Wortenia Senki – Tome 2 – Chapitre 3 – Partie 4

***

Chapitre 3 : La déesse blanche de la guerre

Partie 4

« Après avoir entendu parler de vous, j’ai regardé qui vous étiez, mais je n’ai presque rien trouvé sur ce qui s’est passé pendant la période de votre retraite. Selon toute vraisemblance, quelqu’un a supprimé l’information pour qu’elle ne soit pas connue. Dans ce cas, la personne la plus suspecte est le général qui a pris votre poste, Albrecht. »

Le silence était tombé sur la pièce. Meltina et Mikhail étaient devenus subitement silencieux par ce que Ryoma venait de dire. Leur foi en la Déesse Blanche de la Guerre de Rhoadseria était trop grande pour qu’ils avalent facilement cette histoire.

« Oui, si vous pouviez rassembler autant… Vous êtes vraiment un homme intelligent. »

Sa voix était remplie d’agonie. Elle semblait résonner des profondeurs de la terre.

La haine qu’elle n’arrêtait pas de garder en elle s’échappait enfin.

« Je veux la tête d’Hodram Albrecht sur une pique… Cet homme… a tué mon mari et ma fille… »

Il y a une dizaine d’années, Helena Steiner était général de Rhoadseria. Elle était passée de roturière à chevalier, et de chevalier à général… Ses talents et ses réalisations inhabituelles l’avaient propulsée aux plus hauts échelons de l’armée, et elle était admirée de tous dans le royaume.

Mais il y avait quelqu’un qui méprisait son passé de roturière. Et ce qui avait commencé par des soupçons de ressentiment s’était épaissi en proportion directe avec son succès. Tout comme la lumière intense projette une ombre sombre… Cet homme s’appelait Hodram Albrecht.

Hodram était doté d’un physique exceptionnel et talentueux avec les prouesses martiales attendues d’un chevalier. Il était né fils aîné de la maison Albrecht, qui avait produit de beaux chevaliers pendant des générations, et on lui avait promis le rôle de chef de famille. Hodram était l’image même du chevalier idéal, mais il ne lui manquait que d’une seule chose : la retenue.

Bien qu’il soit supérieur à la plupart des gens, Hodram n’avait jamais été satisfait. Il avait atteint le sommet de ce qu’un chevalier pouvait espérer accomplir, dirigeant un ordre de chevaliers, mais il en désirait davantage.

Oui, il voulait la plus haute position possible dans l’armée rhoadérienne. Le grade de général.

Celui qui contrôlait tous les ordres des chevaliers du royaume, à l’exception des deux qui se consacraient à la défense du monarque, les Gardes Royaux. Cependant, selon la situation, le roi pourrait même accorder le commandement général sur les gardes royaux et, à cet égard, le général pourrait être considéré comme détenant le pouvoir absolu sur les armées rhoadériens.

Traditionnellement, un général était finalement nommé par le roi, mais pour obtenir le poste, il fallait aussi être désigné par l’ancien général au moment de sa retraite. Après tout, c’était une position qui consolidait le pouvoir des armées d’un pays. Il est évident qu’il faudrait les réalisations et les compétences nécessaires pour occuper ce poste. Les candidats avaient été sélectionnés en fonction de leur caractère, de leur idéologie et même de leurs lignées, avec l’approbation finale du roi.

Mais ce qui importait le plus, c’était la popularité et l’influence que la personne avait sur ceux qui l’entouraient. La question de la confiance que les chevaliers accordaient à ce candidat était de la plus haute importance.

Lorsque le général Helena se retira, Hodram mit en place de nombreux plans et stratagèmes pour rehausser son rang parmi les chevaliers. Corruption, menaces et promesses de promotion. Dans les coulisses, son complot ne connaissait aucune limite dans ses efforts pour arriver à ses fins.

Et pourtant, Helena avait été choisie comme successeur. Sa nature sociable lui avait valu le titre de déesse blanche de la guerre de Rhoadseria. Le peuple salua son attitude juste et impartiale comme l’image même de ce qu’un chevalier rhoadsérien devrait aspirer à être. Il était naturel que le général à la retraite la nomme comme son successeur.

Mais Hodram n’abandonna pas facilement. Son ego démesuré et sa notion d’être une personne supérieure ne pouvait pas tolérer l’idée qu’une roturière comme Helena soit au-dessus de lui. Il mit au point de nombreux plans pour la faire tomber de cette position. Qu’il s’agisse d’assassinat ou de preuves de corruption fabriquées de toutes pièces, il avait essayé toutes les idées imaginables pour qu’Helena se soumette.

Helena coupa à travers tous ces plans, avec l’aide de ses collègues et amis parmi les chevaliers. Mais au fur et à mesure qu’Hodram perdait son sang-froid, les crocs de sa malice atteignirent finalement Helena.

Ce jour-là, Helena était rentrée chez elle après une campagne de deux mois pour réprimer une révolte déclenchée par un petit gouverneur d’un territoire à la périphérie du pays. Mais quand elle ouvrit la porte de sa maison, personne n’était venu la saluer. Bien qu’elle avait été une roturière, Helena était toujours responsable de l’armée du pays, et afin de maintenir les apparences diplomatiques, elle avait reçu un manoir respectable avec plusieurs domestiques.

Mais le plus étrange, c’est qu’on ne voyait pas sa fille bien-aimée de dix ans, qui courait toujours la saluer. Suspicieuse, Helena s’installa dans le salon, où sa famille se trouvait habituellement. Et quand elle ouvrit la porte…

« La première chose que j’ai vue était la tête de mon mari… »

Ce qu’elle avait vu, c’était une pièce éclaboussée de cramoisi et la tête fraîchement coupée de son mari reposant sur la table. Il avait probablement été tué après avoir été sauvagement torturé, parce que son expression était une expression d’agonisante.

L’esprit d’Helena n’acceptait pas la réalité de ce qu’elle voyait, semblait-il, parce qu’elle ne se souvenait que de s’être réveillée sur un lit dans la maison de son assistant quelques jours plus tard. Être général n’était pas du tout un rôle facile, et un commandant sur le champ de bataille avait une montagne de travail à faire. Même sans guerre à mener, un général veillait sur les résultats de l’entraînement des chevaliers et gardait une attention méfiante sur les mouvements des pays voisins.

Ainsi, au jour où elle avait pu se reposer de la campagne, c’était le jour même où elle était retournée à son manoir. Le lendemain, elle aurait besoin dû rédiger et travailler sur une montagne de documents. Heureusement, alors qu’elle n’était pas allée au quartier général pendant des jours, son assistant avait eu des soupçons et visita sa maison.

Quand son assistant la découvrit, Helena était accroupi dans le salon de son manoir, serrant la tête de son mari contre sa poitrine. Au milieu de l’odeur de sang rouillé et de la puanteur de cette tête en décomposition, elle était assise, les yeux complètement vides.

Son aide avait emmené Helena, qui avait perdu la raison, chez lui, et il amena ses collègues pour inspecter sa maison. C’était une scène de crime, mais laisser les gardes s’en occuper était trop dangereux. D’après ce que l’aide avait vu, il soupçonnait qu’il ne s’agissait pas d’une attaque hasardeuse de brigand.

Il avait été rapidement prouvé qu’il avait raison.

« Ils… ont laissé une lettre derrière eux. Disant qu’ils avaient ma fille. Ils m’avaient demandé de me retirer de mes fonctions de chevalier. »

La frustration avait dû être exaspérante. Chaque mot qui sortait des lèvres d’Helena était empreint d’une rancune toxique.

« Je… J’ai travaillé si dur pour atteindre le grade de général malgré le fait d’être née roturière… Pouvez-vous l’imaginer ? Les sacrifices que j’ai dû faire pour atteindre ce rang. Après tout, les chevaliers sont essentiellement des hommes… »

Il s’agissait moins d’une question de sexisme que d’une question d’aptitude. En termes de force musculaire, les hommes avaient un avantage sur les femmes, même si la magie pouvait aider à l’atténuer. Il va sans dire que le baptême d’Helena dans une société dominée par les hommes avait été douloureux. Mais elle avait utilisé sa féminité à son maximum, faisant preuve d’une force qui surpassait celle des hommes.

Non pas sur le plan de la valeur individuelle, mais sur la force d’un groupe. Lorsque les chevaliers se retrouvaient sur le champ de bataille, ils savouraient l’esthétique des batailles en tête-à-tête et détestaient combattre un seul ennemi dans un groupe. Mais si l’orgueil chevaleresque avait une sonorité douce, elle était inefficace. C’était ainsi qu’Helena proposa aux chevaliers de se battre en formation.

Même ceux qui étaient obsédés par leur fierté et qui s’y opposaient au début furent peu à peu influencés par le charisme d’Helena et ses exploits sur le champ de bataille, et en vinrent à apprécier ses idées. Et c’était une victoire qu’Helena avait remportée par ses efforts.

« Pouvez-vous imaginer devoir jeter tout ça ? »

Ryoma secoua la tête devant sa question. Il pouvait l’imaginer, mais il n’était pas assez effronté pour le dire à haute voix. Seul quelqu’un dans la même position pouvait vraiment comprendre.

« Mais quand même, si c’était pour elle, je rejetterais mon titre de général… Si ça pouvait ramener ma fille… »

C’était la fille dont elle avait eu la chance d’avoir reçu à l’âge de quarante ans. Helena ne pouvait se marier qu’après l’âge de trente ans, en raison de son travail de chevalier, et avait presque abandonné l’idée d’avoir un enfant.

Contrairement au Japon moderne, les techniques médicales sur cette Terre n’étaient pas très évoluées et la naissance à un âge avancé frisait l’impossible. Alors, quand elle avait appris qu’elle avait conçu, Helena avait été enchantée.

« J’ai donc ignoré les paroles de mes amis et collègues et j’ai pris ma retraite en tant que chevalier… Rétrospectivement, je peux reconnaître que cette décision était naïve, mais je n’avais pas d’autre choix… »

« Et ils ne l’ont jamais rendue, n’est-ce pas… »

Helena acquiesça silencieusement à l’affirmation de Ryoma.

« J’ai demandé à mes amis et collègues de garder cette affaire secrète, afin de ne plus attirer l’attention du coupable. Heureusement que ça n’avait pas été signalé aux gardes… Mais un mois s’était écoulé, puis deux mois, et elle ne m’avait pas été rendue… Et pendant ce temps, cet homme avait pris le siège de général. »

Si la victime avait caché les détails de l’affaire elle-même, il était évident qu’elle ne serait pas connue du public.

« Comment a-t-il fait ça ? Hodram n’aurait-il pas besoin de la recommandation du général sortant pour revendiquer le titre ? », demanda Ryoma.

Du moins, il en aurait besoin à titre officiel. Mais Helena secoua la tête.

« Fondamentalement, il… Mais parfois un ancien général peut mourir sans avoir la chance de nommer un successeur, et dans ces cas-là, il serait soumis au vote des chevaliers… »

Attristée par l’inquiétude pour sa fille, Helena ne pouvait pas remplir ses fonctions, et la nomination d’un successeur était la chose la plus éloignée de son esprit. Et c’était à cette époque que les intrigues d’Hodram montrèrent leur effet.

L’aide d’Helena et ses amis s’y étaient opposés, mais ils avaient rapidement été réduits au silence. La lignée d’Hodram avait travaillé en sa faveur dès le début, l’élevant au rang de général de Rhoadseria.

« Cinq ans passèrent alors que j’attendais le retour de ma fille… J’avais déjà abandonné à ce moment-là… Même si je voulais venger la mort de mon mari, je devais savoir qui était responsable, et je ne pouvais pas la chercher sans indices… Vivre n’était que douleur. »

C’était compréhensible. Un enfant était le trésor d’un parent… Non, c’était la vie des parents eux-mêmes.

« Vous ne soupçonniez pas le général Hodram ? »

« J’avais mes soupçons, mais… »

« Aucune preuve ? »

Helena hocha la tête en silence.

À l’époque, de nombreux pays voyaient Helena comme une nuisance. Peu de monarques resteraient les bras croisés et laisseraient un autre pays renforcer ses forces militaires sans entrave. Cela s’appliquait même pour Xarooda, qu’ils avaient aidé à repousser O’ltormea dans le passé, et à leur voisin Myest.

« Peut-être avez-vous entendu comment, il y a cinq ans, un marchand d’esclaves opérant secrètement dans le pays a été exécuté ? »

Helena posa soudainement une question à Meltina, qui était stupéfaite.

« Hein ? Oui… ! Mais je ne connais pas tous les détails… »

La traite des personnes n’était généralement pas illégale sur cette Terre, mais n’était permise que pour les prisonniers de guerre d’autres pays et ceux qui avaient des dettes qu’ils ne pouvaient rembourser. À tout le moins, aucun pays ne tolérait que ses citoyens soient arrachés à la rue et vendus.

Mais on pouvait trouver un imbécile n’importe où, n’importe quand, et il y en avait qui faisaient leurs affaires ouvertement, même s’ils auraient fermé les yeux s’ils avaient agi avec modération. Le marchand d’esclaves décapité il y a cinq ans en était un.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire