Vivre dans ce monde avec la compétence Couper & Coller – Chapitre 52

***

Chapitre 52 : Construisons une baignoire!

À l’aube, j’étais allé puiser de l’eau pour me laver le visage. Et bien que l’utilisation de mon caillou avec l’eau continu soit également acceptable, je pensais néanmoins que je me sentirais plus rafraîchi en utilisant de l’eau de puits froide pour me laver le visage quand je me réveillerai.

Comme Aisha avait pris soin de moi en préparant le dîner d’hier, j’avais pensé que je ferais le repas d’aujourd’hui.

Tout en me sentant rafraîchi après m’être lavé le visage, j’avais commencé à préparer le petit-déjeuner.

Après avoir fini tout à part l’assaisonnement de la nourriture, Aisha s’était réveillée. On dirait qu’elle avait nettoyé jusqu’à assez tard la nuit dernière, car il était rare qu’elle eût l’air tant endormie le matin.

« Désolée de ne pas aider pour le petit-déjeuner, » me déclara-t-elle.

Alors que je souriais en lui disant de ne pas s’en soucier, elle souriait alors qu’elle commençait silencieusement à m’aider à assaisonner la nourriture.

« C’est presque fini, alors tu devrais y aller doucement. Après tout, tu m'as choyé hier, » lui avais-je déclaré.

Alors que je l’avais dit ça, elle avait fini d’assaisonner la nourriture. Comme prévu de la compétence de Cuisine de niveau 6, elle avait de bonnes compétences.

« Je pensais discuter avec toi du choix de l’artisan pour le bain comme je te l’avais dit hier après avoir fini notre repas. Est-ce que tu connais un artisan qualifié ? » demandai-je.

« Oui, il y a le nain que la guilde appelle pour ce genre de travail, alors pourquoi n’essayons-nous pas de lui rendre visite ? » me répondit-elle.

Un artisan nain ! Il semblerait qu’il soit habile ! Il pourrait avoir quelques bonnes idées, et il pourrait y avoir d’autres choses que nous pourrions lui demander après cela...

Nous devons essayer de discuter avec cet artisan !

 

***

 

Guidés par Aisha, nous étions arrivés chez l’artisan nain en question.

Ma maison était construite à la limite de la ville, mais l’atelier de l’artisan était également installé à la périphérie. Les environs de ma maison n’étaient rien d’autre que des terres vides, donc je me sentais un peu isolé, bien que...

Il y avait quelques bâtiments comme un atelier et un bar ici, il y avait aussi beaucoup de circulation, donc même si ça s’appelait la périphérie, ça ressemblait à un endroit animé.

« Monsieur l’artisan, es-tu présent ? »

Aisha ouvrit la porte d’entrée et salua. Après qu’elle l’ait fait, une naine qui était assise dans un endroit semblable à une réception avait répondu.

« Oh mon Dieu, si ce n’est pas Aisha. As-tu besoin de quelque chose du Maître ? Attends un moment, je l’appelle tout de suite. »

La réceptionniste qui avait un discours inhabituel avait couru à pas lourds vers l’arrière de l’atelier..

Peu de temps après, un nain avec un visage noir couvert de suie, sans doute parce qu’il travaillait sur quelque chose, et d’une assez grande taille pour un nain, était apparu.

« Oh, si ce n’est pas Aisha ! J’ai entendu dire que tu venais de quitter la guilde, j’étais inquiet, tu sais. »

Celui qui avait parlé Aisha avait un sourire qui traversait tout son visage, et il semblait être l’artisan de cet atelier.

« Eh, je suis désolée pour la soudaine démission. J’allais me marier, alors... »

Comme Aisha avait regardé dans ma direction en disant cela, l’artisan avait pris conscience de ma présence pour la première fois.

« Bonjour ! Je m’appelle Myne ! »

Alors que je le saluais de ma manière habituelle, l’artisan semblait un peu décontenancé, mais il afficha immédiatement un large sourire en montrant ses dents.

Tout comme mes parents me l’avaient appris, les salutations étaient importantes !

« Ah, vois, ah vois, alors tu es Myne. Je suis Roku, le propriétaire de cet atelier. Rappelle-t’en. »

Tandis que Roku riait de bon cœur, il me frappa violemment le dos.

... Ça faisait mal, mais il semblait être une bonne personne.

Voyant mon dos applaudi, Aisha avait souri avec ironie et elle regarda vers moi. Non, ne fais pas que regarder, j’aimerais que tu lui dises d’arrêter.

L’artisan me tapa dans le dos pendant un moment, mais il arrêta de frapper, probablement satisfait, et caressa sa magnifique barbe avant de nous reparler.

« Et pourquoi êtes-vous venu ici ? Est-ce pour nous annoncer votre mariage ou quelque chose de ce genre ? »

« Non, nous voulions construire un bain chez nous, nous sommes donc venus discuter. »

Après ça, j’avais parlé de mon projet à l’artisan.

Une baignoire spacieuse.

Quelques bosses de 3 cm x 3cm sur le côté de la baignoire.

Le mécanisme de fabrication d’eau chaude et le mécanisme d’insertion de l’eau n’étaient pas nécessaires.

Le système de drainage utiliserait un outil magique, et l’eau s’accumulerait dans un réservoir de filtration, et pourrait ensuite être réutilisée pour des usages domestiques.

« Es-tu vraiment d’accord avec ça ? Une installation sans chaudière est gênante, tu sais ? »

Il semblerait que généralement, un outil magique dédié était utilisé pour puiser l’eau du puits, ou une source d’eau. Il était ensuite chauffé dans un poêle dédié, qui était ensuite versé dans un pot de fer.

À cause de cela, le coût d’installation, avec le prix des outils magiques qui étaient ridiculement chers, le projet aurait pris beaucoup plus de temps.

Avec ce goulot d’étranglement, les bains ne se propageaient pas auprès du grand public.

« Oui, ce n’est pas un problème ! »

Bien que l’artisan avait été perplexe, il avait ajouté : « Si tu le dis ». Et il avait entrepris la construction du bain pour ma maison. Puisqu’il semblerait que le planning de l’atelier était vide en ce moment, ils allaient immédiatement se lancer dans l’élaboration de la baignoire à partir d’aujourd’hui.

L’artisan avait dit qu’il amènerait quelques-uns de ses disciples et viendrait chez moi une fois qu’il aura fini ici. Et ainsi, il commencerait le travail sur le site.

La conversation progressait plus vite que je ne le pensais.

Et ainsi, ça pourrait être fini à temps avant que Sylphide ne revînt. J’étais vraiment reconnaissant envers l’artisan.

***

« Qu’est-ce que c’est, est-ce la maison de Dyne ? Es-tu le fils de Dyne, Myne ? »

Alors que je guidais l’artisan vers ma maison, j’avais été soudainement surpris. J’avais entendu dire qu’il était l’ami de mon père.

Père, je savais que tu avais un grand cercle d’amis, mais... le Boucher, l’Alchimiste, le propriétaire d’une boutique d’armes, le propriétaire d’une boutique d’armures... et aussi cet artisan...

N’était-ce pas un peu trop large ?

En découvrant que j’étais son fils, l’artisan était devenu incroyablement enthousiaste. Je l’avais entendu marmonner qu’il pouvait altérer la maison de Dyne, mais il ne tolérerait aucun compromis.

Comme s’il était devenu une autre personne, il avait appelé ses disciples.

« Écoutez-moi ! Vous feriez mieux d'exceller dans votre travail ! »

Aisha et moi nous avions regardé ça avec un sourire ironique face à sa vigueur.

Motivés par l’artisan, les disciples semblaient également avoir été enthousiastes, et ils avaient complété le design intérieur en un clin d’œil.

De plus, il semblerait évidemment que c’était plus extravagant que les arrangements convenus.

« A-artisan... c’est plus grand que ce que nous avons convenu ! »

Même si j’avais une marge de manœuvre financière, j’avais quand même quelque chose comme un budget, alors...

« Ne t’inquiète pas, on le fait pour la somme convenue. Laissons cela de côté. Tu devrais avoir hâte de le faire, on va faire un bain étonnant qui ne perdra pas même face à des auberges de haute qualité. »

Aah, le comportement de l’artisan devenait imprudent.

Je ne pouvais plus l’arrêter...

À la fin, la construction s’était poursuivie jusque tard dans la nuit, et tout avait été achevé à l’exception du chauffe-bain.

Comme il avait dit que la salle de bain était interdite pendant un certain temps pour des raisons d’hygiène ou quelque chose de ce genre, je n’avais pas vu la salle de bain terminée, mais ça allait probablement devenir quelque chose d’incroyable, hein...

Quand les artisans, y compris les disciples, étaient revenus, leurs visages d’hommes qui avaient accompli quelque chose semblaient étrangement impressionnants.

Je me demandais si tout allait bien, j’avais le sentiment que cela dépassera largement mon budget, quoi que...

Le jour suivant, un disciple était venu nous dire que le travail serait suspendu aujourd’hui, car l’établissement de la baignoire prendrait du temps. Monsieur le Disciple... ces poches sous les yeux, ne me dites pas que vous y travaillez depuis que vous êtes revenus ?

Le lendemain, il s’agissait du huitième jour depuis que Sylphide était retournée vers la capitale. Si elle revenait tôt, alors ça devrait être n’importe quand dès maintenant.

Jusque-là, je voulais la surprendre avec l’achèvement du bain d’une façon ou d’une autre. À proprement parler, il avait été convenu qu’il soit terminé pour aujourd’hui, mais... l’artisan avait agi inconsidérément et construisait une salle de bains qui dépassait même celle des auberges de luxe, il était donc difficile de dire si elle serait terminée à temps.

Cependant, je ne pouvais pas demander des choses déraisonnables aux personnes qui avaient travaillé dur pour le terminer dans l’atelier jusqu’à en avoir des valises sous les yeux.

Le matin s’était transformé en après-midi, et l’artisan avait amené ses disciples à ma maison pendant que je me détendais.

« On a fait la meilleure baignoire possible ! »

Tout en disant cela avec un sourire qui s’étendait sur tout son visage, il se dirigea vers la salle de bain qui était en construction.

Il semblait avoir vraiment prévu de la finir aujourd’hui. J’avais entendu cela par l’artisan après, mais... il avait dit que faire le meilleur produit et se conformer à la période de construction même si quelque chose était arrivé à mi-chemin était un devoir d’artisan.

Bien qu’on pouvait réellement dire qu’il agissait inconsidérément, l’artisan travailla selon le plan de trois jours qu’il avait d’abord énoncé.

Aisha m’avait présenté un très bon artisan, n’est-ce pas ?

Il y avait aussi l’affaire avec mon père, mais cette attitude était quelque chose pour laquelle je devrais mener l’enquête.

... Eh bien, je pensais cependant que les disciples avaient certainement des pensées suicidaires.

J’étais vraiment désolé pour eux !

Environ deux heures plus tard... le bain que l’artisan avait mis tout son cœur avait été achevé.

« Pour des raisons hygiéniques on ne pouvait pas l’utiliser maintenant, alors est-ce que cela sera possible si je l’utilise demain ? Ah, c’est vraiment un chef-d’œuvre. »

Le prix initial convenu était de 800 pièces d’or. Cependant, en regardant la salle de bain terminée, c’était inexcusable pour sa qualité, même au regard d’un profane comme moi.

Quand j’avais jeté un coup d’œil à la salle de bain, j’avais vu qu’il s’agissait d’une salle de bains extravagante, plus grande que la salle de bain du pavillon de la cloche d’argent où nous avions séjourné dans la ville d’Adol.

La question de la taille était en fonction du point de vue, puisque j’avais demandé une salle de bains plus grande, mais le voir et l’entendre était complètement différent.

En outre, selon l’artisan, le sol était fait à partir d’une pierre (j’ai entendu le nom, mais je ne me souviens pas tout à fait), un matériau de haute qualité.

Il semblerait que cette pierre était difficile à positionner, de plus l’eau sécherait facilement, donc son coût était élevé et principalement utilisé dans les salles de bains.

De plus, les murs étaient recouverts de planches qui dégageaient une agréable odeur. Comme dans une forêt, le parfum calmait les nerfs, et était également le matériau le plus cher.

Et puis il y avait la baignoire. Cette baignoire semblait être faite d’un matériau de haute qualité différent des planches, et avait une belle finition noire brillante.

De plus, de très petites décorations y étaient gravées et ressemblaient à une œuvre d’art.

Les trous que j’avais demandés pour mettre les cailloux étaient également faits avec précision. On pouvait dire que l’ouvrage ne perdait même pas face à des auberges de haute qualité, comme l’avait dit l’artisan.

J’avais exprimé ma gratitude envers l’artisan, et remis 10 pièces de platine pour le coût. Même si c’était plus que le coût précédent, j’avais quand même senti que ce n’était pas suffisant.

Bien que l’artisan l’ait fermement refusé, Aisha et moi nous étions inclinés, car nous avions dit que c’était lié à notre gratitude, et il l’avait acceptée à contrecœur.

Quoi qu’il en soit, le bain tant attendu avait été complété.

Attendons avec impatience d’y entrer demain.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Bonjour et merci pour le chapitre !

  2. Merci pour le chapitre et bonne continuation!

  3. Merci pour ce chapitre

Laisser un commentaire