Wortenia Senki – Tome 2 – Chapitre 1 – Partie 5

***

Chapitre 1 : Assaillant

Partie 5

Même s’il n’avait aucun sens du danger, il avait apparemment assez la tête sur les épaules pour se rendre compte quand on se moquait de lui. Lione secoua la tête avec pitié devant le tempérament de l’homme, et les lèvres de Boltz se contorsionnèrent avec dédain.

« Tu es de rang B, n’est-ce pas ? Et bien sûr, tu as la force qui te permet de soutenir ce rang. Mais quand il s’agit de juger, ce garçon là-bas t’a battu. »

Les paroles de Lione incitèrent tous les mercenaires présents à tourner leur regard dans la direction de Ryoma.

« C’est peut-être moi qui t’ai appelé, mais c’est ce garçon qui a parlé le premier. »

Une secousse déferla sur les mercenaires.

« Hehe ! Recevoir des instructions d’un gamin comme ça ? Je suppose que c’est trop en demander pour Lione du Lion cramoisi ! »

L’homme cria, le visage rouge.

« Ce gamin est un novice ! Je ne sais pas à quoi pense le chef de guilde, pour envoyer un amateur comme lui pour s’occuper de la sécurité ! Qui se soucie de ce qu’un gosse sans expérience a à dire !? »

C’est vrai, Ryoma était la plus jeune personne présente. Il avait seize ans, mais son visage mature lui donnait l’air d’avoir une vingtaine d’années. Pourtant, tout le monde autour de lui était au moins dans la trentaine. Si son rang de guilde correspondait au leur, les choses seraient différentes, mais Ryoma était incontestablement encore un débutant, il était de rang E, et pour couronner le tout, puisqu’il n’avait pas encore gagné aucune magie, il était toujours au niveau 0.

C’était logique pour le mercenaire d’ouvrir la bouche devant Lione après qu’elle l’ait humilié, mais Lione n’allait pas non plus l’amener à ouvrir la bouche en s’asseyant. Pour les mercenaires, rien n’était plus important que la force et l’honneur. Quiconque reculerait devant quelqu’un qui le traiterait comme un imbécile ne survivrait pas en tant que mercenaire à l’avenir.

« Aaaah!? As-tu oublié à qui tu parles ici… ? »

Sa voix était calme.

Mais Ryoma ne pouvait voir cela que comme le calme avant la tempête, et apparemment les autres mercenaires ressentaient la même chose, car tous les applaudissements qui suivaient lorsqu’il avait couvert sa bouche plus tôt étaient morts. Un long silence s’était abattu sur l’endroit.

« Très bien. Je comprends ce que vous ressentez tous. »

Boltz, qui avait pensé que le moment était venu de rompre le silence, apaisa l’air tendu.

Aucun d’entre eux ne voulait vraiment contrarier le capitaine du Lion cramoisi, qui détenait le plus de pouvoir dans le groupe.

« Nous ne gagnerons rien de concret dans cette conversation de toute façon, alors que diriez-vous d’en arrêter là pour aujourd’hui ? »

Acceptant la suggestion de Boltz, les mercenaires s’étaient levés précipitamment. Lione n’avait pas non plus l’intention de se disputer avec eux plus longtemps, elle les regardait simplement battre en retraite.

« Eh bien, c’est vraiment une situation merdique… », murmura Lione.

Boltz et Ryoma acquiescèrent tous les deux à ses paroles.

Ils ne pouvaient pas faire grand-chose contre les mercenaires lourdauds, mais laisser leurs camarades mourir pour ça n’était pas non plus acceptable.

« On dirait qu’on a une jolie petite galerie de crétins rassemblés ici… » dit Boltz en soupirant.

Malgré le calme qu’il semblait avoir en surface, il semblerait que cet homme avait un certain mécontentement face à leur attitude

« Pas la peine de se vanter. »

Lione hocha la tête en entendant ses paroles.

« Si on ne pense pas à une contre-mesure au cas où les choses tournent mal, on aura des ennuis. »

Elle jeta alors un regard pénétrant dans la direction de Ryoma.

« Quels sont tes projets maintenant, mon garçon ? As-tu une idée brillante ? »

« Pour l’instant, je ne pense pas que nous puissions faire grand-chose d’autre que de nous concentrer sur notre travail. On ne peut pas rejeter la demande juste parce que les choses sont un peu suspectes. »

C’était une demande officielle qu’ils avaient acceptée de la guilde, et s’ils la rejetaient sans raison valable, la guilde leur imposerait de lourdes peines. Le sentiment que cette demande semblait suspecte ne serait pas considéré comme un motif valable pour démissionner d’une demande officielle.

« Oui, c’est logique. Mais garçon… S’il y a vraiment un piège dans cette demande, qu’est-ce que tu crois que ça pourrait être ? »

« Peut-être, nous utiliser comme appât pour attirer quelque chose ou quelqu’un. Dans ce cas, nous devrions probablement mettre en place un plan de retrait. »

Il n’avait aucune base pour cette théorie, mais le fait qu’ils soient là pour servir d’appât pour attirer les bandits semblait correspondre à tout ce qu’ils savaient. Ryoma répondit aux paroles de Lione par un profond soupir.

Ryoma savait très bien qu’il y avait quelque chose qui clochait dans cette demande. Mais tout ce qu’il pouvait faire, c’était d’obtenir le soutien de Lione et de faire un plan de secours comme assurance au cas où les choses tournent mal.

Quatre jours s’étaient écoulés depuis la rencontre avec les mercenaires, et ils n’avaient pas rencontré un seul problème pendant leur voyage. Pas un seul invité indésirable, bandit ou monstre, n’était descendu sur eux.

C’était vraiment un voyage sûr et paisible. Et bien sûr, s’il ne se passait rien, ce serait en soi une bonne chose. Il y eut quelques petits affrontements entre Ryoma et les autres mercenaires qui ne faisaient pas partie du groupe du Lion Cramoisi de Lione, mais ce n’étaient que des broutilles.

Mais Ryoma était convaincu. Les moments les plus calmes étaient ceux qui annonçaient l’arrivée d’une tempête…

Et l’après-midi du septième jour après leur départ de Pherzaad, la prémonition de Ryoma s’avéra exacte.

Une pluie de flèches tomba sur eux.

Cela s’était passé alors qu’ils traversèrent une forêt près de la frontière de Rhoadseria. Des flèches avaient soudainement été tirées depuis les arbres des deux côtés de la route.

« C’est quoi ce bordel !? »

« Embuscade ! »

« Qu’est-ce que vous faites !? Protégez les chevaux ! »

Tandis que les soldats élevaient la voix, paniqués, l’un des marchands sortit pour les gronder.

« Calmez-vous ! Ne cassez pas la formation ! »

Des avertissements quittèrent les lèvres des mercenaires qui montaient la garde autour des voitures. Il y avait dix voitures au total dans la caravane, les marchands étant assis aux sièges du conducteur. Les mercenaires les gardaient en montant à cheval à leurs côtés.

Même les mercenaires expérimentés étaient surpris d’être attaqués par surprise, mais Ryoma regardait les marchands avec méfiance, car ils semblaient donner des ordres calmement malgré le chaos qui les entourait.

« Tout le monde, calmez-vous ! Cachez-vous des flèches ! Utilisez des planches, des manteaux, tout ce que vous pouvez trouver ! Couvrez vos têtes et bloquez les flèches aussi longtemps que possible ! »

Leurs ordres étaient parfaits et précis. Mais, soumis à un tel barrage de flèches, une telle façon d’ordonner les autres était probablement idéale.

« Maître Ryoma ! »

« Oui. On dirait que ça se passe maintenant. Tout le monde, écoutez ! »

Contrairement aux autres mercenaires, la voix de Ryoma ne tremblait pas de surprise.

« Comme nous en avions convenu tout à l’heure, la protection des chevaux est une priorité absolue ! Ne vous occupez de rien d’autre. »

Ryoma avait déjà prédit que quelqu’un pourrait attaquer la caravane, mais il y avait encore des questions en suspens. À savoir, qui, quand et pourquoi ils avaient attaqué.

« Tu es prête, Sara ? Tout se joue maintenant. »

« Oui, je sais. Mais Laura… »

Ryoma hocha la tête silencieusement en entendant Sara. Ils avaient vérifié la carte à l’avance et avaient noté que cet endroit serait l’endroit le plus propice à une embuscade, alors ils avaient déjà mis en place des contre-mesures face à cette attaque hypothétique. Il ne restait plus qu’à mettre ce plan en œuvre.

« Ça va bien se passer. Nous pouvons faire confiance aux mercenaires que Lione a placés avec elle… »

Ryoma balança la lance dans sa main, abattant les flèches qui arrivaient.

« Le reste dépendra du temps qu’on pourra les garder à nos trousses… Merde, je savais que ça finirait comme ça ! »

La voiture sur laquelle Ryoma et Sara montaient recevait beaucoup plus de tirs de flèches que les autres. Pour preuve, il n’avait fallu que peu de temps pour que la voiture de Ryoma soit recouverte de flèches au point qu’elle ressemblait plus à un coussin à épingles. L’intention des agresseurs était donc claire.

« Maître Ryoma ! Prends ça ! »

Elle avait enlevé une partie du chariot pour servir de bouclier.

Ryoma claqua la langue, prenant la porte en bois qu’elle lui avait donnée pour protéger le siège du conducteur de l’agitation des flèches.

Je savais qu’il y avait quelque chose de louche, mais ils sont après nous. Ce qui veut dire que Wallace a mis ça en place… La question est de savoir qui l’a poussé à le faire…

Le candidat le plus évident était l’empire d’O’ltormea. Cela faisait plusieurs mois qu’il s’était débarrassé de la poursuite de la princesse Shardina, il ne serait donc pas surprenant qu’elle ait déjà agi de cette manière. Cependant, Ryoma décida d’arrêter de penser pour l’instant.

Suis-je stupide ou quoi… ? Je dois maintenant me concentrer sur le fait de rester en vie. Je peux laisser l’enquête pour plus tard.

Ce qui importait, c’était de survivre à cette situation…

Le déluge de flèches s’était finalement arrêté. En termes de temps, cela n’allait durer probablement que quelques dizaines de secondes, mais pour Ryoma, c’était comme si cela allait durer une éternité.

Sept mercenaires avaient été touchés et tués par la pluie de flèches. Une cinquantaine de mercenaires avaient été engagés pour garder la caravane, et environ un septième d’entre eux étaient mort dans la première vague. De plus, la plupart des chevaux attachés aux voitures avaient péri dans l’attaque. Les seuls chevaux indemnes étaient ceux de la voiture de Ryoma et ceux des mercenaires.

Ryoma jeta un regard rapide autour de lui. Sa voiture était juste au centre de la caravane, ce qui signifiait qu’il n’y avait nulle part où aller ni devant ni derrière.

« Sara, avance le carrosse ! »

Sur l’ordre de Ryoma, Sara serra les rênes et regarda la route en face.

« Je ne peux pas. Les autres chariots bloquent la route. »

La ligne avait quitté sa formation à cause de l’attaque. La route aurait dû être assez large pour s’adapter à la largeur du carrosse, mais les choses étaient différentes avec ces chariots qui bloquaient le passage. Le positionnement était étrange, presque comme si tout avait été mis en place pour piéger Ryoma.

Entendant la réponse de Sarah, Ryoma claqua sa langue et jeta son regard derrière eux. La route était aussi bloquée là-bas aussi.

« Garçon ! »

Lione s’approcha de lui et les membres de son groupe le suivirent.

Comme ils l’avaient un peu prédit, le groupe de Lione n’avait subi aucune perte. Ils s’en étaient tous sortis avec des blessures mineures. Les mercenaires qui étaient morts sont ceux qui n’avaient pas pris les paroles de Ryoma au sérieux.

Tout d’un coup, des cris de guerre éclatèrent par-derrière.

« Les voilà qui arrivent… »

Les flèches étaient destinées à les clouer tandis qu’un autre groupe descendait en piqué pour les attaquer. Une tactique sûre et fiable qui restait fidèle à l’essentiel. S’ils n’avaient pas vu venir l’attaque, Ryoma et son groupe auraient certainement été tués à ce moment-là. Le raid était aussi méticuleusement planifié.

« Garçon ! » s’exclama Lione avec irritation en entendant Ryoma marmonner pour lui-même.

« Lione… Tiens-t’en au plan. »

Il lança un regard aussi aiguisé qu’une lame sur elle.

Il ne restait plus une trace de son visage habituel et agréable. Lione hocha la tête, comme submergée par les paroles inébranlables de Ryoma. Ils s’étaient déjà mis d’accord sur ce qu’il fallait faire si leur chemin de fuite était coupé.

« Je sais. On va faire sauter les chariots devant nous afin d’ouvrir un chemin ! »

Ignorant les protestations des mercenaires autour d’elle, Lione ordonna à l’un des membres de son groupe d’avancer et de détruire leur obstacle.

« Sœur… Tu es sérieuse ? Vas-tu vraiment abandonner les marchands ? »

Tandis que son subordonné la regardait d’un air effrayé et accroché, Lione lui répondit avec des yeux froids.

« Arrête de jacasser et fais-le ! Si tu n’aimes pas mes ordres, tu peux rester ici et mourir, crois-tu que je n’ai que ça à faire ! »

« Ah… Sœur… »

« Je ne te dis pas de me croire ! Mais si tu veux vivre, fais ce que je te dis ! »

Lione avait fait taire les autres mercenaires avec ses cris.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

  1. Ethan Nakamura

    Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire