée de bois que j’avais brandie avait écrasé son poignard et avait frappé son épaule droite.

« Tu es plein d’ouvertures !! Lis mieux les mouvements de ton adversaire ! »

Avec son niveau, il ne pouvait pas vaincre un Orc Roi.

C’était différent d’un monstre de basse classe qui se déplaçait par instinct, qui avait de l’intelligence et qui avait une force anormale.

Il n’y avait absolument aucune possibilité qu’il eût vaincu cela. Cependant, il avait vaincu un tel roi Orc.

Cela voulait-il dire qu’il n’était pas toujours pas sérieux ?

... Hm ? Quoi ? Est-ce qu’il se soigne ?

Je vois, intéressant.

« ... Fumu... Cette fois, il récupère... Très intéressant. »

Était-ce une partie du pouvoir qu’il avait utilisé pour vaincre le roi Orc ? Intéressant ! Montre-moi ton pouvoir ! Utilise ce pouvoir pour vaincre ce magnifique moi !

Oh, c’était tout à fait la charge drastique. Est-ce qu’il allait utiliser une autre compétence ? C’était vraiment un mouvement intéressant.

Cependant, je me demandais combien de tours il avait dans sa manche. C’était vraiment quelque chose.

En outre, même s’il avait déjà perdu son arme, sa force mentale à ne pas abandonner le match était tout à fait digne d’éloges.

Il y en avait même parmi les chevaliers qui abandonneraient à ce point.

Eh bien, s’il avait abandonné avec ça, je ne pourrais pas lui confier Sylphy. Pendant que je pensais à cela, son bras droit se dirigeait vers moi à une vitesse scandaleuse.

« Quoi !? »

Je l’avais évité dans un mouvement de panique et l’avais contré.

Mon contre avait merveilleusement réussi, et il avait de nouveau été renversé sur son dos.

... C’était serré, je pouvais en quelque sorte contrer puisqu’il avait laissé une grosse ouverture, mais si j’avais pris ça, comme prévu, ça aurait été mauvais, même pour moi. Je n’avais jamais entendu parler d’un bruit de coup de vent aussi aigu qui sortait de son poing.

« Grand-frère, tu en fais trop ! S’il te plaît, arrête !! »

« Myne !! »

J’avais entendu les cris de Sylphy et l’archère sacrée.

Aah, je vois... il avait eu une coupure sur le front quand il avait été éjecté, hein ? Elles faisaient des histoires parce que le sang en sortait, hein.

Bien que ce soit une bataille simulée, Sylphy l’avait arrêté juste à cause de cela...

Comme prévu, même la princesse générale était devenue faible quand il s’agissait de son fiancé.

Cependant, cela ne signifiait pas qu’il avait perdu. Il s’était levé, quoique chancelant, et avait montré qu’il allait se battre.

Cela ne serait pas bien si les filles avaient fait irruption ici, et il s’était levé comme un homme désireux de gagner sérieusement.

Je devais répondre à ce qu’il représentait de la bonne manière.

... Bien que j’avais dit cela, comme prévu, il semblait avoir reçu des dommages du contre précédent.

Bien que son attaque avait été rapide, elle s’était plutôt retournée contre lui.

La force de l’épée d’ébène, sa propre force, et en plus de cela, mes compétences [Amélioration de la force physique Grande] et [Épée à une main Sacré].

Il était tout à fait capable de se tenir debout.

Fumu, il était encore inexpérimenté. Pas de doute avec ça. Cependant, s’il étudiait vraiment les postures, il deviendrait probablement outrageusement fort.

Je pouvais voir ça sans aucun doute. Son désir de gagner et de se relever, bien que vacillant, était également digne d’éloges.

Je ne pensais pas non plus qu’il soit mauvais, en termes de personnalité.

Je vois, la personne que Sylphy épousera... était peut-être une bonne personne, hein.

On ne pouvait rien y faire, je te soutiendrais

« ... Tu es vraiment très prometteur. Mais tu devrais mieux connaître tes propres forces et affiner tes techniques. Utilise cette défaite pour ton propre renforcement !! »

Finissons cette bataille.

Il y avait beaucoup de choses à dire après ça.

***

Chapitre 55 : Tournant décisif

« ... Hmm, cet endroit est... »

Tout en secouant ma tête engourdie, je m’étais assis et j’avais observé les environs. Il semblerait que cela soit ma maison. Pourquoi avais-je dormi, je me le demandais...

« Myne !! Dieu merci, tu t’es réveillé !! »

J’avais entendu le cri d’Aisha.

« Je... Ah, je me suis souvenu. J’avais perdu... contre le prince... euh. »

Il semblerait qu’Aisha avait utilisé la magie curative. Bien que ma tête soit toujours étourdie, la douleur avait presque disparu.

Quand j’avais remercié Aisha et regardé son visage, j’avais vu que ses yeux étaient vraiment rouges, elle avait probablement beaucoup pleuré. Il semblerait que je l’avais rendue inquiète.

Alors que je m’excusais auprès d’Aisha, l’agresseur qui m’avait battu à plate couture entra dans la pièce.

« Oh, tu t’es réveillé ? »

« Grand frère, notre conversation n’est pas encore terminée ! »

Alors que Sylphide était en colère contre lui, le prince m’appela avec un sourire étrange.

Cependant, Sylphide, enragée, était venue à sa poursuite, donc l’atmosphère n’était pas du tout devenue calme...

« Comment va ton corps ? Puisque l’archère sacrée a appliqué un sort de Guérison sur toi, je suppose que la plupart des dégâts ont disparu ? »

Le prince qui ne se souciait pas du tout des reproches de Sylphide s’inquiétait de ma condition. Je suppose que les dégâts avaient certainement disparu.

C’était impossible si l’on me disait « Fonce », mais marcher normalement ne semblerait pas être un problème pour moi.

« Seulement un peu, je suis encore un peu étourdi, mais je vais bien. »

« Est-ce ainsi, je suis allé trop loin... Désolé. »

Non, j’étais le seul coupable si l’héritier du trône baissa la tête. En premier lieu, j’avais accepté de participer à cette simulation de bataille, donc je n’avais pas le droit d’accepter les excuses.

« Non non non, s’il vous plaît, levez la tête ! Il n’y a aucune raison de s’excuser !! »

Tout en agitant violemment mes mains, j’avais crié désespérément pour le faire lever la tête. Puis, tout en me regardant étrangement, il leva la tête.

« ... Tu es étrange... »

Après cela, Aisha et Sylphide qui s’étaient un peu calmées nous avaient rejoints pour une conversation animée de quatre personnes.

Le prince voulait entendre parler du combat avec l’Orc Roi, mais, je ne pouvais pas l’expliquer en détail sans mentionner mes compétences, donc je ne pouvais que répondre vaguement à ses questions depuis le début jusqu’à la fin.

« Au fait, Myne, il est déjà si tard, ça ne te dérange pas de me laisser rester ici ? »

« Non bien sûr que non. C’est un endroit en désordre, mais aussi longtemps que le prince le veut, s’il vous plaît, restez ici. »

« ... Peux-tu arrêter de m’appeler le Prince ? Tu vas te marier avec Sylphide, ainsi, nous serons beaux-frères. Je vais juste t’appeler Myne. »

Oui, comment devais-je l’appeler... ? Comme prévu, devais-je prendre la route la plus sûre et l’appeler « Beau-frère » ?

« Eeh euh ~ à... Beau-frère ? »

« ... Pourquoi être aussi formel entre nous... Eh bien, c’est bien. Nous deviendrons une famille, ne sois pas si réservé. »

D’une manière ou d’une autre, ça semblait terriblement déplacé, mais... tôt ou tard allais-je devoir m’y habituer ?

Ma manière d’appeler d’Aisha et de Sylphide était tout aussi déplacée au début.

Après s’être occupée de ce qui était nécessaire pour le séjour de son beau-frère, Aisha s’était rendue à la cuisine pour préparer le dîner. J’avais décidé d’aider, mais mes deux fiancées s’y étaient fermement opposé et m’avaient dit : « S’il te plaît, fait une pause », j’avais donc décidé d’obéir.

« En y repensant, tout à l’heure j’avais entendu de l’archère sacrée que cette maison avait une salle de bain réellement magnifique non ? Puisque je vais rester ici, est-ce que ça ne te dérange pas si j’entre ? »

Ah, c’est vrai.

Comme il était ici, il devrait se laver. Très bien, chauffons-la immédiatement.

« Je comprends, laissez-moi d’abord la chauffer ! »

En disant ça, j’avais décidé de me diriger rapidement vers la salle de bain.

Comme je l’avais fait bouillir le matin, je connaissais à peu près l’équilibre des cailloux.

Ça devrait être un peu chaud.

Ce sera bien d’y aller après avoir mangé le repas. Après cela, de l’eau légèrement chaude s’était accumulée dans la baignoire en environ cinq minutes.

Cinq [Continue : Eau], plus quatre [Continue : Chaleur] devrait chauffer l’eau jusqu’à ce qu’elle soit légèrement chaude.

Après avoir récupéré les cailloux, comme j’avais dit au prince que le bain était chaud, le repas semblait être prêt. Nous nous étions immédiatement mis à la table à manger.

Il y avait pas mal de sujets dont nous ne pouvions pas parler, alors même si c’était amusant, il était un peu regrettable que le dîner devînt le moment auquel nous devions prêter attention.

... Et puis, c’était l’heure du bain, mais... Par tous les diables ??

« Fuuu, cette salle de bain est vraiment splendide. Le parfum du bois est agréable, la chaleur du bain est bonne... elle pourrait même être meilleure que la salle de bain du palais royal. »

« ... Ah, aussi longtemps que vous en êtes satisfait. »

D’une manière ou d’une autre, dès que nous avions fini le repas, j’avais été attrapé par mon beau-frère, et le résultat était de nous mettre ensemble dans le bain.

Oui, c’était en dehors de mes attentes.

« Au fait, Myne, le combat de tout à l’heure... comprends-tu pourquoi tu as perdu ? »

... C’est vrai, si nous pensions aux compétences et niveaux, il était impensable pour moi de perdre. Et même si je perdais, il était difficile de penser que ce combat aurait été à sens unique.

Je ne comprenais pas pourquoi j’avais perdu ce combat à sens unique

« ... Je ne comprends pas du tout... »

« Eh bien, c’est compréhensible. Le combat précédent... combien de compétences as-tu utilisées ? Je suis sûr qu’il en y avait entre quatre ou cinq, mais... eh bien, ai-je raison ? »

... Il avait remarqué, hein...

Je prévoyais de le finir avec le renforcement au début afin que je puisse éviter les questions après cela, mais c’était trop unilatéral, alors j’en avais trop utilisé à la fin.

« ... »

« Aah, ne te méprends pas, franchement, je m’en fous et je n’ai aucun intérêt sur le genre de secrets que tu as. Mon père semble s’en soucier, mais... à la fin, Sylphide n’a rien dit de tes compétences dans le palais royal. Après avoir dit qu’elle ne le savait pas parce qu’elle ne l’avait pas demandé, mon frère l’avait persuadée en lui disant que ça irait si elle le lui disait une fois qu’elle le saurait, mais elle a fermement dit qu’elle n’en parlerait absolument pas. Secouant la tête face à lui. Eh bien, c’est quelque chose dont tu ne veux pas parler, n’est-ce pas ? Cela ne me dérange pas. Ce que je sais, c’est que tu as une sorte de pouvoir autre que les compétences qui t’ont été conférées. Je me fiche des détails. »

Eh ? Il s’en fichait... est-ce qu’il était d’accord avec ça ? Je me demandais si c’était bon de lui faire confiance...

... Et aussi... Sylphide avait tenu sa promesse envers moi et n’avait rien dit. Je vois, elle n’avait rien dit... elle ne l’avait pas dit, hein.

Je me sentis vraiment heureux...

Huh? Alors pourquoi m’avait-il interrogé sur les compétences que j’avais utilisées dans le combat plus tôt ?

« Hahaha, tu as l’air de te demander quelque chose. En ce moment, penses-tu à “Pourquoi a-t-il posé des questions sur mes compétences, même s’il a dit qu’il s’en fichait ?” »

Je hochais réflexivement la tête.

« Laisse-moi voir. Tout d’abord, tu n’as pas combattu contre moi sérieusement. Plutôt, à pleine puissance parce que tu ne voulais pas me tuer, non ? Et encore une chose. Bien que tu avais en toi une conviction pour essayer de te battre, tu n’as probablement pas beaucoup d’expérience dans les batailles contre des personnes, n’est-ce pas ? La raison pour laquelle tu as perdu dans le combat précédent est que ton style de combat dépend trop des compétences. Tu n’as pas assez de l’expérience dans le soi-disant sens de la bataille, ou dans la façon de bouger ton corps. Cela n’a pas d’importance si tu affrontes un monstre, mais si l’adversaire est une autre personne, c’est une autre histoire. »

... Je vois, maintenant qu’il l’avait mentionné, la seule bataille que j’avais eue avec une personne était avec Lyle. En plus de cela, c’était une bataille dans laquelle j’avais le premier mouvement, et il était probablement négligent parce qu’il me sous-estimait.

Un ennemi avec un cerveau... et un ennemi qui était un antagoniste, je n’avais absolument aucune expérience avec ça.

« Cela étant le cas, je vais te former à partir de maintenant. »

« Eh ? »

« Ne m’as-tu pas entendu ? J’ai dit que je t’entraînerais pour que je puisse me battre avec toi. »

Q-Qu’est-ce qu’il voulait dire ? Si soudainement ?

« Nous deviendrons une famille, après tout. Tu dois désormais protéger mon importante petite sœur, alors deviens plus fort pour cela. La prochaine fois, tu dois absolument gagner ! Tu m’entends, Myne. »

I-Il... m’avait-il approuvé ?

Moi ? Le Prince m’avait approuvé, un roturier ?

« Cela dit, la discussion difficile était terminée ! Regarde, je te laverai le dos ! Assieds-toi là-bas ! »

Et ainsi, mon beau-frère m’avait officiellement approuvé en tant que fiancé de Sylphide, et j’avais obtenu un professeur.

... Moi qui avais mon dos frotté à pleine force ne pouvais supporter que la douleur.

Est-ce que par hasard, il ne n’avait toujours pas approuvé ma personne ?

... Je pouvais aussi bien demander à Aisha de me rincer le dos.

 

◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇

 

J’avais décidé, j’allais parler de mes compétences.

Après être sortis du bain avec mon beau-frère, Aisha et Sylphy y entrèrent.

Pendant qu’elles étaient dans le bain, j’avais pensé à beaucoup de choses.

Mon beau-frère m’avait dit que le Roi avait demandé à Sylphide qu’elle devrait le lui dire une fois qu’elle connaîtrait mes compétences, mais Sylphide avait déclaré qu’elle ne le lui dirait absolument pas. Qu’elle avait ajouté qu’elle ne ferait jamais rien que je déteste maintenant qu’elle allait se marier.

En fin de compte, tout se résume à savoir si elle parlerait de mes compétences ou non, si je devais faire confiance à ma partenaire ou que ma partenaire devait me faire confiance.

J’avais décidé de faire confiance à Aisha et Sylphide. Ne parleraient-elles de mes compétences à personne ? Et qu’elles resteraient avec moi en famille et auront confiance en moi même si elles connaissent mon secret !

Bien que je le pensais que d’une certaine manière, mon beau-frère ne s’en soucie pas si je lui disais, je venais juste de le rencontrer, et comme il allait m’entraîner à partir de maintenant, je pensais que je pouvais juger si je pouvais lui faire confiance ou pas après ça.

 

◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇

 

« Ouf ~, c’était merveilleux... Quand avez-vous construit une chose si incroyable ? »

En me submergeant jusqu’à mes épaules, j’avais demandé à Aisha qui y était entrée avec moi. Ce n’était pas ici quand nous avions visité cette maison avant, alors ils l’avaient construit quand j’étais retournée à la capitale.

« En fait, après ton départ, nous sommes allés tous les deux à Adol. Nous avons ensuite séjourné dans une auberge de grande classe, et Myne... semble aimer le bain et dit qu’il allait en construire un une fois que nous serions rentrés à la maison. Il a continué à dire que tu serais probablement heureuse et il voulait faire quelque chose avant que tu ne reviennes. »

Je vois, il avait dit quelque chose comme ça, hein... Pas bon, mon visage se détend tout seul. Probablement parce que je n’ai aucune expérience de contact avec le sexe opposé jusqu’à maintenant, je suis heureuse avec une chose si triviale.

« E-En passant, est-ce que quelque chose a changé pendant mon absence ? »

J’avais posé une telle question pour cacher mon embarras. Quand je l’avais fait, l’expression d’Aisha s’était un peu assombrie, et quand je lui avais demandé « Vas-tu bien ? », elle avait soudainement baissé la tête.

« ... Je suis désolée, je t’ai négligée, Princesse, et fait l’amour avec Myne. »

Hm~mm ?

Faire l’amour ?

... Quoi !?

« ... Explique-moi en détail. »

Mon ton était naturellement devenu sévère alors que je n’étais pas au courant. Aisha avait dit que Myne lui avait dit qu’il voulait chasser les trolls, alors ils étaient allés à la ville du labyrinthe, Adol.

Quand ils étaient restés à l’auberge, quelques problèmes étaient survenus. À l’origine, ils avaient prévu de prendre des chambres séparées, mais ils ne pouvaient avoir qu’une seule pièce.

Cette nuit, alors que c’était demandé par Myne, ils avaient eu des relations sexuelles.

... Demandé par Myne, cela signifiait que je ne peux rien dire à ce sujet, hein. En premier lieu, ce n’était pas comme s’il avait une relation avec une femme de passage.

Depuis qu’il avait fait l’amour avec Aisha, qui comme moi, deviendra aussi sa femme, il n’y avait pas de problème... C’est vrai, il n’y en avait pas.

Cependant, il y avait quelque chose de sombre qui sortait de mon cœur.

« ... Je vois, si son partenaire n’est autre que toi, Aisha, je suppose que c’est inévitable. Mais suite à ça, ce soir, je vais l’amener à m’aimer. Pas d’objections ? »

Bien, j’avais obtenu l’approbation d’Aisha. J’étais assez nerveuse, mais dans tous les cas, il fallait bien faire un bébé.

Faisons cela.

« ... Ah... Son Altesse Alto n’a-t-elle pas dit qu’il dormirait dans la chambre de Myne ? »

!!

Aah, en y réfléchissant... il l’avait dit, n’est-ce pas ?

M-Merde, mon satané grand frère !!

Dans quelle mesure envisages-tu d’être un obstacle pour moi, hein, je ne te le pardonnerai jamais !!

« Huh? Beau-frère, qu’est-ce qui ne va pas ? »

« Non, pour une raison inconnue, j’ai soudainement senti un froid dans mon dos... »

« ... Je vois. »

***

Chapitre 56 : Repas de famille heureux

Le matin, au moment où je m’étais réveillé, je remarquais qu’Alto, qui dormait par terre, n’était pas là.

« ... Je me demande où il est allé. »

Étant donné que l’intérieur de son futon était encore chaud, cela ne devait pas faire longtemps depuis qu’il était sorti de la pièce.

À propos, quand j’avais entendu dire qu’il dormirait dans ma chambre, j’avais dit à Alto : « S’il vous plaît, utilisez le lit dans lequel je dors toujours ».

« Cela ne me dérange pas de dormir sur le sol, je ne demanderai rien de luxueux, puisque je suis soudainement venu ici. »

En disant cela, il avait fermement refusé.

Bon dieu, c’était troublant puisque son attitude était très différente de celle que nous avions eue hier.

« C’est un frère qu’on peut normalement admirer, mais..., » déclara Sylphide en laissant échapper un rire tendu, alors c’était probablement sa vraie apparence, hein.

Apparaissant tout à coup et se battant... Je pensais que ce qui se passait dans le monde était mauvais, mais bon, je pense que c’était comme ça, n’est-ce pas ?

En pensant à de telles choses, j’avais étiré mon corps. Entendre les craquements des os de mon dos me faisait vraiment du bien.

« ... Bien, travaillons dur aussi aujourd’hui ! »

En disant ça, j’avais sauté de mon lit et m’étais dirigé vers le puits pour me laver le visage.

L’air frais et doux du matin me faisait du bien, et je sentais petit à petit mon corps à moitié endormi se revitaliser. Oui, même si je m’étais toujours senti de cette façon, mais me réveiller le matin me faisait vraiment du bien, n’est-ce pas !

J’avais puisé de l’eau de puits et m’éclaboussais mon visage avec.

En y pensant, l’eau de puits pouvait être utilisée pour faire des potions. Cela signifiait-il que l’eau magique de [Continu : Eau] pouvait être utilisée pour faire quelque chose ?

Je me demandais si je devrais essayer d’expérimenter dessus.

En pensant à cela, je me dirigeais vers la cuisine, et Aisha et Sylphide avaient déjà préparé le petit-déjeuner.

« Bonjour ! »

Comme d’habitude, je les avais accueillies avec joie. C’était la règle importante de ma famille que j’avais reprise de Papa et de Maman.

Les salutations vives étaient des mots magiques qui pouvaient me remplir d’énergie, ainsi que ceux qui m’entouraient.

Mes deux fiancées qui avaient entendu mon « bonjour ! » S’étaient regardées et avaient répondu avec de vives salutations.

« Bonjour ! »

« Bonne matinée ! »

Nous avions simplement échangé des salutations... mais le rire avait naturellement rempli la pièce.

« Dois-je aussi aider ? »

« Non, ça va être bon si tu prends un siège et attends que nous ayons fini, » déclara Sylphide.

« C’est vrai, même si c’était la première fois que la princesse cuisinait, elle était tout excitée à le faire ! » déclara Aisha.

La première fois qu’elle cuisinait, si je me souvenais bien, Sylphide n’avait pas la compétence de cuisine, n’est-ce pas ?

... J’étais un peu inquiet...

Elles avaient probablement deviné mon sentiment, Sylphide avait fait un visage compliqué en entendant mon explication et Aisha avait gloussé.

... Ces deux-là n’étaient-elles pas devenues étrangement proches ?

Il y avait aussi la façon d’appeler d’Aisha. Bien que cela n’avait pas changé de « princesse », j’avais l’impression que sa retenue ou bien la distance entre elles ou quelque chose avait changé.

Elles sont entrées dans le bain ensemble hier, et elles ont même dormi ensemble dans la chambre d’Aisha. Cela doit sûrement être ça, n’est-ce pas ?

Oui, s’entendre est une bonne chose ! Après tout, nous deviendrons une famille après cela.

« Ne t’inquiète pas, Myne. Réjouis-toi de la cuisine faite des mains de la princesse ! Bien sûr, des miennes aussi. »

Eh bien, si c’était ce qu’elle disait, je ne donnerais pas un coup de main. Assieds-toi docilement et attends-les.

« ... Au fait, savez-vous où est Alto ? »

« Si c’est grand-frère, alors il s’entraîne. C’est sa routine quotidienne. »

Je vois, comme prévu, l’entraînement habituel était important, n’est-ce pas ? Je me demandais si c’était bon pour moi de m’entraîner avec lui. Après tout, il m’avait formé hier.

« Aah, c’est bon même si tu ne pars pas pour ça. Il y a encore de la fatigue due aux blessures d’hier, non ? Grand-frère a dit que tout allait bien même si tu ne venais pas après le réveil. »

... Peut-être qu’il se souciait de moi en me voyant dormir comme une bûche ? Si c’était le cas, ce serait le bon choix d’accepter sa bonne volonté, alors, asseyons-nous tranquillement ici.

Par conséquent, j’avais décidé de m’asseoir dans le salon et attendre tranquillement.

Peu de temps après, une odeur extrêmement délicieuse se dégageait de la cuisine. Probablement attiré par l’odeur, Alto revint de son entraînement du matin en essuyant sa sueur avec une serviette.

« Bonjour ! Merci pour le dur labeur que tu as mis dans la formation ! »

Il avait répondu à mon salut un peu timidement avec un « Aah, bonne matinée ». Oui, comme prévu, les salutations étaient des mots magiques.

« Vas-tu bien maintenant ? Bien que ce fut une bataille simulée, je suis allé un peu trop loin. Je ne pense pas qu’il reste beaucoup de dégâts après être entré immédiatement dans le bain. Si tu t’inquiètes, parle en à l’archère sacrée et laisse-là te guérir. »

En regardant Alto s’inquiétant maladroitement de ma santé en se grattant la joue, je gloussais involontairement.

Il semblerait qu’il avait été attrapé par Sylphide avant de sortir pour s’entraîner et avait été engueulé dans la continuation d’hier. J’avais entendu de Sylphide qu’Alto était un siscon, mais comme prévu, il était faible quand il s’agissait d’être réprimandé par sa petite sœur.

Comme nous avions cette conversation, Aisha et Sylphide avaient amené le petit-déjeuner qu’elles venaient de faire.

« ... Grand Frère, as-tu bien présenté tes excuses à mon futur mari ? »

Tout en le posant la table, Sylphide jeta un coup d’œil à Alto avant de le regarder fixement.

En faisant cela, il tourna maladroitement la tête vers moi en me disant « Désolé ».

Comme cela ne me dérangeait pas tellement, puisque le temps était passé, je ne pouvais toujours pas comprendre la tournure soudaine des événements, je n’étais pas au courant de ce qui s’était passé.

C’était pourquoi j’avais honnêtement dit : « Ça va, ça ne me dérange pas », et Alto s’était senti soulagé pendant que je l’admirais pour une raison inconnue.

Les excuses ? Elles avaient pris fin pour l’instant, et nous avions commencé à prendre notre agréable petit-déjeuner.

« Qu’est-ce qu’a fait Sylphide ? »

« Grand-frère, pourquoi ne pas te retenir un peu, c’est ma première cuisine maison, tu sais. J’ai travaillé dur pour laisser mon mari la manger. »

« Non, c’est exactement parce que c’est la première cuisine maison de ma petite sœur, je... »

Bien que les repas que j’avais pris avec Aisha étaient aussi amusants, la nourriture était encore plus délicieuse avec quatre personnes bavardant comme ça !

La famille était une chose si agréable et amusante, n’est-ce pas !

Les repas que j’avais mangés avec Papa et Maman étaient aussi délicieux, mais le petit-déjeuner d’aujourd’hui avait une saveur particulière.

Nous avions aimé bavarder pendant un moment, mais Alto était revenu à un visage un peu sérieux, et avait commencé à me parler.

« Myne, puisque tu dois célébrer la cérémonie de mariage avec Sylphide et l’archère sacrée, tu vas venir dans la capitale dans quelques jours, n’est-ce pas ? Je pensais à te donner une formation complète là-bas. Je vais fixer le contenu de ton entraînement jusqu’à ce que tu arrives à la capitale, fait bien tout ce qui est demandé. Même avec mon apparence, je suis un prince. J’ai aussi des choses à faire dans la capitale. Bien que je veuille t’entraîner ici tout le temps... »

J’avais entendu dire qu’Alto était responsable de l’entraînement dans l’ordre des chevaliers. L’horaire de la formation approchant, il devait donc retourner dans la capitale.

J’avais essayé de lui demander pourquoi il m’entraînait, même s’il était si occupé, et il m’avait répondu qu’il m’appréciait avec un rire généreux tandis qu’il me tapait dans le dos.

Sylphide, Aisha, ça faisait mal, alors pourriez-vous l’arrêter s’il vous plaît ? Ne restez pas là à rigoler.

J’avais appris plus tard de Sylphide qu’Alto était tout à fait opposé au mariage au début, donc sa réaction était en dehors de ses attentes.

Je ne sais pas en quoi il avait pris d’affection pour moi, mais c’était une bonne chose que je puisse bien m’entendre avec la famille de ma femme, n’est-ce pas ?

Finissant notre amusant petit-déjeuner, Alto avait écrit le programme d’entraînement et les choses auxquelles je devais faire attention, à la façon dont je bougeais mon corps. Il avait rédigé un petit mémo avec une petite écriture et me le remit, puis il retourna dans la capitale.

Le mémo qu’il m’a remis était facile à comprendre et très soigneusement écrit. Je pouvais voir qu’il avait pris beaucoup de temps à l’écrire.

Pour moi, ce mémo était un trésor important. J’en étais reconnaissant à Alto du fond de mon cœur.

Maintenant, Alto étant parti, il ne restait plus dans cette maison que moi et mes deux fiancées.

Enfin, le temps de confesser mon secret était venu.

Je me demandais quel genre de réponse elles auraient...

Honnêtement, la peur était trop forte.

Cependant, d’un autre côté, je l’anticipais également.

Maintenant, prends ton courage à deux mains et confesse-toi.

***

Chapitre 57 : La détermination de Myne, la décision de Sylphy

Après qu’Alto soit retourné à la capitale, j’avais appelé Aisha et Sylphide à la salle de réception, et j’avais commencé à leur parler.

« ... J’ai quelque chose à vous dire. »

Je pensais que ma nervosité me faisait faire un visage sérieux. Toutes les deux attendaient mes prochains mots avec une expression également sérieuse.

« Je pense vous parler de mes compétences. »

Elles ne s’y attendaient probablement pas. Toutes les deux avaient soudainement cessé de bouger.

Après c’était un moment de silence. Moi et les filles avions continué à ne pas parler. Le premier à rompre le silence avait été Sylphide.

« ... Est-ce que ça va vraiment ? »

Je hochai silencieusement la tête à cette question. Aisha ne pouvait toujours pas cacher son expression choquée, elle bougeait la bouche pour dire quelque chose, mais la ferma immédiatement, car elle ne pouvait pas trouver de mots.

Elle avait répété plusieurs fois ce mouvement.

« Le secret que tu ne peux pas dire non seulement à nous, mais à n’importe qui. Après que mon grand-frère soit reparti, le fait de nous parler veut dire que tu nous fais confiance, n’est-ce pas ? »

Sylphide me le demanda une fois de plus, puis elle jeta un coup d’œil oblique vers une Aisha raide.

Même pour cette question, j’avais rendu un hochement de tête silencieusement.

« ... Hmm. »

Sylphide plaça ensuite son doigt sur ses lèvres tout en réfléchissant à quelque chose.

Le silence avait alors encore une fois été établi entre nous.

Oui, c’est compréhensible. J’avais soudainement dit que je parlerais du secret que j’avais gardé même quand j’avais été viré de la guilde.

Leurs réactions étaient compréhensibles.

« ... Il y a quelque chose que je voudrais que tu confirmes avant d’écouter cela. »

Sylphide avait probablement rassemblé ses pensées, comme elle l’avait confirmé de nouveau avec moi.

Naturellement, ma réponse était « Oui ».

Cependant, je me demandais ce qu’elle voulait confirmer ?

« Est-ce vrai que la chose que tu gardes secrète deviendrait quelque chose de mauvais si les gens la connaissaient ? »

Quoi ? Pourquoi une telle confirmation était-elle nécessaire ? Mais, puisqu’elle m’avait dit de répondre, je devais le faire.

« ... Oui, c’est vrai. »

« ... Je comprends. Dans ce cas, cher mari, pourquoi n’attends-tu pas plus longtemps avant de nous en parler ? »

Eh !? Pourquoi ??

« Je pense qu’il est naturel que tu aies des doutes. Tout à l’heure, tu as dit que tu voulais en parler parce que tu nous faisais confiance. Cependant, en mettant Aisha de côté, je ne pense pas que j’ai fait quoi que ce soit qui mérite ta confiance. À partir de maintenant, nous allons commencer des activités en tant que Clan... En fait, Père a dit qu’il voulait faire une demande une fois que le Clan sera officiellement formé. Qu’en penses-tu, ne seras-tu pas au moins sûr de moi et Aisha tout en recevant la demande ? »

... Sa proposition était trop inattendue.

Quand nous nous étions rencontrés au début, elle était venue me demander mes compétences. Je n’avais jamais pensé qu’elle répondrait comme ça.

Cependant, je l’avais réalisé après que Sylphide avait dit cela.

... J’étais sûrement trop impatient.

J’étais resté seul depuis que Papa et Maman m’avaient quitté.

J’avais pris mes repas seul, et même si je disais « je suis de retour », personne ne répondait. Je pensais qu’une telle vie était naturelle.

... Cependant, les choses avaient changé. Aisha et Sylphide étaient ici.

J’avais une famille.

... C’est pourquoi je pensais que je voulais dévoiler rapidement mes secrets afin de fonder une vraie famille avec elles.

Je pensais que je serais à l’aise une fois que je leur en parlerais.

Nous allions certainement vivre ensemble à partir de maintenant, je devais donc leur en parler un jour.

Cependant, ce n’était pas comme ça que vous deveniez une vraie famille, n’est-ce pas ?

Ce n’était pas seulement un prétexte, une famille se faisait confiance du fond du cœur, comme ce que j’avais fait avec Papa et Maman.

La confiance consistait à croire en quelqu’un et à compter sur eux.

Je pensais que si une famille n’avait pas confiance, ce n’était pas bon. La confiance, c’était comme l’avait dit Sylphide, cela prenait du temps et se construisait lentement.

« ... Je comprends, Aisha es-tu d’accord avec ça ? »

Elle semblait s’être complètement calmée, et Aisha approuva aussi la proposition de Sylphide.

« Ce n’est pas grave de ne pas se précipiter. Prends ton temps, d’accord ? »

« Le fait de connaître tes sentiments, le fait que tu voulais nous en parler est suffisant pour l’instant. »

L’ambiance s’était calmée tout à coup. Ma nervosité était vraiment excessive, hein.

Oui, ça va sûrement avec ça.

◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇

« À propos, Sylphide, as-tu entendu Aisha t’en parler ? À propos du donjon de la force. »

Aisha semblait avoir parlé des détails généraux... Eh bien, après tout, bien sûr, elles étaient ensemble hier soir.

Si elle en avait déjà entendu parler, cela ferait accélérer les choses.

« Tiens, voici un souvenir pour toi, Sylphide. »

Alors que je l’avais dit, j’avais sorti l’objet trouvé sur le Troll Gazer, « l’épée Linus » du sac de rangement.

Je sentais qu’elle serait certainement capable de l’utiliser correctement puisqu’elle avait la compétence d’[Épée à une main : Extrême].

« ... Ceci, c’est incroyable... est-ce qu’il est convenable de me donner ça ? Cependant, je n’ai rien fait... »

« Oui, je suis sûr. Après tout, elle est inutile pour Aisha ou pour moi qui ne pouvons l’utiliser. »

En regardant l’expression ravie de Sylphide, j’avais réfléchi en affichant par réflexe un sourire.

Un seul, c’était bien.

Ensuite, j’avais sorti les « chaussures accélératrices » et les « chaussures célestes ».

Il s’agissait des paires de chaussures qui augmentaient la vitesse des mouvements. Je n’en avais pas besoin comme j’avais [Pas rapide (Petit)].

Le problème était de savoir à qui les « chaussures célestes » devaient être remises.

Les objets lâchés par les monstres étaient essentiellement liés avec une magie qui allait automatiquement l’altérer en fonction de la taille de la personne qui l’équipait, donc n’importe lequel d’entre nous pouvait l’utiliser.

En passant, les équipements vendus dans les magasins devaient être correctement choisis afin qu’ils s’adaptassent.

Si je pensais à qui devait se battre dans l’avant-garde, alors Sylphide serait le meilleur choix ? Si quelqu’un pouvait marcher sur l’air, il aura plus de liberté pour attaquer... bien que de la pratique soit nécessaire.

« Eh bien, celle-ci sera pour Sylphide et l’autre pour Aisha. »

D’ailleurs, les « chaussures accélératrices » étaient des chaussures avec un motif simple, un tissu noir avec des lignes blanches dessus. Les « chaussures célestes » avaient également un motif similaire, mais elle avait une sensation plus soignée, elles étaient blanches.

Puisque j’avais entendu dire que Sylphide enfilait un manteau d’un blanc pur au combat, cette couleur pourrait aussi lui convenir.

« Est-ce que ce sont les chaussures accélératrices d’Aisha... ? Mon blanc... a l’air assez similaire, mais quoique c’est un peu diffèrent, hein. Il semblerait que cela va correspondre avec mon manteau. »

Elle semblait connaître les « chaussures accélératrices ».

Bien, Cass les cherchait aussi, donc ça devrait être assez célèbre. Probablement puisque « chaussures célestes » est un objet rare d’un monstre rare, personne ne le connaissait.

C’était bon, Aisha et Sylphide semblaient toutes les deux les aimer.

Maintenant, après cela... J’allais devoir demander à Sylphide ce qui s’était passé à la capitale.

***

Chapitre 58 : Diverses décisions à prendre

« Pour l’instant, Sylphide, peux-tu me parler de ce qui s’est passé dans la capitale ? »

Quand je le lui avais demandé, Sylphide avait dit « D’accord » et avait commencé à parler.

« Premièrement, notre mariage a été approuvé. Comme il y a les préparatifs au temple et que cela nécessite une sélection des invités, cela prendra du temps, et nous irons bientôt dans la capitale. Comme cela fait un bon moment depuis la dernière fois qu’il y a eu un mariage dans la famille royale, je pense que l’échelle sera assez grande. »

Eh ? Nous allons avoir une cérémonie de mariage ?

Et une cérémonie d’assez grande taille, elle a dit... Je vois, je suppose que c’est compréhensible...

Après tout, La Première Princesse se mariait.

Eh bien, c’est important, n’est-ce pas ?

Je me demandais si c’était vraiment bien pour un roturier comme moi d’être son partenaire... Bien qu’ils soient d’accord, j’avais encore quelques soucis à propos de tout ça.

« Il n’y a certainement pas d’autre choix que d’avoir une cérémonie importante. Après tout, la princesse est vraiment populaire... »

Bien que je ne sois pas au courant, la princesse Chevalière Sylphide, à cause de son apparence et de sa force, semblait être traitée comme l’idole des roturiers. Il semblerait y avoir beaucoup de jeunes qui l’admiraient et espéraient rejoindre l’ordre chevaleresque.

Tout le monde comprenait le fait que la famille royale attachait de l’importance aux compétences quand il s’agissait de mariage, mais il y avait une série incessante de jeunes nobles qui demandaient le mariage avec elle. J’avais été surpris quand j’en avais entendu parler, il y avait même un Marquis de plus de 50 ans qui l’avait demandé comme deuxième épouse.

Bien sûr, il était difficile pour un homme de plus de 50 ans d’avoir beaucoup d’enfants, et le Roi avait dit que c’était hors de question et l’avait directement refusé.

Cette fois, le fait qu’elle se mariait s’était propagé à l’infini dans la capitale, et le sujet le plus brûlant semblait être le suivant : « Qui épouse-t-elle ? »

Ouah, mon estomac me faisait mal...

Peut-être que les nobles qui essayaient de courtiser Sylphide allaient se battre avec moi...

« Mon mari, je comprends que tu t’inquiètes, mais... il ne sert à rien d’être nerveux à partir de maintenant, tu sais »

En regardant mon état, Sylphide m’avait interpellé.

« ... Mais il y a beaucoup de nobles qui voulaient se marier avec toi, Sylphide, n’est-ce pas ? Ne seront-ils pas mécontents qu’un roturier comme moi soit ton conjoint ? J’ai peur qu’ils disent quelque chose... »

« Je pense cependant que ça ira probablement bien ? Ce mariage avait été formellement approuvé par Père. Si un idiot apparaît, avec l’idée de se battre contre toi, ce serait comme s’il jetait de la boue sur Père. Il n’y a probablement pas un idiot qui irait si loin. »

... Bien que ce soit ce que Sylphide disait, il y avait de tels idiots dans ce monde. Il y avait Hyold qui avait combattu avec moi dans la guilde, et Lyle qui avait essayé de me tuer, en pensant à ce qui se passera après ça, je pouvais comprendre, mais...

« Eh bien ! S’il y a un tel gars, mon grand-frère ne restera probablement pas silencieux. Tu n’as pas besoin de t’inquiéter. »

Je vois, Alto viendra m’aider, non ?

... Je me sentais un peu soulagé maintenant.

Pour l’instant, je comprenais que la cérémonie de mariage serait grandiose. Je vais devoir me préparer.

« Au fait, Aisha, tu sembles calme, mais tu viens aussi, tu sais ? Comprends-tu cela ? »

Sylphide lâcha une bombe à Aisha sans hésitation.

« Quoi !? »

Aisha haussa la voix, surprise par la conversation qui se tournait soudainement vers elle.

« Eh, hein, hein ? Moi aussi !!? »

« Oui bien sûr. Les nobles commenceraient à faire du bruit par la suite si les femmes de notre mari augmentaient. Aisha, tu es, après tout, célèbre en tant que l’“archère sacrée”. N’est-il pas préférable de mettre un terme aux problèmes en une seule fois ? »

Après que Sylphide avait dit cela, Aisha s’était sentie déprimée.

J’avais tapoté les épaules d’Aisha, et lui avais envoyé un signal « Abandonne » avec mes yeux.

Sa beauté était perdue si elle avait les larmes aux yeux.

« Cela étant, nous serons contactés par la capitale une fois leurs préparatifs terminés. Vous devriez tous les deux vous préparer mentalement... Allons-nous passer au sujet suivant ? »

Aisha et moi inclinâmes la tête en réponse à la question de Sylphide.

Voyant cela, Sylphide hocha également la tête et commença à parler.

« Le sujet suivant est relatif à la création du Clan, cela a également été approuvé. Nous allons coopérer avec le clan de mon petit frère, ou plutôt, le financement mutuel a également été réglé. Les détails sont qu’ils offriront l’achat de matériaux et de demandes de subjugation des monstres spécifiques. Avant mon départ, le Clan de mon petit frère a acheté les matériaux de Roi et les Généraux qui m’ont été confiés. Le roi coûte 550 pièces de platine, et les généraux sont 130 pièces de platine chacun, ce qui signifie trois pour 390, et le total combiné est de 940 pièces de platine. »

N-N-N, 940 pièces de platine platinesssssssssssssssssssss ??

Attends un peu, hein ? N’était-ce pas un montant vraiment scandaleux ? Ce n’était pas au niveau de la construction de la salle de bain luxueuse ou cette sorte de chose, vous savez ?

« Haha, notre mari est un pivot splendide pour la famille pour gagner autant. »

Comme prévu d’une princesse. Elle n’était pas agitée du tout face à un montant aussi scandaleux, 940 pièces de platine.

Alors que j’essayais de jeter un coup d’œil à Aisha, elle paraissait surprise, mais j’avais l’impression qu’elle comprenait la situation.

Suis-je le seul surpris par cela ?

Eh bien, on ne pouvait plus rien y faire.

Après tout, j’avais travaillé dur juste pour obtenir une pièce d’argent jusqu’à maintenant...

« Il y a aussi le quartier général du Clan, Père a dit qu’il voulait le construire dans la capitale, mais je l’ai rejeté, car il n’y avait pas d’autre choix que cette ville lointaine pour toi. De toute façon, il est nécessaire pour le Clan d’avoir un quartier général. Puisque cette maison ne pouvait pas le faire, il y aura un besoin de construire un bâtiment, mais... ça ne vous dérange pas, non ? »

Aah, je vois.

... C’est compréhensible.

Il y a une possibilité que nous recevions des demandes de nobles, cette maison est comme prévue, impropre à cela, hein.

« Oui, je pense que c’est nécessaire, mais... je me demande si notre argent est suffisant. »

Je ne pouvais pas le savoir intuitivement, même si tu disais qu’on allait construire un bâtiment de clan, alors il fallait le faire.

Je me demandais combien d’argent ça allait coûter.

« Tu n’as pas besoin de t’inquiéter à ce sujet, Père en versera la moitié comme cadeau de mariage, et j’ai aussi quelques économies. Heureusement, il reste beaucoup de terrain autour de cette maison, et la terre est extrêmement bon marché. Si tu dis que c’est bon, je vais négocier avec le maire de la ville... Tout ce qui reste est de savoir où demander pour avoir des marchandises de qualité. »

Si la décision revenait au maire de la ville, alors Sylphide était certainement appropriée. Si une princesse discutait avec lui, il ne pouvait pas simplement refuser, hein.

Je me demandais si je devrais demander l’artisan pour le bâtiment. Il connaissait Papa et il avait construit aussi la salle de bain.

Je pouvais aussi le lui confier avec une tranquillité d’esprit.

« D’accord. Sylphide, je vais te confier la question des terrains, d’accord ? Je vais prendre en charge la question du bâtiment. »

« Hm ? As-tu quelque chose en tête ? »

« Oui, je pensais à demander à l’artisan qui avait construit la salle de bain. C’est, s’il est d’accord. »

« Ah, il ne devrait pas y avoir de problème avec l’artisan qui a construit la salle de bain. Toute proportion gardée, c’était encore plus magnifique que celle présente chez la famille royale. »

Pff, elle semblait être favorable. Si cette affaire était terminée, je devrais probablement aller rapidement à l’atelier.

« Bien, ce sera le dernier sujet. Il s’agit de notre position après le mariage, comme je l’avais déjà dit, nous serons traités comme des nobles émergents. Eh bien, même si cela s’appelle noble, c’est juste un nom, donc il n’y a pas de terre à gérer ou de devoirs à remplir. En outre, un nom de famille est nécessaire. Mon mari, s’il te plaît, réfléchis-y jusqu’à la cérémonie de mariage. »

... Nom, un nom, hein...

Je ne pouvais pas du tout penser à un nom de famille.

Même si tu me le dis à moi, un roturier depuis la naissance, devoir penser à un nom de famille, il n’y avait aucune chance que je le trouve facilement.

Ah, que devais-je faire...

***

Chapitre 59 : Le héros de la ville

Mettons le nom de famille de côté pour l’instant. Rien ne pouvait être fait si rien ne me venait à l’esprit.

Heureusement, il restait encore du temps.

« Ce sont toutes les choses qui ont été réglées dans la capitale pour l’instant... La prochaine est... »

Hm ? Il y a encore autre chose ? Son visage était étrangement rouge bien que...

« ... Non, ce n’est rien. Eh bien, je vais aller chez le maire de la ville. »

« Je vais suivre la princesse, car après tout, il est l’une de mes connaissances. »

Avait-elle quelque chose à dire  ? Cela devait aller parce que la personne elle-même avait dit que ce n’était rien, n’est-ce pas ?

Si Aisha allait chez le maire de la ville, cela serait rassurant.

Dans tous les cas, elle était l’ancienne réceptionniste populaire de la guilde. Elle avait probablement aussi eu quelques conversations avec lui.

« Oui, compris ! Je vais aller chez l’artisan. »

☆☆☆

« Princesse, est-ce correct de ne pas lui en parler ? »

Aisha me l’avait demandé. Elle s’intéressait probablement bien plus à ce que je n’avais pas dit tout à l’heure.

« ... Non, c’est embarrassant de le mettre en mots, c’est vraiment difficile à dire. »

Je ne pouvais pas dire directement quelque chose comme : je voudrais que tu me fasses l’amour. Le fait que seule Aisha avait fait l’amour avec lui était une chose à laquelle je ne pouvais pas fermer les yeux.

Je me sentais coupable envers Aisha, mais de mon point de vue, j’étais celle qui deviendrait l’épouse légitime. Une situation où un enfant était né de la concubine plus tôt que la princesse, l’épouse légale, devait être évitée à tout prix.

Bien sûr, il n’était pas impossible qu’une grossesse apparaisse soudainement quand on établirait l’établissement du Clan. Et avec seulement nous trois comme membre, ce ne serait pas de la rigolade.

Mon mari et Aisha semblaient aussi comprendre cela, et utilisaient correctement la contraception, mais...

« Eh bien... cette nuit... Je vais le lui dire. »

Cela devait être sur de tels sujets où la différence d’âge entre moi et Aisha jouait le plus. C’était parce que je n’étais pas habituée à de telles choses.

Le problème entre mari et femme était assez difficile.

Tout en ayant une conversation si importante, mais embarrassante, nous étions arrivées au bureau du maire de la ville.

« Maintenant, entrons. »

Nous étions entrés dans le bureau gouvernemental.

Bien que nous ayons dit à la réceptionniste que nous voulions rencontrer le chef de la ville, nous avions été rejetés, car nous ne pouvions pas le rencontrer sans rendez-vous.

Aah, je vois. Elle ne semblait pas savoir qui j’étais, puisque j’avais une capuche et une robe.

Comme j’étais avec Aisha, j’avais complètement oublié cela.

J’avais enlevé mon capuchon afin de montrer mon visage et j’avais encore parlé à la réceptionniste. En voyant son visage comme si elle disait « Tu es encore là ? », elle ne savait probablement pas qui j’étais.

Quand j’avais fait ça, Aisha avait envoyé un signal avec ses yeux comme si elle disait. « S’il te plaît, laisse-moi ça ».

« Cela fait longtemps que je ne t’avais pas vu, Bilt. »

Comme Aisha l’appelait, la réceptionniste Bilt avait montré un petit visage méditatif. Puis, le visage et un nom avaient probablement correspondu, et elle avait répondu à Aisha avec un sourire.

« Regarde qui est là, si ce n’est pas Aisha, es-tu ici pour une affaire de la guilde ? »

Après m’avoir jeté un coup d’œil, elle s’était adressée à Aisha.

« Non, en fait je me suis retirée de la guilde l’autre jour, aujourd’hui je suis ici pour une affaire privée. »

En disant cela, Aisha murmura quelque chose dans les oreilles de la réceptionniste.

... Elle lui donna probablement mon identité.

Comme je le pensais, une fois qu’Aisha eut fini de chuchoter et de se séparer d’elle, ses yeux s’ouvrirent largement et me fixèrent. Elle avait ensuite incliné piteusement la tête, et avait dit des mots d’excuse.

« Je suis profondément désolée !! Pour être ignorante de l’identité de Votre Altesse Sylphide, s’il vous plaît pardonnez ma grossièreté. »

« Soulevez la tête, c’est ma faute si je suis venue ici si soudainement. »

Bien que je lui avais dit de lever la tête, elle ne s’y était pas conformée. Elle était déterminée à continuer à s’excuser.

La conversation ne pouvait pas continuer comme ça. Aisha avait alors commencé à lui parler à nouveau.

« Si la princesse attend n’est-ce pas un manque de respect ? » Quand la réceptionniste l’avait dit en un murmure, elle avait commencé à trembler puis elle s’était levée avec une force intense, et s’était enfuie en disant : « Je vais immédiatement parler au chef de la ville ».

Oui, il semblerait qu’elle avait une personnalité extrême. N’était-ce pas troublant pour une réceptionniste de disparaître ainsi ?

Aisha ne s’attendait probablement pas à ses mouvements soudains. Tout en souriant avec ironie, elle fixa le chemin par lequel la réceptionniste s’était enfuie.

Avant même que cinq minutes ne se soient écoulées, elle était revenue.

Comme elle haletait violemment...

Ce n’était pas comme si je l’avais appris d’Aisha, mais je ne pouvais m’empêcher de sourire avec ironie.

« Votre Altesse, désolée pour l’attente. S’il vous plaît, laissez-moi être votre guide jusqu’au bureau. »

« ... Euh, n’est-ce pas mauvais pour la réceptionniste d’être absente ? »

« Il n’y a pas de problème ! »

Je ne pensais pas que cela soit correct, mais... eh bien ! Si la personne elle-même le disait, je suppose que l’on n’y pourrait rien y faire.

Je décidais de la suivre docilement.

« Son Altesse Sylphide est arrivée. »

La réceptionniste ouvrit la porte et entra dans la pièce. Nous l’avions suivie et étions entrées dans la pièce aussi.

« Votre Altesse Sylphide, bienvenue. Je suis Xamaba, au service de la Ville de Lucas. »

Le maire de la ville qui se leva de son siège, offrit un canapé pour la réception et salua de son nom et de son affectation.

... Hmm, il semblait être un très bon homme d’État.

De mon point de vue, j’avais rencontré beaucoup de représentants de la ville. Mais parfois, il en existait qui ne pensaient qu’à eux-mêmes en dépit de leur position en tant que personne au pouvoir.

« Désolé de déranger votre travail lorsque vous êtes occupé. Je suis Sylphide Augusta, j’ai hâte de travailler avec vous. »

En m’asseyant sur le canapé qu’il m’avait offert, je m’étais excusée d’avoir soudainement fait intrusion.

« Non, je suis heureux que Votre Altesse, célèbre comme la Princesse Chevalière, soit venue me rencontrer. À ce propos, pour quelle raison Votre Altesse est-elle venue jusqu’ici. »

Un membre de la royauté le cherchait soudainement sans rendez-vous, bien sûr il était curieux de savoir pourquoi. Même s’il n’était coupable de rien, cela le rendait mal à l’aise.

« Pas besoin d’être si rigide, je ne suis pas ici pour une sorte d’inspection. En fait, il s’agit de mon mariage, mon conjoint vit dans cette ville. Pour cette raison, je vais troubler cette ville. Aujourd’hui, je suis venue ici pour vous saluer et vous faire une petite demande... »

« Ohh, félicitations !! Je vois... Votre Altesse se marie... Non ! C’est une occasion propice ! Et votre conjoint est de cette ville... Hmm, est-ce Claude de la famille Roselia, non ? »

« Non, ce n’est pas un noble. Son statut social est celui d’un roturier. »

« Oh, un roturier qui va obtenir Son Altesse, célèbre comme la Princesse Chevalière en tant qu’épouse, hein... il est vraiment enviable. Si possible, Votre Altesse peut-elle me dire son nom ? »

« C’est un chasseur qui habite à l’arrière de la ville, Myne, un jeune homme qui vient de passer à l’âge adulte. Le connaissez-vous ? »

« ... A-Avez-vous dit Myne... !? L’enfant orphelin de Dyne et Yukino... ce Myne !? »

Dès qu’il avait entendu le nom de mon mari, le maire de la ville avait soudainement changé.

« Le nom de son père apparaît même ici... »

Hm ? Aisha avait dit quelque chose d’intéressant.

« Que voulez-vous dire ? »

Quand je l’avais demandé à Aisha, elle avait expliqué que l’artisan avait réagi de la même manière quand il l’avait demandé lors de la création de la salle de bain.

Le maire de la ville qui avait entendu notre conversation avait accepté, en disant « Naturellement ».

En lui demandant de l’expliquer d’une manière claire, nous avions appris un certain nombre de choses. Il semblerait que les parents de Myne soient les bienfaiteurs de cette ville. Il ne m’avait pas donné tous les détails, mais il semblerait que la plupart des citoyens qui avaient dépassé un certain âge leur étaient reconnaissants, et même maintenant ils les respectaient.

Il y a beaucoup de citadins qui soutenaient mon mari dans l’ombre, bien que je pensais que c’était aussi à cause de son comportement poli. Et aussi, même s’ils n’avaient jamais entendu parler du nom de Myne, s’ils entendaient seulement qu’il était le fils de Dyne, il y avait beaucoup de gens qui ne ménageaient aucun effort pour coopérer.

« ... Bien sûr, je suis également reconnaissant à Dyne et Yukino. Je vois, Myne est donc le conjoint de Votre Altesse... »

Après cela, la conversation s’était déroulée sans accroc. À propos de la création de notre Clan et de la construction du quartier général du Clan.

Le maire avait donné sa permission avec plaisir. Il avait suggéré de ne pas tenir compte du coût de la terre.

Ce n’était pas à cause de ma position. Je pensais que ça l’aurait fait même si mon mari était venu, mais c’était une bonne chose pour Aisha ou moi d’entendre parler de ses parents.

Et ainsi, Aisha et moi avions rempli notre objectif en toute sécurité. Nous étions retournés à la maison.

« Princesse, là-bas... n’est-ce pas Myne ? »

Aisha avait découvert notre mari qui marchait un peu plus loin de nous.

... Cependant, d’une manière ou d’une autre, il avait l’air bizarre ? Qu’était-il arrivé ?

Aisha et moi avions décidé de le suivre furtivement sans qu’il nous découvre. Ce serait bien si c’était quelque chose que nous pouvions faire pour lui.

***

Chapitre 60 : Les fleurs de tournesols

Me séparant de mes fiancées, je m’étais dirigé vers l’atelier de l’artisan.

Sur le chemin, j’avais rencontré la femme d’alchimiste, et tout en échangeant un peu de commérages, je l’avais informée de mon mariage.

« Araraaraara ~ »

Quelque chose avait probablement attiré son attention.

Elle s’était accrochée à cela et elle m’avait posé diverses questions.

« Et qui est ta conjointe ? » demanda-t-elle.

« Aisha qui avait travaillé comme réceptionniste à la guilde et... S-Son Altesse Sylphide, » répondis-je.

« Haa? »

Oui, c’est compréhensible.

La femme s’était alors tordue devant moi à force de rire.

« D-Désolée, Myne... je pense avoir mal entendu. Je t’avais entendu dire que tu étais en train d’épouser deux personnes, mais quel est le nom que tu avais dit, l’autre que Mademoiselle Aisha ? »

Aah, comme prévu, elle ne pouvait pas me croire à propos de Sylphide.

Eh bien, même moi je ne pouvais pas le croire...

Cependant, elle semblait connaître Aisha.

Comme prévu, je sentais encore une fois qu’elle était bien connue parce qu’elle était une réceptionniste populaire.

« ... Son Altesse Sylphide, je vais épouser ces deux femmes..., » déclarai-je.

« Est-ce que c’est la Princesse Chevalière, Son Altesse Sylphide ? »

« ... Tout à fait, » répondis-je.

La femme avait après ça commencé à provoquer un grand chahut.

Eh bien, je comprends... Je comprends parfaitement, mais j’aimerais que vous arrêtez, s’il vous plaît. La femme de l’alchimiste stupéfaite avait attiré l’attention des passants, et ils s’étaient progressivement rassemblés.

Après avoir réveillé une énorme agitation, la femme avait finalement réussi à se calmer après avoir remarqué mes yeux larmoyants. Dans un mouvement de panique, elle avait chassé les gens rassemblés, en disant : « Ce n’est rien — Hohoho ».

« D-Désolé... Myne... j’ai été un peu surprise. »

D’après ce que je voyais, j’étais un peu inquiet, je devrais avertir la femme de l’alchimiste de ne pas en parler. Disons, je le lui avais dit parce qu’elle avait pris soin de moi...

« L’annonce officielle n’a pas encore été faite, alors s’il vous plaît n’en parlez pas. Si des remarques malheureuses sont faites, la famille royale pourrait être troublée, alors..., » commençai-je.

La femme le savait probablement aussi, alors qu’elle hochait humblement la tête. Bien que Sylphide ne m’avait pas spécifiquement dit de garder le secret, j’avais compris la réaction de la femme.

C’était quelque chose que je ne pouvais pas dire. Si j’utilisais la famille royale comme prétexte, je ne pensais pas qu’elle dirait quoi que ce soit.

« Ne le dites pas non plus à votre mari ! »

Je l’avais bien souligné avant de me séparer d’elle.

... J’étais un peu inquiet.

Tout en gardant mon malaise, j’étais finalement arrivé à l’atelier de l’artisan.

« Bon après-midi... ! »

Alors que je donnais mes salutations habituelles et entrais dans l’atelier, la naine qui nous avait reçus nous accueillit.

« Oh, eh bien, si ce n’est pas Myne ? Merci pour l’autre jour ! »

Depuis que j’avais payé beaucoup plus pour la salle de bain, tous les employés semblaient avoir été récompensés avec de l’alcool. On m’avait dit que leur alcool était assez cher, donc tout le monde semblait avoir une impression favorable de moi.

Comme j’avais dit que j’étais venu discuter avec l’artisan, elle avait immédiatement couru pour l’appeler.

Comme d’habitude, la scène de sa course bruyante semblait vraiment amusante.

J’avais aussi réfléchi à cela quand ils construisaient la salle de bain, mais chacun des mouvements de la race naine semblait suinter de tous ses efforts et se sentait bien. On aurait dit que c’était une race difficile à traiter, mais je ne le pensais pas du tout.

« Ooh, Myne, hein, merci d’avance ! Comment va la salle de bain ? »

Le sourire de l’artisan s’étirait sur tout son visage. Et comme d’habitude, son visage souriant était superbe.

« Oui ! Mes colocataires en étaient également très satisfaites ! Merci pour ce travail si merveilleux ! »

L’artisan avait ajouté « Ah, voyons, » tout en me regardant, ravi.

Cela devait être un travail pour lequel l’artisan était satisfait.

Même Sylphide et Alto avaient dit de tout cœur que cette salle de bain était plus merveilleuse comparé à celle du palais royal.

Je suppose que ce n’était pas vraiment surprenant.

« Et, qu’est-ce que tu viens faire ici ? »

« En vérité, » dis-je, et lui expliquait mon mariage avec Aisha et Sylphide, et suivant le fil de la discussion, je lui parlais de l’établissement du Clan.

Comme on pouvait s’y attendre d’un maître artisan, il n’avait pas fait une explosion d’émotions comme la femme d’alchimiste.

... Eh bien, il était cependant un peu surpris.

« Fumu, alors ~ ? Tu veux que l’on construise le bâtiment du clan, correct ? »

« Oui, bien sûr, et monsieur l’artisan, tu peux tout à fait avoir du travail prévu en ce moment, donc je ne vais pas demander l’impossible, mais... »

Comme je l’avais dit, l’artisan avait croisé les bras et avait réfléchi.

Ensuite, il avait dit quelque chose à la réceptionniste.

Ils avaient parlé pendant un moment, mais ils semblaient s’être mis d’accord sur quelque chose et il m’avait parlé après ça.

« Quand devrions-nous commencer ? »

« Je pense que la construction va prendre un certain temps, donc je pense qu’il vaut mieux commencer le plus tôt, mais ça sera à ta convenance. »

« Compris, je vais l’accepter dans ce cas. J’ai du travail à faire, donc, on va commencer après ça. »

Oui, il n’y avait absolument aucun problème avec ça ! Échangeons les détails avec Sylphide et Aisha à la maison.

Dès qu’il sera libre, l’artisan viendra chez moi.

Artisan, merci beaucoup même si vous êtes si occupé !

Merci !

Maintenant, la conversation avec lui est terminée, que devrais-je faire maintenant...

... Ah, c’est vrai... À propos de mon mariage... Je devrais en parler à Papa et Maman...

J’avais rapidement arpenté le cimetière public au nord de la ville.

Sur le chemin, j’avais décidé d’acheter des fleurs que mes parents aimaient, ils seraient certainement ravis.

Le fleuriste m’avait demandé « Allez-vous décorer une tombe avec cette fleur ? » Et avait fait un visage empli de doute, mais cette fleur était mon seul choix.

Le nom de cette fleur était le « Tournesol »

En utilisant l’élevage sélectif et avec quelque chose ressemblant à de la puissance magique, récemment, n’importe quel type de fleur pouvait être acheté toute l’année.

Cependant, cette fleur était à l’origine une fleur qui fleurissait en été.

Papa et Maman aimaient aussi cette fleur... et bien sûr, moi aussi.

« Hey, Myne. Ne te sens-tu pas mieux en regardant les tournesols ? Une fleur qui met un sourire sur le visage des gens et qui les rend vifs, n’est-ce pas merveilleux. » Mes parents aimaient aussi cette fleur. 

Mon père et ma mère souriaient tout le temps. Ils avaient salué tous ceux qu’ils avaient rencontrés avec un sourire.

C’était ce que l’homme de l’armurerie avait dit.

Les sourires de mes parents étaient comme des tournesols.

Je pensais aussi cela. C’est pourquoi, pour moi, c’était la seule fleur que je pouvais apporter à Papa et Maman.

Papa, Maman... Je me demandais s’ils seraient contents de mon mariage.

Ce serait bien s’ils le voulaient.

J’étais ensuite arrivé devant la tombe de mes parents.

« ... Papa, Maman, ça fait longtemps. »

Bien sûr, il n’y avait pas de réponse.

« Aujourd’hui, j’ai quelque chose à vous dire... Vous serez sûrement surpris... Je me marie. N’est-ce pas incroyable ? C’est surprenant, n’est-ce pas ? »

Il n’y avait pas de réponse, mais je savais qu’ils étaient surpris.

« En fait, j’ai deux partenaires, n’est-ce pas surprenants ? Il y a quelque chose de plus surprenant, vous savez ? Voulez-vous l’entendre ? ... je suppose que je n’ai pas le choix. »

Avant que je le réalise, mes yeux étaient inondés de larmes.

« Ces deux femmes sont de telles beautés qui ne perdraient pas face à Maman, vous savez ! »

J’avais ensuite continué.

« Eh ? Qu’as-tu dit Papa, elles perdent face à Maman ? En aucune façon ! Maman est une beauté, mais mes femmes sont aussi vraiment belles ! »

J’avais continué mon monologue.

« En plus de cela, l’une d’elles est la princesse de ce pays, n’est-ce pas incroyable ? Je suis le plus surpris, tu sais ! Je n’ai jamais pensé que j’épouserais une membre de la royauté et la polygamie était approuvée ! Quand je l’avais réalisée, j’avais mes deux femmes. »

Puis j’avais continué après quelques instants de recueillement.

« ... Maman dit vraiment que je suis trop porté par les circonstances, exact... »

Mes yeux devenaient flous, et je ne voyais rien, franchement... je voulais que mon père et ma mère soient à mon mariage.

Je voulais que mes parents le voient avec leurs sourires de tournesols.

« Nous aurons une cérémonie de mariage. Ils ont dit que ce serait au temple de la capitale, c’est loin, mais... vous deux, vous devez absolument venir la voir ! »

Papa, Maman... Pourquoi avez-vous dû mourir... ?

Je suis seul, revenez.

Alors que je ne pouvais plus contenir mes gémissements, quelque chose de chaud me serra contre mon côté gauche et en arrière.

J’avais essuyé les larmes débordantes avec ma main, et quand j’avais regardé ce « quelque chose »... il y avait mes deux fiancées dont je parlais à mes parents.

Alors que j’avais été surpris, Aisha et Sylphide avaient mis leurs mains ensemble devant les tombes de mes parents.

« Beau-père, belle-mère, ravie de vous rencontrer. Je m’appelle Sylphide. Je serai mariée à Myne. Je le rendrai certainement heureux à la place de beau-père et de belle-mère. Soyez-en assuré. »

« Beau-père, belle-mère, mon nom est Aisha. Je serai aussi mariée à Myne. J’avais entendu les habitants de la ville et je vais certainement devenir un couple aussi merveilleux que vous l’étiez. Je vais faire une maison débordant de sourires, s’il vous plaît regarder nous d’en haut. »

Moi qui étais décontenancé, je les saisissais tous les deux fermement.

J’allais bien maintenant, je n’étais plus seul, c’était ce que je voulais dire.

« ... Papa, Maman, c’est comme je l’ai dit. Ce sont des beautés qui ne vont pas perdre face à Maman... S’il vous plaît, veillez sur nous aussi. Je persévérerai. »

« Fais de ton mieux, vas-y. »

... J’avais certainement entendu leurs deux voix à ce moment-là.

***

Chapitre 61 : Avec Sylphy

« ... Pourquoi êtes-vous là, les filles ? »

En terminant mes salutations à Papa et Maman, je le leur avais demandé après que nous ayons quitté le cimetière public. Après tout, n’était-ce pas un bon moment ?

Je n’essayais absolument pas de cacher mes pleurs ! Je n’étais vraiment pas comme ça !

Elles m’avaient dit qu’elles m’avaient trouvé en route vers le cimetière, mais j’avais fait une grimace comme si je pensais à quelque chose de vraiment dur, alors elles s’étaient inquiétées et m’avaient suivi ici.

Oui, je ne pensais pas que ce soit vrai, mais... il semblerait que j’avais fait un visage extrêmement affreux.

Comme je ne m’arrêtais pas de réfléchir sérieusement après avoir quitté la maison, toutes les deux avaient jugé que je m’étais peut-être fourré dans quelque chose et elles avaient décidé de jeter un coup d’œil à ce qui allait se passer

C’était pour qu’elles puissent s’en occuper immédiatement si quelque chose arrivait.

Et, me regardant soudainement pleurer devant la tombe, elles s’étaient précipitées vers moi, paniquées.

... On dirait que je les avais inquiétées. Toutes les deux, j’étais désolé.

Aisha se trouvait à ma droite et Sylphide était à ma gauche. Tenant la main de chacun d’elles, nous rentrâmes tous les trois chez nous.

Après être rentrée, Sylphide m’avait demandé pourquoi j’avais décoré la tombe de tournesols, alors j’avais répondu : « Mon père et ma mère les aimaient ».

Et après que je l’eus dit,

« Myne, notre jardin... pourquoi ne pas planter beaucoup de tournesols ? Beau-père et belle-mère seront certainement ravis, » ainsi avait parlé Aisha.

C’était vrai, je n’avais pas beaucoup de temps jusqu’à maintenant, mais à partir de maintenant, je ne serais plus seul.

J’avais aussi assez d’argent pour subvenir à mes besoins.

Quelque chose comme ça serait certainement bien.

« Très bien ! C’est bon !! Plantons beaucoup de tournesols dans le jardin ! » déclarai-je.

Avant de rentrer à la maison, nous nous étions arrêtés chez le fleuriste avec qui j’étais allé voir plus tôt, et j’avais acheté beaucoup de graines de tournesol.

Oui, j’étais vraiment impatient de l’avenir !

☆☆☆

« Maintenant, cher mari. Échangeons les rapports. »

Après que nous soyons arrivés à la maison, et que nous nous étions relaxés en buvant du thé, Sylphide avait annoncé cela.

« Oui, d’accord. »

En disant cela, je m’étais redressé et j’avais veillé à ce que nous puissions discuter.

« Nous allons commencer en premier, » déclara Sylphide.

Elles avaient obtenu la permission de construire la Maison du Clan sans aucun problème. Le chef de village semblait aussi bien connaître Papa et Maman, et quand elles avaient dit qu’elles allaient m’épouser, il avait rapidement donné son approbation.

Bien sûr, c’était une demande de la Première Princesse, donc je ne pensais pas depuis le début que la rejeter était possible.

Le chef de la ville avait dit que mes parents avaient sauvé cette ville d’une crise... Je me demandais... qu’avaient fait Papa et Maman.

Mes parents étaient tout à fait ordinaires quand ils étaient à la maison. Alors franchement, je n’avais vraiment aucune idée...

En y pensant, l’artisan était aussi reconnaissant envers mon père, n’est-ce pas ?

Très bien. Pourquoi ne pas essayer de demander la prochaine fois ?

« Eh bien, c’est l’essentiel. Le maire nous rendra visite bientôt, alors nous rédigerons le contrat pour le terrain. Franchement, le prix était incroyablement moins cher que je ne le pensais au départ. Le maire nous a fait un rabais, mais il y avait aussi le fait que la terre autour de cette maison était à l’origine bon marché. Cela dépendrait du prix des matériaux de qualité, mais il semblerait que les fonds préparés par mon père seraient plus que suffisants. »

Ooh, c’est ce que je voulais entendre !

Cependant, nous ne pouvions pas tout simplement mettre tout sur le dos du Roi. Maintenant, parce que c’était devenu moins cher, je pensais que je devais prendre l’initiative de payer.

« Hé, Sylphide. Payons pour ce bâtiment ! Nous serons ceux qui utiliseront la maison du clan, n’est-ce pas ? Si c’est le cas, cela serait bizarre si nous ne la payons pas ! ... En outre, je pense que nous allons vraiment devenir plus attachés à ce lieu en faisant ça ! »

Après que je l’eus dit, Sylphide et Aisha m’avaient regardé d’un air absent, avant de regarder leurs visages et de rire.

« C’est ce que j’aime chez Myne, » déclara Aisha.

« C’est vrai, je pense aussi que c’est extrêmement charmant, » Sylphide.

Je ne comprenais pas très bien, mais j’avais semblé avoir obtenu leur approbation. Oui, c’est bon !

« Eh bien, à mon tour. C’est mon tour, n’est-ce pas ? »

En disant cela, je leur avais parlé de ce qui avait été décidé chez l’artisan.

« Je vois, après une semaine, est-ce bien ça ? Jusque-là, nous avions besoin de finir le contrat pour l’achat de la terre avant, hein... On dirait que ce serait mieux pour nous d’envoyer un coursier monté sur un cheval rapide à Père. Laissons-lui nous expédier un spécialiste pour gérer la conception du bâtiment, et faire des arrangements bien à l’avance avec l’artisan, » déclara Sylphide.

Après cela, nous avions tous les trois apporté diverses opinions, et après avoir fait un plan approximatif, nous avions terminé notre discussion.

Maintenant, j’avais faim ! Faisons le dîner. C’était vrai ! J’allais faire le dîner !! Cette fois, elles allaient devoir se reposer.

Tel était le cas. Les deux filles se relaxaient dans le salon tout en poursuivant une conversation. Elles n’étaient pas vraiment d’accord, mais à la fin, je le leur avais demandé et je les avais fait céder.

Ça allait être bien si elles pouvaient être à l’aise, non ? J’étais content d’avoir des femmes qui travaillaient dur.

... Ah ! Mais il semblerait qu’elles feraient la même chose si nous changions de position. En pensant à cela, je m’étais dit que je faisais le repas pour ma famille, ce qui était vraiment amusant.

Maman... et Sylphide et Aisha ressentaient vraiment cela lors de la préparation des repas.

Tout en travaillant dans une ambiance agréable, le temps était passé en un éclair.

« La nourriture est prête...  ! »

Au moment où je l’avais dit, les deux filles avaient dit « Nous attendions cela » et elles s’étaient mises à manger avec assiduité. Et ainsi, le temps d’un dîner amusant était venu.

Au cours du repas, Sylphide avait voulu entendre parler du Donjon de la Force, et ainsi, Aisha et moi en avions parlé à tour de rôle.

Quand elle avait appris d’Aisha que j’avais rapidement vaincu le Troll Gazer, Sylphide avait soupiré et avait dit,

« ... Cher mari, tu l’as subjugué... »

En entendant cela, Aisha et moi nous regardâmes spontanément. Et puis nous avions commencé à rire.

« Q-Qu’est-ce que c’est ? Pourquoi... êtes-vous en train de rire ? »

Sylphide qui nous regardait était déconcertée.

« Eh bien, tu lui as aussi dit : “tu l’as subjugué”, quand je t’ai dit que Myne avait vaincu le Cocka Grice »

Aisha avait expliqué tout en réfrénant son rire.

Oui, elle avait certainement dit cela.

« ... Myne, tu l’as subjugué... », dit-elle.

En entendant cette explication, Sylphide avait également commencé à rire.

Nos rires résonnaient continuellement pendant que nous étions assis ensemble pendant que nous dînions.

☆☆☆

« Phew ~, les bains sont un moyen d’échapper à la réalité, n’est-ce pas ♪ ? »

... Eh oui, maintenant, j’entrais dans le bain.

Après avoir fini notre dîner amusant, les deux filles avaient dit qu’elles voulaient que je leur laisse le nettoyage.

J’aurais pu peut-être dire « je le ferai », mais elles avaient retroussé leurs manches et avaient commencé à se mettre en colère, alors je les avais laissées avec.

Eh bien, que devais-je faire ?

C’était vrai, il y avait qu’une chose que je pouvais seulement faire !

Cela étant dit, j’avais chauffé le bain.

Comme prévu, je m’étais habitué à réguler la température de l’eau, et il était prêt en seulement deux minutes, c’était le plus rapide jusqu’à présent.

Les compétences sur l’utilisation de ces cailloux étaient vraiment pratiques, n’est-ce pas ?

Ce serait bien si je pouvais penser à un autre usage pour eux.

Tout en ne faisant que réfléchir à cela, j’avais entendu le bruit de l’ouverture de la porte, et quelqu’un était entré dans la salle de bain.

Il y avait beaucoup de vapeur, donc je ne savais pas vraiment qui était entré...

Était-ce Aisha ??

Sylphide était ici, donc je pensais qu’elle ne viendrait certainement pas, quoi que...

Cependant, même après avoir attendu, la personne qui était entrée n’avait pas bougé de sa place.

Hm ??

« ... Aisha ? »

Comme je l’avais appelée, le corps de cette personne avait commencé à se basculer.

Hm...  ? Bizarre, n’était-ce pas Aisha ?

... Attends un peu. Ce n’était pas Aisha ?

« ... Ne me dis pas... Est-ce toi, Sylphide ? »

Quand je l’avais demandé, le corps de cette personne avait tremblé violemment, avait ouvert la porte dans un mouvement de panique, et était sorti du bain.

« ... Que diable se passe-t-il... faire... si tu cours... tu sais !! »

J’avais vaguement entendu une voix gentille. C’était la voix d’Aisha, n’est-ce pas ?

... Oui, j’avais en quelque sorte compris ce qui était arrivé.

Un peu plus tard, la porte s’ouvrit à nouveau et une personne entra. Avec l’ouverture et la fermeture de la porte, la vapeur était devenue beaucoup moins présente par rapport à avant.

La personne qui avait ouvert la porte et qui était entré était comme je m’y attendais, Sylphide.

Son visage était teinté d’un rouge vif et elle cachait son corps avec une serviette. Elle avait ensuite tourné son visage d’une manière complètement différente pour ne pas regarder mon visage.

Oui, elle était embarrassée. C’était...

Et très probablement, elle avait été sermonnée par Aisha. Ses larmes avaient légèrement augmenté et on dirait qu’elle faisait la moue.

C’était différent de son apparence habituelle digne, alors comment puis-je comprendre cela ?

Mignonne... Oui, elle était vraiment mignonne.

« ... je suis venue te laver le dos, » déclara Sylphide.

Enfin, elle avait seulement dit cela, puis elle s’était approchée de la baignoire. Chaque fois qu’elle faisait un pas, on apercevait les parties cachées derrière sa serviette, ce qui était très toxique pour l’œil.

Très bien ? Ce n’est pas néfaste, mais une fête... Je suppose que oui ?

Il semblerait qu’ils étaient un peu plus petits si je devais les comparer à ceux d’Aisha.

Eh ? Quoi ? Que dis-je... ? C’est un secret.

Après cela, la serviette avait glissé et son corps nu avait été exposé alors que sa dissimulation avait échoué, et en plus de cela, elle m’avait vu nu...

À ce moment-là, le cri de Sylphide résonna dans la salle de bain.

« ... Désolée, » déclara-t-elle.

Nous avions tous deux été nous placer dans la baignoire, et c’était seulement après ça qu’elle semblait s’être enfin calmée. Aisha devait se laver à l’extérieur de la salle de bain.

« J’ai cette mentalité en appartenant à la royauté, mais... en vérité, me montrer nue, peu importe face à qui, c’est embarrassant..., » déclara-t-elle.

« Tout va bien, même moi, je me sens gêné. Mais grâce à Aisha, je me suis habitué à ça... »

« Je vois, tu es aussi embarrassée... Je vois, je vois, » déclara Sylphide.

Sylphide s’était probablement détendue tout en se baignant dans la baignoire, et elle redevint progressivement normale.

... Il était rare de voir Sylphide avec des yeux larmoyants, donc j’avais voulu regarder plus longtemps.

Et puis, quand nous étions sortis du bain, elle semblait s’être préparée à quelque chose alors qu’elle me disait. « Cher mari, j’ai parlé à Aisha... et ce soir, je veux que tu me fasses l’amour. »

Et ainsi, Sylphide et moi avions passé la nuit dans le même lit.

***

Chapitre 62 : Un problème gênant est apparu

Lors du petit déjeuner du matin suivant ma première fois avec Sylphide. Pour une raison inconnue, je me sentais mal à l’aise en regardant Aisha.

Bien sûr, Aisha soutenait Sylphide, et hier soir, elle n’était pas venue dans ma chambre.

... Je comprenais, mais... mais c’était en quelque sorte toujours maladroit.

Aisha avait l’air extrêmement normale, et rien n’avait changé. C’était pourquoi je pensais que j’étais le seul à avoir ce sentiment de malaise.

En passant, en parlant de Sylphide... comment pouvais-je le dire ? Il était extrêmement facile de comprendre qu’elle avait été embarrassée pendant tout ce temps.

Chaque fois qu’Aisha avait demandé ce qui s’était passé, elle avait regardé timidement vers le bas... Franchement, je ne m’attendrais jamais à cette attitude de la part de Sylphide.

De toute façon, je pensais que rien de bon n’allait se produire si cela continuait ainsi. C’était le moment où je devais, en tant qu’homme, prendre mes responsabilités !

Je ne pouvais pas juste me contenter de dire des choses maladroites !

Nous allions vivre ensemble à partir de maintenant, donc je devais agir de manière naturelle à ce sujet.

« Puis-je en ravoir ? »

Tendant mon bol à Aisha, je lui avais fait servir plus de soupe à la viande. Je pouvais alors manger de bon cœur.

Comme prévu de la [Cuisine de Niveau 6] ! Peu importe combien j’en mangeais, je ne m’en lasserai pas, et cela entrait rapidement dans mon estomac.

En me regardant, Sylphide semblait aussi récupérer progressivement son apparence habituelle et demanda à Aisha une nouvelle ration.

Ça aurait pu paraître un peu forcé, mais ça devrait aller, n’est-ce pas ?

... Bien, peu importe.

Manger un peu plus devrait aider.

☆☆☆

Une semaine s’était écoulée en un clin d’œil.

Le maire était venu à notre maison, et l’artisan était passé pour une inspection préliminaire du site de la maison du clan. En outre, le spécialiste de la construction de la capitale était également arrivé.

Bonté divine, le temps filait vraiment...

Ensuite, une certaine agitation avait été provoquée par la femme d’alchimiste.

Malgré ma demande que je lui avais faite de : « S’il vous plaît ne le dites à personne ! », elle en avait involontairement parlé. Bien que cela n’entraînait aucun chaos, cela s’était rapidement répandu,

Toutes les personnes dans le quartier commerçant dont j’étais redevable m’avaient félicité les uns après les autres et avaient apporté toutes sortes de choses.

Parce que je leur étais redevable, je savais qu’ils étaient sincères, et j’étais heureux pour cela, mais...

... J’avais été souvent fusillé du regard par Sylphide. Alors... J’avais aussi besoin d’aller parler à la femme de l’alchimiste.

« Bien que je sois aussi fautif de ne pas t’avoir dit de ne pas parler, j’espérais que tu pourrais y réfléchir un peu plus... »

Je pensais que je devais lui dire parce que je lui étais redevable, mais je n’étais certainement pas assez prudent. Je devais y réfléchir beaucoup plus profondément.

... J’y ai beaucoup réfléchi, si tu savais.

À ce propos, la femme de l’alchimiste semblait également avoir été fortement disputée par son mari.

Oui, s’il te plaît réfléchis-y de tout ton cœur.

Comme je faisais un tel visage et que je regardais la femme qui se faisait gronder, Sylphide me lança un regard noir.

... Ah, moi aussi, hein. Je suis désolé.

Ainsi, probablement parce que le sujet de notre dispute s’était répandu, le tumulte s’était considérablement calmé.

... Juste comme je le pensais.

Puis, une bombe outrageante avait été larguée sur ma maison.

« Nous avons entendu dire que Son Altesse Sylphide est ici et est arrivée. Son Altesse sera-t-elle prête à nous rencontrer ? »

Quelqu’un semblait être en visite.

J’avais entendu une voix venant de l’extérieur.

« Oui, j’arrive. »

J’avais répondu. Et quand j’étais allé vers l’entrée, ce que j’avais eu devant mes yeux était la silhouette d’un imposant chariot. Toute la voiture était revêtue d’un crin noir, et les bords étaient ornés d’une couleur dorée. C’était une calèche d’allure extravagante.

Aah, ce... c’était sans doute le véhicule d’un noble.

Et celui qui avait appelé à l’entrée était un homme magnifiquement vêtu d’un élégant uniforme de majordome avec une splendide moustache.

« Êtes-vous le propriétaire de cette maison ? Nous sommes arrivés pour rendre visite à Son Altesse Sylphide... »

Il semblerait qu’il avait des relations avec Sylphide. Eh bien, c’était compréhensible... Il n’y avait aucune chance qu’un majordome servant un tel noble vienne me rendre visite.

« ... Oui, elle est ici. »

En répondant à cela, un homme portant des vêtements élégants avec des ornements excessifs et extravagants était sorti de la voiture. Il semblait être plus âgé que Sylphide.

Il était probablement un noble de cette ville, mais... je ne le connaissais pas du tout. Je n’avais aucun intérêt, mais je ne pouvais probablement plus le dire à partir de maintenant, hein...

Je me demandais s’il était là pour saluer Sylphide, sachant qu’elle était ici à cause des propos tenus par la femme de l’alchimiste.

Alors que je pensais à tout cela en regardant ce noble, la première chose qui sortit de sa bouche était quelque chose d’incroyable.

« Aah, quelle est la signification de ceci ? Pour qu’une personne noble et belle comme Son Altesse Sylphide, de devoir rester dans une petite cabane si sale... !! »

!!

... Qu’est-ce qu’il a dit... ? Ce mec, qu’est-ce qu’il a dit à l’instant ?

Est-ce qu’il regardait avec dédains la maison que mes parents m’avaient laissée ?

Au moment où j’étais sur le point d’objecter, je m’étais souvenu qu’il était un noble.

C’est vrai, c’était ce que m’avait dit Sylphide avant. Elle m’avait dit que je devais réfléchir plus avant d’agir.

C’était inutile si je me plaignais d’un noble... et je ne savais pas ce qui allait se passer. Si c’était après que j’eus épousé Sylphide, ça aurait été différent, mais puisque j’étais toujours un roturier en ce moment...

... Cependant, je me sentais très vexé.

Pour moi, regarder cette maison, c’était comme regarder mon père et ma mère. Naturellement, il n’avait pas remarqué mon dépit, non, même s’il l’avait réalisé, il ne me considérera que comme un inférieur.

Ce noble était déterminé à continuer de me regarder avec dédain et il en était de même de ma maison.

Alors que je serrais fermement mes poings et grinçais des dents, Sylphide et Aisha étaient sorties en se demandant ce qui n’allait pas.

Puis, le noble avait continué à parler avec fierté et, naturellement, Sylphide et Aisha l’entendirent m’insulter, moi et ma maison.

« ... Vous parlez beaucoup de mon conjoint et de cette maison, n’est-ce pas ? Claude Roselia »

Tandis que Sylphide étouffait sa colère, elle appela le noble... plutôt, Claude. Il ne ressentait probablement pas la colère de Sylphide, et accueillit Sylphide d’une manière calme.

« Ooh ! Votre Altesse !! Cela fait longtemps. Oh, mon dieu, vous êtes toujours aussi belle !! Même dans un endroit aussi sale, la beauté de Votre Altesse n’a pas été ternie du tout ! En outre, n’est-ce pas la réceptionniste de guilde Aisha que je vois là-bas ? Pour pouvoir voir deux beautés sans pareilles avec mes yeux, je suis extrêmement ravi. »

... Ce bâtard ! Il rabaisse à nouveau ma maison !

Es-tu stupide ? Tu es stupide, n’est-ce pas ? Ne vois-tu pas que Sylphide est en colère ? Aisha semble aussi très en colère, et normalement, tu devrais le remarquer !

... Il semblerait que le majordome avait remarqué l’atmosphère dangereuse. Ce noble stupide ne se souciait pas du tout des conditions de Sylphide et Aisha.

« ... Jeune maître ! Jeune maître, vous ne pouvez pas faire ça. »

Le majordome avait essayé de l’arrêter dans un mouvement de panique, mais il était trop tard.

« ... Est-ce qu’un noble comme vous êtes venu ici pour vous battre ? »

Sylphide avait finalement explosé. En regardant la situation, le noble Claude avait finalement compris la situation.

« P-Pas du tout ! ... N-Non... Votre Altesse... vivant dans un endroit si sale, pitié, non, euh... »

« Oh, c’est comme ça que je comprends. Pourquoi n’accepterais-je pas votre défi. »

Comme prévu, pensant que ce serait mauvais si cela continuait, le maître d’hôtel avait forcé son chemin à travers.

« S’il vous plaît, pardonnez cette impolitesse, Claude n’était venu ici avec aucune mauvaise volonté et il pensait à Son Altesse Sylphide. S’il vous plaît, comprenez-nous et pardonnez-nous. »

En regardant le majordome s’incliner profondément, Sylphide poussa un soupir et croisa les bras.

« ... Il n’y aura pas de prochaine fois. »

Sylphide plissa les yeux et regarda le majordome et le noble Claude. Comme il semblait avoir obtenu le pardon, il était visiblement soulagé.

« ... Mettons de côté le fait que vous vouliez vous battre avec moi. Pourquoi diable êtes-vous venu ici ? »

Il se rappelait probablement de la raison de sa venue. Le noble Claude avait sorti une chose semblable à une lettre de sa poche de poitrine.

« J’ai entendu dire que Votre Altesse allait se marier... J’ai entendu que le partenaire de Votre Altesse sera un roturier, donc les gens qui ont été proposés à Votre Altesse jusqu’à présent, y compris moi, ne pouvons pas y consentir... C’est pourquoi nous avons une proposition. Avant la cérémonie de mariage, nous aimerions jouer à un jeu avec le partenaire de Votre Altesse. S’il gagne, nous serons obéissants et donnerons nos bénédictions pour le mariage de Votre Altesse. S’il perd, nous voulons que ce mariage soit annulé. Sa Majesté a dit que si Votre Altesse est d’accord, Sa Majesté approuvera. »

En disant cela, il me remit la lettre qu’il avait sortie de sa veste.

« Pourquoi dois-je obtenir des bénédictions des individus de votre genre ? Je ne peux pas accepter. Est-ce d’accord ? Retirez immédiatement votre sale face de là, votre simple vue me donne la nausée. »

Rejeté clairement par Sylphide, il fit une expression contrariée pendant un moment, avant de me fusiller du regard.

« Vous allez le regretter, Votre Altesse ! »

Puis, laissant derrière lui des paroles indésirables, le noble Claude monta à bord de sa voiture et parti.

« Désolé... Tout est de ma faute. »

« Non, ce n’est pas vrai. Nous sommes tous fautifs... »

J’étais curieux au sujet de ses derniers mots, mais pour le moment, le problème était résolu.

***

Chapitre 63 : Les problèmes s’accumulent

« Désolé, Myne Aisha... c’était de ma faute. »

Alors que nous buvions le thé, et qu’Aisha était furieuse, nous étions dans le salon et pour nous calmer, Sylphide s’excusa auprès de nous.

« J’ai déjà dit ça, mais Sylphide, tu n’as rien fait de mal, tu sais ? »

« C’est vrai, Princesse... Sire Claude était le seul fautif. »

Aisha et moi avions nié les paroles de Sylphide presque au même moment.

Bien sûr, il ne faisait aucun doute qu’il était venu pour Sylphide. Cependant, le fait de cracher ce langage outrancier était un problème lié à son caractère, et ce n’était pas de la responsabilité de Sylphide.

« ... Cependant, si je n’étais pas là, rien de pareil ne serait arrivé. »

Cela semblait peser dans son esprit.

« Dans ce cas, Sylphide, annuleras-tu notre mariage pour cet idiot ? »

« Il n’y a aucune chance que je fasse ça ! »

« ... Si c’est le cas, alors ne t’inquiète pas pour ça. »

La conversation s’était déroulée, et ma seule phrase coupa les mots de Sylphide. La situation s’était développée comme je le pensais, je pense... qu’elle sera d’accord, même si c’était à contrecœur.

Même ainsi, elle avait réfléchi un moment, mais elle redevint elle-même peu à peu.

« ... Cependant, je ne comprends pas. »

« Hm ? À propos de quoi ? »

« Pourquoi Père a-t-il écouté une telle personne ? Notre mariage a déjà été décidé, et il n’y a aucune chance que Père l’annule avec une sorte de jeu. »

Aah, je vois.

... C’est vrai.

J’avais perdu mon sang-froid quand il avait insulté ma maison alors je n’y avais pas du tout pensé.

J’étais déjà inclus comme parent de la famille royale, et les nobles influents auraient dû être informés du mariage. La situation de cette fois semblait être basée sur des rumeurs, mais en premier lieu, ils auraient dû le savoir à l’avance.

... Peut-être qu’il l’avait appris grâce à ça ?

Comme nous étions en train de régler la situation grâce aux mots de Sylphide, et bien que l’on soit dans la soirée, quelqu’un était venu rendre visite à un moment aussi bizarre.

Ne me dis pas que c’est ce stupide noble ?

Alors que j’essayais de me lever, Aisha avait dit « Laissez-moi faire » et s’était dirigée vers l’entrée. Un peu plus tard, Aisha avait conduit quelqu’un à l’intérieur.

« Hm ? D’une certaine manière, cela ressemble à un déjà vu... »

L’expression d’Aisha était raide, j’avais l’impression de l’avoir déjà vu quelque part.

... Ne me dis pas que c’est le Prince Alto ?

Au moment où je pensais cela, Sylphide haussa la voix.

« ... Lewis !? Pourquoi es-tu ici !? »

Eh ? Qui est-il ??

☆☆☆

« Enchanté, je suis Lewis Augusta, le frère cadet de Sylphide. S’il te plaît, prends soin de moi à partir de maintenant, Beau-frère. »

Celui qui m’avait accueilli d’une manière ludique était le Second Prince de ce royaume. Son Altesse Lewis Augusta.

Aah, pourquoi les membres de la royauté viennent-ils dans ma maison sans aucune considération... ? Bien sûr, je savais que c’était en raison de mon mariage avec Sylphide.

Habituellement, vous ne rencontreriez jamais de membres de la royauté, même une fois dans toute votre vie. Non, c’était juste que la probabilité de ne pas les rencontrer était très élevée.

Même avec Alto avant, j’avais été choqué par ça.

En plus de ça, il m’appelait Beau-frère... Non, ce n’était pas qu’il se trompait, mais...

« Au fait, Nee-san, Claude Roselia est-il venu rendre visite ? »

Le prince m’avait salué et s’était adressé à sa sœur à la hâte.

« ... Aah, il est venu chercher le combat plus tôt donc je l’ai renvoyé. »

« Uwaa, j’arrive trop tard, hein..., cet idiot n’a-t-il rien dit ? »

« ... Il a dit quelque chose de très désagréable, comme le fait d’annuler le mariage s’ils gagnent dans un jeu. En outre, il a dit que Père l’a approuvé, quelle est la signification de cela ? Lewis. »

« HAA... comme je m’y attendais. C’est comme cet idiot l’a dit. Tout d’abord, permettez-moi d’expliquer le malentendu numéro un, Père n’a pas approuvé une telle chose. Il avait seulement une petite intuition et a dit : “Eh bien, laissez-moi y réfléchir”. Cet idiot a donc déformé ses propos et vous les a dits, hein. »

Aah, c’est vraiment comme Sylphide l’avait dit. Il semblerait que... le Roi avait une sorte de but, hein.

Après cela, le prince nous avait expliqué en détail les circonstances actuelles.

Il semblerait y avoir huit personnes qui s’opposaient au mariage et avaient prévu un jeu avec cet idiot de noble.

Cela n’était pas seulement de Lucas, mais aussi des fils de nobles de la capitale royale et des villes dans le coin.

Ces huit fils.

En fait, leur réputation était extrêmement mauvaise.

Ils étaient fiers d’être des nobles et de forcer des exigences déraisonnables dans leurs villes et de se remplir leurs poches en profitant de leur statut.

Cependant, si c’était tout ce qu’il y avait, ce ne serait pas inhabituel, mais l’autre jour, un marchand d’esclaves s’était plaint au Roi.

Le groupe de Claude avait « fait passer un jeune dragon » en contrebande.

À l’origine, les marchands d’esclaves traitaient avec des monstres, et pas seulement des humains et des demi-humains.

Il semble qu’ils étaient surtout appréciés dans les batailles et pour d’autres utilisations diverses.

Mais il existait une loi qui avait été établie qui interdisait à ces marchands d’esclaves de se charger de certaines races et de certains monstres. La race des dragons était aussi incluse dans cette interdiction.

Pourquoi ne pouvaient-ils pas le faire avec des dragons ?

C’était simplement parce que les dragons étaient une espèce extrêmement intelligente. Il s’agissait d’une espèce ancienne, ils pouvaient même comprendre le langage humain, et il était même possible de communiquer avec eux.

Naturellement, avec un si grand corps, les humains ne pouvaient pas traiter les dragons comme des esclaves.

... C’est pourquoi ils capturaient des dragons qui étaient encore jeunes.

Oui, ils vendaient de jeunes dragons...

Les jeunes dragons, c’est-à-dire les enfants de dragons.

Et puisque les enfants avaient naturellement des parents. Comment leurs parents réagiraient-ils si leurs enfants étaient enlevés ?

Même les humains qui n’étaient pas devenus adultes connaissent la réponse à cela.

Naturellement, la réponse était : « ils reviendront les chercher ».

Personne ne savait comment cet idiot de noble (Claude) avait mis la main sur un jeune dragon. Cependant, il n’y avait aucune chance que les parents du dragon resteraient silencieux éternellement.

Il ne faisait aucun doute qu’ils étaient la recherche de leur enfant, et cela même pendant que nous parlions.

... C’était très important. Je ne savais pas où ils avaient caché le jeune dragon, mais le dragon adulte allait attaquer cette ville.

Si cela arrivait... cette ville serait détruite.

Le tumulte ne serait pas au niveau d’un roi Orc.

« ... Est-ce que cette histoire est vraie ? »

Sylphide fronça les sourcils en le demandant au Prince Lewis.

C’était compréhensible, après tout, ce n’était pas une histoire facilement crédible.

« ... À partir de maintenant, je peux seulement dire “probablement”. C’est une information secrète d’un marchand d’esclaves digne de confiance, donc c’est probablement vrai. Cependant, cela ne peut toujours pas être prouvé. Puisque personne ne sait si c’est vrai ou non, les nobles influents dans chaque ville ne pouvaient pas utiliser leur pouvoir. Si cela s’avère être faux, cela ne s’arrêtera pas avec les excuses de Père. Voilà pourquoi nous sommes maintenant désespérément à la recherche de preuves. »

... N’était-ce pas une situation vraiment mauvaise ?

Huh? Qu’est-ce que cela avait à voir avec la remarque du Roi comme approbation d’un jeu ?

« Hum ~, comment cette affaire était-elle liée au jeu ? »

Comme s’il comprenait mon intention, le Prince Lewis avait commencé son explication.

Les suspects de ce tumulte sur le dragon étaient exactement les mêmes que ceux qui avaient soulevé une objection contre notre mariage et avaient proposé le jeu.

Les détails du jeu avaient été vérifiés, beaucoup de preuves avaient été recueillies, et ils s’étaient assurés de ne pas pouvoir perdre ce jeu.

Ils avaient fait appel au roi, avaient soulevé une objection relative au mariage que le roi avait déjà décidé, et commettraient une injustice avec ce jeu quand il aura lieu.

Mais en raison des risques si cela était révélé, il n’y avait aucun doute qu’ils seraient prudents.

Quelle que soit la raison, il serait possible de leur faire avouer le rapt du dragon s’ils étaient restreints.

Le Roi avait pensé à cela et donc, il avait approuvé sans donner sa promesse ferme. Il semblerait qu’ils voulaient au départ nous en parler avant que ces individus ne nous parlent du jeu, mais pour une raison quelconque, ils avaient agi plus vite, et il était trop tard.

... La raison pour laquelle ils avaient agi plus vite...

Je savais ce que c’était.

N’était-ce pas de ma faute ?

Depuis que la « rumeur » s’était répandue, les allées et venues de Sylphide avaient été dévoilées.

Ah, à la fin, je suis l’idiot numéro un, n’est-ce pas... !!

J’y ai réfléchi beaucoup, non, je suis vraiment...

« ... Je vois, donc cela signifie que Père veut que nous acceptions ce jeu, hein. Bon dieu, voilà qu’il prend mon mariage comme prétexte. »

Sylphide avait fait une énorme plainte.

Eh bien, on ne peut rien y faire, non ?

Il y avait peut-être d’autres façons de procéder, mais c’était certainement une occasion de faire avancer les discussions sans heurts.

« Cependant, j’ai une question. Peu importe à quel point ils sont stupides, ils ne pensent pas à la possibilité qu’un dragon adulte vienne le récupérer, n’est-ce pas ? »

« ... Nous ne savons pas si c’est vrai ou non, puisque c’est quelque chose que nous avons entendu d’un marchand d’esclaves. »

Il y avait encore beaucoup à faire. Bon Dieu.

... Il semblerait qu’ils avaient décidé de le vendre à un pays voisin. Il y a une rumeur sur l’attaque du Pays des Démons, et un dragon asservi augmenterait notre potentiel de guerre...

Aussi, s’il était vendu, le dragon adulte ne viendrait pas dans ce pays.

Ainsi ils pensaient faire une chose aussi lâche. Je n’allais absolument pas leur pardonner.

« Je vois, ils sont d’une bassesse bien pire que tout ce que j’avais imaginé... Quelque chose comme ça fait par des nobles influents de notre pays... pathétique. »

« Eh bien, voici toute l’histoire, Grande soeur. Je suis désolé, mais n’accepteriez-vous pas la proposition ? Bien sûr, il n’y a aucun moyen que votre mariage soit annulé même si vous deviez perdre... Mais franchement, il n’y a aucune chance que mon beau-frère puisse perdre contre eux. »

« ... Myne, désolé, mais c’est ainsi. Veux-tu l’accepter ? »

Sylphide me l’avait demandé en s’excusant. Bien sûr, j’avais déjà pris ma décision.

« Oui, bien sûr ! »

... Je vais me débarrasser de mon ressentiment envers lui et ses moqueries contre ma maison pendant que je serais avec lui.

Eh ? ne le devrais-je pas ?

***

Chapitre 64 : Le côté obscur du jeu

« Et que devrions-nous faire pour le jeu que ces gars ont mentionné ? »

Quand je l’avais dit, Sylphide avait été récupérée la lettre qu’elle avait reçue de l’idiot noble qui se trouvait dans la poubelle.

« ... Hmm, pour le moment, vérifions le contenu. Dans tous les cas, ça ne vaut rien. »

« ... Non, le contenu est d’une manière inattendue assez décente. »

Son Altesse Lewis, qui avait déjà entendu parler du résumé dans la capitale, avait répondu.

Oh, ces gens grossiers qui n’avaient même pas de manières avaient en fait inventé un jeu que même les membres de la royauté trouvaient décent, hein...

J’étais un peu excité à ce sujet.

Sylphide et Aisha avaient également eu des expressions de surprise quand elles entendirent les paroles de Son Altesse Lewis.

Tout en souriant ironiquement à nos regards, Son Altesse Lewis avait continué à parler.

« Dans un endroit éloigné d’environ 50 km au nord de la capitale royale se trouve la “Forêt de l’Esprit Divin”, où rôdent des monstres très puissants, n’est-ce pas ? L’essentiel du jeu est de collecter des matériaux de cette forêt. »

Ce que Son Altesse Lewis avait alors dit était :

Rassemblez les matériaux choisis dans le délai imparti. Pour chaque matériau seront attribués des points, et le gagnant sera décidé par le nombre total de points collectés.

Les points des matériaux cibles seront discutés par l’ordre chevaleresque.

Des points peuvent être ajoutés ou soustraits en fonction de l’état après le désossage.

Le jeu aura lieu pendant deux jours.

Pour éviter les injustices, quelques chevaliers seront déployés dans la forêt en tant qu’arbitre.

Les participants peuvent avoir des substituts.

C’était à peu près les détails.

Fondamentalement, les huit nobles qui s’étaient opposés à notre mariage choisiront chacun leurs propres substituts aventuriers, faisant un total de huit aventuriers.

Neuf personnes, dont moi (avec les chevaliers chargés de la surveillance) entreront dans la forêt, et chacun des participants chassera et concourra pour les points dans le délai imparti.

Lorsque nous entrerons dans la forêt, des sacs de rangement dédiés nous seront remis par les chevaliers. Les matériaux seront rangés dedans, et seront récupérés après la fin de la partie.

En passant, ce sac de rangement. Il semblerait que ce soit l’œuvre d’un célèbre transmutateur, un objet précieux où les objets mis à l’intérieur « ne connaîtront pas le passage du temps ».

... C’est la même chose que ce qui se passe quand j’avais utilisé ma Magie unique d’Espace Temps. Je suis curieux de savoir comment ce transmutateur avait-il fait.

Il ne pouvait pas le faire de la même manière que moi...

... Eh bien, laissons le sac de rangement de côté.

Le lieu sera la « Forêt de l’Esprit Divin ».

J’avais entendu dire qu’il y avait une légende depuis les temps anciens, qu’une bête divine dormait dans les parties les plus profondes de la forêt, et que c’était un endroit célèbre pour les quelques monstres puissants qui y rôdaient.

Par exemple, pour les gobelins, les individus vivant dans cette forêt étaient plus forts que les hauts gobelins normaux d’autres endroits.

Des monstres rares qui étaient rarement vus apparaissent ici, et des matériaux précieux pouvaient y être rassemblés ce qui la rendait célèbre.

En passant, le clan de Son Altesse Lewis voulait et rassemblait beaucoup de matériaux pouvant être obtenus de cette forêt. Une fois que notre Clan commencera officiellement ses activités, puisque notre coopération avait été décidée, nous fréquenterons dès lors cette forêt.

« ... je vois, le contenu est certainement décent. »

« Mais comment les nobles stupides ont-ils l’intention de truquer le jeu ? »

« ... Ils ont soudoyé les chevaliers. C’est devenu clair lorsque les chevaliers qui ont été contactés par eux ont prétendu accepter d’être achetés. Ils sont venus nous le rapporter. »

Il semblerait que ce soit leur plan.

Ils emprunteraient à l’avance le sac de rangement chronométré des chevaliers corrompus, s’infiltreraient et collecteraient les matériaux en grande quantité avant le match. Et à la date du match, ils rempliraient les sacs de rangement nouvellement remis et les remettraient comme résultats. Un plan vraiment simple et enfantin.

S’ils étaient des gens normaux, vous ne penseriez pas qu’ils pourraient soudoyer des chevaliers. Cependant, le montant qu’ils avaient présenté pour le pot-de-vin cette fois était sans précédent.

Pour poursuivre leur argumentation, même s’ils étaient corrompus, ce n’était pas si difficile pour les chevaliers de le faire, et il n’y avait pas beaucoup de travail non plus. Si nous comparions les avantages de la récompense et le travail qu’ils devaient faire, c’était certainement une condition sans précédent.

Il n’y avait aucune chance que ces nobles stupides puissent penser que les chevaliers qu’ils corrompraient puissent les tromper. Il semblerait qu’ils avaient prévu d’agir selon leur propre voie en utilisant leur position en tant que successeur d’un noble influent et le pouvoir de l’argent.

Cependant, celui qui entraînait les chevaliers impériaux était mon Beau-frère (Alto). Il n’y avait aucune chance que les chevaliers qui avaient reçu des enseignements d’Alto participaient à un tel système de pots-de-vin. Le plan avait été rapidement exposé, et c’était le résultat.

... Comment dire cela, ils... étaient vraiment des idiots.

En premier lieu, si Sylphide n’acceptait pas le jeu comme c’était supposé l’être, le plan se serait effondré d’un coup...

« Il n’y a pas de problème pour arrêter Claude à ce moment-là, mais... Père a dit de rassembler leurs complices qui ne participaient pas directement à cela. Il y avait aussi la possibilité que chacun de leur famille soit impliqué, ainsi les huit membres seront arrêtés. »

Dans le cas où non seulement les fils, ces idiots de nobles, mais même leurs parents soient impliqués dans cette affaire, alors cela deviendrait scandaleux. S’ils étaient malchanceux, la famille disparaîtrait probablement, hein...

« Je vois. Et mon chéri sera-t-il le seul à chasser dans la forêt ? »

« C’est bien ça. Après tout, Sylphide, tu dois te préparer pour la cérémonie de mariage dans la capitale royale. Ce serait mauvais si cette affaire n’était pas réglée rapidement, puisqu’il y a aussi le problème avec le dragon. C’est pourquoi l’horaire de la cérémonie de mariage sera considérablement accéléré.

Après cela, je vais envoyer un chevalier que j’ai avec moi chez Claude et lui dire que le jeu sera effectué. L’horaire du match et l’horaire de la cérémonie de mariage seront alors officiellement décidés, je suppose que cela vous va ? »

« Cependant, même si Lewis va gérer le jeu, vous n’avez pas beaucoup de pouvoir de persuasion, n’est-ce pas ? Si j’étais le seul à le dire, ça pourrait être différent. »

« Si tu gagnes, il pourrait être bon de les amener à consentir au déshéritage. Comme ils sont tous dans la combine, je pense qu’ils accepteront volontiers une telle condition. Après tout, il y a aussi le fait qu’ils sont probablement convaincus qu’ils vont à tous les coups gagner par des moyens détournés. »

Cependant, s’ils économisaient et stockaient ce qu’ils avaient chassé auparavant, je perdrais même si je faisais de mon mieux ce jour-là, n’est-ce pas ?

Quand je m’étais renseigné à ce sujet, il semblerait qu’ils allaient leur passer un sac de stockage où le temps fonctionnait toujours et prétendre que c’était un sac où le temps ne fonctionnait pas.

S’ils mettaient les matériaux dans un sac de stockage normal, alors naturellement, les matériaux allaient se détériorer. Ainsi, cela serait donc facile à vérifier.

Après cela, les détails avaient été revus ensemble, et Son Altesse Lewis était retournée à la capitale royale.

... Il semblait être très occupé.

Nous avions aussi beaucoup à faire à partir de maintenant, n’est-ce pas ?

 

☆☆☆

 

« Merde, merde, merde... ! »

Où pouvais-je évacuer cette colère bouillante qui était en moi ?

Est-ce qu’ils savaient le temps que j’avais passé à faire tous les arrangements ?

L’effort que j’avais mis dans la préparation avait refait surface dans mon esprit.

La Première Princesse, Sylphide Augusta.

Si je pouvais la faire devenir ma femme, notre famille Roselia serait en sécurité.

En plus de cela, elle possédait une telle beauté. Vous pourriez dire qu’elle était apte à être ma femme.

Il était relativement facile de mettre en place une proposition de mariage avec la famille royale aussi longtemps que l’on avait de bonnes compétences.

Ce n’était pas pour me vanter, mais je pensais que ma [Lance à deux mains : Extrême] était assez forte.

Malgré cela, la famille royale avait refusé ma proposition.

... Tous les autres avaient également vu leurs propositions refusées.

Cependant, il n’y avait aucune chance qu’elle ne se marie jamais.

Dans ce cas, j’allais un peu céder.

Et alors je le pensais, la famille royale avait laissé tomber une bombe : le mariage de Sylphide avait été décidé. Et en plus de cela, il semblerait que son partenaire soit un roturier.

Ce sera mauvais à ce rythme. J’allais devoir préparer un plan et annuler le mariage.

En pensant cela, j’avais élaboré un plan. J’étais resté en contact avec mes camarades nobles, que Sylphide avait rejetés, et j’avais commencé les préparatifs.

J’avais imaginé un jeu de type « Fauconnerie », un intérêt de nobles, comme base, et l’avais demandé lors d’une réunion avec le roi, tout en expliquant les grandes règles du jeu.

« Fumu, annuler un mariage que la famille royale a approuvé... Claude Roselia, est-ce ça que vous dites ? »

« Ce n’est pas mon intention, c’est juste que je suis inquiet au sujet de voir un roturier entrer dans la famille royale. »

« Oh ? Cependant, à l’origine n’étais-je pas un roturier ? »

« Votre Majesté Faren, n’êtes-vous pas maintenant le roi ? Peu importe les origines, en ce moment, le sang de la famille royale est le vôtre. En premier lieu, le fait de vous comparer à un roturier sans nom est une erreur en soi. »

« Fumu, eh bien, d’accord. Je comprends votre opinion. Si Sylphide accepte votre suggestion... je vais y réfléchir. Je ne pense pas que cela arrivera, donc vous feriez mieux d’abandonner. »

Tch, je n’avais pas eu sa promesse, hein. Peu importe. Comme il avait dit qu’il le considérerait, ce ne serait pas une exagération même si je disais qu’il avait donné son approbation.

J’allais devoir faire quelque chose pour assurer ma victoire dans ce match.

J’avais appelé une connaissance de la première unité de chevalier, et avait demandé sa coopération.

Quoi ? Bien qu’il soit un chevalier, il avait un budget serré ? Il n’y avait pas de problème si je balançais de l’argent devant lui.

Après tout, il s’était très bien occupé de moi jusqu’à présent.

Maintenant, faisons les arrangements nécessaires et obtenons Sylphide comme épouse par la ruse ou par l’escroquerie.

... Arrangements complets !!

Cependant, cela n’avait pas de sens si Sylphide ne participait pas au jeu crucial !!

Que devrais-je faire ?

Que devrais-je faire pour les amener dans le jeu ?

Tandis que je me tenais dans ma rage, je tournais désespérément mes pensées autour de moi.

« Jeune maître, un messager de Son Altesse Lewis est venu. Comment dois-je gérer cela ? »

Quoi ? A-t-il dit Son Altesse Lewis ? Que veut-il ?

« Compris, laissez-le entrer. »

Alors que je me dirigeais vers la salle des visiteurs, un chevalier, probablement le garde impérial de Son Altesse Lewis, attendait.

« J’ai entendu que vous étiez ici avec un message de Son Altesse Lewis ? »

« Oui, j’ai été chargé de remettre ça directement au Seigneur Claude. »

En disant cela, il avait sorti une lettre de son buste et me l’avait tendue.

Il était ensuite parti d’une manière rapide après avoir dit « Je l’ai remis ».

... Il était agité.

J’avais ouvert le cachet de cire sur la lettre qui m’avait été remise et j’avais lu le contenu en buvant le thé que le vieux serviteur avait apporté.

« Quoi ? »

C’était écrit sur la lettre que Sylphide avait accepté de participer au jeu.

... Cependant, c’était à la condition que nous serions déshérités si nous perdions, hein...

Eh bien, mes préparatifs étaient parfaits, il n’y avait absolument aucun moyen que je perde. Avec cela, le mariage sera annulé.

Il semble que Dame Fortune me sourit enfin.

***

Chapitre 65 : Arrivée dans la capitale royale

Après qu’il ait été décidé que nous accepterions la demande de la famille royale de participer au jeu préparé par ces stupides nobles, le jour de la cérémonie de mariage avait été immédiatement décidé.

Compte tenu de la durée du voyage, le jeu devrait avoir lieu après-demain et se déroulera les deux jours suivants.

« Pour le dire franchement, aller jouer cette farce où les résultats ont déjà été décidés est vraiment absurde. »

Sylphide en avait parlé avec Aisha et moi.

En ce moment, nous étions dans une voiture préparée par la famille royale. La cérémonie de mariage aura lieu deux jours après la fin du match.

Je pensais que c’était très serré.

Une fois que Sylphide et Aisha arriveraient à la capitale royale, elles pourraient prendre leur temps, mais au moment où j’arriverais, je devrais aller à la « Forêt de l’Esprit Divin » avec les chevaliers.

En vérité, je voulais du temps pour préparer mon cœur pour cette cérémonie de mariage à grande échelle, alors...

Cependant, une fois la cérémonie de mariage terminée, les problèmes avec les nobles pourraient augmenter.

« Mais comme prévu pour une calèche de la famille royale... il n’y avait presque pas de secousses. Le chariot que nous avions pris alors que nous allions auparavant à Adol tremblait beaucoup, bien que... »

Aisha avait commencé une conversation avec Sylphide comme si elle l’admirait du fond de son cœur. J’avais certainement pensé au confort du chariot.

Elle ne tremblait vraiment pas du tout. Et comme la calèche n’était pas destinée au transport public, l’intérieur était conçu pour ressembler à un salon compact, ce qui la rendait vraiment confortable.

Même les boissons et des en-cas étaient préparés, c’était vraiment parfait.

Eh bien, c’était un chariot pour les membres de la royauté, donc c’était sûrement naturel, mais ça ressemblait à un monde complètement différent...

Selon Sylphide, il existait un objet magique qui absorbait les chocs. Pour être capable de faire un tel objet magique, cette personne devait être un alchimiste incroyable, hein.

Quand je l’avais dit à Sylphide, elle avait répondu que la personne qui l’avait fabriqué n’est pas un alchimiste, mais un transmutateur.

Cela pouvait être la même personne que celle qui avait fabriqué le sac de rangement qui avait fait ses preuves.

Cette personne avait des connaissances très étendues et avait créé divers autres objets magiques pratiques.

Une fois que j’aurais rassemblé les documents, cela pourrait être une bonne idée d’essayer de lui demander de transformer le poignard, l’arc et l’épée à une main.

... cependant, je ne savais pas s’il accepterait ou non.

Eh bien, de toute façon, je ne pouvais rien faire sans les matériaux, alors commençons à partir de là.

Il faudrait environ une demi-journée à une voiture classique pour se rendre à la capitale royale, mais grâce à cette calèche, nous allions y arriver en cinq heures environ. J’y avais réfléchi quand nous étions allés à Adol, mais même une longue période de cinq heures ne nous avait pas semblé aussi mauvaise s’il y avait eu des conversations.

Alors que nous venions d’arriver à la capitale royale, nous avions traversé la porte principale par une porte latérale exclusive à la famille royale, et nous étions ainsi entrés dans la ville.

J’avais entendu dire que notre mariage avait déjà été annoncé dans toute la ville, et si les citoyens avaient remarqué notre existence, la ville entière pourrait être dans un grand chaos.

Des mesures semblaient avoir été prises pour éviter cela. J’avais de nouveau ressenti la popularité de Sylphide dans la capitale royale.

« Son Altesse Sylphide, Sire Myne, et Madame Aisha sont arrivés. »

Le chevalier présent avait informé notre arrivée au château royal.

Une personne avait dit : « Bon travail », puis nous étions descendus de la voiture l’un après l’autre après Sylphide.

Quel que soit le confort d’un chariot, l’effet de ne pas bouger nos corps pendant de longues heures s’était poursuivi.

Alors que j’étendais mon corps et me détendais, une voix m’appelait par-derrière.

« Vous tous, merci d’être venu. »

Alors qu’il déclarait ça, la personne que je connaissais, et qui était venue nous chercher apparaissait.

« Beau-frère ! »

Alto qui souriait largement avec les bras croisés était là et à côté de lui, il y avait une femme.

« Ari, tu es venue ! »

Sylphide qui avait regardé la femme l’avait appelée et s’était approchée d’elle.

Ari ? Qui est-ce ?

Alors qu’elle voyait m’inquiéter, Aisha me murmura à l’oreille. « Myne, elle est la deuxième princesse Ariel. »

!!

Je vois, alors c’est la petite sœur de Sylphide. Cela signifie que pour moi, elle est ma belle-sœur, n’est-ce pas ?

J’avais entendu dire que son corps n’allait pas très bien, et d’habitude elle s’isolait dans sa chambre. En y réfléchissant, il y avait trois princes et deux princesses au sein de la famille royale, n’est-ce pas ?

Le fils aîné était Son Altesse Alto, et le second fils était Son Altesse Lewis. Je n’avais jamais vu le troisième fils pour le moment.

La fille aînée était Sylphide, ma femme. La deuxième fille était celle qui était devant moi, Son Altesse Ariel.

« Grande sœur, félicitations pour ton mariage. C’est ton grand moment, après tout, alors je ne pouvais pas m’enfermer dans ma chambre. »

Maintenant que je la regardais, j’avais vu qu’elle ressemblait beaucoup à Sylphide. Pendant que je les regardais parler, Son Altesse Ariel m’avait regardé et avait souri avec gentillesse.

« Grande soeur, s’il te plaît, présente-moi ton mari. »

« Aah, c’est vrai... Myne, voici ma petite sœur, Ariel. Son corps était un peu faible, alors elle n’apparaît généralement pas beaucoup en public, mais s’il te plaît, sois en bon terme avec elle. »

Invitée par Son Altesse Ariel, Sylphide m’avait présenté à sa petite sœur.

« Ravi de vous rencontrer ! Mon nom est Myne ! Je peux vous causer des problèmes puisque je suis un roturier, mais s’il vous plaît, traitez-moi bien, Princesse ! »

« Je m’appelle Ariel, s’il te plaît appelle Ari si tu veux, beau-frère. »

Alors qu’elle l’avait dit, elle avait tendu la main. Tandis que je lui saisissais la main qu’elle tendait et répondait doucement, « ... D’accord, Ari », Sylphide et Alto qui nous observait avaient éclaté de rire.

« Pourquoi es-tu gêné, Myne ? Ari est certainement mignonne, mais il n’y a pas besoin d’être aussi embarrassé, n’est-ce pas ? En tant que beau-frère, cela serait troublant si tu ne te reprends pas. Protéger les petites sœurs mignonnes est un travail important pour un grand frère, compris ? »

Non, me dire de ne pas être gêné quand je rencontrais une telle beauté pour la première fois était impossible...

« Kukuku, mon Cher, tu étais aussi comme ça avec moi au début. Il n’y a rien de mieux que d’être le même que d’habitude, je veux que tu sois comme ça pour toujours, n’est-ce pas, Aisha ? »

« Oui en effet ! C’est aussi ce que je ressens, princesse. »

« Vous trois, c’est méchant ! »

À bien y penser, j’étais probablement embarrassé avec en plus mon visage rougissant, comme si j’avais ri. L’échange informel, même s’ils ne faisaient que me taquiner, était inévitablement vraiment amusant.

Son Altesse Ariel... non, Ari avait également senti quelque chose dans cette scène, et elle nous avait regardés en souriant.

« C’est injuste, s’il vous plaît laissez-moi aussi participer ! »

Comme nous avions apprécié une telle conversation harmonieuse, l’expression d’Alto était devenue sévère et il avait commencé à me parler.

« Désolé, mais les problèmes de notre pays se sont empêtrés avec votre mariage. »

Aah, Alto s’inquiétait aussi à ce sujet...

« Non, ce n’est pas un problème ! Après tout, Sylphide, Aisha et moi sommes aussi d’accord !! »

Quand je l’avais dit, Alto avait souri ironiquement et avait frappé dans le dos comme s’il disait : « je savais que tu dirais ça. »

... Oui, c’était l’habitude d’Alto, n’est-ce pas ? Ces frappes dans le dos.

C’était quand même assez douloureux...

Aah, il n’y avait personne pour l’arrêter cette fois non plus.

« Maintenant, nous en avons parlé. Nous allons rencontrer Père après cela. Je suis désolé pour Myne, mais dès que cela se terminera, tu devras aller vers la “Forêt de l’Esprit Divin”. »

Ainsi, nous avions une audience avec Sa Majesté le roi.

***

Chapitre 66 : La famille royale d’Augusta

Cette personne était celle qu’on appelait un héros... le Roi, hmm.

Devant moi, il y avait Sa Majesté, le héros, Faren Augusta, que j’avais seulement entendu dans les rumeurs. En parlant du roi, vous auriez l’image de l’existence la plus distinguée du pays et de la personne la plus riche.

Cependant, ce n’était pas l’image du roi qui se trouvait en face de moi. Pour moi, j’avais l’impression que « Roi = vêtements luxueux et magnifiques », mais en réalité, le roi était différent.

Il portait un vêtement que l’on pourrait qualifier de vêtement ordinaire, avec relativement peu d’ornements.

... Eh bien ! Même ainsi, il s’agissait de vêtement de grande classe que je n’avais jamais porté de toute ma vie...

Et à ce propos, si on regarde le stupide noble, Claude, ses vêtements ressemblaient beaucoup plus pour moi à une tenue royale.

... C’était probablement à cause du caractère de Roi. Il pouvait vivre dans le luxe, mais il avait choisi de ne pas le faire.

Mon impression du Roi s’était considérablement améliorée.

En outre, la pièce dans laquelle j’avais été conduit n’était pas la salle d’audience, mais une pièce utilisée par la famille du Roi.

Comme j’étais le fiancé de sa fille, j’avais été conduit dans cette salle familiale. En ce moment, dans cette pièce, il y avait les membres de la famille du roi.

Faren Augusta

Race : Humain

Niveau : 51

Sexe : masculin

Âge : 52 ans

Occupation : Roi du Royaume d’Augusta

[Compétence]

Épée à une main Saint Lv9

Amélioration de la force physique : Grande

Inutile de le souligner, mais le roi avait de bonnes compétences comme le disaient les rumeurs. Comme prévu, même mon beau-frère ne pouvait pas gagner contre lui, car il était extrêmement fort.

Garnet Augusta

Race : Humain

Niveau : 37

Sexe : Féminin

Âge : 41 ans

Occupation : Première reine

[Compétence]

Transmutation

Arithmétique de haute qualité

Magie unique : Glace

[▼ ≠ ◇ &]

¬ ☆ ▼ ◇ ≠

@ # ¬

... Eh ? Qu’est-ce que ça voulait dire ?

Q-Q-Q-Q-Quoi ?? Il y avait des lettres que je ne pouvais pas lire ? Était-ce possible parce que le niveau de mon évaluation était trop bas ?

Non, si le niveau était trop bas, je comprendrais que cela montrerait : « On ne peut pas le voir », mais c’était « illisible ».

En me voyant abasourdi, Garnet avait ri, « Fufu » tout en me pinçant les joues. Elle m’avait alors murmuré à l’oreille. « Tu ne devrais pas évaluer une fille avec désinvolture, tu sais. »

!!

... Je vois, la famille royale savait que je possédais [Évaluation Complète]. Ils savaient donc probablement pourquoi j’étais perplexe. Ils souriaient.

« Je sais que tu es curieux, mais s’il te plaît, oublie ça pour le moment... Tôt ou tard, tu comprendras. »

Garnet avait doucement déclaré cela à moi, qui étais confus.

« ... Je comprends, je suis désolé d’avoir utilisé l’évaluation pour ma propre commodité... »

Alors que je m’excusais, elle me serra fort contre moi et me tapota la tête.

« Oui, tu es un bon garçon. J’aime les enfants qui s’excusent avec sincérité. »

Alors que Garnet avait fait cela pendant un moment, Sylphide était apparue et elle avait clarifié sa gorge, « Mhm, Ahem !! »

« Quoi ? Quel est le problème ? As-tu attrapé un rhume ? Sylphide, ta cérémonie de mariage approche, tu sais. Ce serait mauvais si cela t’arrivait. »

« Je suis en pleine forme ! ... Mais plutôt, Maman ! S’il te plaît, laisse partir mon fiancé !! »

« Quoi ? Es-tu jalouse ? ... C’est une chose stupide à dire... Mais, j’ai pris goût à cet enfant ! Après tout, il est si mignon. »

« Maman !! »

En entendant la conversation réconfortante entre la mère et la fille, je m’étais calmé peu à peu. Je ne me souciais pas de savoir si la conversation s’était arrêtée ou non, car avant que je ne le sache, Aisha et Ari furent entraînés dedans, et cela devint assez chaotique.

... Je me demande si c’était la rumeur de ce qui arrivait quand les filles parlaient. C’était effectivement un pouvoir terrifiant.

Alors que le Roi souriait ironiquement, et que moi, j’avais été libéré de Garnet, mon beau-frère, Son Altesse Lewis, et une autre personne qui semblait avoir à peu près le même âge que moi, arrivèrent.

« Tu connais Lewis, non ? »

Lewis avait agi avec les filles comme si tout était normal, et m’avait demandé cela.

Quand j’avais répondu d’une manière affirmative, il avait amené devant moi le garçon que je ne connaissais pas encore et qui avait à peu près le même âge que moi.

« Ceci est le troisième prince Lecter. Bien que nous ayons des mères différentes, il est mon précieux petit frère, donc entends-toi bien avec lui. »

« Oui ! Mon nom est Myne ! S’il vous plaît, traitez-moi bien, Votre Altesse Lecter ! »

Alors je l’avais salué avec ma gaieté habituelle, Son Altesse Lecter avait répondu en boudant...

« Je suis Lecter, mon beau-frère Myne est injuste ! Tu as appelé Alto d’une manière informelle, mais moi, pourquoi m’as-tu appelé Votre Altesse ? Tu as également appelé Ari avec son nom familier, n’est-ce pas ? Alors, appelle-moi par mon prénom, comme si tu étais un beau-frère cadet ! »

Alors que Son Altesse Lecter avait rajouté un « Hmph ! » rugueux, Son Altesse Lewis avait également exprimé son mécontentement.

... J’étais un peu inquiet pour son sourire.

« C’est vrai, je suis aussi ton beau-frère, alors appelle-moi par mon prénom ! »

Pas de détour de ton côté, non ? Si tu dis cela en souriant, tu n’as pas beaucoup de pouvoir de persuasion alors...

En regardant la scène, le roi avait également sauté dans le train en marche.

« ... Fufu. Dans ce cas, pourquoi ne m’appelleras-tu pas aussi beau-père ? »

Après avoir profité d’une conversation aussi légère, le roi avait commencé à me parler.

« Myne, je suis vraiment désolé pour cette affaire. Il y avait des malentendus, et cela t’a apporté un désordre inutile. Avec ma position, je ne peux pas facilement m’excuser, mais ça ira si c’est seulement en famille. Je ne voulais pas à l’origine mettre en jeu ton mariage dans une telle affaire grossière, mais... »

Tout comme l’avait fait mon beau-frère, le roi s’était également excusé auprès de nous.

Non, arrêtez s’il vous plaît..., j’allais être troublé, vous savez.

En me regardant, le roi avait souri ironiquement. Puis il ajouta.

« Eh bien ! Même si je m’excusais comme ça, ce serait troublant, hein. Eh bien, c’est compréhensible... Très bien, les excuses se terminent ici, mais je veux que tu te souviennes de ça. Nous sommes désolés pour cette affaire du fond du cœur. »

Puis, comme le roi l’avait annoncé, le temps des excuses avait été terminé, et nous étions passés au sujet du jeu.

« D’après le rapport de notre espion sur Claude, il était déjà entré sur le site et les aventuriers qu’il a embauchés ont commencé à chasser. Ses actions se sont trop déroulées conformément à nos attentes, alors au lieu de cela, nous pensions réfléchir s’il était en train d’imaginer quelque chose d’autre... Eh bien, il n’est pas du genre à penser autant. »

« La victoire ou la défaite a déjà été décidée. Vous devriez chasser sans vous forcer, d’accord ? Des monstres assez forts apparaissent dans cette forêt. Cela ne sert à rien de vous forcer à vous blesser et à mourir. »

Après cela, j’avais reçu quelques avertissements de la part de mon beau-frère, et je me préparais à partir là-bas.

« Mon chéri, mon grand-frère l’a aussi dit, mais tu n’as pas besoin de te forcer, d’accord ? Je ne pense pas que tu te laisseras distancer par des monstres, mais rien n’est certain. S’il te plaît, ne fais jamais rien de déraisonnable. »

« ... Myne, prends soin de toi... »

Tout en parlant un peu avec Sylphide et Aisha, j’étais encore une fois monté dans le carrosse de la famille royale.

 

☆☆☆

 

« ... Il semblait être assez choqué. »

« Oui, il n’a probablement jamais échoué à évaluer quoi que ce soit jusqu’à maintenant. »

Ma femme, Garnet, avait un secret. Un très grand secret.

Le seul qui le connaissait était moi et le transmutateur Maya.

Peut-être que ce secret ne serait jamais révélé à personne d’autre pour l’éternité. Non, il ne serait peut-être pas nécessaire d’en parler.

Puisque nous étions heureux maintenant.

« Je me demande s’il sera sur ses gardes contre nous à cause de ça. Il va devenir mon mignon beau-fils, donc je veux qu’il nous parle sans malentendu, mais... »

« Je pense que ça ira, ce gamin est assez intelligent. Sa forte méfiance est un léger défaut, mais ça ira sûrement bien. Le temps le guérira. »

Il était certainement étrange qu’il refuse obstinément de parler de ses compétences. Cependant, il était un orphelin jusqu’à tout récemment.

Il ne serait probablement pas capable de vivre sans aucune méfiance.

... Cependant, il avait été élevé sans que sa personnalité soit déformée. Il était probablement protégé par des adultes environnants dans l’ombre.

... Il avait probablement soif d’une « famille ». Ce sera bon si son mariage avec ma fille allait dans la bonne direction.

En réfléchissant à cela, j’avais entendu ma femme marmonner quelques mots.

« ... De plus, s’il pouvait plus tard m’évaluer... Il devra probablement marcher sur un chemin rempli de difficultés. Comme Maya et moi... C’est déjà suffisant avec nous deux. »

J’y avais pensé en faisant semblant de ne pas remarquer les murmures de ma femme. S’il ne savait rien de ce qu’il en était maintenant, il vivrait certainement une vie heureuse.

 

☆☆☆

 

« Nous avions moins de temps que je le pensais, salauds ! Chassez plus avant qu’il ne soit trop tard !! »

Tch, ce morveux, Myne ou quelque chose du genre, sera là plus tôt que prévu. Il était en avance, mais même s’il utilisait la calèche de la famille royale... c’était naturel puisque Sylphide était là, mais...

Il arrivera probablement dans quelques heures. Il sera alors impossible de continuer à chasser devant lui.

Dans ce cas, c’était ma seule chance.

... Eh bien, la famille Roselia elle-même avait embauché cinq aventuriers de Rang B. Il y avait plus de trente aventuriers, y compris les aventuriers que les autres familles avaient embauchés, et ils entraient maintenant dans la forêt.

Un chasseur commun ne serait pas capable de surpasser les matériaux obtenus par ce nombre de personnes.

Notre victoire avait déjà été déterminée.

Attends-moi, Sylphide.

Tu deviendras bientôt mon épouse !!

***

Arc 6 : Bataille dans la Forêt Sacrée

Chapitre 67 : La veille du match décisif

Il faisait déjà nuit quand j’étais arrivé dans la forêt. Quelques tentes avaient été préparées au camp de base, situé à une certaine distance de l’entrée de la forêt.

Le noble stupide était introuvable.

J’avais d’abord été conduit par un chevalier qui était responsable de me guider, et nous étions directement allés à la tente qui m’avait été attribuée.

« Sire Myne, voici votre tente. »

Après que le chevalier m’avait dit cela, il avait regardé autour de nous d’un air agité avant de me parler à voix basse.

« ... Je ne pense pas que ça va arriver, mais il y a une possibilité que Sire Claude et son groupe tentent de vous faire quelque chose, Sire Myne. Cette tente est adjacente aux tentes de nos chevaliers, alors veuillez nous appeler immédiatement si quelque chose se produit. »

Oui, il y avait assurément une telle possibilité. C’était un homme qui avait l’air d’agir lâchement sans ressentir la moindre hésitation, alors il allait probablement faire quelque chose comme du sabotage sans hésitation.

« Oui ! Merci beaucoup ! S’il vous plaît, prenez soin de moi quand cela arrivera !! »

En entendant ma réponse, le chevalier sourit et retourna à son poste.

... Et maintenant.

J’avais activé ma [Détection de présence de Niveau 3] et j’avais fouillé mes environs.

Hm ~, cette présence est le chevalier qui vient de sortir, donc je suppose que cela signifie que les présences ici sont celles qui étaient au courant de l’affaire ?

Eh bien, ce n’est pas nécessairement vrai, hein. Peut-être qu’ils peuvent être des aventuriers que le noble stupide a embauchés.

... Il y a beaucoup d’individus rassemblés dans la direction de la forêt, hein. Peut-être qu’ils viennent juste de sortir de la forêt et qu’ils retournent au camp de base ?

En me remémorant le fait qu’ils n’étaient pas là quand j’avais regardé les environs, j’avais supposé que ce groupe était probablement de ceux qui agissaient avec cet individu-là ?

1, 2, 3... Il y en avait beaucoup, hein. Je suppose qu’il y a environ 40 personnes ?

C’est évidemment trop de personnes si vous tenez compte des 9 personnes, dont moi, qui participeraient au jeu.

... Ils doivent avoir bien préparé leur sale coup, hein.

Ce serait bien s’ils détournaient cet enthousiasme sur quelque chose d’autre, quoi que...

Tandis que j’examinais la situation avec stupéfaction, je pouvais sentir la présence d’une personne qui venait vers moi.

... Hm ? Je me demande si c’est le noble stupide. Les inquiétudes du chevalier pourraient être bien réelles.

« Bon travail, roturier, pour sortir de ton chemin pour finalement venir perdre contre moi. »

Comme je m’y attendais ! C’était ce noble stupide. Il était soudainement entré dans la tente de quelqu’un d’autre grossièrement et avait lâché ces mots...

« Au fait, venons au fait, ta défaite a déjà été décidée. Disons, je te propose de rompre l’engagement envers le roi. Si tu fais cela, laisse-moi voir... Je te donnerai une pièce de platine. Qu’est-ce que tu penses ? Un roturier comme toi n’en a probablement jamais vu auparavant, n’est-ce pas ? »

...

Ce gars est pourri jusqu’à la moelle.

« Je n’en ai pas besoin, j’ai plus d’une centaine de pièces de platine, et je vais gagner ce jeu. »

Quand je lui avais dit ça, il avait les yeux écarquillés sous le choc, avant de se mettre en colère avec son visage complètement rouge.

« Enfoiré !! Un roturier comme toi va jouer contre un noble ! Quel est ce ton !! Tu devrais obéir docilement à mes paroles !! »

Il n’avait probablement jamais eu de roturier pour lui dire de telles choses avant cela. Il avait soudainement balancé son poing, visant mon visage.

... Une attaque aussi lente, il n’y avait aucune chance que ça me touche. Après avoir vu les mouvements du roi orc et de mon beau-frère, cela ressemblait à un mouvement lent.

J’avais rapidement attrapé son poing avec ma paume.

« En premier lieu, celui qui a proposé ce jeu est vous, Claude, n’est-ce pas ? »

« T-Toi, espèce de bâtard !! »

Il s’était mis à crier à plein poumon à partir de là. Il n’y avait aucune chance que le chevalier qui attendait dans les tentes juste à côté de la nôtre ne l’ait pas remarqué.

Voilà ? Le chevalier qui m’avait guidé plus tôt se précipitait ici !

« Sire Claude, qu’est-ce que vous faites ? Sire Myne est votre adversaire pour demain. Si vous essayez de lui faire du mal avant le match, le jeu sera annulé ici et maintenant, et ce sera votre défaite ! »

« ... Ce mec, un roturier, n’a pas le droit de me dire ce que je dois faire, moi le prochain chef de la famille Roselia !! Eh, toi insolent camarade !! Lâche-moi, lâche-moi !! Je vais te tuer pour m’avoir parlé comme ça, eh !! Laisse-moi passer ! »

Il avait ensuite été attrapé par des chevaliers qui étaient venus après cela, et avaient été expulsés de force de la tente.

En y réfléchissant, je ne l’avais pas évalué, n’est-ce pas ?

Il se sentait si important, donc je suppose qu’il pouvait avoir les bonnes compétences ?

Nom : Claude Roselia

Race : Humain

Niveau : 16

Sexe : masculin

Âge : 21 ans

Occupation : Héritier de la famille Roselia

[Compétences]

Lance à deux mains : extrême

Beaux arts : Chant

... Pour le dire franchement, je pensais que c’était discutable.

Je pensais que [Lance à deux mains : extrême] était une bonne compétence.

En ce qui concerne [Beaux arts : Chant], ce n’était... pas vraiment orienté vers la bataille.

[Beaux arts : Chant] : Permet de chanter avec talent.

En regardant cela du point de vue d’un noble, s’intéresser aux beaux-arts était probablement une bonne chose, mais...

En pensant à la façon dont il avait proposé une bataille, cette compétence était un peu hors de propos.

Eh bien, ceux qui apparaîtraient dans le jeu demain étaient certainement les aventuriers qu’il avait embauchés avec de l’argent, donc je suppose qu’il n’y aura pas de problème ?

... S’il n’était pas ainsi sorti, j’allais lui faire rembourser le fait d’avoir mal parlé de ma maison. Mais tant pis !

Alors que je réfléchissais à tout cela en regardant l’entrée de la tente où ce gars avait été traîné, le chevalier était encore une fois entré.

« Sire Myne, nous sommes désolés. Ce fut une négligence dans notre gestion, nous l’empêcherons de bouger ce soir. En outre, puisque nous ne pouvons pas laisser une seule chance sur 10 000, nous passerons la nuit autour de cette tente. S’il vous plaît, reposez-vous sans aucun souci. »

Aah, je me sentais un peu coupable envers les chevaliers, mais je me sentais un peu soulagé. Je réfléchissais déjà à ce que je devrais faire si les aventuriers qu’il avait embauchés attaquaient pendant mon sommeil...

J’étais vraiment reconnaissant aux chevaliers, merci ! J’allais devoir exprimer ma gratitude.

« ... Merci beaucoup !! Je vous en suis reconnaissant. Cependant, les chevaliers ne seront pas en mesure de dormir, vont-ils..., je suis désolé. »

Alors que je m’excusais, le chevalier s’était mis à rire en me répondant.

« Hahaha, c’est bon. Nous nous relayons pour nous assurer de quand même dormir. En outre, s’occuper de Sire Myne de la sorte est notre devoir le plus important. S’il vous plaît, ne vous inquiétez pas, reposez-vous et préparez-vous pour demain. Chacun de nous éradiquera toutes les menaces pour vous. »

Ainsi, grâce à tous ces gentils chevaliers, j’avais pu me reposer.

Bon, bien que le résultat avait déjà été décidé, faisons de notre mieux demain !

Après tout, c’était tout ce que je pouvais faire pour l’instant !

... Bonne nuit !

***

Chapitre 68 : Le jeu dans la forêt de l’esprit divin (1)

Grâce aux chevaliers, j’avais pu bien dormir cette nuit ! Après avoir beaucoup dormi, j’avais étiré mon corps et j’étais sorti de la tente.

« Eh bien, la météo pour aujourd’hui semble bonne ! »

En levant les yeux, je pouvais voir un ciel bleu brillant s’étendre à perte de vue. C’était un temps magnifique pour la chasse.

Alors que je levais les yeux vers le ciel en respirant profondément, les chevaliers qui avaient retenu et traîné le stupide noble me virent et ils s’approchèrent de moi.

« Bonjour !! »

Je les avais accueillis joyeusement comme je le faisais toujours, et comme je les avais remerciés à nouveau, tous avaient souri avant de me dire.

« Sire Myne. Bien que le résultat du jeu ait déjà été décidé, faites de votre mieux. Chacun des membres de la première unité veillera sur vous. »

Après avoir reçu des mots si agréables, je leur avais posé des questions sur les circonstances d’hier.

Après avoir été traîné hors de ma tente, Claude qui avait provoqué un tumulte avait été amené au chef des chevaliers, qui avait été désigné comme le représentant de Sa Majesté, et en plus de recevoir un avertissement sévère, il avait été restreint jusqu’à ce que le jeu commence.

Comme prévu, ce type avait violemment résisté. Mais après qu’on lui ait demandé : « Êtes-vous prêt à être accusé de trahison contre la nation ? » Il s’était retiré à contrecœur.

Comme un tel échange s’était produit, il était très probable qu’il portait un profond ressentiment envers moi, et j’avais été averti d’être très prudent même pendant le match.

Finalement, il était temps que le jeu commence.

Dans les deux jours à venir, tous les participants passeraient très probablement du temps dans la forêt.

Bien sûr, il n’y avait pas de problème à retourner au camp de base pour se reposer, mais l’écart dans les points augmenterait.

Comme cela affecterait grandement le résultat, je ne prévoyais pas, bien sûr, d’y retourner. Naturellement, mes adversaires, les aventuriers, pensaient probablement la même chose.

Le groupe de nobles, y compris le stupide noble Claude, s’était regroupé l’un après l’autre à l’endroit désigné. Derrière eux, il y avait des aventuriers au très bon physique, chacun tenant fermement une arme en suivant les nobles.

... Alors ce sont mes adversaires, hein.

J’avais aussi équipé mon poignard d’acier et mon poignard de foudre, et j’attendais que la partie commence.

... J’avais délibérément ignoré Claude qui me harcelait depuis le début.

Après que le chef de chevalier ait de nouveau expliqué les précautions liées au jeu, les participants avaient reçu les sacs de rangement un par un.

... Ces gars vont certainement transférer les matériaux depuis leurs propres sacs de stockage dans celui-ci après cela, hein.

Si tout se passait selon leur plan, ils tricheraient, et mettraient les matériaux de monstres qu’ils avaient chassés hier dans le « sac de rangement arrêté dans le temps ».

Mais en réalité, le sac de rangement qu’ils avaient était le « sac de rangement avec le temps actif », donc, naturellement, leurs matériaux seraient altérés par le temps écoulé.

Alors que je pensais à cela, j’avais suspendu à ma taille le sac de rangement que j’avais reçu.

« J’espère que chacun de vous participera à ce match de deux jours de manière juste et droite sans tricher ! ... Eh bien, commençons le jeu. Partez !! »

Après cette déclaration du chef des chevaliers, les participants engagés par les nobles avaient simultanément couru vers la forêt.

... Sans tricher, avait-il dit. Ils ont quand même déjà triché... pensais-je en riant ironiquement tandis que je tournais mes pieds vers la forêt.

C’était vraiment impressionnant de voir que les chevaliers et même leur chef avaient souri amèrement.

☆☆☆

Maintenant, je n’avais pas demandé quel monstre donnait le plus de points. Je me demandais s’il était sûr de chasser des proies puissantes pour l’instant.

Si c’était le cas, il vaudrait mieux avancer au plus profond de la forêt si l’on voulait suivre les règles. Pour le moment, je surveillais continuellement mon entourage avec ma [Détection de Présences : Modéré de Niveau 3] puisque je ne voulais pas que quelqu’un me voit utilisant mes compétences au fur et à mesure que je progressais.

... Hm ? Comme je le pensais déjà, j’ai découvert un monstre.

 

Nom : Singe des forêts

Niveau : 18

Race : Singe

Sexe : ♂

[Compétences]

Sprint

Coup direct

[Capacité]

Aucun

 

Un monstre de type singe, Hmm. C’est la première fois que j’en vois un...

Il est certainement plus fort comparé à mes adversaires que je chasse toujours dans la forêt. Pour l’instant, volons ses compétences comme d’habitude et affaiblissons-le.

Afin qu’il ne me découvre pas, j’avais utilisé ma compétence de [Dissimulation de Niveau 3]. Je m’étais positionné dans son dos et m’étais précipité sur lui d’un seul coup.

Le singe avait paniqué à cause de l’existence d’un ennemi qui était soudainement apparu, mais il avait déjà perdu ses compétences quand j’étais arrivé à proximité.

Il avait montré une belle résistance, mais son cœur avait été rapidement percé par mon poignard d’acier, et il en était mort.

Les points dans ce jeu sont donnés en fonction de la qualité du désossage des matériaux, hein.

Quand j’ai [évalué] mes adversaires, les aventuriers, aucun d’entre eux n’avait [Couper]...

J’ai donc un grand avantage !

Immédiatement, je l’avais désossé avec Couper, et l’avais placé dans le sac de rangement qui m’avait été remis.

Eh bien, ça commence bien.

Continuons plus loin.

Le monstre que j’avais rencontré était d’un type différent de ceux que j’avais rencontrés jusqu’à maintenant.

 

Nom : Démon-Serpent à sonnettes

Niveau : 29

Race : Famille des serpents

[Compétences]

Attaque Poursuite

[Capacité]

Jets de venin

Constriction

 

Un monstre de type serpent ! Et un super gros avec ça ! Il semblerait mesurer au moins trois mètres.

Si je devais être entouré par une telle créature, je pourrais rapidement être écrasé à mort...

En plus de cela, j’ai l’impression que son niveau est inhabituellement élevé...

Peut-être, est-ce le maître de ce domaine ?

Pour l’instant, j’avais ramassé une pierre autour de la zone et j’y collais ses capacités.

... C’est maintenant au tour de ses compétences. D’une certaine manière, je peux m’attendre à ses effets même sans les voir, mais cette compétence n’est-elle pas facile à utiliser ?

Bien, affaiblissement terminé !

Maintenant, je sentais que je devais éviter le combat rapproché. Je ne savais pas si quelqu’un regardait depuis quelque part, donc je voulais aussi éviter d’utiliser la magie...

Ah, attends une minute ! Je peux probablement avoir un moyen de mener un combat rapproché avec cette méthode.

D’abord, je dois bloquer ses mouvements avec l’[Intimidation du Roi] !

Ensuite, je vais me renforcer avec ma compétence de [Bras puissant LV 3], puis je vais l’approcher d’un coup, puis lui couper la tête.

Comme prévu, les compétences du Roi Orc étaient vraiment exceptionnelles.

Ainsi, je vais gagner contre la plupart des monstres, n’est-ce pas ?

Après ça, j’avais désossé prestement le serpent, avais placé ses matériaux dans le sac de rangement et allais de plus en plus profondément dans la forêt.

J’avais vaincu tous les monstres que j’avais rencontrés sur le chemin d’une manière similaire.

... Eh bien ! En quelque sorte, je suis entré vraiment profondément dans la forêt. Les présences humaines ont disparu de mon environnement il y a un certain temps, alors je dois avoir pu entrer dans un endroit qui n’est pas supposé être leur terrain de chasse.

C’est à ce moment que je me rappelais ce que Son Altesse Lewis m’avait dit :

« Il y a eu une légende depuis les temps anciens concernant la présence d’une bête divine dormant dans les parties les plus profondes de la forêt..., » voilà ce qu’il m’avait dit.

Eh bien, c’était une légende, donc il n’y avait aucune chance que ce soit vrai, mais il n’y avait pas de fumée sans feu. Il n’y avait probablement pas de bête divine, mais probablement un monstre puissant.

Eh bien, je ne pense pas que cette zone soit la partie la plus profonde, donc quelque chose comme une bête divine n’apparaîtra pas ici.

... En ce moment, je pensais à ça.

Puis j’avais entendu le cri d’un monstre et des bruits de combat venant d’un endroit un peu plus loin.

Hm ? Je me demande si c’est un autre participant.

... Nous allons jeter un coup d’œil.

Ce n’était pas pour observer les mouvements d’un ennemi, mais je ne pensais pas que ce soit une mauvaise idée de constater de la puissance au combat d’un adversaire.

J’avais utilisé [Dissimulation Modérée], et j’avais commencé à bouger en douceur vers la source du son.

La scène qui avait sauté dans mes yeux à ma destination était... quelque chose que je n’attendais même pas.

La première chose qui avait attiré mon attention était un loup géant avec une belle fourrure violette. J’avais réalisé que certaines parties de la belle fourrure étaient tachées de sang.

Il ne semblait pas avoir subi de dégâts, donc c’était probablement le sang de ses adversaires ?

Ce que j’avais vu après ça, c’était plusieurs aventuriers. Comme ils n’étaient pas inclus dans les participants, ils étaient probablement les autres aventuriers embauchés par ce noble stupide.

Qu’est-ce que ces gars font, en venant en profondeur dans la forêt où personne ne surveille ?

... Cette..., qu’est-ce que c’est ? Il y avait plusieurs petits loups capturés par ces aventuriers...

Ah !? Ne me dites pas... !?

En premier lieu, n’est-ce pas ce genre de chose l’événement obtenu qui est à l’origine de ce jeu ?

C’est vrai ! N’est-ce pas parce que l’enfant d’un dragon s’est fait attraper, transformé en esclave et vendu ?

En d’autres termes, cette bataille qui se déroule juste en face de moi, c’est...

« Salauds ! Rendez-moi mes enfants !! »

Oh, le loup a parlé !!

 

Nom : Fenrir

Niveau : 160

Race : Bête divine

Sexe : ♀

[Compétence]

Mystique Pluie

Lunatique Vague

Bête d’origine Divine

Œil magique de la gravité

[Capacité]

Grand Hurlement « Loup de Kamui »

Jambes puissantes

 

Gya !? Il s’agit d’une bête divine !

Je..., je..., ça existe vraiment !?

Euh ? Attends...

Si je me souvenais bien, il y a longtemps, quand la race des démons avait presque détruit la race humaine, les bêtes divines ne s’étaient-elles pas alliées à la race humaine et ne les avait-elle pas protégés ?

Ces aventuriers !? Et entre toutes les personnes de ce monde, actuellement, des individus de la race humaine essayaient d’attraper les enfants d’une bête divine dont nous étions tellement redevables !

N-Ne plaisante pas avec ça, c’est mauvais de faire ça !!

C’est vraiment mauvais !!

Même si la situation du dragon était déjà assez scandaleuse... Si en plus même une bête divine envahissait les villes, si nous étions malchanceux, l’humanité pouvait périr.

Pendant que je paniquais, la situation s’était détériorée.

« N-N’oses surtout pas bouger, toi, la bête, ne fais rien contre nous ! Essaye de bouger même un peu, et t-tes enfants vont perdre la vie !! »

Je vois, ils essayent de s’échapper, tout en prenant les enfants en otage.

À cause de cela, la bête divine ne peut pas agir.

... Ces gars-là ne savent-ils pas qu’il s’agit d’une bête divine !?

Puisque c’est le cas, il n’y a qu’une seule chose à faire.

Je dois sauver ces enfants et les rendre à la bête divine.

Au moment où j’avais pris ma résolution... il était déjà trop tard.

« Je ne rigole pas !! »

La bête divine était furieuse contre les paroles trop égoïstes des aventuriers, et hurlait. Toute la forêt bruissait au choc, et les branches des arbres environnants tremblaient beaucoup.

Face à l’aura excessive d’intimidation, ils avaient senti la terreur et ils avaient perdu le contrôle d’eux-mêmes.

L’un des aventuriers qui tenaient les enfants balançait le poignard qu’il tenait sur l’enfant de la bête divine.

« Gyauuuu ... n »

Puis, venant de l’enfant qui avait été poignardé, son cri empli de chagrin... avait fait écho dans toute la forêt.

***

Chapitre 69 : Le jeu dans la forêt de l’esprit divin (2)

L’un des aventuriers qui tenaient les enfants balançait le poignard qu’il tenait sur l’enfant de la bête divine.

« Gyauuuu ... n »

Puis, venant de l’enfant qui avait été poignardé, son cri empli de chagrin... avait fait écho dans toute la forêt.

En entendant le cri, et voyant son enfant poignardé par ce poignard avant de s’arrêter de bouger, la rage de la bête divine augmenta.

« T-Tu comprends ? Si tu te bats contre nous, tes enfants restants deviendront aussi comme ça. T-Tu attends docilement là-bas pendant que nous sortons de la forêt !! Tu m’entends, si tu aimes tes enfants, tu feras comme on te l’a dit ! »

C’était mauvais, l’enfant qui avait été poignardé était proche de la mort. J’avais paniqué et j’avais sorti un certain caillou de mon sac de rangement.

Et, j’avais utilisé [Couper] sur la compétence placée sur le caillou, et je l’avais immédiatement collé sur l’enfant dont la vie était sur le point de s’éteindre.

Au moment où je l’avais fait, l’enfant, qui était allongé mollement, avait vu sa blessure guérir très rapidement.

... Ouf, je l’ai fait.

La compétence collée sur le caillou que j’avais sorti était celle que j’avais coupée du Troll Gazer, la compétence d’[Ultra Régénération].

Même la [Régénération] d’un troll n’avait pas autant de pouvoir régénérateur.

Avec [Ultra Régénération], ce qui pouvait être considéré comme sa compétence la mieux classée, la récupération était quasiment instantanée.

Et ainsi, l’enfant avait été sauvé.

Cependant, cela ne signifiait pas que le problème était résolu.

Je m’étais précipité depuis l’arrière de l’arbre où je me cachais.

Avec moi qui étais soudainement apparu à cet endroit, la Bête Divine, les aventuriers... Tous semblaient ne pas savoir ce qui s’était passé.

Je n’avais pas manqué ma chance dans cette confusion, et visant les aventuriers, j’avais activé [Intimidation du Roi] !

« Guaaa, quoi ? Qu’est-ce qui se passe... !? »

Les aventuriers qui avaient reçu de plein fouet l’[Intimidation du Roi], étaient tombés dans la panique en un clin d’œil, et ne pouvaient pas bouger.

J’avais récupéré les enfants de ces individus qui ne pouvaient pas bouger et je les avais redonnés à la Bête Divine.

« Vous, qui êtes-vous ? Cette compétence était “Intimidation du Roi”, n’est-ce pas ? Pourquoi un humain comme vous peut-il l’utiliser ? En outre, mon garçon a été poignardé sans le moindre doute... quel est le sens de tout ceci ? »

« Bête Divine, je m’excuse à la place de ces imbéciles. S’il vous plaît, pardonnez-nous. »

Je m’étais d’abord excusé du fond de mon cœur auprès de la Bête Divine qui montrait un regard confus. Ce n’était pas pour moi, mais pour la race humaine.

Du point de vue de la Bête Divine, j’étais probablement le même qu’eux. C’était pourquoi je m’étais excusé du fond de mon cœur.

« ... Fufu, vous semblez différent de ces gars-là. Laissez-moi d’abord vous remercier. Je vous remercie du fond du cœur pour avoir sauvé mes enfants. C’est aussi grâce à vous que mon enfant qui a été poignardé a été sauvé, n’est-ce pas ? »

Puisqu’il était inutile de le cacher à la Bête Divine, je l’avais avoué avec franchise.

« Oui, c’était moi. »

Quand je l’avais dit, l’enfant qui avait été poignardé et qui était encore taché de sang s’était frotté le visage contre mes pieds.

... Essaye-t-il de me remercier ?

« Cet enfant vous remercie aussi. »

Eh bien, comme je m’y attendais. J’avais pris doucement l’enfant, qui était avant ça à mes pieds, dans mes bras.

« ... Cela devait avoir été douloureux, je suis désolé. »

Alors que je m’excusais, il me léchait le visage comme pour me dire de ne pas m’inquiéter. Eh bien, c’était mignon, alors j’étais content, mais... peux-tu déjà arrêter s’il te plaît ?

En regardant la scène, la Bête Divine, qui s’était calmée, avait de nouveau montré une expression de colère et avait lancé un regard noir aux aventuriers qui ne pouvaient pas bouger, tellement ils étaient en panique.

« Je vous suis reconnaissant, mais il n’y a aucune chance que je pardonne à ces imbéciles. »

Eh bien, c’était compréhensible. Bien que nous soyons de la même race, je ne sentais rien d’autre que du dégoût envers eux.

Je m’en fichais de ce qui leur arriverait.

Ils avaient kidnappé les enfants de la Bête Divine, et en plus, ils avaient essayé de les assassiner. Je ne pensais pas que c’était un acte humain. Ils avaient probablement marché profondément dans la forêt pour rechercher une sorte de proie à cause de ces nobles stupides, y compris l’ordre de Claude.

Et par pure coïncidence, ils avaient trouvé les enfants de la Bête Divine.

Ils avaient réussi à capturer les enfants, mais ils avaient été découverts par la Bête Divine, et cela avait probablement provoqué cette situation.

Comme il y avait déjà du sang sur la Bête Divine, plusieurs aventuriers avaient probablement déjà été tués.

Eh bien, c’était juste des suppositions, mais je ne pensais pas que c’était si loin de la réalité.

« Oui, bien sûr. Moi aussi, je ne peux pas pardonner à ces individus-là. »

Hyrosette

Race : Humain

Niveau : 23

Sexe : masculin

Âge : 31 ans

Occupation : Aventurier (Rang B)

[Compétence]

Dague extrême

Marches rapides (grands)

Cuisine

 

Chorokyu

Race : Humain

Niveau : 24

Sexe : masculin

Âge : 29 ans

Occupation : Aventurier (Rang B)

[Compétences]

Hache à deux mains : Saint

Lancier extrême

 

Groony

Race : Humain

Niveau : 20

Sexe : masculin

Âge : 33 ans

Occupation : Aventurier (Rang C)

[Compétences]

Amélioration de la vue : Large

Mur de fer

Meulage

C’était comme attendu pour des aventuriers qui entraient dans la Forêt de l’Esprit Divin. Je m’attendais bien qu’ils soient assez forts... Cependant, ces individus avaient fait des choses qu’un humain ne devrait jamais faire, et c’était ce que je pensais très clairement.

C’était également pareil pour les enfants du dragon, quelles seraient les conséquences de leurs actions ?

Qui serait dans le désarroi à cause de cela ? Ces individus n’avaient pas pensé à cela.

C’était pourquoi je n’avais absolument pas envie d’entraver la Bête Divine si elle voulait les punir, et cela, quelle que soit la punition.

Si les parents du dragon et la Bête Divine étaient venus dans la ville de Lucas et dans la capitale royale, et avaient tué les individus importants pour moi, je pense que cela ferait vraiment mal.

« Qu’avez-vous prévu pour ces personnes-là ? »

« Bien sûr, je vais les tuer. »

... Aah, comme je m’y attendais ! Eh bien, c’était compréhensible.

Son propre enfant avait été poignardé devant ses yeux.

Il n’y avait pas d’autre choix que ça, hein.

Ils récoltaient ce qu’ils semaient.

Après avoir confirmé que je ne l’arrêterais pas, la Bête Divine se tourna vers le ciel et éleva un cri de guerre.

En faisant cela, des choses qui ressemblent à des flèches noires apparurent en quantité massive dans l’air, et tout d’un coup... comme la pluie, cela s’était mis à pleuvoir sans cesse sur les trois aventuriers.

Quelques milliers ? Non, peut-être quelques dizaines de milliers.

Un nombre effroyable de flèches noires transpercèrent les aventuriers les unes après les autres.

La pluie de flèches s’était alors terminée. Et après que la poussière tourbillonnante eut disparu... Il ne restait aucune trace des aventuriers.

Un pouvoir terrifiant... ! Est-ce le pouvoir de la Bête Divine ? Les aventuriers, comprenant deux rangs B, avaient perdu leur vie rapidement, voire même très rapidement.

Alors que j’étais stupéfait de ce pouvoir écrasant, la Bête Divine avait marché jusqu’à ce qu’elle soit en face de moi. Et puis, tout comme l’enfant de la Bête Divine l’avait déjà fait, elle m’avait léché le visage.

« Permettez-moi de vous remercier encore une fois. Comment vous appelez-vous ? »

« Moi, je suis Myne. Bête Divine. »

« Alors vous vous appelez Myne. Vous pouvez m’appeler “Fenrir”. Vous êtes le sauveur de mes enfants, je vous permets de m’appeler par mon nom. »

Après la fin des présentations, la Bête Divine Fenrir m’avait demandé ce que j’avais fait.

Et, elle m’avait demandé pourquoi je pouvais utiliser quelque chose comme [Intimidation du Roi], une compétence hors norme.

... Devrais-je être franc ? J’étais extrêmement inquiet. Cependant, la Bête Divine était un être qui vivait vraisemblablement isolé du monde. Avant tout, elle était aussi la messagère des Dieux.

Après avoir fini de m’inquiéter, j’avais parlé à Fenrir de la capacité que les Dieux m’avaient confiée, et des batailles auxquelles j’avais dû faire face jusqu’à aujourd’hui.

« ... Je vois, l’“Anormalité” que Dieu avait mentionnée pourrait faire référence à vous, Myne. »

Eh ? Est-ce que j’ai vraiment entendu le mot anormalité ? Est-ce mon imagination ?? Je n’arrive pas à l’imaginer parlé de ça ? Le fait que Dieu parlait à propos de moi ou de quelque chose de semblable est invraisemblable...

« C’est intéressant. Notre rencontre est probablement la volonté de Dieu. Myne, je te reconnais comme mon ami. Tu devrais te sentir honoré. »

Aah, la Bête Divine avait dit quelque chose... Il semblerait que je sois devenu l’ami de la Bête Divine.

Le choc de la mort des aventuriers par une puissance écrasante fut écrasé par une plus grande surprise, et fut complètement repoussé dans un coin.

Et, dès que cette discussion difficile avait pris fin, les enfants m’avaient encerclé. Franchement, que se passe-t-il maintenant avec cette situation... ?

J’étais censé être dans une compétition contre ce stupide noble...

***

Chapitre 70 : Le jeu dans la forêt de l’esprit divin (3)

« ... Et donc, en ce moment, je dois chasser beaucoup de monstres ! »

Je venais de finir d’expliquer à la Bête Divine Fenrir ce que je faisais ici. Au moment où j’avais essayé de me lever, mais l’un des enfants de Fenrir avait sauté vers moi.

Il avait ensuite laissé échapper un « Kyuun Kyuun » et avait remué la queue comme s’il disait « Prends-moi avec toi », alors qu’il regardait fixement mon visage.

Alors que je regardais vers la Divine Bête Fenrir, elle l’arrêta en disant : « Abandonne, et emmène-le tout simplement ».

« Euh ! Vous savez, je vais aller me battre contre des monstres. Cela va être dangereux pour lui, n’est-ce pas ? »

Au moment où je lui avais dit ça, la Bête Divine Fenrir avait affiché pendant un instant une expression de colère, puis elle m’avait déclaré ceci.

« Avec ce collier, s’il n’était pas limité par ses ordres, ils ne pourraient pas perdre même face aux monstres se trouvant dans la zone. »

... Maintenant qu’elle l’avait mentionné, les petits de Fenrir portaient tous des colliers noirs.

Nom : Collier d'Esclave

Effets spéciaux : s’active en les attachant à un cou.

Il s’agit d’un collier avec de la magie d’esclavage scellé dedans.

... Ceci était un collier d’esclave, hein.

J’en avais déjà entendu parler avant aujourd’hui.

En l’attachant au cou de quelqu’un avant d’effectuer des arrangements spécifiques et en versant un peu de pouvoir magique dedans, la personne sera alors incapable d’aller contre les ordres du propriétaire du collier.

Contrairement aux autres capacités, cette capacité ne pouvait être utilisée qu’avec la permission du pays obtenu au préalable.

Ces individus l’avaient probablement obtenu illégalement ou collaboraient avec quelqu’un qui avait reçu la permission du pays.

D’une façon ou d’une autre, le Roi serait capable de comprendre ce qui se passerait si je lui en apportais un, n’est-ce pas ?

Mais même ainsi, pour avoir attaché une telle chose sur ces enfants... ma colère envers les aventuriers d’avant avait surgi une fois de plus.

... Je me demande si je peux d’une façon ou d’une autre m’en débarrasser.

J’avais entendu dire que si quelqu’un essayait d’utiliser la force brute pour l’enlever, cela allait exploser, donc je ne pouvais pas aborder ce genre de ces choses à la légère.

Eh bien. N’y a-t-il pas une bonne manière de le faire ?

La seule capacité qui peut me donner une chance de succès est probablement [Magie unique Espace-temps], hein.

Essayons pour le moment d’expérimenter.

J’avais activé [Magie Unique Espace-temps] sur un caillou que j’avais placé dans ma paume.

Cette fois-ci, je n’imaginais pas un vortex sombre, mais j’imaginais le fait d’envoyer directement ce caillou dans un espace séparé.

... Pas bien, rien ne s’était passé.

Quand j’avais vérifié la Compétence précédemment, en utilisant un vortex noir, j’avais été capable de me déplacer dans un autre endroit en un instant.

Dans ce cas, j’avais imaginé que ce caillou lui-même était envoyé dans ce vortex noir. J’avais ensuite activé ma compétence sur le caillou tout en pensant ça.

Alors que je l’avais fait, le caillou avait disparu de ma paume, et était apparu dans l’air un peu plus loin... puis il était tombé par terre.

« Je l’ai fait ! »

J’avais crié par réflexe.

« ... Myne, qu’as-tu fait ? »

La bête divine Fenrir qui me regardait fixement semblait ne pas avoir compris ce qui s’était passé.

« J’ai utilisé la [Magie Unique Espace-temps] que j’avais prise d’un Roi Orc... Écoutez, vous, les enfants, ne bougez pas. »

Après avoir dit ça, j’avais utilisé la [Unique Magie Espace-temps] sur le collier attaché au cou du petit de Fenrir qui m’était blotti contre moi depuis un moment.

J’avais l’impression que ce serait mauvais si je me montrais impatient et si le vortex noir touchait le petit de Fenrir, alors je l’avais fait prudemment et lentement.

« ... Bien ! ... Avec ça... c’est un succès !! »

Tout s’était déroulé comme prévu, comme lors des résultats expérimentaux précédents. Le collier avait disparu et comme le caillou d’avant, il était apparu dans l’air un peu plus loin avant de tomber au sol.

J’avais ensuite continué à détacher les colliers des autres enfants.

« Uoooooooooooo »

En voyant les colliers disparaître du cou de ses petits, la Divine Bête Fenrir éleva la voix avec ravissement.

Afin de remettre au Roi les « Colliers d’Esclaves » que j’avais récupérés, je les avais ramassés avant de le placé dans mon sac de rangement sans en laisser un seul là.

Ce serait une bonne chance si cela pouvait aider à régler le cas.

Après cela, j’avais été remercié par la Divine Bête Fenrir de tout son cœur (Plus précisément, elle m’avait sauté dessus et tout mon visage avait été léché), et tous les petits de Fenrir s’étaient agenouillés contre moi.

... Si cela avait été vu d’un point de vue extérieur, cela donnerait l’impression que j’avais été attaqué par plusieurs loups, n’est-ce pas ?

Après avoir reçu leur intense gratitude, tout mon corps était vraiment couvert de bave.

« ... Bien que ma chasse ait été complètement perturbée par ces colliers, je vais y retourner pour le moment. »

Tout en époussetant légèrement la boue et la fourrure des bêtes divines sur tout mon corps, j’avais déclaré cela, et tout à coup, j’avais entendu une voix qui semblait résonner dans mon esprit.

« C’est vrai, nous allons également t’aider pour te remercier de tout ce que tu as fait. »

... Eh !? Quelle était cette voix ?

« Il n’y a pas besoin d’être surpris. Maintenant, je t’accorde ma protection sacrée. »

Cette voix, ne me dites pas que c’est la Bête Divine !?

Nom : Myne

Niveau : 61

Race : Humain

Sexe : masculin

Âge : 15 ans

Occupation : Chasseur

[Compétence]

Sprint | Nouveau !

Coup direct | Nouveau !

Attaque Poursuite | Nouveau !

[Protection sacrée de la bête divine]

Télépathie « Fenrir » | Nouveau !

« Wôw, quelque chose avait été ajouté !? La télépathie... est-ce grâce à cette protection sacrée que j’entends cette voix ? »

« C’est exact. Même sans utiliser ta bouche, tu seras en mesure de cette façon de parler avec notre espèce. Et, tu seras en mesure de parler avec nous aussi longtemps que tu le souhaites, peu importe à quelle distance nous sommes. Si quelque chose te dérange, tu pourras discuter avec nous à tout moment. »

... D’une certaine manière, cela devient de plus en plus incroyable, non ? Tout à l’heure, c’était des amis, et maintenant c’était une protection sacrée ! Qu’est-ce qui est si bien chez moi ? Je me le demande.

« Maintenant, pourquoi tourne-t-on au ralenti ? Ne dois-tu pas aller chasser ? Eh bien, je l’ai déjà dit, mais notre famille va t’aider, alors ça ira probablement vite. »

Après avoir dit ça, la Bête Divine Fenrir avait disparu dans la forêt.

... Et les petits de Fenrir me regardèrent en me disant : « Emmène-nous pour chasser, emmène-nous, on veut être avec toi », tout en gambadant à mes pieds.

« Fuhaha, Myne. Ils sembleraient qu’ils soient très contents quand ils sont avec toi. Pourquoi ne les emmènes-tu pas pour ta chasse ? Les enfants seraient très heureux. De plus, ils ne seront pas un obstacle pour toi. »

Ouf, j’avais obtenu l’approbation de la mère, la Bête Divine Fenrir. Ils ne seraient sûrement pas un problème quand il s’agissait de puissance au combat.

... En outre, s’ils étaient si attachés à moi, je pourrais probablement les emmener lors de la chasse.

« ... Eh bien, allons-y ensemble ! Mais vous ne devez absolument pas vous forcer. »

« « « Super, Super, Superrrrrrr ... !! » » »

Ainsi, j’étais parti chasser avec les petits de Fenrir... Cependant, cela serait contre les règles, donc j’allais juste accepter leur bonne volonté, et mettre seulement ceux que j’avais chassés dans le sac de rangement pour le jeu.

☆☆☆

« Quoi ? Dites-vous  que l’autre unité que nous avions envoyée au plus profond de la forêt n’était pas revenue ? »

Un rapport était venu en disant que les aventuriers à qui j’avais donné des instructions pour capturer des monstres rares n’étaient pas revenus.

La « Forêt de l’Esprit Divin » était un lieu au nom grandiose. Je devinais qu’il y aurait sûrement de rares monstres au plus profond de la forêt, alors j’avais envoyé une vingtaine de personnes, censées être des aventuriers de Rang B, qui ne participaient pas au jeu.

Je les avais envoyés là-bas, alors que je m’attendais à ce qu’ils capturent des proies lucratives comme ce petit dragon, attrapée par coïncidence l’autre jour, mais...

S’ils ne viennent vraiment pas, j’aurais gaspillé une somme d’argent inimaginable. Tch, bande de bâtards inutiles.

« Claude, est-ce que ça va ? »

L’héritier de la famille Birtild, Herketh, mon allié, m’avait interpellé avec inquiétude. Ce type avait un bon visage, mais il n’était pas très fiable ou insatisfaisant.

Ceux qui étaient nobles devaient agir de manière plus imposante. Quand les héritiers seraient seuls, ils devraient être d’autant plus imposants.

« Herketh, de quoi parles-tu ? »

« Est-ce que tout se passe comme prévu ? Même si c’est une blague, il est toujours un homme que la famille royale a approuvé comme partenaire de Son Altesse Sylphide, non ? Peu importe le nombre de plans que nous avons mis en place, pouvons-nous vraiment gagner ainsi ? Claude, tu te souviens que nous serions déshérités si nous devions perdre, non ? »

J’avais réfléchi à ce dont il parlait. Alors, il voulait dire ça.

« ... Herketh, tu devrais d’abord comprendre le fait que tu es un noble. Les nobles doivent être plus raffinés et courageux. De plus, même si ce morveux est plus fort que prévu, nous avions 30 personnes qui chassaient auparavant. Il n’y a aucune chance pour qu’une seule personne dépasse cet écart, ai-je raison ? Notre victoire a été décidée dès le début, alors ne t’inquiète pas. »

... Oui, c’est un match où notre victoire avait été décidée dès le départ.

Demain, à peu près à ce moment-là, nous serions probablement saouls après avoir bu de l’alcool de haute qualité, célébrant notre victoire. Je souhaitais que demain arrive plus vite.

***

Chapitre 71 : Le jeu dans la forêt de l’esprit divin (4)

Alors que j’étais allé chasser avec les petits de Fenrir, j’avais constaté qu’ils étaient vraiment excellents. Leur capacité à rechercher des ennemis était particulièrement digne d’être mentionnée.

{Ici, ici}

En un clin d’œil, la position du monstre était précisée, et j’avais commencé à courir vers lui. Je n’avais pas besoin d’agir, car il avait été anéanti.

C’était exactement comme si les morts s’enchaînaient.

Après ça, les petits tenaient le monstre mort dans leur bouche avant de le traîner jusqu’à moi.

{Félicite-nous, félicite-nous}

Quand ils faisaient ça, ils remuaient rapidement leurs queues alors qu’ils s’ébattaient adorablement autour de moi, ce qui me faisait ressentir beaucoup d’affections pour eux.

... non, non, non, je ne peux pas me sentir aussi tendre et chaleureux en ce moment !

Je vais devoir résister à ceci !

J’avais alors caressé la tête des petits de Fenrir, et en frottant leur cou, j’avais pensé à cela.

{Incroyable ! Mais s’il vous plaît, laissez-m’en un peu. Aussi, pouvez-vous si possible rechercher des monstres forts ?} leur demandai-je par télépathie.

Alors que je le leur avais demandé ça, ils avaient immédiatement dit : {Laisse-nous faire !} Et nous avions commencé à courir.

Comme prévu, bien qu’ils soient des enfants, ils étaient les petits de la bête divine Fenrir. Leur vitesse de course était stupéfiante, et mon endurance avait déjà atteint ses limites après avoir couru avec eux après seulement une heure.

{ ... Désolé, mais laissez-moi me reposer un moment...}

En m’asseyant, les petits de Fenrir revinrent à mes côtés et s’assirent.

{Animaux de compagnie..., nous sommes des animaux de compagnie !}

En les caressant, ils ronronnèrent et fermèrent les yeux de plaisir. Le nombre de monstres que j’avais vaincus jusqu’à maintenant était de quarante.

Beaucoup d’entre eux étaient des singes des forêts et des crotales, mais il y avait aussi ces individus-là.

Nom : Mante de minuit

Niveau : 32

Race : Famille des Mantes

Sexe : ♂

[Compétences]

Faux à deux mains : Extrême

Bras fort

[Capacité]

Camouflage

Il s’agissait d’une grande mante religieuse, et j’avais été surpris de la voir apparaître soudainement derrière moi.

Mais comme les petits de Fenrir étaient à l’affût, j’avais réussi à survivre sans problèmes, mais si j’avais été seul, j’aurais pu être blessé.

Il semblerait que la raison pour laquelle je n’avais pas remarqué son approche était surement sa capacité [Camouflage].

Nom : Libellule de minuit

Niveau : 29

Race : Famille des libellules

Sexe : ♀

[Compétences]

Magie de zone Vent : Grand

[Capacité]

Souffle paralysant

Lévitation

Une grande libellule.

Si vous inhaliez même faiblement le souffle qu’elle avait craché, votre corps deviendrait paralysé et vous seriez incapable de vous défendre pendant un moment. C’était pourquoi, fondamentalement, le KO en un coup était considéré comme le meilleur choix d’action contre elle.

Eh bien, dans mon cas, j’avais immédiatement arraché sa capacité, alors cela n’avait rien à voir avec ma situation.

C’était à l’origine une petite libellule, qui s’était transformée en un monstre, et était devenue gigantesque. D’ailleurs, c’était la même chose pour la mante d’avant.

Je ne connaissais pas les détails de la transformation des êtres vivants normaux en monstres. Selon une théorie, on disait que c’était la même chose qu’avec les monstres dans un donjon, ils avaient absorbé une sorte de pouvoir magique.

Nom : Singe des forêts

Niveau : 37

Race : Famille des singes

Sexe : ♂

[Compétence]

Bras fort : Extrême

Amélioration de la force physique : Extrême

Arts martiaux : Puissant Poing

[Capacité]

Rugir

Un singe de la forêt était un monstre qui se spécialisait dans l’agilité et les attaques, mais celui-ci, bien que ce soit aussi un singe, semblait être un monstre qui accordait de l’importance à la force. C’était tout à fait le type de monstre gênant, car il pouvait même utiliser les arts martiaux, mais beaucoup d’entre eux se déplaçaient indépendamment, donc c’était une proie facile pour moi.

Au fait, j’avais entendu dire que sa viande était un article de très haute qualité qui pouvait être vendu à un prix scandaleusement élevé.

Je pensais en chasser beaucoup pour en faire des souvenirs pour Aisha et Sylphide.

En faisant une pause, j’avais vérifié les monstres vaincus pendant que je chassais.

« ... Comme il n’a pas fallu beaucoup de temps pour chercher des ennemis, notre vitesse de chasse est devenue très rapide, n’est-ce pas ? »

En confirmant le contenu de mon sac de rangement, j’avais murmuré sans utiliser la télépathie, mais les petits de Fenrir déclarèrent...

{Félicite-nous, félicite-nous}

Ils l’avaient dit, et étaient venus en se frottant leurs visages contre moi.

Comme il n’y avait vraiment aucun doute que c’était grâce à ces petits, j’avais frotté affectueusement leur gorge avec gratitude. Ils semblaient aimer se faire toucher la gorge et tous les trois y avaient pris plaisir.

Bon, je me suis assez reposé, continuons la chasse.

{Bien, continuons-nous, d’accord ?}

{Oui. On y retourne, alors tenez le coup !}

Eh bien, même si je leur disais de tenir le coup, celui qui serait épuisé en premier serait encore moi, car les petits de Fenrir avaient bien plus d’énergie, quoi que...

Une fois de plus, je m’étais laissé guider par les petits de Fenrir, et alors que nous allions de plus en plus loin dans la forêt, devant mes yeux, il y avait un grand étang... non, un lac ?

{Y a-t-il des monstres ici aussi ?}

Alors que je l’avais demandé aux petits de Fenrir, ils avaient répondu. {Il y a un..., et un gros en plus}

... Un gros ?

J’avais jeté un coup d’œil, mais il n’y avait rien de ce genre nulle part...

Cependant, si c’est ce que les petits disent, il existe certainement, pensais-je. Et ainsi, j’avais utilisé [Détection de présence Modérée de Niveau 3]

... Au moment où je l’avais fait... Voilà !

Qu’est-ce que c’est !? D’où vient-il, eeeeeeeeeehhh !?

À peu près au même moment j’avais confirmé son existence avec [Détection de présence Modérée de Niveau 3], la surface du lac avait commencé à onduler, et un gigantesque poisson noir, ou quelque chose d’approchant, avait sauté.

Nom : Firis, Poisson-chat

Niveau : 63

Race : Famille des poissons-chats

[Compétences]

Tremblement de terre

Détection de présence : Large

Magie Eau : Colossale

[Capacité]

Rugir

Avaler en entier

Ouah, c’était... Un monstre en forme de poisson-chat !?

Comme l’avaient dit les petits de Fenrir, c’était vraiment grand !

La scène de sa sortie de l’eau était assez impressionnante alors qu’il faisait environ six à sept mètres de long. Son niveau était plus élevé que le mien, et c’était mon premier ennemi puissant que j’avais rencontré depuis un moment.

... Cependant, comment pouvais-je le vaincre s’il était dans l’eau ?

Tout en m’inquiétant d’un moyen de le vaincre, la terre avait soudainement énormément tremblé.

C’était mauvais, n’était-ce pas la compétence du poisson-chat ?

C’était dommage que je ne puisse pas voler ses compétences, car il n’avait fait qu’un bond.

J’étais accidentellement tombé à suite de la secousse violente. Les petits de Fenrir aboyaient tout en s’accroupissant.

... Pour l’instant, je ne peux rien faire tant que l’agitation continue.

J’avais trouvé son emplacement en utilisant [Détection de présence modérée de Niveau 3] et j’avais créé une pierre gigantesque avec [Réalisation], avant de la laisser tomber d’en haut.

Il l’avait facilement évité, car il y avait la résistance à l’eau, mais les secousses s’étaient calmées pour le moment.

Bien, attendons que ce gars remonte à nouveau à la surface de l’eau.

J’avais prédit l’endroit où il allait sauter, et je m’étais mis à l’affût pour voler ses compétences.

En même temps que je faisais ça, j’avais ramassé une pierre modérément grande, et j’activais [Renforcement du corps Grand de Niveau 3] [Amélioration physique Grand de Niveau 2] [Bras puissant : Saint].

Il avait finalement sauté hors de la surface de l’eau avec une force terrifiante.

J’avais rapidement volé [Séisme] et [Détection de présence Large]... mais, il semblait me viser aussi au même moment, et une boule d’eau gigantesque avait volé vers moi.

Ku !! Est-ce que c’est [Magie Eau : Colossale] !?

Je ne pouvais voler au mieux qu’une ou deux Compétences au moment où il sautait.

Il avait utilisé la Compétence autre que celles que j’avais volées à ce moment-là... Comme c’était malchanceux !!

Je ne pouvais pas l’éviter à cette distance, et si je l’évitais, les petits de Fenrir pourraient être touchés.

Je ne pouvais que la supporter !!

J’avais utilisé [Attribut de l’eau Résistance] et [Défenseur], et j’avais arrêté la magie qu’elle avait déclenchée !!

Le son que je fis en recevant ce coup direct provenant de sa magie résonna tout autour, et la boule d’eau s’était éclatée, dispersant l’eau dans les alentours.

Grâce à l’utilisation à l’avance des compétences de type Défensive, j’avais été en mesure de réduire considérablement les dégâts reçus, mais malgré cela, j’étais tombé à genoux.

En me voyant blessé, les petits de Fenrir hurlèrent vers la surface de l’eau.

J’avais lancé [Magie de régénération] quelques fois pour faire face pour le moment.

« Il est dangereux de reculer, je vais le vaincre la prochaine fois qu’il va sauter. »

J’avais appelé les petits de Fenrirs, et confirmé à nouveau l’emplacement du monstre avec [Détection de présence Modérée de Niveau 3].

Bien qu’il visait directement la surface de l’eau, je pouvais voir qu’il nageait de façon instable, probablement en raison de mon vol de sa compétence [Détection de présence grande] juste avant

J’avais également volé son [Tremblement de terre]. Il ne pouvait plus qu’attaquer de la surface de l’eau maintenant.

... Dans ce cas, si j’attendrais, et il attaquerait probablement de là-bas.

Comme je m’y attendais, il avait commencé à se déplacer vers la surface de l’eau.

Prépare-toi, c’est mon tour maintenant !

Une fois de plus, il avait sauté hors de l’eau avec une force terrifiante. Cette fois-ci, je lui avais volé sa [Magie Eau : Colossale], et j’avais lancé une pierre de la taille d’un poing à pleine puissance.

... Cependant, la pierre que j’avais jetée à pleine force ne pouvait pas la supporter, et au moment où elle avait frappé le poisson-chat, la pierre était réduite à moins de la moitié de sa taille d’origine.

Je n’avais pas pu mettre un terme à sa vie, mais il semblait avoir reçu assez de dégâts, et il plongea à nouveau dans l’eau avant que le sang ne monte à la surface.

« N’ayant pas vraiment d’arme à projectile, je ne peux qu’essayer d’utiliser la magie, hein...

Cependant, la magie la plus forte que j’avais était de la Magie de zone... devrais-je l’utiliser ? »

Alors je pensais à ça, à ce moment-là, j’avais été frappé par une idée.

« ... Cela peut probablement marcher, non ? »

Ils disent que la troisième fois sera la bonne, on va le tuer avec ça !

Le poisson-chat blessé et furieux se précipita vers la surface de l’eau à grande vitesse. Ne s’était-il pas rendu compte qu’il n’avait plus aucune compétence ?

Je pensais que ça ne lui échapperait pas, car il n’y avait plus moyen d’attaquer, mais j’étais reconnaissant pour ça.

Et puis, il avait sauté hors de l’eau pour la troisième fois.

... Maintenant !!

La Compétence que j’avais utilisée était [Magie Unique Espace-temps].

Un vortex noir était apparu sur son passage et le poisson-chat s’y jeta.

... Bien sûr, l’endroit où je l’avais connecté avant qu’il y entre était le « terrain » à quelques mètres de moi.

S’il ne pouvait plus plonger sous l’eau, il n’y avait aucun moyen que ce soit un combat difficile !

J’avais équipé mon poignard en acier, et l’avais planté dans le corps du poisson-chat volant.

Après l’avoir poignardé, j’avais reculé.

Puis je m’étais élancé à nouveau vers le poisson-chat qui avait laissé échapper un cri terrifiant, et avait volé toutes ses capacités restantes, les collant sur des cailloux.

À cause de son grand corps, il ne mourut pas immédiatement, mais secoua violemment son corps et continua à se débattre.

Comme il luttait bruyamment, j’avais hésité à l’approcher.

Comme cela pourrait prendre un certain temps avant qu’il ne meure, j’avais lancé [Sorcellerie Extrême de Niveau 2] et j’avais utilisé [Magie du Vent], afin de lui infliger des dégâts à distance.

... J’avais envoyé environ dix attaques avec la [Magie du Vent].

Sa lutte avait finalement commencé à diminuer.

J’avais activé après ça des compétences défensives, et je m’approchais prudemment de sa tête, et je le poignardais son front avec mon poignard d’acier.

Le poisson-chat avait vacillé pendant un moment avant de devenir complètement immobile.

« Ouf, c’est fini. »

Au moment où je l’avais dit, les petits de Fenrir qui étaient assis sur le sol sautèrent vers moi avec un grand élan. Ils étaient probablement inquiets, hein. Ils avaient léché mon visage intensément.

{Est-ce que ça va ? Est-ce que ça va ? N’était-ce pas douloureux ?}

{Oui, je vais bien ! Merci de vous être inquiété !}

Après avoir été léché par les petits de Fenrir, j’avais commencé à vider le poisson-chat.

« ... Si j’apporte ça, j’aurai probablement beaucoup de points, non ? »

Comme prévu, j’étais un peu fatigué, donc la chasse d’aujourd’hui devra se terminer ici.

En pensant à cela, j’avais envoyé un message télépathique à la bête divine Fenrir, et le résultat fut que je serais guidé vers leur résidence.

{Nous te guiderons jusqu’à notre maison !}

Ainsi, mon lit pour ce soir sera dans la résidence de la bête divine Fenrir.

En pensant que je devais normalement chasser seul les monstres pendant toute la nuit, j’étais vraiment reconnaissant pour cela, car je pourrais me reposer en paix.

J’étais vraiment reconnaissant envers ces enfants et la Bête Divine Fenrir !

...

Nom : Myne

Niveau : 63 (61 → 63) Monté de niveau !

Race : Humain

Sexe : masculin

Âge : 15 ans

Occupation : Chasseur

[Compétences acquises]

Faux à deux mains : Extreme | Nouveau !

Arts martiaux : Puissant Poing | Nouveau !

Tremblement de terre | Nouveau !

Détection de présence : Grande | Nouveau !

Magie Eau : Colossale | Nouveau !

***

Chapitre 72 : Le jeu dans la forêt de l’esprit divin (5)

Alors que j’étais guidé par les petits de Fenrir, je m’étais enfoncé de plus en plus profondément dans la forêt avec eux.

Ils savaient probablement que j’étais fatigué après mon combat avec le poisson-chat, alors les petits de Fenrir avaient repris leurs missions de subjugation.

Chaque fois qu’ils abattaient un monstre, ils agitaient la queue tout en disant {félicitez-nous, félicitez-nous} alors qu’ils ramenaient le cadavre du monstre avec leur bouche, de sorte que les matériaux des monstres s’accumulaient rapidement dans mon sac de rangement.

Je m’étais probablement bien habitué au découpage en utilisant ma compétence de [Couper], car je pouvais maintenant en finir en une trentaine de secondes.

... Au contraire, le rythme des petits de Fenrir était bien trop rapide, et si je ne pouvais même pas faire ça à ce rythme, alors je ne serais jamais à temps pour le suivant.

Et bien sûr, s’ils me disaient {félicitez-nous}, alors je les félicitais puisqu’ils avaient travaillé dur.

Cependant, ils devenaient de plus en plus avides des louanges, et continuaient leur tâche de subjugation dans la zone autour de moi, alors je ne pouvais pas juger si c’est un cycle vertueux ou un cycle vicieux qui était en cours en ce moment...

Malgré tout, nous semblions nous approcher petit à petit de notre destination, alors que l’un des petits de Fenrir s’accrochait à mon dos et me disait : {Nous y sommes presque là. C’est presque là}.

La résidence où nous étions arrivés était une grande caverne. À l’intérieur, il y avait des murs où, comme ceux du Donjon de la Force, la lumière sortait de la surface. Ainsi, les lieux étaient assez brillants.

C’était probablement contrôlé par quelque chose qui ressemblait à de la magie, car la température dans la caverne n’était ni trop chaude ni trop froide, et ainsi, c’était maintenu à une température confortable.

{Vous vivez dans un endroit agréable, n’est-ce pas ?}

Au moment où j’avais parlé aux petits de Fenrir, ils m’avaient répondu. {Confortable, confortable}, tout en se roulant sur le sol. Et ainsi, ils avaient commencé à jouer. La Bête Divine Fenrir semblait être arrivée avant nous et nous avait regardé jouer en souriant avec joie.

« Tu as fait un travail pour avoir protégé mes enfants. Comment était-ce ? N’étaient-ils pas utiles ? »

La bête divine Fenrir me l’avait demandé avec fierté. Oui, elle est vraiment une maman poule.

C’était ce que je pensais à ce moment, mais comme il n’y avait aucun doute qu’ils avaient été utiles, j’avais exprimé ma gratitude et je lui avais donc répondu. « Oui ! Ils m’ont beaucoup aidé. »

« Maman, nous avons été utiles, n’étions-nous pas utiles ? »

Deux petits, mis à part celui qui était accroché à mon épaule, accoururent vers la bête divine Fenrir et ils plongèrent vers elle.

* Fwump *, un doux bruit d’impact se fit entendre, puis ils se blottirent contre leur mère, la bête divine Fenrir, et ils la caressèrent avec ses pattes alors qu’ils se comportaient comme des enfants gâtés.

La bête divine Fenrir les avait laissés tels quels alors qu’elle les regardait.

Et en parlant de l’autre enfant qui s’accrochait à moi...

Comme il n’y avait pas de bonne prise pour rester entre deux, il se leva de toutes ses forces et parvint finalement à atteindre le sommet de ma tête, faisant un regard triomphant.

Naturellement, ma tête était plus petite que ce gosse, donc c’était assez instable, mais il s’accrochait plutôt bien.

Eh bien, laissons-le jusqu’à ce qu’il s’en lasse.

Ce gamin était celui qui avait été poignardé par l’aventurier, mais... il était très attaché à moi, n’est-ce pas ?

Nom : Fenrir (Enfant)

Niveau : 31

Race : Bête divine

Sexe : ♂

Statut : Bête apprivoisée (Myne)

[Compétence]

Bête d’origine Divine

Œil magique de la gravité

Ultra Régénération

[Capacité]

Grand hurlement « Loup de Kamui »

Pattes fortes

... Eh ? C’est franchement ainsi !? Cependant, je n’ai jamais utilisé [Domptage], n’est-ce pas ?

Pourquoi pourquoi ??

{Fenrir !? Quelque chose de terrible est arrivé !?}

J’avais paniqué, et la bête divine Fenrir m’avait répondu.

{Hm ? Quel est le problème, Myne ?}

{ ... Je ne sais pas pourquoi, mais cet enfant... a été apprivoisé par moi...}

{Domptage... Esclavage ? ... Il y a certainement une telle compétence. Myne, l’as-tu utilisé sur cet enfant ?}

{Non, pas du tout... Je l’avais déjà avant notre rencontre, mais je ne l’avais jamais utilisé.}

{ ... Fufu, mon garçon, viens ici pour le moment.}

Quand la bête divine Fenrir avait appelé le petit Fenrir qui avait grimpé sur ma tête, il avait aboyé « Waun », puis avait sauté de ma tête, et avait couru vers sa mère à pleine vitesse.

Pendant ce temps, les deux bêtes avaient parlé de quelque chose, et le petit était revenu à moi.

Puis, il s’était frayé un chemin jusqu’à mon dos et avait grimpé sur ma tête comme pour dire que c’était la meilleure position.

{J’ai essayé de parler à l’enfant, mais il ne semble pas y avoir de doute. Il est particulièrement attiré par quelque chose chez toi. Puisqu’il est venu à t’aimer beaucoup après que tu l’as sauvé. Ainsi, il l’a voulu, et ainsi, il a acquis un statut « dompté » de son propre chef. En premier lieu, il est impossible d’apprivoiser des bêtes divines, donc je n’ai pas vraiment compris le mécanisme derrière tout ça, puisqu’il n’y a aucun précédent.}

Euh, est-ce que ça va aller ainsi ?

Alors que je pensais à cela, j’avais doucement soulevé le petit qui était sur ma tête avec mes deux mains, et l’avais amené devant moi.

{Qu’est-ce qu’il y a... ?}, me demanda-t-il, en remuant joyeusement la queue, faisant un bruit de claquement, et me fixant.

Puisque la bête elle-même ne s’en souciait pas, cela devrait aller...

{Eh bien, si tu agis de manière fiable, il n’y aura pas de problèmes particuliers.}

Ainsi, j’avais également obtenu l’autorisation du parent.

{Mais... Je partirais demain, tu sais ?}

{ ... !}

Quand j’avais annoncé ça, le petit de Fenrir qui remuait la queue cessa de s’agiter et me regarda avec de tristes yeux de chiot.

{Ne pars pas..., ne pars pas...}

En disant cela, il mordit légèrement mon bras.

Même s’il disait cela, je devais revenir, et après cela je retournerais dans la capitale où la cérémonie de mariage m’attendait.

Alors que je regardais vers la Bête Divine Fenrir avec un visage troublé, comme prévu, elle avait également affiché le même type de visage.

En fin de compte, la Bête Divine Fenrir et moi-même avions pris plusieurs heures pour les persuader avec « je reviendrai » et il l’avait d’une manière ou d’une autre accepté.

Au milieu de la persuasion, les deux petits de Fenrir restants avaient également dit « Non... » et avaient fondu en larmes, ce qui avait rendu la tâche difficile.

Au fait, les deux autres n’avaient pas été apprivoisés.

En fin de compte, je n’avais pas réussi à comprendre pourquoi un seul d’entre eux avait été apprivoisé.

Après une longue persuasion, ils allèrent enfin dormir, mais les trois enfants étaient venus me voir et ils m’avaient dit : {Dormons ensemble}. Ainsi, nous avions dormi ensemble.

Je m’étais endormi en un clin d’œil, car la fourrure duveteuse des enfants me faisait vraiment du bien.

... Oui, beaucoup de choses se sont passées aujourd’hui. Ce match se terminera demain, alors faisons de notre mieux !

Eh bien, bonne nuit !!

 

☆☆☆

 

« Avez-vous perdu de vue les allées et venues de Sire Myne ? »

En entendant le rapport de mon subordonné, j’avais été instantanément pris de vertige. Bien que Sire Myne soit un roturier, il était également le fiancé de la Première Princesse, Son Altesse Sylphide.

Il ne devait pas y avoir la moindre chance que quelque chose lui arrive.

« Comment l’avez-vous perdu de vue !? »

En élevant la voix, l’un de mes subalternes m’avait répondu en s’excusant.

« ... En fait, Sire Myne a traversé la zone désignée, et a continué plus loin dans la forêt... Le responsable a tenté de le poursuivre, mais il a été obstrué par un monstre, et il l’a perdu de vue alors qu’il se battait... »

Je vois, il avait quitté la zone, ce qui signifiait qu’il était possible de rencontrer des monstres extrêmement forts. S’il devait se battre avec de tels monstres, cela prendrait certainement du temps...

Cependant, n’était-ce pas un problème en soi ? En entrant dans une telle zone par lui-même, il y aurait un danger pour sa vie.

Les résultats de ce jeu avaient déjà été déterminés, et c’était, pour ainsi dire, un résultat arrangé.

Le fiancé de Son Altesse Sylphide ne pouvait pas perdre la vie au cours d’une telle farce. Avec le cours des événements, je comprenais que le plan ne serait pas réalisable s’il n’y participait pas.

Cependant, à mon avis, compte tenu du danger pour sa propre vie, je ne voulais vraiment pas qu’il participe.

... Rien ne pouvait être fait si tard dans le jeu, et Son Altesse Alto et Son Altesse Sylphide avaient approuvé en disant que tout irait bien.

J’allais croire en ces mots pour l’instant, et je ne pouvais que prier pour qu’il soit en sécurité.

« ... Contactez rapidement la capitale royale afin qu’elle envoie deux pelotons de la première et de la seconde unités de chevaliers. Dès qu’ils arriveront, nous chercherons Sire Myne. »

« Oui, Sire ! Compris ! »

S’il vous plaît, faites attention à vous, je l’avais souhaité dans ma tête.

Myne était un roturier, donc il était différent des nobles habituels que nous rencontrions, et avait une disposition extrêmement sympathique.

La conversation que j’avais eue avec lui hier soir avait été vraiment agréable. Qu’une personne comme lui puisse devenir un membre de la royauté était quelque chose que nous les chevaliers souhaiterions vraiment.

Oui, un renouveau dans la famille royale.

Il n’y avait pas de quoi être insatisfait de la famille royale actuelle, mais si Sire Myne y était ajouté, j’avais l’impression que cela allait changer pour devenir quelque chose de renaissant.

Bien que nous n’ayons eu qu’une courte conversation, sa personnalité m’avait fait ressentir des attentes.

La cérémonie de mariage qui aura lieu dans peu de temps sera le premier pas vers cela.

... C’est pourquoi nous ne pouvions absolument pas le perdre dans un tel endroit.

S’il vous plaît, faites attention à vous, je marmonnais ceci une fois de plus dans mon cœur.

***

Chapitre 73 : Le jeu dans la forêt de l’esprit divin (6)

« Il s’agit d’un endroit ensoleillé et vraiment sympa ! »

Quand je m’étais réveillé, je m’étais levé en douceur pour ne pas réveiller les petits de Fenrir se trouvant tout autour de mon corps. Après que je sois sorti de la caverne, j’avais vu un ciel bleu clair s’étaler devant moi sans avoir un seul nuage à l’horizon.

Comme j’avais dû persuader les petits de Fenrir jusqu’à tard dans la nuit, j’avais l’impression d’être réveillé plus tard que d’habitude.

Afin de me débarrasser de ma somnolence, j’avais utilisé un caillou [Continue : Eau] pour me laver le visage, et Fenrir, la bête divine, était alors sortie de la caverne.

{Bonjour !}

J’avais fait mon salut joyeux habituel. Quand je l’avais fait, la bête divine Fenrir avait fait une expression calme et avait répondu. {Aah, bonjour}.

{Maintenant, je vais te remettre les monstres que j’ai chassés hier.}

Après qu’elle (Fenrir) avait dit cela, un vortex noir comme celui que je produisais quand j’utilisais [magie unique d’espace-temps] était apparu là.

Il semblerait que ce vortex noir était une capacité unique pour les bêtes divines, et que cela soit semblable à un sac de stockage avec un temps arrêté.

Et de l’intérieur de cette espace, des cadavres de monstres s’étaient déversés et étaient tombés un par un.

Wôw, wooooowww.

Tellement, il y en avait trop !

J’étais involontairement perdu, sans pouvoir dire la moindre chose alors que je regardais ces monstres jaillissant sans fin.

... Comme prévu, cette quantité n’est pas bonne. Le volume du sac de stockage avec le temps arrêté ne suffit pas du tout.

Et utiliser celui que m’avait donné la famille royale était contraire aux règles, donc je ne pouvais pas l’utiliser.

Au contraire, même si je devais l’utiliser, ils ne l’accepteraient pas, n’est-ce pas ?

J’avais le sac de stockage 10t, mais cette quantité était trop élevée, et cela allait prendre du temps avant que tout soit traité correctement.

En premier lieu, même avec la chasse que j’avais faite avec les enfants hier, le montant était déjà assez terrifiant.

... Franchement, que devais-je faire avec ça ?

Réalisant probablement que j’avais fait une expression troublée, elle m’avait demandé ce qui n’allait pas, juste par curiosité.

Quand je lui avais expliqué la raison, elle avait dit. {Eh bien, je vais m’occuper de cela et elle les plaça dans le vortex noir.}

Alors qu’elle faisait ça, la bête divine Fenrir avait réfléchi, puis elle murmura. {J’étais trop enthousiaste}, et je décidai de faire semblant de ne pas l’entendre.

Comme la bête divine et moi avions parlé de ce qui allait arriver à partir de maintenant, les enfants étaient arrivés puis ils avaient dit. {Nous nous sommes réveillés}, et nous avions quitté la caverne.

Comme hier, les trois enfants s’étaient précipités et avaient sauté... vers moi.

Pourquoi n’est-ce pas sur votre mère, mais sur moi ? pensai-je. Et bientôt, les trois marmots entrèrent en collision avec moi avec beaucoup de force.

Je ne pouvais pas faire face à autant de force, et j’étais accidentellement tombé sur mes fesses, mais les enfants ne semblaient pas s’en soucier et me léchaient le visage.

Était-ce probablement parce que je devrais bientôt partir pour revenir bien plus tard ? J’avais l’impression qu’ils agissaient beaucoup plus en enfant gâté.

... Même avec tout ce que j’ai chassé personnellement, c’était déjà beaucoup pour les matériaux. Et aussi, j’ai chassé beaucoup de monstres puissants, donc je peux m’attendre à beaucoup de points, n’est-ce pas ?

Cela étant dit, jouons avec les enfants pendant un moment.

 

☆☆☆

 

Quand le soleil s’était placé juste au-dessus de moi, j’avais décidé de retourner au camp de base. Les enfants semblaient ne pas avoir assez joué, mais comme prévu, c’était mauvais si je revenais trop tard, alors j’avais encore dit. {Je reviendrai} et j’étais parti.

Avant de revenir, j’avais coupé l’[Ultra Régénération] du petit de Fenrir, et j’avais collé [Régénération] en échange. J’avais ensuite collé [Régénération] sur les deux autres.

Je devais avoir [Ultra Régénération] pour les cas d’urgences ! Après tout, je pouvais facilement obtenir [Régénération].

{J’ai collé [Régénération] sur les enfants. Je ne pense pas qu’il y aura des cas comme celui d’avant, mais si ça arrive, je pense que ça va aller.}

Tous les trois sautèrent vers moi avec une grande joie.

{Nous ne serons plus blessés... ! Gao...}

{Non, tu vas te faire mal..., c’est juste que tu guériras...}

Je leur avais bien expliqué et je les avais avertis de ne pas agir de manière imprudente.

... Oui, j’étais vraiment inquiet pour eux.

Alors que la bête divine Fenrir souriait, elle m’avait dit. {Je vais m’en occuper correctement, alors ne t’inquiète pas}.

Je ne comprendrais jamais ce que ces enfants allaient faire après ça...

Le temps pour nous de nous séparer était venu. Bien que ce soit seulement pour le moment, comme prévu, je me sentais un peu seul.

{Mon ami, Myne. Notre famille t’accueillera toujours.}

{Oui, merci beaucoup ! Je peux venir ici immédiatement avec [Magie Unique Espace-temps] alors je vais revenir ici !}

C’était vrai ! Si je voulais venir, je pouvais revenir immédiatement !! Je ne serais pas seul !

En disant mes paroles d’au revoir, j’avais utilisé la [Unique Magie Espace-temps].

J’avais imaginé l’endroit où j’avais chassé mon premier singe des forêts, et j’avais vérifié l’autre côté du vortex en utilisant ma [détection de présence : grande] que je venais d’apprendre.

« ... Bien, il n’y avait personne là-bas ! »

Puis, regardant par-dessus mon épaule, j’avais agité ma main, et j’avais sauté dans le vortex avec un « Allons-y ! »

J’avais vérifié la situation avec ma vue après avoir sauté, et juste quand j’étais sur le point de fermer le vortex noir...

Un petit animal violet avait sauté du vortex avec un incroyable élan !

{Eh ?}

Au moment où le vortex avait disparu, l’enfant m’avait percuté violemment. C’était le petit de Fenrir qui s’était le plus comporté comme un enfant gâté.

{Wafu !!}

Ouah !? Il m’avait suivi ici !? ... Que devrais-je faire... ?

{Myne... On n’y peut rien faire pour le moment, alors emmène-le avec vous. Si tu dis que c’est un Fenrir, tu pourrais avoir des problèmes inutiles. Il serait préférable de prétendre que c’est un Loup des Forêts.}

Non, non, non, cela allait être exposé très rapidement, tu sais ! ... Attends ! Peut-être que non ?

Ils ne pourront pas savoir s’ils n’évaluaient pas sa race, et il était encore petit, donc sa nuance violette n’était pas si évidente.

Si je colle l’excès de Compétences et de Capacités à cet enfant, je pense qu’il pourrait se défendre... ?

{ ... J’ai compris, je vais m’en occuper. Cependant, s’il y a un tumulte, je le renverrai, d’accord ?}

Après avoir souligné cela à la Bête Divine Fenrir, j’avais prévenu le petit Fenrir.

{Compris ? Tu dois écouter ce que je te dis, d’accord ? De plus, tu ne peux t’attaquer à personne d’autre qu’à des méchants, d’accord ? Et aussi, si tu penses que quelque chose est dangereux, dis-le immédiatement par télépathie, d’accord ?}

{Compris... ! Wafuu}

Était-ce vraiment bien... ?

J’étais assez inquiet, mais je suppose que cela ne servait à rien.

Alors que mes épaules tombaient de façon décourageante, il m’avait déclaré. {Je monte-ho, je monte-ho}, et se plaça à sa place habituelle sur ma tête.

Tandis que ma tête était tapotée par le petit Fenrir, je m’étais dirigé vers le camp de base.

 

☆☆☆

 

« S-Sire Myne  !? C’est bon de savoir que vous êtes en sécurité !! »

Dès que j’étais arrivé au camp de base, le chevalier m’avait appelé avec une énergie stupéfiante.

Il semblerait que j’étais allé trop profondément dans la forêt, qu’ils m’avaient perdu de vue, et ils étaient dans un tumulte.

... Est-ce vraiment ainsi ? En raison de ma position de chasseur roturier que j’avais en ce moment, j’étais vraiment désolé qu’il se soit autant inquiété.

Il semblerait que mon titre de fiancée de la Première Princesse était plus important que je ne le pensais. À l’origine, il ne voulait pas que je participe à un tel jeu, mais à cause de l’ordre du roi et connaissant le véritable but du jeu, il l’avait accepté à contrecœur.

Eh bien, puisque ça venait du chevalier et de son groupe, je supposais que c’était naturel. D’une certaine manière, je me sentais vraiment coupable envers eux.

... Cependant, il y avait une chance que mes compétences soient exposées si quelqu’un me regardait pendant que je me battais, donc c’était inévitable de mon point de vue.

Mais dans tous les cas, il semblerait que je leur avais causé beaucoup de problèmes et d’inquiétudes, alors j’allais devoir m’excuser correctement !

« Chevalier en chef, et aussi les chevaliers qui m’ont cherché... Je suis vraiment désolé de vous avoir inquiété... Et aussi, merci de m’avoir cherché. »

Alors que je l’avais dit d’une voix forte et que je m’étais fermement incliné, je m’étais excusé du fond de mon cœur.

Ils n’avaient probablement jamais pensé que je m’excuserais soudainement. Tous les chevaliers qui étaient là, y compris leur chef, avaient été choqués par ma réaction.

« ... Ah ! S’il vous plaît, levez la tête ! Sire Myne ! Tant que vous le compreniez, cela ira. Et fort heureusement, vous êtes revenu indemne. Il n’y a pas de problème tant que vous faites attention à partir de maintenant. »

Alors que je levais la tête, j’avais vu les visages anxieux des chevaliers qui se transformèrent en large sourire. Je me sentais soulagé que mes sentiments aient bien été communiqués.

« ... Au fait, Sire Myne, je suis curieux depuis tout à l’heure. »

Oui ?

« Qu’est-ce que fait ce bébé loup sur votre tête ? »

... Aah, je suppose que c’est une réaction naturelle.

***

Chapitre 74 : Le jeu dans la forêt de l’esprit divin (7)

« ... Au fait, Sire Myne, je suis curieux depuis tout à l’heure. »

Oui ?

« Qu’est-ce que fait ce bébé loup sur votre tête ? »

... Aah, je suppose que c’est une réaction naturelle.

Quand je m’étais incliné, sa silhouette, s’accrochant désespérément à moi alors qu’il se balançait, avait été vue par les autres.

J’avais tout simplement senti de l’admiration pour eux pour avoir pu tenir une conversation sérieuse sans rire. J’avais l’impression que le chef des chevaliers se forçait subtilement à ne pas rire.

Les chevaliers avaient l’air d’être très intéressés par le petit Fenrir qui me caressait la tête avec sa patte.

« ... Il a été attaqué par un mauvais monstre au fond de la forêt alors je l’ai sauvé, mais... comme vous pouvez le voir, il s’est attaché à moi... Voilà pourquoi, je pensais le faire inscrire comme un monstre de soutien. »

Oui, je ne dis pas de mensonges ! Je l’ai sauvé de l’attaque de mauvais aventuriers, donc ce n’est pas faux !

« Oh, c’est rare. Pour qu’un loup sauvage soit si attaché à vous... Mais si vous le regardez de cette façon, il est plutôt mignon, n’est-ce pas ? » déclara l’un des chevaliers, alors qu’il regardait le petit Fenrir.

« Wafu ? »

Le petit Fenrir qui avait été observé inclina sa tête d’un côté et demanda. {Qu’est-ce que c’est ?}

... Eh oui, il est terriblement mignon, n’est-ce pas ?

Y compris le chevalier qui regardait de côté, un sourire était apparu sur tous les visages à la suite de ce geste adorable.

Alors que tout le monde s’adoucissait au contact de la gentillesse du petit Fenrir, l’un des chevaliers était sorti de la forêt et il retourna au camp de base.

« Chef, les aventuriers qui participent au jeu pour Sire Claude vont bientôt revenir ! »

En entendant les paroles du chevalier alors qu’il était presque à bout de souffle, l’atmosphère adoucie devint d’un coup tendue.

« ... Compris. L’heure de leur remettre le jugement définitif est enfin arrivée. Tous les membres, prenez vos positions ! Préparez-vous au cas où ils tenteraient de s’enfuir ! »

En entendant les instructions du chef des chevaliers qui était rempli d’esprit combatif, ses subordonnés accoururent simultanément à leurs postes. La façon dont tous les membres montraient leur détermination était incroyable, tout comme le chef des chevaliers.

« Sire Myne, le moment est enfin venu. Ce jeu dangereux auquel vous avez participé est fini et le temps de la grande arrestation est enfin venu. Réglons cela. »

Alors qu’il souriait largement, le chef se dirigea lentement vers l’espace dégagé où le verdict serait prononcé.

{ ... Allons-y aussi.}

{Je ne comprends pas vraiment, mais allons-y... !}

... Ma nervosité avait été immédiatement dissipée. Eh bien, je supposais que c’était comme ça avec cet enfant.

Après tout, c’était un conflit entre humains, je ne pensais pas qu’une bête divine aurait un quelconque intérêt pour ça.

Même si je sentais que mon enthousiasme s’était légèrement atténué, le petit Fenrir et moi avions poursuivi le chef en un semi-jogging.

Bien sûr, le petit Fenrir était sur ma tête et n’avait pas marché de ses propres jambes.

... Eh bien, je suppose que cela ira ainsi.

 

☆☆☆

 

« Oh ? Roturier, ne t’étais-tu pas enfui ? Les chevaliers faisaient des histoires, alors je pensais que tu avais été mangé par un monstre ou quelque chose comme ça. C’est bon que tu sois sain et sauf. »

Claude m’interpella, et il était toujours aussi désagréable. Je me demandais combien de temps il allait rester avec cette attitude envers moi.

« ... Hm ? Toi, quel est ce loup sur ta tête ? N’est-ce pas un loup tout à fait étrange... ? Fufu, d’accord. Donne-le-moi. Considère cela comme un honneur que moi, un noble, je veuille le garder à ta place ! Fuhahaha. »

... Qu’avait-il dit ? Est-ce que le cerveau de ce type marchait correctement ?

Bien que je sois en colère, je l’avais poliment rejeté pour le moment.

« Cet enfant est un membre important de ma famille. Je suis désolé, mais je ne peux vous le céder. »

Quand je lui avais déclaré cela, Claude était immédiatement devenu enragé comme avant-hier.

« Salaud, tu prends cette attitude méprisante contre moi comme avant-hier ! Pour qui me prends-tu ? Je suis Claude Roselia, le prochain chef de la famille Roselia. Un simple roturier comme toi est une existence qui ne devrait même pas pouvoir ouvrir la bouche ! ... Je te pardonnerai ta grossièreté jusqu’à présent si tu me remets tout de suite ce loup. Remets-moi ce loup immédiatement ! »

Cela ne servait à rien... Je ne pouvais pas avoir une conversation avec ce type. J’étais certain que ce ne serait qu’une perte de temps.

En jetant un coup d’œil au chevalier, il répondit par un signe de tête et interrompit la conversation.

« Sire Claude, combien de fois dois-je vous le dire ? Sire Myne est le fiancé de Son Altesse Sylphide, que le Roi a approuvée officiellement. Avez-vous oublié que ce jeu a été conduit sous la permission de Roi ? Si vous deviez agir déraisonnablement face à votre adversaire, un fiancé de la royauté, alors... »

Alors que le chef des chevaliers lui disait, Claude avait probablement dû se souvenir des circonstances de la nuit dernière.

Il s’était ensuite retiré à contrecœur.

À cause de son attitude brutale, je me demandais comment il était en tant que noble.

« ... Eh bien, sortez les monstres que vous avez chassés de vos sacs de rangement. Commençons par inspecter ceux de Sire Claude et des autres nobles. »

Comme l’avait dit le chef des chevaliers, l’aventurier de Claude avait sorti les matériaux démantelés un par un.

« Fuhahaha, comment est-ce ? Regardez cette quantité !! Un roturier qui n’est même pas un aventurier ne peut pas chasser autant, n’est-ce pas ? Il n’y a même pas besoin de discuter, c’est notre victoire !! »

Claude avait annoncé sa victoire, mais comme prévu, tous les matériaux qu’il avait soumis étaient évidemment gâtés. Le chef des chevaliers qui avait vu ces matériaux, avait affiché une expression pas le moindrement perturbée, alors qu’il avait demandé à Claude.

« ... Sire Claude, puis-je vous poser une question ? »

Le chef des chevaliers avait utilisé un ton indifférent et avait commencé à vérifier les dégâts sur les matériaux.

« ... Endommagé, dites-vous ? Même ceux de ce roturier seraient comme ça. »

En entendant ces mots, j’avais sorti les matériaux de mon sac de rangement en silence.

Mes matériaux étaient naturellement dans un état fraîchement démonté sans présenter le moindre flétrissement, et sa fraîcheur était conservée.

« ... Il semble évidemment différent, n’est-ce pas ? En quoi sont-ils pareils ? De plus, les matériaux venant des aventuriers engagés par Sire Claude... Ils sont évidemment détériorés par le temps, n’est-ce pas ? »

Quand le chef des chevaliers déclara ça, les nobles et les aventuriers avaient regardé autour d’eux. En faisant ça, les aventuriers et les nobles qui savaient ce qui se passait avaient démontré un comportement qui était devenu visiblement bizarre.

« Si je me rappelle bien, il y avait beaucoup de personnes qui chassaient avant le match dans la zone ? Les chevaliers l’ont bien confirmé. Où sont les matériaux ramassés à cette époque ? »

Alors que leur chasse à l’avance avait été clairement dénoncée... ils avaient commencé à trembler visiblement.

Le visage de Claude se crispa aussi un peu.

« ... Vous, qu’essayez-vous de dire ? »

« Je parle de l’état des matériaux ainsi endommagé que vous avez apporté là et du fait que vous ayez chassé avant le début du match. Ne pensez-vous pas qu’il s’agit là d’une étrange coïncidence ? À en juger par leur état, on dirait qu’ils ont été laissés à l’abandon pendant plus d’une journée ? Ne pensez-vous pas que c’est vraiment étrange  ? »

« ... »

« En plus de cela, nous avons confirmé la situation de ces aventuriers chassant pendant le match. Vous avez moins chassé que ceux que vous avez fait sortir avant le début du match, non ? »

... Hein, ils s’étaient tous tus. Je pense que se taire ici signifiait que vous étiez en accord avec ça, quoi que...

« Sire Claude, seriez-vous en train de tricher dans le jeu que vous avez personnellement proposé au Roi ? »

« ... Je n’ai rien fait du genre. »

« Pour l’instant, nous entendrons vos excuses une fois arrivées dans la capitale royale. »

Les aventuriers qui avaient entendu les paroles du chef des chevaliers avaient alors fui à toute allure.

... Eh bien, c’était compréhensible. Si l’on découvrait qu’ils avaient triché, il y aurait forcément un jugement.

Même s’ils expliquaient avec « je suis seulement employé », il y avait une différence si quelque chose pouvait être fait ou pas.

S’ils avaient consciemment fait quelque chose qui ne pouvait être fait, alors ils s’échapperaient comme ça pour ne pas en subir les conséquences.

Ainsi, leur fuite... était une confession de leurs crimes.

« Ne les laissez pas s’enfuir ! Arrêtez chacun d’eux !! »

Les chevaliers qui avaient entendu l’ordre avaient commencé à se déplacer simultanément pour arrêter les aventuriers et les fils nobles qui tentaient de s’échapper.

Claude avait également fui, mais avait été arrêté par le chef en personne.

« L-Laissez moi partir !! Vous êtes insolent ! Lâchez-moi, je vous le dis !! »

Claude qui se débattait avait été bloqué par quelques personnes et avait été ligoté avec une corde. Alors que je voyais Claude qui était en train de délirer bruyamment, je m’étais souvenu de quelque chose.

« Ah, en ce qui concerne les conséquences pour avoir insulté ma maison... Je ne vous l’avais pas encore fait payer. Hohoho. »

Ainsi, le rideau s’était baissé sur ce jeu.

***

Chapitre 75 : Partisan

Pendant que les chevaliers nettoyaient le camp de base, le chef des chevaliers m’avait appelé.

« En y réfléchissant, Sire Myne. Nous n’avons pas compté le nombre de monstres chassé par vous, mais que devons-nous en faire ? Puisque vous vous êtes donné la peine de les chasser, pourquoi ne les comptons-nous pas ? »

C’était vrai, je m’étais après tout donné la peine de battre le poisson-chat et les autres... Regardons.

« Si ce n’est pas un problème, s’il vous plaît, faisons ça ! »

« Oui, volontiers. Eh bien, pouvez-vous les poser là-bas ? »

J’avais placé la partie que j’avais chassée personnellement à l’endroit qu’il avait spécifié.

Au début, le cher chef des chevaliers et les chevaliers environnants affichaient des expressions calmes, mais au fur et à mesure que la quantité augmentait, leurs expressions changeaient en une expression de surprise.

« S-Sire Myne... Avez-vous vraiment chassé autant de monstres ? »

« Oui, ce loup est vraiment doué pour trouver des monstres, donc la recherche d’un ennemi n’a pas pris beaucoup de temps ! »

Les chevaliers avaient tous tourné leur attention en même temps vers le petit Fenrir, qui bâillait « Fuwaa~ » sur ma tête.

Après avoir regardé fixement le petit Fenrir pendant un moment, ils étaient une fois de plus retournés à la vérification des matériaux accumulés.

Cela faisait environ 10 minutes que les chevaliers avaient commencé leur travail, le chef des chevaliers avait fait entendre sa voix en un cri.

« C-C’est !? »

À ce moment-là, au moment où le chef des chevaliers avait crié, il était devant... le poisson-chat.

« ... Sire Myne, je ne pense pas que ce soit possible, mais... ce monstre de type poisson... est-ce bien un poisson-chat ? »

« Oui ! C’est un gros poisson-chat ! »

Alors que je répondais avec entrain, le petit Fenrir dit « Wafu ! » avec sa patte levée.

« ... Franchement... je n’aurais jamais pensé que tu puisses faire ça... »

D’une façon ou d’une autre, votre discours semble soudainement devenu informel, vous savez ?

« *Soupir*, Son Altesse Alto vous a approuvé, alors... »

Le chef des chevaliers m’avait ensuite expliqué que ce poisson-chat était rare.

Les inscriptions dans les archives à propos de personnes ayant réussi à en vaincre un pouvaient être comptées très facilement.

Contrairement à son apparence, sa viande possédait un goût extrêmement raffiné, et était tout à fait délicieuse, mais... elle n’avait de valeur que matérielle.

Non, plutôt, la majeure partie de son corps pouvait être mangée, ainsi comme ingrédient, le corps entier était précieux, mais n’était pas utile pour d’autres choses.

Cependant, il fallait énormément d’efforts pour vaincre ce type de monstre. Dans tous les cas, il n’apparaissait pas souvent sous l’eau.

C’était pareil que lorsque je l’avais combattu, mais il était sorti de l’eau que pendant un instant.

De plus, il avait utilisé une puissante magie vers moi à ce moment.

C’était un monstre extrêmement gênant pour les personnes qui n’avaient pas de puissantes attaques à longue portée.

Par conséquent, les aventuriers de puissance moyenne et les chevaliers pouvaient difficilement le vaincre.

Pour cette raison, bien que ce soit certainement un ingrédient délicieux, il pouvait être vendu qu’à un prix très élevé...

En considérant le temps, les efforts et les blessures lors de son obtention, c’était un monstre vis-à-vis duquel tout le monde gardait ces distances.

Un tel monstre qui avait été rarement désossé se trouvait devant lui.

Eh bien, même le chef des chevaliers faisait entendre sa voix surprise en ce moment.

Après cela, tout en écoutant périodiquement des voix d’étonnement soulevées d’ici et d’ailleurs, j’attendais la fin de l’évaluation.

Étant donné qu’il y en avait beaucoup, cela avait pris du temps, mais le petit Fenrir m’avait aidé à tuer le temps, donc je ne m’ennuyais pas du tout.

« GaoGao, Wafuu! »

Ce qui me fit penser que si nous devions vivre ensemble, il aura besoin d’un nom... J’en discuterai avec Sylphide et Aisha une fois que je reviendrais.

Alors que je pensais cela et tenais dans ma main la petite patte de Fenrir, le chevalier commença à me parler d’une voix fatiguée.

« Sire Myne, merci d’avoir attendu. Les résultats totaux sont sortis... En conclusion, vous avez travaillé trop dur. Premièrement, le désossage des matériaux est sans faille. Et bien que le montant soit inférieur à celui des aventuriers qui ont triché, les points sont très élevés, puisque tous sont de puissants monstres. Pour le dire franchement, même si nous négligeons leur tricherie, ce sera toujours votre victoire, Sire Myne... Vous l’avez vraiment vaincu. »

J’étais vraiment choqué pour une raison inconnue, mais j’avais travaillé dur, n’est-ce pas ? Ils avaient alors décidé d’acheter les matériaux, et nous étions retournés à la capitale royale.

 

☆☆☆

 

{Alors, Fenrir, est-ce que je peux parler de toi au Roi ?}

{Aah, ce n’est pas un problème. Le problème que j’ai avec le groupe de la race humaine, compte tenu de toi, Myne, je vais pour le moment leur pardonner. Mais il n’y aura pas de secondes fois. Tu dois transmettre correctement mon message au roi. Si ce roi prend mes paroles à la légère... à ce moment-là, il éprouvera des regrets de première main.}

Aah, c’était une grave responsabilité. Si je n’expliquais pas bien, une situation terrible entre la bête divine et les Humains pourrait se produire.

J’étais assez nerveux.

{Quoi ? Il n’y a pas besoin de penser si profondément à ce sujet. Il n’y a probablement pas beaucoup d’imbéciles qui prendraient mes paroles à la légère, sachant que cela a été dit par une bête divine. Si tu le souhaites, tu peux parler au roi de ton pouvoir. Je deviendrais ton soutien. Il n’y aura probablement personne qui penserait à s’opposer à quelqu’un qui a pour partisan la bête divine Fenrir, kukuku.}

Elle avait dit par inadvertance une chose dangereuse. Franchement, cette divine bête !

... Cependant, en parlant franchement de mes capacités... hein.

En y réfléchissant, je l’avais déjà envisagé. Tant que je n’avais pas un grand soutien, je ne pouvais pas m’ouvrir sur ce sujet.

... Certainement, si c’est la bête divine, elle suffirait comme le grand soutien que je pensais avoir besoin.

Plutôt que de m’ouvrir après mon mariage et de vivre dans la peur, il serait peut-être préférable de m’ouvrir avant le mariage et faire éclater le secret.

« ... Sire Myne, Sire Myne. »

« Eh ? »

« Ne faites pas qu’“Eh ?”. Nous atteindrons bientôt la capitale royale. »

Pendant que je me souvenais de la conversation concernant ce que je devais faire désormais avec la bête divine Fenrir, il semblerait que nous soyons arrivés à la capitale.

... Maintenant, j’allais devoir rencontrer le Roi et transmettre le message de la Bête Divine Fenrir.

« Wafu ? »

Il était probablement inquiet en voyant mon état. Fait inhabituel, le petit Fenrir n’était pas sur ma tête, mais roulé en boule sur mes genoux, alors qu’il me léchait la main.

{ ... Tout ira bien ! Je n’ai pas besoin de m’inquiéter de tout ça.}

{Je dois te remonter le moral..., la joie est la chose la plus importante..., Gao...}

Alors que j’étais encouragé par le petit Fenrir, un sourire avait refait surface sur mon visage.

Oui, c’était vrai ! Les sourires étaient les choses les plus importantes ! Après tout, tôt ou tard, je devrais marcher sur ce chemin.

La bête divine sans pareille deviendra mon soutien !

Il n’y avait rien de plus heureux que ça.

Fais ressortir ton courage, Myne !!

 

☆☆☆

 

« Ooh, Myne ! C’est bien que tu sois rentré sain et sauf. »

Le Roi m’avait salué avec un sourire sur tout le visage. Le match s’était déroulé comme prévu, alors il était heureux.

Actuellement, Claude et les autres semblaient être mis en examen. C’était ainsi puisque nous devions sauver rapidement le petit dragon, et le rendre à ses parents.

... Le chef des chevaliers n’était pas bon quand il s’agissait de parler, donc les nobles seraient probablement torturés ou quelque chose comme ça afin de connaître la vérité.

Bien qu’ils payent pour leurs actions, ça ne fait pas vraiment du bien, alors c’est mieux de ne pas le lui demander. Merci pour votre considération, chef des chevaliers !

« Myne. J’ai entendu dire que tu avais quelque chose à me dire, mais de quel genre de conversation s’agissait-il ? »

« Pour l’instant, je vais rapporter comment s’est déroulé le jeu, mais... est-il possible de faire sortir les autres personnes ? »

Quand je l’avais dit, j’avais regardé autour de moi. Le Roi avait dit aux personnes dans la salle qu’il allait se retirer pour le moment, et nous avions été dans la salle privée utilisée exclusivement par la famille du roi.

« Comme prévu, nous ne pouvions pas être seulement tous les deux. Alto, tu viens aussi. »

Alto qui avait été appelé par le Roi était également venu avec nous.

« ... Maintenant, écoutons. »

J’avais commencé à parler des choses qui s’étaient produites dans la Forêt de l’Esprit Divin.

J’avais alors parlé de ma rencontre avec la bête divine Fenrir, ainsi que des aventuriers engagés par Claude qui attachaient le collier d’esclave tout en montrant de l’hostilité.

« Ces foutus imbéciles !! »

Le Roi et mon beau frère étaient tous les deux exaspérés par Claude et le geste stupide des autres.

Eh bien, c’était naturel. Même moi je pensais la même chose...

« ... Attends, Myne... As-tu dit les enfants de la bête divine Fenrir ? Ce loup insouciant dormant sur ta tête... Ne me dis pas... »

« Tout à fait. Il s’agit bien de l’un des enfants de la Divine Bête Fenrir. »

Il semblerait qu’il avait remarqué que nous étions en train de parler de lui.

Il avait salué, « Wafu ! », comme s’il avait levé sa main droite.

... Eh bien, c’est mignon, mais, que fais-tu au Roi et au prochain Roi ?

Il avait probablement perdu tout intérêt, car il avait de nouveau commencé à se détendre sur ma tête.

« ... J-je ne peux pas le croire... La bête divine des légendes est devant moi... »

Cela avait dû être un choc. Les deux individus étaient visiblement en train de se trémousser, non, ils devenaient nerveux.

Cependant, la conversation ne se poursuivra pas si cela continue ainsi. Je vais poursuivre de force la conversation !

J’avais sorti les trois « Colliers d’esclaves » de mon sac de rangement.

« Ce sont les “Colliers d’esclaves” attachés à cet enfant et à ses frères et sœurs. Je pensais que cela pourrait être utile, alors je les avais apportés. »

J’avais remis les colliers à mon beau frère.

« ... Ce sont certainement des Colliers d’esclave. Il y a des numéros de série gravés sur ces objets, donc nous pouvons arrêter ceux qui les ont donnés à Claude et aux autres. Merci pour l’aide, Myne. »

Et, à ce moment-là, mon beau frère qui avait l’air d’avoir soudainement réfléchi à quelque chose m’avait regardé et avait demandé.

« Attends ? Les Colliers d’esclaves ne peuvent être enlevés que par la personne qui l’a attaché en premier lieu, non ? »

Comment est-ce possible de m’en sortir sans provoquer un accident ?

… !! Comme prévu, nous y voilà !!

Maintenant, montre ton courage, Myne.

« ... J’ai utilisé ma compétence. »

Ma réponse était probablement en dehors de leurs attentes. Ils ne pensaient pas que je parlerais de mes compétences.

Tous deux se regardèrent et firent des expressions surprises.

« ... Qu’est-ce que c’est ? Tu n’as jamais voulu parler de tes compétences ? »

« ... Oui, c’est certainement le cas... mais pour l’instant, pouvons-nous mettre cela de côté et continuer le rapport ? »

Ils avaient tous les deux hoché la tête et avaient dit « Oui » et m’avaient demandé instamment de continuer. J’avais ensuite transmis le message de la bête divine Fenrir.

« ... Il n’y aura pas de prochaine fois, hein. »

« Père, n’est-ce pas plutôt une lueur d’espoir ? Merci à Myne d’être intervenu, on nous a pardonné pour ça, alors... En tout cas, bien que l’enfant de la bête divine ait été poignardée à mort, il avait agi promptement. »

« ... C’est vrai, mais je ne peux pas exprimer ma gratitude juste en le remerciant, hein. »

Je leur avais alors parlé de la bête divine Fenrir qui me considérait maintenant comme son ami. J’avais également parlé à propos de ses enfants qui s’attachaient à moi et que j’avais laissés derrière moi, bien que celui-ci me suivait toujours.

J’avais alors parlé davantage de ma relation avec le parent et les enfants de la bête divine.

« ... Et aussi, la bête divine Fenrir a déclaré ceci. Elle a annoncé qu’elle deviendra l’un de mes partisans. Si je le juge nécessaire, je peux parler de mes compétences sans crainte, car elle me protégera. »

« ... Une Divine Bête devenant la partisane d’un individu humain..., dis-tu !!? »

« Wafu ! »

Lisant probablement le cours de la conversation, le petit Fenrir aboyait.

Comme s’il affirmait le discours actuel.

« ... Je vois, je ne sais pas quel genre de secret est attaché à tes Compétence, mais... la bête divine te protégeant... Une chose incroyable est arrivée, hein... »

Je hochais silencieusement la tête.

« Fufu, Myne. Nous sommes tous membre de la famille royale. Mais avant d’entendre parler de tes compétences, puis-je rencontrer la Bête Divine ? »

Le Roi semblait avoir pensé à quelque chose. Il m’avait demandé ça.

« ... Je ne sais pas sans le lui demander, mais cela devrait probablement bien se passer. »

Tout à coup, il avait été convenu que la famille royale et moi aurions une conversation avec la bête divine Fenrir.

Maintenant, je me demandais ce qui allait arriver. J’espérais que la conversation se passerait bien.

***

Chapitre 76 : La Bête Divine Fenrir

Il avait été décidé à la hâte que la famille royale et moi allions nous réunir et avoir une discussion avec la bête divine Fenrir.

Ils ne pouvaient pas immédiatement prendre le temps d’assembler les membres de la royauté et se déplacer vers la Forêt de l’Esprit Divin... ou plus précisément, ils ne pouvaient pas se déplacer librement alors que le cas de Claude et des autres n’avait pas été réglé, donc jusqu’à ce que tout devienne stable.

« Je vais pour l’instant en parler à Fenrir. »

Après l’avoir dit, j’avais appelé Fenrir par télépathie.

{Qu’est-ce qui se passe, Myne ?}

Après que j’eus transmis à Fenrir le contenu de la conversation que je venais d’avoir avec le roi, elle avait répondu avec une voix étonnée.

{ ... Pourquoi n’irais-je pas à la place ? Tu peux connecter cet endroit et le mien avec ta compétence, non ? Ce sera réglé en seulement quelques étapes, non ?}

{Cependant, ils verront mon pouvoir, tu sais ?}

{ ... N’est-ce pas bien ? D’une façon ou d’une autre, tu parleras de ton pouvoir, n’est-ce pas ?}

... Ah, c’est vrai. Je ne m’en étais pas rendu compte du tout depuis le temps que je vivais dans le secret jusqu’à maintenant. Après cela, puisqu’il n’était plus nécessaire de le cacher, il ne devrait pas y avoir de problèmes.

{ ... Je vais essayer de leur demander.}

J’avais rapidement parlé au roi et au prince de la proposition de la bête divine Fenrir.

« La bête divine Fenrir a dit qu’elle viendra ici. »

« Q-Quoi !? Toute la capitale royale sera en tumulte, tu sais !? »

Aah, j’avais omis quelques détails. Comme prévu, bien que cela ne soit qu’une partie, j’avais hésité à leur parler de ma compétence.

« Non, tout ira bien. Si j’utilise ma compétence, elle pourra venir directement ici, alors... »

Dès que j’avais dit cela, leurs mouvements s’étaient arrêtés et ils étaient devenus silencieux.

... Ce silence était vraiment désagréable...

Dans un sens, c’était une scène de tension, mais...

Le petit Fenrir qui m’avait tapé sur la tête avait brisé ce sentiment de gêne.

Au milieu d’une atmosphère extrêmement tendue, le Roi souriait ironiquement et regarda vers le petit Fenrir.

« Je comprends que tes compétences soient extraordinaires. Nous rassemblerons tous les membres de la royauté immédiatement. Dès qu’ils seront rassemblés, peux-tu inviter la bête divine ? »

« Compris, je vais transmettre cela à la bête divine Fenrir ! »

Après avoir reçu les instructions de Roi, le prince était sorti de la pièce pour appeler les membres de sa famille.

« ... Cependant, c’est comme un rêve. Ma fille finit par se marier, et son époux a vaincu un roi Orc et s’est même lié d’amitié avec une Bête-Divine. Dans la société, je suis glorifié comme un héros, mais... J’ai complètement perdu ma confiance. »

Quand le Roi déclara cela, le petit Fenrir avait sauté de ma tête avec un « Pyon », et avait marché aux pieds du Roi.

Tout en le regardant, se demandant ce qu’il essayait de faire, il sauta sur le dos du roi et courut à sa tête en un coup.

« ... Qu’est-ce que tu fais ? »

À-À quoi penses-tu en grimpant sur la tête de Roi !! Il n’avait probablement pas entendu ma voix troublée, alors que le petit Fenrir tapotait la tête du Roi.

{Soyez heureux... !}

...

Il y avait aussi le fait qu’il était un enfant de la Bête Divine, donc le Roi n’avait même pas fait une seule plainte. Son expression se durcit, abasourdie par ce qui s’était passé.

« ... mon Roi, cet enfant... a dit “Soyez heureux...” »

Comme pour répondre à mes paroles, le petit Fenrir avait ajouté un « Wafu ! » Et il avait à nouveau déplacé sa patte sur la tête du roi.

Le roi qui entendit ça... avait éclaté de rire. Et c’était fait d’une avec force.

« Je vais devoir retrouver le moral si c’est une bête divine qui le dit ! Je vous remercie, bête divine. »

En entendant les mots du Roi, il avait de nouveau dit « Wafu ! » Et était revenu vers moi encore une fois. Peut-être que mon corps qui était plus petit était plus facile pour lui, car il avait un peu plus de problèmes lorsqu’il avait monté sur le Roi. Il grimpait déjà sur ma tête, ce qui pourrait être vu comme sa place habituelle.

Après cela, alors que le Roi regardait les actions du petit Fenrir, mon beau frère revint, menant les membres de la royauté.

... Hm ? Aah, Aisha était aussi ici.

Elle avait l’air quand même vraiment nerveuse... C’était naturel puisqu’elle était entourée par les membres de la royauté, hein, cela aurait été pareil pour moi si je n’avais pas mes compétences.

... Elle avait été amenée par Sylphide.

Les personnes qui s’étaient rassemblées étaient...

Le Roi, la première reine, et aussi une femme que je n’avais jamais rencontrée auparavant. Elle était probablement la mère de Son Altesse Lecter, en d’autres termes, la deuxième reine, n’est-ce pas ?

Après tout, elle ressemblait beaucoup à Son Altesse Lecter.

Venait ensuite mon beau-frère et Sylphide, Son Altesse Lewis et Son Altesse Lecter Ari et Aisha. Ces neuf personnes plus moi formions un groupe de 10 personnes.

Face à tous ces membres rassemblés, le Roi avait commencé à expliquer la situation.

La bête divine Fenrir viendra ici en utilisant ma compétence.

La bête divine Fenrir se tiendra derrière moi en étant mon soutien.

Et que mes compétences étaient si puissantes qu’une bête divine devait devenir mon soutien afin de me protéger des autres.

En entendant cette explication, à l’exception de mes deux fiancées et de mon beau-frère, toutes les personnes rassemblées avaient montré des expressions de surprise.

« ... C’est donc ainsi. Myne, qui est devenu ami avec la bête divine, deviendra un membre de notre famille. Nous ne pensions peut-être pas l’utiliser, mais la bête divine peut être inquiète à ce sujet et elle prend donc des précautions. Par conséquent, j’avais pensé à prouver notre innocence envers la bête divine. »

Le Roi avait expliqué à tout le monde le fond de ses pensées et confirma qu’il n’y avait pas d’objections.

... Il semblait y avoir pensé sérieusement.

J’étais heureux que le Roi de ce pays eût dit quelque chose comme ça, mais je me sentais aussi coupable.

Cependant, mes compétences seules étaient dangereuses.

Selon mon attitude, je pourrais même devenir le pire criminel. Bien sûr, je n’avais pas de tels plans en tête, donc ça ira, mais d’autres ne le penseront peut-être pas de la même manière.

Pendant que je rassemblais mes pensées, le Roi semblait avoir confirmé les intentions de tous les membres.

« Maintenant, Myne, peux-tu inviter la bête divine ? »

« ... Oui. »

J’étais vraiment nerveux d’utiliser ma compétence dans une situation où j’étais observé.

Que pouvais-je faire à propos de cette peur... ?

Alors que j’étais sur le point d’être écrasé par l’anxiété, j’avais réalisé que Sylphide et Aisha serraient le poing en me regardant. L’une et l’autre bougèrent lentement la bouche.

« « Fonce ! » »

Je sentis ma nervosité se disperser entièrement d’un seul coup. Le petit Fenrir avait alors aboyé « Wafuu !! » bruyamment pour me soutenir.

Avec l’aboiement du petit Fenrir, je m’étais résolu.

En utilisant [Magie Unique Espace-temps], j’avais connecté l’espace entre ici et la résidence de la bête divine Fenrir, la caverne.

Et puis, à ce moment-là, un vortex noir était apparu devant mes yeux comme chaque fois que j’utilisais ma compétence.

« « « « « « « « « Oh. » » » » » » » » »

Un grand loup violet était alors sorti lentement du vortex.

Oui, ce loup, c’était celui transmis par les anciennes légendes, la bête divine Fenrir. Ma nouvelle amie.

***

Chapitre 77 : Le contrat de la Bête Divine

« Bête divine... Fenrir... »

Quelqu’un avait murmuré ça.

Je ne l’avais pas remarqué quand nous nous étions rencontrés pour la première fois dans la forêt, mais en la regardant d’aussi près, j’avais également ressenti une force majestueuse.

Son statut de « bête divine » n’était pas seulement là pour faire joli !

« ... Roi de la race humaine. J’ai entendu dire que vous aviez quelque chose à me dire. Qu’est ce que vous voulez de moi ? »

« ... Je suis reconnaissant de pouvoir vous rencontrer, divine bête. J’ai entendu dire que vous êtes devenu le soutien de Myne, le futur époux de ma fille. Qu’une bête divine devienne le partisan d’un humain... Non, j’ai entendu dire que cette personne a un secret que vous désirez protéger personnellement. »

Le roi avait commencé à parler à la bête divine Fenrir. En partant d’Aisha et de moi, tous les membres présents retenaient leur souffle en regardant la scène.

« Hum, il ne fait aucun doute que mon ami a un grand “Pouvoir”. Mon ami, comme vous pouvez le voir, est généreux. Si ce “Pouvoir” était exposé, il y aura certainement des individus qui essayeront de profiter de cette gentillesse et de l’utiliser. Par conséquent, je suis devenue le partisan de cette personne. »

La conversation entre le roi et la bête divine Fenrir avait continué pendant un moment après cela. À la fin, le roi semblait vouloir savoir de quelle manière la Bête Divine Fenrir agira pour moi.

Eh bien, c’était tout naturel. Même si la personne elle-même n’avait aucun plan pour cela, ce serait extrêmement mauvais si elle encourait inconsciemment sa colère impériale.

En fin de compte, cela pouvait se résumer en ces deux points.

Elle n’hésitera pas une seconde à prendre la vie de ceux qui me blesseraient, de ceux qui essayeraient de me tromper et de m’utiliser.

Cela ne s’appliquait pas dans le cas où je coopérais de ma propre initiative.

« ... Je comprends. Tous ceux qui sont ici présents ont compris cela sérieusement et promettent de ne pas utiliser Myne pour ses propres désirs égoïstes. À ce propos, j’ai une question... J’ai entendu dire que si une restriction utilisant le pouvoir de la divine bête est violée, cette personne sera punie, mais est-ce vrai ? »

Hm, il semblerait que l’ambiance a changé, non ?

Roi, que comptez-vous dire ?

« Fumu, c’est tout à fait le cas. »

« ... Dans ce cas, pourquoi ne l’utiliseriez-vous pas ? Ainsi, vous pourriez voir notre résolution vis-à-vis de lui. Évidemment, pour tous ceux qui ne désirent pas cette restriction, je souhaite qu’ils ne révèlent jamais les capacités de Myne. »

!!

La punition de la divine bête... n’était-ce pas quelque chose d’extravagant ?

Ce n’est pas bon pour le Roi du pays de le promettre !!

« ... Roi, ça... vous ne pouvez absolument pas faire ça ! » C’est alors que j’avais interrompu la conversation.

« Quoi ? Ce ne sera pas un problème si la promesse n’est pas rompue, non ? »

Le Roi avait répondu avec un sourire.

Non, ce n’est pas ça, ce n’est pas le problème... !

« ... Ça ne me dérange pas, mais est-ce que c’est convenable ? »

Le roi acquiesça fortement à la question de la bête divine Fenrir.

Il avait ensuite confirmé si les personnes qui étaient là autres que moi avaient accepté cette restriction.

Le résultat fut celui-là. Ceux qui avaient décidé de l’accepter étaient Roi, la première reine, mon beau-frère, Son Altesse Lewis, et Ari. Et avec mes deux fiancées, cela faisait un total de sept personnes.

Ceux qui avaient décidé de ne pas l’accepter étaient la seconde Reine et Son Altesse Lecter. Son Altesse Lecter avait semblé vouloir l’accepter, mais il avait été grondé par sa vraie mère, la seconde Reine, et avait abandonné.

Même s’il y avait une chance sur mille de voir mourir les personnes ayant accepté la condition, elle semblait craindre de voir la lignée de la famille royale s’éteindre.

Puisque cela pouvait vraiment être le cas, le Roi hocha silencieusement la tête et l’accepta.

« Kukuku, les humains sont intéressants. Très bien, je vais “accepter” cette condition. »

Au moment où la bête divine Fenrir avait dit cela, une faible lumière avait émergé de son corps violet.

{J’ai « accepté » cette restriction, peux-tu entendre ma voix ?}

Huh? La télépathie ?

Alors que je me le demandais, ceux qui avaient accepté la restriction montraient des expressions de surprise.

« ... C-C’est. »

Mon beau-frère avait également regardé, désorienté.

{Roi de la race humaine, le « Pouvoir Restrictif » dont vous parliez, est précisément appelée « Contrat de la Bête Divine ». Sa base est la même que celle de la « Protection Sacrée de la Bête Divine » reçue par Myne. Cependant, si vous violez ce que vous avez juré devant moi, vous recevrez une douleur insupportable dans tout votre corps. Mais, en échange, vous pouvez parler avec moi par télépathie. Sur la base du contrat que nous venons de faire, n’oubliez pas de tenir votre promesse, d’accord ?}

 

Faren Augusta

Race : Humain

Niveau : 51

Sexe : masculin

Âge : 52 ans

Occupation : Roi du Royaume d’Augusta

[Compétence]

Épée à une main Saint de Niveau 9

Amélioration de la force physique Grande

[Contrat de bête divine]

Télépathie « Fenrir » nouveau !

 

... Cela venait certainement d’être ajouté.

{Cependant, il est différent de celui de Myne, vous ne pouvez pas parler avec notre famille de partout où vous le souhaitez. Rappelez-vous que vous devez être à une certaine distance de notre famille. Cependant, il ne devrait probablement pas avoir de cas où vous devrez me contacter...}

Dès que la bête divine Fenrir avait dit cela, le petit Fenrir qui était sur ma tête fait entendre sa voix.

{Je suis là, tu sais... Je suis là... !}

Au moment où il élevait la voix, la bête divine Fenrir parla d’une voix étonnée.

{ ... Je vois, tu n’as vraiment pas l’intention de rentrer à la maison, n’est-ce pas, mon garçon ?}

{Je ne reviens pas... Je veux être avec Myne... !}

En disant ça, il m’avait encore une fois tapoté la tête.

... Eh bien, je voudrais que tu arrêtes de me tapoter la tête, s’il te plaît.

{J’ai certainement reçu le « Contrat de la Bête Divine »}

Le roi qui avait compris la situation avait dit cela à la bête divine Fenrir.

{Umu, eh bien, je reviendrai. Myne, ne vas-tu pas me ramener à ma résidence ?}

« Compris ! Merci beaucoup !! »

Comme j’avais encore une fois utilisé [Unique Magie Espace-Temps], un vortex noir était apparu devant moi comme avant.

Alors que le petit Fenrir levait la main et criait « Wafu ! » à la Divine Bête Fenrir qui avait décidé de rentrer...

{Je vais te confier ce gamin, Myne.}

En disant ça, elle avait disparu dans le vortex.

Tandis que la présence écrasante de la bête divine Fenrir disparaissait de cet endroit, l’atmosphère s’était évidemment allégée.

« ... Ouf, comme attendu de la divine bête. Sa présence était vraiment terrifiante... »

Mon beau-frère l’avait exprimé avec ces mots.

Moi exclus, tout le monde hocha la tête face à ces mots.

« ... Maintenant, que les deux personnes qui n’ont pas reçu le contrat de la divine bête se retirent. »

Après avoir entendu les paroles du Roi, la seconde Reine et Son Altesse Lecter se retirèrent toutes les deux de la pièce.

Comme prévu, Son Altesse Lecter avait fait une grimace comme s’il regrettait un peu.

Je suppose qu’on ne pouvait pas y faire grand-chose.

« ... Maintenant, Myne. Ne vas-tu pas nous en dire plus ? »

Enfin, le moment de parler de mon secret était venu.

Allez, je vais prendre mon courage à deux mains !

***

Chapitre 78 : Secrets dévoilés

« Les compétences que m’a confiées Dieu sont... »

Alors que je l’avais dit, j’avais senti que toutes les personnes présentes étaient figées.

... Bien sûr, j’étais également tellement nerveux que ma gorge s’était asséchée.

« Les compétences d’[Évaluation Complète] et [Couper et coller]. Voilà, ce sont mes deux compétences. »

Au moment où je l’avais dit, tout le monde à l’exception d’Aisha avait affiché des expressions comme s’il disait : « Oh ? »

« ... Euh, c’est la même chose que le rapport que nous avons reçu du temple, n’est-ce pas ? Si ces deux-là sont les compétences qui t’ont été confiées, il n’y a aucune raison pour que la bête divine soit ton partisan, n’est-ce pas ? » Mon beau-frère m’avait posé cette question afin de confirmer la situation.

... Oui, c’est vrai, si vous regardiez ces deux compétences séparément, c’était comme ça, hein.

« Eh bien, le Roi est appelé le héros par la société. Ceci est dû en grande partie à la combinaison des compétences possédées, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Tout à fait. Je suis certainement d’accord avec ce qui vient d’être dit, » le roi avait confirmé mes paroles, et m’avait donné une réponse.

« ... Mes compétences peuvent être réunies, et, ce faisant, cela fait apparaître une capacité vraiment scandaleuse, » expliquai-je.

« Hmm, certes, c’est un moyen de gagner plus de puissance si les compétences sont combinées, mais... Myne, la combinaison des compétences que tu as obtenues... Je ne vois pas ce que cela pouvait donner... »

Certes, si vous ne compreniez pas précisément les caractéristiques des compétences individuelles, alors vous ne pouviez probablement pas penser à quoi que ce soit.

C’était la réponse naturelle, hein.

« ... Je peux couper les compétences des autres personnes ou des monstres que j’ai vus avec Évaluation, et les coller ailleurs, » annonçai-je.

Même si j’avais dit cela, tout le monde semblait ne pas comprendre l’importance de ma phrase.

... Cependant, après qu’Aisha et Sylphide aient réfléchi pendant un moment, elles avaient toutes deux lâché un cri. Après tout, elles avaient vu mon combat contre le Roi Orc. C’était probablement la raison pour laquelle elles pouvaient comprendre ce que je venais de dire.

« Myne..., c’est... ne me dis pas... !? » demanda Sylphide.

« Myne !? » s’écria Aisha.

Les autres semblaient ne pas comprendre.

« Eh bien, c’est bien ça. J’ai [Couper] les compétences du roi Orc et des autres et je les ai [Coller] sur moi-même. La compétence que j’utilisais pour inviter Fenrir est une compétence que j’ai obtenue directement du Roi Orc. »

!!

Face à ces mots, tout le monde semblait avoir compris. Tous avaient montré des visages remplis de stupeur.

« ... Je vois. C’est pour ça que tu as utilisé tant de compétences pendant la simulation de bataille ! »

Le prince semblait s’être remémoré de la simulation de bataille et avait exprimé sa compréhension.

« ... La raison pour laquelle je n’ai pas parlé de ma compétence, c’est parce que je pensais que les autres qui essaieront de m’utiliser apparaîtraient s’ils en savaient quelque chose, » déclarai-je.

J’avais expliqué pourquoi j’avais gardé le silence et l’avais caché jusqu’à maintenant. J’avais parlé de ma peur des gens ce qui me faisait rester discret pour que je puisse éviter d’être utilisé et tout ce à quoi j’avais pensé jusqu’à maintenant.

« Je comprends maintenant, Myne... C’est certainement quelque chose que la bête divine aimerait... »

« Myne, pendant la simulation de bataille, pourquoi n’as-tu pas coupé mes compétences ? Si tu l’avais fait, n’aurais-tu pas gagné contre moi ? » demanda le prince.

Bien que mon beau-frère l’ait dit de cette manière, ma réponse avait déjà été décidée dès le départ.

« Quand je coupe les compétences des individus... J’ai décidé que cela ne devrait être que lorsque le danger s’approche de ma famille, de mes connaissances ou de ma propre vie ! À ce moment-là, tu pensais purement à moi et tu m’as proposé cette simulation de bataille. C’est pourquoi j’ai voulu rester équitable ! »

En répondant à cela, mon beau-frère avait souri et, comme lorsqu’il était venu chez moi, m’avait tapoté le dos.

... Le petit Fenrir avait saisi l’occasion et me tapota la tête.

Oui, je l’ai dit plusieurs fois, mais j’aimerais bien que vous arrêtiez.

« ... Je vois, je peux faire confiance en ta parole, non ? Et puisque tu as pour soutien la bête divine, je comprends que je n’ai pas d’autre choix que de te faire confiance, mais c’est une affaire importante. Réponds-moi correctement avec tes propres mots. »

Je pensais que le Roi s’inquiétait probablement du fait que je puisse voler des compétences sans discernement. C’était probablement une réaction naturelle en tant qu’homme d’État.

Il n’était pas dans l’obligation de me croire, puisque je n’avais pas dévoilé avant ça mon secret, ce qui était la principale raison.

C’est pourquoi je m’attendais à ce que le Roi m’interroge à ce sujet.

... C’est pourquoi, pour qu’il me fasse confiance, j’avais prié de tout mon cœur pendant que je répondais.

« Tout à fait. Je ne prendrai jamais de compétences sans discrimination ! »

En entendant ma proclamation, le roi avait visiblement montré une expression de soulagement.

« ... J’ai compris... Je vais te faire confiance. Cependant, c’est une capacité que je ne m’attendais pas... Je vois, je peux maintenant comprendre comment tu as battu un roi orc seul. Pour le dire franchement, même si j’ai vu le cadavre du roi orc, je ne pouvais pas le croire. »

Après cela, j’avais reçu quelques questions et la discussion avait pris fin. Quoi qu’il en soit, le roi et les autres devaient gérer l’affaire des enfants du dragon, et je venais juste de rentrer de la forêt de l’esprit divin.

Je devais prendre le temps de me reposer et le Roi devait encore transmettre son jugement final, après tout.

 

***

 

Après avoir reçu la confession choquante de Myne, j’avais d’abord voulu recueillir lentement mes pensées, mais je devais d’abord régler une question urgente.

L’endroit où j’étais était une pièce dans le donjon créée sous le château royal pour emprisonner de dangereux criminels.

Claude, l’héritier de la famille Roselia qui avait été arrêté à cause de sa malhonnêteté dans le jeu précédent, était emprisonné ici.

Accompagné du chef des chevaliers, j’étais entré dans la prison puis j’avais posé une question au geôlier.

« ... Comment cela se passe-t-il ? A-t-il avoué ? »

« Non, pas encore. »

Plissant mes sourcils face aux paroles du geôlier, j’avais regardé Claude qui était attaché au mur. Il avait probablement été un peu fouetté.

Des coupures pouvaient être vues çà et là sur ses vêtements extravagants et inutiles, et de minces traces de sang en sortaient.

Bien qu’il n’avait pas été emprisonné depuis trop longtemps, à en juger par son apparence, il avait probablement reçu une bonne série d’interrogatoires.

Au départ, je voulais prendre plus de temps pour lui faire tout avouer, mais cette fois, nous n’avions pas beaucoup de temps.

Même en ce moment, le dragon adulte pouvait apparaître dans une ville. Je ne voulais absolument pas affronter un dragon aveuglé par la rage après avoir vu son enfant kidnappé.

Nous devions libérer l’enfant-dragon, peu importe ce qu’il faudrait faire, avant que trop de dommage ne soit infligé.

C’était le genre de situation où la fin justifiait les moyens.

« ... Claude, dites-nous franchement où vous avez caché l’enfant du dragon. »

« Votre Majesté ! S’il vous plaît, écoutez-moi ! Il s’agit d’une conspiration ! J’ai été trompé ! Oui, j’ai été trompé par ce roturier appelé Myne ou un nom du genre !! »

J’avais jeté un coup d’œil sur Claude qui était devenu désespéré et inventai des excuses, et j’avais sorti quelque chose de ma poitrine.

Dès qu’il avait vu cette chose, Claude qui avait fait des excuses avait soudainement cessé de bouger, et était devenu brusquement silencieux.

Oui, il s’agissait du « Collier d’esclave » que Myne m’avait confié.

« Votre Majesté, je vais vous remettre cela. Ce sont des “Colliers d’esclave” qui ont été attachés aux enfants. Ceux-ci sont censés avoir été amenés par les aventuriers que Claude avait embauchés. J’ai pensé que ça pourrait être utile alors... »

En voyant les « Colliers d’esclave » que Myne m’avait donné, mon cœur avait bondi de joie. Il n’y avait pas de preuve concrète meilleure que ces colliers.

J’avais immédiatement convoqué le chef des chevaliers, et lui avais fait chercher le marchand d’esclaves enregistré auprès de la famille royale correspondant au numéro de série gravé.

Puis, avant que 30 minutes se soient écoulées, le marchand d’esclaves avait été trouvé.

« Bien joué ! Arrêtez immédiatement ce marchand d’esclaves ! Puis, cherchez si l’enfant-dragon est dans son magasin ! Il n’y a pas beaucoup de temps, dépêchez-vous !! »

J’avais de nouveau demandé à Claude qui était resté silencieux.

« Claude. Je vais vous le demander encore une fois. Où avez-vous caché l’enfant-dragon ? »

« ... »

Je vois, il feignait toujours l’ignorance.

« Geôlier, coupez l’un des doigts de Claude. »

« ... !! »

Alors que je donnais des instructions d’un ton neutre au geôlier, Claude regarda mon visage en panique.

« ... S’il vous plaît, attendez ! Votre Majesté !! Votre Majesté !! Je ne sais rien, je ne sais rien !! S’il vous plaît, arrêtez, Hiii ~. »

Il n’y a aucune raison que je m’arrête aussi tard dans l’affaire. C’était juste qu’il allait perdre sa main s’il ne voulait pas parler.

J’avais fait un signe en restant silencieux au geôlier.

« Guoooooooooooooo !! Doigt, mon doigt !! »

Le geôlier qui avait reçu mon signal avait coupé en silence un doigt de Claude.

« ... Comment ça va, avez-vous envie de parler maintenant ? »

« Gu... Gu... Haa... Haa »

Comme prévu, il était têtu. Eh bien, s’il avouait ses crimes, cela se terminerait autrement qu’avec un doigt coupé.

Il n’allait pas avouer facilement, hein.

En pensant à cela, les chevaliers avaient traîné deux hommes.

L’un d’eux était le marchand d’esclaves qui avait inscrit le collier. L’autre était le chef de la famille Roselia, c’est-à-dire le père de Claude.

« Votre Majesté !? Pourquoi suis-je ici... ? C-Claude !! Qu’as-tu fait pour mériter ça !? »

En découvrant son propre fils retenu et recevant des tortures, le Seigneur Roselia avait crié.

J’avais expliqué au Seigneur Roselia toute la séquence des événements. En entendant mes explications, le Seigneur Roselia qui comprenait la situation avait visiblement vu son teint devenir lugubre.

... C’était compréhensible.

Si c’était vrai... Non, puisqu’il y avait des preuves, c’était vrai, la famille Roselia serait sans doute détruite.

Alors que je parlais avec le Seigneur Roselia, le marchand d’esclaves avait été placé à côté de Claude.

« Maintenant, laissez-moi vous demander à nouveau. Où avez-vous caché l’enfant-dragon ? Cela ne se terminera pas avec un doigt cette fois-ci. Réfléchissez bien avant de parler, ou plutôt, de ne pas parler. »

« ... »

« ... »

Hmph, tous les deux n’avouaient pas, hein.

« Seigneur Roselia, pourquoi ne persuaderez-vous pas votre fils ? Si vous pouvez obtenir des informations sur l’endroit où se trouve l’enfant-dragon, je peux permettre à votre famille Roselia de subir une peine moindre. Eh bien, il sera impossible de ne pas être critiqué par tout le monde une fois cette affaire rendue publique. »

Le Seigneur Roselia qui avait entendu mes paroles était devenu désespéré et avait commencé à tenter de persuader son fils. Juste en le voyant faire, il ne semblait pas y avoir de doute sur le fait que le Seigneur Roselia n’était pas lié à cette affaire.

Je les avais observés pendant un moment, mais il n’y avait absolument aucun progrès, donc j’avais encore décidé de faire signe au geôlier.

« Geôlier, coupez l’un des doigts du Marchand. Après cela, couper deux doigts de Claude. »

Le marchand d’esclaves qui avait entendu mes paroles avait montré une expression désespérée.

... Claude m’avait regardé avec des yeux pleins de haine.

« Laissez-moi vous demander encore une fois, où est l’enfant-dragon ! »

« ... Je parlerai ! Je parlerai !! Je vais parler alors, s’il vous plaît, laissez-moi partir !! »

« ... Quoi ? Salaud !! »

Oh, le marchand d’esclaves a cédé. Il est bien que ce type. Claude avait regardé fixement le marchand d’esclaves. On dirait que je m’en sortirai d’une manière ou d’une autre.

« Oh, c’est une bonne attitude. Et, où l’avez-vous caché ? »

« ... C’est dans la ville d’Adol... »

De tous les endroits, il était dans Adol !! Pourquoi l’avaient-ils caché dans une ville avec tant de monde ? Mais c’était très mauvais pour nous, car Adol était aussi très éloignée de la capitale royale !!

Bon sang, n’y a-t-il pas une autre manière d’agir ?

***

Chapitre 79 : Donnons-lui un nom !

Nous qui avions reçu l’ordre de rompre la discussion, nous nous étions dirigés vers la salle où nous devions rester jusqu’à la cérémonie de mariage.

Après nous être installés dans la salle, nous avions bu du thé noir qu’une femme de chambre avait apporté tout en se relaxant. Ce thé noir était probablement... un produit de haute qualité que je n’avais jamais bu de toute ma vie.

Je ne comprenais pas vraiment les subtilités dans le goût d’un thé noir coûteux.

Immédiatement après avoir parlé au sujet de mon secret, j’étais franchement inquiet du genre d’attitude que mes deux fiancées auraient envers moi.

... Ce n’est pas le moment de savourer ce thé noir, hein.

Alors que je m’inquiétais à mort...

{Ne t’inquiète pas ça. Je serai avec toi... Gao... !}, dit le petit Fenrir en me tapotant la tête.

... En regardant ce petit agir ainsi, j’avais vraiment l’air de passer pour un idiot avec mes inquiétudes !

Ne l’ont-elles pas dit avant ? Je parle du fait qu’elles seront toujours mes alliées, et cela quoiqu’il arrive. Ça ira sûrement ! Qu’est-ce que je fais en ne faisant pas confiance à ces filles ?

Oui, calmons-nous ! Ça va certainement aller bien avec mes deux fiancées !!

« ... Ouf, ça m’a surpris. »

Sylphide avait été celle qui avait commencé à parler.

« Je suis désolé pour avoir gardé le silence si longtemps..., » déclarai-je.

Au moment où j’étais devenu découragé et m’étais excusé, Sylphide avait déplacé sa main. Elle avait agité les mains alors qu’elle me parlait.

« Non, ce n’est pas vrai ! Je ne te blâme pas. Je suis simplement surprise, et il n’y a pas de sous-entendu derrière ça ! Essaye de me comprendre ! »

« C’est vrai. C’est tout à fait normal que nous soyons surprises. Mais... Myne, ce n’est pas comme si tu as changé depuis. »

Et vis-à-vis de deux fiancées, Sylphide et Aisha, il semblerait que cela ne les dérangeait pas.

« ... N’avez-vous pas peur de moi ? »

Après que je l’avais demandé avec timidité, elles répondirent

« Pourquoi aurions-nous besoin d’avoir peur ? »

« Eh ? Pourquoi ? »

Et, toutes les deux avaient affiché des visages perplexes.

« Eh ? Après tout, je pourrais prendre vos compétences personnelles, non ? »

Alors que je l’avais dit, elles avaient encore une fois regardé le visage de l’autre avant de dire. « Ah, effectivement », en même temps.

« Je l’ai déjà dit, n’est-ce pas ? Que je ne te trahirai pas quoi qu’il en soit ! Je serai ton alliée toute ma vie. »

« Ça ne me dérange pas non plus, tu sais ? Bien que ce soit un mariage qui a commencé comme une tradition dans la famille royale, il est naturel d’être ton alliée après notre mariage. C’est vrai. Nous devrions parler de contre-mesures en tant que famille. »

Huh? Même si j’avais fait une belle résolution et que je m’étais entièrement mis à nu... N’était-ce pas un peu trop contre nature leurs attitudes ?

Cependant, toutes les deux avaient dit qu’elles me faisaient confiance, n’est-ce pas ?

D’une certaine manière, je me sentais vraiment heureux. Et... mes yeux devenaient de plus en plus larmoyants sans que je puisse l’empêcher...

{Ne pleure pas..., ne pleure pas... ! Si Myne pleure, alors j’aurais aussi envie de pleurer...}

Le petit Fenrir était descendu de ma tête et me lécha le visage. C’était comme s’il essuyait les larmes qui coulaient d’elles-mêmes.

En voyant que je m’étais calmé, le petit Fenrir avait de nouveau déclaré. {Je grimpe, je grimpe. » Et il s’était déplacé vers le haut de ma tête.

Lorsque le petit Fenrir était monté sur ma tête, j’avais exprimé ma gratitude à mes deux fiancées et à mon mignon partenaire.

« De rien. »

« Ceci est naturel, ça ne me dérange pas. »

« Wafu ! »

Ils avaient chacun répondu à mes remerciements.

Puis, mes deux fiancées qui avaient entendu la petite réplique de Fenrir avaient de nouveau longuement regardé le petit Fenrir.

« ... Hé, Myne. Quel est le nom de cet enfant ? »

« Oui, je suis très curieuse de connaître son nom. »

C’était vrai ! Je voulais discuter de son nom avec elles ! Le moment est parfait, laisse-moi leur demander !

« Eh bien, il n’a pas de nom particulier. C’est pourquoi j’ai pensé que nous devions lui en donner un, car il deviendra un membre de notre famille. Ainsi, je voulais demander votre avis. »

{Nom... ?}

« C’est cela. Ton nom. Veux-tu un nom distingué ou mignon ? »

{Mn..., n’importe... !}

Oui, j’étais un idiot pour le lui demander. Il avait toujours vécu dans la nature, donc il n’était pas vraiment familier avec les noms, hein.

Toutes deux avaient entendu ma conversation avec le petit Fenrir, mais je me demandais ce qu’elles en pensaient. En regardant leurs deux expressions, leurs yeux semblaient étincelants alors qu’elles pensaient à quelque chose.

... Aisha pensait vraisemblablement à un nom mignon, alors que Sylphide pensait à un nom cool, hein.

Comme je disais que tout allait bien, j’avais pris le petit Fenrir qui était sur moi. Je l’avais alors serré dans mes bras en m’approchant d’elles.

« Je pense que le nom de Fenrir est suffisant ? » demanda Sylphide.

« Que dis-tu ? C’est un gamin si mignon, tu sais ! Je le nommerais carrément Koro ! »

« Non, non, non, c’est une bête divine, tu sais ? Qu’en est-il de Shin !? N’est-ce pas cool ? »

« Non ! Koro, Koro est mieux ! Même si c’est la princesse, je ne céderai pas ! »

D’une certaine manière, l’atmosphère était devenue tendue...

« ... Wafu ? »

« Myne ! Shin est un bon nom, n’est-ce pas ? » demanda Sylphide.

« Myne ! Ça devrait être Koro, n’est-ce pas ? Le meilleur nom est Koro !! » déclara Aisha.

Ah, je m’étais retrouvé entraîné dans ce conflit. Alors que je m’inquiétais de ça, le petit Fenrir avait ouvert la bouche et avait bâillé comme si cette affaire ne l’intéressait pas.

« Wafuuuuu~~~ »

Hm ? Attends une minute. Je pense que j’ai eu une bonne idée là ?

« Hey, vous deux... Que pensez vous de “Waffle” ? »

Au moment où je l’avais dit, les deux femmes qui s’étaient querellées s’étaient soudainement arrêtées.

« ... Ce petit aboie toujours “Wafu”, n’est-ce pas ? Mais, pour une raison inconnue, “Wafu” ne sonne pas bien, je l’avais alors attaché à un nom de personnage pour rendre son nom un peu plus mignon... “Waffle”. Comment trouvez-vous cela ? Je pense que c’est plutôt bon... »

Quand je l’avais dit, la petite queue de Fenrir remuait follement au moment où il avait dit « WafuWafu », et il semblerait qu’il en soit content.

« D’une manière ou d’une autre, ce gamin a l’air content, non ? »

« ... Si la personne elle-même en est satisfaite, c’est pour le mieux, hein. »

Elles semblaient être d’accord. J’avais tenu le petit Fenrir et l’avais amené devant mes yeux.

« Est-ce que le nom de Waffle te convient ? »

{Wafu ! Ok ...!}

Le petit Fenrir agita la patte, alors que sa queue se balançait sauvagement. Il démontrait clairement qu’il acceptait le nom.

Ainsi, le nom du petit Fenrir avait été décidé. Il allait s’appeler « Waffle ».

S’il vous plaît, prenez soin de moi à partir de maintenant ! Waffle !!

Euh, j’avais l’air d’avoir halluciné, car j’avais entendu quelque chose.

... « Pochi  »... Je me demande ce que cela signifiait ?

***

Chapitre 80 : La seconde Bête Divine

« ... Je ne m’attendais pas à ce que [Couper & coller] puisse avoir une telle puissance. »

Lewis murmura.

Cette capacité était certainement en dehors de mes attentes.

Pendant la simulation de bataille, je pensais que son style de combat dépendait uniquement de ces compétences, mais après avoir compris ses capacités, je pouvais maintenant tout comprendre.

Si, à ce moment-là, Myne avait volé mes compétences et avait pleinement utilisé toutes celles qu’il possédait, il ne faisait aucun doute que j’aurais perdu.

Cependant, à partir de maintenant, s’il devenait proche de la famille royale, les ennemis de Myne n’auraient pas seulement un pouvoir physique.

Je ne pensais pas qu’il y serait sensible aux flatteries, mais il était possible qu’il soit assassiné s’il n’était pas sur ses gardes ou encore une autre chose dans le genre.

Même dans une bataille entre humains, il ne faisait aucun doute qu’il était encore inexpérimenté.

Comme je l’avais promis, j’allais devoir lui donner des leçons dès que possible, hein.

« ... Grand frère, est-il vraiment en sécurité ? »

Alors que je préparais l’entraînement au combat que Myne effectuera à partir de maintenant, Lewis me le demanda avec inquiétude.

« ... Moi aussi je suis un peu inquiète, » déclara ma sœur, Ari.

Hm ? Ari aussi ?

Eh bien, si vous pensiez à « seulement ses capacités », nous pourrions être certainement inquiet.

Ces compétences étaient une capacité unique conférée par Dieu. Avant que l’on s’en rende compte, il y avait une possibilité que cela puisse être enlevé.

Il n’était donc pas impossible de se sentir mal à l’aise, hein.

... Au contraire, c’était bizarre pour des individus comme moi qui ne s’en souciaient pas.

« Franchement, il n’y a pas besoin de s’inquiéter. Calmez-vous, si Myne avait eu envie de voler nos compétences, il l’aurait fait il y a longtemps, n’est-ce pas ? »

« ... Ah »

Si vous y réfléchissiez calmement, vous auriez pu le comprendre.

Si des personnes terriblement mal à l’aise comme Lewis et Ari possédaient un tel pouvoir... Il n’y avait probablement pas d’autres alternatives que de voler rapidement les compétences devant eux.

Car vous voyez, leurs adversaires seraient affaiblis, et leur propre capacité augmenterait. Comme ça, il n’y avait même pas besoin de penser aux conséquences.

Si vous y réfléchissiez et appliquiez cela à Myne, vous comprendriez.

Premièrement, s’il prévoyait de piller les compétences, il n’était pas nécessaire de nous parler de ses capacités comme il venait de le faire.

Il aurait pu rapidement voler nos compétences et nous tuer, et aussi nous cacher cette compétence qu’il nous avait montrée quand il avait invité la bête divine.

En plus de cela, Myne avait une bête divine comme soutien. Un humain qui pouvait vaincre un Roi Orc à lui tout seul et avoir le soutien d’une bête divine Fenrir, c’était la combinaison la plus anormale.

Peu importe quel type d’armée était envoyé contre cette combinaison en tant qu’adversaire, ils ne seraient pas en mesure de le vaincre, non ?

Autrement dit, si vous compariez simplement leur capacité de combat actuel, il n’y avait pas de raison pour Myne de se retenir.

Et même ainsi, Myne s’était ouvert à nous quant à ses compétences.

Son but en obtenant une Bête Divine en tant que son soutien était également de ne pas nous menacer, mais plutôt de s’assurer mentalement que tout pourrait se terminer sans heurts.

Par conséquent, ce qu’il devait être fait était de croire en Myne, et d’approfondir notre amitié.

Je pense que c’était suffisant.

En transmettant mes pensées à tous les deux, ils n’étaient pas arrivés à choisir un type de conduite, mais ils avaient montré des expressions plus calmes qu’avant.

« Grande soeur a obtenu une personne scandaleuse comme époux, hein... Eh bien, une coopération a été décidée entre son Clan et le mien. Puisqu’il est une personne aussi forte, je peux attendre avec impatience les matériaux qu’il nous vendra, hein. »

Lewis semblait avoir retrouvé assez de sang-froid pour faire des blagues.

« ... C’est vrai, nous pouvions simplement agir pour soutenir Myne en tant que membre de la royauté. S’il se rapproche de nous à partir de maintenant, peu importe s’il y a des nobles qui pensent à de mauvaises choses, après tout... »

Bien, avec ça, mon petit frère et ma petite sœur iront probablement mieux. Après cela, si nous approfondissons notre amitié avec Myne, les choses iront pour le mieux.

Ensuite, j’avais continué de réfléchir sur la façon dont je devrais former Myne.

 

◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇

 

{Myne. L’enfant du dragon a-t-il dit... n’est-ce pas le problème de quelqu’un d’autre, hein ? Je vais te prêter un peu de mon pouvoir, je peux comprendre les émotions que l’on ressent quand un enfant est séparé de soi.}

Quand j’étais sorti pour un court moment, mes propres enfants avaient été enlevés par des humains. Les enfants qui n’avaient jamais vu un humain auparavant les avaient approchés par curiosité, ils avaient attaché ces colliers d’esclaves agaçants sur eux.

Remarquant le fait que mes enfants avaient été enlevés en raison de leurs cris, j’avais précipitamment chassé quelques humains et les avais tués.

C’était une bonne chose que j’ai pu finalement les rattrapés, mais un humain qui avait été bloqué par mon intervention avait poignardé mon mignon garçon.

Ce sentiment de perte et de rage... le simple fait de me le rappeler me faisait mal au cœur.

Le parent-dragon qui avait vu son enfant enlevé éprouvait probablement les mêmes émotions.

À l’origine, ce n’était probablement pas quelque chose dans laquelle je devais intervenir. Cependant, je voulais en quelque sorte l’aider en tant que parent qui avait également vu ses enfants retirés de lui.

« En parlant de dragons, je pourrais comprendre toute l’histoire si je le demandais à Jormungandr. »

Jormungandr, une bête divine qui, comme moi, avait été chargée de protéger par Dieu cette terre. C’était l’être suprême qui gouvernait la race des Dragons, et mon jeune frère.

{Jor, peux-tu m’entendre ? Jor... C’est moi, Fenrir.}

{Hm ? Oh, Fen ? Ça fait longtemps, je suis occupé avec quelque chose en ce moment, est-ce quelque chose d’urgent ?}

{ ... Je pense que c’est probablement lié à la raison pour laquelle tu es occupé.}

J’avais dit à Jormungandr que mes enfants avaient été enlevés, ma rencontre avec Myne et tout ce qui s’y rapportait. Comme je l’avais prévu, la raison pour laquelle il était effectivement occupé par l’enlèvement du petit dragon.

{Nuu, ces humains... On ne peut vraiment plus leur venir en aide. Ils ont posé la main même sur tes enfants, Fen. Il serait peut-être préférable de les détruire une fois pour toutes.}

{Calme-toi, heureusement, grâce à Myne, mes enfants sont en sécurité. Cependant, je me sens aussi amer. Je sympathise avec les sentiments du dragon qui a vu son enfant kidnappé. En ce moment, Myne se déplace pour sauver l’enfant, alors je vais l’aider.}

J’avais promis que si je localisais le lieu où se trouvait l’enfant, je contacterais immédiatement Jor et mettrais fin à la télépathie.

Ensuite, j’allais devoir parler à Myne des détails dont nous avions convenus.

{ ... Myne... réponds-moi.}

{Oui ! Fenrir !}

J’avais parlé à Myne des choses à faire, et j’avais demandé que l’enfant soit rapidement rendu au parent-dragon, même s’il fallait aller plus vite...

 

◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇

 

... Comme prévu, c’était la méthode la plus fiable, hein.

Je pensais que tout irait bien, mais je devais prendre en compte la possibilité d’être rejeté.

« Ordonnez à la Première Unité de Chevaliers de se diriger immédiatement vers Adol !! »

J’avais donné l’ordre au chef des chevaliers et j’avais envoyé l’unité des chevaliers dans la ville d’Adol. Chaque minute et chaque seconde comptait, un retard dans la décision pouvait éventuellement causer de graves conséquences.

En suivant le dos du chevalier qui courait jusqu’à ce qu’il soit hors de vue, j’avais moi-même commencé à bouger.

Ma destination... Myne, la chambre du mari de ma fille.

« Excusez-moi, c’est moi, Faren. J’entre. »

J’avais envoyé une femme de chambre pour m’annoncer, et immédiatement ma fille était venue me saluer. En entrant dans sa chambre et celle de ma fille, je ne pouvais pas voir la silhouette de Myne.

« Sylphide, que fait Myne ? »

« Aah, il est... »

Au moment où ma fille avait ouvert la bouche, Myne était apparu de la pièce voisine.

« Myne, je suis désolé, mais ne me prêteras-tu pas ton pouvoir ?... Je connais l’endroit où ils ont caché l’enfant du dragon, mais c’est extrêmement loin. Chaque minute est précieuse, alors ne peux-tu pas le sauver avec la méthode de voyage que tu nous as montrée tout à l’heure ? Ce n’est pas pour mes désirs égoïstes, mais pour sauver des citoyens innocents... Pourrais-tu le faire, s’il te plaît ? »

Alors que je baissais la tête, Myne m’avait dit de lever la tête, paniqué.

Si juste ce geste de la tête pouvait sauver la vie des citoyens innocents, alors c’était un prix vraiment faible à payer.

« Je vais coopérer ! Voilà pourquoi, s’il vous plaît, lever la tête ! Roi ! De plus, on m’a dit que Fenrir allait également coopérer. Où est le petit dragon en ce moment ? »

La divine bête va coopérer !? J’étais reconnaissant pour cela avant tout. Si Myne coopérait aussi, ce problème était destiné à être résolu.

« ... C’est à la Ville du Labyrinthe, Adol. »

***

Chapitre 81 : Début du drame

« ... Il se trouvait dans la Ville du Labyrinthe, Adol. »

On m’avait informé de l’emplacement du petit dragon. Le roi m’avait donc dit qu’il était dans la ville du Labyrinthe, Adol, où j’étais également allé l’autre jour avec Aisha.

Dieu merci. Après tout, les seuls endroits où je pouvais aller en utilisant la [Magie Unique Espace-temps] étaient les endroits où j’étais déjà allé.

Si c’était une ville que je ne connaissais pas, je ne serais pas capable de coopérer.

« Compris ! Adol, c’est ça ! Dieu merci. Je ne peux pas voyager dans un endroit où je ne suis jamais allé auparavant... »

« Hmm, est-ce vrai ? »

Après avoir été surpris d’entendre ce fait, le Roi se sentit soulagé. Si l’on était malchanceux, il aurait fallu deux jours pour arriver à Adol depuis la capitale royale.

Certes, avec si peu de marge de manœuvre en termes de temps, Roi ne pouvais pas se permettre de se préoccuper des apparences. J’étais vraiment troublé quand quelqu’un baissait soudainement la tête.

« La bête divine a dit qu’elle va coopérer. Qu’est ce que cela signifie ? »

Aah, c’était vrai. Je ne l’avais pas expliqué en détail, n’est-ce pas ?

« Fenrir avait également vu ses enfants kidnappés. Puisque ce n’est pas le problème de quelqu’un d’autre, alors elle a sympathisé avec le parent-dragon... On m’a dit que la bête divine qui est le petit frère de Fenrir gouverne la race du dragon, alors elle veut confirmer la situation. »

J’avais parlé au Roi des choses dont Fenrir venait de me parler.

« ... Attends une minute, qu’est-ce que tu viens de dire ? »

« Fenrir sympathise avec le dragon... »

« Non pas ça. Juste après cela. »

Hm ? Je me demandais ce que cela pouvait être ?

Ce que j’avais dit après ça... La bête divine qui était le petit frère de Fenrir ?

« La Bête Divine qui est le petit frère de Fenrir... »

« ... Voilà. Le petit frère de la divine bête, dis-tu ? Pourquoi est-ce devenu si grave... »

Jetant un coup d’œil au Roi qui se sentit abasourdi par l’apparition d’une nouvelle divine bête du coin de mes yeux, j’avais envoyé un message télépathique à Fenrir.

{J’ai découvert l’endroit où se trouve le petit dragon. Il semble être dans la ville d’Adol, je serai dans quelques instants là-bas.}

Bien, j’avais fini de la contacter ! Allons-y vite.

Ce serait mauvais si j’utilisais ma compétence dans la ville, alors connectons-nous à un endroit un peu plus loin.

« Maintenant, je pars ! Waffle, viens. »

Comme je l’avais dit, Waffle avait rajouté « Wafu ! », il avait couru et avait sauté sur moi.

Sylphide m’appelait alors que j’attrapais doucement Waffle dans mes bras. « Myne, devrions-nous vous suivre ? »

« Non, puisque je dois aller combattre dans le pire des cas un dragon, il faudrait que vous attendiez ici. Si c’est juste moi et Waffle, je ne pense pas que vous deviez trop vous inquiéter ! »

Comme je l’avais dit, Sylphide avait exprimé un léger regret, mais elle s’était retirée quand elle avait entendu parler d’un combat avec un dragon.

« Myne, nous ferons de la nourriture délicieuse en attendant ton retour, alors fait attention. » Aisha m’avait répondu avec un sourire.

J’avais agité ma main à mes deux fiancées, et j’avais utilisé ma [Magie Unique Espace-temps].

Maintenant, je devais me dépêcher.

« Je vais y aller ! »

 

◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇

 

{C, c’est mauvais, Grande soeur !}

{Quel est le problème ? N’as-tu pas assez paniqué, Jor ?}

Je venais d’être contactée par Myne, me disant qu’il avait trouvé l’endroit où se trouvait le petit dragon, alors j’avais immédiatement relayé l’information à Jor. Les parents devraient être un peu plus soulagés, oui, soulagés... mais, la situation semblait être quelque peu étrange.

{Les dragons parents se sont envolés pour le rencontrer ! D’après les apparences, ils pourraient attaquer la ville humaine.}

Qu’a-t-il dit !?

Ce problème était certainement la faute des humains. D’habitude, je ne serais pas aussi surprise, mais cette fois, il avait promis de ne pas attaquer Myne et la ville humaine.

Pour cela, Myne avait décidé d’y aller à fond.

{Qu’est-ce que tu fais ? Rappelle-les immédiatement !}

{Si je pouvais faire ça, je l’aurais fait il y a longtemps ! Si je sors, ce serait pire !!}

Mon Dieu, Myne se dirigeait vers cette ville en ce moment. Peu importait la puissance anormale de Myne, il serait désavantagé avec un dragon comme adversaire.

Kuh, ce n’était pas le cas pour Jor, mais il lui était impossible de sortir.

Je mettais trompée dans mes prédictions. Je devrais donc contacter Myne pour qu’il puisse sécuriser les enfants.

{Myne, m’entends-tu ? Les parents-dragon arrivent vers toi ! Je crains que cela ne devienne une bataille. Tu n’as pas à te forcer, d’accord. Pense seulement à ta propre sécurité !}

... Bien que je l’avais averti, avec la personnalité de cet enfant, il ne se protégera probablement pas lui-même.

Bon Dieu, que devais-je faire !

Ne meurs pas, Myne !

 

◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇

 

{Wa, Wafuu~}

En entendant ma conversation avec Fenrir, Waffle avait instinctivement glissé sa queue entre ses pattes.

{ ... Même si elle m’a dit qu’elle craignait que cela devienne une bataille contre un dragon... Pour l’instant, Waffle, aidons à sauver l’enfant-dragon de la ville d’Adol et ensuite nous partirons}

Si j’utilisais ma [Magie Unique Espace-temps] au dernier moment dans un endroit que je pouvais voir, je pensais que je pouvais m’éloigner même avec un dragon en tant qu’adversaire.

La ville d’Adol pourrait disparaître si Waffle et moi agissions avec toute notre puissance pour combattre le dragon...

... Ah !? Attends une minute.

{Waffle, j’ai pensé à une bonne idée... Hum}

Après la fin de ma rencontre stratégique avec Waffle, j’avais rapidement pris les dispositions préliminaires.

Ainsi, une fois que j’avais fait mes arrangements préliminaires, j’avais couru en direction d’Adol.

« Ce que j’ai entendu du roi, c’est qu’au lieu d’être au milieu de la ville, il semblerait qu’il soit emprisonné dans un entrepôt d’un marchand d’esclaves dans un endroit à côté du labyrinthe, mais...

Je ne connais pas l’endroit exact... Une fois que nous serons près de lui, nous ne pouvions que parier sur la capacité de perception de Waffle et sur ma [Détection de présence : Large], hein. »

J’avais fait tout ce que je pouvais ! Tout d’abord, nous devrions nous dépêcher d’aller dans la ville d’Adol !

La dernière fois que je suis venu, j'étais avec Aisha, et il y avait beaucoup de personnes qui faisaient la queue même quand nous étions entrés en ville, mais nous n’avions pas beaucoup de temps cette fois.

Je courus vers le portier et lui montrai le laissez-passer que j’avais reçu de mon beau-père, et j’entrais dans la ville d’Adol.

C’était un endroit où j’étais allé l’autre jour.

Je savais à peu près l’endroit où se situait l’entrepôt dont on m’avait parlé.

Waffle et moi courions à travers la ville.

Aah, comme prévu, Waffle avait aussi couru sur ses propres pattes.

Nous, qui étions en train de sprinter dans la ville, avions reçu l’attention des résidents et des aventuriers, mais je n’avais pas le temps de m’en préoccuper.

Les parents du dragon allaient bientôt arriver.

{ ... Nous sommes arrivés ! C’est par ici !}

Sans aucun délai, j’avais utilisé ma [détection de présence : large], et j’examinais la zone.

{ ... C’est ici..., je l’ai trouvé... !!}

{Cette grande présence, c’était ça !!}

Waffle et moi l’avions découvert en même temps.

Je n’avais pas le temps d’agir lentement, et j’avais même reçu la permission du roi !

Rentrons là et prenons le contrôle en une fois !

Au moment où Waffle et moi avions tenté d’ouvrir la porte du bâtiment, vu que nous pensions que le petit dragon était enfermé dedans... la porte était verrouillée

.

... Cette fichue porte je... !! J’avais mis toutes mes forces pour pousser cette porte, et la porte s’était ouverte en produisant un violent bruit d’objet se brisant.

Et là, elle s’était ouverte.

Elle n’avait pas totalement cassé, d’accord ! Cela s’était ouvert.

... C’était vraiment que parce que mon niveau avait augmenté qu’elle s’était arraché de ses gonds, hein...

« Q-Qu’est-ce que c’est !! »

Un homme qui, selon moi, était un aventurier engagé par le marchand d’esclaves, avait dégainé une arme et il se déplaça vers nous, il venait de l’arrière.

C’était une perte de temps !! Alors j’avais utilisé : [Magie de support : Sommeil] et l’avais endormi.

{Il semble être plus faible que nous... !}

Alors que je mettais les aventuriers dans un profond sommeil les uns après les autres, Waffle localisa le petit dragon.

... Il y avait un escalier là-bas, hein. En regardant autour de moi, je pouvais voir des escaliers qui menaient au sous-sol.

Il n’y a plus d’aventuriers qui se dirigeaient vers moi.

... Ils dorment tous paisiblement sur le sol, alors nous n’avions plus à nous soucier d’eux.

Nous avions couru dans les escaliers d’un trait et avions fait irruption dans le sous-sol !

... Il était là.

Il faisait pitié... il avait un collier d’esclave attaché à lui, et était enfermé dans une cage.

Hm ? Attends une minute.

La couleur du corps de cet enfant, n’était-ce pas le noir ?

Ne me dites pas... que c’était l’enfant d’un dragon noir !!

C’était mauvais, c’était vraiment mauvais !!

Le dragon noir était classé dans les rangs les plus hauts parmi les espèces de dragons en termes de sauvagerie présente dans leurs comportements.

Ils avaient dit que ce serait votre fin si vous rencontriez un dragon de feu ou un dragon noir...

{Waffle, peux-tu parler à ce gamin ? Peux-tu lui dire que nous sommes là pour le sauver ?}

{Compris... ! Laisse-moi... !}

Après que Waffle avait dit cela, il avait trotté et s’était approché de la cage, mais avait parlé au petit dragon, en disant « Gau Gau ».

Après cinq minutes {Wafu, j’ai fini d’expliquer ! Réjouis-toi !}

Mn, Dieu merci. La première étape était terminée.

J’avais utilisé [Magie Unique Espace-temps] sur la serrure attachée à l’entrée de la cage et l’avais envoyé ailleurs.

Cette magie était vraiment pratique.

Confirmant que la serrure avait disparu, j’ouvrais la porte, et le petit dragon en sortait.

{Waffle, je vais enlever le collier, peux-tu dire à ce gamin de ne pas bouger.}

Waffle avait de nouveau utilisé « Gau Gau » pour parler au petit dragon.

{C’est bon..., Myne}

J’allais devoir faire attention comme quand j’avais enlevé les colliers de Waffle et des autres...

Très bien, c’est parti !

Alors que je frottais la tête du petit dragon, il fit joyeusement un « Guu ».

{En tout cas, échappons-nous.}

Une fois encore, j’avais utilisé [Magie Unique Espace-temps], vers l’extérieur de la ville.

J’avais relié l’espace à l’endroit où j’étais venu depuis la capitale royale.

Le petit dragon avait regardé mes actions avec un profond intérêt, et à côté de lui, Waffle semblait expliquer avec « Gau Gau ».

{Très bien, c’est connecté ! Entrez là}

Tout d’abord, Waffle avait aboyé {Wafu} tout en sautant dans le vortex noir.

Après cela, le petit dragon y avait sauté timidement.

Enfin, j’avais sauté, on avait réussi à s’échapper !

J’avais fermé le vortex immédiatement après le transfert, et j’avais pris une grosse respiration.

{Myne..., il semblerait que nous n’ayons pas le temps de nous reposer...}

Hm ? J’avais regardé dans la direction que Waffle me montrait.

C’était dans la direction d’Adol, hein... Ah...

Oui, ce qui apparaissait dans les cieux d’Adol, c’était le parent-dragon de cet enfant.

C’était la silhouette d’un dragon noir extrêmement perturbé qui était dans une rage folle.

***

Chapitre 82 : La bataille d’Adol (1)

Nom : Dragon noir

Niveau : 96

Race : Race de dragons

Sexe : ♂

[Compétences]

Morsure terrorisante

Rugissement épouvantable

[Capacité]

Projectile enflammé

Vol

Aah, comme prévu, c’était vraiment scandaleux...

Mais c’était surtout ces deux compétences qui étaient remarquablement puissantes.

[Morsure terrorisante] : Provoque des dégâts importants à l’adversaire attaqué. Elle provoque aussi un état de panique avec une probabilité fixe.

[Rugissement épouvantable] : Annule toutes les améliorations sur la (les) cible(s).

Oui, ça ira si je les lui redonne plus tard.

Nous devons donc les voler.

Pour l’instant, j’allais [Couper] ceci : [Morsure terrorisante], [Rugissement épouvantable] et [Projectile enflammé]

Et je les avais [Coller] sur Waffle.

{Je suis devenu plus fort... !}

Comme les dégâts seraient considérables s’il perdait sa capacité à voler, et qu’il se mettait à chuter à la suite de la perte de sa capacité de vol, j’avais décidé de la voler après que nous nous soyons retirés d’Adol.

Puisque le dragon ne semblait pas nous avoir remarqués, j’allais d’abord le guider ici. J’avais donc utilisé [Incitation] sur le dragon, et j’avais détourné son attention vers moi.

Ah, on dirait qu’il m’avait remarqué ! Il arrivait ici rapidement.

Comme il rugissait avec beaucoup de force, il était sûr que les habitants d’Adol l’avaient probablement remarqué.

Ça allait certainement devenir un grand chaos, n’est-ce pas...

Bien, dans ce cas, échappons-nous !

J’avais encore une fois fui dans un endroit éloigné d’Adol en utilisant [Magie Unique Espace-temps].

Comme c’était un moyen de me téléporter dans les environs, le dragon noir avait constaté que nous avions soudainement disparu de sa vue.

En réalité, nous avions tourné autour de la zone où nous étions, donc je ne pensais pas qu’il y avait eu une chance qu’il nous perdrait de vue.

Très bien [Incitation], encore une fois !

Après avoir répété [Magie unique Espace-temps] et [Incitation], nous avions été capables de nous éloigner assez loin de la ville d’Adol.

Tout se passait selon mon plan, mais...

... J’avais l’impression qu’il était devenu plus en colère par rapport à avant. Il était certain qu’il ne m’écouterait pas du tout, hein...

Soupir, il semblerait que le combat soit inévitable.

Très bien, dans ce cas, la touche finale !

J’avais coupé [Vol], et je l’avais encore une fois collé sur Waffle.

Le super Waffle était né !

Alors qu’il perdait sa compétence, le dragon noir était tombé de toute sa hauteur. Il n’avait probablement aucune idée de ce qui venait de se passer.

Il y avait beaucoup de capacités et de compétences que j’avais collées sur des cailloux et que j’avais mises aujourd’hui sur Waffle. Après avoir entendu parler de l’invasion du dragon par la Bête Divine Fenrir, j’avais pensé à rendre plus puissant Waffle. J’avais obtenu son consentement, et donc je les avais collés.

Voici les capacités de Waffle en ce moment.

Nom : Waffle

Niveau : 31

Race : Bête divine

Sexe : ♂

Statut : Apprivoisé (Myne)

[Compétence]

Bête Divine

Œil magique de la gravité

Régénération

Bras fort Extrême

Renforcement du corps Petit

Augmentation de la force

Morsure terrorisante

Rugissement épouvantable

[Capacité]

Grand Hurlement des Loups Kamui

Jambes fortes

Pétrification

Plume volante

Spray venimeux

Souffle paralysant

Projectile enflammé

Lévitation

Vol

Camouflage

Ce serait douteux si c’était moi qui le disais, mais il était devenu incroyable, n’est-ce pas ? Il ressemblait réellement à un « Super Waffle » !

À ce moment-là, le dragon noir était devenu incapable de voler. J’allais l’attaquer sur le sol, tandis que Waffle l’attaquera du ciel.

Je pensais que peu importe à quel point un dragon était haut placé, tant qu’il avait perdu ses compétences et qu’il ne pouvait plus rentrer chez lui, ce serait un match égal.

« Maintenant, allons-y ! Waffle !! Je pense qu’une fois que nous l’aurons battu, il sera probablement d’accord pour discuter. Cependant, tu n’as pas à te forcer, si les choses tournent mal, nous pouvons simplement nous échapper ! »

Même si nous nous échappions, je ne pensais pas qu’il allait aller attaquer Adol. Pour le parent-dragon, il pensait probablement que j’avais kidnappé son enfant.

Il ne serait vraiment pas capable de nous trouver après notre évasion, donc je pensais qu’il ne retournerait pas dans sa maison avant un bon moment.

Tant qu’il ne retournera pas dans sa demeure, je laisserais les négociations à Fenrir et à son petit frère, et une fois que cela se sera calmé, je pourrais lui rendre son enfant, n’est-ce pas ?

Mais si je pouvais le vaincre ici, je pourrais lui expliquer la situation et guérir ses blessures.

Puisque c’est ainsi, l’opération commença ! Je vais devoir faire attention tout en le combattant ! Si je ne le fais pas, Waffle se moquera de moi.

Le dragon noir qui avait perdu ses compétences et était tombé du ciel ne semblait pas avoir subi beaucoup de dégâts. Au contraire, il était enragé, et se précipita vers moi après m’avoir découvert.

J’avais lancé autant d’améliorations que je pouvais et envoyais la première attaque.

[Œil magique de choc]

Sa puissance n’était pas si élevée, mais c’était une compétence qui pouvait être exécutée en continu sans beaucoup de préparation. Il n’y avait probablement aucune attaque plus appropriée pour attirer l’attention que celle-ci.

Le dragon qui s’était précipité vers moi directement avait reçu [Œil magique de choc] encore et encore, et s’était finalement arrêté.

« Wafu ! »

À cette occasion, Waffle utilisa [Vol] et plana dans les cieux.

Il avait ensuite utilisé la compétence de Fenrir [Œil magique de gravité], et l’avait lâché sur le dragon noir.

[Œil magique de la gravité] : S’active volontairement sur son adversaire au moment opportun. La cible qui reçoit cette compétence verra son corps s’alourdir en raison d’une augmentation de la gravité. Plus le niveau de l’utilisateur est élevé par rapport à la cible, plus les effets seront forts, et plus ils dureront.

C’était à l’origine une compétence qui inhibait grandement les mouvements d’un adversaire, mais malheureusement, l’écart de niveau entre Waffle et le dragon noir était important, et l’effet n’était pas si important. Il laissa échapper un faible « Wafuu... » puisqu’il n’obtint pas l’effet qu’il voulait.

Cependant, ce n’était pas comme s’il n’y avait aucun effet du tout.

J’avais utilisé [Absorption de la vitalité Grande ; Niveau 2], puis [Sorcellerie Extrême] par dessus, sur le dragon noir dont les mouvements étaient devenus lents.

La compétence appelée Absorption de la vitalité était une compétence qui absorbait grandement la vitalité de la cible et la transmettais à son utilisateur, moi.

Cette bataille n’était pas une bataille simple qui se terminerait si je tuais le monstre comme dans toutes mes autres batailles jusqu’alors. Le but de combat était de faire de notre mieux pour le calmer afin de lui rendre le petit dragon.

Si tel était le cas, alors cette Compétence n’était-elle pas conforme à l’objectif ? Cela n’infligeait aucune blessure, et tant que je n’en faisais pas trop, cela n’aurait pas d’autre effet que de le rendre léthargique.

Waffle avait ensuite placé une attaque... ou alors c’était ce que j’avais pensé, mais le dragon noir avait balancé sa queue vers moi, essayant de me frapper.

... C’était inutile, sa vitesse d’attaque était plus rapide que je ne le pensais. Je ne pouvais pas dans ce cas l’esquiver !! Je devais pouvoir être capable d’y faire face grâce à [Évasion absolue] !!

Bien que cela ne soit que pour trente secondes... aucune attaque physique ne me frappera !!

Grâce à [Évasion absolue], la queue du dragon noir qui s’approchait de moi traversa mon corps.

Alors qu’il faisait ça, j’avais pu voir Waffle, qui avait pris de l’élan dans le ciel, activer [Augmentation de la Force] [Renforcement du corps Petit] [Bras puissant Extreme] [Morsure terrorisante].

« Waffu, fuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu !! »

L’attaque puissante de Waffle avait directement touché le dragon noir. Un bruit sourd d’impact retentit dans tous les environs.

Comme prévu d’un enfant de la bête divine.

Bien qu’il avait activé quelques compétences, ce petit corps était capable de faire chanceler le dragon. La [Morsure terrorisante] que j’avais volé du dragon noir semblait également être assez puissante.

Puis, en profitant du fait qu’il est stupéfiait, j’avais encore utilisé [Absorption de vitalité Grande Niveau 2] avec [Sorcellerie Extrême] en combinaison, et j’avais absorbé sa vitalité.

En outre, parce qu’elle avait immédiatement suivi l’attaque de la Waffle, elle avait produit un résultat immédiat, comme attendu de la deuxième [Absorption de vitalité Grande Niveau 2]

Il semblait s’être considérablement affaibli.

Puis j’avais utilisé le [Tremblement de terre] que le poisson-chat utilisait, et je lui avais fait subir peu à peu des dommages.

... Cependant, au moment où je pensais : « Il devrait être vaincu maintenant, pas vrai ? », un événement inattendu s’était produit.

Bien que j’avais volé ses compétences et ses capacités...

D’une manière ou d’une autre, le dragon noir avait projeté une « flamme » vers moi.

***

Chapitre 83 : La bataille d’Adol (2)

Bien que j’avais volé ses compétences et ses Capacités...

D’une manière ou d’une autre, le dragon noir avait projeté une « flamme » vers moi.

« Eh ? »

Pourquoi pouvait-il... ?

Parce que c’était une attaque à laquelle je ne m’attendais absolument pas, je n’avais même pas pu faire quoi que ce soit et j’avais été frappé de plein fouet.

J’étais ensuite tombé par terre.

... Pas bon... Ma conscience...

{Myne..., Myne... !! Ne meurs pas... !!}

... Je pouvais entendre la voix de Waffle.

J’étais désolé, Waffle.

Tu devras t’échapper seul...

{Waffu !! Je ne te laisserai même pas poser un doigt sur Myne !!}

Pour me protéger, Waffle se tenait seul dans le chemin du dragon. Pour faire paraître son petit corps plus grand, ne serait-ce qu’un peu, il grognait en intimidant le dragon.

Ça ne servait à rien, peu importait à quel point Waffle était devenu fort, s’il était frappé par cette flamme comme ce que j’avais subit, il allait certainement aussi mourir.

Même s’il avait [Régénération]...

C’était vrai ! Si je collais [Ultra Régénération] et [Régénération] sur moi... !

Rapidement, alors que Waffle me gagnait du temps... C’était inutile... Je ne pouvais pas mettre de force dans mon corps.

Je ne pouvais pas sortir le caillou de mon sac de rangement.

{Myne..., prends [Régénération] de moi... !! Ne meurs pas... ! Vite... !}

... Waffle...

J’avais hâtivement coupé [Régénération] de Waffle, et [Coller] sur moi-même.

À ce moment-là, des vapeurs blanches étaient sorties de mon corps alors que mes blessures guérissaient très rapidement.

Afin de me faire gagner du temps jusqu’à la fin de ma régénération, Waffle avait commencé à attaquer le dragon.

{Maman l’a déjà dit ! L’offensive est la meilleure défense !}

En utilisant [Jambes puissantes] et [Renforcement du corps Petit], il plongea vers le buste du dragon d’un bon, tout en utilisant [Camouflage].

Le dragon, qui avait perdu de vue la silhouette de Waffle en raison de l’effet de [Camouflage], avait regardé autour de lui avec agitation.

Waffle était...

Là !! Il avait utilisé le [Vol] et avait pris position juste au-dessus du dragon.

« Waffu... !! »

Waffle attaqua de manière décisive une fois de plus en utilisant une attaque de percussion, impliquant de grands dommages dus à l’utilisation des compétences activées précédemment.

Waffle lui était tombé dessus avec un grand élan, comme un météore.

Quand l’attaque de Waffle fut remarquée par le dragon, il s’était déjà approché à une distance nécessaire. Le dragon s’était résolu probablement à prendre l’impact, loin de montrer une volonté d’esquiver l’attaque, il leva sa grosse patte à l’approche de Waffle.

Ainsi, les deux forces énormes étaient entrées en collision, et un violent bruit d’impact avait résonné dans toute la région.

« Waffleeeeeeeeeeee !! »

Finalement, terminant ma régénération, je m’étais levé en criant le nom de Waffle.

... Le choc entre Waffle et le dragon noir... s’était soldé par... la victoire du dragon noir.

Waffle s’était probablement écrasé, car son bras droit était taché de sang, et quelques-uns de ses doigts semblaient s’être brisés.

Et Waffle... était taché de sang, et ne montrait plus le moindre signe de vie, il était sur le sol à une courte distance du dragon.

J’avais sorti la pierre [Ultra Régénération] du sac de rangement avec une grande hâte, et je l’avais collée sur Waffle.

Alors que je l’avais fait, juste comme avant, d’épaisses fumées blanches étaient sorties de Waffle, et ses blessures avaient commencé à se régénérer.

« ... Comment oses-tu faire ça à Waffle... ? Tu m’as vraiment mis en colère. »

J’avais utilisé [Bras fort Saint] [Renforcement du corps Grand Niveau 3] [Amélioration de la force physique Extreme Niveau 2] et [Augmentation de la puissance Niveau 2] en une fois.

J’avais ensuite utilisé [Réalisation], et j’avais créé le poignard le plus fort, « les épées jumelles ».

Voyant l’éclat de mes « épées jumelles », le dragon noir avait montré une attitude prudente, il ne prenait pas ces armes à la légère.

« ... Désolé, mais je vais te faire éprouver “beaucoup” de tourments, alors prépare-toi. »

Réagissant probablement à mes paroles, il prit à nouveau une grande inspiration et me souffla dessus.

... Trop tard.

Devant moi, un grand vortex noir était apparu.

Oui, c’était le vortex habituel créé en utilisant la [Magie Unique Espace-temps.]

La destination à laquelle ce vortex était connecté était...

Le feu du dragon noir ne m’avait pas frappé, mais avait été aspiré dans le vortex noir.

Il s’était ensuite précipité à partir d’un vortex noir similaire qui était apparu juste derrière le dragon noir.

Les flammes qui s’étaient échappées naturellement du vortex avaient directement touché celui qui l’avait tiré... le dragon noir.

« Guaaaaaaaaaa !! »

Le dragon noir qui avait reçu une attaque inattendue d’une direction inattendue cria avec force.

Je m’étais ensuite déplacé juste au-dessus du dragon noir, terrassé par la douleur en utilisant [Magie Unique Espace-temps].

J’étais tombé sur lui, et alors que j’avais atterri sur son dos, j’y avais collé mes pieds en utilisant [Coller] et je m’étais accroché d’une telle façon que je ne puisse pas tomber.

Le dragon avait tenté de me faire tomber, et il s’était déchaîné encore plus violemment.

« ... C’est futile, maintenant, c’est mon tour. »

J’avais coupé l’aile droite à sa base en utilisant mes épées jumelles que j’avais en main. Il se tordait encore plus de douleur, mais il ne pouvait pas se débarrasser de moi, qui m’étais fixé à lui grâce à ma compétence coller

J’avais ignoré le dragon qui luttait et j’avais coupé de la même manière son aile gauche.

J’avais alors éteint mes épées jumelles.

Il y avait les dégâts infligés durant la première moitié de la bataille, et les dégâts infligés par Waffle pour me protéger. En plus de cela, avec les dommages livrés durant les derniers échanges, même un dragon noir aurait probablement atteint ses limites. Et effectivement, ses mouvements étaient devenus très lents.

Il avait bougé lentement pendant un moment, mais à la fin, son cou avait heurté le sol et il avait cessé de bouger.

Il était vivant, mais je suppose que c’était comme si je l’avais mis au bord de la mort ?

Après avoir confirmé la situation sécuritaire, j’avais détaché mes pieds, qui avaient été fixés par [Coller], en utilisant [Couper]. Puis je m’étais précipité vers Waffle qui était couché.

{Waffle, Waffle, s’il te plaît réponds-moi.}

{... Wafu~}

Dieu merci ! Je l’avais fait à temps. Les larmes avaient coulé par réflexe de mes yeux.

{Je suis désolé, je suis désolé, Waffle... Je suis vraiment désolé, et... merci.}

{Dieu merci..., Myne, tu es vivant...}

En entendant ces mots, j’avais pleuré encore plus. En levant avec douceur Waffle dans mes bras, j’avais une fois de plus remercié Waffle.

La raison de ce combat acharné cette fois-ci était que je n’avais pas collé [Régénération] sur moi-même.

Je pensais que ce serait mauvais si [Régénération] était activé en public, donc je ne l’avais pas collé sur moi, ce qui s’était retourné contre moi.

À partir de maintenant, collons-le sans se soucier de ce genre de choses.

Waffle et moi nous étions ensuite réjouis pendant un moment, nous avions survécu à ce combat.

... Mais maintenant, nous ne pouvions pas continuer à nous réjouir.

Après tout, j’avais confirmé la condition physique de Waffle, mais maintenant, je devais m’occuper du dragon noir.

J’avais lancé [Magie Guérison Grande] à plusieurs reprises sur le dragon noir.

Il devait être encore inconscient, mais avec [Magie Guérison Grande], il devrait bientôt retrouver ses esprits.

Il laissa échapper un gémissement.

{Waffle, peux-tu expliquer la situation ?}

Après que j’eus demandé ça à Waffle, il leva une patte et aboya « Wafu », avant de commencer à parler au dragon noir devant moi.

Waffle avait désespérément tout expliqué au dragon noir.

Cependant, à la vue de sa queue se balançant sauvagement, alors qu’il secouait sa patte, changeant de geste tout en parlant, tout cela le rendait irrésistiblement mignon.

J’avais oublié le combat mortel que nous avions eu et, involontairement, je me sentais enthousiaste et ému.

{Wafu ! Il comprend maintenant...}

Après avoir frotté la tête de Waffle, qui m’avait vraiment aidé, j’avais collé [Régénération Ultra], qui était collé sur Waffle, sur le dragon noir.

Après l’avoir fait, des fumées qui ne pouvaient pas être comparées aux précédentes avaient été fortement émises par le corps du dragon noir. Puis, en environ 10 minutes, la régénération était terminée, cela incluait les ailes coupées.

« Grrrrr. »

{Il remercie Myne...}

Ouf, avec ceci, je suppose que tout cela se terminera par la remise du petit dragon qui s’était réfugié assez loin d’ici ?

Au moment où je pensais cela et me sentais soulagé, une nouvelle silhouette noire était apparue dans les cieux au-dessus de nous.

... Oui, un autre dragon noir... était apparu.

***

Chapitre 84 : La bataille d’Adol (3)

Oh mon dieu... un autre...

À côté de moi, Waffle regarda le ciel et grogna.

Alors que nous regardions l’autre dragon, le dragon noir qui avait été impliqué dans le combat mortel avait rugi à l’autre qui tournait autour des cieux. Et probablement en entendant le rugissement, il descendit lentement vers nous.

Waffle se prépara aussi pour une bataille, mais dès qu’il entendit le rugissement, il arrêta d’être sur ses gardes et en me disant « Wafu », puis il grimpa jusqu’à sa place habituelle, au sommet de ma tête.

... Oui, à en juger par la situation, il devrait être acceptable de supposer que cela ne deviendra pas un nouveau combat, non ?

{Waffle, qu’est-ce qui se passe ?}

{Il semblerait que ce soit la mère de l’enfant...}

Alors que j’entendais Waffle me résumer la situation, la dragonne avait atterri sur le sol.

Ah ! C’est vrai. Je dois rendre les compétences au dragon.

J’avais coupé les compétences de Waffle, et les avais rendues au dragon. Pendant que je lui rendais ses compétences, le couple de dragons semblait parler de quelque chose.

J’avais observé les visages du couple de dragons qui conversaient. Je n’avais aucune idée de ce qu’ils disaient, mais au bout d’un moment, la conversation semblait s’être terminée et le premier dragon noir avait crié à Waffle.

Waffle avait sauté de ma tête, et encore une fois, il avait commencé à converser tout en remuant beaucoup sa queue et ses pattes.

Alors que je le regardais en me sentant enthousiaste et ému, Waffle me fit face et me fit signe en disant « Gau » ?

{Quel est le problème ?}

{Amène-nous notre enfant ici...}

Aah, il semblerait s’être calmé et la dragonne n’était pas non plus hostile...

Oui, ça va le faire !

J’étais immédiatement allé récupérer le petit dragon en utilisant ma [Magie Unique Espace-temps].

« ... Hum ? Le petit dragon n’est-il pas là ? »

C’était bizarre, même si je lui avais dit d’attendre ici...

... Ne me le dites pas qu’il avait à nouveau été kidnappé !? Si cela arrivait, la conclusion que nous avions finalement atteinte n’aura servi à rien !

J’avais utilisé [Détection de présence : Grande] dans un mouvement de panique, et j’avais décidé de chercher le petit dragon.

... Ah, le voilà.

Je m’étais alors demandé s’il était curieux au sujet de notre combat. Il s’était considérablement déplacé plus près de l’endroit où nous nous étions battus jusqu’à peu.

Très bien, allons-y et récupérons-le !!

J’avais utilisé [Renforcement du corps Grand de Niveau 3] [Amélioration de la force de la jambe Petit de Niveau 3] [Sprint] [Marches rapides (petit) de Niveau 2] et avait couru dans la direction où se trouvait du petit dragon.

En entendant des bruits de vent aigus, j’étais immédiatement allé vers le petit dragon.

« O... je !! »

Comme j’avais laissé Waffle derrière moi, je savais que mes mots ne seraient pas compris, mais j’avais essayé de l’appeler. Le petit dragon qui avait entendu ma voix cria. « Kyui !? »

Même si mes mots n’étaient pas compris, moi qui avais lutté avec ses parents, étais ici. Je pense qu’il avait dû probablement comprendre que la bataille était terminée...

J’avais utilisé [Magie Unique Espace-temps] pour créer un vortex noir devant le petit dragon, et je le lui avais pointé du doigt, en lui faisant signe d’entrer.

Après que j’ai fait ça, il avait pendant un moment montré un comportement perplexe, puis il avait dit « Kyuu~~ » et avait sauté dedans.

Naturellement, l’endroit où je l’avais téléporté était juste devant ses parents. J’avais également suivi immédiatement derrière, et sauté dans le vortex.

Ce que j’avais vu après avoir traversé le vortex, c’était la réunion émouvante entre des parents et leur enfant.

Je ne comprenais pas ce qu’ils disaient, mais tous les trois échangèrent des cris avec des voix extrêmement joyeuses.

Oui, oui, c’est bien, c’est bien.

Avec ça, je suppose que notre travail ici est terminé ?

Waffle regardait aussi la famille des dragons tandis que sa queue remuait sauvagement.

{Fenrir, j’ai remis en toute sécurité le petit dragon à ses parents.}

{Ooh, tu es sain et sauf, hein !! Est-ce que mon garçon va bien ?}

J’avais expliqué la situation jusqu’à présent à Fenrir qui m’avait interrogé sur Waffle d’une voix inquiète. Quand je lui avais dit que Waffle avait failli mourir, même si c’était par télépathie, une soif de sang terrifiante m’avait été transmise.

{ ... Je vois, bon travail. Y a-t-il des êtres humains dans les environs actuellement ? Eh bien, je ne serais pas vraiment dérangé même si un désordre devait arriver, mais tu vois... mon garçon était sur le point de mourir, hein, je vois, je vois.}

... Ah, c’était vraiment mauvais. Cependant, je ne pouvais pas simplement lui mentir...

Père dragon, je suis désolé.

{ ... Personne.}

{Est-ce ainsi, dans ce cas, Myne... Téléporte-moi immédiatement dans cet endroit.}

J’avais utilisé [Magie Unique Espace-temps] comme on me l’avait demandé, et j’avais connecté la résidence de Fenrir dans la Forêt de l’Esprit Divin et ici.

Puis, une soif de sang qui s’était échappée du vortex en face de moi avait recouvert toute la place.

La famille de dragons s’en était probablement rendu compte de la soudaine et dense soif de sang qui flottait autour d’eux. Leur conversation s’était interrompue et ils tournèrent leur visage vers ma direction d’un coup.

Tout le corps de Fenrir était alors apparu.

{ ... Jor, viens ici immédiatement. Tu ne seras pas découvert par les humains si tu voles au-dessus des nuages. Tu m’entends ? Viens ici immédiatement, sinon, tu sais ce qui va se passer.}

Dès son arrivée, Fenrir semblait parler à quelqu’un par télépathie.

... Il semble que c’était son petit frère que j’avais entendu parler... J’avais entendu une menace dangereuse dans cette communication télépathique.

Fenrir tenait alors Waffle dans sa bouche et le laissait tomber doucement sur son dos.

{Garçon, pourquoi t’es-tu forcé ? Tu sais, j’ai pensé que mon cœur s’était arrêté.}

{J’ai protégé Myne... ! Félicite-moi, félicite-moi... !}

La famille du dragon et moi avions regardé et écouté en silence.

Non, plutôt que le silence, il semblerait que ne pas avoir eu la chance de communiquer soit la bonne déclaration.

Bien que cela ne soit pas dirigé vers Waffle ou moi, la soif de sang dense dispersée vers la famille des dragons n’avait toujours pas cessé.

Même s’ils étaient des dragons noirs, ils ne pouvaient en aucun cas s’opposer à la Bête Divine.

En fin de compte, jusqu’à l’arrivée du petit frère de Fenrir, nous ne pouvions même pas bouger légèrement et avions fini par ne rien faire d’autre que d’attendre.

Nous avions ensuite attendu environ quinze minutes. Pour la famille des dragons et moi, ces quinze minutes furent comme une éternité.

Puis un gigantesque dragon noir était descendu devant nous.

« ... C-C’est la Bête Divine, Jormungandr... »

L’existence absolue rivalisant avec Fenrir était devant mes yeux en ce moment.

***

Chapitre 85 : La Bataille terminée, on règle ses comptes (1)

« ... Tu es enfin là, Jor. Je suis désolée de te le demander à nouveau, mais ne pourrais-tu nous connecter à la Forêt de l’Esprit Divin ? Tout se passe bien pour le moment, mais nous ne savons pas quand des humains pourraient approcher cet endroit. »

C’était une demande de Fenrir. Ainsi, désobéir n’était pas une option.

J’avais immédiatement connecté la Forêt de l’Esprit Divin avec cet endroit en utilisant ma [Magie Unique Espace-temps].

Fenrir observa l’apparition du vortex noir habituel devant elle, et avec Waffle sur le dos, ils y entrèrent rapidement.

La famille de dragon noire restante, Jormungandr et moi avions regardé les visages des uns et des autres, même si nous n’avions pas pris d’arrangements préalables.

Bien qu’ils ne pouvaient absolument pas me comprendre, j’avais dit « S’il vous plaît » et je les avais laissé entrer en premier.

Le petit dragon, qui était entré dans le vortex noir avait appelé à plusieurs reprises ses parents, en disant « Kyui Kyui ».

Ce faisant, le père dragon qui s’était battu avec moi y était entré. Ensuite, le petit dragon et la mère du dragon avaient été les suivants.

Ensuite, c’était au tour de Jormungandr, mais quand je l’avais regardé, pour une raison ou une autre, il m’avait regardé fixement.

... Oui, ai-je fait quelque chose ??

La pression exercée par la Divine Bête que je venais de rencontrer aujourd’hui, même si je m’y étais habitué avec Fenrir, c’était quand même quelque chose.

Tout en endurant cette pression silencieuse, j’avais de nouveau dit. « S’il vous plaît » et lui avait fait signe d’entrer en premier.

Après que j’eus fait ça, les ailes de Jormungandr avaient soudainement brillé.

... Eh ? Allais-je être attaqué ? Est-ce que j’allais mourir ici... ??

{ ... Pouvez-vous m’entendre, l’ami de ma grande soeur ?}

!!!!

... Qu’est-ce que c’était, qu’est-ce que c’était ? De la télépathie !?

Par hasard, est-ce Jormungandr !?

Alors que je paniquais, la même question avait de nouveau fait écho dans mon esprit.

{Est-ce Jormungandr !?}

En y répondant, je pouvais voir que le gigantesque dragon « Jormungandr » en face de moi hocha la tête.

{ ... Pour l’instant, ce sera gênant si nous ne pouvons pas communiquer. Je t’ai accordé ma protection sacrée.}

 

Nom : Myne

Niveau : 63

Race : Humain

Genre masculin

Âge : 15 ans

Occupation : Chasseur

[Protections sacrées de la bête divine Fenrir et Jormungandr]

Télépathie : « Jormungandr » nouveau !

 

... C’était certainement là.

Je devais être la seule personne à avoir reçu la protection sacrée de deux bêtes divines...

... Un rire sec était sorti involontairement de ma bouche.

{Pour l’instant, allons chez ma sœur. Elle est déjà en colère, je ne sais pas ce qui va se passer si nous sommes en retard.}

Comme j’étais abasourdi par le fait qu’on m’avait accordé deux protections sacrées, Jormungandr entra rapidement dans le vortex, me laissant derrière.

« ... Oui, ce n’est pas un gros problème. »

Après cela, j’avais aussi voyagé à la Forêt de l’Esprit Divin.

{Maintenant, Jormungandr. Comment comptes-tu régler ce problème ?}

Il avait commencé à l’origine avec Claude et son gang kidnappant l’enfant du dragon noir. Jormungandr et les dragons noirs n’étaient pas en faute.

Je pensais qu’il n’y avait aucun doute à ce sujet.

Le cours des événements de l’attaque sur Adol semblait être ainsi.

Le père dragon et la mère dragon s’étaient séparés en deux groupes et avaient cherché leur enfant, volant pendant de nombreux jours.

Cependant, il y avait beaucoup de villes humaines, mais ils n’avaient jamais détecté la présence de l’enfant.

Ils ne pouvaient même pas trouver un seul indice, alors ils étaient devenus violents alors qu’ils étaient devenus très irrités.

Au milieu de cela, Jormungandr avait contacté le père dragon, en disant que leur enfant avait été trouvé. Dès qu’il avait entendu parler de l’endroit où il se trouvait, le père dragon n’avait pu s’empêcher de négliger l’avertissement de Jormungandr et avait commencé à voler dans la direction indiquée.

Je supposais que c’était la réaction naturelle.

L’enfant qu’ils cherchaient depuis longtemps avait été retrouvé, alors ils étaient inquiets. Comment pouvait-on critiquer les sentiments des parents en pensant à son enfant ?

Tandis que la mère dragon était du côté opposé, et assez loin, et même si elle l’avait entendu de Jormungandr, elle ne pouvait pas revenir immédiatement.

Et tandis qu’elle revenait et entendait parler de la situation de Jormungandr, elle revint à toute vitesse pour arrêter le saccage du père dragon.

Et après cela, en ce qui concernait la bataille, une explication ne devrait pas être nécessaire.

En fin de compte, ce cours des événements était selon la perspective des dragons noirs.

C’était un peu différent de mon point de vue et de celui de Fenrir.

J’avais la responsabilité de réparer l’inconduite de la race humaine. Fenrir avait la même compréhension et la même sympathie qu’un parent qui voyait ses enfants se faire enlever.

Avec ces pensées comme cause, elle avait proposé de coopérer, et s’était réellement déplacée afin d’aider l’enfant. En conséquence, elle raconta où se trouvait le petit dragon et se fut la cause du saccage du père dragon. En effet, Fenrir sentit le besoin de le leur dire rapidement afin qu’ils puissent se sentir soulagés.

Au fait, mes actions pour m’éloigner d’Adol étaient uniquement dues au fait que je ne voulais pas impliquer les personnes innocentes d’Adol, et absolument pas pour provoquer et mettre en colère le père dragon.

Et le fait que Fenrir était en colère en ce moment, même si elle les avait aidés avec de bonnes intentions, était dû au fait qu’il avait essayé de tuer son propre enfant. On peut comprendre qu’elle soit devenue folle.

En outre, la cause en était qu’ils s’étaient précipité sans écouter notre histoire correctement.

Il semblerait que si vous regardiez le point de vue de chacun des trois partis, personne ne se trompait. Celui que nous pouvions déclarer comme mauvais était Claude et son groupe, le groupe qui avait kidnappé l’enfant.

C’était pourquoi Fenrir avait contrôlé sa colère et avait d’abord demandé à Jormungandr ce qu’il avait l’intention de faire.

... Bien que le sang puisse pleuvoir selon la réponse de Jormungandr...

{Voyons d’abord, je vais devoir remercier ma sœur et Myne. Merci pour votre coopération afin de résoudre cette situation. L’enfant pourra retourner avec ses parents en toute sécurité. Franchement, ça aurait pu être impossible si ça n’avait été que nous... Permettez-moi de vous remercier du fond du cœur.}

... Une bête divine qui baissait la tête vers moi. C’était la deuxième fois après Fenrir...

... Franchement, j’aimerais qu’il arrête ça.

{Cependant, ce ne devrait pas être une erreur de dire que l’origine du problème était la race humaine. À l’origine, je voulais me venger, mais compte tenu de Myne, j’ai décidé d’arrêter ça. Pour cette raison, pourquoi ne pas nous réconcilier sur cette question ?}

Eh bien, je ne pensais pas qu’il était mauvais de parvenir à un compromis.

... Si nous excluions un point.

{Pourquoi dis-tu de telles idioties, d’où vient la compensation pour avoir presque tué mon enfant ?}

Oui, les termes d’avant étaient la réconciliation entre les « Dragons et la race humaine », donc Fenrir n’avait pas été inclus.

{ ... Eh bien, ça...}

Jormungandr semblait ne pas s’y attendre et laissa échapper un profond soupir.

{Jor, si tu ne peux pas proposer une suggestion, je déciderais pour toi. Laisse-moi tuer ce type qui a essayé de tuer mon fils. Et bien, s’il a de la chance, il ne mourra pas, et Myne est ici après tout, donc il pourra être immédiatement guéri.}

A-Attends une minute !? S’il te plaît, ne m’implique pas dans une histoire aussi dangereuse. Attends, Waffle !!! S’il te plaît, ne bâille pas dans un tel endroit (le dos de sa mère), dis quelque chose, s’il te plaît !!

« ... Waffuuuuuuuu. »

Attends ! Ne dors pas ! S’il te plaît, ne dors pas !! Tu es la personne concernée, tu sais ? Tu ne peux pas dormiiiir !

{ ... Grande soeur, s’il te plaît, ne dit pas de choses aussi dangereuses. Bon sang, ta soif de sang est comme d’habitude, c’est vraiment troublant.}

{As-tu dit quelque chose ?}

Après l’échange entre les frères et sœurs, Jormungandr nous avait fait une proposition choquante.

C’était...

***

Chapitre 86 : La Bataille terminée, on règle ses comptes (2)

{Grande soeur, Myne peut couper les compétences des autres, non ?} Jormungandr avait demandé cela à Fenrir.

... Hm ? Pourquoi avait-il demandé une telle chose ?

{Oui, c’est vrai.}

En entendant la réponse de Fenrir, Jormungandr était tombé dans une réflexion profonde pendant un moment. Il m’avait ensuite demandé.

{Peux-tu également couper les compétences des morts ?}

{ ... Je ne l’ai jamais essayé auparavant, donc je ne sais pas.}

{ ... Alors, s’ils sont vivants, tu peux couper tous les types de compétences ?}

{Oui, si je peux les voir... Ah, mais je ne pouvais pas prendre la [flamme] du père dragon. Au contraire, je ne savais pas qu’il avait quelque chose comme [flamme].}

{ ... Quoi ? Tu ne pouvais pas évaluer [flamme]...}

Oui, à cause de cela, je m’étais retrouvé dans un combat très difficile. Si je me souvenais bien, quand j’avais utilisé [Évaluation], il ne devrait y avoir aucun doute qu’il n’y avait pas quelque chose comme [flamme].

Quand j’avais rendu ses compétences, j’avais également utilisé [Évaluation] une fois de plus, mais je ne pouvais pas trouver nulle part la compétence [flamme].

Je me demandais bien ce que cela pouvait signifier.

{ ... Flamme, ce qui signifie... Compétences des races, hein.}

Hm ? Jormungandr ? Avais-tu bien dit quelque chose ? Compétences des races ?? Un mot que je n’avais jamais entendu avant.

... Attends, j’avais l’impression que quelque chose comme ça s’était déjà produit avant ?

Hmmm... Hmmm, c’était à quel moment ?

!!

Je me souviens !!

Bien sûr, c’était quand [Évaluation] avait monté de niveau !!

À ce moment-là, c’était le moment où je pouvais soudainement voir les niveaux !

J’avais complètement oublié ça.

Cela signifiait qu’il y avait beaucoup de chance que la raison pour laquelle je n’avais pas vu la compétence était parce que le niveau de [Évaluation] n’était pas assez élevé, hein.

Évaluation Complète Niveau 3 (269/300)

J’étais un peu faible en niveau de la compétence, hein.

Cependant, je ne savais pas si je serai capable de voir les compétences de races au Niveau 4 ou non.

Cela pourrait être au Niveau 5...

... De toute façon, pour l’instant, j’étais reconnaissant de simplement savoir qu’il existait des monstres qui avaient des compétences de race.

Si je baissais ma garde, en pensant que j’avais volé toutes leurs compétences, alors il y avait une possibilité que je puisse avoir des soucis comme cette fois.

J’allais donc devoir me préparer encore plus à ce genre de possibilité.

Dans ce sens, on pouvait dire que même si cette bataille avec le dragon noir avait été dangereuse, mais j’en avais quand même retiré de grands bénéfices.

Ce n’était pas que je ne me sentais pas un peu différent, mais j’allais devoir dire merci au père dragon, n’est-ce pas !

{ ... Fufu, ton visage me dit que tu as compris quelque chose. Eh bien, peu importe. Quoi qu’il en soit, cela signifie que tu peux couper toutes les compétences autres que les compétences de races, non ? Grande soeur, j’ai un certain travail que je voudrais demander régulièrement à Myne et à toi, comme une sorte de compensation.}

... Un emploi ? Jormungandr va donner un travail à Waffle et moi ? En outre, que voulait-il dire par le sens d’y introduire une compensation, je ne pouvais pas du tout le prédire.

{Hmm ? Qu’est-ce que c’est ? Entendons-le.}

{Aah ! Grande soeur, tu sais qu’il y a une prison-donjon où les dragons qui ont commis un crime y sont emprisonnés jusqu’à leur mort, n’est-ce pas ? Je pensais leur laisser avoir autant de compétences des dragons dans ce labyrinthe qu’ils le souhaitent. Après tout, une fois qu’ils y sont entrés, seule la mort les attend. Dans ce cas, ne serait-il pas plus efficace de faire bon usage de ces compétences ? Ce serait ennuyeux s’ils causaient encore plus de problèmes avec ces compétences. S’ils venaient périodiquement les couper, alors ces choses gênantes disparaîtraient. Cela ferait une pierre, deux coups.}

... C’était en quelque sorte une suggestion incroyable, n’est-ce pas ? Je pouvais prendre autant de compétences de la race des dragons que je le souhaitais. D’une façon ou d’une autre, j’avais le pressentiment qu’ils possédaient des compétences incroyables...

Cependant, je me demandais si cela serait juste...

{ ... Hmph, Myne, mon garçon, est-ce que cela vous va ?}

{Oh..., je pourrais encore voler dans les airs !!}

{ ... Je n’ai pas d’objections, mais... est-ce que cela sera acceptable ? Pour que nous fassions quelque chose comme ça...}

{Tant que, moi, la Bête Divine qui gouverne les dragons a dit que ça ira, il n’y aura donc pas du tout de problèmes.}

... On dirait qu’il n’y aura pas de problème. D’une certaine manière, j’avais l’impression que c’était devenu quelque chose de vraiment majeur.

Fenrir et Jormungandr avaient donné leurs approbations, alors je ne pouvais pas me permettre de ne pas l’accepter.

Waffle semblait aussi vraiment enthousiaste...

Il flottait sur Fenrir avec [Lévitation] et battait des ailes.

... Il secouait aussi sa queue pendant qu’il faisait ça.

Il avait vraiment l’intention de voler dans le ciel.

{ ... Entendu, je vais l’accepter avec reconnaissance. Cependant, pouvons-nous le faire un autre jour ? Je pense que les membres de la royauté se sentiront inquiets si je ne reviens pas tout de suite pour faire mon rapport.}

Oui, le Roi et mon beau-frère, ainsi que Sylphide et Aisha..., tout le monde doit être vraiment très inquiet.

{Ah ! Ça ne me dérange pas. Cependant, tu ne peux te rendre qu’aux endroits que tu as visités avec la compétence de mouvement que tu viens de nous montrer, n’est-ce pas ? Pour l’instant, ne viendrais-tu pas à la prison-donjon ? Je ne peux pas me promener souvent dehors, donc je veux finir ça aujourd’hui.}

Et ainsi, si je me rendais à « la prison-donjon », cette affaire sera terminée.

En jetant un coup d’œil à Fenrir, je pouvais voir qu’elle conférait avec le couple noir dragon.

Waffle... flottait toujours en l’air.

Il semblait en profiter, alors je vais le laisser ici pour l’instant.

Cela irait si je me déplaçais de cette manière « la prison-donjon » → « Forêt de l’Esprit Divin » → « Palais Royal ».

J’allais devoir au moins l’expliquer à Waffle.

Alors que j’avais fini d’expliquer ce que je comptais faire, Waffle avait levé sa patte, avait montré sa patte vers moi et avait commencé à agiter sa main comme s’il disait « Fais attention à toi ».

« Oui, eh bien, allons-y. Comment irions-nous à la prison-donjon ? »

Après que j’eus parlé, Jormungandr m’avait tenu dans sa bouche et m’avait posé sur son dos.

« Monte sur mon dos, nous allons voler là-bas. »

Eh ?

Avant que mes pensées ne puissent être arrangées, Jormungandr décolla. En un clin d’œil, il s’éleva haut dans le ciel, et la Forêt de l’Esprit Divin devint un petit point au niveau du sol.

Oh, mon Dieu, je vais mourir si je tombe.

En panique, j’avais utilisé [Coller] pour coller les semelles de mes chaussures sur le dos de Jormungandr.

{Maintenant, allons-y.}

Au moment où Jormungandr avait déclaré ça, le paysage avait progressé devant moi à une vitesse étonnamment élevée.

« Ugyaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa. »

La vitesse écrasante et la pression du vent avaient fait beaucoup plier mon corps.

{Jo-Jo-Jormungandr... C’est, il fait froid... Je vais mourir.}

Alors que je me plaignais, il laissa échapper un murmure distrait {Oh}, et après cela, un mur vert pâle fut érigé autour de moi.

{C’est une barrière faite avec la magie du vent, tu n’as aucun problème avec ça, n’est-ce pas ?}

{ ... Oui, merci beaucoup}

J’aurais voulu que tu fasses cela dès le début... D’ailleurs, tu sais, si ce n’était pas moi, la personne aurait été éjectée depuis longtemps ?

Bien que j’avais envoyé un regard rancunier vers lui, il ne semblait pas l’avoir remarqué...

Jormungandr, qui semblait être de bonne humeur, avait continué à voler vers la prison-donjon comme si de rien n’était.

{ ... Cela m’était complètement sorti de la tête.}

Eh ?

***

Chapitre 87 : La Bataille terminée, on règle ses comptes (3)

... Oui, je vais prétendre que je n’ai pas entendu les murmures sinistres de Jormungandr.

Alors que je jetais un coup d’œil sur le paysage qui s’avançait à mes côtés à une vitesse stupéfiante, je pouvais voir des flammes s’élever à l’avant.

Hm ? Je me demandais ce que c’était... Une zone outrageusement grande brûlait-elle ??

J’avais pu mieux voir grâce à la baisse de vitesse de Jormungandr. J’avais regardé de près le lieu brûlant avec ma compétence [Amélioration de la vue : Modéré de Niveau 2].

!!

Quoi ? Je ne savais pas quel pays c’est, mais un grand nombre de monstres l’envahissaient !

Q-Qu’en était-il des survivants ?

... Cela ne servait à rien. Il n’y avait que des cadavres autant que je pouvais voir.

Il y avait même un petit garçon parmi les cadavres.

Il se pouvait que des survivants se cachent quelque part, mais je ne pouvais pas les trouver.

Zut ! Si seulement nous étions venus ici plus tôt...

{Hm ? Qu’est-ce qui ne va pas ?}

Jormungandr avait probablement remarqué ma réaction, car j’étais exaspéré par ce que je voyais.

Il m’avait appelé.

{ ... Qu’est-ce que c’est que cette tragédie ?}

{Le Pays des Démons a commencé une guerre. Bon Dieu, cela va devenir gênant.}

Jormungandr avait dit que récemment, un nouveau roi du Pays des Démons était venu au pouvoir.

Ce roi avait tué l’ancien roi qui était plus modéré politiquement, et avait annoncé qu’il dominerait les autres races et deviendrait le roi de ce monde.

Avec cette proclamation comme base, la race des démons effectua des actes d’agression à grande échelle contre les pays voisins du Pays des Démons.

Il semblerait qu’ils avaient été acculés jusqu’à ce que tout le pays ait été anéanti.

Puisque c’était un événement qui n’était pas lié aux devoirs assignés aux Bêtes divines comme Jormungandr et Fenrir par Dieux, il n’y avait pas besoin d’intervenir.

{Quelle chose terrible... !}

Probablement parce qu’il avait entendu mes murmures, Jormungandr avait de nouveau fait face à la « prison-donjon » et avait accéléré.

En ce moment, j’étais sur le point de changer d’humeur et de quitter des yeux la ville en flammes... quand j’avais découvert ça.

Q-Quel est ce gars... ?

Pourquoi y a-t-il un être humain au milieu de ces monstres ?

Pourquoi rejoignait-il les monstres et envahissait-il la ville ?

Comme j’étais en train de penser à ces choses, cet homme humain avait soudainement levé les yeux vers le ciel.

... Et alors, nos yeux s’étaient rencontrés !! Oui, même si une telle chose était impossible, je pouvais parfaitement voir que nos yeux s’étaient rencontrés.

Il n’y avait aucun doute qu’il me regardait... alors qu’il souriait...

Au moment où je pensais « je vais devoir l’évaluer », nous avions déjà quitté la portée de mon [Amélioration de la vue : Modéré de Niveau 2], et je ne pouvais plus l’évaluer.

Qui était cet homme ?

... D’une manière ou d’une autre, j’avais une prémonition extrêmement mauvaise.

***

{Eh bien, nous sommes arrivés, c’est l’entrée de la prison-donjon.}

Il avait fallu environ une heure à partir du champ de bataille de cauchemar. Nous étions arrivés à notre destination, la prison-donjon.

Alors que je regardais minutieusement mon environnement, j’avais gravé le paysage dans ma mémoire.

Avec cela, je pouvais venir ici avec la [magie unique d’espace-temps] la prochaine fois.

{Merci beaucoup. Eh bien, je vais y aller.}

En entendant mes paroles, Jormungandr acquiesça énormément.

{Tu dois faire attention quand tu viendras ici pour couper leurs compétences. Bien que la liberté des dragons emprisonnés ici leur ait été arrachée, ils peuvent bien sûr utiliser les compétences. Ce sont tous des voyous qui ont commis des crimes, ils ne se soucient pas de tuer, mais ils ne veulent pas se faire tuer.}

{Compris, je ferais attention.}

Après avoir regardé la tragédie précédente, je devais devenir beaucoup plus fort. J’allais devoir utiliser efficacement cette chance qui m’avait été donnée.

Cependant, les dragons avaient des compétences de races, que je ne pouvais pas couper.

Si j’allais dans un tel endroit, je voulais aussi couper ces compétences.

Avant de venir ici, je devrais donner la priorité à l’augmentation de mon niveau d’[Évaluation].

J’avais remercié Jormungandr puis j’étais retourné dans la Forêt de l’Esprit divin à l’aide de ma [Magie unique d’Espace-temps].

{Je suis revenu !!}

Alors je l’avais dit ça en sortant du vortex noir, deux choses violettes s’étaient jetés sur moi.

Je m’étais effondré avec un son « Puff ».

{{M... y... n... e... !!}}

Ah, les frères et sœurs de Waffle, hein. Bien que je puisse dire « Ça fait longtemps », ce n’était pas comme si du temps avait passé, mais les agissements des bébés de Fenrir pour m’accueillir étaient incroyables.

Leurs queues bougeaient et ils léchaient tout mon visage.

Alors que j’avais dit {là, là}, et j’avais caressé doucement leur dos et la gorge, ils avaient gambadé encore plus intensément.

Et alors...

{Laissez-moi aussi le faire... !}

À la fin, même Waffle m’avait bondi dessus.

Non, vous, les gars ? Je suis vraiment content de votre accueil, mais n’en faites-vous pas un peu trop ?

Fenrir nous surveillait comme si elle regardait quelque chose d’agréable. Mais elle ne semblait pas souhaiter intervenir.

Après environ 15 minutes d’un accueil passionné venant des petits de Fenrir, je leur avais annoncé que je retournerais au palais royal.

Après ça, les enfants s’étaient plaints alors qu’ils s’étaient jetés sur moi à nouveau.

Fenrir qui persistait à regarder tout à l’heure tenta aussi de me persuader à rester un peu plus longtemps. Et comme avant, je les avais fait descendre, bien qu’à contrecœur.

J’avais promis de leur apporter des souvenirs, mais c’était un secret.

Je viendrai jouer une autre fois, alors attendez-moi !

{Waffle, allons-y.}

Quand je l’avais appelé pour qu’il vienne jusqu’à moi, il avait laissé sortir son « Wafu » habituel et avait grimpé sur le dessus de ma tête, sa place habituelle.

Confirmant que Waffle avait fini ses préparatifs, j’avais rapidement utilisé ma [magie unique d’Espace-temps].

L’endroit où je m’étais connecté était la chambre du palais royal préparée pour nous où mes fiancés et moi restions.

Ouf ! Et maintenant, je peux vraiment respirer... non ?

***

« Myne !! »

Celle qui avait d’abord réalisé mon retour avait été Aisha.

Alors que je levais la main et étais sur le point de répondre... Waffle leva sa patte droite devant moi et saluait Aisha avec un « Wafu ! ».

Voyant Waffle dont la queue se balançait et sa patte était levée, j’avais souri avec ironie en me disant aussi : « Je suis de retour ».

Ayant probablement remarqué notre échange, Sylphide avait également couru depuis l’arrière de la pièce. Oui, peu importe la largeur de la pièce, tu ne devrais pas courir, tu sais ?

« Je suis de retour, Sylphide ! ... Et aussi, courir est dangereux, tu sais ? »

« ... Bienvenue, Myne ! ... Attends, non !! Qu’est-il arrivé avec le dragon ? Tu as l’air sain et sauf, alors ça veut dire que ça s’est bien passé !? »

Eh bien, bien sûr, elles sont curieuses.

« Oui, détendez-vous ! Tout s’est bien passé. »

{J’ai aussi travaillé dur... !}

Après que j’eus dit ça, Sylphide et Aisha avaient poussé un profond soupir de soulagement.

Waffle n’avait pas non plus oublié de s’affirmer.

« Pour l’instant, je veux aller parler avec le Roi, mais que dois-je faire ? »

Je ne connaissais pas du tout l’étiquette dans le palais royal. Même si je demandais soudainement, en disant que je voulais rencontrer le Roi, je serais probablement renvoyé à la porte.

À ce moment-là, la meilleure option était de demander à Sylphide.

« Si c’est Père que tu souhaites rencontrer, tu pourras le rencontrer tout de suite, il attendait impatiemment ton retour. »

En disant ça, elle avait tiré sur ma main et s’était précipitée hors de la pièce. Aisha nous avait également poursuivis dans la panique.

Et, Waffle était sur ma tête. Je pouvais sentir qu’il voulait parler de ses propres grands efforts, et ses yeux brillaient inévitablement plus que d’habitude.

« WafuWafu, WafuWafu ~ ♪ »

Aah, je le savais !!

Eh bien, Waffle avait certainement joué un rôle important cette fois-ci.

Bien sûr, il voudrait être félicité ! Évidemment...

J’allais le féliciter beaucoup après ça !

« Père, Myne est de retour ! »

La salle d’audience ? Sylphide entra de force dans une pièce luxueuse et grande qui avait probablement un tel nom. Bien sûr, tout cela pendant qu’elle me tirait la main.

... Cette pièce... Est-ce que c’était bon d’entrer là d’une telle manière ? Franchement, je ne pouvais pas m’empêcher de m’inquiéter, mais il n’y avait personne pour nous critiquer.

« Myne !! Comment était-ce ? »

Et, le Roi...

Au moment où il avait vu mon visage, il m’avait interrogé sur les circonstances avec une voix incroyablement forte.

« Oui ! J’ai sauvé l’enfant dragon et je l’ai rendu à ses parents. J’ai obtenu la promesse de la Bête Divine Jormungandr qu’ils n’attaqueraient pas les villes des humains après cela à cause de cette affaire ! »

Alors que je l’avais signalé à haute voix, les acclamations étaient venues de l’intérieur de la pièce.

Seul le Roi avait quand même l’air épuisé...

Je m’étais demandé s’il se sentait vraiment soulager ou non.

Dans tous les cas, l’affaire de l’enlèvement du petit dragon avait paisiblement atteint sa conclusion.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. Merci pour le chapitre 🙂

  2. Très bon WebNovel continue comme ça !
    Et merci pour le Chap !

Laisser un commentaire