Vivre dans ce monde avec la compétence Couper & Coller – Chapitre 242

***

Chapitre 242 : Invocation d’héros (2) : Akagi Yamato

… Où étais-je ? J’avais tellement sommeil que je m’étais endormi sur mon bureau.

En regardant autour de moi, je remarquais que j’étais dans une pièce d’environ 8 tatamis entourée de piliers.

Je m’appelle Akagi Yamato. J’étais en deuxième année de lycée, j’étudiais au lycée Omiya.

En regardant autour de moi, deux de mes camarades de classe, Chihiro Kondo et Takashi Oshita, se tenaient le cou tout en regardant également autour d’eux.

« Qu’est-ce que… Où est-ce que l’on est ? Yamato, où sommes-nous ? Où sont nos camarades de classe ? »

« Calme-toi, Taka. Je ne sais pas non plus. Avant que je le sache, j’étais déjà ici. »

« Yamato-kun, Oshita-kun, est-ce que c’est peut-être… la chose dont tout le monde parle toujours ? Avons-nous eu la même expérience que les gens transportés dans un monde différent de Lights Novels ? »

« Qu’est-ce que tu racontes, Chihiro. Tu t’es cogné la tête ou quoi ? »

(En pensant à ce que Chihiro a dit, je ne pouvais pas croire la réalité dans laquelle nous étions en ce moment, et que ça m’arriverait…)

Si nous étions vraiment transportés dans un autre monde, une belle princesse devrait bientôt apparaître pour nous guider…

« Après tout Taka, ce que Chihiro a dit n’est peut-être pas si fou. »

« Vraiment Yamato, maintenant, es-tu aussi devenu fou ? »

Délaissant un Taka bruyant, je m’étais rapproché de Chihiro.

Chihiro Kondo était une belle fille qui, selon la rumeur, était l’idole du lycée Omiya, et elle était aussi dans la même classe que moi.

Comme vous l’aviez peut-être compris, j’avais aussi le béguin pour elle… C’était peut-être une chance de s’entendre avec Chihiro.

« Hé Chihiro. C’est vraiment… ça ? »

« Yamato-kun le croit également ? Je pense qu’il n’y a aucun doute là-dessus. »

« Aah, un talent incroyable et un harem !!! »

Alors que je prononçais de telles paroles, Chihiro s’était rapidement éloigné de moi et m’avait regardé avec des yeux froids.

« J’admets qu’il pourrait y avoir de tels développements, mais je suppose que Yamato-kun agit vraiment comme n’importe quel gars. », dit Chihiro en soupirant.

« Dommage, » dis-je.

◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇

« Votre Majesté, j’ai entendu dire que Myrène a reçu l’ordre de convoquer les héros. »

Après avoir fini mes courses, j’étais retourné au palais royal, et en entrant dans la fontaine des esprits, je m’étais rendu compte que le rituel d’invocation avait été fait.

Je m’appelais Marine, la chef Miko qui servait à Laurasia.

Ma sœur Myrène n’était probablement plus de ce monde.

L’autre jour, Myrène venait de passer à l’âge adulte. Elle avait perdu ses parents quand elle était jeune, et nous avions vécu ensemble comme des sœurs… Mais ma sœur n’était plus de ce monde… Il ne restait plus personne dans mon monde.

En me rappelant son visage le jour où nous avions célébré son passage à l’âge adulte, des larmes coulèrent.

« Onee-chan ! Est-ce que je peux enfin rejoindre le groupe des adultes ? Puis-je devenir une jeune fille comme Onee-chan ? »

… Peu importait le décret royal, cela devait-il se faire au détriment de la vie de cette enfant ?

Peut-être que si j’avais été là, elle n’aurait pas eu à souffrir.

Allé chercher de l’aide au royaume d’Augusta n’aura donc servi à rien.

Je ne m’attendais pas à ce que le roi ait déjà décidé de convoquer des héros si tôt.

« Pourquoi ? Pourquoi utiliser quelqu’un qui vient juste de devenir adulte… ? L’invocation de héros a été interdite dans le monde entier, et a été acceptée par d’autres pays ! Votre Majesté ! S’il vous plaît, rendez-moi ma sœur, Myrène ! »

« Marine, ce qui est fait est déjà fait ! Tu dois aller convoquer des héros maintenant, prépare-toi. La survie de notre pays est entre leurs mains ! Arrête de perdre du temps et dépêche-toi ! »

Furieux, il nous avait forcés, nous et les prêtres, à aller dans la salle de convocation. Et là, deux hommes et une femme avec des vêtements inhabituels étaient assis.

C’était probablement les héros, des guerriers d’un autre monde qui étaient venus ici en échange de la vie de ma sœur.

« Maintenant, convoquez-en d’autres, Marine. »

Un des prêtres me l’ordonna avec une pression intense.

On n’y pouvait rien. Puisqu’ils m’avaient amené jusqu’ici, je n’avais pas d’autre choix que de procéder à l’invocation.

De plus, si je ne le fais pas, la princesse devra probablement le faire.

… je ne peux pas me permettre de perdre la princesse. Si une telle chose arrivait, ce pays serait fini.

Ce serait formidable si ma vie pouvait sauver la princesse.

« Je comprends, je vais procéder à la convocation du rituel. »

Le Prêtre abandonna alors son attitude et suivit mes ordres.

Il semblerait aussi que les autres prêtres avaient fini de dessiner le cercle magique, j’avais donc commencé à danser sur le cercle magique.

Au moment où j’avais commencé, le cercle magique s’était mis à s’éclairer, et j’avais senti quelque chose sortir de moi.

J’avais des vertiges, et mes palpitations étaient devenues violentes.

« Ça fait mal… », avais-je dit inconsciemment.

Myrene, as-tu aussi goûté à une telle souffrance ? Je ne te laisserai pas seule, je te suivrai bientôt, alors attends-moi s’il te plaît.

Après avoir supporté la douleur, j’avais continué à danser pendant un moment, mais je n’avais pas pu soutenir mon corps et j’étais tombée sur le devant.

Aah… Je crois que je vais… Désolé Princesse. S’il vous plaît, permettez-moi de continuer.

« Marine, lève-toi. »

Le prêtre me fit lever de force, mais j’étais retombée par terre. À ce moment-là, mon corps avait été touché d’une manière désagréable, mais je ne pouvais pas me plaindre, car je n’avais plus d’énergie.

Peut-être allais-je bientôt perdre conscience et partir de l’autre côté.

… Après avoir reçu un choc de Chihiro, beaucoup d’objets lumineux étaient apparus autour de nous.

L’objet avait lentement pris la forme d’un humain.

En l’observant de près, il semblerait que ce soit quelques jeunes hommes avec des vêtements de type yankee… Et il y avait aussi plusieurs femmes effrayantes.

Après avoir réalisé ce qui s’était passé, ils crièrent.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? »

« Mais qui êtes-vous donc ? »

« Qu’est-ce que vous allez nous faire ? »

Les Yankees nous regardèrent tous les trois et se plaignirent.

« Calmez-vous, nous n’en savons rien non plus. »

Après avoir dit ça, ils nous regardèrent.

« Hé, il y a une beauté juste là, viens là. »

« … Hii. »

Un des Yankees avait vu Chihiro et se lécha la langue en l’appelant. Je m’étais immédiatement mis devant elle tout en regardant les Yankees.

« Yamato-kun… Merci. »

Chihiro était assez effrayée, elle avait attrapé mon bras gauche avant que je le sache, et s’était cachée derrière moi.

« Oi Onii-chan. N’essaie pas d’être courageux devant elle, d’accord ? »

Cette fois, il changea de cible et se dirigea vers moi.

« Bien sûr, ne voudrais-tu pas jouer les cool devant une femme ? »

« Ahahah, c’est vrai. N’est-ce pas un jeune garçon génial ? Hiroya a perdu ! »

Une femme aux yeux effrayants se moquait du Yankee.

À partir de ce moment, personne n’émit un mot, le silence dominait l’endroit.

Ensuite.

« Vous êtes venu. Oh, braves héros ! »

La voix d’une femme svelte résonna dans le silence. En regardant où était la voix, une femme ridiculement belle, habillée à l’occidentale, était venue.

Et elle était à côté d’un bel homme qui avait l’air de travailler dur.

… Voyez-vous ça, bingo ? Alors, on était bien dans un autre monde ? Si nous suivons ce modèle, nous serions amenés au roi par la princesse.

« Vous pourriez être confondus l’un et l’autre, mais pourriez-vous venir avec moi d’abord ? », dit la belle femme.

« Lady Marine a parlé ! Suivez-la rapidement maintenant. »

L’homme nous cria dessus de colère.

« Prêtre Mirai. Ne soyez pas impoli avec les héros. »

« … Mais, Lady Marine. »

… Oh, alors c’était un prêtre ? Cela ressemblait de plus en plus à un scénario de personnes transportées dans un autre monde.

« Chihiro, tu avais donc raison. »

J’avais souri involontairement en parlant à Chihiro.

« Oui Yamato-kun. Mais je n’arrive toujours pas à y croire… Un monde différent ! C’est vraiment en train de se produire ? »

« Vous êtes venus, ô héros ! Je m’appelle George Laurasia, le roi du royaume de Laurasia. Actuellement, notre pays est en danger d’extinction à cause de l’invasion de l’armée du roi démoniaque. »

Nous avions donc été convoqués comme héros, puis on nous avait demandé de vaincre le Roi-Démon. Quel cliché !

« Ne nous fais pas chier, vieil homme ! Ramène-nous à la maison maintenant ! Combattre un roi-démon ? Nous sommes des gens ordinaires, nous ne sommes ni des soldats ni des combattants. Comment diable as-tu pu nous faire subir ça ? », dit l’un des Yankees qui s’appelaient apparemment Hiroya.

Mais c’était pratique, il avait demandé ce que j’avais besoin de savoir.

Comme nous avions trop peu d’informations, nous devions rester calmes.

« Bon, bon, on se calme et on parle. »

« Ne me dis pas de me calmer ! Comment le pourrais-je ? »

« Alors, laissez-moi d’abord répondre à vos questions. Vous ne pouvez pas retourner dans votre monde d’origine. Le Roi-Démon le sait probablement aussi. Mais si vous le battez, vous saurez comment revenir. »

« Espèce de salaud ! Tu n’as donc aucun moyen de nous ramener !! »

Dire que le Roi-Démon le savait n’était pas si irresponsable.

« Hé, le vieux. Où est la base de ce Roi-Démon ? Montre-nous le chemin. »

J’avais essayé de parler.

« Quelle personne grossière ! Est-ce la façon de parler au Roi ? »

Il s’était mis en colère contre moi.

« Je ne sais pas. Nous n’avons aucune relation avec ce vieil homme, nous sommes juste des gens ordinaires… Et pourquoi devrions-nous utiliser des honorifiques envers vous ? »

« Sale bâ — »

Le prêtre qui était si en colère avait saisi ma poitrine et me souleva. Il était plutôt fort pour un prêtre.

Il m’était difficile de respirer.

« Prêtre Mirai, s’il vous plaît, arrêtez immédiatement, c’est impoli pour le héros. »

La belle femme qui semblait être en piteux état commença à faire de la médiation, et il avait fini par me faire descendre.

… Elle s’appelait Marine ? Cette belle femme. C’était décidé. Elle fera partie de mon harem.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Un commentaire

  1. merci pour ton travail

Laisser un commentaire