Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 9

***

Chapitre 1 : Évaluer les capacités

Partie 1

Au domaine des Latuules, il y avait un espace appelé « la cour » qui était pris en sandwich entre le manoir lui-même et le labyrinthe de haies. Il y avait également une cour située de l’autre côté du manoir, mais un jardin et des parcelles d’herbes médicinales occupaient tout l’espace, ce qui le rendait inadapté à nos besoins.

Alors que nous nous tenions devant le labyrinthe de haies, Isaac avait expliqué. « Même si vous faites un peu de dégâts, il est assez facile de les réparer en utilisant le pouvoir du labyrinthe. Alors s’il vous plaît, n’hésitez pas à libérer vos pouvoirs comme bon vous semble. »

Je savais qu’il était un peu tard pour me poser cette question, mais je n’avais pas pu m’empêcher de demander. « J’ai entendu dire qu’un objet magique avait créé le labyrinthe de haies. Est-ce vrai ? »

« Ah, oui, c’est vrai. On m’a dit que c’était une ancienne relique conçue pour recréer artificiellement les conditions d’un vrai donjon. Cependant, il ne peut pas créer de monstres ou étendre son territoire comme le ferait un vrai donjon. »

J’étais soulagé d’entendre ça. C’était un peu effrayant de penser que c’était aussi un donjon avec un noyau de donjon.

Laura était un maître de donjon, et comme elle voulait protéger la ville de Maalt, ce n’était peut-être pas un gros problème. Mais, un jour, elle pourrait décider de se retirer de ce rôle. Laura avait vécu pendant longtemps, donc ce n’était pas quelque chose dont je devais m’inquiéter. Pourtant, mon esprit ne pouvait s’empêcher de penser au pire des scénarios. Bien sûr, même si cela se produisait, il n’y avait pas grand-chose que je puisse faire. Je pourrais prendre sa place en tant que maître du donjon. Cela ne semblait pas si mal, mais Laura avait mentionné quelque chose à propos de nombreuses contraintes liées à ce rôle. Ce n’était probablement pas une bonne idée.

« Donc, » avais-je commencé, « Ce n’est pas grave si je casse quelque chose, n’est-ce pas ? C’est bon à savoir. »

Isaac avait hoché la tête. « Oui. Alors, on commence ? D’abord, nous devrions tester vos capacités physiques et autres. »

◆◇◆◇◆

J’avais commencé par tester la force de mes bras. J’avais ramassé une pierre sur le sol et l’avais serrée dans ma main. La roche avait immédiatement craqué et éclaté avant de s’effriter en poussière dans ma prise.

« Je sais que tu as le corps d’un monstre, mais c’est quand même remarquable, » dit Lorraine en regardant de près. « Tu n’utilises aucun sort d’amélioration physique, n’est-ce pas ? »

« Non. On dirait que mon bras est un peu plus fort qu’avant. C’est un peu un problème. J’ai même écrasé une poignée de porte tout à l’heure. »

« Rentt, tu n’as pas intérêt à casser les poignées de porte chez moi, » déclara Lorraine d’un air sévère.

Ce n’est pas comme si j’avais voulu la casser. Évidemment, je n’avais pas l’intention d’écraser les poignées de porte de la maison de Lorraine, mais j’aurais eu des ennuis si je n’avais pas trouvé le moyen de me retenir.

Cela m’avait rappelé que je n’étais pas le seul à m’adapter à un nouveau corps. Quelqu’un d’autre ici s’acclimatait à sa nouvelle existence.

« Et toi, Rina ? Comment va ta force et tout ? » avais-je demandé.

« Ah, je ne l’ai pas encore testé. »

J’avais pris une autre pierre, je l’avais mise dans sa main et je lui avais dit de la serrer.

« Hrrrm ! » Elle avait vraiment fait beaucoup d’efforts, et finalement la pierre s’était brisée. « Wôw ! » dit-elle, l’air surpris. Elle n’avait probablement pas été capable de faire ça quand elle était humaine.

Il y avait plein de gens ridicules dans le monde, et ce n’était pas que personne d’autre ne pouvait casser une pierre à mains nues. J’étais presque sûr que des aventuriers de classe Mithril pouvaient réaliser cet exploit. Peut-être même que certains aventuriers de classe Or et Argent qui s’étaient fait un nom pourraient aussi le faire. Mais avant de devenir un vampire, Rina avait juste commencé comme aventurière. Elle n’aurait jamais été capable de briser un rocher.

« On dirait que tes capacités physiques ont également augmenté, » avais-je déclaré.

Isaac acquiesça. « Je crois que Miss Rina est comparable à un petit vampire. Les goules sont souvent plus fortes que ça, mais elle est quand même beaucoup plus forte qu’une personne ordinaire. Comment vous sentez-vous par rapport à votre mana ? »

Isaac avait adressé cette question à nous deux, alors Rina et moi avons décidé de tester un peu de magie. Rina, cependant, ne connaissait pas beaucoup la magie, alors j’avais décidé d’y aller en premier.

« Voyons voir. Feu, utilise mon mana comme carburant et manifeste-toi devant moi. Allumage ! »

C’était un sort de base que j’avais déjà utilisé auparavant. Mais comme il s’était comporté bizarrement la dernière fois que je l’avais lancé, tout le monde avait reculé pour me laisser de l’espace. Il s’est avéré qu’ils avaient raison d’être prudents.

 

 

« C’est plus proche de l’incendie criminel que de l’allumage, » avais-je marmonné en regardant la colonne de flammes brûler devant moi.

J’avais un peu peur que le labyrinthe de haies prenne feu, mais il n’avait fait que se consumer lorsque les flammes l’avaient approché. Était-ce parce que les plantes étaient vivantes et humides, ou était-ce autre chose ? Vu l’ampleur des flammes, j’étais presque sûr que même un arbre vivant brûlerait. Peut-être que le labyrinthe de haies avait des propriétés spéciales qui l’empêchaient de brûler.

Une fois que les flammes s’étaient calmées, les trois individus s’approchèrent. Les yeux écarquillés, Rina déclara. « Je ne peux pas utiliser un sort aussi puissant ! Tu le sais, non ? »

« Tu sembles avoir un malentendu, » expliqua Lorraine. « C’était un Allumage, un sort de base de la magie commune. Tant qu’ils ont assez de mana pour activer la magie, tout le monde devrait être capable de l’utiliser. Il n’y a aucune raison que tu ne puisses pas le lancer, Rina. »

Rina et Lorraine avaient apparemment eu tout le temps de faire connaissance pendant que je dormais. Elles semblaient plutôt à l’aise l’une avec l’autre. De toute évidence, Lorraine avait l’impression d’avoir gagné une petite sœur et un rat de laboratoire, tandis que Rina avait l’impression d’avoir gagné une grande sœur et un délicieux snack. Ça avait l’air plutôt effrayant, mais si ça ne les dérangeait pas, ça devait être bon.

Pendant que je réfléchissais, Rina avait regardé Lorraine en état de choc. « Attends, c’était de la magie de base ? Je veux dire, c’est l’incantation qu’il a utilisée, mais les sorts de base sont-ils censés être si puissants qu’ils peuvent brûler une maison entière comme celui-là ? »

« Les sorts de magie de base ont des effets très limités, mais ils ne nécessitent pas beaucoup de mana. Ils ne sont utiles que pour des choses comme les corvées banales de la maison. Eh bien, le terme est une expression imprécise dans le langage courant. Il existe un nom académique plus technique pour les désigner, mais comme seuls les érudits l’utilisent, mettons-le de côté pour le moment. En tout cas, selon cette définition, le sort de Rentt était de la magie de base, mais pas vraiment de la magie de base. »

« C’est ce que je pensais, » avais-je murmuré.

Le snack et le rat de laboratoire m’avaient regardé comme si j’avais deux têtes. Elles étaient un peu méchantes, à mon avis.

Je plaisantais seulement à propos de l’histoire du snack et du rat de laboratoire. Bien que, je me suis dit que Rina se nourrirait de Lorraine à un moment donné, et que Lorraine ferait des expériences sur Rina. De toute façon, nous devions continuer notre évaluation.

◆◇◆◇◆

Je pouvais dire que mon mana avait un peu augmenté. Pourtant, il y avait beaucoup de gens qui avaient beaucoup plus de mana que moi. Mais comparé à mon vivant, j’étais maintenant aussi fort que 150 Rentts. Eh bien, c’était juste une supposition.

En termes de classe, j’étais probablement au niveau d’un aventurier moyen de classe Or. Cependant, je n’étais toujours pas très doué en magie, et j’étais pratiquement sûr de perdre contre un mage de classe Bronze dans un vrai combat. Cela me convenait tant que je tenais compte de mes capacités générales.

« Rina, tu n’as pas besoin de te comparer à Rentt, » dit Lorraine. « Il est bizarre à bien des égards. Tu ne peux pas l’inclure dans l’échantillon, parce qu’en tant qu’aberration, il fausse la moyenne. »

Je suppose que je ne convenais pas à la comparaison, mais elle aurait pu faire preuve d’un peu plus de tact. Mais bon, ce n’était pas non plus nouveau.

Je savais que j’avais toujours été un peu bizarre, même avant de devenir mort-vivant. Par exemple, je n’étais pas très fort, mais je possédais l’esprit, le mana et la divinité. Et j’avais fait une fixation sur l’aventure en solo malgré mes faiblesses.

Normalement, la plupart des aventuriers du niveau où je me trouvais avant de mourir auraient abandonné et auraient cherché un nouveau travail. Ou bien ils se seraient regroupés avec d’autres aventuriers, travaillant à des postes appropriés à leur niveau jusqu’à ce qu’ils aient économisé suffisamment pour devenir aubergiste ou marchand. C’était la vie d’un aventurier moyen.

Toutes les personnes avec lesquelles j’étais ami et qui ne s’étaient jamais vraiment épanouies en tant qu’aventuriers avaient fini par suivre cette voie. Parfois, je me demandais comment ils allaient. Peu étaient restés à Maalt. Les aventuriers n’étaient que des vagabonds ayant besoin d’errer, peu d’entre eux s’enracinaient dans leur ville natale.

Cependant, je m’éloignais du sujet.

« Pourtant, je suis aussi un vampire mineur, ou quelque chose comme ça, alors ne suis-je pas aussi une aberration comme Rentt ? » demanda Rina à Lorraine.

Rina semblait étonnamment calme à propos de tout ça. Ou peut-être que ce n’était pas si surprenant. Même lorsqu’elle m’avait rencontré pour la première fois, elle avait été surprise et un peu timide au début, mais une fois qu’elle avait accepté qui et ce que j’étais, elle n’avait pas hésité à m’aider. Lorsque j’avais dit que je ne pouvais pas rentrer chez moi à cause de mon apparence, Rina avait insisté sur le fait que c’était possible. Quand il s’agissait d’optimisme, elle était toujours bien plus optimiste et tournée vers l’avenir que moi.

Lorraine avait réfléchi un moment et avait hoché la tête. « C’est certainement possible, étant donné que Rentt t’a donné un peu de son sang. C’est quelque chose que nous pouvons confirmer par des tests. Ce qui me fait penser… C’est un peu tard pour le demander, mais n’es-tu pas choquée ou surprise d’être devenue une vampire, Rina ? Tu sembles terriblement nonchalante à propos de tout ça. Tu n’as pas paniqué quand Isaac t’a décrite comme un petit vampire. Sur le moment, tu n’avais pas eu le temps de t’en rendre compte. Mais ce n’est certainement plus le cas aujourd’hui, n’est-ce pas ? »

« Oh. Tu sais, quand tu le dis comme ça, tu as raison, » répondit Rina. « Je suppose que normalement, je serais un peu plus confuse. Mais je connaissais déjà Rentt. Les bonnes personnes restent bonnes même si elles deviennent des monstres. Et puis, on dirait que mes émotions sont un peu plus maîtrisées maintenant. »

« Ah, donc tu avais déjà encaissé ce choc parce que tu as rencontré Rentt en tant que goule. Je crois que Rentt a mentionné quelque chose à propos de ses émotions devenant moins prononcées quand il est devenu mort-vivant. Est-ce un phénomène courant, Isaac ? »

« Oui, » confirma Isaac. « Étant donné que je suis né vampire, je n’en ai pas fait l’expérience moi-même. Cependant, cela semble se produire lorsqu’un humain devient un vampire. Cependant, ce n’est pas comme s’il perdait toutes ses émotions, ou quoi que ce soit de ce genre. Un homme que je connaissais et qui était devenu un vampire me l’a décrit. Vous devenez plus calme, et vous pensez plus rationnellement. »

***

Partie 2

« Je pensais que Rentt et Rina étaient des exemples rares, » avait remarqué Lorraine. « Y a-t-il encore des humains qui deviennent des vampires ? »

« Comme l’a noté ma maîtresse, il arrive qu’un vampire crée un partenaire en transformant un humain. Cependant, ce n’est pas un cas courant à ma connaissance. Les vampires modernes choisissent généralement leurs partenaires parmi d’autres vampires. Il y en a qui s’accouplent avec des humains sur un coup de tête, mais même dans ces cas-là, il est rare qu’ils les transforment. »

Cela signifiait que les vampires pouvaient avoir des enfants avec d’autres vampires. Je ne savais rien des vampires qui créaient un partenaire, mais de temps en temps, j’entendais des rumeurs sur ce genre de « jeu ». La plupart du temps, les rumeurs sur les enfants mi-vampires, mi-humains — les dampirs — étaient des mensonges purs et simples ou un malentendu.

Dans les villages ruraux, il arrivait que des personnes soient étiquetées par erreur comme étant des dampirs et soient ostracisées pour cela. Cependant, il s’avérait presque toujours qu’ils n’étaient pas vraiment des dampirs, mais des personnes qui avaient un œil magique spécial qu’ils ne pouvaient pas contrôler, ou des personnes qui avaient trop de mana et manifestaient inconsciemment de la magie autour d’eux. Les vrais dampirs étaient probablement aussi rares que les aventuriers de classe Mithril. Je n’en avais jamais vu un. Mais il y avait d’innombrables monstres que je n’avais jamais vus en personne.

Ces faux rapports sur des dampirs avaient tendance à attirer beaucoup d’attention, alors je faisais souvent l’effort d’enquêter pour de l’argent de poche. J’avais généralement trouvé quelque chose d’utile comme quelqu’un avec un œil magique ou quelqu’un avec trop de mana. Je ne voulais pas faire quelque chose d’effrayant comme les utiliser comme sacrifices ou transplanter leur œil magique en moi. Je le faisais parce que c’était utile pour les mages à la recherche d’apprentis ou pour les ordres chevaleresques et les armées à la recherche de recrues prometteuses. En fin de compte, très peu d’entre eux avaient vraiment ces capacités uniques.

◆◇◆◇◆

« J’aimerais bien en savoir plus sur les vampires et leur écologie, » dit Lorraine, « Mais je suppose que cela peut attendre. En tout cas, on peut supposer que la nonchalance de Rina provient d’une combinaison des effets de la transformation en vampire et du fait qu’elle connaît déjà des gens qui se sont transformés en monstres. Je suis contente qu’elle ne soit pas du genre à tomber dans une panique aveugle. »

Rina avait incliné la tête. « Qu’aurais-tu fait si j’avais paniqué ? »

« Si tu avais écouté la raison, je t’aurais fait asseoir et je t’aurais parlé de tout ça jusqu’à ce que tu comprennes. Tu es soudainement devenue une vampire, un peu de panique ou de confusion serait naturel. Mais si tu avais l’intention de déclarer que tu es devenue une vampire… »

« Et si j’avais fait ça ? »

« J’aurais pu être obligé de t’éliminer. Tu aurais été une menace. Je n’aurais pas eu le choix. »

Lorraine avait dit cela avec désinvolture, comme si elle énonçait une évidence. Cela rendait ses mots d’autant plus déconcertants. Ce n’était pas qu’elle était sans cœur. Elle tempérait juste ses émotions avec de la rationalité. Si elle n’avait que deux choix, elle choisirait immédiatement le résultat le plus important et rejetterait l’alternative.

Dans ce cas, ça aurait été un choix entre Rina et moi. Ce n’est pas qu’elle voyait Rina comme une nuisance, mais si elle n’avait pas d’autre choix, elle l’aurait éliminée.

J’étais vraiment content que Rina soit une personne aussi positive. Quand j’y pense, la plupart des gens auraient réagi un peu plus négativement aux paroles de Lorraine. Mais la sensibilité de Rina était un peu différente de la normale. Peut-être était-ce dû au fait que ses émotions étaient un peu plus modérées maintenant qu’elle était une vampire.

D’un ton parfaitement égal, Rina déclara. « Je vois. Mais est-ce que c’est quelque chose que quelqu’un ferait vraiment ? Je veux dire, si tu te promènes en criant que tu vas devenir un vampire, tu vas finir en prison ou pire, non ? Je ne suis pas pressée de mourir. Bien que, je suppose que ce n’est pas clair si un vampire est réellement vivant ou mort. »

« C’est vrai, » reconnaît Lorraine. « Mais certaines personnes ne réfléchissent pas trop et vont immédiatement demander de l’aide à l’Église, pensant qu’elle peut faire quelque chose pour elles. Je ne pouvais pas écarter cette possibilité d’emblée. »

« Ah. C’est vrai. Je pourrais voir cela arriver. »

La plupart des gens penseraient probablement que l’église pourrait les guérir s’ils devenaient morts-vivants. C’est parce que toutes les organisations religieuses considéraient les morts-vivants comme des créatures impures ou souillées. Elles étaient remplies de prêtres et de saints qui pouvaient utiliser la divinité pour cette raison. Quelqu’un qui était devenu mort-vivant s’accrochait naturellement à l’espoir qu’un tel pouvoir pouvait le guérir.

Cependant, ce n’était pas du tout le cas. La purification utilisée par les prêtres et les saints effaçait les créatures souillées de ce monde, et ne les transformait pas en humains. Ils pouvaient aider quelqu’un qui était possédé par un spectre ou autre en exorcisant le monstre, mais si le corps de la personne était déjà complètement transformé en monstre… Pour autant que je sache, il n’était pas possible d’inverser le processus. C’était une perte de temps d’essayer. En fait, c’était un peu comme se porter volontaire pour être décapité.

« Je ne ferais certainement pas ça, » avait assuré Rina à Lorraine.

« On dirait bien. Dans ce cas, je pense que tu pourrais te débrouiller. Mais nous nous sommes un peu éloignés du sujet. Nous avons besoin de voir ta magie, Rina. Tu connais l’incantation maintenant ? »

« Oui… mais je n’ai pas beaucoup de confiance dans le fait que ce sera substantiel. »

« Ce n’est pas nécessaire. Je commence à penser que la démonstration de Rentt était un exemple de ce qu’il ne faut pas faire. Es-tu sûre que tu peux déclencher le sort ? »

« Ce ne sera pas un problème. Bien que j’aie utilisé le mana principalement pour améliorer mon corps et mon arme, je peux encore lancer des sorts de base. Tout ce qui est plus que ça risque de sortir un peu mal. »

« À quel point ? » demanda Lorraine.

« J’ai presque tout appris de mon frère aîné, qui est un chevalier. Donc, si je suis douée pour les améliorations liées à l’épée, je n’ai pas vraiment appris d’autres magies. »

Si je me souviens bien, le frère aîné de Rina était Idoles Rogue, un chevalier de la Première Brigade du Royaume de Yaaran. Il était probablement parti travailler dans la capitale royale. Je m’étais demandé comment lui et le reste de la famille de Rina allaient réagir. Évidemment, ce serait un gros problème s’ils apprenaient qu’elle était maintenant un vampire. J’avais décidé que je devrais vérifier avec elle plus tard.

« Hm, un chevalier. Je ne sais pas pour les chevaliers de Yaaran, mais la plupart des chevaliers impériaux peuvent utiliser des sorts de niveau moyen. Eh bien, si tu peux le lancer, ça ne devrait pas être un problème. Essaie-le. »

À l’insistance de Lorraine, Rina s’était avancée. Isaac et moi avions regardé de loin. Je ne pensais pas que ce qui s’était passé avec mon sort se produirait cette fois-ci, mais… Je ne pouvais pas dire que ce ne serait pas le cas.

Rina avait commencé à chanter l’incantation. « Feu, utilise mon mana comme ton carburant et manifeste-toi devant moi. Allumage ! » Un jet de flamme de la taille d’un pouce avait jailli de la paume de Rina.

« C’est normal, » avait fait remarquer Lorraine.

Isaac avait hoché la tête et avait ajouté. « Oui, très normal. »

Ce n’était pas une déception ou autre, mais mon sort bizarre avait rendu le sort de Rina décevant. Je me sentais un peu mal à propos de ça.

Après que le feu se soit éteint, Lorraine avait demandé. « Qu’est-ce que tu as ressenti lorsque tu as essayé d’utiliser la magie ? Y avait-il une différence avec avant ? »

« Ça n’a pas semblé aussi fatigant que d’habitude. Je n’ai pas non plus l’impression d’avoir utilisé de mana. »

« Hm, oui. Pour une novice, tu as beaucoup de mana. Bien sûr, je ne sais pas ce qui est moyen pour un vampire mineur, Isaac ? » Lorraine s’était tournée vers Isaac pour confirmation.

« Laissez-moi voir. Vous devriez avoir l’impression de pouvoir lancer des magies courantes sans épuiser votre mana. Comme les vampires régénèrent également le mana beaucoup plus rapidement, vous êtes probablement égal à un mage humain de niveau moyen. »

« Les vampires mineurs sont aussi puissants ? » dit Rina, un peu surprise. « Hm. Alors ceux qui sont au-dessus d’eux doivent être plutôt intimidants. »

Cela n’avait peut-être pas l’air beaucoup, mais les mages possédaient une puissance de feu incroyable. Avec ce niveau de mana et l’entraînement pour l’utiliser, c’était plus qu’assez pour bien gagner sa vie. Bien sûr, c’était peine perdue si vous ne pouviez pas utiliser la magie.

***

Partie 3

« Donc, nous avons testé votre force physique et votre mana. Quoi d’autre ? As-tu quelque chose à ajouter, Rentt ? » m’avait demandé Lorraine.

« Voyons voir. Je suppose que parce que j’ai donné mon sang à Rina, elle est l’un de mes familiers ? »

« Ce serait vrai pour un vampire standard, » dit Lorraine en jetant un coup d’œil à Isaac.

Bien que Lorraine en sache beaucoup sur les vampires, comme nous avions un vrai vampire ici, il serait plus facile de le lui demander.

Isaac acquiesça. « Oui, je crois que c’est le cas. Le familier d’un vampire peut rompre ce lien s’il devient plus fort que son maître, mais c’est une exception. Cependant, je ne pense pas que cela soit bien connu des humains, » dit-il en regardant Lorraine.

Lorraine inclina la tête. « C’est la première fois que j’en entends parler. Je suppose que c’est parce que les humains n’ont aucun moyen de le savoir. Est-ce un phénomène courant ? »

« Pas particulièrement. C’est une chose extrêmement difficile à réaliser. Si le familier renforce ses propres capacités, son maître prend son mana et son sang, il est donc impossible pour un familier d’y parvenir par des moyens ordinaires. Si le maître veut que son familier le fasse, alors c’est possible. Mais les vampires qui peuvent se permettre de le faire sont extrêmement puissants. Le simple fait de les surpasser en puissance serait difficile en soi. »

« Je vois. » Lorraine avait fait une pause, puis avait demandé. « Que vouliez-vous dire par un maître qui prend leur mana et leur sang ? »

« Un maître peut prendre de force tout le sang ou le mana qu’un familier obtient. Il semble que les maîtres traitent les goules et les vampires mineurs comme des esclaves, mais comme les maîtres peuvent également fournir du mana ou du sang à leurs familiers, il ne s’agit pas d’une relation à sens unique. Par exemple, disons qu’un maître ayant plusieurs familiers leur fait collecter du sang, mais que la quantité de sang que chacun a pu collecter diffère. Dans ce cas, le maître peut recueillir tout le sang et le distribuer équitablement à ses familiers. Cela diminue les risques associés à une chasse ratée. »

Il semblerait qu’il y ait aussi des inconvénients à cela, mais le sang humain était assez difficile à obtenir. Puisqu’il y avait aussi des chasseurs de vampires, j’étais sûr qu’il y avait eu de nombreux cas où une chasse minutieuse s’était soldée par un échec.

« Alors puis-je aussi faire ça ? » avais-je demandé à Isaac.

« Je ne peux pas me prononcer dans un sens ou dans l’autre. Cependant, puisque vous pouvez consommer du sang et obtenir des familiers comme un vampire, votre familier aura probablement besoin de sang. Edel, le puchi suri en a besoin, oui ? Comment avez-vous géré cela jusqu’à présent ? »

J’avais donné à Edel le sang de Lorraine. Mais il était beaucoup plus petit que moi et n’avait pas besoin de tant de sang que ça. Il pouvait tenir trois jours avec une seule goutte.

Après avoir expliqué cela à Isaac, il avait répondu. « Il semble que vous n’ayez pas besoin de beaucoup de sang, ce qui doit expliquer pourquoi Edel est dans le même cas. Ça, ou peut-être qu’il vous prend du sang sans que vous le sachiez. »

Attends, qu’est-ce qu’il vient de dire ? Sans que je le sache ?

« Qu’est-ce que ça veut dire ? » avais-je demandé.

« Si le maître n’a pas fixé de restrictions, un familier peut librement lui prendre du sang et du mana. »

Isaac avait suggéré qu’Edel pourrait faire la même chose. Maintenant qu’il l’avait mentionné, je pouvais penser à quelques exemples. Il y avait des fois où Edel avait pris mon mana, mon esprit ou ma divinité sans ma permission. Cela avait dû être la même chose avec le sang. Qu’est-ce que j’étais, une cachette d’approvisionnement ? Mais si Edel pouvait le faire…

« Peux-tu aussi le faire ? » avais-je demandé à Rina.

Rina était humaine, tandis qu’Edel était un puchi suri, mais ils étaient tous deux des familiers. Il était probablement sûr de supposer que Rina pouvait faire la même chose. Ou plutôt, c’est ce que j’essayais de demander en premier lieu.

Si Rina pouvait emprunter et utiliser mon mana comme Edel, ce serait très utile. Cela augmenterait aussi ses capacités. Après tout, la chose la plus importante avec le mana était la quantité totale disponible. Puisque j’avais maintenant une assez grande réserve de mana, il serait bénéfique qu’elle puisse y puiser. Maintenant qu’elle était un monstre, on ne pouvait pas savoir qui pourrait essayer de l’attaquer. Même si nous n’étions pas techniquement des vampires, juste des pseudo-vampires, et que nous avions visuellement l’air humain, il ne fallait pas être trop prudent.

« Hrrm. Je ne sais pas. Comment puis-je essayer ? » demande Rina.

Edel, qui était assis sur mon épaule pendant tout ce temps, avait soudainement sauté sur le dessus de la tête de Rina et lui avait tapoté le front.

« Oh ! Ah, OK. Je vois. Comme, ça ? »

Rina avait commencé à se parler à elle-même. Immédiatement après, j’avais senti une partie de mon mana quitter mon corps.

« On dirait que le mana de Rina a augmenté, » murmura Lorraine.

J’avais regardé Rina. « As-tu pu le faire ? »

« Hein ? Oh, oui. Edel m’a appris comment faire. »

Apparemment, dès qu’Edel avait sauté sur sa tête, elle avait pu comprendre ce qu’il essayait de communiquer. Il lui avait ensuite appris comment me retirer du mana. Selon Rina, le conseil d’Edel était de me l’arracher sans hésitation. Je n’avais pas eu l’impression qu’elle en avait pris beaucoup, donc je suppose que c’était la bonne approche.

J’avais vérifié avec Edel quand il était retourné sur mon épaule, et il avait confirmé qu’il n’avait pas été capable de tirer beaucoup de mana de moi au début. Mais avec un peu de pratique, il n’y avait pas de réelle limite.

Cela semblait assez dangereux. Edel avait répondu à mes pensées en me disant que je pouvais limiter le débit, et que je devais donc apprendre à le contrôler de mon côté.

Était-ce mon test en tant que leur chef ? Mes subordonnés étaient un rat pompeux et une jeune femme. C’était une sorte de combinaison bizarre.

Bref, je voulais voir si Rina pouvait tirer plus que du mana, et peut-être utiliser de la divinité.

◆◇◆◇◆

« OK, donc je sais que tu peux tirer du mana de moi. Mais qu’en est-il des autres pouvoirs, l’esprit et la divinité ? »

Rina inclina la tête. « Je ne sais pas pour l’esprit, mais peut-être la divinité ? Hrm... »

Rina avait froncé les sourcils et avait commencé à se concentrer sur quelque chose. Après un moment, j’avais senti la divinité sortir de moi et entrer en elle.

Ce n’était toujours pas un grand transfert, à peu près la même quantité que je pouvais utiliser quand j’étais vivant. Le plus qu’il pouvait faire alors était de purifier l’eau. C’était extrêmement utile lors des aventures, mais c’était plutôt pathétique comparé aux miracles que les prêtres et les saints pouvaient accomplir.

J’avais eu l’impression qu’Isaac gardait une certaine distance avec Rina et moi. Était-ce parce qu’il n’aimait pas la sensation de divinité ?

« Isaac, je suppose que la divinité… »

Avant que je puisse terminer, il s’était tourné vers moi avec une expression aigre. « C’est désagréable. Contrairement à un monstre mineur, un peu de purification ne fera pas grand-chose à un vampire. Mais même dans ce cas… Comment le décrire ? J’ai l’impression d’être étouffé par la fumée. »

« Eh bien, je suppose que je vois ce que vous essayez de dire. C’est vraiment désagréable. »

Même si la divinité ne l’avait pas tué, il était toujours inconfortable à côtoyer. Pourtant, je voulais tester ce que Rina pouvait faire, donc j’avais besoin qu’il le supporte pour le moment.

Isaac semblait avoir compris sans que j’aie à le dire. « Il n’y a pas lieu d’hésiter pour moi, » avait-il dit. « À cette distance, ça ne me dérange pas beaucoup. »

Malgré le fait qu’Isaac n’aimait pas la sensation de la Divinité, Rina semblait tout à fait bien. Peut-être qu’elle n’était pas une vampire typique non plus.

« Peux-tu manipuler la divinité ? » lui avais-je demandé. « Par exemple, peux-tu l’utiliser pour purifier ou guérir, ou l’incorporer dans tes armes et armures ? »

La divinité était différente du mana. On pouvait l’utiliser intuitivement même si on ne comprenait pas sa composition ou ses mécanismes. Cependant, Rina avait emprunté ma divinité plutôt que d’utiliser la sienne. Pour la plupart des gens, la divinité était soit un pouvoir avec lequel ils étaient nés, soit une bénédiction directe d’un esprit ou d’un dieu. Mais si Edel pouvait l’utiliser, il y avait de fortes chances que Rina le puisse aussi.

« Je pense que je peux comprendre comment faire, » dit Rina. Elle regarda autour d’elle, comme si elle n’était pas sûre de ce qu’il fallait viser.

Lorraine avait ajouté : « Utilise-le au hasard. Comme ceci. » Elle avait dirigé sa divinité vers les mauvaises herbes qui poussaient à ses pieds.

Lorraine était maintenant une adepte de l’un des dieux — je crois que c’était Viro ou Gedo quelque chose — et ils l’avaient dotée de la divinité. Comme ce dieu n’était pas particulièrement puissant, Lorraine n’en avait pas beaucoup. Pourtant, elle était capable de nettoyer et de guérir légèrement. Du point de vue d’une organisation religieuse, cela faisait d’elle une sainte prêtresse. Eh bien, il n’y avait rien de particulièrement saint en elle. Au contraire, elle était plutôt une sorcière.

Les mauvaises herbes que Lorraine avait purifiées avaient poussé de quelques millimètres, et elles avaient l’air plus saines. En tant qu’engrais ambulant, Lorraine avait encore beaucoup à apprendre, mais il était facile de voir qu’un dieu des plantes l’avait bénie. Cependant, elle ne pouvait pas imprégner les objets de divinité. J’étais encore un peu unique dans ce sens.

Rina avait regardé la démonstration de Lorraine et avait hoché la tête. Elle avait dirigé la divinité vers des mauvaises herbes proches. Elles avaient également grandi de plusieurs millimètres et avaient l’air fraîches comme des marguerites. Mais comme avec Lorraine, elle n’avait pas infusé de divinité en elles.

J’avais fait de même, et les mauvaises herbes avaient poussé d’une douzaine de centimètres. Elles avaient aussi une faible dose de divinité en elles. Isaac avait froncé le nez comme s’il était tombé sur une fleur particulièrement odorante. Il semblait se débattre.

« Désolé. Je suppose que je devrais ramener ça à la maison, » avais-je proposé.

Isaac haussa les épaules. « C’est un petit coin de la cour, et je crois que ma maîtresse aimerait le voir, donc vous pouvez le laisser. » Un rire sec s’échappa de ses lèvres.

Un des hobbies de Laura était de collectionner des objets magiques rares. Dans un sens très large, mes herbes sacrées seraient admissibles. Même si, techniquement, elles ne comptent pas, elles sont probablement utiles pour fabriquer des objets magiques, il est donc logique qu’elle les veuille.

« Je suppose que je vais les laisser là. Mais si elles finissent par être un problème, faites-le-moi savoir. Je viendrai les chercher. »

Isaac avait acquiescé.

Nous avions déterminé que Rina pouvait tirer du mana et de la divinité de moi et les utiliser, mais évidemment elle ne pouvait pas faire de même avec l’esprit.

« N’y a-t-il aucun moyen pour toi d’accéder à l’esprit présent en moi ? » lui avais-je demandé.

Rina fronça les sourcils et essaya plusieurs fois, mais rien ne se passa. « On dirait que je ne peux pas, » dit-elle, ses épaules s’affaissant de déception.

Je n’avais aucune idée de la raison pour laquelle cela pouvait être le cas, mais Lorraine avait proposé une théorie. « Ce n’est qu’une hypothèse, mais il faut normalement s’entraîner pour utiliser l’esprit, non ? C’est probablement la différence. Rina savait déjà comment utiliser le mana, et la divinité est intuitive à utiliser, mais ce n’est pas le cas de l’esprit. »

C’est logique. On ne peut pas utiliser un pouvoir dont on ne sait rien. Mais dans ce cas, est-ce que ça veut dire qu’Edel connaissait déjà l’esprit avant notre rencontre ? Edel était plutôt coriace pour un puchi suri. Il était possible qu’il sache comment l’utiliser. L’esprit est basé sur la force vitale de toute créature vivante, il serait donc logique que des choses autres que les humains puissent l’utiliser.

Cela voulait probablement dire que Rina n’était pas encore habituée à ça. On pourrait travailler là-dessus. Je pourrais toujours lui apprendre à s’en servir aussi.

***

Partie 4

« Je pense que c’est tout. Non, attendez, il y a encore une chose que nous devons tester. Il se peut qu’il n’y ait aucun changement, mais ça vaut la peine de vérifier, » déclara Lorraine. J’avais incliné la tête vers elle d’un air perplexe et elle avait soupiré d’exaspération. « Les ailes. Plus précisément, tes ailes. Comme tu es beaucoup plus fort maintenant, tu pourrais très bien te lancer sur la face cachée de la lune. Nous devrions d’abord les tester dans une zone dégagée. »

J’avais oublié mes ailes. Il y avait de fortes chances que je finisse comme l’un de ces abrutis qui écrasent les doigts de quelqu’un avec une simple poignée de main. Si j’imprégnais mes ailes de mon mana et de mon esprit accrus, je pourrais m’envoler vers on ne sait où.

« D’accord, » j’avais accepté. « Faisons un essai. Oh, ça me fait penser. Les vampires n’ont généralement pas d’ailes, pas vraies, Issac ? »

« Non, ils n’en ont pas. Cependant, il y a des avians parmi le peuple-bête, par exemple. Quand ces espèces deviennent le familier d’un vampire, ce sont techniquement des vampires ailés. »

Ils étaient un peu différents de moi, puisqu’ils avaient déjà des ailes avant de devenir des vampires. Bien sûr, l’explication d’Isaac soulevait la question de savoir d’où venaient les miennes. Il semblerait qu’Isaac n’était pas sûr non plus, donc une réponse devra attendre.

« Eh bien, je suppose que je vais essayer. Ailes — Whoa. »

Quand j’avais déplié mes ailes, quelque chose de bien plus grand que ce à quoi je m’attendais avait jailli de mon dos. Je ne me souvenais pas qu’elles étaient aussi grandes. Elles mesuraient tout au plus quelques dizaines de centimètres. Cette fois, je les sentais totalement différentes. J’avais hésité à tourner la tête pour vérifier mon dos et j’avais trouvé…

« Elles sont énormes, » avais-je fait remarquer.

Elles étaient si grandes qu’une seule aile était plus longue que ma taille. Non seulement cela, mais dans le passé, elles ressemblaient plus ou moins à des ailes de chauve-souris. Maintenant, elles étaient recouvertes d’une sorte d’écailles. Les membranes étaient rouges, mais tout le reste était d’un vert terne. Elles me faisaient penser à — .

« On dirait des ailes de dragon, » avait interjeté Lorraine. « C’est fascinant. Pourquoi pousseraient-elles dans ton dos ? »

Elle avait raison. Les miens ressemblaient vraiment à celles d’un dragon. Comparés à un vrai dragon, elles étaient encore petites et peu impressionnantes, mais elles avaient l’air draconique.

« Elles ont l’air vraiment cool ! Je me demande si je peux aussi en faire pousser, » murmura Rina derrière moi.

Oh, c’est vrai. On n’avait pas encore vérifié. Il y avait une chance qu’elle puisse aussi les faire pousser.

« Parmi les plus grandes créatures, il y a ceux qu’on appelle les hommes-dragons. Je crois qu’ils ont des ailes semblables, » Isaac avait dit ça après qu’il ait étudié les miennes.

Je savais que les hommes-dragons existaient, mais je n’avais jamais rencontré leur race avant. Maalt et le royaume de Yaaran lui-même étaient en marge de la civilisation, et la population était principalement humaine.

Comparés aux autres races, les humains avaient une apparence plutôt ordinaire, sans réelle caractéristique distinctive, mais ils étaient aussi extrêmement adaptables et pouvaient vivre où ils le souhaitaient. Cet aspect, combiné à leur capacité à produire un grand nombre de descendants, était l’une de leurs forces en tant que race. Les autres races avaient tendance à être très pointilleuses sur l’endroit où elles vivaient, ou avaient besoin d’environnements spéciaux pour survivre, et n’étaient donc pas capables de se répandre dans le monde aussi facilement que les humains.

Un bon exemple de cela serait les elfes. Ils avaient du mal en dehors des forêts. Ils ne souffraient pas de « manque de forêt » ou de quelque chose du genre et en mouraient, mais ils tombaient en dépression lorsqu’ils étaient éloignés des forêts trop longtemps. Cela pouvait entamer leur volonté de vivre. Apparemment, à long terme, ils pouvaient même en mourir. Il y avait des elfes qui n’étaient pas gênés par l’éloignement des forêts, mais c’était une petite minorité.

C’est pourquoi je n’avais jamais rencontré d’homme-dragon, même si, si je me souviens bien, ils étaient extrêmement rares.

« En as-tu déjà rencontré, Lorraine ? » avais-je demandé. « Je veux dire, les hommes-dragons. »

Elle avait secoué la tête. « Non, je ne l’ai pas fait. J’ai lu qu’ils sont spéciaux, même parmi le peuple des bêtes. C’est pourquoi ils se montrent rarement aux autres races. Puisque l’empire, sans être explicitement suprématiste envers les humains, a tendance à être assez discriminatoire, les peuples-bêtes en général ne s’y rendent pas beaucoup. Isaac, et vous ? »

« Oui, plusieurs fois, mais c’était il y a assez longtemps. Cependant, nous ne nous sommes pas assis et n’avons pas conversé avec eux. Il s’agissait plutôt d’une confrontation. C’était des adversaires difficiles. »

Des adversaires difficiles ? Ça n’avait pas dû être une rencontre pacifique. Eh bien, ça avait du sens. Isaac était un vampire. J’imagine que la plupart des rencontres se terminaient par un bain de sang.

« Pouvez-vous expliquer pourquoi vous les avez combattus ? » avais-je demandé.

« Nous voulions la même chose qu’eux, et ça a dégénéré en un conflit de propriété. Pendant ce combat, des ailes leur ont poussé comme celles du dos de Rentt. J’ai entendu dire qu’ils sont extrêmement doués pour manier l’Esprit. »

Les manieurs d’Esprits s’appuyaient plus sur le combat physique que sur la magie. La plupart des hommes bêtes étaient comme ça, mais quelques races parmi eux étaient douées pour la magie, donc ce n’était pas toujours le cas. Mais ce n’était pas si important pour le moment.

« Je suppose que mes ailes ressemblent à celles d’un homme-dragon. Ce serait bien d’en rencontrer un et de le lui demander. »

Si je leur posais directement la question, ils pourraient me dire soit « Non, pas comme les nôtres, » soit « Oh, bonjour à tous les hommes-dragons ! »

Je ne l’avais pas dit sérieusement, mais Isaac avait secoué la tête, les sourcils froncés. « Non, vous devrez vous abstenir de le faire. C’est un peuple fier. Si vos ailes ne sont pas les mêmes que les leurs, ils pourraient interpréter cela comme si vous vous moquiez d’eux par imitation et vous attaquer. En outre, le fait que vous soyez un pseudo-vampire pourrait également poser problème. Comme ils sont extrêmement fiers de leur propre héritage, il est peu probable qu’ils pardonnent à un vampire d’avoir l’un de leurs traits de caractère les plus précieux. »

Ça avait l’air un peu effrayant. De plus, ça pourrait être un problème si trop de gens voyaient mes ailes. Je ne pouvais pas les utiliser sur un coup de tête. De toute façon, je ne les avais jamais beaucoup utilisées auparavant, pour la même raison, alors je n’avais pas peur de m’abstenir. Pourtant, c’était une bonne option en cas d’urgence. Je devais juste être prudent.

« Alors je suppose que je dois rendre visite au Dieu de l’évaluation, » avais-je conclu.

C’était ma seule option pour déterminer ma race et évaluer ce masque. Bien que je sois sceptique quant au fait que le Dieu de l’évaluation fasse directement l’évaluation.

« C’est la solution la plus sûre, » confirma Isaac. « Pour le moment, si nous devons donner un nom temporaire à votre race pour des raisons de commodité, je dirais que vous êtes un vampire-pseudo-homme-dragon. Non pas qu’une telle race existe. »

Isaac avait manifestement choisi le nom le plus facile pour le moment. Il y avait peut-être réfléchi, mais c’était un peu trop littéral. Je n’étais pas sûr de ce que je ressentais à ce sujet.

 

◆◇◆◇◆

En fin de compte, bien que nous ayons testé tous mes changements physiques, je n’avais rien pu découvrir de concret sur ce que j’étais devenu. Le plus important, cependant, était d’avoir une bonne idée de ce dont j’étais capable. Ou du moins, c’est ce que je me suis dit.

La prochaine chose dont nous devions discuter était la ville.

« C’est un peu tard pour en parler, mais l’expansion du donjon s’est arrêtée, non ? » avais-je demandé à Isaac.

« Oui. Je crois que c’est parce que Lady Laura le contrôle. Il n’y a eu aucun signe d’expansion depuis cet incident. Cependant… »

« Cependant ? Quel est le problème ? »

« Ce n’est pas vraiment un problème en soi. Il est préférable que vous voyiez par vous-même. Au moins, ce n’est pas un problème particulièrement grave. »

« Eh bien, si vous le dites. »

Lorraine avait remarqué mon scepticisme et m’avait fait un signe de tête pour indiquer qu’il n’y avait pas de problème immédiat. Je suppose que cela signifiait que tout allait bien.

« Et si on faisait un rapport à la guilde ? » avais-je ajouté.

« Nous n’avons pas encore fait de rapport officiel, » répondit Isaac. « Nous avons pensé qu’il était préférable de commencer par mettre notre histoire au clair. En particulier, nous aimerions garder secret le fait que Dame Laura est devenue le maître du donjon. »

Ce serait important. Si nous mentionnions quoi que ce soit à ce sujet, cela pourrait révéler par inadvertance que Laura était une vampire. Laura et Isaac connaissaient le concept de noyau de donjon, mais cette connaissance n’était pas très répandue chez les humains. Je ne les connaissais pas malgré mes longues années en tant qu’aventurier, je soupçonnais donc la guilde de ne rien savoir d’eux. Cependant, s’ils en savaient au moins quelque chose, s’ils connaissaient les caractéristiques d’un noyau, ils pouvaient deviner que Laura était une figure inhabituelle, remarquable, en quelque sorte.

De plus, Nive était toujours à Maalt. Il est clair, d’après nos échanges passés, qu’elle chasserait un vampire jusqu’au bout du monde si elle en découvrait un dans les parages.

« Je suis d’accord. Si les gens découvrent que Laura est une vampire, alors ils soupçonneront aussi que nous sommes peut-être des vampires. Mais que devons-nous dire dans le rapport ? » J’avais murmuré cette dernière partie avec un soupir.

« Tu as peut-être trop réfléchi, » avait proposé Lorraine. « Après tout, tu as dit à Wolf que tu allais chercher Shumini. Le plus simple serait de dire que les choses se sont arrangées quand tu l’as vaincu. »

C’était une explication extrêmement simple, mais c’était la vérité. Wolf ne poserait probablement pas trop de questions si je lui disais que nous avions vaincu Shumini et que nous avions laissé de côté toutes les parties concernant le noyau du donjon et le maître du donjon. Laura avait restauré la paix dans la ville en absorbant le noyau, mais Wolf penserait que c’était parce que Shumini était mort. Les choses étaient revenues à la normale, donc il n’y avait pas beaucoup de place pour la suspicion. Pourtant, le donjon était toujours là sous la ville, et j’étais sûr que la guilde enverrait ses propres équipes pour enquêter. Cependant, Laura avait le noyau, et elle en était le maître. Examiner le donjon ne révélerait rien d’autre.

« Ouais, allons-y avec ça, » avais-je dit, en hochant la tête. « Isaac, ça vous convient aussi ? »

« Cela semble bien. Quant à Mlle Rina, vous pourriez noter que vous l’avez trouvée ligotée dans une arrière-salle. Vous pourriez dire que vous l’avez trouvée par hasard, mais Mlle Rina était là parce que Shumini l’avait capturée, non ? »

Isaac avait regardé Rina, et elle avait répondu. « C’est vrai. J’ai soudainement perdu le contact avec les deux membres de mon groupe, alors je suis partie à leur recherche. C’est alors qu’il m’a capturée. Il s’est ensuite nourri de mon sang. Le temps que je réalise ce qui s’était passé, vous m’avez trouvée. »

Donc Shumini avait capturé Raiz et Lola en premier. J’avais demandé à Rina des détails, et elle avait expliqué qu’ils avaient utilisé une auberge comme base. Aucun des deux n’était revenu cette nuit-là, alors elle était partie à leur recherche, mais Shumini l’avait capturée et transformée en vampire.

« Dans ce cas, » dis-je, « l’auberge que vous avez utilisée doit se demander pourquoi votre groupe n’est pas revenu. On ne peut pas ne pas parler de sa capture. Il serait plus facile de dire qu’elle a été capturée, mais qu’elle va bien. »

Nous aurions pu noter que je l’avais rencontrée par hasard, mais comme il y avait des gens qui savaient qu’elle avait disparu depuis un certain temps, cela pourrait devenir un problème. Ils pourraient décider de vérifier eux-mêmes cette partie de la ville. Construire un mensonge qui soit aussi proche de la vérité que possible fonctionnerait bien mieux. Il était vrai qu’elle avait été capturée, et cela expliquait parfaitement sa disparition. On omettrait simplement de dire que Rina était devenue une vampire et que Laura était devenue le maître du donjon.

« Très bien. Je répondrai de cette façon quand on me demandera, » dit Rina. « Mais je ne sais pas si quelqu’un va me demander quoi que ce soit pour commencer. »

C’était probablement vrai. Cela peut paraître dur, mais peu de gens se soucieraient de la disparition d’un aventurier. Tout au plus, ils supposeraient que l’aventurier a fini par mourir quelque part et traiteraient cela comme une tragédie quotidienne. Quant à la guilde, à moins qu’il ne s’agisse de quelqu’un d’extrêmement important ou de quelqu’un dont elle avait besoin pour une raison particulière, elle ne se souciait pas de rechercher les aventuriers disparus. Rina ne faisait pas partie de ceux qu’ils recherchaient.

« Mais les circonstances sont un peu différentes cette fois-ci, » avais-je fait remarquer. « Les gens se sont transformés en monstres, et quelques aventuriers se sont transformés en thralls. Si un aventurier qui a disparu depuis un certain temps réapparaît soudainement, ils poseront au moins quelques questions. »

Ils vérifiaient soigneusement que l’aventurier n’était pas un monstre ou un thrall. Il serait terrifiant que des vampires et des thralls se promènent et travaillent comme aventuriers. Il est vrai que c’est ce que j’avais fait, et que Rina fera de même à partir de maintenant.

« Quand tu le dis comme ça… » Rina s’était arrêtée un instant, puis elle avait dit. « Oui, tu as raison. Je vais m’assurer de ne rien dévoiler. »

« Alors je suppose que nous devrions faire un rapport à la guilde. Notre histoire sera celle que nous venons de discuter, et pour ce qui est des détails… nous les trouverons une fois sur place. »

Ça s’arrangerait. Je veux dire, il n’y avait pas vraiment de raison de se méfier de nous. Wolf avait cependant un don pour flairer les choses. J’avais essayé de me convaincre que tout irait bien.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire