Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 6

***

Chapitre 1 : Ma ville natale de Hathara

Partie 1

Au milieu d’une clôture en bois se trouvait un portail rudimentaire. Nous nous en étions approchés et avions rencontré deux jeunes hommes qui montaient la garde. Ils m’avaient tous les deux regardé dès qu’ils nous avaient vus.

« Stop. Quelles sont vos activités à Hathara ? » demanda l’un d’entre eux.

« Je rentre à la maison. Jal, Dol, vous ne me reconnaissez pas ? » J’avais demandé et j’avais souri. Mais le sourire était caché sous mon masque, alors ils n’avaient vu que mes yeux rétrécis.

Les deux jeunes, un maigre nommé Jal et un petit nommé Dol, me regardaient avec curiosité. Quelques instants plus tard, ils avaient ouvert en grand les yeux.

« Attends, Rentt !? Est-ce toi !? » crièrent-ils.

« Oui. Ne pouvez-vous pas le voir ? » demandai-je.

« Non, tu ressemblais plus à un aventurier ordinaire la dernière fois que tu es venu, » déclara Jal. « Comme un épéiste ou quelque chose comme ça. C’est quoi cette robe et ce masque un peu sommaires ? » Il fronça les sourcils alors qu’il le demandait.

« J’ai traversé beaucoup de choses. Bref, laissez-moi entrer, » avais-je répondu en esquivant la question. Expliquer serait un casse-tête, et je n’avais pas l’intention de tout leur dire.

« Eh bien, je suppose que c’est très bien. Attends, qui est-ce ? » Dol l’avait demandé quand il avait remarqué Lorraine.

« Je suis un compagnon d’aventure, » proclama Lorraine. « Je m’appelle Lorraine Vivie. Je travaille également comme chercheur à Maalt. Ravie de vous rencontrer. » Elle leur avait serré la main.

Ils avaient tous les deux l’air déconcertés, mais une seconde plus tard, ils m’avaient traîné sur le côté et m’avaient parlé à l’oreille en chuchotant.

« Hé ! Qui est la poulette sexy ? Ne me dis pas que tu es marié ! Tu es marié !? » Jal m’avait interrogé.

Dol avait rapidement ajouté : « Êtes-vous ici pour signaler que vous vous êtes mariés ? Est-ce pour cela que tu es de retour !? C’est une grosse affaire. Nous devons le dire au maire ! » dit-il et il s’enfuit dans le village.

« Hé, attendez ! Vous avez tout faux ! » J’avais crié frénétiquement, mais c’était trop tard. Typique des villageois du fin fond des montagnes, il avait de fortes jambes et courait vite. Il n’avait fallu qu’un instant avant qu’il ne soit hors de vue.

« Qui aurait cru que l’une des personnes les moins sociables du village reviendrait avec une femme ? Riri et Fahri ne vont pas être contentes de ça. Mais au moins, ça nous donne une chance avec elles, » avait marmonné Jal.

Riri et Fahri étaient considérée comme faisant partie des plus belles femmes du village. Elles étaient aussi mes amies d’enfance, mais elles avaient environ sept ans de moins que moi, alors je les considérais comme des sœurs cadettes. Même si c’était différent en ville, selon les normes du village, elles devenaient un peu vieilles pour des femmes célibataires. C’était un peu inquiétant. Mais elles étaient assez belles pour se marier tout de suite si jamais elles en avaient envie, alors peut-être que ça ne valait pas la peine de s’inquiéter.

En tout cas, je ne savais pas pourquoi Jal les avait évoquées. « Comment ça, ça te donne une chance avec elles ? » avais-je demandé.

« Je ne peux pas te croire, » déclara Jal, consterné. « Elles ont toujours été à fond sur toi. Ne t’ont-elles pas dragué plusieurs fois ? Et tu les as repoussées. »

« Je suis presque sûr que ce n’était pas sérieux. Elles font ça tout le temps, » déclarai-je.

« Elles te donnaient des bonbons au miel chaque année à la Saint-Alto, n’est-ce pas ? Et elles t’invitaient toujours au lac pendant la Fête sans nom, » avait-il rétorqué.

Ces deux événements étaient destinés aux couples. Le premier était célébré dans le monde entier, tandis que le second était spécifique à notre village. Ils étaient suffisamment ancrés dans notre conscience publique pour que je les connaisse tous. Le jour de la Saint Alto, vous donniez des bonbons au miel à quelqu’un que vous aimiez. C’était aussi l’un des seuls moments de l’année où il était considéré comme approprié pour une femme de confesser son amour à un homme. Quant à la fête sans nom, elle se tenait à Hathara depuis si longtemps que même son nom d’origine avait été oublié. Il y avait une histoire qui l’accompagnait, et le festival était basé autour de cela. L’histoire était celle d’un couple qui s’était rendu à un lac, où leur amour s’était finalement réalisé.

J’avais reçu des bonbons et j’avais été invité au lac pendant ces fêtes, mais j’avais quitté le village un peu avant mes quinze ans. À l’époque, je ne savais pas comment j’étais censé accepter ces approches de la part de filles de sept ou huit ans. Mais cela ne semblait pas être une raison pour me traiter comme si je n’étais pas réceptif à leur amour.

Les fois où j’étais revenu au village, j’avais été surpris de voir à quel point elles étaient devenues belles. Et elles avaient fait des choses similaires lors de ces visites. Quoi qu’il en soit, je les connaissais depuis qu’elles étaient jeunes, et elles étaient toujours pour moi comme de précieuses petites sœurs. Et si elles me regardaient comme un grand frère, ce ne serait pas particulièrement étrange.

« Elles ont dit qu’elles n’avaient personne d’autre et m’ont choisi pour qu’elles puissent au moins s’amuser pendant les fêtes, » avais-je expliqué. C’est là que Jal avait dû se faire une fausse idée. Elles étaient clairement trop jeunes. Je n’avais rien contre une différence d’âge dans les relations entre adultes, mais quand vous connaissez quelqu’un depuis qu’il est tout petit, il est difficile de le considérer comme un membre du sexe opposé. Je supposais qu’elles me voyaient de la même façon.

« Et tu as pris cela au pied de la lettre ? » Crachat Jal. « Peu importe. Tu as amené ta femme ici, donc c’est la fin de tout ça. Maintenant, les gars du village peuvent aller de l’avant avec Riri et Fahri. »

C’est ce qu’il avait dû vouloir dire par « avoir une chance ». Qu’elles aient plaisanté ou non, je n’avais pas de sentiments romantiques pour elles. Non pas que j’étais marié à Lorraine non plus, mais il ne semblait pas que Jal ou Dol m’écouteraient même si je leur disais cela. En ce qui concerne Riri et Fahri, c’était peut-être un malentendu commode, alors je ne voulais pas faire d’efforts pour les corriger.

« De quoi parlez-vous ? Quelque chose d’intéressant ? » demande Lorraine.

Elle était arrivée par-derrière, en surprenant Jal. Cependant, j’avais réalisé qu’elle était là dès qu’elle s’était approchée. Cela aurait été différent si elle avait utilisé la magie pour se dissimuler, mais je pouvais la détecter sans problème. Ce n’était pas le cas pour Jal.

« Pas vraiment, » dit-il. « En tout cas, il n’y a aucune raison de rester ici. Et si nous allions à l’intérieur du village ? Il y a des gens qui aimeraient vous saluer. »

« Oh, c’est vrai, » répondu Lorraine. « Jal, c’est ça ? »

« Oui, qu’est-ce qu’il y a ? »

« Je sais que Rentt est autorisé à entrer, mais le suis-je ? » avait-elle demandé. Ça aurait dû aller tant qu’elle me suivait, mais c’était son habitude de demander et de s’assurer.

« Oui, pas de problème. Vous êtes avec Rentt, eh bien, vous savez. »

« Je ne suis pas sûre de le savoir, mais je suis heureuse d’entendre que c’est correct. Allons-y, Rentt, » déclara Lorraine, qui avait poursuivi son chemin.

« Très bien, Jal, nous allons y aller. À plus tard, » lui avais-je dit, puis je lui avais fait signe et j’avais suivi Lorraine. Nous étions entrés dans le village ensemble.

« Il se fait déjà traîner par sa femme, hein ? Les filles de la ville sont dures, » j’avais entendu Jal murmurer derrière nous. Peut-être que je l’imaginais.

 

 

Hathara recevait rarement des visiteurs, je ne savais donc pas comment ils réagiraient avec Lorraine, mais les villageois que nous avions rencontrés avaient tendance à être positifs. Presque tout le monde avait réagi comme Jal et Dol. Ils n’arrêtaient pas de me demander si Lorraine était ma femme, mais au moins ils le faisaient de manière assez agréable. Contrairement à Jal et Dol, les autres villageois étaient un peu plus discrets et m’écoutaient quand je leur disais qu’elle ne l’était pas. Ils souriaient tous un peu, mais je voulais croire qu’il n’y avait pas de raison particulière à cela.

« Que produit ce village ? Y a-t-il des agriculteurs et des chasseurs ? » demanda Lorraine en observant son environnement.

« Oui, pour la plupart, » avais-je répondu. « Mais ils ne cultivent pas que du blé et des légumes. Il y a aussi un jardin d’herbes médicinales, donc c’est peut-être un peu unique. »

« Un jardin d’herbes médicinales ? Les vendent-ils à une ville plus importante ou à un marchand ou quoi ? » demanda Lorraine.

« Je crois t’avoir parlé de la femme médecin que nous avons ici. Elle utilise les herbes pour produire des médicaments, et elle les vend ensuite à des marchands ambulants. Apparemment, ils sont très efficaces et se vendent à un prix élevé. Grâce à cela, ce n’est pas si mal de vivre dans cette ville au milieu de nulle part. Ils chassent aussi des monstres à l’occasion, donc ils vendent aussi des cristaux magiques. »

« Je me suis toujours demandé pourquoi tu étais si habitué au travail d’aventurier dès le début. Tu travaillais déjà comme un aventurier dans ce village, d’après ce que j’ai entendu. »

« Enfin, à peu près. J’ai beaucoup aidé à disséquer les monstres, et j’ai naturellement appris à marcher dans les forêts. Oh hey, c’est la maison du maire, » déclarai-je.

J’avais regardé devant moi et j’avais vu une maison d’une taille supérieure à toutes celles qui l’entouraient. Nous nous étions dirigés vers elle. Lors de la visite de villages comme celui-ci, il était de coutume de saluer le maire en premier.

Ce n’était pas la seule raison pour laquelle j’y allais, mais c’était une bonne excuse.

***

Partie 2

J’avais frappé à la porte, et elle s’était ouverte lentement. Une femme d’âge moyen était sortie en venant de l’autre côté. Il y avait longtemps que je n’avais pas vu son visage, elle avait visiblement vieilli, mais elle était encore mince et belle. Quand elle m’avait vu, elle avait ouvert en grand ses yeux. Quelques larmes avaient coulé de ses yeux.

« Rentt, content de te voir de retour. J’étais inquiète pour toi. Quand la guilde m’a dit que tu avais disparu, j’étais sûre que tu ne reviendrais jamais. Dieu merci, j’avais tort, » avait-elle pleuré.

La guilde n’avait pas eu la gentillesse de faire un effort pour signaler la disparition d’un aventurier dans sa ville natale, mais le maître de guilde Wolf avait probablement pris les dispositions nécessaires pour cela. Il savait maintenant que j’étais en vie, mais il n’avait pas dû les contacter à ce sujet. Même s’il existait des méthodes de contact utilisant des créatures volantes, ils ne les avaient pas envoyées dans des villes de l’arrière-pays comme celle-ci. Les transports étaient la seule option. Peut-être que le chariot dans lequel nous étions arrivés transportait une lettre comme celle-là. Mais je ne savais pas si le fait de signaler que j’étais en vie serait techniquement exact, et peut-être que Wolf n’était pas sûr non plus, alors qui sait s’il avait déjà pensé à envoyer quelque chose.

« C’est compliqué, mais comme tu peux le voir, je suis en assez bonne santé. Au fait, où est papa ? » demandai-je.

« Oh, il est là. Entre et — oh ? Qui est-ce ? » demanda-t-elle.

« Lorraine, une amie de Maalt. C’est une érudite, » avais-je dit.

Lorraine semblait avoir beaucoup à dire à ce sujet, mais elle avait décidé qu’il valait mieux se retenir. « Je suis Lorraine Vivie. Je suis une érudite, comme l’a dit Rentt, ainsi qu’une aventurière, et je m’adonne également à l’alchimie. Ravie de vous rencontrer. Et vous êtes ? »

« Une universitaire ? Intéressant. Je suis désolée de ne pas m’être présentée plus tôt. Je suis Gilda Faina, la femme du maire, Ingo Faina. Ravie de vous rencontrer. »

« Faina ? » répéta Lorraine sous le choc. « Ne me dites pas que vous êtes —, » commença Lorraine.

« Oui, c’est ma mère. Le maire est mon père. Et cette femme médecin dont j’ai parlé serait la petite sœur de ma grand-mère, si je me souviens bien, » déclarai-je.

 

◆◇◆◇◆

« Je ne m’attendais pas à ce que tu ramènes une femme au village. Non pas que je me plaigne. En fait, je suis content de voir ça, » déclara Ingo.

Il était assis à la table, alors nous avions tous décidé de prendre un siège. Une fois que tout le monde s’était présenté, nous avions commencé à discuter. C’était surtout à sens unique, avec Lorraine et moi qui leur racontions ce que j’avais fait à Maalt. En retour, Ingo et Gilda avaient quelques trucs à dire sur ce qui se passait dans le village.

Un des sujets de discussion était tous les villageois qui commençaient à se marier. Ils avaient dit que la plupart des jeunes dont je m’occupais à l’époque avaient trouvé maintenant chaussure à leur pied. Un bon nombre d’entre eux avaient même des enfants. Lorsque j’étais venu les voir il y a plus d’un an, il semblait que beaucoup de gens se liaient d’amitié. Cela avait dû être la saison des amours.

Maintenant que j’y pense, un bon nombre de personnes de mon âge s’étaient mariées deux ou trois ans après que j’ai quitté le village. Parfois, je voyais leurs enfants courir partout comme je le faisais avant. Cela me donnait l’impression d’avoir suivi un cours inhabituel dans la vie. Je me sentais un peu seul, mais plus que cela, j’étais heureux de voir que le village se portait bien.

Au moment où nous avions commencé à parler de mariage, Ingo et Gilda avaient commencé à regarder Lorraine d’un œil un peu différent.

« Oui, tu as toujours respecté ta formation, peu importe qui t’a demandé d’agir. J’avais peur que tu ne te maries jamais. Au moins, c’est bien de voir que tu as trouvé une si jolie fille en dehors du village, » déclara Gilda.

Je n’avais pas toujours été la personne la plus perspicace, mais même moi, j’avais vu où elle voulait en venir. Elle avait supposé que Lorraine était ma femme. Mais les femmes de ce village étaient des maîtres de la conversation et savaient danser autour du sujet. Elle voulait juste que je le confirme ou le nie sans demander directement. Elle était peut-être prévenante, dans un sens, mais elle avait aussi l’impression que je devais marcher sur un lit de clous.

Contrairement à moi, Lorraine n’était pas du tout nerveuse. En fait, elle était calme et concentrée. « Rentt a de nombreuses connaissances à Maalt, » dit-elle. « Il y a Rina, Sheila, moi, Lillian, Alize, je pourrais continuer… »

La façon dont elle les avait répertoriés semblait malveillante. Le simple fait d’énoncer leurs noms permettait d’imaginer qu’elles étaient toutes de belles femmes en âge de se marier, mais Rina ressemblait encore plus à une petite sœur pour moi que ne l’étaient Riri ou Fahri, et Lillian était bien plus âgée que moi. Et puis il y avait Alize, une enfant, quelle que soit la métrique utilisée. Sheila était, je suppose, une femme d’un âge approprié, mais je ne la connaissais que par le travail. Nous étions liés par les circonstances, mais c’était tout. C’est du moins comme ça que je l’avais vue.

Mais pour Lorraine, le fait que je vivais avec elle rendait difficile toute discussion sur la façon dont les villageois voyaient notre relation. Mais à Maalt, beaucoup d’aventuriers de sexe opposé vivaient ensemble dans la même maison. Ce n’était pas si sérieux. Probablement. Peut-être que c’était juste moi. De toute façon, Lorraine, Ingo et Gilda ne m’avaient pas donné l’occasion de dire quoi que ce soit.

« Il connaît toutes ces femmes ? Alors je suppose que je me suis inquiétée pour rien. Je ne plaisantais pas quand j’ai dit que je pensais qu’il pourrait ne jamais se marier, » déclara ma mère.

« Vraiment ? Je sais qu’il peut être socialement inepte, mais il est certain que les femmes l’approchent assez souvent. Je ne le vois pas non plus comme le genre à s’obstiner à les rejeter toutes, » déclara Lorraine.

« On dirait que vous connaissez bien Rentt. C’est vrai, mais personne dans ce village n’a jamais pu aller aussi loin avec lui, » déclara ma mère.

« Quoi ? » demanda Lorraine en penchant la tête, mais sa question fut écartée.

« Oh, oui, maintenant que Rentt est de retour, je pense que le village devrait organiser un banquet de bienvenue. Pourrais-tu faire les préparatifs, Gilda ? » demanda mon père.

« Oui, bien sûr, mon cher. Amusez-vous bien, vous deux. Je vais aller le dire aux villageois, » dit Gilda en sortant de la maison.

« Je vais aussi y aller, » nous avait informés Ingo au moment de son départ. « C’est un petit village, mais nous avons un bon nombre de citoyens. Gilda pourrait avoir du mal à le dire à tout le monde par elle-même. » Il avait suivi Gilda jusqu’à la porte.

Lorraine les avait regardés partir. « Hé, Rentt, » chuchota-t-elle.

« Quoi ? » demandai-je.

« Ai-je dit quelque chose que je n’aurais pas dû ? » demanda Lorraine.

« Non, pas du tout. C’est moi le problème. Ils s’inquiètent tellement pour moi que c’est un peu insupportable, » répondis-je.

« Pourquoi ressens-tu cela ? » demanda Lorraine.

« Ce ne sont pas mes vrais parents, mais ils m’ont adopté, » répondis-je.

« Tu as été adopté ? Qu’est-il arrivé à tes vrais parents ? » demanda Lorraine.

Lorraine n’avait pas tourné autour du pot, même avec une question difficile. Je savais qu’elle n’essayait pas d’être insensible, Lorraine avait juste tendance à être directe. Si je disais que je ne voulais pas en parler, elle laisserait probablement tomber le sujet et passerait à autre chose. En d’autres termes, même si elle me posait des questions, c’était seulement pour me donner le choix d’en parler ou non.

Je n’avais pas voulu l’éviter à ce point, alors je lui avais dit. « Ils sont morts il y a longtemps. J’avais cinq ans quand c’est arrivé, » lui avais-je expliqué.

C’était la simple vérité, et en parler ne faisait plus trop mal. Quoi qu’il en soit, ce serait toujours triste. Je n’avais jamais oublié leurs visages, et je me souviendrais toujours de notre vie ensemble. C’était des gens bien. J’aurais aimé qu’ils soient encore en vie, mais ce n’était pas le cas.

« Je vois. Étaient-ils malades ? » demanda Lorraine.

« Attaqué par des monstres. Cela arrive tout le temps, » avais-je dit, en essayant de ne pas paraître trop sérieux, mais j’avais remarqué que j’avais l’air tremblant.

Depuis que j’étais devenu mort-vivant, j’avais commencé à penser que mon corps ne pouvait plus produire de larmes. Il s’est avéré que ce n’était pas le cas. Quand j’avais regardé mes yeux dans le miroir, ils étaient aussi humides que n’importe quel œil humain. J’avais donc supposé qu’il n’y avait aucune raison que je ne puisse pas pleurer. Maintenant, j’avais l’impression que je pouvais pleurer à tout moment.

« Est-ce pour cela que tu as voulu être un aventurier ? » demanda Lorraine.

« Enfin, pour l’essentiel. Mais ce n’était pas la seule raison. Quoi qu’il en soit, quand j’ai dit à mes parents adoptifs ce que je voulais faire, ils m’ont beaucoup soutenu. En fait, désolé, Lorraine, mais je vais aussi sortir un peu moi aussi. Ça te dérange-t-il d’attendre dans cette maison un petit moment ? Je suis sûr que ce ne sera pas trop confortable d’attendre dans la maison de quelqu’un d’autre, » demandai-je.

« Hm ? Oh, ça ne me dérange pas. Tu veux que je surveille la maison de ta famille ? » demanda Lorraine.

« Je te fais confiance plus que quiconque. À plus tard, » avais-je dit en quittant la maison.

Je savais que ce n’était pas la meilleure chose à faire, mais si je restais plus longtemps, j’aurais peut-être commencé à sangloter. Cela ne ferait que déranger Lorraine. Dans la décennie où je l’avais connue, je n’avais jamais pleuré devant elle. En fait, je l’avais peut-être fait, maintenant que j’y pense, mais il n’était pas nécessaire que cela se reproduise. C’était une question de ma maigre fierté masculine. Je ferais une petite promenade dans le village et je laisserais mes yeux sécher, puis je rentrerais. Je ne voulais pas la faire attendre trop longtemps.

***

Partie 3

En s’enfonçant dans une chaise de la maison du maire, Lorraine avait eu l’impression d’avoir piétiné une mine terrestre. Elle était allée trop loin avec ce qu’elle avait dit à ses parents. Cependant, si une conversation frivole avait pu être préférable s’il s’agissait d’une simple visite dans la ville natale de Rentt, elle voulait que ce soit plus que cela.

Une partie de Lorraine était curieuse de connaître le passé de Rentt, et peut-être que cette partie contrôlait ses actions plus que tout le reste. Elle voulait croire que c’était un désir animé par l’esprit de chercheur, elle soupçonnait que cela avait plus à voir avec ses sentiments.

Ils étaient amis depuis une dizaine d’années, mais ils avaient toujours gardé une certaine distance. C’était agréable d’une manière que sa vie à Lelmudan n’avait jamais été. Elle avait bien sûr des amis dans son pays d’origine, mais Lorraine y occupait une position particulière. Elle n’avait jamais pu développer une relation aussi naturelle que celle qu’elle avait avec Rentt. C’est pourquoi ses sentiments pour Rentt étaient si forts… et même dépendants à certains égards. Elle n’avait pas l’intention de se reposer sur lui à l’excès, mais sans lui, elle se sentait désespérée.

Lorraine était très consciente de ce que Rentt représentait pour elle. Si elle devait nommer ce sentiment, elle savait comment elle l’appellerait. Mais elle devait mettre cela de côté pour l’instant. Elle savait que trop y penser ne mènerait à rien de bon.

Quoi qu’il en soit, elle avait repensé à tout ce qu’elle venait d’entendre. Le fait que les parents de Rentt soient le maire et sa femme était assez surprenant, mais elle ne s’attendait pas à ce qu’il soit aussi adopté. Quand il y avait des orphelins dans des villages aussi petits, il était courant que le maire les accueille. Cette partie n’était pas inhabituelle, mais Lorraine n’avait jamais imaginé que cela soit arrivé à Rentt. D’une certaine manière, c’était logique, et d’une autre manière, c’était incroyable.

Vu la personnalité de Rentt, cela lui avait fait un choc. Il était toujours heureux, pour le meilleur ou pour le pire, et ne semblait jamais se soucier de grand-chose. C’était un trait que seule une personne qui avait la chance de grandir confortablement dès le jour où elle prenait conscience d’elle-même pouvait développer. Lorsque les enfants perdaient leurs parents et étaient recueillis par une autre famille, ils avaient tendance à développer des personnalités plus timides. Comme Rentt avait réussi à grandir comme il l’avait fait, le maire et sa femme avaient dû être de bons parents.

Cette découverte expliquait cependant pourquoi Rentt était étrangement polyvalent pour quelqu’un d’un petit village. Il pouvait écrire et fabriquer des médicaments, il avait reçu une formation réelle au combat et il était étrangement habile. En tant que fils du maire, il aurait reçu une bonne éducation, ce qui expliquerait dans une certaine mesure ses compétences. Malgré tout, ses capacités semblaient meilleures qu’elles n’auraient dû l’être. C’était peut-être grâce à tout le travail qu’il avait accompli pour devenir un aventurier.

Si son désir de devenir un aventurier provenait de monstres ayant tué ses parents, peut-être cherchait-il à se venger… Mais cela ne semblait pas tout à fait juste pour Lorraine. Il avait dit qu’il avait aussi d’autres raisons. Connaissant Rentt, il n’était pas tant motivé par la vengeance que par le désir d’éviter ce genre de chagrin qu’il avait dû éprouver. La conversation s’était terminée avant qu’elle ne puisse poser de questions, mais à en juger par les actions de Rentt à Maalt, elle pensait avoir raison. Ses efforts pour réduire le taux de mortalité des nouveaux aventuriers en étaient le reflet.

Elle pourrait en demander plus à son retour, mais elle ne savait pas trop comment le faire. Si elle n’était pas prudente, elle pourrait marcher sur une autre mine. Au moins, si cela le mettait ouvertement en colère, cela ne la dérangerait pas, mais il essayait toujours de prétendre que cela ne le dérangeait pas du tout. Cela lui faisait mal de le voir comme ça. « Que faire ? » se marmonna Lorraine.

On avait frappé à la porte. C’était probablement un visiteur, mais Lorraine ne vivait pas dans cette maison et n’était pas sûre que répondre à la porte soit la meilleure idée. Elle avait envisagé de faire comme si personne n’était à la maison, mais elle venait de traverser le village, de sorte qu’assez de gens étaient au courant de son existence. Cependant, elle n’avait pas besoin d’être aussi prudente, et elle ne voulait pas faire semblant de ne pas être là. Au contraire, cela la rendrait plus suspecte.

Cela étant, il n’y avait qu’une seule chose à faire. Lorraine s’était levée et s’était dirigée vers la porte.

 

◆◇◆◇◆

« Oh, Rentt, tu es là ? Attends, non ? »

« Ren ? Ou, euh, qui êtes-vous ? »

Deux filles étaient à la porte. L’une avait une voix ferme et claire, tandis que l’autre avait un ton doux et sucré. Lorraine pensait que ces voix ne pouvaient appartenir qu’à de jeunes filles.

Quand elles avaient vu le visage de Lorraine, elles s’étaient tues. C’était, bien sûr, parce que ni Rentt ni sa famille n’étaient chez lui, mais une inconnue avait répondu à la porte. Lorraine ne savait pas non plus qui étaient ces filles, alors elle ne savait pas quoi dire. La tension s’étira jusqu’à la gêne.

Lorraine était l’adulte dans cette situation, elle avait donc pu se ressaisir plus rapidement. Elle s’était proposée : « Désolé, mais Rentt et ses parents sont absents pour le moment. Ils m’ont demandé de m’occuper de la maison. Je suis Lorraine Vivie, l’amie de Rentt. » Elle ne savait pas comment traiter les filles, mais elles lui avaient parlé franchement, donc elle ne voyait pas la nécessité d’être trop polie.

« L’amie de Rentt ? » répéta l’une des filles. Elle avait des couettes marron et des yeux vifs. « Oh, c’est vrai, j’ai entendu dire qu’il avait un ami érudit en ville. Mais vous êtes une femme !? »

« Maintenant que tu en parles, il n’a jamais dit si c’était un homme ou une femme, » avait dit l’autre fille. Elle avait des cheveux noirs bleutés qui descendaient jusqu’aux oreilles et des yeux doux. « Mais quand même, wôw, Riri, elle est plutôt sexy. Et plutôt cool, aussi. Je parie que les villes ont beaucoup de gens comme ça. »

« Fahri ! Comment peux-tu être aussi calme ? D’après ce que j’ai entendu de tatie, Rentt vit avec cette personne ! Même Rentt ne pourrait pas résister à une fille comme ça ! »

« Il semble bien que ce soit difficile. J’aimerais la toucher moi-même à quelques endroits. Je me demande si elle accepterait, » déclara Fahri. Elle tendit la main vers Lorraine, apparemment vers sa poitrine.

Lorraine ne savait pas quoi faire de ces deux-là. « Dois-je supposer que vous êtes des amies de Rentt ? »

« Oui, vous l’avez bien compris, » répondit l’une d’entre elles, le regard perçant. « Je m’appelle Riri. Cette fille qui a l’air endormie est — . »

« Fahri. Ravie de vous rencontrer. »

« Très bien, alors, » déclara Lorraine. « Je suis aussi ravie de vous rencontrer. Bref, je vous inviterais bien à entrer, mais ce n’est pas ma maison. Ils m’ont fait confiance pour surveiller l’endroit, donc je ne peux pas laisser entrer n’importe qui. Si vous avez des affaires avec la famille de Rentt, je suis sûre qu’ils seront de retour assez tôt, alors peut-être que vous pourriez revenir plus tard. » Bien sûr, si elles connaissaient Rentt, elles pourraient entrer, mais Lorraine ne voulait pas faire de suppositions.

« Hm, je suppose que c’est logique, » répondit Riri. « Nous accueillons presque tous les visiteurs ici, mais c’est peut-être différent en ville. »

« Eh bien, oui, » répondit Lorraine. « Nous avons un bon nombre de voleurs. Si on se promène un peu en ville, on tombe forcément sur au moins un pickpocket. »

Riri avait ri et avait regardé Fahri. « Wôw, ça a l’air dangereux. Fahri ne passerait pas une journée sans se ruiner. »

Fahri avait fait la moue. « Je dois juste faire attention, alors tout ira bien. Peut-être. » Elle n’avait pas l’air d’aller bien du tout.

« La ville, hein ? Personnellement, je n’ai jamais quitté le village, » reconnu Riri. « Je me suis toujours demandé comment c’était. Et toi, Fahri ? »

« Je suis aussi curieuse. J’ai reçu des souvenirs de gens qui ont quitté le village, mais c’est à peu près tout, » répondit Fahri.

Riri avait fait un signe de tête et avait regardé Lorraine. « Oui, alors, Lorraine ? »

« Quoi ? » demanda Lorraine, qui se pencha sur la question et pencha la tête.

« On voulait faire sortir Rentt. On savait que ses parents étaient partis avant notre arrivée. On a croisé tatie, et elle a dit que Rentt était là. C’est très bien, mais nous aimerions vous parler un peu. Nous n’avons presque rien vu en dehors du village, donc ce serait bien d’entendre parler de la grande ville, » déclara Riri.

Par la grande ville, elles entendaient probablement Maalt. L’empire de Lelmudan étant encore plus urbain, Lorraine ne pensait pas à Maalt de cette façon, mais c’était certainement une ville plus grande que ce village. Rentt lui avait dit que son village était petit, mais elle n’imaginait pas à quel point. De même, ces filles n’avaient sans doute pas une grande idée de ce qu’étaient les grandes villes.

« Je peux vous le dire, mais je ne vous laisserai toujours pas entrer dans la maison. Vous pensez peut-être que c’est têtu de ma part, mais c’est comme ça que je suis, » déclara Lorraine. Elle pouvait souvent être négligente, mais elle était tenace quand elle voulait l’être. Lorsqu’il s’agissait de sujets universitaires, par exemple, elle était méticuleuse. Elle s’efforçait toujours de faire ce qui lui semblait raisonnable, comme en cette occasion. Mais elle reconnaissait aussi qu’elle pouvait être inflexible face à d’autres perspectives… en particulier lorsqu’il s’agissait de ce village, où personne ne fermait ses portes à clé ou ne faisait attention aux visiteurs.

« Je comprends, » déclara Riri. « Nous pouvons parler ici. Regardez, c’est un endroit parfait pour s’asseoir. » Elle avait montré des chaises en rondins devant la maison. Il y en avait une dizaine, probablement pour les travaux à l’extérieur.

Alors que Lorraine avait des réserves sur le fait de les laisser entrer, Riri avait raison, discuter à l’extérieur ne devrait pas poser de problème. Il s’agissait juste de savoir si Lorraine était intéressée ou non.

« Eh bien, je suppose que ça ira. Je suis aussi curieuse de savoir comment c’est de vivre dans ce village. Rentt ne parle presque jamais de sa vie ici, » déclara Lorraine.

« Vraiment ? Chaque fois que Ren vient en visite, il ne parle presque pas de la vie en ville, » dit Fahri, les yeux écarquillés.

Lorraine avait immédiatement pu deviner pourquoi Rentt n’avait jamais rien dit sur Maalt. Même une décennie plus tard, Rentt n’avait toujours pas dépassé le rang Bronze. Lorraine ne pensait pas qu’il y avait quelque chose de mal à cela. Le fait qu’il ait tenu aussi longtemps sans mourir ni souffrir de blessures graves était impressionnant pour un aventurier. Mais Rentt avait probablement eu du mal à revenir dans sa ville natale avec fierté. Lorraine savait ce qu’il ressentait. Si elle devait parler à Riri et Fahri, elle devait garder cela à l’esprit.

En tenant compte de cela, elle s’était assise sur une chaise en rondins et avait fait face aux deux filles.

***

Partie 4

« Alors, Ren s’est aventuré dans la zone de Maalt, c’est ça ? Comment est-ce ? » demanda la fille endormie. Elle débordait d’envie, impatiente d’entendre parler des glorieux accomplissements de Rentt. À côté d’elle, Riri semblait tout aussi curieuse.

Elles avaient évidemment de grandes attentes, mais Lorraine ne savait pas trop quoi leur dire. Elle ne dirait jamais que Rentt n’avait rien accompli au cours de la dernière décennie, mais une grande partie de ce qu’il avait fait était assez simple. Ses principales réalisations avaient consisté à s’occuper de nouveaux aventuriers et à faire baisser le taux de mortalité des aventuriers. C’était excitant à sa façon, mais ce n’était probablement pas ce que les villageoises qui rêvaient de voir la ville devaient imaginer lorsqu’elles pensaient aux aventuriers. Lorraine s’était dit qu’il valait mieux se concentrer sur les événements récents. Quant à son rang, elle pouvait éviter ce sujet.

« Je pense que Rentt est un aventurier assez célèbre à Maalt. Il prend bien soin de ses camarades aventuriers, et tous les nouveaux venus l’admirent, » déclara Lorraine.

« Huh, il n’a pas beaucoup changé en ville, à ce qu’il paraît, » commenta Riri.

« Que voulez-vous dire ? » demanda Lorraine en réponse.

« Quand il vivait à Hathara, il s’occupait toujours des plus jeunes. On dirait qu’il fait la même chose en ville, » répondit-elle.

« Hm, je vois. »

La personnalité étrangement attentionnée de Rentt avait dû prendre forme dans ce village. Riri et Fahri avaient également très probablement été sous la garde de Rentt à un moment donné.

« Et les monstres ? Battre les monstres est le travail principal d’un aventurier, non ? Nous avons des chasseurs qui s’attaquent aux monstres ici, mais il est censé y avoir des donjons autour de Maalt, et je parie qu’ils sont pleins de monstres forts, » dit Riri.

Lorraine avait un peu réfléchi. Rentt chassait principalement des slimes, des gobelins et des squelettes, qui étaient tous des monstres très faibles. Ces villageois en faisaient probablement autant. Bien sûr, pour un villageois ordinaire, ils étaient encore assez redoutables, mais dans les contes de fées et les livres d’images, ils étaient toujours tués aussi facilement que des fourmis. Peu de gens seraient intrigués par des histoires sur la mort de ces monstres. Aucune d’entre elles ne suscitait beaucoup d’intérêt, à l’exception des slimes, qui avaient un certain attrait pour les marchands, car ils pouvaient être transformés en lotions ou potions. Les aventuriers qui pouvaient capturer des tonnes de slime étaient très appréciés, mais les villageois ne le savaient pas.

Lorraine pensait qu’elles seraient plus impressionnées par les récits de morts de monstres géants. De telles histoires étaient toujours divertissantes, au point que lorsque Lorraine s’était rendue un jour dans un bar d’un village lointain et qu’on lui avait demandé de raconter une histoire, c’est le sujet qu’elle avait choisi. Les aventuriers eux-mêmes n’aimaient pas beaucoup ces histoires, car ils comprenaient la vraie force des monstres et reconnaissaient que les grands monstres n’étaient pas nécessairement puissants, mais pour les villageois ordinaires, plus ils étaient grands, mieux c’était.

L’une des histoires à succès de Lorraine était celle de la défaite d’une grande wyverne de dix mètres de long. La créature géante vivait près du sommet d’une montagne, où Lorraine l’avait transpercée avec des dizaines de lances à glace et lui avait tranché la tête avec une lame de vent lorsqu’elle était tombée au sol. Elle embellissait cette histoire autant que possible, et si elle se trouvait dans un espace suffisamment grand, elle utilisait la magie de la projection pour créer une image et montrer la taille de la wyverne. Une projection en trois dimensions d’une wyverne géante suffisait à faire trembler les villageois, et l’idée que Lorraine l’avait vaincue toute seule les faisait la regarder avec admiration et respect. Ils l’avaient ensuite accueillie en lui apportant de la nourriture et des boissons à des prix très réduits, voire en les offrant gratuitement. Ce n’était pas son but quand elle avait raconté cette histoire, mais c’était un beau bonus.

En réalité, cependant, les grandes wyvernes n’étaient qu’une espèce volante de demi-dragon et la plus faible des wyvernes. Elle avait une faible résistance à la magie, donc pour un magicien du talent de Lorraine, elle n’était guère plus qu’une cible à abattre. De plus, sa taille le rendait plus facile à toucher et si son habitat était découvert, des cercles magiques pouvaient être établis autour de lui et chargés de mana à l’avance pour être déclenchés lorsque la créature prendrait son envol. Pour être honnête, c’était un monstre simple à vaincre. Elle se sentait souvent mal quand elle se vantait de cette histoire, mais quand elle parlait de batailles vraiment intimidantes avec des monstres, elle avait souvent des regards confus. C’est pourquoi elle pensait toujours que les contes sur la chasse aux grands monstres étaient le meilleur choix.

« Oui, Maalt a des donjons. Le Donjon de la Lune d’Eau et le Donjon de la Nouvelle Lune, plus précisément. Ils ont des monstres de toutes sortes. Rentt va dans les deux donjons de nos jours, bien qu’il y ait eu une époque où il allait surtout au Donjon de la Lune d’Eau. Là, il a rencontré un monstre appelé squelette géant, » déclara Lorraine. Elle avait utilisé la magie pour construire une image du monstre afin d’accompagner l’histoire.

« Eep ! »

« Qu-Quoi ? »

Riri et Fahri avaient été stupéfaites quand elles l’avaient vu. Il était assez massif pour briser une maison, il fallait donc s’attendre à leur choc. Bien sûr, ce n’était qu’une image et ne pouvait rien faire, mais Lorraine craignait que son apparition soudaine ne fasse sursauter les autres villageois, elle avait donc limité le nombre de personnes qui pouvaient la voir. Elle n’était visible que par Riri, Fahri et elle-même.

« Pas besoin de s’inquiéter, ce n’est qu’une illusion, » avait expliqué Lorraine.

« M-Mais je le vois bien là ! »

« O-Oui. »

Elles ne semblaient pas y croire, mais Lorraine savait ce qu’elles ressentaient. Cela ne ressemblait à rien de ce que les villageois des montagnes auraient vu auparavant. Peu de gens pouvaient utiliser ce sort de projection. Lorraine pouvait l’utiliser librement, mais c’était en fait un sort difficile à contrôler. Le lancer à Maalt provoquerait une réaction similaire. Lorraine avait donc fait sa part pour montrer qu’il était sans danger en faisant bouger l’illusion et en la touchant.

« Vous voyez ? C’est bien, » dit-elle en touchant le squelette géant. Sa main l’avait traversé. Elle avait retiré sa main pour montrer qu’elle était toujours là. Quand Riri et Fahri avaient vu cela, elles avaient semblé soulagées.

 

◆◇◆◇◆

« Tu as raison, il ne se passe rien quand je le touche. »

« C’est tellement bizarre, hein, Riri ? Est-ce de la magie ? » se demandait Fahri.

« Oui, c’est le cas. N’avez-vous pas de sorciers dans ce village ? » demanda Lorraine. La réalité est qu’il y avait peu de sorciers en général. Même les sortilèges de la vie simple étaient inaccessibles à la majorité de la population. Mais même dans ce petit village, statistiquement parlant, il devait y avoir au moins une personne avec du mana. Cependant, il fallait qu’ils sachent comment utiliser leur mana pour jeter des sorts.

« Il y a une femme médecin nommée Gharb qui peut utiliser l’alchimie, donc je suppose qu’elle peut utiliser la magie, » répondit Fahri. « Mais elle ne l’utilise jamais en public. Je n’ai jamais vu de magie comme ça avant. »

Cela devait être la femme médecin dont Rentt avait parlé. Il avait dit que sa médecine était inhabituellement bonne, venant d’un villageois moyen, mais si elle pouvait utiliser l’alchimie, alors cela expliquait tout. Mais Rentt n’en avait jamais parlé, ce qui avait laissé Lorraine avec des questions.

« Attends, Fahri, je ne le savais pas, » déclara Riri. « Gharb est une sorcière ? »

Fahri avait l’air de regretter d’en avoir parlé, mais elle ne voyait pas l’utilité de le cacher maintenant. « Oui, elle l’est. Cependant, c’était censé être un secret. »

« Un secret ? Pourquoi ? » demanda Riri.

« Quand on vit dans un petit village, il n’est pas bon de dire aux gens qu’on peut utiliser la magie. »

« Tu n’as pas eu de problème pour le dire, Fahri. »

« Eh bien, seulement parce que Lorraine utilise la magie. Gharb a dit que les magiciens peuvent identifier les magiciens, donc cela ne sert à rien d’essayer de le leur cacher, » déclara Fahri.

Lorraine avait pu confirmer qu’elle avait raison. Les gens normaux n’avaient pas de moyen facile de le savoir, mais si un magicien prêtait attention, ils pouvaient dire si quelqu’un avait le mana. Seules les personnes spéciales comme Lorraine pouvaient le dire avec juste sa vue, mais la plupart des sorciers savaient comment sentir l’énergie magique. Quoi qu’il en soit, il fallait un peu de pratique pour y parvenir tout le temps, donc ce n’était pas quelque chose que tout le monde pouvait faire, mais il était plus sûr de supposer que les sorciers avaient cette capacité.

« Fahri, vous semblez aussi avoir un peu de mana, » nota Lorraine. « Cela a-t-il un rapport avec la façon dont vous avez su qu’elle était magicienne ? »

« Oui. Gharb m’apprenait à faire des médicaments, et apparemment j’ai un peu de mana, alors elle m’a dit qu’elle m’enseignerait aussi l’alchimie à un moment donné, » répondit Fahri.

« Je vois, » déclara Lorraine.

Cela signifiait qu’elle n’avait pas encore reçu d’enseignement. Contrairement aux tentatives de Lorraine pour presque forcer Alize à prendre conscience de son mana, Gharb avait dû prendre son temps avec Fahri. Lorraine faisait les choses à sa façon, mais ses méthodes pouvaient être assez dangereuses avec un professeur moins compétent, ce qui pouvait entraîner la mort de l’élève. La méthode standard consistait à ne rien faire d’autre que de laisser couler un peu de mana chaque jour, et ce pendant des semaines. C’était sans doute l’approche de Gharb, et cela indiquait qu’elle prenait bien soin de ses élèves.

« Ce n’est pas juste, Fahri. Je veux apprendre la magie pour pouvoir faire des choses comme ça ! » Riri fit la moue et montra l’image du squelette géant.

Fahri n’était pas particulièrement intimidée. « Riri, tu apprends quelque chose de Hadeed le chasseur, n’est-ce pas ? » demanda Fahri calmement. « L’autre jour, je t’ai vu couper du bois dans la forêt avec un poignard. Tu peux aussi tirer des flèches à une distance folle. »

« Tu as vu ça ? » demanda Riri, les yeux écarquillés par le choc.

Lorraine avait une idée de ce dont parlait Fahri. « Donc je suppose que vous avez de l’esprit. Je ne suis pas un expert en la matière, mais je crois que cela vous permet de faire des choses intéressantes, » déclara Lorraine.

Rentt avait également des compétences connexes, mais elle n’avait jamais su où il les avait acquises. Il semblait qu’elles étaient courantes dans son village, mais ce n’était pas des compétences si simples que le village de montagne moyen les possédait, donc elle avait naturellement des questions. L’idée qu’un combattant talentueux se retirerait pour vivre dans un petit village et y transmettait ses techniques n’était pas inconcevable, mais beaucoup de choses sur ce village semblaient extraordinaires. Cela expliquait peut-être comment ils pouvaient mener une vie normale si haut dans les montagnes.

« Comment le savez-vous ? » demanda Riri, stupéfaite.

Comme l’avait souvent pensé Lorraine au cours de leur conversation, cette fille avait du mal à cacher ses sentiments. En revanche, Fahri affichait toujours un doux sourire, mais elle pouvait être difficile de la lire. Lorraine se doutait bien qu’il ne fallait pas la sous-estimer.

« Je ne suis pas un aventurier pour rien, » déclara Lorraine. « Je connais un certain nombre d’utilisateurs d’Esprit. En fait, je n’ai jamais mentionné cela, n’est-ce pas ? » Quand elle s’était présentée, elle avait seulement mentionné être une amie de Rentt, et Riri avait dit qu’elle avait entendu dire que Lorraine était une érudite, mais c’est tout.

« Non, je pensais que vous n’étiez qu’une érudite, » déclara Riri.

« Je suis une érudite, une magicienne et une alchimiste. Il serait peut-être préférable de se concentrer sur une seule chose, mais j’ai de nombreux centres d’intérêt. On ne vit qu’une fois, alors j’ai l’intention de faire tout ce que je veux faire, » déclara Lorraine.

Pour la plupart des gens, le fait de s’aventurer dans autant de domaines laisserait leurs compétences à moitié acquises dans au moins l’un d’entre eux, mais Lorraine était au top dans tous les cas. Cela ne s’expliquait pas simplement par ses multiples intérêts, mais ces filles ne connaissaient pas les circonstances. Elles étaient tout simplement impressionnées.

« C’est donc ainsi que vous avez pu constater que j’avais de l’Esprit ? » demanda Riri.

« Enfin, plus ou moins. Mais malheureusement, je ne peux pas utiliser l’Esprit, » déclara Lorraine.

Rentt était un utilisateur d’Esprit, donc elle en savait beaucoup sur le sujet. Elle l’avait vu l’utiliser à de nombreuses reprises, et elle en comprenait la nature dans une certaine mesure. Elle avait envisagé de pratiquer l’Esprit dans le passé, mais d’après ce que Rentt lui avait dit sur ses méthodes de pratique, c’était dur pour le corps et cela ne lui convenait pas.

« Mais vous, les filles, vous êtes assez remarquables. Une magicienne et une chasseuse avec le pouvoir de l’Esprit ? Une fois que vous aurez acquis un peu d’expérience, vous pourrez probablement devenir des aventuriers, » déclara Lorraine. Elles avaient au moins le talent pour ça. L’expérience pouvait venir du simple fait de tuer des monstres dans la région.

Les aventuriers venaient rarement de petits villages, mais celui-ci avait Rentt, et ces deux filles avaient aussi du potentiel. Lorraine n’arrêtait pas de penser à l’étrangeté de ce village.

***

Partie 5

« Vraiment ? Cependant, j’ai entendu dire que c’est difficile d’être un aventurier, » déclara Riri, penchée en avant sur sa chaise. Elle semblait s’intéresser non seulement à Rentt, mais aussi aux aventuriers dans leur ensemble.

En tant que connaisseuse, Lorraine ne voulait pas les induire en erreur, elle avait donc fourni une réponse sérieuse. « Oui, il y a des aspects difficiles, et je ne parle pas seulement des monstres. L’aventure en tant que profession exige un large éventail de connaissances et d’expériences, sans parler d’une importante force mentale, » avait-elle expliqué en regardant les visages de Riri et de Fahri.

Lorraine craignait d’être un peu abstraite, à en juger par leur confusion, alors elle avait continué. « Par exemple, disons que vous prenez un emploi pour collecter des herbes dans le but de fabriquer des médicaments. Il existe un certain nombre de tâches de cette nature. Je les prends, et Rentt le fait aussi souvent, mais ils nécessitent une préparation adéquate. Les aventuriers jeunes et inexpérimentés ont tendance à penser que ces emplois sont extrêmement simples, mais ce n’est pas le cas. »

« Pourquoi ? Si vous savez où poussent les herbes, je pense que vous pouvez aller les cueillir sans vous battre contre des monstres, » déclara Fahri.

« C’est vrai, » avait reconnu Lorraine, tout en secouant la tête. « Mais en réalité, il y a une raison pour laquelle c’est difficile. Tout d’abord, il faut connaître les propriétés de ces plantes pour réussir à les localiser. Sinon, vous pourriez facilement errer dans la forêt pendant toute une journée et ne rien trouver. Cela a tendance à arriver aux débutants. Ils peuvent même parfois se tromper. La paresse de la guilde est cependant en partie responsable de cela. Bien sûr, les plantes que vous pouvez trouver changent en fonction de la saison. Parfois, les demandes de collecte de plantes qui ne poussent pas pendant la saison en cours seront laissées sur le tableau des demandes. Si vous prenez un de ces emplois sans vous en rendre compte, vous risquez de devoir payer une pénalité plus tard. »

Quant à savoir pourquoi ces emplois étaient restés au tableau, il y a plusieurs raisons. Il était partiellement malveillant, servant de moyen de percevoir des pénalités de retard auprès de nouveaux aventuriers ignorants. La guilde de Maalt était assez généreuse pour supprimer ces postes le moment venu, mais la plupart des guildes laissaient le choix des emplois aux aventuriers, d’où la nécessité de faire preuve de discernement. Même à Maalt, il arrivait que des emplois hors saison restent affichés. Si quelqu’un voulait certaines plantes qui n’étaient pas disponibles cette saison-là pour une raison quelconque, il pouvait afficher une demande avec une récompense considérablement plus élevée que la moyenne. Dans ces circonstances, Maalt laissait le poste vacant, et la nature de la demande était claire après en avoir parlé au personnel de la guilde. Cependant, les débutants supposaient simplement qu’il s’agissait de simples emplois avec des récompenses étrangement élevées et pensaient qu’ils avaient de la chance de les trouver. Au final, ils devaient payer une pénalité. Pour éviter cela, les aventuriers avaient besoin de connaissances et d’expérience.

« Et même si vous avez de la chance et que vous trouvez les plantes, ce n’est pas suffisant, » poursuit Lorraine.

« Ne pouvez-vous pas simplement les couper ou les déterrer ou autre et les ramener en ville ? » demanda Riri.

« Pas nécessairement, » déclara Lorraine en secouant la tête. « Les plantes sont des êtres vivants et doivent être livrées en toute sécurité si vous voulez que la guilde les accepte. Vous pourriez vous retrouver à travailler toute la journée pour ne pas faire une seule pièce à la fin. »

« Oh, et selon l’usage auquel les plantes sont destinées, il faut les cueillir différemment. Je suis au courant de cela, » déclara Fahri. Alors que Riri ne semblait pas comprendre, Fahri avait appris l’existence des herbes par la guérisseuse.

« C’est exact, » déclara Lorraine. « Par exemple, si la demande exige que les racines soient intactes, il faut déraciner toute la plante. Cela signifie que vous devez creuser la terre autour et l’envelopper dans un tissu pour la protéger. Alors que s’ils ne demandent que les feuilles, mais exigent qu’elles soient livrées fraîches, elles peuvent se flétrir au retour si vous essayez de prendre la plante entière. La bonne approche pour ce travail serait de ne prendre que les feuilles. Il faut également tenir compte de la façon dont vous coupez les branches et cueillez les fruits, du moment où les fleurs fleurissent, etc. Même lorsqu’il s’agit de cueillir des plantes, il y a beaucoup de choses à retenir. »

Lorraine avait d’abord appris tout cela de Rentt. Elle avait étudié des livres et possédait donc beaucoup de connaissances, mais elle en mettait peu en pratique, si bien qu’en se promenant dans la forêt avec Rentt, elle avait acquis une certaine expérience. Une grande partie de ce que le monde avait à offrir devait être essayée pour être comprise. Ses expériences de ces moments lui étaient restées jusqu’à aujourd’hui et s’étaient avérées utiles pour son travail d’érudition. Rentt avait probablement aussi appris de la même femme médecin que Fahri, ce qui signifiait que dans un certain sens, les connaissances de Lorraine et de Fahri provenaient de la même source. Lorraine avait décidé qu’elle devrait se présenter à la femme médecin à un moment donné.

« C’est l’idée générale. Les monstres ne sont pas le seul problème que doit affronter un aventurier. Malgré tout, je ne nierai pas que des créatures comme celles-ci sont le plus grand danger, » déclara Lorraine en montrant la silhouette du squelette géant derrière elle. Ses orbites ne regardaient personne en particulier, mais sa seule présence était terrifiante. Si un vrai squelette géant devait se déchaîner dans le village, ils ne pouvaient qu’imaginer à quel point il serait dangereux. Pour Riri et Fahri, même cette illusion leur rappelait des horreurs.

« Rentt combat des monstres comme ceux-ci tous les jours ? » chuchota Riri, choquée et impressionnée.

Lorraine aurait pu dire que ce genre de monstres était extrêmement rare et qu’on ne les rencontrait qu’en cas de malchance, mais ce ne serait pas la meilleure réponse pour la réputation de Rentt.

« Oui, oui, il le fait. Et il gagne toujours. Il est incroyable, » déclara Lorraine.

Si Rentt était là, il le nierait sans doute et soulignerait que ce n’est évidemment pas un événement quotidien. S’il comptait les fois où il avait fui de tels monstres, il y aurait trop de cas à énumérer, mais heureusement, Rentt n’était pas présent. Lorraine était libre d’étirer un peu la vérité. Quoi qu’il en soit, Rentt était désormais probablement assez fort pour combattre des squelettes géants tous les jours et vivre pour raconter l’histoire. Il était après tout assez puissant pour chasser les Tarasques.

Dans cette optique, Lorraine avait projeté l’illusion d’un autre monstre.

« Rentt combat aussi des monstres comme ceux-ci, » avait-elle déclaré. Elle avait laissé tomber l’image du squelette géant, en la remplaçant par la figure massive d’une tarasque.

 

◆◇◆◇◆

Riri et Fahri regardèrent le monstre que Lorraine avait invoqué et elles se chuchotèrent entre elles.

« Qu’est-ce que c’est ? »

« C’est un peu comme une tortue, mais avec un long cou et des écailles. Est-ce un dragon ? »

« Non, il s’agit d’une variété de demi-dragons, » répondit Lorraine. « Mais il faut être au moins un aventurier de classe or pour en affronter un. Ils ont une carapace dure, six pattes et des écailles épaisses qui peuvent dévier les flèches. Mais leur trait le plus dangereux est qu’ils crachent du poison, sans parler de leur chair et de leur sang vénéneux. Leur seule présence peut transformer l’environnement en un marécage mortel, créant un refuge pour les créatures qui vivent dans la toxicité. »

C’est ainsi que le Marais des Tarasques avait vu le jour. Les créatures qui y vivaient avaient toutes développé une résistance au poison de la tarasque d’une manière ou d’une autre. Il était difficile de voir comment quelque chose pouvait y survivre, mais les formes de vie étaient souvent mystérieuses et certaines s’acclimataient inévitablement à ces environnements au fil du temps.

Les aventuriers, cependant, préféraient éviter l’endroit. Le poison de la Tarasque était assez puissant pour tuer un humain ordinaire en quelques minutes. Malheureusement, c’était le seul endroit où l’on pouvait récolter une fleur spéciale appelée Fleur de sang de dragon. Les aventuriers n’avaient parfois pas d’autre choix que de visiter le marécage, l’un des nombreux défis du métier. Comme le poison n’avait plus d’effet sur lui, Rentt avait la vie facile à cet égard. Lorraine aimerait bien avoir cette même capacité, mais elle n’était pas si facile à atteindre. Ce n’était pas comme si elle pouvait trouver le même dragon et le laisser la manger elle.

« Ren en a tué un, n’est-ce pas ? » demanda Fahri.

« Oui, il les chasse périodiquement. Leurs écailles et leurs carapaces sont utilisées pour les armes et les armures, elles se vendent donc à un prix avantageux, » répondit Lorraine.

« Quoi ? Mais ne sont-ils pas empoisonnés ? Comment les chasse-t-il ? » Riri l’avait immédiatement interrogé.

Il est apparu à Lorraine qu’elle ne pouvait pas répondre honnêtement, alors elle leur avait raconté comment les aventuriers s’y prenaient habituellement. « Ils sont toxiques, oui, mais il y a plusieurs façons de contourner cela. Sinon, il serait impossible de les chasser. Vous pouvez vous asperger d’eau bénite puissante, ou vous pouvez vous équiper d’objets magiques qui résistent au poison ou le neutralisent. Il existe également d’autres méthodes. Rentt ne m’a pas dit précisément ce qu’il fait, mais il revient toujours indemne, donc je suppose qu’il prend les contre-mesures appropriées. »

La vérité est que le poison n’avait tout simplement aucun effet sur lui en tant que mort-vivant. Mais aucun humain n’était entièrement immunisé contre le poison. Les assassins spécialement entraînés étaient une exception, mais Rentt n’était pas un assassin. Mais son masque et sa robe pouvaient lui donner l’apparence d’un assassin.

« C’est bon à entendre, » déclara Riri avec soulagement. « Rentt fait parfois des choses folles. »

« Le fait-il ? Il semble parfois agir sans réfléchir, mais je pense qu’il prend en fait beaucoup de choses en considération, » répondit Lorraine.

Cela semblait s’espacer un peu, mais quand il prenait une décision, il pouvait être terriblement rusé. Rentt n’était que de la classe Bronze, mais il donnait quand même des conférences et des conseils aux nouveaux venus, même à ceux qui le méprisaient pour son rang. Si jamais ils s’en prenaient à lui, il commençait par réagir pacifiquement. Mais s’ils lui forçaient la main, il pouvait leur gâcher la vie. Il ne les tuerait pas, ne leur casserait pas les membres ou quoi que ce soit d’autre, mais il pourrait s’assurer qu’ils ne trouveront jamais de travail d’aventurier. Ou il pourrait leur rendre la vie difficile à Maalt. Si Rentt décidait un jour de gagner sa vie sur des parcelles sordides, il accomplirait probablement des exploits incroyables. Mais il ne ferait pas cela.

« C’est vrai, » déclara Riri. « Mais il y a longtemps, quand un enfant est allé dans la forêt sans la permission d’un adulte, Rentt l’a poursuivi seul et a combattu les monstres pour le ramener. Même s’il n’était aussi qu’un enfant. »

« Oh, je m’en souviens, » ajouta Fahri. « Je crois que tous les adultes qui pouvaient chasser étaient en train d’exterminer un camp de gobelins à l’époque. »

« Oui, c’était ça. Donc, Rentt a dit qu’il irait le trouver tout seul. Puis il est revenu couvert de sang. J’ai pensé que je pourrais mourir en raison du choc. »

Lorraine avait froncé les sourcils. « A-t-il toujours été aussi ridicule ? »

En général, Rentt faisait des plans à l’avance et agissait avec efficacité, mais lorsqu’une vie était en danger et qu’il pensait que se sacrifier pouvait être acceptable, alors il était prêt à mettre sa propre vie en jeu. En général, lorsque les enfants du village se perdaient, soit un adulte allait les chercher, soit, s’il n’y avait aucun signe de l’enfant, ils abandonneraient. Il était facile d’imaginer que Rentt refuserait de laisser cela se produire. Pourtant, c’était une action absurde à entreprendre.

« Il ne fait plus rien d’aussi fou. Peut-être. Pas quand il s’agit de monstres, au moins, » dit Lorraine en pensant à la situation de Nive Maris. Au moins, Rentt pourrait maintenant rivaliser avec n’importe quel monstre dans les niveaux inférieurs d’un donjon. Des monstres comme les dragons de terre étaient toujours hors de question, mais c’était vrai pour tout aventurier moyen. En tout cas, on les rencontrait rarement.

« Rentt est-il si fort ? » demanda Riri, sans remarquer le sens implicite des mots de Lorraine.

Plutôt que de répondre, Lorraine avait évoqué une image de Rentt devant l’illusion de la Tarasque.

Riri et Fahri avaient toutes deux crié leur surprise.

« Rentt !? »

« Ren !? »

« Ce n’est qu’une illusion, » expliqua Lorraine. « Je me suis dit que je pourrais recréer la bataille entre Rentt et la tarasque, si vous voulez la voir. » Lorraine ne l’avait pas vue elle-même, mais elle avait entendu l’histoire de Rentt. Elle avait aussi combattu des tarasques elle-même, donc elle pouvait imaginer ce que c’était.

Riri et Fahri avaient toutes deux hoché la tête.

« J’aimerais beaucoup le voir ! »

« Si vous pouvez nous le montrer, n’hésitez pas. »

***

Partie 6

Un petit homme vêtu d’une robe avait couru vers un monstre plus massif que la plupart des gens ne le verraient jamais de leur vivant. Un sinistre masque en forme de crâne couvrait la moitié inférieure de son visage et cachait son expression, mais il avait un regard aiguisé. Bien que mortel, il avait affronté la tarasque qui crachait du poison sans un brin de crainte.

Il s’était approché et avait dégainé son épée comme si c’était un événement quotidien. La tarasque avait poussé un cri perçant, mais l’homme n’avait pas été affecté. Son courage et sa détermination étaient impressionnants. Après tout, s’il n’avait pas cru qu’il pouvait vaincre cette monstruosité sans précédent, il aurait réagi d’une manière ou d’une autre face à ce rugissement dévastateur.

La confiance de l’homme n’était pas le fruit de l’inexpérience. Elle était le résultat d’un jugement précis, affiné par une formation sans fin.

Dès que l’homme avait atteint la tarasque, il avait sauté et avait visé son cou avec son épée. L’épée elle-même n’était pas particulièrement remarquable, elle manquait de lustre. Mais si elle n’avait rien de spécial, c’était une pièce solide. Tout ce que l’homme voulait, c’était une arme à laquelle il pouvait faire confiance pour sa vie, et cette lame portait ce désir.

En la balançant, il avait appliqué l’énergie de l’Esprit à la lame, lui donnant une faible lueur. On disait que l’énergie spirituelle était suffisamment condensée pour détruire les armements et que cette énergie pouvait briser n’importe quelle épée moyenne en deux. Cependant, cette arme n’avait pas subi de tels dommages, car elle avait été créée par un maître artisan. En regardant la lame descendre, il avait ressenti une appréciation renouvelée pour son art.

Il avait balancé la lame chatoyante sur le cou de la tarasque, mais elle avait rebondi sur les écailles de la bête. Quelques écailles se détachèrent, mais la chair en dessous resta intacte. La tarasque était à la hauteur de sa réputation. Elle était clairement une force avec laquelle il fallait compter dès le début.

La réalité de cette situation périlleuse l’avait frappé. Malgré tout, il refusa de se laisser envahir par la peur. Il ne voulait pas renoncer au défi. En fait, il était ravi de découvrir que ce monstre était plus fort que prévu.

Il fit un coup d’œil à la tarasque, analysant où attaquer ensuite. Il semblait préférable de frapper à nouveau le cou, ce n’était qu’une décision d’une fraction de seconde, mais probablement la bonne. Certaines des écailles avaient été détachées par sa dernière attaque, donc s’il visait à nouveau le même endroit, il n’aurait pas à se battre face à son armure naturelle. Cette fois, la frappe d’Esprit de l’homme allait toucher.

Cependant, la tarasque avait compris l’objectif de l’homme. Elle se retourna vers lui, en le regardant. Elle n’avait pas l’intention de laisser une autre attaque la toucher. Puis, sans prévenir, elle avait ouvert la bouche. L’homme s’arrêta, se demandant ce qui se passait, et la tarasque lui souffla un souffle violet. C’était du poison, la spécialité de la tarasque, et il était assez fort pour faire fondre un homme jusqu’à l’os en quelques secondes. L’homme, comme tout autre humain, n’était pas immunisé contre le poison. S’il n’avait pas déjà réfléchi à cela avant de venir combattre la tarasque, cela aurait signifié la mort.

À un moment donné, l’homme avait commencé à émettre une lueur bleue. C’était la lumière sacrée de l’eau bénite, dont il s’était aspergé à l’avance. Même le puissant poison de la tarasque était impuissant devant la protection divine. Il s’enfonça à travers le souffle violet comme s’il s’agissait d’une simple pluie. La tarasque commença à reculer, comme si elle était intimidée, mais elle ne pouvait pas accepter que cet humain chétif soit une menace. Elle arrêta sa retraite, puis continua à expirer du poison en avançant.

La taille de la tarasque était suffisamment destructrice, mais l’homme était imperturbable. En fait, il était si désinvolte qu’il semblait pouvoir se mettre à siffler à tout moment. Son poison n’avait aucun effet et sa taille ne l’effrayait pas. Au contraire, plus il était gros, plus il pouvait mieux frapper sa cible.

L’homme attendit hardiment que la tarasque s’avance sur lui, puis il sauta sur sa carapace. La tarasque l’avait perdu de vue et avait paniqué, donnant à l’homme une chance de courir de la carapace jusqu’à son long cou. Il visa le même endroit que celui que son épée avait touché auparavant. Il visa sans relâche, les yeux fixés sur les écailles brisées. Ce n’est qu’alors que la tarasque avait réalisé ce qui se passait, mais il était trop tard. Avant qu’elle n’ait pu le secouer, il sauta et leva son épée au-dessus de sa tête.

La tarasque cria, peut-être pour demander grâce. C’était la première fois que ce n’était pas le chasseur, mais le chassé. Ce petit homme aurait dû être la proie, mais la tarasque avait été forcée de reconnaître qu’elle avait été maîtrisée.

La supplication du monstre ne signifiait rien pour l’homme, car c’était un aventurier. La chasse aux monstres était sa façon de gagner sa vie. Écouter les cris désespérés des monstres était mauvais pour les affaires. Mais juste avant que sa lame ne touche la chair, on aurait dit que l’homme s’excusait. Il semblait même avoir de l’empathie pour le monstre. Il n’hésita pas à couper la tête de la tarasque. Quelques secondes plus tard, la tarasque s’était effondrée sur le sol en faisant un grand boum. Il ne s’était pas retourné pour regarder, mais le son avait transmis le poids de cette vie coupée.

 

◆◇◆◇◆

Lorraine avait estimé que sa présentation était peut-être un peu tape-à-l’œil. Elle avait également omis Edel, même si elle savait qu’il avait participé, mais l’expliquer aurait été gênant. En outre, elle avait trouvé que c’était plus cool de cette façon. Elle avait également omis l’utilisation de la divinité et des arts de fusion par Rentt, mais ces arts étaient pour lui une arme secrète, alors elle les avait remplacés par l’Esprit pour son histoire. Quant à la conclusion douce-amère, c’était son propre flair dramatique.

Lorraine avait regardé Riri et Fahri pour mesurer leur réaction. Elles regardaient toujours avec des yeux brillants la silhouette de l’homme en robe devant la tarasque tombée. Il semblait qu’elle avait fait un excellent travail pour maintenir la réputation de Rentt auprès d’elles. Lorraine était satisfaite.

 

◆◇◆◇◆

Après avoir erré un moment dans le village pour m’aider à me calmer, j’étais rentré chez moi. J’y avais rencontré mes deux amies d’enfance. Elles me regardaient avec un immense respect, mais je n’avais aucune idée de ce que j’avais fait pour mériter cela, surtout que c’était la première fois que je les voyais depuis mon retour au village.

« Rentt, tu es si fort ! Je n’en avais aucune idée ! » cria Riri avec animation.

Fahri avait calmement ajouté. « Ren, tu as abattu cette chose folle comme si ce n’était rien. Les aventuriers sont géniaux. »

Elles me regardaient avec de grands sourires. Leurs visages légèrement rouges me disaient qu’elles étaient excitées par quelque chose, mais je n’arrivais pas à savoir quoi. D’après la façon dont elles me regardaient, je devinais ce qu’elles ressentaient, mais je ne savais pas ce qui en était la cause.

C’est alors que j’avais vu Lorraine assise sur une bûche derrière elles. Elle avait l’air fière, mais c’était peut-être mon imagination. Mais je m’étais habitué à la façon dont Lorraine s’exprimait au cours de la dernière décennie et si je pensais qu’elle ressentait quelque chose, j’avais presque toujours raison. Mais là encore, je ne savais pas pourquoi.

D’après ce que je voyais, Riri et Fahri avaient dû visiter la maison pendant que Lorraine y était, et elles avaient fini par parler. Leur respect venait probablement de quelque chose que Lorraine avait dit sur mon travail à Maalt. J’imagine qu’elle avait un peu exagéré. La « chose folle » à laquelle Fahri avait fait référence était très probablement une tarasque ou un squelette géant, quelque chose de cette nature. Cela dit, il aurait été difficile de décrire le pouvoir de ces monstres à ces filles qui avaient vécu toute leur vie dans un village de montagne. De plus, Lorraine avait tendance à être plus explicative qu’autre chose. Elle était facile à comprendre, mais elle manquait d’émotion. C’était comme assister à une conférence. Mes amies d’enfance n’auraient pas agi ainsi. C’est là que ça m’avait frappé. Lorraine connaissait la magie d’illusion.

La magie d’illusion était principalement utilisée pour projeter des images de cartes ou de structures dans l’air. Ces sorts étaient connus pour être immensément difficiles à construire et coûtaient beaucoup de mana à entretenir. Ceux qui utilisaient cette magie travaillaient dans des théâtres du monde entier et complétaient le coût du mana avec de grandes quantités de cristaux magiques. Les illusions étaient bien plus efficaces que de simples décors peints, c’est pourquoi elles étaient souvent utilisées dans des théâtres de grande classe. Dans le cas de Lorraine, cependant, elle pouvait projeter et maintenir des images énormes par elle-même. En faisant des recherches sur les cercles magiques et leur construction, elle avait même trouvé le moyen de réduire considérablement le coût en mana. Du moins, c’est ce que je pensais. Lorsque je lui avais demandé auparavant comment elle s’y prenait, elle m’avait donné une réponse incompréhensible. Cette connaissance vaudrait une fortune, mais j’étais totalement incapable d’utiliser la magie à l’époque, et tout cela me semblait trop compliqué. Peut-être que maintenant je pourrais le comprendre si j’essaye, mais il fallait que je commence par les bases.

En tout cas, si Lorraine utilisait la magie d’illusion pour projeter une image de moi combattant un monstre, cela expliquerait sa satisfaction et leur émerveillement. Reste à savoir à quel point elle avait mis du piment dans tout ça. Pour être honnête, mes combats avec le squelette géant et la tarasque étaient assez boiteux. Le squelette géant avait été le premier monstre géant que j’avais combattu seul. Il se trouve que je l’avais battu en frappant son point faible, mais un seul mauvais coup aurait pu m’achever. Et je n’avais battu la tarasque qu’avec l’aide d’Edel. Demi-dragon ou pas, rien de ce qui avait trait aux dragons n’était facile à vaincre. Si elle avait décrit ces combats avec précision, j’aurais à peine réussi à gagner, mais les yeux étincelants de mes amies d’enfance m’avaient dit qu’elle avait déformé la vérité.

« Riri, Fahri, ça fait longtemps qu’on ne s’est pas vus. Est-ce que Lorraine vous a montré sa magie d’illusion ou autre chose ? » demandai-je.

« Oui, » répondit Riri. « Les gens de la ville sont assez étonnants. Ces illusions semblaient si réelles. Je ne savais pas que la magie pouvait faire des choses comme ça ! Tu avais l’air si cool quand tu as combattu ce monstre, et le monstre avait l’air terrifiant ! »

« Je suppose que c’est ce qu’on peut faire quand on maîtrise la magie, » ajouta Fahri. « On dirait que tu es devenu très fort depuis que tu as emménagé en ville, Ren. Ça m’a fait penser que je devrais moi-même aller m’entraîner en ville à un moment donné. »

Mon hypothèse semblait être la bonne. Pourtant, j’avais senti que leur excitation était exagérée. Je n’étais pas devenu beaucoup plus fort, et le pouvoir que je possède maintenant était une question de chance. Que cette chance soit bonne ou mauvaise, c’était difficile à dire. La magie d’illusion de Lorraine dépassait également les limites de la normalité. Que Riri et Fahri se rendent en ville ou non, elles n’avaient pratiquement aucune chance de devenir un magicien à son niveau. La seule raison pour laquelle Lorraine s’était arrêtée au Rang Argent est qu’elle n’avait pas pris beaucoup de travail, mais elle pouvait facilement atteindre le Rang Or. En outre, elle excellait davantage dans la magie non orientée vers le combat. Elle était une aventurière et savait comment se battre, mais plus que cela, elle était une chercheuse et une érudite. Son talent pour l’élaboration de théories dépassait tout ce que le magicien moyen pouvait espérer obtenir. Si Riri et Fahri pensaient que c’était normal dans la ville, elles allaient être déçues.

« Lorraine est assez unique, même parmi les citadins, » avais-je dit. « Je n’irais pas en ville en m’attendant à ce que tout le monde soit comme elle. »

« Es-tu toi aussi unique ? » demanda Riri. « Ce poison n’a même pas fonctionné sur toi. »

« Eh bien, euh, ce n’est rien de spécial... » Je ne m’attendais pas à entendre ça et je ne savais pas comment répondre.

« Il y a donc un tas de gens qui ne sont pas touchés par le poison ? Ils sont si forts que ça ? Je savais que la ville était quelque chose de spécial, » avait fait remarquer Fahri.

Au minimum, le poison était parfaitement efficace contre les humains, quelle que soit leur origine. Ma propre situation était juste un peu différente. Je voulais le leur crier sur les toits, mais ce serait difficile à expliquer. C’était un terrible malentendu, et je devrais prendre mon temps pour le dissiper pendant notre séjour au village. Je ne savais pas comment convaincre mes amies d’enfance que Maalt n’était pas une ville pleine de surhommes bizarres, mais j’avais décidé que ce serait l’un de mes objectifs pendant notre séjour ici.

***

Partie 7

« Au fait, Riri, ne voulais-tu pas demander quelque chose à Lorraine ? » Fahri avait dit cela comme si elle se souvenait soudainement de quelque chose.

Riri nous avait fixés, Lorraine et moi. « J’étais tellement distraite par notre discussion sur Rentt et la ville. Maintenant, je dois aller me préparer pour ce soir. Lorraine, on peut en reparler plus tard ? » Riri avait demandé cela.

Lorraine avait penché sa tête, mais elle ne voyait aucune raison de s’y opposer. « Bien sûr, ça devrait aller. Mais ce soir, c’est le banquet dont le maire et sa femme ont parlé, n’est-ce pas ? »

« Oui, c’est ça. Fahri et moi allons aider à la cuisine et tout ça, alors on n’a pas beaucoup de temps, » répondit Riri.

« Je vois. Désolée de vous avoir retenues, » déclara Lorraine.

« Non, c’est nous qui vous gardions. C’était agréable d’entendre vos histoires. À plus tard. Toi aussi, Rentt, » dit Riri en lui faisant signe avant de partir.

Fahri avait également fait un signe de la main. « J’aimerais voir plus d’illusions comme ça ce soir. Je pense que tout le monde aimerait ça. Au revoir, vous deux. »

« Pour commencer, pourquoi étaient-elles là ? » avais-je demandé.

« Qui sait ? Je crois qu’elles voulaient te parler, » avait répondu Lorraine, mais elle n’avait pas l’air sûre.

« Donc, tu as utilisé la magie d’illusion pour leur montrer certaines choses. »

Lorraine avait dégluti, mais un instant plus tard, elle avait fièrement bombé sa poitrine. « Oui, en effet, je l’ai fait. Je ne voulais pas révéler ton secret ni nuire à ta réputation au sein du village, alors j’ai quelque peu modifié l’histoire. Ce n’était pas facile, mais tu as vu comment elles étaient. Je considère que c’est une belle réussite. »

J’avais maintenant compris ce qui avait poussé Lorraine à utiliser la magie d’illusion pour raconter une histoire. Si Riri et Fahri me demandaient comment j’étais à Maalt, il était probablement difficile pour Lorraine de refuser, et c’était plus facile à montrer qu’à raconter. Lorraine pouvait être étonnamment disposée à s’adapter et elle n’avait aucune réserve quant à l’utilisation de la magie, contrairement à la majorité des magiciens. Ils refusaient de faire usage de leur magie pour en augmenter la valeur. La plupart des magiciens n’avaient pas non plus beaucoup de mana à leur disposition et ne pouvaient donc pas faire de magie librement, mais Lorraine avait tellement de mana qu’il n’y avait guère de problème.

« C’était gentil de ta part de faire cet effort, mais Riri et Fahri me regardaient comme si j’étais un grand héros. Peut-être que tu en as un peu trop fait, » déclarai-je.

« Tu crois vraiment ? » demanda Lorraine, un peu perturbée. « Je pense vraiment que tu as fait des choses incroyables, donc ça n’aurait pas été très différent si j’avais simplement raconté l’histoire avec ma bouche. Peu d’aventuriers rencontrent des squelettes géants ou des tarasques, et les vaincre en solo est un exploit digne d’éloges. »

Elle pourrait avoir raison, mais n’importe quel aventurier de Rang Or pourrait tuer une tarasque. Les squelettes géants étaient encore plus faibles, assez simples pour que les aventuriers de Rang Argent puissent les vaincre facilement, voire même les rangs inférieurs. Il n’y avait pas de quoi se vanter, alors je lui en avais parlé.

Lorraine soupira. « Tu ne penses pas assez positionnement de toi. Considère un peu à quel point tu es déjà devenu puissant. Tu as quitté ce village quand tu étais jeune et tu es venu à Maalt avec l’ambition de devenir un aventurier. Quelle part de ce que tu peux faire aujourd’hui pouvais-tu faire à l’époque ? Tes réalisations pourraient bien faire de toi un héros aux yeux de ce village. »

Quand elle avait dit cela, elle avait peut-être raison. Il n’y a pas si longtemps, j’étais le genre d’aventurier de Rang Bronze que l’on peut trouver n’importe où. Pour les aventuriers qui venaient de villages de cette taille, c’était la limite, à partir de laquelle ils se retiraient de l’aventure et retournaient au village pour devenir une sorte de chasseur ou de garde. Il y avait de fortes chances pour que cela m’arrive un jour. Ce n’était pas arrivé, mais seulement grâce à ma chance, qui était peut-être aussi de la malchance. Maintenant, je pouvais même combattre les tarasques, donc du point de vue de tous ces aventuriers opprimés, j’avais accompli beaucoup de choses.

Après tout ce qui s’était passé dernièrement, je commençais à perdre confiance. J’avais continué à rencontrer des personnes énigmatiques comme Laura et Nive, et j’avais l’impression de n’être personne de spécial. C’était comme s’ils étaient nés avec cette aura d’individualité, quelque chose qui les rendait spéciaux, et je ne savais pas comment me l’approprier.

Même si, mise à part Laura, je ne voulais pas être comme Nive. Elle était unique, certes, mais à un extrême inhumain. Sa façon de penser et de se comporter n’avait pas sa place dans la société. Malgré cela, elle avait beaucoup de relations et elle avait de l’influence au sein d’une organisation religieuse, elle naviguait donc étrangement bien dans la société. Quoi qu’il en soit, elle était un cas particulier et je n’avais pas l’intention de suivre son exemple.

« Je vais essayer d’être un peu plus confiant. En tout cas, Lorraine, montre-moi la même illusion que tu leur as montrée. Je veux savoir exactement ce que c’était, au cas où elles poseraient des questions plus tard. »

« Bonne idée, » déclara Lorraine. « Je pourrais expliquer par la bouche, mais ce sera sans doute plus rapide et plus facile de regarder par soi-même. Viens avec moi. »

Lorraine avait commencé à utiliser sa magie. Cela m’avait toujours semblé compliqué, mais elle trouvait cela si simple qu’elle pouvait fredonner tout en le faisant. Une fois le sort terminé, Lorraine avait commencé à le contrôler.

 

◆◇◆◇◆

Tout ce que je pouvais faire, c’était demander qui était cet homme. Elle avait embelli l’histoire à un degré ridicule, et Edel n’était même pas là. J’avais aussi réussi à m’en sortir pratiquement indemne dans sa version. Il est vrai que je n’avais pas subi de blessures graves, mais j’avais beaucoup souffert pour atteindre la tarasque et j’avais été passablement battu au cours de l’opération. J’avais donc eu l’impression d’avoir expédié la tarasque sans effort. Maintenant, les regards de Riri et de Fahri étaient parfaitement sensés.

« Je suis sûr que tu t’en rendes compte, mais c’est assez excessif, » me suis-je plaint.

« J’aurais pu te présenter comme un roi légendaire, alors je dirais que je me suis retenue. Ne t’inquiète pas, » avait-elle dit, faisant fi de mes préoccupations.

Chaque pays avait des légendes sur le roi ou la reine qui avait fondé la nation, et elles étaient toujours très exagérées. Présenter un aventurier de Rang Bronze sous le même jour serait absurde, mais quand j’avais regardé le visage de Lorraine, j’avais pu constater qu’elle était à moitié sérieuse.

« Lorraine. »

« Quoi ? »

« As-tu l’intention de le montrer à nouveau lors du banquet de ce soir ? » demandai-je.

« Bien sûr. Elles me l’ont demandé, » dit Lorraine avec amusement.

J’étais déjà fatigué, mais je devais maintenant passer le reste de la journée à réfléchir à la façon de montrer aux villageois ce soir au banquet comment j’étais vraiment. Je n’avais jamais trouvé de réponse.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire