Wortenia Senki – Tome 6 – Chapitre 3 – Partie 5

***

Chapitre 3 : L’invasion de l’Est

Partie 5

De plus, non seulement ils plongeaient dans les lignes ennemies, mais ils choisissaient de rester où ils étaient afin de tenir bon. Ce n’était en aucun cas un choix judicieux. Et en effet, au fur et à mesure que les cavaliers se battaient, ils tombaient progressivement de leurs chevaux. Même ceux qui restaient à cheval ne pouvaient pas obtenir la distance nécessaire pour se battre à bout portant, et se contentaient de rester immobiles et de brandir leurs lances.

Le coût d’une telle charge imprudente serait grave. Les fantassins qui suivaient les cavaliers étaient submergés par la taille de l’ennemi et réduits à la moitié de leur nombre initial.

« Bien ! Continuez comme ça et écrasez-les ! Le mérite de cette victoire nous revient ! »

Le commandant O'ltormean sourit avec avidité.

Comme on pouvait s’y attendre, seuls les chevaliers de haut rang étaient autorisés à monter à cheval. La revendication de la tête de ces chevaliers ennemis distingués aurait sans doute joué un rôle dans le choix au moment où les chevaliers se verraient conférer des honneurs après la guerre.

Mais son désir et son aspiration seraient étouffés dans l’œuf dès le moment suivant.

« Monsieur, une autre vague d’ennemis approche ! »

« Quoi ?! »

Les pensées du commandant s’étaient figées un instant en entendant l’avertissement de son subordonné.

C’était trop inattendu.

« Que devrions-nous faire, monsieur ? À ce rythme, ils vont nous attaquer des deux côtés ! »

Le commandant n’avait pas besoin qu’on lui dise ça. Il avait bien compris à quel point leur position était dangereuse. Pour combattre cette nouvelle vague d’ennemis, ils devaient faire demi-tour et les attaquer. Mais s’ils le faisaient, ils se laisseraient prendre par les chevaliers Xaroodiens qu’ils encerclaient.

Je n’ai pas le choix… Je vais devoir diviser notre unité…

Il n’y avait que peu de choses que l’on puisse faire quand on est encerclé de deux côtés, et le jugement du commandant n’était pas mauvais en soi. Mais il n’avait ni le temps ni la stratégie pour renverser la dureté de la réalité.

Au moment où il fut distrait par les paroles de son subordonné et qu’il essaya de trouver une solution, il commit une erreur fatale.

Il avait senti quelque chose de froid lui pénétrer l’estomac. La cacophonie de la bataille dans ses oreilles s’était complètement tue, et il sentit quelque chose de chaud couler sur sa peau depuis son flanc. Il n’avait ressenti aucune douleur. Seulement la surprise, et le sentiment que toute sa force l’abandonnait.

« Espèce de… bâtard… »

L’instant d’après, une lance avait été enfoncée dans son estomac. Sa conscience coupée, la dernière chose qu’il vit fut les yeux remplis de haine d’un soldat xaroodien, couvert d’éclaboussures de sang de la tête aux pieds, alors qu’il était attaqué par les subordonnés du commandant.

 

***

Une force de mille hommes s’était jointe à la bataille contre les forces d’O'ltormean. Ils s’étaient joints à la première unité et avaient commencé à charger contre les soldats O’ltormea désorientés. Contrairement aux attentes de Saitou, ils n’étaient pas venus à la rescousse de la première unité.

« Kuh ! Pourquoi ne retirent-ils pas leurs hommes ? ! À quoi pensent-ils ?! Est-ce qu’ils veulent mourir ?! »

Les chevaliers de Xarooda avaient simplement continué à pousser leurs lances vers l’avant, comme s’ils n’avaient aucune considération pour la suite. Ils continuaient à avancer à l’aveuglette, comme des sangliers assoiffés de sang. Peu importe le nombre de blessés ou de morts, ils restaient implacables.

Dans des conditions normales, une unité qui avait déjà chargé une fois se replierait et réorganiserait ses forces. Bien sûr, un scénario où cela n’était pas possible puisqu’ils étaient encerclés était possible, mais choisir volontairement de ne pas battre en retraite n’était pas possible dans la plupart des cas. Et cela était particulièrement vrai lorsqu’on mobilisait des troupes à cheval.

Mais bien sûr, en temps de guerre, la victoire était tout ce qui comptait. Les moyens auxquels il fallait recourir pour prétendre à la victoire importaient peu. Mais aux yeux de Saitou, cette opération n’était rien d’autre qu’un acte de violence aberrante. C’était comme si le commandant de Xarooda avait complètement écarté la perspective de la victoire et avait plutôt choisi de massacrer sans réfléchir les soldats d’O’ltormea.

« Qu’est-ce qui se passe ici… ? Pourquoi la vitesse de leur charge ne diminue-t-elle pas ? À ce rythme, le plan de la Princesse Shardina va mal tourner ! »

Saitou regarda amèrement en avant.

Sa tâche était d’attirer les forces de Xarooda au point que ses forces se retrouvent en embuscade. Et s’il devait simplement engager modérément l’ennemi tout en les gardant occupés, il devait néanmoins préserver ses effectifs autant que possible.

Il devait frapper l’ennemi sans éveiller les soupçons, et l’amener à l’endroit désiré sans provoquer de mêlée. Et malgré cela, l’armée de Xarooda avait réussi à attirer Saitou dans le bourbier du combat au corps à corps.

L’armée d’O’ltormea avait tenté de se retirer, mais l’armée xaroodienne lui fermait la voie de sortie et refusait de lâcher prise.

Et le problème le plus troublant était que Xarooda n’avait pas encore mobilisé toute son armée. L’armée de Xarooda se tenait en formation horizontale, mais seule environ quatre mille de ses hommes du centre les attaquaient de façon répétée. Les unités des deux côtés n’avançaient pas pour engager l’ennemi, mais les maintenaient plutôt coincés.

« Vice-capitaine Saitou ! »

L’un des chevaliers de la Succube cria vers Saitou, après avoir reçu des messages de messagers s’approchant des lignes de front.

« Nos ailes gauche et droite sont sous pression ! Non seulement ils ont dit qu’ils ne pouvaient pas envoyer de renforts au milieu, mais ils nous ont demandé d’envoyer des renforts à la place ! Les forces de Xarooda n’avancent pas, mais chaque fois que nous essayons de nous replier, elles chargent en avant et refusent de lâcher. C’est comme s’ils essayaient de nous garder ici à tout prix ! »

« Argh, qu’est-ce qu’ils essaient de faire ici… ?! », chuchota Saitou.

Toute cette situation était apparue comme totalement anormale pour Saitou. L’unité centrale de Xarooda avait simplement maintenu sa charge suicidaire. Ils avaient continué à appuyer sur les ailes gauche et droite de leur armée pour ne pas les laisser s’échapper. L’armée d’O’ltormea était forcée de se mettre en formation en V, tandis que l’armée de Xarooda prenait une formation en chevrons pour la contrer.

Ce n’est pas possible… Est-ce qu’ils en ont… ? Saitou avait émis une hypothèse. Sont-ils à la recherche de Son Altesse… ?!

L’idée fit frémir le corps de Saitou. Il réalisa à quel point l’esprit combatif de Xarooda était désespéré et ferme.

Sont-ils fous ? Poursuivre Son Altesse… C’est vrai, s’ils peuvent tuer la Princesse Shardina, cette bataille se terminera par une victoire pour Xarooda. Mais leurs chances de le faire sont minces, et qu’elles réussissent ou non, ces troupes seront décimées… Et ils ont quand même pris le pari ? Pourquoi ? Non… La raison n’a pas d’importance. Je dois d’abord réorganiser nos lignes de front…

Saitou se débarrassa de ses doutes et commença à penser à une contre-mesure. Quelles que soient les raisons, la charge folle de l’armée de Xarooda avait forcé la formation de Saitou à s’écarter d’une ligne droite pour prendre la forme d’un V. S’il ne réorganisait pas ses forces rapidement, le centre de la ligne serait brisé, et le camp de Shardina serait exposé au danger.

Ayant déduit tout cela, Saitou avait rapidement pris ses décisions.

« J’ai une directive ! Nous changeons notre plan. Nous interceptons l’armée de Xarooda juste ici. Messagers, informez immédiatement la Princesse Shardina de cette situation ! Compris ? ! Informez la Princesse Shardina que cette armée en a après sa vie ! »

Leur point de regroupement avec leurs alliés se trouvait à trois kilomètres à l’ouest, le long d’un chemin qui contournait les extrémités sud et nord de ces plaines. Il y avait de petites collines au nord, au sud et à l’ouest de cette région, ce qui en faisait un endroit idéal pour une embuscade. La tâche de Saitou était d’y attirer l’armée ennemie, et s’il y était parvenu, la force ennemie aurait été massacrée.

Mais étant donné la situation, Saitou avait abandonné ce plan. Ce qui aurait dû être une fausse retraite où ils prétendaient être pressés par l’ennemi avait évolué en une situation où ils étaient en fait obligés de se replier. Le camp de Shardina se trouvait à l’arrière de leurs forces, et si leur formation devait s’effondrer, le danger s’étendrait à elle. Bien sûr, Shardina avait des soldats d’élite qui la gardaient, mais il n’y avait aucune garantie qu’ils ne seraient pas percés non plus.

Saitou n’avait donc plus qu’un seul choix : annuler l’ordre de retraite et arrêter l’offensive xarodienne.

Si nous en informons la princesse Shardina, elle enverra certainement les détachements pour attaquer Xarooda… Il suffirait qu’elle les fasse attaquer l’armée ennemie depuis un autre endroit… Mais cela dit, nous avons subi plus de pertes que prévu… Qu’ils soient maudits, eux et leur résistance futile !

Ils n’avaient pas seulement besoin de gagner cette bataille, mais aussi de minimiser les pertes d’O’ltormea. S’ils y parvenaient, l’Empire serait prêt à affronter son véritable ennemi. Saitou en était bien conscient, et maudit le commandant xaroodien dans son cœur.

« Informez toutes les unités de réserve qui attendent au centre que nous allons intercepter l’armée de Xarooda ici ! Et faites leur envoyer des renforts ici ! Jusqu’à ce que les renforts arrivent, nous ne devons pas laisser l’ennemi nous transpercer ! Quoi qu’il arrive ! », cria Saitou tout en abandonnant son calme habituel.

La situation était tout simplement tendue, et son ton le montrait clairement à ses hommes. Ils s’étaient tous raidis nerveusement.

« Nous les arrêtons ici ! A tout prix ! » cria Saitou.

« Oui, monsieur ! »

Ses hommes avaient tous acquiescé et s’étaient mis en position.

Le conflit entre les forces d’O’ltormea et de Xarooda s’était alors transformé en une guerre totale.

 

***

« Ils y vont vraiment… »

Shardina claqua sa langue en recevant le rapport de Saitou, et avait crié en regardant fixement la carte étalée devant elle.

« Je suppose que j’aurais dû attendre cela du général Belares. Je vais envoyer un messager aux détachements. Une heure… D’accord ? Dites à Saitou de tenir le coup aussi longtemps ! »

Dès qu’elle entendit le message du messager, Shardina avait immédiatement deviné les intentions du Général Belares.

Comme l’a dit Saitou, ils en ont après ma vie… Non, c’est probablement plus que ça. Ce que Belares essaie vraiment de réaliser ici pourrait être…

« Tout de suite, Votre Altesse ! »

Le messager s’était élancé hors de la tente comme un lapin surpris, accablé par la colère de Shardina.

« Quelqu’un ! Envoyez des messagers aux détachements, et faites-les marcher pour qu’ils se regroupent immédiatement avec les forces de Saitou ! » cria-t-elle.

« N’ayez pas peur, Votre Altesse. J’ai déjà fait partir les messagers. »

La voix calme d’un homme résonnait à travers la tente.

Quand était-il arrivé ? Shardina tourna son regard vers l’entrée de la tente, son regard tombant sur le visage souriant de Sudou. Ses complots à Rhoadseria étant pour la plupart terminés, Sudou prit part à cette guerre en tant qu’escorte de Shardina. Son talent pour les complots et les subterfuges lui avait permis de jouer le rôle de tacticien pendant cette guerre.

Sudou et Saitou. Le fait que Shardina ait amené ces deux talentueux Japonais de l’autre monde avec elle dans cette guerre prouvait à quel point elle était désespérée de gagner cette fois-ci.

« Sudou… Hmm, vraiment ? Merci. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire