Une elfe lesbienne et une princesse maudite – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 4

Bannière de Une elfe lesbienne et une princesse maudite ***

Chapitre 3 : L’elfe et la princesse entreprennent un voyage

Partie 4

Rem se tenait dans la rue de la ville, en pleine forme. La princesse — qu’elle croyait en colère — lui avait prêté ses vêtements. Ils étaient un peu lâches autour de la poitrine, mais qui s’en souciait ?

« Je dois faire de mon mieux. Al compte sur moi ! » murmure Rem.

Quel serait un moyen rapide de gagner de l’argent ? Elle devait aussi recueillir des informations sur la sorcière. Pour être honnête, il y avait beaucoup à faire. Rem avait baissé sa capuche et avait décidé de commencer par faire le tour de la ville.

Bien que rien ne soit comparable à la précédente, cette ville semblait aussi relativement grande. Les bâtiments en pierre étaient également similaires. Cependant, il y avait certainement beaucoup plus de magasins. Et pas seulement la rue principale, mais même les ruelles étaient remplies de petites boutiques de toutes sortes. Les charrettes et les calèches chargées de marchandises à raz bords étaient également un spectacle courant.

« C’est, comment tu les appelles… Une ville de commerce ? » murmura Rem.

Si c’était le cas, il serait logique de supposer que des gens de toutes sortes de régions différentes soient venus ici. En d’autres termes, c’était l’endroit idéal pour recueillir des informations. Il y avait aussi une autre observation importante que Rem avait faite. Après s’être promenée dans la ville pendant un certain temps, elle n’avait vu aucun soldat qui pouvait être après la princesse. Bien qu’elle n’ait pas l’intention de baisser complètement sa garde, il semblait qu’elle serait en mesure de dormir tranquille pour l’instant.

Au bout d’un moment, l’elfe arriva sur ce qui semblait être la place centrale de la ville. Au centre de l’espace rond se trouvait une fontaine d’eau, un peu plus grande que celle qui se trouvait devant le manoir d’Alferez. Il était entouré d’une foule immense qui, de temps en temps, se mettait à applaudir.

« Qu’est-ce que c’est que ça… ? » demanda Rem à une grande femme debout près du site.

« Un spectacle de rue. Les artistes itinérants montrent leurs talents en échange d’argent, » répondit-elle.

Rem avait sursauté face à l’ampleur de la voix. Oui, la « femme » était en fait un homme. Bien que sa robe et son maquillage l’aient troublée, tout ce qu’il avait fallu, c’est jeter un coup d’œil à sa silhouette pour confirmer cela. Rem avait été un moment déconcertée, mais comme l’homme ne semblait pas du tout être une mauvaise personne, elle avait décidé de continuer à poser des questions.

« Est-ce quelque chose que n’importe qui peut faire ? » demanda Rem.

« Bien sûr, tant que tu as des compétences que tu peux montrer. Dans d’autres endroits, il faut d’abord obtenir un permis ou payer des droits, mais ici, tu es libre de faire ce que tu veux, » répondit l’homme.

Comme c’est pratique. Rem avait remercié l’homme et s’était trouvé une place gratuite.

« Esprits du vent, je vais avoir besoin de votre aide, » chuchota-t-elle au vent. Les esprits ici étaient plus faibles que dans la capitale. Il était logique de supposer qu’il y avait une sorte de sort de protection autour du château qui renforçait leur force. Sinon, pourquoi une demi-elfe comme elle aurait-elle pu sauter si haut ? S’enfuir ne serait pas aussi facile ici, et Rem ne pouvait qu’espérer qu’on n’en arriverait jamais là.

« Eh bien, c’est encore assez pour l’instant…, » murmura Rem.

Elle sortit une serviette de table de sa poche et la posa sur son index levé. Son petit auditoire de sept personnes doutait clairement de la petite fille qui se tenait là. Cela changea rapidement lorsque Rem commença à faire flotter la serviette en l’air avec une légère brise.

« Oooh... ! » déclara la foule. La jeune fille avait éveillé leur intérêt. Rem remarqua que le travesti de tout à l’heure regardait de loin, mais dès que leurs yeux se rencontrèrent, l’homme inclina légèrement la tête, presque comme s’il demandait « est-ce tout ? » Bien sûr que non. L’elfe commença lentement à bouger le bout de son doigt, faisant danser la serviette en l’air.

« Ooohhh ! »

La foule était à fond dedans. Rem bougea aussi le reste de ses doigts, actionnant la serviette comme une marionnette à ficelle. Son apparence mystérieuse avait aussi certainement joué un rôle dans la taille de son auditoire grandissant. Elle avait terminé en faisant flotter la serviette de table haute dans le ciel et elle l’avait fait atterrir dans les mains d’une femme spectatrice, ce qui avait provoqué une explosion d’applaudissements. Les pièces de monnaie volaient à ses pieds, et Rem s’inclina profondément.

« C’était un sacré spectacle. »

Pendant que Rem ramassait l’argent, elle avait été approchée par le traverti croisé tout à l’heure.

« Merci beaucoup de m’en avoir parlé. Tenez, je veux que vous ayez ça en échange, » déclara Rem.

Elle lui offrit quelques pièces d’argent, mais l’homme sourit et secoua la tête.

« Non, tu n’as pas à le faire. Plus important encore…, » déclara l’homme.

L’homme jeta rapidement un coup d’œil autour de lui. Après avoir confirmé qu’il n’y avait personne, il avait placé ses bras autour des épaules de Rem, avait tiré la fille près de lui et avait chuchoté.

« Tu es une elfe, n’est-ce pas ? » demanda-t-il.

« … ! »

Le visage de Rem avait pâli instantanément. Elle avait paniqué et avait essayé de s’enfuir, mais l’agrippement de l’homme l’avait arrêtée dans ses pas. Il était étonnamment fort pour quelqu’un d’aussi mince. L’elfe avait été complètement maîtrisée. Alors qu’elle poursuivait sa lutte sans espoir, l’homme lui souffla dans l’oreille.

« Eek!? »

Voyant le corps de la jeune fille geler de peur, il s’était mis à rire amicalement.

« Ahaha ! Ne t’inquiète pas, je ne vais rien te faire. Mais, je voulais te demander. Tu es plutôt mignonne. Pourquoi ne viendrais-tu pas travailler chez moi ? » demanda l’homme.

« T-Travailler… ? » demanda-t-elle.

« Oui, on peut dire que je t’ai piégée. Bref, viens avec moi, » déclara l’homme.

« Hein ? Je… Umm… Je crois que je vais passer mon tour… Laisse-moi partir ! » demanda Rem.

Rem avait un très mauvais pressentiment à ce sujet. Elle avait essayé de se libérer une fois de plus, mais ça ne servait à rien. L’homme était beaucoup trop fort. La jeune fille étant toujours à portée de main, il l’avait traînée dans une ruelle et ils avaient franchi une porte en bois sale.

On dirait que mon histoire se termine ici… Il n’y a plus que toi maintenant, Al...

Se préparant au pire, Rem avait fait ses adieux à Alferez en silence.

« H-Hein… ? » s’exclama Rem.

Ces craintes s’étaient rapidement révélées sans fondement. Ce qui l’attendait à l’intérieur, c’était une taverne tout à fait normale. Bien qu’elle n’avait certainement pas beaucoup de points de repère, d’après ce qu’elle pouvait dire, il ne semblait pas y avoir quelque chose de bizarre dans cet endroit. Les cinq ou six hommes et femmes assis aux tables n’avaient pas fait attention à l’entrée de Rem et du traverti, et avaient simplement continué à savourer leurs boissons et leur nourriture comme si rien ne s’était passé.

Il y a cependant une chose qui avait sauté aux yeux, et c’était les clients.

« C’est mon saloon. Comme tu peux le voir, nos clients sont surtout des humains et des nains. Parfois, nous avons des elfes, mais ils sont assez rares. Bref, tout le monde est le bienvenu ici, » déclara l’homme.

En plus des deux races mentionnées par l’homme, il y avait aussi une sorte d’homme bête, ainsi qu’une personne dont tout le corps était couvert de ce qui semblait être des écailles de serpent. Il n’y avait pas d’hostilité entre eux, ni même d’amitié particulière. Non, ils s’entendaient juste… bien.

« Il est encore tôt dans la journée, donc c’est plutôt calme ici. Mais, ne te laisse pas berner. Ça va être très occupé une fois la nuit tombée. Le problème, c’est que ma serveuse habituelle est rentrée dans sa ville natale. J’ai besoin de quelqu’un pour la remplacer. Tu étais intéressée par les spectacles de rue parce que tu avais besoin d’argent rapidement, n’est-ce pas ? » demanda l’homme.

Rem était un peu dépassée par la rapidité avec laquelle l’homme parlait, mais ce qu’il avait dit était vrai. Cependant, elle n’était pas encore prête à lui faire confiance. L’homme pouvait le dire d’après son expression, ce qui le faisait sourire.

« C’est vrai. Eh bien, reviens ce soir. J’aurais vraiment besoin de ton aide, si ça ne te dérange pas. Ah ! Je devrais mentionner le fait que je dirige cet endroit, » dit-il en se montrant du doigt. Ce travesti avait vraiment l’air d’être quelqu’un de bien.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire