Wortenia Senki – Tome 1 – Épilogue

***

Épilogue

« Qu’est-ce que ça veut dire !? »

Une voix colérique retentit dans la salle d’audience.

C’était la voix du ministre au sang de fer, Durnest. L’empereur qui se tenait au-dessus de la salle d’audience écouta les paroles de Shardina, son coude reposant sur l’accoudoir de son trône.

« Voilà qui conclut mon rapport. Vous pouvez faire ce que vous voulez. »

Devant l’empereur se trouvaient Shardina et Saitou, ainsi que Celia Rolfe et Orlando, les commandants des équipes de recherche.

Les souvenirs des quelques jours qui avaient suivi l’incident refirent surface dans l’esprit de Saitou. Après que Ryoma et son groupe se soient enfuis, Shardina avait attendu l’aube et rassembla les soldats envoyés dans la forêt. Elle avait parié qu’elle pourrait encore rattraper Ryoma, et avait jeté toutes ses forces à cette poursuite. Elle ne le laisserait s’enfuir qu’aussi longtemps qu’elle n’avait pas les forces nécessaires pour le traquer, et une fois ses soldats rassemblés, la situation allait changer. Cependant, Shardina n’avait finalement pas pu trouver Ryoma.

« Alors, tout ça pour rien… »

« Je ne pense pas que cela aurait pu être évité… Il nous a fallu trop de temps pour rassembler les troupes… » Saitou répondit à son murmure.

Ryoma avait probablement supposé qu’il serait poursuivi. Une personne normale interpréterait les paroles de son adversaire de la façon qui lui convenait le mieux, et une telle personne croirait qu’elle ne serait pas poursuivie tant qu’elle n’aura pas quitté la frontière. C’était le fait que Ryoma n’ait jamais fait ce genre d’erreurs naïves qui l’avait rendu si formidable.

« Retournons à la capitale. »

Ces mots firent grimacer Saitou. Maintenant qu’ils n’avaient pas réussi à capturer Ryoma, ils n’avaient plus de raison de traîner dans la forêt. Il leur faudrait aussi lever le blocus au poste-frontière, sinon leur économie risque d’en souffrir. Cela s’appliquait aussi au groupe de Celia dans le sud.

Mais bien qu’il l’ait parfaitement compris, Saitou ne pouvait pas facilement accepter cette décision, car il n’était pas satisfait de la façon dont Shardina avait géré la situation. Ne pas appréhender Ryoma était une énorme gaffe, et le pire n’était pas qu’ils n’avaient pas réussi à l’attraper, mais le font qu’ils avaient réussi et qu’il s’en était quand même tiré malgré cela. Il y avait même eu des pertes parmi leurs chevaliers. Même s’ils ne pouvaient pas s’attendre à ce que Ryoma ait des collaboratrices, il n’y avait pas moyen de contourner le fait que Shardina avait échoué dans son travail.

« Durnest va bouillir comme une marmite après ça. »

Saitou pouvait facilement imaginer le ministre leur crier dessus dans la salle d’audience de l’empereur. Comme son nom l’indiquait, c’était un homme d’État ayant une volonté d’acier et la détermination de verser son propre sang si nécessaire. Même un membre de la royauté comme Shardina ne le ferait pas changer d’attitude.

« Lady Celia causera aussi des problèmes. »

La personne morte de sa famille avait fait d’elle la plus zélée de toutes les personnes impliquées dans cette mission. Comment lui expliqueraient-ils cela ?

« Eh bien… On va trouver quelque chose. Celia n’est pas idiote. Si on explique la situation, je doute qu’elle essaie de trouver d’autres fautes. »

Cela pourrait être vrai si elle s’était trouvée dans n’importe quelle autre situation…

Saitou doutait qu’elle garde le même sang-froid sachant qu’un membre de sa famille avait été tué. Shardina, en lisant ses pensées dans son expression, haussa les épaules.

« Je vais m’en occuper. Quoi qu’il en soit, nous n’avons d’autre choix que de retourner auprès de l’empereur. »

Cela dit, Shardina quitta la forêt et se regroupa avec Celia. Et maintenant, elle ne pouvait attendre son jugement qu’après avoir expliqué tout ce qui s’était passé.

« Même une princesse impériale ne peut être pardonnée pour un tel échec ! »

« Durnest. Tais-toi un moment. »

La voix de l’empereur réduisit les paroles de Durnest alors qu’il se préparait à la gronder encore plus sévèrement.

Saitou effaça les pensées dans son esprit et focalisa toute son attention vers l’empereur.

« Je n’ai pas l’intention de trouver une faute dans la façon dont Shardina a géré la situation. »

Sa voix grave résonnait dans la salle du trône.

« Mais… Votre Grâce ! »

Durnest fit une mine étonnée.

« Obéis-moi, Durnest ! », dit l’empereur en tapant sur l’accoudoir avec son coude.

« C’est vrai, Shardina n’a pas rempli ma mission. C’est un fait. Mais l’habileté de l’homme était au-delà de toute prédiction. Qu’aurait-elle pu faire différemment ? »

Les paroles de l’empereur avaient laissé Durnest à court de mots. Et il avait raison. Le fait qu’ils l’aient attrapé une fois était presque un miracle étant donné qu’ils n’avaient pas de nom ou de visage pour le trouver. Durnest le savait.

« Mais nous ne pouvons pas laisser cette personne s’échapper. »

La dignité de l’empire était en jeu, et c’était la partie la plus importante de toutes pour Durnest.

« Je sais. Cependant, Shardina et Saitou sont tous deux des membres essentiels des forces de mon empire. Même si c’est pour tuer l’homme méprisable qui a tué Gaius, je ne pouvais pas me permettre de les faire sacrifier pour lui et affaiblir ainsi mon empire. »

Peu importe la faible probabilité, ils ne pouvaient se permettre de perdre le capitaine et le vice-capitaine des Chevaliers Succube, la fierté et la joie de l’empire. C’est exactement maintenant, quand ils sont affaiblis par la mort de Gaius, que la perte d’un plus grand nombre de personnes qui pourraient compenser cette perte entraverait leurs plans de domination.

Compte tenu des nombreux facteurs en jeu, les choix de Shardina étaient judicieux.

« Cependant… »

Le regard de l’empereur tomba sur Shardina.

Ce n’était pas les yeux d’un père regardant sa fille, mais ceux d’un roi ordonnant un vassal.

« Aussi inévitable que cela ait pu être, vous n’avez toujours pas obéi à mes ordres. Désormais, je vous ordonne de prendre la place de Gaius et de conquérir les pays de l’Est ! »

Shardina et les quatre autres présents baissèrent la tête en même temps. Ils s’étaient rendu compte qu’à la place d’une punition, l’empereur leur avait accordé une nouvelle affectation pour en recueillir les mérites et compenser leurs échecs.

« Nous répondrons à vos attentes, à tout prix ! »

La voix de Shardina résonnait dans la salle du trône.

Ce jour-là, l’empire d’O’ltormea commença sérieusement sa conquête des terres de l’Est, un mouvement qui allait continuer à impliquer l’évadé Ryoma Mikoshiba. Le continent occidental était à la veille d’un grand événement.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Ethan Nakamura

    Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire