Un nouveau jeu dans les profondeurs de la captivité! – Tome 1 – Chapitre 3

***

Chapitre 3 : Chef

***

Chapitre 3 : Chef

Partie 1

Alors que le bruit des personnes qui s’amusaient pouvait encore être entendu de l’extérieur, toute la pièce était silencieuse.

Gaitsu avait fait reposer son corps massif sur le canapé et de l’autre côté se trouvaient Mirta et Takumi, avec Karin, Kunon et Jill derrière eux.

« Alors... de quoi voulez-vous parler ? » Il était évident que Mirta était anxieuse alors qu’elle demandait ça.

L’homme jeta un coup d’œil à Takumi et fit claquer sa langue avant de se mettre à parler. « Avant ça... pourquoi cet esclave est-il présent ? »

« Est-ce vraiment important ? Je fais également partie de la direction de Valeria, donc la direction de l’entreprise est aussi mon affaire, » déclara Takumi.

« Tsss... Même ta participation est un signe de notre déclin, » répliqua Gaitsu.

Mirta était dégoûtée par ces paroles. « Je ne suis pas d’accord, Gaitsu. Takumi a grandement contribué à notre entreprise au cours de ces sept dernières années. Mon père a toujours dit que les capacités et l’âge ne sont pas liés. »

« Hmm... Oh, bien. De toute façon, aujourd’hui sera la fin de ce petit con d’esclave impertinent, » répliqua Gaitsu.

« Qu’est-ce que c’était que cette affirmation ? » demanda un Takumi perplexe.

Les lèvres de l’homme massif se tordirent alors dans un sourire effrayant. « Je veux parler du fait de déplacer l’emplacement actuel de Valeria dans la partie supérieure de Listina. »

« La partie supérieure... ? Une grande organisation ne peut y déménager qu’avec l’approbation de l’Institut des Affaires Financières et la procédure sera gérée par la bureaucratie de la zone intermédiaire. De plus, le gouvernement n’autoriserait jamais une organisation illégale comme la nôtre, et cela, peu importe l’influence que nous avons dans la ville basse. »

Les fonctions de Valeria resteraient les mêmes même si elle changeait de lieu, mais le gouvernement ne pouvait pas considérer cela comme une entreprise légale.

Une organisation pouvait commercer légalement dès son enregistrement auprès de la guilde des marchands, qui pouvait être trouvée même dans la ville basse. L’inscription à la guilde des marchands et le paiement des taxes étaient bénéfiques pour les entreprises.

Premièrement, les affaires d’un commerçant légal étaient protégées. Le marchand était donc remboursé en cas d’accident ou de vol, et n’était pas lié par des limitations sur le type de produits ou de services à vendre.

Puisque les gens avaient besoin de faire des profits malgré les taxes fixes, ils devaient suivre un plan et avoir des membres compétents.

Valeria avait moins de membres par rapport à d’autres organisations, mais compte tenu de leur influence dans la ville basse, ils étaient sûrement compétents. Les résultats de Valeria avaient ainsi augmenté principalement grâce aux demandes reçues.

Parfois, leur revenu mensuel avait même dépassé leurs attentes. Mais quitter les bas quartiers était une affaire qui impliquait le gouvernement, et même s’ils répondaient aux conditions requises pour déménager, ils étaient toujours une organisation illégale, donc la proposition de Gaitsu était inutile.

Toutefois, l’homme avait gardé le sourire. « En effet ! C’est pourquoi ma suggestion est de rejoindre une grande entreprise. »

En entendant cela, Mirta se leva férocement. « Impossible ! Nous ne pouvons pas faire ça ! »

« Oh mon Dieu ! Pourquoi est-ce impossible ? Nous gagnerions beaucoup plus d’argent, » déclara-t-il.

« Vous avez travaillé aux côtés de Vatel... alors n’avez-vous toujours pas compris pourquoi mon père a fondé Valeria ? » demanda Mirta.

Vatel Famille voulait mettre de l’ordre dans la ville basse, donc il avait pris l’initiative de gérer une entreprise.

« Cela devrait être un endroit pour les sans-abri ! Un endroit qui les sauve de la famine ! » continua Mirta. « Un endroit qui vaut mieux que la ville basse de Listina ! C’est l’idéal de mon père et c’est ce que Valéria devrait être ! »

Les larmes coulaient depuis ses yeux alors que ses mots étaient emplis de fierté et de colère.

Mais Gaitsu n’était pas affecté par tout ça. « Les idéaux de Vatel sont splendides, mais il n’est plus là. Nous pouvons dire que continuer à faire des choses comme il le voulait est donc désormais impossible. »

« Non ! Car je vais lui succéder..., » répondit Mirta.

« Je voulais vous dire que c’est impossible pour vous de le faire, » répliqua Gaitsu. « Mirta Famille, vous êtes le chef actuel de Valeria, mais vous ne pouvez pas le gérer ou satisfaire ses besoins. Vous ne pouvez même pas faire votre travail correctement. Vous n’êtes que de nom un chef. Le problème qui s’est déroulé aujourd’hui avec ces esclaves est tout simplement une autre preuve de votre ineptie. »

« Si quelque chose devait être dit, alors ce sont vos subordonnés ineptes qui ont foiré ça, » murmura une Karin agacée. C’était assez fort pour être entendu même par Gaitsu, qui tourna son regard vers elle.

« On dirait que c’est vrai que les elfes ne sont bons que comme esclaves sexuels. Je ne vois pas de différence entre eux et des putes bruyantes, » répliqua Gaitsu.

« Quoi ? Qui est la pute, sale cochon. Je suis l’esclave de ce marchand d’esclaves, » déclara Karin.

« Alors, ton travail est de satisfaire ce minable insolent au lit en écartant les cuisses, n’est-ce pas ? Ça doit être dur d’être son jouet sexuel tous les soirs, mais je suppose qu’on ne peut pas y faire grand-chose. Une elfe sale, laide, aux cheveux noirs comme toi ne vaut pas plus que quelques piécettes... »

L’air siffla comme si elle était coupée par quelque chose.

« Essaie encore de l’insulter et ce seront tes dernières paroles, » Kunon avait parcouru la distance en une fraction de seconde et elle avait poussé sur la gorge de l’homme avec son poignard alors qu’elle lui disait ça. Elle n’avait vraiment aucune expression visible sur son visage, mais cela avait fait que tout cela était encore plus effrayant.

Gaitsu avait hésité un moment en voyant la lame brillante, mais avait bientôt affiché une expression menaçante. « Penses-tu que tu es une menace, stupide chienne ? Tu ne peux même pas tuer les humains. »

« Je peux les tuer, mais je ne suis pas autorisé à le faire, » déclara Kunon. « Je ferais ça si Takumi me l’ordonnait, mais maintenant je suis tellement énervée que ma main pourrait glisser. »

« Kunon, ça suffit. Si tu salis cette pièce, nous ne pourrons pas l’utiliser demain, » déclara Takumi.

Après que Kunon eut retiré son poignard, Takumi avait souri à Gaitsu. « Désolé si mes camarades ont interrompu vos paroles. S’il vous plaît, continuez. »

« Pff... Cela arrive quand tu ne peux même pas discipliner tes propres esclaves, » répliqua Gaitsu.

Takumi était sur le point de dire « Regarde donc qui parle », mais il l’avait gardé pour lui et avait repris la discussion.

« Donc, vous avez mentionné le fait de rejoindre une grande entreprise, non ? Laquelle est-ce ? » demanda Takumi.

« Tu n’as pas besoin de le savoir puisque tu vas être foutu dehors, » répliqua Gaitsu.

« Je vois... M’écouteriez-vous avant cela ? » demanda Takumi.

Takumi remarqua que le visage de Gaitsu s’était raidi pendant un instant.

« Si une grande entreprise permet à une organisation de la ville basse comme Valeria de les rejoindre, il y aura à coup sûr des conséquences, » déclara Takumi. « Après tout, les gros poissons mangent les petits poissons. Par exemple... ils pourraient apprendre le savoir-faire de notre commerce d’esclaves, s’ils ne l’effectuent pas déjà en ce moment. »

Takumi avait choisi ces mots avec précision pour voir les réactions de l’homme, et il semblerait que le jeune marchand avait touché un point sensible.

Gaitsu claqua sa langue, peut-être parce qu’il venait de remarquer que l’homme en face de lui avait vue à travers son plan. « Tu es vraiment un gamin effronté et étrange. »

« Ne me félicitez pas autant, » répondit Takumi. « Êtes-vous peut-être intéressé par la méthode de vente du Marchand d’Esclaves au Cœur Tendre ? »

« Je suis un marchand d’esclaves depuis toujours. Je n’ai donc pas besoin d’entendre quoi que ce soit de ta part, » répondit Gaitsu.

« C’est une honte. De toute façon, le fait de relocaliser nos activités est une décision que notre chef, Mirta, devrait prendre et non pas vous, » déclara Takumi. « Sortez d’ici si vous voulez rester le mandataire de notre chef. »

Gaitsu avait desserré son sourire tordu avec confiance. « Tu as raison. Je suis que son mandataire. La décision devrait être prise par notre chef officiel. »

« Je... je ne veux pas quitter la ville basse, » répondit Mirta. « Valeria n’est pas une organisation qui recherche le profit, mais est quelque chose qui aide les personnes dans le besoin. »

Mirta avait clairement exprimé sa dissidence, mais l’homme n’avait pas bougé.

« Pourtant, si nous laissons l’avenir de notre organisation au chef actuel, Valeria elle-même atteindra vraisemblablement sa destruction, » répliqua Gaitsu. « En vue du temps que j’ai travaillé avec Vatel, voir tous ses efforts gaspillés serait terrible pour moi. »

Alors qu’il avait continué à parler, son vrai caractère était apparu.

« C’est pourquoi je propose d’être le nouveau chef de Valeria, » continua-t-il. « Demain à midi, tous nos membres seront rassemblés sur la place centrale de la ville basse et nous commencerons un vote afin de déterminer qui sera le nouveau chef. »

« Êtes-vous en train de dire... que si je gagne, nous resterons, et si vous gagnez, nous devrons partir ? » demanda Mirta.

« Je suis content que vous compreniez si rapidement, » répondit Gaitsu. « Nous devrions laisser chaque membre s’exprimer sur la question. »

Mirta en avait perdu la parole.

S’ils déménageaient et rejoignaient une autre compagnie, ils gagneraient plus d’argent et les membres auraient une vie meilleure. Beaucoup d’entre eux avaient approuvé les idéaux de Vatel, mais il était naturel que d’autres préfèrent se remplir les poches.

« Je pense que nous avons fini de parler. Je vais aller parler à tout le monde à propos du vote de demain. Si vous voulez bien m’excuser..., » déclara Gaitsu.

Le regard de Mirta était dirigé vers le sol pendant que l’homme inclinait son corps vers l’avant afin de se lever sur ses pieds.

« Gaitsu, attendez une minute. Je dois mettre les points sur les i avec vous, » déclara Takumi.

« Je n’ai pas de temps à perdre..., » lui grogna un Gaitsu énervé. Mais alors qu’il était sur le point de se lever, Takumi attrapa la tête de Gaitsu et fracassa son visage sur la table se trouvant à proximité.

Après cela, le jeune marchand s’était assis sur la tête de l’homme, complètement inexpressif.

Les personnes présentes avaient regardé cette scène en étant effrayées.

***

Partie 2

« Je suis tellement désolé ! Je ne voulais pas interrompre la conversation d’avant... mais en mettant de côté comment vous avez traité Mirta, vous avez également insulté mes chères camarades, » déclara Takumi. « Vous avez vraiment des tripes. »

Le cou de Gaitsu commença à craquer sous le poids de Takumi.

« Gaaah... ! Je ne veux pas... mourir comme ça... ! » De la peur et de la douleur étaient mélangées dans la voix étouffée de Gaitsu.

« Ne vous inquiétez pas, vous tuer maintenant serait dénué de sens et je ne veux pas me vanter de la relocalisation de Valeria, » déclara Takumi. « Je veux seulement que vous vous souveniez de ceci : essayez encore d’insulter l’une de mes camarades et je vous arracherais chaque once de graisse de votre corps. »

Les yeux de Takumi, qui semblaient généralement amicaux, étaient maintenant remplis de colère et de confiance.

Confirmant que l’homme sous lui était terrorisé, il se replaça debout.

Dès que le poids sur Gaitsu avait été retiré, il avait couru vers la porte. « Toi... putain d’esclave ! Ne pense pas que les personnes resteront dans une organisation avec une bête née d’un endroit inconnu ! »

« Ça dépendra d’eux, n’oubliez pas ce que vous avez dit il y a quelques minutes, » déclara Takumi.

Avec son visage rougi par la colère, l’homme avait quitté la pièce tout en faisant claquer la porte.

Takumi soupira en laissant tomber son corps sur le canapé, et la pièce redevint silencieuse après ça.

Après un moment, Mirta se mit timidement à parler. « Je suis sûre... que nos membres suivront Gaitsu. »

« ... Je ne le pense pas, » répondit Jill. « Mademoiselle, vous poursuivez les idéaux de votre père avec beaucoup de passion. Je suis sûr que les gens prendront votre parti. »

Mirta secoua négativement la tête face aux paroles de réconfort de Jill. « Il a raison. Si nous adhérons à une organisation plus grande, nous obtiendrons une stabilité financière et nos membres vivront mieux. »

Les mots durs qui sortaient de ses lèvres semblaient reconfirmer ce qu’elle avait déjà entendu.

« Nous pourrions simplement envoyer l’argent à la ville basse. Nous n’avons pas besoin de rester ici, mais... je veux rester... même si c’est égoïste, » continua Mirta.

Les larmes avaient commencé à couler depuis les yeux de Mirta, qui avait encore la tête baissée.

« Je veux... je veux rester ici. Je veux voir comment la ville basse va avec mes yeux et en faire un meilleur endroit comme mon père l’a fait, » continua-t-elle.

La ville basse était une décharge.

Il s’agissait d’un endroit pauvre, rempli de maisons de personnes qui avaient été chassées de la partie centrale et supérieure de la ville. Un endroit où les adultes et les enfants étaient si désespérés de vouloir survivre qu’ils acceptaient même de boire les eaux usées de la ville et de manger ce qui pourrait être trouvé dans les poubelles.

Vatel se jeta dans cet enfer afin de leur faire avoir un sourire en sentant leurs luttes de tous les jours avec son propre corps et en voyant leurs environnements à travers ses propres yeux.

C’est pourquoi Mirta voulait faire de même.

« Alors, continue à t’en tenir à tes idéaux, » déclara Takumi.

Une ambiance sérieuse était apparue entre eux.

Takumi continua à parler avec le même ton plat. « Quelqu’un qui ne peut pas parler d’idéaux ne peut pas les réaliser. Personne ne suivrait quelqu’un comme ça. Un chef ne mérite ce titre que lorsqu’il peut poursuivre ce en quoi il croit. »

Mirta, ne sachant toujours pas quoi faire, avait simplement regardé Takumi. « Mais... je n’ai rien fait pour personne... »

« Il n’est pas nécessaire de faire l’impossible, » répondit-il en accompagnant ses paroles avec un sourire. « Laisse les autres gérer ce que tu ne peux pas faire... mais tu es la seule qui peut suivre les idéaux de ton père. »

Après quelques secondes, il continua à parler. « Continue à te battre pour que les personnes qui te suivent ne perdent pas leur voie. Je vais m’occuper du reste... »

Il avait l’air confiant quant à la suite des événements.

Il s’agissait du visage d’une personne qui avait toujours fait tout ce qu’il pouvait afin d’atteindre ses objectifs.

Le doute qui obscurcissait les yeux de jade de Mirta avait alors disparu.

« Maintenant que notre grand chef a pris une décision, le reste dépend de nous, » déclara-t-il.

« ... Le résultat de demain est incertain, » déclara Jill. « Tout cela est bien trop soudain, et je suppose que Gaitsu a soudoyé certains membres pour être ainsi sûr de sa victoire. » Les sourcils froncés de Jill lui donnaient l’air maussade.

Il n’avait pas montré son inquiétude à Mirta, mais si personne ne faisait quelque chose quant au présent problème, alors une défaite était inévitable.

La date du scrutin était si proche afin d’empêcher Takumi et les autres de pouvoir effectuer la moindre contre-mesure. Le fait de partir avec l’excuse d’aller en parler avec toutes les autres personnes n’était qu’un prétexte afin de vérifier si tout se passait comme prévu.

D’un autre côté, il n’y avait même pas un soupçon d’anxiété présent sur les visages de Karin et Kunon.

« Takumi, aurais-tu déjà trouvé un plan pour résoudre le problème ? » demanda Jill.

« Ne t’inquiète pas, Jill. J’avais déjà tout compris, » déclara Takumi.

« ... Que veux-tu dire par là ? » demanda Jill.

« Exactement ce que je viens de dire, » répondit Takumi. « Le fait de vouloir rejoindre une plus grande organisation, le fait de vouloir vendre Valeria, et le fait d’enrichir nos membres... J’ai déjà tout prévu depuis bien longtemps. »

Karin laissa échapper un petit rire alors que ses épaules se raidissaient. « Cela va enfin commencer. Les dernières années m’ont semblé interminables, et cela même si ma perception du temps n’est pas vraiment bonne. »

« Tu peux également penser qu’elles étaient moins excitantes que prévu, » déclara Kunon. « Ce cochon dégoûtant a corrompu ses sous-fifres avec de l’argent, mais il est assez compétent pour que Vatel le garde de toute façon à ses côtés. Si cela avait été quelqu’un d’autre, cela aurait déjà été fini il y a des années... »

« ... De quoi êtes-vous en train de parler ? » demanda un Jill perplexe.

Takumi avait dirigé son sourire carnassier à un Jill totalement déconcerté avant de répliquer. « Nous savons que Gaitsu visait ce moment depuis deux ans. Il a amélioré son statut de mandataire pour mettre son plan en mouvement puisque maintenant Valeria n’a pas la puissance pour réaliser les idéaux de Mirta. »

Jill déglutit involontairement face à l’expression amusée de Takumi.

Combien d’années le marchand d’esclaves avait-il vu dans le futur ?

Il était impossible de deviner à quoi il pensait en regardant dans ses yeux noirs. Deux ans auparavant, il supposait déjà que les choses auraient pu tourner ainsi, et il ne voyait pas seulement ce jour-là, mais aussi le jour suivant, et le lendemain...

Ainsi, tout se déroulait selon ses attentes.

« Commençons à tout mettre en place en rentrant chez nous, d’accord ? » demanda Takumi.

« T-Takumi ! Qu’est-ce que je devrais faire maintenant... ? » demanda Mirta avec une expression anxieuse.

Face à ça, il avait vaguement répondu. « Va dormir dès maintenant afin d’être en pleine forme pour demain. »

« Euh... Que veux-tu dire par là... ? » demanda Mirta.

« Les personnes jugent les autres sur leur apparence, alors tu dois t’habiller correctement, » répondit Takumi. « Il n’y a pas de quoi s’inquiéter, surtout compte tenu de qui nous parlons. Mais je m’attends à ce que tu sois si belle que même moi je risquerais de tomber amoureux de toi. »

Après avoir dit ça, Takumi se leva et quitta la pièce, suivi par Kunon et Karin.

En sortant, la brise de la nuit les caressait de son froid contact.

Maintenant que le jour avait atteint sa fin, le festival était pour ainsi dire fini. Seuls les ivrognes erraient toujours à la recherche d’alcool.

La ville basse était vraiment remplie de personnes sans espoir. Même maintenant, un homme ivre dormait sur le bord de la route, et les enfants lui faisaient les poches. Bien sûr, il y avait des personnes qui pensaient aussi tout lui prendre plus tard.

Le fait d’aider cet endroit mal famé n’était qu’un doux rêve.

Takumi savait que la meilleure chose à faire aurait été de laisser tout le monde derrière soi et de ne penser qu’à son propre profit.

Mais cette réponse était trop simple et ennuyeuse.

Les choses n’étaient intéressantes que lorsqu’elles étaient au-dessus d’un certain degré de difficulté.

Karin et Kunon avaient remarqué l’expression sérieuse de Takumi et l’avaient imité.

« Répétons tout ce qui s’est passé avant ça. Karin, fais-moi un rapport détaillé, s’il te plaît, » demanda Takumi.

« Gaitsu a réussi à corrompre nos membres il y a douze jours, » déclara Karin sans la moindre hésitation. « En vérifiant les livres de compte, nous avons confirmé que l’argent était les récompenses pour les différentes missions effectuées par Valeria, et nous avons également découvert que le montant qu’il a volé et celui qu’il a utilisé correspondaient. L’erreur de calcul de ce cochon est qu’il l’a gaspillée. »

« Nous avons encore beaucoup d’argent. Peu importe s’il en a utilisé une partie, » déclara Takumi.

« Tu as toujours voulu dire ça, hein... ? Je suppose que tout le monde s’évanouirait en voyant tes possessions... »

Au cours des sept dernières années, Takumi avait accumulé une très grande richesse.

Parmi ses possessions se trouvaient des bâtiments, des parcelles de terrain dispersées entre Listina et les villages voisins, des armes stockées, des œuvres d’art et bien d’autres biens. S’il devait inclure toutes les pièces d’or qu’il possédait, alors à lui seul, il pourrait rivaliser avec une grande compagnie de la ville basse.

Il s’agissait des fruits de son travail acharné.

« Est-ce que quelqu’un s’est déplacé étrangement ces derniers temps ? » demanda-t-il.

« Veux-tu parler des personnes qui viennent dans la ville basse ? » demanda Karin. « Aujourd’hui, les gardes venant de la partie médiane ont confirmé qu’elles étaient en augmentation. Guk, le vendeur de papier, a dit qu’il a vu Gaitsu à l’entreprise alors qu’il transportait du parchemin. »

« L’information est-elle fiable ? » demanda Takumi.

« L’information provenant des gardes devrait être considérée avec scepticisme, mais Guk semblait très sûr de lui, » répondit Karin. « Nous avons également recueilli des informations auprès de Raxel, Toronto, Michter et bien d’autres. »

Karin avait répondu sans un soupçon d’inquiétude.

Ces personnes étaient... toutes des esclaves que Takumi avait vendus.

Il vendait des esclaves partout : dans la ville basse, dans la partie centrale et dans la partie supérieure de Listina.

Cela allait de ceux qui s’occupaient du traitement de l’eau jusqu’au promeneur des chiens d’un noble.

Il avait vendu n’importe quel type d’esclave.

Tout cela formait un énorme réseau d’informations, et personne ne soupçonnerait quoi que ce soit alors qu’il allait à la rencontre des marchandises qu’il vendait occasionnellement.

Au cours des dernières années, Takumi avait fait de son mieux afin de disperser ses oreilles et ses yeux partout, et cela lui avait permis de connaître presque tout ce qui se passait dans la ville.

En tant que marchand d’esclaves, il pouvait savoir si quelqu’un avait besoin d’un esclave ayant certaines capacités. Il pouvait même savoir comment se débrouillaient les autres entreprises ainsi que la situation des routes commerciales.

Le fait de manipuler l’information pourrait lui faire obtenir presque tout ce qu’il voulait... et plus le réseau grandissait, plus il devenait puissant.

De l’esclave à ses propriétaires, de ses propriétaires à leurs amis, de leurs amis à leurs connaissances...

Personne n’avait remarqué qu’ils dansaient tous dans la paume de sa main.

Il n’avait pas profité de prime abord de la vente des esclaves, mais il l’avait énormément fait du réseau d’information qu’ils avaient formé.

C’était la façon d’agir du Marchand d’Esclaves au Cœur Tendre.

« Quels sont les derniers mouvements de l’entreprise que Gaitsu veut rejoindre ? » demanda Takumi.

« Toujours les mêmes... mais ils deviennent plus voyants, » déclara-t-elle alors que le dégoût tordit l’expression de Karin. « Des paris illégaux sur des esclaves et des monstres... Ça me rend vraiment malade. »

« Je suis d’accord, mais tout le monde essaierait de monopoliser une source d’argent encore assez légale, » répondit Takumi. « Une fois que vous avez goûté quelque chose de bon, vous voudrez continuer à le manger jusqu’à ce que votre estomac éclate. » Takumi avait souri en raison de son amusement tout en parlant. « Si leur avidité grandit et s’approfondit, nous en tirerons profit pleinement. »

« Même les gardes ont remarqué que quelque chose d’étrange se déroule en ce moment, » déclara Karin. « Cependant, Gaitsu était très confiant en nous parlant... Il est évident que désormais, la situation évoluera rapidement. »

« Il veut prendre avec lui les techniques de contrebande de Valeria, » déclara Takumi. « Notre entreprise vient d’un territoire sans foi ni loi, c’est pourquoi nous sommes si efficaces avec des choses illégales. »

Gaitsu le savait et il voulait lui-même vendre Valeria à une plus grande organisation afin de réaliser ses ambitions alors que son dos était protégé.

Le seul obstacle devant lui était Mirta, le souvenir de leur chef précédent, alors il avait organisé ce scrutin afin de se débarrasser d’elle. Il avait corrompu tous les membres de l’organisation, de sorte que le résultat avait déjà été décidé.

Ou peut-être qu’il vaudrait mieux dire que « le résultat aurait dû être décidé ».

« Comment a-t-il réussi à contacter tout le monde ? » demanda-t-il.

« Le jour après qu’ils aient tous été payés, il a répandu l’information à travers les esclaves, » répondit Karin. « L’information est passée d’eux jusqu’à leurs employeurs, et des employeurs aux autres membres. De cette façon, il serait difficile de savoir qui a commencé. »

« Beau mouvement ! » s’exclama Takumi. « Est-ce que quelqu’un a refusé l’offre ? »

« Pas un seul, » répondit Karin. « Nous verrons comment Mirta s’en occupera demain. »

« Ne t’inquiète pas pour ça, j’ai une bonne idée de ce qui va se passer, » avait-il dit en tapotant sur sa tempe.

Takumi avait rencontré beaucoup de personnes différentes dans sa vie précédente.

Ce n’était ni des centaines ni des milliers. Il avait facilement surmonté une douzaine de milliers... et peut-être atteint les centaines de milliers. L’expérience l’avait amené à voir à travers la façade d’une personne et à voir rapidement sa véritable personnalité.

« En outre, qui pensez-vous que les personnes choisiront entre une fille si mignonne et un cochon gras et dégoûtant ? » demanda Takumi aux deux filles.

« Oh, alors peux-tu quand même voir quand les filles sont belles ? » demanda Karin.

« Je suis aussi un humain, tu sais. Kunon, réveille-toi, » déclara Takumi. « Nous avons fini de parler de choses compliquées pour ce soir, alors arrête de dormir en marchant comme une sorte d’arme errante. »

« Zzz... Hein !? J-Je ne dormais pas ! J’écoutais attentivement tout ça ! » déclara Kunon.

Takumi sourit ironiquement et lui tapota la tête pendant qu’elle essuyait la bave de sa bouche.

« Vous aurez beaucoup à faire demain. Je compte sur vous, » déclara Takumi.

« Laisse-moi me charger de ça ! Je ferai de mon mieux jour et nuit ! » s’écria Kunon.

Takumi hocha la tête face à ses mots fiables.

« Réglons tout cela d’un coup, » déclara-t-il.

***

Partie 3

Le lendemain, la place de la rue principale était remplie d’une foule immense qui comprenait tous les membres de Valeria, avec un total de cent douze personnes ainsi que d’autres personnes du bas quartier.

Sur leurs visages, il n’y avait pas la moindre trace de l’humeur joyeuse du festival ou de la fatigue qu’il devrait avoir laissée sur eux.

La ville basse avait assisté à une scène similaire seulement une fois auparavant, et c’était pour les funérailles du fondateur et chef de Valeria, Vatel Famille.

À cette époque, ses camarades et ses subordonnés s’étaient tenus immobiles dans un silence solennel à partir du moment où son cercueil vide avait été descendu dans les eaux de Verna jusqu’à sa disparition au-delà des limites du lac. Comme eux, les habitants de la ville basse avaient silencieusement prié les cieux.

La perte de Vatel avait été un choc pour tout le monde.

Maintenant que l’ambiance était la même que cette autre fois, tout le monde dans la ville basse se demandait avec anxiété si d’autres funérailles allaient avoir lieu.

Certains d’entre eux se tenaient silencieusement avec leur visage coincé dans une expression emplie d’anxiété et de confusion.

Takumi était simplement assis sur un banc de la fontaine, regardant la foule.

« Il est temps... où est notre chef ? » demanda Gaitsu, qui était assis près de lui avec un sourire impatient.

« Une fille a besoin de temps afin de se préparer, » répondit Takumi. « La patience fait partie des vertus d’un homme. »

« Pff, maintenant, penses-tu connaître les femmes ? Tu es vraiment agaçant, » au moment où il avait craché ces mots, la foule avait commencé à remuer.

« Désolée de vous avoir fait attendre, » sa voix si tendre d’habitude semblait froide comme de la glace.

Mirta portait un manteau de fourrure, le préféré de Vatel, sur une robe simple. « M’habiller a pris plus de temps que prévu, » déclara-t-elle.

Cela avait dû être difficile pour elle de le porter, mais elle avait décidé de montrer avec fierté le symbole de Valeria.

Elle se tenait là comme un chef, et non pas comme une fille sans défense.

« Mon Dieu ! Les femmes peuvent-elles autant changer en une nuit ? » demanda Takumi.

« Bien sûr. J’ai fait de mon mieux pour te faire tomber amoureux de moi, Takumi, » répondit Mirta.

« C’est un tel honneur que tu me fais là, » répondit-il. « J’avoue que tu m’as un peu charmé. »

« Juste un petit peu, hein... ? Alors, la prochaine fois, je ferai dans ce cas encore mieux, » répondit Mirta. Dans son sourire, il n’y avait pas trace de doute ou d’inquiétude.

Il hocha la tête face à ces mots, puis se leva. « Nous pouvons maintenant commencer à discuter pour savoir qui sera le prochain chef de Valeria, » annonça doucement Takumi, mais tout le monde l’avait entendu. « Les candidats sont Gaitsu Ejistan, le mandataire de l’actuel chef, et Mirta Famille, l’actuel chef. Voulez-vous dire quelque chose avant le début du scrutin ? »

« Il n’est pas nécessaire de faire quelque chose comme ça, » répondit Gaitsu. « Celui qui se tient au sommet sera suivi sans même avoir besoin de dire la moindre parole. Voilà ce que cela signifie d’être un véritable chef. » Gaitsu riait, sûr de sa victoire.

Le regard de toutes les personnes présentes s’était déplacé afin de voir le visage confiant de Mirta.

« Si vous voulez bien m’excuser. J’aimerais prendre un peu de votre temps, » déclara-t-elle.

Dans les paroles de leur chef se trouvait une certaine humilité, mais ses yeux abritaient une flamme ardente comparable à ceux de son père.

« La ville basse est un endroit difficile, » elle avait affiché à la foule un sourire empli de tendresse. « Un désert de néant... Une vallée où les vents froids privent les personnes de leur chaleur... Et puis, Valeria a fleuri. Une fleur qui colorie et réchauffe sa maison... C’est pourquoi j’aime la signification du nom que mon père a choisi. »

Après quelques secondes, elle continua son discours. « Sourire ensemble dans les moments heureux, réconforter quelqu’un en difficulté, se fâcher quand quelqu’un fait quelque chose de mal... Je veux que notre existence soit comme une famille chaleureuse et colorée face à la froideur de la ville basse. »

Tout le monde savait qu’elle était en train de débiter ses stupides idéaux, mais elle n’avait jamais eu honte de les exprimer.

« En tant que chef de Valeria... je serai toujours avec vous tous, » ses paroles résonnaient bruyamment en raison de sa conviction.

Belle prestation, pensa Takumi.

« ... Maintenant, il est temps de commencer le vote ! » l’avait-elle annoncé bruyamment.

« Choisissez le candidat que vous jugez le plus approprié pour être le prochain chef, » déclara Takumi. « Si vous voulez de Gaitsu, agenouillez-vous et baissez la tête. Si vous voulez Mirta, levez votre bras droit. »

Les membres de Valeria avaient baissé la tête et avaient serré leurs poings, ne sachant pas quoi faire.

Voyant leur doute, Takumi avait de nouveau haussé la voix. « Alors, quel est votre choix ? L’idéaliste stupide et douce... ou l’homme qui vous a payé comme si vous étiez des esclaves !? »

Les spectateurs curieux avaient commencé à murmurer entre eux, tandis que quelqu’un avait perdu son sang-froid. « Bâtard... ! Tu craches des mensonges afin d’éviter... »

Takumi avait poussé un Gaitsu enragé avec un rouleau de parchemin.

Dans celui-ci se trouvaient inscrits les noms de chaque membre de Valeria, et un nombre à côté d’eux. Il y avait une grande disparité entre ces chiffres.

« Il s’agit là du montant que vous avez dépensé pour chacun d’eux, » déclara Takumi. « Un avare comme vous devrait s’en souvenir, non ? »

« D-De quoi parles-tu ? » demanda Gaitsu. « C’est évidemment faux ! »

« Ce choix ne vous appartient pas. Ils doivent choisir par eux-mêmes, » déclara Takumi.

Ignorant l’homme furieux, Takumi regarda la foule.

Ceux qui n’étaient pas du côté de Gaitsu serraient leurs poings alors qu’ils étaient devenus enragés.

Les personnes étaient divisées en ceux qui l’auraient trahi pour de l’argent, qui étaient majoritaires, et les vétérans qui avaient travaillé aux côtés de Vatel et qui adorait leur ancien chef, qui étaient une minorité.

Il s’agissait du fossé entre les nouveaux et les anciens membres.

Ce que Gaitsu avait fait était de décider un prix pour cette appellation.

Exactement comme... s’ils étaient un groupe d’esclaves.

« Dans tous les cas, décidez par vous-mêmes ! » déclara Takumi. « Êtes-vous des esclaves qui attendent d’être achetés ou des gens orgueilleux qui poursuivent un idéal fou !? C’est ce que vous choisissez maintenant ! »

Quelqu’un avait levé son bras droit hors de la foule avec un sac d’argent en cuir à la main.

Quand il était tombé sur le sol après qu’il l’ait lancé, un son aigu avait fait écho dans la place.

Encore et encore, la scène se répétait, et plus de pièces cliquaient autour d’eux.

Mais bientôt, plus de mains imitèrent les autres.

Les lèvres de Takumi se recroquevillèrent en un sourire.

« Qu’il en soit ainsi ! Vous êtes des esclaves crasseux de la ville basse, et ceux qui ont levé le bras sont des gens d’une grande intégrité ! » déclara Takumi. « Rappelez-vous que la fierté ne peut pas être achetée par l’argent ! »

Les membres de Valeria lâchent un rugissement face à ses paroles exagérées. C’était si fort que toute la ville basse semblait trembler, et cela avait peut-être même atteint la partie centrale où se tenait Listina.

« Vous... êtes des idiots ! Êtes-vous vraiment gonflé à bloc par les paroles d’un esclave si dégoûtant !? » Gaitsu était confus et en colère contre ce qui se passait.

Mais pendant qu’il parlait, les spectateurs proches d’eux l’avaient frappé avec des paroles empoisonnées.

« Ferme ton clapet, avare ! Tu ne sais que te plaindre à propos de l’argent ! »

« Tes subalternes sont timbrés ! Ils auraient dû protéger ma boutique, mais ils ont continué à détruire des trucs alors qu’ils étaient en état d’ébriété ! »

« Ouais, va te faire foutre, cochon ! Si tu es si peu fiable, je devrais juste te botter le cul et récupérer mon argent ! »

Au cœur de cette tempête d’insultes, les habitants de la ville basse avaient commencé à jeter des pierres et des ordures sur Gaitsu.

Alors que tout le monde lui tournait le dos et que le désespoir peignait son visage, Gaitsu cria un ordre à ses hommes. « Qu’est-ce que vous attendez !? Tuez-les tous ! Laissez le minable effronté en vie et tuez tous les traîtres ! »

« Oh ! Pensez-vous que vous pouvez le faire ? » Une voix animée lui parvint depuis à côté de lui.

Kunon avait un sourire empli de joie alors qu’elle tenait fermement un poignard dans chaque main.

« Si l’un de vos chiens essaie quelque chose de drôle, je lui arracherai les bras, » déclara Kunon. « Je suis vraiment très rapide, vous savez. Vous ne pourrez même pas dégainer vos armes. Voulez-vous essayer ? »

Son sourire chaleureux n’avait fait que rendre ses paroles plus terrifiantes.

Chaque membre de Valeria connaissait la force du Chien.

Voilà pourquoi les hommes de Gaitsu avaient commencé à frissonner.

La bouche de l’avare s’ouvrit et se ferma en raison de la colère et d’humiliation, tandis que le visage de Takumi était plein de confiance.

« On dirait que vous n’appartenez pas à la ville basse, » déclara Takumi. « Pouvez-vous partir dès maintenant ? »

« Ne... Ne pense pas que c’est la fin ! » cria Gaitsu. « Vous n’avez aucun pouvoir par rapport aux principaux marchands ! Ils vont vous écraser ! »

« Vraiment ? Je suis impatient d’y être, » déclara Takumi.

Le regard de Takumi transperça Gaitsu avec ses iris noirs sans fond. « Retourne à ta porcherie, cochon dégoûtant. »

Le visage de l’homme était rouge de colère, mais comme il était désavantagé, il ne pouvait rien faire d’autre que de partir la queue entre les jambes.

Lui et ses subordonnés s’étaient échappés sous une pluie de pierres, d’ordures et d’insultes, et une fois qu’ils n’étaient plus en vue, la tourmente avait pris fin.

À ce moment-là, Takumi laissa échapper un profond soupir.

« Désolé pour le chahut. Aujourd’hui, Valeria a officiellement choisi son chef ! » déclara Takumi à la population. « Quelle journée glorieuse ! Laissez-moi profiter de l’occasion pour m’excuser et vous demander une faveur ! »

Il avait soulevé du sol un sac en cuir qui était resté tout ce temps à ses pieds puis il l’avait tenu en hauteur.

« Notre chef a dit que la ville basse était comme une famille pour elle, et c’est le devoir d’une famille de célébrer avec ses membres ! » déclara-t-il.

Il avait ensuite mis son autre main dans le sac et en avait extrait son contenu, qui avait été projeté en l’air sans laisser une seule pièce à l’intérieur du sac.

« Utilisons cet argent afin de vous payer de la nourriture et des boissons ! Il est temps de célébrer la nomination de notre nouveau chef ! » déclara Takumi.

Des cris de joie résonnaient dans la place.

Les membres de Valeria avaient imité le geste de Takumi, et les commerçants avaient commencé à apporter du vin et de la nourriture, émus par la scène.

Il semblait qu’un autre festival allait commencer sous peu.

« Aaah... C’est devenu quelque chose, » déclara Karin, s’approchant de Takumi du milieu de la foule.

« Eh bien, c’est mieux comme ça, » répondit Takumi.

« Je suis d’accord avec toi. Cependant, tu as agi de la même manière que Gaitsu, » répliqua Karin.

Cet homme avait acheté de la confiance avec de l’argent, tandis que Takumi avait gagné leur confiance en éparpillant de l’argent.

Il n’y avait pas beaucoup de différence entre les deux hommes. Si l’on devait dire quelque chose, alors cela serait que le jeune marchand d’esclaves corrompait les personnes pour leur bien.

« Eh bien, c’est la différence entre les marchands d’esclaves de première classe et les marchands de troisième zone, » répondit Takumi.

« Dans ton cas, nous devrions ajouter “intrigant” avant le “marchand d’esclaves”, » déclara Karin. « Pauvre Elsa ! Te gérer doit être vraiment une plaie. »

« N’est-ce pas mieux ainsi ? De cette façon, elle peut voir Mirta plus souvent, » répondit Takumi.

« Elle va tomber malade si tu continues comme ça..., » répondit Karin.

Tandis que Karin pensait à son amie et qu’elle affichait une expression pitoyable, Kunon courait vers eux tout en produisant un doux trottinement tout en tenant de la nourriture dans ses mains.

« Regarde Takumi ! Ils m’ont donné beaucoup de nourriture ! » cria Kunon.

« Super pour toi ! Ça doit être bon maintenant que tu as fini de travailler ! » déclara Takumi.

« Ouais ! Sushperrr délishhieux! » répondit-elle avec de la nourriture dans la bouche.

Après quoi, elle avait commencé à se bourrer la bouche avec diverses friandises qu’elle avait obtenues avant. La jolie fille qui se tenait là juste avant ça était introuvable.

« Je vais aussi aller chercher de la nourriture avant qu’ils ne me mettent en prison, » déclara Takumi.

« Euh... Attends un peu. J’ai quelque chose à te dire, » déclara Karin.

Se tournant pour faire face à Karin, Takumi la vit sourire à pleines dents.

« Merci... d’avoir été en colère pour nous contre ce porc, hier, » essayant de cacher son embarras, elle parlait en jouant avec ses cheveux noirs.

« Oui, merci ! Je me sentais aussi très heureuse quand j’ai vu ça ! » déclara Kunon en souriant innocemment, et Takumi avait aussi retroussé ses lèvres.

« Ce fut une action naturelle en tant que votre employeur, » répondit-il.

Il leur tourna le dos et les filles le contournèrent afin de regarder son visage.

« Qu’est-ce que c’est ? Takumi, ne me dis pas que tu es gêné, » déclara Karin.

« Wôw ! C’est encore plus rare que le fait qu’il se fâche ! Laisse-moi-le voir plus longtemps ! » déclara Kunon.

« Je ne suis pas gêné, » répondit Takumi. « Je voudrais plutôt dire, qui était l’elfe rougissante entre nous ? »

« Quoi !? Je ne rougissais pas ! » répliqua Karin. « Je suis plus âgée que toi, alors comment puis-je être gênée en faisant des éloges envers quelqu’un ? »

« Karin, Karin ! Tu ne convaincs personne, tu sais ? » Quand Kunon l’avait souligné, le visage de Karin était de nouveau devenu rouge.

« Allez, nous avons encore quelque chose à faire. Prenons de la nourriture et allons au travail, jeunes demoiselles, » déclara Takumi.

« Grrr... je te jure que je vais te faire pleurer un jour..., » déclara Karin.

« Ah, alors je ferai aussi ça ! J’adorerais faire pleurer Takumi ! » déclara Kunon.

« Kunon, ne prévois pas de me battre, s’il te plaît, » déclara Takumi.

Les trois personnes s’étaient insérées dans la foule et avaient apprécié le festival.

Ils auraient dû prendre cette occasion afin de se reposer, compte tenu de l’épuisement qu’ils allaient subir au cours des prochains jours...

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour les chapitres )

Laisser un commentaire