Wortenia Senki – Tome 4 – Chapitre 2 – Partie 1

***

Chapitre 2 : Un messager inattendu

Partie 1

Lupis examina avec soin l’homme qui lui était soudainement apparu. Il s’appelait Akitake Sudou. Il avait les cheveux noirs, les yeux noirs et la peau jaune. Il semblait avoir la quarantaine, et bien qu’il ne fût pas très grand, son corps semblait plutôt solide dans l’ensemble. Il avait un peu d’instinct, mais cela pouvait probablement être attribué au fait que son âge le rattrapait. Ses bras et son cou, cependant, avaient une épaisseur qui le faisait ressembler à un guerrier chevronné.

Elle avait déjà vu des gens avec une combinaison de ces traits, mais c’était la première fois qu’elle voyait quelqu’un les remplir tous. Oui, à l’exception d’une personne. Ryoma Mikoshiba…

« S’il vous plaît, ne me regardez pas avec autant d’intensité. Je pourrais rougir. »

Vu qu’il parlait à la princesse du pays, le ton de Sudou était bien trop grossier, mais l’expression de son visage lui faisait pardonner ses paroles. Cela était dû à l’aura qu’il dégageait. Cependant, ses mots faciles à prononcer n’avaient fait que renforcer d’autant plus la prudence de Lupis.

« Je réalise qu’il est naturel que vous vous méfiiez, étant donné que je suis apparu au milieu de la nuit sans rendez-vous, mais… pourrais-je au moins m’asseoir ? Vous savez, rester debout très longtemps devient difficile à mon âge. »

Tout en disant cela, Sudou s’était assis sur la chaise sans attendre l’accord de Lupis. C’était une approche vraiment impudente. Lupis n’avait jamais rencontré quelqu’un d’aussi effronté auparavant, si ce n’est plus.

« Je demande à nouveau : qui êtes-vous ? », dit Lupis tout en pointant son épée sur le cou de l’homme qui croisait ses jambes sur sa chaise.

« Je m’appelle Akitake Sudou. Vous pouvez me considérer comme une sorte de médiateur. Je suis engagé par un certain individu. »

Les mots de Sudou étaient paisibles, mais leur contenu était assez dangereux. Contrairement aux marchands officiels, les émissaires secrets comme lui mettaient leur vie en jeu. Selon ce qu’il laissait échapper, il pouvait très bien être exécuté.

Il ne ressemble pas à un imbécile qui ne sait pas où est sa place… Mais il est terriblement calme.

Quelque chose dans ce calme avait attiré l’attention de Lupis.

« Qu’est-ce qui vous pousse à venir ici ? »

« Négocier avec vous, Votre Altesse Lupis Rhoadserians. Quoi d’autre ? »

« Comment êtes-vous entré ? »

« J’ai nagé en amont à contre-courant de la Thèbes pour atteindre l’arrière du camp. Franchement, votre commandant… Mikoshiba, je crois… Il est vraiment compétent. Il ne s’est pas contenté de veiller à ce que les douves soient bien gardées, il a aussi étendu son filet de sécurité jusqu’à la Thèbes. La natation est très éprouvante à mon âge, et j’ai failli me faire prendre par les gardes… C’est horrible, je vous le dis. Tout simplement horrible. »

Sudou avait lancé un rire insouciant.

Mais Lupis ne pouvait pas s’empêcher d’être choquée par ses paroles.

Il… a nagé dans la Thèbes… ?

Il y avait des gens qui savaient nager si le besoin s’en faisait sentir, de sorte que cela n’était pas si invraisemblable. Même s’il n’y avait pas beaucoup d’occasions de nager, certaines personnes de ce monde savaient nager ne serait-ce que pour gagner leur vie, comme les pêcheurs et les marins. Il était vrai que l’arrière de la base était patrouillé, mais pas aussi étroitement que l’avant.

Mais la Thèbes était un fleuve massif qui fertilisait l’ensemble de la Rhoadseria, et elle était toujours riche en eau, jamais à sec. Au plus profonds, elle était quatre à cinq fois plus haute qu’un homme, et non seulement elle était assez large pour qu’on ne puisse pas la traverser sans bateau, mais ses courants étaient aussi assez rapides.

À moins que son bateau n’ait coulé et que sa vie ne soit en jeu, personne n’envisagerait sérieusement de traverser cette rivière à la nage, même s’il était marin ou pêcheur. Tout au plus iraient-ils dans les bords. C’était pourquoi le côté faisant face à la Thèbes était moins sécurisé.

La question devint alors la suivante : pourquoi Sudou était-il si désespéré au point de se faufiler dans le camp ?

« Quelles sont vos intentions ? Quelles négociations… ? »

« Pourriez-vous, s’il vous plaît, mettre cette chose dangereuse de côté d’abord ? Je suis après tout un homme timide… Avoir une épée pointée sur moi par la femme connue sous le nom de princesse générale est très perturbant », dit Sudou tout en éloignant la pointe de l’épée de sa poitrine avec un doigt.

Il était difficile de dire s’il était honnête ou s’il essayait simplement de la complimenter, mais Lupis ne pouvait pas discerner l’intention de la personne assise devant elle. Il n’en restait pas moins vrai que saluer un homme qui venait négocier avec une épée pointée sur lui était cruel. Même s’il se faufilait dans la tente d’une princesse au milieu de la nuit.

Lupis hésita à rengainer son épée, bien qu’elle la garda à portée de main, afin de pouvoir réagir à tout assaut surprise.

« Très bien… Nous pouvons maintenant discuter en paix. »

« Vous n’avez pas à commenter tout. Pourquoi êtes-vous ici ? »

Lupis fixa son regard sur Sudou.

Mais Sudou restait désinvolte.

« Eh bien, comme vous l’avez sûrement imaginé, j’ai été envoyé par un certain duc Gelhart… Bien que la vérité soit un peu plus nuancée que cela mais pour l’instant cette explication fera l’affaire. »

Lupis ignora son ton insolent. Si elle s’accrochait à chaque remarque imprudente qu’il faisait, la conversation n’irait nulle part. Sudou, pendant ce temps, devinait ses pensées à partir de son regard, et endurcissait son expression alors qu’il continuait.

« Ce qui m’amène à ceci… Je vais être direct. Le duc Gelhart souhaite vous prêter allégeance, Votre Altesse. »

« Il veut prêter serment d’allégeance ? Vous êtes sûr que vous ne voulez pas dire que vous vous rendez ? »

Lupis s’était moquée.

Aussi inexpérimentée qu’elle fût, c’était une personne de la famille royale. Elle avait ainsi reçu une éducation considérable. Elle savait que si le Duc Gelhart ordonnait quoi que ce soit à ce stade, ce serait soit sa reddition, soit l’assassinat de Lupis.

Bien sûr, puisqu’il se rendait avant l’épreuve de force finale, on pouvait se demander avec quelle sévérité elle pouvait le punir, mais, quelle que soit la manière dont cela se passerait, le pouvoir et l’autorité du Duc Gelhart seraient sévèrement diminués. Il n’y aurait pratiquement aucune chance qu’il retrouve sa place initiale.

Mais s’il se rendait, elle ne pourrait tout simplement pas le faire exécuter. Son territoire serait également une préoccupation, car même si elle pouvait le diminuer, elle ne pourrait pas lui enlever toutes ses terres, et il en serait de même pour sa fortune.

Il y avait une différence entre se rendre après la fin de la guerre et se rendre au milieu de la bataille. Le vainqueur ne pouvait pas faire pression sur le perdant pour obtenir des conditions aussi dures.

Mais étant donné que les forces des deux camps n’étaient pas à l’égalité, il n’y avait donc aucune raison pour que le duc Gelhart décide de prêter serment d’allégeance à la princesse Lupis à ce stade de la guerre.

La faction de la noblesse détenait la supériorité numérique, mais la princesse Lupis l’emportait parce qu’elle avait un plus grand nombre de chevaliers, qui étaient formés et compétents en magie. Ryoma Mikoshiba privait la faction de la noblesse de son avantage géographique. Et surtout, la faction de la noblesse n’était finalement rien d’autre qu’une foule désordonnée. Ils feraient n’importe quoi pour maintenir la position de leurs familles.

Si le Duc Gelhart avait offert son allégeance avant que les forces de la Princesse Lupis ne traversent le fleuve, elle aurait peut-être accepté à contrecœur. Faire traverser le fleuve à une armée était plus facile à dire qu’à faire.

C’était pourquoi les réalisations de Mikoshiba avaient été si importantes.

Lupis l’avait compris, elle avait donc jugé les paroles de Sudou inacceptables. Tout cela mis à part, c’était le duc Gelhart qui avait utilisé cette enfant illégitime et qui l’avait fait sortir de nulle part, Radine, ainsi que le contenu de la volonté pour former une juste cause de bataille. C’était tout simplement un traître à la couronne.

Pour tout ce qui concernait Lupis, le duc Gelhart était la source et le chef de file de ce conflit politique. Lui épargner la vie n’était pas une option pour elle.

Du moins, pas avant qu’elle n’entende les mots que Sudou prononça ensuite.

« Avez-vous entendu parler d’un chevalier du nom de Mikhail Vanash ? »

Au moment où il dit ces mots, Lupis était devenue pâle. Elle ne s’attendait pas à entendre le nom d’un homme dont elle avait pleuré la mort jusqu’à présent, et sa surprise était compréhensible.

« Hein… ? Qu’est-ce que vous voulez dire par… ? Ce n’est pas possible ! »

Un messager venu pour des négociations mentionnait le nom d’un homme qui devrait être mort. Cela fit germer une seule possibilité dans le cœur de Lupis.

« Ce n’est pas possible… Mikhail est… »

Mais quelque chose déchira le tissu de la tente et s’introduit de force, comme pour lui couper les mots.

« Hein ? »

Lupis était alors restée muette devant les mouvements que Sudou avait exécutés sous ses yeux. Son corps lourd, d’âge moyen, avait à un moment donné disparu de la chaise. Il se tenait maintenant sur ses deux pieds. Ses yeux ne pouvaient pas percevoir le moment où il s’était levé. Quelque chose s’était à nouveau fracassé en l’air, mais poignarda la chaise sur laquelle Sudou était assis il y a un instant.

« C’est dangereux. Attaquer sans aucun avertissement est terrible, même si je suis un intrus », déclara Sudou tout en fixant fixement le chakram qui avait était planté dans la chaise.

« Mais oh, c’est inhabituel. Un chakram… Si quelqu’un devait utiliser cette arme, ce serait Ryoma Mikoshiba lui-même, correct ? »

La voix de Sudou résonnait à travers la tente, mais aucune réponse n’était venue. Au lieu d’une réponse, un autre chakram flotta dans l’air, cette fois-ci depuis l’entrée de la tente, tout en rugissant et en se dirigeant vers le visage de Sudou.

« Mon Dieu, en m’ignorant, es-tu… ? »

Sudou bloqua le chakram entrant en ramassant la chaise.

Même si plus de la moitié de la lame avait traversé le bois, le ton de Sudou était resté aussi léger qu’avant. Alors même que de plus en plus de chakrams lui étaient jetés dessus.

« S’il te plaît, pourrais-tu te montrer maintenant ? J’ai l’impression de me parler à moi-même, et ça me fait me sentir assez stupide. »

D’autres chakrams s’envolèrent alors même qu’il disait cela. Bien sûr, Sudou lui-même ne savait pas s’il parlait vraiment à Ryoma, mais il avait simplement essayé de provoquer l’autre partie. Son ton restait désinvolte, mais sa concentration était entièrement fixée sur l’entrée de la tente… Sans savoir que c’était exactement ce que Ryoma voulait qu’il fasse.

« Votre Altesse ! Par ici, dépêchez-vous ! »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire