Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 2

Table des matières

☆☆☆

Chapitre 5 : La tempête commence

Partie 1

Les étudiants toujours animés s’étaient rassemblés dans la cafétéria commune pour remplir leurs estomacs.

Oubliant tout le reste, ils croyaient au fond d’eux-mêmes qu’aujourd’hui ne serait qu’un jour comme les autres.

Cependant, avec leurs suppositions si facilement brisées, les élèves avaient cessé de manger, comme s’ils avaient oublié leur faim. Des visages pâles, incapables de cacher leur choc, se tapissaient les tables.

Même après le déjeuner, dans l’Institut, il y avait eu des conversations animées au sujet de l’entraînement au combat en direct à venir sous la forme d’une leçon parascolaire. C’était inévitable, car les étudiants n’avaient jamais vu un mamono en chair et en os.

Et aujourd’hui, plus de gens que d’habitude s’étaient rassemblés autour de Tesfia et d’Alice, dont la raison avait été révélée plus tard au cours de la session de formation habituelle au laboratoire d’Alus.

« Nous ne savons même pas si nous pouvons former nos propres groupes. On a pris un peu d’avance, n’est-ce pas ? » fit remarquer Tesfia.

« C’est vrai, » dit Alice. « Je ne savais pas trop quoi en penser. »

Les deux filles grimaçaient et souriaient avec ironie.

Cela dit, leurs expressions ne présentaient pas beaucoup de sang-froid. Voyant à quel point leurs camarades de classe avaient l’air troublés, elles avaient dû se retrouver avec les nerfs à vif. De plus, elles avaient enfin pris conscience de la raison de leur entraînement, car un objectif clair était maintenant en vue.

Bien qu’elles n’aient pas été capables de faire des blagues de façon décontractée, elles étaient devenues assez compétentes dans leur formation pour être capables de tenir une conversation au milieu de leur exercice sur le contrôle du mana.

D’après ce qu’Alus avait pu dire, elles avaient probablement continué à s’entraîner même après leur retour au dortoir. Leur dur labeur avait porté ses fruits.

Elles n’avaient plus besoin de se pincer les unes les autres pour déplacer leur mana, et le fait qu’elles n’avaient aucun problème à le faire, malgré le fait qu’elles bavardaient pendant qu’elles le faisaient, était la preuve qu’elles s’y connaissaient. Leur mouvement de mana était encore lent, mais elles progressaient incroyablement vite.

« Apparemment, il y aura de plus en plus d’informations à mesure que nous nous rapprochons du jour, » déclara Alice.

« Plutôt que de se précipiter pour former des groupes, il serait plus constructif de s’entraîner à vaincre les mamonos, » déclara Tesfia.

En entendant Tesfia dire cela, Alus avait dû se retenir de dire. « C’est trop drôle, venant de toi, » se contentant plutôt de sourire avec amertume. Bien sûr, les deux filles ne pouvaient pas voir son expression, à cause de la montagne de livres entre eux.

« Eh bien, de toute façon, c’est la directrice qui décidera des groupes de cinq, » leur dit-il.

« — !! » Mais les deux filles n’avaient été surprises qu’un instant.

« Sire Alus ! » intervint Loki, d’un ton indiquant un reproche. Ce n’était pas comme si on lui avait dit de se taire, mais elle avait l’air d’y voir une fuite d’information, même si c’était insignifiant.

« Qu’est-ce que ça peut faire ? » Les mots d’Alus traduisaient son opinion selon laquelle sa conversation avec Cisty n’était pas quelque chose qu’il fallait garder secret. Il ne se sentait pas non plus obligé de le cacher.

« Mais… comment le sais-tu ? » Tesfia jeta un regard empli de doute à Alus, mais Alus, de l’autre côté de la montagne des livres, l’écarta. Il ne broncherait pas, même sans la barrière en place.

« Parce que j’en ai entendu parler par la directrice. Sers-toi un peu de ta tête, tu veux ? » déclara Alus.

« … Urk ! »

Bien qu’il ne puisse pas la voir, Alus imaginait Tesfia grinçant des dents en raison de sa remarque.

« Al, je me demande avec qui tu vas te regrouper ? » demanda Alice.

« Qui sait ? » Alus répondit à la question d’Alice. « Mais les autres personnes du groupe dans lequel je me retrouve n’auront rien à faire. » Cisty n’était pas allée jusqu’à lui dire les groupements. Il n’avait pas besoin de le savoir, et ça ne servait à rien de le découvrir. Il s’agissait d’un bruit inutile qui pourrait même gêner ses actions pendant l’exercice, dans le pire des cas.

« Le classement d’Al ne sera-t-il pas révélé s’il participe ? » demanda Tesfia, comme si Alus avait oublié ce qu’il devait garder confidentiel.

« Crois-tu vraiment que je foirerais comme ça ? … Mais attends un instant. Dans ce cas, je pourrais être spectateur à la place. Ce serait une bonne occasion pour vous d’apprendre à quel point le monde extérieur est dur. Hee hee, » déclara Alus.

Tesfia avait répondu à la déclaration inquiétante d’Alus en ces termes. « Ce serait dommage pour nous aussi… »

Cependant, Loki avait déclaré de façon louable. « Il n’est pas nécessaire que Sire Alus se donne tant de mal. » Et dans l’éventualité où Loki prendrait la relève d’Alus, les étudiants n’auraient probablement pas non plus la chance de faire l’expérience de la dureté du monde extérieur.

En réalité, il avait déjà été décidé qu’Alus ne participerait pas à la leçon parascolaire, mais il avait choisi de prétendre qu’il y participait encore.

Lors de son duel avec Tesfia, elle avait été remarquablement perspicace et avait remarqué qu’Alus se retenait. Cela dit, s’il devenait sérieux, il serait impossible de dissimuler complètement ses véritables capacités.

Bien sûr, s’il pouvait être un simple spectateur, il n’aurait pas autant de problèmes sur les bras. C’est vrai — la directrice pouvait parfois le laisser se détendre… mais en retour, certains des élèves de la leçon parascolaire pourraient ne pas revenir en toute sécurité.

« Tu as une personnalité terrible, » déclara Tesfia catégoriquement.

« Je suis sûr que tout le monde autour de toi parlerait mal de toi, Al. Laisseras-tu tout le monde se battre, sauf toi, contre tous les mamonos que tu rencontreras, non ? » demanda Alice.

« Hmm… »

Comme Alice l’avait dit, si Alus ne se battait pas, il y avait de fortes chances que les gens autour de lui le voient comme un lâche qui avait perdu courage devant les mamonos.

La vraie valeur d’un Simple Chiffre ne devient apparente que dans le monde extérieur où les mamonos sévissaient. Donc Alus étant considéré comme un lâche dans son dos, bien qu’il soit le magicien le plus fort, serait tout à fait humiliant.

Alus haussa les épaules, puis pencha la tête et poussa un soupir. À la fin, il se retrouverait dans le pétrin de toute façon. « On dirait que ça va être pénible de toute façon. En fait, que font même les magiciens chargés de la défense ? Éliminez ces mauviettes pendant vos patrouilles régulières, d’accord ? »

Mais même si tous les monstres de la région étaient anéantis, un endroit différent serait simplement choisi pour la leçon extrascolaire. Et quand il y avait réfléchi, l’armée était à court de personnel parce qu’il l’avait quitté. Il ne pouvait pas nier cette vérité, mais elle ne lui convenait toujours pas.

Voyant l’expression lasse d’Alus, Tesfia avait commencé à se sentir anxieuse et lui avait posé une question. « Je ne pense pas que tu irais aussi loin, mais… tu ne ferais pas semblant de ne pas voir un membre de l’équipe sur le point d’être tué… non ? »

« … » Alus n’avait rien dit.

« Ça aussi, ça poserait problème ! As-tu besoin de diminuer la confiance des gens en toi comme ça ? Tu n’es pas sérieux… » Tesfia était stupéfaite, mais l’instant d’après, son expression devint neutre.

C’est vrai. Alus avait deux visages. Et l’un d’eux était le visage froid et impitoyable d’une machine de combat sans émotion. Tesfia se souvenait du regard.

« Pour commencer, je n’ai jamais voulu gagner leur confiance, » déclara Alus.

Ce n’était pas la réponse que Tesfia attendait, et elle avait répondu d’un ton un peu déchiré. « Ce n’est pas ça. Je veux dire la nôtre ! »

« … Hm ? » C’était comme si elle se demandait s’il n’appréciait pas leur lien en pleine expansion. « Non, je n’ai pas besoin de ça non plus, » Alus parla rapidement et de manière décontractée, d’une manière habituelle et brutale… allant à l’encontre de ses attentes.

Soudain, les expressions des filles s’étaient transformées en expressions étonnées et déprimées. Même Loki, à côté de lui, ne pouvait cacher son visage découragé par ses paroles négligentes.

Sentant l’atmosphère soudainement sombre, Alus s’était rendu compte qu’il avait été trop dur et s’était gratté la joue maladroitement. Ce genre de choses lui avait montré clairement que les mots étaient difficiles à utiliser. Quoi qu’il en soit, c’était une atmosphère à laquelle il n’était pas habitué.

Peut-être, au fond d’eux-mêmes, souhaitaient-elles toutes qu’Alus soit reconnu par tous. Ou, peut-être sa façon de parler qui, volontairement isolée, leur avait permis d’apercevoir le mur qui restait à l’intérieur de lui. Bien qu’il ne le sache peut-être même pas lui-même…

Pendant ce temps, Loki n’était pas particulièrement intéressée par le niveau de confiance entre Alus et les deux filles. Ce serait plus pratique pour elle s’il n’y en avait pas. Mais quand elle avait vu l’expression légèrement amère d’Alus, sa poitrine avait commencé à lui faire mal, ce qui était apparu sur son visage. Il semblait que Loki était très sensible quand il s’agissait d’Alus.

Ignorant l’atmosphère générale d’anxiété, Alus déchira la note dans sa main, l’enroula et la fit s’envoler. Volant dans une belle parabole, cela avait frappé pile juste sur le front de Tesfia.

Tesfia avait tremblé, et avait regardé Alus, la bouche ouverte.

« Tu peux dire ce genre de choses après avoir tué un mamono. Pour l’instant, tu peux juste essayer de ne pas te pisser dessus. » Alus avait tendance à changer l’atmosphère, mais comme prévu, il ne pouvait rien dire de sensé.

« B-Bon sang ! Je n’arrive pas à y croire ! » Grâce à la remarque provocatrice et injustifiée d’Alus, le visage de Tesfia devint rouge, et elle eut un accès de colère. Mais maintenant, elle n’était plus aussi sérieuse qu’avant.

En ce sens, l’atmosphère entre Tesfia et Alus était différente de l’anxiété que les filles ressentaient auparavant. Ce genre de va-et-vient était courant.

Cela dit, cela commençait habituellement parce qu’Alus la taquinait ou qu’il était trop dur. C’était un échange verbal classique. Sinon, la cause serait qu’Alus essayait de faire preuve de tact quand ça ne lui convenait pas, et qu’il faisait une erreur.

Cependant, Tesfia ne pouvait généralement pas se battre contre Alus et, après un accès de colère ou deux, elle finissait par se concentrer en silence sur son entraînement. Même s’il l’avait insultée à sa façon, ce n’était pas assez pour qu’elle parte. La plupart du temps, elle se taisait en étant mécontente.

Et après ça, elle finissait par demander des indices dans sa formation, et Alus concluait qu’elle avait une personnalité égocentrique.

Alus ne pouvait pas comprendre cette partie d’elle, mais en même temps il y avait quelque chose de familier. Plutôt que de les considérer comme un homme et une femme, les traiter de mauvais amis collés ensemble allait probablement trop loin… mais en tout cas, ce genre de relation se limitait à lui et à Tesfia.

Laissant de côté le Tesfia en colère, Alus avait continué à changer de sujet. « Pour l’instant, vous devriez vous préparer à un combat direct contre les mamonos. Pour le meilleur ou pour le pire, c’est quelque chose qu’il faut essayer de ressentir. »

Les filles étaient tellement concentrées sur le « combat direct contre les mamonos » qu’elles avaient négligé l’implication dans son expression.

 

« Cela signifie-t-il passer à l’étape suivante ? » Tesfia avait vite réagi.

En réponse, Alus, sans paroles et de façon décontractée, avait lancé quelque chose vers elle. C’était le bâton qu’il avait cassé en deux avant. Et l’autre moitié avait été jetée à Alice. Les deux filles les avaient attrapés avec prudence, mais rapidement.

« Normalement, ce ne serait pas avant un bon moment, mais vous devriez être capable de le gérer maintenant, » déclara Alus.

Les expressions de Tesfia et d’Alice s’illuminèrent soudainement. Elles avaient été reconnues par Alus, ou du moins leurs efforts avaient porté leurs fruits, et des sourires satisfaits de joie apparurent sur leurs visages.

Cependant, dans l’instant qui avait suivi, le son caractéristique de la dispersion du mana avait retenti.

Les deux filles se regardèrent d’un air maladroit avec un « Ah ».

À leur sujet, Alus s’était dit qu’il était peut-être encore trop tôt, alors qu’il reposait son menton dans la paume de sa main.

☆☆☆

Partie 2

C’était la veille de la leçon parascolaire.

La tension qui montait dans l’Institut jour après jour était à son comble. Cette atmosphère piquante venait surtout des étudiants de première année au visage sombre. Depuis l’annonce de la leçon parascolaire, ils réservaient les terrains d’entraînement tous les jours après l’école.

Bien sûr, les premières années avaient la priorité la plus basse, mais cela n’avait pas empêché le grand nombre de réservations de la part des étudiants anxieux.

Les dommages physiques dans les terrains d’entraînement avaient été transformés en dommages mentaux, mais dans le monde extérieur, une blessure grave mettrait la vie en danger. Malgré leur détermination, les magiciens novices n’avaient jamais connu une telle situation, c’est pourquoi ils s’étaient consacrés à leur formation.

Ils n’étaient même pas sûrs que se concentrer sur la formation était la bonne décision ou non, mais ils ne pouvaient pas s’en empêcher. Cependant, à part les terrains d’entraînement, il n’y avait nulle part ailleurs où l’utilisation de la magie était permis, ce qui avait donné lieu à des plaintes de la part de ceux qui n’avaient pas obtenu une place.

L’Institut avait réagi en créant une zone temporaire de permission spéciale. Cela dit, comme la forme et les caractéristiques des mamonos variaient, il n’y avait pas beaucoup d’intérêt à s’entraîner contre d’autres personnes, donc l’espace temporaire était suffisant pour faire taire les manifestants.

Les groupes avaient été annoncés il y a une semaine. Par la suite, les élèves avaient pu être vus partout en train de discuter de stratégies et de combinaisons. Voyant comment la situation s’était calmée, il semblait que les étudiants s’étaient résolus — quoique de force — à faire face aux dangers.

De plus, leurs leçons avaient changé. Maintenant, toutes les leçons portaient sur les batailles contre les mamonos et leurs caractéristiques. Les élèves qui étaient sérieux, mais qui avaient encore été un peu détendus jusqu’à maintenant, étaient maintenant pleinement dans le feu de l’action alors qu’ils se rendaient compte que leur vie était en jeu.

Comme Tesfia et Alice avaient certains des rangs les plus élevés de la classe de première année, elles ne s’étaient pas retrouvées dans le même groupe. En outre, il était apparu que le rang moyen des cinq membres avait été classé par ordre de priorité lors de la formation des groupes. La directrice de l’école avait également classé les groupes et assigné les groupes les plus inquiétants à des superviseurs plus compétents.

Les étudiants étaient visiblement tendus, ou bien ils cachaient leur malaise derrière une apparence calme. Quoi qu’il en soit, la confusion d’avant avait été quelque peu atténuée.

Plutôt que de se sentir soulagé, Alus s’était dit que les supérieurs hiérarchiques de classe supérieure n’avaient jamais vu des mamonos auparavant. Les étudiants s’étaient sentis menacés au début, mais comme ils n’avaient jamais été en contact direct avec un mamono, cette sensation s’était progressivement affaiblie. Au contraire, il était difficile de maintenir la tension avec les préparatifs et l’écoulement du temps.

Un autre aspect était la mentalité de groupe.

En se formant en groupes, les gens avaient tendance à partager les responsabilités et les objectifs, pensant que quelqu’un d’autre pouvait faire quelque chose même s’ils ne le pouvaient pas eux-mêmes. C’était un piège dans lequel les débutants tombaient facilement.

Dans le monde extérieur, ce genre de négligence était fatal. Dans la formation de base dans l’armée, cette naïveté avait été complètement éradiquée.

Ceux qui n’étaient pas assez mûrs pour surestimer leurs capacités, ou ceux qui étaient trop ambitieux se feraient battre par le monde extérieur pour leur inadéquation.

Mais le temps qu’ils comprennent cela, il était souvent déjà trop tard.

« Il n’y aura pas d’entraînement aujourd’hui, » déclara Alus, ils étaient comme d’habitude à quatre, à l’exception de Felinella, réunis autour d’une table à la cafétéria.

Chaque fois qu’Alus rejoignait Tesfia, Alice et Loki, ils se faisaient dévisager pour une raison quelconque. Tout en se demandant indifféremment pourquoi, Alus espérait que cela ne deviendrait pas une épreuve de tous les jours, alors qu’il poursuivait. « Demain, vous allez avoir besoin de beaucoup d’endurance. »

Il avait soudainement fait cette proposition, mais Tesfia et Alice l’avaient acceptée avec obéissance. Elles avaient dû ressentir la même chose. Contrairement à leur simple entraînement de contrôle de mana, l’entraînement pour retenir la répulsion de mana à l’aide du bâton demandait beaucoup de mana.

« D’accord ! Je veux aussi avoir une dernière réunion avec les autres membres de mon groupe, » déclara Tesfia.

« Oui, je dois faire la même chose, » dit Alice.

Elles semblaient aussi comprendre les intentions d’Alus. Alus sentait qu’il avait fait ce qu’il pouvait quand il s’agissait d’affiner leur formation. Tout sera clair demain, mais il pensait qu’elles avaient dépassé les attentes.

À la fin des cours de la journée, pas un seul élève de la classe n’était rentré chez lui… à part Alus et Loki.

Alus avait alors dit. « Demain sera une journée chargée. »

« Oui. »

Comme les autres élèves, Tesfia et Alice étaient restées dans le bâtiment principal. Les deux filles avaient probablement remarqué que si Alus et Loki avaient d’abord été affectés à des groupes, la directrice les avait retirés par la suite.

C’est pourquoi Alus était sur le chemin du retour avec Loki. La seule chose prévue pour aujourd’hui était de finaliser les détails pour demain avec la directrice plus tard dans la soirée. En fait, Alus avait rencontré la directrice presque tous les jours jusqu’à aujourd’hui. Et selon ses propres pensées, ils avaient discuté de tout ce dont ils avaient besoin.

Personnellement, il avait l’impression d’avoir été piégé, mais comme cela faisait partie d’un marché, il était devenu sérieux à ce sujet en cours de route. Mais même alors, ils ne pouvaient pas en être parfaitement sûrs. En fin de compte, la sécurité de la leçon parascolaire dépendrait en grande partie des capacités des élèves. Comme il l’avait dit à Cisty quand tout cela était apparu, au mieux, il pouvait réduire le nombre de victimes.

Loki devrait également être consciente de l’importance de son propre rôle. Il pouvait s’attendre à un travail solide de la part d’une personne expérimentée comme elle.

Sa seule préoccupation était que les renforts qui avaient été formés ne semblaient pas être d’une grande utilité. Les renforts avaient été choisis parmi les meilleurs élèves de la classe supérieure qui n’avaient pas été choisis pour être superviseurs. Cela dit, plus de quatre-vingt-dix pour cent n’avaient aucune expérience.

Les gens comme Felinella, qui avaient autant d’expérience que les magiciens en service actif, étaient exceptionnellement rares.

« Loki, je m’occupe du nettoyage. Tu ne quittes pas ton poste, » déclara Alus une fois de plus pour mettre les points sur les I. Il avait dit la même chose dans le passé. Soit dit en passant, par « nettoyer », il voulait dire réparer ce que les renforts ne pouvaient pas supporter.

Loki ne s’exprimait pas, comme d’habitude, lorsqu’elle répondit. « Compris, » et elle baissa les yeux. Il semblait qu’elle ne se sentait pas très tendue.

Eh bien, en réalité, les chances de rencontrer un mamono de haut niveau dans la zone de la leçon parascolaire étaient faibles. Même avec une chance sur un million d’invasions à grande échelle, l’un des détecteurs mis en place pouvait le localiser. Comme la portée effective couvrait une bonne vingtaine de kilomètres de la ligne de défense, il serait possible d’annuler la leçon et de battre en retraite.

En ce sens, même si les préparatifs n’étaient pas parfaits, ils étaient aussi bons qu’ils pouvaient l’être.

***

En un rien de temps, c’était devenu le travail de Loki d’ouvrir la porte du laboratoire.

Comme ils vivaient ensemble, son mana avait été enregistré dans la console. Elle avait placé sa main sur le panneau, ce qui lui avait permis de lire et d’identifier les informations sur son mana, ce qui avait entraîné l’ouverture de la serrure. La porte s’ouvrit alors lentement.

D’ailleurs, Loki avait toujours un sourire heureux et profondément ému quand elle ouvrait la porte de la chambre d’Alus. Alus lui avait un jour demandé pourquoi, mais ce qu’elle lui avait répondu, c’est. « Ce n’est que mon rôle naturel ! » Cela avait été dit sur un ton élevé, avec la suite, « C’est ce qui me rend “naturellement” heureuse. »

Bien sûr, cela n’avait aucun sens pour lui.

Le laboratoire lui-même avait beaucoup changé le mois dernier, et presque tout venant de Loki qui y vivait.

Tout avait commencé par un simple cloisonnement d’un coin du laboratoire. La chambre, avec Alus et ses effets personnels, était un peu exiguë pour deux. Après les disputes persistantes de Tesfia, la chambre de Loki avait été construite.

Loki n’était pas satisfaite de l’établissement d’un espace la séparant d’Alus, mais comme c’était son exigence minimale, elle n’avait d’autre choix que de l’accepter avec réticence. Bien qu’il y avait beaucoup de matériel de recherche et de livres, il y avait plus qu’assez d’espace pour l’espace créé par Loki. La chambre d’Alus était tout simplement trop petite.

Normalement, Alus se consacrerait à ses recherches chaque fois qu’il aurait un peu de temps, mais pas aujourd’hui. Comme Cisty avait besoin de rassembler les documents nécessaires pour leur dernière réunion, elle avait été programmée pour tard dans la nuit. C’était la période où Alus faisait habituellement ses recherches, mais aujourd’hui, il avait sorti un étui noir de jais caché dans un coin de sa chambre.

Loki, regardant de dos, avait une expression mystifiée.

« Dire que j’ai besoin de m’en servir à nouveau si tôt, » déclara Alus.

Il l’avait murmuré à lui-même, mais Loki lui avait posé une question. « Qu’est-ce que c’est, Sire Alus ? » Elle se tenait toujours debout de façon ordonnée quand elle était avec lui, mais en ce moment, elle se penchait un peu, jetant un coup d’œil par-dessus l’épaule d’Alus par curiosité.

« C’est mon AAR… Brouillard de nuit. »

Il y avait cet ogre aux nombreuses jambes avec lequel il avait eu affaire l’autre jour, et maintenant il en aurait encore besoin. Alus avait trouvé insupportable l’idée d’avoir à ouvrir cette mallette autant de fois après son arrivée à l’Institut.

Cela dit, ayant accepté la demande de la directrice, il savait mieux que quiconque qu’il aurait besoin d’emprunter la force de son AAR afin de faire de son mieux pour aider à la leçon parascolaire.

« Allez-vous l’utiliser ? » demanda Loki.

« Ce serait le moyen le plus facile, » déclara Alus.

Il ne pouvait pas dire, ne peux-tu pas déjà le dire ? Avec sa personnalité logique, il pensait qu’il était clair qu’il allait l’utiliser puisqu’il l’avait sorti, et Loki aurait aussi dû le savoir. Il semblait plutôt que la nature de sa question en était une de curiosité.

Strictement parlant, c’était la deuxième fois qu’elle voyait l’AAR d’Alus en personne. Mais, la première fois, la lame était restée dans le fourreau, et au mieux, elle n’avait vu que le fourreau et le manche à travers la combinaison qu’il portait. C’est pourquoi c’était la première fois qu’elle voyait le Brouillard de nuit de près.

Ignorant ses attentes, Alus envoya du mana dans le fermoir. Avec un doux déclic, le fermoir se détache de lui-même. Il enleva le couvercle avec des mouvements familiers, ressentant une sensation étrange venant du fourreau.

À l’intérieur se trouvait une arme reliée au fourreau par une chaîne.

Afin de fixer la chaîne reliée à la poignée, il y avait un compartiment de rangement supplémentaire dans le fourreau. En raison de cela, le fourreau s’était avéré un peu plus long que la lame.

Dans le sens de la longueur, on pourrait même dire qu’il s’agit d’un couteau, mais la lame était à double tranchant, alors il était peut-être plus approprié de l’appeler une épée courte. La fine chaîne attachée à la poignée se prolongeait dans le fourreau.

« — ! »

La raison pour laquelle Loki avait eu le souffle coupé, c’était que l’instant d’après, Alus avait dégainé la lame. Au fur et à mesure que la lame était tirée, un doux bruit retentit, suivi de l’imposant bruit métallique des anneaux de la chaîne qui grattait contre la lame et le fourreau.

☆☆☆

Partie 3

La lame possédait un éclat noir. Son design à la fois simpliste et élégant, combiné à sa présence et à sa pression étranges, montrait clairement qu’il s’agissait d’un moyen fiable conçu afin de tuer les mamonos.

Cependant, c’était cette simplicité qui avait surpris Loki. Les AAR étaient des armes d’assistance destinées à faciliter l’utilisation de la magie. C’est pourquoi les AAR avaient été gravés partout avec des formules magiques compliquées.

Pourtant, le Brouillard de nuit n’avait pas un seul caractère pour une formule sur sa lame. Cela allait à l’encontre du bon sens, d’autant plus qu’il s’agissait de l’AAR choisi pour l’actuel numéro 1.

Comme s’il lisait dans son esprit, Alus déclara. « Les formules magiques sont gravées… ici. » Il saisit la chaîne qui reliait le manche et le fourreau en tirant dessus. La chaîne avait tremblé lorsqu’elle s’était étirée sur le sol sans fin.

Les yeux de Loki s’ouvrirent en grand de surprise, et elle avait l’air d’avoir réalisé quelque chose. Elle demanda timidement. « Puis-je le toucher ? »

« Bien sûr que oui. Mais ce n’est rien d’intéressant, » déclara Alus.

Bien qu’il semblait modeste, Alus n’était pas seulement un excellent magicien, mais aussi un grand ingénieur magicien.

Le Brouillard de nuit était le fruit de son travail d’ingénieur magicien, et tout artisan ou ingénieur magicien d’AAR qui poserait les yeux sur lui serait certainement vaincu par l’envie de l’étudier de plus près, bien qu’il ne l’ait pas trouvé lui-même si impressionnant.

Mais le simple fait que c’était l’AAR que le magicien actuel le plus fort avait utilisé avait suffi à attirer l’attention de Loki. Elle avait provisoirement ramassé la chaîne dans ses mains. « — ! Sur tous ces anneaux… des formules magiques sont-elles gravées sur tous ces anneaux ? »

 

 

« Oui, c’est très facile à utiliser. Bien sûr, tu dois apprendre tous les sorts, » répondit Alus.

Comme mentionner précédemment, en gravant des formules magiques dans les AAR, les AAR pourraient aider à l’utilisation de la magie. Toutefois, il était d’usage de la limiter à un seul attribut. Les formules magiques allaient fonctionner en identifiant l’attribut qui constituait le sort et en construisant les éléments structurels de celui-ci. En bref, il omettait la nécessité d’une incantation.

De plus, comme les formules magiques de base nécessaires pour déterminer un attribut étaient si vastes, il était plus efficace de limiter et de se spécialiser dans une seule.

Et comme la gravure du même AAR avec des formules magiques de plusieurs attributs différents avait eu pour résultat de diluer le mana les uns des autres et d’entraver l’activation de la formule, une telle pratique n’était pas recommandée.

Bref, le mérite d’avoir deux ou plusieurs formules magiques de base qui déterminaient l’attribut était compensé par le grand déficit d’utilisation de plus de mana. De plus, la formule magique utilisée dans l’activation des sorts était une construction de plusieurs formules différentes.

Par exemple, pour le sort de l’Épée de Glace, l’attribut « glace » était la base du sort, et en plus il y avait la convergence, la fixation, les coordonnées pour l’activation et l’établissement de la force, ainsi que le processus de moulage de l’épée elle-même.

C’était grâce à son affinité et à ses efforts que Tesfia avait pu créer cela avec la formule magique de base de l’attribut de glace gravé sur son AAR. Ou plutôt, dans le domaine moderne des AAR, c’était l’approche commune et l’une des réponses que l’humanité avait trouvées après de nombreuses années de recherche.

Les caractères oubliés qui composaient les formules magiques, les sorts perdus, nécessitaient également une certaine taille physique. De plus, comme la formule de base pour établir l’attribut était assez longue, il suffisait de graver la fondation pour obtenir un AAR avec une surface relativement grande.

D’ailleurs, le mérite de graver juste la formule magique de base était qu’un large éventail de sorts dans cet attribut pouvait être utilisé avec une charge réduite. Bien sûr, cela simplifiait simplement le processus, et si l’utilisateur n’avait pas d’expérience, il fallait également graver d’autres parties du processus pour que le sort prenne forme correctement. Pour graver la totalité d’un sort, il fallait la formule d’attribut et bien plus, ce qui exigeait encore plus d’espace.

Faire ce genre de processus signifiait que l’AAR ne pouvait utiliser qu’un seul sort, mais en échange, non seulement il omettrait complètement le processus d’incantation, mais il ferait également ressortir toute la puissance du sort. Il fallait aussi que l’utilisateur comprenne parfaitement la formule magique.

Mais, en réalité, il y avait très peu de magiciens qui comprenaient une formule magique au point d’en faire ressortir toute sa puissance. Il était donc généralement plus efficace de ne graver que la formule des attributs de base et d’utiliser l’AAR pour aider avec une variété de sorts. C’est pourquoi normalement personne ne gravait une formule complète sur son AAR.

Mais Alus était différent.

« Chaque maillon de cette chaîne… est un sort différent, n’est-ce pas ? » Une Loki typiquement sans expression frissonna. Plus une formule magique était gravée complètement, plus son support serait efficace.

D’autre part, plus la gravure était petite, plus le contrôle de mana requis était précis, et se concentrer sur cela au milieu de la bataille était aussi difficile que d’enfiler une aiguille dans le noir. Sans compter qu’il y avait aussi la taille minimale nécessaire pour la formule, comme nous l’avions déjà dit.

De plus, une fois qu’une formule magique avait reçu du mana, la construction du sort allait commencer. Après qu’un magicien se soit intentionnellement concentré sur la construction d’un sort, la formule magique avait pris le dessus jusqu’à ce que le sort se matérialise.

Cela dit, le processus de matérialisation pourrait avoir besoin d’être retracé, et un magicien inexpérimenté aurait besoin de chanter un verset ou deux. Raccourcir cette formule entraînerait des problèmes dans le processus de matérialisation. Dans ce cas, il n’y avait pas beaucoup de différence face à l’incantation de tout le sort.

« J’ai supprimé la formule d’affinité de base en échange de formules entières. Dans mon cas, il n’y a aucun avantage à y inscrire l’attribut, » déclara Alus.

« Mais, comment la ma…, » Loki s’était arrêtée avant de finir avec « la magie se matérialise. »

Il avait été gravé ainsi parce qu’il n’y avait pas de problème. Le fait qu’Alus soit le plus grand magicien en était la preuve, et il l’avait regardée sans mot.

Loki s’était immédiatement excusée avec un « E-Excusez-moi, » en baissant la tête. Pour elle, douter que la magie s’active était la même chose que douter d’Alus lui-même, et elle avait réalisé son énorme lapsus.

Voyant sa coéquipière dans la peur, Alus avait souri avec ironie. S’il était prévenant et qu’il lui disait « Ne t’inquiète pas, » elle pourrait avoir encore plus honte. Il s’était donc contenté de. « Eh bien, ce n’est pas grand-chose. »

Après avoir fait savoir à Loki que son erreur n’était pas aussi grave qu’elle le pensait, son expression sombre s’était un peu calmée. « C’est… C’est vrai. » Après avoir ainsi confirmé que ce n’était pas un problème pour le plus grand magicien, elle sourit fièrement pour une raison quelconque.

« Loki, je ne te dirai pas de te préparer pour la bataille, mais tu devrais au moins être capable de te battre. On ne sait jamais ce qui peut arriver, » déclara Alus.

« Je suis toujours prête pour le combat. » Une réponse rassurante arriva. Eh bien, comme elle avait surmonté des missions difficiles dans le monde extérieur, il semblait que cela n’avait été qu’une inquiétude inutile de sa part.

Ensuite, Loki avait sorti un couteau à lancer AAR de sa taille.

« … »

Cette action en soi n’était pas si surprenante. Mais… en ce moment, elle portait l’uniforme de l’Institut. Et elle n’avait pas l’air du tout dans l’armée. En d’autres termes, son uniforme avait dû être ajusté pour lui permettre de cacher des couteaux. Peut-être aurait-il dû s’en rendre compte plus tôt ?

Mais Alus était ignorant lorsqu’il s’agissait de vêtements — surtout de vêtements pour femmes. En y regardant de plus près, il semblait y avoir une poche cachée attachée à sa jupe. Ce n’était certainement pas un uniforme standard de l’Institut. Peut-être que personne n’en avait jamais parlé à cause du classement de Loki…

Quand a-t-elle eu le temps pour ça ?

Alus aurait aimé se préparer pour demain, mais en réalité il n’en avait pas besoin. Il avait profité de l’occasion pour se rendre tôt au bureau de la directrice.

« Al, Loki chérie ! »

En chemin, ils avaient rencontré Alice qui était sur le chemin du retour vers son dortoir. Elle avait l’intention de venir les voir de toute façon, alors Alus ne comprenait pas pourquoi elle s’embêtait à crier.

« On dirait que tu es restée un bon moment, » lui dit Alus. C’était inattendu. Selon lui, le simple fait de rester volontairement en arrière représentait un effort considérable. En fait, c’était à peu près au moment où l’entraînement d’Alice chez Alus devait normalement prendre fin.

« Tous les autres sont encore là. Fia s’y met aussi, » déclara Alice.

Voilà pourquoi. Les deux filles étaient toujours ensemble, alors Alus avait commencé à penser aux deux comme un ensemble. Au contraire, voir Alice seule comme ça, c’était rare.

« Elle doit avoir de la malchance. » Cette leçon parascolaire était assez banale pour Alus. Donc, une réunion qui traînait comme ça signifie que Tesfia n’avait pas eu la chance d’avoir de bons coéquipiers, ou que leur groupe n’avait pas pu être contrôlé.

« Haha… même si tu dis ça, aujourd’hui c’est la veille de la leçon. Je pense que tout le monde est à peu près pareil, » dit Alice, avec un sourire ironique. Ne pas s’affirmer lui ressemblait tellement. « Comme toujours, Fia ne peut pas laisser les autres en paix. Tout le monde est désespéré et parle avec passion. Mais le groupe de Fia ne semble pas bien s’entendre avec leur superviseur. »

Alus acquiesça d’un signe de tête compréhensif. Tesfia était têtue, et une fois qu’elle avait décidé quelque chose, elle ne se pliait pas. Si elle avait affaire à quelqu’un avec qui elle n’était pas d’accord, la situation ne ferait qu’empirer. « Alors c’est une bonne occasion pour elle d’apprendre mes difficultés. »

Derrière lui, Loki acquiesça d’un signe de tête.

Alice avait fait un sourire amer et avait essayé de changer de sujet. « Où allez-vous tous les deux ? » Comme Alice savait qu’il travaillait avec la directrice, il n’était pas nécessaire de le cacher.

« Dans le bureau de la directrice, » déclara Alus.

« … Pourrait-il s’agir de demain ? » demanda Alice.

« Il y a beaucoup de travail pour nous aussi, mais tu n’as pas à t’en faire, » déclara Alus.

« Hmm… Je vois. Alors, essayez de ne pas continuer trop tard, vous deux. On se lèvera tôt demain matin, » déclara Alice.

« C’est à la directrice de décider, mais je m’en souviendrai, » répondit Alus.

Alice avait l’air de sentir quelque chose et s’inquiétait. Alus se sentait un peu mal à l’aise, mais il ne pouvait pas entrer dans les détails avec elle.

« Désolée d’avoir pris votre temps. Faisons de notre mieux demain… Loki chérie. » Alice était sur le point d’encourager Alus comme d’habitude, par habitude. Mais elle s’était rendu compte que dire cela au numéro un actuel pourrait être considéré comme impoli. Incapable de reprendre ce qu’elle avait déjà dit, elle avait à la place changé sa cible pour Loki. Cependant, peu de temps après, Alice s’était rendu compte que Loki n’avait pas besoin non plus d’être encouragée.

« … »

« … »

« … »

Loki n’était pas allée jusqu’à lui dire que cela ne la regardait pas, mais un silence gênant s’était installé entre les trois.

Même Alice, qui était à l’origine de cette atmosphère compliquée, avait hésité à aborder un nouveau sujet pour changer l’ambiance.

Alus avait trouvé ça inhabituel, vu son innocence. C’était à ce point qu’elle devait se sentir anxieuse. Contrairement à la franche Tesfia, alors qu’Alice était attentionnée envers les autres, elle avait un côté trop sensible à son égard.

« Eh bien, s’il t’arrive quelque chose, je t’aiderai, » murmura Alus en passant près d’elle. Quand il s’agissait de combattre par la force, les deux filles devaient être décentes. De plus, elles ne devraient se retrouver que face à des mamonos de basse classe. Mais même alors, les filles elles-mêmes étaient anxieuses. Même si Alus les encourageait, cela ne les débarrasserait pas de leur peur de se battre contre un ennemi inconnu. C’est la raison pour laquelle l’offre d’aide du numéro un actuelle signifiait beaucoup.

En vérité, il avait été forcé d’accepter beaucoup d’ennuis. Avoir un peu plus d’ennuis sur les bras n’allait pas changer grand-chose maintenant.

Mais même là — .

« … Je te remercie ! » Alice sourit vivement, comme si elle attendait qu’il dise ça.

Après lui avoir fait un signe de tête, Alus et Loki avaient accéléré leur rythme.

Alice avait regardé leur dos. Il n’y avait plus d’anxiété présente sur son visage. C’est peut-être temporaire, mais sa morosité massive avait disparu pour l’instant.

Mais Alus n’avait pas fini. Quand il fut assez loin, il regarda dans les ténèbres et dit. « Parce que c’est peut-être la dernière fois… » avec une expression sans émotion.

☆☆☆

Partie 4

« Mais nous devrions aussi pouvoir faire quelque chose, Directrice. »

« C’est déjà décidé. On ne peut pas changer ça maintenant, » déclara Cisty.

À la porte de la directrice, entendant des querelles venant de l’intérieur, Alus hésita un moment.

Il allait frapper, mais peu de temps après, il avait reconsidéré la question, avait ouvert la porte sans attendre de réponse et était entré. Cisty l’avait déjà fait assez travailler. Il n’avait plus besoin d’être assez prévenant pour frapper.

En conséquence, il était entré en même temps que la réponse de Cisty. Mais contrairement aux approbations habituelles, cette fois-ci, elle lui avait dit d’attendre à l’extérieur — créant ainsi une situation embarrassante.

Conformément à la coutume, Alus était à blâmer pour cela, alors il avait fait claquer sa langue sur la situation problématique qui se présentait à lui. Il s’était dit qu’il pouvait attendre à l’intérieur de la pièce dans un coin… Ce faisant, il espérait que les invités gênants venus avant lui liraient l’atmosphère et se dépêcheraient de finir leurs affaires, mais cela s’était avéré être un espoir naïf.

Dans le bureau de la directrice se trouvaient la directrice Cisty, lui-même, Loki et cinq autres personnes.

L’élève, qui semblait être le chef du groupe, se tenait un peu à l’avant, face à la directrice de l’autre côté de son bureau.

Les regards jetés sur les intrus qui interrompaient cette discussion étaient pleins de mécontentement.

Sentant que les choses étaient sur le point de devenir un emmerdement, Alus retraça ses pas pour tenter de partir.

« Vous… Qu’est-ce que vous avez à faire avec la directrice ? » dit le chef, avec mépris dans les yeux. Un simple étudiant qui demandait à Alus quelles étaient ses affaires au lieu de celles de la directrice était incroyablement impoli. Mais Cisty ne l’avait pas réprimandé.

Alus répondit carrément. « C’est privé. »

Après ça, Cisty avait parlé. « Pourriez-vous attendre un moment ? » demanda-t-elle, en indiquant le canapé à l’intérieur du bureau. Bref, elle disait que c’était la faute d’Alus d’avoir été impoli, alors il méritait d’être mêlé à ça aussi.

N’ayant pas d’autre choix, Alus hocha la tête et s’assit, Loki suivant son exemple.

Le groupe avait eu une réaction visiblement surprise quand il avait vu Loki. Personne n’était allé jusqu’à élever la voix, mais ils ne s’attendaient pas à ce que la fille ayant le deuxième rang le plus élevé de l’Institut soit avec Alus.

Pour tenter de retrouver l’atmosphère tendue, le leader avait repris le dialogue.

Alus et Loki écoutaient calmement, mais les autres membres du groupe jetaient un coup d’œil à Loki avec des expressions stupéfaites.

Peut-être s’en rendait-il compte, le chef s’était exprimé d’une voix forte. « Directrice, nous voulons que vous nous mettiez dans les renforts. Nous ferons passer tout le monde à travers la leçon parascolaire sans une seule victime ! »

« Comme je l’ai dit d’innombrables fois, il est trop tard pour faire des changements maintenant, » déclara la directrice.

En renfort de leur chef, l’un des quatre autres membres du groupe avait ouvert la bouche. « Avec tout le respect que je vous dois, ce n’est pas seulement l’opinion de nous cinq. Il y a beaucoup d’autres personnes des deuxième et troisième années qui sont d’accord pour dire que cet exercice est trop dur pour les premières années. »

« Il ne devrait pas y avoir de problème avec le fait que vous soyez superviseurs, » déclara Cisty.

L’affirmation du groupe était pertinente en termes d’efficacité. En d’autres termes, plutôt que de travailler indépendamment en tant que superviseurs, ils seraient en mesure de mieux travailler ensemble en tant que groupe de renforts.

Cependant, cela allait à l’encontre du sens de la leçon parascolaire. Si la priorité devait être donnée à l’efficacité tout en permettant aux premières années d’acquérir le strict minimum d’expérience, il serait beaucoup plus sûr qu’Alus agisse contre les mamonos.

« Cette question a déjà été tranchée. » Une pointe de colère s’était mélangée à la voix de Cisty. Son phrasé était strict, et cela avait eu assez d’impact pour faire reculer les élèves pendant un moment. Elle essayait d’éliminer toute leur résistance avec cette seule déclaration, comme pour dire qu’elle était fatiguée de s’occuper des enfants.

… Cependant, le groupe n’avait pas reculé devant leur tentative. Ensuite, ils s’étaient tournés vers Loki assise sur le canapé.

« Mademoiselle Loki. En tant qu’étudiant de première année, il y a quelque chose que j’aimerais vous dire, » déclara le chef du groupe.

Alus était surpris qu’ils connaissent Loki, mais son classement étant ce qu’il était, c’était tout naturel. Elle était déjà une célébrité à l’Institut. Pour preuve, le comportement du groupe envers elle — une étudiante de première année — était très poli. Cela démontrait à quel point les étudiants de haut rang avaient de l’influence et du respect parmi les étudiants de l’Institut. Si Loki était de leur côté, même la directrice ne pourrait pas les ignorer. Leur but était douloureusement évident.

La fille aux cheveux argentés assise à côté d’Alus regarda vers Alus d’un air interrogateur. Et il lui retourna le regard, l’air las, comme pour dire. « Prends-le comme tu veux. »

Après avoir fermé les yeux un moment pour réfléchir, Loki s’était levée avec une expression déterminée. « Je comprends. Cela pourrait certainement être trop dur pour les étudiants de première année. Toutefois, je crois que la directrice a déjà réfléchi à la question et qu’elle a mis en place les mesures appropriées. Cela dit, ce n’est pas comme si votre argument était sans fondement. Alors, pourquoi ne pas commencer par me parler de vos réalisations ? »

« Uh — ! »

C’était une question folle et inattendue, mais pour Loki, confirmer cela était tout naturel. S’ils prétendaient qu’ils seraient capables de faire du bon travail, il était tout à fait raisonnable qu’ils en fassent la preuve. Bien sûr, c’était juste pour traiter avec eux. C’est pourquoi Loki n’avait pas demandé leurs rangs, mais leurs réalisations.

Et même s’ils en avaient, il n’y avait pas moyen qu’ils dépassent celles de Loki, ce qui signifiait qu’elle avait un avantage absolu sur eux.

« Non, mais à l’Institut, on est tous vaincu…, » déclara le chef.

« C’est assez. Merci, » Loki interrompit l’orateur avec exaspération. C’est vrai… c’était assez. Pour commencer, peu importe à quel point ils étaient bons, ils n’étaient encore que des étudiants. Le simple fait qu’ils avaient besoin de s’adresser à « l’Institut » était tout ce que Loki avait besoin d’entendre. « C’est hors de question. Qu’est-ce qui vous fait penser que vous pouvez faire du bon travail quand vous n’avez pas d’expérience ? Vous avez déclaré des choses si étranges. »

« Urk... ! »

Ils faisaient perdre du temps à Alus sans rien pour étayer leurs affirmations. Devant une telle immaturité, Loki décida de ne pas mâcher ses mots. Ses pensées étaient simples et ses yeux froids fixaient son seul but. Après tout, Alus avait encore besoin de confirmer les derniers détails avec la directrice après cela.

Cela avait dû ressembler à de la dérision pour le groupe. Leurs yeux devinrent sombres, mais Loki s’en fichait. « Veuillez prendre congé. » À la suite de ce regard glacial, elle avait exhorté le groupe à partir à la place que cela soit la directrice.

« … Hmph, vous allez le regretter. » Le leader s’était retourné vers la directrice, comme s’il était sur le point de relancer la discussion. « — ! »

… Et la directrice avait répondu en faisant un geste de la main, indiquant la sortie. « C’est une question qui a été décidée hors de mon autorité. Il n’y a rien que l’on puisse faire pour le renverser, » avait-elle dit, en guise de coup de grâce.

« … Excusez-nous. » Sur ce, les étudiants étaient sortis de la pièce avec des expressions haineuses. Alors que le chef fermait la porte, ils fixèrent Alus d’un regard féroce, mais Alus le repoussa comme d’habitude.

« Hahhhh…, » Cisty soupira fortement. Elle s’était penchée sur son bureau avec désinvolture, n’essayant même pas de cacher à quel point elle était épuisée.

Alus lui jeta un coup d’œil de côté en posant sa main sur la tête de Loki. Bien que les choses ne se soient pas passées comme il l’avait imaginé, les résultats avaient été les mêmes — ce groupe ennuyeux était parti — alors c’était sa façon de la féliciter. Recevant un sourire heureux de Loki, il se tourna de nouveau vers Cisty. « Qui étaient-ils ? »

« Deuxième et troisième années, » répondit Cisty.

Bien sûr, ce n’était pas ce qu’Alus voulait entendre, alors il avait reformulé sa question. « Je comprends qu’ils veulent rejoindre les renforts, mais pourquoi ? »

« Pour leur carrière, peut-être ? Vaincre les mamonos augmentera après tout leur rang. Leur grade final, lorsqu’ils obtiendront leur diplôme, influencera leur service militaire, » déclara la directrice.

« Alors, c’est comme ça, » déclara Alus.

C’était quelque chose de difficile à comprendre pour Alus et Loki, qui étaient dans l’armée depuis très jeune. « Mais ça n’a toujours pas de sens. Le rôle des renforts n’est pas de vaincre activement les mamonos. »

« Il semble qu’ils aient mal compris, » déclara Cisty.

« Ils voulaient probablement faire semblant d’être des héros, » déclara Loki.

Si Loki avait raison, c’était une grande entreprise. Alus avait eu l’idée de leur faire recevoir leurs héroïques promotions posthumes dans le monde extérieur. Mais quand il avait entendu ce que la directrice avait dit ensuite, il avait eu la prémonition que les choses allaient devenir problématique.

« Peut-être. La vérité, c’est qu’ils sont tous issus de familles aisées, » déclara la directrice.

« Je vois, » déclara Alus.

Il s’agit de la noblesse, de familles renommées ou établies de longue date. Les gens de ce genre de famille partageaient tous la même obsession pour le grade. On leur avait très probablement enseigné dès leur enfance à acquérir un grade qui n’apporterait pas la honte à leur famille.

Cela expliquait aussi l’attitude arrogante du chef qui avait demandé à Alus ce qu’il faisait ici. Alus ne représentait, en premier abord, pas quelque chose que la noblesse aimait.

C’était un genre de personnes vraiment irritantes… et probablement, ou plutôt certainement, une source d’ennuis pour l’avenir.

Alus n’avait pas parlé de ses prémonitions. Ça ne changerait rien maintenant.

La directrice d’école avait déjà fait approuver leurs suggestions d’amélioration par les hauts gradés, et accepter la suggestion du groupe précédent n’était pas quelque chose d’acceptable. Ils avaient déjà été considérés pour ce poste auparavant, et la conclusion avait été un « non » retentissant.

Si ces superviseurs étaient autorisés à rejoindre les renforts, la charge sur Loki, qui serait chargée de les envoyer, augmenterait au-delà de ce qu’Alus pourrait approuver. Elle serait chargée d’évaluer leurs capacités et d’envoyer jusqu’à 80 groupes de renforts. C’est pourquoi il était plus facile et plus réaliste de faire des ajustements à la volée, sur place.

De plus, s’ils faisaient quelque chose de suspect, la situation ne ferait que devenir plus complexe. Bref, c’était une option inacceptable.

Concluant que toute autre réflexion sur la question était inutile, Alus était passé au sujet principal. « À ce sujet, je commencerai à travailler sur cette question tôt le matin. »

« Oui, s’il vous plaît, » déclara Cisty.

Il faisait référence à la réduction du nombre de mamonos pour réduire le risque que les étudiants rencontrent des adversaires trop puissants.

Certains pourraient se demander pourquoi ne pas le faire aujourd’hui, mais ce serait une course folle. Les mamonos étaient très actifs la nuit. Au coucher du soleil, la longueur d’onde du mana des mamonos allait changer radicalement, attirant d’autres mamonos et créant une chaîne de mamonos demandant plus de mamonos.

C’était cette nature qui était à l’origine de l’adage selon lequel une douzaine de monstres se cachent près de l’un d’eux en plein air.

Si un seul individu trouvait une proie dans la nuit, il s’exciterait et en convoqueraient d’autres de ce genre… qui afflueraient de toutes les directions.

De plus, les mamonos avaient tendance à se rassembler lorsqu’ils sentaient le sang d’un autre individu de leur espèce. Cette tendance était plus faible lorsque le soleil était encore haut. On disait que la raison en était le mana mélangé avec le sang et d’autres fluides corporels, mais personne n’en était vraiment sûr.

Quoi qu’il en soit, si Alus partait à la chasse aux mamonos aujourd’hui, ils seraient encore plus nombreux à se rassembler le lendemain après avoir senti l’odeur du sang et les longueurs d’onde du mana. C’est pourquoi il attendait jusqu’au matin. « Est-ce toi qui apporteras l’équipement, non ? »

« Oui. Les préparatifs sont déjà terminés. Ils seront amenés tôt le matin, » déclara Cisty.

« Je comprends. » Après avoir ainsi confirmé les détails importants, Alus posa une question à Cisty. « Et mon uniforme de combat ? »

« C’est fait, bien sûr. » Il devait être à ses pieds, alors qu’elle se penchait pour soulever une valise et la poser sur son bureau.

Alus pensait que l’étui était trop gros pour ne contenir que des vêtements.

« Allez-y, » déclara Cisty, en tournant le boîtier pour que le fermoir lui fasse face.

Alus détacha le fermoir et posa prudemment sa main sur le boîtier. Il traitait avec Cisty, donc il ne serait pas étrange qu’il y ait une surprise à l’intérieur… mais cela s’était avéré être une inquiétude inutile. Cela dit, quand il regardait à l’intérieur, il hésita à réagir. « … »

La première impression qu’il avait eue… C’est lui qui l’avait demandé, alors s’il voulait se plaindre, il se trompait de cible. Mais quand même, il devrait avoir le droit de dire quelque chose.

« Tu parles d’un mauvais goût, » déclara Alus.

« … ! » Contrairement à Alus, dont les joues frémissaient, Loki se tenait sur la pointe des pieds pour regarder par-dessus l’épaule d’Alus, et quand elle l’avait fait ses yeux brillèrent.

Dans le boîtier se trouvait un tissu noir avec un masque blanc sur le dessus. Il y avait deux trous ronds pour les yeux, et en dessous, un trou plus grand pour la bouche. C’était un masque elliptique qui ressemblait au visage d’un fantôme d’un spectacle d’horreur.

« C’est ce que vous croyez ? Vous semblez être le seul ici qui n’aimez pas ça. Notre goût s’impose avec deux voix contre un. » Étonnamment, il semblait que Cisty croyait vraiment que c’était bien.

Vu ses paroles, Alus n’avait pas besoin de regarder l’expression de Loki pour connaître son opinion. Né et élevé dans l’armée, il n’avait pas la qualification pour parler de ses goûts. Les seuls vêtements qu’il avait étaient simples, centrés uniquement sur la fonction plutôt que sur la forme. Mais que devait-il en penser ? Et s’il pouvait croire Cisty, il ne comprendrait pas les goûts de Loki si elle aimait ça.

Il avait commencé par prendre le masque et frapper dessus pour vérifier sa durabilité. Il semblait être fait du même matériau que celui utilisé par l’armée pour les boucliers. En termes de solidité pure, il n’y avait pas de quoi se plaindre. C’était un masque vierge. En le portant, il cachait non seulement le visage, mais toutes les émotions sur ce visage. Le porteur irait au-delà même du visage sans expression de Loki, comme une poupée, et dans le territoire d’une absence totale de tout ce que l’on pourrait appeler une expression.

« Je n’en suis pas content, mais je suppose que je dois te remercier, » dit Alus en soupirant. La directrice lui avait donné une tenue pour éviter que son identité ne soit révélée. Allure mis à part, il avait rempli son objectif, ce dont Alus était reconnaissant.

Après avoir remis le masque à Loki, Alus sortit le tissu noir — la robe — en dessous. C’était clair et cela descendait jusqu’en dessous de ses genoux. Quant au matériel… il savait déjà ce que c’était. C’était du matériel fourni par l’armée, quelque chose qu’Alus et Loki avaient déjà utilisé auparavant. Mais très peu de magiciens l’utilisaient.

Il avait été fabriqué à partir d’une fibre anti-magie de qualité spéciale qui était très résistante, mais il était difficile de se déplacer avant. C’était difficile pour la plupart des magiciens normaux, alors ils avaient évité de l’utiliser. Seuls des magiciens excentriques ou habiles l’avaient favorisé.

Au fait, Alus et Loki avaient tous deux préféré l’utiliser. Bien sûr, dans le cas de Loki, la raison principale était qu’Alus l’aimait bien.

« Nous avons vérifié tout ce dont nous avons besoin pour demain, et j’ai obtenu ce que je voulais, alors nous allons partir d’ici, » déclara Alus.

« Oui, bien sûr. Je vais me montrer un peu demain matin, mais je vous souhaite bonne chance. » Cisty lui fit un signe de la main, comme si elle ne s’inquiétait pas le moins du monde. Elle avait une expression brillante et joyeuse sur son visage, comme si un poids lui avait été enlevé des épaules.

Il avait fallu beaucoup d’effort pour qu’Alus évite de demander à Cisty si elle comprenait la gravité de la situation.

Il sera impossible, même avec Loki et moi, d’empêcher les victimes d’arriver, tu sais.

Alus et Loki qui tueraient tous les mamonos par leurs propres moyens seraient une chose, mais ils devaient laisser les étudiants se déplacer librement et accumuler de l’expérience. Il ne voulait pas qu’elle ait trop d’espoir en eux.

Cela dit, compte tenu des missions qu’il avait effectuées, la difficulté de celle-ci était inférieure à la moyenne. C’est pourquoi la seule chose qu’il ressentait, c’était l’amertume d’avoir été pris dans quelque chose d’aussi gênant.

☆☆☆

Partie 5

Peu de temps s’était écoulé avant qu’Alus et Loki ne retournent dans leurs quartiers. Ils n’avaient même pas passé une heure dans le bureau de la directrice.

Pour cet exercice, quelques enseignants resteraient ici. Leur rôle principal serait la surveillance. Ils détecteraient les mamonos en dehors de la portée de détection de 1 km de Loki.

Loki avait aussi la tâche de commander les renforts, et le fait qu’elle était une guetteuse s’était déjà répandu parmi les enseignants. Avec son classement à trois chiffres, personne ne s’était opposé à son rôle.

De plus, les enseignants auraient un accès temporaire au système de surveillance de l’armée, qu’ils pourraient utiliser pour se faire une idée générale de la situation.

Cependant, alors que les détecteurs pouvaient identifier des mamonos de haut niveau, ils n’étaient pas adaptés pour localiser les plus faibles d’entre eux. Il ne s’agissait en fin de compte que d’une tactique dans le pire des cas, et afin de garder une trace de l’emplacement des élèves, il y avait un dispositif de signalisation d’urgence avec une puce de localisation à l’intérieur.

D’ailleurs, la détection de mamonos de classe inférieure avait dû être abandonnée en raison de la sensibilité de la magie de détection qui fonctionnait sur les détecteurs. Et en tout cas, la barrière projetée par Babel devrait en premier lieu empêcher les monstres de bas rang de s’approcher.

Afin d’être prêts pour demain, Alus et Loki s’étaient couchés plus tôt que d’habitude. C’était l’heure de se coucher tôt, mais c’était fondamentalement à leur rythme habituel.

Les préparatifs étaient terminés. Ils étaient convaincus que même la leçon extrascolaire de demain ne serait qu’une autre journée paisible en fermant les yeux.

À part le fait de ne pas avoir de temps pour ses recherches demain, Alus n’avait plus rien à craindre. Pour lui, même un accident ne ferait qu’ajouter du piquant à sa routine habituelle.

Contrairement à ces deux-là, cependant… la plupart des étudiants étaient loin de faire de beaux rêves. Au mieux, ils auraient un sommeil peu profond avec l’anxiété comme oreiller.

C’était aussi vrai pour Tesfia et Alice. Preuve en est qu’elles parlaient de ce sujet en ce moment même.

« Faisons de notre mieux demain, » déclara Tesfia, pour la énième fois. La plupart des gens seraient capables de dire qu’elle essayait juste de faire preuve de courage. Allongées sur leur lit, elles s’étaient encouragées mutuellement.

« Toi aussi, Fia. Assure-toi de les finir. Et si tu en affrontes plus d’un, songe à te séparer et à battre en retraite temporairement, » déclara Alice.

« Je sais, je sais. Prends soin de toi aussi, Alice, » déclara Tesfia.

Même dans l’obscurité faible, les deux filles se souriaient avec un peu de force.

Cependant, Alice avait quelque chose en tête qui l’empêchait de somnoler. Elle s’inquiétait pour sa meilleure amie.

Le groupe de Tesfia avait beaucoup d’éléments incertains. Afin d’obtenir une moyenne décente, le groupe qui comprenait le meilleur classement de la première année avait été équilibré avec des camarades de classe ayant des classements inférieurs. Il en va de même pour le groupe d’Alice, et comme son supérieur hiérarchique n’était pas beaucoup plus haut que Tesfia, le groupe d’Alice manquait de puissance au combat.

Cependant, son groupe n’était pas aussi instable que celui de Tesfia. La raison en était le superviseur.

Tesfia avait un superviseur de classe supérieure du même rang qu’elle, mais celui-ci n’avait pas une bonne réputation à l’Institut. Il s’appelait Cabsol Denvel, en troisième année. Il était très fier de sa noble lignée et méprisait ses camarades de classe. Le fait qu’il ait complètement ignoré les opinions de Tesfia, bien qu’il n’ait qu’un rang légèrement supérieur au sien, étaient un autre sujet de préoccupation.

Je me demande si elle ira bien, pensa Alice en regardant Tesfia d’un air inquiet.

« Quand tu tues un mamono, assure-toi de t’éloigner de lui tout de suite, » déclara Tesfia, se référant au fait que les mamonos réagissaient au sang de leur propre espèce.

Elle se comportait comme si elle était la sœur aînée d’Alice, mais Alice avait suivi son conseil avec obéissance, en répondant. « Oui. Nous devons aussi nous assurer d’identifier le noyau. »

Les deux filles se hochèrent la tête l’une vers l’autre, alors qu’elles reconfirmaient les sujets qu’elles avaient examinés à maintes reprises.

Quand il s’agissait d’exterminer les mamonos, c’était une pratique courante chez les magiciens de ne jamais baisser la garde jusqu’à ce que le noyau d’un mamono soit détruit, bien qu’il y ait des différences entre les espèces. Comme il y avait des monstres qui avaient des capacités de régénération exceptionnelles, il n’était pas fiable de juger leur force restante par leur apparence.

Peu importe à quel point elles avaient passé en revue les théories, c’était quand même un fait qu’elles n’avaient jamais rencontré un vrai mamono, quelque chose qui pesait lourd sur Alice. Il y avait aussi les inquiétudes qu’elle avait au sujet du groupe de Tesfia.

Voulant croire qu’elle ne s’inquiétait de rien, Alice avait parlé avec une expression joyeuse sur son visage. « Ce n’est pas grave. Al a dit qu’il aiderait s’il arrivait quelque chose. »

« … Vraiment ? Oh, je vois… Je suis sûre qu’il n’aura pas à faire une apparition ! » dit Tesfia avec bravade. Mais elle ne semblait plus aussi anxieuse qu’avant.

Bien sûr, si Alice le faisait remarquer, elle le nierait immédiatement. Ayant toujours été à ses côtés, Alice pouvait voir le changement chez Tesfia en raison de sa confiance en ce garçon. Tu n’es pas honnête, pensa Alice en souriant. « C’est vrai. Nous nous sommes entraînées pour cette occasion, après tout. »

« Oui. Je suis sûre que ce sera facile. C’est un chemin que tout magicien doit suivre ! » déclara Tesfia.

En entendant la puissante déclaration de sa meilleure amie, Alice avait souri une fois de plus.

Voyant cela, Tesfia avait aussi fait un grand sourire.

Elles ne prenaient pas la leçon à la légère parce qu’elle faisait partie du programme d’études. Si elles disaient qu’elles n’avaient pas peur de leur première leçon parascolaire, ce serait un mensonge.

Mais elles avaient été entraînées par le plus grand magicien…

Cette vérité enveloppa leur cœur d’un soulagement passager et empêcha la peur rampante et inconnue de les atteindre.

***

Il était encore trop tôt pour appeler cela le matin.

Alus et Loki avaient ouvert les yeux presque en même temps. Pour ces deux-là, un réveil n’était pas nécessaire.

Après s’être levés du lit, ils s’étaient rapidement mis en route, n’échangeant aucun mot jusqu’à ce qu’ils aient terminé leurs préparatifs.

« Qu’est-ce qu’on prend au petit-déjeuner ? » demanda-t-il.

« Cela sera quelque chose de simple. Désolée, » répondit Loki.

Loki l’avait regardé comme s’il était beaucoup trop tard pour cela, et s’était déplacé dans la cuisine. Préparer la nourriture était déjà son travail. C’est quelque chose qu’elle avait fait parce qu’elle le voulait. Alus n’avait aucun souvenir d’avoir discuté de la répartition des tâches.

Il avait jeté un coup d’œil par la fenêtre. Bien qu’il ne pouvait pas dire le temps qu’il faisait dans le monde extérieur depuis l’intérieur de la barrière, il avait l’impression que la journée serait claire aujourd’hui. La raison pour laquelle il se sentait ainsi était peut-être parce qu’il se sentait bien maintenant que le soleil commençait enfin à se lever.

Au bout d’un certain temps, ils avaient pris un petit-déjeuner simple, mais malgré tout, il était bien équilibré et les valeurs nutritives avaient été prises en compte.

Une fois le petit-déjeuner terminé et la pause thé terminée, Alus avait ramassé sa robe qui était sur un cintre et l’avait mis en place. « Allons-y. »

« Oui !! » La voix vive de Loki lui répondit.

Sa robe voltigeait au petit matin alors qu’il ouvrait la porte, et les deux individus quittèrent le laboratoire.

Ce masque flippant était déjà placé sur son visage. Alus n’était pas très enthousiaste, mais il savait que c’était nécessaire.

Contrairement à Alus, Loki n’avait aucune raison de cacher son identité et portait son uniforme habituel. Bien qu’il n’était pas clair si elle devait prendre part au combat, elle pourrait quand même utiliser cet uniforme modifié si cela se produisait. Elle ne devrait pas avoir de problèmes, puisque les élèves pouvaient se procurer et porter l’uniforme de combat.

Bien sûr, les uniformes de l’Institut fonctionnaient assez bien à cette fin. Le matériau utilisé était exceptionnel. Il n’interférait pas avec la conduction du mana du porteur, mais résistait au mana étranger. Ne pas l’utiliser serait un gaspillage.

Il n’y avait pas d’étudiants visibles à la sortie du bâtiment de recherche. C’était probablement parce qu’il était si tôt. Mais on pouvait voir de loin des lumières dans le bâtiment principal où se trouvaient les enseignants. Il semblait qu’ils travaillaient dur pour se préparer.

Il était un peu plus de 4 heures. La leçon parascolaire devait commencer à 9 h. Compte tenu du temps nécessaire à la préparation, il n’y aurait aucun problème si le personnel de soutien se trouvait à l’endroit désigné dans le monde extérieur juste avant 7 heures.

Soit dit en passant, les deux individus étaient, pour une raison ou une autre, sur le toit du bâtiment de recherche.

« J’irai au Q.G. pour m’échauffer. Et toi, Loki ? » demanda Alus.

« Je vais t’accompagner, » déclara Loki.

Alus avait dit en plaisantant. « Ne te laisse pas distancer » et avait bondi depuis le toit.

Loki ne pouvait pas dire quelle était son expression derrière le masque, mais elle était sûre que les bords de ses lèvres étaient levés comme ils l’étaient habituellement quand il plaisantait.

Peu de temps après, les deux individus s’étaient retrouvés à la barrière la plus proche d’eux. Ce n’était pas quelque chose qu’un magicien pouvait faire facilement.

Alus respirait parfaitement normalement, comme si tous ces mouvements à grande vitesse n’étaient qu’un échauffement. Loki gardait sa respiration en rythme, et son corps était juste un peu plus chaud que d’habitude.

Il y avait des professeurs chargés de surveiller les groupes d’élèves ici et là en cours de route, mais avec Alus qui avançait si vite, personne n’avait aperçu son visage masqué. Certains semblaient remarquer l’uniforme de Loki, mais le temps qu’ils revérifient, elle était déjà loin.

Les deux soldats avaient ensuite lentement franchi la barrière créée par le mana émis par Babel.

Au fur et à mesure qu’ils passaient à travers, ils sentaient le mana caractéristique de la barrière qui stimulait leur corps. Mais Alus et Loki étaient dans l’armée depuis longtemps et y étaient habitués.

À l’instant suivant, le paysage changea, comme s’ils avaient fait un pas dans un autre monde. Même la couleur du ciel avait changé.

Alus avait pris une grande respiration. « Cet endroit est vraiment génial. »

Comme prévu, il n’y avait pas de nuages dans le ciel du monde extérieur, et le soleil sublime se montrait par-dessus les crêtes montagneuses lointaines. L’air clair qui remplissait les poumons d’Alus était aussi rafraîchissant que d’habitude.

En l’entendant dire cela, l’expression de Loki s’était calmée en un sourire. « Avec ce temps, il ne devrait pas y avoir de problème avec le rayon de détection. »

« Ouais, » déclara Alus

« Que devrions-nous faire ? Actuellement… il y a 23 mamonos dans un rayon de 1 km autour de nous, » déclara Loki

« Pourquoi ne pas aider à réduire le travail des premières forces d’assujettissement ? » demanda Alus.

« Je comprends, » répondit Loki.

Bien sûr, Alus pouvait les détecter aussi, mais il n’allait pas être grossier et le dire.

Lorsque les deux individus arrivèrent à destination après avoir parcouru un long chemin, les enseignants et les renforts se préparaient au quartier général.

Même s’il portait un masque, on pourrait l’identifier s’il était avec Loki. C’est pourquoi Loki avait remis l’appareil qu’elle avait reçu au quartier général et Alus s’était tout de suite mis au travail.

À partir de maintenant, ils se sépareraient.

« Comment est la sensibilité, Sire Alus ? » demanda Loki.

« Pas de problème, » déclara Alus dans la radio à mana attachée à son oreille.

La voix de Loki, répondant par un « Compris », semblait quelque peu exaltée.

Ce dispositif fonctionnait en envoyant des longueurs d’onde de mana et en les convertissant ensuite en sons. Il employait un cristal avec une fréquence audio unique et s’appelait un consenseur.

« Je suis actuellement à 6 km au nord-est, » déclara Alus.

« Compris. Il n’y a pas de réactions quant à des mamonos de haut niveau dans la zone de détection, » déclara Loki.

« Compris. Je les éliminerai dès que je pourrai les confirmer, » déclara Alus.

« S’il te plaît, fais-le, » déclara Loki.

« Je te laisse ce côté-là, » déclara Alus.

Une courte pause. Alors. « S’il te plaît, laisse-moi m’en occuper. Je ferai de mon mieux, » déclara Loki, d’une voix pleine de détermination.

Sur ce, leurs communications avaient pris fin pour l’instant.

Pour Alus, les mamonos de bas rang n’étaient rien d’autre que des êtres insignifiants.

Mais s’il les blessait négligemment et répandait leur sang, il y avait une chance que d’autres mamonos se rassemblent, même s’il faisait jour, il fallait donc faire attention.

Il avait donc choisi d’abattre les monstres en leur tirant dessus ou en les détruisant complètement. En d’autres termes, détruire tout le corps du mamono. Tout ce travail avait été un échauffement pour Alus.

Les mamonos de classe inférieure avaient tendance à avoir un physique semblable à celui des petits animaux. Bien sûr, il y a eu des exceptions, mais peu d’irrégularités de ce type avaient été signalées ici. Même les plus grands mamonos ici étaient de taille humaine au mieux, ce qui signifiait que détruire les monstres était plus rapide que de traquer leurs noyaux.

C’était un peu violent, mais un magicien du niveau d’Alus ne manquerait jamais de détruire les noyaux des mamonos de basse classe.

C’est ainsi qu’Alus s’était mis au travail pour éliminer les mamonos en se rafraîchissant sur la sensation de pulvériser les noyaux. Leurs noyaux ayant disparu, les mamonos s’étaient effondrés l’un après l’autre, et après qu’il eut franchi les trente morts, il avait reçu un message de Loki.

« Merci pour ton dur labeur. La leçon parascolaire va commencer maintenant, » déclara Loki.

« Compris, » répondit Alus. Il avait déplacé en cercle ses épaules une fois avant de regarder le ciel. Comme on pouvait s’y attendre, cela n’avait pas été suffisant pour lui servir de véritable échauffement. Mais le ciel était aussi clair qu’à l’aube.

☆☆☆

Partie 6

Les élèves étaient actuellement rassemblés au point de départ, un espace dégagé juste en face de la barrière.

Alors qu’ils étaient à peine à portée de la barrière, quelques pas de plus, et ils passeraient à travers elle dans le monde extérieur. Ils étaient à la ligne de démarcation.

La leçon parascolaire avait été planifiée pour les trois groupes de classe de l’année scolaire, la première année étant aujourd’hui, la deuxième année demain et la troisième année le jour suivant. Ils partiraient tous d’ici.

Parmi eux se trouvait la directrice Cisty, qui signalait le départ.

La plupart des élèves se préparaient au combat. Ils portaient l’uniforme de l’Institut ou des tenues d’entraînement, et certains portaient même des tenues d’entraînement sous leur uniforme.

Quant à Tesfia et Alice, elles portaient leur uniforme comme d’habitude. Elles étaient déjà réunies avec leurs groupes et on pouvait les voir en train de discuter ou de faire des confirmations finales.

Le groupe de Tesfia se composait d’elle-même, de deux à cinq chiffres et de deux à six chiffres, et de Cabsol Denvel, la troisième année à quatre chiffres. Il était le fils aîné d’une famille distinguée, et son sens de la rivalité s’était exacerbé contre Tesfia au point qu’il s’était souvent ingéré dans leurs discussions et leurs plans. La raison pour laquelle le groupe de Tesfia avait pris beaucoup plus de temps que les autres était en grande partie due à lui.

Quant au groupe d’Alice, il y avait quatre autres à cinq chiffres. Bien qu’ils aient été à cinq chiffres dans la gamme 60000-70000, ils étaient toujours meilleurs que les membres du groupe Tesfia. Bien sûr, quand il s’agissait de se battre, il n’y avait pas beaucoup de différence entre les classements à cinq chiffres, mais leur dire que maintenant, c’était inutile…

Ils en feraient l’expérience de première main.

De plus, l’étudiante de deuxième année Fokmil était la superviseure du groupe d’Alice. Bien qu’elle soit plus âgée qu’Alice, leurs rangs étaient semblables, Alice trouvait donc facile d’être détendue proche d’elle. Non seulement elles étaient du même sexe, mais Senniat était douée pour s’occuper des autres, de sorte que les premières années l’admiraient.

« La leçon parascolaire va maintenant commencer, » les élèves s’étaient tous tournés vers la directrice. « S’il se passe quelque chose, des renforts viendront en courant. Les superviseurs ont également été équipés de dispositifs d’urgence, alors n’hésitez pas à montrer les résultats de votre entraînement quotidien. »

La directrice Cisty ne leur avait pas fait un discours fastidieux. Il s’agissait donc d’un discours très court, mais les étudiants avaient déjà entendu tous les éléments essentiels auparavant.

Enfin, la directrice avait fait retentir un signal sonore pour signaler le début de la leçon parascolaire, et les élèves avaient franchi la barrière.

Mais alors, ils s’étaient arrêtés.

Leur première impression du monde extérieur pourrait se résumer dans le mot « étourdissant ». Pour la grande majorité d’entre eux, c’était la première fois qu’ils voyaient le monde extérieur.

Devant eux, c’était un paysage magique et grandiose à une échelle qu’ils n’avaient jamais vu à l’intérieur. Le souffle d’air frais saisissant de mère Nature, scintillait comme seules la lumière du soleil, les couleurs chaudes, les sensations et l’humidité du vent constant, et la plupart des odeurs variées qui avaient rempli le monde. Les élèves avaient senti que leurs cinq sens étaient stimulés.

En fait, peut-être à cause de l’impact, aucun des étudiants n’avait bougé tout de suite.

Il en était de même pour Tesfia et Alice.

« … Incroyable ! »

« Magnifique ! »

Elles étaient si ravies de l’expérience qu’elles ne pouvaient s’exprimer qu’avec des mots aussi généraux. Peut-être qu’il n’y avait pas de mots pour décrire avec précision ce qu’elles ressentaient.

Il y avait une abondance de verdure, pas un seul bâtiment moderne ne se trouvait à perte de vue.

Ce qui avait le plus bouleversé Tesfia et Alice, c’était les grands arbres. Contrairement aux forêts à l’intérieur de la barrière, qui semblaient quelque peu artificielles, celles qui poussaient en liberté dans la nature avaient un attrait majestueux chez eux.

Même les superviseurs de classe supérieure n’étaient pas à l’abri de ce paysage impressionnant, car leurs yeux s’ouvraient en grand. Ils avaient probablement eu l’impression d’avoir été envoyés dans un monde qui ne leur était pas familier.

Pour ramener les plus de 400 élèves à la raison, Felinella avait applaudi avec force une fois. Étant l’une des très rares étudiantes ayant une expérience du monde extérieur, elle y participait en tant que superviseure. « Si vous êtes tous groupés, vous ferez de bonnes cibles pour les mamonos. »

Il était clair d’après son ton qu’elle ne les menaçait qu’à moitié, mais c’était suffisant pour ramener les élèves à la réalité.

Tout le monde s’était rapidement regroupé et s’était répandu dans toutes les directions. Leur but était le quartier général qui avait été mis en place dans le monde extérieur.

Bien qu’ils avaient tous un itinéraire préétabli qu’ils devaient suivre, leur priorité n’était pas d’éviter les rencontres avec les mamonos. Après tout, la lutte contre les mamonos était le but de la leçon. En tant que tels, ils avaient peu de contraintes quant à l’endroit où ils pouvaient aller, et bien qu’il n’y avait aucune raison de s’aventurer plus profondément, la curiosité prenait le dessus sur eux à mesure qu’ils avançaient plus loin.

L’exercice ne faisait que commencer, mais Tesfia pouvait entendre des groupes en avant qui étaient déjà engagés dans des escarmouches contre des mamonos. Tout en écoutant l’agitation lointaine, Tesfia s’était préparée et s’était avancée.

Le superviseur Cabsol l’avait suivie, ce qui avait provoqué le déplacement du reste du groupe.

Mais comme il n’y avait pas de routes dans le monde extérieur, ils avançaient étonnamment lentement.

Quelque temps après qu’ils aient commencé à marcher — .

Arrêtez.

Comme ils l’avaient décidé à l’avance, Tesfia en tête avait levé la main gauche pour signaler un arrêt. Au même moment, elle leva le doigt vers sa bouche pour faire savoir aux autres élèves de se taire.

Elle entendit le bruit du bruissement des branches d’arbres. Alors qu’elle abaissait sa posture et jetait un coup d’œil de derrière un arbre — .

« … !! »

Soudain, quelque chose était tombé d’en haut.

Et un truc noir était apparu dans le coin de son œil. Il avait la carrure d’un enfant humain, mais ses mains étaient anormalement longues et ses poings légèrement serrés atteignaient jusqu’au sol.

Pendant ce temps, ses pattes étaient anormalement courtes et sa queue était aussi épaisse qu’un bras humain, enroulée en spirale.

Bref, il avait une apparence très disgracieuse et bizarre. Compte tenu de son centre d’équilibre, il n’y avait aucun moyen de se précipiter sur le sol. De plus, son corps sombre et ses yeux d’un rouge rubis ne faisaient que le rendre plus étrange pour Tesfia et les autres.

Avec cette coloration inhabituelle et ce physique étrange, c’était sans aucun doute un mamono.

Après avoir été un moment décontenancée, Tesfia était revenue à la raison et avait parcouru frénétiquement ses souvenirs des caractéristiques des mamonos qu’elle avait apprises en classe. Et lorsqu’elle s’était finalement rappelé les caractéristiques de l’apparition, elle en avait été convaincue.

Confirmant qu’il n’y avait pas d’autres mamonos dans le coin, Tesfia chuchota à son groupe derrière elle. « C’est probablement un seul Belam de Rang F. Tenons-nous en au plan pour le contourner et l’éliminer. »

Un Belam était l’un des premiers mamonos introduits en classe, et c’était un bon exemple d’une classe F. Il ressemblait beaucoup à un singe, mais il possédait l’allure d’un vieillard rabougri avec un dos tordu. Leur espèce préférait s’entasser dans les arbres, et on les trouvait souvent près de la barrière.

Les membres du groupe hochèrent la tête, montrant qu’ils étaient sur la même longueur d’onde que Tesfia. Pendant que Cabsol regardait en silence, Tesfia utilisait ses mains pour diriger chaque élève vers sa position. Après cela, elle retint son souffle et s’approchait silencieusement de sa cible.

Ne connaissant pas le monde extérieur, des branches tranchantes lui grattaient les jambes, mais elle n’en avait pas l’habitude. Son cœur battait à toute allure.

Tesfia fixa les yeux sur sa cible pour que sa concentration ne s’arrête pas un seul instant, tandis qu’elle avançait lentement.

D’après les conférences, les Belams n’étaient pas souvent descendus au niveau du sol, mais il y avait peut-être des exceptions à tout. Son apparence sur le sol ne semblait pas naturelle.

Elle s’avança, tout en observant attentivement… mais soudain les épaules du Belam se mirent à trembler, et il commença à regarder autour de lui.

M’a-t-il senti ? Mais il n’avait pas l’air d’essayer de s’enfuir…

Peu de temps après, Tesfia s’était mise à porter et avait regardé autour d’elle pour confirmer que les autres membres étaient en position.

Enfin, de derrière un arbre, elle avait jeté un coup d’œil à sa cible.

C’est là que c’était arrivé.

« … ! ! »

La fourrure noire du mamono s’était tendue. Il tourna la tête de 180 degrés, et une expression étrange et étrangement humaine, semblable à un sourire, apparut sur son visage. Il s’ensuivit par un hurlement bas, arrêtant son regard sur un endroit derrière lui. Sa bouche s’ouvrit largement, révélant de petits crocs à l’intérieur.

Il regardait l’une des étudiantes qui se tenaient derrière lui.

« Il nous a vus !! »

Ils avaient perdu l’élément de surprise.

Alors qu’elle fit entendre sa voix, Tesfia avait enfoncé son katana dans le sol. Le mana était passé à travers la lame, faisant briller la formule magique. C’était un exploit rendu possible grâce à des préparatifs anticipés.

En enfonçant sa lame dans le sol, la glace avait commencé à se répandre à la surface. Elle traçait une ligne étroite, se dirigeant droit vers le Belam et formant un chemin de glace dans son sillage.

Alors qu’il avait remarqué l’étudiante, le Belam n’avait pas vu Tesfia, et il avait pris son attaque de plein fouet. Avant que le mamono ne puisse sauter sur l’étudiante, ses pattes étaient gelées et logées dans le sol.

La magie de Tesfia continuait à geler jusqu’à la taille du mamono. « — !! … Attaquez ! » cria-t-elle.

Elle hésita un instant, car son sort avait été plus puissant qu’elle ne le pensait. Leur intention était de geler le bas des pieds du mamono et d’utiliser cette ouverture pour attaquer, mais en réalité, le sort avait gelé tout le bas du corps du Belam, le laissant incapable de bouger.

Bien que l’attaque initiale ait été plus efficace que prévu, les attaques s’étaient poursuivies comme prévu, Tesfia ayant arrêté le mamono et les autres membres ayant lancé une attaque générale.

Cependant, comme le seul sort d’attaque de certains membres était de premier rang, Flèche, et il y avait une limite aux dégâts qu’ils pouvaient faire. C’est pourquoi leur plan d’action fondamental était d’attaquer physiquement avec leurs AAR.

Mais malgré l’incapacité du mamono à se déplacer, aucune des attaques des étudiants n’avait pu l’achever. La raison en était qu’ils n’étaient pas habitués à tuer, même si leur adversaire était un mamono. Ils n’étaient pas complètement résolus à devenir magiciens et étaient timides. Il semblait que leur première tâche, un rite de passage, était un obstacle de taille pour ces magiciens novices.

Mais au bout d’un certain temps, ils s’étaient rendu compte de la situation dans laquelle ils se trouvaient.

Tuer ou être tué.

Finalement, l’attaque de quelqu’un avait frappé la tête du mamono, l’amenant à lancer un cri de mort bizarre.

Quelqu’un d’autre avait suivi avec une autre attaque à la tête. Au même moment, la glace de Tesfia avait fondu et le Belam s’était effondré au sol, complètement immobile.

Après avoir neutralisé leur adversaire, tout le monde avait poussé des soupirs de soulagement comme pour dire : « En voilà un ».

Cependant, il était trop tôt pour baisser leur garde. Après que le groupe se soit tourné vers Tesfia, le Belam qu’ils croyaient inconscient s’était lentement levé.

« — ! »

Tesfia avait commencé à fuir avant même d’avoir compris le danger. Soulevant son katana en hauteur, elle l’avait fait basculer à travers le corps du mamono avant qu’il ne puisse finir debout, le coupant en deux. « Ne baissez pas votre garde ! »

Un instant après que la lame de Tesfia ait détruit le noyau du mamono, son corps s’était effondré.

L’entraînement d’Alus l’avait aidée. Sans ça, elle n’aurait pas su à quel point les Belams étaient robustes, et aurait invité une situation indésirable à cause de sa première victoire.

Des mots de gratitude, « Tu nous as sauvés » et « Merci » étaient venus des autres membres du groupe, une fois passée la sensation des frissons froids qui coulaient le long de leur colonne vertébrale.

« Je suis désolé, Mlle Tesfia. » L’étudiante qui avait été derrière le Belam s’était excusée auprès de Tesfia avec des yeux baissés. Elle se sentait responsable de se faire remarquer et de créer une situation dangereuse.

« Ne laisse ça pas t’atteindre. Il se peut qu’il ait simplement remarqué l’un des autres groupes qui se battent, ou l’odeur du sang de sa famille. » On entendait encore les faibles bruits du combat à proximité. Des batailles similaires se déroulaient probablement ici et là.

« Mais quand même, tu es incroyable. Le vaincre en un seul coup ! »

« Eh bien, oui… merci. » Les remerciements de Tesfia s’adressaient aussi à quelqu’un qui n’était pas présent. Ce qui s’était passé tout à l’heure était sans doute dû aux résultats de l’entraînement sous sa direction. Avec ce seul sort de glace, elle pouvait sentir que la puissance et l’effet de ses sorts étaient clairement différents de ce qu’ils étaient lorsqu’elle s’était inscrite pour la première fois à l’Institut.

« Eh bien, c’était clairement juste un mamono de classe F. Vous auriez probablement eu plus de mal contre une classe E, mais bon travail. »

Apparemment caché pendant la bataille, Cabsol réapparut finalement, donnant à Tesfia des mots vides d’éloges avec un sourire audacieux. Son ton de voix était sarcastique, la ridiculisant.

« Merci, » déclara Tesfia en lui donnant une réponse claire.

« Mais il faudrait que vous soyez capable de les tuer d’un seul coup quand ils sont gelés. Essayez d’être plus diligents, » dit Cabsol avec condescendance.

Il semble qu’il essayait de montrer à quel point les premières années, y compris Tesfia, étaient immatures par leur incapacité à achever le Belam lors de la première attaque. Cependant, ils avaient décidé d’attaquer de très près après l’avoir gelé avec de la magie parce que les attaques à distance manquaient de certitude. En d’autres termes, ce plan avait été conçu en tenant compte de leur inexpérience, mais Cabsol ne semblait pas comprendre cela.

Ou peut-être qu’il l’avait dit alors même s’il le savait.

« Merci pour vos conseils. » Afin de supporter son arrogance et l’inconfort qui en résultait, Tesfia avait choisi de dire à Cabsol ce qu’il voulait entendre.

L’instant d’après, elle l’avait complètement oublié. Son esprit était déjà concentré sur autre chose.

Je l’ai fait… Je l’ai fait !

Tesfia ferma les yeux, plaçant sa main au-dessus de son cœur en ébullition et respirant profondément l’air du monde extérieur. Elle avait réussi à tuer son premier mamono. Elle sentait un sentiment d’accomplissement ainsi que son excitation… elle avait éliminé ce qu’Alus appelait la condition minimale pour être convenable en tant que magicien.

C’était la première étape… Tesfia avait connu un petit bonheur à l’insu de tous.

☆☆☆

Chapitre 6 : Monde extérieur

Partie 1

Quant à Alice, pendant ce temps…

Après qu’elle et Tesfia se soient séparées, le groupe d’Alice avait avancé le long de leur route désignée. Tant qu’ils n’avaient pas pris le mauvais chemin, ils se dirigeaient actuellement vers le quartier général, qui se trouvait à 4 km au sud-est du point de départ.

Un certain temps s’était écoulé depuis qu’ils s’étaient séparés et étaient entrés dans la forêt, mais ils n’avaient toujours pas rencontré de mamonos.

Alice avait l’impression d’être écrasée par la pression alors qu’elle marchait.

Considérant le but de la leçon, elle savait que le combat ne pouvait être évité, mais quelque part au fond d’elle-même, elle espérait encore qu’elle n’aurait peut-être pas à affronter de mamonos.

« Mlle Alice, vous n’avez pas à être si anxieuse. »

Soudain, la superviseure s’était approchée et l’avait appelée. Elle parlait d’un ton calme et plein de compassion, après avoir vu à quel point Alice était ébranlée.

En termes de classement, la superviseure du groupe d’Alice, l’étudiante de deuxième année Senniat, avait un classement similaire au sien, mais ayant eu plus de formation et une position d’ancienneté, elle était plus calme.

De plus, étant à l’arrière du groupe, elle avait une vue d’ensemble du groupe et avait vu l’état dans lequel Alice se trouvait à partir de là.

« Merci beaucoup, » Alice l’avait vivement remerciée pour sa gentillesse. L’instant d’après, elle détourna le regard, embarrassée par son malaise.

Comparé aux autres groupes, celui d’Alice était lent. C’était en partie parce qu’Alice, à l’avant, se déplaçait très prudemment, mais on ne pouvait pas y faire grand-chose dans le monde extérieur. Des racines d’arbres anormalement grands bloquaient leur chemin, et avec les arbustes envahissant tout, il était difficile d’avoir une bonne vision par ici.

Il était même difficile de dire s’ils marchaient droit, et il était donc naturel qu’ils perdent confiance dans leur capacité à atteindre le quartier général.

Alice s’était servie de son naginata pour franchir les obstacles, recevant des égratignures sur ses bras et ses jambes, pendant qu’elle avançait sur leur chemin.

Ce type de formation, où l’étudiant le mieux classé allait ouvrir la voie, n’était pas particulièrement inhabituel parmi les groupes. Bien qu’il n’y ait pas de règle absolue, les étudiants étant affiliés à l’Institut, ils avaient tendance à dépendre d’une structure de haut en bas basée sur les classements. En fait, il était tout à fait naturel qu’un groupe de jeunes se fie à ce genre d’ordre transitoire lorsqu’ils se trouvaient dans une situation qui les remplissait d’anxiété.

Une heure après avoir commencé leur marche, le groupe avait finalement atteint une clairière. Leur vitesse avait été inférieure à la moitié de la normale, et ils n’étaient qu’à mi-chemin du quartier général. Par rapport à l’endroit où ils venaient d’arriver, où les grands arbres étaient serrés les uns contre les autres, ils avaient ici une vue beaucoup plus dégagée depuis cette clairière.

Ils avaient décidé de s’arrêter et de faire une courte pause.

Devant eux se trouvait un arbre particulièrement haut. La vue des feuilles épaisses et abondantes, froissées par le vent et la lumière du soleil qui les traversait, était mystérieuse. S’ils n’étaient pas devenus magiciens, ils n’auraient jamais vu ce spectacle.

Il y avait aussi des forêts dans le domaine humain, mais elles étaient artificielles. Avec ces arbres qu’on laissait pousser librement, c’était comme si tout bougeait.

Cependant, leur admiration pour les arbres naturels avait été soudainement coupée court, et ils avaient été ramenés à la réalité parce que quelque chose d’inattendu s’était produit.

« — ! »

Une dissonance grinçante, comme un rire étrange, retentit à côté d’eux.

Une méfiance réflexive avait surgi chez les élèves, leurs corps se crispant.

Peu de temps après, il était apparu avec désinvolture de derrière un arbre, ne montrant aucun signe de prudence en voyant le groupe d’Alice.

Ce n’était pas un chien errant. Il avait la couleur noire unique aux mamonos. Ses canines anormalement bien développées semblaient aussi tranchantes qu’un couteau.

« Eep… !? » Quelqu’un derrière Alice avait poussé un cri de peur.

Ce n’était pas à cause de son apparence répugnante, mais plutôt à cause des yeux rouges du mamono qui s’étaient soudainement focalisés, fixant les élèves. Il avait l’air affamé. Un hurlement ravi retentit, comme s’il avait trouvé une proie délicieuse.

Et puis… « Pas possible ! »

Ces mots venaient instinctivement de la bouche d’Alice.

Derrière le mamono se trouvait une autre silhouette. C’était encore un autre mamono. Ils étaient probablement du même genre, mais le cou épais du second mamono était un peu tordu, et son visage étrange, semblable à celui d’un loup, était anormalement incliné en diagonale.

Senniat vacilla, et dit d’une voix paniquer. « Deux classes E ! Loups Féroces ! Nous devrions battre en retraite, Mlle Alice. » Une classe E surpasse largement la classe F, et deux exemplaires en même temps étaient arrivé !

Mais Alice secoua la tête devant la proposition de Senniat. « C’est impossible. Ils nous rattraperaient tout de suite, » répondit-elle courageusement, mais sa voix tremblait. Malgré tout, son cerveau avait gardé un minimum de sang-froid, ce qui lui avait permis d’analyser la situation.

En ce moment, avec le temps qu’elle avait passé à s’entraîner avec Alus et sa modeste fierté qui la soutenait, elle arrivait à peine à garder sa maîtrise de soi.

Elle s’était vite rendu compte qu’il ne serait pas si facile de s’échapper dans ce terrain inconnu. Surtout contre les mamonos, qui vivaient ici. De plus, en essayant de s’échapper dans les bois, là où c’était difficile à voir, le pire scénario était que le groupe se perd de vue.

Mais surtout, les adversaires étaient des mamonos de type loup. Ils étaient manifestement doués pour poursuivre leur proie. Même s’ils essayaient désespérément de s’enfuir, ils se feraient très probablement attraper dans un court laps de temps.

« Alors je gagnerai du temps, et vous pourrez l’utiliser pour vous échapper. » Senniat, se sentant responsable en tant que superviseure, proposa de servir de leurre, mais Alice refusa aussi.

C’était en partie dû à sa disposition à ne vouloir blesser personne, mais il y avait une raison plus importante en jeu. Alice avait un plan en tête et était convaincue qu’il allait réussir. Elle avait déclaré avec fermeté. « Je vais prendre ça. Vous pouvez utiliser des sorts défensifs, n’est-ce pas ? C’est pourquoi je veux que vous les utilisiez pour gagner du temps si le pire arrive. »

« Huh!? Vous seule ne serez pas…, » déclara Senniat.

Il n’y avait presque aucune différence entre le classement de Senniat et celui d’Alice. C’est pourquoi Senniat avait essayé de dire que ce serait encore plus difficile pour Alice toute seule, mais Alice ne la laissait pas finir. « Non ! Ça va aller. Et si je ne m’occupe que d’un seul d’entre eux, ça ne devrait pas être trop dur. C’est pourquoi je veux que vous me donniez tous vos forces après avoir vaincu l’un d’entre eux, » conclut-elle doucement, en se tournant vers les autres membres du groupe.

La première chose qu’Alice devait faire pour les membres de son groupe — qui tremblaient de peur — était de leur donner confiance. D’autant plus qu’il y aurait probablement encore plus de batailles après cela. Elle avait l’impression que quelqu’un avait dit un jour que c’était la chose la plus importante pour aider les magiciens qui étaient sur le point de céder face à la peur des mamonos.

Non, plus précisément, elle l’avait entendu le mentionner par hasard pendant sa formation. Ne sous-estimez jamais le pouvoir d’un mamono, mais la vérité demeure qu’il peut être vaincu par votre propre pouvoir.

En gravant cela dans sa mémoire et en le sculptant dans son corps, cela avait servi de source de courage, quoique temporaire, devenant une force motrice qui lui avait permis de contrôler son mana et de bouger son corps.

C’est pour ça qu’Alice avait pu s’approcher des mamonos, naginata en main.

Son cœur battait à toute allure… ses jambes tremblaient. Tout ce qu’elle pouvait faire, c’était d’avancer sans trébucher. Son raisonnement pour aller de l’avant malgré sa peur était son sens des responsabilités en tant que magicienne de rang supérieur, et sa confiance en elle après s’être entraînée pour cet instant.

Après s’être rapprochée, Alice s’arrêta. Comme pour montrer à quel point elle était confiante, elle avait pris une grande respiration. Elle tremblait encore, mais avait essayé de faire semblant d’être détendue. Bien sûr, ce n’était pas suffisant pour se tromper, mais cela avait aidé à calmer son cœur qui battait.

Avec une ferme détermination, Alice avait versé du mana à travers son AAR. « — ! ! » Quand elle l’avait fait, son expression s’était transformée en surprise.

Pendant un moment, elle avait été mystifiée par la fluidité du mana, mais elle s’était vite rendu compte de la raison. Maintenant que j’y pense… J’ai fait de mon mieux. Elle pouvait physiquement sentir les résultats. Heureuse, malgré la situation, elle souriait à elle-même.

En même temps, une mystérieuse confiance s’installa en elle, l’aidant à apaiser sa peur d’affronter les mamonos. Oui, ça va aller !

Elle s’était encouragée à renforcer son esprit combatif et avait senti son mana prendre la forme de sa lame avec aisance. Elle s’était ensuite approchée de ses adversaires, la peur d’avant ne se trouvait plus en elle.

 

 

Alice commença lentement à faire tourner son naginata, la vitesse initiale devenant bientôt plus rapide au point de provoquer la lumière de son mana sur son AAR pour créer une illusion optique d’orbes lumineux l’entourant.

Elle bougeait doucement les pieds, insensible au poids et à la force centrifuge de sa lance, grâce à la technique de la lance gravée dans son corps. En plus de sa magie, elle avait aussi une habileté incroyable avec son naginata.

Les mamonos se précipitèrent férocement sur Alice après qu’elle eut fait un nouveau pas. Leurs griffes acérées étaient prêtes, ils l’avaient attaquée en ligne droite.

« “Réflexion” »

Elle n’avait pas crié le nom du sort parce que sa technique d’incantation était inférieure. C’était une manifestation de son esprit combatif, destiné à s’encourager et à aider à visualiser clairement le sort, renforçant ainsi son effet.

La fonction originelle de Réflection était de refléter le mana lui-même. Son effet sur les agressions physiques était négligeable. Cependant, les griffes qui s’approchaient rapidement rebondirent sur un mur invisible.

Soulagée, Alice se souvient des paroles d’Alus. C’était quelque chose qu’il lui avait dit pendant son entraînement de contrôle du mana.

Pour commencer, de nombreux mamonos génèrent constamment du mana dans leur corps. Dans leur cas, leur corps noir est lui-même un AAR. C’est pourquoi on pourrait dire que les surfaces de leurs corps sont toujours enveloppées de mana.

Il avait aussi dit qu’à cause de cela, les simples attaques physiques n’avaient aucun effet sur eux.

C’est pourquoi Alice s’était dit que si tout leur corps était couvert de mana, Réflection devrait permettre d’annuler leurs attaques dans une certaine mesure.

Il ne serait pas étrange que les magiciens actifs l’aient appris de première main, mais les seuls étudiants qui l’avaient remarqué sont ceux qui avaient du potentiel.

Bien sûr, ce n’était pas suffisant pour vaincre les mamonos.

Alice avait donc limité sa cible à l’un des mamonos sautant à reculons. Elle avait versé de la force dans ses jambes, s’élançant sur le sol avec des mouvements fluides, se rapprochant rapidement à distance d’attaque.

Elle avait ensuite libéré une frappe, en ajoutant sa propre énergie cinétique à la rotation de son naginata.

Lorsque le naginata avait touché sa cible, elle avait fait pivoter sa lame horizontalement, suivie d’une autre frappe allant de sa jambe vers le haut jusqu’à son dos.

En lâchant un cri effrayant, le corps noir du mamono avait été profondément entaillé deux fois. Il avait été soulevé du sol par l’impact de l’attaque. Ignorant sa fente crânienne, il sauta de force et tenta désespérément de contre-attaquer.

Mais au moment suivant, son instinct l’avertit que quitter le sol familier pour sauter en l’air serait fatal.

« Maintenant ! »

Alice n’avait pas manqué sa chance. Elle avait jeté un coup d’œil à toutes les cours sur le combat qu’elle avait reçues d’Alus.

Une rapide entaille de son naginata avait été suivie d’une rotation libre, ce qui lui avait permis de hacher complètement le mamono.

En sentant une bonne réponse dans son swing final, Alice avait parfaitement arrêté son AAR après avoir coupé à travers le corps du mamono. Comme prévu, sa frappe avait détruit le noyau du mamono. Son corps meurtri s’était peu à peu effondré.

« Je l’ai fait ! … Tout le monde, il n’en reste plus qu’un… ! » Alice se retourna pour regarder son groupe avec joie. S’ils avaient tous sauté ensemble sur lui, ils devraient être capables de le battre… mais avoir baissé la garde pendant un moment était une gaffe dont elle aurait payé le prix.

Les magiciens habitués au monde extérieur ne devaient pas baisser leur garde jusqu’à ce que leurs ennemis aient été complètement détruits. À l’instant où ils étaient sortis dans le monde extérieur, toutes les autres pensées devaient été poussées dans un coin de leur esprit.

« Attention ! »

Immédiatement après ce cri, le mamono restant derrière Alice poussa un cri étouffé.

Pendant que sa voix criarde se fit entendre, les griffes et les crocs du mamono avaient rebondi sur une barrière semi-circulaire placée autour d’Alice.

C’était la spécialité de Senniat, Voile Spiralé.

Comme on pouvait s’y attendre de la part d’un superviseur, une barrière épaisse faite de vent et de vibrations de l’air avait été créée en un clin d’œil.

« … Je vous remercie beaucoup, » déclara Alice.

« Vous avez du cran et la capacité de réagir et d’appliquer ce que vous avez appris. Mais… vous pouvez aussi être un peu distraite. » Senniat ressemblait moins à un superviseur qu’à une sœur aînée en soulignant l’oubli d’Alice avec un petit sourire.

Mais elle s’était ensuite tournée vers le mamono restant. « Vous devriez tous vous joindre à nous. Allez-vous demander à Mme Alice de tout faire toute seule ? »

Bien qu’Alice ait été réprimandée, ses actions avaient inspiré le reste de son groupe, ravivant leur esprit combatif. Ils s’agrippaient fermement à leurs AAR, n’ayant plus la peur dans les yeux.

Ils s’étaient positionnés autour d’Alice. L’autre Loup Féroce était désavantagé sur le plan numérique et, grâce au travail d’équipe entre les membres du groupe, ils avaient réussi leur première élimination en toute sécurité.

☆☆☆

Partie 2

Après avoir appris que la leçon parascolaire avait commencé, le quartier général avait finalement passé à la vitesse supérieure. Les préparatifs étaient parfaits.

Du matériel tel que celui utilisé par les militaires avait été apporté et était utilisé par des enseignants chevronnés. En plus de cela, ils avaient des camarades de classe supérieure en réserve comme renforts.

Loki n’avait rien à dire aux professeurs, mais ce n’était pas le cas pour les renforts qui attendaient dehors. Avec sa personnalité, Loki n’était pas particulièrement éloquente lorsqu’il s’agissait de faire un discours aux autres. Cependant, elle préférerait le faire plutôt que de trahir les attentes d’Alus.

En sortant de la tente du quartier général, elle pouvait sentir le malaise dans l’air. Cette atmosphère venait des étudiants qui servaient de renforts. Bien qu’appartenant à la classe supérieure, ils étaient encore étudiants, et certains d’entre eux avaient une tension très prononcée dans leurs expressions. 

Les yeux de près de 50 étudiants s’étaient concentrés sur Loki, qui était venue devant eux. « La leçon extrascolaire a commencé dès maintenant. Comme je l’ai déjà dit, je vous donnerai des instructions par l’intermédiaire du Consesseur. Vous serez laissé à vous-même pour faire des évaluations détaillées de la situation. » Elle avait ensuite poursuivi. « S’il vous plaît, assurez-vous d’opérer par paires. De plus, l’administration centrale n’acceptera aucune responsabilité pour toute mesure déraisonnable que vous prenez. Comprenez bien que les résultats de telles actions seront de votre propre responsabilité. »

Son ton indiquait clairement que le quartier général ne s’occuperait pas de tout ce que les étudiants feraient par eux-mêmes et qui les mettrait en danger.

Bien sûr, c’était juste une menace. Loki se souvient de ce qui s’était passé dans le bureau de la directrice. Il y avait une chance qu’il y ait des étudiants, non seulement parmi les superviseurs, mais aussi parmi les renforts, qui cherchaient la gloire et la fortune. Il était douteux que sa menace suffise à les réprimer, mais d’après son expérience personnelle, elle pouvait s’attendre à ce que cela ait un certain effet.

En premier lieu, ils s’attendaient à ce qu’il y ait des victimes dans cette leçon parascolaire. Une équipe de sauvetage avait même été préparée. Et Loki préférait donner la priorité aux élèves qui suivaient les règles et non aux autres.

Même si cela semblait froid, Alus et Loki avaient tous les deux grandi dans ce genre d’environnement, c’était donc tout naturel pour eux. Et la directrice l’avait demandé à Alus, sachant cela.

La plupart des étudiants avaient été étonnés par la déclaration unilatérale de Loki. Non seulement la fille aux cheveux argentés qui était devant eux une magicienne à trois chiffres, mais aussi le commandant du quartier général face à qui même les enseignants devaient obéir.

Il n’y en avait plus qui regardaient Loki avec amour ou intérêt. En plus de cela, elle avait une expression immuable et un ton monotone, et tous les élèves comprenaient ce que c’était que d’aller contre elle, en ressentant des frissons froids qui coulaient le long de leurs colonnes vertébrales.

« Alors, équipes 1 à 10, allez-y. S’il vous plaît, déployez-vous comme cela a été prévu, » déclara Loki.

Le quartier général étant situé dans le monde extérieur, il y avait un risque qu’il soit attaqué. Comme Loki et Alus étaient partis à l’avant et avaient éliminé toute menace à l’avance, elle ne pensait pas qu’il y aurait des problèmes pour le moment, mais les enseignants voulaient être plus sûrs. Pour cette raison, 20 personnes réparties en 10 couples patrouilleraient les environs.

Loki s’était retournée après avoir fini ses instructions, quand l’un des renforts avait appelé.

« Excusez-moi… ne manquerons-nous pas de puissance de feu contre les mamonos si nous ne sommes que par deux ? » déclara un étudiant de deuxième année. Elle demandait implicitement d’être autorisée à se rassembler, et à utiliser des nombres plus importants contre les mamonos. Tous les étudiants présents savaient que c’était une question née d’une peur excessive des mamonos.

Cependant, la réponse avait déjà été décidée. Loki avait simplement dit la vérité sans détour. « Actuellement, il n’y a que des mamonos de classe D et inférieurs dans la région. Pour des raisons de confidentialité, je ne peux pas vous dire comment je le sais, mais c’est une certitude. Vous avez été choisie par la directrice elle-même comme ayant la capacité de le faire. C’est aussi sa décision quant au fait que deux individus suffiront pour un Rang D. »

« La directrice a dit cela… ? » murmurèrent les étudiants entre eux. L’un des magiciens les plus forts avait reconnu leurs capacités. Cela avait encouragé certains d’entre eux.

« Mais…, » cependant, ça n’avait pas aidé la fille de deuxième année au visage pâle. Les choses auraient pu être différentes si elle avait eu une vraie expérience du combat. Comme on pouvait s’y attendre, il y avait des différences entre les individus, et un malaise bien enraciné ne serait pas si facilement apaisé.

« C’est vrai qu’on ne sait jamais ce qui va se passer dans le monde extérieur, même quand on se heurte à un Rang D. C’est pourquoi j’ai dit que vous devrez faire une évaluation détaillée de la situation de votre propre chef… ce qui inclut aussi de battre en retraite en même temps que les premières années si vous ne pouvez éliminer la menace, » déclara Loki.

« … Je comprends, » répondit la fille.

Ils avaient la permission de se retirer loin des mamonos qui n’étaient pas de leur niveau. C’était un soulagement, non seulement pour la fille en question, mais aussi pour tous les étudiants qui étaient inquiets à l’idée de combattre des mamonos.

En réalité, il s’agit là d’une autre question qui avait été décidée à l’avance. Loki se plaignait secrètement de la piètre qualité des élèves s’ils ne pouvaient même pas comprendre ce qu’elle avait dit sans qu’elle ait à l’expliquer davantage, même si je savais que c’était inévitable avec les magiciens novices…

« Loki ! » Soudain, la voix grave d’un des professeurs masculins était venue de l’intérieur du quartier général.

« J’arrive tout de suite, » répondit Loki.

Sur ce signal, les renforts étaient passés à l’action.

Loki avait deux communicateurs. L’un permettait de donner des directives aux renforts, et l’autre était une ligne directe vers Alus.

L’enseignant avait signalé que les détecteurs avaient signalé quelque chose. Comme leur but était de battre les mamonos au-dessus d’une certaine classe, ils avaient tendance à rater les faibles en dessous, mais ils avaient eu de la chance cette fois.

Loki avait mis sa main sur l’un de ses Consenteurs. « Il y a une réaction pour des mamonos de classe B et C près de la frontière de la région. 4 km au nord-ouest. Il y en a 17 au total. »

« Ils ont dû capter le sang de leur espèce. Je m’en vais tout de suite, » répondit rapidement Alus.

« S’il vous plaît, faites-le. » Si Loki avait dit qu’il n’y avait pas de mamonos au-dessus de la classe D, c’est parce qu’Alus était là.

Loki termina leur discussion et se concentra sur le Consenseur dans son autre oreille. « Équipe 13, veuillez vous diriger à 1100 mètres au sud-est vers les coordonnées 1981/6145. Équipes 14 à 17, veuillez vous diriger à 500 mètres à l’est vers 1123/4579 et les groupes de soutien 34, 60 et 79. »

« Compris. »

« Nous sommes en route. »

« L’équipe 12 est sur place, nous sommes blessés. Je demande des renforts. »

« Je comprends. Équipe 22, après votre mission en cours, déplacez-vous vers le nord et soutenez l’équipe 12. »

« Compris. »

Malgré la situation mouvementée, Loki donna des ordres précis aux renforts. Même les professeurs admiraient ses capacités.

C’est alors que l’un des professeurs, un magicien mâle devant un grand écran surveillant la situation, éleva rapidement la voix. « Le groupe 4 est sorti de la zone d’opération. »

« — !! »

Une atmosphère tendue avait immédiatement rempli le quartier général.

Loki avait déjà pris en compte que les amateurs seraient téméraires. Et si ce n’était qu’un groupe, elle pourrait s’en occuper. Son expression ne montrait aucun signe de panique, bien que ses sourcils se plissaient de colère et d’irritation à cause de ces imbéciles téméraires.

Selon le plan initial, la zone d’opération était une région qui se trouvait à moins de 7 km du quartier général. Ce fait avait été dit aux élèves qui participaient à la leçon parascolaire.

D’ailleurs, grâce à l’aide secrète d’Alus, aucun des mamonos de la région n’était au-dessus de la classe D, ce qui la rendait relativement sûre. Mais ils manquaient cruellement d’informations sur la situation en dehors de la zone d’opération.

« Qu’est-ce qu’on fait, Loki ? » demanda le professeur.

« S’il vous plaît, calmez-vous. Où sont-ils en ce moment ? » demanda Loki.

« Ils sont à 1650 mètres au nord-ouest de la zone d’opération, » répondit le professeur.

« Je comprends. Équipes 7 à 10. Veuillez vous diriger vers les coordonnées 2377/7467, à 1650 mètres au nord-ouest de la zone d’opération, et veuillez soutenir le Groupe 4. Après quoi, veuillez les ramener sur la zone d’opération, » Loki avait donné ses ordres par le Consenseur.

Les renforts hésitèrent un instant avant de lui donner un « … Compris, » l’un après l’autre.

« Équipes 1 à 6, veuillez avertir les autres avant que la ligne frontalière ne se rapproche d’eux, » ordonna Loki.

D’abord, elle devait faire face à la situation du mieux qu’elle le pouvait. Exaspérée par tout cela, elle avait ensuite continué à se demander si les groupes allaient revenir sur leur pas. En même temps, elle sentait que quelque chose n’allait pas. Maintenant qu’elle y pense, les mouvements des premières années n’étaient pas naturels ces derniers temps.

Elle pensait qu’ils seraient plus réservés dans leur avance, choisissant moins de combats puisque c’était leur première fois. Mais contrairement à ses attentes, ils étaient agressifs et les batailles étaient trop fréquentes.

C’était étrange, et comme pour confirmer cette sensation.

« Les groupes 11, 46 et 5 ont quitté la zone d’opération ! »

Les rapports s’étaient poursuivis. « Le groupe 37 est aussi sorti… Attendez une minute ! Les équipes de renfort 17 et 22 ont ignoré les ordres et ont quitté la zone ! »

« Pourquoi !! Pourquoi est-ce que ça arrive !? »

Les premières années, c’était une chose, mais les renforts de classe supérieure qui faisaient la même chose étaient tout à fait anormaux. De plus, il n’y avait même pas de groupes de première année dans la direction où ils étaient allés.

L’un des enseignants avait paniqué, criant dans un Consenseur. « S’il vous plaît, répondez ! Vous avez quitté la zone, revenez tout de suite ! »

Tout le monde, y compris Loki, écoutait attentivement la conversation.

« M’avez-vous entendu !? »

Sans réponse, la seule chose qui passait par le Consenseur était des bruits de statique.

Loki ferma les yeux, faisant une pause. Le nombre actuel de renforts ne serait pas suffisant pour une irrégularité de cette ampleur.

Pendant ce temps, un autre rapport était arrivé au sujet d’un groupe qui s’éloignait en grande partie de la route.

Qu’est-ce que cela signifiait… ? « S’il vous plaît, continuez la surveillance. »

« Mais…, » le professeur regarda Loki avec une expression troublée.

Loki arrêta rapidement le professeur afin de l’empêcher de continuer. « Tout ira bien… On se débrouillera d’une façon ou d’une autre. » En disant cela, elle commençait à en avoir vraiment marre, et ressentait de sombres émotions qui s’accumulaient à l’intérieur.

Normalement, dans ce genre de situation, il fallait laisser mourir ceux qui causaient les problèmes. Au minimum, les individus de classe supérieure qui connaissaient mieux devraient être abandonnés comme une leçon pour leur transgression. Il était clair que les élèves agissaient de leur propre chef, alors elle croyait que c’était de leur faute si quelque chose arrivait.

Ils surestimaient leurs capacités et réagissaient trop agressivement aux mamonos. En même temps, leur manque de retenue et de prudence était intolérable de la part de novices.

Cela dit, compte tenu de la situation dans laquelle elle se trouvait, Loki s’était fortement prononcée en faveur du Consesseur qui lui était exclusif comme si c’était sa propre erreur. « Je suis désolée. Les cinq groupes suivants ont quitté la zone d’opération. Ainsi que deux des équipes de renfort… c’est trop pour… »

Une réponse était revenue avant qu’elle n’ait pu finir. « C’est ce que je pensais. »

« — ! L’avez-vous aussi remarqué ? » demanda Loki.

« C’était juste une intuition. » Le bruit de quelque chose qui s’effondrait sur le sol était passé par le Consenseur. « Ne t’inquiète pas. Je vais aller là-bas. »

« Je suis désolée de vous avoir causé des ennuis, » déclara Loki.

« J’ai une idée de ce que c’est, alors envoie des renforts à la limite de la zone, » ordonna Alus.

« Je comprends. Les coordonnées sont…, » déclara Loki.

☆☆☆

Partie 3

Alus avait tiré sur la chaîne de son AAR quand il avait coupé les communications.

Autour de lui se trouvaient les restes du mamono qu’il avait tué il y a quelques instants, sous la forme de cendres grises.

Avant de se rendre sur les lieux, il avait d’abord fermé les yeux et élargi sa vision. Utilisant la magie de la distorsion spatiale, il avait cherché n’importe quel mamono puissant dans un rayon de 1 km.

Alus avait pu projeter une carte de la région dans son cerveau. Grâce à cela, il avait pu se faire une idée claire de la taille et de la forme d’un mamono, mais bien sûr, cela avait aussi des limites. Strictement parlant, il ne faisait pas la différence entre le mana des mamonos comme le pouvait la capacité de détection de Loki. Par conséquent, il n’avait pas l’information nécessaire pour les classer avec précision.

C’est pourquoi Alus avait dû classer les mamonos en fonction de leur forme, de son expérience et de son instinct. Avec sa grande expérience, ses attentes n’étaient généralement jamais déçues.

Après avoir confirmé qu’il n’y avait pratiquement pas de mamonos autour de lui, il avait ouvert les yeux. « Ce groupe est donc le plus proche. » Confirmant seulement l’emplacement, Alus était rapidement parti à une vitesse extrême. Même les forêts denses du monde extérieur ne pouvaient pas l’obstruer. En fait, il s’était servi des arbres comme prises de pied, s’envolant pratiquement.

Le groupe le plus proche était facilement à 2 km, mais il n’avait pas fallu trois minutes à Alus pour les atteindre.

Mais pour les étudiants, un mystérieux homme masqué s’était soudain présenté devant eux, il était donc naturel qu’ils se méfient de lui.

« Qui diable êtes-vous !? » un étudiant, apparemment le leader, avait haussé la voix. Il avait les cheveux courts et bruns foncés, et il tenait dans sa main une épée décorée et d’apparence coûteuse, son AAR.

« … Je suis des renforts envoyés du quartier général, » répondit Alus.

Alors qu’il était exaspéré par la situation, Alus s’était contenté d’être un simple membre du personnel, se disant que c’était la seule fois qu’il allait le faire.

« Tsk ! Donc, ils ont déjà compris. » Peut-être, sous-estimant Alus comme étant un étudiant plutôt qu’un professeur, le jeune homme avait posé son épée sur son épaule.

« Vous êtes tous actuellement hors de la zone d’opération. Veuillez revenir immédiatement, » déclara Alus.

« Désolé, mon pote. Nous allons partir d’ici. En fait, il n’a jamais été déclaré que nous ne devions pas quitter la région, » déclara l’autre.

Devant cet étalage insolent, Alus lui avait demandé avec méfiance. « Vous êtes un superviseur, n’est-ce pas ? »

« Qu’est-ce qu’il y a ? » Il n’avait pas seulement veillé sur les premières années, il avait eu le culot d’agir comme leur chef.

Alus s’était vite rendu compte du fond du problème à partir de son attitude. Il était fort probable qu’ils ne travaillaient plus dans le cadre de la leçon parascolaire. S’il devait le deviner, c’était le superviseur qui chassait les mamonos, forçant les autres élèves à y aller. Le superviseur, qui était censé soutenir les premières années, prenait plutôt l’initiative et battait les mamonos pour augmenter son propre rang. Il allait à l’encontre du but même de la leçon parascolaire.

C’était probablement le véritable but des camarades de classe supérieure qui se trouvaient dans le bureau de Cisty. Et l’élève devant lui était probablement l’un d’eux.

Les premières années derrière lui semblaient effrayées. L’un des élèves de sexe masculin avait timidement pris la parole. « Monsieur, je pense que nous devrions faire ce qu’il dit… »

« Ferme ta gueule, ne me dis pas quoi faire !! Ne voulez-vous pas, vous aussi, les perdants, augmenter votre rang ? Si vous vous battez pour de vrai comme celui-ci, votre classement sera calculé avec précision. Si vous avez compris, restez derrière moi ! » Le jeune homme se comportait aussi agressivement que n’importe quel voyou de la rue, criant après son groupe.

L’élève qui avait parlé avait tremblé et avait fermé sa gueule.

Pendant ce temps, Alus avait lentement bougé ses épaules. Ce genre d’affirmation pourrait être acceptable pour un magicien dans l’armée — s’il agissait seul, bien sûr. Comme ça, il ne causerait plus d’ennuis à personne s’il se remplissait de suffisance et perdait la vie.

Mais en ce moment, ils étaient au milieu d’une leçon parascolaire éducative. De plus, il forçait les premières années à les suivre, au péril de leur vie.

« Oh… Je vois ce que c’est, » déclara Alus.

« Hein ? … Gah !! »

Saisissant l’épaule du superviseur et le faisant tourner, Alus lui enfonça le coude dans son plexus solaire. Il avait suivi ça d’un coup au cou, l’assommant, puis il l’avait pris par le col de sa veste et l’avait mis sous son bras.

« Il semble que même les superviseurs ne soient pas bons…, » dit Alus, en jetant un coup d’œil autour de lui avant de retourner son visage masqué vers les élèves. « Retournez à l’intérieur de la zone. Vous devriez pouvoir vous rendre au QG si vous allez à l’ouest. »

Le ton d’Alus avait déjà changé par rapport à celui quand il avait commencé à parler. Les élèves semblaient tous abasourdis, mais ils hochèrent rapidement la tête, un à la fois.

« Merci beaucoup. Merci beaucoup. »

« J’emmène cet idiot. Suivez-moi et vous ne rencontrerez pas de mamonos, » déclara Alus.

« Compris ! »

Ne prenant pas la peine de répondre aux étudiants de première année, Alus s’était dirigé tout droit vers l’ouest.

Il avait instantanément éliminé tous les mamonos tout en portant le superviseur inconscient. Le mana jaillissait de son AAR, couvrant la lame et l’aiguisant.

Ils n’étaient qu’à quelques centaines de mètres de la zone d’opération. Il lui avait fallu moins d’une minute pour l’atteindre.

Une équipe de renfort était prête à intervenir. Se méfiant de l’homme masqué, les deux hommes avaient préparé leurs AAR pour le combat, mais Alus avait levé la main pour les arrêter. Il avait montré du doigt le corps inconscient de l’ancien superviseur, ce qui leur avait permis d’avoir une compréhension générale de la situation.

« Un groupe de première année devrait arriver d’ici quelques minutes. Je vais aux prochains, alors ramenez ce type au QG. S’il vous cause des problèmes, vous pouvez le jeter dans un buisson ou quelque chose comme ça. »

« Quoi — ! »

Leurs yeux s’ouvrirent à grand renfort de surprise, mais Alus avait pensé à le faire lui-même à plusieurs reprises en cours de route. Il marmonna ensuite dans son Consesseur. « Le problème avec le Groupe 46 a été résolu. Comme je le pensais, c’était le superviseur. »

« Je vois…, » déclara Loki.

« Loki, choisis quelqu’un parmi les renforts pour être leur nouveau superviseur, » ordonna Alus.

« Je comprends… cependant, nous avons perdu le contact avec plusieurs des renforts, » répondit Loki.

« Tsk, c’est vrai. Ils ont toujours besoin d’un superviseur, alors il va falloir qu’on s’y fasse » déclara Alus.

« Certainement, » répondit Loki.

Au bout d’un certain temps, Alus avait renvoyé quatre groupes et en avait renvoyé deux autres de force. Une situation similaire s’était produite dans tous les cas, où le camarade de classe supérieure avait pris le contrôle du groupe.

Une fois qu’il s’était occupé de certains d’entre eux, Alus en avait eu assez d’entendre leurs excuses et il les avait assommés tout de suite. Il avait même sérieusement envisagé de les signaler comme disparus au combat et de les laisser dans le monde extérieur.

Enfin, beaucoup de temps s’était écoulé après midi, la leçon parascolaire devait se terminer bientôt.

Une fois l’heure venue, les élèves retournaient au point de départ ou se rassemblaient au quartier général. Après cela, ceux qui s’étaient portés volontaires pouvaient rester de la sixième période jusqu’au soir et continuer la leçon.

À cause des idiots et de leurs actions irréfléchies, la leçon avait été un peu turbulente, mais la procédure elle-même ne serait pas changée.

Alus courait à travers le monde extérieur après avoir reçu un rapport, se dirigeant vers ce qui était probablement le dernier groupe hors de contrôle. Après s’être dirigés directement hors de la région, ils avançaient de plus en plus profondément dans le monde extérieur à une vitesse considérable.

Ils étaient déjà assez loin de la zone qu’Alus et Loki avaient nettoyée de mamonos tôt ce matin-là. Les mamonos de classe A n’étaient probablement pas là, mais les mamonos de classe B et C plus difficiles à détecter auraient pu s’y faufiler.

« Le groupe 11 demande des renforts, » déclara Loki.

« Je suis déjà en route. » Ils avaient déjà dû rencontrer un mamono et ils étaient dépassés. Alus en avait assez, pensant « voilà ce que vous obtenez », mais une mission était une mission. Il avait pris encore plus de vitesse. Le visage sous son masque atteignait la limite de ce qu’il pouvait supporter. Il avait l’impression que même le fait de prendre la peine de faire une expression était un gaspillage d’efforts.

Contrairement à son esprit déprimé, la robe en fibre anti-magique voltigeait dans le vent alors qu’il avançait à toute allure.

À cette vitesse, il transforma les petits mamonos qui apparaissaient de temps en temps en poussière.

☆☆☆

Partie 4

Peu de temps avant qu’Alus ne reçoive le rapport d’un groupe hors de contrôle…

« M. Cabsol, si nous allons plus loin, nous sortirons de la zone. »

« Suivez-moi, c’est tout, » déclara Cabsol.

Tesfia et son groupe avaient éliminé trois mamonos depuis leur première rencontre. Mais chaque fois, Cabsol insistait pour trouver de stupides fautes dans leur manière d’agir. Finalement, Tesfia avait perdu son sang-froid et avait dit. « Alors, pourquoi ne pas nous montrer comment on fait ? » ce qui avait été le début de tout ça.

Il avait ensuite joué avec un malheureux mamono de Rang F qu’il avait trouvé par hasard, et avait commencé à chercher sa prochaine cible. « Allez… Allez, sors de là. Je vais te tuer ! »

Heureusement, ils n’avaient pas encore rencontré de mamonos, après avoir quitté la zone d’opération, mais Cabsol avait continué sa route en ligne droite vers le monde extérieur, avec ses yeux injectés de sang.

Tesfia et le reste de son groupe avaient senti à quel point il était anormal et dangereux, mais ils ne pouvaient pas le laisser derrière et abandonner la leçon parascolaire. Comme il n’y avait pas de précédent pour cette leçon dans le Second Institut de Magie, ils pourraient être suspendus ou même expulsés. Elle était la plus haut placée parmi les premières années, mais elle ne pouvait pas prendre une telle décision.

« Avec ça, je serai à trois chiffres. Je ne vais pas perdre contre une petite Fable de première année, » murmura Cabsol à lui-même. Comme s’il était possédé par une illusion profondément enracinée, il balança son épée AAR, coupant des branches sur son chemin.

Bien que la famille de Cabsol Denvel n’ait pas interagi avec celle de Tesfia Fable, il fut un temps où leurs parents avaient occupé des postes similaires. C’est pourquoi le chef de la famille Denvel s’inquiétait des capacités de Cabsol, le comparant souvent à Tesfia.

Finalement, son nom était devenu un obstacle pour lui, et il s’était lui-même acculé, disant qu’il ne perdrait jamais contre elle. En tant que tel, il ressentait un sentiment de rivalité envers elle, mais lorsqu’elle s’était inscrite à l’Institut et qu’elle avait obtenu un rang proche du sien comme première année, cette rivalité s’était transformée en hostilité.

Après avoir vu ses capacités, Cabsol avait commencé à éprouver de la panique et du ressentiment.

Bien sûr, Tesfia n’avait aucune idée de ce qu’il ressentait.

Pour lui, cet entraînement de combat en direct, prétendant qu’il s’agissait d’une leçon parascolaire, était l’occasion parfaite pour lui de tuer des mamonos et d’élever son rang. Il n’avait pas d’expérience non plus, mais en voyant cette fille insolente de Fable agir, son sens de la rivalité s’était éveillé et il en avait vaincu un aussi.

Et après avoir réussi à éliminer un mamono, il avait perdu tout semblant de retenue.

« … C’est vraiment étrange, » marmonna une étudiante. Son expression perplexe montrait un léger malaise et de la peur.

Par « étrange », elle ne parlait pas seulement du comportement de Cabsol. Ils étaient déjà en dehors de la zone d’opération, mais n’avaient pas encore rencontré de mamonos. Cela faisait longtemps qu’ils avaient battu leur dernier mamono. Les chances de rencontrer un mamono qui s’abaisse au fur et à mesure que l’on s’enfonçait étaient contraires au bon sens.

Tous les membres du groupe avaient les mêmes appréhensions, et les marmonnements de la jeune fille se répandirent parmi eux.

« Ouais… » Tesfia avait aussi senti que quelque chose clochait. Elle pouvait voir qu’il n’y avait pas de mamono, alors elle s’était préparée pour ce qui serait probablement leur dernier mamono.

Son groupe avait déjà éliminé trois mamonos. Depuis, Cabsol en avait éliminé deux par lui-même. Tesfia pensait qu’elle pourrait le persuader de faire demi-tour une fois qu’il aurait tué un troisième mamono pour lui-même.

Peu de temps après, le sixième mamono apparut au bord d’un lac.

Bien qu’en réalité, cela ne valait pas la peine d’appeler un lac, et ce n’était pas si profond que ça. Au mieux, c’était un étang assez grand. Il y avait de l’eau bleue claire à l’intérieur, avec une lumière arc-en-ciel qui rebondissait sur la surface. Cet étang simple et normal donnait une impression magique et mystique.

Tout au plus, l’étang était aussi profond que Tesfia était grande. L’eau était si bleue qu’on pouvait la confondre avec le ciel. Elle pouvait facilement voir le fond de l’étang.

Seuls les grands arbres étaient entassés autour, comme si tous les petits avaient été enlevés intentionnellement. La lumière du soleil était descendue à travers les arbres avec leurs rayons de lumière.

Mais Tesfia n’avait été captivée qu’un instant, car le son venait d’en haut.

Se souvenant qu’ils étaient dans le monde extérieur, ils avaient tous levé les yeux ensemble.

En face d’eux, près du sommet de ce qui devait être le plus vieil arbre de cette grande forêt, se trouvait un mamono géant suspendu à l’envers à une branche très épaisse.

On aurait dit une araignée géante. Ses nombreux yeux les fixaient avec férocité.

« ! ! »

« Qu’est-ce... C’est… ? ? » L’une des étudiantes s’était recroquevillée en raison de la peur, en le montrant du doigt, avant de trébucher vers le sol.

« Ho… Comment pourrions-nous… peut-être… ? »

« Pas question, pas question, on va mourir ! »

« Aaaaaaahhhh !! »

La panique s’était emparée du groupe en un instant.

Sans même regarder l’étudiante qui était tombée, le groupe s’était tourné sur ses talons et était parti en courant sans même regarder où ils allaient.

Cabsol était aussi complètement effrayé, mais ses jambes étaient paralysées.

Tesfia, avec son sentiment de fierté et de responsabilité en tant que magicienne de haut rang, avait courageusement choisi de rester. Ses jambes tremblèrent alors qu’elle fixait l’énorme mal incarné accroché à l’arbre.

Pendant ce temps, les étudiants, courant désespérément dans une tentative d’évasion, s’étaient malheureusement retrouvés à s’arrêter eux aussi.

« — ! ! »

« Pourquoi... Qu’est-ce que c’est que ça ? »

C’était moins une question qu’une expression de désespoir.

Tesfia jeta un coup d’œil dans leur direction, en entendant leurs voix… et dans l’instant qui suivit, son corps gela de peur.

« Comment… » Bien sûr, il n’y avait personne pour répondre à sa question. Le mot lui avait simplement échappé.

Un groupe d’êtres anormaux était apparu sur le chemin des élèves qui fuyaient l’araignée.

Avant qu’ils ne s’en rendent compte, une multitude de mamonos étaient apparus dans leur entourage. Leurs apparences avaient varié, sans rien en commun, comme un groupe fondé sur le chaos. Et pires que tout, de plus en plus d’individus étaient apparus jusqu’à ce que les étudiants soient encerclés.

La situation était claire, mais aussi paniquée qu’elle l’était, il avait fallu du temps pour que la réalité la rattrape. Bref, ils avaient été attirés ici.

C’était une situation désespérée.

Tandis que Tesfia et les autres n’avaient pas les connaissances nécessaires pour identifier les monstres, l’araignée mamono dans l’arbre était au moins de classe B. En raison de la région dans laquelle ils se trouvaient, il n’y avait probablement pas de mamonos de classe A, mais une classe B était une difficulté ridiculement dure pour un magicien novice.

Les mamonos environnants étaient probablement d’une classe inférieure à celle de l’araignée, mais toujours un pas en avant par rapport aux faibles qu’ils combattaient auparavant.

Soudain, le sol trembla. La grosse araignée avait sauté de l’arbre.

Sa longueur dépassait huit mètres. Tesfia pouvait sentir la méchanceté et la pression s’échapper de tout son corps. De plus, alors qu’il avait la forme d’une araignée, il était différent d’une araignée normale, avec plus de pattes qu’elle ne pouvait en compter. La forme de chacune différait, allant de celles de différentes bêtes à des insectes. On aurait dit qu’ils s’étaient attachés au hasard.

Un objet rond sorti de son corps. Il était impossible de déterminer si c’était la tête ou la queue.

Non, c’était son visage. Les nombreux points rouge dessus étaient probablement des yeux composés.

Et en dessous, une partie vide. Tesfia pensait que c’était une partie de sa peau noire, mais ensuite cela s’était lentement ouvert, montrant un fil collant à l’intérieur. Compte tenu de la fumée qui s’élevait du sol où le fil était tombé dessus, il s’agissait probablement de salive très acide.

En d’autres termes, c’était sa bouche. Cependant, ses dents foncées, que l’on pouvait voir derrière ses lèvres, n’étaient pas aussi pointues que celles d’un carnivore. Au lieu de cela, ils étaient plats, pour écraser leur proie. Malgré l’apparence grotesque du mamono, sa rangée de dents avait l’air d’indiqué que c’était un être humain effrayant, créant une atmosphère étrange.

Son apparence maléfique, sa nature prédatrice exsudant de son corps, avait brisé la volonté des élèves de se battre pour leur survie.

« Ce n’est pas possible… Je ne peux pas mourir dans un endroit comme celui-ci, » déclara Cabsol, en faisant preuve d’audace alors qu’il tenait fermement son épée AAR. Le mana s’y était timidement infiltré en déclenchant le troisième niveau du sort de Tir Enflammé.

Tandis qu’il déplaçait son épée, plusieurs boules de flammes s’envolèrent vers l’araignée mamono. C’était un sort d’attaque intermédiaire qui créait plusieurs boules de feu en même temps. Poussées vers l’avant, les boules de feu avaient absorbé et brûlé l’air environnant pendant leur vol.

L’araignée géante n’avait même pas essayé d’éviter l’attaque, ouvrant férocement sa bouche comme pour les intimider.

Les explosions des boules de feu n’avaient aucun effet contre le mamono. Au mieux, de la fumée s’élevait de sa peau légèrement brûlée.

Il était clair que le sort de Cabsol manquait cruellement de puissance de feu face à la taille écrasante du mamono.

« Aaaaaahh !! » Voyant que son sort n’avait aucun effet, Cabsol tomba en panique, titubant et tombant sur ses fesses. Son AAR lui avait glissé de la main, et il s’était couvert la tête avec sa main maintenant libre, tremblant.

Tesfia fixa aussi le mamono avec un visage pâle. Les seules attaques qu’elle avait pu utiliser tout de suite étaient au même niveau que celles de Cabsol. Son épée de glace était plus forte, mais ça ne changerait pas grand-chose contre cette peau. Cependant, elle n’aurait pas la chance de l’utiliser, en raison du temps qu’il lui fallait pour l’invoquer. L’araignée était étonnamment agile pour sa taille. Il ne serait pas étrange qu’elle attaque si elle sentait qu’un sort allait être jeté.

Cependant…

Tous les élèves avaient compris qu’il s’agissait d’un véritable désespoir. « C’est fini… » Leurs larmes de peur étaient la preuve qu’ils avaient perdu la volonté de lutter. Devant les portes de l’enfer qui s’ouvraient devant eux, tout le monde s’était écroulé à genoux, écoutant les cris de joie des mamonos.

« Pas encore, on a encore une chance. N’abandonnez pas ! » Les mots d’encouragement de Tesfia étaient très faibles. Elle savait à quel point la situation était désespérée, de sorte qu’il n’y avait aucun pouvoir derrière ses paroles.

« Mais… comment ? » demandèrent les étudiants, comme si on reprochait à Tesfia d’avoir dit quelque chose d’aussi irresponsable.

Tesfia s’était mordu la lèvre pâle. Bien sûr, elle n’avait pas de plan en tête. Vaincre un mamono de classe B était impossible pour eux. C’était clair d’après le niveau des sorts qu’ils pouvaient utiliser.

Mais Tesfia ne pouvait pas perdre espoir. Elle ne pensait pas pouvoir être pardonnée pour ça. « Je ne sais pas… mais si on abandonne ici, on va mourir ! »

Comme pour ridiculiser leur angoisse, les mamonos s’approchèrent peu à peu d’eux. La pression écrasante de ces prédateurs les avait empêchés de penser clairement.

Il n’y avait pas de temps à perdre. La seule chose qu’elle pensait, c’est qu’on ne peut pas abandonner.

Je sais !! Tesfia se souvint de quelque chose et se précipita à Cabsol. Elle fouilla de force dans ses poches, sentant les yeux composés du mamono la regarder fixement dans le dos.

Pour l’instant, tout ce qu’elle pouvait faire, c’était de s’accrocher au souvenir de ce que la directrice avait dit au début de la leçon parascolaire — que les superviseurs étaient équipés d’un signal d’urgence.

« Le voilà !! » L’appareil était un hémisphère qui tenait dans la paume de sa main. Se rappelant ce que le manuel disait qu’elle avait lu à l’avance, elle avait versé tout le mana qu’elle pouvait dans le bijou finement taillé.

En un instant, il s’était mis à clignoter en blanc. Ensuite, Tesfia avait senti une sorte de vague de mana remplir leur environnement.

C’est vrai, avec ça, l’aide viendra… probablement. « L’aide est en route, donc d’ici là… »

Cependant, personne n’avait écouté ce qu’elle avait à dire. La raison en était claire pour tous. Ils n’auraient pas le temps. Personne n’allait les atteindre. Ils étaient à l’extérieur de la zone d’opération, et loin du quartier général.

Il n’y avait aucun moyen de tenir à distance les mamonos jusqu’à ce que le signal atteigne le quartier général, et que des renforts puissent être envoyés. Ils étaient toujours dans une situation désespérée. Tous les élèves, à l’exception de Tesfia, avaient cédé à leur peur, abandonnant même le symbole d’un magicien, leurs AAR.

Ils avaient perdu la volonté de se battre et détournaient le regard de la réalité.

Ils avaient cédé au monde.

☆☆☆

Partie 5

Seule Tesfia était restée, et elle avait versé toutes ses forces dans sa main alors qu’elle prenait le col de Cabsol et criait, « Votre être notre superviseur, alors donnez-nous un coup de main !! »

Mais les yeux de Cabsol ne se focalisaient même plus, et ses pupilles dilatées par la peur ne la regardaient même pas. Elle baissa soudain les yeux vers ses pieds et vit le pantalon de Cabsol taché d’un liquide tiède.

« … ! Pourquoi !? … Si vous ne nous aviez pas emmenés jusqu’ici…, » cria Tesfia.

Tesfia avait broyé ses dents, des larmes s’étaient aussi finalement formées dans ses yeux.

L’araignée géante, capable d’attaquer à tout moment, regardait simplement vers cette scène pathétique. Même les innombrables mamonos qui les entouraient s’arrêtèrent de bouger, comme s’ils attendaient la descente de leur roi. C’était peut-être dû à leur instinct de prédateur pour évaluer la force de leur proie, mais ils avaient au moins eu l’intelligence de les attirer.

Ou peut-être qu’ils aimaient juste jouer avec leur stupide proie.

Tesfia avait rassemblé sa volonté et avait dit au groupe de se rassembler en un seul endroit, en traînant même ceux qui ne pouvaient pas y marcher elle-même, y compris ceux qui étaient inconscients.

« Très bien. Je lutterai jusqu’à la fin, » déclara-t-elle.

Ses larmes ne s’arrêtaient pas maintenant, peu importe le nombre de fois qu’elle les essuyait, alors elle avait arrêté d’essayer.

Elle avait mis de la force dans ses jambes, s’était levée et avait relevé sa tête.

Versant du mana à travers son katana, elle affronta le mamono, se sentant désespérée dans le noir. Puis son cœur s’était rempli de détermination. La victoire ou la défaite n’avait plus d’importance.

C’est pour ça que son mana lui avait répondu.

L’araignée géante ne montrait aucun signe de mouvement. Il émettait un son effrayant, secouant sa grande carrure de haut en bas comme s’il se moquait d’elle.

Dans ce cas… Tesfia pensa, et elle se précipita vers la meute des mamonos. D’après ce qu’elle avait pu voir, il y avait plusieurs douzaines de mamonos des classes D et C. Mais elle ne pouvait plus accepter d’attendre sa mort.

Les mamonos, agités par son acte imprudent, poussèrent des grognements profonds en réponse.

« Haaaaaaaaaaa !! »

Tesfia avait gelé le sol et avait arrêté les mamonos. Mais c’était juste pour un moment. Quant aux mamonos de classe C, il leur suffisait de bouger un peu pour briser la glace et se libérer.

Mais Tesfia n’avait montré aucun signe de panique. Elle n’avait pas imaginé que l’effet serait si faible, mais pour commencer, elle n’avait même pas le sang-froid nécessaire pour élaborer un plan. Tout ce qu’elle pouvait faire, c’était de se perdre dans une lutte désespérée.

Esquivant les attaques des mamonos, elle avait frappé avec son katana.

La différence de résultat était énorme entre ces mamonos de classe D et C par rapport aux mamonos de classe E et aux mamonos de classe inférieure qu’elle avait vaincus auparavant. Il ne s’agissait pas tant d’une question de pouvoir, mais plutôt d’une question de corps qui ne permettait pas à sa lame de pénétrer.

Bien que ses attaques aient laissé des égratignures sur leur peau noire, c’était loin d’être suffisant pour les percer jusqu’au noyau. Même si elle s’était limitée aux mamonos de la classe D, leur nombre aurait rendu les choses difficiles à accomplir. Elle pouvait déjà imaginer qu’elle allait épuiser son mana dans sa tentative de gagner du temps.

« — ! »

Soudain, les griffes acérées d’un mamono s’approchèrent de son visage. Elle avait réussi à les dévier avec le dos de son katana, mais — .

« Ahh !! » Son monde s’était écroulé. La force massive du mamono avait facilement envoyé voler la délicate Tesfia.

Elle avait roulé et avait rebondi sur le sol, s’arrêtant finalement un peu plus loin dans l’étang. Son esprit était confus… ses yeux ne se stabilisaient pas. Tandis qu’elle reprenait légèrement son souffle, elle remarqua que les coins de ses yeux étaient tachés de rouge.

Elle se toucha d’une main tremblante, et quand elle la regarda, elle vit du sang. Il semblerait que son visage ait été coupé à un moment donné. Mais ce n’était pas une blessure mortelle, alors Tesfia s’était dit qu’elle ne pouvait pas encore abandonner et avait utilisé son katana comme support pour se relever.

Un globe rouge apparut devant elle.

Cette boule de feu magique avait illuminé son corps. Elle avait l’impression que sa peau serait brûlée par la chaleur émise par la boule de feu. C’était une manifestation du mal, un sort lancé par l’un des monstres qui ne voulait pas laisser Tesfia se reposer un seul instant.

La boule de feu — à peu près aussi grosse que le tir de Cabsol — était juste au-dessus d’elle.

Déplaçant immédiatement son katana, Tesfia avait préparé un sort.

« “Mur de glace”… !! »

Cependant, avant que le mur de glace s’élevant du sol ne puisse se terminer, la boule de feu s’était écrasée contre elle. L’explosion de feu et de glace qui en avait résulté avait fait voler le corps de Tesfia une fois de plus.

De la fumée s’éleva de l’explosion, alors que la fille qui volait dans les airs atterrissait finalement sur le sol avec un bruit sourd. La mousse au bord de l’eau avait servi d’amortisseur, mais Tesfia était à peine restée consciente.

Son esprit ne fonctionnait plus. La douleur avait pulsé dans sa tête.

Mais elle avait eu de la chance. Si la boule de feu l’avait frappée directement, les dégâts auraient été bien pires.

Toujours allongée sur le sol, Tesfia avait levé la tête. Sa main était légèrement brûlée, mais elle allait toujours bien. Pour preuve, ses doigts et son corps avaient tremblé et bougé pendant qu’elle leur donnait de la force.

« Aaagh... » Tesfia avait poussé un gémissement, endurant la douleur. Ses cheveux étaient en désordre, son visage sale et son uniforme brûlait ici et là. Ayant subi de plein fouet l’explosion, elle ne pouvait pas dire exactement où elle souffrait.

Malgré cela, Tesfia se leva en titubant et prépara son katana. « Aaaaaaaaa !! » En poussant un cri, elle avait bougé ses jambes vers l’avant.

Elle pouvait voir les mamonos tourner leur attention vers son groupe incapable de se battre, se rapprochant d’eux.

Leur nombre ne faisait qu’augmenter. Jusqu’à présent, ses attaques les avaient à peine touchés, et elle n’avait pas réussi à les achever, car elle ne pouvait pas détruire leurs noyaux. Les mamonos qu’elle avait blessés se tortillaient et rampaient, se préparant à attaquer. Leurs yeux rougeoyaient de colère.

« Non, arrêtez… Je ne vous laisserai pas faire !! »

Tesfia avait désespérément frappé avec son katana. Elle ne laissait personne mourir. Tout en sachant que ce n’était pas quelque chose qu’elle pouvait faire, elle se battrait jusqu’à la fin.

Elle avait versé son désespoir dans une seule attaque. Cependant, cette attaque n’avait aucune technique derrière elle. Elle n’avait fait que balancer son arme.

Les mamonos ne montraient aucun signe d’hésitation face à son action, mais ils s’étaient plutôt rassemblés, et Tesfia avait baissé les yeux sur son AAR. C’était l’esprit de la famille Fable, qu’elle utilisait depuis son enfance. Cependant, maintenant, il n’y avait aucune trace de mana qui le traversait.

En voyant ça, elle s’était effondrée sur ses genoux. Le mana qu’elle avait si désespérément utilisé s’était finalement épuisé.

Depuis le début, elle se débrouillait toute seule. Mais en fin de compte, cela ne changerait pas la réalité de la hiérarchie entre les monstres et les humains, celle du prédateur et de la proie, un fait qui était maintenant clair pour elle.

En un rien de temps, l’araignée géante s’approcha d’elle pour l’achever, alors qu’elle n’avait fait qu’attendre jusqu’à maintenant. En poussant un grand cri, elle souleva plusieurs de ses jambes en l’air. Elle agissait comme si elle présentait un sacrifice à un dieu maléfique, alors qu’elle lâchait un rugissement effrayant et ridicule.

Alors qu’elle l’avait fait, une foule de multiples choses était tombée de l’arbre. Ils étaient comme des versions miniatures de l’araignée géante devant elle. Ces petites araignées, probablement les enfants de l’araignée géante, semblaient avoir attendu que leur proie s’affaiblisse.

Tesfia n’avait plus la volonté de s’étonner de l’aggravation de la situation. En y repensant, sa résistance était vraiment désespérée. Ayant dépassé ses limites, son esprit ne pouvait plus se sentir choqué par une telle chose.

Elle ne pouvait pas faire mieux que de se tenir debout… Quand elle avait réalisé dans quel état elle était, elle avait senti sa douleur s’éloigner.

Finalement, le mamono ayant une forme d’une araignée géante attaqua Tesfia comme pour la tourmenter.

Avec ses jambes vacillantes, elle n’avait pas pu échapper à l’attaque.

Sa vision commença à s’estomper, et l’attaque du mamono ne lui paraissait pas réelle, car tout ce qu’elle pouvait voir était quelque chose qui bougeait dans les coins de ses yeux.

L’instant d’après, les griffes du mamono déchirèrent la manche de son uniforme et lui arrachèrent sa barrette, la dispersant ainsi que quelques cheveux pourpres dans l’air. Ayant perdu l’équilibre, Tesfia avait vu ses cheveux coupés, jetés en l’air, flotter au ralenti. Le rouge de ses cheveux présentait une lueur rouge, bien qu’elle ne soit pas semblable à celle des yeux rouges des mamonos.

C’était une couleur rouge foncé flippante. Au lieu de cela, ses cheveux roux avaient absorbé la lumière, l’emplissant de l’intérieur d’une couleur écarlate.

C’était la couleur du soleil et de la vie, une lumière puissante qui ne pouvait pas lui permettre d’abandonner.

Cependant… ce rouge éclatant avait fini par disparaître, et le corps de Tesfia s’était affaissé sur le sol, sur son dos.

En déplaçant son regard, elle pouvait voir la plupart des membres de son groupe profondément choqués et en transe, ou s’évanouir de peur. Quelle chance elle aurait si elle pouvait faire la même chose...

Elle ne pouvait même pas bouger un doigt. Elle ne pourrait pas fermer les yeux avant la fin.

Les mamonos l’avaient approchée. Elle sentait parfaitement le sol trembler. La mort s’approchait d’elle, mais elle n’avait pas l’impression que ça la concernait. Les cris grinçants et flippants semblaient venir de quelque part de loin.

C’est fini. C’est fini. Mais j’ai fait ce que j’ai pu… Elle se donnait des éloges sans réconfort.

Elle était captivée par le ciel bleu du monde extérieur qu’elle apercevait entre les branches.

C’est magnifique…

Mais cette vue fut bientôt bloquée. Les membres des mamonos, les griffes tendues, s’approchèrent de son visage. Et tout cela s’arrêta juste avant, comme pour mesurer l’angle et la distance nécessaires.

Même maintenant, Tesfia pensait à autre chose alors qu’elle se trouvait au seuil de la mort.

Même dans cette situation désespérée, je sens ma magie me répondre. Je ne te laisserai pas dire que je ne suis plus jamais apte à être un magicien !

Pour une raison quelconque, elle avait souri. Le sang qui coulait sur sa joue se mêlait à ses larmes.

Les griffes acérées qui l’enverraient dans l’au-delà se levèrent lentement pour rassembler assez de force. L’instant d’après, sa faiblesse s’était accrue et elle avait essayé de s’accrocher, incapable de donner sa vie.

Elle ne voulait pas que sa fin soit au milieu de nulle part.

Elle venait juste de commencer.

Il y avait encore tant de choses qu’elle voulait faire. Le fait d’avoir fait la paix et s’être louée, c’était du bluff.

Dès qu’elle avait pensé ça, ses dents avaient commencé à claquer. Ce n’était pas de la peur. Elle rejetait le destin.

Non ! Je ne veux pas mourir ! Je ne veux vraiment pas mourir !

Exprimant son opinion, elle rejeta tout le reste et rejeta la dure réalité.

Elle rassembla le peu d’énergie qu’il lui restait pour se lever. Les larmes débordaient de ses yeux et déformaient sa vue.

Mais la réalité était cruelle, et ce cri douloureux dans son esprit avait été ignoré.

Les griffes des mamonos avaient finalement atteint la hauteur optimale et, après une brève pause, elles s’étaient impitoyablement retournées vers le bas.

Al... « — ! »

Tesfia ne comprenait pas ce qui s’était passé à ce moment-là. Même si elle n’avait pas pu fermer les yeux, elle ne pouvait pas voir ce qui s’était passé.

Les lames offrant une mort certaine qui se balançaient vers elle avaient soudain disparu.

Elle entendit un lointain cri douloureux d’un mamono, et un bruit sourd et fort retentit, tandis que l’araignée géante s’était écrasée contre un arbre.

Et à côté d’elle, il n’y avait plus aucun des mamonos qui allaient l’achever. Les petites araignées, ainsi que tous les autres mamonos avaient été soufflés dans la même direction, comme si la gravité elle-même s’était retournée.

« Je vois que je suis un peu en retard. »

Une voix calme et familière lui parvient.

☆☆☆

Partie 6

C’était la voix d’un jeune homme dont le ton était arrogant et insolent, n’essayant même pas de cacher à quel point il en avait assez.

Soulevant son visage tout en tremblant, Tesfia vit un étrange masque d’une blancheur impressionnante. Peu de temps après, elle sentit un bras sur son dos avant qu’elle ne soit lentement, mais délicatement soulevée.

« … Tu peux le dire encore une fois. »

Les bras que l’on pourrait qualifier de minces et non musclés étaient terriblement rassurants.

Tesfia sourit et essuya ses cils mouillés. Une autre larme sortit de son œil et coula sur sa joue. Elle avait réalisé qui c’était. Ou plutôt, elle n’avait même pas besoin d’y penser.

 

 

Ils étaient loin du quartier général, et la vérité était que les renforts ne les auraient jamais atteints assez vite après avoir envoyé le signal d’urgence.

Elle le savait mieux que quiconque. C’est pourquoi elle savait qu’il n’y avait qu’une seule personne au monde qui pouvait le faire.

« Si tu as encore assez de bon sens pour être aussi insolente, tout ira bien, » déclara Alus, ayant déjà vérifié qu’elle n’était pas gravement blessée. Elle avait une petite coupure sur le front, et la coupure sur la joue n’était pas aussi profonde que la perte de sang le faisait paraître. Ses brûlures n’étaient pas mineures, mais elles étaient tout à fait traitables.

Il était regrettable de ne pas avoir l’aptitude pour les sorts de guérison, mais c’était les premières lignes. Ce genre de chose était la norme, alors Alus avait rapidement changé de rythme. Comme son rôle était celui d’instructeur, cela ne le dérangeait pas si Tesfia se soumettait à la peur et à la dureté qui étaient celles des mamonos.

Cependant, cela ne voulait pas dire qu’il voulait qu’elle meure. C’est pourquoi il avait une expression légèrement soulagée sous son masque.

Il avait transporté Tesfia et son katana jusqu’au reste du groupe, puis il avait pris ce qui était probablement l’AAR du superviseur et l’avait enfoncé dans le sol pour l’utiliser comme dossier. « En récompense, je vais te montrer comment vaincre les mamonos alors ne t’endort pas. »

Il l’avait pensé d’une certaine façon, n’es-tu pas contente d’avoir survécu, mais il n’était pas sûr qu’elle l’ait compris. Il avait même commencé à penser que c’était peut-être un peu trop dur pour elle alors qu’elle était couverte de blessures, mais Tesfia l’avait regardé sérieusement et avait hoché la tête.

Après avoir confirmé que Tesfia allait bien, Alus tira l’épée courte de sous sa robe et regarda les mamonos. « Comme je le pensais, ce ne serait pas suffisant pour t’achever. »

Il était possible de se fier uniquement à la directionnalité de l’énergie cinétique pour utiliser le Lien Morshonell, la puissance cachée de l’AAR d’Alus, Brouillard de nuit.

En d’autres termes, il était possible d’utiliser l’énergie cinétique sur la ligne directe où l’épée courte était lancée, et de l’amplifier, de la dupliquer et de l’appliquer à tous les mamonos ciblés, en les soufflant dans la même direction. C’était encore une autre utilisation appliquée de la magie de la distorsion spatiale.

Cependant, comme il s’agissait d’un sort relativement faible, les mamonos qui avaient été emportés montraient déjà des signes de vouloir se relever.

« Une classe B, huit classes C, et au moins trente-huit classes D, hein… Comme c’est gentil à vous tous de vous rassembler dans un endroit comme celui-ci, » déclara Alus, exaspéré, en scrutant l’araignée géante au centre de la foule de mamonos. Cette araignée faisait probablement de cet étang son nid. Des monstres de classe supérieure ayant des monstres de classe inférieure qui les suivaient n’étaient pas si rares dans le monde extérieur.

Pendant ce temps, Tesfia regardait de loin.

Non seulement Alus avait compté tous les monstres en un instant, mais il avait même identifié leurs classes. En plus de cela, la chaîne de cette épée courte à l’allure inquiétante qu’il tenait dégageait une présence terrifiante.

Bien qu’elle soit sur le point de perdre conscience, son cœur battant la chamade ne l’avait pas laissée faire. C’était comme si son instinct de magicien lui disait de ne pas rater un instant de ce qui allait se passer.

« Il semble que les mamonos à pattes multiples et moi sommes liés par le destin. Eh bien, peu importe, c’est un cours pour débutants, alors ne pensez pas que vous allez mourir facilement. »

Alus avait saisi la chaîne et la lança en l’air.

À cet instant, le mana s’y engouffra. Le cœur d’Alus s’était figé, effaçant immédiatement toutes les émotions telles que la colère et la haine. Au contraire, il se rendit compte une fois de plus de la légère joie et des pulsions destructrices au plus profond de son cœur.

C’est pourquoi il n’avait aucun moyen de savoir quel genre de visage il faisait en ce moment, et il était d’accord avec cela.

Ahhh… comme c’est irritant.

Il avait inconsciemment mis ses doigts sur son masque. En enlevant ce qui ressemblait à des attaches rondes, il l’avait rangé dans sa robe. Son visage, touchant l’air du monde extérieur pour la première fois aujourd’hui, était très froid.

Son regard n’était rien de moins qu’inhumain, et une lumière brutale résidait dans ses yeux.

Tesfia s’était dit que c’est encore ça. Elle se souvient de ces yeux quand Alus l’avait regardée depuis le toit cette nuit-là. Cette fois, ces yeux… du point de vue d’un spectateur, il regardait simplement les mamonos sans expression. Pourtant, pour Tesfia, ces yeux semblaient aller au-delà de l’absence d’émotion, ne voyant même pas les couleurs du monde… ils avaient l’air creux et désolés.

C’est pourquoi le frisson qu’elle ressentait le long de sa colonne vertébrale semblait être probablement cette portion de son humanité qui lui manquait, ce vide parfait en lui. Ça lui faisait mal au cœur.

C’était un vide absolu, lui donnant l’impression qu’elle allait être écrasée rien qu’en le regardant… et son cœur avait été ébranlé quand elle avait fait face à cet abîme.

Qu’il soit conscient ou non des sentiments de Tesfia, Alus lança l’épée courte qui se trouvait dans la main. La moitié de la lame noire s’était enfoncée dans le sol sans résistance.

Avec l’épée comme point d’origine, le sol avait gelé en un instant.

Qu’est-il arrivé au monde après ça ?

Quand les gens clignèrent des yeux, leur vision devient sombre pendant un instant. Cet instant devient un angle mort dans leur conscience, et ils n’avaient aucun moyen de savoir ce qui s’était passé dans la région à ce moment-là. Et tant que les gens n’en étaient pas conscients, ils ne pourraient même pas dire combien de fois ils clignèrent des yeux en une minute.

Cependant, cette fois, Tesfia avait pu confirmer le changement dans le monde avant et après avoir cligné des yeux. La scène devant elle avait complètement changé, comme si le gel s’était répandu vers l’extérieur comme une ondulation dans l’eau.

Le paysage du monde extérieur débordant de vie s’était transformé en un carcan argenté glacé en un clin d’œil.

C’était un monde où tout s’était arrêté. Les quelques douzaines de mamonos avaient tous gelé en un instant, avec des glaçons qui les recouvraient.

Tesfia savait de quel sort il s’agissait. Gêle, un sort qui allait gelé le sol et scellé les mouvements de mamonos. Cependant, c’était en fait un sort incomplet.

Sous ses yeux, le sort le plus puissant de ce genre, Niflheim, se déchaîna.

Tesfia était sans voix… Pendant un moment, elle avait cru qu’Alus avait la même affinité pour la glace qu’elle. Mais elle avait vite changé d’avis, se rendant compte qu’elle se faisait de fausses idées. Dans le passé, il avait démontré sa capacité à utiliser des sorts avancés de toutes sortes d’attributs sans aucun problème.

Cependant, Alus n’avait pas l’intention que cela soit considéré comme une orientation profondément significative. Bien qu’il ait utilisé le même attribut qu’elle, il n’avait choisi le sort que parce que c’était le plus facile des sorts d’affinité de glace qu’il avait appris, et parce que cela l’avait mené jusqu’au sort suivant qu’il allait lancer.

En ce moment, seuls Alus et Tesfia étaient restés dans ce monde gelé.

Alus donna un coup de pied dans le manche de l’épée courte enfouie dans le sol, avec force.

Tesfia, avec ses sens aiguisés, pouvait sentir les vibrations du mana comme une onde sonore qui se répandait. Mais quand elle avait jeté un coup d’œil aux arbres autour d’elle, elle avait vu qu’ils ne se balançaient même pas un peu.

Railpine — un sort qui allait créer de puissantes vibrations à l’intérieur du corps. De plus, il était possible de le rendre d’une puissance dévastatrice en limitant son effet à une zone spécifique.

Les mamonos congelés avaient été brisés en morceaux par une vibration provenant de l’intérieur, détruisant en même temps leurs noyaux.

Après qu’Alus eut ramassé sa courte épée, le paysage gelé revint à la normale en un instant, et tout ce qui avait constitué cette scène hivernale se dispersa en particules de lumière. Une fois que tout fut fait, il ne restait même plus un vestige des mamonos.

« … Incroyable. »

Ce n’était pas comme si Tesfia était si bouleversée qu’elle ne pouvait pas parler. Mais parce que sa mâchoire était tombée si loin, elle ne pouvait même pas essayer de parler. Quand il s’agissait de ses capacités, Alus était dans une autre dimension qu’elle… et elle n’aurait probablement pas pu exprimer son étonnement avec des mots, même si sa gorge n’avait pas été desséchée.

Alus s’était soudainement retourné. Pas vers Tesfia, mais vers l’araignée géante qui était restée. Son corps massif avait été gelé, mais il ne s’était pas brisé en morceaux. Et une fois que la glace avait commencé à fondre, elle avait recommencé à se tortiller.

Il avait jeté un coup d’œil sur Tesfia, avec un regard qui disait qu’il ne faisait que nettoyer les déchets, et avait dit sans vraiment s’attendre à une réponse. « Alors, continuons. Tu ferais mieux d’être encore réveillée. » Ses yeux étaient d’un noir profond, et son expression était vide.

Tesfia n’avait aucune idée de ce qu’il pensait vraiment. Mais même à ce moment-là, elle murmura à elle-même. « Je ne peux pas m’endormir après avoir vu ça… » avec un ton exaspéré.

Épée courte à la main, Alus ajusta la longueur de la chaîne et se mit à bouger sans dire un mot.

Cependant, Tesfia ne pouvait pas dire à quelle vitesse il avait bougé. Elle n’avait jamais eu l’intention de cligner des yeux, mais avant qu’elle ne s’en rende compte, il était juste devant le mamono.

« Tes amis sont maintenant tous partis, » déclara Alus.

Le mamono n’allait pas répondre à ses marmonnements. Alus avait simplement conçu sa remarque comme un rapport au mamono que tous les autres monstres étaient morts. Il vérifiait pour voir ce que ferait son adversaire, comme un chasseur cherchant joyeusement à voir quel serait le prochain mouvement de sa proie.

Sa réponse fut un hurlement furieux. Malgré son apparence d’insecte, des gouttes de salive avaient jailli de sa bouche pleine de dents d’apparence humaine. Il souleva ses douzaines de jambes au-dessus de sa tête et les écrasa dans une attaque imprudente et continue sur Alus.

☆☆☆

Partie 7

L’araignée géante avait soulevé le sol boueux à un rythme féroce. Et finalement… les centaines d’attaques avaient toutes été esquivées, et avaient finalement même cessé de toucher le sol.

Remarquant cela, les jambes du mamono s’arrêtèrent de bouger, encore soulevées dans les airs. Ses yeux multiples rouges le fixaient d’un regard vide.

« Haha, que vas-tu faire avec ça ? » demanda Alus.

Le visage sans expression d’Alus avait finalement un peu bougé. Les bords de ses lèvres se soulevèrent en un sourire tordu.

Sur les dizaines, voire les centaines de jambes du mamono, il ne restait plus que le strict minimum pour se tenir debout, le reste étant coupé à mi-chemin. Avec ses jambes courtes, il ne pouvait même pas atteindre le sol.

Ses yeux multiples tremblèrent de rage. « Gigigigigiii !! » Un souffle empoisonné s’était échappé par les espaces entre ses dents. Des parties du corps s’élevèrent de l’articulation de son cou en même temps qu’un bruit étrange, et peu de temps après, de nouvelles pattes avaient poussé. Bien sûr, c’était bien loin du nombre qu’il avait perdu.

« Oh, donc tu peux même faire ça. Alors tu n’as pas non plus besoin du reste, » déclara Alus.

Alus avait lancé son épée courte. Volant en ligne droite, la chaîne s’enroulait autour d’une douzaine de pattes d’un côté du mamono. Il avait tiré avec force sur la chaîne avec la lumière du mana à l’intérieur. Après qu’il l’ait fait, les jambes du mamono avaient été serrées et un bruit désagréable avait retenti.

En y injectant plus de mana, Alus n’avait pas hésité à tirer encore plus fort. Les jambes avaient craqué avec un son choquant. Du liquide corporel vert foncé s’était égoutté sur le sol. Le mamono avait poussé un cri quand son corps géant avait été bousculé. Grâce à ses jambes nouvellement recréées, il avait tenté de supporter son poids, mais cela ne lui avait fait gagner qu’un peu de temps.

Ne voulant pas rater un instant, Tesfia avait gardé les yeux ouverts. Il y a peu de temps, ce mamono jouait avec elle, et maintenant c’était au tour d’Alus de jouer avec lui.

Alus coupa sans un mot les jambes de l’autre côté du corps du mamono.

Comme il ne restait plus rien pour soutenir son corps, le mamono tomba au sol.

Alus l’avait regardé fixement.

Le voyant complètement sans expression — comme s’il regardait une ordure, mais en même temps avec un air mélancolique — Tesfia retenait son souffle.

« … As-tu fini ? »

Des yeux sans émotion fixaient le mamono. Il n’y avait pas la moindre inquiétude dans son regard, comme s’il regardait un insecte mort à ses pieds, un insecte dont il ne se souviendrait probablement même pas.

« … ! » Le mamono avait fait un bruit.

Alus avait l’air un peu déçu. L’estomac du mamono avait alors un peu gonflé.

Au début, on aurait dit que c’était le dernier souffle du mamono, mais les lèvres d’Alus étaient bizarres. Manifestant de l’intérêt pour la résistance que le mamono montrait au bord de la mort, il avait sauté en arrière.

L’instant d’après, une petite quantité de liquide noir s’échappa de la bouche du mamono. Quand cela avait touché le sol, cela avait créé beaucoup de fumée. En même temps, l’estomac du mamono avait plus que doublé de volume.

À l’instant où son gonflement cessa — le liquide noir sortit de sa bouche en jaillissant vers Alus.

C’était comme de l’acide hautement concentré, mais pas une seule goutte ne lui était parvenue. Vu l’élégance avec laquelle il l’avait esquivé, il devait s’attendre à une attaque-surprise de ce niveau.

La raison pour laquelle il ne l’avait pas terminé tout de suite était en partie pour donner une leçon à Tesfia. Même pour les magiciens moyens, il y avait beaucoup de moyens pour faire face à un adversaire puissant comme celui-ci. Parmi tous ceux qui existaient, Alus avait choisi la méthode qui servirait le mieux d’exemple pour Tesfia. Dans ce cas, il s’était appuyé sur une application pratique d’un sort existant et en avait créé un nouveau.

L’anneau qu’il avait choisi dans sa chaîne était celui gravé de la formule du sort, Niflheim. Le mana coulait dans l’anneau et illuminait brillamment la formule magique rétrécie. Il avait aussi délibérément annulé le sort avancé à mi-chemin de sa construction. La construction de la formule magique avait été entièrement formée dans son esprit, mais la raison pour laquelle il l’avait annulée était pour pouvoir ajouter sa propre touche à la construction.

Laissant la formule qui définissait l’attribut de glace telle quelle, il avait repris la construction de la formule qui avait été arrêtée en cours de route. Plus précisément, il avait délibérément quitté Niflheim, un sort qui allait changer les lois du monde autour de lui, dans un état indéfini et dégénéré.

Alus avait ensuite construit de nouveaux éléments structurels, et son AAR avait rapidement pris sa place. C’était une action qui exigeait une compréhension complète de la formule magique et une habileté délicate, mais pour lui, cela ne demandait pas plus d’efforts que de construire quelque chose avec de l’argile. Il n’y avait aucune composante théorique qui pouvait échouer dans son esprit.

Il leva lentement son épée courte au-dessus de sa tête.

Quelque chose d’étincelant et cristallisé s’était déchaîné du bout de l’épée.

En touchant l’air, un grésillement avait retenti en se transformant en un voile de brume, face à l’acide pulvérisé.

Cependant, la différence de masse était écrasante, et ce mur de brume ne semblait pas suffisant pour arrêter le courant acide qui avait tout fait fondre. Pourtant, malgré l’impression, la réalité avait montré un phénomène différent. La congélation instantanée de Niflheim avait affecté une grande région en changeant les lois du monde. Mais la version appliquée du sort qu’Alus avait utilisé ne fonctionnait pas de la même façon.

Au lieu de cela, il fonctionnait en affectant uniquement à travers l’air.

Niflheim travaillait par congélation au niveau de l’azote liquide, comprimant les particules magiques en cristaux. Il avait aussi la propriété d’être amplifié et dispersé lorsqu’il entrait en conflit avec quelque chose de physique.

Par conséquent, lorsque le sort d’Alus était entré en contact avec le flux d’acide, les effets avaient pris de l’ampleur et l’avaient englouti. Le gel brutal avait figé tout l’acide en un instant, le gelant solidement dans l’air comme l’arche dans laquelle il s’était déchaîné.

Tesfia ne connaissait pas un sort qui pouvait créer un tel phénomène. Elle avait parcouru tous les sorts d’affinité de glace qui existaient dans sa mémoire. Cependant… quand elle avait parcouru ses connaissances, elle n’avait pas pu trouver un seul sort qui pourrait faire ce qui venait de se passer.

Elle était encore une novice. Et tous les exploits surhumains qu’Alus montrait élargissaient à l’infini les possibilités de la magie. Elle tremblait de joie.

Tesfia était complètement envoûtée, les yeux grands ouverts pour pouvoir graver ce qu’elle voyait dans sa mémoire.

Maintenant, la vague de gel en expansion avait gelé tout l’acide, se frayant un chemin jusqu’à l’araignée géante. Les cellules de l’araignée avaient été instantanément mises en suspension.

L’araignée géante se tenait dans la même position que lorsqu’elle crachait l’acide. Mais elle était maintenant comme si c’était devenu une statue.

C’était ce phénomène qui avait démontré pourquoi le sort était une forme dégénérée de Niflheim. La congélation instantanée de Niflheim n’était pas vraiment gelée, elle fonctionnait en arrêtant même l’activité des noyaux cellulaires.

En d’autres termes — il avait suspendu l’activité du corps et la substance, et avait instantanément tué les petits mamonos.

Cependant, ce sort était différent. Quand il s’agissait de geler une cible, il semblait avoir le même effet que Niflheim. Mais il n’avait pas seulement suspendu la vie. Il avait également empêché même le mana de fonctionner, appartenant ainsi au type de restriction de la magie. Sa nature était de transformer le mana, et toutes les cellules qui en contenaient, en glace.

Ce n’était pas seulement une vague de froid glacial, c’était aussi un moyen de retenir tout mana qu’il touchait. C’est pourquoi le corps de l’araignée géante mamono ne s’était pas effondré en poussière, mais s’était transformé en glace qui allait fondre.

Le mamono était en animation suspendue, toujours en vie. Si un mamono avait un esprit conscient, il aurait été capable d’identifier la situation dans laquelle il se trouvait.

Alus fixa la statue avec désinvolture, avec un gigantesque pilier de glace sortant de sa bouche. Après cela, il avait sauté sur ce qui avait été un torrent d’acide et l’avait traversé. Cet arc-en-ciel l’avait conduit jusqu’au mamono.

« … Comme c’est ennuyeux. » Son impression s’était échappée de sa bouche.

Ces yeux noirs s’étaient emparés du mamono sans émotion. Pour une raison ou une autre, Tesfia trouvait que ce dos volant avait encore l’air mélancolique. La voix effrayante d’Alus semblait même contenir une certaine tristesse face à la banalité du monde.

Dire qu’il y avait un tel fossé entre eux. Elle avait dit qu’elle le rattraperait un jour, mais la différence de pouvoir était si grande. Il était tout simplement trop loin d’elle. Peu importe les efforts qu’elle y mettait, elle ne serait jamais capable de tuer les mamonos avec autant de calme et sans haine. C’était comme si Alus n’avait aucune émotion quand il se battait.

Tandis que Tesfia retenait son souffle, Alus traversa lentement la colonne de glace jusqu’à ce qu’il atteigne le mamono, et abaissa sa courte épée.

Le pouvoir d’un mamono provenait de sa source, et tant qu’elle n’était pas détruite, il ne mourrait pas. Même maintenant, l’araignée géante devant lui était simplement gelée au niveau cellulaire. Le flux de mana fourni par le noyau au mamono pour qu’il puisse se déplacer avait été arrêté.

Le sort qui retenait le mana et les cellules était temporaire. Cela n’avait pas changé les règles du monde comme Niflheim l’avait fait. Les deux sorts semblaient avoir le même effet, mais la cause était très différente.

En trompant les lois du monde, Niflheim avait supplanté la réalité, l’enfermant dans la glace, comme telle, sa période d’efficacité dépendait de la détérioration des informations du mana.

Pendant ce temps, ce nouveau sort suspendait le mamono en scellant le flux de mana, mais la glace qui l’entourait était de la glace physique, et si on la laissait seule, elle finirait par fondre et se réveiller.

Bien sûr, Alus ne laisserait pas ça arriver.

La lame de l’épée courte n’avait pas la longueur nécessaire pour couper sur toute la longueur de l’araignée géante, mais c’était un problème banal pour lui. Une lame massive de mana apparut alors qu’il abaissait son épée courte vers sa cible, fendant facilement en deux la statue de huit mètres de long.

Dans la section transversale exposée se trouvait le noyau, ressemblant à un cristal. Dans l’instant qui avait suivi, une fissure s’était formée en elle et elle avait commencé à s’effriter.

Alors qu’Alus sautait de la statue effrayante, elle… et la glace qui l’entourait… se fissuraient et s’effondraient.

« Vous partagez tous une responsabilité collective, » marmonna soudain Alus, et il s’empara de deux des anneaux de sa chaîne, comme pour dire que son travail n’était pas encore terminé.

« “Trace réelle” » « “Poursuite automatique” »

En un instant, toute la chaîne fut recouverte de mana, et Alus la lança.

Il n’y avait pas de mamonos en vue dans cette direction, mais l’épée courte s’était faufilée dans les arbres à une vitesse effrayante, tirant la chaîne avec elle. Beaucoup de mamonos devaient encore être rassemblés et cachés là-bas.

Ce sort de suivi automatique avait fonctionné en combinant deux types de sorts. Cela dit, ni l’un ni l’autre n’étaient si spéciaux pour Alus.

La longueur de sa chaîne, sa portée, n’était que de cinquante mètres, bien que tous les anneaux de la chaîne n’aient pas une formule gravée dessus. C’est pourquoi il avait utilisé le sort Trace réelle pour répliquer la chaîne, donnant au mana une forme physique. En conséquence, la chaîne avait continué sans fin pendant que l’épée courte poursuivait ses cibles. Cela signifiait que la portée n’était pas de cinquante mètres, mais aussi longtemps que durait le mana d’Alus.

Et avec Poursuite Automatique, l’épée courte elle-même était devenue un meurtrier impitoyable, éliminant indépendamment tous les mamonos qui étaient entrés dans le champ de vision d’Alus. L’épée avait suivi les longueurs d’onde du mana propres aux mamonos, et avait continué à les poursuivre jusqu’à ce que toutes cibles potentielles disparaissent.

Avec les distances en jeu, il ne pouvait pas compter sur l’épée pour prendre le chemin le plus court et détruire seulement le noyau, mais comme les noyaux des mamonos étaient responsables des longueurs d’onde du mana, il accomplirait sa mission même si cela prenait un certain temps.

C’était une technique utilisée par les maîtres magiciens qui se servaient d’assignations, de bêtes sacrées ou de familiers.

Il était également possible de faire la même chose en utilisant un sous-fifre librement contrôlable, en moulant sa forme par la magie et en lui ajoutant un processus autonome.

« Nous y retournons, » dit Alus sans ménagement.

☆☆☆

Partie 8

Cependant, la réponse de Tesfia avait pris la forme d’une véritable question, comme si elle n’avait pas réalisé que la bataille était terminée. « Qu’est-ce que c’était ? » Ayant évité toute blessure grave, sa conscience s’était éclaircie. Bien qu’elle ne comprenait pas tout à fait ce qu’Alus avait fait, elle avait une curiosité passionnée en tant que magicienne pour ces sorts inconnus. Surtout lorsqu’il s’agissait de sa propre spécialité, l’affinité de la glace.

Ses yeux sérieux avaient déjà la lumière de l’intelligence en eux. Les blessures qu’elle avait subies des mamonos n’étaient pas mineures, mais après s’être reposée quelque temps, elle s’était un peu remise de son épuisement après avoir abusé de son mana.

Le teint de Tesfia semblait beaucoup mieux qu’avant, et ses joues avaient même un soupçon de rouge, bien que cela ait pu être moins lié à sa santé et plus dû à une excitation intellectuelle. En fait, elle était excitée de voir un nouveau sort pour la première fois.

Cependant, elle avait quelque chose à dire avant de poursuivre l’affaire. Elle regarda Alus droit dans les yeux, consciente que ses mains tremblaient, alors qu’elle était enfin libérée de la tension incessante.

C’était une réaction face à la peur. Elle avait l’impression d’avoir marché sur une mince couche de glace, secouée jusqu’au fond d’elle-même en réalisant qu’elle avait à peine survécu de peu.

Ses lèvres avaient essayé de former des mots, mais sa bouche s’était fermée à la place, comme si elle essayait d’endurer une vague d’émotion. « Ouf, » elle avait expiré de force. Grâce à cela, elle avait finalement réussi à faire sortir les mots… « Merci beaucoup. »

« Hm ? » Alus la regarda d’un air soupçonneux, son visage était tourné vers le bas et sa voix était difficile à entendre.

« J’ai dit merci ! » Tesfia leva la tête, révélant une expression légèrement rougie. Elle avait enfin pu lui dire des paroles de gratitude. Contrôlée par une peur écrasante, elle s’était repliée dans sa coquille, et sa fierté l’avait aussi empêchée de s’exprimer honnêtement. Son visage rougissant était la preuve qu’elle était en conflit. Mais elle lui avait quand même dit ce qu’elle devait faire. Bien que maladroite, elle possédait la capacité de le faire en tant que fille de la famille Fable. « Merci de m’avoir sauvée, mais aussi d’avoir sauvé la vie des autres ! »

Une fois qu’elle avait pris sa décision, elle avait été capable de dire franchement ce qu’elle pensait. Et après l’avoir dit, elle s’était sentie exaltée pour une raison quelconque. Un sourire éclatant et rafraîchissant apparut sur son visage.

Pour qu’elle puisse faire des grimaces comme celles-ci, se dit Alus, tout en le comparant à son expression provocatrice habituelle.

Cependant, Alus était perplexe par ce qu’elle avait fait par la suite, levant les coins de sa bouche. « … Qu’est-ce que c’est censé vouloir dire ? »

Tesfia avait fait un signe de V à Alus avec un regard satisfait. « J’ai pu moi aussi me battre contre des mamonos ! »

C’est donc ce qu’elle voulait dire. Alus sourit d’un air ironique alors qu’il couvrait de sa main ses deux doigts levés. « Ne te prends pas la tête pour un truc comme ça. »

« !? » Tesfia, qui lui tenait la main, cligna des yeux à plusieurs reprises et leva les yeux vers son visage.

« … Mais, eh bien, je suppose que tu as eu une note de passage, » déclara Alus.

« D’accord ! » dit Tesfia avec un sourire joyeux. Mais dès qu’elle s’était détendue, elle avait senti que son corps lui faisait mal partout et s’était renfrognée. La volonté et le mana étaient une chose, mais les dommages que son corps avait subis n’allaient pas disparaître de sitôt.

Alors qu’elle le regardait avec un sourire pour cacher sa gêne, Alus lui demanda. « Peux-tu te lever ? » Il avait déplacé sa main et écarté ses doigts pour saisir sa main puis pour la tirer vers le haut. Tesfia rougit un instant en lui tenant la main, mais elle suivit le courant et se leva nerveusement.

Se levant, ajustant sa posture et secouant la tête pour l’éclaircir, elle cria avec hésitation à Alus. « Alors, eh bien… à propos de ce sort que tu as utilisé… »

Alus était confus. Il ne savait pas de quel sort elle parlait. Niflheim, Railpine, Trace réelle, Poursuite Automatique… aucun d’entre eux n’était spécial pour lui.

Il n’était pas non plus opposé à la révélation de l’astuce du Niflheim, bien qu’il s’agisse d’un sort si avancé. Vaincre les mamonos avec un sort d’affinité glaciale avait été en partie pour elle.

Voyant son expression, Tesfia s’était empressée d’ajouter à sa question. « Celui que tu as utilisé pour congeler des choses en un instant ! Qu’est-ce que c’était ? Ce n’était pas Niflheim. »

Tout en souriant ironiquement à son explication bâclée, il avait finalement été capable de comprendre. Il avait également été impressionné de façon inattendue et son évaluation d’elle s’était améliorée un peu face à sa connaissance du nom de Niflheim. Avec ces pensées en tête, il avait volontairement posé ses doigts sur son menton en répondant. « Celui-ci est encore trop tôt pour toi… mais si je devais lui donner un nom, je suppose que ce serait Mistlotein. »

« — !! Donc ça veut dire que c’est un nouveau sort, n’est-ce pas ? » C’était bien ce qu’elle pensait. Même elle savait qu’un niveau profond de connaissances en magie était nécessaire pour créer de nouveaux sorts. Cependant, c’était l’étendue de ce qu’elle savait. Mais c’était tout à fait naturel, car les magiciens d’aujourd’hui ne comprenaient pas tout ce qu’il y avait à savoir sur la magie, et cela même sur les formules magiques qu’ils utilisaient eux-mêmes. Mais même s’ils ne connaissaient pas les principes fondamentaux qui les sous-tendent, ils pouvaient quand même les utiliser, comme les caractères de sorts.

« Alors, pourrais-tu me dire… s’il te plaît ? » demanda avec hésitation Tesfia. Et avec son utilisation inhabituelle d’expressions polies, sa sincérité s’était vraiment manifestée. En même temps, elle se rendit compte à quel point elle avait l’air peu scrupuleuse, et le rougissement sur ses joues s’étendait jusqu’au sommet de ses oreilles. Mais elle était restée fidèle à son enthousiasme.

« Eh bien, un jour… Plus important encore, » dit Alus, déplaçant son regard de Tesfia à un certain endroit dans la clairière. À cet endroit, les autres élèves se blottissaient les uns contre les autres et s’agglutinaient les uns contre les autres par peur. Beaucoup étaient encore en transe ou inconscients.

Quand Alus avait sorti son masque de sa robe, Tesfia avait compris ce dont ils avaient besoin pour établir leurs priorités.

Poussant le sujet du nouveau sort de côté — bien qu’elle avait encore la moitié de son esprit concentré sur ça — Tesfia avait titubé vers les autres pour leur dire que le sauvetage était arrivé.

« Les gars, tout ira bien maintenant, » déclara gaiement Tesfia, tout en endurant la douleur de ses blessures du mieux qu’elle pouvait.

Cependant, le seul membre du groupe qui avait répondu à sa voix était l’étudiante qui avait repéré le mamono en premier. Elle avait été enroulée en boule jusqu’à maintenant, mais elle était finalement sortie de son état de choc extrême. Ses épaules commencèrent à trembler.

Pendant ce temps, les élèves de sexe masculin étaient pathétiquement immobiles.

En entendant la voix douce de Tesfia, l’étudiante leva maladroitement la tête. « … » Sa vision semblait floue à cause de ses larmes, alors qu’elle regardait autour d’elle à plusieurs reprises. Incapable de croire qu’elle avait survécu à cette situation difficile, elle n’avait pu se détendre avant de confirmer de ses propres yeux qu’elle était vraiment en sécurité.

« Comme je l’ai dit, tout va bien maintenant. » Tesfia toucha doucement ses épaules tremblantes et raides.

Après avoir jeté un coup d’œil à la main de Tesfia pendant un moment, de grosses larmes coulèrent des yeux de l’étudiante, et elle enlaça Tesfia, enterrant son visage contre son cou. Elle s’était mise à pleurer en sanglotant. Tesfia avait tremblé, mais elle l’avait soutenue avec son petit corps, lui tapotant le dos en tremblant.

« Maintenant, que faire de ce type ? » Après avoir mis son masque juste avant, Alus regarda un Cabsol évanoui.

Il l’avait retourné avec son pied. Ces cheveux courts lui semblaient familiers… c’était la deuxième fois qu’Alus voyait cette personne. Il était le chef arrogant de troisième année du groupe qui avait pris d’assaut le bureau de Cisty l’autre jour.

« D’accord ! Laissons ce type derrière nous. »

« … ! » Tesfia avait paniqué un moment quand elle avait entendu Alus dire ça avec tant de désinvolture. Elle avait vite changé d’avis, réalisant que c’était probablement une blague, mais elle ne pouvait pas dire quel genre d’expression il avait sous son masque.

En fait, ses yeux qu’elle pouvait voir à travers les trous oculaires du masque regardaient Cabsol comme s’il n’était qu’un caillou sur le bord de la route. Il avait l’air d’en avoir assez.

En réalité, Alus était prêt à l’abandonner s’il le fallait. L’inattendu avait toujours été une menace dans le monde extérieur, mais c’était différent si la situation était volontairement créée.

« Il a causé des ennuis, après tout…, » dit Alus.

Mais Tesfia était intervenue précipitamment. « Attends un peu ! C’est aller trop loin. »

« Hmph, alors l’une ou l’autre façon sont bien, mais porter ce type sera un ennui. » C’était plus ou moins ce qu’Alus ressentait vraiment. Il croyait vraiment que ce serait du gaspillage d’efforts.

Tesfia avait du mal à comprendre comment Alus évaluait les choses. En pesant une vie humaine face au travail de le porter, il semblait immédiatement éliminer l’effort inutile.

Mais vu ce que Cabsol avait fait, ce n’était peut-être pas si inattendu que ça.

« C’est de sa faute si c’est arrivé, donc le laisser mourir serait irresponsable, » déclara Tesfia, essayant d’aider Cabsol. Elle pensait que c’était une bonne idée, mais quand elle avait pensé à la douleur qu’elle avait éprouvée à cause de lui et à la colère que cela lui avait causée, elle savait que c’était un peu exagéré.

Les opinions divergeaient lorsqu’il s’agissait de mesurer le péché d’une personne par rapport à son expiation. Par exemple, dans Alpha, le jugement général envers un meurtrier était de le faire vivre et expier ses péchés.

Pour Alus, payer de sa vie pour un meurtre était la bonne décision, en plus d’être le jugement le plus facile. C’est pourquoi il avait incliné la tête sur ce que Tesfia était en train de faire. « Est-ce vrai ? » C’était le genre de jugement qu’il ne comprenait pas, mais il avait fini par l’accepter. Il était un peu conscient qu’il était parfois un peu à côté de la plaque, ou plutôt, il avait finalement commencé à s’en rendre compte ces derniers temps.

Dans l’armée, être abandonné dans le monde extérieur pour avoir commis une violation majeure contre les ordres était une punition naturelle. C’était une trahison, non seulement contre les règlements militaires, mais aussi contre l’humanité. Tant qu’il y avait des preuves, il s’agissait d’une violation suffisamment grave pour justifier un jugement sur place.

Alors que Cabsol n’était qu’un étudiant, il y avait une limite à ce qu’on pouvait faire. Ses péchés n’étaient pas assez graves pour le payer immédiatement de sa vie, mais Alus serait d’accord pour l’abandonner au moins dans le monde extérieur.

S’il a de la chance… Non, je suppose qu’il meurt.

Alors qu’Alus soupirait, Tesfia continuait à le convaincre. « D’ailleurs, ce n’est pas comme si je ne comprenais pas ce qu’il ressent… Eh bien non, je ne comprends pas, mais…, » dit-elle évasivement.

Elle, assez vexée, ressentait quelque chose qui n’était pas vraiment de la sympathie ou de la compassion, mais…

Les magiciens étaient tous plus ou moins liés par leur rang. Les moyens utilisés par Cabsol cette fois-ci ne pouvaient pas être négligés, mais de jeunes magiciens agissants seuls avec l’ambition d’élever leur rang étaient inévitables.

☆☆☆

Partie 9

En fait, Tesfia elle-même était dans le passé plus obsédée par l’augmentation de son grade que la plupart. Les gens autour d’elle s’y attendaient, surtout si l’on considérait son statut de noble. Elle ne pouvait pas l’exprimer correctement, mais elle avait vu un aperçu de son passé chez Cabsol.

Alus avait compris qu’elle avait de la sympathie pour lui. C’est pourquoi il avait continué pour elle, « Je comprends, on peut dire que ce type a été assez puni. Non, il devrait être davantage puni. Je suppose… que ce type ne va probablement pas réussir en tant que magicien. »

En d’autres termes, il serait considéré comme un raté. Cela dit, cela ne voulait pas dire qu’il serait traité avec horreur pour le reste de sa vie. Cependant, quelqu’un qui était étiqueté comme un magicien de second ordre serait traité et reconnu différemment d’un magicien de premier ordre se battant en première ligne.

C’était la différence entre mépris et respect. Une règle tacite de différenciation entre les rangs.

Soudain, le bruit du bruissement des feuilles. Tesfia s’était préparée.

Ensuite, une fille aux cheveux argentés avait sauté d’un endroit herbeux. Après avoir plané dans les airs, elle avait atterri en douceur.

« Loki, » déclara Tesfia.

« Je suis désolée. J’étais, euh…, » Loki vacilla. Il s’était écoulé un certain temps depuis qu’Alus était parti aider le dernier groupe, et comme aucun rapport n’était arrivé, elle ne pouvait probablement pas se contenir.

« Désolé, j’ai oublié de prévenir, » déclara Alus.

« Non, je suis juste contente qu’il ne se soit rien passé de mal. » Loki était soulagée. Bien qu’elle croyait qu’il irait bien, elle ne pouvait pas mettre de côté le malaise qu’elle ressentait. Libérée de sa détresse, son expression s’était adoucie. « La principale leçon extrascolaire pour les étudiants de première année est terminée. La directrice a exprimé son intention de poursuivre la leçon, et tous les groupes à l’exception de celui-ci passent déjà à l’étape suivante. »

« Compris… Merci. » Alus posa sa main sur sa tête comme s’il faisait l’éloge d’un chiot.

Ses yeux étaient baissés et ses joues rougissaient, mais quand elle avait réalisé qu’une certaine étudiante aux cheveux roux était là, Loki était vite revenue à la raison. Son expression adoucie s’était transformée en son expression habituelle, sans émotion.

« Et les mamonos ? » demanda Loki.

« J’ai anéanti tous ceux d’ici, » déclara Alus.

« Je pensais bien que c’était vous, Sire Alus. Je pouvais voir la chaîne. » Loki hocha la tête en signe de compréhension.

C’est alors qu’Alus le lui demanda soudain. « Combien sont en route ? »

C’était une question abrupte, mais Loki avait répondu immédiatement. « Trois équipes sont en route. Je crois qu’ils seront bientôt là. »

« D’accord. Je te laisse le reste, » déclara Alus.

« Oui ! » Loki s’inclina poliment. Son apparence était soignée, ordonnée et mignonne. Bien qu’elle se soit précipitée du quartier général, il n’y avait pas la moindre trace de saleté sur son uniforme.

Mais déplaçant son regard sur un point, il lui brossa les épaules d’une expression exaspérée. L’instant d’après, des feuilles vertes étaient tombées par terre.

« Merci beaucoup, » déclara Loki.

Alus n’avait rien dit. C’était la rapidité avec laquelle elle avait couru.

« À propos de l’endroit où nous nous sommes arrêtés…, » dit Tesfia. Ce n’était pas seulement parce qu’elle n’aimait pas se sentir exclue. Elle s’intéressait au nouveau sort, mais plus encore, elle réalisa à quel point elle avait été ignorante et myope.

Elle regrettait aussi de ne pas avoir arrêté Cabsol. Vu sa position, cela aurait pu être difficile, mais cela avait fait la lumière sur les dangers du monde extérieur.

L’homme était très faible dans ce monde vaste et mystérieux. Tesfia comprenait maintenant les terreurs du monde et comprenait à quel point ses capacités étaient faibles.

L’essence de la défaite des mamonos dont Alus avait parlé n’était probablement pas une question de compétence, mais d’attitude mentale. Et elle manquait énormément de détermination et de pouvoir pour affiner son esprit comme elle était maintenant.

« Dépêche-toi de me le dire, s’il te plaît. Je veux devenir plus forte. Je suis sûre que je verrai le monde différemment alors… » C’est pourquoi elle voulait entendre la réponse à sa question avant qu’elle ne soit laissée en suspens. Non, elle ne voulait déjà en savoir plus que ça. Cela dépasserait la simple connaissance ou technique. Tesfia avait l’impression que cela la conduirait dans le futur, un indice qui la conduirait sur son propre chemin en tant que magicienne.

Cependant, son enthousiasme n’avait pas été récompensé. « Qu’est-ce que tu racontes ? » Alus déclara en passant, comme s’il avait oublié leur conversation. Il avait retiré la chaîne de son épée courte. La chaîne de l’AAR avait fini de chasser ses proies, anéantissant tous les mamonos, et était retournée à son fourreau.

« Comme je l’ai dit… commence avec ce sort… » Tesfia avait été embarrassée par le fait que Loki fixait son allure déraisonnable. Elle n’avait pas été en mesure de continuer clairement.

Mais Alus l’avait repoussée. « Ce serait pénible si quelqu’un d’autre le voyait. Et ne te méprends pas sur tes priorités. Traite d’abord tes blessures. Si tu prends du retard sur tes adversaires à ce niveau, tu as encore un long chemin à parcourir. »

Il l’avait dit avec légèreté, mais en un instant la forte volonté de Tesfia revint et elle le fixa du regard. Avec des traces de larmes sur son visage, elle lui déclara. « J’ai dit que je voulais devenir plus forte ! En plus, tu as l’intention de partir, n’est-ce pas ? »

Tesfia avait fermement saisi la robe d’Alus. Ses yeux étaient sérieux et elle avait l’air têtue, ne laissant pas passer sa chance, même si elle était blessée.

« Bien… Loki, je l’emmène, » déclara Alus.

« Attends — Ahh ! »

Soudain, Alus tendit les bras. Tesfia fut étonnée un instant, après avoir été soudainement soulevée du sol, elle poussa un petit cri. Elle avait enroulé ses bras autour du cou d’Alus par réflexe lorsqu’il l’avait prise dans ses bras, mais la honte l’avait agressée, alors elle avait lâché prise et avait tenu maladroitement ses mains sur sa poitrine.

« Je peux marcher toute seule…, » ses mouvements alors qu'elle était dans les bras d'Alus étaient très faibles. C’était probablement parce qu’elle ne s’en était pas encore remise.

Cela dit, Alus n’avait pas l’intention d’attendre qu’elle se rétablisse et qu’elle retourne à son aise au quartier général. « Ferme-la si tu veux que je t’apprenne. Je t’instruirai de manière à ce que personne ne puisse interférer. »

Il n’avait pas besoin d’en dire plus. Comme un enfant qui veut jouer avec un nouveau jouet, Tesfia n’avait d’autre choix que d’obéir. « D’accord… »

Comme pour protéger sa dignité, la fière jeune fille avait plaqué ses mains devant sa modeste poitrine.

***

En fin de compte, le groupe 11 avait été reconduit en sécurité et seule Tesfia avait été blessée.

La majorité du groupe s’était évanouie ou avait été incapable de bouger, ce qui signifiait qu’ils n’avaient pas résisté ou n’avaient rien fait d’inutile. Les autres membres, pris en charge par trois équipes pour un total de six personnes, n’avaient subi aucune blessure externe.

Cependant, le superviseur, Cabsol, avait l’air hagard. Son arrogance et sa dignité de noble semblaient avoir disparu, et il était à bout de souffle à son retour au quartier général.

Au total, les superviseurs de sept groupes et de quatre équipes de renfort avaient agi indépendamment… en d’autres termes, ils avaient enfreint les règles de la leçon parascolaire et défié les ordres.

Bien qu’il y ait eu des fautes de la part de l’Institut, ils seraient tout de même passibles d’une punition grave. Certains des étudiants de première année avaient été traumatisés par leurs actions. De plus, le fait qu’ils aient ignoré les avertissements du quartier général signifiaient qu’ils allaient être encore plus punis.

La plupart des groupes, y compris celui de Felinella, avaient cependant terminé la leçon extrascolaire sans aucun problème.

Normalement, il fallait du temps avant qu’un verdict soit rendu, mais cette fois-ci, c’était rapide. Malgré tout, c’était la tâche la plus problématique pour la directrice de l’école parmi tout ce qui s’était passé pendant la leçon.

D’un autre côté, Tesfia n’avait pas été récompensée publiquement pour les blessures qu’elle avait subies, mais ce n’était pas pour rien.

Juste avant la fin de la leçon parascolaire, Alus avait tenu sa promesse et lui avait enseigné les détails des éléments structurels de Mistlotein… tout en parcourant le monde extérieur avec Tesfia dans ses bras. Bien que l’on pouvait se demander si elle était capable de tout comprendre.

Son enthousiasme avait même déconcerté Alus, et si elle avait eu un cahier avec elle, elle aurait sûrement écrit chaque mot qu’il disait malgré la vitesse extrême à laquelle ils se déplaçaient.

En fin de compte, le seul moyen de la calmer n’était pas seulement de révéler toute la formule magique, mais Alus avait même promis de lui tenir compagnie une fois de retour au quartier général pour qu’elle puisse tout écrire. Bien sûr, il se sentait étrange d’avoir à faire des compromis alors que c’était lui qui enseignait les astuces du nouveau sort.

Cependant, comme Tesfia avait oublié sa douleur pendant qu’ils y étaient, Alus était d’accord avec ça. Au moins, c’était mieux que de la voir crier et se débattre dans la douleur tout en se déplaçant à grande vitesse.

Lorsqu’Alus fit cette promesse, Tesfia avait saisi la manche de sa robe et marmonna. « Merci… »

« Il n’y a pas de quoi. »

La réponse d’Alus était claire, mais le visage de Tesfia était devenu rouge quand ils avaient pris de la vitesse, et il n’était pas clair si elle l’avait même entendu. Soulagée par la promesse qu’il lui avait faite, elle avait finalement pu se rendre compte de la situation dans laquelle elle se trouvait et elle avait été très secouée.

C’est vrai — cette pose dans laquelle elle se trouvait en ce moment était très semblable au fantasme dont toutes les filles d’âge avaient rêvé au moins une fois dans leur vie.

Quoi qu’il en soit, Alus décida de ne pas la taquiner ou d'être sarcastique avec Tesfia en l’entendant être si docile. Voulant se dépêcher d’aller de l’avant, le génie et magicien se tut et accepta sa gratitude.

☆☆☆

Chapitre 7 : La convergence des turbulences

Partie 1

Juste avant de retourner au quartier général, Alus avait enlevé son masque et sa robe.

S’il gardait son masque, il serait traité comme une personne suspecte et inviterait inutilement le chaos. De plus, son travail était à peu près terminé, il n’avait donc plus besoin de se déguiser.

À leur arrivée au quartier général, Tesfia avait été emmenée à l’hôpital de campagne, comme on l’appelait, mais c’était seulement au niveau de l’infirmerie de l’Institut. Des mesures rapides étaient nécessaires pour éviter que ses brûlures ne laissent des cicatrices.

Tesfia elle-même avait refusé le traitement, disant que ce n’était pas grave, mais Alice — qui était tout sourire à son retour — avait rapidement mis fin à sa résistance.

Accompagnée d’un secouriste, Tesfia était entrée avec réticence dans la tente où un magicien guérisseur l’attendait.

La magie de guérison ne cessait de s’améliorer, mais elle ne pouvait toujours pas guérir instantanément les blessures profondes. Au mieux, il pourrait activer les cellules pour augmenter les capacités régénératives d’une personne.

Les choses seraient différentes si plusieurs magiciens guérisseurs étaient là pour jeter des sorts, mais les magiciens capables d’utiliser la magie de guérison étaient actuellement rares.

Lorsqu’il utilisait des sorts de guérison, le guérisseur devait faire correspondre son mana à celle de la personne blessée. Normalement, les caractéristiques personnelles affectent largement le mana, chacun ayant sa propre longueur d’onde unique. C’est pourquoi le guérisseur devait faire correspondre la longueur d’onde de son mana à celle de la personne blessée pour réduire tout rejet.

En même temps, le guérisseur avait besoin de travailler sur les cellules, ce qui stimulait les capacités régénératives par le mana. Cela dépassait le niveau d’utilisation habile du contrôle du mana, nécessitant une technique superfine pour s’ajuster cellule par cellule.

Il était distinctement différent du contrôle du mana d’Alus, et était bien sûr toujours très recherché.

Les magiciens actifs avaient toujours besoin de faire face aux blessures, mais les jeunes filles devraient être guéries si elles le pouvaient.

Tesfia n’en savait toujours pas assez sur le monde pour se vanter haut et fort des cicatrices connues sous le nom de « décorations de magicien ». Heureusement, même le magicien qui la guérissait avait l’habileté de guérir les coupures sur son front et ses joues sans que cela laisse de cicatrices.

Une fois Tesfia hors de vue, Alice baissa la tête vers Alus. « Merci, Al. »

Son sourire éclatant était comme un médicament qui aidait à mettre de côté un peu de la tristesse qu’Alus ressentait, et à guérir ce sentiment d’en avoir assez, car il n’avait à faire face qu’à des problèmes.

Cependant, ce n’était vraiment qu’un problème. En repensant à l’araignée géante, il n’était généralement jamais aussi bavard quand il traitait avec les mamonos.

Alus s’était laissé aller à ses pensées. À ce moment-là, il se souvenait d’avoir ressenti un léger sentiment de joie au combat — bien qu’un adversaire à ce niveau ne suffirait pas à le satisfaire — ainsi qu’un sentiment différent. Réalisant cela, il avait commencé à penser que ses paroles et ses actions à l’époque étaient comme celles de quelqu’un d’autre.

Même si ce n’était qu’un peu… ce qu’il ressentait pouvait être de la colère, quelque chose qu’il n’avait pas ressenti depuis longtemps. Cela dit, il n’avait jamais été en colère contre les mamonos auparavant, il était donc un peu tôt pour décider que c’était ça.

Mais le résultat final était qu’il avait complètement exterminé le mamono, donc du point de vue d’un spectateur, cela pourrait ressembler à une punition née de la colère.

Alus avait analysé objectivement la situation. Dans ce cas, pourquoi se sentait-il comme ça ?

Cependant, peu importe à quel point il l’analysait, il n’arrivait pas à trouver une explication raisonnable, alors y penser davantage était un gaspillage. Comme Alus préférait la logique, il ne pouvait s’empêcher de rejeter ces pensées.

Il répondit donc à la gratitude d’Alice en disant catégoriquement. « Ce n’est que par hasard. »

En fait, il ne savait pas que la dernière demande de sauvetage qu’il avait reçue concernait le groupe de Tesfia, alors ce n’était vraiment qu’une coïncidence.

Bien qu’Alice n’ait pas l’air de penser ainsi. Elle croyait qu’il s’était inquiété pour sa meilleure amie et avait utilisé tout ce qu’il avait pour la sauver, et elle l’avait regardé dans les yeux sans avoir aucun doute.

Alus avait décidé d’ignorer Alice après qu’elle ait commencé à le remercier abondamment.

Après un certain temps, Alice avait recommencé à s’inquiéter de l’état de Tesfia et s’était précipitée à l’hôpital de campagne après l’avoir remercié une fois de plus.

En parlant d’agitation, Alus se dit en la voyant partir.

Peu de temps après, Alice revint rayonnante de joie, avec un grand sourire, comme si elle voulait dire quelque chose à un Alus aigre. C’était un sourire vraiment captivant et innocent, mais il avait certainement un sens caché. « Al, il y a une formation pratique après ça… mais mon groupe est fatigué et il ne participera pas. J’ai donc un peu de temps libre… »

La formation pratique était volontaire, mais la directrice avait décidé de poursuivre la leçon parascolaire, en supposant qu’il n’y aurait que quelques participants. Et si on n’avait pas besoin de superviseurs, on n’aurait pas non plus besoin d’Alus, bien qu’il doive rester joignable au cas où quelque chose arriverait.

Il savait ce qu’Alice voulait dire. Il savait aussi que c’était probablement Tesfia qui lui avait mis l’idée en tête. La raison de sa façon détournée de demander était probablement sa façon de se retenir. Mais dans ce scénario, il avait presque senti que c’était pire.

« D’accord, » bien qu’il n’ait pas été le moins du monde épuisé par la bataille, il trouvait honnêtement que c’était gênant. Cependant, il ne l’avait pas dit à haute voix. S’il le faisait, il créerait une différence dans la façon dont il traiterait les deux filles.

Et avec l’intérêt de Tesfia pour Mistlotein, ces deux étudiantes étaient un peu gênantes, mais elles avaient obtenu des notes parfaites pour leur enthousiasme.

« J’ai entendu dire que tu as aussi réussi à exterminer des mamonos. » Alus soupira. « Dire que je me tromperais sur vous deux. »

En d’autres termes, Alice avait rempli les critères de passage, tout comme Tesfia. Ce qui veut dire qu’elles pourraient recevoir l’instruction d’Alus sans réserve. Comme c’était quelque chose qu’Alus lui-même avait soulevé, il ne pouvait pas revenir en arrière maintenant.

« Ça ne me dérangerait pas qu’on tombe sur une classe B, tu sais. » Alice avait laissé échapper un rire étouffé, probablement après en avoir entendu parler par Tesfia.

Alus la fixa d’un regard froid. « Ne t’emporte pas. » Il savait qu’elle plaisantait, alors il l’avait épargnée d’un léger coup sur le front.

Même à ce moment-là, Alice semblait enchantée, et elle faisait des petits bons dans sa démarche.

Lorsque Loki revint, il lui adressa des paroles de sympathie et lui demanda d’un air coupable de continuer à s’occuper des étudiants qui restaient.

C’est ainsi que la leçon individuelle d’Alice et d’Alus avait commencé.

Une fois qu’ils avaient quitté le quartier général, Alice avait demandé quelque chose qui lui venait à l’esprit. Mais voyant comment elle avait curieusement regardé par-derrière, elle avait dû le retenir jusqu’à maintenant.

« Est-ce… ton AAR ? » Elle avait pointé du doigt le Brouillard de nuit suspendue à sa taille.

C’était une qualité qu’elle partageait avec Tesfia. C’était dans leur nature de poser des questions sur tout ce qui les intéressait, surtout s’il s’agissait du plus grand magicien du monde.

« Veux-tu le voir ? » demanda-t-il.

Il connaissait la réponse sans avoir à demander. Ou plutôt, son expression le rendait douloureusement évident. Mais il avait quand même décidé de vérifier. Bien que la réponse soit claire, Alus avait enlevé le fourreau de sa taille lorsqu’il entendit sa question.

Bien sûr, Alice hocha la tête sans réserve.

« C’est un peu lourd, » déclara Alice.

Alice l’avait tendu les deux mains pour l’attraper comme s’il s’agissait d’une œuvre d’art de grande valeur. Comme si elle était une vassale recevant un trésor de son seigneur. « Oh, ça l’est ! » Ses bras s’étaient un peu abaissés à cause du poids inattendu.

Elle tendit la main vers la poignée en murmurant. « C’est beau. »

« … »

Il y avait eu une pause avant qu’Alus ne réagisse, car c’était une impression qu’il n’avait jamais entendue auparavant. Le Brouillard de nuit, avec sa lame noire de jais, était plus souvent décrit comme étant effrayant et rustique, et il croyait lui-même qu’il s’agissait d’un AAR uniquement conçu pour exterminer les mamonos.

Il suspecta que son sens de l’esthétique devait être tout à fait unique, et commença à lui expliquer à propos du Brouillard de nuit, lui donnant les mêmes informations qu’il avait déjà données à Loki.

« Puis-je essayer ? » Alice ne voulait pas dire l’utiliser pour tuer des mamonos, mais plutôt injecter du mana à travers lui.

« Ça ne me dérange pas, » répondit immédiatement Alus. Son AAR avait des formules magiques gravées dessus, mais le simple passage de mana ne ferait rien. Et si Alice le faisait, il était sûr qu’elle utiliserait la même forme incomplète et maladroite qu’à l’entraînement. Ces derniers temps, elle avait fait des progrès remarquables… mais Alus ne s’était pas donné la peine de le dire.

Si elle grandissait grâce aux louanges, ce serait bien, mais Alus trouverait cela irritant si elle commençait à s’emporter.

Alice avait commencé son enchantement dans le Brouillard de nuit.

« … ? »

Mais seul Alus avait réalisé que quelque chose n’allait pas.

Alice se concentrait sur son contrôle du mana, comme toujours. Alors qu’elle enchantait le Brouillard de nuit, elle ne se limitait pas seulement à la lame, mais s’étendait aussi à la chaîne du fourreau, et l’instinct d’Alus lui disait que quelque chose était étrange.

Poursuivant son enchantement, tout en ignorant la réaction d’Alus, Alice ouvrit la bouche avec surprise. « — ! ! Jusqu’où cela va-t-il ? »

« Il y a 50 mètres, » répondit Alus.

« Pas possible !! » Peut-être parce qu’elle était découragée, le flot du mana d’Alice s’était arrêté et s’était dispersé.

Mais Alus l’avait certainement vu — ou plutôt ressenti.

Son mana avait fait réagir l’un des anneaux, quoique légèrement… l’anneau dont elle avait tiré une réaction tenait la formule pour Lien Morshonell, qu’Alus avait utilisée pour sauver Tesfia.

Il n’avait pas été en mesure d’expliquer pourquoi cela s’était produit tout de suite. Il avait rapidement rejeté la conclusion temporaire à laquelle il était parvenu avant même d’y penser. Son attribut est censé être l’élément de lumière. Cela aurait pu être une fausse réponse par hasard… Non, ça n’aurait pas non plus de sens.

Parmi tous les attributs, la lumière et l’obscurité étaient exceptionnellement rares et étaient considérées comme des éléments. Alus était confiant dans la précision du Brouillard de nuit à réagir au mana. De plus, l’anneau qui avait réagi, gravé de la formule de Lien Morshonell, était une formule sans attribut. La structure même du sort était très simple, sans formule d’attribut pour servir de base. C’est pourquoi, s’il devait être catégorisé, il serait sans attribut.

La réaction de l’anneau étant si faible, il était difficile d’en être sûr. Mais pour Alus, l’attribut d’Alice était la lumière. Et en même temps, elle avait probablement quelque chose d’unique à elle, tout comme lui.

Cependant, il était encore trop tôt pour décider que le mana d’Alice avait une autre propriété. Bien que la question l’intéressait, il avait reporté sa conclusion à plus tard et n’avait rien dit.

Après cela, Alice avait passé un certain temps sous la direction d’Alus, avec Alus parfois donner un coup de main, et avait vaincu avec succès plus de dix mamonos. Bien qu’avec le peu de mamonos qu’il y avait autour du quartier général, ils avaient dû sortir un peu plus loin.

Parmi les vaincus, il y avait un mamono de classe C, mais c’était trop pour Alice, alors Alus avait dû s’en occuper.

L’attitude d’Alice quand elle traitait avec les mamonos était toujours intrépide. C’est peut-être parce qu’Alus était à côté d’elle, mais elle n’avait pas reculé, même contre des adversaires redoutables. C’était un courage résolu, quelque chose que tous les magiciens devraient avoir.

Regardant sa maîtrise de la lance, Alus avait trouvé ça très impressionnant. Elle était encore quelque peu retenue par sa forme, mais plus elle acquérait d’expérience, plus son style s’adaptait aux mamonos.

☆☆☆

Partie 2

D’ailleurs, son enchantement n’était toujours pas au point de pouvoir endommager un mamono de classe C. Tesfia était probablement la même à cet égard. Cependant, il y avait une différence entre elles… une chose à propos d’Alice qui était inférieure à Tesfia.

« Est-ce le seul sort que tu peux utiliser ? » demanda Alus, traitant instantanément avec un mamono qui était trop pour elle.

« Oui. C’est pour ça que je ne peux pas faire beaucoup de dégâts efficaces aux mamonos. » Alice sourit faiblement, se grattant la joue avec un doigt sale. Sa Réflexion et sa Réduction étaient incroyablement puissantes contre les magiciens, et pouvaient la protéger contre les mamonos, mais ne pouvaient pas fonctionner comme un coup décisif.

« À ce rythme, tu ne pourras vaincre que jusqu’à une classe D, » déclara Alus.

« … Il n’y a que quelques sorts d’attributs de lumière, et les sorts d’attaque sont vraiment difficiles, » Alice savait elle-même qu’elle ne pouvait pas continuer comme ça. Mais le problème avec son attribut ne serait pas résolu si facilement. Ses mots ressemblaient à une excuse, et elle avait souri avec ironie, comme si elle avait abandonné.

Une affinité pour l’attribut de la lumière était innée. Très peu de magiciens l’avaient. Même comparés à l’affinité sombre avec laquelle il partageait des traits similaires, ceux qui avaient une affinité pour la lumière étaient peu nombreux. C’est pourquoi il n’y avait pas d’informations détaillées sur ses caractéristiques, et la raison pour laquelle il était seulement inné restait un mystère.

Dans le domaine de la recherche sur la magie, plus d’efforts avaient été consacrés aux attributs communs en raison de la rareté de ceux qui avaient l’affinité de la lumière. Ainsi, l’état actuel de la recherche sur ces deux éléments était désespérément en retard.

Alus était également capable d’utiliser la magie de haut niveau indépendamment de l’affinité, mais ce n’était pas le cas quand il s’agissait des éléments. Comme on pouvait s’y attendre d’après le nom, les sorts sans attribut n’étaient pas liés aux attributs, qui comprenaient les deux éléments.

« Je vois… Eh bien, si tu deviens un cobaye pour mes recherches, j’y penserai peut-être, » déclara Alus, se surprenant même lui-même.

« Hmm !? » Tout en gardant un sourire sur son visage, Alice inclina la tête avec une expression confuse et anxieuse. Son visage avait pratiquement dit. « De quoi parles-tu… ? » et elle avait montré une quantité surprenante d’agitation.

Réalisant peut-être que l’utilisation de l’expression cobaye était une erreur, Alus s’était corrigé. « Cela signifie qu’en raison de ton affinité, si j’examine ton corps, je pourrais être capable de comprendre l’élément de lumière et créer de nouveaux sorts. »

« Hein !? » Cela avait semblé provoquer une forte réaction, car Alice s’était couvert son corps avec ses bras et s’était figée en place. Les mots « examiner son corps » avaient une signification différente pour une adolescente.

Alus comprit qu’il pouvait utiliser quelques mots de plus, mais il n’avait jamais eu l’intention de la forcer. Bien qu’il s’intéressait aux sorts d’éléments, il y avait peu de données disponibles, et il pensait simplement que ce serait bien s’il avait un sujet à examiner.

Mais avec cet échange, Alus en avait tout de suite eu marre. « Alors je m’en fiche, » lui dit-il froidement, sans humour ni sourire. À cause de cela, son timbre sonnait d’une dureté inattendue, et une atmosphère sérieuse s’en était suivie.

« Ah, oh, je plaisantais. » Alice s’était vite rendu compte du changement et avait donné suite à sa remarque comme pour s’excuser d’avoir mal compris ses motivations. « Mais es-tu sérieux à propos de m’examiner… ? »

Le rougissement de son visage devint de plus en plus intense. Elle semblait imaginer la scène qu’Alus offrait. Même le bout de ses oreilles rougissait, et elle baissa les yeux vers son corps, vers une certaine partie bien développée, et le regarda avec embarras.

Voyant cela, Alus n’avait pas eu d’autre choix que d’ajouter à sa proposition. « Je ne sais pas à quoi tu penses, mais tu as probablement tort. En fait, pour qui me prends-tu ? »

« Euh, eh bien… Un garçon ? » répondit Alice.

« … Non. Enfin, je le suis. Mais je ne te brancherai qu’à une machine spéciale qui analyse les informations de ton corps. J’ai aussi besoin que tu mettes une blouse d’hôpital pour que je puisse vérifier ton mana, » expliqua Alus.

« Oh… c’est tout… ? Alors c’est très bien. Ou plutôt, s’il te plaît, fais-le, » répondit Alice.

 

 

Alus pensait qu’il l’avait expliqué poliment, mais quand il avait entendu la réponse d’Alice combinée à son sourire ironique, il avait senti qu’on le prenait à la légère. Peut-être pensait-elle qu’il y avait une limite à ce qu’un garçon de son âge pouvait faire, même s’il était l’actuel numéro un. On aurait dit qu’elle pensait qu’il ne faisait que l’étiqueter avec son petit jeu.

« Juste pour que tu le saches, je l’ai fait, » déclara-t-il en pointant son pouce vers le Brouillard de nuit.

« — ! ! »

Il était maintenant de retour dans son fourreau à sa taille, mais Alice aurait dû littéralement sentir la puissance qu’il contenait, ainsi que la méticulosité avec lequel il avait été fabriqué. Il exposait ses capacités pour la rassurer, et il avait reconsidéré le fait qu’elle le prenait à la légère, ce qui aurait pu être un peu tiré par les cheveux.

Strictement parlant, la création du Brouillard de nuit avait été une collaboration — mais ce n’était pas quelque chose qu’elle avait besoin de savoir en ce moment.

« … Je ne doutais pas de toi, » déclara Alice, d’un ton très gênant.

En fin de compte, il semblait que sa conjecture avait après tout été juste.

En fait, dans l’esprit d’Alice, elle se souvenait d’une conversation avec Tesfia à leur retour de formation. Après qu’Alus eut été particulièrement éloquent sur le sujet de la magie, les deux filles avaient ri de son comportement, le comparant à celui d’un enfant.

À l’époque, Tesfia avait dit irrespectueusement. « Je parie qu’il ne fait même pas de recherches impressionnantes. »

Alus avait un léger froncement de sourcils sur son visage, tandis qu’Alice se grattait la joue avec un rire gêné comme d’habitude.

Après de nombreux rebondissements, Alice avait finalement donné son approbation. Elle avait promis de laisser Alus l’examiner, puis avait continué à vaincre des mamonos aussi longtemps que le temps le permettrait.

Et comme d’habitude, Alus avait dû suivre son entraînement.

***

C’était le lendemain du cours pour les premières années. Les cours d’hier avaient été annulés et deux jours s’étaient écoulés depuis leur leçon parascolaire.

La salle de classe était pleine de discussions, bien qu’il y ait encore quelques pupitres vacants. C’était parce que certains ne pouvaient toujours pas assister aux cours à cause du choc lors de leurs combats contre les mamonos. Cela dit, il n’y en avait que quelques-uns.

Deux sujets dominaient la classe.

Le premier sujet concernait un magicien masqué insaisissable qui avait activement assisté à la leçon parascolaire. Quelques-uns seulement auraient dû le voir en personne, et bien qu’un peu exagérés, ceux qu’il était censé sauver avaient chanté ses louanges.

« Et puis il a assommé à mains nues cet effrayant camarade de classe supérieure ! »

« Il a reçu un coup propre avec son genou… »

La plupart étaient des ragots, mais certains n’étaient pas loin de la vérité, pensant qu’il devait être un magicien renommé, ou un soutien que l’Institut avait appelé.

L’autre sujet était l’audace et la détermination de Loki à commander, à faire obéir les professeurs et à ordonner aux élèves comme s’ils étaient ses propres membres. Il y avait quelques exagérations mélangées ici aussi, mais beaucoup d’élèves avaient été sauvés par ses capacités.

Grâce à eux, il n’y avait pratiquement pas eu de victimes au cours des deux premières années, à l’exception de quelques élèves en état de choc.

La leçon parascolaire s’était terminée aussi bien que possible en ce qui concerne les blessures, ce qui était ce qui préoccupait le plus la directrice.

De plus, ceux qui avaient plongé la journée dans le chaos avaient dû payer pour cela.

Les équipes de renfort et les superviseurs qui avaient exposé les premières années au danger en désobéissant aux ordres et en agissant de manière indépendante avaient été punis par l’Institut. La plupart de la douzaine d’étudiants avaient réussi à s’en sortir avec seulement un mois de suspension.

Cela dit, ceux qui avaient déjà un poste à pourvoir dans l’armée après l’obtention de leur diplôme seraient certainement réaffectés. Et ceux qui prévoyaient de s’enrôler dans l’armée subiraient le même sort.

De plus, bien que la suspension n’ait duré qu’un mois, ce fut un coup dur pour ceux qui s’étaient efforcés d’apprendre la magie puissante et d’améliorer leur classement.

Puis il y avait eu le seul élève expulsé… Cabsol Denvel.

C’était simplement à cause des pertes qu’il avait causé. À cause de lui, ils avaient rencontré un mamono de haut niveau qu’ils n’auraient pas rencontré normalement, et les étudiants avaient été exposés à des périls mortels et à des traumatismes mentaux, certains étant encore dans des lits d’hôpital.

Soit dit en passant, cette étudiante qui avait repris connaissance avant tout le monde avait réussi d’une façon ou d’une autre à se rendre en classe. Il lui restait encore beaucoup de chemin à parcourir avant de se rétablir complètement, mais il n’y aurait aucun impact sur sa vie quotidienne.

Quant au sort des trois étudiants de sexe masculin encore à l’hôpital, ce qui leur arrivera dépendra de leurs propres efforts de rétablissement.

Cabsol lui-même recevait des soins médicaux dans sa maison familiale, mais une peur avait pris racine dans son cœur, et l’utilisation de la magie déclenchait maintenant un traumatisme profondément ancré en lui. Son esprit avait été brisé et sa vie de magicien était maintenant terminée.

L’Institut avait hésité quant à décider comment traiter avec lui, compte tenu de sa noble lignée, mais à la fin, ils avaient choisi l’expulsion susmentionnée. Cela aurait également un effet dissuasif pour empêcher les autres de suivre ses traces.

Si la famille Denvel n’avait pas soulevé d’objections, c’est parce que c’était déjà inutile. Même si l’expulsion était révoquée, Cabsol ne pourrait pas se remettre de son esprit brisé et réclamer un avenir comme magicien.

De retour en classe, les deux personnes notables étaient toutes les deux absentes aujourd’hui (bien que personne ne sache qu’Alus avait été ce magicien masqué).

La raison, comme prévu, c’était la leçon parascolaire avant-hier. Les premières années avaient eu leur leçon il y a deux jours, les deuxièmes années avaient eu la leur hier, et c’était le tour des troisièmes années aujourd’hui, donc ils étaient tous les deux en train d’éradiquer les mamonos sur demande directe de la directrice.

Mais rien de semblable à ce qui s’était passé le premier jour ne s’était reproduit. Avec l’élimination des mamonos de classe B, Alus et Loki avaient vu moins d’action se dérouler.

Les punitions rapides de l’Institut avaient mis un terme à tout imitateur, évitant ainsi que d’autres incidents ne viennent troubler les deux individus.

C’est ainsi que le rideau était tombé sur la première leçon extrascolaire du Second Institut de Magie. S’il devait être ajouté au programme régulier des élèves, les événements particuliers et les leçons apprises de cette ronde aideraient sûrement à former les prochains magiciens novices en herbe.

☆☆☆

Chapitre 8 : Souvenirs brisés

Partie 1

Quand est-ce que c’était… ?

Non, en y pensant maintenant, cela avait commencé avant qu’elle ne prenne conscience de ce qui l’entourait.

Le projet de séparation des facteurs d’éléments avait été une étape importante dans sa vie. Les souvenirs de la jeune Alice étaient presque tous dans ces lieux de recherche.

Ses parents venaient lui rendre visite tous les jours. Son père était un homme agréable, sa mère belle et douce, et bien qu’ils ne se rencontraient que pour un petit moment chaque jour, le temps s’était passé avec des sourires joyeux.

Tous les souvenirs qu’elle avait étaient pleins de ces sourires, ou étaient censés l’être.

Quand le temps était écoulé, ils disaient toujours. « Nous vous reverrons certainement demain, » lui faisant signe de la main alors que leur visite touchait à sa fin.

C’était tout naturel pour Alice. C’est pourquoi elle n’était pas très bouleversée et attendait simplement de revoir ses parents.

Née dans une famille pauvre de roturiers, Alice avait quand même apporté le bonheur à ses parents. La famille de trois individus n’était pas à l’aise, mais ils étaient heureux.

Mais peu après l’âge de sept ans, Alice était tombée malade lors d’une épidémie et avait subi des tests détaillés à l’hôpital. Cette dépense, loin d’être bon marché, était devenue un fardeau majeur pour la famille Tilake, qui avait peu de marge dans ses finances.

Bien sûr, les parents d’Alice n’avaient pas regretté leur décision. Mais s’il y avait un problème, ce serait que l’établissement où Alice avait été emmenée n’était pas un grand hôpital géré par le gouvernement.

C’était beaucoup trop cruel pour appeler ça le destin.

Les résultats des essais détaillés avaient révélé qu’Alice avait une affinité rare pour un élément. Elle s’était également avérée être un sujet d’essai idéal pour le nouveau plan du pays. Il y en avait très peu avec une affinité pour les éléments, et à l’époque il y avait l’espoir qu’ils détiendraient un grand pouvoir pour s’opposer aux mamonos et devenir un symbole pour l’humanité.

Peu de temps après, le pays avait demandé à ses parents de prendre la garde d’Alice pour le bien de la nation et de l’humanité.

Il était clair comme de l’eau de roche qui leur avait divulgué les résultats des tests.

Alice s’était rapidement remise de l’épidémie grâce à un remède miracle, mais ce remède s’était avéré très coûteux. Comme il ne pouvait pas être produit en série, le coût était quelque chose qu’une famille pauvre ne pourrait jamais espérer payer. Il s’agissait d’une dépense extraordinaire, qui dépassait de loin le prix général du marché. Cette situation urgente ne pouvait être imputée à personne.

« Ne vous inquiétez pas, s’il vous plaît. Nous ne ferons qu’un examen détaillé du corps de la jeune fille et de ses talents particuliers, tel que les longueurs d’onde de son mana, » avait déclaré un fonctionnaire du gouvernement, après avoir reçu des nouvelles d’Alice de l’hôpital. Ses mots désinvoltes et bien entraînés étaient des phrases courantes que lui et ses collègues utilisaient pour persuader les parents.

Les parents d’Alice avaient reçu une grosse somme d’argent en échange de leur coopération à la recherche. Cela suffirait de payer les frais d’hospitalisation étonnamment élevés et pour avoir encore de l’argent de côté. Assez pour que ses parents n’aient plus jamais à travailler.

Cependant, l’offre avait laissé sa mère sans voix, et son père s’était fâché en frappant son poing contre la table devant lui. « Ce n’est pas une question d’argent ! »

Le fonctionnaire du gouvernement avait poursuivi calmement, écartant la colère du père. « Ce n’est pas comme si nous étions des marchands d’esclaves. Vous avez raison. Ce n’est pas une question d’argent, c’est une question d’avenir pour l’humanité. Votre coopération pourrait aider à sauver l’humanité. La disposition de la fille est peut-être ce qu’il faut pour nous sauver de notre situation difficile. Si vous acceptez notre proposition, nous pouvons lui garantir un avenir en tant que magiciens, même si les résultats des examens ne sont pas ceux que nous recherchons. »

Même les parents d’Alice n’avaient pas pu s’y opposer tout de suite. À cette époque, l’humanité avait réussi à arrêter l’avance des mamonos, mais elle était encore faible, et il y avait un risque d’une autre offensive majeure.

Seuls quelques magiciens accomplis existaient, et en tant que tels, le chemin pour devenir l’une des élites renommées de la nation s’était ouvert. Alpha était déjà en train de former de nouveaux magiciens et d’établir un système national.

En fait, avec les qualités d’Alice, les chances qu’elle grandisse et qu’elle ne soit pas impliquée avec les magiciens étaient proches de zéro.

« La période ne sera que de trois ans, et je peux vous garantir des droits de visite d’une heure par jour, » déclara le fonctionnaire du gouvernement, déposant un paquet de documents sur la table pleine de données qui détaillent le projet en question.

Les parents d’Alice avaient lu désespérément les documents sans même connaître la terminologie technique, dans un effort pour tout comprendre. En réalité, cependant, dès l’arrivée d’un représentant du gouvernement chez eux, ils n’avaient probablement aucun moyen de refuser.

Après une semaine d’angoisse, leur période de grâce, ils s’étaient finalement décidés et avaient pris une décision douloureuse.

Les parents d’Alice avaient serré la main de ce fonctionnaire satisfait et le contrat avait été signé.

En même temps, ils avaient reçu une grosse somme d’argent. Mais ils n’avaient pas quitté leur emploi. Ils n’avaient utilisé que le strict minimum pour couvrir leurs dépenses, laissant le reste intact.

Cependant, n’étant pas des gens sophistiqués, ils ne savaient pas comment était le monde. Un groupe de recherche comme celui-ci avait utilisé des méthodes inhumaines dans le passé. Si le système qui avait permis ces abus était désormais régi par des règles strictes, il était vrai que la recherche sur les mamonos n’était pas aussi stricte sur le plan éthique à l’époque qu’elle ne l’était aujourd’hui. Sous prétexte de la menace imminente des mamonos, les organisations qui franchissaient la ligne de démarcation étaient souvent négligées.

Même en utilisant des méthodes pratiquement illégales, le centre de recherche avait été créé dans le but de sauver l’humanité, et l’on s’attendait à ce qu’il obtienne de grands résultats.

Inconsciente de cette obscurité, Alice avait passé une année entière dans l’établissement.

La recherche sur le projet de séparation des facteurs d’éléments, dont l’objectif était de reproduire le facteur d’élément, était dans une impasse. L’ensemble du projet risquait de s’effondrer. Toute la magie — qui dépassait le niveau de ce qui pouvait être considéré comme humain — qu’ils avaient essayée sur le nombre limité de sujets d’essai s’était soldée par un échec.

Mais lorsque les freins éthiques avaient été retirés « juste cette fois-ci », sous prétexte que c’était pour le bien de l’humanité, ils avaient été facilement retirés à maintes reprises.

Les expériences s’étaient graduellement intensifiées, et les cicatrices qu’elles portaient étaient clairement restées sur le corps d’Alice. Heureusement, aucune n’avait causé de dommages internes, mais ces expériences ne pouvaient en aucun cas être qualifiées d’éthiques.

Quand le chercheur en chef regardait Alice couchée dans son lit, il chuchotait toujours : « Ne vous inquiétez pas, ce sera bientôt fini » dans son oreille, car l’anesthésie avait été administrée. Son visage mince et malsain criait pratiquement « Chercheur ».

Un esprit débridé et curieux résidait dans les yeux aiguisés de cet homme et des autres chercheurs, donnant à Alice l’impression qu’ils l’ignoraient tout en la regardant droit dans son corps. Elle avait l’impression qu’on ne la considérait que comme une matière d’expérimentation et, avec un ordre strict de silence en place, elle ne pouvait agir avec courage que devant ses parents. Comme les droits de visite de ses parents lui étaient tenus au-dessus de sa tête, elle ne pouvait qu’obéir.

« Maman, quand est-ce qu’on pourra vivre à nouveau ensemble ? » demanda Alice.

« Très bientôt, ma chérie. Juste un peu plus d’endurance. Maman attend aussi le jour où nous pourrons vivre ensemble, » dit sa mère en souriant.

« Elle a raison, tu sais. Tu seras tellement surprise quand tu rentreras à la maison. Il y a tellement d’animaux en peluche de cette taille là-dedans. » Son père, les bras écartés, essaya de lui remonter le moral.

Mais en réalité, elle ne pouvait plus se rappeler à quoi ressemblait leur maison ni où elle se trouvait exactement, comme si ces souvenirs avaient été effacés.

Alice avait souri, essayant de compter sur cette heure merveilleuse chaque jour. Elle ne se souvenait pas des jouets qu’elle avait à la maison, mais ce n’était pas un problème. Qu’elle rentre chez elle un jour, et qu’ils vivent tous les trois à nouveau ensemble, était son seul soutien.

Cependant… Ses parents, qui venaient lui rendre visite tous les jours, avaient soudain cessé de venir peu après.

Le personnel de l’établissement lui avait dit qu’ils étaient occupés au travail.

Comme Alice était une enfant, elle ne pouvait pas l’accepter, mais elle pouvait au moins comprendre. Ou plutôt, elle avait fait semblant de comprendre. Si elle disait quelque chose d’égoïste, ses parents seraient sûrement troublés.

Sa mère pourrait se fâcher. Et puis son père qui l’aimait bien se rangerait de son côté, mais en fin de compte, on l’aurait traité de surprotecteur et forcé de s’asseoir avec Alice dans leur cuisine exiguë alors que sa mère les grondait tous les deux.

Se disant que si elle endurait la douleur et la solitude un peu plus longtemps, elle pourrait vivre de nouveau avec ses parents, Alice avait pu tout garder pour elle.

Une certaine fille lui avait appris l’espoir et comment vraiment supporter la situation.

La façon dont les enfants étaient gérés dans l’établissement était que chacun avait sa propre chambre. Bien qu’une chambre puisse sembler agréable, pour les enfants, il ne s’agissait pas d’un espace personnel, mais plutôt d’une cellule de prison.

Il n’y avait qu’une heure pour les visiteurs.

Après cela, c’était la période de la prise de sang et de l’examen de chaque partie de leur corps à l’aide d’une sorte de machine.

Les examens s’étaient progressivement intensifiés jusqu’à ce que les enfants commencent soudainement à recevoir des injections et à se réveiller dans leur propre chambre. La peur s’était emparée d’eux alors que des choses étranges arrivaient à leur corps et que leurs souvenirs commençaient à s’effondrer. Une fois les anesthésiques disparus, ils avaient ressenti de la douleur et des nausées.

Ils avaient reçu des traitements magiques de guérison, mais pour Alice, c’était comme un enfer personnel.

Un jour, Alice s’était réveillée de la douleur et avait senti une cicatrice fraîche à l’arrière du cou. La cicatrice était une fine ligne verticale rouge, et quand elle appuyait dessus avec sa petite paume, elle devait retenir l’envie de vomir.

« Ça fait mal… ça fait tellement mal…, » déclara Alice.

C’était la douleur qu’elle pouvait endurer. Cependant, voir cette cicatrice effrayante lui faisait peur et exacerbait son sens de la douleur. Elle réprima ses sentiments de malaise, laissant échapper un sanglot silencieux.

 

 

Une semaine plus tard, les choses avaient recommencé à changer.

Le centre de recherche avait été un endroit cruel, mais maintenant une salle de jeux avait été aménagée. La fille qu’Alice avait rencontrée là était un peu volontaire, mais elle avait appelé la couleur de cheveux d’Alice belle et merveilleuse. Elle se préoccupait constamment d’Alice.

Alice avait réussi à traverser ses journées dans l’établissement grâce à sa présence constante avec cette fille. Tout comme le temps passé avec ses parents, rester à ses côtés était devenu un pilier de soutien pour l’esprit d’Alice. Pour la jeune Alice, cette fille était la seule sur qui elle pouvait compter, comme une grande sœur. Au moins, c’était quelqu’un avec qui Alice pouvait partager sa douleur et sa solitude.

Après ça, Alice avait pu sourire un peu.

Cependant, ces jours-là s’étaient terminés plus tôt que prévu.

L’un des sujets d’essai était décédé.

Il était clair que c’était le résultat des expériences. Consciente de cela, la nation avait envoyé une équipe d’inspection pour visiter l’installation. La vérité s’était révélée et le projet de séparation des facteurs d’éléments avait été annulé avant la fin de son mandat prévu de trois ans.

Alice avait été arrêtée par l’armée, mais en raison du choc de tout ce qui s’était passé, elle ne se souvenait pas de grand-chose de ce qui s’était passé pendant cette période… Cela dit, elle se souvient clairement des premiers mots du soldat qui l’avait mise en garde à vue.

« Tes parents sont décédés, » déclara-t-il.

Elle ne comprenait pas encore le concept de la mort, mais elle avait compris qu’elle ne reverrait jamais ses parents.

C’est à ce moment que quelque chose s’était brisé en elle.

Les couleurs avaient disparu de la scène devant elle, et la voix de l’homme s’était déformée, comme si lui et son entourage n’étaient même pas du même monde.

Elle avait l’impression que tout ce qui était important dans son cœur avait été arraché. Son cœur lui semblait creux, son visage devenant blanc comme du papier. Non, c’était peut-être le monde qui lui semblait maintenant creux.

Tentant de calmer Alice, le soldat passa beaucoup de temps à lui raconter toute l’histoire. Ce qu’elle avait appris de ce qu’il avait dit, c’est qu’un homme s’était introduit de force dans la maison de ses parents et les avait poignardés avec un couteau. Son objectif était la somme d’argent considérable que l’on disait qu’ils avaient reçue.

Le coupable avait déjà été attrapé, mais la plus grande partie de l’argent avait disparu, ayant été gaspillée dans les jeux de hasard et autres, ne laissant presque plus aucun argent.

Alice avait laissé passer les mots de l’homme d’une oreille et de l’autre, indifférente. Une fois qu’il avait terminé, des traces des larmes qu’elle avait inconsciemment versées étaient restées sur ses joues. Elle avait gardé les yeux baissés sur la table tout le temps, sans même regarder le soldat.

Elle essayait désespérément de garder le visage de ses parents frais dans son esprit.

Elle avait brûlé ses souvenirs d’eux dans son esprit, tout en se sentant comme si elle allait se noyer dans son flot confus d’émotions.

Le soldat lui avait dit toutes sortes de choses qui étaient en fait des secrets militaires d’une manière détournée, par pitié, pour qu’elle puisse continuer sans que son esprit se brise. Il avait dû ressentir la même douleur qu’elle avec chaque mot qu’il avait prononcé.

Mais même à ce moment-là, en tant que laissée-pour-compte, Alice avait dû continuer à lutter contre ce monde déraisonnable.

C’est pourquoi le soldat avait continué à parler, comme pour porter sa douleur, se sentant coupable et regrettant de ne pas pouvoir la sauver de sa situation difficile.

Alice, 10 ans.

Elle n’avait pas de famille, et seulement une petite somme d’argent laissée par ses parents.

Mais comme elle était trop jeune pour vivre seule, la nation l’avait placée dans un orphelinat public.

L’argent laissé par ses parents avait été utilisé pour son logement et sa pension, et un montant avait été mis dans des économies pour son avenir. Cependant, cette garantie d’un avenir qu’elle ne pouvait pas voir ne l’aiderait jamais à la soutenir.

Elle s’était habituée à un monde où il n’y avait personne. Il y avait des enfants de son âge à l’orphelinat, mais leur existence n’avait pas été captée par elle.

Ce qui l’avait changée, c’était ses retrouvailles avec la fille qui s’était occupée d’elle au centre de recherche.

Alice n’avait qu’un vague souvenir de la fille, ne se souvenant même pas de son nom. Mais elle semblait se rappeler que son nom ressemblait à une fleur. La jeune fille en avait parlé dans le jardin du centre de recherche.

Leurs retrouvailles avaient eu lieu à l’orphelinat, et elles n’avaient été ensemble que peu de temps, car la jeune fille avait quitté l’orphelinat peu après. Alice avait dû entendre la fille lui dire qu’elle partait, et la fille avait fait une promesse après ça…

Cependant, tout cela s’était passé quand Alice errait à la frontière entre son propre monde incolore et le monde réel, qui commençait enfin à retrouver ses couleurs… et quand elle avait essayé de s’en souvenir, la scène disparaissait dans une brume de couleur sépia.

La jeune fille était assise avec Alice sur le banc dans le jardin de l’orphelinat, et elle lui déclara quelque chose avant de l’enlacer.

Mais Alice ne se souvenait que du son du cœur de la jeune fille alors qu’elle était étreinte pour ce qui semblait être une éternité. C’était comme si l’affection de sa mère et la gentillesse de son père l’enveloppaient. En même temps, cela lui avait rappelé qu’elle avait vraiment vécu ces moments heureux avec ses parents.

Enlacée par la jeune fille, Alice avait laissé échapper ce qu’elle avait enduré pendant si longtemps, et avait crié à voix haute.

Par la suite, Alice avait eu l’impression qu’un poids lourd était tombé de ses épaules, et elle était tombée dans un profond sommeil, toujours dans les bras de la fille.

C’était sûrement un travail préparatoire pour transformer sa douleur en souvenirs, pour la ranger dans une boîte précieuse au fond de son cœur.

Quand Alice s’était réveillée, la fille avait déjà quitté l’orphelinat.

Quelques années s’étaient écoulées depuis.

En fin de compte, Alice s’efforçant de devenir une magicienne était inévitable. Son affinité était désagréable et haineuse, mais c’était la seule chose qu’il lui restait que ses parents lui avaient donnée. Cela l’avait beaucoup plus soutenue que son héritage, qui avait beaucoup diminué pendant qu’elle était à l’orphelinat.

De plus, c’était une nécessité pour elle de réussir dans la nation magique d’Alpha. C’est pourquoi elle n’avait pas hésité.

Alice avait été transférée dans un orphelinat près d’une base militaire. Cela était également dû en partie à l’influence du soldat qui l’avait informée du décès de ses parents. Étant une base militaire, elle possédait également un centre de formation artistique militaire appelé dojo. Et c’est là qu’on lui avait enseigné la technique de la maîtrise de la lance pour la première fois.

Au début, elle avait voulu pratiquer la magie, mais elle était rapidement tombée dans le piège de la maîtrise de la lance. Quand elle avait pris position et s’était concentrée sur sa lance, tout en empêchant son corps de bouger, le temps avait filé à toute allure.

Elle n’avait aucun idéal comme celui de protéger l’humanité en tant que magicien. Elle était d’accord pour utiliser ses pouvoirs et vivre seule.

Alice avait rencontré Tesfia quand elle avait douze ans, quand elle était dans le dojo militaire. Tesfia était éblouissante selon elle, alors qu’elle marchait sur son propre chemin sans dévier, comme pour inspirer Alice.

Peu de temps après, elles se réunirent de nouveau, dans une école privée de formation pour ceux qui cherchent à devenir magiciens.

Être de nouveau avec Tesfia changerait grandement la vie d’Alice. Elle avait fait ressortir le tendre sourire qu’elle avait hérité de sa mère et l’avait aidée à retrouver sa gentillesse d’origine.

☆☆☆

Partie 2

« Seras-tu vraiment capable de dire quelque chose avec ça ? »

C’était après l’école, dans le laboratoire de recherche d’Alus. Une semaine s’était écoulée depuis la leçon parascolaire. Et quand Alice vit l’appareil devant elle, elle avait posé la question à Alus avec une expression incrédule.

« Oui, tant que tu ne bouges pas. » La réponse d’Alus était simpliste.

En ce moment, Alice portait une mince blouse d’hôpital et s’allongeait sur le dessus rembourré de la machine. Elle tenait, bien sûr, le tissu pour que cela ne se détache pas… sur une certaine partie abondante de son corps. N’importe quel élément de fixation ferait échouer les résultats de la recherche, ou du moins Alus l’avait dit, de façon inconsidérée.

« Ne t’inquiète pas, Alice. Si Al essaie quoi que ce soit, je le punirai, » dit Tesfia brusquement, assise sur une chaise et montrant son katana.

« Fia… » 

« Ne veux-tu pas dire que tu seras punie ? » Dès qu’Alus avait dit ça, il avait senti la pression du regard fixe de Tesfia sur son dos. Il haussa les épaules, avant de fixer le moniteur à cristaux liquides devant la machine qui affichait le statut du candidat.

Les nouvelles recherches d’Alus ne faisaient que commencer. Il s’agissait de l’attribut de lumière qu’Alice avait, et c'était distinctement différent de sa formation. Cela dit, Alus n’était pas particulièrement enthousiaste à ce sujet, pensant qu’il pourrait au mieux être utile pour la recherche ou pour créer de nouveaux sorts.

Ceux qui avaient une affinité pour les éléments étaient rares, et peu de recherches avaient été faites sur eux, ce qui en fait un sujet de recherche relativement important.

« Les mesures sont faites, donc ça suffit, » déclara Alus.

Après qu’Alice se soit lentement levée, Tesfia et elle avaient jeté un coup d’œil à l’écran.

« Vas-tu pouvoir trouver quelque chose avec ça ? » demanda Alice à Alus.

« Seras-tu au moins capable de le comprendre ? » Tesfia le demanda d’une façon odieuse.

Lorsqu’il s’agit de cette rousse, au moment où Alus était allé jusqu’à lui enseigner les bases de la structure de Mistlotein, son attitude avait changé. Elle était parfois étrangement docile… mais même en tenant compte de son souci pour sa meilleure amie, elle était assez insolente.

Ainsi, Alus avait complètement ignoré Tesfia et s’était adressé à Alice. « Ce que j’examine, c’est le mana de ton corps, et ton affinité avec lui, ainsi que l’état de ton qualia. Ou peut-être qu’il serait plus facile de l’appeler sa synchronisation et ses tendances. »

Des points d’interrogation apparurent dans les expressions des deux filles.

Puisqu’il parlait à ces deux-là, Alus avait résumé la situation. « En d’autres termes, j’analyse les informations que contient ton mana. Le mana ne se contente pas de contenir tes expériences et tes tendances, mais inclut beaucoup plus. Donc d’abord, j’ai besoin de bien comprendre cela. »

Tesfia soupira, tandis qu’elle analysait son explication.

« Je vois ! » Alice s’exclama, mais il était clair qu’elle faisait semblant en disant qu’elle comprenait. Peut-être qu’elle se sentait mal d’avoir pris de son temps parce qu’elle ne l’avait vraiment pas compris.

« Le thé est prêt, » annonça Loki.

« Ah, bien, » déclara Alus.

Le thé que Loki préparait seule avec des feuilles de thé était maintenant le préféré d’Alus. C’était un bon moment pour faire une pause et changer de rythme, mais c’était surtout parce qu’il était fatigué parce qu’il était exaspéré par le manque d’études des deux filles sur la magie.

« Je te remercie, » déclara Tesfia.

« Merci, Loki chérie, » déclara Alice.

Aujourd’hui, Loki en avait aussi suffisamment préparé pour ces deux-là. Dernièrement, il semblerait que son antagonisme à leur égard ait diminué.

L’instant d’après, Tesfia plissa les sourcils en prenant une gorgée, et elle criait. « C’est si amer ! »

« Est-ce ce que tu crois ? » demanda Alice, d’un air perplexe.

Derrière Alice, Tesfia pouvait voir Loki sourire. Elle avait fait son thé très fort.

J’espère juste que ça restera à ce niveau, pensa Alus.

Jetant un coup d’œil à Tesfia qui sortait la langue en raison de l’amertume d’un thé Loki spécial, Alus prit une gorgée de son propre thé et ferma lentement les yeux. « Maintenant que nous avons fait une pause, passons à l’entraînement. » Arrêter pour aujourd’hui, juste après l’examen, ce serait faire reculer leurs priorités. D’autant plus que seul Alus pouvait analyser les données recueillies.

« Alors je vais aller me changer, » déclara Alice en entrant dans la chambre et en fermant la porte derrière elle.

Alice s’était beaucoup développée, mais elle ne s’améliorait pas aussi rapidement qu’au cours de la première phase de leur entraînement. Elle était faible pour contrôler la direction, mais c’était quelque chose qu’elle n’avait qu’à passer du temps afin de le résoudre. Pour ce qui est de la difficulté, c’était comme avoir des conversations différentes avec plusieurs personnes en même temps. Comme répondre avec des réponses appropriées à chaque sujet, elle devait se concentrer sur l’ensemble de son mana et faire plusieurs ajustements simultanément.

Une fois qu’Alice avait repris son uniforme habituel, Alus avait murmuré. « Ensuite, je suppose que nous allons l’essayer sur le terrain d’entraînement. » La raison en était simplement qu’il avait conclu que, à leur rythme actuel, elles ne termineraient pas leur formation avant la fin de la première année.

Des expressions de joie apparurent sur les visages des deux filles. Elles devaient avoir des choses en tête depuis qu’elles s’étaient battues avec les mamonos pendant la leçon extrascolaire.

De plus, Alus avait pu voir à quel point elles semblaient impatientes de devoir poursuivre leur formation sur le contrôle du mana. Il semblerait qu’elles avaient accumulé beaucoup de frustration, et bien qu’elles s’en tiendraient au planning d’entraînement habituel pour aujourd’hui, il avait pensé qu’elles pourraient essayer quelques batailles simulées pour qu’elles puissent bouger leur corps.

Quelque temps plus tard…

Après avoir terminé leur entraînement avec le bâton, les deux filles avaient commencé à rentrer chez elles, car il commençait à faire nuit dehors. C’était toujours la même chose… cependant…

« Hé, pourquoi laissez-vous ça derrière vous ? » demanda Alus.

« Hein ? »

« Hm ? »

Ramener les bâtons d’entraînement avec elles était une chose, mais pourquoi laissaient-elles les sacs de l’Institut derrière elles ?

C’était quelque chose qu’Alus pensait depuis trois jours. Il y avait, bien sûr, une méthode sournoise chez les élèves, connue sous le nom de « laisser ses manuels scolaires derrière soi », mais il était difficile d’imaginer les deux étoiles les plus brillantes de la première année faire quelque chose comme ça.

Bien sûr, Alus aurait dû en parler quand il l’avait remarqué il y a trois jours.

« Eh bien… il y a beaucoup de leçons demain, n’est-ce pas ? » dit Tesfia.

« Elle a raison, » s’exclama Alice.

Laissons-les donc derrière nous, Tesfia semblait l’insinuer.

Alus voulait juste le confirmer avec elles, et n’avait pas l’intention d’aller plus loin. Laisser leurs sacs derrière elles, mais emporter les bâtons d’entraînement avait démontré à quel point elles étaient passionnées par l’entraînement. Et cela en dit long sur le fait qu’elles s’entraînent seules dans le dortoir des filles.

« Ça ne me dérange pas que vous soyez si impatientes de vous entraîner, mais il y a un test qui arrive. » Il se référait, bien sûr, à l’examen du premier semestre. Non pas qu’il s’en souciait particulièrement.

« … ! » « … ! »

Tout d’un coup, des expressions horrifiées étaient apparues sur les visages des deux filles. Elles avaient été stupéfaites, Tesfia étant allée jusqu’à lâcher son bâton d’entraînement.

« Hé, j’ai dit que ces choses sont extrêmement rares…, » déclara Alus.

« Qu’est-ce que je vais faire ? Ma mère sera tellement en colère. » Ignorant apparemment l’avertissement d’Alus, Tesfia avait l’air étonnée.

D’une manière assez choquante, Alice et Tesfia avaient travaillé d’arrache-pied à leur entraînement sur le contrôle du mana et avaient complètement oublié le test.

Alus s’était empêché de répliquer, « Alors c’est déjà sans espoir, hein, » et il avait décidé de les aider avec un peu d’information. « Alors vous avez oublié. Mais il reste encore deux semaines. »

Mais Tesfia avait baissé la tête en entendant ça. « Tu veux dire seulement deux semaines… ! Que vais-je faire si j’obtiens une mauvaise note… si j’obtiens une mauvaise note… ! » marmonna-t-elle, comme si elle jetait une malédiction avec son visage lugubre.

Mais la façon dont elle avait rapidement changé de rythme lorsqu’elle avait mis au point une méthode pour échapper à sa situation difficile était bien appropriée venant d’elle. « Alice ! S’il te plaît, apprends-moi ! » Tesfia avait tourné ses yeux vers sa meilleure amie.

« Je ne suis pas sûr de pouvoir, » répondit Alice.

« Impossible…, » s’exclama Tesfia.

En entendant les deux filles se plaindre, Alus avait dit. « Je pensais que vous deux étiez censées être des étudiantes d’honneur. » Il s’était convaincu qu’elles étaient capables dans tous les domaines. Elles semblaient écouter les cours comme les autres étudiants et, contrairement à Alus, elles assistaient aux cours. Elles en avaient sûrement fait assez pour obtenir leurs crédits maintenant. Et si elles visaient des notes élevées, un score élevé au test serait nécessaire.

« Hah, donc vous avez de l’ambition, mais votre tête ne peut pas suivre, » dit Alus en riant.

Tesfia répliqua. « Mais qui sait si tu obtiendras les crédits, même si tu obtiens un bon score ! »

« … » Alus se tut, car il calculait rapidement dans sa tête toutes les conditions pour obtenir des crédits. Il était finalement arrivé à la conclusion qu’il se trouvait également dans une situation risquée.

Cependant… « Tu crois que j’échouerais ? Je suis le seul à avoir autant contribué à l’Institut. Ne sous-estime pas le pouvoir de la directrice. Ancienne ou pas, c’était une femme à un chiffre. »

Tout en admettant le fait qu’il était pathétique de compter sur les autres pour réussir, tout ce qu’Alus voulait vraiment de l’Institut était du temps à consacrer à ses recherches. De plus, Cisty lui devait de l’aide pour son travail sur la leçon parascolaire, donc elle aurait au moins dû l’aider pour quelque chose comme ça.

« C’est injuste ! Personne ne s’attend à ce qu’un magicien de haut rang soit habile à négocier et à faire des tours de passe-passe ! Ne détruis pas les rêves des gens en utilisant des connexions pour faire des affaires louches ! » s’exclama Tesfia.

« Hmph… Qui se soucie de ce que pense quelqu’un qui doit étudier pour un test de bas niveau ? » demanda Alus.

Voyant Tesfia fumante et Alus se vantant, Alice décida d’essayer de changer de sujet. « Je me demande ce qui va se passer avec Loki. »

« Ne sera-t-elle pas simplement exemptée pour ce mandat ? » demanda Tesfia.

« Non, quand je me suis inscrite, on m’a dit que les résultats de mon test serviraient de base à mes crédits, » déclara Loki, l’air assez tranquille.

« Tu as l’air bien calme…, » Tesfia dite, incapable de cacher son malaise.

Il semblerait que Loki ait été la première à abandonner le groupe imaginaire que Tesfia tentait de créer et qui se battait contre le groupe « étudiant contre le test ».

« J’ai déjà tout étudié jusque là, y compris le programme de troisième année, » déclara Loki.

« Qu’est-ce que… !? »

« Oh, Loki chérie, tu es si intelligente ! » Alice tapota Loki sur la tête d’une manière élogieuse. Loki serra ses mains, plissant ses sourcils comme pour dire qu’elle n’était pas une enfant.

Mais pour une raison quelconque, elle avait dirigé sa colère vers Tesfia au lieu d’Alice. Elle avait souri froidement à Tesfia. « C’est pourquoi je me fiche de ce que pense quelqu’un qui se débat avec un programme de première année. »

« Argh… !! »

☆☆☆

Partie 3

Alus était intervenu et avait mis fin à l’échange improductif de Tesfia et Loki. « Argk. Si vous comprenez, allez étudier. Je réduirai le nombre de jours de formation d’ici là. »

« Eh, tu ne vas pas les annuler… !? » s’exclama Tesfia.

« Je pourrais si tu es d’accord de voir tout ton entraînement jusqu’à présent être gâché. Quand il s’agit de contrôle de mana, si tu sautes l’entraînement pendant plusieurs jours juste avant de t’y habituer, c’est du gaspillage, » déclara Alus.

« … !! »

« Je plaisantais… c’était juste une blague, » déclara Alus.

Tesfia avait l’air perplexe, tandis qu’Alice hochait la tête à plusieurs reprises. 

Alus avait peut-être exagéré, mais le contrôle du mana était une technique délicate qu’il était facile de perdre à ce stade de leur entraînement. Même si elles n’avaient pas à recommencer à zéro, il leur faudrait un certain temps pour se remettre en forme après deux semaines d’arrêt.

« Alors ça peut paraître étrange, mais… peux-tu nous apprendre, Al ? » demanda Alice.

« Bien joué, Alice ! » Tesfia avait remercié Alice d’avoir soulevé ce sujet embarrassant.

Ce n’était certainement pas agréable, et la situation évoluait dans une direction étrange. C’était probablement un stratagème pour l’empêcher de réduire le temps qu’il y consacrait, mais franchement, Alus avait senti qu’elles étaient trop effrontées.

« Est-ce que vous deux…, » Loki, ne pouvant plus le supporter, éleva la voix, mais elle n’en avait pas besoin.

« Je refuse ! Je suis occupé, vous voyez. J’ai promis de vous aider à apprendre comment vaincre les mamonos et à vous entraîner… mais comme je l’ai déjà dit plusieurs fois, je ne passerai pas plus de temps que ça sur vous, » déclara Alus.

Il n’avait dit que la vérité, mais le découragement se voyait clairement dans les yeux d’Alice. « De plus, même si je vous apprends la magie, si vous êtes stupide, vous ne pourrez même pas utiliser les sorts que vous apprenez. En fin de compte, vous n’aurez plus qu’à faire le travail vous-mêmes. » Alus avait voulu que ce soit encourageant, mais ses paroles maladroites avaient suscité des malentendus.

« C’est vrai…, » l’atmosphère autour d’Alice s’était immédiatement assombrie.

« Alice…, » même Tesfia, en tapotant sur le dos d’Alice pour lui remonter le moral, avait un sentiment de tristesse pour elle.

Alus s’était retrouvé en train de grogner alors que les trois mots, « Faisons cela ensemble » furent dites avec un ton grave qu’il n’avait jamais entendu auparavant.

« Ce n’était qu’un petit peu. Ce n’était pas comme si je te demandais de m’aider à obtenir des notes parfaites… Je voulais juste que tu nous apprennes les trucs pour étudier ce que le test couvrirait… mais il est déjà trop tard pour ça, d’accord… alors, ne t’inquiète pas pour nous. » Essuyant ses larmes, Tesfia enlaça Alice et Alice la serra dans ses bras.

« Ces filles… » La joue d’Alus frémit en voyant cette farce ridicule.

Tesfia étant si coincée qu’elle avait besoin d’aller aussi loin, c’était la vérité. Cependant, voyant que son histoire sanglotante n’avait pas eu l’effet désiré, une idée brillante (pour elle) lui était venue à l’esprit et elle avait commencé à renégocier d’un point de vue différent.

« Maintenant que j’y pense, tu as dit que tu nous enseignerais comment vaincre les mamonos, mais selon cette logique, la connaissance n’est-elle pas aussi nécessaire ? Je dirais qu’au sens large, étudier pour un test fait partie de l’apprentissage pour vaincre les mamonos, » déclara Tesfia.

Alus avait en effet accepté d’aider les deux filles tout en ne précisant pas les détails. La technique seule n’était pas suffisante pour tuer les mamonos, mais cela dit, les connaissances enseignées à l’Institut seul ne l’étaient pas non plus. En fait, il suffisait d’apprendre des sorts pour avoir une bonne dose de connaissances. Il était nécessaire de pouvoir démonter les sorts à l’étape de leur construction, car il était important de bien comprendre les formules magiques.

Bien sûr, il y avait une grande différence entre le niveau d’apprentissage demandé par Alus et ce que l’Institut demandait.

« Alors, s’il te plaît ? » dit Tesfia, faisant un argument juste et pressant ses mains ensemble comme si elle priait. Rien qu’en regardant son apparence discrète, on ne pouvait pas reprocher à un garçon faible devant les beautés de tomber amoureux d’elle, mais selon Alus qui savait comment elle était normalement, elle était terriblement astucieuse.

« … »

Loki ressentit la même chose qu’Alus et réagit légèrement, mais il l’arrêta d’un regard.

Eh bien, c’était tout à fait normal pour le cours. Alus pressa son pouce et son index contre son front, soupirant alors qu’il se penchait pour la supplier. « Bien. Mais je ne vous apprendrai que des choses sur le mana et les mamonos, » dit-il, pensant que cela pourrait être utile pour leur formation. Mais s’il était honnête, il espérait qu’elle dirait qu’elle savait déjà tout ça.

Loki avait été surprise, mais n’avait rien dit pour l’arrêter.

« Merci !! » Alice le lui avait dit avec un beau sourire, son attitude d’avant avait complètement changé.

« Prends soin de nous, P-r-o-f. » Tesfia avait l’air très heureuse, et elle s’inclina légèrement, timidement.

Alus aurait aimé se plaindre un peu, car il avait l’impression d’avoir été manipulé. Mais pour une raison ou une autre, il ne se sentait pas trop mal à ce sujet.

Eh bien, je suppose que je peux l’ignorer aujourd’hui, pensa-t-il, pendant que les deux filles souriaient et se serraient la main.

Alus ferma les yeux et prit une gorgée de thé. Il poussa instinctivement un soupir en sentant le riche parfum, se sentant un peu mélancolique.

« C’est plutôt doux. »

« Je pensais que c’était fort. »

Entendant la réplique à l’esprit vif d’Alus, Loki bouda et se tut, tandis qu’elle gardait les yeux sur lui. « … Tu es trop gentil, » murmura-t-elle, portant ses sentiments sur ses mots, mais Alus l’entendit.

Avec un sourire amer, il était sur le point de répondre quand il avait soudain hésité. Dans le passé, il n’aurait pas agi comme ça.

Une fois Tesfia et Alice partit… le laboratoire était toujours calme, mais l’atmosphère n’avait jamais été aussi incertaine.

Face à Loki, qui avait encore cette atmosphère lugubre, Alus déclara. « … C’est vrai. » Il avait dû admettre qu’il était trop doux et trop gentil. Si sa réponse avait été retardée, c’est parce qu’il était lui-même confus.

Mais l’habile Loki comprit rapidement et lui demanda. « Sire Alus, as-tu des attentes à l’égard de ces deux-là ? »

« Je me le demande…, » répondit-il.

Il était un peu secoué. Ce n’était pas comme si elle avait mis le doigt dans le mile, mais quand il avait regardé ces deux-là… Bien que cela ressemblait à des excuses… « Au moins, elles ont l’aptitude pour ça, donc ce n’est pas un gâchis complet. Mais, eh bien, ça pourrait prendre du temps. Et c’est à elles de décider si j’investis plus de temps en elles. »

Ne pouvant toujours pas accepter cela, Loki ouvrit la bouche, mais Alus était encore plus rapide. « Quoi qu’il en soit, en pensant que c’est le prix à payer pendant que je suis à l’Institut, ce n’est pas si élevé que ça. De plus, tant qu’il ne s’agit pas d’un effort inutile, ce n’est pas une façon terrible de passer du temps. »

« Mais même alors… je… »

Loki n’étant pas capable d’exprimer ce qu’elle voulait dire, les sentiments vexants qu’elle ressentait à l’intérieur d’elle étaient apparus sur son visage. Au contraire, elle hésitait à dire quoi que ce soit d’inutile.

Elle était là pour Alus. Ce n’était pas seulement parce qu’elle était sa partenaire, mais pour qu’elle puisse lui donner toute sa vie et tout son temps. Elle savait qu’il avait accompli d’innombrables missions difficiles tout seul, et qu’il avait le pouvoir de le faire.

Quand elle avait appris qu’il s’inscrivait à l’Institut, elle s’était réjouie qu’il soit enfin libéré de cette vie quotidienne cruelle.

C’est pourquoi… elle était tellement convaincue qu’Alus avait le droit de donner la priorité à ce qu’il voulait faire ici. C’est pourquoi elle s’était heurtée émotionnellement à ces deux filles qui s’opposaient à ce souhait, et c’était aussi la raison pour laquelle elle n’était pas satisfaite qu’Alus l’accepte.

Loki savait que le dire à voix haute dépasserait ses limites. Mais ses émotions insupportables étaient visibles dans ses yeux.

« … ! ? » Soudain, elle sentit une main sur sa tête.

« Ne t’inquiète pas, ce n’est pas un mauvais pressentiment. Tu m’as traité de mou, mais je ne le sens pas du tout comme ça. En d’autres termes…, » Alus ferma lentement les yeux tandis qu’il cherchait à travers ses sentiments, se remémorant les jours chargés depuis qu’il était venu ici…

Peu de temps après, il ouvrit les yeux, voyant Loki devant lui, attendant sérieusement ce qu’il avait à dire. Et avec le sourire, il lui déclara. « Un nouvel environnement peut être étonnamment rafraîchissant. »

Il n’y avait pas eu beaucoup de surprise ou d’hésitation. Il n’était tout simplement pas encore habitué à la vie scolaire. Cela ne ressemblait à rien de ce qu’il avait vécu dans l’armée et qui pouvait parfois donner lieu à quelque chose d’inattendu. Les choses qui n’allaient pas dans son sens avaient eu un effet stimulant différent de celui des batailles avec les mamonos.

Contrairement au monde extérieur, sa vie n’était pas en jeu. Au lieu de cela, il y avait des opinions divergentes sur des choses insignifiantes qui avaient donné lieu à des sentiments incohérents au fil des jours. C’était comme entendre un léger grincement et sifflement d’engrenages finement assemblés. C’était déraisonnable et désagréable, mais aussi impossible de prédire ce qui arriverait ensuite.

« Cela dit, je ne veux pas perdre mon temps. Si elles s’avèrent inutiles, je les jetterai… C’est valable pour toi aussi, » déclara Alus.

Loki était incapable de dire s’il était sérieux ou s’il plaisantait avec son ton, mais c’était le genre de déclaration qu’elle pouvait attendre de lui.

« C’est pourquoi je vais passer un peu plus de temps sur elles. Assure-toi aussi de répondre à mes attentes. » Il lui frappa légèrement la tête avec un léger sourire.

« O-Oui. Je ne te décevrai pas. » Loki se dépêcha de baisser la tête, tout en se considérant chanceuse d’avoir pu cacher son visage rouge. Si c’est ce qu’Alus avait décidé, alors elle obéirait. Elle était déjà aussi heureuse que possible qu’il ait des attentes à son égard.

Bien qu’elle sache qu’elle était trop simpliste, son expression était dépassée par un bonheur irrésistible. Heureusement, Alus ne pouvait pas voir son sourire.

Mais quand elle avait levé la tête, Loki s’était clairement affirmée. « Cependant, je n’aime pas ces deux-là. »

Alus ouvrit en grand les yeux, surpris de cela. Alors que c’était quelque chose qu’il avait appris, l’entendre dire en face lui donnait une impression différente.

« D’accord. Je ne te forcerai pas à t’entendre avec elle. Mais essaie de te retenir, » déclara Alus, en essayant de garder Loki sous contrôle, sachant que parfois elle devenait trop émotive et créait des situations explosives.

Elle-même consciente de cela, Loki grogna un instant alors qu’elle était honteuse de sa propre immaturité, avant de lui donner une réponse affirmative. « Compris. »

Bien sûr, Loki ne pensait pas à donner à Alus des soucis inutiles sur quelque chose d’inutile. Elle n’avait pas l’intention de s’entendre avec ces deux-là, résolu qu’elle n’avait rien à se reprocher en cela, puisqu’elle reprenait son expression sans émotion habituelle.

Sentant que l’atmosphère s’était un peu adoucie, Alus eut soudain une idée et posa à Loki la même question qu’il avait posée à Tesfia et Alice. « Loki, ne dois-tu pas étudier ? »

Compte tenu du va-et-vient antérieur de Loki avec Tesfia, c’était peut-être une inquiétude superflue, mais il avait décidé de vérifier juste au cas où. Sa question n’était pas de savoir si elle parviendrait à obtenir les crédits nécessaires, mais plutôt si elle ne visait pas les meilleures notes. Mais peut-être même que c’était redondant.

« Ce n’est pas grave. T’aider est plus important, Sire Alus, » déclara Loki.

Comme prévu, sa partenaire s’était déjà transformée en femme au foyer. Encore une fois, ce n’était pas quelque chose qui venait de commencer, alors il n’y avait pas beaucoup réfléchi.

Cependant… « Alors, mets ce temps dans l’entraînement. »

« Mais…, » Loki craignait qu’en faisant cela après l’entraînement d’Alus, les deux filles ne finissent par manger encore plus du temps d’Alus.

« Ne t’inquiète pas. C’est une formation que tu peux faire par toi-même, une fois qu’elle a commencé. Et j’utiliserai ce temps libre pour mes recherches, » déclara Loki.

« Si c’est le cas, prends soin de moi. » Loki s’inclina profondément devant Alus avec reconnaissance.

Alus avait senti qu’elle exagérait, mais n’avait rien dit. C’était sa façon de lui rendre hommage. En même temps, il pouvait sentir un mur entre eux.

☆☆☆

Partie 4

L’entraînement de Loki était principalement axé sur l’augmentation de sa portée de détection.

Il y avait déjà des générateurs artificiels de mana installés à 50 mètres d’intervalle, à 1 km de l’Institut. La directrice avait déjà donné son accord, bien sûr.

Incidemment, l’humanité avait réussi à obtenir la génération artificielle du mana grâce à ses recherches. Malheureusement, le pouvoir de la science n’avait pu créer qu’une imitation du mana, et il n’avait pas été possible de l’utiliser comme énergie pour les sorts.

Au lieu de cela, le mana artificiel était utilisé dans les fonctions de la vie quotidienne. Même les lampadaires de l’Institut fonctionnaient au mana artificiel.

De plus, les dispositifs installés à l’extérieur de l’Institut étaient à l’origine destinés à cet usage et, à ce titre, le mana généré était autonome.

Après avoir fait quelques modifications aux appareils, Alus avait laissé le faible mana généré s’échapper à l’extérieur. « D’abord, essaie-le toute seule, » dit-il, en lançant une télécommande avec des douzaines de boutons à Loki.

« Je comprends. » Loki ferma les yeux et appuya sur un bouton.

Une méthode courante parmi les observateurs consistait à utiliser leur propre mana comme une forme de sonar, envoyant des vagues de mana pour détecter les emplacements ennemis. Il y avait beaucoup d’autres méthodes, mais le sonar à mana était la méthode de détection classique et était aussi la méthode utilisée par Loki.

Il y avait aussi des méthodes de vibration du sol pour déterminer le nombre d’individus, et il était également possible d’utiliser le son, ou la vibration de l’air.

Cela dit, l’utilisation du sonar de mana et l’identification de l’onde qui revenait après avoir contacté le mana d’un mamono étaient fiables, et il était également possible de détecter la classe du mamono, ce qui le rendait utile dans la plupart des cas. De plus, chaque praticien avait besoin d’une aptitude pour cela.

La magie de détection était utilisable, quel que soit l’attribut. Cela fonctionnait en transformant le mana en ondes et en analysant l’information réfléchie. À ce titre, une aptitude à utiliser des techniques pour prévenir la détérioration des informations, ainsi que des sens aiguisés, était nécessaire. On disait que maîtriser la magie de détection, c’était comme être capable de projeter ses propres sens.

Il y avait d’autres sorts qui ne reposaient pas sur des attributs, dont le plus grand exemple était la magie de guérison. C’était incorrectement étiqueté comme magique, mais en réalité, c’était une technique.

La magie de guérison allait fonctionner en appliquant le mana au niveau cellulaire, en activant les cellules et en favorisant les capacités régénératrices de l’individu. C’était une forme de contrôle du mana incroyablement détaillé, et les utilisateurs étaient très rares.

Cela mis à part, l’entraînement que Loki était en train de faire était d’utiliser la télécommande pour activer un appareil de génération de mana artificiel et ensuite le localiser avec précision.

Alus avait fait les préparatifs, mais après avoir ajusté la sortie et expliqué comment utiliser la télécommande, il n’avait rien à faire. Il pourrait laisser le reste à Loki. Elle n’allait pas couper les coins. Si elle avait pu localiser tous les appareils, elle aurait réussi.

Laissant Loki se concentrer sur la détection de toutes les machines, Alus avait repris ses recherches. Et pour la première fois depuis un moment, il s’y était consacré pendant un certain temps.

***

Lors de la construction d’un sort, les magiciens avaient besoin de passer par la formule magique dans leur esprit.

Plus précisément, ils devaient franchir chaque étape structurelle dans l’ordre. Ensuite, ils se fiaient à l’AAR et à leur propre pouvoir pour tracer le chemin à travers la construction, car le lanceur allait fournir le mana et garder une image claire du processus dans leur esprit. À ce titre, ils avaient besoin d’une bonne compréhension de la formule magique.

Par exemple, une personne n’avait pas besoin de bien comprendre comment fonctionne une formule utile pour pouvoir l’appliquer à un calcul complexe.

Les éléments principaux de la plupart des formules magiques consistaient en attributs, puissance, échelle, forme, direction et modifications, ainsi que le fait de mouler le sort et de convertir le mana.

En d’autres termes, pour devenir un magicien, il fallait avoir un minimum de connaissances.

« Combien de fois dois-je te l’expliquer pour que tu le retiennes ? » demanda Alus.

« Grrr… »

Elles étaient dans le laboratoire d’Alus. Tesfia et Alice n’étaient pas venues pour leur formation habituelle, mais pour étudier en vue du test. Les deux filles étaient assises à une table avec leurs matériaux étalés sur le dessus. De l’autre côté se trouvait Alus, le menton dans la main.

Derrière lui, Loki préparait respectueusement des rafraîchissements.

En ce moment, la tête d’Alus souffrait de la compréhension superficielle de Tesfia des formules magiques.

Il ne savait pas quel était le niveau standard pour une première année, mais si le test devait être dérivé des matériaux qu’il voyait exposer devant lui, Tesfia, qu’il était en train de gronder, était loin du niveau de compréhension nécessaire pour atteindre son idéal.

Elle possédait une quantité décente de connaissances, mais ne semblait pas avoir la confiance nécessaire pour passer à l’étape suivante et la mettre en pratique. Mais vu qu’Alus posait des questions sur des sujets plus avancés que leurs cours, ce n’était pas entièrement de sa faute.

« Le simple fait d’appeler ça étudier est impressionnant. Cela ne sert à rien de simplement mémoriser les chaînes de caractères des formules magiques, » déclara Alus.

« Pourquoi pas ? » demanda Tesfia. « Tu les répètes quand tu utilises la magie. »

« Le professeur a dit que les formules magiques de base étaient également importantes pour le test, » déclara Alice.

Après une courte pause, Alus déclara. « Je vois. Très bien, alors. Continuez. »

Il leur avait dit de continuer comme bon leur semblait, mais il semblait insinuer quelque chose de plus, ce qui les distrayait.

« S’il y a quelque chose que tu veux dire, pourquoi ne le dis-tu pas ? Pourquoi n’y a-t-il pas de raison ? » Tesfia se fâcha, fixant Alus, n’ayant plus de patience. En plus de sa compétitivité, elle avait une véritable soif de savoir.

« C’est parce que c’est inutile au combat. Loki, explique les inconvénients de tracer des formules magiques, » demanda Alus.

La question fut soudainement posée à Loki, mais après avoir été proche et à l’écoute, elle répondit sans perdre un instant.

« Même si vous vous souvenez de tout ce qui concerne une formule magique pour un sort, il y a une limite à ce dont vous pouvez vous souvenir. Un magicien avec une mémoire normale ne peut se souvenir que de quelques dizaines de sorts avancés, et pas plus. C’est inefficace. Bien que cela puisse être important pour incanter le sort, à notre époque où les AAR sont monnaie courante, la mémorisation complète d’une formule magique est une perte de temps. En fait, cela aide seulement à compléter la construction des modifications très faible. Tout le monde sait que le fait d’incanter le sort le rend plus clair, mais il suffit d’utiliser son nom. »

Loki avait plus ou moins raison. Même les formules magiques simples avaient plus de 50 caractères. Le problème était de comprendre les éléments de construction nécessaires dans une formule magique, et il n’était pas exagéré de dire que tout y était intégré.

Alus apporta son thé noir, versé par Loki, à sa bouche, et loua la réponse fluide de Loki. « C’est exact. De plus, comme l’AAR participe à la construction, tracer soi-même la formule n’est pas différent de l’incanter. »

« C’est vrai…, » dit Tesfia.

« Les AAR ne se sont répandus que récemment, de sorte que les enseignants actuels ont probablement étudié en mémorisant des formules, » déclara Alus.

Alice pencha la tête et demanda. « Alors, n’avons-nous pas à faire quoi que ce soit lorsque le sort se manifeste ? »

Si tel était le cas, les éléments essentiels à la construction d’un sort seraient manquants, même avec l’aide d’un AAR. Alors qu’on attendait des jeunes magiciens qu’ils aient une façon flexible de penser et qu’ils posent des questions audacieuses — à la différence des enseignants coincés dans les anciennes méthodes — cette question était suffisante pour étonner Alus. « Si c’était suffisant pour jeter des sorts, les choses seraient faciles. »

Le visage d’Alice devint rouge quand Alus lui jeta un regard exaspéré et un peu froid. « Dans le processus de construction d’un sort, les lanceurs doivent avoir une compréhension claire. C’est pourquoi, pendant que l’AAR fournit de l’aide, vous devez décider vous-même de la puissance, de l’échelle, etc. du sort que vous voulez utiliser, parallèlement au processus de construction en plusieurs étapes. »

C’était un peu comme un puzzle complexe. En échange de l’aide de l’AAR pour créer les pièces du puzzle, déterminer leur forme et leur couleur, le lanceur devait les mettre à leur place. Et une fois l’image mentale du sort remplie, on pouvait enfin l’utiliser.

« Si vous pouvez le faire, vous n’aurez même pas besoin d’une seconde pour passer de la construction à la manifestation. » C’était quelque chose qui décidait souvent de son destin dans le monde extérieur.

« Alors ce qu’on fait en ce moment est inutile ? Ça ne changera rien au combat en direct ? » Après s’être un peu perdue dans l’explication, Tesfia baissa les yeux vers son manuel.

« C’est pour ça que tu es stupide. Penses-y un peu, tu veux bien ? » Pour Alus, Tesfia était comme l’incarnation de ceux qui croyaient que la magie moderne n’était pas meilleure que l’ancienne. C’était la preuve qu’elle n’avait pas bien compris les bénédictions de l’AAR.

Peu importe à quel point la recherche d’Alus avait contribué au monde, si elle n’était pas utilisée correctement, elle serait perdue. Il avait l’impression de voir un sombre avenir où la situation de l’humanité ne s’améliorait pas du tout.

Quelle affaire troublante !

Cela dit, ni Tesfia ni Alice n’étaient sur la défensive ou en colère contre ses paroles. C’était des élèves sincères qui écoutaient la leçon avec enthousiasme et la bouche fermée.

« Je passe aussi à travers des formules magiques. Cependant, les composants de construction impliqués sont des combinaisons de composants existants. Tant que vous avez une idée de ce qui est généralement nécessaire, comme l’attribut, la forme, la puissance, la direction et la modification, l’assistance de votre AAR se chargera du reste. » Cela ne nécessitait pas la mémorisation des chaînes de caractères, mais la connaissance de la structure des formules magiques.

« Mais je ne comprends pas un seul caractère, » déclara Alice.

« Moi non plus…, » déclara Tesfia.

Le plus grand défaut était que le programme de l’Institut n’incluait pas de cours sur la façon de déchiffrer les formules magiques. Alus avait sérieusement envisagé de faire appel directement à Cisty. « Combien en saisis-tu, Loki ? »

« Je ne connais que mon propre attribut, » répondit Loki.

Elle avait probablement appris les schémas par la pratique répétée. En utilisant exactement le même sort, il était possible d’éliminer tout temps de latence en utilisant des réflexes. Cependant, l’apprentissage par la répétition avait l’inconvénient de ne pas être capable d’ajuster la puissance ou la forme selon la situation.

Si même Loki n’était qu’à ce niveau, la plupart des magiciens avaient probablement appris par répétition, mais en tant que partenaire d’Alus, elle ne pouvait être décrite que comme incomplète.

« Assois-toi là-bas aussi…, » déclara Alus.

Ainsi commença la conférence spéciale d’Alus, avec Loki parmi les étudiantes.

Cela n’avait rien à voir avec le test en cours, mais il avait déterminé qu’il était nécessaire que Tesfia et Alice s’efforcent de devenir magiciens, ainsi que Loki, qui avait besoin d’avoir des capacités de combat en tant que sa partenaire.

☆☆☆

Partie 5

Le temps de l’examen, qui déterminerait le résultat non seulement pour Tesfia et Alice, mais aussi pour tous les élèves, était arrivé en un clin d’œil.

C’était aujourd’hui le troisième jour de l’examen semestriel auquel tout le monde de la première à la troisième année avait participé. C’était aussi le dernier jour de l’examen, avec un examen académique le matin suivi d’un examen pratique l’après-midi.

Il ne serait pas exagéré de dire que la plus grande partie du poids avait été accordée à l’examen pratique. En fait, les leçons pratiques avaient lieu six fois par semaine, et trois fois plus de crédit leur était accordé.

C’est pourquoi l’examen pratique aurait un impact considérable sur le fait qu’un étudiant ait progressé ou non dans ses notes.

Soit dit en passant, c’était aussi l’examen auquel Alus avait le plus de difficulté à se préparer, la raison étant que l’examinateur cette fois-ci n’était pas Cisty. Mais c’était probablement inévitable, vu l’irrégularité des résultats du dernier examen pratique d’Alus.

Quant à la retenue, c’était l’une des choses avec lesquelles Alus avait du mal quand il n’utilisait pas son AAR ou s’en remettait à ses propres sorts sans attributs.

L’affinité d’Alus était sans attributs, et s’il pouvait utiliser des sorts avancés d’autres attributs, c’était grâce à son AAR.

Quoi qu’il en soit, Alus était capable d’utiliser la magie à un haut niveau, mais ne pouvait tout simplement pas faire de subtils ajustements.

Ce n’était pas qu’il était faible. Il avait supposé qu’il avait commis une faute en ne faisant pas preuve d’attributs. En raison de sa situation, la majorité du mana d’Alus avait une certaine caractéristique anormale. C’est pourquoi il n’avait pas d’attributs, et il avait son AAR pour compenser son manque de contrôle sur la magie.

Toutefois, il était réticent à apporter son AAR à l’examen. Un AAR allait attirer l’attention, et la forme du Brouillard de nuit allait susciter des regards curieux. Ce serait pénible s’il suscitait des questions de la part des spectateurs.

Cela dit, ce n’était pas une excuse pour faire exploser un appareil de mesure, et il ne pouvait pas non plus se retenir jusqu’au point où le sort allait mal tourner et perdre des crédits. Après tout, il n’avait pas assez de jours de présence.

Cet examen pratique n’avait pas la même répartition que la dernière fois. C’était probablement parce que chaque personne pouvait utiliser n’importe quel sort qu’elle voulait. L’intensité, la puissance et la précision des sorts, même de premier rang, dépendaient des capacités d’une personne. En tant que tel, l’aptitude à la magie avait également été incluse dans le score, causant à Alus des soucis supplémentaires.

« Je suis perplexe. » En fin de compte, Alus n’avait pas pu trouver de contre-mesures. L’examen avait déjà commencé, et au fur et à mesure que les élèves avançaient les uns après les autres, il n’avait toujours pas eu d’idées brillantes. L’absence inattendue de cloisonnement sur les lieux de l’examen n’avait fait que le pousser davantage.

D’ailleurs, Alus n’avait réalisé la gravité de la situation qu’il y a un instant.

« Qu’est-ce que tu vas faire ? » demanda Loki, après être apparue à côté de lui à un moment donné. Son propre examen pratique devait avoir lieu juste avant le sien.

« Je parie que les AAR ici ne peuvent pas gérer la sortie. » Les AAR alignés contre le mur étaient pour la plupart classiques, et sans particularités étranges, leurs spécifications étaient faibles.

De plus, les seules formules gravées étaient celles des attributs de base, et pour Alus, ces AAR n’avaient pas la capacité nécessaire. Il jeta un coup d’œil sur les innombrables AAR d’entraînement et se gratta la tête.

« Veux-tu utiliser mon AAR ? »

« Hmm, l’attribut foudre, hein… il pourrait probablement gérer la sortie, mais le contrôle est une autre affaire. »

Voyant Alus manquer de confiance en lui, l’expression de Loki s’était calmée.

« Quoi ? » demanda Alus.

« Je pensais juste qu’il y a des choses que même Sire Alus ne peut pas faire, » déclara Loki.

« Bien sûr que oui. Vu à qui j’avais affaire, je ne m’attendais pas à cette situation, » déclara Alus.

« C’est vrai, » dit Loki d’une voix joyeuse, avec un sourire espiègle et les mains derrière le dos, tandis qu’elle regardait l’expression perplexe d’Alus. Avec ces gestes, elle n’avait pas l’air inquiète. Bien qu’Alus n’ait pas eu la place de s’en soucier.

Cependant, la vue de Loki souriante attirait tous les yeux des élèves, hommes ou femmes. Au lieu de son visage habituel sans expression, l’abordabilité de son sourire était exceptionnelle.

Les étudiants masculins en particulier semblaient complètement dépouillés de leurs sens.

Les élèves n’avaient repris leurs esprits que lorsque la prochaine personne appelée à l’examen, Tesfia, s’était présentée.

Tesfia avait utilisé sa spécialité, l’Épée de Glace. Peut-être en raison du cours qu’elle avait eux après la leçon parascolaire, ou peut-être à cause de son entraînement quotidien, l’apparence vivante du sort, maintenant plus vive que jamais auparavant, avaient suscité de vives acclamations.

« Elle adore vraiment se démarquer, » dit Alus avec désintéressement, ce à quoi Loki jeta un coup d’œil à Tesfia et aux étudiants qui l’acclamaient avant de se tourner vers lui.

Pendant qu’Alus réfléchissait encore, le tour de Loki arriva enfin. Une fois qu’elle s’était levée, tous les élèves avaient dégluti, comme ils l’avaient fait avec Tesfia, et avaient observé chacun de ses mouvements.

« “Eclair” »

Si elle avait prononcé le nom du sort à haute voix, c’est parce que l’examen l’exigeait.

Bien sûr, comme le nom seul était une incantation, cela avait eu pour effet de renforcer le processus de moulage, donc ce n’était pas un effort inutile.

Si l’élève utilisait un sort d’attaque, on lui demandait de viser le mannequin d’entraînement en forme de sac de sable devant lui.

L’éclair de Loki avait manipulé une sphère de foudre. Répondant à sa voix, trois sphères apparurent, suspendues dans l’air autour d’elle. Balançant son couteau comme s’il s’agissait d’un bâton de chef d’orchestre, elle avait fixé la cible sur le mannequin.

Les sphères avaient été envoyées en vol à grande vitesse et, peu de temps après, elles avaient créé des champs électriques formant un filet d’éclairs.

Lorsque l’attaque avait frappé le mannequin, un coup de tonnerre avait retenti tandis qu’une décharge électrique suffisamment vit pour éblouir une personne le regardant.

Le mannequin était noir carbonisé, tandis que Loki prenait une belle pose.

Une atmosphère d’étonnement muet régnait dans la salle, la seule personne capable de parler étant la femme examinatrice. « Bien jouer, Mlle Loki. »

« Je vous remercie beaucoup, » répondit Loki.

En termes de classement, Loki était au-dessus de l’examinateur, mais leur classement était différent dans l’Institut. Loki, fidèle à l’ordre et aux règlements, était bien consciente de la relation entre l’enseignant et l’élève, et gardait les apparences avec ses remerciements.

« Incroyable ! »

« En un instant !! »

« Un mamono va instantanément mourir s’il était frappé par quelque chose comme ça ! »

Les étudiants avaient poussé des voix d’étonnement, et les terrains d’entraînement avaient été dans un tumulte pendant un certain temps.

Loki revint fièrement avec un visage content, gonflant sa poitrine. Finalement, elle était revenue à Alus et l’avait regardé avec des yeux qui indiquaient qu’elle attendait quelque chose.

« Tu as l’air stable. Je vois que tu t’es améliorée. » Sentant ce qu’elle voulait, Alus lui fit des compliments. Mais à l’intérieur, il soupira d’exaspération.

Peu de temps après, son visage était plein de joie… son expression normalement sans émotion n’avait changé que pour lui. « Merci beaucoup. »

 

 

Après qu’elle l’eut remercié par un salut vraiment heureux, le nom d’Alus fut appelé. À la fin, son tour était venu sans qu’il ait réussi à trouver une contre-mesure.

Ses camarades de classe lui avaient fait toutes sortes de regards. La plupart d’entre eux semblaient évaluer sa force, mais certains des élèves de sexe masculin le regardaient avec mépris, convaincus qu’il ne serait pas capable de faire quelque chose d’impressionnant.

Conscient de ces regards ou non, Alus avait appelé la fille aux cheveux argentés avant de s’avancer. « Loki, je peux t’emprunter l’un de tes couteaux ? »

« Bien sûr que oui. » Sans perdre un instant, elle s’agrippa à sa poitrine et en un instant, plus de dix couteaux furent tendus devant Alus. « Utilisons celle-ci. Oui, celui-ci fera l’affaire. C’est le seul. » Elle avait spécialement choisi l’un des couteaux.

Pour Alus, les couteaux n’avaient pas l’air si différents, mais Loki semblait avoir des critères clairs en tête que seule elle comprenait.

« Ouais, merci. » Prenant le couteau, Alus s’était déplacé à l’endroit désigné.

Le mannequin que Loki avait carbonisé avait déjà été échangé contre un nouveau. « Vous pouvez commencer, » déclara l’examinateur d’une voix majestueuse.

Alus utilisait normalement la magie de façon décontractée, mais cette fois-ci, il commençait à devenir étrangement nerveux. Tant que je trace lentement et doucement à travers la formule, il n’y aura pas de problèmes.

Il avait saisi sans grande force le couteau, son index reposant sur l’épine dorsale de la lame. Alors qu’il y versait du mana, la formule avait commencé à briller.

Alus passa lentement par les étapes pour construire un sort de premier rang dans son esprit. En passant par le pouvoir, la forme, la directionnalité… une fois que tout avait été fait, il avait activé le sort. Cela avait pris une fraction de seconde.

« Flèche de foudre. »

Le sort qu’il prononça à haute voix sans hésitation était le plus élémentaire des sorts de base de l’attribut foudre.

En entendant cela, ses camarades de classe avaient ricané et toute tension qu’ils avaient ressentie avait disparu. Alus était un inconnu dans la classe, mais maintenant son évaluation avait été décidée.

Cependant…

En raison d’une surabondance de mana, la flèche de foudre d’Alus avait comprimé le mana à sa limite et avait plané dans l’air dans un état instable.

« Ah…, » Alus lança une exclamation qui sonnait comme un oups, alors que la puissance et la propulsion accumulées dans la Flèche de Foudre s’étaient relâchées, et disparaissent en un instant. En même temps, une odeur de brûlé flottait dans l’air.

Un instant plus tard, tout le monde avait tourné les yeux vers le mannequin.

Un grand trou s’était ouvert au milieu. Le bord du trou était complètement carbonisé.

Au-delà du mannequin se trouvait un mur qui portait maintenant les marques de la Flèche de Foudre, mais heureusement il n’avait pas été sérieusement endommagé. Étant le mur des terrains d’entraînement, il avait été construit pour être très robuste.

Alus haussa les épaules sans mot. Le couteau qu’il tenait à la main était encore étincelant après avoir subi le sort. « Je suis désolée. J’ai merdé. J’ai honte de ne pas être capable de gérer un sort à ce niveau, » dit-il en se retournant, comme pour souligner qu’il s’agissait d’un accident fortuit causé par sa propre incompétence.

« C’est… C’est vrai. C’était un peu instable. »

Une fois que l’examinatrice avait dit cela, Alus s’était incliné devant elle et avait quitté le terrain d’entraînement.

Il savait qu’il n’y avait aucun moyen de le dissimuler comme un accident. Si l’examinatrice prenait le temps d’y réfléchir calmement, elle pourrait être en mesure de comprendre ce qui se cachait derrière ce qui venait de se passer.

Mais pour l’instant, on pouvait dire qu’Alus avait réussi. Probablement.

Pendant ce temps, quant à ses camarades de classe… Certains élèves disaient. « Il a échoué comme je le pensais. »

Si seulement tout le monde était aussi simple.

« Mais pouvez-vous lancer le sort si vous avez échoué… ? En fait, pouvez-vous même appeler ça un échec ? » Il y avait d’autres étudiants qui n’avaient toujours pas traité ce qui s’était passé avant eux.

En fin de compte, il semblerait que l’évaluation d’Alus s’était temporairement arrêtée sur une conclusion de, je ne comprends pas, mais il est bizarre et avait été mis de côté pour le moment. Ou plutôt, c’était plus à cause de la façon dont c’était troublant.

Pour les étudiants, un échec signifiait que la magie ne se manifestait pas. Dans le cas d’Alus, cependant, le sort s’était manifesté, mais il n’avait pas pu le contrôler, et il avait beaucoup plus de pouvoir que les sorts de premier rang dont les étudiants avaient connaissance.

Après cela, l’examen s’était poursuivi comme si de rien n’était, et les étudiants avaient été appelés l’un après l’autre jusqu’à ce que ce soit finalement le tour de la dernière personne — Alice.

Le problème, c’est qu’Alice avait utilisé l’attribut de Flèche de Feu pour son examen. C’était probablement parce qu’il n’y avait pas de sort de flèche parmi les sorts de premier rang dans l’attribut de lumière. Mais parce qu’elle n’avait pas d’affinité, le sort d’Alice était faible et son contrôle n’était pas bon.

L’examinatrice semblait en être consciente, puisqu’elle avait simplement fait à Alice un « bon travail » et l’avait laissée sur place.

Le visage d’Alice était pâle en quittant l’examen, les épaules affaissées. C’était évident, car le sort qu’elle avait utilisé était encore plus faible que celui d’un magicien à cinq chiffres.

Cela dit, l’examen physique avait été excitant malgré la tension, comparativement à l’examen écrit.

☆☆☆

Partie 6

Après l’examen, il y a eu les vacances, aussi appelées la pause des examens. Bien qu’ils aient eu quelques jours de congé, cela signifiait seulement qu’il n’y avait pas de cours, et les étudiants étudiaient souvent de leur propre chef.

D’ailleurs, pendant la période où les examens étaient examinés et notés, le bâtiment principal était interdit pendant les vacances.

Aujourd’hui, Alus avait visité les terrains d’entraînement avec Tesfia, Alice et Loki. Comme ils avaient fait la réservation hier, ils avaient pu s’entraîner à partir du matin.

Le planning de formation d’aujourd’hui était un menu pratique, axé sur l’application de la magie.

Quant à Tesfia, elle essayait désespérément d’activer le Mistlotein. Elle n’allait pas y consacrer tout son temps d’entraînement, mais on ne savait toujours pas si ses efforts seraient récompensés.

Pendant ce temps, l’Alice stable et la Loki logique se battaient à tour de rôle avec Alus.

Contrairement à l’examen de l’autre jour, les cloisons étaient de retour. Mais sans aucune restriction quant aux personnes autorisées à entrer, Tesfia et Loki seraient normalement observées par des spectateurs curieux. Cependant, les circonstances spéciales de Loki leur avaient permis d’obscurcir la partition pour empêcher quiconque de voir à l’intérieur.

La raison en était que les magiciens à trois chiffres et plus avaient été autorisés à dissimuler leur entraînement aux sorts. Compte tenu de la concurrence féroce entre les magiciens de haut rang, très peu d’entre eux avaient choisi d’exposer leurs talents.

En revanche, la magie des magiciens à quatre chiffres et moins était surtout bien connue, et il était une règle tacite qu’il n’était pas nécessaire de la cacher.

« Haaaaaa !! »

Face à l’attaque d’Alice, Alus avait donné un coup de pied dans le manche de son naginata, lui envoyant l’arme hors de ses mains.

« Ah !! »

Cela avait créé une ouverture qu’Alus avait utilisée pour lui donner un coup de pied circulaire dans l’abdomen. Alice avait été envoyée à reculons, mais avait réussi à récupérer en l’air et à atterrir sur un genou.

« N’arrête pas de bouger juste parce que tu as perdu ton arme, » déclara Alus.

« Oui ! » Un soupçon de frustration s’était mêlé à la réponse énergique d’Alice. Contre Alus, même sa Réflexion n’avait pas beaucoup de sens. Avec l’écart de compétences qui les séparait, Alus avait ciblé avec précision les ouvertures mineures dans son naginata, là où sa réflexion ne l’aiderait pas.

Alice était contrariée, pensant qu’elle serait capable de mieux se battre et d’utiliser des tactiques plus variées si elle connaissait plus de sorts.

« Suivante. Loki. »

Sans même un signal pour commencer, Loki était partie en courant.

Mettant à profit sa vitesse, ses mains traînant derrière elle, elle zigzaguait librement pour tenter de confondre Alus avec ses mouvements erratiques.

Cependant, il avait facilement esquivé le couteau jeté de son angle mort sans même regarder. L’AAR qu’Alus utilisait actuellement était une arme d’entraînement de qualité inférieure, mais c’était plus que suffisant puisqu’il n’allait pas utiliser la magie pour de vrai.

Utilisant le mur comme base, Loki avait sauté très haut au-dessus d’Alus.

L’instant d’après, cinq couteaux poignardèrent le sol autour de lui. Un cercle magique était apparu avec lui en son centre, la foudre l’entourant.

Fixant Loki en l’air, Alus lâcha l’épée dans sa main.

Bien sûr, elle n’était pas visée. Sa cible était le bord du cercle magique, frappant le couteau dans le sol avec l’épée et annulant le cercle.

« — ! » Loki fut secouée un instant, mais jeta rapidement d’autres couteaux en l’air.

Alus les avait facilement attrapés entre ses doigts et les avait jetés en réponse comme il l’avait fait auparavant.

« — ! ! »

Et bien sûr, n’ayant aucun moyen de s’échapper dans les airs, Loki n’avait pas d’autre choix que de les bloquer. Elle n’avait pas non plus pu le faire en restant indemne, bien que les dommages subis aient été transformés en dommages mentaux par le système des terrains d’entraînement.

Loki avait atterri sur le mur de l’autre côté, et son visage s’était déformé de douleur à cause des dommages causés par la conversion. Avec sa position brisée par Alus, elle n’avait pas pu s’éloigner du mur, et avait atterri sur le sol.

Et au même moment, elle avait atterri —

« Ne saute pas pour rien. Tu aurais dû faire trois pas en avant, » déclara une voix calme derrière elle.

« J’abandonne. »

En un rien de temps, Alus avait récupéré l’épée qu’il avait lancée et la pointait maintenant vers elle par-derrière.

« Mais c’est quand même un nombre à trois chiffres, » dit Alice avec admiration, après s’être remise de sa fatigue.

« Non. Je ne suis toujours pas assez forte pour être la partenaire de Sire Alus, » déclara Loki.

« Eh bien, tu ne seras pas assez forte aussi vite, » dit Alus, mais c’était plus dirigé vers Alice que vers Loki.

« C’est vrai…, » sachant qu’il lui manquait quelque chose, les yeux d’Alice vacillaient un instant.

« Ce n’est pas bon d’être trop orienté vers la magie… comme elle, » déclara Alus avec exaspération, montrant du doigt le côté des terrains d’entraînement.

Là-bas, Tesfia tirait à plusieurs reprises de la magie sur le mur. Cependant, elle perdait simplement son temps, car elle ne voyait aucune amélioration.

Alice sourit amèrement, tandis que Loki ne se donnait même pas la peine de regarder Tesfia.

« Dans le monde extérieur, manquer de mana mène à la mort. Mais, malheureusement, c’est quelque chose qui arrive. C’est pourquoi, en fin de compte, l’endurance et les aptitudes au combat rapproché peuvent avoir le dernier mot dans les situations critiques. » C’était la vérité toute simple, et Alus ne voulait pas que ce soit un réconfort.

« Oui… »

« Mais la magie change complètement les situations. La façon dont tu es en ce moment… Je suis sûr que je n’ai même pas besoin de le dire, n’est-ce pas ? » demanda Alus.

Alice leva la tête, avec un sourire amer sur son visage, mais elle avait l’air de se sentir coincée.

« Ne t’en veux pas pour ça. J’ai dit que je le ferais pour que tu puisses combattre des mamonos. Je veillerai sur toi, y compris tes sorts. » Peut-être par habitude, Alus avait mis la main sur la tête d’Alice.

Quand les yeux d’Alice étaient devenus humides, Alus avait réalisé ce qu’il avait fait. « Oh, désolé. C’est juste une habitude, » dit-il en retirant sa main. C’est dans ces moments-là qu’Alus pensait qu’il devenait trop facilement ému. Il avait trouvé qu’il était plus facile de traiter avec un mamono géant que lorsqu’une personne aussi joyeuse qu’Alice avait les larmes aux yeux.

« Non, ce n’est pas cela…, » Alice avait utilisé un doigt pour essuyer la larme, mais ses larmes n’avaient pas cessé de couler. « C’est étrange… pourquoi ne s’arrêtent-ils pas ? C’est tellement… »

Mais après avoir dit ça, Alice avait compris pourquoi. Elle avait eu un flash-back de quand elle était jeune. Pourtant, même si elle le savait, les vagues d’émotions qui s’approchaient ne s’arrêtaient pas, ce qui la faisait se sentir étrange, même si elle s’était déjà habituée à cette époque.

« Hé ! Qu’est-ce que tu as fait à Alice !? » Voyant ces larmes, Tesfia s’avança et se glissa entre Alice et Alus.

Le fait qu’une tierce partie qui était occupée à lancer des sorts qui interprétait mal la situation était contrariant, alors Alus avait pris les précautions nécessaires. « Je n’ai rien fait du tout. »

« Oui. Ce n’est pas la faute d’Al. Je ne comprends pas vraiment non plus… Désolée, mais je vais faire une petite pause, » déclara Alice.

« C’est une bonne idée. Va te calmer, » dit Alus.

Voyant Alice qui avait ses émotions hors de contrôle en raison de quelque chose, Alus eut une idée inattendue. Parce que c’était quelqu’un qui en avait plus qu’assez, il commençait à peine à réaliser la vérité du monde — il devait oublier quelque chose.

Ceux qui en avaient beaucoup étaient inconscients des difficultés de ceux qui n’en avaient pas.

Cela provoqua un gros malentendu, mais personne, à part Alice, ne savait qu’il y avait une autre raison à ses larmes.

« Je me demande ce qui s’est passé, » murmura Tesfia, alors qu’Alice quittait le terrain d’entraînement pour prendre sa pause. Bien qu’elle ait cessé de soupçonner Alus grâce au témoignage d’Alice, elle s’inquiétait toujours pour elle à sa façon.

« Elle semble s’en faire aussi… Eh bien, le chemin devrait s’ouvrir tant qu’elle essaiera. Je vais aussi devoir faire mes propres recherches pour comprendre son étrange affinité. »

« Dire que tu t’occupes des autres, Al. J’étais sûre que tu étais indifférent à Alice et moi, » déclara Tesfia.

« Je me fiche de ce que tu penses, mais j’ai dit que j’allais prendre soin de vous, donc je ne peux pas vous abandonner, » déclara Alus.

Tesfia avait intentionnellement ouvert les yeux comme pour montrer sa surprise. « Je vois. Tu es donc inquiet… Bien ! »

Alus la regarda avec des sourcils plissés comme pour demander ce que cela voulait dire, mais elle répondit avec une expression heureuse.

Et comme si elle avait trouvé quelque chose, les bords des lèvres de Tesfia s’étaient recourbés. « Alors, pendant que tu es encore gentil, apprends-moi à utiliser Mistlotein… s’il te plaît ! » dit Tesfia en mendiant, les mains jointes devant son visage, et en sortant un peu sa langue d’une manière mignonne.

Soudain, un bruit sourd et rapide retentit sur la tête de Tesfia.

« Ow. »

« Je t’ai dit qu’il est encore trop tôt pour toi, » dit Alus, d’une manière aussi digne que possible, après avoir fait une frappe du tranchant de la main sur elle.

Mistlotein était à peu près au même niveau de difficulté que Niflheim, la version perfectionnée de Freeze. Et le fait qu’on lui ait demandé de l’aider à s’en servir tout d’un coup n’était rien de moins qu’imprudent.

« Si tu ne prends pas les bonnes mesures, tu ne pourras jamais l’utiliser, » déclara Alus.

« Pas possible… »

Loki hocha la tête derrière une Tesfia à l’air déçu, à laquelle Alus poussa un soupir et commença à expliquer. « Très bien, essaie de lancer Gèle. »

Tesfia avait fait ce qu’on lui avait dit et avait enfoncé son katana dans le sol, après s’être un peu éloignée. Elle avait pu le faire sans incantation, mais pour améliorer l’effet du sort, elle avait crié son nom.

« Gèle !! »

« C’était horrible…, » déclara Alus, complètement par réflexe, en voyant le sort.

« Je me suis beaucoup améliorée, tu sais, » déclara Tesfia sur un ton malheureux en tirant son katana du sol, en défaisant le sort et en le transformant de nouveau en mana.

« Ton réglage de la portée effective est trop naïf. Je suis étonné que tu penses être capable d’atteindre les sommets de Mistlotein avec ce genre de compétences. Franchement, c’est risible, » déclara Alus.

« Quoi — ! Ne sais-tu pas que c’est une question de bon sens d’encourager quelqu’un par des éloges de nos jours ? … J’ai aussi fait de mon mieux…, » déclara Tesfia.

Eh bien, compte tenu du fait qu’elle était encore étudiante, c’était bien fait, mais elle était beaucoup trop insouciante si elle pensait pouvoir utiliser Mistlotein avec cela. L’entendant faiblement s’éteindre à la fin de sa plainte, Alus soupira et lui répondit. « Bon sang ! Eh bien, je te l’accorde, tu as essayé… Je suis sûr que tu es mieux. Mais tu es encore loin de pouvoir utiliser Mistlotein. »

Les épaules de Tesfia s’étaient affaissées. Où est passée sa compétitivité habituelle ? pensa Alus. Mais il avait l’impression qu’elle avait grandi, et il le lui avait aussi transmis bien que le fait qu’elle était inadéquate soit resté inchangé. En lui disant cela, elle avait enfin pu commencer son voyage.

Alus n’avait pas l’intention de la réconforter en disant qu’elle pourrait le faire un jour, selon ses efforts. Au mieux, elle avait une possibilité si elle suivait la bonne procédure. Cela dépendait aussi des talents et des sens de Tesfia, mais tout l’entraînement qu’elle avait fait jusqu’à présent dépendait du contrôle du mana. Et c’était la première fois qu’il lui enseignait l’utilisation de la magie elle-même.

☆☆☆

Partie 7

« … Si tu veux toujours apprendre, tu devrais commencer par maîtriser Gêle. »

« … !! » Une lueur d’espoir se mit à brûler dans les yeux de Tesfia, comme si elle s’était sortie du puits du désespoir. Son regard découragé s’en alla, et une passion s’enflamma en elle. À la fin, elle le poussa à continuer.

Alus négligeait maintenant régulièrement les changements de rythme fulgurants de Tesfia. Mais en même temps, il s’était rendu compte à quel point elle était facile à gérer.

« Tu devrais aussi penser à le faire par étapes. Si tu peux geler plus de cibles simultanément, ta portée effective augmentera naturellement, et une fois que tu seras capable de le faire, tu seras enfin sur la ligne de départ, » déclara Alus.

« Hmm, je vois. »

« … »

Elle avait l’air de pouvoir sortir un carnet d’un moment à l’autre. C’était bien d’être passionné et tout, mais quand Alus avait pensé qu’il devait s’occuper de tout, il avait soudain commencé à en avoir assez. « Dans tous les cas, je vais faire de vous deux des magiciens de premier ordre capables de combattre les mamonos. Pour commencer, je vais vérifier les résultats de ton entraînement, alors prépare-toi. »

« … ! ? Uhmm. » Surprise, les yeux de Tesfia s’ouvrirent et elle ne regarda nulle part. Elle avait dû voir Loki et Alice se battre contre Alus, et se faire tabasser. Elle n’avait pas tant peur de perdre la face qu’elle était timide.

« Ne t’inquiète pas. Je vais me retenir. » Il se dirigea vers le centre du champ, se retournant alors que les bords de ses lèvres se recourbaient en un sourire.

« Bien sûr que si !! » Tesfia, qui le suivait, cria nerveusement en retour. Dans son esprit se trouvaient les souvenirs de son regard froid quand elle l’avait vu sur le toit, et de ses combats féroces dans le monde extérieur.

Ce garçon aux yeux froids souriait maintenant à ses sarcasmes, mais d’une manière ou d’une autre joyeusement.

Quel était son vrai visage ? En y repensant, sa poitrine était douloureusement serrée.

« Qu’est-ce qu’il y a ? Le temps n’attendra pas que tu te décides, » déclara Alus.

La voix l’avait ramenée à la raison. Il avait raison, elle n’avait pas de temps à perdre. Elle avait décidé d’aller au bout des choses. Alors elle monta lentement les escaliers se trouvant devant elle.

Parvenant à sa résolution, elle secoua la tête pour se vider l’esprit et entra dans le centre du champ de combat avec des yeux sérieux.

Le combat s’était poursuivi jusqu’à la fermeture des terrains d’entraînement pour la journée.

À mi-chemin, Alice s’était rétablie et était revenue, et ils avaient eu toutes sortes de batailles fictives, y compris des batailles à deux contre un et à trois contre un.

Une fois qu’ils avaient quitté leur espace cloisonné, Alus et les trois autres étudiants étaient les seuls présents.

Alus marchait dans la rue sombre, quelques pas derrière Tesfia et Alice. Loki était aussi avec lui, mais aujourd’hui il les escortait jusqu’au dortoir des filles, ce qui était surprenant. C’était inhabituel, mais c’était surtout parce qu’il n’en avait généralement pas l’occasion.

« Fia, vas-tu rentrer chez toi pour les vacances d’été ? » demanda Alice.

« C’est vrai… j’apporte mon bulletin scolaire chez moi, » déclara Tesfia avec un sourire amer. Les deux bonnes amies bavardèrent en marchant devant Alus et Loki.

Après l’examen semestriel et la pause d’examen, il y avait les vacances d’été. Pendant ce temps, de nombreux étudiants allaient profiter de l’occasion pour rentrer chez eux, tandis que les autres étudiants allaient rester à l’Institut et y passaient leurs vacances.

Normalement, les vacances d’été étaient quelque chose à attendre avec impatience, mais les étudiants n’étaient pas trop excités. C’était comme les autres jours de congé, c’est-à-dire qu’ils étudiaient seuls, puisqu’il n’y avait pas de cours.

D’ailleurs, Alice attendait les vacances d’été avec impatience afin de profiter au maximum de l’ensemble de son temps. Alors que tout le monde ne rentrait pas chez lui, beaucoup le faisaient, et l’Institut serait beaucoup plus calme. Surtout avec le départ de Tesfia.

« Je vois. J’aurai enfin le temps de me concentrer sur mes recherches. »

« Uhm, Al ? Je serai toujours là. » Comme il avait l’air si heureux, Alice s’était sentie un peu mal à l’aise d’annoncer son intention de rester.

« C’est très bien. Je suis sûr que je pourrai faire des progrès quand la plus bruyante sera partie. De plus, je ne voudrais pas que mon sujet d’examen aille quelque part pendant le temps précieux dont je dispose pour la recherche, » déclara Alus.

« Urgh... »

Alors que des larmes apparurent dans les yeux d’Alice, la rousse qui marchait à côté d’elle commença à s’agiter. Elle s’était retournée sur place et avait crié, en montrant Alus du doigt. « Qu’est-ce que c’est censé vouloir dire ? Sache que si tu te sers de tes recherches comme excuse pour faire des choses étranges à Alice, tu payeras pour ça ! »

« C’est aussi pour Alice. Eh bien, en partie. En outre, elle a une affinité intéressante qui a beaucoup de possibilités. J’aimerais prendre d’autres mesures et échantillons si possible. » Quand Alus déclara ça, son regard était tombé sur la poitrine de Tesfia. Ses yeux aiguisés n’avaient vu que de la saleté qui s’était retrouvée sous le clair de lune.

« … !! » « … !! »

Cependant, le moment était très mal choisi.

Une courte pause s’était produite, comme le calme avant la tempête.

« C’est du courage que tu as là. » Les mains de Tesfia s’étaient automatiquement dirigées vers le katana à sa taille. « Espèce de pervers de magicien ! » La lame qui sortait de son fourreau scintillait au clair de lune.

Mais avant que l’épée précieuse de la famille Fable puisse être tirée, une autre bombe avait explosé, gelant Tesfia.

« Sire Alus… s’il y a quelque chose qui ne vous satisfait pas… vous pouvez me le dire…, » déclara Loki.

« Hein !? » Malgré le faible éclairage, les joues de Loki étaient si rouges que même Tesfia pouvait le voir.

Mais Alus avait incliné la tête comme d’habitude. « Non, je pense que tu en fais assez. »

« Je-Je vois…, » les mots de Loki s’affaiblirent peu à peu.

« … ! »

« Ne me dis pas que tu as fait quelque chose à Loki…, » déclara Tesfia.

Qui sait ce qu’elles imaginaient, mais Alice avait le visage rouge, et Tesfia avait l’air sévère comme si elle regardait un criminel.

Peu de temps après, elles s’étaient rapidement éloignées d’Alus. Alice était même allée jusqu’à attraper Loki et la serrer contre elle, comme si elle la protégeait de quelque chose.

Alus n’était pas sûr de ce à quoi elle était censée se référer, mais il s’était vaguement rendu compte qu’un malentendu faisait place à d’autres malentendus, et les choses allaient dans une direction inquiétante. « Pour votre information, je ne prendrai que des mesures d’affinité et des échantillons de sang. Quant à Loki, je suis satisfaite de son travail quotidien. »

« Il vaudrait mieux que ce soit vrai. » Tesfia était toujours sur ses gardes et, suivant son exemple, les filles s’étaient éloignées de lui et avaient continué à bouger en se blottissant entre elles. Loki jetait de temps en temps un coup d’œil en arrière, mais Tesfia l’exhortait à passer à autre chose.

Pendant tout ce temps, Alice regarda son chemin, comme pour dire qu’elle voulait le croire, et Tesfia la regarda droit dans les yeux.

Alus s’était dirigé vers le dortoir des filles, se disant qu’être traité comme un suspect allait probablement continuer pendant un certain temps. Il se demanda si ce genre de conversation était considéré comme normal pour les élèves.

Fatigué de leur étrange traitement, Alus s’était mis derrière les filles.

Cependant…

« D’accord, c’est bon. Je peux supporter le fait d’être la remplaçante de Loki…, » dit Alice, après avoir pris sa décision après avoir réfléchi à quelque chose.

Alors que cette remarque n’avait fait qu’aggraver la situation, l’humeur étrange allait durer un peu plus longtemps.

☆☆☆

Partie 8

La pause des examens avait duré trois jours et cela avait repris le quatrième jour. Cela dit, il n’y avait pas eu de leçons. C’était juste pour annoncer les résultats de l’examen.

L’information sur les meilleurs scores pour chaque sujet était affichée sur les écrans partout dans l’Institut.

Les bulletins du semestre n’avaient pas été distribués par les professeurs. Au lieu de cela, ils avaient été distribués lorsque vous aviez placé votre licence sur un appareil. Plus précisément, deux feuilles de papier avaient été imprimées avec l’information.

Les élèves faisaient la queue dans le couloir, en attendant leur tour. Les appareils avaient été installés dans trois salles de classe. Les élèves entraient dans la salle de classe de façon ordonnée, obtenaient leurs résultats et repartaient.

Dans le couloir, des élèves applaudissaient leurs résultats et des élèves avaient affaissé leurs épaules.

Alus feignait le calme, comme s’il n’était pas inquiet du tout, en s’emparant de ses résultats.

Il passait à peine.

L’examen écrit mis à part, avec son examen pratique douteux et sa faible participation, il était en fait nerveux. Au moins, il était soulagé de voir qu’il avait obtenu des crédits pour toutes les matières. Pour être honnête, il trouvait pathétique qu’il n’ait fait que passer de peu. Afin de ne pas attirer l’attention, il avait passé l’examen tout en ajustant son score. Bien qu’il ait fait une erreur inattendue pendant l’examen pratique, il avait quand même réussi.

Suivant la foule dans le couloir, il avait été accueilli par une Loki animée. « Comment ça s’est passé, Sire Alus ? »

« J’ai réussi. » Il n’avait pas demandé comment cela s’était passé pour elle. Si elle avait obtenu tous les crédits, il était difficile d’imaginer que Loki laisserait tomber.

Mais Loki aurait quand même voulu qu’il demande. Elle tenait déjà les papiers montrant les scores parfaits contre sa poitrine.

Alors qu’Alus donnait à Loki, déçu, un regard perplexe, les écrans dans les couloirs et les salles de classe avaient changé. Les écrans qui montraient les meilleurs résultats sonnèrent tous en fanfare. Après avoir attiré l’attention des élèves, un avis était apparu que les 10 meilleurs étudiants allaient être annoncés de nouveau.

Les noms des élèves ayant obtenu les meilleurs résultats avaient commencé à être affichés de bas en haut.

Alus n’était pas très intéressé et avait commencé à marcher avec Loki. Mais avec tant d’écrans dans l’Institut, ils avaient attiré son attention où qu’ils aillent.

La troisième place avait été attribuée à Alice Tilake. La deuxième était Tesfia Fable. La différence était probablement due à leurs examens pratiques, ce qui signifiait qu’Alice avait probablement obtenu une note supérieure à Tesfia dans la partie écrite. Alus le savait, car il leur avait enseigné lui-même. Il avait deviné que le résultat était dû au fait qu’Alice connaissait peu de sorts offensifs, puisqu’il n’y avait aucune différence réelle dans leurs capacités.

Cela mis à part, c’était surprenant de voir qu’elles n’étaient que deuxièmes et troisièmes. Elles auraient dû être au sommet de leur classe.

Il y avait donc quelqu’un d’encore mieux qu’elles.

Les écrans avaient changé à nouveau, affichant les mots MEILLEUR RÉSULTAT en gros caractères, et le nom Loki Leevahl était écrit ci-dessous.

« … !! » Comme pour son propre test, Alus s’était convaincu qu’il n’était pas particulièrement intéressé par le test de Loki. Il s’était donc instinctivement arrêté en voyant ça.

Elle ne s’amuse pas, se dit-il, réalisant pourquoi elle s’était comportée si bizarrement avant. Elle avait été capable de dire qu’elle était la première en regardant son propre rapport. C’est pour ça qu’elle avait une expression étrange quand il avait ignoré ses résultats.

« C’est impressionnant. » Ce n’est que maintenant qu’il s’était retourné pour mettre la main sur la tête de Loki.

« Je vous remercie beaucoup. » L’expression sombre de son visage avait disparu et avait été remplacée par un sourire.

En réagissant de la sorte, Alus pensa qu’il lui était difficile de la féliciter, mais il ne trouva pas cela si ennuyeux.

Mais en y réfléchissant, son action attirerait clairement l’attention. La meilleure élève de l’Institut se faisait caresser la tête par un type qui n’était même pas dans la liste des meilleurs scores. De plus, avec la timide joie de Loki, les regards méfiants et les expressions d’indignation étaient apparus à cause de leur manque de compréhension.

Les deux individus s’étaient déplacés, sans être dérangés par les regards, jusqu’à ce que quelqu’un s’écrie.

« Qu’est-ce que t’en dis !! » déclara la voix, juste au moment où ils recommençaient à marcher.

Depuis qu’Alus avait vu l’annonce, il avait ses appréhensions. Cependant, il ne pouvait s’empêcher de se plaindre dans ce monde grossier où ces attentes s’étaient si facilement réalisées.

Tesfia tenait un bulletin de notes sous les yeux d’Alus avec un regard et une pose triomphants. Comme elle était plus petite, on la tenait légèrement au-dessus de sa tête.

Même Alice, qui tenait son bulletin de notes contre sa poitrine, avait souri avec fierté.

Le fait d’avoir terminé deuxième et troisième de leur classe avait été un résultat digne d’éloges. Peut-être qu’après avoir accepté le fait que Loki soit en première était inévitable, elles avaient des expressions brillantes, mais quelque peu attendues.

À la suite de l’acte de Loki, Alus avait eu envie de dire une chose ou deux cyniques. « Bon sang, les filles… Que voulez-vous que je vous dise ? »

« Tu peux nous féliciter d’avoir bien réussi, » lui dit Tesfia, un peu gênée… mais le fait d’avoir réussir à retenir sa conscience de soi était un signe d’amélioration. Sa fixation sur ses notes avant l’examen était en partie dû à sa fierté en tant que noble. Quoi qu’il en soit, elle était probablement excitée à l’idée de sortir de l’examen — son plus grand souci — avec le deuxième meilleur résultat. Comme on pouvait le voir sur ses joues qui étaient plus rouges que d’habitude.

Pour lui rafraîchir la tête, Alus avait dit avec sarcasme. « C’est merveilleux. Donc tu peux le faire si tu essaies, » et lui tapota sur la tête comme il l’avait fait avec Loki. Il était sûr qu’elle s’opposerait à ce traitement.

L’expression de Tesfia s’était un peu relâchée. Cependant, avec la réaction des élèves qui l’entouraient, elle était revenue à la raison. Son visage s’était mis à rougir d’un coup, elle avait repoussé la main d’Alus et s’était éloignée de lui. Mais l’absence de ses cris d’abus habituels la rendait choquante.

Elle n’a pas l’habitude d’être félicitée, n’est-ce pas… Bien qu’exaspéré, Alus sourit comme s’il avait trouvé un jouet amusant.

Pendant ce temps, Tesfia posa sa main sur sa tête en état de choc, comme pour confirmer la sensation. Elle avait ensuite regardé Alus avec un visage rouge. À côté d’elle, Alice tenait toujours son bulletin, comme si elle faisait la queue.

« Ne… ne t’emporte pas… pour qui te prends-tu ? » demanda Tesfia.

« Et tu te prends pour qui ? En plus, c’est toi qui en as parlé. » En utilisant un argument solide, il avait fait taire Tesfia.

C’est alors qu’Alus entendit que leur environnement devenait encore plus bruyant.

Avec les trois meilleures étudiantes réunies en un seul endroit, les élèves commençaient naturellement à se rassembler autour d’eux. Il y avait Loki, la magicienne à trois chiffres, l’étoile montante de la première année, ainsi que Tesfia et Alice, deux objets d’envie.

Et avec un étudiant de sexe masculin non motivé qui s’était à peine présenté en classe… le fait que tous les étudiants le regarderaient était inévitable.

Alus s’était mis à marcher, essayant de s’éloigner de là. Pendant qu’il avait Loki avec lui, il faisait ce qu’il voulait, mais les deux autres filles l’avaient suivie sans rien dire.

Alice semblait pleine d’attentes, comme pour dire qu’elle n’avait pas encore eu son tour, mais malheureusement pour elle cela n’allait pas arriver.

Après être sorti de l’immeuble, Alus avait un peu ralenti son rythme et avait parlé à Tesfia. « Quand pars-tu ? »

« Ne peux-tu pas dire ça comme si tu voulais que je parte le plus vite possible ? » demanda Tesfia.

C’était précisément l’intention d’Alus, mais le reformuler serait pénible, et il n’avait aucune raison de l’énerver. « Ça ne me dérange pas que tu partes quand tu veux, mais assure-toi de ne pas perdre ton entraînement. »

« Je le sais, je le sais, » répondit Tesfia.

« C’est dans une semaine à partir de demain, n’est-ce pas ? » dit Alice en donnant un coup de main à Tesfia.

« Ouais. C’est le plan… mais…, » l’expression de Tesfia s’était soudain obscurcie, et elle avait détourné les yeux. Elle semblait faire allusion à la possibilité que son plan de retour à la maison s’effondre.

« La mère de Fia est très stricte, » déclara Alice.

Tesfia soupira. « C’est vrai… » Son énergie d’avant avait disparu.

Voyant cela, Alus réalisa une fois de plus à quel point ses expressions changeaient toujours de façon dramatique. « Tu la connais, Alice ? »

« Oui. J’ai visité leur maison plusieurs fois. » Ces mots avaient dû faire en sorte qu’Alice se souvienne d’une chose qu’elle ne voulait pas, car son visage se tortillait et ses yeux s’éloignaient comme ceux de Tesfia.

« Je suis désolée pour l’heure. » Les excuses soudaines de Tesfia étaient probablement parce qu’elle se sentait encore redevable de quelque chose.

« Ah… en fait, c’est bon, ça a fini par être bénéfique, » répondit Alice avec un sourire amer, mais Alus n’avait honnêtement aucune idée de ce dont ils parlaient.

« Que s’est-il passé ? » demanda Alus instinctivement. Loki, qui marchait à côté de lui baissa les yeux et feignant l’ignorance, elle jeta un regard significatif vers lui.

« Je suis allée jouer… mais la mère de Fia m’a vraiment battue. » Ce sourire amer était probablement tout ce qu’Alice pouvait rassembler. Elle avait choisi de ne pas entrer dans les détails, mais Loki semblait l’avoir tout de suite compris, et Alus sourit sèchement aussi.

La mère de Tesfia devait être une vraie femme de la famille Fable. Toutes les deux avaient dû recevoir des conseils assez stricts.

« Elle a l’air d’une mère volontaire, » dit Alus.

« Quand ma mère était active, elle était conseillère pédagogique. Même maintenant qu’elle est à la retraite, elle semble encore avoir une certaine influence dans l’armée, » déclara Tesfia.

En d’autres termes, c’était une ancienne militaire. Et avec son statut de noble, elle devait avoir une position élevée. En entendant cela, Alus avait l’impression d’avoir entendu le gouverneur général mentionner le nom de Fable, mais il ne se souvenait plus quand.

« Je vois, donc quand tu rentres à la maison, ta mère va te faire travailler, » déclara Alus.

« Argh… » Les attentes et le malaise étaient soudain apparus sur le visage de Tesfia, alors qu’elle avait dû se souvenir de quelques souvenirs désagréables.

☆☆☆

Partie 9

Cependant, elle n’avait pas vraiment eu de résistance à recevoir des conseils. Comme c’était quelque chose qu’elle recevait depuis son enfance, elle y était habituée. Et son résultat en tant que deuxième dans son année scolaire était probablement suffisant pour être reconnu.

En fait, Tesfia n’espérait pas que sa mère la féliciterait pour ses résultats, mais au moins elle ne se fâcherait pas contre elle… probablement.

Elle craignait que ses talents magiques ne soient mis à l’épreuve lorsqu’elle rentrerait chez elle, ce qui l’avait rendue déprimée. Les notes, c’est une chose, mais je suis sûre qu’elle va se fâcher pour ça. Tesfia était consciente que même si elle s’améliorait, sa mère ne serait jamais satisfaite. Quand elle avait maîtrisé l’Épée de Glace, sa mère lui avait dit que c’était quelque chose que n’importe qui dans la famille Fable devrait être capable de faire.

Après son deuxième soupir, Tesfia avait trouvé sa détermination, sachant qu’elle ne pouvait l’éviter de toute façon. « Je dois faire mes valises pour demain, alors commencez sans moi. » En disant cela, elle avait commencé à courir vers le dortoir comme pour dissiper ses doutes.

« À tout à l’heure. » Alice fit au revoir à Tesfia, qui n’avait certainement pas l’air joyeuse quand elle s’était mise à courir. Mais il y avait une pointe d’envie dans son expression. Contre la volonté de sa famille, Tesfia avait fréquenté l’Institut en tant qu’étudiante autonome, et elle avait ses propres difficultés, mais Alice n’avait même pas d’endroit où retourner chez elle.

Alus fixa le dos de Tesfia qui disparaissait au loin et murmura. « Te préparer, tu dis ? »

Comme aucune leçon n’était prévue, la journée était terminée une fois qu’ils avaient reçu leur bulletin scolaire, et il n’était même pas encore midi.

Alus, ainsi que Loki et Alice se dirigèrent vers le laboratoire. Retardant l’entraînement jusqu’au retour de Tesfia, il prendrait le temps jusque-là d’utiliser Alice comme cobaye.

Il l’avait fait changer en blouse d’hôpital, puis avait préparé l’équipement de pointe qu’il avait commandé à l’armée. Et avec Loki comme assistante, l’examen s’était bien déroulé.

Enfin, quand il allait lui faire une prise de sang…

« A-Attendez…, » Alice les avait soudainement arrêtés.

Alus pensait qu’elle avait peur des aiguilles, mais son visage était anormalement pâle. « Est-ce que ça va ? »

« Je suis désolée… Je me sens juste un peu malade. » Elle n’avait pas l’air de quelque chose d’aussi fragile. Le visage d’Alice était pratiquement blanc, comme si elle allait s’évanouir à tout moment.

Sur le plan de la recherche, le liquide céphalorachidien était plus certain, mais ce laboratoire ne disposait pas de l’équipement à grande échelle nécessaire pour cela. Dernièrement, un simple test sanguin avait suffi pour obtenir des données détaillées, alors Alus s’en était servi.

Quoi qu’il en soit, un échantillon de sang était inévitable, mais voyant la réaction d’Alice, il n’avait pas l’intention de la forcer. « Ça te fait-il mal quelque part ? Je peux demander à un magicien guérisseur de l’armée de venir. »

« Tu n’es pas obligé de faire cela…, » Alice secoua la tête. Soit elle était traumatisée par les aiguilles, soit elle avait peur des examens en eux-mêmes.

« Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ? Veux-tu arrêter ? Tu as l’air plus mal en point, » avant, il avait traité Alice de cobaye en plaisantant, mais il n’allait pas la forcer à faire quelque chose qu’elle ne voulait pas faire.

Mais Alice répondit fermement. « Je vais bien. Continue, s’il te plaît. » Mais rien qu’en regardant son teint, elle avait l’air de pouvoir s’effondrer d’une minute à l’autre.

« Alors c’est ce que je vais faire… Loki, mets ta main sur ses yeux, » déclara Alus.

« Compris, » déclara Loki.

« Hein ? » s’exclama Alice.

« Tu ferais mieux de ne pas voir ton sang être prélevé. Et avoir quelqu’un d’autre pour te couvrir les yeux devrait être plus facile que de les fermer toi-même, » expliqua Alus.

« Ah !? »

La main de Loki couvrit les yeux d’Alice d’un flux de mana calme. Le mana ne couvrait que la surface, mais il transmettait la chaleur de Loki à travers sa main. Elle avait décidé que sa chaleur corporelle aiderait à apaiser la peur d’Alice.

Cela dit, en raison de leurs différents types de mana se rejetant mutuellement, Loki ne pouvait pas le verser directement dans le corps d’Alice. Ça n’avait pas eu d’effet médical, mais ça lui avait donné la tranquillité d’esprit.

Et puis — « C’est fait. »

« Vraiment ? »

Le temps que la main de Loki lui couvre les yeux, l’aiguille avait déjà été planté en elle.

Alus avait poursuivi l’examen d’une manière familière.

Après midi, l’examen avait été fait, et seule l’analyse des résultats était attendue.

« J’ai tout ce dont j’ai besoin, alors je m’occupe du reste », déclara Alus à Alice, alors qu’ils étaient assis à table. Loki était en train de préparer le déjeuner. Alice avait proposé de l’aider, mais Alus l’en avait empêchée, la faisant asseoir pour qu’il puisse lui expliquer les choses.

« Juste pour ton information, les informations qui peuvent être extraites de ton mana sont liées à la structure de ton facteur mana. Ne t’inquiète donc pas si des renseignements personnels sont connus de mon côté. »

« D’accord, c’est bon. »

C’était Alus qui avait fait preuve de considération pour éviter tout problème d’éthique. « Et les différentes données seront stockées en toute sécurité. En plus de cela, je limiterai mes recherches à tes affinités et j’aiderai à améliorer les sorts d’attributs de lumière. Une fois cet objectif atteint, les données recueillies seront effacées. Il en va de même pour toi, si tu veux t’arrêter à un moment donné. »

« … » Alice l’avait regardé, la mâchoire tombante.

« Quoi ? Si ça ne te dérange pas, signe ça, » Alus avait déjà préparé un document avec une liste de contrôle et l’endroit où le signer, et il l’avait poussé avec désinvolture vers Alice.

« … Je comprends, mais n’est-ce pas un peu formel… ? » demanda Alice.

« Qu’est-ce que tu racontes ? Ceci n’est normal que pour la recherche magique avec des sujets testés, » déclara Alus.

Alice semblait impressionnée et souriait.

La technologie magique faisait des progrès dans toutes sortes de domaines, y compris dans le domaine médical, et grâce à ces progrès, de nombreux traitements médicaux s’étaient améliorés. Mais même dans ce cas, certains traitements ou recherches expérimentales ne pourraient être effectués sans le consentement du sujet. Il y en avait qui opéraient illégalement sans un tel consentement, et la fuite de renseignements personnels obtenus grâce à la recherche était passible de sanctions en vertu de la loi, en raison du fait que les lois s’adaptaient aux progrès réalisés.

Bien que le respect strict de ces lignes directrices dépendait du chercheur, il était courant de tracer une ligne de démarcation claire en ce qui avait trait à la violation de l’éthique professionnelle. Quant à Alus, il avait été excessivement minutieux.

Lorsque Loki avait fini de préparer la nourriture, Tesfia en avait fini avec ses bagages et s’était jointe à eux pour le déjeuner. Elle s’était réjouie de son timing et avait savouré la cuisine de Loki avant qu’il ne soit temps de s’entraîner l’après-midi.

Grâce à leur formation continue, les deux filles commençaient enfin à avoir une bonne maîtrise quand au contrôle du mana. Cela dit, comme il y avait encore des fuites de mana, elles avaient besoin de faire des pauses régulières.

De plus, Loki s’entraînait elle-même, l’objectif étant d’étendre sa portée de détection. Elle n’obtenait pas de résultats substantiels, mais l’entraînement de détection était un peu spécial, et Alus ne s’attendait à aucune amélioration dès le départ.

Alus analysait les données qu’il avait reçues en testant Alice. Normalement, Loki l’aiderait, mais comme la vie privée d’Alice était un sujet de préoccupation, il ne pouvait pas lui demander de l’aider.

Quand il avait jeté un coup d’œil sur Loki, il avait vu que ses yeux étaient fermés, concentrés sur son entraînement. Au début, elle avait une expression calme, mais plus elle se concentrait, plus elle semblait fatiguée.

« Loki, toi aussi, fais une pause. » Voyant sa chance, Alus ordonna à Loki de se reposer. S’il lui donnait le choix, elle choisirait de continuer. Mais l’entraînement n’aurait pas de sens s’il se poursuivait par la force sous l’effet de l’épuisement.

« Oui. » Avec un ordre, Loki n’avait pas d’autre choix que de hocher la tête. Alus avait également profité de l’occasion pour lui-même faire une pause.

Même s’il lui avait dit de se reposer, Loki faisait fidèlement du thé. Puisqu’elle n’écouterait probablement pas même s’il l’arrêtait, Alus l’avait laissée faire ce qu’elle voulait. Et vu qu’elle apportait des tasses pour Tesfia et Alice, son attitude envers elles avait dû aussi se calmer.

Conscientes de ce changement ou non, Tesfia et Alice avaient bu leur thé chaud. Alus remercia également Loki et apporta sa coupe sur les lèvres. Après l’avoir confirmé, Loki avait finalement suivi son exemple.

C’était un moment de détente. Dans le coin de l’œil, Alus avait vu le programme automatisé qu’il avait mis en place pour analyser les données d’Alice s’achever. Ça ne prendra que quelques minutes. Et comme prévu, peu de temps après, l’écran était rempli de caractères montrant le résultat.

Posant sa tasse, Alus avait fait défiler le texte et l’avait parcouru.

Le facteur mana dans sa génétique en est probablement la cause. C’est la raison pour laquelle l’affinité pour l’élément de lumière est innée, hein.

La conjecture d’Alus n’était rien de moins qu’une confirmation. Selon des recherches antérieures, une affinité pour l’attribut de lumière s’était formée dans le processus de mélange de l’ADN des deux parents chez l’enfant.

Cependant, les conditions pour cela étaient inconnues, et personne ne connaissait le déclencheur pour donner naissance à quelqu’un avec l’affinité pour la lumière. Bien qu’il y ait eu des théories, il n’y avait pas eu assez de recherches pour les considérer comme fiables.

Ensuite, Alus avait analysé les données de mana qu’il avait obtenues à partir de l’échantillon de sang d’Alice. Le mana provient de particules dans le sang connu sous le nom de sphères de mana. Contrairement aux globules rouges, c’est le cœur humain qui allait créer ces sphères de mana, le cœur étant bien sûr un organe extrêmement vital qui maintient la personne en vie.

Ironiquement, cela avait fonctionné de la même façon que les mamonos et leurs noyaux. C’était aussi la raison pour laquelle certaines personnes avaient agi négativement face à la magie, la critiquant comme quelque étant chose de mal.

Je suppose que je devrais essayer de comprendre pourquoi son mana a réagi à la magie sans attribut, pensa Alus, et s’était mis au travail.

Ainsi, la brève pause avait pris fin. Alus s’était consacré à ses recherches, Tesfia et Alice avaient travaillé sur leur formation, et Loki s’était formée avec son propre entraînement. Une journée typique au laboratoire.

☆☆☆

Chapitre 9 : Fomenter les ténèbres

Partie 1

Quelques jours plus tard, à minuit, alors que la plupart des gens s’étaient couchés pour la journée…

Les ténèbres, souvent perçues comme un symbole de peur, couvraient la région.

Il n’y avait pas beaucoup d’endroits aussi sombres que celui-ci dans la sphère d’influence humaine. C’était une grande forêt à une certaine distance d'une autoroute à l’intérieur des frontières d’Alpha. Elle avait été laissée en souvenir de leur ancien territoire, de leur gloire passée.

Et ce n’était pas seulement Alpha. Le symbolisme originel des sept nations qui gardaient la nature telle qu’elle était, c’était parce que la petite surface qu’elles avaient comme espace de vie maintenant était tout ce qu’elles avaient dû avoir.

Et, comme pour s’en souvenir, la forêt était encore vivante et bien à l’intérieur de la barrière, pour garder cette mémoire fraîche — pour que l’humanité n’oublie pas complètement la splendeur du monde dans lequel elle devrait s’efforcer de retourner.

La grande forêt d’Alpha, en tant que représentation de cela, pourrait même être confondue avec la mer massive d’arbres du monde extérieur. C’était si profond qu’un seul mauvais virage pouvait vous laisser en rade, et en tant que tel, sans la permission du gouvernement, l’entrée était interdite.

À cause de l’épais voile de feuilles d’arbres, les ombres qui descendaient de là étaient extrêmement sombres. De plus, les ombres n’étaient pas les seules choses dans cette forêt.

En réalité, toutes les recherches inhumaines effectuées dans le passé avaient été éliminées à l’intérieur, et il y avait des installations qui avaient fait des recherches sur des technologies douteuses présentes ici. C’était un dépotoir pour un héritage négatif.

Et maintenant… la lumière de la fausse lune dans le ciel brillait sur le rideau sombre de la forêt.

Dans cette nuit étrange, personne ne remarquerait l’irrégularité que l’on ne pouvait même pas voir à vol d’oiseau. Il faudrait avoir des sens très aiguisés ou une excellente ouïe pour percevoir le léger tremblement de l’atmosphère.

Les voix échangeaient des mots. Tous les membres à leur position, à peine hors du rayon de détection, se concentraient sur les communicateurs à mana dans leurs oreilles.

« J’attends un jugement rapide, comme toujours. Ne laissez aucune trace derrière vous. Je vous souhaite bonne chance. »

Dans l’obscurité, une fois la transmission interrompue, ils avaient cessé de se concentrer sur leurs communicateurs à mana et sur leurs propres tâches.

Cependant, c’est à ce moment-là qu’une transmission privée était parvenue aux oreilles de l’un des membres. « Feli, ne surestime pas tes capacités… et ne cours pas trop loin non plus. Je suis content que tu sois plus passionné que d’habitude, mais… »

« Tu n’as pas à t’inquiéter pour moi. Je connais ma place, capitaine Vizaist. Alors, je vais commencer ma mission. » La voix confiante qui répondait appartenait à une jeune femme.

La transmission s’était terminée par le soupir de l’homme qu’elle appelait « Capitaine ».

Les transmissions n’étaient autorisées que lorsque c’était nécessaire. De plus, la transmission précédente avait été une considération montrée à sa famille. Normalement, ce n’était pas nécessaire avant que Felinella Socalent ne commence une mission.

Finalement, les membres finirent par se camoufler pour se fondre dans l’obscurité, avant de se diriger vers les points qui leur avaient été assignés. Ils fouilleraient toutes les installations qui avaient été abandonnées dans cette mer d’arbres.

Près de l’avant du groupe se trouvait Felinella, avançant en se fondant dans l’obscurité. Le sort jeté à l’extérieur de sa robe l’enveloppa d’une brume sombre, la faisant se fondre parfaitement avec la nuit.

Une fois qu’elle avait atteint son troisième point après le début de la mission, elle avait sauté pour avoir une vue d’ensemble de la région.

Utilisant les branches densément tassées pour sauter plus haut, se déplaçant vers le haut comme si elle n’était pas affectée par la gravité, elle avait regardé au-delà des espaces vides du bosquet.

La structure devant elle ressemblait à ce qu’elle avait vu pendant le briefing. C’était un bâtiment qui avait été utilisé pour étudier un certain type de magie. Un seul coup d’œil sur le mur qui s’écaillait avait suffi pour voir à quel point il était détérioré, et il ne serait pas étrange qu’il se renverse à tout moment.

J’aimerais le trouver bientôt…

Les cheveux noirs de Felinella voltigeaient alors qu’elle se disparaissait dans la brume sombre. Elle avait déjà été à deux endroits, mais ils étaient tous les deux vides. Un sentiment d’effort gaspillé s’empara d’elle, mais elle se reprit rapidement et rétrécit ses yeux rouges foncés.

Son excellente intuition était basée sur un sentiment mineur que quelque chose n’était pas à sa place. Le bâtiment était étrangement petit avec seulement deux étages. Une partie du mur s’était effondrée, révélant l’intérieur.

Il n’y avait aucun signe de vie, mais elle sentait un léger picotement à la nuque — cette étrange sensation que quelque chose ne tournait pas rond — et pouvait intuitivement dire que quelque chose était là.

Felinella lécha le bout de son doigt et le plaça en l’air pendant que ses cheveux flottaient dans le vent.

« C’est un vent agréable…, » ses yeux rouges avaient un regard envoûtant quand le clair de lune tombait sur eux.

Dans le bâtiment de recherche que Felinella regardait, les poutres d’acier apparentes s’étaient élevées du sol en une masse. Le plafond était anormalement bas, se fondant presque parfaitement dans les arbres de la forêt.

En regardant à l’intérieur, il était clair que les choses qui restaient étaient là depuis longtemps, car elles s’effritaient. La seule chose qui se détachait, c’était les ordures. Les matériaux s’étaient détériorés et il y avait des éclats de verre partout. Sinon, il n’y avait que de la poussière, des flaques d’eau et des feuilles qui s’étaient enflammées. Le clair de lune qui brillait à l’intérieur des murs en ruines illuminait la poussière dans l’air.

Il était impossible d’imaginer ce que l’établissement avait recherché en regardant simplement ce qui restait là. Pour commencer, peu de gens connaissaient la raison pour laquelle les articles avaient été jetés et laissés.

C’était un bâtiment abandonné qui n’aurait pas dû voir la vie depuis longtemps. Abandonné par le monde, tout ce qui était à l’intérieur était devenu silencieux comme s’il avait abandonné.

Les deux individus appuyés contre le mur dans les coins faiblement éclairés par le clair de lune ne faisaient pas exception. Ils étaient placés au premier et au deuxième étage comme s’ils gardaient une vieille tombe.

D’après la longueur de leurs cheveux, l’un semblait être un homme et l’autre, une femme. Cependant, leurs manteaux tachés couvraient leur corps, ce qui rendait difficile à le dire. Leurs membres étendus étaient mous, sans aucun signe qu’ils allaient bouger de sitôt. Et leurs yeux légèrement ouverts ne clignoteraient probablement pas, même si de la saleté s’y trouvait. Vu leur apparence, il doit s’agissait de vagabonds ou autres. Ou ils auraient pu venir ici dans leurs derniers instants de vie.

Leurs postures recourbées recouvraient les traits de leur visage, mais leurs silhouettes de marionnettes leur donnaient l’impression d’avoir de la masse. D’un coup d’œil, leurs mains molles tenaient des lames qui brillaient au clair de lune. Ces machettes semblaient être les seules choses qui rejetaient la détérioration générale, car elles étaient encore tranchantes.

Soudain, les cheveux des deux personnes se mirent à flotter dans un vent venu de quelque part. Ensuite, le bruit étouffé du verre sur lequel on marchait fit écho dans le bâtiment. C’était très faible, mais dans ce silence, il s’étendait très loin.

C’est alors que les doigts de ces silhouettes inanimées avaient tremblé. Leurs yeux secs se mirent à bouger, regardant dans la direction du son. Les individus se levèrent, les bras au-dessus de la tête, et saisirent maintenant fermement les poignées de leurs armes, jusqu’à laisser des marques dans leurs paumes.

La silhouette du deuxième étage s’était déplacée, suivie de celle du premier étage. Traînant les pieds sur le sol, ils se rendirent jusqu’à l’origine du son. Le vent qui avait soufflé anormalement dans le bâtiment s’était retourné et s’était dirigé vers l’extérieur. Comme attirés par le vent, les individus bougèrent imprudemment avec leurs jambes flétries.

Les deux individus s’étaient rencontrés au premier étage, baissant leurs armes lourdes. Quand, soudain, une voix s’était fait entendre depuis l’entrée.

C’était la voix d’une jeune femme. Entendant cela, les deux qui ressemblaient à des cadavres furent emplies de haine et produisirent des grognements semblables à ceux des bêtes. De plus en plus de force était déversée dans leurs jambes alors qu’ils se dirigeaient vers la voix, enjambant les éclats de verre avec leurs pieds nus.

Les silhouettes de l’homme et de la femme avaient sauté dehors avec une dextérité qu’il était impossible d’imaginer d’après leur apparence. Courant vers la voix, ils avaient de nouveau levé les armes.

Mais au moment suivant, les deux individus, les yeux remplis de haine avaient commencé à errer dans l’obscurité comme s’ils avaient perdu tout intérêt. À leurs pieds, il y avait un seul communicateur. La voix de la femme semblait en provenir.

Cette voix étouffée n’était pas très claire. Si l’on était assez prudent, on pouvait dire que quelque chose n’allait pas, mais les deux silhouettes découragées n’avaient aucun moyen de le reconnaître.

« Oh mon Dieu. On dirait que j’en ai même eu deux. » Cette fois, la voix sagace de la femme ne retentit pas du communicateur, mais de tout près. Le sort de camouflage s’était dissipé, révélant la jeune femme, Felinella, et son sourire charmant.

L’impression qu’elle avait eue venait de ces deux silhouettes. En utilisant un sort de détection des attributs du vent pour fouiller l’intérieur, puis en créant un son contre nature en contrôlant l’atmosphère, elle les avait facilement fait bouger.

Le sourire sur son visage était en partie dû au soulagement qu’elle pouvait enfin obtenir des informations. « Eh bien, s’ils ne sont qu’à ce niveau, ce ne sont que des leurres… mais s’ils étaient positionnés ici, ça doit vouloir dire que je suis proche, » déclara Felinella d’un ton feintant l'innocence. Cependant, son sourire ne bougeait pas du tout.

C’est une belle prise, se dit-elle. Les forces secrètes envoyées dans ces bois étaient peu nombreuses, donc il avait fallu beaucoup d’efforts pour fouiller chaque endroit de cette mer d’arbres.

Compter les deux individus comme ayant des capacités de combat ridicule, mais le fait d’avoir trouvé ce qui était clairement des leurres prouvait que leur conjecture était correcte. Leur but principal était quelque part dans la région.

Mais avant ça, elle avait besoin de confirmer quelque chose. « Je ne veux pas le penser, mais ce ne sont pas des civils, n’est-ce pas ? »

« Agh… urgh, j’ai trouvé… i-intru Tuer… TUER. »

L’expression de Felinella s’éclaircit à la réponse qui ne venait probablement pas d’un humain ordinaire. Elle avait rapidement mis sa main devant sa bouche, cachant élégamment son visage qui s’était transformé en un regard joyeux. « Je suis contente. Je ne déteste pas les corvées, mais être envoyé tous les soirs est mauvais pour la peau d’une fille. Il y a beaucoup de choses que j’aimerais vous demander… mais, eh bien, ça n’a pas l’air possible. »

 

 

Le sourire était encore sur son visage quand une lumière menaçante apparut dans ses yeux. Bougeant un pan de sa robe, elle avait dégainé l’AAR accroché à sa taille.

Devant elle se trouvaient les deux individus, la paire portant des manteaux minables. Leurs joues étaient maigres, leurs cheveux si emmêlés qu’il faudrait plus qu’un simple peigne pour les traverser. Leurs voix enrouées et folles étaient difficiles à entendre, probablement parce qu’ils ne pouvaient pas bouger correctement leurs lèvres.

Ils traînaient des machettes avec des lames noires. Les yeux aiguisés de Felinella avaient vu les formules magiques scintiller sur ces larges lames.

☆☆☆

Partie 2

« Tuer… l’étranger… »

« Enterrer, enterrer… quand elle arrête de bouger… enterrer enterrer. »

« Comme c’est effrayant. » Comme si elle rencontrait un ami dans la rue, Felinella avait l’air calme, mais surprise. Toutefois, les deux individus n’avaient montré aucune réaction. Comme elle le pensait, il semblait impossible qu’ils parviennent à une compréhension mutuelle. Bien qu’elle le savait déjà, elle n’avait pas pu s’empêcher d’essayer.

Elle avait déjà fini de se préparer pour la bataille. Son bâton utilisé pour diriger le vent, en plus d’être son AAR, était une arme étincelante et légèrement courbée qui ressemblait à une rapière. Cependant, il n’y avait pas davantage à trancher. Seule la pointe pointue pouvait être utilisée pour attaquer. C’était un AAR fait sur mesure et spécialisé pour son affinité, et les formules de magie noire enveloppaient la fine lame d’argent en forme de spirale.

Le vent qui soufflait autour de Felinella lui faisait flotter sa robe comme si elle jouait. L’instant d’après, elle enleva sa robe et l’accrocha sur le bout de son AAR. En réponse, le vent emporta la robe comme un fidèle serviteur.

Elle avait fait des pas élégants en avant dans la brise soudaine. Ses pas étaient aussi légers qu’une plume, comme si elle chevauchait le vent.

Finalement, l’étincelle qui déclencha la bataille dans la forêt sombre vint.

Du point de vue du spectateur, les AAR de chacun devaient être apparus comme des lucioles qui se croisaient.

Les deux individus avaient déclenché leur première attaque, une charge qui reposait sur leurs capacités physiques anormalement élevées. Ils étaient arrivés à une vitesse jamais vue à l’Institut, ignorant complètement les tensions sur leur corps, comme s’ils étaient des Chariots à Mana avec des freins cassés.

Pendant ce temps, Felinella s’y opposait avec des pas lents et dansants. La pointe de son AAR n’était pas dirigée vers les ennemis, mais vers le sol.

La première attaque étant facilement esquivée, la paire avait attaqué à nouveau à tour de rôle. Ils s’étaient jetés sur Felinella à plusieurs reprises avec leurs machettes noires. En termes de puissance pure, elle perdrait probablement, mais elle se tenait au centre de leurs attaques, les arrêtant toutes avec son AAR.

Les lames des deux machettes n’avaient même pas touché l’AAR de Felinella. À quelques centimètres avant de le toucher, elles s’étaient heurtées à un mur de vent invisible.

Les attaques physiques fortuites n’allaient pas pouvoir passer à travers un AAR enveloppé dans un mur d’air hautement compressé.

Ensuite, après avoir bloqué une attaque, chacun des individus avait un bras qui se pliait à un angle étrange. Le vent que Felinella contrôlait s’enroulait autour des bras comme un gros serpent, les pliant de force. Un vent magique n’était pas quelque chose qu’on pouvait résister avec seulement de la force physique. S’ils baissaient leur garde un instant, le vent leur briserait les poignets. Même s’ils s’éloignaient, le bras tenant la machette ne bougerait pas.

« Si vous ne lâchez pas ces choses dangereuses…, » Felinella les avertit d’une voix douce. Dans le même temps, deux coups de pied déchaînés se firent dans une attaque en tenaille. Ils abandonnaient essentiellement leurs poignets avec cette attaque désespérée.

Quel ennui !

Le tourbillon de vent invisible enroulé autour de son AAR pouvait tourner dans deux directions. En tournant vers sa main, il se transformait en une force de torsion qui libérait sa puissance sur tout ce qui était pris dans le tourbillon.

Cependant, en le tournant dans l’autre sens…

Juste avant que leurs coups de pied ne soient effectués, les machettes avaient été emportées par le vent et les deux individus qui avaient été libérés du vent avaient vu leur corps voler.

Pendant que Felinella tirait le haut de son corps vers l’arrière, les orteils des deux individus passèrent près de son visage, grattant à peine ses joues blanches en porcelaine.

Les deux ennemis avaient tournoyé et avaient été projetés dans le sol. Mais ils s’étaient vite manifestés, ne donnant pas à Felinella une chance de respirer.

Leurs poignets tordus pendaient vers le bas, mais ils fixaient leurs mains inutiles avant d’utiliser leurs mains fonctionnelles pour les saisir. En peu de temps, ils avaient tourné de force les poignets et repoussé les articulations disloquées avec un bruit grotesque. Au cours de l’ouverture créée par la surprise de Felinella, ils avaient repris leurs machettes.

Le vent d’avant s’était déchaîné à la suite d’un jugement hâtif, destiné à éviter l’attaque. Cependant, la décision des ennemis d’attaquer en sacrifiant leurs bras s’était avérée être la meilleure option, et ils avaient subi le moins de dégâts possible, se disloquant simplement le poignet.

Il n’était pas clair s’ils avaient délibérément fait le meilleur choix, mais le sourire avait disparu du visage de Felinella.

On disait que le facteur le plus décisif dans la bataille n’était pas la différence entre la magie et les capacités physiques, mais la détermination. Les paroles de son père, Vizaist, un expert sur le chemin des ombres étaient proches d’être une vérité absolue.

C’était vrai dans le monde extérieur et ailleurs. C’était une sorte de pari, où les stratégies étaient élaborées en fonction de ce que vous étiez prêt à sacrifier pour la victoire, que ce soit un bras, une jambe, ou même votre vie.

Seuls ceux qui pourraient décider de cela sans hésitation seraient en mesure d’utiliser leur détermination pour construire un chemin vers la victoire. Ce n’était pas une ligne de conduite pour des gens qui avaient eu la frousse à cause d’enjeux importants.

C’était la première chose qu’on lui avait enseignée et qu’on lui avait inculquée quand elle avait commencé à aider son père dans son travail.

Vizaist lui-même avait probablement suivi la même voie dans sa jeunesse. C’est pourquoi Felinella avait fait un choix plus rapide que le vent. Elle utilisait son AAR et sa magie selon la situation, en empruntant un chemin différent de celui de son père.

En expirant, elle avait levé la main sur sa poitrine, tout en prenant une pose élégante. « Je vais maintenant être un peu plus brutale et non raffinée, mais soyez indulgent. » Contrairement à ce qu’elle avait dit, Felinella s’était poliment excusée. Être rude était quelque chose qui était normalement inimaginable pour elle. Cependant, à l’instant d’après, contrairement à son plus beau sourire, une lumière cruelle commença à briller dans ses yeux.

Les mouvements denses du vent encerclèrent Felinella.

Puis la machette dans la main de la femme avait commencé à briller, signe que la formule magique de la lame était activée. Comme pour la couvrir, l’homme s’était placé à l’avant.

Et soudain, une boule de lumière apparut dans la main poussée vers l’avant de la femme protégée. La boule de lumière avait été envoyée dans le ciel sans hésitation.

Felinella, imperturbable, avait légèrement balancé son AAR. C’était un mouvement agile, et un vent cinglant soufflait de l’extrémité.

Pourtant, malgré leur proximité, l’homme avait réussi à l’éviter au dernier moment. Par conséquent, seule la boule de lumière avait été coupée par l’attaque.

Caractéristique de la lumière… !

À l’instant où Felinella s’était dit cela, la boule coupée de lumière ne s’était pas dissipée, mais avait éclaté. De la fumée noire jaillissait de l’explosion, recouvrant l’homme et s’envolant vers Felinella. Mais le vent autour d’elle avait immédiatement balayé les fumées de l’explosion.

Cependant, l’homme qui était sorti de la fumée aurait dû être au moins quelque peu blessé.

Mais il n’avait pas l’air d’avoir subi de dégâts. Ses mouvements n’étaient pas entravés et il était prêt à balancer sa machette. Il avait réduit la distance avant que la fumée ne se soit dissipée, ne montrant aucune hésitation ou perturbation émotionnelle pour vouloir tuer quelqu’un.

Et bien qu’il ait été frappé par une explosion de si près, le visage de l’homme était resté calme. Les vêtements autour de son flanc avaient été soufflés et une partie avait été brûlée, mais il n’y avait pas un seul changement dans son expression.

Le mana avait traversé la machette de l’homme, créant une lame tranchante et se frayant un chemin vers le cou de Felinella en un éclair.

Comme si elle n’était pas consciente de la menace, Felinella ne bougeait même pas les yeux et encore moins la tête. Mais avant que la lame ne l’atteigne, elle se pencha vers l’arrière comme un arc et évita l’attaque. L’arme mortelle, entraînant le mana sur son chemin, passa au-dessus de sa tête.

Dans la sphère d’influence du sort de Felinella, tant que les deux individus étaient en contact avec le vent qui les entourait, elle pouvait facilement lire leur prochain mouvement. Elle avait une reconnaissance plus claire avec cela que de compter sur sa vue.

Après sa frappe ratée, l’homme avait abandonné la machette. Au lieu de cela, il avait écarté les bras pour attraper Felinella. Elle n’avait pas raté la boule de lumière, tout comme celle que la femme utilisait, au centre de sa poitrine. Il allait s’accrocher à sa cible et il ferait exploser la boule de lumière. C’était un attentat suicide.

L’homme sauta vers Felinella les bras écartés, se rapprochant à moins de quelques centimètres d’elle. Mais quand il avait bougé d’un pas, ses pieds n’étaient plus sur le sol.

Après avoir abaissé sa position, Felinella balaya les jambes de l’homme juste avant son atterrissage. Sa posture détruite, l’homme était sur le point de toucher le sol.

C’est alors que Felinella se leva avec fluidité, et avec des pas vaillants, elle passa devant l’homme qui tombait. Sans même le regarder, elle avait tenu sa main libre sur sa poitrine, juste au-dessus de la boule de lumière, et ses cinq doigts avaient formé un cercle.

« “Tempête”, » murmura Felinella.

La boule de lumière avait explosé. L’homme avait été pris dans un coup de vent dépassant l’onde de choc en force. Avec un mur de vent empêchant l’explosion d’aller ailleurs que dans la direction de l’homme, il avait été projeté en arrière à une vitesse intense.

Une traînée de fumée noire l’avait suivi alors qu’il volait à la vitesse d’un boulet de canon et s’était écrasé dans le mur du bâtiment de recherche. Comme le bâtiment était déjà sur le point de s’effondrer, le corps de l’homme avait percé le mur et avait disparu, des décombres tombant sur le chemin qu’il avait emprunté.

Un son très vif et brutal avait retenti dans la nuit.

Expirant, Felinella regarda la bâtisse dans lequel l’homme avait disparu. Le mur qu’il avait traversé s’était complètement effondré, et les décombres avaient soulevé un épais nuage de poussière.

« On dirait que c’est vous qui avez été enterré, » déclara-t-elle.

Contrairement à sa voix brillante, son expression n’était pas du tout enjouée. Felinella arborait un regard sans expression, sans hostilité ni intention de tuer. Malgré son audacieuse stratégie, son cœur n’avait pas tremblé. C’était l’apparence parfaite d’une force secrète, ses cinq sens aiguisés et son cœur calme.

Felinella ne relâchait pas du tout sa garde. C’est pourquoi, peu importe le type d’embuscade ou d’attaque-surprise que l’ennemi pourrait lui lancer, sa réaction serait immédiate.

Il ne restait qu’un seul ennemi. Felinella se concentrait directement sur la femme.

L’instant d’après, elle avait effectué une poussée depuis sa position élégante, atteignant sa cible. Une grande quantité de sang avait coulé du bras droit de la femme. Un trou sombre y avait été foré.

Cependant, la femme n’avait même pas essayé de se protéger en attaquant Felinella avec la même agilité qu’avant. Elle était incapable de bouger correctement son bras et devait souffrir d’une douleur atroce, mais elle ne semblait être que légèrement alourdie par sa blessure.

Tenant la machette de la main gauche, la femme poussa un grognement et abaissa sa posture comme si elle était une bête.

Il était difficile de croire qu’une frappe aussi rapide puisse être effectuée par une personne gravement blessée.

« Tuer… enterrer… »

« C’est comme si tu étais une marionnette. Incapable de penser à autre chose qu’à ce qu’on vous a dit… une marionnette vide sans sentiments. Alors, c’est votre ami, non ? C’est vraiment dommage. J’avais seulement besoin de vous parler. »

Comme prévu, les mots de Felinella n’avaient pas semblé atteindre la femme. Au lieu de cela, la femme avait commencé à respirer fortement.

Elle hurla, apparemment désespérée, et sa lame noire s’approcha de Felinella. Mais pour une raison quelconque, la netteté de ses mouvements était émoussée. Sa frappe était terne, sans trace de la rapidité de ses précédentes attaques, et Felinella avait choisi de la bloquer avec son AAR.

« J’ai un peu joué avec la pression. »

☆☆☆

Partie 3

Avec ces mots, la femme était instinctivement capable de dire que l’air autour de sa main avait changé. Elle agissait comme une marionnette flippante, mais il semblait qu’elle était encore humaine, reconnaissant un changement clair comme le font les êtres vivants. Le changement rapide de pression avait provoqué l’expansion de ses vaisseaux sanguins et une douleur sous forme de maux de tête l’avait agressée. Comme elle était essoufflée, après s’être autant agitée, cette sensation ne fit qu’empirer. Elle ressentait probablement aussi les effets du vertige. C’était la raison pour laquelle son attaque avait été si désordonnée.

En plus de cela… elle avait aussi un mur de vent qui entourait la région, empêchant tout bruit, donc même si la femme avait plus d’alliés, ils ne pouvaient pas se mettre en travers du chemin.

Même les bruits du mur dans lequel l’homme s’était écrasé, les bruits de grondement des décombres qui tombaient, ne pouvaient pas franchir cette barrière.

C’était la mesure habituelle que Felinella prenait dans son travail, et c’était ce genre de tactique qu’elle avait qualifiée de non raffinée.

De plus… Felinella lâcha le tourbillon de vent autour de son AAR sur la femme, qui essayait de se frayer un chemin par la force.

« Libera ».

Recevant cet ordre, l’AAR avait lâché le vent dense à courte distance sur la femme.

Le coup de vent, qui était comme une tornade comprimée, s’était transformé en d’innombrables lames d’air.

La femme s’y attendait, mais ne s’en était même pas protégée. Les impitoyables lames de vent avaient coupé la femme sans même la laisser crier.

 

 

Sous la pression, son corps avait été soulevé du sol. Mais l’intensité des lames avait augmenté, malgré le sang projeté dans l’air. Ses muscles et son arme avaient été réduits en pièces, et il ne lui restait plus qu’à faire tomber son corps sur le sol comme un chiffon… mais elle avait répondu avec une force de volonté monstrueuse. Son corps bougeait à nouveau comme s’il était manipulé par des cordes invisibles.

Elle agita sa machette couverte de son propre sang et la jeta sur Felinella à une vitesse fulgurante.

Le contrôle des vents, même le mur de vent autour d’eux, avait été temporairement dissipé pendant l’activation de Libera. Et l’arme fatale s’était approchée de Felinella, ne lui laissant même pas le temps de créer une barrière.

Malgré l’attaque inattendue, la réaction de Felinella n’avait montré aucun retard. Se faisant une idée de la longueur du bras de la femme et de la machette, elle bougea son corps avec un minimum de mouvement pour esquiver habilement l’attaque. Il semblait que ses yeux rouges foncés et froids avaient complètement vu à travers l’attaque.

Cependant… « ! ! »

Ses yeux s’ouvrirent avec surprise. Elle avait vu les mouvements adroits des doigts de la femme autour de la machette, ce qui lui avait permis de dépasser les attentes de Felinella. La femme avait tenu la poignée à son extrémité avec deux doigts, la poussant de force vers l’avant.

Felinella avait plié son corps, posant l’une de ses mains sur le sol et faisant un saut périlleux arrière. Ses jambes se déplaçant à grande vitesse, elle donna un coup de pied au poignet de la femme, frappant la machette vers le haut.

Au moment où Felinella avait fait son saut périlleux, la femme, ayant perdu l’équilibre, était tombée au sol. En même temps, la lame de la machette s’enfonçait dans la terre, son mouvement de rotation la maintenait en action, creusant le sol proche des racines d’un arbre, s’enterrant jusqu’au manche.

Puis il y avait eu la femme au sol. Une mare de sang se répandait d’elle à cause des coupures sur tout son corps. Elle avait perdu tellement de sang qu’elle ne devrait plus pouvoir bouger.

Enfin le silence tomba, et ce n’était pas seulement dû à la magie qui isolait la zone. Felinella avait finalement dissipé la magie. Un voile invisible de vent s’était dispersé dans les airs, signalant la fin.

Elle regarda à nouveau la femme au sol. Alors qu’elle se tenait près du bâtiment abandonné, une ombre apparut sur son visage, peut-être un moment de deuil.

« L’endroit était un leurre, mais j’en ai trouvé d’autres qui sont, je crois, liés…, » sans même se donner la peine de chercher le communicateur qu’elle avait utilisé pour attirer les deux, Felinella sortit son exemplaire de secours et parla alors qu’elle se dirigeait vers le bâtiment, avant que l’homme qu’elle avait emporté soit complètement enterré sous les décombres.

« … ! ! » Soudain, la peur lui avait fait descendre un frisson dans la colonne vertébrale. Non seulement quelqu’un était derrière elle, mais elle avait aussi perdu l’initiative. Mais la zone était insonorisée par magie, qui pouvait… !? Felinella s’était dit que la situation dépassait largement ses attentes.

Elle pouvait le dire sans regarder. C’était la femme qui se tenait derrière elle. Avec ce genre de perte de sang, elle devait sûrement être sur le point de mourir. Même si elle était encore en vie, elle ne devrait pas avoir la force de bouger même un doigt.

Sa ténacité dépassait donc les limites de la vie. L’idée préconçue de Felinella selon laquelle elle faisait face aux humains avait été la bévue du siècle.

Elle s’était immédiatement retournée, mais la femme qui se tenait là était immobile. Ce qui voulait dire qu’elle avait raté sa chance.

« … »

Ses bras étaient mous, le liquide rouge coulait de ses doigts. C’était difficile de l’imaginer se tenir debout par sa propre volonté. Il semblait plus probable que quelque chose l’avait poussée anormalement vers le haut de son corps. Son apparence semblait même triste.

Les yeux à moitié ouverts de la femme ne regardaient pas Felinella. Au lieu de cela, ils étaient dirigés vers le sol. Elle maintenait instinctivement son sens de l’équilibre, bien qu’elle se balançait d’avant en arrière.

Elle était comme une poupée équilibrante. Felinella ne voyait plus rien qui ressemblait à une conscience en elle. C’était une existence frêle qui s’effondrerait si elle était poussée. Ils se battaient jusqu’à la mort il y a un instant, mais la voir se lever malgré ses blessures graves avait fait hésiter Felinella à l’achever.

Vraiment… c’est déprimant… c’est comme si elle n’était qu’un outil. Felinella savait que ce genre de sentiments n’avait pas sa place pour une mission dans l’ombre. Malgré cela, cela avait rempli son esprit.

« Je suis désolée. Mais vous allez devoir venir avec moi, » dit-elle, en se concentrant à nouveau sur son communicateur.

Puis elle avait ignoré la voix qui venait d’elle, fixant un point dans la forêt. Je suppose qu’ils l’ont remarqué. Des renforts… et vu la vitesse, ils doivent être assez bons.

Elle n’avait que quelques secondes pour réfléchir. Alors que le sort d’insonorisation qu’elle avait utilisé était de bas niveau, il couvrait une large zone et consommait donc beaucoup de mana. C’est pourquoi elle l’avait démêlé dès la fin des combats, mais des renforts arrivaient, peut-être des renforts forts, ne lui laissant qu’un seul choix.

Calculant calmement le temps dont elle disposait, Felinella avait fait preuve d’une expression malheureuse rarement montrée lorsqu’elle était arrivée à sa conclusion. « Eh bien, si vous insistez, » chuchota-t-elle, au lieu d’un soupir. Avec l’arrivée de nouveaux arrivants, il serait difficile de s’évader avec la femme qui serait un témoin précieux si elle pouvait retrouver la raison.

Même si elle espérait se regrouper avec ses alliés des forces secrètes, ce choix comportait un risque élevé. Si elle ne savait pas quand il fallait s’arrêter, la collecte de renseignements qu’ils avaient faite jusqu’à présent serait perdue.

Felinella parla brièvement encore une fois à son communicateur à mana. « Je me replie. » Ses jambes souples dansaient dans le vent, et elle disparut dans l’obscurité de la forêt.

Il restait derrière lui une silhouette solitaire… la femme allongée sur le sol une fois de plus. Son saignement avait été arrêté par une aiguille en mana, poussée dans un point d’acupuncture, étincelante au clair de lune.

La prudence et la capacité de Felinella à porter des jugements rapides étaient quelques-unes de ses qualités, et comme elle avait été particulièrement proactive lors de cette mission, elle avait déjà préparé une voie de fuite et des moyens de confirmer sa position. Elle avait les connaissances nécessaires pour pouvoir s’échapper en toutes circonstances.

Plus il y a d’informations, mieux c’est. Bien sûr, l’avidité pouvait faire chuter une personne, mais elle avait déjà pris en compte ses limites. Elle était calculatrice en tout temps, y mettant fin juste avant que les choses ne s’aggravent. C’est pourquoi elle avait fait semblant de s’échapper, mettant en évidence la capacité réelle des forces secrètes, en choisissant de faire un dernier travail.

Se cachant au sommet des arbres, Felinella veillait tranquillement sur la zone.

Le faux clair de lune brillait sur le bâtiment de recherche complètement effondré.

Comme Felinella s’y attendait, une silhouette vêtue était sortie des arbres. Vu ses jambes minces et ses épaules étroites, ce n’était pas un homme.

La silhouette fixait de façon suspecte la femme, dont le saignement avait été stoppé, couchée sur le sol. Constatant qu’il ne s’agissait pas d’un piège, elle avait saisi la cheville de la femme et s’était dirigée vers le bâtiment abandonné, entraînant la femme avec elle.

Sans hésiter, elle s’arrêta alors à un certain point dans les décombres, l’éloignant d’une seule main, et sortit l’homme.

À première vue, elle n’avait pas l’air d’avoir la force de faire ce genre de choses. Mais son rythme après qu’elle eut porté l’homme était incroyablement léger. C’était difficile à croire qu’elle portait deux adultes avec elle.

On aurait dit que la silhouette féminine était sur le point de partir avec les deux derrière elle, mais elle s’était soudainement arrêtée. Sa tête, cachée par un capuchon, se tourna sur le côté.

Elle regarda directement le sommet de l’arbre où se cachait Felinella.

« ! » Elle avait dû sentir sa faible présence. Felinella portait également une cagoule, donc même si elle était découverte, ses traits étaient presque complètement cachés dans l’obscurité.

Leurs yeux s’étaient rencontrés… qui les regardait, et qui était surveillé ?

Soudain, la femme détourna le regard, et avec un adulte sous chaque bras, elle disparut dans le bosquet d’arbres.

Cela s’était bien passé. Cela dit, en se basant sur la minceur du menton et la longueur des cheveux qui sortent du capuchon, Felinella était sûre que c’était une femme. Bien sûr, elle n’avait pas oublié les deux couteaux à sa taille.

Mais elle n’avait pas pris le risque de rester pour confirmer quelque chose comme ça. Ce serait trop imprudent. En fait, si elle n’avait pas pu ramener l’information, tout cela aurait été inutile.

De plus, ce type de collecte d’informations à grande échelle n’avait normalement jamais eu lieu dans Alpha. Les hauts gradés qui avaient donné le feu vert malgré cela, devaient parfaitement accomplir leur mission et résoudre rapidement cet incident.

Voyant la femme marcher dans les bois, Felinella avait délibérément dégainé son AAR. La formule magique gravée dessus avait commencé son travail sur la préparation du sort suivant.

Pour une raison quelconque, la femme avait trouvé l’homme dans les décombres sans difficulté. Elle devait avoir une méthode pour les trouver.

Ce qui signifiait qu’il y avait de fortes chances que Felinella soit retrouvée si elle avait emmené la femme blessée. Et cela aurait pu signifier encore plus de renforts pour la poursuivre.

Comme je le pensais, l’abandonner était le bon choix.

Elle expira, laissant ces pensées échapper à son esprit, et prononça doucement le nom de son sort.

« “Carte aérienne” »

Le vent s’était répandu comme des vagues, avec Felinella en son centre. Le nouveau vent s’était mis à courir après le vent naturel et avait soufflé dans toute la région.

Au moment suivant, le vent avait détecté tout ce avec quoi il était entré en contact et l’avait transmis à l’esprit de Felinella. En même temps, cela capta l’aiguille de mana qu’elle avait placée sur la femme, lui faisant savoir où elle se trouvait.

L’aiguille n’était pas seulement destinée à arrêter le saignement, c’est pourquoi elle l’avait mise dans un point d’acupuncture pour garder son existence cachée plus longtemps.

« On dirait que je suis arrivé à temps. » À la fin, l’aiguille était faite de mana. Cependant, la détérioration du mana était inévitable, ce qui signifiait qu’il ne serait pas actif pendant longtemps. C’est pourquoi il ne laisserait aucune trace une fois qu’elle en aurait fini, ce qui le rendrait parfait pour ce genre de travail.

Peu de temps après, Felinella avait repéré sa cible. Il ne lui restait plus qu’à attendre que la femme soit emmenée dans la cachette qu’elle cherchait. Même si l’aiguille se dissolvait, elle pouvait encore se faire une idée de son emplacement d’après le chemin qu’elle avait emprunté.

☆☆☆

Partie 4

En même temps, tard dans la nuit dans le laboratoire d’Alus…

Tesfia et Alice étaient déjà rentrées chez elles depuis longtemps. Loki avait attendu Alus pendant qu’elle travaillait à son entraînement de détection, mais comme elle commençait à somnoler, il l’avait mise au lit après mûre réflexion.

Les caractères sur l’écran du moniteur défilaient à une vitesse étonnante.

Sans même cligner des yeux, Alus bougeait sans cesse ses yeux avec sérieux d’avant en arrière.

« ! ! » Plutôt que de trouver une partie qui attirait son attention, il avait trouvé une chaîne de caractères qui n’était pas naturelle. Il avait utilisé le clavier virtuel pour faire défiler vers le haut.

Qu’est-ce que c’est… ?

Il avait transformé l’information du mana qu’il avait obtenue d’Alice en code, l’affichant sur l’écran. C’est pour ça qu’il l’avait su tout de suite. Cette chaîne de caractères désordonnée ne s’était pas produite parce qu’il avait changé les données en code simple. Ce que les plusieurs lignes effacées avaient montré, c’est l’existence de données irrégulières, très similaires à la sortie boguée d’un programme.

Alus regarda immédiatement autour de lui. Il avait sorti l’information sur le corps d’Alice et l’avait comparée à l’information interne de son facteur mana qu’il avait scannée. Il avait porté son attention sur les résultats de l’analyse.

Quelques heures plus tard… son travail avait continué jusqu’aux petites heures du matin, mais cela n’avait pas été vain.

« C’est comme ça que ça se passe…, » murmura-t-il.

Grâce aux résultats de l’analyse, la raison pour laquelle la formule magique sans attribut avait réagi lorsque le mana d’Alice était entré en contact avec un anneau dans la chaîne du Brouillard de nuit avait finalement été expliquée.

Normalement, on se sentirait rafraîchi en trouvant une explication à un problème. Mais, dans ce cas, Alus était amer. Comme prévu, une fois les résultats devenus clairs, cette étrange chaîne de caractères avait révélé la raison.

C’est vraiment déprimant.

La somnolence qu’Alus ressentait avait déjà complètement disparu. Il se demande s’il fallait s’impliquer davantage ou non. Mais d’abord, il faudrait qu’il s’en assure. Il se sentait également responsable en tant que chercheur. Mais le mal de tête qu’il en avait ressenti n’était sûrement pas seulement dû à son manque de sommeil.

Finalement, Alus n’avait pas réussi à dormir un seul clin d’œil, et il était toujours assis devant le moniteur à regarder des preuves corroborant ce dont il était plus ou moins convaincu, quand Loki s’était réveillée un peu après 5 heures du matin.

« Bonjour. »

« Bonjour. » Alus avait été un peu impressionné, pensant que Loki devait toujours se réveiller à cette heure, mais il avait agi normalement pour qu’elle ne s’en rende pas compte.

Sa voix était claire, mais elle semblait encore un peu à côté de la plaque quand elle se frottait les yeux. Soudain, elle s’était rendu compte d’une certaine vérité et ses yeux s’étaient ouverts en criant, « Ne me dites pas… vous n’avez pas dormi !? »

« Oui, » répondit Alus d’une voix usée.

« Vous ne pouvez pas. S’il vous plaît, dormez tout de suite. Je m’occuperai de toutes vos tâches pour aujourd’hui, alors s’il vous plaît, » déclara Loki.

« Non, je ne pense pas pouvoir me reposer aujourd’hui, » répondit Alus. Il avait déjà tourné la tête vers le moniteur.

« … Je comprends. Alors peut-être qu’un peu de café fera l’affaire ? » demanda Loki.

« Je suis désolé pour ça. » Alus s’arrêta un moment et s’approcha de la table, tout en pinçant la zone entre ses sourcils. Son manque de sommeil lui donnait un léger mal de tête, mais ce n’était pas grave.

La lumière chaude du soleil était entrée par la fenêtre que Loki avait ouverte. La brise fraîche avait transmis avec elle le parfum des fleurs, mais cela n’avait pas apaisé les sentiments d’Alus.

Aujourd’hui était techniquement une journée qu’ils devaient passer à l’Institut. En termes simples, c’était le jour de la cérémonie de fin de période.

Cependant, Alus avait atteint le nombre requis de jours avant l’examen, et il avait déjà reçu son bulletin scolaire, de sorte qu’il estimait que sa participation serait absurde. Mais il avait quand même décidé d’y passer.

La directrice était apparue sur l’écran massif dans la salle de classe, parlant de l’état d’esprit que les magiciens novices devraient garder pendant leurs vacances d’été, et pour se rappeler qu’ils étaient l’espoir de l’humanité et ainsi de suite.

Au total, cela avait pris moins d’une heure, mais… « Je n’aurais pas dû venir, » marmonna Alus en classe, tout en retenant l’envie de bâiller.

« C’est vrai. » Loki, assise derrière lui, avait un sourire amusé. Il ressemblait à un étudiant de première année normal. Pour elle, la vue d’Alus vivant une vie quotidienne était très rafraîchissante.

« Tu n’as pas l’air bien aujourd’hui, alors peut-être qu’on ne devrait pas venir ? De toute façon, on peut s’entraîner dans notre chambre, » déclara Alice.

« C’est très bien. Je parie qu’il est resté éveillé toute la nuit. Tu es toujours si malsain. Loki ne se fâche-t-elle pas ? » Contrairement à Alice, Tesfia avait été un peu dure avec ses mots.

D’après son expression, elle semblait convaincue qu’Alus avait passé la nuit à jouer à des jeux, mais il était vrai qu’il n’avait pas dormi, donc il n’avait fait aucune objection. Ou même l’énergie pour ça.

« Eh bien, même si c’est pour vos recherches, je préférerais que vous preniez plus soin de votre corps…, » dit Loki, en jetant un coup d’œil aux deux filles qui étaient apparues à côté d’Alus. Plutôt que de réfuter Tesfia comme toujours, elle n’avait pas été capable de défendre Alus cette fois-ci.

Elle avait ses soucis, mais elle ne voulait pas les pousser sur lui et elle n’était pas sûre de pouvoir lui voler son précieux temps pour s’occuper de sa santé. Ce conflit avait toujours mis Loki mal à l’aise. Surtout, elle ne pouvait pas comparer l’actuel magicien n° 1, qui était aussi un chercheur de première classe, à une personne moyenne.

Alus savait qu’il causait des soucis à Loki. Mais il pensait aussi que ce genre d’acte extrême était nécessaire pour rattraper le temps qu’il avait perdu. Cela dit, un manque de sommeil aurait pu rendre les choses plutôt inefficaces, du moins se disait-il.

« Si tu vis avec lui, tu devras endurcir ton cœur, Loki. Ce genre de type continue jusqu’à ce qu’il s’effondre une fois qu’il s’est mis dans quelque chose. C’est une maladie, je te dis ! » déclara Tesfia.

La façon de parler de Tesfia était encore plus dure qu’avant, mais après avoir entendu les paroles de Loki, elle avait réalisé qu’il n’avait pas passé la nuit à jouer. En fait, son expression indiquait clairement qu’elle s’inquiétait pour lui, quoi qu’elle puisse dire à haute voix.

« Alice, ça ne me dérange pas de continuer comme d’habitude aujourd’hui. Et ne rentres-tu pas chez toi aujourd’hui, Tesfia ? Es-tu sûre que tu peux perdre ton temps ici toute la journée ? » demanda Alus.

« J’ai encore le temps. Ce n’est pas comme si j’avais besoin de me dépêcher. Mais j’ai beaucoup de bagages, donc je ne pense pas pouvoir y arriver avant mon départ…, » répondit Tesfia.

Tu n’es pas obligée de venir parce que tu rentres chez toi, s’était dit Alus. Cette rousse avait tendance à être étrangement sincère. Bien sûr, elle se fâcherait s’il disait ça à haute voix, alors il l’avait gardé pour lui.

Finalement, ils avaient tous les quatre quitté la salle de classe. Une fois à l’entrée du bâtiment de recherche, Tesfia et Alice s’étaient séparées des deux autres et s’étaient dirigées vers le dortoir des filles. Alice reviendrait après avoir vu Tesfia partir.

Comme s’il attendait le moment où Alus était entré dans la pièce, l’alarme avait retenti, signalant un appel entrant. Cependant, il ne montrait aucun signe d’empressement… en fait, il avait prié pour que la sonnerie s’arrête, car il avait pris son temps en se déplaçant vers l’écran pour appuyer sur le bouton.

« Loki, tu n’as rien à faire. » Loki était sur le point de partir, prévoyant de faire preuve de considération, mais ce n’était pas nécessaire. Au lieu de cela, il lui avait fait un geste sans paroles pour qu’elle ferme la porte à clé.

Le terminal était un visiophone, plutôt que le type de base que l’on mettait contre l’oreille. Même en voyant l’autre partie face à face, Alus avait fait les choses à son propre rythme.

Mais il avait un mauvais pressentiment. Après tout, seuls Cisty et quelques militaires connaissaient cette ligne. Et comme il s’agissait d’un appel par visiophone, il avait sûrement fallu que ce soit le gouverneur général Berwick.

« Décrochez plus vite, ne faites pas attendre vos aînés. » Cette voix exaspérée était accompagnée du visage d’un homme âgé.

« En effet, si tu es aussi impatient, on peut dire que tu es un vieil homme… Pardon, excuse-moi. J’étais à la cérémonie de fin de période, » déclara Alus.

C’était pratiquement une routine pour eux. Alus avait essayé de comprendre ses intentions derrière l’appel, mais il ne semblait pas que c’était pour le plaisir. Bien sûr, si ça l’avait été, il aurait raccroché.

« … Hm, je suis content de voir que vous appréciez vos études. » À première vue, Berwick semblait impressionné, mais cela ne pouvait pas être ses vrais sentiments. Si Alus avait manqué des crédits, il y avait une chance qu’il soit remis en service.

Berwick avait souri calmement, mais selon la personne qui voyait ce sourire, ils pouvaient croire qu’il cachait une arrière-pensée derrière lui. « Je vois que la jeune Loki a aussi réussi à devenir votre partenaire. C’est un souci de moins pour moi. »

Comme c’est honteux, pensa Alus, plissant ses sourcils. Comme la paperasse pour que Loki devienne sa partenaire avait déjà été remplie, il était impossible qu’un homme au niveau du Gouverneur général ne le sache pas déjà.

Pour commencer, Berwick l’avait déjà harcelé pour qu’il choisisse un partenaire. Mais il savait qu’Alus n’en avait pas besoin, alors il ne l’avait pas forcé.

« À part ça, qu’est-ce que tu veux ? Tu n’as pas utilisé la ligne secrète juste pour confirmer quelque chose comme ça, n’est-ce pas ? » Alus pressa Berwick de passer au sujet principal.

Les rides sur le front de Berwick s’aggravèrent. L’instant d’après, l’homme qui occupait le poste de gouverneur général avait parlé d’un ton solennel, avec un regard troublé sur son visage. « Vous avez du travail. »

C’était comme Alus s’y attendait. Comme le gouverneur général l’avait appelé, cela signifiait soit qu’il avait besoin de quelqu’un d’excellent pour une question importante, soit qu’il y avait un travail que lui seul pouvait faire.

C’est dans ces moments-là qu’Alus en avait eu marre que l’armée lui mette une laisse à moitié bancale.

Bien qu’il soit étudiant, il faisait toujours partie de l’armée, et il ne pouvait pas refuser si facilement. Mais même là — « Je suis assez occupé. »

« Écoutez au moins ce que j’ai à dire, Alus, » déclara le gouverneur.

Ce n’était qu’une petite manifestation d’opposition. Il n’avait jamais eu l’intention de refuser, et il savait qu’il n’avait pas non plus le choix. Alors Alus ferma la bouche pour que le gouverneur général continue.

Il voulait avoir du temps libre, mais il lui devait aussi une dette de gratitude qu’il ne pourrait jamais rembourser. Alus ne dirait jamais cela devant Berwick… mais cette émotion complexe était probablement une grande partie de ce qui le reliait encore aux militaires. C’était une chaîne qu’il n’avait jamais pu rompre complètement. Le destin, en un sens.

« La cible est un érudit du nom de Godma Barhong, » déclara le gouverneur.

« Un humain, » dit Alus à voix basse.

☆☆☆

Partie 5

Mais la surprise sur le visage de Loki, à côté de lui, était minime. Avant qu’elle ne quitte l’armée pour devenir la partenaire d’Alus, le gouverneur général lui avait personnellement expliqué la situation. Le fait qu’elle ait gardé cette information confidentielle était l’une des conditions qui lui avaient permis de partir.

Ayant accepté ces conditions, Loki avait dit qu’elle servirait dans l’armée pour le reste de sa vie si elle devenait la partenaire d’Alus. Bien sûr, elle s’était préparée à ne pas revenir avant de l’avoir fait.

Bon sang. Alpha avait une force de sécurité, mais beaucoup de ses membres n’étaient pas des magiciens. L’armée s’occupait occupée des mamonos, tandis que les forces de sécurité maintenaient la paix à l’intérieur de la frontière. Les précieux magiciens étaient nécessaires pour les mamonos du monde extérieur, ils ne pouvaient pas en affecter à la force de sécurité pour s’occuper de ce que les gens normaux pouvaient faire aussi bien.

L’armée se composait en fait de deux armées : l’armée locale chargée de protéger les citoyens à l’intérieur de la barrière et l’armée extérieure chargée d’éliminer les menaces étrangères à l’extérieur de la barrière. Cette formation avait été créée peu de temps après l’établissement des sept nations, mais seuls les gens qui connaissaient cette époque utilisaient ces noms.

Actuellement, l’accent était mis sur l’armée extérieure qui s’occupait de la plus grande menace de l’humanité — les mamonos — et on lui donnait la priorité. Le gouverneur général avait le dernier mot en matière militaire, mais il y avait bien d’autres questions pour lesquelles il ne pouvait ignorer les hauts gradés ou le dirigeant de la nation.

Et comme la cible de cette mission n’était pas un mamono, la responsabilité incombait à l’armée locale. La mission étant tombée entre les mains d’Alus, cette cible était donc trop grande pour eux. Cela devait être un sacré criminel.

Une photo du visage de la personne était affichée à l’écran. Un profil détaillé avait commencé à défiler vers le bas.

L’homme avait plus de 40 ans maintenant, mais il était dans la trentaine sur la photo. Il était mince, portait des lunettes sans monture, les cheveux courts. Son visage était mince, comme on pourrait s’y attendre d’un érudit, et il avait l’air d’être l’image parfaite de la ruse.

Cependant, ses yeux malsains avaient la folie et la vengeance qui couvaient au fond d’eux. Son dossier montrait qu’il avait un esprit tordu et curieux.

Alus fronça les sourcils en confirmant les détails.

« Il a fait quelques expériences douteuses sur le plan éthique en dehors de l’œil du public. Un mandat a été lancé contre lui à cause de cela, mais avant qu’il ne puisse être appréhendé, il s’est caché. Nous n’avons pas été en mesure de savoir où il se trouvait depuis lors, » expliqua le gouverneur.

« Et maintenant, as-tu une piste ? » demanda Alus.

« Oui. Pour une raison ou une autre, il rassemblait des enfants, » déclara le gouverneur.

Il avait dû pousser sa chance trop loin et se trahir. Alus acquiesça d’un signe de tête, alors que deux questions lui vinrent à l’esprit.

« Pourquoi maintenant après tous les temps ? » demanda Alus.

« Nous ne savons pas grand-chose, mais nous pensons qu’il poursuit ses expériences inhumaines de manière dissimulée. Nous le soupçonnons d’être négligent parce que ses expériences sont dans leur phase finale, » déclara le gouverneur.

« Je vois. Alors, pourquoi moi ? » demanda Alus.

C’était la deuxième question d’Alus. Compte tenu de ce qu’il avait entendu, la question devait être résolue immédiatement, car cet homme ne pouvait plus être laissé à lui-même. Mais Alus n’aimait pas accepter une mission alors que quelque chose d’essentiel était laissé de côté.

Le gouverneur général Berwick avait poussé un soupir. Son expression était amère, mais il s’attendait à cette question. « Vous êtes le même que d’habitude. »

« Merci pour cela, » déclara Alus.

« Mais je ne peux pas révéler la raison, » répondit le gouverneur.

« En d’autres termes, lorsqu’il fouillait dans ses expériences humaines, il touchait à quelque chose de très mauvais. Et un haut fonctionnaire de l’armée ou du gouvernement était de connivence avec lui. Et… être exposé maintenant aurait des répercussions majeures, » déclara Alus.

Berwick était resté silencieux, mais cela ne fait que confirmer la théorie d’Alus.

« … C’est une honte pour le nom d’Alpha qui ne peut plus voir la lumière du jour. À l’époque, cela devait rester confidentiel, mais je crois que c’était imprudent. Mais il y a des choses que je peux et ne peux pas faire, » déclara le gouverneur.

Les rides sur le front de Berwick étaient devenues encore plus profondes. Il crachait de faibles excuses, probablement parce qu’il traitait avec Alus. Les deux se connaissaient depuis longtemps.

« Nous ne pouvons pas nous permettre de couler l’influence de l’armée en ce moment, » déclara le gouverneur.

« Je parie que oui, » déclara Alus.

« Cela vous concerne aussi. C’est une urgence. Si l’autorité de l’armée diminue, il y aura une demande pour vous réintégrer, » déclara le gouverneur.

« … » C’est ce que tu dis, pensa Alus. Au lieu de « limité aux seules urgences », ne voulez-vous pas dire « à chaque occasion » ? Ce n’était pas la première ou la deuxième fois qu’on le menaçait de le réintégrer.

Mais même si cette mission était une opération de nettoyage pour l’ancien gouvernement ou les hauts gradés, l’échec l’affecterait aussi. La position actuelle d’Alus n’était permise que lorsque Berwick était gouverneur général. En fait, si Berwick se retirait, Alus n’avait aucune raison de concentrer ses efforts sur cette nation.

Un sentiment indescriptible de désolation avait jeté une ombre sur le cœur d’Alus. Même lui ne savait pas d’où ça venait. Bien que ne pas s’attendre à des changements majeurs dans votre environnement semblait mature, c’était un peu comme un enfant méfiant qui craignait le changement, protégeant férocement sa propre place dans le monde.

« Je vous ai envoyé tous les documents, » déclara le gouverneur.

Alus avait agrandi une nouvelle fenêtre, et les avait regardés. « … Je comprends. »

« Bien. J’ai besoin que vous respectiez la date et l’heure indiquées. Je vous laisse les moyens, mais essayez d’utiliser la meilleure méthode, » déclara le gouverneur.

Alus hocha la tête comme s’il n’avait pas besoin d’entendre le reste. C’était comme d’habitude. La meilleure méthode était, tout simplement, la suppression de la cible. Un sourire désagréable apparut sur les lèvres d’Alus. Ça allait être beaucoup d’ennuis. Sa cible semblait être le type vraiment problématique.

« Bonne chance, » déclara le gouverneur général, avant qu’il ne raccroche.

Tu ne le penses même pas, se dit Alus. Mais il était passé sur la lecture des documents qui lui avait été envoyée.

La séparation du facteur élément, hein. C’est peut-être une ordure, mais il a des idées intéressantes. Il a au moins un peu d’intelligence là-dedans.

Pendant qu’Alus réfléchissait, Loki murmura à elle-même. « … À quel point pouvez-vous être égoïste ? » Les coins de ses yeux s’élevèrent avec rancune. Elle se sentait vraiment en colère. Bien qu’elle ait gardé le silence pendant l’appel, elle avait enduré pas mal de choses.

L’armée avait essayé de convaincre Alus en lui accordant une liberté temporaire tout en essayant de l’utiliser après l’avoir travaillé jusqu’à l’os. Elle pouvait le comprendre dans sa tête en tenant compte de la position de Berwick, mais elle ne le supportait toujours pas.

Alus caressa l’épaule de Loki à l’air sévère avec un petit sourire, comme si ce genre d’expression ne lui convenait pas. « Ne dis pas ça. Ce n’est pas comme si c’était la première fois. » Bien qu’il puisse voir les choses comme ça du point de vue d’un étranger.

« Mais… »

Sans toucher aux affaires confidentielles, Alus trouva habilement les mots pour arrêter Loki. « Que le gouverneur général m’en doive une, ce serait très bien. De plus, en tant que chercheur, je m’intéresse vraiment à ce type. » Ou plus exactement, les données de recherche qu’il avait.

À côté de l’air inquiet que Loki avait, Alus pensa que ce n’était pas totalement un inconvénient, et demanda à Loki de se retirer.

☆☆☆

Partie 6

Avec la soudaine demande top secrète faite pour l’instant, Alice s’était pointée au laboratoire vers l’heure du déjeuner.

« Al, tu aurais aussi dû venir voir Tesfia, » déclara Alice.

« Tu parles d’en faire trop. Elle ne sera partie qu’une semaine. » En réalité, Alus appréciait sincèrement le silence. La plus bruyante étant partie, il se sentait bien, à tel point qu’il avait commencé à se demander s’il ne devrait pas établir un horaire et ne pas offrir de conseils en dehors de celui-ci. Il avait également envisagé de les faire travailler toutes les deux à l’étape suivante de leur formation par leurs propres moyens.

« Quoi qu’il en soit, le départ de cette personne hystérique n’est que commode, » déclara Alus.

« Hystérique ? C’est plutôt méchant, Al. » Alice avait un sourire ironique, mais elle semblait comprendre qu’il ne faisait que plaisanter. Dernièrement, elle avait commencé à s’habituer à son style.

« Non, je veux dire pratique pour toi, » déclara Alus.

« Hein ? »

Alus avait fouillé une étagère et avait sorti une étrange pièce d’équipement qui ressemblait à un projecteur.

« Loki, désolée, mais peux-tu quitter la pièce ? » demanda Alus.

« … ! » C’était Alice qui avait été surprise par ses paroles. Loki semblait s’y être attendue, car elle fit à Alus un regard de reconnaissance et disparut par la porte avec des pas indifférents.

« … »

Les deux étaient seuls dans la pièce.

Sentant quelque chose, Alice avait laissé échapper un son dans sa gorge. Mais elle posa bientôt un doigt sur sa joue, inclinant la tête, tout en se demandant ce qu’il avait l’intention de faire.

Alice avait parfois l’habitude d’essayer d’échapper aux choses par un comportement enfantin lorsque l’atmosphère devenait sérieuse. Elle avait regardé la réalité en face, tout en essayant inconsciemment de l’éviter.

Elle était attentionnée et douée pour lire l’humeur, ce qui signifiait qu’elle avait aussi de la sensibilité.

Cela dit, Alus n’était pas sur le point de lui parler d’un sujet aussi sérieux, et il n’allait pas non plus lui faire un sermon. Au lieu de cela, il avait besoin de confirmer quelque chose pour pouvoir continuer ses recherches.

« J’ai remarqué quelque chose quand j’ai analysé ton mana. Bien sûr, comme promis, je n’ai pas l’intention d’y fouiner sans ta permission. Mais pour continuer mes recherches, j’ai besoin de te parler. Si tu as une idée de la raison de ce que je vais te dire, je ne pense pas que nous ayons quelque chose à perdre à savoir pourquoi, » déclara Alus.

Alus tapa sur le clavier virtuel projeté en l’air, et fit apparaître un écran devant Alice.

Un défilé de caractères défilait à une vitesse étonnante. Après plusieurs centaines, plusieurs milliers de chaînes de caractères. Alus l’arrêta, donnant à Alice un regard significatif.

« … !? »

Bien qu’elle ne savait pas ce que cela signifiait, elle comprenait que ce qui était exposé n’était pas naturel.

Alus avait montré la ligne du problème. Il s’agissait de données montrant l’analyse de la structure du facteur mana, mais les lignes qui l’entouraient avaient des caractères flous, des caractères sans signification, ou étaient simplement laissées en blanc.

« Normalement, il est possible d’exprimer l’information représentant le facteur mana sous forme de caractères ou de symboles, quelle que soit sa forme, » expliqua Alus.

« Oui… »

« Mais cette transformation n’a pas eu lieu ici. En d’autres termes, je soupçonnerais qu’il s’agit d’une erreur — une sorte de défaut, » déclara Alus sans ménagement. Il ne s’agissait pas d’une détérioration de l’information, mais plutôt de son absence partielle. « As-tu des idées ? »

« … »

En un rien de temps, Alice avait les yeux rivés sur le sol. Elle ne regardait même pas l’écran. Son visage était pâle et elle avait l’air choquée.

Elle a eu une idée. Il existait clairement dans son esprit. Les cicatrices de cette expérience maudite dans son passé. Elle n’avait pas pu parler tout de suite, non pas parce qu’elle se rappelait combien cela avait été douloureux, mais parce qu’elle se souvenait de ses parents.

Alus n’avait pas la tête assez grosse pour croire qu’il ne s’était rien passé quand il avait vu son expression changer. « Comme je l’ai dit, si tu n’en veux pas, je ne vais pas m’en mêler davantage. Mais comme l’analyse me l’a montré clairement, j’ai décidé qu’il fallait au moins que je te le dise. »

« Est-ce que cela veut dire que je suis défectueuse en tant que magicienne… ? » demanda Alice avec effroi. Elle s’inquiétait de ses aptitudes et de son avenir en tant que magicienne avec un regard triste sur son visage.

« Non, ce n’est rien dont tu dois t’inquiéter. Bien que ce ne soit pas comme s’il n’y avait aucun effet, » déclara Alus.

« Alors… bien. » Le soulagement s’était emparé d’Alice.

Alus, cependant, s’était dit qu’il devait s’expliquer correctement. « Tout d’abord, par rapport à ce petit problème, un défaut dans tes informations de mana a un effet sur la durée des sorts. Heureusement, il semble que le temps a passé depuis que le défaut s’est produit, donc il n’y aura pas beaucoup de différence par rapport aux autres. »

Il avait délibérément choisi de dire. « Depuis que le défaut s’est produit ». Ce qui veut dire qu’elle n’était pas née avec ça. « Bien sûr, contrairement à la capacité de mana, ce n’est pas quelque chose que l’on peut affecter par la formation. Il est courant que l’information mana devienne plus dense avec l’âge, mais dans ton cas, tu n’as pas d’information plus ancienne à cause du défaut. »

Quand Alice entendit qu’il n’y avait pas une grande différence, elle poussa un grand soupir de soulagement — bien qu’il n’était pas clair si elle comprenait tout ce qu’Alus lui disait.

« Eh bien, tout simplement, ça veut dire que ton mana est jeune. » C’était un exemple assez brutal, mais ce n’était pas si grave.

« Jeune… ? » Ce sont probablement les femmes « moins jeunes » qui souriraient à cela, mais Alice prenait ça comme un compliment et ne semblait plus y penser.

Alus avait réussi à expliquer brièvement la situation, mais il ne se sentait pas mieux. Parce qu’il était clair que le défaut était d’origine humaine. Quelque chose comme cela se produisant naturellement était pratiquement impossible quand on vivait une vie normale.

Il savait aussi qu’Alice avait des cicatrices quand il avait scanné son corps. Bien que la magie de guérison ne soit pas instantanée ou parfaite, elle existait toujours. Et à moins que ce ne soit quelque chose d’important, il n’y aurait pas de cicatrices laissées après un traitement approprié.

Cependant, la plus grande cicatrice sur Alice était quelque chose que même un scan limité pouvait détecter. C’était la preuve qu’elle avait subi une opération majeure dans le passé et qu’elle avait été pratiquée avec négligence.

« Alice, ce défaut est vraiment déroutant, » déclara Alus.

« … »

Alice s’était mordu la lèvre inférieure en regardant en silence. Elle n’avait pas regretté d’avoir aidé Alus dans ses recherches. Tesfia, en fait, connaissait aussi son passé. Bien sûr, ce n’était pas le genre de chose qu’on révélait à n’importe qui. Elle n’en avait parlé qu’une seule fois à Tesfia et n’en avait jamais parlé depuis.

Cela dit, rien ne l’empêchait de tout dire à Alus si cela pouvait l’aider dans ses recherches.

Pourtant, ses mots semblaient s’agglutiner dans sa gorge et ne sortaient pas, peu importe à quel point elle poussait fort. Son cœur le rejetait inconsciemment.

Les mots commencèrent à ressembler à un poids à l’intérieur d’elle et l’empêchèrent de respirer. Elle respirait comme si elle venait de sprinter à toute vitesse. Elle ne savait pas ce qui se passait.

« Alice… !? »

Il n’était pas clair si la voix d’Alus lui parvint, car elle ouvrit un peu la bouche et prit des respirations superficielles alors qu’elle subissait un étourdissement. Elle était en hyperventilation. Sans pouvoir parler, elle cherchait désespérément de l’oxygène comme si elle se noyait.

Réalisant la situation anormale, Alus s’était précipité aux côtés d’Alice.

« — ! »

Sa conscience s’éloignait, ses membres étaient raides. À ce rythme, tout son corps gèlerait et elle serait incapable de penser à quoi que ce soit.

Cependant, comme pour s’enrouler autour de son soudain état de confusion, la vue devant elle était tranquillement dissimulée, et en même temps, elle sentait une chaleur mystérieuse.

« Je suis désolé, » dit Alus. Il posa sa main sur ses cheveux châtains.

Le visage d’Alice était pressé contre sa poitrine, et elle pouvait entendre les battements rythmiques de son cœur. Elle s’était naturellement mise à l’écoute de ce rythme. En synchronisme avec ce rythme, sa propre respiration s’était progressivement calmée.

Depuis combien de temps était-elle comme ça ? Dix minutes ? Trente minutes ? Ou peut-être même une heure… ? Alice ne pouvait pas le dire, mais elle avait l’impression d’être restée ainsi pendant longtemps. Ses souvenirs de l’époque étaient vagues, comme dans un rêve.

Quand elle s’était réveillée, ses mains tenaient les vêtements d’Alus si fort qu’elles les froissaient. En même temps, le côté de son visage était contre sa poitrine pour une raison quelconque. Son oreille était pressée contre sa chemise, mouillée de ses larmes, comme pour écouter le son au fond de lui.

« Je-Je suis désolée !? » Alice se rendit compte de la situation et rougit jusqu’à ses oreilles. Elle s’était éloignée d’Alus.

« C’est moi qui suis désolé. Alors, oublie tout ça, » déclara Alus.

« … Non, je vais bien maintenant, » déclara Alice.

Son cœur battait encore. Que ce soit par embarras ou parce qu’elle ne s’était pas encore remise du choc… mais ce sentiment d’être émue n’était pas désagréable du tout.

« Je pense que tu devrais rentrer chez toi pour aujourd’hui, » dit tranquillement Alus.

« Mais… Je n’ai pas…, » commença Alice.

Il avait fait cette suggestion parce qu’elle ne semblait pas en état de s’entraîner, mais Alice était un peu hésitante. Aussi sérieuse qu’elle soit, elle ne voulait pas rentrer chez elle sans avoir rien fait. Mais elle savait qu’elle n’était pas en bonne condition physique, alors son insistance était faible.

« Repose-toi pour aujourd’hui. Les vacances commencent demain, donc tu auras tout le temps, » déclara Alus.

« Oui, d’accord. Alors c’est ce que je vais faire, » déclara Alice.

« Bien. Reviens quand tu te sentiras mieux. » Alus voulait dire émotionnellement plutôt que physiquement.

« Oui… À demain, Al, » déclara Alice.

Un sourire sec se glissa sur le visage d’Alus, car il pensait qu’elle reviendrait tout de suite demain.

Il l’avait ensuite vue sortir de la pièce. Comme il ne voulait pas qu’il lui arrive quoi que ce soit sur le chemin du retour, il avait demandé à Loki de l’accompagner au dortoir des filles. Il avait quelque chose à voir avec cette affaire concernant Alice, après tout.

Le laboratoire était calme. Alus s’était assis sur une chaise. Pour la première fois depuis un moment, il était seul ici.

« Haah. » Alus avait apporté une tasse à thé sur ses lèvres. Quand il avait remarqué qu’elle était vide, il avait poussé un autre soupir.

Il avait réfléchi à la négligence dont il avait fait preuve. En même temps, il s’était demandé à quel point c’était profondément enraciné. En voyant la réaction anormale d’Alice — indiquant clairement un traumatisme psychologique — et en tenant compte du défaut incompréhensible de ses informations de mana et des cicatrices de la chirurgie, il était tout naturel que son esprit s’éteigne.

Même si c’était un problème privé, il ne pouvait pas non plus s’en passer.

« Une fois Loki rentrée, je vais devoir lui faire faire du café, » murmura Alus à lui-même en poussant sa tasse sur le bord de son bureau.

Ses yeux s’étaient dirigés vers le clavier et l’écran virtuels, mais il avait soudainement changé d’avis et l’avait éteint.

Sentant l’obscurité profonde, il ne pouvait pas se mettre d’humeur à reconfirmer les données.

☆☆☆

Partie 7

De retour dans sa chambre, sa colocataire lui manquant, Alice était tombée sur le lit.

« Qu’est-ce qui s’est passé avec moi ? » Elle s’était sentie gênée. Son visage était devenu rouge rien que d’y penser.

En même temps, elle se sentait mélancolique. Elle avait des flash-back sur le passé qu’elle aurait dû laisser derrière elle il y a longtemps. Peut-être qu’elle n’avait toujours pas réussi à s’en sortir.

Pensant qu’elle ne pouvait pas s’enfuir, elle sentait une frustration qu’elle ne pouvait pas exprimer avec des mots.

Elle voulait devenir forte comme lui.

Alice avait supposé à tort qu’elle était assez forte. Cependant, elle avait été mise au courant de son erreur quand sa confiance passagère avait été si facilement détruite.

Je n’ai jamais surmonté mon passé.

Mais elle avait tort… ce n’était pas de surmonter son passé. Elle n’avait fait que le couvrir. Tout ce qu’elle avait fait, c’était mettre un couvercle dessus, recouvert d’un tissu fin.

C’est pourquoi sa blessure avait été si facilement exposée. Non, si seulement elle avait été exposée, elle n’aurait eu aucune raison de paniquer autant.

À l’époque, tout avait été expliqué à la jeune Alice. Ce qui avait été fait dans cet établissement, ce qui lui était arrivé et comment ses parents étaient morts. Elle avait tout compris, mais elle ne pouvait pas l’accepter.

Sa haine pour la personne qui en était la cause était restée.

C’était une émotion sombre qu’elle cachait à côté de ses souvenirs.

Et quand elle l’avait reconnu.

« Je ne pourrais jamais être libre tant qu’il est encore en vie, » s’était confiée Alice dans la pièce sombre.

On ne pouvait pas oublier le passé. Et elle ne voulait pas non plus l’oublier.

En même temps, elle était frustrée de ne pouvoir rien faire. C’est pourquoi elle commencerait par affronter son passé.

Après avoir décidé cela, ses paupières s’étaient finalement refermées à cause de sa fatigue. Elle avait soudain eu l’impression d’avoir oublié quelque chose, mais n’avait pas pu lutter contre sa somnolence et était tombée dans un profond sommeil.

Alice faisait un rêve. Avant de s’endormir, les souvenirs dont elle ne se souvenait pas étaient, comme prévu, liés à son passé. Mais la vérité était que son passé n’était pas seulement rempli de mauvais souvenirs. Et les maigres souvenirs de joie et de bonheur étaient dus au fait qu’elle vivait dans un monde de rêve.

Les fragments clignotants de ses souvenirs l’invitaient à entrevoir une vieille vision.

Alice n’était pas la seule dans ce centre de recherche militaire. Dès qu’elle se souvint que dans son rêve, un groupe d’enfants se présenta devant elle en transe. Leurs âges étaient variés, mais ils étaient encore des enfants.

Son séjour dans l’établissement avait été si long, si sombre et si misérable que l’idée de retrouver ses parents n’avait pas suffi à le surmonter. C’est pourquoi il devait y en avoir plus.

D’autres avaient surmonté les expériences douloureuses à ses côtés. Des amis qui l’avaient soutenue… il devait y avoir…

Pendant qu’elle rêvait, des larmes coulèrent des yeux d’Alice, le long de ses joues et elles tombèrent sur son oreiller.

Quand elle se réveillerait de son rêve, Alice comprendrait sûrement pourquoi elle l’avait oublié. Elle avait caché tous ses souvenirs douloureux du passé, ainsi que les quelques jours de plaisir et les liens qu’elle avait tissés.

Ses souvenirs avaient commencé à refaire surface après ce qui s’était passé aujourd’hui.

« … Melissa. »

Les lèvres d’Alice bougeaient, tandis qu’elle parlait doucement dans son sommeil. Le nom qui n’appartenait à personne sortit de sa bouche, et disparut dans la pièce silencieuse.

Le lendemain, Alice était arrivée au laboratoire plus tôt que d’habitude, ou plutôt trop tôt. Il y avait très peu de gens qui se promenaient à l’extérieur à cette heure.

« C’est rapide ! »

« Hee hee hee... Je me suis endormie tôt hier, alors je me suis réveillée tôt aussi. » Alice sortit la langue comme si de rien n’était, et Alus ne cacha pas à quel point cela lui était pénible, comme toujours. Il ne parlait pas seulement de l’heure de la journée, mais plutôt du fait qu’elle avait été émotionnellement dévastée hier encore.

Pourtant, alors qu’Alice entrait à nouveau dans le laboratoire, apparemment sans ménagement, son expression devint sérieuse lorsqu’elle regarda Alus.

« Attends un peu…, » Alus éteignit le moniteur virtuel alors qu’il travaillait déjà, et jeta un coup d’œil sur Loki qui était en train de préparer son petit déjeuner. « Loki, sors un instant… »

Alice avait alors dit. « Attends, je veux que Loki entende ça aussi. »

« … Je vois. »

Loki arrêta ses préparatifs avec un regard surpris. À la fin, elle avait fait du thé pour trois et ils s’étaient assis autour de la table.

Après avoir pris une grande respiration, Alice avait posé sa main sur sa poitrine. Je vais bien, se dit-elle, avant de commencer à parler.

« C’est arrivé quand j’avais sept ans…, » commença Alice.

***

Alice avait raconté son dur passé, se vidant le cœur, s’arrêtant de temps en temps.

Alus l’écouta attentivement, son expression ne changeant pas. Loki était également restée sans expression, mais lorsque le nom de ce chercheur a été mentionné, ses yeux s’étaient ouverts en grand. Heureusement, Alice n’avait pas eu le courage de le remarquer.

Pendant ce temps, après avoir fini de tout leur raconter, Alice avait eu l’impression qu’un poids s’était détaché de sa poitrine.

« Je vois. Je commence à comprendre, » dit Alus.

« Oui. Je pense que mon mana a commencé à devenir bizarre à cause des expériences de l’époque, » déclara Alice. Ayant appris la vérité, elle avait décidé d’accepter les résultats. Et le fait qu’elle avait révélé son passé à Alus et Loki était peut-être une preuve de sa résolution.

« Le projet de séparation des facteurs d’éléments, est-ce que c’est... Je ne sais pas à quoi cela servirait, » dit Alice.

« Oui, mais quand même, je suis surpris que tu aies accepté de participer à ses recherches. » Alus jeta un coup d’œil sur Loki qui venait de parler et il changea de sujet.

Loki comprit sa dérive et ferma la bouche. Mais quand même… s’était-elle dite, en regardant la fille devant elle. Bien que les recherches d’Alus lui seraient bénéfiques, c’était impressionnant qu’elle y ait consenti.

« Je pensais que j’avais tout arrangé… mais on dirait que je ne peux pas gérer tout ça… en plus, participer aux expériences était le seul moyen de voir mes parents. En y repensant, je n’y étais peut-être pas si opposée que ça… Oh, mais ce n’était pas si mal. J’avais même un ami dans l’établissement. » Finalement, Alice avait forcé un sourire.

« Je vois, » déclara Alus.

Alice avait laissé échapper de faux rires à la déclaration murmurée d’Alus.

Alus ne connaissait pas la chaleur d’avoir des parents. Il n’avait jamais vu leurs visages. C’est pourquoi il ne comprenait pas jusqu’où un enfant pouvait aller pour ses parents. Donc pour lui, c’était une émotion difficile à saisir.

Cependant, Loki avait connu des circonstances similaires. Elle fixa silencieusement Alice, qui avait retrouvé son calme. Alors que Loki n’avait pas été manipulée par le destin comme Alice l’avait été, elle avait été exposée au monde irrationnel et injuste, tout comme Alice.

Elle ne sympathisait pas avec elle. Mais elle pouvait ressentir une faible empathie et de la camaraderie. Loki avait pu vivre grâce à Alus. Elle s’était dit qu’Alice avait aussi dû être soutenue dans la vie. Et cette rousse qui n’était pas là maintenant était sûrement une existence importante pour elle aussi. Mais Loki n’était pas prête à reconnaître que Tesfia valait tant que ça.

C’est alors qu’Alus avait jeté un coup d’œil, la ramenant à la réalité. Elle lui rendit son regard en nature.

En entendant le récit d’Alice, Loki avait également réalisé que la cible d’élimination qu’Alus avait reçue, Godma Barhong, était liée à l’histoire d’Alice.

Le regard d’Alus avait fait taire Loki, au cas où.

Pendant ce temps, Alus pensait aussi à quelque chose de différent. Ils n’allaient pas dire à Alice que Barhong avait une cible sur le dos. Il ne pouvait pas non plus révéler des secrets militaires de son propre chef.

Alors qu’Alice avait dit qu’elle avait réglé ses émotions de son passé, ses sentiments envers Barhong lui-même étaient une autre affaire.

Même si elle voulait se venger, c’était le boulot d’Alus.

« Alice, ton défaut n’a probablement pas été planifié, » déclara Alus.

« Qu’est-ce que tu veux dire ? » demanda Alice.

« Que ce n’était pas le but de l’expérience, mais le résultat de celle-ci. Un accident, en d’autres termes. Il a probablement été réalisé de façon négligée, mais même alors, il est probable que cela ne soit arrivé qu’à toi, » déclara Alus.

Alice devint pâle. Si c’était vrai, elle était plus que malchanceuse. « Pas possible… pourquoi juste moi ? »

Mais Alus continua, comme pour réprimer son agitation. « Tout d’abord, il est impossible de faire en sorte qu’un défaut affecte l’information du mana d’une personne. » C’était un changement assez important pour affecter les sphères de mana fournies par le cœur. Faire cela intentionnellement mettrait le corps d’une personne en danger de mort.

Alors, interférer avec le mana qui avait fait surgir des sphères de mana était possible. Mais, en réalité, c’était encore plus irréaliste. Essayer de réécrire les informations de mana à l’intérieur du corps aurait, au mieux, pour résultat l’effondrement de l’ego ou de la personnalité, mais il y avait aussi un risque élevé de rejet, ce qui faisait que le corps était incapable de soutenir la vie. Les informations de mana définissaient strictement une personne, par rapport à l’information physique.

Avant, Alus avait fourni son mana à Loki, mais il l’avait simplement versé dans un récipient vide, et n’avait pas perturbé la source d’approvisionnement. En tant que tel, à proprement parler, il n’écrasait pas l’information. Malgré cela, il craignait que son corps ne le rejette.

« Tu n’as pas eu de chance, mais tu peux aussi dire que tu as eu de la chance, » déclara Alus.

« — !! »

Alice fut stupéfaite et sans voix. Dans son esprit, elle pensait qu’il voulait dire qu’elle avait de la chance d’être en vie avec ce défaut.

Mais Alus continua comme s’il avait lu dans ses pensées. « Ce n’est pas tout ce que je veux dire par chance. »

Un regard perplexe apparut sur le visage d’Alice. Elle se demandait comment elle pouvait avoir de la chance, à part de ne pas mourir. En y pensant normalement, il n’y avait rien de positif du point de vue d’un magicien.

À la place d’Alice, qui ne pouvait pas parler, Loki demanda. « Que veux-tu dire exactement par chance ? »

« Eh bien. J’aimerais y réfléchir un peu plus avant de répondre, » déclara Alus.

« Hein !? » Alice était prête à s’accrocher à n’importe quoi. Si elle pouvait trouver une lueur d’espoir dans son passé malheureux… s’il y avait de la chance qui pourrait la mener vers un avenir meilleur, elle serait capable d’accepter son sort avec plus d’optimisme. Ce serait un grand pas en avant pour elle.

Mais ce qu’Alus avait dit était contradictoire. Quand elle avait accepté de devenir son sujet d’essai, il avait dit qu’il ne serait pas juste qu’il ne lui explique pas le processus de ses recherches.

« Peux-tu me dire pourquoi tu ne veux pas me le dire ? » demanda Alice.

« Bien sûr que oui. Mais si tu l’entends, tu pourrais être encore plus inquiète. Dans le pire des cas, il se peut que l’on te demande de redevenir sujet de test dans un autre projet. Si la nation le découvre, bien sûr, » déclara Alus.

Pour Alus, c’était une réponse évasive. Mais Alice avait compris sa dérive quand il avait mentionné les mots, « sujet d’essai ».

Il pensait à elle. Quand elle s’en était rendu compte, elle s’était sentie soulagée d’un poids.

« Mais c’est à toi de décider, Alice. C’est pourquoi… il y a quelque chose que je veux que tu essayes encore une fois, » déclara Alus.

« … OK. » Pas sûre de pouvoir se réjouir, Alice avait hésité. Mais l’option de ne pas le respecter avait déjà disparu de son esprit.

Si les paroles d’Alus étaient vraies, alors recevoir des informations plus détaillées serait formidable, mais elle était encore étudiante, et ce serait peut-être trop pour elle. Rien ne garantissait non plus que son traumatisme ne reviendrait pas. Comme elle était encore immature à bien des égards, Alice pourrait ne pas être capable d’accepter ou de comprendre ce qu’il lui dirait.

☆☆☆

Partie 8

Quant à Alus, il y avait encore quelque chose dont il n’était pas convaincu. Il devrait probablement s’en assurer d’abord, avant de lui dire. C’est ainsi qu’il avait commencé par se préparer.

« Attends une seconde, » dit Alus, en entrant dans sa chambre, avant de sortir avec une mallette noire.

« Qu’est-ce que c’est ? » Alice lui demanda ce qu’il y avait à l’intérieur, mais elle avait déjà vu ce qu’il y avait à l’intérieur.

« C’est mon AAR, Brouillard de nuit, » déclara Alus.

« Pourquoi ton AAR ? » demanda Alice.

Alus n’avait pas répondu à sa deuxième question, choisissant plutôt de mettre l’étui sur la table et de retirer de l’intérieur l’épée courte dans son fourreau.

Alice le reconnut alors, mais Alus dit. « Garde tes questions pour plus tard. Pour l’instant, verse du mana à travers ça. »

Il la prit par le fourreau et présenta la poignée à Alice. Tandis qu’elle saisissait timidement le manche, Alus sortit la lame.

Contrairement à ce qui s’était passé après la leçon parascolaire, Alus avait retiré la chaîne. Peu de temps après, une chaîne de 10 mètres de long attachée à l’épée courte se déploya dans la pièce.

« Bien, maintenant, enchante comme d’habitude, » déclara Alus.

« Oui… Oui… d’accord. » Avec l’épée courte dans les deux mains, Alice ferma les yeux et se concentra.

Loki regarda ça d’un regard empli de doute, mais il fallut plus de temps avant qu’Alus ne révèle ses intentions.

Finalement, à peu près au moment où le mana d’Alice avait commencé à circuler autour de la chaîne à travers l’épée…

« D’accord, ça suffit, » déclara Alus.

« Oh ? OK…, » au sens strict du terme, elle était encore au milieu d’un enchantement. Elle n’avait pas couvert toute la chaîne, mais c’était suffisant pour qu’Alus confirme ce qu’il voulait savoir.

« Sire Alus, qu’en as-tu compris ? » demanda Loki.

« Ceci. » Alus souleva le seul anneau de la chaîne qui montrait une réaction.

« La formule magique semblait réagir. Ça veut dire qu’elle a cette affinité ? » lui demanda Loki.

« C’est vrai. Et quelle est la caractéristique de cette formule, d’après toi ? » demanda Alus.

Alice déclara avec hésitation. « J’ai une affinité avec la lumière, donc… la lumière ? »

« Dommage. Les éléments sont les seules choses que je ne peux pas utiliser, » déclara Alus, en guise de réponse.

« — !! » Alice et Loki avaient réagi.

Les éléments se référaient aux attributs clairs et foncés, qui étaient spéciaux. Et le déni d’Alus avait clairement montré qu’il ne s’agissait pas d’une question triviale. Loki et Alice avaient été surprises.

Cela dit, Alus n’allait pas les laisser deviner tant qu’elles n’auraient pas compris. De toute façon, les seuls qui y parviendraient immédiatement seraient lui-même ou le gouverneur général.

« Alors, un autre attribut ? Mais je crois que j’ai déjà essayé, » dit Alice.

« C’était peut-être un peu méchant de ma part... la bonne réponse est que ce n’est aucun des attributs. Sachez que ce que je vais vous dire ne peut être répété à personne d’autre. » Il parlait aussi de Loki.

Les deux acquiescèrent d’un signe de tête obéissant. Mais elles n’avaient pas l’air de se préparer pour le secret qu’Alus allait leur révéler. Au lieu de cela, elles avaient l’air très curieuses et à leurs yeux, elles s’intéressaient directement à ça, comme des enfants qui attendent d’entendre la réponse à une énigme.

Alus s’inquiétait de savoir si elles avaient bien compris qu’elles devaient se taire à ce sujet, poursuit-il. « De toute façon, la formule qui a réagi au mana d’Alice n’appartient à aucun attribut. J’appelle ça “sans attribut”. »

« … ? » Loki avait l’air confuse. « Sire Alus, qu’est-ce que c’est sans attribut ? »

Tout ce qui était défini comme magie avait été classé dans l’une des catégories d’attributs, comme la spécialité de Loki, la foudre, ou la glace de Tesfia, ou la lumière d’Alice.

« Je pensais que j’étais le seul magicien au monde qui pouvait utiliser ce pouvoir connu sous le nom de “sans attribut”, » leur annonça Alus.

« — ! ! » Il était naturel que les deux filles soient surprises par cette bombe.

Alus n’avait jamais vu Loki aussi choquée. Ses yeux s’étaient ouverts plus que jamais.

Cependant, elle avait rapidement changé de rythme — mais pas dans le sens de se calmer. « Sire Alus, pourquoi ne l’as-tu pas dit à ta partenaire plus tôt ? » Le ressentiment remplissait ses paroles, et il n’y avait aucune trace d’un sourire pour apaiser l’atmosphère. Elle n’avait pas tenté de cacher son indignation.

Mais elle semblait plus malheureuse que fâchée. En fait, tout son corps exsudait le mécontentement et ses émotions étaient hors de contrôle.

« Attends, même si tu es mon partenaire, ce n’est pas si facile d’en parler. Jusqu’à présent, c’était un secret entre le gouverneur général et moi, » déclara Alus, essayant de la calmer. Il ne pourra peut-être pas faire taire complètement Loki, mais à l’heure actuelle, Alice était plus importante.

Peut-être l’avait-elle senti — « Alors je m’en tiendrai là pour l’instant. Mais je veux que tu me racontes tout ça ce soir, » déclara Loki, avec un sourire étrangement significatif.

Alus haussa les épaules, puis dit. « Tout d’abord, à part l’attribut Lumière, il semble qu’Alice ait aussi une certaine affinité pour le “sans attribut”. Il n’y a presque aucun doute que cela vient du défaut dans ses informations de mana. »

C’était une lueur d’espoir. Le défaut de mana avait affecté la durée des sorts d’Alice, mais selon la façon dont vous la regardez, elle avait obtenu quelque chose de plus grand en retour. Bien sûr, cette affinité était une exception, et il restait à voir si elle deviendrait positive ou négative. Alus y voyait un potentiel inconnu.

« Donc ton affinité est sans attributs, Al ? » Alice avait demandé reconfirmation.

« Je viens de le dire, » répondit-il.

Quand Alice entendit la réponse d’Alus, la joie lui remplit le visage et elle sourit faiblement. Elle était heureuse d’avoir un ami « sans attributs », mais bien sûr, Alus ne le savait pas.

Soit dit en passant, Alus pourrait utiliser tous les attributs à part la lumière et l’obscurité, mais s’il devait avoir une affinité, elle serait sans attribut. Cela dit, en raison d’un manque d’efficacité écrasant dans les autres attributs, ses talents avaient été renforcés par une connaissance approfondie des formules magiques et de leur construction.

Et la raison de sa disposition était différente de celle d’Alice. Il était né avec deux manas différents, ce qui avait créé sa disposition sans attribut. Alus avait supposé que ses manas hétérogènes interfèrent l’un avec l’autre, les empêchant d’assumer un attribut normal.

Entre-temps, Alice avait reçu son affinité après sa naissance. C’est en partie à cause de cela qu’elle n’avait encore qu’une partie de l’affinité pour l’absence d’attributs. Restait à voir si elle pouvait ou non utiliser ce pouvoir dans une certaine mesure.

Hier soir, Alus avait confirmé que les données de mana défectueuses d’Alice n’étaient pas similaires aux siennes. Il s’était donné la peine d’afficher les données confidentielles sur son propre mana, alors il n’y avait pas eu d’erreur.

C’était la première fois qu’il le voyait depuis un moment, et comme il s’en souvenait, il était rempli d’un code étrange indiquant quelque chose d’anormal. Mais ce n’était pas parce que l’appareil était endommagé, mais parce qu’il ne pouvait pas être analysé. Les parties anormales avec l’affinité avaient été mises en évidence, grâce à l’existence d’Alice.

Les propres données d’Alus avaient été le premier échantillon, et maintenant celles d’Alice étaient le deuxième échantillon. Actuellement, il y avait trop de choses que l’on ne savait pas à propos de l’absence d’attributs. Tous les indices qu’il avait pu tirer des informations sur le mana étaient inintelligibles. C’est parce qu’il y avait beaucoup de choses que la technologie de mesure actuelle ne pouvait pas analyser.

Si Alice n’avait pas seulement le potentiel, mais qu’elle pouvait utiliser une magie sans attribut, alors le terme « défectueux » ne serait plus une bonne description de ses informations de mana. Au lieu de cela, il serait plus juste de dire qu’il s’agissait d’un potentiel inconnu. Et si tel était le cas, on pourrait en dire autant d’Alus. Ce ne serait pas un défaut, mais plutôt une chance significative.

Beaucoup de choses étaient restées inexpliquées à ce jour. L’information sur le mana n’était pas exprimée en chiffres ou en caractères courants, mais en anciens caractères oubliés connus sous le nom de sorts perdus. Et il ne serait pas étrange qu’il y ait encore des symboles qui n’avaient pas encore été découverts. Seuls les résultats de l’analyse avaient été identifiés à ce jour.

« Comme je l’ai déjà dit, il ne fait aucun doute qu’Alice a une certaine affinité pour la magie sans attributs. Mais ça ne veut pas dire qu’elle sera capable de faire quoi que ce soit en ce moment. Mais si elle l’accepte, je peux trouver des sorts sans attributs. C’est mon affinité, et si Alice a des aptitudes pour ça, alors ça me fera gagner du temps, » déclara Alus.

C’était là qu’Alus s’était arrêté un instant. Il s’était dit qu’il devait insister sur le point suivant. « Cependant, dans le cas d’Alice, cela ne concerne qu’une partie de la chaîne de caractères de ses informations de mana… en d’autres termes, seule la partie défectueuse montre une réaction à la magie sans attribut, donc elle ne peut pas l’utiliser pleinement comme moi. »

Bien sûr, c’était parce qu’elle avait la capacité de l’utiliser qu’il avait décidé de lui dire. Il était possible qu’elle puisse accidentellement activer un sort contre nature qui exposerait l’existence d’une magie sans attribut à d’autres. En demandant à Alice de s’en tenir à l’attribut lumière, et de n’utiliser que la magie sans attribut que pour compléter les portions de l’attribut Lumière pour lesquelles elle était mauvaise, il était possible de couvrir sa magie sans attribut comme un étrange sort d’attribut Lumière.

À cet égard, c’est une bonne chose que la recherche sur l’attribut Lumière, et encore moins sur la magie sans attribut, soit si loin derrière. Ce genre de camouflage n’avait été possible que parce que ces détails n’étaient pas si bien connus.

« Mais c’est un secret, non ? Si quelqu’un d’autre l’apprend… » demanda Alice, inquiète. C’était en partie ce qu’Alus voulait dire en l’acceptant. Elle avait déjà été un sujet d’essai pour un projet gouvernemental bizarre. Le gouvernement ou les hauts gradés militaires pourraient avoir les yeux rivés sur elle pour un autre type de recherche. Étant aussi rare qu’elle l’était, elle pourrait attirer trop d’intérêt et présenter des dangers inutiles.

« Tu n’as pas besoin d’être si pessimiste à ce sujet. Une existence rare peut être une arme puissante. C’est ce qui s’est passé pour moi. Bien que ce soit un secret entre moi et le gouverneur général, si cela se révélait, personne ne pourrait me forcer à faire quoi que ce soit, » déclara Alus.

Bien sûr, c’est sa confiance qui avait permis à Alus de s’ouvrir aux deux filles. Il l’avait caché jusqu’à présent pour éviter tout désagrément, et cacher l’atout dans votre manche était normal entre magiciens.

Tout d’abord, s’il arrivait quelque chose à Alus, l’actuel numéro 1, Alpha, ne serait pas en mesure de réagir à des urgences imprévues. Si la pire menace de l’histoire, le mamono de classe SS devait revenir… Alpha et toute l’humanité n’auraient aucun moyen de se défendre si Alus était parti.

Alice semblait réfléchir un moment, mais Alus n’attendait pas sa réponse. « Augmente ton rang. Fais reconnaître ta valeur par les gens qui t’entourent et par le pays. »

« Mais je ne peux pas faire ça si vite… » Alice hésita.

« Je pense que tu as les qualités pour ça, » Alus sourit en voyant Loki faire une expression désintéressée.

Quant à Alice, elle s’était raidie devant les louanges inattendues, mais les paroles d’Alus avaient assez de poids derrière elles pour renforcer sa détermination. Elle avait inconsciemment serré le poing.

« De plus, s’il se passe quelque chose, le gouverneur général et moi pouvons parler en ta faveur, alors ne t’inquiète pas, » déclara Alus.

« Vraiment !? » Le visage d’Alice brillait. L’appui de l’actuel numéro un et du gouverneur général était plus que ce qu’elle ne pouvait demander. Le seul autre qui pouvait se comparer était le dirigeant du pays. Mais elle était inconstante, et Alus ne l’aimait pas personnellement, alors il l’avait exclue dans son esprit.

Quoi qu’il en soit, il aurait besoin de rencontrer le gouverneur général, mais il lui devrait une faveur si Alus s’occupait de la demande top secrète. Ça ne devrait pas être difficile de le faire accepter.

☆☆☆

Partie 9

En fait, Alus ne pensait pas que ça deviendrait important, même s’il y avait une fuite. Alors qu’Alice avait une affinité pour le sans attribut, ce n’était qu’un petit peu. Et ce ne serait pas suffisant pour utiliser de grands sorts. Au mieux, ça pourrait l’aider dans ses attributs de lumière. Bien sûr, cette bénédiction pourrait être très puissante, selon la façon dont elle avait été utilisée.

« Alors, qu’est-ce que tu vas faire ? Cela pourrait ne pas faire une grande différence, » déclara Alus.

Même lui était à peine capable de le contrôler, et il n’avait aucun moyen de faire des recherches. Donc s’il en parlait, il ne saurait pas quoi dire de toute façon. Ce pouvoir était aussi en partie à l’origine de sa passion pour la recherche sur la magie en général.

« Oui, mais je ne peux pas te le dire, » déclara Alus.

« Je ne te laisserai pas partir ainsi, » répondit Loki.

Après cela, Alus avait des affaires à régler dans la pièce, mais Loki était restée juste à côté de lui, le bombardant de questions pendant un bon moment. Pendant ce temps, contrairement au visage renfrogné du seigneur du laboratoire, la fille qui le suivait semblait s’amuser un peu.

En fin de compte, il avait réussi à éviter d’avoir à avouer son secret.

Mais après s’être allongée sur son futon cette nuit-là, Loki avait serré ses draps dans ses bras et avait violemment frappé avec ses pieds. Maintenant, je l’ai fait. Je suis devenu trop détendue après être devenu la partenaire de Sire Alus. Je savais déjà qu’en demander plus était trop complaisant. Je n’y avais même pas pensé… quelle gaffe !

Elle s’était réprimandée, mais ça s’était retourné contre elle. Se souvenant du barrage de questions, et le fait de le suivre partout, ne faisait que la faire sourire. C’était comme un rêve.

« Haah... »

Le propriétaire de la pièce était probablement encore en train de travailler dur pour ses recherches de l’autre côté de ce mur mince. Loki savait qu’elle ne pourrait pas le voir, mais une fois qu’elle avait reconnu sa présence, elle ne pouvait s’empêcher de vouloir regarder à travers le mur.

Il était sûrement en train de reposer son menton dans sa main à son bureau en ce moment même. Sa présence était si calme, il devait être très concentré…

Près d’une heure s’était écoulée depuis que Loki s’était couchée. Je devrais peut-être lui apporter du thé.

Dès qu’elle y avait pensé, elle s’était souvenue qu’elle devait se retenir. Alors au moins je peux préparer le pot.

Elle secoua la tête en se reposant sur son oreiller. Mais ça le rendrait plus fort que nécessaire. Il doit y avoir un moyen…

Plus elle pensait, moins elle pouvait rassembler ses pensées. Finalement, son esprit s’était assombri et sa conscience s’était évanouie. Seule sa respiration calme remplissait la pièce.

« Je vais le faire ! » La réponse avait été immédiate. Personne qui avait vu Alice n’imaginerait qu’elle venait de révéler son passé sombre avec un visage triste.

Alice s’était sentie sauvée en sachant que ses caractéristiques n’étaient pas toutes négatives. Quelle qu’en soit la raison, cela pourrait devenir une fondation pour son avenir en tant que magicienne si elle apprenait à la contrôler.

« Alors c’est décidé. Commençons par une étude sur la magie sans attributs, » déclara Alus.

Mais c’était aussi la question la plus problématique. Après tout, Alus était le seul à pouvoir lui apprendre.

Bien qu’on l’appelait sans attribut, son utilisation était plutôt restreinte. La manipulation de l’espace était principalement gouvernée par l’absence d’attributs. Les autres attributs avaient aussi le concept de manipulation, mais c’était indirect. Toutefois, l’absence d’attributs pourrait avoir une incidence directe sur l’espace.

Par exemple, si un magicien à attributs de feu devait créer une boule de feu à 20 mètres devant lui, il devrait bien sûr définir des coordonnées de cible. La magie s’exprimait généralement de telle manière que la construction du sort lui-même était projetée dans un espace limité. Pour ce faire, on fixerait le lieu de la manifestation à l’aide de la formule magique.

Ce qui permettait à la magie du feu d’avoir un effet sur l’espace désigné était la manipulation de l’espace. Quant à ce qui se passerait si on l’utilisait en parallèle avec l’absence d’attribut, cela permettrait d’omettre le processus de projection.

La magie normale pouvait également affecter l’espace, mais la manipulation de l’espace lui-même était l’essence même de l’absence d’attributs. À cause de cela, cela pourrait fausser davantage les lois du monde.

La simple déformation de l’espace exigeait cependant une énergie considérable, car le monde s’efforçait constamment de se redresser. Un jour, il sera possible d’utiliser cet effet pour la destruction.

Bien qu’une telle chose serait impossible sans la capacité au niveau d’Alus et le pouvoir massif de manipuler les lois du monde. Alice ne devrait pouvoir utiliser que des moyens plus restreints.

De plus, Loki participait à cette formation de type étude à sa propre demande. Alus avait supposé qu’elle faisait ça par obligation en tant que partenaire. Maintenant qu’elle savait qu’il pouvait utiliser la magie sans attributs, elle devait vouloir en savoir plus. Il avait été impressionné par sa passion.

Cela étant, Alus voulait leur enseigner efficacement. Compte tenu de sa mission secrète, ce serait une bonne idée d’éviter de passer trop de temps à le faire. Alors il déclara soudain. « D’accord, Alice, tu restes ici pour le moment. »

« Excuse-moi ? » demanda Alice.

« Oui, en effet. » Après avoir entendu parler du passé d’Alice, Loki était étonnamment d’accord avec cela.

« Excuse-moi !? » Alice demanda encore une fois.

Bien sûr, leur but n’était pas de se consacrer à une vie débauchée pendant les vacances. Malheureusement, Alus n’avait aucun désir charnel. Sur le champ de bataille, la priorité était de rester en vie. Les pulsions instinctives, en particulier, émoussaient la pensée logique, de sorte qu’Alus supprimait toutes ses émotions. Il s’était assuré la première place grâce à son talent exceptionnel, en plus d’avoir exclu tous ce qui n’était pas nécessaire, ce qui lui avait permis de se concentrer sur le perfectionnement de ses compétences et de ses techniques.

« Si je dois enseigner à Loki en même temps, c’est plus efficace de le faire ensemble. L’entraînement et les études dureront jusqu’à tard dans la nuit. Ce serait une perte de temps de rentrer chez soi tous les jours. »

« J’aurais aimé que tu le dises d’abord ainsi…, » Alice murmura avec un visage rouge, après avoir entendu l’explication d’Alus.

Voyant cela, Alus avait pensé qu’elle aurait dû pouvoir deviner que c’était pour rendre la formation plus efficace… Il pensait qu’il était temps pour Alice et Tesfia d’apprendre les bases de la façon de mettre leur esprit au travail.

« Alors on est sur la même longueur d’onde. Tu resteras ici à partir de demain. Bien sûr, je ne t’apprendrai que les bases de la magie sans attributs. Tu ne pourras probablement pas encore comprendre quoi que ce soit d’autre. J’ai aussi mes propres recherches sur lesquelles je dois me concentrer, alors je vais te mettre ces informations dans ta tête le plus rapidement possible, » déclara Alus.

« D-D’accord, » dit maladroitement Alice.

Alus ne prévoyait qu’un séjour d’environ trois jours. Il avait déjà pris en compte le temps de préparation de sa mission, et il allait lui enseigner toutes les bases entre-temps.

Prendre des notes, bien sûr, ne serait pas permis. Le fait de mettre l’information sur papier comportait le risque qu’il y ait des fuites, de sorte qu’elle devait être communiquée verbalement avec patience. Ils devraient se fier à leurs notes mentales.

Ce camp d’entraînement spécial n’allait pas durer longtemps. Peut-être qu’elle appréciait ce qu’elle étudiait, Alice passait son temps à s’entraîner sans aucun signe du traumatisme qu’elle avait montré auparavant.

Cependant, les choses devenaient bruyantes tous les soirs quand Alice et Loki prenaient leur bain. Alors qu’on l’appelait un laboratoire, c’était à peu près juste une grande pièce avec de l’équipement à portée de main. Le strict nécessaire pour vivre était en place, mais comme il n’était prévu qu’une seule personne pour y vivre, les murs étaient minces.

Alus ne pensait pas vraiment qu’elles devaient se baigner toutes les deux en même temps, mais elles semblaient avoir une opinion différente. Comme dire quoi que ce soit à ce sujet serait grossier, il n’avait pas d’autre choix que d’endurer le vacarme.

Aujourd’hui étant le dernier jour, les sons étaient vraiment tumultueux. Mais Alice était surtout celle qui batifolait bruyamment. Finalement, ça s’était calmé.

« Ouf, c’était un bon bain, » dit Alice en sortant et en entrant dans la loge avec une serviette de bain autour de la tête.

Sa peau était lisse et un peu rosée à cause de l’eau chaude.

Loki, qui sortait à ses côtés, utilisait la serviette suspendue à son cou pour sécher ses cheveux. Ses cheveux argentés translucides brillaient de mille feux grâce aux gouttes d’eau.

 

 

Elles étaient toujours hors de vue d’Alus. Seules leurs voix l’atteignaient. En fait, c’était le dernier jour, et Alice n’avait plus besoin de rester ici. Elle aurait pu rentrer chez elle, mais elle avait choisi de prendre un bain, ce qu’Alus n’avait pas fait. Elle était aussi restée dîner après ça.

Finalement, Alice s’inclina profondément devant la porte. Alus avait dit. « Laisse-moi faire le reste, tu reviens t’entraîner comme d’habitude demain. »

« S’il te plaît, » dit Alice.

Alus haussa les épaules en réponse. « Compris, alors rentre chez toi. » En réalité, les perspectives d’utiliser les caractéristiques d’Alice semblaient prometteuses. Bien que la recherche ait stagné sur l’attribut lumière et la magie sans attribut, il y avait beaucoup d’utilisations, même si elles étaient expérimentales. En fait, il y en avait presque trop.

Alors que la porte se refermait.

« Je pense qu’il est temps que tu me parles, Sire Alus, » chuchota Loki derrière lui.

Alors elle n’avait pas oublié.

Alus grimaça. L’explication, ou plutôt la justification de la raison pour laquelle il lui avait caché son attribut avait été suspendue pendant qu’Alice était ici, mais il semblait qu’elle se souvenait encore. « Loki, comme je l’ai dit... »

« Ce n’est pas ce que je veux dire. Je parle de toi pensant que je laisserais passer le secret, » Loki l’interrompit. Sa voix n’était pas fâchée, mais plus triste. « Ne me fais-tu pas confiance… ? »

Elle avait l’air de vouloir pleurer à tout moment.

Alus lui avait touché le front et s’était dirigé vers la table. « Ce n’est pas que je ne te fais pas confiance. Ce n’est pas quelque chose qu’on répand partout. Si je ne pensais pas que ça te causerait des ennuis, je te l’aurais dit dès le début. »

« C’est… mais garder le secret, c’était…, » Loki n’aimait pas ça émotionnellement.

Alus ne pensait pas que c’était un problème, tant qu’il n’y avait pas d’inconvénients, cependant… « Tu n’as pas un ou deux secrets à toi, Loki ? N’es-tu pas en mesure de… »

« Ce n’est pas le cas. »

« … Aucune ? »

« Pas du tout. Je n’ai rien à te cacher, Sire Alus, » répondit Loki.

C’était une déclaration inattendue. Voyant son attitude confiante, Alus avait jeté un coup d’œil ailleurs pour réfléchir à ce qu’elle allait dire ensuite. Même les monstres du monde extérieur n’avaient pas réussi à lui faire explorer un moyen de s’échapper comme ça…

« … Cela mit à part... Désormais, si j’ai quelque chose à te dire, je te le dirai quand le moment sera venu en tant que partenaire avant tout le monde, » déclara Alus.

« Vraiment !? » demanda Loki.

« Je ne reviens pas sur ma parole, » déclara Alus.

Loki avait eu un sourire soulagé, car elle venait d’être mise en priorité avant Tesfia ou Alice.

Alus se sentit soulagé, mais seulement pour un moment. Pour Loki, c’était juste un échauffement. Ses yeux qui le regardaient semblaient briller un peu.

« À partir de maintenant… ce qui veut dire que tu as toujours des secrets, » déclara Loki.

« … » Elle était trop maligne. Et Alus s’était retrouvé en train d’empêcher un uhm de s’échapper de ses lèvres.

Il pensait à l’autre type de mana en lui. Cependant, ce n’était pas quelque chose qu’il pouvait aborder avec insouciance.

☆☆☆

Partie 10

Pendant ce temps, dans le laboratoire derrière le mur… Alors elle s’endormit finalement, se dit Alus. Le bruissement de l’oreiller et des draps s’était atténué après que Loki ait cessé de se tortiller.

Cela avait été trois jours difficiles pour elle et Alice. Elle devait être épuisée. De plus, elle l’accompagnait toujours, alors elle n’avait pas assez dormi.

Je suppose que je vais aller jeter un coup d’œil préliminaire tout seul.

Alus décida de laisser Loki se reposer une bonne nuit. Il avait sorti la robe qu’il avait utilisée pendant la leçon extrascolaire.

Après l’avoir mise, il avait sauté par la fenêtre. Il avait attrapé le bord du toit et s’était tiré vers le haut.

Je vais conclure rapidement.

Qui savait ce que Loki dirait s’il n’était pas revenu quand elle se serait réveillée ? Cela dit, Alus s’était dit qu’il n’était pas si mal d’avoir à se soucier du moment ou de l’endroit où il se trouvait, car il regardait un endroit éloigné du toit.

En première ligne se trouvaient la ligne défensive et les bases militaires, et derrière elles se trouvait la tour de Babel, très très lointaine. Dans l’ordre de la proximité du monde extérieur était la zone de garnison des troupes où se trouvait le quartier général militaire, suivie par la zone industrielle, puis la zone où se trouvait l’Institut.

À partir de là, la zone urbaine s’étendait vers l’intérieur. Il y avait beaucoup de roturiers, avec des résidences de noblesse et de luxe dans le quartier le plus proche de Babel, le plus sûr.

Alus se dirigeait vers une étendue de terre entre les zones de classe moyenne et supérieure. Cet endroit devait servir de zone tampon, avec de nombreuses routes et lignes de communication qui le traversaient. Les gens y étaient rarement vus la nuit. C’était un peu un no man’s land, malgré le manque de mamonos.

Si quelqu’un regardait une carte, il pourrait voir un mur invisible appelé position et statut, empêchant l’humanité d’être vraiment libre.

La nature y était également préservée. C’était une région très boisée. Dans le passé, les militaires y avaient établi de nombreuses installations secrètes. En d’autres termes, c’était un lieu d’histoire sombre, rempli des fantômes d’une méchante recherche. En dehors des routes et autres chemins, l’entrée des civils était interdite.

Se fondant dans l’obscurité de la nuit, Alus s’était précipité sur le sol sans se faire remarquer, se déplaçant comme le vent.

Puisqu’il s’était concentré sur le fait d’être léger comme un pied, il n’avait rien de gros avec lui. Il avait déjà la carte dans sa tête. Son examen préliminaire d’aujourd’hui visait également à s’assurer que la carte correspondait à la réalité.

Ce n’était pas comme s’il ne faisait pas confiance à l’information du gouverneur général, mais il y avait beaucoup à apprendre en voyant le site de ses propres yeux. C’était quelque chose qu’il faisait à chaque demande. Pour faire un travail parfait, il avait également estimé qu’il n’y avait personne de mieux placé que lui pour y jeter un coup d’œil.

En entrant dans le quartier bourgeois, il y avait encore des lumières ici et là. Les gens étaient éveillés même à cette heure. Bien sûr, comme c’était la ville la plus densément peuplée d’Alpha, c’était tout naturel.

« Je suppose que je vais couper par ici. » Alus avait immédiatement accéléré et avait couru sur les toits des maisons et des bâtiments commerciaux. Personne ne pourrait l’apercevoir.

La majorité des citoyens d’ici n’étaient pas des magiciens. Eh bien, ils pouvaient tous utiliser la magie pratique dans la vie de tous les jours, mais ne pouvaient pas être comptés comme combattants, car ils n’avaient pas la technique et la formation nécessaires pour utiliser leurs sorts au combat.

Alus avait sauté entre les toits sans faire de bruit, avant de s’arrêter et de regarder par-dessus la zone. Il pouvait entendre l’agitation de la rue principale. La ville avait passé une nuit calme, plongée dans les lumières brillantes.

C’était sans aucun doute le résultat des efforts d’Alus. Il avait apporté la paix à la ville en éliminant les mamonos.

« Cet endroit est insouciant, » dit Alus, exaspéré, mais en même temps, il semblait heureux.

Il avait vu des gens dans des restaurants finir la journée avec des boissons et de la nourriture. Même à cette heure, il y avait des ivrognes et d’autres individus qui se pavanaient dans la rue principale occupée par leurs propres activités.

La plupart d’entre eux n’avaient probablement jamais vu un mamono. Évidemment, ils payaient des impôts pour s’assurer de ne jamais avoir à faire face à une telle situation.

Pour Alus, c’était la forme ultime de la vie insouciante.

C’est à ce moment-là qu’Alus avait repéré quelque chose dans sa vision entraînée. C’est par pure coïncidence qu’il avait vu ce qui se passait dans l’allée sombre de la rue principale.

Il y avait cinq hommes, probablement pas des magiciens, qui entraînaient quelqu’un dans les ténèbres. C’était un problème, peu importe la façon dont vous le regardiez. Cinq hommes faisant équipe sur une personne seule, et Alus n’avait pas pu s’empêcher d’avoir l’impression qu’ils annonçaient leur statut de petits merdeux en le faisant.

Il était impossible de dire si la personne traînée dans l’allée sombre était un homme ou une femme, car elle portait une robe et une capuche. Et alors qu’Alus regardait d’en haut, il ne pouvait pas voir les traits du visage de la personne.

Mais il pouvait voir que la personne était plus petite que les hommes et avait des membres minces. C’était très probablement une femme… en y regardant de plus près, les hommes semblaient avoir une allure vulgaire.

C’était le genre d’affaire qu’il valait mieux laisser aux forces de sécurité, mais c’était la nuit, et cela se passait dans une ruelle sombre. De plus, il était difficile d’éradiquer ce type de crime.

Toutefois, il était actuellement en mission secrète. Au pire, il devrait le signaler anonymement aux autorités en sortant. Alors qu’Alus s’apprêtait à partir.

« Ça devrait suffire. Je n’en peux plus, madame. » L’homme le plus proche de la femme avait jeté sa bouteille et avait mis ses mains dans son pantalon. Provoqués par cela, les autres hommes s’étaient mis à rire grossièrement.

« Hé ! Tu as déjà une femme. »

« Allez, ce n’est pas drôle. Ne mets pas un frein sur ce genre de chose. »

« On ne trouve pas de telles beautés par ici. Arrête de dire des conneries et de nous faire perdre notre temps ! »

« Tu as raison, mon pote ! Tout ce qui arrive à partir de maintenant, c’est à cause de l’alcool. J’ai déjà perdu la mémoire. »

« Quel genre de femme fait attendre un homme... C’est toi qui nous as invités, alors débarrasse-toi de cette horrible chose. » L’ivrogne tendit la main à la femme pour lui arracher sa robe, avec un sourire vulgaire.

« — !! Hein ? »

Mais au fur et à mesure qu’il avançait d’un pas, il titubait. Ce n’était pas l’alcool. Il n’avait pas trébuché sur lui-même, mais son sens de l’équilibre s’était soudainement troublé. Faisant un deuxième pas, il s’était stabilisé et avait essayé de s’approcher à nouveau de la femme.

Mais sa main n’avait pas pu attraper sa robe. Impatiemment, sentant que quelque chose n’allait pas, il leva la main pour le regarder.

Un soudain rayon de lune brilla sur le bras de l’homme.

Sa main avait disparu.

Elle était à ses pieds.

« AAAGGHHHHHHH !! MA MA MAIN !! » cria l’homme, alors que le sang jaillissait de son poignet et le couvrait.

Juste avant cela, Alus avait vu des cheveux d’argent sortir du capuchon de la femme. Sentant arriver un mal de tête, il murmura, « C’est aller trop loin. »

Cette réaction extrême ne ferait qu’aggraver la situation. Le genre de résistance qu’une femme normale aurait opposée si elle avait été en danger aurait suffi. De cette façon, bien que personne ne puisse devenir un héros, elle attirerait l’attention et les autorités seraient alertées plus rapidement. Mais il n’y avait aucun moyen qu’un citoyen normal soit capable de ce qui venait de se passer.

Quoi qu’il en soit, d’après ce que l’homme avait dit auparavant, la femme les avait invités à aller avec elle, alors pourquoi ce changement soudain ? Alus ne pensait pas qu’il était obligé d’intervenir, mais s’il l’apprenait plus tard, il n’aurait qu’à la retrouver. Il avait donc reconsidéré la question et avait décidé de s’impliquer avant que les choses ne deviennent sérieuses.

« Qu’est-ce qui vient de se passer ? »

« Sa putain de main a été coupée ! »

La peur s’était répandue parmi les hommes. La femme tenait en l’air une lame tachée de sang qui brillait au clair de lune.

Cependant, les hommes ivres ne parvinrent à pousser des cris d’épouvante que lorsque leurs genoux s’affaiblirent et qu’ils tombèrent à reculons. Pas un seul n’avait montré des signes de fuite. Leurs moitiés inférieures se tachèrent lorsqu’ils regardèrent le premier homme qui roulait autour de lui en tenant son moignon.

La femme vêtue d’une robe avait préparé sa lame pour attaquer à nouveau les hommes. Cependant —

« — ! ! » Ses yeux s’arrêtèrent sur une silhouette qui apparut soudainement. Alus s’était rapidement interposé et avait arrêté sa lame en saisissant son poignet.

« Restez-en là, c’est tout. »

« … »

Sans la quitter des yeux, Alus parla aux hommes. « Et vous, sortez d’ici. N’oubliez pas votre ami, là-bas. Si vous êtes rapide, sa main peut être reconnectée. »

Dire que je devrais intervenir pour sauver ces hommes, pensa Alus, avec un sourire ironique.

« OK. » Un des hommes rampants avait attrapé la main tombée de son ami. Deux autres l’avaient soutenu d’un côté ou de l’autre alors qu’ils s’éloignaient. Ils avaient oublié de le remercier, mais Alus s’en fichait.

« Ce n’était pas qu’une petite dispute. Vous devriez partir avant que les forces de sécurité n’arrivent aussi. »

Alus avait lâché le poignet de la femme et l’avait repoussée. Si elle s’enfuyait maintenant, il n’avait aucune raison de la poursuivre. Cependant…

« Ne… pas… gêner… le… déroulement… du… test…, » murmura la femme vêtue, comme si elle gémissait. En un rien de temps, elle s’était mordu la lèvre si fort qu’elle s’était cassé la peau. Elle l’avait regardé avec des yeux injectés de sang.

Et, comme prévu, deux autres silhouettes étaient apparues derrière Alus. D’après leur physique, c’était un homme et une femme. Leurs robes voltigeaient, comme s’ils avaient sauté d’en haut.

« Je dis que j’allais vous ignorer, alors pourquoi venez-vous ? » Alus murmura à lui-même, bougeant enfin la tête pour les regarder.

Comme la femme devant lui, leurs yeux étaient injectés de sang. Peu de temps après, ils avaient sorti respectivement une épée et un kunai. Ils n’essayaient même pas de cacher leur soif de sang.

Ils sont sérieux. Mais je me démarquerais si on le faisait ici. Putain, je n’aurais vraiment pas dû m’en mêler.

Alors qu’Alus se plaignait dans son esprit, les trois personnes l’attaquèrent sans prévenir.

Cependant, il avait sauté en l’air avant qu’ils ne puissent l’atteindre. Atterrissant sur un toit voisin, il les avait regardés d’en haut.

Les trois avaient donné des coups de pied de part et d’autre des murs, le pourchassant. Ils l’avaient entouré sur le toit.

« Vous êtes des magiciens, n’est-ce pas ? » demanda Alus.

« … »

Pas de réponse. C’était la conjecture d’Alus basée sur les armes qu’ils détenaient… c’était probablement des AAR. De plus, leur réponse et leur encerclement de lui n’étaient pas mauvais. Leurs mouvements étant meilleurs que ceux de la plupart des magiciens.

☆☆☆

Partie 11

« Éliminer… les nuisances. » Leur encerclement était terminé, les trois personnes s’étaient rapprochées et attaquées comme un seul homme. Comme Alus était en mission de reconnaissance, il était les mains vides, mais il avait rapidement formé des lames de mana à deux mains et les avait affrontées. 

 

 

Ils sont assez rapides, mais…

Alus avait esquivé les attaques, bloquant l’épée avec sa lame de mana et retournant la faveur avec un coup de pied. Les ennemis avaient temporairement arrêté leurs attaques lors de cette démonstration habile, et il en avait profité pour s’enfuir.

Il avait sauté par-dessus le toit et avait couru toute la nuit.

Il n’avait même pas besoin de regarder pour voir qu’ils étaient sur ses talons, il pouvait les percevoir avec ses sens. La quantité de mana avec laquelle ils avaient enchanté leurs AAR était assez bonne. Ce n’était pas suffisant pour mesurer leurs capacités, mais d’après leur brève rencontre, il les avait classées à un niveau d’environ trois chiffres.

Finalement, il avait atterri dans un quartier abandonné de la ville. Il ne pensait pas qu’il s’était enfui au point de donner à l’ennemi l’option de ne pas le poursuivre.

Alus avait observé leurs mouvements, et il semblait que ce trio était plutôt agressif.

Cela semblait être une aire de repos, avec des bancs et des fontaines d’eau et plusieurs lumières autour pour repousser l’obscurité. Il y avait toujours un léger risque d’être vu, mais il n’y avait pas de problème à faire de la magie.

Après lui, les trois personnes vêtues avaient atterri l’un à côté de l’autre. Aucun d’entre eux n’était essoufflé.

« Je n’ai pas le temps pour ça, vous savez. Vous n’avez pas entendu dire que ceux qui persistent meurent jeunes ? » demanda Alus.

Un Kunai s’approcha de lui en étant jeté, et un homme sauta haut dans les airs, brandissant son épée. La femme qui avait jeté le kunai avait aussi chargé Alus.

L’attaque semblait simple, mais l’attaque principale venait de l’arrière par la femme dont l’AAR brillait de la lumière de la formule magique. Cette manœuvre n’avait probablement pas été planifiée. Il avait fallu beaucoup d’entraînement pour réaliser un tel mouvement sans paroles.

Alus ne regarda même pas le kunai, se concentrant uniquement sur les deux femmes qui venaient vers lui.

Il avait déplacé un bras en arrière, puis relâché la paume de sa main et l’avait poussé vers nulle part.

Un mur invisible avait dévié le kunai et avait emporté la femme qui s’approchait et celle qui se trouvait derrière. La formule magique du lanceur avait été annulée et l’éclat de l’AAR avait disparu.

Alus avait ensuite fait un demi-pas de côté et avait esquivé l’attaque suivante de l’homme. Avec tout son poids derrière l’épée, l’attaque de l’homme n’avait fait que détruire le sol et faire voler des débris. Bien qu’il y avait de la puissance derrière son attaque, il était facile d’esquiver ce genre de talent au sabre.

Ne ratant pas l’ouverture, Alus avait frappé l’homme sur son flanc.

Frappant le côté, le coup de pied avait fait voler l’homme comme s’il ne pesait rien, et il s’était écrasé sur l’un des lampadaires.

Il était probablement trop blessé pour bouger correctement.

Même désarmés, ils n’étaient pas difficiles à gérer pour Alus. Il avait évalué leur contrôle du mana au niveau à trois chiffres, mais leurs compétences au combat n’avaient rien à voir avec ce qu’il fallait pour l’inquiéter. Leurs capacités physiques étaient étrangement bonnes, mais le niveau d’habileté de leurs attaques était au mieux amateur.

En d’autres termes, ils étaient incroyablement faciles à lire et manquaient d’expérience pour combattre les gens. La puissance et la vitesse étaient bonnes, mais il n’y avait aucune variation dans leurs attaques.

« Nuisance, nuisance, nuuuuisaaance…, » marmonnait l’une des deux femmes en se levant.

Soudain, un coup de sifflet retentit de loin. Les forces de sécurité arrivaient. Apparemment, un spectateur curieux avait dû alerter les autorités. D’après l’origine du coup de sifflet, ils ne se montreraient probablement pas tout de suite.

Le son avait plus d’effet sur les trois personnages en robe que sur Alus. Ils avaient tous levé la tête à l’unisson.

« Retour, retour, retour, retour. » Le groupe s’était tourné vers un endroit complètement différent, et leur soif de sang avait disparu comme s’ils avaient tout oublié d’Alus. Et ils avaient simplement répété ce mot comme un disque rayé. Leurs bouches s’ouvrirent largement, leurs lèvres bougèrent tandis que leurs yeux et leurs expressions restaient stoïques.

L’instant d’après, ils s’étaient tous séparés et avaient couru dans des directions différentes.

« Alors, qu’est-ce que je fais ? » demanda Alus.

Il n’y avait pas assez de temps pour tous les attraper. Au mieux, Alus pourrait en attraper deux. De plus, l’effort qu’il aurait dû fournir ne correspondait pas à ce qu’il obtiendrait en retour. De plus, il avait déjà perdu plus de temps que prévu, alors il avait décidé d’aller de l’avant avec sa propre mission.

S’il entrait en contact avec les forces de sécurité, il finirait par perdre beaucoup de temps à confirmer son identité, car il n’avait pas son AAR ou son permis. Rien que d’y penser, j’ai mal à la tête.

***

Au retour d’Alus, le soleil était sur le point de se lever. Il était entré en sortant par la fenêtre.

« Où es-tu allé ? »

Et dès qu’il était entré, il avait été dévisagé par une petite silhouette aux bras croisés. Loki fronça les sourcils alors qu’elle l’interrogeait de près.

« Je me préparais pour la mission. Je ne voulais pas te réveiller, et j’étais bien tout seul, » déclara Alus.

« Ça veut juste dire que tu n’as pas besoin de moi, » déclara Loki.

« Je n’ai pas dit ça. Je suis juste allé jeter un coup d’œil. Je ne pouvais pas me résoudre à t’emmener alors que tu étais si fatiguée, » dit Alus, trouvant des excuses au hasard.

« Haah... »

Alus se demanda si ce soupir était parce qu’elle l’acceptait.

« Je comprends, » déclara Loki.

Elle avait fini par céder. Mais quand elle l’avait montré du doigt à la table et qu’elle avait versé du café de la cafetière, Alus s’était gratté la joue, réalisant que cela prendrait du temps.

« Alors, qu’as-tu fait exactement ? » demanda Loki.

« … »

Elle était comme une belle-sœur ou un majordome lancinant, mais dire cela ne ferait que jeter de l’huile sur le feu. Alors qu’elle était douée pour cacher ses sentiments, son partenaire savait comment parler.

« Je confirmais les documents que j’ai reçus du Gouverneur général. Comme je l’ai dit, le voir soit même est plus fiable, » répondit Alus.

« Je n’ai jamais fait de telles missions, donc je ne le saurais pas vraiment », déclara Loki.

C’était logique. Alus était pratiquement le seul à travailler dans les coulisses, même après que Loki soit devenue son partenaire. « C’est complètement différent de l’élimination des mamonos. C’est pourquoi… il vaudrait peut-être mieux que tu ne t’impliques pas, » conclut-il sérieusement.

« Ça ne marchera pas ! Maintenant que je suis ta partenaire, je…, » commença Loki.

Il lui avait immédiatement retiré son objection. « Loki, tu es mon partenaire quand il s’agit de mamonos. C’est du travail spécialement pour moi. Tu n’es pas obligée de venir avec moi. »

De plus, la cible était un être humain. C’était fondamentalement différent de traiter avec des mamonos qui n’étaient pas vivants au sens habituel du terme.

Mais Loki s’était immédiatement opposée à cette idée. « Non ! Les péchés de Sire Alus sont mes péchés. Ne peut-on pas tous les deux les porter ? … En plus, j’ai plein d’obligations… d’obligations… »

Ses paroles s’estompèrent à la fin, et il ne pouvait pas les entendre, mais Alus décida qu’il valait mieux ne pas lui demander de se répéter.

Puis il y avait eu ce regard dans ses yeux. Au cours de leur simulacre de bataille pour son poste de partenaire, elle avait montré le même regard. Elle avait révélé sa volonté inébranlable, disant qu’elle ne détournerait pas les yeux et ne céderait pas.

« Je… Je n’ai pas dit que je ne voulais pas t’emmener. » C’était aussi pour ça qu’il avait laissé Loki écouter l’appel de la mission. « Je t’emmènerai, mais je serai le seul à porter le péché. Tu as juste besoin d’être là en renforts. »

« Je me suis résolue à le faire ! » Loki claqua la table et se leva. Elle mit les mains contre sa poitrine, et ce regard insistant montra clairement qu’elle comprenait le péché qu’elle devait porter, et qu’elle avait la force de le faire.

Alus avait baissé ses épaules. Elle ne reculerait pas quoiqu’il arrive. « D’accord, je m’en occupe. » Il avait levé les mains pour se rendre.

Il savait qu’il se contredisait. Rien qu’en l’emmenant dans la mission, elle pourrait devenir complice de meurtre. Et si elle n’y était pas préparée, il pourrait même se mettre en danger. Il avait eu le sentiment que ça allait arriver quand il l’avait prise comme partenaire.

Mais il avait quand même des appréhensions. Alus pensait que tuer des gens était en un sens plus difficile que tuer des mamonos. Il fallait autre chose qu’une simple puissance de combat. La capacité de rester sain d’esprit… la prétention de détermination d’une personne pourrait n’être que le bluff d’une personne inexpérimentée.

Tuer quelqu’un était une épée à double tranchant. La lame qui avait mis fin à une vie était aussi plongée dans son propre cœur. Il y avait une chance que le traumatisme mental vous empêche d’utiliser à nouveau la magie.

On pouvait s’en sortir avec assez de détermination, mais Alus s’était demandé si cela valait la peine de prendre le risque de perdre de précieuses capacités de combat. Bien sûr, c’était une excuse, ça pourrait être qu’au fond, il ne voulait pas que les mains de Loki se salissent. Mais il n’allait pas exprimer ses sentiments à haute voix.

Quoi qu’il en soit, c’était à Loki de décider et non à lui. Il le savait assez bien.

« Si tu veux aller aussi loin, laisse-moi partager les informations que j’ai. Mais encore une fois, c’est à peu près ce que disent les documents que nous avons. Cependant, il y aurait quelque chose de très mal à faire si ses recherches ont donné des résultats. S’il poursuit son projet fou de séparation des facteurs d’éléments, il ne peut pas le faire sans expériences humaines. Ce qui veut dire qu’il aura besoin d’équipement et de fonds à grande échelle. En d’autres termes, il aura un parrain. »

« Nous n’avons aucune information à ce sujet, » déclara Loki.

« Le gouverneur général n’en a peut-être pas eu vent. Je me demande ce qu’on va attraper, » déclara Alus.

☆☆☆

Partie 12

Ce genre de mission ne visait pas seulement à éliminer une cible. Après avoir pris les devants, il leur fallait enchaîner leurs supporters et les faire tomber d’un seul coup. Les quatre jours qui lui avaient été accordés étaient probablement destinés à lui permettre d’examiner ces questions.

De plus, la cible ne pouvait en aucun cas être autorisée à s’échapper. Un sondage négligent pourrait faire exploser leur couverture et gâcher leur chance.

« Espérons que le gouverneur général ne foire pas, » déclara Alus.

« C’est vrai…, » Loki avait l’air de vouloir dire quelque chose, et elle marmonnait. « Hum… Et Mlle Alice ? »

Cette mission était, par coïncidence, liée à Alice. Après tout, la cible était l’homme qui lui avait laissé une grosse cicatrice dans le passé. 

Loki pensait qu’Alus en avait tenu compte, après ce qu’il avait entendu d’Alice. Mais à moins qu’elle ne fasse quelque chose, il ne dirait probablement rien. 

De plus, elle avait passé quelques jours avec Alice pendant leur camp d’entraînement spécial. La distance qui les séparait s’était rapprochée alors qu’elle n’en était pas consciente. Et ses paroles avaient un ton d’appel et de tristesse.

« On ne devrait probablement rien lui dire. Ce n’est pas comme si elle pouvait faire quoi que ce soit même si nous le faisions. On ne peut pas l’emmener, après tout, » déclara Alus.

« Oui… bien sûr, » murmura Loki, et elle regarda par terre. Dans le passé, elle avait proclamé son aversion pour les deux filles, mais après s’être entraîné ensemble et avoir appris le passé d’Alice, quelque chose avait changé en elle. Alice semblait s’être débarrassée de son passé, mais en même temps, il y avait des choses qu’elle n’avait pas réussi à oublier, et Loki espérait qu’une occasion quelconque l’aiderait à le faire.

Alus ne pensait pas qu’il y avait quelque chose de mal à ça. Mais si Alice devait affronter l’homme qui avait ruiné sa vie, elle tremblerait sûrement d’angoisse. Il y avait aussi la possibilité que la vengeance n’enlève pas sa douleur, au lieu d’apporter une obscurité qui remplirait son cœur. Et ensuite, que se passerait-il ?

On disait souvent qu’un magicien devait rester calme en tout temps. C’était parce qu’ils avaient besoin d’une maîtrise de soi suffisante pour maîtriser leurs émotions afin d’utiliser la magie. Alice était encore immature et risquait de perdre ce contrôle. Les symptômes de traumatisme qu’elle avait montrés l’autre jour avaient traversé l’esprit d’Alus.

Et même si Alice avait réussi à surmonter son traumatisme par la vengeance, cela allait à l’encontre des magiciens. Le pouvoir de la magie était une arme de possibilité créée pour chasser la menace des mamonos. Cela n’avait certainement pas évolué pour tracer un chemin sanglant.

Alus ne voulait même pas penser si elle voulait vraiment ça. Quoi qu’il en soit, Alice devait décider du chemin qu’elle allait prendre toute seule, sinon ce serait inutile. Si elle devait emprunter l’aide de quelqu’un d’autre pour se venger, elle ferait mieux de ne rien faire.

C’est alors qu’Alus se souvint soudain du sourire qu’Alice avait souvent montré pendant le temps qu’ils avaient passé ensemble.

C’est vrai — à la fin, il n’avait qu’à le faire lui-même. Si Alice découvrait que la cause de son traumatisme était déjà partie… le temps guérirait sûrement ses blessures.

Alus avait décidé de mettre sa foi en cela. Alice n’était plus seule. En travaillant à ses études et en passant ses journées avec ses amis, ce qui lui manquait devrait se combler, avec le temps. Finalement, le jour viendrait où elle serait de nouveau entière, comme une croûte sur une plaie qui disparaîtrait, ne laissant derrière elle qu’une petite cicatrice.

Surtout, il sentait qu’elle était heureuse de sa situation en ce moment. C’est pourquoi, pour l’instant — « Cette discussion est terminée. »

« Oui. »

« Je vais me reposer jusqu’à midi, désolé, mais peux-tu t’occuper de l’entraînement d’Alice si elle arrive ? » demanda Alus.

« Bien sûr que oui. » Loki avait une expression soulagée, alors qu’elle l’avait accepté. Elle avait compris que le propriétaire de la chambre s’occupait d’Alice.

Alors qu’Alus ouvrait la porte de sa chambre, il trouva son lit fait.

Il avait été impressionné par sa partenaire attentionnée et s’était couché, se sentant exceptionnellement épuisé mentalement. En la remerciant, il avait eu l’impression que ce serait inconsidéré. C’était un acte stupide qui n’était pas aussi prévenant que cela la rendrait plus inquiète.

La lumière venant de la pièce principale ne l’avait pas empêché de se reposer. Il y a quelques minutes, il faisait parfaitement clair. Mais il était déjà prêt à se reposer avant de voir son lit et de s’y coucher. Ce n’était pas le monde extérieur ni une caserne militaire. Cette connaissance avait soulagé ses sens aiguisés, lui permettant de se détendre.

Il savait ce qui allait se passer. Sa conscience s’enfonçait profondément sous l’océan alors qu’il s’endormait entouré des couleurs sombres de la mer. Éventuellement, son corps se détendait complètement lorsqu’il serait entré dans un état de sommeil profond.

Soudain, il se rendit compte qu’il avait oublié de parler à Loki de l’étrange groupe qu’il avait rencontré, mais, eh bien, ça peut attendre une autre fois, pensa-t-il, et il ferma les yeux.

Son épuisement mental avait atteint son apogée. Alus n’avait aucun moyen de résister à la somnolence accablante qui l’emporterait sur son épuisement.

Tout cela avait commencé le jour où il était entré dans l’Institut… rien de tout cela n’était spécial par rapport à ses batailles dans le monde extérieur. Mais dernièrement, il avait fini par beaucoup parler et sa fatigue mentale s’était aggravée. Même alors, Alus s’était endormi quelques secondes après s’être allongé.

La chambre à coucher s’était tue, au point qu’on pouvait entendre une épingle tomber. Pouvoir se reposer du fond du cœur comme ça, c’était sans doute grâce à la diligence de Loki qui avait créé l’espace pour lui.

***

Quelques heures plus tard, la fille aux cheveux couleur miel était arrivée au laboratoire.

Alice avait ouvert la porte déverrouillée d’une manière familière et avait accueilli Loki qui travaillait dans la cuisine.

« Bonjour, Mlle Alice… Je vais tout de suite mettre du thé, » répondit Loki dans un volume restreint. Mais ses mots suivants expliquant comment Sire Alus dormait n’atteignirent pas Alice, noyée dans le bruit de sa préparation du service à thé.

Alice était entrée dans le laboratoire. Elle avait cherché Alus avec un regard confus. Peu de temps après, elle posa le doigt sur son menton et, lorsqu’elle s’en rendit compte, un sourire espiègle apparut sur son visage.

Comme si elle jouait à cache-cache avec les enfants, elle s’était rendue dans la chambre d’Alus.

Cela dit, ce n’était qu’une simple cloison avec une porte, tout comme la chambre de Loki.

Elle s’approcha lentement de la porte, et se servit de son doigt sur la porte légèrement entrouverte pour l’ouvrir, juste assez pour qu’elle puisse y jeter un coup d’œil.

À l’intérieur, elle ne voyait qu’un lit — une vue solitaire.

Elle avait trouvé le garçon allongé sur le lit. Se glissant à l’intérieur de la chambre, Alice s’approcha du lit.

Se conformant à sa respiration, elle était aussi devenue calme et tranquille.

Finalement, elle avait planté ses coudes sur le bord du lit, ses genoux sur le sol, et elle avait regardé doucement Alus.

Il avait un regard si innocent, comme si cette expression sévère habituelle n’était qu’un rêve. Alice sentait aussi que ses cils étaient longs pour un garçon.

Il était vraiment comme un enfant, Alice riait d’elle-même. Vu qu’il ne l’avait pas remarquée du tout, il devait dormir profondément.

Son visage s’était adouci en regardant Alus endormi. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle avait l’impression qu’il était extrêmement fatigué mentalement pour des raisons sans rapport avec la magie.

« Je te remercie. » La gratitude coulait naturellement de sa bouche. Juste au moment où elle atteignait son doigt pour éloigner la frange qui lui couvrait les yeux…

« … Alice, tais-toi, s’il te plaît, » dit une voix basse juste à côté d’elle. C’était si doux qu’Alice pouvait à peine s’en rendre compte. Surprise et embarrassée, elle avait retiré sa main. Et avec un sourire, elle s’était retournée.

« … Oui. Tu as raison. »

Là, elle vit Loki debout avec un doigt solitaire devant sa bouche souriante. Comprenant le sens de cette expression qu’elle n’avait jamais montrée, Alice avait fait de son mieux pour ne pas faire de bruit quand elle se levait.

« Je parie qu’il était très fatigué. Il ne s’est pas réveillé, même si j’étais tout près. Pour autant que je sache, il n’a jamais dormi aussi profondément depuis que je vis ici… C’est vraiment affligeant, » continua Loki, parlant d’une voix calme avec un sourire ironique.

Mais c’était inévitable. Le cruel champ de bataille auquel il avait été habitué auparavant était un endroit où il ne pouvait pas reposer son esprit ne serait-ce qu’un instant. Loki ne voulait même pas imaginer depuis combien de temps il n’avait pas eu un sommeil vraiment profond.

C’est la raison pour laquelle... Je veux le laisser se reposer pour l’instant. C’est vrai, pour l’instant… répéta-t-elle dans son esprit, regardant ailleurs avec un sourire soulagé.

Les deux filles étaient donc parties sans faire un bruit. Finalement, Alice tourna ses yeux noisette vers Alus.

« Bonne nuit, Al, » murmura Alice.

Sur ce, les filles quittèrent la chambre et fermèrent la porte. Lentement, mais sûrement… en veillant à ce que la porte fasse le moins de bruit possible, les deux filles étant du même avis.

La porte maintenant complètement fermée, elles s’étaient dirigées vers le centre du laboratoire. Loki s’arrêta, et se retourna vers Alice avec une expression inébranlable. « Quant à l’entraînement d’aujourd’hui, je remplacerai Alus. » Son comportement était clairement basé sur l’atmosphère d’Alus.

Malheureusement, Alice, qui était plus grande que Loki, avait fini par trouver ça mignon. Ses tentatives d’imitation de son partenaire n’avaient abouti à rien. Elle avait évidemment essayé d’imiter l’atmosphère d’un instructeur militaire avec la façon dont elle tenait ses mains derrière son dos, mais Alice ne pensait pas qu’elle avait la moindre dignité.

Elle s’était ressaisie pour faire face à cet adorable spectacle.

« Oui, compris. J’ai hâte d’y être… Loki chérie, » déclara Alice.

☆☆☆

Illustrations

Fin du tome 2

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire