Comment NE pas invoquer un Seigneur-Démon – Tome 10

***

Prologue

Calendrier lyférien, douzième mois, vingt-huitième jour —

Aujourd’hui, les Races s’étaient réjouies en une célébration joviale de leur victoire. Il n’y avait pas un seul nuage dans le ciel bleu clair, et le soleil brillait de tout son éclat. Bien que ce soit au plus fort de l’hiver, la chaleur était presque insupportable.

La rue principale et la place de la citadelle de Faltra étaient bordées de stands. Comme cela coïncidait avec les célébrations du Nouvel An, elles étaient également animées d’une activité jamais vue auparavant. À tel point que même les commerçants qui ne trouvaient pas de place pour s’installer à temps et devaient ouvrir leurs étals à l’extérieur des portes recevaient un flot régulier de clients.

Chaque jour était comme une fête, et les habitants de la ville devaient tout à un seul héros qui avait abattu le Seigneur-Démon Suprême Modinaram. Et ce même héros, loué et chanté par le peuple, était actuellement…

… en train de se recroqueviller, paniquant sur le dessus de son lit.

« J’étais… Je suis un homme occupé ! »

Diablo avait eu du mal à trouver une excuse, mais Rem et Shera l’avaient ignoré comme si cela allait de soi. Il traînait dans sa chambre depuis trois jours, et ses déclarations d’occupation n’étaient pas convaincantes.

Les deux filles s’étaient rapprochées. Il tourna ses yeux vers la droite, mais fut accueilli par le regard de Rem. Elle le regardait fixement, sans même cligner des yeux, ses oreilles de chat s’agitant avec excitation. Sa queue noire bougeait et lui donnait des claques à plusieurs reprises.

« … Tout cela est de ta faute. »

« C’est vrai, tout est de ta faute, Diablo… »

En tournant son regard vers la gauche, il avait trouvé sa vue obstruée par les seins de Shera. À chaque fois qu’elle bougeait et remuait, ses seins s’agitaient, ses gonflements étaient ronds, grands, doux, et visiblement à portée de main… Ce fait s’était engouffré dans les pensées de Diablo et avait balayé toutes les notions de bon sens. Shera rougissait elle aussi, mais le regardait avec un sourire amusé. Elle n’avait peut-être aucune idée de ce qui allait se passer ensuite. Un doux arôme mêlé à une odeur animale et à un parfum d’herbe.

Diablo avait senti un frisson lui parcourir la colonne vertébrale.

« Aaah... Uuu… »

Il était mauvais pour parler aux gens. Il se préoccupait toujours de la façon dont l’autre personne le voyait et donc, il se figeait. Et si je me trompais ? Et s’ils pensent que je suis stupide ? Peut-être qu’ils me détestent ? De telles pensées faisaient que les mots qui s’échappaient s’accrochaient à sa gorge. C’est pourquoi il avait dû jouer un personnage, et à l’heure actuelle, c’était un Seigneur-Démon. Un Seigneur-Démon redouté de tous, dont tout le monde se détourne par peur, et c’est précisément pour cela qu’il avait choisi ce profil. Ainsi, croyant que ce que les autres disaient n’était pas sur son vrai caractère en dessous, il parlait librement.

Mais à l’heure actuelle, il n’avait pas cette liberté.

Les oreilles de chat, ces lèvres, les seins, les oreilles d’elfe…

S’il ne faisait pas attention, sa gêne pouvait surgir à travers son expression, et aucun Seigneur-Démon n’était aussi boiteux !

… Mais, d’un autre côté, il ne semblait pas juste de laisser ces deux filles faire leurs avances sans y répondre.

Mais comment dois-je faire ça… ?

Oubliez une petite amie, il navait jamais eu d’amies féminines avec qui traîner pendant ses jours de congé… ni d’amis masculins d’ailleurs.

Allongé sur le lit, Diablo avait agité le majeur de sa main gauche.

Clique !

… Malheureusement, il n’y avait pas de souris pour répondre à ce geste, et en imaginer une n’avait rien donné. Il n’avait pas fait preuve du charisme ou de la technique d’un protagoniste de roman visuel qui prendrait l’initiative dans une telle situation.

« Guh… »

Mais si j’imagine le jeu, je peux toujours lancer la magie !

Dans ce monde, lorsque Diablo s’imaginait jeter un sort comme dans le Croisement de la Rêverie, la magie s’activait comme dans le jeu. Il ne savait pas comment cela fonctionnait, mais c’est pour cela qu’il avait imaginé une souris à cliquer à l’instant même. Cependant, le Croisement de la Rêverie n’était pas un roman visuel et n’avait pas de scènes érotiques, et donc, bien sûr, il n’avait pas de caractéristiques qui aideraient Diablo dans sa situation actuelle sur le dessus du lit.

Finalement, tout ce qu’il avait pu faire, c’était de se raidir comme une planche. Il était parfaitement immobile, comme s’il avait été pétrifié. Prendraient-elles son silence comme un consentement ? Ou peut-être penseraient-elles qu’il n’avait pas vraiment eu son mot à dire après qu’il leur ait donné à toutes les deux leur alliance. Quoi qu’il en soit, les lèvres de Rem et de Shera se rapprochaient des siennes. Leur respiration était beaucoup plus lourde que d’habitude.

Alors que la tension montait, une certaine prémonition s’était emparée de Diablo…

Chaque fois que quelque chose comme ça arrive, ne…

La porte s’était ouverte avec un bruit sourd.

 

☆☆☆

… Le voici.

Celle qui avait ouvert la porte de l’auberge n’était autre que Sylvie, une rousse qui était la chef de guilde de la guilde des aventuriers de Faltra.

« Diablo, nous avons des problèmes ! »

Hmph… Tu oses déranger mon sommeil, Sylvie ? Ne t’attends pas à en sortir indemne si ce n’est qu’une broutille.

… C’est ce qu’il avait récité dans sa tête, mais il ne pouvait pas le mettre en mots avec les deux filles qui l’accablaient comme elles étaient.

« … Nous sommes occupés, Sylvie. » Rem dirigea une lueur mortelle dans la direction de la marcheuse d’herbes.

« C’est exact ! » Shera avait également élevé la voix. « Nous faisons quelque chose de très important ! »

« Hein ? » Sylvie s’arrêta nette. « Non, mais… »

« Cela peut attendre. »

« Attends un peu, d’accord, Sylvie ? »

Rem la rejeta fermement, tandis que Shera l’implorait sincèrement.

« Aaah... O-Oui… Eh bien, si vous insistez… » Sylvie s’était retirée avec une facilité surprenante.

Es-tu vraiment si d’accord avec ça, maître de la guilde des aventuriers ?

La porte s’était fermée, les laissant tous les trois seuls une fois de plus.

Je ne pensais pas qu’elles la feraient partir…

Diablo pensait que la tension était retombée, mais Rem et Shera le regardaient avec des expressions tendues.

« … J’ai le sentiment que si nous te laissons partir maintenant, nous n’aurons jamais une autre chance comme celle-ci. »

« C’est vrai ! »

« V-Vraiment ? Peut-être devrions-nous y aller un peu plus doucement et réfléchir à cette question. »

« Reste tranquille, Diablo. »

« Ne bouge pas ! »

Oui, ma'ams…

Leurs corps étaient presque sur lui, à tel point que tout mouvement le faisait frotter contre toutes sortes de… lieux. Il ne pouvait pas bouger. Rem et Shera approchèrent leurs lèvres de lui, Diablo sentant leur souffle contre lui. Alors que les deux filles devenaient la seule chose à sa portée, Diablo ferma les yeux.

 

Une douce sensation fut appuyée contre ses lèvres.

 

Shera l’embrassa légèrement, Rem le picora, et des bruits humides résonnèrent dans l’oreille de Diablo. Leurs visages étaient tous deux plus rouges qu’auparavant. Diablo avait également senti un peu de chaleur se répandre sur ses joues.

« … Ah. »

Elles l’avaient embrassé. Le sentiment d’ivresse qui avait envahi son esprit avait fait sombrer ses crocs encore plus profondément que jamais. La décomposition de Diablo ne fit que s’accélérer à partir de là.

« Est-ce tout ? » Shera l’avait demandé à Rem. « A-t-on fini ? »

« … Non, ce n’est que la première partie de la phase de démarrage. C’est comme si nous n’étions qu’au préliminaire. En plus, si les baisers suffisaient, on l’aurait déjà fait quand on l’a convoqué pour la première fois. »

« Ah oui, le Rituel de l’esclavage. On a fait ça, hein ? »

« Oui. »

« Mais je ne m’attendais pas à ce que les colliers apparaissent sur nous ! »

« … Et je ne m’attendais pas à me retrouver dans cette… situation avec la personne invoquée. »

Rem avait tendu sa main, faisant ainsi avancer les choses vers la prochaine étape de l’acte. Shera avait suivi son exemple et avait également tendu la main. Leurs doigts étaient entrés en contact avec Diablo, ce qui les avait toutes deux surprises.

« … C’est dur… »

« Wôw, c’est tellement ferme… »

Le fait d’être sur le côté récepteur le faisait rester immobile comme s’il était pétrifié, avec même son souffle gelé dans la gorge.

« … C’est la poitrine de Diablo… » Rem murmura avec excitation.

« C’est tellement lisse… » commenta Shera en le caressant.

« … En effet… » Rem avait tapoté le bout pendant que les doigts de Shera rampaient sur lui. C’était un peu chatouilleux…

« … Nous devons… lécher ça…, » déclara Rem après quelques caresses, comme pour aiguiser sa détermination.

« Attends, est-ce que c’est bien de faire ça ? »

« … Je n’ai jamais fait ça avant, donc je ne sais pas vraiment, mais… d’après le livre que j’ai lu, ça devrait être… »

« Lécher Diablo… »

« Oui… »

« M-Ma corne !? »

Les deux femmes touchèrent une corne sur la tête de Diablo. Il était un peu nerveux à l’idée qu’elles puissent finir par lui enlever son couvre-chef, la couronne déformée, mais comme elle ne s’était jamais détachée, même pas pendant la bataille, il était probable qu’il n’y aurait pas de problème. La couronne déformée avait un effet de régénération de point de vie qui la rendait très précieuse, mais elle avait aussi l’effet cosmétique secondaire de donner l’impression que des cornes poussaient sur la tête de celui qui la portait. Est-ce qu’elles l’avaient peut-être confondue avec quelque chose d’autre… ?

 

 

Rem et Shera étendirent leurs langues vers sa corne. Ce fut une expérience étrangement éprouvante pour les nerfs. Le bout de leur langue était sur le point de le toucher, tellement proche, quand...

Un autre bruit, plus fort, se fit entendre. C’était encore une fois une frappe à la porte. Il ne semblait pas que ce soit Sylvie cette fois-ci.

« Diablo, êtes-vous là ? » une voix d’homme avait crié de l’autre côté. « S’il vous plaît, c’est urgent ! »

Diablo s’était creusé la cervelle pour tenter de se rappeler le nom de l’homme. Il pouvait facilement mémoriser des pages d’histoire du jeu, mais était impuissant lorsqu’il s’agissait d’associer un nom à un visage ou à une voix.

« … Boris ? » demanda Rem avant qu’il ne s’en souvienne. « Nous sommes occupés pour le moment. »

C’est vrai — l’homme qui criait derrière la porte était Boris. Il faisait partie des troupes en garnison de Faltra, un subordonné de Galford.

« Le lieutenant général est dans cette auberge ! »

« Quoi ? » Diablo avait crié malgré lui.

Si c’était le cas, ce n’était vraiment pas le moment d’être dans une période intime avec elles. Le lieutenant général dont Boris avait parlé n’était autre que le gouverneur de Faltra, Chester Ray Galford, un guerrier accompli, et un homme que Diablo ne pouvait pas se permettre d’être négligent. Il semblait que le temps où Diablo traînait sur son lit soit terminé…

***

Chapitre 1 : Être convoqué dans la capitale

Partie 1

Le groupe s’était installé dans l’auberge de la tranquillité de l’esprit — le premier étage de la Cachette. Cette salle n’était destinée qu’à servir la nourriture aux clients et ne servait pas directement de restaurant, elle ressemblait donc davantage à la salle à manger d’un noble. C’était une large pièce avec une table allongée au milieu et plusieurs chaises autour. Les murs étaient ornés de fleurs et de portraits, et il n’y avait rien qui ressemblait à un menu en vue.

Le gouverneur, Galford, était assis sur la chaise la plus éloignée. Boris et les autres soldats attendaient à l’extérieur de la pièce. Sylvie était également assise en face du groupe de Diablo.

Je n’ai rien fait de mal… n’est-ce pas ?

Pas qu’il s’en souvienne, en tout cas… Il ressentait le genre de pression qu’un étudiant ressentirait lorsqu’il était appelé au bureau du conseil étudiant après avoir été surpris à s’embrasser derrière le gymnase.

Je n’aurais jamais pensé me retrouver dans cette situation alors que je ne peux même pas parler à une fille correctement !

Son manque de confiance en lui n’avait fait que rendre son séjour plus difficile.

Alors qu’il se tenait silencieusement, Rem avait écarté les lèvres pour parler le premier, en demandant : « Quelle affaire vous amène ici aujourd’hui, Sire Galford ? »

« J’ai envoyé un décret appelant à votre présence urgente l’autre jour. Vous ne l’avez pas reçu ? » demanda Galford.

Diablo se souvenait à peine que la petite Mei, la fille d’affiche de l’auberge, lui eût remis une lettre exagérée qu’il avait lue plus tard… et avait commencé par la jeter sur le côté du lit. Cette tendance à laisser des choses dont il ne se souciait pas vraiment à plus tard expliquait en partie pourquoi il ne pouvait pas se fondre dans la société normale…

« … Diablo n’est pas votre subordonné et c’est également le cas pour les autres aventuriers. Quelle autorité avez-vous pour convoquer sa présence ? » demanda Rem.

« Autorité royale. Tous les citoyens de Lyferia sont tenus de respecter la parole et les ordres du roi, » répliqua Galford.

« … Les ordres du roi… !? » Rem glapit avec une expression intimidante.

« Mais bien sûr. »

« … Comme c’est étrange… Il est naturel que le roi s’intéresse à Diablo après avoir vaincu le Maître des Démons, mais cela fait seulement trois jours… Les nouvelles de la victoire n’arriveraient-elles pas dans la capitale que maintenant ? »

Si la convocation du roi était déjà arrivée, cela signifiait que le triomphe était connu depuis plus de trois jours.

Galford secoua la tête. « Ce n’est pas quelque chose qu’un simple aventurier devrait savoir, mais… il y a une méthode spéciale de communication que nous employons lorsque nous traitons des questions relatives à la survie du pays. Disons que tout ce qui s’est passé pendant la bataille avec le Seigneur-Démon a été rapporté dans des détails atroces à la capitale. »

« Ce genre de communication existe !? » Même Rem, habituellement calme, avait été prise par surprise.

« Il n’a été fabriqué que récemment et a été utilisé pour la première fois pendant cette bataille, » répliqua Galford.

« … C’est une nouvelle fascinante, mais… revenons au sujet qui nous occupe. Que voulait Sa Majesté ? » demanda Rem.

« Sa Grâce a envoyé un décret après avoir appris la mort du Seigneur-Démon Suprême, demandant à Diablo de se rendre dans la capitale royale… C’était il y a trois jours, » déclara Galford.

Il semblait qu’ils avaient été au calme jusqu’à présent, prétendant qu’il avait besoin de temps pour guérir et se reposer, mais cette excuse commençait à s’épuiser.

« Vos réalisations sont trop importantes pour être cachées cette fois-ci, Diablo. » Sylvie avait haussé les épaules. « Quand vous avez vaincu l’armée des cents déchus, nous avons couvert le tout en disant que tous les aventuriers l’avaient fait. »

« En effet… » Galford avait fait un signe de tête. « La puissance de Modinaram était écrasante. Il était même capable de forcer la barrière qui a tenu en échec d’autres Seigneurs-Démons dans le passé. Quand nous avons combattu le Seigneur-Démon de l’Esprit, Enkvaros, il y a trente ans, j’ai pu mener un bon combat, mais cette fois, même moi j’étais impuissant… »

« Il n’y avait pas grand-chose à faire. Nous n’avions pas non plus l’étoffe d’un héros. »

« Si nous devions signaler que nous avons repoussé un ennemi aussi redoutable simplement avec l’aide des troupes en garnison et des aventuriers de Faltra, cela conduirait le royaume à prendre des décisions erronées concernant son système de défense interne à l’avenir. Nous avons donc réalisé que le fait de garder votre existence cachée ne ferait que nuire à l’intérêt national du Lyferia, » déclara Galford.

Galford avait en gros admis avoir caché l’existence de Diablo au roi jusqu’à présent, mais Diablo avait décidé que le fait de le signaler causerait plus de problèmes que cela n’en valait la peine. Diablo détestait la politique, il n’y pensait pas beaucoup et n’avait aucune envie de s’impliquer maintenant.

« Je ne suis qu’un fonctionnaire qui a été chargé de gouverner cette région, » déclara Galford. « Un ordre direct du roi a un tout autre poids. »

« … C’est vrai. Ignorer les ordres du roi serait considéré comme une trahison envers la couronne. Nous ne serions pas autorisés à rester plus longtemps en Lyferia si nous le faisions…, » déclara Rem.

« En effet. Sa Majesté est un homme sage, mais il peut être assailli par les émotions lorsque les choses ne se passent pas comme il l’ordonne. Il serait plus sûr d’éviter les frictions inutiles avec lui, » déclara Galford.

Cela ne me semble pas être un roi sage. Au contraire, cela ressemble plus à un enfant qui fait une crise de colère…

« Tout n’est pas si mal, Diablo ! » déclara Sylvie, l’encourageant. « Rencontrer le roi est un grand honneur pour un roturier, et vous pourriez même recevoir une récompense pour avoir vaincu le Seigneur-Démon suprême ! »

« Mais Diablo est-il vraiment un sujet du royaume de Lyferia ? » Shera pencha la tête. « Le suis-je ? Greenwood fait partie du royaume des elfes. »

Rem avait haussé les épaules. « Tant que vous vivrez dans les territoires du Lyferia, même si vous appartenez à Greenwood, vous devrez respecter vos obligations en tant que sujets lyfériens. C’est ce qui est écrit sur une affiche devant les portes de la ville de Faltra. »

« Vraiment ? »

« … Vous êtes aussi obligés de payer des impôts, » Rem l’expliqua à Shera, qui n’avait manifestement pas lu l’affiche.

D’ailleurs, Diablo ne l’avait jamais lu non plus, ne serait-ce que parce qu’il ne savait pas encore lire la langue de ce monde.

« Je comprends ce que vous essayez de dire, » se moqua Diablo. « Que je dois rendre visite au roi de Lyferia. »

Galford acquiesça. « Nous pouvons vous préparer une voiture militaire si vous en avez besoin. Je vous affecterai aussi des gardes du corps. »

« Je viens aussi avec vous, Diablo. » Sylvie se pencha en avant.

Il semblait qu’ils avaient tous supposé que Rem et Shera le rejoindraient naturellement. Diablo, cependant, se leva de son siège.

« C’est marrant ! S’il souhaite une audience, que le roi vienne à moi ! » déclara Diablo.

Tout le monde le regardait avec surprise, stupéfait.

Je ne doute pas que désobéir au roi causera des ennuis, mais un Seigneur-Démon obéissant à l’invitation d’un roi serait tellement boiteux !

Tout bien considéré, Diablo ne pouvait pas tenir une conversation sans son jeu d’acteur. Il se tromperait sûrement et dirait quelque chose de mal s’il ne continuait pas. Aller voir le roi le mettrait dans une situation délicate, mais ne pas y aller le mettrait dans un pétrin tout aussi grand. Dans ce cas, il pouvait tout aussi bien éviter de faire quelque chose de gênant. Et donc, fidèle à sa façon de penser de NEET, Diablo avait pris une décision digne d’un Seigneur-Démon.

« S’il souhaite que je me soumette à lui, qu’il me batte d’abord pour me soumettre ! Peu importe le nombre de soldats qu’il amène, ils ne me feront pas tomber ! » continua Diablo.

« … C’est ce que je pensais. » Galford croisa les bras. Il semblait supposer que Diablo n’obéirait pas aux ordres.

« Ne pouvez-vous pas y réfléchir, Diablo ? » demanda Sylvie avec une expression inquiète. « Cela va gâcher votre vie dans cette ville à ce rythme. »

Ce n’est certainement pas ce qu’il voulait. Mais s’il y allait, il pouvait facilement prévoir ce qu’il finirait par dire en présence du roi…

« Je suis Diablo ! Un Seigneur-Démon d’un autre monde ! »

Même s’il parvenait à ne pas se présenter négligemment, il laisserait échapper une phrase de Seigneur-Démon en cours de route. Alors sa vie à Faltra ne serait pas un problème, car sa vie serait littéralement sur la planche à découper. Tout cela avait conduit Diablo à la simple conclusion qu’il était préférable pour lui de ne pas se rendre à la capitale.

S’il avait réfléchi davantage, il aurait peut-être trouvé une meilleure solution. Mais s’il avait eu ce genre d’attitude avant-gardiste, il aurait sûrement vécu une vie plus épanouie dans son monde d’origine. Il n’aurait pas été aussi dévoué au jeu en ligne au point d’avoir reçu le surnom de « Seigneur-Démon ».

Si je savais comment divertir des gens importants comme ça, je ne serais pas coincé avec ce trouble de la communication, n’est-ce pas !

« Rem Galleu, Shera L. Greenwood… êtes-vous d’accord ? Ce n’est pas un choix judicieux, si vous me demandez mon avis, » demanda Sylvie.

« Ahaha... » Shera rit. « Si c’est ce que Diablo décide, ça me va. Je suis la reine de Greenwood, donc si on ne peut pas rester au Lyferia, on rentre chez nous. »

« Quelle bêtise! Le roi va simplement déclarer la guerre à Greenwood si vous le faites, » déclara Galford.

« Hein !? Je ne veux pas que…, » s’exclama Shera.

Diablo avait claqué la langue, réalisant maintenant que c’était une issue possible. Mais Shera n’avait jamais été du genre à réfléchir, pour le meilleur ou pour le pire…

« Quand bien même, si Diablo s’est décidé, alors c’est bon, n’est-ce pas ? C’est le roi de Greenwood, après tout, » déclara Shera.

Le regard de Galford avait averti qu’il n’en était pas question.

« Et quel est votre point de vue sur la question ? » demanda Galford.

« … Le même que celui de Shera, plus ou moins. Je me conformerai à ce que Diablo décidera. » Les joues de Rem s’étaient alors enflammées. « Je suis… La femme de Diablo, après tout. »

« Hein !? » Sylvie écarquilla les yeux et se leva, faisant tomber sa chaise. « Rem, est-ce pour de vrai !? Vous et Diablo vous vous êtes mariés !? »

Il semble qu’ils l’aient fait. Non pas que Diablo puisse vraiment y croire. Comment s’est-il mis dans cette situation… ? Cependant, le fait est qu’il lui avait donné une alliance. Il était terriblement gêné par tout cela, mais le nier trop longtemps pourrait finir par heurter les sentiments de Rem. Il fallait surtout qu’il l’admette correctement, et verbalement. Sans compter que son jeu d’acteur exigeait qu’il se prépare, des jours à l’avance si nécessaire.

« Hmph… » Diablo avait gonflé sa poitrine. « Je suis un Seigneur-Démon. Mes biens sont libres de s’appeler comme ils le souhaitent ! »

C’est réussi !

… C’est du moins ce qu’il pensait. Il lui avait fallu une demi-journée pour trouver cette seule ligne.

« Êtes-vous vraiment d’accord avec cela ? » demanda Sylvie à Rem d’un ton réprobateur.

Qu’est-ce que c’est que cette phrase : « Mais qu’est-ce que vous lui trouvez ? » ? As-tu la moindre idée de la fragilité de mes nerfs de Seigneur-Démon ? Qu’est-ce que tu vas faire si je pleure, hein !?

Diablo avait reculé en lui-même.

« … Mes sentiments sont déjà décidés. » Rem fit un signe de tête. « Pourtant, ne pas aller à la capitale serait irrespectueux… J’irai à sa place. Je suis sa femme, après tout. »

Cette dernière remarque avait été intentionnellement répétée.

« Oh, alors j’irai aussi ! » Shera se pencha en avant. « Je suis aussi sa femme ! »

« … Tu ne retournais pas à Greenwood ? » demanda Rem.

« Si Diablo n’y retourne pas, je n’y vais pas non plus ! » répondit Shera.

Diablo n’avait pas l’intention de retourner à Greenwood pour le moment. Il ne détestait pas le royaume des elfes, mais ce monde lui manquait déjà en matière de divertissement. En revanche, Faltra avait une cuisine variée, et l’on pouvait profiter des spectacles de rue et des pièces de théâtre. S’il se contentait d’apprendre la langue, il y avait aussi des livres à apprécier. Le royaume des elfes n’avait que des fruits et de la musique. Ceux-ci étaient merveilleux et raffinés à leur manière, mais trop de bonnes choses finissaient par les rendre ennuyeux.

« Hmph… » Galford commença à exprimer sa conclusion. « Dans ce cas, Rem Galleu et Shera L. Greenwood se rendront toutes deux à la capitale en tant que représentantes. Vous êtes ses épouses… et l’une d’entre vous est même de la famille royale. Sa Majesté sauvera la face si c’est le cas. Vous n’avez pas d’objections, n’est-ce pas ? »

On avait demandé confirmation à Diablo, qui avait répondu en se retournant par désintérêt. « Hmph… Allez-y si vous le devez. Je n’ai aucune raison de vous arrêter. Faites comme vous voulez. »

En quittant l’auberge, Diablo les encourageait dans son cœur avec un « Bonne chance et merci, vous deux ! »

***

Partie 2

Le lendemain matin — .

Rem et Shera voyageraient à bord d’un carrosse militaire, avec trente chevaliers régionaux qui leur seraient donnés comme escorte. La garde était assez lourde.

« … Je commence à avoir la nausée…, » déclara Rem avec anxiété, en passant sa tête par la fenêtre de la voiture.

« La calèche n’est même pas encore en mouvement. Ce chariot de l’armée est plus grand et plus lourd que le nôtre. Je ne le vois pas trop trembler, » déclara Shera.

« … Je l’espère. »

Rem était sujette au mal des transports, et donc, c’était le calme avant que la tempête ne l’atteigne.

« On va t’acheter des tonnes de souvenirs, Diablo ! » Shera, par contre, semblait excitée.

« Ne le fais pas. Ce n’est pas nécessaire, » déclara Diablo.

« Oh, et nous allons pouvoir voir Alicia, Horn et Lumachina pour la première fois depuis un moment. J’ai hâte d’y être ! » déclara Shera.

« Hmm. »

Les téléphones n’existaient pas dans ce monde. Il y avait un réseau postal, mais il était long et coûteux à utiliser, donc il n’était pas utilisé couramment. C’est pourquoi aucun d’entre eux n’avait une idée de ce que faisait Alicia dans la capitale. Diablo espérait qu’elle allait bien.

Ah oui, Galford n’a-t-il pas parlé d’une méthode de communication entre lui et la capitale ? Je me demande si c’est basé sur la magie…

Ce même homme, qui était présent, s’était approché de Diablo et lui avait murmuré à l’oreille.

« Je ne pensais pas que vous me confieriez ces deux-là… Ne vous souvenez-vous pas de la bagarre que nous avons eue pour Shera L. Greenwood quand elle n’était qu’une princesse ? » demanda Galford.

« Hmph… »

C’était comme si c’était arrivé il y a longtemps… Peu après que Diablo ait sauvé Shera, qui avait été enlevée par le Prince Keera, Galford avait essayé de l’emmener. Diablo avait dû le combattre pour sauver Shera une fois de plus.

« C’est ironique, n’est-ce pas… Si j’avais été plus malin que vous à l’époque, le Seigneur-Démon Suprême aurait réduit Faltra en cendres à l’heure qu’il est, » déclara Galford.

« Ce n’est qu’un caprice de ma part. N’attends pas plus de moi la prochaine fois, » déclara Diablo.

« Mais vous êtes d’accord pour me les confier, oui ? Il y a de la place pour une personne de plus dans la voiture, » déclara Galford.

« Laisse-moi, espèce d’idiot têtu, » déclara Diablo.

Le fait d’être ici donnait presque l’impression qu’il allait les accompagner et aussi partir. Au lieu de cela, Diablo avait levé la main et avait fait en sorte de partir. Shera lui avait fait signe de revenir, tandis que Rem le regardait anxieusement.

« Nous partons ~, » déclara Rem.

« … Je t’enverrai une lettre quand nous arriverons, » déclara Shera.

Il leur avait fait ses adieux, pour l’instant. Il était lui-même inquiet sans elles à ses côtés… mais ce serait mieux si seulement elles rencontraient toutes les deux le roi. Il n’y avait aucune chance qu’elles sortent des phrases provenant de jeu devant le roi.

« Ce carrosse transporte les reines de Greenwood, qui se préparent à tenir une audience avec Sa Majesté dans la capitale, » déclara Galford aux soldats. « Au nom de l’honneur de Faltra, assurez-vous qu’elles arrivent à leur destination en toute sécurité ! »

« Nous les protégerons avec notre vie ! »

« Nous n’avons repoussé qu’une fraction de l’armée des Déchus. Ne baissez pas votre garde, même à l’intérieur des frontières du royaume ! » déclara Galford.

« Oui, monsieur ! »

Après un échange aussi prétentieux, la voiture s’était mise en route. Entendant un son de trompette derrière lui pour réveiller les troupes, Diablo retourna à l’auberge.

†††

En montant l’escalier de l’auberge, Diablo avait trouvé une femme de chambre dans le couloir. Ce n’était pas un des travailleurs de l’auberge, mais Rose, la servante magimatique. En la regardant de face, ses yeux étaient naturellement attirés par sa grande poitrine… Mais en la regardant de derrière, le dos de sa robe était ouvert et exposé. C’était un type de tenue de bonne très unique.

Mais il y avait une raison à la conception particulière de sa tenue. Un dispositif de transcendance dimensionnelle était chargé dans son dos, qui était chargé de tirer une arme appelée le Sol Magimétique de l’interstice entre les mondes. Elle était assez puissante, mais aussi extrêmement lourde. Son autre défaut était qu’elle ne pouvait pas être soignée. Son bras gauche avait encore une fissure qui le traversait, une blessure qu’elle avait reçue lors de la bataille précédente. Cette blessure aurait été fatale pour l’une des Races, mais comme elle était mécanique, la blessure était loin d’être aussi grave.

« Bienvenue, Maître, » déclara Rose.

« Ton bras peut-il être réparé ? » demanda Diablo.

« Si Rose peut rester aux côtés de son maître, ce genre de dommage n’est même pas considéré comme une entrave, » répliqua Rose.

Elle semblait avoir répondu à la question, mais la réponse ne voulait absolument rien dire.

« Il faut donc retourner à la stèle d’entretien… » Diablo soupira.

« … Oui, » Rose fit un signe de tête triste.

« Tiens le coup, » déclara Diablo, en posant ses mains sur ses épaules. « J’aurai besoin de ta force à l’avenir. »

Un frisson avait parcouru son corps. « Aaah, comme c’est gentil de la part du Maître ! Mais Rose ne pouvait répondre à cette gentillesse qu’en… en étant endommagée par un ennemi aussi insignifiant ! Rose a honte… S’il vous plaît, abusez verbalement de Rose au grand bonheur du Maître ! »

« N-Non…, » déclara Diablo.

L’« ennemi insignifiant » était le Seigneur-Démon Suprême Modinaram. Cette nuit-là, les habitants de Faltra s’étaient battus pour défendre la ville contre les frappes du Seigneur-Démon Suprême après qu’il soit devenu fou. Diablo n’était pas là pour voir cette bataille, mais d’après ce qu’il avait entendu, la contribution de Rose à ce combat était énorme.

« Quoi qu’il en soit, prends le temps de te reposer, » déclara Diablo.

Rose s’inclina profondément, puis, chose surprenante, changea de sujet de son plein gré.

« Heheh... Le maître a donné des alliances à ces deux-là, » déclara Rose.

« Hein !? Eh bien, oui, je l’ai fait…, » répondit Diablo.

Cette servante magmatique avait une dévotion excentrique pour Diablo, frisant parfois la psychose. Diablo s’inquiétait de ce qu’elle pourrait faire si elle découvrait qu’il s’était « marié », mais à sa grande surprise, Rose l’avait plutôt bien pris.

« Quelle joyeuse occasion ! Rose doit donner la bénédiction de Rose aux deux autres, » déclara Rose.

« D-D’accord…, » balbutia Diablo.

« Heheheh... »

Quelque chose lui semblait mal… Rose avait juré une totale obéissance à Diablo et ne s’était jamais souciée que de son bonheur. Tout cela était très bien, sauf que son idée de ce qui comptait comme « le bonheur de Diablo » ne correspondait pas nécessairement à l’idée que Diablo se faisait de la même chose.

« Réponds-moi, Rose…, » demanda Diablo avec prudence. « Bénis-tu vraiment le fait que j’ai épousé Rem et Shera ? »

« Rose ne comprend pas la question du Maître. » La poupée mécanique inclina la tête, toujours sans expression. « Cette paire d’alliances n’est-elle pas actuellement équipée sur la Pantarienne et l’elfe ? »

« Hein ? » Diablo avait appelé de sa vraie voix par erreur. Il était si surpris.

« Dans ce cas, ce sont ces deux-là qui sont mariées. C’est une nouvelle vraiment, vraiment joyeuse, » déclara Rose.

« Qu-Quoi ? »

« Rose voit ces deux-là partir en voyage ensemble. Une lune de miel, oui ? Comme c’est envieux. Maintenant, Maître, enferme-toi dans le donjon du Seigneur-Démon avec Rose ! » déclara Rose.

« Hé ! » Diablo avait saisi Rose par l’épaule. « N’ai-je pas d’autres alliances !? »

« … Le maître n’avait que cette seule paire dans la chambre forte. »

« Argh… Les chiffres… »

Dans le Croisement de la Rêverie, les alliances étaient des objets inutiles qui ne donnaient aucun effet lorsqu’elles étaient équipées. C’est pourquoi seuls les couples les équipaient, preuve qu’ils étaient des normies. C’était une sorte d’objet grossier et saccharine, mais Diablo étant un collectionneur, il en avait obtenu une paire et les avait jetés dans son coffre-fort, ne pensant plus jamais à toucher à ces misérables objets.

Je n’aurais jamais imaginé être convoqué dans un autre monde et finir par donner ces bagues à deux filles !

À l’époque où il jouait le jeu, il ne s’attendait bien sûr pas à une telle situation.

« Je croyais les avoir épousées. »

« Le maître les a mariées l’une à l’autre. Félicitations, » déclara Rose.

« Uuugh… » Diablo se berçait la tête dans ses mains.

Cela signifie-t-il que Greenwood n’a plus de roi ? Ou est-ce que Rem est le roi maintenant ? Avoir deux reines, ça marche ? Peu importe, que pensera Rem quand elle le découvrira… ?

Après un long moment d’introspection et de réflexion, Diablo était parvenu à un verdict.

Je suis un idiot et un crétin.

« Aaaaaah ! »

Alors que Diablo tombait à genoux, Rose se blottit contre lui. « Le maître a Rose, et Rose n’a pas besoin d’une alliance pour jurer l’éternelle loyauté de Rose au maître. »

Pendant un instant, Diablo avait failli être ému aux larmes. Mais ce n’était pas le problème ici. Même un NEET renfermé et socialement inepte comme lui ressentait une certaine responsabilité pour ce monde. Il ne pouvait pas négliger le royaume de Greenwood, et il ne voulait pas non plus passer outre les sentiments de Rem.

« Je dois faire quelque chose avant qu’elles ne le découvrent ! »

Il avait donc déclaré une nouvelle fois quelque chose de plutôt pédant.

« Le maître est si beau malgré qu’il soit si risible ! » déclara Rose.

… Le suis-je ?

Diablo n’avait jamais pu comprendre le sens des valeurs de Rose…

Pour l’instant, il avait décidé d’emmener la servante magmatique endommagée pour la faire réparer dans le donjon du Seigneur-Démon.

« Allons-y, Rose, » déclara Rose.

« Comme le Maître le souhaite, » répliqua Rose.

Shera et Rem venaient à peine de partir pour la capitale royale, et elles reviendraient au mieux dans un demi-mois. Avant cela, Diablo devait trouver un moyen de réparer ce gâchis…

***

Partie 3

Grâce à la téléportation, Diablo avait transporté Rose jusqu’au donjon du Seigneur-Démon. Se reposer sur le lit de maintenance permettrait de réparer tous les dégâts qu’elle avait subis jusqu’alors. Mais Diablo n’avait aucune idée de comment cela fonctionnait…

Sa magie de téléportation permettait à Diablo et aux membres de son groupe de se rendre dans n’importe quelle ville qu’il avait déjà visitée (dans le cas de Rose, elle comptait parmi ses objets). On pouvait donc se demander pourquoi il n’avait pas téléporté Rem et Shera dans la capitale ?

Pour faire simple, le portail de la capitale — le point de téléportation — se trouvait dans le palais royal. C’est plutôt comme ça que ça fonctionnait dans le Croisement de la Rêverie. S’ils apparaissaient soudainement au milieu du palais, ils seraient traités comme des intrus suspects, l’image même de la racaille criminelle. Dans le jeu, où la téléportation était courante, le palais était ouvert à tous, mais en serait-il de même dans ce monde où la téléportation était rare ? Diablo ne le savait pas. En fin de compte, cela signifiait qu’il ne pouvait pas se téléporter dans la capitale sans risque.

Après avoir déposé Rose, Diablo s’était téléporté à Faltra, avec son portail au centre de la place de la ville. C’était un endroit où beaucoup de gens passaient, alors son apparition soudaine avait fait sursauter les malheureux qui se trouvaient là. Bien qu’ils aient pris cela comme une nouvelle sorte de spectacle de rue, lorsqu’ils s’étaient soudainement mis à l’applaudir, personne ne s’était rendu compte qu’il était le héros qui avait vaincu le Seigneur-Démon Suprême.

Après avoir fui la place et être revenu à l’auberge de la tranquillité de l’esprit — Cachette, il était déjà midi passé. Quand il avait ouvert la porte d’entrée…

« Hm ? »

« Ah… »

Une fille portant une épée descendait les escaliers. Elle était la maître d’armes naine, Sasara. Elle portait sa tenue japonaise habituelle et avait un katana avec le symbole du croissant de lune gravé dans son pommeau, gainé à la taille. Dans son dos se trouvait un sac à dos assez grand.

« … Où vas-tu ? » demanda Diablo.

« Oh, bien. » Elle sourit à la demande de Diablo. « Je ne te trouvais pas, alors j’allais demander à Klem de te délivrer le message. »

« Quel message ? » demanda Diablo.

« Nous avons vaincu le Seigneur-Démon Suprême, et les choses s’arrangent enfin en ville. Puisque j’ai accompli mon devoir, je vais retourner à la montagne, » déclara Sasara.

Le maître de sabre vivait près de la ville frontalière de Sormas, dans une retraite située au sommet du mont Tenzan. Comme la dernière bataille avait mis en jeu la survie des Races, elle avait prêté sa force à Faltra et Diablo comme une exception cette fois-ci.

Diablo avait fait un signe de tête. « Alors, tu rentres chez toi. »

« Oui. Je n’ai pas encore fait de tombe pour Père. »

« Ah, oui… »

Juste avant cette bataille, elle avait fait un duel avec son père, l’ancien maître de sabre, qui était devenu un Oni. Elle n’avait pas encore eu la chance de le pleurer après l’avoir terrassé.

« Je suis heureuse d’avoir aidé à défendre cette ville. J’ai aussi appris qu’il y a des monstres très puissants. Il semble que j’ai encore beaucoup à apprendre, » déclara Sasara.

« Hmm… »

« J’ai dormi pendant la plupart des combats cette nuit-là… Je suis vraiment désolée. Les jours où je me donne à fond, je suis tellement épuisée…, » continua Sasara.

Tu as quand même été d’une grande aide.

Le Seigneur-Démon Suprême Modinaram utilisait les arts martiaux qui lui permettaient de toujours toucher et faisait de chaque coup une mise à mort instantanée. Un guerrier normal ne serait même pas capable de gagner du temps contre lui. Sasara, cependant, avait la capacité de couper et de contrecarrer les attaques de son adversaire. Si elle n’était pas là, les pertes auraient été bien plus importantes, et le combat aurait été d’autant plus difficile.

Pourtant, un Seigneur-Démon ne pourrait pas offrir des remerciements aussi honnêtes.

« Tu as bien travaillé. » Diablo croisa les bras en agissant avec grandeur. « Je loue tes efforts. »

Il pensait que ses mots étaient un peu trop forts… mais les yeux de Sasara s’élargirent de joie.

« Vraiment ? C’est un soulagement… »

« … Veux-tu que je te ramène avec ma téléportation ? » demanda Diablo.

« Non, je suis enfin partie, alors je préfère rentrer à pied et profiter du voyage, » déclara-t-elle.

« C’est certainement une option, » déclara Diablo.

Une femme voyageant seule était dans une situation dangereuse, mais à bien y réfléchir, il avait pitié de tout monstre assez stupide pour se battre contre un guerrier de niveau 200 comme Sasara. Les bandits n’avaient pas non plus de chance de l’avoir.

« Prends soin de toi, Diablo. » Sasara s’inclina poliment. « Tu es un magnifique sorcier, mais ne néglige pas non plus ton apprentissage du maniement de l’épée. »

« Évidemment. »

« Et viens me rendre visite de temps en temps. Je te servirai un grand soba, » déclara-t-elle.

« Si cela me plaît, je le ferai, » déclara Diablo.

« Heheh... Alors, je vais partir, » déclara-t-elle.

Sasara avait ouvert la porte d’entrée et était partie. Alors que la porte se refermait derrière elle, la pièce s’était remplie d’un silence assourdissant.

« … »

Diablo avait regardé le plafond, puis avait jeté un regard furieux à ses pieds. Après avoir pris une profonde respiration…

« Sasara ! »

Il s’était retourné et avait poussé la porte de l’auberge assez vigoureusement. Elle avait titubé dans la rue, mais elle s’était retournée, surprise, juste au moment où elle allait tourner dans l’allée.

« O-Oui !? Il y a quelque chose… qui ne va pas ? » demanda Sasara.

Après avoir hésité un moment, Diablo avait bondit et crié :

« Grâce à toi, j’ai pu vaincre le Seigneur-Démon Suprême ! Tu as ma gratitude… Maître ! »

Après s’être arrêtée un moment, l’expression de Sasara s’était transformée en joie.

« O-Oui ! » Des larmes coulaient sur ses joues.

Ne pensant pas qu’il la ferait pleurer, Diablo avait été déconcerté. « H-Hey, Sasara ! »

« U-Uwaaah… Je suis si heureuse… Je pouvais vraiment être… utile ! » déclara Sasara.

« Arrête de pleurer, tu es un maître de l’épée ! » déclara Diablo.

« Mais… Aaah… »

« Argh, bon sang, je le reprends ! Une personne gênante qui pleure en public n’est pas mon maître ! » déclara Diablo.

« Nnnng, aaah... C’est déjà trop tard, tu m’as appelée Maître et je m’en souviendrai pour toujours ! » déclara Sasara.

« Tch… »

« S’il y a quoi que ce soit… alors je devrais être la plus reconnaissante ici. Merci d’être mon élève… Diablo… » Même avec de si grosses larmes qui coulaient sur ses joues, Sasara souriait.

« Hmph… » Diablo détourna le regard maladroitement.

Du coin des yeux, il pouvait voir Sasara s’incliner à nouveau, avec un sourire timide sur son visage. Cette fois, elle s’était vraiment mise en route, Diablo surveillant son départ.

 

†††

« Alors, le maître à l’épée est reparti ? »

Après que Diablo se soit tenu devant l’auberge pendant quelques instants, Klem était sortie.

Le Seigneur-Démon Krebskulm… En ce moment, elle se présentait sous la forme d’une jeune fille. Comme toujours, elle était vêtue d’une tenue assez voyante, composée d’un grand chapeau et d’une jupe, destinée à cacher ses cornes et sa queue, et elle était maquillée par Mei, la fille de l’auberge.

« Sasara doit tenir compte de ses devoirs de maître de l’épée, » répondit Diablo.

« Celle-là aussi est maudite par Dieu. C’est une fille pitoyable, » déclara Klem.

« Maudite par Dieu ? » demanda Diablo.

« Crois-tu vraiment qu’elle soit devenue aussi puissante grâce à son seul talent inné ? » demanda Klem.

La force de Sasara est vraiment exceptionnelle, pensa Diablo. Il est assez difficile de monter à ce niveau dans ce monde, et même si ce n’est qu’une fois par jour, il est inhabituel de pouvoir annuler tous les dégâts d’une attaque. Le simple fait d’appeler cela une constitution unique n’explique pas tout.

« Penses-tu que Dieu est impliqué ? » demanda Diablo.

« Certainement. La puanteur de Dieu est partout sur elle. Mais je ne sais pas quelles étaient les intentions de Dieu en donnant à cette fille des capacités aussi extraordinaires, » déclara Klem.

« C’est suspect, » répondit Diablo.

Cet être était probablement différent du Dieu que Diablo connaissait dans son propre monde, mais celui-ci avait certainement une existence que les gens appelaient Dieu. Il avait brisé le Seigneur-Démon original en fragments et scellé Krebskulm chez les ancêtres de Rem. C’est lui qui avait donné à Lumachina son pouvoir de faire des miracles, et probablement celui qui avait accordé à Sasara son talent. C’était vraiment difficile à croire.

« À quoi pense ce “Dieu” ? S’il peut accorder autant de talent à quelqu’un sur un coup de tête et est assez fort pour sceller le Seigneur-Démon le plus coriace, sauver les gens quand ils ont besoin d’aide devrait être facile, » déclara Diablo.

« Qui peut le dire ? Ce Seigneur-Démon n’en a aucune idée, » répondit Klem.

Même la grande prêtresse Lumachina avait dit que « les voies de Dieu sont inconnaissables ». Peut-être que c’était tout ce qu’il y avait à faire. Peut-être que Dieu n’avait pas de but et qu’il était simplement une sorte de phénomène naturel. Peut-être semblait-il simplement qu’il avait une volonté propre. Toutes ces conclusions étaient tout à fait possibles.

« Eh bien, qu’il en soit ainsi. » Klem agita la main avec mépris. « Laissons cette discussion sur Dieu derrière nous. Ça donne des démangeaisons à ce Seigneur-Démon. »

« C’est vrai… Avoir deux Seigneurs-Démons qui font des hypothèses sur une autre divinité est une chose étrange. »

« Diablo ! Allons déjeuner ! » déclara Klem.

« Très bien. Qu’en est-il d’Edelgard ? » demanda Diablo.

« Elle travaille aujourd’hui. »

« Hmm… »

En y repensant, Pétri, la boulangerie du quartier sud, rouvrait ses portes ce jour-là. La routine quotidienne revenait peu à peu à Faltra.

Avec Klem à la barre, ils s’étaient dirigés vers le district nord, lorsque Diablo avait soudainement pris conscience du regard des gens tout autour d’eux.

« Klem, devrais-tu vraiment te promener comme ça ? Les gens savent que tu es un Seigneur-Démon maintenant, n’est-ce pas ? » demanda Diablo.

Lorsqu’elle avait combattu le Seigneur-Démon Suprême, de nombreux soldats avaient été témoins de son apparition non déguisée. Bien qu’elle se camoufle maintenant, beaucoup de gens savaient qui elle était. Est-ce parce que, bien que sachant que cette « enfant » était un Seigneur-Démon, beaucoup l’avaient vue combattre pour protéger la ville et avaient choisi de ne pas la bannir par gratitude ?

« Personne n’est apparu pour défier ce Seigneur-Démon ! » déclara Klem.

Pourtant, un nombre étonnamment élevé de personnes dans ce monde semblent agir sur l’émotion plutôt que sur le bon sens…

« … Je suppose qu’il y a toutes sortes de gens parmi les Races. Mais fais attention. Même si un idiot maladroit s’approche de toi…, » déclara Diablo.

« Ne pas tuer, ne pas mourir, et obéir à tes ordres — correct ? Ce Seigneur-Démon se souvient. Tu n’as rien à craindre, » déclara Klem.

Diablo haussa les épaules. Elle se comportait de manière beaucoup plus mature maintenant. Les enfants avaient certainement un moyen de grandir rapidement. Bien que Diablo n’était pas sûr que l’appeler un enfant soit approprié…

Ils s’étaient rendus une nouvelle fois à Appétissant, un restaurant du quartier nord qu’ils avaient déjà visité avec Rem et Shera.

« Bienvenue, Madame Klem ! »

« Hmm ! »

Elle est déjà traitée comme une habituée…

Bien que ce soit encore un restaurant de grande qualité, bien qu’assez bon marché, pour la gamme de prix du district nord, Diablo ne pouvait pas cacher son inquiétude face aux dépenses de cuisine durement gagnées par Edelgard…

« Rassure-toi, Diablo ! » déclara Klem. « C’est après tout l’heure du déjeuner ! »

« D’accord… »

Un plat qui coûterait 10 000 friths le soir ne coûterait que 3 000 au déjeuner.

Mais c’est quand même assez cher…

Avec cette somme dans cette ville, on pouvait séjourner dans une auberge pour 3 000 friths par nuit. Pour l’instant, cependant, Klem s’était assise tout en fredonnant agréablement.

« Très bien ! Ce Seigneur-Démon est d’humeur pour le déjeuner “A” ! »

Alors qu’il regardait la joyeuse petite Seigneur-Démon, Diablo vérifiait l’argent qu’il avait dans sa poche, alors qu’une serveuse s’approchait de leur table.

« Puis-je prendre vos commandes ? » demanda la serveuse.

« Hmph… J’ai déjà mangé avant de venir ici… Je vais juste prendre un peu de pain et de l’eau. » Diablo avait fait la commande la plus frugale possible de la manière la plus grandiose qu’il ait pu faire.

***

Partie 4

Après avoir terminé leurs déjeuners, Klem s’était rendue chez Pétri, le lieu de travail d’Edelgard, pour s’acheter d’autres biscuits. Elle avait demandé à Diablo de l’accompagner, mais il avait d’autres choses à faire entre-temps.

Et donc, Diablo s’était déplacé seul dans la ville.

Je dois faire quelque chose pour ces bagues !

Il avait fouillé les magasins de bijoux et d’objets magiques, mais aucun ne semblait les vendre. Soupirant fortement, Diablo se préparait à vérifier le énième magasin.

« Salut, Diablo ! »

Une personne l’avait dépassé, l’appelant au passage.

… Ou plutôt, c’était la chef de guilde peu vêtue de la guilde des aventuriers, Sylvie.

« Soupir… »

« C’est quoi cette tête d’enterrement ? Est-ce parce que Rem et Shera sont allées à la capitale ? » demanda Sylvie.

« Non. Ça n’a rien à voir avec…, » répondit Diablo.

Mais alors qu’il parlait, une pensée lui traversa l’esprit. Sylvie avait peut-être l’air d’une enfant, mais c’était une aventurière chevronnée, bien informée, avec de nombreux contacts.

Peut-être sait-elle quelque chose sur les alliances ? Lui demander pourrait être une bonne idée…

Diablo la fixa avec attention. Sylvie avait rechigné à s’inquiéter.

« Qu’est-ce qui ne va pas… ? » demanda Sylvie.

Il était assez difficile de lui demander ce qu’il avait en tête tout en conservant sa dignité de Seigneur-Démon.

« Hmph… » ria Diablo. « Je désire une alliance. Donne-m’en une ! »

« H-Hein !? » Le visage de Sylvie était devenu rouge. « M-Moi, donne une bague de mariage… t-à toi… !? »

Elle s’était fait une fausse idée ici !

« Non ! Tu te trompes, Sylvie ! J’en désire deux ! » déclara Diablo.

« Deux anneaux !? »

Un tel malentendu ne semblait pas pouvoir être résolu aussi facilement…

« Mais n’es-tu pas… déjà marié à Rem et Shera ? » demanda Sylvie, en remuant nerveusement. « Alors, pourquoi me demandez-vous... C’est assez problématique pour moi. Et il y a une grande différence d’âge entre nous… Je veux dire, un homme et une femme doivent considérer leur position dans la vie, vous savez ? Mais… eh bien, si vous insistez… »

« Attends ! Calme-toi. » Quelque part sur le chemin de cette conversation inversée, Diablo avait fini par être le plus troublé des deux.

N’ayant pas le choix, Diablo avait expliqué les choses à partir de zéro.

« Pour commencer, j’avais déjà une paire d’alliances, mais…, » expliqua Diablo.

Parler en se tenant au milieu de la rue le mettait très mal à l’aise, alors il avait emmené Sylvie dans un café ouvert où ils pouvaient parler en toute tranquillité.

 

 

Il y avait des chaises et des parasols pour bloquer le soleil devant ce petit magasin. Certains cafés du quartier central avaient lancé ce nouveau style, et d’autres magasins l’avaient rapidement imité.

« L’alliance que vous avez donnée à Rem forme donc une paire avec celle de Shera ? » demanda Sylvie, en tenant une tasse en bois dans une main.

« Mm. »

« Et sans qu’aucune d’elles ne le sache, Rem et Shera ont fini par se marier ? » demanda Sylvie.

« Apparemment, oui. »

« Aïe, Diablo, vous êtes terrible ! »

« A-Argh… »

Ses mots avaient été poignardés directement dans le cœur.

« Ahaha, » dit Sylvie en riant. « Vous ne le saviez pas, donc je suppose que ce n’est pas entièrement votre faute. »

« Nnng... »

« Maintenant, vous voulez faire quelque chose pour réparer ce gâchis avant qu’elles ne le découvrent, » déclara Sylvie.

Diablo avait fait un signe de tête.

« Hmm. » Sylvie avait croisé les bras. « Il faudrait préparer une autre bague, et l’échanger quand Rem reviendra ? »

« C’est vrai. »

« … Ou peut-être pourriez-vous simplement dire la vérité et le leur faire comprendre. »

Euh, oui, et pourquoi pas non ?

Son anxiété sociale paralysante était particulièrement grave lorsqu’il considérait que l’autre personne pouvait avoir une mauvaise opinion de lui. Le fait de savoir qu’il allait certainement décevoir quelqu’un dans cette situation l’effrayait.

« Ne me regarde pas de haut ! » s’exclama Diablo avec arrogance. « Penses-tu qu’un Seigneur-Démon comme moi aurait du mal à obtenir une bague de rareté SR ? Essaies-tu de m’insulter ? »

« Avez-vous des pistes pour savoir où obtenir une alliance ? » demanda Sylvie.

« Argh… »

S’il le faisait, il ne consulterait pas Sylvie…

Le Croisement de la Rêverie avait mis en place une quête unique pour les couples qui voulaient obtenir des alliances. Diablo avait vérifié la Guilde des aventuriers ici, mais n’avait pas trouvé de quête de ce type. Ce monde était si réaliste qu’il était assez ennuyeux.

« C’est une demande du héros qui a sauvé la ville, c’est sûr. » Sylvie avait souri avec ironie. « Je vais vous aider, alors pourquoi pas. »

Oh !?

Diablo s’était retrouvé penché en avant, mais s’était rapidement penché en arrière dans une pose plus digne.

« Un effort en mon nom. Je l’autorise ! »

« Partons donc à l’aventure — à la cathédrale de Viridiens ! »

***

Chapitre 2 : La conquête de la cathédrale viridienne

Partie 1

Après avoir attendu le jour suivant —,

Diablo était arrivé à la cathédrale viridienne, située au cœur de la forêt mangeuse d’hommes. Le sanctuaire était à moitié effondré et couvert de mousse. Si c’était le même que le Croisement de la Rêverie, il aurait dû y avoir un grand donjon qui s’étendait dans l’espace souterrain en dessous.

Il était actuellement juste avant midi. Diablo avait quitté Faltra tôt le matin, sa seule compagne étant pour l’instant Sylvie.

« Nous avons finalement réussi, Diablo, » déclara Sylvie.

« Hm. »

« Maintenant, la quête ici est exactement comme je l’ai expliqué en ville…, » continua Sylvie.

« Laisse-moi faire, » déclara Diablo.

Les détails de cette quête étaient assez simples. Dans les profondeurs de la cathédrale viridienne se trouvait un métal enchanté appelé Mythril éternel. Diablo devait simplement l’obtenir et le livrer à un graveur en ville, qui le transformerait ensuite en une alliance.

C’est un peu différent que dans le Croisement de la Rêverie.

Dans le jeu, un homme et une femme formaient un groupe et ils participaient ensemble à une quête. Une fois la quête terminée, ils recevaient les alliances en guise de récompense.

« Si ce n’est pas une alliance unique, vous pouvez en obtenir une chez n’importe quel bijoutier, » déclara Sylvie.

« C’est ce qu’il semblerait être le cas, » déclara Diablo.

Les bagues normales étaient de simples bijoux. Diablo, cependant, était à la recherche d’un objet magique appelé « alliance ». Dans le jeu, c’était un objet inutile, mais… dans ce monde, il avait apparemment pour effet de permettre d’avoir des enfants avec des membres d’une autre Race.

« Les monstres qui frayent dans la cathédrale viridienne sont…, » commença Sylvie.

« Ils ne seront pas un problème. » Lui coupant la parole, Diablo se dépêcha d’avancer. Poussant la porte en pierre, il descendit l’escalier.

†††

Dans la cathédrale viridienne, au premier niveau de sous-sol — .

Le donjon avait été sculpté dans la pierre. La mousse illuminait les cavernes, évitant à Diablo d’avoir à jeter un sort de lumière pour avancer.

« Diablo, pas d’incantation, m’avez-vous bien compris ? » déclara Sylvie en guise d’avertissement. « Se faire enterrer vivant n’est pas sur ma liste de choses à faire avant de mourir. »

« Si ennuyeux… »

« Heheh... C’est assez drôle ♪. Je crois que c’est la première fois que je demande à un sorcier élémentaire de diminuer sa puissance de feu, » déclara Sylvie.

La magie élémentaire n’était pas encore complètement développée dans ce monde. L’invocation était la principale école de magie utilisée par les sorciers.

« Eh bien, je suppose que la magie d’invocation est beaucoup plus sûre…, » déclara Sylvie.

En traversant le donjon, Diablo s’était dit : il n’y a pas de monstres cachés derrière les piliers, n’est-ce pas ? Je ne me ferai pas piéger au moment où je tournerai le dos, n’est-ce pas ? Y a-t-il des pièges sur les murs ou le sol ?

Une invocation permettrait d’aller en éclaireur. Un sorcier élémentaire, en revanche, devait chanter leurs sorts et il était faible quand on le surprenait. Dans le jeu, être pris en embuscade et tué par un monstre ou mourir dans un piège n’entraînait qu’une légère pénalité, mais ici, peu importe l’injustice de l’attaque ou la légèreté de la bévue commise, la mort signifiait que tout était fini. C’est pourquoi il était naturel pour la plupart des sorciers de se tourner vers l’invocation.

« Diablo! » cria Sylvie.

« Je le vois ! »

Des griffes géantes s’étaient abattues sur lui par-derrière, qu’il avait évité du plus petit mouvement possible. En se retournant, il s’était retrouvé face à un ours, ou plutôt un monstre en forme de peluche fantaisiste, un ours bénisseur. Mais son apparence mignonne était trompeuse, il s’agissait en fait d’un monstre de niveau 99.

« Je vais t’époustoufler ! » Diablo avait brandi son bâton, le Tonnerre Empereur. « Projectile d’éclair ! »

Un projectile de lumière avait été tiré, creusant un trou dans le torse de l’ours bénisseur. Le monstre avait été repoussé, mais un sort de niveau 80 ne suffirait pas à le faire disparaître complètement. Il s’était relevé, même avec un trou dans l’estomac. Pire encore, d’autres ours bénisseurs étaient apparus derrière lui.

« Lien du bois sacré ! » cria Sylvie. Des vignes brillantes poussèrent sur le sol en pierre, s’enroulant autour du groupe de monstres.

Les monstres grognaient férocement. C’était de la magie de soutien. Étant donné qu’il s’agissait de monstres de niveau 99, cela ne les arrêtait que pendant quelques secondes. Diablo avait chargé un sort et l’avait libéré.

« Je vais tous vous brûler vif ! Chaîne d’éclairs ! »

C’était un sort conçu pour frapper avec des éclairs un grand nombre d’ennemis proches, des étincelles grésillant sur les ours. Le groupe d’ours avait eu des spasmes et, alors que Diablo et Sylvie se lançaient à leur poursuite, la surface de leur fourrure était devenue carbonisée et noire.

Diablo avait fait claquer sa langue. « Ils sont étonnamment solides. »

Dans ce monde, les monstres avaient tendance à être plus faibles qu’ils ne l’étaient dans le Croisement de la Rêverie. Peut-être évitaient-ils aussi les batailles inutiles. Mais ces ours bénisseurs avaient les mêmes valeurs de vie que dans le jeu, et étaient aussi terriblement agressifs.

Est-ce parce que ce sont des monstres créés par la magie ?

« Tempête de verglas ! »

Une puissante rafale de vent glacé avait éclaté de la pointe du bâton de Diablo, faisant rage autour des monstres et les gelant sur place. Ils rugirent de colère avant de se briser en glaçons.

Enfin… Diablo soupira de soulagement à l’intérieur. Mais Sylvie, qui avait disparu, avait crié davantage.

« D’autres sont en train de venir ! »

Comme elle l’avait dit, Diablo avait vaincu quelques-uns, mais d’autres ours bénisseurs sortaient des profondeurs du donjon. Ils n’étaient peut-être que de niveau 99, mais avec un tel nombre, les choses allaient devenir délicates.

« Hmph… » Les lèvres de Diablo s’étaient retroussées. « Juste ce que j’espérais. Vous continuez à sortir comme des agneaux allant à l’abattoir. Il y a en fait quelque chose que je voulais essayer ! »

Diablo avait créé une balle d’éclair dans sa main droite, générant une balle de lumière à l’intérieur. Il l’avait tirée de sa main droite et l’avait attrapée avec sa main gauche, reflétant le sort. Il avait ensuite attrapé le sort réfléchi avec sa main droite, le réfléchissant à nouveau. Ce faisant, il avait emprisonné la boule de magie brillante entre ses deux mains.

Dans ce monde, je sais que je peux y arriver. La portée de ce que je peux faire est beaucoup plus grande ici.

S’il voulait seulement multiplier sa magie, son arme principale, le Tonnerre Empereur, en était déjà capable, augmentant considérablement sa consommation de mana dans le processus. Mais en utilisant la réflexion de la magie de cette façon…

« Projectile noir ! »

Un peu cliché, je l’admets…

La balle de lumière avait fusionné avec le sort de Projectile noir. Entre les mains de Diablo, la pure énergie élémentaire et magique s’était transformée en un autre type de magie.

« Qu’est-ce… !? » Sylvie, qui se tenait à côté de lui, ouvrit les yeux en état de choc. « Diablo… qu’est-ce que c’est !? »

« La magie composite ! »

C’était un nouveau type de magie, qui n’existait même pas dans le Croisement de la Rêverie. Le bout du doigt de Diablo avait touché la boule de magie, déclenchant le torrent d’énergie entre sa main et le troupeau de monstres.

Un grondement avait secoué le donjon…

†††

« Il a explosé…, » murmura Diablo.

« C’est sûr ~, » Sylvie avait acquiescé avec un ton totalement épuisé.

« C’était aussi une assez grosse explosion, » déclara Diablo.

« Ça a vraiment tout bouleversé ~, » déclara Sylvie.

Au moment où la magie noire et la magie de la lumière étaient entrées en contact, une onde de choc massive avait secoué tout le donjon.

« Je ne pensais pas que ça allait exploser dans mes mains… » Diablo soupira.

« Je pensais que je serais prise au piège et que je mourrais, vous savez ? Faites vos expériences seul la prochaine fois…, » déclara Sylvie.

« … C’est vrai. »

Il n’avait pas été blessé en raison des effets de l’Anneau du Seigneur-Démon, mais Sylvie, qui était près de lui, était en danger. Le fait qu’elle aille bien, bien qu’un peu épineuse et sarcastique pour cela, témoigne de ses compétences en tant que chef de guilde.

C’est une bonne chose que Rem et Shera n’aient pas été là pour ça…

Au final, son expérience magique avait échoué, mais le troupeau d’ours qui l’avait peut-être forcé à le faire malgré l’écart de niveau avait été anéanti. Ils avaient été transformés en un groupe d’ours en peluche carbonisés qui roulaient sur le sol maintenant noirci.

Les ours bénisseurs avaient une compétence particulière qui leur permettait d’attaquer l’ennemi avec des tentacules qui sortaient de leurs coutures. Cependant, comme Diablo ne les laissait pas s’approcher suffisamment, ils ne l’avaient jamais utilisé sur lui.

Merde, je veux rentrer à la maison…

Lorsque son mana était au plus bas, Diablo devenait apathique face à tout. Les questions qu’il croyait importantes commençaient à lui sembler insignifiantes. Tout ce qu’il voulait, c’était se blottir dans son lit. Alors, Diablo avait pris une potion de mana dans sa poche et l’avait bue. Ses doutes s’étaient alors dissipés comme un brouillard qui se lève, et ses émotions engourdies étaient revenues, secouant ses pensées léthargiques.

Très bien. Suivant !

Il avait ouvert une porte en pierre qui l’avait conduit à un endroit qui semblait différent du donjon en pierre dans lequel ils se trouvaient jusqu’à présent. La mousse qui envahissait tout avait disparu, et les murs lisses étaient éclairés par une illumination magique. Diablo avait comparé l’endroit à la carte de la cathédrale viridienne dont il se souvenait.

« C’est la partie la plus profonde, » déclara Diablo.

« C’est exact. Il y a une bande de terre exposée devant. C’est là que devrait se trouver le Mythril éternel. »

« Il n’y a aucune chance qu’elle soit épuisée, n’est-ce pas ? » déclara Diablo.

« Je ne comprends pas vraiment la logique derrière tout ça, mais… quand un homme et une femme entrent ici, ils peuvent toujours en emporter un peu avec eux, » répondit Sylvie.

Je suppose que c’est la même chose que le jeu.

« Il est possible de partir et de revenir pour en prendre autant que l’on veut, mais les ours bénisseurs et les autres monstres sont vraiment forts. Je ne serais pas venue ici si je n’étais pas avec vous. »

« Je vois, » déclara Diablo.

La plupart des aventuriers de Faltra se trouvaient au niveau 20. Peu de gens semblaient prêts à entrer dans un endroit grouillant de monstres de niveau 99.

***

Partie 2

« C’est la première fois que tu viens ici, n’est-ce pas, Sylvie… ? » demanda Diablo, soudain intéressé.

« Heheh... Je suis le chef de la guilde, après tout. S’il y a une quête, j’explorerais les donjons appropriés, » déclara Sylvie.

« Bien… »

« Ah ! »

Diablo avait réussi à avancer plus loin, mais Sylvie avait levé la main pour l’arrêter. Lui aussi s’en rendit compte un instant plus tard.

Il y a quelque chose là…

« Ooh, vous l’avez donc remarqué. Impressionnant… » une voix basse s’était fait entendre. « Je suppose que c’est ce à quoi vous vous attendiez. »

Un nain était sorti de l’ombre du pilier. Une épaisse barbe couvrait la plus grande partie de son visage, ce qui rendait son âge difficile à discerner. Cependant, à en juger par sa voix, il avait l’air d’être d’âge moyen. Il avait probablement des oreilles de chien et une queue, comme tous les nains, mais elles étaient cachées par l’armure métallique qu’il portait sur tout le corps. Il tenait une hache gris foncé dans ses mains.

« Je ne pensais pas que nous trouverions quelqu’un devant nous dans un donjon de si haut niveau, » déclara Diablo, apparemment impressionné.

« … Vous nous attendiez ? » demanda Sylvie.

L’homme nain avait souri face à la remarque de Sylvie. En y repensant, il n’y avait aucune trace de combat lorsqu’ils s’étaient dirigés vers les profondeurs, ce qui signifiait que ce nain avait dû sauter depuis l’étage supérieur.

« Y a-t-il une sorte de tunnel vers la cathédrale de Viridia ? » demanda Sylvie.

« Geheheh... Creuser est ma spécialité, vous voyez ? » déclara le nain.

Alors, c’est ça…

Diablo avait haussé les épaules. « Il n’y a aucun intérêt à entrer dans ce donjon à moins d’être un couple, un homme et une femme. Et je ne suis pas du genre à partager. »

« Eh, ce ne sera pas un problème. Je vais prendre ce pour quoi je suis venu, » déclara le nain.

« Hm ? »

« Je suis le roi du clan des nains de Gobble, Bulltheim ! » cria le nain. « Et mon souhait est d’écraser les couples heureux qui essaient de mettre la main sur le Mythril éternel pour faire des alliances ! »

« Argh !? » Diablo avait bondi en arrière et avait attrapé sa tête. « M-Moi… heureux ? Couple… ? »

Il jeta un regard vers Sylvie, qui lui répondit avec un sourire ironique.

« Mmm… Vous et moi ne sommes pas comme ça, mais… oui, la plupart des gens qui veulent des alliances sont généralement heureux, » déclara Sylvie.

« Gaaaaaah ! » Diablo s’était mis à genoux.

Il le savait au fond de son esprit. Par rapport à la solitude qu’il avait avant, il avait maintenant Rem et Shera. Alors que les choses étaient encore floues au début, à ce stade, elles lui témoignaient clairement leur affection. Il pouvait aussi parler à Klem, Sasara et Sylvie tout en faisant son jeu de rôle de Seigneur-Démon.

Est-ce que je suis… un normie !?

« Aaah... Je… Je mérite… de brûler en enfer, » déclara Diablo.

« Attendez! Qu’est-ce que vous dites, Diablo !? » demanda Sylvie, paniquée.

Apparemment, l’idée que les normies devraient brûler en enfer ne faisait pas partie de ses valeurs.

Diablo avait alors déclaré, comme pour cracher du sang : « Le genre d’idiots qui ne cessent d’apporter leurs stupides sentiments romantiques devrait brûler en enfer ! »

 

« E-Est-ce que vous dites que les races devraient disparaître ? » demanda Sylvie.

Ce que Sylvie venait de dire était logique. Ce n’était pas un jeu, mais un monde réel. Si les normies ne faisaient pas de bébés, les races finiraient par disparaître.

« Argh… Je comprends… » Diablo s’était couvert son visage avec sa main. « Je comprends, mais… »

« Qu… quoi… ? » Sylvie semblait nerveuse.

Une voix de ressentiment total avait échappé de la gorge de Diablo.

« Pourtant, je… Je déteste les gens qui peuvent naturellement parler et embrasser des filles ! » déclara Diablo.

« Eh bien, aïe, Diablo… » Sylvie avait réagi avec une expression compliquée. « Qu’est-ce qui s’est passé dans votre passé… ? »

Il ne s’est rien passé, c’est ça le problème !

L’âme même de Diablo gémissait dans l’agonie.

†††

Lorsque le nain Bulltheim s’était avancé, son armure métallique avait émis un cliquetis.

« Le frigidaire, c’est pour ça que tu jacasses ? Eh bien, je suppose que ça n’a pas d’importance. Tu seras bientôt une tache de plus sur ma Hache fracassante. » Le nain présenta fièrement sa hache grise et brillante.

Les nains étant passés maîtres dans la fabrication des armes, la hache semblait être d’aussi bonne qualité que ce dont il se vantait. Diablo ne l’avait pas reconnue, ce qui signifiait qu’elle n’était pas disponible dans le Croisement de la Rêverie.

« Un bandit ? » Sylvie avait haussé les épaules. « Écoutez, on est occupés. Pourriez-vous faire ça une autre fois ? Quand même, vous nous poursuivez, hein… Vous pourriez travailler sur vos compétences de reconnaissance. Il panique pour une raison quelconque, mais Diablo ici présent… »

« … Le sorcier qui a battu le Seigneur-Démon Suprême Modinaram, c’est ça ? Et vous êtes le chef de la guilde des aventuriers de Faltra. »

Les paroles de Bulltheim avaient fait que Sylvie avait fermé les yeux de façon suspecte.

« Ooh. Donc, vous nous avez défiés en sachant tout cela. »

« Bien sûr que oui ! Si je bats un héros, tout le monde me craindra et les autres clans se soumettront à moi ! »

« C’est stupide… » Sylvie gémit.

L’esprit de Diablo, en revanche, s’était calmé. Ce nain savait qui ils étaient et se préparait à les défier. Cela signifiait qu’il était un challenger. Pourtant, bien qu’étant un ennemi, il faisait partie des Races, alors Diablo avait choisi une arme qui ne le tuerait pas.

Diablo avait sorti le Prototype de la Grande Faux de sa poche.

« Penser qu’il y a un fou assez grand pour défier le vrai Seigneur-Démon, Diablo… Très bien. J’accepte ton défi. Amuse-moi en te voyant mourir ! »

Il avait été plutôt secoué émotionnellement, mais il était retourné à son mode de jeu habituel de Seigneur-Démon. Le défi qui lui avait été lancé l’avait bouleversé. Ce sentiment de pression concurrentielle était quelque chose qui lui plaisait beaucoup.

« Apprenez à connaître le goût de ma hache ! » Bulltheim l’avait attaqué.

Il était rapide !

La Frappe de l’épée III !?

Diablo avait bloqué le coup de hache avec sa faux.

« Vous êtes tombé dans le panneau ! » Bulltheim avait souri.

Quoi ?

Au moment où les armes étaient entrées en contact, la hache fracassante avait brillé, et le prototype de la Grande Faux s’était brisé dans les mains de Diablo.

« Bris d’armes… !? »

Il était logique que le Croisement de la Rêverie n’ait jamais mis de telle arme dans les mains de leurs ennemis. On consacrerait beaucoup de temps et d’efforts à améliorer son équipement, donc s’il y avait un effet qui pouvait détruire les armes et l’équipement des joueurs comme cela, ils se révolteraient sûrement.

Mais l’effet de bris d’arme n’avait pas été la seule surprise. Un autre nain d’apparence similaire à celle de Bulltheim était apparu dans le dos du nain !

Il y en a deux !?

Il avait une lance grise à la main, qu’il avait sortie avec l’intention de la planter. Diablo n’avait pas d’arme en main pour riposter à cette attaque. Son seul choix était de s’enfuir.

Diablo avait réussi à se tordre en arrière, si bien que la lance ne lui avait fait que lui entailler l’épaule, évitant ainsi un coup fatal. Mais alors, de derrière le deuxième nain, un troisième était apparu ! Ce nain s’était levé d’un bond, brandissant une épée à deux mains.

« Donnez-moi votre vie, homme-héros ! »

« N’allez pas trop vite, bande d’imbéciles ! Explosion brutale ! »

Un souffle de feu magique avait éclaté entre eux, mais le nain avec l’épée à deux mains avait simplement ri au milieu des flammes.

La magie ne l’affecte pas !?

Diablo avait inconsciemment fait un pas en arrière. S’il ne l’avait pas fait, son abdomen aurait été coupé en deux dès l’instant suivant. Au lieu de cela, une large entaille avait traversé sa poitrine, le sang éclaboussant le sol.

« Guh… !? »

Les trois nains se rassemblèrent à nouveau, debout de sorte qu’un seul d’entre eux était visible. L’astuce était simple : Bulltheim, qui était le plus grand du groupe, se tenait devant tandis que ses deux camarades se tenaient derrière lui. Les trois avaient souri.

« Le héros qui a vaincu le Seigneur-Démon n’est finalement qu’un sorcier élémentaire normal. Il n’y a rien à craindre ! Pas avec notre armure complète, l’Effacement de Sorts ! »

Leur armure avait un effet anti-magique, sans compter qu’ils étaient agiles, contrairement à la plupart des nains. Il s’agissait probablement d’un autre effet que leur équipement leur conférait. L’expertise des nains se trouvait dans leurs doigts agiles, ce qui leur permettait de créer un équipement exquis.

« Allez-vous bien, Diablo ? » s’écria Sylvie.

« Tch… »

Donc, des armes destructrices et des armures anti-magiques. C’est un mauvais match pour moi…

Les ennemis qui se servaient de leur tête étaient les plus difficiles.

« Geheheh... Attends-moi là. » Bulltheim avait jeté un coup d’œil dans la direction de Sylvie. « Nous prendrons notre temps pour te goûter une fois que nous aurons fini l’homme. »

« Quoi ? » Un frisson avait parcouru la colonne vertébrale de Sylvie alors que son expression devenait sévère. « Qu’est-ce que vous dites ? Est-ce que vous avez fait des choses comme… comme ça, tout le temps !? »

« Ne m’entends-tu pas ? Mon souhait est d’écraser les couples heureux. Alors on tue les hommes et on fait des femmes nos jouets ! »

Tous les trois avaient fait des sourires obscènes. Diablo avait senti que son excitation de les combattre se refroidissait rapidement.

Alors c’est le genre de gars que vous êtes…

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire