Un nouveau jeu dans les profondeurs de la captivité! – Tome 1 – Chapitre 4 – Partie 3

***

Chapitre 4 : Les grandes entreprises

Partie 3

Quand le nouveau festival avait pris fin, nous étions déjà tard le soir. Un long moment s’était écoulé depuis que Takumi avait été traîné de force par Elsa jusqu’à une pièce spartiate.

Seuls un bureau, deux chaises et quelques lampes étaient présents dans cette pièce.

Takumi avait continué à bouger, faisant craquer sa chaise, tandis qu’Elsa, qui était assise devant lui, avait les bras croisés. Ses sourcils se tordaient en raison de sa colère.

« ... Takumi, pourquoi as-tu commencé ce soulèvement ? Dis-le-moi avec sincérité, » demanda Elsa.

« Elsa, je l’ai dit plusieurs fois. Il s’agit juste d’une fête avec tous les habitants de la ville basse. Je pense aussi que nous étions un peu trop bruyants, mais n’ai-je pas demandé pardon pour ça ? » demanda Takumi.

« Oh, tu penses que c’est juste un “petit peu” ça !? Idiot ! » cria Elsa.

Ses cheveux attachés se balançaient alors qu’elle faisait claquer son poing sur le bureau.

« Nous pouvions entendre vos cris même depuis ce poste de garde, et pour t’atteindre, en raison de tout ce tumulte, j’ai dû me frayer un chemin à travers une foule d’ivrognes ! » cria Elsa. « Sais-tu au moins comment tout ça a été dur pour moi !? Aucun d’eux ne m’écoutait et je ne comprenais pas un mot de ce qu’ils disaient ! »

« Oh, je vois, » répondit Takumi. « Je ne savais rien à ce sujet, mais je suis toujours le coupable, donc ça n’a pas d’importance. »

« Ne regrettes-tu pas tes actes ? N’as-tu aucun remords ? Vraiment !? » s’écria Elsa.

« Eh bien, la ville basse a toujours été bruyante. Si tu es exagérément inquiète, tu vas ruiner ta peau, » déclara Takumi.

« Hmm... ? Tu es si attentionné, toi, le marchand d’esclaves au cœur tendre, mais je suis un garde et également une chevalière. Comprends-tu que me traiter comme une femme m’insulte ? » demanda-t-elle.

« C’est absurde ! Je n’essaierais jamais d’insulter la fille de la famille Fairstadt, » répliqua Takumi.

« Alors quel était le sens de tes mots ? » demanda Elsa.

« Tu es drôle quand tu es en colère, alors je pensais te taquiner un peu plus, » déclara Takumi.

« C’est donc ça ! Tu voulais m’insulter ! » cria Elsa.

Alors que son visage rougissait de colère, elle continuait de frapper le bureau encore et encore.

C’était exactement la réaction amusante qu’il voulait voir, mais elle ne semblait pas en être consciente.

« Hier, tu m’as même dit que tu n’avais pas le temps ou l’intention de causer des ennuis ! Est-ce que tu t’en souviens !? » cria Elsa.

« J’ai juste dit “Aujourd’hui”, non ? Ce qui signifie qu’aujourd’hui, qui est le jour après le Festival des Moissons, je pourrais tout à fait causer toutes sortes de problèmes, » déclara Takumi.

« Ne fais pas ça ! Voilà pourquoi les personnes comme toi sont... ! » s’écria Elsa.

« Oh, franchement, calme-toi, Capitaine des Gardes, » déclara Takumi. « Je ne t’ai pas laissé me traîner ici seulement pour te taquiner. »

« Pff... D’accord, c’est bon. Ce n’est pas la première fois que tu fais quelque chose comme ça, et ce ne sera pas la dernière, » déclara Elsa. « Si tu l’as vraiment fait en tant que fête, il n’y a pas besoin de creuser plus loin dans la question. »

« Wôw, aujourd’hui, tu es vraiment super franche. Soyons plus amicaux l’un avec l’autre, d’accord ? » demanda Takumi.

« Écoute, peux-tu comprendre que je ne veux pas être ton amie... ? » La colère de la chevalière avait disparu, la laissant plaider pour ça d’une voix larmoyante.

L’agitation du festival et son travail quotidien avaient dû considérablement l’épuiser pour qu’elle agisse ainsi.

« Je fais de mon mieux en tant que chevalière, mais les personnes sont envieuses puisque je suis une femme, » avoua Elsa. « J’ai essayé de garder un œil sur Mirta parce que j’étais inquiète et j’ai fini par accepter le rôle de capitaine des gardes de la ville basse que personne ne voulait, et maintenant je suis là, en train de parler avec l’avatar même de l’exaspération... »

« Oui, dans ce cas, puis-je maintenant rentrer à la maison ? C’est trop long pour moi, » déclara Takumi.

« Si tu continues, je vais te frapper, » déclara Elsa.

« Et tu ne l’as pas encore fait. Je suis profondément ému par ta gentillesse, » déclara Takumi.

« Tu es toujours comme ça. Je ne peux pas simplement demander à mes subordonnés de s’occuper de toi, alors je dois moi-même prendre cette responsabilité... le dernier gars qui a essayé, a démissionné et est retourné chez lui, » déclara Elsa.

« Eh bien, Listina est une grande cité. C’est normal que quelqu’un de la campagne soit débordé, » répliqua Takumi.

« Je parie que tu as fait quelque chose, n’est-ce pas !? » demanda Elsa. « Eh bien, il était bien trop amical et il a tenté de me toucher. En outre, il m’a regardé d’une manière étrange, donc je suis plus à l’aise maintenant qu’il a quitté ce poste. »

« C’est génial. Si un garde causait un scandale, même ta dignité aurait pu être entachée, » déclara Takumi. « Tu as eu de la chance qu’il soit parti avant qu’il ne puisse essayer de poser ses sales mains sur toi. »

Takumi avait commencé à siffler sans vergogne, et Elsa avait serré son poing alors qu’elle essayait de retenir sa colère. À la fin, elle poussa un profond soupir, comme si elle avait décidé d’abandonner la lutte.

« Alors ? Chaque fois que tu me laisses t’attraper, il se passe toujours quelque chose de mal. Qu’est-ce qu’il y a eu cette fois-ci ? » demanda Elsa.

« Bonne idée, ça me fait gagner du temps, » répondit Takumi. « Je ne voulais pas que les habitants nous voient parler en public, alors je t’ai laissé m’arrêter, même si tu penses que ce n’était pas nécessaire. »

« Alors, crache le morceau. Je vais t’écouter, » déclara Elsa.

« Eh bien... tu devrais déjà avoir entendu parler de l’affaire qui nous intéresse, » déclara Takumi.

Elle le regarda d’un air perplexe.

« Récemment, des paris illégaux se répandent dans la ville basse, » annonça Takumi.

« ... Comment as-tu appris leur existence ? » demanda Elsa.

« Veux-tu vraiment savoir cela maintenant ? » demanda en retour Takumi.

« Eh bien ! Non, mais le fait de réaliser ça me fait mal..., » son visage se raidit, puis elle soupira encore plus profondément qu’avant.

« Désolée, Takumi, mais je ne te dirai rien à ce sujet. Même si je cherche des informations, je n’en échangerai aucune pour de l’argent, » déclara Elsa.

« Bien sûr, je ne peux pas acheter de l’information du capitaine des gardes avec de l’argent. Alors... tu n’en as pas, n’est-ce pas ? » demanda Takumi.

Takumi avait faiblement souri alors qu’il remarquait sa réaction.

« Les rumeurs les concernant se répandent, » déclara Takumi. « Tu sais qu’ils sont hébergés dans la ville basse et que les clients moyens sont des nobles avec beaucoup de temps libre, mais tu ne sais pas qui est derrière tout ça, donc tu n’as aucun indice... ai-je raison ? »

Elsa répliqua. « ... Pour être plus précise, les gardes déployés dans la ville basse n’ont pas la capacité pour continuer à enquêter par eux-mêmes, alors ils ont abandonné... En tant que chevalier, je me demande où sont allées leur fierté et leur dignité. »

« Tes pensées découlent des enseignements de ta famille, » répondit Takumi. « Une personne ordinaire ne penserait pas à s’opposer au mal et risquer sa vie ainsi que sa famille et son rang. »

Elsa faisait partie de la famille Fairstadt, l’une des trois grandes familles de Listina. Ils avaient une longue et honorable tradition et s’occupent des affaires judiciaires et royales depuis des générations.

Ils avaient un sens aigu de la justice et étaient comme l’incarnation de l’équité, il était donc normal que les gardes soient un peu intimidés par l’un de ses membres.

« ... J’ai lu des rapports sur le jeu illégal. Le fait de profiter des esclaves se battant à mort n’est pas humain, » son poing avait commencé à trembler alors qu’elle imaginait ça.

Takumi lui sourit. « Hé, Elsa, ils ne devraient pas s’en tirer après ça, ne le crois-tu pas ? » demanda Takumi.

« Bien sûr ! En tant que fière chevalière de Richtert, je ne peux pas autoriser de tels actes inhumains ! » s’écria Elsa.

« Tu n’es pas seule, tes subordonnés pensent la même chose. Ils doivent toujours faire face à la racaille, mais ils ne sont pas enivrés par leur pouvoir comme les gardes de la partie supérieure, n’est-ce pas ? » demanda-t-il.

« Exactement ! » répondit Elsa. « Ils peuvent réprimer les fauteurs de troubles en cas de besoin et ils ne manquent jamais une journée de formation ! »

« Alors pouvons-nous localiser et écraser ces criminels ? » demanda Takumi.

« Oui, nous devrions punir ces malfaiteurs ! Attends, quoi !? » s’écria Elsa.

Takumi affichait un sourire à pleines dents tout en regardant la bouche béante d’Elsa.

« Viens avec moi. Je vais te donner les détails une fois arrivés à Valeria, » déclara Takumi.

« Hein !? Non... es-tu sérieux là !? » s’écria Elsa.

« Bien sûr, » répondit Takumi. « Ces gars ont même causé du tort à notre chef, alors j’ai pensé à tracer une ligne claire entre nous et eux. »

« A-Attends une minute ! » s’écria Elsa. « Sais-tu vraiment qui nous allons devoir affronter ? S’il y a quelqu’un d’important, les nobles ne resteront pas silencieux. »

« Où as-tu mis la fierté du chevalier dont tu parlais il y a quelques minutes ? » demanda Takumi.

« C-C’est toujours là, je n’hésite pas ! » répondit Elsa. « Je veux les arrêter de mes propres mains, si je peux, mais... Je n’ai pas assez d’informations. Les nobles et le clergé sont privilégiés dans la ville basse. Ils ne peuvent être visités que par quelques personnes et seulement dans des lieux privés, donc même si nous commençons une enquête publique, ils détruiront toutes les preuves dès qu’ils remarqueront qu’il se passe quelque chose. »

Fronçant les sourcils, elle laissa échapper un autre soupir. Elsa vivait dans la ville basse, alors elle savait très bien comment ça fonctionnait.

En regardant la fille découragée, Takumi ouvrit sa bouche blasphématoire. « Les paris illégaux sont mis en place par Amberg, l’une des quatre grandes entreprises, et ses organisations affiliées. Ils utilisent plusieurs endroits, comme les bâtiments de l’entreprise ou les résidences secondaires offertes par les investisseurs. Le prochain événement aura lieu dans le sous-sol de l’une des maisons du marquis de Kelbeg dans deux semaines. »

« ... Hein !? » Incapable de traiter toutes ces informations, elle ne pouvait que répondre d’une voix stupide.

« Eh oui, Elsa, tu es la bienvenue là-bas. Je peux même te dire la taille des forces privées qui y seront déployées, » continua Takumi. « Si tu veux vraiment les capturer et tu n’es pas comme ces lâches de la ville basse, alors nous pouvons le faire. »

Il avait souri avec confiance.

« Et alors, ta réponse ? » demanda Takumi. « N’agite pas simplement ta justice devant moi. Cette chance apportera beaucoup de mérites aux gardes. Je te laisse choisir si tu veux prendre cette opportunité. »

Il avait admiré son visage abasourdi pendant quelques instants, puis avait recommencé à parler. « Oh, et ne me demande pas comment je sais tout ça, s’il te plaît. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

  2. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire