Wortenia Senki – Tome 7 – Chapitre 3 – Partie 3

***

Chapitre 3 : Le fossé entre les idéaux et la réalité

Partie 3

Environ une semaine après avoir reçu la lettre d’Helena, Ryoma s’était rendu à Pireas, la capitale de Rhoadseria, pour la première fois depuis un an. C’était la première fois qu’il se trouvait dans une grande ville depuis un moment. Bien sûr, la population et le paysage urbain n’égalaient pas les grandes villes qu’il connaissait, comme Tokyo ou Osaka, mais c’était tout de même une métropole selon les normes de ce monde.

Je suppose que c’est bien approprié pour la capitale de la Rhoadseria…

Epirus était chargé de la protection du nord du royaume. C’était une ville-citadelle sous le contrôle direct d’un noble, et sa taille était étonnamment grande. Mais la capitale du royaume, elle, l’éclipsait nettement.

« Toutefois, on ne peut pas dire que l’air soit très sain… »

Dès qu’il avait franchi la première porte, Ryoma fronça les sourcils en regardant la ville. Ses déclarations sur l’air de la ville ne faisaient pas référence à l’odeur de la ville. Bien sûr, si quelqu’un faisait un effort, il pourrait sentir la puanteur de l’eau sale, mais c’était vrai pour toutes les villes de ce monde. Les grandes villes étaient suffisamment bien entretenues pour que la puanteur ne soit pas assez intense pour justifier un commentaire. L’obsession typiquement japonaise pour l’hygiène pouvait le pousser à pinailler, mais honnêtement, l’environnement n’était pas mauvais.

Que voulait dire Ryoma par « l’air », alors ? Il voulait dire l’atmosphère oppressante qui régnait dans les rues de Pireas. Une vingtaine de soldats protégeait Ryoma alors qu’il chevauchait son cheval en direction du château.

« Tout le monde a l’air plutôt agité, n’est-ce pas ? », remarqua Sara.

« Les stands sont aussi plutôt inactifs… » acquiesça Laura.

Les jumelles partageaient les soupçons de Ryoma. Ils regardèrent autour d’eux avec curiosité.

« La question est de savoir ce qui a provoqué tout cela », dit Ryoma, le regard fixé sur la route devant lui.

D’après les souvenirs de Ryoma, après la guerre civile, les rues étaient pleines de gens et les étals du marché sur la place étaient toujours bourdonnants d’activité, les vendeurs lançant toujours des appels pour attirer les clients. Mais aucun d’entre eux n’était à portée de voix maintenant, ce qui signifiait que malgré leur ouverture, les propriétaires des étals avaient peu d’envie de vendre.

Une telle situation ne se serait pas produite sous un régime approprié. Mais quand même, à première vue, les gens se promenaient dans les rues.

Il devrait y avoir certainement plus de fugitifs par ici… Le regard de Ryoma se porta sur une mère et ses enfants accroupis dans l’une des rues secondaires.

« Peut-être que le règne de la reine Lupis ne se passe pas très bien », suggéra Sara.

« C’est possible… », dit Ryoma tout en faisant claquer sa langue et en regardant le château devant lui.

Elle a insisté pour garder l’hégémonie pour elle seule, et voilà où cela mène… Il n’y a aucun moyen de la sauver.

L’idéalisme était nécessaire en politique, et Ryoma n’allait pas le nier. Mais ce qui comptait en fin de compte, ce n’était pas les idéaux, mais les résultats. Les intentions n’avaient pas d’importance. Tant que vous ne pouviez pas les réaliser, elles n’apportaient que du mal.

« Mais je suppose qu’avec ces conditions, obtenir de nouveaux résidents ne devrait pas être trop difficile. »

Les fugitifs étaient ceux qui avaient abandonné leurs maisons et leurs terres. Ils étaient assez similaires aux réfugiés, mais contrairement à ces derniers, qui étaient chassés de leur terre par la guerre ou la pression religieuse, les fugitifs se faisaient voler leur maison ou leur terre pour des raisons financières.

Toutes ces subtilités mises à part, il s’agissait dans les deux cas de personnes qui avaient perdu leur maison et ils n’avaient nulle part où aller, ce qui leur laissait deux choix. Soit ils étaient vendus comme esclaves, soit ils mouraient sur le bord de la route sans personne pour s’occuper d’eux.

Malheureusement, contrairement à la société moderne, les nations n’avaient pas de concept d’aide sociale, et aucune organisation à but non lucratif n’existait pour soutenir les populations affaiblies. Les faibles n’avaient aucun moyen de se sortir de leur détresse, si ce n’était par leurs propres forces. Il était donc fort probable qu’ils acceptent de migrer vers la péninsule de Wortenia, bien qu’il s’agisse d’une terre sauvage et inexploitée.

« La reine Lupis saura se débarrasser des nuisances. Je doute qu’elle se plaigne », nota Laura.

« Oui, c’est en notre faveur. Mais pourquoi les choses ont-elles tellement empiré ? » se demanda Sara à voix haute.

Comme l’avait dit Laura, il était probable que la reine Lupis approuve l’envoi des nombreux fugitifs à Wortenia, puisqu’ils représentaient une menace pour l’ordre public. Lupis préférerait sûrement qu’ils soient envoyés sur la péninsule plutôt que de les voir traîner dans les rues de sa capitale.

Cependant, la question était de savoir pourquoi le nombre de fugitifs avait tant augmenté au cours de l’année dernière. Avoir des fugitifs n’était pas totalement inhabituel. Certains n’avaient pas eu de chance ou avaient fait faillite à cause de dettes de jeu. D’autres tombaient malades et n’étaient pas en mesure de travailler, perdant ainsi leur maison. Il y avait un nombre considérable de ces malheureux dans cette capitale, même il y a un an.

Mais même ainsi, le nombre de fugitifs marchant dans les ruelles était maintenant encore plus important qu’il y a un an. Et les feux de la guerre n’avaient pas encore atteint Rhoadseria. Le nombre de personnes poussées dans les rues était la preuve indiscutable que le régime de la reine Lupis avait des problèmes.

« Peut-être qu’elle a sévi sur les impôts des nobles. Ou peut-être que ce sont les bureaucrates qui sont corrompus… »

Il aurait pu y avoir d’autres raisons, mais la cause la plus probable était que Lupis détenait tout le pouvoir, ce qui signifiait que les choses étaient effectivement moins organisées au niveau micro.

Même au Japon, lorsque l’opposition prenait le pouvoir, les autorités tombaient dans le chaos…

Ryoma s’était souvenu des nouvelles qu’il avait vu les jours précédant sa convocation dans ce monde. À l’époque, les masses encourageaient l’opposition, croyant que leur montée au pouvoir améliorerait les choses. La réalité avait le don de faire voler en éclats un tel idéalisme.

Les réformistes avaient brandi la bannière de leurs idéaux, se heurtant à ceux qui souhaitaient sauvegarder leurs intérêts particuliers. Et les gens dans ces situations avaient le choix entre deux méthodes. Soit ils piétinaient l’autre camp par la force pure pour réaliser leurs idéaux, soit ils rejetaient leurs idéaux et choisissaient la réalité. C’était l’un des effets pervers de la démocratie, où les candidats scandaient des slogans agréables pour gagner le soutien des masses.

Ainsi, il était peut-être évident qu’après quelques années d’exposition à une opposition qui ne savait que débiter des idéaux de manière irresponsable, les gens avaient fini par voter pour le parti au pouvoir précédent.

Mais en laissant de côté la politique japonaise, il était évident en un coup d’œil que le régime de Lupis ne se portait pas bien.

Ils sont plutôt isolés…

Si la capitale du royaume ressemblait à cela, il n’était pas difficile d’imaginer l’état des régions provinciales gouvernées par les nobles. Et cela m’avait fait penser à une certaine question : les mouvements de la princesse Radine. En période d’instabilité politique, il était presque inévitable qu’un rival se dresse pour tenter de briser le statu quo.

Et cela conduirait sûrement à une autre rébellion, que cela dégénère en conflit violent ou que cela se termine simplement par un changement discret de gouvernement. C’était une chose que le Royaume de Rhoadseria, dont le centre était la monarchie, ne pouvait éviter. Lorsque la guerre civile avait pris fin, Ryoma avait prédit que Rhoadseria avait quatre ans pour survivre, mais il s’était avéré que sa durée de vie était encore plus courte que cela.

J’aimerais pouvoir dire que le feu ne s’étendra pas à nos terres, mais… Ce n’est tout simplement pas possible.

Aussi lointaine et négligée que fût Wortenia, elle faisait toujours partie de Rhoadseria. Et comme elle faisait partie du collectif qu’était ce royaume, il n’était pas réaliste de penser que les bouleversements n’auraient pas d’implications pour Wortenia.

Je suppose que je vais devoir laisser Boltz et Genou s’en occuper…

Après avoir reçu la lettre d’Helena, ils avaient déjà discuté de quelques contre-mesures. Normalement, il aurait emmené tous ses aides pour participer aux renforts, mais ils ne pouvaient pas se permettre de laisser Sirius vide. Il avait donc laissé les personnes qu’il pensait les plus aptes à gérer ses affaires internes — Lione, qui avait dirigé le groupe de mercenaires des Lions Rouges pendant des années, et son bras droit, Boltz.

À ce moment-là, Ryoma avait tourné son regard vers Boltz, qui était resté à l’arrière de la file. Il semblait mécontent de ne pas être envoyé au combat, mais Ryoma avait confiance en sa capacité à gérer les affaires internes.

Boltz n’avait pas reçu une éducation correcte, car il était né roturier. Mais il connaissait bien le monde à travers son expérience et avait la sagesse de mettre cette expérience à profit. Ses nombreuses années en tant que mercenaire lui avaient appris à lire, à écrire et à manier les mathématiques de base. Et étant donné la situation, où la plupart de son peuple était composé de guerriers et de brutes, avoir quelqu’un avec la capacité de gérer les affaires internes était rare et précieux.

Le fait que je l’aie rencontré n’est peut-être qu’une coïncidence, mais je lui en suis tout de même reconnaissant…

Ryoma traversa le pont-levis du château à cheval tout en appréciant la chance qu’il avait d’avoir rencontré quelqu’un comme Boltz.

*****

Ils avaient été conduits dans une pièce où ils pouvaient se reposer, et c’était là que Sara avait entrouvert les lèvres pour parler.

« Maître Ryoma… Puis-je dire quelque chose ? »

Elle avait parlé après s’être assurée qu’il n’y avait personne autour d’elle, ce qui impliquait qu’elle ne voulait pas que les autres entendent ça.

« Bien sûr. Qu’est-ce que c’est ? », dit Ryoma en souriant tout en tournant son regard vers Sara.

« Ce n’est rien de trop sérieux… Je me demandais simplement pourquoi tu as refusé l’aide dont Nelcius a parlé », dit-elle.

Elle faisait référence au conseil qu’ils avaient tenu il y a quelques jours. Nelcius était revenu dans la salle du conseil et avait fait une offre très généreuse à Ryoma. Plus précisément, il avait proposé qu’ils envoient de jeunes elfes pour protéger la péninsule afin de rétablir les relations entre les humains et les elfes. Ryoma avait cependant immédiatement refusé l’offre.

Ryoma n’en avait parlé à personne d’autre, mais Sara se trouvait dans la pièce à ce moment-là et avait voulu savoir pourquoi il avait refusé. Elle essaya de trouver une raison elle-même depuis, mais n’avait pas pu trouver de réponse.

« Oh, tu le penses vraiment ? » demanda Ryoma tout en hochant la tête comme s’il était satisfait.

Elle ne pouvait donc pas trouver de réponse toute seule.

Ryoma ne put s’empêcher de réprimer un sourire en imaginant Sara se creuser les méninges pour tenter de comprendre pourquoi il avait refusé.

Néanmoins, je suis content de la voir aborder les choses de cette façon.

Ryoma attendait beaucoup de Sara, et espérait qu’elle, ainsi que sa sœur Laura, deviendraient des aides encore plus compétentes pour lui. Et pour cela, leurs efforts pour réfléchir et trouver des solutions par elles-mêmes étaient indispensables.

« Ce qui te dérange, c’est que j’ai refusé l’offre de Nelcius et que je n’en ai pas parlé aux autres ? »

Ryoma avait confirmé ses doutes.

« Oui, exactement. »

D’après ce que Sara avait entendu de leur échange, la proposition de Nelcius semblait assez attrayante. Laisser les jeunes elfes aider à sécuriser la péninsule et les laisser partager leurs techniques serait une aubaine pour Ryoma en ce moment. Faire migrer les jeunes elfes vers Sirius était en particulier une bonne chose, car cela correspondait aux idéaux de Ryoma.

Tout le monde savait que Ryoma prônait la paix avec les demi-hommes. S’il ne l’avait pas fait, Ryoma aurait déjà lancé une attaque contre les demi-hommes, de la même manière qu’il avait massacré les pirates.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire