Wortenia Senki – Tome 2 – Chapitre 3 – Partie 5

***

Chapitre 3 : La déesse blanche de la guerre

Partie 5

« Cet homme achetait et vendait n’importe qui, tant qu’il en tirerait un profit. Et même des gens de la capitale s’il pouvait mettre la main dessus… Et c’est ce qui l’a conduit à sa mort. »

L’enlèvement d’un parent lié par le sang à un noble éminent, qui avait des relations avec la famille royale, avait coûté la vie au commerçant.

Il semblerait que sa confiance effrontée venait du fait qu’il avait soudoyé un individu affilié aux gardes royaux, mais s’en prendre à un noble encore plus influent l’avait mené à une fin plutôt prévisible.

« Ce sont les chevaliers qui l’ont arrêté. Il avait une milice privée assez importante, voyez-vous… C’est probablement pour ça que les gardes ne pouvaient pas le toucher. »

« Et est-ce comme ça que vous avez compris ce qui est arrivé à votre fille ? »

« Oui… Il y avait beaucoup de rumeurs autour de cet homme, alors les chevaliers l’ont soumis à beaucoup de tortures afin d’obtenir des informations de sa part. »

Elle répondit calmement à la réponse de Ryoma, mais il y avait beaucoup de mélancolie dans son ton.

« Et finalement, la torture lui a desserré la langue, et il a parlé de l’assassinat de ma famille… »

En vérité, le marchand avait joué le rôle de médiateur pour trouver un assassin pour faire le travail, mais en ce qui concernait Helena, il était quand même coupable.

« Le chevalier chargé de sa torture était un de mes anciens subordonnés, et grâce à cela, j’ai pu le rencontrer face à face. »

Elle avait fait semblant d’être simple, mais c’était un acte imprudent. Cela n’aurait pas été aussi inquiétant si Helena avait toujours été général, mais cela faisait cinq ans qu’elle avait pris sa retraite à ce moment-là. En dépit de son poste antérieur, elle était une simple civile à l’époque, donc rencontrer un criminel était du jamais vu…

« Je vois… C’est comme ça que vous avez découvert qu’Hodram était derrière tout ça… »

« Oui. »

Ce petit mot disait tout ce qu’il y avait à dire.

« Alors, pourquoi avoir attendu si longtemps ? »

« C’est simple… cette histoire n’a jamais été rendue publique. Et même si elle était exposée, elle serait effacée, et nous serions ensuite assassinés. Depuis que j’ai pris ma retraite, l’influence d’Hodram n’a fait que croître. Le témoignage du marchand d’esclaves ne suffirait pas à le faire tomber… »

Le silence remplissait la pièce. Aucun d’entre eux n’avait imaginé que la rancune était si profonde. Mikhail et Meltina étaient à court de mots.

« C’est donc ce qui s’est passé… »

Les mots de Ryoma étaient lourds aussi.

Il avait eu ses soupçons, mais le ressentiment était trop profond.

Eh bien, ce n’est pas bon… Ça pourrait être pire que de laisser Meltina s’occuper de la faction des chevaliers.

Une rancune peut être un puissant facteur de motivation pour émouvoir les gens, mais ceux qui en étaient trop emplis finiraient par se détruire. Et alors qu’Helena était libre de s’autodétruire, Ryoma ne voulait pas se laisser entraîner là-dedans.

« C’est très bien. Ce n’est pas à vous de vous en inquiéter… »

Helena devina l’inquiétude de Ryoma d’après l’expression de son visage.

« Ce que je veux, c’est Hodram et sa famille. Rien de plus. »

C’était ainsi qu’elle avait mis son désir en mots.

D’accord… Elle comprend donc nos doutes… Ses capacités et sa sensibilité sont toutes vérifiées, c’est sûr… Et je suppose que nous devrons serrer les dents pour le reste.

Le fait est qu’Helena était la seule personne dont ils avaient besoin pour ce travail. Personne ne pouvait égaler ses capacités et ses réalisations. Ils n’auraient plus qu’à réaliser son souhait et à lui remettre Hodram et sa famille.

La vengeance était perçue comme un mal aux yeux de la loi, et cela était vrai même dans les lois de ce monde. Mais Helena le savait assez bien, d’où la raison pour laquelle elle l’avait planifié depuis de nombreuses années. Pour se donner l’occasion de se venger.

Helena avait fait connaître son prix. Restait à savoir si Ryoma pouvait le payer.

Je suppose que je n’ai pas d’autres options ici… Je me sens mal pour la famille du général Albrecht, tout bien considéré, mais… Je suppose qu’il n’y a pas d’autre solution.

Il ne voyait là qu’une horrible tragédie de vengeance, mais Ryoma avait facilement tourné le dos à Hodram Albrecht et à sa famille. Le fait était que personne d’autre qu’Helena n’était digne de ce rôle. Ryoma n’avait aucun désir de condamner sa volonté de vengeance ou de vérifier si c’était juste. Il n’y avait qu’une seule question ici : laquelle des voies lui serait la plus utile ?

Je me contenterai peut-être de cela… Mais le problème est de savoir si la princesse Lupis serait…

Ryoma pourrait fermer les yeux, mais la princesse Lupis devrait aussi l’approuver. Cela faisait environ un mois depuis qu’il avait rencontré la princesse Lupis, ce qui lui laissait amplement le temps de se faire une idée de son caractère et de sa sensibilité.

Pour le meilleur ou pour le pire, elle poursuivait trop d’idéaux… Quelqu’un comme elle approuverait-elle une vengeance contre Hodram en compensation… ? Jamais… Mais qu’est-ce que je fais ? Si je la refuse ici, Helena ira directement se joindre chez les nobles…

S’il en parlait à la princesse Lupis, elle insisterait sans aucun doute pour que la question soit réglée par la loi, mais cela ne résoudra pas la rancune d’Helena. Son principe directeur était la vengeance. Certes, elle était loyale au trône de Rhoadseria, mais son ressentiment était plus fort que cela.

Si la faction des nobles s’approchait d’elle en premier et acceptait son prix, elle prendrait leur parti sans hésiter. Le plus important pour elle était de tuer Hodram de ses propres mains… Ou pire, selon toute probabilité.

Pas le choix… Je vais devoir en supporter le poids…

Ryoma se prépara. Il devrait accepter sa demande de vengeance sans consulter la princesse.

« Très bien… nous acceptons votre demande. »

« Quoi!? », s’exclamèrent Meltina et Mikhail, mais Ryoma les fit taire d’un regard.

Les négociations avaient le moyen de changer. S’ils demandaient du temps pour consulter la princesse, les intérêts d’Helena faibliraient. Ils devaient prendre leur décision ici.

« Êtes-vous sûr? Ne devriez-vous pas vérifier auprès de Son Altesse en premier? », demanda Helena avec conviction.

« Oui. Elle m’a confié le traitement de ces affaires et j’excède peut-être mon autorité… Mais je vais m’en occuper. Vous pouvez être sereine. »

Helena écouta ses mots puis le regarda fixement dans ses yeux. Elle ne lui pardonnerait pas s’ils trahissaient même un bout de mensonge. Mais après l’avoir observé pendant un moment interminable, l’expression d’Helena s’assouplit.

« Très bien. Je vais vous faire confiance, Seigneur Mikoshiba. »

Elle fit référence à Ryoma avec un titre respectueux pour démontrer sa confiance.

« Merci beaucoup, Lady Helena. »

« Alors, que dois-je faire pour aller de l’avant? Aider à diviser la faction des chevaliers? »

Ryoma réfléchit un instant à sa question.

« Je suppose que la grande question est de savoir combien de personnes sont mécontentes du général Albrecht. »

La réponse à cela pourrait changer les choses de manière significative. Bien sûr, étant donné sa personnalité hautaine, il était probable que peu de gens respectaient le général Albrecht du fond de leur cœur, mais cela ne voulait pas nécessairement dire qu’ils le détestaient.

Les inquiétudes de Ryoma s’avéreraient sans fondement.

« Eh bien, je crois qu’environ deux tiers d’entre eux sont mécontents de lui… au point d’être prêt à tuer pour ça. »

« Deux tiers !? »

Il n’avait pas pu retenir sa surprise à son évaluation.

Hodram n’aurait pas pu rester le chef de la faction tout ce temps si la majorité de ses membres étaient mécontents de lui.

« Il ne peut pas y en avoir autant, n’est-ce pas ? »

Helena répondit à sa question avec le sourire.

« Oui, je suppose que dans des circonstances normales, il n’aurait pas pu… Mais il y est parvenu. Il l’a fait en demandant aux chevaliers de s’observer mutuellement. »

« Que voulez-vous dire par là ? »

« En termes simples, il les encourageait à l’informer de leurs mouvements respectifs. »

Il y avait des pays dans le monde de Ryoma qui utilisaient aussi cette tactique. La sphère communiste l’utilisait largement avant l’effondrement de l’Union soviétique, et il y avait encore des gouvernements qui comptaient sur elle pour maintenir leur pouvoir.

En termes simples, il s’agissait d’un système qui encourageait la trahison parmi les gens. En échange du signalement de toute dissidence de la part d’un collègue ou d’un membre de la famille, ils seraient récompensés par un mouvement ascendant dans leur entreprise ou leur société, ou par des récompenses monétaires.

Il avait tendance à semer la méfiance. Naturellement, tout le monde avait tendance à se plaindre de ne pas aimer sa vie actuelle. D’une manière ou d’une autre, il n’y avait probablement pas une personne en vie qui n’était pas mécontente de son train de vie.

Mais que se passerait-il si quelqu’un entendait cette plainte et que celui-ci allait le dénoncer afin d’être tué ? On garderait son cœur fermé à ses collègues et amis, et même à sa propre famille.

« Je vois… Dans ce cas, il serait facile de les faire changer de camp. »

Aussi ferme que soit ce système, son principal défaut résidait dans sa fragilité, même une seule personne ayant le courage de résister le ferait s’effondrer. L’appeler à la fois ferme et fragile était peut-être une expression étrange, mais elle était pertinente.

Le problème principal était que les gens avaient du mal à faire preuve de ce courage au départ. Tout le monde était anxieux, mais personne n’osait parler, car cela mettait sa vie en jeu. C’était ce qui rendait le système solide.

Mais que se passerait-il si une personne partageait ses angoisses avec une autre ? Bien sûr, il faudrait choisir à qui on le dirait avec sagesse, mais il était fort probable qu’ils partageraient ces angoisses avec quelqu’un un jour ou l’autre. Ce faisant, ils s’agiteraient davantage, ce qui provoquerait le débordement de leur mécontentement et leur ferait atteindre le point de rupture. Et une fois qu’ils en seraient arrivés là, personne ne pourrait les arrêter. L’anxiété refoulée éclaterait d’un seul coup, comme la lave d’un volcan en activité.

La personne la plus apte à lancer la première étincelle dans ce baril de poudre était assise juste devant lui. Le héros admiré de Rhoadseria serait l’appât, ce qui ferait sûrement jaillir les flammes du mépris.

Meltina et Mikhail, aussi lents soient-ils, ne comprenaient pas bien les implications, mais Ryoma pouvait facilement l’envisager.

« Très bien. Je vous en laisse l’exécution. À une condition… assurez-vous de nous tenir au courant de la situation. »

« Oui, vous pouvez compter sur moi à cet égard. Aussi vieille que je sois, je suis toujours un ancien général. »

Helena acquiesça de la tête, pour répondre à la confiance que Ryoma lui accordait.

« Puis-je vous demander une seule chose ? » demanda Ryoma à Helena alors qu’elle se levait et se préparait à partir.

« Mon Dieu, n’êtes-vous pas tout d’un coup réservée. Qu’est-ce que c’est ? »

Il savait que ce serait délicat, mais il ne pouvait s’empêcher de le demander.

« Votre fille… »

Helena se tut à la demande de Ryoma. Il semblerait que c’était un sujet sur lequel elle ne voulait pas parler. Ryoma regretta immédiatement son manque de réflexion.

« Ma fille… a été violée et ravagée cruellement peu après son enlèvement, et a été poussée à la folie… Puisqu’elle n’était pas à vendre… ce marchand d’esclaves l’a tuée. »

« Je suis vraiment désolé. Je n’aurais pas dû demander. »

Ryoma ne pouvait que baisser la tête devant les mots qu’Helena crachait.

Il s’en doutait déjà, mais entendre ces paroles de la bouche du parent endeuillé était extrêmement pénible.

Je suis une telle idiote… J’aurais mieux fait de ne rien lui demander…

Il l’avait demandé par pure curiosité, mais il aurait été tout de même mieux de ne pas l’avoir dit.

« C’est bon… Ne vous inquiétez pas pour ça. Mais… c’est pour ça que je ne peux pas laisser tomber… Quoi qu’il arrive ! »

Ryoma ne pouvait que rester immobile, sans mot dire. En quittant la pièce, Helena pouvait clairement voir les flammes de la haine tourbillonner violemment dans sa foulée.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire