Une elfe lesbienne et une princesse maudite – Tome 1 – Chapitre 4 – Partie 1

Bannière de Une elfe lesbienne et une princesse maudite ***

Chapitre 4 : Le secret qui leur était caché

Partie 1

Il avait été prévu qu’après la première nuit, Rem serait payée tous les dix jours. Aujourd’hui, marque la fin de sa deuxième période de dix jours.

« Patron, es-tu sûr que ce n’est pas trop ? » demanda Rem.

Le poids du sac rempli de pièces de monnaie qu’elle avait reçues confondait l’elfe. L’appeler deux fois plus lourd aurait été exagéré, mais c’était proche. La seule explication qu’elle avait pu trouver pour cette augmentation soudaine était une erreur de comptage.

« Non, il n’y a pas d’erreur. Comparé à ce qui se passait avant ton arrivée ici, il n’y a pratiquement plus de bagarres dans le bar ces jours-ci. Les assiettes et les tables ne sont pas non plus cassées aussi souvent, ce qui est d’une grande aide. Aussi, cette dernière semaine a été en quelque sorte ta période d’entraînement, alors s’il te plaît, pense à cela comme à ton propre salaire, » répondit-il.

« Eh bien, dans ce cas…, » dit Rem, alors qu’elle acceptait l’argent avec reconnaissance. Sachant ce que l’avenir pourrait lui réserver, il n’y avait aucune chance qu’elle n’y parvienne pas.

Tandis que l’elfe plaçait la bourse de sa poche, la porte du bar s’était ouverte. Un homme était entré, portant une cape noire et un grand chapeau. Il avait l’air d’un voyageur, et d’après ses cheveux blancs et sales, il était assez vieux. Rem et le gérant avaient tous deux été très surpris, car aucun client ne venait habituellement à l’aube. Les paumes des mains jointes en signe d’excuse, l’homme s’approcha de l’étranger. 

« Je suis désolé… Nous étions sur le point de fermer ~…, » déclara le patron.

« Je vois…, » l’homme grogna en réponse et commença à se détourner. Cependant, voir Rem dans le coin de l’œil lui avait fait faire demi-tour.

« Attendez, est-ce que ça pourrait être... Es-tu cette demi-elfe ? » demanda l’homme inconnu.

Avec un regard confus sur son visage, Rem inclina la tête et se dirigea vers un coin du bar, comme si elle se demandait « moi… » Sa garde, qui n’avait cessé d’être abaissée ces douze derniers jours, était maintenant complètement relevée.

***

« Al, Al ! Al !! »

Rem retourna à l’auberge, haletant durement. Elle devait annoncer la bonne nouvelle à Alferez dès que possible.

« Rem, qu’est-ce qui ne va pas ? Tu rentres plus tard que d’habitude, » déclara Alferez.

La princesse, assise sur le bord du lit dans sa robe, tourna la tête vers l’elfe avec un geste élégant. Sur ses genoux se trouvait un grimoire de niveau élémentaire que Rem lui avait acheté l’autre jour pour tuer le temps. Quoi qu’il en soit, son commentaire avait été très clair, il était déjà presque midi. D’habitude, elle rentrait bien plus tôt. Cependant, rien de tout ça n’avait d’importance en ce moment. Les informations que Rem avait enfin réussi à obtenir étaient si bonnes que ces questions pouvaient attendre plus tard.

« Je l’ai trouvé ! J’ai trouvé la sorcière qui t’a jeté la malédiction ! Eh bien, plus précisément, un voyageur humain qui dit connaître quelqu’un qui se spécialise dans les malédictions est venu au bar, et…, » déclara Rem.

Alors que l’aventurier vêtu de noir de la tête aux pieds avait l’air suspect, il venait d’une ville voisine après avoir entendu parler d’une demi-elfe à la recherche d’une sorcière. Rem ne pouvait s’empêcher d’être excitée.

Cependant, cette excitation avait été rapidement étouffée. Alferez avait à peine réagi. C’était exactement le genre d’information qu’elles recherchaient, et pourtant elle ne semblait pas du tout intéressée.

« Al, tu m’écoutes au moins ? » demanda Rem.

« H-Huh ? Bien sûr que je le fais ! » répondit Alferez.

Alors qu’elle n’était manifestement pas fan de l’accusation de Rem, la princesse avait redressé son dos. Malgré tout, son attitude passionnée et persévérante depuis le début de leur voyage n’avait pas été présente.

« Eh bien, te connaissant, je m’attendais à ce que tu sois… plus heureuse. Plutôt “Wôw, Rem ! Vraiment !?” » déclara Rem.

« Est-ce vraiment comme ça que tu me vois ? » demanda Alferez.

Alferez sourit ironiquement à la tentative de Rem de l’imiter. Elle n’avait pas l’air d’être de mauvaise humeur après tout, bien que l’elfe ait quand même souhaité qu’elle ne fasse que la louer ouvertement.

Peut-être que c’était arrivé si soudainement que la fille ne savait pas comment réagir. Non pas que ce soit une mauvaise chose. Au contraire, en la voyant ainsi surprise, toutes les luttes de Rem en valaient la peine.

Ou peut-être…

La vie d’Alferez à l’auberge était ce qu’elle avait toujours été, l’enfermement. Une fois de plus, elle avait été enfermée dans un environnement sans stimulus, et il était logique de supposer qu’elle manquerait d’émotions à cause de cela. Soudain, de mauvaises pensées envahirent l’esprit de Rem. Elle avait été saisie par la culpabilité alors qu’elle s’effondrait sur ses genoux.

« Qu’est-ce qui ne va pas !? » demanda Alferez.

Alferez avait été très choquée par le changement soudain d’attitude de Rem.

« Désolée, Al... Si j’avais trouvé cette sorcière plus tôt, alors…, » déclara Rem.

« Pourquoi parles-tu comme s’il était trop tard ? Au contraire, tu l’as trouvée terriblement rapide, » déclara Alferez.

Le sourire éclatant sur son visage était en effet aussi élégant que vous l’auriez attendu d’une princesse, mais elle n’agissait toujours pas comme d’habitude. À ce moment-là, peut-être l’avait-elle sentie elle-même, la jeune fille avait fermé les yeux et avait poussé un grand soupir. Elle se leva alors et regarda Rem, toujours accroupie sur le sol.

« Maintenant, allons-y, » déclara Alferez.

« Partir ? Où ça ? » demanda Rem.

« Pour demander plus de détails, bien sûr. Ça t’évitera d’avoir à tout me répéter si je viens avec toi. Maintenant, Rem, guide-moi vers cet humain ! » demanda Alferez.

Alferez avait tendu son bras d’un mouvement exagéré et avait pointé son doigt à travers la porte. L’elfe était heureuse de la voir si motivée, mais malheureusement, il y avait un problème. Elle avait placé ses fesses sur le lit, avait levé son doigt et avait corrigé l’erreur de la fille.

« Eh bien, le bar est déjà fermé. Il a dit qu’il reviendrait ce soir, » déclara Rem.

Mais la princesse n’en était manifestement pas satisfaite. Elle avait jeté un coup d’œil aiguisé à Rem et avait déclaré :

« … As-tu demandé où on pouvait trouver la sorcière, n’est-ce pas ? » demanda Alferez.

« Je veux dire, tu n’as pas justement dit que tu voulais l’entendre directement de sa bouche ? J’ai pensé que ce serait impoli de lui demander la même chose deux fois, c’est pourquoi je lui ai demandé de revenir plus tard, » déclara Rem.

« Pourquoi !? » demanda Alferez.

Elle était furieuse. Mais pourquoi ? N’était-ce pas exactement ce qu’elle voulait ?

« Mon Dieu, arrête d’être si pressée. Je n’en étais pas encore là, » déclara Rem.

Rem avait fait la moue sur ses lèvres et avait contré la réprimande absurde de la fille. Quand elle l’avait fait, Alferez avait commencé à la presser avec encore plus de force.

« Je ne suis pas pressée ! Quoi qu’il en soit, pourquoi devons-nous attendre !? Allons le lui demander tout de suite ! Dans quelle auberge le voyageur reste-t-il ? » demanda Alferez.

« Hein ? Je ne l’ai pas demandé, » déclara Rem.

« Merde !! » s’exclama Alferez.

Comme la princesse avait semblé désintéressée plus tôt, elle se comportait comme une enfant, pensa Rem. Cependant, elle avait parlé trop tôt, car Alferez n’avait pas encore fini. Les poings en l’air, la fille avait commencé à crier. Quel horrible tempérament ! L’elfe comprit maintenant pourquoi elle s’était transformée en chat.

Eh bien… C’est moi qui lui ai dit d’être plus heureuse.

Bien que la réaction d’Alferez n’ait pas été tout à fait ce à quoi Rem s’attendait, elle ne réagissait toujours pas du tout.

***

Au bout d’un moment, il était venu pour Rem de se mettre au travail. Le voyageur avait promis d’être là, c’est pourquoi Alferez était venue avec elle. L’elfe lui avait demandé de mettre un costume pour s’assurer que personne ne se rende compte qu’elle était une princesse. Sa suggestion avait été un chevalier, mais la fille avait d’autres idées.

« Puisque je porte déjà ce sac, pourquoi je ne m’habille pas en voyageur ? »

Bien qu’elle ait passé la plus grande partie de la journée à faire la moue, son attitude avait été guérie en un instant alors qu’elles allaient partir. C’était un déguisement assez terrible, si l’on considère qu’elles étaient toutes les deux des voyageuses. Rem ne voulait pas être trop dure avec elle. La jeune fille n’était pas sortie depuis longtemps, et comme elle avait l’air si heureuse, l’elfe décida de la laisser faire ce qu’elle voulait.

Elles étaient arrivées au bar bien plus tôt que Rem ne le faisait normalement. Heureusement, le gérant savait qu’elles venaient et avait déjà ouvert le magasin.

« Merci beaucoup d’avoir fait ça pour nous…, » déclara Rem.

« Ne t’inquiète pas pour ça. C’est plus facile de faire parler quelqu’un quand on lui achète à manger et à boire, non ? » répondit-il.

Rem s’était forcée à rire. L’offre du gérant de la laisser utiliser le salon semblait généreuse, mais il s’était avéré qu’il n’avait pas l’intention de le faire gratuitement. Rem devra acheter des boissons pour compenser, semble-t-il.

Juste à ce moment-là, ayant apparemment appris de quelque part que le bar ouvrait tôt, les clients réguliers étaient entrés. Ils étaient beaucoup plus nombreux que d’habitude, et en peu de temps, tous les sièges avaient été occupés.

« … Alors, c’est un bar ? » dit Alferez avec un froncement de sourcils. L’endroit était bruyant, sentait l’alcool, et il y avait des ivrognes partout où vous regardiez. C’était un monde complètement différent par rapport au village des elfes ou au château dans lequel les deux filles avaient passé la majeure partie de leur vie isolée. Même Rem avait eu besoin d’un peu de temps pour s’adapter, c’était beaucoup trop pour la princesse.

« Attends ici, » déclara Rem.

Rem conduisit Alferez à une table près du coin puisque le voyageur ne s’était toujours pas présenté. Cependant, au moment où elle allait partir et commencer à travailler, la jeune fille s’était agrippée à sa manche en suppliant. « Ne pars pas. »

« Est-ce que tu prévois de me laisser ici toute seule ? » dit-elle, bégayant fortement. Rem ne pouvait pas lui en vouloir. C’était logique qu’elle se sente anxieuse d’être laissée seule avec tous ces gars qui avaient l’air de ne rien faire de bon.

« C’est vrai… Je vais demander au gérant si tu peux rester dans la cuisine… Ah, il est là ! Regarde, Al ! Le voilà ! » déclara Rem.

La porte s’ouvrit, et un voyageur portant une cape noire entra. Rem lui fit signe de la main, et l’homme s’avança habilement vers elle à travers le chaos qui régnait dans le bar. Il enleva ensuite son chapeau, le posa sur sa poitrine et salua les filles.

« Comment t’en es-tu sorti, jeune demi-elfe ? Serait-ce la dame qui voulait entendre ce que j’avais à dire ? » demanda l’homme.

Une fois qu’il eut terminé, l’homme prit place en face d’Alferez. La princesse reprit rapidement son sang-froid, et d’une voix beaucoup plus grave que d’habitude, elle commença à interroger l’étranger.

« Quel palais royal servez-vous ? »

C’est là que Rem l’avait aussi remarqué. Les manières de l’homme étaient bien trop élevées pour un simple voyageur.

« C’est vrai. J’étais chevalier à l’époque, mais je ne peux pas vous dire où. Je suis cependant à la retraite depuis longtemps, et j’ai pris la vie d’un voyageur. Le pays d’où je viens est très avancé en termes de recherche magique, c’est pourquoi j’ai eu l’intuition de qui pourrait être la sorcière que la jeune demi-elfe cherche, » répondit l’autre.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire