Comment NE pas invoquer un Seigneur-Démon – Tome 4

Table des matières

***

Prologue

Un liquide rouge violacé coulait le long des petites écailles qui tapissaient sa peau, s’égouttant sur elle.

 

Les pieds du monstre martèlent le sol. Le grand dragon avait accéléré, allant plus vite que le cheval le plus rapide. Alicia avait gardé une prise ferme sur les rênes, qui étaient doublées d’épines.

« Ha... ha... »

Si elle avait laissé baisser sa garde ne serait-ce que d’un peu, il semblerait qu’elle serait jetée hors de la selle de la bête à tout moment.

La position officielle d’Alicia était celle d’un chevalier impérial, mais dans son cœur, elle souhaitait la destruction de toutes les Races et avait secrètement soutenu les Déchus. Elle pensait que ressusciter le Seigneur Démon l’aiderait à atteindre son but — .

Mais elle n’aurait jamais imaginé que Krebskulm disparaîtrait soudainement après avoir été ressuscitée !

Les Déchus estimaient que leur temps avait été gaspillé et étaient sur le point de tuer Alicia en représailles. En conséquence, Alicia et Edelgard avaient fini par monter le grand dragon d’Edelgard pour s’échapper.

Quand elles avaient finalement réussi à fuir la foule de Déchus, Edelgard avait subi une grave blessure. Sa force l’avait quittée, et elle avait été jetée sur le dos d’un grand dragon comme si elle n’était qu’un bagage. Le sang violet-rouge qui coulait de sa tête ne montrait aucun signe de vouloir s’arrêter.

Bien qu’Alicia connaissait très bien les Déchus, la quantité de sang qu’ils pouvaient perdre avant que leur vie ne soit menacée variait d’une personne à l’autre, ce qui signifiait qu’elle ne pouvait rien dire avec certitude au sujet d’Edelgard. Mais on ne peut nier la gravité de la situation.

« Lady Edelgard, s’il vous plaît, tenez bon ! » cria Alicia.

« ... Ah. D’accord... d’accord..., » déclara Edelgard.

Elle avait reçu cette blessure en protégeant Alicia, si Edelgard avait été seule, elle s’en serait probablement sortie sans une égratignure.

Bien qu’Alicia ne cessait d’éprouver de la haine pour les Races et de se rebeller contre la nature déraisonnable de son environnement, la seule chose à laquelle elle pensait pour le moment était de savoir comment sauver Edelgard.

 

Le soleil s’était déjà couché et leur environnement s’était assombri. Le grand dragon voyait parfaitement bien dans la nuit, ce qui signifiait qu’il ne s’écraserait pas dans les rochers et ne s’éloignerait pas de la route.

« Néanmoins, nous ne pouvons pas continuer à nous diriger vers les portes de la ville, » déclara Alicia.

« ... Oh... vraiment ? » demanda Edelgard.

Alicia comprenait à peine ce qu’Edelgard disait. Elle avait secoué la tête en réponse.

« Peu importe ma position en tant que Chevalier Impérial, si je devais franchir les portes à l’arrière d’un monstre avec une Déchue, ils m’arrêteraient sur le champ, » répondit Alicia.

« ... Je vois, » répondit Edelgard.

Alicia se retourna pour regarder par-dessus son épaule. « On dirait qu’il n’y a pas de Déchu nous poursuivant. »

« ... Parce que celui-ci... est rapide..., » répondit la Déchue.

« C’est vrai... Je suis assez étonnée, » le grand dragon avait en effet semblé être beaucoup plus rapide qu’une majorité des Déchus.

« ... Et puis... ils ont probablement peur ? » déclara Edelgard.

« Tout à fait. Le reste des Déchus ne savent pas pourquoi la présence du Seigneur Démon a soudainement disparu, » répondit Alicia.

Pour eux, cela devait indiquer qu’il y avait une forte probabilité que quelque chose à l’intérieur de la ville forte de Faltra puisse vaincre un Seigneur Démon, et c’est pourquoi ils ne pouvaient pas s’approcher avec insouciance.

« ... Pourquoi ? Pourquoi... est-ce que le Seigneur Démon a disparu... ? Dis... paru ? » chuchota Edelgard.

Alicia ne connaissait pas la raison de la disparition de Krebskulm, mais elle avait une vague idée de ce qui aurait pu se passer.

« Je suppose que c’est l’œuvre de Sire Diablo, » déclara Alicia.

« ... Oh... lui..., » déclara Edelgard.

Sa voix était frêle. Edelgard, qui avait l’air d’avoir une présence si indomptable, semblait maintenant être sur le point de s’évanouir. Quand Alicia avait touché sa peau, elle avait vu qu’elle était froide comme de la glace.

Les lèvres violettes et craquelées d’Edelgard s’étaient ouvertes : « ... Qu’est-ce que tu fais, maintenant ? »

« Nous sommes poursuivis par les Déchus, donc notre seul recours est de retourner en ville. Cependant, je suis considérée comme une traîtresse maintenant, sans parler du fait que votre apparence est tout à fait remarquable. Que devrions-nous faire ? » demanda Alicia.

« ... Ne sais pas, ne sais pas. Edelgard... pourrait mourir ? » demanda Edelgard.

« Est-ce si mauvais que ça !? » demanda Alicia.

« ... À ce rythme... oui, » répondit Edelgard.

« Non, vous ne pouvez pas ! C’est inacceptable ! » cria Alicia.

« Mais... pas d’endroit où aller, où retourner. Si le retour, au château du Seigneur Démon, Eulerex et d’autres, sera — guh ! » Elle avait craché une masse de sang.

« T-Très bien ! Je vais faire quelque chose quant à ça, alors s’il vous plaît, ne parlez plus ! » déclara Alicia.

En déplaçant les rênes, Alicia arrêta le grand dragon dans un endroit où ils pouvaient à peine distinguer la porte sud de Faltra. Elle se méfiait de la zone derrière elle, mais aucun Déchu ne les avait suivis ici. Elle avait fait descendre Edelgard, qui était épuisée. Puis elle avait enlevé la cape d’Edelgard, elle l’avait enroulée autour du corps d’Edelgard.

« Cela ne pourra pas cacher vos jambes, mais compte tenu de l’obscurité, cela devrait au moins rendre les écailles de votre corps inaperçues, » déclara Alicia.

« ... Qu’est-ce que tu fais ? » demanda Edelgard.

« Nous entrons en ville, » déclara Alicia.

Si elles restaient à l’extérieur, elles n’avaient d’autre choix que d’être achevés par les Déchus, d’être attaqués par des bêtes sauvages ou de laisser Edelgard succomber à ses blessures et perdre la vie. Elle ne serait pas, et ne pourrait pas, être sauvée ici.

« Mais, pourquoi ? » demanda Edelgard.

« C’est un pari de ma part, mais si le Seigneur Démon n’avait pas été vaincu, et qu’il soit simplement revenu à sa forme enfantine..., » déclara Alicia.

« Le Seigneur Démon... est vivant ? Vraiment ? » demanda Edelgard.

« Si c’est le cas, elle peut vous guérir. C’est quelque chose qui relève du domaine de la possibilité pour un Seigneur Démon, n’est-ce pas ? » demanda Alicia.

« ... Elle... peut. Mais, peut-être... ne le fera-t-elle pas ? » demanda Edelgard.

Pour réveiller le vrai Seigneur-Démon Krebskulm, Alicia avait trahi Diablo et les autres. Elle avait attendu que Rem et Shera traitent Klem comme si elle faisait partie de leur famille, pour les remettre au Paladin, Saddler. À cause de cela, on aurait dit que Rem avait été tuée devant Klem.

 

La haine née de la perte d’une personne importante réveillerait ainsi le Seigneur Démon dans sa forme la plus pure.

 

Si Klem était en vie, elle serait probablement assez rancunière pour tuer Alicia. Elle était sûre d’avoir mérité la colère de Diablo.

Même Alicia pensait que Rem était morte. Si elle ne l’avait pas été, alors Krebskulm ne se serait jamais réveillée comme un vrai Seigneur Démon, même si cela n’avait été que temporaire. À l’instant où elle se serait montrée devant Diablo et les autres, elle pourrait finir en centres, il n’y aurait pas de temps pour les négociations... !

— Mais quand même... ! pensa-t-elle.

« S’il vous plaît, laissez-moi faire. Je trouverai une solution, » déclara Alicia.

Alicia enveloppa également une Edelgard maintenant immobile avec sa propre cape, tenant Edelgard dans ses bras. Bien que les bras d’Alicia soient minces, ils avaient été soumis à un tel entraînement qu’elle ne perdrait pas face à un homme. Il était tout à fait possible pour elle de porter quelqu’un d’aussi mince qu’Edelgard.

« ... D’accord... d’accord... Je ne peux pas bouger, de toute façon... Je compte sur toi, » déclara Edelgard.

Transportant Edelgard comme des bagages, Alicia se dirigeait vers la porte ouest. Le grand dragon semblait s’inquiéter pour elles, mais à cause de son apparence, il était impossible d’aller en ville avec lui.

Après qu’Alicia et Edelgard se soient suffisamment éloignées, le coursier s’était retourné, disparaissant dans les plaines couvertes par la noirceur de la nuit.

***

Chapitre 1 : Lutte contre les Ravageurs

Partie 1

Étendu sur le lit, Diablo avait poussé un profond soupir.

— Aujourd’hui, cela a été une journée sacrément difficile..., pensa Diablo.

C’était toujours comme ça chaque fois qu’il y avait un accident ou un problème qui survenait. Mais aujourd’hui, c’était particulièrement horrible. Le simple fait de se souvenir des événements était déjà une douleur pour lui, alors il n’allait pas le raconter maintenant. Après tout, il avait fini par dépenser un montant considérable de point de magie et il avait subi un nombre de dommages plus importants que tout ce qu’il avait eu depuis qu’il était venu dans ce monde.

Dans le Croisement de la Rêverie, Diablo portait l’équipement le plus puissant que l’on pouvait trouver dans ce MMORPG, et avait maximisé ses stats en les renforçant au maximum. Les attaques qui tueraient instantanément une personne normale n’étaient pour lui qu’un simple avertissement qui s’affichait lorsqu’il avait été frappé par ça.

Mais à l’heure actuelle, il avait subi de graves blessures. Bien que les attaques du Seigneur Démon Krebskulm aient consisté à lui lancer irrationnellement des objets comme le ferait un enfant, les attaques avaient réussi à briser facilement les effets de réduction de dommages de son équipement ultime.

— J’aurais dû m’attendre à ça d’un Seigneur Démon. Si Krebskulm avait complètement retrouvé la mémoire, mon équipement n’aurait peut-être pas été suffisant pour gagner.

« ... »

 

« Pourquoi faire un tel visage, Diablo ? » demanda une voix mélodieuse.

 

Sur le côté gauche du lit grinçant se trouvait une fille elfe qui était couchée à ses côtés. Ses cheveux doux et dorés s’étendaient comme une rivière qui coulait, touchant le bras de Diablo, et le chatouillant un peu.

Elle s’appelait Shera L. Greenwood. Non seulement elle faisait partie de la race considérée comme la plus proche des Célestes d’autrefois, mais elle était aussi une princesse qui avait quitté sa patrie à la recherche de la liberté. Diablo avait l’habitude d’être près d’elle, mais quand elle s’approchait de lui à l’improviste comme elle le faisait en ce moment, il était encore un peu nerveux.

Mais la vérité, c’était qu’il n’était rien de plus qu’un joueur socialement incompétent qui passait tout son temps enfermé dans sa chambre. Il était nul quand il s’agissait de parler avec les autres, et la seule façon pour lui de communiquer ici était d’utiliser le personnage et l’attitude du Seigneur Démon qu’il avait utilisé dans le Croisement de la Rêverie. C’était particulièrement vrai pour les femmes, car il n’avait presque aucune expérience quand il s’agissait de parler avec elles.

À quinze centimètres seulement de ce joueur solo sans résistance vis-à-vis des filles, une elfe aux cheveux d’or qui avait l’air d’une image de synthèse se trouvaient là. Son cœur battait presque hors de sa poitrine, mais le fait de laisser ce côté pathétique de lui être vu serait indigne d’un Seigneur Démon.

Tout en agissant dans son rôle de Seigneur Démon, Diablo avait déclaré avec beaucoup d’importance : « Pourquoi je fais cette tête, tu me demandes ça ? Hehe, ça devrait être assez évident... C’est parce que je regarde dans un abyme si profond et insondable que quelqu’un comme toi ne serait jamais capable de l’imaginer. »

« Wôw, ça a l’air génial ! Mais que signifie “abyme” ? » demanda Shera.

C’était peut-être parce qu’elle était si innocente (ou simple d’esprit), mais le niveau de pensée de Shera était à peu près au même niveau que celui d’un enfant. Elle avait regardé Diablo, stupéfait.

Mais en réalité, la seule chose que Diablo observait en ce moment était le gouffre inhabituellement profond d’une certaine fille elfe...

 

« ... Son utilisation du mot “abyme” est une métaphore pour quelque chose de si profond qu’il est impossible de savoir jusqu’où il va, » déclara une autre voix féminine.

 

Assise en face de Shera sur le côté droit du lit se trouvait une autre fille — Rem Galleu. Si Diablo bougeait sa main même de peu, alors il toucherait ses fesses où une queue noire, semblable à celle d’un chat qui se déployait à partir d’un trou à l’arrière de ses guêtres.

Rem arborait des oreilles noires brillantes et une queue semblable à celui d’une panthère noire, ainsi que des cheveux noirs, résultat d’un trait rare parmi sa race. Pourtant, elle était en possession d’une silhouette assez élancée pour une fille de quatorze ans : la faible silhouette de ses côtes le long de son torse, la forme de ses bras et de ses jambes, et un corps maigre qui s’était comme assemblé pour attirer tous les regards vers elle et les garder là. Ses longs cheveux noirs s’étaient placés sur son corps comme de l’encre.

« ... Diablo, comme il s’est passé beaucoup de choses aujourd’hui, alors pour quoi ne pas vous reposer maintenant ? » demanda Rem.

Rem réfléchissait toujours avant de parler, et donc, c’était une fille plutôt intellectuelle.

« Hm, alors je suppose que c’est ce que je vais faire, » déclara Diablo.

« ... D’accord, » répondit Rem.

« C’est l’heure de dormir... ♪... C’est l’heure de dormir. ♪ Nanana,♪ c’est l’heure de dormir, c’est l’heure de faire un gros dodo ♪♪, » Shera s’était mise à chanter.

« Quand la nuit sera finie, alors c’est l’heure du petit déjeuner ♪, » continua-t-elle.

« Nous rêverons de beignets de guimauves et de cake ♪, » continua-t-elle.

Tout en chantant l’une de ses étranges chansons faites maison, Shera avait tiré une petite enfant sur le lit. L’enfant en question avait des cheveux couleur crème et deux cornes épaisses poussaient de chaque côté de sa tête. Ses oreilles étaient plus grandes que celles d’un elfe, et ses yeux, légèrement teintés d’inquiétude, étaient d’un violet améthyste brillant qui ne se retrouverait presque jamais dans aucune membre des Races. Il s’agissait du corps juvénile du Seigneur Démon Krebskulm, ou Klem pour faire court.

« V-Vous en êtes sûr ? M’avoir ici avec vous..., » demanda Klem.

« Pourquoi cela ne serait-il pas bon ? » demanda Shera, tête inclinée. « Ne veux-tu pas qu’on dorme tous ensemble ? Est-ce parce que le lit est trop petit ? »

Klem avait plissé ses yeux. « J’ai tué un certain nombre d’individus des Races, tu sais !? J’ai même essayé de tuer Diablo... Ne penses-tu pas que je suis dangereuse ? » demanda Klem.

« Hahahaha ! La seule qui s’inquiétait vraiment pour ça, c’était Sylvie ! » Avec un rire, Shera avait caressé la tête de Klem.

Sylvie était la chef de la Guilde des Aventuriers. En raison du poste qu’elle occupait, Sylvie avait déclaré que, même si Klem n’était qu’une enfant, elle ne pouvait pas rester en ville. C’était un fait que Klem était devenue le Seigneur Démon Krebskulm et avait saccagé la ville, et si Diablo ne l’avait pas affrontée, elle aurait été réduite à l’état de ruines.

Mais il y avait des circonstances atténuantes autour de cette série d’événements. D’abord, la personne qu’elle avait tuée était le Paladin, Saddler, un individu psychotique assimilé à un démon meurtrier. Rem et Klem avaient évité de justesse d’être tuées de ses mains.

— Permettre à un type comme lui de rester en ville tout en ne faisant pas la même chose pour Klem, c’est mal. Ce n’est qu’une enfant en ce moment... Être si mal à l’aise vis-à-vis d’elle malgré tout ça me fait me sentir mal pour Klem, pensa Diablo.

Mais offrir des mots gentils à une jeune fille n’était pas exactement ce que ferait un Seigneur Démon. Alors, en se levant un peu, Diablo était allé lui dire qu’elle n’avait pas à s’inquiéter, tout en conservant son air digne.

 

« Hmph... Tu prétends avoir essayé de me tuer ? » déclara Diablo. « Ne me fais pas rire. De telles attaques ne fonctionneraient jamais contre quelqu’un comme moi, car je suis un vrai Seigneur Démon ! Si tu doutes de moi, essaie encore une fois, mais sois averti : Je ne me retiendrai pas cette fois. Je te réduirai en cendres. »

 

Shera et Rem affichaient toutes deux des expressions indiquant un certain mal à l’aise.

« Ah franchement... Je ne veux plus voir de combat, d’accord ? » demanda Rem.

« ... S’il vous plaît, vous deux, calmez-vous, » demanda Shera.

En vérité, Diablo transpirait à l’intérieur de son être. Avait-il un peu exagéré avec son défi ? Est-ce que c’était encore une autre démonstration démontrant à quel point il était nul quand il s’agissait de parler avec d’autres personnes ? Si elle disait : « Alors, ramènes-toi ! » ou quelque chose de similaire, ce serait un énorme casse-tête pour lui.

« Uheheh, alors je suis contente ! » Klem s’était jetée sur lui. « T’es un dur à cuire, hein ! Je t’en félicite ! »

Elle avait enroulé ses bras autour de lui, et peut-être parce qu’elle était une enfant, sa température corporelle était élevée. Le climat tempéré de Faltra était également à blâmer, mais la petite fille qu’il portait ce qui semblait être une écharpe en ce moment le réchauffait un peu.

Un cliquetis de chaînes en métal brut s’était fait entendre autour du cou de Klem. De plus, Rem avait touché le collier qui était enroulé autour du sien. « ... En y pensant, puisque vous avez jeté la magie de l’asservissement sur elle, de toute façon, Klem ne serait pas capable de se battre contre vous. »

Pour apaiser les craintes de Sylvie, Diablo avait jeté la magie sur Klem pour qu’elle lui obéisse totalement. Pour preuve, un collier d’esclavage était désormais serré fermement autour de son cou. Les détails de la façon dont elle l’avait reçu étaient différents de Rem et Shera, mais les colliers étaient tous trois à peu près identiques.

 

 

Diablo se pencha de nouveau dans le lit. « Nous allons dormir. »

« Dacodac ! » déclara Shera.

Bien que Shera avait la silhouette la plus adulte parmi le groupe, elle avait agi de la manière la plus enfantine. Elle s’était blottie de plus près avec son corps voluptueux.

Comme d’habitude, Klem était toujours pendue à lui. C’était un peu sexy en vue de la manière dont elle agissait.

« Très bien, c’est l’heure de dormir ! Mais un Seigneur Démon comme moi n’a pas vraiment besoin de dormir..., » déclara Klem.

Rem s’était couchée avec un peu hésitation sur le bord du lit. « ... Alors tout le monde, bonne nuit, » en s’approchant de la bougie murale se trouvant juste à côté, elle l’avait recouverte d’un objet ressemblant à une loche de métal, éteignant la flamme.

Alors que la pièce s’assombrissait, Diablo avait été immédiatement assailli par un sentiment de somnolence.

Il ne l’avait pas remarqué, mais à travers une fissure dans le mur, une présence terrifiante l’observait...

***

Partie 2

*Grattement*, *grattement*, *grattement*...

 

Diablo avait entendu un bruit inconnu au-dessus de lui. C’était comme le son d’un petit diable qui grattait ses griffes contre quelque chose.

Le premier à leur sauter aux pieds fut Rem, qui frappa le lit.

« Diablo ! » cria Rem.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » Après avoir entendu le coup juste à côté de sa tête, Diablo s’était réveillé en criant.

La pièce était enveloppée dans l’obscurité. Si vous étiez dans le jeu, même si vous vous trouviez dans les profondeurs les plus sombres d’un donjon, aucune pièce n’était complètement noire. Même dans les zones particulièrement sombres du jeu, si vous glissez la luminosité de votre écran au maximum, vous ne manquerez jamais de remarquer quelque chose qui pourrait être le facteur décisif de votre victoire ou de votre défaite. Mais c’était un autre monde, et non pas un jeu. Les ténèbres n’étaient que des ténèbres.

— J’avais l’impression que quelque chose comme ça pourrait arriver, alors j’ai pensé à une contre-mesure pour me battre la nuit ! pensa Diablo.

Diablo avait déplacé son bras vers le plafond : « “Lumière” ! »

Une boule de lumière s’était envolée jusqu’au plafond, éclatant au contact et éclairant la pièce. C’était un sort de niveau débutant, un sort qu’il avait pratiqué pendant son temps libre. Il semblait que son entraînement ait donné de bons résultats.

 

Shera se frotta les yeux face à cette soudaine lumière. « Hmm ~ ~ ? Qu’est-ce qui se passe ? »

« Zzzzz... Pffzzz... » Bien que Klem avait dit qu’un Seigneur Démon n’avait pas besoin de sommeil, avec toute cette agitation et la luminosité qui l’entourait, elle était encore endormie.

« Diablo, là-bas ! » Rem pointa du doigt vers le mur.

« Hm !? »

Une petite créature s’était précipitée sur le mur. Cela avait une nuance de gris cendré si sombre qu’elle semblait presque noire et avait une longue et mince queue. Elle avait disparu à l’intérieur d’une fissure entre le plafond et le mur, c’était une petite souris.

Alors que Diablo était sur le point de bâiller, convaincu que ce n’était qu’une souris, il s’était soudain rendu compte de quelque chose.

— Attends, il n’y avait pas une sorte de bruit juste à côté de ma tête !? Se demanda Diablo.

« É-Était-ce en train de mâcher mes cornes !? » s’exclama Diablo.

« Quoi !? » Rem et Shera l’avaient regardé attentivement.

— Un Seigneur Démon qui se fait mâcher les cornes par une souris serait stupide et boiteux, n’est-ce pas ? Se demanda Diablo.

Il avait eu des sueurs froides.

« Je ne vois rien de différent chez vous, » soupira Rem.

« Oui, vous êtes le même Diablo comme toujours ~, » Shera avait fait un sourire endormi.

Il voulait se cacher en ce moment, il était tellement soulagé, mais pour l’instant, il avait fait un visage qui donnait l’impression que c’était exactement ce à quoi il s’attendait.

« Il n’y avait aucune chance qu’une simple souris puisse me causer le moindre dommage. Hm, » déclara-t-il.

— Oh Dieu merci... ! !! J’étais en danger de finir comme simple Démon pendant une seconde !! pensa Diablo.

Rem s’était tournée pour regarder l’espace dans lequel la souris avait disparu. « Il ne serait pas étrange qu’il ait causé des dommages à nos provisions ou à notre équipement. Allons acheter des outils pour l’extermination demain. »

« Pff. La prochaine fois que je le verrai, je le soufflerai avec ma magie, » déclara Diablo.

« ... Il semble que nous perdrions aussi le plafond si vous le faisiez, » répliqua Rem.

« Alors nous pourrons aussi voir les étoiles dans le ciel en dormant ~ Fwahhhh ~, » Shera avait bâillé, affichant un sourire sur son visage. Puis elle lui avait soudainement demandé : « Hé, Diablo ? Quand cette lumière brillante disparaîtra-t-elle ? »

« Hm ? » Diablo se mit à réfléchir.

Le sort de Lumière qu’il avait lancé plus tôt était toujours en vigueur. Mais maintenant qu’il y avait réfléchi, bien qu’il avait pratiqué pour avoir une contre-mesure pour se battre la nuit, il n’avait jamais pensé à un moyen de s’en débarrasser.

Quoi qu’il en soit, il affichait un sourire posé sur son visage lorsqu’il répondit. « Hehe. Si tu te qualifies d’aventurier, tu devrais pouvoir dormir dans des endroits lumineux. »

Pour être parfaitement honnête, même Diablo pensait qu’il serait difficile de s’endormir dans cette situation.

— Maudit sois-tu, stupide souris ! pensa Diablo.

Jamais auparavant il n’avait autant voulu tuer un rongeur.

Mais ne semblant pas du tout troublée par tout cela, Rem était déjà couchée.

« ... Personnellement, je trouve que plus c’est brillant, mieux c’est. Maintenant, je n’ai plus à m’inquiéter d’être pris dans une embuscade pendant la nuit, ce qui facilite mon sommeil, » déclara Rem.

« Quoiii ~ ? Mais c’est tellement lumineux, » se plaignant, Shera glissa hors du lit puis elle se dirigea vers la porte.

« Où est-ce que tu vas ? » lui demanda Diablo par réflexe.

— Elle ne va quand même pas partir parce qu’elle en a marre de tout ça, n’est-ce pas ? Se demanda Diablo.

Les joues de Shera étaient devenues rouges. « Salle de bains... »

« Je... Je vois. Je te le permettrai, mais ne va pas ailleurs, » déclara Diablo.

« D’accord..., » déclara-t-elle.

 

Après que Shera fut seule dans le couloir, elle avait poussé un cri.

***

Partie 3

Cette fois-ci, Klem s’était levée du lit. « Qu’est-ce qui se passe !? »

Avec l’effet de « Lumière » qui agissait toujours, Shera était rentrée dans la pièce — avec une autre personne. Son bras était tordu et placé derrière son dos, et elle avait un poignard pointé vers sa poitrine. Son visage était gelé par le choc et la peur.

L’agresseur était quelqu’un que Diablo et les autres ne connaissaient que trop bien.

« Alicia !? » avait crié Rem.

« Mademoiselle Rem... !? Vous êtes toujours vivante !? » Il semblerait que la chevalière impériale soit tout autant choquée.

« ... Oui... En raison de vos mensonges, j’ai failli être tuée par Saddler, mais j’ai été sauvée par Diablo et Shera, » répondit Rem.

« Je vois..., » déclara Alicia.

Une expression de soulagement était apparue sur le visage d’Alicia, mais l’atmosphère tendue était toujours présente dans la pièce.

« Ne bougez pas un muscle ! Je suis vraiment sérieuse ! » La pointe du poignard touchait la partie des vêtements qui recouvrait la poitrine volumineuse de Shera.

« Arg !? » Shera semblait être au bord des larmes.

Debout dans l’entrée de la pièce, Alicia tenait Shera en otage. Diablo et les autres s’étaient levés du lit, renforçant leur détermination. Mais ils n’avaient pas les moyens de faire des mouvements négligents dans une situation comme celle-ci.

 

 

Klem avait fixé un regard foudroyant sur Alicia. « Tu as du culot de te montrer devant moi. Laisse Shera partir, après, je vais te déchirer membre après membre. »

Bien qu’elle ait l’apparence d’une jeune fille, l’intention meurtrière émanant de Klem était bien réelle. C’était presque suffisant pour craindre qu’elle ne redevienne le Seigneur Démon Krebskulm.

« ... Une fois que j’aurai terminé mon travail ici, » Alicia secoua la tête, « Je relâcherai Mademoiselle Shera. N’hésitez pas à faire ce que vous voulez avec moi après m’avoir arraché un membre après l’autre. »

« Oh... ? » s’exclama Klem.

« J’ai entendu dire que le Seigneur Démon avait le pouvoir de guérir les autres Déchus, » continua Alicia.

« Bien sûr que je peux le faire, » répondit Klem.

« Alors, pourrais-je vous demander de venir avec moi ? » demanda Alicia.

Ils s’étaient déplacés dans la chambre d’à côté. La chambre qu’Alicia louait était toujours là. Ils n’avaient jamais pensé qu’elle reviendrait, alors ils n’avaient jamais pris la peine d’aller vérifier.

Des éclaboussures de liquide rouge violacé parsemaient le sol. Il y avait une fille couchée dans le lit — .

— c’était Edelgard.

« Une Déchue !? » s’exclama Rem.

Rem était en état d’alerte élevée, mais il était évident que les blessures d’Edelgard étaient graves. Du sang rouge-violet se répandait sur les draps, et la couleur de sa peau devenait mortellement pâle. Si c’était un individu issu des Races, Diablo aurait soupçonné que ce soit un cadavre. Les Déchus s’étaient toujours transformés en particules de lumière quand ils étaient morts, donc elle devait encore être en vie.

Tout cela avait un sens pour Diablo.

« Maintenant, je comprends... Donc vous deux étiez liées, » déclara Diablo. « Lorsque nous avons rencontré Edelgard à la Tour des Météores, elle ne t’a jamais demandé qui tu étais, malgré le fait que nous t’avions amenée avec un si court préavis. À l’époque, je pensais que c’était étrange... donc, cela signifie que la raison pour laquelle Edelgard n’a jamais demandé si j’avais ou non la capacité de transférer l’énergie magique était parce que tu lui avais déjà relayé le fait que j’ai appris la technique de la marchande d’esclaves. »

Non seulement Alicia, mais Rem et Shera semblaient également surprises.

« Comme on pouvait s’y attendre de vous, Sire Diablo, » déclara Alicia.

« C’est incroyable... Je n’aurais jamais pensé que vous remarqueriez tous ces petits détails, » déclara Rem.

« Je n’ai jamais rien remarqué de tout ça ! » s’exclama Shera.

— Suis-je le genre de gars qui s’inquiète trop des petites choses ? Ou est-ce que les filles sont plus négligentes que je ne le pensais ? Se demanda Diablo.

Quoi qu’il en soit, alors qu’il était préoccupé par le lien entre Alicia et Edelgard, il n’avait jamais rien dit à ce sujet, et cela avait presque tué Rem. Ce n’était pas qu’il voulait vraiment s’en vanter...

 

Klem se tenait devant le lit. « Alors, qui l’a mis dans cet état ? J’ai pensé qu’elle était plutôt forte. »

« C’est ce qu’ont fait les autres, » répondit Alicia.

« Quoi ? Pourquoi un Déchu se fait battre par d’autres Déchus ? » demanda Klem.

« J’ai formulé un plan pour provoquer votre véritable résurrection, Seigneur Krebskulm, pensant que la barrière entourant la ville serait détruite quand cela se produirait..., » Alicia avait ensuite raconté ce qui s’était passé avec le restant des Déchus, tout en gardant son poignard pointé vers Shera comme elle l’avait dit.

« S’il vous plaît, Seigneur Démon Krebskulm, s’il vous plaît... sauvez Lady Edelgard, » demanda Alicia.

Les bras croisés, Klem se tourna vers Diablo. « Qu’en penses-tu ? »

« Aide-la, » déclara Diablo.

— Je me sentirais mal de la laisser mourir comme ça..., pensa Diablo.

Le fait de penser que tout le monde valorisait la vie, peu importe qui ils étaient, n’était qu’un autre effet secondaire de sa vie paisible au Japon. Il n’avait jamais pensé à changer de force sa façon de penser.

 

— Après être venues dans un autre monde comme celui-ci et avoir tué des monstres, certaines personnes pourraient perdre leur résistance face à la mort d’autres personnes. Certains d’entre eux peuvent éventuellement même s’habituer à prendre la vie des autres, pensa Diablo.

Dans tous les cas, Diablo était différent. Si quelqu’un était sur le point de mourir devant lui, il voulait les aider de toutes les façons possibles. Il n’était pas le genre d’idiot qui dirait qu’il vaut mieux être tué plutôt que de tuer quelqu’un d’autre, mais s’il avait le choix, il pensait qu’il valait mieux que personne ne meure.

« Si tu le dis, » Klem hocha la tête, « alors je ne suis pas non plus contre la guérison d’un Déchu. »

Elle plaça ses petites mains contre Edelgard, alors que le sang noir semblait s’y adhérer.

« Hahhhhhhhhhhhh !! »

Quand Klem avait commencé à agir comme si elle faisait des efforts, Edelgard avait commencé à remuer.

« Ngh... Mmgh... »

« Heeyahhhhhhhhhhh !! »

Rem regarda vers la porte, inquiète. « ... Est-ce que tout ira bien ? Il est déjà assez tard. »

« Ça devrait aller. Après tout, c’était déjà correct quand on criait à haute voix avant ça, » déclara Shera.

« Mmph... »

Elle parlait de quand Diablo avait attaqué les oreilles de Rem, ou bien Shera déversant de l’énergie magique en elle... Les cris de Rem avaient déjà résonné plusieurs fois dans l’auberge.

Les cris de Klem et les gémissements d’angoisse d’Edelgard continuèrent pendant un moment.

« Hoyaaaaargh!! »

« Agh ! Ngh... guh! »

« Yeeargh !! »

« Hah! Mghm, ahhhhhhhh!! »

« Hergahhh ! Ahh... Je suis fatiguée... alors je vais arrêter maintenant de faire du bruit, » dit Klem, essuyant la sueur de son front.

« Si tu pouvais le faire sans crier, alors tu aurais dû le faire comme ça dès le début ! » Diablo avait riposté avec cette réplique.

« Mmm... Je veux dire, je pourrais faire ça..., » répondit Klem.

« Y aurait-il des problèmes ? » demanda Diablo.

« Si je ne fais pas ça, alors je n’ai pas l’impression de faire quelque chose d’aussi incroyable, n’est-ce pas ? Je suis incroyable. Vous en rendez-vous compte !? » demanda Klem.

« Oui, oui, si incroyable. Mais tu devrais le faire discrètement, sinon on va se faire virer de l’auberge, » déclara Diablo.

Quand elle était en colère, Mei, la réceptionniste de l’Auberge de la Tranquillité de l’Esprit était carrément terrifiante.

Klem avait fermé sa bouche et s’était concentrée. En poussant un cri particulièrement fort, Edelgard avait arqué son dos — puis elle était retombée sur le lit, épuisée. On aurait dit que l’hémorragie s’était arrêtée.

 

Puis, quelque chose d’assez choquant s’était produit. Edelgard s’était immédiatement relevée, même s’il semblait qu’elle aurait pu mourir à tout moment jusqu’à maintenant. Se retirant du lit ensanglanté, elle s’était levée et s’était prosternée au sol.

« Seigneur Démon... Edelgard est honorée ! Reconnaissante ? Merci beaucoup ! » déclara-t-elle.

« Bien sûr, bien sûr, » déclara Klem.

« Hum... Seigneur Démon, vivante ? Pourquoi, avez-vous fait demi-tour ? Comme ça ? » demanda Edelgard.

« Quelque chose de très triste est arrivé à ce Seigneur Démon... ou du moins, je pensais que quelque chose de triste était arrivé. Le monde entier était devenu rouge... Mais j’avais tort. Il ne s’est rien passé, alors j’ai fait demi-tour, » répondit Klem.

« Moi comprendre, » répondit Edelgard.

« Tant que je peux continuer à manger des biscuits, c’est tout ce dont j’ai besoin. Qu’est-ce qu’il y a de mal à ça ? » demanda Klem.

Edelgard inclina profondément la tête. Mais ensuite — .

« Ne pas, comprendre... Non, vous ne pas comprendre ? Ne pas comprendre, oui, ne pas comprendre ! Déchus, tuez les Races. Les détruire. Mais pourquoi ? » déclara Edelgard.

« Qui sait ? » Klem avait mis sa tête sur le côté. « J’ai déjà décidé que je vivrai dans cette ville, alors arrête de faire ces choses tristes. Si tu n’écoutes pas cet ordre direct du Seigneur Démon, sache que tu ne seras plus ma subordonnée, » déclara Klem.

« Je le jure... ne serais jamais, qui irait à l’encontre... de la volonté du Seigneur Démon, encore une fois, » Edelgard avait affiché son consentement.

Il semblait qu’il n’y aurait pas de problèmes de ce côté. Edelgard avait toujours été le type raisonnable. Sa loyauté envers le Seigneur Démon était beaucoup plus importante que de tuer les membres des Races.

***

Partie 4

Alicia avait relâché son emprise sur Shera, puis avait rengainé sa dague. « Vous avez toutes mon humble gratitude... Maintenant, comme convenue, qu’allez-vous faire moi ? »

« ... Pouvez-vous me dire pourquoi vous avez fait tout cela ? » demanda Rem.

« La raison pour laquelle je vous ai donné à Saddler ? C’était pour faire revivre le Seigneur Démon. Je suis après tout une adoratrice du Seigneur Démon qui désire voir le Seigneur Démon ressuscité, » répondit Alicia.

« ... C’est bien ce qu’il semblait, » répondit Rem. « Mais ce que je veux savoir, c’est comment une chevalière impériale, qui est également la fille d’une famille aristocratique, est devenue une adoratrice du Seigneur Démon. »

Alicia grinçait des dents. Elle affichait un regard désagréable dans ses yeux, et une expression vaguement sauvage s’était emparée de son visage. C’était complètement différent de la personne sociable et gentille qu’elle montrait habituellement. Il semblerait que son état actuel illustrait sa vraie nature.

« Avez-vous déjà pensé que l’humanité devrait périr ? Avez-vous déjà crié à l’intérieur de vous : “Je vais vous tuer, espèce de merde !” ? » demanda Alicia.

« ... Mis à part la sévérité, oui, j’ai déjà été irritée par d’autres avant aujourd’hui. Et probablement beaucoup plus souvent que vous ne le pensez, » répondit Rem.

« J’ai été forcée de continuer à respecter cette signification de ce qui est “juste”, une signification que je ne pourrais jamais accepter..., » déclara Alicia.

« ... Compte tenu de votre statut, faites-vous référence à la période où vous étiez dans la capitale ? » demanda Rem.

« Mes parents, les autres chevaliers impériaux, les ministres de la cour royale... et même le roi lui-même. Bien sûr, je commencerais à penser que les individus des Races sont inconvenants — assez pour que je souhaite que le monde entier s’enflamme, » répondit Alicia.

« ... S’est-il passé quelque chose de particulier ? » demanda Rem.

« Au contraire, c’était peut-être mieux si rien de spécial ne s’est produit. Si ce n’était pas le cas, j’aurais pu considérer tout cela comme une sorte d’accident extraordinaire. Je crois que j’ai passé trop longtemps à prétendre que tous mes intérêts personnels étaient vertueux et à passer du temps avec des personnes qui ne sont admirables qu’en titre, » répondit Alicia.

« ... Je vois, » répondit Rem.

« Peut-être qu’il aurait été préférable d’abandonner mes liens avec mon pays et de devenir une aventurière à la place, » déclara Alicia en regardant Shera.

Après un moment, Shera s’était finalement rendu compte qu’elle était celle dont il est question ici.

« Oh, ouais ! J’ai vécu de mauvaises choses dans ma patrie, mais maintenant je m’amuse beaucoup ! Le fait d’être dans une forêt la nuit était effrayant... mais grâce à Rem et Diablo, les choses sont amusantes maintenant ! » répondit Shera.

« Pourquoi n’avez-vous pas détruit le Pays des Elfes ? » demanda Alicia.

« Euh !? E-Eh bien, ce genre de vie ne m’allait pas, c’est tout... J’ai peut-être laissé mon ancienne vie derrière moi, mais tant qu’ils sont encore heureux, ça me convient..., » répondit Shera.

« Ne pensez-vous pas que ce que vous avez tant détesté ne devrait jamais être autorisé à exister dans ce monde ? » demanda Alicia.

« Non, pas vraiment, » une réponse complètement décontractée était sortie de Shera.

« Je ne pourrais jamais leur pardonner, » déclara Alicia en serrant les dents.

« ... Alors vous avez commencé à haïr les Races, devenant une Chevalière Impériale pour toutes les détruire ? » demanda Rem, affichant un regard douloureux.

« Oui. J’ai cru fermement que la façon la plus efficace d’apporter la ruine à ce pays était de ressusciter le Seigneur Démon, » répondit Alicia.

« Mon Dieu..., » murmura Rem.

Ils n’auraient jamais pu imaginer qu’Alicia, qu’ils croyaient juste et respectable avait en réalité un cœur rempli de haine et de vitriol.

 

Si Alicia avait eu une personnalité plus souple et plus lâche, elle aurait peut-être pu être sauvée. Même si quelque chose de terrible arrivait, si elle avait pu se défouler en faisant autre chose...

— Peut-être que je suis comme ça aussi ? Si j’avais eu un meilleur moyen de libérer toutes mes émotions négatives, j’aurais peut-être pu être un peu plus positif au sujet de ma propre vie. J’aurais peut-être essayé un peu plus fort... Peut-être que je ne me serais pas enfui pour aller jouer à un jeu en ligne, au point que je pourrais être appelé une personne à charge..., pensa Diablo.

Alicia était une personne sérieuse, il n’y avait aucun doute là-dessus. Elle s’appliquait toujours pleinement à ce qu’elle faisait, et cela, sans jamais faire de compromis. En conséquence, face à sa haine des Races, elle était tout à fait sérieuse dans sa tentative de les éradiquer toutes — et c’était en se fixant comme objectif final de ressusciter le Seigneur Démon.

 

Alicia avait fixé ses yeux sur Klem. « Seigneur Démon, ne désirez-vous vraiment pas détruire les Races ? »

« Tu parles beaucoup trop. Je ne serais pas désespérée de ce qui s’est passé avec Rem si je les détestais autant que toi. En plus, les seules personnes que je connais sont les personnes ici, et ceux du Pétri, » répondit Klem.

« Pétri » était le nom d’une boulangerie située dans le quartier sud de la ville qui vendait des biscuits appétissants. La boutique était dirigée par trois frères marcheurs des herbes, mais ils s’étaient tous réunis sous le nom de « Pétri ». C’était plus un nom de groupe qu’un nom individuel.

Alicia hocha la tête. « ... Je vois. Eh bien, alors... il semble qu’il ne me reste plus rien. »

Baissant la tête, elle avait encore une fois dégainé son poignard — et elle l’avait appuyé contre sa propre gorge.

« Qu’est-ce que vous croyez faire !? » déclara Rem, paniquée.

« Je crois que vous ne me pardonnerez jamais de vous avoir trahi... Si c’est effectivement le cas, je devrais y mettre fin par moi-même, » déclara Alicia.

« Ne faites pas quelque chose d’aussi stupide ! » cria Rem.

« Le pensez-vous vraiment ? Est-ce vrai que vous ne me pardonnerez jamais ? Je n’ai pas été menacée et personne ne m’a ordonné de faire ce que j’ai fait. Je vous ai transformé en un sacrifice, Mademoiselle Rem, tout cela parce que je m’attendais à ce que la résurrection du Seigneur Démon entraîne un massacre des Races, » déclara Alicia.

« ... Je suis étonnée de voir à quel point vous pouvez être sincère concernant tout ça, même si vous avez vraiment tort ! Réalisez-vous qu’il n’y a personne comme vous dans ce monde ? » demanda Rem.

« Bien sûr. C’est à cause de ma différence que je nourris ces sentiments de mauvaise volonté pour tous ceux qui m’entourent, » répondit Alicia.

« ... Alors, acceptez le fait que je ne souhaite pas votre mort, » déclara Rem.

« Quoi !? » s’exclama Alicia.

Même Diablo avait été surpris d’entendre cela. Celle qui avait subi les pires choses dans tout cet incident, c’était après tout Rem.

« Qu’est-ce que vous voulez dire par là ? » demanda Alicia, affichant un regard d’incrédulité sur son visage. « Ne me considériez-vous pas comme une amie parce que j’ai aidé à sauver Mademoiselle Shera ? Alors vous vous trompez gravement. La seule raison pour laquelle je vous ai aidé était que la perspective de victoire était suffisante, sans parler de ma coopération qui m’aiderait à gagner votre confiance. Je suis une ennemie de toutes les Races. »

« ... Si c’est le cas, pourquoi avoir laissé Shera indemne ? » demanda Rem.

« Hein ? » Alicia semblait perplexe face à la question de Rem. « Parce que... c’est ce que j’avais promis... »

« Si vous vouliez vraiment tuer les Races, et que vous étiez même prête à vous suicider, alors vous auriez dû poignarder Shera, » déclara Rem.

« C’est effrayant ! » Même si ce n’était qu’un exemple, cela avait provoqué sur Shera une arrivée massive de frissons. Elle s’était même cachée derrière Diablo.

« Il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Le fait qu’elle ne l’ait pas fait en tant que tel prouve que la prétention d’Alicia de vouloir tuer les Races est fausse, » déclara Rem.

« Hmm... Alors, est-ce que ça veut dire qu’Alicia ne déteste pas vraiment les Races ? » demanda Shera.

« Je suis sûre qu’elle a quelqu’un qu’elle déteste plus qu’il n’en faut pour tuer. Cependant, dans tous les cas, il semblerait que tu ne fasses pas partie de ceux qu’elle désire tuer quoiqu’il arrive avant qu’elle ne rencontre sa propre mort. Tant mieux pour toi, Shera, » déclara Rem.

« Super ! » Shera avait levé les mains en l’air.

Rem avait désigné Alicia avec son index. « ... Alicia, je suis sûre que vous ressentez une grande haine envers quelqu’un parmi les Races. Mais même ainsi, vous vous sentiez soulagé de savoir que j’étais en sécurité, et vous avez même laissé Shera indemne. Il y a une dissonance entre ce que vous dites et ce que vous faites réellement, » déclara Rem.

« Je vois... C’est peut-être vrai, » répondit Alicia.

« ... Qu’est-ce que vous en pensez ? Voulez-vous vraiment nous tuer ? » demanda Rem.

« C’est comme vous l’avez dit, Mademoiselle Rem. Bien que j’hésite un peu à le faire, il se peut que nous ayons notre combat ici, » déclara Alicia.

« Si vous êtes si hésitante, alors s’il vous plaît, arrêtez ça ! » demanda Rem.

« Mais le fait de laisser les choses inachevées comme ça n’est pas convenable... Je dois suivre ce que j’ai dit..., » déclara Alicia.

« ... Pourquoi êtes-vous si inutilement consciencieuse ? Ne trouvez-vous pas que les choses qui sortent de votre bouche sont assez étranges ? » demanda Rem.

 

« Après tout, je ne suis pas une personne normale. Je... J’en ai assez de tout ça ! Je ne m’attendais pas à ce que quelqu’un d’autre comprenne... Après tout... ! Je suis toute seule ! » déclara Alicia.

 

À la fin, sans faire la moindre tentative de frapper Rem, Alicia avait commencé à agir comme si elle allait enfoncer sa lame dans son propre cou. Rem avait tendu la main pour l’arrêter, mais elle n’arriverait jamais à temps.

Shera avait poussé un petit cri et avait fermé les yeux.

Sur un plan fondamental, Klem et Edelgard avaient peu d’égard pour les pertes de vie en général et elles regardaient d’une manière imperturbable.

« “Bris d’Armes” ! » incanta Diablo.

La pointe du poignard d’Alicia était entrée en contact avec la peau blanche présente sur sa gorge. À cet instant, la lame s’était effritée. Et comme s’il avait été fait de sable, le poignard s’était transformé en granules de poussière d’argent et était tombé sur le sol.

« Qu... !? » s’exclama Alicia.

Et non seulement Alicia, mais presque tout le monde dans la salle avait été choqué en regardant Diablo.

***

Partie 5

Diablo avait sauvé Alicia sans crier gare. Il devait dire quelque chose, le silence le tuait.

« Ah, c’était... un sort destructeur d’armes... Bien qu’il n’affecte que les armes non enchantées, » déclara-t-il.

La première chose qu’il avait faite, c’était d’expliquer sa magie. Il savait que ce n’était pas ce que tout le monde s’attendait à ce qu’il dise, mais s’il avait pu déclarer quelque chose de plus normal dans une situation comme celle-ci, il aurait pu vivre sa vie beaucoup mieux.

Si on regardait dans le jeu, « Bris d’Armes » n’avait aucun effet sur l’équipement qui était de niveau Rare ou supérieur, donc il était fondamentalement inutile contre d’autres joueurs. Cependant, il était efficace contre les monstres qui utilisaient des armes, et portait un coup significatif à leur puissance d’attaque.

« ... Euh... C’était un sort très impressionnant et tout, mais..., » Rem affichait une expression de stupeur.

Alicia regarda Diablo, en affichant un regard implorant. « Pourquoi êtes-vous intervenu ? À quoi pensez-vous, Sire Diablo ? »

 

— Je ne pensais à rien ! Je suis désolé !! C’était juste que je ne voulais pas voir quelqu’un mourir devant moi, d’autant plus qu’elle a été notre alliée pendant une courte période de temps..., pensa Diablo.

 

... Mais un Seigneur Démon qui valoriserait la vie humaine semblait tout simplement hors de propos.

Edelgard, qui était restée silencieuse tout en s’agenouillant tout ce temps, s’était soudain levée.

« Inutile, mourir, » déclara-t-elle.

Les points d’interrogation étaient presque visibles sur tous les visages. Personne ne savait ce qu’elle essayait de dire.

Réalisant que son explication manquait de détails, Edelgard avait continué : « Même si tu meurs ~ ! Aucun bénéfice, pour eux. C’est pourquoi, inutile, probablement ? Inutile ! »

« Donc vous dites que je devrais me rattraper, » déclara Alicia en se tournant vers Diablo. « Mais, comment ? »

— Ne me demandez pas, je n’ai jamais pensé aux avantages et aux inconvénients de garder quelqu’un en vie... Les Déchus sont vraiment effrayants, pensa Diablo.

Malgré tout, Diablo n’avait jamais perdu son sang-froid. Il faudrait beaucoup de courage de sa part pour révéler qu’il n’avait pas vraiment de réponse pour elle.

« Hmph... Tu me demandes ce que tu devrais faire ? Tu es plus bête que je ne le pensais si tu ne peux même pas comprendre ça, » déclara Diablo.

— Cependant, je n’en ai moi-même aucune idée... ! pensa Diablo.

Après y avoir réfléchi un peu, Alicia hocha la tête. « Donc, vous dites... que je devrais mourir après vous avoir été d’une certaine utilité, n’est-ce pas ? »

« O-Oui, » déclara Diablo.

— Eh bien, c’est à dire, mourir de vieillesse..., pensa Diablo.

« Mais est-ce que je peux encore faire quelque chose pour vous ? » demanda Alicia.

Rem avait incliné la tête. « ... Vous êtes une chevalière impériale, Alicia. Pour nous aider, vous avez déjà empêché l’envoi de troupes, n’est-ce pas ? »

« Je ne sais pas si j’aurai encore mon poste de Chevalière Impériale. Je ne sais pas comment l’incident où je vous ai remis à Saddler a été rapporté à la capitale, » répondit Alicia.

« ... Est-ce qu’il y a quelqu’un pour faire un tel rapport ? Saddler et ses subordonnés sont morts, et nous étions les seuls à avoir vu le combat entre Diablo et Krebskulm... en plus de Sylvie et Émile, » déclara Rem.

« Il semble que Sa Majesté, Delouche Xandros, possède son propre réseau d’informations personnelles en dehors des commandements dans l’armée et les Chevaliers Impériaux, » répondit Alicia.

C’était la première fois que Diablo entendait le nom du roi. La seule fois où il avait été mentionné dans le jeu était comme « le Roi de Lyferia ». Le Croisement de la Rêverie ne faisait pas partie du genre militaire, de sorte qu’il faisait abstraction des informations relatives à la famille royale et au pays.

Si Alicia était signalée comme ayant comploté pour ressusciter le Seigneur Démon, sans parler de perdre sa position de Chevalière Impériale, elle serait très probablement pourchassée comme un traître au pays.

« C’est sans importance, » déclara Diablo en haussant les épaules.

« Quoi... !? » s’exclama Alicia.

« Je dis que ta position n’a aucune importance, » déclara Diablo.

« Mais... Mais si je ne suis pas une chevalière impériale, je ne vaux rien..., » déclara Alicia.

Diablo n’était pas un fan de statut ou de position, ou de si quelque chose était utile ou non.

 

— Qu’est-ce qu’il y a de mal à être enfermé et être un NEET ! C’est la société qui a tort ! C’est la faute du monde d’être un endroit où il faut travailler pour vivre ! Si le monde doit me faire travailler, alors il faut l’anéantir ! pensa Diablo.

 

Mais il semblerait qu’elles n’avaient pas compris que ce qu’il avait dit était comme la libération d’un NEET enfermé. Alors qu’il réfléchissait sur la façon de s’expliquer, Rem acquiesça, apparemment satisfaite.

« C’est exactement comme Diablo l’a dit, » déclara Rem.

— Hein... ? Non, calme-toi. Elle ne parlait pas de ce que je viens de crier à l’intérieur de ma tête, mais probablement de ce que j’ai dit sur le fait de ne pas se soucier de la position d’Alicia. N’est-ce pas... ? se dit Diablo.

« ... Votre position de chevalière impériale a été décidée par les plus hautes sphères de ce pays, n’est-ce pas ? » demanda Rem à Alicia.

« Naturellement, » répondit Alicia.

« Donc ceux que vous détestez ne sont pas vraiment nous, mais ces plus hauts gradés, non ? » demanda Rem.

« O-Oui... Oui, ce serait exact. Mais, je ne sais toujours pas... ce que je devrais faire ? » demanda Alicia.

« ... Je ne sais pas non plus, » répondit Rem.

Elles avaient toutes les deux regardé Diablo. Elles voulaient toutes lui poser des questions difficiles comme ce que l’on faisait du pays ou ce qu’il fallait faire de sa vie... Il n’avait pas le genre de grande sagesse qui lui permettait de lâcher des réponses à leur demande. La seule chose dont il pouvait utiliser pour s’inspirer, c’était l’expérience qu’il avait vécue à l’époque.

Mais il était inacceptable qu’un Seigneur Démon se contente de dire « Je ne sais pas », cela ruinerait son image. Alors Diablo avait tordu ses lèvres en un ricanement audacieux.

 

« Alors la seule option est de tout détruire ! » déclara Diablo.

 

« Quoi !? » s’exclama Rem.

« C-C’est..., » s’exclama Alicia.

Alicia et Rem avaient été stupéfaites, à juste titre. Le regard de Shera montrait qu’elle n’avait aucune idée de ce qui se passait.

Cependant, malgré tout cela, Klem avait fait un signe de tête profond.

« C’est exact ! Peu importe qu’il s’agisse d’un roi ou d’un pays, si vous ne l’aimez pas, alors vous devriez tout simplement le détruire ! » déclara Klem.

« Ohhhh ! Seigneur Démon... enfin, motivée ? Motivée ! Enfin !! » Les yeux d’Edelgard brillaient de mille feux.

Il se pouvait que la conversation eût pris une tournure assez étrange à un moment donné.

Alicia avait maintenant les poings serrés. « ... Compris. Alors je mettrai tous mes efforts pour faire tomber le pays, tant qu’il vous sera utile, Sire Diablo ! »

— Quoi !? s’exclama Diablo dans sa tête.

Quelque part en cours de route, il semblerait qu’Alicia pensait que Diablo avait voulu faire tomber le royaume de Lyferia.

Rem et Shera avaient des regards tout aussi confus sur leurs visages.

« ... Est-ce vrai, Diablo ? » demanda Rem.

« C’est un Seigneur Démon, alors peut-être qu’il n’a qu’envie de se battre contre les Races ? » demanda Shera.

— Attendez, attendez, attendez, attendez une seconde, s’il vous plaît !! C’est mauvais, n’est-ce pas !? pensa Diablo.

Peu importe à quel point il était dévoué à son jeu de rôle de Seigneur Démon, il ne s’attendait certainement pas à être entraîné par Alicia et sa rancune contre les grands pontes du royaume afin de faire tomber le pays.

— C-Ce n’est pas exactement ce que je vise en ce moment... mais ne serait-ce pas normal pour un Seigneur Démon de faire quelque chose comme détruire un pays entier juste parce qu’il s’ennuyait ? Se demanda Diablo.

... Mais dans un moment comme celui-ci, Diablo ne pouvait pas hocher la tête et tout accepter.

La bouche de Diablo s’était transformée en grimace. « Eh bien ! S’ils osent me défier, je ne leur montrerai aucune pitié. Mais pour l’instant, je ne connais pas grand-chose du Royaume Lyferien. Peu importe qui c’est, je n’hésiterai pas à annihiler quelqu’un — mais seulement s’ils s’opposent à moi. Seulement s’ils sont contre moi. »

« Comme vous le dites, Sire Diablo. Si nous n’avons pas une compréhension claire de la force de notre ennemi, alors notre victoire restera incertaine, » déclara Alicia.

« Eh bien..., » commença Diablo.

— Je ne voulais pas dire ça comme ça, pensa Diablo.

Mais il n’y avait aucune chance pour que ce que Diablo ressentait vraiment à l’intérieur lui parvienne.

« Je ne sais pas ce qu’il en est advenu de ma propre position, mais je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour recueillir des informations, » Alicia se mettait vraiment dans l’idée de renverser le gouvernement lyferien.

Bien qu’il ne plaisanterait pas s’il le disait, il ne pourrait pas simplement dire « la paix est la meilleure des choses » à cause de son rôle de Seigneur Démon.

« Je vois. E-Eh bien, fais de ton mieux pour atteindre cet objectif — mais n’hésite pas à le faire lentement... et prudemment... et seulement si tu en as envie, » déclara Diablo.

Alicia s’était agenouillée.

 

« Merci, Sire Diablo. J’ai presque inutilement gaspillé ma propre vie. Je vous remercie profondément de m’avoir montré le chemin que je devrais continuer à suivre, je vous jure de ma loyauté éternelle, » déclara Alicia.

 

« Bien, » déclara-t-il.

Pour être tout à fait honnête, Diablo n’avait pas montré sa véritable pensée. Tous les autres avaient avancé leurs idées et avaient interprété ce qu’il avait dit comme bon leur semblait.

— Cela dit, si nous avons réussi à reporter un peu le problème, alors je dis : mission accomplie, pensa Diablo.

C’était un bien meilleur résultat que de se retrouver avec une chevalière impériale morte dans la pièce.

Rem avait tendu la main à Alicia. « ... Je ne peux pas simplement vous pardonner de nous avoir trahis, mais je ne serais pas non plus heureuse que vous mouriez à cause de cela. Je ne peux pas non plus être d’accord avec l’idée de faire tomber le royaume de Lyferia... Mais s’il y a des individus aux échelons supérieurs du royaume qui ont besoin d’être punis pour leurs crimes, j’offrirai mon aide. »

« C’est vrai. À ce stade, on serait obligé de penser que tout cela n’est rien d’autre que ma propre rancune unilatérale. Je m’assurerai de recueillir suffisamment de preuves du contraire, » déclara Alicia.

Alicia avait saisi la main de Rem. Bien qu’elles l’avaient fait au cours d’une conversation plutôt turbulente, le fait qu’Alicia et Rem semblaient s’être réconciliées avait fait sourire Shera.

« N’est-ce pas génial, Diablo ? » demanda Shera.

« Je suppose que oui, » répondit Diablo.

— Ce qui est vraiment génial, c’est que cela ne s’est pas transformé en une attaque immédiate de la capitale, pensa Diablo.

Edelgard faisait la moue, comme si toute cette histoire l’ennuyait. Klem avait l’air endormie, probablement parce qu’elle avait été réveillée au milieu de la nuit.

 

Soudain, Diablo s’était rendu compte d’une paire d’yeux perçants le regardant depuis la fissure entre le mur et le plafond. Ils appartenaient à une petite créature gris cendre, c’était à nouveau la souris.

Diablo s’énervait. « Pff... Saleté de souris, se faufiler comme ça. Peut-être que je vais faire sauter le plafond avec... »

Bien sûr, il n’était pas sérieux à ce sujet, mais il avait quand même levé la main en direction du rongeur. Comme si elle pouvait comprendre ce qu’il avait dit, la souris avait fui en pleine panique. Juste au moment où Diablo pensait que ce serait la fin, il entendit un petit cri d’agonie qui signalait la mort de la souris.

— Quoi !? Il y a quelque chose derrière ? pensa Diablo.

Les restes tordus de ce qui était autrefois la souris étaient tombés sur le sol. Un liquide visqueux et noir s’écoulait de l’espace entre le mur et le plafond, suintant vers le corps de la souris.

***

Partie 6

« Ku-ku-ku-ku... Pour avoir vu à travers mon “Camouflage d’Ombre” comme ça... Il semble qu’après tout, vous ne soyez pas un simple sorcier ! »

Après que le fluide de la couleur du goudron se soit accumulé sur le sol, cela s’était soulevé. Cette masse noire, de la taille d’un enfant, s’était transformée en une personne qui portait un katana sur le dos de sa tenue noire. Un masque de fer recouvrait sa bouche, rendant son expression indiscernable.

Son apparence même était presque synonyme du Japon.

— Un ninja !? Pourquoi y a-t-il un ninja ici !? Se demanda Diablo.

Les autres dans la pièce semblaient secoués par l’apparition soudaine de la personne portant une tenue étrange. Shera, avec ses sens aigus, avait été particulièrement choquée.

« Je ne le sentais pas du tout ! Vous êtes incroyable, Diablo ! » s’écria Shera.

Diablo avait également été surpris, mais il avait maintenu son air de sang-froid en utilisant son rôle de Seigneur Démon qui était enraciné dans son être.

« Hmph... Et qui es-tu censé être ? » demanda Diablo.

« Je suis les yeux et les oreilles de Sa Majesté... ainsi que son épée, » déclara l’ombre.

Alicia avait serré les dents en entendant ça. « Impossible ! C’est le rôle des Chevaliers Impériaux, et je n’ai jamais vu un chevalier aussi suspect que vous ! »

« Ku-ku-ku-ku... Bien dit pour quelqu’un qui parlait de faire tomber le royaume. Je ne porte pas le titre symbolique de chevalier impérial, mais je suis néanmoins un shinobi, un agent qui se déplace dans l’ombre à la demande du roi. Je m’appelle Kuzukage, » déclara-t-il.

L’histoire du Croisement de la Rêverie était basée sur une Europe médiévale fantastique, mais le jeu avait aussi mis en place des tenues de ninja comme costumes décoratif. Il y avait aussi des samouraïs, et des hommes armés tout droit sortis d’un western spaghetti. Diablo pensait que ce genre de choses étaient seulement exclusives au jeu, mais pour que cela existe ici aussi... C’était bien trop déplacé dans un monde comme celui-ci.

Rem et Shera regardèrent le shinobi avec suspicion.

« Q-Qu’est-ce qu’elle a cette personne ? » demanda Rem.

« Il s’habille comme un taré ! » s’écria Shera.

— On dirait que c’est après tout une tenue étrange dans ce monde, pensa Diablo.

Diablo avait préparé « Bâton de Tenma ». La distance entre eux n’était que de cinq pas au maximum. À en juger par le katana sur son dos, l’adversaire de Diablo était très probablement un guerrier. Il était désavantagé en ce qui concerne l’endroit où il se battait et où il commençait, mais Diablo ne pouvait pas se permettre de battre en retraite maintenant.

« Hmph... Tu es donc un espion du roi. Je ne peux pas te laisser repartir vivant, » déclara Diablo.

« Ku-ku-ku-ku... Et il en va de même pour moi. Je ne peux pas vous laisser vivre après m’avoir vu, » déclara Kuzukage.

« Espèce d’imbécile. Pensez à votre situation avant d’ouvrir la bouche, » déclara Rem.

« Ma situation ? Une traîtresse, trois Demis, deux Déchus... Face à mon ninjutsu, vous n’êtes que des chiffres, » déclara-t-il.

« Qui a dit que c’était un problème de nombres ? » demanda Diablo.

« Hoho ? »

« Tu te tiens devant le Seigneur Démon Diablo, et tu dis que tu ne peux pas me laisser vivre ? Connais ta place, petite bête, » déclara Diablo.

« Ku-ku-ku-ku... Quel Demi amusant. Permettez-moi de vous montrer qui est le vrai petit ici, » déclara le ninja.

 

Kuzukage avait soudainement disparu.

 

— Téléportation instantanée !? Se demanda Diablo.

C’était simplement permis grâce à la vitesse à laquelle le ninja s’était précipité par lui. Un jet de sang était apparu venant du bras droit de Diablo, la partie supérieure de son « Abîme d’Ébène » avait été tailladée. De l’autre côté de la pièce, il entendit le son d’un katana rengainé.

« Nin. »

Kuzukage tenait deux doigts devant sa bouche. Diablo se tourna sur lui-même, le regardant fixement.

— Il est rapide. Très vite, pensa Diablo.

Rien qu’en termes de vitesse, il était plus rapide que Galford, mais Diablo ne pouvait pas montrer de faiblesse maintenant.

« Quoi ? C’est que ça ? » demanda Diablo.

« Ne crachez pas de telles bêtises. Il n’y a aucune chance pour un sorcier comme vous de suivre mes mouvements ! » s’écria Kuzukage.

Kuzukage s’était encore une fois précipité vers lui. Une entaille plus profonde cette fois avait été faite sur le bras gauche de Diablo. Il était revenu, continuant avec un autre coup. Kuzukage avait fait le tour de la pièce comme il l’avait voulu, en frappant avec son katana. Les blessures de Diablo avaient continué d’augmenter, et son sang s’était répandu sur le sol.

« Fuahahaha ! Qu’est-ce que vous en dites, Sorcier ! C’est ce que signifie être un shinobi ! » déclara Kuzukage.

Alors que Kuzukage se précipitait de nouveau vers lui, Diablo avait poussé son Bâton de Tenma vers l’avant, cognant directement le visage de son assaillant.

« Hein !? »

Il avait été envoyé vers l’arrière. Juste au moment où son dos était sur le point de s’écraser contre le mur, Kuzukage avait changé de position à la dernière seconde, plantant plutôt ses pieds dessus. Il s’était replacé correctement sur le sol.

Le masque était tombé de son visage, écrasé en morceaux. Du sang de la couleur du goudron coulait de son nez, s’égouttant sur le sol.

Diablo haussa les épaules.

 

« Et ? N’allais-tu pas me montrer qui était le vrai petit, minable ? » demanda Diablo.

 

Kuzukage avait serré ses dents. « Comment un sorcier pourrait-il voir à travers ma technique de “Course de l’Ombre” ? »

« Il semble que tu te trompes gravement sur quelque chose. Je l’ai déjà dit, mais je ne suis pas un simple sorcier : Je suis un Seigneur Démon d’un autre monde ! » déclara Diablo.

— Bien sûr, tu es rapide, mais le contrepoids habituel d’un Sorcier est un arc et des flèches. La pluie de flèches que j’ai l’habitude d’affronter est bien plus rapide que toi, pensa Diablo.

Peu importe à quelle vitesse ils allaient, Diablo pouvait toujours voir à travers les techniques de type Charge d’un guerrier. S’il n’avait pas ce genre de réflexes, il n’aurait jamais pu faire face à Archer.

— Si tes mouvements étaient un peu plus complexes, il aurait été plus difficile de faire ma contre-attaque, pensa Diablo.

Il voulait vraiment utiliser la magie, mais il était trop dangereux de se maintenir sur place pour jeter un sort contre un adversaire agile comme celui-ci. Et pour commencer, il voudrait au moins se battre dehors.

« “Kunai volant” !! » Kuzukage avait déplacé son bras.

Klem était le but de son attaque soudaine, entre toutes les autres personnes présentes. Une lame en forme de losange semblable à de multiples pointes de lances volait dans l’air, la frappant sur le front. Avec un cliquetis aigu, le kunai avait été repoussé.

« Qu’est-ce que... !? » Les yeux de Kuzukage s’étaient écarquillés.

Klem l’avait fusillé du regard. « Tu as du culot de jeter quelque chose sur un Seigneur Démon. Très bien... Je t’apprendrai le vrai sens de la peur. »

Des éclairs noirs apparurent autour de la main de Klem. Ça faisait-il partie d’un sort ? Était-ce une sorte de compétence spéciale ?

Avant que Klem ne puisse déclencher son attaque, Edelgard s’était précipitée en avant, brûlant de rage. « Osez, osez, faire ça, au Seigneur Démon ! Alors, je vous tue ! Charge Sacrificielle !! »

C’était le nom d’une technique martial déchaîné par un utilisateur de lance. Edelgard n’était pas armée pour le moment, cependant, alors elle avait poussé en avant son poing à la place. Kuzukage s’était tordu le corps pour éviter l’attaque lorsqu’elle avait effleuré la joue.

« Gaaaahahhh !?? »

« Charge, Asulau ! »

Rem avait appelé son invocation, un énorme taureau avec trois cornes qui sortaient de sa tête. Presque au même moment, trois flèches avaient été tirées dans la direction où Kuzukage s’enfuyait. C’était « Tir Triple », une technique unique aux Archers, c’était Shera. Diablo savait qu’elle était compétente avec un arc, mais il n’avait aucune idée qu’elle pouvait même utiliser les arts martiaux.

« Vous avez blessé Diablo et vous avez visé Klem... Je ne vous pardonnerai pas pour ça ! » déclara Shera.

Bien que Kuzukage avait réussi à éviter toutes les attaques qui lui avaient été lancées, Diablo avait gagné suffisamment de temps.

— Je n’ai pas l’habitude de me battre en équipe avec des amis, mais c’est vrai que les avoir en première ligne me facilite les choses, pensa Diablo.

Alors que son sort était terminé, il avait pointé le Bâton de Tenma.

« Je ne suis pas assez tendre pour être prudent avec la vie d’un ennemi qui m’a attaqué avec l’intention de me tuer. Regrets ta décision de t’opposer à un Seigneur Démon depuis les profondeurs de l’enfer ! “Pluie d’Explosions” !! »

Il y avait des moments où un ennemi rapide pouvait esquiver des sorts qui possédaient une portée limitée. Cependant, il s’agissait d’un sort de zone qui lançait d’innombrables boules de feu.

Kuzukage avait étalé une sorte de parchemin. « “Dissimulation de l’Eau”... ! »

Un mur d’eau était apparu devant lui, mais cela n’avait pas de sens. Une pluie infinie de boules de feu s’était déversée contre le mur, faisant bouillir l’eau et la transformant en vapeur. Ils pénétraient facilement à travers. De l’autre côté du mur d’eau, les boules de feu avaient trouvé leur chemin directement sur Kuzukage. C’était un coup direct après l’autre.

« OOOOARGH!? »

Il avait été brisé en morceaux, se transformant en une substance épaisse, semblable à du goudron. La Pluie d’Explosions avait pulvérisé Kuzukage, allant même jusqu’à vaporiser le mur derrière lui.

« Hmph... »

En enfonçant son bâton dans le sol, Diablo avait fixé à l’endroit où l’ennemi se tenait autrefois. Le mur avait disparu, avec des taches de liquide noir éparpillées sur le bois brûlé. La sueur froide était revenue dans son dos.

— Oh merde, ai-je fait une connerie !? Se demanda Diablo.

On avait frappé à la porte derrière lui — .

« Oh, chers clients ~ ? Vous êtes quelque peu une nuisance ☆, » il s’agissait de la voix de la réceptionniste de l’auberge.

Avant que quelqu’un ne puisse répondre, la porte s’était ouverte. Avec un sourire étincelant, une panthérienne, vêtue d’une tenue de bonne, entra dans la chambre et vit que le mur avait été abattu.

 

Un démon était descendu sur eux — .

— le démon des factures extrêmement chères.

***

Partie 7

Mei, la réceptionniste, était tout sourire.

« Oh, monsieur le client ? C’est tout un problème pour moi de ne pas avoir de mur là-bas. ☆, » elle souriait peut-être, mais on pouvait presque voir les effets sonores du « grondement » apparaître derrière elle.

Il n’y avait aucun doute à ce sujet : Elle était furieuse. Il avait soufflé une partie du mur de l’auberge, alors bien sûr qu’elle serait en colère.

Rem avait incliné la tête. « ... Je suis terriblement désolée... Mais il y a une raison à cela. »

« Oh, non, c’est bon. C’est vraiment correct. Ma petite personne est maintenant habituée à ça. Ce que je veux dire par là, c’est que c’est la troisième fois que c’est arrivé, non ? » demanda Mei.

« ... Veuillez nous permettre de vous rembourser, » déclara Rem.

La première fois que cela s’était produit, c’était lorsqu’un Déchu avait démoli la première Auberge de la Tranquillité d’Esprit, dont le coût avait apparemment été pris en charge par le pays. La deuxième fois, le mur avait été détruit par d’autres aventuriers. Comme c’était eux qui l’avaient cassé, Diablo et les autres leur avaient bien sûr fait payer la facture.

Mais cette fois, l’incident avait été causé par l’un des espions du roi. Non seulement cela, mais Diablo l’avait complètement démoli en utilisant la magie. Ils allaient devoir payer de leur poche.

Alicia s’était avancée. « Je suis incroyablement désolée pour les ennuis que nous avons causés ici. Je ne pense pas que cela suffira, mais... »

Elle avait sorti un petit pendentif avec un joyau cramoisi depuis la poche de ses vêtements. En le prenant, Mei l’avait vérifié à l’aide du chandelier qu’elle tenait.

« Hmm... Cela semble être vrai, mais je ne pense pas que ce sera suffisant pour tout couvrir ~ ☆, » déclara Mei.

 

 

« Je-Je vois, » déclara Alicia.

Comme on pouvait s’y attendre de la part d’Alicia, elle possédait une somme assez importante sur elle. Cette fille était quand même la fille d’un aristocrate, mais il semblerait quand même que le prix de la réparation d’un bâtiment partiellement détruit serait dans une catégorie à part entière. Diablo et les autres manquaient sérieusement de puissance financière. Ils étaient déjà dans le rouge avec juste le montant qu’ils avaient dépensé pour les biscuits de Klem.

« ... C’est un problème. Si on ne peut pas payer ça, on sera probablement chassés de l’auberge. Pour des raisons d’ordre public, il est interdit de faire du camping à l’intérieur de la ville, ce qui signifie que nous devrions quitter la ville..., » Rem avait chuchoté.

« Quoi !? » s’exclama Diablo.

« ... Non seulement ça, mais elle pourrait même appeler les gardes. Si cela devait arriver — ah ! » s’exclama Rem.

Réalisant leur bévue, les yeux de Rem s’étaient ouvert en grand. Diablo l’avait aussi remarqué, mais c’était trop tard. Presque au même moment, Mei avait poussé un cri de choc.

« Ngyah !? Qui sont ces filles... !? » Elle regardait Edelgard droit dans les yeux.

— On a merdé ! pensa Diablo.

En raison de tous les problèmes qu’ils venaient de traverser, ils étaient en retard dans leur réflexion sur la façon de traiter avec Edelgard. Il n’y avait aucune chance pour Mei d’oublier qu’il y avait un Déchu en ville. Et comme Klem portait un pyjama, sa queue avait été complètement exposée.

Mei avait reculé. « Sont-elles... des Déchues !? Et vont-elles me manger parce que je suis si mignonne que j’ai l’air délicieuse !? »

« ... » Edelgard s’avança, tendant la main.

— Attendez, vous n’avez pas l’intention de la tuer, n’est-ce pas ? Se demanda Diablo.

Il avait repensé à la façon dont elle avait coupé en deux les cinq bandits quand ils l’avaient vue. Paniquant, il allait l’arrêter... mais ce n’était pas nécessaire. Ce qu’Edelgard tenait dans sa main n’était pas une arme cette fois-ci, mais une grosse pierre précieuse de la taille d’une pièce de monnaie.

« Besoin... de ça ? Avoir, beaucoup, » déclara Edelgard.

« Nya !? » s’exclama Mei.

« Étincelant, et joli. Déchus, échangez ceci... contre de la nourriture. Et des armes, » déclara Edelgard.

— Les Déchus ont donc aussi leur propre monnaie... Non, je suppose que ce serait plus comme du troc pour des marchandises avec des gemmes, pensa Diablo.

Même les yeux de Rem et de Shera brillaient.

« ... C’est... C’est incroyable... Un si grand diamant étincelant..., » s’exclama Rem.

« C’est si joli ! Genre, super joli ! » s’exclama Shera.

« Comme je m’y attendais de Lady Edelgard, » déclara Alicia en souriant.

Bien que le visage de Mei ait été déformé par la peur jusqu’à présent, cela avait été remplacé par le sérieux alors qu’elle prenait la pierre précieuse et la regardait fixement.

« C-C’est incroyable, Nya... Je ne peux pas être sûre sans en parler à un spécialiste... mais je suis certaine que cette chose vaut la peine de reconstruire cette auberge désaffectée et de récupérer de la monnaie, nya..., » déclara Mei.

Laissant transparaître ses vraies pensées, elle marmonnait cela. Avec un petit soupire, elle était retournée à son sourire habituel.

 

« Haha. ☆ S’il vous plaît, profitez de votre séjour ici, tout le monde ! Oh ! Et c’est vrai, je m’assurerai de vous préparer une autre pièce jusqu’à ce que ce mur soit réparé. ☆, » déclara Mei.

 

C’était une volte-face merveilleusement abrupte de la part de Mei.

« Ê-Êtes-vous sûre !? Ces gens sont des Déchus, vous savez... !!? » demanda Rem, stupéfaite.

« Tant qu’elles paient, ce sont des clientes pour moi, » déclara Mei.

« ... N’avez-vous pas peur ? La ville vient d’être attaquée par les Déchus il n’y a pas si longtemps ! » déclara Rem.

« Rem... être dans les affaires, c’est risqué sa vie, compris ? Clin d’œil. ☆, » déclara Mei.

— On dirait que la direction de l’Auberge de la Tranquillité de l’Esprit était dans une situation plus difficile que je ne le pensais. Ça veut dire que c’est dur pour tout le monde qui essaie de gagner sa vie ici, pensa Diablo.

Mei avait tourné son sourire étincelant des affaires vers Edelgard. « Hehehehe. ☆ Je vous servirai aussi le petit déjeuner, alors assurez-vous de venir à la salle à manger le matin. ☆. »

« D’... accord, » répondit Edelgard.

« Oh, mais de toute façon, qu’est-ce qu’une Déchue mange ? Des grenouilles et tout ça ? » demanda Mei.

« Edelgard... aime le poisson, » déclara Edelgard.

En y pensant, la nourriture préférée de Klem était les biscuits, donc peut-être que le palais d’un Déchu n’était pas si différent des Races.

« C’est un... C’est bon de mon côté ! ☆ Je vais faire frire du poisson pour vous ! » déclara Mei.

« Et aussi, sanglier... et, cerf... et... et..., » déclara Edelgard.

« Tout ce que vous voulez ! » déclara Mei.

« Chat, » déclara Edelgard.

« Eeeeeeeek !? » cria Mei.

Mei et Rem avaient reculé. Cela donnait vraiment l’impression qu’elle était un animal sauvage de la forêt qui mangeait à peu près n’importe quoi.

« Mais Edelgard, ne serait-ce pas mauvais si d’autres personnes vous voyaient ? » Shera avait parlé, inquiète.

D’un seul geste, Mei avait levé l’index. « Tout va bien, tout va bien. ☆ Laissez faire Mei, nya ! »

 

Quelques minutes plus tard — .

« T-Tu ! Tu étais une sorcière depuis tout ce temps !? » s’exclama Diablo.

Diablo était abasourdi. Cela démontrait à quel point les techniques de maquillage de Mei étaient bonnes.

Mei avait gonflé sa poitrine avec un regard suffisant sur son visage. « Qu’est-ce que vous dites de ça ? Les filles se transforment, vous savez ! ☆ »

« Ohh... ? »

La peau d’Edelgard, habituellement couverte de petites écailles, était maintenant complètement lisse. Elle portait des collants noirs sur ses jambes, avec des gants blancs couvrant ses mains. Ses yeux reptiliens étaient cachés derrière d’épaisses lunettes et par la façon dont sa frange était maintenant suspendue devant son visage.

Elle a maladroitement essayé de dire la phrase qu’on lui a enseignée : « B-Bienvenue, bon retour... Maître ? »

Klem, d’autre part, portait une tenue qui la faisait ressembler à une idole pop. Sa peau presque transparente ne nécessitait pas de maquillage, mais elle portait de l’ombre à paupières, avec de l’eye-liner en dessous. Elle portait également un chapeau pour cacher ses cornes, qui ressemblaient presque à une décoration, et une jupe en forme de parasol pour cacher sa queue.

Klem avait fait un signe de paix sur le côté. « Je suis tout étincelante ! ☆ »

« Hehe ! ☆ Très étincelant, nya ! » déclara Mei.

 

 

†††

Le lendemain — .

Alicia se dirigeait vers la capitale royale. Bien que Diablo ait désintégré Kuzukage, l’espion du roi, ils ne savaient pas quel genre d’information avait déjà été relayée au roi. C’était trop dangereux de prendre des risques.

Malgré tout, sa résolution était ferme.

« Je trouverai certainement des preuves de la mauvaise gouvernance du roi pour vous, Sire Diablo, ainsi que des informations sur la puissance militaire de la capitale et la façon dont les troupes sont dispersées, » avait déclara Alicia.

« B-Bien... mais ta propre vie est la priorité, après tout, je ne suis pas pressé. En fait, je me disais qu’il vaudrait mieux ralentir les choses à partir de maintenant..., » déclara Diablo.

« En faisant tomber le Royaume Lyferien, d’accord ! »

— C’est ce que ça veut dire d’y aller doucement ! s’exclama intérieurement Diablo.

Lançant cette réplique dans son esprit, il avait affiché un sourire audacieux digne d’un Seigneur Démon et avait vu Alicia partir au loin.

 

Après, le groupe avait emmené Edelgard chez Pétri, où elle était devenue totalement accro aux sandwiches aux poissons. On les fabriquait en faisant frire des poissons d’eau douce, qui étaient ensuite coincés entre deux tranches de pain. Pour être honnête, ce n’était pas un article très populaire... Peut-être que les goûts d’une Déchue étaient après tout uniques.

« Incroyable... Tout comme l’énergie magique... Seigneur Démon, m’a donné, à moi ! Doux ? Super ! » s’écria Edelgard.

Bien qu’elle le complimentait, ce n’était pas exactement des mots qu’il pouvait faire entendre aux gars du Pétri. Sinon, en développant une profonde appréciation pour d’autres plats, Edelgard avait été complètement absorbée par la cuisine des Races.

Quant à Klem, il semblerait qu’elle avait finalement réalisé que l’on pouvait se procurer des biscuits et d’autres gâteries à d’autres endroits que les boulangeries. Le fait d’essayer de la nourriture à différents endroits était devenu un passe-temps pour les deux Déchues.

« Écoutez bien, car j’ai découvert une toute nouvelle vérité ! Un nouveau chemin vers les puissances obscures les plus suprêmes s’est ouvert à moi ! » déclara Klem.

Shera hocha la tête en écoutant le petit discours de Klem. « Ouais, je sais. Les biscuits au chocolat sont plutôt bons aussi, n’est-ce pas ? »

« Ce sont les meilleurs ! Achetez-en d’autres ! Achetez-les tous ! » cria Klem.

« On ne dépense que 500 friths par jour en sucrerie, OK ? » déclara Shera.

« Mmngh... Le chocolat est incroyable, mais le fait qu’il soit si cher ne l’est pas ! » déclara Klem.

C’était une vérité qui puait le sens commun. Après tout, le cacao était une denrée rare à Faltra, le chocolat étant un produit qui exigeait un prix extravagant.

Mais Diablo considérait le pain au fromage comme l’aliment ultime ici. La surface du pain était croustillante et contenait du fromage fondu et de la tomate au centre.

Leur mode de vie paisible s’était poursuivi ainsi pendant un demi-mois...

***

Interlude 1

Une fille était actuellement en train de courir à travers la forêt — .

Sa respiration était en plein désordre, et elle avait passé à côté des arbres sur son chemin à travers les places présentes entre eux. Sa robe de soie s’était accrochée aux branches alors qu’elle courait, l’arrachant petit à petit. Elle avait déjà jeté ses talons hauts, car ils rendaient la course plus difficile, mais son visage s’était tordu de douleur en marchant sur un rocher tranchant alors que ses pieds étaient nus, faisant couler de son sang.

Juste devant la fille se trouvait Tria, une femme Paladin.

« Par ici, Lady Lumachina ! Si nous pouvons sortir de la forêt, nous arriverons en ville ! »

« T-Très bien ! » déclara Lumachina.

« Argh !? Attention ! » cria Tria.

Le sol s’était ouvert devant, et Tria avait pris Lumachina dans ses bras, la sauvant ainsi du danger.

« Arggh !? » s’exclama Lumachina.

« Ngh... Donc, ils nous ont déjà rattrapés... » murmura Tria en dégainant son épée.

Lumachina avait crié alors qu’un ver de terre gigantesque était apparu depuis le sol, bloquant leur route. Il avait une peau verte et visqueuse et une bouche assez grande pour avaler une personne en entier et d’un coup. Il ne semblait pas avoir d’yeux ou de nez, mais il avait une compréhension précise de leur emplacement.

« Ne vous éloignez pas de moi, Lady Lumachina ! » déclara Tria.

« Je peux aussi me battre ! » déclara-t-elle, serrant le symbole sacré qu’elle portait.

Avec un sourire, Tria hocha la tête. « Très bien... Alors je compte sur vous pour me guérir, bien que je n’aie pas l’intention de perdre face à un ennemi comme celui-ci... ! »

Brandissant son épée, elle s’avança, mais le sol devant elle s’effondra soudainement.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » s’écria Tria.

Ce qui ressemblait à l’ouverture d’un piège dans le sol était en fait une énorme bouche.

— Un ver gigantesque !? pensa Lumachina.

Il semblerait que ce ver avait été placé là comme un piège, séparé du premier.

« Tria ! » s’écria Lumachina.

La femelle Paladin frappa le deuxième ver, alors que son épée d’argent déchira la bouche du monstre. Cependant, même face aux blessures qui lui étaient causées, l’énorme bouche s’était refermée sur elle.

« Quoi !? » cria Lumachina.

La moitié inférieure du corps de Tria avait été introduite de force dans la bouche du ver. Son armure avait été écrasée, sa chair avait été déchirée et ses os avaient été brisés.

« GuAaAhhhAargh!? »

Le ver avait commencé à entraîner Tria dans la terre avec lui alors que Lumachina tendait désespérément sa main.

« Tria, attrapez ma main ! » cria Lumachina.

Mais la Paladine n’avait pas tenté de le faire. Si elle l’avait fait, elles seraient probablement toutes les deux dévorées par le ver.

« F-Fuyez, Lady Lumachina ! » Il s’agissait des paroles d’adieu de la femme Paladin dévouée alors qu’elle disparaissait dans les profondeurs sombres du trou.

« ... Tria... » cria Lumachina.

Les épaules tremblantes, Lumachina fixa le trou béant dans le sol. Elle n’entendait plus la voix féminine de la Paladine, et la seule chose qui lui parvenait était les tremblements de la terre.

— Et puis, des pas. Lentement, régulièrement, ils s’approchèrent d’elle par-derrière.

 

« Oh mon Dieu, mon Dieu... votre petite incursion est-elle finie, Lady Lumachina ? » demanda un homme.

 

« Mgh... »

Alors qu’elle s’était remise debout, elle s’était retournée. Du fond de la forêt apparut un « homme », un Invocateur, portant l’armure des Paladins — Gewalt. Il était de grande taille avec des muscles massifs, portant une longue épée à la taille qu’il avait laissée dans son fourreau.

« Oh ? Je me demande ce qui s’est passé avec la petite Miss Tria ? Ohh, est-ce qu’elle a été mangée par un de mes mignons petits “Vers Piégeurs” ? Hm-hm-hm-hm... C’était après tout juste une fille. Ma lignée n’est pas la seule chose merveilleuse en moi, laissez-moi vous dire, » déclara Gewalt.

C’était un homme avec une étrange façon de parler.

Lumachina avait placé devant elle son symbole sacré pendant qu’elle l’interrogeait.

« Pouvez-vous jurer devant Dieu que vos actions sont morales et correctes ? » demanda Lumachina.

« Qui saisssss. Mais ces grosses pontes de l’Église me paient grassement pour cela, le maquillage et les robes coûtent aussi de l’argent, vous savez, » déclara Gewalt.

« Espèce d’homme non dévoué... !! » cria Lumachina.

« Croyez-moi, je suis très croyant, ma chérie. Je crois juste aux dieux qui me donnent de l’argent ! Ce petit Dieu idiot auquel vous êtes si dévouée est inutile, alors je n’ai pas peur de lui, » déclara Gewalt.

« Oserez-vous dire que Dieu est incompétent !? » s’exclama Lumachina.

« Les guérisons miraculeuses et les prières pour une récolte abondante sont étonnantes, bien sûr... Mais dans un combat, la puissance est tout, » déclara Gewalt.

Les paladins étaient des instruments de l’Église et avaient généralement une conviction profonde dans leur foi. Cependant, il était douloureusement évident que cet homme n’avait pas une once de piété dans tout son corps.

Lumachina s’agrippa au symbole sacré qu’elle tenait en s’agenouillant. « ... Oh, mon Dieu... »

« Mmm ? Hahahaha ! Prier à un moment pareil ? Espérer qu’un “châtiment divin” me fasse disparaître, n’est-ce pas ? Kuhahaha, vous en faites trop ! Oh, mon Dieu, vous les religieux ! Ahyahah — *toux* *toux* *toux* ! ... Vous essayez de me faire rire jusqu’à ce que je meure de rire ? » demanda Gewalt.

« Ô, grand Seigneur dans les cieux, écoute ma voix : détruisez les impies. Purgez la terre dans un feu purificateur, et sauvez ceux qui croient en vous..., » continua Lumachina.

Le corps de Lumachina était enveloppé de lumière — mais rien n’était arrivé à Gewalt.

« Comme c’est inutile. C’est Vishos qui m’a ordonné de vous tuer, et il a aussi prié, vous savez. À la fin, c’est bien ça ce qu’est un “Dieu”. Cela signifie simplement qu’il y a autant de dieux qu’il y a d’individus, » déclara Gewalt.

Vishos — le nom de quelqu’un que Lumachina connaissait. Tout en réfrénant son sentiment de choc en apprenant cette vérité, elle avait continué à prier.

« Ô, grand Seigneur, il y en a un ici qui ne peut pas entendre votre voix. S’il vous plaît, révélez votre puissance et faites briller votre juste lumière sur cette terre. Comme les fleurs s’épanouissent dans les champs, comme les poissons nagent dans les ruisseaux..., » déclara Lumachina.

Gewalt regarda Lumachina, alors qu’elle s’agenouillait dans la prière, ses yeux dégoulinant d’impureté. « Hm-hm-hm-hm, quelle belle peau vous avez... ! Ça me rend jaloux — - assez jaloux pour l’arracher de votre corps ! »

Il avait sorti un cristal, le laissant tomber à ses pieds. Puis, un bruit comme un bris de verre était apparu — c’était une Invocation, et en plus une Invocation de type végétal. Une fois qu’elle s’était installée dans le sol, elle s’était transformée en un champignon plusieurs fois plus gros que Lumachina, tortillant des vrilles poussant à partir de l’endroit où se trouvaient ses racines.

La lumière enveloppait le corps de Lumachina alors que la bouche de Gewalt se tordait en une grimace désagréable.

« C-C’est..., » déclara Gewalt.

— Alors, c’est un vrai miracle, n’est-ce pas ? Eh bien, n’est-elle pas quelque chose de spécial, pensa-t-il.

Pour autant que Gewalt le sache, il n’y en avait pas d’autres qui pouvaient provoquer un phénomène réel et visible simplement en priant. Il ne fait aucun doute que Lumachina avait excellé en ce qui concerne la puissance des miracles. Beaucoup de gens de foi la croyaient même « enfant de Dieu ». Ce n’était pas comme s’il ne comprenait pas pourquoi Tria avait trahi ses supérieurs dans l’Église et essayé de l’aider à s’échapper.

« Mais les ordres sont des ordres. J’ai déjà été payé, vous devez me comprendre, » déclara-t-il.

Gewalt se léchait les lèvres. Le fait de pouvoir briser une fille appelée « enfant de Dieu »... il était extatique à l’idée de pouvoir réaliser son sombre désir.

« Va finir ça, mon “Champignon Bestial” ! » ordonna Gewalt.

L’Invocation étendit ses tentacules qui poussaient à partir de ses racines.

« Eeeeek !? » s’écria Lumachina.

Les minces tentacules enveloppaient les bras et les jambes de Lumachina, la suspendant dans les airs. La respiration de Gewalt devint folle d’excitation.

« Gufufu... Oh, oui ! Juste comme ça ! Déchire tous ces méchants vêtements se mettant au travers de ton chemin ! » s’écria Gewalt.

« Qu’est-ce que vous faites !? » s’écria Lumachina.

« Si les dieux existent dans ce monde, ils ne sont rien de plus que des petits morceaux de merde qui aiment jouer aux élus, c’est sûr. Vous êtes née belle, alors que je suis coincé dans le corps d’un homme costaud... C’est vraiment une injustice. C’est pourquoi je vais souiller votre corps autant que je le voudrais et après ça, je le renverrais directement au ciel ! » déclara Gewalt.

« Hein ? Souiller !? » s’écria Lumachina.

« Hahahaha ! Et en utilisant une Invocation, bien sûr ! J’ai entendu dire que c’est mieux que vous ne puissiez le penser, » répondit Gewalt.

« Arg !? Arrêtez cette folie tout de suite ! » cria Lumachina.

« Ça, c’est une belle réaction. Vous m’excitez et vous m’importunez en résistant ! » cria Gewalt.

Les tentacules avaient trouvé leur chemin sous la robe de Lumachina. Son corps s’était raffermi lorsqu’ils se frottaient contre les parties sensibles de son corps normalement recouvertes de vêtements.

« Hyagh !? » Le dos de Lumachina tremblait de dégoût. Ses mains et ses pieds étaient liés, et elle ne pouvait pas utiliser la magie offensive. Elle ne pouvait rien faire.

Enfin, les tentacules du Champignon Bestial avaient commencé à déchirer sa robe en pièces.

« Noooooooooooon !! » cria Lumachina.

« Mm-hm-hm-hm... On ne fait que commencer, ma chérie. Je vais faire que ces tentacules soient à l’intérieur de votre corps. Une sainte femme qui perd sa précieuse virginité pour une Invocation — oh, c’est vraiment trop bien !! » Gewalt avait laissé échapper un rire vulgaire.

Après avoir reçu la première honte de toute sa vie, la tête de Lumachina était devenue blanche et des larmes se formèrent dans les coins de ses yeux.

« A-Ar... Arrêtez... ça... »

 

 

« On dirait que vous avez aussi ce qu’il vous faut pour être une prostituée. Oh mon Dieu, oui... Faites-leur cette tête, et n’importe quel type voudrait vous passer dessus sans hésitation, » déclara Gewalt.

« Ce n’est pas mon inten — ! !? » cria Lumachina.

« Eh bien, votre premier — et dernier — partenaire sera une Invocation ! Maintenant, tu peux aller jusqu’au bout, mon Champignon Bestial ! » ordonna Gewalt.

« N... Non... Mon Dieu, s’il vous plaît... Mon Dieu... ! !! » cria Lumachina.

***

Chapitre 2 : Voler Haut dans le Ciel

Partie 1

En début d’après-midi par une journée ensoleillée — .

Diablo avait fait un voyage dans la forêt de Bord Occidental du Lac, dans un endroit un peu plus à l’est où Shera avait passé un contrat avec son Invocation. Cette fois, il était dehors avec seulement Rem et Shera. Peu importe la qualité de leurs déguisements, il ne voulait pas prendre le risque de faire franchir à Klem et à Edelgard les portes s’il n’en avait pas besoin.

— Ça fait un moment que nous n’avons pas fait quelque chose à trois..., pensa Diablo.

Klem et Edelgard étaient toujours ensemble à l’auberge, et comme il n’y avait toujours pas de quêtes qui avaient besoin de Diablo, et donc, il laissait tout à Rem et Shera.

 

Ils étaient allés sur une large pente herbeuse. Une brise légère soufflait, et l’odeur de l’herbe était dans l’air.

Shera avait fait un grand étirement en levant les deux bras en l’air. « C’est incroyable ici ! »

« ... Je suis d’accord, » déclara Rem en hochant la tête. Bien qu’elles se chamailleraient l’une avec l’autre si l’occasion se présentait, à l’heure actuelle, les deux filles souriaient.

« Hehehehe, donc tu ressens la même chose, Rem, » déclara Shera.

« Hahh... Oui, aussi étrange que cela puisse paraître, » répondit Rem.

« Cela me donne envie d’aller prendre un bain de soleil toute nue, ne le penses-tu pas ? » demanda Shera.

« Excuse-moi... ! !? Je ne suis pas une espèce d’elfe perverse ! » s’écria Rem.

« Quoi — !? Mais il n’y a aucune raison d’aller prendre un bain de soleil avec tous tes vêtements, non !? » s’écria Shera.

« Je trouve que vouloir se déshabiller à l’extérieur, c’est étrange rien que d’y penser ! » s’écria Rem.

« C’est un bain de soleil, donc ce n’est pas gênant ! » répliqua Shera.

« La nudité, c’est la nudité ! Ce n’est PAS le cas ! » répliqua Rem.

Étant d’espèces et d’éducation différentes, il semblerait y avoir une profonde division dans leur mode de vie.

« Ça fera l’affaire, » déclara Diablo.

Diablo avait trouvé un tronc d’arbre mort renversé sur le sol. Shera était venue et elle s’était accrochée à lui.

« Qu’en pensez-vous, Diablo !? Porter des vêtements quand on prend le soleil, c’est bizarre, non ? » demanda Shera.

Rem avait fusillé du regard vers Shera avec des yeux méprisants. « ... Vous devez aussi lui dire quelque chose, Diablo. Se déshabiller à l’extérieur montre un manque extrême de sens du danger, n’est-ce pas ? »

« Vous aimez vous battre, n’est-ce pas ? Je vais tester un nouveau sort maintenant, alors ne vous mettez pas en travers de mon chemin, » déclara Diablo.

Comme si elles avaient complètement oublié leur dispute de tout à l’heure, les regards sur les visages de Rem et de Shera avaient fait preuve d’une immense curiosité.

« ... Et quel genre de magie serait-ce ? » demanda Rem.

« Nouvelle magie !? Ooh, quel genre !? » demanda Shera.

« “Magie de Vol”. Mais, comme tous les sorts sont réfléchis loin de moi, j’ai l’intention de les lancer sur un objet physique et d’essayer de monter dessus, » déclara Diablo.

Les joueurs ne pouvaient pas faire ce genre de choses dans le Croisement de la Rêverie. Dans ce monde, cependant, il y avait un large éventail d’utilisation de la magie. Ça valait le coup d’essayer.

Il y avait une chance que son expérience ne se termine pas bien. Pourtant, il était convaincu que sa relation avec les filles était assez forte pour qu’elle ne s’effondre pas à cause d’une expérience ratée, c’est pourquoi il leur avait expliqué ses intentions bien à l’avance et complètement.

Dans le jeu, Diablo avait enchanté certaines pièces d’équipement avec la Magie de Vol, mais comme il avait été appelé de son donjon depuis le Croisement de la Rêverie jusqu’au sommet d’une tour dans ce monde, il n’en avait pas cet équipement spécial. Tous ses autres équipements étaient enfermés dans son entrepôt dans sa zone personnelle.

 

Le système de « Stockage » était une caractéristique du Croisement de la Rêverie et d’autres jeux de ce type. Ce n’était pas quelque chose qui pouvait être transporté, donc il ne pouvait pas être utilisé n’importe où, mais quoi qu’il en soit, il était capable de stocker une énorme quantité d’articles. Diablo gardait d’innombrables objets rares et fantastiques à l’intérieur de son entrepôt, des choses dont il n’avait aucune idée de la façon de les obtenir dans ce monde.

— En repensant à l’histoire écrite pour le jeu, je dirais que tout est probablement à l’intérieur du coffre au trésor de mon donjon, pensa Diablo.

Les joueurs qui avaient obtenu un montant bien défini de résultats dans le Croisement de la Rêverie avaient reçu une parcelle de terrain qui n’était qu’à eux. En tant que tel, Diablo avait transformé le secteur qui lui avait été donné en quelque chose qui ressemblait au donjon d’un Seigneur Démon. Il était situé à l’ouest, près d’une ville dans le domaine du Seigneur Démon. Il y avait déjà pensé, mais ce serait peut-être une bonne idée pour lui d’essayer de le chercher au moins une fois.

En y réfléchissant rationnellement, il serait approprié de supposer qu’il était le seul à avoir été convoqué ici depuis le jeu. Mais Diablo avait une autre raison de penser que son donjon pourrait exister ici.

Le Seigneur Démon de l’Esprit, Enkvaros, avait également existé dans ce monde. Ils avaient déjà été vaincus, mais on ne savait pas exactement par qui il avait été vaincu. En retournant à ce qui s’était produit dans le jeu, Diablo avait été le premier à battre Enkvaros. Il y avait une chance que ce qu’il avait fait dans le jeu aurait pu avoir un effet sur ce monde.

Il ne connaissait pas la logique derrière tout ça, mais si quelque chose d’aussi anormal que d’être appelé dans un autre monde avec la même apparence qu’un personnage d’un jeu auquel il avait joué pouvait effectivement se produire, alors il ne serait pas étrange de penser que le donjon qu’il avait créé existe ici aussi.

 

Après avoir mis de côté ses spéculations, il avait ramené son attention vers son objectif initial.

Il avait touché l’arbre tombé en utilisant le bout du Bâton de Tenma. Le sort avait besoin d’un contact direct pour fonctionner, et en plus de cela, il faudra un certain temps pour l’activer. Pour le dire franchement, ce n’était pas le type de magie à utiliser au combat, mais spécifiquement pour se déplacer sur la carte.

Si vous ne pouviez pas utiliser un moyen de transport aérien dans le Croisement de la Rêverie — que ce soit par magie, une Invocation qui pourrait voler, ou un certain type d’objet — alors vous ne pourriez pas vraiment progresser dans le jeu. Cela signifiait principalement que l’obtention d’un moyen de transport servait de test pour que les joueurs obtiennent leur diplôme de noob.

— Je n’aurais jamais pensé que je passerais ce test à nouveau..., pensa Diablo.

Diablo avait chanté : « Obéissez à ma volonté et accédez à la position que je désire — “Adzet” ! »

Le tronc d’arbre mort s’était soulevé vers le haut, oscillant d’un côté à l’autre comme s’il avait été suspendu en l’air par une grue.

Rem et Shera criaient toutes les deux : « Est-ce en train de flotter !? » « Ouah ! Incroyable ! Il flotte ! Il flotte vraiment !! »

« ... Une telle magie existe aussi ici, » murmura Diablo.

« C’est trop cool ! Genre, super cool ! » s’écria Shera.

« ... Diablo surpasse si facilement nos connaissances communes, n’est-ce pas ? » demanda Rem.

« Cool ! Vraiment cooooool !! » s’écria Shera.

C’était un peu gênant de les voir surprises par ce qu’il avait fait. Dans tous les cas, la partie importante allait maintenant commencer.

« Vous êtes sur le chemin. Reculez, toutes les deux, » déclara Diablo.

C’était dangereux, alors il les avait fait s’éloigner pour leur propre sécurité. Il avait posé une main sur l’arbre, qui flottait à peu près à la hauteur de la taille. La surface avait commencé à s’effriter.

— C’est peut-être plus pourri que je ne le pensais..., pensa Diablo.

Il était monté sur l’arbre mort. Dans le jeu, Diablo était un aventurier de niveau 150, ce qui lui donnait une force bien au-delà de celle d’une personne normale, donc c’était une tâche plus simple qu’il ne le pensait.

« Mmgh... ! !? »

L’arbre avait tremblé. C’était une expérience magique, donc bien sûr, il était possible qu’il échoue, et c’était parfaitement acceptable. Il ne pensait pas que les filles perdraient confiance en lui à cause d’une expérience ratée.

Cependant, ce qu’il voulait éviter, c’était de se faire paraître boiteux ici. Tomber de l’arbre en l’air ou le faire s’écraser au sol alors qu’il était encore en train de monter dessus comme s’il s’agissait d’une sorte de comédie comique serait trop drôle pour qu’il s’en remette.

Diablo s’était placé en équilibre avec prudence. C’était instable, mais il avait réussi à monter au sommet de l’arbre sans tomber.

— C’est bon ! Je vole ! pensa Diablo.

C’était seulement depuis la hauteur de sa taille, donc c’était plus « flottant » que « volant »... Cependant, malgré tout, Rem et Shera étaient sous le choc qu’il restait à flotter au-dessus du sol.

— L’expérience est un succès ! pensa Diablo.

Diablo avait effectué une pose de la victoire à l’intérieur de lui. Cependant, cela dit, il n’y avait pas beaucoup d’utilité pratique à ce qu’il avait fait là. Ce n’était pas très différent de se tenir debout sur un gros rocher, être sur un cheval serait probablement mieux.

« Je suppose que je vais essayer d’aller un peu plus haut, » déclara Diablo.

Il avait essayé de déplacer l’arbre mort. D’abord, il lui avait fait acquérir une altitude plus élevée, environ trois mètres dans les airs, juste assez pour qu’il ne meure pas s’il tombait. L’arbre l’avait lentement soulevé, oscillant tout le temps, mais pas assez pour le faire tomber.

— Peut-être que je peux continuer ? Se demanda Diablo.

Il s’était élevé encore plus haut. Le fait d’être à une hauteur où sa vue était dégagée par les feuilles et les branches des arbres autour de lui était un sentiment nouveau et agréable, presque comme s’il voyait tout d’une grande roue ou d’une sorte de plate-forme d’observation.

« Ohh... Maintenant, c’est quelque chose d’extraordinaire, » s’exclama Rem.

« Wooow, Diablo ! C’est trop cool ! » cria Shera.

Shera sautait comme une enfant excitée, mais Rem semblait inquiète.

« ... Si c’est censé être votre première expérience, n’en faites pas trop..., » déclara Rem.

« Je sais, » lui répondit-il. Mais au fur et à mesure qu’il s’y était habitué, les secousses étaient un peu comme si on était sur un bateau qui se balançait au milieu de l’eau, ce qui était en fait une sensation assez agréable. Ce n’était pas une forme de divertissement à moitié boiteux, mais s’il voulait l’utiliser comme moyen de transport, il devrait pouvoir le déplacer plus librement.

Il était monté encore plus haut, le vent devenant plus fort une fois qu’il était clairement au-dessus des arbres. Ainsi, il devenait plus facile pour lui de perdre l’équilibre chaque fois qu’il se déplaçait dans n’importe quelle direction, ce qui le rendait nerveux.

— La chose la plus sûre à faire ici serait de le déplacer vers le haut et vers le bas comme un ascenseur, pour trouver des endroits où il n’y a pas autant de vent ? De toute façon, il semblerait que cela serait dangereux d’utiliser cette chose comme ça comme moyen de transport... Mettre une sorte de corde de sécurité sur cette chose la rendrait plus sûre, mais un Seigneur Démon qui utiliserait une telle sécurité semble juste un peu... inapproprié.

« Hm ? » En jetant un coup d’œil vers l’est, il avait vu une partie de la forêt briller. « Qu’est-ce que c’est ? Une lumière ? »

Ce n’était qu’une petite lumière au début, mais elle s’était rapidement étendue vers le ciel, transperçant les nuages et biens au-delà.

« Qu-Qu’est-ce que cela pourrait être... Est-ce de l’énergie magique ? » demanda Diablo.

 

L’énergie magique était devenue un pilier de lumière, semblant trancher directement à travers le ciel.

 

Il semblait que Shera l’avait également remarqué, et qu’elle avait commencé à faire du vacarme. Rem ne voyait pas l’énergie magique, alors elle ne pouvait que regarder avec curiosité.

Diablo avait reconfirmé l’emplacement.

— C’est un peu loin pour marcher, hein, pensa Diablo.

Pour y aller, ils traverseraient le cœur de la forêt et cela prendrait plus de temps que d’habitude, probablement plus d’une heure s’ils se déplaçaient à pied. Alors qu’il était encore un peu instable, Diablo avait décidé d’essayer d’aller là-bas en utilisant sa magie de vol.

Diablo avait appelé les deux filles en bas : « Rem, Shera ! Je vais voir ce qui se passe ! »

« Qu..., quoiiii!? Allez, emmène-nous ! » demanda Shera.

« ... Restons ici, Shera. Si quelque chose se produit réellement là-bas, on va finir par se mettre en travers de son chemin, » déclara Rem.

« Booo ! » pleura Shera.

— Désolé, mais je n’ai pas encore mon permis de vol. Ce serait dangereux si vous perdiez l’équilibre, pensa Diablo.

 

« Hmph, retournez en ville avant moi ! » cria Diablo.

Puis, en utilisant sa magie de vol pour manipuler l’arbre mort, il s’était approché de la colonne de lumière. Comme Shera et Rem ne devraient plus pouvoir le voir, Diablo s’était couché sur l’estomac, étreignant l’arbre pour ne pas perdre sa vie si chère.

« Merde, c’est effrayant... ! », murmura-t-il.

Il roulait à peu près à la même vitesse qu’un vélo, mais il tremblait comme un fou. Il devrait pouvoir aller plus vite s’il le voulait, mais il serait éjecté de l’arbre à coup sûr.

— Je pensais que voler dans un autre monde serait plus excitant, tu sais ? Comme quelque chose où je pourrais faire des « Ooh » et « Ah » pendant que je le ferais... Je ne peux pas faire ça ici ! pensa Diablo.

Il attrapait tout ce qu’il avait pour se maintenir sur l’arbre vibrant pour éviter d’être éjecté de là. Il n’avait même pas eu le temps de regarder autour de lui pendant qu’il faisait ça.

Comme il était si haut, les vents transversaux soufflaient avec une grande férocité. Cela suffisait pour lui faire croire qu’il valait mieux voler à une altitude plus basse... Mais son altitude n’était pas stable non plus, ce qui signifiait qu’il n’était pas exclu qu’il s’écrase sur les branches s’il s’approchait trop près de la cime des arbres.

D’une manière ou d’une autre, il avait réussi à se rapprocher de la colonne de lumière.

— Comme je le pensais, c’est de l’énergie magique, pensa Diablo.

Il était abasourdi. D’après l’impression que Diablo avait eue, un sorcier normal (comme Rem) avait à peu près la valeur d’une tasse d’énergie magique. L’utilisation efficace de ce montant signifiait qu’ils pouvaient contrôler l’Invocation. Quant à lui, il avait quelque chose autour d’une baignoire. D’autre part, ce pilier de lumière était un torrent d’énergie magique ayant plusieurs fois la quantité que Diablo possédait. La seule autre chose à laquelle il pouvait penser qui maniait ce genre d’énergie magique sans fond était Klem, alias le Seigneur Démon Krebskulm, et ce Seigneur Démon en particulier aurait dû être en ville avec Edelgard en ce moment même.

Le type d’énergie était également différent. Klem était de l’élément « Obscurité », comme il convenait à un Seigneur Démon. Mais ce pilier était d’un blanc rayonnant et brillant qui ressemblait à l’élément « Lumière ».

« ... Qu’est-ce qui se passe ici ? » se murmurant ça à lui-même, il rapprochait l’arbre mort de la colonne de lumière, en regardant en dessous de lui. Soudain, l’arbre avait perdu la force qui l’avait maintenu à flot.

« Ah... ? »

— L’effet est-il fini !? Cela ne s’est-il pas passé trop vite ? Se demanda Diablo.

« AHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !! » cria Diablo.

***

Partie 2

Il entendit une fille crier en appelant son Dieu alors qu’il pulvérisait un énorme « quelque chose » avec un écrasement audible. Il semblait qu’il y avait quelque chose en dessous de lui. À cause de cela, Diablo avait réussi à faire sa chute sans subir de sérieux dommages.

À ses pieds se trouvait l’arbre pourri brisé. Non seulement cela, mais il y avait aussi les restes d’une sorte d’hybride plante-animal dispersé sur le sol autour de lui.

« Qu’est-ce que c’est que ça — AH !? » s’exclama Diablo.

Regardant sur le côté, Diablo doutait de ses propres yeux.

 

Il y avait une fille d’une beauté étonnante juste devant lui.

 

Elle avait des cheveux blond-platine presque translucides qui se répandaient en douces vagues, avec des yeux noisette qui semblaient vouloir l’aspirer. Même la peau d’une elfe ne semblait pas aussi lisse que la sienne, elle maintenait un équilibre exquis entre sa beauté mûre et sa douceur innocente.

— Pour couronner le tout, elle était nue.

Il semblait qu’elle portait une robe à un moment donné qui avait été détruit au point qu’elle était presque entièrement nue. Elle s’était effondrée sur le sol, les jambes écartées, alors qu’elle faisait face à lui. Elle avait les mains derrière elle, les utilisant pour se soutenir.

Une fille absolument magnifique — qui était pratiquement nue.

— Prend-elle un bain de soleil !? Se demanda Diablo.

Il n’y avait aucune chance que cela puisse être le cas. Le dernier morceau de tissu qui s’était battu pour s’accrocher à elle était finalement tombé, laissant tous ses endroits les plus importants exposés.

Diablo avait fait un bruit audible en déglutissant. C’était la première fois qu’il voyait la... féminité d’une superbe fille et cela alors qu’elle était par terre, et alors même si c’était la première fois qu’ils se rencontraient.

Les larmes aux yeux, elle lui demanda : « ... Ê-Êtes-vous... un Dieu... ? »

— C’est vrai, donc, elle commence avec « Dieu ». Super. Maintenant que j’y pense, j’ai l’impression de l’avoir entendue crier quelque chose comme ça... Uh-oh. Est-ce le genre de fille qui a quelques vis desserrées !? Se demanda Diablo, s’imaginant une fille avec des penchants sexuels un peu étrange liée aux dieux.

Alors qu’il ne savait pas quoi faire, le cri perçant d’un homme était venu de derrière lui. « AHHHHHHHHH !? Mon pauvre Champignon Bestial ! »

« Hm ? » Il y avait un emblème familier gravé sur l’armure de l’homme.

— Ce type est un Paladin, pensa Diablo.

« Hé, toi ! Le Monsieur “Je suis tombé de nulle part” ! C’est quoi ton problème ? Et que vas-tu faire pour mon Champignon Bestial !? Je n’en avais qu’un seul ! » cria le paladin.

Les restes éclaboussés de ce qui ressemblait à une sorte de plante dissoute et fanée se transformèrent en un cristal noirci. On aurait dit que c’était une Invocation.

« Hmph... Comme si je me souciais de ton champignon, » déclara Diablo.

Le fait d’entendre l’hostilité évidente dans ses paroles avait permis à Diablo d’entrer plus facilement dans son rôle. L’information quant au fait qu’il s’était écrasé en se trompant sur la durée de sa magie de vol avait été effacée de son esprit, alors qu’il fixait avec audace son regard acéré sur le Paladin. Il avait l’intention de poursuivre avec son habituel « Je suis un Seigneur Démon d’un autre monde ! » quand la fille l’avait interrompu.

« Mon Seigneur ! » cria la fille.

« Qu-Quoi...!? » s’exclama Diablo.

En se retournant, il avait vu la fille se prosterner en étant toute nue. Il l’avait également vue saisir le saint symbole de l’Église dans ses mains.

« Vous m’avez enfin honoré de votre présence ! J’ai toujours pensé que c’était un peu triste de n’entendre que votre voix sans pouvoir vous voir ! Moi, votre humble servante Lumachina Weselia, je vous ai toujours offert mes prières ! » déclara la jeune femme.

« C-C’est bien et tout ça, mais cela ne serait-il pas mieux que vous vous habilliez ? » demanda Diablo.

« Hein ? » s’exclama la fille.

La jeune fille avait finalement réalisé l’état de son propre vêtement et son apparence. Elle avait rapidement caché les parties inférieures de son corps et de sa poitrine avec ses mains.

« Eeeeeeeeeeeeeeeek!?  N-Ne regardez pas ! S’il vous plaît, Dieu, ne me regardez pas !! » cria la femme.

Son visage était rouge vif. Même les joues de Diablo commençaient à rougir un peu.

— « Dieu » ? Parle-t-elle de moi là ? Se demanda Diablo.

Dans tous les cas, c’était face à Diablo que cette fille « Lumachina » se prosternait.

— Je ne sais pas pourquoi, mais..., se demanda Diablo.

Néanmoins, il était évident qu’elle serait embarrassée. Diablo avait enlevé son « Rideau des S​ombres Nuages », l’offrant après ça à Lumachina.

« Utilisez ceci, » déclara Diablo.

« Hein... !? M-Merci infiniment... Le fait de recevoir des vêtements donnés par Dieu... Vraiment, je suis bénie entre tous..., » déclara Lumachina.

Prenant avec le plus grand respect et avec précaution la cape de Diablo, Lumachina l’avait enveloppée autour d’elle. Elle était complètement nue sous cette cape... une « cape nue », comme les filles avec rien d’autre qu’un tablier. Il n’avait pas pu s’empêcher de penser que c’était un peu pervers.

Le Paladin avait grogné. « Et qui croyez-vous appeler “Dieu” ? Ce n’est rien d’autre qu’un sale petit Démon ! Il pue tellement que mon nez va tomber. Tu as simplement sauté des arbres ou quelque chose comme ça, n’est-ce pas ? »

« Hmph... C’est là que tu te trompes. Je suis —, » commença Diablo.

« Il est un Dieu, je peux vous le dire ! Mes prières ont atteint les cieux ! » déclara Lumachina.

— Cette fille n’écoute pas vraiment quand les autres parlent, n’est-ce pas ! ... Mais c’est quoi cette histoire de « prières » ? Se demanda Diablo.

Il avait été un peu distrait par son regard... par le fait qu’elle était nue... et par sa « féminité »... Mais quand il s’était concentré, il pouvait sentir une vaste quantité d’énergie magique venant de Lumachina. Cela ne suffirait pas pour créer le pilier de lumière d’avant, mais il pouvait encore la voir déborder d’elle.

Il semblait qu’il n’y avait pas de malentendu : La colonne de lumière qu’il avait vue avait été créée par cette fille, Lumachina.

« S’il vous plaît, soyez prudent, mon Seigneur. Gewalt est peut-être un homme pécheur indigne d’être un croyant, mais ses capacités sont tenues en haute estime ! »

« Eh bien, comme je l’ai dit, je ne suis pas “Seigneur” ou “Dieu” ou quoi que ce soit du genre. Je suis —, » commença Diablo.

« Oh, qui s’en SOUCIE ! » cria Gewalt. « Pour avoir écrasé mon pauvre Champignon Bestial comme ça ! Je suis VRAIMENT en COLÈRE ! Ne plaisantons pas cette fois-ci, je vais vous tuer tous les deux ! »

Diablo avait mis sa tête sur le côté alors qu’il parla au Paladin. « Que veux-tu dire par là ? D’après ce que j’ai entendu dire, les Paladins sont au service de l’Église et ne tuent que les adorateurs du Seigneur Démon. Cette Lumachina semble avoir une foi profonde envers les dieux, n’est-ce pas ? »

Elle se cachait sous la cape de Diablo en ce moment, mais même après avoir été dépouillée de ses vêtements, Lumachina n’avait jamais lâché son symbole sacré. Sa foi semblait beaucoup plus profonde que celle de la personne moyenne.

Gewalt rit avec mépris. « Comme si j’étais au courant des décisions de l’Église ! S’ils me disent de tuer quelqu’un, je le tue ! Je n’ai pas besoin d’autres raisons ! »

« Je vois... C’est donc le genre de personne que tu es. Tu n’es donc guère différent d’un mercenaire, » déclara Diablo.

« C’est là que tu te trompes, cher ami. Je fais payer beaucoup plus que ces racailles ! » déclara le Paladin.

— Au moins, il est conscient de ça, pensa Diablo.

Gewalt avait alors jeté un cristal sur le sol...

— Encore une magie d’invocation ! pensa Diablo.

... Et un ver était rapidement apparu devant lui.

« Hmm... Une invocation de niveau 60, un “Ver Chasseur”, je vois, » déclara Diablo.

— Je suppose que je devrais m’attendre à ça d’un Paladin. Tout comme Saddler, ils sont à des niveaux complètement différents de ceux des Aventuriers de Faltra, pensa Diablo.

Mais il n’était toujours pas à la hauteur de Diablo. Il avait préparé son Bâton de Tenma pour son sort...

« Le vent est le meilleur moyen de s’occuper de quelque chose d’éléments de Terre. “Déchiq...”, » commença Diablo.

Il n’avait pas pu terminer son sort, car le sol sous lui s’était effondré.

« Quoi... ! !? » s’exclama Diablo.

« Eeeeeeeeeeek !? »

Un cratère béant était apparu dans la terre, avec Diablo et la fille tombant à l’intérieur. Une bouche gigantesque était venue sur eux depuis l’intérieur des profondeurs du trou.

— Un Ver Piégeur de niveau 80 !? Et les a convoqués tous les deux en même temps ! pensa Diablo.

Malgré tout ce qu’il pensait au départ, Gewalt était un adversaire redoutable.

Un sourire s’était glissé sur le visage de Diablo.

 

« Ne sous-estime pas mon agilité ! » déclara Diablo.

 

En frappant le coin de la bouche ouverte du ver avec son pied, il sauta et attrapa la fille qui était nue sous sa cape. Bien qu’elle semblait être un peu une enfant à problèmes, la laisser être mangée par un ver juste après qu’il l’ait sauvée serait un peu dommage.

Avec la fille dans ses bras, ils s’étaient échappés tous les deux du trou.

« Pas mal, Démon ! Mais c’est fini pour vous deux !! » cria Gewalt.

Le Ver Chasseur s’approchait rapidement d’eux.

« Ça n’en vaut pas la peine si quelque chose comme ça n’arrive pas. Maintenant, soyez déchiré en lambeaux ! “Déchiqueteuse Aérienne” ! »

Avec un grondement du tonnerre, un éclair de lumière verte s’enroula autour de l’Invocation qui fonçait sur eux. Des morceaux de chair s’étaient alors éparpillés partout, se transformant finalement en un cristal noirci.

Les yeux de Gewalt s’étaient ouverts en état de choc. « Ce qui... c’est... donc ceci... ? »

« Oh ? Donc tu es au courant de ça, » déclara Diablo.

— Cependant, après avoir franchi la limite de niveau, vous pouvez apprendre des sorts encore plus puissants, pensa Diablo.

« Bien sûr que je suis au courant. Il y a d’autres Paladins qui peuvent aussi l’utiliser, » déclara le paladin.

« J’avais l’impression que la magie élémentaire était si faible qu’il était impensable de l’utiliser, » déclara Diablo.

« ... Oui, c’est faible... Mais c’est une autre histoire si tu peux la maîtriser. La magie élémentaire est la meilleure des choses lorsque tu as besoin d’utiliser une grosse quantité d’énergie dans une seule attaque, » répondit le paladin.

« Il semble que tu as bien étudié, » déclara Diablo.

Diablo était quelque peu content d’entendre cela. Il semblerait qu’il était parvenu à la même conclusion que tous ceux qui avaient nivelé leurs personnages jusqu’à ce qu’ils s’approchent de la limite de niveau.

« Qu’en penses-tu, Démon ? Combien de frappes de cette magie ultime peux-tu utiliser, Hmm !? Mon invocation est toujours aussi pressante ! » déclara le paladin.

« Hmph... Avec un sort comme la Déchiqueteuse Aérienne, je peux en envoyé au moins une centaine de fois sans transpirer, » déclara Diablo.

« N-Ne t’avise pas de me mentir ! » cria le paladin.

« Et n’essaye pas toi de me mesurer en utilisant tes propres standards, novice, » déclara Diablo.

 

— Pourquoi les individus comme lui pensent-ils que personne d’autre au monde ne peut faire quelque chose juste parce qu’eux-mêmes ne le peuvent pas ? Se demanda Diablo.

C’était la même chose quand il avait vu un message sur le wiki du Croisement de la Rêverie disant la « Danse Sanglante » pourrait être évité. Les autres joueurs avaient traité le gars de menteur. Des trucs comme ça, c’était du gâteau pour lui depuis longtemps avant ce message.

 

Diablo n’était pas doué pour écrire les choses, alors il n’avait pas fait de commentaire à l’époque... Mais il était stupide de décider qu’une attaque avec un délai de six images (0,1 seconde) entre le moment où le mouvement pour le coup avait commencé et le dommage réel avait été traité était « impossible à esquiver ». Il voulait qu’ils disent que c’était impossible seulement après qu’ils se soient au moins entraînés à envoyer l’ordre d’esquiver dès qu’ils avaient vu l’attaque arriver. Ce n’était pas bon si vos doigts bougeaient encore comme un humain, comme pour n’importe quelle personne normale que vous étiez. D’un autre côté, les mouvements d’un joueur expérimenté ne pouvaient pas être suivis à l’œil nu. Le mouvement optimal était comme celui des robots d’assemblage que l’on pouvait trouver dans une usine, sans mouvements excessifs, ils étaient l’idéal.

— Si vous voulez gagner, alors rejetez votre humanité ! pensa-t-il.

Diablo avait pointé le Bâton de Tenma vers Gewalt. « Je suis un homme occupé... Je n’ai pas l’intention de devoir m’occuper de chacune de tes Invocations. Le défaut d’un Invocateur est sa faiblesse pour les attaques qui couvrent une large zone ! “Blizzard Croisé” »

Deux tornades avaient surgi et tout ce qu’elles avaient touché s’était transformé en glace, qui avait ensuite été déchiquetée par des vents violents. Dès que les arbres avaient été transformés en sculptures congelées, ils s’étaient brisés en morceaux... Il s’agissait d’un sort appris au niveau 110, alors pour ceux qui n’avaient pas franchi la limite initiale de niveaux, ils ne sauraient même pas qu’il existait.

Le visage de Gewalt s’était déformé. « Qu-Qu’est-ce... QU’EST-CE QUE C’EST QUE CELAAAAAAAAAAAAAA !? »

Des éclats de glace avaient dansé dans les airs, créant un spectacle fantastique. Les cris de Gewalt avaient été noyés dans les féroces tourbillons, de sorte qu’il ne restait plus que le son des hurlements féroces du vent.

Finalement, le vent s’était calmé. Le sol avait été complètement gelé et il ne restait pas un arbre autour d’eux. Diablo avait fini par remodeler toute la région, mais il semblait que le Paladin avait été vaincu. Lumachina avait vu tout cela se dérouler en se tenant derrière lui, et elle frissonnait littéralement en ce moment.

— Oh merde ! J’ai utilisé ce sort de congélation même s’il y a une fille qui ne porte rien d’autre qu’une cape... Je suis qu’un idiot ! pensa Diablo.

« H-Hey, vas-tu bien !? » demanda Diablo.

« Oui. Dieu... comme vous m’avez sauvée... alors je suis..., » balbutia la jeune femme.

« Attends — et permets-moi d’être clair sur ce point : Je ne suis pas un Dieu ! Je suis Diablo, un Seigneur Démon d’un autre monde ! » déclara Diablo.

« Euh !? M-Mais..., » répondit Lumachina.

« Je suis un Seigneur Démon, » répéta Diablo.

« ... C’est impossible vu que votre âme... est tellement... pure..., » Lumachina avait basculé vers l’avant, et avait commencé à s’effondrer.

« Quoi !? Hé !? » Diablo avait à peine réussi à l’attraper dans ses bras. Heureusement, elle respirait encore.

— Alors, elle dort, c’est tout ? Se demanda Diablo.

Il ne comprenait pas exactement la logique derrière, mais bien sûr, elle serait épuisée après avoir dépensé assez d’énergie magique pour réaliser cette colonne de lumière plus tôt.

« Je suppose que... je ne peux pas la laisser ici, hein..., » il y avait des bêtes sauvages dans la forêt du Bord Occidental du Lac, alors la laisser ici était équivalent à la donner à manger aux ours ou aux loups.

À contrecœur, Diablo avait décidé de la ramener en ville. C’était à un moment comme celui-ci que sa magie de vol serait utile, mais l’utiliser en transportant une autre personne était tout simplement impossible, même si elle était petite. Le souvenir de son accident était encore frais dans son esprit, alors il avait choisi de retourner à pied jusqu’à la ville.

 

Après le départ de Diablo — .

La terre gelée s’était effondrée, un Ver Piègeur était apparu depuis un trou nouvellement formé et il avait craché quelque chose de sa bouche. Le Paladin, Gewalt, était tombé sur le sol.

« Euuuuughh ! L’intérieur d’un ver PUEEEE !! Ce satané Démon... Je vais écrabouiller ses sales couilles de Démons ! »

Et puis, une autre — même si elle était inconsciente — personne, la Paladine Tria, était également tombée sur la terre glacée.

***

Partie 3

« Tria !! » cria Lumachina.

Lumachina avait basculé en position verticale. Elle avait vu un rêve avec la femme Paladine qui l’avait aidée à s’échapper, puis elle avait regardé la Paladine qui tombait dans un trou dans le sol.

— Non, c’était rien qu’un rêve, pensa-t-elle.

Lumachina s’était regardé le corps, et elle avait constaté que quelqu’un l’avait habillée d’un habit de chanvre brun, comme ceux qu’elle voyait habituellement en ville. Elle s’était immédiatement dit qu’elle était contente de ne plus être nue encore maintenant.

Ensuite, elle avait regardé autour d’elle. Elle se trouvait dans une pièce inconnue avec des murs froids et pierreux, et un toit qui semblait vouloir fuir s’il pleuvait. Des bougies tapissaient les murs, et la seule lumière dans la pièce provenait de leurs flammes vacillantes.

Il semblait qu’il était déjà le soir, car ce qu’elle pouvait voir de l’extérieur, à travers une minuscule fenêtre dans la pièce, était de la noirceur. S’il n’y avait eu personne d’autre dans la pièce avec elle, elle se serait probablement inquiétée quant au fait qu’elle avait été jetée en prison.

 

Il y avait deux filles autour du lit : une Elfe et une Panthérienne.

 

L’Elfe était venue auprès de Lumachina. Elle avait une poitrine vraiment ample, mais à en juger par ses longues oreilles et ses traits faciaux, elle était sans aucun doute une Elfe.

« Elle s’est réveillée ! Dieu merci, » déclara l’Elfe.

« ... Est-ce que ça va ? Nous avons guéri les coupures sur vos jambes, mais y a-t-il autre chose qui vous fait mal ? » demanda l’autre fille.

Les oreilles, la queue et les cheveux de la Panthérienne étaient tous noirs, une rareté parmi ceux de son espèce. Elle regardait Lumachina avec une expression d’inquiétude s.

« Hein ? Ah, euh..., » balbutia Lumachina.

Elles n’étaient pas seulement belles, mais aussi mignonnes. Cependant, Lumachina s’inquiétait des colliers de fer autour de leur cou, qui étaient très probablement des colliers d’esclaves.

« ... Vos souvenirs sont-ils confus ? Pouvez-vous me dire votre nom ? » demanda la Panthérienne, avec inquiétude.

« Je m’appelle..., » le brouillard dans sa tête s’était rapidement dissipé. « Ah, je suis Lumachina Weselia. C’est bon, je m’en souviens. »

« ... C’est une bonne chose. Je m’appelle Rem Galleau. Je suis une Panthérienne, comme vous pouvez probablement le constater, ainsi qu’une Aventurière, » déclara Rem.

« Je suis Shera, et je suis une Elfe ! » déclara Shera.

« ... Je sais que c’est un court préavis, Lumachina, mais il y a beaucoup de choses que nous voulons que vous nous expliquiez... Mais avant cela, il y a une question très importante que je dois vous poser, » déclara Rem.

L’expression de Rem était extrêmement sérieuse, ce qui avait rendu Lumachina nerveuse. « Qu’est-ce que c’est ? »

« ... Diablo vous a-t-il fait quelque chose de bizarre ? Plus précisément, vous a-t-il touché dans des endroits bizarres, ou vous a-t-il pincé, ou léché... ou a-t-il utilisé ses doigts pour, euh... ? » Rem avait rougi en parlant, sa voix devenant de plus en plus faible et hachurée.

Le visage de Lumachina avait aussi commencé à brûler. Elle se souvient très clairement comment elle avait été sauvée alors qu’elle était presque complètement nue.

« D-Diablo serait-il le Dieu qui m’a sauvé ? Si oui, je peux jurer qu’il n’a pas fait de tels... actes i-impurs ou tabous avec moi..., » elle était inconsciente à l’époque, mais elle était certaine que Dieu ne lui ferait jamais quelque chose comme ça.

Rem avait poussé un profond soupir de soulagement. « ... Dieu merci. »

« Hahahaha ! C’était un grand choc quand Diablo est venu en vous transportant, Lumachina. On pensait qu’il vous avait attaqué ou un autre truc dans le genre ! » déclara Rem.

« ... Je pensais que cela n’est pas possible venant de sa part..., mais comme il ne voulait pas le nier, j’avais peur qu’il se soit passé quelque chose entre vous, » déclara Shera.

« Parfois, Diablo ne dit rien d’autre que “ouais” et tout ça, alors c’est difficile de comprendre, » déclara Rem.

« ... Il semblerait qu’il y a des moments où il n’aime pas parler, à notre grand chagrin, » déclara Shera.

Cette fois, Lumachina avait essayé de poser une question. « Euh... Quel genre de relation avez-vous avec Dieu ? »

« ... Qu’entendez-vous par “Dieu” ? Parlez-vous de Diablo ? » Rem avait demandé afin de le confirmer.

Lumachina avait hoché la tête. « Il est celui qui m’a sauvée. »

« Hmm, je suppose qu’on peut dire que Diablo est un peu comme notre propriétaire, » avait dit Shera en touchant son collier.

« Quoi !? Dieu détient des esclaves !? » s’écria Lumachina.

« Non, vous avez tout faux ! Ce n’est pas un “collier d’esclave”, c’est un “collier d’asservissement”. Euh, voyons voir... Quand Rem et moi avons essayé d’invoquer un Seigneur Démon à la Tour des Météores, notre magie nous a été renvoyée, et..., » déclara Shera.

Elle faisait de son mieux pour tout expliquer, mais Lumachina ne comprenait pas vraiment ce qui se passait.

Finalement, Rem était intervenue et avait tout résumé pour elle : « Diablo est le chef de notre groupe d’aventuriers, et notre ami. »

« Je... comprends, » déclara Lumachina.

— Dieu est leur ami ? Et un aventurier ? Se demanda Lumachina.

Elle voulait le confirmer, juste pour être sûre. « Euh... Donc ce “Diablo” est Dieu, n’est-ce pas ? »

« ... C’est un Sorcier Élémentaliste, un Sorcier si fort que son pouvoir va au-delà de tout bon sens, » répondit Rem.

« Et il dit toujours qu’il est un “Seigneur Démon d’un autre monde”, » déclara Shera.

« Dieu doit être celui qui m’a sauvée... Ce serait un problème pour moi s’il n’est pas..., » Lumachina berça sa tête entre ses deux mains.

« ... Et pourquoi cela ? » demanda Rem en inclinant sa tête.

« Parce qu’il a vu ma peau..., » murmura Lumachina, rougissant furieusement.

« ... Et ? » demanda Rem.

« Et alors ? Nous avons l’habitude de montrer notre peau quant il est à côté de nous, donc —, » Rem avait rapidement frappé Shera pour avoir lâché de tels détails.

Il y avait une chose que Lumachina avait toujours décidée dans son cœur : « La seule personne à qui vous devez montrer votre peau est l’homme qui deviendra votre conjoint. »

« ... Alors quoi ? » demanda Rem.

« C’est pourquoi si ce “Diablo” n’est pas Dieu... alors je n’ai pas d’autre choix que de devenir son épouse, » déclara Lumachina.

La queue de Rem était devenue d’un coup tout droit. « Qu’est-ce que c’est que ça — ? Pourquoi cette fille-cape toute nue s’emporte-t-elle ainsi ? »

« C-C’est tout à fait exacte, il y a un ordre pour ce genre de choses ! Comme le fait que j’étais la première dans la file d’attente, n’est-ce pas ? » déclara Shera.

« Euh !? Qu’est-ce que vous voulez dire par là !? Vous deux, vous n’êtes que des membres de son groupe, non !? » demanda Lumachina.

Rem avait alors détourné son regard. « ... C’est exact. »

« E-Eh bien... peut-être ? Mais j’ai l’impression que Diablo les aime plus gros, me comprenez-vous ? » déclara Shera, en soulevant sa poitrine avec ses deux mains.

Pendant qu’elles parlaient, nul autre que Diablo entra dans la pièce.

***

Partie 4

Ceux qui se trouvaient dans la pièce en ce moment étaient Diablo, Rem, Shera... et Lumachina, qui se tenait dans le lit. Comme ils n’étaient pas sûrs de l’histoire de Lumachina, Diablo était allé dire à Klem et Edelgard de ne pas quitter leur chambre, mais comme c’était la nuit, elles dormaient déjà. Manger, dormir et jouer, les deux Déchues vivaient vraiment une vie facile. C’était suffisant pour le rendre jaloux.

 

Diablo avait empêché la panique à l’intérieur de lui de se voir sur son visage.

— Que veut-elle dire par « elle doit devenir mon épouse » ? Se demanda Diablo.

Il pouvait entendre leurs voix se répandre dans le couloir et il avait fini par les écouter. C’était une fille qui était avant ça nue qui leur demandait s’il était Dieu, et elle était apparemment pourchassée par les Paladins.

— Peu importe à quel point elle est d’une beauté éblouissante, sans parler du fait que j’ai vu tous les recoins de son corps... Oh franchement... L’avoir comme épouse pourrait être un peu problématique pour moi..., pensa Diablo.

Diablo faisait grincer les dents pour éviter que sa mâchoire se relâche.

— Non, non, et non, la vie est plus importante en ce moment, pensa Diablo.

Cela ne serait pas un problème s’il ne s’agissait que de Paladins, mais si plus de personnes s’unissaient et se regroupaient, ses perspectives seraient un peu plus incertaines. Au moins, il savait qu’ils étaient plus forts que les Aventuriers de Faltra ou l’armée elfique à laquelle il avait été confronté. Il y avait des mécanismes mis en place dans le Croisement de la Rêverie qui compensait les combats d’un contre plusieurs, mais il n’y avait probablement pas de grâces salvatrices comme ça dans ce monde. Il s’était même impliqué dans la mort de Saddler, qui était lui-même un Paladin...

Pour dire les choses simplement, il voulait éviter toute confrontation avec l’Église, car ils avaient un pouvoir qui rivalisait même avec le roi de ce pays.

— Il n’y a aucun avantage à faire tout cela ! Mais vraiment, pas du tout ! ... Cela dit, je suppose que je peux au moins entendre ce qu’elle a à dire. Ce serait un peu triste de la chasser de l’auberge sans au moins faire cela pour elle, pensa Diablo.

Les bras croisés, Diablo s’appuya contre le mur en regardant Lumachina. « Il semblerait que tu sois enfin revenue à toi. »

« Oui. Merci encore d’être venu à mon aide... Euh, Diablo... Êtes-vous un Dieu ? »

— Ce n’est pas vraiment normal de penser que Dieu lui-même est venu vous sauver. Je ne sais pas à quel point votre foi est profonde, mais suffit-il de penser que Dieu vous sauvera parce que vous l’avez prié ? Je veux dire, franchement... Essayez d’écrire ça sur Twitter, je vous défie de le faire. Les gens vous traiteraient comme un stupide compte de troll en un rien de temps si vous le faites, pensa Diablo.

Mais à plus d’un titre, ce serait mal de la faire taire comme ça maintenant. Il semblait qu’elle avait l’impression qu’elle devait épouser quiconque la voyait nue, à condition qu’il s’agisse d’une membre des Races.

— Elle n’a plus l’air d’être une enfant... mais peut-être que c’est une énorme candide ? Pense-t-elle que les bébés viennent de la cigogne, ou qu’ils poussent dans les choux ou quelque chose comme ça ? Se demanda Diablo.

Elle était indéniablement mignonne, à tel point que si elle lui avouait des sentiments envers lui dans le monde réel, il penserait à tous les coups qu’il s’agissait d’une sorte d’escroquerie au mariage. Cependant, il n’avait senti aucun danger provenant d’elle. Il avait donc mis en action son plan pour éviter tout cela : « En raison de certaines circonstances, je choisis de ne pas révéler mon identité pendant que je suis ici dans ce monde. Tu peux donc présumé tout ce que tu veux quant au pourquoi. »

Tout en prenant une grande bouffée d’air, les yeux de Lumachina s’étaient ouvert en grand, et elle s’était précipitée pour descendre du lit. Ses jambes étaient encore enveloppées dans des bandages, alors il pensait qu’elle ne devait pas se forcer avec tant d’empressement. Elle s’était ensuite agenouillée sur le sol.

« S’il vous plaît, permettez-moi de vous appeler Seigneur Diablo, » demanda Lumachina.

« T-Très bien ! » déclara Diablo.

De cette façon, il pourrait éviter d’être appelé « Dieu » tout le temps tout en esquivant la voie de la « FIN : Mariage ».

Rem était restée silencieuse, semblant avoir compris les intentions de Diablo. Shera, d’un autre côté, avait incliné la tête. Elle avait l’air plutôt incertaine quant à ce qui se passait.

Lumachina semblait maintenant croire que Diablo était un Dieu qui cachait sa véritable identité.

Il avait encore essayé de l’interroger. « Lumachina... pourquoi étais-tu poursuivie par un Paladin ? À en juger par ce qui s’est passé, je suppose que ce n’est pas parce que tu es une adoratrice du Seigneur Démon ? »

Les mots étaient coincés dans la gorge de Lumachina. Quoi qu’il en soit, il lui semblait difficile d’en parler.

« ... C’est pour votre propre bien de parler des secrets le plus tôt possible. Si vous ne le faites pas, il pourrait vous arriver quelque chose que vous ne pourriez plus jamais oublier tant que vous vivrez, » déclara Rem avec douceur.

Elle faisait probablement référence à la façon dont Diablo avait attaqué ses oreilles pour découvrir son secret. Diablo n’oubliera jamais les gémissements qu’elle avait faits cette nuit-là, aussi longtemps qu’il vivrait.

On ne savait pas comment Lumachina interprétait cela, mais elle hocha la tête. « C’est vrai. Après tout, cela ne sert à rien de cacher des secrets au Seigneur Diablo. »

« ... Si c’est difficile pour vous d’en parler avec nous dans la pièce, devrions-nous attendre dehors ? » demanda Rem.

« Non, au contraire. Si vous êtes des amies en qui le Seigneur Diablo a placé sa foi, alors je vous serais reconnaissante de l’entendre également, » déclara Lumachina.

« D’accord ~ ! » Shera avait envoyé ses deux mains en l’air.

« ... On dirait que c’est une affaire assez compliquée, » déclara Rem avec un signe de tête.

Tout en restant silencieux, Diablo avait indiqué à Lumachina qu’elle devait continuer. Debout, Lumachina avait serré les mains l’une contre l’autre. Une lumière était apparue depuis sa poitrine, avec une luminosité éblouissante se répandant dans toute la pièce sombre. Ce qui était apparu, c’était le symbole sacré, le même genre que l’on voyait souvent dans les églises ou ailleurs. Il s’agissait d’un rayonnement d’un blanc pur, presque aveuglant.

 

« J’occupe la position la plus importante dans l’Église : Je suis la Grande Prêtresse, » déclara Lumachina.

 

Les yeux de Rem s’étaient écarquillées. « ... la Grande Prêtresse !? Voulez-vous parler de la plus haute position dans l’Église ? »

Shera faisait de petits bruits étranges en raison de la confusion. « ... J’ai entendu dire que c’était une jeune femme, m,-mais est-ce vous !? »

« La véritable !? » s’exclama Rem.

« Tout à fait, » déclara Lumachina en hochant la tête.

Tout en gardant les bras croisés, Diablo hocha lentement la tête. Il donnait l’impression qu’il savait cela depuis le début, mais à l’intérieur, il était tellement surpris qu’il avait l’impression que la morve commencerait à couler de son nez.

— J’ai maintenant compris ! C’est pourquoi elle pensait que Dieu était venu la sauver ! Je suppose que c’est en raison de l’importance du poste qu’elle occupe, pensa Diablo.

« ... A-Attendez. D’après ce que nous a dit Diablo, vous étiez poursuivi par un Paladin, n’est-ce pas ? » demanda Rem.

« Oui, c’est exact, » répondit Lumachina.

« ... Ce n’est pas possible... Les Paladins ne suivent que la volonté de l’Église, ce qui signifie qu’ils doivent suivre votre volonté en tant que Grande Prêtresse. Comment est-ce possible ? » demanda Rem.

Vexée, Lumachina s’était mordu les lèvres. « Malheureusement, je n’ai pas ce genre d’influence. Il y a un groupe appelé l’Organe Cardinal qui a un contrôle total sur l’Église. Ils sont composés du cardinal en chef et de six autres cardinaux qui sont choisis par la Grande Prêtresse... ou du moins, c’est ainsi que cela devrait être. Mais pour vous le dire en toute honnêteté, ceux qui décident des candidats sont les cardinaux eux-mêmes. »

« ... Ceux qui ont réellement une influence sur l’Église sont donc ces cardinaux, » déclara Rem.

« Bien qu’on m’ait accordé toute l’autorité qui vient avec la position de Grande Prêtresse, ce sont les Paladins qui possèdent la puissance militaire absolue, et tous suivent les ordres de l’Organe Cardinal, » déclara Lumachina.

Même si on avait du pouvoir, il semblait qu’il ne servait à rien s’ils ne pouvaient rien faire.

Rem avait alors hoché la tête. « ... Cela explique pourquoi un Paladin en avait après votre vie. »

« Il semble que l’Organe Cardinal ait décidé de m’éliminer, » déclara Lumachina.

« ... Que s’est-il passé exactement pour en arriver là ? » demanda Rem.

Lumachina posa un doigt sur sa lèvre alors qu’elle réfléchissait. Il s’agissait d’un geste presque enfantin. « Hmm... Serait-ce parce que je me suis enquise d’un possible flux illicite d’argent et de biens utilisés pour le patronage de rites religieux ? Ou peut-être est-ce parce que j’ai donné l’ordre d’enquêter sur les rumeurs de mauvaise conduite de Paladins ? Ou peut-être était-ce parce que j’ai fait une proposition qui interdisait aux prêtres d’employer d’autres personnes qu’ils connaissaient par le biais de relations personnelles ? »

« ... Ce sont certainement des choses qu’ils ne peuvent pas ignorer... Mais avez-vous reçu un avertissement avant qu’ils ne commencent à essayer de vous tuer ? » demanda Rem.

« C’est bien le cas. De certains des cardinaux, mais toujours de manière indirecte... Non, à la fin, ils m’ont dit clairement qu’ils me menaçaient, » répondit Lumachina.

« ... Et même à ce moment-là, vous n’avez pas fait ce qu’ils ont dit, » déclara Rem.

« Je ne peux pas fermer les yeux sur de tels actes répréhensibles, » déclara Lumachina.

— C’est un sens aigu de la justice qu’elle a là. On dirait qu’elle est le genre de personne qui accorde plus d’importance à la morale qu’à sa propre vie. Mais en conséquence, elle a failli être tuée... Cette fille est une idiote, une idiote indéniable... Et pourtant, je ne déteste pas ça chez elle, pensa Diablo.

Rem avait hoché de la tête. « ... Ce que vous dites est exact, Lumachina. C’est probablement la raison pour laquelle ces personnes en ont après votre vie. Nous vivons après tout dans une société où il est difficile de faire ce qui est juste. »

« C’est pourquoi j’ai décidé de faire quelque chose à ce sujet dans le cadre de cette expédition, » déclara Lumachina.

« ... Expédition ? » demanda Rem.

« Oui. Des rumeurs ont couru que le Seigneur Démon a été ressuscité à Faltra. Afin d’apaiser l’esprit des gens, j’ai décidé de venir en ville comme une sorte de “visite de la Grande Prêtresse”. »

« La-La résurrection du Seigneur Démon ? Quelque chose comme ça —, » déclara Rem, mais elle fut interrompue.

« Est déjà arrivée, » avec un sourire sur son visage, Shera avait lâché la bombe et avait terminé la phrase, ce qui avait fait que Rem lui avait donné un coup de pied aux fesses.

Lumachina avait baissé les yeux. « Faltra a été frappé par une série de turbulences, et je m’inquiète pour ceux qui y vivent... Mais il y a une autre raison pour laquelle j’ai pris des mesures maintenant. »

« ... Et pour quelle raison est-ce ? » demanda Rem.

« Mon but est de me rendre dans une ville de l’ancien territoire du Seigneur Démon, et de rapporter ce qui se passe à Batutta, le capitaine des Paladins, » répondit Lumachina.

Rem regarda au loin comme si elle se souvenait de quelque chose. « ... J’ai déjà entendu parler de Batutta. Il était censé être une présence influente dans la Grande Guerre des Hommes contre les Déchus, et un homme d’une grande intégrité. »

« C’est également ce que j’ai entendu. Six mois avant d’être nommée Grande Prêtresse, Batutta a été envoyé dans l’ancien domaine du Seigneur Démon. »

« ... Tout comme ils sont venus pour votre vie, auraient-ils pu le bannir dans cette ville éloignée ? » demanda Rem.

« Je crois que c’est le cas. Si je peux l’informer de ce qui se passe dans l’Église, je suis sûre qu’il agira et me protégera — ou du moins, c’est ce qu’un autre Paladin, Tria, m’a dit. »

« ... Est-ce que cette personne est quelqu’un en qui vous pouvez avoir confiance ? » demanda Rem.

« Si elle ne m’avait pas aidée... alors, en ce moment même, je serais..., » commença Lumachina.

« ... Où est Tria maintenant ? » demanda Rem.

« Elle m’a protégée d’un autre Paladin, et pour me sauver... et puis..., » des larmes jaillirent dans les coins des yeux de Lumachina, et ses épaules commencèrent à trembler.

« O-Oh, je vois..., » Rem était à court de mots.

Shera avait été émue jusqu’aux larmes. « C’est si triste, quelque chose comme ça arrive à une si bonne personne... Ne vous inquiétez plus, Lumachina ! Nous vous protégerons à tous les coups ! »

« ... Et voilà que tu recommences à dire ce que tu veux... Mais il est vrai que nous ne pouvons pas vous laisser seule, » déclara Rem.

Les deux filles semblaient vouloir aider Lumachina.

— N’y avait-il pas quelque chose de suspect dans son histoire à l’instant ? Y avait-il des contradictions ? Elle n’aurait pas pu écrire une lettre au capitaine Batutta ? Se demanda Diablo.

... Non, ça ne servirait à rien. Tant que l’Organe Cardinal tient les rênes, Lumachina serait finalement tuée par leurs mains. La fuite a pris le pas sur la transmission de ce qui se passait. Dans ce cas, y avait-il d’autres moyens ?

« Ne peux-tu pas compter sur le pays pour quoi que ce soit ? » demanda Diablo. « C’est vrai que les Paladins sont forts, mais il y a aussi des gens compétents dans l’armée. »

Selon sa propre analyse, Galford, le gouverneur de Faltra, était quelque part autour du niveau 110. Les paladins comme Saddler et Gewalt étaient certainement forts, mais ils n’ont pas encore donné l’impression d’avoir dépassé leurs limites. Cela les situerait autour du niveau 99 ou inférieur.

Lumachina affichait un regard troublé. « Je ne suis pas au courant des affaires internes de l’Église, et je n’ai même pas la moindre idée de ce qui pourrait se passer à la cour royale. Si la personne à qui j’ai demandé de l’aide était en fait liée à l’Organe... »

Shera se pencha vers l’avant. « Est-ce que ça peut vraiment arriver !? Est-ce que ce sont de mauvaises personnes ? »

« ... Ceux qui sont au pouvoir et qui agissent de manière corrompue ont tendance à avoir de l’argent de côté, » déclara Rem en soupirant. « Tant qu’ils sont payés, il y a aussi beaucoup d’individus prêts à soutenir cette corruption. »

« C’est impardonnable ! » cria Shera.

Rem semblait vouloir dire quelque chose à une Shera indignée, mais elle était revenue sur le sujet. « ... Il est naturel que Lumachina s’inquiète de tout cela, et je peux certainement comprendre la raison. »

« Hm, » Diablo hocha la tête.

Il n’était pas sûr de la position que des individus comme Galford ou Sylvie prendraient quand il s’agissait de l’Église. En fait, il pensait même qu’il était évident pour quelqu’un d’appuyer le côté qui avait de l’argent et du pouvoir. S’il y avait quelqu’un qui se mette du côté de cette Grande Prêtresse (en nom uniquement), il faudrait qu’il s’agisse d’une personne d’une foi exceptionnellement profonde.

***

Partie 5

« ... Qu’est-ce que vous prévoyez de faire maintenant, Lumachina ? » demanda Rem. « Si le Paladin qui vous a attaqué ne retourne pas dans la capitale, les cardinaux penseront probablement que l’assassinat a été un échec. Ils pourraient réessayer de vous tuer à nouveau. »

« Même si cela arrive, je ne fuirais pas ou ne me cacherais pas. Je dois me rendre dans la ville où Batutta a été envoyé pour obtenir son aide, » déclara Lumachina.

« ... Celle de l’ancien Domaine du Seigneur Démon ? » demanda Rem.

« Oui. La ville pas très éloignée de la Tour de Zircon, » répondit Lumachina.

Diablo avait déjà entendu parler de ce nom, car il s’agissait d’une zone à partir du milieu du jeu dans le Croisement de la Rêverie. Elle avait été mise en œuvre comme une autre ville en première ligne lors d’une mise à jour majeure il y a deux ans. En même temps, elle était devenue une base pour tous les joueurs de haut niveau du jeu. Bien sûr, c’était une ville que Diablo utilisait également depuis un certain temps.

— C’était à l’époque où j’avais acquis ma propre zone, pensa Diablo.

Le donjon de Diablo devrait également se trouver près de la Tour de Zircon. Dans le jeu, vous ne pourriez jamais vous promener et finir par errer dans la zone personnelle d’un autre joueur. Comment était-ce dans ce monde ? Pourriez-vous y aller à pied, ou n’existait-elle pas du tout ?

Rem soupira. « ... La Tour de Zircon, l’un des avant-postes de l’ancien domaine du Seigneur Démon... Je sais comment m’y rendre depuis Faltra, mais il faut beaucoup de chance pour que ceux qui ne sont pas des aventuriers ou des marchands y arrivent. »

« Je suis tout à fait prête pour cela. Je ne peux pas me permettre d’abandonner maintenant, » déclara Lumachina.

« Ne pourriez-vous pas écrire une lettre à ce Batutta ? » demanda Shera.

« Une lettre ne suffirait pas pour le pousser à passer à l’action, » répondit Lumachina avec un froncement de sourcils. « M’aider signifierait faire face à l’Organe Cardinal, et je ne peux pas simplement demander quelque chose comme ça avec une simple lettre. »

« ... Il aurait aussi des doutes si vous étiez bien celle qui a écrit la lettre, » dit Rem en hochant la tête.

« Je suis contre l’idée de confier mon destin à quelqu’un que je n’ai jamais rencontré auparavant. Ce n’est pas seulement ma vie qui est en jeu, mais aussi l’avenir de l’Église — sans parler de l’avenir du pays, » déclara Lumachina.

« ... Je comprends, » déclara Rem.

La conversation devenait un peu incontrôlable, mais Lumachina était dans une position où elle devait réfléchir à des questions comme celle-ci. Après tout, on disait que le pouvoir de l’Église rivalisait avec celui du roi. Sans compter qu’à l’origine, son rôle de Grande Prêtresse signifiait qu’elle était censée contrôler l’Église.

« Peu importe les difficultés auxquelles je devrai faire face, je dois atteindre la Tour de Zircon ! » déclara Lumachina.

 

La conversation commençait à s’étendre ici, alors Diablo avait organisé le tout dans sa tête :

Lumachina était la Grande Prêtresse, la personne la plus importante de toute l’Église. Mais c’était l’Organe Cardinal qui contrôlait vraiment l’Église. Il semblait que l’Organe faisait de l’argent par des moyens malhonnêtes et utilisait leur capital mal acquis pour maintenir leur emprise sur l’Église. Il n’y avait aucun doute qu’ils étaient ceux qui ont ordonné aux Paladins d’assassiner Lumachina après qu’elle ait découvert leurs méfaits. C’est pourquoi Lumachina avait décidé de demander de l’aide au capitaine des Paladins, Batutta, qui avait été envoyé dans la ville éloignée de la capitale et se trouvant proche de la Tour de Zircon.

— Eh bien ! Si c’est un problème avec l’Église, il est probablement mieux d’avoir quelqu’un de l’Église pour le résoudre, pensa Diablo.

 

Rem avait alors fait une suggestion : « Diablo, que pensez-vous du fait que nous soyons ceux qui emmèneront Lumachina jusque là-bas ? »

« hm... ? » s’interrogea Diablo.

« Oh, ça a l’air super ! Ouais, faisons-le ! » Shera était à fond pour l’idée.

Surprise, Lumachina avait commencé à se relever. « Je vous serais reconnaissante... mais cela ne serait-il pas trop dangereux pour vous... !? »

« ... Nous sommes des aventuriers. Si nous évitions tous les dangers, nous ne pourrions jamais agir. En plus, je suis sûre que vous avez vu la puissance de Diablo, n’est-ce pas ? » demanda Rem.

« O-Oui... C’est vrai, il serait stupide de s’inquiéter de Dieu — ah, je veux dire, du bien-être de Seigneur Diablo. Il semble que je n’ai toujours pas assez de foi, » déclara Lumachina.

« Qu’en pensez-vous, Diablo ? » demanda Rem

Elles l’avaient toutes regardé.

— Je pense que le sens de la justice de Lumachina est noble, et je peux compatir avec sa situation... Mais je veux quand même éviter une confrontation avec l’Église. Peu importe à quel point je suis un aventurier, je ne veux pas me lancer dans quelque chose dont je sais qu’il sera trop dangereux, pensa Diablo.

« ... Nous devrions également être en mesure d’attendre avec impatience une récompense appropriée, » poursuit Rem. « Lumachina est la Grande Prêtresse, donc si nous pouvons restaurer son autorité dans l’Église, elle devrait pouvoir préparer un montant approprié à la tâche que nous allons mettre de l’avant. »

Lumachina acquiesça d’un signe de tête. « Je n’ai pas grand-chose sur ma personne en ce moment, mais si vous le jugez nécessaire, Seigneur Diablo, je préparerais tout ce qui est nécessaire et je vous offrirais tout ce que je peux. »

Lumachina considérait encore Diablo comme une sorte de Dieu. Ce n’était donc pas seulement une récompense, mais ils pourront peut-être compter sur son soutien à partir de maintenant.

De la façon dont les choses se déroulaient, leur groupe allait être amené à la faillite en raison du montant qu’ils dépensaient en biscuits. Bien que Shera avait dit qu’ils n’avaient que 500 friths à dépenser en sucrerie par jour, la vérité était qu’ils avaient besoin d’un montant plusieurs fois plus élevé. Il ne savait pas ce qui se passerait s’il n’y avait plus de biscuits pour Klem, et Rem et Shera lui faisaient sûrement plaisir chaque fois qu’elle en redemandait.

— Si nous devons seulement amener Lumachina à la Tour de Zircon, alors peut-être que je n’aurai pas à me battre avec l’Église, pensa Diablo.

L’Église n’avait probablement pas non plus une idée appropriée de la situation. Tant qu’ils n’avaient pas compris à quel point Diablo était fort, ils ne leur envoyaient pas de puissance de feu significative. Un Paladin ou deux ne serait pas un problème pour lui.

Diablo avait tordu le coin de ses lèvres en un sourire. « Hehe hehe hehe... Tu désires donc le pouvoir. Alors je te prêterai le mien, celui d’un Seigneur Démon d’un autre monde ! »

Lumachina s’était agenouillée, les mains jointes devant lui.

 

Et ainsi, afin de gagner de l’argent pour des biscuits et pouvoir éviter le mariage, Diablo avait commencé à se faire passer pour un Dieu.

***

Partie 6

Le lendemain matin — .

Diablo et les autres se dirigeaient en ce moment vers la salle à manger de l’auberge. Klem et Edelgard s’étaient réveillées tôt, devançant le groupe, ce qui était plutôt chose rare.

Les yeux de Lumachina s’étaient écarquillés. « Quel est ce sinistre pouvoir noir qui vient de ces deux-là... !!? »

« Nwagh !? » Klem se tenait sur sa chaise. « Qu’est-ce qu’elle a, cette fille ? Elle sent comme l’un d’entre eux ! »

« Et de qui parle-t-on exactement avec ce “eux” ? » demanda Lumachina.

« Dieu ! » cria Klem en réponse.

— Merde. Elles sont toutes les deux bel et bien les vrais, pensa Diablo.

Il semblerait que Lumachina pouvait voir l’énergie magique de type Seigneur-Démon émanant de Klem. Si Diablo était en réalité un Seigneur Démon, et pas seulement une personne agissant dans ce rôle, alors il n’aurait jamais été confondu avec un dieu.

Il semblait aussi que Klem était capable de sentir que Lumachina, étant la Grande Prêtresse, était la personne la plus proche des dieux. Klem n’avait aucune méchanceté envers les Races, mais elle avait une profonde rancune contre les dieux pour l’avoir enfermée si longtemps.

— Oh mon Dieu. À ce rythme-là, il va y avoir une bagarre. Je dois les arrêter ! pensa Diablo.

Alors que les deux se regardaient fixement l’une et l’autre, Diablo posa une main sur chacune de leurs têtes.

 

« J’espère pour vous deux que vous ne songeriez quand même pas à vous battre devant moi. L’énergie de la magie noire, la puanteur des dieux... Ces choses valent-elles la peine de gagner mon mécontentement ? » demanda Diablo.

 

Les épaules de Lumachina s’étaient immédiatement affaissées. « M-Mes plus sincères excuses pour avoir causé un tel vacarme... »

« Hmph, ça rend mes biscuits avec un mauvais goût. Assieds-toi loin de moi, » déclara Klem.

Klem s’était à nouveau assise. Edelgard, qui semblait prête à bondir à tout moment, baissa aussi ses poings.

Le différend ayant été réglé sans incident, Rem et Shera soupirèrent de soulagement. Diablo avait aussi essuyé mentalement ses sueurs froides.

— Ces deux-là ont la pire compatibilité... ! pensa Diablo.

Puisque le groupe de Diablo avait plus de personnes maintenant, ils avaient fini par utiliser la table à côté de Klem et Edelgard. Pendant qu’ils déjeunaient ensemble, Rem avait transmis à Klem et Edelgard tout ce qui avait été discuté lors de la conversation d’hier soir.

 

« ... C’est pourquoi nous avons décidé d’aider Lumachina à atteindre la ville de la Tour de Zircon dans l’ancien domaine du Seigneur Démon, » déclara Rem.

« Mm-hm, je vois, » répondit Klem.

« ... Nous devons nous préparer pour le voyage, donc nous partirons demain matin, » déclara Rem.

« Oki, doki, » Klem hocha la tête en se remplissant les joues de biscuits.

Edelgard avait levé la main d’un air penaud « Devoir, aller... peu importe, quoi ? Ça pourrait être... un problème. »

« ... Vous avez besoin de faire quelque chose ? » demanda Rem.

« Edelgard a du travail, » c’était comme l’excuse que vous obteniez d’un joueur avec une vie réelle en dehors du jeu après qu’ils avaient été invités à un événement en ligne.

Rem avait incliné la tête. « ... Pourriez-vous expliquer cela un peu plus en détail ? »

« Tenez, » elle avait présenté à Rem une feuille, c’était un avis de recherche d’aide pour le magasin Pétri.

« ... Avez-vous... trouvé un emploi ? » Rem avait posé la question alors qu’elle était abasourdie.

« Edelgard va se battre ! Pour le Seigneur Démon ! Est-ce que..., et aussi, faire des biscuits, pour le Seigneur Démon ? Je vais les faire ! » Elle avait mis en avant fièrement sa poitrine, c’était une loyauté vraiment sérieuse qui parlait.

« J’admire votre capacité d’agir, mais comprenez-vous le genre de poste que vous occupez ici ? » demanda Rem.

« Serviteur, du Seigneur Démon ? » répondit Edelgard.

« ... Ce n’est pas grave. Alors, faites attention, s’il vous plaît, » déclara Rem.

« Laissez-moi m’occuper de ça, » Edelgard avait ensuite fait un geste avec sa main qui n’avait jamais pu être montrée à la télévision.

Lumachina semblait énormément déconcertée, incapable de suivre la conversation. Il n’y avait aucune chance qu’elle puisse deviner, non plus, qu’il y avait en fait deux personnes qui se faisaient appeler Seigneur Démon, l’une d’entre elles étant cette jeune fille, et la servante qui l’accompagnait étant une Déchue. Le fait de devoir lui expliquer tout cela serait vraiment trop difficile.

Diablo avait alors parlé de ce à quoi il pensait depuis hier soir : « Klem et Edelgard resteront ici. »

« ... Même si Klem porte un collier d’esclavage... ? » Rem avait posé une main sur son propre cou.

« Ce sera aussi une expérience. Il n’y a pas de condition selon laquelle nous ne pouvons pas être séparés l’un de l’autre, n’est-ce pas ? » demanda Diablo.

« ... Est-ce que ça ira ? » demanda Rem.

« Nous traverserons de nombreuses villes en direction de la Tour de Zircon..., » déclara Diablo.

C’était dangereux de les faire passer par les portes. Le maquillage d’Edelgard en particulier était un problème, puisqu’il avait été appliqué en utilisant les compétences de Mei, donc ce n’était pas quelque chose qui pouvait être facilement imité. Ils auraient de gros problèmes s’il pleuvait. En plus de tout cela, elle était poursuivie par les autres Déchus.

« La ville de Faltra est peut-être protégée par une barrière, mais une fois que nous serons à l’extérieur, qui sait ce qui va se passer ? La Tour de Zircon n’a pas non plus de barrière, » déclara Diablo.

« Vraiment !? » Rem avait haussé sa voix en raison de la surprise.

« La barrière est la chose qui empêche les Déchus et les monstres d’entrer, n’est-ce pas ? » demanda Shera, l’air confus. « Est-ce qu’ils vont bien sans ça ? »

— Est-ce différent dans ce monde ? La ville n’avait pas ces grands murs de château dans le jeu, pensa Diablo.

Diablo haussa les épaules. « On le saura une fois là-bas. Quoi qu’il en soit, il serait plus sûr que Klem et Edelgard restent ici. Il semble même qu’elles aient trouvé du travail. »

Tandis qu’il se retournait pour regarder Klem, elle fit un signe de tête ferme. « Mm-hm-hm. Je n’irai nulle part où il n’y a pas de biscuits. »

— J’y ai pensé plus pour sa propre sécurité... mais comme elle n’est qu’une enfant, je suppose qu’elle peut surmonter tout cela sans se battre contre qui que ce soit. Je ne transpirerai pas sur les petits trucs, pensa Diablo.

« Klem, je vais te donner un ordre, alors écoute bien et prends ça à cœur : D’abord et avant tout, protège-toi. Deuxièmement, assure-toi de protéger les individus qui t’entourent. Enfin, tout en restant dans les limites que je viens de te dire, fais de ton mieux pour écouter ce que les gens de l’auberge te disent de faire, » déclara Diablo.

« Très bien ! Laisse-moi faire ! » dit-elle, avec les joues pleines de biscuits.

Il s’inquiétait de savoir si elle écoutait ou non.

« Hm ? Je t’ai entendu, fort et clair. Ne meurs pas, protège tout le monde et suis les ordres, d’accord ? Normalement, tu laisserais ce genre de choses à l’un de mes sous-fifres Déchus, mais comme je suis un Seigneur Démon si généreux, j’accepterai de le faire pour toi, » déclara Klem.

Il semblait qu’elle comprenait... mais il ne sentait aucun flux d’énergie magique.

— Cela m’inquiète de savoir si ces choses ont le pouvoir de l’obliger à faire quoi que ce soit. Elle a le collier d’esclave, mais il est toujours possible que son pouvoir ne fonctionne pas sur un Seigneur Démon, pensa Diablo.

 

Rem avait levé la main et Mei était sortie du comptoir.

« Besoin de quelque chose ? Si ce n’était pas assez, je vous en apporterais d’autres. ☆, » déclara Mei.

Rem avait alors effectué une explication simple de ce qui se passait : « ... Diablo, Shera et moi avons reçu une requête qui va nous éloigner de Faltra pour une longue période de temps. Klem et Edelgard resteront ici, alors j’espérais vous demander si vous pouviez les surveiller pour nous. »

« Cela me va. ☆, » répondit Mei.

« Au revoir Klem ! » Shera l’avait serrée dans ses bras. « On part travailler ! »

« Je vois. Rassure-toi, car même toute seule, je vais m’en sortir ! Je vais m’entraîner à chanter en attendant ton retour. J’ai déjà appris jusqu’au 32e couplet la chanson des biscuits ! » répondit Klem.

« C’est génial ! » s’écria Shera.

« Apprends-moi la chanson du chocolat à ton retour, d’accord ? » demanda Klem.

« Je ne manquerai pas de l’inventer ! » répondit Shera.

« Mais je m’inquiète un peu pour toi, car tu es toujours si instable sur tes pieds. Je t’accorderai un petit cadeau avec mon pouvoir, » déclara Klem.

« Quoi... ? Je ne suis pas une Déchue, donc je ne peux pas obtenir le pouvoir de toi, Klem, » répondit Shera.

« Pas toi, ça..., » répondit Klem.

Klem avait tendu la main, touchant l’arc de Shera. L’énergie magique du Seigneur Démon s’y était déversée — Diablo avait été capable de la détecter cette fois-ci. Rem s’était levée, tandis que Lumachina tenait son symbole sacré bien serré. Cela avait même fait que Diablo avait tendu sa main vers sa poche de transport. C’était vraiment une immense quantité d’énergie magique que Klem venait de libérer.

L’arc en bois, qui était autrefois une couleur proche du blanc, s’était transformé en une arme enveloppée d’une énergie magique inquiétante. Les yeux de Shera étaient ouverts en grand et avaient été fixés sur l’objet.

« Wôw !? Il s’est transformé en quelque chose qui par sa seule apparence semble très fort ! » déclara Shera.

« Hm-hm-hm ! Tu devrais bien aller avec ça ! » déclara Klem.

« Ouais ! On dirait qu’il a été maudit ou quelque chose comme ça... mais merci, Klem ! » Shera l’avait encore une fois serrée dans ses bras.

Dès le début, l’arc de Shera avait été légèrement doté d’énergie magique. Il semblait être en vérité un trésor de ce monde, mais en tenant compte du jeu, c’était quelque chose que Diablo vendrait au magasin d’armes sans hésiter. Sur une échelle de N (Normal), R (Rare) et SR (Super Rare), il s’agissait probablement d’un R... Mais l’énergie de magie noire qui sortait de l’arc nouvellement amélioré n’était en aucun cas normale. Ce n’était pas aussi puissant que l’équipement de Diablo... mais peut-être un SR ? Non, un SSR (Super Super Rare) semblait plus approprié.

— Si les personnes qui sont devenues folles de joie après avoir réussi à récupérer un SSR avec un taux d’apparition de moins de 1 % pouvaient voir cela, ils seraient en train de pleurer en ce moment même, pensa Diablo.

C’était une sacrée tricherie de sa part. Maintenant, et cela plus que jamais, il était vraiment reconnaissant que Klem n’ait jamais voulu commencer une guerre contre les Races.

***

Chapitre 3 : En Route vers une Nouvelle Ville

Partie 1

Deux semaines plus tard...

Dans le Royaume de Lyferia, en l’an 164, l’après-midi du vingtième jour du septième mois — .

Alors qu’il captait une brise dans ses voiles, le navire des sables avait accéléré. Il s’agissait d’un petit yacht en bois qui pouvait transporter une dizaine de personnes. Mais au lieu de parcourir la surface de l’océan et ses vagues, il naviguait à travers les dunes du désert. Pour ce faire, la coque du navire avait été renforcée par la magie, ce qui lui avait permis de trancher à travers les vagues de sable.

Shera était aux anges, c’était sa première fois sur un bateau comme celui-ci. Rem était terrifiée, tandis que Lumachina continuait à prier Dieu tout le temps. Pendant ce temps, Diablo en avait déjà fait l’expérience dans le Croisement de la Rêverie, cependant...

— C’est incroyable ! pensa-t-il.

Il était assis, les bras croisés comme le ferait un Seigneur Démon, mais c’était une manière d’agir pour essayer de ne pas sourire.

Avec sa tête enveloppée dans un tissu noir, le capitaine du navire désignait l’avant. « La Tour de Zircon est droit devant ! »

« Bien ! » déclara Diablo.

À l’horizon du sable brun sans fin, il pouvait voir une tour tordue et déformée, entourée de nombreuses tentes.

Il y avait un lac au milieu d’un désert (ou, en d’autres termes, une oasis). Et au centre de ce lac se trouvait une tour de la même couleur que le sable. En y regardant de plus près, elle ressemblait plus à de la pierre qu’à du sable, et c’était une pierre précieuse qui était utilisée. Elle était légèrement transparente, réfléchissant la lumière à l’intérieur d’elle-même d’une manière complexe et la dispersant tout autour. Cette tour n’était pas une structure faite par l’une des Races, mais avait été construite par les Déchus.

C’était quelque chose qui faisait partie de l’ancien domaine du Seigneur Démon...

Il y a trente ans à peine, lorsque le Seigneur Démon régnait sur cette terre, d’autres Déchus y avaient élu domicile, et toutes sortes de monstres s’y étaient faufilés.

Le navire des sables avait commencé à ralentir, ce qui avait finalement permis à Rem de retrouver son calme.

« ... Je croyais qu’on allait tous mourir, » murmura Rem.

« Hehe... Tu es plus un chat effarouché que je ne le pensais, » déclara Diablo.

Les joues de Rem rougissaient d’un rouge profond. « ... Il peut être difficile d’imaginer quelqu’un comme vous qui avez déjà volé dans le ciel, mais je ne suis pas une adoratrice du fait de bouger sans utiliser mes propres jambes. Des choses comme les chariots, et les bateaux... »

« Il faut juste s’y habituer, » répondit Diablo.

« ... Bien sûr. Cela mis à part, nous y sommes arrivés assez facilement, » déclara Rem.

« Est-ce que cela aurait dû être plus dur ? » demanda Diablo

« Non, absolument pas... Mais vous avez parlé comme si vous connaissiez bien le Domaine du Seigneur Démon, mais n’est-ce pas la première fois que vous y êtes allé ? » demanda Rem.

« Mhm..., » déclara Diablo.

Diablo s’appelait lui-même un « Seigneur Démon d’un autre monde », donc il serait un peu étrange pour lui de connaître le Domaine du Seigneur Démon dans ce monde. Pour être franc, cela n’avait aucun sens pour son personnage.

« C’est... parce que... bien que je n’y sois jamais allé, je suis toujours au courant de tout. Parce que je suis un Seigneur Démon, » répondit Diablo.

Oh, cette agonie..., c’était le genre de réponse qui faisait que les autres se moquaient de lui en ligne.

Rem avait hoché de la tête. « ... Les Seigneurs Démons ont donc aussi ce genre de capacités. Je vois. »

Gentille fille ! Diablo était rempli de l’envie presque irrésistible de lui caresser la tête.

Cachant les troubles à l’intérieur de lui, Diablo se pencha en arrière, les bras croisés et agissants pleins de suffisance. « Bien sûr, je connais le domaine du Seigneur Démon, car je suis moi-même un Seigneur Démon. »

C’était beaucoup plus difficile que ce à quoi il s’attendait. Entre les moments où ils auraient pu se perdre, la météo qui devenait subitement horrible, et il avait eu du mal à trouver un capitaine... La carte de ce monde était très différente de celle du Croisement de la Rêverie.

— C’était simplement énorme.

C’était la même chose avec la distance entre Faltra et la Tour des Météores. Par rapport au jeu, tout était beaucoup plus vaste et dégagé ici. C’est pour cela qu’il avait continué dans la mauvaise direction jusqu’à ce qu’il s’y soit habitué. Même les donjons qui étaient une ligne droite dans le jeu étaient totalement différents du point de vue du design dans ce monde. Après tout, c’étaient des grottes naturelles, alors peut-être que cela ne devrait pas être une surprise.

Diablo avait aussi oublié une partie de la carte, ce qui expliquait en partie pourquoi il avait tant de problèmes. Depuis qu’il était devenu un haut niveau, il n’utilisait que la fonction « Déplacement Rapide » pour se déplacer, donc cela faisait longtemps qu’il n’avait pas traversé la région après avoir quitté Faltra sur le cheminement jusqu’au Domaine du Seigneur Démon.

Les joueurs normaux étaient peut-être passés par ici un nombre incalculable de fois avec des compagnons qui venaient tout juste de commencer... mais Diablo n’avait jamais fait équipe avec qui que ce soit avant.

— Oh... Je suppose que je suis maintenant dans un groupe, pensa Diablo.

Lumachina ressemblait plus à quelqu’un qu’il était chargé de protéger qu’à un ami, mais c’était la première fois que Rem et Shera venaient ici.

« C’est peut-être vraiment ainsi désormais..., » murmura Diablo.

Les mots qu’il marmonnait involontairement avaient été noyés par le bruit du char des dunes qui grattait contre le sable.

 

Le navire s’était approché de la jetée à l’entrée de la ville. Bien que Diablo l’appelait une jetée, elle était différente de celle qui s’enfonçait dans l’océan à partir de la terre ferme. Ils venaient de traverser un désert pour arriver ici, mais le sable avait continué à travers la ville. Il n’y avait pas beaucoup de différence entre ici et ce qu’ils venaient de traverser pour se rendre dans cette ville.

Le quai formait une pente qui s’alignerait avec les hauts du navire des sables, ce qui permettait aux passagers de descendre jusqu’au sol. Juste au moment où Diablo avait rassemblé un bagage particulièrement volumineux et qu’il s’était préparé à sauter du bateau — .

« Nous sommes arrivés ! » Avec un cri, Shera sauta du bateau avant que Diablo puisse faire la même chose. Avec un plop, elle avait coulé dans le sable où elle avait atterri, enterrée jusqu’aux genoux.

« Agyah !? » s’écria Shera.

« ... Je pense qu’on va te laisser là, » déclara Rem.

« E-Est-ce que ça va ? » demanda Lumachina.

Rem et Lumachina avaient toutes les deux utilisé la jetée pour débarquer, Diablo avait décidé qu’il serait plus judicieux qu’il l’utilise également.

« Attendez, attendez, attendez ! Je ne peux pas sortir de là !! » cria Shera.

Plus elle luttait pour se libérer, plus elle s’enfonçait dans le sable. Il était plus difficile de se libérer que cela en avait l’air lorsqu’une tonne de sable s’était retrouvée sur vos pieds.

Diablo avait finalement attrapé Shera par le collier, la traînant dehors de son trou. Le sable s’était déversé de son corps, et même ses bottes étaient pleines de cette substance abrasive. En raison de la différence dans leurs types de corps, Diablo avait réussi à traverser l’épreuve en ne s’enfonçant que faiblement.

« Hmph, » grogna Diablo.

« Me-Merci beaucoup, Diablo ~, » elle l’avait serré très fort dans ses bras alors qu’ils allaient vers la ville.

***

Partie 2

Après qu’ils se furent éloignés du navire des sables — .

Ils étaient arrivés à un endroit qui semblait être la route principale. Des tentes aussi rondes que des crêpes duveteuses bordaient les deux côtés de la rue, et la route sablonneuse se poursuivait jusqu’au cœur de la ville.

Un essaim d’enfants s’était approché d’eux. « « Nous porterons vos sacs ! Nous porterons vos sacs ! » »

— Il n’y avait rien de tel dans le jeu..., pensa Diablo.

Alors que Shera semblait vouloir accepter leur offre, Rem l’avait arrêtée.

« Tu ne peux pas. Si tu leur demandes de porter vos affaires, ils te demanderont de les payer, » déclara Rem.

« Je vois..., » répondit Shera.

« Nous n’avons rien d’assez lourd pour qu’ils le portent pour nous. Donc, faisons-le nous-mêmes, » déclara Rem.

« Tout à fait ! » s’exclama Shera.

Lumachina avait l’air d’avoir le cœur brisé. Elle avait probablement de l’empathie pour ces enfants pauvres.

Rem avait parlé après avoir vu le visage de Lumachina. « ... Ils portent exprès ces haillons. En regardant leurs visages, vous pouvez voir qu’ils mangent très bien. C’est juste une façon pour eux de gagner un peu d’argent de poche très facilement. »

« Vraiment !? » s’exclama Lumachina.

« ... Il y a des enfants comme ça dans chaque ville. Ce n’est pas limité à l’ancien domaine du Seigneur Démon, » expliqua Rem.

Alors qu’elle affichait un regard choqué, Lumachina regarda autour d’elle. Les enfants avides en question gardaient actuellement leurs distances par rapport à Diablo. Il semblerait que ses cornes et la tenue noire qu’il portait actuellement faisaient que cela les empêchait de s’approcher de lui.

 

Diablo avait déjà commencé à marcher vers la tour. Il n’y avait pas eu de changements tout au long de la zone sablonneuse, mais le nombre de bâtiments autour d’eux n’avait cessé de croître. Il n’y avait jamais pensé quand il était dans le jeu, mais cela aurait été un choc que les individus puissent construire ces structures de pierre sur du sable dans lequel on commencerait à s’enfoncer si on n’était pas prudent. Ils avaient donc dû trouver un moyen pour que ça marche.

« Oh, des fleurs ! » s’exclama Lumachina en pointant du doigt.

Au milieu de cette terre stérile, il y avait un parterre de fleurs devant l’un des bâtiments.

Rem avait souri. « ... Il semble facile de trouver de l’eau par ici. »

« Après tout, cela sent l’eau par là, » avait dit Shera, en pointant du doigt devant eux.

Il y avait un lac au bout de la route. Des ondulations douces et étincelantes se répandaient dans l’eau. La Tour de Zircon existait également dans le Croisement de la Rêverie avec presque le même tracé, mais au lieu d’un lac, il n’y avait qu’un fossé vide qui entourait la tour.

— Eh bien ! Puisque c’était un jeu, c’était seulement un petit endroit qui n’avait que les bâtiments dont vous aviez besoin pour le jeu, pensa Diablo.

La ville de la Tour de Zircon dans ce monde avait des enfants et des parents avec ces enfants. Ils avaient même des restaurants et des magasins de vêtements.

 

« Qu’est-ce que c’est que ça !? C’est très différent de ce que tu m’avais dit ! »

 

Diablo avait entendu une voix aiguë.

— Est-ce un enfant ? Se demanda Diablo.

En regardant dans la direction, il vit qu’il y avait quatre individus, évidemment des aventuriers, qui se disputaient avec un garçon Marcheur d’Herbes aux oreilles de lapin. À en juger par son apparence, il semblait également être un aventurier. Il portait une armure légère en cuir et une épée courte attachée au dos. Bien que les Marcheurs d’herbes aient toujours eu l’air d’enfants, quel que soit leur âge, il n’était probablement pas un enfant.

Alors que le Marcheur d’Herbes se rapprochait d’eux, un Panthérien l’avait repoussé par l’épaule.

« Tu étais inutile, donc bien sûr que tu aurais une récompense moins élevée ! » s’exclama le Panthérien.

« Et puis merde, j’ai été utile ! Je vous ai guidé ! J’ai ouvert la serrure pour vous ! Il y avait même un trésor, n’est-ce pas !? » s’exclama le Marcheur d’Herbes.

« Alors peux-tu me dire pourquoi tous ces monstres forts comme l’enfer sont sortis de nulle part ? Ils nous ont presque fait tuer ! » s’exclama l’autre.

« Quoi !? » s’exclama le Marcheur.

— Une salle de monstres, hein ? Et l’un des pièges standard, pensa Diablo.

Diablo les utilisait même avant dans son donjon personnel.

Il y avait de nombreux donjons qu’on pouvait trouver dans l’ancien domaine du Seigneur Démon, et il semblait que ces gars étaient un groupe d’aventuriers qui venaient de nettoyer l’un d’entre eux. Les objets et l’expérience étaient automatiquement distribués dans le jeu du Croisement de la Rêverie, ce qui signifiait qu’il n’y avait aucun moyen de les voler de force aux autres. Mais même ainsi, il y avait des individus qui disaient que les sangsues qui ne contribuaient rien devraient remettre leurs récompenses...

Mais Diablo avait toujours été un joueur solo, donc cela ne l’avait jamais concerné. Il remerciait Dieu pour cela, car cela lui avait permis d’éviter tous ces moments désagréables.

— Si tu veux jouer un MMORPG, tu dois le faire en solo, pensa-t-il.

 

Le Panthérien avait alors montré une sorte d’épée longue.

« C’est une épée assez tranchante. Je l’utiliserai à bon escient, » déclara-t-il.

La lame était entourée d’une spirale de flammes. Les autres aventuriers se moquaient du marcheur et en faisaient tout un plat.

« Woo, c’est dingue ! » « Bien joué, mec ! » « Essayons là tout de suite ! »

— Est-ce une « Épée Rouge » ? Se demanda-t-il.

Diablo avait déjà vu cette arme à de nombreuses reprises. Dans le jeu, il avait toujours considéré qu’il s’agissait d’un déchet de rang R, mais il semblait être une arme très précieuse dans ce monde. Les joueurs essayaient toutes sortes de choses insouciantes pour essayer de rassembler des matériaux rares dans le jeu, risquant leur vie sans hésiter. La peine de mort n’était pas légère, mais ce n’était pas comme si votre compte allait être supprimé ou quelque chose comme ça.

Mais mourir dans ce monde signifiait que c’était fini pour vous. Il y avait un nombre limité de personnes qui risquaient d’aller chercher des matériaux rares, ce qui signifiait que ce monde était inondé d’armes de faible puissance.

— Maintenant que j’y pense, j’ai laissé une Épée Rouge dans l’une des salles des monstres que j’ai construites dans mon donjon. C’est juste une coïncidence... n’est-ce pas ? Se demanda Diablo.

« Cette épée vaut quelque chose comme 10 000 000 de friths, n’est-ce pas !? » le Marcheur des Herbes avait persisté dans ses demandes. « Alors, pourquoi ne me donner qu’une seule pièce d’argent ? »

Une pièce d’argent valait 4 000 friths. Ce n’était certainement pas une façon de traiter quelqu’un qui avait bravé un donjon avec vous.

Le Panthérien avait dénudé ses crocs. « Si nous n’avions pas été là pour toi, tu serais de la nourriture pour ces monstres en ce moment ! »

« Et si je n’étais pas là, vous n’auriez jamais atteint le trésor ! » répliqua le Marcheur.

« Oh, alors veux-tu un peu plus, hein ? Je serais d’accord pour essayer d’abord ce petit bébé sur toi, me comprends-tu ? » demanda le Panthérien.

Il avait pointé l’épée vers le Marcheur d’Herbes. Les flammes n’étaient qu’un effet spécial, donc il n’y avait pas vraiment de chaleur, mais le Marcheur d’Herbes avait tout de même reculé en pleine panique.

« Mhgh... »

« C’est juste ce qu’il faut pour un Marcheur d’Herbes qui ne fait que se faufiler et se cacher tout le temps, » déclara le Panthérien.

« ... Mais vous aviez dit qu’on partagerait tout équitablement, » déclara le Marcheur d’Herbes.

« Qu’est-ce que c’était que ça !? » Celui qui intimidait, présentait un ton menaçant dans sa voix qui donnait l’impression qu’il allait couper le Marcheur d’Herbes à tout moment.

Le Marcheur d’Herbes hocha la tête à contrecœur. « N-Non... C’est très bien ainsi. »

« Tu aurais dû le dire depuis le début. Si ça ne te dérange pas, on finira par t’utiliser à nouveau. Gehahahah ! À plus tard ! » déclara le Panthérien.

Tout en gloussant, les quatre aventuriers avaient disparu dans un bar. C’était encore au début de l’après-midi, mais les bars gardaient généralement leurs portes ouvertes pendant qu’il faisait jour et servaient le déjeuner aux clients.

Après la disparition des autres aventuriers, le Marcheur d’Herbes souleva la pièce d’argent au-dessus de sa tête.

« Ce n’est pas grave, espèce d’enfoiré de tricheur ! Allez vous faire voir ! » Il avait agi comme s’il allait jeter la pièce au sol — mais il avait fini par la mettre dans sa poche.

 

Après avoir vu l’incident se dérouler aux côtés de Diablo, Rem avait haussé les épaules. « ... On voit des choses comme ça partout. »

« Même à Faltra ? » demanda Diablo.

« ... Il y a eu des fois où j’ai reçu une récompense inférieure à celle des autres parce que j’étais une fille, » répondit Rem.

« C’est tout à fait idiot, » déclara Diablo.

« ... Oui, cela l’est. Cependant, je n’ai pas hésité à utiliser mon Invocation sur ces personnes, » déclara Rem.

« Tout à fait, comme il se doit, » déclara Diablo.

Shera et Lumachina étaient en train d’avoir une conversation animée sur la bonne façon de cultiver des fleurs alors qu’elles se tenaient devant le parterre de fleurs. Il semblerait qu’elles n’avaient pas entendu un mot de la conversation des autres Aventuriers.

***

Partie 3

« Êtes-vous des aventuriers ? » Le Marcheur d’Herbes d’avant avait appelé Diablo et les autres.

En raison de ses cheveux courts et excentriques, de sa voix aiguë et de l’expression vive sur son visage, il avait l’air extrêmement joyeux. Ses oreilles de lapin se balançaient d’un côté à l’autre, et à en juger par son allure, il était un explorateur. Il avait l’air d’avoir une personnalité étonnamment animée.

 

 

« Quoi ? » Diablo avait croisé les bras en répondant.

Sentant que cela pourrait conduire rapidement à des problèmes, Rem s’interposa. « ... Nous sommes des aventuriers venus de Faltra, mais qu’en est-il ? »

« Faltra ? Ah, donc êtes-vous juste ici pour faire des achats ? » demanda le Marcheur.

« ... Nous sommes chargés de protéger une certaine personne, bien que cela se terminera après aujourd’hui, » répondit Rem.

« Oh, je tombe bien alors ! Voudriez-vous aller dans un donjon ? Vous avez déjà fait tout le chemin jusqu’à Tour de Zircon, donc je ne pense pas qu’il y ait de mal à s’attaquer à un nouveau donjon pendant que vous y êtes ! »

« ... Un nouveau donjon ? » demanda Rem.

« Ouais, j’en ai trouvé un très bon récemment ! Ça se voit à l’entrée vraiment bizarre que l’endroit n’est pas normal. Le trésor que vous pouvez y trouver est dans une catégorie vraiment à part, je vous le dis ! » déclara le marcheur.

« ... Ça a l’air intéressant, » déclara Rem.

« Qu’en est-il alors ? Je vous présenterai même un guide de donjon expérimenté qui est aussi un pro de l’ouverture des serrures — c’est moi ! » Il avait tendu son pouce, se montrant du doigt.

— Il conteste donc un donjon, hein, pensa Diablo.

C’est vrai, il serait ridicule de repartir les mains vides. Diablo pensait que ce ne serait pas une mauvaise idée d’y aller après avoir terminé leur travail de protection de Lumachina.

« ... Et à quoi ressemble cette entrée “bizarre” ? » demanda Rem.

« C’est tout simplement quelque chose que vous devriez attendre avec impatience après avoir fait un groupe avec moi... c’est vraiment ce que je voudrais dire, mais je vous le ferais quand même savoir, juste pour vous. »

 

« La statue du lion devant les portes peut se déplacer et attaquer les personnes, » déclara le Marcheur

 

Le Marcheur d’Herbes parlait en se donnant des airs de grande importance. En entendant cela, le souffle s’était coincé dans la gorge de Diablo.

— Qu’est-ce qu’il vient de dire !? pensa Diablo.

« D-Dis-m’en plus ! » Il avait soudainement saisi le Marcheur d’Herbes par les épaules.

« Ah !? » s’exclama le Marcheur.

« Toi ! Est-ce que ce donjon a treize étages !? » demanda Diablo.

« J-Je n’en sais rien, on n’est allés qu’au troisième étage..., » répondit le Marcheur

« Le troisième étage, ce qui signifie... Après avoir vaincu les slimes verts, noirs, rouges, bleus, vert foncé, vert clair, jaune foncé dans l’ordre, ils ont dû laisser tomber une clé, n’est-ce pas ? » demanda Diablo.

« Quoi, vraiment !? Je veux dire, ouais, il y avait un tas de slimes de différentes couleurs qui traînaient autour et tout..., » répondit le Marcheur.

« Est-ce que [F43] était écrit au-dessus de la porte de cet étage !? » demanda Diablo.

« Je pense que oui, ouais... Probablement... ? » répondit le Marcheur.

« Ah... ! !! »

— C’est mon donjon, n’est-ce pas !? pensa Diablo.

C’était un vieux jeu rétro qu’il avait pris pour exemple et qui n’existait pas dans ce monde, donc c’était peut-être un peu trop difficile pour eux de le comprendre.

Le Marcheur d’Herbes avait commencé à poser ses propres questions. « Hé, qui êtes-vous !? Tout ce que vous avez dit est vrai ? Vous connaissez le 4e étage ? »

« Eh bien, à ce propos..., » commença Diablo.

Ce serait stupide de tout dire au Marcheur d’Herbes dans cette situation. Si c’était vraiment le donjon de Diablo, son entrepôt serait au rez-de-chaussée. C’était une salle au trésor qui contenait tous les objets qu’il avait rassemblés dans le jeu, et il n’avait pas l’intention de laisser quelqu’un d’autre les avoir.

Il avait lâché les épaules du Marcheur d’Herbes. « Tu devrais oublier tout ça. »

« Qu... Bien sûr que je le peux ! Vous êtes un incroyable aventurier, n’est-ce pas, monsieur ? Allez, allons faire ce donjon ensemble ! Je peux être utile, vous savez ! »

Reprenant ce qu’il faisait avant ça, Rem avait changé le sujet. C’était vraiment une fille intelligente.

« ... Excusez-moi, mais savez-vous quelque chose sur Batutta, le capitaine des Paladins ? Nous sommes venus ici pour le rencontrer. »

« Euh... ? Cette grosse pointure de l’Église ? Hmm... Ouais, il vit dans l’ouest de la ville..., » Le Marcheur d’Herbes avait froncé les sourcils.

— Est-ce qu’il a un problème avec ce type ? Se demanda Diablo.

 

Pendant qu’ils parlaient, Shera était arrivée en courant.

« Diablo, là-bas ! » cria Shera.

« Hm ? »

Lumachina se tenait au milieu de la rue, échangeant des regards enflammés avec un homme humain en armure.

— Uh-oh, des ennuis !? Merde, j’étais trop occupé à parler du donjon ! pensa Diablo.

Rem s’était précipitée vers eux.

« S’est-il passé quelque chose ? » demanda-t-elle en se mettant entre Lumachina et l’homme en armure.

« Cette fille est venue et a commencé à se battre avec moi ! » Il avait craché ses paroles en raison de sa frustration. Il avait montré du doigt Lumachina, qui ne s’était pas éloignée d’un seul pas de l’imposant géant alors qu’elle le regardait fixement.

« Je ne peux pas simplement ignorer le fait que vous frappiez une femme qui demandait de l’aide ! » déclara Lumachina.

Il y avait une femme à côté d’eux, une Panthérienne, qui semblait avoir une trentaine d’années. Elle était assise à plat sur le sol et tenait un bébé enveloppé dans un tissu serré contre elle. Comme Lumachina et l’homme l’avaient fait savoir, elle semblait trop ébranlée pour faire autre chose.

« Si tu veux l’aide du prêtre, fais la queue et fais un don ! » déclara l’homme avec dégoût. « C’est la même chose que si tu emmenais le morveux pleurnichard dans un endroit où les gens mangent, tu ne fais que causer des ennuis à tout le monde ! Quelqu’un qui cause des ennuis aux autres va se faire virer, c’est comme ça ! »

« Croyez-vous être sans péché ? Si vous pensez que vous pouvez vous en tirer en faisant quelque chose comme ça à ceux qui ont moins de chance que vous, alors vous serez punis en excès pour vos transgressions, » déclara Lumachina.

« Haha ! Je n’ai aucun péché ! Après tout, je fais partie de la Brigade Paladine ! » déclara l’homme.

Lumachina avait fait un visage interrogateur. « Hein ? Qu’est-ce que c’est que cette “Brigade Paladine” ? »

Alors même qu’elle l’avait mentionné, l’insigne de l’Église était placé sur l’armure de l’homme. Son armure n’était pas aussi fantaisiste que ce que les Paladins porteraient normalement, et semblait être bon marché, comme quelque chose qu’un aventurier portait en mission. Cela dit, quiconque n’avait pas de lien de parenté avec l’Église ne pourrait pas porter ce symbole sur son armure.

Quelque chose avait tiré sur la cape de Diablo, c’était le Marcheur d’Herbes d’avant.

« Tu es toujours là ? » demanda Diablo.

« C’est cruel, Monsieur ! Mais c’est mauvais là, car ce type fait partie de la Brigade Paladine ! » déclara-t-il.

« Et qu’est-ce que c’est ? Je connais les Paladins, mais pas cette partie “Brigade”, » déclara Diablo.

« Je dirais qu’ils essaient de les copier. Ces gars sont des soldats de l’Église, et des durs à cuire. Ils ressemblent à des bandits. Je ne sais pas comment c’est dans d’autres villes, mais ici, ils aiment causer des problèmes à tous ceux qui s’opposent à eux, » répondit le Marcheur.

« Je vois, » déclara Diablo.

Ils étaient venus demander de l’aide à Batutta...

— Mais nous n’avons peut-être pas de chance, vu que ses subordonnés agissent ainsi, pensa Diablo.

D’après ce qu’il avait pu comprendre de la dispute entre ce type et Lumachina : Il semblait que la Panthérienne était une mère venue demander un miracle à Dieu pour guérir son bébé. Ce type l’avait vue comme une nuisance et l’avait frappée. Lumachina avait vu ce qui s’était passé, et avait commencé à lui donner tout un sermon sur le sujet en étant en colère.

Sa vie était en danger, alors Diablo ne voulait pas qu’elle cause des ennuis... Mais si elle était le genre de personne qui pouvait faire semblant de ne pas voir quand la violence était utilisée contre les faibles, alors l’Organe Cardinal n’aurait jamais été après sa vie en premier lieu.

 

Lumachina était au milieu de son sermon sur le fait qu’il y avait « du péché en chacun d’eux. »

« Ceci a été écrit dans le troisième chapitre des Écritures de la Genèse, que toutes les personnes sont nées en portant le péché..., » il semblerait qu’elle avait parfaitement mémorisé toutes ces choses-là.

Si cet homme prétendait faire partie de l’Église, ce devait être un verset qu’il avait entendu au moins une fois auparavant.

Une faible lumière commençait à émaner du corps de Lumachina. Alors qu’elle récitait les Saintes Écritures, l’énergie magique débordait de son être. C’était un phénomène causé par la prière, il serait donc plus correct de dire que c’était quelque chose de complètement différent qui sortait d’elle.

Le vent était devenu plus fort, et le sable avait semblé dansé dans l’air. Ces incidents anormaux avaient fait fuir les oiseaux du lac et, au loin, Diablo pouvait entendre les chiens hurler.

Rien sur les doctrines de l’Église n’avait été clarifié dans le Croisement de la Rêverie. Considérant que le jeu était une Europe Médieval-Fantastique, il pensait qu’il était probablement basé sur les religions habituelles... Mais ne pas aller trop profondément dans la religion ou la politique était la norme pour ce genre de divertissement insensé.

Et alors que l’homme de la Brigade Paladine avait perdu sa bataille verbale avec Lumachina, il était devenu furieux.

« Agissant comme une personne importante et puissante, tais-toi maintenant ! » cria l’homme.

« Allez-vous m’écouter ? » répliqua Lumachina.

« Aucun aventurier sans valeur ne peut ME forcer, moi, un membre de la puissante Brigade Paladin, à écouter tes stupides sermons ! » cria l’homme.

Serrant sa main en un poing, il effectua un coup de poing sur Lumachina.

 

Le Bâton de Tenma avait alors frappé le visage de l’homme, l’envoyant s’envoler de façon spectaculaire.

 

Il avait volé sur environ cinq mètres, puis il avait glissé sur cinq autres mètres en frottant le sol, puis il s’était arrêté après avoir été enterré à moitié dans le sable.

« Hmph..., » Diablo haussa les épaules. « On dirait qu’il s’agissait d’un cas de “cela entre par une oreille et sort par l’autre”. Il n’y a rien à dire à quelqu’un comme lui. »

Ce genre de conflits devait être une chose régulière ici, puisque la plupart des gens autour d’eux n’y avaient pas fait attention à la situation avant. Mais il avait vraiment attiré leur attention après avoir envoyé un membre de la Brigade Paladine voler sur dix de mètres de distance. Ainsi, une agitation éclata parmi les passants.

Assez étonnamment, l’homme s’était rapidement levé. Du sable s’était répandu depuis son armure, et du sang coulait du côté de sa bouche.

« Argh... Vous... Bande d’enfoirés... !! » cria l’homme.

« Eh bien, eh bien. Tu es un dur à cuire, » déclara Diablo comme pour se moquer de lui.

— Son niveau pourrait être encore plus élevé que celui d’Émile... Mais c’est ce que j’attends de quelqu’un qui vit ici dans l’ancien domaine du Seigneur Démon, pensa Diablo.

« Tu viens de défier l’Église, n’est-ce pas, enfoiré !? » cria l’homme.

« Encore une fois... Les faibles sont toujours si rapides à agir de la même manière que les autres présents dans une telle organisation à laquelle ils prétendent appartenir. Ou peut-être est-ce parce que tu t’identifies à une si grande organisation que tu penses pouvoir être si arrogant ? » demanda Diablo.

« Maintenant, c’est trop tard pour toi ! Je vais te purger là où tu es, ici et maintenant ! » cria l’homme.

L’homme avait dégainé son épée. Les spectateurs qui se rassemblaient autour d’eux dégageaient des halètements de choc et s’éloignaient. Maintenant que Diablo n’avait pas à s’inquiéter qu’ils soient pris dans le combat, cela lui avait rendu les choses plus faciles.

Rem et les autres étaient déjà bien au courant de la façon dont il se battait, restant derrière lui et reculant d’une courte distance. La mère et l’enfant au centre de toute cette agitation avaient également été récupérés par la même occasion.

— Bon sang... Maintenant, comment devrais-je me retenir cette fois ? Dois-je sortir le « Prototype de la Grande Faux » ? ... Non, je suis contre quelqu’un qui est plus fort qu’un guerrier de niveau 50. Il y a une chance que l’utilisation de cette arme me fasse avoir des difficultés quand je me bats contre lui. J’ai aussi quelqu’un que je dois protéger, donc je ne peux prendre aucun risque ici, aussi petit soit-il, se demanda Diablo.

La règle de base pour toute quête d’escorte était de ne jamais laisser l’ennemi s’approcher.

Diablo avait pointé son Bâton de Tenma. « Laissez-vous emporter ! “Explosion” !! »

Bien qu’il ne s’agissait que d’un sort que vous apprendriez au niveau 50, les statistiques de haut niveau de Diablo lui donnaient plus de puissance que d’habitude.

Il avait lancé le sort au niveau du sol. Debout, l’épée tirée, le Paladin avait été emporté par l’effet de l’explosion. Même s’ils se trouvaient à une bonne distance, les citadins étaient paniqués par le vent chaud qui se dégageait de là.

Les panaches de fumée noire s’étaient finalement dissipés et un énorme trou semblait s’être ouvert dans le sol. Quant aux habitants de la ville... tout semblait aller bien.

— Ouf, merci mon Dieu pour tout ça. Je ne veux pas causer trop d’ennuis à tout le monde si je peux l’éviter, pensa Diablo.

L’homme de la brigade Paladin avait de nouveau été enterré à moitié dans le sable, mais il était revenu sur une position verticale bien assez tôt.

« Augh... Agagh !? » s’exclama l’homme.

« Hmph... Donc tu es toujours en vie. Considère-toi comme un homme chanceux, » déclara Diablo.

« Qu... ! !? Tu es... un sorcier élémentaliste !? » s’écria l’homme.

« Tu veux tâter un peu d’un autre sort, n’est-ce pas ? Très bien, alors, le prochain te transformera directement en cendres ! » déclara Diablo.

C’était une menace, bien sûr, mais c’était efficace. Lorsqu’il avait pointé son bâton vers le membre de la brigade, toutes les couleurs avaient disparu du visage de l’homme, et il avait jeté son épée alors qu’il s’enfuyait.

« Eeeeeeeeeeek ~ ~ !! »

« Hehe hehe hehe... Franchement, il était d’une telle faiblesse que c’en était ennuyant, » déclara Diablo.

Bien qu’il soit plein de suffisance, à l’intérieur, Diablo poussa un soupir de soulagement. Il ne savait pas ce qu’il aurait fait si le type ne s’était pas enfui.

***

Partie 4

Tout le monde autour d’eux était dans un vacarme complet.

— Est-ce si mauvais ? Était-ce une erreur d’utiliser la magie au milieu de la ville en plein jour !? Se demanda Diablo.

Il agissait comme s’il était détaché de tout cela, comme un Seigneur Démon, mais une sueur froide se répandait le long de son dos. Rem et Shera avaient du mal à faire face à la situation actuelle.

Lumachina avait parlé à la mère panthérienne. « Vous avez dit plus tôt que vous aviez besoin de l’aide de l’Église, n’est-ce pas ? »

« T-Tout à fait ! Mon bébé ! » répondit la femme.

Elle avait dû être secouée après avoir vu une explosion se déclencher si près d’elle, mais même ainsi, elle avait semblé vouloir indiquer qu’il ne restait plus beaucoup de temps pour son enfant.

— Une mère, hein..., pensa Diablo.

Elle avait retiré le tissu qui couvrait le bébé. Il y avait huit marques « X » noires sur ses jambes, comme si quelqu’un les y avait dessinées. Diablo n’avait pas pu s’empêcher de réagir avec un petit cri de surprise. Il avait aussi vu quelque chose comme ça dans le Croisement de la Rêverie.

Lumachina le regarda bizarrement. « Qu’est-ce que c’est ? »

Avec beaucoup de difficulté, la mère plaida pour sa cause. « C’est la maladie de la Clochette de la Mort, une maladie qui s’est répandue dans toute la ville... Les marques continuent d’apparaître sur les affligés, et une fois que le neuvième apparaît... I-Ils meurent... »

« Qu’est-ce que c’est !? » s’exclama Lumachina.

« Il peut être guéri si la personne reçoit le miracle d’un prêtre, mais..., » déclara la femme.

« Alors, dépêchons-nous et allons à l’église ! » déclara Lumachina.

« Je ne peux pas..., » répondit la mère.

« Pourquoi pas !? » demanda Lumachina.

« C’est parce que..., » il semblerait difficile pour la mère de faire sortir ses mots.

 

« Elle n’a pas l’argent. »

 

Avec ses dents grinçant, le Marcheur d’Herbes de tout à l’heure avait répondu. « Ces gars de l’Église peuvent faire tous ces miracles étonnants, mais ils font payer des prix très élevés pour ces miracles. Et pas seulement pour la maladie de la Clochette de la Mort, ils font la même chose pour d’autres maladies. »

« Comment est-ce possible... ! La vie de cet enfant est en danger ! » demanda Lumachina.

« Je ne sais pas comment font les autres villes, mais c’est comme ça ici. Vous l’avez vu vous-même, ce crétin de la Brigade Paladine l’a frappée parce qu’elle a demandé de l’aide, même si son enfant a des problèmes. »

Les épaules tremblantes, la mère serrait son enfant dans ses bras. Une fois qu’il y avait neuf « X », les affligés mouraient. Le bébé en avait déjà huit.

Diablo avait essayé de s’exprimer — mais que pouvait-il dire ? Sa connaissance de la Maladie de la Clochette de la Mort était quelque chose qu’il avait appris du jeu. La cause et le traitement de la version de ce monde pourraient être complètement différents.

 

Lumachina serra les mains. « J’ai compris ! Je vais les guérir ! »

« ... Hein ? Ce n’est pas si simple..., » déclara le Marcheur d’Herbes, l’air dubitatif.

Retirant le symbole sacré présent autour de sa poitrine, elle se tourna vers l’enfant.

« C’est la première fois que je vois une maladie comme celle-ci, mais les dieux seront assurés de pouvoir les protéger, et nos prières les atteindront certainement. N’est-ce pas vrai ? » Elle s’était tournée vers Diablo.

— Elle pense toujours que je suis un Dieu, hein. Peu importe combien tu me pries, je ne peux même pas guérir un rhume, pensa Diablo.

« Hmph..., » Diablo avait fait un signe de tête magnanime. « Tu devrais être capable de le faire, vu que c’est toi. Ah, mais... Hmm... Ne tiens pas compte de moi, et fais tout comme tu le ferais normalement. »

« D’accord ! » Elle hocha la tête, ses yeux débordaient de confiance.

« Seriez-vous une prêtresse... ? » la mère l’avait suppliée.

« Une inexpérimentée, mais oui, » répondit Lumachina.

Malgré le fait qu’elle était sur le sable, la mère s’était jetée au sol, la tête baissée.

« S’il vous plaît ! S’il vous plaît, sauvez mon enfant ! » cria la femme.

« Très bien. Alors, prions ensemble. Dieu vous sauvera, » déclara Lumachina.

« S-S’il vous plaît ! » demanda la femme.

« Bien sûr ! » répondit Lumachina.

Lumachina s’était agenouillée devant le bébé, récitant les paroles d’une prière. « Ô, grand Seigneur dans les cieux, que la voix de ceux qui cherchent le salut vous parvienne. Guérissez cet enfant de la diabolique maladie qui l’afflige. Accordez-leur votre compassion gracieuse pour leurs péchés, et permettez-leur de vivre... »

Tremblante, la mère serra ses mains l’une contre l’autre. Les habitants de la ville avaient commencé à s’agenouiller l’un après l’autre, y compris Rem et Shera.

Diablo avait commencé à se sentir mal à l’aise. Il était le seul debout, ce qui le faisait ressortir comme un pouce endolori. Mais le fait de s’agenouiller le moindrement allait à l’encontre de l’image du Seigneur Démon selon laquelle il agissait, sans parler du fait qu’il avait fait croire à Lumachina qu’il était lui-même un dieu.

Diablo avait mis une certaine distance entre lui et le cercle de prière, se rafraîchissant à l’ombre d’un des bâtiments voisins.

« Pff... » Diablo poussa un soupir.

« Ne prierez-vous pas ? » demanda une petite voix.

« Hmm ? » demanda Diablo.

Le Marcheur d’Herbes l’avait suivi, affichant un sourire aimable sur son visage. « Je m’appelle Horn. Quel est le vôtre, patron ? »

« Je suis Diablo, un Seigneur Démon d’un autre monde, » répondit Diablo.

« Hein... ? » Il avait l’air un peu surpris, mais il s’était rapidement calmé, pensant probablement que c’était juste une blague ou un surnom.

« Ne vas-tu pas prier non plus ? » demanda Diablo.

« Pas un grand fan de “Dieu” et tout ça. Je n’ai jamais été à l’église, » répondit Horn.

Les gens de ce monde étaient profondément religieux, il était donc rare de trouver quelqu’un qui n’avait jamais été dans une église auparavant.

Horn avait donné un sourire amer. « Ils vous obligent avec ces “contributions” si vous y allez, n’est-ce pas ? Mais je suis fauché. »

« Hm... »

« Je suis venu à la Tour de Zircon parce que je pensais pouvoir faire fortune ici... mais ça ne marche pas très bien, » déclara Horn.

« C’est ce qu’il semblerait, » répondit Diablo.

« C’est pour ça qu’on devrait aller au donjon ensemble, patron ! » déclara Horn.

Diablo avait à peine réussi à s’empêcher d’être d’accord.

— C’est dangereux de me laisser tromper par son apparence enfantine. C’est un Marcheur d’Herbes, il est peut-être même plus vieux que moi, pensa Diablo.

« Je suis occupé en ce moment, » répondit Diablo.

Compte tenu du comportement du type de la Brigade Paladine et du fait qu’ils allaient abandonner la vie d’un enfant, et qu’il avait demandé une contribution pour aider, Diablo sentait qu’on ne pouvait pas faire confiance à Batutta. Il n’avait jamais pensé que Lumachina serait celle qui s’occuperait de tout ça. Si c’était le cas, que devraient-ils faire pour la protéger de l’Organe Cardinal ?

« Hm ? »

Il s’était retourné après avoir senti une intense énergie magique générée par la prière de Lumachina. Une colonne de lumière était montée dans les cieux, dégageant une lumière encore plus brillante que la dernière fois qu’il l’avait vue. Est-ce que l’effet était amélioré à cause de toutes les autres personnes qui s’étaient jointes à elle dans la prière ?

Horn avait tourné son cou, l’air curieux. « Y a-t-il quelque chose dans le ciel ? »

« Eh bien..., » il semblerait que les personnes normales n’étaient pas capables de le voir.

Soudain, des applaudissements et des cris s’étaient fait entendre depuis le cercle de prière.

« Tout va bien ! » « Les marques ont disparu ! » « C’est vraiment génial ! »

Alors qu’elle serrait son enfant dans ses bras, la mère n’arrêtait pas de baisser la tête comme si elle essayait d’enterrer son front dans le sable.

« Merci ! Merci ! Merci... ! » cria la femme.

Le bébé s’était mis à pleurer d’un cri sain.

Lumachina avait essuyé la sueur de son front. « Je suis si contente. Je le suis vraiment. »

Rem et Shera avaient échangé des sourires.

« ... C’est exactement ce que j’attends d’elle, » déclara Rem.

« Super ! Je suis d’accord ! » déclara Shera.

Les cris d’admiration et les louanges des citadins ne s’étaient pas arrêtés après ça, quelqu’un avait commencé à chanter un hymne, et finalement, cela s’était transformé en un chœur contenant de nombreuses personnes chantant avec eux.

— Franchement, Dieu merci pour tout ça, pensa Diablo.

Le visage de Diablo s’était transformé en un petit sourire.

Horn avait la mâchoire relâchée. « Nom d’un chien ! Il faut des heures de prière aux prêtres pour même commencer à faire disparaître les marques ! Elle l’a vraiment fait !? Elle est incroyable ! Elle l’est vraiment, elle est une vraie prêtresse ! »

« Hehe... Bien sûr qu’elle serait capable de faire cela, » déclara Diablo.

Si c’était quelque chose que même les prêtres locaux pouvaient guérir, alors la Grande Prêtresse devrait être capable de le faire — c’est ce qu’il pensait, mais il y avait une chance que le processus de guérison exige un savoir-faire ou des outils spéciaux. Quoi qu’il en soit, il était soulagé de voir qu’après tout, elle avait pu guérir l’enfant.

 

— Maintenant que c’est réglé , passons à l’affaire principale, pensa Diablo.

Diablo avait tourné son attention vers la route qui l’attendait. « Alors, ils sont là. »

Un regard choqué était apparu sur le visage de Horn. « Quoi !? Ils sont déjà là !? Vous devriez filer, et vite ! »

Un groupe d’une vingtaine de membres de la Brigade Paladine s’était avancé vers eux, le type que Diablo avait envoyé voler plus tôt en tête du groupe.

Diablo s’était placé au milieu de la route pour les saluer.

« Horn, ou quel que soit ton nom... Si tu ne veux pas être pris dans cette affaire, alors tu devrais..., » déclara Diablo.

Mais l’individu nommé était déjà parti depuis longtemps.

— Merde, il s’enfuit vite ! pensa Diablo.

C’était vraiment un Marcheur d’Herbes après tout. Bien qu’ils soient fragiles et manquent de puissance, ils étaient issus d’une race qui se spécialisait dans les opérations secrètes et possédait une grande agilité.

« Moins il y a de monde, plus il m’est facile de me battre, donc tout cela m’arrange, » déclara Diablo.

Diablo avait préparé son Bâton de Tenma pour ce qui allait suivre.

***

Partie 5

Diablo avait prévu qu’il devrait battre vingt autres gars de la Brigade Paladine. Cependant...

— Qu’est-ce qui se passe ici ? pensa Diablo.

Les habitants de la ville avaient formé un mur devant Diablo et les autres. C’étaient toutes les personnes qui avaient prié avec Lumachina tout à l’heure.

 

Ce mur se dressait sur le chemin de la Brigade Paladine, et chacun d’entre eux affichait sur leur visage un regard empli de détermination.

 

« Dégagez d’ici, Brigade Paladine ! » « Oui, c’est vrai ! » « On ne vous laissera pas les toucher ! »

Diablo était choqué.

— C’est donc ça l’influence d’une Grande Prêtresse ! pensa Diablo.

Il n’avait jamais imaginé qu’elle transformerait tout le monde autour d’elle en croyants avec une seule prière. Ils n’avaient aucune idée du statut qu’elle avait, ils admiraient simplement ce qu’elle avait fait et était devenu un bouclier pour la protéger de la Brigade Paladine. Ils n’avaient même pas d’armes.

— Ils risquent leur vie pour des gens qu’ils viennent de rencontrer... C’est comme une capacité de triche en soi. C’était si facile que je ne peux même pas l’utiliser comme matériel pour une histoire d’édification de la nation si je le voulais. C’est au même niveau que d’avoir l’influence d’un roi, pensa Diablo.

C’était loin de ce que pouvait faire Diablo, qui n’avait jamais été dans un groupe, et avait encore moins pu se faire un seul ami dans le jeu.

 

Si la Brigade de Paladins devait reculer à cause des appels répétés pour leur dire de se perdre, ils n’auraient jamais été étiquetés comme étant presque des bandits.

Un Panthérien plusieurs fois plus grand que les autres avait fait un pas en avant, bien qu’il ressemblait plus à un ours qu’à une panthère à ce stade.

« Gufufu... Ce n’est pas intéressant. Je ne sais pas ce qui s’est passé ici, mais je vais vous rappeler le pouvoir de l’Église ! » déclara-t-il.

Il tenait un javelot plus grand que tout son corps — une lance lourde. C’était habituellement quelque chose que vous utilisiez en montant sur le dos d’un cheval, pas à pied, mais ce type avait balancé cette arme comme s’il s’agissait d’une canne. Il ne le saurait pas à moins qu’il ne se batte contre ce gars, mais Diablo pensait que l’utilisateur de lance était quelqu’un contre qui il n’aurait pas à se retenir.

Il n’y avait personne dans le groupe qui était habillé comme un Paladin, ce qui signifie que Batutta n’était pas venu.

— Maintenant, que faire ? Se demanda Diablo.

Il y avait un mur de personnes entre le groupe de Diablo et la Brigade Paladine. Il appréciait leur courage en devenant un bouclier pour eux, mais à ce rythme, ils ne pourraient que se laisser toucher par ses sorts.

— Il faut une seconde pour se préparer, mais peut-être « Mur Volcanique » serait bien ? De cette façon, je peux faire un mur de feu entre ces personnes et la brigade.

Dois-je ajouter une Pluie d’Explosions en plus de ça ? Est-ce que je les tuerais si je faisais un coup direct ? Se demanda Diablo.

À partir de ce qu’il pouvait obtenir comme informations sur les PV et RM de son ennemi (leur résistance magique), il pouvait calculer le genre de dégâts qu’il leur infligerait.

 

Le son d’une cloche d’alarme avait choqué toutes les personnes présentes.

 

Bien que la Brigade Paladine et les habitants de la ville se regardaient l’un et l’autre jusqu’à présent, un pandémonium avait éclaté des deux côtés.

— Qu’est-ce qui vient de se passer !? Se demanda Diablo.

Quelqu’un avait alors crié :

 

« Il y a un monstre, un monstre gigantesque ! C’est une “Baleine des Sables” !! »

 

Ces mots équivalaient à l’arrivée d’un grand désastre.

***

Partie 6

Il existait un navire des sables qui pouvait transporter plus d’une centaine de personnes, connu sous le nom de navire de classe « Galion ». Il y avait trois voiles, avec trois mâts pour les accompagner, chaque mât mesurant soixante mètres de haut, et les voiles du bateau géant étaient complètement déployées en avançant à pleine vitesse.

Il fuyait quelque chose.

Il y avait une énorme baliste sur le pont du navire, dont le cordon de traction était actionné par une poignée, mais personne n’avait pris la peine de l’utiliser pour repousser leur poursuivant — et c’était tout simplement parce qu’il n’y avait pas de raison de le faire. Tout ce qu’ils pouvaient faire maintenant était de prier Dieu et le vent.

Le navire de la classe Galion, un vaisseau beaucoup plus grand que celui que Diablo et les autres avaient pris, était poursuivi par un monstre plusieurs fois plus grand que lui, projetant des nuages de sable dans les airs au fur et à mesure qu’il les poursuivait. C’était une baleine de couleur beige, nageant dans l’océan de sable. Son extérieur était aussi dur que la pierre, et pouvait même rivaliser avec les écailles de dragon en matière de robustesse. Il avait été dit que les armes des Races ne pouvaient pas faire une seule égratignure dessus. La longueur de son corps totalisait plus de 300 mètres de long, et il se vantait d’avoir la plus grande bouche de tous les monstres de ce monde. S’il plongeait dans la ville, il pourrait dévorer les bâtiments en quantité. Il était assez grand pour être décrit comme une montagne ou une île, et c’était un monstre qui rivalisait avec un Béhémoth Vert ou Serpent des Mers en taille.

 

Les habitants de la ville, la Brigade Paladine — rien de tout cela n’avait plus d’importance. Les cris de terreur, les cris d’indignation et les protestations se mélangeaient.

« Pourquoi se dirige-t-il vers la ville ? »

« Il faut qu’on se tire d’ici ! »

« Pour aller où !? On n’y arrivera pas maintenant ! »

« Le Capitaine des Paladins pourrait être capable de faire quelque chose ! »

« Que quelqu’un se dépêche de le faire venir ! »

« Oh, mon Dieu, c’est déjà si près ! C’est finiiiiiii !! »

Comme Batutta était le gouverneur de cette ville, il semblait que les gens pensaient qu’il pourrait faire quelque chose à ce sujet.

C’était très proche maintenant, et ils pouvaient tous voir clairement la Baleine des Sables. Ça ne lui prendrait probablement même pas une dizaine minutes pour arriver.

Quelqu’un avec une bonne vue regardait à l’horizon, et Diablo avait réussi à entendre la conversation qui avait suivi :

« Oh, bonté divine ! Ces idiots se dirigent vers la ville sur un navire des sables ! »

« S’enfuient-ils jusqu’ici !? »

« Non, ils ont un peu dévié pour ça ! Mon Dieu — ils essaient de forcer le monstre à aller vers la ville pour qu’ils puissent s’enfuir ! »

« Quoiiiiiii !? »

Le sable se trouvant là avait commencé à trembler, ce qui leur avait fait ressentir cela comme un tremblement de la terre. Était-ce parce que la Baleine des Sables approchait ? Il n’aurait jamais pu vivre une telle chose dans le jeu.

Rem et Shera étaient arrivées en courant vers lui.

« D-Diablo, qu’est-ce qu’on fait ? » demanda Rem.

« Waaaaaaaah ! Qu’est-ce qu’on fait, qu’est-ce qu’on fait, qu’est-ce qu’on fait, qu’est-ce qu’on fait ? » demanda Shera.

Lumachina était aussi avec elles. Elle restait stoïque et gardait sa lèvre supérieure raide, mais il pouvait dire qu’elle avait peur à cause de ses genoux qui tremblaient.

Même s’ils savaient que c’était inutile, les habitants de la ville avaient commencé à fuir pour sauver leur vie. La Baleine des Sables s’approchait par l’est, alors ils couraient tous vers l’ouest.

— Si j’utilisais ce sort de vol que j’ai pratiqué plus tôt, je ne pourrais faire sortir que nous d’ici..., pensa Diablo.

Des habitants de la ville avaient titubé jusqu’à Lumachina, se rassemblant autour d’elle. Ils étaient une trentaine, agenouillés autour d’elle en prière.

« Dieu... »

« Sauvez-nous... »

« S’il vous plaît, ô, Seigneur... »

Lumachina était totalement perdue, et elle ne savait pas ce qu’elle devait faire. Mais c’était compréhensible. Après tout, ils avaient tous été soudainement confrontés à une situation que l’on pourrait appeler une calamité.

Diablo soupira.

— C’est pourquoi je suis si négatif quand il s’agit de religion. Chaque fois que quelque chose qui échappe à votre contrôle arrive, tout le monde commence à se tourner vers Dieu pour obtenir de l’aide. Même si vous ne pouvez rien faire par vous-même, il y a tant d’autres choses que vous pourriez faire, comme coopérer avec d’autres personnes ou trouver quelqu’un d’autre sur qui vous pouvez compter, pensa Diablo.

Bien qu’ils savaient que cela ne servait à rien, même les autres personnes qui couraient vers l’ouest étaient meilleures que ces croyants.

— Mais la raison pour laquelle je pense ainsi est peut-être simplement due à la faible présence d’une religion unie au Japon, pensa Diablo.

Dans tous les cas, s’enfuir seuls en utilisant la Magie de Vol était probablement hors de question. Lumachina n’en serait pas satisfaite, c’est sûr.

Diablo se tenait sur le sable, fixant son regard sur la Baleine des Sables. Elle s’approchait de plus en plus près, soulevant des nuages de sable au fur et à mesure qu’elle bougeait.

— Ah, eh bien, je vais devoir relever mes manches ! pensa Diablo.

« Rem ! » déclara Diablo.

« O-Oui ! » répondit Rem.

« Je vais utiliser mon Multiplexage de la Magie. Alors, méfie-toi de notre environnement ! Cela me laisse assez exposé, » déclara Diablo.

« Compris... ! Je vais faire venir une Invocation que vous pourrez utiliser comme bouclier, » déclara Rem.

« Shera, tu protèges Lumachina. Ne permets à aucune personne suspecte de s’approcher d’elle. Si cela survenait, tire-leur dessus, » ordonna Diablo.

« D-D’accord, cela me va ! J’enverrai mon Dindon Tireur pour aussi faire le guet ! » répondit Shera.

Lumachina était entourée d’adorateurs (à ce point, il devrait être correct de les appeler ainsi) qui étaient tous en train d’offrir leurs prières à Dieu. Il ne pensait pas qu’ils essaieraient de l’approcher, mais c’était juste pour être sûr.

Shera avait sorti son arc noir, se positionnant à côté de Lumachina. Elle avait ensuite fait venir son Invocation, qu’elle avait envoyée dans les airs. Bien qu’elle soit lente et faible, elle avait la capacité d’observer tout ce qui se passait dans le ciel.

Rem avait fait venir son « Golem de Pierre » et son « Gorille de Fer » nouvellement acquis, deux Invocations qui excellaient dans les rôles de protecteurs.

Diablo se concentrait sur sa cible, mais ses mains tremblaient.

— Putain, ça me rend nerveux..., pensa-t-il.

Après tout, il s’agissait d’un sort qu’il utilisait encore moins que l’Abysse de l’Apocalypse. Il était verrouillé en place jusqu’à ce qu’il s’active, et il ne serait pas capable de jeter d’autres sorts. Il l’avait appris sur un coup de tête, mais pour un joueur solo comme Diablo, il n’avait pas vraiment eu la chance de l’utiliser.

— Puis-je utiliser un sort avec lequel je n’ai pas vraiment beaucoup d’expérience dans ce monde ? Se demanda Diablo.

Il se souvenait de la première fois qu’il avait utilisé la magie, juste après avoir été convoqué dans ce monde. Son pouls battait la chamade.

Diablo avait pointé son Bâton de Tenma vers sa cible.

— Multiplexage de la Magie ! pensa Diablo.

C’était une technique qui superposait trois sorts l’un sur l’autre, les envoyant comme s’il s’agissait que d’un seul. Cela prenait un temps démesuré pour se préparer, et était annulé si le lanceur de sorts prenait des dégâts en plein milieu de celui-ci, les vidant d’une énorme quantité de mana. De plus, elle avait été traitée comme une « capacité spéciale », ce qui signifiait qu’il ne pouvait pas l’utiliser plusieurs fois de suite. Si elle n’était pas activée maintenant, il lui faudrait un peu de temps avant qu’il puisse réessayer.

En gros, il s’agissait d’une bataille décisive.

Diablo avait commencé à chanter le premier des trois sorts :

 

« Que les ténèbres, plus noires que le noir, nées de la morosité du monde souterrain, se rassemblent et forment un arc de cercle... “Sollicitation de l’Arc de la Noirceur” ! »

 

La pointe de son bâton agissant comme un point central, et une lumière noire s’étendait au-dessus et en dessous. Cela ressemblait maintenant à l’arc que Shera portait, mais sa taille était incomparable. L’extrémité inférieure de l’arc pénétrait dans le sol, tandis que la partie supérieure était plusieurs fois plus haute que la hauteur totale de Diablo.

 

« Vide qui avale toute Création, viens à moi... “Flèche du Trou Noir” ! »

 

Une sphère sombre et brumeuse apparut en haut de son bâton. C’était un trou qui dévorait tout, la lumière et le reste.

 

Les tremblements devenaient de plus en plus intenses et les tentes commençaient à s’effondrer. Des fissures étaient apparues dans les bâtiments de pierre alors que le navire en fuite passait le long de la ville. Ils essayaient vraiment de pousser la Baleine des Sables dans la ville pour qu’ils soient les seuls à pouvoir s’échapper.

— Mais je dois l’ignorer pour l’instant, pensa Diablo.

Un monstre aussi imposant que la ville elle-même s’approchait d’eux. La Baleine des Sables avait ouvert sa bouche caverneuse.

Le rythme cardiaque de Diablo avait grimpé en flèche. La terreur s’installait en lui, et sa respiration devint plus inégale. C’était très différent de ce qu’il se souvenait avoir vu sur son écran d’ordinateur !

 

— E-Est-ce que la magie d’une seule personne... peut-elle même fonctionner sur un monstre aussi grand qu’une montagne !? Se demanda-t-il.

 

Le doute était apparu dans son esprit.

 

— Non, ce n’est pas le moment d’hésiter ! C’est comme quand j’ai utilisé la magie pour la première fois ici ! Je dois croire en moi-même, en moi ! Non — je dois croire en Diablo ! Je suis Diablo, un Seigneur Démon d’un autre monde, pensa Diablo.

 

« Flèche du vide, perce et intercale-toi entre le ciel et la terre ! “Abîme Gravitationnel” !! »

 

Il avait rugi de toutes ses forces et il avait envoyé la flèche noire étincelante qui s’était mise à voler vers le monstre gigantesque.

L’atmosphère elle-même avait tremblé lorsque la cristallisation de ces trois sorts ultimes avait frappé directement le bout du nez de la Baleine des Sables.

Puis le sort s’était activé. Un trou noir avait arraché la peau solide du monstre. La peau assez résistante pour rivaliser avec les écailles de dragon avait été arrachée de son corps, aspirée dans un trou si petit qu’elle ne pouvait même pas être vue de si loin.

L’avance du monstre avait été stoppée net.

 

— Oh, bien sûr que oui ! Ça a marché... !! se dit Diablo.

 

Tout en effectuant une pose de la victoire à l’intérieur de son esprit, Diablo gardait le regard fixé sur le monstre, gardant une expression froide sur son visage. Peu de temps après ça, il y avait eu une onde de choc inverse, et une force qui avait tout attiré vers le monstre avait atteint la ville. C’était comme si quelque chose le poussait par-derrière.

Le sable commençait à se rassembler vers la Baleine des Sables. Les tentes s’étaient envolées, et de petits objets avaient été renversés partout. Une partie d’un mur de pierre brisé se dirigeait vers elle. Même les gens étaient presque entraînés par le vide, mais les autres autour d’eux avaient réussi à s’agripper et à les ramener.

Les vents d’un niveau du typhon avaient continué à souffler avec une énorme fureur. Diablo pouvait entendre le son d’objets solides se briser en succession rapide alors que la Baleine des Sables s’enfonçait lentement dans le trou super miniaturisé.

L’air avait tremblé.

« OOOOOOOOOOOOOOORRRHHHHHHHHHHN!! »

— Est-ce le cri d’un grand monstre ? Se demanda-t-il.

En tout cas, cette chose était énorme. Bien trop énorme.

L’effet du sort allait bientôt s’arrêter, et il n’avait pas encore vaincu l’énorme bête.

Diablo avait réfléchi à ce qu’il pourrait utiliser comme autre magie. Il ne serait pas capable d’utiliser quoi que ce soit comme Multiplexage de la Magie pendant un certain temps, donc un autre sort à dégâts élevés qui serait efficace contre une Baleine des Sables devrait être...

***

Partie 7

Un éclair de lumière était venu d’un coin de la ville. Diablo pouvait sentir qu’il était imprégné d’une quantité substantielle de Points d’Endurance.

 

Il s’agissait d’une capacité martiale de longue portée.

Il ne savait pas quelle arme l’utilisateur portait, donc le nom de la technique n’était pas clair, mais c’était à tous les coups une capacité martiale, et il n’avait aucun doute à ce sujet. Il n’avait pas la même puissance que la Multiplexage de la Magie que Diablo avait utilisée puisque les sorts étaient les seules choses qui possédaient assez de puissance pour changer le terrain lui-même. Cependant, les guerriers avaient pu utiliser leurs attaques spéciales l’une après l’autre.

Des éclairs de lumière avaient été déclenchés en succession rapide. Son avance s’était arrêtée et comme les écailles de son museau avaient été arrachées en raison de l’Abîme Gravitationnel de Diablo, la Baleine des Sables subissait des dommages constants à cause de l’assaut.

 

Pour couronner le tout, l’instant d’après, le bruit des coups de feu s’était fait entendre de derrière lui. C’était un bruit qui avait ébranlé Diablo jusqu’au tréfonds de son cœur, comme s’il écoutait le tir du son canon principal d’un char d’assaut. Non seulement cela avait atteint ses tympans, mais c’était quelque chose qu’il pouvait sentir avec sa peau.

*BOOM !*

*BOOM !*

*BOOM !*

Ce son n’arrêtait pas de se répéter. Et puis, une dizaine de secondes plus tard, le corps de la Baleine des Sables avait subi des explosions. Une chaîne d’explosions avait secoué l’extérieur durci du monstre, comme si quelqu’un avait placé des bombes sous sa peau.

*BAM !*

*BAM !*

*BAM !*

— Est-ce que ça pourrait être... un Fusilier Magique !? Se demanda-t-il.

L’une des classes de niveau supérieur disponibles pour un Archer qui avait investi dans sa statistique de magie s’appelait un « Fusilier Magique ». Considérant que le niveau moyen de ce monde était si bas, il pensait qu’ils n’existaient peut-être même pas... Pourtant, ils étaient là.

Les fusils magiques étaient un type d’arme unique utilisée par les Fusiliers Magiques qui tiraient des balles imprégnées de magie. En ajoutant plus de magie lors des tirs, ils pouvaient déclencher des attaques suffisamment puissantes pour rivaliser avec les sorts élémentaires.

Lorsque la classe avait été implantée pour la première fois dans le Croisement de la Rêverie, elle était tellement surpuissante qu’il fallait constamment la rabaisser. Les joueurs avaient crié sur les Fusiliers Magiques lorsqu’ils avaient été présentés pour la première fois au jeu, étant appelés « casseur de jeu », « tricheurs officiels » et même « briseurs d’équilibre ».

— Si la version originale de la classe existe dans ce monde, ce serait un vrai casse-pieds, pensa Diablo.

 

L’air avait tremblé une fois de plus face au cri de la Baleine des Sables. En pleine agonie, elle s’était enfoncée dans le sable.

— L’a-t-on battu ? Ou bien est-ce qu’elle s’est juste enfuie ? Il n’y a pas de résultats après-bataille qui surgissent comme dans le jeu, et tu n’obtiens pas non plus de PX ou de libérations d’objets, pensa-t-il.

Pour cette raison, il ne pouvait pas confirmer le résultat de sa bataille tout à l’heure, mais au moins les tremblements diminuaient, et le sentiment d’oppression qui s’emparait de la ville disparaissait lentement. Une chose était certaine : La Baleine des Sables avait quitté les environs de la Tour de Zircon.

 

« Hmph..., » Diablo avait grogné. « Quelle nuisance c’était ! »

« ... Vous êtes vraiment... incroyable..., » Rem avait essuyé les larmes de ses yeux.

Shera s’était précipitée vers lui, sautant sur lui et plaçant ses bras autour de lui.

« Super !! Vous êtes incroyable, comme je l’imaginais de votre part ! Vous êtes vraiment incroyable, Diabloooooo !! » Alors qu’elle pressait sa poitrine contre lui, il avait l’impression qu’un sourire ridicule pourrait apparaître à tout moment sur son visage.

— Ah, ce n’est pas bien ! Un Seigneur Démon ne peut pas avoir l’air idiot simplement, car une elfe à forte poitrine se colle sur lui ! pensa Diablo.

Tout en serrant les dents, il avait arraché Shera de lui. Alors qu’il essayait de la repousser, il avait fini par attraper quelque chose de doux et de moelleux.

« Mngh..., » Shera avait faiblement gémi. « Diablo, pervers. »

— C-Ce n’était pas voulu, je le jure ! Mais trouver des excuses n’est pas du tout comme un Seigneur Démon agirait. Un Seigneur Démon ne s’exciterait jamais pour des seins ! Jamais ! Mais... alors, qu’est-ce que je fais là !? pensa-t-il.

Alors qu’il était resté profondément dans ses pensées, ses doigts étaient restés accrochés à la poitrine de Shera, poussant et tirant contre elle. Elle était devenue rouge jusqu’au bout de ses longues oreilles.

« Ah, hmm... Diablo, vous ne pouvez pas... Pas quand nous sommes dehors... Tout le monde regarde..., » déclara Shera.

— Donc tant qu’on n’est pas dehors, tout est correct !? Se demanda Diablo.

Rem avait retiré Shera du corps de Diablo. « Combien de temps tu vas continuer à faire ça ! C’est indécent ! »

La sensation douce avait quitté son corps. Il était soulagé, mais d’une certaine façon, il était également un peu triste...

Diablo s’était éclairci la gorge, évitant le contact visuel avec le regard réprobateur de Rem. Au moins, il était content d’avoir protégé la ville.

Se retournant pour regarder — Lumachina s’était agenouillée, ses mains se serraient les unes contre les autres.

« Mon Dieu... Merci ! Vous avez toute ma gratitude ! » déclara Lumachina.

Ces mots étaient destinés à Diablo, semble-t-il. Mais les personnes autour d’eux ne penseraient jamais que Lumachina faisait référence au Démon devant elle comme s’il était un dieu. Ils avaient simplement joint les mains et avaient regardé vers le haut, offrant des paroles de gratitude aux cieux.

N’importe quelle personne normale n’aurait peut-être même pas compris que Diablo avait utilisé la magie. Après tout, la seule chose que les gens pensaient que la magie élémentaire pouvait faire dans ce monde était de conjurer une légère brise.

 

Malgré tout, la Brigade Paladine était restée.

 

Diablo haussa les épaules d’un grognement. « Hmph. Vous êtes toujours là ? »

« Hngh !? »

Lorsqu’il les avait appelés, ils avaient fini par sortir de leur stupeur collective. Si l’on se mettait à leur place, alors on pourrait se dire qu’ils étaient probablement tous prêts à mourir après l’apparition soudaine de la Baleine des Sables. Puis était arrivé ce Sorcier qui avait osé faire face à cette calamité et se battre, et qui avait réussi à repousser la bête en utilisant la magie élémentaire avec une puissance qui dépassait leurs attentes les plus folles. Il n’était pas difficile de les imaginer dans un état de choc majeur à cause de ça.

— Eh bien, je suppose qu’il y avait aussi cette capacité martiale et le barrage fait par le Fusilier Magique, pensa Diablo.

Diablo avait dirigé son bâton vers la Brigade Paladine.

« Je vais le dire maintenant... mais je ne me retiendrai pas. Pour ceux qui sont prêts à se transformer en cendres, dégainez vos épées, » déclara Diablo.

En pleine panique, le Panthérien semblable à un ours avait jeté sa lance au sol. Il était tombé à genoux, la tête inclinée, les autres membres de la brigade avaient agi de la même manière.

« « Nous sommes désolééééés !! » »

« ... Très bien, » déclara Diablo en faisant un grognement.

On aurait dit qu’ils comprenaient maintenant la différence de leurs forces.

 

Mais ça ne s’était pas terminé comme ça. D’une certaine manière, quelque chose d’encore plus gênant que la Baleine des Sables venait d’apparaître.

***

Partie 8

Il était arrivé à cheval puis il était descendu de là — un Paladin et non pas l’un de ces faux membres de la Brigade Paladine, mais un vrai Paladin. Il portait une armure familière et une lance qui débordait pratiquement d’énergie magique. C’était un homme dans les années dorées de sa vie, quelque part au même âge que Galford. Il portait une barbe abondante qui descendait jusqu’à sa poitrine.

Je pensais qu’il pourrait être un nain... mais je suppose qu’il est humain, pensa Diablo.

La discrimination contre les races était particulièrement forte dans la capitale. Donc seul des Humains étant nommés à des postes importants. Il était très probable qu’il n’y avait pas de nains parmi les Paladins.

Le Paladin regarda Diablo, son expression déjà sévère devenant encore plus sinistre. Si Galford symbolisait le mot « strict » selon Diablo, alors ce type était plus comme un « boss de l’obstination ».

Le Paladin avait ouvert la bouche. « Est-ce vous qui avez utilisé cette magie tout à l’heure... ? »

Avant que Diablo ne puisse répondre, la Brigade Paladine s’était relevée.

« Chef ! » Ils avaient recommencé à être arrogants.

L’homme que Diablo avait envoyé voler plus tôt s’était pavané vers lui. « Hehe hehe hehe... Hé, Sorcier ! Tu as agi comme si tu étais un grand homme, mais c’est fini maintenant ! C’est le capitaine des Paladins, le grand Sire Batutta ! Qu’est-ce que tu penses de ça !? »

« Donc, c’est bien ce que je pensais, » déclara Diablo avant de pousser un soupir.

Diablo était à moitié déçu. Le capitaine des Paladins pour qui ils s’étaient donné tout ce mal pour pouvoir avoir une rencontre était le chef d’un groupe de voyous.

Batutta était resté silencieux.

— C’est vrai, je suppose qu’il m’a posé une question, pensa Diablo.

Diablo avait haussé les épaules. « Si tu parles du sort qui a repoussé cette Baleine des Sables plus tôt, alors oui, c’était ma magie. Et toi, tu as utilisé une sorte de capacité martiale ? »

« Aye. C’était ma “Frappe des Sept Étoiles”, » répondit Batutta.

« Hm !? »

— Une technique de niveau 130 !? pensa Diablo.

Il y avait toujours un écart dans leurs statistiques, mais selon la situation et la façon dont il agissait dans la bataille, il y avait une chance qu’il puisse vaincre Diablo dans un tel combat. Compte tenu des pertes subies dans la réserve de magie de Diablo, il s’attendait à une bataille extrêmement difficile pour lui-même.

Ses paumes commençaient à transpirer, cela faisait longtemps qu’il n’avait pas ressenti cette tension.

Les membres de la Brigade Paladine affichaient sur leurs visages un air suffisant en raison de leur triomphe certain.

« À genoux, Sorcier ! Connais ta place ! Même si Dieu te pardonne de parler avec tant de légèreté à Sire Batutta, nous ne le ferons pas ! »

« Tch... »

Les membres de la Brigade étaient absolument extatiques, se laissant emporter plus que jamais. Dans un monde comme celui-ci où le niveau 50 était considéré comme « le plus fort de la ville », Batutta était de niveau 130 ou plus. Les membres de la Brigade commettaient l’erreur de penser que leur chef n’avait pas d’égal.

— On dirait que je ne pourrai pas éviter une bataille, pensa Diablo.

Alors qu’il les regardait tous, Lumachina était venue du côté de Diablo.

— Whoa, whoa, whoa, whoa, c’est trop dangereux ! pensa Diablo.

« Est-ce que cette personne est Batutta, Capitaine des Paladins ? » demanda Lumachina.

« Incline-toi, femme !! » L’un des membres de la Brigade Paladine lui avait crié dessus, avec ses yeux injectés de sang.

Lumachina ignorait ses cris de fureur, ne regardant que Batutta. « Qu’est-ce que ça veut dire, Capitaine ? Qu’est-ce c’est que cette “Brigade Paladine” dont ces gens prétendent faire partie ? Je ne me souviens pas avoir donné la permission pour qu’une telle chose se produise. Est-ce que l’Organe Cardinal l’a permis ? Ou est-ce quelque chose que vous avez créé de votre propre gré ? »

Batutta avait un regard empli de curiosité sur son visage en réponse à ce qu’elle avait dit. Il la fixa intensément. Puis, soudain, des perles de sueur commencèrent à se former sur son front.

« Vous... Vous êtes..., » balbutia Batutta.

Un membre de la Brigade avait dégainé son épée. « Laissez-moi faire, chef ! Je vais leur montrer comment ils devraient agir envers le Capitaine des Paladins ! »

« ... Pourriez-vous être... la Grande Prêtresse ? Êtes-vous la Grande Prêtresse !? » demanda Batutta.

« Je crois que c’est la première fois que nous nous rencontrons, » répondit Lumachina.

« Je vous ai vu une fois quand vous n’étiez qu’un bébé ! Il-Il n’y a personne d’autre qui pourrait posséder une telle lumière divine ! » répondit Batutta.

« Je vois, quand j’étais bébé... Pardonnez-moi d’être impolie, » déclara Lumachina.

Lumachina avait uni ses mains. Le symbole étincelant de l’Église était apparu devant sa poitrine, émettant une lumière chaude et douce qui s’était répandue dans la région. Les citadins qui nous regardaient de loin avaient émis des voix d’émerveillement, joignant leurs mains et s’agenouillant.

« Ô, Seigneur... »

« Elle est la Grande Prêtresse... »

« Il s’agit véritablement d’un spectacle à contempler... »

Diablo les entendait chuchoter.

« M-Mes plus humbles excuses ! Je ne peux pas m’excuser assez pour mon manque de respect ! » Batutta s’était aussi agenouillé.

« Quoi !? Euh !? Euh !? »

Voir leur chef incliner la tête devant quelqu’un d’autre avait complètement agité les membres de la Brigade. Leurs yeux n’arrêtaient pas d’aller et venir vers Lumachina. Voyant à quel point ils étaient incapables de comprendre la situation, Batutta avait rugi.

« Imbéciles insolents ! Êtes-vous conscient de qui se tient devant vous !? Il s’agit de la Sainte qui livre la parole de Dieu à toutes les églises — la Grande Prêtresse Lumachina Weselia ! Connaissez votre place et prosternez-vous, MAINTENANT !! »

« Eeeeeeeek !? »

Ils semblaient plus effrayés par l’attitude menaçante de Batutta que par le contenu de ce qu’il disait. Les deux mains sur le sol, les membres de la Brigade Paladine avaient placé leur front contre le sable.

Lumachina poussa un soupir. « Dieu vous regarde... Plutôt que de vous incliner devant moi, je suis sûr qu’ils préféreraient que vous tendiez la main et que vous aidiez ceux qui le demandent. »

« Urk !? E... Eep... »

La respiration des hommes devant elle devenait plus incontrôlable. Ils transpiraient abondamment alors que leur corps tremblait de façon incontrôlable. Il semble qu’ils avaient finalement réalisé ce qu’ils étaient coupables d’avoir fait, et à qui ils l’avaient fait.

 

— Vous récoltez ce que vous semez, les gars. Ça devrait être une bonne pilule à avaler, pensa Diablo.

Diablo avait laissé échapper un rire méprisant pendant que Rem et Shera se blottissaient de part et d’autre de lui.

« ... Je me sens un peu mieux maintenant, » déclara Rem.

« Hahahaha ! Moi aussi ! » déclara Shera.

Diablo ne pouvait pas être en désaccord avec ça.

« ... Alors, ce devrait annoncer la fin de notre escorte, non ? » demanda Rem.

« Elle devrait être bien avec ce type, non ? » demanda Shera.

Diablo avait décidé de ne pas encore répondre à cette question.

***

Partie 9

« On dirait que vous avez des visiteurs amusants, bandes d’escrocs. »

 

« Hm !? »

Batutta avait pris sa lance, regardant au-dessus de lui. Diablo avait aussi regardé vers le haut pour voir quelqu’un debout au milieu des airs. Il se tenait dans le ciel sans rien sur quoi se tenir, sa cape rouge flottant dans la brise.

— Est-ce que c’est... les « Ailes Cramoisies » !? Se demanda Diablo.

Il s’agissait d’une pièce d’équipement à peu près aussi rare que le Rideau des Sombres Nuages de Diablo et imprégné de Magie de Vol. Se reposant sur son épaule était un fusil presque aussi long que la longueur totale de son corps.

— C’était donc le Fusilier Magique d’avant !? Se demanda Diablo.

« Dis ce que vous voulez de moi, mais toute insulte à cette personne et votre tête est aussi bonne que la mienne, Laminitus ! » Batutta avait fait retentir sa réponse.

« Vous devriez ajouter “la Grande” en faisant référence à la “Grande Laminitus”, espèce d’escroc irritable, » répliqua l’autre.

C’est alors que Diablo avait finalement remarqué — .

— Une voix de femme... !!? pensa Diablo.

 

Le Fusilier Magique avec la cape rouge vif était descendu des airs.

— Oui, c’est bien une femme, pensa Diablo.

Elle descendit doucement sur le sol sablonneux, montrant sa parfaite maîtrise des Ailes Cramoisies. On pouvait presque sentir son sex-appeal quand elle avait atterri. Elle semblait avoir à peu près le même âge que Diablo — et tout aussi arrogante, à en juger par son attitude.

Après avoir jeté qu’un seul coup d’œil à Batutta, elle avait tourné son attention vers Lumachina.

« Nous sommes le souverain de la Tour de Zircon, Fanis Laminitus. Et vous seriez la Grande Prêtresse, Nous supposons ? » demanda-t-elle.

Ses lèvres écarlates bougeaient si légèrement.

 

 

Quelque chose semblait... inapproprié à propos de la façon dont elle avait agi.

« ... Vu la façon dont elle parle, il semble qu’elle se considère plus comme la dirigeante d’une nation que comme une gouvernante, » chuchota Rem à l’oreille de Diablo.

« Hmph, alors je comprends, » murmura Diablo.

Galford avait agi de son propre chef, mais il s’était quand même comporté comme quelqu’un au service de la cour royale. Laminitus, d’autre part, avait l’attitude d’une impératrice.

— Je ne me souviens pas que quelqu’un comme elle qui serait la gouvernante ici, cependant..., pensa Diablo.

 

Lumachina avait uni ses mains. « C’est exactement comme vous l’avez dit. Je suis Lumachina Weselia, la Grande Prêtresse. C’est un plaisir de vous rencontrer, gouvernante, » déclara Lumachina.

« Hehe... de penser que le chef de ce groupe d’escrocs n’était autre qu’une jeune fille, » répondit Laminitus.

« Qu’entendez-vous par “escrocs” ? » demanda Lumachina.

« Bien qu’ils ne fassent rien d’important, ces petits chiots exigent encore des dons. Nous n’autorisons pas les parasites à l’intérieur de Notre domaine, ce qui signifie que Nous n’approuvons pas la religion ici, » déclara Laminitus.

« Euh !? » s’exclama Lumachina.

« Cependant, Nous leur permettrons de faire des affaires que s’ils payaient les impôts sévères, » déclara Laminitus.

« Qu’est-ce que vous dites !? Le roi de Lyferia, Delouche Xandros, a ordonné qu’il soit du devoir de tous les gouverneurs de construire des églises et de les rendre exemptes d’impôts..., » déclara Lumachina.

« Haha ! Comme si Nous nous soucions de ce lâche inutile ! Si le roi a un problème avec Nous, alors il peut essayer de venir ici ! » déclara Laminitus.

 

— Je vois... Le roi n’est jamais venu dans le dangereux domaine du Seigneur Démon. Il ne serait pas si facilement capable d’arrêter le déchaînement de Laminitus comme ça, pensa Diablo.

Non seulement cela, mais Laminitus était tout à fait une personne compétente. En se basant sur son attaque au fusil magique de tout à l’heure et sur la façon dont elle avait agi avec Batutta, Diablo dirait qu’elle était de niveau 100 ou plus. Même lorsqu’il avait affronté un groupe de six joueurs de niveau 150 dans le Croisement de la Rêverie, Diablo avait tout de même réussi à s’imposer. Mais même à l’époque, le combat avait été adapté au nombre de personnes auxquelles il faisait face, et il était capable d’utiliser un nombre presque infini d’objets. Il avait déjà utilisé les potions les plus rares qui restaient dans sa poche de transport.

— Je me demande comment fonctionnent les Fusiliers Magiques dans ce monde. Je ne peux pas l’affronter si je ne sais rien de leurs capacités, pensa Diablo.

Toute la base sur laquelle les Fusiliers Magiques avaient été construits était la capacité de « tirer des balles infusées de magie, et pour que les effets de ces sorts s’activent lorsque la balle a été tirée ». Quand la classe avait été mise en place pour la première fois, ils pouvaient en tirer autant qu’ils le voulaient à la chaîne, en tir rapide. Bien que les balles soient des articles consommables, le DPS qu’ils pouvaient produire était dans une ligue à part, assez pour qu’ils puissent détruire tout l’équilibre du jeu.

Diablo avait également souffert d’avoir été giflé au visage avec les liasses d’argent que les joueurs pay-to-win avaient balancé dans le jeu à cause de cela.

— En y repensant, j’ai fait face à un duo de joueurs de haut niveau qui s’étaient lancés dans une fusillade avec moi en n’utilisant que les armes magiques à deux en se spécialisant dans les dégâts. C’était un peu risqué puisqu’ils ont détruit la moitié de ma vie en un instant... Mais ils étaient un couple portant des « Bagues de mariage », alors je les ai annihilés, bien sûr ! Pensa Diablo,

Après divers ajustements et rééquilibrages, les dernières versions des Fusiliers Magiques avaient vu leur capacité de tir rapide s’estomper, et ils avaient pris une énorme diminution quant à leurs dommages. Mais comme ils ne consommaient pas de mana lorsqu’ils étaient utilisés au combat, et Diablo les considérait toujours comme étant assez puissants.

 

« Je comprends que vous avez vos propres opinions sur le roi, mais les gens sous votre gouvernance souffrent, n’est-ce pas ? » répondit Lumachina.

« C’est parce que ces escrocs exigent des “dons” immérités, » répondit Laminitus.

Batutta avait grimacé alors que la conversation avait été tournée vers lui. « Après avoir fait enlever notre église, et compte tenu de votre détermination à nous taxer d’une façon ou d’une autre, demander des dons à nos fidèles a été notre seul recours. Les prêtres ont aussi leur propre vie à vivre ! »

« Hmph... Dieu n’était-il pas censé être quelqu’un qui distribuait du vin et du pain ? » demanda Laminitus.

« C-C’est..., » commença Batutta.

Lumachina avait secoué la tête. « Même si c’est possible pour Dieu, ce n’est pas le cas des individus. Nous croyons en Dieu, et non pas les dieux qui croient en nous. »

« Hoho ? Alors vous pensez à Nous faire la leçon... Les grands prêtres semblent penser le monde selon eux-mêmes. Si vous êtes vraiment une personne si importante, alors testons si vous avez vraiment la protection de Dieu de votre côté ! » déclara Laminitus.

Laminitus avait déplacé le fusil magique de son épaule, le dirigeant vers Lumachina.

« Qu’est-ce que vous faites... !? » s’exclama Lumachina.

« Tch ! » Diablo s’était préparé à utiliser un sort — mais Batutta avait déjà poussé sa lance vers l’avant. Le combat rapproché était l’endroit où les Guerriers étaient vraiment les meilleurs.

« Espèce d’insolent, imbécile ! » cria Laminitus.

La pointe de sa lance n’avait rencontré que de l’air. Laminitus s’était posée doucement à une dizaine de pas de lui.

Cela s’était déroulé si vite — avant même que Diablo ne puisse libérer sa magie, Batutta avait chargé avec sa lance, tandis que Laminitus avait sauté loin de lui.

— Ces gars sont assez forts, pensa Diablo.

 

Leur vitesse était quelque chose d’admirable.

Laminitus avait éclaté de rire. « Hahaha ~ ! Il semble qu’après tout, vous ne croyez pas en Dieu ! C’est pourquoi vous avez essayé de protéger Mademoiselle la Grande Prêtresse là-bas. S’il y avait vraiment un dieu, ils la protégeraient sans que vous ayez à faire quoi que ce soit, n’est-ce pas !? »

« Que de mensonges ! » Batutta avait rugi.

À l’intérieur, Diablo était presque convaincu de ça.

Lumachina secoua la tête. « Vous prenez Dieu pour une sorte d’armure toute puissante. Quelqu’un qui a une compréhension aussi superficielle que vous n’a pas les qualifications nécessaires pour parler de ce sujet. »

« Nous nous méprenons... vous dites ? Et superficiel !? » s’exclama Laminitus.

Elle avait envoyé un regard vicieux vers la Grande Prêtresse, mais Lumachina était restée calme et composée.

« Écoutez-moi bien — Dieu est toujours en train de regarder. Quelles que soient les mauvaises actions que vous accomplissez, elles finiront par engendrer un désastre, soit pour vous-même, soit pour vos descendants. Par exemple, disons que vous me tirez dessus ici et que je devais mourir à cause de cela, c’est peut-être Dieu qui porte son jugement sur moi pour mes propres péchés. Ou bien, il se peut que Dieu me rappelle à lui dans les cieux. Il est impossible pour les personnes de comprendre pleinement la manière dont Dieu agit, » déclara Lumachina.

Pendant un bref instant, Lumachina avait jeté un coup d’œil sur Diablo.

 

— Je comprends maintenant... Puisqu’elle pense que personne ne peut comprendre comment Dieu fonctionne, c’est peut-être pour cela qu’elle a accepté mon histoire ridicule. Se demanda Diablo.

 

Non, d’après sa façon de se conduire, Lumachina est très perspicace. Est-ce qu’elle a peut-être compris mon mensonge maintenant ? Si oui, que sait-elle ? A-t-elle compris que j’étais un joueur exclu qui faisait semblant d’être un Seigneur Démon ? Non, il n’y a pas de possibilité qu’elle puisse... Je ne suis vraiment pas doué avec les autres, je n’arrive pas à déchiffrer ce qu’ils pensent vraiment..., pensa Diablo.

« Hmph..., » Laminitus renifla avec mépris. « Alors ça fait de vous un imbécile qui dépend de choses aussi insignifiantes ! Y a-t-il quelqu’un qui ferait confiance à une arme peu fiable sur le champ de bataille ? Et vous dites que le désastre finira par Nous arriver ? Quelle banalité absolue ! Nous allons aussi abattre ce “désastre” ! »

« Ce n’est pas ce que..., » déclara Lumachina.

« Vous n’êtes qu’une bande d’escrocs, profitant de l’insécurité des masses pour les soulager de leur argent, » continua Laminitus.

« Mais les miracles de guérison et les récoltes abondantes existent vraiment, vous savez ? » déclara Lumachina.

« Vous devriez alors recevoir une compensation appropriée pour les choses qui ont une utilisation réelle. C’est ce que cela signifie de faire des affaires, et Nous vous permettons de le faire — à condition que vous ayez payé vos impôts ! » déclara Laminitus.

Lumachina soupira. La conversation entre la Lumachina profondément pieuse et le Laminitus utilitaire n’allait nulle part. Si cela traînait plus longtemps, elle pourrait finir avec un fusil magique pointé sur elle à nouveau.

Batutta avait marché entre elles. « Lady Lumachina, restons-en là pour aujourd’hui. Laminitus, nous n’utilisons pas l’église ici, et nous ne fuyons pas vos impôts. Je pense que nous n’avons rien fait pour mériter le mépris de la gouvernante, n’est-ce pas ? »

« Hmph... Nous n’avons jamais eu affaire avec vous au départ, et cette Grande Prêtresse n’est rien d’autre qu’un mal de tête supplémentaire. La seule raison pour laquelle Nous sommes arrivés était de chercher celui qui a utilisé ce curieux sort contre cette bête monstrueuse plus tôt. »

 

— Attendez, c’est moi... !! pensa Diablo.

 

Involontairement, un air renfrogné était apparu sur le visage de Diablo. À en juger par la façon dont Laminitus avait agi, tout ce qu’elle ferait lui causerait probablement un mal de tête.

Avec un jeu d’acteur que l’on ne pouvait qualifier que de sublime, Batutta secoua la tête. « Je suis venu ici aussi pour le trouver... mais il semblerait que personne ne sache qui c’était. »

« Hoho ~ ho ? »

Laminitus fixa ses yeux sur Diablo. C’était comme s’il devait éviter de la regarder. C’était comme si quelqu’un avait l’air d’avoir des ennuis pendant que vous vous promeniez en ville. Mais agir comme un peureux n’était pas quelque chose qu’un Seigneur Démon ferait, c’est pourquoi il l’avait dévisagée.

« Que comptez-vous faire après avoir trouvé ce Sorcier ? » demanda Diablo.

Laminitus avait tordu sa bouche en un sourire. « Si Nous pouvons l’utiliser, alors Nous en ferons l’un de Nos subordonnés, bien sûr ! S’il ne Nous écoute pas, alors Nous lui enseignerons la différence entre nos pouvoirs par la force ! »

« Tu es vraiment un bourreau du travail, » déclara Diablo.

Sans le vouloir, il avait laissé échapper ce qu’il ressentait vraiment. Il pensait qu’elle allait s’envoler vers lui, mais à la place, elle lui avait fait un sourire enjoué.

« Hm-hm-hm-hm... S’il est vraiment une personne si puissante, alors sûrement qu’il se tiendra devant Nous un jour, » déclara Laminitus.

— Mais il l’est déjà..., pensa Diablo.

Elle était probablement déjà au courant de ce fait. Cependant, Laminitus avait coupé court à la conversation, tournant son regard vers l’ouest.

« Il semble que Nos subordonnés ont attrapé le Navire des Sables idiot qui a causé une scène plus tôt. Nous poursuivrons notre conversation un autre jour, » déclara Laminitus.

Elle s’était relevée dans les airs, balayant le sable quand elle l’avait fait, et s’était envolée vers l’ouest de la Tour de Zircon.

 

« ... Pffw... Il semble que vous avez eu une personne assez gênante qui vous a mis en ligne de mire, » déclara Rem en semblant épuisé.

« Ne dis pas ça. Tu vas juste me rendre encore plus épuisé, » déclara Diablo en haussant les épaules.

« Je n’avais aucune idée de ce qu’elle disait la plupart du temps ! » déclara Shera en riant.

— Franchement, je devrais apprendre à être insouciant..., pensa Diablo.

 

Batutta s’agenouilla encore une fois devant Lumachina. « Permettez-moi de m’excuser encore une fois pour mon impolitesse. Il semble que l’incompétence de mes subordonnés vous ait aussi causé des ennuis. Puis-je vous inviter à vous joindre à moi dans mon domaine ? »

« Merci. J’ai aussi quelque chose dont j’aimerais discuter avec vous, » répondit Lumachina.

« Je vais préparer un char des sables tout de suite, » déclara Batutta.

Diablo et les autres, ou plutôt Lumachina et ses supposés assistants avaient été emmenés à bord du char tiré par des chameaux et s’étaient dirigés vers le nord de la ville.

***

Partie 10

Pour l’instant, ils avaient continué à voyager paisiblement.

 

Les chameaux marchaient sur le sable avec leurs pattes épaisses. Les roues des charrettes et des chariots s’enfonçaient dans le sable ici, et il semblerait donc qu’ils utilisaient plutôt ces chars des sables qui ne possédaient pas de roues, mais qui glissaient.

Batutta tenait les rênes pendant que Diablo et les autres étaient assis dans leurs sièges. Ils étaient arrivés à un bâtiment géant qui faisait face à la route principale. La bâtisse était faite de pierre comme tout ce qui l’entourait, mais elle était aussi construite sur une fondation de pierre solide et avait un clocher qui s’élevait dans le ciel. Bien qu’il soit situé au milieu d’un désert, des vitraux en bordaient les murs.

C’était une église imposante, entourée d’un périmètre de gardes locaux, empêchant quiconque de s’approcher.

Lumachina avait placé une main sur sa bouche. « Est-ce l’église ? »

« Oui. Mais, elle était fermée sur ordre de Laminitus..., » répondit Batutta.

La gouvernante avait étiqueté l’Église comme une bande d’« escrocs » et elle ne leur avait accordé aucun privilège spécial.

« Pourquoi aurait-elle ordonné sa fermeture ? » demanda Lumachina.

« Cette église a été construite par l’ancien gouverneur conformément au décret du roi, de sorte que la propriété de l’édifice revient au gouverneur. On nous a dit que si nous voulions l’utiliser, nous aurions besoin de payer un loyer... On nous a donné un prix au taux actuel, mais... c’était encore trop cher à payer avec nos dons..., » répondit Batutta.

« C’est pourquoi vous ne l’utilisez pas, je vois, » déclara Lumachina.

« Il y avait des citadins qui ont exprimé leur désir de nous laisser utiliser l’église, mais... eh bien, vous avez déjà vu quel genre de personne est Laminitus, » déclara Batutta.

« Oui, c’est un problème, » Lumachina avait déplacé ses yeux vers le bas.

« ... Je n’ai jamais entendu parler d’un roi disant quelque chose comme ça pour l’Église avant, » chuchota Rem. « Je trouve que leur demander un loyer est une demande tout à fait raisonnable. »

« Oui, tu as raison, » Shera était d’accord.

« ... Comment étaient les églises chez toi dans le Royaume de Greenwood ? » demanda Rem.

« Hm ? Nous avons l’Arbre Sacré et tout ça, je suppose que ça compte ? » demanda Shera.

« ... Euh... Et les dortoirs pour les prêtres ? » demanda Rem.

« Ils dorment dans leur propre maison. Le prêtre travaille actuellement dans une maison de thé. Ils ne font des trucs de prêtres que pendant les fêtes ou quand quelqu’un a besoin de prières, » répondit Shera.

« ... Est-ce que c’est suffisant ? » demanda Rem.

« Oui, à peu près, » répondit Shera.

Puisque les deux ne semblaient pas exactement sur la même longueur d’onde, Diablo avait coupé dans la conversation.

« La raison pour laquelle ils peuvent s’en sortir en tant que prêtres en tant qu’occupation secondaire est la petite population de Greenwood. Cela, et ils n’ont pas beaucoup de cérémonies à effectuer. Les elfes vivent longtemps, mais leur taux de natalité est faible, » déclara Diablo.

« ... Je vois. C’est pour ça qu’ils peuvent être Prêtres, » déclara Rem.

« Les églises du Royaume de Lyferia ne sont pas seulement pour la prière, mais peuvent aussi fournir des services comme l’acceptation du dépôt en espèces et l’éducation des enfants. Bien qu’elles portent le même nom, les Églises se voient attribuer des fonctions différentes selon la population d’un pays et les systèmes en place dans ce pays. Cela signifie simplement que cela ne sert à rien de simplement les comparer, » déclara Diablo.

« ... Comme je devrais m’attendre de votre part, Diablo, vous possédez une quantité choquante de perspicacité pour ces choses-là, » déclara Rem.

« Ce n’est qu’une chose tout à fait normale, » répondit Diablo.

« ... C’est embarrassant à admettre, mais je ne connais que Faltra et quelques villes voisines. Après tout, je n’ai jamais quitté le Royaume de Lyferia, » déclara Rem.

« Hm, je vois, » répondit-il.

La télévision et l’Internet n’existaient pas dans ce monde, et le prix des livres était important. Bien que Diablo ne possédait qu’une connaissance générale du gouvernement et de l’économie, le fait de les connaître était précieux.

 

« Vous ne pouvez pas diriger le culte ou faire beaucoup d’autres choses sans une église, n’est-ce pas ? » demanda Lumachina à Batutta.

« Nous avons installé des tentes dans la partie nord de la ville en remplacement d’une chapelle, » répondit Batutta.

« Puis-je les voir ? » demanda Lumachina.

« C’est... un peu à l’écart. Peut-être après vous être reposé d’abord ? » demanda Batutta.

« Tout de suite, s’il vous plaît, » déclara Lumachina.

« Compris, » répondit Batutta.

S’il était honnête, puisqu’il avait déjà utilisé tant de mana, il voulait prendre quelque chose à manger et plonger dans son lit le plus tôt possible. Mais il comprenait toutefois ce que Lumachina ressentait. Il était resté silencieux, ballotté dans son siège pendant que le char des sables bougeait.

La Tour de Zircon était une petite ville par rapport à Faltra. Il ne leur avait fallu peu de temps pour atteindre la partie nord de la ville. Il y avait une multitude de petites tentes installées ici, une centaine au total.

Lumachina avait fait comme si elle allait se lever.

« Est-ce que ce sont toutes des tentes de l’Église ? » demanda Lumachina.

« Seulement la moitié d’entre eux. Le reste a été mis en place par des aventuriers, des marchands, etc., » répondit Batutta.

« Malgré tout, il y en a beaucoup, » déclara Lumachina.

« Mais ce n’est pas encore suffisant... Mes excuses, Lady Lumachina, mais cela serait un problème pour nous de nous rapprocher, » déclara Batutta.

« Et pourquoi cela ? » demanda Lumachina.

Le char des sables avait fait demi-tour.

« Il s’agit de la zone pour les gens qui attendent la prière, » déclara Batutta en pointant du doigt.

Il y avait une ligne d’environ trois mille personnes devant l’une des tentes qui était plus grande que les autres. Elle était composée de toutes sortes d’hommes, de femmes et d’enfants, y compris des Humains, des Elfes, des Nains, des Panthériens et des Marcheurs d’Herbes.

« Il y en a beaucoup plus en ce moment à cause de la perturbation avec la Baleine des Sables plus tôt. Habituellement, il y a environ un millier de personnes en attente, » expliqua Batutta.

« Avez-vous vraiment autant de personnes de notre foi qui attendent ? » demanda Lumachina.

« Il y en a qui n’ont pas la chance de pouvoir prier, même s’ils attendent toute la journée. Il fait froid la nuit, alors on leur dit de revenir le lendemain matin... mais la plupart d’entre eux ne quittent jamais la file d’attente, » répondit Batutta.

« Mais pourquoi feraient-ils une telle chose !? » demanda Lumachina.

« Non seulement il s’agit de l’ancien Domaine du Seigneur Démon, mais il n’est pas rare que des monstres comme celui d’avant fassent une apparition. Il n’y a pas non plus de barrière pour protéger la ville. Il y a beaucoup de personnes pour qui c’est une nécessité et à cause de cela, nous obtenons des lignes aussi longues que celle que vous voyez maintenant, » répondit Batutta.

« Je vois..., » Lumachina hocha la tête en réponse.

Diablo avait scruté les environs. Après l’avoir fait, il avait repéré une tente qui était un peu éloignée des autres, avec environ trois personnes alignées devant elle. À en juger par leurs apparences, ils semblaient plutôt bien lotis.

« Hmph... Dites-moi, est-ce que c’est également une ligne de prières ? » demanda Diablo.

« ... C’est bien le cas, » Batutta semblait réticent à répondre.

« Qu’est-ce que cela signifie ? » lui demanda Lumachina.

« Cette ligne ne s’applique qu’à ceux qui versent des contributions importantes. Lady Lumachina, je vous demande de ne pas mal interpréter cela. Non seulement nous manquons de prêtres, mais c’est une zone très dangereuse dans laquelle nous vivons. Nous ne pouvons pas répondre à tous ceux qui souhaitent une prière. Il est naturel qu’une priorité plus élevée soit accordée à ceux qui offrent des dons plus importants, car c’est un signe qu’ils ont besoin de prières pour ainsi donner de tels montants. »

Lumachina avait gardé la tête baissée alors qu’elle réfléchissait en silence. Elle était intelligente, alors elle avait compris qu’elle ne pouvait pas simplement juger Batutta comme étant corrompue à cause de cela.

« N’est-ce pas un peu bizarre ? Ne devriez-vous pas commencer par ceux qui ont fait la queue en premier ? » demanda Shera avec un froncement de sourcils.

« ... Si c’était le cas, que feriez-vous si ceux qui n’étaient pas pressés de faire la queue face à ceux qui l’étaient ? » répondit Rem à voix basse.

« Mmm, je veux dire, je me sentirais mal pour eux et pour les autres, mais n’est-il pas plus juste qu’ils s’alignent plus vite ? » demanda Shera.

« ... Cela signifie simplement que les gens qui ont plus de temps libre seraient mieux traités. Diriez-vous qu’il est juste que ceux qui travaillent dur et qui offrent leur argent soient moins bien accueillis par rapport à ceux qui ne travaillent pas et investissent que dans leur temps ? » demanda Rem.

« Oh, hmmm, » murmura Shera.

« ... L’Église serait plus heureuse que les gens fassent des dons plus importants plutôt que de les voir faire la queue ainsi. C’est pourquoi les personnes qui en donnent le plus bénéficient d’un traitement préférentiel en retour, » déclara Rem.

Rem avait une compréhension précise de la question. Ce avec quoi Lumachina se débattait intérieurement avait probablement à voir avec l’incident de la mère et de l’enfant de tout à l’heure. Bien qu’ils aient demandé un modeste don pour la prière, il y avait encore ceux parmi les trois mille qui n’avaient pas les moyens de payer même cela. Mais serait-il approprié de dire cela à Batutta maintenant ? Le manque de prêtres était un problème fondamental pour eux, ce n’était pas quelque chose que l’on pourrait résoudre si facilement en ne disant que la vérité la plus franche. Non seulement cela, mais elle était venue ici pour lui demander un abri auprès de l’Organe Cardinal.

— Les bonnes personnes ne sont pas vraiment aptes à gérer ce genre d’opérations, pensa Diablo.

« Cela devrait suffire, n’est-ce pas ? » Diablo avait parlé. « Je me lasse de fixer ces lignes de croyants. »

Batutta hocha la tête. Il semblait qu’il ne voulait pas faire durer le sujet des lignes plus qu’il n’en avait besoin.

« Vous devez tous être fatigués après un si long voyage. Bien que je ne puisse vous fournir que de modestes arrangements, je vous préparerai de la nourriture et un endroit pour vous reposer, » déclara Batutta.

« Super ! » Shera leva les mains en l’air avec un cri de joie.

Mis à part les politiques de l’Église, Diablo était franchement reconnaissant pour la nourriture et un endroit où dormir.

 

« ... Avoir un millier de personnes qui font la queue en tant que situation si régulière, c’est vraiment de trop, » murmura Lumachina.

***

Partie 11

Puis, en laissant derrière eux le groupe de tentes, ils étaient retournés au centre de la ville. Ils étaient arrivés au bâtiment où se trouvaient Batutta et les autres prêtres.

« Nous louons cet endroit à bas prix auprès d’un marchand. C’est un homme ayant une profonde foi, » déclara Batutta.

Les murs de pierre robustes de la maison étaient énormes. Cela suffisait à faire croire que l’endroit était assez grand pour servir d’église...

Mais il n’y avait pas d’endroit spacieux pour le culte, car elle avait été construite comme une maison normale. Il y avait une petite entrée puis un hall d’entrée avec la salle à manger, une salle de séjour au centre, et des pièces à usage personnel situées tout autour. Les fenêtres avaient été gardées fermées pour ne pas laisser entrer le sable, gardant l’intérieur de la maison dans l’obscurité. Pour cette raison, les lampes à huile suspendues au plafond étaient allumées même pendant la journée. Dans cette ville, il était plus facile de se procurer de l’huile plutôt que des bougies. Il y avait des peintures ornant les murs et un tissu blanc recouvrait la table. Il était presque facile d’oublier qu’ils se trouvaient dans une ville au milieu d’un désert.

Dix servantes s’inclinèrent profondément pour saluer. Celle qui se tenait à la tête du groupe était une beauté aux cheveux couleur gris-corbeau avec une grande poitrine. Elle avait l’air un peu plus âgée que Diablo.

« Bienvenue, Grande Prêtresse Lumachina Weselia. Je suis la femme de chambre, Shiliu. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, n’hésitez pas à nous le faire savoir, » déclara la femme.

« Très bien, » répondit Lumachina d’un signe de tête.

La voir ainsi calme dans ce genre de situations donnait vraiment l’impression qu’elle faisait partie de l’élite de la société. Si une femme de chambre lui demandait « Si vous avez besoin de quoi que ce soit » comme salutation, Diablo serait devenu une épave de nervosité. La tenue de Mei de l’Auberge de la Tranquillité de l’Esprit lui avait fait penser que l’endroit ressemblait davantage à un café de soubrette, mais cela lui avait permis de se sentir plus à l’aise.

Maintenant qu’il y avait pensé, ils étaient loin d’Edelgard depuis environ deux semaines, mais personne n’avait compris qui elle était vraiment, n’est-ce pas ? Ne causait-elle pas d’ennuis à quelqu’un ? Edelgard s’en sortait-elle bien avec son travail ?

— Si seulement ils avaient des téléphones ici ou quelque chose comme ça..., pensa Diablo.

 

La servante en chef les avait conduits dans la salle à manger où Lumachina s’était assise à la tête de la table, avec Batutta assis à côté d’elle. Diablo était sûr qu’ils allaient être traités comme de petits gardes ou des assistants ou une autre chose du genre, mais à sa grande surprise, ils avaient été traités comme des invités.

En y repensant, Batutta avait fait semblant de ne pas savoir que Diablo était le sorcier que Laminitus cherchait plus tôt. Peut-être qu’il traitait correctement Diablo pour avoir amené Lumachina ici et repousser cette Baleine des Sables de tout à l’heure ?

— Mais je ne sais pas si je peux lui faire confiance juste à cause de ça..., pensa Diablo.

 

Alors qu’il se demandait quelle sorte de nourriture ils cuisineraient au milieu d’un désert... une soupe rougeâtre à base de haricots fut servie.

— C-C’est... !? pensa Diablo.

Lumachina et Batutta avaient réuni leurs mains. Diablo avait fait la même chose.

« O. Seigneur dans le ciel, nous vous remercions pour cette grâce aujourd’hui. »

Il n’avait jamais prié à l’heure des repas avant ça, mais c’était devenu une habitude après qu’il eut commencé à voyager avec Lumachina. Chaque fois qu’elle priait, l’odeur rance disparaissait de la vieille viande, et l’eau de pluie sale devenait fraîche et pétillante, ce qui ne le dérangeait nullement.

Il avait utilisé une cuillère en argent pour porter la soupe à sa bouche. Une intense sensation de picotement et le parfum des épices avaient atteint l’intérieur de son nez et avaient engourdi son cerveau.

— C-C’est vraiment... !! pensa Diablo.

« Épicéééééééééééé !! » cria Shera.

Rem avait hoché la tête. « ... Oui... Mais c’est assez bon. »

« C’est du curry ! » Diablo s’était soudainement senti excité. « Et il y a du riz aussi ! »

Cette saveur lui avait vraiment rappelé des souvenirs. C’était différent du curry qu’il avait au Japon, bien sûr, mais c’était vraiment du curry. La soupe n’était pas trop épaisse, et il y avait un parfum fort et vivifiant d’herbes. C’était quelque chose de plus proche d’un curry thaïlandais. Le riz était duveteux et les grains étaient fermes, et lorsqu’il était trempé dans la soupe, il avait la texture parfaite.

« Cela vous plaît-il, Lady Lumachina ? » demanda Batutta en souriant. « Je suis sûr que cela doit être très différent de dîner dans la capitale. »

« C’est délicieux, » elle avait déjà fait descendre sa troisième tasse d’eau alors qu’elle lui répondait.

« Est-ce épicé ? » demanda Batutta.

« Oui, juste un peu... Mais c’est quand même très bon, » déclara Lumachina.

À la fin, Shera avait réussi à obtenir trois portions de curry, faisant toujours une agitation sur la façon dont il était épicé, tandis que Diablo en avait mangé cinq.

***

Partie 12

Après qu’ils eurent fini de manger — .

Diablo était allé dans le salon et alors qu’il buvait du thé, Lumachina était arrivée, ainsi que Rem et Shera. Lumachina s’était changée pour revêtir les vêtements d’une Grande Prêtresse, que Batutta avait préparés apparemment pour elle. C’était une robe ample qui utilisait une base de blanche et rouge au niveau des couleurs. Le long tissu la couvrait jusqu’aux genoux, mais il pouvait voir sa peau lisse entre les interstices.

« Qu-Qu’est-ce que vous en pensez ? » demanda-t-elle, en affichant un léger rougissement des joues.

« Hm. Cela te va bien, » déclara Diablo d’un signe de tête.

En se réjouissant, Lumachina s’était mise à largement sourire. Rem et Shera étaient également heureuses, car elles l’avaient apparemment aidée à se changer.

La tenue de Grande Prêtresse que Lumachina portait quand elle et Diablo s’étaient rencontrés pour la première fois avait déjà été déchirée et elle était en lambeaux au moment où il l’avait rencontrée, alors c’était la première fois qu’il la voyait ainsi. Et bien qu’il savait qu’il ne devrait probablement pas voir les choses de cette façon... c’était une tenue assez séduisante.

— En tout cas, qui aurait cru qu’il arriverait un moment dans ma vie où je complimenterais les vêtements d’une fille. Je pensais que ce genre de choses n’arrivait qu’en jouant à des simulateurs de rendez-vous, pensa Diablo.

Il remarqua soudainement que Lumachina tenait le dos de sa main gauche avec sa main droite.

« Qu’est-ce qui ne va pas avec ta main ? » demanda Diablo.

« Oh, il n’y a pas de quoi s’inquiéter..., » répondit-elle.

Cela semblait être écorché et c’était rouge.

« ... Quand vous vous battiez avec la Baleine des Sables, il semblerait qu’elle soit tombée en essayant de ramener les personnes alors qu’ils avaient l’air d’être aspirés dans les airs, » Rem avait expliqué la situation.

« Je vois. On dirait que c’est quelque chose qu’elle ferait, » déclara Diablo.

— Oh merde... C’était à cause de ma magie ! Je suis désolé ! pensa Diablo.

Lumachina avait fait un sourire timide. « Ça ne fait plus mal. »

« Ne peux-tu pas utiliser des miracles de guérison sur toi-même ? » demanda Diablo.

« Ah... En fait, les miracles de guérison ou de récupération ne fonctionnent pas sur moi. Peu importe à qui, j’ai demandé prié pour moi, cela ne guérit même pas une égratignure, » répondit Lumachina.

« Quoi !? » s’exclama Rem.

« Habituellement, les miracles fonctionnent aussi sur les prêtres, mais étrangement, ils n’ont aucun effet sur moi... Je me demande si cela pourrait aussi être appelé une partie du plan de Dieu, » déclara Lumachina.

— Est-ce le prix qu’elle paie pour utiliser des miracles aussi puissants ? C’est une restriction assez sévère, pensa Diablo.

« Et les potions de guérison ? » demanda Diablo.

« J’en ai utilisé une, il y a longtemps, quand j’étais blessée, et elle m’a guérie, » répondit Lumachina.

« Je vois. Alors tu devrais garder ça sur toi, » déclara Diablo.

Diablo avait pris une potion de sa poche de transport et la lui avait offerte. Les yeux de Lumachina s’étaient ouvert en grand. Avec des mains tremblantes, elle lui avait pris la potion. Pour elle, c’était une bénédiction de Dieu lui-même.

« Merci infiniment ! Je le chérirai toute ma vie ! » s’exclama Lumachina.

« Non, utilise-la quand tu en as besoin, d’accord ? » déclara Diablo.

Diablo s’était replacé confortablement dans sa chaise. Rem et les autres s’étaient également assises. En un rien de temps, la femme de chambre, Shiliu, avait apporté du thé pour tout le monde.

 

Batutta avait ensuite conduit le groupe à quatre chambres à coucher qui avaient été préparées pour eux. En tant que personne la plus importante parmi eux, Lumachina s’était vu attribuer une pièce spéciale dans la partie la plus profonde de la maison.

— Nous avons été bien traités jusqu’à présent... Mais s’il se passe quelque chose, ce sera plus difficile à gérer si nous sommes tous séparés, pensa Diablo.

« Va avec elle, » chuchota Diablo à l’oreille de Rem.

Avec un petit hochement de tête, elle s’avança. « On m’a demandé de répondre à tous les besoins de Lady Lumachina. Je n’ai pas l’intention d’interférer avec les tâches des autres servantes, mais puis-je avoir votre permission de rester dans la même pièce qu’elle ce soir ? » demanda-t-elle à Batutta.

« C’est exact ! » Lumachina avait compris ce qui se passait. « Je serais terriblement incommodée si je n’avais pas Rem près de moi. »

Batutta regarda Rem de haut en bas. « La Grande Prêtresse a-t-elle besoin d’une esclave ? »

« ... V-Vous vous trompez. Il s’agit là du résultat d’un accident lorsque j’ai essayé d’utiliser la Magie d’Invocation. Je ne suis nullement une esclave, » insista Rem.

« C’est vrai ! » Lumachina avait parlé dans sa défense.

Le Capitaine des Paladins ne doutait pas de la parole de la Grande Prêtresse.

« Vous êtes donc panthérienne... aventurière, je suppose ? Et un invocateur ? » demanda Batutta.

« ... Oui, » répondit Rem.

« Normalement, quiconque ne possédant pas les qualifications de prêtre ne serait pas autorisé à s’approcher de la Grande Prêtresse... Mais je ferai une exception, » déclara Batutta.

Bien qu’il semblait réticent, Batutta l’avait permis. Il avait promis de déplacer le lit de Rem dans la chambre de Lumachina. Diablo avait été soulagé.

— Je suppose que je vais la laisser à Rem ce soir, pensa Diablo.

 

La nuit — .

Diablo avait une baignoire et une cruche d’eau dans sa chambre. En s’asseyant dans la baignoire, il utilisait l’eau fraîche pour enlever la saleté de son corps. C’était un peu un luxe de se baigner en tant que tel dans ce monde. Habituellement, il s’essuyait avec un chiffon humide et ce serait tout.

« Je veux tout simplement pouvoir me tremper dans une baignoire de temps en temps... Peut-être que je devrais me faire un bon bain un jour ? » se dit-il, en se déshabillant.

On frappa à sa porte et il commença à être étrangement nerveux.

« Qui est là ? » demanda Diablo.

« Hehehehe... Vous êtes debout, Diablo ? » demanda une voix féminine.

« Shera, c’est ça ? Entre, » déclara Diablo.

Diablo était assis avec les jambes croisées dans la baignoire, le dos tourné par rapport à la porte qui s’était ouvert lorsque Shera était entrée dans la pièce.

« Oh, vous prenez un bain, » déclara Shera.

« Oui... T’es-tu déjà lavée ? » demanda Diablo.

« Non, pas encore, » répondit Shera.

De penser qu’elle viendrait le voir avant de laver la sueur de leur long voyage...

« Il y a eu un problème ? » demanda Diablo.

« Je ne peux pas me calmer quand je suis seule, c’est tout, » répondit Shera.

Shera se sentait assez facilement seule, à tel point qu’elle était même devenue invocatrice pour ne pas avoir à voyager seule.

« Hmph... Fais donc ce que tu veux, » déclara Diablo.

« Super ! » s’écria Shera.

Il avait alors entendu le bruit du froissement du tissu. Tout en se demandant ce que c’était, Diablo se retourna pour regarder Shera : Elle avait commencé à se déshabiller.

« Qu’est-ce que tu fais ? » demanda Diablo.

« Hein ? Je ne me suis pas encore lavée, » répondit Shera.

« Je l’utilise en ce moment, donc..., » commença Diablo.

Shera ressemblait vraiment à une princesse quand elle faisait des choses comme ça. Ce n’était pas qu’elle prenait les choses à son propre rythme, mais plutôt comme si elle ne faisait pas attention à ce qui se passait autour d’elle.

« Alors, utilisons-le ensemble ! Je vais vous laver le dos ! » déclara Shera.

— Oh non non NON ! Prendre un bain avec une fille, ça veut dire que je vais subir des sueurs froides sur tout mon corps, tu comprends !? pensa Diablo.

« J-Je peux faire ça tout seul, » déclara Diablo.

« Vous n’avez pas besoin de vous retenir ! » s’exclama Shera.

« ... Non, ce n’est pas que je me retiens..., » commença Diablo.

Shera s’était déjà mise toute nue pendant qu’il parlait, puis elle était entrée dans la baignoire juste après ça

« Est-ce un peu trop étroit ? » demanda Shera.

« ... Ah, hng... »

Il pouvait sentir qu’elle se rapprochait de lui par-derrière. Ce n’était pas le moment pour son rôle de Seigneur-Démon. En ce moment, il était vraiment seul dans une pièce avec une fille nue et sans crainte. Il n’arrivait pas à faire sortir le moindre mot de sa gorge.

Par contre, Shera semblait être de bonne humeur alors qu’elle fredonnait un petit air. « Hm ~ Hm-hm-hmm ~ ♪ où est la serviette ? »

« ... Il n’y en a pas, » répondit Diablo.

Maintenant qu’elle l’avait mentionné, il se rendit compte qu’il avait oublié de demander à quelqu’un de lui en apporter une.

— Il serait probablement préférable d’appeler la bonne dans une telle situation. Je veux éviter ça... mais peut-être que j’y réfléchis trop ? Est-il normal pour les hommes et les femmes de se baigner ensemble dans ce monde ? Il n’y a aucune chance que ce soit vrai..., pensa Diablo.

Ils n’avaient pas de « bain » dans le jeu, donc il n’en avait aucune idée.

« Alors je vais vous laver sans utiliser de serviette, d’accord ? » déclara Shera avec désinvolture.

« ... Hein ? » s’exclama Diablo.

« Le fait d’utiliser la peau de quelqu’un d’autre pour se laver soi-même rend sa propre peau plus lisse et plus brillante que si vous utilisiez un linge, le saviez-vous  ? » demanda Shera.

Il n’avait jamais rien entendu de tel auparavant...

De son point de vue, la peau de Shera était plus lisse et plus belle que la soie. Shera avait prélevé de l’eau dans la cruche, puis elle avait utilisé ses mains mouillées pour caresser le dos de Diablo. Elles étaient fraîches et douces, et elles provoquaient chez lui une sensation étonnante. C’était complètement différent de l’utilisation d’une serviette mouillée pour s’essuyer.

« Comment est ça, Diablo ? » demanda Shera.

« Ah, oui... Je dirais que c’est pas mal, » répondit Diablo.

C’était un peu gênant puisqu’ils étaient tous les deux nus, mais c’était la première fois qu’il prenait un bain aussi agréable que celui-ci.

Shera s’était également versée de l’eau sur elle-même. « Hehehehe, moi aussi, j’ai du sable collé sur mon corps. »

« Ça ne sert à rien de faire ça, vu où nous sommes, » déclara Diablo.

« Et si je nous nettoyais tous les deux en même temps ? » demanda Shera.

« Hmm ? » demanda Diablo.

Juste au moment où il se demandait ce qu’elle allait faire, il sentit deux masses molles se presser contre son dos pendant qu’elle versait de l’eau sur eux.

Diablo s’était figé.

— C-Ces choses qui sont pressées contre mon dos... Sont-ils... !? Se demanda Diablo.

« Hmm..., » Shera avait poussé un léger gémissement. « Votre dos est si dur, Diablo. »

« Ah... Hm... »

« Je vais commencer à frotter, d’accord ? » déclara Shera.

Elle avait commencé à bouger son corps de haut en bas, et la sensation douce se déplaça de haut en bas en même temps qu’elle le faisait. Le rythme cardiaque de Diablo avait grimpé en flèche et il pouvait même sentir le pouls de Shera. Son corps se réchauffait à vive allure.

« Ahh... Hmm... Diablo... Vous ne dégagez pas d’énergie magique ou quoi que ce soit d’autre, en ce moment, n’est-ce pas ? » demanda Shera.

« Tu devrais déjà le savoir en le regardant tout simplement, » répondit Diablo.

« C’est que je commence à me sentir toute chaude maintenant... Je me demande bien pourquoi cela m’arrive. C’est en tout cas agréable, » demanda Shera.

« Hwah !? »

 

 

Il avait l’impression qu’il allait faire sortir une voix bizarre à tout moment. Pour quelqu’un comme Diablo, qui manquait d’expérience avec les filles, il n’y avait aucune chance qu’il puisse garder son sang-froid pendant que Shera frottait sa poitrine contre son dos en faisant ces bruits séduisants.

— Que ferait un Seigneur Démon maintenant ? Qu’est-ce qu’un Seigneur Démon ferait après qu’une fille presse ses seins contre lui et dise qu’elle sent tout son corps se réchauffer ? Se demanda Diablo.

Aucun Seigneur Démon dont il se souvenait n’avait vécu une telle expérience.

« Je vais aussi vous laver l’avant, d’accord ? » déclara doucement Shera.

« Ah... !? » s’exclama Diablo.

— Je peux faire l’avant tout seul, merci beaucoup. Ou, attends, est-ce qu’un Seigneur Démon transmettrait une telle demande ? Qu’est-ce qu’il ferait ? Se demanda Diablo.

Alors qu’il essayait encore de trouver quoi faire, Shera s’était penchée comme si elle allait l’enlacer, caressant sa poitrine musclée avec ses mains mouillées.

« Mnh... Votre corps est si massif, Diablo. C’est tout... musclé, » déclara Shera.

« C’est parce que je suis au niveau 150, » répondit Diablo.

« Oh, j’ai compris, » répondit Shera.

— Maintenant que j’y pense ? Y a-t-il vraiment un lien entre les muscles et les niveaux ? Se demanda Diablo.

Il ne savait plus si elle essayait de le laver ou de faire autre chose avec lui. Elle avait déplacé ses mains douces sur la poitrine de Diablo...

Elle lui avait touché le cou avec douceur...

Puis ses mains étaient descendues jusqu’à l’estomac de Diablo.

Et après ça, encore plus bas.

« Ah... Atten — C-C’est..., » Diablo ne pouvait plus faire sortir de mots. Son souffle s’était coincé dans sa gorge.

Les mains de Shera avaient atteint un point très sensible.

« Hm ? C’est aussi assez dur ça..., » déclara Shera d’une manière coquette.

« ... !? »

« Est-ce une queue ? Les démons ont-ils des queues ? C’est vraiment dur et rigide... alors c’est peut-être une corne ? Après tout, vous en avez aussi sur la tête, alors c’est logique, » déclara Shera tout en analysant ce qu’elle touchait.

« Oui. C’est... C’est vrai, » répondit Diablo.

« Hmm, euh, voyons voir... je devrais probablement aussi laver tout ça. Ici... nous... allons..., » déclara Shera.

Il ne pouvait plus du tout parler en ce moment. Les seuls bruits qui restaient présents dans la pièce étaient la respiration un peu saccadée de Shera et le bruit de ses mains mouillées glissant sur sa peau. Pendant qu’elle se frottait contre lui, une chaleur brûlante s’accumulait à l’intérieur de lui. Un courant électrique avait traversé tous les recoins de son cerveau.

Les muscles de son dos se contractèrent et eurent des spasmes, et ses convulsions se transmirent également à Shera.

« Oh, ça vous a fait mal ? Est-ce que je l’ai fait trop fort ? » demanda Shera, inquiète.

« ... Non, » répondit Diablo.

« Vraiment ? Bonté Divine ! »Shera l’avait alors serré avec force dans ses bras. « Ehehehe ~ ! Je trouve que prendre un bain tous les deux est assez amusant ! »

« Oh. Oui. Très, » répondit Diablo.

La force avait déjà quitté son corps. Bien qu’ils ne faisaient que se rincer ensemble, c’est plutôt comme s’il avait eu des vertiges après avoir passé trop de temps dans un bain chaud.

 

— Wôw... Ça fait vraiment du bien d’avoir quelqu’un d’autre qui te lave à la main, se dit Diablo.

 

C’était plutôt un climat aride ici, ce qui signifiait que leurs corps avaient très rapidement été séchés par l’air sec. Puis, enlevant avec soins le sable de ses vêtements et les enfilant, il s’allongea dans son lit. Déjà en pyjama, Shera sauta également dans le lit, enveloppant ses bras autour de lui. Alors qu’il se souvenait de ce qui s’était passé plus tôt, Diablo avait détourné le regard, alors qu’il était sur le point de rougir.

« Ça fait longtemps qu’on n’a pas fait ça, pas vrai, Diablo ? » demanda Shera.

« Tout à fait vu qu’on a dû camper dehors pendant un moment. Allez, dépêche-toi de dormir, » déclara Diablo.

« Ouais ! » s’exclama-t-elle.

Il avait ensuite fermé les yeux. Il s’était endormi presque immédiatement, en partie grâce à la quantité de mana qu’il avait déjà utilisée au cours de la journée.

 

Si seulement cette paix pouvait durer éternellement...

***

Chapitre 4 : Dans une poursuite à chaud

Partie 1

Diablo avait été tiré de son sommeil par quelque chose qui l’avait secoué.

« Mmngh... ? »

« Diablo, il y a quelqu’un ici... Hey, réveillez-vous ~, » déclara une voix féminine.

Son cerveau était encore confus.

« Mmgh... J’ai déjà dit que je n’irai pas... Et j’ai mal à l’estomac, et tout ça..., » déclara Diablo.

« Attendez, est-ce vrai !? Est-ce que cela va, Diablo !? » demanda la voie féminine.

La voix aiguë s’était frayé un chemin dans sa conscience comme du sable. Le brouillard s’était dissipé de sa tête, le réveillant.

 

— Qu’est-ce que je viens de dire ? Se demanda Diablo.

 

« Wôw !? » Diablo se redressa d’un coup, et les yeux de Shera s’écarquillèrent.

« Waah ! »

« O-Oh, c’est toi, » déclara Diablo

« Avez-vous mal au ventre ? » lui demanda Shera, inquiète.

« Arg... Euh, non... C’était... une expression de mon monde... ! Je ne sais pas comment tu l’as entendu comme je l’ai dit dans la langue de ce monde ! Je suppose que c’est apparu ainsi dans ta langue ! » déclara Diablo.

« Oh, je comprends ! Dieux merci, » Shera avait souri en se sentant soulagée.

La lumière d’une lampe à huile scintillait dans le coin de la pièce. La fenêtre était fermée, et il n’y avait pas de lumière qui traversait les interstices.

« Il fait encore nuit, non ? » demanda Diablo.

« Oui, c’est... Mais on dirait qu’il y a quelqu’un d’autre ici, » répondit Shera.

« Quoi ? » demanda Diablo.

Shera pointait vers le plafond. Une petite silhouette ombragée était perchée sur l’une des poutres.

— Il est à l’intérieur de la pièce !? pensa Diablo.

Il avait l’impression qu’il allait paniquer à tout moment, mais il avait fait semblant d’être calme et stoïque. Un Seigneur Démon n’aurait jamais paniqué.

Il avait pris le Bâton de Tenma sur le côté du lit. « Hmph... Alors tu me regardes de haut. Tu dois avoir un fort désir d’être réduit en cendres, n’est-ce pas ? »

« Attendez, attendez ! C’est moi, chef ! » La personne avait agité les mains d’une manière frénétique.

La silhouette d’ombre était descendue de l’obscurité du plafond, puis elle s’était tenue debout sur le sol en plein dans la lumière de la lampe à huile. C’était le Marcheur d’Herbes, Horn. Diablo avait gardé son bâton pointé vers Horn, ne laissant pas baisser sa garde.

« Mais qui es-tu réellement ? » demanda Diablo.

« Ne soyez pas comme ça ! J’ai dit que j’étais un aventurier, n’est-ce pas ? » déclara Horn.

« Oh ? Les aventuriers d’ici vont explorer dans les maisons des autres, c’est ça ? » demanda Diablo.

« Non, vous avez tout faux ! Je suis venu ici pour vous rencontrer, chef ! » répondit Horn.

« Il a des traces de curry sur le coin de sa bouche ! » Shera avait fait cette remarque.

« Oups —, » Horn s’était essuyé la bouche.

« Donc cela prouve que tu as volé dans cette maison, n’est-ce pas ! » déclara Diablo.

« J’ai trouvé des restes dans la cuisine quand je cherchais votre chambre, c’est tout ! Il n’y a pas de mal à manger un petit morceau rapidement, n’est-ce pas ? Hahahaha..., » répondit Horn.

« Tu ne m’inspires pas vraiment confiance. Je n’irai dans aucun donjon, pas avant que les choses se calment d’abord, » répondit Diablo.

Sans compter que si le donjon nouvellement découvert était bien l’espace personnel de Diablo, il contiendrait tous les objets rares qu’il avait stockés à l’intérieur du Croisement de la Rêverie. À en juger par l’équipement de qualité inférieure qu’il avait vu partout ailleurs, ses trésors étaient assez puissants pour déstabiliser l’équilibre militaire du monde en entier. S’ils y allaient ensemble, il devrait donner à Horn une part des récompenses. De toute façon, il ne pensait pas avoir besoin de l’aide de quelqu’un d’autre.

« Pars. Maintenant, » ordonna Diablo.

« Attendez encore un peu, chef... J’ai une autre nouvelle vraiment étonnante, juste pour vous, » déclara Horn.

« Et qu’est-ce que ce serait ? » demanda Diablo.

 

« J’ai vu le capitaine Batutta charger vos amies sur un char des sables, » déclara Horn.

 

Le cœur de Diablo s’était mis à battre avec force dans sa poitrine.

« Qu’est-ce que... tu viens de dire là !? » s’écria Diablo.

« Parlez-vous de Rem et Lumachina !? » Les yeux de Shera s’étaient ouvert en grand.

Horn gonfla fièrement sa poitrine. « Ce n’est pas tous les jours qu’on voit une femme prêtresse et une Panthérienne à poitrine plate et à fourrure noire, donc ça doit être elles. Mm-hm-hm-hm, donc vous ne le saviez pas, n’est-ce pas ! Vous voyez ? Je peux être très utile après... »

Diablo se leva du lit et avança sur Horn. « C’était quand ça ? »

« Il y a une trentaine de minutes. Tout cela semblait un peu contre leur volonté puisqu’il utilisait la Brigade Paladine, alors j’ai pensé que je devrais vous en parler..., » répondit Horn.

« Je te déchire membre par membre si tu mens, compris !? » déclara Diablo.

Saisissant Horn par le bras, Diablo avait fait irruption dans le couloir. Deux servantes étaient là, affichant des expressions de choc sur leurs visages.

« Qu-Quel est le problème ? S’il y a quelque chose dont vous avez besoin, alors nous —, » commença l’une d’elles.

« Bougez de là ! Si vous ne voulez pas être blessées, alors restez hors de mon chemin ! » cria Diablo.

« Ahh !? » crièrent les filles.

Il avait traversé le couloir en traînant Horn avec lui. Shera avait couru après eux, les suppliant d’attendre un peu.

 

Les membres de la Brigade Paladine avaient formé un mur au milieu du couloir.

« Au-delà d’ici se trouvent les quartiers où dort la Grande Prêtresse ! Nous ne vous laisserons pas passer, peu importe qui vous êtes ! » déclara l’un d’eux.

« Je ne suis là que pour confirmer son bien-être ! » déclara Diablo.

« Nous ne vous laisserons pas passer si vous n’avez pas la permission de Sire Batutta ! Nous avons cette place sous notre protection, alors laissez-nous faire ! » déclara l’homme.

« Ne pensez pas une seconde que vous vous en sortirez indemne si vous vous mettez en travers de mon chemin ! » déclara Diablo.

« Chef, au-dessus de vous ! » hurla Horn.

Il y avait un trou dans le plafond du couloir, avec des membres de la Brigade Paladine qui attendaient à l’intérieur. Ils avaient sauté avec leurs armes dégainées.

« Yeeeeargh !! »

— Bande d’idiots ! pensa Diablo.

« “Blocage Aérien” !! » déclara Diablo.

Diablo avait lancé un sort faisant que l’air lui-même s’était transformé en béton, formant une barrière invisible. Ceux qui étaient tombés du plafond s’y étaient écrasés, leurs épées se brisant en provoquant des bruits aigus. Leurs visages avaient pris une bonne raclée alors qu’ils s’enfonçaient dans le mur invisible, les dents volant un peu partout.

« Ngwah !? »

Les autres membres de la Brigade Paladine avaient dégainé leurs épées.

« Il ne devrait pas pouvoir utiliser un autre sort tout de suite ! Tuez-le !! » cria l’un des membres.

« Avec qui pensez-vous que vous vous êtes fait des ennemis, imbéciles ! “Freezia” !! » déclara Diablo.

Contrairement aux autres sorciers élémentaires ici présents, Diablo pouvait lancer rapidement des sorts de niveau intermédiaire jusqu’au niveau 99.

Lorsque Freezia s’était activé, une onde de froid s’était propagée dans tout le couloir. Toute la Brigade avait été gelée sur place.

« Woooooooargh !? Guh, gah... !? »

La vague blanche de gel avait même enveloppé Diablo et les autres, piquant leurs joues et leurs oreilles. Les murs s’étaient brisés sous l’effet de la chute radicale de température, inclinant le bâtiment, tandis que les cristaux de glace avaient formé un bourgeon qui s’était transformé en fleur gelée. Diablo pensait que tout geler aurait été mieux que de causer un incendie, mais cela aurait pu se transformer en un désastre plus important que ce qu’il espérait.

— Eh bien, c’est très bien ainsi. Du moins, je suppose. Tant qu’ils sont en vie, ils peuvent demander aux prêtres de les guérir, pensa Diablo.

« Allons-y ! » déclara Diablo.

« D-D’accord ! » répondit Shera.

Traînant Horn avec lui pendant que Shera frissonnait de froid, ils s’étaient tous dirigés plus profondément à l’intérieur.

 

Il avait enfoncé la porte verrouillée avec son pied — .

 

Les lits étaient vides et il y avait un cristal sur le sol. L’une des chaises avait été renversée, et une lampe à l’huile brûlait encore sur la table, avec une sorte de parfum fleuri qui en émanait.

Diablo serra les poings. Pour que Batutta puisse emporter un Invocateur du calibre de Rem sans faire la moindre perturbation...

« Tu vaux plus que ce que je t’ai dit, Batutta..., » murmura Diablo.

« Qu-Qu’est-ce qu’on fait !? » Les épaules de Shera tremblaient. « Est-ce que Rem et Lumachina vont être, t-tuées — ! ? »

« S’il voulait juste les tuer, il n’y aurait aucune raison de les emmener ailleurs, » répondit Diablo.

— Il l’aurait aussi fait plus tôt, pensa Diablo.

Selon la théorie de Diablo, Batutta ne faisait pas partie de l’Organe Cardinal. Il avait eu tant d’occasions : de retour sur le char des sables, quand ils mangeaient, quand ils se changeaient... Bien sûr, Diablo avait été sur ses gardes face à ça, mais...

« S’il devait faire quelque chose, j’aurais pensé qu’il le ferait un peu plus tard. Je ne voulais pas non plus encore créer d’ennuis, » murmura Diablo.

« Comment ça, Diablo ? » demanda Shera.

« D’abord, j’avais besoin de récupérer... Sans parler de la Maladie de la Clochette de la Mort, » déclara Diablo

« Hein ? » s’exclama Shera.

« Ce n’est pas une maladie, mais une malédiction, » répondit Diablo.

« Qu’est-ce que vous venez de dire ? » Shera et Horn avaient toutes deux haussé la voix en état de choc.

 

Diablo avait vu une malédiction qui avait causé les mêmes effets lors d’un événement limité dans le temps dans le Croisement de la Rêverie où les marques de « X » apparaissaient sur les PNJ. Si les joueurs ne détruisaient pas la forteresse ennemie dans un délai de neuf jours, un grand nombre de personnes mourraient. C’était une intrigue sérieuse dont il se souvenait que les tableaux d’affichage avaient excité beaucoup de joueurs. Les joueurs devaient s’attaquer à un donjon spécifié pour chaque étape de l’événement et ils devaient battre le boss de l’événement, ce qui remplirait la « jauge de l’événement ». L’intrigue de la série de quêtes changeait au fur et à mesure qu’ils remplissaient la jauge.

Cela devrait aller de soi, mais Diablo avait complètement résolu l’événement, bien sûr, en récupérant un « Charme contre la Maladie de la Clochette de la Mort » comme récompense.

— Cela n’a pas eu d’effet au combat, mais c’était juste un objet qui vous a permis d’obtenir un mini film en jeu de tous les PNJ vous remerciant..., pensa Diablo.

Selon la quête dans le jeu, la malédiction était l’œuvre des Déchus, avec également un donjon situé sous l’église. Mais dans ce monde, l’église était fermée par les gardes locaux, de sorte qu’il n’y avait aucune chance qu’il y ait des Déchus qui se cachaient sous terre. Sans compter que, dans le jeu, le gouverneur de la Tour de Zircon n’était pas une femme avec une personnalité aussi « colorée » qu’ici.

Il y avait un tas de choses qui ne correspondaient pas tout à fait. Mais en tout cas, Diablo ne pouvait pas ignorer la Maladie de la Clochette de la Mort.

Batutta n’avait jamais fait preuve d’hostilité envers eux, alors Diablo avait pensé qu’il serait acceptable qu’il s’occupe de Lumachina, car ils avaient de leur côté le fait de résoudre le mystère derrière la maladie.

— Pourquoi a-t-il décidé d’agir maintenant ? Se demanda-t-il.

 

Il n’aurait jamais pu deviner que Batutta avait dû révéler ses vraies pensées à cause de Lumachina qui l’avait pressé plus tôt.

 

« Dans tous les cas, à l’heure actuelle, ramener Rem et Lumachina est la priorité, » déclara Diablo.

Les incidents liés à la Maladie de la Clochette de la Mort devraient attendre. D’après ce que Horn avait dit, les filles avaient été mises à bord d’un char des sables, ce qui signifiait qu’elles étaient très probablement quelque part loin du manoir.

Les navires des sables ne pouvaient pas être utilisés pendant la nuit, car il y avait des monstres gigantesques dans le désert, et ils étaient généralement beaucoup plus actifs la nuit. Les navires devaient naviguer à pleine vitesse pour s’éloigner d’eux, mais il n’y avait pas de matériel d’éclairage puissant dans ce monde. Cela signifiait simplement qu’ils navigueraient à une vitesse fulgurante à travers un désert sombre, ce qui ne se serait terminé que lorsque le navire se serait écrasé dans une dune, un rocher ou un autre obstacle.

Cela signifiait que Rem et Lumachina avaient été emmenées ailleurs dans cette ville.

« Nous n’avons pas le temps de faire des bêtises... Je suppose que je vais devoir faire cracher l’un d’entre eux, » déclara Diablo.

 

Diablo était retourné dans le couloir. Les effets de Freezia avaient commencé à s’estomper, les membres de la Brigade Paladine souffrant des dommages thermiques se recroquevillaient sur le sol.

Choisissant quelqu’un qui avait l’air d’avoir la capacité de pouvoir parler, il avait pointé le Bâton de Tenma.

 

« Maintenant, choisis mortel : Dis-moi où Batutta est allé, ou cet endroit deviendra ta tombe, » rugit Diablo.

***

Partie 2

Rem avait ouvert les yeux. La flamme des lampes autour d’elle scintillait. Elle avait essayé de bouger ses mains, mais elle s’était vite rendu compte qu’elle ne pouvait pas le faire.

— Suis-je attachée avec une corde... !? se demanda-t-elle.

Les bras et les jambes de Rem étaient attachés à un poteau en forme de croix, comme si elle avait été crucifiée.

« Qu’est-ce que... ? » s’écria-t-elle.

« Bien, vous êtes enfin réveillée..., » déclara une voix féminine.

En entendant une voix venant d’à côté d’elle, Rem s’était retournée pour trouver Lumachina pendue de la même façon qu’elle.

« Lumachina !? Qu’est-ce qui se passe... !? » demanda Rem.

« Je viens juste de retrouver mes esprits, donc je ne suis pas trop sûre..., » répondit Lumachina.

« ... Je vois, » répondit Rem.

Rem avait regardé autour d’elles. Le plafond était remarquablement haut, si bien que la lumière des lampes n’atteignait pas le plafond. Elles semblaient se trouver à l’intérieur d’une sorte de bâtiment en forme de cône. Ce bâtiment cylindrique avait un intérieur assez large pour accueillir une église entière à l’intérieur. Il y avait une plate-forme au centre de cet espace, où Rem et Lumachina étaient obligées de se tenir. Elles avaient été capturées par Batutta, qui semblait être impliqué dans une sorte de malédiction.

— Est-ce que cela signifie qu’il veut nous utiliser comme une sorte de sacrifice... ? Se demanda Rem.

Un frisson avait couru le long de sa colonne vertébrale face à cette idée.

Elles étaient entourées de lampes géantes dans toutes les directions, chacune avec des flammes vacillantes. Elle ne pouvait pas voir au-delà de ces lampes en raison de leur luminosité, mais leurs yeux s’y habituaient lentement.

Il y avait quelque chose qui bougeait. C’est à ce moment-là qu’elle avait pris conscience des bruits de respiration qui l’entouraient.

« ... Qu’est-ce que ça pourrait être ? » se demanda-t-elle.

« Je n’en sais rien, » la voix de Lumachina était ferme. « Mais j’ai un mauvais pressentiment... »

Rem concentra son regard au-delà de la lumière des lampes : une personne. Elle pouvait voir des ombres se déplacer en étant illuminées par les flammes. Elles étaient nombreuses, et apparemment de toutes les races différentes. Il y en avait beaucoup plus qu’elle ne le pensait.

— Et la majorité d’entre eux étaient nus.

« Qu... Qu... !? » s’écria Rem en état de choc.

« Hein ? Qu’est-ce qu’ils font !? » demanda Lumachina.

Les yeux de Lumachina semblaient aussi s’être ajustés quand à la luminosité — .

 

Il y avait une masse d’hommes et de femmes empêtrés l’un dans l’autre, assez pour couvrir toute la surface de la pièce.

 

Rem avait détourné les yeux. « ... S-Sont-ils... Est-ce qu’ils font... ce que je pense qu’ils font... ? »

« Qu’est-ce que vous entendez par là ? » Il semblerait que Lumachina était complètement inconsciente de ce dont elle parlait.

Les joues de Rem rougissaient. « ... Je ne peux pas vous l’expliquer... »

« Hein ? » demanda Lumachina, déconcertée.

Rem ne pouvait pas se résoudre à dire ce que c’était vraiment. Qu’est-ce qui se passait ici ?

Les respirations des individus d’ici devenaient encore plus frénétiques. Le bâtiment était rempli des gémissements des hommes et de la respiration lourde des femmes. Le son de la chair frappant la chair se mélangeait au bruit de la sueur et des fluides, et une odeur presque bestiale s’accumulait dans l’air.

 

Quelqu’un avait monté l’escalier jusqu’à l’autel...

Il s’agissait de Batutta.

Il portait encore des vêtements, ce qui avait apporté un minimum de soulagement à Rem. La fille qui l’accompagnait était presque entièrement nue.

« C-C’est... vous... !? » s’écria Rem.

Il s’agissait de Shiliu, la femme de chambre aux cheveux longs et noirs. Il n’y avait aucune trace de la tenue de bonne qu’elle ait autrefois porté, car rien ne couvrait sa poitrine ou sa taille, bien qu’elle portait encore un corset et des chaussures.

« Vous êtes si indécente ! » Les épaules de Rem tremblaient.

Batutta avait déplacé ses épaules en riant de tout son cœur. « Je vois que vous êtes enfin réveillées. Je me demandais ce que je ferais si le matin arrivait et que vous ne vous étiez pas encore réveillées. »

« Arg... Vous nous avez trompés ! » cria Rem.

« Si vous voulez détester quelqu’un, alors dirigez votre colère sur Lumachina. Elle aurait dû savoir qu’un sens de la justice entraînerait sa propre destruction, » répondit Batutta.

« Je suis désolée, Rem..., » déclara Lumachina d’une voix faible. « On dirait que je vous ai entraînée dans tout ça. »

« ... En aucun cas. Notre situation actuelle était mon erreur, et je suis désolée de ne pas avoir pu vous protéger, » déclara Rem.

Rem avait vécu beaucoup de choses pendant sa période de temps en tant qu’aventurière, mais elle tombait continuellement dans les pièges et les déceptions vis-à-vis des autres.

— Suis-je plus naïve que ce sur quoi je m’attendais ? Shera devrait être la seule stupide ici..., pensa Rem.

Avec cette pensée un peu dure qui flottait autour de sa tête, elle cherchait un moyen de s’échapper. Mais les liens sur ses mains et ses jambes étaient restés serrés, presque de façon impressionnante.

Rem avait serré ses dents. « ... Qu’est-ce que vous comptez faire de nous, Batutta !? »

« Eh bien, un rituel, » déclara Batutta.

« Hein... ? » s’exclama Rem.

« C’est un autel, comme vous pouvez le constater par vous-mêmes, » répondit Batutta.

« ... Vous êtes absolument vile, » cracha Rem.

« Je n’ai jamais vu un autel aussi répugnant que celui-ci, » poursuivit Lumachina. « Il s’agit d’un endroit plein de maléfices, n’est-ce pas !? »

« C’est comme vous le dites, » répondit Batutta d’un signe de tête. « Cet endroit n’est rempli que de “corruption”, » il semblerait qu’il n’avait plus l’intention de garder tout secret.

« ... Donc, c’est une malédiction...? » demanda Rem.

Batutta avait pris le pot que la servante tenait et il retira le couvercle. À l’intérieur, il y avait un liquide épais et noir-vert.

« Il s’agit du concentré responsable de la création de la Maladie de la Clochette de la Mort, » expliqua Batutta.

« Quoi !? » s’exclama Rem.

« En déversant cela dans le lac, la maladie s’installe dans une grande partie des habitants de la ville qui dépendent de son eau pour vivre ici. Ces gens viennent à l’église pour obtenir de l’aide, ce qui représente une somme importante de dons qui nous parviennent, » continua Batutta.

« ... Vous êtes méprisable, » Rem lui avait craché ces mots.

Lumachina n’avait pas pu se résoudre à parler. Elle semblait choquée de voir à quel point la personne en qui elle avait autrefois confiance était si dégénérée.

« Comment pensez-vous que ce concentré soit fabriqué ? » leur demanda Batutta.

« ... Comme si on le saurait, » répondit Rem.

« Ne pouvez-vous même pas deviner ? Il semble que vous manquez d’imagination, aventurière, » déclara Batutta.

« Mmph. »

Cette remarque l’avait énervée, d’autant plus qu’elle ne faisait que penser à la façon dont elle se faisait piéger beaucoup trop souvent. Batutta enfonça le couteau dans la plaie pour que cela devienne absolument exaspérant pour elle.

« Le concentré de la Maladie de la Clochette de la Mort est fait à partir de l’essence du mal. Et comment puis-je en obtenir facilement ? » Batutta avait laissé son regard errer dans la pièce. « Regardez-les... Comme des bêtes sauvages, n’est-ce pas ? Ces gens étaient autrefois des croyants pieux et fidèle. C’étaient des hommes au cœur pur et des femmes chastes, tous possédaient une foi profonde et un sens aigu de la justice. »

« ... Où voulez-vous en venir ? » demanda Rem.

« À la moindre poussée, les gens tombent si facilement, » il regarda les lampes autour de l’autel.

— Y avait-il quelque chose de mélangé avec l’huile des lampes... ? Se demanda Rem.

En se concentrant, elle sentit un doux parfum venant des lampes. Rem avait instinctivement cessé de respirer — mais il était impossible de rester comme ça.

Batutta étendit les bras, affichant une expression de l’extase pure sur son visage éclairé par les flammes des lampes.

 

« Adultère... Effusion de sang... La gourmandise... Quand les gens tombent, ils perdent leur divinité, et c’est là que naît cette essence même du mal ! » déclara Batutta.

 

« C-Cet endroit... est-il fait pour que les gens commettent le péché... ? » demanda Rem.

Rem avait regardé autour d’elle une fois de plus. C’était vrai qu’il y avait des gens qui faisaient d’autres choses que des rapports sexuels. Il y avait des gens obèses qui mangeaient de grandes quantités de nourriture laissée là jusqu’au point de vomir. Cela ne semblait pas être la première fois ; il y avait aussi des gens avec des instruments tranchants et cruels, qui se tenaient à côté d’autre personne et qui les frappaient.

« A-Arrêtez — ! » Mais comme Rem était liée à l’autel, elle ne pouvait rien faire.

« Ce... C’est juste... trop maléfique..., » murmura Lumachina.

Des larmes coulaient du visage de Lumachina. Cela avait dû être beaucoup plus un choc pour elle, ayant vécu une vie pure et innocente jusqu’à présent. Son corps tremblait.

« Reprenez-vous, Lumachina ! C’est le mal à l’état pur là ! Ce que votre sens moral vous dit ne se trompe pas ! Restez forte ! » cria Rem.

« Oh, mon Dieu... Dieu..., » marmonna-t-elle alors que les larmes coulaient de ses yeux.

Une faible lumière enveloppait son corps, comme lorsqu’elle priait.

Batutta haussa les épaules. « Selon mes recherches, plus la divinité d’une personne est forte lorsqu’elle chute, plus l’essence maléfique qu’elle crée est épaisse. Je devrais être capable d’en faire une formule beaucoup plus puissante. »

« ... Voulez-vous vraiment infliger la Maladie de la Clochette de la Mort à autant de gens ? » demanda Rem.

« Non, il n’y a qu’une seule personne après qui je suis vraiment..., » répondit Batutta.

« Une seule... ? » demanda Rem.

« Laminitus, » répondit Batutta.

Rem avait été choquée. Elle ne s’attendait pas à entendre le nom de la gouvernante de la Tour de Zircon.

« Cette femme est un danger, agissant toujours comme un obstacle pour moi. Elle semble aussi attraper lentement cette malédiction. C’est pourquoi je dois la faire venir sous les effets de la maladie, » déclara Batutta.

« ... Tout ça juste pour ça ? » demanda Rem.

« Laminitus ne boit pas l’eau du lac. Il semble qu’elle ne l’utilise que pour sa cuisine, mais il est plus difficile pour la malédiction de prendre effet comme ça. Si j’utilise une concoction beaucoup plus puissante, alors elle devrait enfin s’enraciner en elle, » expliqua Batutta.

« ... Et qu’arrivera-t-il aux citadins quand ils boiront l’eau ? » demanda Rem.

« Ils seront tous atteints de la maladie, très probablement. C’est à ce moment-là que nos prêtres les guériront — mais seulement s’ils paient d’abord les dons appropriés ! » Un sourire tordu était apparu sur le visage de Batutta.

« Pourquoi... ? Pourquoi commettre un péché si grave ? » Lumachina l’avait regardé avec les yeux imbibés de larmes. « J’ai entendu dire que vous étiez une personne pure et noble... Qu’est-ce qui vous est arrivé ? »

« Aimeriez-vous une sorte d’histoire de larmes à la con ? Est-ce que cela vous satisferait ? Voudriez-vous avoir quelque chose comme ma famille a été tuée, ou alors le fait que j’ai été trahie par un ami ? Ou peut-être menacé par les Déchus, quelque chose de ce genre ? Idiote, il n’y a aucune raison pour que les gens tombent. Les gens naissent comme des créatures pécheresses, pleines d’avarice, » répondit Batutta.

Comme elle le supposait en raison de ses actions, Batutta ne faisait plus partie de l’Organe Cardinal, mais cela n’avait plus d’importance, puisqu’il était un homme vil et détestable depuis le début. Penser qu’il répandait une malédiction qui ciblait les gens sans discrimination, tout cela pour l’argent et le pouvoir.

« Quelle que soit la vraie nature d’une personne, ce sont aussi ces mêmes personnes qui sont capables de se remettre sur le chemin de la justice ! » cria Lumachina.

« J’ai hâte de voir la Grande Prêtresse qui croit qu’elle est si haute et assez puissante pour me faire la leçon céder à la luxure et au désir... Apprends-lui ce qu’est le vrai plaisir, Shiliu, » ordonna Batutta.

« Hm-hm-hmm-hmm..., » un sourire séduisant était apparu sur le visage de la femme de chambre presque nue. « Est-ce que je peux la faire tomber moi-même ? »

« J’ai un visiteur qui viendra bientôt me chercher, je n’ai plus le temps de déconner ici. Ce n’est pas une personne facile à gérer, » répondit Batutta.

« On dirait presque que vous attendez un amant, Maître. Vous me rendez jalouse, » déclara Shiliu.

« Finis juste les choses ici. Je reviendrai te chercher après ça, » répondit Batutta.

« Oh, je ne peux pas attendre ! Que dois-je faire au sujet de la Panthérienne ? » demanda Shiliu.

« Elle est son esclave, donc nous pouvons l’utiliser pour le ralentir. Ne la tue pas, mais joue avec elle autant que tu le souhaites, » déclara Batutta.

« Compris, Maître, » répondit Shiliu.

La seule chose qui ressemblait à une femme de chambre au sujet de la femme presque complètement nue devant eux était la façon dont elle s’inclinait. Rem avait craché toutes sortes de malédictions auxquelles elle pouvait penser, mais elles avaient été ignorées. Fléchissant les doigts, Shiliu s’approcha de Lumachina, laissant échapper un soupir prolongé et sensuel sur ses lèvres.

« Ohh ~ ~... Je suis tellement excitée à l’idée de faire tomber une belle fille comme toi, » déclara Shiliu.

« Ne vous approchez pas ! » cria Lumachina

Les doigts blancs de Shiliu avaient saisi la poitrine de Lumachina sur ses vêtements. « Tu as un sacré gonflement ici, n’est-ce pas ? »

« Ngh !? »

« Et si sensible ! Tu parlais toujours comme une frigide, je pensais que tout ton corps était insensible quant à tout ça, » déclara Shiliu.

« S-Stop... Lâchez-moi ! » cria Lumachina.

« Bien que tu dises ça maintenant, une fois que tu auras goûté à mes caresses, tu me supplieras d’en avoir plus, » déclara Shiliu.

Elle avait révélé une longue langue pendante, d’une longueur si monstrueuse qu’il suffisait de se demander si elle était bien humaine. Il était plus long que n’importe quel nain, connu pour la longueur de leur langue, et avait l’air d’avoir atteint toute sa gorge.

« Hmm... Je lécherai les parties les plus profondes de ton corps..., » déclara Shiliu.

Shiliu se dirigea vers les vêtements de Lumachina, glissant une main le long de sa jupe et arrachant ses sous-vêtements.

« Eeeeek !? »

 

 

Soudain, le sol s’était mis à trembler.

 

Le bâtiment cylindrique s’était retrouvé dans un chaos épouvantable, alors que le sable ruisselait de haut en bas. Rem regarda vers le plafond.

— Un tremblement de terre... !? Se demanda-t-elle.

Il y avait une sorte de tumulte au-dessus d’eux. Puis, quelque part près du plafond, une porte s’était ouverte. Lumachina avait mentionné qu’il y avait quelque chose sous la ville... Cela voulait dire qu’ils étaient quelque part sous terre.

Rem avait le sentiment qu’elle savait ce qui allait arriver. Le désespoir qui s’était emparé de sa poitrine s’était dissipé, tout comme les nuages dans le ciel après la pluie.

 

« ... Diablo..., » murmura-t-elle.

***

Partie 3

Selon les informations que Diablo avait apprit en douceur des membres de la Brigade Paladine, Batutta se trouvait quelque part à la périphérie ouest de la ville. Il y avait là un nombre apparemment infini de tentes, avec d’innombrables croyants alignés, même si c’était au milieu de la nuit. Il ne pouvait pas se permettre de fouiller chaque tente, une par une, alors il avait conçu un plan.

« Shera, appelle ton Invocation. Tu observeras tout d’en haut avec ta Dinde Tireur, » déclara Diablo.

« Hein ? Mais elle ne voit pas grand-chose la nuit... C’est plutôt aveugle dans le noir, » répondit Shera.

« Toute la zone va bientôt devenir très lumineuse, » déclara Diablo.

Diablo avait levé le Bâton de Tenma et il l’avait pointé vers le ciel nuageux de la nuit. Il avait libéré son sort — Explosion.

Une détonation était apparue dans l’air, éclairant l’environnement. Les marchands et les croyants commencèrent à faire du bruit, et il en fut de même pour les individus de l’Église qui gardaient les tentes.

« Il y en aura forcément un qui le dira à Batutta ! » Diablo avait annoncé ça à Shera. « Cherche-les depuis le ciel ! »

« D-D’accord ! » déclara Shera.

Un ou deux coups de ce sort ne suffiraient pas à les faire se précipiter pour se présenter à Batutta, alors Diablo avait continué à faire apparaître des sorts les uns après les autres.

« Explosion ! Explosion ! Explosion... ! » cria Diablo.

Ce faisant, il avait pu localiser la tente vers laquelle se dirigeaient les prêtres et les membres de la Brigade Paladine chargés de les garder. Il y avait des gardes postés là pour protéger l’entrée du sous-sol, mais il ne resta plus rien après qu’il les eut dispersés comme des fétus de paille.

 

Après avoir descendu le long escalier, il avait ouvert une porte en pierre. Il était dans une sorte de zone cylindrique. Une fragrance malsaine et sucrée s’accrochait dans l’air, mélangée à une odeur bestiale si piquante que Shera se couvrit la bouche de sa main.

« C’est quoi cet endroit... ? J’ai un mauvais pressentiment ! » déclara Shera.

Diablo avait reconnu cet endroit comme la dernière étape de l’événement à temps limité dans le jeu. C’est là qu’apparaîtrait le Boss final.

— À quel point ce monde est-il semblable au jeu !? se demanda-t-il.

En partant de l’entrée, un escalier en colimaçon parallèle aux murs de pierre s’étendait jusqu’au fond de ce lieu. La taille différait pour les pierres utilisées dans les murs et l’escalier, où, en moyenne, chacune mesurait une cinquantaine de centimètres de haut, et leur longueur et leur largeur atteignant plus d’un mètre. Ils avaient été formés presque comme un trapèze afin de créer la forme cylindrique du bâtiment. La seule lumière venait d’en bas.

À quatre pattes, Horn jeta un coup d’œil vers le bas. Diablo lui avait dit qu’il n’avait pas besoin de se cacher sous terre avec eux, mais le Marcheur d’Herbes l’avait quand même fait à la fin.

« H-Hey, Chef, il y a quelque chose au fond, » déclara Horn.

Diablo regarda le fond de la pièce où il pouvait voir les contours de plusieurs personnes.

 

Dans les flammes vacillantes des lampes, il pouvait distinguer les hommes et les femmes qui participaient à une fête de dépravation morale.

 

Diablo souriait d’un léger rire. Il essayait de montrer que ce n’était pas grand-chose, mais à l’intérieur, il paniquait complètement.

— Qu’est-ce que c’est que ça !? Se demanda-t-il.

Le Croisement de la Rêverie était un jeu sain et adapté à tous les âges, donc il va sans dire qu’il n’y avait pas de scènes érotiques comme celle-ci.

Regardant également vers le bas, le visage de Shera devint pâle.

« Diablo ! Rem et Lumachina ! » cria Shera.

« Hm, » il avait tourné son regard vers la direction qu’elle pointait.

 

Toutes deux étaient suspendues sur un autel au centre de cet endroit. Lumachina avait été réduite à une apparence très peu digne d’une dame, ses vêtements ayant été retirés du haut de son corps, alors que sa poitrine avait été mise à nu pour que tout le monde puisse la voir. Ses sous-vêtements étaient tombés au niveau de ses chevilles.

Le visage de Diablo était devenu rouge betterave.

À côté d’elle se trouvait la femme de chambre Shiliu, ses mains rampant sur tout le corps de Lumachina. Elle était aussi presque complètement nue, ne portant qu’un corset noir, des bas résille et des talons hauts. C’était comme l’un des dessins d’une tenue que vous verriez sur l’une de ces boîtes de jeux qu’ils vendent dans des sex-shops. Les boîtes étaient normalement assez grandes, même s’il n’y avait qu’un seul disque à l’intérieur.

— C’est un peu trop, n’est-ce pas ? pensa Diablo.

La langue de Shiliu rampait sur la peau de Lumachina. Bien qu’il ne pouvait pas le voir d’en haut, il pouvait dire que Lumachina essayait de s’échapper, mais ne pouvait pas le faire parce qu’elle avait les mains et les pieds liés.

Diablo avait fait un sprint dans les escaliers. « Shera, Horn, attendez ici ! Je ramène ces deux-là ! »

« D-D’accord ! » déclara Shera.

« Bien reçu, Chef ! » répondit Horn.

 

Après avoir descendu l’escalier de pierre à une cinquantaine de mètres de l’escalier de pierre — .

Il y avait quelqu’un d’autre qui montait ces mêmes escaliers.

***

Partie 4

Batutta — .

Contrairement aux autres personnes nues, il portait son armure intégrale et sa lance enveloppée d’énergie magique. Il y avait une lueur vive dans son regard.

« Je vous attendais, Diablo, » dit-il d’une voix solennelle.

Le fait d’être confronté comme ça à lui était vraiment excitant pour Diablo. Il sentit une chaleur bouillonnant à l’intérieur de lui. Maintenant plus que jamais, il était temps d’agir comme un Seigneur Démon.

Diablo avait dirigé le Bâton de Tenma vers Batutta.

« Hahahaha... Regrette le fait que tu as été assez négligent pour te tenir devant moi, » déclara Diablo.

Mais il n’arrêtait pas d’y penser : Avec quelqu’un d’aussi compétent que Batutta, il devrait être capable de deviner la différence dans leurs capacités. Pourquoi Batutta était-il si confiant ? C’était un piège ? Une sorte de bluff ?

L’attitude de Diablo, hautaine et débordante de confiance, n’était bien sûr qu’un bluff. C’était juste un jeu de rôle du Seigneur Démon, après tout. Contrairement au jeu, il réfrénait toujours sa nervosité et sa peur lorsqu’il combattait ici.

« Batutta, comment expliques-tu tout ça ? » demandait-il.

« Si vous êtes vraiment un Sorcier de première classe, alors vous devez sûrement déjà connaître la réponse, » répondit Batutta.

C’était juste un joueur. Il ne connaissait pas vraiment d’autres choses que le système de combat. Mais si le but de cet endroit était le même que dans le jeu, alors...

« Donc, tu as contribué à produire la malédiction de la Maladie de la Clochette de la Mort, » déclara Diablo.

« Hm... Je vois que Lumachina vous en a parlé, » répondit Batutta.

« Dis-tu qu’elle le savait aussi ? » demanda Diablo.

Un air renfrogné était apparu sur le visage de Batutta. « Vous me dites que non seulement la Grande Prêtresse, mais même un Sorcier s’est fait prendre ? »

« Hmph. Je ne suis pas un sorcier — je suis un Seigneur Démon qui est venu d’un autre monde ! » répondit Diablo.

« Quelles bêtises crachez-vous..., » déclara Batutta.

— Peu de gens me croient quand je dis ça, hein ? pensa Diablo.

Bien que, en fait, c’était plutôt mignon de voir comment Rem et Shera l’avaient cru si facilement.

« Est-ce que ces pitoyables imbéciles qui rampent en bas ont quelque chose à voir avec cette malédiction !? » demanda Diablo.

« Si vous veniez travailler sous mes ordres, je vous dirai tout ce que vous voulez savoir, » répondit Batutta.

« Comme le dirait un vrai égoïste, Batutta. Mais la vérité, c’est que tu as appris cette malédiction des Déchus, n’est-ce pas ? » demanda Diablo.

« Qu’est-ce que vous dites ? » Les yeux de Batutta s’étaient écarquillés. « Comment le savez-vous ? »

« Hehe hehe hehe... Je l’ai déjà dit : Je suis un Seigneur Démon ! »... Il ne pouvait pas dire que c’était parce que c’était la même malédiction que les Déchus utilisaient dans le jeu.

Il ne comprenait pas encore tout à fait ce qu’était ce monde, mais il y voyait l’inspiration pour le Croisement de la Rêverie. Les parties de la malédiction cotées X avaient cependant été omis dans le jeu. Batutta avait très probablement amené Rem et Lumachina exactement pour leur faire ce genre de choses immorales.

« Relâche les filles, » ordonna Diablo. « Si tu dois expier tes méfaits vulgaires en plus de ça, je t’épargnerai la vie. »

« Oh, Diablo..., » les épaules de Batutta tremblaient en riant. « Si jeune. Il est assez intrigant de penser à la façon dont vous avez obtenu une telle force tout en étant si jeune... Mais même dans ce cas, vous êtes encore très inexpérimenté. »

« Qu’est-ce que tu dis ? » demanda Diablo.

« Vous n’avez jamais perdu une bataille, n’est-ce pas ? Vous vous engagez dans ce combat avec la prétention que votre victoire est absolue. Même maintenant, je suppose que vous considérez cette situation comme ayant “acculé votre ennemi”, » déclara Batutta.

« Hmph... Parce que c’est la vérité, » déclara Diablo.

Il avait agi d’une manière si hautaine et puissante, mais il dégoulinait de sueur à l’intérieur. Comme Batutta l’avait dit, il pensait qu’il gagnerait à tous les coups dans un combat en tête-à-tête. Malgré le nombre de manas qu’il avait perdus, il était toujours celui qui se trouvait au plus haut niveau, et il y avait une énorme différence entre leurs équipements. La lance de Batutta était enveloppée d’énergie magique et était tout au plus une arme SSR. Diablo, d’autre part, avait renforcé son équipement SSR à leurs limites maximales, et pourrait probablement être classé comme équipement de rang EX.

Il avait un avantage écrasant. Mais ce n’est pas tout, Diablo possédait des compétences supérieures en tant que joueur, ne perdant jamais face à d’autres joueurs de niveau 150 au combat.

— Si je devais l’expliquer avec ma propre logique inventée, mes paramètres devraient être au niveau 150, avec mon équipement également à 150. Si ma compétence de joueur est de 150, alors cela devrait faire 450 au total ! Si l’on considère que Batutta est au niveau 130, c’est un écart de 320 ! pensa-t-il.

S’ils se battaient, Diablo était presque sûr de gagner.

Batutta caressait sa barbe. « Maintenant, vous êtes peut-être un sorcier élémentaliste assez fort pour défier le bon sens... mais quel type de magie pouvez-vous utiliser ici ? »

« Hm... ? »

Batutta frappa le dos de sa main sur le mur de pierre. Les fragments de roche tombèrent du bloc contre lequel il avait frappé, ils étaient plus fragiles que Diablo ne le pensait.

« Nous sommes ici sous terre. Je pense que c’est assez profond que nous devions être entourés par les substrats rocheux. Si le plafond se brise, cependant, une montagne de sable devrait tomber sur nous. »

Diablo avait dégluti, bien que sa gorge soit sèche. « C’est du bluff... Tu serais aussi enterré vivant. »

« Je risquerais ma vie si cela signifiait la victoire, c’est naturel. Je suis sûr que vous êtes dans le même genre... Mais que ferez-vous de la vie de vos compagnons ? » demanda Batutta.

« Espèce de salaud, » cria Diablo.

Diablo était venu à la rescousse de Rem et Lumachina, les enterrer vivantes dans le sable signifierait tout perdre. Batutta se moquait évidemment de la vie de ceux qui l’entouraient.

« Cela devrait sceller le sort que vous avez joliment utilisé contre la Baleine des Sables. Ensuite, c’est votre situation même qui est incertaine... Est-ce que se battre dans les escaliers est l’un de vos atouts ? Jusqu’à quel point pouvez-vous échapper en combattant sur ce terrain, je me le demande..., » déclara Batutta.

« Tu es le seul à souffrir de ne pas pouvoir t’échapper ! » déclara Diablo.

Une détonation était apparue de nulle part — .

Explosion.

L’escalier de pierre s’était effondré, des fragments de pierre tombant sur la masse tordante de l’humanité.

« Ngh !? »

Cet endroit était encore plus fragile qu’il ne l’imaginait. Ils se trouvaient également dans un espace clos, ce qui signifiait que l’effet de l’onde de choc était beaucoup plus fort que lorsqu’il l’utilisait en plein air. Le sable s’était immédiatement déversé du plafond de façon grandiose.

— Même un sort comme ça, c’était trop !? pensa Diablo.

Batutta recula tranquillement vers l’arrière, atterrissant plus bas dans l’escalier. Diablo voulait utiliser la magie avec une zone d’effet plus large pour contrebalancer cette vitesse... mais s’il le faisait, le plafond céderait.

 

Diablo regarda vers l’autel. Il avait été soulagé de voir Rem et Lumachina non affectées par les dommages causés par son explosion.

Mais il y avait quelque chose qui n’allait pas chez les gens d’ici. Bien que le sable et la pierre tombaient d’en haut, ils restaient enivrés par leur festin fou, ne tentant pas de s’enfuir. Ils ne semblaient même pas percevoir le danger autour d’eux. Il semblait qu’ils n’étaient plus capables d’une pensée normale.

Batutta avait ri. « Vous agissez sans réfléchir, je vois. »

« Hmph... Je testais seulement la valeur réelle de devenir sérieux ou non, » déclara Diablo.

« Est-ce que c’est le cas ? Alors cette fois, c’est moi qui ferai un geste, » déclara Batutta.

Batutta prit sa lance, affectant un assaut. Diablo aurait dû le repousser avec de la magie, mais...

— Quel genre de magie puis-je utiliser pour ne pas briser les murs ? Se demanda-t-il.

« Vous avez hésité, blanc-bec ! » cria Batutta.

Il avait comblé l’écart entre eux d’un coup. La lance visait directement le cœur de Diablo, Batutta avait clairement indiqué qu’il en avait après la vie de Diablo.

« Trop naïf, Batutta, » déclara Diablo.

La « Mine Terrestre » que Diablo avait placée à ses pieds avait explosé. C’était un sort qui avait déclenché une explosion une fois que quelqu’un avait marché à portée de la mine. C’était un sort de magie élémentaire de la terre avec peu de puissance, mais au moins il n’aurait pas à s’inquiéter de la rupture des murs de pierre.

Toujours plongé dans l’explosion, Batutta ne s’était pas arrêté.

« Cette bataille sera votre perte ! » cria Batutta.

« Ngh !? »

La lance de Batutta se dirigeait droit sur lui. Il devait s’écarter du chemin — mais un mur de pierre se trouvait sur sa droite, et il tomberait s’il allait à gauche. Les escaliers en spirale n’étaient pas non plus adaptés à une descente rapide et sûre.

Au fur et à mesure que Batutta avançait, les seules choses que son agresseur regardait étaient Diablo et l’escalier, ce qui signifiait qu’il n’aurait qu’à compter sur sa mémoire pour descendre d’ici. Mais la longueur et la hauteur de chaque marche de cet escalier étaient inégales, ce serait fini s’il trébuchait.

« Haha ! Ne jamais sous-estimer un Seigneur Démon ! » déclara Diablo.

Diablo avait repoussé l’attaque de la lance avec sa main gauche. Bien que le combat rapproché ne soit pas exactement le point fort d’un sorcier, ses statistiques de base étaient considérablement élevées grâce à son niveau.

Il avait repoussé la lance... C’était ce qui aurait dû arriver, mais la lance avait disparu de sa vue.

Un frisson avait parcouru le long de sa colonne vertébrale.

— Qu’est-ce que – !? Se demanda Diablo.

C’était différent de ce à quoi il s’attendait.

 

Sa main n’était pas là où elle devait être...

 

N’aurait-il pas dû parer la lance pour qu’il puisse préparer sa prochaine attaque... ?

 

Une énorme éclaboussure de sang avait été projetée sur tout l’escalier de pierre...

 

Le bras gauche de Diablo avait été sectionné et même l’os, alors qu’il était à peine accroché par la peau.

 

— AAAAAAAAAGH !?

Il lui avait fallu tout ce qu’il avait pour résister à crier à haute voix.

Il était couvert par des sueurs froides. Ses yeux vacillaient à cause de la douleur intense.

 

Shera, qui regardait le combat depuis l’escalier du haut, avait poussé un cri à la place de Diablo. Rem avait aussi poussé un cri d’en bas, même si elle ne devrait pas savoir ce qui se passait.

— Ce qui se passe avec Lumachina... ? Se demanda Diablo.

Il n’avait pas vu Horn.

— Est-ce qu’il s’est enfui... ? Se demanda Diablo.

 

Diablo avait encore le sang-froid pour s’inquiéter de ce qui se passait autour de lui. Dans des circonstances normales, il se tordrait de douleur, pleurerait et crierait au meurtre sanglant, mais il pouvait s’imaginer qu’il était ainsi en raison de la solidité de son corps de niveau 150.

Il avait réussi à rester calme.

« Hehe... Hehehe... Pas mal, Batutta... »

« Vous avez surestimé votre propre force, et maintenant vous vous trouvez dans un endroit où vous ne pouvez pas utiliser vos sorts. Vous avez peut-être été très enthousiaste à l’idée de charger ici comme s’il s’agissait d’une base secrète ou quelque chose du genre, mais vous n’avez jamais soupçonné une seule fois que tout cela aurait pu être dans le but de vous attirer ici. Si je vous avais laissé une lettre disant que j’attendais dans cette installation souterraine, vous auriez été beaucoup plus sur vos gardes et vous auriez probablement pris des mesures suffisantes pour vous préparer avant de venir. Puisque vous êtes venu ici à cause de la “fuite” d’information de mon subordonné, vous êtes entré ici sans surveillance, » déclara Batutta.

Il ne pouvait pas le nier. Mais au lieu de claquer sa langue, un ricanement avait traversé le visage de Diablo.

« Tu as pensé à tout, n’est-ce pas, espèce de mauviette, » déclara Diablo.

« Certainement. Je ne me considère pas comme quelqu’un de fort et je ne suis pas fier de moi. Je m’assure que mes préparatifs sont parfaits, et je me charge des ennemis puissants en les faisant jouer dans mes mains puis en les battant dans des situations où j’ai un avantage absolu. Se fier à l’équipement, aux compétences ou même aux pouvoirs est quelque chose que seul un novice pourrait faire, » déclara Batutta.

Il y avait des effets de terrain dans le jeu, ainsi que des conditions spéciales qui limitaient votre façon de jouer. Mais le joueur ne serait presque jamais celui qui fixerait ces conditions. Habituellement, ce sont les développeurs de jeu qui avaient préparé le terrain spécial, et c’était le travail du joueur d’imaginer des stratégies pour contourner le terrain.

Diablo avait courbé ses lèvres.

— C’est vrai, j’ai peut-être été un peu trop fier... Ma pensée était trop superficielle. Je prends ce que tu as dit est vrai, vieil homme, pensa Diablo.

Peu importe combien il avait besoin d’éviter d’endommager les murs, utiliser un sort comme une Mine Terrestre contre un Guerrier de Niveau 130 était une erreur de sa part. C’était si faible que ça ne l’avait même pas ralenti.

Batutta semblait avoir suivi un entraînement avec des mouvements dans les escaliers, il pouvait même esquiver des sorts comme Explosion. Mais si Diablo utilisait quelque chose de plus puissant, les murs de pierre s’effondreraient. Il a vraiment bien réfléchi à ce plan anti-sorciers.

— Même si c’est le cas, je dois y aller avec mon meilleur ! pensa Diablo.

« Il y a des sorts dans ce monde que même toi tu ne connais pas, Batutta ! “Sphère de foudre” ! » déclara Diablo.

De l’électricité violette avait traversé l’air. Une sphère entourée d’éclairs était apparue, mesurant environ trois mètres de diamètre. Quiconque osait le toucher se heurterait à un violent choc, ce qui signifiait qu’il devait pouvoir toucher Batutta sans endommager les murs.

Le seul inconvénient de ce sort était sa lenteur lorsqu’il bougeait. La sphère avait lentement flotté vers sa cible. Habituellement, il serait simple de l’esquiver... mais ils étaient sur un escalier. Il n’y avait nulle part pour esquiver.

« Je vois, donc une telle magie existe aussi, » déclara Batutta.

Est-ce qu’il se dirigerait vers le bas de la cage d’escalier ? Probablement pas. Avec son jeu de jambes de niveau 130, Batutta devrait pouvoir facilement sauter par-dessus une boule de trois mètres de long.

— Allez !! pensa Diablo.

Son plan était d’attirer Batutta jusqu’à la Mine Terrestre qu’il avait plantée sur le mur, en utilisant cela pour envoyer Batutta sur le bord de l’escalier.

L’orbe d’éclair s’approchait lentement de sa marque.

— Quoi, n’est-il pas en train de sauter en dessus du chemin... ? Se demanda Diablo.

Batutta avait soudainement disparu sans laisser de traces. Il n’était pas au-dessus de Diablo, en fait, il avait lui-même sauté par-dessus bord.

— C’est une blague, non ? Se demanda Diablo.

« C’est trop facile de voir ce que vous voulez, blanc-bec ! »

Bien qu’il semblait que Batutta était tombé, une seule main tenait les marches de pierre, il était simplement suspendu au rebord. Après que la sphère de foudre l’ait dépassé, il s’était redressé et était remonté sur l’escalier.

Batutta était dans une position désavantageuse, ce qui signifiait qu’il pouvait être efficace pour Diablo de l’attaquer directement. Mais, cela dit, Diablo était un sorcier qui concentrait toute sa puissance de feu sur les sorts. Il serait imprudent de sa part d’aller se battre à bout portant, sans parler du fait qu’il lui aurait fallu tout ce qu’il avait pour essayer d’esquiver la lance de Batutta.

Diablo avait reculé, lorsque le talon de son pied droit s’était pris dans l’escalier de pierre.

« Oh mer — !? » s’exclama Diablo.

« Insouciant ! Il est temps de mettre fin à tout ça !! » s’exclama Batutta.

Batutta poussa sa lance vers l’avant, un effet arc-en-ciel brillant s’en répandant de la lance. C’était la capacité martiale « Lance Ascensionnelle », une technique qui s’activait rapidement et se vantait d’une immense puissance. En plus de cela, il avait également la capacité d’ignorer tous les effets qui réduisent les dommages physiques. Batutta avait probablement remarqué les effets de réduction des dommages de l’armure de Diablo lorsqu’il s’était fait couper le bras plus tôt.

 

La lance poignardée en plein dans la poitrine de Diablo.

 

Le fer de lance tranchant comme un rasoir s’était enfoncé à travers son Abîme d’Ébène, déchirant la chair, brisant l’os — et transperçant son cœur.

Une énorme quantité de sang avait été vomie de sa bouche. La douleur était telle qu’il ne pouvait même pas se rendre compte de ce que c’était, ayant l’impression que sa conscience allait le quitter à tout moment alors que son cerveau se dégonflait comme un pneu crevé.

 

La mort.

 

Il tombait dans l’obscurité...

 

Son cœur avait été écrasé par la technique de haut niveau de Batutta. C’était un dommage mortel, assez pour le tuer en un instant.

Le Bâton de Tenma était tombé de la main droite de Diablo, atterrissant dans la mare de sang qui s’était répandue sur le sol.

Il s’était écroulé à genoux. Quelqu’un avait lâché un cri aigu, Shera, probablement.

Assuré de sa victoire, un ricanement enveloppa le visage de Batutta.

 

Diablo avait saisi le poignet gauche de Batutta avec sa main droite...

 

Haletant comme une bête sauvage et avec les yeux qui étaient remplis d’une fureur ardente, il avait ouvert ses lèvres tachées de sang. « Tu t’es finalement arrêté... Vieil idiot sénile. »

« ... Qu... Comment êtes-vous encore en vie ? » s’écria Balulla.

Batutta avait essayé de s’enfuir, mais la force de l’emprise de Diablo n’était pas assez faible pour permettre à l’homme de s’échapper aussi facilement. Pour ce faire, il avait activé un sort qui l’obligeait à être en contact avec sa cible.

« Tout disparaîtra... dans un monde d’immobilité totale... “Zéro Absolu”, » déclara Diablo.

Le bras de Batutta avait commencé à devenir blanc à partir de l’endroit où Diablo le touchait.

C’était l’un des sorts de glace les plus puissants. L’énergie cinétique de ce qu’il touchait disparaîtrait à jamais. Il ne visait qu’une seule personne et ne pouvait être activé qu’à bout portant.

« Wooooooooooargh !? » Les yeux de Batutta étaient écarquillés.

« Maintenant, deviens une sculpture de glace ! » Diablo soufflait, et du sang jaillissait de sa bouche.

 

Batutta avait rapidement activé sa capacité martiale avec sa main droite. Utilisant la technique « Lame Doigt » pour transformer sa main en épée, il l’avait fait descendre — .

***

Partie 5

Le bras gauche de Batutta, blanc et gelé, tomba au sol — Il avait amputé l’un de ses propres membres à l’aide d’une capacité martiale. S’il n’avait rien fait, il aurait sûrement déjà été une sculpture de glace. La rapidité d’esprit et le courage du gars étaient vraiment quelque chose, mais c’était un coup fatal pour qu’un guerrier perde non seulement son arme, mais aussi un bras.

 

Retirant la lance de sa poitrine, Diablo l’avait jetée loin de l’escalier de pierre. Le sang avait jailli du trou creusé dans sa poitrine.

« Hehe hehe hehe..., » un sourire démoniaque s’était glissé sur son visage. « Qu’est-ce qui ne va pas, Batutta ? Cela faisait-il aussi partie de ton plan de perdre à la fois ton arme et ton bras ? »

Il gardait un sourire calme à l’extérieur — mais criait à l’intérieur.

— ÇA FAIT HORRIBLEMENT MAL, BON SANG !! pensa-t-il.

La blessure n’était qu’au niveau de sa poitrine, mais il avait l’impression que tous ses membres allaient se déchirer au fur et à mesure que la douleur augmentait dans tout son corps.

Bien qu’il avait réussi à se sortir de l’impasse, c’était quelque chose qu’il n’aurait jamais voulu refaire. Prendre un coup qui causerait une mort instantanée juste pour créer une ouverture pour frapper — c’était certainement un plan qui était mieux dit que fait. Il pensait vraiment qu’il allait mourir une fois que la lance lui aurait transpercé le cœur.

 

La cape de Diablo, le Rideau des Sombres Nuages, avait un effet qui le laissait à 1 point de vie même après avoir pris une attaque qui la réduirait normalement à zéro. Il avait failli l’oublier, mais c’était comme s’il l’avait confirmé lorsqu’il avait été convoqué pour la première fois dans ce monde.

Pour être franc, il était certain qu’il ne pourrait jamais l’utiliser ici. Être laissé avec 1 point de vie pourrait signifier être à peine capable de se déplacer d’après ce qu’il avait vu avant.

— C’est vrai que j’ai du mal à respirer. Je pourrais mourir si un moustique me piquait..., pensa Diablo.

La protection instantanée contre la mort offerte par le Rideau des Sombres Nuages ne s’activerait plus s’il était à 10 % ou moins de sa Vie. S’il devait prendre une autre attaque maintenant, cela signifierait la mort pour lui cette fois-ci.

Il n’avait jamais testé cet effet jusqu’à présent en raison du danger que cela représentait, ce qui en faisait un pari pour savoir s’il serait encore en vie après avoir pris l’attaque de Batutta.

Il semblait que même après avoir été poignardé dans le cœur, il ne mourrait pas — mais cela lui faisait quand même assez mal pour avoir l’impression que cela le ferait. S’il n’y avait personne d’autre ici, il crierai et pleurerai.

Malgré la gravité de ses blessures, le trou dans la poitrine de Diablo avait commencé à se fermer lentement, même son bras gauche commençait à guérir. Bien qu’il n’avait été accroché que par de simples morceaux de peau plus tôt, ses os et ses muscles se remettaient à s’interconnecter ensemble.

C’était aussi un effet de son équipement : La « Couronne Déformée » qu’il portait sur sa tête lui faisait récupérer automatiquement ses points de vie avec le temps. Ce n’était pas un montant significatif lorsqu’il était dans un autre combat, mais il était en fait possible de voir à quelle vitesse ses blessures guérissaient maintenant.

 

Le sang jaillissait encore des blessures de Batutta. Bien qu’il ait coupé que la partie supérieure du bras vers le bas, c’était tout à fait normal. À moins qu’il n’ait subi une intervention chirurgicale ou reçu un miracle de guérison, le saignement ne s’arrêtait pas.

« Êtes... Êtes-vous censé être... immortel... !? Ne pas mourir, même après que j’ai percé votre cœur..., » son front était luisant de sueur.

« Hehe hehe hehe... Je te l’ai déjà dit — je suis un Seigneur Démon, » déclara Diablo avec force.

« Ce n’est pas possible..., » balbutia Batutta.

« As-tu vraiment eu l’impression que tu savais tout ce que ce monde avait à t’offrir ? C’est là que reposait ta fierté, dans ta supposée “sagesse” d’avoir vécu jusqu’à présent. Tout ce que tu savais n’était qu’une infime fraction de ce qu’il y a à savoir. Alors, on continue ? Nous avons tous les deux un bras encore en état, après tout..., » déclara Diablo.

La vérité, c’est que c’était un miracle que Diablo pouvait encore tenir debout.

Quoi qu’il en soit, il avait pointé sa main vers Batutta. Le Bâton de Tenma était toujours à ses pieds, mais s’il essayait de se pencher et de le ramasser, il avait l’impression qu’il s’effondrerait en même temps qu’il le ferait.

Le fait qu’il pouvait faire croire que ses blessures n’étaient pas importantes, qu’il n’avait pas besoin d’une arme, qu’il pouvait continuer sans avoir le moindre problème — c’était parce qu’il mettait tout ce qu’il avait dans son rôle du Seigneur Démon. Il ne montrerait jamais de faiblesse devant qui que ce soit.

Le visage de Batutta s’était déformé en grimace. « Shiliu ! » cria-t-il vers la fosse en dessous d’eux.

 

« Oui, Maître ! »

Quand Diablo se retourna pour la regarder, la servante presque nue avait sorti un poignard, et elle le rapprocha du cou de Rem.

 

Le sang de Diablo bouillonnait.

« Je vais te tuer, sale pute ! » cria Diablo.

Imperturbable, Shiliu gardait un sourire sur son visage, signe de l’avantage qu’ils avaient maintenant sur lui.

« C’est un avertissement pour vous... vous ne devez pas bouger..., » ordonna Batutta d’une voix rauque.

Ils n’avaient pas hésité à utiliser Rem comme otage et à l’utiliser sur lui. Il pouvait essayer de bluffer qu’il ne servait à rien d’utiliser des otages contre un Seigneur Démon, mais le fait qu’il était venu jusqu’ici pour les sauver signifiait que ce ne serait pas un argument convaincant.

Shiliu avait essuyé la bave de sa bouche. « Hehe... En fin de compte, il semble que c’est une victoire stratégique pour mon Maître. »

« Diablo ! Ne vous inquiétez pas pour moi — battez-vous ! » Rem avait crié.

« Ahh... Ahh... Ne vous inquiétez pas pour moi non plus... Seigneur Diablo ! » cria Lumachina.

Lumachina criait, elle aussi, essoufflée alors que son visage était rouge. Il semblerait qu’elle avait été soumise aux tâtonnements de Shiliu avant qu’il ne vienne la sauver.

Diablo garda les poings serrés, son corps tremblant de rage.

— Si j’avais pu abandonner ces deux-là, je ne serais même pas venu ici, pensa Diablo.

Que puis-je faire ? Comment puis-je les sauver ?

 

Une flèche unique avait traversé le bâtiment cylindrique — .

Une flèche que Shera avait tirée.

 

Elle avait traversé l’espace vide, laissant derrière elle une traînée d’obscurité pure, très probablement le résultat de l’amélioration magique que Klem lui avait apportée. Elle voyageait à une telle vitesse que même Diablo avait du mal à la suivre.

La flèche se dirigeait vers l’autel. Au moment où Shiliu l’avait remarquée, elle était percée dans la main qui tenait le poignard, coupant les tendons de ses doigts et lui faisant perdre sa prise sur l’arme qui avait été envoyée à une petite distance de là.

« GAAAHHHHHHHHHHHH !! » Shiliu avait poussé un cri guttural.

« C’est mon “Tir de l’Ange” ! »Shera avait crié après coup. C’était le nom d’une capacité martiale.

 

 

« AGAHHHHHHHHHH !! »

La main droite de Shiliu avait commencé à produire des craquements quand elle était devenue gris cendre. Ce n’était pas l’effet du Tir de l’Ange, une technique qui était censée augmenter considérablement la précision de l’utilisateur. Qu’est-ce qui se passait ?

Bientôt, la servante ne pouvait plus faire de bruit alors que tout son corps se transformait en pierre.

Cela pourrait très bien être l’effet de l’énergie magique que Klem avait mis dans l’arc de Shera.

« K-Klem..., » Shera avait été visiblement secouée. « C’est tellement effrayant que c’est difficile à utiliser !! »

— C’est beaucoup plus choquant que je ne le pensais... ! pensa Diablo.

Diablo avait été très choqué à l’intérieur.

Alors que l’arc qu’elle utilisait était augmenté grâce à la magie de Klem, le Tir de l’Ange était une technique de niveau 60. Il ne s’attendait pas à ce que Shera soit une Archère de si haut niveau.

En y repensant, elle avait dit qu’elle avait pu voir qu’elle avait atteint le niveau 40 quand elle était enfant...

En raison de son attitude joyeuse et de sa nature excentrique, il n’avait jamais pensé à compter sur elle au combat. Il l’avait remarqué quand elle avait utilisé une capacité martiale quand ils se battaient contre le shinobi, mais ce pourrait être la première fois qu’il l’avait vue devenir sérieuse en utilisant son arc.

 

Batutta était dans un état de choc. « Shiliu... ? Pourquoi ne me réponds-tu pas, Shiliu... ? »

Il n’y avait pas eu de réponse de la bonne transformée en pierre. Qui savait combien de temps durerait l’effet de pétrification d’une arme renforcée par le Seigneur-Démon Krebskulm.

 

Une ombre se déplaçait furtivement le long de l’autel, arborant une paire d’oreilles de lapin qui rebondissait de part et d’autre — .

Horn.

« Hehehe, je dois montrer mon utilité au chef là-haut, n’est-ce pas ? » demanda Horn.

« Comment êtes-vous arrivé ici ? » demanda Rem en état de choc.

« Tout ce que j’ai fait, c’est sauter le long de ces murs dentelés, tout droit, » répondit Horn.

Horn avait dénudé l’épée courte de son dos, coupant à travers les liens autour des bras et des jambes de Rem, et elle était enfin à nouveau libre.

« M-Merci ! » déclara Rem.

« Hm-hm-hmm ~ n’hésitez pas à me remercier davantage ! » déclara Horn.

Ils étaient immédiatement allés aider Lumachina.

« Je ne sais pas qui vous êtes, mais merci beaucoup ! » déclara Lumachina.

« Oh ouais ! Je suppose que je ne me suis pas encore présenté, hein. Je suis Horn ! Allons conquérir un donjon ensemble ! » déclara Horn.

***

Partie 6

— On dirait que j’ai réussi à gagner... d’une façon ou d’une autre, pensa-t-il

Il avait poussé un soupir à l’intérieur.

« Hmph... Qu’y a-t-il, Batutta ? Ne vas-tu pas agir ? Alors je te réduirai en cendres avec ma magie, » déclara Diablo de la manière la plus menaçante possible.

« Ce n’est pas possible..., » balbutia Batutta.

« Pour avoir produit autant d’effet sur toi... Cela montre à quel point tu es fier de toi. Toute ta prudence et tes précautions ne sont rien d’autre que tes propres hypothèses erronées, » déclara Diablo.

« Ngh... Maudit sois-tu... ! Démon, je te maudis... ! » cria Batutta.

« Hmph. Cela ne vaut pas la peine d’utiliser ma magie contre quelqu’un qui a perdu la volonté de se battre, » déclara Diablo.

Diablo baissa la main pendant que Batutta fixait son regard sur lui.

« Vous tomberez tous... dans les profondeurs du désespoir..., » déclara Batutta.

« Oh ? »

« Je regrette... de ne pas être capable... de voir les regards angoissés sur vos visages quand cela arrivera..., » déclara Batutta.

Il avait serré le poing droit.

— Ce type veut-il toujours se battre !? Se demanda Diablo.

Diablo s’était concentré sur un sort.

La main de Batutta avait commencé à briller, et il avait été capable d’activer sa technique plus rapidement.

« Wooooooooooooooargh !! »

Tout comme la Lame-Doigt, il s’agissait d’une capacité martiale qui pouvait être exécutée sans arme. Diablo ne pouvait pas être sûr du mouvement qu’il utilisait sans le voir en action, mais il n’avait pas le luxe d’attendre pour le découvrir. Si Diablo prenait une autre attaque comme il était maintenant, ce serait la fin pour lui.

Batutta avait poussé son poing vers l’avant. Une boule de lumière infusée de PF avait été envoyée en volant vers Diablo, à en juger par son aspect, c’était probablement « Souffle Lumineux ».

« “Canon des Ténèbres” !! » cria Diablo.

C’était un sort élémentaire de noirceur avancé qui libérait une masse condensée d’énergie magique des Ténèbres.

Il n’avait pas le Bâton de Tenma, alors cela s’était transformé en un conflit entre les mêmes techniques presque exactes, même si la Noirceur et la Lumière étaient les opposés polaires l’un de l’autre, du point de vue des éléments.

Les deux techniques s’étaient écrasées et s’étaient heurtées l’une contre l’autre, une onde de choc se propageant à partir de l’impact. Les murs de pierre grincèrent et vibrèrent en réaction à ça, avec des rochers et des morceaux de mur tombant du plafond, suivis d’une véritable cascade de sable. Les murs de pierre ne pourront peut-être plus supporter...

Diablo avait déclaré :

 

« Mon niveau et mon équipement te surpassent ! Dans un simple choc entre nos techniques — je n’ai aucune raison de perdre ! » déclara Diablo.

 

Le Canon des Ténèbres avait surmonté la sphère de lumière de Batutta, le frappant alors qu’il était encore bloqué sur place après avoir utilisé une technique si avancée.

« Gohahhhhhhhhhhhhhhhh !! »

Il avait été envoyé vers l’arrière, où il s’était violemment écrasé contre le mur de pierre, le faisant s’effondrer beaucoup plus que Diablo ne le pensait. L’impact avait fait tomber encore plus de sable depuis en haut.

Batutta ne bougeait plus.

Un bruit désagréable retentissait dans toute la pièce, comme si tout le bâtiment gémissait. Il semblait que Diablo avait causé des dommages importants à la structure elle-même.

« Diablooooooooo !! » Shera était descendue dans l’escalier.

« Espèce d’idiote ! Pourquoi es-tu venue ici !? » demanda Diablo.

« Parce que vous aviez l’air d’avoir des ennuis ! » répondit Shera.

« Ne vois-tu pas que le bâtiment est en train de s’effondrer ? » demanda Diablo.

« Bien sûr ! C’est pourquoi nous devons nous dépêcher et sortir d’ici ! » répondit Shera.

Il semblait que l’option de s’échapper toute seule n’existait pas pour Shera.

Elle avait ramassé le Bâton de Tenma à sa place. Puis, un fort bruit d’impact était venu de quelque part au-dessus de l’escalier.

En se retournant pour voir ce que c’était, il pouvait voir l’entrée s’effondrer, juste là où Shera se tenait auparavant.

« Eeeeek !? » Shera avait poussé un cri.

Si elle avait pensé à se mettre à l’abri du danger, elle serait déjà écrasée sous une tonne de décombres.

« Pff..., » Diablo avait enfin pu stabiliser sa respiration.

Shera avait les larmes aux yeux. « Qu’est-ce qu’on fait maintenant !? Sommes-nous fichus !? »

« On se dirige vers le fond, et vite, » déclara Diablo.

« Hein !? » s’exclama Shera.

« Je n’ai pas le temps pour te l’expliquer, » déclara Diablo.

La quantité de sable tombant du plafond ne cessait d’augmenter, le bâtiment n’allait pas durer beaucoup plus longtemps.

Avec l’un de ses bras qui étaient encore sur le point de tomber, c’était vraiment une corvée... mais l’« Anneau du Seigneur Démon » était sur sa main gauche. Entre toutes les choses présentes, il ne pouvait pas se permettre de perdre ça.

Ils s’étaient précipités vers le fond, Shera s’accrochant au Bâton de Tenma pendant qu’ils couraient.

Se frayant un chemin jusqu’au fond de cet endroit, Diablo avait esquivé tous ceux qui se trouvaient là, se livrant encore à leurs plaisirs pécheresse pendant qu’il courait. Même s’ils étaient enterrés dans le sable ou écrasés par les chutes de pierres, ils ne reviendraient jamais à la raison.

Il s’était dirigé vers l’autel — .

 

« Diablo !! » cria Rem.

Rem avait sauté dans ses bras. Pour que quelqu’un d’aussi calme et recueilli, pour qu’elle soit dans un tel état émotionnel...

Une expression solennelle était soudain apparue sur son visage. « Ils-Ils ne sont pas allés jusqu’au bout avec toi, n’est-ce pas !? »

« Quoi — !? De quel genre de bêtises dites-vous !? Ils n’ont même pas posé un seul doigt sur moi ! » répondit Rem.

« Et qu’en est-il de Lumachina !? » demanda Diablo, tout aussi sérieusement.

Le visage de Lumachina était devenu si rouge qu’il pensait qu’il pourrait s’enflammer. Couplé avec le fait qu’elle avait l’air d’avoir pleuré, tout était devenu maladroit très rapidement.

« Rien de tel ne m’a été fait ! Il y a eu quelques touches... et léchages... mais c’est tout ! Ils ne m’ont pas fait ça, n’est-ce pas, Rem !? S’il vous plaît, dites-lui aussi quelque chose ! » demanda Lumachina.

« ... Dépêchons-nous et sortons d’ici, Diablo, » déclara Rem avec une expression vraiment très sérieuse.

« Reeeeeeeem!? » À nouveau, Lumachina avait l’air d’être au bord des larmes.

Bien qu’il soit important de s’assurer que les deux filles étaient encore mentalement saines après leur épreuve, ils pouvaient s’inquiéter de tout cela après qu’ils aient évité d’être écrasés par les chutes de pierres et de sable.

« H-Hey, patron ! Qu’est-ce qu’on fait maintenant !? » Horn avait sauté dans la conversation.

« Donc tu es toujours là. Je croyais que tu t’étais déjà enfui à la première occasion, » déclara Diablo.

« C’est dur, mon ami ! » répondit Horn.

Prenant le Bâton de Tenma à Shera, Diablo l’avait planté directement sur l’autel. Ce sort avait besoin d’un contact direct pour fonctionner, et il lui fallait du temps supplémentaire pour se concentrer sur le lancement.

— Que tout ne s’effondre pas sur moi, d’accord ? Diablo fit une petite prière.

Comme Horn continuait à paniquer, Rem avait réussi à le faire taire en lui faisant une clef de bras. Shera et Lumachina le regardaient avec des yeux sérieux.

Diablo avait chanté son sort :

 

« Obéis à ma volonté et déplace-toi à la position que je désire — “Adzet” ! »

 

L’autel s’éleva dans les airs — .

— alors que le plafond s’était effondré.

D’innombrables rochers et une montagne de sable étaient tombés vers eux.

« D-Diablo, AIDEEEEEEEEEE !! » Shera avait crié.

« Laisse-moi m’occuper de tout ça, » déclara Diablo.

 

— Je vais mettre jusqu’à la dernière goutte de mon mana dans le prochain sort ! pensa Diablo.

 

« Tordez-vous et hurlez, ô puissant air, et transformez-vous en un vortex en spirale qui traversera à la fois le ciel et la terre ! “Grande Tornade” !! » cria Diablo.

***

Épilogue

Dans la partie Ouest de la ville de Tour de Zircon — .

C’était juste avant le lever du jour, et le ciel était clair. La lumière avait commencé à toucher les tentes rassemblées ici. Il n’y avait pas une âme qui vive là où les foules habituelles de gens s’alignaient. L’explosion mystérieuse de la nuit, combinée à la répétition de grondements cryptiques, avait fait reculer les individus loin de la collection de tentes.

L’une des tentes avait même été aspirée dans un trou qui s’était ouvert dans la terre.

Un autre trou s’était ouvert dans le sol. Le sable avait continué à tomber dans le cratère à mesure que le trou continuait à prendre de l’ampleur.

Les gens qui nous regardaient de loin criaient comme si c’était la fin du monde, ou comme si les portes de l’enfer s’étaient ouvertes.

 

Une tornade dévastatrice avait surgi de la fosse.

 

Des rochers, du sable et même une partie des tentes qui s’était enfoncée dans la terre plus tôt avaient été envoyés vers les cieux, puis éparpillés partout alors qu’ils redescendaient. Des objets massifs et lourds qui nécessitaient une foule de personnes juste pour le soulever étaient redescendus comme de la pluie.

Les gens criaient, tremblant de peur. C’est là qu’ils l’avaient vu — .

Un autel s’éleva des profondeurs du trou dans le sol, avec un groupe de filles blotties dessus. Il y avait un homme debout au centre de l’autel, vêtu d’une tenue de noir pur avec des cornes qui sortaient de sa tête.

Quelqu’un chuchota à voix basse :

 

— Un Seigneur Démon...

 

†††

 

« On... On flotte !? Comment !? Mon Dieu, on flotte !? » s’exclama Horn.

« ... Ne faites pas d’histoires. Vous allez briser la concentration de Diablo, » déclara Rem.

Comme Horn ne montrait aucun signe de vouloir se calmer, Rem lui couvrit la bouche des deux mains.

« Mmh !? Mmph !? »

« ... Taisez-vous, c’est tout, » déclara Rem.

 

Alors que ses jambes étaient faibles et incapables de se relever en raison du choc, Lumachina s’accrochait aux épaules de Shera.

« C’est... C’est... si incroyable..., » déclara Lumachina.

« Est-ce que cela va, Lumachina ? » demanda Shera.

« Le-Le S-Seigneur Diablo..., après tout, il est vraiment Dieu..., » déclara Lumachina, les yeux emplis d’émotions vives.

« Franchement, allez-vous bien ? » demanda Shera.

— On dirait que Shera est devenue une grande sœur après avoir passé tout ce temps à s’occuper de Klem. Maintenant que j’y pense, nous avons aussi placé Shiliu (encore pétrifiée) sur un coin de l’autel... Je me demande ce qui va se passer avec elle, pensa Diablo.

 

C’était la deuxième fois qu’il utilisait la Magie de Vol, et c’était vraiment plus stable que sa première tentative.

En regardant tout d’en haut, il pouvait voir l’énorme effondrement en dessous d’eux.

« Je suppose que je vais nous faire poser un peu plus loin d’ici, » déclara Diablo.

Il n’était toujours pas très compétent pour se déplacer d’un côté à l’autre, mais atterrir près du gouffre semblait dangereux. Sans parler du fait que c’était difficile à le faire facilement avec tous les habitants de la ville qui le regardaient, bien qu’ils se démarquaient déjà comme le nez au centre du visage...

Et le fait d’avoir tous ces yeux sur lui le rendait plus nerveux.

Il avait graduellement déplacé l’autel à la périphérie de la ville. Rem regardait au loin.

« ... C’est magnifique, » déclara Rem.

« Hm ? Oh, ouais..., » déclara Diablo.

Le soleil du matin venait de grimper à l’horizon. Les nuages étaient devenus d’un rouge foncé lorsqu’ils avaient été enflammés par la flamme qui s’élevait dans le ciel.

Les yeux de Rem brillaient lorsqu’elle les regardait, avec un léger rougissement dans ses joues. Il avait toujours pensé qu’elle était mignonne... mais en ce moment, il voulait juste la prendre dans ses bras et la ramener à la maison avec lui.

— Eh bien, je peux supposé qu’on retournera tous les deux au même endroit, n’est-ce pas ? Se demanda-t-il.

Tout cela lui avait fait réfléchir à nouveau à quel point il était heureux d’avoir pu la sauver.

Les mains de Rem couvraient encore la bouche de Horn, qui semblait être sur le point de mourir du manque d’oxygène.

 

« Mmph... Mmmmmmmmph... !! » s’étouffait Horn.

« D-Diablo ! » cria soudainement Shera, affichant une expression en état d’alerte.

En se tournant pour vérifier, Diablo avait trouvé Lumachina avec une expression douloureuse sur son visage, alors que sa respiration était devenue sauvage et erratique.

« Ahh... Ahh..., » avait-elle gémi de douleur.

« Quoi !? Qu’est-ce qui s’est passé !? » demanda Diablo.

« Ça ! » cria Shera.

Shera avait poussé une partie des vêtements de Lumachina, il y avait une marque violet noirâtre sur sa cuisse en forme de « X ».

« ... Mais pourquoi !? » s’exclama Rem.

Diablo avait senti la chair de poule ramper sur sa peau.

 

 

« La Maladie de la Clochette de la Mort... »

 

Bien que les mots aient quitté la bouche de Diablo, ils avaient l’air si loin, c’était comme si quelqu’un d’autre les avait dits.

Les miracles n’avaient eu aucun effet sur Lumachina. Elle l’avait dit elle-même : Peu importe qui avait prié pour elle, ça ne guérirait même pas une égratignure. Même si un prêtre priait pour elle, ça ne serait pas guéri.

Diablo serra les poings.

— Alors c’est de ça que Batutta parlait ! pensa Diablo.

 

— « ... Vous tomberez tous dans les profondeurs du désespoir » —

 

Il avait dû lui faire quelque chose pendant sa capture. Après tout, cet endroit était utilisé pour faire des malédictions.

Shera tremblait. « Non... L-Lumachina va... mourir... Diablo, sauvez-la... ! » Des larmes s’étaient répandues de ses yeux.

Bien qu’elle soit dans l’angoisse, Lumachina avait réussi à sourire.

« Ne pleurez pas, Shera. C’est... Tout va bien... Si je dois mourir, cela signifie simplement que cela fait partie de la volonté de Dieu... »

« Exactement. C’est pourquoi vous ne mourrez pas encore, » déclara Diablo avec force.

« Hein !? » s’exclama Lumachina.

« Tu vas réformer la corruption dans l’Église, n’est-ce pas ? C’est la raison pour laquelle tu étais venue ici, pour demander l’aide du capitaine Paladin. Ai-je tort ? » demanda Diablo.

« Eh bien... Oui, c’est exactement ça, » répondit Lumachina.

« Le but de ce voyage était-il de se cacher de l’Organe Cardinal ? Ou de s’y opposer ? » demanda Diablo.

« P-Pour s’y opposer..., » répondit Lumachina.

« Alors, tiens-toi droite ! Ne te laisse pas intimider par une simple malédiction. Et si tu le juges nécessaire... alors je te prêterai mon pouvoir ! » déclara Diablo.

La vie était revenue aux yeux de Lumachina, et sa respiration désordonnée s’était quelque peu stabilisée. Bien qu’elle soit encore soutenue par Shera, elle s’était ressaisie et avait uni ses mains.

« Oui... Je ne perdrai pas face à une simple malédiction, » déclara Lumachina.

« Bien ! Tout ce dont tu as besoin maintenant, c’est d’avoir foi en moi, car je vais faire disparaître la malédiction qui t’afflige, » déclara Diablo.

« Bien sûr que je crois en vous, » répondit Lumachina d’un signe de tête.

« Qu’est-ce qu’on va faire, Diablo !? » demanda Shera.

Rem et Horn le fixaient tous les deux.

Les lèvres de Diablo se plissèrent, formant un sourire tordu.

« Nous allons dans un certain donjon, un endroit où nous sommes sûrs de trouver ce dont nous avons besoin ! » déclara Diablo.

 

Le « Charme contre la Maladie de la Clochette de la Mort » qu’il avait acquis de l’événement limité dans le temps devrait être enfermé dans la salle du trésor de son espace personnel.

Horn leva ses poings en l’air.

« Ohh SUPERRRR !! » cria Horn.

***

Illustrations

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire