Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 7

***

Entracte : Une victoire sans arrière-goût

Nous nous trouvions dans la deuxième journée du Festival des Sept Étoiles de l’Art de l’Épée, lors du deuxième match du bloc C, Ikki Kurogane contre Byakuya Jougasaki.

L’issue du combat entre le jeune chevalier de rang F qui avait vaincu le roi de l’épée des sept étoiles lors du premier match et le finaliste du Festival des Sept Étoiles de l’Art de l’Épée l’an dernier avait été décidée d’une manière que personne ne pouvait prévoir. Après l’attaque-surprise d’Ikki avec Ittou Rasetsu en début de match, Byakuya Jougasaki était tombé sur le ring, incapable de se déplacer d’un pas de sa position de départ. La conclusion était si unilatérale que l’arbitre principal était étonné, mais — .

« Arbitre. »

Il se souvint de son rôle quand la voix d’Ikki le poussa à se dépêcher d’annoncer son verdict, et il marcha vers le Byakuya au sol. Après avoir confirmé que Byakuya avait complètement perdu connaissance, il avait annoncé la fin du match, ce qui avait provoqué un tollé dans le stade.

« W-Wooow ! Qu’est-ce qui vient de se passer !? Le concurrent “Le Pire” Ikki Kurogane ! Un instant après le début du match… ! À ce moment, il s’est rapproché du concurrent “L’Oeil des Cieux” Byakuya Jougasaki, et l’a immédiatement abattu ! »

« Qu’est-ce que c’était à l’instant ? »

« As-tu vu ce qui s’est passé ? »

« N-Non, pas du tout. Juste au moment où je pensais que le match commençait, avant même de m’en rendre compte… »

Le match était terminé. Tous les spectateurs affichaient des expressions confuses, incapables de comprendre ce qui s’était passé, mais ils ne pouvaient pas être blâmés, car — la technique utilisée par Ikki était un coup qui dépassait complètement les limites de l’acuité visuelle d’une personne normale.

« Tout à l’heure, il a utilisé le même mouvement de son combat contre Raikiri, une version améliorée de l’Ittou Shura, qui dépense la pleine puissance de son propre corps pendant une minute avec une concentration accrue et un contrôle supérieur de son corps. Il s’en est servi pour créer l’attaque la plus rapide dès le début du match… Alors, c’est ainsi. C’est en effet tout à fait raisonnable. »

Celle qui avait expliqué ça pour les spectateurs incapables de digérer la situation était Yaotome-pro, une femme en costume, à lunettes, dans la force de l’âge, remplaçant Muroto-pro sur le siège de commentateur. Iida, qui était encore l’animatrice, avait répondu par une question.

« La combinaison de ces deux éléments est-elle vraiment si raisonnable ? » demanda Iida.

« Ça l’est. Vous pouvez dire que, que ce soit l’Art Noble du roi de l’épée sans couronne ou la technique d’épée des Ailes Jumelles, ils partagent le même principe : frapper à pleine puissance instantanément. Les deux sont des techniques dérivées de la force détonante, ce qui signifie que leur combinaison donne un effet synergique impressionnant. Quant à ce qui est impressionnant, la durée du match le rend évident, » répondit-elle.

En entendant cela, les yeux d’Iida s’étaient écarquillés après avoir confirmé à nouveau la durée du match.

« C’est… ! Quel chiffre choquant ! La durée du match est d’un incroyable huit dixièmes de seconde ! Le concurrent Ikki Kurogane a pulvérisé le finaliste du Festival précédent tout en pulvérisant le record de vitesse précédent ! » déclara Iida.

Les commentaires des spectateurs se firent entendre.

« Pas même une seconde ! »

« Hey, quel était le record du Festival jusqu’à maintenant ? »

« Ça devrait être d’une vingtaine de secondes, »

« Il l’a raccourci à moins d’un vingtième de ce nombre… ! »

« S-Si cool… »

« C’est trop cool, mec ! Vas-y et tu gagneras ainsi ! »

« Faites de votre mieux ! Ikki-kun ! »

« Tout en recevant les acclamations, le concurrent Kurogane se dirige vers la salle d’attente après une victoire écrasante avec une vitesse record contre le finaliste du Festival précédent ! Il a surmonté l’inconvénient de la capacité magique en tant que Rang F avec un pouvoir instantané surhumain, avançant magnifiquement au troisième tour ! Fort ! Il est vraiment fort le roi de l’épée sans couronne ! Sera-t-il capable d’atteindre le sommet des Sept Étoiles comme ça !? Ne quittez pas le troisième round des yeux cette après-midi ! » déclara Iida.

Malgré son statut d’outsider depuis le début de ce Festival des Sept Étoiles de l’Art de l’Épée, la victoire d’Ikki sur la première et la deuxième place du Festival précédent avait fait vibrer la salle. Mais au milieu des acclamations, le regard observateur de Yaotome, caché derrière ses lunettes, suivait le vainqueur qui quittait le ring.

C’était en effet un résultat écrasant pour lui, pensa-t-elle, mais — . Ce match peut-il vraiment être qualifié de victoire écrasante ?

***

Après avoir franchi le portail et atteint un endroit hors de vue des spectateurs, Ikki s’appuya contre le mur du passage et haleta. Une quantité excessive de sueur s’était formée sur son front. Des gouttes de sang coulaient près de ses pieds.

Ittou Rasetsu était une technique qui se vantait de posséder dix fois la puissance instantanée de l’Ittou Shura. Cela avait produit un fardeau que même le corps bien entraîné d’Ikki ne pouvait supporter. C’était à peu près une technique autodestructrice, quelque chose que personne ne voudrait vraiment utiliser, pas même Ikki. Mais… il croyait que c’était acceptable.

… Si j’avais continué comme d’habitude dans le match, il m’aurait rattrapé en un minimum de vingt-trois mouvements, pensa Ikki.

Avant le match, Byakuya, avec son pouvoir d’observation surnommé Oeil des Cieux, avait imaginé comment se déroulerait leur combat. Ikki, avec son sens de l’observation tel un miroir magique révélateur du mal, était arrivé à la même conclusion, y compris le fait que Byakuya avait ignoré la possibilité d’une attaque-surprise avec Ittou Rasetsu au début du match.

Dans ce cas, il avait dû l’exploiter pour assurer la victoire. Il avait réussi comme ça, ce qui avait fonctionné comme il l’avait prévu.

Mais…

Ce n’était pas une victoire si écrasante qu’il y paraît, pensa Ikki.

Ikki était conscient de ce fait évident. Pourquoi l’Oeil des Cieux, qui pouvait voir tout le déroulement de leur match avant que cela n’arrive, ferait-il une erreur fondamentale ? Parce qu’une attaque-surprise dès le début n’était qu’un choix irrationnel.

Pour des raisons de commodité, le troisième tour aurait lieu dans l’après-midi. C’était sans parler de son adversaire… la Bloody Da Vinci, Sara Bloodlily, qui avait vaincu le Mangeur d’Épées avec une puissance écrasante. Elle était un atout caché de l’Académie Akatsuki qui pouvait matérialiser les choses qu’elle dessinait, reproduisant même les Arts Nobles uniques aux Chevaliers Mages. Une fois par jour, avant d’affronter un adversaire aussi monstrueux, Ikki réduirait considérablement ses chances de gagner dans l’ensemble de la compétition. Bien que Byakuya ait été un adversaire difficile, Ikki aurait voulu sauver son atout et trouver un autre moyen, cela aurait été plus logique.

Mais Ikki avait utilisé son atout. Non, plus exactement… il n’avait pas le choix, parce que son adversaire n’était pas quelqu’un qu’il pouvait combattre tout en ayant le prochain match en tête. En d’autres termes, ce match avait déjà acculé Ikki.

Même si j’ai été courageux et que j’ai dit ces mots devant Stella, les batailles consécutives sont toujours difficiles, pensa Ikki.

Il n’y avait pas une lueur de joie de la victoire dans Ikki, seulement de l’anxiété. Le Festival des Sept Étoiles de l’Art de l’Épée avait réuni les chevaliers étudiants les plus forts du Japon, et maintenant il devait combattre deux fois par jour. De plus, son adversaire du troisième tour était Sara, dont l’Art Noble la Caricature Pourpre, pouvait reproduire l’Art Noble d’Ikki Ittou Shura, ainsi que ses techniques à l’épée. Si elle en avait envie, elle pourrait aussi probablement utiliser Ittou Rasetsu.

Puis-je trouver une stratégie pour l’affronter sans Ittou Shura… ? Se demanda Ikki.

En plus de la capacité de Sara, ce qui rendait Ikki lourd, c’était… son obsession. Pour une raison ou une autre, elle l’avait constamment pressé d’être son modèle nu. À cause d’elle, il avait dû dormir dans la chambre de son frère… S’il perdait, elle pourrait le déshabiller et le mettre nu sur le ring, et il ne pourrait plus se montrer en public. Après tout, le Festival des Sept Étoiles de l’Art de l’Épée était diffusé cette année dans le monde entier.

« Argh… mon estomac… ça fait plus mal que mon corps…, » déclara Ikki.

Le troisième tour allait être sérieux pour Ikki, à bien des égards.

***

Chapitre 8 : La salle médicale brumeuse

Partie 1

Après le match, Ikki était entré dans une capsule installée dans la salle pour guérir ses blessures. En utilisant la capsule, la blessure causée par l’utilisation d’Ittou Rasetsu, grave au point que sa chair commençait à s’écailler, avait été complètement guérie en quelques minutes seulement. Cela n’affecterait pas son prochain match. Par la suite, Ikki avait été transféré dans un lit dans le secteur médical avec l’aide d’un membre du personnel médical, et il y avait fait une petite sieste parce qu’on lui avait administré une légère dose d’anesthésique pour endolorir tout son corps avant de pénétrer dans la capsule.

Le moniteur installé dans la salle médicale où il dormait affichait le match en cours sur le site. Celles qui se battaient étaient… sa petite sœur « La Lorelei » Shizuku Kurogane et la troisième place de l’année dernière Momiji Asagi.

 

 

« Momiji Asagi, la concurrente du deuxième match du bloc D, se déplace avec beaucoup d’agilité ! C’est impressionnant. Oui, c’est vraiment impressionnant ! Évitant légèrement le barrage de Suiroudan, elle se rapproche peu à peu ! La vitesse de la concurrente Momiji est trop rapide pour que la concurrente Shizuku puisse lui tirer dessus efficacement ! » déclara Iida.

« Elle n’est pas seulement rapide, » déclara Yaotome.

« Qu’est-ce que vous voulez dire par là ? » demanda Iida.

« La technique utilisée par la concurrente Momiji s’appelle le Pas sans Trace, un type unique de jeu de jambes de son maître. Le “Dieu de la Guerre” Torajirou Nangou, le maîtrise à merveille. Ce jeu de jambes permet à l’utilisateur de sortir de la conscience de l’adversaire, et sans un certain degré d’expertise dans les arts martiaux, il est difficile de percer cette technique quand un adversaire ne peut se concentrer sur son propre corps et le contrôler librement. Ce sera difficile à gérer pour la concurrente Shizuku, qui se spécialise complètement dans la magie, » déclara Yaotome.

Comme l’avait dit Yaotome, Shizuku dans l’image affichée ne pouvait pas percevoir le mouvement de Momiji et ne se portait pas bien en termes de précision d’attaque. Au milieu de tout cela, Momiji avait pénétré dans la zone d’attaque à courte portée Shizuku, et avait fait le tour du dos de Shizuku avec sa technique de Pas sans Trace.

« Regardez-moi ça ! Le dos de Shizuku a été exposé ! » s’écria Iida.

Et Momiji avait frappé à l’aide de son Dispositif, en forme de katana revêtu d’une flamme cramoisie.

Shizuku ne pouvait pas réagir à cela. Elle avait déjà été victime de cette technique une fois dans la bataille contre la Raikiri, mais pour la vaincre, elle devait contrôler son cerveau et son corps et opérer contre son instinct et ses réflexes. C’était une capacité qui ne pouvait être obtenue qu’après un long entraînement, et non pas quelque chose qui pouvait être appris rapidement — mais Shizuku n’en avait pas besoin. Au moment où la lame nue de Momiji était sur le point de percer le dos de Shizuku, un mur de glace avait surgit autour de ses pieds, l’arrêtant.

La réaction soudaine et inattendue de Shizuku avait choqué Momiji. Cet instant avait ainsi déterminé l’issue du combat. Momiji, dont les mouvements s’étaient émoussés sous le choc, avait été touchée par l’Art Noble de Shizuku, Suiroudan.

« Quoi… !? Elle a bloqué la concurrente Momiji, qui était passée dans son dos et l’a tailladée, sans même se retourner ! La concurrente Momiji a été attrapée par Suiroudan, et cela monte en ce moment le long de son corps et lui bloque la bouche ! La candidate Momiji essaie désespérément de l’arracher, mais sa cible est un liquide ! Elle ne peut même pas l’attraper ! Mais comment la concurrente Shizuku a-t-elle pu savoir où la concurrente Momiji se trouvait ? » demanda Iida.

« … Je vois. Cette fille est très rusée, » déclara Yaotome.

« Yaotome-pro, avez-vous trouvé sa méthode ? » demanda Iida.

« Oui. Elle se servait du Suiroudan comme d’une distraction et couvrait toute la surface du ring d’une fine couche d’eau sans que personne ne s’en rende compte. Donc, même si elle ne pouvait pas voir avec ses yeux, elle a pu déterminer la position de la concurrente Momiji à partir des vagues causées par les projections d’eau, » répondit Yaotome.

Ce qui voulait dire que ça n’avait pas d’importance si Shizuku pouvait suivre Momiji de vue ou non. Elle le saurait même les yeux fermés.

« Ahh ! La concurrente Momiji est maintenant sur les genoux ! Et l’arbitre annonce le signal de la fin du match ! La victoire du deuxième match du deuxième tour du bloc D revient à la concurrente “Lorelei” Shizuku Kurogane ! Un grand soupir vient de se faire ici ! Il fallait s’y attendre ! Les trois premiers chevaliers de l’Académie Bukyoku, la Génération Dorée, ont tous été vaincus ! D’un autre côté, les trois concurrents d’Académie Hagun se sont tous qualifiés pour le troisième tour ! La nouvelle Académie Akatsuki a aussi trois vainqueurs qui affichent leur présence ! Ne quittez pas du regard le troisième round se déroulant à 18 heures ! » déclara Iida.

***

« Hmm. Comme prévu, elle ne va pas laisser la même technique fonctionner deux fois, » déclara Stella.

Gloussant un peu joyeusement, Stella, assise sur la chaise pliante à côté du lit où dormait Ikki, éteignit le moniteur, et elle passa en revue la situation du Festival. Les quarts de finale avaient été déterminés juste après le match de Shizuku.

Eh bien, à vrai dire, il n’y avait que sept personnes, et Stella s’était qualifiée pour les demi-finales. Ces sept personnes étaient toutes des forces avec lesquelles il fallait compter. D’abord, Stella, puis son camarade de classe Ikki et sa sœur Shizuku. Cela faisait trois. Après que la nouvelle génération du groupe d’Ikki et la nouvelle force d’Akatsuki aient fait leurs débuts, les individus puissants des années passées avaient été éliminés les uns après les autres et seul le « Panzer Grizzly » Renji Kaga de l’Académie Rokuzon était toujours dans la course et faisait face au seul chevalier de Rang A sur un pied d’égalité avec Stella, l’« Empereur de l’Épée du Vent » Ouma Kurogane. Et utilisant une puissance inconnue pour gagner sans se battre au deuxième tour, il y avait la « Malchance » Amane Shinomiya. Et — .

« La dernière est… cette perverse, » murmura Stella.

Stella regarda ses pieds d’un air soupçonneux. Là gisait une jeune fille aux cheveux ébouriffés, enveloppée dans des bandages, qui avait utilisé son Art Noble kaléidoscopique fantasmagorique pour obtenir une victoire écrasante, Sara Bloodlily.

Sara, qui voulait faire d’Ikki son modèle nu, avait prévu qu’il utiliserait la capsule après le contrecoup d’Ittou Rasetsu et elle était venue dans la salle médicale, mais elle avait été prise en flagrant délit par Stella, qui l’avait également prévue, au moment où Sara allait lever ses vêtements. Mais malgré une telle conduite, Sara avait bougé et s’était plainte à Stella.

« Je ne suis pas une perverse. Appelle-moi une artiste, » répliqua Sara.

« Te traiter d’érotiste est plus qu’assez ! Je ne peux pas être imprudente ou montrer une ouverture contre toi ! » déclara Stella.

« Pourquoi…, alors même que tu as coopérée hier, » demanda Sara.

Les paroles de Sara avaient fait que Stella avait montré une expression amère et qu’elle avait poussé un gémissement.

« C’est vrai que j’ai été tentée par tes murmures diaboliques quand tu m’as promis de peindre un portait d’Ikki et moi afin de le mettre dans le palais. Mais je me suis calmée depuis. Le portrait d’Ikki dessiné par toi serait certainement attirant, mais au final, si Ikki n’aime pas l’idée, alors tu ne peux pas le faire, » déclara Stella.

« C’est pour ça que j’essaie de faire ça pendant qu’il dort, » répliqua Sara.

« C’est encore pire ! » s’écria Stella.

Les sourcils de Stella se plissèrent en raison de la colère et, avec son talon, elle marcha sur le dos de Sara.

« Aïe, aïe, aïe, aïe.. ! Je me brise, je me brise… ! » Bien que Stella n’ait pas exercé tant de force, Sara avait poussé des cris comme si elle souffrait vraiment.

Sara était devenue membre de l’Académie Akatsuki en raison de ses capacités anormalement fortes, mais elle n’était essentiellement pas une combattante. Avec son mode de vie quotidienne malsain et son manque d’exercice, et en plus de sa constitution faible innée, son corps n’était pas fort.

« Tu hurles pour si peu de force. Tu es faible, » déclara Stella.

« Je suis une artiste, donc je suis délicate, contrairement à une certaine gorille femelle qui sait souder des os, » déclara Sara.

« Tu ferais mieux de faire attention à ce que tu dis. Je t’en veux toujours, même avant l’affaire Ikki. Je ne sais pas ce que je peux faire si tu me prends trop la tête ? » déclara Stella.

Les veines de Stella s’étaient gonflées quand elle avait tiré avec force sur les bandages qui étaient enroulés autour de Sara, la faisant ressembler à un jambon sans os.

« Eee ~ !? »

Tirés par cette force extraordinaire du bras, les bandages avaient impitoyablement creusé dans la chair de Sara, et ses os avaient commencé à faire des grincements. La Bloody Da Vinci, à l’origine faible, n’avait pas pu le supporter.

 

 

Eh bien, Stella n’avait pas l’intention de blesser une participante au Festival d’art à l’épée à l’extérieur du ring, même si elle détestait l’Académie Akatsuki. Alors, après un moment, elle avait laissé Sara respirer avec résignation.

« Haa. Pourquoi es-tu si obsédée par la nudité d’Ikki ? Si je me souviens bien, le style de Mario Rosso était plus large ? » demanda Stella.

Peignant non seulement des portraits de personnes, mais aussi des paysages et des peintures religieuses, son style allait de l’abstrait au figuratif, un peintre libre et non contraint par les formes. C’était le Mario Rosso que Stella connaissait. Si Sara était comme ça, pourquoi serait-elle si obstinée à dessiner le portrait d’un homme. Et en particulier, un homme nu ?

Face à cette question, Sara se tut un moment, puis répondit. « … Il y a un tableau que je dois finir, quoi qu’il arrive. »

« Tableau ? » demanda Stella.

Sara hocha la tête avant de répondre. « Une certaine personne a passé toute sa vie à dessiner la peinture du salut du Messie, mais à la fin, il n’a pas pu l’achever. Pour le compléter… L’aide de Kurogane est nécessaire. Mon intuition l’a ainsi crié. »

« Veux-tu dire que tu veux utiliser Ikki comme modèle pour compléter ce tableau ? » demanda Stella.

« Eu-euh, » balbutia Sara.

« Alors tu aurais dû le demander à Ouma. Leurs visages se ressemblent, et son physique est supérieur. Si cela doit être fait nu, ne serait-ce pas mieux ? » demanda Stella.

« Ouma est… différent. C’est vrai qu’ils se ressemblent à l’extérieur, mais il n’a pas cette douceur. Ce qu’il a n’est qu’une force aiguisée qui s’écarte de la normalité. Que… le blanc dans ce tableau… il ne conviendrait pas à la figure du Messie au centre… Même toi, qui vises la victoire dans ce Festival, ne te contenteras pas d’une deuxième place, » répondit Sara.

« … Eh bien, c’est vrai, » répondit Stella.

« Je suis comme toi… Achever cette peinture est extrêmement important pour moi. Je ne ferai pas de compromis. Je n’ai pas l’intention de faire des économies. Tout comme tu risques ta vie au combat, je risque ma vie pour la douleur…, » déclara Sara.

Les paroles de Sara s’étaient transmises petit à petit. Sa voix était petite, son ton ne changeait pas non plus, mais ses paroles contenaient sa ferme détermination. Son noyau inébranlable était impossible à imaginer en regardant ce corps faible, mais en entendant cela, Stella… améliora un peu son évaluation.

Honnêtement, elle n’avait pas horreur d’une personne qui était franche dans son but.

« … J’ai reconnais ta passion incessante pour la peinture, alors je retire ce que j’ai dit de toi comme érotiste. Mais c’est toujours inacceptable si Ikki lui-même s’y oppose. Si tu veux le dessiner quoiqu’il arrive, tu dois convaincre Ikki d’une façon ou d’une autre…, » déclara Stella.

Stella remarqua soudain que pendant qu’elle parlait, Sara tremblait légèrement sous son pied. Ses contraintes ne devraient plus être aussi serrées…

« Qu’est-ce que c’est ? Tu trembles, » déclara Stella.

« … Relâche-moi, » déclara Sara.

« Non. Parce que tu vas harceler Ikki si je te laisse partir, non ? » demanda Stella.

« Je comprends… alors c’est bien que tu ne me libères pas, si…, » répondit Sara.

« Si ? » demanda Stella.

« Si tu m’apportes une bouteille d’eau en plastique, » répondit Sara.

« Tu aurais dû le dire plus vite ! » répliqua Stella.

« Et enlève ma culotte, » déclara Sara.

« N’utilise pas ça comme prétexte ! Tu ne peux pas franchir cette ligne quand tu es une fille ! » s’écria Stella.

« Ce n’est rien, ça arrive souvent dans mon atelier quand je passe des nuits blanches, » expliqua Sara.

« Ferme ta bouche et arrête de dire d’autres choses inutiles ! Attends un peu ! Je vais te relâcher… ! » déclara Stella.

Contrairement à une Sara inutilement calme, Stella essayait de détacher les bandages qui enveloppaient Sara dans la panique. Mais — .

Euh, euh… comment ai-je encore noué ça ? Se demanda Stella.

Elle l’avait attachée solidement dans le feu de l’action, qu’elle ne savait pas comment la défaire. Cependant, elle n’avait pas eu le temps de s’inquiéter à ce sujet.

« Est-ce comme ça ? » demanda Stella.

Pour l’instant, elle venait de tirer sur l’un des bandages.

« Argh !? » s’écria Sara.

Mais l’entrave se resserra, creusant davantage dans les gros seins de Sara.

« … S-Serrée… kuh, » cria Sara.

Les poumons serrés, Sara suffoqua d’agonie avec un visage en larmes.

« D-Désolée ! J’ai fait une erreur ! Euh, alors voici ! » déclara Stella.

Après cela, Stella avait tiré sur les bandages qui enveloppaient Sara les uns après les autres, mais c’était chaque fois des erreurs. Chaque fois que Stella tirait, les bandages s’enfonçaient de plus en plus profondément dans le corps de Sara, pour finalement enrouler le tablier recouvrant la poitrine de Sara. C’était une scène risquée où son tablier était pris entre ses seins, les couvrant à peine.

« C’est devenu incontrôlable…, » déclara Stella.

« … Si tu resserres autant… je vais vraiment… tout laisser sortir, » déclara Sara.

« NON ! Tu ne peux pas lâcher prise ! Si tu ne peux sérieusement plus le tenir, alors — ! » déclara Stella.

Stella avait poussé un cri de plus en plus fort alors que la situation ne cessait de s’aggraver. Cette voix résonnait dans la petite salle médicale.

… Hmm ?

Ikki Kurogane, qui dormait à côté d’elles, avait repris connaissance. Il se frotta les yeux endoloris et se leva lentement du lit.

« Hmm… euh, Stella, qu’est-ce que tu fais ? » demanda Ikki.

Il avait vu la silhouette de sa bien-aimée serrer les bandages enroulés autour du corps voluptueux de Sara pendant que Sara haletait de douleur.

« Eh ? Franchement, qu’est-ce que tu fais !? » demanda Ikki.

« I-Ikki !? » s’écria Stella.

En voyant Ikki réveillé, l’expression de Stella paniqua encore plus. Comment devrait-elle expliquer cette situation bizarre ? Cependant, ce n’était pas du temps qu’elle avait à perdre, alors Stella avait sauté l’explication et lui avait dit seulement la situation actuelle.

« M-Mauvaise nouvelle ! Sara risque de se faire sur elle, mais je ne peux pas détacher les bandages ! » déclara Stella.

« Je ne sais pas comment je devrais gérer cette situation, mais n’est-ce pas bon si tu détaches les bandages ? Alors si tu ne peux pas les détacher, ne peux-tu pas les couper ? » demanda Ikki.

« C’est ça ! » s’écria Stella.

Honteuse de ne pas y penser à cause de sa panique, Stella avait glissé Lævateinn entre les bandages et la peau de Sara, coupant le tissu en deux. Puis elle avait fait sortir Sara de la salle médicale.

« Écoute ! Je t’ai relâchée maintenant, alors dépêche-toi et va-t’en ! » cria Stella.

« Nnn... »

Après avoir vu Sara partir avec une démarche bizarre vers les toilettes, Stella s’était retournée pour faire face à Ikki.

« Merci, Ikki. On a évité le pire, » déclara Stella.

« Est-ce que c’était si… c’est bon si c’est le cas, » déclara Ikki.

« … Donc, après avoir résolu le problème immédiat, j’espère que tu me laisseras t’expliquer comment cela a mené à cela…, » déclara Stella.

« Non, je comprends plus ou moins, » répondit Ikki.

« Hein ? Vraiment ? » demanda Stella.

« J’étais confus parce que je venais de me réveiller, mais en voyant cette situation, c’est évident. En plus, c’est toi, Stella. Même si ce n’est pas de la télépathie, je peux quand même te comprendre dans une certaine mesure, » répondit Ikki.

Ikki avait souri en disant cela, et voyant la réponse d’Ikki, Stella se tapota la poitrine avec soulagement. En raison de la situation unique, elle pensait qu’il aurait pu avoir un malentendu étrange.

« Je… Je vois. Alors c’est bon, » déclara Stella.

Stella était reconnaissante pour son amoureux très compréhensif, et le bonheur s’était épanoui sur son visage, sachant que les deux pouvaient communiquer sans mots. Voyant cette expression d’amour, Ikki avait tenu doucement les mains de Stella et il parla avec un regard honnête et bienveillant.

« Ah oui, Stella, cela ne se fait qu’entre des amoureux. Mais je ne te condamnerai jamais, peu importe les fétiches que tu as, » déclara Ikki.

« N’as-tu pas totalement mal compris la situation !? » secouant les mains de toutes ses forces, Stella hurla. Ce malentendu était en effet trop dur à supporter pour une jeune fille.

« Ikki, tu te trompes ! Je n’ai aucun hobby de faire du bondage sur les filles ! C’est arrivé après une série d’événements, ou plutôt, vu le match de l’après-midi, je ne pouvais pas épuiser son endurance avec la Forme Illusoire, alors j’ai utilisé des bandages ! Ce n’est pas que j’aime ça… ! » s’écria Stella.

Mordant presque sa propre langue dans la panique, Stella expliqua désespérément la situation. En voyant Stella comme ça, Ikki avait ri.

« Je plaisante. Je le sais déjà. Tu as fait ça afin de me protéger de Sara-san, n’est-ce pas ? » demanda Ikki.

« Quoi !? Tu as compris et tu t’es quand même moqué de moi !? Tu es si terrible ! » déclara Stella.

Après avoir entendu dire qu’Ikki lui avait intentionnellement fait une farce, les joues de Stella s’étaient gonflées alors qu’elle l’avait regardé fixement. En retour, Ikki lui avait touché les joues dans un geste légèrement malicieux.

« C’est une vengeance pour m’avoir chassé de la pièce hier, » déclara Ikki.

« Uuuu, » Stella n’avait pas réfuté cela. Au contraire, sa colère avait été instantanément remplacée par l’anxiété. Son acte irréfléchi aurait pu rendre Ikki plus malheureux qu’elle ne le pensait, alors Stella avait demandé cela alors que ses yeux bougeaient partout en raison de l’anxiété. « … Es-tu vraiment en colère ? »

« Non, non. C’est marrant de taper sur tes joues gonflées, alors ça ne me dérange plus, » répondit Ikki.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? Bon sang…, » déclara Stella.

Stella soupira avec soulagement et poussa sa joue vers le doigt d’Ikki mis en avant. C’était peut-être un geste qui indiquait qu’elle avait déjà réfléchi à propos de ses propres actes. Après avoir apprécié la sensation de sa joue douce et rougissante, au lieu d’utiliser son doigt, Ikki avait utilisé sa paume pour caresser le visage lisse de Stella. Sa peau était lisse, peu importe combien de fois il l’avait touchée. Il n’y avait rien pour obstruer le bout de ses doigts, et la sensation ressemblait à celle de toucher un nouveau-né. C’est pourquoi Ikki finissait toujours par se permettre de toucher la peau de Stella. Cependant, Stella semblait aussi aimer cet acte, rétrécissant les yeux face à la sensation agréable, et frottant sa joue contre la main d’Ikki pour plus de caresses.

 

 

« Stella. Tu es comme un chat, » déclara Ikki.

« Miaouuu ~ ♥, » Stella avait continué à faire semblant d’être gâtée par Ikki, ce qui lui avait valu une réponse à sa blague. Une paire d’amoureux. Même une brève interaction avait été un moment de bonheur pour eux.

Mais cette fois, c’était…

*Claquer*

La porte de la salle de soins s’était ouverte, et ce temps d’intimité s’était terminé lorsque quelqu’un était entré. Tous les deux furent surpris par le visiteur soudain. D’un autre côté, la personne qui avait ouvert la porte et qui était entrée avait aperçu Ikki, dont la main s’était raidie sur la joue de Stella.

 

« … On dirait que mes entrées sont toujours mal programmées, » une voix murmura ainsi sans intonation, mais avec une réverbération grave et lourde.

 

Ils ne pouvaient pas répondre à cette voix. Le choc était trop grand, assez pour que leurs pensées s’arrêtent un instant, parce que la personne qui était devant eux était…

« Pas possible… ! » s’exclama Stella.

« P-Père… ! » s’exclama Ikki.

… Le père biologique d’Ikki Kurogane, le Chevalier-Mage portant le surnom de « Sang de Fer », Itsuki Kurogane.

***

Partie 2

« V-Vous êtes venu sur le site de cet événement. Je ne le savais pas, » déclara Ikki.

« C’est un événement national. C’est évident pour moi, le chef de la branche japonaise, d’être ici. Sans compter que mes trois enfants y participent, » déclara Itsuki.

« C-C’est aussi vrai, ahah, » Ikki avait répondu à son père qui était soudainement arrivé ici, mais sa réponse avait été maladroite et son sourire était tremblant. Ce ne serait pas étrange, puisque son père avait vu son acte d’amour avec sa bien-aimée. Cette maladresse n’était pas une blague, et donc même Ikki serait comme ça.

… Assise sur la chaise pliante à côté d’Ikki, Stella affichait déjà une expression terrible sur son visage. Elle avait ses deux petites mains arrondies en poings pendant qu’elle les posait sur ses genoux et qu’il penchait la tête vers le bas, Stella tremblait. Ses oreilles étaient d’un rouge vif comme si le feu était sur le point de s’échapper hors ses lobes d’oreilles. Sa tête bouillait de trop d’embarras, à tel point que ses yeux tournoyaient autour d’elle. Elle pensait que même la fois où Ikki avait vu sa silhouette alors qu’elle se changeait il y a si longtemps était loin d’être aussi embarrassante que celle-ci.

Oh non… oh non… ! pensa Stella.

Ça aurait été mieux si ça avait été n’importe qui d’autre, mais c’était le père de son bien-aimé, qu’elle n’avait même pas rencontré une seule fois. Pour qu’il puisse voir leur scène d’intimité… elle voulait tuer la fille d’il y a une minute qui avait dit « Miaou ~ ». Elle serait sans doute perçue comme une fille idiote et dépravée. C’était la pire première impression.

Ahh... ! pensa Stella.

Pour être honnête, elle ne ressentait que du dédain envers le père d’Ikki. Il avait causé d’innombrables problèmes à Ikki. Stella ne pouvait même pas pardonner le moindre de ces actes. Mais, il était toujours le père d’Ikki, et il était aussi le chef de la branche japonaise de la Ligue des Chevaliers Mages. En tant que petite amie d’Ikki ou deuxième princesse impériale de Vermillion, ce serait terrible d’être vu comme une idiote.

Elle devait se rétablir d’une façon ou d’une autre. Sa tête surchauffée n’arrivait pas à réfléchir.

Puis Itsuki avait parlé. « Princesse Stella. »

« O-Oui !? » répondit Stella.

Son visage s’était levé et avait regardé vers Itsuki. À cet instant, Itsuki baissa profondément la tête vers elle.

« Je suis heureux de faire votre connaissance, Princesse. Je suis le père d’Ikki Kurogane, Itsuki Kurogane. Bien que mon fils ait été confié à vos soins, je m’excuse de m’être présenté si tard, » déclara Itsuki.

L-Le b-b-b-b-beau-père de m’a salué en premierrrr ! pensa Stella.

Peu importe qu’elle se soit rétablie, c’était un gros échec. Cela avait porté le coup de grâce. À maintes reprises, quelque chose dans la tête de Stella avait produit un *bang* et de la vapeur s’était échappée de là.

Qu-Que dois-je faire maintenant, selon l’étiquette japonaise ? Se demanda Stella.

Eh bien, Stella essayait désespérément de réfléchir à la façon de faire preuve de respect et de sincérité envers une personne plus âgée, mais sa gêne causée par les échecs répétés, en plus de la pression d’accueillir le parent de son amour, lui avait surchauffé la tête. Elle n’avait pas pu porter un bon jugement.

« Je suis Stella Vermillion ! Je ne suis pas grand-chose, mais traitez-moi bien ! » déclara Stella.

Elle avait utilisé des phrases japonaises étranges et s’était agenouillée sur place.

« … S-Stella, tu n’es pas censée dire “Je ne suis pas grand-chose”, mais “Bien que je sois indigne”. Et se prosterner, c’est peut-être un peu exagéré…, » déclara Ikki.

« Ah…, » s’exclama Stella.

Ikki souligna ces problèmes à voix basse, et les vertiges de Stella s’intensifièrent. En entendant cette salutation inhabituelle…

« … Hah, » un petit rire, mais clair était sorti de la bouche d’Itsuki. Dans la petite salle médicale silencieuse, les oreilles de Stella l’avaient bien capté.

Les épaules de Stella s’étaient mises à trembler. Les larmes coulèrent alors qu’elle considérait sa misérable performance. Elle voulait disparaître. Et puis, sur son épaule…

« … Stella, tu n’as pas besoin d’être si tendue, » la main d’Ikki vint doucement autour de son dos et il la soutint d’une étreinte, tout en la consolant. Puis Ikki fixa son père d’un regard aiguisé. « Elle est nerveuse de vous voir soudainement, Père. N’est-ce pas pas terrible de votre part de vous moquer d’elle ? »

En entendant ces paroles, Itsuki s’était sincèrement excusé. « Oh, toutes mes excuses. Je ne voulais pas me moquer d’elle. C’est juste… Je me suis souvenu que lorsque tu as été arrêté, tu t’es aussi mis à genoux pour saluer le père de la princesse Stella. Je trouve juste ça un peu amusant… ahhh, ne trouvez-vous pas que c’est proche ? »

« Quoi ? Attendez, Père ! » s’écria Ikki.

« … Ikki a fait la même chose ? » demanda Stella.

Face à l’événement embarrassant soudainement exposé, Ikki avait baissé la tête avec honte, ce qui avait confirmé la question de Stella.

Ikki aussi l’a fait…, pensa Stella.

« Aha... »

Sachant que l’homme qui la consolait avec un visage cool avait fait la même chose, les joues de Stella s’étaient relâchées. Sa nervosité s’était rapidement atténuée.

Visant probablement cette situation, Itsuki avait de nouveau parlé. « Merci beaucoup pour votre politesse. Continuez à vous entendre bien avec Ikki. »

En disant cela, il tendit la main vers Stella, et Stella répondit comme si elle sautait dessus.

« Oui, oui. Bien sûr ! … Ah, » répondit Stella.

Et puis, au moment où elle serra la grande main d’Itsuki, elle pensa… que cette main dure et travailleuse était un peu semblable à celle d’Ikki. La chaleur qui s’en était graduellement répandue était semblable.

D’une façon ou d’une autre… c’est différent de ce que je pensais…, pensa Stella.

Une main plus dure et plus froide… c’est ce qu’elle imaginait de cet homme. Après tout, c’était quelqu’un qui avait tourmenté son propre fils. Devant la réalité qui différait de son imagination, Stella était devenue un instant perplexe.

Alors qu’Ikki, dont l’acte honteux avait été révélé, était un peu gêné, il avait parlé. « Alors pourquoi êtes-vous venu ici, Père ? Se pourrait-il que vous ne vous sentiez pas bien ? »

Il demanda ceci à Itsuki, indiquant une nuance d’inquiétude. Après tout, ils étaient dans la salle médicale, et il pensait que la raison pour laquelle il serait venu ici serait probablement liée à la maladie.

Mais Itsuki l’avait nié dans sa réponse après avoir libéré sa main de celle de Stella. « Non. Je suis venu ici pour te voir. »

« Moi… ? » demanda Ikki.

« En effet. En tant que chef de la famille Kurogane, j’ai quelque chose à discuter avec Ikki Kurogane, » déclara Itsuki.

Non seulement Ikki, mais Stella avait aussi affiché de la nervosité face à ces mots. Quand Itsuki… le clan Kurogane bougeait, ce n’était rien de bon.

Ainsi, Stella s’appuya sur le bras d’Ikki, comme s’il le soutenait.

Une affaire avec la chef du clan Kurogane. En d’autres termes, une affaire avec la famille d’Ikki. Pendant un instant, elle avait pensé que sortir parce qu’elle était une étrangère était une question de bon sens, mais…

Je ne suis plus une étrangère… ! pensa Ikki.

Stella avait abandonné cette idée. C’était la copine d’Ikki… non, sa famille. Après la bataille avec Raikiri, leur relation était devenue comme ça, alors quoi que Kurogane fasse, elle protégerait Ikki cette fois. Elle ne voulait plus qu’il soit blessé. Comme si elle montrait une telle intention, elle resta à côté de lui, et choisit de s’opposer à Itsuki.

Itsuki semblait aussi lire l’intention de Stella dans ses yeux brûlants et il leur avait donc parlé de la raison de sa venue sans lui demander de partir. De sa voix lourde comme du plomb, il avait alors dit…

 

« Ikki. Je pense à te renier, » déclara Itsuki.

 

C’était une suggestion qui résolvait définitivement tous les problèmes tournant autour d’Ikki et du clan Kurogane.

***

Partie 3

« Quoi… ! » la proposition soudaine de rupture de lien avait poussé Stella à ouvrir en grand les yeux et à crier. « Attendez, pourquoi est-ce que… ! »

« Après avoir gagné le deuxième match du Festival des Sept Étoiles de l’Art de l’Épée… Le Pire, non, car Le roi de l’Épée Sans Couronne, parmi les huit meilleurs du pays, possède une certaine influence. Mon existence en tant que Rang F est déjà connue par beaucoup d’individus, donc même le pouvoir de la famille Kurogane aurait du mal à cacher mon existence… dans ce cas, le mieux pour vous est de rompre notre relation. Est-ce quelque chose comme ça, Père ? » demanda Ikki.

D’un autre côté, Ikki avait utilisé une voix plus calme que Stella pour demander la raison. Itsuki répondit d’un signe de tête. « … C’est plus ou moins le cas. Le Clan Kurogane est ce qui a maintenu la hiérarchie des Blazers de ce pays depuis l’ère des samouraïs. Ce serait gênant si quelqu’un de cette maison était le premier à enfreindre le code de l’ordre. Si tu étais traité de la même façon qu’avant, beaucoup commenceraient à remettre en question leurs propres limites. Il semblerait qu’il y en a un certain nombre qui t’admire et te prend pour modèle. Tes vaillantes batailles ont un charme dangereux et cela mène à la tentation… Mais ces défis et ces désirs insouciants finissent par faire du mal aux individus et à la société. Est-ce que tu le comprends ? Tu n’es plus seulement inutile à la maison Kurogane — le roi de l’épée sans couronne, car maintenant Ikki Kurogane, tu es devenu dangereux. »

« Ne me dites pas ça ! » À cet instant, Stella renversa la chaise pliante alors qu’elle se levait et poussa un cri de colère avec ses cheveux en flammes. Ses yeux rayonnaient de colère quand elle criait. « J’ai été stupide… de penser que vous pourriez être une personne raisonnable ! Vous, êtes-vous toujours un parent ? »

Le regard acéré de Stella était plus furieux que celui d’une bête assoiffée de sang, et plus accablant aussi. Aucune personne faible d’esprit ne serait capable de parler face à son regard.

Mais c’était l’homme qui occupait le poste de chef de la branche japonaise de la Ligue des Chevaliers-Mages. Itsuki répondit sans changer de ton. « Je le suis… mais par-dessus tout, je suis l’ordre de ce pays. Je ne peux pas le laisser vaciller, et je ne peux laisser personne l’affaiblir. J’ai juré sur mon surnom Sang de Fer, ainsi que sur le nom donné par mon père, que je continuerais à tenir la société ensemble de mes propres mains. »

Contrairement aux yeux furieusement brillants de Stella, ses yeux gris brillaient d’une lumière terne. Ce qui habitait dans la profondeur de ces yeux, c’était la force de sa volonté, comme l’acier lui-même. La dureté de cette volonté était plus que suffisante pour dire à Stella que parler était inutile.

« Vous… ! » s’écria Stella.

« Stella, » Ikki s’était levé et avait retenu Stella qui était sur le point de se déchaîner. « Arrête, Stella. »

« Mais ! » répondit Stella.

« Merci de t’être autant fâchée pour moi. Mais… J’espère que tu pourrais te retenir maintenant, » déclara Ikki.

« Kuh ! »

Comme c’était Ikki lui-même qui dissuadait Stella, elle ne pouvait rien faire de plus que d’évacuer sa colère en frappant le mur et en tournant le dos à Itsuki. Elle n’aurait probablement pas pu se retenir si elle l’avait regardé plus longtemps. Chuchotant un autre « merci », Ikki se retourna vers Itsuki.

« … Vous ne plaisantez pas à ce sujet, n’est-ce pas ? » demanda Ikki.

« Bien sûr que non. C’est l’occasion pour toi de te libérer de notre influence. Je n’ai pas le temps de m’immiscer dans la vie d’une personne sans lien de parenté ou d’intérêt. C’est bénéfique pour nous deux, donc je pense que ce n’est pas une mauvaise suggestion, » déclara Itsuki.

La voix d’Itsuki était vraiment sérieuse. En fait, comme l’avait dit Itsuki, cette suggestion avait du mérite pour Ikki. Ils marchaient déjà sur des chemins séparés, et il vaudrait peut-être mieux pour les deux parties rompues leur relation proprement.

Mais…

« Père, à ce sujet, je ne peux pas répondre si facilement, » répondit Ikki.

Ikki évita de répondre immédiatement et Itsuki hocha la tête.

« C’est compréhensible. Je n’ai pas l’intention de te presser à répondre. Je viendrai te voir un autre jour, » déclara Itsuki.

Après l’avoir dit à Ikki, Itsuki se leva de sa chaise et quitta la salle médicale. Derrière lui, une atmosphère lourde persista.

***

Partie 4

« Je suis tellement énervée ! Qu’est-ce qu’il a, ce type !? » Stella cria sans réserve et jeta un oreiller à la porte qu’Itsuki avait fermée, puis fixa Ikki avec des yeux injectés de sang. « Ikki ! Est-ce vraiment ton père ? N’as-tu pas un passé compliqué comme celui d’être l’enfant d’une maîtresse !? »

« Mais nos visages se ressemblent, et je crois que nous sommes liés par le sang. Probablement, devrais-je dire, » répondit Ikki.

Il n’avait pas la confiance nécessaire pour répondre à cela compte tenu de la manière dont il avait été traité dans le passé.

« Ce n’est pas que je ne comprends pas ce que Père a dit. Puisqu’il a le devoir de diriger les chevaliers du Japon, ce serait terrible si tous les membres commençaient à se rebeller comme moi, » déclara Ikki.

Ikki ajouta ces mots, comme s’il était d’accord avec son père. Stella, bouillant de rage, fit un visage visiblement mécontent en entendant cela.

« Qu’est-ce qui t’arrive, Ikki ? N’es-tu pas trop calme ici alors même s’il a suggéré de te renier ? » s’écria Stella en le lui demandant.

Ikki regarda Stella avec les yeux pleins d’amour pour ses paroles, et répondit. « Je suppose que oui. Dans le passé, j’aurais été déprimé, mais maintenant j’ai déjà une fille à mes côtés qui m’a dit qu’elle allait devenir ma famille. »

C’est vrai, il était déjà différent de l’époque où il avait été enfermé par le Comité d’Éthique. Même si son père devait rompre leur relation, il avait toujours une partenaire. C’est pourquoi, même si la suggestion d’Itsuki l’avait choqué, il n’avait pas paniqué. Il savait qu’il avait une place à côté de la fille se trouvant proche de lui.

« Ah, uuu , » d’un autre côté, Stella avait détourné son visage rougissant face à cette simple confiance. Elle savait qu’elle montrait un visage vraiment stupide à ce moment-là. Ikki lui sourit.

« Et aussi, pour être honnête, je pense qu’un tel jour viendra à un moment donné… plutôt, le fait de quitter le Clan Kurogane est quelque chose que j’aurais dû à tous les coups aborder avec mon père. C’est un problème que je ne peux pas éviter, que je ne peux pas fuir, » déclara Ikki.

C’était comme ça après avoir contesté le clan Kurogane, et c’était ce qui devrait être réglé à la fin.

« … Ikki, vas-tu couper les ponts avec lui ? » demanda Stella.

« C’est ce que je comptais faire, » répondit Ikki.

« Comptais faire ? » Ses paroles ambiguës avaient fait pencher la tête de Stella.

« J’allais le faire… mais pour que Père en parle de lui-même…, » commença Ikki.

Il ne pouvait pas donner une réponse immédiate, même s’il comprenait clairement qu’il n’y avait pas d’alternative. Cela étant dit, Ikki s’était moqué de lui-même.

« Pour une raison inconnue… même maintenant, je ne peux pas vraiment le détester. Est-ce ce dont on parle quand on dit qu’on ne peut pas se séparer de ses parents ? » demanda Ikki avec autodérision.

« Ikki…, » murmura Stella.

« Mais c’est très bien ainsi. Je lui donnerai bientôt ma réponse… Non, la réponse est déjà là. Il ne reste plus qu’à le dire. Mon chemin et celui de mon père ne se rencontreront jamais. Puisqu’on sera sur des voies parallèles qui ne se croiseront plus jamais, quelle que soit la distance parcourue, il faut que je parvienne à une conclusion, » déclara Ikki.

 

« Vraiment ? »

 

La voix d’une troisième personne passa à travers l’ouverture de la porte qui était rouverte sous l’impact de l’oreiller que Stella avait jeté. Elle appartenait à la jeune fille qui avait quitté la salle médicale auparavant, dont les traits nets du visage avaient été gaspillés par ses vêtements et qui se tenait maintenant devant la porte, Sara Bloodlily.

« Es-tu de retour ? » demanda Stella.

« J’ai attendu dehors puisque vous parliez de choses compliquées, » répondit Sara.

« … J’aimerais que tu fasses preuve d’un peu plus de bon sens dans ton choix de vêtements, » déclara Stella.

En jetant un coup d’œil au corps de Sara en tablier sans rien dessous, Stella soupira de résignation.

« Sara-san. Vouliez-vous dire quelque chose ? » demanda Ikki.

« … Pas vraiment, » répondit Sara.

Sara secoua doucement la tête face à la question d’Ikki et entra par la porte. Elle avait certainement murmuré « Vraiment ? » avant, ce qui signifiait qu’elle avait probablement une opinion sur l’affaire d’Ikki, mais elle ne semblait pas disposée à l’exprimer. Dans ce cas, Ikki ne demanderait pas plus. Ils n’étaient pas amicaux au point de lui demander son opinion sur ses propres affaires, puisqu’elle n’était pas quelqu’un à qui il allait ouvrir son cœur.

En plus de ça ─ .

« Sur un autre sujet, Roi de l’Épée sans Couronne, » déclara Sara.

« Je refuse, » répondit Ikki.

« Je n’ai pas rien dit , » déclara Sara.

« Mais même ainsi, je peux le dire à vos yeux ! » déclara Ikki.

Bien que son visage soit sans expression comme une poupée, ses pupilles brillaient de désir et de curiosité. C’était les mêmes que ceux d’une bête sauvage, comme lors de leur rencontre à la fête. Ikki avait donc rejeté Sara avant qu’elle n’ait pu le demander.

Son initiative lui ayant été retirée, Sara était perdue, mais elle ne poursuivait pas Ikki avec un intérêt fade. Elle avait ses propres affaires qu’elle ne voulait pas compromettre, alors elle s’était ressaisie.

« En fait, je voulais dire que c’est bien si tu ne veux pas être mon modèle. Mais tu l’as rejeté. Ce qui veut dire…, » déclara Sara.

« Non veut dire non, même si vous sortez une excuse digne de l’école primaire ! » déclara Ikki.

Ikki n’avait pas reculé. Au contraire, il ne pouvait pas reculer. Peu importe à quel point elle était célèbre, il était trop gêné pour être nu devant les autres. Ce n’était pas une question qu’il pouvait accepter sans broncher.

« Quoi que vous disiez, je ne serai jamais mannequin nu ! » déclara Ikki.

« … Hmmm . »

« Même si vous me regardez comme si j’avais fait quelque chose de mal, c’est non, » déclara Ikki.

« Uuuu — uuuu — . »

« Peu importe combien vous le faites, c’est non ! » déclara Ikki.

Les épaules de Sara se baissèrent face au refus total d’Ikki.

« … Je comprends, » déclara Sara.

« Allez-vous enfin abandonner ? » demanda Ikki.

« Je reviendrai quand tu dormiras, » déclara Sara.

« Vous n’avez rien compris, non pas que ça me surprenne ! » déclara Ikki.

Ikki avait tenu sa tête et avait poussé un cri empli de tristesse. Ça ne pouvait pas durer plus longtemps. Sara, même s’il verrouillait la pièce… non, même s’il était dans un bloc de béton armé, elle avait la possibilité de faire une porte et d’entrer. Lorsqu’une telle personne le visait, il n’arriverait pas à dormir paisiblement, malgré le fait d’être au milieu d’un événement aussi important. Sa relation avec son père Itsuki était une chose, mais il devait aussi mettre fin à sa relation étrange avec cette fille. Il devait la forcer à abandonner, le plus vite possible.

Ikki avait donc saisi l’épaule de Sara alors qu’elle quittait la salle médicale « pour revenir quand il dort », et l’avait tirée en arrière.

« Attendez un peu, Sara-san ! Peu importe combien de fois vous viendriez, je ─, » déclara Ikki.

Mais…

« … Ah, » cria Sara.

Sa bouche s’était gelée. À l’instant où Sara s’était retournée, son tablier, qui était la seule chose qui recouvrait le haut de son corps, s’était détaché de sa sangle…

 

 

*Boing*

Deux seins blancs en forme de melon avaient rebondi.

« Oh. »

« EEEEEKKKKK !? » Ce n’était pas Sara, mais Stella qui avait poussé un cri aigu. Elle avait bondi rapidement derrière Ikki et lui couvrit les yeux de ses mains.

« I-Ikki ! Qu’est-ce que tu fais ? » demanda Stella.

« N-Non ! Je ne l’ai pas fait exprès ! Après avoir attrapé son épaule, c’est juste… ! » répondit Ikki.

« Ah , ma sangle de tablier s’est cassée…, » déclara Sara.

Contrairement aux deux personnes qui faisaient du grabuge avec des visages rougissants, Sara n’avait pas été secouée du tout, et elle avait murmuré cela en ramassant le tablier tombé. La sangle du tablier était clairement arrachée.

« Je pense qu’elle s’est probablement cassée quand tu m’as attachée tout à l’heure. C’est pour ça que c’est ta faute, » déclara Sara.

« Ooh. Quand tu dis ça, j’ai l’impression que j’ai pu tirer la sangle, » répondit Stella, toute gênée.

Alors c’était probablement la faute de Stella.

Mais peu importe comment Stella y pensait, Sara avait tort de porter des vêtements qui s’arracheraient si une courroie était déchirée. Bien que Stella ait jugé que ce n’était pas le moment de se plaindre à ce sujet.

« Quoi qu’il en soit, couvre-toi d’abord avec ce drap là-bas ! Alors, donne-moi la clé de ta chambre d’hôtel ! Puisque c’est ma faute, je vais te chercher des vêtements de rechange ! » déclara Stella.

« Je n’en ai pas, » répondit Sara.

« L’as-tu oubliée ? Alors, donne-moi ton numéro de chambre et j’en informerai les employés du service, » déclara Stella.

« Ce n’est pas ça, je n’ai pas d’autres vêtements, » répondit Sara.

« Pourquoiiii — !? N’est-ce pas bizarre pour une fille ? » demanda Stella.

« C’est parce que le lavage est gênant, » déclara Sara.

« C’est plus que simplement être paresseux ! Et tu t’es dite délicate ! C’est toi qui es comme un gorille ! » cria Stella. « Ahh, bon sang ! Alors je te donnerai l’une de mes robes en guise de compensation, mets ça ! »

« Prendre une robe comme compensation pour ce genre de tablier usé me fait passer pour une femme avide. C’est trop honteux, alors non, » répondit Sara.

« Il y a une montagne d’autres choses dont tu devrais avoir honte ! » répliqua Stella. « Je suis sûre que tu ne peux pas participer au prochain match en portant quelque chose comme ça ! Cela causera un incident de diffusion ! »

« Ce n’est pas grave. Comme la sangle n’est qu’un peu déchirée, je peux faire un nœud en cas d’urgence, » en disant cela, Sara avait fait avec désinvolture un nœud avec la sangle déchirée, et avait rétabli le tablier à la normale.

« … Tu vois ? » déclara Sara.

Et elle avait jeté un regard suffisant sur Stella. En même temps, Stella avait semblé avoir mal à la tête.

N-Non bon ! Cette fille oublie le point le plus important… ! pensa Stella.

Le problème n’était pas de savoir si elle pouvait encore utiliser ce tablier de mauvaise qualité. Le problème, c’est que de tels vêtements causeraient une violation de l’éthique de la radiodiffusion à la moindre bousculade. Elle n’avait pas du tout l’air de comprendre ça. Elle porterait probablement ce tablier déchiré sans aucun souci et apparaîtrait pour le match avec Ikki. Et si elle y faisait des mouvements vigoureux ? Bien sûr, une solution d’urgence négligée ne serait pas fiable. D’abord, elle serait sans doute exposée. Si ça se terminait comme ça, ça irait quand même. Si la folie de cette fille était diffusée dans tout le pays, ce serait une bonne chose pour Stella.

Mais que se passerait-il si, par un minuscule hasard, l’exposition avait pour effet d’affaiblir la concentration d’Ikki et d’affecter le résultat du match… si elle lui faisait perdre… ?

Je n’accepterai absolument pas un résultat aussi stupide ! pensa Stella.

Ce n’était pas une blague. Stella avait indirectement causé à Ikki un troisième tour désavantageux. Elle ne pouvait plus laisser l’anxiété augmenter. Par conséquent…

« J’ai décidé… Ikki et moi allons chercher un maillot, alors tu le portes en premier. Ensuite, on ira dans un grand magasin avec toi, » déclara Stella.

« Un grand magasin ? Toi et moi ? » demanda Sara.

« J’amènerai aussi un ami qui connaît bien la mode. On t’achètera des vêtements là-bas, » déclara Stella.

« … Pourquoi ? C’est déjà réparé, donc je n’ai pas ─ , » commença Sara.

À cet instant, quelque chose d’un poids énorme était passé devant l’oreille de Sara avec un bang sonore et s’était écrasé contre le mur du couloir.

C’était Lævateinn.

Choquée par l’hostilité soudaine, Sara s’était recroquevillée et Stella lui avait montré un sourire de première classe.

« Si tu sautes dans tous les sens en portant ces vêtements usés, diverses choses rebondissent aussi, tu sais ? Eh bien ? Si tu insistes, que vais-je faire ? Si tu persistes à porter ça sur le ring lors du match contre Ikki, même si je te le demande gentiment comme ça, afin d’éviter le moindre risque d’accident… Je brûlerai ce tablier en même temps que ta peau jusqu’à ce qu’il adhère et ne puisse plus être enlevé. Tu préférerais ça ? » demanda Stella.

Les yeux de Stella ne souriaient pas du tout, et Sara était devenue incapable de crier, secouant désespérément la tête.

« Bon. Sois sage et attends ici, d’accord ? Mon visage souriant est très mignon donc tu ne le sais peut-être pas, mais je suis actuellement de la pire humeur possible, donc je ne sais pas ce que je pourrais faire si tu fuyais, compris ? Est-ce que tu comprends ? » déclara Stella.

Elle avait hoché la tête… Sara hocha la tête avec un visage pâle. Après que Stella ait obtenu son approbation, elle avait quitté la salle médicale avec Ikki, qui avait des sueurs froides à cause de sa coercition.

***

Chapitre 9 : Pause légèrement turbulente des Guerriers

Partie 1

 

Après cela, Ikki était allé avec Stella dans sa chambre pour choisir une robe, avant qu’ils ne retournent tous les deux au Bay Dôme. Stella se dirigea vers la salle de soins où Sara attendait, tandis qu’Ikki se rendait au lieu de rendez-vous après avoir contacté Arisuin en cours de route.

La salle d’attente se trouvait à la troisième entrée du Bay Dôme. Une fois Ikki arrivé, Arisuin, qui était sur le banc devant la fontaine, agita la main.

« Ikki. Ici, ici, ici, » déclara Arisuin.

Ikki avait couru vers la voix. Celle qui était assise à côté d’Arisuin était Shizuku, qui ressemblait à une poupée de haute qualité.

« Désolé de t’avoir appelée tout d’un coup, Alice. Oh, Shizuku, tu es aussi venue ? » demanda Ikki.

« Partout où Onii-sama ira, que ce soit dans un incendie ou un bain, Shizuku se joindra de toute façon, » répondit Shizuku.

« Arrête ça, » déclara Ikki.

« Hehehehe. Je plaisante, je plaisante. Comme on pouvait s’y attendre, il serait troublant d’aller dans un incendie, » déclara Shizuku.

« Ce n’est pas ce qui m’inquiète… mais es-tu sûre de ça ? Tu as un autre match aujourd’hui. Je pense qu’il vaut mieux préserver son endurance, » déclara Ikki.

Plus important encore, ce serait la bataille du troisième round de la nuit. Celui qui serait en compétition dans le bloc D contre Shizuku était celui qui avait déjà gagné deux matchs consécutifs sans combattre, un membre de l’Académie Akatsuki, la Malchance, Amane Shinomiya. Un prétendant sinistre qui possédait son pouvoir de Gloire sans Nom, une capacité de causalité et de manipulation sans fond qui pouvait plier tous les effets de causalité à ses désirs. En tant que son frère, il était naturel pour Ikki de s’inquiéter pour elle. Cependant, Shizuku avait répondu avec un sourire élégant.

« Tout va bien, Onii-sama. J’ai un grand plan secret, » répondit Shizuku.

« Maintenant que tu le dis, tu l’as déjà dit. Mais je n’ai pas entendu les détails, » répondit Ikki.

« Oui. En ce qui concerne le résultat, les détails ne peuvent pas être révélés à Onii-sama après tout. Mais ce n’est pas grave de ne pas s’inquiéter pour moi… ou plutôt, tu n’as pas aussi un match toi ? Même si ton adversaire est l’exhibitionniste d’Akatsuki, veux-tu qu’on aille au grand magasin avec elle ? Que s’est-il passé exactement ? » demanda Shizuku.

« Ahh, c’est…, » commença Ikki.

Ikki expliqua la séquence des événements à une Shizuku emplie de doutes. Il avait parlé comme Stella avait déchiré son tablier, et aussi le fait que Sara avait toujours l’intention de porter ce tablier pour le match. Il avait ensuite parlé du fait que Stella avait décidé de l’emmener dans un grand magasin après l’avoir à moitié menacée.

« C’est certain… que Stella-san peut être inopinément attentive, » Shizuku avait répondu avec un ton impressionné après avoir compris la situation. Bien qu’il ait estimé que certaines parties étaient inutiles, Ikki hocha la tête sans toucher à ça.

« Honnêtement, ça m’a vraiment aidé. Si elle était entrée sur le ring dans cette tenue… ça aurait été dur pour moi de me battre, » déclara Ikki.

Il n’avait pas l’intention pour cela de perturber sa concentration… pas une telle intention, mais… il n’avait aucune confiance. Même Ikki restait un jeune homme, c’était donc un phénomène physiologique qu’on ne pouvait pas vraiment empêcher.

« Je vois. C’est pour ça que tu m’as appelée, » déclara Arisuin.

« Ouais. Alice, tu es experte en la matière, n’est-ce pas ? C’est pourquoi j’espérais que tu puisses apprendre à Sara-san la joie de s’habiller, ou au moins de porter un minimum de vêtements, » répondit Ikki.

Le talent d’Arisuin à maquiller et à coordonner les vêtements pouvait être clairement compris en voyant Shizuku. Si elle voyait sa propre silhouette après qu’il l’ait sérieusement relookée, Sara pourrait aussi s’y intéresser. Une fois qu’elle l’aurait fait, elle pourrait ne plus se montrer topless en public. C’est ce que Stella avait supposé, et Ikki était également d’accord avec l’idée. Il croyait que Sara n’avait pas le sentiment fondamental de honte. Elle portait un tablier pour ne pas être tachée par la peinture, de sorte qu’un tablier pouvait compter comme ayant une quantité minimale de vêtements pour se couvrir, mais elle sortirait probablement sans même porter un tablier si elle ne peignait pas.

Ikki ne comprenait pas pourquoi elle était comme ça. C’était une génie, il ne serait donc pas étrange qu’un fil ou deux dans sa tête soit relié différemment. Ou plutôt, elle ne comprenait pas le concept de porter des vêtements en termes de honte d’être nue. Ensuite, la seule chose qu’ils pouvaient faire était d’… éveiller son intérêt. Ils ne pouvaient que lui faire apprécier l’acte de se vêtir.

En considération des sentiments d’Arisuin, Ikki lui demanda pardon. Arisuin, par contre, avait montré un sourire rafraîchissant et avait répondu positivement.

« Bien sûr. C’est vrai que j’ai fait partie de l’Académie Akatsuki et de leur camarade, mais je ne les ai pas rencontrés directement, » déclara Arisuin.

Les seuls qu’Arisuin avait rencontrés directement étaient le marionnettiste Reisen Hiraga et l’épéiste à un bras Wallenstein qui était professeur à l’Académie Akatsuki. Il avait donc dit que ce ne serait pas gênant.

« Et aussi… cette fille n’est devenue comme ça que parce qu’elle a négligé sa santé, mais elle est comme une gemme brute. J’ai aussi la motivation, » déclara Arisuin.

« Ça aide vraiment si tu dis ça, » déclara Ikki.

« … Malgré tout, je suis étonnée. Cette exhibitionniste vise toujours Onii-sama. Je lui donnerai encore un coup de pied dans l’estomac quand elle arrivera, » déclara Shizuku.

« Ce n’est pas une bonne idée de faire ça à quelqu’un qui a un match aujourd’hui… ! » s’écria Ikki.

Tout en transpirant de sueurs froides devant les paroles troublantes de sa sœur, ils bavardèrent tous les trois en attendant l’arrivée de Stella et de Sara. Mais après une longue attente, ces deux-là n’étaient toujours pas arrivés. Ikki avait regardé l’heure sur le terminal étudiant. Il était déjà cinq minutes après l’heure de la réunion.

En parlant de ça, elles sont vraiment lentes…, pensa Ikki.

Il avait reconnu que les filles mettaient du temps à se préparer, mais dans ce cas, il s’agissait simplement de mettre des vêtements sur Sara. En tenant compte de ses préférences, ils avaient même préparé quatre ensembles…

Se pourrait-il qu’elle ait déjà réalisé qu’elle aime s’habiller et qu’elle a pris son temps pour choisir ses vêtements, ou quelque chose comme ça ? Se demanda Ikki.

Si c’était le cas, cela raccourcirait les choses, mais…

Pendant ce temps, comme Ikki pensait cela…

« Ah. Voilà Stella-chan et Sara, » déclara Arisuin.

Arisuin se leva après avoir vu les deux filles sortir de la troisième entrée du dortoir. Ikki et Shizuku se tenaient également debout pour les accueillir, mais… alors que la distance se raccourcissait, Ikki sentait que quelque chose n’allait pas. D’une certaine façon, Stella n’était pas énergique.

 

 

« Je vous ai fait attente…, » déclara Stella.

Sa voix n’était ni vive ou enthousiaste. Elle avait aussi le dos courbé. Elle semblait très fatiguée.

« … S-Stella, tu as l’air un peu fatigué ? Que s’est-il passé ? » demanda Ikki.

« C’est…, » commença Stella.

Stella jeta un coup d’œil à Sara qu’elle avait emmenée. La tenue de Sara n’était qu’un chandail à fermeture à glissière. Cela ne semble pas suggérer un sex-appeal, mais le visuel de son décolleté s’ouvrant derrière la fermeture à glissière et s’ouvrant sur sa poitrine trahissait cette attente. Bien que cette tenue n’ait rien à voir avec le sex-appeal, son port négligé avait créé cette impression. Ils pouvaient voir les passants jeter un coup d’œil sur le décolleté de Sara.

« Ce n’est pas bon pour une fille de porter une tenue aussi honteuse. Vous n’êtes pas Fujiko-chan [1], alors fermez ça correctement, » déclara Arisuin.

Arisuin s’était plaint de son apparence et avait remonté la fermeture éclair jusqu’au cou. Mais à l’instant où il avait lâché prise…

*Zzzzz… *

La fermeture à glissière s’était rouverte et était revenue à sa position initiale.

« O-Oh mon Dieu… ! » s’exclama Arisuin.

« La poitrine est trop serrée pour être fermée. D’autres robes ont perdu leurs boutons, donc rien n’a marché, » déclara Sara

« Argh ! » Stella avait fait sortir un gémissement comme si les mots de Sara étaient des coups de poing sur son estomac.

« Je comprends pourquoi Stella est comme ça…, » déclara Arisuin.

« … J’ai goûté à une humiliation que je n’avais jamais vécue auparavant…, » déclara Stella.

C’était probablement vrai. Les filles avec des seins aussi gros que Stella n’étaient pas communes. Même à l’Académie d’Hagun, seule Kanata Toutokubara pouvait l’égaler.

« Toutes mes condoléances, » déclara Sara.

« Honnêtement, je peux me sentir déprimée pendant un moment…, » déclara Stella.

Stella, qui était devenue groggy à la suite d’un impact psychologique sans précédent, avait plié sa taille comme une vieille femme qui tremblait de partout et avait affiché un visage agonisant. Et puis… elle s’était soudainement arrêtée de bouger.

Stella regarda droit dans les yeux Shizuku, qui se tenait devant elle…

« — Et maintenant ! Puisque tout le monde est là, dépêchons-nous de partir pour le grand magasin ! » déclara Shizuku.

Avec son dos soudainement droit, elle l’annonça avec vigueur.

« Stella-san, où as-tu cherché à te regonfler le moral en regardant là ? » demanda Shizuku.

« Nous n’avons pas beaucoup de temps parce que le match est ce soir ! Dépêchons-nous ! » déclara Stella.

« Stella-san, réponds honnêtement. Parce que je vais te tuer, » déclara Shizuku.

Notes

  • 1 Fujiko Mine de Lupin III par Monkey Punch.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire