Wortenia Senki – Tome 7 – Chapitre 3 – Partie 2

***

Chapitre 3 : Le fossé entre les idéaux et la réalité

Partie 2

C’était effectivement une expression effrayante.

« La presser pour quoi ? De l’argent ? », demanda Lione en regardant Ryoma avec méfiance.

« Non, quelque chose qui a encore plus de valeur que l’argent. La ville est déjà bien développée, il est donc temps de développer Wortenia en profondeur. Nous allons avoir besoin de faire migrer des fermiers et des artisans avec des compétences particulières. Je pense donc leur demander d’envoyer aussi quelques officiers civils. »

Lione et Boltz échangèrent un regard.

« Tu vas donc poser des conditions en échange de la participation aux renforts ? » dit Boltz en penchant la tête.

C’était quelque chose qu’il ne se serait jamais attendu à entendre, depuis le temps qu’il était une épée à louer.

« Oui. Après tout, nous ne pouvons pas compter uniquement sur les esclaves pour renforcer notre population. Aussi grands que nous puissions paraître, cela ne signifiera rien si notre contenu est insuffisant. »

« Je suppose que oui… Nous avons fini d’ériger les murs et de paver les routes, et nous avons des maisons prêtes. Nous sommes prêts à accepter plus de gens quand ils viendront, mais… » dit Boltz, mais ses mots avaient un soupçon de confusion en eux.

En vérité, la population de Sirius était composée du clan Igasaki, des enfants esclaves qu’ils ramenaient de différents endroits, et des mercenaires. C’était donc des soldats, des mercenaires, des ninjas et leurs familles. Certains ninjas étaient forgerons, ce qui facilitait la réparation des équipements, mais en l’absence de fermiers ou de marchands, la ville était plutôt homogène et composée uniquement de soldats. La seule exception était les quelques servantes qu’ils avaient reçues du domaine du comte Salzberg.

Boltz lui-même s’était rendu compte qu’ils ne pourraient pas tenir longtemps comme ça. Ils devaient développer des terres agricoles et créer des industries s’ils voulaient collecter des impôts. La demande de Ryoma n’était donc en aucun cas malavisée. La question qui traversait l’esprit de Boltz, cependant, était : pour quelle raison le faire maintenant ?

La Reine Lupis accepterait-elle même vraiment cela… ?

La vision de Ryoma semblait être à l’opposé.

« Je pense que pour l’instant, elle acceptera nos demandes, même si elles sont un peu exagérées. Même si elle se méfie de notre montée en puissance. »

La capacité d’une personne à voyager dans ce monde était généralement fortement réglementée. La technologie de ce monde n’était pas avancée, et les mains humaines étaient donc absolument nécessaires pour produire des biens. En d’autres termes, le pouvoir et l’autorité d’un gouverneur se traduisaient directement par le nombre de personnes à son actif.

Pour cette raison, les gouverneurs limitaient considérablement la liberté de mouvement de leurs sujets. En d’autres termes, ils pouvaient accepter des personnes venant d’autres territoires, mais ils essayaient de réduire le nombre de personnes quittant leur territoire. Très peu de personnes pouvaient s’éloigner de la terre où elles étaient nées. C’était particulièrement vrai pour les nobles qui avaient pour la plupart des villages peu peuplés comme territoire de domination, et encore plus pour les artisans.

Les technologies ne s’acquéraient pas en un jour, et certaines pouvaient être carrément cachées. Acquérir ces techniques demandait du temps et des fonds, et qui renoncerait aux siens juste pour aider quelqu’un d’autre ?

Mais maintenant, la reine Lupis n’avait plus d’autres options, et elle pourrait très bien accepter des demandes qu’elle n’aurait normalement pas acceptées. En fait, elle était beaucoup plus susceptible de céder à ces demandes que ce qui était lié à l’argent ou à plus de terres.

« Oh, je vois… Tu saisis cette chance pour pousser plus loin le développement de la péninsule », dit Lione, ce à quoi Ryoma répondit par un sourire froid.

« Elle s’est donné la peine de m’inviter. Autant profiter de cette chance pour tirer tout ce que je peux d’elle. »

Pour Ryoma, Lupis n’était rien de plus qu’une proie, un point d’appui pour se propulser en avant dans ce monde. Et avec ce sourire sur les lèvres, il tourna son regard vers le seul homme resté silencieux pendant toute la durée de cette réunion.

« Au fait, Nelcius. As-tu des questions ? », demanda Ryoma.

L’expression de Nelcius fut envahie par la confusion à ces mots, et il se leva de son siège. Sa peau était d’une teinte sombre et bleutée et ses yeux étaient dorés. Ses cheveux argentés brillaient dans la lumière du soleil. Ses traits ciselés étaient clairement beaux et clairs.

Il était comme une sculpture prenant vie — l’image même de ce que les gens percevaient comme étant la race demi-humaine des elfes. La seule exception était son buste massif et musclé, qui ressemblait en tout point à celui de Ryoma lui-même.

« Je n’ai qu’une seule question… Pourquoi m’avez-vous fait venir ici ? », demanda-t-il d’une voix basse et calme.

Il ne semblait avoir qu’une trentaine d’années, mais le son de sa voix était celui d’un individu beaucoup plus âgé. Normalement, il était probablement plus digne et confiant. Mais maintenant, il était seulement confus.

« Est-ce que ça te dérange ? » demanda Ryoma, ce à quoi Nelcius avait répondu en secouant silencieusement la tête.

« Non, je crois que j’ai eu l’honneur d’écouter une conversation très importante… Mais je ne peux m’empêcher de me demander pourquoi tu as appelé un demi-humain tel que moi à participer à cette réunion. »

La surprise de Nelcius était prévisible. Cette réunion réunissait les personnes se tenant au cœur de la maison noble du baron Mikoshiba, et il était le seul étranger présent. Non… Il n’était pas seulement un étranger. Il était un ennemi potentiel, latent.

Il était vrai que ces derniers jours, il était en pourparlers avec Ryoma concernant l’avenir de Wortenia, ce qui expliquait son séjour à Sirius. Aucun d’entre eux ne voulait que les humains et les demi-humains se battent pour le contrôle de Wortenia, et à cet égard, ils partageaient certainement une vision commune.

Mais d’un autre côté, une telle différence entre deux espèces n’était pas si facile à surmonter.

S’attend-il à ce que nous leur offrions une sorte d’assistance… ?

Nelcius ne pouvait s’empêcher de le soupçonner. Ryoma lui avait simplement souri.

« Oh, ne t’inquiète pas pour ça. Nous n’essayons pas de demander quoi que ce soit à ton peuple. Pour l’instant, je voulais juste que tu sois là. »

« Hein… ? Qu’est-ce que tu veux dire ? »

Nelcius hocha la tête suite à la déclaration de Ryoma.

Ce n’était pas comme si on lui avait demandé son avis, ou demandé des provisions ou de l’aide. Il avait seulement été invité ici pour pouvoir écouter leur réunion. Nelcius pensait qu’il serait informé d’une quelconque demande, mais ce développement lui semblait terriblement inattendu.

Affrontant le regard suspicieux de Nelcius, Ryoma hocha simplement la tête.

« Observe-nous juste pendant un petit moment… D’accord ? »

Et sur ces mots, Ryoma conclut la réunion.

C’est un homme si étrange… Il ne montre aucun signe de crainte à notre égard. Non, ce n’est pas cet homme qui est étrange, mais plutôt…

Alors que Nelcius se dirigeait vers la chambre dans laquelle il dormait depuis quelques jours, il repensa au conseil auquel il venait d’assister.

Mais pourquoi, en effet, m’a-t-il dit d’être là… ?

Aucune des personnes présentes dans cette pièce ne semblait voir Nelcius avec haine ou dégoût. Et bien qu’ils avaient vu un demi-humain comme lui, pas un seul d’entre eux n’avait déformé son visage avec déplaisir ou ne l’avait regardé avec mépris.

Il l’avait déjà remarqué depuis son arrivée à Sirius, mais les citoyens de cette ville montraient très peu de signes de discrimination envers les demi-humains. Cela ne voulait pas dire qu’il n’y avait pas de tels sentiments, mais au moins, il n’y avait pas assez de préjugés pour que quelqu’un prenne la vie d’un autre.

Et pendant la fête d’il y a quelques jours, ils m’ont traité assez généreusement…

Ils l’avaient suffisamment bien traité pour réussir à induire l’atmosphère de manger, boire et parler ensemble. Mais au fond de son cœur, Nelcius ne pouvait pas encore se résoudre à croire. Il ne pouvait pas nier le sentiment de découragement qui avait envahi son cœur lorsqu’un des serviteurs lui avait dit qu’il devait assister au conseil ce matin. Ce n’est au fond qu’un humain ordinaire, pensait-il. Mais Ryoma l’avait simplement regardé avec un sourire amical aujourd’hui aussi.

Les elfes et les elfes noirs possédaient un savoir unique dans le domaine de la thaumaturgie. C’était des connaissances transmises depuis des siècles et qui continuaient à être transmises même aujourd’hui, bien des années plus tard. Les elfes étaient nés avec une capacité inhérente à la thaumaturgie qui pouvait leur conférer suffisamment de puissance pour égaler le chevalier moyen. Leurs capacités latentes étaient grandes, et en tant que tel, espérer les utiliser comme soldats semblait être une conclusion naturelle.

Mais la première fois que Nelcius avait rencontré Ryoma Mikoshiba, ce dernier n’avait montré aucun signe de désir pour cette connaissance ou cette force potentielle. Il ne leur avait pas demandé de lui prêter leurs techniques ou de lui envoyer des soldats. Lorsque Ryoma avait sauvé Dilphina des pirates et l’avait raccompagnée au village, il avait seulement demandé à Nelcius de séjourner à Sirius une fois toutes les deux semaines, et rien d’autre.

Au début, il devait seulement venir et rester là un certain temps. Si quelqu’un lui parlait, il ne donnait que des réponses brusques, presque mécaniques. Mais au fur et à mesure de ses visites, il s’était mis à répondre aux blagues, à avoir des échanges et à partager des repas avec les gens là-bas.

À présent, leur accord pour qu’il lui rende visite une fois toutes les deux semaines n’était plus pur formalisme. Les demi-humains avaient reçu une résidence pour les accueillir, et il y avait constamment un groupe de plusieurs d’entre eux qui y vivaient à tout moment. Certains des plus jeunes membres des clans de guerriers — jeunes selon les normes d’elfes, bien sûr, puisqu’ils avaient deux cents ans — avaient entendu parler de la façon dont l’humanité discriminait les elfes, mais n’en avaient jamais vraiment fait l’expérience par eux-mêmes. Et Nelcius avait vu comment leurs interactions avec les humains étaient devenues plus positives et plus affirmées bien plus rapidement qu’il ne l’aurait jamais imaginé.

C’est difficile à croire, mais le rapport de Dilphina le confirme…

Cela faisait quatre cents et quelques dizaines d’années que les demi-humains faisaient la guerre à l’humanité au nom de leur dignité et de la poursuite de leur existence. Même pour les elfes, c’était une longue période. Bien sûr, certains parmi les clans de guerriers considéraient encore les humains avec hostilité et haine. Ils avaient été chassés de leurs magnifiques terres natales et leurs familles avaient été tuées, et ce n’était pas des rancunes qu’ils pouvaient facilement ignorer. Certains chefs des autres clans de guerriers avaient même carrément dénigré Nelcius, le traitant de traître qui avait choisi de se rapprocher des humains.

Je vois… Il m’a convoqué là-bas pour me montrer ça, réalisa Nelcius avec un gémissement. Pour prouver qu’ils n’ont rien à cacher. C’était son intention…

C’était la façon de Ryoma de montrer que les humains avaient l’intention de marcher aux côtés des demi-humains. Et il avait fait cette déclaration non pas avec des mots, mais avec des actions. Nelcius avait l’intention de faire demi-tour et de revenir sur ses pas. Il ne pouvait pas tout laisser aller exactement comme cet homme le disait.

Très bien… Je vais faire ce que tu veux pour l’instant, pensa Nelcius, alors que ses lèvres se retroussaient naturellement vers le haut.

Si rendre la rancune par la rancune était la voie à suivre, alors il était logique de rendre la confiance par la confiance. Nelcius était, après tout, le fier chef d’un clan de guerriers elfes noirs. Il ne pouvait pas oublier sa rancune envers l’humanité.

Mais il ne pouvait pas non plus ignorer le futur qui s’étendait devant lui. S’il était vraiment possible pour l’humanité et les elfes de vivre ensemble, ils pourraient peut-être revenir à la vie qu’ils avaient avant l’ignoble Guerre Sainte. Cette émotion l’avait poussé à aller de l’avant.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire