Wortenia Senki – Tome 2 – Prologue – Partie 2

***

Prologue

Partie 2

Seize ans? Je suppose que je pourrais croire si tu me disais que c’était un adolescent qui avait juste l’air un peu plus âgé… Mais seize ans? Non, attends. Lors de notre rencontre, il a mentionné qu’il était lycéen…

Il était certainement possible pour une personne de simuler son âge, son visage et son impression. Le maquillage et la tenue vestimentaire pouvaient grandement influencer leur âge. Selon les circonstances, un jeune de 16 ans pouvait être amené à paraître âgé de 30 ans et inversement.

La situation était si agitée à ce moment-là que cela lui avait échappé, surtout après avoir dû gérer les séquelles de l’incident et être retourné dans la capitale, mais ces mots cadraient avec ce dont Saitou se souvenait maintenant.

« Maintenant que j’y pense, il a dit quelque chose à ce sujet… Mais si c’est vrai… C’est vraiment un monstre. » dit Saitou, verbalisant la terreur qui surgit dans son cœur.

Si c’est vrai, quel genre de vie menait-il au Japon ? Cela ne peut pas être attribué uniquement à sa personnalité ou à son talent… C’est comme s’il avait toujours été prêt pour le moment où il serait convoqué.

Comparé à la façon dont Saitou était au lycée, Ryoma Mikoshiba était une personne beaucoup trop inhabituelle.

Un long, long silence tomba sur la pièce. Saitou fixa attentivement Sudou, qui s’assit silencieusement, profondément en pensée.

« Très bien… Vu ce qui s’est passé, il y a matière à réflexion, mais au bout du compte, nous devrons adopter une approche attentiste avec M. Mikoshiba. »

« Explique-toi ? »

« Eh bien, jouer inutilement avec lui pourrait très bien mal finir. J’aurais envisagé de le faire éliminer par les chiens de chasse si la situation le permettait, mais compte tenu de la crainte qu’il t’ait inspiré, j’informerai l’Organisation qu’il ne faut pas l’approcher sans réfléchir… Tes paroles m’ont forcé à reconsidérer un peu les choses. »

Les chiens de chasse… Les troupes d’élite de l’Organisation. Il avait même envisagé d’envoyer ces monstres qui surpassaient le Rang S…

Le niveau de force était presque trop élevé, si l’on considérait que tout cela avait pour but de tuer un garçon convoqué. Sudou avait fait semblant d’avoir du sang-froid, mais il semblerait que l’Organisation considérait cette question comme d’une importance vitale.

Eh bien, étant donné l’état d’avancement du plan, il est logique qu’ils veuillent éliminer tout facteur incertain… Mais aller aussi loin ?

D’après les paroles de Sudou, le plan semblait avoir changé.

« Quoi qu’il en soit, maintenant qu’il s’est échappé de l’empire, la première chose qu’il fera sera de chercher une méthode pour retourner dans notre monde. »

Saitou hocha la tête silencieusement en entendant Sudou. Retourner chez eux, sur Terre, était le plus grand rêve de tous les membres de l’Organisation. Mais ils l’appelaient un rêve parce qu’ils savaient que cela ne pourrait jamais arriver… C’était une vérité dont Saitou et Sudou n’étaient que trop amèrement conscients.

« Le désespoir va bientôt s’abattre sur notre M. Mikoshiba, et une fois que cela se produira, il viendra à la croisée des chemins. Nous pourrons décider de la façon de le traiter, selon le choix qu’il fera. Après tout, je n’ai aucun désir de contrarier inutilement un jeune homme aussi prometteur. »

« Envisages-tu de le recruter ? »

« C’est difficile à le dire à ce stade. Je suppose que tout dépend de notre bon M. Mikoshiba… »

Sudou répondit à la question de son subordonné avec un sourire suffisant avant de changer de sujet.

« Eh bien, laissant notre jeune ami de côté, discutons de ce qui nous attend, d’accord ? »

« On s’éloigne de la capitale ? »

« Oui, comme tu l’as supposé. Sa Majesté l’Empereur lui-même nous a ordonné d’accélérer le travail que Gaius faisait dans les coulisses, l’invasion du royaume de Xarooda. »

« Alors tu es en train d’enfoncer un pieu dans le royaume de Rhoadseria… » dit Saitou, son expression changeant à ces mots.

« Oui, et en tant que tel, je serai absent de la capitale pour un moment. J’ai hâte de travailler sur place pour une fois. » dit Sudou, qui éleva la voix en riant joyeusement.

Trois voyageurs traversèrent le désert de Dosh, sali par ses sables jaunes, chauds et tourbillonnants. Ils se trouvaient actuellement dans le Royaume d’Helnesgoula, royaume souverain du nord du continent occidental. Le désert de Dosh se trouvait en son centre. C’était une terre de sables et de vents couvrant un dixième de la superficie du pays. Cependant, elle était loin d’être une terre stérile où la végétation ne poussait pas, grâce à ses innombrables oasis et à la rivière Avul qui coupait la chaîne de montagnes du sud et se jetait dans la mer.

Les terres autour de ces oasis et de la rivière permettaient, au moins, de faire prospérer les cultures et l’élevage. De plus, en essayant de la contourner, le voyage ne faisait qu’augmenter le nombre de jours inutiles, et une route commerciale avait été construite à travers le désert. Les villes étaient construites autour des oasis qui parsèment les terres pour le bien des marchands, qui s’épanouissaient comme des points de relais pour le commerce.

Pourtant, ce n’était pas du tout une terre sûre. Les manteaux que portaient les trois voyageurs indiquaient clairement que leur voyage n’était pas facile.

« Elle devrait être juste après cette dune. »

Laura montra du doigt la dune qui dominait devant eux, tout en protégeant ses yeux de la lumière du soleil.

Au-delà de cette dune était une oasis, et la ville construite autour d’elle était leur destination. La ville de Mireish, un centre local de commerce et d’échanges.

Utilisant le commerce par la rivière Avul, Mireish, qui avait des liens profonds avec les villes situées à l’embouchure de la rivière, se vantait d’avoir une taille importante, même à l’intérieur du royaume d’Helnesgoula. Les gens se rassemblaient naturellement là où les marchandises se rassemblaient, et là où les gens se rassemblaient, l’information était abondante.

« Sera-t-elle vraiment là ? Cette femme… »

 

En retirant la cagoule qui protégeait ses yeux du sable qui soufflait, un homme viril parcourut le ciel qui s’étendait sur le désert. Ses yeux étaient remplis d’une lumière tragique, portée par un désespoir profond mélangé à une lueur d’espoir.

Il s’appelait Ryoma Mikoshiba.

C’était un jeune homme malheureux, arraché de sa vie ordinaire au Japon par le magicien de la cour Gaius Valkland de l’Empire d’O’ltormea, et appelé dans cet autre monde empli de chaos.

« Je vais t’épargner du temps et aller droit au but. Aussi triste que je cela puisse paraître, te renvoyer dans ton ancien monde est fondamentalement impossible. »

La pièce sombre était pleine de tomes recouverts de reliures jaunâtres. C’était l’image même de la chambre d’un érudit. Ryoma se tenait devant le bureau, car il n’y avait pas de place pour s’asseoir avec la quantité de livres qu’il y avait dans la pièce. Il regardait le propriétaire de la pièce avec un regard accroché et suppliant, tandis qu’elle réduisait sans merci ses attentes.

La maîtresse de cette pièce remplie d’air moisi et humide était une femme vêtue de la tête aux pieds de lin. Elle avait l’air d’avoir une trentaine ou une quarantaine d’années, et son apparence ne semblait pas remarquable dans l’ensemble. Il en allait de même pour sa tenue vestimentaire, qui était le genre de tenue unie que portaient les roturiers. Si l’on devait souligner quelque chose de remarquable à son sujet, c’était que ses cheveux noirs et lisses étaient un peu voyants.

Elle avait l’air d’être une personne ordinaire, du genre que l’on pouvait rencontrer n’importe où. Mais la vraie valeur de cette femme résidait dans quelque chose qu’on ne pouvait pas juger d’après son apparence miteuse. Sa vraie valeur résidait dans son intellect, dans ses vastes connaissances qui en ont fait l’une des plus compétentes du continent en matière de magie. C’était ce qui décida de sa valeur, et c’était la raison pour laquelle Ryoma traversa un désert périlleux pour arriver à Mireish. Rencontrer Annamaria, la femme connue sous le nom de « la Recluse de Mireish », afin de trouver le chemin du retour…

« Veux-tu dire que c’est impossible avec les techniques actuelles ? »

Un soupçon de moquerie scintilla dans les yeux de Ryoma.

Dans les deux mois qui avaient suivi sa fuite devant Shardina, Ryoma était allé dans toutes les directions, à la recherche de magiciens célèbres. Les paroles d’Annamaria étaient les mêmes que celles prononcées par les nombreux magiciens à qui il avait parlé jusqu’à maintenant.

Elle aussi me dit la même chose… Merde.

Ryoma claqua la langue, agacé par ses efforts qui étaient tous vains. Mais ce que la femme dit ensuite dépassa les attentes de Ryoma.

« Non, ce n’est pas parce que je n’ai aucune technique pour renvoyer quelqu’un. C’est parce qu’une technique pour renvoyer quelqu’un ne peut tout simplement pas être produite. »

« Quoi ?! »

Ces paroles inattendues firent apparaître de la colère sur le visage de Ryoma.

C’était un visage colérique que les sœurs Malfist n’avaient pas vu sur le visage de Ryoma pendant les deux mois où elles avaient voyagé avec lui. Pendant deux mois, tous les trois avaient ignoré tous les travaux liés à la guilde, voyageant à la recherche de magiciens qui pourraient avoir un moyen de le renvoyer sur sa Terre.

Bien sûr, après avoir tué Gaius et avoir été chassé de l’empire d’O’ltormea, Ryoma ne pouvait visiter aucun magicien dans la sphère d’influence de l’empire, alors il les mit de côté… Ils allaient d’un endroit à l’autre, mais tous ceux qu’il visitait lui donnaient toujours la même réponse.

Revenir dans son monde était impossible.

Mais ils avaient aussi dit que la technique n’avait tout simplement pas encore été mise au point. Ce qui poussa Ryoma à leur demander : « Pouvez-vous développer cette technique ? » Mais leur réponse était unanime. « C’est impossible pour moi. »

Très peu de magiciens étaient capables d’utiliser cette technique pour convoquer quelqu’un d’un autre monde, qui était un art gardé secret. Son existence était peut-être bien connue, mais très peu d’entre eux pouvaient réellement utiliser cette technique, et Ryoma leur demandait de faire de la rétro-ingénierie et d’en former une toute nouvelle. N’importe qui hésiterait naturellement.

Il avait entendu cette même réponse répétée tellement de fois qu’il ne pouvait plus les compter. Certains de ceux qu’il avait interrogés nommèrent quelques personnes qui pourraient être capables de créer une nouvelle technique, et l’une d’entre elles était la femme devant lui, Annamaria.

S’il n’existait pas de technique pour le ramener chez lui, il suffisait de le faire. C’était ce que Ryoma pensait tout simplement. Et il savait que c’était beaucoup plus facile à dire qu’à faire. Il s’attendait à ce que le processus prenne des années et nécessite de vastes ressources. Mais si la technique ne pouvait tout simplement pas être produite, ce serait complètement différent.

Son évasion des griffes de Shardina et ses déplacements d’un endroit à l’autre, échappant à ses poursuivants, n’auraient servi à rien. Il était naturel que Ryoma perde son sang-froid.

« Calme-toi, toi-même. Se mettre en colère ne changera pas cette réponse. »

Même face à la colère de Ryoma, Annamaria n’avait pas changé son expression. Apparemment, elle avait déjà été fonctionnaire dans un pays et avait dû quitter son poste pour s’opposer à un ministre au sujet des politiques nationales. Ryoma pourrait être d’accord avec ces rumeurs qui étaient plausibles.

Même avant que la pression menaçante du corps massif de Ryoma ne se dissipe, son expression ne bougeait pas. Elle avait un cran qu’on n’attendait pas d’une femme. Réalisant que la menacer ne l’aiderait pas ici, Ryoma changea de ton. Mettre en colère Annamaria ne lui servirait à rien. Il avait besoin de rassembler toutes les informations qui pourraient l’aider à rentrer chez lui.

« Je m’excuse d’avoir perdu mon sang-froid… Je vais bien. Peux-tu m’expliquer pourquoi il m’est impossible d’y retourner ? »

Supprimant la haine et la colère qui couvait dans son cœur, Ryoma trouva la présence d’esprit de prononcer ces mots. Crier ici ne changerait rien aux faits. S’il devait faire un seul pas en avant, il devait rester calme, ne pas s’enflammer de colère.

Peut-être s’était-il trop serré les dents, parce que le goût de la rouille s’était répandu dans sa bouche.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire