Un nouveau jeu dans les profondeurs de la captivité! – Tome 1 – Chapitre 5 – Partie 1

***

Chapitre 5 : Marchand d’esclaves et marchand d’esclaves

Partie 1

Deux semaines, ce n’était pas très long comme attente.

Elsa avait demandé la collaboration des gardes de la partie supérieure, et grâce aux informations détaillées fournies par Karin, ils avaient pu planifier une attaque parfaite pour arrêter l’organisation Amberg pour avoir accueilli des paris illégaux.

Puis, un soir, Takumi avait quitté Listina.

Il avait utilisé un passage secret qui s’étendait sous terre pour sortir de la ville : l’ancien canal de drainage de la ville basse.

Autrefois, l’eau recueillie du lac de Verna l’avait traversé, et c’était la raison pour laquelle il avait été conçu beaucoup plus large et plus robuste que le canal typique. Même un chariot pouvait s’y tenir, et il était pavé avec les mêmes pierres qui reliaient les routes de Listina, de sorte qu’il n’était pas douloureux pour les sabots des chevaux.

Aujourd’hui, puisque la ville s’acharnait à faire couler l’eau dans un nouveau canal de drainage, l’ancien canal avait été abandonné et utilisé pour faire du transport de marchandises en secret, puisqu’il ne restait plus d’eau.

« Pff... ils sont en retard ! » se plaignit Kunon, qui s’était assise sur un rocher tout en agitant ses jambes sous le clair de lune.

« Un peu de patience. Ils n’ont pas emprunté l’itinéraire de Valeria, et c’est le seul accès au sentier souterrain, » répondit Takumi.

Au cours des deux dernières semaines, Takumi avait enquêté. Il s’assurait qu’il n’y avait pas d’autres chemins, portes secrètes ou tunnels qui mènent à l’extérieur.

« Elsa a déjà commencé l’opération, donc ils devraient bientôt venir, » Takumi regarda dans l’obscurité éclairée par la lumière des étoiles alors qu’il lui disait ça.

Puis, les oreilles de Kunon se soulevèrent et elle se leva, et il l’imita tranquillement.

Un chariot recouvert d’un tissu s’approchait d’eux depuis l’ombre. Après quelques instants, il avait commencé à ralentir et ses chevaux avaient henni.

Le cocher était un gros homme. Voyant qui l’attendait, ses lèvres se transformèrent en un sourire malicieux. « Quelle surprise, Monsieur Takumi ! Qu’est-ce qui vous amène ici à cette heure ? »

« Bien entendu, je suis venu vous déranger. Désolé, mais vous devez nous laisser votre chariot et partir, » répondit Takumi.

« Hehe... Vous aviez l’air d’un bandit, mais ils sont après tout nombreux, » déclara l’homme.

L’homme avait regardé les deux personnes qui bloquaient son chemin. Mais il n’y avait personne d’autre qu’eux. Les gardes travaillaient dans la ville basse, et les membres de Valeria avaient d’autres tâches à faire ailleurs.

« La qualité avant la quantité. Kunon seule suffit pour s’emparer d’une personne comme vous. Au fait... vous n’avez pas vraiment le temps pour de petites discussions, n’est-ce pas ? » demanda Takumi.

« Oui, en effet. Je dois m’occuper d’une affaire importante, » répondit l’autre.

Takumi avait alors ri avec force.

« Gaitsu, vous n’avez pas un seul esclave avec vous en ce moment, n’est-ce pas ? » demanda Takumi.

Le sourire de l’homme avait disparu. D’autre part, le jeune marchand d’esclaves, s’attendant à sa réaction, avait largement souri avant d’enfoncer le couteau dans la plaie. « Notre existence même est une douleur pour vous, alors vous voulez vous débarrasser de nous pour satisfaire pleinement votre rancune. »

Il avait jeté un coup d’œil au tissu du chariot.

Takumi avait alors continué à parler. « Peut-être que vous cachez une bande de mercenaires pour nous tuer. Ou peut-être que vos sponsors vous ont abandonné comme un chien ? »

« Quel gosse imaginatif tu es ! » répliqua Gaitsu.

« Je n’imagine rien du tout. Je vous connais assez bien, » Takumi avait commencé à tapoter sur sa tempe tout en parlant. « Un lâche comme vous ne monterait jamais seul dans un chariot, car vous savez que vous pourriez être attaqué par quelqu’un. Vous devez vous assurer de votre sécurité, et le fait de payer des mercenaires pour vous protéger ferait parfaitement l’affaire. »

Son doigt s’était arrêté avant de se diriger vers le cocher.

« À l’instant, je viens d’expliquer votre pauvre raisonnement. Au moins, je n’ai pas peur d’être entouré de bandits, espèce de lâche. » Takumi s’était moqué de lui.

Puis, Gaitsu avait écarquillé les yeux et avait crié. « Tuez-les ! Découpez-moi ces salauds ! »

Le tissu qui recouvrait le chariot s’était mis à flotter au vent et le clair de lune avait révélé ce qui se cachait en dessous.

Kunon s’était précipitée vers Takumi, l’avait pris dans ses bras et avait sauté.

L’instant d’après, un énorme pilier de feu s’était élevé de cet endroit et avait traversé la nuit avec un grondement d’orage qui avait continué à résonner dans la nuit alors que ses flammes étaient alimentées par de l’oxygène.

Il s’agissait d’un spectacle rare, mais quelque chose comme ça était tout à fait possible dans ce monde. Il s’agissait de la magie.

« Tu connaissais mes intentions, hein ? Je le savais déjà, » tandis que les flammes brûlaient vers le ciel, un sourire s’était répandu sur le visage de Gaitsu. « Je savais que tu m’aurais directement approché, alors je me suis préparé pour te tuer ! »

Des ombres émergeaient de l’intérieur du chariot.

Ils étaient tous des humanoïdes, mais il est clair qu’aucun d’entre eux n’était humain. Il s’agissait de demi-humains, et au moins une vingtaine d’individus.

« Cette chienne est une vraie plaie. Les humains normaux ne peuvent même pas l’égratigner, et les demi-humains sont trop mous pour blesser les autres... C’est pourquoi je ne les ai entraînés à fond que pour cet instant, » déclara Gaitsu.

Leurs yeux brillaient de folie, comme s’ils étaient une bande de « bêtes affamées ».

« Je vois... mais ils ont l’air hâtifs. Vous les avez drogués et vous avez réécrit leur nature avec force, hein ? » demanda Takumi.

« J’avais accès à beaucoup de drogues depuis que je fais partie des grandes compagnies. De toute façon, les demi-humains sont juste une bande de bêtes sans cervelle. N’est-il pas mieux de les utiliser comme ça ? » Avec un sourire méprisant, Gaitsu les regardait avec dédain.

En voyant ça, le visage de Takumi s’était déformé. « ... Bon sang, ça me ressemble tellement. Comme c’est vexant. »

Il manipulait les demi-humains avec de la drogue et amenait avec lui plusieurs utilisateurs de magie qui se cachaient encore dans le chariot.

« Il veut vraiment nous tuer s’il a amené des magiciens, n’est-ce pas, Kunon ? » demanda Takumi.

« Uuh... Je ne comprends pas vraiment la magie parce que personne ne se bat habituellement contre les magiciens…, » elle lâcha Takumi tout en regardant le chariot.

Seuls les nobles ou les personnes qui leur étaient proches pouvaient apprendre la magie.

La famille Richtert était particulièrement connue pour sa puissante magie, et comme ils ne voulaient pas que leurs recherches soient diffusées à l’extérieur, ils ne l’enseignaient qu’à leurs descendants.

Le fait d’étudier avec tant d’assiduité avait amené les différentes familles nobles à développer une technologie unique et à acquérir suffisamment de connaissances pour manifester le véritable pouvoir de la magie.

Les utilisateurs de la magie de Richtert étaient une classe privilégiée, et l’un d’entre eux pouvait détruire une armée entière en étant tout seul. C’est pourquoi tout le monde hésitait à aller à leur encontre.

Pourtant, les nobles n’étaient autorisés à utiliser la magie que lorsque cela était strictement nécessaire.

Le pilier de feu qui avait été jeté du chariot était plus faible que celui d’un lanceur de sort de Richtert, de sorte qu’ils avaient probablement été embauchés d’un autre pays.

« Qu’est-ce que tu vas faire ? Si c’est trop dur, on peut courir, » déclara Takumi.

« Oh non ! Ce serait super ennuyeux, » répondit Kunon. Pour Kunon, même les utilisateurs de magie n’étaient pas une menace. « C’est une chance rare, je devrais en profiter au maximum ! »

Incapable de garder un visage stoïque, elle souriait et se secouait tout en dégainant ses deux poignards. Les lames étaient noir de jais et courbées comme les griffes d’un loup, et longues d’une cinquantaine de centimètres.

Tandis qu’elle tenait ses falcatas, Kunon avait souri avec innocence. « Alors... Montrez-moi ce que vous savez faire. »

Le sourire de Kunon était terrifiant, mais les demi-humains l’avaient ignoré et l’avaient attaqué de tous les côtés.

Leurs capacités physiques étaient de loin supérieures à celles de l’homme et les effets des drogues les amplifiaient encore plus, leur donnant une vitesse qui dépassait même la moyenne des demi-humains.

Les crocs d’un homme-loup, les bras robustes d’un ogre, les griffes d’un homme-dragon et d’un homme-oiseau se rapprochaient tous de son petit corps pour le déchirer.

Pourtant, elle était restée immobile.

« Ce n’est pas bon, il faut réfléchir avant d’attaquer…, » déclara-t-elle.

Elle avait fait tourner ses poignards en douceur, et avec cela, les quatre attaquants étaient tombés sur le sol comme une bande de marionnettes dont les fils avaient été coupés. Elle avait ensuite cherché le contact visuel avec les autres tout en souriant joyeusement.

« Tuer un ennemi est difficile, alors vous feriez mieux de penser à ce que vous faites. À quel point il est fort, où faut-il viser, vaut-il mieux le frapper d’un seul coup ou mieux le feindre... Si vous essayez de n’utiliser que la force brute, l’ennemi n’aura même pas peur de vous, » déclara-t-elle. Elle affichait son expression habituelle tout en faisant tourner ses armes.

« Il y a un abîme entre quelqu’un qui pense et quelqu’un qui ne pense pas. Et aussi, quand vous croyez que quelqu’un est “invincible”, l’abîme s’approfondit vis-à-vis de lui, » déclara-t-elle.

Aucun des demi-humains tombés n’affichait des blessures mortelles sur leur corps.

Elle les avait simplement neutralisés en utilisant ses techniques martiales. Elle avait fait que les hommes-loups, qui avaient une olfaction aiguisée, sentent le poison qui recouvrait ses lames dès qu’elle les avait dégainées. Elle visait les points faibles des ogres avec ses poings pour endommager leurs organes internes et contourner leurs corps robustes. Elle avait attaqué les hommes-dragons, qui avaient des écailles solides qui les protégeaient, avec assez de puissance pour leur faire du mal. Elle avait frappé les tempes des hommes-oiseaux avec le plat de ses lames pour troubler leur sens de l’équilibre et les laisser s’écraser sur le sol, rendant leurs griffes inutiles.

Une fois que vous connaissez les caractéristiques de l’ennemi, il était facile de trouver sa faiblesse.

Kunon y pensait à ce moment précis. Chaque fois qu’elle parlait ou mangeait quelque chose, une partie d’elle analysait comment frapper ses adversaires.

« Ne vous inquiétez pas, je ne vous tuerai pas. Je suis un chien de chasse, donc mon devoir est de chasser et de saisir ma proie, » déclara Kunon.

La preuve de ses paroles était à ses pieds. Aucun de ces types n’était mort. Elle s’était juste assurée qu’ils soient impuissants. Cette réalité était bien plus terrifiante que de penser qu’ils avaient tous été massacrés.

Elle avait ensuite porté son regard sur les utilisateurs de magie qui chantaient un sort, et quand un autre pilier de feu était sur le point de s’élever de dessous ses pieds, elle avait piétiné le sol de toutes ses forces. Le sol s’était brisé sous l’effet d’une forte secousse, produisant des fissures, et les flammes s’étaient dispersées en un instant.

« C’est tout ce que... ? La magie n’est pas si amusante... » Elle avait fait la moue, profondément déçue.

Normalement, cette magie aurait brûlé n’importe quel humain en quelques secondes, mais elle l’avait neutralisé avec une force pure et simple.

Elle ne ressemblait pas seulement à un monstre...

« Comme c’est ennuyeux. Finissons-en avec ça, » déclara-t-elle.

C’était un monstre.

Les autres demi-humains l’avaient contourné dans la panique et avaient visé Takumi.

« Bien joué ! Vous avez utilisé votre cerveau, hein ? Mais ce n’est pas bon, » déclara-t-elle.

Elle avait anticipé leurs actions et avait ainsi commencé à les assommer. Profitant de ces quelques instants, les mages avaient commencé à chanter un sort destiné à Takumi, mais le Chien avait lancé ses lames noires vers leur cou.

« Viser uniquement Takumi n’est pas juste ! Je comprends que vous ayez peur, mais essayer de m’échapper ne vous aidera pas ! » déclara-t-elle.

Après que ses lames aient atteint leurs cibles, elle avait tiré les fils attachés à ses armes vers l’arrière avec un gémissement d’insatisfaction.

Les mages ne l’écoutaient plus. Leurs compagnons les regardaient en s’attendant à leur mort, mais leur tête n’avait pas été détachée de leur corps, et leur trachée n’était pas coupée.

Ils essayaient de parler, mais aucun son n’a échappé à leurs lèvres.

« Vous pensiez que j’allais vous tuer ? Je viens juste de couper vos cordes vocales, » déclara-t-elle alors que son expression s’était légèrement assombrie.

Faire quelque chose comme ça tout en se battant était presque impossible. Si la lame s’était enfoncée plus profondément d’un pouce, ils seraient morts. Pourtant, elle avait perfectionné ses capacités au point de faire croire à ses ennemis qu’elle était imbattable.

« Votre carrière de mage est terminée... mais je suis sûre que mon maître trouvera un lieu de travail même pour des muets comme vous, » déclara-t-elle.

Sous le voile d’innocence de sa voix, ils pouvaient percevoir sa folie.

Il ne s’agissait pas de tuer ou non. Pour commencer, ce n’était même pas une bataille. Elle était l’incarnation du massacre.

« Voyons voir... Un, deux, trois... chaque demi-humain s’est évanoui, donc ceux qui sont dans le chariot sont les seuls qui restent, n’est-ce pas ? » se demanda-t-elle à voix haute.

En tournant son corps, elle leur avait affiché un sourire éclatant et inapproprié.

« Vous n’avez aucune chance, mais... voulez-vous quand même essayer ? » demanda Kunon.

Elle avait écrasé leur volonté. Il n’y avait pas de place pour le choix. Ils s’étaient donc tous rendus. Il ne s’agissait pas seulement de protéger leur vie, mais aussi de maintenir un peu leur santé mentale.

Ils avaient alors levé les mains en descendant du chariot et ils marchèrent lentement vers Takumi et le Chien.

« Beau travail, Kunon. Tu as parfaitement géré ça, » déclara Takumi.

« Ce n’est pas sympa du tout. Tu as dit que c’était dur, mais à la place, c’est trop facile. Je suis maintenant toute triste, » déclara Kunon.

« Je pensais que les mages t’auraient donné du fil à retordre, mais tu es vraiment forte. Tu devrais t’en réjouir, » répliqua Takumi.

« Je ne le suis pas, espèce de menteur ! Je n’écouterai plus un mot de ce que tu diras à partir de maintenant ! » cria Kunon.

« Je vois. Alors, je peux supposer que tu ne voudrais pas manger un morceau après notre retour à la maison, » déclara Takumi.

« Désolée, je retire ce que j’ai dit, » s’excusa-t-elle.

Un sourire amer s’était formé sur son visage pendant qu’elle baissait ses oreilles et sa queue, et l’instant d’après, Takumi avait commencé à lui caresser la tête.

Le voir traiter ce monstre implacable comme ça le faisait passer pour un démon aux yeux des mages.

« Écoute, Kunon, quelqu’un de Valeria devrait venir ici dans un moment, donc j’ai besoin que tu gardes un œil sur ces gars, » déclara Takumi.

« Oui monsieur ! Mais vas-tu quelque part ? » elle inclina sa tête alors qu’elle demandait ça, perplexe, et il soupira profondément.

« Je vais aller pourchasser ce porc dégoûtant qui s’est enfui dès que tu as commencé à assommer ces messieurs. Ce gros lard ne fait les bons coups que dans ce genre de situations, » répondit Takumi.

« Alors, laisse-moi venir…, » supplias Kunon.

« Tu n’en as pas besoin. Attends ici, d’accord ? » demanda Takumi.

Il agita légèrement la main et se dirigea dans la même direction que Gaitsu avait prise.

Sa silhouette avait disparu dans la nuit.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour ce combat unilatéral 🙂

  2. Merci pour le chapitre et le massacre

Laisser un commentaire