Comment NE pas invoquer un Seigneur-Démon – Tome 11

***

Prologue

Le hurlement des animaux se répercuta dans l’air. Un autre son l’avait entrecoupé, suivi d’encore plus de hurlements. En entendant ces sons, les soldats postés sur les murs avaient crié,

« Une attaque ! Un raid ! Le spriggan arrive ! »

Quelque chose bougeait sous le clair de lune — une forme énorme qui faisait trembler le sol. Sa forme imposante et robuste dépassait de la terre, ses bras massifs se terminant par des poings qui ressemblaient à des maillets. Il n’y avait que des trous là où ses yeux et sa bouche auraient dû être, et il n’y avait aucun moyen de savoir où il regardait.

– Un spriggan.

On disait que c’était une sorte de fée qui protégeait la terre. Et, comme pour le faire avancer, les hurlements des animaux avaient augmenté en volume, devenant une cacophonie assourdissante.

Les soldats au sommet des murs avaient encoché leurs flèches.

« Feu ! »

Une volée de flèches enflammées avait été tirée. Des tissus immergés dans l’huile étaient attachés aux pointes des flèches, afin de mettre le feu à leur cible. C’était une arme efficace sur les bêtes, mais la peau du spriggan les déviait avec le bruit sec du métal.

Les sorciers lancèrent leurs invocations. De grandes Salamandres crachèrent des flammes, et des Sylphes volant dans les cieux envoyèrent des tourbillons. Mais aucun d’entre eux n’avait pu pénétrer l’épaisse peau du spriggan, et ils n’avaient pas réussi à arrêter son avancée.

Les soldats s’étaient mis à trembler et, après avoir reculé d’un ou deux pas effrayés, ils avaient commencé à s’éloigner des murs en courant.

« Continuez à attaquer ! » Le commandant leur cria dessus. « Ne lui tournez pas le dos ! Et vous vous dites soldats du royaume !? N’abandonnez pas la fierté de Lyfer — . »

Le gigantesque spriggan leva sa main et l’abattit sur les murs, les écrasant de son poing en forme de marteau.

D’innombrables cris, et suffisamment de hurlements pour les noyer avaient rempli la nuit. De l’obscurité, les bêtes s’étaient précipitées. Leurs têtes étaient proches de celles de renards. Elles ressemblaient à des animaux, mais brandissaient habilement épées et lances. Certaines étaient même couvertes d’une armure. Mais elles ne parlaient pas la langue des Races.

Les Therianthropes connus sous le nom de Kobolds — des bêtes sauvages proches des races humaines, mais n’en faisant pas tout à fait partie.

Submergés par les Therianthropes, les soldats lyfériens ne pouvaient que courir dans la panique, ayant perdu à la fois leur commandant et les murs qui les protégeaient.

Le 29e jour du onzième mois de l’année 164 du calendrier lyférien, l’une des forteresses constituant la région sud de Caliture était tombée en une seule nuit.

Le lendemain, l’astrologue royal Vinashin conseilla le roi depuis son lit de malade : une catastrophe s’abattrait sur le pays s’ils posaient le pied sur le fief du royaume.

***

Chapitre 1 : Visite du château royal

Partie 1

Année 165 du calendrier lyférien, dixième jour du premier mois —

Rem et Shera étaient dans leur chambre dans le quartier des invités du château Grandiose. Devant elles se trouvait une table chargée d’innombrables plats qui leur servaient de petit-déjeuner.

« La nourriture ici est si savoureuse ! » Shera savourait avec plaisir le luxe de pouvoir manger autant de délicieuse cuisine qu’elle le demandait.

« … Habille-toi au moins avant de sortir du lit. »

Shera était encore en pyjama, qui consistait juste en un chemisier et une culotte.

« Mais ce n’est pas comme si nous allions rencontrer le roi aujourd’hui, non ? »

« … L’audience commencera probablement quand Sa Majesté décidera que cela lui convient, mais nous ne serons probablement pas appelées à l’instant même. »

On ne leur avait pas donné beaucoup de détails, mais le vieux majordome avait dit qu’il y avait encore quelques jours de réunions en attente avant les leurs. La condition physique du roi s’était détériorée au tournant de l’année, et cela, couplé aux questions gouvernementales et militaires qui avaient surgi, ses réunions programmées avançaient lentement.

« J’espère qu’ils nous appelleront quand ils seront prêts, » déclara Shera, les joues gonflées de fruits.

« … Oui, j’ai demandé s’il était possible que nous réessayions une autre fois. »

« Et ils ont dit non ? »

« … Le majordome a dit : “comme votre arrivée a déjà été signalée au roi, partir sans tenir une audience peut irriter le roi et être considéré comme un affront”. »

« Quelle langue était-ce ? »

« … Le langage courant de Lyferia. Cela signifie que le roi sait que nous sommes au château et que si nous partons sans le voir, il pourrait se mettre en colère. »

« Alors, pourquoi ne pas le dire simplement comme ça ? »

« … Il y a une façon de parler qui correspond au moment et au lieu. »

« Eh bien, nous avons fait tout le chemin jusqu’ici, alors nous devrions le rencontrer. Je ne veux pas avoir à venir ici une seconde fois. »

En effet, il y avait un trajet de cinq jours en calèche entre la ville frontière de Faltra et la capitale, Sept Murs, et cela pouvait être prolongé en fonction du temps. Ce n’était pas exactement un endroit que l’on pouvait visiter facilement.

« … Je ne nie pas que c’est un voyage difficile, mais… Tu veux juste rester dans le château pour pouvoir manger leur nourriture, n’est-ce pas ? »

« Hein ? He, héhé… Ce n’est pas vrai ~. Mais pourquoi ne manges-tu pas aussi, Rem ? »

« … Je n’aime pas manger plus que la quantité appropriée. Cela me rend léthargique. »

« Je mange aussi la bonne quantité ! »

« … Shera, n’aurais-tu pas pris un peu de poids dernièrement ? »

« Hein ? Je ne prends jamais de poids. »

Rem l’avait regardée avec mépris.

« … Si on ne tient pas cette rencontre rapidement, tu vas finir par devenir aussi ronde qu’un tonneau. »

« Je te l’ai déjà dit, je ne prends pas de poids ! »

 

C’est alors qu’on avait frappé poliment à la porte d’ivoire de leur chambre.

 

« Je m’excuse d’avoir interrompu votre repas. »

C’était la voix du vieux majordome fouineur. Rem avait ouvert la porte.

« … S’est-il passé quelque chose ? »

« Je m’excuse de vous interrompre pendant votre temps libre, Mlle Shera L. Greenwood et Mlle Rem Galleu. Il y a quelqu’un qui souhaite vous voir. »

« … Et qui cela peut-il être ? »

« Le duc Noah Gibun. »

Rem et Shera avaient échangé un regard et avaient secoué la tête. Il semblait qu’aucune d’elles ne le connaissait.

« … Je ne crois pas qu’on le connaisse ? »

« Le duc Gibun est doté d’une grande intelligence malgré son âge, et il est le ministre le plus digne de confiance de Sa Majesté, à qui l’on confie le plus de responsabilités. Non seulement il a reçu le titre de duc, mais les rumeurs disent qu’il finira par atteindre le poste de Premier ministre. Je crois qu’il a des choses à vous demander avant votre audience, très respectueusement. »

« … Je vois. »

Étaient-elles évaluées pour voir si elles étaient dignes d’une audience avec le roi ?

« Nombreux sont les nobles de la région et les riches marchands qui font de grandes enjambées pour rencontrer le duc Gibun, » poursuit le majordome. « Vous avez beaucoup de chance et vous devriez vous sentir honorées d’être autorisées à le rencontrer. »

« … Je me demande ce qu’une personne aussi influente nous veut ? Nous allons nous préparer tout de suite, alors pourriez-vous nous laisser un peu de temps ? »

« Bien sûr, » dit le majordome, soulagé. « Alors, je vais préparer le salon, et je viendrai vous y conduire dans trente minutes. »

Il semble qu’il ait seulement évoqué la popularité du duc et mentionné à quel point c’était un honneur de le voir parce qu’il craignait qu’elles refusent de le rencontrer. Il semblerait qu’il ne voulait pas avoir à être le porteur de mauvaises nouvelles qui fait savoir au futur premier ministre que sa demande de rencontre a été rejetée. Elles devraient aussi le rencontrer par égard pour ce majordome travailleur.

Le vieux majordome était parti, fermant la porte derrière lui. Rem verrouilla la porte.

« … Shera, habille-toi. »

« D’accord ! »

Elle avait rapidement enlevé son pyjama et l’avait jeté de côté, mais, au moment où elle avait essayé d’enfiler sa tenue verte habituelle… c’est arrivé.

« Gh !? »

« … Qu’est-ce qu’il y a ? »

« Je me sens… serrée… au niveau de ma poitrine… Je ne peux pas respirer… »

« Es-tu malade ? »

Ou peut-être que la nourriture était empoisonnée !?

Mais alors Shera parla, en relâchant les sangles de cuir qui retenaient sa tenue par-derrière…

« Je pense que mes seins ont grossi. »

Le regard de Rem s’était glacé et elle s’était figée.

« … Grosse Elfe. »

« Wôw, tu es méchante !? »

« Prépare-toi. En fait, non. Reste derrière et continue à engloutir leur nourriture. Je rencontrerai le duc seule, en tant que femme de Diablo. »

« Aaaah ! Mais je suis aussi sa femme ! »

« Alors, habille-toi. Toute chose honteuse que tu fais traîne le nom de Diablo dans la boue. »

« Ngngng… Je peux ajuster ces vêtements avec les lanières de cuir, mais… Je pense qu’elles sont à leur limite. »

Les Elfes étaient une race svelte, et ses femmes possédaient des poitrines modestes, mais Shera était une exception avec une poitrine plutôt large. Pour cette raison, il semblerait qu’elle avait du mal à entrer dans la tenue royale des Elfes. Les lanières de cuir grinçaient sous la pression.

« Uuugh, mes seins sont si gros, je ne peux pas bouger ! »

 

 

« … Kuh. »

En regardant son corps, qui n’avait aucune partie qui rendrait difficile de s’habiller, Rem serra les dents.

Non, je suis plus agile comme ça !

La pièce qui constituait le salon de thé du Château Grandiose ressemblait à une sorte d’exposition de musée, et en son centre se trouvait une table ronde pour quatre personnes. Elle semblait sculptée dans du cristal bleu, mais il n’y avait aucune marque d’assemblage. On ne pouvait pas imaginer la taille du cristal nécessaire pour sculpter cette table. Les dossiers des chaises semblaient constitués de coquilles d’œufs de dragon coupées en deux, et ils étaient garnis de grandes fourrures d’ours.

Les murs de la pièce circulaire avaient été repeints, lui donnant l’apparence d’un jardin. En plus de cette peinture murale délicate, la pièce était également remplie du murmure d’un ruisseau, du parfum des fleurs en pleine fleuraison et du battement d’ailes des oiseaux.

Rem fut choquée au-delà de tous les mots.

« Ce thé est si savoureux ! » Shera appréciait le thé qu’on lui servait sans la moindre timidité.

La tasse de thé blanche qu’elle tenait entre ses doigts était probablement faite de porcelaine importée des pays de l’Extrême-Orient, un seul service coûtant plus que leurs revenus annuels respectifs. Rem prit soudain conscience que Shera était de la famille royale, élevée dans les forêts bénies de Greenwood, un véritable paradis sur terre.

Elles avaient attendu seules pendant un moment, jusqu’à ce qu’un des arbres dessinés au-dessus des murs s’ouvre. Il semblerait qu’il y avait une porte à cet endroit. Un homme seul était entré dans la pièce, sans aucun garde du corps pour l’accompagner. Le châle luxueux qu’il portait le désignait comme un duc du royaume de Lyferia.

Duc Noah Gibun.

C’était un bel homme aux cheveux dorés et aux yeux bleus, et étonnamment, l’expression qu’il arborait n’était pas froide. En fait, son sourire semblait assez doux et tendre. Il ressemblait plus à une fille aux cheveux courts.

 

 

« Ah… »

Le regarder rappelait étrangement à Rem Diablo. Ils étaient totalement différents l’un de l’autre, mais peut-être était-ce dû à la perfection de leurs traits faciaux. C’était probablement leur point commun le plus marquant.

Rem se leva de son siège et s’inclina comme une dame. En ce moment, elle n’était pas l’aventurière Rem Galleu, mais avait la position représentative d’épouse et reine du roi de Greenwood, Diablo.

« Hm ? » Shera inclina la tête, toujours assise.

Sans se concentrer sur l’un ou l’autre des deux agissements différents, Noah s’inclina respectueusement.

« Je m’appelle Noah Gibun. Honoré de faire votre connaissance. »

« Je suis Shera L. Greenwood. »

« Je m’excuse terriblement de vous avoir convoqué sans préavis aujourd’hui. Veuillez pardonner mon impolitesse. »

« C’est bon. »

Rem avait été emplie par une certaine timidité après cet échange trop naturel. Elle se demandait presque anxieusement si sa présence à une telle cérémonie n’était pas déplacée.

« … Je m’appelle Rem Galleu. » Elle avait finalement balbutié son nom.

Noah semblait surpris. Avec le recul, elle aurait peut-être dû dire son titre. Diablo était le roi de Greenwood, donc son nom complet serait Diablo Greenwood.

Donc, en tant que femme, son nom serait…

Rem Greenwood ?

Rem avait senti ses joues rougir.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » Shera l’avait regardée avec curiosité.

« … Ce n’est… rien… »

Rem secoua la tête, chassant l’étrange illusion qui remplissait son esprit.

Par ailleurs, le « L. » dans le nom complet de Shera, Shera L. Greenwood, indiquait qu’elle faisait partie de la lignée royale des Greenwood. Diablo et Rem s’étaient mariés dans la famille royale et ne descendaient pas de la lignée royale, ils n’avaient donc pas eu droit à cette marque sur leur nom. La lignée royale de Greenwood avait une signification importante, il fallait donc faire une distinction claire.

« Pour quelle raison êtes-vous venu nous voir ? » demanda Rem.

« Quelles que soient les intentions de Sa Majesté, il est de règle que je parle d’abord avec n’importe lequel de ses invités. » Noah avait souri amicalement. « C’est une question formelle, alors s’il vous plaît pardonnez-moi. »

« … Je vois. »

Le regard de Noah s’était fixé sur leur cou.

« D’après les rumeurs, ce sont des colliers d’asservissement. Est-ce vrai ? »

La main de Rem avait bougé par inadvertance pour couvrir son col. L’entendre à nouveau pointer du doigt la rendait encore plus embarrassée.

« Oui, c’est ça. » Shera, qui ne s’était jamais souciée des petites choses, avait hoché la tête.

« Dans ce cas, la rumeur selon laquelle la “Réflexion de la Magie” de Sire Diablo l’a mis sur vous deux est-elle également vraie ? » Noah avait ajouté une autre question.

Rem s’était levée, le son de son cœur battant fort dans ses oreilles.

« … Duc Gibun… Qui êtes-vous… !? »

Son sourire paisible n’avait pas faibli le moins du monde.

« Toutes mes actions visent à assurer la paix et la prospérité du royaume de Lyferia. Et je ne suis pas assez indulgent pour renoncer à recueillir des informations sur un personnage important capable d’égaler en force un Seigneur-Démon. »

« Depuis quand... »

« Pourriez-vous d’abord répondre à ma question ? »

Rem était un peu en conflit, mais elle avait conclu qu’essayer de garder les choses secrètes serait un effort inutile.

« … Les rumeurs sont vraies. Nous avions l’intention d’asservir Diablo comme nous le ferions avec une bête d’invocation, mais le rituel d’asservissement s’est reflété, et les colliers se sont refermés sur nous à la place. »

Elle avait entendu Noah murmurer « fascinant ». Il avait ensuite répondu à la question.

« Depuis quand ai-je jeté mon dévolu sur le Seigneur Diablo, vous demandez-vous ? Depuis qu’il a repoussé l’armée du Seigneur-Démon à la Tour de Zircon. »

« … Je vois. »

De nombreux soldats furent témoins de ce combat, et les événements de la guerre — indépendamment de ses résultats — furent rapportés en détail à la capitale. Diablo avait vaincu d’innombrables Déchus grâce à sa puissante magie, et avait même vaincu le général des Déchus, qui était considéré comme immortel. Il était naturel qu’il suscite leur intérêt.

***

Partie 2

Rem porta une main à sa bouche. Peu après cette bataille, Diablo s’était rendu à la capitale pour s’opposer à l’autorité cardinale de l’Église.

« Quelque chose vous tracasse ? » Noah avait souri en coin.

« … Quand Diablo est venu à la capitale… Quand nous nous sommes battus pour reprendre l’Église aux mains de l’autorité cardinale. »

« Oui, j’ai reçu un rapport à ce sujet. Même Sa Majesté ne peut interférer dans les affaires de l’Église, nous vous sommes donc très reconnaissants d’avoir sauvé la Grande Prêtresse et de votre aide pour normaliser l’église. »

Rem se souvient : « À l’époque, c’est l’Ordre des Chevaliers du Palais qui a assassiné l’Autorité cardinale. S’ils surveillaient Diablo pendant tout ce temps, il est logique qu’ils trouvent l’occasion parfaite pour se débarrasser d’eux… Ce qui pourrait signifier… que c’est Noah qui a ordonné leur assassinat ? »

Il était resté souriant, attendant les mots de Rem. C’était le château royal. Dire une seule mauvaise chose transformerait cette pièce en l’équivalent d’être assis dans le creux de l’estomac d’un monstre. Dire quelque chose d’inutile serait dangereux…

Un silence planait lourdement sur la pièce…

« Wôw, ce gâteau est génial ! » Mais Shera s’était exclamée. « Puis-je en avoir une autre part ? »

Le claquement de la tension tendue qui flottait dans l’air était presque audible. Rem se demandait ce qu’elle était sur le point de dire…

« Je suis content que ça vous plaise. » Noah sourit. « Cette tarte aux pommes est une reproduction d’une saveur de mon lieu de naissance. Je vais vous en faire préparer autant que vous le souhaitez. »

« Super ! Je vais en ramener pour Diablo ! »

Rem avait soupiré, notant qu’il allait probablement se gâter pendant leur voyage de cinq jours vers Faltra.

« … Quoi qu’il en soit, nous ne sommes venus ici que parce qu’on nous a appelés. En tant qu’aventurier et roi de Greenwood, Diablo n’a pas l’intention de s’opposer à Lyferia. Le fait qu’il ait risqué sa vie contre le Seigneur-Démon en est la preuve. »

« Oui, bien sûr. Nous ne soupçonnons pas le Seigneur Diablo le moins du monde. Comme je l’ai déjà dit, il a éveillé notre intérêt en battant l’armée du Seigneur-Démon. Et les convocations de cette fois-ci font suite à sa victoire sur le Seigneur-Démon… Je suis sûr que Son Altesse souhaite lui adresser des louanges. »

« Je vois…, » Rem se tapota la poitrine avec soulagement.

« … Mais il y a une chose qui me laisse perplexe, » dit Noah en baissant la voix.

« Hein ? »

« Ces colliers d’asservissement. »

« Qu-Qu’en est-il d’eux ? »

« Pour ceux qui ne connaissent pas votre situation, ils ressembleront à des colliers d’esclaves. Si le royaume de Greenwood devait envoyer des esclaves pour l’audience avec Sa Majesté, cela passerait pour un acte grossier au même titre qu’une déclaration de guerre. »

« Ah… »

Rem y avait pensé, mais elles n’avaient aucun moyen de les enlever.

« Non…, » l’expression de Shera s’était assombrie par l’anxiété.

« Mais je suis un peu doué pour la magie, » suggéra Noah. « Je pourrais faire en sorte qu’ils soient invisibles aux yeux des autres. Qu’en dites-vous ? Je dois cependant m’assurer que vous n’avez pas reçu d’ordres étranges. »

Shera avait déjà fait rendre son collier invisible pour les besoins d’une cérémonie de mariage. À l’époque, c’était le Premier ministre de Greenwood, Drango, qui avait appliqué la magie d’obscurcissement. Il s’agissait apparemment d’une magie extrêmement avancée, qui ne pouvait pas être facilement imitée.

Rem avait étudié l’offre et avait conclu qu’il n’y avait pas d’autres options.

« … Compris. »

« Bien ! »

Shera avait également accepté, et c’est ainsi que ça avait été décidé. Noah acquiesça et tendit sa main droite.

« Hmm… Je vois… »

L’expression de son visage était grave. Elles s’étaient senties aussi gênées que d’avoir invité un étranger dans leur maison, mais pour Noah, ce n’était que du business. Sans tenir compte de sa position ou de sa langue, laisser une personne avec un collier d’asservissement rencontrer le roi mettait le destin du pays en danger. Et s’ils avaient reçu l’ordre d’assassiner quelqu’un ?

Après avoir confirmé qu’aucun ordre bizarre n’ait été donné, Noah avait utilisé sa magie d’obscurcissement.

« “Déguisement”. »

Au moment où Noah avait murmuré ce mot, les colliers étaient devenus invisibles. Rien que cela montrait qu’il était un sorcier encore plus doué que Drango. Même sans tenir compte de sa position de ministre, il était un sorcier de très haut niveau !

En touchant le cou, il était clair qu’il était toujours là, mais les autres ne pouvaient pas le voir.

« Pardonnez-moi pour le dérangement. » Noah s’inclina. « Je pense que cela nous épargnera la colère de Sa Majesté et tout malentendu de la part des ministres… »

Boom ! La pièce avait soudainement tremblé. L’expression de Rem était devenue inquiète.

« Un tremblement de terre ? » Shera pencha la tête.

« … Il n’y a eu qu’une seule secousse. C’était comme une explosion de magie. »

Cette pièce était particulièrement proche du centre du château royal. Si les secousses avaient atteint cette distance, il aurait dû s’agir d’une explosion de très grande envergure. Et il n’y avait pas beaucoup de sorciers capables de produire des explosions aussi puissantes.

Ça pourrait être Diablo !

Mais il aurait dû être à Faltra.

On frappa à la porte, et une voix nerveuse appela de l’extérieur.

« Milord, nous avons un rapport urgent ! »

Noah s’inclina à nouveau, souriant à Rem et Shera.

« Je m’excuse pour ce vacarme. Il semble que quelque chose soit arrivé, alors vous devrez m’excuser. Je garantis personnellement votre sécurité en ce lieu, vous n’avez donc aucune raison de vous inquiéter. Veuillez passer votre temps confortablement jusqu’au jour de votre audience. »

« … Nous sommes des aventuriers. Nous pouvons vous être utiles. »

« Hmm. Je ne sais pas comment les affaires sont gérées à Faltra, mais… Dans ce château, les invités doivent agir en tant qu’invités. S’il vous plaît, laissez les affaires à moi et aux chevaliers impériaux. »

Son ton était poli, mais le rejet dans ses mots était clair.

« … Je comprends. »

Rem avait reculé. Elle ne voulait pas le contrarier ici. Elles devraient probablement rester quelques jours de plus jusqu’à leur audience.

Mais ce que Rem ne savait pas, c’est qu’elles seraient convoquées dans la salle d’audience le soir même.

Inutile de préciser que l’explosion suffisamment puissante pour secouer l’ensemble de la capitale des Sept Murs était le résultat de la magie composite utilisée par Diablo pour détruire le Dieu de la destruction, Europa.

Diablo était assis dans le chariot vacillant qui le menait au Château Grandiose. Il ne ressemblait pas à ça dans le jeu, mais il était vraiment grandiose. Un produit massif d’architecture. Sa seule vue élevait le cœur de l’homme.

Diablo avait soudainement remarqué que la structure des murs était étrangement distincte. Les murs de Faltra, une ville frontière, étaient faits de pierres empilées, comme les murs des châteaux médiévaux dans le monde de Diablo. Mais les murs du Château Grandiose n’avaient aucune marque, comme s’ils étaient faits de béton.

« … Hm. »

Cela ne l’avait jamais dérangé dans le jeu, mais ici c’était un autre monde. Si un bâtiment existait, c’est parce que quelqu’un l’avait érigé, réparé et entretenu.

Je suppose qu’étant donné que ce monde a des armes, la construction en béton n’est pas si inhabituelle.

Le grand homme assis en face de Diablo — Maximum Abrams — demanda : « Sire Diablo, où avez-vous acquis tant de pouvoir ? »

Son visage intellectuel contrastait avec son corps volumineux et musclé. Ses cheveux noirs étaient séparés sur le côté et il portait des lunettes à monture noire.

« Hmph… Un aventurier gagne naturellement en force en voyageant. »

Du moins, c’est comme ça que ça fonctionnait dans le jeu.

« Peut-être, mais vous ne vous êtes inscrit en tant qu’aventurier que l’année dernière. Étiez-vous aventurier dans un autre pays avant cela… ? »

Ils avaient fait des recherches approfondies sur lui. Diablo ne pouvait s’empêcher d’être irrité par cela.

« Hmph… » Diablo grogna ce qui n’était ni un déni ni une affirmation.

Il doutait que Maximum le croie s’il disait : « J’ai gagné des niveaux dans le jeu et j’ai été appelé dans ce monde sous la forme de mon avatar. » Même Diablo lui-même ne comprenait pas encore la logique derrière tout ça.

« Tu m’as regardé… Mais tu es encore plus méfiant que moi. Où as-tu acquis tant d’habileté ? » demanda Diablo en retour.

L’Ordre des Chevaliers du Palais était un rassemblement de guerriers qualifiés. Ils étaient tous certainement au-dessus du niveau 100, et Maximum les dirigeait, donc il devait être puissant. Et ce monde n’était pas comme dans le jeu. Il n’y avait pas de retour après la mort, les dégâts étaient une vraie souffrance, et la guérison et le rétablissement ne se résumaient pas à un simple clic de souris. Diablo l’avait bien compris, car il avait atteint le niveau de guerrier dans ce monde.

« Héhé… » Les lèvres de Maximum s’étaient déformées en un sourire. « Je dirais, comme toi. »

Es-tu aussi un joueur ?

Il l’avait presque laissé échapper, mais avait réalisé que c’était un cas typique de « leurre ». S’il devait tomber dans le panneau et laisser échapper une information, il ne serait pas capable de maintenir son rôle de Seigneur-Démon.

S’il était le même que lui, Maximum parlerait la langue de son ancien monde, mais d’après les mouvements de ses lèvres, Diablo pouvait dire qu’il parlait la langue de Lyferia. En d’autres termes, le fait qu’il utilise inutilement la langue de cet endroit prouvait qu’il était sans aucun doute différent de Diablo.

« Sottises. »

« Pas nécessairement. Mais vous semblez avoir des raisons de me considérer comme différent de vous. Fascinant. »

« Hmph… »

Diablo resta sur son approche confiante, mais il avait du mal à retenir sa surprise.

Bon sang, ce type est dangereux !

« Et je me demande bien sur quelle base vous devez penser… Oh, il semble que nous soyons arrivés. »

La voiture s’était arrêtée et, lorsque la porte s’était ouverte, Maximum était descendu le premier. Un homme avec un long manteau rouge se tenait là, prêt à intervenir : un Elfe blond avec une épée noire.

« Ne fais rien de suspect. Si tu tentes quoi que ce soit, moi, Thanatos l’Immortel, je t’abattrai sans pitié ! »

Son nom ressemblait à la vantardise d’un collégien délirant, mais il pourrait bien être immortel. Europa l’avait en fait tué une fois, mais il était revenu indemne.

« Thanatos, il est l’invité de Son Altesse en ce moment, oui ? »

« Oui, bien sûr, mais…, » Thanatos avait reculé devant le regard de Maximum.

À en juger par cet échange, Maximum était probablement assez doué. Un ennemi dangereux, c’est certain, et que Diablo n’avait pas envie de contrarier.

« Je suis un homme occupé. » Diablo était descendu de l’attelage. « Dépêche-toi et amène-moi à ton roi. »

« Eh bien, on m’a simplement ordonné de “vous amener ici”. Le reste dépend de Son Altesse. »

Ils étaient dans la cour du château royal, un endroit que Diablo avait visité de nombreuses fois dans le Croisement de la Rêverie. Derrière eux se trouvaient les grandes portes du château. À part Maximum et Thanatos, il y avait un nombre surprenant de gardes et de garçons d’écurie autour d’eux. Et avant même qu’un moment ait pu s’écouler, un vieux majordome s’approcha d’eux et s’inclina.

« Je vous remercie d’être venu, roi de Greenwood — Votre Altesse, Diablo Greenwood. »

« Hmm. »

« Le roi de Lyferia, Sa Majesté Delouche Xandros, vous attend. Je vous en prie, suivez-moi. »

« Une audience, déjà !? » Thanatos n’avait pas pu cacher sa surprise.

« Je suppose que Sa Majesté connaît après tout l’importance de ces questions… » Maximum avait aussi l’air choqué.

Son ton était poli, mais ses mots portaient une nuance plutôt irrespectueuse. Conduit par le vieux majordome, Diablo s’était frayé un chemin dans le bâtiment. Maximum et son groupe n’avaient pas suivi.

« Ouf… »

Diablo avait expiré de soulagement. S’il le pouvait, il préférait ne pas avoir à affronter Maximum. Il doutait qu’il perde face à cet homme en un contre un, mais il avait l’impression qu’il pouvait voir à travers son jeu. Et sans son personnage de Seigneur-Démon, il pouvait à peine tenir une conversation. Si on lui faisait remarquer son jeu d’acteur, il ne pourrait répondre que par un balbutiement boiteux de « uuu » et « aaah ».

***

Partie 3

Ils avaient avancé dans un couloir bordé d’œuvres d’art. On s’attendrait normalement à ce que ce genre d’endroit soit rempli de peintures de belles femmes, ou du moins d’une proportion égale d’hommes et de femmes, mais tout ce que Diablo pouvait voir, c’était des sculptures et des portraits d’hommes nus. De beaux garçons, des hommes bien proportionnés et beaux, des machos musclés…

« … Serait-ce les préférences du roi ? »

Diablo doutait qu’il puisse s’entendre avec lui si c’était le cas.

« D’habitude, il faut attendre au château pendant plusieurs jours…, » dit le majordome d’un air confus.

« Hein ? »

« Mais cette fois, le roi a ordonné de vous faire venir immédiatement, alors je m’excuse profondément. Une rencontre entre le roi de Lyferia et le roi d’un pays voisin aurait normalement fait l’objet d’une planification et d’une préparation beaucoup plus méticuleuses, je vous l’assure. »

« Ah, non… »

Diablo était celui qui avait refusé la première demande d’audience, et il n’était finalement venu que parce que Maximum l’avait traîné en prenant en otage les vies de Lumachina et de Horn.

« Une rencontre entre les rois de Lyferia et de Greenwood. Un tel événement historique… Selon la tradition, nous passerions un mois à convoquer les représentants des autres pays, et nous tiendrions la réunion dans un site spécial capable d’accueillir dix mille personnes. »

« Heh, hehehehe… »

Si tu faisais ça, je m’enfuirais ! Moi, rencontrer un roi devant dix mille personnes ? Jamais !

S’arrêtant devant une grande porte, le majordome baissa la tête.

« J’ai grandement honte de n’avoir pu faire aucun préparatif pour votre réunion capitale et de ne pouvoir la tenir qu’ici, dans la salle d’audience. Mais pardonnez-nous, pour le bien de la prospérité entre nos deux royaumes. »

« Héhé… C’est une question insignifiante. Je ne suis pas un homme assez petit pour m’intéresser aux futilités. »

Il jouait peut-être le rôle d’un Seigneur-Démon, mais il croyait fermement que la paix était la meilleure solution. Et le roi de Lyferia, se disait Diablo, devait être conscient de sa force, donc ce serait probablement un dialogue inoffensif. Du moins, il l’espérait.

Les portes s’étaient ouvertes, révélant un tapis rouge. Des soldats en armure lourde tenant des hallebardes se tenaient de part et d’autre du tapis, ainsi qu’un certain nombre de sujets du roi, tels des ministres et des généraux. Et sur le podium se trouvait un trône occupé par un homme d’âge moyen. Il semblait avoir une trentaine d’années. Les humains de Lyferia vivaient généralement jusqu’à la soixantaine, il était donc assez jeune pour un roi. Il n’avait pas la présence imposante de Galford, et ne débordait pas de magie.

Je ne sais pas s’il a des qualités de chef, mais, pour un individu, il est tout à fait moyen.

Apparemment, les rumeurs de Diablo circulaient déjà, car les ministres réunis chuchotaient entre eux.

« … Est-ce que c’est… ? »

« L’aventurier qui a vaincu le Seigneur-Démon ? »

« Regardez ces cornes… »

« Un simple démon… »

Il ne se sentait pas vraiment le bienvenu. Pourtant, le ministre qui se tenait juste à côté du roi lui avait adressé des mots de salutation.

« Bienvenue, Sire Diablo Greenwood. »

Le ministre avait l’apparence d’un beau garçon androgyne, du moins c’est ce que pensait Diablo. Il n’avait aucun moyen de savoir qu’il s’agissait du duc Noah Gibun, l’efficace premier ministre de Lyferia, qui décidait de la plupart des politiques du pays à la place du roi.

Diablo pensait que se nommer était la chose qu’il devait le plus éviter, et il était donc reconnaissant à Noah de lui épargner la peine de le faire, en soufflant de soulagement. Cependant, cela avait eu pour conséquence que certains ministres avaient murmuré de manière audible, « quel culot…, » ce qui avait fait se raidir Diablo. Aurait-il dû dire quelque chose à ce moment précis ? Il ne le laissait pas paraître, mais il grinçait des dents en suspens.

Eh bien, à quoi vous attendiez-vous ? Je suis un joueur NEET enfermé ! Comment suis-je censé savoir comment me comporter en présence d’un roi !? Vous me traînez ici contre ma volonté et ensuite vous agissez comme si j’étais honteux !? Vous êtes ceux qui ont besoin d’avoir honte de vous ! Bien que, je suppose que c’est ma faute d’être ignorant…

Sans son rôle de Seigneur-Démon, il aurait sûrement tressailli et baissé la tête. Il avait toujours été enclin à la dépression. Il avait une véritable montagne de choses à dire, mais ne voulait pas déclencher une guerre entre Lyferia et Greenwood. Il devait s’en accommoder.

Le ministre, Noah, avait fait avancer les choses.

« Tout d’abord, nous avons convoqué les personnes qui vous préoccupent le plus, Sire Diablo. »

« Hm ? »

Au signal de Noah, une autre porte s’ouvrit, et deux femmes entrèrent dans la pièce. Une petite fille avec des oreilles de chat noires et une queue, et une elfe blonde avec une poitrine débordante.

 

C’était Rem et Shera !

Mais elles n’étaient pas dans leur tenue habituelle. Elles étaient vêtues de robes qui les faisaient ressembler à de jeunes filles de la noblesse. La robe de Rem avait la couleur du vin rouge et était ornée de jolis volants, tandis que celle de Shera était d’un bleu clair qui mettait en valeur sa large poitrine.

Franchement, Diablo doutait de ses yeux. Elles ne ressemblaient pas du tout à ce qu’elles étaient d’habitude, elles étaient magnifiques et affichaient une fière dignité. Et surtout…

Leurs colliers sont partis !?

Diablo était choqué. Au même moment, les yeux de Rem s’étaient élargis sous le choc.

« … Di — . »

« Diabloooooooo ! »

Shera avait été la première à courir vers lui. Apparemment, elle avait oublié comment elle était habillée, et sa poitrine avait été secouée lorsqu’elle s’était accrochée à lui.

« H-Hey… Shera !? »

« Wôwaaaaa, Diablo ! Diablo ! Diablo ! »

Il pouvait dire, d’après le flux de son énergie magique, que le collier était simplement rendu invisible. Il pouvait comprendre pourquoi, puisqu’elles étaient dans une salle d’audience, mais…

« S’est-il passé quelque chose ? »

 

 

Sa réaction était si extrême que Diablo avait commencé à soupçonner que quelque chose s’était passé, mais Shera avait secoué la tête.

« Je suis juste heureuse de te revoir après si longtemps ! »

« O-Oh. »

« … Tu… » Rem poussa un soupir. « … prends en compte la situation, n’est-ce pas ? Nous sommes en présence de Sa Majesté. »

« Ah. »

Ce n’était pas seulement le roi, mais aussi beaucoup de ses ministres, généraux et gardes. Avec tous ces regards dirigés vers elle, même Shera n’avait pu s’empêcher de sourire d’embarras en lâchant Diablo.

Ce n’est pas possible.

Diablo frissonna intérieurement. Toute la volonté qu’il avait accumulée pour affronter le roi de Lyferia s’était évanouie. C’est ce qu’il ressentait en ce moment.

Je suppose que je suis vraiment un normalien qui devrait aller en enfer, hein ?

Rem avait fait claquer ses talons et s’était inclinée en silence devant le roi.

« Votre Majesté, le roi Delouche Xandros de Lyferia. C’est avec le plus grand honneur et le plus grand plaisir que nous faisons votre connaissance. Je suis Rem Galleu. La jeune femme là-bas est Shera L. Greenwood. Nous sommes toutes deux les épouses de Diablo. »

Son apparence et son comportement étaient d’une élégance et d’une dignité presque mystifiantes. Ceux qui trouvaient à redire à l’attitude de Diablo n’avaient rien à lui opposer. En d’autres termes, la perception que Rem avait des manières et de l’étiquette était correcte.

« Hmm. » Le roi avait fait un petit signe de tête.

Sur ce, Noah avait recommencé à diriger la conversation.

« Il semble que vous ayez traversé beaucoup de choses ces derniers temps, avec le Seigneur-Démon ressuscité, les Déchues et les bêtes magiques qui se déchaînent, mais nous sommes toujours heureux de vous voir réunis malgré cela, vous, de la maison royale de Greenwood. »

Non, le fait que j’évite ce public n’a rien à voir avec le Seigneur-Démon. Et vous appelez ça une heureuse réunion, mais nous avons agi séparément parce que vous nous avez ordonné de venir ici !

C’est ce qu’il pensait, mais il ne laissait pas ces mots être plus que des pensées.

« … Nous vous remercions de votre préoccupation et de la considération du Seigneur Noah. »

Encore une fois, pas une plainte de la part des serviteurs du roi.

« Je dois le reconnaître à Rem, » chuchota Shera.

« Bien. »

Elle s’était toujours occupée de négocier avec les cochers et les auberges, elle s’y connaissait en matière de camping, et elle savait même comment se comporter avec la royauté.

N’est-elle pas en quelque sorte incroyable ?

Il avait toujours pensé qu’elle n’était pas une aventurière typique, mais…

Noah avait abordé le sujet principal.

« Monsieur Diablo, d’après ce que nous avons entendu, vous avez obtenu de nombreux succès en combattant le Seigneur-Démon dans la ville de Faltra… »

Diablo n’était pas sûr de savoir comment répondre à cette question, mais il décida de répondre comme il le faisait toujours. Il vaudrait mieux que ceux qui se tiennent en face de lui le perçoivent comme dangereux.

« Hmph…, » répondit-il d’un air supérieur. « Ceux qui tournent leur lame contre moi seront anéantis, c’est tout. Même s’il s’agit du Seigneur-Démon. »

Les serviteurs avaient commencé à remuer. Ils avaient entendu les rumeurs, mais voir la personne en question les confirmer rendait les choses différentes, semblait-il.

« Donc c’était vrai. » « Mais ils disent que c’est un sorcier élémentaire ? » « Un héros… » « Un démon… Je n’aurais jamais imaginé… » « Mais il n’est pas affilié à la guilde des mages… »

Ridicule, se dit Diablo en soupirant. Est-ce que votre race ou votre position a vraiment de l’importance quand vous combattez un ennemi ? Si c’est comme ça que sont ses serviteurs, je suppose qu’on ne peut pas en attendre autant du roi. Aaah… Je veux déjà rentrer chez moi…

S’il devait le décrire, il voulait rentrer chez lui autant qu’un nouvel ouvrier obligé de faire des heures supplémentaires pour la première fois, mais à présent, il avait l’impression d’être appelé au travail pendant son jour de congé. C’était tout simplement insupportable pour un NEET.

« D’après ce que disent les rapports, vous avez foncé tout seul à l’intérieur du Seigneur-Démon quand il a pris la forme d’un château massif et vous l’avez ensuite vaincu ? » demanda Noah.

Ce qui avait changé le cours de la bataille, c’était le sort de Diablo « Abîme de gravité », mais ce qui lui avait fait le plus de dégâts, c’est le renvoi par Diablo du sort « Flammes de la Ruine » du Seigneur-Démon Suprême. Et malgré tout, ce qui avait porté le coup de grâce, c’est l’utilisation d’un élixir, mais Diablo doutait qu’ils le croient. Finalement, il décida qu’il n’était pas nécessaire d’entrer dans les petits détails.

« Hmph… Peu importe la forme que peut prendre mon ennemi. Je ne fais que les abattre pour avoir eu l’insolence d’attaquer ma base. »

L’agitation s’était à nouveau répandue parmi les serviteurs.

« “Ma base” ? »

« Le roi d’un pays voisin vient-il de citer les droits territoriaux comme raison de défendre Faltra ? »

Pourriez-vous arrêter de décortiquer la moindre chose que je dis, bande d’idiots pédants !?

Rem s’était précipitée à la rescousse.

« … Diablo est peut-être le roi de Greenwood, mais c’est aussi un aventurier qui veut défendre les Races ! La ville de Faltra est sa base d’opérations ! »

Les chuchotements étaient devenus plus faibles.

« Un aventurier ? » « Et c’est un roi… ? » « Greenwood produit beaucoup de mercenaires… » « Le roi lui-même ? » « Donc un aventurier est devenu un roi… ? » « Je suppose que cela convient à un petit pays… »

Noah avait ensuite demandé : « J’ai entendu dire que vous avez battu le Seigneur-Démon avec la magie élémentaire, Sire Diablo ? »

« Correct. »

En Lyferia, quand on parlait de magie, on parlait surtout d’invocation. La magie élémentaire était perçue comme faible et inutile par la plupart des gens.

***

Partie 4

Finalement, l’une des personnes présentes s’était avancée, un homme relativement jeune. Il était vêtu d’un uniforme orné d’un fouillis de décorations.

« Je trouve cela impossible à croire ! »

« Hm ? » Diablo lui avait lancé un regard noir.

L’homme avait réagi en lui lançant un regard noir.

« Je suis un major de l’armée lyférienne, Harold William ! Peu importe le niveau de la magie élémentaire, elle ne peut rivaliser avec l’invocation d’une grande bête ! Et votre victoire sur le Seigneur-Démon est un mensonge ! Votre Majesté, cet homme est un charlatan ! Je doute que les Elfes, fiers et hautains, aient jamais accepté qu’un Démon devienne leur roi ! »

Ce qui était logique, quand il en parlait… Les manières de Diablo et, en fait, son existence entière étaient très éloignées de l’idée que ce monde se fait du bon sens.

« Ce n’est pas un mensonge ! » Shera avait argumenté. « Diablo est le roi ! Parce qu’il… m’a épousée ! »

« Les Elfes sont une race svelte ! Je doute que cette fille soit même une Elfe ! »

« C’est méchant ! »

Shera sembla s’en offusquer, car des larmes coulaient dans ses yeux.

« … Tu as raison. » Les yeux de Rem s’étaient agrandis.

« Pas toi aussi, Rem !? »

« Démon à cornes ! » Le Major William s’était approché de Diablo avec un sourire suffisant. « Si tu prétends que tes paroles sont vraies, présente des preuves ! »

« Ne me crois pas si tu n’en as pas envie. » Diablo avait haussé les épaules.

« Quoi ? »

Diablo avait l’habitude que les gens ne le croient pas. Les gens avaient tendance à regarder non pas ce qu’ils demandaient, mais à qui ils le demandaient. Et comme il n’avait jamais eu d’amis…

« Si tes affirmations sont vraies, alors je n’ai pas vaincu le Seigneur-Démon et je ne suis pas le roi de Greenwood. Dans ce cas, quelle raison y avait-il à me faire venir ici ? »

Rem avait haussé les épaules.

« … Ce serait la conclusion, oui. Nous n’avons aucune raison d’être gratifiés d’une audience avec Sa Majesté. »

Son ton était assez épineux. Il semblerait que Rem était intérieurement contrariée que Diablo et Shera soient mis en doute.

« Je m’en vais. » Diablo avait tourné le dos au roi.

Shera s’était accrochée à son bras. « Ne me laisse pas ici ! »

Les vassaux étaient assez confus, mais personne n’avait essayé de les retenir.

« Major William… ? » demanda Noah d’une voix glaciale.

Le militaire au regard mauvais s’était précipité devant Diablo.

« A -Attendez ! »

« Hmph… Éloigne-toi si tu ne veux pas te faire mal, mauviette. »

« Mauviette !? Tu me traites de faible, moi qui ai atteint le rang de major à l’âge de trente ans !? »

« Comme si ça m’intéressait. »

Diablo ne savait ni ne se souciait de savoir à quel âge il était impressionnant d’atteindre tel ou tel rang.

« Nourrir le roi de mensonges est un blasphème ! » William avait dégainé son épée. « Je ne t’épargnerai pas ! »

« Kyaa !? » Shera s’était mise à l’abri derrière Diablo.

« … Sachez que c’est vous qui avez frappé le premier. » Rem s’était préparée au pire.

« Quel est ton niveau, imbécile ? Réponds honnêtement si tu tiens à ta vie, » déclara Diablo d’un ton hautain.

« Qu-Quoi ? »

« Réponds-moi. Si ton niveau est trop bas, ma magie risque de te réduire en miettes. »

« Tu insulterais un major de la grande armée lyférienne !? Alors que tu es un sorcier élémentaire inutile et un démon méprisable !? »

William avait brandi son épée vers le haut. Trop lent. Était-il au niveau 40 ? Cela faisait de lui un guerrier au-dessus de la moyenne dans ce monde.

« Imbécile… “Canon de glace” ! »

C’était un sort qui lançait un énorme bloc de glace, mais les énormes réserves d’énergie magique de Diablo avaient fait surgir un bloc bien plus grand qu’un homme adulte. Il avait avancé à une vitesse fulgurante, et si William était touché directement par ce bloc, il perdrait probablement tout semblant de forme humaine.

Diablo l’avait raté exprès, pour que le sort ne touche que l’épée brandie par William. Le bloc de glace avait alors volé derrière lui, perçant le mur de la salle d’audience dans un bruit de tonnerre. Mais ça ne s’était pas arrêté là. Les murs semblaient être en béton, mais étaient apparemment plus mous que prévu. Ou peut-être que son Canon de Glace était simplement plus fort qu’il ne le pensait, car il avait continué à percer plusieurs autres couches de mur.

La vue du soleil couchant avait pénétré par le trou. William s’était effondré sur le sol, les yeux injectés de sang et l’écume à la bouche.

« Hiii, hiyaaaaaaaa !? »

Il s’était pissé dessus.

Les autres ministres couraient partout en panique, tout comme les généraux et les soldats en armure, mais ces derniers se souvenaient de leur rôle et se tenaient debout avec leurs épées et leurs lances à portée de main. Les visages de Shera et Rem avaient pâli.

« Di-Di-Diablo ! »

« Utiliser une magie d’attaque aussi puissante dans un endroit comme celui-ci n’était-il pas exagéré… !? »

Je pensais que ça ferait juste craquer un peu les murs…

Mais un Seigneur-Démon ne vacille jamais.

« Hmph… Tu appelles ça de la magie d’attaque ? » Diablo s’était moqué avec une façade confiante. « Ce n’était qu’une simple salutation. Si j’attaquais sérieusement, ce château serait entièrement rayé de la carte. »

Noah plissa les yeux. C’est lui qui avait poussé William à agir, et peut-être avait-il réfléchi à la situation, car il ne semblait pas paniquer.

« Conformément aux rumeurs. Selon les rapports, vous ne vous présentez pas comme un Démon, mais sous un autre titre. »

« Hm. »

« Un Seigneur-Démon d’un autre monde. »

Les serviteurs étaient entrés dans une frénésie sans précédent. Certains criaient même carrément. Diablo avait commencé à paniquer intérieurement.

C’est mauvais. Je n’ai pas les compétences de conversation pour calmer ce chaos.

Si un combat devait éclater dans le château, il n’était pas sûr de pouvoir défendre Rem et Shera, et il ne voulait pas tuer inutilement des soldats. Tout ce qu’il voulait, c’était les menacer, les effrayer, et éviter la bataille de cette façon !

Il avait alors crié : « C’est vrai ! Je suis Diablo ! Un Seigneur-Démon venu d’un autre monde ! » en prenant l’expression la plus vilaine qu’il puisse avoir.

Mais intérieurement, il se baissait la tête d’exaspération.

Aaaaah, je savais que ça finirait comme ça. J’ai fini par me faire appeler Seigneur-Démon devant le roi de Lyferia. Tu vois, c’est pour ça que j’essayais d’éviter cette audience. Suis-je un maintenant criminel ? Une menace pour la société ? Un homme recherché ? Mort ou vivant ? Adieu, ma vie facile de l’autre monde, et bonjour et bonne journée, ma vie en cavale !

Un rire roulant avait rempli la pièce.

Et à la surprise générale, c’était venu de quelqu’un qui était assis si calmement et si silencieusement qu’on aurait pu croire qu’il était en fait un mannequin depuis le début : le roi Delouche Xandros.

« Kahahaha ! Un Seigneur-Démon, es-tu !? »

« … »

Diablo avait jeté un coup d’œil au roi.

« Un aventurier et le roi de Greenwood, un Seigneur-Démon ? » demanda le roi.

« C’est la vérité. Je ne suis pas assez insignifiant pour m’appuyer sur des mensonges et des faux-fuyants. »

Je joue juste le rôle d’un Seigneur-Démon…

« Et est-ce vrai que tu as vaincu le Seigneur-Démon Modinaram ? » Delouche s’était penché en avant.

« Assez de tout cela. Dois-je te montrer mon véritable pouvoir ? »

« Non, non, j’en ai vu plus qu’assez. J’ai vu assez de gens se vanter et faire une démonstration de leur force, mais c’est la première fois que je vois les murs de Grandiose suffisamment percés pour me donner une vue du ciel. »

« Hmph. Alors tous ceux que tu as vus jusqu’à présent étaient simplement aussi bas. »

Mais je pense qu’une autre façon de voir les choses est que personne n’a été assez fou pour abattre les murs…

« Tu es un homme intéressant, Diablo. Tu te dis Seigneur-Démon, mais tu défends les villes des Races. En général, un Seigneur-Démon massacre les Races, n’est-ce pas ? »

As-tu essayé de leur offrir des biscuits ?

« Hmph… Je n’ai aucun intérêt à ce que les Races vivent ou meurent. »

« Alors, le Seigneur Diablo est un Seigneur-Démon venu d’un autre monde, » chuchota Noah. « Ça veut dire que… qu’il est différent des Seigneurs-Démons de ce monde ? »

« Je vois ! » Delouche hocha la tête en signe de compréhension. « Dans ce cas, Diablo ! Tu vas me servir ? »

« Hein !? »

Ses serviteurs avaient pâli. Noé fronça les sourcils. Delouche, lui, resta sur ses positions.

« Je déteste la tradition. Qui a décidé de ces formalités et règlements, et quand ? Où l’on vit, ce que l’on mange, même la langue que l’on a le droit de parler, tout cela a été décidé à l’avance, il y a longtemps. Ne suis-je pas le roi ? Pourquoi dois-je me plier aux décisions des souverains du passé ? »

« … »

« Aucun roi dans l’histoire de Lyferia n’a jamais eu un Seigneur-Démon à son service. Diablo, sers-moi ! »

Le roi était clairement excité.

« Je… » Diablo avait ouvert la bouche pour répondre.

Mais avant qu’il ne puisse déclarer « Je refuse, » Noah avait fait sa demande :

« Sa Majesté, Diablo est le roi de Greenwood, et un Seigneur-Démon, même s’il vient d’un autre monde. Servir un roi, c’est permettre à un autre pays de gouverner le sien. N’oubliez pas que les propos qui troubleraient la paix et créeraient des frictions diplomatiques ne vous serviront à rien. »

« Cependant ! »

« Je ne crois pas non plus qu’aucun roi passé n’ait jamais négocié la paix avec un Seigneur-Démon, Votre Majesté. Même sans sa servitude, je crois que ce serait plus que suffisant pour graver votre nom dans les annales de l’histoire. »

« … Hmph… En effet. »

Diablo était soulagé de voir l’excitation retomber, tout comme les serviteurs du roi. Rem et Shera avaient aussi soupiré de soulagement.

« Alors que dois-je faire ? » demanda Delouche à Noé.

« Je vous recommande de commencer par reconnaître Diablo comme roi de Greenwood et d’affirmer que l’amitié entre les deux pays reste forte. »

« Et quoi d’autre ? N’y a-t-il aucun moyen de faire savoir aux seigneurs des pays environnants que j’ai négocié la paix avec un Seigneur-Démon ? »

Noah avait réfléchi pendant un court instant.

« Sire Diablo est aussi un aventurier. Et s’il remplissait une demande en votre nom ? Il y a l’affaire de ce matin. »

« Oh ! » Le visage de Delouche s’illumina. « Splendide idée, Noah ! »

Argh, on dirait que ça va dans une direction ennuyeuse. C’est toujours mieux que d’être chassé du royaume comme un criminel et de voir la guerre éclater entre Lyferia et Greenwood.

Shera avait écouté en silence, et Rem avait parlé à la place de Diablo, qui n’était pas du genre à tenir une discussion.

« … Vous reconnaissez donc Diablo comme un aventurier et souhaitez lui faire une demande, Votre Majesté ? »

« En effet ! »

Noah avait expliqué les détails :

« Notre forteresse de la frontière sud, Caliture, est récemment tombée lors d’un assaut de bêtes sauvages. »

« … Caliture, » dit Rem, un frisson perceptible dans sa voix.

« Sauver une cité des Races d’un assaut de bêtes — l’image même de la tâche d’un aventurier, » poursuit Noah. « Cependant, l’ennemi a été assez fort pour renverser deux des forteresses du royaume où se trouvaient nos soldats. Un spriggan géant a également fait son apparition… Ce ne sera pas une mince affaire. »

Toute trace d’expression avait disparu de son visage, laissant l’impression qu’il portait un masque.

Un spriggan, hein.

Dans le Croisement de la Rêverie, les spriggans servaient de gardes qui empêchaient les joueurs d’accéder aux zones importantes. Le fait que l’un d’eux ait attaqué une forteresse des Races était très différent de tout ce qui se passait dans le jeu.

« … Que devons-nous faire, Diablo ? » demanda Rem avec anxiété.

L’ennemi avait l’air fort, mais être considéré comme un criminel, déclencher une guerre ou devenir le serviteur du roi semblait être une option bien pire. Il n’était pas vraiment du genre à vivre dans le luxe dans un autre monde, mais il voulait se réveiller quand il le voulait, manger quand il en avait envie et faire des quêtes de temps en temps.

Et il était enfin libre. Pourquoi devrait-il rejeter cette vie facile et prendre un emploi maintenant ? Il détestait parler aux autres, alors se présenter au travail était presque impossible pour lui.

« C’est gênant, mais… Eh bien, s’il propose une quête, je suppose que je vais l’accepter. »

Rem avait acquiescé et elle était passée aux négociations proprement dites.

« … Et quelle serait notre récompense ? »

« Bien sûr, nous préparerons une somme convenable pour votre travail. J’ai entendu dire que Greenwood a récemment été attaqué par les Déchus et a subi des pertes considérables. Que dites-vous si le roi de Lyferia envoie une aide monétaire à votre royaume ? Rassurez-vous, ce sera une somme que n’importe quel pays sera certainement heureux de recevoir. »

« … Nous vous remercions de votre sympathie. »

L’offre de Noah avait été faite si rapidement qu’on aurait presque dit qu’il l’avait planifiée.

« Nn… » Shera baissa les yeux.

Elle bafouillait toujours sans trop réfléchir à ce qu’elle disait, alors la voir avaler ses mots était un spectacle inhabituel.

« Très bien ! » Delouche avait applaudi. « Diablo, va exterminer les bêtes qui attaquent Caliture ! »

La conclusion était claire et, normalement, on devait simplement baisser la tête et partir.

Cependant !

Diablo avait sorti son « Empereur du Tonnerre ».

« Hmph ! »

« Hmm ? »

Delouche inclina la tête d’un air perplexe, tandis que Noah était le premier à être envahi par un sentiment de suspense.

« Qu-Qu’est-ce que vous faites, Sire Diablo !? »

Même si tout avait été décidé, il ne serait pas un Seigneur-Démon s’il laissait passer ça. Il dirigea son bâton vers le roi.

« Ne te méprends pas ! Je n’obéis pas à tes ordres. Je ne fais que te prêter ma force puisque tu l’as demandé. Ne te fais pas d’illusions en pensant que tu as un Seigneur-Démon à ton service ! »

« Di… »

« … ablo !? »

Rem et Shera étaient choquées. Les épaules de Noah tremblaient tandis que des perles de sueur roulaient sur son front.

« … Kh. »

Certains des serviteurs du roi semblaient déjà prêts à bondir sur Diablo. Une tension meurtrière emplissait la pièce… Sauf pour Delouche. Le roi afficha un large sourire.

« Kahaha ! Merveilleux ! Je vais l’enregistrer dans ma mémoire ! Mais n’oublie pas, je suis le roi de Lyferia, le souverain des Races ! Je ne tremblerai jamais devant un Seigneur-Démon ! »

« Hmph… Je vois que tu n’es pas un lâche qui se cache dans la sécurité de son château. »

« Je veux que tu me montres que le pouvoir qui a vaincu le Seigneur-Démon est réel. »

« Hmph. À qui crois-tu parler ? »

Les deux hommes se regardèrent avec un sourire indomptable aux lèvres. Diablo avait alors tourné le dos et avait quitté la salle d’audience.

« Ah, attends-moi ! » Shera lui avait emboîté le pas en trottinant.

Rem regarda le roi avec une révérence embarrassée et partit à leur suite. Alors que le roi les regarda partir avec un sourire, l’expression de Noah était aussi froide que la glace.

***

Chapitre 2 : En route vers la frontière sud

Partie 1

Lorsqu’on lui avait donné le choix entre accompagner dix mille soldats envoyés en renfort ou prendre un chariot qui partirait en tête, Diablo avait choisi la seconde solution.

Son raisonnement n’était pas qu’il voulait défendre la cité des Races de la menace des bêtes dès que possible, mais plutôt qu’il détestait absolument l’idée de voyager avec autant d’étrangers. Bien sûr, il était également important de minimiser les pertes pour les Races.

Ainsi, Diablo et son groupe montèrent dans une grande calèche à quatre chevaux et se dirigèrent vers le sud. Ils partirent le lendemain de leur audience (qui était officiellement considérée comme une conférence entre dirigeants), et sept jours après avoir quitté la capitale…

Ils étaient sur un chemin de montagne qu’on ne pouvait pas vraiment appeler une route. À leur gauche se trouvait la montagne, et à leur droite, une vallée. Les arbres étaient touffus et, parfois, des branches se mettaient en travers de leur chemin, ce qui les obligeait à s’arrêter et à demander à leurs escortes de couper un passage dans la végétation. Dans l’habitacle de cette calèche, qui était assez grande pour accueillir huit personnes, seuls Diablo, Rem et Shera étaient assis sur une planche qui servait de banc.

Comme il s’agissait d’une calèche militaire, il n’y avait qu’une petite fenêtre comme éclairage. La lumière était faible et ils pouvaient à peine voir ce qui se passait à l’extérieur. Le toit était chargé d’une grande quantité de nourriture et d’eau, et le conducteur était assis à l’extérieur avec deux escortes. Ces escortes étaient des soldats qui les guideraient vers le champ de bataille, mais leur rôle était probablement aussi de les surveiller. Ils gardaient leurs distances avec le groupe de Diablo, même lorsqu’ils s’arrêtaient pour manger, et ne conversaient guère avec eux.

Ils avaient continué leur promenade sur le sentier de montagne, Rem étant visiblement pâle.

« Argh… C’est une bonne chose que ce soit un grand chariot. Un chariot normal secouerait tellement plus, et je ne sais pas si je serais capable de le prendre. »

« Tu es toujours faible face aux véhicules en mouvement, n’est-ce pas ? »

« … Oui. »

Shera, par contre, était inhabituellement calme. Elle regardait par la petite fenêtre et soupirait. Elle était habituellement si insouciante et pétillante, courant partout avec ses seins rebondissant malgré ses vêtements, il était donc inhabituel de la voir comme ça.

Diablo trouvait ça curieux, mais… s’il était du genre à tendre la main et à parler dans des moments comme celui-ci, il ne serait pas aussi inepte socialement. Donc Diablo garda le silence, mais Rem le demanda.

« … Quelque chose ne va pas, Shera ? »

« Hmm. »

Une réponse inhabituellement vague.

« … Ça ne te ressemble pas. Ne sois pas timide et dis-le-nous. »

« Je ne suis pas timide… C’est juste que je ne le comprends pas vraiment moi-même. »

« … Je ne comprends pas vraiment ce que tu dis là, mais il n’y a rien d’inhabituel à cela. »

« Aaaaah. »

C’était un jugement assez sévère de la part de Rem, mais il était plus facile de parler à Shera. Après une courte pause, Shera avait entrouvert les lèvres pour parler, « Eh bien, vous voyez… Le royaume de Lyferia a attaqué la forêt des Elfes dans le passé, non ? Ils appelaient les Elfes Noirs les adorateurs du Seigneur-Démon. »

« … Oui, c’est ce que j’ai entendu. »

Le roi d’il y a trois générations envoya une troupe armée appelée croisade, et les Elfes Noirs furent chassés des forêts généreuses et ils furent forcés de vivre dans des bois toxiques et empoisonnés. Les Elfes Noirs survivants détestèrent les Humains de Lyferia pour les avoir chassés, ainsi que les Elfes pour les avoir abandonnés quand ils en avaient besoin.

Actuellement, ils se dirigeaient vers la paix à la suggestion de Shera, mais…

« C’est peut-être une chose du passé pour les Humains, et Père a fait la paix avec le royaume de Lyferia, » dit-elle, « Mais il y a toujours des Elfes Noirs qui ont vécu ces choses horribles. »

« … Ne peux-tu pas pardonner à Lyferia ? »

« Non, ce n’est pas ça. Je veux juste que quelque chose comme ça ne se reproduise pas… Et je veux qu’ils comprennent que les Elfes Noirs ne sont pas des adorateurs du Seigneur-Démon. »

« … Je suis d’accord. »

« Je voulais le dire au roi, mais je n’en ai pas eu l’occasion. »

« … C’est plutôt bien pensé, venant de toi. »

« Hein ? »

Rem soupira.

« … Tu sais qu’on dit qu’il y a un temps et un lieu approprié pour tout ? »

« Approprié ? » Shera inclina la tête d’un air perplexe.

« … Cela signifie que tu dois choisir le bon moment et le bon endroit pour parler à certaines personnes. Est-ce que faire appel au roi sur l’innocence des Elfes Noirs et la souffrance qu’ils ont subie jusqu’à présent aurait été la bonne chose à faire ? Je crois que cela aurait été irréfléchi. Et je ne pense pas que nous étions au bon endroit, non plus. Une audience n’est pas le bon endroit pour faire des demandes égoïstes au roi. »

Vraiment ?

Diablo avait le sentiment qu’il aurait dû être assez surpris de lui-même pour avoir parlé de façon aussi égoïste la dernière fois.

« … Et surtout, ce n’était pas le bon moment, » poursuivit Rem. « C’était le pire moment possible. Les dignitaires étaient emplis de colère. Une bagarre aurait pu éclater à tout moment. »

« Oui, j’ai eu très peur ! »

La cause de cette atmosphère dangereuse pourrait, bien sûr, être attribuée à une personne en particulier.

« … Alors, que faisais-tu dans la capitale, Diablo ? » Rem avait lancé un regard froid dans la direction de Diablo.

La question donnait l’impression qu’elle avait craché quelque chose qu’elle avait gardé pour elle jusqu’à présent.

Je ne peux pas lui dire que j’ai eu un coupon pour un amusement avec des filles démons, si ? C’est embarrassant ! Et certaines personnes pensent qu’aller dans un bordel c’est tricher. Non pas que je sois allé à la capitale avec l’intention d’aller dans un bordel ! Mon intention était d’échanger la bague de Rem, après tout…

Il y avait des raisons doubles et triples pour qu’il ne soit pas honnête à ce sujet.

« Hmph… » Diablo croisa les bras. « J’ai pensé qu’il y aurait une situation que vous ne pourriez pas résoudre à vous deux ! »

« … C’est vrai. Faire cette quête aurait été impossible sans toi, Diablo. »

« C’est vrai ! »

J’ai esquivé la question !

Rem avait ramené la conversation sur Shera.

« … Calmons-nous et essayons de réfléchir à tout ça. Lyferia ne va plus envoyer de soldats dans le village des Elfes Noirs. »

« Bien. »

« … La discrimination envers les Elfes Noirs est toujours un problème, mais se plaindre à Sa Majesté à ce sujet ne fera pas grand-chose pour le résoudre. »

« Ce n’est pas si simple, n’est-ce pas ? »

« … Je comprends ce que tu ressens… Mais si tu ne choisis pas le bon moment pour le dire, tu n’obtiendras pas le résultat escompté. Dire ce que tu veux dès que cela te traverse l’esprit est un comportement d’enfant. »

« Je comprends. Merci, Rem. »

« N’en parlons pas… Tu deviens plus mature, petit à petit. »

« Heehee… »

Rem était un peu plus jeune que Shera, mais se comportait comme une grande sœur. Diablo ressentait la même chose. Les Elfes Noirs s’étaient vus imposer une vie pénible, tout cela à cause d’un malentendu relatif à un rituel lié au Seigneur-Démon qui leur avait été transmis. Il pensait qu’ils méritaient d’être sauvés. Mais dans cette audience, Diablo avait failli se faire traiter de criminel insolent et de traître.

Si cette quête se passe bien, nous pourrons peut-être en appeler au roi. Cela dépend de l’ambiance quand nous rencontrerons à nouveau le roi, mais…

Cette pensée avait traversé son esprit.

« Au fait, où allons-nous ensuite !? » Shera avait soudainement changé de sujet.

Dès que quelqu’un la complimente, elle revient à ce comportement.

« … La ville frontalière du sud, Caliture, » répondit Rem en lui lançant un regard plein de reproches.

« Hmm ? Rem, t’est-il arrivé quelque chose là-bas ? »

« Hein ? Pourquoi demandes-tu… ? »

« Je veux dire, ton expression est devenue toute sombre quand tu as dit ce nom. »

Diablo avait regardé Rem fixement. Il n’avait pas remarqué ce genre de changement dans son expression.

« … Tu as le don d’être perspicace pour les choses les plus étranges. » Rem haussa les épaules.

« Il s’est donc passé quelque chose, non ? »

« … Caliture est — . »

Au moment où elle s’apprêtait à terminer cette phrase, la voiture avait tremblé violemment.

« Kyaaah !? »

De façon assez surprenante, celle qui avait crié et s’était accrochée à lui était Rem. C’était habituellement Shera qui lui sautait dessus dans des moments comme ceux-ci.

Diablo avait attrapé son corps svelte. Il n’avait pas encore l’habitude de toucher les filles, mais il avait réussi à l’attraper dans un moment d’urgence. Il était habitué à ça.

« Vas-tu bien, Rem ? »

« Uuu… Je suis désolée. Je suis anxieuse quand mes pieds ne touchent pas le sol, et puis ça a secoué, et aussi… »

Quand elle frissonnait autant, elle ressemblait à un chaton.

« On dirait qu’il s’est passé quelque chose. »

Le chariot s’était mis à trembler plus fort et Diablo avait senti son corps être repoussé. Ils prenaient de la vitesse. Se déplacer rapidement sur un sol aussi irrégulier était dangereux, et ce n’était pas comme s’ils étaient pressés d’atteindre leur destination.

Diablo regarda autour du compartiment.

« Shera, où es-tu ? »

Rem était effrayée dans les bras de Diablo, alors Diablo avait pensé que Shera regardait dehors… Mais malheureusement, il l’avait trouvée renversée sur le sol.

« Aiyaaaahaaaa… »

On dirait qu’elle avait la tête qui tournait.

H-Hey, je peux voir ta culotte !

***

Partie 2

« Qu’est-ce que c’est que ce monstre !? » Une voix stridente était venue du siège du conducteur.

Un monstre ?

La fenêtre de la calèche militaire était petite et ne permettait pas de regarder dehors. Diablo avait conclu que ce n’était pas le moment d’hésiter. Avec Rem dans ses bras, il s’était levé et il avait ouvert la porte latérale droite du compartiment d’un coup de pied.

Un vent puissant avait immédiatement soufflé et un paysage vert s’écoulait derrière eux. Il aurait dû y avoir une vallée sur le côté droit du chariot, mais à la place, une tête massive remplissait le champ de vision de Diablo. C’était un monstre robuste et massif avec des trous à la place des yeux et de la bouche. Diablo l’avait immédiatement reconnu.

« Un spriggan ! »

C’était le type qui attendait à la périphérie de certaines zones du Croisement de la Rêverie.

Pourquoi est-il apparu au milieu de la route ?

« Est-ce un spriggan… !? » demanda Rem, les yeux écarquillés.

« Hii !? » Shera cria.

Le spriggan balança son bras épais, qui avait un poing en forme de maillet à l’extrémité. La voiture n’était probablement pas assez rapide pour l’éviter. En fait, c’était juste la bonne vitesse pour en faire une cible de choix. Dès qu’il avait senti le danger, la vitesse de pensée de Diablo s’était accélérée.

Je dois le repousser avec de la magie ! Non, tout sort capable d’éliminer un monstre de cette taille avec une peau en métal serait trop long à incanter. Si je n’y arrive pas, nous serons touchés à coup sûr. Peut-être que je pourrai le supporter, mais pas Rem et Shera !

« On saute ! »

Diablo avait crié au conducteur de la voiture. Il tenait déjà Rem d’une main, alors il avait pris Shera de l’autre. Avec les deux femmes dans ses bras, il avait sauté de la voiture.

La magie de vol !

Ils avaient sauté à grande vitesse, et s’ils atterrissaient sur le sol embroussaillé, ils n’en sortiraient pas indemnes. Diablo s’était envolé dans les airs, et l’instant d’après…

Le poing en forme de marteau du spriggan s’abattit sur le chariot, le broyant. Le bruit du métal qui se pliait, du bois qui craquait, et les cris des chevaux emplissaient l’air.

« … Le chauffeur et les gardes…, » gémit Rem.

Il semble qu’ils n’aient pas sauté. Essayer d’éviter un grand monstre à toute vitesse était imprudent. Ils auraient dû abandonner le carrosse et se réfugier dans la forêt.

« C’est affreux…, » dit Shera au bord des larmes.

« … Kuh… Qu’est-ce qu’on fait, Diablo ? »

« Si nous ne sommes que tous les trois, nous pourrions nous envoler d’ici en utilisant la magie du vol. »

« … Oui. Mais… »

Dans quelques jours, des renforts de Lyferia allaient traverser cette route. S’ils laissaient faire ce monstre massif, les pertes seraient innombrables. Le ministre avait même spécifié que ce monstre faisait partie des ennemis qui avaient attaqué la forteresse lorsqu’il avait donné cette quête à Diablo, et, en tant que tel, il faisait probablement partie des objectifs de la quête.

« Hmph… Tout imbécile qui m’attaque avec sa lame recevra un châtiment approprié ! »

Diablo avait atterri près de la voiture écrasée.

« Je vais faire une diversion ! »

Rem lança un cristal, invoquant une créature, l’Homme de Pierre, un géant fait de roche. On l’appelait géant, car il faisait deux fois la taille des Races, mais comparé au spriggan, qui était aussi grand que les murs de la capitale, il était miniature.

L’Homme de Pierre se précipita sur la route, attirant l’attention du spriggan. Pendant ce temps, Shera utilisait sa propre invocation, la Dinde Tireuse, pour observer la situation depuis le ciel.

« Ce gros est le seul ennemi dans le coin ! »

Leur travail était étonnamment minutieux. Elles étaient toujours restées en arrière et avaient regardé quand il combattait des ennemis de haut niveau, mais maintenant, toutes les deux… Peut-être avaient-elles vu Rose et Sasara servir d’avant-garde à Diablo auparavant et avaient-elles décidé de faire de même ensemble. Elles avaient vraiment mûri.

Le spriggan avait à nouveau brandi son poing. Pendant ce temps, l’Homme de Pierre de Rem avait bondi vers son visage pour le frapper. Un son lourd résonna et le poing massif du spriggan écrasa l’Homme de Pierre en morceaux, qui se dissolut en un cristal noir qui retourna dans la main de Rem.

Il avait perdu sans faire de dégâts visibles… Mais il avait permis de gagner plus qu’assez de temps. Diablo avait sorti son bâton, l’Empereur du Tonnerre.

Les Spriggans sont des monstres de l’élément terre, ce qui signifie que les attaques de vent sont efficaces.

« … Sortez en trombe, Vents, et enroulez vous en spirales qui creusent la terre ! “Grande Tornade” ! »

Une tornade s’abattit sur la montagne, déracinant les arbres et déchirant la terre, aspirant tout dans son tourbillon. La surface du spriggan s’était effondrée, des fragments se détachant et étant projetés en l’air. Sa voix épaisse et rauque grondait avec le hurlement du vent.

Il criait de douleur.

Il était si massif qu’il remplissait complètement le champ de vision de Diablo, mais si les attaques physiques ne pouvaient pas l’entamer, exploiter sa faiblesse était efficace. Il était résistant, mais Diablo pouvait le battre par la force brute. Ses attaques étaient puissantes, mais il était lent.

Alors que les effets de la Grande Tornade s’estompaient, il restait des fissures claires sur sa surface métallique, et un liquide noir visqueux s’écoulait de l’intérieur.

Du sang ? Non, ça ressemble à de l’huile.

Le Croisement de la Rêverie n’avait jamais montré de tels dégâts. D’ailleurs, même lorsque les êtres vivants subissent des dommages, le sang et les organes ne sortaient pas non plus.

Au moment de sa troisième attaque, Diablo avait lancé un autre sort. C’était une répétition de ce simple schéma. Le géant de métal avait une défense ridicule, mais il ne pouvait pas résister à une douzaine de sorts de grande puissance. Il leva ses deux bras, qui s’étaient soudainement pliés dans un grand bruit, s’étaient déchirés et étaient tombés, peut-être à cause de leur propre poids. Le sol avait grondé et le spriggan s’était arrêté de bouger.

Diablo essuya la sueur de son front.

« Ouf… Enfin. »

« … Est-il vaincu ? »

« Je savais que tu pouvais le faire, Diablo ! »

Rem et Shera s’étaient précipitées vers lui.

« Hmph… Un menu fretin comme ça, c’est… Hm !? »

Avant que Diablo ne puisse finir sa phrase, il donna un coup de pied contre le sol en vitesse. Il attrapa les deux filles dans ses bras, comme il l’avait fait en sautant du chariot, et envoya de l’énergie magique dans ses bottes, « Les Gambades du Ciel Vide », utilisant la magie du vol pour s’envoler.

La surface du spriggan était devenue rouge vif comme du métal chaud.

Il y a un problème !

C’était une sorte d’action spéciale que les spriggans n’avaient pas dans le jeu. Le spriggan, devenu rouge comme du métal chaud, se dilata comme de la bouillie et éclata dans une puissante explosion. Rem et Shera avaient crié. Pris dans l’explosion, le champ de vision de Diablo avait été retourné et il avait perdu la sensation de la direction du haut et du bas.

« Gaaaah !? »

Le spriggan s’est-il autodétruit !?

Sa magie de vol n’était pas automatique. Si le lanceur perdait son sens de l’équilibre, le maintien du vol devenait difficile. Quand il était finalement revenu à lui, ses jambes avaient été prises dans les branches d’un arbre.

« Gah !? »

« Kyaaah !? »

« Aidez-moi… »

Quand il avait ouvert les yeux, Diablo s’était retrouvé face à un ciel bleu.

« Argh… »

« Vas-tu bien, Diablo ? »

Rem l’avait regardé d’un air inquiet. À côté d’elle, il pouvait voir le visage de Shera.

« Vas-tu bien ? »

« Hm. Qu’en est-il de vous deux ? Vous êtes toujours en vie, mais… êtes-vous indemnes ? »

Diablo s’était assis. À première vue, Rem et Shera allaient bien.

« … Nous allons bien, grâce à toi qui nous as protégés quand nous sommes tombés. »

« Cet arbre nous a sauvés ! »

Aux mots de Shera, il regarda autour de lui, voyant que le feuillage autour d’eux formait une paume géante qui les attrapait.

« Est-ce possible ? »

« C’est un bel arbre ! » Shera s’exclama joyeusement.

« … La royauté elfique doit être spéciale. » Rem avait haussé les épaules.

« Ce n’est pas vrai. Celui-ci est juste un arbre très gentil, vraiment très gentil ! »

« … Aucun arbre, gentil ou non, ne sauve un membre normal des Races comme ça. »

« Il y a beaucoup d’arbres qui le font ! »

« Non, il n’y en a pas. »

Regardant les deux filles se chamailler pour la première fois depuis un moment, il avait balayé la vallée du regard. La route de montagne s’était apparemment effondrée à cause de l’explosion. Vaincre ce monstre géant était très bien, mais maintenant leurs renforts auraient du mal à passer quand ils arriveraient.

L’épave de la voiture n’était pas en vue. Elle était probablement tombée au fond de la vallée avec le reste de la route. Tout autour d’eux, les restes du spriggan étaient éparpillés en fragments noirs et carbonisés. Le fait qu’il ne se soit pas dissous en particules de lumière était la preuve qu’il ne s’agissait pas d’un Déchu ou d’une bête magique, mais plutôt d’un monstre de la catégorie « bête ».

L’explosion était puissante, mais c’était toujours une attaque de l’élément terre.

Diablo avait eu raison de lancer le sort de vent, Mur de Tempête, pour le bloquer. Cette fois, ils s’en étaient sortis sans encombre grâce aux arbres de la forêt, mais… Il s’était pris une attaque en plein vol, et avait oublié les dégâts de la chute. Dans sa tentative de protéger Rem et Shera, il avait fait une erreur. Il aurait dû adopter une ligne de conduite différente de celle qu’il suivait lorsqu’il était joueur solo.

Si un ennemi était sur le point de s’autodétruire, il pouvait lancer des sorts de confinement comme Abîme de gravité et Naraka, ou des sorts qui stoppaient l’action de l’adversaire dans une portée fixe, comme « Âge de Glace ». Il ne s’était trompé que parce que son ennemi utilisait une action spéciale qui n’existait pas dans le jeu, et cela avait agacé Diablo.

Je dois être plus adaptable. Plus prudent et minutieux.

Contrairement au jeu, ce monde n’avait pas de réinitialisation ou de résurrection. Une seule erreur de jugement pouvait lui faire perdre les choses les plus précieuses. En ce moment, par exemple ? Il aurait pu perdre Rem et Shera. Cette pensée… lui avait donné un frisson dans le dos.

Elles étaient descendues toutes les deux du coussin fait de feuilles.

« … On y va, Diablo. »

« Il n’y a pas d’autre solution que de marcher. »

Les deux femmes regardèrent l’endroit où le chariot était tombé dans la vallée, offrirent une prière silencieuse, puis se mirent en route sur la route de la montagne. Shera était triste pendant un moment, mais elle n’était pas du genre à s’attarder sur les choses ou à être déprimée pendant longtemps. Elle avait vite retrouvé le sourire.

« Cela fait tellement longtemps qu’on n’a pas voyagé tous les trois ! »

« … En y réfléchissant, nous nous sommes exclusivement déplacés en calèche récemment. »

« Cela me rappelle la forêt près du bord du lac occidental de Faltra ! »

« … Oui, voyager, c’est avant tout aller à pied. Peu importe le temps que cela prend, marcher est bien meilleur. »

Avec la disparition de leur calèche, c’était devenu une randonnée, dont ils ne connaissaient pas la durée. Cependant, Rem semblait heureuse.

***

Partie 3

« J’aime quand les choses sont simples et faciles… » Shera avait souri ironiquement. « Oh, au fait, n’allais-tu pas dire quelque chose là-bas, Rem ? »

« … »

Elle semblait hésiter à parler, alors Diablo l’avait poussée à continuer.

« À propos de la ville frontière du sud, Caliture. »

« Bien, bien ! On dirait que tu as des problèmes avec ça. »

Avec une pointe de résignation, Rem avait commencé à parler.

« … Tout d’abord, je dois expliquer Caliture dans les grandes lignes. Le sud de Lyferia est une région escarpée couverte d’une forêt profonde. »

« Une, quoi ? »

« Une région pleine de montagnes escarpées. »

« Ooooh. »

Shera avait regardé autour d’elle, et, en effet, il y avait des montagnes à perte de vue.

« … Il y a environ cent ans, le roi de Lyferia d’il y a trois générations a étendu le territoire du royaume aussi loin. Donc, même si on l’appelle une frontière, ce n’est plus si nouveau que ça… Mais cela mis à part, la plus grande ville de cette région est la ville frontière de Caliture. »

Shera avait hoché la tête avec un « uh-huh. »

« Comme la Cité de Faltra est dans la région de Faltra ! »

C’est vrai, maintenant que tu le dis. Diablo pensait.

Il ne s’était jamais soucié de cette partie de l’histoire du jeu.

« … Et je…, » dit Rem, avec une expression sérieuse. « Je suis née à l’origine dans la ville frontière de Caliture. »

« Oh, vraiment. » Shera avait répondu avec un ton léger qui semblait presque ignorer l’attitude sinistre de Rem.

Mais Diablo trouvait cela étrange. Dans le jeu, la frontière sud de Caliture existait. Ce n’était pas une grande ville, mais il y avait beaucoup de marchands joviaux, et le gouverneur de la ville s’enorgueillissait du fait « qu’il n’y a rien que l’on ne puisse pas acheter dans cette ville ». Il y avait une arène, et bien que ce soit un endroit vivant, on ne pouvait pas l’appeler une ville raffinée…

Mais quand même, Caliture ne semblait pas être un endroit où l’on aurait assez honte de vivre pour en faire un si grand secret. C’est alors que Diablo s’était rappelé que les deux parents de Rem étaient morts. Peut-être y avait-il de tristes souvenirs dans cet endroit. Elle était une aventurière responsable et de bonne foi, mais elle n’était encore qu’une jeune fille de quatorze ans.

« Le retour dans ta ville natale est-il difficile pour toi ? »

« Ce n’est pas…, » l’expression de Rem était pleine de doutes. « Vous ne savez pas ce qu’est Caliture ? »

« J’ai déjà entendu ce nom, mais c’est tout. » Shera n’était pas du genre à s’attarder sur les petits détails.

Dire que c’est une ville de marchands serait-il déplacé ici ? avait pensé Diablo. Si c’était le cas, ce serait trop embarrassant.

Ce monde était similaire à celui du Croisement de la Rêverie, mais il en différait en de nombreux points. Diablo avait alors plissé ses lèvres avec un « hmph. »

« Je suis au courant, mais… tu es toujours qui tu es. Pourquoi la question de savoir d’où tu viens devrait-elle importer ? »

« … Tu as raison. Merci. Peut-être que je m’inquiétais pour rien. »

L’expression de Rem s’était adoucie, et une légère rougeur s’était répandue sur ses joues. En voyant cette expression, Diablo s’était lui aussi senti gêné.

Le deuxième jour après qu’ils aient perdu leur calèche…

« Ce n’est pas bon… C’est trop brumeux pour voir très loin. »

Il pleuvait. Shera avait envoyé son invocation, la Dinde Tireuse, vers le ciel, mais non seulement elle ne trouvait aucune trace de Caliture, mais il n’y avait aucun indice de colonies ou de routes à proximité. Regardez où vous voulez, tout ce qu’ils avaient vu était des montagnes couvertes d’arbres. Peut-être qu’une fois que la pluie se serait calmée, la visibilité augmenterait et ils trouveraient quelque chose.

« … Nous allons peut-être dans la mauvaise direction, » dit Rem avec amertume.

« Huuuh !? » Shera avait commencé à pleurnicher.

« … Nous avons essayé de suivre la route sur laquelle nous étions avant de combattre ce spriggan de fer, mais nous avons peut-être pris un autre chemin… Ou peut-être avons-nous bifurqué sans nous en rendre compte. »

Et il est vrai que plus ils marchaient sur ce chemin, plus il devenait étroit, et maintenant, il ressemblait plus à une piste pour animaux. Tout chariot qui essaierait de passer par ici serait bloqué.

« N’est-ce pas ta ville natale ? »

« … Je suis désolée, mais je ne sais pas comment y aller. J’ai quitté Caliture quand j’avais dix ans, et c’était avec une caravane de charrettes. »

« Tu ne t’en souviens donc pas… »

« … J’étais inconsciente à ce moment-là. »

« Oh, c’est vrai, tu tombes malade dans les véhicules. »

Diablo avait haussé les épaules.

« Une fois que ça se sera éclairci, nous pourrons voir plus loin. Nous n’avons pas d’autre choix que d’attendre. »

« … Tu as raison. »

Diablo avait son corps robuste et Rem était une aventurière chevronnée, donc ils allaient bien, mais Shera frissonnait.

« Uuuu... Il fait froid… »

« … Il fait généralement chaud dans le sud, donc nous n’avons pas apporté d’équipement pour le froid. »

Mais c’était l’hiver après tout, et lorsqu’il avait commencé à pleuvoir, la température avait chuté plus que prévu.

« J’ai faim. »

« … Malheureusement, toute notre nourriture et notre eau se trouvent au fond de la vallée avec le reste de l’attelage. Nous pouvons recueillir la pluie pour l’eau potable, mais ne peux-tu pas demander des fruits à la forêt, Shera ? »

« C’est ce que j’ai fait, mais ils sont occupés à boire de l’eau pendant les jours de pluie, alors c’est difficile de faire écouter les arbres. De plus, tous les arbres ne sont pas gentils. »

« … Je suppose que les choses ne viennent pas si facilement, n’est-ce pas ? »

« Ce n’est pas comme à Greenwood, où les Elfes prennent soin de la forêt. »

Diablo avait alors levé les yeux au ciel avec un « hmm ? » Quelque chose dégringolait rapidement vers eux. Un fruit rouge. On aurait dit une tomate.

Je ne me souviens pas que le jeu en ait.

« Wôw, vous me donnez ça à moi !? » Shera s’était exclamée avec des yeux brillants. « Merci ! »

« … Ou peut-être que les choses viennent aussi facilement. » Rem avait souri ironiquement. « Le monde a toujours une façon de te gâter, Shera. »

« Ce n’est pas vrai. Je travaille aussi très dur pour ces choses. »

Shera avait attrapé le fruit rouge, quand…

« Non, manger ! »

Quelqu’un leur avait crié dessus, et Diablo avait pu entendre quelque chose siffler dans l’air. C’était un caillou qui avait traversé la zone et qui avait brisé le fruit rouge. Il s’était écrasé sur le sol avec un bruit humide, laissant une flaque rouge qui ressemblait à du sang.

« Aaaaaaaaah !? » Shera avait crié. « Pourquoi as-tu fait ça ? »

« C’est une bête !? » Rem s’était mise en position de combat.

« Qui est là ? » Diablo avait sorti son bâton.

Dans l’espace entre les arbres se trouvait la forme d’une fille. Elle était pratiquement nue, un tissu recouvrant son corps. Diablo s’était surpris à détourner le regard par réflexe.

« T-Ta peau… Ah, peu importe… »

Peu importe comment elle était habillée — elle aurait pu être une ennemie. Il ne pouvait pas baisser sa garde.

Ses cheveux étaient bruns et ses oreilles triangulaires étaient bien placées sur sa tête. Elles ressemblaient à des oreilles de chien, alors Diablo avait pensé qu’elle était peut-être une Naine, mais elle n’était pas petite et sa poitrine n’était pas très large non plus. Elle avait aussi deux queues sur lesquelles elle s’appuyait comme sur un coussin. Elles ressemblaient aux oreilles et aux queues d’un renard, et Diablo ne connaissait aucun Nain qui correspondait à cette description.

 

 

Pour couronner le tout, son regard semblait différent de celui des autres Races. Il s’était alors souvenu des filles de la boutique de monstres qu’il avait visitée…

« Es-tu… une Therianthrope ? »

La fille aux oreilles de renard avait sursauté aux paroles de Diablo.

« Toi, tu comprends ce que je dis !? »

Elle parlait de manière fragmentée, comme si parler était difficile pour elle.

« Bien sûr que oui. Réponds-moi — pourquoi as-tu écrasé ce fruit ? Ou bien, visais-tu Shera et tu l’as manquée ? »

« Non ! Le fruit rouge de l’arbre aux cadavres, ne le mangez jamais ! Poison ! »

« Ils sont toxiques !? »

« Une morsure, tuer ! Élève l’arbre aux cadavres pourris de là ! »

Elle appelait l’arbre qui laissait tomber ce fruit rouge l’arbre aux cadavres, et une seule de ses morsures était mortelle, faisant pousser un nouvel arbre aux cadavres sur le corps de ceux qui le consommaient. Diablo avait baissé son regard sur l’arbre devant lui. Il ressemblait à un arbre ordinaire, mais, apparemment, c’était un type de monstre.

« Il semble que tu aies sauvé sa vie. »

« Moi, Fennely ! » La Therianthrope aux oreilles de renard s’était présentée. « Vous, qui ? Pourquoi les Races, vous comprenez ce que dit Fennely ? »

« Hmph… Comprendre ce que tu dis n’est rien devant mes vastes connaissances ! Je suis Diablo, un Seigneur-Démon venu d’un autre monde ! »

« Seigneur-Démon !? » Les yeux de Fennely s’étaient écarquillés sous l’effet de la surprise.

Ayant apparemment rassemblé son courage, Rem avait interrompu leur conversation.

« Diablo ! J’ai du mal à le croire, mais peux-tu comprendre ce que dit cette fille-bête ? »

« Hein ? Ah, bien sûr. C’est vrai que ses phrases sont un peu fragmentées, mais j’arrive tout de même à comprendre ce qu’elle dit… »

« Je n’entends que des aboiements et des gémissements. » Shera secoua la tête.

« Tu peux parler, non ? » Diablo s’était retourné vers Fennely.

Mais elle lui avait simplement renvoyé un regard confus.

« Les Races ne comprennent pas ce que dit Fennely. Seulement vous. »

Finalement, grâce à Diablo qui servait d’interprète, ils avaient pu échanger des informations. Rem avait hoché la tête en signe de compréhension, apparemment satisfaite de la raison pour laquelle Fennely avait lancé la pierre sur le fruit.

« … Je ne savais pas qu’une plante comme ça existait. »

Même si c’était sa ville natale, elle ne connaissait pas toutes les plantes toxiques de la région. En regardant de plus près, il y avait de nombreux insectes morts qui jonchaient le sol autour du fruit tombé.

C’est un poison mortel, c’est vrai.

« Wôwaa, merci ! Tu m’as sauvée ! » Shera frissonna.

« Elle te remercie, » le lui avait dit Diablo.

« Fennely, pas de haine vers Elfe. »

« Apparemment, elle t’a sauvée parce que tu es une Elfe. »

Avec Diablo comme médiateur, ils avaient réussi à avoir une conversation amicale. Elle les avait invités dans son village.

« Des fruits, avoir. vous, venez avec. »

Rem était un peu prudente, mais si c’était un piège, ils pourraient toujours la vaincre, et si ce n’était pas le cas, elle était prête à leur demander un peu de nourriture. De plus, elle connaissait apparemment une ville des Races, mais elle était malheureusement assez éloignée…

Ainsi, en suivant la magnifique queue touffue de Fennely, Diablo et son groupe se dirigèrent vers le village des Therianthropes.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. Le roi va t'il retenir sur sa récompense (d'un montant non précisé) le coût de la réparation des murs ? 😈

Laisser un commentaire