Strike the Blood – Tome 7 – Chapitre 3 – Partie 4

Bannière de Strike the Blood ***

Chapitre 3 : Le Bouffon se souviens

Partie 4

Le regard de Yaze s’était porté sur la fille qu’il n’avait jamais vue auparavant.

« Qui est-ce… ! »

Un moment plus tard, la calamité commença.

Sa vision avait été brouillée par un faisceau éblouissant qui lui brûla la peau comme s’il était en feu et le soufflait, ainsi que la brune, du haut de la passerelle piétonne. La puanteur de l’ozone lui piquait le nez, et l’atmosphère chargée lui faisait dresser les cheveux.

Yaze avait vu le casque autour de son cou produire des étincelles. Il avait claqué sa langue et l’avait jeté de côté.

« Argh… un éclair !? »

C’était arrivé si vite qu’il n’avait pas su ce qui se passait. L’impact avait soufflé Yaze et son précédent agresseur à l’instant même où ses yeux rencontraient la fille sur le toit.

La vampire, ayant heurté de plein fouet la rambarde de la passerelle piétonne, se tenait l’arrière de sa tête en se relevant.

« Non ! C’est… »

« Vous la connaissez ? » demande-t-il en déplaçant son regard sur la brune. Il avait involontairement laissé échapper un « Ah ! »

Sans prévenir, Yaze avait eu une vue claire de ce qui se trouvait sous la jupe de ses fesses relevées. Le porte-jarretelles en dentelle noire était un peu trop pour un collégien.

« V-Vous avez vu !? »

« Est-ce vraiment le moment ? »

« Quelle humiliation pour une fille de Caruana comme moi — ! »

Les joues de la vampire étaient devenues rouges et tout son corps avait tremblé. Elle n’écoute pas, pensa Yaze, qui l’abandonna en regardant à nouveau vers le sommet du bâtiment.

La fille enveloppée par la foudre était petite, âgée de quatorze ou quinze ans. Ses cheveux blonds étaient coupés très court, et ses yeux en forme de flamme émettaient une lueur bleu pâle. Elle portait une armure argentée brodée d’or — clairement une sorte de tenue de combat.

« Merde. C’est quoi le problème avec elle — !? » dit Yaze.

La vampire leva les yeux vers la fille en armure et murmura sous le choc. « Cet éclair… Pemptos ! Directement du Roi !? Pourquoi… !? »

Il ne faisait aucun doute que le frisson qui avait parcouru tout son corps n’était pas dû à la seule frappe de foudre. Elle avait peur de la fille en armure.

« Est-elle aussi une vampire ? » demanda-t-il. « Cette attaque… Ça ne ressemblait pas à un Vassal Bestial, mais… »

La vampire avait crié en réponse. « Vampire !? Ce n’est pas drôle. C’est un simple monstre, une arme qui tue les dieux ! »

Le terme avait surpris Yaze. La belle fille vêtue d’une armure argentée ne ressemblait en rien à une arme qu’il aurait pu imaginer.

Puis la fille en armure avait ordonné d’un ton digne :

« — Veldiana Caruana, remettez-moi la clef. »

D’après l’endroit où les yeux flamboyants étaient dirigés, Veldiana était apparemment le nom de la vampire aux côtés de Yaze.

« Clef… ? » murmura-t-il.

Grâce à ses mots, Yaze avait compris ce qui se passait. Le rayon précédent était purement de l’intimidation. Elle avait gardé sa puissance secrète et avait délibérément évité une frappe directe, apparemment pour obtenir une sorte de Clef que Veldiana possédait.

La fille en armure avait repris la parole. « Donnez-moi la Clef. Ou souhaitez-vous mourir ? »

« Urk. » Veldiana s’était mordu la lèvre en regardant Yaze. « Vous, quel est votre nom ? »

Yaze avait répondu honnêtement. « … Yaze. Motoki Yaze. »

Il s’était dit : si c’est ce qu’il faut pour gagner sa confiance, c’est une bonne affaire.

Veldiana avait hoché la tête avec une satisfaction visible. Elle s’était placée devant Yaze, apparemment pour le protéger.

« Écoutez-moi, Motoki. Je vais vous faire gagner du temps. Alors, s’il vous plaît, apportez cette affaire à Mimori Akatsuki du MAR ! »

« Hé, euh… !? »

Le visage de Yaze s’était figé lorsqu’il avait réalisé ce que Veldiana lui demandait de faire.

Une brume sanglante avait jailli de tout le corps de la vampire, se transformant en un chien géant et féroce, un Vassal Bestial à trois têtes. Apparemment, elle avait l’intention de se battre contre des vassaux bestiaux dans une zone urbaine.

Même un natif du Sanctuaire des Démons comme Yaze avait rarement vu un Vassal Bestial de vampire si proche. L’énergie démoniaque surgissant de ce monstrueux canidé était écrasante.

« Ganglot, s’il te plaît — ! »

Veldiana avait ordonné à son propre Vassal Bestial d’attaquer la fille en armure.

Ce faisant, Yaze avait ramassé la valise métallique qui était tombée dans un coin du pont piétonnier. Le contenu était probablement la Clef que la fille en armure recherchait. En prenant la mallette, Yaze faisait de la fille en armure son ennemie. Malgré cela, il n’avait pas hésité. Après tout, Veldiana avait prononcé le nom de Mimori Akatsuki, la mère de Kojou. Si Veldiana travaillait avec elle, il devait avoir raison de la considérer comme l’alliée de Kojou. Cela lui donnait une raison suffisante pour coopérer avec elle.

Et Yaze avait une chance de gagner, grâce aux encouragements qu’il avait reçus de son demi-frère.

Il avait déjà testé les effets de ces capsules au goût vil sur sa propre chair et son propre sang. Amplifié par la drogue chimique, Yaze pouvait manipuler librement le flux d’air avec sa capacité d’hyperadaptation, créant ainsi une tornade. Avec cela, il pouvait sprinter à la vitesse incroyable de quatre-vingt-dix kilomètres par heure, ce qui lui permettait de parcourir cent mètres en quatre secondes. Il ne mettrait même pas plus de quarante secondes pour arriver au laboratoire MAR et donc, Mimori. Tout ce que Veldiana avait à faire, c’était de tenir bon pendant moins d’une minute et Yaze pouvait remplir son objectif.

Mais avant que Yaze ait pu mettre la capsule dans sa bouche, Veldiana avait crié et elle s’était effondrée.

« Aaaaaah — ! »

Un lion géant enveloppé d’éclairs était apparu dans le ciel du soir.

Le Vassal Bestial de Veldiana mesurait environ quatre mètres de long. Cela faisait du Vassal Bestial un monstre choquant convenant à un Vieux Garde, mais le lion de foudre géant était bien plus grand que ça. Il dépassait généreusement les dix mètres de long, et sa présence donnait l’impression de remplir tout le ciel.

Yaze était resté figé sur place, abasourdi, en regardant la scène au-dessus de sa tête.

« Qu’est-ce que c’est que ça… !? »

Le lion de foudre était probablement aussi une bête vassale, une masse d’énergie magique dense et sensible qui pouvait prendre une forme matérielle. Mais cette chose était tout simplement trop puissante. C’était une bête invoquée impossible à utiliser pour un seul vampire. S’il libérait son énergie démoniaque sans discernement, dans le pire des cas, la moitié de l’île d’Itogami serait anéantie, réduite en cendres.

Veldiana, ayant perdu son Vassal Bestial, s’était effondrée en un tas, à moitié hébété. La fille en armure la regarda fixement.

Obéissant à son ordre, le lion d’éclair leva une patte avant une fois de plus.

Stop, grommela Yaze en tendant la main, mais son geste n’avait aucun sens. L’attaque de la bête enveloppa Yaze ainsi que Veldiana — une attaque qui allait instantanément annihiler l’immense passerelle jusqu’au prochain croisement.

Cependant, Yaze n’avait pas été assailli par l’impact qu’il redoutait. Il n’entendait plus le bruit de l’explosion, le cri, ni même le vent. Yaze et Veldiana n’étaient enveloppés que par un silence parfait.

Ce silence avait été brisé par la voix douce et légèrement distante de la fille qui était apparue de nulle part.

« Stop, Pemptos — cinquième Sang de Kaleid. »

Au moment où elle avait parlé, le son était revenu dans le monde.

L’onde de choc chaude provenant de la passerelle vaporisée était devenue un coup de vent qui avait giflé Yaze en plein visage.

Il était allongé sur Veldiana au bord d’une rue, à une trentaine de mètres seulement de la passerelle. Ils avaient été instantanément déplacés sans même s’en rendre compte. Yaze secoua violemment la tête avec le sentiment maladif d’avoir un trou dans sa mémoire.

« Qu’est-ce que… ça… ? »

Il ne ressentait pas le mal de mer propre aux sorts de contrôle spatial. C’était plus comme la désorientation causée par le visionnage d’un film avec des images perdues.

Alors que Yaze attrapa dans ses bras Veldiana et la faisait asseoir, elle leva le visage et murmura dans un état d’hébétude. « Paper Noise… ! »

Ce qu’elle avait vu, c’était une fille portant un uniforme d’écolière, se tenant au centre de la route déserte. Elle portait des lunettes et tenait un livre sous un bras, paraissant plutôt ordinaire.

La fille en armure appelée Pemptos avait plissé les sourcils en signe de colère.

« Pourquoi vous… ! »

Elle avait pointé la fille portant un livre de sa main droite et avait ordonné au lion de foudre d’attaquer.

En cet instant, une fois de plus, le monde avait été régi par le silence. Sans un bruit, le bras droit de la fille en armure avait été proprement coupé au niveau du coude.

« — ! »

Son corps avait été projeté en arrière comme s’il avait été frappé par une masse de fer invisible. Elle s’était écrasée sous les yeux de Yaze et de Veldiana, formant un cratère d’impact dans l’asphalte.

Un moment plus tard, le son était revenu dans le monde.

« Gwah ! » Elle cracha du sang. L’énorme lion foudroyant, peut-être coupé de sa réserve d’énergie démoniaque, ondula comme un mirage et s’effaça.

Ni Yaze ni Veldiana ne savaient ce qui se passait. La fille en uniforme connue sous le nom de Paper Noise s’était lentement retournée et avait regardé Pemptos.

« Votre conduite viole les règles du Banquet. Si vous continuez à vous engager dans des activités de combat, je serais obligée de vous disqualifier immédiatement par mon autorité de Bookmaker — . »

Paper Noise tenait l’avant-bras droit sectionné. Elle l’avait jeté à l’autre fille avec facilité.

Pemptos se leva, l’armure grinçant sur tout son corps. Fixant Paper Noise avec haine, des éclairs enveloppèrent à nouveau tout son corps. Puis, à la vitesse de la lumière, elle s’envola vers un endroit inconnu.

Paper Noise l’avait regardée partir avec un soupir. Ensuite, elle avait regardé Yaze et Veldiana. Ou, plus exactement, son regard glacial s’était concentré sur Veldiana, calée dans les bras de Yaze. Elle demanda d’un ton fort. « Maintenant, Veldiana Caruana, pourriez-vous m’expliquer pourquoi vous êtes ici ? La maison du Duc Caruana a déjà perdu ses qualifications pour participer au Banquet, n’est-ce pas ? »

Veldiana avait serré ses crocs de manière audible, essayant désespérément de faire sortir sa voix de sa gorge.

« C’est ma grande sœur qui a protégé le douzième Sang de Kaleid. La famille Caruana a le droit de parier sur elle, sur Dodekatos — ! »

Les yeux cramoisis de Veldiana la fixaient, Paper Noise lui répondit sans émotion. Un faible bruit, comme le frottement de vêtements, avait piqué les oreilles de Yaze.

« Très bien. Je prendrais plus tard ma décision concernant vos qualifications. Cependant, jusqu’à ce que… »

Sur cette déclaration, Paper Noise avait montré l’attaché-case métallique qui s’était posé dans sa main — l’attaché-case de Veldiana que Yaze pensait tenir.

« Je vais prendre la garde de cette Clef », déclara Paper Noise avec désinvolture.

Veldiana la regarda avec une colère évidente, frappant sauvagement son poing trempé de sang contre la surface de la rue. Elle tremblait d’humiliation en crachant. « Organisation du Roi Lion… ! »

Paper Noise s’était détournée de Veldiana, laissant son dos sans surveillance, et elle était partie. Quand elle ne fut plus visible, il ne restait plus que Yaze et Veldiana.

Une foule de spectateurs s’était rassemblée autour de la passerelle piétonne détruite. Il ne faudrait sans doute que quelques minutes avant que la police et la Garde de l’île n’arrivent en courant. Yaze, un espion de la Corporation de Management du Gigaflotteur, faisait lui-même pratiquement partie de la Garde de l’île, mais cette fois, être arrêté serait difficile même pour lui. Il valait mieux partir tant que c’était possible.

Mais il y avait quelque chose que Yaze devait découvrir en premier.

« Pourrais-tu m’expliquer ce qui se passe, Vel ? »

Veldiana, qui avait baissé la tête, avait levé son visage aigre pour regarder Yaze. « Pourquoi vous rapprochez-vous de moi avec un tel surnom — . »

Soudain, ses yeux s’étaient ouverts en grand, sous le choc.

« Yaze, est-ce que c’est — !? »

« J’ai pensé que quelque chose comme ça pourrait arriver, donc juste au cas où… »

En parlant, Yaze avait soulevé l’objet qu’il avait caché dans son dos : une tige métallique recouverte d’un tissu. D’une certaine manière, les symboles magiques méticuleusement gravés sur sa surface argentée lui donnaient un aspect futuriste.

Il mesurait environ trois ou quatre centimètres de diamètre, et environ quinze centimètres de long, à peu près. L’une de ses extrémités avait été effilée en une pointe aiguisée et polie. Il était trop court pour être une lance, et trop lourd pour être une flèche, ce qui s’en rapprochait le plus était un pieu.

Ce pieu se trouvait dans l’attaché-case que Veldiana avait confié à Yaze. Il avait profité d’une ouverture momentanée pendant le combat de Paper Noise contre la fille en armure pour le sortir, le cachant de la vue des filles dans le dos de son uniforme scolaire.

Veldiana avait poussé un lourd soupir de soulagement.

« Pour faire ça dans une telle situation… Tu es un vrai fripon. »

« Donc c’est ce que tu as appelé la Clef… »

« Oui… la Clef pour ouvrir le couvercle du cercueil. »

Sur ce, Veldiana avait voulu récupérer le pieu de la main de Yaze, mais celui-ci l’avait habilement retiré.

« Avant de te rendre l’appareil, pourrais-tu me dire ce que signifie cette histoire de douzième sang de Kaleid ? »

Pendant un moment, Veldiana avait lancé à Yaze un regard plein de ressentiment, mais elle s’était finalement ravisée et s’était calmée. Peut-être voyait-elle Yaze comme quelqu’un qui avait coopéré avec elle, et qui méritait donc un geste de remerciement approprié.

Son expression calme avait la grâce digne d’une femme qui se décrit comme noble. Il l’avait sentie le piquer comme un parfum subtil.

Veldiana lui avait demandé tranquillement. « — Connais-tu le Quatrième Primogéniteur ? »

Yaze s’était renfrogné en hochant la tête.

« Le Quatrième Primogéniteur qui ne devrait pas exister, le Vampire le plus puissant du monde, ou quelque chose comme ça ? »

« Correct. Ne t’es-tu pas demandé… s’il n’y a que trois Primogéniteurs dont l’existence est publiquement reconnue, pourquoi y a-t-il des enregistrements à travers l’histoire de l’émergence d’un quatrième Primogéniteur qui ne devrait pas exister, apportant le chaos au monde ? Pourquoi même les autres Primogéniteurs reconnaissent-ils le Sang de Kaleid comme le Vampire le plus puissant du monde ? »

Yaze avait fait un « hmm » bas. C’était une légende urbaine qu’il avait entendue dans son enfance. Il n’y avait pas vraiment réfléchi, mais cette dernière question l’avait harcelé d’une manière étrange.

Veldiana avait vu Yaze se taire et avait souri, semblant un peu fière d’elle-même. Elle avait continué.

« La vérité est simple une fois qu’on l’a entendue. Le Quatrième Primogéniteur a été produit artificiellement. Le Vampire le plus puissant du monde, conçu par nul autre que les trois premiers Primogéniteurs eux-mêmes — et le Sang de Kaleid est le nom du projet qui a donné naissance au Quatrième Primogéniteur. »

Tous les poils du corps de Yaze s’étaient dressés. Les mots de la fille ne semblaient pas être le genre de paroles folles qu’il pouvait simplement ignorer. Après tout, il avait vu le lion de foudre aux ordres de la fille en armure. C’était une bête invoquée dont la puissance ridicule était comparable à celle d’une catastrophe naturelle. N’était-ce pas exactement comme ça que les Vassaux Bestiaux du Quatrième Primogéniteur étaient décrits… ?

Yaze s’était finalement souvenu. Le motif d’un kaléidoscope est créé par un objet comportant trois miroirs à l’intérieur… Par conséquent, le nom Sang de Kaleid ne symbolisait-il pas le rôle du quatrième primogéniteur ? Le rôle du plus puissant vampire du monde, né artificiellement des mains des trois Primogéniteurs…

« Tu as dit que le quatrième Primogéniteur est une arme… ? » demanda Yaze à voix basse.

Si c’était une arme, la production de masse était loin d’être hors de question. On pouvait en produire douze, voire plus. Ce n’était pas le problème.

« Les armes existent pour combattre quelque chose, » poursuit-il. « Qu’est-ce qui pourrait pousser les Primogéniteurs à créer le Vampire le plus puissant du monde ? »

« C’est évident, n’est-ce pas ? »

Puis Veldiana Caruana était tombée dans le silence.

Le soleil doré s’enfonçait dans l’horizon, ses rayons éclairant silencieusement le côté de son visage déterminé.

 

« — La Purification. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Un commentaire :

  1. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire