Wortenia Senki – Tome 4 – Chapitre 4 – Partie 2

***

Chapitre 4 : La vengeance d’Helena

Partie 2

Toutes les personnes présentes attendaient les ordres de Kael. Ils savaient que leur seul moyen de se sortir de cette situation serait de l’écouter.

« Écoutez-moi. Nous devons former une formation horizontale ici. Rassemblez-vous en pelotons, et formez une colonne horizontale ! Vous n’avez pas d’armure, et votre seule chance de survie est donc de reculer progressivement tout en repoussant l’ennemi à la portée de vos lances ! Ne les laissez pas franchir cette distance ! »

Les chevaliers hochèrent la tête sans dire un mot à son ordre et commencèrent à se mettre en formation avec leurs lances à la main. La formation horizontale était pourtant l’une des plus simples au monde. Les soldats se tenaient simplement côte à côte, il n’y avait donc pas beaucoup de préparation à proprement parler. Mais c’était aussi la formation la plus efficace pour leur objectif, qui était d’aider le général Albrecht à s’échapper.

« Ils arrivent ! Ils sont prêts ! »

Sur l’ordre de Kael, les chevaliers mirent en position leurs lances. Ils étaient prêts à se battre pour leur vie.

Ryoma regarda Kael rassembler ce qui restait de ses forces et les disposer en formation horizontale. Ses lèvres firent apparaître un sourire.

« Oh, pas mal… Il les a fait prendre une position défensive assez rapidement étant donné l’attaque surprise. »

« C’est probablement Kael Iruna », dit Lione, debout à côté de lui.

« Oui, je m’en doutais bien. On l’a affronté une fois, mais je suppose que le fait qu’il ait battu Mikhail n’était pas un coup de chance. C’est un commandant compétent. »

Un sourire impitoyable se dessina sur les lèvres de Ryoma, comme pour dire qu’il venait de trouver une proie qui lui fera passer un bon moment.

« Alors, qu’est-ce qu’on fait, mon garçon… ? Charge-t-on en plein dedans ? On subira quelques pertes, mais on peut briser cette formation sans problème. »

La formation choisie par Kael était l’une des plus simples et des plus élémentaires possible. Les chevaliers étaient fiers de leurs compétences individuelles. Bien qu’ils puissent être formés aux arts martiaux et à la magie, peu d’entre eux consacraient du temps à l’entraînement tactique et à la formation. Bien sûr, certaines unités d’élite accordaient plus d’importance aux combats de groupe et étudiaient les tactiques en conséquence. Celles-ci dépendaient cependant entièrement de la personnalité et des choix du commandant.

De plus, la plupart des chevaliers ici n’avaient pas de relation étroite avec Kael. Et rien n’importait plus lors d’un combat en groupe que la confiance que les troupes accordaient à leur commandant. C’était pourquoi il avait choisi une formation aussi simple.

Mais Ryoma avait compris la véritable intention de Kael.

Ce Kael est vraiment malin. Il n’utilise pas une formation compliquée comme l’aile de la grue ici, mais une simple formation horizontale. C’est la preuve qu’il sait exactement ce que vaut chacun de ses hommes. Et en plus de cela…

Même une formation aussi simple pouvait être transformée en une formation redoutable en quelques tours de main. Leur ligne de front tenait de grands boucliers, et pointait leurs lances depuis les espaces entre eux. Les boucliers repoussaient les attaques ennemies, tandis que les lances servaient à réduire le nombre d’ennemis. En fin de compte, il s’agissait d’une formation défensive complète.

C’est ennuyeux… Mais quand même.

C’était juste une formation difficile à briser. Comme l’avait dit Lione, cela pouvait leur coûter quelques hommes, mais un assaut frontal pourrait la traverser de force. La victoire de Ryoma était solidement ancrée. En termes de force individuelle, les deux camps étaient à peu près à égalité, mais les hommes de Ryoma avaient le meilleur moral. Et la plupart des soldats ennemis ne portaient pas d’armure. En termes de puissance de combat, l’ennemi avait un désavantage écrasant.

« Non… Nous les éliminons d’un seul coup ! Que tout le monde reste en arrière, et envoie un message au groupe de Laura. Qu’ils fassent un détour et attaquent l’ennemi par-derrière. Nous les prendrons en tenaille. D’abord, nous les attaquerons de face à pleine puissance et nous ferons en sorte qu’ils se concentrent sur nous. »

Ryoma proposa une attaque en tenaille en utilisant l’unité de Laura, qu’il avait envoyée séparément pour traquer les traînards.

Ryoma avait l’intention de pourchasser l’unité de Kael. Il n’avait aucune intention de leur montrer de la pitié. Le général Albrecht, ainsi que Kael et les chevaliers qui servaient sous ses ordres, étaient des existences qu’il ne pouvait en aucun cas laisser en vie. Tant pour le royaume de Rhoadseria que pour celui de Ryoma.

Ou plutôt, les épargner signifierait maintenir en vie un facteur dangereux qui pourrait les menacer à l’avenir.

« Compris ! Nous devons donc maintenir leur attention sur nous, eh… La magie ne serait-elle pas plus efficace que les flèches pour cela ? », dit Lione.

Ryoma fit un signe de tête.

« Alors, laissons d’abord tomber la foudre sur eux ! Vous êtes prêts, les gars ? Activez un gros éclair et assurez-vous qu’ils nous regardent bien ! »

Obéissant à l’ordre de Lione, les mercenaires avaient tourné les mains vers la formation ennemie.

« Aux esprits qui gouvernent la foudre ! Manifestez vos pouvoirs devant nous, avec notre sang en récompense ! Respectez vos serments, et abattez nos ennemis ! »

Et au signal de Lione, ils se mirent immédiatement à incanter. De petites boules d’électricité crépitantes se formèrent dans leurs mains. Au fur et à mesure que leur chant continuait, les boules devenaient de plus en plus grosses.

« Tirez ! »

« « « Attaque de foudre! » » »

Les projectiles de foudre furent lancés de leurs mains, s’écrasant sur la formation ennemie. Chacun d’entre eux avait fusionné, formant finalement une seule et même énorme boule de foudre.

« À toutes les unités, en position défensive magique ! Levez vos boucliers ! », cria Kael.

Les chevaliers qui tenaient les boucliers baissèrent les cuisses, sollicitant tous les muscles de leur corps pour résister à l’attaque. Le bruit strident de la décharge électrique résonna dans la forêt, qui tremblait alors que la lumière blanche la traversait par intermittence. La boule de foudre éclaboussa les boucliers, faisant pleuvoir des éclairs d’électricité sur la zone.

« Les boucliers ont reçu des enchantements défensifs magiques ! Ne les lâchez pas, quoi qu’il arrive ! Maintenez-les jusqu’à ce que l’électricité se dissipe ! Rangée du fond ! Activez la magie défensive pour le premier rang, à pleine puissance ! », cria Kael, plissant les yeux face à l’éclair blanc.

Si une partie de la formation venait à se briser, la foudre se propagerait au reste des soldats à partir de là. Tout le monde se battait désespérément pour retenir le projectile de foudre, en attendant que la menace passe.

Leur esprit avait complètement oublié la défense de leurs arrières, car leur attention était entièrement fixée sur le sort qui les attaquait devant eux. C’était le plan de Ryoma.

« Deuxième rangée, commencez à incanter ! », ordonna Lione.

Les mercenaires qui étaient restés en arrière jusqu’à présent s’avancèrent, et commencèrent à incanter contre la formation de Kael.

« « Les esprits gouvernant le vent ! Vents turbulents ! Respectez votre contrat, et accomplissez votre mission ! À mon commandement, devenez une tempête, et balayez mes ennemis ! » »

« Feu ! »

Lione leur avait encore une fois donné le signal.

« Vent tourbillonnant ! »

Un coup de vent assez puissant pour emporter facilement un homme adulte sorti de leurs mains en rugissant. Celui-ci s’opposa à Kael et ses hommes.

« Tch, quels efforts inutiles ! Gardez vos boucliers levés ! »

Kael claqua la langue, mais en même temps, il était convaincu que leur position était bonne.

« Leur magie ne peut pas nous atteindre ! S’ils continuent à nous lancer des sorts, ils vont s’épuiser ! Tenez bon jusqu’à ce que cela soit le cas ! »

Hmph ! Je suppose que ce n’étaient vraiment que des voleurs… S’ils savaient que nous étions chevaliers, ils ne tenteraient pas ce genre d’attaque ! Je pensais qu’ils étaient des poursuivants de Rhoadseria, mais apparemment je me trompais… Ils peuvent nous lancer tous les sorts qu’ils veulent. Nous avons des boucliers avec des enchantements défensifs. Ils peuvent facilement bloquer la magie de bas niveau. Ce n’est qu’une question de temps avant qu’ils n’aient plus de prana.

Dans ce monde, la magie verbale était considérée comme une arme peu pratique. Ce qui ne voulait pas dire qu’elle n’avait pas ses limites d’utilisation. Certains en avaient fait leur domaine d’expertise, comme les mages de la cour de l’Empire d’O’ltormea.

Mais elle avait aussi son lot d’inconvénients paralysants. Tout d’abord, la plupart des magies verbales se manifestèrent par des attaques à longue distance. Le problème était que plus l’attaque était distante, plus le prana diminuait.

Ainsi la plupart des sorts de magies verbales s’affaiblissaient au fur et à mesure que l’attaque s’éloignait du lanceur. Cela signifiait que même si un lanceur de sorts lançait une attaque avec une force de cent sur une distance de dix mètres, l’attaque ne pouvait atteindre que quatre-vingt-dix à cause du prana perdu en cours de route. Plus la distance était grande, moins l’attaque était puissante.

De plus, non seulement les mages, mais tous les êtres vivants avaient inconsciemment du prana dans leur corps, formant ainsi une couche protectrice autour de leur corps. Cela était vrai pour toutes les personnes dans ce monde, indépendamment de leur capacité à utiliser la magie.

Bien sûr, cette couche protectrice était beaucoup plus fragile que tout ce qu’un magicien pouvait créer. Pour un simple roturier, elle assurait le même niveau de défense qu’un mince morceau de tissu. Mais c’était différent avec un magicien. Entre deux magiciens d’égale compétence, le côté défensif serait en fait avantagé.

De plus, dans des cas comme celui-ci, où l’on savait qu’il fallait s’attendre à une attaque magique de la part de l’ennemi, ils pouvaient utiliser leur prana pour augmenter temporairement leur résistance, formant ainsi une puissante défense. Les armures des chevaliers étaient également enchantées avec de la résistance à la magie.

Toutes ces techniques permettraient de repousser la plupart des attaques magiques verbales. Bien sûr, cela consommait du prana, et ne pouvait pas être maintenu indéfiniment.

Il en allait de même du côté des attaquants, sauf que ses attaques consommaient beaucoup plus de prana. C’est pourquoi les combats dans ce monde accordaient plus d’importance à la magie martiale qu’à la magie verbale, à l’exception des plus habiles des pratiquants.

Mais tout dépend de la façon dont elle est utilisée.

Ryoma sourit en regardant la thaumaturgie verbale des mercenaires être bloquée à plusieurs reprises par les boucliers. En effet, dans les jeux et autres supports de fantaisie, les lanceurs de sorts étaient ceux qui possédaient une puissance de feu écrasante, mais dans ce monde, les choses étaient quelque peu différentes. Ryoma lui-même ne pouvait imaginer ce genre de scènes de combat tape-à-l’œil que lorsqu’il pensait à la magie, il avait donc été déçu d’apprendre les restrictions de la magie.

Mais même si la magie ne donnait pas la puissance de feu à laquelle on pouvait s’attendre, elle avait quand même son utilité.

« « « Oooooooh ! » » »

Soudainement, des cris de guerre jaillirent de la forêt derrière la formation de Kael, de nombreuses ombres surgirent de la forêt, se jetant sur les chevaliers.

« Tuez-les, tuez-les tous ! »

« Ne laissez pas un seul d’entre eux s’échapper, vous entendez ?! »

Les hommes les avaient chargés avec des épées à la main et une soif de sang flagrante dans les yeux, entaillant le dos sans défense des chevaliers.

« Quoi ?! Ennemis, il y a des ennemis derrière nous ! »

« Impossible ! D’où viennent-ils ?! L’ennemi n’est-il pas juste devant nous ?! »

« On s’en fout, imbécile ! Défends-toi aussi contre eux ! »

« C’est stupide ! On ne peut pas briser la formation maintenant ! »

« Tais-toi et arrête de pleurnicher ! Veux-tu mourir ?! »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire