Un nouveau jeu dans les profondeurs de la captivité! – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 2

***

Chapitre 3 : Chef

Partie 2

« Je suis tellement désolé ! Je ne voulais pas interrompre la conversation d’avant... mais en mettant de côté comment vous avez traité Mirta, vous avez également insulté mes chères camarades, » déclara Takumi. « Vous avez vraiment des tripes. »

Le cou de Gaitsu commença à craquer sous le poids de Takumi.

« Gaaah... ! Je ne veux pas... mourir comme ça... ! » De la peur et de la douleur étaient mélangées dans la voix étouffée de Gaitsu.

« Ne vous inquiétez pas, vous tuer maintenant serait dénué de sens et je ne veux pas me vanter de la relocalisation de Valeria, » déclara Takumi. « Je veux seulement que vous vous souveniez de ceci : essayez encore d’insulter l’une de mes camarades et je vous arracherais chaque once de graisse de votre corps. »

Les yeux de Takumi, qui semblaient généralement amicaux, étaient maintenant remplis de colère et de confiance.

Confirmant que l’homme sous lui était terrorisé, il se replaça debout.

Dès que le poids sur Gaitsu avait été retiré, il avait couru vers la porte. « Toi... putain d’esclave ! Ne pense pas que les personnes resteront dans une organisation avec une bête née d’un endroit inconnu ! »

« Ça dépendra d’eux, n’oubliez pas ce que vous avez dit il y a quelques minutes, » déclara Takumi.

Avec son visage rougi par la colère, l’homme avait quitté la pièce tout en faisant claquer la porte.

Takumi soupira en laissant tomber son corps sur le canapé, et la pièce redevint silencieuse après ça.

Après un moment, Mirta se mit timidement à parler. « Je suis sûre... que nos membres suivront Gaitsu. »

« ... Je ne le pense pas, » répondit Jill. « Mademoiselle, vous poursuivez les idéaux de votre père avec beaucoup de passion. Je suis sûr que les gens prendront votre parti. »

Mirta secoua négativement la tête face aux paroles de réconfort de Jill. « Il a raison. Si nous adhérons à une organisation plus grande, nous obtiendrons une stabilité financière et nos membres vivront mieux. »

Les mots durs qui sortaient de ses lèvres semblaient reconfirmer ce qu’elle avait déjà entendu.

« Nous pourrions simplement envoyer l’argent à la ville basse. Nous n’avons pas besoin de rester ici, mais... je veux rester... même si c’est égoïste, » continua Mirta.

Les larmes avaient commencé à couler depuis les yeux de Mirta, qui avait encore la tête baissée.

« Je veux... je veux rester ici. Je veux voir comment la ville basse va avec mes yeux et en faire un meilleur endroit comme mon père l’a fait, » continua-t-elle.

La ville basse était une décharge.

Il s’agissait d’un endroit pauvre, rempli de maisons de personnes qui avaient été chassées de la partie centrale et supérieure de la ville. Un endroit où les adultes et les enfants étaient si désespérés de vouloir survivre qu’ils acceptaient même de boire les eaux usées de la ville et de manger ce qui pourrait être trouvé dans les poubelles.

Vatel se jeta dans cet enfer afin de leur faire avoir un sourire en sentant leurs luttes de tous les jours avec son propre corps et en voyant leurs environnements à travers ses propres yeux.

C’est pourquoi Mirta voulait faire de même.

« Alors, continue à t’en tenir à tes idéaux, » déclara Takumi.

Une ambiance sérieuse était apparue entre eux.

Takumi continua à parler avec le même ton plat. « Quelqu’un qui ne peut pas parler d’idéaux ne peut pas les réaliser. Personne ne suivrait quelqu’un comme ça. Un chef ne mérite ce titre que lorsqu’il peut poursuivre ce en quoi il croit. »

Mirta, ne sachant toujours pas quoi faire, avait simplement regardé Takumi. « Mais... je n’ai rien fait pour personne... »

« Il n’est pas nécessaire de faire l’impossible, » répondit-il en accompagnant ses paroles avec un sourire. « Laisse les autres gérer ce que tu ne peux pas faire... mais tu es la seule qui peut suivre les idéaux de ton père. »

Après quelques secondes, il continua à parler. « Continue à te battre pour que les personnes qui te suivent ne perdent pas leur voie. Je vais m’occuper du reste... »

Il avait l’air confiant quant à la suite des événements.

Il s’agissait du visage d’une personne qui avait toujours fait tout ce qu’il pouvait afin d’atteindre ses objectifs.

Le doute qui obscurcissait les yeux de jade de Mirta avait alors disparu.

« Maintenant que notre grand chef a pris une décision, le reste dépend de nous, » déclara-t-il.

« ... Le résultat de demain est incertain, » déclara Jill. « Tout cela est bien trop soudain, et je suppose que Gaitsu a soudoyé certains membres pour être ainsi sûr de sa victoire. » Les sourcils froncés de Jill lui donnaient l’air maussade.

Il n’avait pas montré son inquiétude à Mirta, mais si personne ne faisait quelque chose quant au présent problème, alors une défaite était inévitable.

La date du scrutin était si proche afin d’empêcher Takumi et les autres de pouvoir effectuer la moindre contre-mesure. Le fait de partir avec l’excuse d’aller en parler avec toutes les autres personnes n’était qu’un prétexte afin de vérifier si tout se passait comme prévu.

D’un autre côté, il n’y avait même pas un soupçon d’anxiété présent sur les visages de Karin et Kunon.

« Takumi, aurais-tu déjà trouvé un plan pour résoudre le problème ? » demanda Jill.

« Ne t’inquiète pas, Jill. J’avais déjà tout compris, » déclara Takumi.

« ... Que veux-tu dire par là ? » demanda Jill.

« Exactement ce que je viens de dire, » répondit Takumi. « Le fait de vouloir rejoindre une plus grande organisation, le fait de vouloir vendre Valeria, et le fait d’enrichir nos membres... J’ai déjà tout prévu depuis bien longtemps. »

Karin laissa échapper un petit rire alors que ses épaules se raidissaient. « Cela va enfin commencer. Les dernières années m’ont semblé interminables, et cela même si ma perception du temps n’est pas vraiment bonne. »

« Tu peux également penser qu’elles étaient moins excitantes que prévu, » déclara Kunon. « Ce cochon dégoûtant a corrompu ses sous-fifres avec de l’argent, mais il est assez compétent pour que Vatel le garde de toute façon à ses côtés. Si cela avait été quelqu’un d’autre, cela aurait déjà été fini il y a des années... »

« ... De quoi êtes-vous en train de parler ? » demanda un Jill perplexe.

Takumi avait dirigé son sourire carnassier à un Jill totalement déconcerté avant de répliquer. « Nous savons que Gaitsu visait ce moment depuis deux ans. Il a amélioré son statut de mandataire pour mettre son plan en mouvement puisque maintenant Valeria n’a pas la puissance pour réaliser les idéaux de Mirta. »

Jill déglutit involontairement face à l’expression amusée de Takumi.

Combien d’années le marchand d’esclaves avait-il vu dans le futur ?

Il était impossible de deviner à quoi il pensait en regardant dans ses yeux noirs. Deux ans auparavant, il supposait déjà que les choses auraient pu tourner ainsi, et il ne voyait pas seulement ce jour-là, mais aussi le jour suivant, et le lendemain...

Ainsi, tout se déroulait selon ses attentes.

« Commençons à tout mettre en place en rentrant chez nous, d’accord ? » demanda Takumi.

« T-Takumi ! Qu’est-ce que je devrais faire maintenant... ? » demanda Mirta avec une expression anxieuse.

Face à ça, il avait vaguement répondu. « Va dormir dès maintenant afin d’être en pleine forme pour demain. »

« Euh... Que veux-tu dire par là... ? » demanda Mirta.

« Les personnes jugent les autres sur leur apparence, alors tu dois t’habiller correctement, » répondit Takumi. « Il n’y a pas de quoi s’inquiéter, surtout compte tenu de qui nous parlons. Mais je m’attends à ce que tu sois si belle que même moi je risquerais de tomber amoureux de toi. »

Après avoir dit ça, Takumi se leva et quitta la pièce, suivi par Kunon et Karin.

En sortant, la brise de la nuit les caressait de son froid contact.

Maintenant que le jour avait atteint sa fin, le festival était pour ainsi dire fini. Seuls les ivrognes erraient toujours à la recherche d’alcool.

La ville basse était vraiment remplie de personnes sans espoir. Même maintenant, un homme ivre dormait sur le bord de la route, et les enfants lui faisaient les poches. Bien sûr, il y avait des personnes qui pensaient aussi tout lui prendre plus tard.

Le fait d’aider cet endroit mal famé n’était qu’un doux rêve.

Takumi savait que la meilleure chose à faire aurait été de laisser tout le monde derrière soi et de ne penser qu’à son propre profit.

Mais cette réponse était trop simple et ennuyeuse.

Les choses n’étaient intéressantes que lorsqu’elles étaient au-dessus d’un certain degré de difficulté.

Karin et Kunon avaient remarqué l’expression sérieuse de Takumi et l’avaient imité.

« Répétons tout ce qui s’est passé avant ça. Karin, fais-moi un rapport détaillé, s’il te plaît, » demanda Takumi.

« Gaitsu a réussi à corrompre nos membres il y a douze jours, » déclara Karin sans la moindre hésitation. « En vérifiant les livres de compte, nous avons confirmé que l’argent était les récompenses pour les différentes missions effectuées par Valeria, et nous avons également découvert que le montant qu’il a volé et celui qu’il a utilisé correspondaient. L’erreur de calcul de ce cochon est qu’il l’a gaspillée. »

« Nous avons encore beaucoup d’argent. Peu importe s’il en a utilisé une partie, » déclara Takumi.

« Tu as toujours voulu dire ça, hein... ? Je suppose que tout le monde s’évanouirait en voyant tes possessions... »

Au cours des sept dernières années, Takumi avait accumulé une très grande richesse.

Parmi ses possessions se trouvaient des bâtiments, des parcelles de terrain dispersées entre Listina et les villages voisins, des armes stockées, des œuvres d’art et bien d’autres biens. S’il devait inclure toutes les pièces d’or qu’il possédait, alors à lui seul, il pourrait rivaliser avec une grande compagnie de la ville basse.

Il s’agissait des fruits de son travail acharné.

« Est-ce que quelqu’un s’est déplacé étrangement ces derniers temps ? » demanda-t-il.

« Veux-tu parler des personnes qui viennent dans la ville basse ? » demanda Karin. « Aujourd’hui, les gardes venant de la partie médiane ont confirmé qu’elles étaient en augmentation. Guk, le vendeur de papier, a dit qu’il a vu Gaitsu à l’entreprise alors qu’il transportait du parchemin. »

« L’information est-elle fiable ? » demanda Takumi.

« L’information provenant des gardes devrait être considérée avec scepticisme, mais Guk semblait très sûr de lui, » répondit Karin. « Nous avons également recueilli des informations auprès de Raxel, Toronto, Michter et bien d’autres. »

Karin avait répondu sans un soupçon d’inquiétude.

Ces personnes étaient... toutes des esclaves que Takumi avait vendus.

Il vendait des esclaves partout : dans la ville basse, dans la partie centrale et dans la partie supérieure de Listina.

Cela allait de ceux qui s’occupaient du traitement de l’eau jusqu’au promeneur des chiens d’un noble.

Il avait vendu n’importe quel type d’esclave.

Tout cela formait un énorme réseau d’informations, et personne ne soupçonnerait quoi que ce soit alors qu’il allait à la rencontre des marchandises qu’il vendait occasionnellement.

Au cours des dernières années, Takumi avait fait de son mieux afin de disperser ses oreilles et ses yeux partout, et cela lui avait permis de connaître presque tout ce qui se passait dans la ville.

En tant que marchand d’esclaves, il pouvait savoir si quelqu’un avait besoin d’un esclave ayant certaines capacités. Il pouvait même savoir comment se débrouillaient les autres entreprises ainsi que la situation des routes commerciales.

Le fait de manipuler l’information pourrait lui faire obtenir presque tout ce qu’il voulait... et plus le réseau grandissait, plus il devenait puissant.

De l’esclave à ses propriétaires, de ses propriétaires à leurs amis, de leurs amis à leurs connaissances...

Personne n’avait remarqué qu’ils dansaient tous dans la paume de sa main.

Il n’avait pas profité de prime abord de la vente des esclaves, mais il l’avait énormément fait du réseau d’information qu’ils avaient formé.

C’était la façon d’agir du Marchand d’Esclaves au Cœur Tendre.

« Quels sont les derniers mouvements de l’entreprise que Gaitsu veut rejoindre ? » demanda Takumi.

« Toujours les mêmes... mais ils deviennent plus voyants, » déclara-t-elle alors que le dégoût tordit l’expression de Karin. « Des paris illégaux sur des esclaves et des monstres... Ça me rend vraiment malade. »

« Je suis d’accord, mais tout le monde essaierait de monopoliser une source d’argent encore assez légale, » répondit Takumi. « Une fois que vous avez goûté quelque chose de bon, vous voudrez continuer à le manger jusqu’à ce que votre estomac éclate. » Takumi avait souri en raison de son amusement tout en parlant. « Si leur avidité grandit et s’approfondit, nous en tirerons profit pleinement. »

« Même les gardes ont remarqué que quelque chose d’étrange se déroule en ce moment, » déclara Karin. « Cependant, Gaitsu était très confiant en nous parlant... Il est évident que désormais, la situation évoluera rapidement. »

« Il veut prendre avec lui les techniques de contrebande de Valeria, » déclara Takumi. « Notre entreprise vient d’un territoire sans foi ni loi, c’est pourquoi nous sommes si efficaces avec des choses illégales. »

Gaitsu le savait et il voulait lui-même vendre Valeria à une plus grande organisation afin de réaliser ses ambitions alors que son dos était protégé.

Le seul obstacle devant lui était Mirta, le souvenir de leur chef précédent, alors il avait organisé ce scrutin afin de se débarrasser d’elle. Il avait corrompu tous les membres de l’organisation, de sorte que le résultat avait déjà été décidé.

Ou peut-être qu’il vaudrait mieux dire que « le résultat aurait dû être décidé ».

« Comment a-t-il réussi à contacter tout le monde ? » demanda-t-il.

« Le jour après qu’ils aient tous été payés, il a répandu l’information à travers les esclaves, » répondit Karin. « L’information est passée d’eux jusqu’à leurs employeurs, et des employeurs aux autres membres. De cette façon, il serait difficile de savoir qui a commencé. »

« Beau mouvement ! » s’exclama Takumi. « Est-ce que quelqu’un a refusé l’offre ? »

« Pas un seul, » répondit Karin. « Nous verrons comment Mirta s’en occupera demain. »

« Ne t’inquiète pas pour ça, j’ai une bonne idée de ce qui va se passer, » avait-il dit en tapotant sur sa tempe.

Takumi avait rencontré beaucoup de personnes différentes dans sa vie précédente.

Ce n’était ni des centaines ni des milliers. Il avait facilement surmonté une douzaine de milliers... et peut-être atteint les centaines de milliers. L’expérience l’avait amené à voir à travers la façade d’une personne et à voir rapidement sa véritable personnalité.

« En outre, qui pensez-vous que les personnes choisiront entre une fille si mignonne et un cochon gras et dégoûtant ? » demanda Takumi aux deux filles.

« Oh, alors peux-tu quand même voir quand les filles sont belles ? » demanda Karin.

« Je suis aussi un humain, tu sais. Kunon, réveille-toi, » déclara Takumi. « Nous avons fini de parler de choses compliquées pour ce soir, alors arrête de dormir en marchant comme une sorte d’arme errante. »

« Zzz... Hein !? J-Je ne dormais pas ! J’écoutais attentivement tout ça ! » déclara Kunon.

Takumi sourit ironiquement et lui tapota la tête pendant qu’elle essuyait la bave de sa bouche.

« Vous aurez beaucoup à faire demain. Je compte sur vous, » déclara Takumi.

« Laisse-moi me charger de ça ! Je ferai de mon mieux jour et nuit ! » s’écria Kunon.

Takumi hocha la tête face à ses mots fiables.

« Réglons tout cela d’un coup, » déclara-t-il.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Quel discours nous livrera notre cher princesse au cœur pur ? On veut la suite OwO

Laisser un commentaire