Maou-sama no Machizukuri! – Tome 8

***

Prologue : Nouveau potentiel de guerre

Après avoir donné à Ruru le nom de Ruhe, j’avais perdu mon pouvoir magique et mes pouvoirs de Seigneur-Démon. En raison de cela, j’avais décidé de vivre une fois de plus dans le chariot près du Premier Arbre plutôt que de rester dans mon domaine. De toute façon, il ne semblait pas que j’aie besoin d’être présent sur mon domaine.

Et en parlant du chariot construit par Rorono, il était très confortable d’y vivre. Chaque jour, elle y ajoutait quelque chose de nouveau. Pour être honnête, je pense qu’elle est déjà allée trop loin. À quoi pense cette fille ? Est-ce qu’elle a l’intention de se battre avec cette chose ?

« Maître, vous avez déjà récupéré. Vous vous êtes remis plus rapidement que la dernière fois avec Duke, n’est-ce pas ? » (Aura)

Aura l’Elfe Antique l’avait dit après m’avoir soigné.

« Cela montre à quel point Duke est puissant. Eh bien, Ruhe l’est aussi, mais pas autant. Par rapport à l’époque où j’ai nommé Duke, je me suis senti un tout petit peu mieux cette fois. » (Procell)

Après avoir nommé Duke, je savais très bien ce que le fait de nommer un autre démon impliquerait.

Cependant, malgré ces risques inhérents et les risques de nommer à ce moment-là, j’avais décidé d’aller de l’avant et de la nommer pour la rembourser de tous ses services jusqu’à présent.

« Évitez juste de faire quoi que ce soit d’absurde. Si vous tombez, Avalon suivra. » (Aura)

« Je le comprends. Je vais essayer de rester dans l’acceptable. De toute façon, maintenant que j’ai suffisamment récupéré, avançons à l’étape suivante. » (Procell)

J’avais dit ça en touchant la médaille Création qui était dans ma poche.

C’est enfin ton tour.

J’avais décidé du type de démon que j’allais créer, et aujourd’hui, c’était le jour où j’allais le créer.

« Vous allez sortir cet après-midi, n’est-ce pas, Maître ? » (Aura)

« Ouais. Prends soin de toi pendant que je serai de sortie. » (Procell)

« Compris. » (Aura)

Aura répondit ainsi et sourit avant de se racler la gorge.

« Ahem, en fait, Maître, j’ai autre chose à signaler. Il y a quelque temps, j’ai moi-même bénéficié d’une montée de niveau qui m’a permis de faire grandir et de maintenir un autre arbre produisant les pommes dorées. En fait, le nouvel arbre pourra être récolté d’ici demain ! S’il vous plaît, jetez-y un coup d’œil. » (Aura)

L’augmentation du nombre d’arbres pouvant faire pousser les pommes dorées était définitivement une bonne nouvelle.

Nous avions beaucoup de potions puissantes et utiles qui ne pouvaient être créées sans les pommes dorées. De plus, même consommées crues, elles étaient délicieuses, bonnes pour la santé et fournissaient des effets de renforcement léger, mais suffisamment remarquable.

« J’ai hâte de le voir. Nous ne pourrons jamais avoir trop de pommes dorées, car elles sont utilisées pour le rétablissement de Stolas et le mien, ainsi que pour le vin donné chaque semaine au Seigneur-Démon du Temps. Notre production de pommes étant doublées est certainement une bonne nouvelle. Excellent travail, Aura. » (Procell)

J’avais toujours voulu un second arbre pouvant porter des pommes dorées. Malheureusement, pour qu’un pommier atteigne cet état, il devait être nourri avec une version spécialement concentrée d’eau vitale d’Aura qui demandait une grande quantité de pouvoir magique. Malgré tous ses efforts, elle ne pouvait que fabriquer la version spéciale pour un seul arbre. Jusqu’à récemment en tout cas.

Maintenant que nous avions un second arbre, nous pourrions faire plus de potions de haute qualité. Cette augmentation de la production entraînerait très probablement une amélioration de notre potentiel de guerre.

« Heureuse de savoir que ça vous plaît. Kuina-chan est aussi très enthousiaste à ce propos. » (Aura)

« Oh oui, c’est vrai. Eh bien, je veux qu’elle évolue aussi vite que possible, de préférence avant que je ne sois plus protégé comme étant un jeune Seigneur-Démon. À cette fin, aide-là en faisant des potions de qualité supérieure qui accéléreront sa récupération de pouvoir magique, d’accord ? » (Procell)

« Bien sûr. Depuis quelque temps, je lui prépare du jus de pommes, elle semble l’aimer. J’étudie également le livre Curaga. Je devrais donc être en mesure de bientôt créer une nouvelle potion de récupération du pouvoir magique bien plus puissante. » (Aura)

Après avoir monté de niveau, Kuina avait débloqué une technique qu’elle avait acquise en devenant l’un de mes démons du Pacte démoniaque. Cela s’appelait Rituel du Renard Éthéré. Comme son nom l’indique, cela lui permettrait de passer de renarde céleste à renarde éthérée en offrant 9999 poils chargés de sa queue.

Kuina, qui était déjà mon démon le plus puissant, jouerait certainement un rôle plus important une fois qu’elle aura évolué.

Cependant, répondre aux conditions était plus facile à dire qu’à faire.

Chaque poil de sa queue pouvait stocker un pouvoir magique équivalent au pouvoir d’un démon de Rang B de type mage. Sans aucun doute, rassembler une puissance équivalente à 9999 démons de Rang B de type mage était un défi de taille.

À son rythme actuel, Kuina ne sera en mesure d’atteindre ce niveau qu’au moment où je ne serai plus un « jeune » Seigneur-Démon. Avec l’aide de nombreuses potions, elle pourrait y arriver plus rapidement.

« Parlons-en quand je reviendrai. Il est temps que je parte. » (Procell)

Je lui avais dit cela puis j’étais sorti. Après avoir récupéré Kuina, qui devait être ma garde rapprochée lors de ce voyage, et le démon corbeau que j’utilisais pour sa capacité de transfert, nous étions partis vers le donjon de March.

 

***

À notre arrivée, nous avions été accueillies par l’un des démons de March et avions été guidés vers une salle spéciale.

Là, nous avions été accueillis par March qui portait des vêtements à la fois mignons et flatteurs. Inutile de dire que ses vêtements actuels étaient vraiment inhabituels pour elle.

Toutes ces fioritures et ces rubans, est-ce ce qui est appelé une « douce lolita » ?

« Comment est-ce, Procell ? Est-ce que ça me va ? » (March)

« Je pense que les vêtements plus mûrs te vont mieux. » (Procell)

Même si la Renaissance l’avait fait rajeunir — comme si elle était maintenant dans la seconde moitié de son adolescence — elle était toujours la femme grande et cool. Elle était plus belle que mignonne.

Ce genre de vêtements ne lui convenaient pas.

« Aww, comme c’est méchant ! Dans de tels moments, même si cela n’est que de la flatterie, tu devrais louer l’autre. Tu ne comprends vraiment pas le cœur d’une femme, n’est-ce pas ? Mais là encore, j’aurais dû t’apprendre cela en tant que parente. Oh, comme j’ai échoué. » (March)

March me taquinait une fois de plus.

Pour être franc, être traité comme un enfant était un peu blessant.

« Quoi qu’il en soit, pourquoi portes-tu cela ? » (Procell)

« Oh, j’essayais juste de te plaire. Je sais que tu es un lolicon, alors j’ai pensé : pourquoi ne pas faire appel à cela ? Alors comment est-ce ? Est-ce que ça fait quelque chose ? » (March)

March l’avait dit puis elle se tourna sur elle même, les volants de sa jupe flottants.

« Oh, tais-toi. Comme je l’ai déjà dit un million de fois, je ne suis pas un lolicon. » (Procell)

Quelle accusation terriblement fausse ! J’ai des préférences très saines. Je ne suis absolument pas un lolicon.

« Tu dis ça, mais regardes tes démones. » (March)

March l’avait dit en regardant Kuina.

À ce moment-là, Kuina semblait avoir 12 ou 13 ans. Malgré cela, jusqu’à récemment, elle ressemblait à une fille dans la seconde moitié de son adolescence.

« Père n’y est pour rien ! C’est pour économiser mon pouvoir ! » (Kuina)

Apparemment, sa forme la plus jeune consommait un peu moins d’énergie. Donc, pour accélérer son évolution, elle restait dans cette forme.

« Es-tu sûre ? » (March)

« Pour avoir crié ainsi, March, pour qui me prends-tu ? » (Procell)

Pour être tout à fait honnête, je me sentais plus à l’aise avec la forme jeune de Kuina.

De un, pour lui faire un câlin, elle était plus confortable. Deuxièmement, je ne perds pas autant l’équilibre chaque fois qu’elle me saute dessus. Sa forme adulte est fantastique, mais je pense que cette forme est la meilleure… merde, je me suis laissé distraire.

« Eh bien, en tout cas, à quoi dois-je le plaisir de ta visite du jour ? » (March)

« J’ai quelque chose que je voudrais te demander, peux-tu toujours créer des médailles avec tes pouvoirs de Seigneurs-Démons ? » (Procell)

En entendant ma question, March sourit.

Comme je le pensais.

« Oui, je le peux toujours. Naturellement, je vais te donner tout ce que j’ai depuis que tu es devenu mon maître. Cependant, pour celles obtenues avant, je te demanderai si tu les accepteras. » (March)

« Non. Tout comme les DP que tu avais avant de devenir mon démon, je n’accepterai pas ces médailles. » (Procell)

« Je pensais bien que tu dirais cela. Et comme je l’ai déjà dit, j’aime bien ta détermination. C’est un peu enfantin, mais j’aime bien. » (March)

Encore une fois, elle me traite comme un enfant. Je dois lui prouver que je suis un adulte l’un de ces jours.

« Alors, pourquoi ne m’as-tu pas dit que tu pouvais obtenir des médailles la dernière fois que je suis venu ici, lorsque je suis venu cherché des DP ? » (Procell)

Si elle me l’avait dit, alors je n’aurais pas besoin de revenir ici et de faire un effort supplémentaire.

« La réponse à cette question est que, si je te l’avais dit à ce moment, tu ne serais pas revenu aujourd’hui. La prochaine fois que je t’aurai vu aurait été le mois prochain, lorsque j’aurai une médaille de plus. Je suis un peu seule, alors je suis délibérément restée silencieuse à ce propos. Je pensais qu’en le faisant, tu viendrais me voir une fois de plus. Appelle ça une ruse du cœur d’une femme. » (March)

Elle expliqua et puis sourit d’un air espiègle.

Comme je le pensais, je ne fais pas le poids face à elle.

« Alors, je te promets que désormais, je trouverai, non, je prendrai le temps de venir chaque fois que je le pourrai. En plus de cela, tu es toujours la bienvenue pour me rendre visite quand tu le souhaites. Je serai toujours heureux de te voir. » (Procell)

Quand j’avais dit ça, March avait ri en réponse et avait ensuite commencé à me prendre dans ses bras.

Comme elle était plus grande que moi, ma tête était enfuie dans sa poitrine.

« Ooh ! Une chose si adorable à dire ! Tu étais en réalité amoureux de ta mère pendant tout ce temps ? » (March)

« Arrête. Ça fait mal. » (Procell)

J’étais à sa merci.

Si j’étais complètement remis, j’aurais peut-être pu nous séparer pacifiquement. Cependant, pour le moment, je n’avais d’autres choix que de la laisser faire ce qu’elle voulait jusqu’à ce qu’elle soit satisfaite.

« Tu es si mignon, Procell. Oh, avant que j’oublie, voici les médailles Bête que j’ai. Viens en chercher une autre le mois prochain, d’accord ? » (March)

« Merci. Maintenant, je peux faire un nouveau démon. » (Procell)

« De plus, je peux utiliser des médailles Bête, mais les médailles que je pouvais créer parce que j’ai brisé les cristaux d’autres Seigneurs-Démons, eh bien, je ne peux plus les faire. Il semble que les pouvoirs de Seigneur-Démon que j’ai soient limités à Bête. Je ne peux plus non plus acheter de médailles d’imitation. » (March)

« J’en prends note. Alors, à la prochaine. » (Procell)

J’avais remercié du fond du cœur March, puis j’avais quitté son donjon.

Avec toutes les médailles nécessaires à portée de main, j’avais enfin pu créer le nouveau démon. Si tout se passait comme prévu, j’aurais un démon pouvant agir dans l’autre dimension avec la capacité de transfert.

 

***

Après avoir quitté March, j’étais immédiatement rentré à Avalon.

En ce moment, j’étais dans le laboratoire, essayant de me concentrer.

Dans quelques instants, j’allais créer le nouveau démon.

Cette fois, je n’avais pas l’intention d’utiliser la médaille Humain.

Je l’avais utilisée pour toutes mes précédentes synthèses, car cela me permettait de créer un démon avec lequel je pourrais converser et qui serait proche de ma propre forme.

Je n’avais cependant pas besoin de ces qualités pour ce démon. Tout ce dont j’avais besoin, c’était un ajout à mon potentiel de guerre.

Quand elles avaient appris que j’allais créer un nouveau démon, Rorono, Aura et Ruhe étaient venues. Kuina ne m’avait pas quitté.

« Kuina est tellement excitée pour notre nouvelle sœur ! » (Kuina)

« Mhm. Je dois déterminer quel type d’arme lui conviendra. » (Rorono)

« Oui, et je lui donnerai beaucoup de mes délicieuses pommes. » (Aura)

« Patron ! Souviens-toi de ta promesse, tu entends ? Tu as dit que l’enfant que tu feras allait être quelqu’un pouvant se battre à mes côtés dans l’autre dimension ! » (Ruhe)

Bien qu’elles aient toutes dit différentes choses, chacune d’elles était tout aussi excitée.

« Je sais, je sais. Quoi qu’il en soit, une fois qu’il sera né, accueillez-le chaleureusement, d’accord ? » (Procell)

Je l’avais dit en serrant les trois médailles — Création, Bête et Temps — dans ma paume.

« Synthèse. » (Procell)

Dès que j’avais prononcé ce mot, les médailles étaient devenues des particules de lumière et s’étaient mélangées.

D’innombrables possibilités allaient et venaient dans ma tête.

Pendant un moment, j’avais cherché la possibilité que je voulais, celle que je voulais que le démon devienne. Quand je l’avais trouvé, j’avais souri et avais saisi cette possibilité.

***

Chapitre 1 : Le chien qui chasse constamment sa proie à travers l’espace et le temps

Afin de créer le nouveau démon, je tenais trois médailles dans ma main et commençais la synthèse.

Autour de moi, Kuina, Aura, Rorono et Ruhe attendaient avec impatience la naissance du nouveau démon de Rang S.

Les médailles que j’utilisais étaient Bête, Temps et Création. Au début du processus, les médailles s’étaient transformées en particules de lumière qui s’étaient mélangées au sein de mon poing fermé.

Pendant ce temps, d’innombrables possibilités quant à ce que le démon pouvait devenir m’étaient apparues à l’esprit. Après quelques recherches, j’avais trouvé et sélectionné la possibilité que je voulais. Et c’était un chien qui chassait ses proies de manière persistante à travers le temps et l’espace.

La polyvalence de la médaille Bête était vraiment extraordinaire.

Toutes sortes de démons pourraient être créés avec. Malheureusement, en raison de la nature par défaut de synthèse, cette polyvalence signifiait également une chance plus faible que le démon souhaité soit créé. Mais là encore, ce n’était pas un problème avec la médaille Création puisque l’utilisateur pouvait choisir le résultat voulu.

En parlant de la médaille Création, celle que j’avais créée était Subspace (sous l’espace). Comme son nom l’indique, il s’agissait d’une médaille spécialisée pour l’autre dimension. Inutile de dire que sa compatibilité avec Temps était spectaculaire.

« Tu es celui que j’ai choisi ! Maintenant, viens ! » (Procell)

Après avoir dit cela, la concentration des particules de lumière avait augmenté. En choisissant de ne plus supporter la chaleur causée par cela, j’avais ouvert le poing.

Les particules de lumières, tout en brillant, s’étaient rassemblées à un endroit et avaient formé une silhouette.

À ce moment, on m’avait donné le choix et j’avais choisi le nouveau démon pour qu’il puisse monter de niveau, comparé à un niveau fixe. Bien que le démon commence au niveau 1, le fait de pouvoir monter de niveau lui permettait d’atteindre un plus haut niveau.

Le choix étant fait, les caractéristiques du démon commençaient à apparaître à mesure que l’intensité de lumière diminuait.

Bientôt, j’avais senti la présence d’un démon de Rang S.

Il est né. Et sans aucun doute, c’est le démon que je souhaite.

J’avais souri inconsciemment à cette pensée.

« Woah ! C’est un chien ! » (Kuina)

« Il semble fort. Et plutôt diabolique. » (Rorono)

« C’est le maître, alors j’ai pensé que ce serait une nouvelle petite-sœur. » (Aura)

« Oo, il semble assez fort. C’est rassurant de savoir que je vais maintenant me battre avec cet enfant. » (Ruhe)

Chacune de mes démones avait exprimé ses impressions sur le nouveau-né.

Le nouveau démon était un chien gigantesque. Il était si grand qu’un homme adulte pourrait sembler être un enfant à côté de lui. Son pelage était magnifique et noir de jais. Il avait également une langue épaisse, pointue, sortie à l’extérieur.

C’était Tindalos, le chien qui chassait constamment sa proie à travers le temps et l’espace.

« Gruuu. » (Tindalos)

Tindalos grogna. Cela semblait être un enfant énergique.

« Ravi de te rencontrer. Je suis ton maître, le Seigneur-Démon de la Création, Procell. Je vais compter sur toi à partir de maintenant. » (Procell)

Je l’avais déclaré puis j’avais ensuite tendu la main. En réponse, Tindalos étendit aussi sa patte et secoua la mienne. Il avait l’air assez intelligent.

« Père, pourquoi n’as-tu pas utilisé Humain sur lui ? » (Kuina)

« Eh bien ! Pour que vous, les filles, puissiez être les dirigeantes d’Avalon, j’avais besoin de votre intelligence et de votre capacité à communiquer, d’où l’utilisation de Personne. D’autre part, tout ce que je voulais en cet enfant, c’est qu’il soit puissant en combat. » (Procell)

De plus, étant donné que ni Temps ni Bête ne pouvaient à eux seuls rendre un démon capable de se déplacer dans l’autre dimension, ce devoir incombait à ma Création. En d’autres termes, il n’y avait pas assez de marge de manœuvre pour une médaille Personne ou autre.

« D’ailleurs, maître, cette enfant est une fille. Et elle est encore un chiot. » (Rorono)

« … Mais, elle est déjà si grande. » (Procell)

J’étais surpris par le commentaire de Rorono.

Tindalos était déjà beaucoup plus grosse que moi, pourtant elle disait qu’elle allait encore grandir.

« J’étais surpris qu’un chien naisse, mais il semble être un bon enfant. Je ne sais pas comment, mais je sais que c’est le cas. » (Aura)

« Laisse là avec moi, chef. Après tout, nous nous battrons souvent ensemble maintenant. » (Ruhe)

Aura et Ruhe semblaient toutes deux satisfaites de Tindalos. Ce serait formidable si elles s’y attachaient.

Après cela, j’avais pensé que j’avais besoin de confirmer ses capacités en tant que Seigneur-Démon. Lorsque j’avais utilisé mes pouvoirs pour regarder ses statistiques, j’étais sceptique face à la haute qualité.

Race : Tindalos de Rang S.

Nom : aucun

Niveau 1

Force physique : S

Endurance : B

Agilité : S+

Pouvoir magique : B

Chance : C

Aptitude spéciale : A

Compétences :

Celui qui rôde dans les coins

Chasseur suprême

Gardien du temps

Transfert

Transformation humaine (B)

Elle avait des statistiques très axées sur l’offensive. L’agilité en S+ en avait fait le plus agile parmi mes démons, battant même Kuina et Aura.

Ses compétences étaient toutes aussi incroyables.

Celui qui rôde dans les coins : permets à l’utilisateur d’entrer et sortir de l’autre dimension par des angles aigus. Il est possible de sortir instantanément de l’autre dimension d’un angle aigu quelconque dans un rayon de deux kilomètres.

En d’autres termes, tant qu’il y a des angles aigus, Tindalos peut apparaître de n’importe lequel, attaquer, puis fuir, le tout dans un très court laps de temps.

Chasseur suprême : Activer en sélectionnant une cible visible. Les statistiques de la cible sont toutes réduites d’un rang, la magie et la force étant encore plus réduites. Permets également à l’utilisateur de détecter la position de la cible même si celle-ci utilise des compétences de dissimulations de quelques natures que ce soit ou même dans l’autre dimension.

Même si la condition d’utilisation demande de voir la cible était simple à remplir, ses effets, étaient d’une grande aide. Utilisée avec sa capacité dimensionnelle, elle pouvait chasser sa proie, peu importe sa position.

Chasseur suprême en effet.

Gardien du temps : permets au détenteur de la compétence de contrôler son propre flux du temps ou celui d’une cible visible. La consommation de magie est proportionnelle au multiplicateur utilisé. Le plus grand étant 3.

Cette compétence était simple, mais indéniablement puissante. Cela avait offert une accélération considérablement.

Le transfert, quant à lui, était sans nécessité d’explication.

Grâce à ces compétences, je pouvais dire que Tindalos était plus ou moins un démon spécialisé en corps à corps. Cependant, bien que ses compétences soient excellentes pour les duels, ça ne permettait pas d’avoir un avantage contre un grand nombre d’ennemis.

Mais ce n’était pas sa seule faiblesse. Chacune des capacités consommait beaucoup de pouvoir magique. Son pouvoir magique était de Rang B, autrement dit, si elle ne faisait pas attention, elle risquait de tomber à court de mana avant la fin du combat.

« Tindalos, je compte sur toi. Plus précisément, lors de la suppression des atouts ennemis. » (Procell)

Le plan de base était de laisser les petits démons à mes autres démons pendant que Tindalos lance une attaque-surprise sur les atouts ennemis.

C’est très bien, mais quelque chose me dérange.

Cela concernait la dernière compétence de Tindalos, la transformation humaine. Aucune des médailles utilisées n’aurait dû donner cette compétence, et pourtant elle l’avait. Ce qui me faisait me demander : comment a-t-elle obtenu cette compétence ?

March pourra sûrement répondre à cette question. Je devrais lui demander.

En pensant ainsi, j’avais caressé sa tête.

J’avais tellement caressé la tête de Kuina et des autres, j’avais confiance en mes capacités et il semblerait que cela fonctionnait aussi pour Tindalos.

C’était un chien gigantesque, mais quand elle se comportait de cette manière, elle était tellement mignonne.

« Gruuu~~ » (Tindalos)

Elle m’avait montré son ventre, alors je m’étais mis à la caresser. Quand je l’avais fait, elle semblait encore plus heureuse. Hahaha, quelle enfant adorable !

En suivant la situation, je m’étais mis à la caresser encore plus, elle s’était penchée sur moi en secouant la queue, ce qui m’avait malheureusement fait perdre l’équilibre.

Coincée au sol, elle me léchait avec enthousiasme le visage.

« Ça chatouille. Arrête. » (Procell)

Je pourrais m’habituer à ça. Le contact avec un animal pourrait bien être ce qui me manquait. Ce que je veux dire par là, c’est les filles sont mignonnes et tout, mais elles restaient des filles, alors je devais être discret. Avec un chien, je peux simplement me laisser aller et me réconforter avec toute cette gentillesse.

Juste quand je pensais cela, le corps de Tindalos se mit à briller. Quelques instants après, sa forme était devenue celle d’une fille mignonne, mais sans expression aux cheveux noirs et aux oreilles de chien.

« Guruuu~ » (Tindalos)

Sous cette forme, Tindalos avait continué à me lécher comme elle le faisait avant.

Bien que complètement nue.

Bien sûr.

Si c’était un chien qui me léchait, il n’y aurait rien de mal, rien de criminel. Et c’était surtout que Tindalos était : une chienne sous forme humaine. Contrairement à Kuina et Fel qui étaient de nature plus demi-humaine, il était impossible que Tindalos se sente honteuse à faire cela. Elle était juste heureuse.

Et puis, à ce moment, j’avais senti les signes d’un transfert. Est-ce une blague ? Maintenant ?!

« Yoohoo, Procell, je suis là ! Tu as dit que je pouvais venir à tout moment, non ? Eh bien, je ne peux pas attendre plus, alors je suis venue. J’ai apporté des cadeaux. » (March)

En disant cela, March avait ouvert la porte.

Son donjon et le mien étaient reliés par une paire de cercles de transfert et celui conduisant à Avalon était dans mon terrain. Pour être plus précis, il était caché dans la pièce adjacente à celle de recherches où j’étais actuellement. En d’autres termes, je n’avais pas eu le temps de relever Tindalos.

Et alors, March avait vu la situation dans laquelle je me trouvais : coincé au sol en me faisant lécher le visage par une fille nue d’une dizaine d’années.

Un sourire était toujours sur son visage, mais ses yeux devinrent rapidement froids.

« Qu’est-ce que tu fais, Pedocell ? » (March)

« Pedocell? N’est-ce pas pire que Lolicell ?! » (Procell)

Pedocell ?! Je préfère être appelé Lolicell que ça !

Après avoir fait reculer Tindalos — et l’attrister un peu —, j’avais expliqué les circonstances à March.

Bien que le malentendu ait été dissipé, j’avais un pressentiment que je garderai ce surnom encore un moment.

De plus, Kuina disait des choses comme « Tinda-chan si sournoise ! Kuina aussi ! Si un animal est correct, Kuina deviendra une renarde ! »

Aura plaisantait avec Kuina tandis que Rorono faisait un visage qui semblait approuver.

Les choses devenaient incontrôlables.

Pendant ce temps, la cause de tout cela, Tindalos avait repris sa forme de chien et se toilettait.

En tout cas, j’avais créé un puissant démon.

Il y a diverses manières dans lesquelles je pouvais penser à utiliser ses pouvoirs. Par exemple, pour s’assurer que Noir ne s’échappe pas une fois de plus.

***

Chapitre 2 : Le potentiel de Tiro

Je m’étais déplacé de la pièce où j’avais créé le nouveau démon à un salon proche.

March, Aura et Ruhe étaient avec moi dans la pièce. J’avais confié à Kuina et à Rorono une tâche spéciale et importante.

Ce fut un jour pour le moins mouvementé.

Je venais de créer un nouveau démon : Tindalos, le chien qui chasse sa proie dans l’espace et le temps.

Grâce à l’utilisation d’angles aigus, elle pouvait aller et venir dans l’autre dimension. De plus, tant qu’il y avait des angles aigus dans un rayon de deux km, elle pourrait instantanément s’y téléporter.

C’était une capacité extrêmement polyvalente et puissante, surtout si l’on considère les angles aigus présents partout. Même les cailloux dans le sol en avaient.

En d’autres mots, à moins que l’ennemi ne soit conscient de la capacité de Tindalos et l’amène dans une pièce circulaire, une attaque-surprise pouvait être lancée.

Pour rendre cette attaque-surprise encore plus efficace, Tindalos disposait d’une autre capacité lui permettant de suivre toute cible une fois qu’il l’aura vue, que sa cible utilise ou non une compétence de dissimulation ou se trouve dans l’autre dimension.

Donc, si je le voulais, je pourrais utiliser Tindalos pour assassiner un Seigneur-Démon hostile qu’elle n’a vu qu’une fois au cours de négociation plusieurs jours auparavant.

« Un tel pouvoir ! Je ne peux pas croire qu’elle soit un démon ayant accès à l’autre dimension. » (Procell)

En plus de ses incroyables compétences, elle avait des statistiques incroyables.

Généralement, un démon qui avait des capacités d’accès à l’autre dimension avait également des capacités inférieures à celles des autres démons du même rang. Cependant, étant donné que Tindalos avait été créée avec trois médailles de Rang A, elle avait des statistiques aussi élevées que Rorono et Aura.

Cette combinaison parfaite de compétences et de statistiques faisait de Tindalos un atout précieux pour mon potentiel de guerre. Je ne pourrais pas me plaindre à cet écart. Dans d’autres cependant…

« Père ! Nous avons fini d’habiller Tiro-chan ! » (Kuina)

« C’était un vrai combat. Apparemment, Tiro déteste mettre des vêtements. » (Rorono)

Kuina et Rorono entrèrent dans la pièce ainsi, accompagnées par Tindalos quelque peu boudeuse.

Pour le meilleur ou pour le pire, Tindalos était un chien. Pour cette raison, le concept de honte lui était étranger. Et pourtant, elle possédait la capacité de transformation humaine lui permettant de devenir une jeune fille aux oreilles de chien.

En fait, un peu plus tôt, elle m’avait attrapé et m’avait léché le visage alors qu’elle était nue sous cette forme. La vue d’une jeune fille me léchant était déjà assez grave, mais une fille nue faisant de telles choses était encore pire. C’était à la limite de criminel.

Et donc, à cause de cela, March avait mal compris la situation et m’avait baptisé Pedocell.

« Garurururu~ » (Tindalos)

Tindalos l’avait jappé, puis se précipita vers moi pour se blottir contre moi. Il semblait que la raison pour laquelle elle boudait avait disparu en me voyant.

Tindalos était adorable, mais c’est son caractère adorable qui me troublait, malheureusement.

« Tiro, tu n’as pas à utiliser tout le temps la transformation humaine, tu sais. » (Procell)

En imitant Kuina, j’avais appelé Tindalos, Tiro.

Appeler un démon par un surnom n’était pas la même chose que de le nommer. Il n’y avait pas de risques, mais également pas d’avantages. C’était juste un moyen plus commode de se référer au dit démon.

Heureusement, Tiro semblait aimer son surnom.

« Garuuuu~ » (Tindalos)

Cette enfant devrait être assez intelligente pour comprendre ce que je venais de dire, mais elle n’avait pas repris sa forme de chien.

Elle devait avoir une sorte d’objectif ou quelque chose du genre en restant comme cela. Oh bien, peu importe pour le moment. Avant toute chose, je dois parler à March. Si quelqu’un sait comment Tiro peut utiliser la transformation humaine, c’est bien elle, la médaille maître étant Bête.

En parlant de ça, March était occupée à boire son thé noir devant moi quand elle se mit soudain à sourire et à dire quelque chose.

« Eh bien. N’es-tu pas populaire avec les enfants, Pedocell ? » (March)

Le malentendu d’avant aurait déjà dû être réglé, et pourtant, elle utilise encore ce surnom.

« Pour avoir pleuré, n’ai-je pas déjà expliqué que ce qui s’était passé plus tôt n’était pas en mon contrôle ? » (Procell)

« Oui, oui. Je rigole juste, d’accord ? Donc, de toute façon, je suppose que tu veux savoir comment cette enfant peut utiliser la transformation humaine malgré le fait que les médailles utilisées n’ont rien à voir avec ça, non ? Eh bien, la raison est simple, vraiment : cette enfant est Tindalos. » (March)

Je sais qu’elle est Tindalos. Ce que je veux savoir, c’est comment elle a obtenu la transformation humaine. Mais c’est March, je suis sûr qu’elle a l’explication.

« Est-ce que tu peux élaborer un peu plus ta réponse ? » (Procell)

« J’ai lu dans un livre de la bibliothèque du Créateur sur le Tindalos. Selon lui, un Chien de Tindalos est à peu près ce que tu voulais, un chien qui traverse les sous-espaces et manipule le temps. » (March)

J’avais hoché la tête. C’était précisément la possibilité que je voulais parmi toutes les disponibles, alors je l’avais saisie.

« Cependant, cette enfant n’est pas un chien de Tindalos. C’est un être transcendant cela. Ce que je dis, c’est que cette fille est Tindalos elle-même. » (March)

« J… je vois. » (Procell)

J’avais finalement compris.

En y réfléchissant, comme j’avais utilisé ma médaille Bête pour la créer, j’avais décidé arbitrairement qu’elle était une Chienne de Tindalos alors que son statut indiquait clairement autre chose.

« Comme tu le sais peut-être, un Chien de Tindalos est plutôt un cauchemar incompréhensible, et le Tindalos lui-même l’est encore plus. Cela étant dit, il y a bien des choses qui peuvent se manifester sous la forme d’un monstre. En d’autres termes, sa forme, de chien ou autre, est sans importance. Je veux dire, même les histoires sur les Chiens de Tindalos ne l’ont pas explicitement décrit comme étant un chien, mais simplement une assemblée de corruption. Pour ce qui est de savoir pourquoi l’apparence humaine, c’est probablement en réponse à ton souhait dans ton subconscient. Et c’est pourquoi je t’appelais Pedocell plus tôt. Comprends-tu maintenant ? » (March)

« … Ce n’est toujours pas sympa à entendre. » (Procell)

J’avais reconnu et accepté ce que March avait dit. Cependant, mon désir pour que Tiro ait une apparence humaine, ne faisait pas de moi un lolicon. Tout ce que je voulais, c’était un compagnon avec lequel je pourrais développer un lien.

« En fait, il y a quelque chose qui me préoccupe. La transformation humaine de cette fille pourrait satisfaire tes souhaits, Pedocell, mais elle est beaucoup trop faible. Un démon de son rang devrait avoir quelque chose de plus fort, n’es-tu pas d’accord ? C’est peut-être une compétence qui évolue en montant de niveaux. Qui sait, cela pourrait devenir quelque chose d’étonnant, comme une capacité lui permettant de prendre d’autres formes. Ou peut-être même lui donner une arme spéciale humaine. » (March)

Alors que March disait ça, je regardai Tiro qui inclinait la tête avec joie, inconsciente de ce qui se passait. Peu de temps après, elle avait bâillé, était revenue à sa forme de chien et avait commencé à dormir.

Quelle enfant terriblement insouciante !

C’était assez difficile de l’imaginer être quelque chose d’aussi effrayant alors qu’elle agissait comme ça.

Dans tous les cas, j’avais remarqué quelque chose quand elle s’était transformée. Bien qu’elle ait retrouvé sa forme de chien, ses vêtements ne s’étaient pas déchirés. Au contraire, les vêtements s’étaient adaptés à son corps de chien.

« Rorono, ses vêtements sont incroyables. » (Procell)

« Mhm, si je puis me permettre de le dire moi-même. Ces vêtements sont tissés avec du pouvoir magique et avec comme base ceux de Kuina, ils ont la possibilité de changer de forme en fonction du porteur. En raison du manque de temps, il s’agit d’un travail rapide. J’ai l’intention d’en faire de bien meilleurs après ça. Cette enfant ne peut pas utiliser des armes comme nous, alors je veux au moins lui donner un bon équipement de protection. » (Rorono)

« Comme c’est gentil de ta part, merci. » (Procell)

« C’est ma petite-sœur, c’est donc tout à fait naturel. » (Rorono)

En disant cela, Rorono caressa la tête de Tiro.

Grâce à la nature bienveillante et attentionnée de Rorono, je n’avais plus à craindre qu’une fille nue me pousse au sol.

« Rorono, Aura, merci pour tout. Vous pouvez maintenant retourner à vos tâches. Kuina, Ruhe et moi nous occuperons du reste. Nous amènerons Tiro à la Caverne Cramoisie. Elle se battra souvent aux côtés de Ruhe et sera parfois avec Kuina, alors je pense que le mieux est que vous vous familiarisez. Eh bien, comment ça sonne ? Kuina ? Ruhe ? Allez-vous aider Tiro à monter de niveau ? » (Procell)

« Oui ! » (Kuina)

« Bien sûr, chef. Je dois le faire si je veux une vie plus facile, non ? » (Ruhe)

Bien. Il semble qu’elles aient hâte d’aider.

Comme ça, Rorono et Aura quittèrent la pièce. Pendant ce temps, Kuina et Ruhe avaient récupéré leurs armes.

« Eh bien, je ferais mieux de rentrer aussi. Je me suis bien amusée à te taquiner, Procell. » (March)

« Désolé, tu as fait tout ce chemin, mais je n’ai pas pu bien t’accueillir. » (Procell)

« Oh, ça va. Je ne veux tout simplement pas déranger. Prends soin de cette enfant, d’accord ? Sans aucun doute, elle t’aidera beaucoup. » (March)

« Oui, je sais. J’espère qu’elle pourra remplacer tout ce qui manque à Avalon. » (Procell)

Tindalos était un démon qui pouvait aider Ruhe à se battre dans l’autre dimension.

Elle possédait également la capacité de traque la plus puissante, capable de détecter n’importe qui, n’importe où.

En outre, elle pouvait également utiliser Transfert, éliminant ainsi notre dépendance totale au démon corbeau de Temps.

Vraiment, Tindalos était tout ce que je souhaitais.

Il y avait aussi le démon devenu disponible à l’achat — en utilisant des DP — lorsque j’avais créé Tiro. C’était seulement un démon de Rang B, mais c’était toujours un démon puissant et pratique. À tel point que j’envisageais déjà d’acheter un Maelstrom plus tard dans la soirée. Ainsi, Avalon allait devenir encore plus fort.

« Eh bien, il semblerait que tu saches quoi faire. Fais tout ce que tu peux, d’accord ? » (March)

« Oui, je le ferai. Je manque de temps après tout. » (Procell)

Je parlais du délai de grâce d’un an protégeant les nouveaux Seigneurs-Démons comme moi. Si je ne faisais rien, cette période serait gâchée.

En tout cas, j’avais vu March partir.

Après cela, j’avais pris une profonde respiration et j’avais parlé.

« Kuina, Ruhe, Tiro, allons-y. Tiro, montre-nous ce que tu peux faire, d’accord ? » (Procell)

« Guruu~ » (Tiro)

Tiro répondit avec enthousiasme. En entendant cela, je ne pouvais pas m’empêcher de sourire.

Alors, nous nous étions dirigés vers le cercle de transfert qui nous mènerait à la Caverne Cramoisie.

***

Chapitre 3 : Le combat de Tiro

Accompagné de Kuina, Ruhe et Tindalos, j’étais allé aux cercles de transfert cachés dans mon donjon.

Celui que nous allions utiliser était celui nous amenant à la Caverne cramoisie, le donjon laissé par feu Seigneur-Démon des Flammes. C’était un endroit où j’avais l’habitude de faire monter de niveau mes démons. En raison des innombrables Maelstroms présents dans le donjon, il n’y aurait jamais un manque de démons à combattre.

En parlant de cela, parce que j’avais rassemblé juste assez de DP récemment, j’en avais acheté un second pour des Dragons des Ténèbres.

Si un démon pouvait être acheté avec des DP, un Maelstrom pourrait être acheté pour 100 fois son coût en DP. En échange de cela, le Maelstrom produirait à jamais l’un de ces démons particuliers chaque jour, sans frais supplémentaires.

C’était génial et tout, mais j’avais découvert que le Maelstrom avait quelques défauts.

Tout d’abord, les démons créés ne pouvaient avoir que des niveaux statiques.

Deuxièmement, tous les démons ne pouvaient pas être créés par des Maelstrom. Lors de mes essais, j’avais découvert que je ne pouvais pas acheter de Maelstrom pour les Renards mythologiques, les Naines-forgeronnes, les hautes elfes, ou encore les chanteurs des océans. D’autre part, les Dragons des Ténèbres et les Hippogriffes le pouvaient.

Sur la base de ces résultats, j’avais supposé que les Maelstroms ne pouvaient pas être achetés pour des races humanoïdes. À propos, c’est une autre des raisons pour lesquelles j’avais choisi de ne pas utiliser Humain dans la création de Tindalos.

« Père, appelons le corbeau ! » (Kuina)

Avait joyeusement dit Kuina.

Le corbeau auquel elle faisait allusion était le démon que j’avais reçu de Dantalian. Il pouvait utiliser le Transfert, nous avions donc recours à cela chaque fois que nous voulions aller dans la Caverne cramoisie ou à un autre endroit.

« En réalité, nous n’en avons plus besoin. Après tout, nous pouvons simplement demander à Tiro de nous aider. » (Procell)

Comme je l’avais déjà remarqué, Tiro était merveilleuse.

En plus de pouvoir aller et venir de l’autre dimension et de contrôler le temps, elle pouvait même utiliser le Transfert.

Grâce à elle, nous n’avions plus besoin de compter sur le démon corbeau que nous savions être un espion du Seigneur-Démon du Temps.

Il peut être un allié pour le moment, mais c’est le genre de personne envers lequel il ne faut jamais baisser sa garde.

« Tiro, peux-tu s’il te plaît utiliser le Transfert ? » (Procell)

« Garuuu! » (Tiro)

Répondit Tiro avec enthousiasme.

Elle était actuellement dans sa forme de chien noir. Je l’aimais bien mieux si elle restait dans cette forme, mais vu sa personnalité capricieuse, c’était peu probable. Pire encore, il était impossible de dire quand elle changerait de forme.

En tout état de cause, elle s’approcha du cercle de transfert, s’assit dessus et se concentra en répandant un certain pouvoir magique. Le reste d’entre nous l’avait suivi en entrant dans le cercle. Un instant plus tard, la lumière correspondant au Transfert nous avait enveloppés.

 

***

Et ainsi, nous étions arrivés au cercle de Transfert placé dans la Caverne cramoisie.

C’était à peu près un donjon volcan, donc il faisait assez chaud.

« Tout le monde, venez vers Kuina. » (Kuina)

« Gau ! » (Tiro)

« Ouf. Merci. Il faisait si chaud, que je pensais que j’allais mourir. » (Aura)

« Oui, merci, Kuina. » (Rorono)

Il faisait plus frais quand je m’étais approché de Kuina. Cela était possible avec son pouvoir de contrôle sur le feu qui, pour le dire grossièrement, lui permettait de contrôler la chaleur.

Les nuits étouffantes, Rorono et Aura se glissaient même dans la chambre de Kuina et y dormaient. En fait, en raison de la température, j’avais moi aussi pris plaisir à dormir à côté d’elle et à la serrer dans mes bras comme un oreiller.

Même maintenant, dans ce donjon volcan, ses capacités s’avéraient utiles.

« Tiro, tu es un démon de Rang S, mais tu es toujours au niveau 1. Je t’interdis d’attaquer un démon de rang C ou plus, tu entends ? » (Procell)

« Gau ! » (Tiro)

Quel enfant intelligent ! Obéissante aussi. On dirait qu’elle a compris ce que j’essayais de dire.

« Kuina, si jamais un démon de rang C ou plus fort apparaît, je veux que tu t’en occupes. » (Procell)

« Laisse-le à Kuina ! » (Kuina)

Kuina, acceptant le rôle d’aînée, répondit énergiquement.

Pour la plupart, les démons les plus forts de ce donjon étaient de rang C.

Cela était dû au fait que la plupart des démons ici étaient nés de Maelstrom et, comme indiqué précédemment, les Maelstroms ne peuvent créer que des démons pouvant être achetés avec des DP. Pour qu’un démon y soit éligible, un autre étant au moins deux rangs au-dessus doit d’abord être créé par Synthèse.

La plupart des Seigneurs-Démons ne pouvaient créer que des démons de Rang A, donc le rang le plus élevé qu’un Maelstrom pouvait leur offrir était des démons de rang C. alors que je pouvais créer des démons de Rang S de manière sûre, donc j’avais un accès facile aux démons de Rang B.

Comme on pouvait s’y attendre, la différence entre les démons de Rang B et C était énorme, ce qui me donnait un avantage écrasant.

Cela me fait penser à quelque chose. Je parie que Stolas a déjà acheté un Maelstrom pour le démon obtenu avec son chevalier dragon Bahamut.

À mon avis, mon dragon noir de la mort Siegwurm et son chevalier dragon Bahamut étaient aussi puissants l’un que l’autre. Si j’avais raison, il va sans dire que le démon deux rangs en dessous de son Bahamut était aussi puissant que le Dragon des Ténèbres, Graphross.

Si elle avait acheté un Maelstrom tout de suite, dans une demi-année, elle pourrait avoir près de 200 démons de Rang B à sa disposition.

Si j’ai Stolas comme alliée, on sera plutôt puissant, n’est-ce pas ?

Je dirai qu’environ 90 % de tous les Seigneurs-Démons avaient des médailles de Rang B, ce qui signifiait que le démon le plus puissant qu’ils pouvaient créer par Synthèse était de Rang B.

Compte tenu des règles habituelles de Synthèse, ce n’était même pas garanti. Si deux médailles du même rang étaient utilisées, il n’y aurait que deux chances sur trois que le démon soit de ce rang. Cependant, le dernier tiers des chances pourrait donner au démon un rang inférieur. Et s’ils obtenaient d’une manière ou d’une autre une médaille de Rang A, une Synthèse avec leur médaille de Rang B n’aurait qu’une chance sur trois de donner un démon de Rang A.

Pour ces raisons, les Seigneurs-Démons qui avaient des médailles de Rang B considéraient les démons de Rang B comme leurs élites, tandis que ceux de Rang D par les Maelstrom constituaient l’essentiel de leurs forces.

Pour être francs, de mon point de vue ainsi que de Stolas, la plupart des autres Seigneurs-Démons pouvaient déjà être considérés comme faibles. La qualité de nos forces était tellement élevée qu’elle était plus que suffisante pour compenser le fait qu’ils aient quelques années devant nous en termes de préparations.

Rétrospectivement, donner à Stolas cette médaille Création était vraiment la bonne décision.

Peut-être serait-il sage de donner au prochain membre de notre faction une médaille Création. Ainsi, nous aurons tous des Maelstrom capables de produire en masse des démons de Rang B. Très bien, je vais réserver ma prochaine médaille Création que j’obtiens pour cela.

Pour une raison quelconque, le visage de Ronove, le Seigneur-Démon de la Viscosité m’avait traversé l’esprit, et ce n’était peut-être pas la pire des idées.

En tant que Seigneur-Démon, il pouvait créer des démons aquatiques ainsi que des slimes.

Et les slimes étaient l’incarnation du potentiel. Cette classe inférieure d’espèce était synonyme de faiblesse, mais ceux de haut rang ne l’étaient pas. J’avais même entendu parler de rumeurs disant qu’il y avait un slime pouvant évoluer indéfiniment quelque part.

Si je lui donnais une médaille Création, il pourrait créer un slime de Rang S est une armée de slimes de Rang B. À mon avis, c’était un allié fiable.

Bien sûr, je savais qu’en termes de potentiel de guerre, d’intellect ou autre, il était probablement préférable de chercher un autre Seigneur-Démon à ajouter à notre faction, mais le problème avec le Seigneur-Démon Viscosité était qu’il était un homme bien, et incapable de trahir.

Le pire qui pourrait arriver était qu’il fasse une erreur, gaspillant la médaille Création et tous ses avantages. Si je pouvais empêcher cela, le recruter dans notre faction était une option valable.

« Père, tu as l’air sérieux. Qu’est-ce qui ne va pas ? » (Kuina)

« Oh, rien. Désolé, je me suis perdu dans mes pensées. Maintenant, concentrons-nous sur la chasse de Tiro. » (Procell)

C’était une mauvaise habitude pour moi de passer de pensée en pensée.

Néanmoins, l’idée de le recruter était définitivement une idée à considérer.

« OK, allons de l’avant ! On compte sur toi, Kuina. » (Procell)

« Gaugau! » (Tiro)

Kuina était souvent venue ici pour diriger les autres, alors elle s’était en quelque sort habituée à diriger. En fait, il était juste de dire qu’elle était celle entraînant Aura et Ruhe.

La personne elle-même disait qu’en dehors des combats, elle était inutile, mais ce genre de choses prouvaient le contraire.

 

***

Grâce aux conseils de Kuina, nous avions atteint une salle de donjon où nous pouvions éliminer efficacement de nombreux démons.

La salle du donjon en question était une grotte remplie de nombreuses formations rocheuses. Ces formations rocheuses étaient aussi hautes que moi et étaient partout, créant des angles morts.

Cependant, grâce à l’absence de lave, il était facile de se battre ici.

Au moment où nous étions entrés dans la salle, j’avais senti de nombreux yeux vers moi.

« Il y a beaucoup de démons de rang D ici. Ils seront parfaits pour faire monter Tiro-chan de niveau ! » (Kuina)

Tiro fit un pas en avant pour renifler et regarder les environs.

Il semblerait que les démons ici se cachent, attendant leur chance de frapper.

Un démon idiot avait la queue non cachée, j’avais donc utilisé mes pouvoirs de Seigneur-Démon pour regarder son statut.

Race : Salamandre de feu

Rang : D

Nom : Aucun

Niveau : 35

Force physique : C

Endurance : D

Agilité : C+

Magie : E

Chance : D

Spécial : E

Compétences :

Résistance au feu

Camouflage

Souffle de feu

C’était un petit démon ne méritant pas d’être mentionné.

Cependant, le danger avec eux était leur nombre. Une fois que nous nous serons approchés des formations rocheuses, il était probable que les salamandres qui s’y cachaient nous attaqueraient toutes en même temps.

Quoi qu’il en soit, ayant apparemment fini sa reconnaissance, Tiro baissa les yeux sur le rocher à ses pieds. Pas même un instant plus tard, elle sauta la tête la première dans l’autre dimension.

En fait, elle n’avait pas disparu. Pour être plus précise, elle avait plongé dans l’autre dimension en utilisant un angle aigu présent dans le rocher.

La chose suivant qui arriva, une salamandre de feu plus loin tomba au sol et mourut. Sa tête avait disparu.

En plus d’utiliser les angles aigus toujours présents comme entrées vers l’autre dimension, son pouvoir lui permettait aussi d’en sortir. À sa sortie, cette capacité lui permettait de se téléporter à tous les angles aigus dans une certaine portée.

En d’autres termes, il s’agissait de la plus grande compétence d’embuscade.

Juste après avoir surpris et décapité sa proie, Tiro était retournée dans l’autre dimension en utilisant un angle aigu proche, répétant le processus sans fin.

Les salamandres de feu, qui attendaient pour nous piéger, n’avaient aucune idée de ce qui se passait et pourtant, leurs têtes volaient l’une après l’autre. Elles n’étaient même pas capables de percevoir la présence de Tiro.

En regardant la scène cauchemardesque qui se déroulait devant moi, j’avais dégluti.

Ses compétences étaient bien plus formidables que prévu.

Associant l’attaque depuis les angles aigus et la téléportation avec ses statistiques — force S est agilité S+ — elle était capable d’asséner un coup fatal.

Je ne pouvais pas trouver de méthode pour empêcher une telle attaque. Ceux qui ne le savaient pas seraient tués sans beaucoup de résistance. Ceux sachant ça, resteraient toujours sur leurs gardes, ce qui était impossible, car à un moment ou un autre, ils laisseraient une faille dans leur garde ce qui les tuerait. Pendant ce temps, Tiro avait la possibilité de rester simplement dans l’autre dimension et d’attendre cette opportunité.

Après avoir monté de niveau, elle deviendrait invincible. Cette chasse avait reconfirmé cela.

Soit dit en passant, l’odorat de Tiro était fantastique. Bien qu’elle n’ait pas pu utiliser sa compétence Chasseur suprême, car elle nécessitait une confirmation visuelle de la cible, elle était capable de localiser toutes les Salamandres de feu cachées grâce à son excellent odorat.

Quoi qu’il en soit, après avoir terminé la dernière salamandre, Tiro était revenue via un angle aigu au sol.

Elle avait une tête de salamandre dans la bouche. Quand elle était arrivée assez proche, elle la laissa tomber devant moi.

« Gau ! » (Tiro)

Avec sa queue qui remuait et un regard triomphant sur son visage, Tiro aboya.

Elle avait l’air de vouloir être louée, alors je lui avais caressé la tête. Quand je l’avais fait, elle avait doucement gémi.

« Tu es incroyable, Tiro-chan ! » (Kuina)

Kuina avait félicité Tiro avec enthousiasme. Un tel combat absurde méritait d’être félicité.

« Kuina, si jamais Tiro et toi vous vous battiez, comment t’y prendrais-tu ? » (Procell)

Kuina était l’un de mes plus puissants démons, sinon la plus forte. Alors, cela m’avait fait penser à quel genre de méthode elle emploierait contre Tiro.

« Hmm… tout d’abord, Kuina ferait tout fondre à quelques mètres de moi. De cette façon, il n’y aura pas d’angles proches. Je suis sûre de pouvoir rendre tout lisse et incurvé, même le sol. Si j’ai quelques mètres, je n’ai rien à craindre, car j’aurai le temps de réagir avec ma réaction ultra rapide. » (Kuina)

Je vois. Faire disparaître tous les angles aigus autour est certainement possible pour un démon de premier ordre comme elle.

« De plus, Rorono-chan et Aura-chan peuvent simplement voler et en faire leur champ de bataille. Il n’y aura pas d’angles aigus là-bas. » (Kuina)

« Il semble que ce ne soit pas aussi invincible que je le pensais, mais elle devrait quand même être extrêmement difficile à contrer si l’ennemi ne le sait pas. » (Procell)

J’avais décidé que nous devrions garder secrets autant que possible les détails des compétences de Tiro. En particulier, le fait qu’elle utilise des angles aigus pour entrer et sortir de l’autre dimension.

« Oui ! Bien que je pense que je pourrai toujours gagner contre elle en ne sachant pas tout cela. » (Kuina)

« Comment ? » (Procell)

« Voyons. Au moment où elle me mordrait la tête, je concentrerai mon pouvoir magique dans ma tête pour la durcir. Et puis, avant de l’arracher, je lui aurais tiré dans le ventre avec mon fusil ! Donc oui, ça ira probablement bien ! » (Kuina)

Kuina était impressionnante comme toujours.

Contrairement à son apparence de mignonne petite fille, elle était déjà une combattante vétérante ayant survécu à d’innombrables batailles auparavant. Être l’un des plus forts d’Avalon n’était pas juste pour le spectacle.

« En tout cas, bon travail, Tiro. As-tu encore assez de pouvoir magique pour continuer ? » (Procell)

« Gau ! » (Tiro)

La personne elle-même dit qu’elle pouvait continuer, alors nous avons repris notre chasse.

En raison du grand nombre d’ennemis vaincus et du fait qu’elle était niveau 1 au début, elle avait monté de beaucoup de niveaux.

À ce moment-là, je m’étais souvenu de la demande de Rorono et avais créé un appareil photo numérique en utilisant ma Création.

C’était pour enregistrer la prochaine bataille.

Selon Rorono, si elle était capable de voir comment Tiro se battait, une idée d’équipement pour elle pourrait lui venir à l’esprit.

Après avoir vu Tiro se battre par moi-même, je pensais qu’elle aimerait disposer d’une arme à courte portée dotée de capacités offensives élevées.

Maintenant, on peut enregistrer correctement son prochain combat. Par ailleurs, pourquoi ne pas enregistrer celui de Kuina aussi ? Donc, un jour, dans le futur, nous aurons quelque chose à regarder en souriant.

« Kuina, Tiro, allons au prochain endroit, d’accord ? Continuons encore plus à monter de niveau aujourd’hui ! » (Procell)

« Youpi~ ! » (Kuina)

« Gaugau! » (Tiro)

Comme cela, nous avons chassé dans la Caverne cramoisie jusqu’à ce qu’il soit tard.

Ensuite, nous étions retournés à Avalon, à cause de tous ces mouvements et combats, nous avions décidé de manger.

Pour doubler la célébration de l’arrivée de Tiro dans nos rangs, nous devrions manger de façon luxueuse ce soir !

***

Chapitre 4 : La fête de bienvenu pour Tiro

Après que Tiro ait monté de niveau, nous étions retournés dans mon donjon.

La force de Tiro était bien supérieure à ce à quoi je m’attendais, ce qui m’avait intéressé quand à sa croissance.

Cela étant dit, ses combats n’avaient montré que peu de ses points faibles.

Chaque fois que Tiro quittait l’autre dimension et apparaissait, elle n’avait pas de vitesse de base. C’était bien quand elle apparaissait au sol, mais pour qu’elle apparaisse dans les airs et attaque, elle devait d’abord accélérer pour atteindre sa cible. Et même si elle pouvait déjà l’atteindre, sans vitesse, son attaque n’aurait pas tant de puissance.

Par exemple, si jamais elle choisissait un angle aigu dans le fusil de Kuina comme point de sortie, elle pourrait apparaître suspendue dans les airs, et c’était la pire situation parce qu’elle devrait d’abord toucher le sol pour attaquer. Si quelqu’un comme Kuina était l’ennemi, une contre attaque était sûre.

J’avais l’intention de discuter de telles choses avec Rorono. Espérons qu’elle pourrait trouver un moyen de l’aider même en vol.

Cela ferait sans aucun doute que Tiro deviendrait encore plus forte.

« Les filles, rentrez d’abord. Je vais commander quelque chose ici à livrer. Nous allons manger luxueusement aujourd’hui. » (Procell)

« Youpi~ ! J’attends cela avec impatience ! » (Kuina)

« Gaugau! » (Tiro)

« Chef, n’oublie pas l’alcool ! » (Ruhe)

Kuina, Tiro et Ruhe semblaient tout heureuses et j’en étais heureux.

Cela allait être la fête de bienvenue pour Tiro, donc faire une fête dans le luxe était vraiment la bonne voie à suivre.

Cela étant dit, même si je connaissais les goûts de Kuina et des autres, je ne savais pas ce que pouvait aimer Tiro.

Pour le moment, allons chercher de la viande. C’est un chien, alors peut-être du rôti avec un os.

 

***

Après avoir commandé dans l’un de nos magasins préférés, je m’étais dirigé vers la maison.

En attendant, Rorono et moi visionnions minutieusement les combats de Tiro.

Ces séquences avaient été enregistrées précédemment via l’appareil photo numérique créé par ma Création.

Pour le moment, il n’y avait que moi et Rorono dans la pièce. Pour que Rorono puisse se concentrer plus facilement, il avait été demandé aux autres d’aller dans une autre pièce.

Après un moment, nous avions traversé tous les combats enregistrés.

« Alors, après avoir regardé ces combats, de quoi penses-tu que Tiro ait besoin, Rorono ? » (Procell)

« Hmm. Je veux lui donner un moyen d’accélérer même en plein vol, ou peut-être une arme qui fera preuve d’une puissance incroyable, même de près sans le moindre recul. » (Rorono)

« Exactement ce que je pensais ! » (Procell)

Comme je le pensais, Rorono avait également trouvé troublant de constater que, chaque fois que Tiro quittait l’autre dimension, sa vitesse était nulle.

« Cependant, les restrictions sont cette fois assez sévères. Tout d’abord, Tiro ne peut pas utiliser de mains au combat. Deuxièmement, elle utilise sa vitesse comme une arme. Par conséquent, dans la mesure du possible, je ne veux pas lui donner d’équipement lourd. En outre, ses compétences utilisent déjà à elles seules une grande partie de son pouvoir magique. Je dois donc éviter tout ce qui pourrait lui faire perdre plus de pouvoir magique. C’est assez difficile. » (Rorono)

Rorono le déclara et sortit son ordinateur portable. Voyant qu’elle ouvrait et parcourait de nombreuses notes conceptuelles, j’avais supposé qu’elle définissait l’arme pour Tiro.

Comme elle était actuellement, elle n’avait pas besoin de conseils de ma part. On pourrait croire qu’elle me consultait, mais en réalité, elle exprimait simplement ses pensées et les organisait.

J’avais toute confiance en elle pour trouver la meilleure réponse possible. Elle était la meilleure alchimiste du monde, après tout.

« Utiliser à la fois de la poudre à canon et une source d’énergie magique fournira une puissance de feu sans consommer la magie de Tiro. Un générateur qui utilise des noyaux de golem n’est pas bon en raison de la limitation de poids. La batterie de fourrure de Kuina pourrait fonctionner… cela ne sera pas très utile lors de batailles prolongées, mais au moins, les critères de puissance magique et de poids ont été résolus. » (Rorono)

Rorono bavarda alors que ses deux mains bougeaient rapidement pour taper sur le clavier et faire des diagrammes sur son ordinateur portable.

« Les fondations seront des armes à feu, mais comme elles sont conçues pour être utilisées à courte distance, la portée peut être ignorée en toute sécurité. Pourquoi ne pas raccourcir le canon ? Cela pourrait conduire à pas assez de temps pour la combustion. Ensuite, en n’utilisant que de la poudre à canon… si au lieu de cela je le change en un mélange de poudre de mithril et de poudre à canon, cela pourrait fonctionner. Mais en premier lieu, faut-il que ce soit une arme à feu ? Une arme à pieux ? Hmm… intéressant. Si les pieux métalliques tirés peuvent être réutilisés, enchanter les pieux eux-mêmes pourrait augmenter les performances. Utilisons donc des pieux enchantés dans une arme type revolver et les tirer avec de la poudre de mithril et une magie explosive. Tiro n’a pas de mains, alors l’attacher à son ventre et mettre en place une méthode d’activation... » (Rorono)

Rorono était plongée dans ses pensées.

Elle étudiait chaque idée qu’elle avait, tout en continuant d’explorer d’autres approches.

Après environ 30 minutes passées à regarder l’écran de son ordinateur portable, Rorono releva la tête.

« Maître, j’ai terminé un brouillon. Il me faudra peut-être une semaine pour créer un prototype. Si Tiro est satisfaite avec, j’estime qu’il faudra encore une semaine pour en faire une version améliorée, espérons-le, parfaite. » (Rorono)

« Ce processus de développement sera-t-il nouveau et à partir de zéro ? Sinon, une semaine ne serait pas trop courte pour un prototype ? Est-ce que ça ira ? » (Procell)

« Mhm. Grâce à toutes les attentions que j’ai eues de vous, les projets prioritaires sont déjà terminés. La nouvelle arme de Kuina est terminée. L’augmentation des contre-mesures démographiques, les plans de développement des infrastructures et d’autres plans de base ont également été achevés. J’ai confié le reste aux Naines-forgeronnes. Tous les Chevaliers d’Avalon ont également été réparés. Alors, c’est bien, vous pouvez me laisser ça. » (Rorono)

Rorono avait fait beaucoup de travail en si peu de temps.

Elle était fiable comme toujours. J’étais vraiment fier de la compter comme l’un de mes démons du Pacte démoniaque.

« Désolé pour mes demandes difficiles, Rorono. » (Procell)

« C’est bon. Ça ne me dérange pas. Je les apprécie réellement. Comme avec le nouvel équipement de Tiro cette fois. Il semble que ce sera un projet intéressant. Préparez-vous pour cela, Maître. » (Rorono)

« Je le serai. » (Procell)

Son visage était devenu rouge quand je lui avais caressé la tête, alors elle avait essayé de le couvrir.

Un instant plus tard, elle décida de s’appuyer sur moi.

« Père, je pense que je suis un peu fatiguée, après tout. Laissez-moi me reposer comme ça pendant un moment. » (Rorono)

« Repose-toi autant que tu le souhaites. » (Procell)

« Merci. » (Rorono)

Je lui avais répondu comme ça, puis j’avais enroulé mes bras autour de ses épaules.

Si cela signifiait que la fatigue de Rorono disparaissait, cela ne me dérangeait pas de rester comme ça aussi longtemps qu’elle le souhaitait.

 

***

Après avoir regardé les vidéos et à la fin du repos de Rorono, nous nous étions dirigés au salon.

En entrant dans la salle, j’avais remarqué la grande quantité de plats préparée.

C’était les repas livrés à domicile que j’avais commandés plus tôt.

Kuina et Tiro qui étaient en train de regarder la nourriture étaient naturellement de bonne humeur.

« Wooaaahhhh, cette viande avec un os est plus grosse que la tête de Kuina ! Et il y en a un pour chacun d’entre nous ! » (Kuina)

« Gaugau! » (Tiro)

Kuina regardait les côtes du rôti d’un gigantesque sanglier appelé Sanglier Tyran.

La taille de chacun était si ridicule que cela pourrait être une blague, mais leur saveur était la vraie affaire. Il était cuit dans une poêle en pierre, donc humide, juteuse et délicieuse.

À l’origine, l’une de ces créatures suffisait à nourrir toute une famille, mais à cause de l’appétit plutôt grand des filles, j’en avais commandé un pour chaque fille.

« Il y a aussi de grosses crevettes. Tu t’en es souvenu que j’avais dit que je les aimais bien, maître ? » (Rorono)

« Oui, tu étais heureuse en en mangeant avant, non ? Elles sont sautées avec la sauce chili qui est un assaisonnement populaire dans le sud. » (Procell)

Les crevettes étaient aussi grosses que mon bras. Le plat avait été préparé en retirant la coquille, en la découpant en tranches, en la cuisant avec une sauce chili, puis en la replaçant dans la coque pelée.

« Merci maître. C’est mon préféré. » (Rorono)

Rorono l’avait dit complètement heureuse.

« Chef, wôw, je suis impressionnée, vous avez choisi un vin cher. Quand c’est mon propre argent, j’ai tendance à hésiter à acheter quelque chose comme ça. Mais quand je ne suis pas celle qui paye, il n’est pas nécessaire de se retenir, n’est-ce pas ? Aujourd’hui, nous boirons jusqu’à tomber ! » (Ruhe)

« Eh bien, tu te serais plainte avec du vin bon marché, non ? » (Procell)

En regardant Ruhe alors qu’elle frottait ses joues contre une bouteille de vin, je ne pouvais pas m’empêcher de sourire avec ironie.

J’avais commandé les bouteilles de vin spécialement pour Ruhe qui était une grande buveuse. De plus, j’avais également commandé une grande variété d’autres plats à servir comme hors d’œuvres.

« Maintenant, pourquoi ne pas mettre la table ? » (Procell)

« Youpi~ ! Kuina va aider. » (Kuina)

« Je vais vous montrer mon bon goût, chef. L’impression de la nourriture peut complètement changer en fonction de la façon dont elle est présentée, après tout. » (Ruhe)

Kuina et Ruhe prirent en charge et organisèrent la nourriture pour la rendre plus délicieuse qu’elle ne l’était déjà.

Pendant qu’elles faisaient cela, un doux arôme avait commencé à dériver dans la pièce.

Curieux, j’avais cherché la source et avais trouvé Aura. Dans sa main, il y avait une grande tarte aux pommes.

« Et voilà ! La journée d’aujourd’hui est une fête spéciale pour souhaiter la bienvenue à Tiro-chan. J’ai donc cuit une tarte aux pommes avec des pommes dorées ! En outre, les pommes dorées utilisées provenant du nouvel arbre ! Appréciez ! » (Aura)

Oh, nous avons enfin un second arbre pouvant être appelé un arbre monde. Je suis impatient de voir ça.

Après avoir posé la tarte sur la table, Aura avait également participé à l’organisation.

Et puis, la table était plus belle et appétissante qu’avant, nous nous étions tous assis à table. Seule Tiro, qui était encore en forme de chien, était assise par terre.

Comme ça, l’attention de tout le monde était attirée sur moi.

« Nous sommes réunis aujourd’hui ici pour accueillir Tiro en tant que nouvelles recrues dans nos rangs. À cette fin, mangeons et buvons beaucoup. » (Procell)

Je l’avais dit ainsi et elles avaient répondu avec enthousiasme.

Ce sont de si bonnes filles, acceptant volontiers comme ça.

« Santé ! »

Kuina et Rorono avaient du jus, Aura, Ruhe et moi avions du vin, et Tiro avait du lait de première classe versé dans son bol.

Comme cela, nous — autre que Tiro bien sûr — levions nos verres.

« « Santé ! » »

Nous avions crié ainsi avant de cogner nos verres ensemble.

Après cela, nous nous étions approchés l’un après l’autre, accroupis devant elle, puis nous avions frappé nos verres contre le bol de Tiro.

Et alors, la fête avait commencé.

« Ces côtes sont les meilleures ! » (Kuina)

« Garuu!! » (Tiro)

Les mangeuses de viande, Kuina et Tiro avaient mordu dans leur gigantesque viande avec os.

« Ils sont tellement juteux et délicieux. Comme je le pensais, les crevettes sont excellentes. » (Rorono)

« En ce qui me concerne, j’aime vraiment ce carpaccio de saumon. Il est si léger, alors je peux en manger autant que je veux. » (Aura)

« C’est génial, mais c’est de l’alcool pour moi. Haaah, ça tombe bien. Je sens que je suis née pour boire cela. Un autre ! » (Ruhe)

Il semblait que Rorono, Aura et Ruhe appréciaient la fête.

La fête s’était poursuivie.

Kuina et Rorono avaient échangé leur jus contre de l’alcool. Kuina préférait les jus, mais était généralement capable de boire et d’apprécier l’alcool. Rorono en revanche adorait l’alcool, mais avait choisi de boire du jus pour ne pas laisser Kuina seule.

L’âge légal de la consommation d’alcool dans ce pays était de 12 ans. De toute façon, ce n’était pas important, car c’était des démons, alors il n’y avait aucune raison pour eux d’éviter de boire.

Entre temps, le nombre de bols devant Tiro avait augmenté d’un : plein de vin.

Quand j’avais regardé Ruhe, elle s’était détournée et avait commencé à siffler.

Ses actions suspectes avaient scellé le marché : elle était certainement coupable.

À propos, Tiro ignorait maintenant le bol rempli de lait et ne buvait que du vin. Elle avait même roté de satisfaction.

Alors, même si elle est une chienne, elle boit du vin, hein…

Et avant que je le sache, la nourriture avait disparu. De toute évidence, le fait d’en commander plus était le bon choix.

« Maintenant, tout le monde, le dessert ! Savourez ces nouvelles pommes dorées, d’accord ? » (Aura)

Les plats principaux étaient partis, alors Aura avait pris l’initiative et coupa la tarte aux pommes.

La tarte, tout en étant coupée en tranches, faisait un bruit croustillant. L’arôme émanant de l’intérieur m’était parvenu et rien que par cela, je pouvais dire que c’était délicieux.

Évidemment, j’avais tout de suite pris une bouchée. Son croquant et son goût étaient délicieux. Manger cette délicieuse tarte était un privilège que seuls nous pouvons avoir.

Nous avions tous été captivés par la tarte aux pommes. Eh bien, tout le monde sauf…

« Guruu... » (Tiro)

Regardant la part de tarte aux pommes placée devant elle, Tiro poussa un petit cri triste.

Les chiens n’aiment pas les tartes aux pommes ? Au contraire, les chiens peuvent-ils même manger des tartes aux pommes ?

Quand cette inquiétude m’avait traversé l’esprit…

« Guruu! » (Tiro)

Tiro aboya joyeusement.

Elle s’était ensuite transformée en jeune fille, avait attrapé la tranche avec ses mains, puis l’avait fourrée dans sa bouche. Tout en continuant à mâcher, son visage se détendait dans une joie pure.

Aura avait souri avec ironie, puis elle plaça ensuite une seconde part devant Tiro. Quand Tiro vit cela, elle l’avait immédiatement saisie et la mangea.

« Gururuu~ ! » (Tiro)

Tiro, qui n’avait maintenant plus faim, fit un son satisfait. Elle était ensuite revenue à sa forme de chien, s’était roulée en boule et avait commencé à dormir.

Quel compagnon insouciant !

Quand Tiro avait fait cela, Kuina, pour s’amuser, s’était accroupie et caressa la tête de Tiro. Et quand les autres filles l'avaient vue faire, elles avaient fait de même.

Bien. Il semble que mes démons aient vraiment accepté Tiro comme l’une des leurs. Dors bien, Tiro. La fête sera toujours là à ton réveil. Nous ferons la fête de toutes nos forces ce soir, car demain nous retournons travailler dur pour nous rendre plus forts.

En pensant ainsi, j’avais bu mon verre de vin.

***

Chapitre 5 : La nouvelle attraction d’Avalon

Le lendemain matin après la fête de bienvenue pour Tiro.

Rorono avait déjà commencé à travailler sur l’équipement de Tiro et Aura s’était rendue dans son verger pour s’occuper des pommiers.

Pendant ce temps, Kuina, Ruhe et Tiro étaient retournées monter de niveau.

Quant à moi, je regardais mon grimoire de Seigneur-Démon avec étonnement.

« Je n’ai pas assez de DP... » (Procell)

J’ai découvert que mes calculs étaient faux.

En raison de la croissance d’Avalon et du donjon de March, mes revenus de DP ont explosé. Et grâce à cela, j’ai pu acheter deux Maelströms de Dragons des Ténèbres.

Les Dragons des Ténèbres étaient des démons de Rang B, ce qui signifie que chacun valait 1 200 DP et deux Maelströms coûtaient 240 000 DP. C’était certainement beaucoup, mais ça en valait la peine.

Jusqu’à récemment, je n’avais dépensé presque aucun de mes DP. Entre cela et les tonnes de DP obtenus lors de notre sauvetage de March, je pensais avoir bien plus de 130 000 DP après avoir acheté le second Maelström.

Ces DP restants auraient suffi pour acheter un Maelström pour le démon deux rangs en dessous de Tiro : le Hurleur de l’abîme.

Cependant…

« Je pensais en avoir assez, mais je devais en utiliser pour remodeler mon donjon devenu surpeuplé. » (Procell)

J’ai ajouté un nouvel étage et l’ai immédiatement rempli avec trois salles. Une des pièces était chère, c’était une mine.

De plus, j’ai créé une naine forgeronne de plus pour achever la construction des infrastructures d’Avalon et des églises dans les autres villes. J’ai également créé deux Hautes Elfes pour aider Aura — qui passait le plus clair de son temps à s’occuper des pommiers — et les autres Hautes Elfes traitaient la pollution de l’environnement provoquée par l’augmentation de la population d’Avalon.

Compte tenu de ces dépenses et du maintien du nombre de DP suffisant pour faire une inversion d’étage…

« Oui, je ne peux pas acheter de Maelström maintenant. Bon, voici le plan. Je vais penser à un moyen de gagner beaucoup plus de DP. Et puis, à côté de ça, je vais en acheter un, juste un Hurleur de l’Abîme pour le tester. » (Procell)

Compte tenu de la nature des Maelströms dans lesquels un démon est créé une fois chaque jour, plus vite je le crée, mieux c’était. Malgré les coûts initiaux, il était certainement mieux d’épargner pour acheter un Maelström que d’acheter les démons à l’unité.

Jusque récemment, il y avait toujours une bataille imminente à l’horizon, je n’avais donc pas le luxe d’économiser. Cependant, comme il me semblait que la prochaine bataille n’allait pas arriver avant que je ne devienne complètement indépendant dans une demi-année, épargner des DP et acheter des Maelströms constituaient le choix préférable au potentiel de guerre immédiat.

De plus, imaginer un moyen d’augmenter mon revenu en DP serait de toute façon une chose à faire, même si je ne cherchais pas à acheter un Maelström.

Pour ce qui est de savoir comment, il y avait deux approches qui pourraient ou non se chevaucher. La première consistait simplement à augmenter le temps passé par les humains à Avalon. L’autre était d’élevé la qualité de leurs émotions.

La plus rapide de mes options pour le moment était de tenir des réunions de cultes quotidiennement. Certains jours, les réunions de cultes avaient augmenté mes revenus en DP de près de 10 %.

Aussi tentant que cela soit, cependant, il fallait que Ruhe prenne part à la cérémonie ici à Avalon, même si des cérémonies dans les principales villes du royaume d’Axera devaient également être organisées afin de recruter de nouveaux adeptes et de les amener à faire un pèlerinage vers Avalon.

En d’autres termes, c’était au mieux une solution à court terme.

« Ensuite, je dois penser à une nouvelle attraction qui attirera les humains. Espérons que cela augmentera à la fois le nombre d’humains dans la ville et la qualité des émotions que nous pourrons obtenir. Je suppose qu’il n’y a que ça alors... » (Procell)

En abaissant les taxes à Avalon, elle est devenue un lieu lucratif pour les marchands.

Même si je devais les laisser seuls maintenant, je ne doutais pas qu’ils l’imagineraient de nouvelles attractions fascinantes dont ils pourraient tirer profit. Dans leurs efforts pour améliorer leurs vies, ils transformeraient Avalon en une ville de plus en plus charmante.

Et un marché où des objets extravagants du monde entier seraient rassemblés et vendus à bon marché serait toujours encombré.

En tant que telles, toutes sortes d’entreprises avaient ouvert des magasins ici. On pouvait goûter toutes sortes de nourriture dans les restaurants de notre ville. En raison du nombre élevé de clients, une célèbre compagnie de théâtre itinérante avait même décidé de s’y installer de manière permanente.

Eh bien, presque toutes les sortes.

Il y en avait une qu’Avalon n’avait toujours pas. Pour certaines raisons à l’époque, je n’ai pas permis la construction d’une telle chose. Maintenant ça devrait aller.

« Très bien, je devrais aller chercher des collaborateurs. Mes efforts et ceux de mes démons ne sont probablement plus suffisants. Pas sans difficultés majeures, en tout cas. Si nous faisons cela correctement, mon revenu de DP pourrait monter en flèche en une fois. » (Procell)

*

Conanna était celui en qui j’avais le plus confiance. Il était avec nous depuis le début. Il avait même fait d’Avalon le siège de son entreprise.

En ce moment, je me dirigeais vers ce quartier général.

J’ignorais que leur siège social, situé dans la banlieue d’Avalon, était un bâtiment si magnifique qu’il pouvait rivaliser avec le mien.

« Bienvenue, Procell-sama. » (Conanna)

« Il semble que les affaires marchent bien, si ce beau bâtiment en est une indication. » (Procell)

« Tout cela, c’est grâce à vous et à cette ville. Le siège de notre quartier général a fait un pari risqué, je l’avoue, mais c’était définitivement le bon choix. En ce qui concerne ce bâtiment, son entretien est coûteux et il n’a aucune utilité directe, mais cela donne l’impression de réussir et c’est suffisant en cela pour faciliter les transactions. » (Conanna)

Il m’a salué avec un sourire joyeux.

On m’a servi du thé noir, ainsi que du gâteau à thé.

Il va sans dire que le thé noir était de la plus haute qualité. En outre, le gâteau à thé avait le symbole d’Arnold, ce qui signifiait qu’il venait de la boulangerie que même la noblesse et la royauté favorisaient.

C’était un des plus grands accueils.

« Quoi qu’il en soit, que pourrais-je faire pour vous aujourd’hui, Procell-sama ? » (Conanna)

« Je songe à ajouter un nouvel établissement public ici à Avalon et j’aimerais que vous participiez à cela. » (Procell)

« Ohh. Cela sent le profit, n’est-ce pas ? Qu’avez-vous en tête exactement ? » (Conanna)

C’était l’une des rares choses qui manquait à Avalon.

« Je veux ouvrir un casino public. Je vais m’occuper de sa construction et, si tu le souhaites, j’aimerais que tu t’occupes de sa gestion ainsi que du recrutement du personnel. Bien sûr, j’aurais aussi quelques conditions. » (Procell)

Conanna souriait énormément en m’entendant.

C’était une grosse affaire pour moi de dire que j’allais construire un casino. Le profit à obtenir serait énorme.

« Mais, Procell-sama, parmi toutes nos propositions, la construction du casino est la seule chose que vous avez toujours rejetée. Qu’est-ce qui a changé ? » (Conanna)

« À l’époque, Avalon était toujours instable, j’avais donc une grande réticence à en faire construire un. Cependant, je considère aujourd’hui cette ville comme étant stable et sûre. Je pense que le temps est venu. » (Procell)

À Avalon, avant que les marchands ne puissent construire leurs magasins où ils puissent librement faire affaire, ils devaient faire une demande.

Normalement, je les approuvais sans difficulté. La seule exception était pour les casinos. Maintenant, il existait une sorte de jeu d’argent dans les allées sombres d’Avalon parce que j’ai détourné le regard des individus et des petites boutiques le faisant, mais aucune d’elle ne pouvant être reconnue comme un casino.

En ce qui concerne les raisons pour lesquelles je n’approuvais pas les casinos planifiés, j’avais plusieurs raisons, la première étant que c’était une menace pour l’ordre public. C’était particulièrement vrai à l’époque, alors que la population d’Avalon était en grande partie composée d’aventuriers. Si ces aventuriers perdaient, ils risquaient de devenir des criminels. Si des rumeurs disant qu’Avalon n’était pas un lieu sûr se propageaient, les gens se méfieraient et auraient moins de chances d’y venir.

Cependant, les choses étaient différentes maintenant.

L’ordre public était stable, le nombre de marchand et d’agriculteurs immigrants a augmenté, et même le nombre de touristes a augmenté.

Maintenant que les colons d’ici et ceux qui avaient de l’argent à dépenser étaient devenus la majorité, je n’avais plus besoin d’hésiter pour l’ouverture d’un casino.

« Le premier casino d’Avalon, hein. Oui… sans aucun doute, il y a beaucoup à gagner. Je ferai de mon mieux dans ce projet. Mais je m’avance. Quelles sont ces conditions ? » (Conanna)

Conanna se pencha en avant et me le demanda.

J’étais content qu’il semble vouloir en faire partie.

Si cela était possible, j’aurais de loin préféré celui-ci si mes démons et moi pouvions tout faire nous-mêmes, mais son fonctionnement nécessitait des connaissances très techniques ainsi que des ressources humaines capables de gérer une grande variété de tâches. Pour cela, nous avions besoin de la connexion de la société de Conanna.

« Je suis content de l’intérêt que tu y portes. » (Procell)

« Si j’avais refusé, vous auriez simplement offert cette proposition savoureuse à une autre société, n’est-ce pas ? » (Conanna)

Conanna me connaissait bien.

Autant que je sache, il était le marchant le plus qualifié et fiable que je connaisse, alors je suis venu le voir en premier. Cependant, s’il refusait, j’aurais peu d’autres choix que de trouver quelqu’un d’autre.

« D’accord, pour mes conditions. La taille du casino sera à peu près celle de l’église. Le nombre maximum de personnes pouvant entrer est prévu pour être de 500. Pour les programmes, les performances, les événements, etc., ma seule condition est qu’il s’agisse de choses qui ne peuvent être trouvées et appréciées uniquement à Avalon, tout le reste te sera laissé au choix. De plus, je voudrais que tu recrutes des vendeurs de premier ordre et que vous rassembliez tout ce qui est populaire. Et ensuite, je veux que le taux de retour de l’argent des joueurs soit maintenu à 90 %. Je vais être ferme à ce sujet. » (Procell)

En entendant que je voulais le taux de retour pour les joueurs soit de 90 %, Conanna se renfrogna.

« C’est tout à fait déraisonnable, n’est-ce pas ? Si les joueurs récupèrent 90 % de leurs mises, nous ferons à peine de la marge. Un faux pas et nous nous retirerons du business tout de suite. » (Conanna)

Le taux de retour au joueur correspond au montant de son argent misé qui lui revient sous forme de gains au fil du temps. Par exemple, les loteries dans les temps anciens avaient un taux de retour de 50 %, tandis que les courses de chevaux en avaient 70 %. en outre, les salles de jeux ouvertes dans le territoire des pays voisins avaient environ 60 %.

Ainsi, du point de vue des joueurs, tout endroit ayant un taux de retour de 90 % serait extrêmement attrayant.

Bien entendu, plus le taux de retour au joueur est élevé, moins il sera rentable pour le bâtiment.

« Je comprends que 90 % sont durs. En échange, je suis prêt à donner à ton entreprise tous les bénéfices du casino. De plus, je vous donnerai 10 % de ce que gagne Avalon chaque mois. Pas ses profits, mais les ventes totales. » (Procell)

« ... Alors qu’en est-il d’Avalon ? Je pensais à coup sûr que nous allions fractionner les profits et que vous en obtiendriez la plupart. Mais à présent, non seulement vous nous donnez tous les bénéfices, mais également des fonds de votre propre poche. Les 10 % du casino et les 10 % de votre part sont plus que suffisants pour nous, mais ne perdez-vous pas unilatéralement de l’argent ? » (Conanna)

Pour être tout à fait franc, je n’avais pas besoin d’argent. L’or et l’argent étaient pratiquement les déchets de nos mines pour le mithril et l’orichalque, et j’en avais une si grande quantité que cela commençait à se corroder.

Ce que je voulais vraiment de ce casino, c’est que les humains d’ailleurs soient ravis de venir dans notre ville.

J’aurais même proposé un taux de 100 % s’il n’y avait aucun problème. L’un de ces problèmes était que si les humains pouvaient vivre uniquement du casino, la croissance de la ville stagnerait.

« Eh bien, je n’ouvre pas ce casino pour l’argent, après tout. C’est simplement un moyen pour attirer de nouvelles personnes dans la ville. Elles viendront peut-être au casino, mais elles dépenseront également une partie de leur argent ailleurs dans la ville. On peut en dire autant des employés que nous allons recruter en dehors de la ville. Les deux vont certainement stimuler Avalon et son économie. Alors, vois-tu, l’argent ne sort pas vraiment de ma poche. » (Procell)

J’ai dit quelque chose de crédible qui, pour le moment, devrait tenir.

« Je vois. C’est donc un investissement. Avalon est déjà le lieu de rassemblement de toutes sortes de nourritures délicieuses et de divertissements, ainsi que le plus grand marché du monde. Maintenant, ce sera un endroit où les gens pourront jouer et gagner de manière fiable. Ça va être extraordinaire. Des gens du monde entier viendront à Avalon. » (Conanna)

Conanna, maintenant de très bonne humeur, l’a dit avec ferveur.

« Je compte sur toi. Oh, mais le casino ne sera pas la seule chose invitant les gens à venir à Avalon. Nous aurons aussi des spectacles tape-à-l’œil. Donc, même s’ils perdent, ils seront satisfaits et voudront revenir. En fait, je voudrais qu’ils viennent uniquement pour les spectacles. » (Procell)

« Cela semble intéressant. Je vais m’en occuper tout en recrutant ces dealers dès que possible. » (Conanna)

Il était vraiment extatique. Comme ça, j’ai décidé de lui dire autre chose.

« Il y a en fait un dernier projet dont j’aimerai discuter. » (Procell)

« Oh, quelque chose allant me rendre encore plus heureux ? » (Conanna)

« Avalon sera certainement plus populaire avec ces attractions, mais le fait que les routes y soient en mauvais état demeure. Même s’ils voulaient venir, seules quelques personnes le feront. Je veux faire quelque chose à ce sujet. » (Procell)

Après tout, les seules routes bien entretenues menant à Avalon étaient celles vers le royaume d’Axera. Il était rare d’entendre parler de personne étant venue par les chemins traversant des zones non contrôlées par les humains.

« Nous avons également réfléchi à ce problème. Quand nous sommes allés quelque part par Hippogriffe et que nous étions sur le retour, nous recevions assez souvent des demandes d’auto-stop. Alors oui, même s’ils veulent venir ici, ce n’est pas une option pour beaucoup. » (Conanna)

D’une manière ou d’une autre, il semblait que Conanna était capable de deviner ce que je voulais dire.

« Je pense avoir bientôt 100 Hippogriffes apprivoisés et entraînés. Bien entendu, mes subordonnés leur fabriqueront des chariots spéciaux. Cependant, ces chariots ne seront spécialisés non pas pour le transport de marchandises, mais de personne. Et nous allons également construire des gares de transports aériens à différents endroits. » (Procell)

Avec cent Hippogriffes, l’objectif de transporter des personnes aussi bien que des marchandises était plus qu’une possibilité.

Cependant, le plus gros obstacle a été l’organisation de la construction des gares dans chaque ville ou village. C’est une autre affaire alors que les marchands et leurs réseaux faisaient des merveilles.

En entendant ce que j’ai proposé, Conanna a commencé à trembler.

« Ça va être bon, non, fantastique ! Pour être honnête, je suis plus excité à ce sujet que le casino. Si cela réussit, le nombre de personnes venant à Avalon sera multiplié par trois, voire cinq ! Des stations reliées par le ciel, Hahaha, pourquoi n’y ai-je pas pensé ?! Quel imbécile je suis. En tout cas, merci, Procell-sama ! Je vais le préparer dans trois, non, deux mois. Je le jure sur ma fierté en tant que marchand ! » (Conanna)

Il était encore de meilleure humeur qu’avant.

Bien que cela était à prévoir. Après tout, si ces stations étaient construites, il serait un marchand étant entré dans l’histoire.

« Comme il s’agira d’un projet pour Avalon, des fonds seront fournis pour tout le nécessaire. Viens plus tard pour le demander. » (Procell)

Je lui passai alors un contrat qui offrait auparavant environ la moitié de ce que j’avais donné au royaume d’Axera.

Construire des stations dans des villes et villages du monde entier serait une entreprise gigantesque. Au moins, cet argent serait nécessaire.

« Merci beaucoup. Je ne pense pas que mes économies seules auraient suffi. Cela fit, je peux me concentrer davantage sur le projet lui-même. En passant, Procell-sama, combien ferez-vous charger pour le trajet avec les Hippogriffes ? » (Conanna)

« Cela ne me dérange pas que cela soit gratuit. Comme je l’ai dit, mon objectif est la prospérité d’Avalon, pas l’argent. Cela dit, nous allons toujours générer des revenus sous forme d’impôts. » (Procell)

Conanna tendit la main en souriant. En réponse, j’ai tendu la mienne et secoué la sienne.

« Hahaha, Procell-sama, vous êtes vraiment un dieu. Mon Dieu, pour être plus précis. Je suis si heureux de vous avoir rencontré. » (Conanna)

C’est la dernière raison pour laquelle j’ai confié des choses à Conanna : il me vénérait. Il était peut-être un commerçant et donc parfois un peu gourmand, mais il me vénérait et ne me trahirait jamais.

Comme ça, les graines ont été semées.

Avec le casino et le système de transport des Hippogriffes, les revenus en DP augmenteraient assurément en flèche.

Les humains étaient vraiment commodes. Ils pourraient faire des choses que mes démons et moi ne pouvions tout simplement pas faire. Sans la coopération de Conanna, le casino et les stations seraient quasiment impossibles à créer.

Maintenant, il est temps de se préparer pour ce qui sera dans le casino. Ce doit être le type de jeu le plus brillant, et il doit être quelque chose que seule Avalon peut offrir. C’est le moment d’utiliser ces gars qui sont juste en train de se prélasser quand il n’y a pas d’urgence.

Ces pensées en tête, je me suis dirigé vers l’entrée cachée de mon donjon proprement dit.

***

Chapitre 6 : Sous Avalon

Afin de préparer un programme pour le casino, j’avais utilisé mes pouvoirs de Seigneur-Démon pour les transférer dans mon donjon proprement dit. Plus précisément, le nouvel étage créé.

J’avais dit à un démon mort-vivant de demander à Duke de venir ici.

Ce nouvel étage avait trois pièces. La première était un cimetière, la seconde une mine. La troisième était un couloir de pierre étroit où une arme de destruction massive était déployée.

En gros, le cimetière était gardé par Duke, les squelettes et les monstres morts-vivants réanimés par Duke. Si jamais un ennemi s’échappait du premier étage du donjon proprement dit, il serait écrasé ici.

Pendant ce temps, dans la mine, les golems d’argent et les golems d’or fabriqués par les Naines Forgeronnes travaillant sans relâche jour et nuit creusaient pour trouver des minerais. En outre, les Dragons des Ténèbres nés des Maelstroms résidaient ici. Au cas où les combats dans la salle du donjon précédente seraient trop proches, je leur avais ordonné de se retirer ici.

Avec la MOAB, qui se trouvait autrefois dans la troisième salle du premier étage, déplacé dans la dernière salle du deuxième étage, cette salle de donjon était devenue notre dernière ligne de défense. Cependant, même si je le considérais comme un atout, c’était quand même une carte que j’avais jouée auparavant et qui était donc connue des autres. Pour compléter cela, j’avais prévu de déployer également dans cette pièce une arme plus atroce encore.

Mais une fois encore, étant donné que le réapprovisionnement de notre stock de MOAB venait juste d’être achevé et que Rorono venait juste de terminer les plans de cette nouvelle arme, il resterait encore un peu de temps avant que les Naines Forgeronnes finissent de fabriquer les pièces.

Évidemment, je pourrais dire à Rorono d’aider au processus de fabrication pour accélérer le processus, mais je préférerais qu’elle travaille avec son cerveau pour planifier d’autres armes nouvelles que de travailler avec ses bras.

Heureusement, contrairement à elle, je pouvais acheter des Naines Forgeronnes avec des DP. En d’autres termes, si je le voulais, je pourrais produire en masse des armes de destruction massive.

« Comme cela a toujours été le cas, le premier étage dispose d’une défense solide. Et, le deuxième étage dispose d’une défense encore meilleure. Mon donjon proprement dit a finalement l’air d’un véritable donjon. » (Procell)

Grâce à ces deux étages, la défense de mon cristal était devenue plus forte que jamais.

La première salle du premier étage était un chemin rectiligne où les Golems de Mithril et leurs armes lourdes avaient été installés.

La deuxième salle était le site de la pâtisserie et d’une usine d’armes gérées par les squelettes.

Pour ce qui est de la troisième pièce, il s’agissait d’un couloir de pierre extrêmement bon marché à ce moment-là, mais je pensais le changer pour quelque chose de plus utile.

Il y a eu une grave pénurie de bois d’œuvre récemment, donc le transformer en salle forestière n’est peut-être pas une si mauvaise idée.

En y pensant, Duke arriva.

À ses côtés se trouvait son adjudante qui était aussi sa femme. Comme toujours, les deux étaient vraiment intimes.

« Mon seigneur, comment puis-je vous servir ? » (Duke)

Duke, le dragonewt d’âge moyen, l’avait dit en inclinant la tête.

Comme toujours, chacune de ses actions était gracieuse.

« Pour qu’Avalon se développe, c’est quelque chose que je veux que tu fasses. Je veux que tu rassembles une vingtaine des Dragons des Ténèbres les plus brillants et les plus dociles. » (Procell)

« Oui, tout de suite, mon seigneur. Je convoquerai Pochi et l’unité d’élite qu’il dirige. » (Duke)

Duke avait salué et envoyé des instructions par télépathie.

En passant, Duke avait qualifié le chef des Dragons des Ténèbres de Pochi. Ce n’était pas un nom officiel, mais plutôt un surnom. Mes démons utilisaient ces surnoms pour se désigner les uns les autres. Cela aurait été très gênant sinon, après tout.

Néanmoins, pour que Duke fasse référence à un dragon de haut rang et féroce avec Pochi, c’est comme s’il ne les considérait que comme des chiens mignons et adorables.

« La Loi de la mort est pratique, n’est-ce pas ? » (Procell)

« Oui, en plus de renforcer tous mes subordonnés morts-vivants, cela me permet également de communiquer avec tous à la fois par télépathie. Pour moi, dont le devoir est de protéger Avalon, je compte beaucoup sur cette capacité. » (Duke)

En plus d’avoir l’attribut dragon, les Dragons des Ténèbres avaient également l’attribut mort-vivant. Cela signifiait qu’ils étaient également des cibles viables pour le souverain de la mort Duke et qu’ils étaient donc renforcés. C’était l’une des nombreuses raisons pour lesquelles j’ai créé deux Maelstroms.

Après un moment, j’avais remarqué un groupe de dragons occidentaux de taille moyenne volant dans le ciel. Peu après ils avaient atterri magnifiquement.

Ils n’étaient pas considérés comme des élites pour rien.

« Mon seigneur, je vous présente la crème de la crème parmi les Dragons des Ténèbres. » (Duke)

« Oui, ils semblent l’être. Alors, écoutez, je prévois d’ouvrir un grand casino en ville. Je veux que l’une de nos activités principales soit les courses de dragons. »

En m’entendant, Duke plaça une main sur son menton et commença à réfléchir.

« Courses de dragons, c’est ça ? » (Duke)

« Pour les humains, les dragons sont des êtres de peur et de respect. Ils vont sûrement devenir fous s’ils apprennent un jour que ces dragons vont concourir dans le ciel les uns contre les autres. Tout le monde en parlera et voudra venir à Avalon. Très probablement, même les non-joueurs vont faire un voyage juste pour voir les dragons. »

J’en étais certain.

Après tout, il n’y avait  nulle part ailleurs où les humains pourraient aller pour voir de si puissants monstres se battre et être encore en vie.

« Je vois. Certes, les humains vont se précipiter, mais j’ai certaines inquiétudes. La vitesse des Dragons des Ténèbres est supérieure à celle du son. Par conséquent, à moins que le parcours ne soit d’au moins de 20 km, la course sera terminée en un instant. D’un autre côté, si le parcours était si long, il serait alors beaucoup plus grand que ce que l’œil humain puisse le voir. »

Je m’étais également inquiété de ces problèmes. À cause de cela, j’avais imaginé une contre-mesure.

« Mon plan est d’avoir l’un des plus rapides Dragons des Ténèbres devant le groupe et de prendre en charge la capture de la course avec une caméra. Espérons que cela donnera un sentiment d’immersion aux invités qui visionneront les images capturées sur un grand écran à l’intérieur. »

« Ohh, c’est un bon plan. »

« De plus, nous devrions mettre en place un mécanisme permettant au plafond du casino de s’ouvrir pour révéler le ciel au-dessus. Si nous faisons cela et faisons en sorte que le casino soit une partie de la dernière étape de la course, même si ce ne sera que pour un instant, les invités pourront voir de leurs propres yeux la majesté des Dragons des Ténèbres lors de leur vol. »

L’expérience réelle de voir les Dragons des Ténèbres concourir les uns contre les autres était le plaisir que nous allions offrir avec cette course.

Cela dit, il y avait certaines considérations nécessaires à prendre en compte. L’une de ces choses était que les Dragons des Ténèbres possédaient la capacité appelée Peur. Cela pourrait causer une mort instantanée aux humains simplement en étant dans un rayon de cent mètres des Dragons des Ténèbres.

« Hmm, oui, je soutiens ça. Dernièrement, les Dragons des Ténèbres s’ennuieraient. Cette course devrait être une bonne distraction et un exercice pour eux. » (Duke)

« Est-ce vrai ? Eh bien, ce n’est pas tout. J’ai également l’intention de les récompenser pour leur participation. Comme vous le savez, la troisième salle du 1er étage du donjon proprement dit était à l’origine notre dernière ligne de défense. Cependant, avec l’ajout du nouvel étage, ce rôle a été attribué à la troisième pièce du second étage. Je pensais donc transformer cette pièce en une [forêt]. Si je le fais, des cochons, des sangliers et d’autres animaux vont se reproduire de temps en temps. Ce que je veux dire, c’est que nous pouvons offrir un repas à volonté pour toute la journée à quiconque remportera cette course. » (Procell)

Comme mentionné précédemment, une salle de forêt contribuerait à la pénurie de bois d’œuvre.

De plus, selon mon livre du Seigneur-Démon, un peu comme une mine, une forêt engendrerait des animaux, des fruits, des plantes médicinales plus rares, et bien d’autres, à mesure que le Seigneur-Démon deviendrait plus fort. Aura pourrait utiliser ces choses pour l’aider à faire des potions. En outre, nous pourrions également vendre le matériel rassemblé à cet endroit, en espérant attirer plus d’humains à Avalon.

Compte tenu de l’approvisionnement régulier en sangliers et en cochons, je pourrais nourrir mes démons autant que possible. Bien que les démons n’aient pas vraiment besoin de manger, ils l’appréciaient néanmoins. Les Dragons des Ténèbres adoraient la viande, cela devrait donc servir de belle récompense.

Comme pour confirmer, quand les Dragons des Ténèbres m’entendirent dire de la viande à volonté, ils poussèrent un rugissement satisfait. Maintenant, j’étais sûr qu’ils allaient tout donner dans les courses. Et s’ils donnaient tout, le public serait encore plus fasciné.

« Une forêt ? Oui, c’est une bonne idée. La Forêt gênera les mouvements de nos ennemis ainsi que réduira leurs capacités de combat. De plus, beaucoup d’entre nous ont une aptitude à se battre dans une forêt. Si les choses se gâtent, les Hautes Elfes et les Renards Mythologiques peuvent en faire leur terrain de chasse et anéantir nos ennemis. Je pense que nous verrons leur vrai talent briller là-bas. » (Duke)

Les Hautes Elfes, les Renards Mythologiques et les hurleurs des Abîmes - qui étaient les démons deux rangs en dessous de Tiro profiteraient certainement des nombreux obstacles ainsi que des difficultés d’accès fournies par une forêt.

Bon, c’est décidé, j’allais faire une salle forestière.

« Mais mon seigneur, où sera situé le casino ? Avalon est devenue très remplie récemment, n’est-ce pas ? » (Duke)

« Il sera construit dans les plaines. » (Procell)

Mon donjon avait une défense de donjon impitoyable à proprement parler et contenait la zone où se trouvait la ville d’Avalon.

La zone qui contenait la ville contenait trois pièces. La première salle était celle des plaines, la seconde était la ville d’Avalon elle-même et la dernière était la mine.

Il était difficile de rentrer dans le casino, qui allait être un gros établissement, dans Avalon déjà remplie, j’avais donc l’intention de le construire dans les plaines. La salle plaine mesurait 20 km sur 20 km. Cela devrait être suffisant pour que les Dragons des Ténèbres volent heureux.

« Je soutiens cela aussi, mon seigneur. Les Dragons des Ténèbres aimeront voler dans les environs. » (Duke)

« C’est bon à entendre. D’accord, informe d’abord les plus brillants Dragons des Ténèbres, mais fais-leur également savoir que tout le monde peut participer. Une fois que le casino battra son plein, je pense qu’il y aura environ 8 courses par jour. Nous devrons donc souvent alterner les membres participants. » (Procell)

« Compris. » (Duke)

« De plus, je pense organiser une simulation de course demain soir. Ce sera une démonstration pour les marchands que je vais inviter. Nous ne devons absolument pas avoir de problèmes. Je te laisserai la tâche de sélectionner les participants, Duke. Alors, choisissez six coureurs et un qui sera en charge de la caméra. » (Procell)

À cela, Duke hocha la tête.

En le connaissant, les participants auraient été choisis et auraient reçu des instructions en un rien de temps.

Cela finit, j’avais parlé à la Naine Forgeronne à côté de lui.

« Naine Forgeronne, voudrais-tu nous aider à nous libérer de cet état de dépendance à Rorono ? » (Procell)

Au début, la Naine Forgeronne était déconcertée par ce que je disais, mais après un moment, elle avait souri comme si elle comprenait ce que je voulais dire.

« Procell-sama, est-ce que c’est correct de supposer que nous, les Naines Forgeronnes, allons prendre en charge la construction du casino et des terrains de course ? » (Naine Forgeronne)

« Oui, c’est ça. Je veux aussi que vous assigniez des couleurs aux Dragons des Ténèbres et que vous les décoriez avec cette couleur. Si les invités ne peuvent pas distinguer les dragons les uns des autres, ils ne pourront pas choisir qui encourager et sur qui parier, non ? En fait, donnez-leur non seulement des caractéristiques distinctives, mais aussi leur propre identité. De plus, je veux que vous prépariez le parcours en lui-même. Je veux que ce soit un parcours d’au moins 100 km de long. De plus, même si tout est dans le ciel, je veux que le parcours soit aussi clair et reconnaissable que possible. » (Procell)

Étonnamment, même les détails comme les couleurs étaient importants.

« Laissez-nous faire ! Nous ferons de notre mieux pour ne plus laisser la charge de travail de Rorono-sama augmenter. »

« Comme tu l’as deviné, vous serez également responsable de la construction du casino. Nous avons besoin que ce soit fini d’ici une semaine. Les exigences minimales sont détaillées ici. Lis-le et dis-moi si vous pouvez le faire sans l’aide de Rorono. C’est bien si vous ne pouvez pas, mais dans ce cas, je demanderai à Rorono de superviser. » (Procell)

Après avoir reçu le document contenant les exigences de ma part, la naine-forgeronne avait alors commencé à le lire.

Les exigences les plus importantes du casino répertoriées étaient les suivantes : l’installation de moniteurs à grand écran ainsi que le mécanisme d’ouverture du plafond, un bâtiment assez grand pour accueillir au moins 500 personnes à la fois, un excellent équipement audio, et les systèmes de climatisation.

Tout cela et plus devait être terminé en une semaine. Inutile de dire que c’était beaucoup demander. Cependant, je pensais que les Naines Forgeronnes étaient des démons puissants et qualifiés, ainsi avec l’aide de leurs golems qui agiraient comme membres, un tel effort était possible.

Surtout pour leurs travaux sur le développement des infrastructures d’Avalon et les églises, bien sûr, Rorono avait amélioré certaines choses, mais la conception de base et la construction avaient été réalisées grâce aux Naines Forgeronnes.

En fait, Rorono avait dit de leur confier de plus en plus de choses : moins elles dépendaient d’elle, plus elles pouvaient progresser. Et j’étais d’accord avec elle. Ce casino allait être l’occasion parfaite pour une telle croissance.

« Vous pouvez parier sur ça ! Je veux dire, oui, nous pouvons le faire. Cependant, je voudrais demander l’aide des golems utilisés pour l’extraction des minerais ainsi que des Dragons des Ténèbres. Cela et l’utilisation des fonds illimités d’Avalon. Je crois que cela sera nécessaire. » (Naine Forgeronne)

« Accordé. Je compte sur vous tous. » (Procell)

« Oui, s’il vous plaît ! » (Naine Forgeronne)

Je suis sûr qu’elles peuvent le faire. Hmm, je devrais aller parler à Rorono plus tard.

Rorono aidait beaucoup les autres, mais était plutôt incapable quand il s’agissait de demander de se faire aider. Ce serait normalement une bonne chose, mais il était nécessaire de compter sur les autres de temps en temps. J’espérais que ce serait une bonne expérience pour elle aussi.

« Passons à autre chose, Procell-sama, Duke-sama, j’ai une proposition. Étant donné que nous avons un terrain aussi vaste et une attraction principale spectaculaire sous la forme de la course, je pense que limiter le bâtiment à une capacité de 500 personnes est une perte. Alors, pourquoi ne construisons-nous pas le casino pour pouvoir accueillir 1000 voire même 2 000 personnes ? Nous pouvons le finir à temps, alors pourquoi ne pas en faire plus ! » (Naine Forgeronne)

J’avais été involontairement abasourdi.

2 000 ? Je ne pouvais pas imaginer que tant viendront… non, au moment de la construction des aéroports, nous aurions vraiment besoin de beaucoup d’espace. Après la simulation de course demain, je devrais aller en discuter avec Conanna.

« J’accepte ta proposition. Allez me construire un casino pouvant accueillir 2 000 personnes. » (Procell)

« Laissez-nous faire, Procell-sama. »

Elle avait l’air très motivée et je ne pouvais donc pas m’empêcher d’être excité.

Bon, j’ai fait tous les préparatifs nécessaires. Demain, je vais rencontrer Conanna et discuter du recrutement du personnel qui gérera le casino, entre autres. Il y a aussi cette simulation de course demain. Je suis sûr que tout le monde sera abasourdi.

***

Chapitre 7 : L’exhibition de la course de dragon

En dépit du délai déraisonnable, les naines-forgeronnes travaillèrent d’arrache-pied pour construire le casino et pour se préparer à la préouverture aujourd’hui. Elles n’avaient reçu la demande que la nuit dernière et pourtant, on m’avait dit qu’elles avaient déjà terminé avec les plans du bâtiment.

Les ornements pour les Dragons des Ténèbres étaient également terminés. Selon Duke, les vols d’essai avec la caméra semblaient réussis.

Tout se passait bien avec le casino.

En ce moment, je me dirigeais vers la salle Plaine.

Je n’étais pas seul cependant. J’étais accompagné de Conanna, des membres éminents de sa société, ainsi que des dirigeants d’autres sociétés présentes à Avalon.

Hier soir, j’avais fait savoir que je cherchais des participants à la démonstration d’aujourd’hui. Parallèlement à cet avis, je les avais également informés que la limite du casino allait maintenant être fixée à 2000 personnes au lieu de 500 de départ.

C’était soudain et pourtant, beaucoup de personnes étaient arrivées. Heureusement, pouvais-je ajouter. Tout le monde anticipait chacun de mes mouvements.

Après un moment, nous étions arrivés sur le site où le casino allait être construit. Quand je m’étais retourné pour leur faire face, je les savais tous surpris.

« Hooh, ils construisent un bâtiment de cette taille… »

« Ce n’est qu’un aperçu de ce que Procell-sama est capable de faire quand il est sérieux. »

« … Combien de milliers d’ors pensez-vous que tout cela a coûtés ? »

Les golems étaient déjà en train de poser les bases. Il y avait même une pancarte indiquant que ce site allait être le casino.

Cela dit, c’était loin d’être fini. Pour la démonstration d’aujourd’hui, étant donné que nous ne pouvions pas utiliser les installations réelles, il existait un bâtiment de fortune doté de tables, chaînes et divers équipement pouvant être utilisé par un casino. Il y avait même un mécanisme simple pour ouvrir le plafond.

« Tout le monde, veuillez vous asseoir. Profitez de l’alcool et des collations légères que nous avons préparées. » (Procell)

Ils s’étaient tous assis, mais leur attention avait été concentrée sur un point. Et c’était un grand écran.

Afin que beaucoup de gens, des centaines, voir des milliers de personnes, une fois le casino pleinement opérationnel, puissent suivre la course en même temps, nous allions utiliser l’oracle divin. Il pouvait non seulement projeter des images holographiques en 3D dans un espace ouvert, mais également projeter des images en 2D via un écran. J’avais pensé utiliser l’ancien, mais je m’étais finalement opposé à cela parce que l’utilisation d’un écran donnait une meilleure qualité d’image.

« Procell-sama, c’est quoi cette chose ? » (Conanna)

Conanna m’avait posé la question qui préoccupait tout le monde.

« Vous le saurez lorsque vous le verrez en cours d’exécution. » (Procell)

J’avais alors répondu avec condescendance.

Le voir par eux-mêmes aurait de toute façon un meilleur impact.

Prenant cette réponse comme repère, je m’étais tenu devant l’écran et j’avais parlé.

« Merci d’avoir participé à l’événement d’aujourd’hui pour voir le casino et son activité principale, les courses de dragons volants. Eh bien, commençons à regarder dès que possible ! » (Procell)

Juste après je m’étais déplacé sur le côté, l’écran s’était éclairé d’une lueur particulière.

Avec cela, les marchands se penchaient par curiosité.

L’écran afficha ensuite les images de majestueux Dragons des Ténèbres.

Dire que les marchands étaient impressionnés était un euphémisme.

« Et donc, passons à la course. Ce ne sera cependant pas une course ordinaire. Après tout, nous ne voyons pas souvent des dragons volants concourir. S’il vous plaît, regardez par là. Voyez-vous ces ballons ? » (Procell)

Flottant dans le ciel, un grand nombre de ballons étaient reliés par des fils. Ils étaient spéciaux, de couleurs variées et beaucoup plus gros et durables que d’habitude.

Même les fils les maintenant ensemble étaient recouverts d’une peinture fluorescente spéciale. Cette peinture absorbait la magie environnante pour briller.

Ceux-ci constituaient le parcours que les dragons allaient suivre.

« Les dragons voleront entre ces ballons et vous pourrez voir cela comme si vous y étiez à travers ce grand écran. Le parcours fera plus de cent kilomètres, mais il ne faudra pas plus de cinq minutes aux dragons pour le faire. Maintenant, réjouissez-vous, vous serez les spectateurs de la première course de dragons volants au monde ! … Mais avant cela, regarder serait plutôt ennuyeux, non ? Parions dessus. À partir de maintenant, les chances de gagner de chaque dragon sont les mêmes alors agissons comme ceci : la maison vous rendra cinq fois votre pari si vous gagnez. » (Procell)

À l’origine, des détails mineurs comme la popularité et d’autres facteurs pourraient être utilisés pour estimer les chances de gagner. Cependant, comme il s’agissait de la toute première course, il n’y avait aucune donnée à utiliser.

Après avoir entendu ma proposition, les marchands avaient écarquillé les yeux et avaient ensuite naïvement regardé les dragons à travers l’écran.

« Très bien, pour présenter les dragons participant à la course. » (Procell)

L’écran avait ensuite affiché une image en gros plan d’un dragon après l’autre.

Au bas se trouvaient les surnoms donnés par les naines forgeronnes. En les regardant, je souris avec ironie.

Rouge Red

Bleu Sky

Vert Woods

Jaune Gold

Argent Silver

Noir Darkness

Il y avait six participants au total.

Chacun portait des ornements liés au nom lui étant attribué.

Les marchands discutaient entre eux, en utilisant uniquement la physionomie, le physique et tout ce que les dragons pouvaient dire.

Après un moment, les marchands s’étaient alignés à une table, avaient donné leurs paris à la femme de chambre, les renardes mythologiques, puis s’étaient vus remettre des billets correspondant à leur pari.

Vu qui ils étaient, les paris qu’ils plaçaient étaient énormes. Il s’agissait de garder les apparences. Leur fierté ne leur aurait pas permis de placer une mise faible, peu importe quoi.

« On dirait que tout le monde a choisi ses dragons. Maintenant, dirigez votre attention sur l’écran. Bientôt, la course va commencer. » (Procell)

La musique jouait des haut-parleurs à côté de l’écran. C’était une musique entraînante. Elle avait été composée par Ruhe.

Ce n’est pas seulement la musique qui était jouée. Il y avait même le bruit du vent venant des haut-parleurs. L’intention était de donner une meilleure impression d’immersion grâce à la stéréo.

Lorsque le compte à rebours avait affiché « zéro », un son fort avait été entendu. Cela signifiait le début de la course, et avec cela, les dragons battirent des ailes simultanément et majestueusement.

Tout le monde avait les yeux rivés sur les dragons alors qu’ils volaient dans le ciel de manière acrobatique. Rouge Red et Noir Darkness étaient en tête. Pas trop loin derrière il y avait Bleu Sky.

Chacun des dragons était sérieux et donnait tout. Après tout, un buffet à volonté les attendait dans la forêt en guise de récompense s’ils finissaient premiers.

En trois minutes, la fin de la course était déjà en vue.

Les marchands continuaient de regarder l’écran avec toute leur attention. Ils en oubliaient de cligner des yeux.

« Très bien, la course est sur le point d’atteindre son apogée. Après être sortis des virages, les dragons vont suivre un long chemin simple. Cela signifie également que bientôt, les dragons vont passer au-dessus de nos têtes. Dans 10 secondes, levez les yeux et regardez-les voler de vous-même. » (Procell)

Alors que je l’avais dit ça, un mécanisme s’était déclenché et avait commencé à ouvrir le plafond, laissant pénétrer les rayons du soleil.

C’était un casino improvisé, mais ce mécanisme serait réutilisé dans le casino final.

Quand les marchands avaient levé les yeux.

« Woaaahhhhh. »

« Allez, allez, Rouge ! »

« Ne perds pas, Darkness ! »

« Tu peux encore gagner, Woods ! »

Dans le ciel, les dragons étaient passés.

Afin de tourner efficacement dans la série de virages dont ils venaient de sortir, les dragons devaient décélérer. Je dis décélérer, mais ils étaient encore assez rapides. Ils avaient traversé le casino improvisé en un instant.

Cependant, cet instant était inestimable pour les marchands. Pouvoir voir de leurs propres yeux des créatures aussi majestueuses voler dans le ciel était un luxe inouï.

La course faisait voler les dragons aussi bas que possible, mais quand même assez haut afin que leur talent Peur n’affecte pas les marchands. Et comme les dragons volaient maintenant en ligne droite, il était peu probable que des complications apparaissent, bien que nous ayons les hautes elfes en attente au cas où.

En voyant les dragons de près, les marchands étaient incapables de cacher leur enthousiasme et leur profonde crainte.

Une fois tous les dragons passés, le plafond s’était fermé et les marchands reportaient leur attention sur l’écran.

Il ne restait que trois kilomètres. La suite de la course était une autre série de virages. Rouge Red était actuellement en tête, mais avait ensuite touché l’un des ballons, ce qui l’avait fait sortir du terrain et donc éliminé de la course.

Voyant que Rouge était disqualifié, les marchands qui avaient parié sur lui avaient gémi.

Quelques instants plus tard, les dragons restants entraient dans la dernière ligne droite. Les marchands encore plus excités qu’avant, encourageaient leurs dragons.

Cela étant dit, avec Rouge éliminé, tout le monde pensait que Noir Darkness obtiendrait la première place.

Cependant…

« Allez, Bleu Sky, c’est ton moment ! »

Un marchand, serrant bien ses billets, s’était levé et avait crié.

Bleu Sky qui était toujours un pas derrière Noir Darkness, avait accéléré comme un fou et avait doublé ce dernier.

Rouge Red et Noir Darkness avaient été en tête depuis le début, sapant leur endurance. Tandis que Bleu Sky avait choisi de conserver son énergie et d’attendre l’occasion idéale pour remporter la victoire.

Comme cela, Bleu Sky avait fini premier et Noir Darkness second. Les finalistes étaient Jaune Gold et Vert Woods. Rouge Red et Argent Silver étaient sortis du chemin et avaient été éliminés.

Le rugissement des vainqueurs et celui des perdus résonnèrent dans la place.

Alors que certaines renardes mythologiques servaient aux gagnants cinq fois plus que leurs mises, certaines servaient de l’alcool.

« Tout le monde, cela vous a plu ? C’était la course de dragons volants qui sera l’atout du casino. Tout comme vous l’avez expérimenté, les gens pourront regarder la course à travers de gigantesques écrans et ensuite voir les dragons eux-mêmes lors de leur passage au-dessus. Nous visons tout cela et plus encore pour le casino. » (Procell)

Il y eut une salve d’applaudissements après que j’ai dit cela.

« Magnifique ! Cela attirera certainement des visiteurs ! »

« Il n’y a nulle part ailleurs dans le monde où l’on peut voir des dragons concourir. »

« Et ces vitesses et manœuvres ! Comme on pouvait s’y attendre de dragons ! »

« Cela peut être commercialisé même pour les non-joueurs. c’est un spectacle qui ne s’oubliera pas »

Les marchands exprimaient leurs impressions. Si même ces marchands qui étaient au moins maintenant habitués à l’extravagance et au luxe étaient aussi enthousiasmés, le succès du casino et des courses était garanti, même si c’était déjà le cas.

Ensuite, on m’avait posé de nombreuses questions.

Quand le casino sera-t-il complet ? Plus important encore, quand sera-t-il ouvert ?

Pouvons-nous ouvrir nos propres restaurants et boutiques de cadeaux au sein du casino ?

Est-il acceptable de coopérer avec d’autres villes et d’intégrer le casino à un cercle de tourisme ?

Combien de fois les courses de dragons volants auront-elles lieu ?

Il y avait beaucoup d’autres questions qu’ils avaient posées avec enthousiasme. C’était cependant attendu. Après tout, le moindre soupçon d’argent suffisait à pousser les marchands à chercher des indices.

« Conanna, le casino lui-même sera terminé après une semaine. Regardez ce croquis. Dans combien de temps pensez-vous pouvoir obtenir tout le personnel nécessaire ? Je veux ouvrir bientôt, mais je pense que cela dépend de ça. » (Procell)

Tout devrait être près d’ici une semaine, mais comme il fallait tenir compte d’autres facteurs, tels que les arrangements de Conanna, la décision ne me revenait pas exactement.

Outre les courses, le casino allait également avoir d’autres fonctionnalités populaires. Pour des choses comme les jeux, nous avions besoin de revendeurs de premier ordre. J’avais demandé à Conanna de s’en occuper, mais évidemment, cela prendrait du temps.

« Procell-sama, un casino pouvant accueillir 2000 personnes, est vraiment à grande échelle. Je pense qu’il y aura régulièrement des invités proches de ce nombre, alors je pense que nous aurons besoin d’au moins 20 concessionnaires, nous aurons également besoin de plus de 100 employés, qui devraient également être de premier ordre. Un commerçant ordinaire dirait qu’il lui faut au moins deux mois pour tout faire. » (Conanna)

Cela semblait à peu près correct. Au contraire, un commerçant qui pourrait accomplir cela en deux mois serait déjà considéré comme de premiers ordres.

« Comme vous l’avez dit ainsi, voulez-vous dire que vous pouvez le faire encore plus rapidement ? » (Procell)

Conanna était le meilleur des meilleurs.

« Je pourrai les recruter en 10 jours. Et après 4 jours, toutes les autres préparations, comme l’entraînement, devraient être faites. Comme ça, ouvrir le casino dans 2 semaines ! Hahaha ! Après avoir vu la course de dragons aujourd’hui, mes attentes ont été multipliées par trois. Nous allons gagner beaucoup de visiteurs et d’or ! … De plus, Procell-sama, pensez-vous pouvoir me donner accès aux hippogriffes pendant 10 jours ? Même dix suffiront. Je pense l’utiliser pour transporter les célébrités que nous allons inviter. Si nous pouvons leur faire bonne impression, je suis sûr qu’ils se vanteront de leur expérience auprès de leurs connaissances. De cette façon, le bouche-à-oreille sur le casino d’Avalon se répandra comme une traînée de poudre ! » (Conanna)

Conanna ne dirait pas de telles choses sans sa confiance en son succès. Alors pour demander quelque chose de moi.

Pour ces raisons, j’avais pensé que cela valait le risque.

« Je comprends. Je vais vous prêter 10 hippogriffes pour dix jours. Vous devrez attendre votre tour dans la liste si vous en avez besoin de plus, est-ce correct ainsi ? » (Procell)

J’avais l’intention d’acheter un Maelstrom pour les hippogriffes de toute façon. En tant que démon de rang D, le Maelstrom était de moitié moins cher que ceux d’un démon de Rang B. Compte tenu de cela et de la demande pour eux, je pouvais me permettre d’en acheter un avec les DP que je possédais actuellement.

« Dix suffiront pour transporter les célébrités. L’influence de ces célébrités sera utile lors de la construction de stations d’hippogriffes dans leurs villes, où ma propre influence pourrait ne pas suffire. Nous ne pourrons peut-être pas en profiter tout de suite, mais comme nous allons en avoir besoin de toute façon, nous pourrions aussi bien le faire maintenant. » (Conanna)

Pour arriver à temps pour l’ouverture du casino, nous allions donner la priorité à la construction de stations d’hippogriffes dans des endroits où l’influence de Conanna était assez importante, ne nécessitant donc que peu, voire aucune préparation.

D’un autre point de vue, plus son réseau de stations d’hippogriffes serait grand, plus il s’élargirait. C’était vraiment impressionnant.

« Je compte sur vous, Conanna. » (Procell)

« S’il vous plaît. Si je ne peux pas inviter ces personnes après tous ces moyens à ma disposition, je n’ai pas le droit de m’appeler un marchand. De plus, à propos des marchands du secteur commercial d’Avalon, ils soumettent des propositions commerciales pour le casino. Pour stimuler la croissance du casino, pensez à aider certaines personnes. » (Conanna)

J’avais confié les tâches administratives du casino à Conanna. Il y avait un léger souci pour qu’il monopolise le produit et ses profits, mais visiblement, c’était un souci inutile.

Il m’avait remis un document détaillant les propositions qui élargiraient les fonctionnalités et les services offerts par le casino. Ces propositions incluaient des restaurants et des magasins qui seraient construits à l’intérieur ou à proximité du casino. Il y avait aussi quelques propositions pour la création de nouvelles auberges qui seraient principalement destinées aux clients du casino.

Honnêtement, j’avais négligé certains d’entre eux. Avec le recul, il était si évident que l’augmentation du trafic entraînerait une augmentation de la demande de restaurants et d’auberges. Peut-être plus haut que ce qu’Avalon pourrait fournir. Avalon aurait pu s’effondrer.

Grâce aux explications fournies par Conanna aux autres marchands pour que leurs propositions soient davantage axées sur la satisfaction des invités plutôt que sur l’obtention directe d’argent, le plan de développement d’Avalon centré sur le casino était achevé.

Il y avait tellement de choses que mes démons et moi auxquels nous n’aurions absolument jamais pensé. J’étais tellement content d’avoir confié ces choses à Conanna.

Dans deux semaines, le casino allait ouvrir ses portes.

Compte tenu de cela, de l’exploitation des stations des hippogriffes et de la campagne publicitaire que nous avions demandé au secteur commercial d’Avalon de faire, il y aurait un afflux de personnes venant ici dans deux semaines.

Je ne pouvais pas m’empêcher d’être enthousiasmé par l’immense quantité de DP et par les émotions que je recevrais. Celles-ci me rendraient plus fort et feraient un pas de plus vers le Seigneur-Démon le plus fort.

***

Chapitre 8 : Le casino presque fini

Environ une semaine s’était écoulée depuis le début de la construction du casino.

J’étais actuellement dans la salle Plaine du donjon pour faire une inspection.

Avec un élan formidable, la construction avançait bien.

La scène des naines-forgeronnes commandant aux golems de construire le grand casino était sans aucun doute un spectacle à voir, mais les marchands ne devaient pas être négligés aussi facilement.

Juste après avoir reçu ma permission pour construire dans les plaines — plus précisément dans le casino —, ils travaillaient d’arrache-pied pour achever les nouvelles auberges et nouveaux restaurants juste à temps pour l’ouverture du casino. Pour les aider à gagner du temps, je leur avais prêté des hippogriffes.

Un de ces hippogriffes avait atterri. Au lieu de matériaux, il portait une multitude de personnes dans son chariot.

Ça a dû être inconfortable dans ce chariot, sachant que ce n’était pas fait pour les personnes. Y a-t-il même un endroit où ils pouvaient s’asseoir ?

Les naines-forgeronnes étaient plus concentrées sur l’achèvement du casino pour le moment. Ainsi, même avec leur nombre croissant, la production de chariots pour le transport humain n’était toujours pas terminée.

Quant aux chariots existants, ils avaient été fabriqués avec des pièces créées par la Matérialisation de Rorono.

C’était la capacité de Rorono pour produire, à partir de rien d’autre que du pouvoir magique, un matériau possédant un sort qu’elle-même devait utiliser. Et dans la plupart des chariots, la fonction était l’anti-gravité, compétence qu’elle utilisait aussi dans son armure de combat.

Les hippogriffes avaient cependant très peu de pouvoir magique. Ainsi, au lieu du pouvoir des hippogriffes, les chariots utilisaient le mana environnant pour activer le sort.

Pour cette raison, les performances des matériaux anti-gravité avaient chuté de manière drastique. Pourtant, il suffisait de transporter une centaine de personnes.

Certes, Rorono avait été un peu trop sollicitée pour la fabrication des pièces, mais comparée au travail que la naine-forgeronne lui avait évité, ce n’était rien.

Quoi qu’il en soit, Conanna était avec moi lors de mon inspection. Son entreprise, Curtrude, était pleinement engagée dans la construction du casino.

« Conanna, vous n’avez pas essayé d’obtenir un monopole ? Cela ne vous rapporterait-il pas beaucoup plus de profits ? » (Procell)

« Hahaha, même avec mon entreprise, il y a trop de travail à faire. Nous avons les mains pleines juste avec le casino. Si nous ajoutons les auberges, magasins, restaurants, nous n’aurions pas assez de main d’œuvre. Un marchand est gourmand et c’est bien, mais il faut toujours pouvoir discerner ce qu’il peut gérer de ce qu’il ne peut pas. Sinon, il ne pourra jamais être plus que de troisième ordre. En plus de cela, même si j’essayais d’avoir un monopole, cela ne ferait qu’attirer la jalousie et la colère des autres. Ils pourraient saboter le fonctionnement du casino. Donc, plutôt que d’être aveuglé par la cupidité et risquer le casino, je préfère faire de mon mieux et l’aider à grandir. » (Conanna)

Ce que Conanna avait dit était correct.

Construire toutes les installations qui permettaient d’accueillir et de servir les clients du casino était un énorme effort. S’il essayait de monopoliser les choses, cela causerait sans aucun doute de l’agitation, ce que nous ne pourrions pas nous permettre.

Honnêtement, les autres compagnies se débrouillaient bien.

Parce que les ouvriers des villes voisines avaient pour la plupart déjà été recrutés par d’autres, chaque entreprise devait utiliser leurs relations, recruter des personnes de villes plus éloignées et les amener ici avec les hippogriffes.

Grâce à cela, ils avaient pu obtenir une mine de travailleur talentueux à moindre coût rapidement.

C’était inattendu, mais parce que les nombreux ouvriers engagés pour la construction ainsi que les employés travaillant dans ces installations allaient travailler loin de chez eux, beaucoup avaient déjà décidé d’immigrer à Avalon, augmentant ainsi notre population par milliers.

Le casino n’avait même pas encore été construit, encore moins ouvert, et pourtant mes revenus en DP avaient déjà explosé. C’était une heureuse erreur de calcul.

De plus, avec l’augmentation de la population, le marché était naturellement plus animé. Les attentes et les espoirs de l’ouverture prochaine du casino, augmentant encore le résultat, et donnant de meilleures émotions.

Pour encourager cette tendance, j’avais fourni aux entreprises une aide financière qui serait utilisée pour embaucher des travailleurs.

« Procell-sama, vous êtes vraiment incroyable. Le casino attirera des visiteurs, mais sa construction même attire déjà beaucoup de monde et stimule l’économie de la ville. » (Conanna)

« Eh bien, vous savez, les touristes sont formidables, mais les immigrants sont vraiment nécessaires à la croissance de la ville. » (Procell)

Je lui avais dit un mensonge par réflexe. Après tout, je ne pouvais pas lui dire que ce n’était pas intentionnel et qu’il s’agissait simplement d’une erreur de calcul.

En tout cas, j’étais vraiment content d’avoir décidé de demander de l’aide aux humains. Je n’avais pas assez insisté là-dessus. Si c’était moi et mes démons, toute cette entreprise aurait pu aboutir à un échec ou, pire, à un désastre. Si ce n’était que nous, nous n’aurions peut-être pas engagé suffisamment de personnel, ce qui aurait fait de la course de dragons notre seul véritable atout. Les invités s’ennuieraient alors immédiatement et décideraient de ne jamais revenir.

« Conanna, le recrutement du personnel du casino se passe-t-il bien ? » (Procell)

« Oui. J’ai engagé 30 gérants de tables célèbres et 60 de second ordre pour assurer le soutient du premier groupe. Nous avons également 50 membres du personnel pour diriger les 200 qui vont faire le travail physique. » (Conanna)

Ce n’était rien de surprenant.

En une semaine, il avait réuni autant de gérants célèbres et talentueux.

Selon lui, ceux-ci connaissaient bien les caractéristiques populaires des autres casinos, ce qui signifie que nous pourrions en implémenter certaines ici chez nous. En plus de l’endroit pour voir la course de dragons, les gens allaient maintenant profiter de toutes les activités populaires telles que les jeux de hasard et d’argent des casinos du monde entier, ici même. Évidemment, nous allions en éviter certains, en particulier les plus notoires.

En fait, les Naines-forgeronnes modifiaient déjà leurs plans pour le bâtiment du casino afin d’incorporer les idées des gérants précédemment recrutés.

De plus, avec plus de 300 employés, il était possible de faire fonctionner correctement le casino.

« Impressionnant. Vous êtes vraiment le plus grand marchand d’Avalon. » (Procell)

« Je suis honoré de ces éloges. Mais si je suis le plus grand marchand d’Avalon, alors vous êtes certainement le plus grand seigneur au monde. » (Conanna)

Sans se vanter, Conanna avait gracieusement accepté le titre. C’était sa confiance en soi, pas de la vanité.

J’avais alors levé les yeux pour voir deux Dragons des Ténèbres portant chacun un conteneur.

Bientôt, ces dragons s’étaient suffisamment approchés pour déposer les conteneurs, puis étaient repartis.

Après cela, une Naine-forgeronne était venue et avait fait une annonce via un mégaphone.

« Tout le monde, le matériel supplémentaire est arrivé ! S’il vous plaît ! Venez faire la queue ! » (Naine-forgeronne)

En entendant cela, des chariots s’étaient précipités vers le conteneur.

En attendant que cela se termine, la Naine-forgeronne avait défait les nombreux verrous du conteneur puis l’ouvrit. Parmi les articles à l’intérieur se trouvait du bois, des matériaux en pierre et en acier.

Le bois venait de la salle Forêt. L’acier de la Mine une fois traité par les Naines-forgeronnes sur place pour faciliter l’utilisation.

Peu importe l’effectif, un bâtiment ne sera pas construit sans suffisamment de matériaux.

Certaines entreprises marchandes avaient réussi à acheter des matériaux dans les villes voisines, mais cela prendrait du temps avant qu’ils ne soient livrés. Pour les autres, ils ne pouvaient simplement pas faire face à l’augmentation de la demande.

Alors, j’avais décidé de les soutenir en fournissant les ressources produites via Avalon.

Tandis que cette Naine-forgeronne distribuait la majeure partie du contenu du conteneur, une autre acceptait les demandes des ouvriers de modifier la forme du fer pour en faire des choses comme des clous.

Pendant ce temps, un autre transformait diligemment le ciment en béton. Les ouvriers ne connaissaient pas le béton auparavant, mais après l’avoir utilisé, il était instantanément devenu populaire et était maintenant activement intégré dans le processus de construction, notamment en raison du temps gagné.

« Procell-sama, pour fournir autant de ressources gratuitement, vous êtes vraiment généreux. Je me demande parfois à quel point vos poches sont profondes. » (Conanna)

« Eh bien, c’est pour la construction du casino, donc c’est une exception. » (Procell)

Comment on pouvait s’y attendre, en faire autant était trop. Il y avait un risque réel de faire en sorte que les humains aient l’impression de ne pas avoir à gagner leur vie.

Dans ce cas cependant, pour être sûr que le casino et toutes les installations soient construits dans un délai de deux semaines, je n’avais pas le choix de le faire.

« Procell-sama, une fois le casino ouvert, partagerez-vous ces informations au grand public ? Ces clous par exemple, c’est incroyable de voir à quel point ils sont de la même taille et qualité. Les matériaux en acier sont aussi d’une haute qualité. Et puis, le béton… pour être honnête, je pense que c’est une invention révolutionnaire. » (Conanna)

Avait dit Conanna, souriant jusqu’aux oreilles.

Tous ceux ayant vu les matériaux ici reconnaîtraient sûrement qu’ils étaient de grandes qualités.

« Comme vous êtes habile, je vais y penser. J’ai l’intention de rendre la recette du béton public. Ce ne sera pas difficile à partir de là, mais je vous laisserai le choix de quoi faire avec celle-ci. » (Procell)

« Nous sommes tellement chanceux de vivre ici à Avalon, où les arbres d’argent poussent les uns après les autres. Il n’y a jamais un moment d’ennui autour de vous, Procell-sama. » (Conanna)

En riant un peu, il remarqua ça.

Juste comme ça, les matériaux livrés par les Dragons des Ténèbres avaient été distribués.

Ce n’était pas un problème cependant. Les ressources d’Avalon étaient illimitées, en particulier celles de la Forêt et de la Mine qui n’avaient besoin que de peu de temps pour se reconstituer.

En fait, la prochaine livraison était déjà prévue.

Une fois encore, je m’étais rappelé à quel point la construction d’une ville et d’un donjon était compatible.

Cela étant dit, nous soutenions les marchands non seulement à travers ce matériau.

Ah, en parlant de ça.

Presque au même moment, les Renardes mythologiques conduisant des chariots tirés par des golems venaient de la ville vers nous.

« Tout le monde, les provisions sont là ! Obtenez votre délicieux repas et des boissons rafraîchissantes ! Continuez à faire de votre mieux ! » (Renarde mythologique)

« « Wooooooo ! » »

Dans le chariot, il y avait un grand nombre de sandwichs à base de pain blanc, de saucisses salées et de tomates. Ce pain blanc de luxe était fabriqué à partir de blé de haute qualité cultivé sur les terres bénies par les elfes. Juste en intercalant une saucisse salée et des tomates dans le pain, c’était déjà délicieux.

De plus, nous proposions également un fût rempli de jus de pomme froid.

C’était fait uniquement avec les pommes ordinaires, mais malgré cela, il était assez efficace pour éliminer la fatigue des ouvriers. Ces pommes ordinaires étaient le premier produit spécial d’Avalon et qui continuait de soutenir la ville, même maintenant.

Les ouvriers s’étaient alignés et avaient reçu — tout en ayant des regards d’amoureux fou — le sandwich et le jus de pomme des Renardes mythologiques.

J’avais demandé aux Renardes mythologiques de distribuer des provisions trois fois par jour. Le matin et le midi, des sandwichs et du jus. Le soir cependant, le jus de pommes devait être remplacé par de la bière.

Juste en offrant un délicieux repas et une boisson fraîche pour remédier à la fatigue, l’efficacité des ouvriers avait complètement changé.

« Les Renardes mythologiques sont vraiment populaires, n’est-ce pas ? » (Procell)

« Pourquoi agir en étant si surpris, Procell-sama ? Ne leur avez-vous pas demandé de distribuer ces provisions, car ce sont les idoles d’Avalon ? Il n’y a vraiment rien de mieux pour motiver un homme qu’une belle femme. Impressionnant comme toujours, Procell-sama. » (Conanna)

La plupart des Renardes mythologiques travaillaient dans les boutiques appartenant à Avalon.

Comme elles étaient bien élevées, belles, élégantes et peut-être avant tout proches des citoyens, chacune des Renardes mythologiques avait son groupe de fan. Un sourire suffisait à faire disparaître les inquiétudes de leurs admirateurs.

Selon Kuina, les Renardes mythologiques étaient courtisées par les humains, mais elles trouvaient cela inquiétant et n’étaient pas du tout intéressées, Kuina avait dit :

« Les humains sont un non catégorique. Ils sont faibles et n’ont pas de queue. Cela va sans dire, le gars doit avoir une queue moelleuse… ah, mais ça n’a aucune importance si c’est Procell-sama. Kyaa ! Kuina-sama, ow, ow ! »

Néanmoins, en regardant les humains et les Renardes mythologiques interagir, je pensais que cela ne serait pas si surprenant de voir une relation naître.

« Tout semble en ordre, alors je vais rentrer. » (Procell)

« Je vais rester regarder un peu plus. C’est une bonne occasion de vérifier les capacités de chaque entreprise. Procell-sama, je vous jure, nous allons faire de ce casino un succès. » (Conanna)

« J’y compte bien. » (Procell)

J’avais investi une quantité importante de DP dans ce projet, il n’y avait pas moyen que je le laisse échouer. Non pas que les DP soient la seule chose qui m’inquiète. C’était important, mais la croissance d’Avalon l’était encore plus. Donc, si ce casino améliorait au moins un des deux, ce serait un succès.

Mais assez de ça pour l’instant.

J’avais reçu un message de Rorono disant qu’elle venait de terminer son prototype d’arme pour Tiro.

Dans un timing parfait, Tiro aurait bientôt fini sa séance d’XP avec Kuina.

Je veux absolument que Tiro teste sa nouvelle arme.

***

Chapitre 9 : L’équipement de Tiro

Après avoir quitté les plaines, je suis retourné dans ma propriété.

Là-bas, j’attendais que Tiro et Kuina reviennent de leur séance de montée de niveau. Une fois qu’elles l’auraient fait, nous avions prévu d’aller à l’atelier de Rorono pour tester la nouvelle arme de Tiro. Premièrement, nous devions laisser Tiro l’essayer, vérifier si elle avait atteint ses objectifs de conception et si l’arme était utilisable en combat. Après cela, nous devions déterminer si c’était le bon type d’arme pour elle.

En vérité, je n’étais pas si confiant.

Je savais que ce que Rorono créait était un pile bunker. Une arme à courte portée qui pouvait tirer un pieu métallique.

C’était très peu pratique comme arme. En raison de son poids, l’arme aurait une puissance énorme, je n’en doutais pas, mais cela ne disait pas grand-chose en considérant ce que donnaient les armes à feu.

C’était Rorono, donc ça allait être fait diligemment et bien, mais on ne pouvait nier que cela serait plus une arme nouvelle qu’autre chose.

À ce moment, je me suis souvenu de quelque chose. Il y a quelque temps, j’ai accédé à la Mémoire de la Planète et utilisé Création pour produire une copie d’un anime avec un robot. Rorono a regardé l’animé, et quand un pile bunker est apparu dans la série, une lueur est apparue dans ses yeux.

« Non, tout ira bien. Les noyaux de golem jumeau des Chevalier d’Avalon ont également été inspirés par un anime, mais c’est pourtant ce qui était nécessaire. Cette fois aussi, ça devrait aller. » (Procell)

J’ai décidé d’arrêter de penser à cela pour le moment et de penser à ce que je devais faire ensuite en fonction des résultats de mon inspection de la construction du casino.

Premièrement, je voulais construire un mur extérieur dans les Plaines, un peu comme celui de la ville.

Je pensais aussi à l’envoi de golems de mithril et de héros artificiels ressuscités pour maintenir l’ordre public. Il était nécessaire de se préparer contre les attaques de bandits et de monstres, mais c’était d’autant plus vrai dans des endroits comme le nôtre, où se trouvent de nombreuses personnes disposant de moyen financier et de ressources conséquents.

Il serait également judicieux de construire des infrastructures dans les Plaines. Peut-être quelque chose comme le système d’eau présent dans la ville. Il y avait des puits similaires construits là-bas, mais c’étaient au mieux des infrastructures de fortune et ne seraient pas du tout satisfaisants pour nos invités potentiels. Donc, dès que la construction du casino serait terminée, je pense que je devrais faire en sorte que les Naines forgeronnes commencent à construire des infrastructures là-bas.

« Oh, ils sont enfin de retour, hein ? » (Procell)

J’ai senti de forts pouvoirs magiques que j’ai supposés venir du cercle de transfert.

Quelques instants plus tard, les pas de deux personnes prouvaient que ma supposition était juste.

« Père, nous sommes revenues ! » (Kuina)

« Guruu! » (Tiro)

Tout d’un coup, une fille aux oreilles et renardes et un chien noir géant m’ont sauté dessus.

Si c’était juste Kuina, j’aurais peut-être pu y résister, mais avec les deux, c’était un peu trop.

Et donc, les deux m’ont fait tomber et ont enfoui leur visage dans ma poitrine.

Je ne pouvais m’empêcher de sourire ironiquement tellement elles étaient semblables.

« Vous deux semblez de bonne humeur. Maintenant, pouvez-vous vous écarter ? Je ne peux pas vous porter toutes les deux. » (Procell)

« Kay~ » (Kuina)

« Guruu. » (Tiro)

Après que les deux m’aient enfin lâché, j’ai utilisé mes pouvoirs de Seigneur-Démon pour examiner le statut de Tiro.

« En juste une semaine, tu es déjà niveau 30, hein. Les choses se passent plutôt bien, n’est-ce pas ? » (Procell)

« Tiro-chan est incroyable ! Même si elle est seule, elle ne perd contre aucun démon dans la Caverne Cramoisie. De plus, avec son excellent nez, aucun ennemi ne peut s’échapper ! » (Kuina)

« C’est incroyable. » (Procell)

« Elle est vraiment une enfant capable ! » (Kuina)

Sa montée de niveau avançait bien, mais l’objectif final était encore loin.

Si un démon de rang S était créé avec un niveau statique, il serait entre le niveau 70 et 80. D’autre part, même si un démon qui pouvait monter de niveau avait la capacité de devenir aussi fort qu’un démon du rang supérieur, le prix à payer était de commencer au niveau 1.

L’objectif actuel était donc que Tiro atteigne le niveau 71 afin d’être au moins aussi forte qu’un démon de rang S de niveau fixe. En effet, c’était encore loin d’être atteint.

Kuina, Rorono, Aura, Duke, et Ruhe ont eu la chance de pouvoir participer à des batailles à grande échelle et ainsi gagner suffisamment de points d’expérience pour atteindre et dépasser le niveau 71. Une telle chance est peu susceptible d’arriver pour Tiro.

Quoi qu’il en soit, je devais penser à un autre moyen de la faire monter de niveau. Je voulais qu’elle soit au moins au niveau 71 au moment où la règle nous protégeant disparaîtra. Sinon, je ne serais pas capable de l’utiliser comme un véritable atout.

Mais dans l’état actuel, Tiro n’arrivera pas à temps. Devrais-je attaquer un nouveau Seigneur-Démon dans une guerre ? Si nous massacrons tous leurs démons… non, ce n’est pas moi.

« Kuina, Tiro, il y a des snacks dans la cuisine. Après avoir suffisamment mangé et vous être reposées, allons à l’endroit où est Rorono. Elle vient de finir la création du prototype d’arme pour Tiro. » (Procell)

« Wow, Rorono-chan travaille vite ! » (Kuina)

« Gururu~ » (Tiro)

En entendant la nouvelle, leurs yeux s’illuminèrent d’excitation et d’attentes.

Certes, ce que Rorono crée ne trahira pas les attentes… je ne peux pas m’empêcher d’être anxieux.

*

Une fois leurs collations terminées, nous nous sommes dirigés vers l’atelier de Rorono.

J’ai frappé à la porte et Rorono est sortie.

Ses cheveux argentés étaient négligés et il y avait des poches sous ses yeux. Peu importe comment je la regardais, il était clair qu’elle venait de passer une nuit blanche.

J’avais pensé que sa charge de travail s’était allégée au point qu’elle pouvait intégrer le développement de l’équipement de Tiro à son emploi du temps, mais…

« Je suis désolé, Rorono. Je t’ai encore fait te fatiguer à nouveau. » (Procell)

Sans surprise, lui demander en une semaine seulement était déraisonnable. Malgré cela, je la laissai quand même faire après l’avoir entendu dire que c’était gérable.

« Non, ce n’est pas votre faute, maître. La faute est mienne. Je suis un peu gourmande. » (Rorono)

« Gourmande ? » (Procell)

« En fait, j’ai terminé l’arme de Tiro hier matin. Mais pendant que je travaillais sur votre demande, les plaques anti-gravité pour les chariots d’hippogriffes, une idée pour un autre équipement pour Tiro m’est apparue. Mais pour le finir à temps, j’ai décidé de rester éveillée toute la nuit. » (Rorono)

En entendant cela, j’ai pensé que c’était la raison pour laquelle elle ne s’était pas présentée pour le dîner la veille.

« Grâce à cela, je l’ai fini à temps. Juste à peine cependant. Je l’ai terminé il y a à peine 30 minutes. » (Rorono)

« Vraiment, terminer en une journée, c’est vraiment incroyable. Bon travail. Mais reposes-toi maintenant, d’accord ? » (Procell)

« Je vais prendre une pause après que nous ayons fait les tests. Et, c’est mon tour d’avoir le jour des pères, alors je vais être profondément endormie avec vous ce soir, maître. » (Rorono)

Elle semblait gênée, mais elle a dit ces choses remplies de ses attentes.

C’était son tour de passer le jour et la nuit avec moi, et j’avais l’intention de la féliciter beaucoup.

« Maître, s’il vous plaît amenez Kuina et Tiro au jardin. Je vais aller chercher l’équipement en premier. Faisons le test là-bas. » (Rorono)

Rorono est alors allée à l’intérieur de son atelier.

Il y a deux armes. Je suis absolument excité de voir ces deux armes.

*

« Rorono-chan, j’attends, j’attends, j’attends Rorono-chan~. » (Kuina)

« Gaugau, wau, wau.~ » (Tiro)

Kuina et Tiro chantonnaient toutes les deux une chanson plutôt discutable.

Ce qui est encore plus remarquable, c’est l’étonnant degré de proximité entre les deux. À ce moment, Kuina montait sur le dos de Tiro.

Ce qui me rappelle où pourrait être Ruhe ? Elle devait être revenue de sa tournée dans le royaume d’Axera, mais je ne l’ai pas vue aujourd’hui. Parce que Tiro et elle vont se battre ensemble dans l’autre dimension, je voudrais qu’elles s’entendent.

« Désolé de vous avoir fait attendre. J’ai apporté l’équipement de Tiro. » (Rorono)

A dit Rorono en arrivant.

Le premier équipement qu’elle a apporté est un mécanisme de revolver capable de tirer des pieux métalliques. Il n’était pas encore chargé et faisait facilement deux fois la taille de Tiro.

Le second était des bottes faites spécialement pour elle. Celles des pattes arrière avec chacune trois griffes faisant la taille de poignards.

« Woah, tellement bien. Kuina en veut aussi, ces gigantesques pieux ! » (Kuina)

Kuina était plus intéressée par le pile bunker que les bottes.

Tiro d’un autre côté, fit une grimace face au pile bunker, mais remua la queue et aboya même avec joie quand elle regarda les bottes.

« Tu as déjà ton fusil à pompe, Kuina. Tu n’as pas besoin d’un pile bunker comme celui-là. En tout cas, Tiro essayons d’abord, les bottes, d’accord ? Peux-tu les mettre seule ? » (Procell)

« Gau ! » (Tiro)

En comprenant qu’elle allait essayer cela plutôt que le pile bunker, Tiro aboya avec joie, puis enfila habilement les bottes sous sa forme de chien.

Tout en remuant la queue, elle s’est ensuite retourné et a prit la pose, invitant Kuina à lui dire tu es superbe, Tiro-chan !

« Mhm. Je sais que c’est soudain, mais mets des quantités égales de magies dans tes bottes. » (Rorono)

« Gau ! » (Tiro)

Tiro répondit donc et fit comme demandé. Quand elle l’a fait, elle a été emportée. Il n’était pas exagéré de dire qu’elle avait été lancée à une hauteur trois fois supérieure à celle de l’atelier de Rorono.

« Kyaun?! » (Tiro)

Tiro fut naturellement surprise par cela, mais retrouva rapidement son calme. Elle s’est ensuite équilibrée et a réussi en quelque sorte à atterrir gracieusement.

N’aimant pas être lancée sans préavis, elle regarda Rorono avec reproche.

« Mhm. Je suis contente que cela fonctionne comme prévu. Tiro, c’est Talaria. Comme tu l’as vu, les bottes génèrent un champ de force localisé qui pousse les choses dans l’autre sens. La force de cette répulsion est proportionnelle à la quantité de pouvoir magique que tu y envoies. Avec cet équipement, tu pourras obtenir une vitesse incroyable d’un seul coup. De plus, en supposant que tu sois bloquée dans les airs, il te suffira de les activer pour avancer dans la direction opposée. En les utilisant à la chaîne, tu pourrais même courir dans le ciel. » (Rorono)

Oh, intéressant.

Attirée par l’idée, Tiro a une nouvelle fois versé son pouvoir magique dans ses bottes. Cette fois, elle a sauté un peu moins haut. En retenant son pouvoir, elle fit un pas en avant, puis un autre. Considérant qu’elle avait un rang S+ en agilité, sa vitesse de déplacement était bien supérieure à la norme, même sans compter sur le coup de pouce fourni par les bottes.

Après un moment, Tiro a atterri avec un air de joie sur le visage. Génial, il semble qu’elle en soit heureuse.

« Mhm, l’utilisation du champ de force ne semble pas poser de problème. Mais en ce qui concerne la consommation de magie, je vois qu’ils doivent encore être optimisés. Si je l’optimise avec la longueur d’onde de la magie de Tiro et apporte d’autres améliorations sur la base de ce test, la consommation de magie peut être améliorée de 30 %. Cela améliorera aussi la vitesse de réaction. » (Rorono)

Rorono dit cela, principalement pour elle-même, tout en tapant rapidement sur son ordinateur.

Pendant ce temps, Tiro regardait autour d’elle comme si elle cherchait quelque chose.

Un instant plus tard, elle s’approcha d’un mur de l’atelier. Et au moment qui suivit, les six griffes en forme de dague dans les bottes de ses pattes antérieures brillèrent et émirent une sorte de tintement.

Elle a ensuite levé sa patte antérieure et l’a abaissée.

Cela a traversé le mur comme un couteau brûlant dans du beurre.

Enchantée de cela, elle se mit ensuite sur ses pattes arrière et griffa le reste du mur à la manière d’un chat.

En un rien de temps, le mur a été détruit.

L’atelier de Rorono abritait les armes et l’équipement important d’Avalon. Il a donc été construit pour être extrêmement solide au point de pouvoir résister à une attaque physique ou magique de n’importe quelle puissance, même face à un démon de rang A. donc, pour Tiro de le démolir si facilement, c’était tout simplement incroyable.

Cela étant dit, une veine a éclaté dans la tempe de Rorono.

« Chacune des six griffes est faite dans un alliage d’orichalque. Elles ont aussi un enchantement de Déchirement. En injectant du pouvoir magique, on améliore toutes les attaques tranchantes. C’est spécialisé dans le découpage et, comme vous pouvez le voir, c’est formidable. Cela dépend toujours de la façon dont c’est utilisé, mais il est même possible de couper en morceau un Chevalier d’Avalon. » (Rorono)

C’était une arme simple, mais pratique.

« … mais tu n’avais pas à tester son efficacité dans mon atelier, Tiro. Pour te comporter comme une enfant comme ça, tu seras punie. Je demanderai à Aura de ne pas te préparer de desserts pendant un moment. » (Rorono)

Tiro, qui faisait des mouvements répétitifs s’arrêta brusquement en entendant Rorono.

Même si elle ressemblait à un chien, elle adorait les desserts.

« Kuuuun. » (Tiro)

Face à Rorono, Tiro fit un petit cri de pitié.

Ce n’est pas tout. Elle s’approcha de Rorono et se frotta tout le corps contre ses jambes.

À cela, Rorono soupira.

« … Bien, ce sera juste pour aujourd’hui. » (Rorono)

Tiro continua, mais il ne semblait pas que Rorono allait céder davantage.

« Pour réduire la consommation de pouvoir magique, je peux ajouter la fourrure de la queue de Kuina comme batterie. De plus, pour améliorer le rendement énergétique… Mhm, ok, Tiro, teste un peu plus la performance du champ de force localisé. Pourquoi ne pas l’utiliser simplement cette fois ? » (Rorono)

« Gau ! » (Tiro)

Comme indiqué, elle a sauté une fois de plus. C’est peut-être parce qu’elle comprenait mieux comment utiliser les bottes, mais elle bougeait de manière plus fluide qu’avant. Elle faisait des virages absurdes presque à chaque pas, mais elle allait de plus en plus vite au point où elle était presque aussi rapide qu’un dragon des ténèbres.

En peu de temps, elle avait maîtrisé Talaria. C’était comme si créer le champ de force de chaque jambe au bon moment était devenu une seconde nature.

C’était un spectacle magnifique à voir.

Mais ensuite, elle est tombée.

On aurait dit qu’elle avait épuisé sa magie, ce qui n’était pas surprenant étant donné que son rythme était vraiment absurde.

Cependant, elle n’était pas épuisée au point de s’évanouir. Quelques instants avant d’entrer en contact avec le sol, elle généra des champs de force qui avaient annulé une partie importante de sa vitesse de chute. Plutôt qu’un accident, elle a effectué un magnifique atterrissage.

Cela étant dit, son pouvoir magique était encore très bas, elle se sentait groggy.

« Mhm, ça devrait être assez de tests de performance. J’ai vu les choses devant être améliorées. » (Rorono)

« C’est bon alors ? L’affinité de Tiro avec le Talaria est spectaculaire. Elle pourrait devenir invincible avec cela, surtout une fois améliorée. » (Procell)

Le Talaria possédait tout ce dont Tiro pourrait avoir besoin : la capacité de créer des points d’ancrage n’importe où, sa capacité à accélérer énormément et instantanément, la puissance d’attaque fournie par les griffes et le fait qu’elle soit légère et n’a donc pas eu d’effet négatif sur l’agilité de Tiro.

« Rorono, c’est incroyable de penser que tu l’as fini en une journée. » (Procell)

« La plupart des fonctions qui y figurent sont déjà présentes dans ma Servante mécanique. Je viens juste de les assembler après quelques ajustements mineurs. Cela n’a donc pas pris beaucoup de temps, surtout par rapport au développement de nouvelles technologies. Quoi qu’il en soit, tout ce dont il a besoin maintenant, c’est d’un meilleur rendement magique et quelques petites choses en plus. » (Rorono)

« D’accord, je te laisse faire. » (Procell)

Le Talaria était juste un extra que Rorono a fabriqué du jour au lendemain, et pourtant, à mon avis, il a éliminé la nécessité de la pile bunker.

« Kuina, s’il te plaît, donne une potion à Tiro pour qu’elle récupère son pouvoir magique. » (Procell)

« Okay, Tiro-chan, bois ça ! » (Kuina)

Quand je l’ai demandé, Kuina a sorti une potion de sa poche et la donna à Tiro. Le teint de Tiro s’est amélioré.

En voyant Tiro épuisée, j’ai reconnu l’un de ses points faibles : son manque de maîtrise de soi. Si elle s’épuisait et que personne ne l’aidait, elle serait en danger.

« Gaugau! Gauuuuuu ! » (Tiro)

« Père, Tiro veut rentrer. Elle dit qu’elle veut manger. En outre, elle dit merci, Rorono-chan, pour l’arme incroyable que tu as fabriquée pour elle. Tiro-chan, je suis tellement contente que tu aies une bonne arme ! » (Kuina)

« Garuu~! » (Tiro)

Il semble que les deux aient atteint un niveau mystérieux de compréhension mutuelle. Enfin, c’est un bon point pour terminer une journée de travail difficile, de toute façon…

« Attendez, vous deux. Le Talaria n’est que l’ouverture. Le vrai spectacle n’a pas encore commencé. La prochaine étape est le pile bunker Motelius. C’est une création incroyable, si je puis me permettre de le dire moi-même. Maintenant, dépêche-toi de l’essayer. » (Rorono)

« Kyuuuun... » (Tiro)

Tiro fit un visage de déception.

Peut-être que c'était son instinct de bête, mais elle semblait avoir les mêmes craintes que moi.

Rorono chargea le pieu géant dans la pile bunker, mais il était aussi long que Tiro. Elle l’a ensuite apporté à Tiro. À cela elle recula un peu.

J’ai un sentiment à ce sujet, mais c’était toujours une arme dont Rorono était fière.

Désolé Tiro, mais je suis vraiment excité pour cet essai.

***

Chapitre 10 : L’échec de Rorono

Rorono se dirigea vers Tiro, puis attacha le pile bunker à Tiro via une armure cachée servant à cela.

Tiro semblait être plus massive qu’avant. Le pieu métallique, même dans le pile bunker, semblait toujours faire la même taille qu’elle.

« Wôw, Tiro-chan, tu as l’air bien ! » (Kuina)

Les yeux de Kuina brillaient en regardant Tiro. Il semblerait que l’arme lui faisait de l’effet.

« Guruu…. » (Tiro)

D’un autre côté, Tiro affichait une expression compliquée sur le visage.

De plus, elle penchait du côté droit, ce qui semblait suggérer que ce n’était pas seulement une question de poids, mais aussi d’équilibre.

« Si Talaria était l’entrée, le pile bunker est l’événement principal. Je vous présente le Motelius. En termes de puissance, cela dépasse même le fusil à pompe de Kuina. De plus, cela a l’avantage de ne pas consommer autant de pouvoir magique. Chaque coup utilise la fourrure de Kuina comme alimentation qui déclenche ensuite la poudre explosive à l’intérieur, ce qui permet d’envoyer le pieu de métal avec une force incroyable. » (Rorono)

Son apparence était intimidante et semblait crier de puissance.

« Cela n’a aucun sens d’utiliser une cible de taille moyenne pour tester sa puissance. Utilisons donc ceci : le corps endommagé et sans cœurs jumeaux d’un Chevalier d’Avalon. Il a été endommagé lors d’une bataille précédente et devait être fondu et réutilisé. C’est donc la cible parfaite. » (Rorono)

Lorsque Rorono siffla, les golems de mithril servant d’aide avaient apporté le corps endommagé d’un Chevalier d’Avalon.

« Rorono, tu dis sérieusement que cette arme peut percer même un Chevalier d’Avalon ? » (Procell)

« Mhm. En théorie, il devrait en être capable. » (Rorono)

Le corps des Chevaliers d’Avalon était composé du mélange d’alliage d’orichalque de Rorono. Même un démon de Rang S aurait du mal à percer son corps.

« Maintenant, Tiro, essaie de l’utiliser. Quant à savoir comment, c’est simple. Il suffit de canaliser une petite quantité de pouvoir magique dessus, et le pieu va être tiré. » (Rorono)

« Tiro-chan, bonne chance. Kuina veut que les choses explosent ! »

Des attentes dans les yeux, Kuina et Rorono regardèrent Tiro se rapprocher du Chevalier d’Avalon. Ou plutôt, alors que Tiro se rapprochait.

« Kuun... » (Tiro)

Tout en poussant un autre cri de pitié, Tiro pointa le canon vers la cible.

« Ahh, Tiro-chan, quand tu utilises quelque chose avec de la poudre à canon, tu devrais te couvrir les oreilles avant que ça ne bouge ! Si tu ne le fais pas, ça sonnera dans tes oreilles ! » (Kuina)

Kuina avait donné un bon conseil aux démons qui comme eux avaient d’excellentes oreilles.

Elle l’avait démontré en fermant ses oreilles de renard. Tiro la copia et c’était terriblement adorable.

« Gau ! » (Tiro)

Et ainsi, Tiro réajusta son tir et ensuite envoya du pouvoir magique dans le Motelius. Quand elle le fit, un tintement retentit et le pieu fut préparé. Dans l’instant qui suivit, un son puissant qui secoua le sol fut entendu.

Ainsi, nous avions vu le pieu tiré anéantir le Chevalier d’Avalon en plusieurs petits morceaux au contact du projectile.

Tout ce qu’il avait fallu, c’est un coup. À une telle puissance, j’avais involontairement laissé tomber ma mâchoire.

« C’est bien meilleur que ce à quoi je m’attendais. Je n’imaginais pas qu’il aurait autant de pouvoir. » (Procell)

« Mhm, tout est dans les calculs. C’est grâce aux deux enchantements que possède Motelius. Le premier est Durcissement. C’est pour que le tout puisse supporter la puissance écrasante qu’il produit. L’autre est Pulvérisation. Normalement, au moment où le pieu entre en contact avec la cible, il y aura une force qui tentera de repousser le pieu. Cependant, Pulvérisation convertira cette force en puissance offensive, rendant l’attaque encore plus puissante. Bien entendu, le recul qui se produit lors du tir est également converti en puissance d’attaque. Avec ceux-ci, il n’y a presque rien qu’il ne puisse percer. » (Rorono)

Rorono était plus bavarde que d’habitude, ce qui n’était pas si surprenant compte tenu de l’arme inimaginable qu’elle avait fabriquée. En termes de puissance d’attaque, il était presque sans égal.

« Rorono-chan, c’était incroyable ! Kuina en veut vraiment un maintenant. Le boom correspond vraiment à la manière dont Kuina veut se battre ! » (Kuina)

Comme toujours, la préférence de Kuina était vers le combat rapproché.

« Je vais y penser. » (Rorono)

Rorono répondit d’un ton indifférent, mais sa joie dans le succès de sa création était palpable.

Pensant que Tiro serait contente aussi, j’avais regardé sa direction. Lorsque je l’avais fait, cependant, je l’ai trouvée boiteuse.

Sa langue était tirée et ses yeux roulaient. C’était horrible.

« Kyaun! Kyaun ! Kyan, Kyan! » (Tiro)

Avant que nous puissions l’atteindre, elle se leva et se mit à se rouler. Elle n’arrêtait pas de frotter l’armure qu’elle portait sur le sol dans un effort désespéré pour enlever le Motelius.

« Tiro-chan ! » (Kuina)

Kuina s’était précipitée aux côtés de Tiro et l’avait aidée à retirer l’armure.

« Kyankyan ! » (Tiro)

Après avoir simplement vu le visage de Rorono, Tiro — maintenant libéré de l’arme — s’était cachée derrière Kuina tout en criant. Elle était effrayée.

« Qu’est-ce qui ne va pas, Tiro-chan ? » (Kuina)

« Kyuuun, Gaugau, Guruu! » (Tiro)

Tiro se plaignit ainsi d’une voix douloureuse tandis que Kuina hochait la tête à plusieurs reprises en réponse.

« Euh, hein, hein, hein. Oh mon Dieu, Tiro-chan, pauvre fille. » (Kuina)

« Garuu... » (Tiro)

« OK, je leur ferai savoir. Tu n’as plus besoin d’avoir peur. Kuina veillera à ce que tu n’aies plus rien à faire que tu ne veux pas non plus faire. » (Kuina)

Après cela, Kuina était venue dans notre direction. Pendant ce temps, Tiro avait été dans une zone quelque peu cachée de l’atelier.

« Père, Rorono-chan. Tiro-chan dit qu’elle ne veut plus utiliser le Motelius. Elle dit qu’elle préfère utiliser uniquement le Talaria. » (Kuina)

Cette réaction était naturelle à la suite de cet incident dangereux.

Rorono parla comme si elle n’était pas satisfaite de cela.

« Mais pourquoi ? Il inflige des dégâts incroyables, convertit le recul et les contre-forces de collision en plus de puissance d’attaque. Il peut être utilisé même dans les airs en raison du manque de recul, et plus encore. Ce devrait être une arme idéale. » (Rorono)

Comme elle l’avait dit, le Motelius avait parfaitement rempli ces critères.

Il possédait une immense puissance de feu, renforcée par ses enchantements, et était un choix logique, même dans un ciel où rien ne pouvait se faire. De plus, il n’utilisait pas beaucoup de pouvoir magique.

Tiro qui pouvait se téléporter instantanément et Motelius qui pouvait tuer en un seul coup semblaient avoir une excellente affinité.

« Eh bien, tu vois... Tiro-chan dit que c'est trop lourd pour elle. De plus, le poids est inégalement réparti, ce qui perturbe son équilibre. Et, même avec ses oreilles baissées, le son du tir est trop fort pour elle. Elle s'est presque évanouie en l'entendant. L'odeur de la poudre était également insupportable. Quoi d'autre? ah, même s'il a été tiré qu'une seule fois, le canon de l'arme est devenu trop chaud au point de donner l'impression qu'un bout de fer brûlant était pressé contre son ventre. Elle dit que si elle continue à l'utiliser, elle deviendra folle. » (Kuina)

À court de mots, Rorono tomba à genoux.

... Eh bien, je suis à court de mots aussi. Qui aurait cru que Tiro pouvait donner autant d’explications détaillées et réfléchies dans ses glapissements ?

« … Je n’ai rien à dire dans ma défense. Cela a été une gaffe complète. Honnêtement, j’ai fabriqué ce pile bunker parce que j’étais fascinée quand j’en ai vu un dans l’anime que Maître a produit. Je l’ai fait plus pour moi que pour l’intérêt de Tiro. Pour cela, je n’ai pas le droit de m’appeler maître forgeronne. » (Rorono)

Honnêtement, je ne pouvais pas lui en vouloir. Voir le pile bunker serait sûrement une source d’inspiration. Par ailleurs, même si cela ne correspondait pas aux préférences de Tiro, le fait était que Rorono fabriquait toujours une arme de haute performance.

« Tout le monde fait des erreurs, Rorono-chan ! Le Talaria fait plus que compenser ! » (Kuina)

« Mhm. Ensuite, je vais améliorer cela du mieux que je le puisse. J’ai mal agi envers Tiro. Je ne la priverais plus de desserts. En fait, je vais même lui acheter une gigantesque viande avec os plus tard. » (Rorono)

Une des bonnes choses à propos de Rorono était sa capacité à admettre ses fautes immédiatement.

Le Motelius n’était cependant pas une perte de temps totale.

« Ahem… Rorono, bien sûr, Tiro n’a pas aimé le Motelius, mais c’est loin d’être inutile. Je pense que ce serait une bonne arme pour les Chevaliers d’Avalon. Peut-être même en transformant le bras droit en un Motelius. Ne serait-il pas étonnant qu’ils raccourcissent la distance avec une sorte d’amplification et qu’ils portent ensuite le coup fatal avec le Motelius ? » (Procell)

« … Ce sera incroyablement bien. Vous êtes vraiment incroyable, maître. Je vais commencer par modifier le Motelius pour qu’il soit compatible avec le Burst Drive des Chevaliers d’Avalon. En cas de succès, ils pourraient même vaincre Kuina d’un coup. » (Rorono)

« Pourquoi l’ennemi exemple doit-il être Kuina !? » (Kuina)

La queue de Kuina se dressa en signe de protestation.

Eh bien, même en plaisantant, je pouvais comprendre pourquoi elle ne voudrait pas être la cible d’une arme aussi démoniaque.

« Quoi qu’il en soit, étant donné que nous avons trouvé la meilleure arme possible pour Tiro — le Talaria —, j’aimerais considérer cette session de test d’arme comme un énorme succès. Maintenant, pourquoi ne pas tous les trois aller faire des courses et ensuite aller manger. Je pense qu’une récompense s’impose pour Tiro, qui a eu une journée fatigante et affreuse aujourd’hui, et pour Rorono, qui a travaillé dur pour fabriquer ces armes. Allons acheter vos plats préférés. » (Procell)

« Guruu. » (Tiro)

« Des crevettes géantes, s’il vous plaît. » (Rorono)

Avant que je le sache, Tiro était de retour avec nous. En entendant la récompense, elle avait donné une réponse cordiale.

Rorono aussi semblait avoir récupéré et suggéra même son propre favori.

Pendant ce temps, Kuina — étant la seule à ne pas recevoir de récompense — semblait un peu découragée. Bien sûr, si jamais nous rencontrions un étal de nourriture vendant de la nourriture délicieuse, je comptais lui acheter.

Comme ça, nous nous étions rendus en ville pour faire du shopping.

Néanmoins, c’était sûrement inattendu. Penser que Tiro adorerait le Talaria — un mélange de techniques et de technologies déjà existantes — alors que le Motelius — le chef-d’œuvre très attendu de Rorono — serait un échec total.

Peu importe cependant. Le Motelius jouerait toujours un rôle essentiel, mais ce serait plutôt l’arme décisive des Chevaliers d’Avalon.

Surtout, grâce à cet échec, Rorono avait appris une leçon précieuse.

Une fois encore, Avalon était devenu plus fort. Le fait d’imaginer à quel point nous pourrions devenir plus forts sur six mois suffirait pour me faire sourire.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Les commentaires sont fermés