Wortenia Senki – Tome 2 – Chapitre 2 – Partie 5

***

Chapitre 2 : Complots enchevêtrés

Partie 5

« Je vois… Dans ce cas, que pensez-vous qu’il se passe réellement? »

La princesse Lupis avait finalement rompu le silence.

« Il ne fait aucun doute que la faction des chevaliers est unie sous votre bannière, mais ils ne sont pas tous directement sous votre commandement. Si je devais me hasarder à deviner, ce général qui se disputait avec Meltina est le centre d’une autre faction… Ou peut-être que c’est l’inverse. Ce qui signifierait que la faction des chevaliers est centrée autour de lui, et vous n’êtes qu’une figure de proue symbolique ? Bien sûr, il y a aussi la possibilité qu’ils détestent tous Mikhail. »

Un autre long silence tomba sur la pièce. Les expressions sur les visages des deux femmes montrèrent clairement que leurs cœurs étaient en proie à des tensions en réponse aux paroles de Ryoma.

On dirait que je suis sur la bonne voie… Ce qui veut dire que je dois changer d’attitude. Non, je devrais d’abord écouter l’objectif de la princesse…

« L’avez-vous réalisé pendant l’audience de tout à l’heure ? »

« Oui. »

« Je vois…, » dit Lupis après un autre long silence.

Ryoma hochant la tête aux paroles qui suivaient.

« Je suppose que vous êtes vraiment une bonne affaire… »

« Votre Altesse… »

La voix de Meltina était pleine de regrets et de tristesse.

« C’est bon… S’il a vu tout cela si facilement, ça ne sert à rien d’essayer de faire passer les choses au second plan, n’est-ce pas ? » dit la princesse Lupis.

Celle-ci tourna son regard vers Ryoma.

« C’est comme vous l’avez dit… Je ne suis rien de plus qu’une figure de proue nominale pour eux. Le contrôle de ce pays est actuellement partagé entre le duc Gelhart, qui dirige la faction des nobles, et le général Hodram Albrecht, qui a la faction des chevaliers sous son contrôle. »

Un membre de la royauté qui n’avait pas de pouvoir réel. L’expression de Lupis devint sombre, comme si elle était tourmentée par sa situation humiliante.

« Je vois. Est-ce le général Albrecht qui s’est disputé avec Meltina ? »

« Correct. »

Même si elle le réprimandait, il avait une attitude qui ne se souciait pas de la façon dont les autres le voyaient. C’était de toute évidence une personne arrogante.

« Je crois que je comprends… Pouvez-vous nous expliquer la situation pour l’instant ? Je ne peux pas vraiment réfléchir à un moyen de changer les choses sans une vision claire de la carte politique. »

« Oui, bien sûr… » Lupis semblait être devenue pensive face aux paroles de Ryoma, puis elle s’était mise à parler.

« Je vais commencer par expliquer ce qu’est la faction des chevaliers. »

L’explication de Lupis prit une trentaine de minutes, et Meltina y ajouta quelques faits ici et là.

« Je vois pourquoi vous êtes pessimiste. La situation est plutôt mauvaise. »

C’était les paroles que Ryoma avait dites après avoir entendu l’explication de Lupis dans son intégralité.

« Même si la faction des chevaliers gagne ce conflit, il n’y aura que le pire avenir possible devant vous. »

Alors que le général Albrecht détiendrait tout le pouvoir réel, Lupis deviendrait superflue dès que le conflit avec la faction des nobles serait terminé. Le fait qu’on lui ait enlevé sa liberté et qu’on l’ait forcée à être enfermée était, ironiquement, une des moins terribles conséquences pour elle. Si Albrecht était le genre de personne à ne pas s’inquiéter de se voir imposer la stigmatisation de la trahison, il pourrait simplement réclamer le trône une fois que la faction des nobles en aurait fini. Non, il n’aurait même pas à usurper le trône, car il pourrait simplement garder Lupis sous son contrôle en tant que dirigeant fantoche.

En d’autres termes, il y avait deux conditions nécessaires pour que la princesse Lupis survive à cette lutte. Tout d’abord, ils devaient remporter la victoire sur la faction des nobles. L’autre condition était d’accroître l’influence de sa propre équipe, celle de la faction de la princesse, en mobilisant ses forces au point qu’elles pourraient résister à la tyrannie d’Albrecht.

La réalisation de l’un ou l’autre de ces objectifs serait un défi, mais s’ils n’atteignaient pas les deux, le sort de Lupis serait scellé. Et Lupis et Meltina le savaient bien.

Et moi qui trouvais que ça se passait un peu trop bien. Penser qu’un tiers seulement de la faction des chevaliers a juré fidélité à la princesse…

La faction de la princesse était comme des rats coincés, d’où leur intérêt à entendre ce que Ryoma, qui arrivait de nulle part, avait à dire. Ils s’agrippaient à n’importe quoi, tout cela pour survivre.

« Je veux faire de la princesse le vrai chef de ce pays ! Pouvez-vous faire en sorte que ça arrive ? »

« Meltina… Merci… »

Lupis remercia Meltina pour ses paroles ardentes et fidèles.

C’était la preuve qu’elles partageaient une relation de confiance qui allait au-delà de la simple relation maître servante.

« Très bien… Alors, laissez-moi revoir les conditions. D’abord, nous devons nous assurer que la princesse devienne la souveraine de Rhoadseria. Et nous devons aussi nous assurer qu’elle ne soit plus une marionnette entre les mains de la faction des chevaliers. Est-ce que j’ai bien compris la situation ? »

Les deux femmes hochèrent vigoureusement la tête.

« Dans ce cas, je pense que je peux arranger ça. Que vous teniez le trône longtemps après l’avoir conquis dépend de vos capacités, mais si je dois juste vous aider à retrouver votre vrai pouvoir, je peux y arriver. »

En fait, il était assez confiant. Il pouvait faire gagner Lupis.

« Vraiment ? »

« Oui. »

Les yeux du duo s’étaient remplis de bonheur et de doutes lors de la proclamation de Ryoma.

« Comment comptez-vous vous y prendre ? »

Meltina se pencha vers l’avant, comme si elle se renforçait.

« En amenant la faction neutre de notre côté. », répondit Ryoma.

Cependant, dès qu’elles avaient entendu sa réponse, leurs deux expressions s’étaient remplies de déception.

« Hmph… J’ai été stupide de croire un homme comme vous », chuchota Meltina, comme s’il avait juste essayé de lui mettre la puce à l’oreille.

« Oh ? N’aimez-vous pas mon idée ? »

« Bien sûr que non ! J’aurais pris l’initiative de le faire depuis longtemps maintenant si c’était possible ! »

« Oh, vraiment ? » demanda Ryoma avec un sourire sur les lèvres.

« C’est vrai ! N’importe qui aurait l’idée d’avoir la faction neutre à nos côtés pour améliorer notre position ! »

Ou plutôt, il n’y avait pratiquement pas d’autre moyen, si ce n’est de demander de l’aide aux pays voisins en échange des terres de Rhoadseria. Et il va sans dire que cela signifierait la destruction finale de Rhoadseria. S’ils voulaient que la princesse Lupis prenne en charge le pays tout en conservant son indépendance, ils devraient incorporer les forces internes du pays dans leur faction.

De plus, il était beaucoup plus réaliste de s’en prendre à la faction neutre, qui ne faisait que regarder sur la ligne de touche, que de s’attendre à diviser la faction des nobles qui s’opposait à eux ou la puissante faction des chevaliers.

« Je vois, alors vous avez essayé… Et personne ne vous a pris au sérieux. »

« Pourquoi, vous… ! »

Elle pensait probablement qu’il se moquait d’elle, parce qu’elle avait dégainé l’une de ses épées et l’avait pointée vers la gorge de Ryoma.

« Ne me regardez pas de haut ! »

Oui, c’est logique… Si elle se comporte comme ça à chaque petite raillerie…

Il avait supposé que Meltina avait une personnalité qui s’emportait assez rapidement d’après la façon dont elle s’est exprimée dans la salle d’audience, et il s’est avéré qu’il avait raison. Elle avait peut-être un beau visage, mais son tempérament était plein d’entrain. À cet égard, elle ressemblait un peu à Mikhail.

Sa loyauté envers la princesse est forte, mais… J’aurais aimé que Lupis trouve des gens plus brillants pour l’aider…

Cette pensée refit surface dans l’esprit de Ryoma, même si l’épée restait pointée sur sa gorge. Il comprit pourquoi la faction neutre avait rejeté son invitation.

« Arrête ! »

« Mais, Votre Altesse ! »

« Meltina ! Calme-toi ! »

Entendant la réprimande de la princesse Lupis, Meltina rengaina son épée, mais avec amertume.

« Tout bien considéré, je comprends pourquoi Meltina était bouleversée », dit la Princesse Lupis.

De la colère se fit entendre dans sa voix.

« Êtes-vous en train de dire que vous seriez capable d’amener la faction neutre de notre côté, même si elle ne le pouvait pas ? »

Bien qu’elle ait fait preuve d’une magnanimité royale, elle n’avait pas avalé les paroles de Ryoma sans aucune preuve, et elle était visiblement très ennuyée.

« Je suis sûr à 80 % que je le peux. »

Ryoma répondit à son regard avec un sourire amer.

« Mais avant ça, j’aimerais demander à Meltina de faire quelque chose. Cela vous dérangerait-il ? »

Meltina et la princesse Lupis échangèrent des regards suite à la question de Ryoma, puis hochèrent la tête en silence.

« Tu en as mis du temps. Ça s’est-il bien passé ? », demanda Sara.

Le soleil s’était couché sous l’horizon il y a quelques heures, et le rideau de la nuit se drapait dans le ciel. L’heure du dîner était dépassée depuis longtemps et la plupart des habitants du château étaient déjà dans leur lit. Malgré cela, les sœurs Malfist accueillirent Ryoma avec le sourire.

« Oui. Je suis surpris de voir que vous êtes encore éveillées à cette heure-ci. »

« Naturellement. Nous ne pourrions jamais dormir sans savoir que notre maître est revenu ! » dit Laura, Sara acquiesçant d’un signe de tête.

« Je n’aime pas le fait que vous soyez les seules encore éveillées… »

Il tourna son regard dans la pièce, où Lione était allongée, les jambes sur la table, tenant une bouteille d’alcool dans une main et envoyant un regard insatisfait sur son chemin.

« Que fais-tu ici, Lione ? »

« Oh, épargne-moi cette merde, espèce d’abruti ! J’ai été sur des charbons ardents tout ce temps à cause de ta petite conversation avec la princesse. »

Lione grogna, vidant le reste du contenu de la bouteille en une seule gorgée.

« Pour être honnête, ça ne me semble pas être une manière de dire ça. »

La vue des bouteilles de vin vides qui jonchaient la table ne l’avait pas non plus convaincue. Il ne savait pas quand elle avait commencé à boire, mais il y avait plus d’une douzaine de bouteilles.

« Soeurette croit en toi, mon garçon. »

Boltz, qui avait probablement bu avec Lione, gloussa en riant, le visage rougi.

« Tu parles trop, Boltz ! » cria Lione, avant que le sourire ne disparaisse de ses lèvres et qu’elle ne se tourne vers Ryoma.

« Alors, comment ça s’est passé ? Tout se passe-t-il comme prévu ? »

Elle avait apparemment dessoûlé depuis un moment, ce qui signifiait apparemment qu’elle buvait d’une manière responsable. L’expression de Boltz était aussi d’un grand sérieux. Des années de travail en tant que mercenaire leur avaient probablement inculqué des instincts de survie suffisamment profonds pour que ces instincts restent lucides, quelle que soit la quantité d’alcool qu’ils consommaient.

« J’ai pensé vous donner les détails demain, mais c’est encore mieux si vous êtes là maintenant. Sara, Laura, asseyez-vous là. »

« Euh… Et pour le dîner ? »

Les sœurs s’étaient habituées à superviser toutes les affaires de Ryoma. La salle à manger du palais était maintenant fermée, mais elles se tenaient prêtes à préparer quelque chose si leur maître leur disait qu’il avait faim.

« Ah, ça peut attendre plus tard. Je m’en contenterai pour l’instant. »

Ryoma s’était bourré les joues avec le bœuf séché que Lione grignotait pendant qu’elle buvait, et leur avait fait signe de s’asseoir.

« Comme tu veux. »

Après avoir confirmé que tout le monde était assis, Ryoma commença à expliquer ce qu’il avait appris lors de son audience avec la princesse.

« Quoi !? La position de la princesse était si inférieure !? »

Lione n’avait pas pu s’empêcher de hausser la voix face au rapport de Ryoma.

Boltz et les sœurs Malfist se taisaient, mais leurs expressions étaient remplies de tristesse.

« Ouaip… Qu’est-ce que tu vas faire ? »

Ryoma haussa les épaules avec un sourire amer.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire