Béni par la Déesse et Transféré dans un Autre Monde ! – Tome 2

Table des matières

***

Chapitre 18 : Une ville frontalière et une nouvelle esclave

Il s’agissait du deuxième jour de notre voyage en chariot. Nous étions en train de dîner. Nos repas avaient entièrement été réalisés à la main par nos deux esclaves. Sakura et moi étions complètement inutiles, même si nous avons la compétence de Cuisine. Hey, compétence ! Vous devriez travailler plus fort.

Selon Mio, sa compétence en Cuisine était très élevée. Maria avait aussi la compétence de Cuisine, mais elle n’avait aucune expérience pratique, donc elle commençait par aider Mio afin de pratiquer un peu. Cependant, en raison de l’excellente mémoire de Maria, elle devint suffisamment compétente pour nous servir de la nourriture qu’elle avait faite dès le deuxième jour.

« Maître ! Comment est-ce ? Délicieux ? » Les yeux de Mio brillaient alors qu’elle demandait ça.

Elle avait un âge mental d’environ 24 ans, mais parfois, elle agissait toujours comme une fille de huit ans.

« Hum... les croquettes... sont un régal, » répondis-je.

« Vraiment ? » demanda Mio afin de confirmer. « Je suis après tout confiante quant à ma capacité à faire de bonnes croquettes. »

{Les croquettes sont délicieuses.}

En ce moment, nous avions du pain (acheté), des croquettes, de la soupe aux légumes et du tamagoyaki en tant que nourriture.

« Et bien... La magie de Sakura-sama est incroyable parce qu’elle peut faire une cuisine ! » déclara Mio.

« Plus précisément, elle vient de faire la pièce, » déclarai-je.

Sakura souriait maladroitement quand Mio la complimentait.

C’est vrai, j’avais demandé à Sakura de créer de nouvelles magies avec notre excès de Point de Magie.

La première magie était la magie de [Téléportation]. Il s’agissait d’une magie qui nous permettait de nous téléporter instantanément. Avec quelques petites modifications, j’avais réussi à diminuer la consommation de Points de Magie ainsi qu’à la lancer sans chant. Il était possible de l’utiliser de deux manières. Sans incantation pour être utilisé lors de combats, mais cet usage consommait plus de Points de Magie. Ou alors, avec une longue incantation, mais dans ce cas, la consommation en Points de Magie était fortement réduite.

Il semblerait que nous ne puissions pas utiliser dans ces cas-là la compétence [Aucun Chant] de Saladin. Il était donc nécessaire de chanter quand nous utilisions une [Magie Unique]. Cependant, compte tenu du processus de création de la magie, il était nécessaire d’avoir du soutien à chaque fois.

La seconde magie était [Portail]. C’était un type de magie qui nous permettait de nous téléporter vers des lieux où nous avons été au moins une fois. Bien sûr, cela n’incluait pas notre Ancien Monde. Pour être plus précis, nous ne pouvions revenir qu’à des endroits où nous avions défini un [Portail] avant ça. Bref, nous ne pouvions pas retourner dans la capitale, mais dans tous les cas, je ne voudrais pas me rapprocher de cet endroit...

La troisième magie était [Pièce]. C’était cette magie que Mio avait complimentée juste avant. Pour le dire simplement, c’était une magie qui permettait de créer une porte vers une autre dimension. La pièce elle-même n’avait rien dedans. Mais j’avais mis tous les outils pour la cuisine que nous avions achetés avant de quitter la ville ainsi que le réservoir d’eau. Ainsi, il devenait facile de cuisiner dans cette salle.

Cette porte physique pouvait également être stockée dans le [Inventaire], mais je ne pouvais toujours pas y mettre à l’intérieur un être vivant. Est-ce que cela signifiait que j’avais maintenant trouvé une échappatoire pour cela ? La porte de la [Pièce] pouvait être ouverte depuis l’intérieur du chariot. Il y a aussi d’autres pièces, mais je les expliquerai plus tard.

Nous avions désormais deux types de magie de transfert, ce qui signifiait aussi que le « transfert » était très important pour nous.

Dans le jeu, nous étions généralement en mesure de nous déplacer librement dans le monde entier à la fin du jeu. Sinon, il serait difficile de faire avancer correctement le scénario. Cependant, je ne pouvais pas mettre ça en ville parce qu’il y a peut-être quelque chose qui m’empêchait de le faire...

Wôw ! Je suis vraiment sorti du sujet. Ce monde est comme un jeu, mais nous ne sommes pas dans le jeu. Honnêtement, je ne veux pas attendre, alors je veux un transport à grande vitesse aussi vite que je puisse l’avoir. Cependant, voyager avec un chariot est normal. De plus, nous n’avons même pas de destination claire et nous pourrions avoir besoin de nous battre contre des démons. Et en plus, nous aurions des problèmes si nous ne pouvions pas également faire un peu de tourisme.

Après avoir eu une conversation avec Sakura et d’autres, le fait de « Retournez dans notre monde d’origine » n’était pas notre priorité, donc nos trois principaux objectifs après avoir quitté ce pays étaient : faire du tourisme (40 %), nous renforcer (30 %), trouver un moyen de retourner dans notre Ancien Monde (10 %) et le reste étant vers d’autres buts moins importants.

Notre objectif vis-à-vis de l’Ancien Monde était d’entendre une histoire en provenance d’un conteur elfe et de demander la méthode pour retourner dans notre Ancien Monde.

« « Merci pour la nourriture ! » » (tous)

Puisque notre repas était fini, nous nous préparerions pour le camping. Puisque Maria et Dora ne connaissaient pas cette coutume, je leur avais enseigné la règle de dire. « Bon appétit ! » quand nous commencions à manger, et « Merci pour le repas ! » quand nous avions fini de manger.

Il semblerait que nous arriverons à la prochaine ville pendant la journée de demain, alors notre premier voyage en voiture prendra bientôt fin.

« Jin-sama, votre bain est prêt, » déclara Maria.

« D’accord. Merci, » dis-je.

Après Maria m’a dit ça, je m’étais dirigé vers le bain. Bien sûr, c’était dans une autre porte via [Pièce] qui avait été installé à l’intérieur du chariot. La baignoire (de pierre) pouvait facilement être faite grâce à la magie de terre avant d’être déplacée dans la pièce. Sakura et Mio l’avaient demandé après qu’elles aient pris un bain dans l’auberge.

En bref, nous pouvions cuisiner nos repas dans la cuisine et prendre après le repas un bain dans la salle de bain. Ceci m’avait fait me poser des questions et me demander si « Nous voyageons vraiment toujours ? ». Oh et bien sûr, les salles de bains étaient séparées entre les sexes.

Après ça, j’étais sorti de mon bain avant de me glisser dans un sac de couchage se trouvant à l’intérieur de la tente. Bien que je pouvais faire une chambre avec [Pièce], nous n’avions pas assez de matériel pour la faire. En outre, le fait de laisser en stationnement le chariot et de laisser seuls les chevaux pendant que nous restions tous à l’intérieur de [Pièces] serait-il un cas de stationnement illégal ? Étions-nous encore en voyage ?

Le lendemain, vers midi, nous avions aperçu la ville appelée Iiraluke tout comme je l’avais prédit.

Je vais maintenant vous expliquer un peu plus sur le Royaume (dirigée par une Reine) Kastal. Presque tous les descendants directes de la famille royale sont des femmes. Bien que leurs dirigeants soient fondamentalement les mêmes que ceux d’Erudia, ils ne sont pas aussi exubérants ou aimants le luxe. Au lieu de ça, ils préfèrent simplement agir pour la fonction plus que pour la valeur.

Si Erudia était l’Europe au Moyen Âge, alors ce pays était culturellement plus japonais. Bien qu’il semblerait y avoir une sorte de kimono ici, ce n’était pas très commun.

Si j’oubliais le fait que je détestais les familles royales, j’aimais vraiment Kastal.

« Nous avons finalement atteint la frontière de ce foutu pays, » dis-je.

« Maître, vous détestez vraiment ce pays..., » déclara Mio.

Hum... c’était tout à fait naturel. En passant, même si je détestais la famille royale, Kastal gagne sans conteste !

« Il n’y a aussi aucun poursuivant ici..., » rajouta Sakura.

Sakura semblait inquiète à propos des poursuivants. Le poursuivant le plus probable était cette femme aux cheveux ondulés. Avec une armée d’aventuriers de Classe-S tout comme ce vieil homme, je ne pensais pas que je pourrais m’en sortir indemne, mais je n’irai pas jusqu’à dire que je serais vaincu très facilement.

« Si ces poursuivants osent blesser Jin-sama, je vais les abattre ! » déclara Maria.

La loyauté de Maria était toujours la même. Eh bien, si le poursuivant n’était pas lui-même un héros, je ne pensais pas que Maria perdrait.

{Maître... Nourriture !}

« D’accord. Je sais. Allons en premier manger, » dis-je.

{Super !}

Il semblerait que ce dragon soit complètement accro à la nourriture. Hmm... La nourriture d’un dragon est-elle si mauvaise ?

R : Elle est mauvaise. Ils n’ont aucun concept vis-à-vis de la cuisine, car sous leur forme de dragon, ils ne peuvent pas utiliser les outils appropriés.

« Maître, il est déjà midi, » déclara Mio. « Entre Erudia et Kastal, où voulez-vous manger ? »

« Kastal, » répondis-je directement.

« Ho, une réponse immédiate... Jin-sama, détestez-vous vraiment tout d’Erudia ? » demanda Maria.

« Est-ce vraiment nécessaire de demander ? » dis-je.

« ... » Elle resta silencieuse.

Nous étions alors arrivés à la porte du côté du Royaume d’Erudia. Les frais de passage étaient de 1500 pièces par personne. Quoi qu’il en soit, c’était la taxe pour le droit pour entrer et sortir du pays. D’ailleurs, nous devions encore payer 1.500 pièce du côté du Royaume de Kastal. En outre, nous devions leur montrer une sorte de certificat.

Pour l’instant, nous avions payé la somme pour cinq personnes afin d’entrer dans la ville. J’avais demandé à Dora de prendre sa forme humaine pour prévenir les problèmes liés aux certificats.

« Bien, alors... commençons à visiter un peu la ville ! » dis-je.

« Ha Maître. Les Lits ! Nous avons besoin d’acheter des lits, » s’écria Mio qui venait de se souvenir de ce fait.

Certes, nous pourrions très certainement trouver dans cette ville un bon magasin afin de meubler notre [Pièce].

« C’est vrai, » dis-je. « Bien que nous ayons une [Pièce], je ne pense pas que tout le monde puisse y entrer. »

« Dans ce cas, nous devrions en acheter un et laisser tout le monde l’utiliser à tour de rôle, » proposa Sakura.

Il semblerait que Sakura veuille aussi acheter un lit. Eh bien... en avoir un avec nous rendrait notre voyage plus confortable.

« Pour un marchand normal, est-il normal de prendre un lit pendant un voyage ? » demandai-je.

« Ah, j’en ai entendu parler, » déclara Maria. « Il semble que les commerçants préfèrent avoir plus de biens avec eux au lieu de transporter un lit. »

Après avoir entendu l’explication de Maria, il semblerait que leur position sur le sujet soit différente de la nôtre.

« Mais j’ai aussi entendu dire que les familles nobles et royales le font quand ils voyagent, » rajouta-t-elle.

En bref, nous avons le même luxe vis-à-vis du lit que les familles nobles et royales lorsqu’ils voyagent.

Pendant que nous parlions, nous étions arrivés à l’auberge. Je l’avais cherchée en utilisant ma [Carte] quand j’étais dans le chariot. J’avais alors parlé avec un employé et je lui avais demandé de bien s’occuper de notre chariot. Au fait, cette auberge était du côté de Royaume de Kastal. Et elle était assez loin de la porte. Bien que Dora avait faim, je voulais quitter Erudia aussi vite que possible... Non, je ne voulais pas faire la moindre chose dans le Royaume d’Erudia, si je pouvais décider...

Au fait, les deux autres esclaves souriaient maladroitement. Bien qu’elles n’avaient pas de sentiment d’appartenance et qu’elles détestent être dans ce pays, elles ne faisaient que sourire parce que c’était quand même ici que se trouvaient leurs villes natales.

Et donc, nous étions tous les cinq sortis pour faire des achats et visiter un peu la ville. Mais la priorité était la nourriture. Comme j’avais demandé à un employé de l’auberge de nous recommander un bon restaurant, nous allions d’abord y aller. Il y avait du riz ici, mais cela nous faisait avoir un sentiment d’incompatibilité parce que cette ville avait un style européen. Comme prévu, ils ne mangeaient pas le riz avec des baguettes. Au lieu de cela, ils le mangeaient avec des cuillères. Cependant, il y avait aussi de la soupe miso. Ce pays avait été influencé par les Japonais, à cent pour cent !

Je ne savais pas si cela venait d’un héros ou d’une personne réincarnée, mais je pensais que c’était une bonne chose.

Je ne pensais pas pouvoir acheter ici du riz ou du miso. Je suppose qu’il pourrait y avoir un magasin de vente au détail dans cette ville, ou ils étaient peut-être importés d’ailleurs.

J’avais alors pu entendre en détail quelles régions de Kastal mangeaient ou non ces aliments. Il semblerait que ces aliments n’étaient consommés que dans cette ville. L’employé de l’auberge le savait également et c’était sûrement pour ça qu’il nous l’avait recommandé.

J’avais alors demandé à un commerçant de nous vendre du riz. Nous n’étions pas en mesure d’en acheter beaucoup, mais c’était toujours mieux que rien.

{Le riz est délicieux ~ je veux en manger à nouveau ~.}

« C’est vrai, » dis-je. « Il pourrait y avoir un autre magasin comme celui-ci dans cette ville, non ? »

« Maître... N’est-ce pas une perte de temps, peu importe comment nous le regardons ? » demanda Mio.

C’était certain que manger de la nourriture d’un seul endroit dans la ville était un gaspillage. Depuis que nous étions arrivés à Kastal, nous avions désormais la possibilité de manger dans différents restaurants.

« Achetons dès que possible beaucoup de riz ! » criai-je.

« Ne crie pas trop fort comme ça..., » déclara Sakura.

« Ne vous inquiétez pas, Maître ! » déclara Mio. « J’ai encore beaucoup de recettes de riz dans mon répertoire. »

« Mio ! » criai-je.

Je deviens trop émotif en entendant ça et j’avais alors serré fortement Mio dans mes bras.

« Wooow ! Mon cœur n’est pas prêt, et c’est après tout trop embarrassant ! » s’exclama Mio.

Mio était devenue embarrassée. J’étais très content de l’avoir achetée. Maria et elle étaient de grandes réussites. Je détestais le Royaume d’Erudia, mais son seul bon point était d’avoir pu y trouver ces deux personnes.

Mio voulait cette fois-ci acheter un lit, alors nous nous étions dirigés vers un magasin de literie.

Bien que je dise « magasin de literie », ce n’était pas un magasin assez grand pour y mettre plusieurs lits. Nous pouvions juste parcourir les articles d’un catalogue (c’était un outil magique ressemblant à un appareil photo), et le commerçant déplaçait l’article demandé dans une boîte à objets ou dans une Zone produite par une « Magie du Stockage ». Une personne qui avait la [Magie d’Espace] assez grande pour un lit était assez intéressante pour s’occuper de n’importe quel magasin. Comme prévu, le bon sens dans un monde différent était différent de celui des autres mondes.

À la fin, nous avions acheté un lit king-size et plusieurs draps de lit. En passant, je les avais mis dans ma boîte à objets. C’était vraiment une commodité parfaite que nous n’avions pas besoin de les transporter par nous-mêmes. Mais je m’inquiétais au sujet des entreprises de transport se trouvant dans ce monde.

« Wôw ! Un lit King-Size ! Je vais ENTRER dans la vie nocturne du Maître avec ce lit, » déclara Mio.

« Non, je ne ferai pas ça, » répondis-je.

Je rejetais complètement son idée. Je voulais dire par là qu’elle avait toujours le corps d’une fille de huit ans. Je n’étais pas un lolicon, mais même si je l’étais, je ne mettrais pas la main sur une petite fille. Je les admirais juste.

« Eh bien, si Maître ne le veut pas, je ne le ferai pas de force, » déclara Mio. « Mais dans ce monde, il n’y a pas beaucoup de personnes qui se plaindraient de quelque chose comme ça. Comment dois-je le dire... Puisque la plupart des nobles sont des pervers, si quelqu’un devait se plaindre de cela, alors c’est comme faire de tous nobles ses ennemis. »

Les nobles dans ce monde sont pires que je le pensais.

« Bien que je ne sois pas noble, ils me considèrent comme une femme adulte prête à avoir un enfant, » rajouta-t-elle

Ce monde était pire que je le pensais.

Cependant, je commençais à penser correctement à la fonction [Pièce].

Elle était totalement séparée du monde extérieur. Aucune vibration ou son ne pouvait passer entre les deux.

Il n’y avait pas besoin de s’inquiéter de l’oxygène. Il semblerait que le gaz carbonique soit reconverti en oxygène au sein de la pièce.

Si la pièce était verrouillée par un humain se trouvant à l’intérieur, elle ne pouvait pas être ouverte depuis l’extérieur.

« La [Pièce] ressemble vraiment à un Love Hôtel, n’est-ce pas ? » dis-je.

« S’il vous plaît, veuillez cesser dès maintenant avec ça. N’utilisez pas ma magie pour quelque chose comme ça, » déclara Sakura.

Sakura se fâcha immédiatement à mes mots. En passant, Mio se tenait le ventre. Elle était accroupi et morte de rire et disant : « Hahaha, différentes dimensions... love Hôtel... » ou quelque chose de proche.

« Love Hotel? » demanda Maria.

{Love Hotel?} demanda Dora.

Dora et Maria, il vaut mieux que vous ne le sachiez pas, pensai-je. Il est trop tôt pour vous deux. Attendez ! Maria n’est-elle pas déjà traitée comme une femme dans ce monde ?

« Un Love Hotel est... » commençai-je à expliquer.

« Jin-kun, TAISEZ-VOUS !!! » cria Sakura.

Sakura était vraiment très en colère.

« Désolé, désolé. Maria et Dora ne le savent pas encore. Alors, s’il vous plaît, expliquez-leur, » dis-je.

Eh bien, je pense que je suis allé trop loin. Ce ne sera pas bon si cela se transforme en harcèlement sexuel, pensai-je.

« C’est vrai. Zut... » dit-elle.

« Je pense qu’il faudrait mieux laisser ça à Mio, » dis-je.

« D’accord, » déclara Maria.

{D’accord.} Répondit Dora.

« !? »

Je pensais que Mio était le bon choix pour expliquer tout cela.

Le prochain arrêt était un atelier de menuiserie et une quincaillerie.

***

J’avais l’envie de faire une baignoire plus grande, et dans ce monde, il était facile de faire « ce que je veux faire » avec de la magie.

Cependant, cela ne peut pas être fait sans matériaux. Je devais donc acheter du bois ou du métal, pour pouvoir faire immédiatement « ce que je veux faire ».

Avec ma [Fenêtre Système] combiné avec mon [Inventaire] et la [Création de Magie] de Sakura, nous pouvions faire n’importe quoi tant que nous avions assez de matériaux.

J’avais donc acheté du bois et du métal dans le magasin. La quantité prise était largement suffisante pour construire une maison tout à fait classique.

« Pourquoi avez-vous acheté autant de matériel ? » demanda Maria.

Cependant, je n’avais pas vraiment de raison claire, alors je lui expliquai de cette manière. « Eh bien, il pourrait être utile pour créer quelque chose. Il est nécessaire pour nous d’avoir une vie confortable tout en voyageant. »

« Cette vie est déjà très à l’aise du point de vue du roturier..., » répliqua Maria.

Maria avait souri maladroitement après avoir réalisé à quel point notre voyage était anormal. Honnêtement, en tant que personne qui venait d’un monde différent, je voulais faire du tourisme, mais je ne voulais pas le faire si ça devenait trop gênant.

En plus de cela, j’appréciais la vue de cette ville pendant que nous achetions diverses choses. Par rapport à Erudia, Kastel préférait la qualité, et c’était beaucoup plus intéressant. C’était peut-être juste dû à la position de cette ville, car il y avait plusieurs magasins du même type ici. Bien sûr, l’un était à Erudia et l’autre à Kastel. Il y avait clairement une compétition entre les cultures.

Le lendemain, nous avions pris le petit déjeuner du côté d’Erudia (à la demande de Mio et Maria). Bien qu’elles soient responsables de la cuisine, elles oubliaient parfois ce fait.

« Vous toutes, je dois vous parler de quelque chose, » dis-je.

Mio et Maria avaient l’air confuses quand je leur avais dit ça. Eh bien, j’avais soudainement parlé d’une manière un peu plus formelle.

« Cette façon de parler de Jin-kun, HAA, » dit Sakura.

Sakura semblait remarquer que j’allais parler de quelque chose de spécial.

Vous pourriez dire que mes capacités spéciales de [Prendre et Recevoir] et [Liens d’Engagement] seraient plus efficaces avec un certain nombre de subalternes. Pour résumé, les subordonnés étaient des esclaves et des monstres apprivoisés. En comparant ces deux choix, un esclave était le plus pratique. Naturellement, leurs structures corporelles et leur sens des valeurs étaient fondamentalement les mêmes que moi. Bien sûr, un monstre apprivoisé était d’une grande aide, mais cela posait souvent un problème lors de l’entrée dans les villes, donc augmenter le nombre d’esclaves était un moyen pratique d’augmenter ma puissance martiale.

Je leur avais donc parlé avec soins de cela.

« En bref, le Maître veut avoir plus d’esclaves, non ? » demanda Mio.

« Ne sommes-nous pas utiles... ? » demanda Maria.

Mio parlait franchement, mais Maria avait l’air de vouloir pleurer.

« Non, c’est différent ! » dis-je. « Maria et Mio, vous êtes très utiles. Cependant, avec mon pouvoir spécial, il y a plus d’avantages si j’ai plus d’esclaves. »

Paniqué, je tentais d’expliquer la situation. Je ne voulais surtout pas dire qu’il y avait des problèmes avec Maria et Mio. Je pensais que si cette conversation continuait comme ça, Maria allait finalement tomber en pleurs.

« Jin-kun, avez-vous vu quelque chose sur la carte ? » demanda Sakura.

Sakura semblait étonnamment perspicace. Elle avait totalement raison. J’avais vu un esclave intéressant dans le marché aux esclaves de cette ville.

« Ho ! Vous avez raison ! » dis-je. « Il y a un esclave intéressant dans cette ville, bien que cet esclave ne soit pas aussi intéressant que Maria ou Mio. »

« Ho, je comprends ! » s’exclama Mio en hochant la tête. « Le maître connaît le risque à l’avance... »

Sa nature astucieuse était vraiment agréable.

Maria récupéra aussi après avoir entendu ça. « Quel genre d’esclave est-ce  ? Y a-t-il des compétences ou des titres intéressants ? »

« Bien, ouais... Pourrais-je garder ça secret pour vous faire une surprise ? » demandai-je. « Il y a seulement un esclave que je veux acheter... »

« Compris, » répondit Maria. « Je suis impatiente d’y être. »

Maria abandonna l’idée de savoir après avoir entendu ma proposition.

« En attendant, dirigeons-nous vers cette boutique, » proposai-je.

« Ha d’accord ! Allons-y. » déclara Mio tout en étant toute souriante. « Et comme nous sommes allés dans les magasins pour les “nécessités” hier, nous irons aujourd’hui dans les magasins pour le “luxe”. Le Maître doit aussi être impatient vis-à-vis de certaines choses, n’est-ce pas ? »

« Est-ce qu’un lit est nécessaire... ? » demandai-je.

« Bien sûr ! » s’exclama-t-elle.

Mio était pleine de confiance, mais Maria avait l’air confuse. J’étais certain qu’il y avait une fine, très fine ligne. Il s’agissait d’une nécessité quotidienne, mais en ce qui concerne une nécessité de voyage... cela ne l’était pas vraiment.

« Avant cela, envoûtons le Maître avec de jolis vêtements ! » s’exclama Mio.

« Envoûtante... Je ferai de mon mieux !! » s’exclama Maria, pleine d’enthousiasme.

Hmm... Pourquoi Maria a-t-elle besoin de faire des efforts pour ça ? pensai-je.

« Si elles deviennent incontrôlables, je les arrêterais, alors ne vous inquiétez pas, » rajouta Sakura.

Euh, merci. Je n’ai pas besoin de m’inquiéter de tout ça... pensai-je.

J’allais donc aller seul au marché aux esclaves.

Le marché aux esclaves était du côté de Kastal, et l’esclave que je voulais était ici.

Le marchand d’esclaves ici n’était pas très différent de celui d’Erudia. J’allais avoir des ennuis s’ils avaient la même personnalité. En Erudia, c’était la suprématie humaine. Presque tous les esclaves, à l’exception des esclaves criminels, étaient des hommes-bêtes.

« J’ai besoin d’une femme esclave qui peut se battre, » annonçai-je.

J’avais immédiatement donné cette condition au marchand d’esclaves. Quand on considérait les compétences de cet esclave, il y avait de fortes chances qu’il soit amené ici. Mais parmi toutes les femmes musclées qui avaient été amenées, l’esclave que je voulais n’était pas parmi elles.

Ah ~, encore la même situation..., pensai-je.

« Excusez-moi. Pourriez-vous me montrer d’autres esclaves ? » demandai-je.

« Ça ne me dérange pas, » répondit le marchand. « Quelle est votre condition ? »

Je lui avais donné une condition qui ferait sûrement qu’il fasse venir l’esclave que j’avais vu sur la [Carte].

« C’est vrai. J’ai ici une esclave qui n’est vraiment pas chère et qui correspond à ça, » dit-il.

Le marchand d’esclaves ne cachait pas son doute. Cela semble très probable puisque j’avais demandé un esclave qui avait d’excellentes capacités de combat.

« Compris. Par ici s’il vous plaît..., » dit-il

L’esclave bon marché n’avait pas été appelé dans cette pièce, donc cela signifie qu’elle était dans une pièce différente. J’avais alors suivi le marchand d’esclaves et j’entrais dans une pièce dans un état déplorable au niveau sanitaire.

« Ici, nous nous trouvons dans la pièce qui contient les esclaves bon marché. Les femmes portent des habits avec une ligne rouge dessus, » déclara le marchand d’esclaves.

Il semblait être difficile de distinguer les hommes des femmes s’ils ne le faisaient pas.

J’avais alors utilisé ma carte pour savoir où elle était. Ho... elle est ici...

« Monsieur le Marchand, pourquoi cette femme est-elle si maigre ? » demandai-je.

J’avais pointé du doigt une femme qui semblait perdre son temps à ne rien faire.

« Ha elle, » déclara le marchand. « Cette fille nous a été vendue par un noble de second ordre. À l’origine, elle était belle. Je lui ai donné de nombreux repas comme je donne aux autres, mais elle n’a jamais été rassasiée, peu importe combien elle mangeait. Je ne pouvais pas suivre les coûts alimentaires, donc les repas ont été réduits, et elle est finalement devenue si maigre. »

Après avoir entendu l’histoire de cette esclave par le marchand d’esclaves, je comprenais mieux sa situation.

« Elle est devenue trop maigre et a fini ici parce qu’elle n’est plus du tout populaire... Que diriez-vous de 10 000 pièces pour elle ? » demanda le marchand.

C’était bon marché. Vraiment bon marché. J’étais certain qu’elle n’avait plus du tout d’attrait sexuel dans l’état où elle était. Elle était tellement maigre.

« D’accord, je vais l’acheter, » dis-je.

« Merci pour votre achat. Qu’allez-vous faire avec elle ? » demanda-t-il.

Même si je lui donnais de bons vêtements, ce sera inutile.

« Ne devrions-nous pas d’abord retourner dans la pièce, puis lui donner un repas ? » demandai-je.

« Ceci ne me dérange pas, » répondit le marchand. « Je peux le préparer tant que vous pouvez le payer. »

Utilisons une nouvelle fonction de mon [Inventaire].

« C’est bon. J’ai de la nourriture dans ma boîte à objets, » dis-je.

« Compris. Qu’en est-il du contrat d’esclave ? Un Collier d’Esclaves ? Les deux sont à 10 000 pièces... » dit-il.

Un contact d’esclave était normalement inclus dans le prix de l’esclave, mais il semblerait qu’il ressentait le besoin de le charger séparément puisque cet esclave était vraiment très bon marché.

« Une marque d’esclave, s’il vous plaît, » dis-je.

« Compris, » répondit le marchand.

Le marchand d’esclaves fit venir des femmes de chambre. Deux servantes similaires vinrent et emportèrent cette esclave.

Quand je retournai dans la pièce d’origine, ces servantes la placèrent sur le sol.

J'avais alors sorti de la nourriture nouvellement préparée depuis mon [Inventaire]. Quand elle sentit ça, elle essaya de tendre la main, titubant alors qu’elle faisait ça. Je posai un morceau de pain dans sa bouche. Sa vitesse de consommation des aliments augmenta progressivement, et elle finissait rapidement de manger une partie de la nourriture se trouvant dans mon [Inventaire], l’un après l’autre.

« ... Elle est en train de manger. Alors, puis-je commencer le contact d’esclave ? » demanda une nouvelle personne qui venait d’arriver.

Quelqu’un était venu me voir. Je suppose que je lui avais donné un peu trop de nourriture et qu’il attendait là de pouvoir finir son travail.

« Hum, ça ne me dérange pas, » répondis-je.

« Alors..., » dit-il.

La personne qui était venue souleva les vêtements de la jeune fille, mais il ne semblait pas qu’elle se rend même compte. J’avais alors mis mon sang sur le contrat pour le finaliser. Cette jeune fille esclave était déjà totalement à moi... Non, c’était comme si elle me regardait même de cette façon.

« S’il vous plaît, plus... » dit-elle.

Oh génial ! Toute la nourriture que j’ai retirée de mon inventaire avait disparu avant que je lui parle.

« Okay, je vais vous en donner plus. Mangez autant que vous le souhaitez, » dis-je.

J’avais pris toute la nourriture se trouvant dans mon inventaire. Elle avait commencé immédiatement à la manger. Le marchand d’esclaves était également parti après que je l’avais payé. Elle avait finalement fini de manger après une heure. Bien que son allure ait été mauvaise au début, c’était beaucoup mieux après qu’elle ait mangé toute la nourriture qu’elle avait eu devant elle. Je pouvais dire qu’elle récupérait très vite tant qu’elle avait beaucoup de nourriture.

Je regardai à nouveau cette esclave. Elle était une très belle femme aux yeux bleus et aux cheveux blonds. Ses cheveux blonds atteignaient presque le sol. Au fait, j’avais touché le jackpot alors même qu’il y a un petit moment, elle était tellement maigre.

« Pff ! C’est la première fois depuis longtemps que je suis bien remplie, » dit-elle. « Je vous remercie. Êtes-vous mon maître ? »

Elle utilisait un ton empli de noblesse. Son titre était « Ancienne noble fille », mais je ne pensais pas qu’elle utiliserait ce titre. Si cette femme était comme la noble aux cheveux bouclés alors je ne pourrais pas éviter de la revendre...

« Tout à fait, » dis-je. « Je vous ai acheté. Mon nom est Jin. Ravi de vous rencontrer. »

« Hum... s’il vous plaît, prenez bien soin de moi, » dit-elle. « Mon nom est Sera Do... non, juste Sera. »

Ne vient-elle pas d’abandonner son nom de famille ? Je suppose qu’elle a été abandonnée, pensai-je.

« Une ancienne noble ? » demandai-je.

« Exact. Mais maintenant, je ne suis qu’une simple esclave. S’il vous plaît, ne vous inquiétez pas à ce sujet, » dit-elle.

Son visage a l’air d’avoir renoncé.

« Cependant, j’ai un appétit extrême..., » rajouta-t-elle. « Je mange plus que la normale depuis longtemps... En temps normal, je mange la moitié de ce que vous venez de me donner. »

C’est désagréable. Elle avait été jetée hors de sa famille à cause de la quantité de nourriture qu’elle mangeait.

« Pouvez-vous me donner plus de détails ? » demandai-je. « Bien sûr, vous n’avez pas besoin de dire quoi que ce soit si vous ne voulez pas. »

« Non, pas du tout, » dit-elle. « Je veux que vous sachiez tout de moi. Je pense que je vais facilement mourir si vous ne comprenez pas correctement ma situation. »

Facilement mourir ? Eh bien, je sais qu’elle n’exagère pas parce que j’ai vu son apparence qu’elle avait eue il y a peu de temps... pensai-je.

« La raison pour laquelle je suis une esclave est simplement parce que “je mange trop”, » dit-elle.

***

Chapitre 19 : Les Circonstances et la Présentation d’une Esclave Affamée

« J’ai toujours mangé dix fois plus que la normale, et cela depuis que je suis toute petite. Et comme j’étais une noble, c’était donc plus facile pour moi de couvrir le coût de la nourriture pour dix personnes que si j’avais été une roturière, » déclara Sera.

« C’est vrai, mais je ne vois pas comment une noble fille comme vous a pu finir par être une esclave. Pourquoi ? » demandai-je.

Je ne pouvais pas dire que j’avais une bonne impression de la maudite noblesse dans ce maudit pays...

« Et bien, ce n’était pas seulement ça, » dit-elle. « Vous pouvez voir à quoi je ressemble quand je suis très malade. Ma santé est mauvaise et je tombe souvent malade. Ma force physique est aussi également inférieure à celle des personnes normales. »

Ce n’était pas une bonne raison. Si c’était vrai, je ne pouvais pas dire que c’était « intéressant ».

« Ne me croyez-vous pas ? » demanda-t-elle. « Je pesais plus de 120 kg avant d’être vendue ici en tant qu’esclave. »

Il était vrai que je ne pouvais pas l’imaginer, mais c’était possible, surtout après avoir vu la quantité de nourriture qu’elle avait mangée plus tôt.

« Étiez-vous grosse ? » demandai-je.

« Non, j’avais presque la même silhouette à l’époque que celle que j’ai en ce moment, » dit-elle.

C’était certainement très étrange. Sera mesurait environ 1m70. Ses proportions étaient bonnes, mais je ne voyais pas comment ce poids pouvait se trouver dans son corps. Cent vingt kilos n’étaient pas dans la plage d’erreur possible.

En y pensant... la maigrelette Sera avait quand même eu besoin de deux servantes pour la porter.

« Qu’est-ce que vous en pensez ? » demanda Sera. « Je mange trop. Je suis anormalement lourde. Et j’ai une mauvaise santé. Aucun homme avec le moindre bon sens ne voudrait me prendre comme épouse, n’est-ce pas ? »

Cela pourrait être vrai, mais si cet homme avait des goûts étranges où était simplement un pervers... (Selon Mio, le nombre de nobles qui pourraient être considérés comme pervers n’était pas faible non plus.)

« Je vais avoir quatorze ans cette année, mais une fille inutile comme moi n’a jamais reçu la moindre proposition de mariage, » dit-elle. « Mes parents sont des personnes ambitieuses, alors quand j’ai eu quatorze ans et vu que je ne leur servais à rien, ils se sont débarrassés de moi. » 

« Ce sont des parents compliqués... Attendez ! Quatorze ans ? Mais votre apparence physique ? » demandai-je.

En y repensant, dans son Statut son âge était noté quatorze ans, mais elle avait l’air si mature que j’avais complètement oublié ce détail.

L’apparence de Sera était considérée comme celle d’une très belle femme. C’était même une fille extrêmement belle. Elle ressemblait à une fille à la fin de l’adolescence ou au début de la vingtaine. Cela dépendrait de son maquillage.

« Oui, une fille avec une apparence étrange et une histoire étrange. Voulez-vous déjà vous débarrasser de ce genre de personne ? » demanda-t-elle.

Je vois. Alors ils ont décidé de vous abandonner, pensai-je.

« Et j’ai été vendue à ce marchand d’esclaves, mais la nourriture pour les esclaves ne me suffisait pas, » dit-elle. « Donc, je suis rapidement devenue maigre et j’ai été jeté ici en tant qu’esclave bon marché. Comme j’ai ce genre d’apparence, je m’attendais à être vendue rapidement, mais je suis devenue trop vite maigre et donc pas populaire du tout avant même que je remarque ce qui se passait. »

C’était certain, car au début, j’avais aussi vu qu’elle avait des seins déformés et des affaissements dans d’autres endroits. Je l’avais à peine reconnue comme étant une femme. Elle aurait même pu mourir dans quelques jours.

« Ceci pourrait être vu comme une condamnation à mort faite par vos parents..., » dis-je.

C’était quelque chose de triste à dire. Les repas fournis par le marchand d’esclaves n’étaient pas suffisants. Ses parents avaient prévu cela et l’avaient pour ainsi dire tuée sans se salir les mains. Le pire type de parents.

« Et j’ai été acheté par le Maître et ai été autorisé à manger jusqu’à ce que je sois pleine, » dit-elle.

Elle disait ça en se frottant le ventre. Euh... S’il vous plaît, arrêtez. Le mouvement de sa main donnait l’impression que je l’avais mise enceinte...

« Peut-être que c’est la première fois que vous n’avez plus du tout faim, » dis-je.

Une idée me vient alors à l’esprit.

« Hé ! Pourrais-je tester quelque chose ? » demandai-je.

« Hein !? Qu’est-ce que c’est ? » demanda-t-elle.

J’avais pointé du doigt le canapé et lui avais dit. « Je veux que vous souleviez ce canapé. »

« Qu’est-ce que vous avez dit ? » demanda-t-elle. « Ne vous ai-je pas dit que j’étais malade ? Je ne peux pas le faire. »

« Tout va bien. Essayez juste de le faire, » dis-je.

Le visage de Sera semblait suspicieux... comme si j’avais ordonné sa mort.

« D’accord. Bon... de toute façon, je ne peux pas défier le Maître..., » dit-elle.

Elle s’approcha du canapé, s’accroupit devant lui puis le souleva.

« Haaaaa! »

Sera souleva facilement ce canapé. Il ne lui semblait pas du tout lourd.

« Hein !? Quoi ? Si léger ? Pourquoi ? » s’exclama-t-elle.

Il était naturel d’être surpris. Et non, je n’avais pas donné la moindre statistique à Sera. Il s’agissait là de sa force physique naturelle.

« D’accord, c’est assez. J’ai pu le confirmer, et c’est exactement comme je le pensais, » dis-je.

Sera replaça lentement le canapé. Et pour votre information, ce canapé était trop grand pour être déplacé par une seule personne. Au moins trois personnes étaient nécessaires afin de le déplacer.

« Pourquoi ? » demanda-t-elle. « Je ressens beaucoup de puissance dans mon corps... »

« Oui, je peux vous l’expliquer. Voulez-vous l’entendre ? » demandai-je.

« Oui, s’il vous plaît, » Sera acquiesça.

Eh bien, il n’y avait aucune raison de ne pas lui dire. « Je peux expliquer votre situation avec une chose. »

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda-t-elle.

« Votre capacité physique élevée, » dis-je. « Ou plus exactement, votre performance maximale. »

Une capacité qui avait permis de soulever ce canapé en était la meilleure preuve.

« Pour avoir cette performance... Est-ce à cause du repas ? » demanda-t-elle.

« Oui, vous avez raison, » dis-je. « En bref, Sera, vous pouvez afficher une grande capacité physique lorsque votre estomac est plein. »

Après avoir réfléchi un instant, Sera avait soudainement eu l’idée. « Parce que mes parents s’inquiétaient de ma suralimentation, je n’ai pas mangé assez de nourriture. Puis, comme je ne mangeais pas assez de nourriture, ma capacité physique était faible... »

« Peut-être que votre force physique élevée provient de votre densité musculaire élevée, et le muscle occupe la plus grande partie du poids d’un humain, » dis-je. « Son poids spécifique est élevé, et c’est pourquoi vous êtes si lourde. »

Comme lors d’un régime dans mon Ancien Monde, vous prendrez du poids lorsque votre masse musculaire était augmentée. Et le muscle était plus lourd que la graisse.

« Est-ce aussi la raison pour laquelle j’ai grandi si vite, afin d’obtenir le corps optimal pour pouvoir pleinement utiliser ma force physique... ? » demanda-t-elle.

Peut-être qu’elle allait aussi vieillir plus lentement, et ainsi, peut-être qu’elle pourra rester à son potentiel maximale plus longtemps.

« Bien sûr, vous avez besoin de beaucoup d’énergie pour maintenir cela, » dis-je.

« Est-ce la nourriture... ? Si cela est vrai, alors il relie tous ces faits... » demanda-t-elle.

Il semble qu’elle croyait le plus gros de mon histoire. Je ne lui avais pas menti. Je ne lui avais tout simplement pas dit que c’était à cause de ses compétences.

« En y pensant, pourquoi le Maître m’a-t-il achetée ? Je ne pense pas que mon apparence soit populaire..., » Sera demanda cela quand elle se souvint de ce fait.

Son apparence ressemblait presque à celle d’une momie. Je pensais que quelque chose au-delà d’être un pervers était nécessaire pour être intéressé par quelque chose comme ça.

« Bien sûr. C’est parce que votre capacité est utile pour moi, » dis-je.

« Hein !? » s’écria-t-elle.

Un grand « ? » semblait apparaître sur la tête de Sera. Entendant quelque chose d’incompréhensible comme ça avait fait penser à Sera que je le savais depuis le début.

« Je vais vous expliquer plus tard, mais pour l’instant, vous avez une importante force, » dis-je. « Je n’ai pas une solide expérience dans ce domaine... Mais je voyage, et vous pouvez être mon garde du corps. »

« Hmm... Vous l’expliquerez plus tard, non ? » demanda-t-elle.

« Oui, je dois d’abord vous présenter à mes amies, et après cela, nous pourrons parler des détails, » dis-je.

« C’est compris, » dit-elle.

J’avais alors appelé le marchand d’esclaves afin qu’il puisse s’occuper de l’apparence physique de Sera. Bien sûr, je payais par la même occasion 10 000 pièces supplémentaires.

Après un moment, le marchand d’esclaves revient avec Sera. Elle portait désormais une longue jupe noire et une blouse blanche ce qui l’avait transformée en une femme extrêmement belle.

« Je suis surpris ! » s’exclama le marchand. « Elle n’était pas si belle la première fois qu’elle est venue ici... Je l’aurais suffisamment nourrie si j’avais su cela... » Le marchand d’esclaves était empli de regrets.

« Ne commencez pas maintenant à blaguer à propos d’une augmentation du prix, d’accord ? » dis-je.

« Bien sûr que non ! » cria-t-il. « L’échec quant à l’évaluation d’un esclave est la faute du marchand d’esclaves. Et je ne peux pas faire ça à un esclave qui a déjà été vendu ! » Il était difficile de dire que cette affaire était bonne pour lui, mais il semblait avoir une certaine fierté en lui.

« En passant, combien vaudrait-elle si je la vendais maintenant ? » demandai-je.

« Attendez, Maître ! Ce n’est vraiment pas bien ça ! » cria Sera. Elle était sur le point de pleurer.

« Voyons voir. Je l’achèterais à 500 000 pièces et la vendrais à environ 2 millions de pièces..., » dit-il.

« Sensationnel ! » m’exclamai-je. « Cinquante fois plus que mon investissement initial. »

« Avant cela, je dois prendre en compte ses repas, et le coût d’entretien est très élevé, » déclara le marchand.

« Sniff ! Mon Maître est un démon..., » Sera s’effondra sur le sol. Eh bien ! Même ainsi, elle était toujours très belle.

« Il s’agit simplement d’une blague. Vous n’avez pas à vous inquiéter de ça, » dis-je.

« Est-ce une blague ? » demanda le marchand d’esclaves. « Eh bien ! Je suis déçu. Dommage que c’était une blague... »

S’il vous plaît, arrêtez, vendeur d’esclaves. Je rigolais ! Je n’ai pas l’intention (en ce moment) de la vendre, pensai-je.

« Ughh ~, je vous crois..., » déclara le marchand.

« Eh oui, qui va faire un tel gaspillage tel que celui-ci !? » demandai-je.

« Euh... en quelque sorte, je me sens différente..., » murmura Sera.

Je quittai le marché aux esclaves avec Sera à mes côtés. Avec une tenue correcte, Sera était vraiment attirante, et je voyais que beaucoup d’hommes la regardaient.

Il est étrange que personne n’ait proposé une demande de mariage pour ce genre de fille, pensai-je.

R : Il semble qu’en raison de sa pénurie chronique de repas avant d’être envoyée sur le marché des esclaves, son apparence a toujours été malsaine.

Hein ? Est-ce que Sensei peut-il aussi répondre à une question personnelle ? pensai-je.

R : Tout à fait.

Hmmm... Je pensais que ma [Fenêtre Système] et mon [Aide] ne pouvaient pas obtenir de niveau, mais en quelque sorte, elles avaient évolué. J’étais inquiet que si je ne pouvais pas voir clairement une information, cela puisse me donner un mauvais rapport concernant la situation...

Je retournai ainsi jusqu’à l’auberge et payai un supplément pour Sera. Comme je les avais contactés par télépathie, tout le monde était déjà dans l’auberge.

« Je suis de retour, » dis-je.

« « « Bon retour, » » » tout le monde l’avait dit en même temps.

Maria et Mio portaient des vêtements de femme de ménage. En y repensant, Mio avait déclaré qu’elle allait porter des vêtements de femme de chambre autant que possible et qu’elle m’accueillerait ainsi quand je reviendrais.

Mais cette fois-ci, ses vêtements de femme de chambre se composaient d’une mini-jupe bien qu’elle ait acheté à la fois une jupe classique et ce type de mini-jupe. Bien sûr, j’aimais ce type particulier de vêtements de femme de ménage parce que je pouvais voir leur culotte quand elles travaillaient.

Je me plaçai devant tous les membres de notre groupe avant de présenter Sera.

« Ceci est la nouvelle esclave, Sera, » dis-je. « Et voici mes compagnons de voyage. Sera, veuillez vous présenter. »

« D’accord. Ravie de vous rencontrer, » déclara Sera. « Mon nom est Sera. » Sera s’inclina après ça.

Bien sûr, la première personne à réagir fut Mio. « Ohh ~~, une ancienne noble ! »

« Oui, mais vous n’avez pas besoin de vous inquiéter pour ça, car je suis maintenant une esclave, » déclara Sera.

« Alors, tout le monde devrait se présenter, » dis-je.

Après que j’eus dit ça, Mio fut la première à avancer avant de se présenter. « Je suis la première esclave du Maître, Mio-chan ! Vous pouvez m’appeler Senpai ! »

Mio avait déclaré ça avec confiance. Je n’avais pas l’intention d’intervenir dans la relation entre les esclaves, mais pour que Sera l’appelle « Senpai », c’était un petit peu...

« Je suis Maria, je suis comme elle la première esclave de Jin-sama, » déclara Maria. « Je suis heureuse que Jin-sama ait choisi d’avoir plus de compagnons. Soyons amies. »

Maria s’inclina après ça. En quelque sorte, cette fille déplaçait le sujet vers moi. Eh bien, est-ce que ça va aller d’avoir deux « premières » esclaves ?

« Je suis Sakura. Euh, je suis la subordonnée de Jin-kun, » déclara Sakura.

Pourquoi tout le monde déclare-t-il leur relation avec moi ? Depuis que j’avais demandé récemment à Sakura de créer de la magie, il pourrait être correct de dire que Sakura est ma subordonnée, pensai-je.

Sakura poussa Dora devant elle et Dora leva silencieusement la main.

« Cette fille est Dora-chan. Elle est l’animal de compagnie de Jin-kun, » annonça Sakura.

Euh... Hé ! Ceci va ruiner ma réputation, mais c’est en même temps la vérité. Je suppose que je vais devoir l’expliquer plus tard..., pensai-je.

« Et bien, elles sont mes compagnons de voyage, » dis-je.

« Compagnons ? » demanda Sera. « Sauf le Maître, toutes les personnes présentes ici ne sont-elles pas des filles ?... Ou devrais-je plutôt dire que je suis la personne qui se rajoute à l’effectif du harem du Maître... »

Eh bien, c’était ce que vous pourriez penser depuis l’extérieur. Mais je n’avais jamais rien fait à ces filles. Tout au plus, je les avais regardées et flattées. Cela ne servait à rien de le nier.

« Je pense que vous avez raison, » déclara Mio. « Oh, ne vous inquiétez pas. Le Maître ne nous traitera pas mal parce que nous sommes des esclaves. De temps en temps, il nous taquine juste sur le fait que nous soyons des esclaves... »

« Oh ~, je pense qu’il m’a déjà fait ça..., » répondit Sera.

Il n’y avait rien que je puisse dire vis-à-vis de ça et je n’avais aucunement l’intention de l’arrêter.

« Jin-sama est vraiment merveilleux, » déclara Maria. « Il m’a sauvé dans un marché d’esclaves alors que j’étais sur le point de mourir. »

« Hein... moi aussi, » Sera acquiesça à la suite du commentaire de Maria.

« Les présentations de base sont terminées, » dis-je. « La suite concerne la situation de Sera. Sera. Cela vous dérange-t-il qu’on en parle ? »

« Non, pas du tout, » dit-elle. « Je n’ai rien à cacher. Je vous remercie d’avant de leur donner une explication détaillée. »

Après que Sera déclara son accord, je commençai à parler.

Les faits concernant le « Elle a été vendue par ses parents » et « Elle mange plus de nourriture que les autres » étaient effrayants pour Maria. Dans mon cas, je sympathisais un peu avec elle. Mais dans le cas de Maria, c’était inévitable que cela l’affecte bien plus.

Le fait que ses « capacités ne correspondaient pas à son apparence » était aussi surprenant pour Mio. Eh bien, la situation de Sera était opposée à celle de Mio.

Le « Elle pèse 120 kg » avait fait que Sakura se toucha le ventre. Je le savais déjà. Sakura se touchait toujours le ventre et se plaignait : « Je n’ai pas assez de calories consommées lorsque nous voyagerons en chariot... »

Après cela, je leur avais parlé de la relation entre les repas et sa capacité physique.

« Je vois, elle est forte quand son estomac est plein, non ? » demanda Mio.

« Tout à fait, » dis-je. « Presque tous les aliments qui étaient dans l’[Inventaire] ont été mangés. »

J’avais désespérément défendu le riz...

« Impossible !? Si je ne me trompe pas, c’était suffisant pour vingt personnes ! » déclara Mio.

« Elle a mangé toute cette nourriture seule, non ? Je vais devoir travailler plus durement. » Maria semblait devenir encore plus motivée.

Eh bien, je n’avais pas l’intention de la nourrir comme ça.

Sakura me regardait silencieusement, sans dire un mot...

« Jin-kun, pourriez-vous gérer ça avec notre pouvoir spécial... le vôtre et le mien ? » Demanda-t-elle finalement.

« Tout à fait, » dis-je. « Pouvez-vous faire de la magie de création de nourriture afin de transformer les Points de Magie en nourriture ? »

C’était quelque chose que Sakura attendait depuis le début parce que c’était très pratique. Elle resta silencieuse pendant un moment, essayant de vérifier si son pouvoir spécial pouvait le faire.

« Hmm... je le peux. Que diriez-vous de créer une pilule de nutrition avec des Points de Magie ? » demanda-t-elle.

« N’est-ce pas une “pilule de nourriture” !? » Mio avait réagi à la proposition de Sakura.

Ce serait une ration portable pour les ninjas sous la forme d’une pilule, et sa nourriture était suffisante pour remplir son estomac. Ou quelque chose comme cela.

Au fait, quand j’avais parlé de « fournir sa nourriture », vous aviez dû penser à de vrais repas. L’influence de la vraie compétence Cuisine était incroyablement énorme.

« Compris. Je vais créer cette magie plus tard, » déclara Sakura.

« Pourquoi pas maintenant ? » demandai-je.

« Ne sera-t-elle pas surprise si je le fais sans explication ? » demanda Sakura.

« Oui, elle sera à coup sûr surprise, » dis-je.

*

« Je pense que c’est un miracle, » déclara Sera.

Maria et Mio acquiescent. Elles avaient également été surprises la première fois.

« À ce propos, Maître. Quel est le secret de cette fille ? Compétence ? Titre ? » demanda Mio.

« Qu’est-ce que vous demandez là ? » Sera était confuse.

Eh bien... je pense que je devrais bientôt aborder le sujet principal, pensai-je.

« Le secret de Sera..., » dis-je. « C’est une force physique en raison de sa compétence. »

« Hee ! Quel genre de compétence est-ce ? » demanda Sakura.

C’était trivial, je pouvais montrer le statut avec mon [Lien d’Engagement], mais je voulais quand même expliquer.

« Le nom de sa compétence est [L’Épreuve du Héros] ! » dis-je. « Une avant-garde capable de faucher un ennemi avec une force physique élevée ! »

« « « Wôw ! » » »

Au fait, c’était la réaction attendue que j’avais eue.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda une Sera confuse. « Quelqu’un pourrait-il me donner... ? »

« Ne vous l’ai-je pas déjà dit ? Je vais vous faire une explication détaillée, » dis-je.

« Hein !? » s’exclama Sera.

« Mio ! Allez-y ! » ordonnai-je.

« Je sais... après tout, l’explication est mon travail..., » déclara-t-elle.

C’était exact. Hier, j’avais officiellement donné à Mio le devoir de « donner une explication au nouveau venu ». Elle était étonnamment bonne vis-à-vis de ça. Donc, je lui laissais le temps de faire toute l’explication...

« Euh... C’est tout, » annonça Mio après un bon moment de parole.

Selon Mio, l’explication sur les compétences, le statut, les pouvoirs spéciaux et les détails sur les membres du groupe étaient terminés. Eh bien, c’était une explication facile à comprendre.

« Il est difficile de croire cela, mais avec des preuves comme celles-ci, il est difficile de ne pas le croire, » déclara Sera.

Sera devait croire ça parce qu’avec le [Lien d’Engagement], elle pouvait voir le statut pendant que Sakura avait utilisé sa [Création de Magie] afin de créer sa magie de [Boule d’Énergie].

[Sort Originel – Boule d’Énergie]

Convertis les Points de Magie (qui est nécessaire pour utiliser n’importe quelle magie) en une pilule nutritive.

Il peut au maximum créer assez de nutriments pour 20 personnes.

« Et, quel est mon statut ? » demanda Sera.

Nom : Sera

Sexe : Féminin

Niveau : 1

Âge : 14

Race : Humaine

Titre : Esclave de Jin, Ancienne Noble.

Compétences :

Maîtrise Martiale :

Aucune

Magie :

Aucune

Générale :

[L’Épreuve du Héros Niv. 5] [Dissipation de la Magie Niv — ]

« Qu’est-ce que c’est que la Dissipation de la Magie ? » demanda-t-elle.

« Il s’agit d’une compétence qui annule la magie hostile qui vous affecte, » dis-je. « Vous pouvez toujours recevoir de l’amélioration magique et des soins, mais la magie d’attaque et ceux occasionnant des malus n’auront aucun effet sur vous. C’est vraiment une tricherie en tant que compétence. »

« Faire face à un ennemi avec une force physique élevée et une grande résistance à la magie. Euh, totalement un héros, » déclara Mio tout en hochant la tête.

Son cumul de compétences était parfait. Le problème était...

« Mais... après avoir demandé à Sensei, nous avons découvert que tout le monde ayant cette compétence mourrait de faim avant même d’être un adulte, » dis-je.

« Vraiment ? » demanda Sera.

« Oui, vraiment, » dis-je.

Disons, on ne pouvait pas y faire grand-chose. La situation alimentaire dans ce monde n’était clairement pas bonne. Vous ne pouviez pas vous attendre à avoir suffisamment de nourriture pour subvenir aux besoins d’un tel corps si vous n’étiez pas née dans une famille riche.

« J’ai eu de la chance, » déclara Sera. « Bien que j’ai été abandonnée, je suis toujours capable de vivre parce que le Maître m’a ramassée... »

« C’est exact, » déclara Maria. « Nous avons de la chance d’avoir été choisies par Jin-sama. Par conséquent, il est de notre devoir d’aider Jin-sama de toute notre force. »

... Eh bien, je n’avais rien à redire si elles voulaient m’aider...

« En y pensant, Maître. Il y a quelque chose dont je m’inquiète un peu..., » demanda Mio.

« Qu’est-ce que c’est ? » demandai-je.

« Sera-chan possède la Dissipation de la Magie, » déclara Mio. « Alors, pourquoi la magie d’esclavage fonctionne-t-elle quand même sur elle ? »

Il n’était pas certain que la magie d’esclavage soit considérée comme une magie hostile.

« Peut-être qu’il est possible d’être asservie après avoir été abandonné parce qu’elle a perdu sa protection, » dis-je. « Ou cette compétence ne protège que le corps, et cette magie n’est pas considérée comme une magie hostile. »

« Elle fonctionne selon le point de vue du propriétaire... une compétence intelligente, » déclara Mio.

« Ou peut-être qu’elle était trop affamée. Et ceci a empêché l’activation de cette compétence... » déclara Sakura.

« Hahaha..., » riais-je d’une manière maladroite. Je n’avais pas beaucoup d’estime quant à l’équilibre de ce monde. Un avantage venait avec un désavantage. Non, je pensais que l’avantage et le désavantage viennent ensemble.

« Bien sûr, je suis votre esclave, alors je ferai de mon mieux, » déclara Sera. « Pour l’instant, voulez-vous que je prenne soin de vos besoins personnels, que je sois une garde ou que je participe également aux combats ? »

« Tout à fait, » dis-je. « Je dois quand même utiliser votre capacité unique. »

Pourquoi est-ce que je sens que Sera est un peu agitée ? pensai-je.

« Je sais déjà ça... Mais... c’est à propos de ça... Je suis d’accord avec les pilules alimentaires, mais... euh... je voudrais aussi pouvoir manger de la nourriture normale..., » déclara Sera d’une manière qui montrait qu’elle semblait troublée.

Oh, c’est donc ça ? pensai-je. Bien que la pilule était suffisante pour subvenir aux besoins, les manger tout le temps était ennuyeux. Je n’avais jamais eu l’intention de la laisser être si misérable en ce qui concerne son alimentation.

« D’accord. Mais seulement une portion de nourriture, » dis-je. « Vous pouvez manger de la nourriture normale, donc la même quantité que les autres, et ensuite, vous utilisez des pilules nutritives afin de vous remplir l’estomac. Et je pense que par la même occasion, je vous autoriserais à manger tous les restes des autres. »

« Oui, merci beaucoup. Je le ferai volontiers, » dit-elle, à nouveau joyeuse.

Je ne pouvais pas garantir le goût des pilules nutritives. Après tout, tout le monde voudrait avoir de la nourriture délicieuse. Cette idée était similaire aux rations portables, et aussi...

Une grande quantité de Point de Magie était nécessaire... non seulement pour Sakura afin de créer la magie ou pour créer les pilules de Sera. Mais les pilules nutritives étaient la bouée de sauvetage de Sera. Ce serait un problème s’il n’y avait pas assez.

Après cela, j’avais acheté une grande épée, un grand bouclier et une lance lourde pour Sera.

Pour Sera, qui pouvait facilement frapper avec des armes lourdes, il n’y avait pas beaucoup de différence entre frapper avec une arme à une main ou à deux mains.

Grande Épée

Classe : Épée Large

Rareté : Commun

Partisan

Classe : Lance Lourde

Rareté : Commun

Tour

Classe : Grand Bouclier

Rareté : Commun

Toutes blagues mises à part, je lui avais donné assez de compétences et de statut pour faire d’elle une avant-garde. C’était un peu un inconvénient pour moi, mais comme dans le cas de Maria, son affinité avec mon pouvoir spécial était vraiment très élevée.

Par la suite, j’avais décidé d’acheter une nouvelle arme pour Sakura parce que j’en avais trouvé une rare.

Baguette de Rubis

Classe : Baguette

Rareté : Rare

Note : Augmente la Puissance Magique.

Alors... nos actions dans cette ville avaient pris fin. Inscrivons-nous en tant qu’aventuriers dans la prochaine ville... et commençons notre aventure.

Nom : Jin Shindo

Sexe : Masculin

Âge : 17

Niveau : 25 → 31

Race : Humain (Humain d’un autre monde)

Compétence :

Maîtrise Martiale :

[Maîtrise de l’Épée Niv. 7] [Maîtrise de la Lance Niv. 4 → 1] [Maîtrise des Masses Niv. 6] [Maîtrise du Bouclier Niv 2][Maîtrise des Arcs Niv. 3] [Arts martiaux Niv. 6] [Maîtrise des Haches Niv. 5] [Assassinat Niv. 2]

Magie :

[Magie de Feu Niv. 2] [Magie de Glace Niv. 2] [Magie du Vent Niv. 2] [Magie de Terre Niv. 2] [Magie de la Foudre Niv. 2] [Magie de l’Eau Niv. 2] [Magie Noire Niv. 2] [Magie Blanche Niv. 2] [Enchantement Niv. 1] [Possession Niv. 1][Magie d’Esclavage Niv 2] [Magie d’Espace Niv 2] [Aucune Incantation Niv. 2] [Magie unique : Restauration] [Magie Unique : Pièce] [Magie Unique : Téléportation] [Magie Unique : Portail] [Magie Unique : Boule d’Énergie]

Générale :

[Domptage de Monstres Niv. 5] [Mélange Niv. 2 → 3] [Commandement Niv. 4] [Inspiration Niv. 4] [Crochetage Niv. 3] [Vol à la tire Niv. 4] [Intimidation Niv. 4] [Torture Niv. 2]

Corporelle :

[Renforcement du Corps Niv. 10][Clignotement Niv 5 [Régénération de la Vie Niv 5] [Régénération de la Magie Niv 2] [Saut Niv. 4] [Détection de Présence Niv. 5] [Vision Nocturne Niv. 3] [Ambition Niv 1][Esprit Combattif Niv. 5] [Berseker Niv. 1] [Détection Niv. 6][Saut Niv. 4]

Pouvoir Spécial : [Puissance de la Vie et de la Mort (prendre et donner) Niv. 4][Clairvoyance Niv. —] [Lien de Contact (Lien d’engagement) Niv — ] [Stockage infini (Inventaire)][???][???][???]

Titre : Personne invoquée, Personne ayant un Pouvoir Spécial

Équipement : [Lame d’Âme — incomplète]

Nom : Sakura Kinoshita

Sexe : Femme

Âge : 16

Niveau : 27

Race : Humain (Humain d’un autre monde)

Compétence :

Maîtrise Martiale :

[Maîtrise des Masses Niv. 7] [Combat à mains nues Niv. 2]

Magie :

[Magie de Feu Niv. 3] [Magie de Glace Niv. 2] [Magie du Vent Niv. 2] [Magie de Terre Niv. 2] [Magie de la Foudre Niv. 3] [Magie de l’Eau Niv. 2] [Magie Noire Niv. 5] [Magie d’Espace Niv 2] [Aucune Incantation Niv. 2]

Générale :

Aucun

Corporelle :

[Renforcement du Corps Niv. 7][Saut Niv. 3][Régénération de la Magie Niv 2]

Pouvoir Spécial [Création de Magies]

Titre : Personne invoquée, Personne avec un Pouvoir Spécial

Équipement : [Sceptre de Rubis]

Nom : Dora

Niveau : 26

Compétence :

Maîtrise Martiale :

[Maîtrise des Masses Niv. 5] [Maîtrise du Bouclier Niv 3]

Magie :

[Magie Draconique Niv. 3]

Générale :

Aucun

Corporelle :

[Renforcement du Corps Niv. 9] [Vol Niv. 7] [Régénération de la Vie Niv 2][Charge Niv. 5] [Hurlement Niv. 10 (augmentée)] [Morsure Niv. 8] [Saut Niv. 3]

Équipement : Bâton de combat de moine, Bouclier en acier

Nom : Mio

Sexe : Féminin

Niveau : 20

Âge : 8

Race : humaine (réincarnée)

Compétence :

Maîtrise Martiale :

[Maîtrise des Arcs Niv. 8] [Combat à mains nues Niv. 2]

Magie :

Aucune

Générale :

[Domptage de Monstres Niv. 1] [Crochetage Niv. 1] [Cuisine Niv. 5] [Travaux ménagés Niv. 4]

Corporelle :

[Renforcement du Corps Niv. 8] [Saut Niv 3 augmentée]

Spéciale :

Aucune

Titre : esclave criminelle, esclave de Jin

Équipement : Arc court féerique

Nom : Maria

Sexe : Féminin

Niveau : 28

Âge : 12

Race : homme-bête (Chat)

Compétence :

Maîtrise Martiale :

[Maîtrise de l’Épée Niv. 7][Maîtrise des HachesNiv. 1] [Combat à mains nues Niv. 3] [Maîtrise des Armes de JetNiv. 1]

Magie :

[Magie de Feu Niv. 3] [Magie de Glace Niv. 3][Magie Blanche Niv. 5] [Magie de Restauration Niv. 3] [Magie de la Nature Niv. 3]

Générale :

[Domptage de Monstres Niv. 4][Mélange Niv. 1][Cuisine Niv. 1][Travaux ménagers Niv. 1] [Bucheron Niv 1] [Chasse Niv 2] [Couture Niv 2] [Minage Niv 1] [Jugement Niv 3] [Forge Niv 2][Équitation Niv. 3] [Jardinage Niv. 3] [Étiquette Niv. 5] [Majordome Niv. 6]

Corporelle :

[Renforcement du Corps Niv. 10][Clignotement Niv 5][Régénération de la Vie Niv 6] [Régénération de la Mana Niv 4][Saut Niv 4] [Ambition Niv 5] [Esprit Combattif Niv. 5][Recherche Niv 5] [Résistance Accrue Niv 2] [Yeux de l’Esprit Niv 4] [Résolution Niv 2]

Spéciale :

[Héros Niv 5]

Titre : Héros des hommes-bêtes, esclave de Jin

Équipement : Épée à une main en fer

Nom : Sera

Sexe : Féminin

Niveau : 1

Âge : 14

Race : Humain

Titre : Esclave de Jin, Ancienne Noble.

Compétences :

Maîtrise Martiale :

[Maîtrise de l’Épée Niv. 7 (nouveau)] [Maîtrise de la Lance Niv. 5 (nouveau)] [Maîtrise du Bouclier Niv 5 (nouveau)] [Équitation Niv 2 (nouveau)]

Magie :

Aucune

Corporelle :

[Renforcement du Corps Niv. 10 (nouveau)] [Clignotement Niv 4 (nouveau)]

Générale :

[L’Épreuve du Héros Niv. 5] [Dissipation de la Magie Niv — ]

Équipement : Partisan, Grande Épée, Tour

Pour les compétences se trouvant si dessous, considérez que tout le monde est au niveau 1. Dans le cas où la compétence est différente, elle sera affichée dans le statut de la personne.

Maîtrise Martiale :

[Maîtrise de l’Épée Niv. 1] [Maîtrise des Lances Niv. 1] [Maîtrise des Masses Niv. 1] [Combats à mains nues Niv. 1] [Maîtrise des Arcs Niv 1] [Maîtrise des Boucliers Niv 1] [Maîtrise des Armes de Jet Niv. 1] [Assassinat Niv 1] [Équitation Niv 1] [Maîtrise des Haches Niv 1]

Magie :

[Magie de Feu Niv. 1] [Magie de Glace Niv. 1] [Magie de Vent Niv. 1] [Magie de Terre Niv. 1] [Magie d’Éclair Niv. 1] [Magie de l’Eau Niv. 1] [Magie Blanche Niv. 1] [Magie de Restauration Niv. 1] [Magie Noire Niv 1] [Magie de Nature Niv 1]

Générale :

[Mélange Niv 1]

Corporelle :

[Régénération de la Vie Niv 1] [Régénération de la Mana Niv 1][Yeux de l’Esprit Niv 1][Détection Niv 1][Vision Nocturne Niv. 1][Recherche Niv 1][Résolution Niv 1]

Autres

[Chance Niv 1]

***

Histoire parallèle Chapitre 2 : Le Président du Conseil Étudiant et le Club

Une semaine s’était écoulée depuis que nous avions été appelés dans ce monde en tant que héros.

Demain, nous avions des activités libres de prévues. Je voulais dire par là que c’est le bon moment pour dissoudre notre équipe actuelle et en former une nouvelle. Pour l’instant, je devais trouver des personnes qui voulaient vraiment vaincre le Roi des Démons.

En ce moment, nous étions obligés de faire de temps en temps un rapport au royaume. Le royaume aurait des ennuis s’ils nous contrôlaient trop, alors il nous donnait une certaine liberté. Bien sûr, nos équipements et consommables provenant tous du royaume...

Je voulais dissoudre l’équipe actuelle et en former une nouvelle. On avait parlé de ne pas former une équipe avec seulement des membres du conseil étudiant, et j’avais aussi accepté ça. Je voulais donc dissoudre notre équipe, et Mizuhara, Orihara et Kino étaient également d’accord avec ce plan.

Je ne voulais pas en parler, mais je ne pouvais pas ignorer le fait qu’Orihara y participe...

C’était également vrai que Mizuhara semblait préférer partir seule à l’aventure. Je supposais qu’elle voulait retrouver Shindo.

Le don de Mizuhara était la [Maîtrise de l’Épée], faisant d’elle un maître-épéiste. Mais c’était pas seulement un maître. Cela lui permet également d’utiliser des mouvements secrets comme dans les mangas. Elle était forte, et sans aucun doute, elle était assez forte pour aller en solo. Je lui avais proposé d’y aller avec elle, mais elle avait catégoriquement refusé.

À propos de Kino... Je ne savais pas. Quand j’avais parlé de dissoudre l’équipe, elle avait juste hoché la tête. Eh bien, Kino était probablement plus une personne qui parlait avec l’action plutôt que des mots. Le don de Kino était la [Variation de Couleurs] qui créait des bulles de différentes couleurs qui pouvaient donner un avantage ou un désavantage en le touchant, un peu comme de la magie de soutien. Ou buff et debuff, en termes de jeu. On pourrait dire que son don était une technique de maître.

Aujourd’hui était notre dernière activité de groupe, et nous avions été convoqués dans la salle du palais royal pour une fête avec un buffet à la clef. C’était le troisième grand événement pour nous dans ce monde. Le premier et le second n’étaient pas de très bonnes histoires. Je voulais dire... l’un de nous était mort, et maintenant nous avions dû faire son enterrement.

Nous avions été convoqués ici en tant que héros, et nous avions de puissants dons. Cependant, cela ne signifiait pas que nous ne pouvions pas mourir. Nous pouvions toujours facilement mourir, surtout si nous étions négligents. En fait, les deux qui étaient morts avaient été tués par des monstres de bas rang parce qu’ils avaient été négligents.

Après avoir confirmé les détails, ces deux personnes avaient été des adorateurs de jeux et avaient considéré ce monde comme s’ils étaient dans un jeu. Peut-être que c’était la raison pour laquelle ils avaient baissé leur garde et qu’ils avaient été tués.

Ce monde était comme un jeu, mais ce n’était nullement un jeu. Cela faisait également mal quand nous étions touchés, et il n’y avait pas de méthode pour faire revivre les morts ni pour faire repousser les membres manquants. Sans ce réalisme, je pensais que ce monde serait un bon jeu.

La mort d’un héros semblait être une affaire sérieuse, en vue de l’ampleur des funérailles. Cependant, il n’y avait eu que des cercueils vides parce que nous n’avions pas pu récupérer leurs corps. Au fait, l’église avait tenu un service funéraire. La religion d’État de ce pays était appelée la « religion de la Déesse ». Parce que les Dieux existaient, il était naturel d’avoir une telle religion.

En plus des deux morts, il y avait également cinq personnes disparues.

L’un d’eux semblait avoir disparu avant que je ne le remarque. Parce qu’il n’était pas sur la liste des héros quand nous avions vérifié nos dons, j’étais certain qu’il avait disparu à ce moment-là. Ou peut-être qu’il n’avait pas été convoqué dans ce monde ?

Cependant, c’était impossible, parce qu’il était dans le premier qui avait parlé quand nous avions été convoqués dans ce monde.

Il s’était plaint concernant l’invocation de héros, et maintenant il manquait à l’appel. Alors... il était naturel de suspecter ce pays. Après enquête, cependant, il semblait douteux que ce pays n’eût rien à voir avec cela. En premier lieu, il n’était pas facile d’enlever quelqu’un qui doutait de ce pays sans être remarqué par qui que ce soit.

Franchement, cette affaire était une impasse. Il y avait trop peu d’informations. Je n’avais rien d’autre à faire que d’abandonner...

Les quatre personnes restantes étaient dans des situations différentes. Leurs comportements n’étaient pas corrects dans notre Ancien Monde. En fait, vous pourriez tout à fait dire qu’ils étaient des délinquants, mais ils étaient les chefs de leurs groupes respectifs.

Ils avaient été reconnus comme des élèves qui détestaient être commandés, alors ils avaient volé de leurs propres ailes. La question était : « Pourquoi n’ont-ils pas emmené leur membre du groupe avec eux ? » Personne ne savait où ils se trouvaient actuellement.

Franchement, je ne pensais pas que les personnes voudraient se séparer après être venues dans un monde différent depuis juste une semaine. Il y avait également une poignée d’adultes parmi nous, mais ils étaient occupés avec eux-mêmes et n’avaient pas le temps de s’occuper des étudiants. Malheureusement, il n’y avait personne parmi nous qui pourrait prendre ce rôle de chef.

Moi ? Le président du conseil étudiant était en fait concentré sur le travail dans les coulisses. Je n’étais pas une personne qu’on pouvait mettre devant tout le monde. À partir d’aujourd’hui, nous agirons de notre propre chef. Ça ne changerait rien si quelqu’un venait maintenant prendre cette charge.

Eh bien, je devais me préparer pour assister à ce buffet. Pourquoi ? Parce que je devais « parler avec Orihara ». La dernière fois que je lui avais parlé, j’avais entendu parler de sa relation entre lui et Shindo.

Je n’étais pas sûr, mais je pensais que je pouvais maintenant comprendre son raisonnement. En outre, il pourrait avoir besoin de se battre avec Shindo, selon la situation...

Le problème était la position d’Orihara. Je voulais confirmer s’il était avec nous ou contre nous, quand il s’agissait des affaires liées aux héros. De notre conversation précédente, il voulait « rendre l’histoire de Shindo intéressante », et il « ne se souciait pas du Roi des Démons », ce qui n’était pas l’attitude d’un héros. Je pourrais avoir besoin de prendre des mesures si Orihara était contre nous.

Comme nous avions toujours été dans le même groupe, il écouterait normalement mes décisions. Cependant, l’ego d’Orihara était vraiment très grand.

Et aussi à cause de cela, nous n’avions pas eu ces derniers temps de conversations dans la soirée. Orihara était difficile à gérer, alors je voulais avoir le moins d’interactions possible avec lui. Mizuhara ne parlera pas non plus avec Orihara, à cause des instructions de Shindo. Kino ne parlait généralement pas, et Orihara ne parlait pas non plus beaucoup. Le résultat était que nous n’avions eu que peu de conversation.

Nous allions nous séparer aujourd’hui. En bref, il s’agissait de ma dernière chance.

Je cherchais Orihara depuis un moment... Quand... ? Une tour d’assiettes. Je pensais que l’énorme quantité d’assiettes entassées à proximité pourrait être sans rapport. Mais il mangeait toujours à un rythme incroyable alors cela pouvait aussi être en relation.

Parce que le Don d’Orihara était d’obtenir de la force en mangeant, j’étais sûr qu’il était la personne la plus forte maintenant que nous étions ici depuis une semaine.

Par ailleurs, le Don d’Orihara lui permettait de « manger sans limites ». En bref, c’était la source de l’appétit d’Orihara. Oh, j’avais également entendu dire qu’il pouvait même manger du poison. Hmm... En y pensant, n’était-ce pas la même chose que l’Immunité aux Poisons ? N’est-ce pas ?

Je m’approchai d’Orihara et l’appelai.

« Orihara, merci pour aujourd’hui. Puis-je vous parler pendant un petit moment ? » dis-je.

« Oh, Kudo-san, merci pour aujourd’hui. Parler ? Ça ne me dérange pas, » dit-il.

J’avais pris de la nourriture qui se trouvait à proximité.

Il ne restait plus grand-chose ici. C’était étrange. Hmm... Non, c’était sûrement à cause d’Orihara.

« Orihara, je voudrais vous demander quelque chose, » dis-je.

« À propos de quoi ? » demanda-t-il.

« Vous avez dit avant que vous êtes hostile envers Shindo, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Exact, je l’ai dit, » répondit-il.

« Orihara, allez-vous être hostile envers les autres héros ? » demandai-je.

Une question directe. Orihara était difficile à gérer, et je ne pensais pas que j’obtiendrais quoi que ce soit de lui en lui mentant. Je ne pensais pas que cela devait devenir quelque chose d’inconfortable. S’il était le genre de personne qui se battrait si ouvertement contre son ami d’enfance, alors il lui serait facile de se battre contre d’autres personnes.

« C’est exact, » dit-il. « Actuellement, je ne prévois pas faire ça. Les héros pourraient devenir des personnages secondaires dans l’histoire de Shindo. Leur combat est sans rapport avec moi, et il n’y a pas de fait à souligner. Ce n’est pas digne d’intérêt. »

J’avais l’impression qu’Orihara pensait que ce monde était comme dans un manga. Je ne pouvais pas comprendre ce fait, mais je pouvais comprendre ce qu’il me disait. En bref, les héros pourraient apparaître dans l’histoire de Shindo en tant que personnages de soutien. Il semblait qu’il était indigne de devenir lui-même ce genre de personnage.

Mais c’était le contraire : il voulait tout faire pour que l’histoire de Shindo devienne intéressante...

« Alors vous ne blesserez pas d’autres personnes qui ne sont pas liées à l’histoire de Shindo, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Hmm... Je ne peux pas garantir que je n’aurais ni méchanceté ni hostilité, » dit-il.

« N’est-ce pas la même chose ? » demandai-je.

« Non, c’est différent, » répondit-il. « C’est complètement différent, principalement parce que les personnes sont vraiment familières avec la méchanceté ou l’hostilité. »

Orihara continua d’expliquer ça pendant qu’il mangeait.

« Par exemple, si Kudo-san veut manger du bœuf, c’est comme dire que vous voulez que la vache “meure”. C’est de la méchanceté, mais cette vache ne ressentira-t-elle pas de la méchanceté envers vous ? Même si vous pensez qu’il n’y a pas de la méchanceté, habituellement, il y en a. »

Bref, nous existons à cause de la « méchanceté »...

L’exemple d’Orihara était facile à comprendre. Mais... Orihara avait dit de tuer une vache pour la viande, donc ce n’était fondamentalement pas différent de tuer des héros... Non, des humains pour son histoire ?

Puisque cette conversation avait juste pris un virage vers l’horreur, j’essayai de changer le sujet.

« Alors Orihara, qu’allez-vous faire à partir de maintenant ? » demandai-je. « Voulez-vous aller tuer le Roi des Démons ? »

« Je vous ai déjà déclaré que je m’en fichais complètement du Roi des Démons, » répondit-il. « Qu’est-ce que j’ai l’intention de faire ? Hmm... Travailler dans les coulisses... »

Son ton semblait de nouveau menaçant... Mais il comptait donc travailler dans les coulisses de l’histoire de Shindo... Même s’il y avait alors des balles perdues...

Il semblerait que ce que j’avais fait avait donné de bons résultats. Ce serait mauvais si Orihara comptait se battre contre les héros. Mais ce serait pire s’il coopérait avec des héros. Ne serait-ce pas mauvais s’il arrivait à avoir un allié ?

Donc, peu importe comment cela se passait, c’était sûr que cela serait mauvais. Ce sera parfait tant que nous ne serons pas pris dans l’histoire de Shindo. Bien que la possibilité d’être touché par une balle perdue ne soit pas nulle...

« Si vous le pouvez, je ne veux pas que vous soyez la cause de trop de dommages collatéraux..., » dis-je.

« Haha, je ferai attention, » dit-il.

Une réponse directe de ce genre de gars... pensai-je.

« Orihara-sama, nous venons avec plus de nourriture, » déclara une voix proche de nous.

Un groupe de quatre personnes s’était approché de nous. Il y avait deux garçons et deux filles. Et tous avaient de la nourriture dans les deux mains qu’ils apportaient probablement pour Orihara.

Une grande fille fut la première à parler. Elle faisait presque un mètre quatre-vingt. N’avait-elle pas dit à l’instant « Orihara-sama » ? Pourquoi ?

« M-Merci. Ma nourriture est sur le point d’être finie ici, » dit-il.

La plus grosse part de la nourriture se trouvant dans l’assiette d’Orihara avait presque disparu. Il mangeait toujours en parlant avec moi, mais il ne mâchait quasi pas avant d’avaler. Avant que je ne le remarque, toute la nourriture avait déjà disparu.

Ces quatre personnes mirent plus de nourriture sur une table à proximité.

« Qui sont-ils ? » demandai-je à Orihara.

Non, je veux juste savoir quel genre d’étudiants ils sont, et pas leur relation avec Orihara, pensai-je.

« Ce sont les membres de mon groupe, » répondit Orihara. « Je suis le chef de groupe, et le nom du groupe est les “Gourmets”... Non, c’est le “Club des Gourmets”. Ils sont les quatre grands. »

Je n’avais jamais entendu parler d’un groupe de ce nom avant aujourd’hui. Ils ne se plaignaient pas de la nourriture, donc c’était peut-être sans rapport avec la nourriture. Et qu’est-ce que c’était que ces « quatre grands » ? Si Orihara devenait leur chef, ces quatre personnes se présenteraient-elles face à Shindo ?

« Orihara-sama ne vous l’a-t-il pas dit tout à l’heure ? Mais je pense toujours que c’est un peu étrange... » déclara l’un des membres du groupe d’Orihara.

« Oui, c’est vrai, » déclara un autre membre. « Nous avons été sauvés par Orihara-sama. Nous le respectons, et il est donc normal que nous travaillions pour lui. »

Les trois autres personnes acquiescèrent à ça. En d’autres termes, ils respectaient Orihara et rejoignaient donc son équipe. J’avais eu une sueur froide quand j’entendis ça, connaissant leurs histoires personnelles.

« Vous a-t-il aidé ? » demandai-je.

« Je suis désolé. Je ne peux pas vous le dire parce que c’est un secret connu seulement des membres, » déclara l’un des membres du groupe.

« Je vois... pas grave, » dis-je.

Orihara avait terminé sa nourriture et était passé à l’assiette suivante. Alors que nous parlions, il avait simplement souri.

« Ils sont propriétaires de capacités intéressantes. Ils me seront donc utiles, » dit-il.

Orihara s’intéressait à leurs dons, mais il serait difficile pour moi de savoir ce que c’était. La plupart des héros ne parlaient jamais en détail de leurs dons. Il s’agissait d’une information sensible. Bien que je pouvais poser des questions à ce sujet aux habitants de ce pays, je n’aurais qu’un aperçu.

« Je vois... Il semble que vos compagnons soient déjà ici, alors je devrais terminer maintenant ma conversation. Désolé de vous avoir fait perdre de votre temps, » dis-je.

« Non, cela ne me dérange pas, » dit-il.

J’avais alors quitté Orihara. Hmm... Réfléchissons aux informations que j’ai obtenues. Je pense que j’ai été grandement blessé en simplement discutant avec Orihara... Mais pas seulement ça... D’ailleurs...

Ces personnes. Elles avaient été intimidées par le groupe de quatre personnes disparues de notre Ancien Monde...

Quatre personnes là avaient été sauvées. Et il manquait quatre personnes, et c’était les mêmes personnes qui avaient intimidé ces quatre-là... Je ne savais pas comment Orihara les avait sauvés, mais je ne pensais pas que ce soit sans rapport avec ces quatre personnes-là.

Orihara m’avait dit qu’il n’avait aucun mérite à se battre avec des héros sans relation avec lui ou son ami. En bref, cela signifiait qu’il pourrait se battre avec des personnes en relation avec ses affaires, et je pensais que c’était plus que probable, compte tenu du caractère d’Orihara.

Je ne pensais pas qu’il me permettrait d’obtenir facilement des preuves. Ces personnes manquantes étaient des complets mystères qui n’avaient jamais été résolus...

Orihara pourrait déjà être au-delà de ce qui pourrait être sauvé. Êtes-vous un ennemi ? Il l’est peut-être déjà. Va-t-il prendre les mesures appropriées pour éviter les dommages collatéraux ? Le pire des cas est déjà arrivé. *soupir*. cela avait été complètement inutile de lui parler...

J’espérais de tout mon cœur qu’après ça, je ne serais pas entraîné dans l’histoire de Shindo.

Ou peut-être que je devrais juste retrouver Shindo et me prosterner devant lui sur le sol tout en lui disant. « S’il vous plaît, arrêtez Orihara ! »

***

Chapitre 20 : Domptage de Slime et l’Inscription en tant qu’Aventurier

Après avoir déjeuné du côté du Royaume de Kastal, nous avions quitté la ville.

Notre prochaine destination était une ville appelée Konoe. Il avait un nom semblable à ce qu’on aurait trouvé au Japon. J’avais entendu dire que cette ville avait été fondée par un héros qui avait été invoqué.

Et cette ville était célèbre pour ses aventuriers. Il avait deux aventuriers de Rang-S dedans. C’était une ville incroyable qui contenait deux personnes qui pouvaient combattre ce vieil homme sur un pied d’égalité.

« Je vais procéder à l’inscription en tant qu’aventurier dans la prochaine ville, » dis-je.

Ce n’était pas une surprise, car j’en avais déjà parlé avant, lorsque nous étions encore en Erudia.

« Compris, » répondit Maria. « En considérant vos capacités, je pense que vous devriez immédiatement être de Rang S. »

Maria me flattait souvent. Cependant, cette fois-ci, ce n’était pas exact.

« Même si je deviens un aventurier, je ne prévois pas d’élever mon rang au-dessus de C, » dis-je.

« Ehh ~, je prévois d’être la plus jeune aventurière Rang S dans l’histoire ! » Mio se plainait.

Hmm... Veut-elle vraiment faire ça ? Je comprends sa raison de l’affirmer, mais c’est certainement une raison inutile, pensai-je.

« Puis-je vous poser des questions sur la raison ? » Maria semblait également être inquiète.

« Je veux juste voyager en utilisant la position d’un aventurier parce que c’est pratique, » dis-je. « Cependant, il y a quelques inconvénients quand nous devenons Rang-B ou supérieur. »

Je vais vous expliquer sur ce qui concerne les rangs d’un aventurier.

*

Tout d’abord, les aventuriers nouvellement inscrits avaient immédiatement le rang G. Le rang était augmenté si vous répondiez aux exigences. Le rang qui était au sommet et au-dessus de tous les autres était le Rang-S. Les Rangs G à E étaient des aventuriers de la classe inférieure, les Rangs D à C étaient des aventuriers de la classe moyenne, et les Rangs B à S étaient des aventuriers de première classe.

Je vais maintenant expliquer l’avantage d’être classé B et au-dessus. Il y avait des demandes que seuls ceux qui étaient classés B et supérieurs pouvaient faire. Et le taux de rémunération pour celle-ci était bien plus élevé que les demandes normales. Je pourrais dire qu’il y avait une somme minimale pour pouvoir faire une demande pour les classés B et supérieure.

En bref, ils avaient une certaine sorte de privilège. Bien sûr, ce n’était pas au niveau des nobles, mais c’était totalement différent des gens normaux. J’avais entendu dire que vous pouviez aussi avoir un contact avec les nobles. Eh bien, ce pays était un peu différent...

*

Mais maintenant, je vais vous parler du principal désavantage.

Il y avait une sorte d’obligation. Eh bien, il était naturel d’avoir un devoir afin d’obtenir un droit. Il y avait même deux grandes obligations.

*

D’abord, il y avait les demandes forcées. Vous étiez obligé de vous joindre au pays pendant les crises, comme en ce qui concerne la défense d’une ville contre une armée de monstres. Bien sûr, cela dépendait également du rang...

Vous pouviez choisir de ne pas participer à ce type de requête. Au grade C et au-dessous, votre statut d’aventurier serait gelé pendant un an si vous refusiez. Cependant, vous seriez disqualifié en tant qu’aventurier lorsque vous refusez si vous êtes classé B ou plus. Bien que je voulais avoir le privilège d’être un aventurier, je ne voulais pas devoir rejoindre la force de défense d’une ville.

*

Le deuxième inconvénient était d’être la cible d’un système appelé la demande de nomination. Comme son nom l’indiquait, il s’agissait d’un système qui permettait aux citadins de nommer un aventurier en fonction de leurs demandes.

Les frais pour demander un aventurier classé B ou supérieur étaient assez élevés. Comme vous pouviez l’imaginer, il y avait beaucoup de demandes qui émanaient des nobles, car ils étaient les seuls à pouvoir payer pour cela.

Bien sûr, la guilde devrait automatiquement enquêter sur le contenu de la demande afin d’éviter les propositions déraisonnables. Si on passait outre, ce serait comme une demande forcée. On pourrait dire que c’était lié à la politique, que ce soit d’une ville ou du pays. Et quand nous devions traiter avec les nobles, nous pourrions avoir aussi besoin de devoir accéder à leurs requêtes déraisonnables.

*

Les requêtes forcées et nominées étaient liées au pays et aux différentes villes, et il y avait toujours la possibilité de requêtes obligatoires désagréables si nous étions classés B ou plus..

Puisque nous avions beaucoup de secrets, nous devrions avoir un degré de liberté plus élevé que les autres. Naturellement, je n’ai pas l’intention de laisser partir ceux qui nous avaient fait du tort.

*

Pour nous, ces avantages ne valaient pas la peine. Je ne pensais pas que d’aider les nobles dans chaque ville soit intéressant. Mis à part ça, nous avions la « Pièce », qui nous permettait d’avoir autant de luxe que les nobles, n’est-ce pas ?

Et à propos du coût pour la demande. Nous avions encore besoin d’argent pour payer ce service. Cependant, avec nos pouvoirs spéciaux, nous avions beaucoup de façons de gagner de l’argent plutôt que d’être uniquement des aventuriers.

Nous avions décidé de devenir des aventuriers, donc nous pourrions obtenir le statut d’aventurier pour nous aider lors de notre voyage. Je ne prévoyais nullement de devenir un héros.

*

Nous avions réfléchi aux avantages et aux inconvénients et nous n’avions pas besoin de choisir quelque chose qui soit désavantageux. Par ailleurs, toutes ces informations provenaient de Sensei. Eh bien, n’est-ce pas naturel ?

*

« Nous avons juste besoin du droit pour voyager librement, donc toute autre chose que cela est inutile, » Maria avait dit ça en hochant la tête.

Notre but était de voyager, et nous allions recevoir des demandes intéressantes en tant qu’aventuriers. Je voulais garder à l’écart quelque chose de gênant comme des obligations.

Le problème était toujours un problème, mais les problèmes liés à un noble étaient désagréables à accepter. Il était peu probable que ce soit un problème que nous pussions résoudre avec à la fin un sourire.

En passant, vous deviez passer un examen pour devenir classé Rang B. En résumé, vous ne seriez pas classé Rang B si vous ne passiez pas l’examen. Je pourrais m’abstenir de m’inscrire si le rang d’un aventurier augmentait de lui-même.

« Sakura, êtes-vous d’accord avec ça ? » demandai-je.

« Oui, bien sûr, » répondit-elle. « Vous ne voulez pas devenir Rang B parce que vous ne voulez pas avoir de problèmes liés aux nobles. Et Erudia était vraiment un mauvais exemple quant aux nobles... »

« Je ne peux pas encore dire que ce pays sera meilleur qu’Erudia, » dis-je. « Eh bien, nous le saurons tôt ou tard... »

« Bien sûr, » dit-elle.

Q : Y a-t-il un autre pays sans valeur tel qu’Erudia ?

R : Il y a deux pays avec des discriminations et trois pays avec des personnes corrompues au pouvoir.

Je confirmerai les détails plus tard.

« Bien que devenir un Rang S vous donnera la richesse et la renommée, ce n’est pas l’objectif du Maître. » Mio avait raison.

Notre but n’était pas la richesse ni la célébrité, mais je ne dirai pas que la richesse et la renommée soient absolument inutiles. Je voulais essayer d’obtenir ces deux-là seulement si j’en avais l’occasion.

{Aventurier ~Aventurier ~}

Dora ne connaissait rien aux aventuriers, alors elle avait besoin d’une explication (provenant de Mio). Je lui avais interdit de faire quelque chose seule. Je serais vraiment inquiet si je laissais une fille avec l’âge mental de cinq ans toute seule.

Il est possible de mettre Dora en tant qu’aventurière, car il n’y avait pas de limite d’âge... En supposant qu’il n’y avait pas de problème avec le bon sens de ce monde...

*

Dix minutes plus tard, des ennemis se présentent devant notre carriole.

Slime x 3

Slime Mimétique x 1

Niveau 10

Slime Mimétique (Rare)

Niveau 10

[Mimétisme Niv 2] [Absorption Niv 3]

Qu’est-ce... que... c’est ? pensai-je. Le Slime Mimétique était légèrement plus transparent que le slime normal (bleu clair), et il était plus difficile à détecter sans carte.

« Alors, devrais-je m’occuper d’eux ? » Sera déclara ça alors qu’elle se leva de sa place.

J’avais décidé de laisser tous les monstres que nous rencontrions lors de notre voyage à Sera, lui permettant ainsi d’avoir une expérience de combat réelle.

« Attendez un moment ! Il y a un Monstre Rare parmi eux. Laissez-moi l’apprivoiser ! » dis-je.

Tout le monde fut surpris.

« Ehh ~, un slime est un peu inutile, » déclara Mio.

« Mio... Vous exagérez, » dis-je. « C’est un peu exagéré de dire ça sur les slimes. »

Mio était un peu confuse.

« Impossible ~ n’est-ce pas des monstres minables ? » demanda Mio.

« Oui, c’est bien le cas. Vous n’avez pas tort à ce sujet. Cependant, avec un grand nombre, cela peut toujours surpassé plus fort que soit, » dis-je.

Il était certainement déraisonnable de laisser un slime prendre en charge l’avenir d’une bataille. Cependant, ce Slime Mimétique était un slime avec une capacité spéciale.

Quoi !? Un slime avec une capacité de triche, pensai-je.

« Ce slime possède les compétences [Mimétisme] et [Absorption] qui sont de gros avantages, » dis-je. « Il s’agit de compétences mystérieuses que seuls les slimes peuvent utiliser ! »

« Je suis certain que ces compétences peuvent être utilisées de diverses façons. Mais il est difficile de..., » déclara Sakura.

« ... »

Sakura-san. Votre dernière remarque est inutile, pensai-je.

« Dans tous les cas, je vais apprivoiser ce slime, » dis-je. « Sera, s’il vous plaît, occupez vous à les bloquer. »

« * Soupir *... compris, » déclara Sera.

« Maître, vous êtes vraiment arrogant parfois..., » déclara Mio.

J’étais déjà au courant, alors s’il vous plaît ne dites pas cela ainsi, pensai-je.

Je commençais à courir vers le slime avant d’utiliser ma compétence de [Domptage de Monstres] sur le Slime Mimétique. J’avais utilisé un coup de poing afin de le neutraliser temporairement. Ceci l’avait envoyé un peu plus loin, le sonnant par la même occasion.

Slime Mimétique a été dompté.

S’il vous plaît, veuillez donner un nom au Slime Mimétique.

« Super !!! » criai-je.

C’était rapide. Eh bien, c’était l’effet de la compétence [Montrer de la Pitié].

[Montrer de la Pitié]

En attaquant alors que cette compétence est activée, les PV de l’adversaire ne peuvent pas être abaissés à zéro. Cela permet d’ajuster les dégâts.

N’est-ce pas compatible avec l’apprivoisement ? Il s’agissait d’une compétence que Maria venait d’obtenir. Il permettait de blesser des ennemis de manière critique sans les tuer, augmentant ainsi les chances de domptage.

Je n’avais pas le droit de le dire, mais cette fille était totalement une tricherie.

« Soins, » dis-je.

Comme il était blessé, je devais rapidement le guérir.

« Sera ! Tuez les autres, » dis-je.

« Compris ! Haa! » cria Sera.

Avec une frappe de sa grande épée, tous les slimes avaient été coupés horizontalement.

Je n’avais pas le droit de le dire, mais cette fille était également totalement une tricherie.

« C’est terminé..., » dit-elle.

Non, ce n’est même pas un entraînement, pensai-je. Je ne peux pas dire que nous avons eu un combat. C’est plus comme une bataille de rue. N’est-ce pas un massacre ? Euh... ça ne fait rien.

« Hé bien ! Comment c’était ? » demandai-je.

« Je n’ai rien à dire..., » répondit Sera.

Euh, je vois déjà ça, pensai-je.

« Je vais diminuer un peu vos statistiques, » dis-je.

« Merci beaucoup, » me remercia Sera. Elle me remerciait chaque fois que je baissais ses statistiques.

Mais quelque chose sauta soudainement sur mon dos.

« Wôw ! » criai-je.

Il s’agissait du Slime Mimétique. La [Fenêtre Système] me mettait seulement en garde contre les ennemis, pas mes alliés.

{Mon... Nom}

« Qu’est-ce qui ne va pas ? Ho, ton nom, » dis-je.

*

Contrairement au cas de Dora, le Slime Mimétique pouvait utiliser le [Lien d’Engagement] sans aucune explication. Il y avait trop de différence entre les humains et eux. En bref, leurs compétences de compréhension étaient importantes. Ils étaient capables de communiquer quand ils le voulaient.

Nom [Tama]

Nom [Sura]

Nom [Yukari]

Yukari (mon premier amour) avait un fort impact... Dois-je choisir Tama... ? pensai-je. Tamo allait bien avec le Mimétique. Je devrais appeler ça en ajoutant le « san ».

« Ton nom est Tamo. Ravi de te rencontrer, » dis-je.

{Je suis aussi heureux.}

Mio approcha de moi.

« Il semble possible d’être apprivoisé, » dit-elle. « Euh, pourriez-vous nous montrer la compétence [Mimétisme] ? »

« C’est vrai, » dis-je. « Tamo-san, montre tes talents. »

« ... Encore un autre nom terrible..., » déclara Sakura.

Tamo-san commença à bouger et changea lentement de forme...

« C’est un slime..., » déclara Sakura.

« Après tout, c’est un slime..., » déclara Mio.

Génial, il devient un simple (bleu clair), pensai-je.

« Es-tu seulement capable de devenir bleu clair ? » demanda Mio. « Est-ce que c’est ce que tu appelles le pouvoir de mimétisme ? »

« Oh ! Mais ce slime est mieux classé que la normale. Ne prétendiez-vous pas qu’elle est faible ? » demandai-je.

« Oh ~, c’est vrai..., » déclara Mio.

Après l’avoir inspecté un peu, je compris pourquoi le [Mimétisme] et le [Absorption] de Tamo-san ne pouvaient être utilisés que par des slimes.

Vous pouviez vous changer en quoi que ce soit d’autre après avoir absorbé son cadavre.

« C’est une très bonne capacité, » déclara Mio.

« Je le pense aussi. Cependant, il ne sera pas facile pour un slime d’absorber le cadavre d’un monstre, car il est le plus susceptible de mourir en premier..., » déclarai-je.

« Ainsi, il peut montrer sa véritable valeur après avoir été apprivoisé par Jin-sama... Tout comme moi et Sera..., » déclara Maria.

Maria... Je ne pense pas que ce soit une bonne idée de sympathiser avec un slime..., pensai-je. Devrais-je lui donner le cadavre de Saladin ? Oh non ! Comme prévu... Pas vrai ?

Parce que j’avais passé trop de temps à vérifier les capacités de Tamo-san, nous décidions de rapidement continuer notre voyage avec le chariot.

*

Les monstres étaient apparus trois fois de plus, et je les avais laissés à Sera. Je ne pouvais pas vérifier ses compétences parce qu’elle avait tout tué avec un seul coup de sa grande épée.

Même quand ses statistiques étaient plus bas que quand je l’avais achetée, elle les tuait toujours comme si ces monstres n’étaient rien pour elle.

Dans le cas de Maria et Mio, j’avais besoin de les entraîner un peu, mais dans le cas de Sera, j’avais juste besoin de la nourrir. Si elle n’était pas née dans une famille noble, mais dans une famille de chevaliers, je pense qu’elle aurait pu être célèbre.

*

« En ce moment, tout ce que je sais, c’est que Sera est vraiment forte, » dis-je. « Je veux faire de l’entraînement de combat en coordination, mais c’est difficile à faire pendant notre voyage en calèche. Après avoir fini l’inscription pour être des aventuriers, nous sortirons tous. »

« Compris, »

« Mais, si la pratique de Sera-chan est terminée, pourrais-je abattre tous les monstres que nous rencontrons avec mon arc ? » demanda Mio. « Je voudrais rapidement avoir la compétence [Domptage de Monstres]... »

Je lui avais fait cette promesse. Celle qui disait que j’allais convertir les compétences de tous les monstres qui seraient tués par Mio en compétence [Domptage de Monstres].

« C’est vrai, » dis-je. « Il est difficile de savoir si Mio peut infliger un coup mortel dans un combat réel... C’est la première fois que nous tentons de tuer un monstre tout en nous déplaçant... Mio, pourriez-vous vraiment faire ça ? »

« Hum. Je peux les abattre avec un arc depuis une longue distance ! » déclara Mio. « Oh, comment pourrions-nous récupérer leur corps... ? »

Après les avoir tués, vous devriez également récupérer leur corps. C’était correct parce que nous pouvions voyager avec une vitesse croissante.

« Je peux vous aider à les ramasser avec mon pouvoir de Téléportation, » dis-je.

« Vous pouvez aider, mais... c’est bien tellement luxueux, » déclara Mio.

J’avais une quantité considérable de Point de Magie à dépenser parce que je les avais toujours récupérés sur les monstres que j’avais vaincus.

« Je vais aussi aider, » déclara Maria. « Je dois pratiquer mon tir à l’arc. S’il te plaît, donne-moi des conseils sur la façon de frapper des cibles mobiles, Mio-chan. »

« Haaaa, Maria-chan ! Je t’aime ! » cria Mio.

Mio prit Maria dans ses bras. L’arc n’était pas l’arme principale de Maria, donc je lui avais seulement donné le niveau de base. Cependant, Maria était quelqu’un qui pouvait tout faire.

En passant, les compétences suivantes avaient été acquises par Maria après avoir participé à différentes actions.

[Montrer de la Pitié] [Pied Léger] [Traduction] [Calcul] [Loyauté]

Elle avait acquis [Montrer de la Pitié] et [Pied Léger] quand elle s’était entraînée avec Mio. Pour [Traduction] et [Calcul], elle les avait acquises lors des leçons faites par Mio.

Compétence : [Loyauté]

En agissant selon l’ordre d’une personne d’un rang supérieur à vous, vous recevrez divers bonus.

La capacité de triche de Maria ne connaissait pas de limites. Est-ce que ça va vraiment ? La présence de mon Pouvoir Spécial ne va-t-elle pas s’amincir de plus en plus ?

*

Le soleil s’était couché, et donc, nous avions décidé de prendre le repas du soir. Le chef principal était Mio, mais Maria et Sera l’aidaient. Sera n’avait jamais cuisiné avant, mais Maria avait décidé de la laisser faire, car elle considérait que « cuisiner est le devoir de l’esclave ». Sakura et moi n’avions rien à faire. C’est normal du point de vue de l’esclave : après tout, nous n’étions bons à rien.

Ayons une petite conversation. Nous avions acheté des esclaves pour la cuisine, et nous utilisions la magie de Sakura pour le transport, car « Nous n’utilisons pas de Pouvoir Spécial pour le déplacement lui-même ».

Mon problème (qui n’est pas si grave) est d’être capable de débloquer de nouveaux pouvoirs, mais, à cause de la cuisine et du transport que nous avions maintenant, cela risquait de réduire les chances de les débloquer. Tout ça, car il y avait déjà une alternative valable.

J’avais un nombre limité de pouvoirs spéciaux, donc je ne voulais pas perdre ces moments d’illumination qui me permettait de révéler d’étranges pouvoirs spéciaux.

C’était quelque chose d’assez simple finalement.

Le menu du jour était de l’omu-riz [1]. J’avais acheté du ketchup aux tomates de Lilaluke. Nous n’avions pas beaucoup de riz, et donc, nous l’utilisions avec précaution. J’avais placé divers ingrédients dans la [Pièce] avec de la [Magie de Glace] qui agissait comme un réfrigérateur. Même si l’[Inventaire] pouvait arrêter le temps, je préférais toujours le conserver dans un réfrigérateur.

{C’est délicieux.}

Dora cria. Non, elle ne pouvait pas encore parler, seul un son de « Kyuu ~~ » était sorti...

Une petite enfant était facilement satisfaite par un tel repas. Maria ne disait rien, mais sa queue ondulait joyeusement.

« C’est vraiment délicieux, » déclara Sera. « Je n’ai jamais mangé quelque chose comme ça quand j’étais noble. »

L’un des commentaires de Mio fut : « Le plat n’est pas de ce monde ». La mayonnaise n’existait pas. Il y avait du ketchup à la tomate, mais pas d’omu-riz, donc je ne comprenais pas la situation de ce monde.

En passant, nous pouvions utiliser le sort d’antipoison de la [Magie de Récupération] pour nettoyer tout poison se trouvant dans la mayonnaise. J’avais demandé à Mio de le faire avec l’antipoison quand je voudrais en manger, mais il s’agissait là d’un sujet sensible pour elle. Par conséquent, elle avait fini par se prosterner, semblant sur le point de pleurer avant de dire. « S’il vous plaît, oubliez la mayonnaise ! ». Et donc, j’avais laissé tomber cette idée.

J’avais fait se prosterner une petite fille... Attends ! Sakura l’avait elle aussi déjà fait...

« Hehe. Mon répertoire est encore très important. Je vais prendre soin de l’estomac de tout le monde ! » déclara Mio, pleine de confiance.

Elle avait une grosse compétence de [Cuisine], et elle avait de l’expérience avec la cuisine japonaise afin de pouvoir soutenir ses paroles.

Le dessert de ce soir était du pudding. Bien sûr, tout le monde l’appréciait. C’était une histoire classique, mais nous étions toujours sur la route. Ce n’était nullement un restaurant français. Même les nobles avaient aussi des moments difficiles pendant les voyages.

C’est vrai ! Tamo-san était assez bon afin de s’occuper des cadavres de monstre et pour les restes et déchets organiques. Il semblait que son système digestif avait une efficacité élevée, car il pouvait tout digérer en un clin d’œil. Hé, un Slime pouvait aussi être après tout une triche.

*

Nous étions arrivés à la ville de Konoe le lendemain à midi. Elle avait une apparence semblable à Lilaluke du côté de Kastal.

Les bâtiments en pierre étaient communs, mais avec moins de décorations. Il semble que la facilité d’utilisation soit la chose la plus importante ici. Comme il s’agissait d’une ville des aventuriers, il y avait vraiment beaucoup de magasins d’armes et d’armures. Cependant, pour une raison inconnue, il n’avait pas de marché aux esclaves. C’était dommage.

Nous avions choisi une auberge et avions garé notre chariot là-bas. Puis, nous nous étions immédiatement dirigés vers la guilde des aventuriers.

« Nous pourrions avoir un problème si un vieil homme disait : “Laissez cette femme tranquille”. » Mio disait encore quelque chose d’étrange dont je n’arrivais pas à comprendre la signification. « Il y a un schéma classique comme ça... »

Quand je regardai notre groupe, je me rendis compte que l’âge moyen de notre groupe était assez bas.

« Ou... “Ce n’est pas un endroit pour les enfants”, ou quelque chose comme ça ? » demandai-je à Mio.

« Oui, mais puisque Sera est ici, il y a de grandes chances avec une belle femme telle que Sera-chan..., » déclara Mio.

« Belle..., » déclara Sera.

Bien que Sera soit embarrassée, elle était vraiment une belle fille. C’était sûr. Mais Mio avait dit cela alors que Sera était juste à côté de moi...

« De quoi est-ce que vous parlez tous les deux ? » demanda Sakura.

« « Discussion d’un cas classique, » » nous répondions à Sakura en même temps. Si vous jouiez à des jeux, vous devriez en quelque sorte le savoir...

Nous étions arrivés à la guilde des aventuriers. Comme prévu, il s’agissait d’un énorme bâtiment de trois étages. C’était dommage qu’on ne puisse pas contacter dès maintenant la réceptionniste. Car je voulais dire qu’il n’y avait pas beaucoup de personnes ici.

« Bonjour. Est-il ouvert aujourd’hui ? » demandai-je.

« Euh... Eh bien, il s’agit de l’heure du déjeuner. Je ne pense pas que nous allons rencontrer une personne qui irait chercher une querelle avec vous..., » répondit Mio.

« Oui, vous avez raison, » dis-je.

Nous avions appris avant ça que pendant la journée, il y avait une personne qui avait la réputation de se battre avec de nouveaux visages qui se trouvaient dans la zone.

Ce genre de personnes étaient généralement là pour les demandes du matin.

Beaucoup d’aventuriers qui n’avaient pas de requêtes allaient tuer des monstres pour avoir des noyaux de monstres, car il n’y avait aucun intérêt à attendre dans la guilde.

*

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » Le réceptionniste nous avait demandé avec un ton inquiet après qu’elle soit enfin libre.

« Non rien. Aujourd’hui, nous sommes venus ici pour nous inscrire en tant qu’aventuriers, » dis-je.

« Oui. Compris. Euh... Six personnes, non ? » Demanda-t-elle.

« Oui, » répondis-je.

La Réceptionniste fronça les sourcils pendant un moment.

« Excusez-moi, ces filles semblent un peu trop jeunes. Je me sens un peu mal à l’aise, mais la guilde ne peut refuser une inscription..., » déclara-t-elle.

Il semblait qu’elle s’inquiétait pour ça.

« D’accord. Tout ira bien. Tout le monde ici a assez d’expérience martiale pour combattre seul des généraux-gobelins, » dis-je.

« C’est vraiment incroyable. Je pense que cela suffit pour devenir un rang D ou même plus, » répondit la réceptionniste.

Hmm... Combattre seul un général gobelin équivaut déjà à un rang D, pensai-je. Ce n’est pas une grosse affaire. Un Rang D. Il semble que la réceptionniste ait eu un petit sourire quand je lui ai dit ça.

« Merci de remplir ce formulaire, » déclara-t-elle.

Je l’avais alors rempli comme on me l’avait demandé. Autre que le « nom », le formulaire était vide. Il semblerait que le « nom » soit l’exigence minimale.

« S’il vous plaît, mettrez une goutte de sang sur la carte de guilde. Ceci vous enregistrera en tant que son propriétaire avec la magie de “Propriété”, » déclara-t-elle.

Il semblerait que la carte de guilde enregistrerait toutes les cibles d’assujettissement liées aux demandes que prenait son propriétaire. En plus, il s’agissait d’un outil magique avec différentes fonctions.

*

J’avais également inscrit toutes les personnes de mon groupe. Nous pouvions partager n’importe quelle demande d’assujettissement au sein de notre groupe. Ce système permettrait à plusieurs personnes de recevoir une seule requête. En passant, cela n’avait aucun rapport avec le système d’expérience.

Je pouvais abuser du système de groupe afin d’augmenter le rang en tant qu’aventurier sans faire la moindre chose. Mais faire cela ne vous ferait pas passer l’examen de rang B parce que votre propre force n’était pas présente pour y faire face. C’était donc juste une perte de temps.

Après cela, j’étais allé au tableau des demandes. Il n’y avait pas beaucoup de demandes valables qui restaient dans la guilde. Seules les demandes répétables étaient à disposition.

C’était ce que nous allions choisir.

Subjuguer 5 gobelins

Rang G

Exterminer 5 gobelins près de la périphérie de la capitale.

Récompense : 1000 pièces

Ça y est, pensai-je.

Euh, les missions de subjugation étaient l’une des demandes régulières... et cela même dans la ville d’aventuriers. L’offre et la demande des requêtes n’étaient pas équilibrées. Cependant, elles étaient généralement toutes prises dès le matin.

Après avoir fini tout ça, nous étions retournés à l’auberge pour la nuit. Nous avions également essayé de penser à ce que nous avions à faire aujourd’hui.

*

« La première requête concerne des gobelins qu’il faut tuer. C’est classique, mais je veux pouvoir attaquer plus gros prochainement..., » déclara Mio.

« Il est inutile de le faire dans la ville des aventuriers, » dis-je. « Sensei ne pouvait pas me donner une réponse claire sur la situation des aventuriers se trouvant dans cette ville. »

J’étais certain qu’une grande partie des demandes disparaît immédiatement le matin.

« Qu’allons-nous faire demain ? Allez-vous chercher des demandes dès le matin ? » demanda Maria.

« Je crois que je vais éviter ça. Ce n’est pas une bonne idée d’y aller et de se démener pour les demandes, » déclara Mio.

« Je veux rapidement aider tout le monde, donc je vais avoir besoin de requêtes, » déclara Sera.

« De toute façon, je ne me soucie pas de ça. Il pourrait y avoir quelqu’un qui cherchera querelle avec Jin-sama, » déclara Maria. Maria s’abstenait de le dire, mais sa déclaration était dangereuse.

« Je-je suis faible le matin... » déclara Sakura.

Sakura... Que voulez-vous dire ? Abstention ? Opposition ? pensai-je.

{ZzzzZZZzzz}

Dora dormait.

*

« Je ne pense pas que ce soit une bonne idée d’accepter une demande dans cette ville, » dis-je. « Notre but est d’être classé C... et non pas de gagner d’argent. Donc, nous n’accepterons pas trop les demandes dans cette ville. Nous allons nous concentrer là-dessus quand nous atteindrons une autre ville. Êtes-vous d’accord avec ça ? »

« « Oui ! » »

Parce que j’étais contre, le vote pour accepter les demandes dans cette ville était ainsi. Un pour, deux contre et deux abstentions. Dora était encore en train de dormir.

De cette façon, Tamo-san s’occupait de la surveillance de notre chariot. Slime avait une structure mentale différente, donc il n’avait pas besoin de dormir. En outre, il ne serait pas dérangé par le fait d’attendre longtemps sans rien faire. C’était parfait pour la surveillance de nuit. En outre, il pouvait utiliser le [Lien d’Engagement] pour nous contacter si quelque chose arrivait.

« Préparons-nous pour le voyage de demain matin, » dis-je. « Nous acceptons certaines demandes à l’aube. S’il n’y a pas de demandes, nous irons immédiatement à la prochaine ville. »

Le lendemain, nous avions terminé notre préparation, puis nous avions été surpris qu’une requête autre que celle d’hier restât à disposition.

Fabrication de potions

Aucun rang nécessaire.

Faire des potions et les livrer.

Récompense : 500 pièces par potion (Limite de 100 par mission)

« ... »

« Madame la réceptionniste, que signifie cette requête ? » demandai-je.

Si la compétence de [Mélange] était utile, alors nous l’accepterons.

« Oh, cette requête. La personne qui accepte toujours cette requête est absente, » déclara-t-elle.

« Cette personne accepte-t-elle toujours cette requête ? » demandai-je.

« Oui, cette personne a un talent pour faire des potions, » répondit-elle. « La plupart des personnes ne peuvent même pas les faire. Puisqu’il s’agit de la ville des aventuriers, les potions sont toujours en pénurie parce qu’il y a une très forte demande. Eh bien, c’est pratiquement une demande nominée. »

Peut-être que cette personne avait la compétence [Mélange]. La requête avait été laissée là parce qu’il n’y avait personne d’autre qui pouvait l’accepter.

Cela ne semblait pas être une demande qu’un novice pouvait accepter. Euh... Que devrions-nous faire ?

*

« Nous sommes dans la ville des aventuriers, donc il a généralement une demande pour un maître en fabrications de potions, » déclara la réceptionniste. « Il y a une procédure afin de confirmer votre talent en fabrication de potion avant d’être autorisé à accepter ce genre de demande. Pourquoi tout le monde ne l’essayerait-il pas ? »

Peut-être que « ce talent » était la compétence [Mélange]. Je pensais que c’était le bon moment de l’essayer.

« Je pense à accepter cette demande. Qu’en pensez-vous ? » demandai-je à mes compagnons.

Je pensais que c’était intéressant. Il était inutile de laisser la compétence [Mélange] devenir une compétence inutile...

« Ça ne me dérange pas, » répondit Sakura.

« Moi de même, » répondit Mio.

« Je suis d’accord, » répondit Sera.

« Si Jin-sama le veut, alors je ne peux pas le refuser, » déclara Maria.

{Faisons des médicaments !}

Tout le monde semblait d’accord.

« Alors nous acceptons cette demande, » dis-je. « Je veux dire... nous devons d’abord confirmer notre talent, n’est-ce pas ? »

« Tout à fait, » répondit la réceptionniste. « Vous devez confirmer votre talent avant de pouvoir accepter cette demande. S’il vous plaît, dites-moi si ce n’est pas correct pour vous. »

« Compris, » répondis-je.

Ceci était notre deuxième mission, et c’était une requête de type de production.

« Euh... En y réfléchissant, je n’ai toujours pas eu l’occasion de montrer mon talent, non ? » déclara Mio.

« Hein !? » m’écriai-je.

Notes

  • 1 Omurice ou omu-riz (オムライス, omu-raisu ? ) est un exemple de la cuisine japonaise yōshoku née par l’importation et l’adaptation de recettes occidentales après l’abrogation du sakoku (fermeture du pays) au début de l’ère meiji. C’est une omelette contenant du riz frit habituellement accompagné de ketchup.

***

Chapitre 21 : Fabrication de Potions et la Demi-Elfe

Nous arrivions au magasin général (qui était le demandeur de la mission). C’était assez différent du magasin suspect qui se trouvait dans le premier village que j’avais visité. Je voulais dire par là que c’était totalement différent. Par exemple, le vendeur était jeune. Tous les produits en vente étaient bien alignés. Et l’atmosphère à l’intérieur était vraiment lumineuse et chaleureuse. Je pouvais voir un aventurier en armure qui souriait à l’intérieur de la boutique alors qu’il se promenait dans les allées.

Tous les vendeurs du magasin portaient des tabliers assortis. La plupart d’entre eux étaient de jeunes femmes dans la vingtaine, et aucune n’était vieille. J’en avais immédiatement aperçu une qui était libre, alors je m’étais approché d’elle.

« Excusez-moi ! J’ai accepté la demande de fabrication de potion..., » dis-je.

« Ho ! Vous avez accepté cette requête, » commença la vendeuse. « Mais vous n’êtes pas la personne qui vient d’habitude. Êtes-vous venu afin de procéder au test ? »

« Exact. Je voudrais passer le test, moi ainsi que tous les membres de mon groupe..., » dis-je.

« C’est parfait, » dit-elle. « Mais vous devez acheter des ingrédients pour que les autres puissent faire des potions. Est-ce d’accord pour vous ? » Après m’avoir demandé ça, elle me regarda.

« Oui, c’est correct pour moi, » répondis-je.

Les ingrédients pour les potions étaient de l’Herbe Médicinale et de l’Herbe Magique. La procédure consistait à réduire en purée les deux herbes et à les mélanger avec une quantité précise d’eau. Puisque c’était dans le domaine d’effet des compétences, je supposais que c’était ce qu’on appelait le talent. Mais c’était une compétence assez injuste. Car une fois que la potion bleu clair était finie, il ne restait plus qu’à la mettre en bouteille.

Je n’avais pas dit à la vendeuse, mais j’avais déjà un stock important d’Herbe Médicinale dans mon [Inventaire], car nous avions depuis le début pris l’habitude de les ramasser lors de nos déplacements. Depuis que j’avais mon [Inventaire], j’avais pris l’habitude d’accumuler le maximum d’objets que je trouvais. Et c’était bien entendu la même chose pour l’Herbe Magique. Il avait un certain Pouvoir Magique dans la plante, mais elle ne restaurait pas les Points de Magie lorsqu’elle était consommée directement. Je pourrais la remplacer par de la pierre de monstre finement moulue, mais je ne pensais pas que ce serait une bonne chose que de boire quelque chose qui était dans le corps d’un gobelin.

Une potion de plus haut rang ne pouvait être faite que par ces moyens. La pierre de monstre était vraiment une nécessité. C’était un peu contradictoire parce que vous deviez les chasser pour pouvoir faire une potion.

« Compris. Voulez-vous aller à l’atelier ? » demanda la vendeuse.

Nous avions alors suivi la vendeuse à travers un passage que seuls les employés pouvaient utiliser et nous étions entrés dans l’atelier qui se trouvait à l’arrière de la boutique. Il y avait beaucoup de tables de travail alignées avec certains des outils que vous pouviez voir dans une classe de sciences. Il semblerait que je doive utiliser ce flacon triangulaire.

« Ceci est la section pour la fabrication de potions, » déclara-t-elle. « Il a tous les outils classiques présents ici, et la procédure est écrite dans ce livret. S’il vous plaît, n’allez pas dans un autre endroit, car cet endroit est également une zone réglementée. Avez-vous besoin d’apprendre à faire des potions ? »

« « « Oui ! » » »

Après ça, la vendeuse avait immédiatement quitté la pièce. Les autres travailleurs présents ici avaient également des tabliers. Mais ils étaient bien trop occupés et donc, ils n’avaient même pas le temps de faire attention à nous. Nous avions donc décidé de faire des potions par nos propres moyens. On devait déchiqueter l’Herbe Magique, avant de la placer dans un bécher. On ajoutait de l’eau et on la faisait bouillir pendant trois minutes. C’était un peu gênant parce que vous deviez y prêter attention.

Comme tout le monde avait [Mélange Niveau 2], nous avions tous réussi à faire des potions. Cependant, la différence de performance était vraiment importante quand l’on regardait les résultats.

Si la moyenne des potions de récupération dans ce magasin était d’environ cent points, nos potions allaient de 80 à 150 points.

Celle qui avait obtenu un 150 était la potion de Dora. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle soit aussi bonne. La potion de Maria était arrivée avec un score proche de 120 points. Je n’étais nullement surpris parce qu’elle pouvait tout faire. Les potions de Mio et Sera étaient dans la moyenne avec un score proche de 100 points chacune. Et qu’en était-il de celle de Sakura et la mienne ? Et bien, je ne voulais pas trop le dire. Car les nôtres étaient à environ 80 points.

« « ... » » Sakura et moi n’avions rien à dire devant ce résultat si consternant.

« Jin-sama... S’il vous plaît, ne soyez pas dépressif. Regardez ! Vous pouvez vendre ma potion... » déclara Maria.

Maria, cela ne me console pas du tout, pensai-je.

« Maître, ne seriez vous pas maudit, ou un truc du genre ? » demanda Mio. « Car même si vous avez des compétences, vous ne pouvez pas vraiment cuisiner ou faire des potions. »

Bon sang. Eh bien ! Ceci pourrait être la raison. Mais ne serait-ce pas étrange si ce n’est pas ? pensai-je.

Q : Pourquoi ma compétence de Mélange ne fonctionne-t-elle pas très bien ? 

R : Les personnes ayant un talent spécial n’auront jamais de grande aptitude en matière de production.

N’auriez-vous pas pu me le dire plus tôt!!!! pensai-je.

Récemment, le système de Question et Réponse était devenu plus flexible, mais il ne me donnait toujours pas de réponse à quelque chose d’important.

« Les pouvoirs spéciaux n’ont pas une bonne affinité avec la compétence de production..., » dis-je.

« Vraiment ? Jin-kun ? Pourquoi ne l’avez-vous dit que maintenant... ? » Demanda Sakura.

« Je viens moi aussi de l’apprendre à l’instant, » répondis-je.

« Ah..., » dit Sakura.

La tension de Sakura et la mienne diminuèrent immédiatement.  

« Vous êtes donc vraiment maudit. Je suis désolée, » déclara Mio.

« Les bons points de Jin-sama ne sont pas sur la compétence de production, alors, s’il vous plaît, ne vous inquiétez pas à ce propos..., » déclara Maria.

Mio essayait de s’excuser pendant que Maria essayait de nous réconforter. S’il vous plaît, arrêtez. Ne me blessez pas plus. N’est pas une forme de harcèlement. « Vous pouvez transférer toutes les compétences, mais vous ne pouvez pas avoir de tricherie concernant la production. » ?

{La potion de Dora est vraiment la meilleure ~,} Déclara Dora par télépathie.

Je serrais fermement Dora contre moi et lui caressai les cheveux. Euh... j’étais maintenant guéri.

« Maître, que faites-vous ? » demanda Sera.

« C’est peut-être qu’il essaye de se soigner avec l’aide de Dora-chan ? Maître, laissez-moi aussi faire ça... » demanda Mio.

« Dora-chan, pour être tapoté par Jin-sama comme ça... Comme c’est enviable..., » déclara Sera.

Je fis comme si je n’entendais rien et je restais ainsi pendant cinq minutes...

Cinq minutes plus tard, nous apportions nos potions à la vendeuse afin de pouvoir faire vérifier leur qualité. Elle plaça une goutte de chaque bouteille dans sa main et la lèche, une par une.

« Hum ! Les qualités ne sont pas identiques, mais elles peuvent toutes être vendues, » déclara-t-elle après avoir tout testé.

Elle peut vérifier la qualité avec une seule goutte ? Après tout, elle est vraiment une professionnelle..., pensai-je.

« Mais celle-ci ne peut pas être vendue ! Qui a fait cette potion ? » demanda la vendeuse.

J’avais alors pointé du doigt Dora. Elle parlait de la potion qu’elle avait faite. C’était sûrement, car la qualité était trop haute, alors elle ne pouvait pas être venue dans ce magasin.

« Cette fille, » dis-je. « Mais... ne pouvez-vous pas vendre, car la qualité est trop haute ? » J’avais ainsi exprimé mes pensées en lui demandant ça.

La vendeuse hocha la tête. Mais plutôt que de paraître mécontente, elle sourit maladroitement. « C’est exact. Il s’agit là de la meilleure potion que je n’ai jamais vue jusqu’à présent. Mais nous ne serions pas capables de maintenir le commerce correctement si nous avions une telle potion en vente à côté des autres potions de moins bonne qualité. »

Il semblerait que la potion de Dora soit meilleure que ce que nous pensions. La vendeuse sortit alors ma potion et celle de Maria.

« Voici les limites quant à la qualité des potions qui sont vendues dans ce magasin. Donc, nous ne pouvons rien vendre de meilleure qualité ou de moins bonne qualité que ceux-là, » expliqua-t-elle.

En bref, les potions devraient être entre 80-120 points. Avec une norme de 100 points, cela signifiait que nous avions une marge d’erreur d’environ vingt pour cent. Vous pouviez donc comprendre à quel point la potion de 150 points de Dora était absurde.

« Alors, vendriez-vous cette potion, mais hors du cadre de la demande ? » demanda la vendeuse.

« Pourquoi ? Cette potion ne peut pas être vendue dans le magasin, n’est-ce pas ? » demandai-je.

Il me semblerait qu’il n’y avait aucune raison pour que le magasin achète quelque chose qui ne pouvait pas être vendu.

« Je veux augmenter notre qualité avec cette potion, » expliqua-t-elle. « Nous visons le meilleur... Je dois donc le leur montrer afin d’augmenter leur motivation. Bien sûr, nous ne pouvons pas produire cela en masse, mais c’est assez bon pour augmenter nos compétences... »

Sans même le savoir, la qualité de la potion de Dora était au sommet, le sommet que tous les fabricants de potions visaient à atteindre dans leur vie. C’était au-delà de mes attentes...

« Alors, faites de votre mieux, nous allons acheter quatre-vingt-quinze autres de ces potions, » déclara la vendeuse.

Après ça, elle retourna à son poste.

« Alors, devrions-nous continuer à faire des potions ? Je pense que Dora devrait y aller un peu légèrement, » dis-je.

Je montrai les potions de Mio et Sera. Comme elles étaient dans les environs de 100 points chacune, elles devraient être notre objectif.

{Compris, je vais les faire ainsi.} Répondit Dora.

Nous commençons à nouveau à faire des potions. Comme il fallait environ cinq minutes par potion, nous les avions toutes terminées en une heure et demie.

Puisque nous utilisions la tentative précédente comme norme, nous étions en mesure d’obtenir que la qualité de ces potions soit dans cette marge. Au début, Maria avait eu la plus faible marge d’erreur à seulement cinq pour cent, et elle était restée cohérente jusqu’à la fin. En plus d’être de la plus haute qualité, je ne pouvais pas m’empêcher de penser que Maria était vraiment adroite.

La suivante était Dora, et sa marge d’erreur était d’environ dix pour cent. Il semblerait qu’elle avait essayé trop durement d’être compatible avec la qualité, mais elle était finalement en égalité avec Maria.

Mio et Sera avaient chacune une marge d’erreur de 20 %, mais cela diminua à 15 % après s’être habitué à la production.

Quant à Sakura et à moi ? Notre marge était seulement d’un pour cent. Puisque celle-ci était basée sur 80 points, les potions qui avaient une qualité de 79 ou moins étaient mises dans mon [Inventaire]. Eh bien, je ne pensais pas que ça deviendrait inutile... Probablement.

« Ho Mon Dieu ! Comme prévu de six personnes... cela a été fini tellement rapidement, » déclara la vendeuse.

Nous avions bien entendu appelé la vendeuse une fois que nous avions obtenu les potions demandées afin qu’elle puisse vérifier la qualité de toutes les potions.

« Que diriez-vous de travailler ici ? » demanda la vendeuse. « Avec vos compétences, vous n’auriez pas besoin de vous battre. »

« Je suis désolé, » répondis-je. « Je ne peux pas accepter, car nous allons voyager sous peu en tant qu’aventuriers. »

Je n’avais pas dit qu’être créateur de potions était un mauvais travail, mais ce n’était pas bon pour ceux qui voulaient voyager.

« Dommage, » répondit-elle. « La personne qui accepte habituellement cette demande a la compétence, mais elle a toujours “aventurier” en tant que travail principal. Par conséquent, elle refuse d’être employée ici. »

Pendant que j’attendais que la vendeuse vérifie la qualité des potions, j’entendis un cri de loin.

« ... tion. Po... tion ! » cria une fille.

Je ne l’entendais pas très bien, mais cette personne se dirigeait vers ce magasin. Nous n’avions pas besoin d’être prêts pour la bataille, mais compte tenu de notre dernier cas, il valait mieux prévenir que guérir.

« Po... tion ! » cria une fille.

Elle disait donc « Potion ». Est-ce qu’elle était en relation avec tout ça ?

« La requête pour les potions ! S’il vous plaît, veuillez attendre un moment, » déclara la fille.

La fille, qui avait environ notre âge, se présenta. Elle avait une queue de cheval brune, un pantalon court avec des bretelles, un plastron et un couteau à la taille. Elle ressemblait vraiment à une aventurière.

« Oh ! Mademoiselle Yurika. Pourquoi es-tu si pressée ? » demanda la vendeuse.

J’avais alors vérifié le statut de cette fille nommée Yurika.

Nom : Yurika

Niveau : 2

Sexe : Féminin

Âge : 16

Race : Demi-Elfe

Compétence :

[Mixage Niv. 4] [Création d’Outil Magique Niv. 2] [Fuite Niv 4]

C’était la première fois que je vois une demi-elfe. Ses oreilles semblaient plus marquées quand je les avais regardées plus attentivement. Parce que ce pays n’avait pas de discrimination en ce qui concernait la race, les hommes-bêtes étaient fréquents ici. Erudia semblait avoir une politique de suprématie humaine, et d’autres races pouvaient être vues sur le marché des esclaves.

Mais elle avait une compétence intéressante. Bien qu’elle ressemblait à une aventurière ordinaire, ses compétences étaient entièrement axées sur la production. Son niveau était bien trop bas... Il semblerait que la [Fuite] soit vraiment utile au combat, mais que cela ne voulait pas dire qu’elle pourrait gagner le combat. Et sa [Création d’Outils magiques] était une compétence rare que je n’avais jamais vue auparavant.

Je pouvais lui prendre un point et convertir des compétences inutilisables en un point et la lui rendre, mais j’étais un peu hésitant à le faire. J’avais décidé de ne pas être redevable à Erudia, mais cette habitude continuait.

Yurika reprit son souffle et commença à parler.

« Madame Sora. Puis-je faire la requête de fabrication de potions ? » demanda Yurika.

« Elle a déjà été complétée, » répondit Sora, la vendeuse.

« Hein !??? » s’exclama Yurika

Yurika était complètement prise de court.

« Alors, s’il vous plaît laissez-moi faire le reste, » déclara Yurika.

« Et bien, les cent potions ont toutes été réalisées, » répondit Sora.

« Quoi!??? » s’exclama Yurika.

Elle s’était alors effondrée sur le sol. Quel est son problème ?

« Mademoiselle Yurika, ne vous sentez pas déprimé. Y a-t-il quelqu’un d’autre avec qui nous pouvons parler ? » demanda Sora.

Yurika avait levé la tête et avait commencé à parler. « Avant-hier, j’ai essayé de réaliser une demande de Rang-G, mais j’ai échoué. J’ai déjà quatre échecs consécutifs maintenant, et ce sera le cinquième si j’échoue également à cette demande. » Elle venait d’expliquer sa situation.

L’une des conditions pour que les aventuriers améliorent leurs rangs était d’avoir quelques demandes réussies consécutives, mais ils pouvaient également se voir abaisser de rang s’ils continuaient à échouer à la chaîne.

« Puisque je suis déjà de Rang-G, mon statut d’aventurier sera gelé pendant un an si j’échoue cinq fois de suite, » continua Yurika.

Vous pouvez vous inscrire de nouveau au Rang-G l’année suivante, mais c’était vraiment honteux et c’était également une perte de temps.

« Je voulais donc faire un rapport concernant la demande de création de potions avant de rapporter la requête qui avait échoué afin de briser ces échecs consécutifs. Comme cela ne faisait pas longtemps depuis que cette demande avait été acceptée, je pensais qu’il resterait une partie de la demande, mais... » Yurika avait expliqué ça avant de poser sa question. « Est-ce vraiment trop tard ? »

Donc, elle voulait signaler une demande réussie avant un échec. Donc, c’était la raison pour laquelle elle acceptait les demandes de potion.

« Tous ces enfants... Toutes ces personnes pouvaient faire des potions, et donc cette demande a déjà été achevée, » répondit Sora.

Yurika s’effondra à nouveau sur le sol.

« Oohhh! La chance m’a définitivement quitté ! » Yurika s’était mise à pleurer.

Sora fut à court de mots après avoir vu Yurika devenir ainsi.

« Mademoiselle Yurika. Ce n’est pas encore bon là, alors pourriez-vous faire vingt potions pour la demande ? » demanda Sora.

« Vraiment !? » s’exclama Yurika.

Yurika leva la tête avec des yeux étincelants.

... Sora était vraiment une personne très douce, mais j’essayais désespérément de ne pas prendre de compétences d’Yurika. Je devais le supporter et arrêter de penser à ce désir.

« Oui, mais est-ce suffisant pour une demande ? » demanda Sora.

« C’est bon, bien sûr. Merci beaucoup, » répondit Yurika.

Yurika s’inclina à plusieurs reprises devant Sora.

« Hé, quel genre de demande avez-vous acceptée ? » demandai-je.

« Et bien, c’est..., » commença Yurika.

Elle me montra le papier de la demande. Il s’agissait d’une enquête avec également la mission de repousser le monstre qui endommageait les champs du village. Et la date limite était demain...

S’il restait encore du temps, ces demandes échouées étaient généralement affichées à nouveau après la date limite. Cette requête serait à coup sûr à nouveau affichée.

« Au fait, que s’est-il passé pendant cette requête ? » demandai-je.

« Heuu. J’ai pu confirmer que c’était l’acte de deux Loups Crocs, mais j’ai dû abandonner parce que je ne pouvais pas me battre contre eux..., » répondit Yurika.

Une telle créature n’était pas un monstre difficile, mais je suppose que ce n’était pas le cas pour une aventurière comme Yurika.

« Pourquoi ne formez-vous pas un groupe afin de les combattre ? » demandai-je.

« Hum... quand je rentre dans un groupe, la seule chose que je sois autorisé à faire est la fabrication de potions..., » expliqua Yurika.

Je vois. Comme la magie de soins était une chose rare ici, les demandes pour des potions étaient importantes et constantes. Si vous aviez une personne capable de faire des potions, alors elle serait immanquablement affectée à un rôle de soutien, et vous ne l’enverrez jamais au front...

Mais revenons à sa demande...

« Donc, vous devez vaincre les Loups Crocs afin de terminer cette mission. Eh bien ! Est-ce que ça vous va si nous vous aidions pour ça ? » demandai-je.

« Hein !? » répliqua Yurika.

On ne pouvait pas y faire grand-chose sur le fait que mon acte l’avait rendue confuse.

« Est-ce que cela prend du temps après qu’une nouvelle demande a échoué ? Je pensais que ce serait mieux si nous pouvions le terminer plus rapidement, » répondis-je.

Les demandes pouvaient être transférées à un autre aventurier si cet aventurier ne pouvait pas la finir. À ce moment-là, l’aventurier qui avait initialement accepté de compléter la demande n’était plus responsable. Bien sûr, un accord mutuel des deux parties était nécessaire, mais en réalité cette action ne se produisait pas souvent. S’il n’y avait pas d’accord, il était plus facile d’attendre que cette demande ait expiré et soit à nouveau disponible.

Mais dans cette ville, il était difficile d’obtenir de bonnes demandes. Il était plus probable que ces demandes soient transmises aux autres au lieu d’attendre qu’elles soient à nouveau affichées. Pour nous, il était acceptable d’accepter toute demande de subjugation, sauf celles impliquant des gobelins.

« Cela n’en vaut pas la peine. Hein... Ne me dites pas que vous visez mon corps..., » s’exclama Yurika.

Yurika se couvrit alors les seins. Ce n’était pas du tout le genre de pose qu’une fille aventurière ferait.

« Pas mon genre, » répondis-je.

Yurika s’effondra à nouveau après avoir entendu ma réponse.

« Pourquoi ? C’est trop..., » déclara Yurika.

{Maître, pardonnez-moi.} Déclara Sera par télépathie.

{Après tout, l’autre personne en face est une fille...,} déclara Mio.

« Oohhh... » Yurika se mit à pleurer.

Mio et Sera avaient essayé de l’aider, mais à la place, elles avaient fait plus de dégâts.

« Euh, allez-vous me le remettre ou pas ? » demandai-je.

« S-Si c’était possible, je voudrais d’abord compléter cette demande... » répondit Yurika.

« Compris. C’est à propos de la fabrication de potions, non ? Est-ce que cela vous dérange si nous allions avec vous ? Tout le monde, qu’en pensez-vous ? » demandai-je.

Je poussais le sujet en avant et demandai la confirmation de tout le monde. Bien sûr, nous ne le ferions pas si elles n’aimaient pas ça...

« Ça ne me dérange pas, » répondit Sakura.

Après que Sakura eut dit ça, tout le monde hocha la tête. Nous étions donc allés regarder Yurika pendant qu’elle travaillait.

« M’attendez-vous ? Merci. Cela me prendra environ une heure, » déclara Yurika.

Je fus surpris d’entendre Yurika dire que cela prendrait seulement une heure parce que nous avions besoin de cinq minutes par potion. Cependant, elle n’avait eu besoin que de trois minutes.

« Je n’ai jamais pensé que ça pouvait être fait comme ça... » déclara Maria.

Nous avions souri maladroitement après avoir regardé Yurika qui travaillait depuis un moment.

{Dora ne peut pas imiter ça.} Déclara Dora.

Le secret de la rapidité d’Yurika était dû à une chose. Elle faisait deux potions en même temps.

Elle travaillait en parallèle avec des herbes dans les deux mains. Elle pouvait en faire vingt en cinquante minutes, mais ce n’était pas seulement ça.

« Je me souviens de ma vie passée. C’est totalement comme avoir une manette dans chaque main..., » déclara Mio.

Après que Mio ait dit cela, d’une certaine manière, je pouvais le comprendre.

Elle acheva toutes les potions en une heure. Étonnamment, son taux d’erreur était inférieur à trois pour cent. Je me demandais pourquoi elle voulait être une aventurière.

« Après tout, Mademoiselle Yurika est incroyable. Vous pouvez faire ces potions si uniformément... Pourquoi ne travaillez-vous pas ici ? Cela ne rapporte-t-il pas plus d’argent que d’être aventurier ? » demanda Sora.

« Arg !! Parce que ma famille a une longue lignée d’aventuriers... » répondit Yurika.

Je pensais qu’elle avait une raison claire de refuser.

« Dommage. Toutes les personnes avec un talent exceptionnel que je vois aujourd’hui ne veulent pas travailler avec nous..., » déclara Sora.

C’est vraiment décevant. Eh bien ! Ils doivent aller remettre la demande à la guilde des aventuriers, pensa Sora.

Je ne pensais pas qu’ils ont assez de main-d’œuvre dans ce magasin. Et comme nous étions dans une ville d’aventuriers, la demande pour des potions ne s’épuisera jamais.

« On ne peut pas y faire grand-chose... Allons-nous à la guilde des aventuriers à l’instant ? » demanda Sora.

Après avoir fini de vérifier la qualité des potions d’Yurika, nous étions tous partis à la guilde des aventuriers avec Sora et Yurika à nos côtés.

Sora avait une procédure à effectuer afin de signaler une requête achevée. Quant à nous, nous avions le transfert de requête à faire.

« D’accord. À partir de maintenant, Monsieur Jin sera responsable de cette demande, » déclara la réceptionniste. « S’il vous plaît, faites attention à quelque chose. Vous ne pouvez plus la transférer. »

J’avais alors reçu la feuille contenant la demande des mains de la réceptionniste.

« Le village ciblé est à environ une heure d’ici en chariot, » déclara-t-elle.

« Nous avons encore du temps jusqu’à demain, donc je pense que nous pouvons nous en occuper tranquillement, » déclarai-je.

« Il vaut mieux le finir rapidement ! » déclara Mio.

{Plus vite que le vent...,} déclara Dora.

Dora, d’où avez-vous entendu cela ? Euh... Ton grand-père ? Ha oui ! C’est vrai..., pensai-je.

« Dans ce cas, devrions-nous retourner à notre chariot ? Les conducteurs seront Sera et moi, » déclara Maria.

« L’entraînement à la conduite et la lutte contre les monstres sont désormais mes devoirs, » déclara Sera.

Et alors que nous étions sur le point de quitter la guilde des aventuriers, Yurika nous arrêta.

« Attendez ! S’il vous plaît, prenez-moi avec vous, » demanda Yurika.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? Vous nous avez déjà transmis cette demande, » répondis-je.

« Euh, je ne peux pas négliger ça. Alors, s’il vous plaît, laissez-moi venir avec vous pour que je puisse voir, » déclara Yurika.

Eh bien ! Il n’y a aucun mérite à faire cela. Ce serait même une gêne pour nous... pensai-je.

« Hé, je pourrais vous guider vers ce village, » déclara Yurika.

La carte est suffisante pour cela, pensai-je.

« J’ai un lien avec le chef du village, » déclara Yurika.

Le papier de la demande suffit pour tout ça, pensai-je.

« Je peux aussi vous aider à localiser ces Loups Crocs, » continua Yurika.

La carte peut le faire, pensai-je. Hum, elle est vraiment totalement inutile...

« S’il vous plaît ! Je vais me sentir mal si je laisse tout cela ainsi ! » déclara Yurika.

Une idée avait soudainement surgi. Si nous donnions un coup de main ici, je ne pouvais pas dire que nos gains seraient nuls. Je devais décider ce qui était sûr pour nous. Et si elle nous était redevable, il est peu probable qu’elle révélerait notre secret. Ce serait donc sûr pour l’instant.

« D’accord, je vais vous prendre avec moi, mais nous ne vous protégerons pas. Cela ne nous dérange pas si vous suivez, mais vous devez prendre soin de vous, » dis-je.

« Bien sûr ! Je suis confiante quant à ma compétence de fuite ! » déclara-t-elle. 

Eh bien ! Elle a la compétence [Fuite], pensai-je. Je dois d’abord faire un accord avec elle pour que si quelque chose lui arrive, ce ne soit pas de notre faute.

{Yurika viendra avec nous, alors, s’il vous plaît, faites attention à ne pas montrer nos pouvoirs spéciaux.} Dis-je à l’aide de la télépathie.

{{D’accord !}} Tout le monde me répondit de la même manière sauf...

{Hein !?} demanda Dora.

Ho ! Dora n’a rien compris, pensai-je.

{Sakura, pourriez-vous expliquer cela à Dora ?} demandai-je à Sakura.

{Compris. Euh, Dora-chan, c’est à propos de ta transformation en tant que dragon...,} Sakura commença à expliquer a Dora à l’aide de la télépathie.

Je me sentis soulagée après que Sakura ait commencé son explication.

Nous emmenions donc Yurika et avions donc quitté la ville en chariot.

En passant, j’avais mis mes [Pièces] dans mon [Inventaire] et nous avions caché Tamo-san. Je l’avais fait se transformer en quelque chose de long et mince et il s’était caché dans le plafond. Ainsi, il ne sera jamais trouvé.

« Même si vous êtes de Rang-G comme moi, vous avez quand même un si beau chariot, » déclara Yurika.

« Nous avons eu l’occasion d’obtenir beaucoup d’argent, » répondis-je.

« Eh bien, un Loup Croc est ma limite, alors quand le second a rejoint la bataille, je pensais que j’allais mourir, » déclara Yurika.

« ... Trop faible..., » murmurai-je.

« La fabrication de potions était ma bouée de sauvetage quand j’ai échoué à une demande, alors..., » continua-t-elle.

« Ne vous inquiétez pas. Nous l’avons accepté que comme un test. Nous n’avions pas du tout besoin de l’accepter dans cette ville, » dis-je.

« Je suis heureuse..., » murmura Yurika.

C’était généralement bruyant quand trois femmes ou plus se rassemblaient, mais Yurika à elle seule suffisait à générer une ambiance bruyante. Elle faisait toute la conversation dans la voiture.

Après avoir voyagé pendant environ une heure, nous étions finalement arrivés en toute sécurité au prochain village. Comme ce village n’a pas d’auberge ni d’établissement où nous pourrions laisser notre chariot, nous l’avions juste laissé à l’entrée du village. Bien sûr, Tamo-san était de garde.

***

Chapitre 22 : La Demande de Transfert et l’Accident dans la Forêt

Nous étions entrés dans le village puis nous nous étions immédiatement dirigés vers la maison du chef de village. Il s’agissait d’un village agricole, de sorte que chaque maison avait son propre champ. N’était-ce pas du riz qui poussait là ?

: Non, cela ne l’est pas.

« Excusez-moi, nous sommes venus ici à propos de votre requête, » annonçai-je.

Nous avions commencé à parler devant la maison du chef de village, et la porte s’était immédiatement ouverte.

« Oh, je vous attendais ! Merci d’entrer, » déclara le chef du village.

« Excusez-moi, » répondis-je.

Nous étions rentrés à l’intérieur du bâtiment. Bien sûr, Yurika était également venue avec nous. Le chef du village commença à nous parler dès que nous nous étions assis.

« Eh bien ! Après avoir vu ce qui s’est passé avec cette demoiselle, je pensais être sur le point de déclarer une requête ratée, » dit le chef du village.

« Je suis désolée..., » répondit Yurika.

Yurika s’excusa. En y repensant, elle avait dû aller faire un rapport pour sa requête de potion avant cette requête, ce qui désavantageait le prochain aventurier qui allait accepter cette demande...

« Eh bien, je n’ai pas besoin de m’inquiéter parce que vous avez trouvé des aventuriers qui peuvent vaincre ces loups Crocs, » commença à parler le chef du village. « Tout le monde possède-t-il une expérience de combat contre des Loups Crocs ? »

« J’en ai perdu le compte. S’il n’y en a que deux, nous pouvons les gérer en solo sans aucun problème, » répondis-je.

Oups ! J’avais oublié de dire, « En excluant Yurika. »

« Vous semblez fiable, » déclara le chef du village. « Serez-vous capable de les vaincre aujourd’hui ? Si vous comptez le faire demain, vous pouvez rester dans cette maison, car il n’y a pas d’auberge dans ce village. »

« Nous le ferons aujourd’hui, » répondis-je. « Alors, pourriez-vous nous parler des détails ? S’il vous plaît, incluez aussi ce qu’Yurika a trouvé. »

Le chef du village et Yurika acquiescent.

« D’accord. Tout d’abord, les dommages sont survenus à l’extérieur de la barrière de cette ville, » commença le chef du village.

Il semblerait qu’il existait un outil magique appelé « barrière de pierre » qui protégeait les villes et les villages. Elle créait une zone autour de la pierre que les monstres ne pouvaient pas franchir. Bien sûr, il y a quelques exceptions. La barrière n’affectait pas les monstres domptés, les monstres hautement intelligents et les puissants monstres (de haut niveau). L’objet devenait également moins efficace contre les grands groupes de monstres. Cela ne semblait pas empêcher les attaques de dragons ou les hordes de monstres.

Ce village de fermier n’était pas riche, mais il couvrait quand même une grande superficie. Donc... certains champs pouvaient être en dehors de la zone de protection, et plus la surface de la barrière était grande, plus elle serait coûteuse.

Mais les monstres ayant une faible intelligence ne s’approchaient généralement pas du champ, même s’ils se trouvaient en dehors de la zone protégée, à cause du sentiment désagréable qu’ils éprouvaient lorsqu’ils s’approchaient des champs à l’intérieur de la zone protégée.

« Il n’y a pas beaucoup d’animaux sauvages ici, » déclara le chef du village. « Et les monstres ne s’approchent généralement pas beaucoup de la barrière. Comme nous n’avons pas compris la raison pour laquelle nous avons été attaqués, nous avons envoyé la requête à la guilde des aventuriers. »

« Et grâce à mon observation, nous savons que les coupables sont des Loups Crocs, » déclara Yurika. « J’ai décidé de m’échapper parce que je ne pouvais pas me battre quand le second est arrivé. »

Je savais à quel point Yurika était faible. Il semblerait qu’elle devrait se battre de toutes ses forces pour simplement faire face à des gobelins.

« Savez-vous pourquoi les Loups Crocs ont endommagé le champ ? » demandai-je.

Le chef du village fut troublé par ma question.

« Peut-être qu’il s’agit d’une anomalie dans la forêt de Torute qui a provoqué ça, » déclara le chef du village.

« La forêt Torute ? » demandai-je.

« Oui, il s’agit d’une forêt à l’est de ce village, » commença le chef du village. « Les Loups Crocs peuvent généralement être trouvés là-bas. Ils n’attaquent pas beaucoup les champs du village, car il y a beaucoup de nourriture dans la forêt. »

« Alors selon vous, ils ont ciblé les champs à l’extérieur de la barrière quand ils ne pouvaient plus se nourrir là-bas, car selon vous il y aurait une anomalie à l’intérieur de la forêt ? » demandai-je.

« C’est possible..., » acquiesça le chef du village.

Mais notre demande était juste d’exterminer les Crocs Loups qui avaient endommagé les champs. Puisque ce problème ne nous concernait pas, nous ne voulions pas aller plus loin en ce qui concernait la forêt.

« Savez-vous où ces Loups Crocs sont en ce moment ? » demandai-je.

Je pouvais facilement les trouver à l’aide de ma Carte.

« Oui, ils sont en ce moment dans les champs, » déclara le chef du village. « Ils semblent penser que nous n’avons pas assez de force pour les chasser. »

J’avais raison, après tout, puisque je pouvais détecter les ennemis à l’intérieur du village.

« Vraiment ? » dis-je. « Pourriez-vous envoyer quelqu’un pour le confirmer puisque nous allons les exterminer maintenant ? »

« Alors, je vais y aller, » le chef du village annonça ça.

« M-Moi aussi ! » s’exclama Yurika.

Yurika aussi. Eh bien, est-ce vraiment nécessaire ? pensai-je.

Nous nous étions finalement tous dirigés vers le champ à la périphérie du village.

« Eh bien..., » commençai-je. « Comment allons-nous les vaincre ? »

« Comme d’habitude, il suffit de les approcher normalement et de les tuer, » répondit Maria calmement. Eh bien, c’était une bonne idée.

« Non, je vais laisser Mio les vaincre, » répondis-je.

« Hein !? Moi ? » demanda Mio.

Mio était surprise quand elle avait entendu ce que j’avais dit.

« Ne voulez-vous pas augmenter votre compétence de [Domptage de Monstres] ? » demandai-je.

« Oh ! C’est exact ! Je le veux ! » s’exclama Mio.

Il semblerait que Mio se souvienne finalement de la promesse que je lui avais faite de convertir les points de compétence des monstres qu’elle tuait en compétence [Domptage de Monstres] pour son propre usage.

« Il est impossible de calculer tous les points au milieu d’une bataille chaotique, alors c’est votre chance, » je lui dis.

« Merci beaucoup, Maître ~ ! » s’exclama Mio.

C’est bon si tu es heureuse, pensai-je.

« Cela signifie-t-il que ma chance n’est pas encore arrivée ? » Demanda Sera.

« Euh, désolé, » commençai-je. « Je vais vous trouver une occasion pour vous plus tard. »

Dans notre situation, je pensais que Sera aurait beaucoup de chances de jouer un rôle actif. Peut-être... une situation que personne d’autre ne pourrait résoudre.

« Alors, je les bats avec des flèches, » déclara Mio.

Les Loups Crocs étaient à sa portée. Nous nous étions cachés dans des buissons à vingt mètres d’eux. Il s’agissait de deux loups qui semblaient être en train d’obtenir un bon repas.

« Alors je vais les finir en une fois !! Ha ! » cria Mio en décrochant sa première flèche.

« Un de plus ! » s’exclama Mio.

Mio décocha les deux flèches à la suite l’une de l’autre.

L’une d’elles frappa directement la tête d’un Loup Croc, tuant le premier. Le deuxième loup, qui mangeait des légumes, le remarqua et leva la tête. La deuxième flèche frappa directement la tête et le tua.

Hmm... Vous pouviez prédire l’emplacement de l’ennemi. Elle avait vraiment réfléchi à où viser...

« Sensationnel ! Vous avez réussi, » m’exclamai-je.

« Fufu, Mio-chan s’améliore aussi tous les jours ! » déclara Mio.

Mio gonfla sa poitrine (inexistante) avec fierté. Notre politique ne reposait pas sur un statut élevé, mais sur ses propres compétences.

« C’est incroyable, » déclara le chef du village. « Vous avez pu les vaincre en un clin d’œil... »

« Wôw ~ même cette fillette peut les tuer, mais je..., » marmonna Yurika.

S’il vous plaît, ne soyez pas surprise. Eh bien, vous ne pouviez pas attendre ce genre de résultat quand vous regardez l’apparence de Mio.

« Donc, cette requête est terminée, » dis-je. « Que devrions-nous faire à propos des cadavres des Loups Crocs ? Nous allons les ramasser, mais si vous les voulez, nous les vendrons à un prix réduit. »

« Non, c’est déjà bien ainsi pour nous, » déclara le chef du village. « Pour le moment, revenons dans ma maison. »

Devant le chef du village, j’avais placé les cadavres des Loups Crocs dans la boîte à objets et je l’avais suivi.

Puis, nous étions arrivés une fois de plus dans la maison du chef du village.

« Ceci est la preuve d’une requête réussie pour ainsi obtenir la récompense, » déclara le chef du village. « Merci beaucoup. »

« Non, c’est vraiment bien que nous puissions les vaincre en toute sécurité, » dis-je.

« Euh..., » murmura le chef du village. « Si cela vous convient, pourriez-vous accepter une autre requête ? »

Qu’est-ce que c’est ? Je pense que je peux le prédire, pensai-je.

« Qu’est-ce que c’est ? » demandai-je.

« Je veux que vous alliez étudier l’anomalie se trouvant dans la forêt de Torute, » commença le chef du village. « Je veux que vous trouvez la raison pour laquelle ces Loups Crocs sont sortît de la forêt. S’il y a une anomalie dans la forêt, ce village est en danger. »

Je suis certain que c’est quelque chose qui doit être étudié. Toutefois..., pensai-je.

« Pourquoi nous ? » demandai-je. « N’avez-vous pas l’habitude d’aller en ville et de faire la requête ? »

« Vous avez raison, » répondit le chef du village. « Mais vous êtes vraiment fort, alors je vais aller faire une requête après ça. Alors... s’il vous plaît. »

« Quels sont les objectifs... et la récompense ? » demandai-je.

Le chef du village était à court de mots après avoir entendu ce que j’avais dit.

« Euh... Hmm... il n’y a rien que nous puissions faire si cela ne fait pas l’objet d’une enquête au préalable, » déclara le chef du village.

« Nous devons en parler, » dis-je. « Comment pourrions-nous accepter la demande sans objectif ni récompense ? »

En premier lieu, accepter la requête d’Yurika était vraiment une mauvaise chose. L’enquête et l’extermination étaient le même type de requête. Le rang de la requête dépendait des informations du terrain.

Il était possible qu’une requête de simple enquête devienne une requête d’extermination. Je ne pouvais pas accepter ce genre de requête avec insouciance.

Je voulais dire... Pourquoi avais-je accepté en premier lieu la demande d’Yurika ? N’avais-je pas simplement outrepassé la responsabilité de la guilde des aventuriers ?

R : Dans le cas de demandes classées C et ci-dessous, vous n’avez pas besoin de confirmer le rang avec la guilde. Dans ce cas, il a été jugé par la petite quantité de dégâts qui a été faite sur le terrain. La position de base devrait être « Je ne devrais accepter aucune requête que je ne veux pas », et cela inclut les requêtes que vous n’êtes pas sûr de pouvoir terminer.

Vraiment choquant.

« Parce que vous êtes si fort ! Veuillez accepter cette requête ! » Yurika, qui avait été silencieuse jusqu’à maintenant, avait soudainement dit cela.

« N’avez-vous pas entendu ce que j'ai dit ? » demandai-je. « Cette requête n’a même pas un objectif clair. Je ne peux pas accepter ce genre de chose. »

« Mais les gens de ce village pourraient avoir des ennuis ! » s’exclama Yurika. « En tant qu’aventuriers, nous devons aider une personne en difficulté ! »

Yurika semblait avoir des malentendus sur le fait d’être un aventurier. Elle avait un étrange sens de la justice.

« Je ne peux pas dire que vous avez tort avec ça, » commençai-je. « Mais il y a une limite à la façon dont nous pourrions accepter la demande d’une manière acceptable. Être un aventurier n’est pas un travail de charité. S’il vous plaît, ne vous méprenez pas. »

« Mais il est naturel d’aider les personnes en face de nous qui ont des ennuis ! » déclara Yurika.

Elle était têtue. Je n’avais pas dit que je n’accepterais pas cette requête. Ce ne serait pas du tout un problème si cette demande avait un objectif et une récompense. Le chef du village n’intervient pas non plus, puisque cette situation lui donnait un avantage.

« N’essayez pas de changer de sujet, » dis-je. « Nous parlons d’aventuriers qui vont ou ne vont pas accepter la demande maintenant, pas la raison d’être un aventurier. »

« Arg, m-mais je pensais qu’être un aventurier est plus cool que ça..., » déclara Yurika.

La voix d’Yurika devient faible. Elle avait l’air d’être déprimée, car nous n’allons pas accepter cette requête. Eh bien, copions ses compétences avant qu’il ne soit trop tard. Je prends juste un point chacun en [Évasion] et [Création d’Outil Magique] ensuite, je leur ajoute un point non converti et je le lui redonne les points. Voilà... Nous avons enfin [Évasion] et [Création d’Outil Magique] entre nos mains !

Il semblerait que la compétence [Évasion] d’Yurika était sur le point de monter de niveau, alors j’ajoutais un point supplémentaire. Eh bien, ça n’avait pas d’importance...

« Nous ne pouvons pas accepter cette requête maintenant, » déclarai-je. « Aujourd’hui, nous allons rester dans notre chariot et voter sur ce que nous allons faire demain. Nous pourrions également vous emmener en ville avec nous. »

Nous revenions en chariot comme je l’avais dit puisque nous nous sentions mal de rester chez le chef du village. Je voulais surtout dire par là que notre chariot était plus confortable que la maison du chef de village...

Yurika ne vint pas avec nous. Elle préféra rester chez le chef du village. Nous n’avions donc pas à nous inquiéter des « installations que nous ne pouvons pas lui montrer », en particulier, la cuisine, la salle de bain et la chambre à coucher.

*

Le lendemain, tout le monde se prépara au départ tandis que je me dirigeais seul vers la maison du chef du village.

« Vous êtes encore ici, » commença le chef du village. « Mais n’allez-vous pas bientôt revenir ? »

« E-Eh bien, vous avez raison..., » marmonnai-je.

Le chef du village me semblait suspect. Ne me dites pas qu’il avait l’intention de me faire accepter la demande au dernier moment ?

« En y pensant..., » dis-je. « Où est Yurika ? »

Je ne voyais même pas Yurika sur la Carte.

« Cette jeune fille, » commença le chef du village. « Elle a dit : “Je vais enquêter sur cette forêt.” Elle est partie tôt ce matin. »

Le chef du village avait donc renoncé et il m’avait dit ceci. Il semblerait qu’elle avait vraiment un étrange sens de la justice. Alors elle avait agi de son propre chef. Super ! J’avais déjà pris ses compétences hier, alors elle n’avait plus rien à faire avec nous.

Suis-je sans cœur ? Mais peu importe. Cela n’a pas d’importance parce qu’elle a agi seule, et elle n’était même pas l’un de mes compagnons, pensai-je.

« Alors ? Le document de la requête, » demandai-je.

Le chef du village était un peu surpris quand je lui avais demandé le document de la requête.

« Allez-vous nous aider ? » demanda le chef du village.

« Pourquoi me demandez-vous ça ? » répliquai-je.

« Est-ce pour votre compagnon ? » demanda le chef de village.

« Nullement, car elle ne l’est pas, » dis-je. « Elle nous a seulement suivis quand elle nous a transféré sa requête. »

Il semblerait qu’il pensait que nous allions suivre Yurika, qui était allée à l’avant pour enquêter. Peut-être qu’il avait même incité Yurika à le faire.

« N’avez-vous pas de document de requête ? » demandai-je.

« N-Non, je ne le fais pas, » bafouilla le chef du village. « Je pense que je vais d’abord attendre qu’elle fasse un rapport. »

Eh bien, il avait raison. Selon l’événement d’hier, le chef du village savait comment faire une requête appropriée maintenant.

« Compris, » dis-je. « Dans ce cas, nous partons. »

Puis j’étais parti.

« S-S’il vous plaît, attendez un moment ! » le chef du village m’appela. « Pourriez-vous attendre pendant que je fais une requête ? »

« Je vais seulement attendre ce matin, » dis-je. « Je n’ai pas l’intention d’attendre qu’Yurika revienne faire un rapport, alors vous devez le faire maintenant ou oublier cette idée. »

« C’est..., » marmonna le chef du village.

Je n’avais pas l’intention de cacher quoi que ce soit et encore moins l’intention de nettoyer ce gâchis. Je voulais retourner en ville et me préparer à aller à la prochaine ville... J’avais alors quitté la maison du chef du village et étais retourné dans mon chariot.

« Hein !? Yurika-chan et les villageois ? » me demanda-t-on.

« Il semble qu’Yurika inspecte la forêt par elle-même, » commençai-je. « Nous allons accepter la requête si le vote va dans ce sens, mais nous devons y aller bientôt. »

« Vraisemblablement. Il n’y a pas d’intérêt à attendre, » déclara Mio.

« Dans ce cas, allons-y, » dis-je.

« « « D’accord, » » » s’exclamèrent toutes les filles.

{Ouais !} s’exclama Dora.

Je laissai la conduite à Sera et Maria alors que nous quittions le village.

Puisqu’Yurika n’était pas là, nous étions libres d’utiliser les Pièces.

Alors que nous quittions le village, je vérifiai la Carte. Il y avait une zone nommée la forêt Torute à proximité. Yurika n’était pas sur la route ou dans le village, elle devrait donc être dans la forêt.

Faisons une conversation utile... À propos de certaines fonctions de la Carte.

Toutes mes subordonnées étaient affichées en bleu. Il y avait une condition sévère pour que le système affiche une icône bleue, donc il ne deviendrait pas bleu si ce n’était pas vraiment un ami proche ou un amoureux. Je ne pensais pas que son icône serait bleue.

Les ennemis étaient affichés en rouge. Cela incluait n’importe quelle créature qui m’était hostile, et cela, peu importe s’il était de haut ou bas niveau.

Le vert était pour les personnes neutres. Il s’agissait des points les plus fréquents. Cela me permettait de détecter un problème à l’avance... ou de planifier comment l’aborder. Les cadavres étaient affichés en gris, et la couleur de la bordure était utilisée pour identifier les cadavres amis ou ennemis.

À ce moment-là, l’icône d’Yurika clignota soudainement et il devient gris avec une bordure verte.

« EH... Yurika, elle est morte, » dis-je.

« Hein !? Oh, vous avez raison, » déclara Sakura.

{Est-ce que c’est l’icône d’Yurika ?} demanda Dora par télépathie.

« C’est vrai, » confirma Maria. « Il semble qu’elle soit morte. C’est naturel parce qu’elle a agi seule sans écouter l’avertissement de Jin-sama. »

« Maria-chan, c’est un peu dur ce que tu dis, » déclara Mio.

« Mais je lui ai dit de prendre la responsabilité d’elle-même, » déclara Sera. « Donc, ce n’est pas de notre faute. »

Tout le monde était calme. Du point de vue des personnes dans ce monde, y compris Mio, mais pas Sakura, la vie était bon marché. Cependant, Dora ne comprenait pas. Comme toutes avaient été des esclaves à moitié mortes, elles connaissent vraiment la mort.

« Que va faire le Maître ? » demanda Mio.

« Je n’ai pas l’intention de faire quoi que ce soit, » dis-je. « J’ai déjà pris toutes ses compétences rares hier, et nous ne pouvons pas prendre ses capacités puisqu’elle a été tuée par quelqu’un d’autre. »

Mais j’étais un peu curieux au sujet du monstre qui avait tué Yurika.

Mangeur d’Hommes (Classe Aberration)

Niveau : 40

Compétences :

[Attaque de Poison Niv. 5] [Attaque d’Acide Niv. 5] [Tentacule Niv. 5] [Régénération Niv. 3]

Note : Une plante qui se nourrit d’animaux, de monstres et d’humains.

« Maria, Sera. Dirigeons-nous vers la forêt de Torute, » dis-je.

« Compris, » répondit Maria.

« Euh... Attendez !? Pourquoi ! » marmonna Sera.

Sera était un peu confuse quant à mon soudain ordre alors que Maria avait immédiatement obéi à mon instruction.

« Pourquoi voulez-vous soudainement aller la tête la première dans la forêt ? » demanda Mio.

« Ah, je suis intéressé par le monstre qui a tué Yurika..., » demandai-je.

Mio avait alors également vérifié la Carte.

« Un Mangeur d’Hommes ? Aberration ? Cela à l’air intéressant ! » acquiesça Mio.

Je suis intéressé par le type Aberration, mais le problème n’est pas seulement là, pensai-je.

« C’est un type Aberration, et son nom sonne d’une manière désagréable, » dis-je.

« Euh... Savez-vous quelque chose sur les Mangeurs d’Hommes ? » demanda Sakura.

« Je suis désolé, mais je ne veux pas en parler, » dis-je. « De toute façon, nous devons le vaincre. Et ce n’est pas pour venger Yurika. »

Il ne s’agit pas du tout d’Yurika, mais nous devons le vaincre, peu importe, le coût, pensai-je.

Q : Qu’est-ce qu’un type Aberration ?

R : Un monstre muté extrêmement rare avec une faible probabilité que cela se produise. Ces monstres sont généralement forts et cette mutation les rend encore plus forts.

Dix minutes plus tard, nous avions atteint la forêt de Torute avec notre chariot. Tamo était en attente, gardant le chariot.

« Puisque nous voulons les vaincre rapidement, je vais dans l’ensemble augmenter les statistiques, » déclarai-je.

« Il est inhabituel que Jin-kun fasse cela, » déclara Sakura.

« Euh... Détestez-vous les Mangeurs d’Hommes ? » demanda Mio.

Je ne pense pas que je déteste les Mangeurs d’Hommes, pensai-je.

« Puisqu’il s’agit d’une extermination, Maria et Sera seront des avant-gardes tandis que Dora et moi nous nous déplacerons librement, » dis-je. « Mio et Sakura, même si je pense que c’est une mauvaise idée, je veux que vous veniez également avec nous. »

« Compris ! » s’exclama Sera. « Mon temps est enfin arrivé ! »

« Je ne peux pas laisser ces parasites déranger Jin-sama, » déclara Maria. « Sera et moi sommes déjà bien assez pour les exterminer. »

Les deux avant-gardes semblaient être pleines de motivation.

{Je serai avec le Maître ~,} déclara Dora.

Comme d’habitude, Dora était mignonne. Cependant, elle ne conviendrait pas pour l’extermination parce que son rôle était celui de tank.

« Il est difficile de se battre tout en se déplaçant. Donc je vais suivre depuis derrière vous, » déclara Sakura.

« Points de [Domptage de Monstres], » déclara Mio.

Sakura ne convient pas pour ça, alors elle doit juste rester en arrière. Mio, ne t’ai-je pas dit qu’il est difficile de calculer les points pendant une bataille chaotique ? pensai-je.

Nous étions entrés dans la forêt. La forêt de Torute était différente d’une forêt de gobelins. Elle était plus comme une forêt tropicale. Les noix colorées et les champignons se trouvaient un peu partout. Des champignons colorés ? C’était clairement un poison, sans arrières-pensées.

En passant, tous les monstres étaient des types de plantes. En raison de l’apparition anormale d’un Mangeur d’Hommes, l’équilibre des forces dans la forêt avait changé, et cette forêt était maintenant dominée par un monstre de type plante. Cela pouvait sembler complètement différent de l’apparence de la forêt d’origine. Il s’agissait de la raison qui avait forcé ces Loups Crocs à aller hors de la forêt.

J’allais enquêter sur l’anomalie se trouvant cette forêt, mais je ne ferai pas de rapport, car trouver une raison d’être là était gênant. D’ailleurs, je ne pensais pas non plus que nous serions payés pour ça.

Nous étions entrés dans la forêt avec la formation que nous avions prévue plus tôt. Cependant, la puissance d’extermination de Sera et Maria était extrêmement absurde, et nous n’avions même pas ralenti depuis le début.

Maria visait généralement les points faibles tandis que Sera utilisait sa force brute pour couper en deux les ennemis en une seule attaque. Nous stockions tous les monstres que nous avons tués dans l’Inventaire. Alors que la vitesse était importante, il était également important de ne pas laisser derrière nous de cadavres ennemis. Heureusement, cela ne prenait pas beaucoup de temps.

Alors... ? Quel genre de monstres se trouvait-il dans cette forêt ?

Champignon marron

Niveau : 8

[Attaque de Confusion Niv. 3] [Résistance à la Confusion Niv. 3] [Spore Niv. 3]

Note : champignon parapluie de couleur marron.

Champignon vert

Niveau : 8

[Attaque Paralysante Niv. 3] [Résistance à la Paralysie Niv. 3] [Spore Niv. 3]

Note : champignon-parapluie vert

Champignon pourpre

Niveau : 8

[Attaque Empoisonnée Niv. 3] [Résistance aux Poisons Niv. 3] [Spore Niv. 3]

Note : Champignon parapluie violet

Champignon arc-en-ciel

Niveau : 15

[Attaque de Confusion Niv. 3] [Attaque Paralysante Niv. 3] [Attaque Empoisonnée Niv. 3] [Résistance aux États Anormaux Niv. 3] [Spore Niv. 3]

Note : Champignon parapluie arc-en-ciel

Sylvanien

Niveau : 10

[Mimétisme Niv. 2]

Note : Monstre qui imite les arbres.

Insecte de flammes et de glace

Niveau : 8

[Résistance au Feu Niv. 2] [Résistance à la Glace Niv. 2] [Parasite Niv. 4]

Note : Parasite. Donne aussi de la résistance aux monstres sous son contrôle.

Pomme Explosive

Niveau : 5

[Auto-destruction Niv. 3] [Volonté de Fer Niv. 1]

Remarque : Pomme qui explose. Comment/pourquoi il explose est encore inconnu.

Ananas Explosif

Niveau : 5

[Auto-destruction Niv. 3] [Volonté de Fer Niv. 1]

Note : Ananas qui explose. Comment/pourquoi il explose est encore inconnu.

Il s’agissait de la première fois que nous pouvons obtenir des compétences de type Résistance. Les États Anormaux et les Résistances aux États Anormaux étaient des compétences vraiment importantes dans les jeux, mais je ne les avais pas vus jusqu’à maintenant. Et trouver des champignons arc-en-ciel, c’était comme tomber sur le jackpot parce qu’il avait [Résistance aux États Anormaux] qui résistait contre tous les [États Anormaux]. Je les avais immédiatement distribués à tout le monde. La compétence d’imitation du Sylvanien était un peu différente du slime, même si elle avait un nom similaire.

Je pense que je pourrais le donner plus tard à Tamo-san, pensai-je.

Le type Explosif était des monstres qui s’autodétruisaient quand quelque chose était proche d’eux. Comme il y avait un petit délai, c’était facile de les vaincre. Par ailleurs [Volonté de Fer] leur permettait de garder un point de vie après avoir explosé. Je pensais que c’était une bonne combinaison, mais Sensei ne savait pas comment cela explosait. La seule explication était la compétence [Auto-destruction].

Le nombre de monstres anormaux augmentait à mesure que nous approchions de ce Mangeur d’Hommes. Yurika aurait pu aussi les rencontrer.

Je suppose que la compétence [Évasion] était vraiment géniale.

***

Chapitre 23 : Le Mangeur d’Hommes et Son Extermination

J’essayais d’observer le Mangeur d’Hommes d’un peu plus loin. Il s’agissait simplement d’une plante carnivore. Il faisait environ six mètres de haut, et il avait de nombreux tentacules. Le cadavre d’Yurika était suspendu à l’un de ces tentacules. Un Loup Croc était également suspendu de la même manière, comme des aliments préservés.

À ce propos, Yurika était maintenant complètement nue. Je pensais que ses vêtements devaient être un obstacle pour le Mangeur d’Hommes. On ne pouvait pas y faire grand-chose. Je pouvais le voir parce que nous allions nous battre contre le Mangeur d’Hommes. Mais...

« Ce n’est pas bon, » déclara Mio. « Une belle fille qui est attaquée par des tentacules est tout à fait une bonne chose, mais ce n’est pas bon, du tout, si elle est tuée par ça. »

Mio avait raison. Si je voyais une fille sans vie étranglée, je ne ressentais que de la pitié. Je n’avais aucun sentiment érotique en voyant ça. Est-ce la façon dont il conservait sa nourriture ou avait-il un autre usage ?

R : Quand il est légèrement pourri, c’est encore plus délicieux.

... Vraiment ?

Mon opinion sur le Mangeur d’Hommes avait totalement changé.

« Pff ! Je pense que c’était une bonne idée de venir ici, » commençai-je. « Baissons un peu nos statistiques et utilisons ceci comme entraînement au combat. »

« Compris, » déclara Sakura. « Cette fois-ci, comment devrions-nous nous battre ? »

Sakura m’avait demandé ça. Hmmm...

« Faisons quelque chose de différent de l’habituelle tactique. Concentrons-nous sur l’attaque à longue portée, » commençai-je. « Sakura et Mio seront les principales créatrices de dommages, et le reste d’entre nous les soutiendront. Les mouvements de Mangeur d’Hommes sont assez lents, donc le poison et l’acide ne sont pas très menaçants à longue distance. Je pense que nous serons en sécurité tant que nous resterons hors de la portée des tentacules. »

Même si les dégâts étaient minimes, je n’étais pas enthousiaste de voir de jolies filles souffrant de poison ou d’acide au contact de leur peau. Cependant, de l’acide sur leurs vêtements était correct.

« J’ai l’intention de récupérer le corps de Yurika avant cette attaque, » dis-je.

« Pourquoi ? » demanda Maria. « Avons-nous réellement une raison de le faire ? »

Vous avez certainement raison. Nous n’avons aucune raison de récupérer le corps d’Yurika, mais la situation a changé, pensai-je.

« Ce n’est rien de personnel, mais je veux arrêter ce Mangeur d’Hommes, » répondis-je.

Puisque la présence de ce monstre était dangereuse, nous devions être extrêmement prudents.

« Compris, » déclara Maria. « Je vais essayer de récupérer son corps. »

Maria se porta volontaire pour faire ça. Elle était la plus rapide parmi nous. Je pensais qu’elle convenait bien à ce travail.

{Dora peut également voler ~,} ajouta Dora à l’aide de la télépathie.

C’était bien le cas. Comme la compétence de Vol de Dora est au niveau 7, il était peu probable qu’elle soit attrapée par ces tentacules.

« C’est possible, » dis-je. « Cependant, Dora n’a pas encore beaucoup d’expérience dans les combats aériens. C’est bien trop dangereux si tu n’as pas d’expérience au préalable. Je vais donc laisser ce rôle à Maria pour cette fois-ci. »

« S’il vous plaît, laissez-le-moi, » déclara Maria. « Je vais réussir la mission sans faute. »

{Boo !} déclara Dora.

Dora devient maussade. Tellement mignonne. Comme elle était trop mignonne, je ne pouvais rien faire d’autre que la caresser. Bien sûr que c’était le cas.

{Euh...} Dora gémit.

« Pourquoi ? Bien que j’ai été choisie, pourquoi est-ce que je ressens un tel regret ? » demanda Maria.

L’humeur de Dora était à nouveau au beau fixe, mais Maria avait l’air un peu triste. Je ne pouvais donc pas m’empêcher d’aussi la caresser. Bien sûr que je devais le faire. Je voulais dire par là que j’avais caressé ses oreilles.

« Fuwa~, hauuu..., » gémit Maria.

Une bonne réaction, comme d’habitude, mais nous nous trouvions au milieu d’une forêt avec un monstre à l’intérieur. Voulez-vous que je vous fasse des caresses ? Pourquoi ? Hahaha.

« Maria, vous allez récupérer le corps d’Yurika et ensuite utilisez la téléportation pour nous le rapporter, » dis-je.

« D’accord... Hmm... Non, tout est correct, » commença Maria. « Je vais découper tous les tentacules pendant mon retour. »

Maria était certainement dans son personnage alors qu’elle disait ça. Elle pourrait, en effet, y aller, couper quelques tentacules et revenir avec juste sa capacité d’esquive.

« Si vous êtes en danger, utilisez immédiatement la Téléportation, » dis-je.

« D’accord, je le ferais, » répondit Maria.

Au fait, tout le monde avait accès à la Magie Originelle de Sakura, y compris la Téléportation. Il semblerait qu’elle pouvait créer la même magie qu’elle avait déjà faite, mais avec un coût relativement moindre, soit environ la moitié de la quantité de Point de Magie habituelle. Alors... j’en avais fait des copies pour tout le monde. J’avais le sentiment que c’était comme la phase de développement et qu’après c’était les coûts de la production de masse. Après avoir eu une petite réunion, notre tactique avait été déterminée.

{Est-ce que la préparation pour récupérer le corps d’Yurika est terminée ?} demandai-je par télépathie.

{Oui, je suis prête,} répondit Maria.

{Je suis également prête,} répondit Sakura.

{Alors... Nous commençons dans cinq secondes. Cinq, quatre, trois, deux, un, allez-y !} dis-je.

À mon signal, Maria sauta vers l’avant. Elle sauta sur la pente près du Mangeur d’Hommes, puis coupa les tentacules et récupéra le corps d’Yurika.

Puisque le sommet de la pente était un angle mort, nous l’avions utilisé à notre avantage, permettant à Maria d’approcher rapidement le Mangeur d’Hommes. C’était bien parce que notre but était juste de récupérer le corps d’Yurika et de repartir de là dès que possible.

Quand Maria coupa les tentacules, le Mangeur d’Hommes la remarqua et envoya d’autres tentacules afin de l’attaquer. Cependant, elle les coupa quand ils se rapprochaient d’elle.

« Boule de feu ! » s’exclama Sakura.

Sakura incanta sa magie. Comme elle l’envoyait depuis un autre angle, sa magie ne gênerait pas du tout les actions de Maria.

« Kai~ ! » cria Mio.

Mio décocha une flèche. Elle était dans un endroit différent de Sakura, car il était mieux d’attaquer depuis deux angles différents que de concentrer l’attaque depuis un côté. La Magie de Feu était vraiment très efficace, car de nombreux tentacules tombaient au sol après chaque attaque.

Je m’occupais de protéger Sakura tandis que Sera et Dora protégeaient Mio. Maria allait me rejoindre un peu plus tard. Sera n’utilisait pas son bouclier. À la place, elle portait une épée dans une main et une lance dans l’autre. Elle faisait ça pour avoir une meilleure manœuvrabilité. Maria et Sera devaient s’occuper des tentacules pendant que Dora et moi devions nous charger des autres monstres se trouvant dans la zone. Voici en gros ce qu’était notre stratégie.

« Fuu ! Ha ! » s’exclama Maria.

J’entendais les cris de Maria. Sa capacité d’évasion était quelque chose que je ne pouvais pas croire même de mes propres yeux. Elle avait évité tous les tentacules qui venaient de derrière elle. Oh ! N’utilisait-elle pas la Carte pour ça ?

Maria était maintenant vraiment proche de nous. Il n’y avait plus beaucoup de danger en provenance des tentacules une fois rendus à cette distance. La plupart de ses attaques à longue portée et ses tentacules visent Sakura et Mio, mais il n’était pas difficiles de s’en protéger.

Le Mangeur d’Hommes se rapprochait petit à petit de nous, mais compte tenu de notre mobilité, ce n’était pas vraiment important.

« Bon ! » dis-je. « Bien joué, Maria. Maintenant, brûlons tout sans nous soucier du reste. »

« «« D’accord, »» » répondit tout le monde.

{Ouais... !} répondit Dora.

Nous occasionnions des dégâts en gardant une distance constante par rapport au Mangeur d’Hommes, ce qui fait baisser régulièrement ses Points de Vie. Le nombre de tentacules avait été énormément diminué, même ceux qui étaient utilisés pour concerver la nourriture avaient maintenant rejoint le combat. Bien sûr, elles n’étaient pas vraiment une menace.

« C’est bientôt la fin. Faites attention à ne pas toucher le sac d’acide qui se trouve au centre, » dis-je.

Le Mangeur d’Hommes se mit soudainement à bouger après que ses Points de Vie soient inférieurs à trente pour cent.

« Qu’est-ce que c’est que ça !? » demandai-je.

« Des monstres s’approchent de nous depuis tous les côtés ! » cria Maria.

« N’est-ce pas le mode enragé ? » demanda Mio.

Oh, c’est assez fréquent dans les jeux, pensai-je. Quand les Points de Vie du Boss sont faibles, il s’enrage et le nombre de ses compagnons augmente par la même occasion... Tous les monstres dans la région s’approchent également de lui, comme ce qui se passe ici. Est-ce que c’était quelque chose comme d’étranges phéromones ?

« Dora, concentre-toi sur l’extermination de ces monstres ! » m’exclamai-je.

{D’accord,} répondit Dora.

« Faites attention au mouvement du Mangeur d’Hommes, » dis-je. « Il pourrait faire quelque chose d’étrange. »

« «D’accord !» » répondirent Maria et Sera.

Maria et Sera répondirent pendant qu’elles étaient en position défensive.

« Il ne lui reste presque plus aucun Point de Vie, » dis-je. « Lâchez tous ce que vous avez ! »

« «D’accord !» » s’exclamèrent Mio et Sakura.

Si Sakura et Mio pouvaient le vaincre, alors nous aurions gagné. Quelques tentacules se déplaçaient rapidement, mais cela n’était pas au niveau où il était difficile de s’en défendre. Il y avait beaucoup de monstres dans les environs, mais ils n’étaient pas vraiment puissants et solides. Par conséquent, Dora suffisait largement pour s’en occuper.

Il ne fallut pas beaucoup de temps pour que les Points de Vie du Mangeur d’Hommes atteignent le zéro. Il avait enfin été vaincu. Une explosion d’acide s’était produite, et cela avait fait un bruit visqueux.

« Pff ! » s’exclama Mio. « Cette fois-ci, nous l’avons vaincu d’une manière inattendue en restant à une longue distance. »

« Vous avez raison, » commença Sakura. « Mais c’est tout à fait naturel en considérant nos statistiques. Les statistiques des autres membres du groupe sont aussi trop haut. »

« Alors, Sakura et Mio, comment était-ce ? » demandai-je. « Je parle à propos du fait que vous soyez la force d’attaque principale lors que le groupe utilise une tactique d’attaques à longue distance. »

Je pensais que c’était la première fois que Sakura et Mio soient les principales attaquantes du groupe, mais elles l’avaient parfaitement réalisée d’une manière inattendue. Cependant, qu’en est-il des sentiments des personnes en question ?

« Je vais bien, » répondit Sakura. « Nous avons pu nous battre vraiment d’une bonne manière, mais je pense que cela aurait été difficile sans gardes. »

« Eh bien, nous n’avions pas besoin de nous inquiéter parce que quelqu’un gardait notre dos, » répondit Mio.

Comme elles l’avaient dit, l’arrière-garde agissait comme un leurre et leur fournissait une couverture.

« Parce que la chance que nous soyons attaqués par-derrière est faible, nous pouvons prendre le temps et attaquer sans nous faire de souci, » déclara Sakura.

« C’est vrai. Nous avons assez de temps pour notre magie, et donc, nous n’avons pas besoin d’utiliser la magie qui se trouve dans l’Inventaire, ou d’utiliser la capacité de Sans Chant, » déclara Mio. « Et l’arc n’apporte rien quant au fait de réduire le temps entre chaque tir. »

« Eh bien, c’est normal. Cet arc n’est pas une arme avec une capacité de tir en rafale, » dis-je.

« Cela serait bien pour le mode enragé ? » demanda Mio

Ce monde n’avait pas d’armes à feu. Je suppose que c’était à cause des règles différentes qui régissaient le monde, et cela pourrait ne pas être aussi puissant que nous l’attendions dans ce monde. Nous pourrions peut-être reproduire le mécanisme de tir et fabriquer des armes, mais nous ne pouvions pas nous attendre à ce qu’elles soient aussi puissantes que dans notre Ancien Monde.

Et à quoi servirait une arme à tir rapide si elle ne pouvait pas frapper ? Je suppose que Mio n’avait pas d’autre choix que d’abandonner son idée.

Nous avions ensuite décidé de rassembler tous les monstres que nous avons vaincus jusqu’à maintenant. Après tout, je n’avais pas eu le temps de les recueillir pendant le mode enragé.

« En y pensant, Sakura..., » dis-je.

« Jin-kun, qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Sakura.

« Pourriez-vous faire revivre une personne morte en utilisant la [Création de Magie] ? » demandai-je.

J’avais soudainement eu une idée. Sakura en perdit la parole pendant un moment. Je pense qu’elle avait besoin de vérifier un certain nombre de choses.

« C’est impossible, » me répondit-elle finalement. « Je n’ai pas assez de Points de Magie à disposition. »

« Donc... cela veut dire que vous pourriez le faire si vous aviez assez de Points de Magie ? » demandai-je.

« Je suppose que oui..., » répondit Sakura.

Je pensais que c’était impossible, mais peut-être que c’était en quelque sorte possible.

« Hein !? Maître, avez-vous prévu de faire revivre Yurika-chan ? » demanda Mio.

« C’est au cas où..., » dis-je. « Je ne l’ai pas fait à cause de ma bonne volonté puisque nous pourrions aussi par accident tuer quelqu’un qui ne nous était pas hostile. Je voudrais donc expérimenter. »

Par chance, ce n’était pas drôle si nous ne pouvions pas utiliser la magie de la résurrection quand l’un de nos alliés serait mort. Cela serait donc une bonne expérience de le faire avant que cela n’arrive vraiment.

Attendez... Si Yurika n’était pas traitée comme disparue en mission et que cette anomalie dans cette forêt n’était pas traitée, une extermination à grande échelle se produira. S’ils ne pouvaient pas trouver les restes d’Yurika avec l’anomalie dans la forêt, elle serait considérée comme tuée au combat. Donc... Nous devrions nettoyer cette forêt, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’anomalies présentes.

« Pour le bien d’Yurika, afin qu’elle soit considérée comme morte au combat, faisons que cette forêt redevienne normale, » dis-je. « Dans le cas d’une forêt normale, la disparition sera considérée comme pire que la mort. »

« Je comprends ce que vous voulez dire, mais comment pourrions-nous faire cela ? » demanda Sakura.

« Que diriez-vous d’exterminer tous les monstres végétaux et d’attendre que la nature le fasse reprendre son environnement précédent ? » demandai-je.

« Ainsi, cela devient-il une mission d’extermination ? » demanda Sera. « Je vais finalement avoir la chance de montrer mes compétences. »

{Annihilons tout ça !} s’exclama Dora.

Dora, tu ne devrais pas dire ça. Est-ce à cause de moi ? pensai-je.

Pour l’instant, notre but était l’extermination de tous les ennemis. Nous n’aurons pas de problèmes à les trouver, car nous avons la Carte pour les localiser tous.

« Ces plantes-monstres ont des statistiques importantes liées à la magie, » dis-je. « Nous devrions avoir assez de Points de Magie après les avoir exterminés pour pouvoir utiliser la magie de résurrection. Au fait, quel est le pourcentage de Point de Magie que nous avons en ce moment ? »

« Euh... avec tous vos Points de Magie, nous en avons à peine vingt pour cent, » répondit Sakura.

Le coût était extrêmement élevé. Cela devrait prendre beaucoup de temps même si nous ne visons pas à faire de l’argent.

« Que diriez-vous de laisser tout le monde se battre tout seul ? » demandai-je.

« Par nous même ? Mio-chan et moi également ? » demanda Sakura.

Sakura était un peu surprise. Comme elle avait toujours été l’attaquante principale à longue distance jusqu’à maintenant, elle n’avait pas vraiment eu besoin de se battre au corps à corps.

« Oui, bien sûr. J’ai augmenté vos statistiques au maximum que j’avais à disposition. Vous avez donc de très bonnes chances de pouvoir réussir à vous battre individuellement sans avoir besoin de moi, » répondis-je.

« Maintenant que j’y pense, je n’ai jamais combattu sans vous, Jin-kun, » déclara Sakura.

« C’est exact, » répondis-je. « Mais devoir toujours compter sur les autres n’est pas une bonne chose non plus. Ai-je raison ? »

Sakura et Mio ne semblaient pas avoir de problème avec ça.

{Maître, puis-je aller avec vous ?} demanda Dora.

« Je suis désolé, mais c’est non. S’il te plaît, fais de ton mieux, » dis-je.

{Booo !!} répondit Dora, boudeuse.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » demandai-je.

{D’accord, je ferai de mon mieux...} répondit finalement Dora.

Dora accepta également de le faire.

« Je n’ai pas de problème avec ça, » déclara Maria. « Mais Jin-sama, s’il vous plaît, ne faites pas quelque chose de trop dangereux. Je suis inquiète à propos de si vous aviez un problème quand je ne suis pas avec vous... »

« Vous êtes vraiment inquiète, mais vous savez que je suis vraiment fort, » dis-je.

« Non, je ne doute pas de vos capacités, » répondit Maria. « Mais c’est pour ma tranquillité d’esprit. »

« Je sais, » dis-je. « Cependant, tout le monde ne doit pas faire des choses déraisonnables. »

« «« D’accord, »» » déclara tout le monde.

Une belle réponse. Leurs statistiques étaient au maximum, donc je n’avais pas besoin de m’inquiéter.

« Il s’agit d’une mission d’extermination individuelle, » déclara Sera. « Mais je serai celle qui obtiendra les meilleurs résultats. »

Sera avait annoncé ça avec beaucoup de confiance. Je pouvais voir les flammes brûler à l’intérieur de ses yeux.

« Attends une minute, » déclara Maria, l’interrompant.

« Quelque chose ne va pas ? » demanda Sera.

« Je veux être utile pour Jin-sama, » répondit Maria. « Donc, je ne remettrai pas la première place. »

Wôw ! Une déclaration de guerre ! pensai-je.

« Euh, je comprends tes sentiments, et je voudrais vous donner cette position, si possible, mais..., » déclara Sera avant de prendre une pause. « C’est simplement que là, c’est l’occasion de montrer mes compétences... »

Sera semblait être un peu troublée, mais elle devient motivée parce qu’elle ne mourait plus de faim. Ou peut-être parce qu’elle n’avait pas faim de nourriture et qu’elle était affamée pour cette autre chose.

« Alors, faisons un match entre moi et Sera, » suggéra Maria. « Celle qui tuera le plus de monstres sera la vainqueur. »

« Cela me va, » accepta Sera. « Je pensais également la même chose. Bien sûr, pas de sentiments de rancune, peu importe qui gagne ou perd. »

« Bien sûr, Jin-sama pourrait ne pas aimer que ses subordonnés se battent entre eux, » déclara Maria.

« C’est exact. Une Compétition est correcte, mais une Querelle ne l’est pas, » dis-je.

Il semble que ces deux attaquantes voulaient avoir un duel l’une face à l’autre, alors j’ajoutais quelques mots.

« Vous pouvez compter sur moi pour le compte, je jugerai de manière équitable, » dis-je.

« « Merci beaucoup,» » Maria et Sera déclarèrent cela en même temps.

Eh ainsi... Il s’agissait du premier combat individuel, et de la première compétition entre Maria et Sera.

« Notre but est d’exterminer autant de monstres que possible en une heure. Prêt... go ! » criai-je.

« D’accord ! » tout le monde cria cela avant de courir.

{Oui, Monsieur !!} répondit Dora.

La variété de réponses de Dora semblait augmenter chaque jour.

Si tout le monde allait de son propre chef avec ses statistiques au maximum, cela finirait bientôt. Ce que je voulais dire par là était qu’elles pourraient exterminer tous les monstres dans cette forêt en une demi-heure, car ces monstres n’étaient pas aussi forts que le Mangeur d’Hommes.

Comme j’avais dit à Maria de ne pas faire quelque chose de dangereux, elle ne combattrait pas contre un grand nombre de monstres à la fois. Elle allait juste se battre avec seulement quelques-uns en même temps. C’était déjà moins dangereux.

« Je vais gagner, » déclara Maria.

« Dommage... Dora-chan vient de m’interrompre..., » déclara Sera.

{Je suis désolée,} répondit Dora.

« Non, c’est de ma faute..., » répliqua Sera.

En ce qui concerne la compétition entre Maria et Sera, Maria fut la gagnante. Elle en avait tué dix de plus. J’avais entendu dire que c’était parce que Dora avait pris le même chemin que Sera et elle lui avait volé une partie de ses monstres. Peut-être que Maria y avait pensé et qu’elle avait donc choisi la région avec le plus de monstres à disposition.

Même si Sera n’était pas la première, sa performance était assez bonne.

« Le combat rapproché n’est vraiment pas génial, mais je pourrais le réaliser avec un couteau, » déclara Mio.

Ce couteau était l’arme secondaire de Mio. Puisque nous n’étions pas sûrs de ce qui allait se passer, les techniques de combat rapproché n’étaient donc pas complètement inutiles.

« Je pouvais incanter mes sorts tout en brandissant mon sceptre autour de moi, » déclara Sakura.

Alors que j’exterminais les voleurs avec Sakura, je lui avais dit de continuer à incanter pendant le combat rapproché. Et quand j’y pensai, je vis que je le faisais également.

« Il semble qu’il n’y a plus de monstres sur la carte, » dis-je. « Devrions-nous revenir ici après que les monstres soient à nouveau apparus ? À ce moment-là, il pourrait y avoir un Monstre Rare. »

En parlant de Monstre Rare... Nous avions rencontré trois fois un champignon arc-en-ciel. Dora, Sera et moi en avions vaincu un chacun. J’avais le sentiment que ce Monstre Rare n’était pas si rare.

« Au fait, Sakura, c’est à combien ? » demandai-je.

C’était une question directe, mais je pouvais deviner sa réponse.

« Environ 40 %, » répondit Sakura.

En bref, nous devions faire quelque chose comme ça plus de trois fois. Considérant que les monstres de type plante dans cette forêt avaient une grande quantité de Point de Magie, l’exigence de Point de Magie était assez sévère.

Pendant que nous parlions de ça, j’avais vu un message apparaître. Voyons voir.

Dryade (rare, anormal)

Niveau : 40

Compétence :

[Mélange de Potions Spéciales Niv. 6] [Culture Niv. 5] [Absorption de Vie Niv. 4] [Absorption de Magie Niv. 4]

Note : Esprit d’un monstre du bois. Un arbre qui vit depuis trop longtemps deviendra une telle chose.

Une créature rare et anormale ! Je la veux. D’accord ! Apprivoisons-là, pensai-je.

« Je vais apprivoiser ce monstre, » dis-je.

« Hein !? Laissez-moi voir... Wôw ! C’est incroyable de bien des manières, » déclara Mio.

Mon niveau de domptage était... un peu trop faible. J’allais donc convertir les points inutilisés et améliorer cette compétence.

[Domptage de Monstre Niv. 6 (augmentée)]

D’accord, c’est assez haut, pensai-je.

Je m’étais alors dirigé vers l’endroit où la Dryade était apparue. Par coïncidence, il s’agissait du même endroit que là où se trouvait le Mangeur d’Hommes. La Dryade était une petite fille d’un mètre de haut avec une peau brune comme l’écorce d’un arbre et des cheveux verts comme des feuilles, dont la longueur lui permettait de toucher le sol. Elle avait l’air somnolente puisqu’elle venait de naître.

« Alors, à plus tard, » dis-je.

« S’il vous plaît, prenez soin de vous, » déclara Sakura.

Je m’étais approché de la Dryade. Je pensais qu’elle était aussi forte que le Mangeur d’Hommes parce qu’elle était de type anormal et du même niveau. Cependant, ses statistiques étaient plutôt faibles. Elle pourrait avoir des compétences anormales.

Alors que je m’approchais d’elle, elle ne réagissait pas, alors j’avais activé ma compétence de Domptage de Monstres.

> La Dryade est apprivoisée.

> Veuillez donner un nom à la Dryade.

Quoi ? Encore un domptage sans combat. Ai-je fait quelque chose pour qu’elle me reconnaisse comme son maître ? pensai-je.

« En quelque sorte, je l’ai apprivoisée..., » dis-je.

« Encore ? C’était déjà le cas avec Dora-chan, » déclara Sakura.

{Un camarade !} s’exclama Dora.

« Pour que quelque chose comme ça..., » commença Mio.

« Comme prévu de Jin-sama, » déclara Maria.

« Il sort vraiment de l’ordinaire de bien des manières..., » déclara Sera.

J’avais alors activé le [Lien d’Engagement] afin de lui demander la raison.

{Ravi de te rencontrer,} commençai-je. {Je m’appelle Jin. Je veux te demander quelque chose, pourquoi as-tu accepté mon apprivoisement si rapidement ?}

{Je ne peux pas gagner... Tellement endormie...}

Je ne pouvais pas sentir beaucoup de puissance de sa voix. Je suppose qu’elle est un peu tête en l’air parce qu’elle venait de naître très récemment.

Cependant comme je t’ai apprivoisée, je vais te faire travailler pour moi, pensai-je.

La suite, le nom.

> Nom : Ria ←

> Nom : Midori

> Nom : Yukari

Hmm. Encore Yukari. Mais, le meilleur choix est Midori. Dori de Dryade est tout à fait la même chose que le vert des plantes (Midori). Attends, Midori () est presque le même que Yukari (), donc il y a un peu de connexion... ou pas, pensai-je.

« Ton nom sera Midori, » dis-je.

{Compris...,} répondit Midori par télépathie. {Prenez bien soin de moi...}

> Midori, la Dryade vient de devenir votre compagnon.

Hm, c’est déjà bien assez, pensai-je.

Mais nous avions soudainement un problème...

{Je ne veux pas bouger...,} annonça Midori.

Il semblerait que la Dryade détestait bouger par elle-même. Était-ce parce qu’elle était un arbre ?

Eh bien ! Cela ne nous mènera nulle part de continuer de la sorte. Alors j’utilisai le Portail afin de la téléporter dans notre chariot. En passant, nous avons confirmé qu’il n’y avait plus d’anomalies dans cette forêt puisque les Loups Crocs normaux apparaissent peu à peu.

{Est-ce que cela a été scellé ?} demanda Midori.

Voici ce qu’avait dit la Dryade en se mettant dans le coin presque aussitôt que nous entrâmes dans notre chariot. N’étais-tu pas un arbre avant aujourd’hui ? Pourquoi ne voudrais-tu pas un endroit plus ensoleillé ?

J’avais le sentiment qu’elle était comme un hikikomori (un type de personne qui se retire socialement). Eh bien, je suppose que chaque personne avait une préférence.

« Après tout, elle est une fille avec un “certain rythme”, » dis-je.

« Je suppose que oui. Mais cela ira bien avec elle tant qu’elle n’est pas nuisible, » répondit Sakura.

« Vous avez raison. Ravi de vous rencontrer, » dis-je.

{Ravie de vous rencontrer,} répondit Midori.

Elle réagissait, mais elle ne commençait jamais la conversation par elle-même.

« En passant, l’une de tes compétences est le [Mélange de Potions Spéciales]. Qu’est-ce que c’est ? » demanda Maria.

Après que Midori l’entendit, elle fut un peu effrayée. Pourquoi ?

[Mélange de Potions Spéciales]

Il vous permet de mélanger un type spécial de potions qui est différent des potions classiques.

Euh. Je ne comprends pas. Quelle est la différence ? pensai-je.

R : S’il vous plaît, il vaut mieux que vous l’entendiez de sa part...

J’étais surpris que Sensei refuse ainsi de me répondre.

« Pourrais-tu me faire l’une des sortes de potions spéciales ? » demandai-je à Midori.

Elle fut à nouveau effrayée.

{Dois-je le faire ? Peu importe ce que c’est ?} demanda Midori.

« Oui, s’il te plaît, » dis-je.

Je la regardai et je vis que ses yeux se remplissaient de larmes. Je ne pouvais pas abandonner parce que Sensei avait refusé de répondre.

{D’accord, avez-vous... une... bouteille ?} demanda Midori.

« Oh, la voici, » répondis-je en sortant une bouteille et en la lui donnant.

{S’il vous plaît... allez en dehors de cette pièce...,} demanda Midori.

« Est-ce absolument nécessaire ? » demandai-je.

{Non... Mais... s’il vous plaît...,} demanda Midori.

On ne pouvait pas y faire grand-chose. Ainsi, tout le monde sortit du chariot. Puis, quelques minutes plus tard...

{C’est fini...} annonça Midori.

Quand je retournai à l’intérieur, je vis qu’il y avait un liquide transparent à l’intérieur de la bouteille. Je l’avais alors identifié.

Potion Spéciale : Nectar

Note : Un vin sacré qui peut guérir toute maladie.

« Est-ce toi qui as fait ça ? » demandai-je.

{Oui...} murmura Midori.

« Comment l’as-tu fait ? » demandai-je.

{C’est pervers...,} répondit Midori.

Son visage était rouge vif alors qu’elle marmonnait ça. Euh, je pouvais comprendre ce qui s’était passé. Ce n’était vraiment pas bien.

Je m’étais alors décidé à lui demander plus tard quand elle sera prête, afin d’avoir plus d’informations quant à sa compétence.

++++++++++

Feuille de personnage, mais uniquement les modifications.

Nom : Jin Shindo

Niveau : 31→ 45

Compétence :

[Maîtrise des Masses Niv. 6 → 3][Maîtrise des Arcs Niv. 3→ 2][Maîtrise des Armes de Jet Niv. 1→ 3][Magie Curative Niv. 1→ 4][Domptage de Monstres Niv. 5→6]

Équipement : [Lame d’Âme — incomplète]

Nom : Sakura Kinoshita

Niveau : 27→37

Compétence :

[Maîtrise des Masses Niv. 7→ 8]

Équipement : [Sceptre de Rubis]

Nom : Dora

Niveau : 26→35

Compétence :

[Maîtrise des Masses Niv. 5→8]

Équipement : Bâton de combat de moine, Bouclier en acier

Nom : Mio

Niveau : 20→ 30

Compétence :

[Maîtrise des Arcs Niv. 8→ 9][Maîtrise de l’Épée Niv. 1→ 3][Maîtrise des Armes de Jet Niv. 1→3]

Équipement : Arc court féerique

Nom : Maria

Niveau : 28→40

Compétence :

[Assassinat Niv. 0→5]

Équipement : Épée à une main en fer

Nom : Sera

Niveau : 6→20

Équipement : Partisan, Grande Épée, Tour

Nom : Tamo

Niveau : 11→15

Compétence :

[MimétismeNiv 2→8]

Nom : Midori

Niveau : 40

Compétence :

[Mélange de Potions Spéciales Niv. 0→6] [Culture Niv. 0→5] [Absorption de Vie Niv. 0→4] [Absorption de Magie Niv. 0→4]

Illustration cadeau :

Une image proposé par dkouro pour Midori :

***

Chapitre Spécial Mort 2 : Demi-Elfe

Je m’appelle Yurika, et je suis juste... une aventurière de Rang-G.

J’ai reçu une demande de Konoe, la ville des aventuriers, mais si je signale que j’ai échoué cinq fois de suite, mon statut d’aventurier sera suspendu pour un an.

Pour éviter cela, je dois maintenant aller à la guilde et accepter une requête de potion. Depuis que je fais des potions depuis longtemps, j’accepte régulièrement ce genre de demande. C’est presque comme si c’était ma demande exclusive.

Une personne qui a un talent dans la fabrication de potions a généralement un avenir radieux. Contrairement aux aventuriers. Bien sûr, c’est naturel. Les potions sont nécessaires pour toute ville d’aventuriers. Il y a toujours une demande pour les personnes ayant cette compétence. Il est étrange que je choisisse d’être une aventurière plutôt qu’une confectionneuse de potions, qui peut gagner plus d’argent et être beaucoup plus en sécurité.

Oui, je suis un peu étrange.

Je voulais être aventurière parce que je voulais être comme l’aventurier qui a vaincu rapidement les voleurs qui sont venus dans mon village quand j’étais petite. Cet aventurier ressemblait à un justicier. Non, il était un justicier. Et ce désir est devenu mon rêve.

Avant que je le sache, j’avais décidé de devenir aventurière, alors j’ai pratiqué ma frappe avec des bâtons. Cependant, je n’avais pas le talent pour ça, et j’étais facilement blessée. C’est ironique que j’aie des compétences en potion, ce qui me permet de soigner mes propres blessures...

Je pensais que ma situation serait meilleure quand je suis devenue aventurière, mais ce n’est pas le cas. Au contraire, la plupart des aventuriers sont totalement différents du genre d’aventurier que je désirais ardemment être parce que cet aventurier avait aussi reçu une récompense de quelqu’un d’autre. Il est naturel pour cet aventurier d’aider les autres à cause d’une demande.

Peut-être que je ne veux pas vraiment être une aventurière. Je veux juste être une alliée de la justice. Par conséquent, j’ai décidé de devenir une aventurière qui acceptera les demandes au plus bas prix possible — même si la demande est impossible.

Même si mon idée était bonne, la réalité était trop sévère : je suis sur le point de ne plus être une aventurière de Rang-G.

« Elle n’est pas ici. La requête pour les potions de soins n’est pas là ! » m’exclamai-je.

J’étais arrivée au siège de la guilde et j’avais regardé le tableau des requêtes, mais la demande de potion avait disparu. C’était maintenant le matin. Il n’y avait aucune personne spécifique dans cette ville d’aventuriers qui soit qualifiée pour accepter cette demande.

« Oh Mon Dieu ! Yurika, qu’est-ce qui ne va pas ? » demanda la réceptionniste.

« Où est la demande de fabrication de potions ? » demandai-je.

« Certains nouveaux aventuriers l’ont accepté il y a peu de temps, » l’une de mes connaissances, la réceptionniste me répondit ça.

C’était mauvais. J’ai oublié que les nouveaux aventuriers pouvaient accepter cette demande. Non ! Je pourrais le faire à temps si j’y vais maintenant. En premier lieu, leurs talents pour la fabrication de potions doivent être vérifiés avant ça. Même s’ils ont du talent, ce n’est pas une tâche facile de faire les cent potions. Si je pouvais au moins en avoir une partie, alors je pourrais toujours être en mesure de réclamer une réalisation pour cette demande.

« Pardon ! Je suis un peu occupée ! » m’exclamai-je,

« Oh ? Et à propos de ton rapport sur ta requête... ? » demanda la réceptionniste.

« On se voit plus tard ! » dis-je.

J’avais alors couru à toute vitesse vers la boutique qui avait fait la demande de potion. Oh ! Au fait, même si je ne suis pas sûre de mes compétences de combat, j’ai vraiment confiance en mes jambes. Certains aventuriers envient même ma vitesse de fuite.

D’accord, je suis confiante dans mes jambes, mais je n’ai pas confiance en mes seins. Juste mes jambes... Dans les deux sens...

Alors que je courais avec un sentiment de naufrage à cause de mes compétences, j’étais arrivée au magasin avant de le savoir. J’avais le sentiment d’avoir entendu le mot « potion » tout le long du chemin. Était-ce une hallucination auditive ?

Ce groupe de six personnes visible devant moi est probablement les nouveaux aventuriers. Arg ! Je les envie tellement. Je n’ai jamais eu l’occasion de participer à un groupe. Non, je sais. Ils ont juste laissé les fabricants de potions qui ont de faibles compétences martiales se joindre à eux... afin de réduire leurs coûts. S’il vous plaît, laissez-moi me battre aussi... Oups !

Je m’étais laissé distraire. J’avais été surprise par ces six personnes. Tous pouvaient faire des potions, et ils avaient déjà fini la centaine de potions.

C’était fini. Cinq échecs de requête consécutifs. Alors, Sora m’avait donné une demande de potion supplémentaire.

Merci, Sora-san, mais je suis désolée. Je ne veux pas gagner ma vie en étant une confectionneuse de potion.

Étonnamment, ces nouveaux aventuriers voulaient que je transmette ma nouvelle demande. Ils sont juste de jeunes enfants, mais ils étaient si forts.

Allez-vous aider ces personnes ? Comme des justiciers ?

Mais ils avaient dû attendre parce que j’avais encore une potion à faire.

Oups ! Je ne peux pas me détendre tout de suite. Je devais le faire de toutes mes forces.

Il s’était avéré que j’avais eu un résultat satisfaisant cette fois-ci. Sora m’avait également fait des éloges.

Je suis vraiment désolée, car je veux toujours être une aventurière.

Le transfert avait été fait dans la guilde, mais laisser cette demande à ces personnes m’avait donné un mauvais arrière-goût.

Alors... Je les avais suppliés de m’emmener. Ils étaient un peu désapprobateurs au début, mais ils m’avaient acceptée à la fin. Après tout, ils étaient de bonnes personnes. Ils pourraient être l’allié de la justice de mes rêves.

Étonnamment, ces personnes-là avaient un chariot. Ils ne semblent pas être nobles, mais ils étaient géniaux de diverses manières. Je voulais leur faire plaisir d’une façon ou d’une autre, mais j’avais fini par parler sans arrêt. Ma stratégie pour me faire des amis ne semblait pas bien marcher cette fois-ci.

Ils étaient arrivés au village et avaient décidé de vaincre immédiatement ces Loups Crocs. Leurs niveaux étaient vraiment élevés, et contrairement à la plupart des aventuriers de Konoe qui s’amusent habituellement dans le village avant de faire l’extermination, il semblait que ces alliés de la justice ne voulaient pas perdre de temps.

J’avais vu le combat avec les Loups Crocs, et ce n’était rien de moins qu’un chef d’œuvre. Même si elle était juste une petite fille qui avait à peu près la moitié de ma taille, elle pouvait frapper le centre du front de ces Loups Crocs avec précision. Cependant... elle n’était pas la plus habile dans leur groupe. Je ne pouvais pas m’empêcher de remarquer à quel point leur chef était fort.

Il appréciait ses compagnons et il avait en lui une quantité sans limites de justice. Ce groupe était exactement mon groupe idéal. Je voulais absolument les rejoindre.

Cependant, il y avait eu un développement soudain. Ils avaient refusé d’accepter la demande du chef de village.

Pourquoi ? N’êtes-vous pas capable de le faire facilement ?

« Pourquoi n’acceptez-vous pas ? » demandai-je. « Vous êtes vraiment fort ! »

J’avais involontairement parlé. C’était pareil que plus tôt. Ils avaient alors dit qu’ils ne pouvaient pas accepter parce que cela ne correspondait pas du tout à la politique de leur groupe...

Ils avaient également déclaré que les conditions de la demande n’étaient pas appropriées. En y pensant... N’était-il pas normal d’accepter les demandes ? J’avais entendu d’autres aventuriers qui parlaient beaucoup des conditions. Dans ce cas, ils pourraient avoir raison. Cependant, mon sens de la justice m’avait dit que je devais accepter cette demande.

Cependant, il n’avait pas accepté la demande. Il avait dit que lui et ses amis avaient besoin de voter à ce sujet, donc après tout, il y avait toujours un sentiment de justice dans leurs cœurs. Il avait peut-être raison... Il pourrait y avoir une raison pour laquelle il ne pouvait pas accepter ce genre de demande.

Ils avaient décidé de revenir encore une fois le lendemain pour donner au chef du village assez de temps pour rédiger le contenu de la demande.

Le lendemain, j’avais parlé avec le chef du village dont le visage était complètement usé. Je pensais qu’il était si inquiet de la forêt qu’il ne pouvait pas dormir. Il avait également été incapable de préparer le document pour la demande à cause de ça d’après lui.

S’il continuait comme ça, il n’accepterait jamais la demande. Alors je n’avais plus rien d’autre à faire que d’accepter cette demande. Heureusement, c’était juste une demande d’enquête. Ce serait possible pour moi parce que je pourrais m’échapper sans combattre.

« Monsieur le chef du village. Je vais accepter la requête ! » annonçai-je.

« Vraiment ? Je vous remercie, » répondit le chef du village.

L’attitude du chef du village n’avait-elle pas changé trop rapidement ?

J’avais décidé d’aller immédiatement à la forêt de Torute. J’avais déjà eu un autre type de demande ici, mais il y avait quelque chose qui clochait et qui faisait que cette forêt avait l’air complètement différente cette fois-ci.

J’avais laissé un message avec le chef du village qui disait. « Je vais en forêt, alors ne vous inquiétez pas ». C’était ma demande, donc je devais découvrir la cause et le signaler. Selon la situation, cela sera utilisé pour faire une nouvelle demande. L’autre aventurier pourra ainsi faire la demande cette fois-ci.

J’étais alors entrée dans la forêt. Oui, ce n’était évidemment pas normal. Les plantes avaient grandi bien plus que dans mes souvenirs. Leur ombre n’était pas normale. Je savais qu’ils étaient venimeux simplement en les regardant.

Mais quand dois-je signaler cela ? Uniquement ceci ? Non, ce n’est pas la cause. Je pense que je devrais découvrir ce qui s’est passé ici.

J’avais été plus profondément dans la forêt, et j’avais eu des rencontres avec beaucoup de monstres. Eh oui, ma vitesse de fuite était vraiment efficace là-bas.

La plupart des monstres que j’avais alors rencontrés étaient des monstres végétaux. Pas un seul Loup Croc. Il était possible que ces monstres végétaux soient devenus supérieurs et aient chassé ces Loups Crocs de la forêt.

Les combats entre monstres n’étaient pas très rares.

Cependant, je ne savais pas pourquoi les monstres de type plante étaient devenus dominants. Je ne pensais pas que c’était suffisant pour moi de compléter cette demande si je ne pouvais pas trouver la cause.

Donc, je m’étais déplacée encore plus profondément dans la forêt.

Oh ! C’est vrai. Le chef de mon ancien groupe avait dit : « Si vous ne connaissez pas la demande, alors vous ne savez pas si ce genre de demande dépasse nos capacités et pourrait finir par nous mettre dans une situation dangereuse. »

Qu’en est-il du moi actuel ? Suis-je apte à ce genre de demande ? C’est complètement différent... J’ai rencontré beaucoup de monstres que je ne pouvais pas vaincre toute seule pour trouver la cause. Parce que je ne connaissais pas la cause, je devais me déplacer imprudemment.

Avant que je ne le remarque, la zone autour de moi était devenue inconnue.

Ah, ha ! Je ne pense pas pouvoir achever cette demande aujourd’hui.

Sortons en premier de cette forêt. C’est évidemment plus que suffisant. Je dois signaler et laisser cela au jugement du chef du village... Euh...

J’avais perdu connaissance quand j’avais été touchée par-derrière.

« Haaaa ! » criai-je.

J’avais repris connaissance puis j’avais vérifié dans quel état j’étais. Eh bien, j’étais suspendue à une branche, et j’étais totalement nue. Comment ?

Quand j’avais regardé dans mon entourage, j’avais compris ma situation. Il s’agissait d’un Mangeur d’Hommes. Un monstre de Rang-B. Je l’avais vu dans le livre d’images de la guilde. Je... Non, ils pourraient ne pas être en mesure de le vaincre.

J’avais remarqué que beaucoup de Loups Crocs avaient été accrochés de la même manière que moi. J’avais été attaquée par surprise par le Mangeur d’Hommes.

C’est vrai. Les vêtements sont des obstacles quand il mange. Donc, il a complètement enlevé mes vêtements.

Je venais alors de comprendre que c’était lui l’anomalie dans la forêt.

« Haaaaa! » criai-je encore.

C’était impossible. Je devais essayer d’être calme, mais je ne pouvais pas contrôler ma peur. C’était vraiment fini pour moi. J’étais capable d’échapper à ce genre de situation à cause de ma vitesse.

Cependant, mes jambes et mon cou étaient complètement bloqués, donc je ne pouvais même pas bouger.

« Haaaaa! » criai-je encore.

Où étaient mes jambes maintenant ? Elles étaient accrochées dans les airs. En bref, je ne pouvais pas échapper.

J’avais désespérément lutté.

« Haaaaa! Haaaaa ! Ha ha ha ha ha » criai-je encore.

Je ne veux pas mourir.

J’avais lutté de toutes mes forces. J’aurais pu m’échapper si ces branches étaient un peu desserrées.

« Que quelqu’un m’aide ! » criai-je.

Après avoir dit ça, j’avais ressenti un peu de regret en moi.

Il avait raison.

Je ne serai pas sauvée parce que je voulais être une alliée de la justice. Il n’y avait pas d’alliée de la justice qui allait venir aider quand j’avais un problème. Seul un compagnon ferait ça. Et je n’avais pas de compagnons.

La justice se trouvant en moi avait été brisée.

Quelle valeur a-t-elle si cela ne m’aide pas ? Il n’y a pas de sens dans cela si je vais mourir à cause d’elle.

Alors que je me sentais déprimée, les tentacules du Mangeur d’Hommes se dirigèrent vers moi.

***

Chapitre 24 : Quittons la ville des aventuriers et encore une fois des voleurs

{Magie... ne suffit toujours pas...,} Midori marmonna ça pendant que nous étions dans le chariot et nous retournions en ville.

Alors que j’avais vérifié ses statistiques, j’avais vu que ses Points de Magie étaient complètement épuisés. Peut-être que les Points de Magie étaient nécessaires pour sa compétence spéciale. D’un autre côté, elle n’avait pas besoin de matériel pour sa compétence, ou peut-être qu’elle pourrait fournir le matériel par elle-même.

{Jin... vient ici... s’il te plaît...} demanda Midori à l’aide de la télépathie.

Au fait, Midori m’appelait juste « Jin ». Maria était en colère et lui avait dit de m’appeler « Jin-sama ! » Au début, elle avait essayé de faire ça, puis elle avait dit : « Jin... sama... Trop long... S’il te plaît, laisse-moi juste t’appeler... Jin... »

Je m’étais alors rapproché de Midori comme elle me l’avait demandé.

« Comme ça ? » demandai-je.

{S’il te plaît... Donne-moi ta main...} demanda Midori.

Je lui avais présenté ma main. Midori avait pris ma main et... avait mis mes doigts dans sa bouche.

« Wôw ! » m’exclamai-je.

« Q-Qu’est-ce que vous faites ! » demanda Maria en criant.

Eh, on dirait que mes Points de Magie sont en train de diminuer. N’est-elle pas en train de me drainer mes Points de Magie ?

R : exact.

« Elle n’a pas assez de Points de Magie, donc elle utilise son drain de Point de Magie, » déclara Mio.

« Non ! Tu devrais utiliser le [Lien d’Engagement] pour transférer ces..., » commençai-je par répondre.

En plus de ça... Voir une petite fille sucer mes doigts comme ça est assez mauvais.

« Midori, pourquoi as-tu drainé mes Points de Magie comme ça ? » demandai-je.

{C’est que... c’est bien plus... délicieux ainsi...} répondit Midori.

Je ne comprenais pas le goût des Points de Magie, mais en voyant l’adorable regard présent de son visage, je pouvais dire qu’elle était vraiment heureuse. Cependant, le taux de conversion était pire que celui du [Lien d’Engagement]. Il avait fallu trois points pour récupérer un Point de Magie de Midori et c’était beaucoup plus lent.

Parce que c’était gênant, j’avais transféré des Points de Magie à Midori directement avec le [Lien d’Engagement].

{Quel gaspillage...,} déclara Midori.

Elle lâcha docilement mon doigt, mais elle avait l’air légèrement déçue.

« C’est vrai, Midori. Peux-tu à nouveau utiliser le Mélange de Potions Spéciales ? » demandai-je.

Le nectar était vraiment utile, et un autre de ses effets serait également génial.

{Pourrais-tu... ne pas me regarder faire ça ?} demanda Midori.

« Ok! Je ne regarde pas, » répondis-je.

{D’accord. Je vais faire de mon mieux,} déclara Midori.

Elle ne voulait vraiment pas que quelqu’un la voie. Elle était vraiment très embarrassée, mais qu’est-ce qu’elle faisait vraiment ? Non, j’avais le sentiment que cela serait dangereux, alors je ne voulais pas le savoir.

« En y pensant... Venir dans la forêt de Torute ne serait-il pas la meilleure des choses à faire afin de ramasser des ingrédients à potions ? » demanda Sakura.

« C’est vrai. Qu’est-ce que vous en pensez à ça ? » demandai-je.

Sakura me parlait pendant que je me lavais les doigts avec de la magie de l’eau.

« Eh bien ! Nous pourrions avoir une chance de faire une potion spéciale avec les herbes de cette forêt avant que nous le sachions, » répondit Sakura.

« Je suis certain qu'il est encore trop tôt, » répondis-je.

« Mais Maître, les potions spéciales ne peuvent pas être faites facilement. Leur valeur serait très élevée lorsque nous les vendrons, » déclara Sera.

Sera avait rejoint la conversation. La potion de Midori était vraiment efficace, mais difficile à obtenir, donc nous pourrions facilement obtenir plus de dix millions de pièces d’or lors d’une vente aux enchères. Il n’était pas difficile de gagner de l’argent, mais il était difficile de gérer les problèmes qui suivent. Quand j’y pense calmement... Eh bien, n’était-ce pas la même chose que de causer directement des blessures ?

« C’est trop bien, donc je suppose que nous devrions garder ça pour nous maintenant, » dis-je.

« Je pense que cela est une bonne idée, » déclara Sakura.

« Et Jin-sama a aussi Restauration qui peut repousser le membre manquant comme l’effet des Potions spéciales, » déclara Maria.

« C’est exact. Les capacités spéciales du Maître et Sakura-sama pourraient s’occuper de toutes ses situations, » répondit Mio.

{Ma... position... est instable...,} déclara Midori.

{S’il te plaît, retrouve le moral ~,} répondit Dora.

Tout le monde avait ainsi rejoint la conversation. Nous étions devenus une grande famille. Oh ! Tamo-san n’avait pas participé, ou peut-être, n’avait rien à dire.

Nous voyageons principalement dans la région, mais nous devrions bientôt avoir notre base. Nous pourrions utiliser le Portail pour revenir là-bas à tout moment, mais nous ne pouvions pas en informer le public. Si le nombre de personnes dans notre groupe augmentait, nous ne pouvions pas mettre tout le monde dans un seul chariot. Et avoir plusieurs chariots n’était pas non plus une bonne idée.

Alors que nous discutions à ce sujet, nous étions arrivés à la ville de Konoe en toute sécurité. Il n’y avait que peu de monstres et de voleurs. On pourrait dire que c’était parce que c’était la ville des aventuriers.

J’avais fait venir Maria avec moi et j’avais été à la guilde afin de faire mon rapport. Tout le monde faisait des emplettes pour les produits nécessaires pour le voyage jusqu’à la prochaine ville. Puisque nous étions déjà préparés, il n’y avait pas grand-chose à acheter.

« La demande est faite, et voici la preuve, » dis-je.

« D’accord, » répondit le réceptionniste.

J’avais remis la preuve au réceptionniste. La carte d’identification avait une fonction très utile. On pouvait mettre à jour les informations de tous les membres du groupe quand on effectuait un rapport.

Pour les changements de Rang, vous devez remplir dix demandes consécutives en tant qu’aventurier Rang-G afin de devenir un Rang-F. Cependant, nous ferions cela dans une autre ville parce qu’il était difficile d’obtenir de bonnes quêtes ici.

« C’est vrai. Nous devrions aussi faire un rapport à Sora-san, » dis-je.

« Quoi !? » demanda Maria.

« Eh bien, je vais lui dire qu’Yurika est allée seule dans la forêt et s’est perdue. Il n’y aura peut-être personne d’autre qui acceptera sa demande de potion, » répondis-je.

« Eh bien, nous savons déjà ce qui est arrivé..., » déclara Maria.

« Nous devrions correctement mentir. Il n’est pas étrange pour nous de ne pas lui dire ce que nous savons, » dis-je.

Nous n’avions pas de problème, mais je ne voulais pas prendre une mauvaise décision parce que nous avions été pressés par le temps.

J’avais donc été visiter le magasin de Sora-san et avais demandé au magasinier de l’appeler pour nous.

« Oh Mon Dieu ! Pourquoi êtes-vous venu ici aujourd’hui ? Des achats ? » demanda Sora.

« Non, je pense que je dois vous parler de quelque chose qui s’est produit dernièrement, » répondis-je.

« Hein !? » s’exclama Sora.

Je lui avais dit qu’Yurika était allée seule dans la forêt après que la demande ait été faite.

« Je pense que l’exploration de la forêt qui a une anomalie à l’intérieur était au-delà de la capacité d’Yurika. Ainsi, je pense que vous devriez savoir qu’elle pourrait ne pas revenir bientôt, » dis-je.

« Euh... Pourquoi me l’avez-vous dit ? » demanda Sora.

« La personne qui prend toujours les demandes de potions est partie, et nous allons bientôt quitter cette ville. Je veux dire également que nous avions décidé à l’origine que la demande de fabrication de potions serait la dernière demande que nous ferions dans cette ville, » répondis-je.

« Alors..., » commença Sora.

Sora avait commencé à penser à quelque chose.

« Mais, pourquoi n’avez-vous pas été après Yurika-chan ? » demanda Sora.

Oh, le voici, mais le ton de Sora ne me critiquait pas.

« Parce que je n’ai pas l’intention de laisser mes compagnons souffrir à cause du sens égoïste de la justice d’une autre personne, » dis-je.

Je le lui avais clairement dit. Sora soupira en entendant mes paroles.

« Vous avez raison. Cette fille... elle a un fort sens de la justice, mais elle n’a aucune capacité. Cela ne convient pas pour être un aventurier, mais elle voulait toujours être une aventurière, » répondit Sora.

Son visage devient de plus en plus empli de regret alors qu’elle continuait à parler.

« Il s’agit d’une ville d’aventuriers, donc beaucoup d’aventuriers viennent ici. Parmi eux, des enfants comme elle meurent jeunes. J’ai essayé de la faire devenir pharmacienne, mais vous savez... Ça ne servait à rien, » déclara Sora.

« Ce n’est pas comme si elle était morte maintenant, » dis-je.

Je mentais maintenant, mais j’allais la ressusciter.

« Cette fille est certainement rapide, mais il est difficile d’utiliser cette vitesse dans la forêt, » déclara Sora. « Cependant, rien n’est confirmé jusqu’à ce que son cadavre soit retrouvé. Elle pourrait revenir à l’improviste... Pour l’instant, merci de m’avoir apporté cette nouvelle. »

Puis, Sora revint à son poste.

***

« Bienvenue. Devrions-nous partir pour la prochaine ville ? » déclara Sakura.

« Oui, » dis-je.

Nous nous déplacions maintenant vers notre chariot. Comme nous n’étions pas restés à l’auberge, notre chariot était garé près de la porte.

« Merci pour aujourd’hui. Mais vous étiez étonnamment lent, » déclara Mio.

Les préparatifs pour le voyage étaient terminés et tout le monde se reposait dans le chariot. Mio buvait une boisson fraîche qu’elle avait sortie de la « Chambre » de réfrigération, et elle nous en passait à nous aussi.

« M-merci. Je suis allé informer Sora-san des événements, » dis-je.

« Merci. Nous venons de lui dire que l’aventurier qui peut faire des potions est parti de cette ville, » déclara Maria.

Du jus d’orange froid ? C’était vraiment un jus. Il avait été fait à partir d’un fruit que nous avions secrètement recueilli dans la Forêt de Torute. Il était assez rare et difficile à trouver, mais il augmentait la récupération de Point de Magie sans effets secondaires. Avais-je dit que le rétablissement des Points de Magie était important ?

J’avais donc mis en place un Portail à l’intérieur de Forêt de Torute... juste au cas où je devrais y retourner.

« Alors, partons. Je suis désolé que je ne puisse obtenir une nouvelle demande, mais nous nous sommes inscrits comme aventuriers et le nombre de nos compagnons augmente, » dis-je.

« Vous avez raison. Comme Erudia était trop cruel, je pense que c’était une bonne décision, » déclara Sakura.

« C’est également vrai. Cet endroit est beaucoup mieux que cet ancien endroit, » dis-je.

« Le Maître et Sakura-sama détestent vraiment Erudia..., » déclara Sera.

Eh bien, nous sommes déjà au-delà de ce niveau..., pensai-je.

« Alors, allons-y, » dis-je.

Après avoir terminé nos préparatifs, Maria commença à conduire le chariot. Sera était assise à côté d’elle, et Mio prit une place à proximité, prête pour un combat au cas où un monstre apparaissait. L’appât de [Domptage de Monstres] fonctionnait très bien avec elle.

« J’ai oublié de demander. Quels types de monstres voulez-vous apprivoiser, Mio ? » demandai-je. « En y repensant, vous venez de monter votre niveau de compétence de [Domptage de Monstres]... Mais vous n’avez apprivoisé aucun monstre... »

J’avais converti la moitié des compétences que nous n’avions pas pu utiliser pour augmenter la compétence de [Domptage de Monstres] de Mio. Donc, Mio avait aussi le [Domptage de Monstres]. Cependant, je ne lui avais jamais dit de l’utiliser.

« Oh ! C’est parce que le Maître pouvait apprivoiser les monstres de manière inattendue que j’ai décidé d’attendre. Et la taille du chariot est également limitée. Nous allons rapidement manquer de place si nous deux nous apprivoisons des monstres, » déclara Mio.

J’étais certain que je ne devrais pas apprivoiser.

« Désolé. À cause de mon apprivoisement, Mio, vous avez eu du mal à trouver une bonne occasion, » dis-je.

« Eh bien ! Après tout, je suis votre esclave, » déclara Mio. « Je dois également le prendre en considération. En outre, le Maître ne va-t-il pas augmenter le nombre de subordonnés à l’avenir ? Qu’allez-vous faire si le chariot est plein ? Par conséquent, je dois agir en fonction de cette situation, même si je veux aussi en apprivoiser... »

Je suppose que c’était une bonne occasion pour nous de parler de cela.

« J’ai l’intention de bientôt mettre en place une base, » dis-je. « Puisque nous avons le [Portail], nous pouvons y retourner à tout moment. Ce n’est pas étrange d’avoir une base, mais je veux le faire dans une région éloignée d’Erudia. Mais je suppose que nous n’avons toujours pas de revenus stables pour soutenir cette idée. »

« Une base d’opérations sera nécessaire à l’avenir si le nombre de compagnons augmente..., » déclara Mio.

« Ce sera difficile de le faire pour l’instant. Je suppose que le plan de Mio-chan pour créer une armée doit être reporté pour l’instant, » déclara Sakura.

« Ne vous inquiétez pas pour ça. Après tout, il n’est pas difficile pour nous d’obtenir une grosse somme d’argent, » déclarai-je.

« Eh bien, je vais prendre soin de cela par moi-même..., » déclara Mio.

Bien que Mio avait dit ça, j’avais l’intention d’en prendre soin moi-même... à l’exception de l’apprivoisement. Je pourrais juste vendre des potions spéciales ou utiliser la Restauration pour guérir les membres perdus. Avec la [Création de Magies] de Sakura, nous avions beaucoup de manières de gagner de l’argent.

« Je pense que nous devons nous retenir... Notre but actuel est d’obtenir assez d’argent pour créer une base, » dis-je.

Je devais mettre bientôt en place la base d’opérations, donc je devais laisser Mio gérer l’apprivoisement.

Le prochain arrêt était la Cité d’Atarime. Était-ce la Cité du calmar séché ? Qui avait-il nommé cette ville ?

R : Le même héros qui a créé la Ville de Konoe.

Oh, c’est vrai ! Eh bien, Konoe va bien, mais Atarime est un peu... Un plat préféré ? pensai-je. Je sais que les héros du passé avaient la liberté de diverses manières, et je pouvais aussi manger du riz grâce à ça.

La Cité d’Atarime était à quatre jours d’ici. La raison pour laquelle nous avions choisi cette ville était parce que c’est le moyen le plus rapide d’aller à la capitale. Bien que je n’eusse pas de bons souvenirs de la capitale d’Erudia, je voulais quand même aller voir la capitale de Kastal.

Deux jours après avoir quitté la ville de Konoe...

« Jin-sama, un voleur, » cria Maria.

Il y avait quinze voleurs quand j’avais vérifié avec la [Carte]. Ils étaient assez courageux pour être près d’une ville d’aventuriers.

« Eh bien, qu’allons-nous faire ? » demanda Maria.

Ils étaient faciles à vaincre. Vraiment facile.

« Jin-sama, pourriez-vous nous les laisser ? » demanda Sera.

« Nous ? » demandai-je.

« Moi, Maria-san et Mio-san. Nous avons besoin de l’expérience dans la lutte contre les humains, » expliqua Sera.

« Sera-chan, vous ne le saviez pas, mais nous avons déjà eu un combat avec un majordome avant aujourd’hui. Nous ne pouvions pas éviter le combat, même si nous ne le voulons pas, » déclara Mio.

« Je pense que le combat avec des adversaires humains est nécessaire, mais nous ne pouvons pas commencer à le faire par nous-mêmes, » dis-je.

« Je... je suis..., » déclara Sakura.

Sakura hésitait. Elle était impitoyable quand elle se battait avec des adversaires de type monstre, mais c’était toujours impossible pour elle de se battre contre des adversaires humains.

« Oh pardon. C’est trop pour que Sakura le fasse, » dis-je.

« Vraiment ? » demanda Sera.

« Oui, Jin-sama a décidé de nous laisser expérimenter un combat avec des adversaires humains. Cela ne me gêne pas. Tout d’abord, confirmons ce que chacun d’entre nous peut faire. Dora et Sakura-sama n’ont pas besoin de tuer les adversaires. Après tout, vous devez vous rappeler que nous sommes toujours vos esclaves, » déclara Mio.

Je pense que cela allait droit au but. Je suppose que Maria n’avait rien à dire à ce sujet. Cependant, Mio devait aussi participer. Bien qu’elle soit une ancienne lycéenne, son état d’esprit était complètement familier avec ce monde après avoir vécu ici pendant si longtemps.

« Compris. S’il vous plaît, laissez-le-nous. Même si vous voulez que je tue quelqu’un, je le ferai sans cligner des yeux, » dit Maria.

« Merci, mais je ne pense pas avoir de problème avec ça, » dis-je.

« Je suppose que je vais être correct avec un arc. Voulez-vous que je le fasse de près et plus personnellement ? » demanda Mio.

« C’est bon pour moi aussi. Mon sens des valeurs a beaucoup changé après être devenu une esclave, » dit Sera.

Est-ce que l’hésitation à assassiner diminuait quand vous vivez comme esclave ? Je suppose que le fait qu’elles avaient été au bord de la mort avait diminué la valeur de la vie des autres à leurs yeux.

« Hé vous, ceux du chariot ! Arrêtez-vous ! » cria l’un des bandits.

Nous avions rencontré un voleur après que notre chariot ait avancé pendant un certain temps. Maria s’arrêta, selon l’ordre du voleur. C’était notre façon de nous occuper de cet événement.

« Que se passe-t-il ? » demanda Maria.

Il y avait environ dix voleurs qui ressemblent à des soldats. Je savais déjà qu’ils étaient des voleurs grâce à la [Carte]. Mais pour ceux qui ne le savaient pas, ils pourraient être pris pour des soldats.

« Par l’ordre du Seigneur Féodal qui régit cette zone, nous devons percevoir une taxe de toute personne qui utilise cette route. Maintenant, payez la moitié de vos biens, » exigea le voleur.

Hou la la ! Même s’ils sont déguisés en soldats, c’est trop absurde, pensai-je. Eh bien, c’est correct de toute façon, n’est-ce pas ?

Ils agissaient comme des chevaliers et extorquaient de l’argent et des biens sous prétexte d’une taxe. Cela pourrait se dérouler en douceur. Mais si cela échouait, vous pouviez le prendre par la force. Il était préférable, surtout pour les voleurs, d’obtenir de l’argent et des biens sans se battre.

Ces soldats étaient complètement équipés. Ils pourraient venir nous voler directement en utilisant ces armes.

{Maria, s’il vous plaît, dites-leur, « Donc, nous utiliserons une route différente »,} dis-je.

J’avais utilisé la télépathie. Je voulais voir ce qui allait se passer ensuite.

« Dans ce cas, je vais utiliser une route différente, » dit Maria.

« Non, vous ne pouvez pas. Vous êtes déjà allé sur cette route. Vous devez payer la taxe, même si vous voulez repartir d’ici, » dit le voleur.

Comme prévu...

{Veuillez leur dire, « Je vais vous donner la moitié de nos biens, »} dis-je.

« Compris. Je vais vous donner la moitié de nos biens, » déclara Maria.

« D’accord. On nous ordonne également de prendre de jeunes filles comme taxe. Je vais donc prendre la moitié des femmes, » déclara le voleur.

Alors qu’il parlait, il regardait Sera avec des yeux indécents. Alors... ? Est-ce que ça se passerait ainsi ? Eh bien, finissons cette farce. Je ne laisserai personne poser ses mains sur mes compagnons. Mais cette situation était un peu intéressante. Voyons comment cela allait se dérouler.

{Je pense que le combat est inévitable. Alors, faisons-le,} dis-je.

{Compris. Sera-chan, Mio-chan, allons-y,} ordonna Maria.

{C’est d’accord pour moi,} dit Sera.

{Je suis prête !} déclara Mio.

Après que je fis un signal, Maria sauta en bas du chariot et attaqua le voleur se trouvant devant nous. Elle dégaina son épée et décapita ce voleur sans afficher la moindre hésitation.

Le reste des voleurs furent surpris par la tournure des événements. Maria nettoya le chemin en se déplaçant vers le côté droit tandis que Sera se déplaçait vers le côté gauche. Trois personnes sur le côté gauche avaient été tuées par un seul coup d’épée de Sera. Deux sur la droite avaient été tués par l’épée et le poignard se trouvant dans les mains de Maria. Quant aux deux personnes qui s’approchaient de notre chariot par l’arrière, Mio plaça une flèche dans leur gorge.

Tout était arrivé en cinq secondes. Ces voleurs n’avaient même pas eu le temps de sortir leurs armes. Totalement anéanti.

Le reste des voleurs avaient également été tués avant de pouvoir sortir leurs armes. Ces voleurs de type soldat avaient également été tués de loin par Mio.

« Au bout du compte, tout s’est bien passé, » déclara Maria.

« Finalement, ce n’est pas différent des monstres, » déclara Sera.

« Je pense que je pourrais le faire naturellement si nous répétions cela deux ou trois fois de plus, » déclara Mio.

Voici ce que furent leurs impressions après la bataille. Cela semblait prometteur.

« Maintenant, comment devrions-nous traiter avec ces cadavres ? Je pourrais les mettre dans mon [Inventaire], mais beaucoup de cadavres à l’intérieur seraient vraiment une mauvaise chose, » dis-je.

Mettre des cadavres dedans était acceptable, mais il était devenu trop rempli avant que je ne le remarque. Car j’avais aussi des cadavres de monstres, alors...

Oh ! J’ai une idée, pensai-je.

« D’abord, stockez-les avec l’[Inventaire], » dis-je.

« Alors finalement, allez-vous les stocker ? » demanda Sakura.

Ce n’était pas encore terminé.

« Après ça, creusez un trou avec la Magie de Terre, » ordonnai-je.

« Un trou ? Pourquoi ? » demanda Mio.

Puisque nous ne pouvions pas creuser un trou au milieu de la route, nous le creusions sur un côté de la route.

« Enlevons maintenant tous les objets avec l’[Inventaire], » dis-je.

« Je pense que je comprends maintenant ce que vous allez faire..., » déclara Sakura.

Les vêtements étaient inutiles. Seul le métal valait la peine d’être collectionné.

« Maintenant, mettez ces cadavres dans le trou, » ordonnai-je.

« Même si vous le dites d’une manière si aimable, cela a l’air vraiment cruel, » déclara Sakura.

Il y avait quinze cadavres ici.

« Brûlez les cadavres ! » ordonnai-je.

« Flammes » déclara Mio.

Ceux-ci brûlait vraiment bien.

« Rebouchez maintenant le trou avec de la terre, » ordonnai-je.

« Vous les avez dépouillés de tous les objets de valeur, les avez brûlés et les avez enterrés, » déclara Sakura.

« Tout à fait. Et cela a été fait sans même toucher ces cadavres, » déclara Mio.

Je n’avais aucun passe-temps de collectionner des cadavres. Je n’avais pas l’intention d’utiliser ces voleurs avec la Nécromancie quand j’aurais obtenu cette compétence.

Pourquoi ? N’avais-je pas fait une armée d’esclaves ? Eh bien, il s’agit quand même d’une armée de vivant. Eh bien, c’est à propos de leur apparence que je n’en veux pas, pensai-je.

« En y pensant... vous allez exterminer le reste des voleurs dans leur repère, mais qu’allez-vous faire avec le rachat ? » demanda Sakura.

Alors que je pensais à ça... Sakura était la seule personne qui avait participé à l’extermination des voleurs.

Je connaissais l’emplacement de leur repère grâce à la [Carte]. La [Carte] pouvait me montrer n’importe quoi.

Nous pourrions avoir un problème inutile cette fois-ci parce que nous étions maintenant des aventuriers. Nous ne pouvions pas utiliser « Nous ne sommes pas des aventuriers. » Comme une excuse comme la dernière fois.

Cela causera plus de problèmes pendant le voyage, donc je voulais m’abstenir de tout rachat.

« Chassez le reste des voleurs se trouvant dans leur repère. Je n’ai pas l’intention de signaler les biens volés, car cela peut nous causer trop de problèmes, » dis-je.

« Compris. Pourriez-vous nous les laisser encore cette fois ? » demanda Maria.

« D’accord, je vais vous le laisser. S’il vous plaît, ne soyez pas négligente, » dis-je.

« D’accord, » répondirent les trois esclaves.

Sakura semblait mal à l’aise. « Après tout, je devrais travailler plus dur... »

« N’en faites pas trop, » dis-je. « Ces esclaves choisissent de le faire par eux-mêmes. S’il vous plaît, arrêtez de le prendre trop au sérieux parce que je ne peux pas vous forcer à le faire. »

« Compris... Merci beaucoup..., » répondit Sakura.

Même tuer une personne méchante était toujours un obstacle pour elle. Cela la rendrait folle si je la forçais à le faire. Et moi ? Je n’avais rien à dire à ce sujet.

Quant aux voleurs dans le repère... Leur cachette était une caverne.

Mon armée d’esclaves les avait attaqués et les avait tous tués. Je les avais aussi traités de la même manière que je l’avais fait il y a un petit moment. Eh bien... Quel était le trésor ?

Pour mon plaisir, je décidais de configurer la [Carte] pour ne pas afficher les détails d’un article sauf quand il s’agit d’un matériel dangereux. Bien que la motivation pour la première fois avait été Dora, mais cette fois-ci, c’était juste pour m’amuser.

« Oh ! Après tout, il y a quelque chose comme ça ici, » dis-je.

Quand nous avions ouvert la porte de la salle du trésor, il y avait plusieurs enfants un peu sales qui se trouvaient dedans. Comme dans la salle du trésor dans le repère du Loup Noir, il y avait des boîtes en bois et des tonneaux, mais ici il y avait aussi plusieurs enfants, vêtus seulement de chiffons et attachés par des chaînes dans un coin de la pièce.

Je ne pouvais plus dire que c’était juste pour mon plaisir. J’avais alors allumé les marqueurs sur la [Carte]. Il semblerait qu’ils ne soient pas morts. Il y en avait huit et ils avaient tous entre dix et douze ans. Trois d’entre eux étaient des garçons, et le reste était des filles. Leurs titres étaient « Esclave Temporaire », ce qui signifiait qu’ils n’avaient pas encore de maître.

« Ce sont des esclaves temporaires, n’est-ce pas ? Je suppose que ces voleurs plus tôt étaient des marchands d’esclaves, » déclara Mio.

« Je suppose que oui. Et parce que je ne vois aucun abus qui leur aurait été causé, je pense qu’ils sont juste stockés ici, » dis-je.

« Mais leurs Points de Vies sont en baisse. Euh... Est-ce à cause de la faim ? » demanda Sera.

« Est-ce la faim qui cause cela ? Comme prévu de Sera, vous êtes une experte de la faim, » dis-je.

« Le Maître a également vu mes PV diminuer régulièrement, » déclara Sera.

Je pense que les Points de Vie allaient diminuer comme ils avaient faim. Comme dans un jeu de survie.

« Traitez-les avec un sort de Soins et laissez-les manger des pilules énergétiques pendant ce temps, » ordonnai-je.

Une pilule alimentaire. La nourriture de base de Sera qui avait été faite avec des Points de Magie.

Parce qu’il avait trop de calories dedans. Seule Sera pouvait les manger en toute sécurité...

« Compris. Traitons-les, » déclara Maria.

J’avais commencé à les guérir avec un Soin, puis j’avais créé des pilules énergétiques.

Je plaçai ces pilules dans leur bouche tout en les soignant. Je leur avais également donné de l’eau. Ils devraient se réveiller dans quelques minutes. Pendant ce temps, devrions-nous vérifier notre butin ?

Il y avait plusieurs bonnes choses dans le lot. Comme chez le Loup Noir, ces voleurs avaient des trésors inattendus. La sécurité publique était-elle mauvaise ? Eh bien, l’extermination des voleurs était un bon revenu. Faisons-le autant que possible. Et bien sûr, ignorons ces offres de rachats...

Potion de Points de Vie x 5

Équipement de protection usé

Divers produits (produits de rachat possible.)

Cette zone n’était pas bonne, peu importe comment je le regardais.

4 000 000 pièces d’or (argent réel)

Collier d’esclave x 2

Cette zone était intéressante. Je n’avais pas de collier d’esclave avant ça. Je me demandais comment je pourrais les utiliser.

Trésor, Épée — Les Ténèbres éternelles

Classe : Épée à une main

Rareté : Classe d’artefact

Note : une fois par jour, peut utiliser une attaque puissante, réparation automatique.

Cette fois-ci, c’était le jackpot. Il s’agissait d’une arme très puissante, mais pas autant que ma Lame d'Âme. Je suppose que j’allais laisser Maria l'utiliser.

***

Chapitre 24.5 : Ce que les monstres domptés peuvent faire

Dans un certain endroit sur la route de la Cité d’Ararime.

« Je pense que nous devrions confirmer la compétence de nos monstres domptés, » déclarai-je.

« Pachi Pachi »

« Yyu~Hyu~ »

Alors que Jin disait ça, tout le monde était excité. C’était tout naturel.

« Quel genre de farce était-ce ? » déclara Sera

« S’il vous plaît, ne dites pas une telle chose..., » déclara Maria.

En raison du commentaire dur de Sera, nous fûmes surpris.

« Euh... je ne pouvais pas comprendre ça. Pardon, » déclara Sera.

« J’ai l’intention en ce moment de confirmer les compétences et les caractéristiques des monstres domptés, » déclarai-je.

« Est-ce que Sensei ne vous a pas dit quelque chose à ce propos ? » demanda Sakura.

Si j’utilisais Sensei, il pouvait vérifier immédiatement la compétence et les caractéristiques des monstres domptés.

« Non, je veux voir en vrai, » répondis-je. « Dans mon Ancien Monde, il y a un proverbe qui dit : “Écouter cent fois n’est pas aussi bon que de voir une fois”. »

« Après tout, il y a un proverbe comme ça, » déclara Maria. « Après avoir écouté Mio-chan, je pense que le monde de Jin-sama et des autres est plus avancé que ce monde. »

Il était naturel que les mondes fantastiques soient moins avancés à cause de la magie. En outre, ce monde avait des règles différentes, donc la connaissance de là-bas pourrait être inutile ici.

« Nous sommes sortis un peu du sujet. Pour l’instant, montrez-nous la compétence de nos monstres, » déclarai-je.

« Compris, » répondit Maria.

« L’ordre est selon le moment où ils sont devenus nos compagnons, donc le premier sera Dora. Montre-nous tes compétences, » demandai-je.

Dora était mon premier compagnon. Je l’avais apprivoisée après l’avoir sauvée dans la tanière d’un voleur.

{À l’origine, la [Magie Draconique] et le [Vol] étaient les seules compétences que j’avais,} répondit Dora.

« Alors, commence par la [Magie Draconique]. Il semble que tu puisses utiliser le souffle de feu ou de glace. L’élément d’attaque de souffle dépend de l’élément de l’individu dragonewt. Alors, Dora, s’il te plaît envoie l’un ou l’autre là-bas, » ordonnai-je.

{D’accord,} répondit-elle.

D’abord, Dora cracha un souffle de feu puis un de glace, l’un après l’autre.

« D’accord merci. C’est après tout vraiment puissant, » déclarai-je.

« Je pense qu’il a plus de portée qu’avant, » constata Maria. Maria avait remarqué un petit détail.

« Cela semble plausible. Je pense qu’elle a gagné environ cinq mètres. C’est parce que j’ai amélioré sa compétence [Magie Draconique] il y a un petit moment, » dis-je.

« Eh... le traitement de Dora-chan est vraiment injuste, » Mio était un peu maussade à cause de mon favoritisme.

« La [Magie Draconique] de Dora est vraiment rare. Elle peut donc être améliorée uniquement avec des points. Alors, on ne peut pas faire autrement, n’est-ce pas ? » dis-je.

« Oh, c’est vrai. Sauf pour Dora, je n’ai jamais vu de dragonewt avant, » déclara Mio.

« La prochaine compétence est [Vol]. Peux-tu voler dans le ciel ? » demandai-je.

{Humain ou Dragon ?} demanda Dora.

Je venais de confirmer (secrètement) que Dora pouvait aussi voler sous sa forme humaine.

« Si ce n’est pas vraiment un problème, alors, veux-tu bien voler sous forme humaine, » ordonnai-je.

{Okay ~,} répondit Dora.

Elle serra son poing puis le plaça devant sa poitrine avant de faire surgir son pouvoir.

{Ughhhhh~~,} murmura Dora.

Le dos de Dora s’illumina et les ailes de plumes de sa forme de dragon de plumes apparurent quand cette lumière avait disparu.

{Je peux voler avec ça ~,} déclara Dora.

« Oh, c’est sous forme humaine, mais n’est-ce pas ta troisième forme ? » demandai-je.

« Wôw ! Elle est si mignonne ! » s’exclama Sakura.

« Wôw, elle ressemble à un ange, » déclara Mio.

Toutes les filles deviennent ravies devant ce spectacle. Son apparence était exactement celle d’un ange. Et son impression générale était exactement comme ça.

Dora flottait dans les airs sans battre des ailes.

« Regardez ça, ses ailes bougent à peine, » dis-je. « Dans ce monde, il semble que les ailes de dragon n’aient pas besoin de battre parce qu’ils sont des organes pour flotter dans l’air en maintenant la Puissance Magique. »

« Si l’on regarde plus loin, des ailes comme ça ne pourraient pas supporter son gros corps, » déclara Sakura.

Pour que les oiseaux volent dans le ciel, toutes les parties de son corps devaient être légères. On pourrait dire que les oiseaux étaient aussi solides. Mais je ne savais pas comment les énormes ailes de dragon devraient être assez grandes pour soutenir son énorme corps. Et les muscles nécessaires pour le battement devraient être énormes, alors c’était pratiquement impossible.

« Et pourtant, le concept de [Vol] pour les oiseaux et les dragons est vraiment au point, » dis-je.

« Si le résultat est le même, cela sera lié à la même compétence, » déclara Mio.

C’était un peu déraisonnable, mais ce serait plus difficile s’il y avait plus de subdivision.

« Peux-tu cacher tes ailes ? Elles se remarquent trop, » dis-je.

{D’accord,} déclara Dora.

***

« Le suivant est Tamo-san, » déclarai-je.

{...}

Tamo-san, qui ne parlait habituellement pas, était un slime mimétique rare que j’avais apprivoisé sur le chemin pour la Ville de Konoe.

« Puisque Tamo-san a [Mimétisme] et [Absorption], laissons le manger le Mangeur d’Hommes, » dis-je.

« Même si vous le dites ainsi, ne détestez-vous pas le Mangeur d’Hommes ? » demanda Sakura.

« Il est mort. Il ne peut plus rien faire de mal. Et je ne déteste pas les Mangeurs d’Hommes eux-mêmes, » répondis-je.

« Euh..., » murmura Sakura.

Comme je n’avais pas l’intention de m’arrêter, Sakura renonça à essayer de me convaincre.

Après un petit moment, Tamo-san avait fini de manger le Mangeur d’Hommes et avait commencé à se transformer.

« Incroyable. Il est vraiment identique, » déclara Sera.

Sera avait raison. Le Mangeur d’Hommes qui avait été mangé était revenu en parfait état grâce à la compétence [Mimétisme] de Tamo-san.

« Il semble que tant qu’il y a encore une pierre de monstre dans le corps, elle peut se transformer en état parfait, indépendamment de l’état du cadavre, » dis-je.

« Dans ce cas, le cadavre n’est-il pas inutile ? » demanda Sakura.

« Je ne pense pas. Car il y a la limitation que la pierre doit, être absorbé avec le corps, » répondis-je.

« C’est gênant, » répondit Sakura.

Cependant, la véritable capacité de Tamo-san était après ça.

« Mais d’après ce que je sais, lors de la transformation, les compétences uniques de ce monstre peuvent aussi être utilisées, » dis-je.

« Eh, aucune chance. N’est-ce pas vraiment trop incroyable ? » s’exclama Mio.

« Un Slime mimétique en lui-même n’a pas beaucoup de compétences utilisables, n’est-ce pas ? » demandai-je.

Le Slime mimétique possédait la compétence [Mimétisme], mais il y avait des restrictions quant à son taux d’acquisition ainsi qu’à celle de ses compétences utilisables.

Ces compétences ne pouvaient être apprises qu’en absorbant le cadavre, donc le [Mimétisme] ne pouvait rien faire par lui-même.

« Oh ! Que pensez-vous qu’il se passerait si j’utilisais [Prendre et Donner] ? » demandai-je.

« “Oh !” »

Avec ce pouvoir, les autres et moi pourrions voler des compétences aux ennemis. Tamo-san pouvait absorber des cadavres avec des pierres de monstres qui avaient été dépouillés de leur compétence puis donner ces compétences à Tamo-san.

« C’est méchant. Ce Mangeur d’Hommes est..., » déclara Mio.

« L’acide, le poison et les tentacules sont utilisables. Parce que ses statistiques sont plus élevées, il sera plus fort que l’original, et cela même avec un niveau qui est plus bas, » dis-je.

« Pour de vrai ? » demanda Mio.

Si je devais dire quelque chose, le point le plus faible était qu’il était difficile de s’habituer à un nouveau corps. Cependant, ce n’était pas un problème après qu’on s’y soit familiarisé.

« Que se passera-t-il si vous laissez Tamo-san absorber le cadavre d’un humain ? » Maria avait demandé ça sans réserve.

« En apparence seulement. Car ils n’ont pas de pierre de monstres. Et il est susceptible d’avoir aussi la même condition corporelle, » dis-je.

« Je n’ai aucune idée de comment l’utiliser correctement, » déclara Mio.

« Vous avez raison, » dis-je.

Ce n’est pas comme si je ne pouvais pas trouver comment l’utiliser. Par exemple, utilisez le cadavre d’une connaissance pour l’infiltration..., pensai-je.

« La dernière est Midori, » dis-je.

{Trop fatiguée...,} déclara Midori.

Midori était devenue notre compagnon après avoir anéanti tous les monstres de la forêt de Torute, y compris le Mangeur d’Hommes. Elle avait été apprivoisée sans combat tout comme Dora.

Ses compétences étaient : [Mélange de Potions Spéciales Niv. 6] [Culture Niv. 5] [Absorption de Vie Niv. 4] et [Absorption de Magie Niv. 4]. Toutes ses compétences étaient rares et à des niveaux élevés.

« Puisque l’effet de [Potions Spéciales] est trop important, pourriez-vous utiliser [Culture] et cultiver des plantes ? » demandai-je.

« C’est après tout une compétence de production, » déclara Mio.

« Vraiment ? » demandai-je.

« Ai je tords ? » demanda Mio.

« Je ne suis pas sûr, mais on verra bien. Midori, peux-tu nous parler de [Culture] ? » demandai-je.

{OK...,} répondit Midori.

Midori plaça de son pouvoir dans son corps. Après un moment, une feuille avait grandi au niveau de ses cheveux verts.

« Est-ce une Herbe Médicinale ? » demanda Maria. Elle l’identifia.

« Midori est à moitié une plante, donc elle peut faire pousser quelque chose sur son corps comme une plante, » dis-je.

{Tout à fait...,} répondit Midori.

Midori prit l’Herbe Médicinale de ses cheveux et me la tendit.

« Merci, » dis-je. « La compétence de [Culture] est la compétence utilisée pour cultiver des plantes sur son corps. Seuls les monstres de type plante peuvent l’utiliser. C’est donc une compétence qui a plusieurs significations. »

« Il devrait prendre racine avant de pouvoir le faire... normalement, » déclara Mio.

« C’est vrai. Il semble qu’elle peut cultiver diverses plantes en plus des Herbes Médicinales. Midori, peux-tu faire autre chose ? » demandai-je.

{Seulement si j’ai pu en voir..., mais sinon, tout est... possible...,} répondit Midori.

Je pense qu’avec ça, je pourrais avoir plus d’utilité prochainement à l’esprit, pensai-je.

« Pour les deux absorptions, c’est vraiment comme leurs noms l’indiquent. Ces compétences peuvent prendre les points de vies ou de magies d’une autre personne en la touchant. Et il semble qu’on puisse utiliser les deux en même temps, car il s’agit de deux compétences bien distinctes, » dis-je.

« Est-ce comme les compétences qu’un succube aurait ? » demanda Mio.

« Oui, c’est vraiment ce qu’un succube aurait, » répondis-je.

« Vous êtes sérieux ? » demanda Sakura.

« Tout à fait, » répondit Mio.

« Je suppose que c’est toutes les compétences que nous avons pour l’instant, » dis-je. « En priorité, des compétences spécifiques à la race seront données à Tamo-san, mais je dois y réfléchir plus attentivement. »

« Vous ne devriez pas tout donner, » déclara Mio. « Cela pourrait empêcher le Maître de recevoir ces compétences. »

Avoir tous deux la compétence ou avoir des compétences de haut niveau était tout à fait des choses sur lesquelles il fallait travailler.

« Maintenant que j’y pense... Tamo-san a mangé la pierre de monstre du Mangeur d’Hommes..., » dis-je.

« Ah..., » déclara Mio.

C’était un détail, mais une pierre de monstre d’un niveau 40 d’une aberration valait au moins 2 000 000 pièces d’or. Ce n’était peut-être pas important, mais le coût pour cette démonstration était élevé.

« Eh bien, tu devras travailler dur après que je t’ai donné ce Mangeur d’Hommes, » dis-je à Tamo-san.

« Eh bien, ce n’est peut-être pas la mauvaise idée..., » murmura Sakura.

Résultat de nos tests :

  • Nous connaissons les caractéristiques des compétences pour chacun de nos monstres domptés.

  • Herbe Médicinale x 1

  • Magie Draconique 3→4

Coût :

  • Le corps du Mangeur d’Hommes.

  • Une pierre de monstre d’une valeur de 2 millions de pièces d’or.

***

Chapitre 25 : Une Armée d’Esclaves et une Haute-Elfe

« Arg~ »

Oh ! L’un de ces esclaves temporaires s’était réveillé.

« Hein !? Suis-je encore vivant ? » demanda-t-il.

Il semblait qu’il était prêt à mourir. Il avait douze ans et était le plus âgé du groupe.

« Vous vous êtes réveillé. Comment vous sentez-vous ? » demandai-je.

« Hein !? » s’exclama-t-il. Le garçon me regarda, apparemment effrayé.

« Oui, il n’y a pas de problèmes. En dehors de cela, qui êtes-vous ? Vous n’êtes pas un de ces voleurs, n’est-ce pas ? » demanda-t-il.

Ce garçon était vraiment poli.

« Nous ? Nous sommes des aventuriers et nous avons exterminé les voleurs se trouvant dans ce repaire. Nous vous avons alors trouvé et soigné, » dis-je.

« Vraiment ? Merci beaucoup pour ce que vous avez fait, » dit-il.

Il s’inclina devant moi. Son nom n’était pas indiqué dans son statut, car je ne savais pas son nom.

« En passant, quel est votre nom ? Et pourquoi étiez-vous ici ? » demandai-je.

Le garçon fut à court de mots pour le moment. Vous n’aviez pas besoin de dire si vous ne voulez pas. Eh bien, je suppose qu’il était difficile pour les esclaves de le dire.

« Mon nom est Cloud. Et nous sommes... tous des esclaves, » répondit-il finalement. « Le marchand d’esclaves a été tué par ces voleurs, et nous avons été amenés ici en tant que butin. »

« Y a-t-il quelque chose que vous voulez dire à propos de ça ? » demandai-je.

« Non, le fait qu’ils nous aient amenés ici est assez bien, compte tenu de ce qu’ils auraient pu nous faire à la place, » répondit Cloud. « Quant aux filles, ils n’ont pas mis la main dessus. Nous ne sommes rien d’autre que des enfants... »

Hmm, étrange. Je pense que les voleurs mettent normalement immédiatement la main sur les femmes qu’ils obtiennent... En y pensant... ils ne regardaient que Sera et ne regardaient pas du tout Maria..., pensai-je.

Dans cette zone, ils étaient donc bien meilleurs que ces nobles pervers. Eh bien ! En premier lieu, c’était vraiment étrange de comparer les voleurs avec les nobles...

« Nous devions être gardés ici, » déclara Cloud. « Ils n’avaient pas l’intention de nous vendre ni de nous laisser faire quoi que ce soit. Ils allaient juste nous laisser ici mourir. »

« Je vois, » répondis-je. « Je suppose que c’est pour cela que vous étiez sur le point de mourir de faim. »

« Au fait... qu’est-ce que vous nous avez fait ? » demanda Cloud. « Nos estomacs vides ont été mystérieusement remplis... »

« Je vous ai donné de la nourriture spéciale, » dis-je. « Bien que ce soit qu’une petite quantité, elle suffisait pour remplir vos estomacs. »

J’avais alors donné une vague explication, afin qu’ils ne nous interrogent pas plus tard. Cela pouvait sembler étrange, et bien que cette pilule énergétique soit petite, elle était remplie de beaucoup de nutriments.

« P-Pour avoir utilisé sur nous quelque chose qui coûte si cher..., » balbutia Cloud.

Oh ! Il interprétait cela légèrement différemment de nous. Son visage avait l’air choqué quand il avait vu ça.

« Arg... »

« Hmmm... »

Deux filles se réveillèrent. L’une d’elles était une humaine et l’autre était une fille-bête.

Des oreilles de chien ? Puisque ses cheveux sont légèrement foncés, est-elle une golden retriever ? Non, c’est juste une idée simple, pensai-je.

R : Vous avez raison.

Mais, ce n’était pas une question, pensai-je.

Comme ce garçon, ces filles regardaient partout autour d’elle, très confuses.

« Nous avons vaincu ces voleurs et nous vous avons sauvé. Compris ? » demandai-je.

« C-Compris. »

« O-Oui. »

Je leur avais expliqué la situation en une seule phrase. Comme Cloud s’était déjà réveillé, il n’avait pas nié ce que j’avais dit.

« Que va-t-il nous arriver maintenant ? » demanda la jeune fille humaine d’une manière qui indiquait son anxiété. « Nous sommes des esclaves temporaires... des objets. Depuis que vous avez vaincu ces voleurs, nous vous appartenons... »

« Pourquoi ne deviendrions-nous pas libre puisque le marchand d’esclaves et les voleurs ne sont plus là !? » demanda en criant la fille aux oreilles de chien.

J’avais prévu d’augmenter le nombre d’esclaves afin d’augmenter la puissance de combat que nous avions, mais je n’avais pas l’intention de forcer ces enfants à le faire.

Pour être honnête, j’avais acheté Mio, Maria et Sera à cause de leur situation, mais je ne prévoyais pas d’acheter plus.

« Eh bien, je n’ai pas l’intention de vous forcer..., » dis-je.

Après que j’eus dit ça, la fille aux oreilles de chien devient visiblement soulagée, ainsi que Cloud et l’autre fille. Cependant l’expression de Cloud devint soudainement troublée.

« Mais nous ne pouvons pas être libres si personne ne nous réclame, » dit-il.

« Eh..., » s’exclama l’une des filles.

L’expression des deux filles était devenue identique à celui de Cloud.

« Il y a une marque d’esclave temporaire sur notre corps, » Cloud commença à expliquer. « Nous devons aller sur le marché des esclaves pour enlever cette marque. Cependant, je ne pense pas que des esclaves temporaires comme nous veulent aller au marché des esclaves. Nous serions sûrement liés et traités comme une marchandise une fois arrivée là-bas. »

Oh, le Cloud est très intelligent, pensai-je.

« Même s’ils acceptent d’aider, le retrait des symboles d’esclaves coûtera toujours de l’argent, et nous n’avons pas d’argent, » continua-t-il. « Si nous fuyons alors que nous avons encore le symbole d’esclave, où devrions-nous aller ? Pensez-vous que nous survivrons à l’extérieur en étant ainsi ? Je ne pense pas que des enfants sans valeur comme nous puissent vivre d’une manière honnête. »

Alors qu’il disait ça, le visage des filles devient de plus en plus troublé.

« À-À propos de ça... Eh, nous devons supplier ce grand frère..., » déclara Cloud.

« Pensez-vous que nous avons quelque chose de suffisamment précieux pour compenser un groupe d’aventuriers ayant assez de pouvoir pour éliminer ces voleurs ? Et comment allons-nous vivre honnêtement après cela ? » déclara la jeune fille humaine.

Il était impossible pour une fille aux oreilles de chien de dire quoi que ce soit. Je pouvais garantir leur vie et leur donner diverses faveurs si elles devaient devenir mes esclaves, mais d’un autre côté, je n’avais aucune raison de ne pas les aider dans tous les cas.

Je ne suis pas sans cœur. Je pense que j’ai encore un moyen de les aider sans exposer notre pouvoir, pensai-je.

Tous les enfants s’étaient réveillés, les uns après les autres, après avoir entendu la voix de Cloud.

« Nous avons vaincu les voleurs et nous vous avons sauvé. D’accord ? » dis-je.

J’avais expliqué la situation avec la même réplique, et chacun d’eux avait eu des réactions similaires.

« Cela ne nous dérange pas de devenir des esclaves pour grand frère aventurier et les autres, tant que nos vies seront garanties, » déclara Cloud après un petit moment.

À mon avis, ce n’était pas le meilleur choix. Tous les esclaves que j’avais n’étaient pas des personnes ordinaires. Je pensais toujours qu’il devait y avoir une autre façon de se sortir de cette situation sans qu’ils deviennent des esclaves.

« Comment vous le dire ? Nous ne pouvons pas retourner à la maison... Il n’y a pas de travail pour nous, et il n’y a aucun moyen de survivre... Oui, c’est impossible. Nous n’avons pas d’autre choix que d’abandonner notre liberté. Au moins, nous allons pouvoir vivre... »

Quant à la fille à l’oreille de chien qui avait demandé la liberté, son cœur fut brisé après avoir entendu l’explication de Cloud. Ses yeux étaient comme ceux d’un chiot abandonné. Comme elle était une fille-bête de type chien, elle pourrait devenir très obéissante si elle choisissait son maître. Maria n’était-elle pas un chat ? Eh bien... je ne savais pas vraiment.

Les autres semblaient être convaincus quand ils entendirent l’explication de Cloud et me regardèrent. Cependant, certains d’entre eux semblaient ressentir le désespoir et la résignation comme s’ils voulaient tout simplement abandonner.

« Jin-sama, allez-vous faire que ces enfants deviennent des subordonnés en tant qu’esclaves ? » demanda Maria.

Il y avait beaucoup d’explications à leur faire comprendre, alors j’allais laisser à quelqu’un d’autre le fait de le faire. (Mio était meilleure pour ça.) Cependant, j’avais besoin de vérifier tout cela avec mes compagnons avant de faire la moindre chose.

« Qu’est-ce que vous en pensez ? » demandai-je. « J’aimerais entendre l’opinion de tout le monde. »

Je n’avais aucun plan pour faire face à cette situation, je devais donc demander l’avis de tout le monde.

« Je suis d’accord avec votre décision, » répondit Sakura. « Je n’ai aucune objection si Jin-kun veut prendre plus de subordonnés. »

« Cela n’a pas d’importance pour moi. Je supporterais la décision de Jin-sama, » répondit Maria.

Les deux premières filles étaient d’accord avec moi. Elles disaient ce à quoi je m’attendais.

{Subordonnés ~ ? Compagnons ~ ? En avoir plus, c’est bien mieux~,} Dora accepta aussi. C’était peut-être inutile de le dire, mais l’opinion de Dora était vraiment importante pour ma décision.

« Je suis d’accord, alors je vote pour ajouter plus de subordonnés. Même s’ils sont jeunes, je pense qu’ils peuvent faire beaucoup de choses, » déclara Sera.

Hmm, je n’avais jamais pensé que Sera aurait cette opinion. Peut-être que c’était parce qu’ils étaient affamés comme elle.

« Je m’y oppose. Ils n’ont pas de compétence de base, et je suis certaine que ma présence deviendra de plus en plus réduite à cause de ça..., » répondit Mio.

Non, vous ne devez pas vous inquiéter à ce sujet, Mio, pensai-je. Votre caractère est assez exceptionnel. Je ne connais personne d’autre comme vous, sauf peut-être Cloud.

« Êtes-vous inquiète à propos du fait d’être mise de côté ? » demandai-je.

« C’est une question de vie et de mort ! Et si j’étais oubliée par mon maître, il cesserait de me fournir des pilules énergétiques ! » déclara Sera, changeant de décision.

« Je m’y oppose aussi ! » déclara Mio.

« Eh..., » je levai la main afin de les arrêter. « N’avez-vous aucune fierté dans ce que vous dites ? »

« La fierté ne remplit pas mon estomac ! Je n’ai pas besoin de quelque chose comme ça si j’ai besoin de remplir mon estomac. On pourrait dire que je l’ai laissée tomber sur le sol quand j’étais au marché aux esclaves, » déclara Sera.

Elle n’avait aucune fierté. Il semblerait que le marché aux esclaves avait complètement emporté la fierté de cette ancienne demoiselle de grande classe.

« Je ne changerai pas votre traitement, même si le nombre de subordonnés augmente. Et quant à votre place Mio, elle est déjà acquise. Alors, que pensez-vous de prendre de nouveaux subalternes ? »

« Dans ce cas, je n’ai aucun problème, » déclara Sera.

« Si je peux toujours être un personnage principal, alors je n’ai pas non plus d’objection, » déclara Mio.

Si leur situation ne changeait pas, elles n’auraient pas de problème. Pourquoi vous étiez-vous inquiété autant à ce sujet ?

Je décidai donc d’ajouter ces enfants comme mes subordonnés.

« C’est réglé. Je serai votre maître, » dis-je.

« Merci beaucoup. Devrions-nous aller en ville et le rendre officiel sur le marché des esclaves ? » demanda Cloud après avoir vu le résultat de l’événement.

« Non, j’ai déjà les compétences appropriées. Donc nous pouvons le faire dès maintenant, » dis-je.

« Le Maître peut faire ça !? Vous avez en plus la force pour vaincre ces voleurs, de la nourriture mystérieuse, et maintenant vous pouvez utiliser la [Magie d’Esclavagisme], ​​vous êtes incroyable, » déclara Cloud, totalement abasourdi.

« Eh bien, nos rangs d’aventuriers sont assez bas parce que nous venons de nous inscrire, » dis-je. « Cependant, nous sommes confiants quant à nos capacités. Alors, montrez-moi votre marque d’esclave. »

Après que j’ai dit ça, l’une des filles se retourna et montra la marque d’esclave se trouvant sur son dos. Comme elles n’avaient pas de pantalon, son cul était totalement exposé.

Eh bien, je m’en fous... Mais d’abord, pourquoi montre-t-elle volontiers son corps ? pensai-je.

Mais il aurait été facile pour elle de se mettre un vêtement. Il semblerait qu’elle n’avait pas de fierté ou de honte. L’esclavage était-il si dur ?

R : Oui. La fierté et la honte sont progressivement diminuées. Beaucoup de personnes les abandonnent afin de rester en vie.

« Je vais vous enregistrer un à un comme mes esclaves, » déclarai-je. « Sakura et les autres ! S’il vous plaît, préparez de meilleurs vêtements pour eux. Les garçons pourraient même prendre mes habits de rechange, mais pour les filles... Je suppose que les vêtements bon marché de Mio et Maria sont déjà assez bien. »

« D’accord, » répondit Sakura.

« Je pourrais les réparer avec mes compétences de [Couture] et [Travaux Ménagers], » déclara Mio.

Maria était aussi bonne pour ça.

Je coupai le bout de mon doigt avec un couteau, puis j’utilise la [Magie d’Esclavagisme] pour les enregistrer les uns après les autres. Oh ! Et parce que j’avais débuté avec les garçons, je suppose qu’il était inutile de leur dire de ne pas tourner leur dos.

Passons à la suite après la fin des contrats d’esclaves, pensai-je.

« Mio ! Venez ici ! » dis-je.

« D’accord, d’accord, comme d’habitude, » dit-elle.

Mio était responsable des explications.

Hé ! Ne voulez-vous pas être un personnage qui se démarque ? Me demandai-je. C’est vrai. Je dois lui dire avec télépathie.

{Mio ! Ne leur donnez pas trop d’explications,} dis-je.

{Hein !? Pourquoi ne leur disons-nous pas tout ?} demanda Mio.

{Il y a beaucoup de monde cette fois-ci. Je ne sais pas ce qu’ils vont faire, et cela même s’ils sont avec une marque d’esclave. Nous avons beaucoup de secrets. Leur parler de nos compétences est acceptable, mais nous devons cacher les faits que nous avons été convoqués et que nous avons un pouvoir spécial,} dis-je.

{Attendez une minute... D’accord, je vais essayer de le faire.} Répondit-elle.

{Je les laisse entre vos mains.} Dis-je.

Et ainsi Mio commença comme d’habitude à expliquer.

Elle expliqua juste une esquisse de tout ça.

... Notre objectif principal qui était de pouvoir visiter de nombreux lieux.

... Qu’en même temps, nous rassemblions des subordonnés utiles.

... Que nous avions beaucoup de capacités qui devaient être cachées.

... Que je peux prendre le pouvoir d’une autre personne.

... Que nous avions beaucoup de capacités, mais nous ne leur dirons pas plus pour le moment.

Pour l’instant, je devais vérifier le statut de mes esclaves. Ils n’avaient pas beaucoup de compétences.

Commençons avec les garçons.

Nom : Cloud

Sexe : Masculin

Niveau : 1

Âge : 12

Race : Humain

Notes : Un garçon très calme. Cheveux : Bleu

Nom : Adel

Sexe : Masculin

Niveau : 1

Âge : 11

Race : Humain

Notes : Un garçon qui a l’air tout le temps effrayé. Cheveux : Vert

Nom : Knot

Sexe : Masculin

Niveau : 1

Âge : 10

Race : Nain

Notes : Un garçon vraiment petit. Cheveux : Brun

Passons maintenant du côté des filles.

Nom : Coco

Sexe : Féminin

Niveau : 1

Âge : 12

Race : Femme-Bête (Chien)

Notes : Il s’agit d’une fille-bête de type Golden-retriever. Elle a beaucoup de cheveux, et ils étaient vraiment longs. Elle est celle qui voulait la liberté. Cheveux : Doré

Nom : Sicily

Sexe : Féminin

Niveau : 1

Âge : 11

Race : Humain

Notes : La fille qui s’était réveillée avec Coco. A les cheveux mi-longs. Se colle toujours à l’arrière de Coco. Cheveux : Brun

Nom : Roro

Sexe : Féminin

Niveau : 1

Âge : 11

Race : Humain

Notes : Il s’agit de la première fille qui avait enlevé ses vêtements quand je leur avais demandé de me montrer leurs marques d’esclaves. À une tresse sur les deux côtés de sa tête. Il est facile de confondre son nom avec Coco. Cheveux : Rouge

Nom : Iris

Sexe : Féminin

Niveau : 1

Âge : 10

Race : Humain

Notes : Une fille qui semble toujours endormie. Ses cheveux atteignent le sol comme ceux de Midori. Et même leur caractère est semblable. Cheveux : Vert

Hein !? Pourquoi les notes sur les filles sont-elles plus longues ? Est-ce naturel ? C’est vraiment triste d’expliquer les caractéristiques des hommes en de longues phrases, pensai-je. Oh ! C’est vrai. Il y a une fille intéressante, mais ses compétences ne sont pas si intéressantes que ça.

Nom : Yuria

Sexe : Féminin

Niveau : 1

Âge : 392

Race : Haute-Elfe

Compétences :

[Art des Esprits Niv. 10] [Magie des Esprits Niv. 10] [Jeunesse Éternelle Niv — ]

Titre : Princesse Elfique, Prêtresse du Temple, Membre de la famille royale (Elfe), Amnésique.

Notes : Elle a l’apparence d’une fille de dix ans. La longueur de ses cheveux est un peu plus longue que le niveau de ses épaules. Même si maintenant elle a l’air sale, elle est clairement une très belle fille. Cheveux : Argenté

Désolé. J’ai menti. Cette personne est un personnage fort. À tous les niveaux. Race, âge, compétences et titres ne sont nullement classiques, pensai-je.

{Une fille incroyable est mélangée avec eux.} Déclara Mio.

{Pourquoi y a-t-il des esclaves de ce genre ici ?} demanda Sakura.

Tout le monde semblait également s’inquiéter à ce sujet.

Une Haute-Elfe de 392 ans. Une Haute Elfe est l’espèce la plus élevée parmi les Elfes, et on pourrait dire qu’il s’agissait de l’ancêtre des autres races elfiques. Cependant, leur taux de natalité était vraiment faible. Tous les 100 à 1000 ans, il semblerait qu’un enfant né d’Elfes pur-sang avait une chance de devenir un Haut-Elfe. Ainsi, elle était quelque chose de très rare.

J’avais entendu dire que leur durée de vie était plus longue que celle d’un Elfe normal. Ils pouvaient vivre plusieurs milliers d’années. Son âge de 392 ans pourrait considéré à une jeune personne selon leur standard. Il semble qu’un Haut-Elfe ne mourra pas de vieillesse en raison de la [Jeunesse Éternelle], leur compétence raciale unique.

R : Un peu moins de moitié meurt de mort violente et le reste se suicide.

Il semble que la première cause de décès pour les personnes sans âge (selon cette réponse) soit le suicide. Eh bien, c’est une chance que ce ne soit pas une compétence [Immortel], pensai-je.

[Art des Esprits] [Magie des Esprits]. J’avais aussi entendu dire qu’un Elfe avait un taux d’apprentissage plus lent que celui des humains. Bien sûr, si un Elfe avait le même taux d’apprentissage que l’humain, ce serait la race la plus forte en raison de sa longue durée de vie. Cependant, elle était déjà à ce niveau-là. J’étais sûr qu’elle avait un talent considérable. Et cela signifiait que la capacité que j’avais prise de cette femme aux cheveux bouclés était totalement inutile.

Quant à ses titres. Il s’agissait d’une Personne Très Importantes par bien des aspects. À ce propos, la position de Prêtresse du Temple et de Membres de la Famille royale ne sont-elles pas élevées ? Attendez ! Alors ne fais-je pas correction là d’une nouvelle princesse ? Attendez ! Est-ce que je collectionne les princesses ? Eh bien, je n’ai pas besoin d’une princesse d’Erudia. Bon, changeons de sujet.

« Amnésique !? » ce mot était sorti hors de ma bouche.

« Q-quoi !? Nous ne vous avons pas encore donné d’explications ! » Coco haussa sa voix à cause de sa surprise.

Oui, quand je regarde le statut, je vois beaucoup de données personnelles, pensai-je.

« Il s’agit de l’un de mes pouvoirs. Bien sûr, je dois cacher ça, » dis-je.

J’avais laissé l’explication à Mio il y a quelque temps, mais c’était la première fois que je lui laissais gérer autant de monde en une seule fois. Par conséquent, je ne savais pas s’ils l’avaient parfaitement compris. Ce serait mauvais s’ils s’opposaient à moi, alors je devrais leur faire savoir qui était en jeu.

J’avais alors activé [Menace] et [Ambition]. Je ressentais une petite résistance lorsque ces compétences étaient activées.

« Si nos secrets devaient être dévoilés, je vous ferais regretter d'être nés, » menaçai-je.

« Hey ! »

*gloups* *pssssss*

Huit flaques avaient été faites à ce moment-là.

Ces deux compétences étaient vraiment très efficaces pour menacer quelqu’un. Une simple phrase leur faisait trembler les genoux, puis ils s’effondrèrent sur le sol. Même quelqu’un d’aussi calme que Cloud était dans le même état.

Je devais donc donner une explication de cette synergie de compétence.

[Menace] + [Ambition] = [Peur]

J’arrêtai d’utiliser [Peur] une fois que tous les esclaves étaient au sol.

En passant... grâce à la [Fenêtre Système], je pouvais choisir qui recevra le statut de [Peur], ce qui signifiait que je pouvais cibler des individus en particulier. Ainsi, seuls mes huit nouveaux esclaves avaient eu le statut [Peur].

Parce que ce serait vraiment pitoyable de laisser Dora en être affectée. Oops ! Mio avait l’effet [Peur] qui l’affectait.

« hiii! » Mio faisait un bruit étrange.

{Mio ? ~ Quel est le problème ? ~} Dora lui demanda ça, mais elle ne reçut aucune réponse.

{M-A-I-T-R-E — !}

Même sa voix télépathique sonne comme si elle allait pleurer. Qu’est-ce qui ne va pas ?

{Qu’est-ce qui ne va pas ? Que s’est-il passé ? Avez-vous vu quelque chose ?} demandai-je.

{Ughh ~}

Mio devient silencieuse, et pour une raison inconnue, elle tremblait avec agitation. J’essayai de l’approcher pour confirmer ce qui se passait, mais cela semblait trop dur pour elle. Donc je restai à proximité.

Je regardai alors ces esclaves et continuai mon discours.

« Alors, vous les nouveaux esclaves, pouvez-vous garder nos secrets ? » demandai-je.

Chacun d’eux hocha désespérément la tête. Bien sûr, je pouvais encore voir de la peur dans leurs yeux.

Oh, eh bien... Je ne pensais pas que quiconque allait s’opposer à moi après que je les menace comme ça. Je devais d’abord clarifier notre relation hiérarchique.

« Et Coco, s’il vous plaît, dites-moi un peu plus sur cette fille amnésique, » ordonnais-je.

Je l’exhortai à ce qu’elle m’explique la situation de la Haute-Elfe, Yuria.

« D’accord. Cette fille est amnésique. Je ne sais pas ce qui s’est passé avant qu’elle ne devienne une esclave temporaire. J’ai été ramassé récemment, donc je ne connais pas vraiment sa situation, » Coco tremblait un peu tout en expliquant. Ses oreilles étaient baissées.

« Avez-vous une amnésie ? Pouvez-vous me donner des détails ? » demandai-je.

Je me tenais devant Yuria, puis je m’accroupis et je la regardais droit dans les yeux avant de poser la question. Depuis que j’avais la [Fenêtre Système], il était difficile de me mentir en étant aussi proche.

« O-Oui, » répondit-elle. « Quand je me suis réveillée il y a un petit moment, je n’avais pas de souvenirs d’avant ça. J’étais confuse, et je suis devenue une esclave temporaire avant que je le remarque. »

Il semble qu’elle ne mentait pas. Je ne ressentais pas la moindre intelligence de quelqu’un qui avait vécu presque quatre cents ans. Ses yeux étaient exactement comme ceux d’un enfant. Je ne pensais pas que son statut soit faux, mais... je voulais juste m’assurer.

« Où avez-vous été capturée ? » demandai-je.

« Je ne sais pas, » répondit-elle. « J’ai été confuse pendant longtemps, et ma mémoire pendant cette période est vraiment vague. »

Devrais-je demander à Sensei ? Non, c’était déjà correct ainsi. C’était le passé, et maintenant elle était mon esclave.

« Eh bien, vous pouvez me dire si vous vous souvenez de quelque chose, » dis-je. « Pour l’instant, cependant, vous êtes mon esclave. D’accord ? »

« O-Oui, je n’ai pas de problème avec ça, » dit-elle. « Et je ne révélerais pas votre secret. Absolument, absolument jamais... »

Il semblerait que je l’avais trop menacée. Elle tremblait tellement quand je la regardais à bout portant.

Que se passera-t-il si j’utilisais la [Peur] sur un adversaire avec une faible volonté ? Ne vont-ils pas devenir neutralisés par ça ? Ce simple fait rendait cette synergie de compétence très puissante.

« D’accord, j’ai compris. Vous ne relèverez pas nos secrets. Pour le moment, changeons de vêtements. Hmm... Utilisons d’abord “Nettoyage”, » dis-je.

Le « Nettoyage » de la [Magie de Vie] était la magie qui enlevait toute la saleté de la cible. Il ne rendait pas leurs vêtements propres, mais il suffisait pour nettoyer leur corps.

Je divisai entre tout le monde le travail de nettoyage de tous les nouveaux esclaves avec « Nettoyage ».

Mio ferma les yeux sur le fonctionnement de ma magie « Nettoyage ».

Après cela, je les laissais se changer pour mettre ceux qui avaient été préparés par Mio et Maria. C’était peut-être un peu trop tard, mais j’avais fait des séparations pour les hommes et les femmes avec de la magie la terre.

Le changement de vêtement avait été fait sans problème. Il s’agissait de vêtements bon marché, mais cela valait mieux que rien.

Est-ce que la magie « Nettoyage » a transformé Yuria en une belle fille ? pensai-je. Eh bien... je ne veux pas juger une fille de son âge comme ça. D’autres personnes ont des apparences « avant » et « après » aussi surprenantes. Je pense que ce sera plus gênant si Yuria ne couvre pas son visage. Y compris sur son passé.

« Alors, parlons encore. Combattre des monstres sera votre travail principal, » dis-je.

« V-Voulez-vous nous utiliser comme appâts ? » demanda Cloud en disant ça. Les autres esclaves tremblaient également.

Oh, je suppose qu’ils ont mal compris, pensai-je.

Alors que je pensais à ça, je me souvins que dans la ville de Konoe qui n’avait pas de marché d’esclaves et que la raison derrière ça était qu’il y avait beaucoup de cas où les aventuriers utilisaient des esclaves comme leurres. C’était donc un scandale pour eux de mettre en place une boutique dans une ville d’aventuriers.

« Hein !? N’avez-vous pas écouté ce que Mio vous a dit avant ? Je peux prendre la puissance aux autres et la donner à d’autres personnes pour leur permettre de se battre, » dis-je.

« P-Pouvez-vous vraiment faire quelque chose comme ça ? » demanda Coco.

Cela n’était pas quelque chose de facile à croire. Eh bien, on ne pouvait pas y faire grand-chose, alors je devrais leur montrer que je pouvais réellement le faire.

« Oui, je le peux, » dis-je. « Je vais vous laisser vous battre une fois que nous aurons quitté cet endroit. Si vous ne voulez pas vous battre, je vais vous assigner un autre emploi. »

J’avais beaucoup de façons de faire travailler les esclaves. À mesure que leur nombre augmentait, les possibilités augmentaient également.

Puisque personne n’avait dit qu’elles n’étaient pas bonnes pour se combattre, nous décidâmes de quitter la cachette des voleurs. Je ne leur avais pas montré mon [Inventaire], mais j’allais leur en parler plus tard.

Nous étions sorties puis nous nous étions ressemblé devant le chariot. Ces esclaves furent surpris de voir que des aventuriers comme nous avaient une carriole.

« Eh bien, je vais vous donner de la puissance. Je vais vous faire entrer dans le chariot un par un. S’il vous plaît, gardez ce que vous voyez à l’intérieur secret. Compris ? » demandai-je.

« “’’’’’’Oui !’’’’’’” »

Tout le monde me répond avec du désespoir dans la voix. Suis-je si terrifiant ?

En passant, il n’y avait pas de signification profonde avec le chariot. Je voulais juste changer le décor.

Ils entrent dans le chariot un par un, puis je plaçai ma main sur leur front et leur donne des compétences. Est-ce que cela semblait-il plus réel ainsi ? Eh bien, il était possible de le faire à distance avec le [Lien d’Engagement]...

J’avais alors fini de donner sans aucun problème à tous les membres des compétences et statistiques. Les détails de leur statut ? Je m’en occuperais un peu plus tard. De toute façon, je ne voulais pas les laisser se battre avec nous.

Je voulais laisser ces esclaves devenir un sous-groupe. Je leur donnerais la force de lutter contre les monstres et de pouvoir utiliser le [Prendre et Donner] du [Lien d’Engagement]. Les statistiques et compétences des ennemis vaincus iront après tout en moi. Bien sûr, je n’allais pas les laisser travailler à mort et se faire tuer. J’allais donc également leur donner une partie des statistiques des ennemis qu’ils auront vaincus.

Comme ils étaient mes esclaves, se battre avec des monstres était inévitable. Cependant, il était inutile d’avoir trop des personnes fortes dans une équipe. Mon pouvoir spécial était vraiment pratique pour établir des sous-groupes.

Au fait... Les esclaves qui ne voulaient pas se battre auront des compétences de production, et je les laisserai travailler dans ce domaine. Nous pourrions ainsi ouvrir un magasin et faire de l’argent de cette manière.

N’était-il pas mauvais de leur prendre une commission ? Eh bien, c’était un bon moyen de faire travailler les esclaves.

« D’une certaine manière, j’ai le sentiment que je suis rempli de puissance, » déclara Cloud.

« Mon corps est tout léger ! Je me sens complètement différente d’avant, » déclara Coco.

« Est-ce un animal là-bas ? Je peux le voir si clairement ! » déclara Sicily.

« Oui, comme prévu ! » déclarai-je.

Les réactions des esclaves étaient vraiment géniales. Bien sûr, ce n’était qu’une faible portion de mes capacités, mais pour ces esclaves, c’était comme si leur efficacité de combat avait été multipliée par dix.

Je devais leur lancer la carotte, donc il n’y avait pas besoin maintenant du bâton.

À ce propos, j’avais pris les compétences d’Yuria et ses statistiques, car elles étaient beaucoup plus élevées que ceux d’un esclave moyen. Je venais de mettre ses compétences au niveau 1, donc il lui en restait encore quelques traces. J’allais progressivement lui redonner le reste de ses points.

Maintenant, les nouveaux esclaves étaient dans l’ambiance... et prêt... Je devais donc commencer à les éduquer.

***

Chapitre 26 : Armée d’Esclaves et l’Organisation des Groupes

« Alors, effectuons une première bataille pour vous entraîner. S’il vous plaît, dites-moi quel type d’arme vous voulez utiliser. Je vous en donnerais une arme de ce type si j’en ai une, » dis-je.

Cloud leva la main avant de dire. « Je voudrais avoir une épée. » Il avait l’air d’être embarrassé alors qu’il demandait ça. Même si l’effet de la [Peur] s’était déjà estompé, son attitude était un peu différente d’avant.

« En fait, je rêve d’être un aventurier et de combattre des monstres avec une épée. Eh bien, j’ai abandonné ce rêve quand je suis devenu esclave..., » déclara-t-il.

J’étais sûr qu’il était difficile d’être un aventurier après avoir été un esclave. Si quelqu’un voulait un esclave qui pouvait se battre, il achèterait un esclave de combat, et seul un maître étrange entraînerait délibérément un esclave non combattant pour le combat. Eh bien, il y en avait un ici.

Cependant, avec son « je veux être aventurier »... Je devais m’assurer qu’il n’avait pas trop le sens de la justice comme l’avait Yurika. Devrais-je donc le lui demander afin d’être sûr.

« Cloud, si par exemple..., » commençai-je.

Je lui avais alors décrit l’incident que nous avions rencontré dans la forêt de Torute ainsi que ce qui concernait la demande du chef de village. Après avoir fini, je lui avais demandé « Qu’allez-vous faire dans un tel cas ? »

Cloud avait alors réfléchi un moment avant de répondre. « ... C’est vrai. Dans un tel cas, j’aurais immédiatement refusé la requête. »

« Pourquoi ? » lui demandai-je.

« Parce que les conditions de la requête sont trop incertaines, et la récompense est mauvaise. On ne sait même pas quels sont les objectifs à compléter, » répondit-il. « Et comme beaucoup de détails sont omis au cours de la discussion, nous ne savons même pas à quoi nous serons confrontés. Il est possible que nous découvrions l’anomalie trop tard et que cela cause plus de dégâts que nous ne pourrons en supporter... »

Super. Il obtient la note parfaite selon moi, pensai-je. Sa ligne de pensée est la même que la mienne. Je ne pense pas qu’il sera tué comme Yurika...

« Est-ce que ma réponse était correcte ? » Sa voix indiquait qu’il était un peu mal à l’aise.

« Oui, je n’ai aucun problème avec elle, » dis-je. « Vous avez correctement répondu à ma question. Au fait, que feriez-vous si j’étais là et vous disais de ne pas accepter la demande ? »

« Hein !? Bien sûr que je refuserais la demande, » répondit-il. « Il n’est pas possible d’ignorer l’opinion du Maître. »

Une réponse immédiate était arrivée.

Oui, je ne pense pas qu’il sera comme Yurika. Devrais-je faire de Cloud le chef du sous-groupe ? pensai-je.

« Oh, c’est vrai. À propos de l’arme. Prenez ceci, » dis-je.

J’avais sorti une [Épée à une main en fer] depuis ma boîte à objet et je la lui avais donnée. Je lui avais également donné un peu plus de la compétence de [Maîtrise de l’Épée]. Je lui donnais également un peu plus en [Renforcement du Corps] et en [Détection]. Je prévoyais de leur donner des compétences martiales appropriées en fonction de leurs choix d’armes.

« Est-ce que c’est correct que j’utilise quelque chose comme ça ? » demanda Cloud.

« Tout à fait. Elle n’est pas utilisé en ce moment, » répondis-je. « Je pense que vous pourrez l’utiliser avec efficacité. »

« M-Merci beaucoup, » répondit Cloud.

Comme Maria et moi étions les deux seules personnes à utiliser des épées à une main (Sera utilisait une épée à deux mains), j’avais déjà mon épée spéciale et Maria avait la nouvelle épée obtenue dans le trésor. Donc le fait de lui donner une épée à une main en fer n’était nullement un problème.

Je donnai des armes aux autres esclaves. J’avais mis ces armes sur la table et ensuite, j’avais laissé choisir les esclaves. Ces armes étaient celles que nous avions trouvées dans la planque des voleurs, et il y en avait une grande variété. Mais l’arme choisie par Yuria fut un fouet. Il était tout à fait adapté à sa royauté. « Oh, c’est le rôle de Mio », c’était ce que je pensais en secret. Parce que je n’avais pas de compétence [Fouet], je lui avais également donné un poignard en tant qu’arme secondaire.

J’avais aussi prévu de leur donner de la magie, mais parce qu’il s’agissait de leur premier combat, je voulais qu’ils s’en souviennent bien. Il n’était pas trop tard pour les laisser se battre à distance.

Je leur avais distribué beaucoup d’objets, mais malheureusement, je n’avais pas assez d’équipement de protection pour tous. Je devais donc en acheter dans la prochaine ville afin de les équiper de la tête aux pieds.

Eh bien, la préparation était terminée.

« Eh maintenant, le repas ! » dis-je. « Je ne peux pas vous laisser vous battre avec un estomac vide. »

Cloud était sidéré. Les autres avaient également la même expression. J’avais demandé aux membres d’origine de les préparer avec la télépathie. Ainsi, Mio, Maria et Sera préparaient la nourriture dans la cuisine se trouvant dans la Salle alors que nous étions en train de choisir l’arme.

« Ne va-t-on pas se battre ? Nous avons déjà choisi nos armes..., » déclara Cloud.

« Non. Je vais d’abord vous faire manger avant ça. L’entraînement ne commencera qu’une fois que tout le monde aura bien mangé, » répondis-je.

« D-D’accord, » répondit Cloud.

Il semblerait qu’ils ne savaient pas qu’ils auraient d’abord un repas. Ils ne s’attendaient pas à le faire avant de faire quelque chose comme le combat.

Mio était sortie du chariot avec de la nourriture dans ses mains et l’avait mise sur la table que j’avais utilisée pour le processus de sélection des armes.

« Oh mon Dieu ! Désolé pour l’attente... Il s’agit d’un plat de Naporitan, la spécialité de Mio ! » déclara Mio.

Je pouvais facilement mettre sur la table de la nourriture délicieuse en provenance du [Inventaire], mais il était trop désagréable de perdre ces plats chaque fois que nous avions un nouvel esclave.

La nourriture de type pâtes était facile à préparer. Selon Mio, les pâtes pouvaient facilement être faites quand vous étiez seul et que vous n’aviez pas le temps. Et dans ce monde, il y avait quelque chose de semblable aux pâtes et on trouvait une recette presque identique dans ce pays. Mais elle n’était pas appelée Naporitan...

Comme presque tous les esclaves étaient des enfants, la nourriture avait été bien accueillie. Eh bien. C’est-à-dire, c’était la « carotte » de la « carotte et du bâton ».

La grande assiette qui contenait une grande quantité de Naporitan avait été mise sur la table par Mio et Sera. L’odeur du ketchup à la tomate remplissait la zone.

*Grognement d’estomac*

L’estomac d’Adel, de Knot, de Coco, de Sicile et de Roro grognèrent tous en même temps. Bien sûr, je les avais vérifiés avec ma [Fenêtre Système].

« Vous allez avoir quelque chose de plus ou moins selon vos goûts, mais il n’y a pas besoin de s’inquiéter. Vous pouvez en manger tant que vous voulez, » dis-je.

Alors que je disais ça, Sakura, Dora, Mio et Sera distribuaient des petites assiettes et fourchettes. Maria n’était pas ici parce qu’elle préparait un dessert.

« E-Est-ce vraiment d’accord ? Nous sommes des esclaves..., » déclara Cloud.

« Ne vous inquiétez pas. Ceci est juste un investissement. D’un autre côté, vous devez travailler dur à partir de maintenant, compris ? » demandai-je.

« O-Oui ! » répondit-il.

Les esclaves semblaient très heureux. Eh bien, il s’agissait d’un investissement très bon marché, surtout compte tenu de ce que j’allais recevoir d’eux. Après tout, la bonne nourriture était vraiment une arme efficace contre les esclaves.

« Dites “Itadakimasu” avant de manger et “Gochisousama” après avoir fini de manger. Il s’agit de nos règles. Vous pouvez maintenant manger, » dis-je.

« « «  Itadakimasu » » » dirent-ils en cœur.

Tout le monde avait commencé à remplir leur assiette avant que j’en aie fini avec le discours. Ils prenaient la nourriture de la grande assiette et la plaçaient sur leurs petites assiettes. Après ça, ils mangeaient d’une manière très animée.

Oh ! Dora et Sera sont un peu jalouses, pensai-je.

{Voulez-vous aussi en manger ?} leur demandai-je.

{Non, c’est pour ces enfants. Notre point de vue est différent, même si nous les rejoignons...} répondit Sera.

{Si Dora mangeait, la part de chacun serait réduite.} Répondit Dora.

Il semblerait que ces deux-là avaient déjà pris cela en considération.

Alors, s’il vous plaît arrêtez de faire ce visage. Tu devrais aussi le dire à Mio si tu veux en manger. Je veux dire par là... Sera ne sait-elle pas déjà comment le faire, pensai-je.

Le Naporitan avait disparu plus vite que je ne le pensais. Après tout, je suppose que la pilule d’énergie (considérablement nourrissante) ne suffisait pas. Quoi ? Devrais-je augmenter la quantité de nourriture dans la pilule d’énergie ? Il s’agissait d’une mesure d’urgence parce que je n’avais rien prévu à ce sujet.

Le dessert de Maria arriva juste à temps. Il s’agissait d’un sorbet aux fruits. C’était facile à faire parce qu’on peut le refroidir avec de la magie. (Je ne pouvais toujours pas le faire moi-même.)

« Désolée de vous avoir faire attendre, » déclara Maria. Elle enleva la grande assiette vide et la remplaça par une assiette de sorbet.

Les esclaves qui virent cela furent à moitié satisfaits et à moitié perplexes.

« Est-ce vraiment pour nous ? Ne devrions-nous pas faire quelque chose avant ça ? Nous pourrions également être inutiles. N’est-ce pas ? » Coco avait dit ça avec un ton de voix qui était criblé d’anxiété.

Si vous pouvez vous battre, alors c’est bon pour moi, pensai-je. Seules les personnes qui ne peuvent rien faire me sont inutiles. Pour une raison inconnue, je n’ai rencontré personne qui soit inutile. Avec mon pouvoir spécial, je peux les aider à trouver un domaine d’expertise par essais et erreurs.

« N’allez-vous pas travailler de toutes vos forces ? » demandai-je.

« Bien sûr, » répondit Coco.

Les autres esclaves acquiescèrent également.

« Alors, c’est assez bon, » dis-je. « Après tout, vous allez bientôt vous battre. Nous devrions en parler sérieusement plus tard. Mais là, il va fondre si vous ne le mangez pas bientôt. Je vais le manger à votre place si vous ne le voulez pas. »

Les esclaves prirent immédiatement un peu de sorbet et le mangèrent avec des visages heureux. J’attendis qu’ils finissent avant de rassembler tout le monde...

« « «  Gochisousamadeshita » » »

Les yeux des esclaves étaient devenus vifs. Comme la plupart des humains, leur humeur s’améliorait quand leur estomac était rempli. C’était plus efficace que lorsqu’ils étaient affamés.

Une fois le repas terminé, je les laissai discuter afin d’approfondir les relations.

L’heure de la « carotte et du bâton » était terminée. Maintenant, il était temps pour le travail.

« Eh bien, le court repos après le repas est terminé. Commençons maintenant l’entraînement, » dis-je.

« « « D’accord !! » » »

« Pour commencer, formons un groupe de quatre personnes. Huit personnes c’est un peu trop pour un seul groupe. Je vais équilibrer du mieux que je peux les groupes en fonction des armes. »

Parce qu’ils étaient des amateurs, je décidais des groupes en fonction de leurs armes.

Groupe 1 :

– Cloud : Épée et Bouclier

– Adel : Lance

– Coco : Double Dagues

– Roro : Épée à deux mains

Groupe 2 :

– Iris : Épée et Bouclier

– Sicily : Lance

– Knot : Marteau

– Yuria : Fouet et dague

Parce que nous avions deux équipes, nous devions diviser en deux groupes pour nous occuper d’eux.

Sera, Dora et moi allions nous occuper du premier groupe tandis que Maria, Mio et Sakura s’occuperaient de l’autre. Les chefs étaient Maria et moi puisque Sakura et Dora n’avaient pas assez d’expériences dans le meurtre et nous utilisions l’âge moyen pour assigner chaque esclave à un groupe.

Puisque je ne voulais pas parler du [Lien d’Engagement], nous avions quitté le repaire des voleurs et nous étions allés dans un autre lieu de rencontre avant de commencer l’entraînement. Nous allions les laisser combattre des monstres de bas rang tel que des gobelins. Si des ennemis plus forts apparaissaient, nous les aiderions. C’était un peu irresponsable, mais je prévoyais de ne pas agir tant que cela n’était pas nécessaire. Je voulais qu’ils aient une marge de progression.

Après avoir appris à se battre et avoir acquis d’autres connaissances de base, ils s’étaient répartis dans les deux groupes comme prévu. Pour commencer, j’allais les laisser se battre en un contre un face à un gobelin. Maria, Mio et Sera s’occuperont d’autres monstres trop difficiles pour eux. J’avais entendu de la part de Maria que l’autre groupe était dans la même situation.

L’une de mes préoccupations était que celui qui avait dit « ne pouvait pas se battre » était maintenant en train de se charger de la bataille. Bien sûr, s’ils avaient quelque chose de mieux à faire que de se battre, je leur donnerais une priorité pour cela. Personnellement, je voulais que Knot devienne un maître-forgeron. La personne en question utilisait déjà un marteau comme arme, alors ce n’était pas un mauvais choix.

Nous les avions laissés se battre pendant un moment.

Est-ce que je leur avais dit de retourner au point de rencontre avant le coucher du soleil ? pensai-je.

« C’est assez pour aujourd’hui. Revenons au camp, » dis-je.

« « « D’accord ! » » »

L’équipe de Maria était déjà de retour et avait commencé à préparer le repas au moment où mon équipe était revenue. J’avais entendu que certains des nouveaux esclaves avaient décidé d’aider à préparer la nourriture. Cependant, ils allaient seulement aider puisque je n’avais pas l’intention pour l’instant de leur donner une compétence [Cuisine]...

Le premier jour d’entraînement fut ainsi terminé. Il y avait un petit problème, mais personne n’avait été sérieusement blessé. Certains d’entre eux avaient également amélioré leur niveau. Je pensais que j’allais les laisser faire une formation coordonnée pendant que nous voyagerons demain. Puisque nous avions plus de personnes que nous ne pouvions en faire tenir dans le chariot, je devais faire de la place pour les esclaves.

Le repas d’aujourd’hui était composé d’un ragoût dans un grand chaudron ainsi que du pain. Mio avait donné cela comme raison. « C’est trop dur de cuisiner pour autant de personne. » Eh bien, cela ne dérangeait pas dans ce cas là, car c’était un type de nourriture qui pouvait être cuit en grande quantité.

« Maître, pouvons-nous vraiment vous être d’une quelconque aide ? » Cloud, qui était à proximité de moi pendant le repas, m’avait demandé ça.

« Que voulez-vous dire par là ? » demandai-je.

« Eh bien. Le Maître est très fort, n’est-ce pas ? » demanda-t-il.

« Eh bien, je suppose que oui, » dis-je.

Au cours de la formation d’aujourd’hui, j’avais montré une fois mes prouesses martiales, et tous les nouveaux esclaves étaient restés sans voix. Cependant, en toute honnêteté, je ne m’étais même pas battu à fond.

« Le Maître est si fort... Nous ne savons pas pourquoi vous nous laissez nous battre, » dit-il. « Nous pensons qu’il y a une raison derrière tout ça. Est-ce que nous agissons selon cette raison ? »

Je vois... Il s’inquiète parce qu’il se bat sans raison. Eh bien, ce n’est pas quelque chose d’embarrassant à demander, pensai-je.

« J’ai une raison : vous faire agir par vos propres moyens, » dis-je.

« Hein !? Allez-vous nous jeter après ça !? » cria Coco avant de devenir soudainement triste.

Pour une fille-bête de type chien, est-ce une affaire sérieuse d’être abandonnée par son maître ? pensai-je.

R : Oui, il s’agit de quelque chose de très sérieux.

Oh, merci, pensai-je.

« C’est différent de ça. Je n’ai nullement l’intention de vous jeter, » dis-je.

« Alors, que voulez-vous dire ? » demanda Coco.

« Il s’agit de l’un de mes secrets, » dis-je. « Plus nous battons de monstres, et plus je deviens fort. Parce que mon pouvoir est également appliqué aux esclaves, je veux faire une équipe qui pourra agir séparément de nous et vaincre également des monstres. Et il est inefficace d’avoir un trop grand groupe. »

« Voulez-vous que nous fassions cela ? » demanda Cloud. « Alors... Pourriez-vous nous parler de vos projets ? »

Il me semblait très énergique. Non, il n’avait pas tort de vouloir entendre parler de son avenir.

Les autres nouveaux esclaves commencèrent aussi à s’y intéresser.

« Oui, je le peux, » répondis-je. « Tout d’abord, je vais vous laisser vous inscrire en tant qu’aventurier. »

« Aventuriers !? » Cloud cria soudainement avec une voix enjouée.

« Ensuite, je vous laisse agir séparément en acceptant une demande de subjugation de la guilde, ce qui devrait également augmenter votre rang dans la guilde. »

« Pourquoi “augmenter le rang dans la guilde” est-il notre objectif ? » demanda Coco.

« Il y a deux raisons à cela, » répondis-je. « Le premier est d’avoir une chance de combattre de puissants monstres ayant des niveaux plus élevés. Comme je l’ai déjà dit, je deviendrai plus fort lorsque l’ennemi vaincu sera fort. L’autre raison est d’utiliser votre statut d’aventuriers. »

« Que voulez-vous dire ? » demanda Coco.

« À partir de maintenant, je prévois d’augmenter le nombre d’esclaves. Et ils doivent se battre tout comme vous. À ce moment, vous pourriez devenir des membres seniors de la guilde, et il deviendra plus facile pour les nouveaux esclaves de grandir et d’atteindre des rangs plus élevés. »

Cloud était perdu dans ses pensées. « Puis-je poser deux questions ? »

« Que sont-elles ? » demandai-je.

« Mais là, prévoyez-vous de faire un clan ? » demanda-t-il.

« C’est la version réduite de cela, » dis-je.

Un clan. Il s’agissait d’un groupe d’aventuriers qui était plus grand qu’un groupe. C’était la même chose qu’une guilde dans les jeux. Cependant, il y avait déjà une guilde d’aventuriers ici, donc elle ne pouvait pas être appelée par ce nom. On pouvait l’appeler faction ou corps d’armée. C’était la même chose que pour le grade d’aventurier, le « clan » avait aussi un rang, mais nous laisserons ces détails pour plus tard.

En bref, « sois mon esclave » était l’une des conditions pour rejoindre mon clan et former les nouveaux venus à subjuguer les monstres.

« Établir le clan, former de nouveaux esclaves et développer le potentiel de guerre, » dis-je. « Ce sont les bases. »

« Je vois. Je pense avoir un aperçu du plan, » dit-il.

Après tout, ce gars a l'étoffé pour être un grand chef.

« Je pense que Cloud va être un bon chef de clan... Avez-vous une opinion différente ? Vous n’avez pas besoin d’être hésitant, » dis-je.

J’avais alors parlé aux autres esclaves. Même si c’était ma propre idée, je ne serais pas celui qui allait gérer le clan, donc vous pouviez refuser cette idée si vous ne l’aimiez pas.

« Je pense que Cloud sera bien pour ça, » répondit Coco.

« Je pense qu’il est le plus approprié, » répondit Adel.

« Cloud est fiable. Il nous a encouragés à ne pas abandonner jusqu’à la fin quand nous étions à la cachette des voleurs, » déclara Sicily.

Pas d’autres opinions. Ils avaient tous confiance en Cloud.

« Qu’en pensez-vous, Cloud ? » demandai-je.

« J’ai compris. Bien que je n’ai aucune expérience pour ça, je ferais de mon mieux, » répondit Cloud.

Tous les nouveaux esclaves applaudirent.

« Cependant, je dois dire que je suis un peu inquiet parce que tous les nouveaux membres sont juste des enfants. Nous pourrions avoir besoin d’un aventurier expérimenté en tant que conseillers, » déclarai-je.

« Tous les autres sont également des esclaves..., » Sakura commença à parler. « Il est facile d’employer des esclaves. N’avez-vous pas dit cela quand nous étions à Erudia ? »

« Eh bien, tous les enfants ici sont de bons enfants, et il est dangereux de choisir quelque chose de dangereux..., » répondis-je.

« Vraiment ? Notre pouvoir est trop grand, alors comment allons-nous le dire à quelqu’un qui n’est pas dans notre groupe ? » demanda-t-elle.

Parce que je peux limiter leur action avec les marques d’esclaves et le [Lien d’Engagement].

Mais pourquoi les menacer ? C’est mieux de créer des relations hiérarchiques.

Mais pourquoi ai-je menacé Mio ? C’est un passe-temps.

« Je suis désolé. Puis-je poser la deuxième question ? » demanda Cloud.

« Oh, qu’est-ce que c’est ? » demandai-je.

« Si vous voulez faire un clan, pourquoi m’avez-vous laissé devenir un chef ? » demanda Cloud. « Le Maître peut travailler en tant que chef de clan et augmenter votre rang d’aventurier en même temps... »

« Je ne le peux pas. Je vais arrêter avec un rang C pour ainsi échapper à toutes les demandes forcées et les demandes nominées, » répondis-je. « Quelque chose comme un clan est gênant et nous retiendrait alors que nous voulons voyager librement. Donc, je prévois de vous laisser faire une base dans une ville. »

« Eh bien... Pourriez-vous nous laisser devenir classé B ou plus haut ? » demanda Cloud.

« Bien sûr, » répondis-je. « Vous deviendrez plus fort si vous battez des monstres avec mon pouvoir. Vous êtes maintenant encore faible, mais bientôt vous deviendrez des Rangs-B. Non... il vous est même possible de devenir un aventurier de Rang-S. »

« I-Impossible..., » murmura Cloud.

Tout comme Cloud, tous les nouveaux esclaves n’y croyaient pas. Les expressions sur les visages des membres plus âgés indiquaient qu’ils le savent déjà. Je pense que Maria, Sera et moi étions considérés maintenant comme de Rang-S. Bien sûr, selon la norme de Saladin...

« Doutez-vous de la parole de Jin-sama ? » demanda Maria. « Il est celui qui nous a donné la capacité de passer d’esclave à moitié morte à pouvoir nous battre contre de puissants monstres. »

Maria montrait sa foi.

« N-Non ! Maria-senpai, je ne voulais pas dire que... » bafouilla Cloud.

« Alors quoi ? » demanda Maria. « Pensez-vous que Jin-sama “puisse mentir”, ou quelque chose du genre ? »

« J’ai utilisé un mot incorrect. Je suis vraiment désolé..., » répondit Cloud.

« Jin-sama, je suis désolée d’avoir été grossière, » Maria recula un peu après qu’elle eut déclaré ça.

Tous les esclaves, y compris Cloud, tremblaient. Cela n’était pas différent de la compétence [Peur], elle n’avait même pas utilisé [Ambition] ou [Intimidation]. Car après tout, elle était la plus effrayante. (Bien que ce n’est pas mon problème.)

« Eh bien, je n’ai pas menti sur le fait que je peux vous faire devenir des aventuriers de Rang S. Bien sûr, beaucoup d’efforts sont nécessaires, et ne me trahissez pas, » dis-je.

Eh bien, je pouvais l’utiliser pour les faire travailler plus dur...

« Je sais ce que vous voulez de nous. Soutenir les voyages du Maître et devenir le potentiel de guerre du Maître, n’est-ce pas ? » demanda Cloud.

« Oui, c’est bien que vous compreniez cela. D’autre question ? » demandai-je.

« Non. Je ferai de mon mieux pour ne pas décevoir le Maître, » déclara Cloud.

Tous les autres nouveaux esclaves étaient également d’accord.

« Oui, je veux être aventurier. Je suppose que ce n’est pas trop loin de mon but, » déclara Cloud.

« Heu, pour moi, je veux être un maître-forgeron, » Knot (un nain) leva la main.

Eh bien... j’ai vu beaucoup d’indices que vous voulez être forgeron. Vous êtes un nain, et votre arme de prédilection est un marteau..., pensai-je.

« Ceci ne me dérange pas, » dis-je. « Mais vous devrez être un aventurier pendant un certain temps. C’est impossible en ce moment parce que nous n’avons pas de base... »

« Ce n’est pas un problème, » répondit Knot. « Contrairement à Cloud, mon rêve est de devenir un maître-forgeron. Comme vous le savez, il s’agit de la caractéristique de la race naine... Mais j’ai dû abandonner ce rêve quand je suis devenu esclave... mais maintenant, j’aurais peut-être cette chance. »

« Compris. Quand le temps viendra, je vous laisserai le faire, » dis-je.

« Compris, » Knot répondit gaiement.

Un maître-forgeron serait très utile pour moi, et un maître-forgeron nain était vraiment quelque chose de fantastique.

« Heu... J’ai compris votre plan, mais... prenez-moi avec vous, » déclara Roro.

« Ah ! Roro, toi aussi. Je veux être près du Maître, » déclara Coco.

Coco et Roro voulaient me suivre.

« Pourquoi ? » demandai-je.

« Je me sens toute seule. Pendant que nous serons à la base, vous sortirez afin de voyager, n’est-ce pas ? Je détesterais vous voir si rarement ! » Coco m’avait dit ça de toutes ses forces.

« Moi, aussi ! » cria Roro. Elle avait aussi la même raison.

« Je vais pouvoir vous voir très souvent dans la base et cela même lors de nos voyages, » déclarai-je.

« Hein !? Comment ? Même pendant le voyage ? » demanda Roro.

« Eh bien, il s’agit également de l’un de mes pouvoirs secrets, » dis-je.

« Ces pouvoirs secrets sont trop puissants ! » déclara Coco.

Eh bien, vous avez raison, pensai-je.

« Quoi qu’il en soit, ce ne sera pas un problème. Cependant, je suis toujours si seule. Alors, prenez-moi s’il vous plaît..., » déclara Roro.

« Arg ! C’est scandaleux que tu dises cela ainsi, » déclara Coco.

« Eh, vous pouvez vous asseoir sur mes genoux, » dis-je.

« N-Ne me traitez pas comme une enfant ! » déclara Coco, tout embarrassée.

Pendant que Coco était embarrassée, Dora était allée s’asseoir sur l’un de mes genoux.

« Ah..., » murmura Mio.

Puis Mio se faufila jusqu’à mon autre genou.

« Non ! » cria Mio.

« Dommage ! » déclara Coco.

Coco se trouva soudainement sur mon genou. Mio avait gémi, mortifiée.

« Le Maître ne permet pas à Roro de le suivre... Je comprends. Roro attendra donc à la base, » alors que Roro murmurait ça, elle ne s’était pas assise sur l’un de mes genoux, mais elle s’était assise à côté de moi avec son corps collé contre le mien. Mio s’était assise de l’autre côté et elle avait fait la même chose.

Être entouré de jeunes filles et d’une petite fille... c’était vraiment chaud...

Au fait, Cloud et Knot regardaient cette scène et ils souriaient maladroitement, et le sorbet qui avait été servi pendant le souper avait entièrement fondu pendant cette banale conversation.

+++

Feuilles de personnages

Seul ce qui a changé est listé ci-dessous.

Nom : Jin Shindo

Niveau : 45→ 47

Compétence :

[Magie Curative Niv. 3→4]

Équipement : [Lame d’Âme — incomplète]

Nom : Sakura Kinoshita

Niveau : 37→ 39

Équipement : [Sceptre de Rubis]

Nom : Dora

Niveau : 35→37

Équipement : Bâton de combat de moine, Bouclier en acier

Nom : Mio

Niveau : 30→ 32

Équipement : Arc court féerique

Nom : Maria

Niveau : 40→43

Compétence :

[Loyauté Niv. 2→3]

Équipement : Épée — Les Ténèbres éternelles

Nom : Sera

Niveau : 20→24

Équipement : Partisan, Grande Épée, Tour

Nom : Tamo

Niveau : 15→17

Nom : Midori

Niveau : 40

Les compétences ci-dessous sont ce que tous les membres (y compris Dora et excluant tous les nouveaux esclaves et les monstres domptées) ont.

Note : Si la valeur est différente, elle sera listée séparément. La valeur par défaut est 1.

Maîtrise Martiale :

[Maîtrise de l’Épée] [Maîtrise des Lances] [Maîtrise des Masses] [Combats à mains nues] [Maîtrise des Arcs] [Maîtrise des Boucliers] [Maîtrise des Armes de Jet] [Assassinat] [Équitation] [Maîtrise des Haches]

Magie :

[Magie de Feu] [Magie de Glace] [Magie de Vent] [Magie de Terre] [Magie d’Éclair] [Magie de l’Eau] [Magie Blanche Niv. 1] [Magie de Restauration Niv. 1] [Magie Noire] [Magie de Nature]

Magie Spéciale : [Récupération] [Pièce] [Téléportation] [Portail] [Pilule d’Énergie]

Générale :

[Composant]

Corporelle :

[Régénération de la Vie] [Régénération de la Mana] [Yeux de l’Esprit] [Détection] [Vision Nocturne Niv. 1][Recherche][Résolution][Résistance à la confusion Niv 0→ 5][Résistance à la paralysie Niv 0→ 5][Résistance aux poisons Niv 0→ 5][Résistance aux états anormaux Niv 0→ 3][Résistance au feu Niv 0→ 3][Résistance au froid Niv 0→3]

Autres

[Chance]

***

Chapitre Compagnon 1 : Les Aventures de Cloud l’esclave

Mon nom est Cloud. Un esclave tout à fait normal. Quand je suis devenu esclave, j’ai dû abandonner mon rêve de devenir un aventurier. La raison de mon esclavage est simple : diminuer le nombre de bouches à nourrir. Dans ce pays, c’est relativement facile d'y vivre, mais c’est tout de même difficile pour ceux qui vivent dans de pauvres villages.

Quand le maître qui m’a choisi m’a dit de me battre contre des monstres, j’ai tout d’abord pensé : « Il est impossible pour de jeunes esclaves comme nous de combattre des monstres ». Beaucoup de personnes utiliseraient un esclave comme leurre parce qu’ils craignaient pour leur vie.

Donc, j’ai été surpris par le Maître parce qu’il ne nous utilisait pas comme leurres, mais comme un potentiel de guerre. Il a également dit qu’il est capable de prendre le pouvoir, et donc il nous laisserait nous battre.

J’étais entré dans son chariot sans le croire. Au moment où le Maître toucha mon front, j’avais eu l’impression que mon corps était d’un coup rempli de puissance. C’était incroyable, et donc, je rejetai tous mes doutes.

« C-C’est..., » alors que je laissais involontairement ma voix sortir, Maître avait simplement souri.

Au moment où tout le monde était entré dans le chariot, ils comprenaient enfin le sens de « combat contre les monstres » comme le Maître nous l’avait dit. Notre groupe était maintenant capable de combattre les monstres.

Notre maître était étonnamment doux. Il avait entièrement exterminé ces voleurs et avait utilisé son pouvoir afin d’augmenter le potentiel d’esclaves tel que nous. Mais ce n’était pas la seule chose qu’il pouvait faire. Je pensais alors que le Maître nous avait juste montré un aperçu de son pouvoir.

Je me souvins soudainement du moment où le Maître nous avait menacés. C’était effrayant. Cela nous avait fait nous mettre au sol et nous en avions mouillé nos guêtres. Cependant, les autres personnes telles que les esclaves supérieurs, Sakura-sama et Dora-sama, n’avaient même pas bronché face à ça. Je me demandai bien pourquoi...

Quoi qu’il en soit, le Maître nous avait donné la puissance qui nous permettait de nous battre contre des monstres.

Le Maître avait dit qu’il allait nous donner une arme, un par un. Ce traitement était trop bon pour des esclaves comme nous. Cependant, nous ne le savions pas à ce moment-là. Il semblait qu’il était satisfait de notre choix. C’était génial...

J’étais surpris que nous puissions manipuler les armes d’une façon si naturelle. C’était probablement une épée de haute qualité qui était vendue dans son pays. Il m’avait dit que c’était une épée à une main en fer.

Il manipula également quelque chose comme ça. J’étais un peu inquiet de recevoir cette épée parce que l’épée du Maître semblait inhabituelle. Cependant, je savais que cette épée n’était rien face à la sienne.

Après cela, nous avions eu un repas. Et le dessert... Je ne savais pas quel genre de profit le Maître voulait de nous. Il nous avait dit que nous deviendrions son potentiel de guerre et qu’il allait nous donner la puissance, mais d’après ce que je voyais, le Maître était beaucoup, beaucoup plus fort que nous. Quand on y pense, il n’avait même pas besoin de nous.

En dehors de ça, nous avions commencé notre entraînement au combat. Nous huit avions été divisés en deux groupes de quatre. Adel, Coco et Roro étaient dans le même groupe que moi.

Adel était un peu lâche. Sa personnalité semblait être un problème pour le combat. Ce que je veux dire par là, c’était qu’au début, il était réticent à le faire. Cependant, se battre était bien moins effrayant que de faire face à la colère du Maître. D’ailleurs, son arme de choix était la lance, car elle avait une longue portée d’attaque. Il était possible pour lui d’attaquer à distance tout en restant en sécurité.

Coco était une belle et blonde femme-bête de type chien. Alors que tout le monde n’était pas encore familier avec le Maître, elle, elle était la seule autre personne qui lui parlait autant que moi. On disait que les hommes-bêtes et les femmes bêtes de type chien choisiraient une seule fois leur maître et après ça, ils feraient tout pour ne pas être jetés par leur maître. Elle est une femme-bête agile, et son arme de choix était donc un ensemble de deux dagues.

Roro était une fille rousse avec une tresse des deux côtés de sa tête. Elle m’avait dit qu’elle avait eu le coup de foudre pour le Maître et que depuis, elle était folle amoureuse de lui. Je suppose qu’elle l’avait approché encore plus vite que Coco. Je n’avais aucune idée à son sujet. Pourquoi ? L’arme qu’elle avait choisie était l’épée à deux mains. Peu importe comment je le voyais, j’avais été surpris que le Maître lui ait donné la force de pouvoir manipuler quelque chose d’aussi gros à une fille plus jeune que moi.

En passant, mon équipement était l’épée mentionnée ci-dessus et un bouclier rond. Pour un aventurier, c’était plutôt classique. C’était un style que je voulais vraiment avoir.

J’avais choisi un simple plastron et des gants en tant que protection. Parce qu’il y avait beaucoup de jeunes dans le groupe du Maître, ceux-ci faisaient partie de leur ancien équipement. Cependant, il n’y en avait toujours pas assez pour tout le monde, donc nous devions nous les partager.

Et parce que j’avais un bouclier, ça ne protégeait pas mes jambes, alors j’avais pris une paire de bottes lourdes. J’avais entendu dire qu’elles aidaient à améliorer le centre de gravité des utilisateurs de bouclier.

Le Maître, Dora-sama et Sera-senpai venaient avec nous. L’autre groupe irait également à la recherche de monstres. J’étais inquiet au sujet du chariot, mais le Maître avait dit que c’était correct de laisser ça ainsi. Je me demandais bien pourquoi il avait dit ça...

***

Notre première rencontre fut avec un gobelin.

J’avais entendu dire que, parmi les monstres, les gobelins étaient faibles, mais ils représentaient toujours une menace pour les personnes ordinaires. Il n’y avait aucune chance que quelque chose qui pouvait attaquer avec une arme ne soit pas une menace. Cependant, j’étais maintenant sûr que nous pouvions vaincre quelque chose au niveau d’un gobelin.

« Je vais aller de l’avant et arrêter son attaque avec mon bouclier, » déclarai-je. « Tout le monde, s’il vous plaît, attaquez quand vous en aurez l’occasion ! Si vous êtes attaqué, utilisez vos armes ou votre équipement de protection afin de recevoir ce coup ! »

J’avais dit ça alors que je m’avançais. Un gobelin brandissant une massue nous remarqua. Je préparai mon bouclier puis chargeai vers lui.

*Crack*

L’impact fut plus important que je ne le pensais, mais ce n’était pas suffisant pour me faire tomber. Adel attaqua depuis le côté avec une lance pendant que j’étais en défense. Cependant, son coup était faible et n’avait donc pas été efficace. Après avoir été attaqué par Adel, le gobelin changea de cible et se tourna vers lui.

Adel se rétracta face au regard du gobelin. Il avait peur parce qu’il était ciblé.

C’était vraiment mauvais. Sans réfléchir, je m’interposai entre Adel et Gobelin et préparai mon bouclier. Le gobelin regarda dans ma direction, il était très irrité. Sa massue fut de nouveau utilisée. Mais cette fois-ci, je fis plus attention et encaissai le coup, brisant l’équilibre du gobelin.

Coco entailla son pied avec un poignard. À la suite de cela, Roro frappa le gobelin, qui tomba ensuite au sol. Il était mort.

C’était la fin. Je n’étais pas seul. J’avais des compagnons, et le Maître veillait sur nous depuis derrière. J’étais sûr que tout ira bien si nous rencontrions quelque chose de dangereux.

Notre premier combat s’était terminé comme ça, sans danger.

Le Maître se rapprocha de nous.

« Tout le monde, merci pour votre dur travail, » déclara-t-il. « Adel, votre choix du moment où attaquer était parfait, mais vous devriez vous baisser un peu et abaisser un peu la pointe de la lance. La coordination de Coco et Roro était merveilleuse. Et Cloud, vous avez su bien gérer votre bouclier. »

Il nous avait fait des compliments.

« C’est vrai, Roro. Que pensez-vous du fait d’avoir pris sa vie ? » demanda-t-il.

« Rien du tout, » répondit Roro.

« Je vois, » répondit-il. « S’il vous plaît, laissez également les autres faire face au coup final pour qu’ils ressentent tout cela. Enfin, Roro, vous avez porté le coup mortel, alors c’est à vous de le dépouiller. »

« D’accord, » répondit-elle joyeusement.

Roro coupa la poitrine du gobelin avec l’un de ses couteaux. Parce qu’il lui avait été recommandé de le coucher face cachée, il n’y avait pas beaucoup de sang sur elle.

Tous les monstres n’avaient pas de pierre de monstres, mais le gobelin était sûr d’en avoir une. De nombreux animaux avaient une pierre de monstre près de leur cœur. Il était toujours désagréable de couper un ennemi de type humanoïde, même s’il s’agissait d’un monstre. Cependant, ce genre de sentiment devrait disparaître après avoir été un esclave pendant un certain temps.

Roro ne s’en souciait pas du tout.

« C’est fait, » dit-elle.

« Il est à vous maintenant, et c’est la preuve de votre première bataille, » dit-il.

« D’accord, » répondit-elle.

Roro plaça cette pierre de monstre dans son sac. Puisque le sang n’allait pas près des pierres de monstres, elle est rarement trempée de sang — même après que le monstre ait été découpé. Elle pouvait donc être mise dans le sac comme ça. Même si c’était près du cœur, c’était toujours un mystère pour moi.

Le Maître nous conduisit jusqu’à un deuxième gobelin. Comment savait-il où se trouvait le monstre ? Cela pourrait être en raison d’une sorte de capacité qu’il n’avait pas partagé avec nous. Il était vraiment incroyable.

« C’est à mon tour de tuer ! » dis-je. « S’il vous plaît, aidez-moi à le battre ! »

« Compris, » répondit Coco.

« Voici ! » cria Roro.

C’était à mon tour de l’achever. Coco et Roro parviennent à blesser le gobelin dont les attaques étaient bloquées par le bouclier. Pour le finir, je devais viser un point vital. J’avais coupé avec mon épée au niveau du cou du gobelin, le blessant grièvement.

Oui, je ne ressens rien. Il semble que la vie d’esclave m’ait changé, pensai-je.

En y pensant, quand le Maître nous avait dit de montrer nos marques d’esclaves, tout le monde l’avait fait sans hésitation. Bien qu’il y avait eu un peu de honte présente pour ceux d’entre nous qui avaient plus de dix ans, personne ne s’était soucié de ça.

Oh oui. Roro était la première à le faire, principalement parce qu’elle était allée voir Maître à ce moment-là.

La pierre de monstre avait été dépouillée en toute sécurité, et nous avions eu un combat de quatre contre un plusieurs fois après ça. Nous devions combattre plusieurs fois des ennemis. Nous avions ensuite été guidés vers un groupe de deux gobelins. L’un d’eux avait une épée. Ce genre de gobelin était appelé un épéiste-gobelin.

N’est-ce pas soudainement trop difficile ? pensai-je.

Ce n’était rien du tout pour nous. Adel sembla s’habituer parce qu’il se plaça loin de moi et attaqua un gobelin. Coco attaqua rapidement et recula à plusieurs reprises, et Roro ne manqua pas la chance créée par les actions de Coco. Parce que le Maître nous avait fait des remarques positives et négatives après la fin de chaque bataille, il était facile pour nous de corriger les erreurs dans le prochain combat.

Cette formation continuait alors que le degré de difficulté augmentait progressivement. Alors que nous étions habitués au combat, nous avions eu l’occasion de le mettre en pratique, car quelque chose d’autre était soudainement apparu.

Un général-gobelin ! Le plus haut rang chez les gobelins. J’avais entendu dire que c’était le plus dangereux de tous, mais c’était dans le passé.

Dans ce combat, nos ennemis étaient un général-gobelin et cinq gobelins. C’était la première fois que l’ennemi nous dépassait en nombre. Il était beaucoup plus difficile pour nous de nous battre ainsi.

Je pris les devants comme d’habitude et bloquai l’épée du général-gobelin.

« Arg !!! » laissais-je échapper.

J’avais été emporté par l’attaque et jeté au sol par cet unique coup.

Ce n’est pas bon du tout ! Le général-gobelin était totalement différent des autres gobelins que nous avions combattus jusqu’à maintenant. Mes jambes tremblaient. L’impact et la peur m’avaient fait perdre pied.

Tout le monde ne pouvait pas réagir quand ils virent ma condition. Mon bouclier avait été arraché, et je ne pouvais pas tenir la ligne.

C’est impossible.

« Tout le monde, retirez-vous d’ici ! Nous ne pouvons pas le vaincre à l’heure actuelle, » dis-je.

Nous devrions fuir. Ce n’était pas un ennemi que nous pouvions affronter et sortir victorieux.

« Reculez, » déclara le Maître.

Le Maître s’était avancé devant moi avant que je le sache.

« Ce n’est pas un ennemi que vous pouvez vaincre maintenant. Vous avez pris une bonne décision de battre en retraite, » dit-il.

C’est vrai. Le Maître a raison. Il a prévu de donner à notre équipe une expérience de combat, pensai-je.

Il se tenait devant moi et il s’opposa au général-gobelin.

« Gugyaa! » Le général-gobelin cria tout en attaquant.

« Attention ! » cria Roro.

Mais nous avions rapidement réalisé qu’il s’agissait d’une inquiétude inutile parce que la tête du général-gobelin était tombée au sol avant qu’il ait pu frapper avec son épée...

« Q-Que s’est-il passé... ? » balbutiai-je.

Je savais que le Maître avait fait quelque chose. Nous le savions tous. Non, j’étais le seul à le savoir. Coco, qui avait la haute vision dynamique en étant une femme-bête, était confuse. Il semblerait qu’elle ne savait pas ce qui s’était passé. C’était parce qu’il avait frappé avec son épée si vite que nous ne l’avions pas vu.

Les gobelins qui l’accompagnaient avaient tous eu le même sort. Je pensais déjà que le Maître était fort, mais je ne pensais pas qu’il soit à ce niveau-là. S’il pouvait facilement vaincre un général-gobelin, il était probablement de Rang-B ou peut-être de Rang-A...

« Buvez ceci, » déclara le Maître alors qu’il me tendait une potion.

« M-Merci beaucoup, » dis-je.

Je l’acceptai avec reconnaissance parce que les blessures que j’avais reçues étaient assez sévères.

Hein !? Est-ce que l’effet de cette potion était plus faible que ce à quoi je m’attendais ? Je me sentais toujours faible. Après avoir un peu froncé les sourcils, il avait pris une autre potion et me la donna.

« Prenez également ceci, » dit-il.

« D-D’accord..., » répondis-je.

Je pris en une fois le contenu de la fiole... Wôw ! Contrairement à la potion précédente, mon corps était rempli de force après avoir bu la seconde. Je voulais poser des questions sur la potion qui m’avait fait retrouver la forme où j’étais avant que je sois blessé, mais je ne le ferais pas. Principalement parce que l’expression du Maître était assez perplexe.

Parce que j’avais appris à lire les expressions des personnes après être devenu esclave, ce visage m’avait averti de ne rien dire de superflu.

Après ça, nous n’avions rien vu d’aussi menaçant que le général-gobelin, alors nos combats s’étaient bien déroulés.

L’histoire que nous avions entendue pendant le souper était incroyable. Il voulait faire un clan et faire que nous devenions des aventuriers de Rang-S. Je n’avais jamais rêvé d’être un aventurier de Rang-S. Bien sûr, dans mon vieux rêve, ça aurait été déjà un miracle pour moi d’atteindre un Rang-A.

Mais le visage de Maître me disait que c’était un fait et non pas une supposition. J’avais l’impression mystérieuse que le Maître pourrait y arriver.

Mais alors, le Maître m’avait dit qu’il allait s’arrêter à un Rang-C. Je suppose que le Maître n’aimait pas les problèmes... Selon lui, un Rang-S n’avait que des problèmes. Mon maître semblait être en dehors des normes de biens des façons.

Mon nom est Cloud. Un esclave typique qui appartient à un maître inattendu.

***

Chapitre 27 : Inscription et Augmentations de Rang des Nouveaux Arrivants

Une fois la formation d’esclave terminée, nous avions repris le lendemain notre voyage. La moitié des nouveaux esclaves attendaient dans la Pièce et les autres (ceux qui agissaient dans un rôle offensif) étaient dans le chariot. Comme prévu, le chariot était assez rempli.

Ces nouveaux arrivants furent surpris quand ils virent la Pièce pour la première fois, mais ils s’installèrent rapidement dedans après que je leur eus dit que c’était l’un de mes pouvoirs secrets.

Eh bien, je pense que nous pourrions dire qu’il n’y a rien que nous ne pouvons pas faire, pensai-je.

La pièce où je les avais laissés était une pièce prévue pour les esclaves de la production afin qu’ils puissent faire leur travail. En tant qu’essai, je ne leur avais donné qu’un seul point dans la compétence [Mélange], mais la qualité de leur potion était bien meilleure que celle de Sakura et moi. Non, nous ne pouvions pas les comparer entre les nôtres et les leurs...

Disons que Dora pouvait faire les potions de haut niveau, principalement parce que sa compétence était au niveau 3 et par le fait qu’elle ajoutait un peu plus de matière pour les produire. L’efficacité de sa potion est de cinquante pour cent meilleure qu’une potion de haute qualité classique. Mais elle ne pouvait pas être vendue...

Deux jours plus tard, nous étions arrivés à la Cité d’Atarime. Le péage afin d’entrer dans la ville était comme toujours de mille pièces d’or. J’avais décidé de faire venir tout le monde hors de la Pièce de Production un peu avant de payer le péage. La somme totale de 14 000 pièces était assez importante. En passant, il y a un prix différent pour les esclaves... Il était 200 pièces d’or moins chères. Eh bien ! Finalement, je payai le prix habituel parce que je ne prévoyais pas de dire à tout le monde qu’ils étaient tous des esclaves.

Comme d’habitude, nous étions alors allés dans une auberge que j’avais trouvée avec ma [Carte] et nous avions garé notre chariot là-bas. La cité d’Atarime avait un paysage assez étrange. Pourquoi ? Car l’architecture de type japonais et occidental était largement mixée. En d’autres termes, il y avait des bâtiments occidentaux avec une porte coulissante et un toit japonais. Cela donnait une impression comme s’il s’agissait d’une combinaison japonaise occidentale incomplète.

Q : Pourquoi est-ce ainsi ?

R : La méthode de construction que le héros fondateur a laissée était seulement partiellement utilisée.

Un héros... encore lui ? Non. Ce sentiment d’incompatibilité était dû au fait que j’étais une personne japonaise. Cependant, ce bâtiment était assez robuste et utilisable... peut-être...

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda Sakura qui pensait la même chose que moi. « Je ne me sens pas nostalgique en voyant ça. J’ai plus l’impression que c’est tout simplement étrange. »

« À Kastal, j’ai entendu dire que la culture japonaise prenait racine ici, mais je ne m’attendais pas à ce que ça soit comme ça, » ceci était également en dehors des attentes de Mio.

« Eh bien, nous nous y habituerons, tôt ou tard..., » déclarai-je.

« En tant que Japonais, je sens que quelque chose va s’écrouler si je m’habitue à ça, » déclara Sakura.

« Peut-être... Cela pourrait être pire dans la capitale, » dis-je.

« Attendez ! Allons-nous à la capitale ? » demanda Mio.

« Eh bien, je ne prévois pas d’y aller tout de suite, mais..., » commençai-je.

Alors qu’un groupe de Japonais gémissait en regardant ce « bâtiment inhabituel », les autres (ceux qui étaient originaires de ce monde) n’avaient pas la même origine, donc ils ne nous comprenaient pas du tout.

Oh, allons à la capitale ! Il pourrait y avoir une parfaite maison japonaise là-bas, pensai-je. Oh ! Je me souviens de quelque chose d’important. Il semble qu’il y ait du riz dans cette ville. C’est comme du riz normal (et c’est supposé être le cas), alors je vais en acheter un peu.

Et à cause de ce simple fait, j’avais immédiatement mis en place un [Portail] juste avant d’entrer dans cette ville. Ainsi, je pouvais revenir et acheter plus de riz chaque fois que j’en voulais.

Nous décidons de louer deux chambres. L’une d’elles était pour nos membres du groupe d’origine, et l’autre était pour les esclaves qui venaient de nous rejoindre.

... En fait, Coco et Roro avaient demandé à être dans la même pièce que moi au moment où j’avais essayé de diviser le groupe. Alors la Sicily, qui suivait toujours Coco, avait fait la même demande. Par conséquent, Sakura et Sera avaient dû aller dans l’autre pièce avec les esclaves nouveaux venus, et ainsi, il y aurait sept personnes dans chaque pièce.

À la suite de Pierre-Feuille-Ciseaux, ma chambre s’était transformée en celle d’un harem de Lolis. Surtout que Sakura qui avait presque mon âge, et Sera, qui avait une apparence mature étaient parties. Sans ces deux-là, nous étions techniquement dans un groupe de jeunes enfants.

Est-ce mon passe-temps ? Me demandai-je. Non, c’est quelque chose que j’ai accidentellement découvert.

«« «  Itadakimasu, »»  »

Eh oui, nous avions beaucoup de monde réuni ensemble. Par conséquent, nous avions décidé de demander au personnel de l’auberge la permission de déjeuner dans nos chambres. Car franchement, avoir un si grand nombre de personnes réunies dans la salle à manger serait assez intimidant.

Nous avions commandé un « plat qui utilise du riz », et ce que nous avions obtenu était un plat japonais appelé Doria [1].

Hmmm... Non. Bien qu’il ait utilisé du riz, ce n’est pas ce que je voulais, pensai-je. Ce genre de plat est trop rustre pour les goûts de Mio et moi. Et ce n’est pas le même type de riz que nous avions au Japon. Le type de riz de cette région est différent. Je suppose que je dois chercher afin de trouver du riz de type japonais.

R : Il y a un magasin sur l’Avenue Principale dans le district ouest qui vend ce genre de riz.

Oh ! L’affaire est close. J’irais en acheter plus tard, pensai-je.

{Euh... Ce riz est différent de celui d’avant,} déclara Dora.

Dora, tes papilles sont bien précises, pensai-je.

{Mais, c’est toujours délicieux !}

Oui, comme l’avait dit Dora, c’était délicieux.

Après avoir fini de manger, nous nous étions dirigés vers la guilde des aventuriers. Et enfin, ces nouveaux esclaves pourraient bientôt faire leurs débuts en tant qu’aventuriers de Rang-G.

« Il y a des personnes ici qui voudraient s’inscrire comme aventuriers. Ces huit personnes sont ici pour ça, » déclarai-je ceci à la Réceptionniste.

Contrairement à la guilde des aventuriers de Konoe, il y avait des personnes qui ressemblaient à des hooligans assis à une table à proximité. Au fait, cette guilde avait une porte coulissante.

« Compris, » répondit-elle. « S’il vous plaît, remplissez les informations nécessaires sur ce document et apportez-les-moi. »

Hein !? Ne trouvez-vous pas étrange que tant d’enfants préadolescents s’inscrivent, peu importe comment vous les regardez ? pensai-je. C’est peut-être à cause de la position de la réceptionniste.

R : Cela dépend de chaque personne.

Pour l’instant, remplissons simplement les informations nécessaires et soumettons le formulaire, car il y a des enfants qui ne peuvent pas encore écrire, pensai-je.

« D’accord. Tout semble être en ordre. Veuillez attendre un peu, » déclara la réceptionniste.

Elle m’avait dit ça après que je lui avais donné les papiers une fois remplis. Elle avait vérifié les documents, puis elle était passée à la prochaine étape.

« Hé ! Ces marmots se rassemblent et s’enregistrent comme aventuriers afin d’obtenir un bon statut social, » déclara une voix depuis derrière nous.

Oh, c’est tellement cliché, pensai-je.

Un aventurier avec une balafre sur son visage et un crâne rasé s’approchait de nous. Hm... était un aventurier ? Car il semblait plus approprié de dire qu’il ressemblait à un voleur ou un bandit de grand chemin.

Et qui se passerait-il si Mio cria quelque chose à propos de cliché en cet instant ?

« Hé, arrêtez de m’ignorer ! » rugit-il.

Est-ce que cet aventurier ne peut pas aller plus loin ? Ses paroles et le ton de sa voix sont impolis. Bien sûr, Maria n’était pas non plus une aventurière stoïque puisqu’elle avait déjà mis son épée sur son cou.

Maria avait tout simplement utilisé le pouvoir de clignotement comme l’aurait fait Saladin, et cela quand bien même cette compétence était peu connue et devait être restée ainsi. Je devrais donc la gronder plus tard pour ça.

« Jin-sama, que dois-je faire avec lui ? » demanda Maria.

Si je lui disais de le tuer, elle le tuerait très certainement. Je n’avais pas l’intention de perdre mon sang-froid face à une telle personne.

« Laissez-le partir, » dis-je.

« D’accord, » répondit-elle.

Maria retira son épée de la gorge de l’aventurier. Et qu’en était-il de l’aventurier ? Il était couvert d’une sueur froide. Il s’agissait d’une réaction tout à fait naturelle quand vous aviez soudainement une épée pointée contre votre cou.

« Y a-t-il quelque chose que vous voulez de nous ? » demandai-je.

« R-Rien. Rien du tout..., » répondit-il.

Est-ce que l’aventurier avait perdu toute son envie de causer des problèmes à cause de Maria ? En tout cas, il était rapidement retourné à la table qu’il venait de quitter.

« Vos cartes de guilde sont prêtes. Veuillez maintenant vous enregistrer dessus, » déclara la réceptionniste.

Il fallait mettre une goutte de sang sur sa carte pour s’y enregistrer. C’était ce qui fit tous les esclaves les uns après les autres.

Eh bien, pourquoi ne commencerait-il pas à accepter immédiatement une requête ?

Tuer des Gobelins Épéistes

Rang : G

Tuez cinq gobelins-épéistes qui se trouvent dans la zone proche de la porte ouest.

Récompense : 1500 pièces d’or.

Chasse aux slimes

Rang : G

Tuez cinq slimes dans la périphérie de la Cité d’Atarime.

Récompense : 500 pièces d'or.

Etc.

Pour être honnêtes, les requêtes de Rang-G n’étaient pas considérées comme significatives. Surtout qu’il s’agissait uniquement de mission dans le but d’éclaircir les rangs des monstres se trouvant autour de la ville. Bien qu’elles ne soient pas des requêtes régulières, leur date limite était habituellement d’une semaine, voire plus. La seule préoccupation était de savoir comment trouver le monstre ciblé. Cependant, ce n’est pas un problème pour moi parce que j’avais ma [Carte].

D’ailleurs, du Rang-G au Rang-F, il suffisait de remplir dix requêtes consécutives. Eh bien, vous pouviez aussi échouer une ou deux fois. Ce n’était pas un problème parce que nous avions un grand groupe, et tout le monde avait un talent supérieur à la moyenne. Yurika ? Je ne pensais pas qu’elle avait le talent pour être une aventurière.

J’avais alors assigné les requêtes aux membres du groupe de la même manière que j’avais fait pour l’entraînement au combat des nouveaux esclaves, mais je pouvais voir de l’anxiété sur leurs visages.

Je changeais ainsi leur formation une dernière fois.

Le premier groupe comprenait moi, Mio, Sera, Cloud, Adel, Coco et Roro.

Le deuxième groupe contenait Maria, Sakura, Dora, Iris, Sicily, Knot et Yuria.

Nous avions décidé de nous concentrer cette fois-ci sur les attaques à longue distance. Ainsi, j’avais mis Mio dans un groupe, et Sakura dans l’autre groupe. La formation des nouveaux arrivants était toujours la même. Sakura dirigera le deuxième groupe, avec l’assistance de Maria.

C’était une chose triviale à dire, mais nous avions fait tout cela à l’intérieur de la guilde des aventuriers. Au début, nous étions juste un groupe d’enfants, mais après que tout le monde a vu la performance de Maria, ils avaient alors pensé : « Ils sont trop dangereux » et ils ne prêtèrent plus aucune attention envers nous. Ou peut-être que son regard froid était la raison...

 

***

 

La chose terrible à propos de Maria était qu’elle avait dégainé son épée sans qu’aucun membre du personnel de guilde ne remarque quelque chose. Donc rien n’avait été remarqué de leur côté et les aventuriers avaient ainsi décidé de l’éviter.

« Après ça, je chercherai à nouveau une autre requête une fois que nous aurons fini ces deux requêtes, » dis-je.

« Compris. Les formations de notre équipe resteront-elles sans changement ? » demanda Sakura.

« Tout à fait. Nous déciderons de ça chaque jour et nous accepterons les requêtes en fonction de ça pour en avoir assez pour quelques jours, » dis-je.

« Tout est parfait alors. Allons-y, » déclara Sakura.

« Faites attention à vous, » dis-je.

{Je vous contacterais si quelque chose devait arriver,} déclara Maria

{D’accord. Merci pour votre considération envers moi,} déclarai-je.

J’avais passé un accord avec Maria juste avant de partir. Parce qu’un aventurier Rang-G ne pouvait accepter que deux requêtes en même temps, nous devions donc souvent retourner en ville. En fait, je voulais en accepter dix et les finir en une seule fois...

Nous avions alors quitté la ville et nous avions commencé à chercher le monstre ciblé. Bien sûr, je pouvais facilement le rechercher avec ma [Carte].

« Maître, comment pouvez-vous connaître les positions des monstres ? » demanda Cloud.

« Pouvoir secret, » déclarai-je.

« D-D’accord, » répondit-il.

C’était la réponse habituelle. Je prendrais le temps de leur expliquer à propos de mes pouvoirs spéciaux plus tard.

« Oh, trois Épéistes Gobelins se trouvent par là-bas, » dis-je.

Nous les avions trouvés.

« Allons-nous nous battre à nouveau seuls ? » demanda Cloud.

« Oui, car je pense que vous pourriez ainsi acquérir un peu plus d’expérience, » dis-je.

« Compris. Laissez-nous nous charger de ça, » déclara Cloud.

Pour le moment, j’avais décidé de laisser le combat aux nouveaux arrivants. Non pas que j’étais paresseux, car je comptais les aider si la situation devenait trop dangereuse... Mais j’étais vraiment confiant quant à la sécurité apportée par ma [Carte].

Nous avions ainsi continué à le faire cinq fois au cours de la moitié de la journée et nous étions ainsi devenus des aventuriers de Rang-F. L’équipe de Maria avait également obtenu une promotion en même temps. Le fait d’avoir beaucoup de demandes comme celle-ci était assez rare dans la ville de Konoe.

J’avais entendu dire qu’ils devaient occire des monstres régulièrement afin d’empêcher les populations de monstres de partir hors de contrôle, et chaque type de monstre était assigné à un rang approprié.

« Nous avons eu beaucoup de temps après l’inscription à ville de Konoe, mais ces nouveaux arrivants ne sont-ils pas trop rapides ? » demandai-je.

« Monté d’un rang en une demi-journée est vraiment très rapide, » déclara Mio.

J’avais entendu des membres du personnel à proximité parler de cela pendant que je faisais face au processus de reclassement.

« Haha ! Dommage ! Le changement de rang le plus rapide dans une autre ville était d’une heure. Un autre pays pourrait être plus rapide que cela..., » déclara l’un des membres du personnel.

« Dommage..., » murmura Mio.

Mio baissa ses épaules dues à la déception. Une heure... C’était possible pour moi de le faire avec mes capacités, mais... comment était-ce possible pour des personnes normales ?

Ne me dites pas que c’est un record obtenu par un héros, pensai-je. Je suis vraiment mortifié quand j’y pense. Est-ce que je devrais le faire en trente minutes quand je formerais le prochain groupe d’esclaves ?

Pendant que nous parlions de cela, la mise à jour de la carte de guilde avait été faite, mais nous n’acceptions pas encore de requêtes de rang F. Bien sûr, les monstres à tuer pour le Rang F étaient plus fort que pour le Rang-G. Nous comptions essayer ça demain.

Pour l’instant, nous avions décidé d’aller à la boutique d’armes afin d’obtenir un équipement approprié pour tout le monde. Essentiellement, un peu d’équipement léger.

« Dès lors, je lève l’interdiction pour l’attaque de distance, et demain, nous apporterons des armes de tir et de la magie pour les prochains combats, » dis-je.

« M-Maître... pouvez-vous également utiliser la magie ? » demanda Cloud.

Au cours du dîner (du riz japonais cette fois-ci. Très délicieux), j’avais rassemblé tout le monde et je leur avais parlé du plan de demain.

Je n’avais pas utilisé la magie dans les combats jusqu’à maintenant. Sakura s’était seulement battue avec son sceptre, et la [Magie Draconique] de Dora avait été interdite. La plupart des soins provenaient des potions, donc ils ne savaient pas que nous pouvions utiliser la magie. Eh bien, je l’avais fait exprès...

« Comment dois-je le dire... vous pourrez aussi en faire, » dis-je.

« Maître, quel type de personne êtes-vous ? » demanda Cloud.

« Je ne vous l’ai pas encore dit, mais poser des questions à ce sujet est également “Interdit”, » dis-je.

« ... D’accord, » répondit Cloud.

« Je vous le dirai quand vous nous serez vraiment utile, » dis-je.

« Compris. Je ferais de mon mieux pour gagner la confiance du Maître, » déclara Cloud.

Cloud hocha la tête. Les autres personnes hochèrent également la tête.

« Eh bien, nous nous sommes un peu éloignés du sujet, mais voulez-vous utiliser la magie ? » demandai-je.

« Oui, je voudrais l’utiliser, » déclara Cloud. « Le fait de devenir un Épéiste Magique est l’un des rêves les plus importants que j’ai dû abandonner en devenant un esclave. »

Les yeux de Cloud étaient pétillants de vie. Il avait un rêve inattendu. Il n’est pas aussi bien équilibré que Maria, mais je suppose que ce ne sera pas un problème pour lui d’avoir le même moule qu’elle. Il était fondamentalement à un niveau inférieur à moi, et son style de combat était aussi semblable au mien.

« Parce que je veux être forgeron, ce sera pratique si je pouvais utiliser la magie du feu..., » déclara Knot.

« Je voudrais la Magie du Vent. Je veux pouvoir me déplacer aussi vite que Maria-senpai, » répondit Coco.

Knot et Coco m’avaient fait des demandes très claires. C’était parfait.

« Bon. Je dois décider quel genre de magie Yuria va utiliser, » déclarai-je.

Les nouveaux arrivants furent surpris parce que je n’intervenais généralement pas quand il s’agit de leurs choix personnels.

« C’est inhabituel. Le Maître ne fait pas ce genre de chose normalement, » déclara Cloud.

« Oh, attendez une minute. Yuria, avez-vous déjà utilisé la [Magie des Esprits] et l’[Art des Esprits] ? »

Il s’agissait des deux compétences de magies que j’avais prises à la femme aux cheveux ondulés, mais personne ne peut les utiliser jusqu’à maintenant. Il y avait une raison derrière cela.

[Magie des Esprits]

Vous devez donner des Points de Magie aux esprits se trouvant dans les environs afin de pouvoir utiliser cette magie.

Elle ne peut pas être interrompue, et il n’a pas de chant nécessaire. Peut utiliser deux ou plusieurs attributs en même temps.

La consommation de Point de Magie est élevée, car l’efficacité magique de l’esprit est son point faible. Elle ne peut pas être utilisée s’il n’y a pas d’esprit dans les environs.

[Art des Esprits]

Permets de prendre contact avec les esprits. Peut manifester un esprit en l’invoquant. Consomme toujours des Points de Magie lors de l’invocation.

Q : Qu’est-ce qu’un esprit ?

R : Une forme de vie énergétique qui contrôle un attribut de ce monde. Ils peuvent se matérialiser s’il y a assez de Puissances Magiques (Point de Magie) dans la zone. Ils deviennent actifs dans des lieux liés à leurs attributs. Si la quantité d’énergie est suffisamment élevée, ils peuvent obtenir un ego.

En résumé, ce n’était pas une compétence qui pouvait être utilisée au niveau 1. C’était très pratique, mais au moment où je les avais prises à la femme, nous étions déjà en mesure d’utiliser tous les attributs, sans parler de la consommation élevée de Point de Magie et de sa dépendance à l’environnement. Mio voulait l’utiliser seulement à cause du nom.

« Compris. Il pourrait y avoir une raison derrière cela si le Maître le dit, » déclara Yuria.

« Je vais maintenant vous remettre cette magie. Je donnerai le type que vous voulez, mais il n’est pas garanti que je puisse vous donner tout ce que vous voulez, » dis-je.

J’avais décidé de donner à chaque esclave un point dans deux types de compétences magiques, car j’en avais déjà sélectionné deux pour Yuria.

Vous devez faire de votre mieux si vous voulez en apprendre plus, pensai-je.

Après ça, je les laissais faire des essais avec la magie et ils purent ainsi s’entraîner dans une [Pièce], mais ils finirent tous par s’évanouir parce que tous leurs Points de Magie avaient été utilisés. Je pensais qu’ils iraient bien mieux s’ils s’habituaient rapidement à leur limite.

Le lendemain, nous avions accepté des demandes de subjugation comme hier et nous les avions utilisées pour pratiquer la magie. Je donnai également des statistiques aux nouveaux venus au point qu’ils pouvaient tuer un monstre de Rang-F avec de la magie sans aucun danger.

En conséquence, nous étions devenus des Rang-E à la fin de la journée. Il y a beaucoup d’étapes dans le rang d’un aventurier, et la première était le Rang-D, l’aventurier intermédiaire. Le prochain était le Rang-B, l’aventurier senior, mais c’était pour les personnes normales. En bref, le Rang D était le seul palier approprié pour nous.

« Certes, les esclaves pourraient devenir Rang-D en deux jours..., » dis-je.

« La puissance du Maître est vraiment fantastique, » déclara Cloud.

« Je ne pense pas que je vais encore avoir peur des gros monstres, » déclara Coco.

« Il y a encore beaucoup de monstres que je ne peux pas encore battre, mais je ne vais pas perdre contre les Gobelins, » déclara Adel.

Les capacités martiales des nouveaux arrivants augmentaient considérablement. Je suppose que la [Magie] jouait un grand rôle dans cette progression. Tout ce dont ils avaient besoin était de faire attention à leurs Points de Magie, de sorte qu’ils ne s’évanouissent pas au pire moment. Il faudra probablement un certain temps avant qu’ils s’habituent à la sensation.

J’utilisais la [[Fenêtre Système] pour réguler leurs statistiques pendant qu’ils utilisaient la magie. On pourrait dire que c’était vraiment un style spartiate. Si vous regardiez seulement leur effort, ces nouveaux esclaves étaient pleins de bonne volonté.

 

***

 

Si les membres originaux et les nouveaux arrivants restaient ainsi, ils pourraient devenir des Rang-D en quelques jours. Le lendemain, je me dirigeais vers la guilde des aventuriers en y pensant. Il y avait beaucoup de monde dans la guilde des aventuriers.

Quelque chose est arrivé ? pensai-je.

« Une horde ! Une horde ! » cria un homme à l’intérieur de la guilde.

« Un grand nombre de monstres arrivent depuis la Forêt de Tiara, » déclara une autre personne.

« La Forêt de Tiara ! Il y a un repaire de demi-humains de Rang-B là-bas ! »

« Il y a un village sur leur chemin, mais ils se dirigent vers cette ville ! »

J’avais pu rassembler des informations en provenant de la foule si bruyante. Bientôt, il y aura une horde de monstres ici dans cette ville. C’était une occasion rêvée d’utiliser [Prendre et Donner]. Mais cela pourrait être difficile puisque je devrais soutenir en même temps ces nouveaux arrivants.

Q : Qu’est-ce que c’est qu’une horde de monstres ?

R : Il s’agit d’un mouvement de concert d’un grand nombre de monstres. Il y a beaucoup de causes possibles, et l’une d’entre elles est « qu’ils fuient loin d’un danger ».

« Calmez-vous tous. Le Maître de la Guilde va vous révéler son plan ! » Tout bruit s’était éteint après avoir entendu cette puissante voix.

Une personne qui était censée être le chef de la guilde fit un pas en avant. Sa force était à peu près la même que celle de Joseph. Il semblerait que l’une des conditions pour devenir un maître de guilde était d’être de Rang-S...

« Aventuriers de la Cité d’Atarime ! Comme nous le savons déjà, une horde de monstres se dirige vers cette ville en ce moment même ! » commença-t-il. « Vous avez trois choix. D’abord, vous pouvez vous diriger vers le village sur leur chemin afin de le défendre. Deuxièmement, vous pouvez prendre une position entre cette ville dans ce village. Et pour finir, vous pouvez rester ici afin de défendre la ville. »

En bref, il s’agissait de savoir s’il fallait déserter le village attaqué ou non. En cas de défense dans la ville, les habitants de ce village ne survivraient probablement pas.

« J’ai déjà dit aux habitants de ce village de venir ici, mais il faudra du temps avant que tout le monde arrive ici parce qu’ils n’ont pas de chevaux et doivent venir ici à pied, » continua-t-il.

Bien sûr, les femmes, les enfants et les villageois âgés ne pouvaient pas échapper à la vitesse de progressions des monstres, même si on leur avait dit cela assez tôt.

« J’ai fait des préparatifs pour créer une ligne de défense entre le village et cette ville, mais il n’y a pas assez de temps pour empêcher des dégâts au village, » continua-t-il. « Donc, le plan de la Guilde est de faire une ligne de défense entre cette ville et le village. J’ai l’intention de protéger toutes les personnes que je pourrais. »

En bref, tout le monde qui n’atteignait pas la ligne de défense sera perdu.

« Vous devez aller avec ou contre ça, mais cette ville n’a pas la force de se protéger, » continua-t-il. « Si je gère mal la situation, cette ville sera détruite. Alors, tout le monde, comprenez ma décision. »

Il n’y avait rien de mal à cela. Il y avait le juste milieu entre la justice et les dommages.

« Je suis désolé, mais c’est une demande de force, » déclara-t-il. « S’il vous plaît, préparez-vous pour être prêt pour dans trente minutes ! Les aventuriers avec des chariots seront invités à sauver les villageois qui fuient ! »

Oh, nous avons un chariot. En bref, nous devons sauver les villageois qui fuient, pensai-je.

Cela pourrait être une bonne occasion. Nous pourrions sauver les villageois avec notre chariot avant l’arrivée de la horde. Face à autant de monstres, il n’y avait aucune raison de ne pas le faire.

Le village lui-même ne pouvait pas être sauvé, mais nous pouvions quand même réduire les pertes...

R :...

R :...

Euh, quoi ? Répondez !

R :...

R :...

« Maria, Sera, s’il vous plaît, faites rapidement préparer notre chariot, » ordonnai-je. « Les autres membres rejoindront la défense de cette ville afin de gagner de la place dans la voiture. S’il vous plaît, participez aux opérations de sauvetage avec la guilde ! »

« D’accord. Allons-y, Sera-chan ! » déclara Maria.

« Heuu..., » murmurai-je.

Maria suivait mes instructions sans hésitation.

« Maître ! Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Maria.

« Jin-kun, qu’est-ce qui ne va pas !? » demanda Sakura.

Il n’y avait pas de temps à perdre, mais je devais arriver à ce village dès que je le pourrais.

« Je vous l’expliquerai plus tard. S’il vous plaît, faites attention. Nous partons maintenant, » dis-je.

Comme je l’avais dit, je décidai de prendre tous les membres originaux et de me diriger vers notre chariot. Tamo-san et Midori viendraient également avec moi.

Dès que les préparatifs furent terminés, nous nous étions ainsi dirigés vers le village sur le point d’être attaqué par une horde.

{Attendez, Maître ! S’il vous plaît, donnez-moi une explication !} demanda Maria.

{C’est vrai...,} déclara Mio.

{Pardon. Je vais maintenant vous l’expliquer,} dis-je.

{En vue de votre action si soudaine, je me demande si vous n’auriez pas trouvé quelque chose ?} demanda Sakura.

Oh ! Comme attendu de Sakura, qui m’accompagne depuis longtemps, vous avez raison sur ce fait, pensai-je.

{Eh bien, le village qui va être attaqué est...,} commençai-je.

La raison pour laquelle je voulais défendre ce village était que...

{Il s’agit du village qui est le principal producteur de Riz japonais du pays !}

R : Leur production spéciale est le riz japonais que vous aviez au dîner avant-hier.

 

Notes

***

Chapitre 27.5 : La Punition de Maria

Le soir du jour où les nouveaux venus étaient inscrits en tant qu’aventuriers, Jin avait appelé Maria pour être seul avec elle dans une [Pièce].

« Maria. Vous avez utilisé aujourd’hui le [Clignotement] sans avoir ma permission, » déclara Jin.

« Je suis désolée. J’ai agi par réflexe ! » répondit Maria.

D’une certaine manière, Maria avait déjà remarqué son erreur. Quand Jin avait dit « Asseyez-vous », Maria s’était mise à genoux.

« J’étais sûr que mes ordres étaient d’utiliser le [Clignotement] aussi peu que possible, mais vous l’avez utilisé sans raison valable, » déclara Jin. « Le [Clignotement] était-il vraiment nécessaire dans cette situation ? »

« Non, cela n’était pas le cas, » répondit Maria. « C’est entièrement de ma faute. J’accepterai volontiers n’importe quelle punition... tant que je serai encore capable de vous servir après ça. »

« Eh bien, je n’ai pas l’intention de vous punir pour ça, » Jin pensait qu’il était nécessaire de gronder, mais la punition était inutile. « Je veux dire, est-ce désagréable pour vous de ne pas être punie, Maria ? »

« Ce que je déteste le plus, c’est de mourir, mais c’est comme si on me disait que je suis inutile par Jin-sama, » déclara Maria.

« Je n’ai pas l’intention de vous laisser mourir ni de vous retirer de votre rôle à partir de maintenant..., » déclara Jin.

« Merci beaucoup, » répondit Maria. « Alors, devrais-je couper l’un de mes propres bras ? Oh ! Avec [Restauration], ce n’est pas vraiment une punition... »

Même s’il pouvait être guéri, le fait de couper un bras était toujours une lourde punition.

« Même si vous avez l’habitude de souffrir, la punition ne doit pas nécessairement être physique..., » déclara Jin.

Jin n’avait pas un passe-temps de frapper ses propres esclaves. Alors... Une punition honteuse était mieux. Bien sûr, c’est le passe-temps de Jin.

« Alors, qu’en est-il de quelque chose de honteux ? » demanda Jin.

« Voulez-vous que je marche nue dans la ville ? » demanda Maria.

« Refusé, » répondit Jin.

Jin avait un désir de la monopoliser, alors il ne permettrait pas que cela se fasse en public.

« C’est un problème, » déclara Maria. « Je suis sûre que vous voulez m’ordonner de faire quelque chose de honteux. Mais je ne peux pas penser à quelque chose de honteux si c’est seulement en face de vous, Jin-sama... »

« Hein !? » Même Jin était surpris par cette réponse. Ou peut-être, déçu. Cette demande était assez égoïste en soi.

« Dans ce cas, mettez-vous toute nue devant moi, » ordonna Jin.

« Est-ce suffisant ? » demanda Maria.

Maira enleva ses vêtements et les stocka dans son [Inventaire (personnel)].

« Hein !? »

Jin, qui ne se sentait généralement pas timide, détourna la tête et ne regarda même pas Maria.

« Alors..., » murmura Maria.

Après cela, Jin n’avait plus aucune demande à Maria et il quitta immédiatement la [Pièce]. Maria l’avait fait sans problèmes, mais Jin était immédiatement sorti de la pièce, car c’était trop pour lui.

« Ce n’est pas une punition. Jin-sama, y ​​a-t-il autre chose que je dois à faire ? » demanda Maria.

« Euh..., » s’exclama Jin.

Même Jin était à court d’idées, surtout depuis qu’ils avaient passé deux heures ensemble, et l’exigence qu’il pensait était quelque chose que Maria rejettera sans faute.

Même Jin devient hésitant quant à son précédent ordre de se déshabiller. Même si au départ, c’était juste une blague au départ.

Une idée surgit soudainement.

« Oh c’est vrai. Maria, vous devrez dire “Nyan” toute la journée de demain, » déclara Jin.

« Hein !? » s’exclama Maria.

Jin décida d’arrêter là la recherche d’idée, et d’utiliser l’un de ses passe-temps comme punition. Pour une personne de type chat, elle devra dire ce mot à la fin de chaque phrase...

« Attendez une minute ! S’il vous plaît, pas ça ! » demanda Maria.

Alors que Jin avait vu la réaction de Maria, son visage avait changé.

« Pourquoi ? » demanda-t-il.

« Pour une personne telle que moi, c’est bien trop honteux d’imiter des chats, » déclara Maria. « C’est acceptable seulement quand c’est avec quelqu’un de très proche ou entre amoureux. »

Il semblerait que cela soit très honteux pour personnes comme elle.

« Je peux le faire devant vous, Jin-sama, mais pas devant tout le monde ! » annonça Maria.

« Est-ce d’accord de le faire devant moi ? » demanda Jin.

« Bien sûr ! » répondit Maria.

Dans un sens, c’était la même chose que de se promener nue dans la ville. Il stimulait le désir de monopoliser une personne en particulière.

« Puisque Maria, vous êtes embarrassée par ça, n’est-ce pas une punition ? » demandai-je.

« C-C’est..., » commença-t-elle.

« Nous avons encore de la formation demain, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Oui..., » répondit-elle.

« Alors, allons-y pour le nyan pour toute la journée de demain, » répondit-il.

Le lendemain, l’entraînement au combat avait commencé avec la levée de l’interdiction pour la magie.

« Même si tout le monde peut utiliser la magie, tout le monde ne va pas l’utiliser, nyan. Vous devez laisser au moins une personne en tant qu’avant-garde pour l’assistance, nyan, » déclara Maria.

« Euh... mais avant ça..., » demanda Mio.

« Taisez-vous, nyan. » Maria leur avait demandé de ne rien demander avant même qu’ils le fassent.

Communication Sakura — Mio.

{Que pensez-vous qu’il s’est passé ?} Demanda Sakura.

{N’est-ce pas lié au Maître ? Après tout, ils étaient ensemble dans [Pièce] hier sans personne d’autre avec eux...} répondit Mio.

{Euh ? Ne me dites pas... pour le peuple des chats...} commença Sakura.

« Si vous avez le temps de bavarder, continuez à bouger. Nyan. » déclara Maria,

Après que Maria ait dit « Nyan » pendant un moment, ça devenait très drôle. Elle était normale à la surface, mais elle était extrêmement embarrassée à l’intérieur.

L’ordre de Jin. L’ordre de Jin. L’ordre de Jin. L’ordre de Jin. L’ordre Jin. L’ordre de Jin. L’ordre de Jin, pensa Maria.

C’était « l’ordre de Jin », et c’était ainsi que Maria pouvait endurer ce qui serait considéré comme humiliant pour les membres des hommes-chats.

« La Magie du Feu ne semble pas être efficace contre les monstres, nyan ! »

« Restez attentif aux alentours, surtout pendant l’incantation. Nyan! »

« Même si c’est un entraînement pour la magie, cela devient plus efficace si les armes sont également utilisées. Nyan! »

Cela devint vite une formation sévère pour les nouveaux arrivants. Cependant, le résultat n’était pas quelque chose à rire.

En fin de journée, Maria avait été convoquée dans la [Pièce] et avait ensuite laissé tomber cette phase après ça.

« C’était une punition inattendue, mais je ne suis même pas fâché de voir ça..., » déclara Jin.

« Non, c’est douloureux, mais une punition est nécessaire pour le crime, nyan. Ah..., » déclara Maria.

« Cela semble être devenu une habitude, » répliqua Jin. « Voulez-vous continuer avec ça ? »

« Pardonnez-moi, tout sauf ça... nyan, » répondit Maria.

La paire d'oreilles de chat de Maria était étrangement tombante.

Après ça... après avoir essayé de faire en sorte que Maria arrête d’ajouter « Nyan ~ » à la fin de la phrase pendant une heure, Jin n’avait pas eu d’autre choix que de mettre Maria dans [Pièce] et d’y rester un peu avec elle.

***

Chapitre 28 : Une horde et un Tyran

{{Le riz japonais !?}} Sakura et Mio crièrent en même temps.

{Tout à fait. Je ne vais certainement pas laisser le centre de production du riz japonais être endommagé par une telle chose,} disais-je.

{Maître, faire face à une horde pour cette raison... Je veux dire, n’y a-t-il pas une chance que le village soit détruit avant notre arrivée ?} demanda Maria.

{Bien sûr,} disais-je. {Quand j’arriverai là-bas, je ne laisserai pas les monstres entrer dans le village.}

Je ne vais pas les laisser mettre le pied dans une rizière, pensai-je.

{Puis-je manger du riz ~ ?}

{Oui, tu pourras en manger autant que tu le voudras après avoir aidé ce village,} disais-je.

Sa façon de parler est un peu trompeuse, mais son point était facile à comprendre.

{Maître, je ferais de mon mieux~ !} s’exclama Dora.

Oui, nous étions allés jusqu’à obtenir le plein soutien de Dora.

{Jin-sama, de quoi parlez-vous ? Puisque c’est dangereux, s’il vous plaît, laissez-moi partir avec vous,} déclara Maria.

{Oui, j’ai déjà pensé à ça, alors je vais vous apporter, et Sera également,} disais-je. {Mais je n’ai pas encore décidé de qui se battra et qui conduira.}

{Je veux aussi me battre !} s’exclama Sera.

{Laisser chacune de vous se battre est impossible. Nous n’aurions ainsi pas de conducteur...,} disais-je.

D’après ce que je voyais sur la Carte, il y a environ deux cents monstres détectés dans la région. Nous étions assez bons pour pouvoir les vaincre.

Eh bien, je devais encore m’en assurer, mais j’avais peut-être l’intention de laisser l’un des villageois conduire le chariot pendant une évacuation.

{Oui, je comprends. Maria-san, je vais laisser le Maître à vos soins,} déclara Sera.

{Bien sûr. S’il te plaît, laisse-moi me charger de ça,} déclara Maria.

Maria allait donc comme d’habitude me tenir compagnie... Mais en passant, pourquoi Maria était-elle aussi inquiète ? Je n’avais aucun souvenir de ce qui pourrait inquiéter Maria...

{Alors, y a-t-il quelque chose à faire de notre côté ?} demanda Sakura.

{C’est vrai. Eh bien, préparez-vous à la bataille avec les autres compagnons.} disais-je à Sakura.

{Compris,} répondit Sakura.

***

Après ça, j’avais coupé le contact télépathique. Je voulais vraiment prendre tout le monde afin de gagner plus d’expérience de combat, mais il était difficile d’expliquer comment nous pourrions prendre autant de personnes dans le chariot. Nous devions donc aller avec quelques personnes cette fois-ci parce que laisser quelqu’un attendre à l’intérieur de la [Pièce] est ennuyeux, car c’était après tout désagréable. D’ailleurs, je pouvais les anéantir tranquillement si je partais seul.

Après un voyage en calèche de vingt minutes, nous avions vu une autre voiture en face de nous. C’était probablement un chariot qui s’était échappé du village.

« À vous tous du chariot. S’il vous plaît, arrêtez-vous et écoutez-nous ! » L’homme sur le siège du conducteur nous avait crié cela.

Même si nous devions nous dépêcher, ce sera mauvais si nous les ignorions, alors nous n’avions pas d’autre choix que nous arrêter.

De plus, il ressemblait à un chevalier.

« Êtes-vous l’équipe de secours qui se dirige vers le village ? » demanda-t-il.

« Tout à fait. Nous sommes des aventuriers qui avons un chariot et on nous a demandé d’aller sauver des villageois qui fuyaient, » disais-je.

« Attendez ! Dites-vous que la guilde des aventuriers n’a pas l’intention de protéger le village ? » demanda-t-il.

Le (possible) chevalier avait jugé de la situation en un instant. Si la guilde comptait protéger le village, elle aurait envoyé bien plus de troupes.

J’avais alors entendu un cri douloureux en provenance du chariot. « Pourquoi !? Pourquoi les aventuriers ne vont-ils pas protéger notre village ? »

« Un grand nombre de personnes vivent encore dans ce village ! »

*

Je ne les avais pas directement en vue, donc j’avais vérifié tout ça avec ma Carte. Il y avait des femmes, des enfants, des personnes âgées ainsi que des personnes invalides. Ce n’est pas bon, mais ils avaient essayé de choisir autant de personnes que possible sans trop faire travailler le cheval.

« Le plan de la guilde des aventuriers est de faire une ligne défensive entre ce village et la ville d’Atarime. Ils vont protéger ceux qui sont capables de s'échapper, » disais-je.

« Je suis désolé. Cela peut sembler cruel, mais s’il vous plaît, prenez autant d’habitants du village que possible, » déclara l’homme.

« Mon intention est de réduire le nombre de victimes, » disais-je. « Dans le pire des cas, seul le conducteur restera, et nous reviendrons quant à nous à pied. »

« Cela serait vraiment utile. Et après tout, vous pouvez revenir si cela devient trop dangereux, » déclara l’homme.

Il était assez dangereux de s’approcher du village. Les habitants qui étaient près du village avaient peu de chance de s’échapper à temps. Ce chevalier m’avait demandé d’en sauver « autant que possible ».

« Désolé de vous avoir fait vous arrêter. S’il vous plaît, n’en faites pas trop, » déclara l’homme.

« D’accord, mais vous n’avez pas besoin de vous dépêcher, et d'épuiser ainsi inutilement votre cheval. Les préparatifs de la guilde seront bientôt terminés, » disais-je.

« Merci pour les conseils, » déclara-t-il. « Cependant, ce cheval doit faire de son mieux pendant encore un certain temps. Je vais faire un autre voyage après avoir atteint la ligne de défense. »

« Je vois... Alors, laissez-le boire ça, » disais-je.

Je lui avais alors tendu plusieurs potions. Il s’agissait des potions très efficaces de Dora. Je n’avais aucun problème avec ça parce qu’elles ne peuvent pas être vendues. Comme il était exceptionnellement honnête, je me devais de l’aider un peu.

« Mais, il s’agit d’une potion de grand pouvoir ! Désolé de vous prendre ça, mais merci. Mon nom est Gilbert. Laissez-moi vous remercier correctement après que tout soit terminé, » déclara Gilbert.

« Ne vous inquiétez pas pour ça, » disais-je. « Ceci est juste un caprice de ma part. »

Après avoir répondu cela à Gilbert, nous l’avions quitté et nous nous étions ensuite dirigés vers le village avec une vitesse démuliplier. C’était exact. Nous avions donné des potions magiques et avions utilisé [Prendre et Donner] afin de renforcer nos chevaux. Je pouvais les utiliser à leur plein potentiel. Eh oui, nous pouvions aussi renforcer les chevaux...

« S’il vous plaît ! Pourriez-vous vous diriger à nouveau vers le village ? Il y a encore beaucoup de gens qui sont restées là bas ! » déclara l’un des villageois qui fuyaient et que nous croisions.

« C’est ce que je compte faire. Je dois donner la priorité aux personnes qui ne peuvent que se déplacer lentement, » répondis-je.

Étonnamment, tous les villageois que nous avions rencontrés ne nous avaient jamais dit de les prendre et de nous échapper avec eux. Le taux d’évacuation de ce village produisant du riz japonais avait régulièrement augmenté. Nous nous dirigions toujours vers le village comme nous l’avions vu.

Nous pouvions dire à quel point la horde était proche grâce au nuage de poussière. Eh bien... Comme il y avait beaucoup de monstres en mouvement, le nuage de poussière pouvait être remarqué de loin. Je suppose que cette horde avait aussi été détectée par cette méthode. Cela devait prendre environ une heure pour que les monstres quittent la forêt et atteignent le village. Faire un aller-retour du village à la ville et revenir à cheval prenait autant de temps. Nous avions de la chance parce qu’elle avait été détectée tôt. Et surtout, nous étions là pour y faire face...

Au vu de ce nuage de poussière, je pensais qu’ils étaient considérablement plus proches du village que je l’avais d’abord pensé. Il faudra environ dix minutes avant qu’ils n’atteignent le village.

J’avais finalement découvert le dernier des groupes de villageois. Je disais « dernier » parce que Carte ne montrait plus personne d’autre dans le village. Cela signifiait également que notre tâche était terminée. Nous laisserions Sera ramener notre chariot alors que nous commencerons l’extermination des monstres.

« Euh... Pourquoi avez-vous quitté le chariot ? » Une femme malade demanda ça alors que Maria et moi descendions de là.

Il s’agissait d’un village fermier, donc une personne faible était assignée à faire des tâches subalternes. Toutes les personnes en bonne santé étaient parties à pied, et la moitié des personnes malades et faibles étaient avec le chariot que nous avions vu il y a un moment.

« Nous allons maintenant combattre ces monstres afin de les ralentir si l’on peut dire, » disais-je.

Eh bien, nous allons les anéantir, mais je n’allais pas le dire ainsi, pensai-je.

« C-C’est trop dangereux, on ne vous a pas demandé d’aller aussi loin ! » déclara la femme.

« Eh bien, vous avez raison, mais ne voulez-vous pas que ce village en ait le moins possible de dégâts ? » demandai-je.

« C’est... tout à fait normal..., » balbutia la femme.

« Ce village cultive-t-il du riz ? J’aime le riz, donc je vais avoir des ennuis si ce village est détruit, » disais-je.

« N-Ne me dites pas... que vous êtes venu ici afin de protéger le riz !? » s’exclama-t-elle.

Les villageois étaient surpris. Ils n’avaient jamais pensé qu’ils seraient sauvés par un amateur de riz.

« Voici donc mes intentions pour ce village, » disais-je. « Cependant, ne vous inquiétez pas, car l’un d’entre nous conduira le chariot. Vous devez partir maintenant et vous devez récupérer plus de villageois sur le chemin. »

« Mais que se passe-t-il si quelque chose vous arrivait ? » demanda l’un des villageois.

« Vous n’avez pas besoin de vous inquiéter, » disais-je. « Je suis confiant quant à mes compétences. Nous pouvons nous échapper de notre propre chef si la situation devenait trop dangereuse. Nous pouvons aussi réduire les dégâts au village, donc il n’y a pas de raison de ne pas le faire. »

« Vraiment !? » s’exclama un villageois.

« Tout à fait, » disais-je.

Les villageois étaient confus.

« Même si vous faites cela, nous n’en avons pas assez pour vous récompenser... Ce village n’a pas beaucoup d'argent..., » déclara l’un des villageois.

« Vous n’avez pas besoin de payer avec de l’argent. Payez-moi avec du riz, » disais-je.

J’avais clairement dit : je voulais du riz.

« Fufufu... » Beaucoup de villageois avaient ri en entendant ça. Les autres n’avaient fait que sourire maladroitement. Ils n’avaient jamais pensé que leur riz aurait ce genre de valeur.

« Compris. Nous vous paierons avec du riz si ce village survit, » déclara l’un des villageois.

« Nous allons vous payer avec le meilleur riz ! » Un vieil homme, qui ressemblait à un fermier avait dit ça. Je pensais que les personnes avec une faible force physique étaient à la traîne, donc il était très sympathique d’être resté aider les autres.

Puisque la négociation était finie, Maria et moi, nous nous étions dirigés vers la horde de monstres.

« Sera ! Je vais vous laisser le reste entre vos mains, » disais-je avant de partir.

« Laissez-le-moi. Mais ne faites pas quelque chose de déraisonnable, » répondit Sera.

« D’accord. Je vais protéger ce village avec tout ce que j’ai, » disais-je.

Pourquoi avez-vous dit ça ?

Sera fit avancer le chariot. Nous devrions nous battre le plus près possible de la forêt pour être le plus loin du village. Je devais me dépêcher. Nous avions alors utilisé la Téléportation dès que le chariot fut hors de vue et nous avions combiné ça avec Clignotement quand nous étions occupés par le chant. Ainsi, vous voyagions avec une incroyable vitesse .

« D’accord, cet endroit est bon, » disais-je.

Cet endroit avait une bonne vue, donc nous n’avions pas besoin de nous inquiéter des attaques-surprises. Eh bien, nous avions toujours la [Carte].

« D’accord, préparons nos armes, » déclara Maria.

Mon épée était l’épée à l’âme incomplète et celle de Maria était le trésor que nous avions trouvé dans la cachette des voleurs. Nos statistiques avaient été mises au maximum que je pouvais me permettre en ce moment. Il n’y avait aucune chance que nous perdions ici.

J’avais déjà analysé les monstres qui se trouvaient dans la horde. Hmm... Il s’agissait que des monstres de type humanoïde tels que des gobelins et des orcs. L’orc était un monstre qui ressemblait à un humain avec un visage de cochon. Il s’agissait de l’une des races les plus communes dans la plupart des mondes fantastiques. Ils étaient un peu plus fort que les gobelins, mais ce n’est pas au-delà de mes attentes actuelles. Cependant, il y avait aussi des ogres. Pour le dire simplement, il s’agissait d’un démon. C’était donc une affaire sérieuse. Leur force était incomparable avec celle d’un orc.

C’est peut-être basique, mais ce que je voulais savoir, c’était comment la race humaine les considérait. Sont-ils détestés comme les orcs ou non ?

R : Ils sont considérés comme des singes par la race humaine.

Oh, c’est un peu désagréable. Je comprends. D’après son apparence, je ne voyais pas trop ce en quoi il fallait rire.

Eh bien, voici quelques exemples d’orcs et ogres.

Race : Orc

Niveau : 14

[Renforcement Corporel Niv. 3] [Maîtrise des Masses Niv. 2][Elevage Niv. 1]

Note : Monstre de type humanoïde avec visage de cochon.

Race : Ogre

Niveau : 16

[Renforcement Corporel Niv. 4] [Force Inhumaine Niv. 4]

Comme je le pensais, l’avant-garde de la horde s’approchait de nous. Le nuage de poussière tourbillonnait et le sol vibrait. Était-ce toujours tel un mini tremblement de terre comme ça quand il y avait beaucoup de monstres en mouvement ?

« Eh bien, je suppose que nous devrions travailler dur pour acquérir des statistiques et du riz délicieux, » déclarai-je.

« Je vais vous aider, » déclara Maria.

Après avoir dit ça, je chargeais tête baissée vers la horde. Je frappais avec mon épée vers les troupes d’avant-gardes gobelins. Cinq gobelins furent tranchés en deux parts.

Après ça, j’avais incanté un sort des murs sans chanter afin de ralentir l’avancée de la horde. Comme j’avais transformé la zone en un point d’étranglement, ils n’avaient pas d’autre choix que d’aller au centre sous peine d’être poussé dans l’un des murs de feu que j’avais fait ou d’être pressé contre l’un des murs de pierre. Bien sûr, cela signifiait une mort instantanée.

Il y avait seulement deux cents monstres face à nous. Les cinq premières avaient rapidement disparu, et je n’avais même pas ressenti le goût du combat. L’ogre semblait être lent, car il était arrivé en retard vis-à-vis du reste des monstres.

Je faisais attention à l’arrière avec ma [Carte]. Je ne devais pas leur permettre d’aller au-delà de ma position. Maria écrasait les monstres qui avaient survécu à mon attaque. J’avais demandé à Tamo-san d’imiter un Mangeur d’Hommes, donc il s’attaquait aux monstres avec ses tentacules.

Une cinquantaine de gobelins étaient devant nous. Il y en avait aussi quelques-uns de haut rang parmi eux, mais ils devaient pouvoir être coupés comme les autres. Mon épée était quand même une arme de classe légendaire, et cela incluait également ses statistiques. Ce n’était rien d’autre qu’une arme puissante. Je ne ressentis simplement qu’une très faible résistance quand je les entaillais. Je pouvais trancher ces gobelins comme si c’était du tofu.

« Maria, les orcs seront bientôt là ! » disais-je.

« Ils ne seront pas un problème ! Je ne les laisserais pas aller près du village, » déclara Maria.

« Je vous laisse vous charger d’eux, » disais-je.

Les orcs commençaient à se mélanger avec le groupe des gobelins qui se massait devant nous. Ils étaient un peu plus difficiles à traiter que les gobelins. Cependant, avec mes statistiques et mon épée, ils me donnaient l’impression de couper du beurre avec un couteau.

Cependant, cela ne signifie pas que je pouvais baisser ma garde. J’utilisais ma main gauche vide pour lancer des sorts. Comme je n’avais pas de bouclier, je n’avais aucun moyen de bloquer ou de parer une attaque, mais les attaques de monstre ne pouvaient pas me frapper.

[Boule de Feu] [Barrage de Vent] [Mur de Pierre]

J’avais stocké beaucoup de Sorts de Magie 1 dans mon [Inventaire].

[Tempête de Flammes] [Tempête de Tonnerre]

Il s’agissait de sorts de niveau 4. Je n’avais pas beaucoup de sorts à ce niveau, mais ils étaient partagés entre tous les compagnons. Par conséquent, ce type de magie avait été lancé et stocké dans l’Inventaire pour permettre à l’utilisateur de l’utiliser sans chanter, même si le niveau de compétence était peut-être faible. Comme c’était pratique, c’était le bon choix pour le préparer et le stocker en avance. En plus de pouvoir aider les utilisateurs ayant des compétences magiques de bas niveau à utiliser la magie, cela permettait en plus de leur faire pratiquer différents types de magie. Tout cela m’avait fait stocker de la magie de type tempête.

J’avais des sorts de rang tempête en stock pour environ dix à vingt utilisations. Ce serait trop du gaspillage de ne pas les utiliser, et je ne pouvais pas utiliser une telle magie dans un endroit bondé comme une ligne de défense.

Attaque, Magie, Attaque, Magie. La vibration du sol devient progressivement de plus en plus petite après un certain temps. Un monstre du genre commandant tel un général-orc avait également rejoint le combat, et il avait également rassemblé des monstres à proximité pour se battre en formation. Cependant, aussi bien son Encouragement que son Commandement étaient inutiles contre moi.

Enfin, un ogre s'était joint à la lutte. Il avait une forte attaque, mais il avait un mouvement lent. Un type de monstre populaire...

« Les orcs sont ici. Ne les laissez pas atteindre le village ! » disais-je.

« Oui, Jin-sama, » répondit Maria.

Un ogre était plus difficile à couper qu’un orc. Pourquoi les avais-je comparés à des ingrédients de cuisine ? Je ne pouvais même pas les cuisiner du tout...

Le combat devient gênant, car une seconde supplémentaire permettait à plus de monstres d’approcher le village. Je ne devais pas leur permettre d'atteindre la moindre rizière... en aucun cas.

Cela avait été notre but depuis le début. La seule condition à notre victoire était de savoir si nous arrivions à empêcher le village d’être endommagé.

Les orcs et ogres avaient tous été coupés, qu’ils soient ou non de haut rang. Je continuais ainsi à me battre, et je fus capable de tous les exterminer en environ trente minutes.

« Aucun dommage au village. Il s’agit donc d’une victoire totale, » disais-je.

« Oui. Et Tamo-san a également eu un rôle inattendu, » rajouta Maria.

{...}

Rapport d’extermination

Gobelins x 62

Épéeiste Gobelins x 39

Chevaliers Gobelins x 32

Général Gobelins x 23

Rois Gobelins x 2

Orcs x 29

Généraux Orcs x 18

Rois Orcs x 1

Ogres x 17

Ogres de Sang x 7

Ogres Verts x 6

Total de membre de la horde : 236

Général Orc

Niveau : 23

[Renforcement du Corps Niv. 4] [Maîtrise des Masses Niv. 3] [Elevage Niv. 2] [Encouragement Niv. 1] [Commandement Niv 1]

Note : Un commandant orc

Roi Orc

Niveau : 29

[Renforcement du Corps Niv. 5] [Maîtrise des Masses Niv. 4] [Elevage Niv. 3] [Encouragement Niv. 2] [Commandement Niv 2]

Note : Le sommet de la chaîne de commandement des orcs.

Ogre de Sang

Niveau : 30

[Renforcement du Corps Niv. 4] [Force Inhumaine Niv. 5] [Berseker Niv. 1]

Note : Ogre rouge. Il possède une puissance offensive supérieure.

Ogre Vert

Niveau : 30

[Renforcement du Corps Niv. 4] [Force Inhumaine Niv. 5] [Résistance Niv 2]

Note : Ogre Vert. Il possède une plus grande solidité et est plus difficile à vaincre.

La force de ces monstres était liée à la quantité et rien de plus, surtout quand l’on comparait ça avec mes compagnons. Tamo-san avait capturé des monstres, et Maria les avait tués, ne laissant aucun monstre arriver jusqu’au village. J’étais content de les avoir emmenés ici. Tamo-san avait été d’une grande aide grâce à sa compétence de [Mimétisme]. Puisque je ne l’avais pas inscrit, je n’aurai aucun problème avec la Guilde des Aventuriers, surtout si je l’utilisais secrètement.

« Eh bien alors... Qu’allez-vous faire maintenant ? » demanda Maria.

Le problème était tous les cadavres des monstres. Je ne pouvais pas laisser plus de deux cents cadavres de monstres ici, mais ce n’était pas un problème avec [Inventaire].

{Hé !} Utilisons d’abord la télépathie pour contacter les autres membres se trouvant dans la ville.

{Thé vert !}Mio répond avec un jeu de mots.

{C’est fait.} disais-je.

{Terminé déjà ? C’était rapide.} Déclara Mio.

{Sera-chan vient d’arriver ici.} Déclara Sakura.

{Je vais maintenant revenir.} Déclara Sera.

{Parfait dans ce cas.} Déclarai-je.

Après ça, j’avais coupé le lien télépathique. En raison de leur inquiétude pour ma sécurité, tout le monde monterait sûrement à bord du chariot et viendrait ici. Cela devrait prendre environ trente minutes.

Eh bien, quelle était la cause de la horde ?

R : Un monstre gigantesque.

C’est la première fois que j’en ai entendu parler, mais... oh, j’ai oublié de vérifier la Forêt de Tiara avec la [Carte]. Voyons voir... Oh, il y a un point rouge.

Tyrannosaure

Niveau : 56

Compétence

[Renforcement du Corps Niv. 8] [Morsure Niv. 7]

Marque maudite :

[Tyran Niv. — ] [Étoile du Mal Niv. — ]

Wôw ! Un dinosaure.

Non, sérieusement. Est-ce vraiment un dinosaure normal ? Ne me dis pas. Ce n’est pas la Forêt de Tiara (Tira no mori), mais la forêt de Tyranno (Tirano mori)

R : Il n’est pas normal. Il est la cause de la horde.

En bas, il y a une compétence étrange ? Une marque maudite ? Que sont [Tyran] et [Étoile du Mal] ?

Q : Quelle est la marque maudite ?

R : Une compétence à égalité avec un [Don]. Il n’est pas possible de les prendre avec la compétence [Prendre et Donner].

[Tyrant]

Impossible d’apprivoiser. Plus difficile à faire fuir. Provoque la fuite des monstres les plus faibles.

[Étoile du Mal]

Les dommages d’une personne sans titre « Héros » seront réduits de 99 %. Les dommages d’une personne avec le titre « Héros » sont multipliés par dix. Lorsqu’il est tué par un « Héros », il donnera dix fois l’expérience normale.

Un monstre de type boss qui ne pouvait être dompté, et qui ne pouvait être vaincu sans « héros ». Tellement gênant.

Peut-être que c’était pour mes anciens camarades de classe « Héros d’un autre monde »... Le moment de son apparition était correct, peu importe ce que j’en pensais. Il ne pouvait pas être vaincu par les habitants de ce monde, et il allait certainement se déchaîner pendant un certain temps avant d’être subjugué par un « héros », donnant la « gloire » et l’expérience au « héros ».

C’était désagréable. Je ne pouvais pas le laisser détruire ce village. Ce genre d’événement était mauvais, je devais donc l’écraser.

« Maria ! Allons maintenant dans la forêt, » disais-je.

« Oui, compris. Tyrannosaure... Est-ce la cause ? » demanda Maria.

« Oui, et je pense que c’est considérablement plus fort que les autres. Nous allons l’assujettir, » disais-je.

« Qu’allez-vous faire avec cet endroit ? » demanda-t-elle.

« Il suffit de le laisser ainsi. Nos compagnons ou Gilbert arriveront bientôt, » disais-je.

J’avais stocké beaucoup de cadavres de monstres, mais je laisserais pour le moment les plus faibles. Je devais les laisser ici pour tromper les autres sur ma magie de Stockage. Ce sera juste de dire que j’avais confiance en mon Pouvoir Magique. Le fait de pouvoir utiliser la magie de Stockage en était une bonne preuve.

J’avais donc avisé les autres avec la télépathie.

{En passant, je vais aller vaincre le Tyranno,} disais-je.

{Jin-kun, je ne sais pas ce que vous voulez dire par là,} déclara Sakura.

{Tyranno est-il un Tyrannosaure ? Y a-t-il quelque chose comme ça ici ?} demanda Mio.

{Tout à fait. La Forêt de Tiara est en vérité la forêt de Tyranno,} disais-je.

{Encore un jeu de mots ! Encore un héros ?} demanda Sakura.

R : Oui, cela provient bien d’un héros.

{Oui, c’était après tout l'oeuvre d'un Héros.} disais-je.

{Encore une fois...,} déclara Sakura.

[Comme il ne peut pas être apprivoisé, nous devons le tuer,} disais-je.

{Ce serait difficile à garder avec nous si nous avions pu l’apprivoiser...,} déclara Sakura.

{Eh bien, je pense que nous aurions pu avoir un tyrannosaure tirant notre chariot...,} déclara Mio.

Pas un chariot, mais un chariot à Tyranno.

{Je pense que je vais le donner à Tamo-san...,} disais-je.

{Sérieusement !?} s’exclama Sakura.

{Je suis désolé. C’était une blague. Alors, s’il vous plaît, arrêtez,} disais-je.

{Heuu, qu’est-ce qu’un Tyrannosaure ?} demanda Dora.

{Un dinosaure, un compagnon d’un dragon. Maître vous le montrera plus tard.} Déclara Maria.

{Je ne veux pas être abandonnée !} Dora avait un mystérieux sentiment de rivalité. S’était-elle fait une mauvaise idée de la situation ?

{Alors, nous partirons bientôt,} disais-je.

{Bonne chance,} répondit Sakura.

Maria et moi étions arrivés à la Forêt de Tiara quelques minutes plus tard en utilisant la technique de mouvement à grande vitesse combinant [Téléportation] et [Clignotement]. Ce combo nous permettait de parcourir l’équivalent de la distance qu’un monstre pouvait parcourir à pied pendant une heure en quelques minutes. Vraiment incroyable. Alors... Cela signifie-t-il qu’un cheval est inutile ?

Pas possible... Je ne pouvais pas faire du tourisme comme ça. Êtes-vous capable de faire du tourisme tout en conduisant le shinkansen ? (l'un des trains les plus rapides du monde)

Cette Forêt de Tiara était plus petite que la forêt des Gobelins.

J’avais confirmé que Tyrannosaure était une créature gigantesque de vingt-cinq mètres de longueur. Celui qui avait été découvert dans mon Ancien Monde n’était pas si grand. Eh bien, je ne devrais pas comparer un Tyrannosaure de notre monde à celui-ci.

Nous étions arrivés à une position où nous pouvons voir le Tyrannosaure. Pour l’instant, nous nous cachions dans les buissons, mais ce Tyrannosaure dormait et ne montrait aucun signe de mouvement.

R : Raison inconnue.

Oh, je ne peux pas retracer ses actions.

Après être venu dans ce monde, c’était la première fois que j’avais décidé de combattre un tyrannosaure avec tout ce que j’avais.

S’il se déchaînait, le village serait totalement endommagé, mais nous ne pouvions lui infliger que 1 % de dégâts. Attendre l’arrivée d’un « héros » était également trop compliqué. Je ne pouvais pas laisser ces héros avoir cette délicieuse expérience après que je l’aurais gravement blessé.

Comme je l’avais pensé il y a un petit moment, c'était bien trop désagréable. Cela voudrait dire que je devrais chaparder les monstres qui étaient pour les héros invoqués. Il n’y avait rien d’autre à faire.

Pauvre tyrannosaure. Ton existence est la cause de la horde, mais vas-tu quitter cet endroit avant de causer des dommages ?

« Mon attaque est efficace. Je vais rapidement le tuer, » déclara Maria.

Bon, Maria est là. Son titre de Héros inflige dix fois plus de dégâts au Tyrannosaure...

***

Chapitre 29 : Le dinosaure et la fin de la horde

« Mais je ne le permettrai pas, » dis-je.

« Hein !? » Maria devient abasourdie en entendant ça.

« Maria, tu n’as pas besoin de te battre. Je vais le vaincre, » dis-je.

« Euh ! Est-ce que le fait que quelqu’un d’autre qu’un héros attaque ce Tyrannosaure ne cause-t-il pas que 1 % de dégâts ? Votre attaque sera-t-elle efficace ? » demanda Maria.

« Si je ne cause que 1 % de dégâts et même quasi aucun dégât, je n’aurai aucun problème à le combattre, » répondis-je.

Il n’avait pas d’effet du genre [Aucun Effet] ou [Reduction]. Cela aurait fait que tous les dégâts seraient devenus nuls. J’étais donc sûr qu’il était possible de le vaincre si je le frappais assez fort.

« Mais même ainsi, ne devrais-je pas me battre aussi ? Cela sera plus facile de le vaincre ainsi..., » déclara Maria.

« À cause de ça..., » dis-je.

« Hein !? » Maria pencha un peu la tête sur le côté. C’était tellement mignon.

« Ce monstre est à l’origine un ennemi des “héros d’un autre monde”. Il pourrait donc ne pas inclure votre titre “Héros des hommes-bêtes” dans sa liste d’effet, » dis-je.

« Je suis sûre que c’est une coïncidence que nous l’ayons trouvé, » déclara Maria.

« Oui ! Comme son existence est de se battre avec ces individus-là, il n’y a pas d’autre explication possible, » dis-je.

C’était surtout quelque chose par rapport à cette marque maudite. C’était quelque chose qui était à la hauteur d’un don. Il sert d’antagoniste pour le « héros d’un autre monde ».

« Notre but est de le vaincre et d’arracher la récompense, » dis-je.

« Oui, je comprends cela, » répondit Maria.

« Bien que vous ayez le titre de “Héros des hommes-bêtes”, êtes-vous sûre de pouvoir le vaincre ? » demandai-je.

« En bref, Jin-sama, vous essayez de détourner le rôle de ce monstre, n’est-ce pas ? » demanda Maria.

Il semble qu’elle comprend. Alors... je dois le saisir sans rien laisser de coté.

Nous l’avions attaqué par pur hasard. Donc il n’aura pas son grand moment pour montrer sa puissance ni se battre contre un héros. Même si c’était un boss, je devais le vaincre sans le laisser avoir son instant de gloire. C’était l’une de mes décisions. Prendre une décision inhabituelle était selon moi très amusant.

« C’est bien ça. S’il vous plaît, laissez-moi me battre seul. C’est un puissant adversaire..., » demandai-je.

« Compris. S’il vous plaît, faites attention, » déclara Maria.

« D’accord, » dis-je.

Je m’étais alors approché avec impatience du Tyrannosaure. Comme prévu, il me remarqua.

« GYAOOOOOOOOOO! »

Le Tyrannosaure se leva et rugit. Il se dirigea directement vers moi alors que Maria était hors de vue.

... C’était trop bien. J’avais replacé mon épée dans mon [Inventaire]. Je n’avais pas besoin d’arme pour le combattre.

Je frappai le sol tout en me précipitant sur le Tyrannosaure. Il ouvrit ses mâchoires et essaya de me mordre. J’avais alors accéléré et j’en avais profité pour esquiver son attaque.

Coup de poing dans le ventre !!

*Impact*

On dirait que j’avais frappé quelque chose de dur. Il trébucha avant de s’effondrer. Ces points de vie avaient diminué d’un tiers. Il ne lui restait donc plus que les deux tiers.

« GYOEEEEEEEEEEEE! »

Wôw ! Même pour le Tyrannosaure, n’est-ce pas une voix forte et inattendue ? Il roule sur le sol, c’est vraiment surréaliste.

« Eh bien... »

Tout en préparant mon poing, je m’étais approché de Tyrannosaure alors qu’il arrêtait de rouler. Il me regarda avec des yeux larmoyants.

« Bon. »

« GYAOOOOOOON — »

Après ça, il se mit à s’enfuir. Le Tyrannosaure me fuyait sans regarder en arrière.

N’êtes-vous pas le boss ? Votre [Tyran] est pour faire fuir votre adversaire, et pas pour vous de fuir ainsi...

Après l’avoir pourchassé, je lui avais donné un coup dans le ventre après m’être positionné devant lui.

*Impact*

« GYOEEEEEEEEEEEEGYAOOOOOOON — »

Tyrannosaure avait recommencé à rouler comme ce qui s’était produit il y a un petit moment. Je n’avais rien fait de plus, alors que je le suivais. Cependant, au moment où il roulait sur lui même et que je vis son estomac, j’effectuai une nouvelle fois ma frappe dans le bide.

*Impact*

« GYOOOOO... »

Après ça, le Tyrannosaure s’arrêta de bouger.

« Est-ce déjà fini ? » demanda Maria après qu’elle se soit approchée de moi.

Cela avait pris moins de cinq minutes. Je ne pensais pas que cela soit vraiment un véritable assaut d’un boss...

« Oh, Tamo-san. Tu peux le manger. Vas-y Tamo-san ! Mais s’il te plaît, laisse-moi la pierre de monstre, » dis-je.

Comme je l’avais ordonné, Tamo-san (qui me suivait) commença à absorber le Tyrannosaure.

« Ça ne prend pas beaucoup de temps. Devrions-nous revenir de la même manière ? » demanda Maria.

« Non ! Nous allons l’utiliser jusqu’à mi-chemin et ensuite marcher le reste du chemin puisque Gilbert pourrait être là, » répondis-je.

« Compris, » répondit Maria.

« Ah oui, exterminons les monstres dans cette forêt ou apprivoisons-les si possible, » dis-je.

Je savais que des Monstres Rares apparaîtraient quand tous les autres monstres de la région étaient tués. C’était comme ça que j’avais pu apprivoiser Midori. Je voulais le vaincre et prendre ses compétences rares en cas d’échec de la compétence.

Après avoir attendu un moment... Plus précisément, dix minutes après la mort de Tyranno :

***********************

Œuf de dinosaure

[Éclosion]

Note : Œuf de monstre de classe dinosaure. Aléatoire à la naissance.

***********************

Un œuf était apparu. C’était un peu inattendu. Je savais que les monstres surgissaient naturellement, mais je n’avais jamais pensé que ce serait dans un état d’œuf comme celui-ci.

Je m’approchai de l’œuf. Il n’apparaît pas comme un point vert sur la carte. Sa taille était d’environ trente centimètres de longueur. Je me demandais... Est-il possible pour lui d’effectuer une action dans cet état ?

R : Il ne peut pas. Il ne peut rien faire tant que la compétence [Éclosion] n’a pas fini.

**************************

[Éclosion]

Cette compétence indique une période d’incubation. Un œuf n’éclora pas s’il n’a pas cette compétence.

**************************

Aucune résistance du tout...

Hehe. Il n’a donc aucune volonté de me résister. (Visage maléfique).

Domptage lancé !!

> L’œuf de dinosaure a été apprivoisé.

> Veuillez nommer l’œuf de dinosaure.

Je pense qu’il est inutile de nommer un œuf.

> Voulez-vous mettre en attente la désignation de l’œuf de dinosaure ?

Oh oui. Merci. Il est possible de le nommer plus tard. Pour l’instant, cet œuf de dinosaure a été apprivoisé sans aucune résistance. Mais comment cela va-t-il fonctionner si un œuf apprivoisé éclot avec des compétences comme Tyranno ?

R : [Tyran] sera invalide.

Quel soulagement ! Comme c’est aléatoire, je suis impatient de voir le résultat. Oh, ça peut être mis dans mon [Inventaire]. Je ne connais rien quant au stockage de monstre dans cette zone.

R : Les œufs fécondés et les œufs non fécondés sont traités comme des ingrédients.

... Trouvons quelques paramètres dans les [options avancées]. Une alarme devrait retentir quand il sera sur le point d’éclore.

R : compris.

Eh, n’y a-t-il pas quelque chose d’étrange cette fois-ci ?

> Le pouvoir spécial a été déverrouillé.

****************************

[Avatar Niv. 1]

Pouvoir spécial qui permet une pensée parallèle et une pensée rapide. La pseudo-personnalité donnera l’une des idées parallèles lors de l’interaction avec l’interface de ce pouvoir spécial.

****************************

Il semblerait qu’un nouveau pouvoir spécial ait été éveillé. Quel genre de pouvoir est-ce ?

Hmmm... je ne sais pas. Ouvrons en premier l’interface de ce pouvoir spécial.

R : Une pseudo-personnalité a été établie. Il soutiendra Jin-sama quand il interagit avec l’interface.

Hein !? N’est-ce pas ce que Sensei fait habituellement ?

R : Tout à fait. La [Fenêtre Système] et la personnalité de l’[Avatar] sont autorisé tous deux à parler.

Après tout, c’est comme ça. Eh bien, je suppose que c’est plus facile pour moi de vérifier n’importe quelle information... Mais, pourquoi en premier lieu a-t-elle caché cette capacité ? Était-ce pour atténuer l’effet de ce pouvoir spécial ?

R : Non. C’est quelque chose comme un bonus. Ses fonctions originales sont la pensée parallèle et la pensée rapide. En bref, cela vous permet de penser à beaucoup de choses en même temps.

Devrais-je être inquiet s’il ne peut pas faire cela ? Quel genre de modèle ont mes pouvoirs spéciaux ?

R : possessive. Le désir de protéger ses biens. Pour être précis, c’est quelque chose qui empêche les subordonnés de se blesser.

Peut-être... Est-ce qu’une pensée parallèle pour prendre soin de mes subordonnés ?

R : Oui. Je peux surveiller tous vos subordonnés en même temps. En cas d’urgence, je vous ferai un rapport. C’est dans le cadre de ce que je peux faire.

Cela aide-t-il à soulager mes inquiétudes quant à la gestion de mes subordonnés ? Puis-je te laisser t’en occuper ? Après tout, mes pouvoirs spéciaux sont tous dans ce sens. Puisque je vais augmenter mes subordonnés, mon inquiétude deviendra plus grande si je ne les gère pas par moi-même.

Peux-tu aussi utiliser mes pouvoirs spéciaux ?

R : Oui. J’ai un accès complet à [Prendre et Donner], [Fenêtre Système], [Inventaire], et [Lien d’Engagement].

Je peux utiliser [Fenêtre Système] à 100 % de ses capacités, mais je n’ai que des pourcentages partiels concernant les autres puissances spéciales.

En bref, n’est-ce pas comme si j’avais accès à une secrétaire très utile ? Mais... peux-tu me trahir ? Il est aussi possible que ce genre de personnalité me trahisse.

R : Tout ira bien. Un modèle n’est qu’un modèle... Ne détestez-vous pas être trahi ? Je ne pense pas que j’aurai une personnalité que le propriétaire des pouvoirs spéciaux ne veut pas.

Je déteste très certainement être trahi. Si ce pouvoir spécial est basé sur ma personnalité, il ne doit pas avoir cette personnalité, mais je ne peux pas le dire à haute voix.

R : Eh bien, la possibilité d’avoir cette personnalité n’est pas non plus nulle...

On ne peut donc pas y faire grand-chose. Je dois penser à un moyen d’être appelé, car c’est vraiment déroutant quand Maria m’appelle Jin-sama avec un ton poli, euh... S’il te plaît, appelle-moi « Maître ».

R : compris. Maître.

Et maintenant, comment est-ce que je vais t’appeler ? Sensei était juste une blague. Puisqu’il y a la lettre A du mot Avatar...

C’est réglé. Tu te nommeras Alta.

R : Pas Alter ego ?

Alter ego. Une personnalité différente. Disons simplement d’autres ego.

Eh bien, Alta va aussi très bien, je vais l’utiliser pour les réponses Question et Réponse.

R : compris. Mon nom est donc Alta.

Oh ! Puisque je n’ai pas besoin de ton aide maintenant, peux-tu te désactiver ?

R : compris.

Eh bien, c’est littéralement comme si je me parlais tout le temps. C’est pourquoi ils s’appellent [Pensée Parallèle] et [Pensée Rapide]. Vraiment incroyable.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » demanda Maria.

« Rien. J’ai juste débloqué un pouvoir spécial, » dis-je.

« Encore plus de tricherie ? » demanda Maria.

« Oui. Je vous l’expliquerais plus tard, » dis-je.

« Compris. Quel genre de fantastique pouvoir est-ce cette fois-ci ? » demanda Maria.

Maria était fascinée et ses joues étaient rouges. Bien qu’elle ne le dise pas, elle me traitait toujours comme un dieu...

« Bon sang ! Depuis que mon nouveau pouvoir spécial a été éveillé, j’ai oublié que j’ai encore des trucs à faire avec le Tyranno..., » dis-je. « Eh bien non. Il est mort et je ne pense pas pouvoir continuer ça avec des morts... »

Ce Tyrannosaure avait reçu un coup final alors qu’il tournait sur lui même. C’était donc fini.

De plus, j’avais fini tout ce que j’avais à faire dans la forêt. Nous avions alors utilisé le déplacement très rapide pour retourner au village. Cependant, à partir du milieu, nous avions continué en marchant.

Une fois que nous approchions du village, Gilbert nous vit et il courut vers nous.

« Quel est le problème !? Ne me le dis pas !! Vous l’avez fait, n’est-ce pas ? » demanda Gilbert.

Gilbert montra les cadavres des monstres (vaincu) et commença à parler quand nous étions arrivés au village.

« Oh, je suppose que oui, » dis-je.

« C’est absurde ! » déclara-t-il. « Une horde de deux cents monstres ou plus a été soumise par deux personnes ? Même un aventurier de Rang S ne peut pas faire ça ! »

Eh bien, il y avait deux cent trente-six individus en tout. La plupart d’entre eux étaient actuellement à l’intérieur de mon [Inventaire].

« Suis-je un beau parleur, ou ai-je vraiment la capacité de le faire ? Qui sait. En dehors de cela, la menace a disparu. Dans tous les cas, je dois aller signaler que le village est sauf, » dis-je.

« V-Vous avez raison, mais c’est inattendu. Comment ai-je pu regarder de haut quelqu’un de si puissant ? » dit-il.

Oh, je sens quelque chose.

« Oh, le chariot de mes compagnons arrive, » dis-je.

Je vis que le chariot contenant tous mes compagnons approchait. Tout le monde était à bord.

« Maître, merci pour votre travail acharné ! » déclara Mio.

« Est-ce que quelqu’un a été blessé ? » demanda Sakura.

{Laissez-moi voir le dinosaure.}

« Maria-san, merci aussi pour vos efforts, » déclara Sakura.

Quand tous mes compagnons furent descendus du chariot, Gilbert nous approcha à nouveau.

« Excusez-moi. Je suis un peu confus, » déclara-t-il. « À l’heure actuelle, ces individus qui sont allés rendre compte à Atarime sont liés à vous, n’est-ce pas ? »

Maintenant que la situation avait été éclaircie, il était impossible de ne pas remarquer mes actions ici.

« Oh ! Qu’est-ce qu’on va faire avec ces cadavres ? » demandai-je.

« Même si je pense qu’il y a moins de cadavres de monstres qu’il ne devrait y en avoir..., » déclara Gilbert.

« Ils ont été mis dans mon Stockage magique. Je suis vraiment fier de mon pouvoir magique. Donc, seuls les monstres de bas niveau ont été laissés ici, » déclarai-je.

J’avais déclaré l’excuse à laquelle j’avais pensé à l’avance. Le Stockage permettait de mettre dedans une grande quantité d’objets si la personne possédait un grand pouvoir magique.

Eh bien, je pense qu’il faut vraiment beaucoup de magie pour mettre plus de deux cents cadavres de monstres dans Stockage.

R : C’est impossible même pour un aventurier de Rang S.

« Je-je vois. C’est trop..., » balbutia Gilbert alors qu’il me regardait tout en étant surpris.

« Avez-vous l’intention de récupérer le reste ? » demandai-je.

« Non, pas vraiment, » répondit Gilbert.

« Alors, pourriez-vous les donner aux aventuriers qui se préparaient à défendre dans la ville ? » demandai-je. « Comme une excuse puisque leur préparation est maintenant inutile. »

« Oui, ça ne me dérange pas, » demanda Gilbert. « Mais, en tant que personne qui les a tués, pourquoi n’en prendriez-vous pas ? »

Cela serait trop difficile de pouvoir garder secret [Inventaire].

« Ce n’est pas un problème, » répondis-je. « J’en ai assez. Il y a plus de cinquante cadavres à l’intérieur. »

J’avais laissé Gilbert ordonner à ses subordonnés (s’il en a) de récupérer les pierres des monstres.

Une fois la collecte terminée, on nous avait dit de laisser ces cadavres comme ça et de retourner dans la ville d’Atarime.

Oh, ces cadavres seront traités après le retour des villageois. Parce que c’est trop dur pour les personnes présentes, ils donnent la priorité aux pierres de monstres.

{ ... Eh bien ! En bref, j’ai vaincu Tyrannosaure avec un coup de poing dans le ventre et j’ai obtenu un nouveau pouvoir spécial.}

{ ... Pour le dire simplement, Sensei a une personnalité.}

{ ... Il s’appelle Alta, ma pensée parallèle. Il peut surveiller mes subordonnés même quand je suis absent.}

J’avais fait ce rapport aux membres de l’équipe principale en utilisant seulement la télépathie.

{C’est le cinquième pouvoir spécial de Jin-kun. Mais pourquoi la pensée parallèle ?} demanda Sakura.

{Est-ce que cela signifie que le Maître nous regardera en tout temps ? Ugh... Où est la vie privée d’un esclave !?} s’exclama Mio.

Pensez-vous que les esclaves ont encore une vie privée ?

{Je suis à nouveau proche du Maître...} s’exclama Sera.

{N’importe quand n’importe où.} s’exclama Maria.

{Eh bien, est-ce que cela signifie que le Maître a quelque chose de plus à cacher maintenant ?} demanda Mio.

Après tout, il y avait des réactions différentes entre les habitants de ce monde et ceux d’un autre monde. Les résidents de ce monde ne semblaient pas avoir de questions.

Sakura et Mio, qui avaient toutes deux le concept de la vie privée, semblaient s’y opposer.

{Non ! Ça ira ! Il est impossible de se sentir gêné lorsque nous sommes nues ou en train d’utiliser les toilettes !} s’exclama Sakura.

{C’est vrai ! Puisque je vous ai tout donné, je le supporterai, même si une scène embarrassante sera visible !} s’exclama Mio.

Oh, ces deux-là semblent l’avoir acceptée. Je suppose que leurs niveaux de résignation doivent être très élevés. Suis-je vraiment si perverti ? Ce sera effrayant si je peux partager mon sens et ma perception avec Alta alors qu’il reste près de mes subordonnés.

{Il n’y a pas de mérite quand je suis avec tout le monde. Cependant, il y a du mérite, car Alta peut prendre une décision en tant que mandataire quand je ne suis pas là. Alta jugera la situation et me fera part de ses commentaires.} dis-je.

Puisqu’Alta était connecté avec moi, cette information me parviendra à la fin.

{Eh bien, puisque le nombre de subordonnés va augmenter à partir de maintenant, c’est un pouvoir spécial nécessaire.} Dis-je.

{Oh, cela rendra la gestion des subordonnés beaucoup plus facile puisque vous n’avez même pas besoin de le faire vous-même.} Déclara Sakura.

{Veuillez le faire vous-même pour nous,} déclara Mio.

J’avais alors vu la ligne de défense composée d’aventuriers quand nous arrivions près de la ville d’Atarime. Quand ils virent, qui était à l’intérieur du chariot, ils cessèrent d’être sur leur garde. Le maître de guilde vint après ça nous parler.

« Gilbert. Tu étais vraiment en retard. Les derniers villageois sont arrivés il y a quelques minutes, n’est-ce pas ? » déclara le maître de guilde.

« Je suis désolé. Je suis resté un petit moment au village, » répondit Gilbert.

« Uh... Qui est avec toi ? » demanda le maître de guilde.

Le maître de guilde baissa la voix comme s’il pensait que les nouvelles ne seraient pas bonnes.

« Cet aventurier est celui qui a annihilé la horde, » déclara Gilbert.

« Quoi ? Impossible ? N’était-ce pas une horde comprenant environ deux cents monstres ? » demanda le maître de guilde.

Euh, est-ce que deux cents représentent vraiment un gros chiffre ?

« Oui, c’est vrai. Vous n’avez plus besoin de rester en alerte, » déclara Gilbert.

« C’est difficile à croire, » répondit le maître de guilde « Je pensais bien que c’était anormal puisque le nuage de poussière de la horde s’est dissipé il y a un moment. Vous. Pourriez-vous me dire votre nom et votre rang ? »

Le maître de guilde me regarde.

« Jin, Rang E, » répondis-je.

« Rang E ! Non, vous venez récemment de vous inscrire..., » déclara le maître de guilde.

Il avait vite réalisé la raison pour laquelle mon rang et mes capacités étaient si différents.

« Je comprends l’histoire, mais c’est trop absurde, peu importe ce que vous me dites. Je vais en finir là pour le moment et envoyer quelqu’un voir là-bas, » déclara le maître de guilde.

Eh bien, c’est après tout trop dur à croire.

Mais l’atmosphère autour de nous devint plus détendue après qu’ils eurent entendu que nous venions de ce village. Bien sûr, il était difficile de le croire si vous ne l’aviez pas vu de vos propres yeux.

« Et enfin, il a également fourni une cinquantaine de pierres de monstres pour les personnes qui ont rejoint la défense, » déclara Gilbert. « S’il vous plaît, considérez cela comme des frais pour le dîner. »

« Dans ce cas, merci, puisque nous avons raté la chance de gagner un revenu cet après-midi, » déclara le maître de guilde.

Ils ne pouvaient pas travailler cet après-midi parce qu’ils devaient se rassembler ici. Puisque c’était une quête forcée et que la récompense était faible...

« Cependant, une annihilation... Je pensais que vous aviez pris votre chariot afin d’aider les villageois..., » déclara le maître de guilde.

« Tout à fait, j’essayais de gagner du temps pour l’équipe de secours, mais j’ai été trop enthousiaste et je les ai tous éliminés..., » répondis-je.

Eh bien, ce n’est pas un mensonge complet.

« Il n’y a non plus aucun dommage au village... »

« C’est le meilleur résultat pour une horde... »

Environ trente minutes plus tard, la personne qui avait été envoyée afin de vérifier la situation était revenue et avait confirmé que la horde était détruite.

« Désolé. Cependant, c’est toujours difficile d’y croire, » déclara le maître de guilde.

« Non, c’est tout à fait naturel, » répondis-je. « Nous pouvons laisser ces villageois revenir plus tôt que prévu. Laissons-les monter à nouveau dans le chariot... »

« Vous avez déjà beaucoup fait. Vous n’avez pas besoin d’aller aussi loin, » déclara le maître de guilde.

« Je saisis simplement une opportunité, » dis-je.

Nous avions donc renvoyé chez eux les villageois un par un, et nous avions aussi pris quelques villageois qui marchaient lentement avec nous.

Les aventuriers partirent après avoir reçu des pierres de monstres, mais tous ceux qui faisaient partie de l’équipe de secours, y compris moi et Gilbert, avions été appelés au village et nous avions eu un repas.

Par la suite, j’avais entendu une rumeur.

« Merci beaucoup. Au lieu de les écraser, vous les avez anéantis..., » la femme malade qui était montée dans le chariot avait dit ça.

Soit dit en passant, nous serions craints si nous étions trop forts dans notre monde, mais dans ce monde, les habitants semblaient accepter une telle personne à cause de l’existence de personnes extrêmement fortes comme les aventuriers de Rang-S et les héros.

« Ne vous inquiétez pas. Je suis content que ce village soit en sécurité, » dis-je.

« Fufu... Votre but était le riz, n’est-ce pas ? »

« C’est aussi le cas. Cependant, j’aime beaucoup le style de ce village, » dis-je.

Les personnes montreraient leur vrai caractère dans l’adversité. Les personnes qui pensaient aux autres dans de telles situations étaient vraiment précieuses.

« Vraiment !? » s’exclama la vieille. « Je suis contente quand vous dites ça. Oh, et ne vous inquiétez pas pour le riz, nous nous en occuperons très bien. »

« Oui, j’attendrai cela avec impatience, » dis-je.

Les personnes que j’avais ramassées dans le chariot avaient été surprises de voir que les champs étaient intacts. Dans ce monde, vous pouviez boire de l’alcool quand vous aviez quinze ans (il n’y a pas de loi à ce sujet.), mais je refusais de boire parce que j’appréciais toujours les manières de mon ancien monde.

Nous nous étions reposés dans l’hôtel du village et avions été accueillis avec du délicieux riz blanc le matin.

« Voilà le riz que nous vous avions promis, » déclara le chef du village.

Des sacs de riz avaient été préparés. Il y en avait sept.

« Est-ce que c’est vraiment correct ? Je n’ai pas dit que vous deviez m’en donner autant..., » dis-je.

« Ne vous inquiétez pas de ça. Nous avons recueilli cela comme un cadeau. Tous les villageois vous sont vraiment reconnaissants, » déclara le chef du village.

Ce sera mauvais si je ne les accepte pas.

« Compris... Je les accepte donc volontiers. Nous reviendrons et en achèterons plus quand ils seront presque épuisés, » dis-je.

« D’accord, nous allons donc vous faire un rabais, » répondit-il.

Le lendemain matin, nous avions quitté le village et étions retournés dans la Cité d’Atarime. Gilbert décida aussi de partir en même temps que nous.

*************************************************************

Feuille de personnages

Seuls les changements ont été listés ci-dessous. 

 

Nom : Jin

Niveau : 60

Compétence : [Maîtrise à l’Épée Niv. 7→10] [Commandement Niv. 4→10] [Encouragement Niv 4→ 10]

Pouvoir Spécial : [Avatar Niv 1 Nouveau]

 

Nom : Sakura

Niveau : 39→44

Compétence : [Renforcement du Corps Niv. 7→10][Magie de Feu Niv. 3→5] [Magie de Glace Niv. 2→5] [Magie du Vent Niv. 2→5] [Magie de Terre Niv. 2→4] [Magie de la Foudre Niv. 3→5] [Magie de l’Eau Niv. 2→5]

 

Nom : Dora

Niveau : 37→42

Compétence : [Maîtrise des Masses Niv. 8→10] [Maîtrise du Bouclier Niv 3→ 5][Renforcement du Corps Niv. 9→10] [Vol Niv. 7→8] [Charge Niv. 5→9] [Morsure Niv. 8→10]

 

Nom : Mio

Niveau : 32→36

Compétence : [Renforcement du Corps Niv. 8→10]

 

Nom : Maria

Niveau : 43->49

Compétence : [Maîtrise de l’Épée Niv. 7→10] [Loyauté Niv. 3→4]

 

Nom : Sera

Niveau : 24→31

Compétence : [Maîtrise de l’Épée Niv. 7→10] [Maîtrise de la Lance Niv. 5→10]

 

Nom : Tamo

Niveau : 17→19

 

Nom : Midori

Niveau : 40→41

 

***

Chapitre 29 : Extra 3 : La situation de Sera

Hein !? Voulez-vous connaître quelques détails supplémentaires sur mon passé ? Pourquoi maintenant ?

Non, ce n’est pas quelque chose de désagréable à parler. Et je n’ai même pas besoin de le cacher maintenant.

Alors, par où devrais-je commencer ? Premièrement, je ne suis pas née dans ce pays. Je viens du royaume de Sanokia, au nord du Royaume de Kastal. Le Royaume de Sanokia est plein de nobles, et le fossé entre les pauvres et les riches est vraiment grand. Et les enfants de ceux des ménages les plus pauvres ne sont que des outils pour la noblesse. Je suis la quatrième fille, et mes parents m’ont probablement donné naissance pour me marier à une autre famille.

Oui, je n’ai pas ressenti l’amour de mes parents. Les seules choses que j’entendais habituellement d’eux étaient des ordres de faire ceci et cela.

Bien que j’avais beaucoup de frères et sœurs, je ne les voyais que très rarement. Ma caractéristique non naturelle avait été largement connue par les gens depuis que j’étais jeune. Mes frères et sœurs étaient mal à l’aise avec cela, alors ils ne m’avaient jamais approchée.

Hein !? En ce qui concerne les ordres de mes parents dont j’ai parlé plus tôt ? Je devais faire des choses désagréables et agir comme si j’avais la fonction de servante. J’avais finalement moins de contacts avec mes parents que mes frères et sœurs.

Oui, j’ai eu cette constitution et la « Preuve du Héros » depuis que je suis née. À cause des effets secondaires de cette compétence, mon poids corporel a souvent varié, j’ai également dû beaucoup manger, j’avais une faible constitution et j’étais évitée par tout le monde. Puisque mes parents avaient l’intention de me marier, ils m’ont appris les mœurs et les goûts de la noblesse. Bien sûr, pas directement par mes parents...

Le moi actuel a l’air bien, mais à ce moment-là, j’étais trop maigre et dégageais des sentiments de dégoût.

J’avais l’air pire qu’une momie... Je ne pense pas qu’il y ait de meilleures façons de me décrire. Je n’avais plus de fierté à ce moment-là, mais j’étais encore une fille. Être traité comme une momie était trop lourd à supporter pour moi.

Kya~ ! Pourquoi avez... vous soudainement fait cela !? Hein !? Est-ce que je suis devenue trop grosse ? Eh bien ! Grâce au repas que j’ai eu après que le Maître m’ait achetée, ma peau et mes muscles sont maintenant devenus dans un meilleur état... Je pense que vous pouvez maintenant comprendre comment j’étais...

Nous allons continuer. Comme il vous plaira, Maître.

Il y avait des rumeurs répandues chez les nobles. L’une d’elles concerne le fait que j’ai été négligée par ma propre famille.

Mes parents ont essayé à plusieurs reprises de faire des propositions de mariage à d’autres nobles, mais personne ne les a acceptés à cause des rumeurs. Ils avaient alors seulement visé des nobles qui leur offraient de grands avantages. Ils ne se donnaient même pas la peine de traiter avec des nobles de rang inférieur leur offrant peu d’avantages, même s’ils pouvaient peut-être forcer le mariage.

En tant que noble, j’étais prête à épouser n’importe quel partenaire dans le cadre de mon devoir. Mais finalement, cette détermination s’est avérée inutile, d’autant plus que je n’avais même pas eu l’occasion de le faire. Cela avait principalement été dû au fait qu’ils ont vu une image de moi lorsqu’on leur a proposé le mariage. Je pensais toujours à, « Oh, je vais bientôt être fiancée ! » quand on m’avait dessiné le portrait.

C’est vrai. J’avais pu manger beaucoup plus de nourriture que d’habitude avant qu’on vienne faire mon portrait, et donc mon état était un peu meilleur que la normale. Cependant, je ne pouvais pas garder ce corps dans cet état très longtemps puisque je continuais à perdre du poids.

Pourquoi n’avez-vous pas augmenté la quantité de repas ? Mes parents avaient ordonné au chef de faire une quantité spécifique de nourriture. Je mangeais toujours plus que les roturiers, mais selon d’autres, mes proportions étaient de plus en plus réduites. Par exemple, j’avais besoin de manger la quantité pour une dizaine de personnes à l’âge de dix ans, mais j’en avais eu assez que pour trois personnes. Comme je suis sûre que vous pouvez le voir, ce n’est pas assez.

Hein !? À propos de mes activités ? Bien sûr, pas de problème. Je ressentais la faim tout le temps, sauf quand je travaillais ou apprenais. Eh bien, c’est en vérité inutile...

Mes parents m’ont abandonnée et la discussion à propos des propositions de mariage n’a jamais eu lieu. Il semble que mes parents ne se portaient pas bien à ce moment-là. J’avais aussi entendu qu’ils allaient se débarrasser de quelque chose de foutu.

La raison pour laquelle je suis devenue esclave au lieu d’être tuée ? C’est vrai. C’est peut-être lié à ce dont parlaient mes parents... que plusieurs de mes frères et sœurs avaient été tués par une sorte de maladie...

Oui, ça pourrait être mon imagination, mais ils pensaient que ce serait une mauvaise chose si j’étais morte à cause d’une autre sortie de maladie en même temps que les autres...

Je suis d’accord avec eux. Mais ils ne voulaient pas tuer leur propre famille du moins, directement, car ils voulaient pouvoir garder les apparences. Je me sens mal pour mes frères et sœurs, mais j’ai survécu grâce à ça.

Mes parents se souciaient seulement de leur apparence, et m’ont chassée... Eh bien, ils m’ont vendu à un marchand d’esclaves dans un autre pays et m’ont laissée mourir là-bas.

Ils ont traité mon cas comme une disparition. J’ai été tranquillement emmenée au loin au milieu de la nuit.

Je n’ai pas pu résister. Je n’avais pas assez de force. Et aussi, je m’étais d’une certaine manière également résignée à cela. Je pensais que de ne pas être tué était mieux.

Mais la situation après avoir été vendue en tant qu’esclave était difficile. Pour un ancien noble, les repas, et bien, ce n’était vraiment pas grand-chose. Ce n’était pas assez. Comme l’état de mon corps était devenu critique, ma faim et mes pensées de vouloir mourir étaient revenues.

Quand le marchand d’esclaves m’avait vue, il avait pensé que je ne serais pas vendue, et donc la quantité de nourriture qui m’avait été donnée avait été encore plus réduite. Mon apparence était bonne, mais pas pour longtemps. Le marchand d’esclaves n’était pas quelqu’un qui était un travailleur acharné, alors il m’avait juste laissée dans cet état.

J’avais entendu des histoires avant ça... mais en tant qu’ancienne noble, je n’étais pas du tout mieux traitée que les autres.

Eh bien, j’étais sûre que j’allais mourir. J’étais devenue si maigre peu après ça. Honnêtement, je pensais que j’allais mourir ce jour-là. Je veux vraiment remercier le Maître.

Le sentiment d’appartenance ? Quelque chose comme cela ? Le mode de vie actuel est trop bon, et ces jours anciens n’étaient plus qu’un cauchemar. Au moins, je n’aurai maintenant plus à aller dormir en étant affamée.

Et même s’ils savaient que j’étais en vie, ils n’enverront aucun assassin après moi.

Et s’ils viennent, sentez-vous libres de les vaincre, Maître. Ils sont nobles. Bien que je sois une ancienne noble, rien de bon ne vient jamais de l’association avec eux !

Eh, avez-vous combattu contre eux ? N’est-ce pas fou ? Je sais que ce n’est pas un mensonge si le Maître me le dit. D’ailleurs, êtes-vous en sécurité maintenant ?

Eh bien, il est difficile d’employer des aventuriers de Rang S, même pour la noblesse... Mais vous l’avez vaincu. Et vous l’avez vaincu dans une bataille en tête-à-tête, et sans subir de blessures graves. Maître... Quel genre de monstre êtes-vous ?

Aie ! Ça fait mal ! Je suis désolée ! Je ne le dirai plus !

Ha, ha, Arg...

Non, s’il vous plaît, ne changez pas le sujet comme si rien ne s’était passé.

Maître, vous n’avez pas besoin de vous soucier des poursuivants. Même s’ils pouvaient employer des aventuriers de Rang S, je ne pense pas qu’ils pourraient en embaucher plus d’un.

Et aussi... Quand mes compétences seront égales à celles d’un aventurier de Rang S, je vais moi-même les repousser ! Et même si une armée d’individus ordinaires venait, ce serait juste un sujet de rigolade...

Pour l’instant, vous voulez entendre parler de mon passé, non ? Je suis désolée, mais je n’ai pas de bonnes histoires à raconter.

Oui, à partir de maintenant, je servirai le Maître en tant qu’esclave.

***

Chapitre 30 : Une récompense et une requête

Gilbert avait dit qu’il partirait en même temps que nous, mais je ne pensais pas qu’il viendrait avec nous. Il semblerait qu’il resterait pendant tout le trajet un peu plus loin de notre chariot.

La Carte indiquait également qu’il n’avait pas l’intention de nous attaquer. Même après tout ça, je ne pouvais toujours pas le quitter des yeux.

Et en plus, nous devions nous battre sans utilisation de nos pouvoirs spéciaux parce que Gilbert, qui était à proximité, le verrait. De plus, pour ne pas mentionner le fait qu’en ce moment nos compagnons étaient dans la Pièce.

Une fois arrivés à la Cité d’Atarime, nous avions décidé d’aller à la guilde des aventuriers. Je suppose que je ne pouvais plus rien annoncer de spécial.

J’avais ensuite demandé à la réceptionniste de me laisser voir le maître de guilde. Pour une certaine raison, Gilbert décida de venir aussi avec moi.

« Gilbert, pourquoi venez-vous avec moi ? » demandai-je.

« Je suis désolé. Cela ne concerne pas directement la horde, mais je veux vous demander quelque chose, » répondit-il. « Excusez-moi. Pourriez-vous me laisser rejoindre la conversation avec le maître de guilde ? »

« Cela ne me dérange pas, mais je ne sais pas ce que le maître de guilde va penser de ça, » dis-je.

« Merci. Ne vous inquiétez pas pour le maître de guilde. Il connaît aussi ma situation. Il est peu probable qu’il fasse la moindre objection, » déclara-t-il.

Devrions-nous permettre à Gilbert de nous rejoindre ? Je me demande quel est son statut.

Gilbert

Niveau 32

Genre : Mâle

Âge : 29

Race : Humain

Compétence : [Maîtrise de l’Épée Niv. 4] [Maîtrise des Lances Niv 2] [Équitation Niv 2] [Renforcement Corportel Niv 3]

Titre : Chevalier de la Reine

Il a un titre. Il semblerait qu’il soit le chevalier d’une reine. Pourquoi est-il ici ? Oh ! C’est le Royaume de Kastal. Le chevalier d’une reine est comme la garde rapprochée de la reine. Ils ont une position plus élevée qu’un chevalier normal. Bien sûr, les exigences de base sont également plus élevées.

Nos dernières actions étaient extrêmement visibles. Cela pourrait nous causer des ennuis, alors je devais m’y préparer. Je ne pensais pas que nous aurions des relations avec la famille royale aussi soudainement...

Après avoir attendu un moment, le maître de la guilde arriva.

« Oh, désolé de vous faire attendre. Entrons dans cette pièce, et nous en discuterons les détails, » déclara-t-il.

Nous étions des membres officiels de la guilde. Bien sûr, Tamo-san et Midori étaient restés à attendre dans le chariot. Ce n’était pas trop un problème pour mes précieux monstres.

« Arg... Gilbert est avec vous, » déclara le maître de la guilde.

« Oui, j’ai demandé à pouvoir être présent, » déclara Gilbert.

« Je vois... Eh bien, je suppose que c’est tout à fait naturel..., » répondit le maître de guilde.

Le maître de guilde avait eu une conversation avec Gilbert. Je ne pensais pas qu’ils avaient un problème quant à leur relation...

Après ça, nous étions arrivés à la salle de réception. Il y avait beaucoup de chaises ici, assez pour tout le monde. Au fait, Dora était assise sur mes genoux. J’étais guéri.

Le maître de guilde avait immédiatement commencé à parler. « Pour commencer, permettez-moi de remercier tout le monde pour leur participation quant à la requête d’hier liée à la horde. Grâce à vous, nous n’avons eu aucun dommage. Quand je pense à cette horde, je me dis que cela pourrait être considéré comme une réussite de première classe. »

Comme je m’en étais occupé à deux, je serais troublé si nous nous démarquions trop.

« Cependant, je dois m’excuser, » continua-t-il. « Nous ne pouvons pas vous donner de récompenses. Nous ne sommes pas en mesure de vous préparer une récompense spéciale. Bien que la guilde ait fait une demande forcée pour défendre la Cité d’Atarime, nous n’avons jamais pensé que la horde finirait si vite. »

Bien sûr, c’est naturel. Je veux dire, nous ne visions pas vraiment une récompense, alors ne vous inquiétez pas.

« Eh, allez-vous nous punir ? » Mio se leva et se mit à parler. Elle était très sensible quant aux punitions.

« Non, nous ne le ferons pas. Vous avez pris votre chariot afin d’aider à la mission de sauvetage, et ensuite vous êtes restés pour affronter les monstres, » déclara le maître de guilde. « Ce n’était pas un problème du tout. Mais c’est assez suicidaire pour un aventurier habituel de Rang E de le faire. »

Eh bien, vous avez raison. Je dois réfléchir afin de trouver une excuse.

Mio fut soulagée et s’était à nouveau assise.

« Je veux dire, n’est-ce pas une excuse de votre part pour ne pas donner de récompense ? » demanda Maria.

Nous étions à découvert. Eh bien, nous n’essayerons même pas de dissimuler ce que nous avions fait. Je n’avais pas d’excuses si cela semblait trop suspect.

« Pas vraiment. Veuillez accepter la récompense pour les préparatifs de la défense et pour avoir secouru les réfugiés avec votre chariot, » tout en parlant, il tendit un petit sac. Il s’agissait de la récompense dont il parlait. « Bien que vous nous ayez déjà livré les pierres des monstres de la horde, je suis désolé de ne pouvoir rien faire pour ça. »

« Eh bien, vous n’avez pas besoin de vous inquiéter à ce sujet, » répondis-je.

« Ils ont remis ces pierres de monstres aux aventuriers parce qu’ils ne voulaient pas que quelqu’un se plaigne de l’arrêt de la horde avant qu’eux-mêmes puissent agir, alors ne vous inquiétez pas, » Gilbert rentra dans la discussion. Bien que ce ne serait pas drôle s’ils se plaignaient que leur cible soit arrachée...

« Honnêtement, le nombre de victimes aurait été encore plus grand, si nous devions les combattre directement, » déclara le maître de guilde. « Mis à part cette horde, la Forêt de Tiara est célèbre pour être paisible. Cependant, il est toujours difficile d’entrer si vous n’êtes pas un aventurier vétéran. »

La Cité d’Atarime avait été dans une situation difficile. D’un point de vue extérieur, la force des deux camps pourrait être presque identique. Même si nous pouvions protéger la ville, ce ne serait pas sans pertes. Et, vous devriez prendre en compte le Tyrannosaure qui était derrière cette horde... S’il y allait avec ou après la horde, la Cité d’Atarime serait à coup sûr détruite.

« En y pensant... pourriez-vous nous dire pourquoi nous avoir fait venir ici ? Le but n’est pas seulement pour de petites discussions, n’est-ce pas ? » demandai-je.

Nous pouvons faire sans problème ce que nous avons fait ici à la réception. Eh bien, disons qu’être dans une salle de réception est désagréable, mais c’est une salle secrète où nous pouvons discuter de quelque chose que nous ne voulons pas que d’autres entendent.

« ... Je comprends. Bien sûr, ce n’était pas le sujet principal. Nous avons trois objectifs : récompense, des questions et une requête, » déclara le maître de guilde.

Il semblerait qu’il y avait beaucoup de questions. Je me demandais à propos de quoi elles étaient.

« D’abord, une récompense. Jin-kun, je veux élever votre rang de guilde à B..., » déclara le maître de guilde.

« Je refuse, » dis-je.

Comme j’avais immédiatement refusé, le visage du maître de guilde devient raide. Cependant, il avait été capable presque immédiatement de se concentrer à nouveau.

« Pourquoi ? » demanda-t-il. « J’ai vu votre dossier d’activité. Vous étiez en train d’élever votre rang de manière agressive... N’est-il pas préférable de passer à un Rang B sans avoir à passer un examen normal ? »

« Mon but est uniquement de monter mon rang jusqu’au C, » dis-je.

Le maître de guilde et Gilbert comprenaient tous deux ce que je voulais dire par là.

« S’agit-il du devoir d’un aventurier vétéran ? » demanda le maître de guilde.

« Tout à fait, » répondis-je. « Notre but est de pouvoir voyager librement. Nous n’avons pas besoin de droits ou de devoirs excessifs pour le faire. Un rang C est un rang intermédiaire. S’il vous plaît, montez-moi au Rang C si vous voulez me récompenser. Oh, s’il vous plaît, si possible, faites la même chose pour tous les membres de mon groupe. »

« Hmmm..., » le maître de guilde gémit. Est-ce difficile de nous mettre tous au Rang C ?

« Eh bien ! Pour une personne qui peut arrêter une horde à lui seul, un Rang C est vraiment indigne... Ma véritable intention est de vous donner une position convenable pour votre puissance, » déclara le Maître de Guilde.

Je comprends ce que vous pensez, mais s’il vous plaît, pardonnez-nous. Je ne me sens pas charmé d’être dans une position convenable dans ce monde.

« Est-ce qu’un Rang C n’est pas un peu trop bon ? » demanda-t-il. « Je ne peux pas dire que tous les membres de votre groupe sont assez bons pour être de Rang C. Que diriez-vous que je vous donne un Rang C et le reste un Rang D ? »

Il n’y a rien à dire. Notre capacité est assez bonne, et cela pourrait nous faire économiser beaucoup de temps en nous empêchant d’avoir à faire beaucoup de demandes.

Soit dit en passant, expliquons un peu l’autorité du maître de guilde. Le maître de guilde peut donner à un aventurier avec assez de réalisations un Rang C. Comme prévu, vous devez passer un test supplémentaire pour être classé B et plus, et peu de gens peuvent le passer.

« Compris. En passant, ces huit personnes visent un Rang B. Non, un Rang S. Donc, vous pouvez augmenter leurs rangs, si vous le voulez. »

J’avais pointé du doigt vers Cloud et Coco qui se tenaient dans le coin de la pièce. Cloud avait l’air surpris quand j’avais soudainement commencé à parler de lui.

« C’est vraiment un objectif d’envergure qu’ils ont là, » déclara le maître de guilde. « Non, s’ils sont des compagnons de quelqu’un d’aussi puissant que vous, alors il est possible qu’ils l’atteignent un jour... »

Il semblerait qu’il me tient en très haute estime.

« Veuillez renouveler votre carte de guilde plus tard. Je vais augmenter votre rang de guilde, » déclara-t-il. « Cependant, faisons cela après les questions. »

En d’autres termes, une interrogation...

« Pourriez-vous me dire le secret de votre force ? » demanda-t-il. « Je veux savoir si c’est possible... »

« C’est impossible, » répondis-je simplement.

« Eh bien, je pensais bien avoir une telle réponse, » déclara-t-il.

Je ne me soucie pas vraiment si je suis connu comme quelqu’un de puissant, mais je ne peux rien dire sur les détails. Après tout, ces types de compétences et de pouvoirs spéciaux sont difficiles à croire. Donc, il n’y a pas de raison pour moi d’en parler.

« Entendre les secrets d’un aventurier de haut rang fait après tout partie du travail d’un membre de haut rang de la guilde. Eh bien, l’information est comme une bouée de sauvetage. J’ai entendu dire que vous pouviez utiliser le Clignotement, » déclara-t-il.

Saladin ! Une méthode pour apprendre le Clignotement ! Il est difficile de couvrir cela parce que l’utilisation du Clignotement par Maria a été vue de tous.

Oh, les oreilles de Maria sont tombées depuis qu’il a dit ça. Elle est bien consciente qu’elle a fait quelque chose qui pose maintenant problème.

« Alors... ? Quel genre de technique est-ce ? » demanda le maître de guilde.

« Eh bien, c’est..., » commençai-je.

« Parlons d’autre chose, » Gilbert avait un intérêt pour cela, mais il changea soudainement le sujet.

« O-Ohh... Maître de guilde, de quoi voulez-vous parler d’autre ? » demanda Gilbert.

« Umm. À propos de l’autre sujet. Je parle de votre requête, Gilbert, » déclara le maître de guilde.

Gilbert se redressa sur sa chaise. « Je suis désolé de vous prendre de votre temps. D’abord, laissez-moi vous parler de ma situation. Je suis un chevalier, l’un des commandants des chevaliers de la reine. »

« C’est la vérité, » déclara le maître de guilde. « Mais il m’a parlé de cette demande juste aujourd’hui. »

Le maître de guilde rajouta. « Je sais déjà qu’il n’a pas menti parce que j’ai vu son titre bien avant ça... »

« Oh c’est vrai. Alors... ma requête consiste à demander à Jin d’aller à Quindam, la capitale du Royaume de Kastal, pour rencontrer Sa Majesté, » déclara Gilbert.

Rencontrez la reine...

Nous avons de nombreux souvenirs désagréables en provenance de la famille royale, et la chance pour nous d’avoir des ennuis est aussi importante cette fois-ci.

« Je.. hmm..., » commençai-je.

« S’il vous plaît, écoutez d’abord mon histoire, » il interrompt mon refus. Puisque Gilbert était une bonne personne, je suppose que je devrais au moins entendre une partie de son histoire.

« Hmmm... Qu’est-ce que c’est ? » demandai-je.

« Désolé. Mais s’il vous plaît, veuillez écouter l’histoire jusqu’au bout, » me demanda Gilbert.

« Bien qu’il s’agisse d’une demande pratiquement obligatoire, vous n’avez aucune obligation de l’accepter. En fait, vous pouvez également la refuser. Cela n’implique pas ces nobles mesquins, alors ne vous inquiétez pas, » déclara le maître de guilde.

« Bien sûr, je ne vais pas aller aussi loin que vous obliger à faire ça, » déclara Gilbert.

Cette déclaration du maître de guilde nous libère de tout souci. Ou devrais-je dire qu’il est conscient de l’expression de Gilbert ? Eh bien, n’était-ce pas naturel ?

« Compris. Je vais écouter votre histoire jusqu’à la fin, » dis-je.

« Merci, » répondit Gilbert.

Si j’avais le droit de refuser, je ne vois aucun problème à entendre toute son histoire. Pour le moment, ma position était de « Ne pas accepter »...

« Je ne connais pas vraiment la raison, mais il semble que Sa Majesté rassemble de puissants aventuriers, » commença Gilbert. « Il est de mon devoir envers Sa Majesté d’aller partout pour les trouver et leur demander d’aller à la capitale. »

De puissants aventuriers sont rassemblés. Je ne peux pas dire que c’est une bonne situation.

« Sa Majesté annoncera la raison dans dix jours, » continua-t-il. « Ma demande est la suivante : je veux que vous soyez dans la capitale à ce moment-là. La récompense est d’un million de pièces juste pour rencontrer la reine. C’est un montant d’argent fixe et ne peut être négocié parce que vous êtes classé en dessous de A. s’il vous plaît, comprenez bien cela. »

Dix jours... Je ne pense pas que nous aurons beaucoup de temps pour faire du tourisme, car il faut environ sept jours pour atteindre la capitale à partir d’ici. Si nous acceptons cette demande...

1 000 000 pièces d’or sont une énorme somme d’argent pour ce genre de problème.

« Des aventuriers de haut rang commencent déjà à s’y rassembler. Il devrait y avoir plus d’une cinquantaine d’aventuriers de Rang A et B. En ce qui concerne les aventuriers de Rang S, il semblerait que notre pays en possède quatre. »

Quoi ? Ces aventuriers de Rang S sont-ils également rassemblés dans la capitale ? Est-ce donc la raison de pourquoi ils sont à la Cité de Konoe... Cela signifie que j’aurai l’occasion de rencontrer ces aventuriers de Rang S si j’accepte cette demande et que je vais dans la capitale. J’ai maintenant une raison de plus d’accepter cette demande.

Quant à la décision finale, faisons-le après que nous avons recueilli plus d’informations.

« Pourriez-vous me parler de l’histoire de Sa Majesté ? » demandai-je. « Je viens d’arriver dans ce pays, donc je ne connais aucun événement récent. »

Q : Quel genre de personne est la reine ?

R : Elle est montée sur le trône il y a un an et demi. Tous les membres de la famille royale, à l’exception de la reine, sont morts d’une maladie inconnue. L’enquête après son ascension suspecte n’a rien démontré.

Il devrait y avoir une preuve.

R : C’est quelque chose à craindre...

Hmmm...

« Sa Majesté est récemment montée sur le trône, » répondit Gilbert. « Euh... D’autres candidats au trône et tous les autres membres de la famille royale sont morts pour cause de maladie. »

« Vraiment ? » demandai-je.

« Cela a été minutieusement étudié. Sa Majesté était une princesse à l’époque, et il n’y avait rien de suspect concernant toute cette affaire, » continua Gilbert.

« C’est fiable parce que les investigateurs provenaient de la guilde, » déclara le maître de la guilde.

C’est quelque chose qui m’inquiète quant à moi.

« Quant à la reine, quel âge a-t-elle ? » demandai-je.

« Sa Majesté a dix ans cette année, » répondit Gilbert.

« Euh... Cela ne veut-il pas dire qu’elle est vraiment trop jeune ? » demandai-je.

« Selon la règle de la lignée, être trop jeune n’est pas une raison. Sa Majesté est sage, donc il n’y a aucun problème pour elle de gouverner, » répondit Gilbert.

Une reine loli... Non, ce n’est pas le sujet.

Organisons nos réflexions quant au fait d’accepter cette demande.

Pour commencer, pensons à la capitale. Comme il s’agit d’un voyage touristique, je n’ai pas d’autre choix que d’aussi y passer. Il n’y a pratiquement aucune raison de ne pas y aller. D’ailleurs, les aventuriers de Rang S se rassemblent là, et j’ai quelque intérêt pour eux.

Après ça, il y a la reine elle-même. La certitude que nous allons participer à son plan n’est pas absolue. La chance que cela se produise ne fera qu’augmenter si nous allons dans la capitale.

Et enfin, ce pays. J’aime bien ce pays. Je prévois déjà de rester ici pendant un certain temps. Je vais avoir des ennuis si la reine prend une mauvaise décision. Il est préférable de prendre l’initiative plutôt que d’être traîné dans les problèmes plus tard.

N’est-il pas préférable que nous traitons cela le plus tôt possible pour que finalement, cela soit mieux pour notre santé mentale ?

Oui, je vais accepter cette demande à cause de Gilbert, pas à cause de la reine Loli.

Je sais que je n’ai aucune raison de ne pas y aller. Cependant, ce sera ennuyeux si nous ne prenons pas cela au sérieux.

Je vais d’abord entendre les opinions de tout le monde grâce à la télépathie.

{Je vais accepter cette demande.} Dis-je.

{Est-ce que c’est vraiment acceptable ? La famille royale ne va-t-elle pas poser problème ? Je pensais que vous alliez décliner l’offre...} répondit Sakura.

{Mais Sakura, êtes-vous opposée à ça ?} demandai-je.

{Je me passerais bien de la moindre interaction avec tout ce qui est lié aux familles royales...,} répondit Sakura.

Je comprends son sentiment. C’est à cause d’une famille royale que nous nous sommes rencontrés pour la première fois...

{Jin-sama, je vous suivrais partout ou vous irez,} déclara Maria.

{Je veux aller à la capitale !} déclara Mio.

{Dora aussi veut y aller !} rajouta Dora.

En dehors de Maria, ces deux enfants veulent aller à la capitale (oui, je traite Mio comme un enfant.)

{Puisque tout le monde va faire ce que le Maître dit, pouvez-vous nous en dire la raison ?} demanda Sera.

Sera a raison... Mais je ne le ferai pas sans un consensus de tout le monde. C’est une bonne chose que je peux décider depuis ma position supérieure. Cependant, cela ne serait pas génial si elles ne comprennent pas toute l’histoire.

J’avais alors parlé à tout le monde de mes réflexions de tout à l’heure.

{Eh bien, cela a donc quelque chose à voir avec le fait que de grands aventuriers s’y rassemblent...,} déclara Sakura.

{Oui, et je veux aussi rajouté que nous avons été remarqués par un chevalier de la reine, donc nous serons impliqués tôt ou tard dans les affaires du royaume...,} dis-je.

{Je comprends la raison... mais je n’irai pas à l’intérieur du château... J’attendrai dehors.} déclara Sakura,

Eh bien, je serai le seul qui entrera dans le château pour cette requête. Je veux par tous les moyens les rassembler à mes côtés tout en faisant qu’ils aient le même but que moi. J’ai pensé à laisser Sakura dans un autre lieu, car elle a une histoire déplaisante avec les familles royales, mais...

En levant les yeux, je vis le visage de Gilbert, qui me regardait et qui attendait ma réponse.

« Après avoir réfléchi, nous acceptons cette demande, » déclarai-je.

« Merci ! Prenez cette enveloppe avec vous quand vous irez à la capitale, » déclara Gilbert après avoir sorti une enveloppe de sous ses habits et après me l’avoir tendue.

« Vous vous êtes bien préparé ! » dis-je.

« Tout à fait. J’avais tout préparé dans le cas où vous auriez accepté ma demande, » dit-il.

Il s’agit bien d’un homme diligent et bon. Je suis sûr qu’il est très populaire.

« Gilbert, il semble que votre préparation ne va pas être gaspillée, » déclara le maître de guilde. « Voici le papier de la requête vu qu’il s’agit d’une requête qui est passée par l’intermédiaire de la guilde. »

« Compris, » dis-je.

J’avais accepté le document concernant la requête des mains du maître de guilde.

« Je pars pour la capitale dès que mes préparatifs sont terminés ici, » déclara Gilbert. « Je devrais être prêt à partir demain. Certains gardes seraient... Non. Où allez-vous vous reposer et prendre un repas ce soir ? »

Même si cette proposition venait de sa bonne volonté, je me devais de décliner, car cela limitera beaucoup trop nos actions.

« Non, c’est bon. S’il vous plaît, laissez-nous aller à notre rythme puisque le but de notre voyage est le tourisme, » dis-je.

« D’accord. L’enveloppe brune contient la carte pour l’itinéraire et les auberges recommandés sur le chemin de la capitale, » déclara Gilbert.

Vraiment diligent. Il a même marqué les auberges recommandées sur la carte.

R : Il en a fallu des efforts pour faire ça

« Compris. Nous acceptons volontiers, » dis-je.

Le maître de guilde se leva et parla. « La discussion est maintenant terminée. Monsieur Jin, qu’allez-vous faire ? Allez-vous mettre à jour votre carte ? »

« Oui, » répondis-je. « Je vais la mettre à jour, déjeuner, puis préparer mon voyage. »

« Je vois, s’il vous plaît, revenez dans cette ville si vous le souhaitez, » déclara-t-il.

« Je reviendrai quand j’aurai besoin d’acheter plus de riz, » dis-je.

Comme nous l’avions dit, nous avions fait nos au revoir au maître de guilde et à Gilbert, puis nous étions allés mettre à jour nos cartes de guilde.

« Est-ce que c’est correct pour nous qui n’avons rien fait d’améliorer notre rang ? » demanda Sakura. « Jin-kun, vous avez fait la plus grosse part du travail concernant cette réalisation. »

« Maria-chan et Sera-chan ont travaillé, mais nous n’avons rien fait du tout..., » déclara Mio.

« Pas du tout. Ce que j’ai fait c’était juste conduire la voiture..., » déclara Sera.

« J’ai simplement tué les monstres qui sont passés à côté de Jin-sama. Tamo-san pourrait avoir été bien plus utile que moi..., » déclara Maria.

« Tout va bien. Il n’y a pas de problèmes quant à vos capacités, » dis-je.

« Nous pensons que nos capacités sont insuffisantes, » déclara Cloud.

En fait, ce n’est pas le cas. Quand je pense aux capacités et compétences que je leur ai données, ils sont de Rang D.

« Eh bien, c’est seulement un rang obtenu, » répondis-je. « Votre capacité continuera à augmenter après ça. Pensez-y comme si vous étiez chanceux. »

« D’accord..., » répondit Cloud.

Nous avions reçu nos nouvelles cartes de guilde mise à jour. En y pensant... Suis-je le plus rapide à passer d’un Rang F à un Rang C ?

R : Il y a un enregistrement concernant un aventurier qui a atteint un rang B en deux jours.

Je vois... Cela semble être plus difficile que je le pensais. Il avait probablement dû faire une performance extrême comme moi pour obtenir d’un coup le Rang B...

R : affirmatif.

Après tout, j’avais raison. Il n’y a aucune information sur combien de fois il avait dû accepter des demandes pour réaliser ça.

Tout le monde avait sa carte mise à jour, y compris les esclaves.

« Comme Gilbert l’a dit, nous devons atteindre la capitale dans dix jours, » dis-je.

« À cette distance, cela devrait prendre environ sept jours. Qu’allons-nous faire avec les trois jours restants ? » demanda Sakura.

« Je n’ai rien de prévu en particulier. Nous pourrions tuer un peu de temps dans la capitale s’il y a quelque chose d’intéressant, et regarder autour de la capitale est aussi une bonne idée, » dis-je.

{Allons-y de tout de suite, je suis impatiente d’y être !} déclara Dora.

Oh ! Dora vient de dire une phrase plus compliquée que d’habitude ! Faisons-lui une caresse en récompense.

« Le Maître ne fait que caresser Dora sans raison, n’est-ce pas ? » demanda Mio.

« Mio-san n’a pas besoin de dire ça. Le Maître aime vraiment Dora-san..., » déclara Cloud.

Les nouveaux esclaves ne savaient pas pourquoi j’avais caressé Dora parce que je ne leur avais pas parlé par télépathie.

Coco et Roro regardaient Dora avec de l’envie dans leurs yeux. Je devrais donc leur caresser là tête à elles aussi.

« Préparons-nous et nous quitterons après ça cette ville, » dis-je.

Nous devions nous préparer pour pouvoir voyager plus tard.

Puisque nous avions une pierre de monstre d’une valeur de plus de dix millions de pièces d’or que je voulais vendre, il n’y a aucune chance que je la vende immédiatement. Je ne pouvais pas faire autrement vu que nous devions aller à la capitale. On pourrait dire qu’il était naturel que les pierres de monstre des orcs et d’ogre soient vendues à des prix élevés.

J’avais vendu l’équipement supplémentaire que j’avais obtenu de monstres. Comme nous avions beaucoup de personnes avec nous en ce moment, la quantité de fournitures que nous devions acheter avait augmenté. Avoir un revenu stable était la raison pour nous d’être de vrais aventuriers. Le revenu quotidien comme celui-ci était incroyable, mais il était encore loin d’atteindre notre objectif.

Ah oui, la pierre de monstre du tyrannosaure valait à elle seule dix millions de pièces d’or. Pour être honnête, il y avait une énorme interrogation quant à savoir quoi faire avec. Bien sûr, je ne voulais pas la vendre. Je voulais dire par là que je n’avais aucun moyen de la vendre facilement et que cela prendrait du temps selon moi pour trouver un acheteur. De plus, c’était vraiment du gaspillage de la donner à Tamo-san parce que je ne voulais pas que Tamo-san prenne la forme d’un Tyrannosaure... Pour cette raison, j’avais décidé de la garder et de voir ce que je ferais avec plus tard. Le cas classique de l’accumulation d’objets du genre.

Nous avions rapidement achevé nos préparatifs pour le voyage. Après ça, nous avions tous pris un repas avant de quitter la ville vers midi. Les membres principaux (moi, Sakura, Dora, Mio, Maria et Sera) étaient dans la carriole avec la moitié des nouveaux venus tandis que les autres étaient dans la pièce. Puisque la pièce était séparée de ce chariot cahotant, on pouvait facilement l’utiliser afin de se reposer. Je faisais également une sieste dans la Pièce de temps en temps...

Les nouveaux esclaves faisaient des potions dans la Pièce prévue pour ça. Comme il s’agissait d’un quart de travail de deux heures, le quota était d’une potion par personne.

La capitale était au sud d’ici. Il y a plusieurs villages sur le chemin, donc je prévoyais de faire un arrêt dans l’un d’eux. Nous atteindrons le premier village après un voyage de deux jours avec le chariot. Bien sûr, le trajet le plus court vers la capitale prenait sept jours, il y avait donc assez de temps pour nous pour pouvoir faire un détour vers un village voisin.

« Dans le prochain village, y a-t-il une spécialité ? » demanda Mio. « Des lieux touristiques ? »

« Jin-kun, il semblerait que nous ayons assez de temps à perdre, non ? » demanda Sakura.

Elles devaient avoir eu une idée après avoir vu mon comportement. Malheureusement, il n’y avait rien d’intéressant cette fois-ci dans ce village.

« Eh bien, il n’y a rien du tout à première vue, » répondis-je. « Il n’y a rien d’intéressant ici selon un rapide survol de la carte. »

« Vraiment ? » demanda Sakura.

« Nous n’allons passer proche que de deux ou trois villages. Cela devrait prendre environ un à deux jours si nous allons faire du tourisme vers eux... Il n’y a aucun intérêt à le faire. J’ai le sentiment que nous devrions trouver quelque chose qui en vaut la peine avant d’y aller, » dis-je.

R : Il y a quelque chose d’intéressant.

Hein !? Je suis un peu intéressé par ça. Qu’est-ce que c’est ?

R : Et bien, il n’y a pas beaucoup de différence si je vous le dis ou non. Mais je ne vois aucun problème pour vous de vous amuser là-bas.

Alors, dis-le-moi. Je veux savoir à l’avance si c’est inoffensif ou non. Je n’avais pas besoin de prendre beaucoup de temps à faire des recherches moi-même parce qu’Alta le fera pour moi. C’était la chose la plus pratique avec la fonction de l’Avatar.

« Alta vient de me dire qu’il y a quelque chose d’intéressant. Je n’ai pas entendu les détails, mais nous pouvons nous amuser plus tard avec ça, » dis-je.

« Oh, c’est intéressant, » déclara Sakura.

« Oui, ça pourrait être quelque chose d’intéressant puisqu’Alta en a parlé, » déclarai-je.

R : s’il vous plaît, ne placez pas la barre trop haut.

Je me l’étais dit juste pour moi...

« Il ne semblerait pas y avoir grand-chose à cet endroit selon Alta, » dis-je.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda Mio.

« Eh bien, il a dit qu’on pourrait s’y amuser, » répondis-je.

N’avons pas de grandes attentes concernant ce lieu.

« Euh... qui est Alta ? » demanda Cloud.

« Un compagnon secret, » dis-je.

Je n’avais pas expliqué à Cloud ce qui concernait Alta. J’avais donc changé de « pouvoir spécial » en « compagnon secret ». Génial. Utilisons ceci dans le futur.

« Le Maître a trop de secrets, et tous sont vraiment incroyables..., » murmura Cloud.

Je devais cacher des secrets parce que c’était trop gênant de tous les expliquer. Au début, il y avait une raison pour laquelle j’avais utilisé « cette magie » pendant un certain temps. Au lieu de mentionner le pouvoir spécial, je préférais dire que c’était une magie qui ne devait être utilisée que par des personnes spéciales.

En outre, l’inventaire était spécial, et je ne pouvais pas l’expliquer sans devoir faire une explication complète à propos de mon pouvoir spécial. Je vais le leur expliquer... tôt ou tard.

***

Chapitre 31 : Arrivée dans la capitale et la chevalière

Une heure plus tard, nous étions arrivés dans la capitale.

Hein !? Ne pensez-vous pas que le temps écoulé est étrange ? Qu’en est-il des choses intéressantes qu’il devait aller voir dans le village ? Eh bien... Ne serons-nous pas en mesure d’utiliser le Portail pour y aller après avoir atteint la capitale ?

Ce n’était pas aussi mauvais que lorsque nous voyagions sans but, mais avec une limite de temps, nous devions voyager aussi vite que possible. J’avais utilisé la Téléportation et le Clignotement pour voyager. En d’autres termes, je m’étais dirigé à haute vitesse jusqu’à la capitale, puis j’avais utilisé le Portail pour faire venir le chariot ici.

Bien sûr, j’avais placé un emplacement de Portail dans tous les villages que j’avais traversés, donc nous pouvions y aller plus tard. La préparation de quelque chose comme ça était vraiment intéressante. Eh bien... c’était un peu négatif quand on pensait au fait qu’on voulait faire du tourisme.

Je voulais dire par là... qu’à cause de la suggestion d’Alta, j’avais donné la priorité à la réduction du temps du déplacement.

Tant pis. Il y avait seulement eu quelques monstres le long du chemin, donc c’était un voyage paisible, mais ennuyeux.

C’est vrai. Il y avait une raison pour laquelle je m’étais déplacé plus vite que quand je l’avais fait pour la Forêt de Tiara. Comme la Téléportation pouvait déplacer un utilisateur à l’endroit où l’utilisateur pouvait voir, je l’avais utilisée pour sauter haut dans le ciel, puis je l’avais à nouveau utilisée immédiatement après afin d’aller le plus loin possible. Comme l’efficacité au niveau de l’utilisation des Points de Magie était faible quand il était utilisé sans chanter, j’avais dû utiliser des combos de mouvements au sol presque sans arrêt pour continuer à bouger. Cependant, c’était bien que personne ne me voit...

« Maître, n’avez-vous pas dit que vous aviez besoin de sept jours pour vous rendre dans la capitale ? » demanda Coco.

« C’était dans le passé. Une seule heure s’est écoulée depuis mon départ, » dis-je.

« Après tout, le bon sens ne marche pas avec le Maître..., » répondit Coco.

J’avais seulement dit à Coco et aux nouveaux arrivants dans le chariot que nous allions voyager à grande vitesse. Je les avais trompés en disant que c’était la technique secrète de ma famille.

Je faisais maintenant la queue dans la rangée afin d’entrer dans la ville.

Nous avions découvert que la capitale était entourée par une muraille de dix mètres. La porte elle-même mesure cinq mètres de haut. Les chariots des autres formaient également une ligne. La procédure pour les chariots semblait être plus lente que celle pour les personnes qui étaient venues à pied.

« Oh oui. Pourquoi ne leur montrez-vous pas cette enveloppe brune provenant de Gilbert ? » demanda Sakura.

Il semble y avoir une variété de papier dedans. J’avais seulement regardé la carte, mais j’étais certain qu’il avait préparé quelque chose de plus que des recommandations d’hôtels.

« Puisque cette carte est bonne, je veux parler de quelque chose, » dis-je.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » demanda Sakura.

J’avais remis les documents à l’intérieur de l’enveloppe brune à Sakura.

« Oh, nous allons pouvoir passer la porte du mur extérieur avec ça, » dis-elle.

C’était intéressant, car Gilbert avait mis un passe prioritaire pour les nobles dans cette enveloppe brune. J’avais le sentiment qu’il ne m’en avait pas parlé parce qu’il pensait que je le verrais quand je regardais la carte. Cependant, je voulais toujours avoir une explication.

« Suivant, » déclara le garde.

Notre tour était enfin venu. J’avais alors remis la lettre de Gilbert au garde, puis nous avions passé la porte sans payer le péage.

Je suppose qu’ils allaient signaler cela aux plus hautes instances. En bref, le fait que nous voyagions si vite était très susceptible d’être connu, mais le fait que j’avais été capable d’arrêter la horde à moi tout seul était vraiment absurde. Je suppose qu’il est trop tard pour cacher ça maintenant...

{Nous sommes arrivé,} déclara Dora.

« C’est vraiment grand, » déclara Mio.

Nous avions pu voir le château dès que nous étions entrés dans la ville. Il était visible de loin. Il s’agissait d’un magnifique château de style occidental au milieu de la ville. Les yeux de Mio et de Dora pétillaient face à cette vue.

Il y avait beaucoup de bâtiments de style japonais mélangés avec le style occidental, et donc les deux ensemble m’avaient fait avoir un sentiment d’incompatibilité. Le crime du héros qui avait répandu la culture japonaise d’une telle manière à moitié cuite était vraiment lourd. Cependant, je ne pouvais pas m’empêcher d’admettre que je pensais que le riz était une bonne idée.

Les yeux de Sakura étaient dans le contraste absolu avec ceux présents dans le groupe d’enfants. Son expression le montrait déjà...

« Sakura, » dis-je.

« Hmm... ce n’est rien, » répondit-elle.

« Je le vois clairement sur votre visage. Ça n’arrivera pas cette fois-ci. S’il vous plaît, croyez en moi que rien de tout cela ne se reproduira tant que je serais à vos côtés, » répondis-je.

« D’accord » répondit Sakura. Après ça, elle m’avait regardé et avait fait un léger sourire. Cela semblait être un souvenir vraiment désagréable pour elle.

Je veux faire quelque chose pour elle. Que diriez-vous de la destruction du royaume ? Hmm... Non. Cela serait encore plus effrayant si elle souriait à cause de ça...

« Maître, nous sommes arrivés, » déclara Sera alors qu’elle arrêtait le chariot.

Il s’agissait d’une auberge que Gilbert nous avait recommandée. Elle s’appelait « L’Hôtel dans la Forêt. » Je ne comprenais pas vraiment la signification derrière ce nom.

« Bienvenue ! » un homme musclé qui ressemblait à une personne âgée se trouvait être le réceptionniste. Où se trouvait la belle et adorable jeune fille qui aurait dû se trouver là !?

R : Il n’y en a pas ici.

Hein !?

Je m’étais mis à parler au réceptionniste malgré ma déception. « Gilbert m’a personnellement recommandé cette auberge. Je voudrais rester ici au moins dix jours. »

« Tout est bien dans ce cas. Comme vous avec une recommandation de Gill-bocchan, je vais vous faire une petite ristourne, » annonça l’homme.

Gill-bocchan... Un beau jeune maître...

J’avais un peu souri tout en payant la somme due pour une location de deux chambres. Cette fois-ci, j’avais décidé de diviser les membres principaux et les esclaves nouveaux venus.

Je serai dans la pièce avec les principaux membres.

« Eh bien. Je vais faire une visite habituelle au marché des esclaves, » annonçai-je.

« Allez-vous augmenter le nombre de membres ? » demanda Mio, surprise par mes paroles.

Eh bien, c’est ma tactique de base...

« Eh bien, Alta a trouvé un esclave intéressant là dedans, » déclarai-je.

« Quel genre d’esclave est-ce cette fois ? Un autre secret ? » demanda Mio.

« Eh bien, nous en avons eu un lot plus tôt. Donc, je prévois d’ajouter une chevalière en tant que prochaine subordonnée, » dis-je.

« Oh... Ah ? Eh ? Une chevalière ? De ce pays ? » demanda Mio.

« Tout à fait, » répondis-je.

« Quel genre de personne est cette esclave ? » demanda Mio.

Dans ce pays, il était normalement impossible pour un chevalier de devenir un esclave.

« Qui sait ? » répondis-je. « Je ne peux pas aller aussi loin dans les détails sur une personne pour connaître ce genre d’informations personnelles. Cependant, cela serait une énorme perte si nous ne le faisons pas. Elle va mourir si nous ne l’achetons pas très bientôt. »

« Comme vous venez de le dire, dépêchons-nous, » déclara Maria, me poussant à me dépêcher encore plus.

Même si l’autre personne était une personne non apparentée, il semblerait qu’elle s’inquiétait de la perte que je ressentirais si je ne pouvais pas acheter cette chevalière.

« Bon, vous n’avez pas besoin d’emmener beaucoup de monde là-bas..., » déclara Sakura.

« Je veux y aller, » déclara Maria.

« Umm... D’accord Maria, » répondis-je.

Puisque Maria ne voulait pas me laisser y aller seul, je l’emmènerais avec moi. On ne peut pas y faire grand-chose face à son empressement.

« D’ailleurs, son but principal sera de former et de diriger les nouveaux arrivants, » continuai-je. « Il est facile de s’impliquer dans des problèmes si nous n’avons que des enfants, et cela, peu importe à quel point nous sommes forts. »

« Cela signifie que les nouveaux arrivants devront bientôt agir, » déclara Sakura.

J’avais assez de personnes et de monstres pour voyager. Si le groupe de nouveaux arrivants avait un chef, il serait prudent dans une certaine mesure de les laisser prendre des mesures distinctes. Eh bien, j’avais également Alta, donc je n’avais pas besoin de m’inquiéter, mais... Je pense qu’il était également nécessaire d’avoir un tuteur sous une forme visible.

« Oui, c’est la raison, » dis-je. « Oh ! Pour les autres, vous pouvez aller faire du tourisme dans la capitale. S’il vous plaît, dites-le aussi aux nouveaux arrivants. »

« « « D’accord, » » » dirent toutes les personnes présentes.

{ ?} Oh ! Dora semblait ne pas avoir compris ce dont je parlais.

Maria et moi avions ensuite quitté l’auberge avant de nous diriger vers le marché aux esclaves. Je connaissais la destination grâce à la carte, et c’était assez loin. Comme prévu de la capitale, elle était si grande que je ne pouvais pas la comparer à toute autre ville que j’avais vue auparavant dans ce monde. Sa population était d’environ 100 000 personnes, ce qui était considéré comme énorme dans ce monde.

Il était difficile de protéger une ville aussi grande avec une seule barrière, alors ils utilisaient une « barrière de pierre » (c’est ainsi que les habitants appellent ça) pour protéger chaque bloc.

Il nous aura fallu environ quinze minutes avant d’arriver au marché aux esclaves. Comme il était difficile de se déplacer avec des esclaves, j’utiliserai Portail pour pouvoir retourner en secret jusqu’à l’auberge.

Ma demande spécifique au marchand d’esclaves était la suivante : « une esclave bon marché ». Eh bien, cela ressemble à un cas trop large, mais c’était ce qu’Alta m’avait dit de dire.

Le marchand d’esclaves me conduisit après ça à la chambre noire habituelle.

« Les esclaves avec les prix bon marché sont ici, » déclara le marchand. « Oh ! Mettons d’abord ces vêtements parce qu’ils sont tous bien trop inesthétiques à l’intérieur. »

Oui, c’est vrai.

R : Les conditions à l’intérieur de cette salle sont vraiment horribles comme le dit le marchand d’esclaves. Êtes-vous prêt à voir ça ?

Bien sûr. Tout va bien... du moins, je pense.

« Même si c’est catastrophique que ça, pouvez-vous quand même me montrer un esclave là-dedans ? » demandai-je.

« Les clients ont aussi des goûts bien spécifiques..., » répliqua-t-il.

C’est vrai. Je vais porter les vêtements. C’est vrai qu’à l’intérieur, c’est vraiment du sérieux.

Pour commencer, elle est gravement blessée. Ses deux bras, ses globes oculaires et ses seins sont manquants. Ouais... c’est vraiment trop comme traitement. Au moins, ses blessures sont propres. Tout cela a probablement coupé par quelque chose de très tranchant plutôt que d’être tout simplement arraché. Je peux parfaitement voir les sections coupées. Ses yeux ont été évidés, son nez a été coupé et ses cheveux ont été rasés jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien.

Ses cordes vocales ont été complètement détruites, elle n’est donc plus capable de parler. Les tendons de ses pieds ont été tranchés, et elle a des choses semblables à des lances qui lui transpercent les pieds. Sa bouche et son aine étaient pleines de blessures occasionnées par des coups de couteau.

Malgré cet état physique vraiment affreux, ses oreilles ont été préservées. Bref, elle ne connaît son entourage qu’en entendant les sons. Et il y a une trace de magie curative qui avait été utilisée sur elle, car il n’y avait pas d’hémorragies qui lui auraient été fatales. Cela signifie qu’elle ne mourra pas, et cela même si elle est dans cet état.

Je pouvais dire qu’elle est maintenue en vie dans un état de torture permanente.

« Qui diable est-ce !? » m’écriai-je en voyant cette loque humaine.

Le marchand d’esclaves avait l’air troublé quand il entendit ma question.

« Quelqu’un l’a amené ici. Je voulais au début refuser, mais..., » le marchand d’esclaves éludait le sujet. Je pense qu’il a aussi été payé pour ça. Il est inhabituel d’aller aussi loin après en avoir fait une esclave...

« Eh bien ! Pour l’instant, il n’y a rien qu’elle puisse faire, donc la garder est aussi gênant, » déclara-t-il.

L’état physique de Maria et de Sera était aussi déplorable, mais pas aussi horrible que ça. C’est le pire que je n’aie jamais vu...

Ce monde était grand, et il y a un esclave qui avait connu un sort pire que Maria et Sera. Du point de vue de Maria, elle ressent aussi de la pitié pour elle.

« Il est préférable de la vendre plutôt que de la tuer, » déclara le marchand. « Cependant, je ne peux non plus la laisser sans surveillance dans cette situation puisque je dois lui donner assez de nourriture pour l’empêcher de mourir de faim. »

La personne en question entendait ce que le marchand d’esclaves avait dit. Après tout, elle pouvait parfaitement entendre les voix...

« Compris. Je vais l’acheter, » dis-je.

« Hein !? Vraiment !? Êtes-vous sérieux !? Êtes-vous d’accord avec son achat ? » demanda le marchand d’esclaves. Ses yeux avaient changé. Il me regardait comme s’il voyait une mauvaise personne en moi. Franchement, je ne pouvais pas lui en vouloir alors que j’achetais une esclave dans un tel état.

« Tout à fait. Je n’ai aucun problème avec ce que je compte en faire, » répondis-je. Jouant mon rôle.

« D-D’accord..., » répondit-il.

Le marchand d’esclaves était abasourdi. « Eih.. Le prix est de trois mille pièces de cuivre, Monsieur. »

Eh oui, c’est vraiment bon marché.

Il me fallait dix mille pièces de cuivre en plus pour le collier d’un esclave (ce qui est le même prix que celui de Sera), mais c’était plus cher que l’esclave en elle-même.

« Oh ! C’est vrai ! » commença le marchand. « Veuillez noter que la Marque d’Esclavage n’a aucun effet sur cette esclave. »

La Marque d’Esclavage était seulement placée sur un partenaire qui se trouvait être d’un rang vraiment inférieur ou qui l’avait accepté d’elle-même. En termes de jeu, l’échec dépendait du niveau entre l’esclave et le niveau du maître. Il était possible que cette chevalière résistât à cause de son haut niveau.

Je m’étais inscrit en tant que propriétaire après avoir acheté un collier d’esclave au marchand d’esclaves et l’avais mis dans le sac. Il semblerait qu’elle ne pouvait pas marcher, donc je n’avais d’autre choix que de la porter. C’était vraiment comme un très gros bagage.

J’avais été en mesure d’obtenir ma nouvelle esclave en toute sécurité. J’étais allé dans une ruelle et puis j’étais retourné dans le chariot en utilisant le Portail. Après être arrivé dans le chariot, j’avais fait asseoir la chevalière sur une chaise présente là. Asseoir ? Je suppose que « la mettre dessus » était plus approprié.

« Eh bien..., » commençai-je.

« S’il vous plaît, juste un instant, » demanda Maria.

« Hein !? » m’exclamai-je.

Maria m’a arrêté. Qu’est-ce qui ne va pas ? Me demandai-je.

« Est-ce que c’est d’accord si je commence son éducation avant de faire toute autre chose ? » demanda Maria.

« Éducation ? » demandai-je.

« Tout à fait, » répondit Maria. « Cette personne va voir un miracle juste devant ses yeux. J’ai donc besoin de lui expliquer tout cela en premier, ainsi, Jin-sama, vous ne vous sentirez pas mal quant à ces actes... »

Oh ! Est-ce que c’est que j’ai horreur d’être appelé Dieu ? Mais disons, je ne veux pas être appelé un dieu...

« Eh bien, cela ne me dérange pas dans ce cas..., » dis-je.

« Je suis vraiment désolée, mais pourriez-vous sortir parce que des mots désagréables vont être prononcés pendant l’explication ? » demanda Maria.

« Compris, » dis-je.

Je suis sûr que je l’entendrai quand même de l’extérieur. Si oui, devrais-je aller ailleurs ?

« Je reviendrai dans une heure. S’il vous plaît, envoyez-moi un message télépathique lorsque vous aurez terminé, » dis-je.

« Cela ne sera pas si long ! » répondit Maria.

Eh bien, cela devrait prendre environ dix minutes.

« J’ai honte de dire que j’ai déjà dit des choses désagréables plusieurs fois depuis que vous m’avez acheté, » déclara Maria.

Dieu, noble et héros, tout à la fois.

« C’est vraiment bien que quelque chose comme ça ne soit pas arrivé avec Sera-chan, » déclara Maria. « Cependant, j’ai remarqué ceci alors que les nombres d’esclaves augmentaient. Je parle du fait qu’il est possible qu’un esclave dans une situation similaire à la mienne apparaisse. Je pense depuis qu’il est nécessaire de les éduquer à l’avance. »

Maria avait déclaré cela fièrement. « Cela ne peut pas être fait sans enthousiasme. Je veux passer mon temps à correctement éduquer les esclaves pour les rendre utiles à vous, Jin-sama, même si cela n’augmente que de peu leur efficacité. »

« J-Je vois, » dis-je.

J’avais été surpris par les intentions de Maria et j’avais décidé de perdre un peu de temps à l’extérieur du chariot. Puisque tout le monde faisait ses courses dans la capitale, il n’y avait plus personne... ou alors c’était ce que je pensais.

Sera avait reçu un message télépathique de Maria et elle était revenue avec le Portail afin de m’accompagner.

Sera se rapprocha de moi et m’enlaça mon bras. La sensation sur mon bras était vraiment très agréable. Je réalisai alors que nous n’avions pas pu passer du temps ensemble récemment.

« Maître, y a-t-il un endroit où vous voulez aller ? » demanda Sera.

« Hein !? Pourquoi ne pas rejoindre les autres membres ? » demandai-je.

« Eh bien, vous n’avez pas vraiment besoin de vous en soucier parce que nous agissons chacun de notre côté, » répondit Sera.

J’avais alors regardé la Carte, et j’avais pu voir des groupes de trois à quatre personnes, et chacun s’occupait à sa manière. Sakura ne bougeait pas beaucoup depuis qu’elle était avec Iris et Yuria dans la bibliothèque. Mio et Dora achetaient des ingrédients avec Roro. Le timide Adel était leur porte-bagages. Cloud, Knot, Coco et Sicily regardaient à l’intérieur d’une boutique d’armes.

Je ne pense pas qu’ils vont se perdre sur le chemin du retour.

Alors j’avais décidé d’errer sans but et faire du lèche-vitrines avec Sera dans la capitale.

À ce propos, Sera avait déplacé un chariot abandonné qui bloquait le chemin d’une main, avait neutralisé une wyverne échappée du cirque afin d’obtenir sa soumission (mais elle ne l’avait pas apprivoisé), avait vidé quelques stalles de leurs nourritures, et avait sauvé un enfant qui était tombé du troisième étage d’un immeuble avec Clignotement, le tout sans incident majeur.

Le temps s’écoula rapidement, et j’avais reçu un appel de télépathie de Maria environ une heure plus tard.

{Désolée de vous avoir fait attendre. Les préparatifs sont enfin finis. Cela a pris un peu plus de temps que prévu. Pourriez venir maintenant ?} demanda Maria.

{Compris. Je reviens immédiatement.} Répondis-je.

Une heure s’était écoulée vraiment rapidement.

« Sera, qu’allez-vous faire après mon retour ? » demandai-je.

« Je vais aussi revenir avec vous. Je vais attendre dans une autre pièce afin de ne pas vous déranger, » déclara Sera.

« Compris, » dis-je.

J’avais activé mon Portail et j’étais allé au chariot avec Sera. Sera alla directement à l’auberge après ça.

« Jin-sama, veuillez utiliser la Régénération sur elle, » demanda Maria.

« D’accord, » dis-je.

Je ne vois aucun changement en elle.

R : Il y a une grande différence. S’il vous plaît, regardez ça.

La Carte était affichée devant moi. Il y avait quatre points bleus à l’intérieur du chariot, qui représentaient mes alliés. Maria, Tamo-san, Midori et cette chevalière. Même si je n’avais pas encore utilisé Lien d’Engagement avec la cavalière, elle était représentée par un point bleu sur la Carte. En fait, elle était verte quand je l’avais amenée ici.

En bref, il s’agissait du résultat d’avoir été éduqué par Maria pendant une heure.

Euh... Que s’est-il passé ici ?

R : Voulez-vous vraiment le savoir ?

Non, c’est bon. Je ne veux pas entendre les détails.

J’avais donc décidé de tout ignorer et de commencer à incanter mon sort de Régénération. Mon incantation fut terminée dix minutes plus tôt que la dernière fois.

« Régénération, » murmurai-je.

Elle fut alors entourée d’une lumière tout comme avec Maria, et son apparence changea peu à peu.

Après que la lumière se soit dissipée, une belle femme se tenait devant moi. Elle avait des cheveux qui allaient jusqu’à la taille. Ces cheveux étaient argentés et les yeux rouges rubis. Ses seins étaient légèrement plus petits que ceux de Sera. Ses bras et ses jambes étaient longs et minces, sans présenter la moindre blessure à leur surface.

Il y a à peine dix minutes, elle était en loque. Et maintenant, je pouvais voir son corps en détail puisqu’elle était toujours nue, comme elle l’était quand je l’avais amenée de chez le marchand d’esclaves.

Cette chevalière toucha ses propres membres et son visage, puis ferma les yeux une fois qu’elle eut fini son inspection. Un flot de larmes étaient alors venues de sous ses yeux clos. Quelques instants plus tard, elle s’agenouilla, mettant les deux mains ensemble. Ensuite, elle commença à prier alors qu’elle s’inclinait devant moi.

Eh oui, une autre croyante. Je pense que cette chevalière me donnerait non seulement sa loyauté, mais elle a également foi en moi.

Eh bien, j’avais l’impression que cela tournerait ainsi puisqu’elle avait été laissée avec Maria pour recevoir son éducation. Je voulais dire par là que c’était normal, puisque Maria lui avait pour ainsi dire fait subir un lavage de cerveau dans cette situation...

Et Maria hocha la tête comme si elle était satisfaite du résultat.

« Jin-sama, s’il vous plaît donnez un ordre à cette nouvelle servante, » déclara Maria.

Que répondre à Maria ? Des suggestions ? Cette chevalière ne bouge pas du tout. Je suppose qu’elle a été formée pour rester ainsi quant à ses tâches.

Parlons-lui pour l’instant. Que devrais-je lui dire ?

« Euh... Allez-vous bien ? » demandai-je.

Eh oui, mon esprit ne fonctionne pas vraiment bien à ce moment précis. La sensation était différente de ce qu’il faisait habituellement quand je salue des esclaves nouvellement achetés...

« Oui, j’ai pu avoir une nouvelle vie grâce à la miséricorde du Maître, » répondit la chevalière. « Le corps de chevalière ne m’appartient plus désormais. Je veux vous donner mon corps... et ma loyauté. »

Son apparence n’était pas appropriée pour cette déclaration de loyauté.

Peut-être, que c’est ce qu’elle a entendu de Maria était « Le traiter comme un dieu n’est pas acceptable. Seule votre fidélité totale est acceptable. » Est-ce ce qu’elle a dit ça ?

R : correct.

Eh bien, vérifions pour l’instant le statut de la chevalière. Je suis désolé de l’appeler « chevalière » tout le temps.

Nom : Lusia

Niveau : 49

Genre : Féminin

Âge : 24

Race : Humaine

Compétence : [Maîtrise des Épées Niv. 6] [Maîtrise des Boucliers Niv 6] [Loyauté Niv. 1] [Renforcement Corporel Niv 4]

Titre : L’esclave de Jin, ancienne chevalière de la reine.

Est-elle une idiote qui a du muscle à la place du cerveau ? Et elle a la compétence [Loyauté]. Quand a-t-elle eu ça ? À l’époque où elle était une chevalière ?

R : Il y a une minute.

Oh je vois. Elle a déjà subi un lavage de cerveau... Eh bien, il n’y a rien à perdre si je la laisse comme ça.

Oh, c’est vrai. J’ai besoin de savoir quelles sont les informations que Maria lui a dit.

{Maria, quelles informations avez-vous données à Lusia ?} demandai-je.

{Je lui ai indiqué à propos de votre puissance et de tout ce que vous pouviez faire. Ce sont les principaux points de l’éducation d’un nouveau venu.} Répondit Maria.

{Cela ne veut pas dire que vous devez tout lui dire...} dis-je.

J’avais le sentiment qu’il y avait quelque chose de plus qui m’inquiétait à ce sujet, mais sa pose actuelle me distrayait de notre discussion.

« Lusia, voici votre ordre. Vous allez former les esclaves nouveaux venus qui vont m’accompagner, » dis-je. « J’ai de grandes attentes quant à vos compétences et votre capacité à commander puisque vous êtes une ancienne chevalière. »

« D’accord. Laissez-moi cette mission, » répondit Lusia.

La position de Lusia était toujours celle où elle priait alors qu’elle m’avait dit ça. Voulez-vous arrêter ça, s’il vous plaît ?

R : Elle restera comme ça tant que le Maître ou Maria ne lui dise pas de faire autre chose.

« Nous devons maintenant parler. S’il vous plaît, levez-vous, » dis-je.

« À vos ordres, » répondit Lusia.

Lusia se leva comme je lui avais ordonné, mais n’essaya même pas de couvrir son corps nu.

« N’êtes-vous pas gênée ? » demandai-je.

« Nullement. Puisque ce corps vous appartient déjà totalement, cela ne me dérange pas si vous voulez me regarder, » répondit Lusia.

« Eh bien, je ne pense pas que beaucoup d’hommes ressentiraient quelque chose de désagréable avec votre apparence actuelle, en particulier par rapport à avant que vous soyez guéri, » dis-je.

« Merci beaucoup, » répondit-elle.

Honnêtement, je me sentais vraiment heureux. Cependant, il y a quelque chose qui me décevait. C’est le collier d’esclave. Ce collier était dans une opposition frappante vis-à-vis de sa peau blanche. Ça pouvait très bien paraître sur elle, mais ce n’était pas mon hobby.

Lusia sembla lire mon regard et elle ouvrit la bouche. « J’ai une humble requête à vous demander. Puis-je avoir une marque d’esclave au lieu d’un collier d’esclave ? Je veux l’avoir comme preuve de ma loyauté envers vous. »

Eh bien, c’est totalement différent de ce que je pensais.

Comme je l’ai déjà dit, la marque d’esclave ne peut pas être inscrite s’il y a une énorme différence d’aptitudes ou aucun accord mutuel.

« D’accord. S’il vous plaît, montrez-moi votre dos, » ordonnai-je.

« D’accord, » répondit Lusia.

Elle me montra ses fesses sans la moindre hésitation.

{Maria, lui avez-vous parlé de ma compétence d’esclavagisme ?} demandai-je.

{Non, je lui ai juste dit que vous pouviez tout faire, et elle ne devrait donc pas être surprise quand elle l’aura vu.} Répondit Maria.

{...}

L’éducation de Maria était effrayante. Lusia avait été convertie en une croyante par Maria en combinant le pouvoir spécial de Régénération et d’un fanatisme religieux qu’elle avait implanté en Lusia.

En y pensant... Elle ne m’avait même pas affiché la moindre réaction quand j’avais appelé par son prénom sans lui permettre de se présenter d’abord.

Bien que ce fût surprenant dans le cas de Maria, le cas de Lusia est totalement différent. Sa peau est vraiment belle. Non... C’est étrange quand j’y pense. Les chevaliers n’ont-ils pas habituellement quelques blessures sur leurs corps ? Est-ce que la Régénération a guéri toutes ses vieilles blessures ?

R : C’est bien ça.

Je vois. Les vieilles blessures et cicatrices sont aussi considérées comme des « Dommages ». Il semble que la valeur de la personne sera augmentée quand je le guéris de ses vieilles blessures. Eh bien, la récupération des dégâts est vraiment magique...

J’avais apposé une marque d’esclave sur elle — pour l’instant. Je pouvais mettre la marque d’un esclave temporaire sur elle à cause de notre accord mutuel. Il semblerait que le collier d’esclave était maintenant inutile.

Ouais, je n’ai pas besoin de mettre quelque chose en plus sur elle.

« Merci beaucoup, » déclara Lusia en s’inclinant.

Alors, devrions-nous maintenant aller sur le sujet principal ?

« Lusia, pourquoi êtes-vous devenue esclave dans ce pays ? » demandai-je.

C’est la première chose que je dois savoir.

« Eh bien, c’est..., » commença-t-elle à raconter son histoire.

Après un petit moment...

« Je vois. C’est après tout comme je m’y attendais, » répondis-je.

« Jin-sama, que devrions-nous faire ? » demanda Maria.

« Eh bien, nous n’avons pas besoin de faire quoi que ce soit pour le moment, » répondis-je. « Nous resterons dans cette ville pendant dix jours selon notre plan initial. »

« Compris, » répondit Maria.

Après avoir entendu l’histoire de Lusia, cela avait confirmé l’histoire que j’avais entendue d’Alta. La situation devenait un peu problématique pour nous.

« Juste au cas où, devrions-nous préparer des contre-mesures ? » demanda Maria.

« Oui, » répondis-je.

***

Chapitre 32 : L’héritage du héros et les dix jours

***Le premier jour après notre arrivée à la capitale***

Sakura, Mio et moi étions en train de faire du tourisme, vérifiant les endroits intéressants présents dans les villages qui se trouvaient sur le chemin que j’avais emprunté comme l’avait suggéré Alta.

« Si paisible..., » déclara Mio.

Mio se coucha sur le sol en faisant la forme de . Sa jupe s’était levée et ses sous-vêtements étaient totalement exposés. Oh, ils étaient en noir... Noir ?

« Mio, vous êtes aussi dévergondée que prévu, » dis-je.

« Hein !? Oh, vous avez vu ma culotte. Êtes-vous excité ? » demanda Mio.

« Ce n’est vraiment pas grand-chose, mais s’il vous plaît, veuillez replacer correctement votre jupe, » dis-je.

« Bouu, ce n’est pas une réponse appropriée que vous me donnez là, » répondit-elle.

C’était la première fois que nous avions vu une « vraie » maison japonaise depuis notre arrivée dans ce pays. Jusqu’à maintenant, la plupart des bâtiments que nous avions vus dans ce pays étaient soit de style européens, soit à moitié japonais. Il s’agissait d’une maison en bois avec un toit en tuiles et une porte coulissante en papier.

Le héros qui était déjà venu dans ce pays avait aussi implanté divers exemples de la culture japonaise. Cependant, ces informations avaient été fragmentées en raison du passage du temps, et donc tout cela avait perdu sa forme originale. Le résultat était cette architecture artificielle présente dans ce pays. Le propriétaire de cette maison devait avoir enquêté et recueilli les informations fragmentées afin de restaurer ce bâtiment à la forme originale que le héros précédent leur avait laissée.

Mio s’était couchée sur le tatami, le même que celui sur lequel nous étions assis.

Hmm... Pourquoi devenons-nous aussi calmes dans cette maison ?

« Tenez, voici du thé, » déclara une voix féminine.

« Oh, merci, » dis-je.

« Merci, » répondit Sakura.

Une jeune demoiselle de vingt ans venait de nous apporter du thé. Elle était la petite-fille du maître de cette maison. Nous l’avions trouvée effondrée dans le jardin quand nous avions regardé les alentours. Elle avait une maladie chronique (quelque chose proche de l’arrêt cardiaque dans notre ancien monde), alors j’avais donné du nectar de Midori pour guérir complètement sa maladie. Après cela, nous avions reçu la permission de venir ici et de nous détendre chaque fois que nous avions envie de le faire.

« Non, ce n’est rien. Cela fait si longtemps que ma condition physique n’a pas été aussi bonne, » répondit la jeune femme. « Et il est vrai que maintenant, je ne peux pas m’empêcher de vouloir bouger. »

Après ça, elle retroussa ses manches. Au fait, elle portait un kimono. Bien qu’elle ait les cheveux blonds, cela ne signifiait pas que le kimono ne lui convenait pas. Elle était la candidate idéale pour une telle tenue.

En passant, son nom est Yukari. Il semblerait qu’elle avait le même nom que la fille du héros. Le maître de cette maison était quelqu’un qui aimait les héros. J’avais une forte envie de rétorquer certaine chose, mais je ne pouvais pas me le permettre surtout qu’ils n’y pouvaient pas grand-chose de leur côté. Cependant, je n’étais pas sûr si l’utilisation du nectar était complètement indépendante de tout ça.

Nous buvions du thé, mangeons du dango et nous nous détendions comme des Japonais typiques.

« C’est la première fois que je me sens si détendu depuis mon arrivée dans ce monde, » dis-je.

« Je suis d’accord. Ce n’est pas si mal d’avoir une période paisible comme celle-ci, » répondit Sakura.

Nous étions venus dans ce monde, nous avions immédiatement été chassés de la capitale, puis avions dû quitter le premier pays de toute urgence. Notre but à l’époque était de quitter Eludia. Par conséquent, nous n’avions pas eu le temps de nous détendre, car nous devions toujours être pressés.

« Oh c’est vrai, » déclara Mio. « Sakura-sama, on pourrait peut-être demander à Yukari-san si elle n’aurait pas de kimonos en trop ! Portons-les ensemble, d’accord ? »

« C’est une bonne idée, mais je ne sais pas comment m’habiller dans quelque chose comme ça, » déclara Sakura.

« Dans ce cas, s’il vous plaît, laissez cette tâche à Mio-chan, » répondit Mio.

Ces deux filles voulaient aller voir Yukari, alors elles s’étaient dirigées vers une autre pièce de la maison. I Elles revinrent quelques minutes plus tard en portant des kimonos avec un motif floral.

« Comment est-ce ? Est-ce que c’est joli ? » demanda Mio.

« N’est-ce... pas trop étrange ? » demanda Sakura.

Mio avait un kimono rouge et Sakura avait dans un kimono jaune. Il était rare de voir Sakura qui défaisait sa tresse. Oh, cela excluait les moments où elle allait dormir.

« Eh bien, ils vous vont très bien, » répondis-je.

L’impression que me faisait Mio était proche de celle d’un enfant qui fréquentait un festival Sept-Cinq-Trois. C’était assez merveilleux selon moi.

« Merci..., » répondit Mio.

« Merci beaucoup, » répondit Sakura.

Je passais sur ce balcon un bon moment sans le moindre nuage dans le ciel avec de belles filles portant des kimonos. Nous étions restés ainsi jusqu’à la fin de la journée, avions mangé des nouilles pour le dîner, avant de revenir à la capitale en utilisant le Portail.

D’ailleurs, les autres membres agissaient comme des aventuriers dans un village entre la ville d’Atarime et la capitale. Parce que la nouvelle membre de l’équipe, Lusia, avait des talents exceptionnels quand il s’agissait de se battre avec force, ainsi qu’un talent pour commander, j’avais décidé de la laisser former les autres esclaves plus tôt que prévu. Tout en ayant Alta capable de me dire si quelque chose de grave arrivait...

Lusia était une chevalière et une ancienne aventurière de Rang B. Il était donc plus facile pour elle de tout préparer du point de vue des aventuriers.

J’avais mis Maria, Sera et Dora avec le groupe principal, puis j’avais demandé à Lusia d’être responsable du groupe des nouveaux esclaves. Depuis que j’avais parlé à Lusia de mes pouvoirs, y compris de la télépathie, il n’y avait pas de problème de communication.

Quand j’avais parlé de la télépathie à Lusia, je l’avais entendue marmonner : « Est-ce un oracle ? »

***

***Voici maintenant le deuxième jour après notre arrivée à la capitale : ***

Nous allions aller aujourd’hui encore une fois dans la maison japonaise.

Maria venait elle aussi avec nous. Je lui avais demandé de venir. Là encore, j’avais pensé qu’il vaudrait mieux avoir un chat sur le balcon. Alors j’avais décidé de laisser Maria là, recroquevillée sur le balcon. C’était maintenant parfait.

L’idée de laisser Maria dormir sur mes genoux surgit soudainement dans ma tête. Traitons-là vraiment comme un chat.

« Jin-sama, quelle est la signification de tout cela ? » Maria me demande ça après avoir posé sa tête sur mes genoux comme je lui avais dit de faire.

Elle n’avait pas d’autre choix que de m’obéir.

« Est-ce désagréable ? » demandai-je.

« Pas du tout ! C’est même vraiment agréable, » répondit Maria.

Maria avait fait un visage inhabituellement détendu tout en me regardant. N’était-ce pas la même chose que lorsque je lui caressais les oreilles ? Je n’avais pas pu voir cette expression très souvent.

Dès maintenant, je devrais caresser ses oreilles de chat autant que possible.

« Maria ! Je vais caresser vos oreilles, » dis-je.

« He... c’est d’accord, » répondit Maria.

Le visage et le corps de Maria devinrent immédiatement raides. Elle s’était couchée, face contre terre, sur mes genoux.

Puisque sa tête était sur mes genoux, il était facile de les caresser. * frotter *.

« *Gémissement* » comme toujours Maria se tortillait et gémissait.

Que diriez-vous de faire cela pendant une heure ? Ce serait le record de la plus longue durée jusqu’à maintenant. Je faisais cette suggestion, car après tout, nous avions du temps libre à perdre.

C’est trivial, mais mon pantalon s’était bientôt vu mouillé par la bave de Maria. Après ça, Maria avait fait de sincères excuses, mais je m’attendais à cela dès le début, alors je lui avais dit que ce n’était pas du tout un problème.

Gilbert devrait être assez proche de ce village demain s’il s’en tenait à son plan. Puisque je ne voulais pas le rencontrer, j’allais devoir arrêter de visiter ce village pendant un moment.

***

***Les troisièmes au sixième jour après notre arrivée dans la capitale : ***

Mon temps de repos au village touchait à sa fin et je devais reprendre mon activité d’aventurier. Cependant, contrairement aux autres membres, c’était relativement plus facile pour moi, car je n’avais pas besoin d’augmenter mon rang d’aventurier. Sakura, Mio et Dora étaient dans mon groupe. Maria et Sera travaillaient durement pour amener ces nouveaux esclaves et eux-mêmes au rang de C.

Après leur dur labeur, Maria, Sera et tous les nouveaux venus étaient devenus des aventuriers de Rang C dès le sixième jour. Puisque nous avions la Carte, les demandes de subjugation et de collectes pouvaient rapidement être faites. Je n’avais aucune preuve pour le prouver, mais mes subordonnés avaient un taux de réussite de 100 % pour les requêtes. Par conséquent, leurs rangs avaient rapidement augmenté.

« Pour l’instant, Maria et moi, nous arrêterons de monter nos rangs, » déclara Sera.

« Cloud et les autres, s’il vous plaît, travaillez dur pour augmenter vos rangs d’aventurier, » dis-je.

« D’accord, » répondit Cloud. « Nous sommes capables de nous battre plus efficacement. Puisque Lusia-sensei est aussi avec nous, je ne pense pas que nous aurons un problème avec le mode de vie d’un aventurier. À ce rythme, je pense que nos rangs continueront à augmenter en douceur. »

Puisque Lusia était une ancienne aventurière de rang B, sa force de combat n’était pas seulement importante, mais elle avait aussi les connaissances nécessaires pour un aventurier. Peu importe le rang d’un aventurier, il y a quelques règles à suivre. J’avais entendu que Lusia avait personnellement reçu des conseils du chevalier senior avant de devenir une aventurière. Je pense qu’il était naturel qu’elle ait un rang E ou F, mais j’avais appris, en fait, qu’un Rang D était considéré comme étant de classe moyenne.

Mais maintenant, le rang de Lusia avait chuté au Rang C. Il semblerait qu’un aventurier d’un Rang B ou supérieur ne puisse pas être un esclave. J’avais besoin d’un plan spécial pour les nouveaux venus.

Les esclaves nouveaux venus avaient été renforcés à tel point que je n’aurais pas cru si je ne l’avais pas vu de mes propres yeux. Ils avaient acquis une compétence martiale à part entière en dix jours en raison de l’entraînement. Bien sûr, j’avais secrètement augmenté leurs statistiques, mais...

Certains d’entre eux se sentaient encore mal à l’aise et voulaient apprendre sous la supervision de Lusia encore un peu plus longtemps.

« Maître ! Allons-nous agir de nouveau par nous-mêmes !? » Coco semblait comprendre mes pensées, alors elle me regardait avec une expression triste et me parlait avec une voix triste.

« Ne vous inquiétez pas de ça. Nous retournerons à la capitale dans quatre jours, mais vous devriez vous préparer de votre côté pour différentes choses, » dis-je à Coco et Roro qui était devant moi.

« D’accord, je ferai de mon mieux pour aider le Maître. Cependant, je me sens un peu seule, » répondit Roro.

Roro agissait de manière mignonne et elle était collée contre moi. Puisque son corps avait un peu mûri depuis que j’avais fait d’elle une esclave, j’avais l’impression qu’elle était bien plus sexy qu’avant. Pour une fille de 11 ans, son sex-appeal était vraiment effrayant.

***

***Septième jour après notre arrivée à la capitale.***

Gilbert arriva à la capitale. Après avoir reçu le rapport du château, il vient à l’hôtel dans la forêt où nous logions.

« Je suis désolé, mais pourriez-vous venir avec moi jusqu’au château royal ? » demanda Gilbert.

J’avais invité Gilbert à venir dans ma chambre et je l’avais laissé s’asseoir sur la chaise avant de commencer notre discours.

« N’allons-nous pas rencontrer Son Altesse dans trois jours ? » demandai-je en retour.

« Oui, mais je voudrais que vous rencontriez mon supérieur avant ça, » répondit-il.

« Votre supérieur ? » demandai-je.

« Tout à fait, Gorudo, le chef des chevaliers. Ne le connaissez-vous pas ? » demanda-t-il.

Gilbert avait déclaré fièrement ce nom. Eh non, je ne le connaissais pas.

« Eh bien, pas du tout, » répondis-je.

« Q-Quoi... !? » s’exclama Gilbert.

Je pouvais voir le visage surpris de Gilbert. Eh bien, désolé pour ça.

« C’est ridicule ! Même si vous venez juste d’arriver dans ce pays, vous auriez dû entendre parler de l’histoire de Gorudo avant aujourd’hui ! » s’exclama Gilbert.

Est-il connu ?

R : Il est connu pour être le plus puissant « chevalier » du monde.

Oh...

« N’avez-vous jamais entendu les histoires héroïques du chef Gorudo : “Le Tueur de Dragons” ou “Le Tueur de Géants” et ses titres : “Champion” et “Un autre rempart” sont largement connus, » déclara Gilbert. « N’avez-vous rien entendu à ce sujet de la part de la guilde des aventuriers ? Le chef Gorudo est un ancien aventurier de Rang S ! Il s’est retiré quand il est devenu le chef des chevaliers... »

« Eh bien, non, rien de tout ça. Désolé, » répondis-je.

Gilbert laissa tomber son épaule alors qu’il était déçu.

« C’est ridicule... Mon idole..., » murmura-t-il.

Wôw ! C’est un effondrement incroyable. C’est comme montrer à quelqu’un la signature de sa star préférée et ensuite qu’on vous demande « C’est qui ? » directement en plein visage.

Après un petit moment, il retrouva le courage en lui. Il leva son visage puis me regarda.

« ... !? »

« Pardon. J’étais un peu confus, » déclara Gilbert. « Je suppose qu’il y a beaucoup de personnes qui ne connaissent pas le chef Gorudo. Bien que cela soit compréhensible puisque la vice-leader Lusia était dans sa position jusqu’à récemment... »

« Hein !? » m’écriai-je.

J’étais presque tombé de ma chaise.

Lusia est la vice-leader des chevaliers ? Eh bien, je ne lui ai pas posé de questions sur sa position officielle. Je suppose que c’est la raison qui fait qu’elle a une telle aptitude martiale ainsi que pour le commandement et l’organisation.

R : Du point de vue de Lusia, cette information n’est pas importante pour le Maître.

J’ai été surpris parce que je l’ai soudainement entendu après tout ce qui s’est passé.

R : Je vais tenter de vous fournir l’information plus rapidement.

Fait de ton mieux !

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » demanda Gilbert.

« Non, ce n’est rien. Pourquoi le chef des chevaliers veut-il me rencontrer ? » demandai-je.

« Quand je lui ai parlé du rassemblement d’aventuriers talentueux, il semblait terriblement intéressé par l’asservissement de la horde et voulait vous rencontrer, » répondit Gilbert. « C’est pourquoi je suis venu vous voir directement, au lieu d’envoyer un de mes subalternes qui aurait mal géré cette situation et vous aurait offensé. »

Il semblerait qu’il y ait quelques chevaliers qui méprisaient et se moquaient des aventuriers. À en juger par les circonstances que je devais affronter, je pensais que nous ne devrions pas y aller sans y être préparés.

Bref, c’est une question de temps. Dora et Mio voulaient aller au château, mais devrais-je les amener là-bas ?

« Il y a des enfants dans mon groupe qui veulent aller au château. Est-ce que c’est bon pour qu’ils m’accompagnent ? » demandai-je,

« Hmm... Cela ne me dérange pas. Quand êtes-vous libre ? Je veux que vous rencontriez le chef le plus tôt possible, » déclara Gilbert.

« D’accord, ne vous inquiétez pas de ça, » dis-je.

Comme le fait de prendre beaucoup de monde avec moi n’était pas une bonne idée, j’avais décidé de former un groupe avec uniquement quatre personnes. Il s’agissait de Maria (qui voulait absolument venir), de Dora, de Mio et de moi-même.

***

***Le château royal dans la capitale du Royaume : ***

Le plus haut bâtiment de ce pays et le symbole de l’autorité des familles royales. Le château lui-même était un énorme objet magique avec de nombreuses fonctions intégrées. L’un d’eux était la fonction de « Neutralisation des Chants ». Cela bloquait toute forme de magie même quand elles étaient lancées avec « Sans Chant » ou « Omission de Chant ».

Cependant, quand vous aviez vraiment besoin de lancer de la magie, le collier de la reine était nécessaire. Seul le propriétaire d’un collier de la reine (et la reine en avait un) pouvait l’utiliser. Il était donc impossible pour d’autres personnes d’utiliser la magie.

Même s’il y avait une attaque magique provenant de l’extérieur, les murs du château étaient faits de matériaux de résistance à la magie, donc leur efficacité n’allait que d’un très faible effet à aucun effet.

Quant à savoir pourquoi ce château avait une défense aussi forte que celle-ci, c’était à cause du héros du pays. Quand des héros avec un don de production apparaissaient, ils pouvaient inventer des objets magiques avec divers effets magiques.

Ce château était l’un des meilleurs chefs-d’œuvre que j’avais vus jusqu’à maintenant.

En plus de cette fonction, il avait [radiodiffusion dans le château], [détection des matières dangereuses], [coffre-fort], [piège], [porte tournante], [passage secret] et beaucoup d’autres fonctions utiles qu’ils avaient put imaginer et créer.

Je regardais l’intérieur du château et je parlais à Alta. « Je vois... C’est le hobby d’un héros. Cela explique pourquoi ce château est vraiment magnifique. Je me demandais pourquoi ce château est si voyant alors que le reste de ce pays est simple et humble. »

Bien que cet endroit soit utile, j’ai l’impression que les meubles sont trop voyants.

R : Ce ne sont pas des meubles. Ils font partie des murs et des sols.

Sérieusement ? Y compris ces armures ?

À l’endroit où nous étions passés il y a un instant, il y avait des armures qui me donnaient l’impression que « c’est vraiment un château ! »

R : Elles sont connectées au sol. Il est impossible de les utiliser parce qu’elles n’ont pas de joint.

Héros, es-tu un idiot ?

R : Peut-être, mais je pense que c’était une mesure antivol. Cependant, cela manque complètement d’utilité.

Je décide de donner une évaluation au héros de ce pays, et de le classer comme « Idiot ».

« Wôw !! Un château ! C’est un château ! » s’exclama Mio.

{Incroyable ! Fantastique !}

Les deux petites filles étaient de bonnes humeurs. Au moment où je me retournais pour voir ce qu’elles faisaient, je vis qu’elles couraient ailleurs.

« N’allez pas trop loin, » dis-je.

« C’est d’accord..., » répondit Mio.

Les deux filles disparurent après ça. Après avoir regardé ma Carte, je vis qu’elles se déplaçaient très rapidement.

« Euh... N’allez-vous pas les empêcher de faire ça ? » demanda Gilbert. L’étonnement était évident dans sa voix.

« Non, il est préférable que les enfants aient une certaine liberté. Il n’y a pas besoin de les retenir, » dis-je.

« Eh bien, si vous pensez comme ça..., » commença Gilbert.

« Est-ce bon ? » demandai-je.

« Eh bien, il y a des installations importantes ici, comme le terrain d’entraînement et la prison. Il y a des gardiens de prison, donc il est peu probable qu’elles puissent entrer, » répondit Gilbert.

Nous étions en ce moment au premier étage. Il semblerait que le chef Gorudo était dans la zone d’entraînement.

Pour être honnête, j’ai un mauvais pressentiment. Étant donné le genre, il pourrait me défier au cours d’un combat.

J’étais arrivé au terrain d’entraînement en pensant à ça. Dora et Mio nous avaient également rattrapées.

Il y avait un homme d’âge moyen, brandissant une épée et portant une armure. Il s’entraînait là-bas.

Oui, sa présence est assez intimidante, mais je ne ressens aucune force écrasante dans son attaque à l’épée.

Nom : Gorudo

Niveau : 85

Compétence : [Maîtrise de l’Épée Niv. 10] [Maîtrise des Boucliers Niv. 10] [Renforcement Corporel Niv. 10]

Wôw ! Son talent atteint presque l’extrémité supérieure des limites. En d’autres termes, cette personne est à un pas d’être inhumain. Il n’a pas beaucoup de compétences, mais il est vraiment fort dans ses domaines d’expertise, contrairement à moi-même, qui utilise les tricheries.

« Gilbert ? Il semble que vous ayez fait venir l’aventurier en question ici, » déclara Gorudo.

Gorudo savait que nous arrivions sans regarder dans notre direction. Ce monde avait des compétences. Mais les compétences ne s’appliquaient pas toujours à toutes les actions. Il pouvait y avoir une personne qui cuisinait bien sans avoir la cuisine et un gars chanceux sans avoir la compétence chance.

Il n’était donc pas étrange si cette personne pouvait détecter des signes sans avoir la compétence de Perception.

Il était exactement ce que j’appellerais un « Maître » dans mon monde. Ma réaction initiale face à lui était la suivante : Il est la première personne que j’ai rencontrée dans ce monde qui est vraiment fort.

Gorudo arrêta de frapper avec son épée. Son mouvement de gainage de son épée était si raffiné que cela semblait être de l’art. Puis, il se rapprocha de nous.

« Ravi de vous rencontrer. Je m’appelle Gorudo, le chef des chevaliers de ce pays, » déclara Gorudo.

Il ne me regardait pas du tout avec du dédain dans ses yeux. Il y avait seulement quelques chevaliers qui faisaient attention aux jeunes aventuriers tels que moi.

« Ravi de vous rencontrer. Je m’appelle Jin, un aventurier, » dis-je.

« Hmm... les cheveux noirs, les yeux noirs et un uniforme de héros. Vous vous habillez réellement comme un héros, » répondit-il.

« Ce n’est qu’une coïncidence, » répondis-je.

C’était la première fois que l’on me disait ça en pleine face. Mon apparence avait les traits communs d’un héros tels que les cheveux noirs et les yeux noirs, et je m’habillais dans quelque chose qui ressemblait à un uniforme. De plus, les réactions d’autres personnes impliquaient généralement un peu d’envie.

« Notre voisin, Eludia, a invoqué récemment des héros. Il n’est donc pas étrange d’avoir des personnes qui ont été inspirées par leur apparence, » déclara-t-il.

Je vois. Cette apparence peut causer un peu de malentendu puisque l’invocation d’un héros a été faite en temps de paix. Je pense que c’est assez sans danger tant que je ne montre pas mes pouvoirs.

« Vous avez raison, » répondis-je. « Je pense que mes vêtements ont causé beaucoup de malentendus inutiles. »

« Oui, je suis d’accord avec vous, » dit-il.

Pourquoi ce chevalier veut-il me parler ?

« Chef, que diriez-vous de bientôt arriver au sujet principal ? » Gilbert déclara ça avec un ton réprobateur dans sa voix.

Cependant, Gorudo ne semblait pas s’en soucier.

« Cela fait également partie du sujet principal, » répondit Gorudo. « Je ne vois aucune malice dans ses yeux. Il ne semble pas avoir une nature pure et bonne, mais c’est normal. »

Le fait de m’évaluer fait-il partie des sujets principaux ? Gorudo a dit cela devant la personne même qu’il évaluait. Je suppose que je dois aussi jouer mon rôle.

« Eh bien, passons à un autre sujet principal. Cependant, cela semble un peu impossible. On ne peut pas le faire maintenant, alors abandonnons, » déclara Gorudo.

« Hein !? » m’exclamai-je.

S’il vous plaît, dites-moi plus à ce sujet avant d’arriver à une conclusion.

« Chef, l’explication..., » commença Gilbert.

« Oh pardon. Autant pour moi ! J’ai eu tort de parvenir à cette conclusion par moi-même, sans aucune explication. Toujours la même habitude des temps anciens, » déclara Gorudo.

Gorudo se mit à sourire maladroitement puis il continua à parler.

« Gilbert a dit qu’il avait trouvé une personne forte à propos de qui il n’avait même pas entendu de rumeurs, alors je voulais confirmer moi-même ces capacités, » déclara Gorudo.

Alors, est-ce que ça va être un duel ?

« Cependant, vos capacités sont bien meilleures que les miennes. Je veux me battre avec un adversaire puissant, mais compte tenu de ma position, je ne peux pas. Je ne veux pas avoir l’air honteux devant le public, » déclara Gorudo.

Oh ? Il semble que je serai en mesure d’éviter un duel. En y pensant... Il peut mesurer la capacité d’un adversaire sans avoir le pouvoir [Status]. Comme prévu, Gorudo est un maître.

« Je ne comprends pas vraiment, mais je me demande : est-il vraiment si puissant ? » demanda Gilbert.

« Oui, seule sa compétence d’épée est à égalité avec moi. Cependant, je pense que sa force globale est bien plus grande..., » répondit Gorudo.

Wôw ! Il a pu voir tout ça. Comme attendu d’un maître.

« Ses compétences à l’épée sont égales à ceux d’une “Épée Sainte” ! » annonça Gorudo.

Combien de fois Gilbert va-t-il être surpris aujourd’hui ? Je suppose qu’il a maintenant deux autres cas où il sera surpris.

« Eh bien, j’ai plus d’expérience quant aux combats que lui, mais c’est vraiment négligeable pour que cela soit appeler un avantage, » continua Gorudo.

« ... »

« Hein !? » Gilbert était à nouveau surpris et à court de mots. C’était quelque chose qui ne convenait pas à une telle personne. Allait-il vraiment bien là ?

« Eh bien, c’est réglé. Je n’ai rien vu d’aussi intéressant depuis longtemps. Je suis désolé de vous avoir fait venir ici, » déclara Gorudo.

« Non, ça ne me dérange pas. C’est aussi une bonne expérience pour moi, » répondis-je.

Après avoir dit cela, Gilbert me conduisit hors du château. Puis, ayant refusé l’offre de Gorudo de nous reconduire à l’auberge, nous étions retournés là-bas par nos propres moyens.

***

***Huitième jour après notre arrivée dans la capitale : ***

J’étais allé faire des achats ce jour-là. J’avais acheté des vêtements avec Mio. Après avoir soigneusement réfléchi à la situation des vêtements, j’avais réalisé que je n’avais qu’un uniforme scolaire. En passant, Sakura avait de son côté beaucoup de vêtements. J’étais allé là-bas avec Mio parce que je n’étais pas confiant dans mon sens de la mode. Je me demandais toujours ce que je devrais porter autre que mon uniforme scolaire.

Maintenant que mon uniforme scolaire était devenu inutilisable, c’était le plus gros pincement de cœur que j’avais depuis que j’avais mangé cette nourriture si désagréable.

« Hmmm... des Vêtements qui conviennent au Maître. Qu’en pensez-vous de ça ? » demanda Mio.

Mio me montra les vêtements qu’elle avait choisis. Quant à Mio elle-même, elle portait ses vêtements de style loli gothique, mais elle semblait avoir un bon talent pour dénicher des vêtements pour d’autres personnes.

Ce que Mio avait choisi pour moi était un pantalon en lin et une chemise en coton, qui semblait être une combinaison d’habits normale à porter dans ce monde. La couleur du pantalon me semblait convenir, mais il y a beaucoup de noir et de marron. On ne peut pas y faire grand-chose si je le trouvais trop fade.

Je savais que c’était très semblable à la tenue d’un villageois, mais c’était très bien ainsi parce que ça correspondait à mon objectif...

« Eh bien, je ferais mieux de m’habiller comme ça, et ainsi, les personnes me confondront moins avec les héros..., » dis-je.

« Comment était-ce ? Votre avis ? » demanda Mio.

« Rien de spécial, » dis-je.

J’avais soudainement remarqué une robe blanche. Une robe parfaite pour une jeune fille qui avait peu de décoration.

Quand je comparais cette robe avec Mio, ses cheveux noirs me semblaient appropriés. Je pourrais aussi bien l’acheter pour le lui offrir.

***

***Cette nuit : ***

« Euh, le Maître l’a achetée pour moi ? » demanda Mio.

« Comme je suis envieuse..., » murmura Maria.

Quand elle avait montré sa robe blanche, Maria avait gémi. Après ça, elle m’avait regardé avec un air triste, mais je ne pouvais pas y faire grand-chose pour le moment. J’avais décidé d’acheter des vêtements pour tout le monde. Comme je n’avais aucun sens de la mode, je ne savais pas si cela allait les satisfaire ou non...

***

***Neuvième jour après notre arrivée à la capitale : ***

Nous devions nous préparer pour demain. Je ne savais pas ce qu’il allait se produire. Au pire, deux ou plusieurs aventuriers de Rang S deviendraient nos ennemis. C’est-à-dire : Gorudo et Gilbert...

J’avais déjà demandé à Gilbert, mais je ne pouvais pas emmener Mio et Dora cette fois-ci. Eh bien, je n’avais pas prévu de le faire, mais il m’avait dit que c’était correct pour moi d’amener Maria qui avait combattu contre la horde avec moi ou Sera qui avait conduit le chariot. Puisque Maria était prête à devenir ma garde, Sera devait attendre pendant ce temps.

« Il est très probable qu’il y aura un combat demain, » annonçai-je. « Dans le pire des cas, nous devrons fuir ce pays. »

« Mais... n’y a-t-il pas une chance que cela se passe bien ? » demanda Sakura,

« Oui. Nous sommes susceptibles de gagner avec les cartes que nous avons en mains en ce moment, » dis-je.

« C’est vrai Maître que vous avez pris votre joker à vos côtés, » répondit Mio.

Eh bien, je suis déjà au courant.

« J’ai dit que ce serait le pire des cas. Mais je ne veux pas être négligent, » dis-je.

« Dans ce cas, en premier lieu, vous ne devriez pas en parler..., » déclara Sakura.

« Mais je ne veux pas partir. J’aime vraiment ce pays, » dis-je.

En dehors d’Eludia, ce pays convenait à mes goûts. Ce serait dommage si nous devions fuir.

Mais ma position était fondamentalement de ne pas toucher le passé de mes subordonnés. Les événements qui s’étaient produits dans le passé ne nous avaient pas directement impliqués. Bien sûr, j’allais aider si mes subordonnés le voulaient... D’un autre côté, je n’allais pas tendre la main si mes subordonnés ne voulaient pas que je le fasse.

Mais si cet événement impliquait l’un de mes subordonnés, je ne le permettrais pas et j’écraserais quiconque toucherait à eux.

***

Chapitre 32.5 : La première réunion régulière

Mon nom est Lusia. Je suis une ancienne chevalière de la reine, mais je suis maintenant juste une croyante tout à fait normale.

« Tu es venue, Lusia, » déclara la personne en face de moi.

« Désolée de te faire attendre. Les préparatifs ont pris un peu trop de temps, » dis-je.

« Non, nous sommes quand même avant l’heure fixée. Tu n’as donc pas besoin de t’inquiéter de ça, » déclara l’autre personne.

Cette personne était Maria. C’était elle qui avait rejoint le groupe bien avant moi. Elle était donc une esclave-vétéran. J’avais voulu l’appeler Maria-san, mais elle m’avait dit que le suffixe et le vouvoiement n’étaient pas nécessaires avec elle.

« Jin-sama, notre dieu, est le seul que nous devrions respecter, alors toi, moi et les autres croyants sommes dans la même relation, » répondit Maria.

Notre chef, Jin-sama, était sûrement un messager de Dieu. Maria et moi avions été sauvées de la mort et du désespoir grâce à ses pouvoirs. Cependant, je ne pensais pas que c’était son but, mais cela n’avait pas d’importance. Le fait que nous avions été sauvées par lui était tout ce qui comptait.

« Si tu étais sauvée par quelqu’un, tu devrais rembourser sa gentillesse. Donc, si vous étiez sauvée par Dieu, tu devrais te consacrer entièrement à Lui, » voilà ce que Maria m’avait dit et j’avais réalisé le vrai sens de ses mots au moment où le Maître m’avait sauvée. À partir de ce moment, je n’étais plus une chevalière et je renaissais en tant que croyante.

« Eh bien, alors... Commençons notre première réunion régulière, » déclara Maria.

« D’accord, je vais prendre des notes, » déclarai-je.

« Merci d’avance, » répondit Maria.

En ce moment, Maria et moi étions les seules personnes qui croient ainsi en notre Maître. Alors... au cours de cette réunion qui se fera désormais régulièrement, nous avions décidé de parler de notre position, de notre conviction et de la façon de répandre notre croyance.

« Notre premier point à l’ordre du jour : trouver des façons alternatives de nous consacrer à notre croyance, » déclara Maria.

« Des façons alternatives ? » demandai-je.

« Oui, puisque je voyage avec Jin-sama, je n’ai aucun problème en tout temps à me consacrer à lui, » répondit Maria. « Cependant, Lusia, tu vas partir sur une mission séparée, donc je pense qu’il est nécessaire d’avoir un substitut aux prières. »

« Je vois... Je vais prier le substitut parce qu’il est impossible de prier le Maître en personne, » répondis-je.

Je suis jalouse envers Maria, qui peut voyager avec lui, mais je ne peux pas le dire à haute voix.

« Exact. Tu peux prier dans la direction générale de l’endroit où Jin-sama est situé, mais je ne recommande pas de le faire parce qu’il est souvent très difficile de connaître sa direction, » déclara Maria.

« Tu as raison, » répondis-je. « Compte tenu de la distance qui nous sépare, une petite différence d’angles pourrait engendrer beaucoup d’erreurs dans nos calculs. Notre croyance et nos prières ne l’atteindront pas si elles ne peuvent pas atteindre sa position avec précision. »

« Tout à fait, » répondit Maria. « C’est pourquoi notre ordre du jour est de décider de ce qui fonctionnera en tant que substitut. »

C’est difficile. Qu’en est-il d’une simple image de lui ?

« Voilà ce que j’ai préparé. La première des choses est une statue en bois, » déclara Maria.

Après avoir dit ça, elle avait montré une sculpture sur bois qui imitait l’apparence du Maître. Il s’agissait d’un travail très délicat. J’avais entendu que Maria avait beaucoup de compétences, donc je supposais que c’était l’une d’elles.

« Le suivant est la peinture, » continua Maria.

Il s’agissait d’une représentation du Maître. La statue en bois et la peinture capturaient les caractéristiques du Maître.

« Mais je voudrais rejeter ces deux choix, » déclara Maria.

« Pourquoi ? Ne sont-ils pas vraiment très bien réalisés ? » demandai-je.

« Non, ils sont au mieux trop immatures, » répondit Maria. « Je ne peux même pas représenter un pour cent de la grandeur du Maître. Je ne peux pas les utiliser comme symbole sauf si les compétences Sculpture, Peinture et Artiste ne sont pas inférieures au niveau 10. »

L’ambition de Maria était tout à fait louable. Sa foi envers le Maître était aussi plus forte que la mienne. Selon Maria, je ne serai pas autorisée à utiliser quelque chose à moitié fait comme un symbole.

« Mais, n’est-ce pas facile pour toi d’atteindre un niveau 10 dans ces compétences ? » demandai-je.

« Oui, mais cela prendra trop de temps avec mes propres efforts, et cela va causer des problèmes à Jin-sama, » répondit Maria.

Le Maître pouvait augmenter nos niveaux de compétence, mais nous aurions besoin de lui parler de notre but.

C’est vrai. Le Maître déteste être appelé Dieu, et également Héros. Maria m’a dit cela avec une expression triste quand elle a appelé le Maître avec ces termes la première fois qu’elle l’avait rencontré, et elle avait ensuite été grondée pour l’avoir fait. La pire honte dans sa vie...

« Par conséquent, j’ai l’intention d’utiliser un symbole comme un substitut, » annonça Maria.

« Un symbole ? » demandai-je.

« Tout à fait, » répondit Maria. « En utilisant une combinaison de caractères comme symbole de Jin-sama, nous pouvons montrer notre croyance tout en empêchant Jin-sama de suspecter quoi que ce soit. »

« Je vois... Il serait possible de le porter tout le temps, et il est facile de le produire en série, » répondis-je. « De plus, ce ne sera pas un problème si on le voit. »

« Oui, mettons ce plan à l’œuvre, » déclara Maria.

« D’accord, » répondis-je.

« Eh bien, alors... passons au prochain point de l’ordre du jour, » déclara Maria.

« D’accord, » répondis-je.

« Le deuxième point de l’ordre du jour est de savoir comment répandre la croyance, » déclara Maria.

« Afin d’augmenter le nombre de croyants ? » demandai-je.

« Oui, mais je pense que c’est en quelque sorte une impasse, » déclara Maria.

« Pourquoi ? » demandai-je.

Il n’y a qu’une seule personne qui peut le faire, donc augmenter le nombre de croyants ne sera pas facile.

« Il s’agit là vraiment d’une importante préoccupation, » Maria marmonna alors qu’elle réfléchissait à son idée.

« Malheureusement, nos activités ne seront pas officiellement reconnues par Jin-sama. Cela ne rendra-t-il pas plus difficile d’augmenter le nombre de croyants ? » demandai-je.

* soupir *. Nous avions toutes les deux soupiré.

« S’il vous plaît, réfléchissez à un point commun que nous avons. Nous étions toutes deux des esclaves gravement blessés qui avions été guéries par Jin-sama. C’est probablement la seule chose qui nous permettra de convaincre les autres de suivre notre croyance, » déclara Maria.

« C’est vrai. J’ai eu l’impression de renaître à ce moment-là, » dis-je.

« Mais il est difficile de le faire intentionnellement, » déclara Maria. « Jin-sama n’hésite pas à acheter des esclaves, mais seulement ceux qui ont capturé son intérêt. »

J’avais entendu dire que j’avais été achetée à cause mon statut d’ancienne chevalière de la reine, et pour Maria, c’était son titre de héros. Il n’aurait pas acheté d’esclaves gravement blessés si cela n’avait pas été le cas. Et un esclave inhabituel était extrêmement rare.

« Alors, changeons un peu notre approche, » déclara Maria.

« Comment ? » demandai-je.

« Lusia, le but est d’acheter des esclaves gravement blessés, » déclara Maria.

Les esclaves pouvaient acheter d’autres esclaves dans ce monde, mais le maître de l’esclave avait toujours des droits de propriété sur eux. Et ces esclaves auront deux maîtres.

« Heureusement, Lusia, tu vas pouvoir agir séparément à l’avenir, » déclara Maria. « Le clan sera établi après cela, et ensuite plus d’esclaves pourront être ajoutés. À ce moment-là, tu pourras acheter un esclave blessé et commencer à lui enseigner notre croyance. Tu auras également la compétence Régénération, alors cela ne sera pas difficile pour toi. »

Peut-être que dans le clan nouvellement créé, je serai obligée d’acheter de nouveaux esclaves. J’avais compris son idée. À ce moment-là, je pourrais ainsi trouver plus de croyants et les guérir.

« Mais... Les nouveaux croyants ne me donneront-ils pas leur foi à la place ? » demandai-je.

« Oui, c’est possible, » répondit Maria. « Donc, il te faudra bien insister sur ta position de porte-parole de Dieu jusqu’à la fin, Lusia. Montre-leur que tu adores de toute ton âme et de tout ton corps Jin-sama. »

« Et ce symbole sacré est dans ce but, non ? » demandai-je.

« Oui, mais nous pourrons dans ces cas-là utiliser une statue en bois et une peinture afin de montrer son visage..., » déclara Maria.

« Je ne dois pas trop en demander. Mais je comprends et je remplirais mon rôle, » dis-je.

C’est un rôle important. Je dois réussir, quoi qu’il arrive.

« Je vais laisser cela à ta charge. Puisque j’ai le devoir d’être la garde du corps de Jin-sama, je ne pense pas avoir le temps d’y participer après avoir quitté cette ville, » déclara Maria.

« C’est un rôle beaucoup plus important que le mien, » répondis-je. « S’il te plaît, laisse cette question triviale liée à notre croyance à ma charge. Je vais laisser le Maître à tes soins. »

« Oui, je le protégerais avec mon propre corps..., » déclara Maria. « Le dernier point à l’ordre du jour pour aujourd’hui... »

« D’accord, » dis-je.

« Que devrions-nous donner comme nom à notre groupe ? » demanda Maria.

« Euh..., » dis-je.

Je n’ai jamais pensé à un nom. Pour moi, la croyante et le Maître. C’est la seule conclusion que j’ai en tête. Cependant, nous aurons besoin d’un nom approprié pour nous appeler lorsque le nombre de croyants augmentera dans le futur.

« La Foi Jin-sama ? » proposai-je.

« Alors Jin-sama le saura immédiatement, » répondit Maria.

« Dans ce cas, qu’en est-il de le nommer d’après l’un des pouvoirs spéciaux de Jin-sama ? » demandai-je.

« C’est la même chose. Tu te concentres trop sur Jin-sama, et les pouvoirs spéciaux ne sont pas quelques choses que nous pouvons prononcer en tout temps..., » déclara Maria.

« Alors... Quelque chose d’autre que les pouvoirs spéciaux et les compétences... Que diriez-vous de “Kyou”, » proposai-je.

« Hmm... Cela ne montre pas à quel point Jin-sama est vraiment fort, mais il exprime la puissance de Jin-sama d’une manière directe, » déclara Maria. « C’est bon. Je n’aurais pas pu le faire seule. »

« Merci beaucoup, » dis-je.

« Nous sommes... “Kyou”, qui adorons Jin-sama et utilise le symbole comme une marque de notre Maître et Dieu, » déclara Maria. « Notre action en cours consistera à répandre notre croyance aux esclaves blessés. Y a-t-il des objections ou des questions ? »

« Non, je n’en ai pas, » dis-je.

« Alors, la première des réunions qui auront lieu régulièrement est ajournée, » annonça Maria.

« « Merci beaucoup. » »

Et ainsi, la première réunion d’aujourd’hui était terminée.

R : Devrais-je rapporter cela au Maître ? Eh bien... Il semble que cela ne causera aucun mal au Maître. Mais elles semblent avoir oublié le fait que la Régénération était à l’origine la magie de Sakura-san.

« Hein !? Lusia, as-tu dit quelque chose ? » demanda Maria.

« Euh ? Non, je n’ai rien dit, » répondis-je.

***

Chapitre 33 : La requête et la vérité sur la la reine

***Le dixième jour après notre arrivée à la capitale : ***

Comme je l’avais promis, j’étais allé dans le château afin d’entendre l’annonce de la reine. J’avais vu un groupe d’aventuriers talentueux près de la porte du château, qui étaient tous venus ici dans le même but. Malheureusement, je ne pouvais pas voir d’aventuriers de Rang S. À la place, il y avait des aventuriers de rang A.

Certains d’entre eux avaient des compétences rares que je voulais prendre, mais je devais pour le moment éviter de le faire. Puisque je ne détestais pas ce monde, je ne voulais pas inutilement prendre la capacité d’un autre.

Je prenais des points seulement à mes ennemis. Cependant, j’avais toujours la politique qui consistait à emprunter un point de compétence. C’était acceptable selon moi, car je le considérais comme un prêt de l’autre partie. Bien sûr, je n’oubliais pas d’ajouter un point de compétence supplémentaire en tant qu’intérêt.

J’avais sorti une enveloppe blanche que j’avais reçue de Gilbert et je l’avais donnée au garde. Puisque les armes et objets magiques étaient interdits, je devais les laisser à la porte. Je pensais que les aventuriers de Rang S auraient également des objets magiques coûteux avec eux. Ils pourraient se sentir mal à l’aise de les laisser à la garde, alors... il était temps d’utiliser un objet magique créé par la magie de production du héros.

Son nom était Coffre-Fort, et il s’agit d’un espace de stockage personnel qui ne pouvait être ouvert qu’avec la biométrie de son utilisateur. Ceux-ci seront stockés par les gardes dans cet objet après avoir été passés au travers d’un outil magique appelé Détection de Matières Dangereuses. En passant, l’outil magique Détection de Matières Dangereuses était identique aux scanneurs à rayons X des aéroports. Cela montrait clairement que le héros manquait vraiment de créativité.

Pour l’instant, j’avais mis la boîte à objet de type pochette que j’avais emprunté à Sakura dans le Coffre-Fort. Eh bien, ça n’avait après tout aucun effet parce que j’ai toujours l’Inventaire. Mais bon, je pensais que c’était important d’agir ainsi. Eh bien, je prévoyais de les tromper... pour l’instant.

« Je ne suis pas passé par ici l’autre jour, mais il y a des objets très familiers..., » dis-je.

« Oh, voulez-vous dire l’Art Inamovible ? J’ai entendu dire qu’ils étaient ici depuis que ce château a été construit. Cela semble être le travail du héros, » répondit Gilbert.

Je traversais des passages différents de l’autre jour tout en me déplaçant en direction d’une salle d’attente se trouvant à proximité. Gilbert me guidait personnellement après que j’avais remis sa lettre à la garde. Il n’y a pas beaucoup de conversations. Je suppose que le dernier événement l’affectait encore.

Quoi qu’il en soit... Art Inamovible ? C’est une bonne interprétation. Cependant, le héros est toujours un idiot à mes yeux...

« Mais, ne sont-ils pas un obstacle ? » demandai-je.

« Pourquoi dites-vous cela ? » demanda Gilbert. « Il s’agit des œuvres d’art que le héros a créées. Il serait scandaleux de les démolir ! Il y avait des plans pour les enlever proposé par un ministre dans le passé, mais évidemment ils ont tous été rejetés. »

Ah, un ministre « normal » a été écrasé par le prestige du héros.

J’avais suivi Gilbert dans la salle d’attente avec un sentiment insupportable à l’intérieur de moi.

« Wôw ! » m’exclamai-je.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » demanda Gilbert.

Qu’est-ce que c’est ça ? Il y a plus de trente aventuriers ici dans cette salle d’attente, et deux d’entre eux sont des aventuriers de Rang S.

Nom : Kleine

Niveau : 93

Compétences intéressantes : [Épée Magique Niv. 8] [Épée Sainte Niv. 9]

Titre : Aventurier de Rang S, Tueur d’un Véritable Dragon.

[Épée Magique]

Applique un effet magique sur son arme. Peut appliquer un pouvoir magique sur une épée. Les attaques seront traitées à la fois comme des dégâts physiques et magiques. Si l’ennemi est immunisé contre l’un des types de dégâts, les dégâts seront traités par l’autre type.

[Épée Sainte]

Un art de l’épée qui est particulièrement efficace contre les êtres diaboliques et démoniaques. Il s’agit d’un pouvoir qui ne peut être acquis que par une personne qui s’est baignée dans le sang d’un vrai dragon. La main gauche fera mal de temps en temps.

Nom : Ernest

Niveau : 89

Compétences intéressantes : [Magie non élémentaire Niv. 9] [Sorcellerie Niv. 7]

Titre : Aventurier de Rang S, Seigneur Prêtre

[Magie non élémentaire]

Magie d’un attribut spécial qui ne fait pas partie des attributs élémentaires de base. Avait été considéré comme preuve d’incompétence dans la magie, donc il était rarement mentionné. Comprends les sorts tels que [Invisibilité], [Projectile Spirituel], etc..

[Sorcellerie]

Améliore tous les effets de la magie. Acquis en gravant un sceau maudit sur vous. La main gauche va vous faire mal de temps en temps à la suite de l’acquisition de cette compétence.

Tout comme je l’avais vu à la porte, je voyais beaucoup de compétences que je n’avais pas encore. Beaucoup d’entre eux avaient aussi des compétences uniques...

Oups, il n’y a aucune raison de leur enlever les compétences de ces gars. Contrôle-toi !

« Non, ce n’est rien. Je vois juste beaucoup de gens très qualifiés, » dis-je.

« Comme prévu, vous pouvez après tout estimer leur force avec vos yeux, » répondit Gilbert. « Seuls les meilleurs ont été réunis ici. »

Cela semblait être le cas. Les gens qui étaient rassemblés ici étaient tous des aventuriers de haut rang. Il semblerait que les Chevaliers de la Reine aient bien réussi quant à leurs négociations.

La porte s’était ouverte plusieurs fois après cela, car tout le monde s’était réuni ici avant l’heure prévue.

Après que tout le monde soit arrivé, nous nous étions dirigés vers la salle d’audience à l’heure prévue. Comme la Reine demandera une grande faveur à ces aventuriers de haut rang, je doute qu’ils ressentissent le besoin d’être aussi respectueux envers elle qu’un vassal ordinaire.

Après tout, beaucoup de personnes n’aiment pas s’agenouiller. Et moi ? Je déteste ça.

Mais même ainsi, il serait mauvais de ne pas respecter la reine quand elle attendait ce genre d’attitude. À ce moment-là, la Reine devrait déclarer « que c’est bien de ne pas s’agenouiller » pour pouvoir garder la situation sous contrôle. Ce serait une farce complète.

Nous étions maintenant rassemblés ici selon l’horaire. Comme une question me vient soudain à l’esprit, je décidai de demander à Gilbert à ce sujet. « En y pensant, est-il bien que Sa Majesté apparaisse si une bagarre éclate entre ces gars ? Il y a peut-être des gardes, mais ces aventuriers sont de haut rang... »

« Oh, à propos de ça ? » répondit Gilbert. « Bien sûr, nous avons des contre-mesures pour cela. Tout d’abord, nous avons dix magiciens royaux qui ont mis en place une barrière pour Sa Majesté. En termes de force, ils sont comparables aux aventuriers de rang A. De plus, il y a l’objet magique Gardien du Prestige qui ne peut être équipé que par la famille royale. Je ne peux pas vous donner les détails à ce sujet, mais il ne serait pas exagéré de dire que la défense de Sa Majesté est imprenable. »

Gilbert répond tout en étant plein de confiance. Probablement, ce sujet est quelque chose qui devrait être gardé secret. Eh ? Pour un métrosexuel attentif tel que lui, n’est-il pas un peu négligent ?

R : Vous ne pouvez pas saisir le cœur d’une femme sans cet aspect.

Merde, riajuu détecté.

R : Maître. N’êtes-vous pas vous-même conscient de ça ?

... ?

« Et même ainsi, Sa Majesté ne sera pas en danger à moins que tous les aventuriers, y compris les Rang-S, ne deviennent des ennemis, » continua-t-il.

Oh, il l’a dit. C’est le drapeau que je ne voulais pas voir apparaître. En bref, il a dit « C’est parfait (mais pas totalement sûr) ». Je l’ai bien compris.

« Gilbert, ne dis rien de superflu, » déclara Gorudo.

« Je-je suis désolé. Chef Gorudo ! » répliqua Gilbert.

Gilbert avait soudainement été réprimandé par Gorudo qui était à proximité. Il n’avait pas remarqué Gorudo avant ça. Je l’avais détecté plus tôt avec ma Carte.

« Bien qu’il n’y ait aucun problème avec ses capacités, ses lèvres sont trop lâches malgré son apparence, ce qui abaisse son évaluation, » continua Gorudo. « ... Eh bien, cela ressemble plus à des éloges si je ne donne pas une explication appropriée... »

Je pense que vous venez de combiner deux choses différentes en une seule ici.

« D’accord ! Je ferai attention à partir de maintenant, » Gilbert s’inclina si fortement qu’il faisait du bruit.

« Vous aussi, s’il vous plaît, oubliez ce que vous venez d’entendre, » déclara Gorudo. « Puisque c’est lié à la sécurité de Sa Majesté la Reine. »

« D’accord..., » dis-je.

Je ne pouvais que sourire maladroitement face à sa demande.

« Oups, Sa Majesté est arrivée. Vous n’avez pas besoin de vous prosterner, mais ne faites rien de grossier, » déclara Gorudo.

Comme il l’avait dit, la reine était finalement entrée dans la pièce. Elle portait quelque chose de semblable à un kimono cérémoniel à douze couches. Je ne pensais pas qu’il y ait vraiment les 12 couches, il pourrait y avoir quelques couches en moins. Ses cheveux mi-longs étaient noirs, tout comme ses yeux. Elle ressemblait vraiment à une belle fille de style japonais. Même si elle n’avait que 10 ans, elle affichait l’image d’une véritable adulte avec suffisamment de maquillage et sa robe japonaise.

Elle marchait lentement, un pas à la fois. Elle était entourée des magiciens royaux. Tous avaient le Collier de la Reine, donc il était possible pour eux d’utiliser la magie.

« Vous n’avez pas besoin de vous incliner, » déclara la reine avec sa jeune et belle voix qui sonnait comme une clochette. « Mes chers aventuriers, je vous remercie d’avoir répondu à mon appel et de venir ici, noja. Je suis Sakuya, la reine de ce pays. »

Noja ?! Mes pensées se sont figées pendant un moment, car c’était le contraire de mes attentes. Ça ne peut pas être... la reine est un noja loli ! Son facteur moe avait diminué de plusieurs niveaux.

« Vous tous, je suis désolée de vous avoir convoqué ici sans vous informer des détails de la demande, » continua-t-elle. « Cependant, il serait légèrement gênant si les détails étaient divulgués, noja. S’il vous plaît, comprenez cela. »

Eh bien, cela augmente certainement les attentes. Surtout que la reine en parle personnellement.

« Ainsi, le contenu de la demande, noja, » continua-t-elle. « Si vous n’acceptez pas la demande après avoir entendu les détails, vous devrez rester dans le château pendant un certain temps pour éviter les fuites. Quant à ceux qui ne peuvent pas accepter cette condition, puis-je vous demander d’immédiatement partir ? »

Il est donc possible de rejeter la demande. Mais ceux qui le rejettent devront rester. Quelques aventuriers partent, mais la plupart d’entre eux restent. Bon travail, les chevaliers de la reine.

Très probablement, les aventuriers pourront toujours considérer la demande comme terminée même s’ils partent en ce moment.

« Mm, je suis vraiment reconnaissante à tous ceux qui sont restés, noja, » continua-t-elle.

Son « noja » était un petit peu gênant. Eh bien, elle n’a probablement pas l’habitude de parler.

« Maintenant, voici l’explication détaillée, » continua-t-elle. « Tout d’abord, ce pays est actuellement menacé... »

Je pensais que c’était un pays très paisible alors...

« La menace vient du royaume voisin Eludia, noja, » continua-t-elle. « Ils ont récemment réussi une invocation de héros, et il y a maintenant environ 800 héros là-bas. »

Je sais déjà ça.

« Et juste avant d’appeler les héros, Eludia avait commencé une guerre avec un petit pays voisin qu’il a détruit par la suite, » continua la reine.

Les voix des aventuriers commencèrent à se faire entendre. Je n’avais pas entendu parler de cette rumeur.

« Le royaume Eludia a un contrôle strict de l’information sur ce sujet pour s’assurer qu’il ne fuit pas à l’extérieur de leur pays, » continua la reine. « Comme il n’y a que quelques villes et environ 10 villages, l’histoire ne s’est pas étendue. Cette information a été divulguée par un espion présent dans l’échelon supérieur de ce pays. »

Oh, au moment de l’invocation, est-ce qu’ils étaient dans une guerre même s’ils manquaient de personnes talentueuses ?

« Les membres de la famille royale ont presque tous été tués, et la plupart des gens finissent comme esclaves ou meurent, » continua-t-elle.

Ce pays n’est vraiment pas bon.

« Les pays environnants souhaitent vivement dénoncer l’invocation des héros, mais ils ne peuvent rien faire, noja, » continua la reine.

Je ne peux que penser qu’ils visaient ce genre de minutage. Ils l’ont utilisé comme une excuse pour l’invocation des héros. Ils ont d’abord orchestré un plan pour tromper les héros invoqués.

« Les héros sont nécessaires pour se battre contre le Roi-Démon, » continua-t-elle. « Mais même ainsi, cela ne signifie pas qu’ils peuvent commettre une action aussi imprudente. Si je le gère mal, je serai la prochaine. Ce pays pourrait être menacé. Donc, je veux vous demander à tous de participer à la subjugation de la famille royale Eludia. »

Les voix des aventuriers devinrent soudainement encore plus fortes. C’était évident que cela arriverait. Parce qu’ils avaient été invités à participer à une guerre... alors que normalement, les aventuriers ne pouvaient pas être invités à participer à la guerre comme des mercenaires. Vous pouviez les forcer à participer à des crises soudaines comme des hordes, mais vous ne pouviez pas les forcer à participer à la guerre.

Bien sûr, même si cela ne pouvait pas vous être imposé, rien ne vous empêchait de vous joindre si vous vouliez le faire. Cependant, il était extrêmement inhabituel pour la reine elle-même de rassembler tous les aventuriers de haut rang et de leur demander comme ça.

Un aventurier leva la main. « Votre Majesté, êtes-vous en train de nous dire de nous battre contre les héros ? »

Les voix environnantes devinrent encore plus fortes. Les héros étaient l’espoir dans la lutte contre les démons. Le fait de pointer leurs épées sur les héros et se battre contre eux était un gros problème pour les résidents de ce monde.

« Non, nous n’irons pas aussi loin, » répondit la Reine. « Selon nos informations, les héros agissent individuellement depuis peu, donc la plupart des héros ne seront pas près de la capitale, noja. Je veux que vous vous infiltriez dans la capitale et attaquiez directement la famille royale, noja. Bien sûr, vous devrez éviter les héros. »

Ne dites pas quelque chose d’aussi impossible.

« D’après les informations que j’ai reçues, noja, l’armée des démons va attaquer Eludia sous peu, » continua-t-elle. « Si nous agissons cette fois, nous pouvons infiltrer Eludia par le côté et les attaquer en subissant un minimum de dégâts. Après cela, nous irons rejoindre les héros et attaquer ensemble les démons, noja. »

C’est une stratégie audacieuse. Faire usage des démons ? Les démons sont l’ennemi de l’humanité...

Beaucoup d’aventuriers avaient montré du dégoût quand ils avaient entendu le mot démon.

L’ennemi de l’ennemi est un ami. Est-ce mal de profiter de cela ? Quoi qu’il en soit, cette histoire est trop belle pour être vraie.

« Nous ne laisserons pas les héros dans la main d’un pays injuste tel qu’Eludia, » continua la reine. « Nous avons notre foi dans les héros et détruirons ensemble les démons ! »

Je vois, en luttant contre les démons avec les héros. Dans un sens, c’est la plus haute distinction pour les résidents de ce monde. Que vous soyez ou non un aventurier de haut rang, cela ne changera pas. Cela dit, c’est juste un appât pour détruire le cruel Eludia qui est dans le chemin. Si nous pouvons aussi revendiquer l’honneur d’être le pays qui a vaincu l’ennemi de toute l’humanité, les démons, ce serait une très bonne histoire. ... Mais.

« Cette histoire, attendez un moment, noja ! » cria quelqu’un.

La porte s’était soudainement ouverte et une jeune fille dont le visage était identique à celui de la reine arriva et cria ça. Elle portait une robe blanche en une seule pièce et avait de beaux cheveux et des yeux.

« Qui !? »

« Je ne te pardonnerai pas si tu oublies le visage de ton propre maître ! Je suis la véritable Sakuya ! La reine de ce pays, noja ! »

Q-Qu’est-ce que c’est ? 2 reines ? Laquelle est la véritable ?

« De quoi parlez-vous, noja ? Il n’y a pas une telle chose. Vous avez juste un visage très similaire à celui de la reine. Chevalier de la Reine, capturez-la, » déclara celle qui nous parlait avant ça.

Même après que la reine leur en ait donné un ordre, les Chevaliers de la Reine étaient restés confus.

« Pourquoi hésitez-vous ? » demanda-t-elle. « Ne croyez pas à ses bêtises. Ce Gardien du Prestige est le trésor national que seule la royauté peut porter, la preuve que je suis la reine de ce pays, noja ! »

« Bien sûr, je peux également le porter, c’est le mien, » déclara la deuxième jeune fille. « Redonnez-le-moi, noja ! »

« Êtes-vous une idiote ? Pourquoi devrais-je remettre le trésor national à un voleur comme vous ? Maintenant, attrapez-la ! » déclara la première femme.

Les Chevaliers de la Reine s’approchèrent après ça de la reine dans la robe en une pièce et qui était en pleine confusion.

C’est un peu gênant. J’avais couru pour me placer devant la reine dans sa robe blanche afin de la protéger.

« Hein !? Pourquoi aidez-vous cette personne ? » demanda la Reine.

« Il fait ça, car je suis la véritable reine, » déclara la fille se trouvant derrière moi.

« Vous plaisantez j’espère ! » s’exclama la Reine. « Capturez aussi cet aventurier. Cela ne me dérange pas si vous le tuez s’il résiste, mais cette imitation de reine ne doit pas être tuée ! »

Votre Majesté. Votre discours s’effondre.

Gorudo et Gilbert se dirigeaient également ici. Comme prévu, les chevaliers devraient prendre position si un aventurier s’impliquait.

« Donc c’est ce que vous aviez prévu. Eh bien, je suppose que mes yeux sont devenus ternes. Je pensais que vous ne vouliez pas de mal, mais il se révèle être comme ça, » Gorudo se blâma d’un ton déçu.

C’était juste du sophisme, mais au cours de la conversation avec Gorudo plus tôt où il avait dit. « S’il vous plaît, oubliez ce qui concerne la défense de la Reine que Gilbert a mentionnée » et « Ne faites rien de grossier ». Ce à quoi j’avais « Accepté » sa demande.

« Bien que nous soyons des connaissances, je ne veux normalement blesser personne qui n’a pas de mauvaises intentions, »

« Si ce n’est pas mal, alors que faites-vous de la justice ? »

« Ce n’est pas la justice. Cependant, je peux dire que c’est pour mon propre bonheur. Au fait, je pense que ça va faire plaisir aux gens. »

« Si vous allez aussi loin, il doit y avoir une raison pour cela. Dites-moi pourquoi. »

« Capturez-les rapidement, noja ! N’écoutez pas ces voleurs ! » La (fausse) Reine cria ça.

Cela devenait vite irritant. J’avais pointé du doigt la (fausse) Reine et avais déclaré à haute voix. « Tu es trop bruyante ! Alors, tais-toi, démon ! »

*Murmures*

Les voix dans le public devinrent encore plus fortes que ce que cela avait été avant.

« Quoi... !? »

« Mais c’est absurde... »

Gorudo et Gilbert furent aussi surpris.

Oh, c’est vrai. Cette (fausse) reine est un démon mimétique. La véritable reine est la fille en robe se trouvant derrière moi.

« Quelle bêtise ! Suis-je un démon !? Je porte le Gardien du Prestige, alors je ne peux pas être un démon ! » clama la fausse reine.

« Tu peux le faire grâce à une marque maudite. Le vol de l’essence te permet de prendre les caractéristiques, la mémoire et les capacités de la cible, » déclarai-je.

« C-Comment pouvez-vous savoir ça !? » s’exclama la fausse reine.

Ah, l’un de ses secrets est sorti.

Eh bien, cela n’aurait pas été possible sans le Fenêtre Système. Depuis la première fois que je l’avais rencontrée, je la voyais déjà comme un démon avec une malédiction.

Voici son statut.

Nom : Romarie

Niveau : 48

Genre : Femelle

Âge : 19

Race : Démon

Compétence : [Magie Noire Niv. 7] [Magie de Glace Niv. 6] [Renforcement Corporel Niv. 6] [Vol Niv. 6]

Marque Maudite : [Vol de l’Essence Niv — ]

[Vol de l’Essence Niv — ]

Permets de répliquer la race, les caractéristiques, la mémoire et les capacités de la cible. Celui qui a été ainsi volé aura temporairement leurs compétences handicapées. Si la cible est morte, l’effet sera annulé. Peut tromper le pouvoir de Propriété.

« Il n’y a pas besoin de l’écouter ! Tuez-le rapidement ! » Le discours de la fausse reine avait complètement changé.

Eh bien, l’introduction de l’ennemi est déjà terminée. Il est temps qu’elle parte.

« Eh bien, je suppose que je vais bientôt devoir en terminer, » dis-je.

« Qu’est ce que vous allez faire ? »

Gorudo et le reste des gardes hésitèrent et n’agissaient pas immédiatement, mais restèrent vigilants. Les aventuriers du Rang S essayaient de comprendre la situation. Eh bien, ils avaient été traités comme des Rang S seulement en raison de leurs compétences uniques.

« Ne devrais-je pas neutraliser la fausse ? » demandai-je.

« Hmm, mais comment pouvez-vous le faire ? Vous devriez vous inquiéter de votre propre situation, parce que vous avez interféré avec la Reine... hein ? » répondit Gorudo.

Gorudo-san, combien de temps allez-vous parler dans le vide ? Je suis déjà parti.

J’avais totalement ignoré Gorudo et j’avais chargé Romarie. Je n’avais pas de rancune contre lui.

Oh, j’ai utilisé le Clignotement. Il s’agit de la différence de capacité.

« C’est inutile ! Il n’y a aucun moyen de surmonter à la fois la barrière et le Gardien du Prestige ! » s’exclama la fausse reine.

« Voilà, j’arrive, » annonçai-je.

Je serrai le poing et le plaçai derrière mon dos. Je frappai après ça de toutes mes forces. C’était vraiment ma technique de coup de ventre.

*frappe*

La plus puissante défense du royaume et la barrière produite par dix magiciens royaux de rang A avaient été brisées avec une seule frappe.

« I-Impossible ! » s’exclama la Romarie.

Je pouvais voir la surprise sur le visage de Romarie.

« A-Arrêtez-vous ! » Gorudo essaya de m’empêcher d’agir, mais c’était trop tard.

Les aventuriers de Rang S étaient également surpris.

« J’arrive ! » criai-je.

« H-Hii ! » cria Romarie quand elle essaya de s’enfuir.

Oh, je ne peux pas faire un coup dans le ventre par-derrière, n’est-ce pas ?

« Hmm... »

J’avais alors utilisé le Clignotement pour ainsi me retrouver devant Romarie et j’avais effectué une autre attaque de ventre. L’adversaire allait ainsi mourir.

L’estomac de Romarie fut écrasé et ses points de vie tombèrent à 0.

Oh, la (véritable) Sakuya a un regard amer visible sur son visage. Je suppose que c’est troublant pour elle de voir quelqu’un qui lui ressemble se faire tuer impitoyablement par un coup dans le ventre.

Au moment de la mort de Romarie, sa compétence Vol de l’Essence avait disparu et elle redevint à son état d’origine. Sa peau était devenue violette et ses cheveux étaient devenus blonds. Elle avait l’air totalement différente de Sakuya, mais avait toujours une trace de noblesse présente sur son visage.

Eh bien, je l’ai dit, mais elle est déjà morte.

« E-Elle est vraiment un démon ! »

« Impossible ! La famille royale a été prise en otage ! »

Tout le monde était devenu confus quant à la situation. C’était tout à fait naturel, car la personne qu’ils suivaient jusqu’à maintenant était en réalité l’ennemi de l’humanité.

« Hmm, la personne là-bas est Sakuya, la véritable reine ! » dis-je.

L’attention de tout le monde s’était concentrée sur Sakuya. C’était tout à naturel. Il y avait eu deux reines et l’une d’elles était un démon. La véritable pourrait être également un démon. Tout le monde pensait qu’il n’était pas encore prouvé qu’elle était la véritable reine.

J’avais alors enlevé le collier Gardien du Prestige de Romarie, je m’étais agenouillé devant Sakuya et je l’avais présenté devant elle.

Sakuya m’avait permis que je lui remette moi-même l’objet autour de son cou. Il était dit que seule la famille royale peut s’équiper le Gardien du Prestige, donc c’était la preuve que Sakuya était un membre de la famille royale. Eh bien, il y a des exceptions comme Romarie.

« Calmez-vous, noja, » commença la reine. « Le démon a été tué par la main de cet aventurier. Nous n’avons pas besoin de paniquer. Pensons au futur, noja. Nous devons examiner dans quelle mesure l’influence du démon a affecté le royaume, quelle information doit être divulguée ou cachée. Il y a beaucoup de choses à faire. Pensez-vous que nous avons le temps de paniquer ? »

Sa voix retentit et tout le monde se calma. Selon moi, elle me semblait plus agréable qu’avant, car elle portait une robe...

« Je veux que tous les aventuriers soient en attente dans la salle de repos jusqu’à ce que nous décidions quoi faire. Préparons une collation pour eux, noja, » déclara la Reine.

En raison de son puissant charisme, il semblerait que la situation se soit pour l’instant stabilisée.

Soudain, Sakuya s’approcha de mon oreille. C’était facile pour elle, car j’étais encore à genoux devant elle.

Elle me murmura quelque chose. « Merci, Onii-chan ! »

Ce n’était pas la voix digne qu’elle avait eue tout à l’heure, mais la voix et le sourire d’une jeune fille qui convenait mieux à son âge.

À cause de ce sourire, je reconsidérais quand à ce que je devais faire afin de l’aider.

***

Chapitre 34 : La septième nuit et l’épée magique

Partie 1

Petit retour en arrière. Dans la nuit du septième jour après mon arrivée à la capitale, j’avais envahi le château.

Bien sûr, Le Portail fut la méthode que j’avais utilisée pour faire ça. Comme je ne pouvais pas utiliser la magie dans le château, j’avais placé un sort de Portail dans mon Inventaire à l’avance.

Selon la carte fournie par la Fenêtre Système, la véritable reine était confinée dans la prison du château.

Pour cette raison, j’avais demandé à Mio de déployer volontairement un Portail près de la prison. L’invitation de Gilbert était comme une aubaine pour nous. J’avais décidé d’amener Dora et Mio parce qu’elles seraient moins suspectes quand elles se promèneraient pour faire ce que je leur avais demandé.

Grâce aux informations d’Alta et de Lusia, l’ancienne chevalière de la reine, j’avais trouvé un démon déguisé en Reine et je m’étais rendu compte que le but de cette convocation d’aventuriers n’était pas bon.

Le simple fait d’être un démon ne signifiait pas qu’il serait toujours lié au mal. Cependant, il y avait les preuves quant à tout ce qui avait été fait à Lusia après qu’elle avait découvert par hasard la véritable nature du démon. Ses oreilles avaient été laissées intactes pour tout simplement amplifier son désespoir.

Comme elle aimait se vanter face à ceux qui ne pouvaient plus rien lui faire, tout en révélant toutes les informations la concernant, il semblerait qu’elle aimait voir le désespoir chez ses victimes. Je pensais que c’était de très mauvais goût ce qu’elle faisait. À ce niveau-là, je trouvais que « Démon=Mal » et c’était mon opinion.

Le démon faisait partie d’un groupe s’appelant les Quatre Rois Célestes et leur but était de détruire Eludia et tous les héros. Kastal était également ciblé par commodité, car le royaume était à proximité. Je ne me souciais pas vraiment d’Eludia ou des héros, mais je serais troublé si Kastal était détruit. Si leurs plans n’impliquaient qu’Eludia et les héros, je ne prendrais pas la peine d’intervenir...

En bref, je me sentais bien si les démons ne ciblaient qu’Eludia, mais je me battrai contre eux pour protéger le « Riz » de Kastal et les « maisons de style japonais ».

Cependant, vaincre le démon ici était très difficile. Fondamentalement, je n’avais pas de raison légitime de l’attaquer directement. Je savais que je pouvais la vaincre, mais je ne serais pas capable d’expliquer pourquoi je l’avais fait sans révéler mes capacités. C’était vraiment une situation problématique. Donc, j’avais décidé de laisser la vraie reine s’occuper d’elle. En bref, je devais avoir « l’autorisation » de la véritable reine. Cela détruirait tous les soupçons sur mes actions envers la (fausse) reine.

Comme la vraie reine était emprisonnée dans la prison, elle aura plus de chances d’écouter ma demande. C’est pourquoi je devais aller à la prison et la sauver. L’escalier menant à la prison était fait de pierre et tout était sombre. Il avait probablement été créé comme le héros l’imaginait. J’emprunte la compétence de Déplacement Silencieux à Maria pour m’assurer que je ne ferais pas de bruits. Oh oui ! Maria avait désespérément essayé de m’arrêter, elle ne voulait pas que j’agisse seule, peu importe la raison. Comme je ne pouvais rien y faire, alors j’avais dû frotter ses oreilles afin de la maîtriser. Cependant, j’avais Tamo-san comme dernière ligne de défense... littéralement.

Je descendais en ce moment les escaliers en ressentant un frisson. Après être arrivé en bas, j’avais vérifié à nouveau la Carte.

De toute évidence, les gardes étaient des démons. Ils n’étaient pas déguisés en humains en utilisant de la magie, mais ils avaient simplement caché leur peau et leurs visages avec des casques et une armure complète. Évitons-les, car ce serait gênant s’il y avait un tumulte qui se produisait maintenant.

Il y avait une porte menant à la première série de cellules de la prison et un garde juste derrière. Il y avait quelques prisonniers ayant commis quelques infractions mineures dans ces cellules. À l’autre extrémité de cette section de prison se trouvaient une porte et plus d’escaliers qui menaient à la prison encore plus profonde où étaient détenus les délinquants les plus sérieux. La vraie reine était là.

J’avais ainsi utilisé ma Téléportation se trouvant dans mon Inventaire que j’avais préparé afin de traverser la zone protégée. Le pouvoir de la Téléportation me permettait de me déplacer n’importe où dans mon champ de vision, et cela même si ce n’est qu’à travers une fente, alors j’avais regardé à travers le trou de la serrure avec le garde de l’autre côté de la porte. Et à travers le trou de la serrure, j’avais utilisé ma Téléportation.

Comme prévu, l’hygiène dans cette prison pour les délinquants graves était mauvais. D’une certaine manière, cela avait du sens puisque les seules personnes ici étaient celles qui attendaient d’être exécutées. Cependant, si la cible n’est pas en vie, le pouvoir de Vol d’Essence du démon ne pourrait pas être utilisé. Ainsi, les prisonniers étaient maintenus dans un état à demi mort.

J’avais alors descendu la prochaine série d’escaliers et j’étais arrivé devant la cellule où se trouvait la reine. Quand j’avais regardé à l’intérieur grâce à la serrure présente sur la lourde porte en fer, je pouvais à peine la voir là. Eh bien ! Puisque je pouvais voir à l’intérieur, il n’y avait rien pour m’empêcher d’y entrer avec ma Téléportation. J’avais une masse de sorts de Téléportation et Portail que j’avais stockés et donc je pouvais me permettre de faire ça.

Au moment où j’étais entré dans la pièce, une puanteur vraiment dégoûtante avait sassé mes narines. J’avais alors scruté à l’intérieur de la pièce. La fille que je pouvais à peine voir depuis le trou de la serrure se trouvait couchée sur le sol et elle était totalement nue.

Bien sûr, cette fille était la reine. Ses cheveux et ses yeux étaient noirs. Cependant, ses cheveux avaient été négligés et ils avaient perdu leur lustre. Ses yeux étaient aussi ternes et sans vie que ceux de certaines personnes que j’avais déjà rencontrées avant aujourd’hui. Oui, elle était dans la même situation que Sera.

La fille remarqua ma présence et elle me fixa du regard. Elle toussota d’une voix rauque tout en prononçant une seule requête... « Tuez... moi ! »

On dirait que sa situation n’était après tout pas si semblable à celle de Sera. Cette fille avait déjà abandonné son envie de vivre.

Mais quand même, c’était naturel pour quelqu’un dans sa situation actuelle...

Il n’y avait aucune blessure sur son visage ou ses membres. Bien qu’il soit sale, son corps n’avait également aucune cicatrice ou égratignure. La seule exception était l’épée qui transperçait son corps à travers son ventre et était plantée dans le sol.

*****************************

Épée Magique — Douleur Éternelle

Classification : Épée à une main, Maudite

Rareté : Trésor

Note : Inflige une douleur intense à la victime poignardée par cette épée, mais empêche la victime de mourir tout en maintenant l’état blessé. Cette épée a été créée par quelqu’un qui a été trahi par sa bien-aimée. En déformant l’amour en haine, il a accompli le souhait d’infliger le désespoir et la souffrance à la cible tout en ne voulant pas qu’elle meure. Mort instantanée lorsque l’épée est retirée du corps de la cible en raison des dégâts infligés.

*****************************

En regardant en détail l’Épée Magique, elle maintenait les PV de la victime à 1 tout en leur donnant une douleur intense. Tout simplement, ça faisait mal à vouloir en mourir, mais vous ne pouviez pas en mourir. En outre, retirer l’épée pendant que la victime n’avait plus que 1 HP allait immédiatement tuer la victime dans le cadre de la malédiction vu son état de faim et sa santé déficiente.

Bien sûr, la victime allait mourir de faim, mais même ainsi, elle ne pouvait pas vraiment mourir. Il était naturel d’espérer la mort si vous étiez constamment dans la douleur et la famine comme ça. Au fait, il semblerait que la douleur venait par vagues, et la Reine allait relativement bien en ce moment.

Je n’hésiterai pas à tuer des personnes. Je ne savais pas quand j’avais commencé à me sentir comme ça, mais au moment où j’avais tué mon premier bandit, j’étais déjà préparé à ça. Je n’hésiterai pas même si l’autre partie était une femme ou un enfant, dès le moment où l’autre était un ennemi. Mais si l’autre ne l’était pas, alors c’était une histoire différente. Je ne trouvais pas de plaisir dans le fait de tuer...

Qu’en est-il de tuer la fille devant moi ? Je ne pouvais pas répondre à ça. Bien sûr, s’il n’y avait rien qui pouvait être fait, sauf la tuer par pitié, alors je le ferais. Mais pas cette fille. Car j’avais déjà un moyen de la sauver.

« Voulez-vous vraiment mourir ? Pourquoi ? » demandai-je. « ... Oh, je sais déjà à propos du démon et de la fausse reine, alors vous n’avez pas à m’en parler. »

Ses yeux affichaient une petite surprise, mais ils étaient toujours sans vie.

Elle me parla alors un peu plus qu’avant avec sa voix rauque. « Le d... démon a dit... si... cette épée... est enlevée, je... mourrai. »

« Oui, c’est tout à fait la vérité, » avais-je répondu.

Je l’avais encouragée à continuer à me parler.

« Ce démon... reviendra... à son aspect originel... quand je mourrai, » continua-t-elle. « Alors... tuez-moi... pour écraser les plans... de ces démons. »

« Vraiment ? » demandai-je.

« N’est-ce pas... assez ? » demanda-t-elle. « Après tout..., je vais... mourir tôt... ou tard. C’est... trop douloureux... si cela continue... je veux mourir. S’il vous plaît... tuez-moi... ça pourrait... au moins... arrêter les plans des démons... »

Une vague de douleur était soudainement apparue chez cette fille qui aspirait à respirer tout en parlant désespérément. « Arg...! Aidez-moi, dépêchez-vous... »

Elle se tordait de douleur. Il semblerait qu’elle éprouvait une autre vague de douleur.

Je m’étais alors penché près de son oreille et je lui avais murmuré. « Si vous pouviez éviter la malédiction de l’épée et écraser les plans des démons en même temps, que feriez-vous ? »

*toux* « Si vous avez... gah... un moyen... alors, dites-le... pouah..., » demanda-t-elle.

« Alors, si je peux vous libérer de la malédiction de l’épée, devenez ma subordonnée, » dis-je. « Après cela, nous irons détruire les plans des démons. »

*toux* « Cela me va. Si cela peut être fait... pouah... je serai votre subordonnée ou quoi que ce soit..., » répondit-elle.

<Contrat établi.>

J’avais utilisé un sort de soins que j’avais stocké dans mon Inventaire afin de guérir cette fille. Ses Points de Vie étaient toujours à un niveau dangereux, mais elle ne mourrait pas après le fait de ne plus avoir la malédiction qui la maintenait en vie. J’avais donc tout simplement stocké l’épée dans mon Inventaire.

Alors que la reine avait vu l’Épée Magique disparaître soudainement, un regard stupéfait était apparu sur son visage. Si l’épée était retirée par des moyens normaux... elle mourrait. Mais, que se passerait-il si soudainement elle disparaissait ?

R : La malédiction deviendrait invalide.

Oui, comme je l’avais dit.

« Hein !? » s’exclama la Reine.

Puisqu’il y avait toujours un trou dans son estomac, j’avais utilisé la Régénération afin de la guérir, ne laissant maintenant aucune égratignure sur son corps.

« Hein !? » s’exclama à nouveau la Reine.

« Et maintenant, vous serez donc ma subordonnée, mais attendons encore un peu pour ça, » déclarai-je.

Cette fille avait été surprise pendant un moment, mais quand son esprit avait rattrapé la réalité, elle s’était accrochée à ma taille et des larmes avaient coulé de ses yeux comme de la pluie. Même si elle était une reine, je n’étais pas heureux d’être étreint par quelqu’un qui laissait fuir des larmes et d’autres liquides corporels tels que de la morve... sur moi. J’allais certainement avoir besoin du sort Nettoyage pour ça.

*pleure* « Je vous remercie. Merci de m’avoir sauvée..., » déclara la reine.

Elle voulait mourir parce qu’elle pensait que tout était perdu. Et donc, si ce n’était pas réellement perdu ? Alors bien sûr, elle aurait la volonté de vivre.

Après avoir attendu que la reine se calme, j’avais utilisé le sort de Nettoyage sur nous deux et je lui avais donné les vêtements que j’avais empruntés à Maria.

Ce qui reste à faire était de s’échapper à cet endroit, mais...

« Hé, Reine. Est-ce que les gardes viennent vous voir souvent ici ? » demandai-je.

« Ah, oui. Ils viennent regarder par le trou de la serrure une fois par jour, » répondit-elle.

Alors, il y aurait un problème s’ils découvraient que la reine n’était pas là. Mais dans ce cas, j’avais la personne parfaite pour faire ce travail et elle était avec moi. Bien sûr, c’était Tamo-san.

***

Partie 2

« Arg, c’est gluant ~, » déclara la reine.

« Endurez ça, » dis-je.

J’avais découvert qu’après avoir augmenté la compétence Mimétisme de Tamo-san, Tamo-san était maintenant capable d’imiter n’importe qui sans avoir besoin de les absorber.

Pour être plus précis, Tamo-san pouvait prendre n’importe quelle forme tant qu’il y avait un modèle pour cela.

Donc, je devais faire que la reine subisse l’assaut du slime. Tamo-san devait couvrir tout le corps de la reine pour que sa compétence puisse fonctionner. Je pensais que quelque chose s’était réveillé en moi en voyant ça.

Une fois que Tamo-san avait pris la forme de la reine, j’avais décidé de laisser Tamo-san ici avec l’apparence de la reine et je lui avais demandé d’attendre ici comme si tout était normal. Les monstres domptés n’étaient pas dérangés par un ordre de devoir rester ainsi sans rien faire même si c’était ennuyeux à mourir.

Ah ! Devrais-je lui laisser l’épée magique au cas où ?

« Tamo-san, ouvre un trou pour cette épée, » ordonnai-je.

Avec une légère transformation, Tamo-san était devenu semblable à la reine quand elle avait été poignardée par l’épée. J’avais pris l’épée de mon Inventaire, je l’avais passée dans le trou et je l’avais enfoncée dans le sol comme avant.

« Hii ~, » la reine avait fait un petit cri que j’avais déjà entendu quelque part.

Cela avait dû déclencher son traumatisme et c’était prévisible. Elle était devenue agitée, alors j’avais utilisé Nettoyage sur elle sans rien lui dire.

*sanglots* « ... »

Elle semblait extrêmement embarrassée. De quoi était-elle embarrassée à ce moment... ?

J’avais dit à Tamo-san de rester comme ça pendant trois jours avant de revenir avec un Portail. Les monstres domptés qui n’étaient pas dérangés par un tel ordre étaient vraiment précieux.

Après mon retour, j’avais présenté la reine au groupe principal avec Lusia en plus.

« Voici Sakuya, la reine de Kastal. Elle va temporairement devenir ma subordonnée comme elle a accepté de le faire juste avant ça, » dis-je.

« À la fin, les griffes maléfiques du Maître atteignirent même la reine..., » déclara Mio.

Que veut-elle dire par « griffes maléfiques » ?

« Elle est vraiment aussi jeune que je l’avais entendu, » déclara Sakura.

« Votre Majesté, cela faisait longtemps, » avait dit Lusia.

« Hein !? Lusia ? De quoi s’agit-il ? Et la prison ? » La reine devient confuse.

C’était tout naturel. Je ne lui avais rien dit à propos de ça. Les deux seules choses que j’avais dites à la reine étaient à propos de l’assaut du slime et l’évasion de la prison.

« Avant de l’expliquer, je vais faire que vous deveniez ma subordonnée comme vous me l’aviez promis, » déclarai-je.

« Devenir votre subordonnée ? » demanda Sakuya.

« Reine, ceci est une promesse faite avec le petit doigt. Lorsque vous aurez fait ça, cela voudra dire que vous approuverez le fait de devenir ma subordonnée, » répondis-je.

« J-J’ai compris, » déclara-t-elle.

La reine avait tendu timidement son petit doigt. J’avais aussi utilisé mon petit doigt afin de l’entremêler avec le sien. Après avoir obtenu la permission de la Reine, elle était devenue ma subordonnée.

{Je vais vous dire ceci en premier, il y a beaucoup de choses que nous allons vous dire qui ne peuvent pas être divulguées à l’extérieur. Je vous interdis de révéler l’une de ces informations.}

« Hein !? Qu’est-ce que j’entends ? » demanda la reine.

La reine était surprise par mon soudain message télépathique. Je prévoyais de lui donner une brève description de nous et de nos pouvoirs. C’était la seule méthode que je pouvais utiliser pour lui dire sans qu’elle veuille fuir.

« C’est ce qu’on appelle la Télépathie, » expliquai-je. « C’est l’un des différents pouvoirs spéciaux que je possède. Comme je l’ai déjà dit, il vous est interdit de révéler l’un d’eux. Compris ? »

« D-D’accord..., » répondit-elle.

Je suppose qu’elle ne comprenait pas très bien la situation, mais elle semblait obéir à mes ordres pour l’instant.

« Alors comme je le disais..., » commençai-je.

« Ici, ici... »

Laisse-moi au moins finir ma phrase.

Interrompant mon discours, Mio s’était placée devant nous. Nous étions entrés dans la phase d’explications. Oh, la phase de repas de la reine était incluse dans cette période.

Fin de la phase d’explications.

« Et c’est comme ça, » déclara Mio.

« F-Fantastique..., » déclara la reine.

La reine m’avait regardé avec des yeux pleins de respect.

Vous savez, il y a un grain de riz coincé sur votre joue.

Lusia s’était agenouillée près de moi et avait commencé à prier et Maria acquiesça de satisfaction. Je ne comprenais pas la relation entre ces deux-là.

« Donc, avec ces pouvoirs spéciaux, vous avez sauvé Lusia, vous m’avez repéré et vous avez brisé la malédiction de l’épée magique, n’est-ce pas ? » demanda Sakuya.

« Oui, c’est bien ça, Reine, » répondis-je.

Elle confirma ainsi la grande explication, mais il n’y avait pas d’erreurs dans ce que la reine disait.

« Tout à l’heure, vous avez dit que vous aviez l’intention d’écraser l’intrigue de ses démons, n’est-ce pas ? » demanda la reine.

« Arrêtez de vous référer à moi avec ce “vous”. Mon nom est Jin. Ne nous sommes nous pas présentés juste avant ça ? » demandai-je.

« J’ai compris, Onii-chan, » répondit Sakuya.

Onii-chan... vous dites...

« Mais dans ce cas, Onii-chan, tu devrais aussi cesser de m’appeler Reine. Mon nom est Sakuya, » répliqua-t-elle.

« D-D’accord. Je ferais ainsi, Sakuya, » répondis-je.

« Ufufu ~, » ria Sakuya.

Mio qui était à côté de moi avait affiché un visage choqué pour une raison inconnue. Pour être plus précis, c’était un visage du genre. « Je me le suis fait voler ». Attendez, ne me dites pas qu’elle aussi visait pour la position de la jeune sœur ?

« Alors, pourquoi m’avez-vous appelé Onii-chan ? » demandai-je.

« Hm ? Parce que tu m’as sauvée, je n’ai pas de grand frère et je suis ta subordonnée ! » répondit-elle.

J’avais le sentiment que ceux-ci ne pouvaient pas être les vraies raisons.

« Je veux vraiment avoir un Onii-chan fiable puisque ma famille n’avait que très peu d’hommes dedans, » déclara Sakuya. « Au moment où tu m’as aidé dans les prisons, j’ai eu le sentiment comme quoi, Onii-chan, tu allais me sauver alors même que j’étais dans une impasse. J’aimerais également que tu me tutoies, d’accord ? »

« Jin-sama est après tout fiable, n’est-ce pas ? » murmura Maria. « Je ressens souvent ce sentiment... Eh bien, même cette fois-ci... »

Maria marmonnait quelque chose, mais je ne pouvais pas saisir tous ses mots.

« Ah, je vais revenir au sujet principal. Onii-chan, vas-tu vaincre les démons ? » demanda Sakuya.

« Oui, c’est ce que j’ai l’intention de faire, » répondis-je.

« Et après ça, je redeviendrais la reine. N’est-ce pas ? » demanda Sakuya.

« Oui, c’est ce qui est prévu, » répondis-je.

« Et je serai aussi la subordonnée d’Onii-chan, non ? » demanda Sakuya.

« Tout à fait. Ne m’as-tu pas donné la permission ? » demandai-je.

« Onii-chan. Veux-tu ce pays ? » demanda-t-elle.

Une question simple. Je ne l’avais pas vu venir.

« Non, je ne le veux pas, » répondis-je.

« Hein !? Tu ne le veux pas ? Est-ce qu’Onii-chan ne m’aide pas parce que tu voulais ce pays ? » demanda-t-elle.

« Eh bien, je ne le veux pas particulièrement. Je n’ai pas le passe-temps de vouloir paraître important en public, » répondis-je.

« En bref, l’éminence grise ! » Pour une raison quelconque, Mio s’était levée et avait déclaré cela à haute voix.

« Non, ces personnes-là ont une mauvaise réputation, » déclara Sera.

« Mais vous savez, cela correspond très bien à la personnalité et aux capacités de Jin-kun, » même si Sera ne semblait pas trop aimer l’idée, Sakura était d’accord avec Mio.

Pas bon. Mon image est en danger.

« L’éminence grise... En d’autres termes, je vais régner en public, mais Onii-chan sera véritablement celui qui régnera sur ce pays avec moi comme sa subordonnée... C’est génial ainsi..., » déclara Sakuya.

Sakuya m’avait également regardé avec des yeux pétillants.

Est-ce que son caractère s’est brisé de sa vie dans la prison ?

R : N’est-ce pas évident ?

« Mais..., » commença Sakuya qui semblait être un peu troublée.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » demandai-je.

Elle baissa les yeux et parla avec une voix faible. « J’ai peur des démons. Ils ont facilement tué ma famille, ont volé mon existence et ont régné sur ce pays. Je n’ai pas le courage de me confronter à ces êtres... »

Toute la famille de Sakuya avait été tuée par les démons. L’enquête à l’époque où Sakuya était encore une princesse n’avait démontré aucune preuve de crimes. Parce que les démons prévoyaient d’utiliser la jeune Sakuya comme reine, les démons lui avaient directement instillé la peur du démon dans son esprit.

« Onii-chan et le reste d’entre vous, vous partez en voyage, n’est-ce pas ? » demanda Sakuya. « Ne peux-tu pas aussi me prendre avec toi ? Je ferai n’importe quoi, je serai en paix si je reste près d’Onii-chan... Je ne peux pas gouverner ce pays en étant toute seule... »

« C’est impossible, » répondis-je. « Ce pays est totalement géré par un gouvernement à travers la lignée. Ce pays va s’effondrer sans toi. »

« Mais dans ce cas, Onii-chan, tu seras le roi ! Je peux être la reine de nom afin que tu puisses rester à proximité et me protéger ! » déclara Sakuya.

Il ne semble pas qu’elle veuille se séparer de moi. Et aussi, est-ce qu’elle vient... de me le proposer ?

« Il y a la télépathie que je t’ai montrée il y a un peu de temps, » répondis-je. « Il y a aussi le Portail. Je peux immédiatement venir chez toi, peu importe où je suis à ce moment-là. »

« Mais cela prendra encore du temps ! » répondit-elle. « N’est-il pas possible que je meure pendant ce temps ? Il n’y a pas un endroit où je serais en sécurité si ce n’est pas à côté de toi, Onii-chan ! »

Elle était trop terrifiée et elle avait l’air de penser que c’était dangereux partout sauf près de moi.

« J’ai compris, » dis-je. « Dans ce cas, je vais assigner Alta pour veiller sur toi. »

« Hein !? » s’exclama-t-elle.

Un avatar pouvait être attaché à mes subordonnés. Mais j’étais actuellement le seul à pouvoir parler à Alta, car je l’avais configuré de cette manière. Mais actuellement, je prévoyais d’enlever cette restriction.

« Je pense que c’est un bon moment pour permettre à tout le monde de parler avec Alta, » dis-je. « Vos capacités cognitives s’amélioreront et vous ne devrez pas vous inquiéter des attaques-surprises. »

Mais j’avais strictement limité Alta pour qu’il ne puisse utilisé que de la télépathie et aucun de mes autres pouvoirs...

Alta pouvait exister en parallèle. Il avait aussi une méthode mystérieuse qui faisait que ses autres existences parallèles ne causaient pas de perte en performances chez les autres instances. J’étais inquiet de le montrer parce que je ne voulais pas qu’il ait l’air stupide...

« Quand j’y pense, c’est la même chose que d’être protégé par moi, » dis-je. « Sakuya, tu seras protégée 24 heures sur 24 et 365 jours par an sans même avoir à payer un salaire. »

R : Pas de salaire ?

Tout à fait, pas de salaire !

« Wôw, la Télépathie donne soudainement une sensation différente, » s’exclama Maria.

« Est-ce Alta ? Est-ce l’un de vos pouvoirs spéciaux, Jin-kun ? » demanda Sakura.

{Il a la même l’aura que le maître ~,} déclara Dora.

Il semble qu’il parlait à tout le monde en même temps. Mais ce que Dora avait dit était mystérieux.

« La puissance d’Onii-chan est vraiment incroyable, » Sakuya marmonna. « Je dis cela, mais c’est une capacité convenable pour un roi, n’est-ce pas... »

Je suppose qu’elle pouvait dire que mon pouvoir était certainement approprié pour être celui d’un personnage régnant sur les autres. Je pouvais voler mes ennemis de leurs capacités et les donner à mes subordonnés. Je pouvais accéder à toutes les connaissances dans le monde et détecter les mouvements de n’importe quoi. Je pouvais restreindre les actions de mes subordonnés et leur donner des provisions chaque fois que je le jugeais nécessaire. Je pouvais gérer tous les subordonnés simultanément et même les défendre.

Peut-être que Sakuya avait raison, et j’étais peut-être le plus apte à agir en tant que roi. Mais je devais prendre cette décision une fois que nous aurions terminé notre voyage. Ce sera irresponsable pour moi d’être un roi si je décidais de retourner dans mon monde.

« Je ne deviendrai pas quelque chose comme un roi... du moins, pas avant la fin de ce voyage..., » j’avais dit la deuxième moitié à voix basse, mais cela avait été assez fort pour que Sakuya puisse l’entendre.

« D’accord, j’ai compris. Je vais défendre ce pays avec Alta jusque-là, » déclara Sakuya.

« Tout à fait. Tu dois faire de ton mieux, d’accord... ? » demandai-je.

Je me sentais légèrement irresponsable de lui dire ça.

Désolé Alta.

R : Cela ne me dérange pas.

« Avant cela, j’ai besoin de vaincre ces démons, » déclara Sakuya. « S’il te plaît, ne sois pas trop pressé à propos de tout ça, d’accord ? »

Maintenant que tu le mentionnes, c’est vrai. Nous parlions de ce que nous allons faire après les avoir vaincus. Bon, ça va vu que tout ce qui reste à faire dans notre plan, c’est de révéler le faux et cela sera fini...

« C’est vrai, maintenant que vous le mentionnez, » déclara Sakura. « Mais je ne vois aucune chance qu’il devienne un compagnon de Jin-kun. »

« Oui, ça devrait aller avec ça. Il est plus important de créer un environnement où la reine peut récupérer son autorité. Alors, qu’en est-il de ça ? » demanda Lusia.

J’avais donc annoncé mon plan à tout le monde.

« C’est comme si c’était un drama avec une bonne récompense et le fait de punir la personne maléfique, » déclara Mio.

« Avec cette farce, vous allez présenter Sakuya-chan comme la bonne, n’est-ce pas ? » demanda Sakura.

Ne l’appelez-vous pas une farce...

Mon plan était en quelque sorte accepté. J’avais dû corriger certaines choses ici et là, mais le plus gros de mon scénario était toujours le même. Je devais me mettre à genoux devant Sakuya pour montrer son autorité. Je ne serai pas capable d’agir vraiment comme si je servais quelqu’un, mais on ne pouvait pas y faire grand-chose quand au fait de simplement le simuler.

« Plus important encore, Onii-chan, peux-tu vaincre ces démons aussi facilement ? » demanda Sakuya. « J’imagine qu’ils auront la plus grande défense prête pour cette situation. »

« Je serai en mesure de faire face à tout à ça. Surtout si c’est ce niveau-là de défense, » dis-je.

« Je pense qu’Onii-chan est étrange d’être en mesure d’appeler la plus grande défense du pays, “ce niveau-là de défense,” » déclara Sakuya.

« Il n’y a rien que Jin-sama ne puisse pas faire, » déclara Maria.

« Si le Maître le dit, alors cela doit être la vérité, » déclara Lusia.

Ah, la fanatique Maria et la fanatique Lusia sont ici pour rajouter ça.

« À ce propos, pourquoi Lusia agit-elle ainsi envers Onii-chan ? Et votre loyauté n’est-elle pas sensée être envers la famille royale ? » demanda Sakuya.

« Je l’ai jetée, » déclara Lusia.

« Impossible !? » s’exclama Sakuya.

Sakuya avait été surprise par la facilité avec laquelle Lusia avait abandonné sa loyauté envers la famille royale.

« Euh, vous pouvez revenir en tant que chevalière de la reine après que cette affaire soit terminée, » déclara Sakuya.

« Ce n’est pas nécessaire. J’ai décidé de vivre pour ma foi, » répondit Lusia.

« Impossible !? » s’exclama Sakuya.

Oh, elle a accidentellement dit sa foi.

« Lusia-san ! » s’exclama Maria.

« Ah ! Je veux plutôt dire que je dois retourner la faveur que m’a accordée le Maître, » rectifia Lusia. « Oui, c’est tout ce que j’avais à dire ! »

Lusia avait été réprimandée par Maria et elle s’était rapidement corrigée.

Sakuya avait demandé cela timidement, mais cela lui avait été rapidement dit que c’était inutile et elle avait donc quand même demandé la suite. Oui, c’était le chaos.

Ce jour chaotique touchait à sa fin. J’étais désolé pour Sakuya, mais je l’avais fait dormir dans une Pièce, parce que je ne pouvais pas la laisser aller à l’intérieur de l’auberge.

Eh ? Les Pièces avaient des produits de haute qualité à l’intérieur et il n’y avait pas de bruit venant de l’extérieur. Ainsi, la laisser dormir dans son lit, n’était-ce pas un bon traitement ?

J’avais utilisé le sort de Portail pour amener Sakuya dans la Pièce, mais elle n’avait pas voulu me lâcher quand j’étais sur le point de partir.

Oh, c’est vrai. Il est déraisonnable de la laisser dormir seule après avoir vécu tout ça.

« Dois-je appeler l’une des filles ? » demandai-je.

« Non, ce n’est pas nécessaire. Je veux rester avec toi, Onii-chan. S’il te plaît, » répondit Sakuya.

Même quand son visage était coloré par l’embarras, je pouvais voir qu’elle avait l’intention de dire « Je ne vais absolument pas te relâcher ».

{Je vais dormir avec Sakuya.} Avais-je dit par télépathie.

{D’accord. Bonne nuit !} répondit Sakura.

{Faites attention !} déclara Mio.

{Bonne nuit~ !} répliqua Maria.

{Bon dodo~} déclara Dora.

Je suppose que tout le monde s’attendait à ce que cela arrive. Je pense que c’était pour ça qu’elles m’avaient toutes dit de l’emmener ici moi-même...

« Bonne nuit, » dis-je.

« Bonne nuit, » répondit Sakuya.

Nous avions tous les deux rampé dans le lit. Même s’il y avait assez de place pour nous deux, Sakuya ne voulait toujours pas me quitter d’un iota. C’était bien trop chaud.

J’avais attendu un moment jusqu’à ce que Sakuya soit endormie et je m’étais un peu éloigné d’elle

Mais alors que je faisais ça...

« Argg ! Je ne veux pas ça, ça fait mal..., » elle faisait un cauchemar. Elle s’accrochait si fort à mon bras et criait.

C’est intrigant, essayons de la décoller à nouveau de moi.

« Arg ~, ah~, non~, » elle avait encore eu un cauchemar...

C’était horrible qu’elle soit rendue à un état si trop pitoyable alors j’avais décidé de la laisser rester comme ça contre moi.

Bonne nuit !

Au petit matin, au moment où je m’étais réveillé, j’avais constaté que mon pantalon était froid pour une raison inconnue.

R : Sakuya a mouillé le lit au cours de la nuit.

Ce n’était pas grave, car j’avais déjà prévu que cela arrive. Elle avait été torturée pendant si longtemps que c’était normal qu’elle fasse des cauchemars à ce sujet. On ne pouvait donc pas y faire grand-chose si elle s’était totalement détendue au cours de la nuit après qu’elle eut été libérée. Surtout que, dans la prison, elle n’avait nulle part où aller pour ça.

« Nettoyage ! » dis-je afin d’activer le sort de Nettoyage pour que tous reviennent à la normale sans qu’elle apprenne un jour qu’elle l’avait fait. Oh, Sakuya bougea légèrement quand j’avais parlé.

Je suppose qu’elle est sur le point de se lever et qu’elle a dû remarquer ce qu’elle a fait.

« L’eau bénite de la reine. » Quand j’avais murmuré ça à Sakuya, elle m’avait frappé avec l’oreiller.

Ça n’avait pas fait mal, mais elle me regardait avec un visage rouge vif et des yeux larmoyants. Eh bien, elle pouvait également voir différentes choses puisque j’étais nue, oui, il avait fait bien trop chaud pendant la nuit. N’était-il pas trop tard pour se sentir gêné à ce point ?

J’avais décidé de dormir comme ça.

Je suppose que je dois aller acheter de nouveaux vêtements pour moi et Sakuya aujourd’hui.

***

Extra : Sakura et Sakuya

***Point de vue de Sakura***

Quand j’avais du temps libre, je lisais habituellement un livre dans ma Pièce. Pourquoi disais-je ma Pièce ? Car il s’agissait de la chambre personnelle et j’étais la seule personne à pouvoir l’utiliser. On ne pouvait avoir qu’une seule Pièce par personne. En passant, les esclaves nouveaux venus et les membres récemment rejoints, Lusia et Sakuya, n’en avaient pas encore.

Depuis que je pouvais définir cet endroit pour être insonorisé, c’était le meilleur endroit pour lire des livres calmement.

Qu’est-ce qui se passe dans ma chambre dans mon ancien monde ? Je ne veux pas me souvenir de ça.

Ma chambre était remplie de livres. Avec des tresses et des lunettes, j’aurais été exactement comme une membre du comité littéraire, et mon amour pour la lecture n’allait pas à l’encontre de cette image. Quand je lisais un livre, je pouvais ignorer la réalité douloureuse pendant un moment. Mais en réalité, je n’étais pas une membre du comité littéraire. Je voulais vraiment en devenir une, mais j’étais trop désolée pour les autres membres qui aurait dû prendre soin d’une personne aussi incompétente que moi.

Mais je n’avais plus besoin de m’inquiéter de tout cela dans ce monde. D’ailleurs, Jin était toujours présent pour me protéger. Par conséquent, je n’avais pas vraiment besoin de livres, mais j’avais toujours ma vieille habitude. Au moment où je l’avais remarquée, ma chambre était déjà remplie de beaucoup de livres.

« Pfff ! » J’avais pris une profonde respiration après avoir fini de lire « L’écologie du monstre ». J’étais une lectrice sans discrimination, mais dans l’ancien monde, j’aimais le plus les livres fantastiques. Comme c’était le plus éloigné de la réalité, c’était génial pour m’échapper de la tristesse de la vie. Mais maintenant, j’avais souri maladroitement en pensant à ça, car j’étais en ce moment vraiment dans un monde fantastique.

Je n’avais jamais pensé que les héros qui brillaient de mille feux dans l’histoire seraient aussi dégoûtants que ça. Oh ! Mais Maria était différente.

*Toc* *Toc* *Toc*

Alors que je choisissais le prochain livre que j’allais lire, quelqu’un frappa à la porte. Alors je m’étais dirigée vers la porte.

« Qui est là ? » demandai-je.

« Ah, Sakura-san, c’est Sakuya, » déclara la personne de l’autre côté de la porte.

Il semblerait que la reine de ce pays soit mon invitée.

« Je vais maintenant ouvrir la porte, » déclarai-je.

Quand j’avais ouvert la porte, j’avais alors vu que Sakuya portait la robe blanche que lui avait donnée Jin. J’étais un peu jalouse d’elle. Non, je ne l’enviais pas parce qu’elle l’avait eue comme cadeau. C’était plutôt que je l’enviais parce qu’elle pouvait porter d’une manière pure et innocente, une robe blanche qui semblait si naturelle sur elle.

« Désolée de vous déranger, » déclara Sakuya.

« Y a-t-il quelque chose qui ne va pas ? » demandai-je.

Puisque Sakuya et moi n’avions pas beaucoup de contact l’une avec l’autre, je ne connaissais pas la raison de sa visite. Donc, j’avais offert une chaise à Sakuya.

« Merci. En fait, j’ai quelque chose sur quoi je dois vous consulter, Sakura-san..., » déclara Sakuya.

« Me consulter ? » demandai-je.

Le ton de Sakuya était moins formel quand elle parlait avec Jin, mais c’était toujours très formel quand elle parlait avec quelqu’un d’autre. Ce n’était pas à moi de le dire, mais je pensais qu’elle avait ouvert son cœur à Jin à un degré plus qu’extraordinaire.

« Oui. À propos des subordonnés d’Onii-chan, » déclara Sakuya.

« Hein !? Oh... Je suis la seule véritable subordonnée. Toutes les autres personnes sont des esclaves ou des monstres domptés, » dis-je.

C’était notre point commun.

« Eh bien. Alors, quel genre de chose, Onii-chan, exige-t-il de ses subordonnés ? » demanda Sakuya.

« Êtes-vous inquiète ? » demandai-je.

Ce serait un mensonge si elle disait qu’elle n’était pas inquiète après être devenue si soudainement une subalterne. Il était naturel de ressentir de la répugnance lorsqu’un garçon du même âge avait la pleine autorité sur vous. Cependant, dans mon cas, je voulais en même temps avoir une sorte de lien permanent avec Jin.

Jusqu’à maintenant... Personne n’avait été disposé à me protéger. Je me souvenais encore de l’impression que j’avais eue quand Jin avait dit qu’il me protégerait pour la première fois. Mais maintenant que nous avions plus de compagnons pour notre voyage, j’avais eu toujours le sentiment que je pourrais aussi être jetée. Quand le pouvoir spécial de Jin avait été révélé, j’avais pensé que c’était une chance. C’était une occasion merveilleuse d’obtenir le lien appelé « subordonné ». C’était un lien plus fort que d’être un simple compagnon de voyage. Après tout, ce genre de sentiment déformé par la peur ne disparaissait pas facilement.

« Non, je ne suis pas inquiète, » répondit Sakuya. « Comment dois-je le dire ? J’ai espéré de mon plein gré devenir sa subordonnée... Je ne peux ressentir que du soulagement quand j’ai la protection d’Onii-chan. »

Je comprenais ce sentiment. Je ne savais pas si c’était l’effet du Lien d’Engagement ou pas, mais cela me donnait une tranquillité d’esprit depuis que j’avais ce lien avec Jin.

« Ce que je voulais dire c’était que... je souhaiterais que vous m’appreniez ce qu’Onii-chan veut d’un subordonné ? » demanda-t-elle. « En ce qui me concerne, que puis-je faire ? À quoi dois-je m’attendre ? »

Qu’est-ce que Jin-kun veut ? Honnêtement, je ne sais pas non plus. Jin-kun veut que je crée de la magie pour lui, mais il ne me force jamais à le faire. En outre, en raison de certains problèmes, je ne peux pas du tout faire de magie d’attaque sur des humains. L’attitude de Jin-kun n’a pas changé du tout après qu’il ait pris conscience de ces problèmes.

« Je ne sais pas ce que Jin-kun veut de nous. Tout ce que je peux faire pour lui, c’est créer de la magie..., » déclarai-je.

« Eh bien, je pense que c’est une excellente contribution, » répondit-elle.

« Pas du tout, » répondis-je. « Ce pouvoir spécial est utile, mais il a aussi beaucoup de défauts... »

Je connaissais beaucoup de ses défauts, donc je sentais que c’était désagréable pour lui. Parce que j’avais besoin de l’aide de Jin pour l’utiliser, j’avais l’impression que je n’étais qu’une femme gênante...

« Franchement, je ne pense pas qu’Onii-chan soit troublé par ça, » déclara Sakuya.

Tout d’abord, le problème de la nourriture avait été résolu par l’Inventaire. À propos de notre puissance militaire que nous avions en ce moment... Je pourrais dire que nous pouvions conquérir un pays si nous voulions le faire.

« Je ne pense pas que quelqu’un m’aiderait si je ne suis pas utile. Je cherche juste à faire qu’on va me demander de faire, » déclarai-je.

Je faisais de la magie. Sakuya pourrait avoir son autorité. Il avait dit qu’avoir un pays n’était pas nécessaire, mais qu’avoir beaucoup d’autorité en main était pratique.

« Vous avez raison. C’est comme ça, après tout, » déclara-t-elle.

Il semble qu’elle est venue ici avec la même pensée que moi.

« Le fait que vous, Sakuya-san, soyez une reine n’est-il pas le plus pratique pour Jin-kun ? » demandai-je.

« Oui, je suppose que oui. Cependant, les faveurs que je rends face à la gentillesse d’Onii-chan semblent être si misérables..., » répondit-elle.

Je ne pouvais pas dire si c’était positif ou négatif.

« Mais la seule chose que je peux faire est de commencer par devenir une reine et de gouverner correctement ce pays, » déclara Sakuya.

« Je pense que c’est très bien ainsi, d’autant plus que Jin-kun aime vraiment ce pays, » déclarai-je.

« Merci beaucoup, » déclara Sakuya. « Votre conseil a retiré un énorme poids de mon esprit. »

« C’est génial, » dis-je.

Après cela, nous avions une longue conversation très agréable. Puisque d’autres personnes avaient tendance à nous voir comme leurs supérieurs, elle pourrait devenir une amie autour du même âge et du même sexe que moi. Dora est plus comme un animal de compagnie...

Malheureusement, notre conversation amicale n’avait pas pu inclure le sujet de la personne qu’on aimait le plus. Eh bien, d’après ce que je savais, ce sujet allait simplement aigrir l’ambiance...

Après cela, j’avais parlé avec Sakuya de bonbons qui n’avaient pas encore été mangés, d’un livre intéressant et de beaucoup de choses intéressantes dans ce pays.

« À plus tard, Sakura-chan, » déclara Sakuya.

« Oui, s’il te plaît, viens ici pour parler à nouveau, Sakuya-chan, » déclarai-je.

Comme il était assez tard, j’étais restée ici pour le reste de la journée. Je n’avais plus besoin de lire un livre aujourd’hui, car je pouvais passer mon temps d’une manière beaucoup plus plaisant que par le passé.

Je n’aurais jamais pensé être protégée et avoir une amie du même sexe comme ça.

Bien que je détestais Eludia et ces héros, j’aimais toujours beaucoup ce monde, principalement parce qu’il m’avait donné une chance de trouver le bonheur.

***

Chapitre 35 : Nettoyage après-coup et récompense

Partie 1

« Le démon qui a essayé de se déguiser sous l’apparence de la reine a été tué par les Chevaliers secrets de la Reine, » il s’agissait de la rumeur qui était liée à cet incident et qui s’était répandue dans la ville.

Bien sûr, ceci était inventé et elle avait été intentionnellement répandue par la famille royale. Ils avaient changé quelques détails et je n’étais pas un chevalier de la reine. Donc, ils s’étaient préparés à voir venir une rumeur qui allait se propager et ils l’avaient manipulé selon ce qui était préférable pour eux.

« Je demande humblement à chacun d’entre vous de garder cette affaire secrète, » parce que la reine avait elle-même baissé la tête, même les aventuriers s’étaient mis d’accord sans rien dire de plus et étaient rentrés chez eux. Une autre raison pour laquelle ils étaient d’accord était que les aventuriers rassemblés recevaient une récompense en fonction de leur rang en argent non déclarée ouvertement. Malheureusement, on ne m’en avait pas donné...

Et aussi, il y avait le fait que Sakura utilisait tout le temps un ton et une attitude formels, mais elle avait un ton différent quand elle était avec la reine. Parce que nous ne l’avions jamais entendu parler avec ce ton auparavant, nous étions pris de court. Et quand nous avions essayé de demander des détails...

« Hein !? Je n’ai aucune raison d’utiliser ce ton épuisant qui est mon ton habituel, n’est-ce pas ? » En disant ça, elle avait changé. Était-ce qu’elle jouait la comédie ?

Même après le départ des aventuriers, le château était resté dans un état de confusion. C’était en train de se calmer, mais il semblerait qu’il faudrait beaucoup de temps pour inspecter l’étendue des dégâts. Bien sûr, je profitais pleinement des capacités de ma Carte et d’Alta selon les demandes que me faisait Sakuya. Au cours de l’inspection, nous avions découvert un certain nombre de serviteurs qui avaient été exposés à la corruption ou au détournement de fonds... Il y en avait plus que ce à quoi je m’attendais et Sakuya s’était plainte à moi quand j’étais devenu encore plus occupé à cause de ça. Je ne pouvais pas trop faire autrement.

Avec l’intrigue de Romarie qui avait été révélée, les geôliers s’étaient suicidés. Sont-ils galants ou quoi...

À cause de tout ce que j’avais dû faire, j’étais resté cloîtré dans le château royal pendant près de trois jours. Naturellement, j’étais la plupart du temps près de Sakuya même lorsque j’utilisais mes capacités. De plus, comme ma puissance était très importante et qu’elle avait été révélée à tous, j’avais été accueilli par les résidents du château comme un protecteur mélangé avec un secrétaire. C’était arrivé dans la mesure où personne n’avait formulé d’objections même si je m’assoyais à côté d’elle pendant nos repas. Ils gèrent même tous mes besoins...

Personnellement, je n’avais pas l’intention de me mêler de la politique, mais comme j’avais décidé de m’occuper de ce nettoyage, je suppose que je devais le faire jusqu’au bout.

En ce moment, Sakuya se battait avec de la paperasse alors qu’elle s’était assise sur mes genoux. Je me demandais souvent si elle avait besoin de s’asseoir là quand elle travaillait.

Quand je lui avais posé la question, elle m’avait répondu sur un ton ferme. « Oui, je dois le faire ! » Et elle avait décidé de ne pas se laisser déloger de là.

Parfois, Dora venait me voir, alors qu’elle semblait solitaire. Dans des moments comme ça, Sakuya se déplaçait légèrement et elle partageait mes genoux avec Dora.

Bien sûr, tous les membres de mon groupe principal avaient le droit de se promener librement dans le château, mais seulement quand ils étaient avec moi. Et quand je dis avec moi, cela voulait également dire avec Sakuya vue qu’elle ne traînait jamais loin de moi. Mais cela n’avait pas vraiment d’importance.

Deux autres jours s’écoulèrent. Et enfin, nous avions pu effacer la plus grosse part des tourmentes causée par les démons. Le château était revenu à la normale. Cependant, la manière dont le monde du château me traitait avait également changé. À ce moment-là, une partie des ministres et la plupart des personnes de rang inférieur se référait à moi avec le « -sama » et ils me saluaient d’une manière formelle.

R : Il y a des rumeurs comme quoi le Maître est le fiancé de la Reine Sakuya et qu’il fera bientôt partie de la famille royale. Comme Sakuya n’a nullement nié cette rumeur, elle a acquis rapidement une certaine légitimité.

Hé, Sakuya...

Au moment où je m’étais rendu compte de ça, j’avais regardé Sakuya avec des yeux à demi clos et elle m’avait regardé de son côté en affichant un sourire semblant innocent (et je n’ai pas dit innocent). J’avais alors tiré sur sa joue.

« Mais, tu sais, je ne peux pas nier que cela soit un merveilleux avenir, c’est pourquoi je n’ai rien dit, » et après ça, cette fille avait arrêté de dissimuler son affection envers moi. Je pensais que ce qu’elle disait était juste une blague, mais elle semblait vraiment sérieuse quand à ça.

« Même si tu m’appelles comme étant ton frère, en vérité, veux-tu m’appeler comme ton mari ? » demandai-je en plaisantant.

« Comment le sais-tu ? Des frères et sœurs non liées par le sang peuvent se marier, » me répondit-elle avec un sourire.

☆☆☆

Le jour suivant. Après la première étape de la restauration terminée, j’avais pour l’instant été relevé de mes fonctions.

En ce moment, j’étais au cours d’une audience. La raison derrière ça ? C’était lié à la récompense que j’allais avoir à la suite de tous ces événements. Peu importe la manière dont Sakuya était reconnaissante envers moi, ou la manière dont elle voulait que je sois à ses côtés, j’étais en ce moment simplement un étranger vis-à-vis de la gestion de ce pays. La raison était simplement, car je n’avais pas vraiment les compétences appropriées pour ça. De plus, il semblerait que je devais être récompensé puisque j’étais la personne clé quant à la mort de ce démon.

Bien sûr, ce dont on parlait était différent des récompenses qui avaient été reçues par les autres aventuriers.

De plus, j’étais la personne qui avait été capable de briser la défense la plus puissante que possédait la famille royale. En termes simples, cela signifie que je peux renverser à moi seul la famille royale. Il n’y avait aucune raison pour eux de faire de moi un ennemi. Et n’oublions pas le fait que j’étais aussi très proche de Sakuya, la reine...

« Mes serviteurs, il est inutile de s’incliner..., » déclara Sakuya.

Encore cette blague, hein. Même si ce n’est pas un acte, je ne veux toujours pas m’agenouiller à Sakuya non plus.

{L’eau sacrée de la Reine !} envoyais-je par télépathie à Sakuya.

« Arg..., » Sakuya était tombée à genoux en raison de ma blague.

« Votre Majesté ? Avez-vous un problème ? » demanda l’un des hommes présents dans la pièce.

« Non, ce n’est rien, desu, » répondit-elle. Elle semblait avoir repris son calme.

« Jin-dono, vous avez toute ma gratitude de nous avoir apporté un soutien varié en ce qui concerne l’incident qui à frappé le château, desu, » déclara Sakuya. « Dans un tel cas, je crois qu’une récompense pour vos efforts est tout à fait appropriée. Je voudrais d’abord m’enquérir si ces différents cadeaux vous conviennent. Qu’en pensez-vous de ce que je vais annoncer ? »

Parce que c’était gênant pour moi même de les demander dans cette situation, j’avais fait que Sakuya les transmet d’elle-même. Comme cela sortait de la bouche de Sakuya, cela donnerait l’impression que ces récompenses étaient déjà reconnues à l’avance, du moins, il semblerait.

« La première chose est une propriété se trouvant dans la capitale, » commença Sakuya. « La seconde chose est le corps du démon lui-même. Et les troisièmes choses sont plusieurs trésors contenant des objets magiques, y compris un “collier de la reine”. Est-ce tout ce que vous désirez, n’est-ce pas ? »

« Oui, ce sont sans aucun doute les récompenses que je souhaiterais recevoir, » déclarai-je.

Eh bien, je devrais au moins utiliser des expressions polies.

« Après ça, ces trois..., » commença Sakuya.

« Veuillez m’excuser, Votre Majesté ! Si vous décernez un “collier de la reine” à une personne qui nous est inconnue et qui est même une personne d’origine inconnue, alors moi, Hainbel — “gufu” * gémissement douloureux *. »

Un noble dans la pièce, qui était le même ministre qui s’était adressé à moi avec un « sama » si je me souviens bien, avait fait taire le noble qui était sur le point de dire des choses inutiles, avec un coup de poing de l’estomac. Le noble qui commençait à poser problème s’était effondré.

Je voudrais pouvoir faire ça, un coup de poing de l’estomac.

R : Si le maître effectue le coup de poing dans l’estomac, ce noble suivrait le même sort que le démon.

Oui, je sais bien...

De plus, pourquoi ce noble a-t-il fait des pieds et des mains dans un tel moment ?

R : Il vient d’une vieille maison, mais il a aussi de nombreux scandales et cela semble assez difficile d’obtenir un « collier de la reine ».

{Il faudrait éviter d’inviter ce genre de type dans un tel moment. Sakuya, j’ai décidé de te punir après ça.}

« Hii~ ! » cria Sakuya.

« Reine Sakuya ? Y a-t-il quelque chose qui ne va pas ? » demanda le ministre.

« Non, ce n’est rien, desu..., » répondit Sakuya.

Oh, un message de télépathie de Sakuya.

{Je suis désolée ~ ! S’il te plaît, pardonne-moi, Onii-chan ~ !}

{Non !} répondis-je.

{Hiii!!} cria-t-elle par télépathie.

Le ministre essayait d’encourager Sakuya qui, de plus près, avait les larmes aux yeux. « Excusez-moi, Votre Majesté. »

« T-Tout va bien ! Alors, ces trois récompenses vous seront accordées, Jin-dono, » déclara Sakuya.

« Merci beaucoup, » répondis-je.

Je suppose que c’est la fin. Au moment où j’avais pensé cela, le ministre avait continué.

« Et maintenant, un titre de noblesse pour vous, Jin-dono..., » déclara-t-il.

« Je refuse humblement votre offre, » déclarai-je.

« Vraiment... ? Comme c’est regrettable ! » déclara le ministre.

Ne pense pas à pousser des choses inutiles sur moi.

À ce que je vois, la moitié des nobles ont même fait un visage déçu. Je pense qu’ils détesteraient normalement quand un étranger reçoit un titre de noblesse, mais...

R : Il semble que vous ne le sachiez pas, alors je vais vous informer. Pour le dire franchement, ce pays était sur le point de s’effondrer. Le sommet de la hiérarchie de ce pays envisage de faire que vous travailliez avec eux vu que vous avez été capable d’arrêter l’effondrement et avez également montré une grande puissance. Ils ont jugé qu’un titre de noblesse serait assez bon marché si c’est pour ça.

Oh c’est vraiment ainsi.

Sakuya avait conclu la situation et avait mis fin à ma cérémonie de remise de récompenses. À ce propos, ce noble gaffeur était toujours allongé sur le sol.

Ce ministre peut-il faire un bon coup de poing ?

Sans tarder, nous nous dirigeons vers la bâtisse que nous avions reçue comme récompense par la reine Sakuya, qui était, pour le dire simplement, un bien immobilier comprenant du terrain et des bâtiments. Dans le quartier le plus riche de la capitale, il y avait un domaine qui s’appelait la maison de vacances de Sakuya, et c’était où elle avait vécu pendant un certain temps.

« Maître, où allons-nous ? » demanda Cloud.

Cloud était anormalement nerveux. Ou plutôt, tous les nouveaux esclaves étaient nerveux. En y réfléchissant normalement, je suppose que vous avez besoin de courage pour flâner dans un quartier de noble avec un statut social d’esclave. Je ne leur avais rien dit au sujet des récompenses ou de ma relation avec la reine...

« Nous allons vers la base que j’ai obtenue. Je vous ferai tous vivre là-bas, » déclarai-je.

« Hein !? Peu importe comment je le regarde, c’est une zone résidentielle pour les nobles..., » déclara Cloud.

« Maître, vous êtes vraiment hors de la norme, n’êtes-vous pas..., »

« Je le sais..., » déclarai-je.

Je ne sais pas ce qu’ils savaient, mais après leur avoir donné une petite explication pendant notre promenade, nous étions arrivés au domaine.

Eh oui, je l’avais déjà vu sur la carte, c’était grand. Il y avait un grand jardin et il y avait plus de 20 chambres dans le bâtiment principal. Et il y a même une annexe pour les employés.

Aurais-je demandé trop en demandant un domaine si gros ?

R : Non, ce n’est nullement trop pour la personne qui a sauvé un pays.

« C’est bien plus gros que ce que je m’attendais..., » déclara Sakura.

« N’est-ce pas normalement une résidence secondaire des membres de la famille royale..., » déclara Mio.

Sakura et Mio étaient également abasourdies.

« Cette taille est tout à fait naturelle pour Jin-sama, » déclara Maria.

« Oui, tout à fait. Ce que dit Maria-san est correct, » déclara l’ancienne chevalière de la reine.

Ces deux fanatiques ne faisaient que me soutenir.

En y réfléchissant, ces deux-là ajoutent un « san » lorsqu’elles se parlent entre elles, n’est-ce pas ? Pourquoi font-elles ça ?

R : {il semble que leur politique est de ne pas avoir de différence de position entre les croyants. Comprenez-vous ?}

Hm ? Alta, as-tu dit quelque chose ?

R : Non, je n’ai rien dit.

Alors, c’est bon.

***

Partie 2

Nous avions ouvert les portes et avions pénétré sur la bâtisse principale de la propriété. Sakuya avait dit qu’elle n’avait pas utilisé ce domaine depuis un moment, mais il semblerait qu’il avait été bien entretenu, car il n’y avait pas de poussière ici. En d’autres termes, nous devions l’entretenir par nous-mêmes à partir de maintenant.

« Je suppose que nous allons devoir employer des servantes et des majordomes pour cela..., » déclarai-je.

« Jin-sama, si vous comptez dépenser de l’argent là-dedans, je vous demande humblement d’utiliser votre argent pour acheter des esclaves, » déclara Maria. « Je pense que c’est une bonne idée d’éduquer ceux qui sont des servantes et majordomes, y compris les esclaves recrues. »

Je vois..., jusqu’à présent, je prenais le combat et le voyage comme critères pour l’achat d’esclaves, mais devrais-je acheter un esclave qui possède des capacités de ménages dès cette fois-ci ? Pourquoi n’y ai-je pas pensé avant... ?

En outre, même les esclaves recrues seront formées en tant que servantes et majordomes si je prends le point de vue de Maria.

« Je comprends. Alors, devrions-nous plus tard nous diriger vers le marché aux esclaves... ? » demandai-je.

« S’il vous plaît, attendez. Serait-il acceptable que vous confiiez les achats à Lusia et à moi ? Et je vous supplie de nous laisser la formation des nouveaux esclaves, » déclara Maria avec un visage sérieux.

Il y avait aussi le cas avec Lusia, donc je m’étais senti un peu anxieux. Comme ils ne seraient pas dans une situation pire que Lusia, il serait peut-être bien de laisser cette affaire entre leurs mains.

Tant qu’ils ne m’appellent pas ouvertement un dieu, je vais leur permettre de le faire. De plus, elles n’arrêteront pas de me traiter comme un dieu même si je dis quelque chose à ce sujet.

R : Donc, vous avez après tout remarqué ça.

Bien sûr que oui. Ces deux-là font quelque chose en secret pour une raison inconnue... Je déteste être ouvertement appelé « Dieu », mais les croyants et les subalternes ne sont pas vraiment différents, n’est-ce pas ? Après tout, je n’ai pas l’intention de les empêcher d’augmenter le nombre de subordonnés de leur propre initiative.

R : Je vais contrôler ça. Je ferais un rapport s’il y a le moindre problème.

Ce serait bien ainsi. Je vais te faire confiance.

R : D’accord.

« Alors, je vais laisser l’achat des nouveaux esclaves à vous deux. Au cas où, n’oubliez pas de vérifier leurs compétences, » dis-je.

« D’accord, laissez-nous nous charger de ça, » déclara Maria.

« Wôw ! La cuisine est bien plus grande que celle présente dans la Pièce ! » fut la première chose que Mio déclara quand elle rentra dans la cuisine du manoir.

L’équipement lui-même était à peu près le même, mais cette cuisine était vraiment beaucoup plus grande. Cependant, comme je prenais Mio pour notre voyage, alors, elle risquait de ne pas cuisiner très souvent ici. Tous les autres membres du groupe étaient partis afin de visiter les lieux selon leur envie.

« La plus grande pièce doit naturellement être la chambre du Maître, ne le pensez-vous pas ? » demanda Mio.

« Eh bien, il n’y a personne d’autre que Jin-kun qui pourrait prendre cette chambre, non ? » demanda Sakura.

Donc, la plus grande pièce utilisée par Sakuya était devenue ma chambre.

« Donc, tout d’abord, chacun des membres principaux aura une chambre dans le bâtiment principal..., » déclarai-je.

{C’est déjà bon pour moi, car je serais dans la même chambre que le Maître ~ !} déclara Dora.

« C’est aussi bon de mon côté. Je veux rester le plus près de lui pour pouvoir le protéger..., » déclara Maria.

Et ainsi, Dora et Maria avaient demandé à rester dans ma chambre. Étant donné que ma chambre était plus grande que deux chambres ensemble, ce ne serait pas un problème si nous avions quelques personnes de plus qui restaient là.

« Oh, j’aimerais bien avoir la chambre à côté de celle du Maître, » déclara Mio.

« J’aimerais aussi avoir la chambre à côté de Jin-kun, » déclara Sakura.

« De même pour moi. C’est la meilleure pièce pour ma tranquillité d’esprit, » déclara Sera.

Les autres membres voulaient avoir la pièce à côté de la mienne.

Attendez, n’êtes-vous pas trop partial ?

Pour l’instant, nous avions décidé d’attribuer les chambres avec des Pierre-papier-ciseaux. À la fin, Sakura et Mio avaient gagné les chambres à côté de la mienne. Sera allait prendre la chambre devant la mienne. Les chambres de Dora et Maria avaient été prévues pour être à gauche et à droite de la sienne. Elles avaient bien entendu l’intention de dormir dans ma chambre, mais j’avais décidé de quand même préparer leurs chambres. Il n’y aurait pas de soucis en le faisant.

J’avais décidé de faire utiliser l’annexe par les nouveaux esclaves et Lusia. Bien que j’avais dit que le bâtiment principal était acceptable pour eux, ils avaient décliné. En outre, il semblerait que deux à trois personnes soient affectées à chaque pièce de l’annexe. Eh bien, je suppose que c’était impossible même si je leur disais soudainement de s’habituer à ce genre de traitement.

Nous mangions actuellement le déjeuner qui avait été préparé par les esclaves (à l’exception des esclaves qui ne pouvaient pas cuisiner, moi, Sakura et les monstres domptés), puis nous effectuerions des actions indépendantes après ça.

Au cours de nos actions indépendantes, j’avais discuté avec Maria et Lusia du choix de nouveaux esclaves.

« Alors, je vais mettre cela dans l’Inventaire, » déclarai-je.

« Qu’allez-vous placer dedans ? » demanda Maria.

« Mon sang. N’est-il pas nécessaire pour le contrat d’esclavage ? » demandai-je.

J’avais alors montré à Maria et à Lusia une bouteille de mon sang.

Le sang nécessaire pour faire un contrat d’esclave ne doit pas être retiré sur place, n’est-ce pas ?

R : La fraîcheur est nécessaire, mais ce ne sera pas un problème puisque l’Inventaire arrêtera le flux de temps.

« J-Jin-sama ! Cependant, n’est-ce pas une trop grande quantité de sang que vous avez retiré là ? » demanda une Maria inquiète.

« Tout va bien. J’ai utilisé un sort de soins juste après ça, » expliquai-je.

« Dans tous les cas, faites-le quand l’une de nous est là pour surveiller votre état. C’est mauvais pour notre cœur si vous le faites seul ! » déclara Maria.

Maria et Lusia m’avaient demandé ça avec des yeux larmoyants, elles étaient après tout vraiment surprotectrices..

« Même si vous ne faites pas une telle chose, nous pouvons simplement faire un transfert après que nous ayons formé un contrat avec eux comme vous pouvez également utiliser la magie d’esclavage, » déclara Maria.

« Non, le faire comme ça serait gênant, non ? » demandai-je.

« ... J’ai compris. Alors, nous allons former les contrats d’esclaves directement sous votre nom, Jin-sama. Allons-y, Lusia-san, » déclara Maria.

« D’accord, Maria-san, » répondit Lusia.

Elles avaient toutes deux disparues en utilisant un Portail. Si vous vous demandez pourquoi elles utilisent un portail, et bien c’est parce qu’elles contrôlent toutes les villes que nous avions visités qui avait un marché aux esclaves.

Elles n’ont pas à aller si loin pour ça...

Ce domaine avait beaucoup d’espace libre ce qui était parfait pour notre chariot, alors je l’avais fait déplacé ici. Midori semblait aimer le jardin alors qu’elle se tenait tranquillement à l’ombre d’un arbre dans le coin.

Non, attendez, vous êtes une plante, alors allez à un endroit où il y a du soleil, d’accord ?

Je n’ai pas non plus de raisons de prendre Midori lors de mes voyages et il serait peut-être plus utile de la laisser se concentrer sur la production dans le domaine.

{C’est mieux... comme ça.} La personne en question avait également dit ça.

Oh, il semble qu’elle ne ferait rien à moins que j’attribue un quota, alors je dois lui donner les instructions à l’avance.

J’avais déjà expliqué à mes esclaves recrues à propos de mes monstres domptés, donc j’allais les mettre responsable de la collecte de ce que Midori produisait.

Ah oui, je m’étais juste souvenu de la conversation au sujet du monstre dompté, alors Tamo-san avait finalement utilisé la compétence de Division. À propos de Division, cette compétence pouvait être utilisée lorsqu’il n’était pas dans un état de Mimétisme, donc je lui avais donné la compétence, mais il ne l’avait pas encore utilisé jusqu’à maintenant. Quand je lui demandais la raison pourquoi ne l’utilisait-il pas plus, il me répondait toujours. {Pas... encore...}

R : Il semblerait qu’il y ait un temps d’attente pour cette compétence qui m’est inconnue.

Même quand j’avais demandé à Alta, voici ce que je recevais comme réponse... Depuis que Tamo-san s’était séparé en deux, j’avais décidé de demander à un Tamo-san d’escorter la calèche et l’autre de patrouiller cette propriété pour l’instant. Cependant, c’était quelque chose de temporaire.

Comme je m’y attendais, son niveau de compétence avait été divisé en deux après la division. Mais il avait obtenu un bonus qui lui permettait de monter beaucoup plus rapidement en niveau jusqu’au niveau qu’il avait avant sa division. Ou plutôt, il semblerait qu’il était devenu facile pour lui de redevenir aussi compétent qu’avant. En d’autres termes, cela signifiait que Tamo-san pourrait augmenter ses points de compétence relativement facilement si Tamo-san se divise avec les compétences que je lui avais données avant ça.

Je n’ai plus rien pour tester ça. Je vais lui demander de me dire la prochaine fois qu’il semble être en mesure de se diviser. Si ça se passe bien, les points de compétence vont se multiplier. Ah, et Tamo-san sera ainsi multiplié à nouveau.

***

Partie 3

« Alors, Onii-chan. As-tu décidé du type d’objets magiques que tu voulais ? » demanda Sakuya.

« Pas encore, il n’y a pas vraiment d’objets magiques qui soient sympas..., » répondis-je.

« Eh bien ! En te regardant Onii-chan, je pense que tu peux faire presque tout si tu as ton pouvoir spécial et la magie de Sakura-chan, » Sakuya avait dit avec ses yeux larmoyants et ses joues rouges gonflées. Bien sûr, c’était le résultat de sa punition.

En ce moment, j’étais allé là-bas afin de sélectionner des objets magiques pour ma troisième récompense. Je lui avais demandé de me montrer un catalogue alors que je me trouvais la chambre de Sakuya. Mais comme elle l’avait dit, il n’y avait aucun objet magique qui puisse nous permettre de faire quelque chose que nous ne pouvions pas déjà faire.

En premier lieu, quand j’avais demandé à Sakuya d’être d’accord avec ma demande d’objet en plus du collier de la reine, je n’avais pas vraiment de but derrière ça. De plus, même le collier de la reine n’avait pas vraiment d’utilité. Il était là uniquement pour éviter que les autres soupçonnent que je puisse utiliser de la magie à l’intérieur du château même sans en utilisant l’Inventaire. Donc en gros, il n’y avait pratiquement rien dont j’avais besoin.

« Oh, que penses-tu de celui-ci ? Ils disent que ce sac génère un rire étrange si tu places du pouvoir magique dedans, » dis-je.

« Pourquoi te limites-tu à des objets pour des blagues !? Mais pourquoi quelque chose comme ça se trouve ici ? » demanda Sakuya.

Voyant qu’il n’y avait rien que je voulais, je pensais que c’était une bonne idée de chercher du côté des objets drôles.

« Après ça, ces sous-vêtements pour femme qui devienne transparente quand tu mets un peu de pouvoir magique dedans..., » dis-je.

« C’est encore pire ! Euh, c’est un mensonge, n’est-ce pas ? Y a-t-il vraiment un objet magique comme celui-là dans ce château ? » demanda Sakuya.

« Regarde, c’est ici, » déclarai-je.

Je pointais le catalogue. Il semblerait que cette page était une page d’objets magiques de blague. D’autres objets, comme un objet où de l’eau coulait lorsqu’on y plaçait du pouvoir magique (c’est juste que son apparence était celle d’une statue du Manneken-Pis), ou une jupe qui se retournait d’elle même. Relativement érotique..., non, des objets magiques stupides pouvaient être vus sur cette page.

« Il y a vraiment un objet comme ça ! » s’exclama Sakuya. « De plus, il y en a même un pour les hommes ! Pour quoi l’utiliserais-tu ? »

« Je ne peux pas dire comme on peut s’y attendre. Je serai exécuté pour lèse-majesté, » dis-je.

« Que dis-tu après tout ce temps ! » s’exclama Sakuya. « Après tout, Onii-chan, tu as installé un Portail dans ma chambre personnelle ! Tu peux m’assassiner ou faire une visite furtive quand tu le veux ! Tu as certainement le pouvoir de décider quant à ma vie et ma mort ! »

Et bien, ce qu’elle disait était vrai. J’avais placé un Portail que je pouvais uniquement utilisé dans la chambre personnelle de la Reine. Pour être exact, il n’y a rien que Sakuya puisse faire pour empêcher de faire ce que je voulais.

« Mais, tu acceptes actuellement les visites nocturnes, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Bien sûr ! » répondit immédiatement Sakuya.

C’est ça. Pour être honnête, même si le Portail avait été dissipé, elle m’avait donné les clés de sa chambre. Je pense que tout le monde comprendrait ce que cela signifiait.

J’avais continué à feuilleter les pages du catalogue. Dans ces pages, il y avait deux objets que je ne pouvais pas ignorer. Il y avait un objet noté Grand Bouclier du Gardien et la Claymore du Gardien. Ils se trouvaient dans la section pour les objets de type équipement, donc cela devait être des Armes Magiques.

« Sakuya, puis-je avoir le Grand Bouclier du Gardien et la Claymore du Gardien ? » demandai-je.

« Oui ? Oui, je suis d’accord avec ça. Il semble qu’ils soient plus ou moins les armes que le Héros a laissées derrière lui, mais c’est trop lourd et personne n’a pu l’utiliser, alors ils ramassent la poussière dans la salle du trésor..., » répondit-elle.

J’avais obtenu la permission plus facilement que je le pensais.

« Est-ce vraiment d’accord ? N’est-ce pas des armes utilisées pour le Héros ? » demandai-je.

« Non. C’est plus des objets qui ont été faits par le Héros, » répondit Sakuya. « Il n’y a pratiquement aucune légende comme quoi ils auraient été utilisés. À côté de ce château, il y a divers autres objets fabriqués par le Héros, donc je suis d’accord de te donner au moins des armes inutilisées et inutilisables. »

Je ne comprends pas ce que cela signifiait. Pourquoi avait-il fait toutes choses si incongrues... ?

Tout en me creusant la tête, nous nous étions dirigés sans tarder vers la salle du trésor. Un certain nombre de soldats avaient été surpris par la visite soudaine de Sakuya, mais Sakuya m’avait invité sans autre à rentrer dans la pièce.

Cette salle au trésor était agencée et remplie à ras bord d’objets magiques présents dans le catalogue. Notre objectif, le Grand Bouclier du Gardien et la Claymore du Gardien semblaient être à l’intérieur.

« OK, c’est placé là, alors tu peux aller les chercher, d’accord ? Tu n’as pas besoin de les soulever si tu le places dans ton Inventaire, n’est-ce pas ? » demanda Sakuya.

« Tout à fait, » répondis-je.

Il n’y avait que la Claymore et le Grand Bouclier fabriqués par le héros qui semblaient assez intéressants.

Nom : Claymore du Gardien

Classification : Claymore

Rareté : Légendaire

Note : Une efficacité accrue lorsqu’elle est équipée avec le Grand Bouclier du Gardien. Renforce seulement plusieurs arrière-gardes alliées pendant le combat, particulièrement efficaces contre les démons.

Nom : Grand Bouclier du Gardien

Classification : Grand Bouclier

Rareté : Légendaire

Note : Une efficacité accrue, quand équipée avec le Claymore du Gardien. Renforce plusieurs arrière-gardes alliées pendant le combat, immunité complète contre des effets de recul.

Comme je devais m’y attendre, ces deux objets étaient de qualité légendaire. Et il s’agissait bien d’un set d’équipement. Ils avaient une efficacité accrue lorsque les deux étaient équipés par la même personne en même temps, mais normalement vous ne pouvez pas vous équiper de deux si grandes armes en même temps. Ils étaient largement trop lourds à utiliser ensemble, mais c’était comme si les équipements étaient faits pour Sera. Le héros pouvait faire du bon travail de temps en temps, hein ?

Les deux objets avaient une couleur blanche avec des lignes bleues et il y avait des ornements de couleur argentée ici et là. Ils possédaient en quelque sorte une aura de sainteté. Il s’agissait d’un type d’apparence qui conviendrait parfaitement à un chevalier sacré dans un jeu vidéo.

J’avais essayé de tenir l’épée et le bouclier qui semblaient trop lourds, inutilisables et vraiment inutiles pour une personne normale. C’était lourd..., mais ça ne voulait pas dire que je ne pouvais pas les porter.

« Attends, Onii-chan, pourquoi peux-tu soulever de telle chose comme ça... Ah, tes statistiques..., » déclara Sakuya.

« ... J’ai décidé de les donner à Sera, » dis-je.

Je n’avais vraiment pas l’intention de ne pas utiliser les équipements légendaires tant attendus. Sera devrait être capable de les utiliser, donc je les avais stockés pour le moment dans l’Inventaire.

« Oh, c’est vrai. Sakuya, puis-je aussi demander les objets magiques écrits sur ce papier ? » J’avais demandé à Sakuya d’autres objets magiques intéressants.

« Oui~ Hmm, Hmm, ah, donc nous avons ces choses-là. Pff~, » Sakuya se dirigea vers moi avec le sourire. Je suppose que je devrais y retourner avant qu’elle ne dise quelque chose d’inutile.

« Alors, je vais maintenant repartir, » dis-je.

« Ah, attends un peu ! Prends aussi des armes pour les autres ! » déclara Sakuya.

« Qu’est-ce que tu veux dire par là ? » demandai-je.

« J’ai vu les armes que tout le monde utilisait, mais le niveau de ces armes n’est-il pas clairement inférieur à leurs capacités ? » demanda Sakuya. « Puisque nous sommes déjà là, je pense que tu devrais penser à trouver de meilleurs équipements pour eux aussi. »

J’avais déjà l’Épée de l’Esprit — Incomplet, donc je n’avais pas besoin d’une nouvelle arme. Ahh. Les autres ne manquaient pas de puissance dans leurs armes grâce à leurs statistiques. En conséquence, ils n’avaient jamais changé d’armes et avaient fini par utiliser des armes dont la qualité ne correspondait pas à leurs capacités.

« Parmi les nobles dont les détournements de fonds ont été exposés l’autre jour, nous avons trouvé un collectionneur d’armes en mithril. Nous les avons toutes saisis alors nous en avons beaucoup d’utilisables en ce moment. Ou plus précisément, il semblerait qu’il ait pris part au détournement de fonds pour acheter des armes en mithril, comprends-tu... »

« Des objets avec une histoire derrière quelque peu discutable... Et ils sont tous en mithril..., » murmurai-je.

C’était donc des armes faites dans le métal fantastique, le mithril. Le mithril de ce monde possédait un certain nombre de traits particuliers et on disait qu’il était adapté pour les armes.

Ce type de métal mystérieux était idéal pour les objets tranchants comme les épées, et idéal pour les bâtons qui renforçaient la magie. Et avec cet aspect inhabituel qui lui donnait une élasticité modérée grâce à une méthode de fabrication spéciale, il était possible d’en faire un arc.

Ce que je pouvais dire, c’était qu’ils étaient chers et les armes produites étaient toujours au moins de qualité rare. Pour être plus précis, il s’agissait dans le sommet des armes de qualité rare, et ils étaient très proches d’être de qualité artefact.

« Comme Onii-chan, Sera-chan et Maria-chan ont des armes de qualité artefact et au-dessus, je vais donner une arme de mithril à Sakura-chan, Mio-chan et Dora-chan. Je les mettrai dans l’Inventaire plus tard, » déclara Sakuya.

« D’accord. Je te laisse t’occuper de ça, » déclarai-je.

Cela ne me dérangeait pas, mais comme il n’était pas bon pour une personne influente d’utiliser des armes de qualité inférieure, j’avais décidé de les recevoir avec gratitude. Généralement, c’était suffisant si un aventurier de rang C possède une arme rare. Si nous grimpions dans les rangs, nous aurions la chance d’obtenir quelque chose comme des armes de qualité artefact à travers diverses connexions, entre autres choses.

J’avais laissé la suite à Sakuya et j’avais décidé de retourner à notre domaine.

***

Partie 4

Ce qui m’attendait à mon retour était une armée de plus de 20 filles (en majorité) qui priaient.

Maria m’avait demandé d’entrer par la porte d’entrée quand je lui avais dit que je rentrais à la maison. Quand j’avais vérifié la carte, j’avais vu qu’il y avait environ 20 points bleus à proximité, ainsi, j’avais conclu qu’il s’agissait des nouveaux esclaves et qu’ils étaient revenus ici sans avoir eu de problème. Quand j’étais arrivé dans le hall, ils s’étaient tous agenouillés et avaient effectué des prières.

« Oh, Jin-sama. Bienvenue à la maison, » Maria s’approcha de moi avec le visage de quelqu’un qui avait terminé son dur labeur.

En passant, les filles portaient toutes une tenue de femme de chambre et les garçons portaient une tenue de majordome. Les tenues de filles étaient divisées à parts égales entre classique et mini-jupe.

« Qui sont-ils ? » demandai-je.

« Il s’agit de nouveaux fid... esclaves. Ils ont tous déjà l’éducation minimale. N’est-ce pas la preuve de leur loyauté ? » répondit Maria.

Cela ressemblait vraiment à une religion, peu importe comment je le regardais.

J’avais soudainement eu une idée et donc, j’avais décidé de modifier les réglages de la Carte. Les alliés et les subordonnés étaient bleus, les ennemis étaient rouges, les neutres étaient verts, les croyants étaient jaunes. Puis j’avais fermé les paramètres.

« Wôw~ ! » m’exclamai-je.

Dès que j’avais effectué cette modification, toutes les personnes proches avaient viré au jaune vif. Et bien sûr, Maria était également jaune.

« Que se passe-t-il ? » demanda Maria.

« Eh bien, ce n’est rien. Mettons ça de côté. À ce propos, il y a quand même du monde là, mais combien d’argent avez-vous utilisé pour ça ? » demandai-je.

La valeur de retour serait plus élevée que le coût d’achat, donc je n’étais pas vraiment inquiet à ce sujet, mais je demandais ça juste pour m’en assurer.

« Ils n’ont pas été très chers. Je n’ai même pas utilisé 100 000 pièces de cuivre pour tout le monde, » déclara Maria.

... Ce n’est pas cher. Si le compte est bon, il y a 24 personnes là. Si elle n’avait même pas utilisé 100 000 pièces pour ça, quel genre de personnes avez-vous amenées ici avec vous... ? C’était bien ma politique que je lui avais demandée, donc je ne pouvais pas vraiment le lui reprocher. Haha

De ce que je pouvais voir, aucun d’eux n’avait de blessures. De plus, ils ne semblaient pas sales, et ils portaient tous des vêtements en bon état et propres. D’après ce que j’avais vu, il y avait vingt filles et seulement quatre garçons.

« N’y a-t-il pas beaucoup de jeune fille ici ? » demandai-je.

« Tout à fait. Jin-sama, vous êtes un homme, donc je l’ai pris en considération et je me suis dit que vous seriez plus heureux avec des femmes qui s’occupent de tous vos besoins quotidiens, » répondit Maria.

Même si je prenais en considération ce domaine, j’avais quand même envie de m’enfuir...

« Comme on pouvait s’y attendre, ce serait encore un problème si toutes les esclaves sont des filles et qu’il n’y a pas de travailleur masculin, alors nous avons acheté quatre garçons. En outre, la plupart des esclaves hommes étaient “Rouges”, » déclara Maria.

Oh, je vois. Je leur avais parlé des esclaves rouges ou autrement dit, ayant des intentions malveillantes, donc elles ne les avaient pas achetés. C’était une évidence. Il n’y a aucun mérite à aller acheter ce genre de personnes qui ne pourrait que poser des problèmes. Il n’y avait aucune chance que je les veuille à moins qu’ils aient un titre ou une compétence rare.

Naturellement, je ne comprenais peut-être pas comment fonctionnait l’esprit de l’esclave, mais le fait que la carte m’informe de tel problème est un gros avantage.

« C’est bon alors. Et, qu’allons-nous faire à propos de leur éducation de servante et majordome à partir de maintenant ? » demandai-je.

« À ce propos, nous pourrions employer le personnel qui séjourne dans la propriété de Lusia-san comme entraîneur, » déclara Maria.

« La propriété de Lusia ? » demandai-je.

En y pensant, je ne me souciais absolument pas de ce qui s’était passé avec la maison de Lusia.

« Lusia-san a reçu un manoir du pays en tant que vice-capitaine des Chevaliers de la Reine, » expliqua Maria. « Et cela inclut également les femmes de chambres et majordomes qui travaillent là. Cependant, elle a démissionné en tant que chevalière de la reine en raison de l’incident actuel, alors il semble donc qu’elle l’avait redonné. On aurait dit qu’ils ne s’en soucient pas si elle a réagi ainsi... »

Il ne semblerait pas que je puisse ressentir de regrets quant à la démission de Lusia en tant que chevalier de la reine. Sakuya était un peu pitoyable. J’étais sûr qu’elle avait perdu à la courte paille. Après tout, elle n’avait tiré aucun avantage de tout ça. À la fin, elle était également devenue ma subordonnée...

R : (n’est-ce pas en vérité le plus grand bénéfice qu’elle a reçu... ?)

Nous avons pris possession de son manoir qui lui appartenait avant ça.

Maria continua à parler. « Il avait été décidé que les servantes et les majordomes présents ici retourneraient au château, mais ils ne pourraient pas décider soudainement de leurs affectations. Lusia-san m’a demandé de faire éduquer nos servantes et majordomes entre-temps par eux. Nous avions également reçu la permission de la reine Sakuya pour tout ça. »

« Je vois. Puis-je vous laisser vous charger de ça ? » demandai-je à Maria et Lusia.

« Tout à fait. Laissez-nous nous charger de ça, » déclara Maria.

Je suppose que c’était le pari le plus sûr de demander à un professionnel de les éduquer. Et comme un cadeau de bienvenue de ma part, j’avais donné à chaque fille et garçon un point de compétence respectivement dans « Femme de Chambre » et « Majordome ». En passant, j’avais volé la compétence Majordome à Saladin et j’avais copié la compétence Femme de Chambre que Maria avait acquise sans que je sache quand.

En parlant des copies de compétences, j’avais pris un point de chaque compétence rare et unique que les aventuriers de Rang A et Rang S possédaient. Il s’agissait d’une excuse égoïste, mais j’avais décidé d’accepter un point comme une faveur que je leur accordais en leur évitant de participer à une guerre prévue par les démons. Bien sûr, je leur avais retourné deux points.

Fait intéressant, quand j’avais volé leurs compétences, il y avait même des aventuriers qui regardaient autour d’eux comme s’ils se sentaient mal à l’aise. Les humains sont fantastiques. Mais même ainsi, le traitement des aventuriers de Rang S était assez dur...

Voici donc les nouvelles compétences uniques que j’avais acquises.

  • Épée Magique

  • Épée Sainte

  • Magie non élémentaire

  • Sorcellerie

  • Forme Bête Divine

  • Incantation Retardée

Nom : Forme Bête Divine

Notes : La forme de la Bête Divine ne peut être utilisée que par quelques personnes parmi les hommes-bêtes. Il s’agit d’une forme de bête encore plus puissante. Vous pourriez même la considérer comme une forme améliorée. La personne retourne à sa forme originale à la fin du pouvoir.

Nom : Incantation Retardée

Notes : Permets de rajouter un délai avant l’activation du sort. Le nombre de sorts qui peuvent être retardés dépend du niveau.

Il n’est pas possible de l’utiliser dans le château. Pour lui, je suis déjà largement satisfait de l’Inventaire.

Celles-ci sont sur les compétences uniques des aventuriers de Rang S.

  • Résistance à l’eau

  • Résistance au vent

  • Résistance à la terre

  • Résistance à la foudre

  • Résistance à la magie de lumière

  • Résistance à la magie noire

  • Résistance aux dommages physiques

Je savais déjà qu’elles étaient pratiques, mais elles avaient été trouvées sur une seule personne. Cette personne ressemblait vraiment à quelqu’un qui aimait les compétences de résistances...

J’avais aussi trouvé des compétences rares :

  • Maîtrise des fouets

  • Forme animale

  • Omission d’incantation

  • Nécromancie

Voilà ce que j’avais acquis comme nouvelles compétences rares. J’avais enfin mis la main sur une compétence qui m’intéressait depuis longtemps, la nécromancie.

Mais je pensais maintenant discuter un peu avec Sakura à propos de la compétence de résurrection...

Pendant que j’y étais, j’avais remis à tout le monde les nouvelles armes.

« Excusez-moi ! Mais le fait que je tienne entre les mains un équipement de qualité légendaire, même s’ils sont si grands, je..., » Sera commença à dire ça après que je lui ai fourni les deux armes de l’ensemble du gardien.

À ce propos. Sera pouvait manipuler les deux armes comme s’ils avaient été faits pour elle, chaque main maniant une arme comme si de rien n’était...

Sa mâchoire avait semblé se décrocher quand je lui avais dit après les lui avoir donnés qu’il s’agissait d’objets légendaires.

La première chose qu’elle avait dite quand elle était revenue à la normale fut. « J’ai été le compagnon du Maître depuis un certain temps déjà, mais ces armes incroyables ne sont pas quelque chose qu’une esclave devrait manier... »

« Ne t’inquiète pas de ça. Il s’agit de cadeau de Sakuya et ce sont juste des objets que le Héros a faits, » répondis-je.

« Maintenant, c’est encore pire..., » Sera savait que peu importe ce que je disais à mes compagnons, je n’allais pas reprendre ce que j’avais dit, alors elle avait renoncé et avait placé les deux objets dans son Inventaire personnel.

« Avez-vous également préparé du matériel pour nous ? Jin-kun, merci beaucoup, » déclara Sakura en s’inclinant devant moi après que j’eus acquiescé.

Je leur avais donné les objets après ça.

Son bâton en rubis était un objet rare, mais l’équipement en mythril était beaucoup plus cher et beaucoup plus puissant. C’était peut-être mal de le dire ainsi, mais ces nouveaux objets surclassaient largement les armes de rang rares comme s’ils n’étaient que de la camelote.

« Il est un peu tard pour le dire, mais les équipements en mythril coûtent bien trop cher. Sans aucun doute, bien plus que ce que je vous ai..., » commença Mio.

« Eh bien, personne n’a coûté plus cher que leur équipement, » dis-je à haute voix à ce qu’elle venait de me dire.

« Ne le dites pas ainsi..., » se lamenta Mio avec un sourire maladroit.

Après tout, tous mes esclaves étaient tous à la base des « esclaves à bas prix », donc c’était d’autant plus vrai.

Après ça, nous avions quitté la capitale et nous étions allés chasser des monstres afin de tester les armes. Puisque les ennemis ici étaient trop faibles pour tester nos armes, nous étions parties dans la Forêt de Tiara pour tuer des orcs et des ogres. Il s’agissait d’ennemis qui semblaient avoir besoin d’au moins un groupe d’aventuriers de Rang B pour se battre face à ça.

Eh bien, notre groupe était bien plus puissant que ça et cela même si je n’allais pas dans le groupe. Malheureusement, il n’y a pas de bonus d’extermination. Il semblerait qu’il n’y aurait pas de bonus s’ils avaient été exterminés récemment.

***

***Point de vue inconnu***

L’une des connexions que j’avais en moi avait généré un bruit avant de se briser.

... Est-ce que Romarie vient de mourir ?

« Es-tu en train de dire que Romarie a été vaincue !? »

« Il semblerait que cela soit le cas. En voyant que la malédiction que je lui avais fournie a disparu, je ne pense pas qu’il y ait de doute à ce sujet, » répondis-je.

« Fu, fu, fu~, elle a toujours été la plus faible des quatre rois célestes. »

« C’est un fait acquis. Si une personne de type éclaireur comme Mimic était la plus forte parmi les quatre rois célestes, alors les trois autres perdraient la face, n’est-ce pas ? »

Eh bien, selon moi, la différence de capacité entre les quatre rois célestes était bien une erreur de calcul.

« Plus important encore, mon épée magique ! Qu’est-il arrivé à l’épée magique que je lui aie prêtée !? »

« Si vous y réfléchissez bien, cela veut dire que quelqu’un l’a tout simplement ramassée. Il est également normal de penser que nos plans ont été exposés si Romarie est morte. »

« Merde ! Si c’était comme ça, alors je ne leur laisserais plus m’emprunter ma précieuse collection ! Même si je l’ai laissé m’emprunter ça à contrecœur à cause de la demande de Votre Majesté... »

« C’est ma faute, n’est-ce pas ? Mais, je suppose que c’est vraiment imprévu comme situation. C’est regrettable, mais pourquoi ne pas s’abstenir de toute ingérence à Kastal pendant un moment ? Si nous faisons trop de mouvements pour écraser Erudia et les Héros et qu’ils se mettent ensemble, nous ne pourrons pas les arrêter. »

Eh bien, en examinant l’histoire du monde, il n’y a jamais eu de coopération au niveau mondial.

« Si je savais au moins qui possède mon épée magique... »

« Toute manipulation là-bas est désormais interdite. »

« Mais... »

Il avait vraiment un passe-temps gênant en tant que collectionneur des épées magiques. Mais aucun de nous n’avait jamais eu d’histoire décente. Je savais faire beaucoup de choses, mais rien de ce que j’avais n’aurait été utilisé délibérément de ma part.

« Allons-nous abandonner Kastal pour le moment et nous concentrer plutôt sur d’autres projets ? »

Je voulais au moins enquêter sur celui qui avait écrasé nos plans, mais c’était mieux si je n’agissais pas au péril de ma vie. Faisons au moins cela après que la situation se soit un peu plus calmée.

*************************************************************

Feuille de personnage

Seuls les changements sont listés ici

Nom : Jin Shindou

Niveau : 60 → 64

Compétence : [Maîtrise combat sans arme Niv. 4 → 7] [Magie non élémentaire Niv. 0 → 1] [Détection des présences 4 → 6] [Vision nocturne 4 → 5]

Équipement : [Lame d’Âme — incomplète]

Nom : Sakura Kinoshita

Niveau : 44 → 47

Compétence : [Magie de Feu Niv. 5 → 6] [Magie de Glace Niv. 5 → 6] [Magie du Vent Niv. 5 → 6] [Magie de Terre Niv. 5 → 6] [Magie de la Foudre Niv. 5 → 6] [Magie de l’Eau Niv. 5 → 6] [Magie de Noire Niv. 5 → 6] [Magie Curative Niv. 5 → 6] [Nécromancie Niv. 0 → 1] [Incantation Retardée Niv. 0 → 1]

Équipement : Bâton en mithril.

Nom : Dora

Niveau : 42 → 45

Compétence : [Maîtrise du Bouclier Niv 5 → 6] [Vol Niv. 8 → 10] [Charge Niv. 9 → 10]

Équipement : Bâton de combat en mithril, bouclier rond en mithril.

Nom : Mio

Niveau : 36 → 39

Compétence : [Maîtrise de l’arc 9 → 10] [Domptage de monstres 1 → 3]

Équipement : Arc en mithril.

Nom : Maria

Niveau : 49 → 55

Compétence : [Maîtrise combat à mains nues Niv. 3 → 5] [Épée Magique 0 → 1] [Épée Sainte 0 → 1] [Magie de Feu Niv. 3 → 5] [Magie de Glace Niv. 3 → 5] [Magie du Vent Niv. 3 → 5] [Magie de Terre Niv. 3 → 5] [Magie de la Foudre Niv. 3 → 5] [Magie de l’Eau Niv. 3 → 5] [Magie de Noire Niv. 3 → 5] [Magie Curative Niv. 3 → 5] [Peinture Niv. 0 → 1] [Art Niv. 0 → 1] [Jugement Niv. 3 → 5] [Régénération de la magie 1 → 5]

Équipement : Épée — Les Ténèbres éternelles

Nom : Sera

Niveau : 31 → 36

Compétence : [Régénération de la vie 1 → 5] [Saut 1 → 10]

Équipement : Claymore du Gardien et Grand Bouclier du Gardien

Les compétences ci-dessous sont ce que tout le monde possède (à l’exclusion des monstres domptés [Dora non comprise], et des esclaves recrues). Seuls les changements ont été indiqués.

[Résistance à l’eau 0 → 1] [Résistance au vent 0 → 1] [Résistance à la terre 0 → 1] [Résistance à la foudre 0 → 1] [Résistance à la magie de lumière 0 → 1] [Résistance à la magie noire 0 → 1] [Résistance aux dommages physiques 0 → 1]

***

Chapitre 35.5 : Résurrection

« Sakura, votre mana a considérablement augmenté maintenant, alors, en avez-vous assez pour le sort de résurrection ? » lui demandai-je.

Récemment, nous avions acquis beaucoup de points de magie en provenance de Cloud et des autres aventuriers qui avaient tué en masse des monstres. Comme j’avais déjà parlé du coût du sort avec Sakura avant ça, je pensais que cela devrait probablement être assez.

Maintenant que nous avions une base d’opérations et un mode de vie stable, je pensais que nous pourrions bientôt essayer de ressusciter les morts.

« Je vais voir ça, » me répondit-elle.

J’avais alors transféré tout le mana à Sakura.

« Euh, oui. Je pense que j’en ai assez maintenant. Je pense que j’ai environ 150 % du coût requis de point de magie en ce moment, » répondit Sakura.

« ... Il est donc temps de poser des questions sur ce sort. Est-ce vraiment approprié de créer cette magie ? Il semblerait que cela soit le tabou ultime, » dis-je.

Quand nous étions arrivés dans ce monde, Sakura avait vomi juste en voyant le cadavre d’un bandit. Il était normal d’avoir une aversion pour les personnes mortes qui ressuscitent. Quant à moi, je n’avais aucun problème avec ça.

« C’est bon. Actuellement, je pense que c’est une bonne chose que nous ayons un tel sort à disposition, » déclara Sakura.

« ... Vraiment ? » demandai-je afin de le confirmer.

Il s’agissait de la première fois que je l’entendais me répondre ainsi. Sa peur habituelle des morts avait-elle disparu à un moment donné ?

« Mon premier véritable ami sur qui je peux compter, je l’ai eu une fois que je suis arrivée dans ce monde, » répondit Sakura. « Et maintenant, le nombre d’amis proches augmente petit à petit. Et surtout, Jin-kun, vous êtes là. Maintenant, la vie est enfin amusante. Je ne veux pas mourir et je ne veux pas plus que les personnes que je considère comme importantes meurent. Et à cet effet, je veux absolument créer un sort de résurrection au cas où quelque chose se passerait mal. Il s’agit après tout de ma capacité spécial. »

Les yeux de Sakura brillaient d’une forte volonté. Son désir de ne pas perdre son bonheur était-il plus fort que sa peur des morts ?

« ... D’accord. Dans ce cas, je vous laisse la suite des opérations, » dis-je en hochant la tête.

« D’accord ! » répondit-elle avant de se concentrer.

Un symbole magique était apparu au niveau des pieds de Sakura. Normalement, il disparaissait quasi immédiatement, mais dans le cas présent, il était resté là.

« Hein !? » s’exclama-t-elle.

Le visage de Sakura fit une grimace étrange. Quand j’avais vérifié la quantité de mana qu’elle avait, j’avais constaté qu’elle en avait déjà perdu la moitié.

Hoho, n’avez-vous pas dit que vous aviez 150 % du mana requis ? Alors que je pensais cela, la consommation du sort avait dépassé les 100 % et avait atteint avec peine les 150 %.

« Création de Magie : Ânkh !! » déclara-t-elle d’une voix forte. Juste après la conclusion de la création du sort, Sakura s’était effondrée sur le sol. La plus grosse part de son mana avait été consommé et elle était donc tombé inconsciente. Il était rare de s’évanouir si vous êtes habitué à utiliser la magie, mais consommer une énorme quantité de magie en un coup comme dans le cas présent était une autre histoire.

Je devrais demander à Sakura pourquoi elle avait utilisé tellement plus de points de magie que prévu quand elle se réveillera. Pour l’instant, je l’avais allongée sur le canapé.

Nom : Magie unique : Ânkh

Permets de ressusciter les morts. Ne peut pas être utilisé sur des héros d’autres mondes ou des personnes ayant des capacités spéciales. Ne peut pas être utilisé si le cadavre est trop endommagé.

« Arg..., » on dirait que Sakura s’était réveillée.

« Oh, vous êtes-vous déjà réveillée ? Comment est votre condition physique ? » demandai-je.

« Je vais bien. J’ai juste quelque chose comme une petite anémie, » répondit-elle.

Elle vacillait un peu alors qu’elle se levait.

« Dans ce cas, il suffit de s’allonger pendant un moment, » dis-je.

« D’accord, » répondit Sakura.

Sakura se coucha à nouveau dans le canapé.

« Cela a semblé très difficile, mais pourquoi a-t-il consommé tant de mana ? » demandai-je.

« Tout à fait. Eh bien, ce n’était pas assez avec 100 % des points de mana, » répondit-elle.

« Pas assez ? » demandai-je.

« Tout à fait. Si nous voulions uniquement faire bouger un corps, alors je peux l’utiliser à 100 % de sa puissance. Mais dans ce cas, il s’agit d’un sort équivalent à de la nécromancie, » expliqua Sakura.

Une personne morte pouvait être ranimée grâce à la Nécromancie, mais elle n’était pas ramenée à la vie. Ce sera simplement une marionnette en mouvement avec une expression démontant la non-vie et elle n’aurait ni connaissances ni intelligence. Réanimer dans cet état serait un échec, car cela ne servirait pas notre but.

« À 110 %, il peut être physiquement ramené en vie. Mais il ne s’agit de rien de plus qu’une poupée vivante, » continua Sakura.

Eh bien, ce n’est toujours pas assez.

« À 120 %, la personne récupère quelques connaissances antérieures. Mais le plus que vous pouvez faire avec cet état est de l’interroger. La poupée vivante sera dans le même état qu’au moment de sa mort, et elle sera toujours incapable d’agir ou de parler de son propre chef, » continua Sakura.

Cela pourrait être utile en fonction de la situation. Par exemple, que se passerait-il si nous faisions ça sur le corps du démon, Romarie ?

« Au-dessus de 150 %, il est possible de revivre en étant pleine consciente. Je pense que cela répondrait à peine à nos besoins. Cependant, sa mémoire commencera à s’estomper après la mort. Ainsi, plus il y a de temps entre la mort et la résurrection, et plus de souvenirs seront perdus, » continua Sakura.

« Est-il possible de réparer ça avec de la magie ? » demandai-je.

« Il n’y a aucun moyen de faire ça, » répondit Sakura. « Il semble que ma création de magie ne peut pas faire de sorts affectant la mémoire ou les âmes. Je ne sais pas si c’est, car je manque d’imagination, ou si c’est un problème totalement différent. »

Le pouvoir de Fenêtre Système de Sakura n’indiquait que quelques informations, cela ne nous aidait pas à la comprendre.

« Je vois, il semble donc y avoir des inconvénients inattendus, » dis-je. « Mais, pourquoi cela ne peut-il pas être utilisé sur des héros d’autres mondes ou des personnes ayant des capacités spéciales ? »

Pour les personnes ayant des capacités spéciales, c’était comme un handicap injuste pour eux.

« C’est dû à une quantité insuffisante de magie. J’aurais probablement besoin d’environ 300 à 400 % de ce qu’on avait prévu initialement, » répondit-elle.

C’était vraiment une quantité absurde. Je suppose que c’était impossible pour l’instant. Eh bien, c’est une question différente.

« Il y a un problème de plus, » déclara-t-elle.

« ... Qu’est-ce que c’est ? » demandai-je.

« La personne ressuscitée perdra le plus gros de ses statistiques et de ses compétences, » annonça Sakura.

« Donc, comme un malus de mort, » dis-je.

Un malus de mort était un classique dans les jeux en ligne. Vous alliez perdre de l’expérience, de l’argent, des objets, etc.. à la mort. En raison de la perte de mémoire mentionnée plus tôt, je pensais que c’était une possibilité.

« Vous devez consommer environ le double de mana pour retirer ce malus, » déclara Sakura.

« Cela peut donc être évité... Mais bon. Cela devient quelque peu difficile, » déclarai-je.

Nous en avions à peine assez pour la résurrection telle qu’elle, et nous aurions besoin de doubler le nombre de mana pour éviter la peine de mort... c’était un autre problème à résoudre dans le futur.

« Mais il suffira de faire revivre ainsi les morts, » déclara-t-elle.

C’était vrai. Comme je l’avais mentionné plus tôt, la résurrection des morts était le plus grand tabou. Si le corps, l’esprit et les souvenirs peuvent être récupérés, cela suffisait.

« Mais, Jin-kun, cela ne marche pas sur vous et moi, alors s’il vous plaît, protégez-moi. Et s’il vous plaît, ne mourrez pas, d’accord ? » supplia Sakura.

« D’accord. Je vous protégerais, et je ne mourrais pas. Alors, ne vous inquiétez pas à propos de ça, » dis-je.

Un espace était créé pour juste nous deux ici, nous séparant des autres. Naturellement, nous avions ignoré les autres héros. Eh bien, je ne savais rien à leur sujet ~~.

« C’est un gaspillage de compétence que de faire ça, mais je pense que je veux faire revivre Yurika, » déclarai-je.

« Oui, je comprends. Mais si nous la ressuscitons à 150 %, elle pourrait se révolter contre nous à cause de son ego, alors nous devrions utiliser le sort à 110 % ou 120 % et d’abord la forcer à accepter un contrat d’esclave, » Sakura déclara de manière inattendue quelque chose de sombre comme ça.

« Pouvez-vous vraiment faire ça ? » demandai-je.

« Tout à fait. Puisque cette magie peut être écrasée, nous pouvons utiliser le 150 % sur elle plus tard, » annonça Sakura.

« Wôw, comme c’est pratique..., » déclarai-je.

« Je suis d’accord. En contrôlant minutieusement la consommation de magie, j’ai pu réussi à obtenir cette fonctionnalité, » Sakura acquiesça en affichant une grande satisfaction. Il semblerait qu’il y avait eu une grande bataille qui s’était déroulée quelque part que je n’avais pas pu voir.

« Alors, commençons par le sort à 120 %, » déclarai-je.

Après avoir dit ça, j’avais placé le cadavre d’Yurika sur le lit. J’avais ensuite pris le pouvoir d’Ânkh à Sakura et j’avais commencé l’incantation.

... Trop long. Non, ça pourrait être naturel. La Régénération prenait 10 minutes à être lancée, donc il n’était pas étrange que ce sort prenne plus de temps, mais c’était un peu trop long là. Finalement, cela s’était achevé après 30 minutes. Le sort avait utilisé beaucoup de mana, mais c’était une quantité insignifiante par rapport à ce qui avait été utilisé dans la création du sort.

« Ânkh ! » dis-je finalement pour activer le sort.

Le corps d’Yurika s’était mis à briller au moment de l’activation du sort. Ce n’était pas bien différent de la Régénération. Après que la lumière se soit éteinte, Yurika avait ouvert les yeux, mais elle ne présentait pas le moindre signe de vie ou d’intelligence.

« Est-ce un succès ? » demanda Sakura.

« Je pense que oui, » répondis-je.

Yurika n’avait rien dit, et n’avait pas fait le moindre mouvement démontrant une conscience. Je savais qu’elle était en vie, car elle respirait.

J’avais alors décidé de lui poser des questions. « Euh, quel est ton nom ? »

« Yurika, » répondit-elle sans la moindre émotion. La réponse était correcte, donc le sort semblait avoir fonctionné.

« Dis-moi ce qui s’est produit juste avant ta mort, » ordonnai-je.

« Je ne m’en souviens pas, » répondit-elle.

Je n’étais pas sûr si c’était en raison d’une perdre de la mémoire ou si elle n’était pas consciente de sa propre mort.

« En ce moment, quel est ton souvenir le plus honteux ? » demandai-je.

« Eh, pourquoi demandez-vous une telle chose ? » demanda Sakura.

« Eh bien..., » commençai-je.

« C’est quand j’ai été vaincu par un slime et j’ai réussi de justesse à m’échapper, mais mes vêtements avaient fondu à cause du slime et j’ai dû retourner en ville toute nue, » déclara Yurika.

Je pouvais seulement dire que c’était sans conséquence.

« Quel est ton métier ? » demandai-je.

« Je ne m’en souviens pas, » répondit Yurika.

C’était à coup sûr une perte de mémoire. Si vous aviez oublié votre travail, je pense que la perte de mémoire était assez importante. Après tout, cela faisait un moment qu’elle était morte.

« Te souviens-tu de nos visages ? » demandai-je.

« Pas du tout, » répondit-elle.

« Te souviens-tu de tes parents ? » demandai-je.

« Je m’en souviens, mais je n’arrive pas à me souvenir de leurs visages, » répondit-elle.

Après cela, nous avions posé beaucoup de questions pour savoir à quel point sa perte de mémoire était grave. Elle avait perdu la majeure partie de sa mémoire et ne se souvenait pas d’avoir été une aventurière, mais curieusement, elle se souvenait encore des événements survenus lors de la requête.

Pour être honnête, elle n’était vraiment pas en état de continuer ce style de vie. La seule chose qu’elle pouvait faire après avoir été réduite en esclavage était de rester dans cette résidence en tant que servante.

« Je vais faire un contrat d’esclave avec toi. Montre-moi ton dos, » déclarai-je.

« D’accord, » répondit-elle en obéissance et en me tournant le dos.

À bien y penser, à 120 %, elle n’avait peut-être pas du tout besoin d’un contrat d’esclave, puisqu’elle était devenue comme ça.

Un peu après la fin de l’établissement du contrat d’esclave, j’avais utilisé le sort d’Ânkh à 150 % de sa puissance minimale.

Une fois de plus, j’avais incanté pendant 30 minutes pour lancer l’Ânkh. L’Ânkh à 150 % avait consommé beaucoup plus de magie.

Eh bien, c’est évident...

« Ânkh ! » dis-je pour activer le sort.

Yurika fut enveloppée par une lumière plus forte que la première fois. Elle tomba au sol avant même que la lumière ne disparaisse. Elle s’était réveillée quelques instants après la disparition de la lumière.

« Où suis-je ? Qui suis je ? » demanda Yurika.

La perte de mémoire était à nouveau présente.

Yurika avait réfléchi un petit moment avant de dire quelque chose de similaire à avant. « Je ne sais pas où je suis, mais je sais que mon nom est Yurika. »

Voilà, elle se souvient maintenant de son nom.

« Qui êtes-vous ? » demanda-t-elle finalement en tournant la tête vers nous.

Son caractère semblait complètement différent d’avant sa mort. Son ton aussi avait changé. C’était comme si elle était faible ou manquait d’énergie... c’était comme si elle était une personne complètement différente.

« Mon nom est Jin, cette personne est Sakura, » dis-je.

« Pourquoi suis-je ici ? Que suis je ? » demanda Yurika.

« Tu es dans ma maison et tu es devenue mon esclave, » répondis-je.

« Une esclave, quoi ? ... Oh, une marque d’esclave est gravée ici, » Yurika regarda ça puis elle parla avec indifférence. Je suppose que la mémoire et les connaissances sont deux choses différentes, car elle se souvenait des détails sur la marque d’esclave.

« Je ne sais rien de toi. De quoi te souviens-tu ? » demandai-je.

Je voulais lui poser quelques questions afin de pouvoir comparer ça avec mes précédentes questions.

« Je ne sais pas. Il y a des choses comme des souvenirs, mais elles sont fragmentées, donc je ne sais pas quand, où ou de qui, » répondit Yurika.

Il semblerait que si la perte de mémoire était trop importante, il était difficile de récupérer des informations. Et pourtant, elle était capable de répondre à des questions à 120 % de résurrection. Je me demande, était-ce comme une sorte d’hypnotisme ? Si elle était hypnotisée, elle pourrait sûrement se souvenir inconsciemment de l’information un peu comme à la télévision dans ces émissions. Peut-être que le rappel des souvenirs était entravé par la conscience.

« C’est vrai..., à partir de maintenant, tu vas travailler comme servante dans ce manoir, » dis-je.

« D’accord..., je comprends, » répondit-elle.

D’ailleurs, les compétences d’Yurika avaient toutes été perdues, et ses statistiques avait également diminué de 80 %. Il sera nécessaire de lui donner quelques points de statistiques, car elle mourra probablement très rapidement si nous la laissions seule.

« Au fait, y a-t-il quelque chose que tu souhaites ? Ou toute règle pour laquelle tu vis ? » demandai-je.

Confirmons ceci une bonne fois pour toutes.

« Non... je n’ai pas ce genre de chose... Non, c’est faux. J’en ai une, et c’est “Je veux vivre le plus longtemps possible”. Pouvez-vous m’accorder ce souhait ? » demanda-t-elle avec un sourire amer.

Cela semblait assez ironique. Le seul souhait pour elle qui était morte et ressuscitée était « une longue vie »... bien que sa mémoire soit fragmentée, il semblerait que le choc de sa « mort » soit resté en elle.

« Oui, je vais te laisser vivre aussi longtemps que possible. En échange, tu vas devoir travailler dur pour moi, est-ce que cela te convient ? » demandai-je.

« Oui, » répondit-elle.

Après ça, j’avais pensé à incanter le sort d’Ânkh à 120 % sur Romarie pour la ressusciter et l’interroger. Cependant, je ne pensais pas que ce soit possible, car il y avait un trou béant dans son estomac qui avait été fait par mon coup de poing.

Laissez-moi expliquer une chose. Ânkh ne guérira pas les dégâts et Régénération ne restaure nullement les points de vie. Si vous ressuscitiez quelqu’un avec un trou dans l’estomac, ses points de vie diminueraient. Romarie n’avait plus que 1 point de vie en raison de ses statistiques, et je ne pouvais pas donner de points aux cadavres.

Conclusion : Elle mourra dès qu’elle sera ressuscitée. Il était impossible de lancer Ânkh, Régénération, Soins et de transférer des statistiques en même temps.

En fin de compte, nous devrions augmenter la consommation de mana pour l’Ânkh jusqu’à ce qu’elle puisse aussi guérir complètement les plaies.

Ainsi, notre première résurrection s’était soldée par 1 succès et 1 échec. Et il y avait encore un plus gros problème que je l’avais imaginé.

Il faudra à l’avenir gagner encore plus de points de magie et ainsi augmenter la puissance de l’Ankh. Au moins, jusqu’à ce que le sort soit capable de nous ressusciter, Sakura et moi.

***

Histoire Parallèle Chapitre 3 : Une scène de l’ancien monde

Il s’agit d’un récit sur quelque chose qui se produisait au quotidien dans ma vie juste avant d’être invoqué dans un autre monde. Je parle bien sûr de la vie de l’étudiant connu sous le nom de Jin Shindou.

« Asai, ton anniversaire est bien le 5 novembre, n’est-ce pas ? » demanda Azuma.

« Oui, c’est vrai, mais pourquoi me demandes-tu ça ? » répondit Asai.

L’un de mes amis proches, Azuma Akira, avait posé la question à un autre de mes amis proches, Asai Yoshinobu.

« Rien ! C’est juste une petite enquête que je fais, » répondit Azuma.

Azuma avait déclaré ça tout en poussant ses lunettes avec son majeur.

« Une autre petite question... Qu’il y a-t-il, cette fois-ci ? » demanda Asai.

Même si Asai soupirait, il pressa Azuma de répondre.

« Eh bien, je pense que tes parents sont excités quand Noël arrive. Alors…, » répondit Azuma.

« Hein !? Qu’est-ce qui se passe avec mon père et ma mère ? » Asai avait l’air confus.

Eh bien, je ne savais pas non plus ce qu’il voulait dire par là. Je ne savais pas si c’était parce qu’Azuma était une personne intelligente, mais il avait toujours eu la mauvaise habitude de réfléchir de son côté, de tirer des conclusions à sa guise et de ne pas nous donner d’explication.

« Azuma, ta mauvaise habitude ressort à nouveau, »

« C’est vrai Toumei. Donne-nous dès maintenant une explication. »

Toumei était le surnom qu’Asai utilisait pour Azuma. C’était à cause de la manière dont son nom pouvait être lu.

« Oh, désolé à propos de ça. Je pensais que le 10 octobre était l’anniversaire d’Asai, » déclara Azuma.

« Le 10 octobre..., je vois, » répondis-je.

J’avais dit inconsciemment que je comprenais. D’une certaine façon, on pouvait dire que c’était un autre anniversaire.

« Argh, je ne veux pas entendre ce genre de conversation sur papa et maman…, » déclara Asai.

Asai avait l’air de détester ça du fond du cœur. Je savais ce qu’il ressentait. Je ne voulais pas non plus de ce genre de conversation avec ma famille.

« C’est tout ce que j’ai examiné, mais on dirait qu’il y a beaucoup d’anniversaires vers la fin de l’été et de l’automne. C’est logique. Si tu calcules à partir des saisons quand il fait froid et que les personnes aspirent à la chaleur du corps de l’autre. Oh, la petite sœur d’Asai est née autour du mois de septembre si je me souviens bien, » déclara Azuma.

« C’est pourquoi j’ai dit que je ne veux pas l’entendre… Arrête de penser à la sœur cadette de quelqu’un comme ça, » cria Asai.

« S’il te plaît, ne sois pas comme ça. Cela m’est déjà venu à l’esprit, donc je ne pourrai pas me calmer à moins que j’enquête, alors... J’ai terminé mon enquête sur les anniversaires de mes connaissances et amis que je connais, » déclara Azuma.

« Ne fais pas quelque chose de déplacé, Toumei, » déclara Asai.

« C’est une conversation de mauvais goût, comme toujours. Les idées d’Azuma, c’est…, » avais-je dit.

Même si Azuma était très intelligent, il faisait parfois des investigations sur des choses inutiles. Si je ne me trompe pas, il avait fait une enquête sur Cendrillon l’autre jour. Il m’avait dit qu’en ce qui concerne l’histoire de Cendrillon, celui qui en avait le plus profité était la sorcière ou quelque chose comme ça... À la fin de l’histoire, la sorcière avait établi un lien avec la famille royale. À cause de cette situation, elle pouvait même contraindre les gens grâce à ça. Et si c’était le but de la sorcière, était-ce que Cendrillon se limiterait vraiment à une seule personne ? Cendrillon n’avait pas parlé de quoi que ce soit pendant la soirée dansante, mais n’y a-t-il pas aussi d’autres personnes ? Ce genre de choses était tout à fait possible.

Franchement, je m’en fichais. Et celui qui, pour une raison quelconque, réfléchissait à ces choses de mauvais goût était ce type appelé Azuma.

« Alors, c’est la fin. Il n’y a rien que tu puisses faire maintenant, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Oh, je suppose que la défaite de Jin est à peu près décidée avec ça, » déclara Asai.

« Je me pose des questions à ce sujet, » déclara Azuma.

En ce moment, nous jouions à un jeu de cartes à l’école après la fin des cours. Eh bien, ce n’était pas vraiment bien, mais nous étions pas vraiment interdits de faire quoi que ce soit, alors j’étais libre de faire n’importe quoi ici.

« Franchement. Oh, je ne pourrai pas m’arranger avec ça ? » murmurai-je.

De là, j’avais commencé à gagner en utilisant plusieurs cartes.

« Oh, c’est incroyable…, » déclara Asai.

« Pourquoi !? Pourquoi a-t-il été capable de retirer une carte qui peut inverser ma restriction de 80 % sur son mouvement !? » demanda Azuma.

« N’est-ce pas habituel en ce qui concerne Jin ? » demanda Asai.

« C’est ce qui est vraiment étrange ! Même si c’est comme ça, j’ai vraiment confiance en mes méthodes supérieures. Que cette intelligence soit vaincue par la chance est au mieux ridicule ! » déclara Azuma.

« Du point de vue d’une personne normale, l’intelligence d’Azuma est aussi ridicule…, » déclarai-je.

Azuma était déraisonnablement intelligent. Si vous me demandez comment il était intelligent, il était assez intelligent pour résoudre un « problème mathématique du millénaire » dans le cadre d’une recherche indépendante pendant les vacances d’été à l’école primaire. Le « Millennium Mathematical Problem » était un ensemble de sept problèmes qui n’étaient pas résolus dans le domaine des mathématiques et pour lesquels il y avait un million de dollars comme récompense en argent.

Azuma était un excentrique qui ne semblait pas vraiment comprendre le concept de recherche indépendante et avait annoncé qu’il ferait la plus grande recherche qu’il soit capable de faire. Si je ne l’avais pas arrêté après l’avoir remarqué par hasard pendant l’été, cela serait probablement devenu une grosse affaire. Les notes qui avaient résolu 90 % du problème mathématique étaient fermement scellées dans le placard de sa maison.

D’habitude, je surmontais la stratégie écrasante d’Azuma avec un peu de chance. C’était parce que j’avais l’habitude d’obtenir une carte qui me convenait bien. Que puis-je dire, mes mains n’étaient généralement pas fortes, mais j’avais l’impression d’être sauvé seulement quand il n’y avait pas d’issue.

« Alors, c’est mon tour maintenant. Je suis plus fort que toi, Toumei, tu sais, » déclara Asai.

« Je suis celui qui a un taux de gain plus élevé !? » déclara Azuma.

Asai avait changé avec Azuma et il était maintenant contre moi. Sa tactique était de lire les cartes en main. Non, il regardait la main de l’ennemi et inventait une stratégie avec ça.

Si le plus grand atout d’Azuma était son intelligence, alors le plus grand atout d’Asai était ses yeux aiguisés. Pour le dire simplement, il pouvait se battre en regardant la main de l’adversaire qui se reflétait dans ses yeux. Pour être honnête, c’était un tricheur. D’ailleurs, la position d’Azuma était de « faire une stratégie gagnante même si on les voit ». Ma position est « Vous ne savez pas quelle carte je vais tirer, n’est-ce pas ? »

« J’ai perdu ! Jin est fort ! » déclara Asai.

« Regarde, tu as vu ça ? Il n’y a aucune chance qu’Asai puisse vaincre un adversaire que je ne peux vaincre, » déclara Azuma.

Pour commencer, la raison pour laquelle nous jouions entre nous était que nous avions été bannis du magasin de cartes. C’était peut-être parce qu’on s’emportait et qu’on gagnait trop, mais quand on avait participé à un tournoi, presque tout le monde abandonnait face à nous. Et nous avions l’habitude de faire des choses comme battre vicieusement les nouveaux visages jusqu’à ce qu’ils soient au-delà de la guérison. Finalement, on nous avait dit : « Je vous donnerai des rabais et en retour, ne participez pas au tournoi ». Nous y avions réfléchi, mais nous ne l’avions pas regretté.

« Hmm, je me demande s’il est temps d’arrêter de jouer à ce jeu de cartes. Nous avons même conquis le tournoi national…, » déclara Azuma.

« Je suppose. Alors, qu’est-ce qu’on va faire ensuite ? On n’a pas le droit de faire les jeux de combats…, » déclara Asai.

Nous étions bannis des jeux de combat, ou plutôt des centres de jeux. Ils seraient à court d’affaires si nous jouions aussi à un jeu de type cagnotte. Nous trois, nous avions essayé de conquérir diverses choses sur lesquelles nous mettions la main et nous répétions la même chose avec la prochaine chose que nous avions trouvée.

Je l’avais entendu de mon amie d’enfance, mais on semblait nous appeler « Les Trois Désastres », sont-ils les trois idiots ? Ou, « Ils ne laissent pas un seul brin d’herbe dans leur sillage... »... Je le répète, ce sont des idiots ?

« Eh bien, c’est fini pour aujourd’hui. Que chacun de nous réfléchisse à la prochaine chose sur laquelle nous devrions mettre la main, » déclarai-je.

« Ouais ! »

« Compris. »

Et avec cela, nous avions commencé à nous préparer à partir. Au même moment, la porte de la salle de classe s’était ouverte.

« Ah, Jin-kun. As-tu fini ? Rentre-t-on à la maison ensemble ? » demanda une voix féminine.

Celle qui était entrée était mon amie d’enfance, Saki Mizuhara. Comme nous étions voisins, nous nous entendions bien depuis longtemps. Je me demande s’il serait facile de comprendre si je disais que nous avions une vue où nous pouvions jeter un coup d’œil dans la chambre de l’autre depuis notre fenêtre.

« Oh, est-ce l’allure de l’épouse légale ? » demanda Asai.

« Je ne le suis pas, Asai-kun ! Quelque chose comme une épouse légale ! » s’écria Saki.

– Hmm —

Garara —

Saki avait repoussé Asai à cause de son embarras. Elle avait facilement repoussé Asai, qui mesurait 180 cm de haut et avait un physique de sportif. Il avait été emporté plus loin ainsi que quelques bureaux.

« Ah, je suis désolée. Asai-kun, » déclara Saki.

« Est-ce que ça va ? » demandai-je.

Asai s’était levé en titubant. Comme on peut s’y attendre, il était coriace.

« Si vous voyez cette scène désastreuse et que vous pensez toujours que je vais bien, allez voir un ophtalmologiste…, » déclara Asai.

Je suppose qu’il ne va pas bien. Nous avions fini après ça de replacer les bureaux là où ils se trouvaient auparavant.

« Alors, à demain ! » déclara Azuma.

« À demain ! »

Azuma avait été le premier à se séparer et quand nous nous étions séparés d’Asai, il n’y avait plus que Saki et moi. Saki ne parlait pas vraiment quand Azuma et Asai étaient avec nous. Bien sûr, elle répondait toujours quand elle devait parler, mais si elle ne devait pas le faire, elle laissait passer. De plus, elle me regardait tout le temps.

Elle commençait toujours à parler avec assurance que lorsque nous étions seuls ensemble.

« Phmph~ donc, tu es sur le point de chercher quelque chose d’autre pour jouer…, » déclara Saki,

« Oui, je pense qu’on a fait tout ce qu’on peut, il est temps qu’on en ait assez, » déclarai-je.

« Je vois. (...Alors, je dois jeter la carte que j’avais prévu de donner à Jin-kun…), » déclara Saki, en murmurant la dernière partie.

« Hm ? As-tu dit quelque chose ? » demandai-je.

« Ah, non. Ce n’est rien, » répondit Saki.

Saki m’avait serré la main dans la panique. Je me demande pourquoi. Eh bien, elle agissait toujours de la même façon, peu importe ce que nous allions faire, donc je supposais qu’il n’y avait rien à craindre.

« Oh, oh, en parlant de ça, j’ai remarqué une fille trempée devant la classe, » déclara Saki.

Saki avait soudainement changé de sujet, mais c’était normal, alors je ne m’inquiétais pas.

« Qu’est-ce que c’est ? Un fantôme ou quelque chose comme ça ? » demandai-je.

« C’est probablement une fille de la classe d’à côté de la tienne. Je l’ai vue en gym. Je l’ai aussi vue entrer dans la salle de classe suivante. Mais je ne connais pas son nom…, » répondit Saki.

Comment a-t-elle pu être trempée alors que c’est l’été ? Ce serait bien si elle n’était pas malmenée... La classe d’à côté avait une mauvaise réputation...

« Hmph. Alors qu’est-ce que tu as fait ? » demandai-je.

« Eh ? Je n’ai rien fait de ce que tu peux penser, » répondit-elle.

« Eh ? Alors tu parles de tout ça et tu me dis que tu n’as rien fait  !? » demandai-je.

« Ouais, je veux dire, c’était plus important d’aller te rejoindre, Jin-kun, » déclara Saki.

« Alors, pourquoi avoir changé de sujet…, » demandai-je.

« Ce n’est pas un problème si tu es au courant, » répondit-elle.

« Vraiment... ? » demandai-je.

En fait, c’était une scène courante quand je parlais à Saki. Il n’y avait pas de sens, pas de résultat et pas d’apogée, c’était comme si elle avait fait ressortir ces sujets juste pour le plaisir de parler.

« Ah, Orihara-kun est là. On dirait qu’Orihara-kun rentre aussi à la maison, » déclara Saki.

« Hein ? Vraiment ? » demandai-je.

« Oui, il est à 500 m derrière nous, » déclara Saki.

Orihara était mon ami d’enfance. Pour une raison qui n’était connue que de moi, j’essayais de ne pas les laisser tous les deux avoir trop de contact l’un avec l’autre.

Il marchait le long de la rivière, de sorte que nous pouvions le voir à environ 500 m de nous. J’avais regardé en arrière et j’avais senti qu’il y avait une personne ressemblant à Orihara à distance. Oh, il agitait légèrement la main. Donc ça veut dire que c’était vraiment Orihara. Sa maison n’était pas proche de celle de Saki, mais nos maisons étaient en gros dans la même direction.

Quoi qu’il en soit, ce n’était pas quelqu’un que je voulais approcher si je n’avais pas d’affaires à faire avec lui. Même si j’avais pitié de lui, nous avions continué comme ça.

« Alors, on y va ? » demandai-je.

« Eh ? Nous n’attendons pas Orihara-kun ? » demanda-t-elle.

« Je te l’ai déjà dit, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Oh, ouais. Je me souviens. 1) Je ne dois pas m’impliquer avec Orihara-kun. 2) Au cas où après tout je devrais être impliqué avec lui, fais-le au minimum. 3) Assure-toi que je ne sois jamais seul avec Orihara-kun. N’est-ce pas ? » répéta Saki.

« Bien joué, » j’avais caressé la tête de Saki après qu’elle m’eut dit ça.

« Hehehehe~, » Saki avait l’air heureuse.

Même si elle est déjà au lycée, je m’inquiète un peu qu’elle ne montre aucun signe de rejet de ce genre de contact peau à peau. Même à la maison quand j’ouvrais la fenêtre, il y avait de fortes chances qu’elle changeait de vêtements en ayant encore une fois oublié de fermer les rideaux...

Nous étions rentrés chez nous sans nous soucier d’Orihara.

« À plus tard, » déclara Saki.

« Oui, à demain, » déclarai-je.

En disant cela, je m’étais séparé de Saki devant sa maison. Après avoir fini de me changer, j’avais cherché la prochaine chose que nous pouvions faire sur le PC.

Voyons voir, je me demande s’il y a quelque chose de bon dans le coin. Ce serait bien si je pouvais trouver quelque chose que nous pourrions continuer pendant longtemps si c’est possible...

« Oh, ce n’est pas suffisant ? » murmurai-je.

Un jeu en ligne avait attiré mon attention.

« Le tout premier MMO virtuel “World Disaster Online”. »

Maintenant que j’y pense, j’avais vu pas mal de leur publicité récemment. C’était un jeu qui avait mis en œuvre la réalité virtuelle produite en raison d’une percée technique. L’équipe de développement qui était pleine de vigueur avait fait ce MMO en tant qu’essai avec l’esprit de challenge mis en avant. La valeur médiatique n’était pas classique.

C’était par hasard, mais il y avait même une section qui indiquait les cas ou nous pourrions être bannis dans le jeu en ligne..., eh bien, je suppose que tant que nous gardions nos manières, alors tout ira bien.

Voyons voir ici, oh ! Alors ils commencent à recruter pour les tests bêta dans exactement une semaine. Ce n’est pas comme si je ne serais pas sélectionné si j’en fais la demande.

D’accord, suggérons cela demain.

***

Chapitre Compagnon 2 : Les Aventures de Cloud l’esclave

Partie 1

« Je vois. Donc vous allez tous passer demain l’examen d’aventurier de Rang B, » déclara le Maître.

« Oui. Nous devons quitter cette ville pendant un certain temps, car nous allons devoir effectuer une mission de Rang B dans le cadre de l’examen de Rang B, » répondis-je.

« Compris. Faites tous de votre mieux, d’accord ? » déclara-t-il

« Oui ! »

Je parlais en ce moment au Maître de l’examen de promotion de rangs qui sera effectué à partir de demain. Même si nous, les esclaves du Maître, avions été inscrits en tant qu’aventuriers il n’y a pas si longtemps, nous allions déjà passer l’examen pour le Rang B. Franchement, c’était difficile même pour nous à croire ça. Mais les huit esclaves que nous étions, allions vraiment passer l’examen de promotion demain.

Cet examen de promotion de rang exigeait que vous réussissiez dans trois matières.

Le premier sujet était un examen écrit. Ce n’était pas quelque chose qui pouvait être considéré comme particulièrement gênant. Il s’agissait simplement d’un test approfondi à propos de connaissances communes et l’étiquette liée au rôle d’aventurier. Puisqu’il n’y avait pas beaucoup d’aventuriers intelligents, ce test n’était pas si difficile. Il semble qu’il existait un exemple passé où les gens avaient échoué l’un après l’autre alors que c’était trop difficile. Nous avions reçu des cours de Lusia-sensei et maintenant nous étions après tout capables de lire et d’écrire sans problème.

Le deuxième sujet était un examen d’aptitude pratique. Vous passez si vos capacités étaient reconnues comme étant à un certain niveau. Cela se faisait au moyen d’une bataille fictive avec un aventurier de Rang A. Pourquoi un rang d’aventuriers de plus que le rang du test ? C’était parce que s’ils laissaient des B s’occuper des examens des aventuriers en faisant une bataille fictive avec nous, une partie d’entre eux aura de la difficulté à porter un jugement acceptable lorsqu’ils étaient en combat rapproché. Si l’adversaire était aussi éloigné que le Rang A pouvait l’être du Rang B, il n’y aura après tout pratiquement pas de résultats totalement inattendus qui se produiraient.

Le dernier sujet était un examen sur le terrain. Il s’agissait en fait d’un examen où vous receviez une requête digne d’un Rang B. Eh bien, la raison est qu’il était naturel de recevoir une demande de Rang B, puisque nous allions devenir des Rangs B.

Bien que vous puissiez dire qu’elle était incluse dans l’examen, une récompense était donnée puisqu’il s’agit d’une véritable mission. Mais elle était un peu plus faible que la normale. Eh bien, la raison était que nous acceptions la demande en tant qu’aventuriers de rang C, puisque nous n’avions pas encore les privilèges d’un Rang B et qu’il y avait un peu moins de chance d’accomplir la demande.

Un examinateur nous accompagnerait également pendant cet examen. Il était là pour confirmer que vous étiez apte à remplir la mission correctement et que vous montriez un comportement qui convenait aux aventuriers de Rang B. Au fait, l’examinateur n’aidera pas du tout à tout ce qui touchait la demande. Même si vous alliez échouer, l’examinateur ne le finirait pas à votre place. Bien sûr, il pouvait vous aider si votre vie était en danger, mais il n’avait pas la responsabilité de le faire. Fondamentalement, le travail de l’examinateur n’était que de vous « surveiller » pendant que vous preniez vos propres risques. À ce moment-là, il faisait également comprendre à l’avance tout ce que cela impliquait au client.

Étant donné que nous devions passer l’examen écrit et l’examen pratique demain matin et l’examen sur le terrain dans l’après-midi, je voulais faire tous les préparatifs que je pouvais faire d’ici là.

« Serait-il préférable de se procurer de nouvelles armes ? » demanda Adel.

Nous avions décidé de tenir une dernière réunion avant l’examen de demain. Adel avait donc demandé ça. Il avait peur et regardait tout le temps vers le bas, mais il semblait avoir acquis beaucoup d’assurance et maintenant, il regardait bien moins souvent vers le bas.

« Laisse tomber, Adel. On ne devrait pas changer d’armes pour des armes auxquelles on s’habituera à peine, » Knot était celui qui avait répondu.

En ce moment, il suivait une formation chez un maître forgeron. J’avais entendu dire qu’il était apprécié par le maître forgeron qu’il avait aidé lors de sa demande de rang C et qu’il semblait être devenu à moitié son apprenti ou un truc dans le genre. Bien sûr, il travaillait toujours comme aventurier, mais les demandes qu’il avait acceptées étaient peu nombreuses et c’était à peine suffisant pour participer à l’examen.

« Ah, c’est vrai... En parlant de cela, nous sommes venus jusqu’à ce point avec seulement les armes que le Maître nous a données... Les armes n’ont pas l’air si puissantes..., » déclara Adel.

« Bon sang, Adel ! Ce n’est pas Maître, mais Jin-sama ! » déclara Coco.

« Ah, Coco-chan, désolé..., » répondit Adel.

Adel avait ainsi été prévenu par Coco. Elle était aussi là en tant que leader pour les femmes esclaves dans le groupe d’aventuriers. Je ne savais pas si c’est grâce à son alimentation qui s’améliorait, mais elle disait que ses seins étaient de plus en plus gros. Je me sentais troublé quand elle me disait ça. Comme elle était aussi considérée comme un leader, s’il y avait quelque chose sur quoi elle devait consulter, elle s’adressait habituellement à moi ou à Lusia-sensei. Non, il était évident qu’elle irait voir Lusia-sensei pour consulter au sujet de ses seins, n’est-ce pas ?

Pourquoi Coco avait-elle ainsi prévenu Adel ? C’était à cause de la façon dont il appelait le Maître. Nous allions devenir des aventuriers de Rang B à partir de maintenant. Mais un esclave ne pouvait pas devenir un esclave de Rang B ou supérieur. En d’autres termes, les aventuriers de Rang B avaient des droits et des obligations qu’ils devaient respecter. Mais vous ne pouviez pas appliquer de droits ou d’obligations aux esclaves, de sorte qu’ils ne pouvaient pas être de Rang B.

Donc, il n’y avait aucune mention quant à l’annulation de nos contrats d’esclaves. Il semblerait qu’une technique d’esclavage supérieure pouvait cacher les symboles d’esclaves. La façon dont la Guilde des Aventuriers vérifiait si l’on était esclave ou non était seulement en vérifiant le collier d’esclavage et le symbole d’esclave. Bien sûr, ils vous enlèveraient toujours vos qualifications si le fait que vous étiez un esclave était découvert ou si vous deveniez esclave par la suite.

Il n’existait pas non plus de méthodes pour révéler une technique d’esclavage de haut rang. Ou du moins, le Maître avait dit qu’il n’y avait personne qui pouvait faire cela dans le monde. Il avait donc été décidé que nous ne ferions que cacher notre symbole d’esclave et que nous resterions esclaves. Lorsque nous avions entendu cela, il n’y avait même pas un seul enfant qui avait déclaré qu’il voulait être libéré. C’était parce que le Maître avait dit qu’il nous ferait devenir des aventuriers de Rang S comme esclaves et nous en étions venus à pouvoir constater que tout ce qu’il disait jusqu’à maintenant s’était réalisé. Et de plus, on ne pouvait pas faire quelque chose comme ruiner l’humeur du Maître.

Revenons au sujet qui nous préoccupait en ce moment. À l’extérieur, nous n’étions plus des esclaves. Et ainsi, on ne pouvait pas l’appeler « Maître ». C’était parce qu’on nous avait dit de changer notre façon de nous adresser à « Jin-sama ». Moi aussi, je l’appelais Jin-sama, mais dans mon esprit, je ne peux toujours pas m’empêcher de l’appeler Maître. Je pense qu’il faut que je change ça avant de devenir négligent et de tout gâcher.

« Maintenant, Coco-chan. Je suis sûr qu’Adel-kun ne fera pas cette erreur devant les autres, vous savez~. Tout va très bien..., » déclara Silice.

« Je-je vais faire attention..., » déclara Adel.

« On ne peut pas faire autrement, » déclara Coco.

Silice essayait de calmer Coco. Comme vous pouviez le deviner d’après sa voix lente, c’était une fille assez gentille. Elle était avec Coco depuis qu’elle avait pris conscience qu’elle était une amie d’enfance. Elle parlait toujours d’une voix lente, mais elle ne le faisait que lorsqu’elle était émotionnellement calme. Elle ne faisait pas ça devant le Maître. En d’autres termes, je pensais qu’elle n’était pas vraiment calme émotionnellement devant Maître.

« Oh, c’est vrai. Je reviens au sujet des armes, mais je ne pense pas que les armes que je fabriquerai seront à temps pour cet examen, » déclara Adel.

Adel l’avait dit de cette manière, mais les armes que nous utilisons étaient toujours celles données par le Maître tout au début. Pour être honnête, il s’agissait d’arme pour des aventuriers de rang C et non des armes pour les aventuriers de Rang B. La raison principale était que nous ne pouvions pas dire que nous voulions des armes plus coûteuses en tant que personnes ayant le statut social d’esclave.

Knot avait dit qu’il finirait par fabriquer nos armes en tant que maître forgeron. Il progressait régulièrement et avec un peu plus d’entraînement, il pourrait fabriquer des armes au niveau de celles vendues dans la boutique. Il pouvait donc être capable de le faire à temps avant les examens de grade B si tout s’était bien passé, mais malheureusement, il ne semblait pas qu’il y arriverait à temps.

« Eh bien, Knot travaille aussi comme aventurier, donc c’est un peu difficile pour lui, » déclarai-je.

« Fais de ton mieux, d’accord ? » déclara Adel.

« Ouais, j’arriverai à temps avant l’examen pour le Rang A, » déclara Knot.

« Vous êtes tous un peu trop pressés, vous savez..., » déclara Adel.

Knot avait répondu de tout son cœur, mais ce qu’Adel dit est vrai. Nous n’étions même pas encore acceptés au Rang B...

« Plus important encore, vous êtes-vous tous préparés pour l’examen écrit ? » C’était Yuria-san qui avait demandé cela.

C’était une fille sérieuse qui avait un sens aigu des responsabilités. Bien que je dise cela, ce n’est pas qu’elle avait du leadership, mais c’était une enfant qui veillait sur tout à distance. Nous ajoutons « -san » à son nom, car sa dignité nous faisait hésiter à l’appeler sans aucun honorifique. Je ne connaissais pas la raison, mais je ressentais quelque chose comme de l’élégance de sa part. Elle semblait être amnésique, mais y a-t-il une raison dans ce passé qu’elle a perdu qui lui avait donné cela ?

« Je l’ai fait ! »

« Moi aussi... »

« Je ne suis pas vraiment confiant... »

« Ufufu~ »

En vérité, n’avions pas de problèmes insurmontables devant nous, mais nous étions des esclaves. Et en raison de ce statut combiné au fait que nous étions des enfants, en temps normal, nous n’avions pas vraiment l’habitude d’autant étudier. Il y avait donc probablement une partie dans laquelle nous étions légèrement désavantagés par rapport aux autres aventuriers. Eh bien, Lusia-sensei nous avait enseigné correctement donc cela devrait probablement très bien se dérouler...

« Alors, utilisons le temps restant pour effectuer une dernière leçon. Cela concerne surtout ceux qui ne sont pas à l’aise avec l’écriture. Je serais heureuse que même ceux qui se sentent confiants restent également là aider les autres, » déclara Yuria.

« Fufu~, Yuria-san a dit ça, pour qu’aucun d’entre nous ne puisse y retourner~, » déclara Coco.

« Elle a raison... D’ailleurs, si nous ne nous occupons pas d’un membre qui a des problèmes et que seule cette personne échoue, qu’est-ce que le Maî..., qu’est-ce que Jin-sama nous dira... ? » demanda Iris.

« Hii ! »

Iris était celle qui avait à la fin presque fait une gaffe. Ma première impression d’elle était qu’elle était une fille taciturne au visage endormi. Mais j’avais compris que c’était faux depuis le moment où nous agissions ensemble. Ce n’était pas qu’elle avait l’air endormie, c’était que sa vue était tout simplement mauvaise, donc elle ne voyait rien. Et je savais que ce n’était pas qu’elle était taciturne, mais qu’elle réfléchissait à beaucoup de choses, mais qu’elle n’arrivait pas à les exprimer. Quand j’en avais parlé avec Lusia-san, elle nous avait présenté un opticien dans la capitale royale. Nous avions pu nous permettre de lui acheter quelque chose de luxueux comme des lunettes parce qu’à l’époque, nos bourses étaient bien remplies grâce aux récompenses des demandes.

***

Chapitre Compagnon 2 : Les Aventures de Cloud l’esclave

Partie 2

« Je ne veux pas ça ! Je ne veux absolument pas ça ! Après tout, ruiner l’humeur de Jin-sama est la seule chose que je ne permettrai jamais. Je ne permettrai à personne de dormir jusqu’à ce que chacun d’entre nous ait toutes les connaissances nécessaires pour au moins réussir l’examen. Attendez, mais si nous ne dormons pas correctement, nous ne serons pas capables de démontrer nos capacités, donc si nous ne dormons pas assez, cela deviendra plutôt un effet négatif. Qu’est-ce qu’on fait ? Bien, nous pouvons vous faire aller dans un sommeil profond avec un puissant médicament du sommeil, même si c’est un court laps de temps, tout ira bien si on effectue un sommeil très efficace. Je suppose que continuer trop longtemps ainsi serait un énorme fardeau, mais nous devons nous débrouiller d’une manière ou d’une autre si ce n’est que pour une journée. Si nous avons décidé de ça, alors allons-y et achetons immédiatement le produit. Mais je suis inquiet de ne pas étudier alors..., demandons à l’une des femmes de chambre. Mais Lusia-sensei sera bouleversée si nous utilisons les bonnes comme il nous plaît, alors faisons-lui un rapport avant cela. Aussi, nous ne pouvons pas oublier de leur donner de l’argent comme de l’argent de poche... »

Iris avait tout lâché en une seule fois. J’avais dit qu’elle ne savait pas s’exprimer, mais il y avait naturellement une exception. Si elle s’énervait jusqu’à un certain point, elle parlerait des choses auxquelles elle pensait sous une forme brute. C’est « elle pense = elle parle » donc ce n’est pas une conversation et ça ne deviendra rien de plus qu’un monologue.

Je pense que c’était sa peur du Maître qui la rendait aussi nerveuse. Tous les esclaves aventuriers avaient peur du Maître. La peur d’Iris, en particulier, surpassait celle de n’importe lequel d’entre nous. Elle préférerait vraiment mourir plutôt que de s’opposer au Maître. Même si je lui demandais la raison, elle ne me l’aurait pas dit en détail. La seule chose qu’elle m’avait dite, c’était qu’il pourrait détruire le monde sans sourciller. Non, peu importe à quel point notre maître était hors norme, c’était déraisonnable, ne le pensez-vous pas... ?

« C’est bon, Iris-chan. Roro rassemblera toutes les questions qui sont attendues à l’examen, afin que nous puissions étudier plus efficacement. »

« C’est..., merci. Mais j’achèterai des somnifères au cas où, Roro-chan. »

« Euh, ça prendra la moitié de notre argent, n’est-ce pas ? »

C’était Roro qui avait fini par parler. Roro était tombée amoureuse du maître et elle avait déclaré qu’elle vivrait pour le bonheur du maître. Elle avait affirmé qu’elle ferait n’importe quoi sans hésitation si c’était pour le bien du Maître et elle était aussi la première parmi nous à avoir tué un voleur. Elle m’avait dit qu’elle vise une silhouette désirée par le Maître et qu’elle buvait du lait comme une folle. Mais, pourquoi me disent-elles ce genre de chose... ?

Roro, Iris et Coco se déplaceraient avec « Pour le bien du maître » comme priorité absolue. La raison en est la loyauté pour Coco, la peur pour Iris et l’amour pour Roro. Bien sûr, même nous suivons les instructions du maître, mais nous avions toujours droit à un certain degré de liberté par rapport au maître. L’histoire avec le maître forgeron en était un bon exemple. Les autres enfants n’avaient encore rien trouvé de spécial, mais ils avaient dit qu’ils voulaient découvrir quelque chose comme un passe-temps. Mais seuls ces trois-là ne semblaient pas avoir de tels plans.

« Ouais, c’est bien même si tu ne t’inquiètes pas trop pour ça. Dans le pire des cas, nous pouvons toujours demander à Alta de nous donner la réponse. »

« Oh vraiment, Cloud ? S’il te plaît, dis-nous immédiatement si tu étais au courant. Ah, j’étais nerveux. Surtout à cause de l’hystérie d’Iris. »

Knot parlait en plaisantant.

« Comment ça, hystérie ? Tu dis ça parce que tu n’as pas confiance en toi pour étudier, n’est-ce pas ? D’ailleurs, ce ne sera pas ta capacité si tu comptes sur Alta-sama, tu sais !? Dans ce cas, Jin-sama pourrait être déçu de toi, tu sais !? Eh bien ! dans ce cas, je suppose que le Maître sera seulement déçu de Knot, donc ça n’a pas d’importance si tu deviens un bouc émissaire si cela ne nous fait pas de mal de notre côté ? »

Si nous utilisons l’aide d’Alta, nous passerons à coup sûr. Mais ce n’était pas notre capacité. Cela était plus susceptible de déplaire au Maître. En ce qui nous concerne, nous ne choisirons pas les options qui pourraient ruiner l’humeur du Maître.

« C’est de ma faute..., c’est vrai. Je dois d’abord envisager de tout faire avec mes propres capacités. De plus, ce sera extrêmement mortifiant après tout si nous faisons en sorte que le Maître se sente déçu et que notre traitement pendant l’entraînement s’aggrave ? »

« Tu as raison. On nous a dit de l’utiliser en dernier recours..., je crois fermement qu’il était sous-entendu que c’était pour la paix de notre esprit. Et si on finit par s’y fier... arrêtons d’y penser. »

« Je suppose que oui. Cela ne fera que s’assombrir si nous continuons à en parler. Pour l’instant, je me charge de ce qu’il faut pour les somnifères. »

Nous avions décidé de mettre immédiatement fin à ce sujet. La raison en était..., je préfère ne pas le dire, mais le Maître ne nous permettrait pas de devenir arrogants et de mépriser les autres. C’était pour cette raison que le Maître avait décidé d’avoir une bataille fictive avec nous de temps en temps. Pour briser notre esprit combatif quand nous devenions arrogants.

La méthode du Maître était facile, quiconque restant conscient dans un rayon de 5 m autour du Maître passait. Si vous le faites, le prochain test sera une forme d’échange de coups avec les armes que nous portions. Cependant, nous n’avions même pas réussi à passer le premier test. C’était parce que le moment où nous avions ressenti l’intention de tuer du Maître, nous étions paralysés par ça et nous nous étions effondrés sur le sol. C’était un état misérable où nous ne pourrions pas oublier de prendre un sous-vêtement et un pantalon de rechange même maintenant (pendant cette période, il nous était interdit de nous nettoyer avec de la magie). Nous avions également combattu pour nos vies avec des voleurs avant ça, mais comparés au Maître en tant que notre adversaire, cela pouvait même être considéré comme doux.

« En parlant de ça, et toi, Sicily ? N’as-tu pas parlé d’étudier plus tôt ? »

« Ufufufu~, si c’est toi, Coco-chan, ne devrais-tu pas le savoir ~ ? »

« Oh, tu n’es pas si maline, n’est-ce pas, Sicily... Yuria-san est une étudiante assidue... »

« Je comprends. Roro-san, je veux quand même revoir les questions attendues de la dernière fois avec tout le monde, mais est-ce correct ? Pensons à tout avec les résultats en ligne de vue. »

« Oui, cela ne me pose aucun problème. Pour le succès de chacun, Roro aidera tout le monde. »

Comme elle l’avait dit, Roro avait remis les questions à Yuria-san. Après cela, nous avions tous répondu aux questions attendues. Comme prévu, Knot et Sicily étaient les pires et comme ils passeraient à peine ainsi, ils auront besoin de leçons supplémentaires. Ce n’était pas aussi mauvais qu’ils le pensaient, alors il avait été décidé que seules Yuria, Roro et Iris les accompagneront.

Le lendemain matin, nous nous étions dirigés vers la Guilde des Aventuriers et nous étions sur le point de recevoir le test du Rang B.

« Yo ! Allez-vous passer l’examen de promotion aujourd’hui ? »

« Ah, oui. C’est exact. Si tout se passe bien, nous serons classés B après-demain. »

Un aventurier familier nous avait salués.

« C’est rapide. Vous m’avez surpassé dans les rangs en un clin d’œil et maintenant vous allez déjà rejoindre ces rangs supérieurs ? Ah merde ! Et j’étais prêt à tout pour devenir l’un de vos camarades dès le début ! »

Nous avions agi avec modération dans la capitale royale, mais nous avions connu beaucoup d’aventuriers et notre visage était devenu bien connu. Ceux qui nous avaient appelés étaient les aventuriers que nous avions sauvés de l’attaque d’un orc errant pendant le temps où nous avions commencé à travailler comme aventuriers dans la capitale royale. L’orc était un ennemi redoutable, mais nous avions réussi à gagner parce que nous avions huit personnes dans le groupe.

« Oh mon Dieu, Cloud-kun. Tu ne veux pas bientôt sortir avec Onee-san ? »

« Euh... »

« Hé ! Ne vois-tu pas que Cloud-kun est gêné ? Plus important encore, je connais un bon magasin d’armure, pourquoi n’irais-tu pas avec moi ? »

« Ah, euh... »

Ces dames-réceptionnistes nous avaient aussi salués. Pour une raison inconnue, il y avait beaucoup de femmes qui avaient essayé de sortir avec moi. J’avais sauvé la première réceptionniste qui nous avait salués quand elle avait été attaquée par un agresseur lors d’un voyage. J’avais sauvé l’autre réceptionniste quand elle avait été attaquée par un voleur et depuis, elle m’invitait par moment pour aller dans les magasins d’équipement. J’avais bien reçu leur gratitude, donc c’était très bien si elles ne s’inquiétaient pas pour ça...

J’avais en quelque sorte décliné leurs invitations sans paraître impoli et je leur avais dit que nous étions ici pour l’examen de promotion. Ce n’était pas que je n’aimerais pas sortir avec elles, mais à l’heure actuelle, l’examen de promotion était plus important.

Le chef de guilde était arrivé après que nous ayons attendu un moment. Même s’il était appelé le chef de la Guilde des Aventuriers de la capitale royale, il semblerait être un ancien aventurier de Rang S. Quand nous l’avions dit au Maître, il avait ri avec mépris. Avait-il des souvenirs désagréables avec des aventuriers de Rang S ?

Quand j’avais demandé pour quoi « ancien », c’était parce qu’il était impossible de s’adapter aux règles traditionnelles quand on passait du côté de ceux qui acceptaient les demandes du côté de celui qui serait de médiateur.

« Oh, vous êtes là. »

Le chef de guilde. C’était un homme âgé avec une douce lueur dans les yeux, mais il n’affichait aucune ouverture dans ses mouvements. Nous le savions parce que nous étions plus ou moins devenus plus forts grâce au pouvoir du Maître, mais je ne pensais pas que nous puissions actuellement l’affronter même si nous nous regroupons tous les huit. Nous pouvions sentir une telle différence de force. Eh bien, je le voyais toujours comme un choix plus facile par rapport au Maître, vu que le Maître, nous ne pouvions même pas savoir notre niveau face à lui, car sa puissance était tellement énorme.

« Oui, nous serons à vos soins, aujourd’hui. »

« Nous serons à vos soins ! » x7

Je l’avais salué en premier et les autres membres avaient également donné suite à leurs salutations. C’était parce que nous avions reçu une formation approfondie sur la façon d’accueillir les personnes de la part de Lusia-sensei. Elle était autrefois chevalière, donc ses connaissances en étiquette étaient très sévères.

« Hmm ! Comme toujours, n’êtes-vous pas tous des enfants polis ? Vous avez aussi des capacités, de l’ambition et un avenir prometteur. Je me sentais anxieux au début avec un groupe rempli d’enfants, mais cette anxiété n’était pas nécessaire ! »

Le chef de guilde nous avait apporté son soutien après que nous ayons commencé à travailler dans cette ville. Bien sûr, il ne s’agissait pas de permettre les injustices, il s’agit de nous parler du savoir-faire sur les subjugations, la récolte, etc. Eh bien ! Quand on y réfléchit, avoir des conseils directement par un ancien aventurier de Rang S était en soi injuste...

« Eh bien, comme promis, nous aurons un examen de niveau B aujourd’hui. Je pense que tout ira bien, mais bonne chance. »

« Merci, monsieur. » x8

Avec un simple salut, le chef de guilde se dirigeait vers l’arrière et l’une des dames-réceptionniste avait commencé l’explication. Attends, quoi ? Le chef de guilde n’était là que pour nous saluer ?

L’examen écrit avait immédiatement commencé. Nous huit étions tous dans la même pièce, mais cela avait été fait d’une manière que nous ne puissions pas voir les réponses des autres. Je ne pouvais pas vraiment le juger d’après leurs visages, mais il semblait qu’aucun d’entre nous n’avait des problèmes avec ça, aussi loin que je puisse le voir.

C’était parce que la plupart des questions que nous devions faire étaient exactement celles de la liste des questions attendues que Roro avait préparée pour nous. On dirait qu’on pouvait facilement obtenir une note d’au moins 80 % avec ça. D’ailleurs, la ligne de réussite était de 60 %. J’avais eu assez de temps pour relire les réponses deux fois avant la fin de l’examen. Ouais, j’aurai au moins 90 %.

Le but de ce test n’était pas de faire baisser le nombre de personnes qui avaient réussi, donc je supposais que c’était super que la plupart des questions ne soient pas des questions pièges ou des questions où vous ne pouviez pas lire l’intention de celui qui avait écrit les questions pour l’examen.

« On a fini ! »

Knot était vautré sur le bureau. D’après son visage soulagé, je pense qu’il s’en était bien sorti.

« Cloud, il y a un problème dont je ne suis pas sûre... »

« Oh, celui-là est... »

« Eh, aah, j’ai fait une erreur~ »

Après avoir attendu dans la salle en parlant de nos impressions, la réceptionniste était revenue et avait annoncé que nous avions tous passé.

« Avec ça, je peux faire face à Jin-sama. Bon travail, Sicily. »

« Fufufu~ comme prévu de Coco-chan ~ »

« Je suis heureux que la collecte des questions attendues ne fût pas inutile. »

« Non, ça m’a vraiment sauvé ! Je peux même dire que j’ai réussi grâce à cela. »

D’ailleurs, Coco, Roro et Iris, le groupe dont la plus haute priorité était le Maître, avaient obtenu des notes parfaites. Yuria-san et moi avions obtenu des notes dans les 90 %. Adel était le seul qui avait eu 80 %. Knot et Sicily avaient obtenu une note à 70 %. Comme prévu, le groupe dont la plus haute priorité était le Maître semblait avoir une motivation différente. Yuria et moi avions fait des fautes à certaines questions à cause d’une erreur tout à fait banale. Même si je l’avais révisé deux fois... Nous n’étions ensemble que depuis peu de temps, donc je ne le savais peut-être pas, mais elle semblait aussi déprimée. Après tout, sa dignité habituelle avait diminué d’environ 20 %.

***

Partie 3

La prochaine étape était l’examen d’aptitude pratique. Il s’agissait d’une bataille fictive avec un aventurier de Rang A sur les terrains d’entraînement au sein de la guilde. Les armes utilisées étaient des objets magiques dédiés à des batailles fictives. Sa difficulté d’utilisation n’était pas différente des armes normales, mais il s’agissait d’une arme qui ne causera aucun dommage lorsqu’elle frappait quelqu’un. Le Maître et Mio-senpai avaient mentionné l’éventail en papier ou le marteau pico, mais quel genre de choses étaient-ce, je me le demande...

Je m’étais écarté du sujet, mais l’arme dont parlait Knot était pour l’examen sur le terrain qui suivait, pas les armes dédiées à la simulation de bataille. Cela avait été décidé dès le début que nous utiliserons des armes auxquelles nous n’étions pas habitués dans cet endroit.

Puisqu’il semblerait qu’il y avait différents types d’armes ici, nous avions décidé de choisir une arme qui se rapproche le plus possible de celles que nous utilisions toujours. Dans mon cas, c’était une épée à une main et un petit bouclier. J’avais essayé de les balancer un peu, mais je ne me sentais pas mal à l’aise jusqu’à présent. Hum, on dirait que je pouvais me battre sans problème avec ces armes.

Les huit aventuriers combattront chacun un aventurier de Rang A. Nous nous dirigions vers un terrain d’entraînement séparé en groupes de trois. Ceux qui étaient avec moi étaient Roro et Yuria-san.

« Je serais l’adversaire de Cloud. »

« Donc Kuuga-san est mon adversaire... S’il vous plaît, traitez-moi bien, » déclarai-je.

« Oui, meilleures salutations. Bien que je le dise, je sais qu’il n’y a pas de problèmes de compétence. Je vais perdre inopinément si je deviens imprudent, alors je vais tout donner, tu m’entends ? » déclara Kuuga.

Kuuga était un aventurier de Rang A que je connais et nous avions déjà été en mission ensemble. Il était considéré comme le plus prometteur parmi les jeunes et une personne puissante qui avait l’intention de devenir un jour un Rang S.

C’était un homme d’environ deux mètres de haut rempli de muscles solides. C’était une personne dont vous sauriez certainement qu’il était un aventurier aux capacités remarquables rien qu’en le regardant.

« Non, il m’est toujours impossible de vous vaincre, Kuuga-san, » déclarai-je.

« ... Déclarer facilement “toujours” est plutôt inquiétant, n’est-ce pas ? » demanda-t-il.

« C’est parce que je n’ai pas l’intention de dire quelque chose comme ne pas pouvoir gagner dans toute ma vie, » déclarai-je.

« C’est comme ça que ça devrait être. Si un type qui dit ça vient ainsi, je finirai par lui donner une raclée vicieuse. Mais je ne peux pas me permettre de perdre ici, » déclara-t-il.

En disant cela, Kuuga s’était préparé pour son combat du jour. Il n’avait pas d’ouvertures comme je m’y attendais. Quoi qu’il en soit, la seule chose que je pouvais faire maintenant était d’attaquer de front. S’il n’y avait pas d’ouvertures, alors je pouvais simplement en créer une.

« J’y vais ! » criai-je.

J’avais donné un coup de pied au sol et je m’étais dirigé vers Kuuga avec une première attaque. L’arme de Kuuga était une grande épée d’au moins deux mètres, elle devrait donc être difficile de le balancer. Je devais faire une seule attaque en utilisant rapidement des feintes.

« Trop lent ! » cria-t-il.

Kuuga avait balancé son épée avant que je ne m’approche de lui. Son épée était trop rapide pour être évitée à temps. J’avais réussi à mettre mon bouclier dans la trajectoire de l’épée.

« Arg ~ ! »

J’avais été repoussé avec mon bouclier. J’avais atterri à plusieurs mètres de l’endroit où j’avais été emporté. Cela me faisait mal. Cela ne faisait pas mal comme si j’avais touché par les armes elles-mêmes, mais l’impact était toujours réel.

« Prends ça ! »

En essayant de faire un suivi comme si c’était naturel, Kuuga était arrivé en courant. J’avais aussi fait un grand pas en arrière pour mettre de la distance entre nous et ajuster ma position.

« Si tu étais un rang C moyen, non, un Rang B, cette frappe tout à l’heure aurait mis fin au combat dans lequel nous sommes. Tu es vraiment fort, » déclara-t-il.

« Kuuga-san, vous êtes aussi fort. Mettre mon bouclier était le mieux que je pouvais faire, et encore moins l’éviter, » déclarai-je.

« C’est évident. Penses-tu que je peux supporter que ma “Frappe de Finition” soit vue de haut par un enfant qui s’est inscrit comme aventurier que depuis seulement un mois ? » demanda-t-il.

Le deuxième nom de Kuuga était « Bisector ». Comme vous pouviez le voir, ce deuxième nom avait été ajouté parce qu’il avait réglé de nombreux matchs avec une frappe à la vitesse maximale.

« Eh bien, je l’appelle quelque chose comme une “Frappe de Finition”, mais j’ai reçu ce deuxième nom seulement quand je l’ai utilisé avec persistance pour régler rapidement un match..., » déclara-t-il

« J’en suis conscient, vous le savez. Que vous êtes aussi incroyable en plus de cette attaque ! » déclarai-je.

J’étais retourné pour mieux le voir afin de lui lancer un coup de perforation. C’était la même méthode d’attaque, mais ce n’était pas tout ce que je faisais, bien sûr. Kuuga ne semblait pas non plus penser à plonger dans le combat sans mesures, mais il allait néanmoins le contrer avec des coups de son épée à grande vitesse. Cela voulait dire que je devais d’abord essayer de passer à travers ça pour gagner.

Cette fois, j’avais l’intention de le recevoir avec mon bouclier sans penser à l’éviter. Non, recevoir n’était pas le mot juste. Je devais le dévier. Avec le bouclier sur ma main gauche presque parallèle au sol, j’avais reçu la frappe qui se balançait latéralement et passait sous le bouclier tout en le soulevant.

« Qu’est-ce que c’est que ça !? » s’écria-t-il.

C’était une frappe qui prenait tous mes moyens pour le recevoir avec mon bouclier, mais c’était devenu un peu mieux que quand j’avais essayé mon plan pour le bloquer dès le début. Je ressentais un petit fardeau même lorsque j’avais repoussé la frappe de Kuuga dont la force physique me dépassait de loin. De plus, il devrait y avoir une ouverture immédiatement après la fin de la frappe. Au moment où j’étais sur le point d’avancer comme je le pensais, un frisson avait coulé le long de ma colonne vertébrale. Je m’étais instantanément laissé tomber sur ma gauche. Quand j’avais vérifié au cours de mon mouvement, la frappe de Kuuga avait frappé à l’endroit où j’étais sur le point d’avancer.

Il semble qu’il avait immédiatement tourné son dos après la première frappe et avait lâché une attaque dans la direction opposée. Je le comprenais en théorie, mais de quel genre de force aviez-vous besoin pour le faire avec une telle épée à deux mains ? Oh, cela semblait facile pour Sera-senpai. Après tout, la force surhumaine de cette personne était probablement plus étonnante que celle de Kuuga...

Oups, je n’avais pas le temps de penser à des choses inutiles. Je m’étais immédiatement levé dès que j’avais fini mon mouvement en une roulade. Kuuga avait commencé à me parler alors que j’étais encore en position après avoir fait ça.

« Eh bien, tu esquives ça aussi ? J’ai pu le faire après l’avoir pratiqué récemment, mais je n’arrivais pas à me décider pour sa première utilisation et je ne pouvais pas le rendre plus beau... »

« Qu’est-ce que c’était ? Cette frappe de tout à l’heure ? » demandai-je.

« Oui, cela semble être une compétence d’épée qu’un aventurier de Rang S à la retraite a utilisée, mais je ne sais pas si c’est bien puisque j’ai essayé de reproduire comme dans ses histoires. Elle semble s’appeler la “Riposte Absolue”. »

En disant tout cela, cela semblait indiquer que Kuuga avait amélioré son « Attaque de Finition ». Comme prévu, quand vous aviez deux noms, vous deviez créer vos tactiques avec ces noms à l’esprit.

Kuuga n’avait rien fait d’autre que trois frappes, y compris la contre-attaque. Je n’avais pas encore reçu une seule de ses attaques. Néanmoins, je suppose que je pouvais dire que le fait d’avoir évité trois coups de Kuuga, dont le point fort est son « Attaque de Finition », signifiait que j’avais acquis les capacités de rivaliser avec lui dans le vrai sens du terme.

« Ah, désolé. C’est ma faute si je suis motivé ici, mais on en a fini ici. Je me suis fait dire par le chef de guilde que cette bataille fictive se terminera si tu évites mon “Attaque de Finition”, » déclara-t-il.

« C’est la première fois que j’entends ça…, » répondis-je.

« Je lui ai aussi dit de me laisser faire jusqu’à la fin, mais le vieux m’a dit que je n’étais pas autorisé. Eh bien, je me suis forcé à participer au simulacre de bataille d’aujourd’hui, alors je ne peux pas dire que c’est déraisonnable, » déclara-t-il.

« Mais, normalement, vous faites des batailles fictives jusqu’à ce que vous atteigniez la fin, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Ouais, les aventuriers de Rang A moyen sont après tout tout au plus à l’origine responsables de cette bataille fictive. Dans le cas d’un Rang A de haut niveau comme moi, l’exigence serait assouplie, » répondis-je.

Pour être honnête, il y avait une grande différence entre Kuuga et les autres examinateurs de Rang A.

« Il semble que la raison en est que c’est suffisant pour un aventurier de Rang B s’il est capable de repousser un aventurier de Rang A de haut niveau. Eh bien, le but de l’examen de promotion de rang n’est pas de vérifier dans quelle mesure tu comprends ta propre force, mais de vérifier si tu es digne de ce rang jusqu’à la fin. Cela signifie que tu fais faire une bataille fictive jusqu’à ce que je sois satisfait est en dehors de son but, » déclara-t-il.

Il y avait certaines parties avec lesquelles je n’étais pas d’accord, mais s’il disait que c’était ce qu’ils avaient décidé, il n’y a rien à faire.

« Mais si c’est le cas, il y a quelque chose que je veux d’abord vous dire, » déclarai-je.

« Je finirai par me concentrer sur ça si tu le dis ainsi, ne penses-tu pas ? Ce n’est pas drôle, n’est-ce pas ? Je veux dire, je voulais aussi me battre un peu plus, mais les yeux du chef de guilde brillent... »

« Qu’est-ce que tu crois que tu dis là !? Regards, la deuxième frappe et la contre-attaque sont déjà hors de la demande ! Même s’il est presque temps de passer l’examen de classement S, il serait mauvais pour tes points de subir une déduction en raison de quelque chose de stupide, ne le penses-tu pas ? » Avant que nous ne le remarquions, le chef de guilde était aussi près de nous. Nous étions concentrés sur la bataille, donc nous ne l’avions pas remarqué.

« Lâche-moi un peu. Tu veux que je puisse enfin devenir un Rang S et pourtant j’ai cela comme restriction, » déclara Kuuga.

« Hein ? Kuuga-san, allez-vous devenir Rang S ? » demandai-je.

« Je n’ai obtenu les droits pour l’examen que maintenant. Eh bien, je suppose que je pourrai bientôt être de Rang S, » répondit-il.

Je pensais que Kuuga deviendrait un jour le Rang S étant donné ses capacités, mais il semblerait que cela arriverait plus tôt que je ne l’espérais.

Kuuga avait continué la conversation en ayant l’air un peu embarrassé.

« Et donc tu vois..., je pense me confesser à Lusia-san une fois de plus si je redeviens un Rang S, mais ne peux-tu pas me mettre en contact avec elle ? » demanda-t-il.

***

Partie 4

... Kuuga semblait être amoureux de Lusia. On m’avait dit qu’il était tombé amoureux de sa silhouette et du style de combat de Lusia au moment où ils avaient accepté une demande ensemble. Il l’avait avoué sur le champ, mais il avait été rejeté. On dirait qu’il n’avait pas encore abandonné. Je ne pouvais pas abandonner l’idée que le fait qu’il soit gentil avec nous n’était pas sans rapport avec ça, ne le croyez-vous pas ?

Néanmoins, aussi loin que je pouvais voir du comportement de Lusia envers le Maître, la confession de Kuuga n’avait aucune chance d’être acceptée selon moi.

« Désolé. C’est une grande responsabilité qu’elle doit assumer, » déclarai-je.

« Encore !? Qui diable est-il !? C’est le maître de Lusia-san, c’est ça !? » demanda-t-il.

Quand Lusia avait refusé sa confession, elle avait dit : « Je dédie tout à mon maître, donc je ne suis pas en mesure de recevoir votre confession comme il me plaît, » il ne devrait pas encore savoir qu’elle était une esclave, mais si ce fait était découvert, il allait naturellement défier le Maître en duel avec elle comme pari.

« Combien de temps vas-tu continuer à parler de quelque chose qui n’a aucun rapport ? Kuuga, tu bloques le prochain match avec Roro-kun. Alors, pars, » déclara le maître de guilde.

« Va te faire foutre ! Je vais faire demi-tour et te montrer un jour, attends un peu ! » cria Kuuga de rage.

Le chef de guilde lui avait dit cela alors que Kuuga avait été traîné hors des terrains d’entraînement par des membres du personnel tout en laissant derrière lui une remarque d’adieu acerbe. Attends, quoi ? Il n’y a pas de problème particulier s’il part comme ça, n’est-ce pas ?

Maintenant, la prochaine bataille était Roro contre un aventurier de Rang A inconnu. Roro utilisait une épée à deux mains et ce monsieur utilisait l’épée et le bouclier comme moi. On dirait qu’il avait inopinément la même composition que moi et le match de Kuuga.

Le combat avait commencé et la première à se déplacer avait été Roro. Elle avait facilement balancé sa grande épée et avait attaqué le monsieur. Il avait aussi essayé de le bloquer avec son bouclier, mais comme ce qui m’était arrivé, il avait aussi été stupéfait. Oh, le monsieur avait aussi été surpris. C’est naturel, n’est-ce pas ? Une fille d’une dizaine d’années avait facilement balancé une grande épée et avait soufflé un adulte au loin.

Le monsieur qui avait été emporté par la frappe avait atterri plus loin. À ce moment-là, Roro avait commencé à courir et avait relâché une nouvelle attaque vers lui. Il se défendait à nouveau avec son bouclier. Bien sûr, il avait été poussé par son bouclier. Ensuite, cela s’était répété jusqu’à ce que monsieur ne parvienne plus à se défendre.

Vous ne pourriez pas arrêter l’attaque de suivi de Roro si vous ne faites pas une évasion immédiatement après avoir été soufflé. Mais le monsieur n’avait pas l’air d’être si bon en évasion. Eh bien, c’était en un sens raisonnable de se contenter de penser que vous pouviez le recevoir avec un bouclier parce que vous possédiez un bouclier, mais regardez ce qui se passe quand vous y alliez aussi doucement contre un adversaire comme notre Roro.

Sa main avait dû s’engourdir. Le monsieur était au stade où il avait lâché son bouclier et avait été touché directement par la frappe de Roro. Avec ça, c’était la victoire de Roro. J’étais un peu jaloux de Roro. Après tout, elle avait été capable de se battre correctement jusqu’à la fin et elle avait été capable de gagner en plus de cela.

« Je suis contente d’avoir pu gagner comme je l’avais prévu, » déclara Roro.

Roro avait dit cela alors qu’elle était maintenant dans les sièges des spectateurs comme moi, parce que son match était terminé.

« Ça devait être un bon, Roro. Pouvoir se battre jusqu’à la fin…, » déclarai-je.

« Eh bien, dans mon cas, je dois gagner pour que je n’aie pas honte même si Jin-sama en entend parler... En fait, je pense qu’une bataille simulée avec Kuuga-san qui est proche du Rang S aurait été plus bénéfique, » répondit Roro.

« Oh, donc il y a aussi cette façon de penser…, » répondis-je.

Après tout, ce n’est pas comme si le but était de gagner. Dans ce cas, il était peut-être préférable d’être capable de faire une bataille fictive avec un adversaire avec lequel nous ne pouvions pas nous battre.

« Eh bien, ça a l’air d’un succès pour l’instant, alors j’espère que tu penses à ça comme une bonne chose, » dis-je.

« Je pense que c’est bien. Mais je suis heureuse que je n’aie pas été sélectionné par Kuuga-san. Je ne peux pas espérer gagner contre lui… Mon ambition est d’être loué par le Maître pour être au sommet de l’examen, » déclara Roro.

« Il n’y a rien au sommet non plus, » répondis-je.

Le match de Yuria avait commencé quand nous avions eu cette conversation. L’aventurière de Rang A qui était son adversaire est une utilisatrice de lance et l’une de mes connaissances.

Yuria utilisait un fouet et un poignard pour le combat, mais c’est une magicienne dont le style de combat était Art Spirituel et Magie Spirituelle. Il était inhabituel pour le Maître de nous forcer à utiliser la magie.

Yuria était très bonne avec Art Spirituel et Magie Spirituelle. C’était comme si elle se souvenait de ce qu’elle avait oublié... Je devinais d’après la façon dont le Maître parlait, mais Yuria avait dû avoir une connexion avec Art Spirituel et Magie Spirituelle dans le passé.

Mais en ce moment, elle était notre compagnon, notre famille. Mais cela ne changera pas, même si quelque chose s’était produit dans le passé. S’il y avait une situation où Yuria était à portée de son propre passé, alors tout le groupe d’aventuriers avait l’intention de la protéger.

Quoi qu’il en soit, son style de combat était à l’origine proche de celui d’un magicien, mais elle avait fini cette fois-ci par s’inscrire comme guerrière. C’était parce que Yuria n’aimait pas que l’examen de magicien de Rang B différait dans certains contenus et qu’il aurait lieu un jour différent. Yuria avait agi correctement devant tout le monde et avait de la dignité, mais elle semblait se sentir facilement seule et détestait être seule.

C’était Yuria qui avait fait le premier pas. Elle avait commencé à courir et avait frappé avec le fouet de sa main gauche vers l’utilisatrice de la lance.

L’utilisatrice de la lance avait reculé sans recevoir le coup et l’avait évité. À son tour, elle s’était dirigée vers Yuria et avait poussé sa lance. Yuria avait paré la lance avec le poignard dans sa main droite.

Bien que sa spécialité soit la magie, cela ne voulait pas dire qu’elle était incapable de gérer le combat rapproché puisqu’elle avait aussi participé avec nous à l’entraînement au combat au corps à corps. Nous tombions souvent pendant la période où nous étions esclaves, alors nous pensions que nous étions nuls pour nous déplacer, mais nous pouvions nous déplacer sans problème après avoir reçu la force du Maître.

Esquiver le fouet et pousser avec la lance semblait être son plan et il ne semblait pas que cela allait commencer tant qu’elle n’était pas elle-même attaquée. Le poignard n’était pas après tout une menace pour sa lance. Mais en se battant avec son fouet, il y avait plus de chances que même s’il l’attrapait, il change de trajectoire et la frappe ou qu’il s’enroule autour de la lance et qu’elle la fasse tomber, ce qui signifie que la seule option était d’être vigilant à l’égard du fouet.

Celle qui avait ajouté des variations plus tôt pendant les quelques répétitions d’attaque et de la défense était l’utilisatrice de la lance. Elle avait évité l’attaque au fouet de Yuria en avançant à l’avance et elle s’était approchée d’elle. Même pendant que la lancière s’approchait, Yuria avait essayé de pousser sa lance vers l’extérieur et elle avait lancé un poignard.

La conclusion était que Yuria avait reçu un coup direct. Mais ce match était une victoire pour Yuria. Juste avant que la lance ne la frappe, le poignard qu’elle avait lancé avait frappé le front de l’utilisatrice de la lance. La règle disait que le match se terminait lorsque le premier coup qui comptait avait touché, ce qui avait permis à Yuria de gagner, car son attaque avait frappé en premier.

« Je me sens un peu malheureuse puisque c’était presque un tirage au sort…, » déclara Yuria.

Yuria revient vers nous et elle nous l’avait dit en gonflant un peu ses joues. Cette hypothèse n’avait pas de sens, mais si c’était un vrai combat, ce serait un match nul avec les deux morts, n’est-ce pas ?

« Je suis d’autant plus malheureux que je n’aie pas pu me battre jusqu’à la fin…, » déclarai-je.

« C’est vrai pour moi aussi. Eh bien, je ne suis pas vraiment comme Roro-san, mais je voulais gagner, donc c’est mieux que je n’ai pas été sélectionné pour Kuuga-san, n’est-ce pas ? » déclara Yuria.

« Je me demande si j’ai tiré le bout court du bâtonnet…, » déclarai-je.

J’avais un mauvais pressentiment à ce sujet. Peut-être que je ne serai pas le seul à ne pas avoir gagné le faux combat, n’est-ce pas ?

« Eh bien, il n’y a plus de raison pour nous de nous en faire, depuis que nous sommes devenus esclaves, » déclara Yuria.

« Mais me laisser attraper par Jin-sama est mon plus grand bonheur, » déclara Roro.

Yuria avait fait un sourire ironique et Roro avait dit cela avec un visage extatique. Eh bien, c’était un fait que nous étions très chanceux rien qu’en vivant et on pouvait participer à un examen de promotion aux aventuriers de Rang B, alors que nous ne demandions pas autant.

Comme tous les membres de notre groupe avaient réussi l’examen, nous avions décidé de nous rendre au point de rencontre d’un coup.

« Je suis vraiment le seul qui n’a pas gagné…, » déclarai-je.

« Ne t’inquiète pas. On ne peut rien y faire si l’on considère l’adversaire auquel on a dû faire face, tu sais, » déclara Knot.

Knot m’avait réconforté, mais la vérité que je n’avais pas gagnée m’avait vraiment touché émotionnellement et il ne semblerait pas que j’allais bientôt me rétablir.

« Adel a aussi été très près de ça, » déclara Coco.

« Coco-chan, ne dis pas ça…, » répliqua Adel.

« Eh~, mais celui-là a été un coup de chance, n’est-ce pas ? » demanda Coco.

« Eh bien, je suppose…, » répondit Adel.

Il semblerait qu’Adel y soit arrivé au tout dernier moment. Même alors, j’étais simplement le seul à avoir échoué et laissé derrière.

Le chef de guilde était venu nous rencontrer pendant que nous parlions. « Tout d’abord, je tiens à féliciter tout le monde pour votre succès. »

« « Je vous remercie beaucoup, » » nous avions tous répondu.

« Hum, qui aurait cru que sept d’entre vous remporteraient même la victoire contre les aventuriers de Rang A, » continua l’homme.

« Argh ! » m’écriai-je.

C’était un coup critique pour moi. Même si cela ne me dérangerait pas que le chef de guilde ne me le dise pas...

« C-Cloud ! C’est juste une égratignure ! » s’écria Coco.

« Oh, pardonnez-moi. Cependant, survivre aussi longtemps contre Kuuga est après tout l’exploit le plus spectaculaire dans un sens, vous voyez ? » déclara l’homme.

« Je comprends cela, mais... Je voulais gagner…, » j’avais réussi à résister à l’effondrement et j’avais répondu.

« Ahem. Eh bien, je vais mettre cela de côté et donner une explication concernant le prochain examen. Comme on vous l’a déjà dit, vous recevrez l’examen sur le terrain du passage au Rang B. Le contenu de la demande est de vaincre une tortue métallique, » déclara l’homme.

« Tortue métallique. C’est une tortue dont le gros corps est protégé par une carapace d’acier et qui est incroyablement robuste, n’est-ce pas ? » demanda Cloud.

« Oui, c’est exact. Vous êtes vraiment bien informé, n’est-ce pas, Cloud-kun ? » demanda le chef de guilde.

« Non, je ne suis pas si bien informé…, » répondis-je.

Ce n’était pas si important, puisque je n’avais lu qu’un livre sur l’écologie des monstres.

« Cette tortue métallique a été vue se dirigeant vers la capitale royale à partir d’un endroit qui est un jour de la capitale avec un chariot. Nous vainquons habituellement des tortues métalliques avec dix aventuriers de Rang B, alors je pense que c’est juste pour le test. Heureusement, les mouvements de la tortue métallique sont lents. Nous avons également la possibilité d’envoyer une deuxième équipe si, par hasard, vous ne pouvez pas l’assujettir, » déclara-t-il.

C’était certainement une belle demande. Nous ne nous battrons pas vraiment au corps à corps, mais d’après le livre la Magie du Feu et la Magie des Éclairs étaient vraiment efficaces contre cela, donc nous devrions pouvoir gagner sans problème avec ces membres.

----

« Les détails sont indiqués dans le papier de la demande, alors lisez-les s’il vous plaît, » déclara-t-il.

« Je comprends. L’aventurier de Rang A qui s’occupera de nous est…, » commençai-je.

« Bien sûr, moi, » celui qui avait dit cela et qui était apparut était Kuuga. N’étiez-vous pas parti tout à l’heure ?

« Eh bien, les autres aventuriers de Rang A ont été vaincus et se sentent déprimés, vous voyez. Après tout, je ne m’attendais pas vraiment à une défaite écrasante. Tout le monde n’aimait pas ça et il a été décidé que je n’avais pas d’autre choix que d’y aller, » déclara Kuuga.

Ah, ces aventuriers de Rang A nous accompagnaient à l’origine après la bataille fictive. Mais nous (à l’exclusion de moi) les avions tous vaincus, donc cela avait changé...

« Eh bien ! on devrait être largement assez là, alors finissons-la rapidement et vous pourrez devenir de Rang A ? » déclara Kuuga.

« Je me sens un peu anxieux, mais Kuuga est aussi une personne capable qui a le Rang S à portée de main. Je penserai que ça marchera d’une façon ou d’une autre, » déclara le maître de guilde.

« Tu n’as pas confiance en moi ou quelque chose comme ça... Tu ne m’as pas bien noté…, » déclara Kuuga.

« Je pensais que je pourrais te faire endosser le Rang S plus tôt si seulement tu ne t’emportais pas autant, » déclara le maître de guilde.

« Putain de merde ! Je vais rapidement devenir un Rang S et te vaincre ! » déclara Kuuga.

Chef de guilde et Kuuga. Vous êtes vraiment très proches l’un de l’autre, n’est-ce pas ?

***

Partie 5

Après la fin de l’échange amical du chef de guilde avec Kuuga, nous avions décidé de partir tout de suite.

Nous avions décidé d’emprunter un chariot à la guilde. Cela aurait été possible d’utiliser le chariot du maître, mais comme Kuuga venait aussi avec nous, et avec la mentalité d’Iris, nous ne pouvions pas le laisser être abîmé. Donc, nous avions dû en emprunter un.

« Eh bien, cela devrait aller assez bien pour vous puisque vous pouvez utiliser la magie du feu et la magie blanche. La tortue métallique ne devrait pas être une menace sérieuse pour votre groupe, » déclara Kuuga alors qu’il était assis dans le chariot.

À ce propos, Coco était celle qui avait pris la place du cocher. Selon elle, l’équitation était la compétence la plus importante pour les chevaliers. Comme Coco pensait que la meilleure façon de montrer sa loyauté envers le Maître était de lui être utile, elle avait décidé de devenir chevalière. Heureusement pour elle, mademoiselle Lusia était une ancienne chevalière.

« Peut-être. Mais nous ne devons pas être négligents, » répondis-je. « Même si elle est vraiment lente, son poids signifie que sa puissance offensive est très élevée... »

« Eh bien, malgré votre jeunesse, vous êtes fort et vous n’êtes pas trop sûr de vous, alors je ne pense pas que vous échouerez, » déclara Kuuga.

Je ne sais pas pourquoi, mais l’évaluation des personnes qui nous entouraient était toujours très élevée vis-à-vis de nous. De notre côté, nous ne pouvions pas être prétentieux, surtout avec le Maître que nous avions... toute illusion que nous pourrions être forts avait été facilement brisée lors d’une bataille fictive contre le groupe principal du Maître.

Mademoiselle Mio pouvait facilement nous vaincre avec un seul couteau en bois. De plus, peu importe combien de fois nous attaquons, nous n’arrivons pas à obliger Mademoiselle Dora à reculer d’un pas. Et quand on regardait du côté du Maître, on ne pouvait pas l’approcher sans être vaincu.

Après un certain temps, nous avions décidé de faire le campement pour la journée. Comme nous en avons fait l’expérience à de nombreuses reprises, nous y étions maintenant habitués.

« Euh, c’est étrange..., » dit Kuuga en faisant une tête étrange.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » demandai-je.

« Pourquoi dans votre camp, le repas est aussi délicieux ? » demanda Kuuga.

Est-ce que c’est étrange ? Nous avons notre nourriture dans le « Stockage » et toutes les filles savent cuisiner, alors nous avons préparé notre nourriture ici... Ah, les garçons préparent les tentes, pensai-je en me remémorant de ce que nous faisons chaque fois.

« Bien que ce ne soit que le premier jour, ce ragoût est vraiment délicieux, le pain est également de haute qualité, et il y a même une salade fraîche et une table pour manger dessus ! » déclara Kuuga.

« Nous avons simplement placé la table en “Stockage”, alors, pourquoi est-ce si étrange ? » demandai-je.

« Ce n’est pas la question ! Bien que le stockage de la table soit aussi vraiment étrange ! » s’écria Kuuga.

Je ne comprends pas vraiment ce dont parle Kuuga. Tout le monde se grattait la tête dans un état de confusion alors que nous regardions tous Kuuga.

« Kuuga, qu’est-ce qui est étrange chez nous ? » demande Yuria.

« Eh bien, d’abord, un camp est souvent fait avec un minimum de nourriture, » répondit Kuuga. « Je n’arrive pas à croire qu’on mange un si bon repas dans une telle situation. »

« Nous pouvons stocker et transporter les ingrédients facilement avec la Magie d’Espace..., » répondit Roro.

Comme Roro l’avait dit, puisque nous avions tous les 8 Stockages, nous pouvions transporter à peu près tout. Mais en cas de problème, nous avions distribué l’équipement et la nourriture entre nous...

« En premier lieu, il est étrange que vous huit puissiez utiliser la Magie d’Espace..., » déclara Kuuga.

« Il suffit de l’apprendre et de s’en souvenir..., » déclara Adel comme une excuse.

Eh bien, nous ne pouvions pas dire qu’elle nous avait été donnée par le Maître...

« Si le repas sent aussi bon, n’attirera-t-il pas les monstres ? » demanda Kuuga.

« Comme nous venons chasser les monstres, ce serait pratique pour nous s’ils venaient d’eux même, » répondis-je.

Le Maître nous avait toujours dit de tuer autant de monstres que possible. En tant qu’ordre du Maître, nous ne pouvions pas faire de compromis sur ce point. Nous devions les tuer même s’ils apparaissaient pendant que nous mangions.

« Notre politique est “nous ne transigerons pas sur les repas délicieux”. Notre Maî... notre ami voyage avec un grand lit dans son “Inventaire”, et nous pensons que c’est tout à fait normal de le faire, » déclara Coco.

« Même un lit... est-ce comme un lit de noble !? Je ne connais même pas d’aventuriers de Rang S comme ça, » s’écria Kuuga.

Kuuga avait été sans voix face à ce que Coco lui avait expliqué. Le fait d’appeler le Maître un noble était interdit. Yuria lui avait demandé une fois la raison et elle avait fini par avoir très peur. C’était terrible. Même Yuria, habituellement si calme, avait pleuré pendant une heure...

Yuria avait légèrement rougi en entendant ça. Elle s’en souvient peut-être. Par coïncidence, Iris était à proximité lors de cette scène, et elle aussi s’était souillée et avait pleuré de façon incontrôlable ce jour-là. Pour cette raison, Iris avait également rougi face à ce que disait Kuuga.

En fin de compte, nous avions été en mesure d’expliquer ce que nous considérions comme normal. Bien qu’à la fin, il avait l’air encore plus insatisfait...

Le lendemain, à l’endroit où nous nous attendions à trouver la tortue métallique, nous avions réalisé qu’une situation anormale se produisait.

« N’est-ce pas un faucon brillant... ? », demanda Kuuga.

Kuuga avait dégluti. Il y a un énorme oiseau qui volait dans notre direction. Il brillait et on pouvait le voir même de loin.

« Un faucon brillant. Un monstre de Rang A qui nécessite environ 10 aventuriers de Rang A pour subjuguer, n’est-ce pas ? » les connaissances venant de livre étaient à nouveau ressorties de ma bouche.

Oui, c’est vrai. De plus, comme il s’agissait d’un monstre volant, même avec 10 personnes, nous ne pouvions toujours pas gagner si nous n’avions pas les moyens de l’attaquer.

Kuuga ne pouvait pas utiliser la magie. Il serait possible de gagner si nous pouvions frapper le faucon brillant avec une attaque, mais même si vous pouviez sauter aussi haut, il était très difficile de frapper quoi que ce soit en déplaçant une énorme épée en plein vol. Son « Attaque de Finition » pouvait être faite sous différents angles, mais elle n’était pas une attaque à longue portée...

« Même si on met de côté la présence de la tortue métallique, avoir à faire face à un faucon brillant est gênant. S’il atteignait la capitale, il provoquerait une panique de masse, » déclara Kuuga.

Est-ce que c’est le cas ? Cependant, je savais que cela ne se produirait jamais, car j’avais le sentiment que le maître le tuerait si le monstre arrivait là-bas en vie.

« Compte tenu de la situation, on ne peut pas le laisser tranquille. Puisque je suis seul, pourriez-vous m’aider ? » demanda Kuuga.

« Euh, Kuuga. Pourriez-vous nous laisser nous occuper du faucon brillant ? Nous avons de la magie, et nous devrions être capables de nous battre assez bien même en plein vol, » demandai-je.

« Êtes-vous dingue ? Vous avez peut-être battu des aventuriers de Rang A, mais n’était-ce pas simplement une bataille fictive ? Ne seriez-vous pas un peu trop confiant ? » Il regarda autour de lui chaque personne présente avant de nous poser cette question, mais tous les autres pensaient la même chose que moi, et leurs yeux brûlaient de motivation.

« Je vois que vous pensez vraiment que “nous pouvons le faire”, » continua-t-il. « Très bien ! Pour l’instant, je vais simplement vous regarder. Mais si la situation devient trop dangereuse, je vais m’immiscer dans le combat, d’accord ? »

« Oui. Je vous remercie, » avais-je alors dit.

Je me sens mal pour Kuuga, mais nous voulons vaincre le faucon brillant. Pourquoi ? Bien sûr, en tant qu’offrande pour le Maître. Si le coup fatal n’est pas porté par l’un de nous, le Maître ne pourra pas prendre ses capacités.

La capacité offensive de Kuuga était si élevée que si nous nous battions avec lui, il obtiendrait très probablement le coup fatal. C’était ça qui m’avait un peu inquiété dans la situation que le monstre en lui-même.

Nous avions ainsi commencé à nous rapprocher du faucon brillant. Nous devions abandonner temporairement le chariot derrière nous, car les chevaux avaient peur. Comme il s’agit d’un article emprunté, nous devrions le récupérer plus tard pour ne pas avoir de pénalité.

Plus nous nous approchions, et plus nous nous rendions compte que le faucon brillant attaquait la tortue métallique. La tortue métallique se cachait dans sa carapace, mais même cette dernière était très endommagée. On dirait que la puissance d’attaque du faucon brillant était assez élevée pour être capable de réaliser cet exploit.

« Je surveillerai d’ici, mais appelez-moi immédiatement si la situation devient trop dangereuse, » déclara Kuuga.

« Oui, s’il vous plaît, » répondis-je.

Kuuga nous observerait ainsi de loin.

Allons vaincre le faucon brillant par nous-mêmes, pensai-je.

Assez rapidement, le faucon brillant remarqua notre approche. Comme nous étions des cibles plus faciles que la tortue métallique, il se focalisa rapidement sur nous. La première chose qu’il fit fut de nous approcher pour pouvoir nous attaquer.

« Kigya ~ ! »

***

Partie 6

J’avais pris position tout en tenant mon bouclier devant moi. Iris et moi étions les porteurs de boucliers qui prendraient ainsi le premier coup. Le faucon brillant plongea du ciel à une vitesse fulgurante en plein sur nous.

« Arg ~ ! »

« Kya ~ ! »

Iris et moi avions été choqués par cette attaque. J’avais eu l’impression qu’il nous avait frappés avec tout son corps. De plus, le vent entourant le faucon brillant s’était ajouté à la force de l’impact et cela nous avait soufflés plus loin.

« Les attaques directes sont dangereuses ! Concentrez-vous sur l’esquive plutôt que sur le blocage ! » ordonnai-je.

« Roger ! » x 7.

J’avais ainsi donné mes instructions. Le blocage ne serait pas efficace contre les monstres volants, alors nous devions nous concentrer sur l’esquive dès le départ.

Après cette première attaque, le faucon brillant tourna autour de nous pour nous observer. Comme il avait vu qu’il pouvait facilement nous attaquer, il s’était à nouveau approché de nous.

D’après ce que nous avions vu, le faucon brillant possédait deux attaques. La charge et le rayon de lumière. La charge était ce que vous veniez de voir. En ce qui concerne le rayon de lumière, il s’agissait d’une attaque où le faucon absorbait la lumière du soleil et il envoyait un projectile semblable à de la magie blanche.

« Roro va commencer le bal. “Projectile de glace” ! » après avoir dit ça à sa manière, Roro avait lancé sa magie de glace de niveau 1, projectile de glace. Il avait touché le monstre qui s’approchait de nous. Cependant, le tir n’avait pas pu obtenir un tir efficace, car il avait été partiellement dévié par le vent qui entourait le faucon.

« Kigya !? » cria le faucon.

Bien que le sort n’ait infligé aucun dommage, il avait quand même surpris le faucon brillant, lui faisant arrêter son approche avant de retourner dans le ciel.

La compétence « aucun chant » ne permettait d’utiliser la magie qu’en dessous du niveau de la compétence sans avoir besoin de chanter longuement. Puisque notre compétence « aucun chant » n’était que de niveau 1, nous ne pouvons utiliser que des sorts de type Boule, Projectile et Mur sans chanter. Nous ne pouvions pas lancer de puissants sorts de type « Explosion » ou « Tir rapide » sans chanter.

« Ce n’était pas très efficace. Mais la magie de type Boule est lente, et susceptible d’être évitée..., » Yuria analysait calmement la situation.

« Puisqu’il s’agit d’une créature de lumière, la magie noire ne serait-elle pas plus efficace ? » lui demandai-je.

« Bien que la magie noire soit certainement plus efficace, les sorts de type boule sont si lents... Je suppose que je pourrais demander à Iris d’essayer une fois cela ? » demanda Yuria.

« D’accord. Je vais essayer, » annonça Iris.

Nous ne pouvions que le demander à Iris, car elle était la seule dans notre groupe capable d’utiliser la magie noire. La magie noire et la magie blanche étaient différentes des autres magies d’attributs en ce concerne les sorts présents. Les sorts de type Boule étaient communs, mais il n’y avait pas de sort rapide comme Projectile ou de sort de type Mur.

« “Boule de Ténèbres” ! » déclara Iris.

Le sort de niveau 1 « Boule de Ténèbres » avait ainsi été lancé. Une boule de noirceur avait ainsi avancé vers le faucon brillant.

« Oh, il a été esquivé, » déclara Knot.

Comme l’avait dit Knot, le faucon brillant avait facilement esquivé la « Boule de Ténèbres ». Cependant, le sort changea soudainement de direction et frappa de plein fouet le faucon brillant.

« Oh, cela l’a quand même frappé, » déclarai-je.

Il s’agissait d’un projectile guidé qui n’était possible qu’avec la magie noire et la magie blanche. Après l’avoir lancé, la direction du projectile pouvait être légèrement modifiée. Iris aimait vraiment cette capacité, et elle s’était entraînée pendant de nombreuses heures afin de la contrôler.

« Gya!? » cria le faucon.

« Boule de Ténèbres » « Boule de Ténèbres » « Boule de Ténèbres » « Boule de Ténèbres »... Elle enchaîna ainsi le même sort.

Le faucon brillant avait été pris au dépourvu par les dégâts soudainement subits et il avait alors perdu un peu d’altitude. Au fur et à mesure de sa récupération, Iris lui lança un essaim de « Boules de Ténèbres ». La « Boule de Ténèbres » était très efficace, car elle ne pouvait pas être bloquée par le vent qui entourait le faucon brillant.

« Gi-Gi-Gya... »

« Oh, il s’enfuit, » déclarai-je.

Le faucon brillant considérait certainement la « Boule de Ténèbres » comme une menace, alors il s’était enfui un peu plus loin pour obtenir une certaine distance de sécurité. Il tourna alors et nous approcha à nouveau, mais cette fois-ci en venant d’une basse altitude. Sachant que le ciel en haute altitude n’est pas sûr, il essaiera probablement d’attaquer au corps à corps.

« “Appel d’un Élément” le Vent ! » déclara Yuria.

Yuria activa alors son Art Spirituel. L’Art Spirituel était un type de magie qui faisait appel à un esprit avec qui vous aviez un contrat pour vous aider dans les combats. Une fille verte et brillante d’environ 30 cm de haut était apparue. Ce qui avait été invoqué était un esprit du vent que nous avions rencontré lors d’une précédente demande de purification. En guise de remerciement pour notre aide, elle avait accepté le contrat.

{Yuria-chan. M’as-tu appelé ? Qu’est-ce que tu veux que je fasse ?} demanda l’esprit du vent.

« Peux-tu faire quelque chose contre le vent se trouvant autour de cet oiseau ? » demanda Yuria.

{D’accord. Hmm... C’est assez puissant, non ? Mais un esprit comme moi ne perdra jamais face à un oiseau quand il s’agit de manipuler le vent !}

Le vent qui entourait le faucon brillant s’était dispersé au fur et à mesure qu’elle parlait.

« Merci ! Maintenant, on peut s’en rapprocher ! » déclara Yuria.

{Tu peux me demander de l’aide en tout temps.} Déclara la petite fille esprit. Après avoir dit ça, elle avait disparu.

Comme le niveau de compétence est encore bas, le temps d’invocation était très court, donc nous avions déjà parlé entre nous du fait que nous devions l’utiliser de manière stratégique.

« “Enchantement de Noirceur” » déclara Iris.

Avec ces quelques mots, Iris enveloppa nos armes d’une aura noire. Il s’agissait d’un sort appartenant à la magie noire de type enchantement et il était de niveau 2. En donnant à nos armes l’attribut Noir, elles devraient être plus efficaces contre le faucon brillant.

« C’est fait pour tout le monde..., » annonça Iris.

« Merci, » déclarai-je.

« Battons-le rapidement. Si nous ne pouvons même pas devenir des Rang A, nous ne pourrons jamais atteindre le Rang S, » déclara Iris.

La principale motivation d’Iris était la peur du Maître, mais cela ne voulait pas dire qu’elle ne se souciait pas de nous, même si elle ne voulait pas elle-même l’admettre.

La preuve en est l’enchantement de l’élément obscur présent sur toutes nos armes afin d’accroître leur efficacité.

Alors que nous parlions, le faucon brillant s’était approché de nous. Puisqu’il volait à basse altitude, les tactiques de blocage devraient maintenant fonctionner. Iris et moi, nous nous étions dirigés vers l’avant du groupe.

« Gi-gyau ! » cria le faucon.

Contrairement à la dernière fois que le faucon brillant avait utilisé l’attaque de charge, cette fois nous avions été capables de tenir le choc et d’arrêter son mouvement. Ceci était dû au fait que le vent qui l’entourait n’était plus là, ainsi qu’à l’enchantement de l’élément noir sur nos boucliers.

« Prends ça ! » cria Knot.

« Eh ~ ~ ~ ~ ! » cria Sicily.

Knot et Sicily l’avaient attaqué avec un marteau et une lance. L’attaque du marteau visait sa patte, tandis que la lance était poussée vers son torse. Les attaques avaient eu un fort effet sur le faucon brillant.

« Gyau !? »

« Ne le laissons pas s’échapper de là ! » criai-je.

« Bien sûr ! » répliqua Coco.

Coco avait alors lancé un poignard sur le faucon brillant, qui tentait de s’échapper rapidement. Pendant ce temps, Yuria utilisa son fouet pour attraper l’une des pattes afin d’arrêter sa fuite.

« Gya Gya!? »

« Pff ! » s’exclama Coco quand elle vit le résultat de son lancer.

Le poignard avait touché le faucon brillant, et il s’enfonça profondément dans son corps en l’obligeant par la même occasion à lâcher un cri. Après cela, Adel s’avança et il planta sa lance dans la tête de la créature.

« Gi-Gya ~ !? »

La lance lui transperça l’un de ses yeux, le faisant crier encore plus vigoureusement. Immédiatement après ça, l’oiseau commença à émettre une lumière intense.

« C’est mauvais ! Il va nous faire un Rayon de Lumière ! » alors que je criais l’avertissement, Iris et moi nous nous étions placés devant les autres et nous avions placé nos boucliers ensemble. Au moment où nous étions prêts, un impact énorme frappa nos boucliers.

« Ugh! »

« Agh ! »

Puisque nous étions les porteurs de boucliers, nous ne pouvions pas laisser cette attaque nous franchir. Nous ne savions pas combien de temps s’était écoulé depuis le début de l’attaque. Nous avions tous deux l’impression que l’attaque aurait pu durer 10 secondes ou même 10 minutes, mais après ça, le torrent de lumière avait fini par s’estomper.

« Argh... »

« Ahh... »

À ce moment-là, Iris et moi, nous nous étions effondrés sur place.

« « ‘Soins Majeurs’ ! » »

Yuria et Sicily avaient immédiatement incanté un sort sur nous, ce qui avait diminué progressivement la douleur. Comme les deux filles avaient le niveau 2 en magie curative, elles étaient capables d’utiliser ce sort. Grâce à cela, nous pouvions nous débrouiller d’une manière ou d’une autre dans beaucoup de situations.

« Oh, il s’échappe encore ! » Knot avait crié.

Cette attaque était son dernier recours. Le faucon brillant avait alors tenté de s’échapper. Adel, qui était le plus proche, avait été ébloui par l’attaque du rayon de lumière, alors il ne pouvait pas attaquer maintenant. En ce moment, la personne qui avait la meilleure chance de le frapper maintenant... c’est moi !

« Uooo! »

Même si j’utilisais un sort avec « Sans Chant », cela ne pourra pas arrêter le faucon brillant. La seule façon d’y mettre fin était de l’attaquer directement avec une arme. J’avais ainsi poursuivi le faucon brillant qui était sur le point de s’envoler.

Je savais que je n’arriverais pas à temps. Je devais donc l’utiliser... Cependant, jusqu’à présent, mon taux de réussite n’était qu’une fois tous les dix essais, mais je devais quand même faire en sorte que cela marche.

« J’y vais ! Pas Instantané ! » déclarai-je.

À cet instant, ce que j’avais fait était de me déplacer soudainement, et j’avais ainsi pu voir la face surprise du faucon lumineux se trouvant maintenant devant moi.

« Mange ça ! » criai-je.

Je l’avais attaqué de toutes mes forces. Ma frappe coupa profondément dans le cou du faucon brillant, ce qui le tua instantanément.

« C’est fini..., » marmonnai-je juste avant de m’effondrer à nouveau sur le sol.

Eh bien, il semblerait que j’avais réussi à utiliser le Pas Instantané. J’avais été sérieux dans la formation et donc j’avais réussi à l’utiliser au dernier moment. Les autres se dirigeaient vers moi.

« Bon travail. Après tout, tu l’as fait. N’est-ce pas le Pas Instantané que Maria-senpai utilise ? Est-ce un talent que Jin-sama t’a donné ? » demanda Coco.

« Non, je le voulais vraiment par tous les moyens, alors je me suis secrètement entraîné et j’ai réussi à le faire, » répondis-je.

« Incroyable... Mais Maria-senpai n’a-t-elle pas obtenu Pas Instantané de Jin-sama ? N’est-ce pas étonnant que tu aies réussi à l’apprendre par toi-même ? » demanda Coco.

Coco me complimentait ouvertement, mais Maria n’était pas si simple.

« ... Maria-senpai l’a aussi appris par elle-même grâce à la formation avant d’acquérir la compétence. Elle m’a aussi appris comment m’entraîner pour essayer de l’apprendre par moi-même..., » répondis-je.

« Après tout, cette personne n’est pas normale..., » murmura Coco avant de soupirer.

Si Jin était une personne anormale qui pouvait faire tout ce que les personnes ordinaires trouvaient impossible, Maria était celle qui pouvait faire tout ce que les personnes ordinaires pouvaient faire.

Je voulais apprendre le Pas Instantané afin de me rapprocher un peu plus de Maria et du niveau du Maître. Au début, je pratiquais seul et je ne me débrouillais pas très bien, mais elle m’avait remarqué et m’avait donné quelques conseils. Pour une raison inconnue, elle était allée chercher la permission du Maître avant de me conseiller... Le maître avait un peu réfléchi et il avait dit « OK, puisque la base est stable, alors c’est bon ». Qu’est-ce que ça veut dire, je me le demande encore ?

Quoi qu’il en soit, avec les conseils de Maria et mon entraînement désespéré, j’étais récemment devenu capable de l’utiliser partiellement. Ce n’était pas assez stable pour être inclus dans nos tactiques de combat, mais cette fois, cela s’était bien passé.

Pendant que nous parlions, Kuuga, qui regardait de loin, s’approcha de nous.

« Wôw ~ n’êtes-vous pas incroyable. En tant qu’équipe, vous avez vraiment vaincu le faucon brillant. N’est-ce pas bien de vous appeler des Rang A ? » demanda Kuuga.

« Nous manquons encore d’expérience, » déclarai-je.

Je n’essayais pas d’être humble, je le pensais vraiment. Nous nous battions depuis moins d’un mois, donc nous n’étions que des débutants...

« En d’autres termes, il ne s’agit que du manque d’expérience. Alors, allez vaincre la tortue afin de finir rapidement cette demande, » déclara Kuuga.

Quand il nous avait dit cela, il nous avait rappelé l’exigence de notre test original, qui était de vaincre la tortue métallique.

En regardant la tortue métallique, il n’y avait aucun signe qu’elle voulait sortir de sa carapace. Comme nous ne pouvions pas la laisser seule, nous l’avions vaincu en toute sécurité avec des membres de l’équipe qui pouvait l’attaquer avec la Magie du Feu et la Magie de l’Éclair. Pendant ce temps, il n’y avait pas eu de résistance venant de sa part.

D’une certaine façon, nous pourrions dire que nous avions réussi notre examen pratique du Rang B en toute sécurité.

***

Partie 7

« Non vraiment, il y a beaucoup de choses que je voudrais vous demander à votre propos. Mais ne pas poser de questions sur les compétences des autres faits partit de l’étiquette des aventuriers, alors je me sens vraiment troublé à ce sujet maintenant, » déclara Kuuga.

« C’est déraisonnable si on nous demande de répondre à cette question, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« C’est vrai, » déclara Kuuga.

Kuuga semblait avoir beaucoup de choses à demander alors que nous retournions en chariot, mais il n’y avait presque aucune réponse que nous pouvions lui donner. Il n’était absolument pas nécessaire de révéler vos compétences selon l’étiquette des aventuriers, alors nous nous étions sentis à l’aise.

Nous avions réussi à stocker les cadavres du faucon brillant et de la tortue de métal dans notre « Stockage ». J’avais à peine assez d’espace après avoir déplacé les choses inutiles aux autres membres.

Alors que nous nous rendions vers la capitale royale pour un certain temps, nous avions entendu une voix venant de l’extérieur.

« Aidez-moi ~ ! »

On aurait dit un cri. Quand j’avais regardé dehors en toute hâte et j’avais vu une fille sur un cheval poursuivie par une meute de Loups Crocs. En observant la situation, j’avais vu que le cheval était blessé et que sa vitesse n’arrivait pas à augmenter, et donc il ne faudrait pas longtemps avant que ces loups la rattrapent.

Un chariot était immobile à une certaine distance de nous et plusieurs aventuriers se battaient contre un autre groupe de Loups Crocs se trouvant encore là-bas.

« Je vais courir jusqu’à la fille. Tous les autres, allez-vous occuper du chariot, s’il vous plaît. Kuuga-san, veuillez attendre dans le chariot, » déclarai-je.

« D’accord, laisse-nous nous charger de ça ! » Knot avait fait une réponse forte. Tous les autres membres hochèrent également la tête en signe d’approbation.

« En êtes-vous sûr ? Je peux aussi aller au carrosse, vous savez ? » demanda Kuuga.

« Nous sommes toujours au milieu de notre mission. Sauver les hommes et les femmes ici, n’est-ce pas que nous devrions faire dans un tel cas ? » demandai-je.

Il semblerait qu’il n’y a pas de problème pour Kuuga-san de nous donner un coup de main, mais pour l’instant, il était toujours un examinateur. Je pensais donc qu’il valait mieux qu’il ne s’occupe pas d’affaires qui n’étaient pas liées à l’examen.

La fille était à cheval, donc cela devrait être mieux pour moi qui avais la compétence du Pas Instantané d’être celui qui l’aiderait. Sicily qui avait voulu être mon soutien avait décidé de venir avec moi. Et le reste du groupe s’était donc dirigé vers le chariot.

« Je vais y aller, » annonçai-je.

« Je serai juste derrière toi, d’accord ? » déclara Sicily.

J’avais ainsi échangé quelques mots avec Sicily puis j’étais passé devant elle avec Pas Instantané. Sicily avait agi calmement, mais ses mouvements pendant le combat n’étaient pas lents. Elle était en réalité l’une des plus rapides d’entre nous, mais pas aussi rapide que Coco...

« Vais-je arriver avant qu’il ne soit trop tard, je me le demande... ? » murmurai-je.

Pour autant que je puisse voir, il ne restait que peu de temps avant que le cheval soit rattrapé par les Loups Crocs. J’avais utilisé Pas Instantané avec succès, et donc il semblerait que mon taux de réussite ait augmenté de façon remarquable. C’était vraiment plus rapide que la course normale, mais j’avais finalement échoué avec mon Pas Instantané une fois après plusieurs succès, donc j’avais pris un léger retard quant à mes prévisions.

Pendant que je courais en pensant à cela, l’un des loups avait finalement sauté sur le cheval.

« Kyaaa ! »

Le cheval avait bondi pour le faire lâcher et la fille avait été jetée en l’air. Il y avait beaucoup de force dans cet acte, alors ce serait inexcusable pour moi si elle s’écrasait sur le sol tel quel.

Je ne pouvais plus faire d’erreurs. Je m’étais concentré et j’avais activé le Pas Instantané à plusieurs reprises.

« Que cela marche cette fois-ci ! » criai-je alors.

J’avais invoqué le Pas Instantané avec succès cinq fois de suite et j’avais finalement réussi à attraper la fille qui avait été jetée dans les airs.

« Pfff..., allez-vous bien ? Avez-vous des blessures ? » lui avais-je demandé.

« Hii~, eh —, oh... ? »

La jeune fille ne pouvait pas encore comprendre sa situation, alors que ses yeux se déplaçaient partout.

« Ah... »

Et d’un coup, elle avait perdu toute force, se sentant épuisés une fois qu’elle avait commencé à se sentir soulagée. Ses vêtements deviennent rapidement humides. Elle avait dû tout relâcher quand sa force l’avait quittée. Eh bien, cela arrive souvent, n’est-ce pas ? Nous n’avions pas pu le supporter non plus chaque fois que nous faisons face au Maître...

« “Nettoyage”, » déclarai-je rapidement.

J’avais alors utilisé sur la fille une magie qui m’avait souvent aidé. Je me demande pourquoi son visage devient rouge comme une tomate.

« Pouvez-vous vous lever ? Je vais vaincre ces Loups, » déclarai-je.

« Eh ? »

Les Loups Crocs avaient été intrigués par mon apparition si soudaine et n’attaquaient pas ce moment, mais ils bloquaient constamment notre environnement alors qu’ils nous tournaient autour et donc je n’avais pas vraiment beaucoup de marge de manœuvre face à eux.

Je l’avais mise par terre. Elle ne m’avait pas dit qu’elle pouvait se lever, donc je ne pensais pas qu’elle puisse le faire maintenant. Pendant que je soutenais la fille avec un bras, j’avais pris un morceau d’étoffe de ma poche de poitrine et je l’avais étendu sur le sol. Puis j’avais fait asseoir la fille dessus.

« Asseyez-vous ici, s’il vous plaît. Tout ira bien, je ne les laisserai certainement pas s’approcher de vous, » déclarai-je.

« O-Okay... »

Puis, après avoir dit ça, j’avais dégainé mon épée et mon bouclier depuis ma zone de stockage et je m’étais préparé. Ces Loups Crocs qui avaient l’air d’attendre que je sois prêt m’avaient sauté dessus. Il y en avait une vingtaine. Les vaincre n’était pas difficile pour celui que j’étais devenu. Mais cela pourrait être très difficile à faire tout en protégeant quelqu’un.

Cependant, ma tâche était de protéger. On ne peut vraiment pas s’attendre à ce que quelqu’un protège ses compagnons s’ils ne pouvaient même pas protéger une fille de ce genre d’adversaires.

« Haah ! »

J’avais bloqué le Loup Croc qui m’avait sauté dessus avec mon bouclier et je l’avais envoyé voler. Je m’étais assuré qu’aucun des Loups Crocs ne tente de m’éviter avant de se diriger vers la fille. L’un de ceux qui avaient fait ça avait mangé un coup de pied.

« Un de moins ! »

Parce que j’avais habilement choisi le bon moment, j’avais été capable de tuer le premier. Ils s’en prendraient certainement à la fille si j’allais trop loin d’elle, alors je m’étais concentré sur la défense jusqu’à la fin et n’attaquerai que lorsqu’il y aura une marge de manœuvre pour le faire.

« Hmph ! »

J’avais à nouveau envoyé l’un des Loups Crocs voler à la suite d’une attaque de mon bouclier. Cependant, de plus en plus de loups commençaient à nous approcher de très près. Si cela continuait ainsi, ce ne serait qu’une question de temps avant qu’ils n’arrivent à franchir ma défense. Mais je n’avais pas la moindre inquiétude à ce sujet.

« Merci d’avoir attendu, » déclara une voix féminine.

J’avais des compagnons fiables. Je n’étais pas seul.

Sicily qui venait d’arriver avec un peu retard enfonça sa lance. Avec ce seul acte, elle embrocha plusieurs Loups Crocs Loups d’un coup.

« Je la défends, alors je te laisse t’occuper de l’extermination ! » déclarai-je.

« Laisse-moi m’en occuper ~, » répondit-elle.

À partir de ce moment-là, tout s’était déroulé en un instant. La situation où j’étais sur le point d’avoir du mal à me concentrer sur la défense avait disparu très facilement en raison de la participation de Sicily. C’était devenu à un tel point que j’avais moi-même une marge de manœuvre pour participer à l’attaque.

« Pouvez-vous vous lever ? Je pense à me diriger vers le chariot, mais..., » commençai-je à dire en me tournant vers la fille.

Après l’anéantissement des Loups Crocs, je m’étais approché de la fille qui était assise sur le tissu. Elle avait de beaux cheveux bleus qui lui arrivaient à longueur des épaules. Ses yeux bleus étaient aussi beaux comme des pierres précieuses et elle portait des vêtements semblables à une robe. Elle devait être un peu plus âgée que moi. J’avais inspecté à ce moment-là la silhouette de la fille même si c’était un peu tard et j’avais alors pensé à des choses sans importance comme le fait qu’elle soit une noble. Je m’étais alors souvenu que le Maître nous avait toujours dit de ne pas trop m’impliquer avec ce genre de personnes, n’est-ce pas ?

« Merci, je vous suis vraiment reconnaissante pour m’avoir sauvée ! » elle m’avait remercié tout en restant assise. On dirait qu’elle ne pouvait toujours pas se lever.

« Ce n’est pas nécessaire, vous n’avez pas à vous en soucier, » je lui avais répondu avec le plus beau sourire que je puisse faire. Le visage de la fille redevient rouge vif. S’est-il passé quelque chose ? « Il y a un problème ? »

« N-Non, je vais bien... Mais il semblerait qu’il me soit toujours impossible de me lever..., » répondit-elle.

« Je vois. Alors, excusez-moi, » déclarai-je.

« Kya ! »

Après avoir dit ça, je la soulève en la tenant par le dos et les jambes. Son visage devient plus rouge que jamais.

« Oh, donc vous n’aimez pas ça. Je suis désolé. Sicily, pourrais-tu le faire ma place ? » demandai-je.

« Fufu~, je ne pense pas que ce soit nécessaire, tu sais~, » Sicily avait répondu, mais il semblerait qu’il y avait un sens caché qui s’y était ajouté. Quand j’avais regardé vers la fille, elle acquiesça vigoureusement tandis que son visage devient encore plus rouge.

« Est-ce que cela vous convient ? » demandai-je à la fille afin de le confirmer.

« Oui-oui, cela me va..., » répondit-elle.

« Je ne comprends pas vraiment, mais si vous n’avez pas de problèmes avec cela, je vais aller là-bas, est-ce que cela vous convient ? » demandai-je.

« Oui, s’il vous plaît, faites-le..., » déclara-t-elle.

***

Partie 8

Comme Sicily était allé s’occuper du ramassage des cadavres des Loups Crocs, j’avais décidé d’aller avant elle et de ramener cette fille jusqu’au chariot. Quand je lui avais dit ça, pour une raison inconnue, j’avais vu un sourire sur le visage de Sicily. Est-ce qu’il s’est passé quelque chose ?

« E-Err ! Je m’appelle Cheria. Serait-il acceptable que vous me disiez votre nom ? » demanda la jeune femme.

« Je m’appelle Cloud. Je suis un aventurier, » déclarai-je.

« Cloud-sama... C’est un nom merveilleux, ne trouvez-vous pas ? » demanda Cheria.

« Je ne suis pas assez digne d’avoir un “-sama” ajouté à mon nom, Cheria-san, » déclarai-je.

Je m’étais senti un peu irrité quand le « -sama » avait été ajouté à mon nom, parce que je n’étais qu’un esclave ordinaire. Il ne serait pas étrange que je meure si le Maître l’apprenait.

« Appelez-moi Cheria. Il est naturel pour moi de rendre hommage à la personne qui m’a sauvé la vie. Alors, laissez-moi vous appeler Cloud-sama ! » déclara Cheria.

« Eh bien ! Si vous voulez m’appeler comme ça quoiqu’il arrive, alors je ne dirai pas que c’est déraisonnable..., » déclarai-je.

« Tout à fait ! Cloud-sama ! » déclara-t-elle.

Il semblerait qu’elle avait décidé de m’appeler Cloud-sama. Alors que nous parlions de ces choses, nous étions arrivés au chariot.

Les Loups Crocs ici avaient déjà été exterminés et le ramassage des cadavres ainsi que le traitement des blessés étaient en cours.

« Franchement, encore une fois..., » murmura Knot.

« Eh bien, c’est de Cloud dont on parle..., » répliqua Adel.

Knot et Adel s’étaient plaints quand ils m’avaient vu porter Cheria dans mes bras. Mais pourquoi ? Il y avait des moments où ces deux individus m’avaient montré un sourire forcé comme ça en me regardant. N’était-ce pas la fois où j’avais sauvé la réceptionniste de la guilde — ou c’était quelqu’un d’autre à l’époque ?

« O-Ojou-sama ! C’est bien que vous soyez en sécurité ! » L’homme en armure qui était en train d’être guéri par Yuria s’était soudainement levé et avait commencé à parler avec Cheria.

« Gamin ! Combien de temps avez-vous l’intention de porter Ojou-sama !? » L’homme m’avait crié dessus avec une attitude très menaçante. C’est troublant, je l’abattrais si je le pouvais, mais...

« Guto ! Ce monsieur m’a sauvé la vie ! Qu’est-ce que vous racontez donc ? » déclara Cheria.

« Cependant..., » commença Guto.

« Cheria, est-ce d’accord pour que je vous pose au sol ? » demandai-je.

« Gamin ! Quelles sont vos intentions en vous adressant à Ojou-sama sans distinction honorifique ! » cria Guto.

« Guto ! » cria Cheria.

L’homme appelé Guto me regardait beaucoup, mais il ne semblait pas en dire plus parce que Cheria avait haussé la voix.

« Mes excuses Cloud-sama. Mais il semblerait que je ne puisse pas encore me lever. Si cela ne vous dérange, pourrais-je encore rester comme ça quelques instants ? » demanda Cheria.

« Eh bien, ça ne me dérange pas, » répondis-je.

« *Grognement en colère*. » Guto grinçait des dents. Vos vaisseaux sanguins étaient devenus visibles.

Allez-vous vraiment bien ?

D’ailleurs, le fait de porter Cheria en soi n’était vraiment pas un problème. Elle était très légère et avant que je ne le remarque, j’avais acquis une certaine force physique après ces combats continus.

« Encore une fois, enchantée de vous rencontrer. Je m’appelle Cheria Hardner. Je vous suis vraiment reconnaissante de nous avoir aidés dans cette situation dangereuse, » déclara Cheria.

Avec un acte qui semblait avoir été pratiqué à mainte reprise, Cheria avait tenu l’ourlet de sa jupe alors qu’elle faisait une révérence. Comme nous avions terminé le traitement après la bataille, nous avions décidé de leur demander d’expliquer leur situation. Sicily et Kuuga étaient aussi revenus avec nous.

En parlant de ça, Cheria avait l’air terriblement déçue quand je l’avais posé au sol tout à l’heure. Je me demande bien pourquoi.

« Alors, pourquoi avez-vous été attaqué par Loups Crocs dans un endroit comme celui-ci ? » demanda Knot d’une manière amicale.

Guto haussa la voix comme si c’était une évidence. « Gamin... »

« Guto ! » déclara Cheria.

« ... »

« ... »

Il avait fait une erreur. Il avait essayé de hausser la voix, mais Cheria l’avait arrêté.

« Être attaqué par les Loups Crocs en soi n’était pas le problème pour être exact, » déclara Cheria.

« Qu’entendez-vous par là ? » C’était Coco qui demanda cette fois-ci.

« D’accord. Avant d’être attaqués par les Loups Crocs, nous avons été attaqués par un faucon brillant, un monstre de Rang A. À ce moment-là, les chevaliers..., les gardes se sont sacrifiés pour nous laisser nous échapper, mais plusieurs des personnes restantes ont été blessées. Nous ne pouvions pas faire face à la meute de Loups Crocs qui s’approchait en raison de l’odeur de leur sang et cela a conduit à la situation que vous avez vue..., » déclara Cheria.

Ouais, deux mots qui m’inquiétaient me venaient à l’esprit. Cheria avait certainement mentionné que les chevaliers l’avaient fait. Elle avait paniqué et avait changé ça pour dire des gardes, mais elle avait dit Chevalier. Elle était donc une noble, c’était confirmé.

Et aussi, ce faucon brillant dont elle avait parlé était sans aucun doute celui que nous avions vaincu, n’est-ce pas ? Si ce genre de chose se trouvait partout, ce serait insupportable, non ?

« Le faucon brillant est peut-être encore à proximité. Je suggère que nous devrions quitter cet endroit aussi vite que possible, » déclara Cheria.

« Oh, à propos de ce faucon brillant. Nous l’avons déjà vaincu, alors, il n’y a aucun risque, » déclara Knot.

« Hein ? » s’exclama Guto.

« Pardon ? » s’exclama Cheria.

Cheria et Guto semblaient ne pas comprendre l’explication de Knot. Les autres avaient une expression d’étonnement très proche des leurs.

« Nous sommes en train de faire l’examen de promotion des aventuriers. Nous sommes maintenant sur le chemin du retour après l’assujettissement, » déclarai-je.

« Cloud-sama, allez-vous devenir un aventurier de Rang A ? » demanda Cheria.

« Non, nous devenons des aventuriers de Rang B, » répondis-je.

« Hein ? »

« Hein ? »

Il avait fallu un certain temps pour expliquer notre situation à Cheria et à son groupe. Il était peut-être juste de dire qu’il leur avait fallu du temps pour croire que nous étions des aventuriers qui avions tué un monstre de Rang A au milieu de notre examen de Rang B...

« Je comprends. Je comprends maintenant très bien que nous avons eu de la chance à propos de beaucoup de choses, » déclara Cheria.

« Je vois..., » répondit Guto.

Je suis plus que content que Cheria et Guto comprennent.

« Je voudrais vous demander quelque chose. Quelle sorte de dame êtes-vous ? Vous n’êtes pas un voyageur ordinaire, n’est-ce pas ? Je pense que vous êtes au moins une noble, n’est-ce pas ? Je veux dire, vous avez dit “chevalier” avant, n’est-ce pas ? En étant capable d’avoir des chevaliers comme gardes, vous êtes soit un noble, soit un membre de la royauté, non ? Il n’y a qu’une seule personne de la royauté dans ce pays, alors je me demande si vous êtes soit un noble de ce pays, soit un noble ou un membre de la royauté d’un autre pays. Vous êtes probablement de l’Union d’Atto, vu la direction d’où vous venez, n’est-ce pas ? » Iris avait parlé sans même prendre le temps de respirer. Elle avait posé les questions qui nous préoccupaient.

« Euh, oui, oui. Comme vous l’avez devinée, je viens de l’un des membres de l’Union d’Atto. Je suis la douzième princesse du royaume de Gachus. Nous sommes venus dans ce pays pour des négociations commerciales, » répondit-elle.

L’Union d’Atto est située à l’est de Kastal et c’est un pays avec plusieurs petits pays unis comme une nation alliée. C’était un pays qui possédait une autorité rivalisant avec les grandes puissances à cause de cette unité. Cheria semble être la princesse de l’un des nombreux pays qui s’y trouvaient. Euh, j’appelle Cheria sans aucun honorifique...

« Ah, Cloud-sama. Ça ne me dérange pas que vous m’appeliez Cheria... Ça ne me dérange pas que vous agissiez comme vous l’avez fait jusqu’à présent, » déclara Cheria qui semblait avoir compris ce à quoi je pensais.

« Ojou-sama, dans ce cas la discipline sera..., » commença Guto.

« Guto ! » réprimanda-t-elle immédiatement.

« Oui madame..., » déclara Guto.

« De plus, je suis la douzième princesse d’un petit pays. Je n’ai pas l’intention de succéder au trône et pendant que je suis dans ce pays pour négocier un accord commercial, je suis ici pour épouser un noble convenable et renforcer les relations entre les deux pays..., » expliqua-t-elle.

Elle n’avait pas de chance avec la façon dont les choses s’étaient passées dans ce voyage...

« C’est peut-être une demande impudente de ma part, mais pourrais-je vous demander de nous escorter jusqu’à la capitale ? Nous paierons la rémunération, donc si vous voulez..., » déclara-t-elle.

« Je ne pense pas que ce soit un problème pour moi, mais..., Kuuga-san, qu’en pensez-vous ? » demandai-je.

Nous étions plus ou moins au milieu de notre examen de Rang B, alors je devais demander à notre examinateur Kuuga, n’est-ce pas ?

« Ça ne me dérange pas particulièrement. Je ne peux pas vous escorter personnellement, juste pour que vous le sachiez, » déclara Kuuga.

Si vous engagez un aventurier de Rang A comme Kuuga, vous deviez payer un peu plus. De plus, l’examinateur ne pouvait pas être employé arbitrairement pendant l’examen, donc je suppose qu’il était naturel qu’il ne participe pas à l’escorte.

« Je comprends. Cheria, nous vous escorterons jusqu’à la capitale royale, » déclarai-je.

« Je serai à votre charge, » déclara-t-elle alors que son visage devint rouge.

« Oh, elle est totalement tombée amoureuse de lui. »

« C’est vrai, je vous l’avais dit. »

« C’est vraiment incroyable. Combien de personnes cela fait-il maintenant... ? »

« D’après ce que Roro sait, c’est la cinquième personne. »

« Est-ce un idiot... ? »

Les filles regardaient Cheria en souriant et en parlant de différentes choses, mais de quoi pourraient-elles parler ? Il y avait des moments où elles me cachaient leurs conversations, alors je me sentais un peu triste.

Par la suite, nous étions partis après avoir convenu de notre rémunération.

Nous avions décidé de faire un camp après avoir avancé à une certaine distance de là, parce que nous arriverions demain à la capitale royale.

« Pourquoi la nourriture du camp est si délicieuse ? » à l’heure du dîner, les cris de Cheria résonnaient dans la nuit de Kastal alors qu’elle s’exclamait de surprise.

On dirait que vous n’avez jamais mangé de la véritable nourriture délicieuse ? Me demandai-je avec un sourire en pensant à ce que nous avions déjà mangé auprès du maître.

***

Partie 9

C’était un peu après le cri de Cheria. Elle avait d’abord été surprise, mais assez rapidement, elle était devenue accro à notre cuisine et avait continué à manger en silence sans rien dire. Mes yeux rencontraient souvent les siens, cependant, chaque fois que cela se produisait, son visage devenait rouge et elle ne pouvait pas toucher son repas pendant un moment. Elle recommençait à manger après que j’aie détourné les yeux depuis un moment.

« Il s’agit vraiment d’un repas délicieux, » avait dit Cheria.

Nous avions terminé notre repas par notre phrase habituelle enseignée par le Maître, puis nous avions commencé à nettoyer la vaisselle.

Bien qu’on se soit installé pour la nuit, peu de temps s’était écoulé depuis le combat et je le savais, car le soleil ne s’était pas encore couché. Cheria et son groupe étaient totalement épuisés avec tout ce qu’ils avaient vécu aujourd’hui, alors nous avions campé plus tôt que prévu.

« Cloud-sama, puis-je vous parler un instant ? » demanda-t-elle.

Cheria m’avait rendu visite alors que je faisais mon quart de nuit et elle avait commencé une conversation avec moi.

« Oh, ça ne me dérange pas. Y a-t-il quelque chose que vous avez en tête ? » demandai-je.

« Non. Ça peut paraître trivial, mais je veux vous parler..., » répondit-elle.

Je ne pensais pas qu’il y avait quelque chose d’intéressant à parler avec moi... Cheria s’était assise juste à côté de moi.

« Je vous suis vraiment reconnaissante de nous avoir aidés aujourd’hui, » déclara Cheria.

« Franchement, vous n’avez vraiment pas à vous en faire pour ça, » déclarai-je.

« Mais j’ai entendu dire qu’il n’est pas inhabituel pour un aventurier ordinaire d’abandonner même des étrangers qui sont attaqués par une meute aussi grande. Pourquoi étiez-vous prêt à risquer votre vie pour nous aider ? » demanda-t-elle.

Je pense qu’il y aura beaucoup d’aventuriers qui les abandonneraient dans ce genre de situation. Les Loups Crocs eux-mêmes n’étaient pas un monstre si dur, mais c’était après une histoire différente quand ils venaient en meute.

« Eh bien, nous ne l’avons pas fait pour une bonne raison, » répondis-je.

« Puis-je entendre la raison ? » demanda-t-elle.

« Bien sûr, c’est parce que vous, Cheria, vous avez souhaité avec sincérité de l’aide. Et parce que nous étions assez forts pour exterminer facilement la meute de Loups Crocs, » répondis-je.

« Euh ? Qu’est-ce que vous voulez dire par là ? » demanda-t-elle.

Il s’agissait d’un avis de seconde main du Maître, ou plutôt de la politique fondamentale que nous avions décidée après avoir écouté le Maître.

« Tout d’abord, nous sommes des aventuriers, donc nous recevons des demandes et aidons les personnes, » déclarai-je.

« Eh bien, c’est comme ça que ça marche, n’est-ce pas..., » répondit-elle.

« Naturellement, il peut aussi y avoir des moments où les personnes n’ont pas le temps de faire une demande. Comme dans votre cas, il y a peu de temps..., » continuai-je.

« Tout à fait, » répondit-elle.

Cheria acquiesça. Comme on peut s’y attendre, il était impossible de négocier les récompenses dans cette situation.

« Nous gardons aussi ce genre de situation à l’esprit et décidons si nous devons ou non les aider en jugeant s’ils crient sincèrement ou non, » continuai-je

« Des cris sincères, n’est-ce pas ? » demanda-t-elle, intriguée.

« Oui. À ce moment-là, pensiez-vous nous utiliser Cheria ? » demandai-je.

« Non, j’ai pensé à vouloir vivre. Je ne pouvais penser à autre chose qu’à vouloir être sauvée, » répondit-elle.

« Exactement. Nous aiderons si nous jugeons que le souhait est vraiment bon. Nous n’aiderons absolument pas la personne si elle est mauvaise, si elle veut nous utiliser ou si elle cache une mauvaise volonté, » répondis-je.

Au cours de nos activités d’aventurier, j’avais appris à reconnaître la mauvaise volonté d’une personne. Lorsque j’avais essayé de le comparer avec la politique du Maître à l’époque, il y avait étonnamment beaucoup de choses avec lesquelles j’étais d’accord.

« Et c’est malheureux, mais nous ne les aiderons pas non plus si le problème est quelque chose que nous ne pouvons pas résoudre, » continuai-je.

« Cela signifie-t-il que dans mon cas, vous m’avez aidé parce que vous pouviez faire quelque chose face aux Loups Crocs ? » demanda-t-elle.

« Tout à fait. C’est vraiment difficile de risquer sa propre vie pour aider un étranger. Mais si nous avons assez de force et de temps pour pouvoir aider quelqu’un, je pense que nous devrions le faire, » répondis-je.

C’était vraiment difficile d’aider les autres. Même si vous pensiez que c’était pour le bien de quelqu’un, la personne elle-même pourrait nous dire que cela ne nous regardait pas et que la situation pourrait plutôt aller dans la mauvaise direction.

Par conséquent, nous avions décidé d’aider les gens avec les normes que nous avions préparées au lieu de faire l’impossible et d’aider quelqu’un de façon imprudente et confuse.

« Alors, c’est ainsi. Chacun d’entre vous a bien réfléchi à diverses choses, même s’il est plus jeune que moi, n’est-ce pas ? » demanda-t-elle.

Elle nous admirait beaucoup, mais la moitié était une opinion situationnelle, donc c’était un peu embarrassant.

« Oui. Après tout, j’ai décidé. Cloud-sama, vous me convenez, » déclara-t-elle.

« Il y a quelque chose qui ne va pas ? » demandai-je.

Cheria acquiesça comme si elle s’était résolue à propos de quelque chose. Quand j’avais posé la question, Cheria rapprocha soudainement son visage du mien.

« Il y a quelque chose que j’aimerais vous demander ! » déclara-t-elle.

« Q-Qu’est-ce que c’est ? » demandai-je en réponse.

J’avais l’impression que le visage de Cheria était rempli de détermination.

« Cloud-sama ! Avez-vous déjà choisi une partenaire ? » demanda-t-elle.

« Euh, qu’est-ce que vous voulez dire par là ? » demandai-je.

Je ne comprenais pas ce que Cheria voulait dire, alors j’avais demandé une explication.

« Ce que je demande, c’est : Avez-vous une dame pour qui vous avez des sentiments ou avez promis un avenir ? » demanda Cheria.

Ooh. En d’autres termes, il s’agit de savoir si j’ai quelqu’un que j’aime bien ou une fiancée. Je ne comprends pas pourquoi elle me le demande... me demandai-je.

« Non, en fait, je n’ai pas ce genre de personne dans ma vie, » répondis-je.

« Vraiment ? Cependant, vous avez beaucoup de belles et adorables dames dans votre groupe..., » commença-t-elle.

Certes, on m’avait souvent dit que toutes les filles de mon groupe étaient belles ou mignonnes, mais je ne les voyais pas comme ça.

« Les filles sont mes compagnons et ma famille. Bien sûr, je les aime sans aucun doute, mais je n’entrerai pas dans quelque chose comme une relation avec elles, » répondis-je.

Nous sommes devenus trop proches l’un de l’autre parce que nous étions des compagnons qui étions ensemble pendant le temps où nous étions avec le marchand d’esclaves, pendant le temps où nous étions pris par des voleurs et au moment où nous avions été récupérés par le Maître.

« Est-ce que c’est le cas ? Je suis contente..., » répondit-elle.

Cheria avait alors souri comme si elle était soulagée.

« Y a-t-il quelque chose pour laquelle vous êtes contente ? » demandai-je.

« Non, ce n’est rien. Ça n’a pas encore d’importance pour l’instant, » répondit-elle.

« ... ? »

« Laissons ça de côté et parlons d’autre chose, d’accord ? Quel genre d’aventures avez-vous vécues jusqu’à présent ? » demanda Cheria.

« Euh ! Eh bien ! Alors, je vais vous parler du temps où nous avons sauvé un esprit du vent..., » commençai-je à lui narrer nos aventures.

Et ainsi nous avions continué notre conversation oisive pendant un certain temps, puis nous avions décidé de mettre fin à notre conversation parce que Guto s’est pointé avec un regard surprenant.

« Merci pour la conversation. Il est temps pour moi que je prenne congé. Passez une bonne nuit, » déclara-t-elle.

« Bonne nuit, » lui dis-je.

Cheria était ainsi partie plus loin et j’avais commencé à réfléchir un peu pendant ma garde de nuit. J’avais dit à Cheria : « Je n’ai personne que j’aime », mais ce n’était peut-être pas tout à fait exact. « Je ne vais pas avoir une personne que j’aime » devrait être plus précis.

Normalement, les esclaves ne peuvent pas se marier. C’est naturel parce qu’ils n’avaient pas le droit de se marier alors qu’ils étaient traités comme des possessions. Dans le cas où un esclave voulait se marier, il devait être libéré de son contact d’esclave. Eh bien, c’était si l’intention de l’esclave ne changeait pas après que vous les ayez relâchés. Mais...

Je... nous avions peut-être cessé d’être des esclaves à l’extérieur, mais nous étions des esclaves du Maître jusqu’au bout. Nous ne pouvions pas ignorer l’intention du Maître en ce qui concerne nos mariages. Au moins si le Maître s’y opposait vraiment, alors nous ne pouvions rien dire à ce sujet.

Je pense que ce serait douloureux si nous en étions arrivés à aimer quelqu’un dans ce genre de situation. C’est pour ça que je n’avais pas l’intention d’aimer quelqu’un. Je n’avais même pas l’intention d’accepter une affection amoureuse, à l’exception de celle d’un membre de ma famille.

C’est pourquoi je n’avais pas d’autre choix que d’agir comme si je ne pouvais pas et surtout, comme si je ne le voyais pas quand cela venait d’une personne extérieure.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Les commentaires sont fermés