Un nouveau jeu dans les profondeurs de la captivité! – Tome 1 – Chapitre 5

***

Chapitre 5 : Marchand d’esclaves et marchand d’esclaves

***

Chapitre 5 : Marchand d’esclaves et marchand d’esclaves

Partie 1

Deux semaines, ce n’était pas très long comme attente.

Elsa avait demandé la collaboration des gardes de la partie supérieure, et grâce aux informations détaillées fournies par Karin, ils avaient pu planifier une attaque parfaite pour arrêter l’organisation Amberg pour avoir accueilli des paris illégaux.

Puis, un soir, Takumi avait quitté Listina.

Il avait utilisé un passage secret qui s’étendait sous terre pour sortir de la ville : l’ancien canal de drainage de la ville basse.

Autrefois, l’eau recueillie du lac de Verna l’avait traversé, et c’était la raison pour laquelle il avait été conçu beaucoup plus large et plus robuste que le canal typique. Même un chariot pouvait s’y tenir, et il était pavé avec les mêmes pierres qui reliaient les routes de Listina, de sorte qu’il n’était pas douloureux pour les sabots des chevaux.

Aujourd’hui, puisque la ville s’acharnait à faire couler l’eau dans un nouveau canal de drainage, l’ancien canal avait été abandonné et utilisé pour faire du transport de marchandises en secret, puisqu’il ne restait plus d’eau.

« Pff... ils sont en retard ! » se plaignit Kunon, qui s’était assise sur un rocher tout en agitant ses jambes sous le clair de lune.

« Un peu de patience. Ils n’ont pas emprunté l’itinéraire de Valeria, et c’est le seul accès au sentier souterrain, » répondit Takumi.

Au cours des deux dernières semaines, Takumi avait enquêté. Il s’assurait qu’il n’y avait pas d’autres chemins, portes secrètes ou tunnels qui mènent à l’extérieur.

« Elsa a déjà commencé l’opération, donc ils devraient bientôt venir, » Takumi regarda dans l’obscurité éclairée par la lumière des étoiles alors qu’il lui disait ça.

Puis, les oreilles de Kunon se soulevèrent et elle se leva, et il l’imita tranquillement.

Un chariot recouvert d’un tissu s’approchait d’eux depuis l’ombre. Après quelques instants, il avait commencé à ralentir et ses chevaux avaient henni.

Le cocher était un gros homme. Voyant qui l’attendait, ses lèvres se transformèrent en un sourire malicieux. « Quelle surprise, Monsieur Takumi ! Qu’est-ce qui vous amène ici à cette heure ? »

« Bien entendu, je suis venu vous déranger. Désolé, mais vous devez nous laisser votre chariot et partir, » répondit Takumi.

« Hehe... Vous aviez l’air d’un bandit, mais ils sont après tout nombreux, » déclara l’homme.

L’homme avait regardé les deux personnes qui bloquaient son chemin. Mais il n’y avait personne d’autre qu’eux. Les gardes travaillaient dans la ville basse, et les membres de Valeria avaient d’autres tâches à faire ailleurs.

« La qualité avant la quantité. Kunon seule suffit pour s’emparer d’une personne comme vous. Au fait... vous n’avez pas vraiment le temps pour de petites discussions, n’est-ce pas ? » demanda Takumi.

« Oui, en effet. Je dois m’occuper d’une affaire importante, » répondit l’autre.

Takumi avait alors ri avec force.

« Gaitsu, vous n’avez pas un seul esclave avec vous en ce moment, n’est-ce pas ? » demanda Takumi.

Le sourire de l’homme avait disparu. D’autre part, le jeune marchand d’esclaves, s’attendant à sa réaction, avait largement souri avant d’enfoncer le couteau dans la plaie. « Notre existence même est une douleur pour vous, alors vous voulez vous débarrasser de nous pour satisfaire pleinement votre rancune. »

Il avait jeté un coup d’œil au tissu du chariot.

Takumi avait alors continué à parler. « Peut-être que vous cachez une bande de mercenaires pour nous tuer. Ou peut-être que vos sponsors vous ont abandonné comme un chien ? »

« Quel gosse imaginatif tu es ! » répliqua Gaitsu.

« Je n’imagine rien du tout. Je vous connais assez bien, » Takumi avait commencé à tapoter sur sa tempe tout en parlant. « Un lâche comme vous ne monterait jamais seul dans un chariot, car vous savez que vous pourriez être attaqué par quelqu’un. Vous devez vous assurer de votre sécurité, et le fait de payer des mercenaires pour vous protéger ferait parfaitement l’affaire. »

Son doigt s’était arrêté avant de se diriger vers le cocher.

« À l’instant, je viens d’expliquer votre pauvre raisonnement. Au moins, je n’ai pas peur d’être entouré de bandits, espèce de lâche. » Takumi s’était moqué de lui.

Puis, Gaitsu avait écarquillé les yeux et avait crié. « Tuez-les ! Découpez-moi ces salauds ! »

Le tissu qui recouvrait le chariot s’était mis à flotter au vent et le clair de lune avait révélé ce qui se cachait en dessous.

Kunon s’était précipitée vers Takumi, l’avait pris dans ses bras et avait sauté.

L’instant d’après, un énorme pilier de feu s’était élevé de cet endroit et avait traversé la nuit avec un grondement d’orage qui avait continué à résonner dans la nuit alors que ses flammes étaient alimentées par de l’oxygène.

Il s’agissait d’un spectacle rare, mais quelque chose comme ça était tout à fait possible dans ce monde. Il s’agissait de la magie.

« Tu connaissais mes intentions, hein ? Je le savais déjà, » tandis que les flammes brûlaient vers le ciel, un sourire s’était répandu sur le visage de Gaitsu. « Je savais que tu m’aurais directement approché, alors je me suis préparé pour te tuer ! »

Des ombres émergeaient de l’intérieur du chariot.

Ils étaient tous des humanoïdes, mais il est clair qu’aucun d’entre eux n’était humain. Il s’agissait de demi-humains, et au moins une vingtaine d’individus.

« Cette chienne est une vraie plaie. Les humains normaux ne peuvent même pas l’égratigner, et les demi-humains sont trop mous pour blesser les autres... C’est pourquoi je ne les ai entraînés à fond que pour cet instant, » déclara Gaitsu.

Leurs yeux brillaient de folie, comme s’ils étaient une bande de « bêtes affamées ».

« Je vois... mais ils ont l’air hâtifs. Vous les avez drogués et vous avez réécrit leur nature avec force, hein ? » demanda Takumi.

« J’avais accès à beaucoup de drogues depuis que je fais partie des grandes compagnies. De toute façon, les demi-humains sont juste une bande de bêtes sans cervelle. N’est-il pas mieux de les utiliser comme ça ? » Avec un sourire méprisant, Gaitsu les regardait avec dédain.

En voyant ça, le visage de Takumi s’était déformé. « ... Bon sang, ça me ressemble tellement. Comme c’est vexant. »

Il manipulait les demi-humains avec de la drogue et amenait avec lui plusieurs utilisateurs de magie qui se cachaient encore dans le chariot.

« Il veut vraiment nous tuer s’il a amené des magiciens, n’est-ce pas, Kunon ? » demanda Takumi.

« Uuh... Je ne comprends pas vraiment la magie parce que personne ne se bat habituellement contre les magiciens…, » elle lâcha Takumi tout en regardant le chariot.

Seuls les nobles ou les personnes qui leur étaient proches pouvaient apprendre la magie.

La famille Richtert était particulièrement connue pour sa puissante magie, et comme ils ne voulaient pas que leurs recherches soient diffusées à l’extérieur, ils ne l’enseignaient qu’à leurs descendants.

Le fait d’étudier avec tant d’assiduité avait amené les différentes familles nobles à développer une technologie unique et à acquérir suffisamment de connaissances pour manifester le véritable pouvoir de la magie.

Les utilisateurs de la magie de Richtert étaient une classe privilégiée, et l’un d’entre eux pouvait détruire une armée entière en étant tout seul. C’est pourquoi tout le monde hésitait à aller à leur encontre.

Pourtant, les nobles n’étaient autorisés à utiliser la magie que lorsque cela était strictement nécessaire.

Le pilier de feu qui avait été jeté du chariot était plus faible que celui d’un lanceur de sort de Richtert, de sorte qu’ils avaient probablement été embauchés d’un autre pays.

« Qu’est-ce que tu vas faire ? Si c’est trop dur, on peut courir, » déclara Takumi.

« Oh non ! Ce serait super ennuyeux, » répondit Kunon. Pour Kunon, même les utilisateurs de magie n’étaient pas une menace. « C’est une chance rare, je devrais en profiter au maximum ! »

Incapable de garder un visage stoïque, elle souriait et se secouait tout en dégainant ses deux poignards. Les lames étaient noir de jais et courbées comme les griffes d’un loup, et longues d’une cinquantaine de centimètres.

Tandis qu’elle tenait ses falcatas, Kunon avait souri avec innocence. « Alors... Montrez-moi ce que vous savez faire. »

Le sourire de Kunon était terrifiant, mais les demi-humains l’avaient ignoré et l’avaient attaqué de tous les côtés.

Leurs capacités physiques étaient de loin supérieures à celles de l’homme et les effets des drogues les amplifiaient encore plus, leur donnant une vitesse qui dépassait même la moyenne des demi-humains.

Les crocs d’un homme-loup, les bras robustes d’un ogre, les griffes d’un homme-dragon et d’un homme-oiseau se rapprochaient tous de son petit corps pour le déchirer.

Pourtant, elle était restée immobile.

« Ce n’est pas bon, il faut réfléchir avant d’attaquer…, » déclara-t-elle.

Elle avait fait tourner ses poignards en douceur, et avec cela, les quatre attaquants étaient tombés sur le sol comme une bande de marionnettes dont les fils avaient été coupés. Elle avait ensuite cherché le contact visuel avec les autres tout en souriant joyeusement.

« Tuer un ennemi est difficile, alors vous feriez mieux de penser à ce que vous faites. À quel point il est fort, où faut-il viser, vaut-il mieux le frapper d’un seul coup ou mieux le feindre... Si vous essayez de n’utiliser que la force brute, l’ennemi n’aura même pas peur de vous, » déclara-t-elle. Elle affichait son expression habituelle tout en faisant tourner ses armes.

« Il y a un abîme entre quelqu’un qui pense et quelqu’un qui ne pense pas. Et aussi, quand vous croyez que quelqu’un est “invincible”, l’abîme s’approfondit vis-à-vis de lui, » déclara-t-elle.

Aucun des demi-humains tombés n’affichait des blessures mortelles sur leur corps.

Elle les avait simplement neutralisés en utilisant ses techniques martiales. Elle avait fait que les hommes-loups, qui avaient une olfaction aiguisée, sentent le poison qui recouvrait ses lames dès qu’elle les avait dégainées. Elle visait les points faibles des ogres avec ses poings pour endommager leurs organes internes et contourner leurs corps robustes. Elle avait attaqué les hommes-dragons, qui avaient des écailles solides qui les protégeaient, avec assez de puissance pour leur faire du mal. Elle avait frappé les tempes des hommes-oiseaux avec le plat de ses lames pour troubler leur sens de l’équilibre et les laisser s’écraser sur le sol, rendant leurs griffes inutiles.

Une fois que vous connaissez les caractéristiques de l’ennemi, il était facile de trouver sa faiblesse.

Kunon y pensait à ce moment précis. Chaque fois qu’elle parlait ou mangeait quelque chose, une partie d’elle analysait comment frapper ses adversaires.

« Ne vous inquiétez pas, je ne vous tuerai pas. Je suis un chien de chasse, donc mon devoir est de chasser et de saisir ma proie, » déclara Kunon.

La preuve de ses paroles était à ses pieds. Aucun de ces types n’était mort. Elle s’était juste assurée qu’ils soient impuissants. Cette réalité était bien plus terrifiante que de penser qu’ils avaient tous été massacrés.

Elle avait ensuite porté son regard sur les utilisateurs de magie qui chantaient un sort, et quand un autre pilier de feu était sur le point de s’élever de dessous ses pieds, elle avait piétiné le sol de toutes ses forces. Le sol s’était brisé sous l’effet d’une forte secousse, produisant des fissures, et les flammes s’étaient dispersées en un instant.

« C’est tout ce que... ? La magie n’est pas si amusante... » Elle avait fait la moue, profondément déçue.

Normalement, cette magie aurait brûlé n’importe quel humain en quelques secondes, mais elle l’avait neutralisé avec une force pure et simple.

Elle ne ressemblait pas seulement à un monstre...

« Comme c’est ennuyeux. Finissons-en avec ça, » déclara-t-elle.

C’était un monstre.

Les autres demi-humains l’avaient contourné dans la panique et avaient visé Takumi.

« Bien joué ! Vous avez utilisé votre cerveau, hein ? Mais ce n’est pas bon, » déclara-t-elle.

Elle avait anticipé leurs actions et avait ainsi commencé à les assommer. Profitant de ces quelques instants, les mages avaient commencé à chanter un sort destiné à Takumi, mais le Chien avait lancé ses lames noires vers leur cou.

« Viser uniquement Takumi n’est pas juste ! Je comprends que vous ayez peur, mais essayer de m’échapper ne vous aidera pas ! » déclara-t-elle.

Après que ses lames aient atteint leurs cibles, elle avait tiré les fils attachés à ses armes vers l’arrière avec un gémissement d’insatisfaction.

Les mages ne l’écoutaient plus. Leurs compagnons les regardaient en s’attendant à leur mort, mais leur tête n’avait pas été détachée de leur corps, et leur trachée n’était pas coupée.

Ils essayaient de parler, mais aucun son n’a échappé à leurs lèvres.

« Vous pensiez que j’allais vous tuer ? Je viens juste de couper vos cordes vocales, » déclara-t-elle alors que son expression s’était légèrement assombrie.

Faire quelque chose comme ça tout en se battant était presque impossible. Si la lame s’était enfoncée plus profondément d’un pouce, ils seraient morts. Pourtant, elle avait perfectionné ses capacités au point de faire croire à ses ennemis qu’elle était imbattable.

« Votre carrière de mage est terminée... mais je suis sûre que mon maître trouvera un lieu de travail même pour des muets comme vous, » déclara-t-elle.

Sous le voile d’innocence de sa voix, ils pouvaient percevoir sa folie.

Il ne s’agissait pas de tuer ou non. Pour commencer, ce n’était même pas une bataille. Elle était l’incarnation du massacre.

« Voyons voir... Un, deux, trois... chaque demi-humain s’est évanoui, donc ceux qui sont dans le chariot sont les seuls qui restent, n’est-ce pas ? » se demanda-t-elle à voix haute.

En tournant son corps, elle leur avait affiché un sourire éclatant et inapproprié.

« Vous n’avez aucune chance, mais... voulez-vous quand même essayer ? » demanda Kunon.

Elle avait écrasé leur volonté. Il n’y avait pas de place pour le choix. Ils s’étaient donc tous rendus. Il ne s’agissait pas seulement de protéger leur vie, mais aussi de maintenir un peu leur santé mentale.

Ils avaient alors levé les mains en descendant du chariot et ils marchèrent lentement vers Takumi et le Chien.

« Beau travail, Kunon. Tu as parfaitement géré ça, » déclara Takumi.

« Ce n’est pas sympa du tout. Tu as dit que c’était dur, mais à la place, c’est trop facile. Je suis maintenant toute triste, » déclara Kunon.

« Je pensais que les mages t’auraient donné du fil à retordre, mais tu es vraiment forte. Tu devrais t’en réjouir, » répliqua Takumi.

« Je ne le suis pas, espèce de menteur ! Je n’écouterai plus un mot de ce que tu diras à partir de maintenant ! » cria Kunon.

« Je vois. Alors, je peux supposer que tu ne voudrais pas manger un morceau après notre retour à la maison, » déclara Takumi.

« Désolée, je retire ce que j’ai dit, » s’excusa-t-elle.

Un sourire amer s’était formé sur son visage pendant qu’elle baissait ses oreilles et sa queue, et l’instant d’après, Takumi avait commencé à lui caresser la tête.

Le voir traiter ce monstre implacable comme ça le faisait passer pour un démon aux yeux des mages.

« Écoute, Kunon, quelqu’un de Valeria devrait venir ici dans un moment, donc j’ai besoin que tu gardes un œil sur ces gars, » déclara Takumi.

« Oui monsieur ! Mais vas-tu quelque part ? » elle inclina sa tête alors qu’elle demandait ça, perplexe, et il soupira profondément.

« Je vais aller pourchasser ce porc dégoûtant qui s’est enfui dès que tu as commencé à assommer ces messieurs. Ce gros lard ne fait les bons coups que dans ce genre de situations, » répondit Takumi.

« Alors, laisse-moi venir…, » supplias Kunon.

« Tu n’en as pas besoin. Attends ici, d’accord ? » demanda Takumi.

Il agita légèrement la main et se dirigea dans la même direction que Gaitsu avait prise.

Sa silhouette avait disparu dans la nuit.

***

Partie 2

Takumi avait dit qu’il allait poursuivre Gaitsu, mais même s’il était irrité, son rythme était resté lent.

Il était en train de suivre les empreintes de pas, piétinant et cassant les feuilles et les branches alors qu’il entrait dans la forêt.

Au bout de cette piste se trouvait un espace dégagé, où Gaitsu était actuellement en train de haleter lourdement tout en se penchant sur ses genoux.

« Alors, ne peux-tu pas courir plus loin ? » demanda Takumi.

« Ha !? » Gaitsu avait alors émis un son aigu pendant qu’il se retournait pour faire face à son poursuivant.

Son expression était déformée par la peur.

« S’il te plaît... Je te donnerai tout mon argent ! Je te donnerai tout ce que j’ai, mais épargne ma vie... ! », avait supplié Gaitsu.

« Aaah, je ne t’entends pas ! Ne me supplie pas pour ta vie avec ces paroles bon marché, » le regard de Takumi était tranchant. Il était de mauvaise humeur. « Je ne gagnerai rien à te tuer... Alors tu me donneras des informations, sinon je ne te pardonnerai pas pour les esclaves que tu as laissé mourir. »

Pour soutenir Amberg, Gaitsu avait dû sacrifier de nombreux esclaves dans ces jeux illégaux. Il l’avait fait non seulement dans des batailles grossières, mais aussi dans d’autres façons inutiles et improductives. C’était selon lui impardonnable.

Tandis que Takumi semblait le poignarder avec son regard, l’homme tremblait de peur, mais au fil du temps, la haine avait rempli son regard.

« Tu es un bâtard... tu l’as toujours été depuis ton enfance. Tu es si fier et arrogant. Quoi qu’il arrive, tu marches sur les autres et les regardes de haut..., » répliqua Gaitsu.

« C’est ce que les personnes supérieures doivent faire. Si tu n’as pas d’orgueil, tu ne peux pas t’élever au-dessus des autres, et si tu n’es pas arrogant, alors tu ne peux pas trouver des individus de ton niveau... Je le sais mieux que quiconque, » déclara Takumi. Le jeune homme se souvenait de son ancien monde.

Des personnes, des équipes, des organisations, des entreprises, des pays... il avait parlé en se tenant au-dessus de tous.

Mais Gaitsu ne pouvait pas saisir le véritable sens de ces mots.

Il ne pouvait que comprendre que Takumi était né une marche au-dessus de lui, avec un meilleur statut social et de meilleures capacités. Pourtant, il ne pouvait pas l’accepter aussi facilement.

« Alors... Si je peux te tuer, même moi, je prouverai ma valeur ! » Dès que Gaitsu avait crié cela, la forêt silencieuse était devenue bruyante.

Un très grand nombre de demi-hommes étaient apparus et ils étaient plus nombreux que ceux qui étaient sur le chariot avant ça.

« Je croyais que tu me sous-estimais en n’amenant que ces quelques hommes avec toi, mais maintenant je comprends... Tu pourrais réussir à me tuer avec autant d’individus, » déclara Takumi.

« Je pensais que des lanceurs de sorts de différents pays seraient capables de s’emparer du Chien... Mais puisque tu m’as suivi, ça n’a plus d’importance, » déclara Gaitsu.

Gaitsu s’était de nouveau levé et aucune trace de peur ne pouvait être vue sur son visage.

« Quelqu’un qui manipule les autres en les regardant de haut... tu es vraiment effrayant. Tu as peut-être moi, les grandes entreprises et peut-être même tout le pays entre tes mains..., » ses lèvres s’étaient serrées et elles avaient pris la forme d’un sourire carnassier. « Mais en fin de compte, tu es un humain comme tout le monde. Peu importe le nombre d’esclaves que tu possèdes, et la force de ces derniers, ils ne sont pas présents avec toi. »

Les intentions meurtrières qui les entouraient devenaient de plus en plus importantes.

« Je vais t’éclater la tête et t’arracher le cœur..., ton heure est venue, » déclara Gaitsu.

Gaitsu l’avait percé d’un regard assoiffé de sang, puis il avait levé la main.

Au moment où il l’aurait abaissé, le jeune homme devant lui serait mort. Son corps se ferait transformer en pulpe de viande et en os écrasés.

Pourtant, même dans cette situation désespérée, Takumi n’avait pas perdu son sang-froid.

« Tu es supérieur parce que tu peux prédire la suite, hein... ? Je te vois comme une menace, et comme tous ceux que j’ai vus comme ça, je te détruirai... C’est cela la signification d’être supérieur, » déclara Takumi.

« Haha... c’est comme ça que tu mendies pour ta vie ? Quelle arrogance ! » s’écria Gaitsu.

« Supplier pour ma vie ? Arrête de cracher des bêtises, » un sourire débordant de confiance en soi s’était formé sur le visage de Takumi alors qu’il répondait ça.

« Ouais, tu supplies pour ta vie... tout comme la racaille que tu es, sale bâtard, » Gaitsu avait légèrement hoché la tête. « Ils vont te trancher la gorge. »

Alors qu’il commençait à baisser la main, un bruit de tonnerre lui avait percé l’oreille. Tous ceux qui l’avaient entendu s’étaient figés alors qu’ils étaient en état de choc.

« Tu es bon, mais... tu as raté quelque chose dès le début, » déclara Takumi.

L’odeur de la poudre à canon était en suspension dans l’air.

« Croyais-tu vraiment que quelqu’un peut se charger de moi ? » demanda Takumi.

Gaitsu avait commencé à trembler légèrement et avait regardé la main de Takumi.

« Qu’est-ce que... c’est... ? » demanda Gaitsu.

« Franchement, cochon, tu ne reconnais pas une arme quand tu en vois une ? » demanda Takumi.

Les armes à feu étaient bien connues dans ce monde. C’est pourquoi Gaitsu s’était raidi dès qu’il avait entendu ce bang. Mais ce que Takumi tenait dans sa main était encore inconnu dans ce monde-là.

« Il s’agit d’un pistolet à roue, communément appelé revolver, mais je doute fortement que tu puisses comprendre ce que c’est, » déclara Takumi.

La magie étant plus efficace à longue portée, les fusils étaient reconnus comme de simples jouets de chasse pour les nobles.

« Un... Un pistolet qui n’a pas besoin d’un silex et qui peut être porté aussi facilement..., » déclara Gaitsu.

« C’est tout simplement devant toi. Cependant, je ne peux pas expliquer comment l’amorce et les cartouches sont fabriquées parce que cela pourrait causer beaucoup de problèmes, » déclara Takumi.

Dans un monde où la connaissance des armes à feu ne surpassait pas les mousquets, l’existence des armes de poing aurait pu déclencher une révolution. N’importe qui en aurait transporté un, et n’importe qui l’aurait utilisé.

Après cela, les fusils de tireur d’élite, les fusils d’assaut, les mitrailleuses, les lance-grenades auraient été les prochains... Ils avaient tous été développés dans l’ancien monde de Takumi en raison de l’absence de magie, et leur puissance de feu pourrait rivaliser avec celle de la magie.

Ils auraient créé des conflits, et le sang de beaucoup de personnes aurait souillé la terre. Takumi ne voulait pas transformer ce monde déjà cruel en un monde encore plus sanglant. Mais exactement parce qu’il vivait dans un monde sans pitié, il devait se protéger le mieux possible.

« Les humains sont faibles... mais je me demande si c’est pareil quand ils tiennent une arme, » déclara Takumi.

Gaitsu avait paniqué pendant un instant, mais avait ensuite retrouvé son calme. « Qu’est-ce que tu as dit ? C’est juste un petit pistolet ! Comme si tu serais capable de survivre face à autant de personnes ! »

« Si tu le penses, vas-y. Vous n’êtes pas assez pour me tuer maintenant, » un sourire moqueur apparut sur ses lèvres alors qu’il disait ça.

C’était le sourire diabolique et cruel de quelqu’un qui se tenait au-dessus de tout le monde.

« Allez, lâche, voyons si tu peux faire ça, » déclara Takumi.

L’expression de Gaitsu s’était raidie, mais à la fin, il avait baissé le bras.

Les demi-hommes, qui lui étaient fidèles grâce à la drogue, s’étaient précipités vers leur cible, mais au moment où ils avaient sauté en l’air pour l’attaquer, une force invisible les avait projetés au sol.

L’odeur du sang avait alors rempli l’air, et Gaitsu avait regardé l’arme de son adversaire pour voir qu’il ne les pointait pas avec l’arme et qu’aucune fumée ne sortait du canon de l’arme.

« Alors, qui est le prochain ? Si personne n’avance, je viendrai me charger de votre chef, » dit Takumi alors qu’il commençait à marcher vers sa proie.

D’autres demi-hommes avaient réagi à ces mots et avaient commencé leur assaut, mais c’était comme si un mur invisible les empêchait de s’approcher trop près de lui, et après avoir laissé des traces de sang derrière eux, ils étaient tous tombés à ses pieds.

« Tu es bon, mais tu es aussi un lâche incroyable. Dès que tu as vu une arme à feu, tu as eu si peur que tu n’as pas pu faire le bon geste. Permets-moi d’être clair... Je n’ai jamais dit que c’est la seule arme ou que c’est le seul type d’arme que j’ai créé, et je n’ai jamais dit que je suis le seul à en avoir une, » déclara Takumi.

Des trous de balle avaient transpercé les corps de ceux qui étaient allongés sur le sol, mais aucune de ces blessures n’avait été fatale.

« Ce n’est pas... ! Je n’ai pas entendu d’autres coups de feu ! » déclara Gaitsu.

« Cela signifie simplement qu’ils étaient trop éloignés pour être entendus. Ne m’oblige pas à dire des choses évidentes, » déclara Takumi.

« C’est impossible ! Comment peut-on viser les demi-hommes à une telle distance alors même que nous sommes dans une forêt ? » s’écria Gaitsu.

Un autre agresseur était tombé devant l’homme déconcerté.

« En fait, c’est tout à fait possible. Voilà la différence entre toi et moi, » déclara Takumi.

Le jeune homme s’était rapproché tout en maintenant son sourire.

« Tu sais, les nains ne sont pas les seuls demi-hommes utiles. Les loups-garous peuvent voir dans l’obscurité, les hommes-oiseaux peuvent lire les courants du vent, les hommes-dragons peuvent mesurer la température avec leur corps... et même les elfes peuvent être plus que des jouets. Chacun d’entre eux a ses propres traits particuliers, et tu devrais les utiliser correctement pour voir des résultats remarquables. Mais tu ne fais que les gaspiller et fuir la réalité, qualifiant tout cela d’impossible, » déclara Takumi.

Gaitsu n’avait même plus la chance de s’enfuir maintenant.

L’armée invisible de Takumi lui aurait fait sauter la tête si leur chef leur en avait donné l’ordre. Il comprenait la différence de force, de tactique et de capacités entre eux. Tout cela avait été fait par un humain impuissant. Car il était quelqu’un qui laissait ses subordonnés être sa force. Il était un individu qui, au-dessus des autres, possédait une aura écrasante.

La crainte que Gaitsu ressentait en ce moment lui rappelait la bataille unilatérale avec Kunon. Comme il ne supportait plus cette pression, quelque chose à l’intérieur de lui s’était brisé.

« Tu penses qu’un marchand d’esclaves est simplement un marchand d’esclaves..., » Takumi se tenait maintenant devant Gaitsu, qui avait perdu la volonté de courir alors qu’il lui disait ça.

Un sourire rampant sur son visage alors qu’il décidait où viser.

« Mais un vrai marchand d’esclaves est quelqu’un qui peut utiliser ses marchandises, » déclara Takumi.

Le canon avait émis un son mécanique alors que la roue tournait.

 

 

« Maintenant, tu as encore de la valeur, » un sourire diabolique avait remplacé le sourire de Takumi. « Je t’écraserai comme un esclave chaque fois que j’en aurai l’occasion. »

Un autre son de tonnerre avait retenti dans les bois.

***

Partie 3

Pendant que Takumi s’était emparé de Gaitsu, les gardes avaient fait une descente dans la salle de jeu et avaient arrêté tous les participants. Le spectacle était une preuve flagrante de la corruption de la ville.

Les choses devaient faire l’objet d’une enquête plus approfondie, de sorte que le jeune homme avait visité un certain endroit.

« Bonjour, marchand d’esclaves au cœur tendre. Désolé de vous avoir fait venir ici, » Lux Fairstadt, ministre de la Justice du Saint-Royaume de Richtert, qui n’avait même pas trente ans, avait souri avec douceur au marchand.

Il était assis de l’autre côté du bureau, habillé de beaux vêtements cérémonials.

« Bonjour. Non, ne t’inquiète pas de ça. C’est moi qui devrais m’excuser de te déranger pendant que tu es occupé, » déclara Takumi.

Elsa, qui était assise près de Takumi, l’avait frappé à la tête. « Comment oses-tu parler avec autant de désinvolture à une autorité de ce royaume ? »

« Ça ne me dérange pas, Elsa. Cela aurait été un problème si nous étions en public, mais il n’y a aucune raison d’être formel dans cette situation, » déclara Lux.

Il parlait sans changer d’expression, mais Takumi pouvait entrevoir son vrai caractère.

Il avait alors continué. « Alors, passons aux choses sérieuses... Elsa, peux-tu expliquer à nouveau comment l’opération pour arrêter les paris illégaux a été menée ? »

La fille s’était levée en affichant un visage raide.

« Après avoir demandé la coopération des gardes de la partie supérieure il y a quelques jours, nous nous sommes coordonnés avec eux pour faire une descente dans le sous-sol de la maison du marquis de Kelbeg, où nous avons attrapé les participants des paris illégaux en flagrant délit. »

Elle s’était ensuite tue en affichant une expression aigre.

« Qu’y a-t-il, Elsa ? Continue, s’il te plaît, » déclara Lux.

« Hm... D’accord, très bien ! Nous avons enquêté sur l’endroit et avons trouvé les dossiers d’Amberg dans un bâtiment adjacent..., » déclara Elsa.

Elle avait pris une grande respiration, en essayant de garder son sang-froid.

« Mais il n’y avait aucune information concernant les paris illégaux, » déclara Elsa.

Lux avait poussé un soupir exagéré. « Je vois... Les membres d’Amberg nient tout, tout comme les autres nobles. Il n’y a aucune trace de demi-hommes ou d’esclaves qui auraient dû être utilisés dans les combats, et les registres et les livres de comptes sont propres. »

« J’ai honte de moi, Frère Lux. Je ne m’attendais pas à ce résultat après avoir demandé ton aide..., » déclara Elsa.

« Je voudrais dire que cela ne me dérange pas, mais... nous avons agressé l’une des quatre grandes compagnies et arrêté un certain nombre de nobles influents. Si cette loi est mal interprétée, le superviseur de l’opération, c’est-à-dire moi, et l’auteur de la proposition originale, c’est-à-dire toi, ainsi que tout le régiment de gardes, tous devront en assumer la responsabilité…, » déclara Lux.

La fille avait foncé les sourcils et avait poussé un profond soupir.

Une humeur sombre avait rempli la pièce, mais cela n’avait pas affecté Takumi, qui avait remarqué quelque chose.

« Non, attendez. Vous n’allez pas me demander de vous couvrir, n’est-ce pas ? » demanda Takumi.

« Hahahahahaha... Personnellement, j’adorerais que tu le fasses, » déclara Lux.

L’homme avait commencé à révéler sa vraie nature.

« E-Euh... Lux... ? » demanda Elsa.

« ... Elsa, j’aimerais parler en privé avec ce marchand d’esclaves, alors pourrais-tu attendre dehors un moment ? Si tu restes ici, nous ne pourrons peut-être pas parler librement, » déclara Lux.

Elle l’avait observé avec un regard perplexe avant de s’incliner et de quitter la pièce.

Les deux, maintenant seuls, se faisaient face avec des sourires différents.

L’un d’eux avait essayé de contrôler sa rage, tandis que l’autre profitait de la situation en se délectant de ça.

Lux avait atteint sa limite en premier. « Je suppose que je devrais commencer par un “beau boulot, sale gosse de merde”. »

« Alors, laisse-moi te répondre avec un “chapeau à toi, crétin”, » répliqua Takumi.

Leurs regards intenses s’étaient affrontés.

« Takumi, c’est ça ? Alors, est-ce que cela s’est passé comme prévu ? » demanda Lux.

« Eh bien, à peu près à tous les niveaux, » répondit Takumi.

« Wôw... Ça m’énerve que tu me sortes ça, mais ça n’a pas l’air d’un mensonge, » déclara Lux.

L’homme s’était appuyé sur le dossier de sa chaise qui grinçait avec force. Le comportement digne qu’il avait montré plus tôt n’était plus du tout visible.

« Je vais te demander ça, Lux. Qu’est-ce que tu sais ? » demanda Takumi.

« Eh bien... Je sais par exemple que tu as parlé à Amberg de l’opération, » répondit Lux.

Des flammes de rage étaient en train brûlé dans les yeux du ministre.

« Franchement, ne sois pas comme ça. Il était préférable qu’ils suspendent leur spectacle dès qu’ils en ont entendu parler, » déclara Takumi.

La compagnie savait tout, mais elle avait décidé de quand même laisser les gardes les arrêter, afin qu’ils puissent augmenter le prix d’entrée par la suite.

« Personne n’a essayé de fuir, et ils pouvaient simplement cacher ou détruire les preuves. De cette façon, nous avons arrêté les auteurs d’une fausse accusation et nous avons perdu notre crédibilité, » déclara Lux.

Le régiment de gardes créé par Lux avait pour tâche de s’assurer de la sécurité de la ville et maintenir l’ordre.

Ils avaient gagné la confiance des autres en arrêtant les criminels, et l’autorité de la famille Fairstadt s’en était trouvée renforcée.

Pourtant, cet incident allait ternir leur réputation.

« Si ce désordre n’est pas résolu, les gardes pourraient ne plus pouvoir faire leur travail. C’est pourquoi Amberg a effacé toutes les preuves et t’a laissé faire une descente chez eux, » déclara Takumi.

Si cela était considéré comme une arrestation erronée, même les nobles qui n’avaient pas participé n’auraient pas ignoré les gardes.

Dans le pire des cas, le régiment de gardes aurait pu être dissous.

En outre, si la partie supérieure devenait une zone de non-droit, à quel point la ville basse deviendrait-elle invivable ?

« Putain de merde... Fonder le régiment des gardes dans la ville pour tenir ces voyous à distance a été une énorme difficulté pour moi... Ils agissent comme si la loi ne s’appliquait pas à eux..., » déclara Lux.

« Ton sens de la justice est admirable, mais tu les as sous-estimés, donc c’est entièrement de ta faute. Dès qu’ils ont compris qu’ils pouvaient profiter de la situation, ils ont mis en place un piège, » déclara Takumi.

« Je ne les ai pas sous-estimés. Je ne m’attendais pas à ce qu’un marchand illégal des bidonvilles gâche tout, » répliqua Lux.

Le sourire du ministre avait disparu de son visage alors qu’il tentait de retrouver son sang-froid.

« J’irai droit au but, Takumi. Je sais que tu es en possession des preuves, alors peux-tu me les remettre ? » demanda Lux.

« Tu sais, je suis un marchand. Tu dois me donner quelque chose en échange, » déclara Takumi.

« Si tu as vraiment tout planifié, je doute que tu en aies après l’argent. Comme je suis assez désespéré en ce moment, je vais essayer d’accéder à ta demande... dans une certaine mesure, » déclara Lux.

Lux n’avait pas pu s’empêcher de grincer des dents, et Takumi avait souri en le regardant.

« Premièrement, je veux que chaque possession d’Amberg, c’est-à-dire les bâtiments, la fortune, les terres, les certificats de droits miniers et ainsi de suite, devienne celle de Valeria, » déclara Takumi.

« ... Puis-je voir les preuves avant ? Si je ne les ai pas, je serai destitué et je perdrai mon autorité, » déclara Lux.

« Bien sûr. Mais comme je n’ai pas pu en trouver beaucoup moi-même, je ne les ai pas avec moi en ce moment, mais je t’ai apporté ceci, » déclara Takumi.

Il avait sorti un tas de papier de la poche de sa veste et l’avait placé devant Lux.

L’homme s’était immédiatement mis à les lire, et son expression s’était adoucie.

« Ils contiennent les dates et les lieux de chaque jeu organisé jusqu’à présent, ainsi que les gains, les noms des participants et la technique de blanchiment d’argent utilisée... Si tu les compares avec les dossiers d’Amberg, tu pourrais trouver beaucoup d’informations, » déclara Takumi.

« ... Puis-je faire confiance à ce qui est écrit ici ? » demanda Lux.

« Bien sûr. C’est le livre de comptes du type qui fournissait des esclaves à Amberg. Il est si obsédé par l’argent, qu’il écrit toujours tout dans son journal et dans un livre de comptes, » déclara Takumi.

Gaitsu avait l’habitude d’écrire en détail les gains de la journée.

Il avait commencé à le faire depuis qu’il avait rejoint Valeria, et il avait continué à le faire tout en travaillant pour cette nouvelle entreprise. Takumi était au courant, alors il l’avait laissé préparer ces précieuses données avant de les saisir.

« Comme il s’agit de documents personnels, Amberg n’a pas pu les falsifier, » déclara Takumi.

« Je vois... on peut les laisser se blâmer l’un l’autre. Puisqu’ils étaient si frénétiques pour détruire les preuves, nous pouvons peut-être trouver de véritables indices avec ceci. Même si ce n’est pas le cas, nous avons toujours le registre des participants, de sorte qu’un noble pourrait faire une erreur et renverser la situation, » déclara Lux.

Maintenant que Lux avait ce dont il avait besoin, il avait à nouveau affronté Takumi.

« Maintenant, personne ne me coupera la tête pour ce prétendu fiasco, mais... plus tôt tu as dit “d’abord”, donc tu en veux plus, n’est-ce pas ? » demanda Lux.

Takumi avait affiché un sourire en dents aiguisé face au visage aigri de l’homme.

« Je veux que Valeria devienne une grande entreprise à la place d’Amberg, » déclara Takumi.

Le ministre de la Justice était pétrifié face à cette nouvelle.

« Comprends-tu à quel point ta demande est impossible ? » demanda Lux.

« Bien sûr. C’est exactement pour ça que je te le demande, » répondit Takumi.

« Non, c’est impossible même pour moi. Je ne peux pas laisser une organisation illégale de la ville basse participer à la politique nationale en tant que grande entreprise sans raison valable. »

« Mais tu en as une, » déclara Takumi.

« Qu’est-ce que c’est ? Plus rien ne peut me surprendre, » demanda Lux.

Il s’était tenu la tête, essayant de supprimer un mal de tête pendant que Takumi avait continué à parler.

« Si les choses s’étaient déroulées comme prévu, tu aurais trouvé les esclaves utilisés pour ces jeux, mais Amberg ne pouvait pas les laisser dans Listina, puisqu’ils pouvaient être utilisés comme preuve... alors ils ont été transportés dans un autre endroit, » expliqua Takumi.

Gaitsu avait rassemblé beaucoup d’esclaves, mais après une série d’émeutes, ils avaient réussi à s’échapper.

« Nous nous occupons d’eux temporairement, mais... ils vous considèrent comme des êtres malfaisants, vous, de la ville haute, » déclara Takumi.

« Les êtres malfaisants ? Je ne pense pas qu’on leur ait fait quoi que ce soit, » déclara Lux.

« Malheureusement, s’ils sont mal gérés, ils feront plus de mal qu’une bombe en plein milieu de la ville haute, » déclara Takumi.

Takumi avait semblé vraiment apprécier la situation qui avait été créée là.

« Ce type n’a pas pu rassembler beaucoup d’esclaves que grâce à une lutte acharnée avec d’autres marchands, et quand il a finalement eu une quantité considérable de marchandises, les autres organisations ont cessé de traiter avec lui et il s’est retrouvé dans une situation difficile, » déclara Takumi.

Il avait levé l’index.

« Maintenant... D’où penses-tu qu’ils viennent ? » demanda Takumi.

Lux n’avait pas pu s’empêcher de froncer les sourcils. Il avait une supposition, mais il ne voulait pas le dire.

« Ne me dites rien..., » commença Lux.

« Ils ont tous été capturés dans des pays différents, » annonça Takumi.

Si cette information avait été rendue publique, ça aurait été un gros scandale affectant le gouvernement dans son ensemble et même le roi.

« Il ne se souciait pas du tout d’Amberg... voulait-il juste déclencher une guerre pour gagner plus d’argent ? » demanda Lux.

« Quand une guerre commence, l’argent circule facilement. Les marchands pensent comme ça, tu sais ? » déclara Takumi.

« Merde ! Pourquoi est-ce que je peux imaginer ça si facilement ? » demanda Lux.

Lux était devenu pâle, mais il n’arrêtait pas de parler.

« Mais je comprends ta demande. Pour le dire plus franchement, tu veux les ramener chez eux en secret, n’est-ce pas ? » demanda Lux.

« Précisément. J’ai l’habitude de faire ce genre d’affaires louches, donc je ne te demanderai pas ton aide, » déclara Takumi. « Que ce soit en traversant les montagnes ou en les faisant passer en contrebande sur un bateau, ils pourront rentrer chez eux en toute sécurité et en toute discrétion. »

Takumi avait croisé les bras et avait souri.

« Quoi qu’il en soit, si tu ne peux pas remplir mes conditions, tu devras faire face à une guerre. J’attends une réponse positive, Sire Fairstadt, » déclara Takumi.

« Comme si j’avais le choix... Je comprends pourquoi Elsa a cette expression aigre chaque fois qu’on parle de toi, » déclara Lux. Puis il avait poussé un profond soupir et il avait haussé les épaules.

« Nous punirons Amberg pour leurs péchés, et, selon notre accord, tu obtiendras leurs propriétés et Valeria deviendra l’une des plus grandes compagnies, » déclara Lux. « Le public ne saura pas que tu as contribué au maintien de la paix de Richtert ni que tu as contribué à nos relations diplomatiques, mais tes réalisations ne seront pas ignorées par la famille royale... Quel beau synopsis ! »

Lux avait frappé des mains sans sourire.

« Alors, pourquoi fais-tu tout ça ? Tu as réussi cette fois, mais... si tu essayes de faire quelque chose de bizarre dans cette ville, je jure sur le nom de Fairstadt que je vais mettre tout mon cœur et mon âme à te couler, » déclara Lux.

Il s’agissait des paroles de quelqu’un qui, malgré son nom de famille, avait gagné sa place grâce à ses propres capacités. La tactique de Takumi avait fonctionné justement parce que personne ne s’attendait à ce qu’il agisse ainsi, mais cela ne fonctionnerait pas une deuxième fois.

Lux avait compris que le marchand d’esclaves devant lui était une menace. Une fois que Valeria sera officiellement une grande entreprise, le ministre de la Justice allait devoir surveiller chacun de leurs mouvements.

C’était exactement pour cela que le jeune homme avait souri.

« Disons... Je veux que la ville basse devienne plus colorée et plus confortable, » déclara Takumi.

L’homme avait écarquillé les yeux. « C’est assez poétique pour quelqu’un qui fait les choses de cette façon. »

« C’est ce que mon aimable leader souhaite. Pour changer la situation actuelle de la ville basse, nous devons devenir plus forts. »

« Si c’est le souhait de ton chef... qu’est-ce que tu vises toi ? » demanda Lux.

« Je veux seulement voir jusqu’où mes capacités peuvent m’amener, » Takumi n’avait pas changé le ton de sa voix alors qu’il avait souri avec confiance.

Comme si c’était quelque chose de spécial qui venait d’être dit, Lux lui avait souri en réponse. « Incroyable... Je n’arrive pas à croire que quelqu’un ait dit les mêmes mots de Vatel... »

« Attends, le connaissais-tu ? » demanda Takumi.

« Oui, plutôt bien. C’était... un ami cher de mon père, » déclara Lux.

L’homme avait fermé les yeux alors qu’il s’était remémoré de vieux souvenirs.

« Eh bien, regarder ce que tu feras à partir de maintenant sera intéressant. Personne n’a rien fait depuis longtemps, et les nobles sont tous pourris jusqu’à la moelle, de sorte que nous ne pouvons pas vraiment distinguer les bons des mauvais. Un changement d’air ne sera pas si mauvais, » déclara Lux.

« OK, et qu’est-ce que tu en penses vraiment ? » demanda Takumi.

« Franchement, traiter avec toi est fatigant au possible, alors j’espère que nous pouvons tous les deux profiter de bonnes relations, » répondit Lux.

Le jeune homme avait affiché un sourire ironique face à ces mots.

« Je vais commencer à ramener ces esclaves chez eux tout de suite. Assure-toi de bien faire les choses, » déclara Takumi.

« Je peux faire les choses assez bien sans que tu t’inquiètes pour eux. Je ne peux pas laisser le nom de ma famille être sali, et je ne veux pas non plus que Richtert devienne une zone de guerre, » déclara Lux.

Lux avait pris un stylo et avait commencé à écrire sur une feuille de papier.

« Tiens, voici ta promesse écrite. Soyons en bons termes, marchand d’esclaves au cœur tendre, » déclara Lux.

Takumi l’avait accepté et avait souri à Lux. « Ouais, j’espère qu’on pourra s’entendre. »

***

Partie 4

Deux semaines s’étaient écoulées depuis la rencontre avec Lux.

Pendant ce court laps de temps, Listina avait beaucoup changé.

En raison du scandale des jeux illégaux, trois nobles célèbres avaient été jugés, et comme ils n’avaient pas d’alibi, ils avaient été arrêtés et tous les participants avaient été punis avec eux.

Le ministre de la Justice avait mis en lumière les dossiers d’Amberg et les techniques de blanchiment d’argent.

Valeria avait été choisie comme remplaçant, et après avoir reçu toutes les propriétés d’Amberg, la famille royale de Richtert l’avait promu à son nouveau poste.

Ce fait avait causé une grande agitation.

Beaucoup de personnes étaient sceptiques lorsqu’ils avaient entendu dire que Valeria était une entreprise illégale de la ville basse et certains avaient même protesté, mais apparemment ils avaient joué un rôle important dans l’opération, donc il n’y avait pas d’autre choix que de reconnaître la décision de la famille royale, et les choses s’étaient vite calmées.

Après cela, beaucoup de personnes avaient commencé à appeler Valeria « la compagnie miraculeuse de la ville basse ». Les citoyens avaient finalement commencé à voir les choses sous un bon jour.

... Ou plutôt, les choses ressemblaient à cela, mais si l’on jetait un coup d’œil dans les coulisses, il s’était passé beaucoup de choses.

« L’influence de la famille royale est tout simplement absurde, » déclara Takumi gaiement, en marchant avec Kunon et Karin.

L’elfe, au contraire, avait l’air fatigué.

« Je n’arrive pas à croire que tu aies menacé la famille Fairstadt et aussi la famille royale de Richtert..., » déclara Karin.

« Je ne les ai pas menacés. Je leur ai juste apporté des informations, » répondit Takumi.

Gaitsu avait kidnappé des citoyens de l’ancien empire au-delà des montagnes, des pays insulaires et des nations alliées au-delà de la mer, et des cités-États alliées où les héros s’étaient rassemblés.

La traite des esclaves était illégale dans tous les pays, sauf dans l’ancien empire, de sorte que les relations diplomatiques avec le dirigeant derrière ce scandale — ce qui signifie Richtert — auraient été rompues, et il était possible qu’une guerre ait éclaté.

Takumi avait rapidement renvoyé ces esclaves chez eux, et la honte qui aurait dû entacher la réputation de la Sainte Capitale avait été balayée sous le tapis.

Grâce à cela, la famille royale voulait que Valeria remplace Amberg.

Bien sûr, les nobles et les autres compagnies n’auraient pas accepté cela.

« Ce que je disais, c’est que j’ai seulement ajouté un “s’il vous plaît” et ils ont accepté, tu sais ? » déclara Takumi.

« C’est ce que signifie “menaçant”, Takumi... Lux avait écrit “donnez-moi une chance” sur tout son visage, et il semblait si malade de la situation que j’avais presque pitié de lui, » répondit Karin.

« Il a réagi exactement comme sa sœur. C’est pour ça qu’ils sont si amusants, » déclara Takumi.

« Pendant que tu apprécies ces réactions, je m’inquiète de leurs maux d’estomac..., » répondit Karin.

En pensant que Lux aurait pu rompre leur contrat, Takumi l’avait informé qu’il gardait les traces de l’endroit où se trouvait chaque esclave. Si quelque chose devait arriver, tout aurait été exposé à la face du monde.

« C’est incroyable qu’une entreprise de la ville basse puisse remplacer une grande entreprise, qu’elle ait pu arrêter tous les nobles pourris d’un coup, et qu’elle ait pu mener par le bout du nez la famille royale et les autres entreprises influentes..., » avait commenté l’elfe tout en regardant les mêmes taudis crasseux qu’elle s’était habituée à voir.

Takumi avait prévu de rendre Valeria influente en un seul coup, mais il pensait qu’il n’était pas nécessaire de déplacer leur siège social.

Ce n’était pas seulement ce que Mirta voulait, mais il aurait été plus facile pour eux de surveiller la zone, et cela aurait accéléré le processus de collecte d’informations, qui aurait fait l’objet de discussions publiques par la suite.

Valeria voulait se connecter avec les habitants et leur faire sentir que quelque chose changeait vraiment.

« Quoi qu’il en soit, être un noble dans les couches supérieures ne me dérangerait pas, mais je préfère rester ici, » déclara Takumi.

« Je sais, c’est vrai ? Il y a trop peu de stands de nourriture et de magasins à l’intérieur de cette zone ! C’est choquant ! » s’écria Kunon.

Kunon avait toujours l’air de s’ennuyer quand les personnes parlaient de la ville basse, mais son commentaire était vivant, car elle tenait dans ses mains la grande quantité de nourriture qu’elle avait achetée en cours de route.

« Kunon, maintenant que tu as ta nourriture, c’est l’heure de ton rapport, » déclara Takumi.

« Okaaay ~ ! Tout d’abord, la réhabilitation des demi-hommes que nous avons saisis lors de la dernière bataille est terminée ! Ceux qui ont encore la volonté de se battre sont entraînés à faire partie de l’équipe de suppression pendant que nos membres les observent et les assistent, et ceux qui ne veulent plus se battre peuvent devenir tes esclaves ! » Elle n’arrêtait pas de parler en mangeant.

Takumi avait commencé à assembler une unité composée uniquement de demi-hommes au cas où il aurait besoin d’une force militaire personnelle.

Grâce à ce dont il se souvenait de son ancien monde, il avait produit des armes de son époque et avait formé une force armée qui n’était pas plus faible ou moins disciplinée que celles qu’il voyait à l’époque. Cela utilisait une division des demi-hommes selon leur race afin de tirer pleinement parti de leurs capacités naturelles.

Quand Kunon n’avait pas à être leur tutrice, elle était responsable de leur formation.

« Les gars que nous avons déjà eus ne sont pas un problème, mais les nouveaux ne connaissent rien aux armes légères. Les elfes mis à part, les autres races n’utilisent pas vraiment d’outils, tu sais ~ ? » déclara Kunon.

« Les elfes détestent les armes à feu et ce genre de choses, mais je m’y suis déjà habituée, » déclara Karin en touchant le fusil de tireur d’élite qui était sur son dos.

« C’est revêtu de bois, mais l’odeur du métal est terrible..., » continua-t-elle.

« Mais Karin, n’aimes-tu pas ça ? Tu avais l’air si heureuse quand Takumi te l’a donné, et tu as même dormi en l’enlaçant à chaque daaah ! Rends-moi ma nourriture ! » s’écria Kunon.

« Non, c’est ta punition pour avoir dit des bêtises... Et aussi, j’ai dormi avec l’arme pour m’habituer à l’odeur ! » s’exclama l’elfe boudeuse en mangeant les fruits qu’elle avait volés à la louve. S’habituer à cette odeur avait été difficile pour elle.

« Au fait, comment ça se passe pour Amberg ? » demanda Karin.

« Tu veux dire ce qu’était Amberg, n’est-ce pas, Karin ? Nous gérons tout maintenant, » déclara Kunon.

Comme leur personnel et leurs dirigeants avaient été arrêtés, l’entreprise avait été pour ainsi dire démantelée, et pour éviter un désastre dans la politique nationale, Lux et la famille royale avaient ordonné à Valeria de prendre immédiatement le relais. Bien sûr, Takumi s’en était déjà occupé.

« Celui qui a le rapport attend à Valeria, » déclara Takumi.

« ... Pour être honnête, je ne suis pas contente d’entendre ça, » déclara Karin.

« Je suis sûr que tu penses à beaucoup de choses, mais c’est toujours notre collègue. Je ne te dirai pas de t’entendre avec lui, mais essaye au moins de ne pas chercher la bagarre, d’accord ? » demanda Takumi.

Takumi lui avait caressé la tête alors qu’elle affichait une expression aigre.

Quand ils étaient finalement arrivés au siège de Valeria, ils avaient échangé une brève salutation avec l’homme derrière le bureau d’accueil et s’étaient dirigés directement vers le bureau central.

« Bienvenue, Takumi, » déclara Mirta.

Mirta attendait là, et...

« Oh, Monsieur Takumi. Déjà revenu ? » Un homme maigre sur la trentaine les avait salués.

« Qui c’est lui ? »

Interrogé à l’unisson par les deux demi-humaines, il s’était levé en étant énervé.

« C’est impoli ! Lady Kunon, Lady Karin, m’avez-vous oublié ? » demanda l’homme.

« Comment oublier quelqu’un que je ne connais pas ? » demanda Karin.

« Attends, on se connaît ? » demanda Kunon.

En les voyant pencher la tête, Takumi avait décidé de le présenter officiellement. « Les filles, c’est Gaitsu. »

« ... Quoi ? Non, Gaitsu ressemble plus à un gros porc, » déclara Karin.

L’homme maigre ne pouvait s’empêcher de sourire amèrement à la remarque de l’elfe.

« Vous voyez... Le travail n’arrêtait pas de s’accumuler et j’ai fini par perdre du poids... Qui sait ce que Monsieur Takumi me ferait si je ne remplissais pas mes devoirs... !! Non... ! Aaahhhh ! » S’écria Gaitsu.

« Ne flippe pas comme ça. Ne devrais-tu pas faire un rapport là ? Est-ce que les choses vont bien ? » demanda Takumi.

« A-Absolument ! Tout se passe exactement comme vous le souhaitez ! » déclara Gaitsu.

Son problème de poids et son comportement semblaient s’être arrangés, et même s’il avait l’air effrayé, il était déterminé.

« Je vais maintenant... faire un rapport en détail de la gestion de l’Amberg, » déclara Gaitsu.

Après tout ce chaos, Takumi voulait que Gaitsu devienne le manager d’Amberg.

C’était difficile de traiter avec lui, mais il était vraiment compétent dans son travail.

Même s’il n’avait pas beaucoup de personnel à Valeria, il avait réussi à faire croître l’entreprise tout en traitant secrètement avec Amberg, en étendant son réseau à d’autres pays et en rassemblant de plus en plus de clients.

Il avait tellement optimisé ses quelques ressources qu’il avait pu obtenir des résultats étonnants, et cela avait démontré ses capacités.

« L’entreprise fonctionne bien, mais étant donné le changement complet de la méthode de gestion et des objectifs de l’entreprise, les anciens clients d’Amberg auront besoin de temps pour s’habituer à ce changement... Néanmoins, une fois que les choses sont réglées, je crois que Valeria pourra étendre ses activités, » déclara Gaitsu.

« Combien de temps faut-il, à ton avis ? » demanda Takumi.

« Deux mois... non, puisque nous sommes partenaires, nous pouvons le faire en un seul. J’ai déjà rédigé un plan pour notre nouvelle entreprise et notre développement commercial, si vous voulez le voir..., » répondit Gaitsu.

Karin avait une expression complexe en voyant l’homme se comporter comme ça.

« Je n’arrive pas à croire qu’il est ce Gaitsu... et toi, Mirta ? » demanda Karin.

« Hahahahah... J’ai ressenti la même chose pendant que nous parlions avant…, » répondit Mirta.

« Eh bien, j’ai changé ! Je vais maintenant travailler jusqu’à l’os en tant que sous-fifre de Monsieur Takumi ! Parce que si je ne le fais pas, la prochaine fois... ma vie... Aaaaahhhh ! » s’écria Gaitsu.

« Gaitsu, tu commences à être une plaie là, alors ça suffit. Les choses vont bien, Lux n’aura pas à se plaindre. Maintenant, pars, » déclara Takumi.

« Oui... S’il se passe quelque chose, envoyez un messager ! Je répondrai à toutes vos demandes ! » s’exclama Gaitsu.

L’arrogance qu’il avait avant avait disparu, et après s’être incliné à plusieurs reprises devant Takumi, il avait quitté la pièce.

« Lui as-tu lavé le cerveau ou quoi ? » demanda Mirta.

« Puisqu’il était si ambitieux, j’ai dû être un peu dur avec lui. Je l’ai annihilé psychologiquement et, quand il est revenu à la raison, il était comme ça, » répondit Takumi.

« Hahahah... Je ne veux pas savoir ce que tu as fait en particulier, mais s’il te plaît, ne fais jamais cela aux membres de Valeria..., » demanda Mirta.

« Franchement, voyons ça positivement. S’il n’y a pas de problèmes, je n’agis pas, mais quand quelque chose arrive, je peux faire ce que je veux tant que mon chef ne peut pas le voir, n’est-ce pas ainsi ? » demanda Takumi.

« Non, tu ne peux pas ! Peu importe si je te vois ou non, ne fais pas ça ! » s’écria Mirta.

Mirta s’était étirée sur la pointe des pieds et avait frappé Takumi sur la tête exactement comme une mère qui grondait son enfant. C’était une bonne chose qu’elle ne se retenait plus.

« Quoi qu’il en soit, nous avons à peu près tout ce dont nous avons besoin pour l’instant. Nous avons les fonds nécessaires pour agir et le pouvoir d’influencer la nation, de sorte que Valeria sera reconnue par tout le monde... La prochaine étape consiste à renforcer la fondation de Valeria, » déclara Takumi.

« Renforcer les fondations... ? Allons-nous construire quelque chose ? » demanda Mirta, et Takumi hocha la tête.

« Je parle de notre image et de notre pouvoir individuel. Tu es devenu le chef d’une grande entreprise, et c’est bien, mais je suis un ancien esclave comme Karin et Kunon, deux demi-humaines, et je n’ai pas de nom de famille. Il est évident que les gens penseraient que nous sommes louches, » répondit Takumi.

Valeria allait attirer beaucoup d’attention maintenant, et si certains de ses travailleurs avaient des origines obscures, cela aurait nui à l’image de l’entreprise.

« Mais, n’as-tu pas dit que tu aimais qui tu es ? » demanda Mirta.

« Ouais, j’aime l’idée d’être un ancien esclave, » répondit Takumi.

« Je ne comprends pas comment tu peux aimer ça…, » déclara Mirta.

« Il faut toutes sortes de choses pour faire un monde. Quoi qu’il en soit, nous devons augmenter notre pouvoir individuel, » répondit Takumi.

En entendant sa réponse, Mirta amena sa main jusqu’à son menton.

« Euh... En y pensant, si tu avais un nom de famille, tu pourrais accepter un titre noble, n’est-ce pas ? Dans ce cas, tu pourrais utiliser un exploit militaire pour gagner le titre de chevalier, acheter une terre et régner sur une petite région... alors, si les éminents ecclésiastiques de Richtert commencent à te considérer comme un noble digne, ils pourraient t’accorder le droit de parler librement…, » déclara Mirta.

« Wôw... Tu es bien informée, Mirta, » répondit Takumi.

« Pas vraiment ! Papa était bien mieux informé que moi ! Il avait de bonnes relations avec la famille Fairstadt, alors j’ai appris les bonnes manières et quelques petites choses quand j’étais enfant, » répondit Mirta.

Elle avait agité les mains pendant que Takumi commençait à penser à ses paroles.

« Pourquoi pas ? Faisons tout ça, » déclara Takumi.

« Hein ? Que veux-tu dire par... ? » demanda Mirta.

« Je veux dire ce que tu as dit. Gagner le titre de chevalier, acheter des terres, être reconnu par les ecclésiastiques... Faisons tout ce qu’il faut, » déclara Takumi.

Il avait plissé ses lèvres en un sourire confiant.

« Ce sera ennuyeux si nous n’essayons pas l’impossible, ne crois-tu pas ? » demanda Takumi.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre

  2. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire