Un nouveau jeu dans les profondeurs de la captivité! – Tome 2 – Chapitre 4 – Partie 2

***

Chapitre 4 : Les larmes de l’oiseau

Partie 2

L’arène devint silencieuse alors que Boris s’effondrait sur le sol, de l’écume coulant de ses lèvres.

Un chevalier magique a été vaincu par un demi-homme.

Cette vérité inacceptable était devenue réalité devant tout le monde.

Pourtant, l’annonce de fin du premier combat fut reportée et le temps — qui semblait gelé jusque-là — recommença à couler tandis que des cris de joie et d’égarement remplissaient l’air.

Karin poussa un soupir d’ennui. « … Je parie que les plus bruyants sont les gars de la ville basse, hein… ? Ne devraient-ils pas être au travail en ce moment ? Au juste, pourquoi sont-ils là ? »

« Ce n’est pas possible… Un simple loup-garou ne peut pas vaincre Boris… ! »

« Oh, ce type était fort ? Kunon l’a écrasé en une minute. »

Castells, qui ne pensait même pas que ce résultat était possible, commença à se frotter la tête, s’arrachant les cheveux tout en marmonnant. « ce n’est pas possible. »

« Alors, que vas-tu faire ? Si tu abandonnes maintenant, je t’épargnerai avec plaisir, » déclara Karin.

« Ne te fous pas de moi ! Les fiers chevaliers magiques ne fuiront jamais de simples demi-hommes ! » s’écria l’autre.

« Je vois. C’était une suggestion, mais c’est à vous de choisir. Maintenant que votre ami a été sorti de l’arène, peut-on aussi s’amuser ? » demanda Karin.

Ses cheveux noirs ondulaient alors qu’elle se leva, laissant derrière elle la boîte en bois qu’elle utilisait comme chaise.

Castells, retrouvant probablement son sang-froid, avait laissé échapper un autre rire étrange. « Hihihi... ! Tu t’amuses un peu ? Parles-tu de ce qui t’attend après ta défaite ? »

« … En fait, c’est toujours ce que les gens insinuent. Les elfes ne peuvent-ils pas être autre chose que des prostituées ou des esclaves sexuels ? Ne pouvez-vous pas au moins y réfléchir, petit malin ? » demanda Karin.

« Seul un perdant y penserait. N’as-tu pas choisi de vivre comme ça toi-même ? Hihihihi ! Je m’intéresse à ton corps, mais pas de cette façon, » répliqua Castells.

Il la regardait en se léchant les lèvres. « Je n’ai toujours… pas tué d’elfe. Ton espèce est très précieuse, alors je n’ai trouvé des gens comme toi qu’en tant que jouets et jamais en tant qu’ennemis… J’ai hâte d’y être. »

« Merci de me l’avoir fait savoir. Les nobles mâles sont stupides et dégoûtants, tout comme leurs goûts terribles. Je les frapperais volontiers à mort, » déclara Karin.

« Hihihihi... Même si tu avais quelques notions de magie, tu ne serais toujours qu’un jouet devant la magie toute puissante de Richtert. Mon Épine de l’Ombre va — attends, qu’est-ce que tu fais ? » s’écria Castells.

« Pourquoi me demandez-vous ça ? Le match commence bientôt, alors je prépare mon arme, » déclara Karin.

Elle en avait sûrement déjà marre qu’il se vante. Elle ouvrit la boîte en bois, enleva le tissu qu’elle contenait et en sortit le contenu avec un certain effort.

En plus de ses grognements, le son de quelque chose de terriblement lourd frappa les tympans de tout le monde, et quand cette chose devint enfin visible, le public s’était remué.

C’était un arc incroyablement énorme, encore plus grand que Karin. Si sa corde d’arc avait été détachée et qu’il était revenu droit, il aurait plutôt ressemblé à un Bō (bâton de combat) solide et complexe.

« Aaah… c’est une douleur à l’utiliser. Mais au moins, ce n’est pas le mien, alors je vais m’en sortir pour aujourd’hui, » déclara Karin.

Karin sortit également un carquois de la boîte en bois et le porta sur son dos. Puis elle sortit ce qui ressemblait à une arme contondante plutôt qu’à une simple flèche et elle fit face à son adversaire.

« OK, je suis prête. On commence ? » demanda Karin.

« … J’ai une question idiote. Veux-tu vraiment te battre avec ça ? » demanda Castells.

« Eh bien, je suis une elfe. Maintenant, ce sera encore plus clair pour tout le monde, » répondit Karin.

« Hihihihi ! Oui, tout à fait mieux ! Une elfe impuissante ne serait même pas capable de tirer avec cet arc —, » déclara Castells.

« En fait, les elfes peuvent utiliser n’importe quel objet, » déclara Karin

Elle avait encoché la flèche en parlant, puis elle avait fait virevolter son corps. Elle avait percuté un rocher voisin qui avait été endommagé par l’impact, mais cela lui avait permis de stabiliser sa visée avant de tirer en l’air.

« Si je l’utilise comme une arbalète, même les elfes les plus impuissants peuvent réussir à affronter un adversaire, » déclara Karin.

« … Je vois. Mais tu n’as que trois flèches, » déclara Castells.

« Je ne peux pas en amener beaucoup. Elles sont lourdes, » déclara Karin.

Tandis qu’elle haussait les épaules, les flèches de son carquois firent du bruit, et Castells riait étrangement.

« Tu n’as aucune chance de gagner contre moi, ma fille. Laisse-moi te battre dans ton jeu, » déclara Castells.

Le sifflet avait fait un son fort dès qu’il avait terminé sa phrase, annonçant le début.

L’ombre de Castells rampa vers l’avant pendant qu’elle moussait. Cela éclaboussait comme de l’eau alors que sa forme s’était transformée en plusieurs aiguilles foncées.

« Vois-tu, mon pouvoir, l’Épine de l’Ombre, me permet de produire n’importe quel objet en utilisant mon ombre. Tant que je suis ici, je peux envoyer des flèches sans fin, » déclara Castells.

Il étouffait son rire tandis que son ombre se répandait autour de lui en ébullition.

« Crois-tu vraiment que tu peux gagner contre moi avec seulement trois flèches ? » demanda Castells.

Plusieurs dizaines de projectiles noires éclatèrent, révélant des ombres en forme de flèches prêtes à voler contre elle. Elle ne fit que soupirer légèrement.

« Cette bataille se terminera bientôt, donc je n’aurai pas besoin de plus, » répliqua Karin.

Elle avait souri avec confiance en regardant devant elle, exactement comme quelqu’un de confiant l’aurait fait.

« Où est l’intérêt d’avoir un stock infini de flèches si aucune d’entre elles n’atteint sa cible ? » demanda Karin.

Elle baissa les yeux vers son ennemi et se moqua de lui. Vu comment les sourcils de Castells tremblaient, ses railleries avaient été efficaces.

« Alors je vais te vaincre ! » cria Castells.

Il baissa la main comme un commandant donnant un ordre à ses troupes et des flèches noires commencèrent à voler dans le ciel.

Alors que son champ de vision était rempli d’une pluie mortelle, elle retira agilement une autre flèche métallique de son carquois et commença à repousser la volée de tirs qui arrivait.

Chaque fois que les ombres touchaient sa flèche, un son métallique retentissait bruyamment avant qu’elles ne perdent leur forme et disparaissent, et il en était de même chaque fois qu’elle utilisait son immense arc comme bouclier, qu’elle agitait dans une sorte de danse.

L’instant d’après, elle était là, immaculée et calme. Le sol autour d’elle était percé d’innombrables ombres qui, perdant leur forme, avaient commencé à disparaître.

« Ohh, je ne m’attendais pas à ce que cet arc soit aussi bon. Je suppose que le bois d’un arbre sacré est assez difficile à casser, car il est encore en parfait état… Compte tenu de l’oiseau fou qui est son propriétaire, je ne devrais pas être surprise…, » déclara Karin.

Elle avait dû lui donner plusieurs coups de pied pour ajuster sa position lors de la manœuvre précédente, et voyant qu’il n’avait subi aucun dommage, elle souriait d’une manière satisfaite.

« Alors ? Où est votre stock infini de flèches ? Si vous ne me frappez jamais…, » déclara Karin.

Boom. Une onde de choc tonitruante déchira l’air.

« … vous mourrez bientôt, » déclara Karin.

Le son métallique et lourd qui résonnait dans l’arène faisait penser aux spectateurs que la flèche qu’elle avait tirée avait finalement atterri quelque part, et tout le monde imaginait facilement ce qui se serait passé si un humain avait été touché par elle.

« J’ai tiré dans le ciel parce que je ne voulais pas que quelqu’un dans le public risque sa vie, mais si elle atterrissait sur vous, vous seriez déjà mort. Si elle vous égratignait, vous seriez maintenant sans membre, et s’il vous perçait, vous auriez maintenant votre corps divisé en deux, » déclara Karin.

« Hihihihi… ouais, effrayant. Pourtant, cela ne m’a pas frappé, » déclara Castells.

Devant cela, Castells était calme.

« Notre archevêque nous a donné les meilleurs objets magiques. Peu importe à quel point tu me frappes fort, tu ne perceras pas ma défense, » déclara Castells.

En effet, l’objet magique de Boris l’avait défendu contre l’une des attaques de Kunon à pleine puissance.

L’arc n’était pas aussi fort que les coups de la fille-chienne, mais même si son coup de pied n’avait pas frappé directement sur lui, sa barrière s’était activée.

Mais Karin s’en fichait. Elle avait encoché la flèche, puis avait tenu l’arc d’une seule main pendant quelques instants.

« Eh bien, je ne peux pas me servir de mon nez pour vous vaincre, je ne sais pas non plus où votre formule de loi est écrite, donc je ne peux pas m’en mêler avant l’activation de votre magie, » déclara Karin.

Elle tapota sur sa tempe avec son doigt. « Mais je peux contourner votre défense, car activer l’objet magique dépend de vous. »

Les objets magiques activaient leurs barrières lorsque leur utilisateur percevait une attaque.

Par exemple, il était hautement improbable que leur créateur tienne compte des très rares instants avant qu’un utilisateur ne jette son sort. Dans ces moments-là, le lanceur de sorts se déplaçait de manière offensive sans se soucier de la défense, ce qui signifiait qu’il était vulnérable pendant cette très courte période.

« Votre camarade pouvait se défendre contre l’une des attaques de Kunon parce qu’il avait l’habitude de se battre contre de demi-hommes… mais vous ne l’êtes pas. En fait, quelqu’un d’aussi déprimant que vous ne peut se battre qu’à distance, » déclara Karine.

« Hihihihi... Je déteste qu’on m’appelle comme ça. Mon style harcèle mon adversaire de loin jusqu’à ce qu’il se fasse embrocher. Rien de plus, » répliqua Castells.

Avec un sourire vulgaire fendant son visage, il prépara une autre tempête de flèches noires, mais Karin, qui le regardait avec des yeux dorés, hocha la tête avant de parler.

« Je vois. Vous n’êtes donc pas habitué aux combats à grande vitesse. »

Elle avait poignardé le sol avec son arc, l’avait tendu et avait visé directement l’homme.

« Si je vous attaque assez vite, vous n’aurez pas le temps de vous défendre, » déclara Karin.

« Hihihihi... Qui sait ? Pourquoi n’essaies-tu pas ? » demanda Castells.

Mais sans ressentir la tension, son corps avait tremblé lorsque son sourire avait disparu de son visage.

Pendant ce temps, Karin fronça légèrement les sourcils avant de lâcher sa flèche.

La corde de l’arc avait provoqué un bruit de tonnerre dans l’arène.

Coupant dans les airs à une vitesse incroyable, prête à empaler sa cible, la flèche s’enfonça dans un mur d’ombre qui s’était formé en quelques instants devant Castells, ce qui brisa tout de suite son élan et la fit tomber au sol avec un bruit.

« C’était à deux doigts… J’allais activer mon objet magique, » déclara Castells.

Il la regardait avec dédain. « Tu as manifestement utilisé une mesure magique pour repousser mes flèches d’ombre. Je ne comprenais pas ce que c’était… mais c’est probablement un objet magique ou quelque chose qui pourrait détecter ma formule magique, non ? »

Karin ne répondit pas et plaça une autre flèche. Elle pouvait fouiner dans les pensées des gens, mais c’était juste un pouvoir, pas de la magie. De plus, elle avait déjà jeté un coup d’œil à la position de la formule de la loi de Castells.

Kunon avait déjà montré qu’une fois qu’elle était connue, il n’était pas difficile d’éviter et de traiter avec les formules de loi.

De plus, si elle détectait quelle flèche allait la frapper, elle pouvait les repousser facilement.

Enfin, si elle pouvait voir où se trouvait son objet magique, elle pouvait interagir avec avant qu’il ne s’active… exactement comme Kunon.

« Oh, quel dommage, tu visais ma formule de loi. Tu as pensé à te mêler de ça avec ta dernière flèche ? L’esprit superficiel des elfes est tout simplement trop évident ! » déclara Castells.

Le voyant prêt à tirer la prochaine vague de flèches noires, elle fit claquer sa langue avant de poignarder à nouveau le sol avec son arc, puis tira sa dernière flèche.

« Hihihihihahaha ! Comme c’est inutile ! Tu es impuissante devant ma magie ! Peu importe la vitesse ou la puissance de tes coups, cela ne sert à rien ! » s’écria Castells.

Tandis qu’il faisait sortir un rire dissonant, il érigea un autre mur d’ombres devant lui, et exactement comme avant, la flèche s’y enfonça, puis tomba sur le sol.

« Ihhihihihihi ! Maintenant que tu n’as plus de munitions, ton arc est inut —, » commença Castells.

Il sortait sa langue en riant d’elle quand son champ de vision avait été empli par un jet de sang frais.

« Eh… Ah… ! AAAHHHHH ! » Il baissa le regard en criant, comprenant que l’origine du sang et la sensation de chaleur dans son pied étaient liées.

Là, empalant son pied au sol, il y avait une flèche qui semblait en métal.

« AAAHHHHH ! MON PIED ! MON PIEDSSSS ! » cria Castells.

Des élancements lui avaient déchiré toute la jambe.

Il avait crié en tortillant son corps pour échapper à la douleur, mais il n’avait pas pu y échapper. Cette douleur lui donnait l’impression que tous ses os étaient fracturés.

« Ohh, donc c’est votre fin ? Eh bien…, » déclara Karin.

Des larmes avaient brouillé la vision de Castells pendant qu’une ombre humanoïde s’approchait de lui.

« Je vous ai dit que je n’avais pas besoin de plus de flèches, » déclara Karin.

Tenant son arc, Karin le regarda de haut avec un sourire triomphant.

« Comment !?? J’ai arrêté —, » balbutia Castells.

« La dernière flèche ? Eh bien, elle n’aurait jamais frappé. Je l’ai envoyée seulement pour vous laisser utiliser votre mur d’ombre, » déclara Karin.

Elle riait comme une enfant dont la farce avait réussi.

« Je n’ai jamais pensé à la façon dont vous utilisiez votre magie. Je ne pensais qu’à obtenir un coup au but, » déclara Karin.

Dès le départ, elle avait écarté l’idée de faire face à la magie et avait tiré une flèche dans le ciel, avait calculé sa trajectoire et le temps qu’il lui aurait fallu pour retomber, avait conduit son ennemi là où il le fallait. Elle avait agi pour qu’il reste immobile, et lui avait fait dresser son mur d’ombre pour couvrir sa propre vue.

Mais peu importe comment les gens y pensaient, la seule flèche qui aurait pu le faire était la première.

« Diriger, c’est votre style, non ? Si ma mémoire est bonne, vous avez dit “harceler votre adversaire de loin jusqu’à ce qu’il se retrouve sur une brochette”. Merci de me l’avoir dit, ça m’a fait gagner beaucoup de temps, » déclara Karin.

Elle lisait les pensées de Castells avant même le début du match, donc elle savait déjà comment sa magie fonctionnait et comment il bougeait. Profitant du doute que Kunon avait inculqué aux gens, elle avait fait en sorte que sa première attaque reste inaperçue jusqu’à la toute fin.

Le fait d’agir avec prudence l’avait amenée à ce résultat.

« Pour votre information, je pourrais gagner même contre Kunon si on était un contre un, » déclara Karin.

Avec la lumière derrière son dos, ses yeux envoûtants brillaient comme de l’or. Puis elle abaissa son arc et cessa de le bandé, tandis que l’expression de l’homme semblait se dissiper en entendant le son du sifflet.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. Cela faisait longtemps 🙂 Victoire décidé dès le premier tir, Castells aurait pu recevoir la flèche sur la tête au lieu du pied, c'était extrêmement aléatoire comme stratégie.

Laisser un commentaire