Wortenia Senki – Tome 2 – Chapitre 2 – Partie 11

***

Chapitre 2 : Complots enchevêtrés

Partie 11

Et pourtant, Gelhart soutenait la princesse Radine parce qu’il avait absolument besoin d’un héritier de la lignée royale comme étendard s’il voulait s’opposer au général Albrecht. S’il s’opposait à la faction des chevaliers alors qu’ils soutenaient la princesse Lupis sans une icône similaire, il serait simplement qualifié de traître. Et si cela devait arriver, même ses camarades de la faction des nobles pourraient lui tourner le dos.

Gelhart lui-même pensait que c’était insensé, mais avoir une plus grande cause était absolument essentiel en temps de guerre. Même une cause fausse et fabriquée de toutes pièces…

Qu’il en soit ainsi. Même une fausse princesse deviendra une vraie princesse, tant que je la reconnais comme telle… Et si elle s’avère être fausse, je pourrai m’en débarrasser plus tard.

Avec cette pensée en tête, le duc Gelhart sourit. Maintenant qu’il avait une princesse comme cause de guerre, tout se résumait à la puissance militaire, et la faction des nobles avait la supériorité numérique. Ce fait ne serait pas renversé par la faction de la princesse qui accueillerait quelques nobles neutres.

La question est de savoir ce qui a poussé la faction de la princesse à agir tout d’un coup… Mikhail et Meltina ne sont pas si ingénieux. Qui est à l’origine de ce changement ?

Son avantage restait fort, de sorte qu’il pouvait l’ignorer, mais les machinations soudaines de la faction de la princesse n’étaient pas une évolution qu’il considérait comme favorable.

« Eh toi ! Viens ici tout de suite ! »

Après avoir rassemblé ses pensées, Gelhart appela son assistant se trouvant dans la pièce voisine.

« Vous avez appelé, milord ? »

« Oui. Les mouvements de la faction de la princesse m’inquiètent. »

« Devrions-nous envoyer des espions ? »

« Oui. L’argent n’est pas un problème ici, j’ai besoin que tu engages les gens les plus qualifiés que tu puisses trouver. »

L’assistant n’avait pas pu cacher sa surprise. Il savait très bien que son maître n’était pas du tout une personne extravagante avec l’argent.

« Et ensuite, qu’ils découvrent si la faction de la princesse a gagné une sorte de nouveau et sage conseiller… Si une telle personne existe, qu’elle soit tuée immédiatement ! »

Ce n’était pas une décision naïve de la part du duc Gelhart, qui avait remporté de nombreux conflits dans le passé. Il avait réussi à s’en sortir en étouffant les obstacles potentiels dans l’œuf et en prenant possession de l’autorité.

« Comme vous le voulez. »

L’assistant inclina la tête respectueusement et quitta à nouveau la pièce.

« Quiconque se met sur mon chemin, quoi qu’il arrive, sera écrasé sous mon pied ! »

Le duc Gelhart était résolu à utiliser n’importe quel moyen pour gagner, et gagner le doux fruit du pouvoir sur ce pays…

Un demi-mois s’était écoulé depuis que l’assistant du duc Gelhart avait ordonné l’enquête. C’était un après-midi. Un homme et une femme regardèrent Ryoma dans le dos depuis une ruelle, alors qu’il marchait dans les rues de la capitale Pireas.

« C’est donc notre cible actuelle, non… ? »

« Oui, c’est un mercenaire novice. Il ne peut pas encore utiliser la magie. Ce n’est pas vraiment un défi pour toi. »

Pour éviter les yeux des autres, les deux personnes portaient des robes et des cagoules pour se couvrir le visage, mais à en juger par leur voix, c’était une jeune femme et un homme d’âge moyen.

« Je m’interroge là-dessus. »

La femme dirigea un regard suspect sur l’homme.

« Vu la façon dont il se comporte, il n’a pas l’air d’un aventurier typique. »

« Doutes-tu de mes recherches ? »

L’homme semblait furieux de voir qu’on doutait de son travail.

« Il ne peut vraiment pas utiliser la magie, et c’est un débutant de rang E. Vérifies à la guilde toi-même si tu ne me crois pas. »

« Pour ton âge tu es rempli de talent, mais j’ai confiance en mon expertise, tu sais ? Pourtant, tu es le successeur du chef. Si tu n’es pas satisfait de mes méthodes, pourquoi ne pas dire au chef de demander à quelqu’un d’autre de s’en occuper pour toi ? »

Il était probablement très fier de son travail, son œil se rétrécissait en une fente et brillait d’une lumière froide.

« Je m’excuse. Je ne voulais pas dire ça comme ça, et je suis désolée si mes mots t’ont offensé. »

La femme inclina la tête sérieusement.

Un silence s’était installé entre les deux pendant un moment.

« Non, je suis désolé… J’en ai trop dit moi-même. »

L’homme murmura des paroles d’excuses silencieuses, sentant probablement que son attitude était immature.

« Ne te laisse pas déranger par cela. Et surtout, qu’en est-il de ces deux-là avec lui ? »

Le regard de la femme se fixa sur Sara et Laura, qui marchaient à côté de Ryoma.

« Ce sont d’anciennes esclaves. De toute évidence, elles le suivent partout où il va. Mais elles ont toutes les deux été entraînées comme esclaves de guerre, donc elles sont assez capables. Fais gaffe à elles si tu prévois de l’éliminer. »

« Compris. Merci. »

« Très bien, tu peux me laisser l’itinéraire. Tu devras te faufiler dès que les préparatifs seront terminés, alors repose-toi à l’auberge pour l’instant. »

Laissant ces mots dans son sillage, l’homme disparu dans l’allée.

« Ryoma Mikoshiba, hein… »

Après avoir été laissée seule, la femme murmura une fois de plus le nom de Ryoma avant de disparaître dans la foule.

Les rouages de l’histoire du continent occidental se déplaçaient à nouveau, le jeune homme nommé Ryoma Mikoshiba en était le pivot. Le ciel était clair et sans nuages.

Dans le château du duc Gelhart, situé au cœur de la citadelle d’Héraklion.

Sous le clair de lune bleu pâle, une fille se trouvait debout sur le balcon du château et elle leva les yeux vers le ciel nocturne, appuyée contre la barrière de sécurité. Quelles pensées avaient rempli ses yeux d’une telle douleur?

Saisissant la broche d’or suspendue dans la vallée de ses seins abondants, la jeune fille dit la seule question qui pesait sur son cœur.

« Qui… suis-je ? »

Ce doute était né ce jour-là, et même des mois plus tard, elle n’avait pas encore trouvé la réponse.

Non, il y avait déjà une réponse. La sensation froide et métallique de la couronne sur sa tête disait tout ce qu’il y avait à dire. Mais le cœur de la fille ne pouvait pas accepter cette réponse si facilement.

Cette tiare incrustée de pierres précieuses, reposant entre ses serrures en argent soigneusement peignées. Cette splendeur éblouissante était un privilège spécial que personne, à part cette fille et Lupis Rhoadserians, n’avait le droit de porter sur elles dans ce royaume de Rhoadseria.

Je suis de la royauté… ? Ce pays est… La reine de Rhoadseria… ?

Chaque fois que cette pensée lui traversait l’esprit, un frisson se précipitait sur sa colonne vertébrale.

Elle ne pouvait pas nier qu’elle avait une fois admiré et rêvé d’être une princesse, comme d’ailleurs la plupart des filles. Elle ne connaissait pas le visage de son père et avait été privée de sa mère avant même de pouvoir se souvenir d’elle-même. Ainsi, la seule chose qu’une orpheline esseulée pouvait posséder dans ce monde, c’était la liberté de rêver.

Elle rêvait d’être héritière d’une famille aisée. Elle rêvait que son père inconnu vivait encore quelque part et viendrait la chercher un jour. Elle rêvait qu’elle mangerait de luxueux repas à sa guise et porterait des robes de soie.

Alors qu’elle travaillait comme domestique dans le manoir d’un gouverneur d’un petit village agricole à la périphérie du royaume de Myest, le seul plaisir qu’elle eut fut de rêver.

Jusqu’à ce jour-là. Le jour où ces rêves cessèrent d’être de beaux fantasmes pour devenir réalité.

« Est-ce vraiment le bon chemin ? »

Cette seule petite question résonnait si fort dans ses oreilles.

Non. Ce n’est pas… À ce rythme, ce royaume entrera en guerre. Tout ça dans le but de faire de moi leur reine.

Beaucoup de sang serait versé et beaucoup de vies seraient perdues, tout cela pour son bien. Et elle n’était pas assez rêveuse pour ne pas réaliser la gravité de tout ça.

Honnêtement, elle croyait vraiment qu’il valait mieux qu’elle disparaisse tout simplement sans laisser de trace. C’était mieux pour elle et pour le royaume de Rhoadseria.

Je veux m’enfuir… Mais cet homme ne me le permettra plus.

Hélas, contrairement à ce désir de fuir, elle réalisa mieux que quiconque qu’elle avait dépassé le point de non-retour.

Oui, depuis ce jour-là. Depuis le moment où cet homme lui avait rendu visite et lui avait parlé, il n’y avait qu’un seul chemin sur lequel elle pouvait marcher. Lorsque le duc Gelhart, chef de la faction des nobles, devint son bailleur de fonds, elle avait perdu la liberté de partir.

Pas pour l’instant. Si elle essayait d’abdiquer de cette position, la responsabilité d’avoir semé les graines de la discorde dans le royaume lui incomberait entièrement.

Elle était née et avait grandi en tant que roturière, et elle savait à quel point les gens au pouvoir étaient plus égoïstes et indifférents qu’elle ne l’aurait jamais cru. Et de son point de vue, le duc Gelhart était le modèle le plus typique du noble.

Cet homme ne reculera devant rien pour se protéger et protéger le nom de sa famille…

Si les circonstances se retournaient contre lui, le duc Gelhart lui imposerait toute la responsabilité sans qu’il pense une seconde à la protéger. Et s’il le faisait, elle n’aurait aucun soutien et aucun moyen de lui résister.

Et il va sans dire que la punition pour s’être fait passer pour un membre de la famille royale était la mort.

Je suppose que c’est inutile… Le coup le plus sage à faire maintenant, semble-t-il, est de passer son tour.

Cependant, bien que son esprit l’ait parfaitement compris, son cœur n’était pas convaincu.

Cette fille s’appelait Radine Rhoadserians. C’était l’une des deux seules héritières du royaume de Rhoadseria.

Alors que les pressions de l’anxiété et du devoir l’atténuaient, Radine cherchait désespérément un moyen sur lequel elle pourrait s’efforcer… un moyen qui lui permettrait de survivre.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre. Ce point de vue ne figurait pas sur l'autre version me semble t'il.

Laisser un commentaire