Vivre dans ce monde avec la compétence Couper & Coller – Chapitre 188

***

Chapitre 188 : Histoire bonus — Chunsuke et Kappore (4)

{Chunbi-chan, restons ensemble !}

J’avais déjà utilisé les 5 médicaments curatifs que j’avais reçus de Waffle.

J’avais entendu dire que même si vous en utilisiez plusieurs à la fois, l’effet serait encore faible, alors pour l’instant, je ne faisais que maintenir la vie de Chunbi-chan. Je devais la garder en vie avant d’atteindre le palais royal…

Je n’arrive pas à croire que le Maître voulait manger Chunbi-chan. Cela dépasse les bornes, chun. Même s’il voulait me manger… eh bien, je ne pense pas que j’ai si bon goût, chun. Mais vouloir manger Chunbi-chan est tout simplement scandaleux ! Je suis sûr qu’après ce que je lui ai fait, il ne voudra plus que je revienne.

Maître, vous avez tant pris soin de moi, chun.

Et même si je ne suis plus là, veillez à prendre vos repas correctement.

Et s’il vous plaît, réveillez-vous tôt le matin, chun…

… Eh bien, j’ai réussi à fuir mon ancien maître, mais en ce moment…

Le seul endroit où je pourrais trouver de l’aide, c’est l’endroit où vivait les deux amis que j’ai récemment rencontrés, le monstre loup Waffle et le monstre baleine Kuu.

… Mais, je ne sais pas où ils vivaient, chun…

Donc, le premier endroit auquel j’avais pensé était le palais royal, chun.

S’il y a un docteur, je suis sûr qu’il pourra même soigner Chunbi-chan !

Il m’avait même donné des miettes de pain quand le Maître ne regardait pas ! Donc je suis sûr que c’est une bonne personne, chun !!

Et si j’arrive à trouver Waffle et les autres, je suis sûr qu’ils aideront Chunbi-chan ! Alors s’il te plaît, ne meurs pas maintenant…

Si tu restes en vie, je partagerai avec toi le pain que j’ai gardé dans ma planque ! … Alors, s’il te plaît! !

Avec toutes ces pensées en tête, j’avais accéléré encore plus.

Ce n’était pas le moment d’avoir des pensées sombres, j’allais devoir être encore plus rapide !

En me dirigeant à l’emplacement exact du palais, je battis des ailes désespérément.

◆◇◆◇◆

« … Alors il s’est envolé, hein. »

En descendant de derrière le cheval, le chevalier regarda la façon dont Chunsuke s’envola et dit.

« Chunsukeeeeee, reviens tout de suite !! Ne vas-tu pas obéir à mes ordres ? »

Maudit soit cet idiot de moineau ! ! Qui est celui qui t’a permis d’être en vie jusqu’à maintenant.

De plus, il n’est pas en phase d’apprivoisement, pourquoi n’obéirait-il pas à mes ordres ?

C’est la première fois que cela arrivait ! Qu’est-ce qu’il voulait faire de ce moineau à moitié mort ?

Avec ces blessures, il allait de toute façon mourir. N’était-il pas préférable de le faire cuire afin de m’en remplir l’estomac ? Pourquoi ne pouvait-il même pas comprendre quelque chose d’aussi simple ?

« Bien, qu’est-ce qu’on va faire maintenant ? »

« Huuh? »

Qu’est-ce qu’il raconte, putain ?

Je détestais déjà le fait qu’il me regardait toujours de haut ! Et maintenant, il demandait ce que je comptais faire ?

Déjà, commence par me parler sur un autre ton, d’accord ? !!

« … Ah, c’est bien pour ça que je leur avais dit que j’étais contre le fait de mettre un tel type dans la division des chevaliers. Il ne sait même pas dans quelle situation il se trouve. Quel idiot ! Écoute-moi, bien maintenant, je vais te le dire afin que même un idiot comme toi puisse le comprendre. »

« Huuh ? Qui es-tu pour utiliser ce genre de mots devant moi, hein ? Je suis une personne qui a été invitée directement par le capitaine Cecil comme leur lueur d’espoir ! Est-il normal d’utiliser ce ton envers moi !? HUH!!? »

« S’il te plaît, réfléchis bien à ceci. Pourquoi la division des chevaliers se donnerait-elle la peine d’appeler un être aussi inutile que toi ici ? Quel était l’ordre que tu as reçu du capitaine Cecil ? N’es-tu pas ici pour effectuer une mission de reconnaissance depuis le ciel ? Et maintenant que ton monstre apprivoisé s’est enfui, comment vas-tu donc accomplir ta mission ? »

… Quoi ? Maintenant que j’y pense, c’est vrai.

On m’avait chargé de trouver ce monstre inconnu, donc pour le trouver avant la 1re Division des Chevaliers… Nous ne pouvions le chercher que depuis le ciel.

C’était comme cette personne l’avait dit, si je n’avais pas Chunsuke… mais il avait ignoré mon ordre et s’était envolé.

« … C’est, c’est-à-dire… »

« Réalises-tu maintenant à quel point la situation est grave ? … Alors, qu’est-ce que tu vas faire maintenant ? Vas-tu sauver la face ? Puisque jusqu’à maintenant tu m’as parlé avec un ton si autoritaire, je suis sûr que tu as bien quelque chose en tête ? »

Merde, ce salaud… cette personne sait que je n’ai pas de plan de secours.

Le seul monstre apprivoisé que j’avais était Chunsuke.

S’il n’était pas là, alors je n’avais rien… Mais, attends un peu.

« Kukukukukuku. »

« Hm ? Es-tu finalement devenu fou ? »

« Wahahahahahahahahahahahahahahahaha ! ! Tu veux entendre un plan, n’est-ce pas ? Alors c’est très bien, je vais t’en parler. N’as tu pas oublié quel est mon travail ? C’est bon, laisse-moi te l’apprendre afin que ton cerveau de merde puisse aussi le comprendre ! C’est vrai, je suis un dompteur ! Ce qui veut dire que tant que j’ai un nouveau monstre à apprivoiser, le problème est réglé ! Kukukuku. »

C’était vrai, ce n’était pas comme si j’avais besoin de ce Chunsuke.

En tout cas, ce foutu moineau sera mort tôt ou tard.

Alors, pourquoi ne pas en avoir un autre, maintenant que ce déchet était enfin parti ?

Si ce Chunsuke avait pu ramener un demi-moineau mort, c’est qu’il y avait d’autres oiseaux dans cette forêt.

Les moineaux sont plutôt rares, mais pour cette mission, j’ai vraiment besoin d’un monstre volant. Je suppose que je dois faire des compromis.

« Tu dois donc m’amener dans un endroit où il y a des moineaux. »

Sur ce, bougeons un peu.

Trouvons un moineau et apprivoisons-le.

« Quel genre de stupidité dis-tu ? Pourquoi devrais-je écouter tes ordres ? »

« Huhh ? T’es stupide ou quoi ? N’es-tu pas là parce que le capitaine t’a aussi donné une mission ? Si je ne l’apprivoise pas, cette mission échouera. Alors, n’auras-tu pas aussi des ennuis ? Hein ? »

C’est ça, tu devras traîner avec moi. Évidemment, pour éviter d’échouer dans ta mission, tu devras travailler avec moi.

Ne sachant même pas quelque chose de simple comme ça, ces chevaliers ne servaient sérieusement pas à grand-chose.

« … Kappore, on dirait que tu as mal compris quelque chose. »

Hein ? Un malentendu ?

« Ma mission est de t’emmener dans la forêt. La mission de reconnaissance ne fait pas partie de ma mission. Ce qui veut dire qu’il n’y a pas une seule raison pour que je te suive. Peux-tu comprendre maintenant ? Hm ? »

… Quoi ?

« Yo, t’es sérieux !? Sais-tu ce que tu dis ? Ce n’est évidemment pas le cas !? »

« Bonne chance alors ! Je te rapporterai le prochain travail que tu auras à faire de la part du capitaine ! Bye bye ! »

Ce salaud… il me laisse ici… et il repart.

Tu plaisantes, tu me laisses seul dans un endroit comme ça…

C’était la première fois de ma vie que j’éprouvais ce sentiment de sueur froide qui coulait le long de ma colonne vertébrale.

◆◇◆◇◆

« … J, juste un peu plus… Je peux… voir le palais… Chunbi-chan, n’abandonne pas… Juste un peu… plus… plus. »

Sans même me reposer une seule fois, j’avais continué à voler.

Il ne restait plus qu’un médicament de récupération de Waffle.

Mais grâce à ce médicament de récupération, j’étais capable de garder Chunbi-chan en vie jusqu’à maintenant.

« … Chunsuke… Au lieu de l’utiliser sur moi… Utilise-le sur toi-même… ou tu vas mourir ! »

« … Je vais bien. Alors, ne perds pas ton temps à t’inquiéter pour moi et repose-toi… Nous sommes presque au palais… »

J’avais décidé de ne pas abandonner. Si j’abandonnais maintenant, qu’arriverait-il à Chunbi-chan !?

Le peu de force qu’il me restait, je l’avais utilisé pour battre des ailes.

1 mètre, 1 mètre de plus, 1 mètre de plus… et le palais était juste devant moi.

Plus que quelques mètres pour aller voir le docteur, Chun.

Alors, n’abandonne pas !! N’abandonne pas… hmm… hmm… c’est… c’est… bizarre…

Soudainement…, je… n’avais… plus… de… force

Non, je ne pouvais pas tomber maintenant.

Je devais sauver… Chunbi-chan…

« Ch, Chunsukeee ! ! ! »

Ma conscience commençait à s’estomper.

C’était bizarre… je ne pouvais pas… voir le palais…

Chu… Chunbi…

« Nonnnn — Chunsuke, ne meurs pas ! »

{Wafuuu !}! ! ! ! !­

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

2 commentaires

Laisser un commentaire