Wortenia Senki – Tome 4 – Chapitre 4 – Partie 6

***

Chapitre 4 : La vengeance d’Helena

Partie 6

« Oui, ça s’est bien passé. Sauf que ça nous a impliqués dans tout ce bordel ! », dit Ryoma avec un sourire amer.

Peut-être qu’on ne pouvait pas dire que c’était vraiment la faute de Kael. Il se trouvait que les cheveux de Laura étaient de la bonne nuance d’argent. Elle était à ce moment-là la seule mercenaire aux cheveux d’argent de Pherzaad. De nombreuses petites coïncidences s’étaient accumulées jusqu’à ce que Ryoma affronte Kael aujourd’hui. Et si une seule de ces coïncidences n’avait pas eu lieu, le sort de Kael aurait pu être différent.

« Aaah. Je pensais vous avoir vu quelque part, mais c’était donc vous ce jour-là… » Le visage de Kael se tordait amèrement.

N’importe qui maudirait son destin si seulement il entendait l’explication de Ryoma. Ce qui était au départ son propre stratagème devint soudainement la corde qui se resserrait autour de son cou.

« Donc, c’était juste de la malchance… »

Les mots glissèrent des lèvres de Kael.

Tel était le remords de l’homme trahi par la déesse de la fortune et ses caprices.

« Oui. C’était juste de la malchance… »

Ryoma fit un signe de tête silencieux.

En vérité, si les fils s’étaient croisés d’une autre manière, c’était peut-être Ryoma qui serait mort ici. La seule différence entre eux était juste une question de chance.

« J’ai une dernière requête », dit Kael.

Ryoma hocha la tête en silence. Le visage de Kael était déjà pâle à cause de la perte de sang, et la seule chose qui l’attendait était la mort. Et Ryoma n’était pas suffisamment insensible pour ignorer les paroles d’un mourant.

« Je voulais mourir en me battant… comme un chevalier. Seriez-vous mon adversaire ? »

Ryoma fit un autre signe de tête silencieux, et soutint son katana.

« Vous avez ma gratitude… Merci. »

Ryoma leva sa lame. La position du feu. La position optimale pour que Ryoma puisse porter un coup. Kael tenait son épée sur son flanc, et se lança dans un sprint, s’avançant vers Ryoma avec la force qui lui restait.

Ce sera la dernière bataille que je n’aurai jamais…

Au moment où Kael s’apprêtait à trancher l’abdomen de Ryoma, un cri de guerre éclata des lèvres de Ryoma. L’instant d’après, la lame s’était relevée au-dessus de sa tête et avait heurté le casque de Kael. Le corps de Kael était passé à côté de Ryoma. Il fit deux autres pas… un troisième… un quatrième…

La vitesse de course de Kael s’était progressivement ralentie, il avait fini par s’élancer vers l’avant, tombant la tête la première au sol.

Au moment où Kael avait été abattu par la lame de Ryoma, la vengeance d’Helena approchait de son point culminant dans les profondeurs de la forêt.

« Merde ! Nous devons protéger le général et sa famille ! »

« Suivez-moi ! Nous brisons l’encerclement ! »

Des ordres contradictoires s’étaient succédé de toutes parts, compliquant encore la bataille. Certains chevaliers dirent qu’ils devaient protéger la personne d’Albrecht, tandis que d’autres avaient essayé de rassembler les autres chevaliers et tentèrent de briser l’encerclement de leurs poursuivants. Ils évitaient tous désespérément les lames de l’ennemi, leur armure grinçant à mesure qu’ils se déplaçaient.

Mais la réalité était impitoyable. Leurs efforts désespérés ne seraient pas récompensés. Ils levèrent leurs boucliers et brandirent leurs épées pour tenter de percer l’encerclement de l’ennemi, mais ils s’écroulèrent tous, morts, les uns après les autres.

Trente gardes partirent du camp avec Albrecht, mais il en restait moins de vingt. L’unité d’Helena, en revanche, comptait plus de deux cents hommes. Les deux camps étaient des chevaliers entièrement armés, mais la différence de nombre était claire et absolue.

Après avoir été pris en embuscade dans son camp par Ryoma, Albrecht tomba ensuite dans le piège d’Helena. Mais c’était ainsi que leur piège était prévu. Ryoma était le chien de chasse qui le chasserait hors du camp, afin que la chasseuse, Helena, puisse l’achever. C’était effectivement un stratagème mortel.

« Dame Helena… Tout se passe comme vous l’avez ordonné. Il ne reste plus qu’à prendre la tête d’Albrecht et de sa famille. », rapporta l’un des chevaliers.

« Oui, je pense que la fin est en vue. Ryoma a bien agi. »

Helena fit un signe de tête avec un sourire sombre.

« Mais quand même… De voir les choses si bien se dérouler… Ce garçon, il est… terrifiant », chuchota Chris en regardant les combats… ou plutôt, le massacre perpétré devant lui.

Bien sûr, c’était Helena et ses forces qui avaient écrasé l’ennemi. Chaque chevalier ennemi était battu par quatre ou cinq des chevaliers d’Helena, et tout le monde, sauf le plus puissant des guerriers, tombait à la renverse. Ils étaient également entourés d’une multitude d’autres chevaliers qui faisaient obstacle à toute tentative d’évasion. Le seul avenir que les chevaliers d’Albrecht avaient devant eux était la mort.

Et ce qui avait créé cette situation était le plan de Ryoma Mikoshiba. Les yeux de Chris étaient remplis de peur envers Ryoma.

« Oui, il est certainement impressionnant », complimenta Helena au sujet du plan de Ryoma, puis se tourna vers Chris.

« Est-ce qu’il te fait peur ? »

Le sourire qui se trouvait sur son expression d’avant avait totalement disparu. Chris avait simplement tenu sa langue, conservant ainsi ces sentiments en lui-même. Il n’en restait pas moins que Ryoma n’avait rien fait qui n’ait pas profité au royaume de Rhoadseria. Il ne serait pas étrange de le louer comme un allié fiable. Mais Chris ne pouvait pas se débarrasser d’une certaine inquiétude.

Il a obtenu des résultats impressionnants. Il est capable d’élaborer et d’exécuter des plans et c’est un commandant compétent… Mais ce n’est pas un homme de ce pays. C’est un étranger, un vagabond… Si un tacticien comme lui devait se joindre à un pays ennemi, puis tenter d’envahir la Rhoadseria…

Chris avait reconnu ouvertement les compétences de Ryoma, et il avait aussi compris que ses pensées étaient sans fondement. Mais même en sachant tout cela, Chris était terrifié par Ryoma, et cela provenait du fait que Ryoma n’avait absolument aucun lien avec Rhoadseria en tant que pays. Il n’avait pas prêté allégeance à la princesse Lupis, et ne se sentait pas non plus très proche du royaume.

La seule chose qui liait Ryoma à la princesse Lupis était une série de coïncidences empilées, et c’était une opinion partagée par de nombreux lieutenants de la princesse Lupis. C’était pourquoi Chris craignait Ryoma.

Helena et Chris échangèrent des regards en silence pendant un long moment.

« Je pensais que… Je comprends pourquoi tu es anxieux, Chris… Plusieurs autres sont déjà venus me voir avec des doutes similaires. », Helena avait fini par chuchoter tristement.

L’expression de Chris changea à ses mots. Un seul type d’intrigue était utilisé contre les personnages dangereux. Ce choix avait traversé l’esprit de Chris. Le choix dangereux de l’assassinat…

« Je leur ai dit à tous de ne rien faire d’inutile… afin de ne pas remuer le nid de frelons », dit Helena en haussant les épaules.

« Vous voulez dire… assassiner Ryoma Mikoshiba ? »

Helena n’avait pas répondu à la question de Chris. Au moins, les gens semblaient l’avoir proposé.

En enfonçant le clou qui dépasse, hein…

Le cœur de Chris vacillait dans quelque chose comme un mélange de solitude et de frustration. Certes, il craignait Ryoma, mais il n’avait pas envisagé de l’assassiner pour le retirer de la liste des menaces.

Personne n’a gagné autant de mérite que lui dans cette guerre civile. C’est grâce à lui que la princesse Lupis a réussi à écarter le général Albrecht et le duc Gelhart… Même s’il n’est pas un citoyen de Rhoadseria et qu’il n’est qu’un vagabond, rembourser par un assassinat le plus grand contributeur à la conclusion de cette guerre serait…

On ne pourrait pas maintenir un pays sans se salir un peu les mains. Chris l’avait parfaitement compris. Mais il n’était toujours pas à l’aise avec l’idée d’assassiner Ryoma, et ce n’était même pas un problème de sentiments. Même si la situation exigeait son assassinat, il fallait quand même qu’une certaine condition soit remplie.

La condition étant qu’ils puissent réellement l’assassiner.

Il ne pouvait pas y avoir d’échec. Car s’il survivait, le royaume de Rhoadseria se serait créé de ses propres mains un ennemi bien plus dangereux que le général Albrecht ou le duc Gelhart ne l’avaient jamais été. C’était pourquoi Chris n’avait pas ressenti le besoin d’assassiner Ryoma malgré ses craintes.

La meilleure solution possible étant de le faire servir le royaume… De cette façon, Rhoadseria s’épanouirait à ses côtés…

Mais bien sûr, c’était beaucoup plus facile à dire qu’à faire. Le mur du statut social en Rhoadseria était trop haut, et donc Ryoma, qui n’était même pas citoyen du royaume, allait rencontrer trop de problèmes.

« Quelle est votre opinion à ce sujet, Dame Helena ? » demanda soudain Chris à Helena.

« Moi… ? Je suis contre, bien sûr… C’est seulement grâce à ce garçon que je peux tuer Albrecht. Et si quelqu’un essayait de le tuer et échouait, ce pays serait confronté à une menace bien plus grande… »

Helena répondit de façon ambiguë.

N’importe qui arriverait à cette conclusion avec un peu de réflexion.

Ses compétences en tant que guerrier sont exceptionnellement élevées, et c’est un tacticien et un commandant de premier ordre. Et il y a toujours des gens autour de lui, attirés par son charisme…

Lione des lions cramoisis et son lieutenant, Boltz. Leurs noms en tant que mercenaires étaient bien connus sur tout le continent occidental. Grâce à leurs relations, Ryoma avait pu engager les services de nombreux mercenaires qualifiés. Mais le problème était que leur relation avec Ryoma ressemblait davantage à la relation entre maître et serviteur.

Les mercenaires l’avaient méprisé en raison de son faible rang et de sa jeunesse, mais après sa victoire contre Branzo l’araignée noire et son succès à la rivière de Thèbes, l’opinion de tous sur lui avait basculé en faveur d’un véritable éloge.

À ce moment-là, on pouvait dire que Lione des lions cramoisis était positionnée en tant que chef des gardes du corps de Ryoma. Ce comportement était extrêmement inhabituel pour des mercenaires qui avaient toujours survécu sur le champ de bataille par leurs propres forces.

Ce n’était pas pour rien qu’on disait des mercenaires qu’ils n’étaient loyaux envers personne, et c’était aussi la raison pour laquelle leurs conditions d’emploi et leurs exigences salariales étaient aussi sévères qu’elles l’étaient. Leurs employeurs pouvaient leur couper les vivres à tout moment pour n’importe quelle raison, et les mercenaires ne travaillaient donc jamais plus qu’ils n’étaient payés. Bien entendu, ils pouvaient sembler sérieux dans leur travail, mais à l’inverse, ils gardaient une approche professionnelle pour tout ce qui dépassait le cadre de leur contrat.

Pour les mercenaires, un employeur était une existence temporaire, et non quelqu’un qu’ils serviraient pour toujours. Si l’on s’en tenait aux termes du monde de Ryoma, c’était un peu comme la différence entre les employés temporaires et les employés à plein temps.

Et donc, si ces mercenaires obéissaient aux ordres d’une personne jeune et inexpérimentée comme Ryoma, ce ne pouvait être que parce qu’il avait réussi à gagner leur cœur.

Il doit avoir le calibre d’un général.

Ryoma Mikoshiba possédait quelque chose qu’Helena avait dû avoir dans sa jeunesse.

Un assassinat est une mauvaise idée. Même s’il réussissait, le groupe de Lione riposterait et cela conduirait à un nouveau bain de sang… Et qui sait si on pourra le tuer…

Cette inquiétude secoua le cœur d’Helena. Elle n’avait aucune intention de l’assassiner ni d’admettre qu’elle y réfléchissait. Si l’un de ses subordonnés le suggérait, elle rejetterait simplement l’idée.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire